Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 25 juin 2021

Destruction créatrice: la grande remise à zéro

hqdefaultaa-1.jpg

Destruction créatrice: la grande remise à zéro

par Umberto Bianchi

Source : Ereticamente & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/la-distruzione-cr...

Dans cet étrange été, qui arrive tardivement, après un printemps long et pluvieux, ce sont les tonalités triomphalistes qui dominent. L'Italie est en train de "sortir" de la crise, les contagions diminuent, les chiffres catastrophiques qui parlaient de décès et d'hospitalisations dus à une pandémie, sont maintenant réduits à d’infimes proportions. Même dans les rues, les gens s'attardent, une atmosphère d'animation et de joie générale semble avoir pris la place de la tristesse et des terreurs, pareilles à celles du Moyen-Âge, que l’on éprouvait quelques semaines plus tôt... Et puis il y a ceux qui nous disent, sur un ton triomphant, que "The Great Reset" a échoué ... Wow! A un certain moment, les Seigneurs du monde ont dû faire demi-tour: ce sont peut-être les manières sérieuses du premier ministre Draghi, le froncement de sourcils du général Figliolo, les paroles de l'immarcescible président Mattarella, mais le fait est que, au-delà de toutes les prédictions optimistes, on entend de plus en plus souvent parler de l'échec du "grand reset", ou plutôt de ce réarrangement général du monde, que l'occasion de la pandémie aurait offert aux Seigneurs lointains qui nous gouvernent sans en avoir l’air. Mais, au-delà des plaisanteries et du triomphalisme facile, les choses ne sont pas du tout ainsi. Lors du dernier G7, le président américain Joe Biden est revenu, sans trop de remous, sur les vieilles lignes directrices de la politique étrangère américaine: les bons d'un côté, les mauvais de l'autre. Sans circonlocutions diplomatiques. Les bons, cela va sans dire, sont "eux", les États-Unis progressistes et bonistes dirigés par les démocrates, le cirque de Bruxelles et toute sa cour des miracles. Les méchants, cependant, sont la Chine, la Russie et l'Iran. Si la Chine, avec l'affaire de Wuhan et de la pandémie, a prêté le flanc aux États-Unis, qui ne pouvaient pas attendre pour trouver n'importe quel prétexte, pour houspiller la Chine dans le coin des maudits, pour la condamner au rôle inconfortable de "concurrent" économique direct des États-Unis. Pour la Fédération de Russie et l'Iran, cependant, la chose est un peu "différente". La Russie, en particulier, ne se contente pas de jouer le rôle de concurrent géo-économique des États-Unis, mais, ce qui n'est pas secondaire, elle représente, aujourd'hui plus que jamais, un contrepoids valable et concret au modèle mondialiste américain.

La Fédération de Russie, dirigée par Vladimir Poutine, met de plus en plus en avant son rôle de leader de cette souveraineté eurasienne, capable de représenter la seule alternative valable et réelle à l'ordre abracadabrant de Bruxelles. C'est pourquoi, au-delà du dialogue et des discours sur le dégel entre les deux puissances, les sanctions prises par les États-Unis contre la Fédération de Russie demeurent à l’ordre du jour. Deuxième point. L'aggravation de la crise économique mondiale a déclenché une course effrénée à la spéculation financière, au détriment de toutes les activités productives, mises à genoux par la crise et qui risquent maintenant de voir leurs capacités productives démembrées et dépourvues de pouvoir, au nom de programmes vampires visant la réinitialisation des entreprises. Troisième point. Au-delà de ce que l'on peut dire, l'actuel Premier ministre élu Draghi, est un grand adepte de la théorie de la "destruction créatrice" de l'économiste autrichien Joseph Schumpeter. Schumpeter, reprenant le concept marxiste de l'auto-renouvellement continu des structures de soutien du capitalisme, à travers un processus d'élimination et de remplacement constant, jusqu'à recommander la destruction du capitalisme lui-même, reformule cette théorie dans une perspective contemporaine. Mais il offre ainsi le versant du néolibéralisme qui fait de cette doctrine un véritable "mantra", capable de justifier idéologiquement le désinvestissement des entreprises, les privatisations sauvages et bien sûr, les pertes d'emplois qui en résultent. De plus en plus, est réaffirmé le caractère de volatilité absolue de cette doctrine économique.

L'"assouplissement quantitatif" (quantitative easing) tant vanté de Draghi n'a servi qu'à sauver les banques et autres instances parasitaires, assurant ainsi la survie de l'euro, monnaie-dette, au-delà de tout doute raisonnable. Et, faut-il l’ajouter, il y a désormais, latente, la tentation encore murmurée, mais de plus en plus forte et pressante, de prolonger l'état d'urgence, afin d'avoir les coudées franches en contournant les canaux institutionnels normaux, pour prendre les décisions les plus importantes. Dans tout cela, le climat d'optimisme bovin que les médias établis exsudent de tous leurs pores, est justifié par le succès de la soi-disant "campagne de vaccination", avec laquelle les entreprises pharmaceutiques ont fait des gains stratosphériques, soutenus  en cela par des gouvernements totalement dévoués à leurs intérêts. La campagne de vaccination a été au contraire, le premier pas vers la réinitialisation mondiale. La pandémie était un véritable test, destiné à éprouver la capacité de réaction des populations européennes, en particulier. Face à une campagne continue de terreur médiatique, face à des limitations flagrantes et inconstitutionnelles des libertés fondamentales, les citoyens de la moitié de l'Europe ont eu des réactions faibles et isolées, qui laissent espérer l'établissement définitif d'un nouvel ordre mondial, de plus en plus caractérisé, comme nous l'avons déjà mentionné, par des processus économiques "cisailleurs": diminution et compression des activités de production d'une part, croissance exponentielle et activités financières incontrôlées, d'autre part.

Une croissance "asymétrique", donc, accompagnée d'une réinterprétation dans un sens restrictif des libertés fondamentales des citoyens. Ceci, tant en ce qui concerne les libertés de mouvement, d'expression, etc. que celles liées à l'économie. Ces dernières, de plus en plus réduites à de simples activités de subsistance, sont intégrées par le truchement d’oboles de type social, à leur tour le résultat de décaissements accompagnés d'obligations de restitution avec intérêts, comme dans le cas du soi-disant "Fonds de recouvrement". Comme nous l'avons vu, le croquemitaine de la "réinitialisation mondiale" est tout sauf terminé : il n’a nullement échoué, comme le prétendent certains fantaisistes. Le processus n'en est qu'à son début, le seul espoir qui reste est celui d'une prise de conscience collective progressive, qui sait comment faire tourner la roue de l'histoire en faveur des peuples et non des oligarchies financières.

 

jeudi, 17 juin 2021

L’Empire des Clowns contre le Péril Jaune

des-militants-avec-des-masques-a-l-effigie-des-dirigeants-du-g7-lors-d-une-action-menee-par-oxfam-a-falmouth-le-11-juin-2021.jpg

L’Empire des Clowns contre le Péril Jaune

Par Pepe Escobar

Source The Saker’s Blog

Il faut faire preuve d’une grande crédulité pour considérer que le G7, le club le plus exclusif de ceux qui se prétendent démocratiques, est encore pertinent en 2020. Dans la réalité, même en tenant compte de l’inégalité structurelle inhérente au système mondial actuel, la production économique du G7 représente à peine 30 % du total mondial.

Cornwall a été au mieux un spectacle embarrassant. Une troupe de médiocres se faisant passer pour des « dirigeants » posant masqués pour des séances de photos et se donnant des coup de coudes en guise de salut, alors que lors de la fête privée avec la reine d’Angleterre, âgée de 95 ans, tout le monde était sans masque et se mêlait joyeusement dans une apothéose de « valeurs partagées » et de « droits de l’homme ».

La quarantaine à l’arrivée, les masques imposés 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, et la distanciation sociale ne concernent bien sûr que la plèbe.

Le communiqué final du G7 fut l’habituel blabla jonché de platitudes et de promesses. Mais il contient quelques pépites. A commencer par le « Build Back Better » – ou B3 – qui apparaît dans le titre. B3 est désormais le nom de code officiel pour le Grand Reset et le New Green Deal.

Ensuite, il y a le remix du Péril jaune, avec les troupes de choc constitués de « nos valeurs » qui « demande à la Chine de respecter les droits de l’homme et les libertés fondamentales », avec un accent particulier sur le Xinjiang et Hong Kong.

L’histoire derrière tout cela m’a été confirmée par un diplomate de l’UE, un réaliste (oui, il y en a à Bruxelles).

L’enfer s’est déchaîné à l’intérieur de la salle – exclusive – du G7 lorsque l’axe anglo-américain, soutenu mollement par le Canada, a tenté de pousser l’UE-3 et le Japon à condamner explicitement la Chine dans le communiqué final au sujet des « preuves » absolument bidons de l’existence de camps de concentration au Xinjiang. Contrairement aux accusations politisées de « crimes contre l’humanité », la meilleure analyse de ce qui se passe réellement au Xinjiang a été publiée par le collectif Qiao.

L’Allemagne, la France et l’Italie – le Japon se faisant presque invisible – ont au moins montré un peu de cran. Internet a été coupé dans la salle pendant ce très dur « dialogue ». Vous parlez de réalisme – une vraie représentation des « leaders » vociférant à l’intérieur d’une bulle.

skynews-g7-boris-johnson-angela-merkel_5401840.jpg

La dispute a essentiellement opposé Biden – en fait ses manipulateurs – à Macron, qui a insisté pour que l’UE-3 ne soit pas entraînée dans la logique d’une guerre froide 2.0. Un point sur lequel Merkel et Mario « Goldman Sachs » Draghi ne pouvaient qu’être d’accord.

Finalement, la table divisée du G7 a choisi de se mettre d’accord sur une « initiative » intitulée « Build Back Better World » – ou B3W – pour contrer l’initiative chinoise des Nouvelles Routes de la Soie.

Reset ou sinon…

La Maison Blanche, comme on pouvait s’y attendre, a devancé le communiqué final du G7. Une déclaration retirée ultérieurement de son site web pour être remplacée par le communiqué officiel, assure que « les États-Unis et leurs partenaires du G7 restent profondément préoccupés par l’utilisation de toutes les formes de travail forcé dans les chaînes d’approvisionnement mondiales, y compris le travail forcé, parrainé par l’État, de groupes et minorités vulnérables dans les secteurs de l’agriculture, de l’énergie solaire et de l’habillement – les principales chaînes d’approvisionnement concernées étant au Xinjiang ».

« Le travail forcé » est le nouveau mantra qui relie aisément la diabolisation conjointe du Xinjiang et des Routes de la soie. Le Xinjiang est la plaque tournante cruciale qui relie les Routes de la soie à l’Asie centrale et au-delà. Le nouveau mantra du « travail forcé » ouvre la voie à l’entrée de B3W dans l’arène en tant que « paquet » venant « sauver » les droits de l’homme.

Nous avons ici un G7 bienveillant qui « offre » au monde en développement un vague plan d’infrastructure qui reflète ses « valeurs », ses « normes élevées » et sa façon de faire des affaires, contrairement au manque de transparence, aux pratiques de travail et environnementales horribles et aux méthodes de coercition qui sont la marque de fabrique du péril jaune.

1456455301721_eXinjiang1-m1_473513.jpg

Traduction : près de 8 ans après l’annonce des Nouvelles routes de la soie par le président Xi, après avoir été ignorées et/ou diabolisées 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, le Sud est censé s’émerveiller devant une vague « initiative » financée par des intérêts occidentaux privés dont la priorité est le profit à court terme.

Comme si le Sud allait se laisser prendre à ce gouffre à dettes remixé du FMI et de la Banque mondiale. Comme si « l’Occident » avait la vision, l’attrait, la portée et les fonds nécessaires pour faire de ce projet une véritable « alternative ».

Il n’y a aucun détail sur le fonctionnement de ce B3W, ses priorités et la provenance des capitaux. Les idéalisateurs du B3W feraient mieux d’apprendre des Routes de la soie elles-mêmes, via le professeur Wang Yiwei.

L’initiative B3W n’a rien à voir avec une stratégie de commerce et de développement durable destinée aux pays du Sud. Il s’agit d’une carotte illusoire que l’on fait miroiter à ceux qui sont assez fous pour croire à la notion d’un monde divisé entre « nos valeurs » et les « autocraties ».

Nous en revenons toujours au même thème : armé de l’arrogance de l’ignorance, l’« Occident » montre son incapacité à comprendre les valeurs chinoises. Le biais de confirmation s’applique. D’où la vision d’une Chine comme « menace pour l’Occident ».

Nous sommes des bâtisseurs de choix

Plus inquiétant encore, B3W est un bras du Grand Reset.

Pour l’approfondir, rien de mieux que d’examiner Building a Better World For All, de Mark Carney.

Benefits-Constructing-a-Far-better-Environment-for-All-by-Mark-930x620.jpg

Carney occupe une position unique : ancien gouverneur de la Banque d’Angleterre, envoyé spécial de l’ONU pour l’action climatique et les finances, conseiller du Premier ministre Boris « Global Britain » Johnson et du Premier ministre canadien Justin Trudeau, et administrateur du Forum économique mondial (WEF).

Traduction : un idéologue majeur du Grand Reset, du New Green Deal et du B3W.

Son livre – qui devrait être lu en tandem avec l’opus de Herr Schwab sur la Covid-19 – prêche un contrôle total des libertés individuelles ainsi qu’une remise à zéro des financements de l’industrie et des entreprises. Carney et Schwab considèrent la Covid-19 comme l’« opportunité » parfaite pour cette remise à zéro, dont l’aspect bénin et altruiste met l’accent sur une simple « régulation » du climat, des affaires et des relations sociales.

Ce Brave New Woke World qui vous est présenté par une alliance de technocrates et de banquiers – du World Economic Forum et l’ONU aux manipulateurs de l’hologramme « Biden » – semblait jusqu’à récemment avoir le vent en poupe. Mais des signes à l’horizon révèlent que c’est loin d’être une affaire réglée.

Les propos tenus par Tony Blair, l’un des piliers de B3W, en janvier dernier, sont révélateurs : « Plus tôt nous le comprendrons et plus tôt nous commencerons à mettre en place les décisions [nécessaires pour avoir] un impact profond dans les années à venir, mieux ce sera. »

Blair, dans un lapsus freudien, non seulement dévoile le jeu (« impact profond dans les années à venir », « monde nouveau ») mais révèle également son exaspération : les moutons ne sont pas rassemblés aussi vite que nécessaire.

Tony sait qu’il y a toujours la bonne vieille punition : si vous refusez le vaccin, vous devez rester enfermé.

BBW est le logo d’une boite de production de films porno. Le B3W pourrait finalement se révéler n’être qu’un porno social toxique.

Pepe Escobar

Traduit par Wayan, relu par Hervé pour le Saker Francophone

jeudi, 06 mai 2021

Pénurie plus internet. Pourquoi leur Grand Reset est un simulacre qui masque le réel effondrement occidental…

effondrement.jpg

Pénurie plus internet. Pourquoi leur Grand Reset est un simulacre qui masque le réel effondrement occidental…

Par Alexandre Karadimas

1- Le Great Reset c'est la pénurie plus l'Internet !

Avant toute chose, replaçons-nous dans le contexte économique actuel :

  • l'Occident, c'est-à-dire la Zone Dollar (Amérique du Nord, Europe non Russe, anciens dominions britanniques comme l'Australie ou Israël, etc.) est ruiné. Il l'était déjà longtemps avant le COVID, sans doute déjà avant la crise de 2008
  • le pic pétrolier conventionnel a eu lieu en 2006, et l'épuisement des ressources, anticipé avec précision dès 1970 (il faut toujours rappeler l'étude de Dennis Meadows, par exemple évoquée ici : https://www.rtbf.be/info/economie/detail_2030-l-annee-de-... ) devient visible, notamment par l'inflation du prix des biens réels.

Or cet « Occident » représente une part considérable du commerce mondial. De manière convenue, on l'oppose à la Russie (énergie, puissance militaire) et à la Chine (production industrielle), mais ces deux ensembles sont très étroitement liés à l'Occident. Il s'agit donc de la fin d'une époque économique à une échelle planétaire.

Notre élite parle d'un plan défini longtemps à l'avance, le Great Reset (la Grande Réinitialisation), qui est un emballage à la mode technologique d'une condition de pénurie permanente.

Pour résumer, on veut nous faire croire que la vie d'une famille ouvrière des années 1900 (circulation en vélo, de la viande une fois par semaine, un petit appartement) est le summum de la branchitude, tout ça parce qu'on y ajoute Internet, dans ses différentes déclinaisons (Smartphone, objets connectés etc.)

Grâce au COVID, Internet est devenu l'outil central du Système dans sa phase de contrôle maximal et ouvre la voie à la promesse du Great Reset.

dfde25786556e0234332a8610eb12c1f0bb90c83.jpg

2- COVID, a job for Aquaman

Sur tvtropes.org, l'excellente encyclopédie des procédés narratifs, on trouve la description d'un procédé nommé « This looks like a job for Aquaman »

https://tvtropes.org/pmwiki/pmwiki.php/Main/ThisLooksLikeAJobForAquaman

Aquaman est un super-héros lié à l'eau. Comme la plupart des gens passent très peu de temps dans un environnement aquatique, les scénaristes sont obligés d'inventer des histoires abracadabrantesques se déroulant dans les océans, ou même un simple égout, pour pouvoir utiliser ce personnage.

La crise du COVID est comparable à Aquaman, en ce que tout ce qu'elle fait était hors de tout sens commun et n'avait comme seul but que de promouvoir le personnage principal, à savoir le Great Reset.

Les mesures anti-COVID prises par la plupart des pays n'ont aucun sens à part celui de détruire les alternatives au Système et d'imposer une version d'Internet extrêmement intrusive.

Par exemple le commerce traditionnel ne fonctionne plus, il faut passer par la grande distribution ou commander par Internet. La restauration hors fast-food et franchises, a été exterminée.

De manière comparable, on communique par l'intermédiaire d'Internet, l'école et le travail sont sur l'écran, on obtient ses laissez-passer pour le couvre-feu de manière électronique, et de même pour tout le reste.

Les informations sont devenues totalitaires et même la contestation se retrouve à passer par Internet (comme ce présent message par exemple).

Ce contrôle total correspond à une situation d'exception, mais voilà, la COVID étant temporaire, c'est le Great Reset qui lui succédera. Cette perspective est tout ce qu'il y a d'officiel.

57ab42612492d.jpg

3- Quarante ans de faillite technico-scientifique

Le Grand Reset est le point culminant du récit techno-magique lié à l'informatisation puis la mise en réseau de nos économies, un récit vieux de quarante ans maintenant (en ce qui concerne la culture populaire, mais bien plus vieux dans les milieux technico-scientifiques).

L'ordinateur est sensé nous simplifier la vie, décupler les capacités de ses utilisateurs, optimiser l'utilisation des ressources et même, grâce à l'Intelligence Artificielle, nous protéger une fois pour toute de notre propre connerie.

Or, pour quiconque ayant travaillé en entreprise depuis les années 90, nous avons pu constater l'évolution inverse, à tel point qu'aujourd'hui le management est assez universellement considéré comme inefficace, stupide et même cruel.

L'ingénieur est exploité jusqu'au burnout, après quoi il devient obsolète. Son avis ne compte plus.

Des dynasties cooptées, parfois même par le droit du sang, dirigent de grandes structures en suivant des idéologies ouvertement stupides, qui ne sont suivies que par ceux qui n'ont jamais créé ou même travaillé.

Ces structures échouent en permanence, sans s'en cacher (la ville de Paris ou l'avion F-35 par exemple) sans que cela n'aboutisse à une quelconque remise en question, puisque la planche à billets mondiale récompense les idiots et expose les entreprises bien gérées à se faire dévorer.

La télévision et le cinéma ne savent plus nous faire rire ou nous émouvoir, ce qui est leur mission première en tant que courroie de transmission du pouvoir. De simples amateurs sur Youtube redeviennent les bouffons et les caricaturistes issus du peuple, et Youtube de s'en féliciter sans se rendre compte que sa censure et sa désinformation permanente en font un obstacle puis un ennemi.

imagesftsc.jpg

4 – L'impossibilité de sauver un système condamné

S'il y a bien actuellement un signe manifeste d'effondrement c'est la passivité des gens. Nicolas Bonnal s'en désole mais c'est en vérité tout à fait compréhensible. Nous sommes dépossédés de tout moyen d'agir (ce qu'en anglais on nomme « agency ») et nous avons pu constater que même un mouvement aussi populaire (et réellement populaire, puisque sans structure et sans chef) que les Gilets Jaunes pouvait être infiltré par le Système puis détourné.

La supercherie du COVID, la stratégie du choc, a si bien fonctionné que l'on a renoncé à le dénoncer. Nous avons vu que la moitié des gens autour de nous a tout gobé, alors à quoi bon.

Il n'y aura personne pour aller chercher la mamie qui dénonce les contrevenants à la police et lui expliquer ce que représentent 135 Euros en équivalent de batte de base-ball. Nous ne sommes pas comme ça, parce d'une part il n'y a plus de société, donc la mamie n'a pas pensé en tant que traîtresse aux siens, mais pensait bien faire dans l'absolu, et d'autre part on a sans doute la même à la maison. La situation ne peut plus être rétablie.

Les opposants baignent tous dans les théories de conspiration parfois assez débiles (moi comme les autres), ce qui ne constitue pas une base politique solide pour une éventuelle action.

Puisqu'il n'y a plus de moyen de corriger le Système, les différents représentants du peuple (ceux qui sont encore en contact avec la réalité) ayant été non pas muselés mais démotivés, il va donc faire faillite, c'est-à-dire cesser de fonctionner. C'est là le mécanisme de l'effondrement.

Nous le savons bien mais non ne pouvons pas nous l'avouer, car avouer c'est déclencher.

surveillance.jpg

5 – Le fantasme du contrôle

De toutes les manières avec lesquelles on nous a présenté le Great Reset, il apparaît que c'est un fantasme de contrôle. On nous dit « les choses seront comme ci et comme ça » en nous priant de bien vouloir prendre leur parole comme argent comptant.

Or, tiens justement, si nous parlons d'argent comptant, il n'y a rien. Ils peuvent créer de la monnaie ex nihilo, donc c'est du vent, ce sont des vendeurs de vide.

Du coup on comprend beaucoup mieux la nécessité du contrôle. On pourrait penser que ce sont juste des personnes habituées à diriger de grandes structures, et donc à les contrôler, ce qui est sans doute vrai dans une certaine mesure, mais non déterminant.

Ce qui par contre est déterminant, c'est qu'il ne doit exister aucune forme d'échange (monnaie, troc, parole donnée ou autre) viable, sans quoi leur monnaie, qu'ils désirent unique et mondiale, s'avérerait comme immédiatement sans valeur.

Nos élites se placent dans la position d'escrocs ruinés, incapables d'honorer leurs promesses. Au fur et à mesure que notre pouvoir d'achat disparaît, cela les mène inexorablement à l'usage de la répression et la violence, pour que l'on ne puisse pas contester leur mensonge.

Or la répression ne crée rien. Deux ou trois décennies de « management au stress » ont envoyé une partie des ingénieurs et techniciens en burnout, une autre à l'étranger et la dernière à n'en faire que le minimum, sous l'autorité de cheffes incultes qui ressemblent à Victoria Nuland. Nous sommes à l'âge des moyens techniques les plus extraordinaires de l'histoire de l'humanité et nous ne créons plus rien.

C'est pour ça que les promesses du Great Reset en termes d'impression 3D, d'ordinateurs quantiques et de nanoparticules en deviennent grotesques. Ce seront des situations comme celle montrée dans la vidéo « The Expert » mais encore plus désastreuses : https://www.youtube.com/watch?v=BKorP55Aqvg

Les premiers à le savoir sont ceux qui parlent du Great Reset, puisque ce sont eux qui peuvent mesurer la rentabilité des sommes qu'ils engloutissent dans ce genre de structures. Le Great Reset est un simulacre.

rachel lai 3.png

En conclusion, ce prolongement ultime du rêve technico-scientifique qu'est le Great Reset va se terminer en cauchemar, l'Effondrement, qui tuera la plupart d'entre nous, puisque c'est bien là le résultat des effondrements.

Notre époque aura été celle des illusions les plus réalistes, à la différence des systèmes religieux qui prévalaient alors dans les autres civilisations complexes.

Notre technologie ne va pas totalement disparaître, car elle aidera certainement à la survie de certains, mais elle devrait être, dans un futur indéterminé, mieux maîtrisée car mieux intégrée à ce que la vie sera devenue. Ce ne sera pas un Great Reset mais quelque chose de différent, les choses n'étant jamais acquises.

samedi, 01 mai 2021

Le Magicien de Davos et le Grand Reset

file72w2itmy6w4gazyflsj.jpg

Café Noir N.21

Le Magicien de Davos et le Grand Reset

 
Café Noir – Un Autre Regard sur le Monde.
Émission du vendredi 30 avril 2021 avec Pierre Le Vigan, Gilbert Dawed & Modeste Schwartz.
 
 
RÉFÉRENCES
Le Magicien de Davos : Vérité(s) et Mensonge(s) de la Grande Réinitialisation – Modeste Schwartz – Éditeur : Culture & Racines https://www.cultureetracines.com/essa...
 
Le Great Reset : Mythes et Réalités (Suivi du Dictionnaire Critique du Great Reset) – Éric Verhaeghe – Éditeur : Culture & Racines https://www.cultureetracines.com/cate...
 

le-magicien-de-davos-verites-et-mensonges-de-la-grande-reinitialisation.jpg

Le courrier des stratèges (par Éric Verhaeghe) http://www.lecourrierdesstrateges.fr/
 
Faits & Documents (Septembre / Octobre 2020) https://faitsetdocuments.com/
 
Le Capital Financier – Rudolf Hilferding (1910) https://www.marxists.org/francais/hil...
 
 
Café Noir N.00 – La Crise du Haut-Karabagh https://youtu.be/5a7Jlp3_6-g

vendredi, 12 mars 2021

Contre le Grand Reset ! Vers la culture politique du Grand Réveil !  

Global-Reset-Web-Ready.jpg

Contre le Grand Reset ! Vers la culture politique du Grand Réveil !  

par Alexandre Douguine

QU’EST-CE QUE LE « GRAND RESET » ?

Les Cinq Points du Prince Charles

Au Forum de Davos en 2020, son fondateur Klaus Schwab et le Prince Charles de Galles ont proclamé une nouvelle orientation pour l’humanité — le Grand Reset. Le plan, annoncé par le Prince de Galles, consiste en cinq points :

1. Captiver l’imagination de l’humanité.
2. Rétablissement économique après la pandémie du COVID-19, ce qui devrait conduire au début du « développement durable ».
3. Transition vers une économie non-pétrolière au niveau mondial.
4. Science, technologie et innovation doivent recevoir une nouvelle impulsion pour le développement.
5. Il est nécessaire de changer la structure de l’équilibre des investissements. La part des investissements verts doit être augmentée.

prince-charles-speech-davos-2272606.jpg

Ce programme est en fait devenu l’idéologie de l’élite libérale globale. Joe Biden et son administration sont arrivés à la Maison Blanche sous ces slogans.

Si nous écartons la rhétorique humaniste et l’accent mis sur l’écologie (qui est précisément la lubie du Prince Charles), alors le programme de la nouvelle phase de globalisation et le plan d’action de l’élite internationale dans l’ère Biden sont réduits à ce qui suit :

  1. Il est nécessaire de subordonner complètement la conscience de l’humanité aux idées libérales-globalistes. Cela peut être atteint par le contrôle complet des médias, des réseaux sociaux, de l’éducation, de la culture, de l’art, où les nouvelles lois sont établies – politique du genre, glorification des minorités – sexuelles, ethniques, biologiques (exaltation de la laideur corporelle comme idéal de beauté et d’harmonie). En même temps, les Etats nationaux sont diabolisés, et les structures supranationales, au contraire, sont exaltées de toutes les manières possibles.
  1. Le « développement durable » (le projet du Club de Rome) implique une réduction de la population du globe (puisque les limites de croissance sont atteintes). D’où le lien avec la pandémie du COVID-19, ainsi que la mise en garde de l’OMS sur la probabilité de nouvelles pandémies.
  1. Le refus du pétrole vise à frapper un coup contre l’économie de la Russie, d’un certain nombre de pays islamiques et d’Amérique Latine (principalement le Venezuela), qui sont les piliers de l’ordre mondial multipolaire. La même tactique fut utilisée par les Etats-Unis dans la dernière période de l’URSS, ce qui abaissa artificiellement le prix du pétrole.
  1. « Développement technologique » signifie encore plus de numérisation avec l’introduction du contrôle total et de la surveillance totale des citoyens, le transfert d’un certain nombre de fonctions à l’« Intelligence Artificielle forte », l’accélération des technologies de bio-ingénierie, la production de masse des robots, la promotion des projets de mutation génétique et des projets de croisements d’espèces (ainsi que le « croisement » des humains et des machines).
  1. Il est nécessaire de continuer et d’accélérer la désindustrialisation de l’économie, de déplacer les bulles financières accumulées dans le domaine vague et opaque de la « production écologique » avec la monétarisation simultanée de l’environnement lui-même et sa transformation en capital.

imagesBGR.jpg

En même temps, les globalistes croient que l’arrivée des Démocrates à la Maison Blanche et la diabolisation de Trump et des conservateurs qui le soutenaient créent les conditions idéales pour un nouveau tour de globalisation et d’application de ce programme. De plus, la globalisation a manifestement piétiné durant les dernières décennies, et l’ordre multipolaire alternatif basé sur la montée de civilisations indépendantes – russe, chinoise, islamique, etc. – est graduellement devenu une réalité irréversible. Par conséquent, les globalistes n’ont simplement pas le temps : c’est maintenant ou jamais.

Voilà ce qu’est le « Grand Reset ». Et il a commencé.

Brève histoire du libéralisme

Si nous regardons les principaux stades de l’idéologie libérale, nous comprendrons que le « Grand Reset » n’est pas quelque chose de fortuit et de transitoire. La globalisation est le résultat logique de l’histoire mondiale, telle qu’elle est comprise par la pensée libérale. 

Le libéralisme est une idéologie qui se concentre sur la libération de l’individu vis-à-vis de toutes les formes d’identité collective.

Cela commença avec la Réforme Protestante et l’abolition des états médiévaux [= clergé, noblesse, tiers-état]. Le résultat fut une société bourgeoise où tous étaient égaux – mais seulement en théorie et en termes d’opportunités. Mais ce fut une grande avancée aux yeux des libéraux.

Les Etats-nations modernes émergèrent sur les ruines de l’Empire européen et du pouvoir du Pape – à nouveau, des individus (mais sous la formes d’Etats) furent libérés de l’identité collective (les identités catholique et impériale). Mais le progrès libéral ne s’arrêta pas là.

kant-locke-racisme-lumieres.jpg

Les philosophes Locke et Kant décrivirent le projet de « société civile », où les Etats-nations devaient être abolis. Les individus pouvaient théoriquement s’en sortir sans eux. Ainsi surgit la philosophie du cosmopolitisme, qui présuppose l’abolition des Etats-nations et (comme idéal) la création d’un Gouvernement Mondial. Ce fut la naissance du mondialisme – bien qu’en théorie.

Adam Smith formula les fondements du libéralisme en économie, soulignant la nature internationale du marché. Dans cette théorie libérale, le développement du capitalisme présupposait la disparition graduelle des Etats, et en fin de compte, le remplacement complet de la politique par l’économie, c’est-à-dire le marché.

La théorie critique du marxisme émergea au XIXe siècle, qui opposait la théorie des classes à l’individualisme libéral. L’idée de progrès était vue différemment ici, bien que les marxistes s’accordaient aussi sur la nécessité de la mort des Etats (l’internationalisme). Au XXe siècle, des idéologies de nationalisme extrême (le fascisme), contestant à la fois le libéralisme et le communisme, surgirent. Elles mettaient en premier le principe de la nation (l’Etat pour les fascistes, la race pour les nationaux-socialistes).

La défaite du fascisme en 1945 élimina cette idéologie de l’agenda, et l’image du futur fut disputée entre les libéraux et les communistes. Ce fut la signification idéologique de la Guerre Froide.

En 1991, l’Occident libéral finit par gagner. L’URSS s’effondra, et la Chine communiste se lança sur le chemin du développement du marché.

81IdEWNoR8L.jpg

C’est alors que la « fin de l’histoire », c’est-à-dire la victoire finale du libéralisme, fut proclamée. Cependant, après un examen plus attentif, il s’avéra que les libéraux n’avaient pas aboli deux types d’identité collective – l’identité sexuelle (le genre) et l’identité humaine elle-même. Cela signifiait que de nouveaux obstacles se trouvaient sur la route du progrès libéral. C’est pour cela que depuis les années 90 du XXe siècle, la politique du genre est venue au premier plan. Sa signification n’est pas seulement la tolérance pour les pervers et le féminisme radical qui restaure l’égalité des genres. D’après les progressistes libéraux, le genre devrait devenir une question de choix individuel – comme auparavant la religion, la profession, la nationalité, etc. Sinon, le « progrès » ralentirait. D’où les couples transgenres et gays dans l’administration Biden. Ces normes de la correction politique sont les signes de la victoire sur le tournant conservateur qui était presque arrivé sous Trump.

Maintenant la démocratie a fini par être définie comme le pouvoir des minorités, dirigé contre la majorité (manifestement une majorité « criminelle » qui est capable de choisir Trump ou… Hitler à tout moment, sous l’influence des sentiments populistes). Trump tenta désespérément de défendre l’ancienne compréhension de la démocratie, mais fut renversé. Il a été « annulé » [« canceled »] comme l’ont été les autres figures, mouvements, et pays entiers se trouvant sur la route du « Grand Reset » – le dernier stade du mouvement du libéralisme vers son triomphe historique.

brandongotto.hotglue.me.jpg

Et les libéraux ont un dernier problème devant eux – l’abolition de l’humanité, la politique du post-humanisme. La libération vis-à-vis de l’identité collective requiert l’abolition du genre et de l’espèce. Les futurologues libéraux font déjà l’éloge des nouvelles possibilités des post-humains – la fusion avec la machine multipliera la force du corps, de la mémoire, et aiguisera les sens ; l’ingénierie génétique mettra fin aux maladies ; la mémoire peut être stockée sur un serveur « cloud » ; l’humanité peut se connecter à la machine et atteindre l’immortalité.

Le « Grand Reset » est le triomphe de l’idéologie libérale à son stade le plus élevé, à son stade de globalisation.

Et tous ceux qui s’opposent à un tel agenda sont déclarés « ennemis de la société ouverte ». Ils sont invités à capituler volontairement. Sinon, tout le monde progressiste – avec ses finances illimitées, son potentiel technico-militaire et sa capacité inépuisable de contrôler l’« imagination de l’humanité » – leur tombera dessus.

Ainsi, le « Grand Reset » est la dernière note du progrès humain, tel qu’il est compris par la pensée libérale. Maintenant toute l’humanité est libre – libre d’être libérale.

Mais il faut noter qu’en même temps elle n’est pas libre de ne pas être libérale. Si un « illibéral » ou un « pas assez libéral » est repéré quelque part, le système punitif est lancé automatiquement.

Grand Réveil

Durant la féroce campagne électorale aux Etats-Unis, les supporters de Biden – les partisans du « Grand Reset » – utilisèrent tous les moyens contre leur adversaire Trump, incluant les moyens prohibés. Ils allèrent même jusqu’à appliquer les méthodologies des « révolutions de couleur » à l’intérieur des Etats-Unis – des méthodologies qui étaient auparavant exportées. Une telle détermination à la limite de l’infamie en dit long sur l’importance des enjeux. Les globalistes sont bien conscients que si leurs défaites et leurs échecs continuent à s’accumuler, toute l’histoire du libéralisme, longue de cinq cent ans, s’effondrera. Un monde multipolaire – vers lequel Trump, étant critique de la mondialisation, gravitait instinctivement – ne laisserait aucune chance aux libéraux. Ils jetèrent donc leurs masques, abandonnèrent les principes de la « vieille démocratie » et poussèrent Biden à la Maison Blanche, sans aucune considération de décence, des procédures et des règles.

Les supporters de Trump savaient à quelle force puissante et maniaque ils avaient affaire depuis sa première campagne électorale. Les Démocrates, conduits par la logique du mondialisme, étaient prêts à sacrifier les institutions américaines traditionnelles et la démocratie elle-même. Et c’est contre cela que les trumpistes mettaient en garde depuis 2016.

1 PFefG-4ND8B53aAYY4r83Q.jpeg

Bien sûr, il est difficile pour les citoyens ordinaires de comprendre tout l’arrière-plan sinistre de l’idéologie libérale, qui mène immanquablement et consciemment à la destruction de l’humanité, à son « dépassement ». Cela est difficile à croire, ce n’est pas facile de parvenir à la vérité. Spécialement pour ceux qui ont été élevés sous l’influence de la démocratie libérale, à l’intérieur du système capitaliste et sous la profonde introduction d’une culture mondialiste. Et pourtant l’épiphanie a commencé.

C’est ainsi que la thèse du « Grand Réveil » est née. Ce slogan fut mis en avant par les supporters de Trump, qui devinrent les premières victimes du nouveau totalitarisme libéral à venir. Leurs initiatives furent immédiatement censurées, leurs comptes sur les médias sociaux furent supprimés, et même les références à eux furent effacées des systèmes des géants technologiques – Twitter, YouTube, Google, Facebook. 

Tout d’abord, cela affecta seulement les adversaires les plus bruyants des globalistes et les supporters de Trump. Mais à mesure que la campagne électorale s’envenimait, des cercles de plus en plus larges devinrent les victimes de la culture de l’« annulation » et du « deplatforming ». Jusqu’à ce que les globalistes appliquent finalement leurs méthodes au président US lui-même – Donald Trump.

Ce fut le moment du « Grand Réveil ». Maintenant la vraie nature des mondialistes a été comprise non seulement par les plus lucides et les plus irréconciliables, mais aussi par de vastes sections de la société américaine.

Ceux qui avaient voté pour Trump furent presque identifiés à des « fascistes » dans la dictature libérale établie. C’est ainsi que fonctionnent les lois du « Grand Reset » : quiconque n’est pas avec nous est un « fasciste », et il est possible – et même nécessaire ! – de traiter un « fasciste » de la manière la plus cruelle. Et cette fois, cette catégorie inclut non seulement les vrais conservateurs, qui ont toujours eu des réserves vis-à-vis des libéraux, mais aussi des libéraux, les citoyens américains ordinaires qui n’avaient pas eu le temps de s’adapter aux nouveaux critères du « progrès libéral ». Ils n’ont pas encore compris que la liberté est la liberté des minorités, et que les paramètres de cette liberté – c’est-à-dire ce qui peut être dit et fait, et ce qui ne peut absolument pas être fait (les normes du politiquement correct) – sont strictement établis par les élites libérales.

Dx2OxAjXcAE-FfD.jpg

Le « Grand Réveil » est le fait de comprendre que dans la période de la mondialisation, le libéralisme moderne s’est transformé en une vraie dictature, est devenu une idéologie totalitaire qui dénie – comme tout totalitarisme – le droit d’avoir un point de vue différent du point de vue dominant. C’est très similaire au début d’une nouvelle guerre civile aux Etats-Unis. Mais cette fois, ses camps sont différents : les supporters du « Grand Réveil » contre les supporters du « Grand Reset ».

A la veille d’une grande confrontation

Les Etats-Unis sont la première puissance du monde. Ce qui s’y passe concerne toute l’humanité. La victoire de Joe Biden et des architectes du « Grand Reset » derrière lui signifie que le monde est entré dans une nouvelle phase. Les globalistes sont déterminés à mener à bien ce qu’ils ont régulièrement échoué à faire durant les deux dernières décennies. D’abord le 11 septembre, puis Poutine, puis la Chine sous Xi Jinping, puis l’Iran, puis la Turquie, puis Trump. Et si les échecs continuent, le mondialisme risque de s’effondrer finalement. Le « Grand Reset » doit se faire maintenant ou jamais.

Et beaucoup d’élites d’orientation libérale dans divers pays – en Occident tout comme en Orient (incluant la Russie, bien sûr) – seront mobilisées par le mondialisme pour prendre une part active au projet de « Grand Reset ». Cela signifie qu’un front externe ainsi qu’un front interne vont être ouverts contre les supporters de la multipolarité, de la souveraineté et d’un ordre mondial polycentrique. Et ici commencent la pression externe de la part de la démocratique Washington et de l’OTAN sous son contrôle et le sabotage interne de la cinquième colonne et des élites libérales à l’intérieur des structures administratives des Etats.

AlexanderDugin.jpg

Le début d’une série d’opérations de changement de régime, une nouvelle vague de « révolutions de couleur » et la manipulation des conflits régionaux devraient s’ajouter à cela. Maintenant toute la force du sabotage global contre ceux qui n’ont pas pris le parti du « Grand Reset » va travailler à plein régime.

Il est évident que la Russie – du moins la Russie de Poutine, la Russie souveraine, indépendante et libre – appartient aux rangs du « Grand Réveil ».

Pour que cela devienne un fait irréversible, il faut faire un dernier effort. La moitié de la Russie s’est réveillée il y a vingt ans. Et ensuite elle commença un retour difficile mais généralement réussi (bien que prolongé) à l’histoire en tant que sujet de la politique mondiale, et non pas comme objet (comme dans les années 90 du XXe siècle). Mais l’espace pour un compromis avec les mondialistes est complètement épuisé. Nous n’avons qu’une option – nous réveiller complètement et non seulement prendre une part active au « Grand Réveil », mais – ce qui serait souhaitable et digne de l’échelle de notre histoire et de notre esprit – aussi le diriger.

Préalablement traduit en anglais par Cyrill Strelnikov, blogueur, observateur politique

Published by RIA-Novosti

Against Great Reset. Toward Political Culture of Great Awakening | Katehon think tank. Geopolitics & Tradition

mardi, 23 février 2021

Philip K. Dick, le grand reset et la désolation du monde

philip-k-dick.jpg

Philip K. Dick, le grand reset et la désolation du monde

par Tetyana Popova-Bonnal

Revenons à Philip Dick via la crise et le Reset actuels, à ses romans qui traitent du thème du logement et de la survie des familles ordinaires. Dans la plupart de ses œuvres Dick nous parle des temps post-apocalyptiques qui durent interminablement et où nous nous retrouvons aujourd’hui. Le futur dystopique décrit par ce très grand auteur, la dégénérescence d’une civilisation dominée par des milliardaires et des bureaucrates tarés, nous le vivons maintenant.

Pour l’écrivain le facteur moteur qui pousse le récit vers la science-fiction est la bombe atomique ou la conquête de l’espace. Sans l’un et sans l’autre les gens modernes se retrouvent dans les conditions « post-atomiques » - masqués jusqu’aux cheveux, effrayés jusqu’à ne pas sortir de chez soi et de haïr son prochain. Sans aucune bombe le monde se réduit en poussière… On se retrouve directement dans le décor du roman « Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? (Do Androids Dream of Electric Sheep?), écrit en 1968 et si bien mis en scène par sir Ridley Scott dans son « Blade Runner ». Les vieilleries, le « junk », la poussière, les ordures sont des personnages de plein droit dans ce texte ; ils envahissent le monde, l’espace, ils prennent les dimensions surréelles. « Les vieilleries – les choses inutiles comme des enveloppes déchirées, des boites vides des allumettes, des emballages du chewing-gum ou des serviettes hygiéniques. Quand il n’y a personne à côté – ce junk se reproduit. Par exemple, si vous ne jetez pas tout cela à la poubelle le soir avant de vous coucher, le matin le junk doublera son volume. Partout il prend de plus en plus de place ». La planète entière est couverte des immeubles abandonnés et semi-ruinés. Cela nous rappelle les visions des villes industrielles américaines abandonnées et dévastées, décrites par Jim Jarmusch – Detroit, Cleveland etc.

dickband.jpg

Si dans « Les androïdes rêvent-ils… », les personnages peuvent choisir une ruine du mégapole pour se loger, dans les romans comme « The Simulacra » (Simulacres) de 1964, « The man who Japed » (Le Détourneur) de 1956 la situation immobilière est encore plus comique (ou tragique si vous voulez). La planète est surpeuplée et l’humanité doit se nicher dans les appartements microscopiques. Et si dans le beau film « Un Américain à Paris » la vision d’un appartement bohème parisien est plutôt sympathique, chez Dick l’image du logement moderne atteint des dimensions monstrueuses.  Dans « The man who Japed » (L’homme qui a fait une plaisanterie -  cette traduction nous semble plus juste) le personnage principal Allen Purcell (Dick adorait la musique baroque !) avec sa jeune épouse habite dans une chambrette d’un immeuble multi-étagé, et même ce logement est considéré comme privilégié - bien que sa cuisine se cache dans un mur, et sa femme doit se laver à l’étage (pensons à tous nos parisiens qui sont contents de se trouver une chambre de sept mètres carrés à 800 euros par mois, et où ont-ils leur lavabo ? ).

51J8540fNtL._SY350_.jpgLa situation immobilière est pareille pour le personnage du roman « Simulacres » - il habite dans une micro-chambre d’un complexe des condominiums à plusieurs étages où on peut trouver tout – du service d’un psychiatre ou un chapelain jusqu’à la boulangerie.

Dick souligne constamment l’impossibilité de vie dans des logements pareils. Ici les résidents sont dirigés par des comités des espèces des mesdames Merkel qui réunissent dans leurs caractères les traits des puritains, des kgbistes et des imbéciles complètes. Ces réunions à la fois communistes et féministes despotiques (le critique du féminisme est très répandue dans les œuvre de Dick) dans leurs rassemblements hebdomadaires éliminent tous les locataires suspects ou peu sûrs.

Nous trouvons une autre vision monstrueusement prophétique dans le roman « Glissement de temps sur Mars » (Martian Time-Slip, 1962) où «l’abomination de la désolation », comme disait Jésus (Marc 13-14) est encore plus folle. Cette image se manifeste dans le dessin d’un petit garçon considéré autiste qui a aperçu les futures profanations bétonnées de l’homme sur la terre martienne : « Dans le dessin du garçon il a remarqué plus que ça. Et son père, a-t-il remarqué tout cela ? Les énormes immeubles coopératifs évoluaient lugubrement devant ses yeux… Les immeubles avaient l’air vieux, comme si le temps les détruisait. Les fissures étonnantes couvraient leurs murs jusqu’au toit ; les vitres étaient brisées. Des espèces d’herbes rigides poussaient autour. Il dessinait l’image de la désolation et de l’abattement lourd, mort et éternel ». Ainsi le nouveau riche martien voit la prophétie de son fils où il a détruit les montagnes et les paysages vierges pour une richesse éphémère du béton. Et chez nous ce béton a recouvert maintenant toute la côte Méditerranéenne, tout Monaco, tout Israël, toutes les îles exotiques, Hawaii…  

91AoVqwpJVL.jpgUn autre variant du surpeuplement mais avec la vision de la catastrophe climatique se trouve dans le roman Le Dieu venu du Centaure ( The Three Stigmata of Palmer Eldritch1965) (nous pensons que « Le Diable » dans la traduction du titre sera plus juste). Philip Dick reprend la vision des logements monstrueux à plusieurs étages, mais cette fois les étages s’enfoncent dans la terre à cause des températures trop chaudes sur la surface ; alors les pauvres se cuisent avec l’air conditionné limité et les plus riches habitent aux étages plus bas et vont en vacances en Antarctique.

Un autre type de l’avenir ne s’échappe pas de l’attention de Dick – l’avenir de dépopulation de la planète, où il ne reste presque plus de gens sur terre et ils ne sont presque plus capables de se reproduire – comme dans les romans « Les Joueurs de Titan » (The Game Players of Titan, 1963), « La Vérité avant-dernière » (The Penultimate Truth, 1964) et aussi en peu dans « Les androïdes rêvent-ils… ». L’écrivain voit notre planète divisée en pays, territoires et villes entre les richissimes milliardaires qui vivotent et se déplacent entre leurs immenses propriétaires sans savoir que faire à part de jouer (pensons que nous ne sommes pas très éloignés de la situation pareille avec notre cher Bill Gates – le plus grand propriétaire foncier des Etats Unis qui ne rêve que nous refiler son vaccin ou son ersatz de bœuf ou ses excréments). 

Mais y a-t-il une alternative pour nous ? Car nous ne sommes pas trop loin de ces futurs décrits par Dick il y a soixante ans ! Chez Dick l’issue c’est le retour vers son amour et vers la terre. Et surtout vers la terre que nous pouvons et devons cultiver, cette terre qui nous nourrit, donne des forces et l’espoir. Alors Dick envoie ses héros sur les terres éloignées, où il n’y a pas de béton, sur des planètes inconnues et souvent sur Mars ; par force ou par le choix propre des héros. Hélas, un simple Américain n’est pas toujours prêt à travailler. La paresse, l’ennui, le manque de talent l’empêchent souvent de réussir. Mais le grand reset oblige les personnages à se battre pour leur vie. Ainsi l’espoir de réussir et de vivre est décrit par Dick dans « Le Dieu venu du Centaure » ( The Three Stigmata of Palmer Eldritch1965), « Les Chaînes de l'avenir » ( The World Jones made, 1956) et surtout dans « Dr Bloodmoney » ( Doctor Bloodmoney, or How we got Along after the Bomb, 1965). Ce dernier est plus survivaliste que les autres car les personnages doivent survivre sans pétrole, sans électricité, sans routes, sans téléphone, sans vitres, etc… Dick n’est pas idyllique dans ses descriptions futuriste, mais il nous donne l’espoir : les petites communautés rurales arrive à survivre. La ville reste cruelle et dur à vivre. Mais les gens partent dans la campagne, cultivent la terre, sauvent les troupeaux, apprécient le travail et la compagnie des bons animaux (comme le cheval ou le chien), enseignent tout à leurs enfants mieux qu’à l’école, partagent leur connaissances dans les manières différentes. En peu comme dans le « Fahrenheit 451 » les gens se réunissent pour écouter la lecture des livres sauvés ou de la musique.  

philip-k-dick-timba-smits.jpg

L’image de cette campagne est parfois très émouvante chez Dick ; ici on sent l’arôme du bon pain et du vin authentique californien, ici les amis jouent en trio baroque du Bach. Et après le cataclysme la petite musique ne cesse pas et les deux flutes et un clavecin se réunissent et rejouent les miracles de vie grâce à Purcell et Pachelbel, musiciens baroques si aimés par notre écrivain - dans Invasion divine, Dick célèbre John Dowland…

Tetyana Popova-Bonnal

Derniers livres et traductions :

Les chants traditionnels ukrainiens (Amazon.fr)

Eugène Onéguine (traduction juxtalinéaire)

La comédie musicale américaine (Amazon.fr)

 

vendredi, 19 février 2021

Game Stop et Grand Reset: Le Décryptage de Raoul Weiss

MW-ED699_Davos__20160120215433_ZQ.jpg

Café Noir N.11

Game Stop et Grand Reset:

Le Décryptage de Raoul Weiss

Café Noir – Un Autre Regard sur le Monde.
Émission du Vendredi 19 Février 2021
Avec Pierre Le Vigan, Gilbert Dawed & leur invité Raoul Weiss.
 
Cafe Noir N.09 – Réseaux Sociaux, Bourse et 5e Pouvoir https://youtu.be/xgwkTJHYcqo
 

21:13 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : gaémestop, grand reset, raoul weiss, actualité | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

mercredi, 06 janvier 2021

Et si le peuple voulait du "Grand Reset" et de la tyrannie ?

la-tyrannie-et-vie-représenté-comme-un-mot-de-une-boule-en-épave-pour-symboliser-que-peut-avoir-mauvais-effet-détruire-d-165042109.jpg

Et si le peuple voulait du "Grand Reset" et de la tyrannie ?

par Nicolas Bonnal

Le plan des mondialistes progresse bien, et on en peut que rester béat d’admiration devant la stupidité béate des victimes. Comme dit Bernanos dans la France contre les robots, au moment des guerres contre le fascisme :

« Et si, par hasard, une telle idée leur était venue, ils se seraient bien gardés de l'avouer, car ils sont un des éléments de cette pourriture. La Bêtise, en effet, m'apparaît de plus en plus comme la cause première et principale de la corruption des Nations. La seconde, c'est l'avarice. L'ambition des dictateurs ne vient qu'au troisième rang. »

J’exagère ? Parce qu’une fois de plus je me crois supérieur et que je méprise mes contemporains qui sont les pauvres victimes d’une dictature affreuse ?

Essayez alors d’enlever votre masque dans le métro avant de me jeter la première pierre. Essayez d’envoyer votre petit sans masque à l’école avant de me jeter la première pierre. Essayez de prêcher à voix haute le texte du Dr Perronne en public avant de me jeter la première pierre. Vous verrez que le monde que vous croyez résistant le temps d’un clic est furieusement collabo dans la réalité.

reason.jpg

Cela n’étonnera du reste que les distraits. La résistance en France ne s’est développée que lorsque la défaite allemande fut assurée. Il n’y a que les nationalistes qui résistaient dès le début, comme là Marion et Philippot chez les politiciens. Et il fallait moins de cent mille soldats allemands en 1942 pour garder cette masse, tout comme il ne faut guère que cent mille gendarmes pour mettre tout le monde au pas. On a rappelé ici-même la soumission des Français sous Napoléon III, confirmé par le plébiscite de Mai 1870 d’ailleurs (pauvre Hugo exilé pour rien sur son île) et sous les aberrantes guerres républicaines, continentales ou coloniales. Le reste est de la soumission à la société de consommation et technologique, et Guy Debord nous a tout dit dessus, comme Lewis Mumford ou John Boorstyn en leur temps.

Il faut donc tirer quelques conclusions, car on s’est très bien habitués au masque, comme dit justement le président jupitérien Macron. On s’est très bien habitué au confinement aussi, et au porno gratuit sur le web (voyez la bonne émission d’Alexis Cossette et de Sylvain Trotta), et à Netflix, et à BFM. On a aussi compris que la populace ne veut pas du vaccin, mai que si on prend le temps de bien lui expliquer, et de la prévenir contre le militantisme terroriste et réac des anti-vaccins, ce que font les journaux tout le temps, tout ira pour le mieux.

Récemment c’est maître Brusa qui reconnaissait :

 “La Covid a généré une catastrophe juridique…il faudra des années pour se remettre sur le plan économique. Et des années sur le plan du droit…On commence à avoir des informations qui attestent qu’on nous prend pour des cons…Il faut que le peuple réagisse, il faut aussi que les gens réclament de la liberté, et aujourd’hui ce qui m’anéantit, c’est de voir comme il est difficile de faire réagir le peuple. Je ne demande pas de faire une révolution, je demande au peuple de demander les libertés…Nous sommes en train de tout perdre. Mais qu’est-ce qu’il faut de plus pour qu’on comprenne qu’on est dans le cadre d’une dictature ? Ce n’est pas parce que 200 ou 300 avocats font une tribune dans un journal que les choses vont changer, parce que, excusez-moi, mais Macron de la tribune dans le JDD, il n’en a rien à cirer… »

172-ProjetKO-Conditionnement-variante.jpg

Le peuple ne veut pas de la liberté. Le peuple veut du pain et des jeux, et on n’a pas attendu l’an 2020 pour le découvrir. Or le système les lui donne et il va prendre à ceux qui ont de l’argent en banque, qui sont une minorité et aux propriétaires, qui sont une minorité. Pour le reste le peuple admire les vedettes et les hommes les plus riches sont des vedettes comme ses sportifs préférés. Eux sont des philanthropes qui veulent vacciner ou protéger la planète…

J’irai même plus loin cette fois : le peuple n’a aucune raison d’être contre le grand reset. Le grand reset est dans l’air du temps, pas vrai ? Le peuple a en effet été éduqué dans l’idée que l’on pollue trop et qu’il faut arrêter de respirer ou de trop carboniser l’atmosphère ; il a été élevé dans la peur depuis l’an 2001 et un ami espagnol me disait que la jeune génération avait été déjà élevée dans la soumission et dans la servitude volontaire, pour reprendre le mot de l’année écoulée et même du court millénaire à venir. Le peuple a des dettes, pas de pognon, pas de goût pour la liberté (à part pour aller revoter pour Macron ou son ministre Edouard Philippe), mais il a le sens des responsabilités (remets ton masque, sale nazi) et de l’écologie, alors… On le prive de travail ; mais tant qu’il a le smartphone et la tambouille assurée. Le reste on verra après. De toute manière le travail…

Nietzsche avait déjà tout dit vers 1880 et on comprend (et c’est pourquoi je tape sur leur monde moderne) comment nos opinions abruties ont pu se farcir tant de guerres et de dictatures depuis. Lisez, vous allez rire :

« Tomber malade et être méfiant passe chez eux pour un péché : on s’avance prudemment. Bien fou qui trébuche encore sur les pierres et sur les hommes !

yoran-brejnik-30-03dictaturebis.jpg

Un peu de poison de-ci de-là, pour se procurer des rêves agréables. Et beaucoup de poisons enfin, pour mourir agréablement.

On travaille encore, car le travail est une distraction. Mais l’on veille à ce que la distraction ne débilite point.

On ne devient plus ni pauvre ni riche : ce sont deux choses trop pénibles. Qui voudrait encore gouverner ? Qui voudrait obéir encore ? Ce sont deux choses trop pénibles. Point de berger et un seul troupeau ! »

Et là le maître touche le but de nos banquiers globaux :

« La terre sera alors devenue plus petite, et sur elle sautillera le dernier homme, qui rapetisse tout. »

Eh bien notre homme va sautiller un peu moins…

Sources :

Ainsi parlait Zarathoustra

Coronavirus et servitude volontaire

La France contre les robots

https://covidinfos.net/covid19/nous-sommes-en-train-de-creer-une-prison-a-ciel-ouvert-affirme-maitre-brusa-qui-denonce-une-dictature/2607/

vendredi, 18 décembre 2020

"Great Reset" et "amazonisation" de la société: ce que fournit le paradis terrestre de la "superclasse"

unnamedgdreset.jpg

"Great Reset" et "amazonisation" de la société: ce que fournit le paradis terrestre de la "superclasse"

La "Grande Réinitialisation" prend les contours d'une réinterprétation de l'ordre mondial dans une clé transhumaniste et imprégnée d'une pseudo-religiosité cyber- païenne (sorte de culte de la "Terre Mère" aux teintes  hi-tech ): un design de " fine d'histoire "  qui semble esquisser un avenir dans lequel le monde et ses habitants se retrouveront engloutis par une gigantesque usine" verte ", une ruche humaine dans laquelle la majorité des citoyens, en tant que simples rouages ​​du système, auraient pour seul but de produire, limiter au minimum les loisirs, la sociabilité, la consommation. Un cauchemar pour les multitudes, mais un paradis pour très peu de super-riches.

Par Cristiano Puglisi

Alors que l'Europe est prise dans la "seconde vague" du Coronavirus, l'Irlande est le premier pays du vieux continent à appliquer un nouveau confinement. Le débat sur la relation entre la protection de la santé et les libertés individuelles bat donc son plein. Un point, cependant, est sûr. Le Covid-19 existe, circule et infecte. Les cercles négationnistes qui émergent sur tout le continent ne sont cependant pas un phénomène risible, car ils sont l'expression de ces groupes sociaux que les mesures d'endiguement plus strictes conduisent au désespoir.

Sur l'inévitabilité de ce phénomène, du point de vue médico-scientifique, il ne semble cependant pas y avoir d'unanimité. Enfin, nous citons l'étude, publiée dans le bulletin de l'OMS, du professeur John Ioannidis, professeur d'épidémiologie et de santé des populations à l'université de Stanford, parmi les plus grands experts mondiaux de l'analyse des données en médecine, pour laquelle le taux de létalité de Covid-19 (il faut cependant prendre en considération les erreurs médicales dues à un manque de préparation et commises lors de la première vague, comme la confusion entre thrombo-embolie pulmonaire et pneumonie interstitielle), pour les personnes de moins de 70 ans, serait de 0,05%, avec un décès pour 2000 personnes infectées, alors que pour les personnes de plus de 70 ans, elle serait de 0,25%, soit un peu plus du double de celle d'une grippe saisonnière normale. Quelle que soit la façon dont on voudra lire ces données, les positions différentes et contradictoires adoptées par les représentants les plus influents de la communauté scientifique semblent plutôt attester que le confinement est une décision éminemment politique.

maxresdefaultfmi.jpg

Politique, comme l'a été la récente position prise, dans un chapitre des Perspectives de l'économie mondiale, par le FMI - Fonds monétaire international, l'une des institutions symboliques relevant des potentats financiers de l'hémisphère occidental et du soi-disant "Consensus de Washington". Eh bien, le FMI a invité à "reconsidérer le discours dominant sur les confinements", pour lequel "un compromis entre sauver des vies et soutenir l'économie" serait nécessaire.

Ce n'est pas nouveau. En juin dernier déjà, le FMI avait proposé sur son site officiel un article intitulé "Du grand confinement à la grande transformation", signé par la directrice générale de l'organisation, Kristina Georgieva, qui s'exprimait en termes substantiellement enthousiastes sur les mesures de blocus total de l'économie et de liberté de circulation des personnes. Le resserrement des économies, pour Mme Georgieva, a ouvert plusieurs "opportunités". Parmi celles-ci, la "transformation numérique" et la possibilité d'évoluer vers une société plus "verte", couronnant cette "Grande transformation" mentionnée dans le titre.

Une narration positive des confinements qui recoupe celle proposée par le WEF - Forum économique mondial de Davos et, surtout, par son président et fondateur, l'économiste Klaus Schwab, avec le concept de "Grand Reset". Il en a été question dans un précédent article de ce blog, relatant la lecture très critique qu'un autre économiste, l'ancien de la Banque mondiale Peter Koenig, avait faite du "Grand Reset". Mais peut-être que, compte tenu des événements de plus en plus dramatiques qui se déroulent, notamment en Europe, il est maintenant utile de s'attarder davantage sur ce sujet.

Ce que les institutions de la galaxie mondialiste et anglophone appellent "Great Reset" ou "Great Transformation" (mais, fondamentalement, c'est la même idée) est un concept présenté, le 3 juin dernier, lors d'un événement en ligne organisé par le WEF lui-même et qui a vu une série d'appels passionnés des dirigeants du FMI, de la Banque mondiale, du Royaume-Uni, des États-Unis, de l'industrie et de la finance occidentales afin de profiter de l'"opportunité" offerte par la pandémie pour "réinitialiser" le modèle économique, en le remplaçant par ce que l'on a appelé le "Green New Deal". Parmi les participants, il y avait vraiment l'élite du mondialisme : du prince Charles de Galles, représentant de la famille royale britannique, à Gina Gopinath, économiste en chef du Fonds monétaire international, en passant par António Guterres, secrétaire général des Nations unies.

unnamedklsx.jpg

La discussion sur le concept de "Grand Reset" lancé par Schwab et ses associés sera au centre du prochain sommet de Davos, prévu pour début 2021 mais récemment reporté au mois de mai. Pour commencer à comprendre comment le "Grand Reset" imaginé par l'élite mondialiste peut être réalisé, il est toutefois possible de se référer aux concepts exprimés par Schwab lui-même dans un livre intitulé "Covid-19 : The Great Reset", écrit avec le directeur du Global Risk Network du même WEF, Thierry Malleret, ainsi qu'aux anticipations conceptuelles publiées sur le site du Forum économique mondial. Dans une critique de l'essai, Peter Koenig, fait valoir que Schwab et Malleret "admettent, presque avec une certaine satisfaction, que des millions d'emplois seront perdus et continueront d'être liquidés à une vitesse vertigineuse, et que des millions de petites et moyennes entreprises disparaîtront à jamais, que seules quelques-unes survivront, c'est-à-dire les conglomérats mondialisés". Koenig trouve donc dans le livre la confirmation des hypothèses critiques qu'il avait déjà formulées.

En faisant la synthèse entre les différents panels virtuels et les articles proposés sur le site du WEF, on peut comprendre comment le Grand Reset repose essentiellement sur quelques points fixes : une numérisation complète de l'économie et du marché du travail ; un remplacement des sources d'énergie traditionnelles par des sources alternatives ; une "quatrième révolution industrielle", grâce aux nouveaux réseaux 5G et 6G ; une réduction globale des émissions.

Le "Grand Reset", en bref, dans les intentions de ses prolongateurs, est ce qui va forcer le monde à entrer dans un modèle économique "vert". Celui suggéré par Greta Thunberg et, par ailleurs, par le pape François dans son encyclique "Laudato si", celle anticipée par des personnalités comme Al Gore et soutenue depuis des décennies par des ONG anglophones à l'empreinte clairement mondialiste comme le WWF ou Greenpeace. Un modèle qui plaît à l'Occident, qui veut s'émanciper de la dépendance vis-à-vis des combustibles fossiles et des pays producteurs, surtout au moment où la Chine, premier rival de l'Occident lui-même, est devenue le premier acheteur mondial de pétrole brut, se proposant ainsi de renverser (au moins potentiellement) la domination du pétro-dollar dans le commerce international.

Ce modèle sera (ou, plutôt, est déjà) celui dominé par les géants du "capitalisme de surveillance" (d'ailleurs, Shoshana Zuboff, le professeur de la Harvard Bussiness School qui en a inventé la définition, a récemment mis en garde contre la sous-traitance des applications, permettant suivi des contagions, à des géants privés), les souverains du net comme les soi-disant "big five" de la technologie : Facebook, Google, Amazon, Apple et Microsoft qui, avec la numérisation progressive de la vie quotidienne, sont destinés à pénétrer avec toujours plus d'intrusivité et de capacité à contrôler l'existence des êtres humains.

midi-Agenda2030-2017.jpg

Cependant, le Grand Reset recoupe également le document "Agenda 2030", publié par les Nations unies en 2015 et comprenant 17 objectifs de développement durable, résumés, comme le rapporte l'analyste William F. Engdahl, qui fait autorité en la matière, dans l'ambition de créer un monde "avec un revenu égal, l'égalité des sexes, des vaccins pour tous sous l'égide de l'OMS et de la Coalition for Epidemic Preparedness Innovations (CEPI), lancée en 2017 par le WEF en collaboration avec la Fondation Bill & Melinda Gates. L'Agenda 2030, citant à nouveau Engdahl, "appelle à une croissance économique durable, à une agriculture durable (OGM), à une énergie durable et moderne (éolienne, solaire), à des villes durables, à une industrialisation durable... « Durabilité » est le mot clé. Si l'on creuse un peu, il est clair que ce mot de code cache une réorganisation de la richesse mondiale par des moyens tels que des taxes punitives sur le carbone qui réduiront considérablement les voyages en avion et en voiture".

Il est dès lors clair que Koenig a parfaitement raison lorsqu'il affirme que la "Grande Réinitialisation" (ou "Grande Transformation" ou "Agenda 2030" comme on l'appelle souvent), bien que dissimulée, comme cela arrive souvent dans ces cas-là, sous des concepts utopiques, implique plutôt une nouvelle dystopie élitiste, qui prévoit une érosion substantielle des revenus de la classe moyenne pour permettre à la fois la réduction de la consommation et des émissions, et cette "égalité des revenus" qui ne peut se traduire, compte tenu de la structure du "capitalisme de surveillance", que par une égalité vers le bas, tendant à une "amazonisation" de la société, avec un transfert conséquent des revenus soustraits vers le sommet de la pyramide. Selon un récent rapport de l'UBS et de PWC, lors de la grande fermeture économique du printemps dernier, de nombreux membres de la "superclasse" ont augmenté leurs actifs de plus d'un quart. Les actifs du propriétaire d'Amazon, Jeff Bezos, ont augmenté à eux seuls de 76 milliards de dollars. Et même selon Forbes, les actifs des 400 plus grands milliardaires du monde ont augmenté de 8 % rien que l'année dernière. Cela s'est produit alors que les revenus des employés dans le monde entier ont diminué de 3 500 milliards au total. Selon Josef Stadler, responsable du bureau de la famille d'UBS, le tableau est tel que le monde post-pandémique se présente avec une concentration de richesses qui revient aux niveaux de 1905, lorsque les batailles pour les droits du travail et les salaires n'en étaient encore qu'à leurs débuts.

Ainsi, le "Grand Reset" prend les contours d'une réinterprétation de l'ordre mondial dans une tonalité transhumaniste, empreinte d'une pseudo-religiosité cyber-païenne (une sorte de culte hi-tech de la "Terre Mère") : une conception de la "fin de l'histoire" qui semble dessiner un avenir où le monde et ses habitants se trouveront engloutis par une usine "verte" cyclopéenne, une ruche humaine dans laquelle la majorité des citoyens, en tant que simples rouages du système, n'auraient pour but que de produire, en limitant au minimum le loisir, la socialité, la consommation. Un cauchemar pour les multitudes, mais un paradis pour les rares super-riches.

imagesmedcor.jpgLe WEF et les cercles d'élite connectés ne semblent d'ailleurs pas être arrivés au rendez-vous avec la pandémie sans préparation: le 18 octobre 2019, quelques mois avant l'explosion de Covid, l'exercice " Event 201 " a été organisé à New York , parrainé par le WEF et la Fondation Bill et Melinda Gates (qui parlait d'une éventuelle pandémie de Coronavirus depuis le début de la dernière décennie), sur la base de ce postulat: « Ce n'est qu'une question de temps avant qu'une de ces épidémies ne devienne mondiale , une pandémie aux conséquences potentiellement catastrophiques. Une pandémie grave, se manifestant par un «événement 201», exigerait une coopération fiable entre différents secteurs, les gouvernements nationaux et les principales institutions internationales ". Ici donc, le scénario proposé par l'exercice envisageait « l'explosion d'un nouveau coronavirus zoonautique transmis des chauves-souris aux porcs et des porcs aux humains et qui, au final, devient efficacement transmissible de personne à personne, conduisant à une grave pandémie. L'agent pathogène et la maladie qu'il provoque sont largement calqués sur le SRAS, mais il est plus transmissible en milieu communautaire par des personnes présentant des symptômes bénins ». Fondamentalement, une prophétie.

Source:

https://blog.ilgiornale.it/puglisi/2020/10/23/grande-reset-e-amazonizzazione-della-societa-cosa-prevede-il-paradiso-terrestre-della-superclass/

mardi, 01 décembre 2020

Pourquoi le Grand Reset se termine (et ne commence pas)

resetting-relationships-1200x628-compressor.jpg

Pourquoi le Grand Reset se termine (et ne commence pas)

par Nicolas Bonnal

Ex: https://reseauinternational.net

Il y a ceux, presque mignons et amusants, comme les journalistes du NYT, qui prétendent que le Grand Reset est une théorie du complot, alors que Davos s’en vante sur son site, et puis il y a ceux qui redoutent le Grand Reset à venir, comme s’il n’était déjà là. Un petit rappel pour les distraits alors. Je suis assez vieux pour avoir vu le Grand Reset commencer au début des années 70 : c’était les années de la crise du pétrole, du Club de Rome, de « Soleil Vert » et de « Rollerball », tout ce qu’il fallait pour rassurer les enfants et préparer un Grand Reset. Car dès cette époque on évoque privation, fin des industries (une vieille lune : découvrez Arthur Penty), catastrophe écologique, désastres urbains, détraquement climatique (« Soleil Vert », « Blade Runner »), émeutes, violence et pénuries. Tout a été dramatisé et exagéré pour nous faire peur, et maintenant c’est au virus de jouer ce rôle pour détruire ce qui nous reste de libertés.

41nHzuYA8kL._SX323_BO1,204,203,200_.jpgDans les années 80, lorsque j’ai commencé à m’intéresser à ces questions, j’ai rencontré un spécialiste nommé Yann Moncomble, disparu prématurément, qui décrivait la stratégie des mondialistes depuis le début du vingtième siècle. Jacques Bordiot l’avait précédé quelques années avant avec un excellent livre nommé « Une main cachée dirige ». On sentait que tout se mettait en place par les banques au milieu du dix-neuvième siècle (c’est « La grande transformation » du génial Polanyi ou le manifeste communiste de Karl Marx) et depuis nous sommes conduits par ces bons bergers, en bon troupeau. Exercices d’ingénierie physique et mentale, les deux guerres mondiales ont encadré le mouvement et précipité la montée de la technocratie dirigeante et celle du troupeau apeuré dont a parlé Tocqueville sur un ton visionnaire.

1945 et la pseudo-déclaration des droits de l’homme marquèrent une avancée vers le totalitarisme planétaire. François Furet, l’homme qui a redécouvert Augustin Cochin, dont j’ai parlé tant de fois, la trouvait trop précise cette déclaration. Et pour cause : elle est indiscrète, elle contrôle, elle commande, elle oriente et elle sert une élite dirigeante à venir et qui est passé au contrôle de tout vers la fin des années 60. Comme dit Watzlawick elle a besoin du malheur des hommes pour mieux les gouverner.

Les élites qui dirigent maintenant (Merkel, Macron, Bruxelles, Netanyahou – voyez le rabbin Amnon Itshak) sont impitoyables : ils veulent plumer, ficher, vacciner, contrôler. En 1967 Brzezinski présente son fameux livre sur la société technétronique. Lui non plus ne se paie pas de mots, certain qu’il est de n’être dénoncé que par les plus lucides vite redéfinis théoriciens du complot ! Et il écrit le bougre :

Brrevolu.jpg« Une autre menace, moins manifeste mais non moins fondamentale, est celle de la démocratie libérale. Plus directement liée à l’impact de la technologie, elle implique l’apparition progressive d’une société plus contrôlée et dirigée. Une telle société serait dominée par une élite dont la prétention au pouvoir politique reposerait sur un savoir-faire scientifique prétendument supérieur. Libérée des contraintes des valeurs libérales traditionnelles, cette élite n’hésiterait pas à atteindre ses objectifs politiques en utilisant les dernières techniques modernes pour influencer le comportement public et maintenir la société sous étroite surveillance et contrôle ».

L’élite qui bosse avec Macron est une conséquence du satané Bonapartisme dont j’ai parlé maintes fois ici et ailleurs (voyez mon « Coq hérétique » publié en 1997 aux Belles Lettres). Mais elle a été sélectionnée pour aller jusqu’au bout et elle le fera. Elle est payée et motivée pour. Dans les années 80 toujours on a vu cette caste mondialiste de hauts fonctionnaires et de soixante-huitards se mettre aux ordres de Bruxelles et du Capital, quand il est apparu que l’U.R.S.S. ne représentait plus une menace (voyez mon texte sur Zinoviev) et qu’on aurait enfin les coudées franches pour se remplir les poches et mettre au pas le populo.

Guy Debord écrivait en cette fin des années 80 :

« Il faut conclure qu’une relève est imminente et inéluctable dans la caste cooptée qui gère la domination, et notamment dirige la protection de cette domination. En une telle matière, la nouveauté, bien sûr, ne sera jamais exposée sur la scène du spectacle. Elle apparaît seulement comme la foudre, qu’on ne reconnaît qu’à ses coups. Cette relève, qui va décisivement parachever l’œuvre des temps spectaculaires, s’opère discrètement, et quoique concernant des gens déjà installés tous dans la sphère même du pouvoir, conspirativement. Elle sélectionnera ceux qui y prendront part sur cette exigence principale : qu’ils sachent clairement de quels obstacles ils sont délivrés, et de quoi ils sont capables ».

817G7IPNbGL.jpgOn voit avec Macron, Merkel ou Grisham (Gouverneure démocrate de l’État du Nouveau Mexique qui vient d’ordonner la fermeture partielle des magasins d’alimentation) que plus aucun obstacle ne les gêne et qu’ils sont capables de tout. Une fois, ajoute Debord que l’on peut « mesurer le point qu’avait pu atteindre la capacité d’hébétude et de soumission des habitants », on peut tout se permettre. Désolé, mais c’est ainsi. Relisez Bernays ou Céline ou même « Le Loup des Steppes » pour comprendre. Il ne parle pas d’autre chose « Le Loup des Steppes ».

L’élite mondialiste voulue par Wilson ou le pseudo-Colonel Mandel House s’est constituée en 1945 donc, et est arrivée à maturité à la fin des années 60 : ce sont les années Rockefeller, Giscard et Trilatérale dont parlait mon ami Moncomble. Cette élite est totalement déracinée, technophile et gavée de paradigmes (Nizan a très bien vu sa source bourgeoise, j’en ai parlé ici). C’est une élite gnostique élevée par des écrans dans des Babel de verre, comme du reste son troupeau innombrable. En Europe on a pu voir l’émergence de cette élite en partie nazie d’ailleurs (voyez mon texte sur Hallstein) dès les années 60. L’immigration, la société de consommation et la liquidation des enseignements allait créer une nouvelle population technophile, nomade et soumise.

Et puis Gorbatchev est arrivé. Tout est allé depuis en s’amplifiant et en s’accélérant, la bêtise et la lâcheté de la masse ne faisaient rien pour écouter les Cassandre muées en théoriciens du complot. Le contrôle des élites asiatiques ou russes est allé de pair, quoiqu’en pensent certains naïfs préoccupés par la Route de la Soie ou le modèle chinois. Modèle chinois qui exige vaccination, contrôle biométrique et gestion informatique de son milliard et quelques d’habitants. Ici encore les oligarques du capitalisme et du Communisme se seront merveilleusement tendu la main. C’est bien Kissinger et Nixon qui ont voulu ce rapprochement avec la Chine de Mao, non ?

Je ne suis pas là pour parler de l’an prochain, tout le monde antisystème le fait, en vain d’ailleurs (« Théorie du complot ! Théorie du complot ! »). Je voulais dire seulement que les choses sont dans une logique terminale. Qui en a fait tant ne peut pas s’arrêter en route (la route du Club de Rome et de « Soleil Vert ») et qui en a fait aussi peu pour se défendre à part cliquer depuis vingt ans (moi y compris, ce n’est pas le problème) ne doit pas s’étonner de ce qui va lui arriver.

Nicolas Bonnal

______________________________________

Bibliographie très sommaire :

Zbigniew Brzezinski : l’ère technétronique

Guy Debord : Commentaires

Paul Watzlawick : Faites vous-même votre malheur

Nicolas Bonnal : Si quelques résistants… Coronavirus et servitude volontaire

Réseau International

00:44 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, nicolas bonnal, grand reset | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

jeudi, 12 novembre 2020

Sommes-nous à l’aube d’un « Grand reset social/civilisationnel »?

Par Andrew Korybko

Source Oriental Review

Les tensions qui couvent entre le système français ultra-laïc et la condamnation véhémente de la société islamique quant au soutien que ce gouvernement occidental accorde à ce qu’elle considère comme des représentations blasphématoires du Prophète Mahomet font monter la probabilité qu’un « grand reset social/civilisationnel » — qu’il ne faut pas confondre avec le scénario dit du « choc des civilisations » — soit en cours pour les prochaines années, dans le monde entier.

Résumé du contexte

Dans le monde entier, des musulmans se montrent furieux du soutien manifesté par l’État français envers des pratiques de laïcité, telle que la publication de ce qu’ils considèrent des représentations blasphématoires du Prophète Mahomet. Dans le même temps, Paris maintient fermement le droit de son peuple de s’exprimer par toute manière aussi offensante qu’il le souhaite [Gare quand même à celui qui crierait « Dieu est grand » en langue arabe pendant la minute de silence destinée à honorer le professeur d’histoire décapité, paix à son âme, NdT]. Ces tensions qui couvaient ont été réchauffées par la réaction de Macron à l’attaque terroriste de la semaine dernière contre un professeur français qui avait présenté des caricatures satiriques du prophète le plus important de l’Islam à ses élèves dans le cadre d’un cours sur la liberté d’expression. Le dirigeant français avait par la suite décrit l’Islam comme étant en état de « crise », dénoncé ce qu’il décrit comme un « séparatisme islamique » au sein de la société française, honoré la victime comme un héros national, et promis que la France ne cesserait jamais de publier de telles caricatures. Les Musulmans ont considéré cette réponse provocatrice comme une attaque directement ciblée contre leur religion. S’en est suivi le mouvement croissant de boycott contre les produits français dans les pays à majorité musulmane. Il est difficile de prévoir comment ce conflit idéologique va se terminer, mais il est de plus en plus évident que celui-ci fait monter la probabilité qu’un « grand reset social/civilisationnel » se produise dans le monde au fil des années à venir.

https _specials-images.forbesimg.com_imageserve_1223650780_0x0.jpg

D’un « reset » économique à un « reset » social-civilisationnel

Il s’ensuit qu’un « reset » social/civilisationnel pourrait fort bien accompagner la remise à zéro économique qui a été déclenchée en réponse à ce que l’auteur considère comme la Guerre mondiale du Covid. Contrairement à la remise à zéro économique, le « reset » social/civilisationnel pourrait ne pas être coordonné, mais pourrait apparaître comme orchestré, car divers acteurs adoptent des trajectoires similaires dans les mêmes temps. Dans ce cas, il se produit une soudaine réaffirmation des identités laïque et islamique, respectivement, en Occident et hors d’Occident, dans les sociétés où un tel sentiment est ressenti par la majorité de la population. On trouve des laïcs dans les sociétés à majorité musulmane, ainsi que des islamistes (en référence à ceux qui soutiennent un rôle plus visible de leur religion dans la vie publique) dans les sociétés laïques, mais ils constituent la minorité, sauf en de rares cas comme l’Azerbaïdjan ou la Syrie, par exemple, qui sont des États constitutionnels laïques à population majoritairement musulmane. Mais dans la plupart des cas, les vues de chaque minorité restent relativement récentes dans le mélange social, et résultent des processus de globalisation, en particulier celles liées à tendances migratoires et d’information/communication (la prolifération de téléphones mobiles connectés à l’Internet les plate-formes de réseaux sociaux).

Le sophisme d’une « société globalisée » avec « des valeurs et des normes partagées »

Nombreux sont, dans ces pays, ceux qui soutiennent la vision dominante de leur société, et considèrent la vision minoritaire comme une menace à leur identité. L’objet de la présente analyse n’est pas de discuter qui devrait croire en quoi, et de justifier ces pensées, et encore moins d’évaluer la moralité de certaines lois permettant à chacun d’offenser grossièrement les croyances religieuses des autres sans que cela soit considéré légalement comme un discours de haine, et donc sujet à la censure et aux représailles judiciaires (ainsi que l’approche opposée, qui prétend supprimer strictement toutes expressions de ce type), mais simplement de reconnaître l’existence de systèmes sociaux/civilisationnels différents qui se sont développés avec le temps de manière organique en certains lieux, avec l’assentiment de la vision portée par la majorité. Jusqu’ici, la fausse notion d’une soi-disant « société globalisée » avec des « normes et valeurs partagées » avait pu exister, mais il ne s’agissait en réalité que d’une illusion libérale, masquant l’imposition des visions occidentales auto-centrées sur le reste du monde. Cela s’est effondré avec l’élection de Trump en 2016, et le dernier clou dans le cercueil a été planté en retombée de l’attaque terroriste contre le professeur français. Il est à présent évident aux yeux de chacun que des systèmes sociaux/civilisationnels existent, qui comprennent des visions contradictoires sur les sujets chauds.

the-great-reset-plan-revealed-how-covid-ushers-in-the-new-world-order-activist-post.jpg

Rejeter la conjecture du « conflit de civilisations »

Accepter cette réalité, qu’on la soutienne ou non, ne devrait pas être considéré comme équivalent au scénario dit du « choc des civilisations » qui déroule un conflit qui serait inévitable entre la chrétienté et l’islam, et qui dans les faits n’a rien d’inévitable. Il s’agit plutôt, basiquement, du constat le plus objectif des tendances sociales/civilisationnelles dans le monde. Il est tout à fait possible que des représentants de sociétés/d’organisations qui adhérent à des visions contradictoires sur les sujets chauds puissent coopérer les uns avec les autres à la recherche d’intérêts partagés, tels que le commerce, et puissent même coopérer pacifiquement tant que ceux qui entretiennent des sentiments en minorité respectent les lois du pays où ils vivent (nonobstant leur frustration à ce faire, ou le degré d’injustice que cela puisse présenter). Mais la tendance en cours est plutôt que ces différences ne font que s’élargir, deviennent de plus en plus visibles, et que chaque société/civilisation s’exprime de plus en plus passionnément selon des modalités uniques à son système, et pouvant fortement offenser les autres. Le degré de proactivité ou de réactivité de cette dernière tendance est sujet à un intense débat, mais les dynamiques existent bel et bien, et constituent un socle très clivant quant aux perceptions globales du moment.

Le « dilemme social/civilisationnel »

Chacun des deux côtés affirme que l’autre avance sa vision contradictoire au reste du monde, et bafoue les droits des minorités au sein de leur sphère sociale/civilisationnelle tout en arguant que ses propres actions ne s’apparentent qu’à une réaffirmation défensive de leur propre identité, en réaction à l’agression dénoncée de la part de l’autre partie. Aucun terrain d’entente ne sera jamais défini entre les deux, car leurs visions du monde sont intrinsèquement contradictoires pour ce qui relève des sujets chauds, comme celui qui a provoqué les dernières tensions en date. Pour cette raison, on peut affirmer qu’ils sont captifs d’un « dilemme social/civilisationnel » comparable au « dilemme de sécurité » enseigné en Relations internationales ; ce dilemme enseigne que chaque partie est considérée comme agressive par l’autre, ce qui l’amène à mener des actions défensives, considérées à leur tour comme agressives par l’autre partie, et ainsi de suite : un cycle d’escalade auto-alimenté entraînant méfiance et déstabilisations s’installe sans limite de temps. Mais contrairement au dilemme de sécurité, qui permet que des évaluations objectives soient formulées (et cela est déjà une tâche difficile), le dilemme social/civilisationnel est complètement subjectif, car ces actions relèvent de l’identité de chaque partie.

La reconsidération globale du dogme libéral

Ce dilemme n’a pas de solution, car la seule issue réaliste serait un résultat de jeu à somme nulle, chaque partie pratiquant des concessions sur ses affirmations identitaires sociales/civilisationnelles, chose qui n’apparaît pas du tout réalisable. La vision très prononcée des Musulmans sur ce sujet découle de leur foi, qui interdit le blasphème, alors que la vision de l’État français est le résultat d’un système laïc, que les représentants du pays considèrent comme incarnant l’essence de la civilisation européenne moderne. Pour la plupart des Musulmans, il n’est pas envisageable de reculer sur un tel sujet, car cela leur ferait prendre le risque de se voir accusé de négocier leur foi, alors que les membres militaires/du renseignement de l’« État profond » français, qui conseillent probablement Macron sur ce sujet, craignent (de manière justifiée ou non) que toute concession de leur part puisse amener à une explosion incontrôlable d’émeutes dans le pays. Mais les deux parties semblent reconnaître de manière tacite que le dogme libéral, présumant qu’il existe une sorte de « société globale » avec des « valeurs et des normes partagées », est dépassé, et s’est vu démystifié par les événements récents. Aucune des deux parties n’ignore aujourd’hui le fait que l’autre entretient une vision contradictoire, et que ces visions sont profondément enracinées dans leurs identités respectives.

resetting-relationships-1200x628-compressor.jpg

Le précédent polonais en matière de désordre intra-civilisationnel

C’est cette réaffirmation d’identité sociale/civilisationnelle dans les pays européens à constitution laïque (quoiqu’historiquement chrétiens) et dans les pays à majorité musulmane qui pourrait catalyser un basculement de la vision du monde, aux antipodes des illusions libérales, et tendant vers un nouveau réalisme reconnaissant l’existence de différents systèmes sociaux/civilisationnels. Chose tout à fait intéressante, cette tendance anti-libérale est déjà présente au sein-même de l’UE, comme le démontrent les récents développements en Pologne, le pays en tête de l’Europe centrale, qui résiste activement aux tentatives menées par Bruxelles d’imposer ses valeurs ultra-libérales à une société traditionnellement très catholique. Rien que la semaine dernière, le gouvernement polonais conservateur, réélu de justesse, a en pratique interdit l’avortement, ce qui a déclenché une tentative de Révolution de couleur (toujours en cours) de la part de sa minorité libérale, en croissance et de plus en plus audible. L’exemple polonais démontre que dépeindre le « grand reset social/civilisationnel » entre sociétés chrétienne et musulmane comme un conflit serait une erreur, qui ne ferait que faire progresser le scénario de « choc des civilisations ». Au contraire, il faut comprendre cet événement comme un réexamen du dogme libéral entre et au sein des diverses sociétés, y compris celles qui relèvent de la même sphère civilisationnelle, en Europe.

Conclusions

Toutes choses bien considérées, il ne fait guère de doute que nous sommes à l’aube d’un « grand reset social/civilisationnel ». On ne fera pas rentrer le génie dans la lampe, après l’attaque terroriste à l’encontre du professeur français. L’État français ultra-laïc, ainsi que les fidèles musulmans du monde entier s’entêtent en une lutte étendue quant aux normes et aux valeurs qu’ils considèrent comme précieuses. Chacun des deux côtés est très préoccupé par l’empiétement de l’autre sur ses propres droits, mais comme leurs positions sur les sujets chauds comme celui-ci sont inconciliables, il ne faut s’attendre à aucune résolution bénéfique de ce conflit. Le résultat ne peut en être qu’à somme nulle, mais ce simple fait pourrait même rester dissimulé si les deux côtés maintiennent leurs positions. C’est pour cela que le monde doit s’attendre à ce que la reconsidération globale du dogme libéral entre sociétés, et au sein de celles-ci, y compris au sein des sphères civilisationnelles comme illustré par l’exemple polonais, finisse par devenir l’une des tendances fondamentales de notre décennie. Mais cela n’implique pas que les civilisations sont vouées à entrer dans un « choc », car une coopération pragmatique sur les sujets d’intérêts partagés, comme le commerce, reste possible tant que les droits physiques (pas nécessairement spirituels/idéologiques) de chaque sont respectés.

Andrew Korybko est un analyste politique américain, établi à Moscou, spécialisé dans les relations entre la stratégie étasunienne en Afrique et en Eurasie, les nouvelles Routes de la soie chinoises, et la Guerre hybride.

Traduit par José Martí pour le Saker Francophone

 

17:33 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, great reset, grand reset | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook