Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 05 avril 2023

La propagande dans la culture populaire

6ac9bb698a48fa7f0479cf3aa0d1d83f.jpg

La propagande dans la culture populaire

Source: https://www.bloccostudentesco.org/2023/02/21/bs-la-propaganda-nella-cultura-popolare/

par Saturno

Dans une société où presque tout le monde a accès à internet et à des produits de divertissement tels que les films, les livres, les jeux vidéo et les bandes dessinées, il était inévitable qu'une relation se crée entre la culture de masse, l'identité nationale, la politique et la géopolitique. Pour comprendre cela, je prendrai l'exemple du célèbre personnage de bande dessinée américain Captain America.

Le concept d'hégémonie culturelle théorisé par Antonio Gramsci, intellectuel marxiste, consiste à voir la société divisée en classes mais avec une seule d'entre elles (la bourgeoisie), placée au sommet, qui ne détient pas le pouvoir par la seule force, mais surtout par le consensus. Cela est possible, selon Gramsci, parce que la classe dirigeante contrôle totalement les moyens d'influencer la culture populaire (école, journaux, religion, etc.) et, par conséquent, la façon dont les gens pensent. Les détenteurs de l'hégémonie culturelle peuvent créer un récit et des sentiments partagés par l'ensemble de la société, en diffusant des valeurs qui font que la domination de la classe actuellement au sommet semble également favorable aux classes subordonnées.

Laissant de côté le discours sur la véracité de la rhétorique marxiste (surtout aujourd'hui) selon laquelle la société est rigidement divisée en classes en lutte, ce concept d'hégémonie culturelle peut être utilisé pour diffuser des sentiments et des modes de pensée qui n'ont rien à voir avec la "lutte des classes", par exemple pour construire artificiellement des récits visant à former des identités nationales grâce à l'influence exercée par des choses triviales telles que les produits de divertissement : films, romans, chansons et bandes dessinées (comme Captain America), qui semblent apolitiques mais contiennent en fait des messages politiques qui influencent la société.

Cela a été particulièrement commode pour les États-Unis, car ils n'ont pas, contrairement aux États européens, des millénaires de civilisation derrière eux pour diffuser une identité nationale qui agit comme un ciment entre des personnes extrêmement différentes (les États-Unis sont ethniquement très peu homogènes). La culture populaire est un outil parfait pour diffuser des sentiments communs, car elle est conçue pour les masses et non pour de petites élites.

c105bfc16c23dd65e27262502e915ebc.jpg

Captain America est un produit de divertissement apparemment apolitique, mais qui remplit néanmoins cette fonction. En tant que personnage de bande dessinée, il est destiné à un public très jeune. Il est présenté comme le héros typique que les enfants rêvent de devenir [1], et c'est précisément le fait qu'il soit destiné aux jeunes qui lui a permis d'influencer plus facilement la société, car les jeunes sont la partie de la population la plus influente sur le plan idéologique et culturel, qui, lorsqu'ils grandissent, apportent avec eux les valeurs, les concepts et la façon de penser qu'ils ont appris pendant l'enfance et l'adolescence.

Captain America n'est pas seulement présenté comme un banal "bon super-héros combattant les méchants", mais comme la personnification de la nation américaine. Le nom même du héros (Captain AMERICA) et sa tenue vestimentaire (son costume et son bouclier rappellent le style et les couleurs du drapeau américain) en témoignent [2].

Créée en 1940 pendant la Seconde Guerre mondiale (mais avant l'entrée en guerre des États-Unis), la bande dessinée Captain America raconte à l'origine l'histoire d'une "Amérique pacifique" menacée par les "bellicistes sans scrupules d'Europe". De jeunes hommes sont appelés à prendre les armes pour défendre leur pays et l'un d'entre eux se voit injecter un sérum qui le transforme en un super-soldat doté d'une grande force, qui deviendra plus tard Captain America.

Par conséquent, ceux qui (surtout les jeunes) apprécient cette bande dessinée associent inconsciemment le concept de l'Amérique à celui d'un héros juste et courageux qui combat les méchants. Les personnes influencées par Captain America et d'autres produits de divertissement véhiculant des messages similaires finissent donc par voir le monde de la même manière que ces produits. La vision d'une Amérique bonne, prospère et libre, menacée par des ennemis extérieurs, au point de justifier une confrontation violente avec eux, est normalisée dans l'esprit des Américains. Mais cette vision des États-Unis dépasse également les frontières nationales, les États-Unis ayant fortement influencé la culture populaire dans tout l'Occident.

8dc8428e7b1ac3c649a93d8e8714c8b3.jpg

La façon de voir le monde et ses espaces est donc déformée dans une fonction américano-centrée, il y a les États-Unis (les "bons" par excellence), les pays pro-américains ("bons" seulement en tant qu'amis des États-Unis) et les "mauvais" pays qui sont trop différents et hostiles (ou perçus comme tels) à l'Amérique, contre lesquels il est juste de mener des guerres.

En fait, cette rhétorique fortement américaniste de Captain America est très courante dans les produits de divertissement américains, par exemple dans les films hollywoodiens, les États-Unis sont souvent présentés comme les "bons" qui sauvent quelqu'un ou quelque chose (comme le monde entier), et ce n'est pas un hasard, puisque les films qui montrent une image positive des États-Unis sont souvent financés par le gouvernement américain lui-même. Pour ne citer qu'un exemple, le gouvernement américain a contribué au tournage de la série Transformers, un film racoleur mettant en scène des robots géants se battant les uns contre les autres, car il présentait l'armée américaine sous un jour favorable.

Les bandes dessinées, les jeux vidéo, les séries télévisées et les films anodins sont ainsi transformés en outils politiques et géopolitiques par les États-Unis, qui y insèrent les concepts de la dite "destinée manifeste" et de l'"exceptionnalisme américain" afin de les naturaliser et de les rendre "normaux" au sein de la culture populaire américaine et occidentale. C'est l'une des raisons pour lesquelles, par exemple, le fait que les États-Unis bombardent un endroit du monde en tuant des civils est un fait ignoré parce qu'il est perçu comme normal, alors que si d'autres États font la même chose, cela suscite l'indignation populaire.

En bref, ce sont ceux qui dirigent la culture qui gouvernent la société, car ce sont ceux qui tiennent les rênes de la culture qui peuvent propager dans le peuple la conviction de ce qui est acceptable et de ce qui ne l'est pas, de ce qui est bon et de ce qui est mauvais, de ce qui est bien et de ce qui est mal.

Le fait que Captain America n'ait pas de super-pouvoirs étranges tels que des rayons laser tirés de ses yeux, mais une "simple" super force (due à la croissance de la masse musculaire) ainsi qu'un grand courage et un sens du devoir que toute personne peut aspirer à atteindre, contribue certainement à l'identification de l'enfant à la lecture de ces bandes dessinées [2].

Ce type de symbolisme américain incarné par quelqu'un est aujourd'hui courant dans la culture populaire américaine, non seulement grâce à Captain America, mais aussi à d'autres produits de divertissement tels que la lutte télévisée. La World Wrestling Federation (aujourd'hui W.W.E.), véritable phénomène de masse, a créé de nombreux personnages qui s'inspirent de ce symbolisme, dont les plus célèbres sont certainement Hulk Hogan et John Cena.

19:29 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : propagande, états-unis, métapolitique | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

dimanche, 02 avril 2023

La leçon géopolitique de l'Alaska dans les relations russo-américaines

5c721a3f9f213b368d43b335e44e21e1.jpg

La leçon géopolitique de l'Alaska dans les relations russo-américaines

Par Emanuel Pietrobon (2021)

Source: https://osservatorioglobalizzazione.it/osservatorio/la-lezione-geopolitica-dellalaska/

Il fut un temps, lointain, où l'on parlait russe en Alaska. Tout a pris fin lorsque les Romanov, convaincus que cette région était dépourvue de ressources, ont décidé de la vendre aux États-Unis pour un prix ridicule. Ils étaient loin de se douter que cette transaction changerait à jamais le cours de l'histoire, au détriment de la Russie et en faveur des États-Unis.

Entre 1830 et 1835, le sociologue français Alexis de Tocqueville a publié "De la démocratie en Amérique", un essai en deux volumes visant à expliquer les raisons de l'enracinement de la culture démocratique aux États-Unis. Tocqueville est allé bien au-delà d'une simple analyse de la société américaine, car dans ses conclusions, il a consacré des pages à des prédictions personnelles sur les tendances futures aux États-Unis et dans les relations internationales. Selon lui, les États-Unis et la Russie, bien que géographiquement éloignés l'un de l'autre et jusqu'à présent en bons termes, rivaliseront à l'avenir pour "le destin du monde" en raison de leur étendue territoriale, de leurs ambitions intrinsèquement antithétiques et de leurs identités aux antipodes l'une de l'autre.

Le livre fut un succès, mais la prophétie fut ignorée et oubliée pendant un siècle. Elle n'a été récupérée et popularisée qu'après la Seconde Guerre mondiale, avec l'émergence de la guerre froide, la confrontation globale entre le monde dit libre, dirigé par les États-Unis, et l'empire communiste, dirigé par l'Union soviétique. La rivalité géopolitique russo-américaine a ensuite progressivement réapparu vingt ans après la fin de la guerre froide, prenant la forme d'une véritable guerre froide 2.0 au tournant de la fin des années 2010 et du début des années 2020.

Flag_of_the_Russian-American_Company.svg.png

2nzcp26ls0c41.png

alaskachurch-22eaf3bed694fcfcb1959d763e6e2f3905035920.jpg

Pourtant, les relations entre la Russie et les États-Unis n'ont pas toujours été caractérisées par des sentiments mutuels de méfiance et de défiance, comme le montre bien la vente de l'Amérique russe (Russkaya Amyerika), ou de l'actuel Alaska. Ce que le tsar considérait à l'époque comme une affaire commode et prévoyante pour la Russie est aujourd'hui lue et jugée par nous, la postérité, pour ce qu'elle a réellement été : la pire transaction de l'histoire. Un mauvais accord dicté par une combinaison d'intérêts contingents et d'erreurs de calcul qui a privé la Russie non seulement d'un territoire riche en ressources naturelles, mais aussi d'un avant-poste géostratégique qui allait s'avérer crucial, dans les années à venir, pour exercer une pression sur les États-Unis et, sans doute, changer le cours de l'histoire.

L'étude de l'affaire de l'Alaska est indispensable pour tous ceux qui entendent raisonner en termes géopolitiques. En effet, il s'agit d'une source d'apprentissage précieuse et inépuisable qui, si elle est correctement exploitée, peut aider les stratèges et les géopoliticiens à ne pas agir en fonction des impulsions et des circonstances, mais selon un autre critère: la rentabilité à long terme.

L'histoire de l'Amérique russe est la suivante: la première colonie a été installée en 1784 et a servi de tête de pont à la Compagnie russo-américaine (RAC) pour établir des comptoirs commerciaux dans les îles Aléoutiennes, dans le Pacifique et sur la côte ouest. Seuls les explorateurs-colonisateurs de la RAC semblaient conscients du potentiel de l'expansion impériale extra-asiatique, c'est-à-dire dans le Pacifique et les Amériques. Les tsars Alexandre Ier et Nicolas Ier sont respectivement à l'origine du retrait d'Hawaï en 1817 et de la vente de Fort Ross (en Californie) en 1841. Deux actions dictées par le désir de se lier d'amitié avec les États-Unis et qui, loin d'améliorer l'image de la Russie à leurs yeux, produisirent l'effet inverse: les Américains y virent l'occasion d'exploiter l'attitude docile de la famille impériale pour expulser définitivement les Russes du continent américain. C'est ainsi qu'en 1857, malgré l'opposition de la RAC, les diplomaties secrètes des deux empires se mettent au travail pour discuter de la question de l'Alaska.

Les négociations ont duré une décennie et se sont terminées le 30 mars 1867. Ce jour-là, l'ambassadeur russe Eduard de Stoeckl et le secrétaire d'État américain William Seward signent le document qui sanctionne le transfert de propriété de l'Alaska pour 7,2 millions de dollars de l'époque, soit environ 121 millions de dollars d'aujourd'hui. Un chiffre risible, aujourd'hui comme à l'époque: 2 cents par acre, 4 dollars par kilomètre carré. En Russie, malgré le caractère manifestement frauduleux de l'accord de cession, l'événement est célébré comme un succès diplomatique qui apportera d'énormes bénéfices: l'argent américain améliorera le budget public, le Kremlin pourra consacrer davantage de ressources (humaines et économiques) aux campagnes expansionnistes en Europe et en Asie, et, de plus, il s'est libéré d'un territoire, l'Alaska, considéré comme aussi stérile que dépourvu de ressources naturelles. Enfin, il y avait l'espoir (mal placé) qu'un tel geste conduirait à la naissance d'une amitié durable avec les Etats-Unis, peut-être dans une tonalité anti-britannique.

https __cdn.cnn.com_cnnnext_dam_assets_170921163954-alaska-purchase-treaty.jpg

81HD+HEhr9L.jpg

En réalité, la vente de l'Alaska n'a produit ni nourri aucun des avantages annoncés :

    - Le budget du gouvernement et la situation économique dans son ensemble ont continué à se détériorer au cours des décennies suivantes, donnant lieu à une vague de protestations anti-tsaristes et de soulèvements populaires dont l'aboutissement ultime a été la révolution d'octobre. Pour comprendre pourquoi l'Alaska n'a pu améliorer son budget de quelque manière que ce soit, il suffit de regarder les chiffres: le budget impérial de l'époque était d'environ 500 millions de roubles, avec une dette de 1,5 milliard, et le montant reçu était l'équivalent d'environ 10 millions de roubles.

    - Dix ans après l'achat, les colons américains ont découvert les premiers immenses gisements de ressources naturelles, comme le pétrole, l'or et d'autres métaux précieux. Cette découverte a démenti la fausse croyance selon laquelle ils avaient vendu une terre stérile et dépourvue de ressources.

    - La thèse selon laquelle la cession de l'Amérique russe libérerait les ressources humaines et économiques nécessaires aux campagnes en Europe de l'Est, en Asie centrale et en Sibérie est également fausse. Tout d'abord, les coûts d'entretien de la colonie sont supportés par la RAC. Ensuite, sur les 40.000 personnes vivant en Alaska à l'époque de l'accord, la grande majorité était des Amérindiens.

    - Enfin, l'histoire allait rapidement démentir le motif principal de l'opération en Alaska : pas d'alliance entre les deux empires, mais une plus grande discorde.

Le retrait d'Hawaï est, si possible, encore plus grave que l'affaire de l'Alaska: la Seconde Guerre mondiale a montré l'importance de l'archipel pour l'hégémonie militaire sur le Pacifique et l'Extrême-Orient. Si l'Empire russe avait conservé le contrôle d'Hawaï, sans céder l'Alaska, le cours de l'histoire aurait été différent. Imaginer cette uchronie n'est pas difficile :

    - La crise des missiles ne serait pas née à Cuba, mais en Alaska.

    - Les États-Unis n'auraient pas pu prétendre à une quelconque position hégémonique dans le Pacifique.

    - Ils n'auraient pas eu accès à l'Arctique, avec toutes ses implications et conséquences.

    - La qualité de l'endiguement antisoviétique en Eurasie aurait souffert du facteur Alaska, car le Kremlin aurait pu mettre en œuvre un contre-endiguement efficace et étouffant via l'Alaska, Cuba, Hawaï, avec pour résultat final et global la création d'un cordon d'encerclement autour des États-Unis.

L'Alaska nous enseigne que même des territoires apparemment sans importance d'un point de vue stratégique au cours de la première période peuvent s'avérer cruciaux pour perturber et déterminer la structure du pouvoir au cours de la deuxième période. Les conserver à tout prix est donc un impératif stratégique. Comment la connaissance d'une zone peut-elle s'avérer utile tôt ou tard ? Il est vrai que l'avenir est imprévisible et qu'un océan sépare la prévoyance de la clairvoyance, mais certaines tendances peuvent être décryptées : Tocqueville docet.

L'Alaska enseigne aussi que les coûts du maintien d'une sphère hégémonique, d'un espace vital, aussi élevés soient-ils, sont toujours récompensés à moyen et long terme. Les disparités négatives entre les coûts et les bénéfices sont en effet typiques et physiologiques à court terme et tendent à s'estomper progressivement, bien sûr, au fur et à mesure que les bénéfices se répercutent à moyen et long terme dans les dimensions diplomatiques, économiques, géopolitiques et militaires. Dans le cas qui nous occupe, considérez le fait que les États-Unis ont récupéré la totalité des sommes dépensées en Alaska en moins de 20 ans, gagnant cent fois plus que l'argent déboursé en 1867 - grâce à l'exploitation des ressources naturelles - et que, grâce à l'expulsion totale des puissances européennes du continent, ils ont pu concentrer toutes les ressources sur l'hégémonisation de l'Amérique latine.  

anchorage.jpg

Si les Russes étaient restés en Alaska, les Américains n'auraient pas pu s'étendre avec la même rapidité dans le sous-continent ibéro-américain. Ils auraient dû prêter attention, encore et encore, au front nord. De plus, l'Alaska garantissait aux Etats-Unis un avant-poste dans l'Arctique, un balcon sur le stratégique détroit de Béring, légitimant leurs prétentions et leurs ambitions hégémoniques au pôle Nord - qui prendra de plus en plus d'importance dans les années à venir, changement climatique oblige. L'affaire de l'Alaska a finalement aidé les États-Unis à devenir la première puissance mondiale, leur permettant d'ériger une barrière de protection pour défendre les Amériques, tout en emprisonnant la Russie en Eurasie, en la figeant dans une dimension continentale, dans un état tellurocratique, et en permettant son encerclement multifrontal. Toute puissance, comme la Russie en son temps, est contrainte de faire des choix difficiles concernant le sort de territoires apparemment sans importance. Dans le cadre de la prise de décision, afin d'éviter de commettre des erreurs fatales, il est impératif de se rappeler que l'avenir est aussi imprévisible que l'histoire est sévère. Et s'il est vrai que Historia magistra vitae est, comme le disait Cicéron, alors il y aura toujours quelque chose à apprendre de l'Alaska.

À propos de l'auteur / Emanuel Pietrobon

Né en 1992, Emanuel Pietrobon est diplômé en sciences internationales, du développement et de la coopération à l'université de Turin, avec une thèse expérimentale intitulée "The Art of Covert Warfare", axée sur la création d'un chaos contrôlé et la défense contre celui-ci. Au sein de la même université, il se spécialise dans les études régionales et globales pour la coopération au développement - Focus former Soviet World. Ses principaux domaines d'intérêt sont la géopolitique de la religion, les guerres hybrides et le monde russe, ce qui l'a amené à étudier, travailler et faire de la recherche en Pologne, en Roumanie et en Russie. Il écrit et collabore avec plusieurs publications, dont Inside Over, Opinio Juris - Law & Political Review, Vision and Global Trends, ASRIE, Geopolitical News. Ses analyses ont été traduites et publiées à l'étranger, notamment en Bulgarie, en Allemagne, en Roumanie et en Russie.

mardi, 28 mars 2023

Henry Kissinger : "la deuxième guerre froide sera encore plus dangereuse que la première"

beymhkedias.brightspotcdn.jpg

Henry Kissinger: "la deuxième guerre froide sera encore plus dangereuse que la première"

Source: https://noticiasholisticas.com.ar/henry-kissinger-la-segunda-guerra-fria-sera-todavia-mas-peligrosa-que-la-primera/

À l'approche de son centième anniversaire, qui aura lieu le 27 mai, l'ancien secrétaire d'État américain Henry Kissinger a déclaré que "la deuxième guerre froide sera encore plus dangereuse que la première".

Selon lui, la volonté des puissances occidentales d'"attendre que la Chine s'occidentalise" est une perte de temps inutile.

En ce qui concerne le rôle de l'OTAN dans le conflit ukrainien, il a déclaré : "L'OTAN était la bonne alliance pour faire face à une Russie agressive lorsque la Russie était la principale menace pour la paix mondiale", a-t-il déclaré. "Et l'OTAN est devenue une institution qui reflète le partenariat entre l'Europe et les États-Unis d'une manière presque unique. C'est pourquoi il est important de la maintenir. Mais il est également important de reconnaître que les grandes questions vont se poser dans les relations entre le Moyen-Orient et l'Asie, d'une part, et l'Europe et l'Amérique, d'autre part. En ce sens, l'OTAN est une institution dont les composantes n'ont pas nécessairement des points de vue compatibles. Ils se sont engagés en Ukraine parce que cela leur rappelait les anciennes menaces et ils l'ont très bien fait. Je soutiens ce qu'ils ont fait. La question est maintenant de savoir comment mettre fin à cette guerre. En fin de compte, nous devons trouver une place pour l'Ukraine et une place pour la Russie, si nous ne voulons pas que la Russie devienne un avant-poste de la Chine en Europe".

Sur sa première impression de Poutine, lorsqu'il l'a rencontré dans les années 1990, Kissinger a déclaré : "Il m'a semblé être un analyste réfléchi". "Il avait une vision de la Russie comme une sorte d'entité mystique qui a été maintenue ensemble à travers 11 fuseaux horaires par une sorte d'effort spirituel. Et dans cette vision, l'Ukraine a joué un rôle particulier. Les Suédois, les Français et les Allemands ont traversé ce territoire lorsqu'ils ont envahi la Russie et ont été en partie vaincus parce que ce voyage les a épuisés. Telle est la vision de Poutine.

Kissinger, responsable des processus dictatoriaux pendant la guerre froide en Amérique latine, a expliqué dans une interview au quotidien espagnol El Mundo que le nouveau conflit mondial opposera les deux grandes puissances que sont la Chine et les États-Unis : "Deux pays ayant la capacité de dominer le monde - les États-Unis et la Chine - s'affrontent en tant que concurrents ultimes. Ils sont régis par des systèmes internes incompatibles. Et c'est aussi à ce moment-là que la technologie fait qu'une guerre pourrait renverser la civilisation, voire la détruire".

"Je ne pense pas que la domination du monde soit un concept chinois, mais ils pourraient devenir tout aussi puissants. Et ce n'est pas dans notre intérêt", a ajouté l'ancien secrétaire d'État, expliquant que Washington et Pékin "ont une obligation commune minimale d'empêcher une collision catastrophique".

Il a ajouté que, contrairement à la première guerre froide entre l'URSS et les États-Unis, les deux pays disposent aujourd'hui de ressources économiques comparables et les technologies de destruction sont encore plus terrifiantes, notamment avec l'avènement de l'intelligence artificielle.

 

La doctrine de la concurrence stratégique

200109-D-BD104-019.JPG

La doctrine de la concurrence stratégique

Leonid Savin

Source: https://www.geopolitika.ru/article/doktrina-strategicheskoy-konkurencii

Le Pentagone se prépare à des conflits prolongés

Le 10 février 2023, le Joint Concept for the U.S. Armed Forces Competition a été rendu public. Ce document a été élaboré sous les auspices de l'état-major interarmées et signé par son président, le général Mark Milley. Il appartient au domaine de la doctrine et est non classifié, c'est-à-dire que le niveau de commandement du Pentagone l'a déjà lu et qu'il est maintenant rendu public.

L'idée de base de ce concept est que "les forces combinées ont élargi leur pensée et leurs approches compétitives. Une force interarmées dotée d'un état d'esprit compétitif considérera la concurrence stratégique comme un ensemble complexe d'interactions dans lequel la force interarmées contribue à l'effort plus large du gouvernement américain pour acquérir une influence, un avantage et un effet de levier sur d'autres acteurs et, en fin de compte, pour obtenir des résultats stratégiques favorables. Avec ses partenaires interagences, la force conjointe peut créer des opportunités concurrentielles en utilisant les capacités militaires pour sonder de manière proactive les systèmes adverses afin d'identifier les vulnérabilités ; établir des comportements que la force conjointe peut utiliser en cas de crise pour dissimuler les intentions des États-Unis jusqu'à ce qu'il soit trop tard pour réagir efficacement ; déplacer la concurrence vers des domaines où les États-Unis peuvent utiliser leurs avantages, leur effet de levier et leur initiative ; et tenter d'obtenir des résultats stratégiques favorables en utilisant les capacités militaires.

Une décision assez raisonnable si l'on considère qu'en cas de conflit ouvert, les États-Unis ne seront probablement pas en mesure de soutenir une guerre sur deux fronts (avec la Russie et la Chine), comme l'ont prévenu un certain nombre de stratèges américains. Ils auront donc recours à une stratégie de tromperie et tenteront de sonder les faiblesses de leurs adversaires, à savoir la Russie et la Chine.

Pour ce faire, un certain nombre de tâches doivent être accomplies :

"Développer une pensée compétitive. La pensée compétitive commence par la reconnaissance du fait que nos adversaires ont un concept de guerre très différent; ils ont l'intention de vaincre les États-Unis sur le plan stratégique sans recourir à un conflit armé pour nous vaincre sur le plan militaire".

"La pensée compétitive implique également de percevoir la concurrence stratégique comme un défi permanent et durable en matière de sécurité nationale, d'accepter la contribution importante mais complémentaire des forces américaines à la concurrence stratégique et, le cas échéant et si nécessaire, de développer, concevoir et déployer les forces et les capacités nécessaires pour soutenir les efforts compétitifs d'autres ministères et agences du gouvernement américain". 

strategiccompetition.jpg

Façonner l'espace concurrentiel. L'espace concurrentiel est vaste, amorphe et indéfinissable. En le divisant en sous-domaines gérables et plus compréhensibles pour l'analyse et la planification, la force conjointe pourra élaborer des stratégies concurrentielles globales ciblant les sous-domaines les plus susceptibles d'aboutir à un succès stratégique. Sous la direction du président ou du secrétaire à la défense, la force interarmées façonnera l'espace concurrentiel afin d'optimiser son influence, ses avantages et son influence sur les adversaires et, en fin de compte, d'obtenir des résultats stratégiques favorables.

Lorsque les intérêts des États-Unis et de l'adversaire se recoupent, la force interarmées s'engage de manière sélective auprès de l'adversaire et recherche les possibilités de coopérer avec lui pour un bénéfice mutuel dans la poursuite d'intérêts stratégiques communs ou complémentaires (par exemple, la lutte contre le terrorisme, la piraterie).

Promouvoir une campagne intégrée. Une campagne intégrée repose sur l'idée que la force conjointe ne peut et ne doit pas agir seule dans la compétition stratégique. Même lorsqu'elle dispose de ressources prépondérantes, la force interarmées mène généralement une campagne en soutien à d'autres départements et agences du gouvernement américain. La force interarmées identifiera les approches qui lui permettront d'appliquer ses capacités militaires de manière proactive, et dans certains cas différemment, afin d'acquérir une influence, un avantage et un effet de levier sur les adversaires pour créer les conditions nécessaires à l'obtention de résultats stratégiques".

Le concept de campagne intégrée interarmées et la doctrine émergente de l'intégration globale (le premier concept de ce type a été publié en mars 2018) et des opérations intégrées au niveau mondial exigent l'intégration des actions des forces interarmées et leur alignement sur celles des partenaires interagences et alliés au niveau opérationnel. Il est noté que les forces interarmées doivent rechercher les possibilités d'intégrer leurs opérations dans le temps, l'espace et l'objectif avec celles des partenaires interagences, des mandataires et des substituts.

25-Figure1-1.png

Ces dispositions montrent que les États-Unis appliquent deux poids, deux mesures, puisqu'ils sont prêts à collaborer avec leurs adversaires sous n'importe quel prétexte lorsque c'est nécessaire. En outre, la mention des mandataires et des substituts suggère que le système américain s'efforce constamment de développer ses agents à l'étranger, qui peuvent être utilisés à ses propres fins si nécessaire.

Étant donné que la concurrence stratégique est évoquée depuis longtemps et qu'un certain nombre de groupes de réflexion américains, tels que la RAND et le CSIS, ont déjà publié des études et des rapports sur le sujet, on peut supposer que ce phénomène a été adopté comme un impératif de la politique étrangère des États-Unis, y compris l'utilisation de la force militaire.

Le document définit la concurrence stratégique comme "une lutte persistante et à long terme entre deux ou plusieurs adversaires cherchant à poursuivre des intérêts incompatibles sans nécessairement s'engager dans un conflit armé". La concurrence normale et pacifique entre alliés, partenaires stratégiques et autres acteurs internationaux qui ne sont pas potentiellement hostiles va au-delà de ce concept".

Elle confirme également les intérêts de Washington et sa volonté de jouer le tout pour le tout face à ses adversaires désignés, qui sont officiellement la Chine, la Russie, l'Iran et la République populaire démocratique de Corée (RPDC).

Lisons la suite. "Dans la compétition stratégique, le succès signifie conserver la latitude de poursuivre les intérêts nationaux à un risque et à un coût acceptables et éviter un conflit armé avec les adversaires.

L'avantage concurrentiel peut être obtenu en déplaçant la concurrence vers des domaines où les États-Unis disposent d'un avantage relatif durable sur leurs adversaires, de sorte que nos actions maintiennent nos adversaires sur la défensive stratégique ou les obligent à réagir d'une manière relativement coûteuse ou contre-productive pour eux à la lumière de leurs objectifs stratégiques. Par exemple, l'une des forces relatives à long terme des États-Unis est leur capacité à constituer et à diriger de vastes coalitions d'alliés et de partenaires. Ces domaines peuvent être considérés comme des positions ou des conditions d'asymétrie concurrentielle, d'effet de levier concurrentiel ou d'initiative concurrentielle. L'asymétrie concurrentielle entre les acteurs existe partout où il y a des différences - notamment en matière d'intérêts, de volonté politique, de stratégies, de positions, de capacités, d'interactions et de relations - et ces différences donnent lieu à des avantages et des désavantages distincts en fonction du contexte".

En effet, historiquement, les États-Unis ont créé des alliances politico-militaires qu'ils ont gérées dans leur propre intérêt. De l'OTAN à l'ANZUS, en passant par les relativement nouvelles QUAD et AUKUS, Washington a toujours pris la tête de ces alliances.

Parmi les exemples de concurrence stratégique, on peut citer la lutte entre Athènes et Sparte, l'ère des royaumes combattants en Chine, le Grand Jeu entre la Grande-Bretagne et l'Empire russe de 1830 à 1907, la lutte entre l'Allemagne et la France pour la domination de l'Europe, qui a débuté en 1870, et la guerre froide entre l'URSS et les États-Unis, y compris les guerres locales dans diverses régions.

Le document est rédigé dans un esprit de réalisme politique, puisqu'il fait constamment référence aux intérêts nationaux et à l'équilibre des forces.

Il précise que "par définition, la concurrence stratégique implique la poursuite d'intérêts nationaux. Lorsque ces intérêts sont jugés critiques ou fondamentaux, les nations paieront un prix élevé, en termes de sang et de biens de valeur, pour défendre ou promouvoir ces intérêts, jusqu'au conflit armé. Toutefois, le pouvoir destructeur des conflits armés contemporains est tel que, dans le contexte de la nature durable de la concurrence stratégique, leur utilisation peut s'avérer, au mieux, trop coûteuse et, au pire, totalement contre-productive. Pour éviter cela, les acteurs doivent être convaincus qu'ils peuvent progresser vers leurs objectifs stratégiques sans mettre en péril de manière inacceptable leurs intérêts nationaux.

Instruments+of+National+Power.jpg

Pour maintenir un tel équilibre et éviter l'escalade, il faut un rapport de force mutuellement acceptable dans lequel toutes les parties estiment que les avantages concurrentiels de leurs adversaires ne représentent pas un risque inacceptable pour leurs propres intérêts".

Il y a cependant une insertion qui se rapporte à la théorie du libéralisme dans les relations internationales.

Il est dit que "bien qu'il n'y ait pas d'organe souverain ou de "juge" pour la concurrence stratégique, il existe toujours des lois, des accords et des normes internationaux généralement acceptés (ci-après "règles") qui déterminent la manière dont les acteurs internationaux doivent se faire concurrence. Ces règles ont un impact significatif sur la manière dont se déroulent les interactions dans le cadre de la concurrence stratégique. Les États ont tendance à interpréter les règles à leur avantage, mais un système international stable et ouvert atténue et limite le comportement international dans un effort généralement fructueux pour limiter les conflits internationaux. En conséquence, les pays rivalisent pour accroître leur capacité à influencer le système international et les règles régissant les interactions internationales. Le CCM part du principe que le maintien de la position dominante des États-Unis dans un système international stable et ouvert restera un objectif prioritaire de sécurité nationale. En s'engageant dans l'environnement de l'information et dans d'autres activités concurrentielles, la force interarmées peut continuer à jouer un rôle de soutien dans l'élaboration des normes internationales et dans l'établissement de principes de comportement responsable sur la scène internationale".

Ici encore, nous voyons ces "règles" dont Washington parle constamment, tout en ne cachant pas qu'elles sont nécessaires parce qu'elles aident à maintenir le leadership des États-Unis.

Il poursuit en disant que "l'espace concurrentiel est différent des entités ou des activités concurrentes. Il s'agit d'un "terrain de jeu" sur lequel les acteurs internationaux sont en concurrence. L'ensemble de l'espace concurrentiel est trop vaste et trop complexe pour être traité directement dans le cadre d'une approche stratégique unique. L'espace concurrentiel doit être divisé en sous-espaces gérables qui se prêtent mieux à l'analyse et à la planification et qui permettent de se concentrer sur les domaines de la concurrence stratégique qui correspondent aux priorités des États-Unis.

La sélection de sous-zones sur la base d'une évaluation de l'impact de l'environnement concurrentiel sur les intérêts nationaux des États-Unis permettra d'éliminer les conflits et de synchroniser et d'intégrer les opérations, les activités et les investissements conjoints au sein des sous-zones et entre elles".

À la p. 13 du texte exposant la doctrine, on trouve un diagramme intéressant montrant ces sous-domaines et leurs interrelations. Quatre domaines principaux se chevauchent : cognitif, géographique, zonal et thématique. Le domaine cognitif comprend l'idéologie, l'éducation, l'information et l'innovation. Le géographique représente les régions de la planète - les États-Unis eux-mêmes, l'Amérique latine, l'Europe, l'Afrique, l'Asie du Sud avec l'océan Indien, l'Arctique, l'Asie centrale, le Moyen-Orient et l'Asie de l'Est avec l'océan Pacifique. Les composantes zonales sont celles liées aux types de forces armées, c'est-à-dire la terre, la mer, le cyberespace, l'air et l'espace. Le volet thématique comprend l'ordre international, les marchés mondiaux, le climat, la sécurité, la médecine, la technologie et l'extrémisme violent. Tous ces sujets sont traités par l'armée américaine. Les religions, les médias, la sociologie et l'ethnographie sont donc au centre des intérêts du Pentagone, comme beaucoup d'autres.

Instruments+of+International+Power.jpg

Instruments+of+National+Power+(the+DIME+framework).jpg

L'exemple de la Chine montre comment la concurrence stratégique fonctionne dans la pratique. L'accent est mis sur l'intérêt de la Chine pour la région arctique et sur les efforts déployés par Pékin pour entrer dans l'Arctique et y acquérir un statut pertinent (la Chine se définit comme une puissance proche de l'Arctique).

Les instruments de la puissance nationale qui peuvent être utilisés sont notamment les suivants :

- Diplomatique ;

- informationnels ;

- militaire ;

- économiques ;

- financiers ;

- le renseignement ;

- juridique ;

- socioculturel ;

- technologique ;

- commercial-industriel ;

- géophysique (environnement) ;

- idéologique-théologique ;

- la santé publique.

Il s'agit là encore d'une catégorie assez large. L'armée américaine se prépare à travailler intensivement dans ce système complexe de relations.

Si le domaine des conflits de forces militaires parle de dissuasion traditionnelle, il évoque ensuite les limites de ces outils de dissuasion, pour lesquels il faut développer la concurrence stratégique. 

La conclusion est apparemment banale. "Plus les Etats-Unis seront compétitifs en termes d'accès, de bases et de vols, de développement d'une base industrielle de défense, de renforcement des alliances et des partenariats, et de promotion du développement technologique, mieux ils seront positionnés pour combattre et gagner un conflit armé".

En fin de compte, tout tourne autour de la guerre et de la volonté de la gagner.

Il est intéressant de noter que le Tao te King du philosophe chinois Lao Tzu est cité à la page 34, et que la bibliographie fait référence à Sun Tzu, ainsi qu'à des concepts chinois plus modernes de la guerre (la théorie de la guerre sans restriction). Cependant, les citations de l'axe géographique de l'histoire de Halford Mackinder, les travaux de Henry Kissinger, Joseph Nye Jr. et d'autres indiquent que l'armée américaine est tout aussi fermement attachée aux préceptes de ses points de référence idéologiques et géopolitiques.

L'annexe fournit des conseils sur la manière d'identifier les menaces et les risques, les acteurs qui peuvent être des concurrents ou des amis des États-Unis, afin d'obtenir un avantage stratégique. Elle souligne également l'importance d'identifier les instruments de pouvoir et les sous-domaines qui relèvent du domaine de la concurrence, y compris les stratégies alternatives. Et enfin, d'élaborer une théorie intégrée de la réussite.

Au minimum, le document devrait indiquer clairement que les États-Unis sont déterminés à utiliser une gamme complète de capacités pour étouffer la concurrence. Bien que la Chine soit principalement mentionnée, il ne faut pas s'imaginer que la Russie, que Washington veut écraser sans s'engager dans un conflit direct, est également impliquée. Ce n'est pas une coïncidence si les proxys et les substituts sont mentionnés, l'un d'entre eux étant les FAU en Ukraine et l'autre les terroristes en Syrie.

Cette doctrine mérite une attention sérieuse et l'élaboration de mesures visant à contrecarrer sa mise en œuvre par les États-Unis.

Il est clair que certaines des actions décrites sont déjà utilisées contre la Russie, tandis que d'autres le seront à la première occasion. Il convient également de garder à l'esprit l'affirmation selon laquelle il faut "cacher les intentions des États-Unis jusqu'à ce qu'il soit trop tard" en intensifiant les activités de renseignement et en ne faisant pas confiance à un seul mot de l'establishment américain.

lundi, 27 mars 2023

L'Amérique et les classiques

169968729-56a7bf323df78cf77298eda0.jpg

L'Amérique et les classiques

Andrea Marcigliano

Source: https://electomagazine.it/lamerica-e-i-classici/

Il y a trois jours, nous étions le 24 mars. Comme tous les autres jours, de nombreux anniversaires sont célébrés. Naissances, décès, événements historiques... un jeu habituel pour les journalistes à la recherche d'idées pour un article. Ne sachant pas quoi écrire... comme cela arrive souvent...

Bon, je ne suis pas journaliste... mais, de temps en temps, ce petit jeu des anniversaires s'avère utile...

71HrFdXXsrL._AC_UF1000,1000_QL80_.jpg

Alors... le 24 mars, c'est, entre autres, l'anniversaire de la mort du poète américain Longfellow....

"Et nous...." Le rédacteur en chef s'empresse de répondre... "Pourquoi parler de Longfellow et pas d'un autre ? Qui lit encore cet auteur ? À supposer que vous l'ayez lu dans le passé, alors..."

Mais, voyez-vous, Henry Wadsworth Longfellow n'est pas seulement un poète (même s'il est important) de la Nouvelle-Angleterre du 19ème siècle. Il représente, d'une certaine manière, l'autre visage de l'Amérique. Parce qu'il était profondément lié à la culture européenne. Et surtout à la culture néo-latine.

Il a beaucoup voyagé en Europe. Surtout en France, en Provence et en Italie. Et c'est pour cela qu'il avait été appelé à enseigner à Harvard. Les langues et littératures néo-latines. Il s'est beaucoup consacré aux traductions. Qui restent, bien des décennies plus tard, son héritage le plus important.

Une en particulier. La Commedia de Dante. Car Longfellow a consacré toute la dernière partie de sa vie - affligée par le chagrin et la souffrance - à la traduction du chef-d'œuvre du poète florentin. La première traduction américaine. Et il ne l'a pas faite seul. En effet, tous les mercredis, chez lui, à Cambridge (dans le Massachusetts, bien sûr), un groupe d'hommes de lettres, de poètes, d'artistes se réunissait.  Parmi eux, Oliver W. Holmes et James Lowell. Tous unis par leur passion pour la culture italienne. Et surtout pour l'œuvre de Dante.

Conscient du travail cyclopéen auquel il se livre, Longfellow soumet ses traductions à ses amis. Procédant à une sorte de révision chorale.

ImageHandler.jpg

Ce groupe prit le nom de Dante Club. Et de là est née l'American Dante's Society. La plus ancienne de celles qui existent dans le monde, et toujours la plus importante aujourd'hui. Notamment parce qu'elle est richement financée par des dons... contrairement à notre "Dante Alighieri", réduit au minimum depuis la Seconde Guerre mondiale. Le fait que certains des plus grands auteurs contemporains sur Dante soient américains en est un signe avant-coureur. Le nom de Singleton vient immédiatement à l'esprit, lui qui voyait en Béatrice, et dans l'amour que Dante lui portait, le véritable centre du poème. Et celui de son continuateur et, dans une certaine mesure, élève, Irma Brandès. La Clizia, chantée et aimée par Montale.

81J8v5bzLyL._AC_UF1000,1000_QL80_.jpg

Se souvenir, ou plutôt découvrir ce filon culturel qui commence avec Longfellow, c'est voir, au moins pour un moment, l'autre visage de l'Amérique. Qui n'est pas celui, habituel, des Cowboys sans culture et sans racines. Des Macdonalds et de la malbouffe. De la propagande hypocrite et bien-pensante d'Hollywood, de l'arrogance politique... de la prétention d'avoir toujours et uniquement raison. De la grossièreté intellectuelle qui fait mépriser toutes les cultures du passé. Et qui fait commencer l'histoire il y a à peine deux siècles...

Une autre Amérique. Fertilisée par la culture européenne, et pas seulement européenne... par la lecture des grands de la tradition. Avec des poètes comme Derek Walcott - né aux Antilles, mais américain d'adoption - qui a relu l'Iliade dans une tonalité moderne... comme Duncan qui a redécouvert les Odes de Pindare et s'en est inspiré.  Comme Williams et Olsen, qui ont cherché à poursuivre le poème de la modernité dans le sillage des classiques....

Et surtout comme Pound. Qui, sans surprise, a écrit : "Que serait l'Amérique si les classiques circulaient davantage ?" ....

longfellow-58.jpg

Sa conception des classiques était bien sûr très large. Elle allait de Confucius à Arnaut Danielle. D'Homère à Li Po'. De Callimaque à Cavalcanti. Et il voyait en Dante une référence fondamentale....

Que serait l'Amérique si les classiques circulaient davantage ?

Qui sait... peut-être que ces vers de Longfellow sont revenus à l'esprit d'Ezra alors qu'il était incarcéré à l'hôpital psychiatrique criminel de St. Elsabeth.... Ce que l'Amérique aurait pu être si les classiques avaient davantage circulé.....

samedi, 18 mars 2023

Course à l'épave de drone : haute tension géopolitique en mer Noire

64146bbf7ec3764146bbf7ec38167905990364146bbf7ec3264146bbf7ec35.jpg

Course à l'épave de drone : haute tension géopolitique en mer Noire

Auteur : A.R. 

Source: https://zurzeit.at/index.php/wettlauf-um-drohnenwrack-geopolitische-hochspannung-im-schwarzen-meer/

Les Etats-Unis et la Russie se livrent à une course explosive pour récupérer un drone américain qui s'est écrasé en mer Noire - un jeu avec le feu.

Le crash d'un drone MQ-9 Reaper en mer Noire a créé une nouvelle situation délicate entre la Russie et les États-Unis. Les deux grandes puissances se disputent la récupération de l'épave, tandis que les États-Unis continuent de renforcer leur présence militaire près des frontières russes.

Les tensions géopolitiques augmentent et Washington se montre peu enclin à chercher une solution diplomatique. Au lieu de cela, elle s'engage dans une confrontation dangereuse, avec le risque d'un affrontement direct avec la Russie.

Si la Russie récupère l'épave avant les États-Unis, ce sera une défaite cuisante pour Washington. Le fait que les États-Unis déploient leurs drones "avancés" utilisés pour la reconnaissance près de la frontière russe soulève la question de savoir si les États-Unis cherchent délibérément à envenimer la situation et à provoquer ainsi la Russie.

Les experts appellent à la prudence et soulignent la nécessité d'une approche diplomatique afin de désamorcer la situation et d'éviter une nouvelle aggravation des tensions.

La situation explosive autour de l'épave du drone en mer Noire souligne la situation de conflit entre la Russie et les États-Unis. La stratégie risquée de Washington consistant à provoquer la Russie par une présence militaire dans la région revient à jouer avec le feu. La priorité devrait être donnée à une solution diplomatique afin d'éviter une escalade des tensions et de stabiliser les relations internationales. Nous n'avons pas besoin d'une autre "guerre froide".

 

mardi, 14 mars 2023

L'importance du concept d'atlantisme

1-Une-carte-bathymetrique-des-oceans-terrestres-centree-sur-locean-Atlantique-avec-la.jpg

L'importance du concept d'atlantisme

Raphael Machado

Source: https://novaresistencia.org/2023/03/07/a-importancia-do-conceito-de-atlantismo/

Au-delà du ressentiment de certains, le concept d'atlantisme est précieux pour comprendre l'histoire de la projection idéologique et géopolitique des États-Unis, dans sa forme et son contenu multimillénaires.

Il y a des gens qui, par ressentiment dérivé de la perte d'espace idéologique pour la Quatrième théorie politique, traitent le concept d'"atlantisme" comme s'il s'agissait d'une invention de Douguine et qu'il n'avait donc aucune valeur.

Il s'agit là d'un grave malentendu.

L'atlantisme peut être considéré comme le contenu idéologique de la projection géopolitique immédiate des États-Unis. Il naît dans l'immédiat après-guerre et vise spécifiquement l'Europe en construisant l'intégration des nations de l'Atlantique Nord sous la direction des États-Unis. L'OTAN vient immédiatement à l'esprit et constitue effectivement l'expression la plus visible de l'atlantisme, mais elle ne représente fondamentalement que la dimension militaire de cette idéologie.

L'atlantisme visait à convaincre l'Europe que les pays du continent avaient besoin des États-Unis à tous les niveaux. Du point de vue économique, avec le plan Marshall, du point de vue militaire, avec l'OTAN. Mais la sphère la plus importante était la sphère culturelle. Les États-Unis se sont toujours définis comme l'anti-Europe, l'antithèse de l'Europe à tous égards. Pour les pères fondateurs, alors que l'Europe était le berceau de la tyrannie, du collectivisme et de l'autocratie, les États-Unis étaient la terre de la liberté. C'est même le discours légitimant de la doctrine Monroe.

L'idée que les États-Unis et l'Europe étaient la même chose, la même civilisation, était loin d'être aussi unanime qu'elle l'est aujourd'hui. Il suffit de se rappeler comment Oscar Wilde définissait les États-Unis : "...le seul pays qui est passé de la barbarie à la décadence sans passer par la civilisation". Il est difficile pour nous de l'imaginer, mais l'américanisation de l'Europe et l'établissement de l'idée d'une "civilisation occidentale" englobant les États-Unis et l'Europe occidentale sont des phénomènes de l'après-guerre.

Ce concept d'intégration sous l'égide des États-Unis, avec l'Atlantique comme centre géographique, est inséparable du messianisme universaliste aux racines judéo-puritaines typique de la culture américaine. Sa conséquence naturelle est l'exportation des principes et des modèles de la société américaine vers les "pays alliés" : démocratie libérale, capitalisme libéral, individualisme, famille nucléaire, ainsi que le consumérisme, la culture du spectacle et les formes artistiques produites par l'industrie culturelle américaine.

L'atlantisme peut également se référer à la distinction entre les puissances maritimes et les puissances terrestres, que l'on trouve chez Carl Schmitt, mais qui a également été élaborée par Alexandre Douguine. Selon cette catégorisation, l'atlantisme est l'expression idéologique et géopolitique de la civilisation maritime par excellence à notre époque : les États-Unis. Les puissances maritimes (comme Athènes, Carthage et la Grande-Bretagne en d'autres temps) sont celles qui suivent une éthique marchande. Le centre existentiel étant l'échange et l'accumulation de biens, cela a des implications ailleurs. La méthode d'expansion est la construction de comptoirs commerciaux et de colonies côtières, les valeurs sont matérialistes, égalitaires et individualistes. L'instabilité et la précarité sont valorisées, ce qui pousse à relativiser toutes sortes de limites, de frontières et de tabous.

Il va sans dire qu'en tant que projection géopolitique, l'atlantisme étend également ses tentacules à l'Atlantique Sud. La doctrine Monroe se limitait initialement à promouvoir la destruction des empires ibériques, comme en témoigne la guerre hispano-américaine. Mais de ce concept réactif, les États-Unis sont passés à une position plus active à l'échelle continentale, là aussi après la Seconde Guerre mondiale. Bien que l'atlantisme soit centré sur l'Europe, une sorte d'"atlantisme secondaire" a été appliqué à l'Amérique ibérique afin de "préserver l'arrière-cour" des États-Unis.

Dans ce contexte, les États-Unis, en complément et à la suite de la Grande-Bretagne, ont établi un réseau de bases dans l'Atlantique Sud, toutes destinées à parfaire un encerclement naval très serré. Le processus d'américanisation, avec l'exportation des valeurs libérales-occidentales, s'est accéléré ces dernières années, à mesure que les États-Unis accordaient plus d'attention à la région.

L'atlantisme n'est donc qu'une façon de spécifier la forme et le contenu de l'impérialisme américain, ainsi que de le contextualiser dans un "style" multimillénaire qui révèle l'essence supra-historique de ce phénomène.

 

18:39 Publié dans Actualité, Géopolitique | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : atlantisme, occidentalisme, états-unis | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

La Chine est-elle à bout de patience avec les États-Unis?

1113-China-National-Security-Jinping.jpg

La Chine est-elle à bout de patience avec les États-Unis?

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2023/03/07/onko-kiinan-karsivallisyys-yhdysvaltojen-suhteen-loppumassa/

Comme le rapporte le Wall Street Journal, le président chinois Xi Jinping s'est montré "inhabituellement franc en critiquant la politique américaine et en imputant à la campagne de répression menée par Washington contre la Chine la responsabilité des récents défis auxquels son pays est confronté".

"L'Occident, dirigé par les États-Unis, a mené une campagne d'isolement, de blocus et de répression contre nous, ce qui a posé des défis sérieux et sans précédent au développement de notre pays", a déclaré M. Xi, selon les médias d'État chinois lundi.

Les commentaires de M. Xi constituent un changement inhabituel pour un dirigeant qui s'est généralement abstenu de critiquer directement les États-Unis dans ses déclarations publiques. D'un autre côté, au cours de son long mandat, M. Xi a fait preuve d'un pessimisme croissant à l'égard des relations entre l'Occident et les grandes puissances de l'Est.

Les accusations selon lesquelles les États-Unis ont étouffé le développement de la Chine au cours des cinq dernières années ont fait partie d'un discours prononcé par M. Xi devant les membres de l'organe consultatif politique suprême de la Chine, la session législative annuelle à Pékin.

Les médias américains estiment qu'en évoquant les États-Unis dans des termes chargés de connotations de l'époque de la guerre froide, le dirigeant chinois poursuit la rhétorique nationaliste que les fonctionnaires de rang inférieur et les médias d'État ont utilisée pour critiquer Washington au cours de ces dernières années.

Selon le président Biden, les États-Unis sont en concurrence avec la Chine, mais ne veulent pas de conflit. Dans le même temps, les tensions bilatérales persistent sur le commerce, la technologie, l'influence géopolitique et l'opération militaire de la Russie en Ukraine.

6881421417_0282210fa9_k.jpg

Bien que l'administration Biden puisse affirmer qu'elle ne veut pas de conflit, la stratégie de sécurité nationale actualisée met l'accent sur la "rivalité historique entre les démocraties et les autocraties", ce qui, avec d'autres déclarations américaines, a été interprété en Chine comme un signe que Washington cherche à remplacer le régime socialiste de Pékin par un régime fantoche pro-occidental.

Comme dans le cas de la Russie et de l'Ukraine, Washington se réjouirait certainement d'une nouvelle guerre par procuration qui attirerait l'attention des médias sur la Chine : il a été suggéré que Taïwan, le Japon ou même l'Australie essaieraient d'être manipulés pour mener une véritable guerre contre la Chine.

Les autorités chinoises ont depuis longtemps mis en garde les États-Unis contre ce que l'on appelle la "pensée de la guerre froide", mais la réponse américaine est que la rhétorique de Xi à l'égard de l'administration Biden commence à prendre des accents similaires.

Le président chinois a semblé faire valoir un point de vue similaire, par exemple, lors de son sommet de novembre avec Joe Biden. À l'époque, M. Xi avait déclaré que "la répression et la retenue ne feront que renforcer la volonté et le moral du peuple chinois".

Les porte-parole officiels du ministère chinois des affaires étrangères, qui s'adressent souvent aux journalistes étrangers sur un ton acerbe lors de réunions d'information régulières, ont utilisé à plusieurs reprises un langage similaire. Selon le nouveau ministre chinois des affaires étrangères, Qin Gang, "le conflit est inévitable si Washington ne change pas d'approche".

Dès le mois d'octobre dernier, Xi a envoyé un message sinistre à ses camarades lors du congrès du parti, déclarant que "les tentatives extérieures de répression et d'endiguement de la Chine pourraient s'intensifier à tout moment". À l'époque, les États-Unis n'avaient pas été mentionnés directement, mais il semble que la patience du régime chinois face aux provocations et à la guerre commerciale soit finalement à bout.

mardi, 07 mars 2023

Cinéma. Snowden d'Oliver Stone : l'histoire de la plus grande crise sécuritaire des services américains

51183.jpg

Cinéma. Snowden d'Oliver Stone: l'histoire de la plus grande crise sécuritaire des services américains

par Riccardo Rosati

Recension de 2016

Source: https://www.barbadillo.it/61161-cinema-snowden-di-oliver-stone-la-storia-della-maggiore-crisi-di-sicurezza-dei-servizi-usa/?fbclid=IwAR1BZa9OgO7Ny0JXWYrBlPKkx0MBVWdnQv2tVTvJaCZFV7JQE8GTpTc6V0s

Réalisé par le cinéaste Oliver Stone, trois fois oscarisé, Snowden est le portrait de l'une des figures les plus controversées de ces dernières décennies : l'homme responsable de ce qui a été appelé la plus grande faille de sécurité de l'histoire du renseignement américain.

En 2013, Edward Snowden (incarné au cinéma par Joseph Gordon-Levitt) quitte brusquement son emploi à la National Security Agency (NSA) et s'envole pour Hong Kong afin de rencontrer un groupe de journalistes dans le but de révéler les gigantesques programmes de surveillance développés par le gouvernement américain.

Consultant en informatique lié par un engagement au secret le plus absolu, Snowden a découvert qu'une montagne virtuelle de données est enregistrée par les services américains, traquant toute forme de communication numérique, non seulement liée aux gouvernements étrangers et aux groupes terroristes potentiels, mais même aux citoyens américains ordinaires. Avant sa fuite en Asie, il collecte méticuleusement des centaines de milliers de documents secrets pour démontrer l'ampleur de la violation des droits en cours. Sa confession aux médias reste à ce jour inaudible, alors qu'elle constitue un exposé de la manière dont le gouvernement américain tente depuis longtemps de prendre le contrôle de la planète.

Les événements relatés dans le film s'étendent de 2004 à 2013, et ces dates sont très importantes, puisque Snowden a travaillé dans les services américains sous les deux présidences de Bush Junior et d'Obama. Cela devrait déjà nous alarmer, car lorsque le prix Nobel le plus absurde de tous les temps était à la tête de la nation, l'espionnage du côté américain a augmenté, et de beaucoup en plus. Ici, celle de Snowden est l'histoire, presque un épitomé, des côtés sombres de l'Amérique. Une affaire pour le moins troublante, que les médias occidentaux alignés s'obstinent à cacher. "Il n'y a aucun moyen d'échapper à ce contrôle numérique", tel est le cœur de la vérité racontée par Snowden, une réalité enfin révélée, comme insupportable. Pour ne faire qu'un petit résumé, mais qui fait froid dans le dos, de ce que le Renseignement de la bannière étoilée a construit, nous pourrions dire que Facebook et Twitter ne sont rien d'autre que deux puissants moyens d'espionnage de masse entre les mains de la CIA et de la NSA. Une réflexion presque banale et évidente ! Essayons donc de mieux connaître le "dragon mourant", comme l'a judicieusement défini l'eurasiste Alexandre Douguine, et le film de Stone, s'il est lu au-delà du vernis de perfection hollywoodienne qui le connote, fournit pas mal d'informations pour ce faire. Par exemple, presque personne dans notre milieu bavard d'analystes de politique internationale ne connaît la différence entre la CIA et la NSA. La première est autorisée presque exclusivement à opérer à l'étranger, tandis que la seconde est autorisée à opérer au niveau national. Snowden, ayant travaillé pour les deux, a pu observer et enregistrer toutes les opérations de l'ombre des services de son pays. Notre grand allié ? Ah oui, celui qui espionne chaque citoyen du monde même s'il n'est pas russe ou chinois ? Ressortissants des deux seules puissances américaines anti-hégémoniques sur le globe. Ou, comme le raconte l'agent américain dans le film, le fait que les Américains ont demandé au gouvernement japonais la permission d'espionner les citoyens du Soleil Levant et, devant le refus des Japonais, l'ont fait quand même. Et cela ne s'arrête pas là, puisque la CIA a inséré des " mouchards " dans le système énergétique de leur premier allié sur le scénario asiatique, afin de pouvoir littéralement "éteindre" le Japon en quelques secondes; nous parlons de l'ère Obama, pour être clair, le pire président de l'histoire américaine - nous l'affirmons aussi en tant qu'américanistes - tout sauf porteur de bonnes intentions humanitaires.

L'essentiel de l'ouvrage de Stone se résume facilement : jusqu'aux récentes élections, les Etats-Unis se préparaient, et qui peut dire qu'ils ne se préparent pas encore, à conquérir le monde. Il ne faut donc pas s'étonner de la contre-offensive de Poutine, ni de la politique de distanciation de Shinzō Abe à l'égard de l'Amérique, pour en finir avec le gel qui s'est créé entre les Etats-Unis et des nations qui, il y a quelques années encore, devaient être considérées comme fidèlement de leur côté: les Philippines et Taiwan. Nous ne savons pas quelle sera la politique étrangère du nouveau président Donald Trump, mais une chose est très claire, s'il avait continué sur la voie tracée par Obama, comme l'a dit Douguine, le monde serait arrivé à sa perte.

snowden-poster_1200x1200.jpg

Après avoir terminé une analyse politique consciencieuse, d'un point de vue purement cinématographique, le film est convaincant dès le début. Gordon-Levitt se montre toujours ponctuel dans les rôles qu'on lui confie. Le tout est bouclé par Stone dans un beau biopic, dont le seul défaut est d'être peut-être un peu trop long, un vieux défaut du "Stone d'investigation". Après tout, le cinéaste a toujours tendance à s'attarder lorsqu'il prend de front les secrets les plus inavouables de son pays ; il suffit de mentionner son fluide JFK - An Open Case (1991). Ce que Snowden a en commun avec cet autre film de Stone n'est pas seulement sa longueur, qui vers la fin provoque une fatigue partielle chez le spectateur, mais aussi son formalisme parfait. Honnêtement, ce réalisateur ne nous a jamais rendus fous, mais il ne fait aucun doute qu'il est un excellent cinéaste, le genre qui sait comment diriger.

Pour récapituler la signification des événements entourant Edward Snowden, ainsi que le message le plus significatif du film de Stone, nous pouvons citer une phrase du film : "La plupart des Américains ne veulent pas la liberté, ils veulent la sécurité". N'est-ce pas la raison de la victoire de Trump ? Que cessent les hypocrisies, celles des élites qui font des clins d'œil à George Soros et qui ont fait du mensonge médiatique leur dogme depuis au moins vingt ans. Le "mythe de la démocratie américaine" ? Quelle profonde absurdité, bonne seulement pour un ignorant des États-Unis ou, plus probablement, un gros menteur. Est-ce que nous exagérons ? Nous mettons au défi ceux qui nous lisent et sont déconcertés par nos propos d'aller voir cet excellent film. Si vous êtes étonnés ou choqués par ce qui y est raconté, ce sera une preuve de plus de la nature bovine des masses, qui ne veulent pas savoir les choses. Snowden vit en Russie depuis des années, il n'y a évidemment pas de meilleur endroit pour demander l'asile. Le "mal américain", comme aime à le dire Alian de Beonist, n'est pas quelque chose qui nécessite des contacts avec des puissances occultes ou autre pour le comprendre... il est là pour tous, et un film comme celui de Stone peut être utile pour comprendre que s'il est vrai que nous savons peu de choses sur Trump, si nous avions continué avec la politique Obama-Clinton, nous aurions aujourd'hui un monde avec peu, très peu d'années devant nous.

*Snowden, année 2016, Nationalité : USA, Durée : 134′, Genre : biographique/drame, Réalisateur : Oliver Stone, Distribution : BIM, Sortie : 24 novembre 2016.

dimanche, 05 mars 2023

La tournée de Blinken en Asie centrale

photo_2023-02-28_20-10-59.jpg

La tournée de Blinken en Asie centrale

Source: https://katehon.com/ru/article/centralnoaziatskoe-turne-blinkena

Le secrétaire d'État américain Anthony Blinken a effectué une visite en Asie centrale du 28 février au 3 mars. Le 28 février, il a rencontré à Astana le président du Kazakhstan, Kassym-Jomart Tokayev. Il a également eu des entretiens avec son homologue, le ministre des Affaires étrangères du Kazakhstan, Mukhtar Tleuberdi. En outre, il a rencontré les ministres des Affaires étrangères des cinq pays d'Asie centrale à Astana (format C5+1). Le 1er mars, M. Blinken a rencontré le ministre ouzbek des Affaires étrangères Bakhtiyor Saidov et s'est entretenu avec le président ouzbek Shavkat Mirziyoyev à Tachkent.

Contre la Russie et la Chine

La rhétorique de Blinken et les déclarations officielles à la presse ne laissaient aucun doute. Le chef de la diplomatie américaine est venu en Asie centrale pour persuader les plus proches voisins de la Russie de soutenir les sanctions anti-russes ou au moins de condamner ses actions en Ukraine, creusant ainsi un fossé entre Moscou et ses partenaires d'Asie centrale. Au Kazakhstan, par exemple, il a remercié la république d'avoir fourni une aide humanitaire à l'Ukraine et d'avoir hébergé les 200.000 personnes qui ont fui la Russie après l'annonce de la mobilisation partielle. En Ouzbékistan, il a exhorté les médias locaux à ne pas diffuser la "propagande russe". Partout, il a exprimé son soutien à la souveraineté des pays de la région et approuvé les "réformes".

Lors d'une conférence de presse au Kazakhstan le 28 février, il a qualifié la Russie d'agresseur plus de dix fois. Au même moment, le chef du ministère des Affaires étrangères du Kazakhstan a déclaré qu'il ne voyait aucune menace de la part de la Russie. L'invité américain a également critiqué la Chine depuis Astana, menaçant de problèmes "non seulement dans les relations avec les États-Unis, mais aussi avec d'autres pays" si Pékin soutenait Moscou dans le conflit ukrainien. Lors d'une conférence de presse à Tachkent, Blinken a critiqué le plan de paix de la Chine dévoilé la veille. Le secrétaire d'État a accusé Pékin de "continuer à attiser les flammes du feu que Vladimir Poutine a allumé".

Lors d'une conférence de presse à l'issue d'une réunion avec les ministres des affaires étrangères du Kazakhstan, du Kirghizistan, de l'Ouzbékistan, du Turkménistan et du Tadjikistan, Blinken a également déclaré que les Etats-Unis étaient prêts à dédommager les pays d'Asie centrale pour les dommages causés par les sanctions anti-russes.

La question des sanctions

Pour les États-Unis, le problème est que le commerce de la Russie avec les pays d'Asie centrale augmente malgré les sanctions. Il s'agit en partie d'"importations parallèles". Les États-Unis ont déjà discuté avec les pays d'Asie centrale de la mise en œuvre de sanctions anti-russes. Il est bénéfique pour les pays de la région d'agir comme des ponts de la Russie vers le monde et les États-Unis devraient offrir quelque chose de valable (ou des sanctions sévères) pour contrebalancer les avantages évidents de la coopération avec la Russie et la Chine. Jusqu'à présent, l'aide que Washington promet - 25 millions de dollars pour tous les pays de la région, même si elle s'ajoute aux 25 millions de dollars promis en septembre dernier - ne correspond pas aux coûts d'une éventuelle adhésion aux sanctions anti-russes. Les Américains, cependant, pourraient utiliser la méthode de la carotte et du bâton en menaçant les économies locales de sanctions. Auparavant, Washington a imposé des sanctions à l'oligarque russo-ouzbek Alisher Usmanov, mais a ensuite retiré ses actifs des restrictions de blocage. Les Etats-Unis n'ont pas expliqué dans quel but ce geste de bonne volonté avait été fait.

Après la visite de Blinken aux États d'Asie centrale, le ministre kazakh des affaires étrangères a déclaré que, grâce aux consultations avec les Américains, Astana a pu éviter des sanctions secondaires.

Questions de sécurité

Comme l'a noté le ministre ouzbek des affaires étrangères par intérim, Bakhtiyor Saidov, les États-Unis et l'Ouzbékistan "partagent les mêmes priorités pour une Asie centrale prospère, stable et pacifique". La question de la sécurité - avec en toile de fond la situation problématique en Afghanistan où le gouvernement des Talibans ne peut faire face aux radicaux, y compris les terroristes de l'ISIS* (*organisation terroriste interdite en Russie) - inquiète les pays d'Asie centrale.

Les États-Unis pourraient bien profiter de ce problème (créé en grande partie par leurs propres actions et inactions en Afghanistan) en promettant de l'aide aux pays d'Asie centrale.

Les États-Unis ont un autre intérêt sécuritaire au Kazakhstan : les armes et munitions soviétiques qui pourraient être transférées en Ukraine. Auparavant, il a été signalé que des munitions étaient vendues depuis le Kazakhstan via des pays du Moyen-Orient. Il a été signalé que le Royaume-Uni supervisait ce projet.

Un autre problème non moins important est la sécurité biologique.

On sait qu'un nouveau laboratoire biologique américain est en cours de construction au Kazakhstan, dans le village de Gvardeyskiy, dans la région de Zhambyl. Un autre laboratoire de ce type est situé à Almaty. Selon les experts, les questions de fonctionnement des installations biologiques des États-Unis au Kazakhstan pourraient également être discutées à huis clos. En Ouzbékistan, un laboratoire similaire a été ouvert en 2021.

Les États-Unis ont positionné ces installations comme visant à lutter contre le bioterrorisme et à répondre de manière adéquate aux menaces naturelles. L'Asie centrale est un réservoir naturel pour un certain nombre de maladies dangereuses, notamment la peste.

Cependant, au cours de l'opération spéciale en Ukraine, les autorités russes ont déclaré à plusieurs reprises que ces installations auraient pu être utilisées pour créer des armes biologiques. Moscou a une attitude négative à l'égard du placement près de ses frontières de biolaboratoires américains liés à l'Agence américaine de réduction de la menace bioterroriste (DTRA) dirigée par le Pentagone.

photo_2023-02-28_20-10-59_2.jpg

Propager la démocratie

Lors de son séjour au Kazakhstan, M. Blinken a déclaré que les États-Unis soutenaient les réformes du système politique du pays vers une plus grande "démocratie". En Ouzbékistan, il a également été question de "réformes". Le ministère ouzbek des Affaires étrangères a exprimé sa reconnaissance pour le soutien américain aux réformes du président Mirziyoyev. Au cours de sa tournée en Asie centrale, M. Blinken a accordé une attention particulière aux programmes humanitaires américains dans la région. A Tachkent, par exemple, il a rencontré des écoliers participant au programme "US Embassy Access".

Hisser les drapeaux

La visite du secrétaire d'État américain en Asie centrale a coïncidé avec la visite du secrétaire du Conseil de sécurité russe, Nikolay Patrushev, au Venezuela et à Cuba. Au Venezuela, Patrushev a rencontré le dirigeant du pays, Nicolas Maduro, et a discuté officiellement de la coopération entre les services de renseignement et les forces de l'ordre. À Cuba, une réunion a eu lieu avec le chef du ministère de l'Intérieur du pays, ainsi qu'avec le leader de la révolution cubaine, Raul Castro, et le président du pays, Miguel Diaz-Canel. Les "priorités stratégiques" de la coopération entre les deux pays ont été discutées.

Les États-Unis et la Russie hissent leur drapeau dans les domaines d'intérêt prioritaires de chacun. Ce faisant, Moscou peut compter sur ses alliés dans la région, tandis que Washington doit trouver des échappatoires pour convaincre les partenaires de Moscou d'écouter sa position. Cependant, les États-Unis disposent d'un potentiel de déstabilisation de la région, notamment des biolaboratoires non responsables devant les autorités locales, des institutions et fondations de la "société civile" et des instruments de pression des sanctions. Dans le cadre des "consultations" avec les Américains sur les sanctions, les États d'Asie centrale leur donnent de facto le droit d'influencer leurs propres économies, sapant ainsi leur propre souveraineté.

 

De la Déclaration d'Indépendance américaine au totalitarisme US

declaration-of-independence-1776.jpeg

De la Déclaration d'Indépendance américaine au totalitarisme US

par Nicolas Bonnal

Il faut relire ou découvrir ce texte important qui reproche au pouvoir (britannique ici) ses excès : il a été écrit par un libertarien nommé Jefferson qui l'a même traduit en français. Voici pourquoi il faut se révolter selon lui :

« Lorsque, dans le cours des événements humains, il devient nécessaire pour un peuple de dissoudre les liens politiques qui l'ont attaché à un autre et de prendre, parmi les puissances de la Terre, la place séparée et égale à laquelle les lois de la nature et du Dieu de la nature lui donnent droit, le respect dû à l'opinion de l'humanité oblige à déclarer les causes qui le déterminent à la séparation. »

On pourrait en prendre de la graine.

Murray Rothbard a dit justement que la Guerre d'Indépendance était la seule guerre justifiée des USA. Depuis il y en a eu quelques centaines et il y a eu de fantastiques abus d'un pouvoir caractéristique de ce que Jouvenel a appelé la démocratie totalitaire. L'administration Biden est la plus folle de toute l'Histoire du monde, qui nous promet une apocalypse guerrière, vaccinale, écologiste, financière, c'est selon.

thomas-jefferson-gettyimages-544176494.jpg

Jefferson comme saint Thomas d'Aquin (voyez mon recueil sur le christianisme traditionnel) légitime la révolte contre la tyrannie :

« Mais lorsqu'une longue suite d'abus et d'usurpations, tendant invariablement au même but, marque le dessein de les soumettre au despotisme absolu, il est de leur droit, il est de leur devoir de rejeter un tel gouvernement et de pourvoir, par de nouvelles sauvegardes, à leur sécurité future. Telle a été la patience de ces Colonies, et telle est aujourd'hui la nécessité qui les force à changer leurs anciens systèmes de gouvernement. L'histoire du roi actuel de Grande-Bretagne est l'histoire d'une série d'injustices et d'usurpations répétées, qui toutes avaient pour but direct l'établissement d'une tyrannie absolue sur ces États. »

Chose amusante, dans ce court texte de trois pages, Jefferson dénonce l'intervention de l'Etat britannique en matière migratoire :

« Il a cherché à mettre obstacle à l'accroissement de la population de ces États. Dans ce but, il a mis empêchement à l'exécution des lois pour la naturalisation des étrangers; il a refusé d'en rendre d'autres pour encourager leur émigration dans ces contrées, et il a élevé les conditions pour les nouvelles acquisitions de terres. »

Les juges ont peu de pouvoirs :

« Il a entravé l'administration de la justice en refusant sa sanction à des lois pour l'établissement de pouvoirs judiciaires. Il a rendu les juges dépendants de sa seule volonté, pour la durée de leurs offices et pour le taux et le paiement de leurs appointements. »

Intéressant le pullulement de fonctionnaires dont a parlé très bien Tocqueville pour la France (et Marx aussi dans son Dix-Huit Brumaire) :

« Il a créé une multitude d'emplois et envoyé dans ce pays des essaims de nouveaux employés pour vexer notre peuple et dévorer sa substance. Il a entretenu parmi nous, en temps de paix, des armées permanentes sans le consentement de nos législatures. Il a affecté de rendre le pouvoir militaire indépendant de l'autorité civile et même supérieur à elle. »

hessians-gettyimages-1397980593.jpg

Jefferson fait allusion aux mercenaires étrangers :

« En ce moment même, il transporte de grandes armées de mercenaires étrangers pour accomplir l'oeuvre de mort, de désolation et de tyrannie qui a été commencée avec des circonstances de cruauté et de perfidie dont on aurait peine à trouver des exemples dans les siècles les plus barbares, et qui sont tout à fait indignes du chef d'une nation civilisée. »

7feb07fc6d86381dff13702d57d5c643.jpg

Au passage il écorche les Indiens connus pour leur cruauté vis-à-vis des femmes et des enfants (voir le texte de mon ami Fred Reed sur unz.com) :

« Il a excité parmi nous l'insurrection domestique, et il a cherché à attirer sur les habitants de nos frontières les Indiens, ces sauvages sans pitié, dont la manière bien connue de faire la guerre est de tout massacrer, sans distinction d'âge, de sexe ni de condition. »

Jefferson rappelle ses efforts :

« Dans tout le cours de ces oppressions, nous avons demandé justice dans les termes les plus humbles ; nos pétitions répétées n'ont reçu pour réponse que des injustices répétées. Un prince dont le caractère est ainsi marqué par les actions qui peuvent signaler un tyran est impropre à gouverner un peuple libre. »

Jefferson a aussi essayé d'influencer les Anglais ; en vain (voir les textes féroces de Samuel Johnson à ce propos) :

« Nous avons fait appel à leur justice et à leur magnanimité naturelle, et nous les avons conjurés, au nom des liens d'une commune origine, de désavouer ces usurpations qui devaient inévitablement interrompre notre liaison et nos bons rapports. Eux aussi ont été sourds à la voix de la raison et de la consanguinité. Nous devons donc nous rendre à la nécessité qui commande notre séparation et les regarder, de même que le reste de l'humanité, comme des ennemis dans la guerre et des amis dans la paix. »

51reass3KKSyewML.jpg

Le résultat c'est l'indépendance avec l'aide d'une France monarchique qui aurait mieux fait de ne pas s'en mêler et l'apparition de l'Etat le plus tentaculaire, omniprésent et belliqueux de l'Histoire du monde. Jefferson fit plusieurs guerres, créa West Point (voyez le recueil Reassessing the Presidency, qui nuance bien les actions de ce personnage) et acheta – pour une poignée de figues - la Louisiane qu'il aurait pu nous voler facilement plus tard.

Maintenant la question à mille milliards de dollars (une bagatelle par les temps qui courent) : la déclaration des pères fondateurs planteurs et esclavagistes en valait-elle la peine ? Certainement pas.

Nul dans notre communauté ne va contester la nuisance américaine. La surprise est venue cette fois d'Amérique.

Un article d’Adam Gopnik dans The New Yorker avait mis en rage en 2017 les énergumènes de Prisonplanet.com. Il ne faisait pourtant que reprendre à sa manière gauchiste les arguments des libertariens et de quelques traditionalistes sur une question importante : l’existence-même des USA, pays qui tyrannise et menace la planète par sa technologie, son dollar et ses armées toujours en guerre.

Nous aurions pu être le Canada. We could have been Canada.

E_8LSkkUYAMhtn9.jpg

Résumons sa thèse :

On n’avait donc pas besoin de faire une guerre d’indépendance cruelle et dangereuse contre l’Angleterre. L’Amérique aurait été moins peuplée, serait restée un dominion tranquille comme le Canada et l’Australie, et l’Angleterre aurait continué de trôner pragmatiquement sur le monde. L’Allemagne n’aurait bien sûr pas osé la défier, et nous n’aurions pas connu les horreurs mondiales de nos guerres germano-britanniques.

Gopnik ajoute qu’on aurait aboli l’esclavage sans passer par cette folle et sanglante guerre de Sécession si typiquement américaine ; du reste les USA créent des guerres civiles partout : au Vietnam, en Corée, en Russie, en Ukraine, en Europe, en Amérique du Sud, etc.

Enfin l’Angleterre a aboli pacifiquement dans la foulée de sa révolution industrielle l’esclavage dans toutes ses colonies. Je pense aussi qu’il y aurait eu une immigration essentiellement anglo-irlandaise dans ce grand pays, et cela aurait été mieux. Je suis arrivé à cette conclusion en lisant Poe, Melville, Kipling, Grant, Stoddard, Ross et quelques autres. Les guerres américaines créèrent le bolchevisme puis le fascisme et le nazisme en Europe (dixit de Gaulle à Harry Hopkins). L'Amérique a aussi créé l'OTAN et la structure totalitaire européenne.

Courage, nous ne sommes pas au bout de nos peines !

Sources :

« We could have been Canada » – The New Yorker – 15 mai 2017

Samuel Johnson – The Patriot (1774)

Nicolas Bonnal – La culture comme arme de destruction massive (Amazon_Kindle)

https://www.newyorker.com/magazine/2017/05/15/we-could-ha...

https://www.state.gov/wp-content/uploads/2020/02/French-t...

https://cdn.mises.org/Reassessing%20the%20Presidency_0.pdf

 

samedi, 04 mars 2023

Réorganiser le Heartland: aperçus, suggestions et objectifs possibles dans les stratégies multipolaires

main-qimg-b6fd18a103faeaa2b3b6a3f57f2d09a7-lq.jpg

Réorganiser le Heartland: aperçus, suggestions et objectifs possibles dans les stratégies multipolaires

Par Lorenzo Maria Pacini

Source: https://domus-europa.eu/2023/02/06/riorganizzare-lheartland-panoramiche-suggestioni-e-possibili-obiettivi-nelle-strategie-multipolari-di-lorenzo-maria-pacini/  

Pourquoi est-il nécessaire de réorganiser le Heartlandfsddeeee?

Partons de l'hypothèse que le cadre multipolaire du monde est quelque chose de déjà déclenché et de factuel, mais qui nécessite une organisation au fur et à mesure de sa définition. Il s'agit d'un processus au sein duquel nous nous trouvons, et non d'une étape "formelle" - même si, d'un point de vue géopolitique, nous pouvons parler de formalisme géographique - et qui doit donc être considéré au fur et à mesure de son développement.

Un premier centre d'intérêt possible est le Heartland, le cœur de la Terre, dont Halford Mackinder n'a cessé de nous rappeler qu'il est l'axe géographique de l'Histoire, c'est-à-dire nécessaire pour fixer un plan cartésien de l'existence humaine.

Commençons donc par nous concentrer sur les principaux vecteurs d'activité géopolitique qui amélioreraient qualitativement le potentiel global du Heartland, dont dépend l'existence ou non d'un monde multipolaire. Il s'agit d'une réorganisation stratégique de l'espace entourant la Russie de toutes parts, dans le but de :

    - Rééquilibrer la présence militaire dans les cinq domaines (terre, eau, air, espace, infosphère) du bloc atlantique ;

    - Favoriser le développement de systèmes sociaux différents de ceux qui sont centrés sur l'Occident ;

    - Favoriser le développement de systèmes géo-économiques et financiers en dehors des plateformes contrôlées par l'Occident (notamment les Etats-Unis, le Royaume-Uni, Israël et l'Arabie Saoudite) ;

    - Renforcer les acteurs et les promoteurs du multipolarisme ;

    - Permettre aux pays du Heartland, donc en premier lieu à la Russie, d'avoir un accès direct aux points de contact avec le Rimland et le Sealand, et donc aux ports, aux mers chaudes et pas seulement aux mers froides, aux ressources, aux positions stratégiques.

11-Figure1-1.png

Comme la diplomatie russe l'a également démontré à plusieurs reprises, notamment depuis le début de l'opération militaire spéciale, le Heartland doit se consolider, accumuler des ressources, mobiliser les structures sociales et passer à une phase de plus grande activité géopolitique ou, plutôt, de plus grande spécificité géopolitique. Tout cela exige un travail politique intense et nécessite une sorte de mobilisation géopolitique, qui a nécessité un examen attentif des instruments, des ressources et des avantages potentiels au cours des années précédentes, sans attirer une attention excessive, du moins pendant la période de développement inertiel. C'est dans ce sens que l'on peut lire les démarches diplomatiques entreprises par la Russie ces dernières années : une révision de ses activités en vue d'assurer des points stables avec les Etats de l'orbite eurasienne, en comptant sur la proximité ethno-sociologique et un intérêt commun à se libérer de l'orbite anglo-américaine. Dans ce cas, un calcul complètement différent est nécessaire pour qu'un ensemble de possibilités complètement différent émerge.

Le début de la construction d'un monde multipolaire passe nécessairement par un changement de conscience de l'élite politique russe, son ouverture à un horizon géopolitique continental et planétaire, sa prise de conscience de sa responsabilité dans le destin de l'espace social, politique, économique et historique qui lui est confié. D'autre part, le mondialisme et la construction d'un monde unipolaire nourrissent méthodiquement l'éducation de plusieurs générations de l'élite américaine, européenne et mondiale dans une clé atlantiste (à travers des clubs privés, des loges, des organisations d'experts, des guildes intellectuelles, des institutions éducatives spécialisées, etc.), qui comprend, entre autres, une étude minimale obligatoire de la géopolitique et d'autres disciplines complémentaires. De même, donc, la création d'un monde multipolaire et la réorganisation du Heartland doivent prévoir un nouvel élan géopolitique et l'éducation des cadres dirigeants des pays impliqués dans le processus, et en cela la Russie a montré, au moins partiellement, qu'elle a réussi à intensifier l'éducation géopolitique (qui, à l'époque de l'URSS, était considérée comme captieuse et subversive), de manière à configurer une ligne qui s'avère, à ce jour, suffisamment stable dans la gestion multilatérale d'un contexte stratégique international. En empruntant ce que le philosophe russe Alexandre Douguine avait déjà souligné à plusieurs reprises, l'élite russe doit prendre conscience qu'elle est l'élite de tout le Heartland, en commençant à penser à l'échelle eurasiatique et non plus seulement à l'échelle nationale. Cette transition n'a pas été automatique mais le résultat d'un processus éducatif, si l'on considère qu'il y a encore quelques années (peut-être quelques mois), une éventuelle adhésion de la Fédération de Russie à l'OTAN était redoutée, non sans une certaine ironie. Il est clair que seule une classe dirigeante adéquatement préparée d'un point de vue géopolitique a été - et sera - en mesure de réaliser la mobilisation géopolitique nécessaire et de mener efficacement une politique active de restructuration de l'ensemble de l'espace eurasien, afin de construire un monde multipolaire et, ce qui est plus compliqué, de le protéger.

Un regard sur la stratégie du Western Heartland

Examinons à présent les paramètres généraux de la manière dont la renaissance du Heartland se déroule et devrait se poursuivre, dans les principales directions de la voie de la construction d'un monde multipolaire, en commençant par l'ouest.

Le premier point fondamental est le modèle sur lequel sont construites les relations entre la Russie et les États-Unis. La situation créée par l'escalade militaire due à l'Opération militaire spéciale, dont nous savons tous qu'elle est le résultat d'un long processus et non d'un événement unique et isolé, n'exclut pas a priori la possibilité d'un nouvel équilibre, précisément par le biais de la diplomatie de l'entre-deux-guerres (celle qui a déjà lieu) et de l'après-guerre. Ce qui pourrait émerger, et qui serait géopolitiquement commode pour l'ensemble du Heartland, c'est l'indépendance vis-à-vis de l'administration américaine et des vues personnelles, politiques et culturelles connexes des États-Unis. Si, en effet, les Etats-Unis ne peuvent s'empêcher de penser et d'agir à leur manière, car c'est le vecteur constant de leur stratégie planétaire (à partir de Woodrow Wilson), le seul qui ait garanti des résultats probants et rapproché les Etats-Unis de la domination mondiale, et donc il ne peut y avoir de raisons ou d'arguments capables de forcer les Etats-Unis à abandonner l'hégémonie mondiale et la construction d'un monde global, il est cependant vrai qu'une défaite militaire redessinerait considérablement non seulement la géographie des frontières, mais plus encore celle du Lebensraum, de l'espace vital géopolitique des Etats européens, qui sont directement limitrophes du Heartland et surtout de la Russie.

Au niveau des écoles de pensée, pour les Etats-Unis, toute autre position vis-à-vis du Heartland, autre qu'une hostilité farouche et constante, est tout simplement considérée comme irresponsable et stupide : tout ce que les Etats-Unis défendent dans la zone du continent eurasien est directement opposé aux intérêts stratégiques du Heartland et à la construction d'un monde multipolaire. Cette vision opposée de l'organisation de l'espace politique de l'Eurasie est un axiome absolu, qui n'admet aucune exception ou nuance. Les États-Unis veulent que l'Eurasie et l'équilibre des forces qui s'y trouvent correspondent le plus possible à l'unipolarisme et à la mondialisation.

Spykmans-rendition-of-Mackinders-World-Island-from-The-Geography-of-the-Peace.png

Le Heartland dans son ensemble a cependant une vision exactement opposée, que les dirigeants russes sont en train de comprendre, en se faisant le leader d'un conflit qui, militairement, implique quelques puissances, mais qui, géo-économiquement, en l'espace de quelques mois, a complètement bouleversé l'équilibre international des forces.

L'asymétrie actuelle entre les pays eurasiens et le bloc atlantique est cependant telle qu'elle ne permet pas, à mon avis, un affrontement direct entre puissances, entre terre et mer, du moins pas de la manière classique à laquelle on pourrait s'attendre. L'hybridation de la guerre entraîne la nécessité de plus grandes interactions, en même temps que l'incapacité stratégique et économique de la Russie à s'engager seule dans un conflit mondial, ce qui n'aurait pas été possible même à l'époque de l'Union soviétique. C'est ainsi que les pays voisins entrent en jeu.

Depuis plusieurs années maintenant, malgré un semblant de second degré, la Russie est stratégiquement intéressée par l'absence de présence américaine ou de l'OTAN dans l'espace post-soviétique, alors que les États-Unis sont intéressés par exactement le contraire ; la Russie veut avoir des relations de partenariat direct avec ses voisins d'Europe de l'Est (les pays de l'ancien bloc socialiste), les États-Unis considèrent cette zone comme une zone d'influence primaire, comme un cordon sanitaire empêchant Moscou de se rapprocher de l'UE ; la Russie veut construire un modèle d'intégration avec l'Ukraine et la Biélorussie, les États-Unis ont soutenu la révolution colorée de Kiev et le conflit dans le Donbass. Il est clair que la Russie a tout intérêt à avoir des contacts forts avec les grandes puissances de l'Europe continentale (Allemagne, France, Italie), notamment dans le domaine de la coopération énergétique, en tentant de poursuivre ce qui a déjà été appliqué avec les deux projets Nord Stream et qui se poursuit encore aujourd'hui, malgré les menaces de guerre et l'entrée de fait de ces pays dans le conflit ukrainien ; les États-Unis, par leur influence sur les pays d'Europe de l'Est et certains cercles politiques de l'Union européenne (euro-atlantistes), sabotent ces contacts par tous les moyens possibles, font obstacle aux projets, remettent constamment en question les tracés des gazoducs et tentent même de légiférer afin de légitimer une intervention militaire en cas de situations énergétiques litigieuses avec, bien entendu, une référence principale aux livraisons de la Russie.

L'efficacité des relations russo-américaines des deux côtés est mesurée de manière exactement inverse : le succès de la Russie dans ses relations avec les États-Unis est mesuré par la façon dont Moscou parvient à renforcer la position du Heartland ; les succès des États-Unis sont interprétés de manière exactement inverse, c'est-à-dire par la façon dont ils parviennent à l'affaiblir. Il est donc difficile de penser à une résolution possible, alors que la poussée, des deux côtés, pour l'acceptation d'un nouvel équilibre, d'un statu quo des choses suffisamment commode pour les parties en conflit, est plus probable.

pasted image 0.png

En ce qui concerne l'Europe, qui est la véritable sacrifiée du conflit encore présent, il existe un modèle complètement différent de l'Union européenne : dans la version élargie de la théorie développée par Mackinder en 1919, l'auteur inclut, outre la Russie, le territoire de l'Allemagne et de l'Europe centrale. L'Europe a une forte tradition continentale, une identité continentale avec une grande variété d'expressions culturelles, sociales et politiques, clairement visibles dans la politique de pays comme la France et l'Allemagne, dans une moindre mesure dans la politique de l'Italie et de l'Espagne. Le développement d'un partenariat stratégique avec ce noyau de l'Europe est une priorité pour la Russie, car c'est sur sa base que le multipolarisme peut prendre forme [1].  Une priorité qui s'est accrue avec le début de l'Opération militaire spéciale, l'Italie en particulier étant extrêmement sensible sur le plan stratégique en raison de l'extension manifeste du conflit au niveau mondial. Pas chez eux, et très probablement déjà dans la conception de ce que nous vivons maintenant, les dirigeants européens dirigés par le Royaume-Uni et les États-Unis ont toujours poussé à sécuriser le Rimland comme un cordon de sécurité à l'expansion de la Russie, dans le but de s'étendre vers l'est (mis en œuvre avec l'OTAN depuis une vingtaine d'années) afin d'encercler autant que possible l'ensemble du Heartland.

C'est exactement l'hypothèse de Mackinder sur la voie de la domination mondiale : "Celui qui contrôle l'Europe de l'Est, contrôle le Heartland ; celui qui contrôle le Heartland, contrôle l'île du monde ; celui qui dirige l'île du monde, dirige le monde" [2].

En observant concrètement la politique nationale des États européens, il est difficile de penser à une rupture possible de l'hégémonie d'outre-mer. Les chefs d'État européens ont une majorité anti-russe et mènent une politique belliqueuse et agressive à l'égard de l'ensemble du Heartland (comme ils le font également à l'égard des pays de l'ex-URSS), ce qui signifie une fermeture préventive et à long terme. L'absence de souveraineté nationale joue, sans l'ombre d'un doute, un rôle central dans cet aspect géopolitique.

Deux possibilités sont intéressantes à ce stade. En ce qui concerne l'Europe de l'Est, la Russie peut présenter un projet constructif, que l'on peut appeler la Grande Europe de l'Est : il devrait se fonder sur les caractéristiques historiques, culturelles, ethniques et religieuses des sociétés d'Europe de l'Est, mais en entrant dans le cours de l'histoire de l'Europe occidentale, ses groupes ethniques slaves et ses sociétés orthodoxes ont été laissés à la périphérie, privés de toute considération légitime et n'ont finalement eu que peu d'influence sur le développement d'un paradigme social, culturel et politique commun au sein de l'Europe occidentale. Les cultures slaves et orthodoxes diffèrent considérablement des sociétés romaines-germaniques et catholiques-protestantes, ce qui ne manquerait pas de susciter une sympathie et une cohésion anthropologiques et religieuses. Si, historiquement, l'Europe occidentale a interprété ces différences en faveur de la supériorité de la culture romano-germanique sur la culture slave et du catholicisme sur l'orthodoxie, dans le cadre d'une approche multipolaire, tout semble différent et l'identité des pays et des peuples d'Europe de l'Est est affirmée comme un phénomène sociologique et culturel indépendant ayant une valeur intrinsèque. La Grande Europe de l'Est peut inclure aussi bien le cercle slave (Polonais, Bulgares, Slovaques, Tchèques, Serbes, Croates, Slovènes, Macédoniens, Bosniaques et Serbes musulmans), que de petits groupes ethniques (comme les Serbes de Lusace) et les orthodoxes (Bulgares, Serbes, Macédoniens, mais aussi Roumains et Grecs). Les seuls peuples d'Europe de l'Est qui ne répondent pas à la définition de slave ou d'orthodoxe sont les Hongrois, mais il ne faut pas oublier leur origine eurasienne, steppique, commune aux autres peuples finno-ougriens, dont la grande majorité vit dans le Heartland et a un caractère culturel eurasien prononcé. La Grande Europe de l'Est pourrait devenir un grand espace indépendant dans le cadre d'une Europe unie. Du point de vue du Heartland, ce serait la meilleure option.

2d047f4bdbf298f6baedb4021bc5b527.jpeg

Une deuxième option, peut-être concrètement plus longue à réaliser, est celle du détachement du bloc européen de la tutelle coloniale anglo-américaine, de la Seapower, afin d'affirmer une géopolitique eurocentrique, indépendante, souveraine, pour une Europe des peuples européens, majoritairement tellurocratique. L'analyse de cette deuxième option mériterait une étude particulière ; il convient toutefois de noter quelques difficultés objectives dans la faisabilité de cette option, au moins à court terme : l'eurocentrisme exige une éducation eurocentrique, un élément qui est pratiquement absent des écoles politiques, géopolitiques et surtout militaires. Ce qui manque, c'est l'élite politique et financière capable d'affirmer l'impératif identitaire, qui plus est dans un contexte multipolaire, idéologiquement plus beau, mais diplomatiquement et stratégiquement beaucoup plus complexe ; ensuite, il faut former les peuples, les citoyens, un processus qui implique de déresponsabiliser des nations entières de près d'un siècle de contrôle hégémonique, une reprogrammation qui n'est pas du tout rapide et dont le succès n'est même pas certain. Une Europe européenne, pour faire un jeu de mots, serait sans doute plus conforme à un monde multipolaire et aussi plus avantageuse pour le Heartland lui-même, dans un pôle d'interaction non russocentrique mais authentiquement indépendant et équilibré.

Lorenzo Maria Pacini

Note:

[1] Au moment de l'invasion unilatérale de l'Irak, qui n'a pas été approuvée par la coalition du Conseil de sécurité de l'ONU (sauf les États-Unis et le Royaume-Uni) en 2001, le profil de l'alliance continentale russo-européenne a pris forme dans l'axe Paris-Berlin-Moscou, lorsque les trois présidents de ces pays (Chirac, Schroeder et Poutine) ont condamné conjointement les actions de Washington et de Londres, exprimant ainsi les intérêts établis du Heartland dans son interprétation la plus large (Russie + Europe continentale). Cela a provoqué une quasi panique aux Etats-Unis lorsqu'ils ont réalisé comment cela pourrait finir pour l'hégémonie mondiale américaine si une telle alliance était approfondie et poursuivie, ils ont donc pris la décision de la démanteler par tous les moyens.

La guerre en Ukraine et la nouvelle logique des blocs

carte-guerre-froide.jpg

La guerre en Ukraine et la nouvelle logique des blocs

Emanuel Pietrobon

Source: https://it.insideover.com/guerra/guerra-in-ucraina-logica...

Guerres, catastrophes et pandémies : des accélérateurs de tendances. Ils ne créent ni ne détruisent rien : ils provoquent la catalyse, ils accompagnent dans la tombe ce qui était mourant, ils font germer ce qui était quiescent. Ils libèrent des forces qui, jusqu'à l'instant précédant leur apparition, étaient retenues par le katéchon de l'époque.

La troisième décennie du 21ème siècle a prophétiquement commencé par une pandémie et une guerre, deux eschaton des plus puissants et des plus transfigurants, le second amplifiant l'impact mondial du premier, qui, à son tour, a accéléré des phénomènes en marche depuis un certain temps. La re-mondialisation. La redistribution et la dispersion de la puissance mondiale. La recompartimentation du système international en blocs.

La guerre en Ukraine et la pandémie C OVI D 19, en un mot, ont libéré ces forces révolutionnaires et déstabilisatrices, longtemps et durement maintenues sous le seuil de dangerosité par la superpuissance solitaire, les Etats-Unis, forces qui appellent au dépassement du moment unipolaire et, donc, à la fin de la Pax Americana belliqueuse. Et la restructuration de la géographie des pôles et des puissances au niveau international conduira inévitablement à un retour à l'âge des blocs.

Le monde à nouveau divisé en blocs

Le système international se trouve dans une situation qui mélange des éléments post-bismarckiens, c'est-à-dire l'effondrement progressif des architectures multilatérales et concertées, et des éléments post-hitlériens, c'est-à-dire la transformation d'une guerre mondiale par fragments en une guerre mondiale froide. Il s'agit d'une situation qui rend le présent très semblable, mais pas entièrement identique, au passé.

AC-blog-cover.jpg

Notre aujourd'hui est une collection d' "hiers" qui se sont produits entre 1890 et 1939, du déjà-vu. L'amitié sans frontière sino-russe dans une clé anti-américaine est l'actualisation hétérodoxe de l'Entente amicale franco-britannique dans une fonction anti-allemande. L'AUKUS et les différents pactes entre les sœurs de l'Anglosphère sont les équivalents contemporains du Grand rapprochement. Le rêve chinois de Xi Jinping est le remake jaune de la Weltpolitik de Guillaume II. La Russie est l'héritière intolérante d'un vaincu humilié par une défaite totale, dont elle voudrait réécrire certains termes, rappelant parfois le révisionnisme de l'axe Rome-Berlin.

Aujourd'hui, il s'agit d'une collection d'hiers qui se sont produits entre 1946 et 1954, pendant l'octennat transitoire qui a mené le monde vers la guerre froide entre les États-Unis et l'Union soviétique. Guerres par procuration, coups d'État et insurrections ont ouvert la voie au grand affrontement hégémonique. Pactes, alliances, projets d'intégration économique et infrastructurelle, conférences internationales comme prélude à la partition du monde en trois sous-mondes, communément appelés blocs.

Les fonctions des blocs

Les blocs. Les guerres interétatiques n'auraient aucun moyen d'affecter l'ensemble du système international si les blocs, c'est-à-dire les alliances d'entraide et les systèmes mondiaux structurés, n'existaient pas, traversant les continents et les idéologies.

La fonction des blocs, à chaque époque, est toujours la même : être le bouclier et la lance de l'hégémon qui les commande. Ils ont été la raison, mais pas l'origine, des trois guerres mondiales du 20ème siècle - deux chaudes et une froide.

Aujourd'hui, sous l'impulsion de la pandémie de CO VI D 19 et de la guerre en Ukraine, la lithosphère connaît à nouveau une fragmentation en plaques. Les deux eschaton ont extraordinairement aggravé la compétition entre grandes puissances, comme l'emblématise l'accélération de phénomènes préexistants tels que le friend-shoring et le découplage sino-américain, donnant une impulsion décisive à la régression mondiale vers l'ère des blocs. Ils sont trois, pour être précis : l'Occident redécouvert, le Mouvement des non-alignés renaissant et la coalition anti-hégémonique sino-russo-iranienne émergente.

L'Occident, un géant aux pieds d'argile

Les États-Unis peuvent se targuer de contrôler un bloc homogène, l'Occident, qui se caractérise par un haut degré de cohésion politique, une proximité culturelle, un développement économique, une supériorité technologique et une systématisation militaire sans équivalent dans le monde - de l'OTAN aux accords bilatéraux de défense mutuelle et de coopération militaire.

L'Occident est un bloc transcontinental à plusieurs niveaux, barycentré entre l'Amérique du Nord et l'Europe occidentale, mais s'étendant jusqu'à Tokyo et Buenos Aires, dont l'unité interne est garantie et consolidée par le partage de chaînes de valeur, de modes, de tendances, de culture pop, de réseaux sociaux, ainsi que par la présence de sous-alliances de nature variée. L'Occident est un bloc politique, militaire, économique, mais c'est aussi une forma mentis, un mode de vie. Identité et consommation.

Apparemment impénétrable, car fondé sur des valeurs non négociables, l'Occident est un bloc en proie à des limites et à des faiblesses, que le bloc sino-russe en gestation attaque à un rythme croissant depuis les années 2010, et dont la cohésion politique est superficielle. Des inimitiés et des rivalités menacent son intégrité, principalement la guerre souterraine entre Washington et Berlin, et des acteurs égocentriques, comme Budapest et Ankara, se prêtent, quand c'est leur intérêt, au jeu de l'axe Moscou-Pékin.

Le bloc qui ne veut pas être

Le cosmos du Mouvement des non-alignés, aujourd'hui comme hier, sera le principal champ de bataille des deux blocs, qui tenteront de courtiser, déstabiliser ou satelliser les périphéries, les pays géostratégiques et les marchés clés pour le sort de la nouvelle guerre froide.

Le bloc des neutres a historiquement servi de marché d'achat aux blocs belligérants. Car le non-aligné n'est, dans bien des cas, qu'un aligné potentiel qui attend la bonne offre. C'est en arrachant des pays comme l'Indonésie aux griffes du non-alignement socialiste que les Etats-Unis ont pu gagner la compétition avec l'Union soviétique.

La multi-vectorialité des petites et moyennes puissances du Sud mondial qui recherchent une plus grande autonomie vis-à-vis de leurs anciens maîtres peut être considérée comme un non-alignement 2.0. Arabie saoudite, Azerbaïdjan, Égypte, Inde, Kazakhstan, Serbie ; longue est la liste des acteurs qui tentent de se sortir du dilemme de l'alignement en choisissant de ne pas choisir : dialogue avec tous, alliance avec aucun.

Certains succomberont à la pression de voisins inconfortables, d'autres prendront la voie risquée de l'alignement avec des parrains lointains, et d'autres encore tenteront la voie innovante d'un nouveau bloc, égocentrique et identitaire, pour faire contrepoids aux trois dominants - le potentiel du pan-turquisme, symbolisé par le Conseil turc, du latino-américanisme et des panarabismes miniatures ne doit pas être sous-estimé.

809101433030124.png

Le grand retour du Mouvement des non-alignés

L'héritier du Second Monde

La Russie, la République populaire de Chine et l'Iran, les trois principaux challengers des Etats-Unis (et de leur bloc), n'ont rien à voir avec l'Occident. Ils ont des sphères d'influence, des points de départ pour la construction de blocs et des projets d'intégration et de coordination ouverts quand à leurs voisins étrangers et quand à d'autres forces intéressées par le dépassement du moment unipolaire dirigé par l'Occident.

L'épigone hétérodoxe du Second Monde est l'ensemble des satellites et organes de l'axe Moscou-Pékin, auquel on pourrait ajouter la ramification iranienne. Mais contrairement au Second Monde de la mémoire belliciste, il s'agit d'un bloc à double orientation, désuni en interne, peu vertébré, culturellement divisé et dépourvu d'identité cyanoacrylate.

L'exacerbation de la concurrence entre les grandes puissances et le renforcement du double endiguement ont facilité l'effondrement de la méfiance sous-jacente et des hostilités ancestrales entre la Russie et la Chine, les incitant à amalgamer l'Union économique eurasienne et l'initiative "la Ceinture et la Route", à revitaliser et à élargir le format des BRICS - peut-être destiné à devenir l'antithèse du G7 -, à apporter leur soutien à l'Iran - un directeur adjoint de longue date qui s'est toutefois montré loyal en cas de besoin - et à investir davantage dans l'internationalisation de leur cause commune : la réforme structurelle du système international.

La guerre froide 2.0 et le destin du monde

Le conservatisme social - la lutte contre l'universalisme occidental -, l'anti-américanisme - la dédollarisation -, et le révisionnisme politique - la poursuite de la transition multipolaire - sont les moteurs du bloc sino-russo-iranien naissant et confus, que l'affirmation croissante de l'éternel Premier Monde encourage à devenir la réincarnation pantocratique du défunt Second Monde.

Le cauchemar de la géopolitique anglo-saxonne d'une grande alliance entre les puissances hégémoniques d'Eurasie dans une fonction anti-atlantiste devient lentement une réalité. L'anti-américanisme est la colle qui a uni les différences de Moscou, Pékin et Téhéran, et pourrait un jour être le casus foederis d'un bloc formel, antagoniste de l'Occident, désireux et capable de mener la bataille de la transition multipolaire comme un seul homme.

Il est peut-être minuit moins une. L'Iran est conscient de la signification profonde des Accords d'Abraham, qui ont surgi des cendres de l'OTAN arabe avortée. L'AUKUS, la radicalisation de la question de Taïwan et le déplacement progressif de l'orientation géostratégique de l'Alliance atlantique vers l'Est encouragent Pékin à appuyer sur l'accélérateur de la rupture de la chaîne d'îles. La Russie a définitivement dit adieu à la saison des compromis perdants-perdants en envahissant l'Ukraine.

Il est peut-être minuit moins une. Minuit du retour officiel à l'ère des blocs formellement opposés dans la guerre froide mondiale, qui a commencé en 1955 avec la conférence de Bandung et la naissance du Pacte de Varsovie. En attendant le carillon, que le Premier Monde tentera de retarder et/ou d'empêcher, nous sommes toujours en 1954 dans le monde.

Donnez-nous encore une minute de votre temps !

Si vous avez aimé l'article que vous venez de lire, demandez-vous : si je ne l'avais pas lu ici, l'aurais-je lu ailleurs ? S'il n'y avait pas InsideOver, combien de guerres oubliées par les médias le resteraient ? Combien de réflexions sur le monde qui vous entoure ne seriez-vous pas en mesure de faire ? Nous travaillons chaque jour pour vous fournir des reportages de qualité et des articles de fond totalement gratuits. Mais le type de journalisme que nous pratiquons est tout sauf "bon marché". Si vous pensez que nous méritons d'être encouragés et soutenus, faites-le maintenant.

vendredi, 03 mars 2023

Etats-Unis, Russie et Chine : l'avenir de l'Ukraine passe par le "triangle des équilibres"

4ce5b792e7e8da3130cacabd9a4266a8.jpg

Etats-Unis, Russie et Chine: l'avenir de l'Ukraine passe par le "triangle des équilibres"

Federico Giuliani

Source: https://it.insideover.com/guerra/usa-russia-e-cina-il-futuro-dellucraina-passa-dal-triangolo-degli-equilibri.html

La Chine a proposé sa solution politique pour la crise ukrainienne, en énumérant 12 points clés. Il ne s'agit pas d'un véritable plan de paix, comme l'ont qualifié certains commentateurs, mais plutôt d'une prise de position visant à exposer, une fois pour toutes, le point de vue de Pékin sur la guerre en Ukraine.

Parmi les propositions chinoises, le respect de la souveraineté, de l'indépendance et de l'intégrité territoriale de tous les pays, un cessez-le-feu et la reprise des négociations. Mais aussi la fin des sanctions contre la Russie, le dépassement de la mentalité de la guerre froide, c'est-à-dire l'affrontement entre blocs idéologiques opposés. On ne trouve cependant pas de condamnation explicite de la soi-disant opération militaire spéciale lancée par le Kremlin, comme s'y attendaient plusieurs gouvernements occidentaux, ni de feuille de route pour faire de la paix une réalité.

Et dire que Volodymyr Zelensky avait initialement accueilli avec prudence le document chinois. "J'ai l'intention de rencontrer Xi Jinping. Ce serait important pour la sécurité mondiale. La Chine respecte l'intégrité territoriale et doit tout faire pour que la Russie quitte le territoire de l'Ukraine", a déclaré Zelensky lors d'une conférence de presse à Kiev.

Il semblait que l'intercession chinoise pourrait remuer les choses en vue d'une éventuelle reprise des pourparlers de paix. Puis quelque chose a changé en l'espace de quelques heures. L'enthousiasme s'est évaporé dès que Mykhailo Podolyak, conseiller principal de Volodymyr Zelensky, a rejeté la proposition "irréaliste" de la Chine pour mettre fin au conflit.

Selon Podolyak, Pékin ne devrait pas "parier sur un agresseur qui a violé le droit international et qui perdra la guerre". Le document chinois a également été accueilli froidement, alors que depuis des mois, les gouvernements occidentaux appelaient Xi Jinping à accroître la pression sur la Russie pour qu'elle cesse les hostilités.

La diplomatie de la Chine

Pourquoi la Chine n'a-t-elle pas publié un plan de paix, se contentant de rédiger un document explicitant sa position ? Pour le comprendre, il est essentiel d'expliquer le fonctionnement de la diplomatie chinoise, qui est très différente de celle adoptée par l'Europe et les États-Unis.

En effet, pour la Chine, la diplomatie n'est pas une négociation. Les responsables chinois soulignent que, toutes proportions gardées, les négociations entre gouvernements occidentaux aboutissent toujours à des principes de base par le biais de la négociation. Eh bien, pour Pékin, c'est exactement le contraire qui s'applique : il faut d'abord se mettre d'accord sur certains principes de base, puis la phase de négociation a lieu.

En d'autres termes, du point de vue chinois, toute négociation se déroule sur la base de principes préalablement convenus. C'est pourquoi la Chine a rédigé un tel document, dont les 12 points clés peuvent être lus comme des principes sur lesquels entamer des pourparlers de paix. En effet, selon la diplomatie chinoise, il serait insensé d'établir une feuille de route sans partager au préalable les règles du jeu, c'est-à-dire les principes de base susmentionnés relatifs à la question à résoudre.

Comme l'a souligné Henry Kissinger, alors que les pays occidentaux ont l'habitude de faire certaines concessions dans les négociations, la Chine met ses principes sur la table jusqu'à ce que l'autre partie accepte la ligne. Dans le sens du "mode de négociation aux caractéristiques chinoises", sans l'acceptation de principes communs, il ne peut y avoir de négociation.

Pour en revenir à la crise ukrainienne, on peut supposer que Pékin sera (éventuellement) plus précis lorsque et si les parties concernées décident de dialoguer sur les bases posées par la diplomatie chinoise.

dd129a2b-3a98-4f66-9191-75de21e7485a.jpeg

A la recherche d'un équilibre

Une fois cette réserve levée, il convient de se demander ce que la Chine cherche à obtenir. Pékin raisonne en termes de relations gagnant-gagnant, elle recherche un équilibre (réel ou supposé) avec tout interlocuteur et dans toute sphère. En d'autres termes, Xi Jinping ne veut pas aller trop loin dans le soutien aux causes de la Russie ni faire le contraire avec l'Europe et les États-Unis.

Nous pouvons penser à un triangle avec les Etats-Unis, l'Europe et la Russie aux sommets et la Chine au milieu. Chaque relation diplomatique chinoise avec chaque acteur doit être équilibrée, tout comme, idéalement, les autres relations des acteurs impliqués dans le dessin géométrique doivent également être équilibrées.

Pour l'instant, le Dragon préfère se concentrer sur l'amitié illimitée avec la Russie (attention : un partenariat, pas une alliance) car Moscou est la partie la plus déséquilibrée dans la relation avec les États-Unis et l'Europe. Lorsque et si le Kremlin rompt l'inertie et se place en position d'"avantage", Xi déploiera davantage d'efforts pour contrebalancer l'action russe.

L'avenir de l'Ukraine dépend de ce jeu complexe de miroirs et d'équilibres. Une réserve fondamentale demeure : sommes-nous sûrs que l'architecture diplomatique envisagée par la Chine convient également aux autres protagonistes de l'affaire ?  

Donnez-nous encore une minute de votre temps !

Si vous avez aimé l'article que vous venez de lire, demandez-vous : si je ne l'avais pas lu ici, l'aurais-je lu ailleurs ? S'il n'y avait pas InsideOver, combien de guerres oubliées par les médias le resteraient ? Combien de réflexions sur le monde qui vous entoure ne seriez-vous pas en mesure de faire ? Nous travaillons chaque jour pour vous fournir des reportages de qualité et des reportages approfondis totalement gratuits. Mais le type de journalisme que nous pratiquons est tout sauf "bon marché". Si vous pensez qu'il vaut la peine de nous encourager et de nous soutenir, faites-le maintenant.

samedi, 25 février 2023

La "bi-mondialisation" en marche - vers une nouvelle guerre froide?

5015617.jpg

La "bi-mondialisation" en marche - vers une nouvelle guerre froide?

Peter Logghe

Source: Nieuwsbrief Deltapers, nr. 177, februari 2023

Le monde est de plus en plus divisé et les lignes de fracture passent cette fois-ci par les câbles de communication sous-marins, les serveurs de données et les usines de semi-conducteurs. La mondialisation, selon l'auteur Guillaume Travers, qui écrit désormais dans la revue Eléments (en l'occurrence dans son 200ème numéro), ne s'arrête pas, mais émerge en tant que bi-mondialisation, le monde globalisé tombant dans l'un des deux camps: l'américain ou le chinois. La position de l'Europe est faible. Guillaume Travers esquisse les défis stratégiques de demain dans sa contribution sur "la guerre des infrastructures".

Non sans raison, Travers cite l'exemple du système bancaire SWIFT, lancé en 1973, afin de suivre de manière fiable les comptes entre banques. Développé en Belgique, dans le seul but de ne dépendre d'aucune des grandes puissances de l'époque, SWIFT voulait ainsi créer un système neutre et apolitique pour faciliter les paiements internationaux. Le même raisonnement - faciliter le trafic international et le faire par le biais d'un intermédiaire neutre et apolitique - peut être fait en ce qui concerne l'internet, entre autres.

iswndex.jpg

Cet idéal de neutralité dans les infrastructures est en train de disparaître comme neige au soleil, écrit Travers. Au départ, les États-Unis ont espionné les données de SWIFT à la suite des attentats islamistes du 11 septembre 2001. Le ministère de la Justice belge a renoncé aux poursuites. En 2010, la situation a été "régularisée" et les États-Unis ont officiellement eu accès aux données de paiement. La neutralité avait, d'un coup, été supprimée, SWIFT n'avait plus de monopole "neutre" et était considéré comme une "infrastructure américaine".

Une "guerre des infrastructures" s'est engagée, un certain nombre de puissances politiques s'opposent à la domination américaine sur l'infrastructure mondiale et, par suite, développent la leur propre. Pourtant, une seule superpuissance parvient actuellement à proposer une alternative réelle et exploitable, la superpuissance chinoise. Pour Pékin, le développement massif de toutes sortes d'infrastructures pour rompre avec la dépendance à l'égard des États-Unis est un moment clé dans l'établissement d'un nouvel ordre mondial. Pour la Chine, ce développement des infrastructures est complémentaire de son initiative géopolitique "Belt and Road Initiatives" de 2013. La volonté de devenir technologiquement autonome est forte en Chine.

maxrecipssdefault.jpg

En ce qui concerne les paiements internationaux, explique Guillaume Travers, la Chine a lancé son propre système, le China International Payments System (CIPS), en 2015. Le CIPS relie aujourd'hui environ 1300 banques dans 107 pays. Pas comparable à SWIFT, autrement dit, mais le CIPS gagne en volume chaque année et permet ainsi à la monnaie renminbi de circuler hors de Chine. La création du CIPS s'est accompagnée du développement de plusieurs réformes pour faciliter l'utilisation du renminbi au niveau international.

En informatique, on assiste au même scénario. En mai 2022, le gouvernement chinois a annoncé son intention de remplacer l'ensemble du parc informatique de l'État et des entreprises. Tous les ordinateurs de fabrication étrangère seront remplacés par des modèles et des ordinateurs chinois, soit un total de 30 millions d'ordinateurs. Cette politique et d'autres sont toutes le résultat d'une politique chinoise de réduction de la dépendance envers les pays étrangers (et surtout l'Amérique ) dans les semi-conducteurs, la téléphonie, les serveurs et les données. Dans le même temps, la Chine renforce le contrôle de sa propre production.

L'Amérique réagit à la politique chinoise

Pendant ce temps, de nombreuses grandes entreprises chinoises se sont retirées de la Bourse de New York, empêchant les autorités américaines de glaner des informations délicates sur les entreprises. Les États-Unis réagissent naturellement à ce changement de politique chinoise de bien des manières. Depuis le 25 novembre 2022, l'Amérique refuse aux entreprises de télécommunications chinoises des licences pour le marché américain. Les entreprises en question sont Huawei et ZTE. En ce qui concerne les semi-conducteurs, l'Amérique doit faire face à une concurrence chinoise acharnée. En août 2022, les États-Unis ont adopté la loi CHIPS and Science Act, annonçant que 280 milliards d'euros d'investissements sont prévus pour la fabrication et l'innovation sur le marché des semi-conducteurs et des puces.

DERNIER-VOL_couv.jpgAlice Ekman, spécialiste de la Chine, parle de "bi-mondialisation" dans un livre récent (Dernier vol pour Pékin, L'Observatoire, 240 p.). Car ce qui se profile n'est pas seulement la (vieille) confrontation entre deux superpuissances, l'Amérique et la Chine, mais plus encore la division de la planète en deux zones d'influence. La zone d'influence chinoise est, elle, en pleine expansion. Les initiatives "Belt and Road", déjà mentionnées, visent à relier la Chine à l'Europe, et sont donc désormais associées à des investissements massifs dans les infrastructures. L'Europe reste sous l'influence des États-Unis et montre jusqu'à présent peu de signes de vouloir s'éloigner de la dépendance technologique.

Le Japon abandonne sa politique de neutralité militaire

Pour l'Amérique, la politique étrangère et géopolitique se jouera principalement dans le Pacifique au cours des prochaines années - malgré la focalisation temporaire sur l'Ukraine et l'incursion russe. Il est clair que la partie de poker autour de Taïwan a accru la nervosité des États-Unis. Le Japon, qui a dû payer un lourd tribut en tant que puissance perdante après la Seconde Guerre mondiale, et a dû limiter sa politique militaire à un usage purement défensif, semble changer son fusil d'épaule. Dans l'ombre du Premier ministre japonais assassiné Shinzo Abe, le Japon semble mettre un terme à sa politique pacifiste et opter pour une politique militaire plus musclée.

armee_japonaise_japon.jpg

En raison de sa situation géographique unique, le Japon pourrait et peut continuer à jouer un rôle décisif dans de nombreux conflits. Le Japon est toujours à la tête de la troisième plus grande économie du monde et, ces dernières années - sous la direction du Premier ministre Abe, soit dit en passant -, il a augmenté ses dépenses militaires. Mais les commentateurs ne parlent pas d'une rupture révolutionnaire avec le pacifisme, qui a défini pendant des années la politique étrangère du Japon, mais d'un ajustement aux nouvelles circonstances. Le fait est que le nouveau Premier ministre japonais, Fumio Kishida, veut augmenter les dépenses dans le domaine militaire et aussi améliorer sérieusement la capacité des dispositifs contre-attaquants du Japon. Le Premier ministre Kishida veut porter les dépenses militaires, qui représentaient jusqu'à présent 1 % du PIB, à 2 % en cinq ans. Quant à la reconstitution des réserves militaires en vue de riposter militairement, il s'agit, selon Kishida, d'un processus qui prendra du temps. Par exemple, la constitution d'un stock de nouveaux missiles (Tomahawk et autres) risque de prendre des années.

De nombreux commentateurs voient donc la visite de Fumio Kishida à Washington fin janvier 2023 comme un nouveau départ, et un changement significatif dans l'alliance nippo-américaine. Le Japon et l'Amérique se préparent à l'éventualité d'un conflit militaire dans le Pacifique pour la première fois depuis des décennies. Alors que l'attention des États-Unis et du Japon pendant la première guerre froide était principalement concentrée sur le nord (la menace de l'URSS), l'attention se porte désormais sur le sud et les îles japonaises du sud-ouest, une région géographique située à 100 miles à peine des côtes taïwanaises.

D'un point de vue géopolitique, beaucoup de choses bougent dans le Pacifique, mais peu d'entre elles parviennent malheureusement à notre "presse de qualité" en Flandre.

lundi, 20 février 2023

Catastrophe écologique dans l'Ohio: quand les hedge funds gèrent les chemins de fer

f276b9fa62cdaae65c6085eae271612a.jpg

Catastrophe écologique dans l'Ohio: quand les hedge funds gèrent les chemins de fer

Source: https://zuerst.de/2023/02/18/umweltkatastrophe-in-ohio-wenn-hedgefonds-die-eisenbahn-verwalten/

Columbus/Ohio. Après le déraillement d'un train de marchandises chargé de produits chimiques hautement toxiques dans l'État américain de l'Ohio, une catastrophe écologique dévastatrice est peut-être en train de se produire. Les wagons ont brûlé pendant plusieurs jours et une explosion "contrôlée" par les autorités a également libéré des gaz dangereux dans l'environnement. Un champignon de fumée sombre était visible de loin. Entre-temps, les habitants mis en sécurité ont été autorisés à rentrer chez eux. Mais ceux-ci font état d'irritations de la peau et des voies respiratoires et déplorent de nombreux animaux morts.

Une cinquantaine de wagons du train de marchandises, dont certains étaient chargés de chlorure de vinyle cancérigène et d'autres produits chimiques, ont déraillé le 3 février dans la localité d'East Palestine, dans l'est de l'Ohio. Plusieurs des wagons-citernes ont pris feu. Afin d'éviter une explosion, les autorités locales ont décidé de vider le chlorure de vinyle. On craint désormais une catastrophe écologique à grande échelle, qui pourrait notamment affecter l'approvisionnement en eau potable de la région.

230205_wn_lipof_hpMain_1x1_608.jpg

L'Agence américaine de protection de l'environnement (EPA) a annoncé que les autorités nationales et locales prélevaient des échantillons dans toute la rivière Ohio "pour s'assurer que les points de captage d'eau potable ne sont pas affectés". Parallèlement, la population doit être rassurée. Il n'y a pas de danger de mort imminent. Les écologistes avertissent cependant que la combustion du chlorure de vinyle a libéré du chlorure d'hydrogène et du phosgène. Ce dernier a été utilisé comme agent chimique pendant la Première Guerre mondiale. Dans l'Ohio, on craint que ces substances ne se retrouvent dans la nappe phréatique et dans le sol.

Les mesures de sécurité apparemment trop laxistes font également l'objet de vives critiques. Ainsi, le train n'aurait pas été équipé de freins pneumatiques électroniques. Pire encore, selon le gouverneur de l'Ohio, Mike DeWine, le train n'était même pas identifié comme transportant des matières dangereuses.

Les commentateurs américains soulignent également un lien possible entre la catastrophe ferroviaire et le conflit en cours entre les syndicats de cheminots américains et l'administration Biden. Les syndicats sont en grève depuis des mois, l'une des principales raisons étant les mesures de rationalisation associées à l'acronyme PSR: Precision Scheduled Railroading. Selon les cheminots, le PSR entraîne une réduction du personnel, des travaux de maintenance, des congés, implique des trains plus longs et suscite des pratiques commerciales douteuses, les compagnies ferroviaires étant contraintes, pour des raisons de rentabilité, de maintenir leurs trains en mouvement le plus longtemps possible.

norfolksouthern.jpg

De nombreuses grandes compagnies ferroviaires américaines sont gérées par de grands fonds spéculatifs et des investisseurs financiers tels que Vanguard, JP Morgan et Black Rock, y compris le Norfolk Southern Railway, l'une des principales compagnies ferroviaires à l'est du fleuve Mississippi.

Le 3 février, le train catastrophe qui se dirigeait de l'Illinois vers la gare de Conway est passé sur un capteur qui a détecté de la chaleur sur les roues et les essieux du train et a signalé que les roues avaient pris feu. Ce que l'on sait maintenant, c'est qu'au lieu de s'arrêter, d'inspecter et de réparer les dommages, le personnel de bord a reçu l'ordre de continuer à rouler en direction de Conway, de sorte que le train a parcouru plus de 20 miles à une vitesse de 30 kilomètres par heure jusqu'à la gare d'East Palestine. Pendant ce temps, les roues surchauffaient. Des vidéos de caméras de surveillance montrant des étincelles jaillissant de certains essieux surchauffés sont apparues sur le web. Certains wagons ont déraillé, ce qui a provoqué un incendie. (mü)

Demandez ici un exemplaire gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

dimanche, 19 février 2023

Biden rencontre les dirigeants du flanc oriental de l'OTAN à Varsovie

26ukraine-diplo-poland-mobileMasterAt3x.jpg

Biden rencontre les dirigeants du flanc oriental de l'OTAN à Varsovie

Source: https://katehon.com/ru/news/bayden-vstretitsya-v-varshave...

Vendredi 17 février 2023

Le président américain Joe Biden rencontrera les dirigeants du flanc oriental de l'OTAN lors d'une visite à Varsovie. C'est ce qu'a annoncé, lors d'un point de presse régulier, vendredi 17 février, la secrétaire de presse de la Maison Blanche, Karin Jean-Pierre.

    "Le président se rendra à Varsovie lundi soir, où il rencontrera le président polonais [Andrzej Duda] <...> et les dirigeants du flanc oriental de l'OTAN pour réaffirmer le soutien indéfectible des États-Unis à la sécurité de l'alliance", a-t-elle déclaré.

Pour sa part, John Kirby, coordinateur des communications stratégiques de la Maison Blanche au Conseil de sécurité nationale, a souligné que Biden rencontrerait à Varsovie les dirigeants des "Neufs de Bucarest" (Bulgarie, République tchèque, Estonie, Hongrie, Lettonie, Lituanie, Pologne, Roumanie et Slovaquie). Il a ajouté qu'il était prévu de discuter de la question des livraisons d'armes polonaises à l'Ukraine.

En outre, la Maison Blanche a noté que M. Biden ne prévoyait pas de rencontrer le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy au cours de la visite.

Il a été rapporté plus tôt dans la journée que M. Biden arrivera en Pologne le 21 février à 8h30 (10h30 heure de Moscou), après quoi il se rendra à l'hôtel. La visite de deux jours de Biden comprendra un discours au Château royal de Varsovie et une rencontre avec les dirigeants des Neuf de Bucarest.

Le maire de Varsovie, Rafal Trzaskowski, a exhorté les habitants à se tourner vers les transports publics en raison de la visite à venir. Les rues seront bloquées pendant tous les déplacements du leader américain.

Plus tôt, le 15 février, les médias polonais ont rapporté que Joe Biden rencontrerait le président ukrainien Volodymyr Zelenski lors de sa visite en Pologne. Il a été rapporté que Varsovie et Rzeszow étaient considérés comme des lieux possibles pour la rencontre des deux présidents.

La veille, le ministre polonais de la Défense, Mariusz Blaszczak, a déclaré, après une réunion des représentants de l'OTAN à Bruxelles, que Varsovie avait l'intention de livrer des chars Leopard à l'Ukraine en mars de cette année. Un jour plus tôt, le 13 février, le président polonais Andrzej Duda a déclaré que la Russie gagnerait le conflit ukrainien si l'Occident retardait la livraison de chars Leopard à l'Ukraine.

vendredi, 17 février 2023

Les États-Unis élaborent un plan pour Taïwan "incorporant les leçons de la crise ukrainienne"

iStock-960493890-scaled-e1635905815576.jpg

Les États-Unis élaborent un plan pour Taïwan "incorporant les leçons de la crise ukrainienne"

Source: https://katehon.com/ru/news/ssha-razrabatyvayut-plan-po-t...

Jeudi 16 février 2023

Les États-Unis élaborent un plan pour Taïwan en tenant compte des leçons de la crise ukrainienne. C'est ce qu'a annoncé, jeudi 16 février, la sous-secrétaire à la Défense du pays, Kathleen Hicks.

Selon elle, c'est plutôt une "approche sans avertissement préalable" qui a été appliquée à l'Ukraine, par opposition à "l'approche planifiée sur laquelle nous travaillons pour Taïwan".

"Nous appliquerons les leçons (de la crise ukrainienne)", a-t-elle déclaré.

Une action de la Chine sur Taïwan pourrait rendre difficile le réapprovisionnement des États-Unis. Cela dit, le Pentagone n'a pas la possibilité de prépositionner des équipements à Taïwan, ce qui n'est pas le cas, a rapporté AP.

Le 8 février, le secrétaire général de l'Alliance de l'Atlantique Nord, Jens Stoltenberg, a déclaré qu'il voyait des conditions préalables à un conflit en Asie sur le modèle de l'Ukraine. Il a également accusé la Chine de militarisation et de rapprochement avec la Russie.

Fin janvier, le général de l'armée de l'air américaine Mike Minihan a déclaré que le pays pourrait entrer en guerre avec la Chine dans deux ans. Selon lui, la Chine pourrait prendre le contrôle de Taïwan en profitant de l'élection présidentielle américaine de 2024. Le général a donc demandé à ses subordonnés de faire un rapport sur les préparatifs des opérations de combat avec la Chine d'ici fin février.

Bennett: Quand les Etats-Unis et le Royaume-Uni ont fait sauter l'accord Moscou-Kiev

000_9Q86MM (1).jpg

Bennett: Quand les Etats-Unis et le Royaume-Uni ont fait sauter l'accord Moscou-Kiev

Source: https://piccolenote.ilgiornale.it/mondo/bennet-quando-usa...

Aux premiers jours de la guerre, les États-Unis et leurs alliés ont "bloqué" la médiation entre la Russie et l'Ukraine que menait Naftali Bennett et qui portait ses fruits. Cela a été révélé par l'ancien premier ministre israélien lui-même dans une interview sur YouTube.

Peu de gens se souviendront, mais il faut le rappeler pour l'histoire, que le 4 mars 2022, au début de la guerre, Bennett s'était rendu en Russie pour rencontrer Vladimir Poutine, une visite destinée à trouver une solution au conflit. Un voyage encouragé par Poutine lui-même, comme il le révèle dans l'interview.

La médiation de Bennett

La médiation avait trouvé un terrain favorable, se souvient Bennett, car les parties avaient accepté de larges compromis. Poutine avait accepté d'abandonner l'idée de "dénazifier" l'Ukraine, c'est-à-dire d'éliminer les dirigeants au pouvoir et Zelensky lui-même, et de désarmer l'armée de Kiev. Et il a promis que l'invasion s'arrêterait si l'autre partie abandonnait sa demande d'adhésion à l'OTAN, une demande qui, comme le rappelle Bennett, a déclenché l'invasion.

Bennett se rappelle comment Zelensky avait accepté la main tendue de Poutine en acceptant de retirer cette demande. Ce n'est pas tout, l'ancien premier ministre israélien explique qu'il avait également trouvé un moyen de résoudre le problème des garanties qui inquiétait tant Kiev: les Ukrainiens avaient peur d'un accord qui ne leur garantirait pas d'éviter une future invasion.

Zelensky, en particulier, voulait des garanties américaines, mais Bennett lui avait répondu: "Vous cherchez des garanties de l'Amérique après son retrait d'Afghanistan?". Il lui avait alors proposé ce qu'il appelait le modèle israélien: Israël, avait-il expliqué, sait qu'il ne recevra aucune aide en cas d'invasion, il a donc créé une armée capable de dissuader ses ennemis. Une hypothèse que l'Ukraine avait reprise à son compte.

Bien sûr, dans le réarmement, il y a le nœud des missiles à longue portée, a poursuivi Bennett, que la Russie redoute évidemment. Mais sur ce point, l'ancien Premier ministre israélien fait une remarque importante, expliquant qu'il a dit aux Ukrainiens "vous n'avez pas besoin de missiles d'assaut"... bref, il suffisait que le réarmement de Kiev ne comprenne pas de missiles à longue portée (d'ailleurs, ce sont ceux que l'OTAN veut envoyer maintenant).

Au passage, Bennett explique que Zelensky et Poutine avaient tous deux été "pragmatiques", ajoutant que le tsar russe n'avait rien de "messianique" (ce messianisme a été répété de diverses manières par le récit officiel; ce récit a rendu encore plus difficile la poursuite des voies diplomatiques, car il n'est pas possible de négocier avec un exalté).

La médiation israélienne devait évidemment être soutenue par l'Occident, aussi Bennett rappelle-t-il qu'il a amené les dirigeants occidentaux dans les pourparlers en cours, certains en les rencontrant, d'autres en les contactant. Et il se souvient que la France et l'Allemagne se sont montrées "pragmatiques", tandis que la ligne de Boris Johnson était plus "agressive". Les États-Unis, pour leur part, étaient à cheval sur les deux positions.

Mais en fin de compte, rappelle Bennett, la ligne dure a prévalu à l'Ouest. En d'autres termes, il a été décidé de "continuer à frapper Poutine et de ne pas [négocier]". Une telle décision, selon Bennett, était "légitime", mais il est évident qu'il ne pouvait pas dire le contraire, car il s'agit déjà de révélations bien trop lourdes, qui font peser sur les Etats-Unis et la Grande-Bretagne des responsabilités énormes. Inutile d'ajouter du ballast supplémentaire à la charge, déjà très lourde.

Les propos de Bennett, une source autorisée et non partisane, indiquent clairement que la guerre aurait pu se terminer immédiatement, avec un bilan d'un millier de morts, peut-être moins, et avec l'Ukraine en possession d'une partie des territoires aujourd'hui occupés par les Russes, dont une partie, sinon la totalité (et d'autres encore) restera probablement sous le contrôle absolu de Moscou. Des millions de personnes déplacées, des centaines de milliers de morts, un pays totalement dévasté... tout cela pour "punir" Poutine... pour "affaiblir" la Russie.

Rappelons comment, malgré l'échec de la médiation de Bennett, les négociations entre la Russie et Kiev se sont poursuivies, malgré mille difficultés, piétinant après le voyage fatidique de Boris Johnson à Kiev, lorsque le premier ministre britannique a déclaré à Zelensky que l'Occident ne tolèrerait pas un accord avec Moscou. Ce sont des choses que nous avons abondamment écrites sur notre site, inutile de le répéter.

La mention par Bennett des événements de Bucha est également intéressante, lorsqu'il explique qu'avec l'émergence de cet événement dans le fil des actualités, il a réalisé qu'il n'y avait plus aucune chance de paix. Nous avons également écrit à ce sujet, expliquant comment les prétendues horreurs de Bucha étaient une imposture habilement créée pour rendre les négociations impossibles.

7706068-budanov690.jpg

Changement de régime dans la défense ukrainienne

Pendant ce temps, de Kiev vient l'annonce du limogeage du puissant ministre de la défense. Sa place sera reprise par Kyrylo Budanov, que nous avons mentionné sur Piccolenote parce qu'il avait récemment donné une interview au Wall Street Journal dans laquelle il racontait le meurtre de sang-froid de Denis Keerev par le SBU.

Keerev participait à des négociations avec la Russie au moment de son meurtre, qui a été officiellement présenté comme non intentionnel (il aurait été tué parce qu'il résistait à son arrestation) et a été présenté comme un espion russe. Dans l'interview accordée au WSJ, Budanov affirme au contraire que Keerev a été tué délibérément, ajoutant qu'il n'était pas du tout un espion, mais en fait un patriote. Et, pour confirmer son affirmation, Budanov rappelle qu'il a eu des funérailles d'État.

Le fait qu'avant d'être nommé à un poste aussi sensible, Budanov ait donné une interview au WSJ dans laquelle il critiquait ouvertement la sécurité ukrainienne est très intéressant.

Il est certainement nécessaire de s'attaquer aux mécanismes de l'armée ukrainienne, que Zelensky envoie à l'abattoir, comme le démontre de manière plastique l'ordre de garder Bakhmut à tout prix alors que ce périmètre est désormais indéfendable (à tel point que même les Américains lui avaient demandé de retirer ses troupes).

Il convient de noter que cette nouvelle intervient après la tempête soulevée par le quotidien suisse Neue Zürcher Zeitung, qui a fait état d'une proposition de paix reçue à Moscou de la part des États-Unis et qui avait pour point central la visite à Kiev du chef de la CIA William Burns. Les États-Unis auraient offert 20 % de l'Ukraine en échange d'un accord. La nouvelle a été démentie par toutes les parties concernées, mais elle comporte un noyau évident de vérité, comme le montre la visite de Burns. Washington et Moscou ont commencé à discuter (1).

Mais il est prématuré de faire des prédictions. En attendant de mieux comprendre si et comment quelque chose va changer sur le plan militaire, nous nous contentons de rapporter un tweet de M. K. Bhadrakumar (analyste pointu chez Indian Punchline), qui a éveillé notre curiosité.

"Nouvelles explosives de Kiev ! Le ministre de la défense Reznikov (ancien officier de l'armée de l'air soviétique) a été remplacé par l'étoile montante Kyrylo Budanov, chef du renseignement militaire (et chouchou des Américains) ; cela permet au Pentagone de jouer un rôle direct dans la gestion de la guerre. Où finira Zelensky?"

Voulez-vous voir qu'ils ont invité Zelensky à Sanremo en pensant accueillir une star sans se rendre compte qu'il s'agissait d'une étoile filante ? Dans l'incertitude, il valait peut-être mieux passer outre (principalement pour d'autres raisons plus importantes).

D'autre part, la sphère de la politique étrangère italienne (qui a certainement été sondée sur l'invitation), ainsi que la sphère intérieure, manquent de lucidité depuis un certain temps. Peut-être viennent-ils seulement de s'en rendre compte, ou peut-être le type a-t-il des ennuis, car le lendemain de l'annonce de la nouvelle ci-dessus, on a appris qu'au lieu d'apparaître, comme il a l'habitude de le faire en tant que Madonna, Zelensky enverra un message, à la manière de Medjugorje.

* * *

(1) Sur ce point, voir aussi l'interview de l'analyste Ted Snider sur YouTube : "Biden sait tout, Austin sait tout, même Sullivan sait. Ils savent tous que c'est fini, alors ils cherchent un moyen de regarder le peuple américain dans les yeux et de dire "nous avons fait de notre mieux" pour aider l'Ukraine, mais ça ne s'est pas bien passé. Peut-être trop optimiste, Snider, mais ses déclarations méritent d'être rapportées.

Guerre ukrainienne : "F*ck the EU!"

hvnfeuqdefault.jpg

Guerre ukrainienne : "F*ck the EU!"

Source: https://piccolenote.ilgiornale.it/mondo/guerra-ucraina-fa...

L'affichage de ce titre, contenant l'expression d'une affection sans bornes pour l'UE, pour le Vieux Continent, que nous avons utilisé pour intituler cette note ne relève pas de Salvini ou d'un autre anti-européiste vrai ou supposé de notre continent, mais à un membre influent et respecté de l'establishment américain, Mme Victoria Nuland, épouse du politologue Robert Kagan.

Ne dérangez pas Victoria

La famille Kagan mériterait un portrait, mais sur ce point nous vous renvoyons à l'annexe en note infra, pour l'instant nous allons nous concentrer sur Mme Nuland, sous-secrétaire d'Etat aux affaires politiques dans l'administration Biden et grande représentante de la politique étrangère américaine, qui a prononcé ces mots doux au moment du coup d'Etat de Maidan (voir la vidéo du Guardian), dont elle était l'architecte: elle a même été filmée en train de distribuer du pain aux manifestants.

Elle a utilisé cette expression parce qu'elle était agacée par certains dirigeants européens qui s'étaient permis de se mêler de sa révolution, qu'elle a couronnée de succès en intronisant son protégé Arseny Yatsenyuk au poste de premier ministre, comme le montre une autre de ses conversations (à la BBC).

FI8YwzsXwAQCdKS.jpg

Nuland appartient à la petite élite néoconservatrice, principalement grâce à son mari, rejeton du fondateur des néocons, un groupe d'intellectuels qui prêchait la nécessité pour les États-Unis de créer une politique étrangère agressive afin de conserver la primauté dans le monde.

Ce groupe est devenu la voix officielle de l'appareil militaro-industriel américain et s'est montré particulièrement virulent au cours des dernières décennies, inspirant et légitimant toutes les aventures guerrières de Washington, de l'Irak à l'Afghanistan, etc.

Aujourd'hui, les néoconservateurs sont le moteur intellectuel de l'engagement de l'OTAN dans la guerre d'Ukraine. Un engagement qui s'accroît progressivement, incluant désormais aussi la possibilité de fournir des jets à Kiev.

Nous citons, sur ce point, ce qu'écrit Jonathan Cook dans Antiwar: "Il y a une logique dans la façon dont l'OTAN opère. Étape par étape, elle s'enfonce de plus en plus dans la guerre. Elle a commencé par des sanctions, suivies par la fourniture d'armes défensives. Elle est ensuite passée à l'envoi d'armes plus offensives, en octroyant une aide qui s'est élevée jusqu'à présent à environ 100 milliards de dollars pour les seuls États-Unis".

Après les panzers, c'est le tour des jets

"Et maintenant, l'OTAN fournit des armes essentielles pour mener une guerre terrestre. Pourquoi ne devrait-elle pas se joindre à la bataille pour la suprématie aérienne ? Ou, comme l'a récemment fait remarquer le chef de l'OTAN, Jens Stoltenberg, faisant écho au roman dystopique 1984 de George Orwell: 'Les armes sont le chemin de la paix'".

Le fait est que si des jets militaires sont envoyés, conformément aux impulsions susmentionnées, l'escalade pourrait atteindre un point de non-retour, déclenchant un conflit à l'échelle européenne. Tout d'abord parce que les missiles des jets pourraient toucher le territoire russe, mais surtout en raison d'un autre facteur, encore plus important.

FmsCcMiXkAAKmOL.jpg

Krieg.jpg

Les jets ont besoin de bases aériennes. Or, imaginer que de tels aérodromes puissent bénéficier d'une zone hors-risques dans une Ukraine en guerre relève de la pure utopie. Si des avions de l'OTAN devaient arriver à Kiev, la chasse aux bases aériennes serait ouverte. Et de telles installations ne sont ni camouflées ni mobiles comme les Himars ou les chars.

Les Russes les repéreraient facilement et les cibleraient tout aussi facilement avec des missiles et des drones. Certains seraient interceptés, mais pas tous. En quelques jours, ces bases seraient mises hors service et, avec elles, les jets qui les abritent.

Ce sont des avions qui coûtent des milliards de dollars. L'OTAN ne se résignerait pas facilement à voir ses jouets mis hors circuit aussi facilement.

D'où deux possibilités. La première est de les faire décoller d'aéroports utilisés par l'aviation civile, obligeant les Russes à décider s'ils rendent inutilisables ou non ces derniers, épargnés jusqu'à présent. Avec toutes les conséquences qui en découleront.

Scénario possible: avertissement préalable de suspension des vols, avec refus de certaines compagnies; lancement de missiles et de drones, forte probabilité de victimes civiles sur les vols internationaux (réelles ou inventées) et ainsi de suite selon les règles de toute escalade.

La deuxième possibilité est de faire décoller les avions de bases aériennes non ukrainiennes, c'est-à-dire de Pologne ou d'autres pays voisins. Invitant ainsi les Russes à frapper les infrastructures de l'OTAN.

L'UE, bras "civil" de l'OTAN

Tout cela est tellement fou que le président polonais Andrzej Duda, après avoir énuméré les nombreuses difficultés logistiques liées à l'envoi des jets, a prévenu qu'une telle éventualité nécessitait de toute façon "une décision commune" (Politico). Déjà, avant de franchir le pas, il veut avoir l'aval de l'Otan. N'oubliez pas que la Seconde Guerre mondiale a commencé en Pologne...

Et pourtant, les politiciens et les médias soi-disant "pro-européens" non seulement ne s'alarment pas du danger, mais sont même favorables à une telle escalade. Peu importe qu'une telle démarche, fortement souhaitée par les néoconservateurs américains, serve non seulement à affaiblir la Russie, mais aussi à soumettre de plus en plus l'Europe à l'OTAN, et donc à Washington.

Cover20-20Richard20Sakwa20-20Frontline20in20Uk.width-800_sczmruH.jpg

Sur ce dernier point, une réflexion du politologue britannique Richard Sakwa, rapportée par Cook dans Antiwar : "Au lieu d'une vision qui englobe tout le continent, [l'Union européenne] est devenue un peu plus que la section civile de l'Alliance atlantique".

Une idée que Sakwa a réitérée sous une autre forme, résumée comme suit par Jonathan Steele dans le Guardian: "La perspective d'une plus grande indépendance européenne inquiète [...] Washington et le rôle de l'OTAN était, en partie, de maintenir la primauté des États-Unis sur la politique étrangère européenne".

Le paradoxe de tout cela est donc que les prétendus pro-européens dansent sur les notes d'une partition écrite pour eux par Nuland & co, intitulée, précisément, "Fuck Europe".

Annexe. Le mari de Nuland est Robert Kagan, le fils de Donald, qui a été le fondateur des néo-conservateurs américains, un flambeau qu'il a ensuite laissé à ses fils, qui ont rédigé avec lui le document qui a impulsé la politique étrangère américaine de ces dernières décennies, le Project for a New American Century.

Ses fils ont poursuivi l'œuvre avec alacrité. Robert grâce à l'influence du Council on Foreign Relations, un think tank dont il est un membre plus qu'influent, Frederick grâce à l'American Enterprise Institute, un autre think tank similaire et tout aussi influent (un article du Foglio rend compte de sa pertinence dans les conflits irakien et afghan).

L'épouse de Frederick a fondé et préside l'Institute for the Study of War (auquel son mari collabore), qui est l'organe de référence - consulté à la manière d'un oracle - des médias mainstream américains en ce qui concerne la guerre d'Ukraine, comme l'explique bien un article de Responsible Statecraft (cette information est ensuite recyclée par les médias mainstream dans les colonies, avec l'effet classique de cascade).

mercredi, 15 février 2023

L'Atlantisme contre l'Afrique, coeur noir de l'Ile du Monde

ea0fe6568bf0e92ea47be01bcaf4583c.jpg

L'Atlantisme contre l'Afrique, coeur noir de l'Ile du Monde

Source: https://katehon.com/ru/article/atlantizm-protiv-chernogo-hartlenda-mirovogo-ostrova

L'influence de la Russie en Afrique s'est considérablement accrue ces derniers temps, et les autorités et la population locales en sont plutôt satisfaites.

L'Afrique est une région attrayante pour les puissances mondiales influentes. Avec l'Eurasie, selon le concept de Halford Mackinder, elle constitue la deuxième partie de l'île du monde. Malgré le fait que dans les années 1960, la plupart des pays africains ont obtenu leur indépendance, elle est restée une zone d'intérêt pour des États tels que les États-Unis et les pays de l'UE (en particulier la France).

La compétition pour l'influence sur le continent africain fait partie de la réalité géopolitique. La rivalité entre les puissances mondiales est indéniable; les États-Unis, la Russie, la Chine, la France et la Turquie ont leurs propres intérêts en Afrique. Examinons les intérêts respectifs de chacune des parties.

De vastes intérêts politiques et économiques sont au cœur de la politique africaine des États-Unis. Le rôle sécuritaire est également important, à savoir l'endiguement des organisations extrémistes telles qu'al-Shabab dans la Corne de l'Afrique, Boko Haram au Nigeria.  Les États-Unis ont une base militaire au Camp Lemonier à Djibouti. L'administration Biden, à la suite de ses prédécesseurs, continue de développer sa politique envers l'Afrique, car elle sent la concurrence de la Chine.

L'ampleur de l'implication économique de la Chine en Afrique ne peut être sous-estimée. Quant à la présence politique et militaire, elle varie d'une région à l'autre. Par exemple, il existe un intérêt pour le projet "One Belt, One Road", lancé en 2013; le Forum régulier sur la coopération sino-africaine (FOCAC), qui est une approche plus formalisée et régulière du partenariat de haut niveau que celle poursuivie par les États-Unis.

Ensuite, considérez l'autre allié de la Chine qui a également une influence dans la région africaine : la Russie.

L'influence de la Russie sur le continent africain

L'approche de la Russie pour développer son influence est moins ambitieuse que celle de la Chine et des États-Unis. Pendant la guerre froide, l'URSS avait une forte influence dans la région, mais après l'effondrement de l'Union soviétique, sa politique à l'égard de l'Afrique est devenue plus modérée. Ces dernières années, cependant, le pays a considérablement accru sa présence à la suite du sommet Russie-Afrique de Sotchi 2019. La Russie s'efforce d'amener les États africains aux côtés du Conseil de sécurité de l'ONU.

Le commerce russe avec l'Afrique subsaharienne représente environ un quart du commerce américain et moins d'un dixième de celui de la Chine. Le pays ne figure pas parmi les dix premières sources d'investissements directs étrangers en Afrique, ne contribue pas de manière significative aux grandes initiatives de développement et a été critiqué pour son travail indépendant en matière d'aide humanitaire et de secours en cas de catastrophe, qui a été négligeable.

L'UE et l'Afrique

Ensuite, considérez l'étendue de la présence des pays de l'UE en Afrique, plus particulièrement la France, la Belgique et le Portugal. En 2020, l'UE a proposé une nouvelle stratégie pour l'Afrique comportant cinq piliers: "transition verte" et accès à l'énergie ; transformation numérique ; croissance durable et création d'emplois ; paix, sécurité et gouvernance ; et migration et mobilité. Bien que le COVID-19 ait forcé le report du sommet UE-Afrique initialement prévu pour octobre 2020, une version plus étoffée de la stratégie africaine sera probablement approuvée lors du sommet reprogrammé. De même, l'année 2020 a été choisie pour proclamer une alternative à l'"Accord de Cotonou", qui a réglementé le commerce et fourni un cadre pour le développement et les dialogues de gouvernance entre l'Afrique et l'UE depuis 2000. La nature hautement formalisée et institutionnalisée de l'UE se reflète dans une certaine mesure dans l'"Accord", et l'UE se présente comme un modèle à suivre pour renforcer l'intégration africaine et atteindre les objectifs de l'Union africaine.

Parmi les États européens, aucun n'a plus d'influence en Afrique que la France. Le pays fournit depuis longtemps des garanties de sécurité à ses anciennes colonies. Aujourd'hui, son opération Barkhane dans la région du Sahel représente sa plus grande présence militaire à l'étranger, avec près de cinq mille soldats engagés dans des opérations de contre-insurrection pour contenir les extrémistes radicaux et stabiliser le Mali et ses voisins. Plus de deux mille soldats français sont en outre stationnés dans d'autres parties du continent, dont une base permanente à Djibouti, qui reçoit parfois du personnel d'autres États européens. La France entretient des liens commerciaux importants avec l'Afrique francophone, au point de maintenir une participation à la politique monétaire de quatorze États africains (bien que les États d'Afrique de l'Ouest aient récemment décidé de se débarrasser de cet anachronisme).

Sous la direction du président Emmanuel Macron, la France a également fait des efforts importants pour renforcer les liens économiques avec les pays anglophones tels que le Nigeria et le Kenya. Mais l'influence française est un point de discorde constant pour les sociétés africaines francophones, et il existe une suspicion généralisée que les Français favorisent leurs propres intérêts au détriment de ceux de leurs partenaires commerciaux de l'élite africaine, ce qui pourrait être politiquement dangereux pour le pays.

Il convient également de noter que les États du Golfe et la Turquie ont également renforcé leur présence en Afrique. La Turquie, par exemple, a accru son influence en Somalie, où se trouve une installation militaire turque.

image_750x_62c67215ac6e8.jpg

L'épicentre de la controverse

Comme de nombreux États ont une grande influence en Afrique, un certain nombre de controverses apparaissent. Selon la chercheuse Michelle Gavin: "L'administration Biden prévoit clairement des frictions avec la Chine en Afrique. Lors d'une audience d'approbation de la stratégie, l'ambassadrice américaine aux Nations Unies, Linda Thomas-Greenfield, a tenu à assurer aux sénateurs américains qu'elle et ses collègues étaient bien conscients des "objectifs de développement égoïstes et parasitaires" de la Chine, notamment en Afrique. Les États-Unis et la Chine continueront de s'affronter car le soutien africain aux normes internationales qu'ils promeuvent est en jeu et les positions des deux puissances s'opposent fortement sur un certain nombre de questions. La rivalité dans ces arènes est inévitable. Par conséquent, pour chaque partie, l'influence politique réelle dans les capitales africaines ne deviendra que plus désirable au fil du temps."

La Chine et la Russie vont poursuivre leur confrontation avec les États-Unis et les pays de l'UE. Par conséquent, en tant que membres du Conseil de sécurité de l'ONU (la Russie en est toujours membre, à l'exception du Conseil des droits de l'homme), ils continueront à lutter pour une sphère d'influence sur le continent africain. Par exemple, à la fin du mois de juillet, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergei Lavrov, s'est rendu en Égypte, en République du Congo, en Ouganda et en Éthiopie. Le 22 juillet, la Russie, l'Ukraine, la Turquie et l'ONU ont convenu d'établir des couloirs de transport de céréales à travers la mer Noire. Il convient également de noter que l'Égypte est le plus grand importateur de blé au monde - elle achète 70 % de ses réserves de céréales à la Russie et à l'Ukraine.

Cependant, les États-Unis et l'UE n'apprécient pas vraiment l'influence croissante de la Russie en Afrique. L'attitude "erronée" de l'Afrique envers la Russie et la réticence du continent à se joindre à la pression des sanctions déplaisent définitivement à l'Occident, qui tente activement d'attirer la région dans l'orbite de ses intérêts géopolitiques. Les Etats-Unis sont particulièrement irrités, où un projet de loi spécial introduit au Congrès le 27 avril par le démocrate Gregory Meeks (photo), président de la commission des relations étrangères de la Chambre des représentants, a été adopté. Son but est de combattre les "activités malveillantes" de la Russie en Afrique.

2021-06-16T155451Z_1178328650_RC2Q1O99PCMC_RTRMADP_3_USA-UN-HOUSE-1024x683.jpg

Ainsi, étant donné que l'Afrique est peut-être la seule solution aux crises alimentaire et énergétique dans lesquelles le monde est plongé, placer le continent à l'épicentre d'un conflit entre différents acteurs aura un impact négatif non seulement sur les États africains, mais sur le globe entier. Il faut espérer que la nouvelle loi adoptée aux États-Unis ne sera pas à l'origine de ces problèmes.

Il convient de noter que l'influence de la Russie en Afrique a considérablement augmenté ces derniers temps, et que les autorités et la population locales ont une attitude plutôt positive à son égard. C'est une préoccupation majeure pour l'administration américaine. D'autant plus que la Russie continue à développer son influence et sa coopération avec d'autres pays en dépit des sanctions. Ce qui se passera ensuite est une question ouverte; nous devons garder un œil sur l'agenda actuel.

lundi, 13 février 2023

États-Unis : onze élus républicains demandent la fin du soutien à l'Ukraine

107043376-16493470522021-09-29t164503z_1048903138_rc2ozp9f7m0n_rtrmadp_0_usa-military-afghanistan.jpeg

États-Unis : onze élus républicains demandent la fin du soutien à l'Ukraine

Bernhard Tomaschitz

Source: https://zurzeit.at/index.php/usa-elf-republikanische-abgeordnete-fordert-ende-der-ukraine-unterstuetzung/

Voix de la raison : appeler les parties au conflit à conclure des accords de paix

Rien n'est trop cher pour l'administration de gauche de Biden lorsqu'il s'agit de lutter contre la Russie. Début février, les Etats-Unis ont annoncé une aide supplémentaire de deux milliards de dollars pour l'Ukraine. Depuis le début de la guerre avec la Russie il y a tout juste un an, Washington a soutenu Kiev avec un total de 110 milliards de dollars.

Mais cette générosité doit maintenant prendre fin. Onze élus républicains, menés par Matt Gaetz de Floride (photo), ont déposé une résolution à la Chambre des représentants demandant la fin du soutien à Kiev. La résolution "Ukraine Fatigue" demande aux Etats-Unis de "mettre fin à leur aide militaire et financière à l'Ukraine et d'appeler toutes les parties au conflit à conclure un accord de paix".

3000matt.jpeg

Gaetz (photo, avec son épouse) et ses compagnons d'armes s'inquiètent manifestement de voir la guerre en Ukraine se transformer en incendie généralisé et estiment que l'argent des contribuables serait mieux investi aux États-Unis. "Le président Joe Biden a probablement oublié sa prédiction de mars 2022 selon laquelle l'armement de l'Ukraine ferait dégénérer le conflit en une 'troisième guerre mondiale'. L'Amérique est dans un état de déclin contrôlé, et cela ne fera qu'empirer si nous continuons à dépenser l'argent des contribuables dans une guerre étrangère. Nous devons suspendre toute aide étrangère à la guerre en Ukraine et exiger de toutes les parties impliquées dans ce conflit qu'elles concluent immédiatement un accord de paix", écrit Gaetz sur son site Internet.

La résolution énumère non seulement le matériel fourni jusqu'à présent par les États-Unis à l'Ukraine, mais souligne également que l'aide des États-Unis contribue involontairement à faire des victimes parmi la population civile et fait référence aux estimations américaines selon lesquelles 40.000 civils ont été tués dans le conflit.

Foin2tyWcAYw5Cx.png

vendredi, 10 février 2023

Chrupalla demande des explications - L'explosion de Nord Stream : Les questions brûlantes de l'AfD

afd-chrupalla-113~_v-grossgalerie16x9.jpg

Chrupalla demande des explications

L'explosion de Nord Stream: les questions brûlantes de l'AfD

Source: https://jungefreiheit.de/politik/deutschland/2023/nord-st...

Suite au rapport d'un journaliste vedette selon lequel les États-Unis et la Norvège auraient fait sauter les pipelines, l'AfD demande des commissions d'enquête. Elle exprime des soupçons inouïs.

BERLIN - Le président du groupe parlementaire AfD au Bundestag, Tino Chrupalla, a demandé la mise en place de commissions d'enquête dans le cadre de l'attentat contre les gazoducs Nord Stream. Selon lui, tant le Bundestag que le Parlement européen doivent examiner si les Etats-Unis et la Norvège ont fait exploser les pipelines. C'est la nouvelle qu'avait diffusée le célèbre journaliste d'investigation américain Seymour Hersh dans un rapport dont la JUNGE FREIHEIT a rendu compte en détail ici : https://jungefreiheit.de/politik/2023/usa-sprengung-nord-stream/ .

Chrupalla a maintenant déclaré : "Les soupçons du lauréat du prix Pulitzer doivent absolument être examinés". Des "commissions d'enquête" doivent maintenant répondre à toutes les questions en suspens. Le Bundestag a "le droit de savoir de quelles connaissances dispose le gouvernement fédéral". Le chef de l'AfD a posé une question inouïe : "Des représentants du gouvernement étaient-ils peut-être au courant de la planification de l'attentat?"

Ce que Hersh écrit sur Scholz, Biden et Nord Stream

Hersh avait écrit: "Après avoir vacillé, Olaf Scholz était désormais fermement installé dans l'équipe américaine". Il faisait référence à une rencontre entre le chancelier et le président américain Joe Biden le 7 février dernier. Lors de la conférence de presse commune, le chef d'État américain avait déclaré à propos de la guerre alors imminente contre l'Ukraine: "Si la Russie envahit l'Ukraine, il n'y aura plus de Nord Stream 2. Nous y mettrons fin".

Le président du groupe parlementaire de l'AfD demande maintenant: "La puissance dirigeante de l'OTAN a-t-elle commis une attaque dans les eaux européennes contre des infrastructures critiques vitales de notre pays?". Si tel était le cas, il faudrait se demander si l'Alliance garantit la sécurité en Europe ou si elle ne la met pas plutôt en danger. Le retrait de toutes les troupes américaines en serait la conséquence".

Selon Chrupalla, le Parlement européen devrait rassembler toutes les connaissances des autorités nationales: "Les États européens ne doivent pas se laisser faire par de telles ingérences violentes. Ils doivent encore moins y participer" (fh).

Les États-Unis ont saboté les gazoducs Nord Stream: pas vraiment une surprise

Nordstream-sabotage-US-Seymour-Hersh.jpg

Les États-Unis ont saboté les gazoducs Nord Stream: pas vraiment une surprise

Par Alexander Schwarz

Source: https://ansage.org/usa-sabotierten-nord-stream-keine-wirk...

Depuis que le légendaire journaliste américain Seymour Hersh, aujourd'hui âgé de 85 ans, a expliqué de manière plausible dans un dossier retentissant que le gouvernement américain était à l'origine du dynamitage des gazoducs Nord Stream 1 et 2 en mer Baltique en septembre dernier, confirmant ainsi le scénario le plus probable de cet acte de sabotage pour les analystes et les observateurs critiques, les médias sociaux sont en ébullition. Selon Hersh, la décision aurait été prise dès la fin 2021, avant l'invasion de l'Ukraine. En juin 2022, des plongeurs de la marine américaine auraient placé des explosifs sur les pipelines dans le cadre de l'exercice de l'OTAN "Baltops 2022", qui auraient ensuite été déclenchés à distance en septembre. L'opération a été ordonnée par le président Joe Biden et menée sous la direction de l'agence de renseignement extérieur CIA, selon Hersh. Des plongeurs de la Marine - et non des membres des forces spéciales - ont été spécialement utilisés pour cette opération, car les opérations secrètes des forces spéciales ne relèvent pas du seul commandement militaire, mais doivent être signalées au Congrès et communiquées à l'avance à ses dirigeants.

nULAND-FB.jpg

L'annonce faite en janvier 2022 par la sous-secrétaire d'État Victoria Nuland, qui avait menacé de manière éloquente de désactiver le gazoduc (elle avait dit textuellement: "Je veux vous dire très clairement aujourd'hui que si la Russie envahit l'Ukraine, Nord Stream 2 sera bloqué d'une manière ou d'une autre"), aurait été utilisée par la CIA pour faire passer l'opération de sabotage du niveau le plus élevé à celui d'une opération régulière de haute sécurité, évitant ainsi tout contrôle parlementaire. Le pouvoir de décision revenait donc uniquement à Biden.

Des démentis attendus

Sans surprise, le rapport de Hersh, qui s'appuie sur une source interne non identifiée, a été vigoureusement démenti à Washington. La Maison Blanche a fait savoir par l'intermédiaire de la porte-parole du Conseil de sécurité nationale que "c'est totalement faux et une invention totale". La CIA a réagi presque dans les mêmes termes: "Cette affirmation est complètement et totalement fausse". La ministre norvégienne des Affaires étrangères a également déclaré que le rapport était "faux". Cela n'invalide cependant pas la plausibilité de la démonstration de Hersh. De toute façon, l'affaire ne pourra pas être balayée d'un revers de main: Hersh, lauréat du prix Pulitzer, n'est pas n'importe qui, il est considéré comme l'un des reporters les plus célèbres des Etats-Unis. Il a notamment révélé le massacre perpétré par les troupes américaines dans le village vietnamien de My Lai en 1969 et la torture de prisonniers irakiens à la prison d'Abu Ghraib en 2004. Depuis que, tout en conservant son indépendance journalistique, il a révélé à plusieurs reprises des faits dérangeants qui embarrassaient la gauche qui le célébrait jusqu'alors, et qu'il s'est opposé à certains récits officiels - par exemple sur l'assassinat d'Oussama ben Laden ou les attaques au gaz toxique du régime Assad - il a été catalogué, comme c'est souvent le cas aujourd'hui, parmi les "théoriciens du complot".

Dans le cas présent de Nord Stream, Hersh ne spécule pas vraiment, il fournit au contraire un faisceau d'indices convaincants et présente une argumentation extrêmement cohérente et logique. La paternité des explosions du gazoduc par les États-Unis expliquerait également le silence frappant du gouvernement fédéral et de la plupart des médias sur cet acte monstrueux, qui a disparu des gros titres en un rien de temps, comme par magie, alors qu'il s'agissait en fait d'un acte de guerre et que Nord Stream 1 avait été pendant de longues années l'épine dorsale de l'approvisionnement en gaz de l'Allemagne et l'objet d'un débat politique parfois acharné. Malgré cela, le dynamitage a été et est toujours traité comme un détail par les officiels et les médias.

Pas un sujet pour les médias d'État allemands

Par conséquent, les révélations de Hersh n'ont même pas été mentionnées par le Tagesschau - bien que la chaîne ARD ait salué l'année dernière Hersh comme "une épine dans le pied des puissants", qui "montre à l'opinion publique mondiale le visage hideux des Etats-Unis". Hersh a également été acclamé avec frénésie par Die Zeit. Aujourd'hui, à l'ère de Biden et de la solidarité pro-ukrainienne servile de la gauche allemande et de ses médias de cour, l'extase a apparemment disparu. Indépendamment de l'exposé de Hersh, il est clair que si, comme il l'a affirmé à l'époque, il existait effectivement la moindre preuve de l'implication de la Russie dans l'explosion, le gouvernement allemand l'aurait dénoncée sans relâche. Comme cela n'a pas été le cas et que le sujet a été délibérément minimisé, il ne reste en fait que les États-Unis comme seul pays ayant la volonté, le pouvoir et l'intérêt de détruire les pipelines - d'autant plus qu'un Joe Biden présomptueux avait quasiment annoncé cette mesure devant la presse mondiale en présence du chancelier allemand Olaf Scholz en février 2022 - au grand désarroi de ceux qui avaient planifié l'action, comme le note Hersh. Il est donc impossible de rejeter son rapport et de le placer dans le domaine de la fable aussi grossièrement que l'on tente de le faire aujourd'hui...

 

jeudi, 09 février 2023

L'ouverture du deuxième front

US_Navy_120212-N-OY799-157_U.S._Navy_ships_are_underway_in_the_Pacific_Ocean.jpg

L'ouverture du deuxième front

Ricardo Nuno Costa

Rédacteur en chef de geopol.pt

Source:  https://geopol.pt/a-abertura-da-segunda-frente/

Que fait l'Organisation de l'Atlantique Nord en Corée et au Japon, là où se trouve l'extrémité orientale de la masse continentale eurasienne, juste à l'endroit où la Russie et le Japon se touchent sur les rives du Pacifique ?

La visite actuelle de Stoltenberg à Séoul et à Tokyo semble confirmer ce dont nous parlons au moins depuis avril de l'année dernière, lorsque nous avons rapporté, sur notre site, que les plans de Washington et de Londres ne se limitaient pas à l'Europe. Le voyage du secrétaire général de l'OTAN en Asie est annonciateur de déstabilisation, contrairement aux initiatives commerciales prises ces dernières années entre les pays de la région, ce qui laisse présager un conflit.

La carte atlantiste ne devrait pas être étrangère à l'engagement des États-Unis dans l'AUKUS avec leurs partenaires des "5 yeux", et le QUAD avec l'Inde et le Japon, deux blocs militaires conçus pour limiter la Chine dans son propre espace maritime naturel. La dépendance exceptionnelle du géant asiatique à l'égard des importations n'est pas étrangère à ces mouvements perturbateurs manœuvrés à 10.000 km de distance à Washington.

Mais l'extension de l'OTAN à la région Asie-Pacifique a également la Fédération de Russie dans son viseur. Tokyo a récemment intensifié la rhétorique autour des revendications sur les îles Kouriles, qui appartiennent légitimement à la Russie depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Ici, il pourrait y avoir des manœuvres pour distraire Moscou, engagée en Ukraine.

Le Japon, qui préside le G7 cette année, a récemment annoncé une augmentation de la défense de près de 24 %, en même temps qu'une mise à jour de sa doctrine militaire, qui, pour la première fois depuis la seconde guerre mondiale, inclut la possibilité d'une attaque préventive (contre la Chine), ainsi que l'incorporation pour la première fois d'armes offensives à longue portée, qui seront désormais fabriquées par son industrie militaire de plus en plus robuste. Rien de tout cela n'a pu être fait malgré les accords avec ses principaux partenaires, vainqueurs de la seconde guerre mondiale, qui ont fermé les yeux pendant des années sur l'inclusion d'un destroyer modifié dans la flotte japonaise, qui est en fait un porte-avions.

fotonoticia_20230112021408_1920-4.jpg

Le Premier ministre Kishida s'est rendu plus tôt cette année à Londres, où il a rencontré Sunak, pour signer un accord militaire "historique" qui permettra désormais aux forces britanniques d'être déployées au Japon. D'autre part, la base américaine d'Okinawa sera également équipée dès cette année de missiles aux capacités avancées.

En juillet dernier déjà, le ministre allemand des Affaires étrangères, M. Baerbock, s'est rendu à Tokyo pour coordonner davantage une action commune contre la Russie et la Chine dans la région. La ministre a tenté de convaincre son homologue d'un embargo sur l'usine de GNL Sakhaline 2 de Gazprom sur l'île de Sakhaline, dans laquelle des entreprises japonaises sont impliquées. Tokyo n'a évidemment pas suivi cette injonction - comme l'Allemagne l'a fait avec Nord Stream 2 - qui serait une balle dans le pied pour ses grands besoins énergétiques. Instrumentalisé oui, "ma non troppo".

À cette occasion, M. Baerbock a également visité une base navale japonaise et une base navale américaine et a assuré que la Bundeswehr étendait sa coopération avec les forces armées japonaises pour une plus grande opérationnalité dans la mer du Japon.

Ce mouvement concentrique, qui prendra certainement effet dans les mois à venir, confirmera une nouvelle alliance militaire mondiale, que Liz Truss avait déjà annoncée lors de la réunion d'avril à Londres, réunion mentionnée ci-dessus. Cela devrait réunir les pays qui représentent ce qu'on appelle à tort "l'Occident collectif", périphrase des économies qui gravitent autour du dollar (euro, livre, yen et autres), extrêmement endettées et de plus en plus dépendantes de lui, dans le but désespéré de maintenir sa domination financière sur l'économie et le monde selon des règles qu'il a dictées.

Il faut donc s'attendre à ce que, que ce soit à Taïwan, en Corée du Nord, sur quelque île contestée, ou même à la suite d'un accident dans les mers agitées de la région, une excuse pour une escalade déjà annoncée surgisse. Tout porte à croire que ce n'est qu'une question de temps.