Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 05 janvier 2022

Ukraine, un deuxième Sarajevo?

848702-soldats-ukrainiens-montent-garde-point.jpg

Ukraine, un deuxième Sarajevo?

Un tournant dans la grande stratégie de l'hegemon

par Irnerio Seminatore

Si, du point de vue du Concert européen et de la géopolitique mondiale de l'époque, Sarajevo a représenté un défi pour l’Empire Austro-Hongrois, puissance en déclin, le poussant vers une accélération de la première guerre mondiale, la crise ukrainienne actuelle au Donbass et indirectement en Crimée, marque un moment de remise en cause majeure des équilibres européens et mondiaux, successifs à la dislocation de l’Union Soviétique. Est-elle un test de la volonté russo-américaine de rompre la confiance entre les acteurs engagés de l’Est et de l’Ouest et de se montrer indifférents aux répercussions, incalculables, d’ordre planétaire? Aujourd’hui comme alors, le premier concept a volé en éclat a été celui des alliances et de réassurances qui avait suivi la guerre franco-prussienne et la proclamation de l’Empire Allemand à Versailles. Dans la conjoncture actuelle, une série d’accords et de traités qui ont porté règlement en Europe centrale et orientale des futures relations d’amitié et de coopération entre l’Est et l’Ouest, après la dislocation de l’Union Soviétique, sont restés lettre morte.

Or, ce qui est en cause, pour l’exercice de l’indépendance et de la souveraineté de l’Ukraine, ex Etat-membre de l’URSS depuis le Traité de Brest-Litovsk de juillet 1918, historiquement faible, divisée et soumise à des pressions déstabilisatrices diverses, est sa sécurité et son unité territoriale et politique est sa capacité de résister aux jeux d’influence des deux camps. Le prix à payer pour ne se soumettre à l’ordre imposé est une épreuve décisive – la guerre civile ou le conflit ouvert, a impliqué une sous-estimation de l’histoire et des intérêts vitaux d’un Etat-frère – la Russie. Cette sous-estimation, sous pression occidentale, constitue un mauvais calcul, car tout un système de relations politiques et géostratégiques s’est mis en mouvement à l’échelle européenne et euro-atlantique, accélérant les réactions d’autodéfense de chaque camp et motivant les appétits et les ambitions politiques et territoriales des Grands et des puissances moyennes - Chine, Turquie, Israël, Iran.

Ainsi l’analyse conjoncturelle doit tenir compte de la confrontation engagée par cette tension à tous les niveaux et théâtres de conflits, réels ou virtuels, et de la difficulté, aujourd’hui, de déclencher et de maitriser un conflit régional limité. Or, si l’enjeu de la crise ukrainienne, vue de la Russie, repose principalement sur l’exigence de contrer l'adhésion de l’Ukraine à l’Otan et le péril direct et rapproché de cette dernière, la remise en cause, par personne interposée, du status-quo sécuritaire de la part de l'Hégémon, se convertit en une opportunité pour la Russie, qui ne peut lui accorder le contrôle de l’espace maritime de la Mer Noire. En revanche, elle peut réaliser une jonction stratégique majeure entre la mer Baltique (Lituanie, Lettonie, Estonie, Pologne) et la Grande Méditerranée (Méditerranée depuis Gibraltar, plus la Mer Noire jusqu’à la mer Caspienne). 

fe1072ebc2a248e6e9cedaccd23cba90-1378480724.jpg

Cette jonction, appuyée sur le pivot de la Crimée, réaliserait, simultanément une immense tenaille géopolitique, vers le Sud, car elle permettrait le contrôle du Levant et des pays du Golfe (Arabie Saoudite, Irak et Emirats Arabes Unis), via la Syrie et le port de Tartous, à mi-chemin entre le Bosphore et le Canal de Suez. Serait concernée aussi par ce jeu la Mer Rouge, ancienne voie impériale du Royaume-Uni vers l’Inde et l’Océan Indien. Une vaste zone de conflit, périphérique à l’époque de la guerre froide, deviendrait centrale dans la perspective d’un conflit mondial, car située entre les Balkans, l’Est européen, l’Asie Mineure, le Caucase et l’Asie centrale. Il s’agit d’une zone, qui est partie intégrante de la Grande Méditerranée, verrouillée par la Turquie au Bosphore et donnant l’accès a plusieurs foyers de conflits et de guerres gelées. Après l’écroulement de l’Union soviétique, l’Union Européenne et l’Otan, ont voulu inclure les pays de l’est européen, malgré l’hostilité de la Russie, dans un schème d’élargissement ayant pour but la stabilité politique et la diversification des approvisionnements énergétiques.

Suivant une conception qui remplaça la compétition politique par un compétition économique, encadrée par des règles et par le droit, l’Union Européenne ne fit que remettre à plus tard l’opposition entre libre détermination de la souveraineté et soumission à la règle de prudence de la Realpolitik, en matière d’adhésion à l’Otan de la part de l’Ukraine et de la Géorgie. La poudrière allait se remplir encore davantage de matériel explosif par la montée des tensions, après le coup d’Etat de Maidan et la réintégration de la Crimée dans la Russie. Ce retour interdit à la flotte atlantique de s’installer à Sébastopol et de menacer au cœur Moscou.

L’importance de la Mer Noire, qui n’avait pas échappé dans le passé à Winston Churchill, dans le fiasco militaire de Gallipoli, n’a pas satisfait les appétits d’Erdogan, qui a proposé un partenariat turco-russe sur cet espace maritime, par opposition au projet d’une flotte de l’Otan.

mernoire.png

La contre manœuvre occidentale vis-à-vis de la géopolitique audacieuse de la Russie en Ukraine a été de prendre des mesures de réassurance au Sommet de l’Otan de Newport en 2014, puis au Sommet de Varsovie de 2016, prévoyant l’installation d’états-majors et la rotation des troupes dans le pourtour de la Baltique. Ces mesures pourraient-elles repousser une invasion de la part de la Russie, antagoniste multipolaire du bloc atlantique ? Par ailleurs, sur le front Asie- Pacifique il semble impensable que d’autres foyers de crise, Taiwan ou les deux Corées ou encore la zone de l’Indo-Pacifique, restent intangibles au tsunami du système dans son versant occidental, car les alliances de l’ANZUS (Australie, Nouvelle Zélande, Etats-Unis - 1951), et de l’AUKUS (Australie, Grande-Bretagne, Etats-Unis - 2021) ont été conçues de manière délibérée pour contenir la puissance chinoise. Du coup un grand tournant se dessine dans la stratégie de l’Hégémon, dont, aujourd’hui, on ne peut que spéculer sur les ambitions et sur les issues

L’espérance de gains politico-stratégiques de la part de l’Hégémon, comptant sur un affaiblissement progressif de la Russie et de l’Union européenne et en vue d’un affrontement de grande intensité et de portée systémique contre la Chine, donnerait les mains libres à Israël et à l’Arabie Saoudite pour frapper l’Iran, susceptible de se joindre à la Russie et à la Syrie, via le Liban.

La signification géostratégique de cette frappe consisterait à briser l’axe Moscou-Bagdad- Téhéran, coupant en deux l’Asie centrale et la rendant a nouveaux accessible à l’influence et aux forces occidentales. Parallèlement, la jonction des forces chinoises et russes, déjà présentes en Libye, Ethiopie et Afrique subsaharienne compléteraient une manœuvre d’enveloppement globale, pour se partager les ressources du continent, qui serait ainsi soustrait à l’Europe

Les enjeux stratégiques du XXème siècle dans une ère de non -paix

Pour intimider ou contraindre l’Ukraine, la Russie doit composer avec le Chine sur l’arrière asiatique et avec les Etats-Unis sur le front Occidental.

Après le basculement de l’Amérique vers l’Indopacifique, visant a reconstruire son Leadership dans le monde, ce changement stratégique ne pourra se faire sans le consensus et l’aide de ses alliés européens et asiatiques

Dans la Global Posture Review commandée par J. Biden a son Secrétaire d’Etat, en février 2021, la diplomatie américaine devenait une option par rapport aux conflits rampants dans le monde et perdait la souplesse propre à la complémentarité de sa relation avec la défense.

Il en résultait une obligation d’aligner les forces américaines avec la politique étrangère du pays, en respectant ses priorités dans un contexte international marqué par le retrait progressif du Moyen Orient et par la menace russe. L’échec du conflit afghan, le recadrage de la stratégie de sécurité nationale, justifient-ils la Russie à prendre des risques en Europe de l’Est. Ainsi, dans un contexte géostratégique de compétition accrue avec le Russie et la Chine, la ligne directrice de la Global Posture Review comporte une approche opposée aux précédentes.

Puisque toute forme de pivot vers l’Asie représente un éloignement de l’Europe, qui demeure une porte d’entrée vers les régions cruciales du Proche et Moyen Orient, de l’Asie centrale et de l’Eurasie, comment l’Otan et la présence des troupes américaines peuvent-elles assurer la poursuite du bras de fer avec la Russie.

En particulier la Grande Méditerranée et l’Europe du Sud, demeurent une zone stratégique vitale dans la compétition triangulaire avec la Russie et La Chine. De nombreuses inquiétudes naissent de la fragilité des pays européens, de l’espace cyber et de la refonte des enjeux stratégiques des Etats-Unis à l’échelle mondiale. Tout en n’excluant pas des formes de déséquilibrage régionales de la puissance globale des Etats-Unis, les ambitions américaines en Asie et en Europe traduisent la continuité d’un état d’esprit de l’Administration de Joe Biden avec celle de D. Trump.

Du point de vue planétaire, les enchainements intercontinentaux rendraient extrêmement couteuse une guerre mondiale et totale pour la puissance extérieure maritime, l'Hégémon, la poussant, dans la spiralisation de la violence à faire recours au tabou de la dissuasion, par l’usage de la coercition nucléaire de théâtre dans le but de vaincre militairement sur le terrain des combats et, dans un deuxième temps, à vouloir vaincre politiquement par l’anéantissement nucléaire des acteurs rivaux. En s’interrogeant sur les choix doctrinaux de la politique étrangère des Etats-Unis, après quatre décennies de guerre froide, pendant lesquelles l’Amérique a pratiqué une politique d’endiguement de l’Union Soviétique, Joseph Nye, politologue de la Harvard University, souligne que, depuis 2017, les Etats-Unis sont revenus à la logique de compétition entre grandes puissances. La reconnaissance de l’ambition de construire leur futur autour de la rivalité avec la Chine, n’exclut nullement l’hypothèse d’une compétition régulée avec celle-ci.

A l’heure actuelle, et à propos d’un enjeu régional aux répercussions mondiales, la crise Ukrainienne se dessine comme un tournant décisif, non seulement pour les acteurs majeurs de la scène régionale, mais pour des raisons, en apparence peu évidentes, du système international et de son alternance hégémonique et civilisationnelle.

 Avec la crise ukrainienne, Sarajevo sera au rendez- vous par deux fois dans le courant d’un siècle, mais de manière autrement plus tragique.

Bucarest, 31 Décembre 2021

 

dimanche, 02 janvier 2022

La boussole de l'UE pointe vers l'Ouest

Ek_zIL_W0AA8a6x.jpg

La boussole de l'UE pointe vers l'Ouest

Par Claudio Mutti

Source: https://www.eurasia-rivista.com/la-bussola-dellue-indica-loccidente/

La Triple Entente anglo-saxonne

Le 15 septembre 2021, le Premier ministre australien Scott Morrison, le Premier ministre britannique Boris Johnson et le président américain Joe Biden ont annoncé conjointement la signature d'un pacte de sécurité trilatéral appelé AUKUS, en vertu duquel les États-Unis et le Royaume-Uni s'engagent à aider l'Australie à développer et à déployer des sous-marins à propulsion nucléaire dans la région du Pacifique afin de contrer l'influence chinoise.

Le "triple marché" anglo-saxon est une étape supplémentaire dans une stratégie américaine plus large visant à encercler l'Eurasie. Cette stratégie, qui vise à empêcher la puissance chinoise de contrôler les zones côtières du continent eurasien, trouve ses racines dans la doctrine géopolitique de Nicholas John Spykman (1893-1943), le "parrain de l'endiguement" de l'Union soviétique, qui a reformulé la pensée de Halford John Mackinder (1861-1947), en soulignant l'importance de la bande côtière (Rimland) de l'Eurasie par rapport au "cœur" du continent.

2_01_36_10_QUAD-CORE_1_H@@IGHT_288_W@@IDTH_512.jpg

Appliquant la doctrine de Spykman aux circonstances actuelles, les stratèges américains visent à contenir la puissance chinoise en l'enfermant dans les deux systèmes d'alliances sur lesquels Washington peut compter en Asie: l'AUKUS et la QUAD. Si l'AUKUS a été évoqué plus haut, le QUAD (Quadrilateral Security Dialogue), né en 2007 à l'initiative du Premier ministre japonais Shinzo Abe et relancé par Donald Trump en 2017, réunit les États-Unis, le Japon, l'Australie et l'Inde.

Les États-Unis ont désormais l'intention de construire une sorte d'OTAN asiatique qui, en déployant ses forces dans le Pacifique et l'océan Indien, formera une barrière contre la République populaire de Chine : à l'est, au sud-est et au sud.

Le 12 mars 2021, le président Joe Biden a ouvert une réunion au sommet avec les premiers ministres japonais, australien et indien, au cours de laquelle plusieurs projets représentant une alternative à la "nouvelle route de la soie" ont été examinés.

Puis, fin août, l'Inde et l'Australie ont mené des opérations conjointes avec les États-Unis et le Japon au large de Guam, l'île des Mariannes qui abrite des bases aériennes et navales américaines. Puis, début septembre, une opération conjointe indo-australienne appelée AUSINDEX 21 a eu lieu au large du port de Darwin, dans le nord de l'Australie. Au même moment, les ministres de la défense et des affaires étrangères de Delhi et de Canberra ont entamé leur premier dialogue stratégique. "En fait", commente "Defence Analysis", "c'est l'approche utilisée par les États-Unis pour contrer la montée en puissance de la Chine dans la région" [1].

maxauresdefault.jpg

L'effet immédiat du pacte conclu peu après par l'Australie avec les États-Unis et la Grande-Bretagne a été l'annulation de l'accord (90 milliards de dollars australiens) conclu précédemment avec la société française Naval Group (anciennement DCNS) pour la fourniture de douze sous-marins nucléaires. Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a qualifié la décision de M. Biden de "brutale, unilatérale et imprévisible" et a parlé d'un "coup de poignard dans le dos". Pour avoir une vision complète de la situation, il faut toutefois rappeler que " la diplomatie française, en intégrant la doctrine indo-pacifique américaine en 2018, s'est alignée sur les priorités des Anglo-Saxons sans les réserves nécessaires à la défense de son indépendance stratégique". Elle n'a pas obtenu de garanties préalables sur sa participation aux décisions, et se voit désormais évincée du triumvirat Etats-Unis-Australie-Royaume-Uni. Pourtant, en avril 2021, la France a participé à des manœuvres navales dans le golfe du Bengale (océan Indien) avec les pays du QUAD : États-Unis, Japon, Inde et Australie, et en mai 2021 dans le Pacifique avec les États-Unis, l'Australie et le Japon, suscitant les critiques de la Chine qui dénonce l'émergence d'une" OTAN indo-pacifique "sur le modèle de la guerre froide" [2].

Une "défense" complémentaire à l'OTAN

Le 22 octobre, dans un effort de normalisation des relations entre la France et les États-Unis, Biden et Macron ont eu une conversation téléphonique, au cours de laquelle, selon un communiqué du gouvernement américain rapporté par Le Monde, "ils ont discuté des efforts nécessaires pour renforcer la défense européenne en assurant sa complémentarité avec l'OTAN" [3].

Un mois plus tard, lors de ses entretiens avec Emmanuel Macron à Rome, à la veille de l'ouverture du G20, le président américain a réparé la rupture avec la France en reconnaissant que les États-Unis avaient agi de manière "maladroite" et inélégante. M. Biden a ensuite évoqué le "système de valeurs identique" des deux pays et a déclaré qu'"aucun allié n'est plus ancien et plus loyal que la France". Aux oreilles de Macron, ces mots ont dû sonner comme une évocation de son compatriote qui fut général de division dans l'armée continentale de George Washington: le marquis de La Fayette, à qui le Congrès a conféré la citoyenneté américaine honoraire il y a 20 ans (bien qu'il ait déjà été naturalisé américain de son vivant). Il suffisait que Biden répète le cri lancé par le général John J. Pershing le 4 juillet 1917, après le premier débarquement des libérateurs en Europe: "La Fayette, nous voila !".

Feu vert, donc, à la "défense européenne" invoquée par le président français ; mais, comme le précise également le communiqué officiel du Palazzo Chigi, "dans un rapport de complémentarité" [4] avec l'alliance "transatlantique". En fait, Macron lui-même, s'attardant sur la nouvelle collaboration entre les États-Unis et l'Union européenne, a noté la nécessité de "renforcer la coordination, la collaboration stratégique entre l'Union européenne et l'OTAN" [5]. Début octobre, le secrétaire d'État américain Tony Blinken avait déjà expliqué à M. Macron que les États-Unis étaient "certainement favorables aux initiatives européennes en matière de défense et de sécurité", mais comprises comme "un complément à l'OTAN", une question sur laquelle l'engagement de Joe Biden est "inébranlable" [6].

30a6269_898769322-000-9qm97e.jpg

M. Biden a également renforcé les relations avec Bruxelles en concluant un accord visant à alléger les droits d'importation américains sur l'aluminium et l'acier, et à suspendre les droits compensatoires de l'UE sur diverses marchandises en provenance des États-Unis. Selon une déclaration de Mario Draghi, cet accord "confirme le renforcement continu de la relation transatlantique déjà étroite" [7] - un adjectif utilisé par Biden et ses interlocuteurs européens à la place du vieil adjectif atlantique, sans doute pour souligner et réitérer le concept d'une "alliance" qui lie les deux côtés de l'océan éponyme. "Les États-Unis et l'UE inaugurent ensemble une nouvelle ère de coopération transatlantique qui profitera à tous nos citoyens, aujourd'hui et à l'avenir"[8]. C'est ce que Biden a déclaré lors d'une conférence de presse avec Ursula von der Leyen, qui, l'appelant confidentiellement "cher Joe", lui a fait écho avec ces mots: "Depuis le début de l'année, nous avons rétabli la confiance et la communication; c'est une autre initiative clé pour notre agenda transatlantique renouvelé avec les États-Unis " (9). En revanche, sur la question spécifique de la "défense européenne", la présidente de la Commission européenne s'était déjà exprimé le 5 octobre à Brdo, en Slovénie, en qualifiant l'OTAN de "parapluie de sécurité fondamental pour le Vieux Continent" (10).

Le leitmotiv de la solidarité transatlantique et de la complémentarité de la défense européenne avec l'OTAN a été réitéré par Josep Borrell. Illustrant le projet d'une "boussole stratégique" qui - significativement nommée dans le langage de la boussole stratégique de l'anglosphère - entend définir la voie à suivre pour l'avenir de l'Union européenne dans le domaine militaire et dans d'autres domaines, le haut représentant de l'UE pour les affaires étrangères a déclaré que "l'Europe est en danger" et qu'il est nécessaire de répondre aux "nouveaux défis et menaces", tels que ceux "à la frontière avec le Belarus" [11]. Selon le Haut représentant, la défense de ces "valeurs universelles" qui, selon lui, coïncident avec "nos valeurs libérales", exige une "responsabilité stratégique européenne" ; et celle-ci, a-t-il poursuivi en rassurant les alliés hégémoniques, non seulement "ne contredit en rien l'engagement européen envers l'OTAN, qui reste au cœur de notre défense territoriale", mais au contraire sera "la meilleure façon de renforcer la solidarité transatlantique" [12].

Apparemment, l'aiguille magnétique de la "boussole stratégique" produite par l'UE continue de pointer vers l'Occident.

La primauté de l'Italie

Dans le cadre de la réorganisation de la puissance occidentale, la fonction sous-impérialiste que Washington a assignée à l'Italie, qui a été placée aux commandes par l'ancien partenaire de Goldman & Sachs, est multiple. En ce qui concerne la Libye, lors de la Conférence internationale qui s'est tenue à Paris le 12 novembre 2021, le projet occidental était clair : l'Italie doit être le moteur d'un effort de stabilisation, à partager avant tout avec la France. L'objectif stratégique que l'Italie et la France doivent poursuivre en Libye est l'éviction de la Russie et de la Turquie: "pour Washington comme pour Rome (et donc pour Bruxelles), il est crucial que tant les unités turques déployées en Tripolitaine que celles du groupe russe Wagner et les autres contractants africains positionnés en Cyrénaïque quittent le pays" [13]; un point sur lequel "le président italien est tout à fait en phase avec la vice-présidente américaine Kamala Harris" [14]. En revanche, en ce qui concerne les élections qui doivent avoir lieu en Libye, "tant l'Italie que les États-Unis estiment qu'un président et un exécutif issus des urnes peuvent avoir plus d'influence et surtout recevoir un plus grand soutien politique et diplomatique de Rome et de Washington". La ligne italienne, et la ligne européenne, et la ligne américaine sont complètement superposables" [15].

phpSThThd.jpg

Mais la tâche que Draghi et Macron s'apprêtent à accomplir ne se limite pas à ramener la Libye dans l'orbite occidentale. Selon le professeur Giulio Sapelli, porte-parole accrédité dans les milieux atlantistes, "Draghi est maintenant appelé à jouer un autre rôle. Un rôle inhabituel pour lui, mais tout aussi important : endiguer les relations entre l'Allemagne et la Chine en créant un anti-monde pro-atlantique en Europe, en construisant (...) un lien encore plus étroit que celui que l'Italie et la France ont déjà entre elles" [16]. Après l'offense malencontreuse faite à la France par la triple entente anglo-saxonne, l'Italie est appelée à jouer le rôle de bâtisseur de ponts "transatlantiques" entre Paris et Washington. "Si ce nouvel ordre international - commente Sapelli - aura comme élément fondamental l'ascension au Quirinal de Draghi lui-même, la nouvelle configuration des rapports de force européens et de ces derniers avec les USA aura une disposition adéquate pour affronter les défis de la lutte contre l'hégémonie chinoise qui attendent la planète".

Le fait que l'Italie soit candidate pour devenir le pays de tutelle de Washington en Europe, notamment sur le plan militaire, a été affirmé par Loren Thompson dans le bi-hebdomadaire américain Forbes [17], qui fait autorité en la matière, en donnant plusieurs raisons pour soutenir cette thèse. Selon le directeur des opérations du Lexington Institute, l'Italie est un pion très précieux dans le scénario européen, non seulement parce qu'aujourd'hui elle se distingue plus que jamais par son engagement envers l'Occident et la démocratie [18], mais aussi et surtout parce que sa position géographique correspond merveilleusement aux besoins stratégiques de l'Alliance atlantique : à la fois en raison de la position centrale occupée en Méditerranée par la base de Sigonella, et parce que le nord de l'Italie, où sont notamment stockées les armes nucléaires tactiques de l'OTAN, abrite des F-35 qui peuvent se diriger rapidement vers la frontière biélorusse [19].

Le cabinet présidé par l'ancien associé de Goldman & Sachs a notamment consolidé le soutien de l'Italie à la politique américaine dans le monde. En effet, à rebours du gouvernement précédent, il a pris ses distances avec Pékin et s'est montré désireux de s'impliquer davantage dans l'alignement quadrilatéral des États-Unis, de l'Australie, de l'Inde et du Japon, mis en place pour contrer les ambitions chinoises en Asie [20]. De même, "le secteur militaire italien fait les bons investissements" [21], puisque, "comme la Pologne, (...) elle utilise son budget militaire limité pour acheter des armes avancées aux États-Unis" [22]. En bref, conclut le chroniqueur de Forbes, aujourd'hui "il est plus facile d'apprécier le bilan de l'Italie en tant que nation pro-démocratique et pro-américaine" [23], de sorte que les élites politiques de Washington ont une confiance totale dans celles de Rome.

NOTES

[1] “Analisidifesa”, 12 settembre 2021.

[2] Pierre-Emmanuel Thomann, AUKUS, un triumvirat anglo-saxon dans l’Indo-Pacifique pour conserver l’hégémonie mondiale: quelle riposte géopolitique pour la France? Non-alignement et Pivot vers la Russie, “Eurocontinent”, 29/09/2021.

[3] Relations franco-américaines: Emmanuel Macron et Joe Biden se sont entretenus par téléphone, lemonde.fr, 23 ottobre 2021.

[4] G20, il Presidente Draghi incontra il Presidente degli Stati Uniti d’America Biden, governo.it, 29 ottobre 2021.

[5] Riccardo Sorrentino, Biden tende la mano a Macron: “maldestri” sui sottomarini, ilsole24ore.com, 30 ottobre 2021.

[6] Stefano Pioppi, Tra Nato e Difesa europea, così l’Italia può essere protagonista, formiche.net, 6 ottobre 2021.

[7] Draghi: Grande soddisfazione per accordo Ue-Usa su dazi acciaio e alluminio, governo.it, 31 ottobre 2021.

[8] Biden, Usa e Ue combatteranno insieme sfide 21esimo secolo, swissinfo.ch, 31 ottobre 2021.

[9] Claudio Salvalaggio/ANSA, Pace sui dazi con l’Ue. Biden: “Nuova era transatlantica”, voce.co.ve, 1° novembre 2021.

[10] Von der Leyen rilancia l’idea di una forza militare europea: «Complementare alla Nato», it.geosnews.com, 6 ottobre 2021.

[11] www.ansa.it/europa/notizie/rubriche/altrenews/2021/11/10

[12] Josep Borrell, Una Bussola Strategica per l’Europa, 12 novembre 2021, www.project-syndicate.org

[13] Emanuele Rossi e Massimiliano Boccolini, Libia, Draghi porta la strategia italiana alla conferenza di Parigi, formiche.net 12-11-2021.

[14] Ibidem.

[15] Ibidem.

[16] Sapelli: ecco la missione anti-Cina e Germania affidata dagli Usa a Draghi, ilsussidiario.net, 23-10-2021.

[17] Loren Thompson, Italy Is Becoming More Important To U.S. Security. Here Are Five Reasons Why, www.forbes.com, 15-11-2021.

[18] “Italy stands out as a nation that is reliably committed to the Western alliance and to democracy” (Ibidem).

[19] “Italy’s geographical circumstances are ideal for shaping security conditions in the Mediterranean Sea—the most important body of water in Western history. The naval air station at Sigonella in Sicily, where long-range surveillance aircraft are deployed, is almost exactly equidistant from Beirut and Gibraltar at opposite ends of the sea. It is also a short hop by air to the most troubled countries in North Africa, most notably Libya. In the north, the country’s territory extends so far into central and eastern Europe that Italian F-35s stationed there are within unrefueled range of Poland’s border with Belarus. NATO stores tactical nuclear weapons at two bases in the north, comprising a powerful component of the alliance’s deterrent to Russian aggression” (Ibidem).

[20] “In recent months, the government of Prime Minister Mario Draghi has exhibited an interest in becoming more involved in the quadrilateral alignment of America, Australia, India and Japan established to counter Chinese ambitions in Asia. Draghi’s predecessor had a brief dalliance with China’s Belt and Road initiative, but Draghi has since distanced Italy from Beijing and shown great interest in developing closer ties to New Delhi—underscoring his country’s preference for democratic partners” (Ibidem).

[21] “Italy’s military is making the right investments” (Ibidem).

[22] “Like Poland, (…) Italy is leveraging its limited military budget to buy advanced U.S. weapons” (Ibidem).

[23] “it is easier to appreciate Italy’s track record as a pro-democratic, pro-American nation” (Ibidem).

mardi, 23 novembre 2021

Les Turcs conseillent à Kiev de ne pas se frotter à l'OTAN

arton4332.jpg

Les Turcs conseillent à Kiev de ne pas se frotter à l'OTAN

Doğu Perinçek

Source: https://www.geopolitica.ru/article/turki-rekomenduyut-kievu-ne-svyazyvtsya-s-nato

L'Alliance de l'Atlantique Nord est une menace pour la sécurité et non une organisation qui protège, le président du Parti de la mère patrie turque Doğu Perinçek en est convaincu.

L'Ukraine a été convoquée à un exercice de l'OTAN en mer Noire, près des frontières roumaines. La frégate roumaine Merăşesti, le destroyer américain Porter, le navire d'état-major Mount Whitney et le pétrolier John Lenthall, la frégate turque Yavuz ainsi que le navire de débarquement ukrainien Yuriy Olefirenko et le patrouilleur Slavyansk ont participé aux manœuvres.

Le but de l'exercice, selon l'armée roumaine, est de "renforcer la capacité de réaction de l'OTAN en mer Noire et d'accroître le niveau d'interaction entre les marines des pays participants". Bien que l'Ukraine n'ait pas encore été acceptée dans l'alliance, Kiev a dû prendre cette invitation comme un bon signe.

295475634.jpg

Cependant, le président du parti turc de la mère patrie (Vatan), Doğu Perincek (photo), ne pense pas que ce soit une raison de se réjouir. Interrogé par PolitEkspert pour savoir si les autorités turques étaient prêtes à soutenir l'entrée de l'Ukraine dans ce bloc militaire, il a répondu :

"L'OTAN est une menace pour la sécurité. Ce n'est pas une organisation qui nous protège. Nous faisons partie de l'OTAN mais la position de l'Alliance a toujours été hostile à la Turquie. Les membres de l'OTAN ont toujours voulu utiliser la Turquie pour leurs propres intérêts, sans penser aux intérêts de notre pays. Tous les coups d'État qui ont eu lieu en Turquie ont été organisés par l'Occident".

Doğu Perinçek estime que "la Turquie quittera bientôt l'OTAN", et ne plaidera donc pas en faveur de l'adhésion de Kiev à l'alliance.

"Nos alliés sont les pays asiatiques, nos voisins - la Russie, l'Iran, la Syrie. Nous devons nous concentrer sur l'amélioration des relations avec eux. L'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN ne menace pas seulement la Russie. Elle menace la sécurité de notre pays et la sécurité de toute la région. Je suis sûr que l'Iran et la Russie ne permettront pas que cela se produise. Erdogan devrait également bien peser le pour et le contre avant de soutenir l'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN", a-t-il conseillé au site d'information et d'analyse".

La veille, le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, dans une interview accordée à HBO, a réaffirmé que les pays du bloc n'étaient pas encore parvenus à un consensus sur l'adhésion de l'Ukraine à l'organisation.

jeudi, 28 octobre 2021

L'OTAN développe des techniques de guerre cognitive

kognitiv.png

L'OTAN développe des techniques de guerre cognitive

Leonid Savin

Ex: https://www.geopolitica.ru/article/nato-razrabatyvaet-metody-vedeniya-kognitivnoy-voyny

L'Innovation pour l'excellence en matière de défense et de sécurité (IDEaS), également appelée "Innovation Hub", basée au Canada, joue un rôle de premier plan dans ce domaine. Toutefois, ce centre ne figure pas sur la liste des centres d'excellence de l'OTAN officiellement accrédités, comme le Centre de cyberdéfense en coopération de Tallinn ou le Centre de sécurité énergétique de Vilnius. L'OTAN ne souhaitant probablement pas attirer l'attention sur son travail, elle opère de manière "autonome".

Certes, cette approche de dissimulation a été couronnée de succès, puisque les fils d'actualité montrent que le centre a commencé à fonctionner dès 2017.

Les objectifs officiellement déclarés ne diffèrent pas beaucoup des travaux d'autres centres similaires de l'OTAN. Ils sont décrits dans des phrases générales et représentent:

- Accès à une large communauté d'experts, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur de l'OTAN ;

- Une plateforme collaborative en ligne pour l'interaction avec la communauté ;

- Une base de connaissances sur tous les sujets abordés par le Centre d'innovation ;

- Documents sur les solutions innovantes pour relever les défis futurs de l'OTAN et des capacités nationales ;

- Des occasions d'expliquer les problèmes, de poser des questions ou de proposer des solutions.

Le site web énumère sept domaines dans lesquels le Centre travaille. Il s'agit de l'éducation et de la formation, des mécanismes de prise de décision, du cyberespace, des initiatives humanitaires, de l'information et de la désinformation, des systèmes autonomes et de la stratégie. Cependant, le thème le plus récurrent dans plusieurs domaines à la fois est la guerre cognitive. Fin 2020, le centre a publié une étude sur ce sujet, dont l'auteur est François de Cluzel.

La préface du document indique que "l'esprit humain est désormais considéré comme un nouveau champ de bataille. Avec le rôle croissant de la technologie et la surcharge d'informations, les capacités cognitives individuelles ne suffiront pas à assurer une prise de décision éclairée et opportune, ce qui a conduit à un nouveau concept de guerre cognitive, qui est devenu ces dernières années un terme récurrent dans la terminologie militaire... La guerre cognitive a une portée universelle, de l'individu aux États et aux organisations multinationales. Elle utilise des techniques de désinformation et de propagande visant à épuiser psychologiquement les récepteurs d'information. Chacun y contribue, à des degrés divers, consciemment ou inconsciemment, et cela permet d'acquérir des connaissances inestimables sur la société, en particulier les sociétés ouvertes comme celles de l'Occident. Cette connaissance peut alors facilement être utilisée comme une arme... Les outils de la guerre de l'information, auxquels s'ajoutent les "neuro-armes", élargissent les perspectives technologiques futures, suggérant que le domaine cognitif sera l'un des champs de bataille de demain. Cette perspective est encore renforcée par le développement rapide des nanotechnologies, des biotechnologies, des technologies de l'information, des sciences cognitives et de la compréhension du cerveau."

Information-Sphere.png

Bien sûr, ces technologies et l'intérêt qu'elles suscitent d'un point de vue militaire ne sont pas nouveaux. Les agences américaines DARPA et IARPA sont engagées dans ces domaines depuis de nombreuses années. Mais dans ce cas, cette approche est reconnue comme une stratégie prometteuse pour les guerres futures par l'OTAN. Et les neuro-armes en tant que composante importante de l'armée

Le rapport fournit un certain nombre de définitions. "La guerre cognitive est une guerre d'idéologies qui cherche à saper la confiance qui sous-tend toute société... La désinformation exploite la vulnérabilité cognitive de ses cibles, en profitant de peurs ou de croyances préexistantes qui les prédisposent à accepter des informations fausses.

Pour cela, l'agresseur doit avoir une compréhension claire des dynamiques sociopolitiques en jeu et une connaissance précise du moment et de la manière de pénétrer afin d'exploiter au mieux ces vulnérabilités.

La guerre cognitive exploite les vulnérabilités innées de l'esprit humain en raison de la manière dont il est conçu pour traiter l'information, qui a bien sûr toujours été utilisée dans la guerre. Cependant, en raison de la rapidité et de l'omniprésence de la technologie et de l'information, l'esprit humain n'est plus capable de traiter le flux d'informations.

Ce qui différencie la guerre cognitive de la propagande, c'est que chacun participe, en grande partie involontairement, au traitement de l'information et à la formation des connaissances d'une manière sans précédent. Il s'agit d'un changement subtil mais significatif. Alors que les individus se soumettaient passivement à la propagande, ils y contribuent désormais activement.

L'exploitation des connaissances humaines est devenue une industrie de masse. Et les nouveaux outils d'intelligence artificielle devraient bientôt offrir aux propagandistes des possibilités radicalement élargies de manipuler l'esprit humain et de modifier le comportement humain."

Le rapport parle également de l'économie comportementale, qui se définit comme une méthode d'analyse économique qui applique une compréhension psychologique du comportement humain pour expliquer la prise de décision économique.

Comme le montre la recherche sur la prise de décision, le comportement devient de plus en plus computationnel.

Sur le plan opérationnel, cela signifie l'utilisation massive et méthodique des données comportementales et le développement de techniques d'approvisionnement actif en nouvelles données. Avec l'énorme quantité de données (comportementales) que chacun génère en grande partie sans notre consentement ou sans que nous en soyons conscients, de nouvelles manipulations sont facilement réalisables.

6112cf29d3705.image.jpg

Les grandes entreprises de l'économie numérique ont mis au point de nouvelles méthodes de collecte de données qui permettent de sortir des informations personnelles que les utilisateurs n'ont pas nécessairement l'intention de divulguer.

Et les données redondantes sont devenues la base de nouveaux marchés prédictifs appelés publicité ciblée.

"Voici les origines du capitalisme de surveillance dans une brassée sans précédent et lucrative : la redondance comportementale, la science des données, l'infrastructure physique, la puissance de calcul, les systèmes algorithmiques et les plateformes automatisées", indique le document.

Et tout cela a déjà été mis au point par des géants occidentaux comme Facebook, Google, Amazon, Microsoft et d'autres. Ce n'est pas une coïncidence s'ils ont été critiqués à plusieurs reprises à la fois pour avoir imposé un monopole et pour avoir utilisé une manipulation basée sur les données des utilisateurs. Et comme ils coopèrent tous activement avec les agences de sécurité américaines en tant que contractants, cela crée un risque de manipulation délibérée pour les utilisateurs du monde entier.

Il a également été suggéré que l'absence de réglementation de l'espace numérique profite non seulement aux régimes de l'ère numérique, qui peuvent exercer une influence importante non seulement sur les réseaux informatiques et les corps humains, mais aussi sur l'esprit de leurs citoyens, mais qu'elle peut également être utilisée à des fins malveillantes, comme l'a démontré le scandale Cambridge Analytica.

Le modèle numérique de Cambridge Analytica décrivait comment combiner les données personnelles avec l'apprentissage automatique à des fins politiques en profilant des électeurs individuels pour les cibler avec des publicités politiques personnalisées.

En utilisant les techniques de sondage et de psychométrie les plus avancées, Cambridge Analytica a en fait pu collecter une énorme quantité de données sur les gens qui lui ont permis de comprendre, grâce à des informations économiques, démographiques, sociales et comportementales, ce que chacun d'entre eux pensait. Cela a littéralement ouvert une fenêtre dans l'esprit des gens pour l'entreprise.

L'auteur écrit que "la gigantesque collecte de données organisée par la technologie numérique est désormais largement utilisée pour identifier et anticiper le comportement humain. Les connaissances comportementales sont un atout stratégique. L'économie comportementale adapte la recherche psychologique aux modèles économiques, créant ainsi une vision plus précise des interactions humaines".

Pendant ce temps, de nombreuses entreprises américaines de ce type continuent tranquillement à opérer en Russie et à collecter les données de nos citoyens.

Un autre aspect intéressant relevé dans l'étude sur la guerre cognitive est la cyberpsychologie, qui se situe à la jonction de deux grands domaines : la psychologie et la cybernétique. Comme il a été dit, " tout cela concerne la défense et la sécurité, et tous les domaines qui sont importants pour l'OTAN dans sa préparation à la transformation. La cyberpsychologie, axée sur l'élucidation des mécanismes de la pensée et des concepts, des usages et des limites des systèmes cybernétiques, est une question clé dans le vaste domaine des sciences cognitives. L'évolution de l'intelligence artificielle introduit de nouveaux mots, de nouveaux concepts, mais aussi de nouvelles théories qui englobent l'étude du fonctionnement naturel des humains et des machines qu'ils créent, et qui sont désormais totalement intégrées dans leur environnement naturel (anthropotechnique). Les hommes de demain devront inventer une psychologie de leur rapport aux machines. Mais le défi consiste à développer également une psychologie des machines, des logiciels dotés d'une intelligence artificielle ou des robots hybrides. La cyberpsychologie est un domaine scientifique complexe qui englobe tous les phénomènes psychologiques liés aux technologies évolutives correspondantes ou affectés par elles. La cyberpsychologie étudie la façon dont les humains et les machines s'influencent mutuellement, et explore comment la relation entre les humains et l'intelligence artificielle modifiera l'interaction humaine et la communication inter-machine."

Cyberpsychology.jpg

Le rapport met également en évidence les aspects problématiques de la pensée humaine. Elle indique que "les biais cognitifs peuvent conduire à des jugements inexacts et à une mauvaise prise de décision, ce qui peut provoquer une escalade involontaire ou empêcher l'identification rapide des menaces. Comprendre les sources et les types de biais cognitifs peut aider à réduire les malentendus et à développer des stratégies plus efficaces pour répondre aux tentatives des adversaires de tirer parti de ces biais.

En particulier, le cerveau :

- Ne peut pas déterminer si une information particulière est correcte ou incorrecte ;

- Est utilisé pour déterminer rapidement la validité des messages en cas de surcharge d'informations ;

- A tendance à croire que les déclarations ou les messages qu'il a déjà entendus sont vrais, même s'ils peuvent être faux ;

- Accepte les affirmations comme vraies si elles sont étayées par des preuves, sans tenir compte de l'authenticité de ces preuves".

Il y a également une section sur la Russie. Comme d'autres études de ce type, la référence au rôle de la Russie sert plutôt à justifier le besoin de fonds pour développer des neuro-armes et des techniques de guerre cognitive afin de garantir que l'OTAN ne soit pas dépassée par ses adversaires.

En juin 2021, le Centre a publié une autre étude sur la guerre cognitive.

Il fournit déjà une formulation claire de la terminologie, indiquant que le concept de guerre cognitive a été adopté par l'OTAN.

"La guerre cognitive est une approche globale des armes qui combine les capacités de guerre non cinétique de la cybernétique, de l'information, de l'ingénierie psychologique et sociale pour gagner sans combat physique. Il s'agit d'un nouveau type de guerre, défini comme l'utilisation de l'opinion publique par des acteurs extérieurs comme une arme. Ceci est fait pour influencer et/ou déstabiliser une nation. Ces attaques peuvent être considérées comme une matrice : elles englobent le petit nombre et le grand nombre, influencent les pensées et les actions, visent des cibles allant de la population entière à des mesures individuelles, entre des communautés et/ou des organisations. Les attaques visent à modifier ou à renforcer les pensées. La manière dont elle est menée diffère des domaines plus traditionnels de la guerre. La guerre de l'information tente de contrôler ce que le public cible voit, la guerre psychologique contrôle ce que le public cible ressent, la cyberguerre tente de perturber les capacités technologiques des pays cibles, tandis que la guerre cognitive se concentre sur le contrôle de la façon dont le public cible pense et réagit."

Ce document présente un certain nombre de technologies permettant d'améliorer les performances de l'OTAN. Le premier consiste en des outils de guerre électronique cognitive (GEE) du "monde réel". Il s'agit de l'utilisation de systèmes cognitifs, de l'intelligence artificielle ou de l'apprentissage automatique pour améliorer le développement et le fonctionnement des technologies de guerre électronique (GE) pour la communauté de la défense. Plus proche de la guerre automatisée, elle diffère d'un véritable système cognitif où les plans ont été élaborés en fonction des pensées et du comportement que l'on attendrait de ses adversaires. Il se compose de deux types d'outils CRB. La première est non cinétique et utilise les systèmes REB pour modifier les pensées/comportements de l'ennemi en ciblant ses systèmes d'information/influence. La guerre cinétique, quant à elle, utilise ces systèmes pour modifier les pensées et le comportement de l'ennemi en affectant directement son système nerveux.

image-asset.jpeg

Une deuxième technologie est la bio-impression en 3D à partir de tissus neuronaux... Une autre technologie est le simulateur de performance cognitive en réalité virtuelle. Intégrant l'entraînement en réalité virtuelle et l'analyse des données neuronales, cette approche améliore les performances humaines dans les missions militaires. Il associe la réalité virtuelle à des capteurs d'électroencéphalographie (EEG) et à des systèmes de contrôle humain pour améliorer les performances en analysant les données neurales acquises pendant l'entraînement. Le travail dans un environnement stressant impose souvent des exigences supplémentaires aux individus, faisant de la cognition humaine le facteur le plus important. L'objectif est d'accroître la productivité opérationnelle. Le casque de l'utilisateur est équipé de capteurs qui collectent des données EEG pendant certains tours et tout au long du jeu. Dans le test de Stroop, on demande à l'utilisateur de tirer sur des cibles en trois séries distinctes, exposées à des distractions et à un temps croissant. Après chaque tour, l'utilisateur est placé dans une "salle de repos" où son niveau de stress peut revenir à la ligne de base avant d'être soumis à un autre tour du test. Un rapport de suivi détaillé permet de suivre les résultats techniques et tactiques tels que la précision, la prise de décision et l'excitation. Tout cela s'articule autour d'une évaluation unique des performances à la fin de la simulation. Chaque session est mesurée, stockée et analysée dans un système de contrôle manuel, où les données sont affichées à l'aide d'un tableau de bord virtuel.

Cette dernière technologie consiste en l'informatique et la technologie quantique. C'est le seul moyen de traiter des ensembles de données disparates gigantesques et d'obtenir rapidement des données analytiques. À l'avenir, il sera essentiel de pouvoir effectuer une stimulation neuronale à l'échelle nanométrique chez l'homme."

Nous pouvons donc constater que les experts scientifiques de l'OTAN prennent très au sérieux l'introduction de nouvelles méthodes de guerre fondées sur les dernières avancées dans diverses sciences. Incidemment, les premières victimes des innovations en matière de guerre cognitive, développées par l'OTAN, ont été les Canadiens. Les citoyens de ce pays ont été utilisés comme des cobayes, inconscients de la manipulation à laquelle ils étaient soumis.

En avril 2020, un plan de propagande a été élaboré et mis en œuvre, et l'épidémie de Covid-19 a servi de couverture à ce plan. Bien que les Forces armées canadiennes aient déjà reconnu que "les opérations d'information, les politiques et les doctrines de ciblage sont conçues pour les adversaires et ont une application limitée dans le concept national".

Le plan élaboré par le Commandement des opérations interarmées du Canada, également connu sous le nom de CJOC, reposait sur des méthodes de propagande similaires à celles utilisées pendant la guerre en Afghanistan. La campagne appelait à "façonner" et "utiliser" l'information. Le CJOC a fait valoir que le dispositif d'opérations d'information était nécessaire pour prévenir la désobéissance civile parmi les Canadiens pendant la pandémie de coronavirus et pour renforcer les messages du gouvernement sur le problème.

a2.jpg

Une initiative distincte, sans rapport avec le plan du CJOC mais supervisée par des officiers de renseignement des Forces armées canadiennes, consistait à recueillir des informations à partir de comptes de médias sociaux accessibles au public en Ontario. Des données ont également été collectées sur les réunions de Black Lives Matter et les leaders de BLM. Les officiers supérieurs de l'armée ont affirmé que ces informations étaient nécessaires pour assurer le succès de l'opération Laser, la mission des Forces armées canadiennes visant à aider les foyers de soins de longue durée touchés par le COVID-19, et à contribuer à la distribution de vaccins dans certaines communautés du Nord. Bien sûr, après que l'information ait été rendue publique dans les médias canadiens, peu de gens ont cru ces excuses, car elles n'étaient absolument pas convaincantes. Enfin, il convient de noter que la conférence du réseau d'innovation de l'OTAN a déjà été programmée pour le 9 novembre. Et le 30 novembre, la conférence du Défi Innovation de l'OTAN se tiendra en Ontario. Cela indique que les développements de la guerre cognitive de la part de l'Occident vont se poursuivre.

lundi, 25 octobre 2021

L'Europe s'éloigne de l'OTAN

1_-_1-79-2178e.jpg

L'Europe s'éloigne de l'OTAN

Pascual Serrano

Ex: http://www.elespiadigital.com/index.php/noticias/defensa/35663-europa-se-aleja-de-la-otan

L'humiliation subie suite au retrait américain d'Afghanistan, sans compter sur les partenaires européens de l'OTAN, et suite à l'accord militaire AUKUS entre l'Australie, le Royaume-Uni et les États-Unis, accord qui tourne le dos à l'Europe et suspend même les contrats d'armement avec la France, a ouvert un débat dans l'UE sur la nécessité d'une armée européenne propre, organisée en dehors de l'OTAN.

Le 22 août, le haut représentant de l'UE, Josep Borrell, a exprimé la nécessité pour l'Union européenne de disposer de sa propre force militaire indépendante. Le président français Emmanuel Macron est allé jusqu'à dire que l'OTAN était "en état de mort cérébrale" et Mme Merkel a parlé d'une perte de confiance avec les alliés, faisant clairement référence à Washington.

Toutes ces affirmations ont fait suite à la décision américaine de retirer ses troupes d'Afghanistan le 31 août et à la prise de Kaboul qui s'en est suivie, ainsi qu'au contrôle total du pays par les talibans, laissant les partenaires européens comme simples témoins de la fin d'une intervention dans laquelle ils ont été entraînés par les États-Unis et que ceux-ci laissent désormais sans aucun pouvoir de décision.

Annulation d'un contrat de 56 milliards de dollars

Puis vint l'AUKUS, un acronyme pour Australie, Royaume-Uni, États-Unis. Un accord militaire entre ces trois pays pour assurer la sécurité dans la zone indo-pacifique. Un accord porté secrètement devant les partenaires européens des États-Unis et qui, parmi de nombreuses autres conséquences, a conduit à l'annulation d'un contrat signé entre la France et l'Australie en 2016, d'un montant de 56 milliards d'euros, pour la construction française de huit sous-marins à propulsion nucléaire de dernière génération. Cela a provoqué l'ire du gouvernement français et le rappel de ses ambassadeurs à Washington et à Canberra pour des consultations.

Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a déclaré qu'il s'agissait d'un "coup de poignard dans le dos" et que Canberra avait trahi la confiance de Paris. Le Drian a ensuite comparé l'administration Biden à celle de Donald Trump, qui a tissé une relation exécrable avec les alliés européens de l'Amérique.

"Ce qui m'inquiète dans tout ça, c'est aussi le comportement des Américains. Cette décision unilatérale, brutale et imprévisible est très similaire à ce que faisait M. Trump. Ce n'est pas comme ça, entre alliés, qu'il faut faire", a déploré M. Le Drian.

Le diplomate en chef de l'UE, Josep Borrell, a tenu les mêmes propos. "Je regrette de ne pas avoir été informé, de ne pas avoir participé à ces discussions", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse.

"Des missions où l'OTAN n'est pas présente mais où l'UE l'est"

L'onde de choc de l'humiliation des Européens en Afghanistan, où ils sont allés lorsque les États-Unis leur ont dit d'y aller et où ils sont également partis lorsqu'ils en ont reçu l'ordre, a atteint tous les pays et institutions européens. Dans un discours au Parlement européen, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a déclaré :

"Ce dont nous avons besoin, c'est de l'Union européenne de défense. L'Europe peut - et doit clairement - être capable et désireuse d'en faire plus pour elle-même". Mme von der Leyen, qui a été ministre de la défense dans son propre pays et qui a une connaissance approfondie des questions militaires et de leurs lacunes au niveau de l'UE, a annoncé qu'elle convoquerait un sommet sur la défense l'année prochaine.

eurosoldier.png

C'est précisément l'année où la France assurera la présidence de l'UE. "Il y aura des missions où l'OTAN ou l'ONU ne seront pas présentes", a déclaré M. von der Leyen, "mais où l'UE devrait être présente".

L'une des premières questions concrètes de défense européenne à être discutée au lendemain du désastre afghan est l'idée, déjà ancienne, d'un bataillon européen de réaction rapide de 5000 hommes. M. Borrell a soulevé la question lors d'une réunion informelle des ministres de la défense de l'UE à Kranj (Slovénie), début septembre.

Selon le quotidien El País, "cette initiative, à laquelle pensaient les dirigeants de Bruxelles avant même que l'OTAN ne débarque en Afghanistan, a déjà été reprise ce printemps par 14 États membres, dont la France, l'Allemagne et l'Espagne".

"Même les atlantistes changent de position"

Selon le journal, la proposition a reçu un accueil inhabituellement réceptif de la part d'une majorité de pays lors du Conseil informel où M. Borrell l'a évoquée. "C'est incroyable. Personnellement, je ne l'ai jamais vu auparavant. Même les atlantistes sont en train de changer de position", a déclaré une source présente à la réunion au quotidien espagnol.

Même la ministre allemande de la défense, Annegret Kramp-Karrenbauer, a proposé d'explorer la possibilité qu'un éventuel déploiement soit décidé par l'UE, tandis que les troupes ne seraient fournies que par une coalition de volontaires. La possibilité de pouvoir activer la force rapide par une majorité qualifiée du Conseil, sans avoir besoin de l'unanimité, a même été discutée.

Groupements tactiques de l'UE

L'idée d'une sorte de petite armée propre a commencé à prendre forme en 1999 - lorsque la création d'une force de réaction rapide de 60.000 hommes a été discutée et soutenue par le ministre espagnol de la défense en 2000. L'UE dispose d'une force de réaction rapide depuis 2007, mais peu de gens la connaissent car elle n'a jamais été utilisée. Il s'agit des "groupements tactiques de l'UE", deux bataillons d'urgence d'environ 1500 soldats chacun, dont l'un est toujours actif pour répondre à toute crise ou menace.

indexeubg.jpg

Les bataillons sont multinationaux et effectuent une rotation tous les six mois. L'Espagne sera à la tête du contingent au second semestre 2022. Avec ces bataillons, l'UE peut effectuer deux déploiements de réaction rapide d'une durée minimale de 30 jours, pouvant être prolongée jusqu'à 120 jours grâce aux réserves et au réapprovisionnement.

La nouvelle force de réaction rapide serait en fait une nouvelle variante, "plus opérationnelle et prête à être activée", de ce qui existe déjà, selon les termes de M. Borrell. Depuis 2017, l'UE dispose d'un projet de coopération militaire accrue entre les États membres, la "coopération structurée permanente" (PESCO), qui n'a pas été suffisamment développé.

Treize pays européens ont déjà signé un accord militaire

Il ne s'agit pas de la seule initiative européenne de développement militaire en dehors de l'OTAN. Le 25 juin 2018, les ministres de la défense de neuf pays de la région ont signé à Luxembourg une lettre d'intention sur le développement de la nouvelle initiative européenne d'intervention (EII ou E2I). La ministre française des Armées, Florence Parly, a clairement indiqué que l'IIE serait un "processus rapide et opérationnel" permettant de réunir des forces de différents pays européens chaque fois que nécessaire.

Ces neuf pays sont désormais au nombre de treize, qui se sont engagés à accroître leur coopération militaire et leur indépendance vis-à-vis des États-Unis, comme l'a rapporté Euronews en septembre.

La ministre française de la Défense, Florence Parly, a expliqué à l'issue de la réunion : "La chute de Kaboul et le retrait mal préparé des troupes d'Afghanistan ont été un moment très difficile. Nous avons constaté un manque de coordination entre nous, entre les alliés de l'OTAN et les membres de l'UE également. Et je voudrais mentionner le partenariat AUKUS annoncé sans aucune consultation préalable le même jour que le lancement de la stratégie indo-pacifique de l'UE. Ces développements nous montrent quelque chose que nous savons déjà. L'Europe doit parler pour elle-même, l'Europe doit être capable d'agir pour elle-même - pour la sécurité de nos citoyens.

La "boussole stratégique" de l'UE est née

Les confrontations successives en matière de défense entre l'UE et Donald Trump ont déjà incité l'Allemagne à présenter à ses partenaires européens, en 2019, une proposition de réflexion stratégique en matière de défense, appelée la boussole stratégique. Ce que Reuters a décrit comme "le plus proche que le bloc européen puisse se rapprocher d'une doctrine militaire commune similaire au concept stratégique de l'OTAN, qui définit les objectifs de l'alliance, est la dernière étape en date dans l'accélération des efforts visant à approfondir leur coopération en matière de défense".

Il s'agit d'une proposition qui a été soumise aux conclusions du Conseil de sécurité et de défense du 17 juin 2020 et qui a été diffusée et analysée dans la publication espagnole Política Exterior, qui compte neuf anciens ministres des affaires étrangères dans son conseil consultatif. L'objectif est de présenter le document final de la "boussole stratégique" pour examen par le Conseil européen en 2022.

Plus d'autonomie militaire européenne d'ici 2024

Entre-temps, lors du sommet européen de février, ainsi qu'à Bruxelles en mai, l'UE a convenu de renforcer son autonomie en matière de défense. Dans les documents approuvés à l'unanimité par les 27, l'UE s'est engagée à mettre en œuvre son programme de défense jusqu'en 2024, à mener "une action plus stratégique" et à "accroître la capacité de l'UE à agir de manière autonome".

De même, comme le rapporte Europa Press, "l'importance de renforcer les initiatives militaires conjointes au sein de l'UE, telles que PESCO ou le Plan industriel européen de défense, qui génère des synergies entre les industries civiles, militaires et spatiales de l'Union, tout en assurant la cohérence dans l'utilisation des différents équipements de défense" a également été soulignée.

Un élément à garder à l'esprit est que l'UE n'a plus le poids du Royaume-Uni, le pays le plus réticent à évoluer vers un système de défense européen plus indépendant de l'OTAN et des États-Unis.

Le commerce des armes

Ce qui est indiscutable, c'est que derrière le discours sur la souveraineté en matière de défense se cache plus qu'autre chose un commerce d'armes et de guerre. Comme nous l'avons vu, le dernier accès de souverainisme de Macron est dû au fait qu'il a été évincé de la vente d'armes qu'il comptait faire à l'Australie ; et derrière un éloignement militaire entre l'UE et les États-Unis, les intérêts des entreprises militaires des deux côtés de l'Atlantique pèseront davantage. Selon qu'ils concluent qu'ils préfèrent s'entendre sur le partage du marché ou se battre séparément pour s'accaparer le marché.

indexeda.jpg

Dans l'Union européenne, l'organe politique le plus étroitement lié à la défense est l'Agence européenne de défense (AED), créée en 2004, qui "aide ses 26 États membres (tous les pays de l'UE sauf le Danemark) à développer leurs ressources militaires". Pour les organisations de paix, cette agence est utilisée comme un lobby par l'industrie de l'armement, comme dans de nombreux autres domaines, les dépenses impopulaires des pays sont présentées comme un impératif de l'Union et les gouvernements évitent le coût politique pour le public.

D'autre part, il y a quelques mois, le Parlement européen a approuvé 7953 millions d'euros pour le Fonds européen de défense pour la période 2021-2027.

En d'autres termes, en plus d'être un important vendeur d'armes, l'UE est également un important client. Ainsi, la véritable guerre ne consiste pas à tirer des armes, mais à les vendre et à les acheter.

Enquêtes européennes sur une armée nationale

Un autre élément à prendre en compte est l'opinion des Européens sur le fait d'avoir leur propre armée en dehors de l'OTAN. L'enquête européenne Eurobaromètre de 2017 a montré qu'une majorité d'Européens (55 %) étaient d'accord avec la création d'une armée européenne.

En France, un sondage réalisé par le magazine Le Point en 2019 a révélé un soutien de 81 %. En Espagne, un sondage réalisé par la société Sociométrica pour le journal El Español a montré que jusqu'à 71,3 % des Espagnols seraient favorables à la création d'une armée européenne dans laquelle les militaires seraient intégrés à leurs forces armées. De même, un sondage en ligne réalisé par le journal 20minutos indique que 88,35 % de ses lecteurs sont favorables à une telle armée européenne.

L'OTAN n'est certainement pas la plus populaire, non seulement elle n'a pas résolu la paix dans les endroits où elle est intervenue, comme l'Afghanistan, l'Irak, la Syrie et la Libye, mais elle crée également des conflits dans les zones de paix. L'expulsion, le 6 octobre, de huit diplomates de la représentation russe auprès de l'OTAN a incité le ministère russe des Affaires étrangères à annoncer la fermeture de sa représentation auprès de l'Alliance atlantique à Bruxelles et le retrait des visas pour le personnel de la mission de l'OTAN à Moscou.

Ce que dit le traité de l'UE

Mais une armée est-elle viable en vertu du droit européen ? L'article 42 du traité sur l'Union européenne fait référence à la défense dans les termes suivants : " La politique de sécurité et de défense commune fait partie intégrante de la politique étrangère et de sécurité commune. Il fournit à l'Union une capacité opérationnelle faisant appel à des moyens civils et militaires.

L'Union peut avoir recours à ces ressources lors de missions en dehors de l'Union pour le maintien de la paix, la prévention des conflits et le renforcement de la sécurité internationale, conformément aux principes de la Charte des Nations unies. La mise en œuvre de ces tâches est soutenue par les capacités fournies par les États membres".

Toutefois, les décisions en matière de défense doivent être prises "à l'unanimité" au sein du Conseil européen, et les obligations découlant de l'appartenance de certains États à l'OTAN doivent être respectées.

28 sur 30 sont européens

La réalité est que sur les 30 pays qui composent une OTAN avec un leadership et une domination clairs des États-Unis, 28 se trouvent en Europe. Un départ de plus en plus prévisible des Européens serait un coup mortel pour une organisation qui ne compte que les États-Unis et le Canada en dehors du continent européen.

Il serait curieux que, comme le Pacte de Varsovie, qui a disparu parce que ses membres sont partis et non parce qu'il a été militairement vaincu par un ennemi extérieur, l'OTAN soit également dissoute parce que ses membres sont partis.

jeudi, 07 octobre 2021

AUKUS: pas de place pour les Européens dans le Pacifique !

social_media.jpg

AUKUS: pas de place pour les Européens dans le Pacifique !

Les États-Unis, le Royaume-Uni et l'Australie sont unis dans leurs efforts pour freiner l'expansionnisme chinois

L'Europe reste sur la touche

par Salvatore Recupero

Ex: https://www.centrostudipolaris.eu/2021/10/07/aukus-nel-pacifico-non-ce-spazio-per-gli-europei/

"La France a été poignardée dans le dos". C'est du moins ce qu'affirme Jean-Yves Le Drian, le ministre français des affaires étrangères. L'Australie, en effet, a annulé (sans préavis) le contrat avec Paris pour la fourniture de sous-marins conventionnels d'une valeur de 90 millions de dollars. Les Britanniques ont remporté le contrat pour la production de sous-marins à propulsion nucléaire. L'affaire a eu et aura des conséquences géopolitiques importantes. Avant de comprendre pourquoi, nous devons analyser le contexte dans lequel ce choix a été fait.

Qu'est-ce qu'Aukus ?

À cet égard, nous devons d'abord comprendre ce que signifie Aukus. Aukus désigne les trois nations (Australie, Royaume-Uni et États-Unis) qui ont signé un pacte de sécurité trilatéral. L'accord prévoit (pour l'instant) que les États-Unis et le Royaume-Uni aident l'Australie à développer et à déployer des sous-marins à propulsion nucléaire, renforçant ainsi la présence militaire occidentale dans la région du Pacifique. Mais de qui Camberra doit-elle se défendre ? De la Chine, bien sûr. L'annonce a été faite le 15 septembre de l'année dernière et a provoqué un tollé. Évidemment, il y a eu un tollé à Pékin, mais nous sommes plus intéressés par l'impact de l'accord sur Paris en particulier et l'Europe en général.

C'est la France qui en a payé le prix, puisqu'elle a vu l'annulation d'une commande de plusieurs millions de dollars. Un fait étrange, notamment parce que Paris en 2016 (lors de la signature de l'accord) avait reçu la "bénédiction" de Washington. Alors pourquoi annuler le contrat ? La réponse n'est pas simple et est de nature politique, ou plutôt liée à la stratégie militaire. 

Comme l'explique Dario Fabbri (1), analyste chez Limes, "acheter une technologie militaire signifie se ranger du côté du fabricant en cas de guerre". "La France ne pourrait pas suffire à elle seule à protéger l'Australie en cas de conflit. Les États-Unis ont besoin que l'Australie utilise son armement pour mieux participer à l'endiguement de la République populaire". Après avoir abandonné l'Afghanistan (qui borde la Chine sur 90 km), Washington doit contenir la République populaire par la mer. Mieux vaut donc les Britanniques que les Français. Le Royaume-Uni, après s'être libéré de ses faibles liens avec Bruxelles, peut renforcer ses liens avec les pays du Commonwealth. Londres, comme le disait Churchill, choisira toujours entre l'Europe et la "haute mer". Rien de nouveau alors. Cette affaire, en fait, nous ouvre aussi les yeux sur la signification géopolitique du Brexit. Mais revenons au choix de Camberra. 

NC-indopacifique2.jpg

La France et l'Indo-Pacifique

La colère de Paris ne sera pas facilement apaisée. La réaction à chaud a été de rappeler ses ambassadeurs aux États-Unis et en Australie.  Les Français n'accepteront pas facilement d'être coupés de cette partie du globe. Il y a de nombreuses raisons à cela, et pas seulement une question de grandeur et de gloire. 

indfipex.jpg

Pour comprendre ce qui a été dit, il est nécessaire de lire la stratégie indo-pacifique de la France (2) élaborée en juillet par le ministère français des affaires étrangères. La France (il faut le rappeler) est le seul pays de l'UE qui possède des territoires dans la région indo-pacifique: les départements de La Réunion et de Mayotte, les collectivités de Nouvelle-Calédonie et de Polynésie française, le territoire de Wallis-et-Futuna et les Terres australes et antarctiques françaises. L'ensemble de ces territoires représente une population de 1,65 million d'habitants (plus d'un million pour les deux départements de l'océan Indien). Évidemment, Paris défend ses positions par une présence militaire importante. Ensuite, il y a l'aspect économique. En 2019, environ 18 % des importations françaises provenaient de la région indo-pacifique, et environ 14 % des exportations françaises étaient destinées à cette région. Ces flux commerciaux ont augmenté de 49% au cours des dix dernières années. Il faut aussi ajouter que l'Élysée "dépense et dépense" beaucoup dans ces territoires : les investissements directs ont représenté environ 8% de ses investissements globaux en 2019 (6% hors Chine), soit 113 milliards d'euros. 

Cela dit, il est clair que la France veut jouer la troisième roue du carrosse entre la Chine et les États-Unis dans cette partie du monde. Le choix de Canberra a sans doute affaibli l'influence de Paris et surtout, Biden a envoyé un message clair à l'Elysée : il n'y a pas de place pour les Européens ici. Cependant, la Maison Blanche ne veut pas rompre complètement avec Paris. 

La France sera-t-elle indemnisée ?

Selon de nombreux analystes, afin d'apaiser la colère des Français, les Américains ont déjà décidé de laisser le champ libre à leurs cousins français au Sahel. De plus, Macron en profitera pour tisser son réseau d'alliances en Méditerranée et au-delà. Les élections présidentielles approchent et l'Elysée doit montrer qu'il peut se relever de cette défaite. C'est pourquoi Paris a vendu trois frégates à la marine grecque (3). La Grèce souhaite depuis longtemps renforcer sa flotte, comme elle l'a déjà fait avec les chasseurs Rafale (également fabriqués en France) dans le ciel. L'axe entre Macron et le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis porte déjà ses fruits. 

Mais l'Elysée ne s'arrête pas là. D'autres accords sont prévus. Tout d'abord, avec la République tchèque (4) : le ministère tchèque de la Défense a donné son feu vert à l'acquisition de 52 obusiers automoteurs Caesar auprès de Nexter Systems. Le montant de l'opération s'élève à environ 335 millions d'euros. In secundis avec la Roumanie (5) : la marine de Bucarest est intéressée par l'achat de navires de guerre produits par Naval Group (le géant français qui vient de signer la vente des frégates FTI à la flotte grecque). Bref, Paris, après la claque anglophone, ne reste pas les bras croisés en attendant de se rattraper dans l'Indo-Pacifique.

Mais pour en revenir à l'Aukus, il n'a pas seulement porté préjudice à la France. Avant d'être officialisée, elle a également touché l'Italie, en particulier Fincantieri. Malheureusement, le récit de ce préjudice n'est pas apparu dans les médias italiens.

Aukus frappe Fincantieri

Le seul à en avoir parlé est Alberto Negri (6). L'ancien correspondant d'Il Sole 24 Ore rapporte qu'en juin dernier, la "plus grande commande navale italienne de ces dernières décennies, celle passée à l'Australie pour neuf frégates, d'une valeur totale d'environ 23 milliards d'euros, a été perdue". La commande a été remportée par l'entreprise anglaise Bae Systems, devant deux autres concurrents, Fincantieri et l'entreprise espagnole Novantia. C'était un choix politique plutôt que technique, ce qui le rend d'autant plus brûlant. Le choix, en effet, n'avait aucune justification sur le plan technologique: "Les Fremms italo-françaises - souligne l'IAI, l'Institut des affaires internationales - sont les unités en service les plus avancées au monde. Ce n'est pas tout: Fincantieri avait prévu d'investir directement en Australie pour la construction des navires et d'impliquer largement les fournisseurs locaux". En bref, les premières victimes de l'Alliance Aukus ont été nous, les Italiens. 

fremm-fincantieri-italie-egypte.jpg

L'Italie misait beaucoup sur cette commande. La diplomatie avait battu son plein : une croisière spécifique d'un Fremm de la marine et une visite d'une délégation gouvernementale en Australie avaient été organisées. Tout semblait aller pour le mieux, mais Canberra a ensuite décidé qu'il ne valait pas la peine de couper le cordon ombilical qui la lie à Londres et, surtout, à Washington. Le résultat est une défaite pour nous. Mais la presse italienne a préféré garder le silence, peut-être pour ne pas embarrasser le gouvernement Draghi.

La seule considération que nous pouvons tirer de ces événements est que l'Europe est comme un chien attaché à une laisse rétractable. Lorsque la bande est desserrée, nous avons l'illusion d'être libres, puis le maître (l'OTAN et donc les États-Unis) appuie sur le bouton et nous sommes obligés de battre en retraite. Personne n'est sauvé: tout au plus les Français ont-ils un peu plus de marge d'autonomie. Mais seulement si cela sert à faire la "guerre des ordres" avec l'Italie. Diviser pour mieux régner: une tactique qui a toujours fonctionné.

Le message de Stoltenberg

Si quelqu'un a encore des doutes sur la "souveraineté européenne", Jens Stoltenberg, secrétaire général de l'OTAN, expliquera comment les choses fonctionnent. Dans une interview accordée à Il Sole 24 Ore (7), le parti travailliste norvégien a expliqué que : "L'Union européenne ne sera jamais en mesure de défendre l'Europe. En partie pour des raisons financières : 80 % des dépenses militaires de l'OTAN proviennent d'États non membres de l'UE. En partie pour des raisons géographiques: la Norvège au nord, la Turquie au sud, le Canada, les États-Unis et le Royaume-Uni à l'ouest contribuent tous à la défense de l'Europe. 

Il ne sert pas à grand-chose de porter les dépenses militaires à 2 % du PIB si cet argent n'est pas affecté à un projet de défense européenne commune. Ainsi, chaque euro que les Européens investissent dans les dépenses militaires ne servira qu'à renforcer l'OTAN, l'organisation qui limite notre souveraineté. Pour en revenir à la métaphore précédente, le chien (l'Europe) n'est pas seulement tenu par une laisse rétractable, mais il est également condamné à se mordre la queue. En bref, nous ne pouvons pas être surpris par des "sous-marins français" ou des "frégates italiennes".  Que nous le voulions ou non, tant que nous faisons partie de l'Alliance atlantique, nous devons nous soumettre à la volonté de Washington. 

Notes:

    1. Affaire Aukus : Etats-Unis-Australie-France. Que s'est-il passé ? Dario Fabbri sur Limes.com 24 septembre 2021
    https://www.limesonline.com/lapprofondimento-di-dario-fabbri-caso-aukus-stati-uniti-australia-francia-cosa-e-successo/125096

    2. La stratégie indo-pacifique de la France, élaborée par le ministère français des Affaires étrangères, publiée le 1er août 2021.
    https://au.ambafrance.org/IMG/pdf/en_indopacifique_web_cle0f44b5.pdf

    3. Frégates françaises pour la Grèce : les premiers effets de l'Aukus. Rivista Italiana Difesa par Pietro Batacchi 29 septembre 2021
    https://www.rid.it/shownews/4419

    4. Les Tchèques signent un accord pour acheter de l'artillerie française montée sur camion. Par Ap News 30 septembre 2021
    https://apnews.com/article/business-europe-prague-systems-ltd 02b5a883be52137b65b0a57827f5e128

    5. MApN : "Ferme volonté de signer" un accord-cadre pour quatre corvettes Gowind 2500 avec la société française Naval Group, récemment impliquée dans la crise des sous-marins. Par l'agence G4 Media.Ro. Par Alexandru Stanescu 29 septembre 2021
    https://www.g4media.ro/exclusiv-mapn-isi-exprima-in-mod-ferm-disponibilitatea-de-semnare-a-acordului-cadru-pentru-cele-patru-corvete-gowind-2500-cu-compania-franceza-naval-group-implicata-recent-in-criza.html

    6. Aukus va-t-il paralyser Fremm de Fincantieri ? Réflexion publiée sur la page Facebook d'Alberto Negri 19 septembre 2021
    https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=1778361029015456&id=100005247276544

    7. Stoltenberg (Otan) : "Sans les États-Unis, l'UE ne pourra jamais défendre l'Europe" Interview de Beda Romano Il Sole 24 Ore 25 août 2021
    https://www.ilsole24ore.com/art/stoltenberg-nato-senza-usa-l-unione-europea-non-sara-mai-grado-difendere-ue-AExhDle

ARTICLES CONNEXES 

jeudi, 30 septembre 2021

Les relations transatlantiques au miroir de l'Afghanistan

20191026_HAT_Transatlantische_Beziehungen_Rawf8_-_AdobeStock_187950979.jpg

Les relations transatlantiques au miroir de l'Afghanistan

Sergey Yermakov

Ex: https://katehon.com/ru/article/transatlanticheskie-otnosheniya-v-zerkale-afganistana

Un mois après que les passions, liées au retrait manqué des troupes américaines et de celles de l'OTAN qui viennent de quitter l'Afghanistan, se soient apaisées à Washington et dans les capitales européennes, il est intéressant d'évaluer les conséquences du fiasco afghan sur les relations transatlantiques. Il convient de noter que la situation dans ce pays a évolué de manière inattendue et trop rapide et cela, dans un sens négatif pour les Américains et l'OTAN. Le retrait des troupes restantes et l'évacuation des civils de Kaboul s'apparentaient davantage à une fuite. Cela a causé d'énormes dommages à l'image des États-Unis et a réactivé les sources cachées de tendances centrifuges dans leurs relations avec leurs alliés.

En août dernier, les réunions d'urgence du Conseil de l'Atlantique Nord, du Comité militaire de l'OTAN et des ministres des Affaires étrangères de l'Alliance ont été principalement consacrées à l'adoption de mesures urgentes visant à garantir l'évacuation en toute sécurité du personnel de l'OTAN et des membres affiliés de l'Alliance, plutôt qu'à l'élaboration d'une position unifiée des Alliés sur la question de l'Afghanistan. Au départ, les experts occidentaux étaient assez sceptiques quant à la capacité de l'alliance à s'adapter rapidement aux nouvelles circonstances, en raison du choc et de la désorientation dans lesquels les forces de l'OTAN s'étaient retrouvées après la prise de contrôle éclair par les talibans.

Il convient de noter que les Européens ont tendance à considérer l'échec de la mission de l'OTAN en Afghanistan non seulement comme l'effondrement d'une seule opération, mais aussi comme un facteur qui aura de graves conséquences géopolitiques pour l'Europe et le monde, aggravant encore la crise des relations transatlantiques. C'est notamment la conclusion à laquelle est parvenu N. Loiseau, président de la sous-commission sécurité et défense du Parlement européen, qui estime que les récents développements devraient inciter l'Europe à renforcer son "autonomie stratégique" afin de garantir sa capacité à agir avec ses alliés (tels que les États-Unis) lorsque cela est possible, et indépendamment lorsque cela est nécessaire.

Pour sa part, D. Keating, senior fellow au European Center de l'Atlantic Council (USA) et correspondant à Bruxelles de France 24, note que les Européens ont été pris au dépourvu par la décision américaine de retirer rapidement les troupes d'Afghanistan sans avoir une compréhension réaliste de la vulnérabilité du régime politique de Kaboul. Selon lui, un certain nombre de pays européens, tels que le Royaume-Uni et l'Italie, ont été fortement irrités par le fait que l'administration Biden n'a pas tenu compte de leur avis sur la précipitation de ce retrait, après que leur opposition au retrait ait été ignorée lors du sommet de l'OTAN en juin. Selon l'évaluation de l'expert européen, le retrait rapide et en fait mal coordonné d'Afghanistan, qui a conduit à l'effondrement du leadership pro-occidental dans ce pays, renforcera le débat à Bruxelles sur l'"autonomie stratégique" européenne et la nécessité de développer une capacité de défense européenne indépendante. Ces actions américaines soulèvent également des questions sur l'engagement de l'Amérique à protéger ses alliés et sur la question de savoir si l'OTAN est réellement une alliance d'États souverains - ou simplement un protectorat militaire dans lequel les véritables décisions sont prises par Washington seul.

optimize.jpg

L'effondrement de la crédibilité de la politique étrangère américaine et des services de renseignement et militaires américains porte atteinte à l'autorité politique et morale de l'Occident dans son ensemble, déclare D. Schwarzer, directeur exécutif pour l'Europe et l'Eurasie à l'Open Society Foundations. Selon elle, l'exemple de l'Afghanistan démontre une trop grande dépendance des Européens à l'égard des États-Unis - et en même temps une trop faible prise en compte de leur point de vue à la Maison Blanche.

Dans le même temps, B. Masaes, ancien secrétaire d'État portugais aux affaires européennes, signale un grave problème pour l'Europe lié aux réfugiés d'Afghanistan. Selon ses évaluations, il existe un risque de nouvelles attaques terroristes contre l'Europe organisées à partir de ce pays. Masaes souligne également que la crise des réfugiés n'est qu'une partie de la destruction, voire de la désagrégation de l'ordre existant précipitée par les événements afghans. Selon lui, sous l'ancien président américain D. Trump, des doutes sont apparus sur l'engagement de l'Amérique envers ses alliés et ses engagements européens. Toutefois, l'analyste portugais estime que les événements afghans ont déjà jeté le doute sur la compétence américaine en tant que telle. Selon lui, la réponse ne peut être qu'une capacité européenne accrue à affronter seule un monde de plus en plus dangereux.

A son tour, M. Laschet, président de l'Union chrétienne-démocrate d'Allemagne et candidat à la chancellerie de centre-droit - a qualifié l'opération afghane de l'OTAN de "plus grand échec de l'alliance, qu'elle subit depuis sa fondation". Selon M. Laschet, une "analyse complète des erreurs" est nécessaire tant à Washington qu'à Bruxelles.

Les experts américains soutiennent de tout cœur l'avis de leurs collègues européens selon lequel les leçons de l'Afghanistan doivent être soigneusement étudiées. Par exemple, un analyste respecté du Centre d'études stratégiques et internationales de Washington, E. Cordesman, en parle dans son rapport. Cependant, il y a une nuance à apporter. Tout en admettant que l'absence de consultations complètes avec les partenaires de l'OTAN est inacceptable, l'analyste américain suggère néanmoins que l'Europe doit adopter une approche beaucoup plus réaliste de sa dépendance stratégique vis-à-vis des forces armées américaines. Par conséquent, les Européens devraient faire davantage pour améliorer leurs propres capacités militaires plutôt que de discuter du partage de la charge financière. Selon M. Cordesman, en réclamant une plus grande "autonomie stratégique", l'Europe devrait reconnaître qu'il n'existe pas aujourd'hui d'alternative européenne crédible à l'Alliance de l'Atlantique Nord. C'est pourquoi, selon lui, de nouvelles mesures sont nécessaires pour améliorer l'efficacité de l'OTAN et l'adapter aux nouveaux défis, plutôt que de détruire ce bloc, qui est pour l'instant irremplaçable.

Dans le même temps, l'analyste américain R. Ellehuys, qui a un temps dirigé le bureau de la politique européenne et des affaires de l'OTAN du département de la défense des États-Unis, estime qu'il est important de prêter attention à l'évaluation des conséquences négatives de la défaite afghane pour l'alliance. Il s'agit avant tout, selon elle, de saper la crédibilité de l'Alliance et d'accroître la menace terroriste qui pèse sur ses membres. Ellehuys et d'autres experts américains sont particulièrement préoccupés par la possibilité que les adversaires géopolitiques de l'OTAN utilisent le "syndrome afghan" pour discréditer et saper l'unité des alliés.

A cet égard, les experts occidentaux (par exemple, de l'Atlantic Council, de la RAND Corporation et d'autres) suggèrent à l'alliance de prendre des mesures urgentes d'information et de propagande permettant de justifier les actions américaines et de l'OTAN en Afghanistan, de calmer la société occidentale et de préserver l'unité des pays membres et la confiance dans l'organisation elle-même. Dans ces circonstances, par exemple, M.D. Williams, du Conseil atlantique, estime que dans la lutte pour la survie, le slogan moderne de l'OTAN devrait être l'appel "Pour la solidarité !" et non "Pour la sécurité !".

Dans le même temps, les experts américains faisant autorité estiment que les États-Unis doivent se préparer à une situation dans laquelle Washington devra compter non pas tant sur l'OTAN, mais plutôt sur une coalition de membres individuels intéressés de l'alliance qui représentent la plus grande valeur pour les Américains, pour résoudre leurs tâches stratégiques. L'application pratique de cette approche est visible dans la création de la nouvelle alliance militaro-politique entre les États-Unis, le Royaume-Uni et l'Australie, AUKUS.

L'Alliance de l'Atlantique Nord, estiment les analystes américains, a besoin d'une nouvelle approche de la planification des forces, fondée sur une évaluation réaliste des menaces, des plans et des budgets clairs. L'OTAN doit analyser activement l'évolution des capacités des trois superpuissances mondiales et introduire un régime de consultation sur la menace croissante que représente la Chine, plutôt que de se concentrer uniquement sur la Russie ou les menaces terroristes qui pèsent sur l'Europe.

Ainsi, l'approche ajustée des États-Unis vis-à-vis de l'Afghanistan, malgré l'échec de la "sortie discrète" envisagée du pays, suggère que la tâche de démêler le nœud afghan soit laissée à d'autres États, en comptant également sur le fait qu'il deviendra un problème pour les adversaires géopolitiques des États-Unis, la Russie et la Chine. Washington prévoit d'utiliser les ressources libérées en Afghanistan pour la compétition avec eux pour le leadership mondial.

 

samedi, 25 septembre 2021

Le Brésil adhèrera-t-il à l'OTAN ?

cover-r4x3w1000-5c9d50c69cc7a-699b4905564c58afb47fa21eb14b7adc1dcc3a7b-jpg.jpg

Raphael Machado:

Le Brésil adhèrera-t-il à l'OTAN ?

Ex: http://novaresistencia.org/2021/09/23/

Joe Biden a offert au Brésil la position de partenaire non membre de l'OTAN, l'alliance militaire atlantiste créée pendant la guerre froide pour faire face à l'URSS et qui sert aujourd'hui à affronter la Russie et la Chine. Mais quelles sont les conditions ? Et cela servirait-il l'intérêt national du Brésil ?

Il y a quelques jours, l'hémisphère occidental a été surpris par l'invitation faite au Brésil de devenir un "partenaire mondial" de l'OTAN. Le Brésil n'est pas le premier partenaire militaire ibéro-américain de l'OTAN et des États-Unis. Dans la pratique, il y a actuellement trois pays de notre continent qui sont dans l'orbite de l'OTAN : l'Argentine, la Colombie et le Brésil.

À titre d'introduction, les relations de l'Argentine avec l'OTAN ne datent pas d'hier. L'Argentine a participé activement à la guerre du Golfe, a pris part aux opérations militaires en Bosnie et au Kosovo, ainsi qu'à de nombreux exercices et accords dans les années 1990. Toute la géopolitique argentine de la période Menem est marquée par un rapprochement avec les États-Unis, par une vassalité vis-à-vis des puissances atlantiques et par une volonté d'intégrer l'OTAN, pour finalement obtenir le statut d'allié non membre. Curieusement, le gouvernement brésilien, à l'époque sous le commandement du libéral Fernando Henrique Cardoso, a même critiqué le rapprochement de l'Argentine avec l'OTAN, affirmant que cela introduirait des éléments externes complexes dans le contexte de la sécurité régionale et entraverait les débats sur la construction d'un système de défense commun pour le Mercosur, ce qui semble en fait s'être produit, puisque c'est un thème qui a été oublié jusqu'à ce qu'il soit relancé par l'UNASUR.

Cependant, dès le début du gouvernement Lula, le Brésil a entamé un processus de rapprochement avec l'OTAN, initialement dans les domaines économique, logistique et matériel, sous la justification de l'ouverture de marchés pour l'industrie brésilienne. Une chose qui, en soi, et si elle s'arrêtait là, ne serait pas si problématique. Mais le Brésil a continué à être courtisé. Rappelons même que le Brésil faisait déjà partie d'un pacte militaire atlantique, le traité de Rio, qui prévoit que les membres défendront militairement tout pays, membre du pacte, qui serait attaqué par une puissance extérieure. À première vue, ce sont des termes raisonnables, mais le seul pays américain susceptible d'être attaqué par un État étranger est les États-Unis, celui-là même qui provoque la plupart des guerres, ce qui rend le traité de Rio douteux du point de vue de l'intérêt national des États ibéro-américains.

En complément, en 2018, la Colombie est devenue un partenaire global de l'OTAN, un niveau de coopération supérieur à celui d'un allié non membre. Cette décision est également intervenue après des années de rapprochements et d'accords entre les pays. Dans le cas de la Colombie, elle est intervenue au moment le plus tendu des relations avec le Venezuela, à la suite de manœuvres militaires conjointes entre le Pérou, la Colombie et le Brésil avec le soutien du Pentagone.

1040422737_0 187 2213 1364_705x375_80_0_0_064adbc5dddf7589588c36917ffc6d9f.jpg

Or, le projet d'intensifier le rapprochement entre le Brésil et l'OTAN intervient juste après la victoire électorale de Bolsonaro. Le secteur des relations internationales du gouvernement brésilien compte plusieurs personnages aux tendances millénaristes olaviennes, qui croient en un caractère salvateur et moral de l'OTAN (en tant que rempart contre la "menace communiste") et considèrent donc qu'il est essentiel que le Brésil s'aligne sur l'OTAN pour lutter pour le salut de la "civilisation occidentale".

Il est important de se rappeler qu'une alliance militaire est toujours dirigée contre un ennemi spécifique. Il n'y a pas de pacte militaire dans l'abstrait, même si l'ennemi n'est pas ouvertement déclaré, il y a toujours un ennemi en tête dans le chef de toute alliance militaire. Dans le cas des relations militaires avec les pays d'Amérique du Sud, la cible régionale est évidemment le Venezuela. C'est pourquoi, au-delà des délires millénaristes olaviens, il n'y a aucun avantage à cette association toujours plus étroite avec l'OTAN. Ce sont les États-Unis qui ont besoin de nous et qui veulent nous instrumentaliser contre une nation insoumise. Nous n'avons pas besoin des États-Unis pour les questions de sécurité régionale, car le Brésil n'a pas de problèmes majeurs de sécurité d'urgence impliquant des menaces émanant d'États étrangers, à l'exception de la menace américaine elle-même.

C'est donc dans ce contexte qu'intervient la décision de Trump de désigner le Brésil comme un allié non membre de l'OTAN en 2019. Notons que la liste des pays ayant ce statut est précisément la liste des pays non européens classiquement reconnus comme vassaux des États-Unis. Certains essaient de lire ce rapprochement comme ayant une importance purement commerciale, mais nous ne pouvons pas être d'accord avec ce point de vue. Elle a ouvert la possibilité de partenariats qui pourraient rendre le Brésil dépendant des systèmes de défense américains. Il s'agit d'une question fondamentale qui transcende le simple commerce, car celui qui vend de la technologie militaire possède également les moyens de faire face à cette technologie militaire. Ainsi, dans un scénario où une bonne partie des armes et des systèmes de défense brésiliens proviendraient des États-Unis, ils seraient pratiquement inutiles contre les États-Unis, précisément le pays du monde le plus susceptible de nous envahir ou de nous bombarder (comme ils ont déjà menacé de le faire à plusieurs reprises par le passé).

À titre d'exemple de la déviation de la tradition diplomatique brésilienne, il y a quelques mois, le Brésil a participé à un exercice militaire dans la mer Noire ukrainienne, un exercice dirigé contre la Russie, évidemment. De quelle manière la participation à cet exercice aurait-elle servi les intérêts du Brésil? L'inclusion du Brésil dans l'OTAN va à l'encontre de la politique de défense nationale brésilienne, qui souligne l'importance de l'Atlantique Sud (le concept d'"Amazonie bleue") et la construction de partenariats militaires avec d'autres pays de l'Atlantique Sud, notamment africains, pour protéger les ressources de la région. Cependant, cette politique va précisément à l'encontre des intérêts des pays de l'Atlantique Nord qui ont encore des possessions dans l'Atlantique Sud ou convoitent les ressources régionales.

imagesamazoniaazul.jpg

Nous en arrivons donc au développement le plus récent, avec l'invitation de Joe Biden. L'idée est d'élever le Brésil au rang de partenaire mondial, au même titre que la Colombie. Cela impliquerait même la possibilité d'une participation active du Brésil aux actions militaires de l'OTAN dans le monde. En échange, les États-Unis veulent que le Brésil empêche Huawei d'entrer sur le marché de la 5G au Brésil.

Maintenant, ni le blocage de Huawei n'intéresse le Brésil, ni l'entrée dans l'OTAN ne nous intéresse. Les États-Unis utilisent l'argument selon lequel la Chine peut utiliser cette technologie pour espionner les pays, mais le Brésil est victime de l'espionnage américain depuis des décennies, les récents scandales étant encore frais dans la mémoire. Pour Bolsonaro, il est important de plaire aux États-Unis en ce moment pour obtenir le soutien international dont il a tant besoin en cette période de crise intérieure maximale. D'autre part, la Chine est actuellement le principal partenaire économique du Brésil. En d'autres termes, en pratique, le Brésil perd avec cette approche, mais Bolsonaro peut avoir une petite victoire et les États-Unis une grande victoire.

Dans le contexte général, il s'agit donc, de la part des États-Unis, de faire face à l'expansion du projet Belt & Road (et de la Chine en général) à travers l'Atlantique Sud, ce qui, à l'heure du repli dans plusieurs autres zones géostratégiques de la planète, est fondamental pour les États-Unis. Après tout, nous sommes son "arrière-cour", comme il est devenu populairement connu.

Mais l'OTAN, relique de la guerre froide et incompatible avec un monde qui évolue vers la multipolarité, est une alliance qui a de moins en moins de prestige. Le retrait inattendu des États-Unis d'Afghanistan, faute de coordination avec leurs alliés, abandonnant ces derniers pour faire cavalier seul, a fait baisser le prestige militaire américain et terni l'image de Biden. Aujourd'hui, les dirigeants européens réfléchissent à nouveau à l'autonomie stratégico-militaire, mais tout dépendra des résultats des élections en Allemagne et en France.

La conclusion est donc qu'il n'est pas dans l'intérêt du Brésil de se rapprocher encore plus de l'OTAN. Nous perdrions plus que nous gagnerions. Ce sont les États-Unis qui ont besoin de nous. Il en va de même pour l'Argentine et la Colombie. Ce qui nous intéresse, c'est de recommencer à discuter, entre voisins, des questions fondamentales de la défense et de la sécurité ibéro-américaines, et de la manière de les résoudre de façon coordonnée.

Source : Diario La Verdad

dimanche, 19 septembre 2021

Ce que l'élargissement de l'OTAN pourrait coûter

h_4_upl_1167281_78ef_otan1.gif

Ce que l'élargissement de l'OTAN pourrait coûter

Leonid Savin

Ex: https://www.geopolitica.ru/article/vo-chto-mozhet-oboytis-rasshirenie-nato

L'un des principaux groupes de réflexion américains en matière de sécurité et de politique étrangère, le Center for Strategic and International Studies, a présenté le 8 septembre 2021 une étude sur l'élargissement de l'OTAN.

L'étude a porté principalement sur les besoins des forces armées et les coûts nécessaires qu'ils impliquent. L'aspect même du document est tout à fait symptomatique: alors que les sommets parlent année après année de l'acceptation éventuelle de nouveaux membres ou de leur report, et que les représentants américains et britanniques incitent constamment à la cooptation d'autres nations - ce qui relève de la politique rhétorique, l'analyse rationnelle des avantages et des inconvénients indique déjà une routine systématique, avec des calculs détaillés et la prise en compte des expériences précédentes.

Les auteurs affirment d'emblée que le projet est né du succès de l'OTAN et des changements apportés au système de sécurité européen en raison de la "montée d'une Russie hostile et militairement résurgente". Ils affirment également que la valeur de l'OTAN elle-même, ou son élargissement passé, n'est pas remise en question. "L'objectif de ces discussions est plutôt de renforcer la sécurité des États-Unis et de leurs alliés de l'OTAN et de maintenir la stabilité de l'Europe dans son ensemble. Le partage du fardeau de ces engagements futurs pourrait être une question politique et militaire importante."

En effet, le montant de la contribution de chaque pays a fait l'objet d'un débat animé entre les membres de l'alliance au cours des dix dernières années. Il est clair que l'auteur soulève délibérément la question à l'avance afin que les décideurs disposent de suffisamment de temps pour élaborer les mécanismes et les options nécessaires. Le rapport se concentre sur cinq pays - la Géorgie, l'Ukraine, la Bosnie-Herzégovine, la Finlande et la Suède. "Trois de ces pays - la Géorgie, l'Ukraine et la Bosnie-Herzégovine - cherchent activement à devenir membres. La Finlande et la Suède ne cherchent pas à adhérer et restent attachées au non-alignement."

Bien que le désir de la Bosnie-Herzégovine soit discutable en raison de la nature anti-OTAN de la Republika Srpska ainsi que du statut spécifique de l'entité fédérale elle-même avec une souveraineté limitée, il est par ailleurs vrai que l'expérience du Monténégro et de la Macédoine a montré que les petits pays des Balkans peuvent être absorbés par l'OTAN assez rapidement si les bonnes conditions pour cela ont été préalablement créées, c'est-à-dire s'il y a présence de leurs agents d'influence dans les organes directeurs clés du pays. Ce faisant, les auteurs mettent en évidence un surprenant dilemme associé aux États européens.

"Les pays non membres de l'OTAN sont bien placés pour répondre aux situations de crise, aux contingences à petite échelle et à la coopération en matière de sécurité, car ils ont effectué de nombreuses missions de ce type depuis la fin de la guerre froide. Pour les opérations à grande échelle, les capacités sont sévèrement limitées. Par rapport à la Russie, les coûts et les forces des pays non membres de l'OTAN sont beaucoup plus importants. Toutefois, l'OTAN a du mal à déployer des forces, même modestes. L'OTAN, qui a déployé 40 divisions (environ 360 bataillons de combat) en Europe du Nord pendant la guerre froide, a eu du mal à déployer quatre bataillons dans les pays baltes."

En d'autres termes, les membres non membres de l'OTAN sont eux-mêmes tout à fait capables de combattre. La question est de savoir qui ils considèrent comme une menace et contre qui ils ont l'intention d'utiliser leurs forces armées. De toute évidence, si un chapitre entier est consacré à la Russie dans l'étude, le pays n'est pas simplement sous-entendu, mais est présenté comme un agresseur possible contre lequel une stratégie de défense collective est nécessaire. Par conséquent, les convictions des États non membres de l'OTAN quant aux intentions ambitieuses et agressives de Moscou doivent être maintenues afin de façonner l'opinion publique et d'obtenir le soutien nécessaire des gouvernements.

Pour l'OTAN, en revanche, il a été démontré que les forces armées elles-mêmes et les capacités économiques de ces pays présentent un intérêt significatif. Parce qu'ils permettent des dépenses relativement élevées, ils constituent un atout intéressant pour améliorer les capacités globales de l'OTAN.

swedish_army_soldiers_forces_in_afghanistan_001111.jpg

En Suède, par exemple, on fait valoir à juste titre que l'OTAN présente plusieurs faiblesses, telles que la dépendance à l'égard de la stratégie générale des États-Unis, le chevauchement des responsabilités entre les commandants de l'OTAN, les fournisseurs de troupes et les pays hôtes, qui complique un éventuel renforcement et une éventuelle expansion, la faiblesse relative des membres de l'Est, le manque d'infrastructures en Europe, qui rend problématique les mouvements et les déploiements rapides de troupes, et le manque d'équipements pour certains pays.

Les auteurs notent également un problème de lenteur dans la prise de décision. Il est évident que l'élargissement de l'alliance rendra ce processus plus difficile encore. Le choix d'une stratégie politico-militaire en période de conflit a également toujours été difficile.

"Lorsqu'ils examinent le concept de défense, les planificateurs de l'OTAN sont depuis longtemps confrontés à un choix difficile: maintenir une défense avancée qui tient le territoire mais qui est potentiellement fragile, ou mener une défense mobile qui force dans un premier temps le retrait du territoire et nécessite une contre-offensive ultérieure. La défense mobile présente de nombreuses caractéristiques militairement attrayantes et occupe une place importante dans les discussions sur la guerre de manœuvre. La politique, cependant, est une chose compliquée. Les nations sont réticentes à céder tout territoire à un ennemi, même temporairement, si un retrait stratégique peut avoir un sens militaire. Par la suite, les contre-attaques élargissent inévitablement la portée géographique des opérations, et souvent aussi la portée politique. Ces expansions augmentent les enjeux du conflit et peuvent provoquer l'utilisation d'armes nucléaires."

Les discussions précédentes sur cette question ont révélé un consensus certain au sein de l'OTAN sur le fait qu'il devrait y avoir un avantage de trois contre un, voire plus. Il doit également avoir une grande expérience de l'entraînement des troupes pour les opérations mobiles et de la préparation aux pertes civiles et aux pertes de biens. Rien de tout cela n'est observé parmi les membres de l'OTAN, comme l'ont démontré les exercices de ces dernières années et l'"efficacité" de l'OTAN en Afghanistan. Quant aux candidats possibles à l'adhésion à l'OTAN, leur potentiel et leur pertinence géopolitique sont décrits comme suit.

283122.png

La Géorgie. L'OTAN organise des exercices annuels conjoints avec l'armée géorgienne depuis 2016 et maintient un bureau permanent en Géorgie pour "faciliter le dialogue politico-militaire dans la coopération pratique" entre Tbilissi et Bruxelles. Sur le plan militaire, la Géorgie est inférieure aux unités de l'armée russe dans le Caucase dans un rapport de deux à un. Pour que la Géorgie réussisse une opération militaire contre la Russie, même avec la participation de l'OTAN, au moins deux conditions doivent être remplies. 1) La possibilité d'un transport aérien opérationnel de forces armées importantes par des avions de transport militaire. 2) L'implication de la Turquie dans le conflit, y compris le déploiement de troupes sur le territoire turc avec des mouvements ultérieurs vers la Géorgie par voie terrestre et maritime. L'OTAN prévoit également une supériorité aérienne dans un tel conflit. La mise en œuvre de la dissuasion envisagée nécessite également des mesures sérieuses - le déploiement d'une division de l'OTAN, d'une autre division américaine, d'équipements et de composants pour les équipements lourds, et une présence permanente des forces de défense aérienne américaines.

Sept milliards de dollars par an sont nécessaires pour couvrir le coût des infrastructures, du déploiement, de la rotation des troupes et des exercices. La moitié de cette somme incomberait aux États-Unis et l'autre moitié aux membres européens de l'OTAN.

121983.jpg

L'Ukraine présente un cas plus compliqué. Le rapport a été publié avant la signature de l'accord russo-biélorusse du 9 septembre 2021, qui implique également une intégration militaire, et ne tient donc pas compte du rôle du Belarus dans la participation à un conflit potentiel aux côtés de la Russie. Sinon, les évaluations auraient été différentes. Mais là encore, les auteurs fantasment sur une agression russe et citent un scénario de simulation dans lequel les troupes russes prennent le contrôle de la rive gauche de l'Ukraine, encerclant l'armée ukrainienne, qui tenterait de défendre Kharkov et un certain nombre de villes de l'Est. Bien que, dans ce scénario, l'aviation de l'OTAN soit en mesure de frapper les troupes russes, elle ne pourrait pas les arrêter. Il faudrait à l'OTAN trois mois pour créer les conditions d'une contre-attaque, mais la Russie riposterait avec des armes nucléaires tactiques. Le renforcement de la sécurité de l'Ukraine nécessitera le déploiement permanent de trois brigades (une américaine, deux de l'OTAN), l'achat et le déploiement d'équipements, le déploiement d'une brigade de défense aérienne, la mise à disposition d'instructeurs et de personnel de commandement américains (250 personnes), de deux escadrons de l'US Air Force et d'un de l'OTAN. Tous ces besoins nécessitent 27 milliards de dollars.

Le facteur Donbass avec la population russophone de l'Ukraine est également pris en compte. La répression du soulèvement devrait être une affaire coûteuse. Pour le "maintien de la paix", 98 milliards de dollars sur cinq ans et 130 milliards de dollars supplémentaires sur cinq ans pour les opérations anti-insurrectionnelles seront nécessaires. L'expérience de l'Irak et de l'Afghanistan (avec probablement une composante de corruption au profit des entreprises contractantes américaines) a été prise en compte dans les calculs.

En Bosnie-Herzégovine, le principal problème est la population serbe et la position de la Serbie elle-même. On suppose qu'il sera nécessaire de résister aux interférences, ce qui nécessitera 24,6 milliards de dollars. Il est révélateur que dans le cas de la Bosnie-Herzégovine, on dise qu'elle est déjà membre de l'OTAN et qu'il faudra y maintenir des troupes et l'ordre public.

La Suède. Là encore, les auteurs laissent libre cours à leur imagination. "Dans un conflit de l'OTAN avec la Russie, comme l'invasion russe des États baltes, la Suède serait profondément impliquée. Comme la Finlande fait office de tampon contre la Russie, une attaque depuis la terre est hautement improbable. Au lieu de cela, la Suède sera confrontée à trois tâches défensives: se défendre contre les attaques aériennes et les missiles russes, défendre son vaste territoire contre les infiltrations russes, et protéger l'île de Gotland et d'autres infrastructures clés afin que les forces armées de l'OTAN puissent les utiliser pour défendre l'entrée de troupes dans les États baltes et ailleurs." Cela nécessite le prépositionnement d'avions et de moyens de défense aérienne pour couvrir le Gotland et un certain nombre de positions en Suède. Cela coûterait 3,2 milliards aux États-Unis et l'OTAN devrait ajouter 6,4 milliards supplémentaires. Il est noté que "outre les tâches purement militaires, la Suède est confrontée à des problèmes militaires et politiques en adhérant à l'OTAN: l'adhésion à l'OTAN ne garantit pas simplement le territoire suédois contre une agression extérieure - elle exige également que la Suède s'engage dans des conflits avec d'autres pays, ce qu'elle n'a pas fait depuis le XVIIIe siècle". Cela dissuadera Stockholm de prendre une telle décision.

1037327566_19 143 1628 1013_1000x541_80_0_0_8f850aa177e2738d40c3efaebe747ee6.jpg

La Finlande coopère activement avec les pays occidentaux, notamment en participant à des manœuvres avec l'OTAN et les États-Unis. Les Finlandais ne sont vraisemblablement pas intéressés à inviter des troupes étrangères sur leur territoire, afin de ne pas provoquer la Russie. Afin de justifier d'une manière ou d'une autre le conflit russo-finlandais, les auteurs avancent une version concernant l'occupation des îles Aland, à laquelle Helsinki devra répondre. Mais la Finlande ne dispose ni d'avions de combat de la classe nécessaire pour résister à la Russie, ni d'un système de défense aérienne. Et si l'OTAN veut venir à la rescousse, cela prendra beaucoup de temps en raison de la géographie et de la distance. Pour une dissuasion minimale, un peu plus d'un milliard serait nécessaire, et pour un renforcement plus qualitatif, 5,3 milliards seraient nécessaires. Mais, comme la Suède, la Finlande devra s'accommoder de son nouveau rôle.

Bien que la solution politique et les questions techniques relatives aux nouveaux membres restent hypothétiques, le rapport montre clairement l'intention des États-Unis non seulement de présenter la Russie comme une menace future et un ennemi des pays européens, mais aussi de donner l'impression que les pays clients et les États relativement neutres sont désespérés et n'ont aucune alternative.

mardi, 10 août 2021

L'OTAN, l'alliance militaire qui est devenue religion

OTAN_75 aniversarioDEF_0.jpg

L'OTAN, l'alliance militaire qui est devenue religion

Ex: https://piccolenote.ilgiornale.it/51872/la-nato-lalleanza-militare-che-si-e-fatta-religione

Un article intéressant de Jon Schwarz dans The Intercept retrace l'histoire de l'OTAN et réfléchit à sa pertinence aujourd'hui. Il rappelle que l'OTAN est née dans l'urgence après la Seconde Guerre mondiale, en 1949, à une époque où l'Europe était détruite et où "la puissance des États-Unis était si prépondérante qu'elle pouvait simplement dicter leur conduite à ses alliés".

Les interlocuteurs de Washington étaient si impuissants que l'Alliance a été discutée "en secret pendant quinze jours au Pentagone". D'où le rôle prépondérant des États-Unis, auxquels les alliés sont de facto attelés.

Bien sûr, il y avait un risque que l'Union soviétique et le communisme s'étendent au Vieux Continent, notamment en raison de la force des partis communistes occidentaux. Mais Schwarz rappelle que les victimes russes de la guerre étaient au nombre de 27 millions, soit un Russe sur six. Un tribut de sang pour lequel "même Staline aurait eu du mal à motiver son propre pays à se lancer immédiatement dans une autre aventure similaire".

L'OTAN, le Pacte de Varsovie et la guerre froide

De plus, les partisans de l'OTAN considèrent l'Alliance comme une réponse indispensable à la guerre froide imposée par les Russes. Mais l'histoire nous dit le contraire, puisque le Pacte de Varsovie est né six ans plus tard. Ainsi, "une lecture plus fidèle de l'histoire suggère que la formation de l'OTAN a contribué à intensifier et à institutionnaliser la guerre froide" plutôt qu'à l'endiguer.

Le Pacte de Varsovie reflète le modèle antagoniste de l'OTAN, ne différant que par le numéro de l'article engageant les pays membres à la défense mutuelle : non pas l'article 5, mais l'article 4.

Logo_The_Warsaw_Pact.jpg

L'objectif déclaré de l'OTAN était de se défendre contre la menace de l'Union soviétique et du communisme en général, y compris les partis communistes de l'Ouest, que l'organisme militaire devait empêcher d'accéder au pouvoir, en prodiguant "confiance et énergie" aux forces démocratiques, avec des déclinaisons encore à découvrir dans les méandres obscurs de l'histoire de l'Italie (stratégie de la tension, etc.) et de celles des autres pays.

Mais l'objectif implicite de l'OTAN, et du Pacte, était de faire des pays adhérents des satellites de leurs dominateurs respectifs, les États-Unis et l'Union soviétique. D'autre part, depuis l'époque de la Ligue Delio-Atlantique, "accorder une protection est le moyen essentiel par lequel les pays puissants lient à eux les pays moins puissants". En d'autres termes, il s'agissait de structurer et de garantir l'irrévocabilité de la "sphère d'influence" des deux puissances.

L'OTAN ne s'arrête pas, elle se transforme

Une fois l'Union soviétique dissoute, l'ennemi qui rendait l'OTAN nécessaire a disparu et elle aurait dès lors dû se dissoudre. Au contraire, ses objectifs ont changé, la rendant indispensable pour faire face aux nouvelles menaces, qui auraient certainement pu être traitées par des moyens différents qui, tout en préservant la convergence du plus grand nombre, auraient été moins contraignants pour les États subordonnés.

"Le temps a donné raison aux critiques les plus virulents de l'OTAN, qui affirmaient qu'elle était surtout un instrument agressif de la puissance américaine". La nouvelle doctrine a en effet permis à l'OTAN de s'engager dans des guerres d'une nature différente de celle envisagée par ses premiers impulseurs : il ne s'agit plus de la défense d'un État membre, mais de guerres agressives, légitimées de diverses manières sous l'égide de l'ONU, comme la guerre en ex-Yougoslavie et en Libye.

B9725089373Z.1_20201030151100_000+GNLGVKB6O.1-0.jpg

La subordination de l'OTAN à la doctrine des guerres sans fin a donc généré de nouvelles critiques dans le monde, tandis que d'autres ont été produites par des événements moins conflictuels, mais non moins déstabilisants, comme l'élargissement de l'alliance militaire en Europe de l'Est.

L'élargissement en Europe de l'Est

Une expansion qui a d'ailleurs rompu le pacte passé avec l'ancien ennemi, comme le note The Intercept, rappelant la promesse solennelle faite par James Baker, le secrétaire d'État de George H. W. Bush, à Gorbatchev, qui lui avait fait une promesse de paix. Bush, en effet, avait émis cette promesse à Gorbatchev, qui avait demandé d'éviter l'élargissement de l'OTAN dans l'ancien espace soviétique, que Moscou aurait perçu comme une menace existentielle.

James Baker a rassuré son interlocuteur "non pas une mais trois fois que cela ne se produirait pas". Pas un pouce de la juridiction militaire actuelle de l'OTAN ne s'étendra en direction de l'Est", avait-t-il promis. Depuis lors, la quasi-totalité de l'Europe de l'Est a été absorbée par l'Alliance.

"La Russie, note The Intercept, a accueilli de tels événements avec le même enthousiasme que celui qu'auraient les États-Unis si le Mexique, le Canada et un Texas nouvellement indépendant se joignaient à une alliance militaire dirigée par la Russie.....

Aujourd'hui, "l'OTAN regarde plus loin, son horizon est la planète entière", à tel point qu'elle a mis la Chine, qui se trouve sur les rives du Pacifique, dans sa ligne de mire. Et comme par le passé, elle poussera d'autres pays à la rejoindre en les convainquant de diverses manières. Et "tout comme l'OTAN a contribué à créer la guerre froide à l'époque, elle est en train d'en créer une autre aujourd'hui".

otanmch.jpg

La religion otaniste

La remarque finale de Schwarz est très pertinente: "Tragiquement, il n'y a pas de débat à ce sujet, ni aux États-Unis ni en Europe. Comme l'a dit Biden, le petit nombre d'élites impliquées dans ces débats considère l'OTAN comme une instance 'sacrée'."

"De même, lorsqu'il a préconisé la création de l'OTAN, le ministre britannique des Affaires étrangères de l'époque, Ernest Bevin, a déclaré qu'elle était nécessaire pour 'le salut de l'Occident'."

"Aussi étrange que cela puisse paraître aux gens normaux, pour les élites occidentales, l'Otan est devenue une institution de nature religieuse et ne peut donc être remise en question, pas plus que le pape n'est ouvert au débat sur la Sainte Trinité. Et nous savons tous comment les religions peuvent mener à la guerre".

dimanche, 27 juin 2021

La guerre contre la Russie, un alibi pour accélérer le Reset?

e648b4e_RVc4RTq7ZkP6HegaIh9jk6Vf.png

La guerre contre la Russie, un alibi pour accélérer le Reset?

par Nicolas Bonnal

Pourquoi cette guerre contre la Russie ? Les fous alliés ne savent-ils pas qu’ils s’écroulent économiquement et militairement – et surtout intellectuellement ? Mais au moment où certains optimistes les voient s’écrouler, eux se voient resplendissants, en train de mettre la population européenne au pas. Le traité Tafta qui faisait peur aux naïfs il y a quelques années va être appliqué, et nous sommes plus impuissants que jamais face à des élites devenues folles, et devenues les sectatrices de la secte technognostique (voyez mon premier livre sur internet) de Davos, secte illuminée d’un monde aussi farfelu et irréel (disait Borges le 23 novembre 1944) que celui de ces mêmes nazis.

C’est là qu’on peut juger de l’utilité d’une guerre contre la Russie ; et mon lecteur Alexandre Karadimas (le Grand Reset c’est la pénurie et internet) me dit comme ça en passant que cette guerre – une guerre immobile comme celle de 1984, que l’on ne gagne pas et où l’on ne bouge pas – serait pour ces élites tarées une merveilleuse opportunité, comme dirait Klaus Schwab, pour nous mettre au pas.

En vrac ils pourraient (vous pourrez ajouter ce que vous voudrez naturellement) :

Supprimer le web contestataire et ne garder que le web abrutissant. Voyez Biden qui a fait interdire entre deux gargouillements 17 sites de la résistance.

Ils pourraient passer très vite à la confiscation des logements.

Ils pourraient passer à l’argent numérique encore plus vite que prévu et confisquer nos avoirs bancaires (que faut-il faire ? Acheter des monnaies mais un Gold Reserve Act nous attend au tournant).

Ils pourraient institutionnaliser définitivement les couvre-feux.

Ils pourraient récupérer le nationalisme débile qui est increvable en Europe et le systématiser contre la Russie, non pour envahir ce grand pays, mais pour nous faire mener une vie de crève-misère. Orwell le précise bien dans son livre-phare (un manuel du pouvoir, comme dit Lucien Cerise). Céline a parfaitement compris que le nationalisme est toujours le plus grand ami des Etats, et qu’un Etat totalitaire a toujours à gagner d’un regain de chauvinisme ou de jingoïsme. Et en Europe on n’en n’est jamais très loin.

Ils pourraient mettre en place le camp de concentration électronique, profitant comme toujours de la trouille et de l’abrutissement des populations.

of-ussie.jpg

Attention, cette guerre devra être dosée. Il n’est pas question pour nos bourricots fascisés de vaincre la Russie : il est question de l’utiliser pour nous anéantir humainement, démographiquement (-20% de natalité depuis le Covid) et économiquement. Evidemment en anéantissant leur propre socle matériel ces imbéciles ne pourront écraser ni la Chine ni la Russie. Mais allez chercher une logique chez une secte ; comme disait Borges, les nazis veulent être battus.

Puissent-ils l’être et radicalement, et prochainement.

Orwell et le Reset, en attendant : « Le but primordial de la guerre moderne est de consommer entièrement les produits de la machine sans élever le niveau général de la vie. »

A lire: https://www.dedefensa.org/article/lantirussisme-a-la-lumiere-de-george-orwell

 

 

vendredi, 25 juin 2021

La rencontre Biden-Poutine et le "moment-charnière" de l'OTAN - Orient-Occident, la fatalité d'un affrontement

6052cd3_965cc45f71664deb8313bb9b90d0274e-965cc45f71664deb8313bb9b90d0274e-0.jpg

IERI - Institut Européen des Relations Internationales: info@ieri.be
 

La rencontre Biden-Poutine et le

"moment-charnière" de l'OTAN

 

Orient-Occident, la fatalité d'un

affrontement

 

Irnerio Seminatore

 

Le contexte général

Dans un contexte d'incertitudes, de tensions internationales et de désaccord de fond sur l'utilité de rencontrer le chef du Kremlin, aggravées par une pandémie politiquement douteuse, se sont tenus les Sommets du G7, de l'Otan, la Conférence USA-UE et la rencontre bilatérale Biden-Poutine.

Ces réunions, promues pour essayer de faire front commun face à la Chine ont été conçues comme un tout et seront analysées comme telles.

Au prélude des quatre journées de rencontres, le Sommet du G7 aux Cornouailles, s'est attelé à casser l'idée d'un déclin de l'Occident et du caractère obsolète du néo-libéralisme. Le souci de stabiliser le système économique mondial a pris la forme d'une tentative de régler les différends commerciaux (aéronautique, sidérurgie, fiscalité des multinationales etc.) et de définir une stratégie pour la création de grandes infrastructures, à l'image des "routes chinoises de la soie", à destination des pays émergents. Les thèmes de discussions et les limites des débats se sont soldés par une caractérisation sans nuances des régimes politiques des pays adverses, taxés d'être illibéraux (Russie) ou anti-démocratiques (Chine).

Le problème de l'unité ou de la crédibilité

Le problème politique de la crédibilité de l'Alliance (Sommet de l'Otan du 14), a été politiquement précédé par celui d'un autre type de crédibilité, celui de l'unité intérieure de l'Amérique, ébranlée socialement et racialement, par le passage de la tornade trumpienne, par celles de l'"America first", de la culture "woke" et d'un exercice déstabilisant du droit de vote aux minorités, préjugeant de la défense des droits de l'homme sur la scène internationale.

Ainsi le Sommet sur le "moment charnière" de l'Alliance en vue du "Duel du Siècle" est à corréler avec la réunion des 7 pays plus industrialisés, le G7 et, in fine, par la journée du 15 à Bruxelles, consacrée aux relations bilatérales USA-UE ! Leurs buts communs était évidents! Donner la priorité à l'isolement de la Chine et, à la désescalade avec la Russie. L'idée de créer une alliance mondiale des démocraties à deux pôles, l'Otan pour le théâtre européen et le Quad (Usa, Japon Australie et Inde) pour l'Asie-Pacifique, a justifié, en arrière fond, deux projets, une indépendance politique et une autonomie stratégique de l'Europe, à sortir de son état d'hibernation et la recherche d'un apaisement vis à vis de la Russie. Face à la résilience de l'Alliance atlantique et à l'influence grandissante de la Chine, la menace immédiate est apparue celle de la Russie (Ukraine et Bélarus, Pays Baltes) et la restauration de la confiance de la part des opinions, décisive à tous les égards.

La solidité d'un recours à l'Art 5 du traité, a été in fine reconfirmée (automatisme de la solidarité transatlantique et assurance dissuasive de la garantie de protection).

Quant au prolongement de la part des USA, pour la durée de cinq ans du traité "New Start (février 2021), facteur de stabilité stratégique et pilier de l'architecture internationale de maîtrise des armements nucléaires, la nouvelle dimension des bouleversements stratégiques a été reportée à la définition du futur concept stratégique "Otan 2030", à adopter au Sommet de Madrid de 2022.

cover-r4x3w1000-60c7460093dfc-000-9c46j6.jpg

Ainsi, en conclusion, l'objectif annuel du Sommet de l'Otan du 14 juin 2021 a été atteint sur deux points:

- le renforcement de l'Otan, quant à sa crédibilité et sa cohésion politiques, identifiées par son Secrétaire Général, à "un moment charnière", autrement dit à la difficile transition du multilatéralisme à la multipolarité, et, au plan budgétaire, à un accroissement du budget de 260 milliards depuis 2014

- la préparation aux défis sécuritaires de demain, identifiés aux menaces représentées par la Russie et surtout par la Chine, "puissance militaire sûre d'elle même" et "intrinsèquement menaçante pour les États-Unis" (Jan Bond du Center for European Reform). Rétif à toute unité affichée E. Macron a voulu préciser que "la Chine ne fait pas partie de la géographie atlantique". Il semblerait refuser ainsi, le principe d'une rivalité systémique, ne concernant que les États-Unis.

Cependant, en passant des objectifs conjoncturels aux objectifs historiques et en considérant ce moment comme un tournant, ce sommet a eu pour finalité essentielle, d'évaluer la cohésion de l'alliance et la subordination de tous à l'autorité d'un seul, le Leader de groupe, Hégémon. Autrement dit, son destin et son rôle d'ordonnateur du monde, face aux deux perturbateurs supposés, la Russie et la Chine.

Orient et Occident

Le destin de l'Occident, parvenu à son "moment charnière", est né il y a vingt cinq siècles d'un autre tournant, la bataille des Thermopyles et de la poussée de Xerxès, roi des Perses, vers la Grèce antique. Ce vieux destin, porté par le "Fatum" tragique de la culture hellène, revient aujourd'hui aux grandes puissances de l'Orient, Gog, Magog et la Nation de l'Islam, et pourrait durer tout autant.

Une erreur stratégique, masquée de fatalité consisterait à accepter, voire favoriser une coopération froide et inégale entre la Russie et la Chine, oubliant le fameux piège de Thucydide.

Plus proche de nous et à propos de l'Asie Mineure,l'application des clauses du Traité de Sèvres (1920), sur le démembrement de l'Empire Ottoman et sa constitution en État national, a vu jadis l'humiliation d'Ankara, des génocides et de grands transferts de populations, sur lesquels revient la nostalgie d'Erdogan, soucieux de renverser ce traité et de reparcourir ce chemin à l'envers.

Au titre des spéculations invérifiables mais non invraisemblables, peut on dire que le principal défi à l'ordre civilisationnel du monde d'aujourd'hui n'est guère la puissance ni l'hégémonie, mais la civilisation occidentale elle même et que celle-ci demeure le fondement d'un système de conceptions et de forces qui, avec une philosophie et une métaphysique propres, ont façonné l'histoire de l'humanité?

Le "moment charnière" de l'Otan, la prise de conscience historique et la subordination de la démocratie à l'Hégémonie

Ainsi, qu'une alliance politique et militaire (l'Otan), à son "moment charnière" fonde sa prise de conscience historique sur un tournant, dans l'évolution de l'humanité toute entière et du monde comme géopolitique accomplie, est un paradoxe sans précédents.

41Wri1XYSNL.jpg

liuminfu.jpg

Du point de vue conjoncturel l'antagonisme sino-américain a pris le dessus sur le rapprochement russo-chinois, de telle sorte que la logique de la contingence transforme la nature traditionnelle des concepts et que la démocratie devient un instrument de l'hégémonie (et pas le contraire); une modalité pour garder ou pour atteindre le pouvoir global, puisque la protection et la sécurité sont conditionnées par l'obéissance (Hobbes).

Dès lors le débat sur le "destin national" (Liu Mingfu) quitte le terrain du politique pour devenir le mode de penser d'une civilisation en marche et d'un puissant univers qui ré-émerge et s'affirme (Chine).

La menace n'est plus seulement d'ordre militaire mais repose dans l'unité organique d'un "sens", qui mobilise les esprits et les forces de toute une époque et trouve sa forme accomplie non pas dans un régime politique précaire et abstrait (la démocratie et l'universalisme politique régnant et contingent), mais dans l'empire, la forme "perfectissima" du gouvernement des hommes, transcendant la politique et les changements séculaires des équilibres des pouvoirs.

Pouvons nous dire avec certitude qu'une hégémonie politico-culturelle sur l'Eurasie, plus encore qu'une supériorité politico-stratégique menace l'indépendance des autres États du monde et l'existence même de leur souveraineté?

Rien n'est moins sûr, car le critère de l'ami et de l'ennemi reste latent dans la politique intérieure et sert à briser toute opposition (Navalny, Hong-Kong), remettant en cause la distinction traditionnelle de légalité et de légitimité, poussée à son extrême dans la politique internationale. L'ennemi devient une puissance objective et c'est là, dans les "moments charnière" de Stoltenberg, que la tension latente devient active et maintient l'histoire du monde en mouvement

La confiance stratégique et la coopération authentique d'un Sommet pourront elles interdire, freiner ou retarder la confrontation ou le "duel du siècle"? De la part de qui et sous quelle forme viendra-t-elle la décision? Sera-t-elle individuelle ou collective, proche ou à long terme, vue l'énormité des enjeux et la rupture de la digue, fissurée par l'antagonisme des mondes, qui retient l’Himalaya et le Tibet de leur glissement tectonique vers les deux Océans, indien et Pacifique?

Rappelons que:

- "l'Alliance Atlantique est une alliance politique et militaire à caractère défensif entre les peuples des deux bordures de l'Atlantique et elle a pour but de promouvoir les valeurs démocratiques, de résoudre pacifiquement les différends et de décider par consensus.

Ces principes ont ils la même valeurs à l'intérieur d'une même civilisation, ou à l'extérieur de celle-ci, et deviennent-ils caduques entre civilisations hétérogènes?

USA- UE

Avant de rejoindre Poutine à Genève, l’aplanissement des relations commerciales avec l'UE apparaissait indispensable. Ici aussi, l'idée de faire un front commun face à la suprématie chinoise en matière d'aviation et de contrer les pratiques déloyales de Beijing a permis d'enterrer le conflit entre Airbus et Boeing, qui a duré 16 ans sur le soutien de la part des deux administrations à leurs industries respectives. Ce différend a déjà coûté 10 milliards de dollars aux deux entreprises. La volonté de coopération a prévalu enfin dans le but d'aborder d'autres importants défis mondiaux et a coïncide avec la présentation du rapport du Haut Représentant Européen pour les Affaires Étrangères et de Sécurité, Mr J.Borrel au titre "Riposter, contraindre, dialoguer".

La rencontre Biden-Poutine

Or, des quatre journées des colloques précédents, Biden et Poutine ont tiré profit d'une clarification concernant la multiplications des contentieux. Le but en a été de maintenir les contacts et les canaux de communication, maîtrisés par deux hommes aux styles si différents; expérimenté en politique étrangère le premier (Biden) et calculateur le deuxième, à faible légitimité interne l'américain et au consensus indiscuté le russe. Un style qui, du côté atlantique, se fonde sur l'exigence de prédictibilité et de stabilité stratégiques, dictées à un Occident plein de doutes, qui a interdit aux capacités américaines, engagées sur deux fronts, de prendre l'avantage stratégique sur la Chine.

Représentants d'un pays divisé (l'américain) et d'une opposition verrouillée dans l'autre et donc, respectivement, en position de faiblesse et de force, le Russe n'exigeant rien en contre-partie et l'Américain se satisfaisant d'une rhétorique démocratique creuse.

Russia_USA_nuclear_weapons_220213.jpg

Le désaccord entre les deux pays ont porté cependant sur trois points dirimants:

A.

- les lignes rouges respectives, sur lesquelles il est impossibles de transiger, sous peine d'écroulement des deux pouvoirs et de leur glissement dans le chaos

- pour la Russie (l'adhésion de l’Ukraine à l'Otan,perçue comme une menace existentielle),

- pour les États-Unis (les attaques directes par le cyberespace, décuplicatrices d'actions subversives et de paralysie infrastructures vitales, qui appartiennent désormais au domaine de la sécurité nationale).

En effet le monde interconnecté du XXIème siècle multiplie les possibilités d'actions offensives et les anciennes techniques de désinformation, d'intoxication et de propagande, qui ont changé d'échelle, grâce aux réseaux sociaux, interfèrent dans les processus électoraux au plus haut niveau et restreignent ou altèrent le concept de souveraineté, comme capacité de décision et de réponse, dont l'importance militaire, stratégique et sociétale brouille les postures d'attaque et de défense.

B.

- le deuxième regroupement de questions, a concerné la stabilité stratégique, à l'échelle globale et européenne, ainsi que toutes les questions connexes, exigeant confiance et transparence sur un problème existentiel

C.

- les questions virtuellement coopératives (non prolifération, conflits régionaux), ont constitué le troisième regroupement de questions à résoudre et ont fait partie de la troisième corbeille

Cependant, au delà de leurs divergences Biden et Poutine avaient un intérêt commun et partagé, la montée en puissance de l'Empire du milieu. La recherche de la stabilité, totalement antinomique par rapport à l’habilitée de Poutine de surfer sur l'imprévisible, n'interdiraient pas, en théorie, une convergence stratégique à long terme entre l'Amérique et la Russie et la possibilité d'aborder ensemble d'importants défis mondiaux. Cette hypothèse autoriserait une certaine coopération dans la résolution de conflits régionaux (Afghanistan et Iran). De surcroît la rencontre Biden-Poutine a apporté la preuve du caractère creux de toute rhétorique de fermeté et, en conclusion, du caractère incontournable de la Russie à l'échelle globale.

Orient-Occident. La fatalité d'un affrontement

Or, les réflexions inspirées par la rencontre Biden-Poutine ne peuvent nous tromper ni nous bercer d'illusions.

Leur face à face est inscrit dans un désaccord fondamental, que résume bien l’expression latine Pugna cessat, bellum manet! (la bataille cesse, mais la guerre demeure).

La paix de notre temps découle, par sa nature précaire, de la latence belliqueuse du conflit, "l'intention hostile". Conformément à des préoccupations étendues, opinions et analystes s'interrogent sur le type de paix que nous vivons, d'équilibre au niveau du système et d'hégémonie ou d'empire, selon les acteurs et les sous-systèmes régionaux.

Une autre caractéristique frappe les esprits, épris par l'angoisse des rendez vous qui nous attendent, l'hétérogénéité des civilisations et leur choc annoncé, face à la fatalité de la guerre, dont la dialectique oppose les États, les sociétés et la constellation d'acteurs, exotiques et sub-étatiques, qui peuplent le monde de la multipolarité et qui sont porteurs à leur tour de subversions, de révolutions et d'utopies.

150675_6914591_updates.jpg

En ce qui concerne l'Europe, la suggestion de faire de celle-ci une puissance d'équilibre entre l'Amérique et la Russie, aurait la signification historique de prévenir et d'arbitrer un conflit éventuel entre l'Est et l'Ouest et d'unifier en un seul sous-système l'hémisphère nord de la planète, en sauvegardant la civilisation de l'Occident du tsunami superposé de l'islamisme et de l'Orient confucéen.

Cependant nous pouvons en déduire politiquement, par une sorte d'analogie hasardeuse, que la perte de l'unité stratégique de l'Occident, la crise des démocraties, l'émergence de régimes autoritaires et l'ère de la démondialisation actuelle, coïncident avec une période d'amplification des dangers, représentés par des ruptures de la rationalité dissuasive et, au niveau conventionnel, par des combats déréglés, hybrides et hors limites.

Enfin, compte tenu de l'hétérogénéité du système, cette situation engendre une stratégie défensive de la part de l'Hegemon, consistant à anticiper la dissidence de membres importants de la communauté d'appartenance (sortie de la Grande Bretagne de l'UE et éloignement de l'UE des États-Unis), en maintenant au même temps la cohésion des alliances (OTAN).

La rivalité existante passera-t-elle d'une confrontation froide à une forme d'antagonisme chaud ? Les désillusions d'Obama, d'avoir voulu instaurer un dialogue de confiance avec Xi Jinping, constituent aujourd'hui le socle de l'accord bipartisan sur un "containement" de la Chine, qui dépasse largement les fractures irréparables de la société américaine.

Or, si l'histoire du monde se fera au XXIème siècle en Asie, la dynamique multipolaire la plus dangereuse et qui pourra prendre la forme d'une "rupture tectonique", sera l'inversion du rapport de prééminence entre les États-Unis et la Chine.

Ce tournant justifie la prise de conscience historique du "containement" des Thermopyles de l'antiquité, défini de "moment charnière" par le Secrétaire Général de l'Otan, Jens Stoltenberg, un moment symbolique, concernant la poussée millénaire de l'Orient sur l'Occident.


Bruxelles le 21 juin 2021.

mardi, 15 juin 2021

G7, OTAN et sommet avec Poutine : les dirigeants colonialistes veulent former une alliance contre la Chine et décider du sort du monde

CISSCKEDBRGDVDQ2FX3LRHNFAM.jpg

G7, OTAN et sommet avec Poutine : les dirigeants colonialistes veulent former une alliance contre la Chine et décider du sort du monde

Ex: http://www.elespiadigital.com/index.php/noticias/historico-de-noticias/34384-g7-otan-y-cumbre-con-putin-los-cabecillas-colonialistas-pretenden-una-alianza-contra-china-y-decidir-el-destino-del-mundo

La Chine dénonce la décision que vient de prendre le G7 de contrer Pékin, car l'époque où quelques pays décidaient pour le monde est révolue, prévient-elle.

"L'époque où les décisions mondiales étaient dictées par un petit groupe de pays est révolue", a déclaré dimanche un porte-parole de l'ambassade de Chine au Royaume-Uni, cité par l'agence de presse britannique Reuters.

Il a entériné la position du géant asiatique, soulignant que "les pays, grands ou petits, forts ou faibles, pauvres ou riches, sont égaux, et que les affaires du monde doivent être gérées par des consultations entre tous les pays".

Le diplomate chinois a fait ces remarques après que le Groupe des Sept (G7) - le Royaume-Uni, le Canada, la France, l'Allemagne, l'Italie, le Japon et les États-Unis - a adopté samedi une position unifiée pour contrer la Chine.

Comment le G7 cherche-t-il à contrer la Chine ?

Les dirigeants des pays membres du G7, réunis à Carbis Bay, au Royaume-Uni, ont décidé de lancer leur super-projet "Reconstruire en mieux pour le monde", censé "répondre aux énormes besoins en infrastructures des pays à revenu faible ou intermédiaire", selon la Maison Blanche.

Les nations ont accepté l'initiative comme une alternative au projet de développement économique chinois "One Belt, One Road". L'objectif est d'aller au-delà de la proposition chinoise, selon le communiqué de la Maison Blanche.

g7-cornwall.png

Quel est l'objectif du mégaprojet "One Belt, One Road" ?

L'idée de la ceinture économique et de la route maritime de la Route de la soie, qui vise à relier l'Asie et l'Europe, a été présentée en 2013 par le président chinois Xi Jinping. Le projet prévoit la reconstruction de l'ancienne route de la soie et la création d'une route maritime parallèle. Il comprendrait 60 pays, 75 % des réserves énergétiques connues du monde, 70 % de la population mondiale et générerait 50 % du produit intérieur brut (PIB) mondial.

Les États-Unis, qui, parmi d'autres pays occidentaux, sont de farouches détracteurs du projet chinois, ont exercé des pressions sur différents États pour qu'ils n'adhèrent pas au projet chinois, car ils considèrent la Nouvelle route de la soie comme un grand défi pour leurs intérêts face à l'un de leurs principaux rivaux, le géant asiatique.

Les dirigeants des pays du G7 ont conclu qu'ils devaient adopter une approche unifiée vis-à-vis de la Chine, a déclaré à Reuters une source au sein de l'administration du président américain Joe Biden.

20150428_SilkroadChina_STCopy.gif

Le fonctionnaire, qui s'est exprimé sous couvert d'anonymat, a expliqué que les dirigeants des plus grandes économies du monde se sont mis d'accord sur une position commune concernant les exportations chinoises à "prix injustement bas" et les violations présumées des droits de l'homme par le géant asiatique.

"Je dirais qu'il y avait unanimité en termes de volonté de s'exprimer contre les abus des droits de l'homme et les violations des libertés fondamentales qui invoquent nos valeurs communes", a déclaré la source de l'agence. "Il y avait un engagement à agir en réponse à ce que nous voyons".

En ce sens, le G7 aurait fait des progrès significatifs par rapport au sommet d'il y a trois ans, lorsque le communiqué final ne mentionnait même pas la Chine, a ajouté le fonctionnaire.

Toutefois, des sources de CNN ont affirmé que les parties ne sont pas parvenues à un accord sur leur approche de Pékin.

Selon le média, Joe Biden a exhorté ses homologues à critiquer publiquement les "pratiques antidémocratiques" de la Chine et a souligné la nécessité d'agir. Le Premier ministre britannique Boris Johnson, le président français Emmanuel Macron et le Premier ministre canadien Justin Trudeau lui ont donné raison.

Pendant ce temps, la chancelière allemande Angela Merkel, le Premier ministre italien Mario Draghi et des représentants de l'Union européenne ont cherché à mettre en évidence les domaines de coopération avec la Chine.

Le G7 estime qu'il est nécessaire de "rivaliser" avec la Chine et de la "contrer" en tant que "défi pour les démocraties".

Les dirigeants du G7 prônent la nécessité de "contrer et de concurrencer" la Chine sur des défis allant de la sauvegarde de la démocratie à la course à la technologie, a déclaré dimanche le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, Jake Sullivan, à l'issue du sommet qui s'est tenu au Royaume-Uni ce week-end.

"Pas seulement de la bouche de Biden"

S'adressant aux journalistes à bord d'Air Force One en route pour Bruxelles, M. Sullivan a souligné que, en ce qui concerne la Chine, la réunion a marqué "des progrès significatifs comme jamais auparavant" au sein du G7 et "reflète une convergence croissante qui n'existait pas il y a quelques années".

static.politico.com.jpg

"Il existe un large consensus sur le fait que la Chine représente un défi important pour les démocraties du monde", a déclaré le conseiller. En ce sens, il a expliqué que les dirigeants se sont mis d'accord sur la nécessité de maintenir un agenda commun par rapport à Pékin, y compris les scénarios dans lesquels "s'élèverait, contrerait et rivaliserait" avec le géant asiatique.

En ce sens, M. Sullivan a déclaré que des mots comme "counter" et "compete" "sortaient de la bouche de tous les dirigeants présents dans la salle, et pas seulement de Joe Biden".

Comment Biden se perd en marge du sommet du G7

Le président américain Joe Biden se perd dans la cafétéria lors du sommet du Groupe des Sept (G7), suscitant les rires des témoins.

Vendredi, lors du sommet du G7 en Cornouailles, dans le sud du Royaume-Uni, Biden a connu un incident gênant lorsqu'il est entré lentement dans une terrasse de cafétéria, dans la confusion.

"Comment se passent vos réunions en Cornouailles ?" lui demande une femme, probablement une journaliste qui était sur place. À ce moment-là, le chef confus se fige, fait un geste du pouce et répond "très bien".

Juste après, la première dame des États-Unis, Jill Biden, s'est approchée du président et l'a orienté dans la bonne direction pendant que les visiteurs de la cafétéria riaient.

VIDÉO: https://www.hispantv.com/noticias/ee-uu-/494149/biden-se-pierde-cafeteria

Les dirigeants du G7 s'accordent sur l'objectif de zéro émission nette de carbone d'ici 2050

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a annoncé que les dirigeants mondiaux réunis au sommet du G7 ont convenu de décarboniser le secteur de l'énergie et se sont engagés à réduire les émissions nettes à zéro d'ici 2050 et à limiter l'augmentation de la température moyenne mondiale à 1,5 degré Celsius maximum.

5N5YXn-BajIAL6MazG8m01.jpg

"L'accord du G7 visant à mettre fin au financement mondial du charbon est une grande réussite et envoie un message fort au monde", a déclaré Mme Von der Leyen, qui a fait remarquer qu'actuellement, 25 % de l'énergie utilisée dans les pays de l'UE provient de sources renouvelables et que, d'ici 2030, ils prévoient de porter ce pourcentage à 38 %.

Les dirigeants du G7 ont également convenu d'augmenter leurs contributions pour respecter l'engagement d'allouer 100 000 millions de dollars par an pour aider les pays les plus pauvres à réduire leurs émissions de carbone, face au réchauffement climatique.

Dans le projet de communiqué, vu par Reuters, les États-Unis, le Royaume-Uni, le Canada, la France, l'Allemagne, l'Italie et le Japon ont déclaré qu'ils "mobiliseront 100 milliards de dollars par an de sources publiques et privées jusqu'en 2025."

"À cette fin, nous nous engageons à augmenter et à renforcer toutes nos contributions publiques internationales globales au financement du climat au cours de cette période et nous appelons les autres pays développés à se joindre à nous et à augmenter leurs contributions à cet effort", indique le document.

210611-sg-pc.jpeg

L'OTAN tient un sommet axé sur la Russie, Poutine et Biden s'affrontent

BRUXELLES (Sputnik) - Le secrétaire général de l'OTAN, l'économiste norvégien Jens Stoltenberg, a assuré que le sommet de l'organisation militaire à Bruxelles portera sur la Russie et sur la première rencontre entre les dirigeants de Washington et de Moscou, respectivement Joe Biden et Vladimir Poutine.

"Nos relations avec la Russie sont à leur plus bas niveau depuis la fin de la guerre froide", a déclaré M. Stoltenberg avant le début de la réunion de l'OTAN.

L'organisation militaire, a-t-il ajouté, s'adapte et a déjà renforcé ses capacités de défense collective.

Le secrétaire général a également déclaré que les membres de l'OTAN consulteront M. Biden avant sa rencontre avec le président russe prévue le 16 juin en Suisse.

M. Stoltenberg a fait remarquer que les dirigeants de l'OTAN confirmeront lors de leur sommet la relation double avec Moscou, avec une défense forte d'une part et un dialogue d'autre part.

"Nous allons essayer de dialoguer avec la Russie. Le dialogue n'est pas un signe de faiblesse, mais de force", a-t-il souligné.

Ces dernières années, l'OTAN a accru son activité militaire près des frontières de la Russie, ce qui inquiète les autorités russes.

L'OTAN prévoit de laisser l'Europe sans missiles nucléaires

Les États membres de l'OTAN devraient s'opposer officiellement au déploiement de missiles nucléaires terrestres en Europe après la réunion du président américain Joe Biden avec d'autres chefs d'État à Bruxelles, rapporte Defense News.

Cette position, qui fait écho à des commentaires antérieurs du secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, est exposée dans un projet de communiqué qui sera publié après le sommet de l'OTAN du 14 juin.

Selon Defense News, après le sommet de l'Alliance atlantique, une déclaration sera faite pour interdire le déploiement d'armes nucléaires terrestres en Europe. Le refus officiel de placer des armes nucléaires en Europe nécessite l'approbation du président américain. Selon les médias, une telle décision pourrait aider M. Biden à obtenir le soutien des partisans de la maîtrise des armements si l'interdiction des missiles nucléaires basés au sol en Europe devient officielle.

Les discussions de l'OTAN ont débuté alors que l'on apprenait que Moscou allait à nouveau proposer un moratoire sur le déploiement de missiles terrestres à portée intermédiaire et à courte portée. Cette démarche est considérée comme un moyen possible d'apaiser les tensions avec Moscou et d'intensifier le dialogue sur le contrôle des armements avant le sommet États-Unis-Russie qui se tiendra à Genève le 16 juin.

Selon les médias russes, à la mi-septembre 2020, le président Vladimir Poutine a envoyé un message aux capitales de plusieurs dizaines de pays, dont des membres de l'OTAN, proposant un moratoire sur le déploiement de missiles à portée intermédiaire et à courte portée en Europe et dans d'autres régions. La même lettre a été envoyée à Stoltenberg.

20190306_190306-ukraine-nato.jpg

Le cabinet allemand confirme que l'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN ne figure pas à l'ordre du jour actuel

BERLIN (Sputnik) - L'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN n'est pas à l'ordre du jour de l'OTAN, a déclaré la porte-parole adjointe du Cabinet allemand, Ulrike Demmer.

La veille, le président russe Vladimir Poutine a déclaré que rien ne garantit que l'Ukraine ne rejoindra pas l'OTAN et a appelé à réfléchir aux "lignes rouges" à ne pas franchir. Le président a souligné qu'en cas d'entrée de l'État ukrainien dans l'Alliance, une fusée lancée depuis la ville ukrainienne de Kharkov ou depuis Dniepr n'aura besoin que de 7 à 10 minutes pour atteindre la partie centrale de la Russie.

"Vous connaissez notre approche de l'Ukraine, l'importance de notre coopération avec elle, mais son adhésion à l'OTAN n'est pas à l'ordre du jour", a déclaré M. Demmer lors d'une conférence de presse, commentant les préoccupations du dirigeant russe.

En 2014, l'Ukraine a renoncé à son statut d'État non aligné. En juin 2016, le pays a proclamé l'adhésion à l'OTAN comme un objectif de politique étrangère. En 2019, le Parlement ukrainien a adopté des amendements constitutionnels proclamant l'objectif de rejoindre l'Union européenne et l'Alliance atlantique.

En juin 2020, l'Ukraine est devenue le sixième État à bénéficier du statut de partenaire de l'OTAN aux possibilités élargies.

dimanche, 13 juin 2021

Le menu est uniquement américain, l'Europe n'existe pas!

B9727322746Z.1_20210611195741_000+G1RIACUK8.1-0.jpg

Le menu est uniquement américain, l'Europe n'existe pas!

par Alberto Negri

Source : The Manifesto & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/il-menu-e-solo-americano-l-europa-non-c-e

Sommet de l'OTAN. La réunion de l'alliance atlantique s'ouvre sous les "meilleurs auspices". Outre l'ennemi numéro un, la Chine, et l'ennemi traditionnel, la Russie, on peut aussi penser qu'une nouvelle campagne humanitaire du front des "démocraties libérales" va s'enclencher pour exporter peut-être davantage de déstabilisation, après l'Afghanistan, l'Irak, la Syrie et la Libye. L'Europe n'aime pas ça, mais elle acquiesce. 

Le sommet de l'OTAN de demain à Bruxelles, précédé du G-7 en Cornouailles, commence par deux ou trois plaisanteries et une chose sérieuse. Ce qui est grave, c'est que le chef du Pentagone, Lloyd Austin, a signé une directive alertant les forces militaires pour qu'elles considèrent la Chine comme le défi numéro un des États-Unis et de l'Occident.

Dans le "paquet" proposé par les Etats-Unis de Biden au sommet de l'OTAN, il y a évidemment aussi la "cible Russie", avec l'idée d'une alliance entre les "démocraties libérales" européennes à déployer contre Pékin et Moscou. L'idée d'un élargissement de l'OTAN vers l'est est toujours présente à l'esprit, ce qui ne fera que raidir le Kremlin en vue du prochain sommet entre Biden et Poutine.

Ce que l'Europe gagne de cette "perspective" de futures relations avec la Russie et la Chine n'est pas du tout clair. Étant donné qu'entre autres choses, l'Alliance atlantique se retire de l'Afghanistan, manoeuvre qui n'a pas été sanctionnée par les pays de l'OTAN mais par les négociations des Américains au Qatar avec les Talibans. Les Européens n'ont rien décidé, sauf le jour de la cérémonie de descente du drapeau.

Cela signifie que les États-Unis, lorsqu'il y a quelque chose à établir, le font par eux-mêmes et le communiquent ensuite aux autres qui doivent engloutir leur menu, qu'ils le veuillent ou non.

Et voici le menu américain. M. Biden a appelé les autres dirigeants à envoyer un message réprobateur contre le "travail forcé" et le traitement réservé par Pékin à la minorité musulmane ouïghoure du Xinjiang. Comme étape supplémentaire, il a présenté une "route de la soie" occidentale. Derrière cet humanitarisme apparent se cache un nouveau piège: les Talibans, qui n'ont jamais été dissociés dans les faits d'Al-Qaïda, et d'Isis, répandu dans la province du Khorasan, peuvent devenir un instrument de déstabilisation avec les djihadistes du Xinjiang musulman.

En laissant peut-être en place la Turquie d'Erdogan, un membre de l'OTAN qui est devenu le grand manœuvrier des djihadistes entre la Syrie et la Libye. En bref, même depuis la défaite en Afghanistan, rien n'est jeté et tout peut être recyclé.

000_1SU9PJ.jpg

Le sommet de l'OTAN s'ouvre sous les "meilleurs auspices". Outre l'ennemi numéro un, la Chine, et l'ennemi traditionnel, la Russie, on peut aussi penser à une nouvelle campagne humanitaire du front des "démocraties libérales" pour exporter peut-être une autre déstabilisation, après l'Afghanistan, l'Irak, la Syrie et la Libye. Une chaîne d'échecs dévastateurs. Et en plus, les États-Unis gagnent économiquement, peut-être nous, Européens, un peu moins.

Parce que l'Europe a "ses" intérêts économico-commerciaux avec la Chine et ne veut pas couper les ponts avec Pékin, à tel point qu'en 2020, la Chine a dépassé les États-Unis et est devenue le premier partenaire commercial de l'Union. La réalité est que les États-Unis, en particulier dans le secteur technologique, font pression sur les Européens: du jour au lendemain, il faut acheter "américain".

Le sommet atlantique de Bruxelles sera l'occasion de réitérer ce message. Nous l'entendrons probablement lors de la rencontre entre Biden et Erdogan, qui a acheté des batteries antimissiles S-400 à Poutine. On en a eu un avant-goût lors de la rencontre dans le port sicilien d'Augusta où, sur le plus grand porte-avions d'Europe, le Queen Elisabeth britannique, le ministre de la Défense Guerini et deux de ses collègues, le Britannique Ben Wallace et le Turc Hulusi Akar, se sont rencontrés. Biden déteste Erdogan mais ils finiront par trouver un accord car la Turquie est opposée à la Russie sur trois fronts, la Syrie, la Libye et l'Azerbaïdjan, et même l'Italie s'arrangera avec Erdogan en échangeant peut-être les parts de gaz d'ENI dans la mer contestée de Chypre avec quelques concessions en Libye où la Turquie a une sorte de protectorat sur la Tripolitaine.

Et nous en arrivons aux blagues. L'existence d'une politique étrangère européenne fait rire tout le monde. Merkel est en liquidation, Macron se porte mal et Johnson est plus transatlantique que jamais grâce au Brexit. S'il est vrai que les États-Unis ont suspendu pour l'instant les sanctions contre le gazoduc North Stream 2 entre la Russie et l'Allemagne, Washington n'a certainement pas renoncé à faire exploser le projet en nommant Amos Hochstein, un ancien conseiller d'Obama et de Biden, comme envoyé spécial pour les affaires énergétiques.

maxramho.jpg

Hochstein (photo) a siégé au conseil de surveillance du géant ukrainien de l'énergie Naftogaz. Et comme tout le monde le sait, le fils de Biden, Hunter, a été impliqué dans des transactions gazières louches en Ukraine. Hochstein a été l'homme de l'ombre de Biden dans le secteur de l'énergie. Cet ancien officier de l'armée israélienne est celui qui a déjà fait sauter le South Stream avec Moscou (2 milliards de commandes de Saipem) : attention, il n'est pas écologiste, il sponsorise le pipeline Tap.

La dernière histoire nous concerne directement, nous Italiens. Biden a promis à Draghi un soutien total sur la Libye ; le président américain n'est incertain que sur un point: raconter ou non au premier ministre la blague sur la "salle de contrôle italienne" déjà promise par Obama et Trump. Et ce après avoir bombardé Kadhafi en 2011 avec la France et la Grande-Bretagne. Entre-temps, le fils de Kadhafi, Seif Islam, aimerait se présenter à la présidence, soutenu par l'actuel premier ministre Dbeibah qui a dirigé l'une des sociétés d'investissement de Seif. Vous pouvez voir dans quelles mains nous nous trouvons.

lundi, 07 juin 2021

L’Europe: un terrain de jeux de guerre pour la stratégie américano-otanienne

2105-68-cf127-47348.jpg

L’Europe: un terrain de jeux de guerre pour la stratégie américano-otanienne

par Manlio Dinucci, Italie

Ex: https://www.zeit-fragen.ch/fr/archives/2021/

En 2020, la mobilité terrestre des personnes dans l’Union européenne a été paralysée par les verrouillages, principalement à la suite du blocus du tourisme. La même chose s’est produite dans la mobilité aérienne: selon une étude du Parlement européen (mars 2021), elle a subi une perte nette de 56 milliards d’euros et 191 000 emplois directs, plus d’un million dans les industries connexes. En 2021, la reprise s’annonce très problématique. Un seul secteur a fortement accru sa mobilité en allant à l’encontre de la tendance: le secteur militaire.

En ce moment, environ 28 000 soldats passent d’un pays à l’autre en Europe avec des chars et des avions: ils sont engagés dans Defender-Europe 21, le grand exercice de l’armée américaine (et non de l’OTAN) en Europe impliquant 25 alliés et partenaires européens. L’Italie y participe non seulement avec ses forces armées, mais en tant que pays hôte. Dans le même temps, l’exercice Steadfast Defender de l’OTAN est sur le point de commencer, mobilisant plus de 9 000 soldats américains et européens, dont des soldats italiens. Il constitue le premier test à grande échelle des deux nouveaux commandements de l’OTAN: le Joint Force Command, avec son quartier général à Norfolk (USA), et le Joint Support Command avec son quartier général à Ulm (Allemagne). La «mission»du Norfolk Command est de «protéger les routes atlantiques entre l’Amérique du Nord et l’Europe» qui, selon l’OTAN serait menacée par les sous-marins russes; la «mission»du commandement d’Ulm est «d’assurer la mobilité des troupes à travers les frontières européennes pour permettre un renforcement rapide de l’Alliance sur le front de l’Est», menacée par les forces russes d’après l’OTAN.

Pour cette seconde «mission» l’Union européenne joue un rôle important, car l’armée américaine a demandé la création d’un «espace Schengen militaire». Le plan d’action sur la mobilité militaire, présenté par la Commission européenne en 2018, envisage de modifier «les infrastructures (ponts, voies ferrées et routes) qui ne sont pas adaptées au poids ou à la taille des véhicules militaires lourds». Par exemple, si un pont ne peut pas supporter le poids d’une colonne de réservoir de 70 tonnes, il doit être renforcé ou reconstruit. Après avoir alloué une dotation initiale d’environ 2 milliards d’euros à cet effet, en deniers publics soustraits des dépenses sociales, les ministres de la Défense de l’UE (Lorenzo Guerini pour l’Italie) ont décidé le 8 mai d’impliquer les Etats-Unis, le Canada et la Norvège sur le Plan de mobilité militaire de l’UE. Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, présent à la réunion, a souligné le fait que «les Alliés non membres de l’UE jouent un rôle essentiel dans la protection et la défense de l’Europe». Ainsi, l’OTAN (21 pays de l’UE sur 27 sont membres de l’OTAN), après avoir chargé l’UE de mener et de financer la restructuration des infrastructures européennes à des fins militaires, prend en fait la gestion de la «Espace Schengen militaire».

militaires_usa_lituanie_sipa.jpg

Dans la région européenne transformée en terrain de parade, l’adaptation des infrastructures à la mobilité des forces US / OTAN est testée dans des essais de guerre incluant «le déploiement de forces terrestres et navales d’Amérique du Nord vers la région de la mer Noire». Ils servent – selon les propos de M. Stoltenberg – à «démontrer la capacité et la volonté de l’Otan à protéger tous ses alliés de toute menace». Le type de «menace» a également été déclaré par les ministres des Affaires étrangères du G7 (Etats-Unis, Canada, Grande-Bretagne, Allemagne, France, Italie et Japon), qui se sont réunis le 5 mai à Londres. Les sept ministres (Luigi Di Maio pour l’Italie), renversant les faits, ont accusé la Russie de «comportement irresponsable et déstabilisateur, annexion illégale de la Crimée, regroupement des forces militaires à la frontière ukrainienne, utilisation d’armes chimiques pour empoisonner les opposants, activités malveillantes visant à saper le système démocratique d’autres pays, menacent l’ordre international fondé sur des règles». Le fait que le G7 ait formulé ces accusations avec les mêmes mots utilisés par le Pentagone et répétés par l’OTAN, confirme l’existence de la même matrice dans la stratégie de tension poussant l’Europe dans une situation de plus en plus dangereuse.•

samedi, 05 juin 2021

Biden déploie sa machine de guerre

B88690418Z.1_20190501071428_000_G1RIVG1H.6-0_Gallery.jpg

Biden déploie sa machine de guerre

Par Alexander Markovics

« Nous devons nous attendre à une guerre nucléaire ». Ce qui ressemble à un gros titre datant de l'apogée de la guerre froide est aujourd’hui une déclaration tirée du rapport annuel du commandement stratégique américain. En charge des forces nucléaires américaines, les généraux des Etats-Unis considèrent la guerre nucléaire avec la Russie et la Chine comme une possibilité "dans le spectre actuel des conflits". Dans le même temps, 28.000 soldats de 26 nations se déploient sous la direction des États-Unis en Europe de l'Est, à la frontière sud avec la Russie, dans le cadre des manœuvres "Defender Europe 2021", qui se dérouleront du 1er mai au 14 juin. L'Allemagne ne se contente pas de participer à cet exercice de grande envergure, qui peut littéralement être considéré comme un pistolet braqué sur la poitrine de la Russie, mais sert avant tout de zone de déploiement pour les autres pays de l'OTAN et notamment pour les États-Unis. Mais quel est le contexte politique du déploiement ordonné par Biden en Europe ?

Volodymyr Zelensky - un belliciste dos au mur

A Kiev, le président Zelenskyj bat à nouveau le tambour pour une reconquête du Donbass. En 2014, lorsque l'Occident a organisé un coup d'État contre le président sortant Ianoukovitch et a commencé à organiser des pogroms contre la population russe dans l'est et le sud-est du pays pour forcer une guerre avec la Russie, non seulement la Crimée mais aussi certaines parties du Donbass se sont séparées suite à un soulèvement populaire. L'accord de Minsk qui a suivi a établi un cessez-le-feu entre l'Ukraine et les républiques populaires de Donetsk et de Lougansk à l'est. Outre le retrait des armes lourdes de la région frontalière et un échange de prisonniers, Kiev s'est engagé à réviser sa propre constitution et à accorder aux deux États de l'Est une autonomie qui conduirait à terme à leur réadmission dans l'Ukraine. Mais la réalité est loin de ce qui est écrit dans l'accord de Minsk: chaque jour, de pauvres gens meurent dans le Donbass sous les tirs d'artillerie et, plus récemment, de drones des soldats de Kiev. Plus récemment, un enfant de cinq ans y a été tué par des drones. Même un amendement constitutionnel contenant l'autonomie promise ne s'est pas concrétisé jusqu'à présent. La marionnette de Washington à Kiev, Volodymyr Zelenskyj, a quelque chose de tout à fait différent en tête: ce comédien télégénique qu’est Zelenskyj était devenu célèbre en tant qu'artiste de cabaret, il veut maintenant "résoudre" le conflit dans le Donbass avec l'aide de l'OTAN, comme il l'a déclaré début avril. L'Ukraine ne peut plus attendre d'être acceptée dans l'alliance militaire occidentale, a-t-il déclaré, elle veut aussi rejoindre l'UE. Car sur le plan politique, il a désespérément besoin de succès: depuis son écrasante victoire électorale, il a déçu ses électeurs. Ainsi, pour 42% des Ukrainiens, il a été la grosse déception de 2020, ne pouvant ni lutter contre la corruption dans le pays, ni mettre en œuvre la paix promise.

La crise du coronavirus a encore aggravé la situation économique de l'Ukraine. Les scandales tels que les allégations de corruption à l'encontre du fils du président américain Hunter Biden, qui font passer l'Ukraine pour un bordel et une colonie américaine, font le reste. L'Ukraine est plus dépendante que jamais de l'aide financière de l'Occident, et pas seulement dans le secteur de l'armement. Il perd également de plus en plus de partisans dans le pays même, dont récemment l'oligarque Ihor Kolomojskyj. Par suite, une nouvelle flambée de la guerre lui conviendrait parfaitement. Les officiers de l'armée ukrainienne s'efforcent également depuis des mois d'obtenir un soutien pour une guerre contre l'Est. L'armée ukrainienne, disent-ils, est prête, surtout après sa mise à niveau avec des drones et d'autres matériels de guerre provenant de l'Ouest. En clair, au lieu de la paix et du retrait des armes, cela signifierait l'expulsion et le génocide. Mais lorsque, en réponse, Moscou a massé des troupes à la frontière avec l'Ukraine et en Crimée, Zelenskyi s'est attiré les foudres du public. Soudain, l'Ukraine a été menacée par la Russie. Le président ukrainien a alors imploré l'Occident de lui venir en aide. Ce faisant, il a fait le jeu du nouveau chef de guerre à Washington.

724965679.jpg

Car depuis l'investiture du nouveau président américain, le ton des Etats-Unis contre la Russie s'est durci. Si Hillary Clinton ne pouvait expliquer sa défaite face à Donald Trump que par le fantasme de "l'ingérence russe dans l'élection présidentielle", Biden a également eu recours à cet argument non prouvé pour alimenter la peur de la Russie aux États-Unis. De plus, le 15 avril de cette année, Joe Biden a même fait déclarer l'état d'urgence aux États-Unis parce que le service de renseignement extérieur russe, le SWR, aurait été coupable d'une attaque informatique contre les États-Unis. Cette décision a été suivie de l'expulsion de dix diplomates russes et de l'interdiction de négocier des obligations d'État russes. Lorsque, dans le même souffle, Biden souligne qu'il ne cherche pas une escalade avec la Russie, mais veut seulement "réagir de manière appropriée", cela ne peut être compris que comme une farce.

Une crise diplomatique mise en scène

Cette action a entraîné le début d'une crise diplomatique entre l'Occident et la Russie. En Europe également, les États-Unis instrumentalisent leurs alliés pour exercer une pression accrue sur la Russie. L'explosion d'un dépôt de munitions en 2014 a soudainement été utilisée par Prague comme une occasion d'expulser le personnel de l'ambassade russe de la République tchèque. Dans une réaction en chaîne de "solidarité", des diplomates russes ont également été expulsés dans les trois États baltes et en Roumanie. Moscou ne s'est pas laissé faire et a répondu à son tour en expulsant sept diplomates de l'UE. Le point culminant de l'escalade occidentale contre la Russie et ses alliés a finalement été la planification d'une tentative d'assassinat contre le président biélorusse Loukachenko, qui a pu être empêchée par les services russes et biélorusses - plus d'informations à ce sujet dans la rubrique "Objection" de ce numéro de Deutsche Stimme. Le point commun de toutes ces provocations est le fait qu'elles proviennent de l'Occident et sont dirigées contre la Russie. Tout cela ne présage rien de bon pour les futures relations entre la Russie et l'Europe, qui, elle, est devenue un champ de bataille potentiel entre les États-Unis et la Russie et qui demeure dominée par les États-Unis en matière de politique étrangère.

Un déploiement sous le signe de la grande réinitialisation

Globalement, on peut affirmer que les actions et la rhétorique de l'alliance occidentale sous la direction de Joe Biden sont devenues de plus en plus vociférantes et menacent actuellement de dépasser toutes limites. D'un côté, nous voyons un secrétaire américain à la défense transsexuel, un président américain dégringolant des escaliers et lançant des accusations non prouvées d'ingérence dans les élections et dans les affaires américaines. Ce qui semble complètement ridicule à première vue est cependant étayé par des mesures percutantes du côté occidental: les récentes déclarations sur la possibilité d'une guerre nucléaire avec la Russie et la Chine, les expulsions de diplomates russes, le déploiement de l'OTAN dans le sud-est de l'Europe et en mer Noire, ainsi que la tentative d'assassinat d'Alexandre Loukachenko sont autant de quasi-déclarations de guerre contre la Russie qui n'ont pas encore été suivies d'une escalade totale, ce que nous devons avant tout aux nerfs d'acier de Vladimir Poutine et à la retenue de la Russie. Tout cela se déroule sur fond de Great Reset. Deutsche Stimme a consacré un numéro séparé à ce sujet - qui, dans les affaires intérieures des États occidentaux, impose des mesures toujours plus totalitaires de restructuration de la société sous le couvert de la politique ‘’covidiste’’; dans le domaine de la politique étrangère, cela signifie une confrontation toujours plus vive avec des puissances altermondialistes comme la Chine, l'Iran, mais surtout la Russie.

2177379.jpg

L'Allemagne a beaucoup d'enjeux dans ce conflit. L'enjeu n'est pas seulement le gazoduc Nord Stream 2, qui revêt une importance considérable pour la sécurité énergétique du pays, mais l'existence même du peuple allemand. En octobre 2020, l'armée de l'air allemande s'est entraînée à larguer des bombes nucléaires américaines sur le territoire allemand dans le cadre de l'exercice "Steadfast Noon". Sachant que les bellicistes du Pentagone et leurs marionnettes à Kiev travaillent à une escalade ouverte avec la Russie et que l'Occident est apparemment prêt pour la guerre nucléaire, une seule mauvaise décision peut conduire à l'anéantissement nucléaire de l'Allemagne et de l'Europe, comme aux beaux jours de la guerre froide. Dans le contexte des développements actuels, il est d'autant plus important que nous ne nous laissions pas atteler à la charrette de Washington, mais que nous nous prononcions inébranlablement pour un retrait de l'OTAN et pour la paix en Europe. Maintenant que les Verts, la gauche et même une grande partie de l'AfD sont attachés au traité de l'Atlantique Nord et au transatlantisme, c'est la seule tâche de l'opposition nationale de mener une authentique politique de paix pour un futur monde multipolaire.

 

mercredi, 19 mai 2021

Le conflit en Ukraine se calme-t-il à nouveau?

529c5cdfc55f156cfa7d13c58d0d4978-1595262359.jpg

Le conflit en Ukraine se calme-t-il à nouveau?

Petru Romosan

Ex : https://flux.md/

Alors qu'aux États-Unis, le policier Derek Chauvin a été condamné pour la mort accidentelle de George Floyd (c'est ainsi que les violentes manifestations de BLM et d'Antifa ont débuté), en Russie, Vladimir Poutine a prononcé un long discours (une heure et demie) sur l'état de la nation lors de sa première apparition publique après le déclenchement de la pandémie. Poutine s'est montré longuement préoccupé, avec des chiffres et des plans, par le sort des familles, des enfants, des élèves et des étudiants (ce que Klaus Iohannis et Florin Câțu ne font pas), par la promotion de l'enseignement scientifique et technique, et a attiré l'attention sur les lignes rouges que la Russie n'acceptera pas de voir franchies. Les lignes rouges sont fixées par la Russie elle-même et elle ne se sent pas obligée de les annoncer à l'avance. Le président russe a menacé de riposter plus durement que jamais et s'est plaint que les attaques et les sanctions contre la Russie soient devenues un sport pour l'Occident, une banale habitude. Un commentateur de Moscou a souligné que les citoyens russes sont fatigués de la géopolitique et veulent avant tout augmenter leurs revenus.

Mais le conflit toujours gelé dans le Donbas (le bassin de Donetsk), dans l'est de l'Ukraine, prend de l'ampleur chaque jour. Joe Biden a proposé au président russe une rencontre dans un pays tiers, ce que Vladimir Poutine semble avoir accepté. Par ailleurs, une conférence sur le climat et l'écologie aura lieu à l'initiative des États-Unis, où le président américain veut faire oublier l'initiative de son prédécesseur Donald Trump de dénoncer le traité de Paris. Le président chinois Xi Jinping et, apparemment, le président russe Vladimir Poutine seront également présents (virtuellement, via Internet). Le président Joe Biden pourrait annoncer dans les prochains jours la reconnaissance du massacre des Arméniens en 1915-1916 en Turquie, un geste qui risque de faire exploser les relations des Etats-Unis avec son principal partenaire de l'OTAN, la Turquie.

imagManMN.jpg

Bien que le président ukrainien Volodimir Zelenski, son premier ministre Denis Shmihal et les groupes néonazis ukrainiens fassent tout leur possible pour déclencher un conflit ouvert avec la Russie, les Russes ne semblent pas vouloir se laisser entraîner aussi facilement dans une guerre avec l'Ukraine (soutenue par les États-Unis, le Royaume-Uni et l'OTAN). Pour les Russes, il y a d'autres solutions que la guerre. Par exemple, la Russie, en plus d'accorder des passeports russes aux russophones orthodoxes de l'est de l'Ukraine (plus de 600.000 passeports pour une population de 4,6 millions d'habitants), peut organiser un important transfert de population à l'intérieur de ses frontières actuelles. Bien que la Russie ait signalé à plusieurs reprises qu'elle ne considérait pas l'Ukraine comme viable entre les frontières tracées par Lénine, Staline et Khrouchtchev (notamment à Bucarest lors du sommet de l'OTAN de 2008), elle peut attendre pour ajouter l'est de l'Ukraine (Donbass) et la côte de la mer Noire au sud de l'Ukraine, comme elle l'a fait avec la Crimée en 2014.

En tout cas, si l'Ukraine et son président "militariste" parviennent finalement à déclencher la guerre, il est certain que l'Ukraine actuelle ne restera pas entière. La Roumanie n'a aucune raison de signer de nouveaux traités avec l'Ukraine ou d'expulser (à une éventuelle demande britannique, américaine ou de l'OTAN) des diplomates russes, comme l'ont déjà fait les Polonais, les Tchèques et les Bulgares. Tant que les territoires roumains (Transcarpathie, Bucovine du Nord, région de Tchernivtsi, Bugev, région d'Odessa) seront habités par quelque 600.000 Roumains, dont l'identité et la langue ne sont plus respectées, la Roumanie ne devrait rien avoir à négocier avec l'Ukraine. Les politiciens qui signent de tels actes signent également leur propension à des compromis éternels, qui peuvent également être associés à des sanctions politiques assez concrètes dans un avenir pas trop lointain. Nous verrons à cette occasion si nos représentants servent les intérêts roumains ou appartiennent à des puissances étrangères, bien qu'elles soient "partenaires". Nous verrons si le "facteur interne" est submergé par le "facteur externe" ou, pire encore, si le "facteur interne" ne s'est pas entièrement métamorphosé en "facteur externe", comme il l'a fait dans les années 50, du côté des Soviétiques et des Russes. En tout état de cause, en tant que voisin direct, la Roumanie ne peut s'impliquer dans une guerre entre l'Ukraine et la Russie. Et n'oublions pas que l'Ukraine n'est pas membre de l'OTAN et, comme les Russes l'ont clairement indiqué, ne le sera jamais.

photo-1543357665.jpg

Des commentateurs avertis, comme l'analyste militaire italien Manlio Dinucci (directeur exécutif pour l'Italie de l'Organisation pour la prévention de la guerre nucléaire - prix Nobel de la paix en 1985 - et auteur de premier plan en matière de géopolitique), suivent également de près les mouvements militaires des États-Unis et de l'OTAN, et pas seulement ceux de la Russie, comme le fait la presse roumaine: "Ces manœuvres militaires et d'autres qui transforment l'Europe en une grande garnison provoquent une tension croissante avec la Russie, centrée sur l'Ukraine. L'OTAN, après avoir désintégré la Fédération yougoslave en enfonçant le couteau de la guerre dans ses fractures internes, se pose maintenant en chevalier de l'intégrité territoriale de l'Ukraine. Le président du Comité militaire de l'OTAN, le Britannique Stuart Perch, chef de la Royal Air Force, a déclaré, lors de sa rencontre à Kiev avec le président Zelenski et le chef d'état-major Homciak, que "les alliés de l'OTAN sont unis pour condamner l'annexion illégale de la Crimée par la Russie et ses actions agressives dans l'est de l'Ukraine". Il a ainsi répété la version selon laquelle la Russie avait annexé la Crimée par la force, ignorant le fait que les Russes de Crimée avaient décidé par référendum de se séparer de l'Ukraine et d'appartenir à la Russie afin d'éviter d'être attaqués, comme les Russes du Donbass, par les bataillons néonazis de Kiev. Les mêmes bataillons utilisés en 2014 comme troupes d'assaut lors de l'émeute de la place Maidan, amorcée par des snipers géorgiens tirant sur les manifestants et les policiers, puis dans les actions qui ont suivi : villages brûlés et ensanglantés, militants brûlés vifs dans la Maison des syndicats à Odessa, civils désarmés massacrés à Marioupol ou bombardés au phosphore blanc à Donetsk et Lougansk. Un coup d'État sanglant géré par les États-Unis et l'OTAN dans le but stratégique de provoquer une nouvelle guerre froide en Europe afin d'isoler la Russie et de renforcer en même temps l’influence et la présence militaire des États-Unis en Europe [...].

Ce n'est pas une coïncidence si le conflit au Donbass a été ravivé lorsque Antony Blinken est devenu secrétaire d'État au sein de l'administration Biden. D'origine ukrainienne, M. Blinken a été le principal organisateur de l'émeute de la place Maidan en vertu de son rôle de conseiller adjoint à la sécurité nationale dans l'administration Obama-Biden. Biden a nommé Victoria Nuland, coorganisatrice de l'opération américaine de 2014 qui a coûté plus de 5 milliards de dollars pour installer le "bon gouvernement" (de son propre aveu) en Ukraine, au poste de secrétaire d'État adjointe. Il n'est pas exclu qu'il y ait maintenant un plan: promouvoir une offensive des forces de Kiev dans le Donbass, soutenue de facto par l'OTAN. Cela placerait Moscou dans un choix qui donnerait de toute façon un avantage à Washington: laisser les populations russes du Donbas se faire massacrer ou intervenir militairement pour les soutenir. Quelqu'un joue avec le feu, et pas au sens figuré, en allumant la mèche d'une bombe au cœur même de l'Europe [...]" (cf. "Ukraine, bombe USA en Europe", mondialisation.ca, 13.04.2021).

armee_russe_pays_reuters.jpg

"L'escalade n'est pas seulement verbale. La veille du Conseil de l'Atlantique Nord, l'armée américaine en Europe a déclaré que, étant donné qu'elle devait recevoir deux nouvelles unités opérationnelles dans les mois à venir, elle conserverait trois bases en Allemagne qu'elle était censée rendre au gouvernement allemand. Le lendemain, au Conseil de l'Atlantique Nord, les États-Unis ont annoncé un accord avec la Norvège lui permettant de disposer de quatre bases aériennes et navales à sa frontière avec la Russie. Entre-temps, le destroyer américain Arleigh Burke est arrivé en Europe, après avoir été modernisé pour "augmenter sa portée et sa capacité d'armement". "L'Arleigh Burke est l'un des quatre lanceurs de missiles déployés à l'avant et appartenant à la 6e flotte, qui opère principalement en mer Baltique et en mer Noire sous le commandement des forces navales américaines en Europe (dont le quartier général se trouve à Naples-Capodichino). Ces navires sont équipés de lanceurs verticaux Mk 41 produits par Lockheed Martin. Ils peuvent envoyer (selon les spécifications techniques officielles) "des missiles avec toutes les missions possibles: anti-aériennes, anti-navires ou attaques sur des cibles terrestres". Ces derniers, qui comprennent les missiles Tomahawk, peuvent transporter des ogives conventionnelles ou nucléaires. Incapable de savoir lesquels, la Russie estime que des missiles d'attaque nucléaire se trouvent à bord de ces navires à proximité de son territoire. Alors que Londres indique également qu'elle enverra une unité de lancement de missiles en mer Noire, Moscou annonce qu'aucun navire de guerre étranger ne sera autorisé à traverser les eaux territoriales russes dans trois zones de la mer Noire entre le 24 avril et le 31 octobre. La situation sera encore plus tendue lorsque les manœuvres américano-ukrainiennes Sea Breeze auront lieu dans la mer Noire en été, avec la participation d'autres pays membres de l'OTAN avec plus de 30 navires et un soutien aérien (avions, hélicoptères et drones)" ("Les ordres des États-Unis contre la Russie: L'Italie au garde à vous", mondialisation.ca, 20.04 2021).

La guerre en Ukraine, bien que les Ukrainiens aient abandonné les accords de Minsk et attaquent par intermittence les régions séparatistes de Donetsk et de Lugansk, n'a pas encore commencé. L'Allemagne, par la voix d'Angela Merkel, a fermement annoncé qu'elle n'avait pas l'intention d'arrêter le projet Nord Stream 2 (l'une des principales raisons de la discorde). Et malgré tous les grands mouvements de troupes et d'armes, malgré les innombrables déclarations belliqueuses, la paix peut encore être sauvée. La diplomatie (ouverte ou secrète) n'a pas encore été totalement abandonnée. Vladimir Poutine et la Russie ont montré leur volonté de parler à tout le monde, en particulier à leurs adversaires. Mais peut-être moins avec le pouvoir de Kiev, qui est considéré comme manquant d'autonomie. Le ministre russe de la défense, le général Sergei Shigu, a révélé le 22 avril 2021 que la Russie avait ordonné au commandement de ses forces armées de ramener les troupes dans leurs bases permanentes à partir du vendredi 23 avril 2021, après des exercices militaires en Crimée et en mer Noire.

Petru Romosan.

mercredi, 28 avril 2021

Les patriotes arméniens attaquent l'OTAN

phpP8XYww.jpg

Les patriotes arméniens attaquent l'OTAN

Grigory Trofimchuk

Ex : http://www.elespiadigital.com/

Les militants arméniens sont de plus en plus convaincus que l'Occident et ses institutions situées sur le territoire du pays sont responsables de tous leurs problèmes. Selon des chercheurs indépendants, il y a eu plus de deux cents organisations pro-occidentales de ce type qui se sont installées en Arménie au cours de ces dernières années. Pour une république relativement petite, c'est un chiffre colossal, d'autant plus qu'il est étayé par l'un des pourcentages les plus élevés de personnels affectés à l'ambassade des États-Unis en Arménie par rapport au nombre de ses citoyens. Cette question a été discutée à plusieurs reprises lors de conférences à Moscou, avec la participation de l'ambassadeur arménien.

Le pic de patience de ces citoyens commence à déborder, car l'"armée" des adhérents occidentaux n'a rien fait pour améliorer la vie réelle dans le pays d'accueil, tout en menant des activités à caractère occulte, inaccessibles au contrôle public, avec la référence standard à la nécessité de "développer la démocratie". Dans le même temps, les accusations contre la Russie et l'OTSC proviennent apparemment du même réseau, œuvrant à affaiblir davantage l'Arménie.

Récemment, la haine civile croissante a conduit à une attaque en rue contre l'ancien directeur du centre d'information de l'OTAN en Arménie, Ara Tadevosyan. Les militants n'ont même pas été gênés par l'épidémie de coronavirus et ont pu reconnaître Tadevosyan comme un passant apparemment ordinaire, marchant avec un masque médical dans le centre-ville d'Erevan. Peut-être Tadevosyan devra-t-il désormais toujours porter un masque, se cacher du public, même après la disparition du virus.

C'est un précédent. Il est évident que les citoyens patriotes d'Arménie ne veulent plus tolérer la coopération de l'Arménie avec l'Occident sous quelque forme que ce soit, y compris les nouvelles guerres que les structures occidentales préparent pour cet État. Malgré la fermeture récente de ce centre d'information et la dissolution de son personnel, l'OTAN continue de se renforcer le long des frontières de l'Arménie, s'étant considérablement renforcée dans cette région depuis 1991, ce qui provoque des protestations émotionnelles et spontanées de la population.

Apparemment, Ara Tadevosyan, qui a brandi une affiche à la demande des patriotes, demandant à l'OTAN de ne pas s'approcher de l'Arménie - "OTAN, ne t'approche pas de l'Arménie !", "OTAN, rentre chez toi !". - n'est que le début des actions anti-occidentales de masse. Les Arméniens, qui sont des patriotes, ne demandent pas encore à Tadevosyan et à ses amis de quitter l'Arménie pour toujours et de vivre à l'Ouest qu'ils aiment tant, mais une telle évolution est tout à fait possible.

Mais aujourd'hui, il est plus important de comprendre dans quelle mesure le Centre d'information de l'OTAN, qui était actif jusqu'à récemment en Arménie, a été impliqué dans le développement de la déstabilisation de la situation politico-militaire dans la région, qui a finalement conduit à ce qu'on appelle la deuxième guerre du Karabakh. Ces questions devraient être posées au même activiste pro-occidental Are Tadevosyan, peut-être dans le cadre d'une conférence de presse spéciale, afin que la position politique croissante de la véritable "rue" arménienne ne ressemble pas à un banal règlement de comptes. Et il s'agit d'une "rue" arménienne naissante complètement différente, significativement différente, de celle qui a porté Nikol Pashinyan au pouvoir au printemps 2018.

Le centre d'information de l'OTAN a été ouvert à Erevan en 2007, à la veille de 2008, lorsque la guerre d'Ossétie du Sud a éclaté dans le Caucase du Sud. On peut considérer cette ouverture comme une simple coïncidence, mais les faits et les dates concordent, dans une séquence stricte. Les objectifs de l'institution inaugurée étaient extrêmement nobles: on supposait que le "grand peuple arménien" serait mieux informé des tâches de l'Alliance de l'Atlantique Nord et de ses partenaires, l'un des principaux à l'époque, dans une région qui se transformait rapidement en une autre Géorgie. Le statut réel de ces centres visait à inclure l'Arménie dans le "nuage" entourant l'OTAN sur la base d'accords bilatéraux avec les pays qui n'étaient pas membres de ce bloc politico-militaire et ne pouvaient guère l'être.

Quelques années plus tard, en 2011, avec la participation active d'Ara Tadevosyan lui-même, un programme de formation sur "l'OTAN en tant qu'élément du système de sécurité occidental" a été lancé dans le cadre de la "Semaine de l'OTAN en Arménie". C'est-à-dire que, même à ce moment-là, ont été lancés les processus qui détruisent l'Arménie aujourd'hui, avec des "flèches" tirées vers Moscou, c'est-à-dire des ‘’flèches’’ visant à faire croire en la responsabilité russe dans les désordres de la région. Dans le même temps, M. Tadevoyasyan a lui-même déclaré que le projet était de "nature pilote".

Et aujourd'hui, dix ans plus tard, le pilote "Tadevosyan" a reçu une réponse inévitable de ses compatriotes reconnaissants. Et ce n'est que le premier round.

vendredi, 23 avril 2021

Etats-Unis/Russie : un conflit pour l’Europe

20073757lpw-20073805-article-diplomatie-armee-defender-europe-20-jpg_6938127_1250x625.jpg

Etats-Unis/Russie : un conflit pour l’Europe

Par Gabriele Melchiorre

SOURCE : https://www.rivistaspiral.org/usa-russia-un-conflitto-per-leuropa/

Ces derniers jours, les États-Unis, sous la nouvelle administration démocrate, ont lancé une série de sanctions et de mesures contre leur ennemi/ami historique: la Russie. Tout a commencé par une déclaration provocante du président Biden qui, lors d'une interview le 17 mars (1), a déclaré qu'il pensait que Vladimir Poutine était un ‘’meurtrier’’, réitérant en même temps ses soupçons que l'ancien pays soviétique avait d'une manière ou d'une autre interféré dans les élections américaines de novembre dernier. La réponse russe à cette provocation ne s'est pas fait attendre et le Kremlin a convoqué l'ambassadeur américain à Moscou pour comprendre la direction que prendraient désormais les relations entre les deux pays. C'est à partir de là qu'a commencé une escalade de nouvelles provocations diplomatiques, qui ont conduit ces derniers jours à l'expulsion de dix diplomates russes des États-Unis, de trois de la Pologne (l’un des principaux alliés des États-Unis en Europe), à l'émission de nouvelles sanctions (2) et à la déclaration de l'état d'urgence par le gouvernement américain.

Le président américain a probablement jeté un coup d'œil aux cartes de son adversaire, voyant dans les récentes activités du gouvernement de la Fédération de Russie une future atteinte à la sécurité nationale, allant jusqu'à émettre un décret de saisie des avoirs de toute personne ayant eu le moindre lien avec l'État rival (3), suivi d'un déploiement plus conséquent de troupes le long de la frontière ukrainienne, tant par la Russie que par l'OTAN (4).

baltique-et-otan.jpg

Mais quels sont exactement les intérêts des États-Unis dans la poursuite de cette sorte de guerre froide du troisième millénaire? La réponse n'est à chercher ni à Washington ni à Moscou, mais à Berlin. Plus précisément encore dans les profondeurs de la mer Baltique, car c'est là que le Nord Stream 2 est en train de se construire. Il s'agit du doublement du gazoduc Nord Stream déjà achevé en 2012 qui, en traversant la mer qui baigne les côtes du nord de l'Europe, alimente l'Allemagne en précieux combustible.

Depuis l'administration Trump, les États-Unis ont exprimé leur désapprobation à l'égard de ce projet, considéré comme un projet géopolitique russe et une occasion d'approfondir les relations entre le pays eurasien et l'Allemagne (et à travers elle l'Union européenne). Mais alors que la politique "America First" du magnat voulait se tenir à l'écart des questions européennes, l'axe franco-allemand mis en place par Macron et Merkel a profité de l'occasion pour entamer un processus d'"autonomie" par rapport aux États-Unis ; or le président Biden a de nouveau tourné son regard vers le vieux continent, le considérant de toute évidence trop important pour qu'on lui lâche la bride. Dans cette optique, le premier point à l'ordre du jour était précisément d'entraver la construction du gazoduc, ou plutôt de limiter au maximum les conséquences de ce projet, qui aurait fait pencher la balance du côté de la Russie. La Maison Blanche a ensuite publié, le 18 mars, un communiqué de presse indiquant que toutes les entités, étatiques et privées, russes et allemandes, impliquées dans le projet de pipeline pourraient faire l'objet de sanctions (5). La faction atlantiste allemande ne s'est pas fait attendre et s'est immédiatement montrée fidèle à son maître: le parti des Verts, deuxième parti national aux élections européennes, a pris la tête de la bataille contre le Nord Stream 2, obtenant le soutien des États-Unis et de l'influent électorat écologiste. Et le 13 avril, un appel visant à bloquer indéfiniment les travaux à l'intérieur des sites de construction de l'oléoduc a été envoyé au tribunal administratif de Hambourg. La requête demande aux autorités d'arrêter la construction pour des raisons de protection de l'écosystème régional (6).

web_201437_otan_russie.png

En plus de la question du NS2, la nouvelle est tombée: 500 soldats supplémentaires viendront s'ajouter aux 36.000 déjà présents en Allemagne (7). Trump, en raison des tensions qui se sont créées avec la chancelière allemande concernant les dépenses liées au maintien des bases de l'OTAN, a procédé au retrait d'un tiers des troupes du territoire de la république fédérale et au démantèlement de deux bases militaires. Avec l'arrivée de nouveaux soldats, il est facile de comprendre que le plan a été annulé.

Pourtant, malgré les enjeux évidents, la diplomatie européenne n'a pas encore pris les devants et aucune déclaration particulière n'a été faite, pas même lors de la rencontre entre Macron, Merkel et le président ukrainien Zelensky à Paris, où une proposition prudente a été faite pour commencer la désescalade (8). L'invitation européenne semble avoir été ignorée à la fois par Biden et Poutine. Lundi, a annoncé M. Borrel, il y aura une réunion entre les ministres des affaires étrangères de tous les pays de l'Union où la question de l'Ukraine sera abordée. C'est à partir de là que l'on comprendra la position et le poids de l'Europe sur la question.

En bref, la nouvelle guerre froide entre les États-Unis et la Russie, plus qu'une expression de la rivalité entre les deux pays, semble être un avertissement pour l'Europe et le reste du monde : l'Amérique est de retour et n'a pas l'intention d’abandonner ses atouts en Europe. Il faudra voir si les pro-européens allemands et français se permettront de reprendre ce fil d'autonomie qu'ils avaient réussi à gagner sous l'administration Trump. Il est encore trop tôt pour faire des prédictions sûres mais une chose est certaine: tôt ou tard, il faudra compter avec la question atlantiste.

Gabriele Melchiorre.

jeudi, 08 avril 2021

L'entrée de l'Ukraine dans l'OTAN : contre la Russie, les USA sont prêts à sacrifier l'Europe

ob_5d87ba_ukraine-otan-e1550507535162.jpg

L'entrée de l'Ukraine dans l'OTAN : contre la Russie, les USA sont prêts à sacrifier l'Europe

par Karine Bechet-Golovko

Ex: http://russiepolitics.blogspot.com/2021/04/

Les Etats-Unis déclarent soutenir l'entrée de l'Ukraine dans l'OTAN, alors qu'un conflit militaire est actif sur son territoire et que la question territoriale est discutée par la communauté internationale. De son côté, la Russie prévient que ce pas, non seulement ne réglerait pas la question du Donbass, mais compliquerait encore plus la situation. Finalement, n'est-ce pas le but de ce conflit, n'est-ce pas là le rôle dévolu à l'Ukraine, comme à tous ces pays qui vendent leur souveraineté ? A savoir, devenir un jouet entre des mains, qui l'utiliseront jusqu'à ce qu'il soit cassé. Alors, un autre fera l'affaire. Les pays européens devraient en tirer - d'urgence - les conséquences, avant que d'être mis à la poubelle de l'histoire. Car quel est leur intérêt dans cette folle aventure ?

Depuis le Maïdan, l'Ukraine ne cesse de déclarer son voeu le plus cher d'entrer dans l'OTAN, d'en être un membre actif, véritable à part entière, allant jusqu'à l'absurde. Mais sérieusement, comment un Gouvernement digne de ce nom peut déclarer dans une loi, en 2016, que l'entrée dans l'OTAN est le but principal de la politique nationale ? Comment peut-on s'abaisser au point de même inscrire dans la Constitution ukrainienne en 2019, que le pays va vers une intégration dans l'Union européenne et dans l'OTAN ? Comment peut-on se prostituer à ce point, ouvertement, sans états d'âme, sans sursaut de dignité ? Comment peut-on imposer à son peuple la soumission, l'instrumentalisation, finalement la mise en esclavage au profit d'autres intérêts ?

Depuis, les missions de l'OTAN se sont parfaitement et ouvertement implantées en Ukraine, forment l'armée ukrainienne, qui va ainsi plus efficacement pouvoir tuer des civils à l'Est de son pays. Et ainsi, l'Ukraine permet de maintenir une tension extrême avec la Russie, qu'elle a déjà payée de la perte de la Crimée, qui sans le Maïdan serait toujours ukrainienne, et à ce rythme-là, elle peut conduire la Russie à intégrer le Donbass pour sauver les populations promises à un génocide annoncé, alors que la Russie ne cesse d'en appeler aux Accords de Minsk, selon lesquels le Donbass est et doit rester ukrainien.

140415_i23dg_carte-ukraine-est_sn1250.jpg

Mais lorsqu'un pays joue un jeu qui le dépasse, qu'il ne maîtrise pas, il paie le prix qui lui est imposé par ses maîtres, ceux-là mêmes qui l'on autorisé à entrouvrir la porte de la cour des grands, et cela lui a déjà coûté tellement cher que s'arrêter en cours de route n'est plus possible.

Et le conflit dans le Donbass continue, se renforce maintenant que l'armée ukrainienne a été "formée" par l'OTAN. Et les "va-t'en-guerre", grisés par l'opération fulgurante dans le Haut-Karabakh, d'espérer  répéter l'histoire avec le Donbass. Ils n'ont certainement pas tiré la leçon des aventures géorgiennes, elles aussi en deux temps, qui se sont soldées par une défaite pour eux - la seconde fois, la Russie étant intervenue. Et la Russie, même si elle ne veut pas entrer dans un conflit armé à ses frontières, même s'il est impensable pour elle d'initier un conflit militaire, elle ne pourra laisser massacrer le Donbass, que ce génocide soit commis sous drapeau ukrainien ou derrière l'oriflamme de l'OTAN, elle n'aura d'autre choix que d'intervenir. Les pays membre de l'OTAN devraient réfléchir et se demander quels sont réellement leurs intérêts nationaux dans la région, car ce sont leurs hommes qu'ils peuvent envoyer mourir pour ces intérêts ...

Depuis le temps que l'Ukraine se prépare à entrer dans l'OTAN, depuis le temps que l'OTAN la fait attendre, patienter, la caressant de temps en temps, avant de l'utiliser, puis de la faire à nouveau attendre, la situation pourrait-elle vraiment changer ? Tout dépend de la volonté politique.

Les Etats-Unis déclarent soutenir l'entrée de l'Ukraine dans l'OTAN, car ils soutiennent son "intégrité territoriale", mais la décision doit être prise par les membres de l'OTAN. Traduire : les Etats-Unis veulent continuer à développer le conflit en Ukraine dans le combat contre la Russie, mais c'est aux pays membre de l'OTAN, bien travaillés en avance par la construction de la figure de l'ennemi, de prendre la responsabilité collective de la montée d'un cran du conflit avec la Russie et du risque d'un affrontement direct. Bien loin des Etats-Unis, ce conflit peut engloutir ce qu'il reste de l'Europe.

De son côté, Zelensky, parfaitement briefé, déclare estimer que seule une entrée de l'Ukraine dans l'OTAN permettrait de mettre fin au conflit dans le Donbass.

bnePeople_Ukraine_Zelenskiy_NATO__Secretary_General_Jens_Stoltenberg_.jpeg

Pourquoi ? Parce que la Russie est censée trembler de peur devant l'Occident conquérant dans la fantasmagorie globaliste ... Une fantasmagorie refroidie par une déclaration immédiate du porte-parole du Kremlin. D'une part, Dmitri Peskov prévient que ce genre de décision ne peut se prendre sans l'appui de son peuple, or la population de l'Est du pays est majoritairement opposée à l'entrée de l'Ukraine dans l'OTAN. Cette démarche ne va donc pas, évidemment, calmer la situation intérieure du pays. D'autre part, le ministère russe des affaires étrangères a rappelé que les provocations par l'armée ukrainienne ne cessent d'augmenter sur la ligne de front, mettant en danger les populations civiles, notamment les citoyens russes du Donbass et que la Russie est prête à défendre sa sécurité, quel que soit le scénario. Comme l'a également souligné Peskov et sans entrer dans les détails, la sécurité du pays et des citoyens russes reste la priorité et de l'Etat et du Président personnellement.

Pendant que le discours ne cesse de s'envenimer, des vidéos de témoins sont apparues dans les réseaux sociaux, montrant des blindés de l'OTAN entrant en Ukraine par la Pologne et se dirigeant vers la ligne de front. Cela s'ajoute à l'accumulation de l'artillerie, de l'infanterie, de l'aviation, etc ukrainienne et des "conseillers de l'OTAN" aux frontières du Donbass (voir en détail l'état des lieux par E. Castel ici). En mars 2021, le regroupement des forces ukrainienne et leurs mouvements étaient à peu près celui-ci :

forces mil donbass.jpg

Et comme l'a déclaré aujourd'hui le dirigeant de la république de Donetsk, dans sa conférence de presse diffusée dans l'émission politique 60 minutes, Denys Pouchiline, "en cas d'attaque de l'armée ukrainienne, les forces du Donbass ne s'arrêteront pas à la frontière des anciennes régions de Donetsk et Lugansk.". 

jeudi, 01 avril 2021

Le Donbass et la mer Noire se réchauffent, voilà ce qui se passe

donbass-mar-nero-russia-la-presse-2560x1722.jpeg

Le Donbass et la mer Noire se réchauffent, voilà ce qui se passe

Par Emanuel Pietrobon & Paolo Mauri

Ex : https://it.insideover.com/

La température dans l'est de l'Ukraine et dans la mer Noire est en forte hausse, et ce n'est pas une référence à la météo, mais au rassemblement de troupes et de moyens militaires des deux côtés et à l'augmentation des violations du cessez-le-feu le long des points de contact au Donbass. Une situation similaire se produit en mer Noire, où des exercices militaires et des mouvements de flotte sont enregistrés. Une question se pose : que se passe-t-il dans la périphérie orientale du Vieux Continent ?

Le Donbass s'échauffe

Depuis novembre dernier, une augmentation constante des violations du cessez-le-feu a été observée le long des points de contact du Donbass. Cinquante-quatre violations auraient été commises par les troupes ukrainiennes au cours de la seule période du 2 au 16 mars. Les parties, à savoir les séparatistes et le gouvernement, s'accusent mutuellement de la multiplication des incidents, des morts et des blessés, et brandissent le spectre d'une prétendue escalade de la part de l'autre partie afin d'envenimer la situation.

L'augmentation des violations a également été certifiée par la Mission spéciale de surveillance de l'OSCE, selon laquelle ‘’la trêve tient mais est affaiblie par cette tendance’’. Sur fond de transgressions, la surveillance du territoire a permis de découvrir un phénomène inquiétant: depuis le 1er mars, la fourniture d'armes lourdes aux troupes ukrainiennes déployées le long de Donetsk et de Lougansk a augmenté.

Le Kremlin n'en doute pas: la croissance de la ‘’bellicosité’’ et l'augmentation de l'arsenal dont dispose le gouvernement ukrainien - sur fond d'accroissement des troupes ukrainiennes déployées sur le terrain - seraient le reflet d'un projet d'escalade visant l'effondrement de la trêve et, à terme, la caducité de la résolution, raison pour laquelle le mois de mars a été ponctué par le lancement d'avertissements et de mises en garde en direction de Kiev et des deux autres membres du ‘’groupe Normandie’’, à savoir Paris et Berlin.

donbass-mar-nero-tensione-cartina-922x1024.png

Infographie d'Alberto Bellotto

Que se passe-t-il dans la mer Noire ?

Le 19 mars, un croiseur américain de classe Ticonderoga, l'USS Monterey (Cg-61) appartenant au CSG (Carrier Strike Group) du porte-avions Eisenhower qui croise actuellement en Méditerranée orientale, a traversé le Bosphore pour entrer dans la mer Noire. Le jour suivant, un destroyer de la classe Arleigh Burke, le USS Thomas Hudner (DDG 116) faisant toujours partie de l'escorte du "Ike", a également suivi le croiseur.

Des navires américains sont entrés dans la mer Noire pour participer à l'exercice Sea Shield dirigé par la Roumanie. Le but ultime de ces opérations est de perfectionner les procédures conjointes de défense aérienne afin de mieux défendre les navires de guerre et d'établir une supériorité aérienne et maritime permettant la liberté de navigation dans toutes les eaux et tous les espaces aériens internationaux, selon la déclaration officielle de l'U.S. Navy.

Dans le détail, l'exercice Sea Shield voit la participation de dix-huit navires de guerre et de dix avions de huit États, et se déroulera jusqu'au 29 mars prochain. Les forces participantes viennent de Bulgarie, de Grèce, de Hollande, de Pologne, de Roumanie, d'Espagne, des États-Unis d'Amérique et de Turquie.

Le Commandement maritime allié de l'OTAN participe à ces opérations avec le Groupe maritime permanent de l’OTAN (SNMG-2). Mercredi dernier, quelques jours avant l'entrée du croiseur américain en mer Noire, le Mendez Nunez, une frégate de la marine espagnole, a traversé le Bosphore, suivi vendredi par le Cristobal Colon, une autre unité du même type.

La flotte russe de la mer Noire s'est immédiatement mise "en état d'alerte" et a pris la mer pour suivre les manœuvres de l'OTAN: il semble en effet que, samedi matin, tous les sous-marins russes chasseurs-tueurs (SSK) aient pris la mer en quittant leur base de Sébastopol.

Les unités américaines, en particulier, ont quitté leur tâche d'escorte de l'"Ike" après que le CSG s'est exercé avec la Grèce et la Turquie en Méditerranée orientale: les manœuvres impliquant Athènes ont été plus élaborées et ont également vu l'implication des F-16 de l'armée de l'air hellénique, tandis que celles effectuées avec Ankara n'étaient qu'un "passex", ou des exercices effectués "en passant" pendant la croisière du porte-avions. Un signe que Washington porte un "regard particulier" sur la Grèce.

Le Donbass et la mer Noire sont-ils liés ?

L'entrée d'unités navales américaines dans la mer Noire et l'exercice Sea Shield ne doivent cependant pas être mal interprétés et liés directement aux mouvements de troupes en Ukraine. Premièrement, les exercices, de part et d'autre, sont établis avec une grande marge de temps et communiqués tout aussi rapidement. Deuxièmement, il s'agit d'un cadre stratégique plus large - qui inclut aussi l'Ukraine, sans aucun doute - et qui est lié à l'importance que l'Alliance atlantique - en premier lieu, les États-Unis - accorde à la mer Noire.

XWMCAX4EXFF7PK4KAUXVZQXXQM.jpg

Depuis que la Turquie est devenue un partenaire "non fiable" pour sa position sur les armements de fabrication russe et pour la déstabilisation de la Méditerranée orientale dans sa confrontation avec la Grèce, cette portion de mer et les pays qui la surplombent, liés à Washington et Bruxelles, sont devenus de plus en plus centraux dans la stratégie de l'endiguement de la Russie.

Ainsi, la Roumanie, la Bulgarie (déjà membres de l'OTAN) ainsi que la Géorgie, l'Ukraine et même la Moldavie, ont fait l'objet ces dernières années d'une attention particulière de la part des États-Unis et de l'Alliance atlantique: lorsque, le 5 février dernier, le destroyer USS Donald Cook a effectué une "visite de courtoisie" au port géorgien de Batumi, après être entré en mer Noire avec le USS Porter quelques jours auparavant, il ne s'agissait pas seulement d'un fait lié au "renforcement des solides relations de défense et de sécurité entre les États-Unis et la Géorgie", mais d'un signal clair et précis vers l'extérieur (la Russie) et vers l'intérieur de l'Alliance (la Turquie). En outre, cette étendue de mer et le ciel qui la surplombe connaissent depuis un certain temps un trafic militaire plus important que la cruciale Méditerranée - où la Russie est d'ailleurs désormais chez elle -, ce qui indique que, tout comme la Baltique et les mers arctiques, les États-Unis et l'OTAN n'ont pas l'intention de relâcher la pression sur Moscou, même si, à Washington, le centre de gravité de la confrontation militaire s'est déplacé vers la Chine.

vendredi, 19 mars 2021

Sur le projet OTAN 2030

Atalayar_ Jens Stoltenberg OTAN.jpg

Sur le projet OTAN 2030

par Jean-Paul Baquiast

Ex: http://www.europesolidaire.eu

Dans une lettre ouverte à Jens Stoltenberg, secrétaire général de l'OTAN, plusieurs haut gradés de l'Armée regroupés au sein du Cercle de Réflexion Interarmées s'élèvent contre le projet OTAN 2030 qui affaiblit selon eux la souveraineté de la France. Nous la reproduisons ici. Il va sans dire que nous sommes pleinement d'accord avec cette lettre.

TRIBUNE LIBRE

Le jeudi 18 février 2021 l'étude "OTAN 2030", produite à votre demande, vous a été présentée. Elle indique ce que doivent être les missions de l'OTAN pour les dix prochaines années. D'entrée, il apparaît que toute l'orientation de l'OTAN repose sur le paradigme d'une double menace, l'une russe, présentée comme à l'œuvre aujourd'hui, l'autre chinoise, potentielle et à venir. Deux lignes de force majeures se dégagent de cette étude.

La première, c'est l'embrigadement des Européens contre une entreprise de domination planétaire de la Chine, en échange de la protection américaine de l'Europe contre la menace russe qui pèserait sur elle.

La deuxième, c'est le contournement de la règle du consensus, de plusieurs manières: opérations en coalitions de volontaires; mise en oeuvre des décisions ne requérant plus de consensus; et surtout la délégation d'autorité au SACEUR (Commandant Suprême des Forces Allièes en Europe, officier général américain) au motif de l'efficacité et de l'accélération de la prise de décision.

Mais la lecture de ce projet «OTAN 2030» fait clairement ressortir un monument de paisible mauvaise foi, de tranquille désinformation et d'instrumentalisation de cette "menace Russe", «menace» patiemment créée puis entretenue, de façon à «mettre au pas» les alliés européens derrière les États-Unis, en vue de la lutte qui s'annonce avec la Chine pour l'hégémonie mondiale.

C'est pourquoi, Monsieur le Secrétaire général, avant toute autre considération sur l'avenir tel qu'il est proposé dans le projet OTAN 2030, il est important de faire le point sur les causes et la réalité de cette menace russe, par les quelques rappels historiques ci-dessous.

En effet, l'histoire ne commence pas en 2014, et c'est faire preuve d'une inébranlable mauvaise foi historique concernant les relations euro et américano-russes, que de passer en une seule phrase (au tout début du paragraphe "Russie") directement du "partenariat constructif" lancé par l'Otan au début des années 90 à l'annexion de la Crimée par la Russie en 2014, comme s'il ne s'était rien passé entre 1991 et 2014, entre « la gentille Russie » de l'époque, et le méchant «Ours russe» d'aujourd'hui.

NATO2030-logo-horizontal@4x.png

C'est bien l'OTAN qui, dès les années 1990, s'est lancée à marche forcée dans son élargissement vers l'est, certes à la demande des pays concernés, mais malgré les assurances données à la Russie en 1991 lors de la signature du traité de Moscou (2), et qui d'année en année a rapproché ses armées des frontières de la Russie, profitant de la décomposition de l'ex URSS.

C'est bien l'OTAN qui , sans aucun mandat de l'ONU, a bombardé la Serbie (3) pendant 78 jours, avec plus de 58 000 sorties aériennes, et ceci sur la base d'une vaste opération de manipulation et d'intoxication de certains services secrets de membres importants de l'Alliance, (le prétendu plan serbe « Potkova » et l'affaire de Racak ), initiant ainsi, contre toute légitimité internationale, la création d'un Kosovo indépendant en arrachant une partie de son territoire à un état souverain, au nom du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes, humiliant ainsi la Russie à travers son allié serbe.

Ce principe serait-il à géométrie variable, lorsqu'il s'agit de la Crimée composée à plus de 90% de Russes, et rejoignant la Russie sans un coup de feu?

C'est bien l'OTAN qui en 2008, forte de sa dynamique «conquête de l'est», refusa la main tendue par la Russie pour un nouveau « Pacte de sécurité européen » qui visait à régler les conflits non résolus à l'est de l'Europe (Transnistrie, Abkhazie, Ossétie du Sud), en échange d'une certaine neutralité de la Géorgie, de l'Ukraine, de la Moldavie - c'est à dire de l'immédiat « hinterland » russe - vis-à-vis de l'OTAN.

Et c'est toujours avec ce même esprit conquérant, perçu comme un réel étranglement par la Russie, qu'il a été choisi, en 2010, d'encourager les graves troubles de l'« Euromaïdan », véritable coup d'état qui a abouti à l'élimination du président ukrainien légalement élu,  jugé trop pro-russe, en vue de continuer la politique de rapprochement de l'Ukraine avec l'OTAN.

ch-2.jpg

On connaît la suite, avec les sécessions de la Crimée et du Donbass.

C'est bien l'OTAN qui au début des années 2000, après avoir associé la Russie à une défense anti-missiles de théâtre censée « protéger les États-Unis et ses alliés, dont la Russie » , d'une attaque de missiles tirés par des «États voyous» , notamment l'Iran et la Corée du Nord (sic), transforma de facto en 2010 lors du sommet de Lisbonne, ce système en une architecture globale de défense antimissile balistique en Europe (BMDE), non plus de théâtre, mais en un véritable bouclier tourné cette fois-ci contre la Russie et non pas la protégeant.

C'est encore l'OTAN qui donna l'assurance à la Russie que les sites de lancement des missiles antimissiles balistiques (ABM) ainsi déployés devant sa porte ne pourraient jamais être retournés en sites offensifs contre son territoire tout proche, « oubliant de préciser » qu'en réalité ces lanceurs (MK 41) de missiles ABM pouvaient tout aussi bien servir à tirer des missiles offensifs Tomahawk contre son territoire (nucléaires ou conventionnels de portées supérieures à 2000 km selon les versions) en contradiction flagrante avec le traité INF toujours en vigueur à l'époque de leur déploiement; on dépassait là, et de loin la question de savoir si le 9M729 russe portait à 480 km ou à 520 !

La menace potentielle ainsi exercée sur la capacité de frappe en second de la Russie, base de sa dissuasion nucléaire, a sérieusement remis en cause l'équilibre stratégique américano-russe , poussant alors la Russie à suspendre toute coopération au sein du COR (Conseil OTAN-Russie) fin 2013, donc dès avant l'affaire de la Crimée de 2014,  laquelle sera ensuite utilisée par l'OTAN pour justifier – a posteriori – la protection BMDE de l'Europe face à la nouvelle « menace russe » !

Alors oui, Monsieur le Secrétaire général, au terme de ces vingt années d'efforts soutenus de la part de l'OTAN pour recréer « l'ennemi russe», indispensable à la survie d'une organisation théoriquement purement défensive, oui, la Russie a fini par se raidir, et par chercher à l'Est la coopération que l'Ouest lui refusait.

L'entreprise de séparation de la Russie d'avec l'Europe, patiemment menée au fil des années, par vos prédécesseurs et par vous-même sous l'autorité constante des États-Unis, est aujourd'hui en bonne voie, puisque la Russie, enfin redevenue « la menace russe » , justifie les exercices les plus provocateurs comme Defender 2020 reporté à 2021, de plus en plus proches de ses frontières, de même que les nouveaux concepts d'emploi mini-nucléaires les plus fous sur le théâtre européen sous l'autorité de...l'allié américain qui seul en possède la clef.

20178.jpeg

Mais non, Monsieur le Secrétaire général, aujourd'hui, et malgré tous vos efforts, la Russie avec son budget militaire de 70 Md€ (à peine le double de celui de la France), ne constitue pas une menace pour l'OTAN avec ses 1000 Md€ , dont 250 pour l'ensemble des pays européens de l'Alliance! Mais là n'est pas votre souci car ce qui est visé désormais à travers ce nouveau concept OTAN 2030, est un projet beaucoup plus vaste: à savoir impliquer l'Alliance atlantique dans la lutte pour l'hégémonie mondiale qui s'annonce entre la Chine et les États-Unis.

La vraie menace, elle réelle, est celle du terrorisme. L'étude y consacre bien un développement, mais sans jamais se départir du mot « terrorisme », ni en caractériser les sources, les ressorts, les fondements idéologiques et politiques.

Autrement dit, on n'aurait comme menace, en l'occurrence, qu'un mode d'action, puisque telle est la nature du « terrorisme ». On élude donc une réalité dérangeante, celle de l'islamisme radical et de son messianisme qui n'a rien à envier à celui du communisme d'antan. Le problème est que ce même messianisme est alimenté par l'immense chaos généré par les initiatives américaines post Guerre Froide , et qu'il est même porté au plan idéologique tant par la Turquie d'Erdogan, membre de l'Otan, que par l'Arabie Saoudite, allié indéfectible des États-Unis.

Comme on pouvait s'y attendre, il apparaît dès les premières lignes que ce document n'augure rien de bon pour l'indépendance stratégique de l'Europe, son but étant clairement de reprendre en mains les alliés européens qui auraient seulement pu imaginer avoir une once d'un début d'éveil à une autonomie européenne.

Ce n'est pas tout, car non seulement vous projetez de transformer l'OTAN, initialement alliance défensive bâtie pour protéger l'Europe face à un ennemi qui n'existe plus, en une alliance offensive contre un ennemi qui n'existe pas pour l'Europe, (même si nous ne sommes pas dupes des ambitions territoriales de la Chine, de l'impact de sa puissance économique et du caractère totalitaire de son régime) , mais ce rapport va plus loin, carrément vers une organisation à vocation politique mondiale, ayant barre sur toute autre organisation internationale.

imagesOTAN.jpg

Ainsi, selon ce rapport:

-  L'OTAN devrait instaurer une pratique de concertation entre Alliés avant les réunions d'autres organisations internationales (ONU, G20, etc..) , ce qui signifie en clair « venir prendre les instructions la veille» pour les imposer le lendemain massivement en plénière !

- L'OTAN doit avoir une forte dimension politique, qui soit à la mesure de son adaptation militaire. L'Organisation devrait envisager de renforcer les pouvoirs délégués au secrétaire général, pour que celui-ci puisse prendre des décisions concrètes concernant le personnel et certaines questions budgétaires.

- L'OTAN devrait créer, au sein des structures existantes de l'Alliance, un mécanisme plus structuré pour la formation de coalitions. L'objectif serait que les Alliés puissent placer de nouvelles opérations sous la bannière OTAN même si tous ne souhaitaient pas participer à une éventuelle mission.

- L'OTAN devrait réfléchir à l'opportunité de faire en sorte que le blocage d'un dossier par un unique pays ne soit possible qu'au niveau ministériel.

- L'OTAN devrait approfondir les consultations et la coopération avec les partenaires de l'Indo-Pacifique : l'Australie, le Japon, la Nouvelle-Zélande et la République de Corée,

- L'OTAN devrait commencer de réfléchir en interne, à la possibilité d'établir un partenariat avec l'Inde.

Monsieur le Secrétaire général,

C'est parce que cette organisation lorsqu'elle a perdu son ennemi, n'a eu de cesse que de se lancer à corps perdu dans la justification politique de la préservation de son outil militaire, en se reforgeant son nouvel ennemi russe, qu'elle tend aujourd'hui à devenir un danger pour l'Europe.

Car, non contente d'avoir fait manquer à l'Europe l'occasion d'une véritable paix durable souhaitée par tous, y compris par la Russie, l'OTAN animée du seul souci de sa survie, et de sa justification par son extension, n'a fait que provoquer un vaste réarmement de part et d'autre des frontières de la Russie , de la Baltique à la Mer Noire, mettant en danger la paix dans cette Europe, qu'elle ne considère plus désormais que comme son futur champ de bataille,

Et maintenant, à travers ce document OTAN 2030, et contre la logique la plus élémentaire qui veut que ce soit la mission qui justifie l'outil et non l'inverse - les Romains ne disaient-ils pas déjà « Cedant arma togae » ? - vous voudriez, pour l'avenir, justifier l'outil militaire de cette alliance en le transformant en un instrument politique, incontournable, de gestion de vastes coalitions internationales, au profit d'une véritable gouvernance planétaire, allant même jusqu'à passer outre les décisions de l'ONU et écrasant les souverainetés nationales!

Alors non, Monsieur le Secrétaire général! Il faut stopper ce train fou, avant qu'il ne soit trop tard! La France, quant à elle, dans le droit fil des principes énoncés voici plus d'un demi-siècle par le général de Gaulle, ne saurait, sans faillir gravement, se prêter à cette entreprise d'une acceptation aventureuse de la tutelle américaine sur l'Europe.

Pour le Cercle de Réflexion Interarmées (4), le Général de Brigade aérienne (2S) Grégoire Diamantidis

Notes.

1- Organisation du Traité de l'Atlantique Nord, structure militaire de l'Alliance Atlantique.

2- Traité de Moscou: ou « traité deux plus quatre », signé le 12 septembre 1990 à Moscou, entre les représentants des deux Allemagnes et ceux des quatre puissances alliées de la Seconde Guerre Mondiale, est le «traité portant règlement définitif concernant l'Allemagne» qui a ouvert la voie à la réunification allemande et fixé le statut international de l'Allemagne unie.

3-Opération «Force Alliée» . Cette opération, décidée par l'OTAN, après l'échec des négociations entre les indépendantistes kosovars et la Serbie sous l'égide de l'OSCE (Conférence de Rambouillet 6 février-19 mars 1999) , fut déclenchée sans mandat de l'ONU, le 24 mars sur la base d'une vaste campagne dans les médias occidentaux, concernant un plan d'épuration ethnique (plan Potkova) mené à grande échelle au Kosovo par la Serbie. Plan qui se révéla par la suite, avoir été fabriqué de toute pièce par les services secrets bulgares et allemands .

4- Le Cercle de Réflexion Interarmées (CRI), est un organisme indépendant des instances gouvernementales et de la hiérarchie militaire. Il regroupe des officiers généraux et supérieurs des trois armées ayant quitté le service et quelques civils et a pour objectif de mobiliser les énergies, afin de mieux se faire entendre des décideurs politiques, de l'opinion publique et contribuer ainsi à replacer l'Armée au cœur de la Nation dont elle est l'émanation.

Source https://www.capital.fr/economie-politique/otan-2030...

mercredi, 03 mars 2021

La dangereuse stratégie USA-OTAN en Europe

210222_snmg2_espn_1527p_144-QJyZo1.jpg

La dangereuse stratégie USA-OTAN en Europe

Par Manlio Dinucci

Source : Il Manifesto & https://www.ariannaeditrice.it

L'exercice OTAN Dynamic Manta de lutte anti-sous-marine se déroule en mer Ionienne du 22 février au 5 mars. Des navires, des sous-marins et des avions des États-Unis, d'Italie, de France, d'Allemagne, de Grèce, d'Espagne, de Belgique et de Turquie y participent. Les deux principales unités participant à cet exercice sont un sous-marin d'attaque nucléaire américain de la classe Los Angeles et le porte-avions français à propulsion nucléaire Charles de Gaulle et son groupement tactique, qui comprend également un sous-marin d'attaque nucléaire. Le Charles de Gaulle, immédiatement après, se rendra dans le golfe Persique.

L'Italie, qui participe à Dynamic Manta avec des navires et des sous-marins, est le "pays hôte" de l'ensemble de l'exercice : elle a mis à la disposition des forces participantes le port de Catane et la station d'hélicoptères de la marine à Catane, la base aéronavale de Sigonella (la plus grande base US/OTAN en Méditerranée) et la base logistique d'Augusta pour l'approvisionnement. Le but de l'exercice est de chasser les sous-marins russes en Méditerranée qui, selon l'OTAN, menacent l'Europe.

Ces mêmes jours, le porte-avions Eisenhower et son groupe de combat mènent des opérations dans l'Atlantique pour "démontrer le soutien militaire continu des États-Unis aux alliés et leur engagement à maintenir les mers libres et ouvertes". Ces opérations - menées par la sixième flotte, dont le commandement est à Naples et la base à Gaeta - s'inscrivent dans la stratégie énoncée notamment par l'amiral Foggo, ancien chef du commandement de l'OTAN à Naples : accusant la Russie de vouloir couler les navires reliant les deux côtés de l'Atlantique avec ses sous-marins, afin d'isoler l'Europe des États-Unis, il soutient que l'OTAN doit se préparer à la "quatrième bataille de l'Atlantique", après celles des deux guerres mondiales et de la guerre froide.

Pendant que des exercices navals sont en cours, des bombardiers stratégiques B-1, transférés du Texas à la Norvège, effectuent des "missions" à proximité du territoire russe, avec des avions de chasse F-35 norvégiens, pour "démontrer l'état de préparation des États-Unis et leur capacité à soutenir leurs alliés".

Les opérations militaires en Europe et dans les mers adjacentes sont menées sous le commandement du général Tod Wolters, de l'armée de l'air américaine, qui est à la tête du Commandement américain en Europe et en même temps de l'OTAN, le poste de commandant suprême des forces alliées en Europe revenant toujours à un général américain.

Toutes ces opérations militaires sont officiellement motivées par la "défense de l'Europe contre l'agression russe", inversant la réalité : c'est l'OTAN qui s'est étendue en Europe, avec ses forces et ses bases, y compris nucléaires, derrière la Russie. Lors du Conseil européen du 26 février, le secrétaire général de l'OTAN, M. Stoltenberg, a déclaré que "les menaces auxquelles nous étions confrontés avant la pandémie sont toujours là", mettant en avant "les actions agressives de la Russie" et, en arrière-plan, une menace de "montée de la Chine".

Il a ensuite souligné la nécessité de renforcer le lien transatlantique entre les États-Unis et l'Europe, comme le souhaite vivement la nouvelle administration Biden, en faisant passer la coopération UE-OTAN à un niveau supérieur. Plus de 90 % des habitants de l'Union européenne, a-t-il rappelé, vivent aujourd'hui dans des pays de l'OTAN (dont font partie 21 des 27 pays de l'UE). Le Conseil européen a réaffirmé "l'engagement de coopérer étroitement avec l'OTAN et la nouvelle administration Biden en matière de sécurité et de défense", rendant ainsi l'UE militairement plus forte.

Comme l'a souligné le Premier ministre italien Mario Draghi dans son discours, ce renforcement doit se faire dans un cadre de complémentarité avec l'OTAN et de coordination avec les États-Unis. Le renforcement militaire de l'UE doit donc être complémentaire de celui de l'OTAN, qui, à son tour, est complémentaire de la stratégie américaine. Elle consiste en fait à provoquer des tensions croissantes en Europe avec la Russie, de manière à accroître l'influence des États-Unis dans l'Union européenne elle-même.

Un jeu de plus en plus dangereux, car il pousse la Russie à se renforcer militairement, et de plus en plus coûteux. Ceci est confirmé par le fait qu'en 2020, au plus fort de la crise, les dépenses militaires italiennes sont passées de la 13e à la 12e place dans le monde, dépassant ainsi celles de l'Australie.

mercredi, 24 février 2021

La mission impossible de l’OTAN

unnamednato.jpg

La mission impossible de l’OTAN

Par Finian Cunningham

(revue de presse : Information Clearing House – 18/2/21)*

Ex: http://www.france-irak-actualite.com

Il semblerait que les ministres de la défense de l’OTAN se soient réunis cette semaine pour chercher à redéfinir et actualiser la mission de l’alliance militaire. Dit plus simplement, l’organisation cherche désespérément une raison d’être pour son existence. 

Ce bloc militaire de 30 nations dispose d’un budget annuel de plus de mille milliards de dollars, dont les trois quarts sont versés par les Etats-Unis, soit $740 milliards dépensés sur sa propre force. 

La visioconférence qui s’est tenue cette semaine représentait la première prise de contact officielle de l’administration Biden avec les alliés de l’OTAN. Lloyd Austin, le secrétaire américain de la Défense s’est adressé au forum en insistant sur la priorité donnée par le président Biden au renforcement des relations avec les alliés, relations qui s’étaient largement dégradées sous l’administration Trump. 

C’est la même vielle rengaine maintes fois rabâchée par Washington dans le passé : les alliés de l’OTAN doivent dépenser toujours plus pour contrer les prétendues menaces de la Russie et de la Chine. Le même vieux disque rayé.

La seule différence tient dans le style et non le contenu. Alors que Trump demandait de façon rude et acerbe que les membres de l’OTAN injectent plus d’argent, l’administration Biden opte pour une rhétorique plus polie, caressant dans le sens du poil l’importance ‘du partenariat transatlantique’ et promettant d’être plus inclusif dans la prise de décision stratégique. 

Mais, c’est essentiellement la même escroquerie : les Etats-Unis exhortent les états européens à dépenser plus d’argent pour soutenir le complexe militaro-industriel qui maintient artificiellement en vie le défunt système capitaliste. Les Américains ont besoin que les Européens leur achètent des avions de guerre et des systèmes balistiques pour que le capitalisme américain puisse continuer à vivre.

C’est une position difficilement tenable en ce moment, alors que les difficultés économiques se font ressentir et d’énormes défis sociaux apparaissent. Comment justifier une dépense annuelle de mille milliards de dollars sur des machines de guerre improductives ? 

Il va de soi que les soutiens de l’OTAN, essentiellement les Américains, se doivent de réinventer des ennemis comme la Chine et la Russie pour justifier l’existence d’une économie militaire aussi extravagante, sans quoi elle serait vue comme une utilisation insensée et préjudiciable des ressources d’un pays. Ce qu’elle est. 

Cela dit, ce petit jeu de l’épouvantail a de sérieux défauts conceptuels. Le tout premier est que ni la Russie ni la Chine ne sont des ennemis cherchant à détruire les pays occidentaux. Deuxièmement, cette histoire ne tient pas logiquement. Le budget militaire total de l’OTAN est quatre fois supérieur aux budgets combinés de la Chine et de la Russie. Et on voudrait nous faire croire que ces deux pays menacent un bloc de 30 nations alors qu’ils ne dépensent qu’une fraction du budget de l’OTAN en dépenses militaires. 

Autre problème conceptuel pour les VRP de l’OTAN : l’organisation est née il y a huit décennies, au début de la guerre froide. Aujourd’hui, le monde est très différent et reflète une intégration multipolaire croissante tant économique que politique, ou au niveau des communications. 

Les chiffres du commerce publiés cette semaine montre que la Chine a surpassé les Etats-Unis en devenant le premier partenaire commercial de l’Union Européenne. 

La Chine, la Russie, et cette tendance à la coopération économique eurasienne représentent le futur du développement mondial. Malgré leur complaisance occasionnelle envers Washington, les Européens le savent. A la fin de l’année dernière, l’Union Européenne a conclu un accord d’investissement historique avec la Chine, et ce en dépit des objections de Washington. 

Cela sonne en effet le glas du harcèlement américain, qui voyait les Etats-Unis exhorter ses alliés de l’OTAN en inventant des histoires effrayantes d’ennemis étrangers. Le monde ne peut plus se permettre ce gâchis éhonté de ressources face à des besoins sociaux bien plus importants. Il devient de plus en plus difficile de vendre politiquement cette escroquerie qu’est l’OTAN. 

Ce “monde du Mal” dépeint par les conspirationnistes américains ne correspond en rien à la réalité que perçoivent la majorité des gens. Oui, il y a encore des irréductibles de la guerre froide qui rodent encore en Europe, tel que le secrétaire général de l’OTAN le général Jens Stoltenberg et les politiciens russophobes polonais et baltes, mais ils représentent des minorités à la marge. 

La plupart des citoyens est consciente que l’OTAN est une relique du passé, qu’elle n’a plus de raison d’être dans le monde d’aujourd’hui, et face à tous les besoins sociaux pressants, la France et l’Allemagne, les moteurs les plus puissants de l’économie européenne, ont de moins en moins d’inclination vers Washington, même dirigé par un président démocrate apparemment plus amical. 

L’administration Biden peut paraitre plus crédible et cordiale que celle de Trump, mais demander aux autres de dépenser plus militairement et d’antagoniser des partenaires commerciaux vitaux que sont la Chine et la Russie est mission impossible pour une OTAN menée par les Etats-Unis. 

Finian Cunningham a beaucoup écrit sur les relations internationales, et a été publié en plusieurs langues. Pendant près de 20 ans, il a travaillé comme éditeur et rédacteur pour les médias d’information les plus importants, y compris The Mirror, Irish Times et l’Independent. 

Source : Information Clearing House

Traduction et Synthèse: Z.E

mardi, 02 février 2021

Vers 2030, la nouvelle OTAN sera née, l'OTAN sera l'avenir

Deja-destabilisee-desengagement-americain-tensionsla-Turquie-propos-dEmmanuel-Macron-cerebrale-lOtan-nouvelle-menace-existentiellele-Covid-19_0_1400_933.jpg

Vers 2030, la nouvelle OTAN sera née, l'OTAN sera l'avenir

par Manlio Dinucci

Source : Il Manifesto et https://www.ariannaeditrice.it

L'OTAN se tourne vers l'avenir. C'est pourquoi le secrétaire général Jens Stoltenberg a invité des étudiants et de jeunes dirigeants des pays de l'Alliance à proposer "de nouvelles idées pour l'OTAN 2030". Cette initiative s'inscrit dans le cadre de l'implication croissante des universités et des écoles, avec également un concours sur le thème : "Quelles seront les plus grandes menaces pour la paix et la sécurité en 2030 et comment l'OTAN devra-t-elle s'adapter pour les contrer ?

Pour réaliser ce thème, les jeunes ont déjà le manuel : "OTAN 2030 / Unis pour une nouvelle ère". Ce rapport est présenté par un groupe de dix experts nommés par le Secrétaire général. Parmi eux, Marta Dassù qui, après avoir été conseillère en politique étrangère du Premier ministre D'Alema pendant la guerre de l'OTAN contre la Yougoslavie, a occupé des postes importants dans les gouvernements successifs et a été nommée par le Premier ministre Renzi au conseil d'administration de Finmeccanica (aujourd'hui Leonardo), la plus grande industrie de défense italienne.

Quelle est la "nouvelle ère" que le groupe d'experts envisage ? Après avoir défini l'OTAN comme "l'alliance la plus réussie de l'histoire", qui a "mis fin à deux guerres" (celles contre la Yougoslavie et la Libye, mais que l'OTAN a déclenchées), le rapport brosse le tableau d'un monde caractérisé par "des États autoritaires cherchant à étendre leur pouvoir et leur influence", posant aux alliés de l'OTAN "un défi systémique dans tous les domaines de la sécurité et de l'économie".

Retournant les faits, le rapport affirme que si l'OTAN a tendu une main amicale à la Russie, celle-ci a répondu par une "agression dans la zone euro-atlantique" et, en violant les accords, a "provoqué la fin du traité sur les forces nucléaires intermédiaires". La Russie, soulignent les dix experts, est "la principale menace à laquelle l'OTAN doit faire face au cours de cette décennie".

En même temps, affirment-ils, l'OTAN est confrontée à des "défis sécuritaires croissants de la part de la Chine", dont les activités économiques et les technologies peuvent avoir "un impact sur la défense collective et la préparation militaire dans la zone de responsabilité du commandant suprême des alliés en Europe" (qui est toujours un général américain nommé par le président des États-Unis).

Après avoir tiré la sonnette d'alarme sur ces "menaces" et d'autres, qui viendraient également du Sud, le rapport des dix experts recommande de "cimenter la centralité du lien transatlantique", c'est-à-dire le lien de l'Europe avec les États-Unis dans l'alliance sous commandement américain.

Dans le même temps, il recommande de "renforcer le rôle politique de l'OTAN", en soulignant que "les Alliés doivent renforcer le Conseil de l'Atlantique Nord", le principal organe politique de l'Alliance qui se réunit au niveau des ministres de la défense et des affaires étrangères et au niveau des chefs d'État et de gouvernement. Puisque, selon les règles de l'OTAN, il prend ses décisions non pas à la majorité mais toujours "à l'unanimité et d'un commun accord", c'est-à-dire fondamentalement en accord avec ce qui est décidé à Washington ; renforcer encore le Conseil de l'Atlantique Nord signifie affaiblir encore plus les parlements européens, en particulier le parlement italien, qui sont déjà privés de réels pouvoirs de décision en matière de politique étrangère et militaire.

Dans ce cadre, le rapport propose de renforcer les forces de l'OTAN, en particulier sur le flanc Est, en les dotant de "capacités nucléaires militaires adéquates", adaptées à la situation créée par la fin du traité sur les forces nucléaires intermédiaires (traité déchiré par les États-Unis). En d'autres termes, les dix experts demandent aux États-Unis d'accélérer le déploiement en Europe non seulement des nouvelles bombes nucléaires B61-12, mais aussi des nouveaux missiles nucléaires à moyenne portée similaires aux euro-missiles des années 80.

Ils demandent en particulier de "poursuivre et de revitaliser les accords de partage nucléaire", qui permettent à des pays officiellement non nucléaires, comme l'Italie, de se préparer à l'utilisation d'armes nucléaires sous le commandement des États-Unis. Les dix experts rappellent enfin qu'il est essentiel que tous les alliés maintiennent l'engagement, pris en 2014, d'augmenter leurs dépenses militaires d'ici 2024 d'au moins 2% du PIB, ce qui signifie pour l'Italie de les faire passer de 26 à 36 milliards d'euros par an. C'est le prix à payer pour profiter de ce que le rapport définit comme "les avantages d'être sous l'égide de l'OTAN".