Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 23 mars 2022

Avec les sanctions, Ursula va ruiner l'ensemble de l'Europe

mlm-revolution-pauvre-ou-fauchc3a9.png

Avec les sanctions, Ursula va ruiner l'ensemble de l'Europe

par Luciano Lago

Source: https://www.ideeazione.com/con-le-sanzioni-ursula-rovinera-leuropa-intera/

L'Union européenne imposera des restrictions sur la fourniture de produits provenant des entreprises métallurgiques russes. Elle a peur de toucher au gaz.

Bruxelles ne parvient toujours pas à se calmer et poursuit la guerre des sanctions contre la Russie. "Nous allons interdire l'importation de produits clés de l'industrie sidérurgique en provenance de la Fédération de Russie. Cela frappera le secteur central du système (économique - ndlr) russe, le privant de milliards de dollars de recettes d'exportation tout en garantissant que nos citoyens ne subventionnent pas la guerre", a déclaré la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, dans un communiqué publié le 11 mars au soir.

Les eurocrates de Bruxelles ont été pris dans une vague de frénésie pacifiste et se sont mis au travail pour imposer de nouvelles sanctions à la Russie. On ne peut que se demander où ils étaient et ce qu'ils faisaient lorsque les troupes de l'OTAN ont détruit la Libye, la Yougoslavie, ou lorsque les Américains ont organisé une "tempête du désert" en Irak ? Et maintenant, ils se construisent un mythe du pacifisme qu'ils s'auto-attribuent. Mais le bâton des sanctions a deux objectifs, la Russie prend des mesures de rétorsion contre l'UE et la question de savoir qui finira le plus mal est ouverte. Les citoyens européens commencent à le comprendre très bien.

"La réponse aux sanctions de l'UE devrait être simple : en proportion de la diminution des importations d'autres biens en provenance de Russie, la Russie réduira également ses exportations d'énergie". "Eh bien, bon retour à l'âge de pierre alors, il suffit d'interdire les importations de gaz en même temps". "L'UE achètera du métal russe en passant par la Chine, mais plus cher et avec coût de transport doublé. Il n'y a pas du tout de cerveau dans l'UE ! Est-ce de la faiblesse de refuser le palladium, le platine et le nickel? La Russie en fournit jusqu'à 50% et il n'y a rien pour la remplacer" et il y a beaucoup de commentaires de ce genre sur le net.

De nombreux utilisateurs mentionnent souvent le mot à trois lettres "gaz". La Russie peut-elle vraiment utiliser ce levier ? Le prix des vecteurs énergétiques est déjà fabuleux et l'hiver n'est pas encore terminé. Et la perspective d'être privé de climatiseurs et d'unités de réfrigération en été a peu de chances de plaire aux citoyens européens, tout comme la suspension de la production en raison de pénuries ou de coûts énergétiques prohibitifs.

Le directeur du Fonds de développement énergétique, Sergei Pikin, estime que la Russie ne franchira pas cette étape.

"Maintenant, la situation est tellement compliquée. Pour nous, l'exportation d'hydrocarbures est un élément clé des recettes en devises. Pourquoi l'arrêter ? Les prix de l'énergie ont augmenté de manière significative, les loyers pour la Russie vont augmenter d'environ une fois et demie, et peut-être même de deux fois. En outre, le président de la Russie a clairement indiqué que les sanctions de rétorsion contre l'UE devraient être prises de manière équilibrée. Que se passe-t-il si l'approvisionnement en gaz de l'Europe est interrompu ? Tout d'abord, il existe un vide important sur le marché, mais il est facile de voir que face à une demande croissante, il y aura d'autres solutions. Le problème sera pour l'Europe de remplacer les quelque 68 % de gaz importés de Russie et la même quantité de pétrole.

Donc, imposer des sanctions sur le gaz, le pétrole ou le charbon, sur les métaux, est une politique à courte vue. Pourtant, Washington demande à l'Europe de le faire, il l'exige même, et les eurocrates de Bruxelles n'osent pas contrevenir aux directives qui viennent d'outre-Atlantique.

Ursula von der Leyen a creusé le trou dans lequel les Européens vont tomber.

lundi, 07 mars 2022

La guerre mondiale à l'Est

itankkkkemage.jpg

Stefan Schubert

La guerre mondiale à l'Est

Ex: https://kopp-report.de/der-weltkrieg-im-osten/

D'un point de vue purement militaire, la guerre en Ukraine est un conflit militairement limité, comme on le dit sobrement dans le jargon militaire. Mais les sanctions ont pris une telle ampleur et une telle dynamique que leurs effets s'apparentent à une bombe atomique économique. La destruction totale de l'économie russe est désormais l'objectif ouvertement revendiqué par l'Occident. Mais cette bataille finale comporte des risques considérables, tant pour la puissance économique allemande que pour la situation militaire à l'Est. Ce n'est rien de moins que jouer avec le feu, car personne n'est en mesure de prédire comment un Vladimir Poutine ébranlé et acculé va réagir.

La plus haute fonctionnaire de l'UE, Ursula von der Leyen, qui n'a pas été élue à ce poste mais qui doit son pouvoir uniquement à ceux qui tirent les ficelles dans les coulisses, est en mode guerre depuis plusieurs jours. Cela surprend beaucoup l'observateur objectif, car pas un seul coup de feu n'a été tiré sur un pays membre de l'UE. Ce qui est encore plus déconcertant, c'est la motivation de von der Leyen pour faire avancer le "mode guerre" au sein de l'UE.

Une telle volonté d'action de sa part a non seulement manqué à tous les soldats de la Bundeswehr pendant son mandat de ministre de la Défense, et c'est exactement le contraire qui s'est produit.

Newly-appointed-German-Defence-Minister-Ursula-von-der-Leyen-talks-with-German-troops-in-Mazar-i-Sharif.jpg

Lors d'entretiens personnels, des officiers d'élite ou haut gradés la caractérisaient comme la "fossoyeuse" de la troupe en raison de son action qui fut quasiment destructrice. Comme elle a été intronisée par Angela Merkel, qui a représenté la déstabilisation de l'Allemagne comme aucun autre chancelier, la boucle est bouclée. Von der Leyen parle désormais ouvertement de la destruction de la base économique de la Russie. De tels fantasmes de destruction contre les 145 millions d'habitants du grand pays de l'Est ont une connotation plus que déconcertante au regard de l'histoire commune du siècle dernier.

Il faudrait plusieurs pages pour simplement énumérer les innombrables sanctions contre la Russie : l'exclusion des banques russes de SWIFT s'est accompagnée de la privation des Russes d'une grande partie de leurs propres réserves d'or et de devises, d'une valeur de plus de 600 milliards de dollars. La FIFA, l'UEFA et le Comité olympique ont exclu des athlètes et des équipes russes, et une chasse publique aux milliardaires russes, les oligarques, a été lancée. Ils ne sont pas accusés d'avoir participé à la guerre en Ukraine, mais seulement d'être "proches" de Poutine.

Le vieil homme blanc américain Joe Biden, dans son premier discours sur l'état de l'Union, a lancé à la face des milliardaires russes, et sans doute à celle de Poutine lui-même, la déclaration de guerre suivante : "Nous allons prendre vos yachts, vos appartements de luxe et vos jets privés".

Malgré tout son zèle, l'Occident, qui se pose comme si moralement supérieur, semble, ces jours-ci, ne plus accorder aucune importance aux bases juridiques de ces expropriations et confiscations. La classe supérieure russe doit désormais se trouver dans la quasi impossibilité de séjourner en Europe et en Amérique à cause des sanctions et du durcissement de la politique des visas. Roman Abramovitch, entre autres - qui est encore propriétaire du club de football londonien FC Chelsea, serait en train d'essayer de vendre sa villa de 180 millions d'euros et son penthouse londonien de trois étages pour 26 millions de livres.

Le message de l'UE et des Américains pour les oligarques s'assène à coups de maillet. Ceux qui sont avec Poutine, même s'ils sont neutres, ne pourront ni gagner ni investir de l'argent en Occident, et même les longues vacances en yacht sur la Côte d'Azur tomberont à l'eau. Mais le véritable message de ce message va bien au-delà des projets de vacances, car il met en œuvre un appel direct au coup d'État contre Poutine. Ce n'est que si les milliardaires russes s'opposent ouvertement à Poutine et participent à un changement de régime, sous quelque forme que ce soit, qu'il y aura un avenir pour eux et leurs enfants en Occident. Cette déclaration de guerre de l'Occident va créer un front mondial qui risque d'entraîner la nouvelle puissance mondiale, la Chine, dans le conflit. En effet, la Chine s'est jusqu'à présent exprimée de manière pro-russe et pourrait atténuer bon nombre des sanctions imposées par l'Occident. Au plus tard dans ce cas, le conflit ukrainien se transformerait en une guerre économique mondiale.

Les Russes sont les nouveaux non vaccinés

Bien entendu, nous compatissons avec les Ukrainiens et ils ont besoin de notre aide. L'armée russe a envahi le pays sur ordre de Poutine. Point final. L'expansionnisme de l'OTAN vers l'Est a certes pu être l'un des déclencheurs, mais il ne justifie pas la guerre contre le pays voisin. Surtout maintenant, alors que la stratégie militaire risque de changer. La guerre éclair s'étant enlisée, le nombre de victimes dans les villes risque désormais d'être élevé. Les chars, les tirs de missiles et les attaques aériennes menacent de détruire les centres-villes et les infrastructures.

Mais, malgré toutes les critiques, qu'y peuvent les plus de 3 millions de personnes d'origine russe qui vivent en Allemagne ? L'incitation de certains groupes de la population contre d'autres, qui, eux, seraient bien ciblés par la politique et les médias contrairement à certains, tient la république en otage depuis des années déjà et la polarise. Les effets de cette incitation de masse frappent maintenant les Russes en Allemagne.

Les réseaux sociaux montrent un petit supermarché russe dans la Ruhr dont les vitrines ont été brisées et dont la façade a été recouverte de peinture blanche. Un restaurateur allemand a immédiatement déclaré que toutes les personnes ayant un passeport russe étaient des personnes indésirables qu'il refusait de servir. Même les jeunes enfants ne sont pas épargnés par cette société civile qui se targue d'être si tolérante. Sur les réseaux sociaux, une vidéo devient virale : un père tente de parler à une enseignante de son fils qui est rentré à la maison perturbé. L'enseignante, qui serait une de ces auxiliaires qui aident les élèves à faire leurs devoirs, cela n'est pas clairement établi, avait forcé le garçon à enlever sa veste préférée, car il s'agissait d'une veste de l'équipe olympique russe.

La bien-pensante, dûment idéologisée, a alors prononcé la phraséologie typique de ces derniers jours, celle qui évoque la "solidarité" avec l'Ukraine et autres. Nous en sommes arrivés là dans ce que nos dirigeants et nos idéologues appellent "la meilleure Allemagne de tous les temps".

mardi, 27 avril 2021

Deux fauteuils pour trois

file7f9rgkup8l44jix1dh0.jpg

Deux fauteuils pour trois

par Georges FELTIN-TRACOL

Stupeurs ! Effrois ! Horreurs ! Le Berlaymont, siège de l’eurocratie, n’en revient toujours pas. Le 6 avril dernier, le président du Conseil européen, Charles Michel, et la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, se rendent à Ankara afin de relancer les discussions avec la Turquie. Devant les caméras, le président turc Recep Tayyip Erdogan accueille le duo et l’invite à prendre place. Les deux hommes s’installent dans les fauteuils. Stupéfaite, Ursula von der Leyen se contente d’un sofa un peu mis à l’écart et en face du ministre turc des Affaires étrangères, Mevlüt Çavuşoğlu. Le « Sofagate » vient d’éclater.

Dans les heures suivantes, un déluge de réactions négatives submerge la Toile. La médiasphère tient enfin la preuve incontestable de la misogynie et du machisme d’Erdogan. Ce n’est pas pour rien si la Turquie vient de se retirer de la Déclaration d’Istanbul qui instaure une tyrannie féministe larvée en Occident. Les folliculaires droitiers partagent pour une fois l’avis de l’extrême gauche et des centristes : le président Erdogan outrage l’Union européenne, la femme moderne et l’égalité paritaire (ou la parité égalitaire). Au XIXe siècle, un tel mépris aurait aussitôt provoqué une intervention armée vengeresse. On aurait aimé que les mêmes va-t-en-guerre eussent la même détermination belliciste au moment de la reconquête martiale azérie de l’Artsakh… Or, il faut reconnaître que pour la circonstance le dirigeant turc n’est que la victime collatérale du « Sofagate », habile prétexte pour cacher les dysfonctionnements institutionnels initiaux de l’Union pseudo-européenne. L’unité de commandement turque découvre in vivo la multiplicité du commandement, ses tiraillements permanents et l’effarante polysynodie propres à l’incurie eurocratique. L’antagonisme virulent entre Ursula von der Leyen et Charles Michel accentue l’impuissance générale.

view.jpg

Les rapports entre les deux têtes de l’exécutif dit européen sont détestables dès leur entrée en fonction. Charles Michel a été de 2014 à 2019 Premier ministre fédéral belge tandis qu’Ursula von der Leyen n’a occupé que trois postes ministériels, dont la Défense, ce qui dans une Allemagne à la souveraineté limitée, n’est pas un portefeuille prestigieux. La cohabitation très courtelinesque entre le libéral belge et la chrétienne-démocrate allemande s’agrémente d’un haut représentant de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité en la personne du socialiste espagnol Josep Borrell. Ce dernier a d’ailleurs connu, quelques semaines plus tôt, une sévère déconvenue bien méritée à Moscou.

Ursula von der Leyen et Charles Michel rêvent chacun de régenter à leur profit l’entité euro-atlantiste. Charles Michel a pris un léger avantage en respectant le protocole. Le président du Conseil européen a en effet le rang de chef d’État, d’un État qui n’existe pas. Selon ces mêmes règles et les textes en vigueur, la présidente de la Commission européenne a le statut de chef de gouvernement même si la Commission n’est pas un vrai gouvernement. Ne le savait-elle pas ? À moins qu’elle cherche à se faire passer pour une pauvre victime d’affreux mâles… Charles Michel aurait-il pu lui laisser son fauteuil et ainsi entériner un coup d’État institutionnel interne ? Le duo aurait-il dû rester debout devant le président turc assis ? L’interprétation découlant aurait fait penser au maître d’école turc sermonnant deux élèves turbulents. On peut reprocher à Ursula von der Leyen de n’avoir pas eu le courage de s’asseoir sur les genoux de Charles Michel, voire sur ceux du président turc. Craignait-elle peut-être de provoquer l’ire des féministes jamais contentes ? Quant à mettre en face du président Erdogan deux fauteuils, cela aurait déséquilibré la photographie au désavantage des eurocrates.

En se servant du protocole, les diverses têtes de l’hydre pseudo-européenne démontrent que l’Union dite européenne est plus qu’un tigre de papier, c’est un formidable paillasson sur lequel n’importe qui peut s’essuyer. Conçue comme un espace de libre échange économique anticipant un monde uni par le doux commerce et la belle musique du pognon-roi, l’Union supposée européenne a renoncé dès sa naissance à la puissance stratégique, militaire et géopolitique. Elle préfère rester sous la protection interlope de l’OTAN. La souveraineté européenne chère au gamin de l’Élysée demeure fictive tandis qu’à rebours du discours souverainiste, la souveraineté nationale des États membres se dissipe.

L’anecdote d’Ankara révèle le caractère chimérique de l’actuelle Union européenne. Les Européens ne réaliseront pas leur unité historique à travers des transactions bancaires, des virements financiers et des échanges économiques. Leur unité ne se forgera que par le fer, le feu et le sang dans la plus grande imprévisibilité historique.

Georges Feltin-Tracol

• « Chronique hebdomadaire du Village planétaire », n° 211, mise en ligne sur TVLibertés, le 20 avril 2021.

dimanche, 20 septembre 2020

Ursula von der Leyen’s State of the Union Address, the New Cold War and the Marginalization of Europe

183276-1828290427.jpg

Ursula von der Leyen’s State of the Union Address, the New Cold War and the Marginalization of Europe

by Gilbert Doctorow

Ex: https://gilbertdoctorow.com

European Commission President Ursula von der Leyen’s State of the Union Address was remarkable in a number of ways. It marked an informal but very tangible constitutional change in European Institutions whereby the Commission becomes in practice if not in law a parliamentary cabinet. She hued as closely to the policies promoted by a majority of the MEP’s as Elizabeth II does in her Queen’s speech to the Houses of Parliament when she reads a text handed to her by the Prime Minister.

The reasons for this development are perfectly obvious.  When her candidacy for president was put to a vote in the European Parliament, she barely squeaked by.  This, after having spent several weeks in a charm campaign when she consulted with and listened to all the leading parties of the incoming parliament. The reason for her difficulties was what was construed as a violation of the growing parliamentary habits of the EU Institutions whereby the new President is chosen from among the candidates put up by the parties and the award is given to the party with the largest number of incoming MEPs, which was the PPE, the right of center People’s Party. 

Under pressure from Emmanuel Macron, the PPE’s candidate was passed over and the nod went to von der Leyen, who was a PPE member but not its internally selected candidate.  We all noted at the time that this choice was tolerated but not encouraged by German Chancellor Merkel, in whose cabinet von der Leyen served as Defense Minister.  We also noted that von der Leyen was not a star performer in Germany; indeed, she had come under heavy criticism for mismanaging her ministry and for various financial scandals.  The backing by Macron was somewhat hard to explain, though everyone pointed to von der Leyen’s perfect fluency in French, having grown up and been schooled in Brussels. In any case, back then, a year ago, Macron’s star was still on the ascendant, Gilets Jaunes notwithstanding, while Merkel’s star was sinking, as health problems and difficulties with her coalition partners forced her to declare a retirement date. She was, it would have seemed, a lame duck.

frank_hoppmann-ursula_von_der_leyen.jpg

What we saw in von der Leyen’s speech yesterday shows that Macron completely misunderstood whom he was backing in von der Leyen, completely misjudged his powers relative to Frau Merkel.

There was very little content on International Relations in von der Leyen’s speech, and it came at the very end, which by itself is extraordinary. The great bulk of her speech was devoted to economic issues, health issues and domestic spending in the EU.  One might say that these priorities indicate an isolationist turn of mind that corresponds perfectly well to the Greens, who were among the biggest winners in the 2019 elections to the European Parliament but who seemed to have been ignored by von der Leyen during the coalition building that immediately preceded and followed her installation as Commission President. The Greens’ expectation of being ‘king makers’ seemed to have been foiled.  Until yesterday…

What little there was of foreign policy in von der Leyen’s speech would have suited the German Greens in particular, since it was militant Cold War talk. Mention of the Continent’s biggest country which sits just on the Eastern frontier of the EU came in the following three sentences:

“To those who advocate closer ties with Russia, I say that the poisoning of Alexei Navalny with an advanced chemical agent is not a one off. We have seen the pattern in Georgia and Ukraine, Syria and Salisbury – and in election meddling around the world. This pattern is not changing – and no pipeline will change that.”

A more pithy, vitriolic and propagandistic statement could not have been pronounced by the Secretary General of NATO Jens Stoltenberg.  Indeed, one wonders why von der Leyen was installed in Place Schumann and not in the NATO headquarters out at Zaventem where militancy could be delivered with a Female Face, carrying gender equality through still tougher ceilings than within the EU Institutions.

Von der Leyen’s speech opened with mention of European values and the ideological messaging came up frequently, never curdling in the mouth of this very German politician, or so it would seem.  We saw it in her remarks on Belarus: “I want to say it loud and clear: the European Union is on the side of the people of Belarus.”  What exactly that translates into in terms of financial, political and, dare we say it, military meddling is not yet clear.  But if she wants a war with Russia, no cause than championing an ‘orange revolution’ in Belarus could turn the trick better.

116ad870f11a1f9deb51b26cd839a663.jpg

And, last but not least, von der Leyen said she will introduce and promote a “European Magnitsky Act.”  What is that all about?

Let us return to the question of Monsieur Macron and his seeming victories on the European stage just after the May 2019 elections of the European Parliament.  Shortly afterwards we learned that his just elected ‘en marche’ MEPs were combining with the 10% of MEPs that had for years been led by the NeoLiberal MEP, former premier of Belgium, Guy Verhofstadt under the grouping labeled ALDE.  The new grouping would go under the name “Renew Europe.”

Verhofstadt soon afterwards disappeared from view and it would have seemed that Macron now would be leading a group of MEPs counting something like 15% of the European Parliament, heading them in a wholly new direction as regards relations with the big neighbor to the East.  This was the time when Macron had his one-on-one meetings with Vladimir Putin and made very bold promises to bring Russia in from the cold into the European House.   It was somewhat before Macron scandalized Frau Merkel and other pillars of the status quo in that same house with his remarks on NATO being “brain dead.”

In two places in her speech, von der Leyen was giving Macron the finger.  One was her remark cited above, addressed to “those that advocate closer ties with Russia.”  The other was in her advocacy of a “European Magnitsky Act.” Such an act makes reference to the supposedly terrible violation of human rights that was supposedly perpetrated by Kremlin agents against a certain Sergei Magnitsky for his supposed whistle blowing about crimes in high places.

The original Magnitsky Act was promulgated in the United States in 2012 when the Russia-hating majority in the U.S. Congress was conned into it by a certain fraudster, William Browder, Sergei Magnitsky’s erstwhile boss.  The Act sought to blacken the reputation of Putin and to cast the Russian Federation into pariah status. Browder tried with might and main to see it reissued in Europe. His cause was taken up with alacrity by precisely Verhofstadt and his Russia-hating followers in ALDE.  Now we find that Verhofstadt is having the last laugh in terms of setting policy for the combined group of MEPs called “Renew Europe.”  And Von der Leyen has taken up their cause and made it that of the European Commission.

For Europe’s young people no doubt von der Leyen’s Green initiatives will look great.  For those of us with a gray hair or two, and with interests that go beyond the nearest state boundary, her foreign affairs agenda such as she outlined in her speech yesterday will look oh so retro. Europe is well on its way to further marginalization in international affairs. And Macron has been proven to be an empty windbag.

©Gilbert Doctorow, 2020

[If you found value in this article, you should be interested to read my latest collection of essays entitled A Belgian Perspective on International Affairs, published in November 2019 and available in e-book, paperback and hardbound formats from amazon, barnes & noble, bol.com, fnac, Waterstones and other online retailers. Use the “View Inside” tab on the book’s webpages to browse.]