Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 23 février 2024

Plus qu'un tiers des Européens en faveur du soutien à l'Ukraine - malgré le treizième paquet de sanctions

c47897a-sanctions-russia.jpg

Plus qu'un tiers des Européens en faveur du soutien à l'Ukraine - malgré le treizième paquet de sanctions

Source: https://www.unzensuriert.at/240322-nur-noch-ein-drittel-der-europaeer-fuer-unterstuetzung-der-ukraine-trotzdem-drittes-sanktionspaket/?utm_source=Unzensuriert-Infobrief&utm_medium=E-Mail&utm_campaign=Infobrief&pk_campaign=Unzensuriert-Infobrief

La moitié des Autrichiens estiment que l'UE devrait pousser l'Ukraine à négocier la paix avec la Russie. Probablement aussi parce que presque plus personne ne croit à une victoire de l'Ukraine. C'est ce que révèle un récent sondage mené dans toute l'Europe.

"Il nous manque simplement des hommes"

La guerre en Ukraine entre très bientôt dans sa troisième année. Après l'échec de la contre-offensive de l'été dernier, la lassitude de la guerre se répand parmi les soldats ukrainiens, a rapporté ServusTV. Dans ce reportage, un officier ukrainien a déclaré :

"Nous manquons cruellement de soldats. Nous manquons tout simplement d'hommes. Les gens ont perdu l'enthousiasme qu'ils avaient au début de l'invasion".

ovh8fh3og5i3qi1atb1cdb3jfq.jpg

9783103975079.jpg

6206073.jpg

Le philosophe Precht a prédit la situation

Une prise de conscience tardive que le philosophe Richard David Precht avait déjà prédite le 12 juillet 2022 lors de l'émission Markus Lanz sur la chaîne allemande ZDF. Littéralement, Precht a dit à Lanz :

"Avez-vous une idée du nombre d'obusiers, de munitions, de chars de combat qu'il faudrait livrer à l'Ukraine pour rétablir ne serait-ce qu'un semblant d'équilibre ? Et l'armée composée de 30.000 soldats, dont vous venez de dire que 7000 d'entre eux viennent de quitter le combat pour cause de décès et de blessures, aura donc disparu dans quatre ou six semaines. Il ne devrait alors plus y avoir de soldats vivants dans la forme de guerre actuelle. Nous n'avons aucune idée de la quantité énorme d'armes qui devraient être livrées là-bas et qui devraient également arriver à destination, une grande partie n'arrivant probablement pas, afin de créer une quelconque perspective".

La guerre n'est pas décidée moralement

Et en fin de compte, selon Precht, la question n'est pas tranchée moralement, mais elle est tranchée par le fait que nous devons reconnaître que cela n'est pas possible. En réponse à l'argument de Lanz selon lequel "nous ne pouvons pas permettre qu'il (Poutine, ndlr) soit également récompensé pour avoir mené une guerre d'agression en Europe", Precht a demandé "mais que faire si nous devons ?".

20221025_131437.jpg

61QexvX0xDL._AC_UF894,1000_QL80_.jpg

610ZZTNS2DL._AC_UF894,1000_QL80_.jpg

Les forces ukrainiennes sont également à court de munitions

La situation est précaire parce que les forces ukrainiennes sont également à court de munitions, a déclaré le stratège militaire autrichien Markus Reisner à ServusTV, soulevant un autre problème. La question qui se pose, selon lui, est de savoir si l'Ukraine pourrait ne plus être en mesure de retenir les forces russes en raison de cette pénurie de munitions.

13ème paquet de sanctions de l'UE

En Autriche, le refus de continuer à soutenir l'Ukraine est particulièrement élevé. Mais à l'échelle européenne également, seul un tiers environ des citoyens est encore favorable à la poursuite du soutien. Ils sont nettement plus nombreux à souhaiter un traité de paix le plus rapidement possible.

L'élite européenne à Bruxelles continue néanmoins à faire pression sur la Russie. Le jour de l'anniversaire de la guerre en Ukraine, l'UE a imposé son 13ème train de sanctions à la Russie. Mais jusqu'à présent, aucune de ces mesures punitives n'a fait plier le Kremlin.

jeudi, 22 février 2024

La Russie se porte mieux qu'il y a deux ans: un blâme pour les "experts" occidentaux !

9cf6b303131ebf1e655b95f08e7871a7.jpg

La Russie se porte mieux qu'il y a deux ans: un blâme pour les "experts" occidentaux !

Source: https://zuerst.de/2024/02/22/riesenklatsche-fuer-westliche-experten-russland-steht-besser-da-als-vor-zwei-jahren/

New York. Deux ans presque jour pour jour après le début de la guerre en Ukraine, les visages occidentaux s'allongent: pratiquement aucun des pronostics des analystes et "experts" occidentaux concernant la Russie ne s'est avéré exact. La Russie n'est pas à court de matériel de guerre et l'économie russe ne s'est pas effondrée. C'est même le contraire: dans presque tous les domaines, la Russie se porte mieux aujourd'hui qu'il y a deux ans.

Le magazine américain The New Yorker a maintenant analysé les raisons de cette évolution dans un texte détaillé et en arrive à la conclusion décevante pour les observateurs occidentaux: "Le facteur décisif a été l'armée russe. Elle était meilleure que ce que l'on pensait d'elle après sa performance catastrophique de la première année de guerre. Elle n'était pas démoralisée, incompétente ou mal équipée".

imrobleeage.png

Contrairement à ce que les experts occidentaux avaient prévu, les soldats russes se sont "battus à mort", ont mené "une défense brutale et efficace" "et disposaient d'hélicoptères de combat, de drones et de mines malgré toutes les pertes". L'ancien soldat de la marine Rob Lee (photo), qui est maintenant analyste de l'armée russe au Foreign Policy Research Institute, a commenté au New Yorker: "Les gens ont tiré des conclusions très claires du premier mois de la guerre, et je pense que beaucoup de ces conclusions étaient fausses".

Au plus tard à l'automne 2023, après l'échec final de la contre-offensive ukrainienne tant attendue, il ne pouvait plus y avoir de doute sur le fait que les Russes avaient appris de leurs erreurs initiales et s'étaient adaptés aux conditions changeantes sur le champ de bataille. Selon l'analyste militaire Rob Lee, "les militaires russes se sont adaptés. Ils ont souvent besoin de leçons douloureuses, mais ils s'adaptent ensuite". Selon Lee, ni la stratégie du côté ukrainien ni la livraison trop tardive d'armes modernes occidentales ne sont responsables du fiasco de l'été 2023: "La plupart des choses sont venues du côté russe".

Dara_Massicot2.jpg

Dara Massicot (photo), du think tank américain Carnegie Endowment for International Peace à Washington, dresse également un constat désabusé: "Les affirmations selon lesquelles l'armée russe est un clown incompétent, incapable d'apprendre, sur le point de s'effondrer, et ainsi de suite, ne sont pas utiles et ont causé de réels dommages. Ils ne se sont pas effondrés. Ils sont toujours là. Ils sont restés sur le terrain et ont fait fondre pour des milliards de dollars d'armes et d'aide occidentales pendant deux ans".

71c2B+GjrxL._AC_UF1000,1000_QL80_.jpg

Actuellement, la Russie dispose d'avantages évidents - et d'une position plus forte, pour des raisons politiques en fin de compte. The New Yorker rappelle l'ouvrage de référence Democracies at War (2002) de Dan Reiter et Allan C. Stam. On y trouve l'indication que les démocraties s'en sortent en moyenne mieux que les autocraties dans les guerres. Mais cela ne s'applique pas si la guerre s'éternise: "Si la victoire rapide promise ne se produit pas, la population peut reconsidérer sa décision d'approuver la guerre et retirer activement son soutien". Plus une guerre se prolonge, "plus il est probable que les autocraties gagnent". En Ukraine, cette observation semble se vérifier une fois de plus (he).

Demandez ici un exemplaire de lecture gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous ici dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

Ursula à Munich trinque contre Poutine alors que l'Allemagne est en crise

28278191-ursula-von-der-leyen-praesidentin-der-europaeischen-kommission-spricht-am-zweiten-tag-auf-der-muenchner-sicherheitskonferenz-1Dg0z9DN5Qfe.jpg

Ursula à Munich trinque contre Poutine alors que l'Allemagne est en crise

Augusto Grandi

Source: https://electomagazine.it/ursula-a-monaco-brinda-contro-putin-mentre-la-germania-e-in-crisi/

Prosit gegen Putin ! A la bonne vôtre contre Poutine! Les libations sont tombées bien bas à Munich où, aux dépens des manants européens, se sont réunis les plus hauts représentants de l'atlantisme le plus obtus. Et les pires d'entre eux sont allés porter un toast au chef du Kremlin. On ne sait pas ce qu'ils avaient à fêter, puisque les Russes venaient d'occuper Avdiivka, mais les plus intelligents de la compagnie n'ont pas hésité à boire amicalement.

Parmi les participants au toast ne pouvait manquer Ursula von der Leyen en compagnie - selon Agcnews - du secrétaire général de l'OTAN Stoltenberg, du président tchèque Pavel, de fonctionnaires allemands, d'anciens fonctionnaires américains et, bien sûr, d'hommes d'affaires intéressés par la poursuite de la guerre.

Et tandis que cette belle bande faisait la fête à Munich, la Chambre de commerce allemande prévenait que l'Allemagne resterait en récession cette année. C'est le pire résultat depuis 20 ans, mais de toute évidence, cela n'inquiète ni Scholz ni Ursula. Ils seront maintenus de toute façon et ce sont les citoyens allemands et européens qui paieront. Ainsi, pendant qu'ils trinquent contre Poutine, les entrepreneurs allemands peuvent crier aussi longtemps qu'ils le souhaitent contre les politiques gouvernementales désastreuses. Ils peuvent craindre une dégradation des affaires, ils peuvent réduire les investissements en Allemagne.

L'important est de boire contre l'avancée de la Russie. Et contre les Européens qui se plaignent. Prosit !

mercredi, 21 février 2024

L'armée américaine pénètre en Europe du Nord et a accès à 36 bases militaires supplémentaires!

b0181d71adb7f29ebebb6c50cfb2c271.jpg

L'armée américaine pénètre en Europe du Nord et a accès à 36 bases militaires supplémentaires!

Maurizio Blondet

Source: https://www.maurizioblondet.it/armata-usa-entra-nel-nord-europa-accedendo-a-36-basi-militari-in-piu/

Commentaire : Les forces américaines pénètrent dans le Grand Nord à un rythme presque explosif. Lundi, la Finlande suivra la Norvège et la Suède en ouvrant leurs bases militaires aux États-Unis.

"Parce que la situation est désormais sérieuse", a déclaré Niklas Granholm, responsable de la recherche à l'Agence suédoise de recherche sur la défense, dans une interview accordée à High North News.

Cette gravité est suscitée par le pays voisin, c'est-à-dire la Russie. L'analyse commune de la situation par l'OTAN est claire comme de l'eau de roche :

Tout tourne autour de la victoire dans la guerre

Pour la Russie, l'important est de gagner la guerre contre l'Ukraine. Toutes les autres préoccupations sont mises de côté au profit d'une victoire militaire. Chaque décision russe va dans ce sens.

En tant que seul pays de l'OTAN dans le Nord, la Norvège avait déjà négocié un accord supplémentaire sur la coopération en matière de défense entre les États-Unis et la Norvège en 2022. Le parlement norvégien a ensuite adopté l'accord à une large majorité. L'accord donne aux États-Unis le droit d'accès illimité à quatre bases militaires sur le sol norvégien. Deux d'entre elles, Ramsund et Evenes, sont situées dans le nord du pays.

standard_Ramsund_OS.png

trident_juncture_850.jpg

L'accord prévoit également l'autorité de la police américaine sur le sol norvégien et des dépôts d'armes américains auxquels la Norvège n'aura pas accès.

Les armes nucléaires ne sont pas réglementées dans les accords.

En moins d'un an, la Suède, toujours tenue à l'écart de l'OTAN par la Turquie, a négocié un accord similaire. Les forces américaines auront accès à 17 bases militaires suédoises, selon l'accord signé la semaine dernière. Quatre de ces bases sont situées dans le Norrbotten, au nord de la Suède, à Kiruna, Boden, Vidsel et Luleå-Kallax.

Le parlement suédois adoptera l'accord à une large majorité.

kiruna-CARTE.jpg

Plusieurs bases dans le Nord

Hier, jeudi, la Finlande a également annoncé un accord entièrement négocié avec les États-Unis. L'accord sera officiellement signé lundi et permettra aux États-Unis d'accéder à quinze bases militaires finlandaises. Nombre d'entre elles sont situées dans le nord de la Finlande, notamment à Ivalo, Rovajärvi, Rovaniemi, Tervola et Veitsiluoto.

finl04.jpg

Au total, la Norvège, la Suède et la Finlande ont ouvert 36 bases militaires pour les forces et les armes américaines. Il s'agit d'accords bilatéraux, c'est-à-dire entre les États-Unis et le pays concerné, et non d'un accord de l'OTAN.

La question de l'installation d'armes nucléaires américaines en Suède et en Finlande n'a pas été réglée par l'accord. Contrairement à la politique norvégienne en matière de bases et d'énergie nucléaire, les accords n'interdisent pas explicitement l'implantation de telles armes. Toutefois, la probabilité que cela se produise est faible. Les armes nucléaires modernes sont déplacées rapidement si cela est jugé nécessaire.

La conclusion est que la guerre de la Russie contre l'Ukraine a radicalement changé l'utilisation militaire du Grand Nord, et ce en très peu de temps.

L'objectif de ce renforcement de la force américano-scandinave dans le Nord est de dissuader la Russie de lancer une attaque, comme nous avons constaté que la Russie a été prête à le faire en Ukraine.

Une grande incertitude

Les experts en matière de défense et la majorité politique des parlements des pays concernés considèrent qu'il est peu probable qu'une telle attaque soit menée contre l'OTAN dans le Nord. Les forces conventionnelles russes sont considérablement affaiblies dans le Nord à la suite de la guerre contre l'Ukraine.

Ce sont là les faits militaires froids - et nous en venons maintenant aux faits plus incertains.

Les experts militaires sont des devins.

Par exemple, les forces nucléaires et la puissance militaire maritime de la Russie sont essentiellement inchangées et ne sont pas affaiblies dans le Nord. Il en va de même pour les forces aéroportées.

L'augmentation de la capacité militaire et les exercices militaires de plus en plus fréquents et de plus en plus importants dans le Grand Nord augmentent le risque d'une confrontation militaire involontaire dans le Nord.

Le manque de dialogue et de communication entre l'Est et l'Ouest augmente le risque d'incidents ou de malentendus.

Aux États-Unis, Donald Trump grimpe dans les sondages et a de réelles chances d'être élu président. Cela augmente le risque de beaucoup de choses, notamment que les bases en Norvège, en Suède et en Finlande ne soient jamais utilisées par les États-Unis.

Les accords entre les États-Unis et les trois pays nordiques contiennent également une contradiction inhérente. Alors que la Norvège, la Suède et la Finlande fondent leur politique de sécurité sur la stabilité et la prévisibilité, la doctrine américaine considère l'imprévisibilité militaire comme un élément essentiel de la stratégie militaire.

Peu de gens courent aussi vite

Comme dans toute guerre ou préparation de guerre, les questions l'emportent sur les réponses. En tant que devins, les experts militaires et les responsables de la politique de défense se sont toujours révélés être des devins en matière de guerre et de paix.

Peu d'entre eux avaient prévu la guerre contre l'Ukraine, tout comme ils n'étaient pas préparés à la chute du mur de Berlin ou à la menace du président américain de retirer les États-Unis de l'OTAN.

Aujourd'hui, les mêmes personnes courent également pour échapper à la responsabilité de la forte réduction des effectifs des forces armées après la guerre froide.

Peu de gens, s'il y en a, fuient aussi vite que les généraux pour échapper à leurs responsabilités. Mais aujourd'hui, la situation est grave.

Lors de la conférence de Munich, le groupe de défense allemand Rheinmetall et un partenaire ukrainien ont signé un mémorandum sur la construction d'une usine de production de munitions.

Rheinmetall détiendra 51 % des parts.

L'usine prévoit de produire des millions de munitions OTAN de 155 mm.

Les coordonnées de la future usine n'ont pas encore été divulguées, mais sa réalisation ne restera vraisemblablement que sur le papier. En effet, elle deviendrait une cible immédiate pour les missiles russes.

Le Danemark a décidé de remettre à l'Ukraine toute l'artillerie qu'il ne juge pas nécessaire à l'heure actuelle.

Le Danemark est prêt à transférer toutes ses munitions et tous ses systèmes de défense aérienne à l'Ukraine, qui n'en a pas besoin pour le moment. Le Premier ministre danois, Matte Frederiksen, a fait cette déclaration et a appelé l'Europe à suivre son exemple.

"Le Danemark a décidé de transférer toute son artillerie à l'Ukraine. Chers amis, il y a du matériel militaire en Europe, ce n'est pas seulement une question de production. Nous avons des armes, des munitions, des systèmes de défense aérienne que nous n'utilisons toujours pas. Ils doivent être transférés en Ukraine", a déclaré M. Frederiksen.

Datum-Post-1200x1200.jpg

Au lieu de la diplomatie, l'Occident encourage la "folie de l'armement à grande échelle" à Munich

Au cours des deux dernières années, il est devenu évident que ce qui semble être une folie aujourd'hui sera sérieusement envisagé et mis en œuvre après-demain, écrit Neues Deutschland à l'occasion de la conférence de Munich sur la sécurité. La publication définit la situation actuelle comme une "folie des armes à grande échelle".

Alors que l'année dernière, Olaf Scholz a assisté à la fondation d'une usine de fabrication de puces à Dresde et d'une usine ferroviaire à Cottbus, il s'est rendu cette semaine en Basse-Saxe, où une grande usine de fabrication de grenades doit être construite. Il a ainsi préparé le terrain pour la conférence dite de sécurité.

On peut supposer que les produits de la nouvelle usine seront également vendus dans les zones de combat: la coalition "feu tricolore" a rapidement abandonné l'idée de ne pas envoyer d'armes dans les régions en crise, afin de ne pas attiser les conflits.

Les politiciens parlent de moins en moins de diplomatie, de limitation ou de résolution des conflits. Le représentant de la CDU, M. Kiesewetter, veut déplacer la guerre en Russie. La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, veut créer une industrie européenne de la défense et la diriger personnellement au cours de son second mandat.

Les politiciens allemands veulent un commissaire européen aux affaires militaires et à la guerre, qu'ils appellent élégamment "commissaire à la défense". Ces projets ne devraient pas échouer pour des raisons financières: depuis 2015, les dépenses militaires allemandes ont presque doublé, sans compter l'énorme fonds spécial de la Bundeswehr.

Exercices militaires de l'OTAN et réaction de la Russie

84.jpg

Exercices militaires de l'OTAN et réaction de la Russie

Leonid Savin

Source: https://www.geopolitika.ru/en/article/nato-military-exercises-and-russias-response?fbclid=IwAR0BPoDPXvViJjhZJxYrYwKzWJMrq2U9IVtWrp6-QTlKMKdFzQAbzGBXg-A

Le 24 janvier 2024, l'OTAN a entamé un exercice militaire en Europe (Steadfast Defender 2024), qui est censé être le plus grand exercice de l'OTAN depuis des décennies. Les informations officielles publiées sur le site web de l'OTAN font état d'"exercices associés se déroulant jusqu'au 31 mai 2024. Il s'agira du premier exercice à grande échelle de l'OTAN au cours duquel de nouveaux plans de défense seront mis en œuvre. Il montrera que l'OTAN peut mener et soutenir des opérations complexes multi-domaines pendant plusieurs mois, sur des milliers de kilomètres, du Grand Nord à l'Europe centrale et orientale, et dans n'importe quelles conditions".

La question centrale est de savoir contre qui l'OTAN va se défendre. Ces dernières années, l'Alliance a paniqué et, à l'aide de l'ingénierie sociale et de la manipulation des médias, a incité certaines personnes ordinaires à penser que dès que la Russie gagnerait en Ukraine, elle déclencherait certainement une guerre contre d'autres pays, à savoir les États baltes, qui faisaient autrefois partie de l'URSS, et la Finlande, en premier lieu.

Par conséquent, ces exercices représentent en fait une opération défensive conjointe en réponse à une hypothétique attaque russe contre un membre de l'OTAN.

steadfast-defender-kUzGI1.png

Ils dureront jusqu'à quatre mois et se dérouleront dans toute l'Europe, de la Norvège à la Roumanie, avec la participation de 31 pays membres de l'OTAN et de la Suède, de 50 navires de différents types, de 80 avions, de plus de 1100 véhicules blindés et d'environ 90.000 personnels, dont 20.000 Britanniques, 15.000 Polonais, 10.000 Allemands et 5000 Néerlandais. Ces chiffres sont approximatifs et, à en juger par d'autres interactions de routine de l'OTAN et par l'opération Atlantic Resolve en cours, l'ampleur réelle pourrait être encore plus importante.

La Russie a déjà réagi au début des manœuvres. Maria Zakharova, porte-parole du ministère russe des affaires étrangères, a déclaré que "l'exercice Steadfast Defender 2024 de l'OTAN est ouvertement provocateur par nature... Cette démarche vise délibérément à aggraver la situation; elle augmente le risque d'incidents militaires et peut finalement avoir des conséquences tragiques pour l'Europe".

En fait, le scénario de l'exercice n'est pas défensif, mais offensif, ce qui constitue également un acte de provocation. L'OTAN testerait l'option de s'emparer rapidement d'un "cordon sanitaire de Vilnius à Odessa" et de le maintenir, mais ce qui est très important, c'est qu'elle va s'entraîner à des frappes nucléaires contre les régions russes de Leningrad, Arkhangelsk, Mourmansk, Smolensk et Pskov, tandis que les sous-marins et les bateaux anti-sous-marins participant à l'exercice simuleront la destruction de sous-marins russes dans les mers de Barents et dans la Baltique.

Il est intéressant de noter qu'avec l'adhésion de la Suède à l'OTAN (la Turquie vient de ratifier la candidature de la Suède), la mer Baltique devient effectivement une masse d'eau sous le contrôle de l'OTAN. La région sera militarisée et l'industrie suédoise de la défense servira contre la Russie, avec des bases supplémentaires qui seront très probablement créées sur l'île de Gotland, augmentant ainsi la menace pour la région de Kaliningrad et Saint-Pétersbourg. En outre, l'exercice actuel de l'OTAN impliquera la simulation d'une prise de la région de Kaliningrad. En effet, les Etats-Unis ont tenté de réaliser des scénarios similaires de conflit militaire autour de la Région de Kaliningrad et les résultats se sont avérés décevants pour l'OTAN, car ils ont dû augmenter de manière significative leur puissance aérienne, qui était insuffisante au moment de l'analyse, afin de supprimer les systèmes de défense aérienne de la Russie. L'exercice actuel de l'OTAN devrait prendre en compte les développements antérieurs et les changements survenus depuis le début de l'opération militaire spéciale.

images.jpg

Selon les services de renseignement russes, les États-Unis auront leurs propres intérêts dans cet exercice, notamment en simulant des frappes préventives sur les bases permanentes des silos des forces nucléaires stratégiques russes et une attaque sur les infrastructures à l'intérieur de la Russie et de la Biélorussie. Pour ce faire, les forces de l'OTAN devront gérer la question de la profondeur du territoire, ce qui est assez difficile étant donné le vaste espace de la Russie, alors que les pays européens ne disposent pas d'une telle profondeur physique, ce qui les rend vulnérables au cas où la Russie riposterait (très probablement par l'utilisation d'armes nucléaires).

Les experts russes parlent d'une imitation de la troisième guerre mondiale, et le département militaire estime que l'OTAN se prépare à une agression armée contre la Russie. Cela nécessitera inévitablement une réponse appropriée pour contenir l'ennemi et lui infliger des dommages irréparables si l'OTAN prend le risque d'entrer dans un tel conflit militaire avec la Russie. Bien que Moscou n'ait pas indiqué comment elle réagira exactement à l'exercice de trois mois de l'alliance occidentale, il est clair qu'elle testera d'une manière ou d'une autre l'état de préparation au combat de son district militaire occidental.

Bien entendu, l'interaction entre la Russie et le Belarus est également une réponse au défi de l'OTAN et, dans ce cas, l'État de l'Union a pris les devants encore plus tôt puisque la Russie a stationné ses armes nucléaires au Belarus et que les pays ont mis en place des centres d'entraînement conjoints pour l'armée de l'air et la défense aérienne, en plus des bases militaires existantes. Le personnel militaire bélarussien arrive souvent en Russie pour suivre une formation basée sur l'expérience acquise dans le cadre de l'opération militaire spéciale en Ukraine. Il est important de noter qu'au début de l'année 2024, le Belarus a adopté une nouvelle doctrine militaire stipulant qu'une attaque contre l'allié (c'est-à-dire la Russie) sera traitée comme une attaque contre le Belarus lui-même. L'interaction des capacités militaires (et économiques) est en effet cruciale dans la stratégie d'endiguement de l'Occident.

La Russie est également susceptible d'envoyer des signaux forts à l'Occident en menant des exercices à proximité des frontières de l'OTAN, car la démonstration de puissance militaire, y compris l'activation de silos de missiles nucléaires stratégiques, devrait convaincre les stratèges de l'OTAN que la Russie est prête à repousser leur attaque.

Il est également possible que les groupes de pirates informatiques qui agissent contre les pays de l'OTAN s'intensifient. Bien que les médias occidentaux tentent de relier les nombreuses cyberattaques contre le gouvernement russe, il existe en fait un grand nombre de groupes de pirates informatiques indépendants (et pas seulement à l'intérieur de la Russie) motivés par des convictions idéologiques. Il est probable que nous entendions bientôt parler de problèmes causés par ces pirates informatiques dans les pays de l'OTAN.

Les pays du Sud peuvent également tirer des conclusions des exercices de l'OTAN et de la réponse de la Russie, car cette confrontation géopolitique peut leur permettre d'évaluer facilement les intentions et les objectifs des deux parties. Nous devrions également nous rappeler le soutien des pays de l'OTAN à Israël, qui continue de commettre un génocide contre les Palestiniens. Il s'agit, après tout, d'un marqueur sérieux sur l'échiquier géopolitique mondial, y compris des questions qui dépassent largement la politique réelle d'équilibre des intérêts. Toutefois, les conclusions stratégiques concernant les actions futures et les nouvelles opportunités pourraient être beaucoup plus intéressantes. Il convient également de prendre en considération les opportunités qui se rapprochent, car stratégiquement, la Baltique devient un endroit plus vulnérable pour la Russie, et il sera donc intéressant de se réorienter vers une direction plus fiable afin de construire des partenariats dans lesquels la Russie peut avoir confiance.

Que reste-t-il de l’idée d’Europe ? Du « Manifeste de Ventotene (1941) » au « Traité de Rome (1957) »

Eerste-vlag-van-de-Europese-Gemeenschap-voor-Kolen-en-Staal-1958-1973.jpg

Que reste-t-il de l’idée d’Europe ?

Un adieu aux mythes d’égalité, prospérité et paix ?

Du « Manifeste de Ventotene (1941) » au « Traité de Rome (1957) »

Irnerio Seminatore

Que reste-t-il de l’idée d’Europe ?

L’idée d’une Europe « libre et unie » naît à Ventotene, une petite île de la Méditerranée, il y a 80 ans en pleine guerre mondiale. Elle germe d’une réflexion d’exilés antifascistes (A. Spinelli, E. Rossi) et de l’idéal d’une profonde transformation constitutionnelle et politique des pays en conflit, le fédéralisme. L’idée de l’unité européenne a été bien antérieure à la création des institutions, dont elle inspira les premières étapes, mais elle naquit dans la division entre fauteurs du fédéralisme et partisans du fonctionnalisme intégrationniste, quant au dépassement du rôle de l’État. Le père spirituel du Manifeste, Altiero Spinelli, n’hésita pas à attaquer durement J. Monnet et R. Schuman, pour la « stratégie de substitution » choisie dans le but d’atteindre l’unité politique du continent. Il critiqua la voie économique des petits pas et du développement progressif d’une administration technocratique sans direction politique effective.

Altiero-Spinelli.jpg

9788898607358_0_536_0_75.jpg

Ernesto_Rossi-k7NB-U3200935568958yPF-656x492@Corriere-Web-Sezioni.jpg

Alterio Spinelli (en haut) et Ernesto Rossi (en bas).

Le rejet par l’Assemblée nationale française de la Communauté européenne de Défense (CED) en 1954, prévoyant une armée supranationale entre les six pays – membres de la CECA (communauté européenne du charbon et de l’acier) et la signature du « Traité de Rome » en 1957, considéré par Spinelli comme un Traité de compromis, lui donnèrent à penser que ces deux échecs marqueraient la fin de l’idée européenne. Identifiant l’attachement des États membres à leurs souverainetés respectives dans les processus de prise de décision, Spinelli avait indiqué, dans la solidarité, la défense et la diplomatie, les lieux d’expression des égoïsmes nationaux, en comprenant que l’Europe politique ne pouvait pas se faire par le seul dialogue et par la seule négociation. L’impopularité du projet de l’Union a été prouvée maintes fois par les échecs à répétition des referendums organisés dans les États membres à partir des années 1990 (au Danemark et en France sur le traité de Maastricht en 1992, en Irlande en 2001 sur le Traité d’Amsterdam et en Suède pour l’adoption de l’euro, etc.).

À l’impossible progression vers la voie fédérale et sur la méthode choisie, ils venaient de s’ajouter le manque de vision et les rejets des ratifications populaires par la voie des référendums.

« Europe intégrationniste » ou « Europe des Patries » ?

À presque soixante ans du Traité de Rome, signé le 25 mars 1957 et entré en vigueur le 1er 1968, ce qui reste de l’idée européenne comme Idée-Mythe, c’est le divorce persistant entre les intérêts nationaux des vingt-sept pays membres et la souveraineté de l’ensemble, ou, ce qui est le même, entre le pouvoir et les peuples. Au-delà de ce divorce, est tombée dans l’oubli la promesse initiale « de prospérité et de paix », liée au retour de l’unité et de la liberté politiques et au libéralisme économique promis par le « Manifeste de Ventotene » de 1941. À la conception d’une « Europe intégrationniste » et fonctionnaliste (Jean Monnet), les héritiers de l’Histoire ont opposé et opposent à ce type de structure (plurinationale et supranationale, bâti sur une dépolitisation intégrale) la conception politique de « l’Europe des Patries » (de Gaulle) ou des « États-Nations » seuls acteurs de la vie historique.

1313394-Communauté_européenne_du_charbon_et_de_lacier.jpg

P15_1.jpg

Racontée par la raison, l’expérience de l’Europe communautaire apparaît en termes de libertés collectives et individuelles, comme un héritage en crise et en termes de prospérité, comme une réussite contestée et encore inaccomplie et racontée par le cœur (identité et appartenance), comme une attente trahie et un système d’espoirs, incohérent et dénaturé (immigration de masse). En ce qui concerne la démocratie, par sa nature égalitariste, l’Europe de l’intégration privilégie les élites et la bureaucratie (ou encore la médiocratie, à condition qu’elle soit bien repartie et, de ce fait, plus vulnérable aux chantages des privilèges).

On sait parfaitement que la démocratie n’aime pas les grands hommes et la démocratie intégrationniste n’encourage pas le leadership et dévalorise l’orgueil, l’ambition, la vertu et toutes les passions humaines qui se substituent aux intérêts catégoriels des fonctionnaires et à la démagogie de masse (populisme). À la philosophie de l’histoire, les institutions communautaires apparaissent comme des artefacts éphémères et des institutions transitoires, opposées à des corps doués de substance, de permanence et de durée, les vieilles et glorieuses nations, affaiblies par l’extension des rivalités à la scène planétaire. Or, sur le théâtre du monde, l’épreuve fondamentale des États et des Nations est celle de leur survie (URSS, Yougoslavie, Ukraine, Israël). De fait, l’Union européenne n’est pas la solution au problème de la paix et de la guerre, puisque l’Europe n’existe pas politiquement « par elle-même et pour elle-même » et elle est in fine exposée aux menaces et au risque d’être subordonnée aux objectifs internationaux d’hégémon, perdant sa fonction d’équilibre de puissance entre l’Amérique et l’Eurasie. Compte tenu du fait que la « légitimité » des institutions ne procède pas d’une expression directe des peuples, mais des opinions par leur nature variable et liée à une multiplicité d’intérêts particuliers, « l’intérêt général » de l’Europe ou la définition du « bien commun » est dans les mains des factions, des minorités agissantes, des instincts et des ennemis intérieurs. On appelle ce défaut de légitimité « un déficit démocratique ».

Actualité du dilemme des années 60

Le dilemme des années soixante, « Europe intégrée » et dépolitisée ou « Confédération d’États » fédérateurs, s’est aggravé par l’irruption sur le sol du continent d’un « Quart monde », étranger et hostile. L’épuisement du processus de mondialisation (1980 - 2019) et le retour des nations ont dissipé définitivement l’idée spirituelle et politique de la vieille Europe. La nouvelle mixité ethnique et sociale, composée d’immigrés récents déracinés et sans attaches, vivant dans l’illégalité en dehors de la cité politique européenne, justifie la distinction schmittienne entre ami et ennemi. Il n’appartient pas au même ordre symbolique de la nation, ni à la même dimension du souvenir, ni aux pierres édifiées dans les siècles. Or, les nations vivent dans le temps, par des symboles et par des mythes, car l’ordre symbolique est l’ordre de l’imaginaire collectif.

6LQCPUPIQZHJWPOFPPOMVKMG4E.jpg

En ce sens, le vrai cœur de l’immigré bat dans la couleur de son drapeau, vit dans les préceptes de sa loi (notamment la Charia) et confirme sa fierté dans la différence éthique. En histoire, qui est le terroir où vivent les nations, c’est toujours sur un sol symbolique que se décide le sort du monde. Il en découle que le sort de l’Europe se décidera par une résolution de nature ancestrale et hors du droit. Pour rappel, l’idée d’Europe est avant tout une idée-guide, et elle ne peut être le monopole d’institutions dont la mise en place reflète des équilibres de pouvoirs et des rivalités d’intérêts de type étatique. Et donc, à une vue de l’intérieur, la prédominance du Conseil des Chefs d’État et de gouvernement (la souveraineté européenne, une « obsession française », succédant à celle d’une Europe puissance) sur la Commission (ou Exécutif européen) et sur le Parlement européen (la voix des peuples) et, en conclusion, de l’intergouvernemental sur le communautaire.

La crainte des responsables nationaux à propos de cette dimension institutionnelle, à l’époque de la bipolarité, portait sur la dilution des pouvoirs nationaux et sur une égalisation fictive des statuts hiérarchiques. Dans ce cadre, les technocrates de l’Union furent incapables de définir une stratégie cohérente et globale de l’Union sur la scène internationale, et sur des questions d’intérêt vital, en situation de risque existentiel ou de crise extrême, qui exige légitimité, souveraineté exclusive, pouvoir incontesté et capacité autonome de décision. Or, aller au-delà des nations aurait signifié aller vers l’intégration politique, se dotant d’une légitimité, qui aille au-delà du modèle bureaucratique et d’une eurocratie dépolitisée. Pendant des décennies, l’argument du réalisme, dans un contexte international caractérisé par l’absence d’une autorité centrale et par l’anarchie de rivalités innombrables, a constamment rappelé que l’unité politique du continent aurait dû être bâtie sur l’État-nation et guère sur l’abstraction d’une situation « post-nationale », ou « post-classique », car l’Europe s’inscrivait et s’inscrit dans un système de rivalités, dans lequel l’avenir a encore besoin du passé, en dehors de toute utopie.

7cd93e24fe358ed4316f59e021e745a7025db7b8.jpg

Peut-on aller au-delà des Etats-Nations ?

Que reste-t-il du débat sur la survie des États-Nations, qui demeure ouvert à propos des États membres, transformés par le processus d’intégration, puis par la vague de la mondialisation et aujourd’hui par les changements stratégiques de la multipolarité, par les bouleversements de l’échiquier eurasien et enfin par les déséquilibres stratégiques du « Sud » du monde ?

Ce débat posait dans les années soixante et pose encore aujourd’hui à l’Union européenne trois questionnements non résolus :

– Le premier concerne l’hypothèse aronienne et bien connue : « Peut-on aller au-delà de l’État-Nation ? », hypothèse qui a pour objet le concept de souveraineté et sa permanence essentielle, surtout en matière de décision nucléaire.

– Le deuxième, la réponse à donner à la question : « quelles sont les unités de base du système international ? »

– Le troisième, qui a pour référence le système d’intégration européenne elle-même, sa viabilité et sa capacité de survie.

Ces trois questionnements, visant le déplacement de la légitimité politique des États membres vers l’unité théorique de l’Europe unitaire, constituent le fond pessimiste de la réponse du courant réaliste aux fédéralistes résiduels, expliquant pourquoi le processus d’intégration européenne, dépolitisé et abstrait, n’a guère permis d’aller au-delà des nations. En effet, explique le courant réaliste, l’Europe qui en résulte est celle de la « société civile » et des « opinions citoyennes ». Autrement dit, une Europe pacificatrice ou de l’égalitarisme aveugle (position des gauches) où les promesses de sécurité sont aléatoires et où la guerre ne peut être toujours exclue. Le risque de guerre permet également de comprendre la nécessité d’un système d’équilibre des forces (position de droite) qui, ne pouvant pas surmonter l’hétérogénéité des nations et le choc des civilisations, est le seul enseignement à retenir pour limiter les conflits.

elections-europeennes-2024-1024x683.jpg

Résilience des Nations, de la Realpolitik et de la philosophie de l’histoire

Par ailleurs, les deux modèles d’Europe, intégrationniste et stato-national sont encore aux rendez-vous des élections du parlement européen du mois de juin prochain, sous forme de souverainisme, de populisme et d’illibéralisme, puisque la multipolarité et la reconfiguration de l’ordre global remettent en discussion la résilience des Nations, le réalisme politique et l’intérêt national. Ainsi, la fin de l’utopie désarmée et des vieux refus de la politique de puissance, des zones d’influence et de la philosophie de l’histoire, fait rejaillir la recherche d’une « autre idée de l’Europe », celle d’un dialogue paneuropéen sur l’avenir de la sécurité collective après la fin du conflit ukrainien, et celle qui résulte de l’organisation multipolaire du monde. Cela veut dire poser la « question russe » et la relation franco-allemande, hors des tabous et des rhétoriques habituelles, plaçant l’identité de défense et l’autonomie stratégique de l’Europe, hors des contraintes de l’OTAN et impliquant au fond une conception de la souveraineté nationale reviviscente et non partagée.

Tout au long de la bipolarité et de la post-guerre froide, la gouvernance de l’Union aurait dû être consacrée par priorité à la connaissance les intérêts essentiels des acteurs principaux et des superpuissances globales afin de prévoir les ruptures à venir sous la surface fissurée de la stabilité apparente. C’était le mode plus raisonnable de préserver le message de « l’idée de paix » du début des années 60 et la traduction de cette philosophie pourrait se résumer à la distinction, en matière de politique internationale, entre ce qui est « essentiel, réaliste et rationnel, » plutôt que ce qui est « juste, démocratique et solidaire ».

EUROPE-Paix-et-Liberte-LEurope-unie-construit_1618227435_8732.jpg

bandeau3_def.jpg

L’idée de l’Europe, de la paix et de la guerre à l’âge de la multipolarité

L’idée de la paix aurait dû faire réfléchir à l’idée de la guerre et à la dialectique des antagonismes. Face à des situations de compétition permanente, l’Union européenne a trahi l’idée principale de la paix par une stratégie d’occultation du conflit qui a été le sens profond de la « stratégie de substitution » de Jean Monnet. Il est patent que la guerre tranche avec les conceptions antérieures de la coopération internationale et se calque différemment sur l’homogénéité et l’hétérogénéité du système international, imitant l’amitié et l’inimitié de « l’autre de soi ».

Depuis les années 80 le système interétatique, la société civile mondiale et la transnationalisation des économies, ont intégré une population d’acteurs irréguliers, exotiques et subétatiques, révoltés ou terroristes, qui ont démultiplié des centres de décisions erratiques (Hamas, Hezbollah, Isis) de telle sorte que le système interétatique a perdu sa fonction de régulateur de la violence en devenant incapable de déterminer politiquement la conjoncture. Cependant c’est toujours à partir des États que s’organisent la hiérarchie de puissance et la configuration de la scène diplomatique. L’Union européenne est immergée, depuis la chute du mur de Berlin, dans un univers hétérogène de relations globales, au sein desquelles la fonction directrice est exercée par les États-Unis et par le bipolarisme dissimulé de la Russie et de la Chine puisque la survie et la sécurité relèvent de la logique existentielle, propre de l’état de nature et guère d’une communauté policée, l’Union européenne aurait dû identifier les menaces extérieures et intérieures, vu le caractère composite ou « multiculturel » des sociétés des pays membres. Au sein de l’Union, on aurait gagné à rechercher un autre équilibre entre la France et l’Allemagne et entre l’Europe et la Russie, dans l’établissement d’un jeu coopératif, ayant pour objectif la stabilité et la paix en Eurasie et dans le monde, sans oublier l’influence du système multipolaire, planétaire et sous-jacent.

1361183-le-parlement-europeen-de-strasbourg.jpg

Multipolarisme et Multilatéralisme. Deux variantes d’un même concept, l’hégémonisme planétaire

L’option de L’Union européenne pour le multilatéralisme a été la résultante sournoise de l’idée d’Europe des pères fondateurs, celle du refus de la guerre et du principe d’égalité formelle entre les nations, dans le cadre des relations internationales. Multilatérale est en fait la posture contractuelle et conjoncturelle d’un acteur qui se détermine au cours d’un jeu diplomatique et circonstanciel, où prédomine l’idéologie de la concurrence et du débat, par l’exclusion volontaire et conventionnelle de la « Balance of Power ». Rien de plus séduisant pour la pensée des politiciens de l’Union d’adopter ces paradigmes d’action irréalistes. Ainsi, à l’opposé de la doctrine d’un monde multipolaire, fondée sur la pluralité des pôles de puissance en vue d’une confrontation et au sein desquelles prédomine le rapport de force, les doctrinaires de l’Union choisiront la fausse doctrine de la paix, le multilatéralisme prometteur. Cette doctrine commença à prendre forme suite à l’effondrement du monde bipolaire et à la dislocation de l’Union soviétique, refusant toute conception de l’Europe-puissance, au nom des « dividendes de la paix » (Chirac, F. Milon, Fabius). L’Union européenne a embrassé sans opposition les dynamiques du multilatéralisme, qui conduisirent à l’allègement des budgets européens de la défense, à l’entrée de la France dans l’OTAN et à la tutelle des États-Unis sur l’Europe. Ainsi le multilatéralisme, fondé sur le principe de négociations permanentes et dictées par « la loi des autres », a perverti le concept initial de prospérité et de paix, traduisant une perspective historique, l’hégémonisme euroatlantique, en deux variantes d’un même concept, le multipolarisme et le multilatéralisme.

En guise de conclusions

Pour résumer les réflexions sur le bilan de « l’Idée de l’Europe » léguée par les réalités institutionnelles de l’Union et par l’évolution du système international, des formes des pouvoirs et des grandes conceptions du monde, il faudra convenir que :

– Le grand débat européen des soixante dernières années a été presque exclusivement eurocentré ;

– Qu’il a oublié les lois de mouvement de l’histoire, les grandes antinomies et les conflits ;

– Qu’il a égaré son regard sur l’universalité de l’existant, le système des relations concernant l’ensemble des sujets d’histoire et leurs égoïsmes et jalousies ;

– Que les différences essentielles entre les Européens et entre l’Europe et le reste du monde ne pouvaient être pensées qu’à travers la figure de l’État ;

– Que l’analyse et les questionnements sur le « politique » ne pouvaient dispenser de tenir compte des civilisations, cultures, pensées, convictions métaphysiques, philosophiques et de foi, éloignées, mais déterminantes ;

– Que l’individualité des formes de connaissance et de vie s’imposait par l’hégémonie, par l’autorité ou par la force ;

– Et pour terminer que le relativisme de l’expérience humaine, passions, idéaux, vertus, peur, angoisse et courage se confrontaient au phénomène inéluctable de l’existence, qui les résume et les exalte, le phénomène du déclin, de la mort imminente et de la guerre.

77292321-56077698.jpg

Irnerio Seminatore est l'auteur de "L'Europe, la multipolarité et le système international" publié chez VA Éditions.

mardi, 20 février 2024

L'ex-patron de Frontex : la Commission européenne nous livre délibérément à l'immigration de masse

w_54571071-800x450.jpg

L'ex-patron de Frontex: "La Commission européenne nous livre délibérément à l'immigration de masse"

Source: https://www.unzensuriert.at/238198-ex-frontex-chef-eu-kom...

Deux ans après son éviction de la tête de l'Agence européenne des garde-frontières et des garde-côtes (Frontex), le fonctionnaire Fabrice Leggeri se présente aux élections européennes sous les couleurs du Rassemblement national français (anciennement Front national). Il explique son éviction par le fait qu'il voulait contrôler l'immigration, mais que la Commission européenne fait exactement le contraire.

Objectif : lutter contre l'immigration clandestine de masse

Leggeri, qui sera le troisième candidat sur le liste du Rassemblement national aux élections européennes de juin, a annoncé dans une interview au Journal de Dimanche publiée hier samedi :

    "Nous sommes déterminés à lutter contre la submersion migratoire, que la Commission européenne et les eurocrates ne considèrent pas comme un problème, mais comme un projet".

Il a ajouté que le Rassemblement national avait un plan concret et la capacité de le mettre en œuvre.

Un changement de paradigme à partir de 2019

L'ancien chef de Frontex rapporte qu'à partir de l'entrée en fonction de la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen et de la commissaire aux affaires intérieures Ylva Johannson, la politique d'immigration a connu un bouleversement. Alors que la mission de Frontex depuis 2015 consistait à protéger la France et l'Europe de la poussée migratoire, la nouvelle direction de la Commission a recommandé à partir de 2019, selon M. Leggeri :

    "Ramenez les migrants et accueillez-les. Que cela vous plaise ou non, nous sommes un continent vieillissant et vous devez donc les laisser entrer".

Contraint de démissionner

Mais comme ce fonctionnaire de 55 ans voulait contrôler l'immigration, il a subi des pressions et s'est senti abandonné. Le gouvernement français l'a poussé à démissionner et la République fédérale d'Allemagne n'était pas non plus encline à le soutenir, rapporte le Français. La Commission européenne était clairement hostile à son égard et voulait qu'il parte.

Son objectif est désormais de "lutter contre cette Commission européenne qui encourage et tolère cette déferlante migratoire". Ce serait la raison pour laquelle il s'est lancé dans la politique.

dimanche, 18 février 2024

Le général Kujat contredit l'hystérie guerrière : "Je ne vois pas d'intention d'attaque de la part des Russes"

harald-kujat-429d5f9b-df2c-4a7b-85a1-2f4637d170d-resize-750.jpg

Le général Kujat contredit l'hystérie guerrière : "Je ne vois pas d'intention d'attaque de la part des Russes"

Source: https://zuerst.de/2024/02/13/general-kujat-widerspricht-der-kriegshysterie-kann-keine-angriffsabsichten-der-russen-erkennen/

Berlin . L'ancien inspecteur général de la Bundeswehr, le général à la retraite Harald Kujat, a toujours été l'une des voix les plus mesurées depuis le début de la guerre en Ukraine. Il a averti très tôt que les livraisons excessives de matériel et de munitions à l'Ukraine affectaient également les capacités de la Bundeswehr. Pas plus tard qu'en novembre, il s'était rendu impopulaire auprès des transatlantistes et des soutiens à l'Ukraine en déclarant : "L'Ukraine ne peut pas gagner cette guerre".

Dans une interview, Kujat s'est à présent inscrit en faux contre l'inflation des avertissements de guerre lancés par les politiciens et les militaires occidentaux, qui suggèrent sur tous les canaux une attaque imminente de la Russie contre les pays de l'OTAN. Kujat s'y oppose - en accord avec de nombreuses déclarations officielles de Moscou : "Je n'ai toutefois vu jusqu'à présent aucune preuve concrète que la Russie ait réellement l'intention d'attaquer des pays de l'OTAN. Il n'est pas rare qu'un pays belligérant augmente sa capacité d'endurance militaire. De plus, la Russie se voit engagée dans une guerre par procuration avec les Etats-Unis et leurs alliés et s'attend apparemment à ce que les forces de l'OTAN interviennent éventuellement et directement pour éviter une défaite totale de l'Ukraine".

Selon lui, la Russie n'est actuellement pas en mesure de lancer avec succès une attaque conventionnelle contre l'OTAN - mais l'OTAN n'est pas non plus en mesure de se défendre avec succès. Mais même aux Etats-Unis, la situation n'est pas aussi dramatique qu'en Europe. Kujat estime également que les mises en garde contre les plans "impériaux" du Kremlin sont exagérées. "Il s'agit apparemment plutôt pour Moscou d'empêcher l'extension de l'OTAN par l'adhésion de l'Ukraine jusqu'à la frontière russe" - ce qui était déjà l'objectif déclaré de la Russie avant le déclenchement de la guerre actuelle. Le général à la retraite a déclaré qu'il ne voyait "actuellement aucun préparatif concret d'attaque ni aucune intention d'attaque de la part des Russes".

Il a rappelé dans ce contexte la part de responsabilité des Etats-Unis dans la détérioration des relations avec la Russie au cours des dernières années, car les Etats-Unis ont finalement résilié unilatéralement le traité ABM et ont en outre "mis en place en Europe un système de défense antimissile qui n'était certes pas prévu comme une agression contre la Russie, mais qui peut tout à fait être compris comme une menace pour la capacité de deuxième frappe nucléaire russe". Ainsi, "une partie essentielle du filet de sécurité politique qui avait été tissé depuis les années 1970 a été éliminée".

w1900_h1353_x1024_y729_6170592-92a26ba72fce3857.jpg

Kujat rappelle à juste titre que "les relations économiques étroites de l'Allemagne avec la Russie n'étaient pas dans l'intérêt des Américains", même dans le contexte du rapprochement sino-russe.

Dans l'ensemble, on peut toutefois observer que "les anciennes puissances perdent de leur force et que de nouveaux acteurs s'efforcent de s'imposer". Le monde se dirige vers "une ère d'incertitudes et de grands conflits". Dans ce contexte, Kujat estime qu'il est conseillé de "refaire de la Bundeswehr une armée à la hauteur" tout en "stabilisant l'équilibre militaire par des accords politiques". Il est inquiétant que "chez nous, on n'en discute guère, et encore moins qu'on réagisse de manière appropriée". (mü)

Demandez ici un exemplaire de lecture gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous ici dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

Général e.r. Erich Vad : La politique allemande en Ukraine manque d'objectif politique

erich-bad-brigadegeneral-bundeswehr-ukraine-waffen-russland-krieg-lieferung-100-1920x1080.jpg

Général e.r. Erich Vad :

La politique allemande en Ukraine manque d'objectif politique

Source: https://zuerst.de/2024/02/17/general-a-d-erich-vad-der-deutschen-ukraine-politik-fehlt-jedes-politische-ziel/

Berlin. Après l'ancien inspecteur général de la Bundeswehr, le général à la retraite Harald Kujat, qui s'est opposé avec force à l'hystérie guerrière occidentale (voir notre article: https://zuerst.de/2024/02/13/general-kujat-widerspricht-der-kriegshysterie-kann-keine-angriffsabsichten-der-russen-erkennen/ ), c'est au tour de l'ancien conseiller militaire de l'ex-chancelière Merkel, le général de brigade à la retraite Erich Vad, de s'en prendre à la politique ukrainienne de l'Allemagne dans une interview à la Berliner Zeitung. Lui aussi - contrairement à une grande partie de l'establishment politique et médiatique - considère qu'une attaque russe sur le territoire de l'OTAN est peu probable. "Les forces russes déployées sont trop faibles pour pouvoir occuper toute l'Ukraine, et encore plus pour risquer une guerre avec l'OTAN", juge Vad.

L'objectif stratégique de la Russie est simplement de créer ou de maintenir un tampon de sécurité dans l'espace occidental, compte tenu de son expérience historique de 1812 et de la Seconde Guerre mondiale.

L'ancien militaire est particulièrement clair à l'égard des maximalistes d'aujourd'hui qui prônent une défaite militaire de la Russie : "Ceux qui exigent aujourd'hui de vaincre la Russie et de l'affaiblir jusqu'à la rendre inopérante oublient en outre qu'un effondrement de la Fédération de Russie laisserait un vide stratégique énorme : l'Est de l'Eurasie serait largement déstabilisé. Ce ne serait pas dans l'intérêt de l'Occident".

Vad reproche notamment à la politique allemande menée par le chancelier Scholz de ne formuler pratiquement aucun objectif pour son engagement en Ukraine. "Il est inutile de faire la guerre sans fixer au préalable des objectifs politiques réalistes", déclare Vad. "Clausewitz le savait déjà, d'ailleurs". Il manque "un concept stratégique réaliste pour la conclusion militaire des combats et, surtout, un concept politique pour sortir de ce conflit dans lequel il n'y a pas de solution militaire".

71fT5CxzQyL.jpg

L'ex-général estime que l'estimation parfois entendue selon laquelle les deux belligérants, la Russie et l'Ukraine, se trouvent actuellement dans une impasse militaire, est trop optimiste, "car la Russie a l'initiative militaire et la domination de l'escalade de son côté. Il semble que ce soit le cas : La Russie a les rênes militaires en main. Moscou consolide et arrondit actuellement les territoires occupés, et il n'est pas exclu qu'elle poursuive son offensive dans la région de Kharkiv et d'Odessa".

A la politique européenne, Vad, qui est aujourd'hui conseiller en sécurité, conseille de faire preuve de plus d'autonomie. Dans le cas contraire, elle pourrait être confrontée à un scénario comme celui de l'Afghanistan, où elle a été totalement prise au dépourvu par le retrait surprise des Américains. En outre, il estime que le débat, en particulier en Allemagne, est "hypocrite" et dominé par l'ignorance professionnelle : "Je trouve étrange que des Allemands non impliqués dans la guerre semblent être les plus grands patriotes ukrainiens. Des figures politiques qui n'ont pas fait de service militaire et qui ont argumenté de manière pacifiste pendant des décennies veulent tout à coup tout donner pour les Ukrainiens et de préférence aller 'all in'. Est-ce que cela renforce la crédibilité de la politique ?" Dans un monde de plus en plus multipolaire, il faut éviter de penser simplement en noir et blanc, "afin que nous puissions nous préparer aux conflits de demain" (he).

Demandez ici un exemplaire de lecture gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous ici dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

Avec l'AfD

afd-demo-berlin-102-1920x1080.jpg

Avec l’AfD

par Georges FELTIN-TRACOL

La une de Libération du 5 février dernier a fait jubiler la rédaction du quotidien gaucho-bancaire. Les bouffons se félicitent des démonstrations d’hostilité publique outre-Rhin contre l’AfD (Alternative pour l’Allemagne), le mouvement national-conservateur en pleine ascension électorale selon les enquêtes d’opinion et les élections partielles.

Libération se réjouit qu’entre 1,3 million et trois millions de personnes (et pourquoi pas cent milliards ?) manifestent les samedis et dimanches dans de nombreuses villes du pays. C’est plutôt inquiétant d’observer une telle concentration sur les trottoirs de cas psychiatriques. À croire aussi que le système d’évacuation des égouts fonctionne moins bien puisqu’il y a maintenant partout des débordements…

IMG_8711-1024x682.jpg

31BhIVeYCDL._AC_UF894,1000_QL80_.jpg

La cause de cette réaction minoritaire (rapportée aux 80 millions d’habitants, elle représente entre 1,62 et 3,75%) qui rappelle l’action des « Sardines » en Italie en 2019 contre la Lega de Matteo Salvini, est la divulgation d’une prétendue réunion secrète tenue en novembre 2023 à Postdam. S’y trouvaient des responsables de l’AfD, des Identitaires dont l’Autrichien Martin Sellner, alors qu’en théorie, tout contact entre l’AfD et les Identitaires est proscrit, et des membres de la WerteUnion (Union des Valeurs), l’aile conservatrice de la CDU, la démocratie chrétienne. Le sujet principal abordé aurait été la remigration des étrangers délinquants et des naturalisés allemands inassimilables. La révélation de cette rencontre a soulevé l’indignation pavlovienne immédiate d’une classe politique largement corrompue.

Il revient au portail en ligne Correctiv d’être à l’origine de cette information malveillante. Or on apprend quelques jours plus tard que ce site de désinformation a reçu des millions de dons de la part de plusieurs ONG mondialistes. L’État fédéral lui a aussi versé en 2022 – 2023 plus de deux millions d’euros, ce qui en fait bien sûr un vecteur médiatique totalement indépendant. Le thème porteur de la remigration a en outre provoqué l’étonnant mécontentement de Marine Le Pen dont le parti siège pourtant aux côtés des élus de l’AfD au Parlement dit européen dans le groupe Identité et Démocratie. Elle a exprimé pour l’occasion son rejet de toute remigration. Comme l’avance avec raison Emmanuel Todd, l’actuelle présidente du groupe RN à l’Assemblée nationale tend de plus en plus vers un compromis suicidaire avec le macronisme déliquescent.

sddefault.jpg

Outre l’organisation d’un vaste théâtre anti-fasciste de pacotille, les révélations douteuses de cette officine para-gouvernementale ont accéléré les intentions, voire les comportements discriminatoires à l’encontre de l’AfD et de ses membres ainsi qu’envers les autres participants de cette fantasmatique réunion. En plus d’essayer d’empêcher la venue de Martin Sellner en Allemagne au mépris des accords de Schengen, la municipalité de Cologne vient de licencier l’une des participantes, Simone Baum, liée à l’Union des Valeurs. Le ministre-président de la Bavière, Markus Söder, de la CSU (Union sociale chrétienne), s’interroge pour sa part sur la compatibilité d’être à la fois fonctionnaire et membre de l’AfD. S’il y avait un parti allemand qu’il faudrait interdire, ce serait plutôt les Grünen bellicistes, multiculturalistes et complètement alignés sur les thèses wokistes de la Grande Ré-initialisation davosienne. Les Grünen ont perverti l’écologie authentique qui ne peut être qu’identitaire, enracinée et bio-conservatrice.

Le 30 janvier 2024, le président de la République fédérale d’Allemagne, le social-démocrate Frank-Walter Steinmeier, a comparé en public les militants de l’AfD à des « attrapeurs extrémistes de rats ». Si un sympathisant de l’AfD avait osé une telle allusion, il aurait aussitôt été crucifié en place politico-médiatique ! La société berlinoise de ramassage des ordures, la Deutsche Bahn (les chemins de fer), la Buba (la Banque centrale), la société Volkswagen – Porsche, des chanteurs, des artistes, des sportifs s’élèvent contre l’AfD. Katharina Dröge, co-présidente du groupe parlementaire des Verts, et Robert Habeck, le vice-chancelier, ministre Vert de l’Économie et du Climat, très favorable aux traités de libre-échange conclus par l’Union non européenne, suggèrent de dissoudre l’AfD.

bjoern-hoecke-144~3840x2160.jpg

Hans-Georg_Maaßen_02.jpg

En haut, Bj. Höcke; en bas, H. G. Maassen.

Mi-janvier, l’excellent blogue de Lionel Baland – dont il faut saluer le travail quotidien remarquable – rapporte qu’une pétition en ligne a recueilli en peu de jours un million de signatures. Les pétitionnaires exigent le retrait des droits civiques fondamentaux de Björn Höcke, le chef de file identitaire de l’AfD en Thuringe. Pis, l’ancien directeur de l’Office fédéral pour la protection de la Constitution (ou BfV, la police politique du régime de Berlin), Hans-Georg Maaßen, président de la WerteUnion, est dorénavant considéré comme un extrémiste. Il risque de perdre le versement mensuel de sa pension de retraite. Des chefaillons Verts désirent même surveiller dirigeants, adhérents et sympathisants de l’AfD et d’autres mouvements patriotiques, y compris sur leur lieu de travail et dans leur vie privée. C’est la mise en place insidieuse d’un harcèlement dit démocratique qui doit de la part des tenants de l’inclusion s’achever par l’exclusion socio-politique globale des dissidents. L’ambiance outre-Rhin rappelle étrangement le « tour infernal » au lendemain du 21 avril 2002 et la qualification pour le second tour de la présidentielle de Jean-Marie Le Pen.

Un certain Omid Nouripour, co-président du parti des Verts, veut, quant à lui, la fin des Jeunes pour l’Alternative (JA), l’unité jeunesse de l’AfD. Le 2 février, le tribunal administratif de Cologne a autorisé le BfV à qualifier les JA « de tendance extrémiste avérée ». Pas en reste sur ce sectarisme grossier, le secrétaire général de la CSU, Martin Huber, souhaite exclure l’AfD du financement public des partis politiques. Il y a désormais un précédent dangereux ! Le Tribunal constitutionnel fédéral de Karlsruhe vient de priver, le 23 janvier, l’ancien NPD (Parti national-démocrate) devenu Die Heimat (La Patrie) de tout financement public pour les six prochaines années parce que ses déclarations iraient à l’encontre de l’ordre libéral démocratique établi. L’AfD a au-dessus d’elle une épée de Damoclès. Dernièrement, au Parlement régional du Land de Hesse, la coalition partitocratique (CDU, SPD, Grünen et libéraux du FDP) a empêché la candidate de l’AfD d’obtenir une vice-présidence de droit. Cette entente post-démocratique vote contre Anna Nguyen (photo, ci-dessous), fille de réfugiés... vietnamiens. On a donc un magnifique exemple de xénophobie de la part de donneurs de leçons patentés. Ces quelques exemples n’indiquent-ils pas l’émergence d’un totalitarisme propre à la logique libérale mortifère de l’État de droit ?

Anna-Nguyen_7724_600x600_acf_cropped.jpg

Il y a cependant quelques nouvelles positives. Alexandra Föderl-Schmid, rédactrice en chef-adjointe du Süddeutsche Zeitung, accusait Alice Weidel, l’une des responsables de l’AfD de plagiat universitaire. Föderl-Schmid vient de se retirer de son journal, car elle est à son tour accusée de… plagiat. En Bavière, avec l’accord surprenant de la CSU et des Électeurs libres au pouvoir, deux élus de l’AfD sont devenus juges bénévoles à la Cour constitutionnelle de cet État libre. Enfin, la vaste campagne de dénigrement médiatique provoque en réponse une vague d’adhésions à l’AfD, environ 8.000 en quelques mois ! Quant au nouvel essai de Martin Sellner publié aux éditions Antaios, Remigration. Ein Vorschlag (« Remigration. Une suggestion »), il caracole en tête des ventes sur Internet aux dépens des libraires frileux et hargneux qui refusent de le vendre au mépris des règles du marché unique européen. La Commission pseudo-européenne laisse faire.

sendungsbild-1287204.jpg

Pendant que l’Allemagne plonge dans un cirque politico-médiatique grotesque, le président turc Recep Tayyip Erdogan encourage la formation d’une Alliance démocratique pour la diversité et le renouveau (DAVA) destinée aux Turcs installés en Allemagne et qui s’adresse aussi aux autres populations allogènes musulmanes. DAVA va présenter des candidats aux européennes de cette année. Mais qui se soucie de cette ingérence flagrante ? Il revient aujourd’hui aux Français de franchir la « ligne bleue des Vosges » et d’apporter un ferme soutien au formidable combat de l’AfD.  

GF-T

  • « Vigie d’un monde en ébullition », n° 102, mise en ligne le 14 février 2024 sur Radio Méridien Zéro.

vendredi, 16 février 2024

Les larbins des Américains en Europe

1683175824025.jpg

Les larbins des Américains en Europe

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2024/02/16/amerikan-alamaiset-euroopassa/

Les commentateurs de la politique étrangère et de sécurité en Finlande et dans d'autres pays de l'UE s'inquiètent de savoir si les États-Unis continueront à "protéger l'Europe" par le biais de l'OTAN si, après Biden, le mercurien Donald Trump devait à nouveau émerger en tant que leader symbolique de l'Amérique.

Quel que soit l'occupant de la Maison Blanche, Washington n'a jamais agi sur le continent pour protéger les Européens des menaces extérieures. L'objectif ultime de la "coopération transatlantique" a été de contrôler et de dominer les pays de la zone euro et d'empêcher la montée d'une puissance rivale potentielle à partir de l'Europe.

Quant à la plainte de Trump sur les faibles dépenses de défense dans la zone euro, c'est le travail des politiciens américains de formuler de telles critiques, car ils - tant les démocrates que les républicains - agissent comme des spécialistes du marketing pour l'industrie de l'armement détenue par l'élite dirigeante de l'Occident.

Et même si les pays de l'OTAN n'atteignent pas les quotas requis, les États-Unis, avec leurs bases militaires, ne veulent toujours pas quitter l'Europe, mais la garder comme un sujet stratégique sans politique étrangère et de sécurité indépendante. Je doute que même Trump, malgré ses menaces, change cette situation.

Afin de consolider leur propre hégémonie en déclin, les États-Unis ont longtemps fait obstacle à une vision géostratégique alternative basée sur la coopération économique et sécuritaire entre l'Europe et la Russie. Il a fallu une forte dose de levier hybride pour contrer de telles idées: la russophobie et la menace d'une guerre majeure.

Je dirais que l'un des objectifs du conflit ukrainien était d'enfoncer un peu plus le coin entre l'Europe et la Russie afin de préserver l'objectif anglo-américain de l'OTAN et de maintenir, selon les termes de l'ancien secrétaire général de l'alliance militaire Hastings Ismay, "les Américains à l'intérieur, les Russes à l'extérieur et les Allemands en dessous".

Les sanctions imposées par les États-Unis à la Russie sont la principale raison de l'effondrement de l'économie allemande, par exemple, mais les Finlandais soumis au lavage de cerveau de la culture populaire américaine ne semblent pas s'en préoccuper. Au contraire, ils imaginent avoir raison d'exiger davantage de soumission et de misère de la part de leurs maîtres américains.

Outre l'"américanisme" inculqué au public, le comportement de l'élite politique montre également que la plupart des dirigeants et des partis européens n'agissent pas pour promouvoir l'intérêt national, mais, à l'instar du président finlandais sortant Sauli Niinistö (et de la future figure de proue de la politique étrangère Alexander Stubb), suivent les ordres de Washington qui sont préjudiciables à la sécurité nationale.

jeudi, 15 février 2024

Diagnostic dévastateur de Bloomberg: "Les jours de l'Allemagne en tant que superpuissance industrielle sont comptés"

1-17.png

Diagnostic dévastateur de Bloomberg: "Les jours de l'Allemagne en tant que superpuissance industrielle sont comptés"

Source: https://zuerst.de/2024/02/15/bloomberg-mit-verheerender-diagnose-deutschlands-tage-als-industrielle-supermacht-sind-gezaehlt/

New York. Le fait que l'Allemagne soit sur une pente descendante rapide n'est un secret pour personne à l'étranger - sauf qu'en Allemagne, on préfère manifester contre la "droite" plutôt que pour réenclencher une politique raisonnable. Dans un article intitulé "Les jours de l'Allemagne en tant que superpuissance industrielle sont comptés", le service d'information économique américain "Bloomberg" a dressé un tableau sombre de la situation de l'économie allemande.

On y lit sans détour que "les piliers de l'appareil industriel allemand sont tombés comme des dominos". Les Etats-Unis se sont éloignés de leur "allié" allemand, la Chine n'est plus "un client insatiable des produits industriels allemands" et le gaz naturel bon marché en provenance de Russie a disparu.

Mais politiquement, aucun changement n'est en vue : "La paralysie politique à Berlin aggrave les problèmes nationaux", diagnostique "Bloomberg". Les principaux problèmes de l'ancienne locomotive économique allemande sont les suivants: une infrastructure en mauvais état, une population active vieillissante, une bureaucratie pléthorique et un système éducatif déficient.

Au final, le constat est désastreux : "On ne voit pas bien comment le déclin pourrait être enrayé". Même si l'Allemagne dispose encore de "beaucoup de substance" et d'une "série enviable de petits producteurs peu nombreux", les exemples de déclin sont nombreux. Les entreprises sont à genoux, la production en Allemagne est en baisse, selon "Bloomberg" (rk).

Demandez ici un exemplaire de lecture gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous ici dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

Le conseiller du président hongrois: "Les Etats-Unis ont mis l'Europe à genoux"

b_orban_balazs1.jpg

Le conseiller du président hongrois: "Les Etats-Unis ont mis l'Europe à genoux"

Source: https://zuerst.de/2024/02/14/ungarischer-praesidentenberater-usa-haben-europa-in-die-knie-gezwungen/

Budapest. Un haut responsable politique hongrois a une nouvelle fois critiqué le rôle des Etats-Unis dans le conflit ukrainien, accusant les Européens de se faire les jouets des Etats-Unis. Balász Orbán (qui n'a aucun lien de parenté avec le président Orbán) a récemment déclaré, lors de la présentation de son nouveau livre, que l'attitude des Etats-Unis avait littéralement "mis l'Europe à genoux".

strategie-hongroise.jpg

D'une manière générale, la politique de "blocus" ou la création d'alliances géopolitiques "n'est pas une solution" à la situation actuelle. Elle est également dangereuse pour la Hongrie, qui est membre de l'UE et de l'OTAN, car elle exclut de nombreuses possibilités de développement, a-t-il expliqué. La formation de blocs ne renforce pas non plus les États-Unis, mais accélère les processus de changement dans le monde. Littéralement : "Nous voyons que l'Europe a été fondamentalement mise à genoux par la position des Etats-Unis sur le conflit entre la Russie et l'Ukraine".

Selon lui, cette situation est lourde de conséquences pour la Hongrie, mais aussi pour l'Europe dans son ensemble, car notre sous-continent dépend de ressources extérieures. "Les révolutions industrielles actuelles sont basées sur des technologies qui nécessitent des matières premières qui ne sont pas disponibles en Europe, ce qui rend le continent vulnérable", a déclaré Orbán, qui est conseiller du président hongrois, avant d'ajouter : "La Russie, en revanche, ne s'est pas effondrée, a pu diversifier son économie et a renforcé ses relations avec la Chine".

La Hongrie devrait utiliser sa position de "porte d'entrée vers l'UE et les Balkans" et renforcer sa souveraineté pour réussir économiquement dans les années à venir, a résumé Balász Orbán (mü).

Demandez ici un exemplaire de lecture gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous ici dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

Raisa Blommestijn sur la liberté et l'expression en Russie et dans l'Occident libre

9001faa4e1f8a1541e14baa642198888.jpg

Raisa Blommestijn sur la liberté et l'expression en Russie et dans l'Occident libre

Bron: https://twitter.com/rblommestijn/status/1756661910383047077

Ces derniers jours, on m'a souvent demandé si je ne m'inquiétais pas de la restriction de la liberté d'expression en Russie.

Franchement, je suis bien plus inquiète de la restriction de la liberté d'expression et de l'empiétement de la censure ici aux Pays-Bas et dans d'autres pays de l'ex-"Occident libre".

Dans un État de droit prétendument démocratique, toute personne qui s'exprime contre l'un des récits dominants est "annulée", ce qui peut aller du licenciement immédiat à des mécanismes d'exclusion plus subtils, comme le fait de ne plus être invité par des amis ou des membres de la famille ou de ne pas être pris en considération pour une quelconque promotion.

Et que dire de la nécessité de prendre constamment ses distances par rapport à toute opinion supposée indésirable d'une personne de votre entourage plus ou moins proche. Si vous ne le faites pas, vous risquez à nouveau l'"annulation" - mais, cette fois, pour quelque chose que vous n'avez même pas dit vous-même.

Et puis, bien sûr, il y a le "cadrage". Quiconque ose aller à l'encontre d'un discours dominant, qu'il s'agisse de la guerre en Ukraine, de la covidiotie, du changement climatique, de la propagande trans ou de l'ouverture des frontières, est traité de stupide, de mauviette, de raciste, de nazi ou de marionnette de Poutine.

scolding-computer-650x510.jpg

L'Union européenne va encore plus loin: la diffusion de "désinformation" (c'est-à-dire tout ce qui va à l'encontre du discours dominant) est freinée. Les plateformes, telles que X, qui veulent préserver la libre circulation de l'information sont menacées d'amendes colossales. Sur des plateformes comme Instagram et YouTube, les posts sont désormais largement supprimés ou font l'objet d'un avertissement.

Tout cela suscite une peur croissante. La peur de dire ce que l'on pense vraiment. La peur de s'élever contre des choses qui ne sont manifestement pas vraies. Et cette peur est un outil puissant pour continuer à forcer tout le monde dans la direction souhaitée.

C'est surtout cela qui me préoccupe. Je m'inquiète de la limitation du libre débat, de la limitation de la liberté d'expression et de la censure qui émerge de plus en plus dans notre pays, dans l'Occident tout entier.

Telle devrait être notre priorité, et non la façon dont Poutine traite les journalistes ou les dissidents.

lundi, 12 février 2024

Jadis, sauveur de l'Europe, bientôt son destructeur?

e75585f66db9540a97ae8e3ef3ac26c5.jpg

Jadis, sauveur de l'Europe, bientôt son destructeur?

Source: https://opposition24.com/politik/vom-retter-europas-zum-zerstoerer/

La Pologne a joué à plusieurs reprises un rôle clé dans la survie des civilisations européennes. Le moment le plus important où la Pologne a "sauvé" l'Europe des Turcs a peut-être eu lieu lors du siège de Vienne en 1683. Dans un effort européen combiné, les troupes du Saint Empire romain germanique et de Pologne se sont réunies pour repousser les Ottomans. Le roi Jan III Sobieski de Pologne a dirigé la Ligue catholique, qui est intervenue au moment crucial de la bataille et a joué un rôle déterminant dans la victoire sur les forces ottomanes et la levée du siège. Cette victoire de la Pologne a marqué un tournant dans l'histoire de l'Europe, car elle a façonné les conditions politiques et culturelles du continent pour des siècles et a effectivement empêché l'avancée ottomane.

Les Polonais n'ont guère tiré bénéfice de leur engagement pour la préservation de l'Occident chrétien. En tant que zone tampon entre la Russie, l'Autriche-Hongrie et la Prusse, puis l'Empire allemand, elle a toujours été divisée entre les grandes puissances et privée de son statut d'État. Cette situation a perduré jusqu'à la fin de la Première Guerre mondiale. Au cours de la guerre, les soldats polonais ont combattu dans différents camps. Les espoirs d'indépendance se sont concrétisés le 11 novembre 1918, peu après l'armistice à l'Ouest. La Pologne retrouva sa souveraineté et Józef Piłsudski devint chef d'État.

Deux ans plus tard, la Pologne battait l'Armée rouge et sauvait l'Europe des Soviétiques, comme on le dit aujourd'hui de manière un peu exagérée.

Polish-soviet_war_1920_Polish_defences_near_Milosna,_August.jpg

Le miracle de la Vistule

La bataille de Varsovie, souvent appelée "Miracle de la Vistule", s'est déroulée du 12 au 25 août 1920 pendant la guerre polono-soviétique. Au cours de cette bataille, l'armée polonaise, commandée par le maréchal Józef Piłsudski et le général Tadeusz Rozwadowski, a vaincu l'Armée rouge dirigée par Mikhaïl Toukhatchevski. La bataille fut décisive car elle permit non seulement de garantir l'indépendance de la Pologne, mais aussi de stopper l'expansion soviétique vers l'ouest et peut-être vers le reste de l'Europe. Elle a peut-être aussi empêché la propagation du bolchevisme en Allemagne et en d'autres pays de l'ouest, et a donc eu une grande importance pour l'orientation politique de l'Europe dans l'entre-deux-guerres.

Le rôle de la Pologne jusqu'à la Seconde Guerre mondiale

A l'approche de la Seconde Guerre mondiale, l'antisémitisme s'est développé au sein de la société et avec le soutien des institutions. Dans les années 1930, une augmentation des boycotts contre les magasins juifs et les universités, qui ont introduit des mesures contre les étudiants juifs, a conduit de nombreux Juifs de l'Est à fuir vers le Reich allemand.

Les différends avec l'Allemagne qui ont conduit à la Seconde Guerre mondiale étaient principalement la demande centrale de révision du Traité de Versailles de 1919, par lequel l'Allemagne avait perdu des territoires après la Première Guerre mondiale, y compris des territoires qui ont contribué à la création de la Pologne indépendante. La demande de restitution de la ville libre de Danzig (Gdańsk) et du corridor polonais qui séparait la Prusse orientale du reste de l'Allemagne a été un élément déclencheur décisif. Comme on le sait, la Pologne a été occupée par l'Allemagne, vaincue, puis "libérée" par les Soviétiques et intégrée au bloc de l'Est. Et elle n'était plus là, la souveraineté qu'elle venait de retrouver.

klassenbrueder-waffenbrueder_plakat_L-1994-02-0005.jpg

La Pologne se prépare à la guerre avec la Russie

Depuis l'effondrement du bloc de l'Est, la Pologne est redevenue souveraine. La méfiance envers l'Allemagne et l'hostilité ouverte envers la Russie sont restées. Qui peut blâmer les Polonais d'avoir cherché à se protéger dans l'OTAN et à rejoindre l'UE ? L'Alliance occidentale traverse actuellement sa crise la plus profonde. La Grande-Bretagne, la Suède, la Finlande et le Danemark ont rejoint les cris de guerre que l'on entendait encore le plus fort en Allemagne.

sdpolarmyault.jpg

Le gouvernement polonais fraîchement élu annule l'une après l'autre les réformes du gouvernement conservateur précédent. Le mariage pour tous et une loi plus libérale sur l'avortement devraient bientôt voir le jour dans la Pologne catholique, comme le souhaite Bruxelles. Le nouveau ministre de la Défense prévoit une guerre contre la Russie, et un appel à la conscription est lancé dans tout le pays pour environ 230.000 personnes. Et la plus grande manœuvre de l'après-guerre est organisée à la frontière avec la Russie, avec une forte participation allemande. En criant si fort à la guerre, on augmente les chances de l'obtenir.

dimanche, 11 février 2024

Convulsions rurales

000_34H69PA.jpg

Convulsions rurales

par Georges FELTIN-TRACOL

À cinq mois des élections européennes, les campagnes du Vieux Continent s’emballent dans une exaspération variée. Espagnols, Britanniques, Belges, Allemands et Français suivent avec deux à cinq ans de retard la révolte de leurs homologues néerlandais. Ces derniers protestèrent contre les normes administratives, les injonctions officielles et les oukases écologiques punitifs. La Commission européenne a, d’une part, incité à prendre ces mesures et, d’autre part, insisté à ratifier les traités déments de libre-échange au moins disant agricole avéré.

pp-5c34d844a43f5e6b6ecb40a7-ph0.jpg

Depuis bientôt trois semaines, les syndicats majoritaires de l’agriculture hexagonale, productiviste et mécanisée, la FNSEA (Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles) et les Jeunes Agriculteurs, rencontrent la concurrence non plus de la Confédération paysanne altermondialiste, mais de la Coordination rurale. Dissidence de la FNSEA en 1991 en réaction contre la réforme libre-échangiste de la PAC (Politique agricole commune), la Coordination rurale fusionne avec la FFA (Fédération française de l’Agriculture) dont l’une des figures marquantes fut l’infatigable défenseur de l’enracinement et grand activiste agricole à l’instar d’Henri Dorgères, Alexis Arette. Qu’on se souvienne du magnifique blocus paysan de Paris en 1992 ! Quant au MODEF (Mouvement de défense des exploitants familiaux), proche du PCF, il se met à la remorque des événements…

La présente crise agricole résulte de plus de six décennies d’« industrialisation », de « tertiarisation » et de « bureaucratisation » du secteur primaire. Les agriculteurs sont de nos jours les formidables aventuriers d’une ère moderne finissante. Certains commentateurs voient dans ces manifestations et autres blocages autoroutiers la synthèse des Bonnets rouges bretons de 2013 et des Gilets jaunes de 2018 – 2019, d’où le bonnet jaune porté avec fierté par les mécontents. D’autres y transfèrent leur nostalgie ruraliste et agrarienne alors que le monde agricole est à 100 % urbanisé dans les mentalités. La césure entre les aires rurales et les espaces urbains n’existe plus d’un point de vue psychologique.

charbonneau_ellul_OK_WEB.jpg

9782373091298.jpg

Photo: Jacques Ellul et Bernard Charbonneau

Ce constat, Bernard Charbonneau l’a fait dès 1973 dans son essai Tristes Campagnes (Éditions L’Échappé, coll. « Poche », 2023, 232 p., 12 €). Ami personnel du philosophe anti-technicien Jacques Ellul (1912 – 1994), Bernard Charbonneau (1910 – 1996) reste à l’écart des milieux politiques écologistes. C’est un paradoxe ! Son œuvre riche en essais édifiants constitue une belle somme intellectuelle non-conformiste. Méfiant envers le progrès technique, il clame son amour des patries charnelles. Il regardait d’un œil critique et sceptique l’entrée des écologistes dans l’électoralisme.

Amoureux des paysans du Béarn, des Landes et du Pays Basque, Bernard Charbonneau remarque qu’« autrefois maître de sa terre, le paysan béarnais n’en est plus que l’exploitant provisoire ». Il souligne que « la grande nouveauté de l’après-guerre c’est l’intégration de la campagne dans l’ensemble industriel et urbain, avec pour effet sa transformation en banlieue ». Il note en outre que « nous vivons dans une société qui n’a guère qu’une idée : produire ». Cette course au rendement explique l’endettement des exploitants agricoles, l’extension nécessaire des parcelles au grè des remembrements incessants et l’acquisition, de plus en plus en GAEC (Groupement agricole d’exploitation en commun), de machines automatisées coûteuses. L’introduction de la compétition dans le travail des champs explique le passage du paysan libre au salarié, plus ou moins direct, de l’industrie agro-alimentaire.

Dès 1973, Bernard Charbonneau écrit, visionnaire, qu’« au nom de la rentabilité on détruit l’exploitation familiale de polyculture établie ici depuis des siècles sur sa terre, pour la remplacer par la grande entreprise travaillant pour le marché européen ou mondial. Ou bien on persuade les derniers jeunes de mener un jeu pour lequel ils ne sont pas faits : Dieu – l’Économie – reconnaîtra les siens. Abandonnés dans un désert parsemé de ruines, ils vieilliront dans une angoisse de la faillite, sans pouvoir prendre femme, en attendant le jour où, liquidés par leur tracteur et les hasards de la monoculture, ils devront partir, laissant le nouveau Béarn aux mains de gros propriétaires ou de sociétés étrangères. »

la_fin_des_paysans-631328-264-432.jpgLa « fin des paysans », pour reprendre le titre d’une célèbre enquête du sociologue Henri Mendras en 1967, n’implique toutefois pas la disparition des terroirs. Au contraire, les terres arables conservent toute leur valeur. Elles deviennent plutôt la propriété de multinationales chinoises, indiennes ou moyennes-orientales, car l’agriculture demeure un enjeu crucial pour le maintien de toute communauté politique surtout à un moment où la mondialisation atteint enfin ses limites. L’autosuffisance alimentaire comme d’ailleurs l’autosuffisance énergétique auraient dû être érigées depuis bien longtemps en priorités absolues. Or cela aurait impliqué l’affirmation de l’homme de la terre aux dépens de l’individu de bitume. En fin détracteur du modèle stato-national, Bernard Charbonneau observe que la « modernisation agricole » « a été décrétée d’en haut, en vertu d’un esprit hostile aux particularités, à l’invention et à l’originalité locale, ennemi de tout pays ou patrie ». Ainsi déplore-t-il qu’« un pays, une patrie – je ne dis pas un État-nation - c’est-à-dire un paysage et un style de vie, disparaît ».

Réaliste pessimiste, Bernard Charbonneau estime aussi que « la campagne ne fait pas les révolutions; si elle subit le changement, elle ne favorise guère l’aptitude à le concevoir ». Il faut se défaire de l’envie de voir dans l’actuelle agitation agricole une répétition de la révolte paysanne du Schleswig-Holstein en 1928 - 1932 décrite dans La Ville (1932) d’Ernst von Salomon. Les conditions ne sont guère propices à un tel soulèvement. Il manque aux côtés des agriculteurs des penseurs organiques, des poètes et des artistes authentiques non subventionnés. En effet, dans un récit d’anticipation qui clôt Tristes Campagnes, Bernard Charbonneau rappelle à propos du rôle social de l’art – qu’il ne confond surtout pas avec l’art contemporain ! - qu’« une action révolutionnaire aurait la vertu de lui rendre, comme à la parole, sa dignité. L’art, ou plutôt la pensée vécue jusqu’au sang du cri, serait à nouveau force sociale, créateur de rites et de cérémonies ».

Par leurs actions coups de poing sur les autoroutes et au marché d’intérêt national de Rungis, les adhérents intrépides de la Coordination rurale et des fédérations départementales des exploitants agricoles démontrent cependant leur grand sens de la médiatisation. Hélas ! Ces convulsions rurales actuelles n’empêcheront pas la mort lente des campagnes et leur mutation en zones d’accueil permanent d’une immigration de peuplement en hausse constante. Le cosmopolitisme déteste toute pérennité. La société liquide inonde désormais les campagnes. On assiste en direct à la noyade du monde rural. Qui s’en soucie vraiment ? 

GF-T

 

  • « Vigie d’un monde en ébullition », n° 101, mise en ligne le 7 février 2024 sur Radio Méridien Zéro.

L'exercice "Steadfast Defender 2024" de l'OTAN

steadfast-defender-kUzGI1.png

L'exercice "Steadfast Defender 2024" de l'OTAN

Un exercice "de seuil" entre une guerre à but limité (Ukraine) et une guerre aux buts illimités, opposant Heartland et Rimland

Irnerio Seminatore

L’exercice et son "sens"

L'exercice militaire de l’OTAN, d’ampleur exceptionnelle et qualifié de « dissuasif », se déroule du mois de février au mois de mai 2024 dans l’aire des pays baltes et de la Pologne. Il est conçu pour  l’hypothèse d’un scénario du pire, une invasion russe. Il a pour but, selon les planificateurs occidentaux, d’adresser un message fort à la Russie, soupçonnée de préparer un plan de conquête de l’Europe centrale et du Nord, jugé inacceptable par les pays européens, l’Otan et les Etats-Unis et vise à l’en dissuader. Medvedev, vice Président du Conseil de Sécurité russe n’a pas tardé à re-dire:  « l’Otan joue avec le feu dans un chemin très dangereux». Dans le même sens, Alexander Grouchko, Vice- Ministre russe des Affaires Étrangères constate « qu’il s’agit d’un retour définitif et irrévocable aux schémas de la guerre froide,…. pour préparer une confrontation avec la Russie ». L’Otan depuis le début de l’opération spéciale russe contre l'Ukraine continue de renforcer sa « présence avancée » sur le flanc oriental par la constitution de quatre groupements tactiques multinationaux en Bulgarie, Hongrie, Roumanie et Slovaquie.

mstdef24default.jpg

Par l’importance de son déploiement (90.000 hommes, 1100 véhicules, 133 chars, 50 navires et 80 avions), l’exercice « Steadfast Defender » est articulé en cinq corps d’armées regroupant 31 pays et conçu comme élément d’une préparation à la confrontation contre « un adversaire de taille comparable ». Dans une situation de forte tension internationale il peut être perçu comme un pallier d’escalade et comme le moment tactique d’un affrontement Est-Ouest, symboliquement équivalent au « tercio de piques » d’une corrida tragique, ayant pour conclusion l’estocade finale et mortelle

Assumant, dans l’analyse de ses répercussions, la conception clausewitzienne de la guerre, celle-ci « marque la persistance du commerce politique par d’autres moyens et  détermine, d’un bout à l’autre les opérations et les lignes générales suivant lesquelles les opérations se poursuivent ». Nous considérons pour but politique de ce conflit  l’exigence russe d'interdire l’entrée de l'UkraIne à l’Otan, en proposant la neutralité de ce pays (accords de Minsk I et II), défendre le Donbass et les régions sécessionnistes et russophones, contrôler la Mer Noire). Il nous faudra mettre en lumière « les objectifs militaires qui concrétisent le but politique, cause initiale de la guerre, qui  doivent se plier à la nature des moyens qu'elle emploie » (Clausewitz). Or, « le seul moyen d’arriver au but politique du conflit est de considérer l’anéantissement, total ou partiel, de l’adversaire comme le but de tous les combats » (Clausewitz), car le combat est le fil qui sous-tend toute théorie et toute action partielle.

Dans le même esprit, d’ordre interprétatif, « Steadfast Defender 24», peut être considéré comme une preuve de la volonté des deux parties aux prises, d’ouvrir d’autres zones de conflit à l’affrontement armé (ukrainien), entraînant  dans le « grand embrasement », par une sorte de domino, d’abord des puissances régionales, puis des puissances mondiales, configurant in fine, un antagonisme planétaire entre Heartland et Rimland.

Conflit régional à but limité  ou conflit mondial aux  buts illimités ?

Ainsi l’exercice  « Steadfast Defender »  pourrait être interprété comme ouvrant la voie à deux possibilités :

 - une manœuvre stratégique à but limité et à l’échelle régionale, visant à alléger la pression de la Russie sur l'Ukraine (stratégie directe offensive, Général Beauffre), justifiant au même temps le conflit en cours en Ukraine, par une conception de la stratégie d’action indirecte (Liddell Hart).

- l’entrée dans le profond inconnu d’un conflit mondial aux buts illimités qui, posant comme issue un projet d’alternative hégémonique, dissimule l’option d’une déconnexion de la Russie eurasienne, saignée à blanc, de la Chine continentale et maritime et, en cas d’échec de cette hypothèse, d’un embrasement général et total.

Ce glissement géopolitique  du conflit comporterait un déplacement du centre de gravité de l’affrontement militaire de l’Ouest vers l’Est, de la Russie vers le nord de l’Europe et de la Baltique à la Mer noire, puis encore de la Mer Rouge à l’Indo-Pacifique et aux deux Océans, Pacifique et Atlantique. Se réaliserait après 120 ans la théorie du « Sea Power » à direction anglo-saxonne de Halford J. Mackinder, formulée en 1904, selon laquelle les bases la géopolitique naissante sont résumées en trois expressions: « Qui possède l’Europe de l’Est, possède le Heartland», «Qui possède le Heartland, possède l'Île du monde», « Qui possède l'Île du monde, possède le monde ».

Reprenant l’analyse de l’exercice otanien « Steadfast Defender », la relation entre la stratégie d’approche indirecte à laquelle il se prépare, l’Otan vise à réaliser la concentration maximale de moyens, dans le but de dérouter l’adversaire par une action offensive excentrique (Pays baltes, Pologne). l’Ouest chercherait  à  battre par ailleurs ce même adversaire (la Russie) par une approche directe (Ukraine, où est engagée la force principale ennemie/pôle de combat). Bien avant ces mesures, l’action militaire de l’Otan a joué un rôle important mais d’arrière, car ses objectifs ont été intégrés aux actions combinées, politiques et diplomatiques, selon les indications de la diplomatie coercitive de Thomas Schelling (photo, ci-dessous).

Q5BENFGFTEI6NF645REHBYNEVY.jpg

71hlGbWb-vL._AC_UF1000,1000_QL80_.jpg

L’adoption d’une série de sanctions économiques, énergétiques et financières correspondaient, en leur pur concept, au pôle clausewitzien de la non-guerre. Un rôle particulier serait joué par les actions culturelles et médiatiques, visant les consensus au conflit et sa tenue dans la durée. Pour mieux préciser le sens de la manœuvre politique à portée globale, les objectifs d’alternative hégémonique (contre les régimes autocratiques de Chine, Russie, Iran et éventuellement Inde) configurent une guerre illimitée en raison des motivations d’ordre général (valeurs, systèmes politiques, régimes de gouvernement, hiérarchie de puissance, rivalités géopolitiques), s’étalent sur plusieurs théâtres (Golfe, Indo-Pacifique et Extrême Orient) et poursuivent un changement de la « Balance of Power » mondiale favorable à l’Occident.

Dans cette esquisse d’une fiction de conflit global, l’opération spéciale d'Ukraine et la manœuvre de préparation « dissuasive » dans les pays du Nord Europe ne seraient que des options de posture stratégique d’offensive-défensive, comparés aux  dynamiques plus générales d’une guerre de haute intensité et de grandes dimensions. En termes de perspective historique, les enjeux européens du conflit conduiraient à l’anéantissement politique de l’Europe et à une grande dépression spirituelle de sa civilisation ou encore à la restriction du vieux continent à un « status-quo » de soumission extérieure. La gravité de la situation actuelle trouve sa confirmation dans le réarmement de l’Allemagne, de la France et du Royaume Unis, en vue d’un conflit de haute intensité en Europe pour le moyen ou le long terme (de 5 à 10 ans). Une validation complémentaire est celle d’un resserrement des alliances militaires et des accords de coopération militaires dans le monde, en Europe et dans l’Atlantique Nord dans l’Otan, dans la zone du Pacifique avec l’Aukus. Les justifications ou les références justificatives, d’ordre théorique, se trouvent chez les historiens et politistes classiques, pour la défense de thèses et propositions diverses comme Haushofer, Mackinder, Spykman, Colin Gray et Fuller.

Irnerio Seminatore,

Bruxelles 8 février 2024.

vendredi, 09 février 2024

Le Tsar parle...

2ba61cc3a8f44143e1f2f13b2b729ab3-1707403861.jpg

Le Tsar parle...

Andrea Marcigliano

Source: https://electomagazine.it/parla-lo-zar/

Tucker Carlson - l'un des plus grands journalistes américains, pourtant marginalisé aujourd'hui précisément parce qu'il fait son travail et n'obéit pas aux pontes du pouvoir - interviewe nul autre que Vladimir Poutine.

L'interview du siècle, diront certains. Peu, en fait... car pour les grands médias occidentaux, italiens en particulier, c'est comme si rien ne s'était passé. Ce qui est plus important, sans doute, c'est ce John Travolta qui fait la danse du "qua qua". Ou les déclarations de ce chanteur - je crois qu'il se fait appeler Big Mama - sur le fait qu'il est bon d'être "queer"...

Que voulez-vous, c'est l'état de l'information dans nos paradis démocratiques....

Malgré tout, l'interview est parvenue jusqu'à nous. Par le biais des chaînes YouTube, une sorte de samizdat de notre époque.

Et, immédiatement, quelqu'un s'est empressé de dire qu'après tout, Poutine n'avait rien dit de tout cela. Au contraire, tout au long de la première partie, il s'est lancé dans des digressions sur l'histoire russe, ancienne et récente. Puis il s'est limité à quelques observations assez prévisibles sur le présent.

Des digressions... pour moi, franchement, cela a donné une impression assez différente. Car en parlant d'histoire, Poutine a, en fait, expliqué sa vision de la guerre avec l'Ukraine. Laquelle plonge ses racines dans l'histoire complexe de la Russie et de l'Europe. Et aussi parce que Ukraine signifie "frontière". Et c'est là que réside la principale raison du conflit.

Que l'on aime ou que l'on n'aime pas Poutine, c'est un authentique homme d'État. Et sans avoir besoin des "brevets" généreusement accordés par l'anglosphère.

Un homme d'État, l'un des rares sur la scène actuelle.

Et un homme d'État est tel s'il a une vision de la politique, et de la géopolitique, qui va au-delà du moment présent.

Une vision large, capable de lire dans l'Histoire les lignes directrices du destin d'un peuple. Et tenter d'interpréter le moment présent.

Pas si votre regard va au-delà de la GRA.

Attention, il ne s'agit pas ici de faire l'apologie de Poutine. Ni d'épouser sans critique ses positions sur les grandes crises actuelles.

Mais force est de constater que même sur ces dernières, il fait preuve d'une lucidité de vision et d'une cohérence de choix qui n'ont pas d'équivalent chez celui qui devrait être son principal adversaire. Et, bien sûr, je ne parle pas de la marionnette de Kiev, mais de ce grand-père qui, discutant dans le bureau ovale avec des fantômes et des lapins roses imaginaires, attise les conflits dans le monde entier.

Mais revenons à la question de l'histoire.

Un homme d'État, un vrai leader politique - bon ou mauvais, peu importe, pour autant que ces catégories ont un sens... - doit avoir une vision de l'histoire. Et il doit aussi déterminer ses décisions en fonction de celle-ci. Pas seulement en naviguant à vue dans les bas-fonds des contingences.

Étrange, n'est-ce pas ? Seulement pour nous, désormais habitués à des gouvernants qui ne voient pas plus loin que le vingt-sept du mois. Qui ne se soucient même pas de ce qui se passera dans un an. Et qui ignorent totalement le passé. Une ignorance cultivée et complaisante, d'ailleurs.

Une dernière réflexion...

Chaque peuple a le gouvernement et les dirigeants qu'il mérite.

C'est triste. Pour nous.

La menace de Trump et la situation critique des pays euro-atlantiques

71QcKc67B4L.jpg

La menace de Trump et la situation critique des pays euro-atlantiques

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2024/02/05/trumpin-uhka-ja-euroatlantistien-ahdinko/

Les euro-atlantistes espèrent probablement que le mandat de Joe Biden, 81 ans, en tant que président des États-Unis se poursuivra après les prochaines élections. Les dirigeants européens ont traditionnellement plus de points communs avec les démocrates américains qu'avec les républicains.

Ces espoirs risquent de ne pas se concrétiser. Malgré toutes les accusations judiciaires dont il fait l'objet, Donald Trump, 77 ans, pourrait revenir à la Maison-Blanche et reprendre là où il s'était arrêté lors de son précédent mandat. Peut-être les cercles capitalistes sont-ils heureux qu'un autre vieil homme, "agent du chaos", le fanfaron Trump, mette à bas l'ancien ordre mondial dans notre ère de crises multiples ?

Trump est le premier président américain à traiter ses partenaires européens avec une suspicion ouverte, avec du mépris et même de l'hostilité. Bien sûr, Washington a toujours traité l'Europe de cette manière et exploité ses vassaux transatlantiques à volonté, mais Trump l'a fait plus ouvertement que ses prédécesseurs.

Malgré les attaques rhétoriques de l'ère Trump, la politique étrangère américaine a peu changé, mais les Euro-Atlantiques craignent toujours sa réélection. Encore une fois, on spécule que le retour de Trump augmenterait l'instabilité, ferait le jeu de Poutine et pourrait soulever une nouvelle vague de résistance en Europe pour déstabiliser également les politiques de Bruxelles.

Les experts en politique étrangère et de sécurité soupçonnent qu'au cours de son second mandat, Trump pourrait devenir encore plus hostile à l'Europe et aux "valeurs européennes", ce qui augmenterait considérablement les risques pour la sécurité du continent et exacerberait ses difficultés actuelles. Les partisans de l'OTAN n'attendent pas avec impatience le retour de Trump, mais ils appellent déjà, eux aussi, à une augmentation des budgets de défense pour maintenir l'alliance militaire à flot.

Sous une seconde présidence Trump, les relations entre les États-Unis et la Chine se détérioreraient probablement davantage, avec des répercussions économiques et politiques pour l'Europe. La ligne nuancée à l'égard de la Chine continuerait-elle à ne concerner que le commerce et la concurrence technologique, et comment Trump traiterait-il la question de Taïwan ?

Bien que les politiques de Trump aient été défendues en affirmant qu'il n'avait pas déclenché de nouvelles guerres, Israël a obtenu davantage de concessions pendant son mandat, ce qui se reflète également dans la crise actuelle à Gaza. Le général iranien Suleimani a été assassiné par Trump et l'homme à la chevelure jaune canari a également poursuivi le vol de pétrole américain en Syrie.

Sous Biden également, les États-Unis ont agi sans consulter leurs "partenaires" européens. Les gazoducs Nord Stream reliant la Russie à l'Allemagne ont explosé dans la mer Baltique, mais en cette année électorale, l'administration Biden, qui peaufine son programme de politique climatique, a décidé de "suspendre temporairement" la fourniture de gaz naturel liquide de substitution à l'Europe en proie au stress énergétique.

En matière de politique économique également, Washington prend des mesures protectionnistes "à la Trump" aux dépens des pays de l'euro. Un exemple en est la loi signée par M. Biden, qui utilise des subventions pour inciter les entreprises à délocaliser de l'Europe vers les États-Unis. La désindustrialisation menace l'Euroland, mais qu'importe si la ligne politique de l'Occident collectif est "America first".

La politique de sanctions imposée par les États-Unis à la Russie a également coûté cher aux pays de l'euro, mais l'économie russe n'a fait que se renforcer malgré les sanctions. Pour couronner le tout, Washington elle-même continue de commercer avec Moscou. Même si Trump ne remporte pas les élections en novembre, les États-Unis ne peuvent pas être considérés comme un partenaire bon et fiable pour l'Europe, qui semble même payer le prix du conflit en Ukraine.

Triste succès des transatlantistes : le commerce germano-russe s'effondre de 80%

Germany-Economy-02-12-3-c.jpg

Triste succès des transatlantistes: le commerce germano-russe s'effondre de 80%

Source: https://zuerst.de/2024/02/08/trauriger-erfolg-der-transatlantiker-deutsch-russischer-handel-um-80-prozent-eingebrochen/

Berlin/Moscou. Le journaliste et géopoliticien américain George Friedman, cofondateur du think tank américain "Stratfor", ne s'est jamais lassé d'évoquer dans ses livres et ses conférences le grand danger que représente pour les Etats-Unis la coopération germano-russe. En 2010, il écrivait déjà dans son livre The Next Decade : What the World Will Look Like (en français: "La prochaine décennie - à quoi ressemblera le monde"): "Le maintien d'une barrière solide entre l'Allemagne et la Russie est d'un intérêt primordial pour les États-Unis".

George_Friedman.jpg

41q8osAkklL.jpg

Et en 2015, lors d'une conférence au Chicago Council on Global Affairs, il a réaffirmé: "Le principal intérêt des États-Unis, pour lequel nous avons mené des guerres pendant des siècles - la Première, la Deuxième et la Guerre froide - est la relation entre l'Allemagne et la Russie, parce qu'ils sont là, et s'ils s'unissent, ils seront la seule force qui pourrait nous menacer. Et nous devons faire en sorte que cela n'arrive pas".

Entre-temps, c'est exactement ce qui s'est passé, et c'est invariablement le mérite discutable de l'ancienne chancelière allemande Angela Merkel (CDU) et de l'actuel gouvernement "Feu tricolore", en place depuis très exactement deux ans. En 2023, le commerce entre l'Allemagne et la Russie s'est complètement effondré, à l'exception de quelques postes résiduels. Les importations allemandes en provenance de Russie ont chuté de 90%. Les exportations allemandes vers la Russie ont encore chuté de 39%. Par rapport à l'année 2021, avant la guerre, elles ont diminué de deux tiers. C'est ce que révèlent les dernières données de l'Office fédéral des statistiques.

F28FIPHW4AAkOY3.png

En 2023, l'Allemagne n'achetait plus que 3,7 milliards d'euros de marchandises à la Russie. Avant le début de la guerre en Ukraine, ce chiffre dépassait les 30 milliards d'euros. Les entreprises allemandes livraient encore pour près de 9 milliards d'euros de marchandises à la Russie. Il s'agissait en grande partie de médicaments, d'appareils médicaux et de produits alimentaires.

Dans un premier temps, l'économie allemande avait continué à miser sur le commerce avec la Russie malgré l'aggravation du climat après le coup d'État de Maïdan en 2014, profitant notamment des livraisons d'énergie russe à bas prix. Mais au plus tard après le déclenchement de la guerre en février 2022, cette orientation n'a plus pu être maintenue dans le sillage des sanctions occidentales. L'Allemagne a été contrainte de se détacher de la Russie, à son propre détriment.

Par rapport à l'année 2021, avant la guerre, le volume total du commerce germano-russe a chuté de près de 80%. La Russie est désormais largement insignifiante pour le commerce extérieur allemand. Les liens économiques étroits qui existaient auparavant ont été rompus. Avant la guerre d'Ukraine, la Russie était encore le cinquième marché le plus important pour les exportateurs allemands en dehors de l'UE, juste derrière les États-Unis ou la Chine. Elle est désormais 20ème.

En décembre, les entreprises allemandes livraient encore pour 700 millions d'euros de marchandises à la Russie. Inversement, l'Allemagne a reçu des marchandises en provenance de la Russie pour une valeur de 200 millions d'euros. Le volume des échanges commerciaux s'est maintenant stabilisé à ce niveau. Les saboteurs du partenariat germano-russe ont fait du bon travail (mü).

Demandez ici un exemplaire de lecture gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous ici dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

Raisa Blommestijn: Quelques réflexions sur l'interview de Poutine par Tucker Carlson

carlson-putin-1-1707469511.jpg

Raisa Blommestijn: Quelques réflexions sur l'interview de Poutine par Tucker Carlson

Quelle : https://twitter.com/rblommestijn

Il est frappant, mais pas surprenant, que l'interview ait immédiatement été passée à la trappe par l'establishment. Ainsi, Carlson est considéré comme "controversé" ou "déchu" et Poutine est - bien sûr - un dictateur qui ne fait que diffuser de la propagande. En fait, l'UE est tellement impressionnée par le fait qu'un journaliste ose poser des questions à quelqu'un qu'elle menace de lui interdire l'entrée sur son territoire. Imaginez ! Un journaliste qui fait son travail !

Il est facile de tomber dans le panneau. Mais pensez-vous maintenant que ce que dit Poutine est vrai ? Et que la Russie a en fait essayé de se rapprocher de l'Occident depuis la fin de la guerre froide, alors que l'Occident continuait à provoquer ? Par exemple, Poutine déclare dans l'interview que la Russie a essayé d'adhérer à l'OTAN et qu'elle en a été empêchée. 

Quelle est la probabilité que Poutine dise la vérité ? En soi, ce n'est pas totalement improbable si l'on considère que son analyse de l'expansion de l'OTAN, de la violation par l'Occident des accords de Minsk et de l'ingérence de la CIA dans les élections ukrainiennes de 2014 est bel et bien véridique. 

Poutine a également une justification claire - y compris dans une leçon d'histoire d'une demi-heure qu'il nous donne - de la raison pour laquelle il a envahi l'Ukraine et de ce qu'il pense être nécessaire pour mettre fin à la guerre. 

Quand avons-nous pu voir "nos" dirigeants analyser correctement le conflit? Ici, en Occident, tout ce que nous entendons, c'est que "nos" dirigeants battent le tambour de la guerre et font des crises de nerfs en disant que c'est "notre guerre" - une rhétorique guerrière aveugle qui ne tient compte ni de la réalité ni de l'histoire.

FTw83FrXwAEmzwH.jpg

Je n'ai jamais entendu la moindre explication claire des raisons pour lesquelles l'Ukraine devrait être défendue. En effet, je n'ai jamais été en mesure de voir "nos" dirigeants faire une quelconque analyse. Par défaut, il est présenté comme une évidence (!) que plus d'argent doit aller à l'Ukraine et que si l'Ukraine "tombe", Poutine tournera son regard vers l'Ouest et attaquera, par exemple, la Lettonie ou la Pologne.

Tous ceux qui ont regardé l'interview hier ont entendu que Poutine dit au moins qu'il n'a pas les yeux rivés sur le reste de l'Europe. Devons-nous le croire? Pourquoi ne devrions-nous pas le croire? En tout cas, je n'ai jamais entendu "nos" dirigeants expliquer pourquoi "la Russie ne s'arrêtera pas après l'Ukraine". 

Ce sont LES questions importantes. Surtout si l'on considère que l'UE se comporte déjà comme si elle était en guerre contre la Russie. 

Il est facile de rejeter l'interview en la qualifiant de "propagande de Poutine". Mais il est tout aussi important de réaliser qu'il y a tout autant de propagande et de censure ici, dans l'"Occident libre". Nous l'avons tous constaté avec Covid. 

Il est donc temps d'avoir une conversation vraiment importante sur la guerre insensée en Ukraine. Carlson a courageusement entamé cette conversation - et nous devons la poursuivre.

jeudi, 08 février 2024

Le moteur de l'économie tourne au ralenti : les commandes manquent, la production diminue, les exportations chutent

62cd5c38d3296122a63a5ab2_shutterstock_1702500406.jpg

Le moteur de l'économie tourne au ralenti: les commandes manquent, la production diminue, les exportations chutent

Source: https://zuerst.de/2024/02/07/der-wirtschaftsmotor-stottert-auftraege-fehlen-die-produktion-sinkt-exporte-gehen-zurueck/

La récession s'accélère en Allemagne, pays autrefois en pointe dans ce domaine. L'institut munichois Ifo enregistre avant tout un manque flagrant de commandes dans de nombreux secteurs, ce qui devient entre-temps un sérieux handicap pour la conjoncture. Selon le célèbre institut de recherche économique, la situation s'est nettement aggravée ces derniers temps. "Presque aucun secteur n'est épargné", affirme l'économiste Klaus Wohlrabe cité par les médias. Et de préciser : "Les carnets de commandes fondent".

Selon les données de l'Ifo, 36,9% des entreprises industrielles allemandes se sont plaintes en janvier d'un manque de commandes. En octobre, ce chiffre était de 36% et il y a un an, il n'était que de 20,9%. Les économistes considèrent qu'un faible carnet de commandes est un indicateur d'un affaiblissement de la production à l'avenir, ce qui a à son tour des répercussions négatives sur la volonté d'investissement des entreprises et la situation sur le marché du travail.

Les chiffres actuels du commerce extérieur sont également un signal d'alarme. Selon l'Office fédéral de la statistique, les exportations allemandes ont reculé de 4,6% par rapport au mois précédent. Selon Marc Schattenberg, économiste chez Deutsche Bank Research, cela laisse présager de nouveaux vents contraires pour l'économie allemande, dépendante des exportations.

Les exportations ne sont pas les seules à s'affaiblir, les importations le font également, ce qui indique que la consommation intérieure est faible, ce qui n'est pas surprenant compte tenu de la hausse continue des prix.

Mais ce qui est le plus préoccupant à l'heure actuelle, c'est le manque de commandes. Ce sont surtout les secteurs à forte consommation d'énergie qui s'en plaignent. Selon l'institut Ifo, le pourcentage est de 53,9% dans l'industrie du papier, de 53,3% dans la métallurgie et de 40,6% dans l'industrie chimique. Seul le secteur du conseil n'a pas à s'inquiéter pour le moment, puisque seulement 6,8 pour cent des entreprises se plaignent d'un manque de commandes. Ce chiffre n'est pas non plus surprenant - de nombreuses entreprises ont surtout besoin de bons conseils en ce moment. (se)

Demandez ici un exemplaire gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

lundi, 05 février 2024

Deux réactions de Raisa Blommestijn sur la situation actuelle en Europe et dans le monde

FtwwHBbX0AEs-lX.jpg

Deux réactions de Raisa Blommestijn sur la situation actuelle en Europe et dans le monde

Ukraine, guerre et valeurs occidentales

Raisa Blommestijn

Source: https://twitter.com/rblommestijn

Ceux qui demandent que l'Ukraine soit soutenue et défendue en raison des "valeurs occidentales" devraient m'expliquer ce que ces valeurs occidentales signifient réellement de nos jours.

S'agit-il de la politique d'ouverture des frontières qui garantit 96.000 places d'accueil supplémentaires pour les migrants défavorisés rien que cette année?

S'agit-il de l'agenda démographique pour lequel les contribuables néerlandais pourraient débourser un total de 7,6 milliards d'euros d'ici 2024?

Ou s'agit-il des réglementations climatiques qui nous empêcheront bientôt de conduire une voiture, de manger de la viande ou de partir en vacances en avion parce qu'elles deviendront inabordables?

S'agit-il de l'hystérie climatique qui détruira les agriculteurs, les poussera à la folie et les menacera de tout perdre, ce qui entraînera des pénuries alimentaires?

Ou s'agit-il de la soi-disant "liberté d'expression"? Qui n'est en fait rien d'autre que de la censure et ne s'applique que si vous rentrez dans le rang et dites et faites exactement ce que l'on attend de vous.

Ou s'agit-il de "pouvoir être soi-même"? Ce qui, bien sûr, signifie simplement que de jeunes enfants sont sexualisés et désorientés quant à leur "genre" et sont donc incités à subir des opérations chirurgicales et à prendre des médicaments qui les rendent malheureux et stériles à vie.

Une dernière option consiste à défendre l'idée qu'un homme peut être une femme et vice-versa - ou qu'il existe une chose telle que le "non-binaire".

Dites-moi, est-ce là les valeurs occidentales pour lesquelles "nous" devons nous battre?

À mon avis, le "combat" ne devrait pas être mené en Ukraine et contre la Russie, mais ici : pour s'assurer que ces valeurs occidentales retrouvent une véritable substance.

5 Févr. 2024

Raisa Blommestijn - @rblommestijn

210217-tucker-putin-tease-01_ncvq9i.jpg

Sur la guerre en Ukraine et l'interview de Tucker

Nous nous dirigeons lentement vers une troisième guerre mondiale. Les 50 milliards de l'UE à l'Ukraine en sont l'exemple le plus récent et le plus clair. L'UE donne de l'argent à l'Ukraine pour qu'elle puisse acheter des armes pour lutter contre la Russie. De cette manière, l'UE est déjà, au moins indirectement, en guerre avec la Russie à l'heure actuelle.

Ensuite, il y a bien sûr la (ré)introduction de la conscription, à laquelle on prépare actuellement les esprits. Ce n'est pas pour rien que les médias, aux Pays-Bas comme à l'étranger, parlent régulièrement du danger que représente la Russie et de l'importance de la vigilance. Et croyez-moi, ce questionnaire obligatoire pour les jeunes de 17 ans n'est pas du goût du ministère de la défense.

Personne ne sait ce qui se passe réellement en Ukraine et comment le conflit est perçu du côté russe. Même si le message n'est pas le bienvenu, il y a autant de propagande dans l'"Occident libre" qu'en Russie.

Il n'est pas surprenant que le gouvernement américain ait voulu empêcher l'interview entre @TuckerCarlson et Poutine. Il a même surveillé ses conversations via Signal. En effet, l'interview peut être le pont que les politiciens de l'establishment ne veulent pas voir construit: c'est un moyen de trouver la vérité réelle qui va à l'encontre de la narration et de la propagande.

Elle pourrait bien ouvrir les yeux de nombreuses personnes et nous devrions l'attendre avec beaucoup d'intérêt.

4 Feb 2024

sorry-zeggen-dat-is-voor-raisa-blommestijn-zwichten-voor-tirannie.jpg

Raisa Blommestijn est également l'auteur d'une thèse de doctorat sur la République de Weimar, où elle compare notamment les travaux de quatre théoriciens (Hans Kelsen, Carl Schmitt, Rudolf Smend et Hermann Heller).

Raisa Blommestijn, Het Spook van Weimar. Een democratie in crisis, Prometheus, Amsterdam, 2022. ISBN 978 90 446 5075 4.

front-small-4082080112.jpg

 

dimanche, 04 février 2024

Petr Pavel : l'OTAN doit se préparer à la victoire de Trump

Petr-Pavel-Press-Conference-Credit-Petr-Pavel-Via-Facebook.png

Petr Pavel : l'OTAN doit se préparer à la victoire de Trump

Lucas Leiroz

Source: https://novaresistencia.org/2024/02/01/petr-pavel-a-otan-deve-preparar-se-para-a-vitoria-de-trump/

Apparemment, l'éventualité d'un retour de Donald Trump à la Maison Blanche désespère déjà les faucons de l'OTAN.

Dans une récente déclaration, le président tchèque Petr Pavel a appelé tous les dirigeants de l'alliance occidentale à se préparer aux conséquences possibles d'une victoire républicaine aux États-Unis. Selon lui, l'ascension de Trump pourrait conduire à un "accord avec Poutine", contrecarrant définitivement les plans occidentaux.

Lors d'un entretien avec les médias, Pavel a déclaré que M. Trump pensait "différemment" des autres dirigeants occidentaux, raison pour laquelle son élection éventuelle devrait être considérée avec inquiétude à l'heure actuelle. Alors que la plupart des responsables de l'OTAN estiment que la meilleure façon de gérer le conflit en Ukraine est d'apporter un soutien militaire à Kiev, Donald Trump adopte un point de vue plus pragmatique qui inclut la nécessité de négocier la paix directement avec les Russes.

Pavel précise que son intention n'est pas de perturber l'alliance euro-américaine ou d'interférer dans les affaires intérieures des États-Unis, mais simplement de faire avancer les discussions sur la manière dont l'OTAN devrait se préparer à un éventuel changement de politique de la Maison Blanche à l'égard de l'Ukraine. Il prévient que l'élection de M. Trump aura de graves conséquences, raison pour laquelle il exhorte les autres dirigeants de l'alliance à se préparer à un avenir difficile.

"Il ne s'agit pas de perturber le lien transatlantique en contestant les États-Unis en tant qu'alliés. Mais nous devrions admettre de manière réaliste que Donald Trump voit un certain nombre de choses différemment (...) Nous devrions nous y préparer, car il y aura certainement des conséquences", a-t-il déclaré aux journalistes.

Pavel a également mis l'accent sur les points qu'il considère comme essentiels pour une stratégie de l'OTAN en Ukraine. Selon lui, Kiev est désavantagé sur le champ de bataille car ses options militaires sont limitées et ses actions tactiques sont insuffisantes pour causer des dommages aux Russes. À l'instar des activistes pro-guerre les plus radicaux, il propose que l'alliance atlantiste augmente de manière exponentielle les livraisons d'armes à l'Ukraine, afin que les troupes de Kiev soient suffisamment fortes pour parvenir à un "équilibre des forces" avec les Russes. Il estime que ce n'est que lorsque Kiev aura atteint une telle capacité qu'il sera possible de mener des négociations de paix équitables avec Moscou.

"Seul un équilibre des forces peut contraindre les deux parties à comprendre qu'elles ne remporteront plus de succès et qu'il est temps de négocier", ajoute Pavel.

En fait, la crainte de Pavel reflète la mentalité des principaux fauteurs de guerre occidentaux. Lors de sa campagne électorale, Donald Trump a notamment promis de "mettre fin à la guerre en Ukraine en un jour". Il est évident que le seul moyen d'y parvenir est de négocier directement la paix avec les Russes, de forcer l'Ukraine à reconnaître ses pertes territoriales, de garantir la neutralité de Kiev et de mettre fin à l'interventionnisme de l'OTAN aux frontières de la Russie.

On ne sait pas encore si M. Trump fera réellement les efforts nécessaires pour parvenir à la paix, mais il y a au moins une possibilité significative que cela se produise, étant donné que le dirigeant républicain défend l'idée de "l'Amérique d'abord" - proposant un isolationnisme nationaliste et la réduction de la présence des États-Unis dans le monde.

En outre, le fils de Trump, qui a participé activement à la campagne électorale de son père, a déjà déclaré publiquement qu'il était nécessaire de mettre fin au conflit par des négociations, en ignorant toute possibilité de solution militaire. Il est clair que Trump ne souhaite pas poursuivre l'objectif de "vaincre" la Russie ou de parvenir à une "victoire ukrainienne", mais plutôt de se concentrer sur le développement interne.

Une telle politique s'annonce désastreuse pour les partisans de la guerre contre la Russie, d'où l'inquiétude de Pavel et de tous les fauteurs de la guerre actuelle. Auparavant, le président ukrainien lui-même, Vladimir Zelensky, s'était déjà dit inquiet de l'éventuelle élection de Trump. Selon le leader néo-nazi, le projet de Trump de mettre fin à la guerre est "très dangereux" car il met en péril les ambitions irréalistes de Kiev de "récupérer" les territoires réintégrés à la Fédération de Russie. En pratique, le régime ukrainien et les gouvernements pro-guerre de l'OTAN sont déjà en train d'établir leur position dans les élections américaines en apportant un soutien ouvert aux démocrates.

En fait, Trump a de grandes chances de gagner s'il se présente aux élections. Plusieurs tentatives ont été faites pour bloquer légalement sa candidature, mais jusqu'à présent, on ne sait pas si ces procédures judiciaires suffiront à l'arrêter. De toute évidence, la question de savoir si Trump peut ou non se présenter est une affaire interne aux autorités américaines. Toutefois, il est indéniable que les tentatives visant à arrêter Trump ou à le rendre inéligible sont ouvertement soutenues par les secteurs les plus favorables à la guerre dans la société américaine et internationale. En ce sens, il est possible qu'il n'y ait pas seulement de telles méthodes bureaucratiques pour empêcher Trump de se présenter, mais même des manœuvres illégales, comme la fraude, pour lui faire perdre l'élection d'une manière ou d'une autre.

C'est au peuple américain seul de décider de la meilleure option pour gouverner son pays, mais jusqu'à présent, Trump est le seul candidat à avoir une proposition concrète pour reprendre les négociations de paix. Comme on pouvait s'y attendre, cela suscite l'hystérie chez les partisans d'une guerre prolongée.

Vous pouvez suivre Lucas Leiroz sur: https://twitter.com/leiroz_lucas et https://t.me/lucasleiroz

Source : Infobrics

samedi, 03 février 2024

La fin de la "Pologne traditionnelle", de la Pologne dirigée par les conservateurs

poland-1699723265.jpeg

La fin de la "Pologne traditionnelle", de la Pologne dirigée par les conservateurs

Nick Krekelbergh

Source : Nieuwsbrief Knooppunt Delta, no 186, janvier 2024

L'année dernière, la pression migratoire a encore fortement augmenté en Europe et, selon certains analystes, nous serons à nouveau confrontés en 2024 à une vague sans précédent depuis la crise des réfugiés de 2015-2016. À l'époque, celle-ci avait créé un phénomène inédit depuis la fin de la guerre froide, à savoir un clivage entre l'Europe de l'Ouest et l'Europe de l'Est, avec des visions nettement différentes quant à l'avenir du continent. La Pologne et la Hongrie ont refusé de se plier aux plans de dispersion de l'Union européenne, et en Hongrie, un mur a même été érigé à la frontière sud pour endiguer le flux de migrants empruntant ce qu'on appelle les "routes des Balkans". En outre, la réticence à accueillir des populations importantes en provenance du Moyen-Orient et d'Afrique était partagée par de nombreux pays d'Europe de l'Est, ce qui a donné lieu au phénomène dit de "Visegrád". La presse et la littérature professionnelle universitaire ont parfois parlé de "démocraties illibérales".

L'un des grands déclencheurs et de loin le plus grand pays avec une population équivalente à celle du reste du groupe de Visegrád a été la Pologne. Le parti national-conservateur Prawo i Sprawiedliwość (PiS en abrégé, traduit par Droit et Justice) y était au pouvoir depuis 2015. Le PiS a été fondé par les frères jumeaux Lech et Jarosław Kaczyński, et avait déjà été en concurrence pour le pouvoir avec la Plateforme civique, le parti libéral de Donald Tusk, avec plus ou moins de succès pendant une décennie et demie. En 2015, cependant, ils sont devenus le plus grand parti de la Diète (parlement polonais), juste après l'éclatement de la grande crise européenne des réfugiés. Lech Kaczyński, quant à lui, était mort dans un accident d'avion à Smolensk en 2010, à propos de quoi une tension fondamentale subsisterait entre la Pologne et la Russie depuis ce jour-là.

gf-JsG4-4Ky7-XHLu_andrzej-duda-i-jaroslaw-kaczynski-jakie-sa-ich-relacje-994x828.jpg

Jarosław Kaczyński (photo) était le leader incontesté du parti. Au fil des années, le PiS a développé en Pologne un modèle de société considéré comme exemplaire par de nombreux conservateurs et identitaires à travers l'Europe. Tout d'abord, le PiS s'est obstinément opposé à tout projet d'accueil de réfugiés extra-européens. Il s'en est pris nommément aux migrants originaires de pays musulmans, ce qui ne leur a pas rendu service à l'heure où des mesures draconiennes étaient prises dans les grandes villes d'Europe de l'Ouest pour prévenir les attentats terroristes. Dans le même temps, le pays a absorbé des centaines de milliers de travailleurs migrants en provenance d'Ukraine en tant que "réfugiés", ce qui était nécessaire pour maintenir à flot son économie à croissance relativement rapide: après tout, les écarts de salaires relativement élevés ont poussé une grande partie des travailleurs les plus productifs sont partis en Europe occidentale pour aller travailler dans des secteurs tels que la construction, l'agriculture et les entreprises de nettoyage. En outre, sur le front social, le PiS lui-même a poursuivi une politique sociale et interventionniste forte pendant toutes ces années, ce qui lui a valu les éloges de Sahra Wagenknecht, politicienne de Die Linke (à l'époque), entre autres.

Un deuxième élément qui, à l'époque du Brexit et d'une réévaluation de l'État-nation, pouvait compter sur beaucoup de sympathie était l'opposition à l'ingérence de l'Union européenne dans ce qui était considéré comme des affaires nationales. Un dossier symbolique important à cet égard était celui de la réforme du système judiciaire, que les puissances européennes considéraient comme une érosion de l'État de droit libéral. Que Kaczyński et ses acolytes aient réellement voulu mettre un terme au gouvernement des juges par ce biais ou qu'ils aient surtout voulu construire un réseau loyaliste de fonctionnaires fidèles au PiS, comme ils l'avaient fait dans les autres branches de l'administration nationale, il vaut mieux ne pas se prononcer, car la vérité se trouve peut-être aussi quelque part à ce niveau médian. Quoi qu'il en soit, cela a valu à la Pologne un blâme de la Cour de justice de Luxembourg, à l'issue d'une procédure de deux ans engagée par la Commission européenne. Les projets de réforme du système judiciaire polonais étaient "contraires au droit communautaire".

flat,750x,075,f-pad,750x1000,f8f8f8.jpg

Un troisième aspect du gouvernement était son approche culturellement conservatrice et son profond attachement à l'Église catholique polonaise, qui reste à ce jour d'une popularité sans précédent dans le pays. Quiconque a déjà assisté à une messe en Pologne pourra confirmer qu'il s'agit d'une expérience très différente de celles que l'on éprouve dans les églises disparues d'Europe occidentale aujourd'hui. Cette même Église catholique a pu ensuite marquer de son empreinte les politiques culturelles et éthiques conservatrices du PiS. L'avortement y a été de facto interdit et, après 2020, il y a eu un conflit ouvert avec l'"idéologie LGBTQ+", qui peut être considérée comme le terme est-européen pour "woke" puisqu'il s'agit de son aspect le plus manifeste (le discours de décolonisation est beaucoup moins répandu en Pologne pour des raisons historiques évidentes). Et puis, bien sûr, il y a le patriotisme populaire, qui n'a jamais été très refoulé en Pologne, même sous le régime national-communiste de la PZPR dans la seconde moitié du 20ème siècle. Sous le PiS, ce patriotisme s'est transformé en un culte identitaire mettant l'accent sur la victimisation des Polonais tout au long de l'histoire. La marche annuelle de l'indépendance à Varsovie était ouvertement soutenue par le PiS et attirait non seulement des dizaines de milliers de patriotes et de nationalistes polonais, mais aussi toutes sortes de pèlerins et de sympathisants venus d'autres pays, principalement d'Europe occidentale. Dans l'argot anglo-saxon de l'internet, on parlait de "based Poland", ce qui signifie aussi bien "inébranlable" que "non influencé par l'opinion des autres".

111226248-jpg-100-1920x1080.jpg

Se réveiller dans une nouvelle Europe de l'Est

À l'automne 2023, cependant, cette "Pologne directrice", conservatrice, a pris fin. Le PiS est à nouveau sorti des élections en tant que premier parti, mais l'opposition libérale, qui s'était unie dans une liste d'unité comme en Hongrie un an et demi plus tôt, avait de meilleures cartes en main pour former une majorité. Ainsi, à la fin de l'année dernière, le pays avait un gouvernement composé de libéraux, de centristes chrétiens et de la gauche woke, et ce sous la direction du vétéran Donald Tusk. En outre, le PiS avait tenté de combiner les élections avec un référendum sur l'immigration, mais comme seuls 40 % des électeurs avaient pris la peine de le remplir, le résultat de ce référendum n'était pas suffisamment représentatif pour être déclaré légalement valide. La Pologne s'est dotée d'un nouveau gouvernement présentant une image résolument différente de la société, saluée par les eurocrates comme un "retour à la maison au sein de la grande famille européenne". Cependant, on peut imaginer que de nombreux électeurs polonais ont voté en faveur de l'intégration à l'Occident et, par conséquent, à son système de valeurs, non pas tant parce qu'ils souhaitaient consciemment une telle société, mais parce qu'ils avaient simplement "besoin de quelque chose de différent pour une fois". Ces dernières années, le PiS a donc été hanté par des scandales d'abus de pouvoir, de mauvaise gestion et de corruption, y compris - ironiquement - un scandale de visas pour lequel deux anciens membres du gouvernement PiS sont aujourd'hui poursuivis. En outre, l'Église catholique polonaise a également été mêlée à des scandales d'abus sexuels et de décadence, alors qu'elle avait été jusqu'alors relativement épargnée par rapport à d'autres pays. La haine entre les conservateurs et l'opposition libérale a atteint des sommets inégalés au cours de la dernière décennie et, bien plus que d'autres pays d'Europe centrale et orientale, la Pologne est désormais en proie à des guerres culturelles (importées) en réaction de l'opposition à l'omnipotence de l'Église catholique. Les conséquences peuvent être devinées. Immédiatement après l'arrivée au pouvoir de Donald Tusk, le régime libéral a pris un tournant autoritaire, les médias d'État conservateurs ont été retirés des ondes et plusieurs anciens membres du gouvernement PiS ont été poursuivis en justice. Selon David Engels, l'opinion publique est également prête à mettre fin au strict refoulement des migrants à la frontière biélorusse (https://notesfrompoland.com/2024/01/11/hundreds-of-ngos-and-public-figures-call-on-tusk-to-stop-migrant-pushbacks-at-belarus-border/ ). 101 ONG et 550 activistes, artistes et universitaires ont déjà signé une lettre ouverte à Donald Tusk à cet effet. Agnieszka Dziemianowicz-Bak (photo, ci-dessous), femme politique de gauche ouvertement anti-chrétienne et éthiquement progressiste, a été nommée ministre de la famille, du travail et des affaires sociales (https://www.corrigenda.online/politik/agnieszka-dziemianowicz-bak-offen-linksradikal-das-ist-polens-neue-familienministerin).

images.jpgMais ce qui a peut-être joué, plus que toute autre chose, dans la chute de la "Pologne fondée", c'est que depuis 2022, nous nous sommes réveillés dans une autre Europe de l'Est. La guerre entre la Russie et l'Ukraine, plutôt que les flux migratoires ou le wokeness, est le thème dominant dans cette région, et le PiS a toujours lutté pour trouver un équilibre entre la défense de sa propre souveraineté nationale et le fonctionnement au sein de la coalition internationale (occidentale) chargée de soutenir l'Ukraine par un appui militaire et économique. Les conservateurs et les libéraux polonais ont tendance à être fortement anti-russes (à l'exception du parti Konfederacja, relativement nouveau et plus radical, qui gagne en popularité, surtout parmi les jeunes), mais lorsque le discours sur le soft power de la Russie repose en partie sur des principes éthiquement conservateurs très similaires à ceux du PiS, le maintien d'un discours anti-russe virulent joue naturellement à l'avantage des libéraux à long terme. Le déversement de grandes quantités de céréales ukrainiennes sur le marché polonais, qui a mis les agriculteurs polonais dans une situation difficile, a provoqué d'importantes tensions entre les deux pays. L'escalade a été telle qu'à un moment donné, la Pologne a menacé de réduire son soutien militaire à Kiev. Les conséquences ne se sont pas arrêtées là. Une semaine avant les élections, tous les hauts gradés de l'armée (intégrée à l'OTAN) ont démissionné en signe de protestation contre le gouvernement PiS.

Nick Krekelbergh