Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 01 juin 2023

Les Américains sombrent dans le chaos

200630-boogaloo-nh-mn-1520.jpg

Les Américains sombrent dans le chaos

par Pierluigi Fagan

Source : Pierluigi Fagan & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/la-caosificazione...

Mon récent double post sur la crise de la civilisation occidentale posait les sociétés anglo-saxonnes, les États-Unis d'Amérique, la Grande-Bretagne et trois autres puissances mineures, comme un sous-système à part entière. Concernant les USA, il faut noter comment, une fois la présidence Trump passée, les nouvelles donnes sociales américaines, ici en Europe et en Italien, ont tout simplement disparu des écrans. Sur la Grande-Bretagne, occasionnellement, certains pro-européens prennent plaisir à raconter les grands malheurs britanniques en les mettant sur le compte du Brexit, mais rien de plus. Finalement, avec le nouveau gouvernement Biden, nous sommes devenus les " amis préférés " des deux. Dans le cas américain, il s'agit aussi de la cohérence dans l'alignement géopolitique sur fond de conflit ukrainien. Nous avons dès lors affaire à une position super-partisane dans la ligne politique choisie par le gouvernement italien, ligne qui, soit dit en passant, selon les maigres sondages, ne reflète pas du tout le sentiment majoritaire du pays. Sur les Etats-Unis, d'un point de vue intérieur, il n'y a donc rien à dire ?

imabfwge.png

745x1200.jpg

En 2022, une historienne américaine, spécialiste des conflits civils (Historical Foundation of the States), a poussé un coup de gueule en affirmant qu'à partir de la littérature d'analyse historique générale, on pouvait énumérer un certain nombre de points de crise permettant de prédire le risque imminent d'une flambée de "stasis" (de troubles sociaux bouleversants sinon révolutionnaires, ndt). Selon Barbara F. Walter (photo), les Etats-Unis sont aujourd'hui un pays-candidat parfait pour basculer dans la guerre civile. Elle a été suivie dans son analyse par d'autres auteurs et de nombreux médias, tant américains que britanniques, ont amplifié le thème en le plaçant au centre du débat public.

cover_423.jpg

Dans un récent article du géopolitologue et analyste italien Lucio Caracciolo dans La Stampa, ce dernier énonce la question suivante: "Aujourd'hui, l'Amérique n'est plus aimée. Comment peut-elle fasciner les autres ?". En bon connaisseur de l'esprit du temps, Caracciolo s'est déjà converti à la vérité de la transition épochale du pouvoir dans le monde dans son éditorial du dernier numéro de Limes, actuellement en kiosque, en soulignant que les États-Unis ont perdu leur aura et, avec elle, leur soft power.

George Friedman, dans le même numéro de la revue, intitule son analyse "Les États-Unis sont proches d'un effondrement interne". La liste des phénomènes inquiétants, établie par Friedman cite "des revendications sociales au sommet de leur intensité, des questions morales, religieuses et culturelles", puis il y a les faillites bancaires, les révisions stratégiques dans le cadre de la mondialisation, le grand point d'interrogation chinois, les ombres sur les Big Five de l'Internet (qui fonctionnent à plein régime) et les sombres destins en marche de l'I.A., la NASA qui ne sait apparemment plus comment fabriquer une combinaison d'astronaute, sans parler d'en envoyer un sur la lune ; il y a encore des frictions sur les flux migratoires et toujours la force de la très fragile coexistence raciale. Il y a aussi une profonde crise interétatique/fédérale qui va jusqu'à s'interroger sur les rôles du Congrès et de la Cour Suprême. "Jamais dans l'histoire il n'y a eu un tel niveau de colère et de mépris mutuel entre les Américains", note Friedman. Ils s'affrontent vraiment à propos de tout et de rien, à des niveaux vraiment pré-hystériques, quand ils ne se tirent pas dessus et ne font pas des trucs bizarres et ne parlent pas de choses de manière vraiment incongrue (Dieu, l'avortement, les transsexuels qui ne représenteraient que 0,5 % de la population, le traditionalisme et le progressisme, la pédophilie, les conspirations surréalistes et varia).

Cette agitation, que plus d'un a intérêt à radicaliser, trouve son enfer sur Internet et les médias sociaux. En ce qui concerne les réseaux sociaux, c'est le format même de l'interaction anonyme, avec une écriture d'inconnus sans visage et au drôle de comportement, contrainte à des espaces relevant plus de la blague que du discours argumenté (woke ! christofasciste !), l'enfermement dans de petites communautés partageant une pensée (ou une non-pensée) commune, avec des adeptes qui s'excitent les uns les autres, qui alimentent des braises déjà ardentes. La radicalisation prend du temps à se construire et ne se démantèle pas rapidement, elle dépose des rancœurs, des rancunes, des haines viscérales. Au final, il ne s'agit plus d'arguments mais d'un durcissement généralisé de positions hétéroclites.

Bien qu'il s'agisse d'une nation de 330 millions d'habitants (avec, selon les estimations, 400 millions d'armes privées, dont beaucoup de type militaire) et aussi d'une composition très diverse, elle a tendance à se diviser simplement en deux et le format "nous contre eux" alimente sa propre radicalisation en simplifiant à outrance. Après tout, la simplification est un trait caractéristique de la mentalité américaine empirique et pragmatique, c'est-à-dire qu'elle met trop l'accent sur l'action au lieu de la réflexion - ou en l'absence de réflexion.

life-expectancy-united-states-4_thumb.png

L'espérance de vie en Amérique est en chute libre depuis une dizaine d'années: elle a atteint 76,1 ans (chez nous, elle est de cinq à dix ans plus longue). La mortalité infantile et la mortalité générale ont fait un grand bond en avant: les décès par arme à feu sont désormais hors de contrôle (en Amérique, plus de 200 personnes par jour sont blessées par des armes à feu, 120 sont tuées. Sur ces 120 personnes, 11 sont des enfants et des adolescents), le taux d'homicide chez les adolescents a augmenté de 40 % en deux ans; les overdoses et l'abus de drogues, les accidents de voiture, sont, eux aussi, en hausse croissante. Dans les écoles, de nombreux enfants suivent un cours visant à leur enseigner un comportement à adopter au cas où quelqu'un entrerait dans la classe en tirant des rafales de mitraillette. Et heureusement qu'ils sont pro-vie !

Au 10ème rang pour la richesse théorique par habitant, les États-Unis sont en réalité au 120ème rang pour l'égalité des revenus (BM 2020), après l'Iran mais avant le Congo (RD). L'ascenseur social est en panne depuis au moins trente ans, à supposer qu'il ait fonctionné auparavant. Les Américains pauvres, dans les comtés pauvres, dans les États du Sud, meurent jusqu'à vingt ans avant les autres. Les Afro-Américains meurent en moyenne cinq ans plus tôt que les Blancs. Avec seulement 4,5 % de la population mondiale, ils possèdent 25 % de la population carcérale mondiale, un graphique effrayant en augmentation constante depuis ces trente dernières années. La moyenne européenne est de 106 incarcérations pour 100.000 habitants ; aux États-Unis, elle est de 626, soit six fois le record mondial. Bien qu'ils représentent moins de 5 % de la population mondiale, ils consacrent 40 % du total mondial des dépenses militaires (auxquelles il convient d'ajouter les armes domestiques). Si les livres d'histoire vous ennuient, il suffit de regarder la production cinématographique et télévisuelle pour se rendre compte de l'attrait culturel de la violence dans ce pays. La violence est la façon, là-bas, de traiter les contrastes sociaux, une attitude parfaitement qualifiable de pré-civilisée.

Ayant pour norme sociale la libre poursuite du bonheur, version réussite socio-économique sur une base compétitive des compétences individuelles à gagner de l'argent, n'ayant aucune idée de la façon dont le jeu est truqué, manquant de tradition de pensée et d'analyse de type européen (par exemple par classes), cette masse de parias, vivant souvent dans des conditions indigne de toute humanité, manifestement en colère quand elle n'est pas anesthésiée par le complexe télévision-alcool-drogue-médicaments, est recrutée par les diverses élites pour soutenir ou combattre tel ou tel droit civique. Ce qui alimente cette tempête de haine mutuelle au niveau des "valeurs", qu'elles soient de raison ou de tradition, cependant, elles ne sont jamais économico-sociales.

Les "Blancs" sont aujourd'hui 58%, mais en 1940 ils étaient 83% et en 1990 75%: la tendance est dès lors claire. On sait déjà qu'ils perdront leur majorité absolue en 2044, dans deux décennies. Pire encore pour la part des WASP au sein du groupe "blanc", avec une moyenne d'âge plus élevée, en plein syndrome de Fort Apache. 

Un sondage réalisé en 2022 donne 40 % des démocrates et 52 % des républicains en faveur de la séparation des États rouges et bleus dans une sorte de sécession idéologique avec actes politico-judiciaires locaux, flanqués de la pratique habituelle du gerrymandering, une sorte d'adaptation des circonscriptions électorales pour prédéterminer la victoire de certains candidats dans des formes de représentation qui n'est jamais proportionnelle; le pays semble évoluer dans cette direction ces dernières années. Certains députés, depuis un certain temps, propagent l'idée d'élever l'âge du droit de vote pour empêcher les jeunes d'apporter des voix aux Dems. Cette idée d'un divorce territorial-idéologique est sans précédent et donne une idée de la profondeur de la fracture sociale. Le discrédit mutuel des représentants locaux et fédéraux des deux partis est à son comble.

De plus, l'effondrement de la confiance est très large: l'église, la police, les journalistes, les intellectuels, les académies et les écoles elles-mêmes perdent leurs crédibilité, et bien sûr les politiciens aussi, qui, souvent de fait, ne cherchent qu'à se doter d'une solide position sociale et sont prêts à tout pour y parvenir. La guérilla menée sur la légitimité des votes pourrait déboucher sur une hypothèse ventilée sur le "vote contingent" où, en l'absence d'un résultat clair (c'est-à-dire en présence d'un résultat contesté), chaque État se verrait attribuer un vote, la majorité des États (pourtant moins peuplés) étant républicains, ce qui concrétise l'intention qui sort de plus en plus de certaines bouches : "Nous sommes une république, pas une démocratie", ce qui - soit dit en passant - est une vérité limpide.

Il est d'ailleurs certifié par des études de Princeton et de Northwest sur le contenu des lois votées par le Congrès il y a dix ans que les États-Unis sont une oligarchie et non une démocratie. C'est cette oligarchie qui a tout intérêt à mettre le feu aux poudres, là où les gens se battent pour des questions de droits civiques, de race, de prévalence sexuelle et non pour des droits sociaux, pour des droits qui assurent une qualité de vie, une redistribution des revenus et garantissent un pouvoir associé.

USEY54LDDFEANDA2O726PKTEQU.jpg

Virginia_2nd_Amendment_Rally_(2020_Jan)_-_49416109936_(cropped).jpg

Existe-t-il une base pour vérifier cette prophétie d'une hypothétique guerre civile, une prophétie qui, compte tenu de la grande importance médiatique accordée aux États-Unis, risque de devenir du type "autoréalisateur" ? Les raisons d'en douter ne manquent pas, à condition d'imaginer des barricades et des émeutes de rue généralisées, accompagnées de terrorisme intérieur. Cependant, même si l'analyse devrait être plus profonde que ne le permet un billet, cette analyse spécifique sur la crise interne de la société américaine atteste que c'est le cœur de la civilisation occidentale qui est en crise profonde.

C'est pourquoi les Européens seraient bien avisés de relâcher les liens transatlantiques ; les Américains sont destinés à subir une contraction continue de leur actuelle puissance mondiale tandis qu'à l'intérieur de leur propre pays, ils paniquent de plus en plus à propos de tout, sauf de l'inégalité sans cesse croissante, une maladie mortelle pour toute société.

Une grande partie de la phénoménologie perverse, brièvement décrite ici, a déjà infecté nos sociétés. Du mondialisme-néolibéralisme aux gémissements unidimensionnels sur les droits civils et non sur les droits sociaux qui excite la réaction traditionaliste, toute l'imagerie qui percole des séries télévisées et du cinéma, tout l'Internet et la logique du social, qui découle d'un comportementalisme précis, ont déjà contaminé nos sociétés. Cette déchéance graduelle découle d'un milieu psycho-culturel comportementaliste précis (c'est-à-dire visant à contrôler le comportement et la cognition, c'est-à-dire tout sauf "l'intelligence"), de la résurgence en Europe et en Italie de la production et du commerce des armes, de la destruction de la démocratie déjà programmée depuis le début des années 1970, de la démagogie, de l'ignorance agressive, du déclin qualitatif drastique des élites, de l'absence d'une culture de l'information, de la disparition de la fonction intellectuelle, du simplisme, de l'enthousiasme infantile pour la technologie, de la foi irrationnelle dans le rôle de la technologie, des épidémies de solitude sociale et de dépression, de la toxicomanie, de la plastification des corps et de la manipulation des neurones. La crise du centre anglo-saxon du système occidental irradie depuis longtemps l'ensemble de la civilisation, même là où l'anthropologie culturelle, sociale et historique serait tout à fait différente sans cette imprégnation continue.

Il conviendrait de commencer à préparer un divorce, une bifurcation des destins, une refondation de l'être occidental qui referme la parenthèse anglo-saxonne. Traverser des périodes complexes avec ces personnes à la barre pourrait être très dangereux.

[Puisque dans le système économicocratique tout problème est une source de profit possible, voici qu'est prêt le jeu de société simulant la deuxième guerre civile américaine avec Captain America contre Iron Man. C'est également ainsi que sont créées les hypothèses mentales de l'image du monde, en "gamifiant" les conflits sociaux].

22:55 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, chaos, états-unis | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

samedi, 27 mai 2023

Alexandre Douguine: les échecs et la guerre

6006d9ac6dacf2494e0cfc8c35f977ab.jpg

Les échecs et la guerre

Alexandre Douguine

Source: https://www.geopolitika.ru/en/article/chess-war?fbclid=IwAR2c4dK0IXqIdWCxJT110qVAujss0Rm0Uiqt8BFLjAkzj3dR8E5Orii1t7U

Examinons les principaux acteurs de la guerre qui se déroule en Ukraine. Nous pouvons ici nous référer à la métaphore de "l'échiquier géopolitique" introduite par Zbigniew Brzezinski. Il est évident que le territoire de l'Ukraine, et dans une certaine mesure de la Russie, est un "échiquier" sur lequel se déroule la confrontation géopolitique mondiale. En même temps, Kiev elle-même, comme chacun l'a compris depuis longtemps, n'a pas d'indépendance et ne constitue pas un "sujet politique": l'Ukraine n'est qu'un outil que les principaux acteurs, en premier lieu ceux qui jouent contre la Russie, déplacent à leur guise. Comme toute métaphore, le schéma du "jeu d'échecs géopolitique" que nous proposons a certes des faiblesses et des limites, mais s'il permet d'éclairer ce qui se passe, il justifie à lui seul son existence.

662b9ceda0d7e818aa75ac29dd68e73b.jpg

Les échecs de l'apocalypse

Tout schéma simplifie à l'extrême la réalité, mais il tente de mettre en évidence les tendances de fond et les centres de pouvoir réellement décisifs. Il est évident que la Russie est aujourd'hui en guerre contre l'Occident collectif et ce sont ces deux instances géopolitiques que l'on peut considérer comme les deux camps opposés. Sur notre échiquier métaphorique, la Russie est représentée par les Blancs et l'Occident collectif par les Noirs.

Chez les Noirs, les contours de plusieurs pôles puissants et influents se dessinent. Puisque nous parlons d'un jeu d'échecs géopolitique, nous pouvons imaginer chaque pôle comme une sorte de pièce, qui a son propre plan, sa propre logique, sa propre stratégie, ses propres objectifs de guerre. En même temps, chaque pièce géopolitique est limitée dans ses actions par les autres pièces, blanches et noires, les siennes et celles de l'adversaire.

Trois figures principales sont proposées pour chaque camp, le noir et le blanc. Mais ces figures principales généralisent un très grand nombre de centres de décision secondaires, de groupes d'analyse et d'experts, de réseaux d'influence, etc. Ce sont les macro-figures du jeu d'échecs géopolitique de la guerre d'Ukraine, qui pourrait d'ailleurs facilement et rapidement dégénérer en Troisième Guerre mondiale. Le conflit actuel serait donc identifié comme son précurseur ou sa première phase. S'il ne dégénère pas en Troisième Guerre mondiale, l'implication d'acteurs mondiaux et l'échelle mondiale rendent chaque macro-figure responsable du sort de l'humanité. Chaque mouvement de l'une ou l'autre de ces macro-figures, dans les circonstances actuelles, est porteur d'Armageddon. La probabilité d'une confrontation nucléaire directe entre la Russie et le bloc de l'OTAN avec l'utilisation d'armes nucléaires stratégiques (SNW/Strategic Nuclear Weapons) est la toile de fond sur laquelle se joue la partie d'échecs sur l'échiquier qu'est aujourd'hui l'Ukraine (ou la Russie occidentale). Nous sommes donc face aux "échecs de l'Apocalypse".

Les pièces des Noirs

Chez les Noirs, nous pouvons distinguer trois macro-figures principales, qui ne sont pas symétriques les unes par rapport aux autres, mais qui ont chacune un degré de souveraineté suffisant pour influencer activement le cours de toute la confrontation. Nous les avons nommées comme suit :

Le parti de la victoire complète et immédiate sur la Russie.

Le parti de la victoire retardée sur la Russie.

Le parti de l'indifférence à l'égard de la Russie.

Les deux premières macro-figures représentent les factions des mondialistes qui contrôlent aujourd'hui presque entièrement les élites atlantistes des États-Unis et de l'UE, qui sont toutes deux en route vers un gouvernement mondial et n'ont pas de contradictions à cet égard. Ils ne diffèrent que par la rapidité et la radicalité des mesures nécessaires pour atteindre leur objectif commun. Le Parti de la victoire immédiate sur la Russie et le Parti de la victoire différée sont tous deux fermement attachés à un monde unipolaire, à l'idéologie libérale mondialiste et au maintien à tout prix de l'hégémonie occidentale à l'échelle mondiale. En substance, ils constituent une seule et même force, mais leurs deux pôles - le parti de la victoire noire immédiate et le parti de la victoire noire différée - diffèrent considérablement dans leur évaluation de la situation, par les méthodes qu'ils appliquent et par les moyens qu'ils préconisent pour atteindre l'objectif.

Le parti de la victoire totale et immédiate sur la Russie

La partie la plus radicale des mondialistes insiste pour profiter de la situation et de ce qu'ils considèrent comme la faiblesse significative de la Russie démontrée dans la guerre ukrainienne (beaucoup pensent sincèrement que "la Russie a déjà perdu"), pour mettre fin à la situation, infliger une défaite totale et écrasante à la Russie, la forcer à une reddition inconditionnelle, puis pour la plonger dans un chaos sanglant et assurer l'effondrement de la Fédération de Russie le long de toutes les lignes de fracture possibles - sociales, ethniques et confessionnelles, territoriales.

2021059734001.jpg

Cette macro-figure est représentée en premier lieu par les services secrets britanniques, qui agissent en étroite relation avec certains centres néo-conservateurs américains (Kagan, Nuland, Kristol) et avec les cercles du Pentagone et de la CIA qui leur sont proches.

Du point de vue de ces institutions, la Russie est extrêmement faible et sa survie politique ne tient qu'à un fil à tous égards. L'impasse sur les fronts, l'indécision ou le report permanent des réformes de mobilisation, la grande tolérance de l'opposition politique et anti-belliciste au sein des élites, la confusion au sein du commandement militaire, la confusion de la société, les effets des sanctions et la nécessité de rechercher une substitution immédiate pour les importations, l'absence d'une idéologie cohérente, l'absence d'une volonté stratégique claire de gagner, sont pour ce parti autant de signes que la Russie est au bord du gouffre et que, si elle est poussée à bout, elle s'écroulera. C'est pourquoi la première macro-figure des Noirs - le parti de la victoire complète et immédiate sur la Russie - planifie et exécute les étapes les plus drastiques de cette guerre: c'est là que sont planifiées et exécutées les attaques terroristes sur les territoires russes, les assassinats, les bombardements, les attaques de drones, les attaques sur l'ancien et le nouveau territoire russe, y compris les attaques contre des cibles civiles sur les territoires frontaliers de la Russie, l'opération visant à faire sauter les approvisionnements en eau du nord et à faire sauter le pont de Crimée. Il s'agit du pôle noir qui vise à saturer au maximum le régime fantoche de Kiev avec toutes sortes d'armes, à fournir des obus à uranium appauvri, à mener de nouvelles attaques terroristes à grande échelle dans les capitales et les villes russes, à radicaliser l'opposition russe interne et à recruter son personnel pour le soulèvement armé, la formation de DRG, etc.

Aucune négociation avec la Russie, aucun cessez-le-feu n'est envisagé par ce pôle. La Russie est prise dans un piège stratégique soigneusement placé et l'ours blessé doit être épuisé maintenant et immédiatement, par tous les moyens nécessaires.

Ce pôle préconise une escalade parabolique des hostilités, en utilisant toute la gamme des moyens et cela, de manière accélérée.

Le principal argument de cette macro-figure est l'hypothèse selon laquelle Poutine n'utilisera en aucun cas des armes nucléaires (NSNW), ni d'ailleurs des armes nucléaires stratégiques (TNW), et la probabilité d'utiliser des armes nucléaires tactiques (TNW) n'est pas fatale du point de vue de ce groupe. Toute suggestion selon laquelle Moscou est prête à répondre par des armes nucléaires dans le cas extrême est considérée par ce groupe des pièces noires de notre échiquier comme un bluff, car, selon lui, le régime existant, en l'absence d'une idéologie brillante, n'est tout simplement pas organiquement capable de franchir cette étape.

Ce même pôle utilise activement des stratégies de réseau, supervise l'IPSO et modère les stratégies d'ingénierie sociale pour la société russe, exploitant habilement toute faille dans la politique russe en matière d'information et d'Internet. On peut dire qu'il orchestre des vagues de terreur mentale à l'aide de diverses méthodes, y compris de nombreuses chaînes d'information censées être "neutres" et "objectives" par nature.

Ce pôle jouera un rôle important dans la contre-attaque planifiée par Kiev et revendique la direction complète de l'opération.

L'objectif - la destruction de la Russie - sera atteint rapidement et durement, dans les plus brefs délais. Des attaques terroristes de masse faisant un grand nombre de victimes civiles et même des attaques de missiles sur Moscou seront autorisées.

Le parti de la victoire retardée sur la Russie

La deuxième macro-figure chez les pièces noires est le parti de la victoire retardée sur la Russie. Ici, l'évaluation de la situation est légèrement différente de celle de la première macro-figure. Ce groupe estime, comme le premier, que la Russie a "déjà perdu" dans cette guerre: les attaques contre le centre de l'Ukraine, et même contre Kharkov et Odessa, ont échoué, le front s'est enlisé même dans le Donbass, les sanctions ont isolé économiquement la Russie de l'Occident, l'indécision ne permettant pas les réformes patriotiques nécessaires a encore affaibli Moscou. Dans cette situation, le programme minimum, selon ce pôle noir, a été atteint. Les pays occidentaux se sont à nouveau unis autour de l'OTAN sous l'égide des États-Unis, le mondialisme a une nouvelle fois renforcé sa position. Le moment est donc venu de faire entrer le conflit dans une phase à long terme. Plus le "statu quo" durera, plus la Russie sera affaiblie. Et alors, voyez-vous, les processus destructeurs s'enclencheront d'eux-mêmes: les effets des sanctions et les difficultés à organiser les importations parallèles et la substitution des importations se feront sentir; les victimes de plus en plus nombreuses de la guerre mineront la confiance dans le gouvernement; et, si nous ne nous dépêchons pas et n'allons pas trop loin, la Russie elle-même, comme un fruit mûr, tombera dans le panier des mondialistes. En réalité, la guerre a déjà été "gagnée" par l'Occident, et l'Ukraine n'était et ne reste qu'un matériau consommable dans ce jeu d'échecs géopolitique - un pion a été sacrifié (et même pas jusqu'au bout), et la situation générale s'est nettement améliorée.

russia-ukraine-war-milley-26264.jpg

Le général Mark Milley, président de l'état-major interarmées des forces armées américaines, est un excellent exemple de cette position.

La deuxième macro-figure dans les pièces noires est également orientée vers la défaite finale de la Russie, mais cette victoire ne surviendra que graduellement, sera retardée. L'ouverture de négociations de paix, de préférence à des conditions désavantageuses pour la Russie - c'est une honte - et la prolongation de la guerre pendant une longue période, voire une certaine connivence avec les Russes dans des zones locales, sont autorisées ici.

Et surtout : la deuxième macro-figure n'est pas sûre que dans une situation critique - par exemple, en cas d'attaque décisive et précipitée des troupes de Kiev sur les territoires russes - Poutine n'utilisera pas d'armes nucléaires, y compris des armes nucléaires non conventionnelles. L'hypothèse est qu'il s'agit peut-être d'un bluff, mais si ce n'est pas le cas, il pourrait s'avérer qu'il est trop tard. Alors pourquoi risquer tout, la destruction de la planète, juste pour obtenir ce que vous voulez un peu plus vite que vous ne l'obtiendrez de toute façon ?

C'est la position de Biden lui-même et de la plupart des membres de son administration (à l'exception des néoconservateurs extrémistes). Et c'est pourquoi certaines publications de la presse américaine contrôlée par la Maison Blanche rejettent la responsabilité des attaques terroristes en Russie, de l'explosion du gazoduc Nord Stream et de l'escalade en général. Le fait que la responsabilité soit reportée sur Kiev doit être considéré comme un euphémisme, une figure de style. Bien sûr, le sens est autre : les modérés désignent - à travers Kiev - la première macro-figure des noirs, c'est-à-dire le parti de la victoire totale et immédiate sur la Russie

Quelle est la relation entre ces macro-figures ? Il n'est pas facile de l'établir avec certitude. À certains égards, elles sont solidaires - dans leur désir de vaincre la Russie, de perturber le processus conduisant à la multipolarité et de préserver l'hégémonie de l'Occident mondialiste. À d'autres égards, ils diffèrent. Mais dans tous les cas, il s'agit de deux pièces-personnages différent(e)s. Ils ont deux visions et deux programmes différents. Il n'y a pas de hiérarchie claire entre eux: chacun suit sa propre voie, selon ses propres évaluations, méthodes et possibilités. Il peut sembler que l'équilibre entre la première et la deuxième pièce se déplace périodiquement dans un sens ou dans l'autre.

Là encore, l'image du jeu d'échecs nous aide. Chacune des pièces se déplace selon son propre algorithme. L'une est orientée vers l'escalade, l'accélération du temps et le mépris des règles. L'autre agit plus prudemment, essayant de maîtriser l'escalade et prête à prolonger le processus, sûre des résultats déjà obtenus et de la probabilité d'obtenir ce qu'elle veut (l'effondrement de la Russie en tant que puissance souveraine) dans le cours naturel des événements, ce que, bien sûr, l'Occident devrait activement faciliter.

Le parti de l'indifférence

Il existe également une troisième macro-figure parmi les Noirs. Elle est beaucoup moins influente que les deux premières et n'a pas grand-chose à voir avec le fait d'influencer directement le cours des événements. Mais elle est là, et on ne peut l'ignorer. Il s'agit de la position des forces politiques américaines qui n'identifient pas les intérêts américains au mondialisme, qui ne s'appuient pas sur les règles de la géopolitique atlantiste (où l'objectif principal de la civilisation anglo-saxonne de la mer est une victoire écrasante sur la civilisation eurasienne de la terre, c'est-à-dire la Russie souveraine), et qui sont donc indifférentes à la Russie qui, selon une analyse sobrement pragmatique, ne menace pas les intérêts nationaux américains - ni dans le domaine militaire, ni dans le domaine économique - en général. Si nous abandonnons l'équation "États-Unis = globalisme, hégémonie mondiale et libéralisme", que les deux premiers macro-figures noires partagent et que le troisième groupe rejette, l'attitude à l'égard de la guerre en Ukraine change immédiatement. Le résumé de cette attitude est le suivant: les États-Unis ne sont pas du tout intéressés par cette guerre, et l'obsession de la russophobie est liée aux intérêts privés des élites mondialistes qui utilisent les États-Unis et les pays européens de l'OTAN pour leurs propres intérêts économiques.

_114676275_rep_manifesto_trump_index_promo976.jpg

C'est exactement la position exprimée par l'ancien président américain Donald Trump. Ses affirmations selon lesquelles, s'il redevient président des États-Unis, le conflit en Ukraine cessera immédiatement ne sont pas de la vantardise, mais du pur réalisme. Une fois que l'Occident collectif abandonne la féroce partie d'échecs contre la Russie, tout ce drame devient insignifiant et les États-Unis passent à d'autres problèmes - plus aigus - tels que la rivalité économique avec la Chine, la crise financière et la crise de l'émigration aux États-Unis mêmes, etc.

Parmi les figures noires, c'est aujourd'hui la position la plus faible. Son influence est très limitée. Mais à l'approche des élections présidentielles américaines de 2024, son influence pourrait s'accroître. Toujours pour des raisons pragmatiques, il est probable que les Républicains, dans leur opposition à la politique ukrainienne de Biden, se rabattent sur ce type de logique réaliste. Il n'y a pas la moindre sympathie pour la Russie derrière une telle position, mais objectivement, cela réduirait considérablement les tensions et conduirait à une désescalade.

Parmi les Républicains eux-mêmes, la logique de Trump n'est pas la seule, et certains néoconservateurs soutiendront le scénario atlantiste. Mais d'ores et déjà, pour les intérêts intra-corporatistes de la politique américaine, la carte ukrainienne est si fermement associée aux démocrates et à Biden qu'elle n'a aucune chance d'être reprise par les républicains dans les débats pré-électoraux.

On peut donc prédire avec prudence que d'ici l'automne 2023, et surtout si la Russie réussit l'offensive à venir, le rôle de la troisième macro-figure noire augmentera progressivement.

Il est évident qu'une telle orientation de la politique étrangère américaine, basée sur le réalisme et l'intérêt national des États-Unis en tant que puissance, changera complètement la stratégie du jeu d'échecs du côté noir, même si l'influence des autres macro-figures demeurera. Ce sera déjà un jeu complètement différent, et ce n'est pas une coïncidence si le régime de Kiev déteste tout ce qui est lié à Trump. La force du troisième parti - le parti de l'indifférence à l'égard de la Russie - signifiera la fin de l'Ukraine actuelle.

Les grandes figures des Blancs : le parti de la défaite immédiate

Passons maintenant aux Blancs et à leurs macro-figures. Ici aussi, trois "partis" symétriques peuvent être distingués. Ils correspondent en partie aux macro-figures des Noirs, mais s'en distinguent à certains égards. On peut les nommer conventionnellement comme suit :

Le parti de la défaite immédiate de la Russie.

Le parti de la défaite différée de la Russie.

Le parti de la victoire.

Le parti de la défaite immédiate comprend l'opposition libérale radicale - les structures animées par Navalny qui se sont transformées en terreur pure et simple (avec Darya Trepova, photo ci-dessous), les anciens émigrés politiques (Khodorkovsky, Kasparov, etc.), les représentants des nouveaux émigrés politiques (Chubais), etc., des représentants des nouveaux émigrés politiques (Chubais), économiques (Fridman, Aven), artistiques (Pugacheva, Galkin), victimes de l'ingénierie sociale de l'ennemi, hypnotisés par le slogan "non à la guerre", et, enfin, des agents directs de l'Occident dans diverses structures gouvernementales et sociales, de plus en plus actifs dans le sabotage direct, l'organisation de DRG, la fourniture à l'ennemi d'informations précieuses, etc.

FsvFVUQXoAUF2Zi.jpg

Cette macro-figure est politiquement désignée comme quelque chose d'inacceptable, mais son enracinement profond dans la société et l'État au cours des 30 dernières années où notre pays s'est directement orienté vers l'Occident est si important que l'opposition à cette macro-figure ne concerne jusqu'à présent que la partie émergée de l'iceberg. Les réseaux libéraux d'agents d'influence sont omniprésents en Russie et les Noirs comptent sur cette figure blanche dans leur jeu géopolitique comme l'un des principaux facteurs de leur stratégie. Cette figure n'est "blanche" que formellement, en ce sens qu'il s'agit de Russes, de demi-Russes ou d'anciens Russes. En réalité, en termes d'orientation géopolitique, les libéraux et les Occidentaux, ceux qui sont déjà partis et ceux qui ne sont pas encore partis, servent les intérêts des Noirs. C'est ainsi que les jockeys corrompus perdent délibérément des courses et que les boxeurs corrompus perdent des combats. La première macro-figure des Blancs, le Parti de la Défaite Immédiate, fait essentiellement le jeu des Noirs dans tous les domaines. Et pas seulement des Noirs en général, mais plus particulièrement du parti de la victoire immédiate chez les Noirs, la première macro-figure des Noirs. En fait, cette figure "blanche" est contrôlée par une pièce noire.

Le géopoliticien atlantiste Brzezinski, aujourd'hui décédé, y a fait explicitement allusion lorsqu'à ma question sur les échecs géopolitiques, il a répondu que "les échecs sont un jeu pour un, pas pour deux". Brzezinski avait l'habitude de jouer pour les noirs et de déplacer les pièces blanches. C'est exactement la situation de l'élite russe avant l'OMS (Opération militaire spéciale). Elle était dirigée par l'Occident. Mais après l'OMS, ce modèle est devenu plus inacceptable et les élites libérales qui semblaient "blanches" sont finalement apparues comme des figures dirigées par les Noirs.

126d6cdd9fa461e68d8626cc3815bd7b.jpg

D'où l'apparition de représentants directs du MI6, comme Hristo Groziev et ses subordonnés (Navalny et son entourage), à la veille de l'OMS. Les libéraux ont tombé le masque et se sont révélés être des agents directs de l'ennemi dans un conflit meurtrier.

On peut toutefois se demander si les représentants du parti de la défaite immédiate de la Russie sont pleinement connus, identifiés et étiquetés en conséquence. De toute évidence, ils ne le sont pas tous. Mais c'est une question qui devrait être posée aux structures compétentes. Et pour la traiter en profondeur, il serait nécessaire de reconstituer le SMERSH ou quelque chose de similaire.

Il est important de noter que l'élite dirigeante des années 1990 était principalement composée de libéraux radicaux occidentalistes et que, même si certains d'entre eux ont sincèrement changé d'avis pendant la période de souveraineté de Poutine, l'expérience n'a pas été vaine.

Le parti de la défaite différée chez les Blancs

La deuxième macro-figure chez les Blancs est le parti de la défaite différée. Il s'agit de la partie de l'élite russe qui professe une double allégeance: d'une part, ce groupe est loyal envers Poutine et reconnaît la légitimité de son orientation vers la souveraineté et le multipolarisme, ce qui signifie qu'il soutient l'opération militaire spéciale et vise formellement la victoire. Mais d'autre part, l'orientation principale de ce groupe reste l'Occident libéral moderne, sa culture, ses codes, ses technologies, ses pratiques et ses tendances. Par conséquent, cette macro-figure considère la rupture avec l'Occident comme une catastrophe et prévoit la fin du conflit dès que possible et le lancement de processus visant à rétablir les liens rompus. Cette deuxième macro-figure parmi les pièces blanches n'est pas prête pour le sabotage direct, l'espionnage et les activités terroristes contre les autorités. En outre, elle comprend que la souveraineté est une valeur et que sa perte totale signifierait également sa propre disparition en tant qu'élite loyaliste. Mais le parti de la défaite différée ne considère pas la Russie comme une civilisation, n'est pas prêt à tout sacrifier pour le front et ne voit pas d'avenir pour le pays en dehors de l'Occident.

L'OMS a été perçus comme un désastre pour cette macro-figure, mais contrairement au parti blanc de la défaite immédiate, ses représentants sont obligés de rester loyaux envers Poutine et le pays.

Il s'agit d'un groupe très sérieux et influent au sein du gouvernement russe. Il est en partie symétrique au parti de la victoire différée des Noirs. Ses représentants accepteraient les propositions les plus désagréables de l'Occident au nom de la paix. Mais comme le parti de la victoire immédiate des Noirs ne leur laisse aucune chance, ils sont contraints de travailler pour la guerre et de soutenir l'opération. Les conversations privées récemment publiées de certains membres de l'élite décrivent clairement l'état d'esprit de ce groupe: ils ne croient pas à la victoire, ils maudissent l'OMS, ils regrettent amèrement les jours d'avant-guerre et ils sont prêts à accepter presque n'importe quelle condition pour mettre fin au conflit. Dans le même temps, ils sont contraints d'adopter une position officiellement "patriotique", qui est devenue la norme du politiquement correct en Russie même.

Le parti de la victoire retardée aux États-Unis et en Occident en général s'appuie fortement sur le parti de la défaite retardée en Russie, car il bloque activement la mobilisation publique totale et les réformes patriotiques décisives qui n'ont que trop tardé, y compris la proclamation d'une idéologie cohérente et cohésive. Toutefois, cette macro-figure, contrairement à la première, qui n'est en fait pas blanche du tout, reste du côté de la Russie et, dans une confrontation directe et dure, et surtout face à une autre macro-figure de l'ennemi (le parti de la victoire noire immédiate), elle sera elle aussi contrainte d'agir conformément à la logique de la guerre qui lui est livrée.

Le parti de la victoire

La troisième macro-figure des Blancs est le Parti de la Victoire. Il est assez largement présent dans la société russe; en revanche, il a été très minoritaire au sein de l'élite dirigeante jusqu'à une date très récente. Il s'agit de patriotes convaincus et de partisans de la Russie en tant que civilisation originale, porteurs de valeurs traditionnelles favorables à la mission et à l'identité historique de la Russie - sa religion, son peuple, sa souveraineté.

L'OMS a mis en avant le Parti de la Victoire et ce sont ses évaluations, ses perceptions et ses décryptages du conflit radical avec l'Occident collectif qui sont devenus, en fait, la version officielle de ce qui se passe. Les représentants de la deuxième macro-figure blanche sont contraints de répéter cette version, parfois avec force.

Le Parti de la Victoire se concentre sur l'opposition frontale à l'Occident, pour aller jusqu'au bout de la logique de l'OMS et cimenter les conditions stratégiques d'un monde multipolaire où l'hégémonie occidentale n'a pas sa place. C'est cette macro-figure qui considère le conflit militaire avec l'Occident comme un moment décisif dans la bataille pour le prochain ordre mondial et comme l'accomplissement de la mission historique de la Russie. Le parti de la Victoire considère le conflit non pas comme une confrontation conjoncturelle ou un différend régional, mais comme une guerre des civilisations. Pour le parti de la Victoire, la Russie, l'État et la société, doivent donc prendre toutes les mesures nécessaires et payer n'importe quel prix. Le déclenchement de l'OMS, quelles qu'en aient été les raisons, a été la dernière bataille pour la souveraineté et l'existence historique de la Russie. C'est pourquoi des réformes patriotiques immédiates et une mobilisation totale du gouvernement et de la société sont nécessaires. Du point de vue de ce parti, l'utilisation d'armes nucléaires, compte tenu de la gravité de la menace qui pèse sur la Russie, et en particulier dans l'éventualité d'un scénario d'hostilités négatives, est métaphysiquement justifiée et ne constitue en aucun cas un bluff.

Le Pôle Blanc de la Victoire n'est pas encore actuellement le pôle dominant de l'élite, et le Parti de la Défaite Différée le dépasse sur plusieurs plans administratifs. Cela dit, le poids du Parti de la Victoire ne cesse de croître et, au niveau du discours officiel en Russie, c'est son programme, sa stratégie et son appréciation de la situation qui sont considérés comme normatifs.

En tout état de cause, cette macro-figure de l'échiquier géopolitique est présente, contrastée et distinguable.

Consolidation

Réduisons maintenant notre proposition de classification des acteurs à un schéma général.

Chaque macro-figure a devant elle une image assez claire de ce qui se passe, avec laquelle toutes les autres figures sont en principe d'accord. C'est-à-dire qu'ils agissent tous selon certains algorithmes, qui sont inscrits dans la structure objective de la confrontation, sur laquelle ils ne se font pas d'illusions. Tout le monde comprend qui se bat avec qui et pour quels objectifs.

L'Ukraine n'est qu'un territoire, un échiquier - avec ses propres caractéristiques, sa topographie et sa topologie, mais c'est un pur arrière-plan. Elle n'est ni un personnage ni un sujet. Tout se décide en dehors d'elle et indépendamment d'elle.

Les processus militaires, politiques, économiques, sociaux, diplomatiques, informationnels et technologiques sont étroitement liés et forment un système plutôt ordonné, malgré la spontanéité de la guerre. Les six macro-figures peuvent être utilisées pour comprendre comment ces systèmes sont configurés et comment leurs différentes parties sont interconnectées.

Mais cet accord général avec le cadre géopolitique objectif ne va pas plus loin. Chaque sujet du processus décisionnel évolue selon sa propre logique et le fait même de cette évolution est susceptible de modifier l'ensemble du tableau dans certaines circonstances. Par exemple, la décision de mobilisation partielle en Russie, son calendrier et même ses détails, affectent l'ensemble du système. Il est évident que le parti d'une défaite retardée en Russie a trouvé le meilleur écho auprès de l'Occident collectif, mais une fois qu'elle s'est produite, les événements ont commencé à se dérouler à un rythme différent. Il en va de même pour les autres décisions majeures de cette guerre : offensives, retraites, défenses, attaques, attentats, bombardements de cibles militaires et civiles sur le territoire de l'ennemi, etc. L'irrégularité de la situation est que le territoire du véritable ennemi dans cette guerre - l'Occident collectif - reste pour l'instant parfaitement sûr, alors que sur le territoire de la Russie, l'ennemi frappe, jusqu'à la récente attaque de drones contre le Kremlin.

Dans ce diagramme, nous pouvons analyser plus en détail la relation entre les trois pôles noirs, ce qui nous donnera une image plus claire du vecteur global, en tenant compte du moment politique aux États-Unis et des processus plus secondaires dans les pays de l'OTAN - l'Europe et la Turquie. Nous pouvons également examiner la relation et l'équilibre des trois macro-figures blanches. Là encore, il existe une dynamique certaine liée au même moment politique, mais déjà au sein de la Russie. Enfin, il est possible d'analyser comment les attitudes, les décisions et les actions initiées par chaque pôle d'un camp (le camp noir) sont liées aux attitudes, décisions et actions similaires de l'autre (le camp blanc). Mais cela nécessite une autre analyse, plus détaillée. Pour l'instant, il suffit de mettre en évidence et de décrire brièvement les principales macro-figures de cette guerre comparable à une partie d'échecs, qui pourrait devenir la dernière guerre de l'humanité. Tout dépend de ces figures, de leur interaction, de leur corrélation, de leur remplissage de sujets et d'objets, de leur volonté, de leur détermination, de leurs ressources et de leur conviction intérieure de leur justesse.

vendredi, 26 mai 2023

"Vous n'êtes pas woke ? Nous vous supprimons" : quel est le système de notation de la CEI, de Soros et de BlackRock pour faire chanter les entreprises ?

623755b09c8d11f61551276b86bb947a.jpg

"Vous n'êtes pas woke ? Nous vous supprimons" : quel est le système de notation de la CEI, de Soros et de BlackRock pour faire chanter les entreprises ?

Par Cristina Gauri

Source: https://www.ilprimatonazionale.it/esteri/non-sei-woke-ti-cancelliamo-cosa-e-cei-il-sistema-di-punteggio-di-soros-blackrock-263114/

Ce défilé sans fin de drapeaux arc-en-ciel qui infestent les logos des entreprises du monde occidental chaque mois de juin, ces improbables témoignages trans et non-binaires qui surgissent dans les campagnes publicitaires des plus grandes multinationales mondiales ne sont pas placés là pour "soutenir la cause LGBT", "l'inclusion", pour "donner de la visibilité à l'arc-en-ciel opprimé" : elles doivent être interprétées comme une sorte de "gabelle idéologique" à payer aux lobbies politiques financés par les "usual knowns" (nous y reviendrons) afin de maintenir un score de "crédit social" crucial pour le maintien ou la destruction de l'activité d'une entreprise.

Qu'est-ce que le CEI, le système de notation des entreprises américaines?

Le score en question est le Corporate Equality Index - ou CEI -, qui est supervisé par la Human Rights Campaign (HRC), le plus grand groupe de pression politique LGBT au monde. La HRC, qui a reçu des millions de dollars de la fondation Open Society de George Soros, entre autres, publie des fiches d'évaluation de la "vertu sociale" des plus grandes entreprises américaines par le biais du CEI. Comment ? En attribuant ou en soustrayant des points en fonction du degré d'adhésion des entreprises aux "critères d'évaluation" définis par le HRC.

cultureasy-cancel_culture-vignette.jpg

Les entreprises qui obtiennent la note maximale de 100 gagnent le titre convoité de "Meilleur environnement de travail pour l'égalité LGBT". Quinze des vingt premières entreprises classées par Fortune ont obtenu une note de 100 % l'année dernière, selon les données de la HRC. Selon le dernier rapport, plus de 840 entreprises américaines ont été bien notées par la HRC. Cela signifie que la grande majorité des entreprises américaines vivent sous le chantage de ce lobby. La HRC, fondée en 1980, a lancé la procédure CEI en 2002; depuis 2022, elle est dirigée par Kelley Robinson, l'une des organisatrices de la campagne présidentielle de Barack Obama en 2008.

Les cinq points d'évaluation

Les critères d'évaluation établis par la HRC sont au nombre de cinq, chacun avec ses propres sous-ensembles. Les principales catégories sont les suivantes : Protection de la main-d'œuvre, Avantages inclusifs, Soutien d'une culture inclusive, Responsabilité sociale de l'entreprise et Citoyenneté responsable. Une entreprise peut facilement perdre des points CEI si elle ne satisfait pas à l'exigence de la HRC d'"intégrer l'intersectionnalité dans le développement professionnel, la formation basée sur les compétences ou d'autres formations" ou si elle n'utilise pas un "programme de diversité des fournisseurs avec un effort démontré pour inclure des fournisseurs Lgbtq certifiés".

Chantage aux couleurs de l'arc-en-ciel

L'activité omniprésente et tentaculaire de la HRC se traduit par l'envoi de représentants dans les entreprises chaque année pour définir le type d'améliorations à mettre en œuvre au sein de l'entreprise. Les différentes entreprises reçoivent une liste de demandes qui, si elles ne sont pas satisfaites, entraîneront une baisse de la note du CEI. Le mécanisme CECI lui-même s'inscrit dans le cadre du mouvement florissant des "investissements éthiques" ESG (environnementaux, sociaux et de gouvernance d'entreprise), mené par les trois principales sociétés d'investissement du pays (BlackRock, Vanguard et State Street Bank). Les fonds ESG investissent dans des entreprises qui s'opposent aux combustibles fossiles et préconisent des quotas raciaux et de genre plutôt que le mérite dans le recrutement et la sélection des membres des conseils d'administration. Les conséquences sont évidentes: la plupart des PDG américains sont plus soucieux de plaire à leurs actionnaires que d'irriter les conservateurs.

Le cas Mulvaney

Prenez le cas frappant de Dylan Mulvaney : âgé de 26 ans, il est passé du statut d'homme à celui de "femme" en mars 2021, gagnant plus d'un million de dollars en endossant notamment des marques de mode et en utilisant des produits de beauté telles que Ulta Beauty, Haus Labs et CeraVe, ainsi que Crest et InstaCart, et plus récemment Bud Lite et Nike.

"Ils peuvent vous rendre la vie difficile"

"Les grands gestionnaires de fonds comme BlackRock embrassent cette orthodoxie en faisant pression sur les équipes dirigeantes des entreprises et les conseils d'administration et déterminent, dans de nombreux cas, les rémunérations et les primes des dirigeants, ainsi que les personnes qui sont réélues ou reconduites dans les conseils d'administration", explique l'entrepreneur Vivek Ramaswamy, candidat républicain à l'élection présidentielle et auteur de Woke Inc. : Inside America's Social Justice Scam (L'arnaque américaine à la justice sociale). "Ils peuvent vous rendre la vie très difficile si vous ne vous conformez pas à leur programme".

711ChdbteIL.jpg

FKhMccZXEAMETFP.jpg

f9b01017639e4d221f8383a3caaf039b.jpg

La lettre de chantage de BlackRock

Pour mieux comprendre ce dont parle Ramaswamy, il faut remonter à 2018 et à la lettre du PDG de BlackRock, Larry Fink. Décrit comme le "visage de l'ESG", il a écrit une lettre - qui, sur le ton du chantage, est restée dans les annales - à tous les PDG américains intitulée A Sense of Purpose promouvant un "nouveau modèle de gouvernance" en accord avec les valeurs woke. "La société exige que les entreprises, qu'elles soient publiques ou privées, aient un objectif social", écrivait M. Fink. "Pour prospérer dans le temps, toute entreprise doit non seulement produire des résultats financiers, mais aussi démontrer sa capacité à contribuer positivement à la société", selon la vulgate libérale progressiste. M. Fink a également fait savoir "que si une entreprise ne s'engage pas auprès de la communauté et n'a pas d'objectif", elle finira par "perdre la capacité d'investir".

Les entreprises qui osent se rebeller sont immédiatement pénalisées par le score de la CEI. Parfois, le retour de bâton se fait sur de petites choses: si une entreprise n'obtient pas un score CEI de 100, elle ne sera pas admise à un salon de l'emploi dans une université ou verra ses chances d'acheter de l'espace publicitaire réduites. Les universités coupent les liens avec les entreprises qui n'obtiennent pas le score 100 en les présentant aux futurs diplômés comme des lieux où règne le sectarisme. Si elle n'est pas jugée conforme, une entreprise peut être retirée des portefeuilles des fonds indiciels et des fonds de pension. L'ensemble du système d'entreprise américain est ainsi prisonnier d'une gigantesque toile d'extorsion de fonds. Par la mafia arc-en-ciel.

Cristina Gauri

19:33 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : états-unis, wokisme, cancel culture, blackrock | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

L'histoire du "secteur américain"

c17e5d855a69147857e6094cbb33e84d.jpg

L'histoire du "secteur américain"

Patrick Poppel

Beaucoup font remonter la fin du Moyen Âge à la découverte de l'Amérique en 1492. Et en effet, cette année-là a marqué le début d'une nouvelle ère, car la découverte et la colonisation qui s'en est suivie sur ce continent ont généré à long terme une civilisation entièrement nouvelle. L'immigration de nombreux peuples européens a donné naissance à une copie de l'Europe. Malheureusement, il s'agit d'une mauvaise copie avec des valeurs totalement nouvelles.

Alors que la colonisation de l'Amérique par les monarchies européennes avait pour objectif principal l'exploitation des ressources naturelles, les États-Unis d'Amérique ont pris un tout autre tournant après leur indépendance. Avec un zèle missionnaire, les fondateurs des États-Unis se sont lancés dans le projet de créer une nouvelle société. Il est intéressant de noter que la création des États-Unis coïncide avec la Révolution française.

image-9.png

Patrick Poppel en compagnie d'Alexandre Douguine à Vienne, à la tribune de l'Institut Souvorov.

Et tout comme Napoléon Bonaparte a essayé de "faire le bonheur" de toute l'Europe avec l'esprit de la Révolution, la politique étrangère des États-Unis poursuit aujourd'hui un but similaire. L'armée américaine tente d'apporter "la paix et la démocratie" dans les pays les plus éloignés.

Il fut un temps où, dans Berlin occupé, il y avait une frontière de secteur à laquelle se terminait aussi le secteur américain. Et le panneau qui l'indiquait pourrait être placé aujourd'hui dans les pays baltes, à la frontière avec la Biélorussie et dans le Donbass, puisque l'est de l'Europe se trouve déjà tout entier dans le secteur américain. Toutefois, cela n'a pas été réalisé par des moyens militaires, mais par des constructions politiques telles que l'OTAN et l'UE.

Le secteur américain cherche toujours à s'étendre.

Mais il est désormais confronté à deux grandes puissances, la Russie et la Chine, qui continueront à défendre leurs intérêts nationaux et leur sécurité à l'avenir.

Si une ère américaine a réellement commencé en 1492, elle s'est terminée en février 2022 avec l'opération spéciale russe.

Patrick Poppel

jeudi, 18 mai 2023

Seymour Hersh : les Européens veulent la paix en Ukraine, pas Biden

fd3c40c_1644059601599-0110-seymour-hersh.jpg

Seymour Hersh : les Européens veulent la paix en Ukraine, pas Biden

Selon les sources du journaliste d'investigation de renommée mondiale Seymour Hersh, la poursuite de la guerre en Ukraine est avant tout un projet du président américain Joe Biden, qui n'est toutefois qu'incomplètement informé par son appareil. Ne manquez pas cette occasion et procurez-vous notre DVD sur les dessous de la politique mondiale et l'influence globale dévastatrice de la politique américaine : sur Nord Stream, Ramstein et Seymour Hersh . Disponible à partir de fin juin. En savoir plus ici: https://www.compact-shop.de/shop/fanartikel/c-dvd/dvd-tatort-nord-stream-tatort-ramstein/

par Thomas Röper

Source: https://www.compact-online.de/hersh-europaeer-wollen-ukraine-frieden-biden-nicht/?mc_cid=0f1448e33d&mc_eid=128c71e308

Le nouvel article de Seymour Hersh sur ce que lui ont dit ses sources au sein des services de renseignement américains n'est pas très long, mais il est d'autant plus révélateur. Il semble que les objectifs poursuivis en coulisses soient très différents de ceux annoncés par les hommes politiques européens devant les caméras. L'Europe serait lasse de la guerre et souhaiterait que celle-ci prenne fin, tandis que Biden - qui serait donc informé de manière erronée et incomplète - ne le souhaiterait pas. Le sort personnel de Vladimir Zelenski semble également être un point de désaccord important.

J'ai traduit le nouvel article de Hersh dans son intégralité.

Début de la traduction :

LA QUESTION DES RÉFUGIÉS UKRAINIENS

Les voisins de l'Ukraine poussent Zelensky à faire la paix, alors que des millions de personnes déplacées affluent en Europe.

Samedi dernier, le Washington Post a publié un exposé de documents secrets des services de renseignement américains montrant que le président ukrainien Vladimir Zelensky, derrière le dos de la Maison Blanche et de Biden, a fait pression en début d'année pour qu'une série élargie de frappes de missiles sur la Russie soit exécutée. Les documents faisaient partie d'un vaste ensemble de documents classifiés mis en ligne par un membre de l'armée de l'air, aujourd'hui emprisonné.

6d9cb7de5e8ac30bd5e8734bc96a35c1-1646298670.jpg

Réfugiés ukrainiens à Bruxelles.

Massacre comme à Verdun

Un haut responsable de l'administration Biden, à qui le Washington Post a demandé de commenter les informations de renseignement nouvellement révélées, a déclaré que Zelensky n'avait jamais violé sa promesse de ne jamais utiliser d'armes américaines pour attaquer des zones à l'intérieur de la Russie. Selon la Maison Blanche, Zelensky ne peut pas se tromper.

Le souhait de Zelensky de porter la guerre en Russie n'est peut-être pas clair pour le président et les conseillers de haut niveau en politique étrangère à la Maison Blanche, mais il l'est pour ceux qui, au sein de la communauté américaine du renseignement, ont eu du mal à faire entendre leurs informations et leurs évaluations dans le bureau ovale. Pendant ce temps, le massacre se poursuit dans la ville de Bakhmut. Il ressemble, par son idiotie, mais pas par le nombre de victimes, aux massacres de Verdun et de la Somme pendant la Première Guerre mondiale.

Les hommes responsables de la guerre actuelle à Moscou, Kiev et Washington n'ont même pas montré d'intérêt pour des pourparlers de cessez-le-feu temporaires qui pourraient servir de prélude à quelque chose de durable. Actuellement, on ne parle que de la possibilité d'une offensive à la fin du printemps ou en été par l'une des deux parties.

Même les Européens de l'Est veulent la paix

Cependant, comme certains agents de renseignement américains le savent et l'ont rapporté secrètement, quelque chose d'autre est en préparation à l'instigation de représentants gouvernementaux à différents niveaux en Pologne, Hongrie, Lituanie, Estonie, Tchécoslovaquie et Lettonie. Ces pays sont tous des alliés de l'Ukraine et des ennemis déclarés de Vladimir Poutine.

Ce groupe est mené par la Pologne, dont les dirigeants ne craignent plus l'armée russe, car leur présence en Ukraine a fait oublier l'éclat de leur succès à Stalingrad pendant la Seconde Guerre mondiale. Il a silencieusement poussé Zelensky à trouver un moyen de mettre fin à la guerre - en démissionnant s'il le faut - et d'entreprendre la reconstruction de son pays. Zelensky ne se laisse pas démonter, comme le montrent les messages interceptés et d'autres données connues de la CIA, mais il commence à perdre le soutien particulier de ses voisins.

L'un des moteurs des discussions européennes silencieuses avec Zelensky sont les plus de cinq millions d'Ukrainiens qui ont fui la guerre et franchi les frontières du pays pour s'enregistrer dans les pays voisins dans le cadre d'un accord de protection temporaire de l'UE, qui comprend des droits de séjour, l'accès au marché du travail, au logement, à l'aide sociale et aux soins médicaux.

fre-blog-121522-ch1.png

Les pays d'accueil européens se lassent

Selon une évaluation publiée par le Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés, cette estimation ne comprend pas environ trois millions de réfugiés ukrainiens qui ont fui la zone de guerre sans visa pour se rendre dans l'un des 27 pays européens qui ont aboli les contrôles aux frontières entre eux dans le cadre de l'accord de Schengen. Bien que l'Ukraine ne fasse pas partie de l'UE, elle bénéficie désormais de tous les avantages du pacte de Schengen. Certains Etats épuisés par 15 mois de guerre ont réintroduit certaines formes de contrôle aux frontières, mais la crise régionale des réfugiés ne sera pas résolue tant qu'il n'y aura pas d'accord de paix formel.

Le CDH rapporte que la libre circulation des Ukrainiens vers les pays baltes et les pays de l'UE en Europe occidentale "rend particulièrement difficile de déterminer avec précision combien d'Ukrainiens ont atteint l'UE au cours des derniers mois et où ils se trouvent actuellement". Selon le rapport, la "grande majorité" des réfugiés ukrainiens sont des femmes et des enfants, et un tiers d'entre eux ont moins de 18 ans. 73% des réfugiés en âge de travailler sont des femmes, dont beaucoup ont des enfants.

Une analyse du problème des réfugiés européens réalisée en février par le Council on Foreign Relations a révélé que des "dizaines de milliards de dollars" d'aide humanitaire avaient été versés aux pays voisins de l'Ukraine pendant la première année de la guerre. "Alors que le conflit entre dans sa deuxième année et qu'aucune fin n'est en vue", indique le rapport, "les experts s'inquiètent de la lassitude des pays d'accueil".

Il y a quelques semaines, j'ai appris que les services de renseignement américains savaient que certains officiels d'Europe occidentale et des pays baltes souhaitaient la fin de la guerre entre l'Ukraine et la Russie. Ils en sont arrivés à la conclusion qu'il est temps pour Zelensky de "faire demi-tour" et de rechercher un accord. Un fonctionnaire américain bien informé m'a dit que certains dirigeants hongrois et polonais faisaient partie de ceux qui souhaitaient que l'Ukraine s'engage dans des discussions sérieuses avec Moscou.

"La Hongrie est un acteur important dans cette affaire, tout comme la Pologne et l'Allemagne, et ils travaillent à faire céder Zelensky", a déclaré le responsable américain. Les dirigeants européens ont clairement indiqué que "Zelensky peut garder ce qu'il a" - une villa en Italie et des parts dans des comptes bancaires offshore - "s'il élabore un accord de paix, même s'il doit être payé pour cela, si c'est le seul moyen d'obtenir un accord".

Zelensky: pas d'exil doré en Italie

Jusqu'à présent, selon le fonctionnaire, Zelensky a refusé de tels conseils et a ignoré les offres de sommes d'argent importantes destinées à faciliter sa retraite dans une propriété qu'il possède en Italie. Il n'y a aucun soutien au sein de l'administration Biden pour un accord impliquant le départ de Zelensky, et les dirigeants en France et en Angleterre sont "trop engagés" envers Biden pour envisager un tel scénario.

1562575-volodymyr-zelensky-et-joe-biden-a-washington-le-21-decembre-2022.jpg

Zelensky en veut plus

Il y a une réalité que certains éléments de la communauté du renseignement américain ne peuvent pas ignorer, a déclaré le fonctionnaire, même si la Maison Blanche l'ignore : "L'Ukraine est à court d'argent, et on sait que les quatre prochains mois seront critiques. Et les Européens de l'Est parlent d'un accord". Le problème pour eux, selon le fonctionnaire, "est de savoir comment faire en sorte que les États-Unis cessent de soutenir Zelensky". Le soutien de la Maison Blanche va au-delà des besoins de la guerre : "Nous payons tous les fonds de pension pour l'Ukraine".

Et Zelensky en veut plus, dit le fonctionnaire. "Zelensky nous dit que si vous voulez gagner la guerre, vous devez me donner plus d'argent et plus de matériel. Il nous dit : 'Je dois payer les généraux'. Il nous dit - s'il est évincé de son poste - "il ira au plus offrant. Il préfère aller en Italie plutôt que de rester et d'être éventuellement tué par ses propres hommes".

"Mais comme d'habitude", poursuit le fonctionnaire, "les services de renseignement ne sont pas au courant de la réalité du président et de ses conseillers en politique étrangère à la Maison Blanche", en ce qui concerne le débat européen sur la manière de mettre fin à la guerre. "Nous formons toujours les Ukrainiens à piloter nos F-16, qui sont abattus par la Russie dès qu'ils entrent dans la zone de guerre. La presse mainstream se consacre à Biden et à la guerre, et Biden continue de parler du grand Satan à Moscou alors que l'économie russe se porte bien. Poutine peut rester là où il est" - au pouvoir - "bien qu'il n'ait pas réussi à rayer l'Ukraine de la carte en tant qu'État indépendant. Et il pensait gagner la guerre avec une seule division aéroportée" - une allusion sardonique à la tentative ratée de la Russie, dans les premiers jours de la guerre, de s'emparer d'un aéroport important en faisant sauter une force d'attaque, constituée de parachutistes.

Biden ne reçoit pas d'informations importantes

"Le problème de l'Europe", selon ce responsable, en vue d'un règlement rapide de la guerre, "c'est que la Maison Blanche veut que Zelensky survive, alors qu'il y en a d'autres" - en Russie et dans certaines capitales européennes - "qui disent que Zelensky doit partir, quoi qu'il arrive".

210114-avril-haines-2020-ac-1034p.jpg

Il n'est pas clair si cette compréhension est parvenue jusqu'au bureau ovale. On m'a dit que certaines des meilleures informations de renseignement sur la guerre n'atteignent pas le président, sans que cela soit la faute de ceux qui produisent des évaluations souvent contraires. Biden s'appuierait sur des briefings et d'autres documents produits par Avril Haines (photo), la directrice du renseignement national, depuis l'entrée en fonction de l'administration Biden. Elle a passé une grande partie de sa carrière au service du secrétaire d'État Anthony Blinken, dont les relations et l'accord avec Biden sur les questions concernant la Russie et la Chine remontent à plusieurs décennies.

210224140322-01-william-burns-testifies-0224.jpg

Le seul salut pour certains dans la communauté du renseignement, m'a-t-on dit, a été le directeur de la CIA, William Burns (photo). Burns a été ambassadeur en Russie et secrétaire d'État adjoint et est considéré comme quelqu'un qui s'est opposé à certaines des folies de la Maison Blanche en matière de politique étrangère. "Il ne veut pas être un rat sur un navire en perdition", m'a dit le fonctionnaire.

D'autre part, on m'a dit que ceux qui, à la CIA, préparent le President's Daily Brief ne savent pas que Joe Biden est un lecteur régulier de leur synthèse du renseignement. Le document fait généralement trois pages. Il y a des décennies, on m'a dit - par quelqu'un qui m'a demandé à l'époque de ne pas écrire sur le sujet - que Ronald Reagan lisait rarement la President's Daily Brief, jusqu'à ce que Colin Powell, qui était alors à la Maison Blanche, commence à la lire sur un magnétoscope. La bande a ensuite été lue au président. On ne sait pas qui, le cas échéant, aurait pu prendre l'initiative en tant que le "Colin Powell" de Biden.

Fin de la traduction.

Cover_COMPACT_Spezial_36_shop-426x602.jpg

Même en Europe de l'Est, les critiques à l'encontre des États-Unis se multiplient. COMPACT tient depuis longtemps des propos clairs sur les agissements de la superpuissance occidentale. Vous aussi, montrez ce que vous pensez de l'occupant. Il flottait partout lors des grandes manifestations anti-guerre, notre drapeau "Ami go home" - le nouveau symbole de résistance contre l'occupant. Aujourd'hui, vous pouvez enfin commander le drapeau chez nous. Les faits les plus importants concernant le centenaire de la guerre des Etats-Unis contre l'Allemagne sont rassemblés dans le numéro spécial de COMPACT "USA contre Allemagne". Commandez ici: https://www.compact-shop.de/shop/compact-spezial/compact-spezial-36-usa-gegen-deutschland/. Ne manquez pas non plus l'occasion de vous procurer notre DVD sur les dessous de la politique mondiale et l'influence dévastatrice des États-Unis : Nord Stream, Ramstein et Seymour Hersh. Disponible à partir de fin juin. Pour toute commande: cf. supra.

 

 

Biden et l'UE se liguent contre les Africains à l'ONU

joe-biden-ursula-von-der-leyen.jpg

Biden et l'UE se liguent contre les Africains à l'ONU

Source: https://www.tradicionviva.es/2023/05/17/biden-y-la-union-europea-se-confabulan-contra-los-africanos-en-la-onu/?utm_source=mailpoet&utm_medium=email&utm_campaign=Novedades+Tradition+Live

L'administration Biden s'est officiellement engagée à promouvoir une éducation sexuelle complète à l'échelle internationale et l'Union européenne en est l'un des plus ardents défenseurs.

Par Stefano Gennarini, J.D. 

(C-Fam) Encore déconcertés par la défaite cuisante subie le mois dernier lors de la réunion de la Commission des Nations unies sur le statut des femmes, l'Union européenne et l'administration Biden ont repris leur combat en faveur d'une "éducation sexuelle complète".

La bataille a repris à la Commission des Nations unies sur la population et le développement, qui produira une résolution non contraignante qui sera néanmoins utilisée pour imposer la révolution sexuelle aux pays en développement.

Les délégués des pays traditionnels craignent que la pression continue de l'administration Biden et la lassitude n'aboutissent à un mauvais résultat pour les familles, les enfants et la souveraineté nationale.

L'ajout de cette formulation controversée à la résolution annuelle de la Commission donnerait aux puissances occidentales un plus grand poids politique pour promouvoir les programmes d'éducation sexuelle et l'idéologie transgenre parmi les enfants.

التربية-الجنسية-داخل-الأسرة.jpg

Les gouvernements occidentaux, sous la houlette de l'Union européenne et de l'administration Biden, insistent pour que la résolution contienne l'expression "éducation sexuelle complète", car le thème de cette année est axé sur l'éducation. Cela fait près de vingt ans qu'ils demandent à l'ensemble des Nations unies de soutenir l'"éducation sexuelle complète", mais en vain.

Jusqu'à présent, les pays traditionalistes ont refusé d'adopter tout langage impliquant des droits sexuels pour les enfants, ou de leur apprendre que les pratiques homosexuelles et transgenres sont saines et normales.

Les programmes complets d'éducation sexuelle conçus par les agences internationales et les organisations non gouvernementales sont très controversés. Ils apprennent aux enfants à explorer leur sexualité, y compris des questions telles que l'homosexualité, promeuvent le concept de diversité familiale, ainsi que l'information et l'accès à la contraception et à l'avortement sans intervention parentale. Ils apprennent également aux enfants, dès l'âge de trois ans, à s'interroger sur leur identité sexuelle, à penser qu'ils sont peut-être nés dans le mauvais corps et qu'ils peuvent éventuellement changer de sexe grâce à des régimes hormonaux controversés et à des opérations chirurgicales visant à retirer ou à modifier leurs organes sexuels.

Les pays actuellement membres de la Commission qui se sont prononcés contre l'éducation sexuelle complète dans le passé sont les suivants : les Comores, l'Éthiopie, la Libye, la Mauritanie, l'Iran, la Malaisie, l'Arabie saoudite, la Fédération de Russie et la Jamaïque, entre autres. Il reste à voir s'ils sont prêts à défier à nouveau la puissante machine diplomatique de l'Union européenne et du gouvernement fédéral des États-Unis, maintenant que les deux puissances mondiales se sont alignées pour promouvoir l'homosexualité et les questions de transgenre au niveau international.

Le document final est attendu pour la fin de la semaine prochaine.

L'administration Biden s'est officiellement engagée à promouvoir une éducation sexuelle complète au niveau international et l'Union européenne en est l'un des plus ardents défenseurs.

Les pays européens les plus attachés aux valeurs traditionnelles, dont la Pologne et la Hongrie, ne s'opposent pas à l'éducation sexuelle complète aux Nations Unies. Ils soutiennent la promotion annuelle de l'éducation sexuelle complète par l'Union européenne à travers les accords ministériels de l'UE qui guident l'activité diplomatique et les aides à l'étranger de l'Union européenne.

lundi, 15 mai 2023

Les quatre phases de l'ère post-soviétique

f730b4c532cf5f01b93a7f04f8bda6db.jpg

Les quatre phases de l'ère post-soviétique

par Fulvio Bellini

Source: https://www.sinistrainrete.info/geopolitica/25467-fulvio-bellini-le-quattro-fasi-dell-era-post-sovietica.html

Avant-propos : les trois niveaux de lecture de La fin de l'histoire et le dernier homme

En 1992 est paru un livre singulier qui a immédiatement suscité un débat passionné, divisant le terrain entre opposants déclarés et admirateurs secrets: La fin de l'histoire et le dernier homme de Francis Fukuyama. Malgré son succès auprès du public, il s'agissait d'un livre dédié à la classe dirigeante occidentale, et en particulier aux États-Unis, célébrant la "prétendue" victoire, et nous expliquerons pourquoi prétendue, du soi-disant monde libre sur l'Union soviétique et le bloc du socialisme réel. Dans les années 1990, les élites occidentales ont été envahies par un authentique délire de toute-puissance que Fukuyama a eu l'esprit courtisan mais aussi l'indéniable courage de traduire en livre pour le revêtir d'une noble robe tissée de philosophie de l'histoire. Le politologue américain, au nom et pour le compte des élites occidentales, annonçait urbi et orbi que l'histoire universelle de l'humanité, entendue non pas comme une concaténation chronologique d'événements, mais comme le mouvement d'ensemble de l'humanité exprimé dans le terme allemand de Weltanschauung, avait enfin atteint son épilogue. Cette thèse du livre, qui n'est évidemment pas la seule, se concentre sur l'analyse des raisons qui ont déterminé les défaites mondiales du "totalitarisme communiste" d'une part et des régimes dictatoriaux de droite d'autre part, défaites qui ont ouvert la voie, comme si les eaux de la mer Rouge s'étaient à nouveau ouvertes devant Moïse, à l'affirmation mondiale de la démocratie libérale et de son indissoluble "compagnon de route" : le capitalisme de libre marché. Soumis à une critique marxienne, il est possible de discerner trois niveaux de lecture dans le livre de Fukuyama : celui qui concerne l'interprétation philosophique déformée de l'histoire dans les années 1990 ; celui qui relève plus proprement de la définition d'une idéologie du monde occidental ; et celui qui identifie involontairement un nouveau cycle historique.

La-fin-de-lhistoire-et-le-dernier-homme-min.jpeg

Du point de vue de la philosophie de l'histoire, le texte de Fukuyama est tout à fait discutable ; il s'agit de la célébration d'une séquence d'événements des années 1990 qui pourrait donner lieu à l'interprétation de la victoire américaine dans la guerre froide. Mais contrairement à la victoire d'Octave Auguste sur Marc-Antoine, la fin de la confrontation de plusieurs décennies entre les États-Unis et l'URSS n'a pas du tout été suivie de la "Pax Americana", mais plutôt d'une série brutale de règlements de comptes et de conflits de type "gangster". En d'autres termes, la victoire des démocraties libérales et de leur partenaire inséparable, le libéralisme sauvage, a immédiatement entraîné un désastre des deux côtés du rideau de fer. Sur le banc des accusés de la lèse-majesté contre la Maison Blanche se sont retrouvés, à des titres divers et avec des condamnations diverses : la République démocratique allemande, l'Italie, la Yougoslavie, l'Irak, et même à un titre la Grande-Bretagne avec la mort controversée de la princesse Diana Spencer, ex-épouse du Prince de Galles, qui a servi de viatique aux gouvernements plus que collaborationnistes de Tony Blair et de Gordon Brown. Contrairement à son analyse philosophique et historique risible, l'échafaudage idéologique fourni par Fukuyama aux classes dirigeantes américaines dans le besoin et européennes subordonnées est un échafaudage qui imprègne encore aujourd'hui la culture politique du monde occidental. En effet, jamais auparavant, dans la crise de l'empire américain, la "fin de l'histoire et le dernier homme" n'ont fourni un ciment idéologique à une bourgeoisie en déclin et donc de plus en plus despotique des deux côtés de l'océan Atlantique. Fukuyama écrit les tables de la loi : la démocratie libérale fondée sur les partis est la seule forme possible de représentation de la volonté du peuple ; le système capitaliste est la seule forme fiable d'organisation économique ; la préservation de certaines formes de droits est la raison suprême de faire de la politique. Pour le politologue, ces droits sont de trois sortes, citées dans le texte : les droits civils "l'exemption de contrôle (par l'Etat ndlr) du citoyen en ce qui concerne sa personne et sa propriété" ; les droits religieux "l'exemption de contrôle en ce qui concerne l'expression des opinions religieuses et la pratique du culte" ; et les droits politiques "l'exemption de contrôle dans les affaires qui n'affectent pas le bien-être de la communauté dans son ensemble de manière si évidente que le contrôle lui-même est nécessaire". Les droits économiques et sociaux, à savoir ceux du travail, d'une fiscalité équitable et d'une redistribution adéquate des revenus, qui devraient théoriquement être les pierres angulaires d'une politique sociale-démocrate au sein d'un système de démocratie libérale, sont absents de l'appel. Sur ce point, cependant, Fukuyama est clair et péremptoire : "Faire pression pour la reconnaissance de divers droits économiques de deuxième et troisième classe, tels que le droit au travail, au logement et aux soins de santé, a été une pratique courante dans tous les pays socialistes. Mais un tel élargissement de la liste pose un problème majeur, à savoir l'incompatibilité de la reconnaissance de ces droits avec celle du droit de propriété et du libre-échange". Ce passage fondamental est à la base du divorce définitif entre droits civils et droits sociaux, disjonction nécessaire pour élever les privilèges et les vices de la classe bourgeoise dirigeante au rang de droits civils, phénomène qui a trouvé son accomplissement à notre époque. Un autre concept de Fukuyama est aujourd'hui à la base du processus de mythification du système démocratique, qui ne devrait pas être substantiel mais seulement formel : "La démocratie, en revanche, est le droit universel à une part du pouvoir politique, c'est-à-dire le droit de tous les citoyens de voter et de participer à l'activité politique....". Pour déterminer quels pays sont démocratiques, nous nous en tenons à une définition strictement formelle de la démocratie. Un pays est démocratique s'il permet à ses citoyens de choisir le gouvernement qu'ils souhaitent par le biais d'élections périodiques, multipartites, à bulletin secret et basées sur le suffrage universel et égal. Le vote n'est plus le moyen d'exprimer la volonté du peuple pour faire prévaloir une ligne politique particulière, mais un acte pour lui-même puisque l'électeur est confronté au choix de partis dont les programmes sont sensiblement identiques. C'est la raison pour laquelle il est juste de dire que la démocratie libérale encourage l'abstention. Arrêtons-nous là pour ce qui concerne cet article. Il ne reste plus qu'à souligner que, à titre d'exemple et au-delà des distinctions purement folkloriques, ces principes idéologiques unissent en Italie les Néocons de Giorgia Meloni et les Radicaux Chic d'Elly Schlein qui, dans le théâtre de notre politique, sont envoyés sur scène avec les costumes de la droite néo ou post-fasciste et de la gauche sociale-démocrate ; la tromperie exécrable qui persiste alors que la transformation de l'Italie en un pays sud-américain du siècle dernier progresse rapidement, un changement promu par les États-Unis par l'intermédiaire de leur légat Mario Draghi.

Le troisième niveau de lecture de "La fin de l'histoire" est enfin l'objet de cet article. Fukuyama, conscient du fait que les nombreux nobles pères de la démocratie libérale et du libéralisme en économie ont été maintes fois démentis par la théorie et la pratique, rappelle continuellement les grands penseurs et révolutionnaires du camp adverse, en commençant par Hegel lui-même, et en continuant avec Marx, Lénine et le produit de l'action révolutionnaire de ce dernier : l'Union soviétique. Cette étrange nécessité de l'auteur nous incite à considérer le 25 décembre 1991, date de l'abaissement définitif du drapeau soviétique au Kremlin, comme une sorte d'année zéro d'une certaine vision de l'histoire récente, dans laquelle nous avons assisté à l'imposition d'une certaine idéologie, celle précisément contenue dans le livre de Fukuyama et qui règne aujourd'hui en maître dans le seul monde occidental. Cependant, n'étant qu'une idéologie, elle n'a pas pu endiguer les autres visions de l'histoire qui se sont affirmées, et il y a une raison précise pour laquelle des visions plurielles se sont déjà produites au tournant du siècle, puisque dans La fin de l'histoire et le dernier homme se cache un grand mensonge qui est enfin mis en lumière : les États-Unis n'ont jamais gagné la guerre froide.

453894120.jpg

Première phase : l'illusion occidentale de la victoire

Le 20 mars 2023, date de la visite du président chinois Xi Jinping au président russe Vladimir Poutine à Moscou, s'ouvre la quatrième phase de l'histoire post-soviétique de notre planète. Si nous sommes entrés dans la quatrième phase, cela signifie qu'il y en a eu trois auparavant, et pour les expliquer de manière succincte mais aussi claire que possible, nous utiliserons l'intéressante division des événements en différentes phases utilisée par Fosco Giannini lors de ses réunions publiques : la première, au cours de laquelle les États-Unis semblaient affirmer leur hégémonie sur le monde entier et qui leur permettait de régler leurs comptes avec tous ceux qui ne s'étaient pas "bien comportés" au cours des décennies précédentes de la guerre froide ; la deuxième où il y a eu une réaction inattendue à la "non Pax americana" de la part d'un groupe de pays sud-américains, de la Russie du nouveau cours imprimé par Vladimir Poutine et de l'affirmation du socialisme aux caractéristiques chinoises ; la troisième où les États-Unis ont réagi durement à ces formes d'insubordination ; la quatrième, toute récente et proposée par l'auteur, marquée par la définition d'un éventuel "casus belli". Une dernière remarque : il est impossible de définir des frontières précises et uniformes pour les trois premières phases historiques ; si nous avons une date de départ, la transition vers les phases suivantes est marquée par des chevauchements temporels et des différenciations géopolitiques. Pour être plus clair : alors qu'en Amérique du Sud les expériences socialistes que nous verrons appartenir à la deuxième phase étaient en cours, aux États-Unis, en Europe et, par extension, en Chine, nous étions déjà entrés dans la troisième, celle de la réaction américaine. Les années 90 sont liées à la première phase, et même aujourd'hui, ce sont des années peu étudiées, enveloppées d'un halo mythique donné par l'empreinte idéologique prônée par un monde intellectuel et politique qui a évolué à l'unisson avec Francis Fukuyama. Si en Italie, par exemple, les États-Unis ont exigé la fin de l'économie mixte, et donc des partis qui la protégeaient, surtout la Démocratie chrétienne, même le Parti communiste italien n'a pas été gracié, son exécution capitale a simplement été confiée à des dirigeants et collaborateurs internes plutôt qu'au Parquet de Milan, comme ce fut le cas pour la DC et le PSI. Il s'agit de condamnations à mort de systèmes politiques et économiques qui ont été exécutées de différentes manières, tout d'abord dans les deux principaux "pays voyous" de l'époque de la guerre froide : l'Italie, coupable d'avoir créé un système économique subversif au sein du capitalisme, et la RDA, coupable d'avoir créé un système de socialisme réel potentiellement attrayant pour le monde occidental. Dans le cas allemand, toujours à titre d'exemple, on peut citer le célèbre assassinat du président de la Deutsche Bank, Alfred Herrhausen, le 4 décembre 1989, attribué à la Rote Armee Fraktion mais probablement inspiré par les services secrets de Bonn. L'intérêt du gouvernement allemand était d'éliminer le maître d'œuvre de la stratégie d'unification centrée sur le principe "un Etat - deux systèmes" en faveur de la ligne d'Helmuth Kohl de liquidation de la RDA et de son annexion à la République fédérale "manu militari". L'assassinat de Herrhausen a marqué un tournant fondamental dans l'histoire de l'Europe, car le modèle d'annexion adopté en Allemagne a été reproduit pour l'essentiel à l'égard de tous les autres pays de l'ancien bloc soviétique. Ce modèle d'annexion, qui prévoyait l'annulation totale de l'organisation productive et sociale des pays de l'Est et leur assimilation brutale et immédiate aux systèmes occidentaux, rendait toutefois l'ancienne organisation de la Communauté européenne obsolète et inadéquate, et c'est la raison qui a conduit les 12 gouvernements de l'ancienne CEE à adopter d'urgence le traité de Maastricht le 7 février 1992.

L'Europe occidentale voulait participer au banquet de la richesse industrielle des pays de l'Est, laissant aux États-Unis le repas principal : la Russie de Boris Eltsine. Grâce à cet accord tacite, l'Allemagne réunifiée a pu construire sa puissante organisation industrielle qui en fait aujourd'hui encore la locomotive de l'Europe. L'acquisition à prix cassés de complexes industriels de l'Est, comme dans le cas du tchèque Skoda qui a rejoint le groupe Volkswagen dès 1991 avec sa main-d'œuvre qualifiée, a permis aux Allemands de délocaliser la chaîne d'approvisionnement en produits semi-finis et en composants vers des pays performants mais à main-d'œuvre bon marché, en concentrant la production à haute valeur ajoutée en Allemagne où les coûts de main-d'œuvre étaient plus élevés. Ce schéma concernait également l'Italie du Nord, dont les petites et moyennes entreprises, ayant perdu à jamais leurs grands clients publics, devaient se tourner vers les conglomérats teutons naissants et, pour ce faire, comprimer le coût de leur main-d'oeuvre, un processus qui a commencé immédiatement avec la suppression de l'escalator, le 31 juillet 1992. Non contente de réaliser cette chaîne de valeur industrielle, Berlin a envisagé dès 1998 de se doter de voies d'importation directe de gaz naturel russe bon marché, afin d'approvisionner sa structure manufacturière en énergie abondante. Ce projet s'est concrétisé le 6 septembre 2011 avec la mise en service du Nord Stream 1, que la chancelière Angela Merkel a tenté de faire suivre du Nord Stream 2 afin de rendre l'industrie allemande encore plus performante. Mais le gouvernement allemand a changé entre-temps, tout comme les intérêts américains, et le sabotage des deux gazoducs par les Américains en septembre de l'année dernière a mis fin au système de création de valeur de l'"Europe centrale".

Les années 1990, en revanche, ont été des années fastes pour l'Allemagne unifiée et son système continental, qui n'était plus la CEE et pas encore l'Union européenne, à tel point qu'elle a mérité, malgré elle, le titre inconfortable de "perle" de l'empire américain. Petite parenthèse à ce sujet. Le terme "perle" d'un empire fait référence à un pays qui, pour diverses raisons, économiques surtout, mais aussi stratégiques et géopolitiques, représente le cœur battant de tout un système de domination, quelle qu'en soit l'extension. La perte de la "perle" détermine également la perte du statut d'"hégémon", c'est-à-dire d'un pays au centre d'un pouvoir politique, financier et économique diffusé à la fois directement dans les territoires dominés et indirectement vers les pays tiers. Prenons quelques exemples historiques : la perle de l'empire vénitien (de petite taille parce qu'il adhérait au modèle phénicien) était l'île de Crète, dont la perte en 1689 a déterminé la disparition définitive de la Sérénissime en tant qu'acteur majeur de la politique européenne. La perle de l'empire espagnol, et cela peut surprendre, n'a jamais été ses vastes domaines américains ou les Philippines, mais les Flandres, et leur perte à la paix d'Utrecht en 1713 a déterminé la fin du rôle hégémonique de l'Espagne en Europe et le passage définitif du témoin en faveur de la Grande-Bretagne. Les colonies britanniques d'Amérique du Nord n'ont jamais représenté la "perle" de l'Empire britannique et, en fait, leur perte en 1776 n'a provoqué aucune crise dans le rôle hégémonique croissant de Londres. La perle de l'Empire britannique était l'Inde et sa perte, le 15 août 1947, a conduit à la liquidation de tous les dominions britanniques et au transfert du rôle hégémonique aux États-Unis. Washington a également sa "perle", l'Allemagne : la défense de cette possession a déterminé la politique américaine d'après-guerre, à commencer par le choix du front à fermer après la défaite militaire fondamentale au Viêt Nam. Ce n'est pas un hasard si le secrétaire d'État américain de l'époque, Heinz Alfred Kissinger, dit Henry, né à Fürth en Bavière, n'avait aucun doute sur la nécessité de fermer le front chinois et de se concentrer sur l'Europe contre l'URSS jusqu'à la "victoire" de 1991 grâce à l'utilisation massive de l'arme du "dollar inconvertible". Or, cette victoire recèle un mystère qu'il convient d'explorer. Si les États-Unis ont vaincu l'URSS et ses alliés, si le dollar a conquis de nouveaux marchés pour les matières premières et les biens de consommation et a réussi à mettre la main sur les immenses actifs soviétiques par l'intermédiaire d'Eltsine et d'anciens fonctionnaires corrompus devenus oligarques, pourquoi les trois principaux indicateurs macro-économiques américains se sont-ils dégradés au cours de cette décennie de "succès" planétaire. La dette publique fédérale s'élevait en 1990 à 3233 milliards de dollars, en 1995 à 4973 milliards de dollars, pour atteindre 5556 milliards de dollars en 1999 ; la balance commerciale était négative en 1990 à hauteur de 77,58 milliards de dollars, en 1995 à hauteur de 89,76 milliards de dollars, et fin 1999 dans le rouge à hauteur de 259,55 milliards de dollars ; enfin, la balance des paiements était négative en 1990 à hauteur de 78,95 milliards de dollars, en 1995 à hauteur de 113,56 milliards de dollars, pour finalement atteindre en 1999 un déficit de 286,62 milliards de dollars. Dans les années 1990, la contradiction d'un pays officiellement vainqueur d'un conflit acharné avec l'autre superpuissance, mais qui se retrouve avec les résultats budgétaires d'un pays "presque vaincu", à l'instar de ce qui est arrivé à la Grande-Bretagne à la fin de la Seconde Guerre mondiale, est devenue évidente. Pourtant, les bénéfices de cette "victoire" se sont traduits par un doublement substantiel du PIB américain au cours de cette décennie : de 5963 milliards de dollars en 1990 à 9631 milliards de dollars en 1999. Comment expliquer cette contradiction ? Peut-être que les États-Unis n'ont pas gagné la guerre froide avec l'URSS, mais qu'une paix distincte a été obtenue entre les deux superpuissances, sans tenir compte des intérêts de leurs alliés mutuels. Pour des raisons différentes, Washington et Moscou avaient tous deux intérêt à clore ce chapitre excessivement coûteux de l'histoire européenne. Ainsi, alors que Fukuyama et toute l'intelligentsia et les politiciens occidentaux célébraient la victoire sur le socialisme réel, les États-Unis ont dû, au cours de cette décennie, esquisser les principaux scénarios stratégiques: en Europe, en permettant à l'Allemagne réunifiée de faire preuve d'un activisme politique plus que tolérable; en Asie, en permettant à Pékin d'entamer la longue marche qui la conduirait à devenir l'actuel atelier du monde; et, de manière surprenante, en Amérique latine, considérée comme son propre jardin privé.

1chavez200x0.jpg

La deuxième phase : l'Amérique latine n'est plus l'arrière-cour de Washington

Sans parler de la tristement célèbre doctrine Monroe, pour laquelle les États-Unis s'étaient déjà définis comme protecteurs de l'ensemble du continent en 1823, il ne fait aucun doute qu'au cours du XIXe siècle, les États-Unis ont directement ou indirectement incité les anciennes puissances coloniales européennes, à savoir l'Espagne, la Grande-Bretagne et, dans une moindre mesure, la France, à céder le contrôle des Amériques aux seuls États-Unis. Cependant, les États-Unis n'ont fait que remplacer les anciens maîtres européens dans la même relation d'exploitation en contrôlant des gouvernements locaux plus ou moins corrompus, despotiques et souvent criminels, mais surtout sans politique étrangère propre qui ne soit pas dictée par Washington. Au-delà de l'expérience de la révolution mexicaine de 1910, la véritable rupture historique avec ce système a sans doute été la révolution socialiste de Fidel Castro à Cuba en 1959. Mais les États-Unis de l'époque ont réussi à circonscrire cette "infection" par rapport au reste de l'Amérique latine jusqu'à l'expérience de Daniel Ortega au Nicaragua en 1985-1990, qui concernait pourtant un petit pays marginal. À la fin des années 1990 et au début des années 2000, alors que l'impérialisme américain est théoriquement au maximum de sa puissance, on assiste au contraire à de nombreuses expériences "socialistes" en Amérique du Sud, initiées par Hugo Chavez au Venezuela de 1999 à 2013, suivies par celles de Lula da Silva au Brésil de 2003 à 2011 (il reviendra au pouvoir en 2023), d'Evo Morales en Bolivie de 2006 à 2019, et de Rafael Correa en Équateur de 2007 à 2017. Pendant une brève période, même un État traditionnellement nazi comme le Paraguay a connu une expérience "socialiste" avec la présidence de Fernando Lugo de 2008 à 2012, qui a été rapidement démis de ses fonctions. L'expérience de ces hommes politiques a profondément marqué l'histoire de l'Amérique du Sud, notamment parce qu'ils ont réussi à convaincre la caste militaire, réservoir traditionnel des putschistes soutenus par les États-Unis, qu'ils pouvaient jouer un rôle plus important que celui de simples "Carabineros de Gringos". Les "socialistes sud-américains" ont offert aux dirigeants militaires la possibilité d'assumer un rôle dans la nouvelle classe dirigeante consacrée à la poursuite des intérêts nationaux et capable d'élever ces pays à des rôles de plus en plus importants sur l'échiquier international. C'est la raison fondamentale pour laquelle un Chavez pourrait provenir de l'armée vénézuélienne et qu'aucun général brésilien n'a songé à renverser Lula da Silva. En d'autres termes, les dirigeants socialistes de ces pays ont réussi à rompre l'association séculaire entre les hautes hiérarchies des forces armées et la grande bourgeoisie locale, représentante et courroie de transmission des intérêts de Washington, en faisant passer les premières de leur côté. Il ne faut cependant pas négliger la perte de contrôle des États-Unis sur l'Amérique latine au tournant du siècle ; les États-Unis des années 1970 auraient immédiatement mis un Augusto Pinochet au Venezuela, au Brésil, en Bolivie et en Équateur. Un autre signe du déclin de la puissance américaine dans les années 1990, masqué par la grandeur de la victoire sur le socialisme réel, réside dans la manière dont l'Afrique du Sud est sortie du régime de l'Apartheid, un système social similaire à celui en vigueur dans les Etats du sud de l'Union dans les années 1960 et 1970, et toujours en vigueur, de manière beaucoup plus répressive et sanglante, en Israël. Dès 1994, dans l'ombre de Nelson Mandela, le Parti communiste d'Afrique du Sud a immédiatement rejoint l'Alliance tripartite avec le Congrès national sud-africain et le Congrès des syndicats, restant fermement dans la majorité et participant aux gouvernements de Pretoria. Le rôle des communistes a ensuite été décisif dans le choix de l'Afrique du Sud de rejoindre une association particulière d'États, née comme une alternative au G7 occidental, appelée BRICS, acronyme pour Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud. Ces pays ont commencé à se fréquenter plus assidûment et dans un esprit de coopération marquée à partir de septembre 2006 à New York, en marge de l'Assemblée générale des Nations unies. Par la suite, les ministres des affaires étrangères des pays du BRIC, à partir de leur rencontre en mai 2008 en Russie, se sont réunis périodiquement à l'Assemblée générale des Nations unies. C'est là qu'en septembre 2010, il a été convenu d'inviter l'Afrique du Sud à participer aux réunions des BRIC, ce qui a entraîné le changement de l'acronyme en BRICS. La première position commune pertinente dans l'arène internationale a été l'abstention significative au Conseil de sécurité sur la Libye en mars 2011, tandis que la première réunion au niveau des chefs d'État et de gouvernement a eu lieu à Toyako (Japon) le 9 juillet 2008, lors d'une réunion du G8. Ce type de relations internationales spéciales échappant au contrôle des États-Unis a constitué un nouvel avertissement pour Washington quant à la nécessité de se débarrasser de la ternissure que nous avons décrite et de passer à une contre-offensive forte et décisive sur tous les fronts mondiaux.

999juzxlerw.png

La troisième phase : la contre-offensive américaine et l'endettement sans fin

Comme nous l'avons dit dans l'introduction, la scansion des trois phases n'est pas homogène, et si dans le reste du monde la phase deux a duré jusqu'à la fin des années 2010, en Europe la phase trois a commencé dès le début des années 2000, comme théâtre principal de la contre-offensive américaine à la fois pour reprendre le contrôle de la "perle" de son empire, l'Allemagne, et parce qu'elle était mécontente du nouveau cours pris par la Russie de Vladimir Poutine, qui est devenu président le 7 mai 2000. Il faut reconnaître que l'opération menée par les États-Unis en Europe a été magistrale, reposant sur un mécanisme qui a permis à Washington d'atteindre trois résultats stratégiques en une seule manœuvre : ramener l'activisme politique excessif de l'Allemagne dans des limites acceptables ; substituer sa propre influence politique à celle des pays d'Europe occidentale face aux régimes formellement démocratiques et essentiellement fascistes et anti-russes d'Europe de l'Est ; et avancer les frontières de l'OTAN de manière menaçante jusqu'à la frontière russe. Dans les années 1990, les seigneurs de Bruxelles avaient renoncé à la bannière étoilée. Dès cette décennie, l'élargissement de l'Union européenne vers la Russie par la voie baltique avait commencé (adhésion de la Suède et de la Finlande en 1995). Mais c'est à partir de 2004 que les États-Unis ont articulé un mécanisme prévoyant l'entrée des anciens pays du bloc de l'Est dans l'OTAN, avec la promesse d'être tenus par les riches nations occidentales, la France et l'Allemagne en premier lieu. À cet égard, les dates sont éclairantes pour la stratégie américaine : la Pologne et la République tchèque ont rejoint l'OTAN en 1999 et l'UE en 2004 ; les républiques baltes, la Hongrie, la Slovaquie et la Slovénie ont rejoint l'OTAN et l'UE la même année, également en 2004 ; la Bulgarie et la Roumanie ont rejoint l'OTAN en 2004 et l'UE en 2007. Mission accomplie : la Communauté européenne telle qu'on la connaissait jusqu'à la fin du siècle dernier n'existait plus, à sa place était née l'Union européenne, une pléthore de pays désunis sur presque tout, avec peu d'estime mutuelle et encore moins de compréhension, mais unis par leur soumission consciencieuse à la puissance impériale américaine et contraints de s'enfermer dans la camisole de force de l'OTAN. La contre-offensive en Europe a été un succès et, une fois de plus, les indicateurs macroéconomiques américains n'en ont tiré aucun bénéfice. Au cours des sept premières années du nouveau siècle, la dette publique américaine est passée de 5674 milliards de dollars en 2000 à 9007 milliards de dollars en 2007; une dette qui a presque doublé en l'espace de sept ans. 2008 est l'année décisive, Washington saisit la crise des Subprimes déclenchée par la faillite de la banque Lehmann Brothers pour retourner contre la Chine les terribles conséquences de la violente contraction des marchés mondiaux qui a suivi le krach financier. Les stratèges de Washington comptent sur la forte interdépendance entre les exportations chinoises vers les États-Unis, la création d'une dette supplémentaire par le Trésor pour les payer et le maintien du rôle de la Chine en tant que principal souscripteur d'obligations américaines. Pour Washington, Pékin n'aurait pas été en mesure de gérer l'effondrement des commandes américaines et la crise industrielle, économique et donc financière qui en aurait résulté, à l'instar de ce qui se passait en Europe. La Chine, en revanche, a montré qu'elle était capable de surmonter la crise en se tournant vers le développement de son propre marché intérieur, en investissant environ 600 milliards de dollars dans des travaux et des infrastructures domestiques. Le système de planification économique, élément distinctif du socialisme, a donné à la Chine les outils nécessaires et utiles pour repousser l'attaque à l'expéditeur, en causant des dommages irréparables aux États-Unis: une production démesurée et incontrôlée de dollars pour soutenir d'abord l'attaque contre Pékin et ensuite les conséquences de sa faillite. Les chiffres de la croissance de la dette fédérale dans les années qui ont suivi la crise des subprimes sont impressionnants : 10.024 milliards de dollars en 2008, 13.561 milliards de dollars en 2010, 18.150 milliards de dollars en 2015, 22.719 milliards de dollars en 2019 à la veille de la pandémie de Covid-19. Les chiffres de l'augmentation de la dette américaine au cours des trois dernières années sont encore plus retentissants : de fin 2019 à fin 2022, c'est-à-dire pendant les deux années de la pandémie et l'année du conflit en Ukraine, les États-Unis ont contracté de nouvelles dettes à hauteur de 8.209 milliards de dollars, ce qui porte la dette fédérale à 30.928 milliards de dollars. Pour utiliser un terme élégant, les États-Unis sont manifestement en situation de défaut de paiement, mais si l'on regarde la réalité en face, les données suggèrent une définition beaucoup plus prosaïque mais adéquate: la faillite et la fraude. Pourquoi la faillite? Parce que pas un seul dollar de la dette actuelle de 31.703 milliards ne sera jamais remboursé ; pourquoi frauduleux? Parce que, pour être sûr que le sujet ne sera même pas soulevé par un créancier international, les trois dernières années ont été caractérisées par des crises continues et terribles: deux années de Covid-19 dans le monde entier et une année de guerre par procuration en Ukraine, des crises qui ne cesseront pas tant que le monde n'aura pas résolu sa relation avec le dollar.

24963141-der-ka-stadt-hier-das-haupttor-2y1up9Ap77e9.jpg

La quatrième phase : la procession vers la Cité interdite

Selon Fukuyama, l'histoire est linéaire mais pas éternelle ; elle s'est achevée avec la chute du mur de Berlin. Nous savons que ce n'est pas du tout vrai, mais il est vrai qu'il y a des dates marquantes qui changent le cours des événements historiques. L'une de ces dates vient de se produire: le 20 mars 2023, date du début de la visite d'État du président Xi Jinping à Moscou, au cours de laquelle l'amitié et l'alliance substantielle entre la Russie et la Chine ont été annoncées au monde. Pour les classes dirigeantes occidentales, la cloche d'Ernest Hemingway a commencé à sonner et, prises de panique, elles cherchent à savoir à qui appartient la cloche qui sonne en premier. La grande frayeur dans les rangs des vassaux européens des États-Unis est attestée par la procession immédiate de ces derniers à Pékin dans l'espoir d'obtenir la sympathie et le pardon pour leurs méfaits atlantistes de la part du président chinois Xi Jinping, devenu à leurs yeux effrayés et déconcertés "l'empereur céleste". Il n'est pas du tout anodin que le premier à frapper à la porte de la Cité interdite ait été le chef du gouvernement espagnol Pedro Sanchez, le 30 mars, sans même laisser le temps à Xi, affolé, de défaire ses valises alors qu'il revenait de Moscou. L'évaluation par la presse espagnole du voyage de M. Sanchez à Pékin est éclairante, car elle révèle peut-être inconsciemment la vénération naturelle qu'un dirigeant d'un petit pays européen éprouve pour le souverain céleste: pour le journal El País, "le périple de Sánchez", qui passera par le Forum asiatique de Boao dans l'île de Hainan avant d'atterrir à Pékin, "doit être interprété en termes espagnols comme le déficit commercial chronique et croissant face au premier exportateur mondial, le faible poids du commerce espagnol à valeur ajoutée, l'accès au marché chinois ou la réouverture du tourisme....". Du point de vue chinois, en revanche, ... l'Espagne "est un pays sympathique, relativement important au sein de l'Union européenne, mais pas trop impliqué dans des questions telles que les droits de l'homme. Pour cette raison, ils nous reçoivent par la grande porte", comme l'a rapporté Ants le 30 mars 2023. El Pais pèche par excès de modestie, ne confondant pas l'Espagne avec l'Italie, le vrai pays occidental qui ne compte plus. Le premier ministre espagnol, lui, revient du 28ème sommet des Amériques qui s'est tenu à Saint-Domingue le 24 mars 2023, en présence des chefs d'État et de gouvernement des 22 pays de langue et de culture ibériques, dont le roi Philippe VI d'Espagne.

L'absence des présidents brésilien Lula da Silva et mexicain Obrador a montré que la politique atlantiste, même si elle n'est pas aussi vulgaire et grossière que celle de Rome, n'est pas favorable à Madrid dans ses relations avec l'Amérique latine. A travers les pays latino-américains, l'Espagne a immédiatement saisi le changement de climat dans la politique internationale dû au sommet de Moscou qui se tenait les mêmes jours. Immédiatement après la visite de Sanchez, le président français Emmanuel Macron a frappé à la porte de la Cité interdite, lui aussi en quête de compréhension et de bénédiction de la part du "céleste" Xi, à la fois pour être un dirigeant à la recherche constante d'un "centre de gravité permanent", comme l'aurait dit Franco Battiato, ayant changé d'avis et de position sur la guerre en Ukraine à plusieurs reprises, et pour être mal-aimé dans son pays, pour ne pas dire plus, à la suite du coup d'État contre le Parlement lors de l'approbation récente de la réforme des retraites. Manifestement foudroyé sur le chemin de Pékin, Macron de retour de Chine déclare : "Les Européens ne doivent pas être les vassaux des Etats-Unis, nous devons éviter de nous impliquer dans les crises des autres" ....

L'Europe doit réduire sa dépendance vis-à-vis des Etats-Unis et éviter d'être entraînée dans un conflit entre la Chine et les Etats-Unis sur Taiwan: le président français Emmanuel Macron, dans une interview accordée à politico.eu et à deux journalistes transalpins dans l'avion qui le ramenait d'une visite d'État de trois jours en Chine, a souligné sa théorie de l'"autonomie stratégique" pour l'Europe, vraisemblablement dirigée par la France, afin de devenir une "troisième superpuissance". "Si les tensions entre les deux superpuissances s'exacerbent, nous n'aurons ni le temps ni les moyens de financer notre autonomie stratégique et nous deviendrons des vassaux", tels sont les mots du président français, nous apprend le Fatto Quotidiano du 10 avril ; on attend le prochain changement de sa position. Mais même les atlantistes purs et durs se sont rendus au palais du "céleste" Xi, ne serait-ce que pour réaffirmer leur loyauté absolue et aveugle à Washington. C'est ce qu'a fait la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, qui était en compagnie de Macron sans que personne ne le remarque, comme le rapporte Italia Oggi le 12 avril 2023 : "Une UE que Macron aime : Ursula humiliée à Pékin par le protocole, contredite par Xi Jinping et contrainte de rentrer en avion de ligne... Alors que Macron, à son arrivée, a été accueilli avec tous les honneurs par Xi Jinping lui-même, Ursula a été reçue par le ministre de l'Environnement de Pékin, qui n'est pas son pair". De plus, alors que Macron a rencontré plusieurs fois Xi Jinping, allant même jusqu'à avoir une conversation de quatre heures en tête-à-tête avec lui, en présence des seuls interprètes, Ursula von der Leyen n'a participé qu'à l'entretien à trois, adoptant une position sur Taïwan à laquelle Xi s'est opposé et que Macron n'a pas entièrement partagée. Le fossé entre les deux représentants européens est devenu flagrant lors du voyage de retour: Ursula a pris un vol régulier, tandis que Macron a voyagé à bord du Cotam Unité, l'Air Force One français, où il a donné une interview à trois journalistes sur la nécessité d'une autonomie stratégique de l'UE dans un contexte anti-américain, ce qui a évidemment été très bien accueilli par la Chine". D'autre part, entendre von der Leyen répéter comme un perroquet la position du dominus américain sur Taïwan était évidemment irritant pour Xi Jinping et embarrassant pour le versatile Macron. Lorsque l'on évoque le fanatisme idéologique qui imprègne La fin de l'histoire et le dernier homme, qui caractérise aujourd'hui les bourgeoisies occidentales de plus en plus effrayées, enragées et despotiques, on se réfère également à la visite ultérieure de la ministre allemande des affaires étrangères, Annalena Baerbock, le 14 avril. Si l'importance politique de la visite de Mme Baerbock n'a pas été mentionnée, il convient de souligner son extrémisme inquiétant, tel qu'il a été rapporté par les médias suivants, tous en date du 14 avril; entre autres: "Dites à la Russie d'arrêter la guerre.... C'est une bonne chose que la Chine ait exprimé son engagement en faveur d'une solution, mais je dois dire franchement que je me demande pourquoi la position chinoise n'inclut pas jusqu'à présent un appel à la Russie, l'agresseur, pour qu'elle mette fin à la guerre" (Euronews); ou "Baerbock à Pékin évoque le "scénario d'horreur" si la Chine attaque Taiwan" (Le Formiche); enfin "J'ai expliqué à mon homologue, lors de nos discussions bilatérales, que nous sommes préoccupés de voir que les espaces de liberté de la société civile en Chine continuent de se rétrécir et que les droits de l'homme sont en train de diminuer" (Il Sole 24 Ore). Bref, un chapelet d'insultes, d'injonctions et de remarques désagréables, au point d'obliger le ministre chinois des affaires étrangères, compatissant, à réprimander son collègue: "Ce dont nous n'avons absolument pas besoin, ce sont les petits maîtres de l'Occident" (La Repubblica). En guise de coda au spectacle du leader des Verts allemands, il convient de noter que la dangereuse soudure entre Neocon et Radical Chic, dont Baerbock est un illustre représentant, sur les principes dictés par Francis Fukuyama est également en cours en Allemagne.

dollar_yuan.jpg

La quatrième phase : la fuite du dollar et le problème du "casus belli"

Le journaliste Pepe Escobar, dans l'Anti Diplomatico du 13 avril, nous parle du dernier livre publié par l'économiste américain Michael Hudson, The Collapse of Antiquity, dans lequel il analyse le rôle de la dette dans le déclin des grandes civilisations grecques et romaines de l'Antiquité. Manifestement inspiré par son nouveau livre, Hudson explique de manière succincte mais significative la situation actuelle de la politique internationale : "L'Amérique a effectué une révolution de couleur au sommet, en Allemagne, aux Pays-Bas, en Angleterre et en France, essentiellement, où la politique étrangère de l'Europe ne représente pas leurs intérêts économiques (...) L'Amérique a simplement dit : "Nous sommes déterminés à soutenir une guerre d'agression : - Nous sommes déterminés à soutenir une guerre de (ce qu'ils appellent) la démocratie (par laquelle ils entendent l'oligarchie, y compris le nazisme de l'Ukraine) contre l'autocratie (...) L'autocratie est tout pays suffisamment fort pour empêcher l'émergence d'une oligarchie de créanciers, comme la Chine a empêché l'oligarchie de créanciers". Hudson soulève la question du rôle de la dette comme cause, indépendamment de la volonté des classes dirigeantes américaines et européennes, du retrait inévitable du dollar de son rôle de monnaie de réserve mondiale. Mais ce n'est pas seulement la question de la dette hors de contrôle qui sape le rôle du billet vert; au moins deux autres facteurs liés au conflit en Ukraine ont contribué à cet affaiblissement. Dans son article intitulé "Explication des sanctions de l'UE contre la Russie", le site web du Conseil européen explique avec une certaine prosopopée que "l'Union européenne a interdit toutes les transactions avec la Banque centrale nationale russe liées à la gestion de ses réserves et de ses actifs". Suite au gel des avoirs de la Banque centrale, celle-ci ne peut plus accéder aux avoirs détenus par les banques centrales et les institutions privées de l'UE. En décembre 2022, l'UE a ajouté la Banque russe de développement régional à la liste des entités détenues ou contrôlées par l'État russe qui font l'objet d'une interdiction totale de transactions. En février 2022, les réserves internationales de la Russie s'élevaient à 643 milliards de dollars (579 milliards d'euros)... En raison de l'interdiction des transactions en provenance de l'UE et d'autres pays, on estime que plus de la moitié des réserves de la Russie sont gelées. L'interdiction a également été imposée par d'autres pays (tels que les États-Unis, le Canada et le Royaume-Uni) qui détiennent également une partie des réserves de change de la Russie". Le Conseil européen nous informe, comme s'il s'agissait d'une évidence, que l'UE a saisi à elle seule quelque 320 milliards de dollars de biens de la Banque centrale russe, et qu'elle l'a fait pour se conformer à des normes de justice qu'elle s'est elle-même imposées, également inspirées par La fin de l'histoire. L'UE n'a toutefois pas tenu compte du fait que cette décision a également été évaluée avec soin, et certainement pas de manière positive, par d'autres acteurs financiers majeurs tels que la Chine et les États du golfe Persique. Si les démocraties libérales décident, du jour au lendemain, que Pékin ou Riyad ou même Téhéran ont dépassé une certaine limite décrétée motu proprio et sans aucune contradiction en termes de respect des droits de l'homme ou des droits civils (mais Israël n'est jamais remis en question), il est alors possible d'appliquer des sanctions en gelant et même en confisquant les dépôts et les investissements des institutions financières publiques et privées de ces pays dans le système bancaire occidental. Dans le cas russe en question, il s'agissait donc pour les pays occidentaux de geler en raison des sanctions liées au conflit ukrainien; pour les propriétaires légitimes des capitaux, il s'agissait simplement de donner à l'opération son nom exact: le vol de plus de 320 milliards de dollars. Les dépôts de capitaux importants et les investissements étant basés sur la confiance, il est difficile de croire que le "spectacle" offert par l'UE et les banques européennes ait été ignoré par les grands investisseurs susmentionnés, et pas seulement eux; il est également difficile de croire que nombre d'entre eux n'aient pas pris la peine de commencer à réclamer leur argent avant qu'un quelconque Baerbock ne décide que Pékin est le nouvel empire du mal et qu'il est juste de voler, pardon de geler, leurs fonds déposés en Allemagne, dans l'Union européenne ou en Suisse. Résultat de la stratégie de Bruxelles ? La Stampa du 9 février 2023 titrera: "Credit Suisse, perte de plus de 7 milliards en 2022", ou "Ubs achète Credit Suisse: 3 milliards de renflouement. Des obligations pour 16 milliards anéanties. Accord conclu pour le sauvetage: sur la table également 100 milliards de liquidités extraordinaires et des garanties gouvernementales sur les poursuites et les pertes en capital", Il Sole 24 Ore du 19 mars 2023; ou encore : "Crise bancaire, même la Deutsche Bank tremble. L'effet domino va-t-il s'abattre sur les marchés ?", Valeurs du 24 mars. Nous nous limitons au système bancaire européen, regardons maintenant à l'étranger. Il Sussidiario.net du 17 avril titre "L'hégémonie mondiale du dollar en danger". Yellen: "La faute aux sanctions imposées". La domination mondiale du dollar pourrait être menacée, comme l'a fait savoir hier Janet Yellen, secrétaire au Trésor américain. La faute en incombe aux nombreuses sanctions imposées par l'Occident à la Russie au cours de l'année écoulée, depuis le début du conflit, ainsi qu'à d'autres pays tels que la Chine, la Corée du Nord et l'Iran. Au micro de la chaîne américaine CNN, Yellen a avoué: "Il y a un risque, lorsque nous utilisons des sanctions financières liées au rôle du dollar, qu'avec le temps elles puissent saper l'hégémonie du dollar... Bien sûr, cela crée un désir de la part de la Chine, de la Russie, de l'Iran de trouver une alternative". Résultat de la stratégie de Washington? "Xi-Poutine, après la rencontre de Moscou, l'hypothèse de la monnaie yuan pour l'Afrique prend forme" (Milano Finanza du 22 mars); ou encore : "Lula s'envole vers Xi Jinping : le projet de remplacer le dollar par la monnaie chinoise. Le leader de Pékin accueille cordialement le président brésilien: les accords commerciaux et la crise en Ukraine sont à l'ordre du jour. Mais aussi le projet de sortir de la "dépendance" au dollar avec la Novo Banco de Desenvolvimento, la banque des Brics, dirigée par Dilma Rousseff". Enfin, plus sensationnel encore: "L'Arabie saoudite et la Chine étudient comment utiliser le yuan dans les ventes de pétrole. Cette nouvelle aurait des conséquences majeures pour le monde pétrolier, qui a toujours utilisé la devise américaine comme monnaie officielle. Il s'agirait de l'alliance du plus grand importateur de pétrole, la Chine, avec le plus grand exportateur, l'Arabie saoudite, avec pour conséquence le passage du pétrodollar au pétroyuan". Il n'a pas du tout cité les gros titres, mais c'est le véritable "casus belli" que les États-Unis ont contre la Russie, la Chine, le Brésil et l'Arabie saoudite. Un processus s'est enclenché par lequel le dollar, pur papier accepté uniquement parce qu'il est sponsorisé par l'armée américaine, est progressivement rejeté au profit d'autres monnaies. La stratégie américaine en 2022, qui se poursuit encore aujourd'hui, était de décharger ses tensions inflationnistes sur la zone euro sous prétexte de sanctions contre la Russie, mais l'an dernier, les intentions de ces grands acteurs internationaux de ne plus utiliser le dollar n'étaient pas encore aussi explicites. Cette année, elles le sont devenues et peuvent conduire à cette explosion inflationniste du billet vert, potentiellement bien plus dévastatrice que la crise du Papier Mark de 1923. Les Etats-Unis se trouvent donc à un carrefour fatal: accepter le risque que tôt ou tard, et tout d'un coup, le dollar se dissolve dans une crise inflationniste, entraînant l'économie et la société américaines dans l'abîme; ou finalement atteindre l'objectif de déclencher un conflit étendu et significatif, peut-être une troisième guerre mondiale, sans en payer l'addition mais seulement en récolter les bénéfices, comme cela s'est produit dans les deux conflits du 20ème siècle. La première option présente un terrible danger, la seconde est un vœu pieux et la Maison Blanche est réellement confrontée à ce dilemme. Cependant, il est possible de discerner la stratégie que le cabinet Biden souhaite adopter dans les mois à venir, et la poursuite de la guerre en Ukraine y jouera un rôle important. Les Ukrainiens à enrôler et à envoyer à l'abattoir commencent à manquer: Avvenire du 25 mars, qui n'est pas tendre avec les Russes, doit admettre: "Même Kiev doit compter avec les militaires qui, à partir de l'automne, risquent de commencer à manquer. Pour y remédier, des garçons de 17 ans sont déjà recrutés, appelés dans des camps d'entraînement en vue d'être déployés sur le champ de bataille après leur majorité. Pour de nombreuses familles, c'est une véritable tragédie. Et à Odessa, comme dans d'autres villes, la police militaire a souvent été vue en action pour convaincre, par la ruse, ceux qui ne veulent pas aller au combat et en revenir handicapés ou dans un cercueil. Sur certains marchés, jusqu'au mois dernier, on vendait des plâtres de jambe pour prétendre être temporairement inapte à l'entraînement et éviter l'enrôlement". Sur la table du bureau ovale, on discute probablement d'une nouvelle stratégie selon laquelle les forces armées européennes seraient déployées, mais pas au sein de l'OTAN, afin de ne pas impliquer les États-Unis, par le biais d'accords bilatéraux, par exemple, entre Kiev et des capitales individuelles telles que Varsovie, Sofia, Bucarest. Ces pays enverraient des soldats réguliers déguisés en milices volontaires, ce qui exempterait l'OTAN de toute implication, du moins dans un premier temps. Toutefois, il n'est pas exclu que quelques pays d'Europe de l'Ouest viennent grossir le conflit tout en maintenant le délicat accord de non-implication de l'Alliance atlantique. Il faudrait cependant choisir un pays qui se prête à d'énormes risques pour la sécurité nationale. En l'état actuel des connaissances, il existe deux suspects, dont les gouvernements sont absolument soumis aux souhaits de la Maison Blanche et qui ont déjà tenté de faire la guerre à la Russie pendant la Seconde Guerre mondiale. Personnellement, je doute qu'après le choc de deux défaites militaires au 20ème siècle, les Allemands soient prêts à se sacrifier pour les États-Unis, mais le gouvernement d'Olaf Scholz serait tout à fait disposé à le faire avec enthousiasme. En revanche, j'ai moins de doutes quant à l'implication du pays le plus influencé politiquement par Washington, à parts égales entre le chef du gouvernement et celui de l'opposition, et le fait qu'il s'agisse de femmes n'a aucune importance. Il s'agit du pays dont l'état de décadence l'expose à toute aventure de la part de tiers, un pays dont la Constitution a été suspendue de facto, et toujours ignorée : l'Italie. Fantaisie politique ? Espérons-le. Pour les États-Unis, en revanche, la question est sur la table : le casus belli est déjà là, la nécessité d'une guerre prolongée, y compris nucléaire. Le problème est de savoir comment mettre en œuvre cette stratégie en limitant le plus possible leur implication, et c'est à mon avis le thème fondamental de cette année, car le temps joue contre les Américains, la fuite du dollar a déjà commencé, et la conséquence inévitable est la dissolution du dollar à cause de l'hyperinflation.

jeudi, 04 mai 2023

L'Annus Horribilis des pays du G7

d933a6084c131406e8df34474c71e0d7.jpg

L'Annus Horribilis des pays du G7

par Guido Salerno Aletta

Source: https://www.sinistrainrete.info/articoli-brevi/25413-guido-salerno-aletta-l-annus-horribilis-per-i-paesi-del-g7.html

Annus Horribilis, telle fut l'année 2022 pour les pays du G7 : la violente hausse des prix à l'importation, amorcée à la fin du printemps 2020 et qui a culminé entre août et septembre dernier, a contribué à faire voler en éclats les comptes déjà précaires du commerce extérieur : ils sont tous passés dans le rouge, à la seule exception de l'Allemagne, qui a pourtant enregistré son pire excédent commercial depuis 2000, profitant une fois de plus de l'extraordinaire faiblesse de l'euro par rapport aux fondamentaux de son économie.

Entre 2021 et 2022, le déficit commercial des biens et services des États-Unis s'est aggravé de 101 milliards de dollars, passant de 1090 milliards de dollars à 1191 milliards de dollars, malgré le fait que les exportations américaines de produits énergétiques aient augmenté de 152 milliards de dollars, passant de 264 milliards de dollars à 416 milliards de dollars (+57%). Le déficit du Canada est passé de 64 à 93 milliards de dollars, celui de la Grande-Bretagne de 85 à 108 milliards de livres sterling et celui de la France s'est effondré de 31 à 88 milliards d'euros. L'Italie s'est également effondrée, passant d'un excédent de 41 milliards à un déficit de 30 milliards, tandis que le déficit du Japon a plus que doublé, passant de 1783 milliards à 19.966 milliards de yens. L'Allemagne a réduit de moitié son excédent, structurel depuis 2000, passant de 199 à 81 milliards d'euros.

Le déficit commercial le plus important de l'année 2022 s'explique également par la faiblesse des monnaies nationales par rapport au dollar, monnaie dans laquelle sont généralement déterminés les prix des biens sur les marchés internationaux et réglées les transactions. Il y a tout lieu d'espérer que le phénomène inflationniste des prix à l'importation s'atténue: en Allemagne, l'indice (2015=100), qui était passé de 95,2 en avril 2020 à 141,1 en août dernier, était déjà retombé à 132,2 en février dernier. Cette tendance positive a également profité à l'Italie, qui a vu sa balance commerciale redevenir excédentaire de 2,1 milliards d'euros sur le mois: les prix à l'importation ont diminué de 1,7 % par rapport à janvier et n'ont augmenté que de 1,3 % par rapport à l'année précédente. Mais l'Allemagne et l'Italie sont des exceptions au sein du G7: ce sont les deux seuls pays qui ont adopté une discipline mercantiliste stricte de compression des salaires.

Si les États-Unis peuvent encore s'accommoder d'un déficit structurel du commerce extérieur, qui plus est croissant, c'est uniquement parce qu'ils disposent de la position d'"acheteur en dernier ressort": ils constituent le plus grand marché d'exportation de produits manufacturés au monde. Pour tous les autres, ce n'est pas le cas: le Canada est dans le rouge depuis 2008, la Grande-Bretagne depuis 2013 et la France depuis 2014. Le Japon, après avoir surmonté la phase de crise du quinquennat 2012-2016 avec les Abenomics, enregistre un solde extérieur mensuel négatif ininterrompu depuis juillet 2021: la faiblesse manifeste du yen, dans un contexte international de taux d'intérêt très élevés, s'est ajoutée à une hausse des prix internationaux qui apparaît en fait structurelle.

Non seulement le coût plus élevé de l'énergie produite à partir de sources alternatives aux énergies fossiles, en raison des lourds investissements nécessaires, pénalise particulièrement les pays comme ceux d'Europe engagés dans la décarbonisation de la production, mais il s'y ajoute une asymétrie dans la concurrence commerciale internationale: la Chine et l'Inde notamment, mais aussi de nombreux autres pays récemment industrialisés qui n'ont pas adhéré aux sanctions contre la Russie, bénéficient d'approvisionnements énergétiques en provenance de la Russie à des conditions particulièrement favorables. Un déséquilibre qui ne semble pas pouvoir être corrigé à court terme.

Pour l'Occident, les trois facteurs qui ont conduit à une faible inflation structurelle dans les deux premières décennies du siècle semblent avoir disparu: la baisse du coût du travail en Chine et dans les pays ex-communistes d'Europe, l'abondance et le caractère bon marché des livraisons de gaz russe à l'Europe aujourd'hui interrompues, et des politiques budgétaires orientées vers l'équilibre et donc non inflationnistes. Si les politiques monétaires extraordinairement accommodantes en termes de taux d'intérêt ont certainement milité en faveur de la baisse des coûts pour les producteurs endettés, les injections de liquidités ont maintenu les prix des actifs cotés à un niveau élevé, créant sans doute les bulles spéculatives sur les marchés à terme de matières premières qui ont conduit à la poussée inflationniste qui a débuté à la fin du printemps 2020.

9b669185d54526ad511fe82c4381eb9d.jpg

La question énergétique redevient fondamentale : l'attitude très restrictive de l'OPEP+, qui a récemment encore réduit la production de pétrole, même face au ralentissement de la demande mondiale, afin de maintenir inchangé le revenu global de ses membres, rappelle les conséquences systémiques de la crise pétrolière de 1973, qui a marqué un changement profond et irréversible du rapport de force entre pays producteurs et transformateurs de pétrole, avec l'abandon des productions industrielles énergivores et la désindustrialisation. Cette fois encore, l'Europe s'en sort avec des os brisés, car l'Amérique a eu pendant des décennies une production industrielle absolument négligeable et vend du GNL à l'Europe, comme à d'autres producteurs, à un prix qui ne peut qu'être beaucoup plus élevé que celui des livraisons russes antérieures.

Ce n'est pas une question de prestige : importer plus que l'on exporte, consommer plus que l'on produit, c'est s'endetter.

Les États-Unis sont déjà le plus grand débiteur du reste du monde, avec une position financière internationale nette négative de 16.117 milliards de dollars. La Grande-Bretagne et la France sont également endettées, respectivement à hauteur de 151 milliards de livres et de 602 milliards d'euros. Les actifs du Canada et du Japon, respectivement 615 et 3185 milliards de dollars, ajoutés à ceux de l'Allemagne et de l'Italie, respectivement 2750 et 74 milliards d'euros, ne suffisent pas à équilibrer les comptes.

Imprimer de l'argent ne suffit pas : ceux qui veulent payer avec une monnaie dévaluée doivent accepter des prix de plus en plus élevés.

La dégradation de la balance commerciale des pays du G7 en 2022 s'explique par les pénuries structurelles insurmontables de matières premières, de pétrole et de gaz, aggravées par le conflit géopolitique avec la Russie et la Chine : la perspective la plus effrayante n'est pas seulement l'appauvrissement, mais aussi l'isolement et l'implosion.

mardi, 02 mai 2023

Les conséquences à court et à long terme de la guerre en Ukraine

imsoldukrruage.jpg

Les conséquences à court et à long terme de la guerre en Ukraine

par Domenico Moro

Source: https://www.sinistrainrete.info/geopolitica/25419-domenico-moro-le-conseguenze-di-breve-e-lungo-periodo-della-guerra.html

Conséquences de la guerre. Pour comprendre les conséquences à court et à long terme de la guerre en Ukraine sur l'économie mondiale, il faut partir des processus qui modifient les actifs et les relations de pouvoir entre les zones économiques et les États. En particulier, les processus impliquant le groupe Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud), qui représente la semi-périphérie émergente du système économique mondial, et le G7 (États-Unis, Japon, Allemagne, Royaume-Uni, France, Italie et Canada), qui représente le centre riche et dominant, doivent être étudiés.

1. Les conséquences de la guerre sur l'économie mondiale

La guerre est un accélérateur de processus qui ont souvent une origine plus lointaine et qui ne deviennent explicites et pleinement visibles qu'aujourd'hui, après une incubation plus ou moins longue. Les processus économiques mondiaux en cours les plus importants sont les suivants :

L'inflation. La hausse de l'inflation a commencé en 2021, avant la guerre en Ukraine, et a été alimentée par plusieurs facteurs : les énormes liquidités émises par les banques centrales des pays du G7 pour lutter contre la crise et les goulets d'étranglement dans les chaînes d'approvisionnement en composants et en produits semi-finis dus à la pandémie. Lorsque les blocages ont pris fin et que la demande a repris, la production n'a pas été suffisante pour y répondre, d'où la hausse des prix. Si la guerre n'est pas à l'origine de l'inflation, il est cependant vrai qu'elle l'a accentuée. En effet, la guerre entre la Russie et l'Occident se joue aussi sur le plan économique, à travers les sanctions. Celles-ci ont conduit à l'arrêt des livraisons de matières premières énergétiques de la Russie vers l'Europe, ce qui a entraîné une augmentation des prix du pétrole et du gaz et une hausse de l'inflation, en particulier dans l'UE, à des niveaux jamais atteints depuis les années 1980.

26DC-Summers-01-mediumSquareAt3X.jpg

29429895.jpg

Stagnation permanente (secular stagnation). Le terme de "stagnation séculaire", introduit par Laurence Summers (photo), ancien ministre de l'économie de Clinton, fait référence au fait que le système économique mondial est entré, depuis la crise des subprimes de 2007-2008, dans une phase de croissance asphyctique, inférieure à son potentiel, en particulier dans les pays avancés du G7. La guerre a rendu la croissance mondiale encore plus faible, en raison des sanctions, de la fragmentation du marché mondial qui en a résulté et surtout de l'augmentation des taux d'intérêt par les principales banques centrales du monde, la Fed américaine et la BCE, qui a pénalisé l'investissement. L'augmentation du coût de l'argent a été motivée non seulement par une tentative déclarée d'éteindre la poussée inflationniste, mais aussi et surtout par la tentative de la Fed de réévaluer le dollar par rapport à l'euro et à d'autres monnaies mondiales. Le Fonds monétaire international prévoit pour 2023 une croissance du PIB mondial de 2,8 %, soit le chiffre le plus bas depuis 1990. Mais la croissance pourrait, en cas de nouveau resserrement monétaire, chuter encore davantage, à 2,5 %, affectant principalement les pays du G7 [i]. De plus, la stagnation, combinée à l'inflation, donne lieu au phénomène de stagflation.

La démondialisation. La guerre, également en ce qui concerne les processus de démondialisation, a accentué une tendance préexistante, datant de la présidence Trump, qui a commencé à introduire des mesures protectionnistes. La présidence Biden a poursuivi dans la même direction, avec une série de mesures visant à raccourcir les chaînes de valeur mondiales et à encourager le rapatriement des productions les plus stratégiques, comme le prévoit également la loi sur la réduction de l'inflation (Ira), qui alloue plus de 750 milliards de dollars aux entreprises produisant aux États-Unis. Par exemple, les fabricants de voitures électriques bénéficieront de subventions, mais uniquement pour les voitures produites aux États-Unis, pénalisant ainsi surtout les importations en provenance de l'UE, déjà touchées par la hausse des coûts de production due à l'augmentation des matières premières énergétiques. La guerre a accéléré la fragmentation du marché mondial. En effet, les sanctions divisent le marché mondial en deux blocs autour des États-Unis et de la Chine. Par exemple, les constructeurs automobiles européens, qui se sont retirés de Russie, ont été remplacés par les constructeurs automobiles chinois, qui ont atteint 30 % du marché, soit plus de trois fois leur part au début de 2022 [ii].

GedddttyImages-1215025987.jpg

La dédollarisation. Le dollar est la monnaie mondiale, utilisée comme réserve par les banques centrales et comme monnaie de commerce international. Le dollar doit cette position au fait que les matières premières les plus importantes, comme le pétrole, sont échangées en dollars. Grâce au dollar, les États-Unis peuvent financer leur énorme double déficit, le déficit commercial et le déficit public, et drainer les financements internationaux vers leur propre économie. Cependant, depuis quelques années, le dollar perd sa position : la part des réserves mondiales en dollars est passée de 71 % en 1999 à 59 % en 2021 [iii]. Le phénomène de substitution du dollar par d'autres monnaies est appelé dédollarisation. La guerre a accentué le processus de dédollarisation car la Russie a réorienté ses exportations de matières premières énergétiques de l'UE vers les pays asiatiques, principalement la Chine et l'Inde. Plus important encore, les échanges de pétrole et de gaz russes dans ces nouvelles régions se font dans des monnaies autres que le dollar, telles que le rouble russe, le yuan renmimbi chinois et la roupie indienne. D'autres matières premières sont également échangées par la Russie dans des monnaies autres que le dollar. En particulier, l'importance du yuan renmimbi en tant que monnaie internationale d'échange et de réserve ne cesse de croître. Ainsi, l'Argentine et le Brésil ont récemment acquis des réserves considérables en yuans afin de se couvrir contre les fluctuations du dollar.

Une véritable décolonisation. Depuis les années 1950, de nombreux pays du tiers monde se sont émancipés de leur condition de colonies dépendantes des métropoles impérialistes, en particulier de l'Europe. Cependant, la décolonisation est restée au stade formel, les anciennes colonies continuant à dépendre économiquement, peut-être encore plus, des pays européens et des États-Unis. Aujourd'hui, une véritable décolonisation se dessine, qui consiste en une indépendance économique, favorisée par l'activisme commercial, financier et infrastructurel de la Russie et surtout de la Chine, en particulier sur le continent africain. À cet égard, les propos du ministre ougandais Sam Kutesa à propos des Chinois sont significatifs : "Ils ont participé aux luttes de libération africaines, aux guerres anticoloniales et maintenant ils nous aident dans notre émancipation économique"[iv] La véritable décolonisation est accélérée par la guerre et est étroitement liée à la dédollarisation. Le processus est visible dans les anciennes colonies françaises d'Afrique, qui adoptent le franc CFA, garanti par le Trésor français et permettant à la puissance européenne de drainer les ressources et les richesses de l'Afrique. Le 21 décembre 2019, cependant, les anciennes colonies françaises ont accepté d'introduire à la place du franc CFA leur propre monnaie, l'ECO, qui devrait être rattachée au yuan renmimbi. Par ailleurs, plusieurs pays africains, comme le Burkina Faso, ont demandé à la France de retirer ses troupes qui, sous prétexte de lutter contre le djihadisme, avaient été déployées dans les anciennes colonies.

army-60665_1280.jpg

2. Les conséquences de la guerre pour les États-Unis et l'UE

Il est particulièrement intéressant de vérifier les conséquences économiques de la guerre en termes d'avantages et de désavantages pour les États-Unis et l'UE. Les États-Unis en retirent des avantages majeurs à court terme et des inconvénients majeurs possibles à moyen et surtout à long terme. Les avantages sont les suivants :

Augmentation des dépenses militaires et des bénéfices du complexe militaro-industriel. Les États-Unis contribuent très largement à la fourniture d'armes et de munitions à l'Ukraine. Sur les 50 milliards d'armes qui ont atteint l'Ukraine à ce jour, 30 milliards ont été fournis par les États-Unis. Le stock d'armes et de munitions des États-Unis s'est considérablement réduit, ce qui compromet la doctrine militaire américaine qui consiste à pouvoir mener deux conflits militaires simultanément. Il est donc nécessaire de reconstituer les réserves en augmentant la production du complexe militaro-industriel. Par exemple, la production d'obus d'artillerie a augmenté de 500%. Il faut également rappeler que le complexe militaro-industriel, c'est-à-dire l'intégration de l'industrie de la guerre et des forces armées, est un centre de pouvoir clé aux États-Unis, qui influence grandement la politique. Dès 1961, le président Eisenhower a mis en garde contre les dangers que représentait pour la démocratie américaine l'intégration de l'industrie de la guerre, des forces armées et du pouvoir politique. Le complexe militaro-industriel repose également sur le fait que le budget militaire américain est de loin le plus important au monde, dépassant le budget cumulé des dix premiers pays de la planète. La guerre en Ukraine a entraîné une nouvelle augmentation du budget militaire américain, qui atteindra 858 milliards de dollars en 2023, soit 10 % de plus qu'en 2022. La guerre en Ukraine a donc profité aux entreprises de guerre américaines, qui ont vu leurs cours boursiers augmenter souvent de plus de 10 %. Enfin, il ne faut pas oublier que l'industrie militaire est un moteur pour l'ensemble de l'économie américaine, compte tenu de son poids et du niveau de recherche technologique qu'elle exprime.

Augmentation des exportations et des prix du pétrole et du gaz. Les sanctions contre la Russie et l'interruption consécutive des livraisons de pétrole et de gaz à l'Europe ont profité aux États-Unis, qui ont bénéficié à la fois d'une augmentation de leurs exportations vers l'UE et d'une hausse des prix internationaux. L'Europe est devenue le premier marché d'exportation des États-Unis pour le pétrole et le gaz. L'essor de l'industrie extractive américaine a été tel que les États-Unis sont devenus le premier producteur mondial de pétrole brut, dépassant la Russie et l'Arabie saoudite.

L'appréciation du dollar et l'orientation des flux financiers de la Chine et du reste du monde vers les États-Unis. L'appréciation du dollar, due à la hausse des taux d'intérêt de la Fed, a entraîné une augmentation des flux financiers mondiaux vers les États-Unis. Les investisseurs, en particulier, se détournent des obligations d'État chinoises et d'autres pays pour se tourner vers les États-Unis.

worst-crisis-since-the-second-world-war-8.jpg

Séparation de la Russie de l'Allemagne et de l'UE. Avec la guerre en Ukraine, les États-Unis ont obtenu un avantage géostratégique majeur en séparant l'Allemagne et l'UE de la Russie, qui entretenaient auparavant des relations étroites basées sur l'échange de matières premières contre des produits manufacturés. En outre, l'OTAN, qui se trouvait avant la guerre dans une situation de "mort cérébrale", comme l'a dit le président français Macron, s'est aujourd'hui recomposée et a retrouvé un nouveau souffle à la suite du conflit ukrainien.

Outre ces avantages à court terme, il existe deux inconvénients importants à long terme pour les États-Unis, qui sont les suivants :

La dédollarisation. Comme nous l'avons vu plus haut, le plus grand danger de la guerre pour les Etats-Unis réside dans le remplacement du dollar par d'autres monnaies dans le commerce des matières premières clés, à commencer par le pétrole. De cette manière, le dollar risquerait de perdre sa position de monnaie mondiale, privant l'impérialisme américain d'un pilier essentiel qui lui permet d'exercer sa domination mondiale.

La construction d'un front international des pays du Sud. La guerre a accéléré la formation d'un front du Sud, désaligné, voire opposé à l'Occident. Cela est visible à l'ONU dans les votes sur les motions condamnant la Russie. Lors du dernier vote en février 2023, 32 pays se sont abstenus et 7 ont voté contre. Il s'agit apparemment d'une minorité d'États, alors qu'en termes de population, ces pays représentent plus de la moitié de la population mondiale, y compris des géants démographiques comme la Chine, l'Inde, le Pakistan, le Bangladesh, l'Éthiopie, le Viêt Nam, etc. Le désalignement de l'Occident est particulièrement visible en Afrique, où 17 pays se sont abstenus, 8 pays n'ont pas participé au vote et l'Érythrée a voté contre. La création d'un front mondial du Sud, mené par la Chine, remet en cause la capacité hégémonique des États-Unis.

5a81a699-7a34-4euseu.jpeg

En ce qui concerne l'UE, la guerre n'a pas d'avantages mais seulement des inconvénients, qui sont les suivants :

Augmentation de l'inflation, diminution de la compétitivité internationale et détérioration de la balance commerciale. L'UE a été particulièrement touchée par l'inflation (+10,6% le pic d'octobre 2022 et +9,2% le chiffre annuel pour 2022[v]), qui a également été causée par la disparition des approvisionnements en matières premières énergétiques russes, sur le prix bon marché desquelles de nombreux pays européens avaient bâti leur fortune à l'exportation. Ainsi, la disparition du pétrole et surtout du gaz russes et leur remplacement par le gaz liquéfié américain, beaucoup plus cher, a entraîné une augmentation des coûts de production de l'industrie manufacturière européenne, ce qui a réduit sa compétitivité. Surtout, les sanctions ont entraîné une très forte augmentation de la valeur des importations de biens énergétiques, ce qui a érodé les excédents commerciaux de l'Allemagne et de l'Italie, importants exportateurs de produits manufacturés et grands consommateurs de gaz russe. L'Allemagne a plus que divisé par deux son excédent commercial, qui est passé de 215 milliards USD en 2021 à 84 milliards USD en 2022[vi]. L'Italie, pour la première fois après 10 ans d'excédents commerciaux continus, a réalisé un déficit de 31 milliards d'euros en 2022, contre un excédent de 40,3 milliards d'euros en 2021. Le déficit italien dépend presque entièrement de la hausse des prix des importations d'énergie. En effet, le déficit énergétique a plus que doublé, passant de 48,3 milliards en 2021 à 111,3 milliards en 2022, tandis que l'excédent des produits non énergétiques n'a que légèrement diminué, passant de 88,7 milliards en 2021 à 80,3 milliards en 2022[vii].

Récession et difficultés liées à la dette. La priorité des banques centrales est actuellement de lutter contre l'inflation en augmentant les taux d'intérêt. La hausse des taux d'intérêt rend plus difficile l'octroi de prêts aux entreprises par les banques, ce qui entraîne une baisse des investissements et donc du PIB, dont la croissance en 2023, selon le Fonds monétaire international, serait de 0,8 % dans la zone euro, de 0,7 % en Italie et de -0,1 % en Allemagne[viii]. La baisse du taux de croissance du PIB augmente la part de la dette dans le PIB, tandis que la hausse du loyer de l'argent augmente également le montant des intérêts à payer par les Etats sur leur dette, rendant celle-ci plus difficilement soutenable.

Dévaluation de l'euro. La hausse des taux d'intérêt aux États-Unis entraîne une dévaluation de l'euro par rapport au dollar, ce qui réduit l'attrait des flux financiers internationaux et des investissements en Europe et dans la zone euro en particulier.

Dépendance stratégique à l'égard des États-Unis. La guerre et les sanctions qui en découlent ont créé une dépendance économique et politique accrue de l'UE et de la zone euro à l'égard des États-Unis, non seulement en termes d'approvisionnement en matières premières énergétiques, mais aussi d'un point de vue géopolitique stratégique.

main-qimg-6141c448a8d94ec40c073ad202db0524-lq.jpg

3. Conclusion : de l'unilatéralisme au multipolarisme

Selon Giovanni Arrighi, le développement historique du mode de production capitaliste est représenté par des cycles économiques séculaires dans lesquels une puissance hégémonique régule l'accumulation du capital [ix]. Chaque cycle se caractérise par deux phases : une phase d'expansion et une phase de décadence économique, au cours de laquelle le pouvoir de la puissance hégémonique s'affaiblit. Dans la phase de décadence, de nouvelles puissances économiques émergent pour défier l'hégémonie. C'est une phase de chaos qui débouche sur une confrontation militaire à l'issue de laquelle l'ancien hégémon est remplacé par un nouvel hégémon, autour duquel l'accumulation du capital reprend. Aujourd'hui, nous sommes entrés dans une phase où l'unipolarisme, c'est-à-dire la capacité des États-Unis à imposer leur volonté au monde, s'est affaibli et où de nouvelles puissances, comme la Chine, émergent. Cette dernière n'a toutefois pas l'intention (et n'est pas encore en mesure) de représenter une alternative globale aux États-Unis. Même le yuan n'est pas encore en mesure de remplacer le dollar.

Ce à quoi nous assistons, c'est au dépassement de l'unipolarité. À cet égard, les propos de Christine Lagarde, présidente de la BCE, sont intéressants : "Nous assistons à une fragmentation de l'économie mondiale en blocs concurrents [...] dirigés respectivement par les deux plus grandes économies du monde" [x] À vrai dire, à notre avis, nous n'en sommes qu'au début de la formation d'un bipolarisme, c'est-à-dire de deux blocs opposés, bien que la voie sur laquelle le monde est engagé puisse aller dans ce sens. Mais il y a aussi la possibilité de créer une situation basée sur l'existence de plusieurs pôles en même temps, c'est-à-dire un multipolarisme effectif, comme la Chine prétend vouloir le faire.

En tout état de cause, l'objectif de la guerre actuelle est la défense de l'hégémonie mondiale des États-Unis et de la capacité du dollar à fonctionner comme monnaie mondiale. À cet égard, pour les raisons susmentionnées, les États-Unis ont remporté une victoire tactique en renforçant l'OTAN et la puissance du dollar. Mais ces mêmes actions qui déterminent le succès à court terme créent les conditions d'un possible échec stratégique américain à long terme. La dédollarisation, la décolonisation réelle et la construction d'un Front du Sud mondial représentent les plus importantes de ces conditions.

Notes:

[i] Gianluca di Donfrancesco, “Fmi: crescita mondiale più debole dal 1990”, Il Sole24ore, 12 aprile 2023.
[ii] Diego Longhin, “Le mani della Cina sulle auto made in Russia”, Affari e Finanza – la Repubblica, 27 marzo 2023.
[iii] International Monetary Fund, The stealth erosion of dollar dominance, 24 march 2022. https://www.imf.org/en/Publications/WP/Issues/2022/03/24/...
[iv] Alessandra Colarizi, Africa rossa. Il modello cinese e il continente del futuro, L’asino d’oro edizioni, Roma 2022, pag.81.
[v] Eurostat, Flash estimate – February 2023. https://ec.europa.eu/eurostat/documents/2995521/16138299/...
[vi] Unctad, data centre.
[vii] Istat, Commercio con l’estero e prezzi all’import – dicembre 2022, 16 febbraio 2023. https://www.istat.it/it/archivio/281014
[viii] Gianluca di Donfrancesco, op.cit.
[ix] Giovanni Arrighi, Il lungo XX secolo. Denaro, potere e le origini del nostro tempo, il Saggiatore, Milano 2033.
[x] Isabella Bufacchi, “La frammentazione dell’economia fa aumentare i prezzi”, Il Sole 24 ore, 18 aprile 2023.

 

dimanche, 30 avril 2023

Du rêve américain à la dépression américaine

c456e444e0fd02cac2375b30f8ea3068.jpg

Du rêve américain à la dépression américaine

Emanuel Pietrobon

Source: https://it.insideover.com/societa/dallamerican-dream-allamerican-depression.html

Les mythes qui ont contribué à la naissance d'un culte mondial pour les États-Unis, le rêve américain et l'American way of life, sont en train de mourir. Le tueur est l'Amérique elle-même, dont le corpus de valeurs salubres a été remplacé par les dégénérescences du libéral-progressisme et dont le modèle capitaliste, jadis référence des nations et pôle d'attraction des migrants du monde entier, vit dans l'agonie de crises intermittentes.

Le rêve américain et l'American way of life se meurent et avec eux l'homo americanus, de plus en plus déprimé, malade et seul. Les drogues traditionnelles et numériques - pornographie et réseaux sociaux -, la malbouffe, les médicaments psychiatriques et les modes de vie autodestructeurs le tuent.

La classe dirigeante a connaissance et conscience de la Grande Dépression, emblématisée par les épidémies de suicides, la crise des opioïdes et les massacres généralisés, et sait que de la résolution de cet ensemble complexe de problèmes dépendent, plus que l'érosion du soft power, la sécurité et l'avenir des États-Unis. Car le risque est que, selon ce qui se murmure dans les couloirs menant aux salles de contrôle, l'Amérique arrive déjà vaincue au redde rationem avec la République populaire de Chine.

Aux origines de la Grande Dépression américaine

Le rêve américain est devenu un cauchemar. Une combinaison de facteurs matériels et immatériels a supplanté l'optimisme chrétien sur lequel s'est fondée l'Amérique, superpuissance huntingtonienne solitaire qui, enivrée par les vapeurs enivrantes du Moment Unipolaire, n'a pas écouté la parénèse (soit l'exhortation à la vertu) de Zbigniew Brzezinski sur les dangers émanant de l'avènement d'une société façonnée par des athéismes messianiques, des cornes d'abondance permissives, des hédonismes collectifs et des valeurs autodestructrices.

media_73562488.jpegAprès avoir vaincu le défi des utopies coercitives, avertissait déjà le clairvoyant Brzezinski en 1993 - année du prophétique The World Out of Control -, les Etats-Unis aborderont l'an 2000 avec un tableau clinique dégradé et le principal obstacle à leur hégémonie mondiale, plutôt que l'émergence inévitable de puissances révisionnistes, sera leur processus de décadence. Un processus marqué par une violence sans précédent, des massacres misanthropiques à la radicalisation des tensions interethniques, susceptible d'avoir des répercussions sur la capacité de gouvernance mondiale des États-Unis et sur leur soft power - car les peuples sont attirés par les empires émerveillés, pas par ceux qui sont en déclin civilisationnel.

La voix oraculaire de Brzezinski n'a pas été entendue, comme un cri dans le désert, mais l'histoire lui a rapidement donné raison. Six ans après le sinistre avertissement, en 1999, le massacre du lycée Columbine a ouvert la voie au siècle des massacres, tandis que les 3442 décès par overdose d'opioïdes ont marqué le début de l'épidémie d'opioïdes. Prodromes (ignorés) de la matérialisation du présage de Brzezinski.

Le mal-être est le plus grand ennemi de l'Amérique

Les Etats-Unis risquent d'en arriver au redde rationem avec la Russie et la Chine, respectivement désireuses de réécrire le final de la guerre froide et de se venger du siècle de l'humiliation, avec un jardin en flammes et une maison en ruines.

Le révisionnisme de l'axe Moscou-Pékin est le défi de l'époque pour le système international occidental-centré, mais c'est le malaise de l'homo americanus solitaire, en colère, malade et dépressif qui est l'épée de Damoclès suspendue au-dessus de la tête de l'Amérique. La crinière qui la tient est si mince, et qu'un mélange d'indifférence (des décideurs américains) et d'ingérence (des stratèges hybrides sino-russes) est en train d'amincir, qu'elle pourrait tomber d'un jour à l'autre.

Les Freddy Krueger qui peuplent le cauchemar américain, et qui répondent aux noms de dépression, troubles mentaux, obésité, toxicomanie et ultra-violence, conduisent la société américaine vers la liquéfaction. Un tableau assombri par les processus simultanés d'extrémisation des forces politiques et de radicalisation des minorités. Le spectre de l'auto-apocalypse trouble le sommeil de la Cité sur la Colline.

79aa59cff2c892295431a4a9e7da868a.jpg

Le Pentagone a un ennemi qui s'appelle la génération Z

Les forces armées peinent à atteindre les objectifs annuels de recrutement en raison de la méfiance et de l'inéligibilité. Le problème réside dans les attributs que l'on retrouve en moyenne chez les membres de la génération Z, qui sont fondamentalement réfractaires à l'attrait de l'uniforme ou, lorsqu'ils sont intéressés, largement incapables de passer les tests psychophysiques et d'aptitude.

En 2022, en raison du manque de réactivité et de la faible qualité des candidats, l'armée de terre n'a pas atteint l'objectif de 60.000 recrues et en a enrôlé environ 45.000, soit 25 % de moins que prévu. Des chiffres qui témoignent d'un "défi sans précédent", selon les termes des dirigeants militaires, et qui pèsent sur la durabilité de la compétition stratégique avec la Chine. La crédibilité militaire des États-Unis est érodée par la possession d'une armée numériquement réduite et qualitativement pauvre, puisqu'elle est composée de soldats et de militaires physiquement inaptes et intellectuellement médiocres.

Le Pentagone tente d'inverser la tendance par différents moyens : campagnes de sensibilisation sur l'utilité des forces armées, assouplissement des barrières à l'entrée, par exemple sur les tatouages, le poids - possibilité de dépasser le poids maximum autorisé jusqu'à 6% - et l'intelligence - abaissement de dix points du score minimum pour se qualifier au test de psycho-aptitude -, prolongations de contrats, rappels et augmentations des primes perceptibles.

La stratégie du Pentagone est une arme à double tranchant. Elle pourrait fonctionner quantitativement, c'est-à-dire augmenter le taux de recrutement, mais elle causerait des dommages qualitatifs, puisque les forces armées seraient composées principalement d'individus inadaptés. Il est vrai, en même temps, que le problème de la qualité ne peut être résolu par le Pentagone, car il nécessite une solution à multiples facettes au niveau du système - culturel, éducatif, sanitaire.

En l'absence d'une solution globale, qui s'attaque à la racine du problème, le dossier des forces armées est voué à devenir de plus en plus problématique. En raison de la baisse constante du quotient intellectuel, emblématisée par les 130 millions d'Américains ayant une faible capacité de lecture. En raison de la capillarisation de l'obésité, symbolisée par le quadruplement des personnes en surpoids: 13% de la population en 1960, 41,9% en 2020. Et à cause de la part croissante des jeunes inaptes, compte tenu des circonstances précédentes et d'autres - de l'antimilitarisme aux troubles dépressifs et mentaux -, qui est passée de 71 % à 77 % du total pour la seule période 2017-20.

21878.jpeg

Les Américains : dépressifs et destructeurs

Les troubles mentaux, ainsi que les troubles alimentaires, sont l'autre ride qui afflige l'homo americanus, perturbant les sommeils du Pentagone et de la Maison Blanche et aiguisant les fantasmes de victoire des rivaux de l'Amérique. Parler de la Grande Dépression en chiffres revient à dire : une overdose mortelle toutes les cinq minutes, les overdoses mortelles chez les 15-19 ans ont augmenté de 150 % entre 2018 et 2021, les overdoses sont la principale cause de décès chez les Américains de moins de 45 ans, les lycéens ayant des "sentiments persistants de tristesse et d'abattement" sont passés de 26 % à 44 % entre 2009 et 2021, et le taux d'utilisation d'antidépresseurs est l'un des plus élevés au monde : 110 pour 1000 personnes.

Selon les dernières données disponibles pour 2019-20, un adulte américain sur cinq souffrira d'un trouble mental, soit plus de cinquante millions de personnes sur une population de 331,9 millions. Au cours de la même période, selon le CDC et Harvard, un adulte sur quatre âgé de 18 à 24 ans aurait des pensées suicidaires et 51 % des adultes âgés de 18 à 29 ans connaîtraient des moments de dépression sur une base hebdomadaire.

L'épidémie de dépression qui a frappé les États-Unis, et dont la Chine profite pour exacerber la crise des opioïdes - 841.000 décès de 1999 à 2022 - a fait du suicide l'une des principales causes de décès : deuxième dans les tranches d'âge 10-14 ans et 25-34 ans, troisième dans la tranche 15-24 ans et quatrième dans la tranche 35-44 ans. En 2020, le CDC estime qu'il y aura 1,2 million de tentatives de suicide et deux fois plus de suicides réussis que d'homicides : 45.979 contre 24.576.

Overall-Homicide-desktop.png

flj6volxynqa1.png

1999-_Gun-related_deaths_USA.png

En toile de fond de la Grande Dépression, dont elle est certainement une composante négligée, se trouve la question des massacres de civils par armes à feu: 4040 pour la seule année 2014-22. Dans 53% des cas de massacres en milieu scolaire et non scolaire, l'identité du meurtrier comprenait soit des troubles mentaux graves, soit des troubles neurologiques, soit des troubles psychiatriques non psychotiques, soit des troubles liés à l'utilisation de substances psychoactives.

Au total, entre 1999 et 2022, la Grande Dépression, entendue comme l'épidémie de suicides et d'overdoses mortelles d'analgésiques et d'antidépresseurs, a coûté la vie à un peu plus de deux millions de personnes, soit trois fois la population de l'Alaska. Des chiffres qui témoignent d'une société en voie de zombification, se dirigeant, à moins d'un revirement radical, vers une liquéfaction totale.

La crise américaine vue par la Russie et la Chine

Une démocratie en voie de dé-démocratisation, une société en guerre civile moléculaire, une économie proche de l'overdose, telle est l'Amérique selon les deux grands challengers du système international occidentalo-centrique, l'Ours et le Dragon, qui sont persuadés de surmonter le moment unipolaire en réadaptant le scénario utilisé par les États-Unis pour vaincre le bipolarisme, les actions restrictives, la diplomatie triangulaire et les guerres pièges, dans l'espoir - l'espérance - de parvenir au même épilogue : l'implosion de l'autre pôle de puissance.

L'atomisation sociale, la dépression généralisée, l'intoxication collective et la radicalisation des minorités sont les meilleurs amis des guerriers de l'esprit russes et chinois qui dirigent et scénarisent les opérations de déstabilisation hybride aux États-Unis. Les premiers en menant des opérations de guerre dans la cinquième dimension - le réseau - au détriment de la sixième dimension - l'esprit. Les seconds en développant des drogues mortelles, pour le corps et l'esprit, distribuées ensuite dans les magasins numériques, avec l'aide de la Silicon Valley, et dans les rues américaines, de concert avec les narcotrafiquants mexicains.

Pour la Russie et la Chine, les maux de l'homme américain contemporain sont des serpents venimeux qu'il faut nourrir. L'atomisation sociale est l'ennemie des individus, dont elle aggrave la solitude, les frustrations et les ressentiments, et des communautés, qu'elle divise en compartiments étanches dans lesquels il est alors possible de construire des chambres d'écho pour l'utilisation et la consommation d'agendas polarisants et radicalisants - enseigne l'Internet Research Agency. L'ivresse collective est un inhibiteur de la créativité, de l'inventivité et de la productivité, qui sont les éléments constitutifs du pouvoir et les pare-feu des opérations cognitives, informationnelles et psychologiques - aujourd'hui plus que jamais, à l'ère des réseaux sociaux, pernicieux et omniprésents. Et les deux, l'atomisation et l'intoxication, vont à l'encontre de la cohésion nationale et du patriotisme.

L'Ours et le Dragon tenteront de gagner le match du siècle contre l'Aigle sans le combattre directement, mais en l'abrutissant, en le divisant, en le droguant, dans l'espoir que les drames domestiques l'obligeront à revoir son agenda global ou le priveront du souffle nécessaire pour tenir jusqu'à la 90e minute. Tout sera permis pour une nuit, même et surtout l'illicite, dans l'épreuve de force entre le Moment Unipolaire et la Transition Multipolaire.

Donnez-nous encore une minute de votre temps !
Si vous avez apprécié l'article que vous venez de lire, posez-vous la question suivante : si je ne l'avais pas lu ici, l'aurais-je lu ailleurs ? S'il n'y avait pas InsideOver, combien de guerres oubliées par les médias le resteraient ? Combien de réflexions sur le monde qui vous entoure ne pourriez-vous pas faire ? Nous travaillons tous les jours pour vous offrir des reportages de qualité et des articles de fond totalement gratuits. Mais le journalisme que nous pratiquons est loin d'être "bon marché". Si vous pensez que cela vaut la peine de nous encourager et de nous soutenir, faites-le maintenant.

19:18 Publié dans Actualité, Sociologie | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : sociologie, actualité, états-unis | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Edouard Drumont, Mgr Delassus et la montée du grand impérialisme américain

18159261lpw-18159396-article-jpg_5995002_1250x625.jpg

Edouard Drumont, Mgr Delassus et la montée du grand impérialisme américain

Nicolas Bonnal

On a déjà étudié Mgr Delassus et sa conjuration antichrétienne - et son étude sur l’américanisme qui montre que l’Amérique est sans doute une matrice et une république (une république ou un royaume comme celui d’Oz ?) antéchristique qui repose sur quatre piliers : le militarisme messianique d’essence biblique ; le matérialisme effroyable ; la subversion morale totale qui défie et renverse aujourd’hui toutes les civilisations (LGBTQ, BLM, Cancel culture, Green Deal, etc.). Quatrième pilier enfin : pire qu’Hiroshima, l’arme absolue semble être cette bombe informatique dont l’admirable et déjà oublié Paul Virilio (dernier penseur français d’importance) a parlé. L’éditeur de Virilio Galilée a d’ailleurs repris un de mes textes sur cet esprit fondamental.

Dans le tome deuxième de sa Conjuration Mgr Delassus cite Drumont (Drumont c’est comme Céline : on oublie ses propos sur les juifs et on se concentre sur le reste) sur la naissance de l’impérialisme gnostique des USA qui volent impunément – en arguant d’un attentat attribué à Ben Laden, pardon au gouvernement espagnol d’alors - Cuba et les Philippines pour faire de l’une un bordel (puis un paradis de sanctions communistes…) et de l’autre une colonie pénitentiaire (300.000 morts tout de même, voyez mon texte sur fr.sputniknews.com basé sur des historiens libertariens) puis capitaliste ad vitam (voyez le sort des ouvrières philippines dans film le Bourne Legacy avec Jeremy Renner par exemple).

116410114.jpg

seevisit-mirador-del-rio-guerre-hispano-americaine.jpg

Delassus donc :

« M. Edouard Drumont faisait tout récemment ces observations : « Ce dont il faut bien se pénétrer, c'est que les Etats- Unis d'aujourd'hui ne ressemblent plus du tout aux Etats-Unis d'il y a seulement vingt ans.

« II y a eu, surtout depuis la guerre avec l'Espagne, une transformation radicale des mœurs, des idées et des sentiments de ce pays. Les Etats-Unis étaient naguère une grande démocratie laborieuse et pacifique ; ils sont devenus peu à peu une démocratie militaire, orgueilleuse de sa force, avide d'agrandissements et de conquêtes; il n'y a peut-être pas dans le monde entier d'impérialisme plus ambitieux, plus résolu et plus tenace que l'impérialisme américain. Chez ce peuple, qui eût haussé les épaules autrefois si on lui eût parlé de la possibilité d'une guerre avec une puissance quelconque, il n'est question actuellement que de dissentiments, de conflits et d'aventures. »

On verra ou reverra à ce propos l’admirable Le Lion et le Vent de John Milius, avec Sean Connery, qui illustrait bien cette fièvre définitive d’impérialisme qui prendra fin (prochaine) avec le monde.

Drumont ajoute (je ne sais d’où sort ce texte –sans doute est-ce un article de son journal) :

« Remarquez également combien l'action diplomatique des Etats-Unis est différente de ce qu'elle était jadis. Au lieu de se borner à maintenir l'intangibilité de la doctrine de Monroe, la grande République a la prétention maintenant de jouer partout son rôle de puissance mondiale. Elle ne veut pas que nous intervenions dans les affaires américaines, mais elle intervient à chaque instant et à tout propos dans nos affaires d'Europe. On n'a pas oublié le mauvais goût et le sans-gêne avec lesquels Roosevelt, il y a deux ou trois ans, voulut s'immiscer dans les affaires intérieures de la Roumanie, à propos des Juifs. Il est vrai que les Etats-Unis sont en voie de devenir une puissance juive, puisque dans une seule ville, comme New- York, il y a près d'un million d'Hébreux I Ajoutez à cela la fermentation continue de toutes ces races juxtaposées, mais non fusionnées, qui bouillonnent perpétuellement sur ce vaste territoire, comme en une immense cuve : la question chinoise, la question japonaise, la question nègre, presque aussi aiguë aujourd'hui qu'elle l'était à la veille de la guerre de sécession. Tout cela fait ressembler la République américaine à un volcan gigantesque qui lance déjà des jets de fumée et des bouffées de lave, en attendant l'éruption qui ne peut manquer d'éclater tôt ou tard... »

Comme la république impérialiste des Romains qui unifia et détruisit les cultures antiques (Oswald Spengler en parle bien), l’empire détruit et unifie tout ; Delassus ajoute :

« C'est en Amérique surtout qu'a pris corps le projet de l’établissement d'une religion humanitaire, devant se substituer aux religions existantes. Depuis longtemps on y travaille à abaisser les barrières dogmatiques et à unifier les confessions de façon à favoriser les voies à l'humanitarisme. »

RO40255583.jpg

La liquidation du catholicisme romain par l’agent Bergoglio est une belle illustration. Et à propos de cette fusion des intérêts juifs et américains Delassus (qui cite beaucoup, et comme il a raison) cite l’historien Henry Bargy :

Il croit pouvoir poser ces deux assertions : « La République des Etats-Unis est, dans la pensée des Juifs d'Amérique, la Jérusalem future ». « L'Américain croit sa nation venue de Dieu ». Et il ajoute : Dans cette confiance patriotique des Américains, les Juifs ont reconnu la leur. Leur orgueil national est venu s'appuyer- sur celui de leurs nouveaux compatriotes. Les uns comme les autres attendent de leur race le salut de la terre (1). »

Avec des messies comme ça qui tiennent l’informatique, la presse et les billets de banque, nous sommes mal partis. Delassus annonce même le Grand Reset, simple application des idéaux socialistes et maçonniques. Mais découvrez son œuvre admirable.

PS : je découvre en terminant ce texte que Google devient inutilisable.

Bargy, dans son livre : La Religion dans la société aux Etats-Unis, dit : « La République des Etats-Unis est, dans la pensée des Juifs d'Amérique, la Jérusalem future. »

SOURCES :

https://livres-mystiques.com/partieTEXTES/Delassus/Conjur...

https://ia800309.us.archive.org/34/items/lamricanismeet00...

http://www.editions-galilee.fr/images/3/p_9782718600796.pdf

https://fr.sputniknews.africa/20170107/Cuba-USA-Philippin...

https://www.dedefensa.org/article/lamericanisation-et-not...

vendredi, 28 avril 2023

Washington veut un Commonwealth dirigé par les Etats-Unis et une Europe réduite à l'état de colonie

c0b1ce48f1803ce3c6c253fc4423922b.png

Washington veut un Commonwealth dirigé par les Etats-Unis et une Europe réduite à l'état de colonie

Augusto Grandi

Source: https://electomagazine.it/washington-vuole-un-commonwealth-a-guida-usa-e-con-leuropa-ridotta-a-colonia/

Les marionnettistes de Joe Biden ont compris que, dans l'affrontement entre Washington et le reste du monde, il ne suffit pas d'avoir des majordomes européens. D'autant plus que des éléments pathétiques comme Ursula von der Leyen ont beau être loyaux et remuer la queue, ils sont totalement inutiles en raison de leur qualité réduite. Il faut donc aller plus loin. Et le modèle, pour l'impérialisme américain, ne peut être que celui des anciens colonialistes britanniques: le Commonwealth.

Ce modèle sera imposé aux différents pays européens, rendant une superstructure comme l'Union européenne complètement superflue. Elle commencera par les États les plus alignés, donc par la Pologne, puis passera aux pays baltes et ensuite à l'ouest, où Washington peut compter sur l'obéissance aveugle et absolue d'une bonne partie des politiciens italiens, sur toutes les lignes. Restent les obstacles, pour l'instant, de l'Allemagne et surtout de la France. Mais les obstacles peuvent toujours être levés, d'une manière ou d'une autre. Un attentat, un scandale, une enquête bien menée à l'étranger. L'Italie a bien montré - de l'affaire Mattei à Tangentopoli en passant par Moro et les années de plomb - qu'on peut agir en toute impunité.

L'important est de faire passer l'idée que la "forteresse atlantiste" est assiégée par un monde laid et mauvais et que, par conséquent, il est essentiel de s'unir en confiant la direction à un seul homme. Et, comme par hasard, cet homme siège à la Maison Blanche.

Les offensives médiatiques contre les méchants Russes, les dangereux Chinois, les Indiens fourbes, les Arabes traîtres, les Africains indignes de confiance, les Latino-Américains insolents vont donc s'intensifier. Un monde entier ennemi de la démocratie occidentale, de la liberté de louer des utérus et de vendre de la drogue, d'exploiter les travailleurs, mais seulement au nom de la démocratie. De contrôler l'information et la pensée, mais uniquement par le biais du ministère de la Vérité.

Bien sûr, faire partie de ce nouveau Commonwealth de l'Atlantique au Pacifique entraînera quelques petits sacrifices. Mais au nom de la liberté américaine, ils seront largement compensés. Un peu plus de pauvreté pour les Européens, mais très peu. D'un autre côté, les oligarques américains devront devenir encore plus forts, et il faudra bien que quelqu'un y perde. Finis les produits chinois bon marché et de mauvaise qualité ! Les produits américains de qualité médiocre mais à prix élevé arriveront. C'est le charme du maître, bébé.

Finies les habitudes désuètes et ennuyeuses de la nourriture traditionnelle, des produits typiques. Les serviteurs européens mangeront volontiers de la viande américaine bourrée d'œstrogènes, puis de la viande produite en laboratoire. De la pizza à l'ananas et du fromage sans lait, du vin sans raisin et du chocolat sans cacao. Après tout, les majordomes de l'UE ont déjà bien travaillé sur ce front.

Il est évident qu'une campagne médiatique sera lancée contre les voitures indiennes bon marché qui ont commencé à apparaître en Europe. On montrera qu'elles ne sont pas sûres. Et que font les Européens avec les voitures ? Elles polluent et drainent des ressources qui doivent être allouées à l'achat d'armes et de produits américains. Le tourisme des Européens sera éliminé, au profit des visiteurs yankees qui reprendront le Grand Tour mais sans une once de culture. Notamment parce que cette satanée culture européenne dérange les partisans de la cancel culture. Peut-être que les Forums impériaux et l'Acropole, symboles d'une puissance passée qu'il faut oublier, pourraient être rasés.
    

dimanche, 23 avril 2023

Kennedy, curiosité ou chef rebelle?

3000rkjr.jpeg

Kennedy, curiosité ou chef rebelle?

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2023/04/20/kennedy-kuriositeetti-vai-kapinajohtaja/

L'avocat et militant américain Robert F. Kennedy Jr. a annoncé sa candidature à l'élection présidentielle de l'année prochaine.

Kennedy appartient à une famille politique américaine connue pour ses tragédies. Robert F. Kennedy Jr. était l'oncle du président John F. Kennedy, assassiné en novembre 1963. Son père, Robert F. Kennedy, a également été assassiné lors d'une campagne présidentielle en 1968.

Les chances de Kennedy de devenir le prochain président des États-Unis ont été minimisées par les grands médias. Ces dernières années, il a été qualifié de "théoricien du complot" et d'"anti-vaccin" pour ses opinions négatives sur les élucubrations covidiques, ses critiques à l'égard des sociétés pharmaceutiques, de Bill Gates et de l'expert-virologue Anthony Fauci.

81-HGXI1F4L.jpg

Malgré ses critiques, M. Kennedy se présente en tant que candidat du parti démocrate établi et ne fait pas campagne en tant qu'indépendant. N'est-il donc qu'un autre "Trump démocrate", légèrement plus sophistiqué, qui promet à ses électeurs potentiels de faire les choses différemment de son prédécesseur ?

Quoi qu'il arrive lors des prochaines élections présidentielles américaines, les performances de Kennedy seront certainement suivies avec intérêt. En effet, il a commencé en fanfare, s'attaquant au complexe militaro-industriel américain, aux services de renseignement et au pouvoir des grandes entreprises.

Lors du lancement de sa campagne électorale à Boston, Kennedy a fait le lien entre les événements de la présidence de son oncle et la guerre néo-conservatrice en Irak. Il est clairement conscient des forces obscures qui animent la politique étrangère des États-Unis.

"Lorsque mon oncle a pris ses fonctions, deux mois plus tard, il s'est battu contre son appareil de renseignement et son armée... Au milieu de la crise de la Baie des Cochons, il s'est rendu compte qu'on lui mentait. Il s'est rendu compte que le travail des services de renseignement consistait à fournir à l'industrie de la guerre un pipeline de guerre continu", a suggéré M. Kennedy, en faisant référence aux événements des années 1960.

41W51ofGmyL._SX321_BO1,204,203,200_.jpg

Répétant le même fiel, il a également déclaré que "les néoconservateurs et la CIA ont été autorisés à aller en Irak et à changer le régime". Kennedy a remis en question l'invasion de l'Irak, pour laquelle "huit mille milliards de dollars" ont été dépensés. "L'Irak est dans un état bien pire aujourd'hui qu'il ne l'était lorsque nous y sommes allés. Nous avons tué plus d'Irakiens que Saddam Hussein ne l'a jamais fait", a déclaré Kennedy, se référant aux sombres statistiques américaines.

M. Kennedy a également un avis sur le conflit en Ukraine : l'administration Biden a fait de l'Ukraine "un pion dans la lutte géopolitique visant à épuiser la Russie". M. Kennedy a mis à jour les milliards d'euros d'aide militaire de Washington à Kiev, condamnant le maintien de plus de huit cents bases militaires et demandant que ces dépenses soient redirigées vers les Américains les plus démunis.

Lors de son entrée en campagne, le fils Kennedy a reçu les applaudissements les plus nourris de ses partisans pour avoir cité son défunt oncle, le président J.F. Kennedy, qui avait juré de "briser la CIA en mille morceaux". Le candidat à la présidence Kennedy a également promis, sur un ton populiste, de "ramener les soldats américains à la maison, de fermer les bases étrangères et d'investir dans la classe moyenne américaine".

Toutefois, en realpolitik, ce sont les actes qui comptent, pas les discours enflammés. L'appareil d'État américain est tellement truqué que je doute qu'un président puisse changer l'orientation politique du pays.

Le cercle intérieur de ce que l'on appelle l'"État profond", ou gouvernement secret, planifie les choses à long terme et, par exemple, la tête de pont anti-russe en Ukraine a été construite des années avant la présidence de M. Biden ou la réaction de M. Poutine.

41h+WIedG6L.jpg

Un Américain qui se présente à l'élection présidentielle peut avoir des idées et des principes de changement, mais au sommet de la politique, la nouvelle figure de proue se voit imposer les règles du jeu et les usages de la maison. Trump était perçu comme un agent de changement, mais son administration était remplie de "monstres du marais" comme Mike Pompeo et John Bolton, qui ont promu une politique étrangère élaborée par l'appareil d'État permanent.

Je ne pense donc pas que Kennedy ait pu changer radicalement le système américain, à moins que la pression en faveur du changement n'atteigne des proportions considérables. Bien que l'on parle beaucoup de la polarisation américaine, les véritables dirigeants ne se préoccupent pas des émeutes, des conflits ethniques ou de la dégradation sociale, mais poursuivent impitoyablement leurs propres intérêts. Il n'y a pas de place pour l'idéalisme dans cette équation.

La candidature de Kennedy junior peut, bien sûr, mettre en lumière des questions qui ont été passées sous silence ainsi que des points de vue qui divergent de la ligne de l'administration actuelle. Quant à savoir si le dernier candidat de l'illustre famille parviendra un jour à la Maison Blanche pour mettre en œuvre sa vision politique - et encore moins pour influencer la symbiose corrompue entre le pouvoir de l'État et celui des entreprises - c'est une autre affaire.

Vers l’implosion des États-Unis?

d6c37bfdcef3fcc2800a7fc2af8d5e47.jpg

Vers l’implosion des États-Unis?

par Georges FELTIN-TRACOL

Le procureur démocrate de Manhattan, Alvin Bragg, a inculpé, le 30 mars dernier, l’ancien président Donald Trump sous trente-quatre chefs d’accusation pour des peccadilles. Un procès au civil s’ouvre par ailleurs à New York à propos d’un viol qu’il aurait commis sur une journaliste il y a plusieurs années. Candidat déclaré aux primaires présidentielles républicaines de l’an prochain, le 45e président crie au complot politique, à l’instrumentalisation judiciaire et à la manipulation médiatique.

Le 7 avril, un juge fédéral au Texas, Matthew Kacsmaryk, interdit la pillule abortive. Cette décision devrait normalement faire jurisprudence sur l’ensemble du territoire étatsunien. Quelques heures plus tard, dans l’État de Washington, un autre juge fédéral, Thomas Rice, nommé par Barack Obama, rend une décision contraire à la première. Bien que les deux sentences s’annulent, l’administration Biden fait aussitôt appel.

Le 27 mars, Audrey Hale, âgée de 28 ans, en pleine transition dysgenrée, commet une tuerie dans une école de Nashville dans le Tennessee : six morts dont trois enfants de 9 ans chacun. Elle (ou il, voire « iel » - sic !) a auparavant rédigé un manifeste dont le contenu reste inconnu. On peut déjà présumer que sa teneur cisphobe et hétérophobe n’indignera guère les plumitifs complaisants.

Une guerre culturelle bat son plein outre-Atlantique. Des États républicains tels la Floride chassent les bouquins wokistes et pornographiques des bibliothèques scolaires. Dans les États démocrates, ce sont les livres jugés sur des critères subjectifs et partiaux discriminants et attentatoires à la liberté des minorités qu’on retire d’autorité s’ils ne sont pas réécrits en novlangue inclusive.

USA-la-prochaine-guerre-civile.jpg

12264111.jpg

Ces quatre exemples montrent qu’Oncle Sam connaît de profondes divisions intestines. Cette situation conflictuelle est au cœur de l’essai de Stephen Marche au titre évocateur : USA : la prochaine guerre civile. Vers l’explosion des États-Unis ? (Buchet-Chastel, 2023, 306 p., 22,50 €).

Canadien vivant aux États-Unis, ce journaliste collabore à la presse du Système (New York Times, Wall Street Journal). Il observe les dissensions multiples qui fracturent la société étatsunienne. Il constate que cela ne concerne pas que le clivage républicains « rouges » - démocrates « bleus ». Les contentieux dépassent le cadre politique même si la géographie et la sociologie confirment d’indéniables correspondances. Les États progressistes côtiers de l’Est (New York) et de l’Ouest (Californie) font face aux États conservateurs de l’intérieur. Victimes d’un déclassement social et de la consommation affligeante d’opioïdes, les « petits Blancs » détestent une caste arrogante et incompétente, surprotégée. Appuyée par la doxa médiatique politiquement correcte, la communauté noire tente d’imposer son monopole culturel à travers l’activisme Black Lives Matter.

Stephen Marche estime que « les forces qui la déchirent sont à la fois radicalement modernes et aussi anciennes que le pays lui-même. […] La révolution sanglante et la menace de sécession sont des composantes intrinsèques de l’expérience américaine ». Les premiers colons puritains fuient l’Angleterre agacée par leur rigorisme. Au XIXe siècle, les mormons préfèrent s’installer au bord du Grand Lac Salé plutôt que de continuer à côtoyer des mécréants. Les immenses espaces de l’Amérique du Nord facilitent une existence côte à côte sans craindre la promiscuité. L’auteur objecte cependant que « les services de renseignement d’autres pays préparent des dossiers sur les scénarios éventuels d’un effondrement de l’Amérique ». Il se montre ainsi alarmiste.

94b6c24d4c8664bb107b125ad478934b.jpg

À partir de sources ouvertes, d’entretiens, d’enquêtes et d’analyses de sondages, l’auteur pose cinq hypothèses de déflagration socio-politique. Une seule a une cause naturelle : un puissant ouragan ravage New York et contraint les citadins rescapés à se réfugier à l’intérieur des terres. Les quatre autres conjectures reposent sur une amplification des heurts d’autant qu’à ses yeux,  « l’Amérique s’est toujours définie par la violence ».

Stephen Marche accuse une « extrême droite » aux mille facettes de préparer un « terrorisme de l’intérieur ». La mouvance patriote anti-gouvernementale serait le principal responsable de cette ambiance délétère dont le paroxysme se serait déroulé le 6 janvier 2021 au Capitole… Il remarque que « l’intensité de leur haine du gouvernement est leur façon d’exprimer leur amour pour leur pays. Ils croient que l’autorité fédérale détruit la véritable Amérique ». Il ajoute même que, selon eux, « l’Amérique n’est plus possible au sein des États-Unis d’Amérique ». Il ignore en revanche le pesant danger wokiste. Son approche verse dans le manichéisme grossier. Pis, il envisage le recours à des lois d’exception. « Pour survivre, prévient-il, le gouvernement devra suspendre les droits les plus emblématiques inhérents à son pouvoir, ceux du Bill of Rights ». Il avertit avec une gourmandise certaine que « le gouvernement américain n’aura pas d’autres choix que d’instaurer un contrôle des armes à feu, un contrôle des faits et gestes de ses citoyens et un contrôle des discours de haine ». Pas certain que l’habitant du Kentucky, du Colorado ou du Texas accepte calmement ces restrictions anti-constitutionnelles…

L’auteur mentionne les mouvements séparatistes, mais il ne développe pas assez. Il n’a rencontré que les indépendantistes texans et californiens. On n’a rien sur les souverainistes du Vermont, les tenants de l’autodétermination des tribus amérindiennes, les chantres d’un État afro-américain, les rêveries chicanos de reconstitution du Grand Mexique d’avant 1848 ou les nationalistes blancs qui investissent depuis plus d’une décennie dans le Nord-Ouest étatsunien. Fatigués de migrer vers un État politiquement à leur convenance, d’autres Étatsuniens suggèrent plutôt de déplacer les frontières administratives inter-étatiques.

Dans son édition du 5 avril 2023, le correspondant permanent du Figaro aux États-Unis, Lucien Jaulmes, s’intéresse à « Ces républicains de l’Oregon qui rêvent de faire sécession ». Le titre de l’article est à la fois excessif et racoleur. En effet, irrité par le confinement, l’hystérie covidiste, les limitations croissantes du port et de la détention d’armes, les projets sociétaux déviants, l’écologie punitive et la fiscalité confiscatoire, Mike McCarter (photo) fonde en 2021 le Mouvement des citoyens pour le plus grand Idaho.

5e5ad41edbcca.hires.jpg

logo-flag.png

Grâce aux zones urbaines du littoral Pacifique qui leur sont acquises, les démocrates contrôlent l’Oregon. À un fuseau horaire d’écart de Salem, une quinzaine de comtés, 400 000 habitants et 63 % de la superficie de l’État, se tournent vers l’Est, en direction de l’Idaho républicain. Mike McCarter et ses amis font pression sur les législatures des deux États afin que l’Oregon oriental, après des phases de négociations, de référendum et de ratifications, intègre l’Idaho. La procédure paraît plus simple que l’érection d’un nouvel État fédéré. La Virginie-Occidentale se sépare bien de la Virginie en 1862 à cause de l’esclavage. Les démocrates aimeraient éclater la Californie en cinq entités fédérées, élever le District de Colombia et la ville de New York en nouveaux États de l’Union. Pendant la Guerre de Sécession (1861 – 1865), des comtés officiellement dans des États nordistes soutenaient le Sud tandis que des comtés de la Confédération rebelle revendiquaient leur attachement aux États-Unis. La présidente de la minorité démocrate à la Chambre des représentants de l’Idaho, Ilana Rubel, rejette ce projet, sinon ce précédent signifierait pour elle que « nous allons droit à la guerre civile si nous continuons sur cette voie ».

Stephen Marche pense que « les États-Unis vont bientôt entrer dans une phase d’instabilité radicale à l’échelle du pays entier, quels que soient le ou la président(e) au pouvoir et la politique qu’il ou elle appliquera. L’avenir économique sera plus volatil. Le futur environnemental sera plus imprévisible. Les villes seront plus vulnérables. Le gouvernement sera incapable de mener des politiques et sera déconnecté de la conception qu’aura le peuple de sa volonté collective ». Ce pessimiste oublie bien vite que la première économie mondiale détient un imposant arsenal nucléaire, que sa monnaie continue sa domination financière, que son poids diplomatique demeure prédominant dans les institutions internationales, que les super-productions cinématographiques inondent la planète et formatent les esprits au mode de vie, de penser, d’agir et de parler américanomorphe.

Souvenons-nous que malgré les sanglantes guerres civiles du Ier siècle avant notre ère, Rome continuait ses conquêtes territoriales. Loin d’affaiblir le gouvernement, les rivalités internes le rendent plus expansionniste encore.

GF-T

  • Vigie d’un monde en ébullition », n° 70, mise en ligne le 18 avril 2023 sur Radio Méridien Zéro.

11:09 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : états-unis, livre, actualité | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

samedi, 22 avril 2023

Les fuites explosives du Pentagone: comment le public a été trompé

068_AA_29012021_261384.jpg

Les fuites explosives du Pentagone: comment le public a été trompé

Source: https://zuerst.de/2023/04/21/brisante-pentagon-leaks-so-wurde-die-oeffentlichkeit-belogen/

Washington/Kiev. Officiellement, les médias et les politiques occidentaux continuent de répandre la confiance dans la contre-offensive ukrainienne annoncée de longue date. Mais les récentes "fuites du Pentagone" prouvent qu'il existe de sérieux doutes en coulisses - et que l'Occident, face à ses propres difficultés, travaille déjà fébrilement à une stratégie de "sortie".

Joe10-copy.jpg

516SN7MAzwL.jpg

L'ancien correspondant du Wall Street Journal et désormais rédacteur en chef de la plateforme indépendante Consortium News, Joe Lauria (photo), a passé en revue les documents secrets du Pentagone qui ont été rendus publics et constate qu'au Pentagone même, des doutes considérables pèsent sur les chances de succès militaire de l'Ukraine. Dans un article récent ("Leaks Spelling the End for Ukraine"/ https://consortiumnews.com/2023/04/17/leaks-spelling-the-end-for-ukraine/ ), Lauria en conclut que l'on a systématiquement menti au public - les médias grand public ont relayé le mensonge sans le remettre en question. Ils ont ainsi "échoué dans leur mission journalistique".

Lauria replace les fuites dans une stratégie de communication en pleine évolution. Selon lui, l'opinion publique américaine est successivement préparée à un changement d'objectifs dans la guerre en Ukraine. La recherche d'une solution négociée sera de plus en plus mise en avant dans un avenir proche.

1545732194381.jpg

charles-kupchan-teaching-notes-image.jpg

Un article publié dans le magazine Foreign Affairs par Richard Haas et Charles Kupchan, anciens collaborateurs du Département d'État américain et membres du think tank Council on Foreign Relations, plaide également en ce sens. Ils écrivent : "La meilleure voie à suivre est une stratégie à deux volets visant à renforcer d'abord les capacités militaires de l'Ukraine, puis, lorsque les combats approcheront de leur fin, à amener Moscou et Kiev à la table des négociations".

L'idée que la Russie soit prête à négocier après que l'Ukraine ait gagné de nombreux terrains n'est cependant pas très réaliste, écrit Lauria. D'autant plus que l'article de Foreign Affairs part du principe que l'armée russe est supérieure en nombre et que les forces armées ukrainiennes sont de plus en plus sous pression. L'aide occidentale est elle aussi de plus en plus limitée - l'Occident est lui-même à court de munitions en raison de la consommation élevée d'obus d'artillerie. De plus, contrairement à la Russie, il ne peut pas augmenter la production en temps voulu.

Toutes ces nouvelles prennent le public par surprise. Au vu de l'évolution de la situation sur le champ de bataille, Lauria estime que les médias devront progressivement changer de cap et corriger leur récit actuel. La préservation de la face devrait être au premier plan. Il est désormais clair que le soutien inconditionnel à l'Ukraine ne peut pas être maintenu. Les médias occidentaux vont donc bientôt préparer leurs lecteurs et leurs téléspectateurs à une solution négociée. Les alliés de l'OTAN pourraient initier un dialogue stratégique avec la Russie et discuter du contrôle des armes et d'une architecture de sécurité européenne plus large, en tenant compte des intérêts de la Russie en matière de sécurité. C'était précisément la demande initiale de la Russie à l'hiver 2021/22. (mü)

Demandez ici un exemplaire de lecture gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous ici dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

vendredi, 21 avril 2023

Le monde déteste l'Amérique... Et l'attaque vient d'un pays de l'OTAN

f8eae5e7313c16316abb6e7334a8f537.jpg

Le monde déteste l'Amérique... Et l'attaque vient d'un pays de l'OTAN

Augusto Grandi

Source: https://electomagazine.it/il-mondo-odia-lamerica-e-lattacco-arriva-da-un-paese-della-nato/?fbclid=IwAR0w9ivlZzPUhrNgZUrQmigKGxkTWFcEvoYGBATZ_7_vwNffrrJL21d-j1Y

"Le monde entier déteste l'Amérique". Une déclaration inacceptable pour les larbins européens et surtout italiens. Ceux-ci pourraient l'ignorer si elle avait été prononcée par Marco Rizzo ou un autre représentant de l'extrême droite ayant survécu au changement de cap américano-crossettiste. Au lieu de cela, il s'agit d'une déclaration du ministre turc de l'intérieur Suleiman Soylu. Il a ajouté que les États-Unis et l'UE "continuent à ruiner leur réputation".

Ce n'est pas qu'il ait forcément raison. Mais il est intéressant de connaître un point de vue différent de celui imposé par la pensée unique obligatoire par les clercs de la désinformation italienne. Car le récit des informations publiques et privées, ainsi que celui des anciens grands quotidiens en pleine cure d'amaigrissement, est toujours le même: Poutine est isolé, la Russie est finie et, après l'inévitable défaite, elle sera sévèrement punie.

Et au lieu de cela, non seulement Moscou renforce ses liens avec les pays d'Extrême-Orient, non seulement elle accroît ses relations avec l'Amérique latine, non seulement elle augmente sa pénétration en Afrique, mais elle tire profit de ces déclarations anti-américaines d'un ministre d'un pays membre de l'OTAN. Pas mal pour l'isolement.

FVHpPF4aMAA1cjt.jpg

L'Europe n'existe pas", a poursuivi le ministre turc (photo), comme le rapporte Agcnews, "et les dirigeants européens sont constamment discrédités, la population du continent vieillit, ils connaissent et continueront à connaître des difficultés de développement économique. L'Europe est devenue un pion de l'Amérique en Afrique, tous les pays africains détestent les Etats qui les exploitent".

C'est une bonne chose que M. Biden et les larbins européens fassent pression pour un changement de gouvernement à Ankara, en soutenant la coalition anti-Erdogan lors des élections du mois prochain. Mais même un éventuel changement au sommet du pays ne change pas la réalité d'un sentiment général. Général dans le sens où il ne concerne pas seulement la Turquie mais s'étend à une grande partie du monde. Peut-être pas le monde entier, mais les larbins et leurs maîtres devraient commencer à s'inquiéter.

C'est d'ailleurs ce qu'a fait la pathétique Ursula qui, après la prise de distance de Macron avec Washington, s'est immédiatement précipitée à la rescousse et a exigé que les pays de l'UE s'unissent pour exprimer une position forte à l'égard de Pékin. Parce que la Chine est le danger numéro un pour les États-Unis et que, par conséquent, les larbins européens doivent immédiatement se ranger du côté du maître.

Difficile alors de réfuter la vision turque du rôle de pion de l'Europe. Alors que Moscou, isolée, et Pékin, hostile, se mettent d'accord sur une coopération militaire. Alors que le Mexique boycotte également les réunions de l'Organisation des États américains pendant la présidence américaine. Mais voilà qu'Ursula la pathétique va interdire de chanter "Cielito lindo" (*) sur le sol européen...

Note:

(*) https://www.youtube.com/watch?v=rweAUQW9U3I

mardi, 18 avril 2023

La peur de l'apocalypse en Amérique

Apocalypse-826x459.jpg

La peur de l'apocalypse en Amérique

Matteo Castagna

Source: https://novaresistencia.org/2023/04/13/o-pavor-da-america-ao-apocalipse/

La succession de crises mondiales suscite l'appréhension des citoyens du monde entier. Mais nulle part ailleurs cette appréhension n'est plus ressentie qu'aux États-Unis, pays notoirement connu pour ses cultes millénaristes et apocalyptiques.

George Friedman a écrit un article très intéressant dans Geopolitical Futures, qui a été traduit en italien par Federico Petroli pour le numéro de novembre 2022 du magazine Limes.

On croit souvent qu'une vision apocalyptique du monde est typique des peuples européens, mais ce n'est que très peu vrai. Il existe certainement des personnes clairvoyantes et, surtout, des personnes de grande foi catholique qui observent les signes et les interprètent à la lumière du texte le plus énigmatique et le plus fascinant de saint Jean, l'apôtre bien-aimé de Jésus. Il est alors nécessaire de regarder l'histoire d'un point de vue providentiel. Dieu est parmi nous. Dieu a toujours été au milieu de nous. Il est omnipotent et omniscient. Sa volonté de Créateur conditionne la vie de la création, même si l'homme tente souvent de le faire lui-même, de manière grossière, en se prenant pour Dieu.

La peur innée de l'apocalypse est typiquement américaine. Dieu a menacé Noé d'une apocalypse qui détruirait toute l'humanité. Il a aussi promis une apocalypse à Sodome et Gomorrhe, et même à Pharaon qui persécutait les Israélites. Si Dieu est mystérieux, il n'en fait pas moins savoir ce qu'il veut. Sodome et Gomorrhe ont été détruites, l'armée égyptienne a été submergée dans la mer Rouge. Il y a eu transaction et choix. Il n'y a pas de mystère. L'humanité athée ou non chrétienne n'a qu'une seule conscience - que nous avons vu se manifester très clairement dans les années Covid - qui est de considérer la mort comme une catastrophe personnelle qui la projette dans l'inconnu. Le chrétien, en revanche, attend la mort avec l'esprit de celui qui, pécheur, a vécu selon le mérite d'avoir obéi, bien que difficilement, aux lois de Dieu.

L'histoire de l'Amérique est l'histoire de l'immigration, du Mayflower à nos jours. Le réconfort vient du fait qu'un étranger en terre inconnue se retrouve chez lui.

Le triomphe se transmet de génération en génération, et l'enfant de l'immigrant devient ce qu'il ou elle aspirait à être. L'histoire de l'immigrant qui arrive au désastre et le prix qu'il paie pour l'échec de ses enfants, regrettant la décision d'avoir laissé derrière lui tout ce qui lui était familier, contraint, jour après jour, à gravir son propre calvaire, est cependant totalement inconnue.

En Amérique, le calvaire personnel est le travail. La mesure du succès est l'argent. En Amérique, ce que vous faites définit qui vous êtes. L'Amérique est sans pitié pour les pauvres et les fauchés, et encore plus pour les faibles. Elle semble tout autoriser, puis présente la facture. Pour les Américains, la panique et la terreur d'une apocalypse se sont matérialisées au moins deux fois au cours du siècle dernier. À Pearl Harbor, parce que l'armée japonaise les a pris par surprise. Ils ont réagi avec la fureur terrifiée que nous avons vue, impunie par le monde, à Hiroshima et Nagasaki. La deuxième fois, c'était le 11 septembre. Trois mille personnes sont mortes et, comme en 1941, les Américains ont été déconcertés et terrifiés par la suite des événements.

apppppocalypse.jpg

Le sentiment d'apocalypse persiste encore aujourd'hui. Aujourd'hui, la catastrophe guette le cœur de notre civilisation. Les températures augmentent à cause de nos péchés et Dieu nous punira pour cela. La tradition apocalyptique américaine est déchirée entre sa violence contre eux et sa violence contre la nature. La peur américaine de l'apocalypse est également double. L'une accuse les chefs d'État de ne pas être à la hauteur de la menace, l'autre affirme que l'Amérique a généré la catastrophe par ses péchés démesurés issus de l'orgueil et de la sensualité.

Nous, Européens, sommes progressivement passés à la seconde théorie depuis la soi-disant Libération de 1945. Aujourd'hui, nous ne sommes plus soutenus par la force de notre histoire, de notre culture, de notre identité, de notre tradition chrétienne classique qui a forgé les cités, toutes développées autour d'une église et d'un clocher. Le cancer libéral nous a tout pris, nous a fait oublier l'apocalypse, mais il a rempli nos comptes courants. Et nous nous sommes installés.

La pandémie d'abord, la guerre ensuite, allègent nos portefeuilles. Mais nous sommes anéantis, ramollis et immobiles, parce que l'américanisation nous a ôté jusqu'à la conscience de la communauté de destin ; elle a imposé le nihilisme d'une part et le subjectivisme d'autre part, en construisant plus de 120 bases militaires sur notre territoire, en nous laissant dans un système économiste qui nous rend tous débiteurs de la Réserve fédérale ou de ses tentacules, avant même que nous ne soyons nés. Ils nous ont enlevé notre souveraineté en échange de films hollywoodiens et de McDonalds. Ils ont supprimé la religion en échange de la "société ouverte" où le devoir disparaît et où tout est monstrueusement fluide.

Ils ont même réussi à convaincre de nombreuses personnes qu'envoyer des armes à un autre État est un acte de paix et que la Russie est le "croque-mitaine" parce qu'elle est la seule grande Fédération, réellement indépendante des États-Unis et donc capable de décider avec qui s'allier et de poursuivre ses propres intérêts politiques et économiques, militaires et religieux, sociaux et coutumiers.

Nous, en revanche, nous sommes ici en train d'assister à une première en costume vert, qui monopolise les informations et participe aux spectacles de variétés.

Source : Geopolitica.ru

20:43 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, apocalypse, états-unis | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Monseigneur Delassus et la conjuration antichrétienne des USA

Delassus.JPG

Monseigneur Delassus et la conjuration antichrétienne des USA

Nicolas Bonnal

Tout le monde commence à comprendre que la menace mondiale numéro un est la menace américaine.

On dit que lorsque les USA conclurent leur plus ancien traité de paix avec le… Maroc, ils lui assurèrent qu’ils n’étaient pas chrétiens. Le Grand Architecte était passé par là. Une cinquantaine d’années plus tard, Baudelaire dénonce dans ses Propos sur Edgar Poe la menace américaine (voyez mes textes). Pour le plus grand poète du monde, elle est omniprésente cette menace américaine: avortement, lynchage, immoralité, violence (tueries de masse dans les théâtres !), rapacité (Greed…), optimisme dément, tout montre qu’on est déjà face à une puissance pathologique que l’exorbitante immigration européenne va rendre surpuissante dès le dernier tiers du dix-neuvième siècle: la population triple entre la Guerre de Sécession et 1914 - et même le progressiste Walt Whitman reconnaît vers 1870 (mon texte toujours) que ce pays n’est plus son Amérique. C’est déjà la ploutocratie impérialiste et raciste que dénoncera un siècle plus tard Etiemble, ce pays doté de la rage (Sartre lui-même) qui aujourd’hui, affaibli par la Chine et la Russie, est plus fou et boutefeu que jamais. Tous les grands esprits américains l’ont reconnu, Poe, Lovecraft, Twain, Fitzgerald et on sait qu’à la grande époque intellectuelle des USA l’élite littéraire (Henry James) ou spirituelle (T. S. Eliot) fuyait son pays comme le diable. Rappelons que le rejet des USA a toujours transcendé les différences politiques. Actuellement en France le débat est entre les pro-américains encore au pouvoir qui ruinent et fascisent le pays et les anti-américains. Il n’est pas ailleurs. Macron est juste un agent simple !

9782845191655-475x500-1.jpg

Je voulais juste ici rappeler Monseigneur Delassus, que Wikipédia insulte bien (quelle officine tout de même !), mais qui a publié un très bon livre sur l’américanisme à la fin du dix-neuvième siècle. Un peu comme Nietzsche ou Renan vers la même époque – voyez aussi mon Dostoïevski et la modernité occidentale, traduit désormais en roumain -, Delassus dénonce, en des termes virulents et chrétiens l’œuvre méphitique de ce pays-matrice destiné à tout envelopper et tout gober dans le monde. Aujourd’hui il semble qu’il se heurte enfin à une résistance culturelle, celles des anciens pays communistes et tiers-mondistes, seul l’Occident pur et dur européen acceptant de se laisser bouffer au sens littéral du terme par les sanctions ou le wokisme, le féminisme (qui effrayait Chesterton) ou le marxisme culturel (qui tétanisait Allan Bloom dans son extraordinaire Ame désarmée, que j’ai aussi recensée).  

L’Amérique c’est le communisme foldingue avec les milliardaires aux manettes. Il me semble que le livre et le film (voyez mon livre sur la comédie musicale) les plus importants sont le Magicien d’Oz, opus qui évoque le totalitarisme qui émane de l’hypnose industrielle US (Baum était disciple de Blavatsky et théosophiste). Le Grand Reset c’est le moment ultime du totalitarisme américain reposant sur une faculté hypnotique sans égale (relire Duhamel). Il est à 100% américain. Qu’il s’agisse de Gates, de Fink ou de Morgan Stanley, nous sommes tous victimes de cette conspiration de milliardaires qui inspira Gustave Le Rouge et dont Jack London a très bien parlé.

h-3000-delassus_henri_le-probleme-de-lheure-presente-antagonisme-de-deux-civilisations_1904_edition-originale_2_46090.JPG

Quelques extraits donc :

« Parmi tous les sujets d'inquiétude qu'offre à l'observateur l'état actuel du monde, le moindre n'est pas celui que nous présente l’Amérique du Nord. Elle venait à peine de naître, que déjà elle inspirait des défiances à J. de Maistre, le Voyant de ce siècle. Elle les justifie. »

Puis Delassus parle d’audace – certains diraient de chutzpah:

« Ce qui la caractérise, c'est l'audace. Elle a manifesté d'abord cette audace dans les entreprises industrielles et commerciales qui, dans leurs excès, détournent le regard de l'homme de ses fins dernières, et lui font envisager la jouissance et la richesse, qui en est le moyen, comme l'objet suprême de ses désirs et de son activité. Elle vient de la montrer dans les rapports internationaux, foulant aux pieds toutes les lois de la civilisation chrétienne pour s'emparer des possessions qu'elle convoitait. »

Puis on évoque ce messianisme américain (il y en eut un de français mais il n’était pas de taille) :

« On parle d'un catholicisme américain, et il fait son chemin.

Lisez : L'Américanisme a reçu de Dieu  la mission de donner au monde entier cette leçon : Les temps sont venus de faire fi de l'héritage des aïeux : abolissez les frontières, jetez tous les peuples dans le creuset des droits de l'homme pour les fondre dans l’unité  humanitaire, comme nous nous sommes fondus, nous, émigrés de tous les pays, dans l'unité américaine. Et la paix régnera dans le monde. Oui, la paix de l’esclavage sous la tyrannie d'un homme ou d'une race. »

Mais Delassus est isolé et le sait – et il note que les catholiques sont déjà d’accord (Baudelaire l’avait remarqué aussi !) :

« Comme toutes les autres idées des Américanistes, celle de l'abolition des frontières semble sourire à nos démocrates chrétiens. »

Le projet américain –mondialiste est unitaire et totalitaire ; il s’agit de tout contrôler avec la technologie (déjà…) ; Chesterton en parle dans Un nommé Jeudi (voyez mon livre sur les grands écrivains et la conspiration). Dans son admirable Conjuration antichrétienne Delassus ajoute :

« A la fin du XVIIIe siècle, ce projet de gouverner le genre humain tout entier, par une Convention unique, placée au centre du monde et composée des députés des Conventions établies dans les anciens royaumes réduits à l'état de départements, pouvait paraître fou. Mais aujourd'hui, à l'entrée du XXe siècle, où nous voyons le globe entier sillonné par les fils télégraphiques, les chemins de fer, et les steamers, le messie attendu par les Juifs pourrait facilement tenir le monde entier dans sa main, et le gouverner par une Convention centrale en rapport 'avec des Conventions locales. »

Il est difficile de nier un messianisme juif : voyez Isaïe, 60, et voyez ce qui arriva à de Gaulle. On n’est pas pour polémiquer.

imnbages.jpg

Un des instruments du messianisme mondialiste fut Napoléon :

« On peut voir dans Deschamps, t. II, p. 150 et suiv., l'aide que la Convention, puis Napoléon, reçurent de la franc-maçonnerie en Allemagne, en Belgique, en Suisse et en Italie, pour essayer de former les Etats-Unis d'Europe, acheminement vers l'Etat-Humanité… »

Joseph de Maistre décrit comme Chateaubriand (voyez mon texte, qui est très lu depuis des années) un processus d’unification dans la deuxième soirée de Saint-Pétersbourg (ce n’est pas un hasard si elles sont de Saint-Pétersbourg ces soirées); et Delassus écrit à ce propos (l’unification du monde dans les années 1880 donc) :

« L'unification de l'Italie, l'unification de l'Allemagne, les ambitions des Etats-Unis, appelés peut-être à recueillir de l'Angleterre l'empire des mers, le mouvement qui agite l'Extrême-Orient font progresser de jour en jour, sur tous les points du globe, la marche vers l'unité politique. Avant cent ans, cinquante peut-être, deux ou trois empires, grossis par la « consumation  » des nationalités de second ordre, pourront se heurter dans un conflit suprême pour laisser le vainqueur libre et maître de disposer à son gré des destinées du monde. »

Ulysses_S._Grant_1870-1880.jpg

Je rappellerai mon texte sur l’appel mondialiste du président Grant en 1877. Grant attend même une fin des langues dans le monde: un sabir techno-English pour tout le monde. Il a une vision universaliste et messianique du futur de son pays, qui est aux antipodes de celle mettons de Poe ou de Jefferson – pour ne pas parler de Fenimore Cooper, farouche opposant au progrès.

La liquidation des patries est le but des Américains : il faut anéantir le monde, puisqu’il faut l’américaniser. Delassus :

« Renverser toutes les frontières, dit M. Claudia Janet dans la continuation de l'ouvrage du P. Deschamps, abolir toutes les nationalités, en commençant par les petites, pour ne faire qu'un seul Etat : effacer toute idée de patrie; rendre commune à toute la terre entière, qui appartient à tous; briser, par la ruse, par la force, tous les traités; tout préparer pour une vaste démocratie dont les races divers»1*, abruties par tous les genres d'immoralités, ne seront que des départements administrés par les hauts gradés et par l'Antéchrist, suprême dictateur devenu le seul dieu tel est le but des sociétés secrètes. »

L’idée que les races sont abruties par l’immoralité est très juste ; regardez ce qui nous arrive en ce moment. Sur ce thème lisez mon étude sur Mgr Gaume, autre prélat exceptionnel de ce siècle extralucide.

Le péril messianique et totalitaire est américain. Ce péril est cent fois plus dangereux que le communisme: l’Etat de Washington vient d’autoriser la fugue des enfants désirant devenirs transgenre. Les parents ne sont plus les parents.

Comme disait l’autre, la seule révolution qui ait réussi est l’américaine. Et les ploutocrates qui en sont sortis sont là pour nous le faire sentir. La bourse n’arrêtant pas de monter et le dollar se maintenant…

Sources :

https://kreuzgang.org/pdf/henri-delassus.l-americanisme-e...

https://livres-mystiques.com/partieTEXTES/Delassus/Conjur...

https://livres-mystiques.com/partieTEXTES/Delassus/Conjur...

https://fr.wikipedia.org/wiki/Henri_Delassus

https://www.dedefensa.org/article/baudelaire-et-la-sauvag...

https://www.dedefensa.org/article/poe-et-baudelaire-face-...

https://strategika.fr/2023/01/28/walt-whitman-et-la-desti...

https://lecourrierdesstrateges.fr/2022/11/29/le-president...

https://www.dedefensa.org/article/trump-et-le-refus-migra...

https://www.amazon.fr/Dosto%C3%AFevski-modernit%C3%A9-occ...

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2022/10/08/j...

https://www.dedefensa.org/article/chateaubriand-et-la-con...

https://www.dedefensa.org/article/le-president-grant-et-l...

jeudi, 13 avril 2023

Plus de 100 documents déjà publiés: les fuites d'informations secrètes posent problème au Pentagone

4271795260_f26f7f71cf_b-650x250.jpg

Plus de 100 documents déjà publiés: les fuites d'informations secrètes posent problème au Pentagone

Source: https://zuerst.de/2023/04/13/schon-ueber-100-dokumente-veroeffentlicht-pentagon-machen-geleakte-geheiminformationen-zu-schaffen/

Washington. Les autorités américaines s'efforcent encore de minimiser l'incident. Il est toutefois évident que le Pentagone est confronté à l'une des fuites de données les plus graves de ces dernières années. Depuis des semaines, des documents apparemment secrets des services américains concernant la guerre en Ukraine, mais aussi d'autres foyers de crise, circulent sur les réseaux sociaux. Depuis plusieurs jours, les médias américains font état de ce matériel sensible - constitué de documents plus en plus nombreux...

On ne sait toujours pas qui a dévoilé les documents diffusés il y a plusieurs semaines déjà sur certains canaux prorusses. Ils révèlent des détails allant de la défense antiaérienne ukrainienne au Mossad, les services secrets israéliens.

En l'état actuel des choses, il s'agit d'un cas particulièrement grave de divulgation de secrets. "L'accent est maintenant mis sur le fait qu'il s'agit d'une fuite aux Etats-Unis, car de nombreux documents n'étaient qu'entre les mains des Etats-Unis", a reconnu Michael Mulroy, un ancien haut responsable du Pentagone, dans une interview accordée ces jours-ci à l'agence de presse Reuters.

Certains de ces documents contiendraient des évaluations détaillées de la zone de guerre ukrainienne et des informations tactiques sur la guerre, a écrit le Washington Post vendredi. De nombreux documents auraient été préparés pendant l'hiver pour le général Mark A. Milley, président des chefs d'état-major unifiés, et d'autres hauts responsables militaires américains. Cela indique également que les documents proviennent d'un organisme américain, même si le réseau d'investigation Bellingcat a démontré que certains documents ont été manipulés après coup.

Les documents secrets publiés contiennent entre autres des informations sur les livraisons d'armes à l'Ukraine et des données sur la consommation de munitions. On y trouve également des cartes géographiques montrant le tracé du front, les emplacements des formations russes et ukrainiennes et leurs effectifs. Certains documents classés "secret défense" datent de février et mars, selon le portail d'information "Politico".

Il y avait également des informations sur les plans de l'OTAN et des Etats-Unis concernant la préparation et l'armement de l'armée ukrainienne en vue d'une offensive de printemps imminente. Des détails sur le nombre et le type de livraisons d'armes encore prévues, ainsi que les dates de livraison prévues, ont également été notés.

L'un des documents - daté du 23 février et également classé "secret" - contient des informations détaillées sur la défense aérienne ukrainienne. Selon ce document, les missiles destinés au système ukrainien S-300 pourraient être épuisés d'ici le 2 mai.

D'autres documents font état de vols d'espionnage effectués par les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la France le long du littoral de la Crimée. Mais ce qui est également explosif, c'est que les rapports qui ont fuité montrent une fois de plus que les Etats-Unis espionnent également leurs alliés. Ainsi, des informations des services secrets sur les activités britanniques et canadiennes ont été révélées. Un autre document classé "top secret" révèle que le Mossad, les services secrets israéliens, aurait incité les récentes manifestations en Israël. Les États-Unis l'auraient appris grâce à des renseignements sur les signaux, poursuit le document. Si cela est confirmé, il s'agira d'une preuve tangible - mais pas nouvelle - que les États-Unis espionnent leur principal allié au Moyen-Orient.

La chaîne américaine CNN a entre-temps rapporté que des employés du gouvernement avaient confirmé l'authenticité des documents. Les autorités américaines semblent donc prendre cette affaire très au sérieux. Le Pentagone et le ministère de la Justice enquêtent tous deux sur ces événements, rapportent les médias de manière concordante. Le président américain Joe Biden est "préoccupé" par la quantité de documents qui ont été rendus publics, a confirmé un haut responsable du gouvernement à "Politico".

Ce qui n'est pas clair, c'est qui a publié les documents. Des centaines, voire des milliers d'employés et de personnes extérieures ayant le niveau de sécurité approprié y ont eu accès, a déclaré un employé du ministère de la Défense au Washington Post. De telles violations font partie des crimes les plus graves qui soient en matière de sécurité nationale américaine, a déclaré au journal une ancienne avocate de l'armée de l'air américaine.

Les documents pourraient nuire à l'Ukraine et aux Etats-Unis à plusieurs égards. Bien qu'ils datent de plusieurs semaines, ils pourraient fournir des informations précieuses à Moscou, a déclaré Dmitri Alperovitch, directeur du groupe de réflexion Silverado Policy Accelerator, au Washington Post. Même si elles ne contiennent pas de plans de bataille concrets, elles montrent le type et la quantité d'armes occidentales arrivées sur les champs de bataille ukrainiens, le nombre de soldats qu'elles peuvent servir et comment l'Ukraine compte se défendre contre les attaques russes.

Pour la Russie, ces rapports confirment une fois de plus l'implication de Washington dans le conflit en Ukraine. Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a déclaré à CNN que l'implication des États-Unis et de l'OTAN dans le conflit continuait de s'accroître. "Nous gardons un œil sur le processus". La Russie ne s'attend cependant pas à influencer sa propre conduite de la guerre (mü).

Demandez ici un exemplaire gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

Le regard de Kull : Décoder les fuites entre les États-Unis et l'Ukraine

99317850.png

Le regard de Kull : Décoder les fuites entre les États-Unis et l'Ukraine

Constantin von Hoffmeister

Source: https://eurosiberia.substack.com/p/kulls-gaze-decoding-us-ukraine-leaks?utm_source=post-email-title&publication_id=1305515&post_id=114321108&isFreemail=true&utm_medium=email

Par la volonté de fer de Crom, il faut aborder les publications telles que celles des prétendus documents secrets américano-ukrainiens avec le plus grand scepticisme, car, au royaume des rois et des monstres, la tromperie est aussi courante que les sables du désert. Dans ces guerres modernes, la bataille se déroule non seulement sur les champs de bataille ensanglantés, mais aussi sur le front nébuleux de l'information, un champ de bataille où les sorciers et les guerriers doivent faire preuve de ruse. Il devient de plus en plus crucial de discerner les nouvelles qui sont aussi solides que l'épée de Kull et celles qui ne sont que des illusions, déjà révélées en leur noyau.

Il faut voir comment les médias occidentaux, tels des bêtes voraces, se dévoilent comme un instrument potentiel de désinformation, tel un poignard perfide dissimulé dans les recoins noircis. Jeudi, le New York Times, une chronique qui rivalise même avec les parchemins trompeurs du sombre pays de Thuria, a proclamé que la publication des documents constituait "la première grande percée des services secrets russes depuis le début de la guerre". Pourtant, le lendemain, la même gazette, aussi inconstante que les vents qui balaient les plaines, contredisait ses propres paroles: les documents avaient apparemment été capturés par un initié qui, tel un fantôme dans la nuit, avait eu accès à ces documents des plus clandestins.

Kull de l'Atlantide, dans l'un de ses nombreux contes, a déclaré : "La vérité est aussi insaisissable que les ombres projetées par la lumière du soleil couchant". S'il s'était agi d'un agent russe au sommet du Pentagone, il aurait été aussi insensé que de défier Kull lui-même de risquer d'exposer une source aussi précieuse pour un effet politique aussi insignifiant.

9780345490179.jpg

Alors que le soleil se couche et que l'obscurité se profile, il existe un autre argument pour expliquer pourquoi la désinformation réelle pourrait être l'insinuation d'une "piste russe" derrière les publications. Si l'on suit le contenu des documents divulgués, il n'y a rien qui n'ait déjà été ouvertement affirmé au pays de la Rus : les États-Unis et l'OTAN sont aussi profondément mêlés à la guerre en Ukraine qu'un serpent enroulé autour de l'arbre de vie. Ce n'est qu'une vieille nouvelle pour le public et les services de renseignement, aussi périmée que les os d'une bête morte depuis longtemps. Certains chiffres sont aussi politiquement arbitraires que les caprices d'un dieu capricieux, et l'élaboration de cartes pour prédire quand et où les conditions de dégel - défavorables aux opérations offensives - pourraient commencer est la tâche quotidienne des officiers d'état-major, aussi routinière que l'affûtage de la lame d'un guerrier. Il n'y a pas de grandes preuves, seulement des spectres et des chuchotements.

Le véritable embarras de ces fuites pour l'hydre américaine est qu'elles suggèrent qu'il y a des personnes au sein de l'appareil qui savent où le chemin des rois et des monstres peut mener, et qui, comme Kull de l'Atlantide, cherchent à empêcher la marée du chaos dans la mesure de leurs capacités. Il s'agit probablement du même cercle dans lequel Seymour Hersh a puisé pour ses recherches sur le Nord Stream, comme s'il était guidé par les arcanes d'une civilisation perdue. Lorsque Bellingcat "met en lumière" le nombre de fois où les obscurs portails de paris et serveurs de jeux philippins, où les documents ont fait surface pour la première fois comme des trésors dans un navire coulé, ont depuis changé de nom et d'opérateur, cela n'indique pas nécessairement que des marionnettistes russes tirent les ficelles. Il est tout aussi probable qu'il s'agisse de dénonciateurs américains, aussi rusés que les voleurs les plus habiles de Valusia, qui savent comment se dissimuler. Pour l'instant, et espérons-le pour longtemps, ils restent cachés comme les secrets du monde antédiluvien de Kull.

Merci d'avoir lu Eurosiberia ! Abonnez-vous gratuitement pour recevoir les nouveaux articles et soutenir mon travail.

Vous retrouverez Constantin sur Twitter, Telegram et Substack. Songez à le suivre et à vous abonner.

Twitter: @constantinvonh

Telegram: https://t.me/eurosiberia1

Substack: https://eurosiberia.substack.com

19:30 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, états-unis, ukraine, fuites | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

mercredi, 12 avril 2023

Il faut s'attendre à une recrudescence des cyberattaques contre la Russie dans un avenir proche

1634579559925.jpg

Il faut s'attendre à une recrudescence des cyberattaques contre la Russie dans un avenir proche

Leonid Savin

Source: https://katehon.com/ru/article/vsplesk-kiberatak-protiv-rossii-sleduet-ozhidat-v-blizhayshee-vremya

Les États-Unis mettront en place un "réseau de réseaux" afin d'acquérir une bonne connaissance de la situation et de permettre une action synchronisée, notamment en accélérant l'extraction et le partage de renseignements.

En mars 2023, l'administration Biden a publié une nouvelle stratégie pour la cybersécurité des États-Unis.

L'adversaire est clairement décrit: "Les gouvernements de la Chine, de la Russie, de l'Iran, de la Corée du Nord et d'autres États autocratiques [...] utilisent de manière agressive des capacités cybernétiques avancées pour atteindre des objectifs qui vont à l'encontre de nos intérêts et des normes internationales généralement acceptées. Leur mépris inconsidéré de l'État de droit et des droits de l'homme dans le cyberespace menace la sécurité nationale et la prospérité économique des États-Unis."

Cyber-Attack.png

Il est ouvertement déclaré que les quatre nations seront subverties, que les États-Unis construiront un "réseau de réseaux" pour acquérir une connaissance de la situation et créer les conditions d'une action synchronisée, y compris une vitesse accrue d'extraction et d'échange de renseignements.

Dans le même temps, les initiatives de la Russie et de la Chine visant à établir des règles claires et compréhensibles de gestion du cyberespace mondial continuent d'être ignorées par Washington.

Emily Harding, du Centre d'études stratégiques et internationales, fait remarquer que le gouvernement est déterminé à obtenir ce qu'il veut: "Le gouvernement est déterminé à mettre de l'ordre dans ses affaires... Le bureau du directeur de la cybersécurité nationale et ses partenaires doivent accélérer le bon travail qu'ils ont déjà accompli en collaborant avec les leaders de l'industrie.

L'émergence de cette stratégie a été précédée par le rapport annuel de la Communauté du renseignement des États-Unis, publié en février 2023. Voici quelques extraits de ce rapport :

"On peut dire que la Chine représente aujourd'hui la menace de cyberespionnage la plus large, la plus active et la plus persistante pour les réseaux des secteurs public et privé des États-Unis"....

"L'expertise croissante de l'Iran et sa volonté de mener des opérations cybernétiques agressives en font une menace sérieuse pour la sécurité des réseaux et des données des États-Unis et de leurs alliés"...

"Le programme cybernétique de la Corée du Nord constitue une menace sophistiquée et flexible d'espionnage, de cybercriminalité et d'attaques... Pyongyang possède probablement l'expertise nécessaire pour provoquer des perturbations temporaires et limitées de certains réseaux d'infrastructures critiques et pour perturber les réseaux d'entreprises aux États-Unis".

Il est également dit que "l'exploitation des données sensibles des citoyens américains et l'utilisation illégale de la technologie, y compris les logiciels espions commerciaux et la technologie de surveillance, sont susceptibles de continuer à menacer les intérêts américains".

Un certain nombre de publications et de rapports parus en février 2023 sur les activités militaires en Ukraine ; beaucoup d'entre eux se concentrent sur les cyberattaques. Un certain nombre d'entreprises informatiques ont également publié des rapports à cette date. Google écrit sur les pirates informatiques liés au gouvernement russe. Grafika fait état de manipulations des médias sociaux Facebook et Instagram par des médias affiliés à l'État russe.

Il en va de même pour l'Alliance to Defend Democracies. Le rapport évoque également le rôle de la Chine dans la diffusion de "récits pro-Kremlin". Le Conseil atlantique, un groupe de réflexion de l'OTAN interdit en Russie, a publié un rapport similaire qui est désormais largement cité.

cyberangriff-skorzewiak-adobestock-337081875-920x545.jpeg

La réaction en chaîne d'articles et de références à d'autres sources faisant autorité crée un effet de cascade.

Il convient d'attirer l'attention sur le budget 2024 du ministère américain de la défense. Il comprend, pour la première fois, une demande de l'US Cyber Command. Il demande 332,6 millions de dollars pour les opérations et la maintenance du quartier général, 129 millions de dollars pour les achats et 1,1 milliard de dollars pour la recherche, le développement et les essais.

Dans l'ensemble, le ministère américain de la défense demande 13,5 milliards de dollars pour les activités du cyberespace au cours de l'année fiscale 2024. Il y a quelque temps, ce chiffre était de 600 millions de dollars. Les dépenses du Pentagone pour les activités cybernétiques ont été multipliées par plus de 20.

L'armée de terre, l'armée de l'air, la marine et les marines (qui disposent toutes de leur propre budget) ont leurs propres divisions chargées des cyberopérations, et les chiffres indiquent que l'armée américaine accordera la plus grande attention aux cyberopérations dans un avenir proche. Le nombre d'équipes spécialisées passera à lui seul de 142 à 147.

La comparaison de ces données permet de conclure qu'il faut s'attendre à une recrudescence des cyberattaques contre la Russie, mais aussi contre la Chine, l'Iran et la RPDC dans un avenir très proche.

 

19:29 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cyberguerre, guerre de l'information, russie, états-unis | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

lundi, 10 avril 2023

Les États-Unis menacent l'Europe de sanctions si les sanctions européennes contre la Russie ne sont pas appliquées

5-reasons-why-Europe-is-better-than-the-America-The-Policy-Times.png

Les États-Unis menacent l'Europe de sanctions si les sanctions européennes contre la Russie ne sont pas appliquées

Deux fonctionnaires du département du Trésor se rendront chez les alliés européens pour exiger la fin des échanges avec la Russie.

par Kyle Anzalone

Source: https://news.antiwar.com/2023/04/07/us-will-threaten-europe-to-implement-sanctions-on-russia/

La Maison-Blanche entend envoyer un message clair à ses partenaires européens dans la guerre économique contre la Russie : "Vous êtes avec nous ou contre nous". Deux fonctionnaires du Trésor américain se rendront le mois prochain chez leurs partenaires d'Europe et d'Asie centrale pour exiger l'application de toutes les sanctions à l'encontre de la Russie.

Les fonctionnaires du Trésor Liz Rosenberg et Brian Nelson rencontreront des dirigeants d'institutions financières en Suisse, en Italie et en Allemagne. L'AP rapporte que les fonctionnaires auront un message simple : "1. continuez à fournir un soutien matériel à Moscou ou 2. Continuez à faire des affaires avec des pays qui représentent 50 % de l'économie mondiale".

Rosenberg et Nelson fourniront à leurs homologues européens des renseignements sur les personnes soupçonnées d'avoir enfreint les sanctions. Si ces pays ne parviennent pas à sévir contre ceux qui continuent à faire des affaires avec la Russie, Washington menace d'imposer des "pénalités". Il est difficile de savoir jusqu'où l'administration de Joe Biden est prête à punir les alliés de l'OTAN pour avoir violé les sanctions.

Cette politique fait écho à la doctrine du président George W. Bush selon laquelle les pays doivent soit s'aligner activement sur Washington dans ses guerres au Moyen-Orient, soit être considérés comme travaillant "avec les terroristes".

On ne sait pas encore comment l'Europe réagira aux menaces de l'administration de Joe Biden. Certains membres de l'UE se sont prononcés en faveur d'un plan qui lèverait les sanctions contre l'industrie biélorusse des engrais.

En outre, l'application de sanctions plus strictes pourrait menacer l'accord d'exportation de céréales de la mer Noire. Cet accord, négocié par la Turquie et les Nations unies, permet aux ports ukrainiens de la mer Noire, fortement minés, d'exporter des produits agricoles. Moscou s'est montrée disposée à prolonger l'accord à plusieurs reprises, mais menace d'y mettre fin en raison des sanctions occidentales qui empêchent la Russie de profiter des avantages de l'accord.

Après l'invasion de l'Ukraine par la Russie l'année dernière, la Maison Blanche a déclenché une série de sanctions qu'elle considérait comme une arme nucléaire économique. Toutefois, la tentative d'isoler l'économie de Moscou a largement échoué. Si le rouble russe a chuté ces derniers jours, Moscou a résisté aux sanctions pendant la majeure partie de la guerre en augmentant ses échanges avec l'Asie.

097ded1c-9194-4016-8ce5-60d8f2fc17f9.jpeg

Washington s'est contenté de rallier ses alliés de l'OTAN et d'autres partenaires proches à l'adoption des sanctions. Entre-temps, la Chine a ajouté de nouveaux pays à son Organisation de coopération de Shanghai, et l'Arabie saoudite et la Turquie sont deux des derniers membres potentiels.

En devenant membre de l'OCS, le président iranien Ebrahim Raisi a fait remarquer que plus les États-Unis sanctionnent de pays, plus ces nations ciblées peuvent coopérer en tant que partenaires commerciaux : "Les relations entre les pays sanctionnés par les États-Unis, comme l'Iran, la Russie ou d'autres pays, peuvent permettre de surmonter de nombreux problèmes et de les rendre plus fortes", a-t-il déclaré. "Les Américains pensent que quel que soit le pays auquel ils imposent des sanctions, il sera stoppé, mais leur perception est erronée.

Kyle Anzalone est rédacteur en chef de Antiwar.com, rédacteur en chef de l'Institut libertarien et co-animateur de Conflicts of Interest.

Li Haidong: Méfiez-vous de la création d'une crise majeure en Asie-Pacifique par les Etats-Unis

ancienne-carte-scolaire-cartes-generales-des-oceans-et-des-mers-ocean-pacifique.jpg

Li Haidong: Méfiez-vous de la création d'une crise majeure en Asie-Pacifique par les Etats-Unis

Source : Global Times & https://opinion.huanqiu.com/article/42kYYm0ouZy

par Li Haidong

Premier dirigeant étranger à se rendre aux États-Unis pendant le mandat de M. Biden, le Premier ministre japonais Yoshihide Suga travaille désormais avec M. Biden sur un certain nombre de questions, notamment la concurrence stratégique avec la Chine. Parallèlement, l'administration Biden a envoyé d'anciens fonctionnaires de haut niveau à Taïwan et a récemment dépêché à plusieurs reprises des navires de guerre américains en mer de Chine méridionale. Elle a également encouragé ses alliés européens à déplacer leurs opérations militaires dans la région Asie-Pacifique et à y mener sans relâche des exercices militaires conjoints. Tous ces signes montrent que les États-Unis ne veulent pas d'une situation durable et stable dans la région Asie-Pacifique. Au contraire, créer ou provoquer des crises pour maintenir la région dans un état de tension, de crise ou même de conflit modéré est conforme au besoin des États-Unis de promouvoir la "stratégie indo-pacifique".

Les États-Unis ont une tradition de politique de "changement plutôt que de stabilité"

Tout d'abord, les États-Unis se sont développés en créant des crises ou des guerres et en y répondant, ce qui a façonné leur caractère national et leurs traditions diplomatiques. Qu'il s'agisse de l'expansion territoriale et du massacre des Indiens en Amérique du Nord au 19ème siècle, ou de l'établissement et du maintien de l'hégémonie à l'échelle mondiale au 20ème siècle avec la "guerre chaude" et la "guerre froide", l'obsession des États-Unis pour les crises ou les guerres reflète une tradition politique de "recherche du changement plutôt que de stabilité". Elle est non seulement devenue un élément intrinsèque du comportement des États-Unis à l'étranger, mais aussi une condition préalable essentielle pour que les États-Unis, en tant que nation d'immigrants, puissent résoudre la crise de l'identité nationale et ethnique dans leur pays et assurer leur intégrité et leur stabilité politiques à différentes époques.

Au cours de la première décennie qui a suivi la fin de la guerre froide, les États-Unis n'ont pas profité de leur situation "unipolaire" pour promouvoir l'évolution pacifique de l'ordre international et établir des relations stratégiques et stables entre les grandes puissances ; au contraire, ils ont continué à exacerber les conflits et les guerres dans les Balkans et à promouvoir l'expansion de l'OTAN à l'est. Au 21ème siècle, les États-Unis ont initié ou mené une série de guerres, notamment en Afghanistan, en Irak, en Libye et en Syrie, qui ont entraîné la crise financière mondiale de 2008, la guerre civile en Ukraine de 2014 à aujourd'hui et de nombreuses "révolutions de couleur" dans des régions clés du monde. Dans la nouvelle épidémie qui ravage le monde depuis le début de l'année dernière, les efforts des États-Unis pour se débarrasser de l'épidémie et la résistance politique à celle-ci ont conduit à la poursuite de la propagation de la crise épidémique mondiale. Face à la nécessité urgente d'une coopération mondiale dans la lutte contre l'épidémie, les États-Unis se sont engagés dans une stratégie dite de coalition pour diviser la réponse internationale à l'épidémie et l'utiliser pour alimenter la concurrence géopolitique avec la Chine, la Russie et d'autres pays.

-clash1x-1.png

3c30cfec-373b-4e1f-a1c2-3d4072e75a0f.jpeg

Depuis une trentaine d'années, les États-Unis sont devenus un véritable semeur de chaos mondial, et les régions dans lesquelles ils ont été impliqués se sont non seulement souvent retrouvées dans un chaos et une crise, mais les grandes divisions internes des États-Unis s'aggravent également et sont difficiles à guérir. L'élite politique américaine est exceptionnellement anxieuse et désespérée à l'idée d'une crise plus importante. Les États-Unis, qui ne sont pas un pays réfléchi, tentent actuellement de provoquer des conflits ou des crises plus graves dans la région Asie-Pacifique, en opérant à un niveau plus profond un processus de transformation externe des contradictions internes.

Au service d'une revitalisation durable du système d'alliances en Asie-Pacifique

Deuxièmement, pour revitaliser durablement le système d'alliances que l'élite politique américaine actuelle a identifié comme la ressource stratégique la plus précieuse, les États-Unis ont objectivement et urgemment besoin d'une crise majeure dans la région Asie-Pacifique ou en Europe. L'expérience et les modèles historiques prouvent qu'en l'absence de divisions et de confrontations entre groupes d'États, les alliances déclinent, voire s'effondrent. Après l'effondrement de l'Union soviétique, on pensait généralement que le système d'alliances forgé par les États-Unis pendant la guerre froide disparaîtrait progressivement de la scène historique, mais au contraire, il n'a cessé de se renforcer. La raison fondamentale de ce phénomène est que les États-Unis ont créé de nouveaux rivaux ou ennemis en exploitant ou même en créant des confrontations ou des conflits de grande envergure, tels que la crise des Balkans, la guerre élargie contre le terrorisme et la rivalité stratégique entre les grandes puissances, afin d'assurer la pérennité et la consolidation de leurs propres alliances bilatérales et dirigées par l'OTAN dans la région de l'Asie-Pacifique.

Dans les années 1990, les États-Unis se sont obstinés à lancer le processus d'expansion de l'OTAN à l'est, après la guerre froide, créant ainsi une nouvelle fois une division durable en Europe, et la Russie n'a eu d'autre choix que d'affronter les États-Unis en Europe. La guerre civile en Ukraine, qui dure depuis 2014, est à la fois une manœuvre des États-Unis pour créer des crises internes dans d'autres pays afin d'élever la réalité de la fonction de l'OTAN, et le résultat inévitable de l'intensification de la contradiction structurelle entre les États-Unis et le refus de la Russie de revenir à une architecture de sécurité européenne dominante. Cette crise majeure a porté un coup à la Russie et renforcé la position dominante de l'OTAN en matière de sécurité en Europe, de sorte que la guerre civile en Ukraine ne s'apaisera pas, mais ne fera que s'intensifier.

La logique qui sous-tend l'héritage et la promotion de la stratégie indo-pacifique par l'administration Biden est la même que celle des États-Unis en Europe, où elle a été utilisée pour renforcer les alliances en créant des crises. Afin de raviver la fonction d'alliance des États-Unis dans la région Asie-Pacifique, l'administration Biden promeut vigoureusement l'opinion à l'échelle internationale selon laquelle "la Chine, la Russie et d'autres pays constituent une menace" et attise constamment les conflits régionaux. Les États-Unis se sont ingérés à plusieurs reprises dans nos affaires intérieures au nom de la démocratie et des droits de l'homme sur des questions liées aux frontières, à Hong Kong, à Taïwan et au Tibet, et ont créé des conflits sur des questions telles que la mer de Chine méridionale, la mer de Chine orientale et la gestion des épidémies, tout en menant fréquemment des exercices militaires conjoints avec leurs alliés. Pour les États-Unis, la stabilité de la région Asie-Pacifique n'est pas conforme à leurs soi-disant intérêts stratégiques tels qu'ils sont définis. Créer des divisions et des crises profondes dans la région Asie-Pacifique et s'engager dans une rivalité ou une confrontation stratégique entre les grandes puissances pour renforcer la fonction de l'alliance américaine dans la région Asie-Pacifique est l'essence même de la stratégie indo-pacifique des États-Unis.

Promouvoir le double processus de "l'OTANisation de l'Asie-Pacifique" et de "l'OTAN Asie-Pacifique"

Troisièmement, le double processus de l'OTANisation et de l'OTAN Asie-Pacifique constitue les deux piliers les plus importants de la stratégie américaine pour l'Indo-Pacifique et l'indicateur clé de sa réussite. Il s'agit également d'un indicateur clé de sa réussite. Contrairement à l'OTAN, qui est fermement ancrée dans la domination du paysage sécuritaire européen, les États-Unis disposent d'un certain nombre d'alliances bilatérales dans la région Asie-Pacifique qui ne sont ni fonctionnelles ni suffisamment importantes pour garantir leur domination du paysage sécuritaire de l'Asie-Pacifique. Ils accélèrent le fonctionnement du dialogue quadripartite sur la sécurité en provoquant davantage de crises et en cherchant à l'utiliser comme base pour relier les nombreuses alliances bilatérales qui existent déjà dans la région Asie-Pacifique, avec les États-Unis au centre, et finalement former une alliance multilatérale dirigée par les États-Unis pour l'"OTANisation de l'Asie-Pacifique". Cette alliance façonnera également, par ricochet, le paysage sécuritaire de l'Europe. L'application de cette logique de façonnage du paysage sécuritaire européen à la région Asie-Pacifique est si claire que le rythme et l'orientation de la politique américaine sont hautement prévisibles.

Les États-Unis sont déterminés à pousser leurs alliés européens au sein de l'OTAN à se détacher de la soi-disant perspective européenne, jugée étroite, pour pouvoir jouer un rôle en dehors de l'Europe dès que possible. Cet objectif est poursuivi au milieu de nombreuses crises majeures. À l'heure où l'accent est mis sur une compétition stratégique majeure avec la Chine et la Russie, les États-Unis doivent de toute urgence accélérer l'"Asie-Pacifique" des institutions et des fonctions de l'OTAN. Le fait de provoquer ou de créer des crises majeures est le moyen le plus crucial d'atteindre cet objectif. La récente décision de l'administration Biden et de l'OTAN d'annoncer un retrait complet de l'Afghanistan dès que possible n'est pas une contraction de l'OTAN en Asie, mais un plan visant à déplacer le centre des opérations vers la région de l'Asie de l'Est. Ils ne se préoccupent pas de la manière dont le chaos en Afghanistan sera finalement résolu, mais tentent de créer une crise plus importante dans la région de l'Asie de l'Est afin d'accélérer le processus de "l'Asie-Pacification de l'OTAN".

L'utilisation ou la création de crises majeures est une caractéristique habituelle du comportement des États-Unis dans la promotion de leurs intérêts stratégiques, et les pays de l'Asie-Pacifique qui attachent de l'importance à leur propre prospérité et à leur propre stabilité devraient en être bien conscients et rester vigilants.

(L'auteur est professeur à l'Institut des relations internationales de l'Institut du service extérieur).

samedi, 08 avril 2023

Le crépuscule de la doctrine Monroe : comment la Chine et la Russie empiètent sur l'Amérique

Untitled-design-2022-10-13T113355.024-1920x1080.png

Le crépuscule de la doctrine Monroe: comment la Chine et la Russie empiètent sur l'Amérique

Emanuel Pietrobon

Source: https://it.insideover.com/politica/tramonto-dottrina-monroe-cina-russia-sconfinano-america.html

Selon Phil Kelly, géopolitologue non conventionnel, les États-Unis sont le "Heartland" dont parlait Halford Mackinder dans ses ouvrages. Étendus sur une prairie extraordinairement fertile, dotés d'un sol et d'un sous-sol riches en ressources naturelles, des hydrocarbures à l'or bleu, et protégés par deux océans, ils jouissent d'un isolement géostratégique qui leur a permis de se développer presque sans être dérangés.

Phil-Kelly_avatar_1532602950.jpg

pid_25589.jpg

Ce n'est pas entre le Turkestan et l'Altaï que se trouve le cœur de la Terre, dit Kelly, mais quelque part entre les Appalaches et le bassin du Mississippi. Et ce n'est pas de l'Eurafrasie, fragmentée, vulnérable aux divisions des thalassocraties et en guerre perpétuelle avec elle-même, que naîtra l'hyperpuissance qui trônera sur le monde. Car cette dernière appartient à ceux qui détiennent le pouvoir sur le cœur de la terre, à savoir les États-Unis.

L'hétérodoxe Kelly a produit une oeuvre dont la lecture est nécessaire pour qui veut se plonger dans les fondements de la puissance américaine, qui ne pourrait exister sans le contrôle des grandes routes commerciales maritimes mondiales - un fardeau hérité de l'Empire britannique -, sans le confinement dans une dimension tellurique des quatre cavaliers eurasiens de l'Apocalypse - Chine, Allemagne, Inde, Russie - et, surtout, sans le maintien dans un état de subalternité des acteurs clés de l'hémisphère occidental, la Doctrine Monroe.

Une doctrine Monroe que les aspirants à l'hégémonie mondiale ont toujours contestée, à commencer par la France de Napoléon III et l'Allemagne wilhelminienne, et qui est aujourd'hui assiégée par deux des quatre cavaliers eurasiens de l'Apocalypse, la Chine et la Russie, et par une constellation de forces régionales et extrarégionales. La guerre mondiale se déroule aussi en Amérique latine.

L'Amérique latine, chaudron du monde

De la préservation et de la protection de la doctrine Monroe dépendent l'existence et la survie du système hégémonique mondial construit par les États-Unis. La remettre en cause revient à se frapper la cage thoracique. Le défier, c'est ouvrir une brèche en direction du cœur de la terre, en sachant que la réaction de l'aigle blessé pourrait être imprévisible. Heartland pour Heartland et le monde devient aveugle.

Will-China-Become-LatAms-Largest-Trade-Partner_.png

ChinasPort-folioInLatinAmerica_VRIC28SFS.png

C'est la doctrine Monroe qui a fait des États-Unis un empire hémisphérique, les protégeant des menaces de l'Eurafrasie, et c'est pourquoi ils ont fait l'objet d'une attention particulière de la part des aspirants à l'hégémonie mondiale à toutes les époques: la France de Napoléon III, l'Allemagne de Guillaume II et d'Adolf Hitler, l'Union soviétique et, aujourd'hui, la Russie et la République populaire de Chine. Mais sur son endurance, les affronts systémiques mis à part, pèse aussi l'arrivée en Amérique latine d'une série de tournois de l'ombre mûris en Eurasie.

La fin de la guerre froide n'a pas signifié le triomphe de la paix dans les veines ouvertes et saignantes de l'Amérique latine, mais la poursuite de la piraterie dans les Caraïbes, la continuation des guerres civiles éternelles dans la Mésoamérique jamais apaisée et la prolifération d'un nouvel anti-américanisme dans le cône sud. La situation s'est aggravée au fil des ans, parallèlement à l'aggravation de la concurrence entre les grandes puissances, ce qui a entraîné l'entrée des plus importantes rivalités eurasiennes dans le grand chaudron ibéro-américain.

Les Iraniens et les Israéliens s'affrontent dans tout le cône sud, de la Guyane à l'Argentine, se faisant les protagonistes d'attaques flagrantes et d'opérations de blanchiment. Leur rivalité a fait plus de 130 morts et plus de 500 blessés entre Buenos Aires et Panama - le torpillage oublié du vol 901 d'Alas Chiricanas - auquel il faut ajouter l'assassinat du procureur argentin Alberto Nisman. Leur rivalité est le contexte dans lequel il faut lire l'interdiction du Hezbollah dans le sous-continent. Dans leur rivalité entrent en jeu ces forces anti-étatiques que sont les cartels de la drogue latino-américains, avec lesquels le Hezbollah trafique des stupéfiants, blanchit de l'argent et par lesquels il entre en contact avec la politique.

russia-latam-exports.v2.jpg

180509_miles_1.jpg

180509_miles_6.jpg

Iraniens, Turcs et Saoudiens rivalisent pour l'hégémonisation de l'umma latino-américaine, en finançant des campagnes de prosélytisme, en inaugurant des mosquées, des écoles coraniques et des centres culturels, et en créant, dans la mesure du possible, des enclaves religieuses imperméables utiles à la collecte de renseignements et à la conduite du commerce gris. Ils sont suivis de près, pour des raisons similaires mais avec des méthodes et des résultats différents, par les capitaines de l'Internationale djihadiste, d'Al-Qāʿida à l'État islamique, qui sont présents de Mexico à la Triple Frontière.

Primakov contre Monroe

La Russie n'aurait pu réécrire la fin de la guerre froide, retrouver une place honorable à la table des grands de ce monde, qu'en (re)tournant son regard vers le Sud global et en travaillant avec lui pour dépasser le moment unipolaire. Telle était la conviction d'Evgenij Primakov, le théoricien de la transition multipolaire, dont Vladimir Poutine a puisé la richesse des idées et des visions à l'aube de l'an 2000.

Écrire sur la Russie dans l'hémisphère occidental revient à parler de Primakov. L'éminence grise en devenir de Boris Eltsine, torpillée par la suite lors de la crise yougoslave de 1999, qui a conçu et dirigé en 1997 une tournée en Amérique latine - la première d'un gouvernement russe depuis la fin de la guerre froide - dans le but de réaffirmer la présence de Moscou dans le jardin de Washington. Une réponse, pour Primakov, à la présence "des Américains dans la Caspienne, en Asie centrale et dans la Communauté des États indépendants".

190f6c0_30248-1r6dbdr.jpg

Avec la fin prématurée de l'ère Eltsine, Primakov fut pré-retraité par l'Etat profond mais redécouvert au dernier soir de 1999 et c'est Poutine qui reprendra le dossier latino-américain selon le contenu de la "doctrine Primakov". Mots d'ordre, au moins dans un premier temps - en raison de la priorité donnée au rétablissement des relations avec l'Occident -, modération et proportionnalité.

Le pivotement vers l'Amérique latine de la présidence Poutine a été inspiré par les idées de Primakov, mais aidé par les héritages matériels et immatériels de l'ère soviétique: des avant-postes pro-russes à Cuba et au Nicaragua à l'enracinement de l'anti-américanisme dans de larges segments de la société, de la politique et de l'armée. Des héritages qui ont été nourris et ont conduit à la formation d'axes résistants aux pressions de la superstructure - la doctrine Monroe -, comme avec l'Argentine, le Brésil et le Venezuela, et à la conduite d'interventions hybrides, comme l'envoi de spécialistes de la contre-insurrection à Daniel Ortega et Nicolás Maduro au plus fort des manifestations télécommandées qui menaçaient de les submerger.

Le temps a largement remboursé l'investissement du Kremlin dans le jardin de la Maison Blanche. Les rêves néo-bolivaristes sont morts avec Hugo Chávez, mais le nouvel ordre vénézuélien a survécu à son fondateur et il y a des signes d'une possible rupture du cordon sanitaire dans le cône sud. Le format des Brics a surmonté l'absence du PdL au Brésil, il est en train de s'étendre à l'Argentine et à la Bolivie, où les pro-Morales sont de retour au pouvoir après le coup d'État pro-américain de 2019, et s'efforce de faire une percée dans la dédollarisation du commerce international et intra-américain.

L'histoire a donné raison à Primakov. Car ce que la Russie de l'ère Poutine, exportatrice majeure de produits militaires - périodiquement en tête du classement des principaux fournisseurs d'armes de la région -, gardienne de gouvernements fantoches et propriétaire de bases de collecte de renseignements - au Nicaragua, au Venezuela et à Cuba, où la rumeur court depuis le début de l'année 2000 d'une remise en service de la base de Lourdes - a réalisé là est une démonstration plastique de la lente liquéfaction de la doctrine Monroe.

L'état de crise de la doctrine Monroe, jamais totalement remis des traumatismes de la guerre froide - la grande guerre civile méso-américaine, la saison des dictatures militaires, des morts et des disparus -, a été reconfirmé lors de la guerre en Ukraine, lorsque le jardin par excellence de Washington a refusé en bloc d'envoyer des armes à Kiev, d'appliquer des sanctions à Moscou et s'est révélé, selon les enquêtes de l'OSINT, l'une des régions du Sud global les plus sympathiques au récit russe.

L'Amérique latine, périphérie de la Terre du Milieu

Une menace hémisphérique et un concurrent stratégique. La domination commerciale, les acquisitions stratégiques, le contrôle des infrastructures vitales et les objectifs à long terme font de la République populaire de Chine, aux yeux des États-Unis, une menace hémisphérique et un concurrent stratégique - deux définitions inventées et utilisées dans les cercles politico-militaires.

GettyImages-684100400.jpg

Les chiffres de l'agenda latino-américain de Pékin suggèrent en effet l'existence d'un défi sans précédent à la domination hégémonique établie de Washington :

    - Les échanges entre la Chine et l'Amérique latine sont passés de 12 milliards de dollars en 2000 à 450 milliards de dollars en 2021 ; des chiffres qui, en 2022, feraient de la Chine le deuxième partenaire commercial de toute la région, mais le premier de neuf pays et du cône sud ;

    - Trois pays d'Amérique latine ont conclu des accords de libre-échange avec la Chine ;

    - Sept pays d'Amérique latine ont conclu des partenariats stratégiques globaux avec la Chine ;

    - Onze visites officielles de Xi Jinping dans la région entre 2013 et 2021 ;

    - Vingt-et-un pays d'Amérique latine ont signé des documents d'adhésion et/ou de coopération dans le cadre de la mise en œuvre de l'initiative "la Ceinture et la Route" ;

    - 137 milliards de dollars prêtés aux gouvernements latino-américains sur la période 2005-2020 par la Banque de développement de Chine et la Banque chinoise d'import-export ;

Les chiffres ci-dessus, ainsi qu'une menace hémisphérique, parlent de la Chine comme d'une puissance extrarégionale qui, selon le Centre d'études du Liechtenstein, disposerait de ressources suffisantes pour modifier de manière permanente le cadre géoéconomique et géopolitique de l'Amérique latine, dans lequel, à condition qu'il y ait une volonté politique exprimée de la part du PCC, elle pourrait façonner une coexistence compétitive avec les États-Unis.

Le fait que Pékin, malgré l'opposition de Washington, soit devenu une puissance extrarégionale ayant un intérêt (permanent ?) pour la région est également démontré par le fait que, hormis les chiffres du commerce et de l'investissement, il a rejoint les conseils d'administration de la Banque interaméricaine de développement et de la Banque de développement des Caraïbes en tant que membre votant.

L'économie pour influencer la politique. La politique pour remettre en cause la doctrine Monroe et la doctrine des deux Chine. L'investissement dans les infrastructures stratégiques et l'exploitation des métaux précieux et rares pour saper l'hégémonie mondiale des États-Unis. La patience stratégique de l'homo sinicus et la myopie distraite de l'homo americanus sont les meilleurs amis de l'Amérique latine et de la Chine.

L'incrustation et la constance ont récompensé la grande stratégie de la Chine dans l'hémisphère occidental. La légitimité internationale de Taïwan ne tient qu'à un fil, que la pluie de désaveux des pays d'Amérique latine a contribué à raccourcir considérablement et qui pourrait être à nouveau coupé - huit des 14 pays qui reconnaissent encore Taipei se trouvent sur le sous-continent, dont l'un a entamé les démarches administratives pour la transition vers une seule Chine en mars 2023, le Honduras, tandis que les sept autres sont tentés par des promesses d'aide, de commerce, d'investissement et de prêts.

La concurrence sino-américaine sévit dans les mines de métaux précieux et de terres rares et sur les chantiers de grands travaux et d'infrastructures stratégiques, mais la pression des Etats-Unis n'a pas toujours, mais alors pas du tout, l'effet escompté. Car s'il est vrai que le Chili a abandonné l'idée du câble sous-marin Valparaiso-Shanghai, il est tout aussi vrai que le Brésil a été le premier bénéficiaire des investissements directs étrangers de la Chine en 2021 et qu'il est le hub régional de Huawei, que le Pérou a vendu sa plus grande compagnie nationale d'électricité à des acheteurs chinois en 2020, et que dans le Triangle du lithium, on parle de plus en plus le mandarin et de moins en moins l'anglais.

chile asia.png

La doctrine Monroe à l'épreuve du 21ème siècle

L'offre d'une large gamme de produits à bas prix, l'utilisation intelligente du financement humanitaire et de la coopération au développement, ainsi que les stratégies de projection du soft power ont permis à Pékin de se présenter comme une alternative viable aux yeux des Latino-Américains. Les résultats, visibles, tangibles et quantifiables, ont été une avalanche de transitions vers la politique d'une seule Chine, l'entrée dans des secteurs sensibles de la sécurité nationale américaine - tels que les ports stratégiques en Méso-Amérique -, la longévité accrue des gouvernements anti-américains et l'ouverture de centres de collecte de données à potentiel militaire, dont deux au Chili et en Argentine.

La Russie a capitalisé sur l'héritage soviétique de puissance prolétarienne et anticoloniale et a investi dans la projection de puissance douce, trouvant un soutien clé en Chine et réussissant à magnétiser dans la coalition anti-hégémonique l'Église catholique postérieure à Jean-Paul II qui, désillusionnée par les États-Unis en raison de son rôle dans la protestantisation de l'Amérique latine, se trouve aujourd'hui à l'avant-garde du boycott des forces politiques qui sont l'expression des évangéliques et des pentecôtistes, des électeurs obstinément proaméricains. La rencontre entre les deux éminences à La Havane en 2016 comme acte fondateur de l'Entente russo-romaine pour la transition multipolaire.

Anarchie productive - comme au Nicaragua et au Venezuela -, coups d'État - comme en Bolivie 2019 -, sédition - comme au Brésil 2023 -, réouverture de différends territoriaux non résolus - comme dans les Malvinas/Falklands - ; tout est à lire et à encadrer dans la compétition entre grandes puissances, dont l'un des chapitres les plus importants est l'Amérique latine comme en témoignent les nombreux aspects de son sous-sol fertile: la Grande Dépression américaine alimentée par le PCC, les Triades et les Narcos mexicains, l'encerclement diplomatique accru de Taïwan, la non-participation à la guerre en Ukraine, l'adhésion à la lutte contre le dollar et la lente expansion des avant-postes militaires, de Managua à Ushuaia.

La guerre mondiale actuelle se déroule aussi en Amérique latine. Le désir de Washington de regagner une influence décroissante dans l'hémisphère occidental sera susceptible de produire des coups d'État doux ou durs, une anarchie productive, des insurrections, des révolutions colorées, des interférences électorales et, en dernier recours, des interventions militaires chirurgicales de type Urgent Fury. Les réactions de l'axe Moscou-Beijing seront égales et opposées, allant d'opérations de déstabilisation hybrides à des initiatives diplomatiques (l'arrivée de la Pax Sinica dans le sous-continent ?), en passant par des poussées de dédollarisation et des accords militaires. La doctrine Monroe à l'épreuve du XXIe siècle.

Donnez-nous encore une minute de votre temps !

Si vous avez aimé l'article que vous venez de lire, posez-vous la question suivante : si je ne l'avais pas lu ici, l'aurais-je lu ailleurs ? S'il n'y avait pas InsideOver, combien de guerres oubliées par les médias le resteraient ? Combien de réflexions sur le monde qui vous entoure ne pourriez-vous pas faire ? Nous travaillons tous les jours pour vous offrir des reportages de qualité et des articles de fond totalement gratuits. Mais le journalisme que nous pratiquons est loin d'être "bon marché". Si vous pensez que cela vaut la peine de nous encourager et de nous soutenir, faites-le maintenant.

jeudi, 06 avril 2023

Nazisme WOK/NAFO

im-752330.jpg

Nazisme WOKE/NAFO

Lucas Leiroz

Source: https://novaresistencia.org/2023/03/30/o-nazismo-woke-nafo/

Le monde avale sans broncher le discours selon lequel les pensées ordinaires de la plupart des gens, imprégnées de conservatisme, de patriotisme et de religion, seraient une quelconque "menace néo-nazie". Mais ils se trompent. La menace est de l'autre côté. Nashville le montre.

La gauche des pays du centre a passé des années à promouvoir la chasse aux sorcières contre les groupes conservateurs et nationalistes pour avoir soi-disant identifié en eux une "menace fasciste". Aujourd'hui, il en va tout autrement.

Le seul régime ouvertement néonazi au monde n'a rien de conservateur. Il est absolument intégré dans l'agenda libéral "woke" et les principes "démocratiques" européens.

En fait, l'Ukraine va jusqu'à promouvoir des défilés de la fierté LGBT au milieu du champ de bataille lorsqu'elle conquiert un territoire sur la domination russe - sans parler de la coopération ouverte entre les groupes LGBT, le mouvement antifa et d'autres collectifs identitaires avec les néo-nazis d'Azov et compagnie.

2019-06-23T101628Z_1591088197_RC12A70376A0_RTRMADP_3_GAY-PRIDE-UKRAINE-scaled-e1624561786621.jpg

Et les partisans de ce régime vont dans la même direction. Nombreux sont ceux qui pensaient qu'il s'agissait d'une exagération et qui voient maintenant la réalité en face que fut la fusillade de Nashville, où un massacre scolaire a été perpétré par un tireur transgenre membre de la NAFO - une organisation cyberterroriste décentralisée dont le travail consiste à promouvoir la déstabilisation des cyberréseaux pro-russes par le biais de fausses accusations, d'attaques de pirates informatiques, de dénonciations de masse et de "trolling" organisé.

Et ce n'est pas tout : un prétendu manifeste a été laissé par l'auteur de l'attaque et, "pour une raison quelconque", a été censuré par les autorités américaines.

Au cours des dernières heures, des secteurs conservateurs de la société américaine ont lancé une campagne de masse pour exiger la publication de ce manifeste. Je pense que c'est tout à fait juste. Le contenu doit être rendu public, notamment pour attirer l'attention de l'opinion publique sur le type d'idées défendues par le tireur, ce qui contribuera à prévenir d'autres attaques.

Mais apparemment, l'idée de prévenir de nouveaux massacres ne semble pas suffire à convaincre les autorités américaines de rendre public le contenu du manifeste - ce qui nous amène à penser que les propos qui y figurent pourraient être quelque peu... compromettants.

Sachant que les collectifs LGBT et les mouvements "identitaires" font pression pour empêcher la publication du manifeste, je ne peux que spéculer sur le fait que son contenu pourrait mettre en évidence le profond niveau d'intégration idéologique entre l'agenda "woke" et le néo-nazisme atteint ces dernières années - de manière particulièrement intense après le début de l'opération russe en Ukraine.

La vérité est une : Kiev est devenue l'excuse parfaite pour réunir deux camps apparemment opposés de l'idéologie misanthrope et transhumaniste - d'un côté les activistes pro-mutilation des enfants, de l'autre les racistes ouverts qui veulent l'extermination des peuples jugés "inférieurs".

Ce n'est pas un hasard si les habitants de pays contre-hégémoniques axiologiquement archaïques comme la Russie et la Chine deviennent les principales cibles d'une campagne ouvertement génocidaire. Le plus grand problème est que cela ne s'arrête pas là. Elle a commencé par des agressions physiques contre les Russes dans les rues et en est déjà à un degré plus élevé de mélange d'idées subversives et de troubles mentaux, culminant avec les massacres dans les écoles.

En d'autres termes, les mouvements de gauche et les autorités américaines, soumises au gouvernement ultra "woke" de Joe Biden, veulent éviter la publication du manifeste parce qu'il révélerait que le plus grand repaire de néo-nazisme, de racisme, de misanthropie et d'autres maux idéologico-moraux dans la société contemporaine ne se trouve pas dans les secteurs conservateurs et nationalistes, mais dans les groupes qui promeuvent des agendas identitaires radicaux.

Comme tout ce qui se passe au Brésil est en retard sur les pays du centre, je pense que, malheureusement, nous verrons également les membres de l'OPANO (qui prolifèrent déjà en langue portugaise) et les identitaires massacrer des enfants dans un avenir proche.

Nos autorités ont avalé sans broncher le discours selon lequel les pensées ordinaires de la plupart des gens, imprégnées de conservatisme, de patriotisme et de religion, seraient une "menace néo-nazie". Mais ils se trompent. La menace est de l'autre côté. Nashville le montre.

20:23 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : nashville, nafo, actualité, états-unis | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook