Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 10 octobre 2021

Sommet UE-Balkans occidentaux

unnaSURBOCCmed.jpg

Sommet UE-Balkans occidentaux

Bruxelles espère absorber les fragments de l'ex-Yougoslavie et l'Albanie

Le sommet UE-Balkans occidentaux, qui s'est tenu en Slovénie les 5 et 6 octobre, a réuni des responsables politiques de pays européens : membres de l'UE et ceux qui ont déclaré leur intention de rejoindre l'union. L'initiative elle-même a été lancée avec le soutien de l'Allemagne il y a plusieurs années et a fait l'objet d'un lobbying actif de la part de l'UE.

La critique du sommet doit commencer par le terme lui-même. Pourquoi parle-t-on des Balkans occidentaux? Officiellement, la Roumanie, la Grèce et la Bulgarie sont déjà membres de l'UE et de l'OTAN, il est donc prétendument nécessaire de délimiter ces pays du territoire de l'ex-Yougoslavie. D'autre part, les Balkans occidentaux comprennent la Croatie, qui a rejoint l'UE en 2013. Mais elle n'inclut pas la Slovénie, qui est une ancienne partie de la Yougoslavie. Pourquoi cette bizarrerie ? Probablement parce que des pays comme la Croatie, la Bosnie-Herzégovine, la Serbie, la Macédoine du Nord, le Monténégro, l'Albanie et le Kosovo (non reconnu en Serbie et en Russie mais reconnu par de nombreux membres de l'UE), également appelés WB6, sont des constructions fragiles. Et leur fragilité est précisément fonction de l'intervention européenne, qui fait monter les tensions. Mais il est avantageux pour Bruxelles de créer un champ politique homogène à partir des pays indépendants, c'est pourquoi le processus d'européanisation a été lancé sous l'appellation de "Balkans occidentaux".

Cependant, il existe manifestement de nombreux problèmes de blocage. Euronews cite un éminent mondialiste qui exagère la situation. "Le plus grand risque est que la région s'éloigne progressivement de l'État de droit et de la liberté des médias", a déclaré Majda Ruge, du Conseil européen des relations étrangères. "Il existe un problème d'ingérence politique de certains États clés dans les affaires de leurs voisins, notamment en Serbie et en Croatie". Et le rapport se termine par le passage suivant : "Voyant que les négociations d'adhésion à l'UE pour les Balkans occidentaux sont dans l'impasse, des puissances telles que la Chine et la Russie se précipitent pour consolider leur influence dans la région et investir de l'argent pour atteindre leurs objectifs".

Si la Russie et la Chine sont des acteurs hypothétiques dans la région, la mafia albanaise, elle, pourtant, n'est pas inconnue. Il sera intéressant de voir comment le trafic de drogue et la traite des êtres humains (et des organes humains) pratiqués par les bandes criminelles albanaises se conjugueront avec l'État de droit. Cependant, les mondialistes préfèrent mettre l'accent sur d'autres problèmes: par exemple, lorsqu'ils parlent de l'État de droit, ils mentionnent l'ancien premier ministre macédonien Nikola Gruevski, qui a obtenu l'asile politique en Hongrie. Et Goran Zaev, qui a été la marionnette de George Soros pour renverser Gruevski, poursuit le démantèlement de la Macédoine, qui, sous lui, a été rebaptisée "Macédoine du Nord". Le rôle de la Hongrie, en revanche, montre qu'il peut y avoir des points de vue radicalement différents sur une même question. Alors que Zajev promeut l'agenda de Soros, Viktor Orban se bat contre tout projet de Soros en Hongrie. Et cela soulève la question suivante : l'UE peut-elle faire face à la cooptation des Balkans si l'UE elle-même se balkanise ? Le Brexit est également un bon exemple.

Au final, une déclaration a été publiée, exposant les résultats des négociations et les intentions futures. Il contient 29 points.

La première partie met l'accent sur les attitudes et les accords géopolitiques.

"L'UE réaffirme son soutien inconditionnel à la perspective européenne des Balkans occidentaux et se félicite de l'engagement des partenaires des Balkans occidentaux en faveur de la perspective européenne, qui est dans notre intérêt stratégique commun et reste notre choix stratégique commun. L'UE réaffirme son attachement au processus d'élargissement et aux décisions prises à ce sujet, sur la base de réformes crédibles des partenaires, de conditions équitables et strictes et du principe du mérite propre. Nous continuerons à intensifier notre engagement commun en faveur de la promotion du changement politique, économique et social dans la région, tout en reconnaissant les progrès réalisés dans les Balkans occidentaux. Nous rappelons également l'importance pour l'UE d'être capable de soutenir et d'approfondir son propre développement, en garantissant sa capacité à intégrer de nouveaux membres".

"Les partenaires des Balkans occidentaux réaffirment leur attachement aux valeurs et principes européens ainsi qu'aux réformes nécessaires pour leur population. L'UE se félicite de l'engagement renouvelé des partenaires des Balkans occidentaux en faveur de la primauté de la démocratie, des droits et valeurs fondamentaux et de l'État de droit, ainsi que des efforts constants déployés pour lutter contre la corruption et la criminalité organisée, soutenir la bonne gouvernance, les droits de l'homme, l'égalité entre les sexes et les droits des personnes appartenant à des minorités. La crédibilité de ces engagements dépend de la mise en œuvre effective des réformes nécessaires et de l'établissement d'un bilan solide, étayé par une communication claire et cohérente avec le public. Une société civile habilitée et des médias indépendants et pluralistes sont des composantes essentielles de tout système démocratique, et nous saluons et soutenons le rôle qu'ils jouent dans les Balkans occidentaux".

Nous constatons ici une ingérence politique manifeste de l'UE, qui impose aux pays des Balkans des techniques déjà éprouvées de multiculturalisme, de mariage homosexuel et d'autres pratiques anti-traditionnelles, acceptées en Europe occidentale.

En Europe occidentale, l'idée même des Balkans occidentaux est présentée comme une promotion de l'inclusion et de la solidarité européennes (avec toutes ses conséquences).

Mais il est douteux que les populations des Balkans occidentaux soient attachées à ces "valeurs". C'est plutôt l'inverse. Par conséquent, un argument fort de Bruxelles en faveur de l'intégration européenne était la promesse d'investissements et de subventions.

Les résultats concrets du sommet sont les suivants :

    Un plan économique et d'investissement (PEI) de 30 milliards d'euros ;
    Un engagement pour augmenter la vaccination contre le COVID-19 ;
    Une voie pour réduire les coûts d'itinérance ;
    Programme innovant pour les Balkans occidentaux ;
    "Green Lanes" et le plan d'action communautaire pour les transports.

L'UE s'efforcera de tirer parti de ce succès et de poursuivre les initiatives pro-européennes, tant au niveau bilatéral qu'à travers la plate-forme du sommet. Bien que de nombreuses initiatives européennes aient échoué dans les Balkans, on ne peut diminuer le sérieux des intentions et des capacités de Bruxelles à ce stade. Étant donné que le Monténégro et la Macédoine du Nord sont déjà dans l'OTAN.

La revue de presse de CD - 10 octobre 2021

Josef-Scharl-Der-Zeitungsleser-1935-Staatliche-Museen-zu-Berlin-Nationalgalerie-Berlin-©-Susanne-Fiegel_bpk-Foto-Jörg-P.-Anders.jpg

La revue de presse de CD

10 octobre 2021

AFRIQUE

Mali : gardez-moi de mes amis…

Le maintien de nos troupes au Mali depuis huit ans maintenant n’était sans doute pas au programme des réjouissances. Encore moins nos 56 soldats morts pour la France. Si Paris n’était pas intervenu, il est fort probable que le Mali tout entier serait tombé sous la coupe djihadiste des groupes AQMI, Ansar-ed-dine et al-Mourabitoun. Le pays aurait connu une partition avec un Nord « Azawad » prenant le large de Bamako grâce à l’alliance des Touaregs avec ces groupes islamo-terroristes, et un Sud en proie au chaos.

Geopragma

https://geopragma.fr/mali-gardez-moi-de-mes-amis/

ALLEMAGNE

L'Allemagne post-Merkel sous le signe de la continuité : puissance économique et insignifiance géopolitique

L'héritage de Mme Merkel est identifié à la primauté de l'Allemagne en Europe, et ses politiques étaient axées sur la stabilité politique et la croissance économique allemande. Mme Merkel n'est pas à l'origine d'une nouvelle doctrine politique ni d'un modèle économique et social novateur : le "merkelisme" peut être défini comme un pragmatisme qui implique l'adaptation économique et géopolitique de l'Allemagne à un monde globalisé en constante mutation. Mme Merkel a surtout mis en œuvre un processus de réformes néolibérales, générant une crise d'identité peut-être irréversible au sein de la social-démocratie allemande.

Euro-Synergies

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2021/10/03/l...

DÉSINFORMATION

Présidentielle : la machine médiatique en marche

Des médias gouvernés par l’argent plus encore que par l’idéologie (ce qui explique le phénomène Zemmour : il fait de l’audience !). Un président Macron dont la politique sanitaire est moins dictée par les exigences du « grand reset » que par le calendrier de sa réélection ! Reste le fait que le mot COVID n’a pas été prononcé lors du débat Zemmour/Mélenchon qui a explosé toutes les audiences (4 millions de spectateurs) : sans doute un indice du retour au premier plan des préoccupations politiques des questions identitaires et régaliennes ainsi que sociales.

Polémia

https://www.polemia.com/presidentielle-la-machine-mediati...

000_9NT2BW.jpg

La commission Bronner : ministère de la vérité va lutter contre le complotisme

Avec la mise en place de la Commission Bronner, c’est un véritable ministère de la Vérité qui s’érige en France.

Contrrepoints.org

https://www.contrepoints.org/2021/10/04/407573-la-commiss...

ÉTATS-UNIS

Enlèvement, assassinat et fusillade à Londres : les plans de guerre secrets de la CIA contre WikiLeaks (1/4)

Nous sommes heureux de vous proposer aujourd’hui la traduction d’un article d’investigation très important rédigé par… Yahoo. Nous en sommes en effet là : la presse d’investigation est dans un tel état que c’est désormais Yahoo qui est obligé de sortir un tel scoop, à savoir que la CIA et le gouvernement américain ont discuté de plans pour assassiner un journaliste qui avait révélé des crimes de ce même gouvernement américain.

Les-crises.fr

https://www.les-crises.fr/enlevement-assassinat-et-fusill...

CIA vs Wikileaks (2/4) : Pompeo confirme que « certains passages de l’enquête Yahoo sont vrais »

L’ancien directeur de la CIA et ancien secrétaire d’État Mike Pompeo a appelé mercredi à ce que soient poursuivies pour crime les sources qui ont parlé à Yahoo News dans un article détaillant les propositions de l’agence de renseignement en 2017 pour enlever le fondateur de WikiLeaks Julian Assange et les discussions au sein de l’administration Trump et de la CIA pour éventuellement l’assassiner.

les-crises.fr

https://www.les-crises.fr/cia-vs-wikileaks-2-4-pompeo-con...

CIA vs Wikileaks (3/4) : Les erreurs de l’article de Yahoo sur Assange

L’article de Yahoo !-fournit de nouveaux détails importants sur des faits signalés il y a un an, mais contient plusieurs erreurs, notamment une histoire inventée de toutes pièces selon laquelle des agents russes voulaient exfiltrer Assange de l’ambassade d’Équateur.

les-crises.fr

https://www.les-crises.fr/cia-vs-wikileaks-3-4-les-erreur...  

lsd-effets-cerveau.jpeg

Le LSD, la nouvelle drogue de la productivité?

Cadres, directeurs artistiques, chefs d'entreprise... ils sont aujourd'hui nombreux à vanter les bienfaits de cette drogue hallucinogène, pourtant interdite.

Slate

http://www.slate.fr/story/217023/cadres-lsd-drogue-travai...

FRANCE

Suez pris au piège par l’impérialisme économique américain

Malgré l’humiliation subie de la part de ses « alliés » dans la vente des sous-marins à l’Australie, malgré les assauts menés par les Américains dans le cadre de leur guerre économique et commerciale, malgré les sanctions financières colossales imposées par les Américains à des institutions financières pour avoir utilisé le dollar, le gouvernement demeure incapable de préserver la souveraineté économique de la France. Le dernier exemple en date, celui de la possible prise de participation à 40 % du fonds d’investissement américain GIP au sein du nouveau Suez, illustre la cécité d’Emmanuel Macron et de Bercy, alors même que l’eau est plus que jamais une ressource stratégique.

Le Vent Se Lève

https://lvsl.fr/suez-prise-au-piege-par-limperialisme-eco...

GAFAM

Chine, un an de reprise en main du numérique

Amendes pour pratiques anticoncurrentielles, enquêtes pour mauvaises gestions des données, nouvelles lois en cascade, depuis près d’un an la fureur de Pékin s’abat sur ses puissantes entreprises technologiques.

Siècle digital

https://siecledigital.fr/2021/10/05/le-recap-chine-un-an-...

cyprus-flag-depicted-liquid-watercolor-style-isolated-white-background-careless-paint-shading-image-national-140174044.jpg

GÉOPOLITIQUE

Géopolitique de Chypre. 2e partie. Illusions et réalités de la valeur stratégique de Chypre

Suivant la place occupée par la Méditerranée dans les relations internationales, des sites de grande importance ont connu des moments de gloire avant de sombrer dans l’oubli, éventuellement d’être à nouveau convoités quand les conditions changent. Parmi ces « points chauds », il était logique que les îles comptent davantage, bien que leur valeur stratégique ait aussi varié, ce qui fut notamment le cas de Chypre.

Diploweb

http://r.mail-diploweb.com/mk/mr/xhIUHErCTNeJgupYySR7PDsN...

MAGHREB

Les raisons de la crise franco-algérienne, par Bernard Lugan

L’Algérie vient de rappeler en consultation son ambassadeur à Paris, puis elle a décidé de fermer son espace aérien aux avions français  ravitaillant Barkhane. La raison ? Simple calcul électoral ou véritable et louable prise conscience, le président Macron qui, jusque-là, parlait de la colonisation comme d’un « crime contre l’humanité », vient étonnamment de faire preuve de « virilité » en dénonçant le cœur du « Système » qui pompe la substance de l’Algérie depuis 1962.

Breizh-info

https://www.breizh-info.com/2021/10/05/171826/les-raisons...

RÉFLEXION

Special Intelligence : L’émergence d’un nouveau type de renseignement

Le nouveau livre d’Éric Denécé et Alain-Pierre Laclotte, La nouvelle guerre secrète – Unités clandestines et opérations spéciales (Mareuil Éditions) traite d’un sujet peu traité, parce que récent et difficilement circonscrit. Depuis la fin de la Guerre froide, la guerre a changé de nature et les affrontements armés de physionomie. Le terrorisme et les guerres civiles — ethniques ou religieuses — ont remplacé les conflits interétatiques. Les guérillas et les groupes terroristes étant dans l’impossibilité d’affronter les États occidentaux dans une bataille classique, ils contournent leurs défenses en transformant les affrontements en une série d’actions imprévisibles, fugaces, brutales et médiatiques.

Thetrum-belli.com

https://theatrum-belli.com/livre-la-nouvelle-guerre-secre...

Julien-Freund-2-1503x1200.jpg

Retour à Julien Freund

Julien Freund fait le point de sa doctrine et la confronte à la religion de ses lecteurs dans ce livre posthume, « Lettres de la vallée. Méditations philosophiques et politiques » (éditions La Nouvelle Librairie). Il se place délibérément dans la contradiction et offre sa théorie politique d’un nouveau contrat social. Le catalogue des thèmes et sujets abordés est emblématique de la hauteur de vue. L’ouvrage se présente en trois parties. D’abord le corps principal de 24 lettres écrites entre 1974 et 1976. Ensuite un « avertissement » daté de 1991. Enfin, des « annexes » constituées de duplication d’articles parus séparément. Le titre est fort. La base contre le sommet ; le peuple contre l’élite ; les douves de la philosophie contre les fortins de l’idéologie dominante. Somewhere versus anywhere ? Julien Freund met la montagne et la vallée sur l’orbite de l’opposition. Il sonne le tocsin du maquis contre l’hégémonie, de l’essentiel contre l’insignifiance, du heartland contre le rimland. L’ouvrage livre un intense et grouillant moment de sa culture en éventail.

Euro-synergies

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2021/10/04/r...

Recension de Dépossession et Coup d’Etat planétaire

En 2018, Liliane Held-Khawam nous a expliqué dans Dépossession comment l’hyper puissance d’une élite financière mettait les États et les citoyens à genoux. Avec ce nouvel ouvrage très analytique et formidablement documenté (Comment une élite financière s’arroge le pouvoir absolu par la captation universelle des ressources. Éditions Réorganisation du monde), elle va plus loin en décrivant l’instauration d’une tyrannie globale qui ne fait même plus semblant de se cacher derrière les faux-nez d’une “ démocratie ” qui n’existe plus.

liliane Heldd Khawam

https://lilianeheldkhawam.com/2019/11/29/coup-detat-plane...

Climatisme: idéologie de l'assujettissement et de la pauvreté

Par rapport au passé, il y a un changement majeur : avant, on parlait de réchauffement climatique, aujourd'hui les maîtres des mots se sont rabattus sur le changement climatique, plus générique. En tout cas, on ne peut échapper à une idéologie dont le principal court-circuit concerne le rôle de l'espèce humaine. Le dogme incontesté, en effet, est l'origine anthropique du changement climatique de la planète. C'est l'homme, avec sa volonté de puissance, qui est le prédateur responsable du déséquilibre naturel. Jusqu'à présent, rien à redire : des thèses proclamées par beaucoup sans succès.

Euro-synergies

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2021/10/04/c...

RUSSIE

Une réponse aux laboratoires biologiques et aux programmes militaires secrets américains

L’expansion incontrôlée du réseau de laboratoires biologiques militaires secrets américains le long des frontières russes est un sujet de préoccupation non seulement pour Moscou mais aussi pour de nombreuses républiques post-soviétiques et la communauté internationale.  À ce jour, les États-Unis ont créé une véritable toile d’araignée de laboratoires biologiques secrets dans le monde entier. Depuis 1997, le Pentagone a entraîné dans ce programme plus de 30 pays comme partenaires de cette « initiative » américaine. Sans compter les 400 installations situées sur le territoire continental des États-Unis qui sont également impliquées dans un travail sur des agents pathogènes.

Le Saker francophone

https://lesakerfrancophone.fr/une-reponse-aux-laboratoire...

SANTÉ

Inde : quand l’OMS joue à cache-cache avec l’ivermectine

Quand l’OMS et le CDC (Center for Disease Control and Prevention, agence du médicament aux USA) distribuent de l’ivermectine pour traiter l’épidémie de Covid en Inde, se félicitent du résultat, mais refusent de dire ce qu’ils ont distribué.

Covid-factuel.fr

https://www.covid-factuel.fr/2021/10/04/inde-quand-loms-j...

Les vaccins génétiques anti-covid sont une forme d’expérimentation médicale

Au regard du droit européen et du droit international, les vaccins génétiques anti-covid constituent une expérimentation médicale sur les êtres humains. Or, d’un point de vue tant éthique que juridique, nul ne peut être obligé de se soumettre à une forme d’expérimentation médicale en l’absence d’un consentement libre et éclairé.

blogs.mediapart.fr

https://blogs.mediapart.fr/laurent-mucchielli/blog/081021...

Philippsburg2.jpg

UNION EUROPÉENNE

Politique énergétique européenne : un désastre antinucléaire

Depuis près de 20 ans, la politique énergétique de l’Europe influencée par l’Allemagne est un désastre qui se traduit aujourd’hui par une augmentation rapide des prix du gaz et de l’électricité.

Contrepoints

https://www.contrepoints.org/2021/10/08/408001-politique-...

samedi, 09 octobre 2021

France: le nouveau Messie

319855fd4173b53ea5c02afecc8b3640.jpg

France: le nouveau Messie
 
Auteur : Philippe Huysmans
 
Ex: http://www.zejournal.mobi/index.php/news/show_detail/24289

Pour être un observateur attentif de la politique française depuis des décennies, j’ai de plus en plus l’impression que si l’histoire ne se répète pas, elle a une fâcheuse tendance à repasser les plats. C’est normal, me direz-vous, puisqu’après tout, c’est dans les plus vieilles casseroles qu’on fait les meilleurs bouillons.

Ainsi, la stratégie du pouvoir pour écarter systématiquement toute opposition réelle a été soit de la diaboliser, soit de façonner des opposants en carton dont on sait que le moment venu, il sera facile de les battre.

Un des cas les plus emblématiques reste certainement l’élection de 2002, chef-d’oeuvre du genre, qui avait opposé au second tour Jacques Chirac et Jean-Marie Le Pen au grand dam de Lionel Jospin qui s’était fait débarquer au premier tour. Exit donc le candidat gênant, et une victoire écrasante pour Chirac, trop heureux de se voir reconduire sur un score digne du parti communiste soviétique à l’époque de Brejnev (82,21%).

L’élection de 2012 marque l’entrée dans la danse de Marine Le Pen, suite au retrait de papounet le menhir qui commençait à se faire vieux et avait compris assez tôt que jamais il n’accéderait à la fonction suprême. Pareil pour sa fille, en fait, si elle était restée sur la ligne du Front National. Mais on lui a fait miroiter que si elle adoptait une trajectoire rentrante, notamment concernant la communauté juive, la shoah, et finalement le sionisme, elle pourrait prétendre à la respectabilité et rejoindre les candidats présidentiables. Fatale erreur, elle n’avait pas réalisé que le projet était en réalité de détruire une fois pour toutes la droite patriotique, en la forçant à tous les renoncements, en détruisant méticuleusement son assise idéologique.

L’élection de 2017 reste la parfaite illustration de ceci. On commence par liquider le candidat vraiment dangereux (François Fillon) sur base d’un dossier bidon, puis on oppose les ânes habituels au « miracle » Macron, ce nouveau génie des Carpates tellement jeune et si mignon. Restent Marine Le Pen, Mélenchon (looser officiel depuis 40 ans), et Benoît Hamon qui a le charisme d’une tartiflette crue. Tout se passe comme prévu, Marine Le Pen se retrouve au second tour et se fait laminer en beauté notamment à l’occasion d’un débat qui restera dans les annales comme une démonstration éclatante de l’impéritie crasse de la tête de gondole du Front National. Incompétence ou soumission, à ce niveau-là de similitude, ça devient difficile à distinguer.   Cette fois, les patriotes n’ont pas perdu, ils ont été faits cocus.

Est-ce que les candidats opposés à Macron avaient la moindre chance, sachant que l’ensemble des médias avait pris fait et cause pour lui? Non, aucune, c’était le candidat du sérail, propulsé par l’oligarchie qui se trouve posséder l’ensemble de la presse écrite et des instituts de sondage.

Aujourd’hui, sur fond de grogne sociale, mais aussi dans le contexte d’un véritable coup d’État opéré par les gouvernements occidentaux au titre d’une prétendue crise sanitaire, les choses auraient pu se dérouler bien autrement, tant le président Macron est détesté par une majorité de la population.

Est-ce que Macron sera candidat en 2022?

À vrai dire cela paraît peu probable, tant le rejet de sa personne est fort. Disons qu’il est légèrement carbonisé et qu’il sent le soufre, ses bons maîtres n’hésiteront pas à le sacrifier comme un vieux Kleenex. Il n’a jamais été autre chose qu’un président jetable, à qui l’on donne l’ordre de mener des réformes plus impopulaires les unes que les autres, avant de retourner à l’écurie peindre une autre haridelle en cheval de course. Gageons qu’il trouvera bien à se recaser dans le privé, pourquoi pas dans la banque ou au conseil d’administration d’une société pharmaceutique, par exemple.

Identifier les priorités

S’il y a quelque chose qui m’effraie dans cette campagne présidentielle, c’est à quel point il reste facile de distraire l’opposition véritable en agitant, une fois de plus, le hochet du grand remplacement. Est-ce que le grand remplacement est un fantasme? Sûrement pas, c’est une réalité de plus en plus tangible, et de plus en plus mal acceptée par une majorité de Français confrontés à la précarité et à l’insécurité. Mais est-ce que c’est la priorité? Ne pas oublier que l’immigration massive n’est pas une fatalité, elle a été voulue par les gouvernements successifs, un peu partout en Occident. C’est une création du pouvoir, un outil au service d’un but : détruire les nations au profit de populations déracinées ne pouvant se réclamer de nulle part, un immense troupeau d’esclaves-consommateurs sous la férule de la bourgeoisie des milliardaires. Le modèle c’est le communisme pour les masses et l’ultralibéralisme pour l’oligarchie, le pire des deux mondes.

Pendant ce temps, depuis 19 mois nous assistons à l’instauration d’une véritable tyrannie, d’un pouvoir en roue libre s’affranchissant de toutes les barrières démocratiques avec le soutien des médias à la botte.

Si l’on ne comprend pas que l’instauration de la dictature n’est que le moyen d’imposer l’instauration du modèle de société que j’évoquais plus haut, on est perdus. Si vous n’êtes pas capables en l’état de vous opposer au grand remplacement, vous pensez sérieusement que vous serez à même de vous opposer à quoi que ce soit une fois en dictature?

Zemmour comme sauveur de la France

Si voter changeait quelque chose il y a longtemps que ça serait interdit, disait Coluche. C’est également mon opinion. Néanmoins, si vous persistez à penser que cette mascarade pourrait déboucher sur une issue positive, il y a quand même lieu de vous poser deux ou trois questions.

Une phrase, frappée au coin du bon sens, circule ces temps-ci sur internet et dit en substance que si celui qui incarne la résistance est adoubé par la presse, alors il ne peut pas être la résistance. Et de fait, si l’on en juge par la couverture médiatique du personnage, on a un peu de mal à croire qu’il serait autre chose qu’un rouage du système.

Ensuite sur le côté sauveur du personnage, avez-vous pris la peine d’écouter ses positions à part son dada de l’immigration zéro? Il est plus à droite que Macron, et pour l’augmentation de l’âge de la pension. Sur la pseudo crise sanitaire, c’est pire encore, l’intéressé soutenait le pass sanitaire, et s’il jugeait que l’obligation vaccinale à peine déguisée est inélégante, il n’était pas contre une bonne grosse obligation vaccinale pour tous dans la loi. Ca ne vous paraît pas un peu rédhibitoire?

Sa propension à n’attaquer frontalement que Marine Le Pen sans jamais égratigner le pouvoir en place incarné par Macron ne vous pose pas de problème? Ses diatribes sur l’immigration zéro alors que c’est un européiste convaincu vous paraissent crédibles, sachant qu’en droit français, les accords internationaux, dont la constitution européenne, viennent au-dessus même de la constitution, dans la hiérarchie des normes?

Parlera-t-on de ses soutiens, qui ressemblent à s’y méprendre à ceux qui avaient propulsé Macron sur le devant de la scène? Parlera-t-on des dizaines de milliers de comptes qui ont surgi sur les réseaux sociaux comme des champignons après l’averse, tous tenus par la « jeunesse enthousiaste » qui supporte le candidat miraculeux? Qui peut se payer ce genre de campagne de communication alors qu’il n’est même pas officiellement candidat?

Croire qu’il serait autre chose que l’arme ultime d’un système aux abois est, selon moi, la meilleure recette pour une méga gueule de bois au lendemain des présidentielles.

Conclusion

Ma conclusion n’est pas pour plaire, parce que je crois qu’il n’y en a aucune s’agissant d’un jeu truqué qui tient lieu de divertissement populaire afin de maintenir l’illusion démocratique. On ne joue pas avec les tricheurs, on renverse la table.

Et sachez que les libertés qu’on vous prend aujourd’hui, personne ne vous les rendra. Il faudra les reconquérir de haute lutte ou se résigner à l’oppression. La seule chose dont le pouvoir a une sainte trouille, c’est la solidarité. Quand les citoyens se souviennent qu’unis, ils peuvent aisément balayer la tyrannie. Les manifs c’est bien, la grève générale c’est mieux! À quand la désobéissance civile généralisée? Que pourrait faire le pouvoir contre ça?

Moi je me rappelle qu’un petit homme haut comme trois pommes et épais comme un Tuc a su obliger le plus puissant empire colonial de l’époque à accorder son indépendance à l’Inde, avec juste ça !

Le cordon sanitaire atlantique

698d674302c6a6a5cb3dcb5eaacf041a.jpg

Le cordon sanitaire atlantique

Par Claudio Mutti

(Archives, novembre 2017)

Ex: https://www.eurasia-rivista.com/cordone-sanitario-atlantico/?fbclid=IwAR3A5K4hxh5MG1_mniGFXeYCui6Mp1xpxkHVJUONkyWbzgX4H1X4YT58MTA

Au tournant des 13e et 14e siècles, la géographie de l'Europe de l'Est était complètement différente de ce qu'elle est aujourd'hui et offrait un tableau politique extrêmement fragmenté, dans lequel les forces qui allaient avoir une influence décisive sur l'histoire ultérieure prenaient lentement forme. La Russie est un ensemble de principautés, parmi lesquelles le petit duché de Moscovie ne s'est pas encore imposé comme le noyau du nouvel État russe. Le royaume de Pologne, qui, au siècle précédent, avait été réduit à une multitude d'îlots, ne comprenait ni la Silésie ni les territoires baltes de la Poméranie et, à l'est, touchait à peine la Galicie. Sur la côte de la Baltique, entre les embouchures de la Vistule et de la Neva, se trouvait le territoire de l'Ordre Teutonique. L'État lituanien est coincé entre les principautés russes et la Pologne. La partie sud de l'Ukraine actuelle, avec la péninsule de Crimée, était sous la domination des Khans tatars.

3873ebfeb2a1a4a371a6c647123aa56a.jpg

À partir des dernières décennies du XIIIe siècle, et pendant environ un siècle et demi, la Lituanie a repoussé ses frontières vers l'est sans rencontrer d'obstacles majeurs. Ayant vaincu les armées de l'Ordre Teutonique et étendu ses territoires vers le nord également, la Lituanie était devenue, au milieu du XIVe siècle, "un État puissant" [1] s'étendant de la mer Baltique presque jusqu'à la mer Noire.

En 1386, le grand-duc lituanien Jogaila (dont le nom sera connu en Europe sous la forme polono-latine de Jagiello, c'est-à-dire Jagellon) décide de se faire baptiser, afin d'être marié à la reine polonaise Jadwiga, âgée de onze ans (qui deviendra sainte Hedwige, patronne des reines, de la Pologne et de l'Union européenne elle-même) et de pouvoir être couronné roi de Pologne sous le nom de Ladislas (1386-1434). La Lituanie reste donc un grand-duché sous souveraineté polonaise. Selon les accords préliminaires conclus avec l'aristocratie polonaise, le fondateur de la dynastie des Jagellons s'engage à unir ses possessions lituaniennes et russes à la couronne polonaise, à faire la guerre aux chevaliers teutoniques, à soutenir l'Église catholique et à appuyer les efforts des missionnaires allemands et polonais pour convertir les Lituaniens païens.

Le 15 juillet 1410, les armées du nouveau souverain polonais et de son cousin lituanien Vytautas (1350-1430) ont vaincu les chevaliers teutoniques à Grunwald, mettant ainsi fin au pouvoir de l'Ordre dans la région de la Baltique. Sous Vytautas, qui poursuit la politique d'expansion lituanienne vers le sud et l'est, conquérant de larges portions du territoire russe et attirant les Tatars de Crimée dans sa sphère d'influence, le Grand-Duché de Lituanie "atteint son extension territoriale maximale, allant jusqu'à la mer Noire, avec une superficie d'environ 1 000 000 de kilomètres carrés, plus de trois fois la taille de l'Italie actuelle"[2].

1009151-Les_États_de_la_maison_des_Jagellons.jpg

Au siècle suivant, le 10 janvier 1569, une diète commune lituano-polonaise a ratifié l'union des deux États à Lublin. C'est ainsi que naquit la République des deux nations (pol. Rczeczpospolita Obojga Narodów), qui devait rester le plus grand État d'Europe jusqu'au XVIIe siècle, lorsque la volonté de puissance de l'aristocratie polonaise fut ravivée par le mythe de son origine sarmate, inspirant une sorte de messianisme politique exprimé par ce mot d'ordre : "Poland caput ac regina totius Sarmatiae !". En d'autres termes, "il aurait appartenu à la Pologne de prendre la tête d'une formation slave qui aurait unifié presque tous les peuples d'Europe centrale et orientale" [3], la soi-disant "Sarmatie de l'Europe".

Mais au lieu de cela, secoué par les luttes internes causées par le système de patronage et pris dans les tenailles des puissances périphériques émergentes telles que la Russie (la "Sarmazia asiatique") et la Prusse, le système géopolitique unitaire créé par les Jagellons disparaît progressivement à la suite des partages de la Pologne en 1772, 1793 et 1795.

Adam_Jerzy_Czartoryski.jpg

L'idée de faire revivre la République des Deux Nations est relancée pendant son exil parisien par le prince Adam Jerzy Czartoryski (1770-1861) (tableau, ci-dessus), "cet aristocrate qui, pour ses partisans, était le "roi non couronné" de Pologne" [4], qui pensait qu'avec le soutien de la Grande-Bretagne, de la France et de la Turquie, il serait possible de ressusciter la Pologne, d'incorporer les régions orientales de la Prusse et de reconstituer un État polono-lituanien fédéré avec les Estoniens, les Lettons, les Ukrainiens, les Tchèques, les Slovaques, les Hongrois, les Roumains et les Slaves du Sud. De cette manière, la puissance prussienne aurait été fortement réduite et la Russie aurait été contrainte d'abdiquer son rôle en Europe orientale. Mais le projet de Czartoryski, qui, pour ses partisans, devait sembler réalisable à l'époque des soulèvements anti-impériaux de 1848-49, a échoué en raison du désintérêt de l'Occident et de l'intransigeance de la Hongrie à l'égard des Tchèques, des Slovaques et des Roumains, ainsi que de l'hostilité de la Russie et de la Prusse.

La réapparition du projet a été favorisée par la défaite de la Russie, de l'Allemagne et de l'Autriche-Hongrie lors de la Première Guerre mondiale et par les bouleversements provoqués en Russie par la révolution d'octobre. Après la guerre opposant la Russie et la Pologne, qui s'est terminée le 18 mars 1921 par le traité de paix de Riga, le maréchal Józef Piłsudski (1867-1935), chef provisoire de l'État polonais renaissant, a lancé l'idée d'une fédération d'États, s'étendant "entre la mer Baltique et la mer Noire", serait appelée Międzymorze en polonais, Tarpjūris en lituanien et Intermarium en latin, selon un néologisme qui n'est pas à la hauteur de la tradition humaniste polonaise. La fédération, héritière historique de l'ancienne entité politique polono-lituanienne, selon le projet initial de Piłsudski (1919-1921) devait comprendre, outre la Pologne, force hégémonique, la Lituanie, la Biélorussie et l'Ukraine. Il est clair que le projet Intermarium visait à la fois l'Allemagne, qu'il fallait empêcher de redevenir une puissance impériale, et la Russie, qui, selon le projet complémentaire "Prométhée" du maréchal, devait être démembrée en ses composantes ethniques.

Józef_Piłsudski_(-1930).jpg

Pour la France, ce projet présentait un certain intérêt, car il aurait permis de bloquer simultanément l'Allemagne et la Russie par le biais d'un bloc centre-oriental dirigé par la Pologne. Mais le soutien français ne suffit pas à concrétiser le projet, qui est remplacé par le fragile système d'alliances balayé par la Seconde Guerre mondiale.

Une variante plus audacieuse du projet Intermarium, élaborée par le Maréchal entre 1921 et 1935, renonçait à l'Ukraine et à la Biélorussie, mais s'étendait en contrepartie à la Norvège, la Suède, le Danemark, l'Estonie, la Lettonie, la Tchécoslovaquie, la Hongrie, la Roumanie, la Bulgarie, la Grèce, la Yougoslavie et l'Italie. Les deux mers sont devenues quatre, la mer Baltique et la mer Noire étant rejointes par l'Arctique et la Méditerranée. Mais même cette tentative a échoué et le seul résultat a été l'alliance de la Pologne avec la Roumanie.

L'idée d'une entité géopolitique d'Europe centrale entre la mer Baltique et la mer Noire est reproposée en termes de "troisième Europe" par le collaborateur de Piłsudski, Józef Beck (1894-1944), qui prend en 1932 la direction de la politique étrangère polonaise et conclut un pacte d'alliance avec la Roumanie et la Hongrie.

Plus tard, pendant la Seconde Guerre mondiale, le gouvernement polonais de Władisław Sikorski (1881-1943) - en exil d'abord à Paris puis à Londres - a présenté aux gouvernements de la Tchécoslovaquie, de la Grèce et de la Yougoslavie la perspective d'une union d'Europe centrale entre la mer Baltique, la mer Noire, la mer Égée et l'Adriatique ; mais en raison de l'opposition soviétique et de la réticence de la Tchécoslovaquie à se fédérer avec la Pologne, le projet a dû être abandonné.

19_07_2013_13_12_59.jpg

Avec la chute de l'URSS et la dissolution du Pacte de Varsovie, l'idée de l'Intermarium a été relancée, prenant différentes formes telles que le Conseil de coopération de la mer Noire, le Partenariat oriental et le Groupe de Visegrád, moins ambitieux et plus petits que les variantes du projet "classique".

Mais le système d'alliances qui se rapproche le plus du schéma de l'Intermarium est celui théorisé par Stratfor, le centre d'études américain fondé par George Friedman, à l'occasion de la crise ukrainienne. Pour sa part, le général Frederick Benjamin "Ben" Hodges, commandant de l'armée américaine en Europe (décoré de l'Ordre du mérite de la République de Pologne et de l'Ordre de l'étoile roumaine), a annoncé un "prépositionnement" des troupes de l'OTAN dans toute la zone qui, proche des frontières occidentales de la Russie, comprend les territoires des États baltes, de la Pologne, de l'Ukraine, de la Roumanie et de la Bulgarie. De la Baltique à la mer Noire, comme dans le plan initial de Piłsudski.

Le 6 août 2015, le président polonais Andrzej Duda a préfiguré la naissance d'une alliance régionale explicitement inspirée du modèle Intermarium. Un an plus tard, du 2 au 3 juillet 2016, la conférence inaugurale du groupe d'assistance Intermarium s'est tenue à l'hôtel Radisson Blue de Kiev en présence du président de la Rada ukrainienne Andriy Paruby et du président de l'Institut national de recherche stratégique Vladimir Gorbulin, ainsi que de personnalités politiques et militaires de diverses régions d'Europe, au cours de laquelle a été présenté le projet d'unification des États situés entre la mer Baltique et la mer Noire.

Le mois suivant, les deux mers étaient déjà devenues trois : les 25 et 26 août 2016, le Forum de Dubrovnik sur le thème "Renforcer l'Europe - Connecter le Nord et le Sud" a publié une déclaration commune dans laquelle était présentée l'initiative des trois mers, un plan ayant pour objectif de "connecter les économies et les infrastructures de l'Europe centrale et orientale du nord au sud, en élargissant la coopération dans les domaines de l'énergie, des transports, des communications numériques et de l'économie en général". L'initiative des trois mers, conçue par l'administration Obama, a été baptisée par Donald Trump le 6 juillet 2017 lors de sa visite à Varsovie. L'initiative, qui, selon le président Duda, découle d'un "nouveau concept visant à promouvoir l'unité européenne", réunit douze pays situés entre la mer Baltique, la mer Noire et la mer Adriatique et presque tous les membres de l'Alliance atlantique : l'Estonie, la Lettonie, la Lituanie, la Pologne, la Slovaquie, la République tchèque, l'Autriche, la Slovénie, la Croatie, la Hongrie, la Roumanie et la Bulgarie.

D'un point de vue économique, l'objectif de l'initiative des trois mers est de frapper les exportations de gaz russe vers l'Europe en favorisant les expéditions de gaz naturel liquéfié en provenance d'Amérique : "Un terminal dans le port balte de Świnoujście, d'un coût d'environ un milliard de dollars, permettra à la Pologne d'importer du GNL américain à hauteur de 5 milliards de mètres cubes par an, extensible à 7,5. Grâce à ce terminal et à d'autres, dont un prévu en Croatie, le gaz provenant des États-Unis, ou d'autres pays par l'intermédiaire de sociétés américaines, sera distribué par gazoducs dans toute la "région des trois mers""[5].

Ainsi, la macro-région des Trois Mers, liée par des liens énergétiques et militaires plus à Washington qu'à Bruxelles et Berlin, brisera effectivement l'Union européenne et, englobant tôt ou tard l'Ukraine, resserrera davantage le cordon sanitaire le long de la frontière occidentale de la Russie.

NOTES:

[1] Josef Macek, L'Europa orientale nei secoli XIV e XV, Sansoni, Florence 1974, p. 16.

[2] Beruta Žindžiūtė Michelini, Lituanie, NED, Milan 1990, p. 50.

[3] Francis Conte, Gli Slavi. Le civiltà dell'Europa centrale e orientale, Einaudi, Turin 1990, p. 293.

[4] Oscar Halecki, I Polacchi, in Il mondo degli Slavi, édité par Hans Kohn, Cappelli editore, Bologna 1970, p. 115.

[5] Manlio Dinucci, Sui Tre mari dell'Europa bandiera USA, Réseau Voltaire, Rome, 10 juillet 2017 http://www.voltairenet.org/article197081.htm

Crise énergétique européenne due à l'interruption de l'approvisionnement en GNL en provenance des États-Unis

phpXZD1vE.jpg

Crise énergétique européenne due à l'interruption de l'approvisionnement en GNL en provenance des États-Unis

Gazprom exporte du gaz vers l'Europe en respectant pleinement ses engagements contractuels

Aleksandr Pasechnik, chef du département analytique du Fonds national de sécurité énergétique, InfoRos 01.10.2021

La frénésie sur le marché européen du gaz n'a pas cessé depuis le début de l'automne. Le 20 septembre, le prix du gaz en Europe a de nouveau atteint 900 dollars par millier de mètres cubes (la dernière fois qu'une telle situation s'est produite, c'était le 15 septembre, où le prix avait même dépassé 950 dollars). Gazprom a été immédiatement accusé par les politiciens européens et nord-américains. Par conséquent, le conseiller en sécurité énergétique du département d'État américain a déclaré que la Russie devrait augmenter dès que possible ses livraisons de gaz à l'Europe via l'Ukraine, en raison du manque de ses propres réserves avant l'hiver. L'Agence internationale de l'énergie (AIE) a également exhorté la Russie à augmenter ses livraisons de gaz à l'UE. "L'AIE estime que la Russie peut faire davantage pour accroître la disponibilité du gaz en Europe et faire en sorte que les stocks soient remplis à des niveaux adéquats avant la prochaine saison de chauffage hivernale", a déclaré l'agence. La candidate des Verts à la chancellerie allemande, Annalena Baerbock, a également souligné les réticences de la Russie en matière d'approvisionnement en gaz de l'Europe afin d'accroître la pression politique et d'accélérer l'approbation de Nord Stream 2.

Comme vous le savez, les Verts allemands n'acceptent pas ce gaz. (Le 26 septembre, des élections ont eu lieu en Allemagne ; on saura bientôt qui prendra la tête du pays et quelle sera sa position sur le Nord Stream 2. Jusqu'à présent, les "coalitions" entre les partis sont en train de former une majorité gouvernementale, à la suite de laquelle un nouveau chancelier sera élu).

les-gazoducs-transeuropeens.jpg

La direction du géant russe a jugé ces accusations incongrues, corroborant avec des statistiques progressives sur l'approvisionnement en gaz, les exportations ayant augmenté à partir du premier semestre 2021 afin de maintenir le plafond contractuel. En outre, Gazprom continue de fournir des volumes adéquats dans le cadre de contrats à long terme. Sinon, l'entreprise serait embourbée dans des réclamations de contreparties. En effet, la reprise du marché spot européen se poursuit en raison des pénuries de GNL en provenance des États-Unis. Les méthaniers nord-américains se dirigent désormais vers les pays de la région Asie-Pacifique (APR) ou l'Amérique du Sud, où la marge de livraison est encore plus élevée (que vers l'Europe).

L'Europe ne reçoit pas les "convois" de méthaniers promis par les États-Unis. Dans le même temps, les prix record des carburants en Europe ont déjà contraint les autorités de certains pays de l'UE à prendre des mesures d'urgence pour limiter les tarifs du gaz et de l'électricité. Les entreprises énergétiques commençaient à glisser vers la faillite. Et parfois, la production était suspendue. Par exemple, au Royaume-Uni, deux usines d'engrais contrôlées par des Nord-Américains ont été fermées. Des nouvelles similaires sont venues des États baltes. Dans le passé, ces hausses du prix du gaz étaient atténuées par le passage au combustible rival, le charbon. Aujourd'hui, cela est plus difficile en raison du rythme accéléré de la transition énergétique. De nombreuses centrales électriques au charbon sont fermées et le charbon est de plus en plus cher. De manière générale, l'Europe semble être au bord d'une crise énergétique. L'hiver n'est pas encore arrivé et il pourrait faire très froid, comme l'année dernière. Il y en a plus là d'où ça vient.

Toutefois, le lancement de Nord Stream 2 pourrait calmer la frénésie du marché européen du gaz et le cours des actions pourrait baisser si Gazprom commence à pomper du gaz avec le nouveau système. Après tout, Gazprom a raisonnablement abandonné la pratique consistant à réserver des capacités supplémentaires dans le système de transport de gaz naturel de l'Ukraine, ce qui alarme les acheteurs européens. Mais Nord Stream 2 a besoin d'une certification du système pour commencer à exporter du gaz. Ce n'est que le 13 septembre que l'Agence fédérale allemande des réseaux (Bundesnetzagentur, BNetzA) a commencé à traiter la demande de certification de Nord Stream 2 AG en tant qu'opérateur indépendant. Et il y a quatre mois pour examiner la demande. Après cela, le projet de décision doit encore être évalué par la Commission européenne. Cela peut prendre deux mois.

La société polonaise PGNiG est également engagée, même si elle gagne, elle ne pourra pas arrêter le processus en utilisant son droit de veto. Mais le début imminent de la saison de chauffage en Europe et la hausse des prix du gaz exigent une certification accélérée de Nord Stream 2. Gazprom est prêt à charger dynamiquement le nouveau gazoduc, qui est nécessaire pour les entreprises européennes et l'économie en général. Mais pas pour l'Eurocratie qui s'oppose à Gazprom.

Les États-Unis maintiennent également la pression. Le 29 septembre, la commission internationale du Sénat entendra l'affaire à huis clos pour discuter des mesures prises par l'administration américaine concernant le gazoduc Nord Stream 2. Et ce, indépendamment de l'achèvement de la ligne principale. Pendant ce temps, Gazprom enregistre des succès en Europe, dont l'un est le contrat gazier à long terme signé avec la Hongrie le 27 septembre.

Le "précédent polonais" aura un effet domino sur l'UE  

RUFZZA4VGFETVIMQHSUOCYCOXM.jpg

Le "précédent polonais" aura un effet domino sur l'UE  

Source: EADaily & http://aurorasito.altervista.org/?p=20263

Pour la deuxième journée, Bruxelles est sous le choc de la décision de la Cour constitutionnelle polonaise, qui a reconnu la suprématie de la constitution polonaise sur le droit international, y compris les traités de l'UE. Les réseaux sociaux politiques sont envahis par les commentaires furieux des fonctionnaires de l'UE, des parlementaires et des experts. EADaily a préparé une vue d'ensemble de quelques aperçus.

Le président du Parlement européen, David Sassoli, a déclaré : "La primauté du droit communautaire doit être incontestable. Quiconque viole ce principe menace l'un des principes fondamentaux de l'UE. Nous demandons à la Commission européenne de prendre les mesures nécessaires".

Jeroen Lenaers, représentant légal du Parti populaire européen au Parlement européen: "Il est difficile de croire que le gouvernement PiS (parti au pouvoir en Pologne - EADaily) affirme ne pas vouloir quitter l'UE. Il agit dans le sens inverse. Assez ! En déclarant que les traités de l'UE sont incompatibles avec le droit polonais, la Cour constitutionnelle illégale met le pays sur la voie du Polexit. Les États de l'UE ne doivent pas demeurer inertes!".

Jens Geyer, député européen du Parti socialiste européen : "Si la communauté juridique de l'UE n'existe plus, elle doit être dissoute. Il y a maintenant deux options pour la Pologne. Soit la constitution polonaise sera mise en conformité avec la législation européenne, soit la Pologne devra quitter l'UE".

Teresa Reintke, eurodéputée allemande (Verts): "Les gouvernements de l'UE ne doivent plus être paresseux pendant que le gouvernement polonais essaie de changer les règles de la démocratie !".

Laurent Pech, professeur de droit public européen à Londres : "Nous avons devant nous le Polexit du système juridique. Et aussi la fin de la confiance dans le droit européen. La Pologne veut créer un système judiciaire de type soviétique afin que l'autocratie puisse se développer sans entrave."

TG Europe WTF résume: "C'est un moment décisif pour l'ensemble de la communauté européenne. Si maintenant la question de la Pologne n'est pas résolue de manière radicale (ni avec la sortie du pays de l'UE, ni avec le retour de Varsovie à la directive européenne) et que Bruxelles avale les actions des Polonais, alors un tel précédent entraînera un effet domino, surtout en Europe de l'Est, où par exemple aussi la Hongrie s'est engagée sur la voie d'une plus grande souveraineté. En fin de compte, cela conduirait à la désintégration de l'ensemble du bloc."

Nos commentaires:

1) Le droit doit correspondre à un réalisme ontologique et anthropologique: s'il n'en tient pas compte, il ne vaut rien et doit être abrogé et remplacé par un système juridique cohérent, inspiré, par exemple, du droit constitutionnel polonais ou du droit tel qu'il était pratiqué avant le déliquescence contemporaine.

2) Le fétichisme du droit, manie jacobine et occidentale, est une calamité. On peut vouloir échapper à cette calamité. Le droit est toujours une abstraction qui ne peut en aucun cas contrevenir aux lois fondamentales du réel physique et biologique.

3) L'effet domino est parfaitement souhaitable car il conduira à terme à une harmonisation du droit, respectueux des réalités ontologiques et anthropologiques. Au contraire, le droit préconisé par l'UE actuelle conduit à des dissensions sans fin, dont les décisions du tribunal constitutionnel polonais et les réticences hongroises ne sont que les prémisses. Il faut mettre fin à toutes ces dissensions potentielles en retournant à un droit expurgé de toutes les manies modernes, pour lesquelles le réel est marqué d'insuffisances ou de lacunes auxquelles doivent pallier les bricolages de juristes écervelés et d'idéologues fous. 

jeudi, 07 octobre 2021

Un analyste politique allemand : Berlin devrait remettre l'ambassadeur ukrainien à sa place pour avoir manipulé l'histoire

1022089345_0 58 3072 1989_1920x0_80_0_0_d807130336894c5a678fe5fe3b8b19c9.jpg

Un analyste politique allemand: Berlin devrait remettre l'ambassadeur ukrainien à sa place pour avoir manipulé l'histoire

Ex: https://www.geopolitica.ru/news/nemeckiy-politolog-berlin-dolzhen-postavit-na-mesto-posla-ukrainy-povadivshegosya-manipulirovat

L'Ukraine n'a pas rejoint l'Union européenne et l'OTAN sous le gouvernement allemand sortant, mais les choses pourraient changer sous le nouveau cabinet, qui comprendra certainement des représentants du parti des Verts, a déclaré l'analyste politique allemand Alexander Rahr au journal VZGLYAD. L'ambassadeur ukrainien Andriy Melnyk avait auparavant appelé Berlin à aider l'Ukraine à entrer dans l'UE et l'OTAN en raison des "pages sombres du passé".

"L'Ukraine est très activement soutenue en Allemagne par le Parti vert, par un certain nombre de politiciens en Allemagne, par des médias anti-russes, ainsi que par des fonctionnaires d'État en Pologne. Ils sont très actifs dans la réécriture de l'histoire et dans la tentative de réinterpréter l'issue et le déroulement de la Seconde Guerre mondiale", a déclaré M. Rahr.

Il a déclaré que ces forces ne devaient pas être sous-estimées, car des historiens professionnels travaillent avec elles.

"Ils veulent assimiler le bolchevisme et le national-socialisme, assimiler Staline à Hitler. L'objectif des autorités ukrainiennes, et notamment de Melnyk, est de convaincre Berlin d'admettre que l'Allemagne et l'URSS ont déclenché la Seconde Guerre mondiale et que la principale victime de l'attaque des troupes d'Hitler a été l'Ukraine. C'est pourquoi elle a maintenant besoin d'être relevée économiquement et protégée de "l'agression russe", a souligné l'interlocuteur.

Un autre objectif de l'Ukraine est d'essayer de renforcer son identité nationale et d'obtenir simplement plus d'attention de la part de l'Occident, pour lequel Kiev doit constamment soutenir des projets anti-russes.

"Les autorités ukrainiennes, soutenues par un certain nombre de politiciens occidentaux, soutiennent constamment la thèse : 'l'Ukraine est l'anti-Russie'. Dans l'ensemble, les autorités allemandes ont jusqu'à présent ignoré Melnyk parce qu'il se comporte de manière trop effrontée. Cependant, Berlin ne doit pas se contenter d'ignorer l'ambassadeur, mais devrait le remettre à sa place. Par le passé, même l'envoyé diplomatique américain était réprimandé par les autorités allemandes, si cela s'avérait nécessaire. Et je me demande pourquoi maintenant Berlin ne répond pas au chef de l'ambassade ukrainienne", a avoué Rahr.

Cependant, il est difficile de prévoir comment le prochain gouvernement, qui inclura certainement les Verts, se comportera. "Les choses pourraient même changer pour le pire. C'est sur cela que Melnyk compte. Kiev suppose que les Verts porteront Melnik sur leurs épaules et se joindront à ses revendications", conclut l'analyste.

 

mercredi, 06 octobre 2021

L'UE tente de s'implanter dans la région indo-pacifique

euipreg.jpg

L'UE tente de s'implanter dans la région indo-pacifique

Leonid Savin

Ex: https://www.geopolitica.ru/article/es-rvetsya-v-indo-tihookeanskiy-region

Le 16 septembre, la Commission européenne a publié la stratégie de l'UE pour la coopération dans la région indo-pacifique. Auparavant, le 19 avril, l'UE avait déjà déclaré son intérêt pour cette zone, en notant que la communauté souhaitait renforcer son implication dans l'espace indo-pacifique, pour lequel des approches et des principes d'engagement seraient développés.

Facteurs rationnels

Le document indique que l'avenir de l'UE et de la région indo-pacifique est inextricablement lié, compte tenu de l'interdépendance des économies et des défis mondiaux communs. La région comprend sept membres du G20 - l'Australie, la Chine, l'Inde, l'Indonésie, le Japon, la République de Corée et l'Afrique du Sud - ainsi que l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (ANASE), qui est un partenaire de plus en plus important pour l'UE. La région abrite les trois cinquièmes de la population mondiale, produit 60 % du PIB mondial, représente deux tiers de la croissance économique mondiale pré-pandémique et est à l'avant-garde de l'économie numérique. Les régions ultrapériphériques de l'UE et les pays et territoires d'outre-mer constitutionnellement liés à ses États membres constituent un élément important de l'approche de l'UE vis-à-vis de la région indo-pacifique.

Les bureaucrates de Bruxelles ont également inclus un programme vert dans la stratégie, déclarant dans le premier paragraphe que "la région indo-pacifique est à la fois une source importante de problèmes environnementaux mondiaux et un bénéficiaire potentiel de leur solution. La part de la région dans les émissions mondiales de dioxyde de carbone est passée de 37 % à 57 % depuis 2000, et la région sera responsable de plus de 70 % de la croissance de la demande énergétique mondiale d'ici à 2030. On s'attend à ce que le changement climatique exerce une pression supplémentaire sur la biodiversité marine, les ressources naturelles et la pêche, entraînant des changements dans la dynamique des écosystèmes. La région Indo-Pacifique comprend un certain nombre de points chauds en matière de biodiversité marine, comme le Triangle de Corail, qui abrite 76 % des espèces de coraux du monde et fait vivre 120 millions de personnes dans la région. À elle seule, la mer de Chine méridionale représente environ 12 % des captures mondiales de poissons et accueille plus de la moitié des navires de pêche du monde. La région est donc essentielle pour atténuer le changement climatique et protéger le fragile équilibre écologique de notre planète.

Elle est suivie d'une attaque ouverte contre la Chine.

"Ces dernières années, la dynamique géopolitique dans la région indo-pacifique a entraîné une concurrence accrue, notamment des tensions autour de territoires et de zones maritimes contestés. La part de l'Indo-Pacifique dans les dépenses militaires mondiales est passée de 20 % du total mondial en 2009 à 28 % en 2019. Une démonstration de force et des tensions accrues dans les points chauds régionaux, tels que la mer de Chine méridionale et orientale et le détroit de Taiwan, pourraient avoir un impact direct sur la sécurité et la prospérité de l'Europe. On constate également une augmentation des menaces hybrides, notamment dans le domaine de la cybersécurité. Les principes démocratiques et les droits de l'homme sont également menacés par les régimes autoritaires de la région, ce qui met en péril la stabilité de la région. De même, les efforts visant à créer des conditions de concurrence équitables au niveau mondial sur la base de règles commerciales transparentes sont de plus en plus compromis par des pratiques commerciales déloyales et la coercition économique. Ces évolutions exacerbent les tensions dans le commerce, l'approvisionnement et les chaînes de valeur. La pandémie de COVID-19 a mis à l'épreuve la résilience des économies, révélant davantage l'interdépendance de l'UE et des partenaires indo-pacifiques et soulignant que les deux parties gagnent en résilience grâce à un accès ouvert, diversifié et non faussé aux marchés mondiaux. Enfin, la crise actuelle en Afghanistan démontre également l'impact direct que les développements dans la région ont sur la sécurité européenne."

Libéralisme centré sur l'Occident

S'appuyant sur ces facteurs, l'UE déclare qu'elle doit renforcer sa coopération avec ses partenaires dans la région pour "promouvoir un ordre international fondé sur des règles". Avec cette phrase, les bureaucrates de l'UE montrent clairement qu'ils suivent les traces de Washington, où ils ne cessent de désigner un ordre international fondé non pas sur des lois et des accords, mais sur les règles que l'Occident collectif tente d'imposer au reste du monde.

Ce seront les principes sur lesquels l'UE fondera sa stratégie à long terme en Asie.

Il est indiqué que l'UE va :

- Renforcer et défendre un ordre international fondé sur des règles en promouvant une coopération multilatérale inclusive et efficace, basée sur des valeurs et des principes communs, y compris un engagement en faveur du respect de la démocratie, des droits de l'homme et de l'État de droit.

- Promouvoir des conditions de concurrence équitables et un environnement ouvert et juste pour le commerce et l'investissement ; - Contribuer à la réalisation des objectifs de développement durable (ODD), en s'attaquant au changement climatique et à la dégradation de l'environnement sur terre et dans les océans, et soutenir.

- Soutenir une élaboration des politiques et une coopération véritablement inclusives qui tiennent compte des points de vue de la société civile, du secteur privé, des partenaires sociaux et d'autres parties prenantes clés.

- Établir avec la région des relations commerciales et économiques mutuellement bénéfiques qui favorisent une croissance économique et une stabilité inclusives, et facilitent et encouragent la communication.

- Participer dans la région en tant que partenaire à nos efforts de sensibilisation à l'impact des tendances démographiques mondiales.

twitter-global.jpg

Mise en œuvre pratique

En s'appuyant sur l'expérience antérieure de l'UE en matière d'accords multilatéraux, l'accent sera probablement mis sur la réglementation tarifaire des biens et des services, y compris le système de préférences généralisées, qui est déjà en place pour un certain nombre de pays. Le Pakistan, le Sri Lanka et les Philippines coopèrent déjà avec l'UE dans le cadre de l'accord SPG+ (qui porte sur le développement durable et la gouvernance). L'UE n'a jamais caché son intention de conclure des accords commerciaux avec l'Australie et la Nouvelle-Zélande, qui appartiennent au bloc occidental, selon le schéma de civilisation de Samuel Huntington. L'Inde, avec laquelle des négociations ont déjà été engagées cette année, se distingue également. L'instrument de voisinage, de développement et de coopération internationale (NDICI) - Global Europe, une initiative lancée par le Parlement européen et le Conseil de l'Europe le 9 juin 2021, a un programme environnemental clair et s'inscrit dans la géographie de la région indo-pacifique.

En outre, l'UE entend conclure des partenariats numériques avec des acteurs clés tels que le Japon, la Corée du Sud et Singapour. Avec eux, l'intention est de tester le modèle initial et de l'étendre ensuite au reste des pays.

Le programme Erasmus+ sera appliqué à l'éducation. En matière de sécurité, l'expérience de l'EU NAVFOR dans diverses missions sera étendue de l'océan Indien au Pacifique. L'UE va tenter d'établir une présence dans le Pacifique Sud sous couvert de lutte contre la piraterie, la contrebande et le trafic de drogue. L'UE dispose également d'un projet intitulé "Enhancing Security Cooperation in and with Asia" (ESIWA), dans le cadre duquel l'Inde, l'Indonésie, le Japon, la Corée, Singapour et le Vietnam sont des partenaires pilotes. Des experts militaires de l'UE sont déjà déployés en Indonésie et au Vietnam.

La liste des actions prévues par l'UE comprend la nécessité de finaliser les négociations commerciales avec l'Australie, l'Indonésie et la Nouvelle-Zélande, de tenir des négociations sur les investissements avec l'Inde, de conclure les négociations avec les pays d'Afrique de l'Est, de relancer éventuellement les négociations commerciales avec la Malaisie, les Philippines et la Thaïlande et de négocier éventuellement un accord commercial entre les régions avec l'ANASE. Des accords éventuels avec la Malaisie, la Thaïlande et les Maldives, ainsi que la conclusion d'alliances et d'accords verts, sont envisagés. Australie, Nouvelle-Zélande,

Singapour, la Corée et le Japon sont indiqués comme des pays ayant une pensée similaire qui pourraient être connectés au programme Horizon Europe. Le Japon et l'Inde sont considérés comme des partenaires importants pour établir des liens avec la région. Enfin, la nécessité d'"explorer les moyens d'assurer un déploiement accru de forces navales par les États membres de l'UE pour aider à protéger les lignes de communication maritimes et la liberté de navigation dans la région indo-pacifique, tout en renforçant les capacités de sécurité maritime des partenaires dans la région indo-pacifique" est mentionnée.

Étant donné que la Chine est à peine mentionnée parmi ces partenaires et partenaires potentiels (uniquement dans le cadre de la nécessité de réduire les émissions de dioxyde de carbone et en tant que sujet de conflits), on peut en conclure que l'UE renforcera clairement sa présence face à la RPC, notamment en raison du recours déclaré à un "ordre international fondé sur des règles" et de la volonté de déployer des forces navales pour garantir la liberté de navigation. Ces actions des États-Unis n'ont fait jusqu'à présent qu'accroître les tensions et les risques en mer de Chine méridionale et autour de Taïwan. L'UE veut clairement marcher sur les mêmes plates-bandes.

Enfin, il y a un esprit clair de néocolonialisme dans la nouvelle stratégie, même s'il est dissimulé derrière des phrases sur la coopération et l'égalité.

mardi, 05 octobre 2021

La Russie contourne l'Ukraine. Du gaz vers la Hongrie via la mer Noire (et les Balkans)

originalgazh.jpg

La Russie contourne l'Ukraine. Du gaz vers la Hongrie via la mer Noire (et les Balkans)

Lorenzo Vita

Ex: https://it.insideover.com/energia/la-russia-scavalca-lucraina-il-gas-allungheria-passa-per-mar-nero-e-balcani.html

L'importance stratégique du gaz n'est pas seulement représentée par le pays producteur et importateur, mais aussi par le territoire qu'il traverse. L'Ukraine en sait quelque chose, puisqu'elle a récemment vu le transit de l'or bleu russe vers la Hongrie interrompu. Après le contrat signé par le géant gazier russe Gazprom à Budapest, l'approvisionnement énergétique de la Hongrie ne viendra plus d'Ukraine, mais de Serbie. Le gaz de Moscou empruntera la route de la mer Noire, puis la Turquie, la Bulgarie et enfin la Serbie, pour entrer dans les foyers des Hongrois sans passer par le territoire contrôlé par Kiev.

Le contrat signé par le ministre hongrois des affaires étrangères, Peter Szijjarto, et la directrice générale des exportations du géant gazier russe, Elena Burmistrova, prévoit une fourniture de gaz de 4,5 milliards de mètres cubes par an pendant quinze ans. Après 2036, une nouvelle prolongation peut être négociée.

Pour Budapest, il s'agit d'une livraison d'une importance fondamentale, avant tout parce qu'elle confirme la capacité du gouvernement de Viktor Orban à agir sur plusieurs fronts dans le secteur de l'énergie. Mais ce qui ressort avant tout, c'est le coup porté par le Kremlin au voisin indiscipliné de l'Ukraine, qui, pour la première fois, a été privé des droits de transit du gaz de Moscou vers le pays d'Europe centrale. Un geste qui a un poids spécifique très important dans les relations entre les deux pays, à tel point que Kiev a immédiatement demandé aux États-Unis et à l'Allemagne de sanctionner la Russie pour ce qu'elle considère comme une "utilisation politique" du gaz par son voisin.

La demande ukrainienne, cependant, rompt avec une vérité que Kiev lui-même connaît bien. Dénoncer l'utilisation politique du gaz et de ses approvisionnements, c'est en fait dénoncer quelque chose qui est clair pour tout le monde en Europe et au-delà. Ce n'est pas un hasard si l'Union européenne, ainsi que les États-Unis, ont opté depuis un certain temps déjà pour une politique de diversification des sources d'énergie afin d'éviter la dépendance au gaz russe. Ce n'est pas non plus une coïncidence si l'UE et les États-Unis ont encouragé la création d'Eastmed, un projet de gazoduc visant à acheminer le gaz des champs de la Méditerranée orientale directement vers l'Europe, en contournant la Turquie. On ne peut pas non plus oublier l'opposition absolue des États-Unis à Nord Stream 2, qui relie les champs gaziers russes aux terminaux allemands.

L'idée de diversification vient d'une perspective purement politique ainsi que de la nécessité de se protéger d'un nombre réduit de pays fournisseurs. Mais cela permet de montrer que tout le monde est extrêmement conscient du rôle politique du gaz. Surtout, dans une phase où l'on parle de transition énergétique, mais c'est dans celle où l'or bleu à être le véritable "game-changer" de la politique de nombreuses régions du monde. En commençant par l'Europe de l'Est.

En ce sens, il est clair que recevoir ou ne pas recevoir de gaz russe est un message. Tout comme le fait de le voir passer sur son territoire. Couper à l'Ukraine le droit de passage du gaz vers la Hongrie entraîne une perte d'argent (selon Kiev, totalement injustifiée), mais c'est surtout le signal donné par Moscou d'une nouvelle position sur le front occidental. Il ne faut pas non plus sous-estimer le choix de désigner le Turkish Stream (et ensuite la suite du Balkan Stream) comme un corridor pour le transport de l'or bleu. Ce choix est obligatoire, oui, sur le plan géographique, mais il est également fondamental pour comprendre les relations complexes entre la Russie et la Turquie, comme le confirme la récente rencontre de Recep Tayyip Erdogan avec Vladimir Poutine. Au fil des ans, le président turc a fait preuve d'une certaine proximité avec les intérêts ukrainiens : mais dans le même temps, il ne peut s'empêcher d'exploiter les tensions pour obtenir des droits de transit qui lui seraient autrement refusés. Et pour tisser davantage la toile de l'étrange relation avec le Kremlin.

dimanche, 03 octobre 2021

L'Allemagne post-Merkel sous le signe de la continuité: puissance économique et insignifiance géopolitique

14b996405c20a78a71a3a8b83533b346.jpg

L'Allemagne post-Merkel sous le signe de la continuité: puissance économique et insignifiance géopolitique

par Luigi Tedeschi

Source : Italicum & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/la-germania-del-dopo-merkel-nel-segno-della-continuita-potenza-economica-e-irrilevanza-geopolitica

L'héritage du merkelisme

L'ère Merkel s'est achevée, sans beaucoup de regrets pour l'Italie. En réalité, l'héritage de Mme Merkel est identifié à la primauté de l'Allemagne en Europe, et ses politiques étaient axées sur la stabilité politique et la croissance économique allemande. Mme Merkel n'est pas à l'origine d'une nouvelle doctrine politique ni d'un modèle économique et social novateur: le "merkelisme" peut être défini comme un pragmatisme qui implique l'adaptation économique et géopolitique de l'Allemagne à un monde globalisé en constante mutation. Mme Merkel n'a pas non plus été l'architecte de grandes réformes structurelles. Les grandes réformes qui ont conduit à la transformation du capitalisme d'inspiration sociale et de la cogestion en un système néolibéral anglo-saxon avaient déjà été menées par son prédécesseur social-démocrate Schroeder à travers les quatre plans Hartz de 2003 à 2005. Mme Merkel a ensuite mis en œuvre ce processus de réformes néolibérales, générant une crise d'identité peut-être irréversible au sein de la social-démocratie allemande.

une-merkel-theconomist.jpg

Au cours de ses 16 années de chancellerie, Mme Merkel a obtenu la sortie de l'Allemagne du nucléaire, supprimé le service militaire obligatoire, lancé le processus de reconversion énergétique, fait adopter la loi autorisant les mariages homosexuels, institué le salaire minimum, équilibré le budget, accueilli un million de réfugiés syriens et développé considérablement les relations économiques avec la Chine, qui est devenue son principal partenaire commercial.

Ce qui est certain, c'est qu'en 2005, Mme Merkel a hérité d'une Allemagne en crise profonde, dans laquelle elle se débattait depuis la réunification, mais qui a rapidement atteint une croissance remarquable qui a permis de réduire de moitié le chômage et de porter le PIB par habitant à des niveaux deux fois supérieurs à ceux de la Grande-Bretagne, de la France et du Japon. L'Allemagne de Mme Merkel s'est rapidement hissée au rang de puissance économique mondiale.

Mais ce développement tourbillonnant a été réalisé grâce au taux de change fixe établi avec l'unification monétaire, qui a conduit à d'énormes excédents de la balance commerciale, au détriment des pays européens les plus faibles, contraints à des dévaluations internes récurrentes et à des politiques d'austérité imposées par les règles budgétaires établies par le pacte de stabilité, avec des réductions conséquentes des dépenses publiques et des privatisations dévastatrices qui ont conduit à la déstructuration industrielle des États. En outre, avec l'adoption de l'euro, l'Allemagne a pu bénéficier d'un taux de change très compétitif pour ses exportations vers les pays tiers, étant donné que la valeur de l'euro sur les marchés financiers (résultant de la performance globale des économies des pays de la zone euro) était sous-évaluée, c'est-à-dire bien inférieure à la valeur que le mark aurait eue en présence du niveau élevé de l'excédent commercial obtenu par les exportations allemandes. En outre, les excédents commerciaux allemands au sein de l'UE ont été réalisés en violation ouverte des règles du Pacte de stabilité européen. Mais l'Allemagne n'a jamais été sanctionnée par les autorités européennes, compte tenu de sa position prépondérante dans les institutions de l'UE.

Le "merkentilisme" européen: un pangermanisme financier

La primauté allemande dans l'UE a créé une Europe structurée sur un modèle inspiré de la rigueur financière, qui a fait passer les équilibres budgétaires avant le développement et l'investissement. En effet, depuis la crise de 2008, la reprise en Europe a été beaucoup plus fragile et limitée qu'aux États-Unis et en Chine. La croissance de l'Allemagne n'a pas été un moteur pour les économies des autres pays européens. Au contraire, la croissance de l'Allemagne et de ses pays satellites du nord s'est accompagnée d'une récession/stagnation dans les pays du sud de l'Europe.

Le modèle merkelien adopté par l'UE pourrait être défini comme un "pangermanisme financier", dans la mesure où la primauté de l'Allemagne n'a pas fait participer les économies des autres pays à la croissance, mais a plutôt exproprié leurs ressources économiques et humaines et, par le mécanisme de la dette, a profondément affecté la souveraineté politique même des États du Sud.

unnamed-2_1_0.jpg

Le rôle dominant de l'Allemagne en Europe a conduit à l'imposition d'une rigueur financière aux effets dévastateurs. Dans le cas de la crise de la dette grecque, la rigidité de Merkel n'a été atténuée que par la perspective de la crise qui frapperait les banques allemandes, françaises et néerlandaises (qui avaient d'ailleurs honteusement accordé des financements sans couverture adéquate) en cas de défaut de la Grèce. La Grèce, elle, a été soumise à une politique d'austérité dont les effets économiques et sociaux se font encore sentir aujourd'hui. Le modèle Merkel en Europe a généré des conflits intereuropéens permanents et a contribué à une augmentation considérable des inégalités politiques entre les États et des inégalités sociales au sein des États membres de l'UE.

Dans l'UE, l'Allemagne a fait passer son expansion économique avant les politiques de solidarité interétatique et de respect des droits de l'homme. Les intérêts gouvernementaux (y compris électoraux) des États dominants (l'Allemagne et ses satellites, ainsi que la France) ont prévalu sur la nature supranationale de l'UE.

L'Allemagne a mené une politique d'expansion économique dans les anciens pays du Pacte de Varsovie, mise en œuvre par des délocalisations industrielles et des acquisitions des structures de production de ces pays. Les pays d'Europe de l'Est sont devenus membres de l'UE, avec la perspective de rejoindre l'OTAN. Par conséquent, ces pays sont aujourd'hui dépendants des États-Unis, tant d'un point de vue énergétique que stratégico-militaire. Ils accueillent des centaines de bases militaires de l'OTAN disséminées le long de leurs frontières orientales, dans une hostilité ouverte envers la Russie. La position pro-américaine adoptée par les pays d'Europe de l'Est constitue donc un obstacle permanent dans les relations entre la Russie et l'Europe. En outre, il y a eu des conflits évidents entre ces pays et les institutions de l'UE au fil du temps. Le statut de protectorat économique de l'Allemagne a souvent empêché l'UE d'imposer des sanctions à ces pays pour violation des lois européennes sur les droits de l'homme et le dumping industriel. Ce n'est pas un hasard si la politique de Mme Merkel a été baptisée "merkentilisme".

L'accueil d'un million de réfugiés syriens en Allemagne en 2015 s'est avéré être non seulement une mesure humanitaire, mais aussi une manœuvre économiquement bénéfique, car une main-d'œuvre bon marché a été importée pour être employée dans l'industrie allemande. En outre, la fermeture ultérieure à la vague migratoire a été réalisée en fournissant des fonds importants à la Turquie d'Erdogan pour garder les migrants sur son territoire. Le pacte avec Erdogan a donné à ce dernier une arme mortelle de chantage politique à laquelle l'Europe est toujours exposée. En ce qui concerne les flux migratoires en provenance de la Méditerranée auxquels l'Italie est exposée, l'UE s'est distinguée par son désintérêt flagrant.

L'Allemagne, entre puissance économique et insignifiance géopolitique

Avec les élections allemandes et le changement de structure gouvernementale qui aura inévitablement lieu, il faut s'attendre à ce que la politique allemande ne subisse pas de changements significatifs par rapport à la ligne Merkel. En fait, sous l'ère Merkel, l'Allemagne a toujours réaffirmé sa fidélité au pacte atlantique, en maintenant le bouclier militaire américain. L'Allemagne est également en bons termes avec la Russie en raison de sa dépendance énergétique. Ses relations économiques avec la Chine, qui est devenue son principal partenaire commercial, sont également très importantes.

Il convient toutefois de noter que la subordination de l'Allemagne et de l'Europe aux États-Unis, en vertu du Pacte atlantique, a signifié qu'au cours des 20 dernières années, elles ont été impliquées dans les guerres expansionnistes américaines en Irak, en Afghanistan et dans d'autres pays, partageant les résultats désastreux. Sans parler des dommages causés aux investissements européens par les sanctions imposées par les États-Unis à la suite des embargos commerciaux contre l'Iran et la Russie.

Nous assistons aujourd'hui à un changement profond des perspectives géopolitiques de l'Amérique, et la politique allemande et européenne apparaît dès lors inadaptée face aux nouveaux horizons de la nouvelle géopolitique mondiale. L'Allemagne et l'Europe ont délégué leur défense à l'OTAN, mais la politique de désengagement américain en Europe est désormais évidente. Toutefois, les États-Unis ont exprimé leur opposition ouverte à tout projet de défense européenne commune. En effet, la création d'une armée européenne commune ne serait pas compatible avec l'appartenance de l'Europe à l'OTAN, dont la politique d'endiguement de la Russie ne peut être conciliée avec les intérêts économiques et géopolitiques européens.

couv1612bd.jpg

L'Allemagne est une puissance économique, mais elle n'est absolument pas pertinente d'un point de vue géopolitique. La nécessité d'une souveraineté géopolitique unifiée de l'Europe, associée à une autonomie technologique européenne, est constamment exprimée dans les forums institutionnels européens. Mais le peuple allemand, comme ses dirigeants, s'est toujours déclaré réfractaire à toute perspective de politique de puissance. Les limbes géopolitiques dans lesquelles se trouve l'Allemagne d'aujourd'hui, en tant que garantie de prospérité et de sécurité, rendent l'Allemagne comparable à une sorte de Grande Suisse, riche, solide, mais sans intérêt. Ce paresseux allemand est d'ailleurs cautionné par les États-Unis. Federico Fubini, dans le Corriere della Sera, a déclaré: "Mais il y a une question que les politiciens ne semblent pas se poser : que faire si nous ne voulons pas ? Et si les sociétés allemandes, italiennes et autres sociétés européennes de premier plan avaient la Suisse pour modèle ? Nous connaissons la Suisse: une démocratie solide, une civilisation laïque, ouverte et dynamique. Et sans intérêt. Elle profite des avantages de la mondialisation sans être réellement impliquée dans les affaires mondiales. Et si les Allemands voulaient devenir sur la scène internationale, avec nous tous, ce que la Suisse est pour l'Europe ?".

Toutefois, il est très peu probable que l'"introversion allemande" (telle que définie par Dario Fabbri dans Limes) se poursuive dans un avenir proche, face aux transformations de la géopolitique mondiale actuelle, au-delà de la volonté des dirigeants et de l'électorat allemands. Les changements profonds de la stratégie géopolitique américaine imposent des choix que ni l'Allemagne ni l'Europe ne peuvent éviter. Les États-Unis se sont lancés dans une stratégie globale d'endiguement vis-à-vis de la Chine et de la Russie. Les stratégies américaines sont actuellement concentrées dans le Pacifique. Le récent pacte de sécurité trilatéral entre l'Australie, le Royaume-Uni et les États-Unis (AUKUS), en tant qu'alliance militaire visant à contrer l'influence de la Chine dans la région indo-pacifique, a exclu l'OTAN, dont la fonction, bien que destinée à contenir la Russie, est devenue secondaire.

En outre, les États-Unis veulent imposer à l'Allemagne et à l'UE une réduction drastique de leurs relations commerciales avec la Chine et contrer la dépendance énergétique de l'Europe vis-à-vis de la Russie. Il est clair que l'Allemagne ne pourra pas renoncer à ses milliers de milliards d'investissements dans ses relations avec la Chine, pas plus qu'elle ne pourra se passer des approvisionnements énergétiques russes. Mais il n'existe pas de stratégie allemande ou européenne pour contrer l'hégémonie américaine.

L'Allemagne se trouve donc dans un état d'infériorité. La politique de non-choix (idéologiquement camouflée par un pacifisme rhétorique et un conformisme écologiste rampant) et la subordination militaire et technologique de l'Europe aux États-Unis ont condamné l'Allemagne et l'Europe à la marginalité, à l'insignifiance géopolitique.

L'échec de la politique allemande de rigueur financière imposée à l'Europe se traduit par un manque d'investissement dans l'innovation technologique et la recherche scientifique. La pandémie a mis en évidence les lacunes structurelles de l'Europe. L'Europe s'est révélée dépendante de la technologie américaine et chinoise à l'ère de la révolution numérique et de la reconversion environnementale, ainsi que totalement inadaptée dans le domaine de la recherche, puisqu'elle n'a pas été en mesure de mettre en œuvre de manière autonome la production de son propre vaccin anti-coronavirus, ce qui l'a rendue dépendante des importations de vaccins produits aux États-Unis.

L'austérité est-elle de retour ?

Le nouveau gouvernement allemand (probablement une coalition du SPD, des Verts et des libéraux) sera-t-il moins extrémiste en matière de politique d'austérité ? Il convient toutefois de noter que l'opinion publique allemande (à l'exclusion de la minorité de Die Linke) est très majoritairement favorable à la politique de rigueur financière de Mme Merkel et opposée à tout mécanisme de mutualisation de la dette dans l'UE. Merkel, déjà opposée à la création d'euro-obligations et partisane fanatique du mythe de l'équilibre budgétaire, avec un pragmatisme imposé par la crise pandémique, a permis le lancement du NGEU, c'est-à-dire la création d'une dette commune. Toutefois, le NGEU est une mesure exceptionnelle et temporaire, qui n'a pas vocation à devenir structurelle, comme ce fut le cas aux États-Unis. À terme, cela sapera la croissance et la compétitivité de l'Europe vis-à-vis des États-Unis et des autres puissances économiques mondiales.

Le pacte de stabilité a été suspendu, tout comme le pacte fiscal, mais ils ne seront certainement pas abrogés, et leur nécessaire réforme ne verra pas le jour. Au contraire, l'Allemagne et ses satellites ont exprimé à plusieurs reprises la nécessité d'un rétablissement rapide de ces règles financières strictes. Cependant, toute décision à ce sujet a été reportée pour l'instant. Ce qui est certain, c'est qu'un retour à l'austérité tuerait dans l'œuf la reprise européenne. Les sociaux-démocrates, qui ont été les alliés de Mme Merkel au sein du gouvernement pendant 16 ans, ne se sont jamais prononcés en faveur d'un changement de cap. Sur le possible retour de l'austérité, dans une interview de Franco Bechis sur "il sussidiario.net", Giulio Sapelli a déclaré : "Je le crains. Aucun parti n'a promis dans son programme de renégocier les traités, à l'exception de Die Linke qui, pourtant, est contre l'OTAN et n'est pas sacrifiable pour la cause. Les autres sont pour le statu quo. Un nouvel échec de la social-démocratie allemande. Le premier a été le oui au référendum sur la réunification. Aujourd'hui, sa rédemption dépend d'une sortie lente et progressive de la déflation séculaire, mais personne n'a le courage de l'assumer.

1dd45eefac9cd301a86fb1750bfc8dba-18573884.jpg

Dans le nouveau gouvernement de coalition, il y a les libéraux, et le "faucon" Christian Lindner, qui a été désigné comme futur ministre de l'économie, demande une réforme qui rendrait les règles du pacte de stabilité encore plus strictes. Cependant, il est impensable que, quelle que soit la couleur politique des gouvernements, l'Allemagne renonce à son rôle dominant dans l'UE et à la rigueur financière comme instrument de domination.
Il convient également de noter que seule une petite partie des fonds du NGEU a encore été déboursée, et qu'il faut donc s'attendre à ce que la rigidité allemande en matière de garanties et de conditionnalité des financements s'accentue. Toute restriction sur le versement des fonds NGEU et la réduction tant redoutée des problèmes de liquidité par la BCE conduiraient non seulement à l'implosion de l'UE, mais aussi à l'effondrement du système industriel en Italie, en Espagne et même en France. Le conflit intra-européen va s'accentuer, mais l'interdépendance entre les économies européennes reste nécessaire à la survie de la suprématie allemande.

La limite de la puissance allemande consiste précisément en son unilatéralisme absolu, qui exclut toute évolution du processus d'unification européenne dans une direction démocratique et solidaire. Cet unilatéralisme pourrait en outre provoquer à long terme une crise systémique en Allemagne même, aux conséquences imprévisibles.

L'Allemagne et la crise de la démocratie à l'Ouest

Les élections allemandes ont non seulement marqué la fin de l'ère Merkel, mais aussi la fin d'un système politique caractérisé par la bipolarité CDU/CSU - SPD. Comme dans tous les pays occidentaux, le cadre politique allemand issu des dernières élections est fragmenté. Un gouvernement de coalition (SPD - Verts - Libéraux) est une perspective totalement nouvelle pour l'Allemagne. Il s'agira presque certainement d'un gouvernement faible, résultant de médiations et de compromis dans sa ligne politique.

L'Allemagne, comme tout l'Occident, est depuis longtemps affligée d'une crise de gouvernabilité et de représentativité de la classe politique.

L'Allemagne de l'ère Merkel a été gouvernée par de larges coalitions d'unité nationale. Au cours des 16 années de la chancellerie, un certain nombre de scandales flagrants ont éclaté, tels que le Dieselgate, la Deutsche Bank, Wirecard et Siemens, qui ont révélé la dissimulation par le gouvernement du système financier et industriel allemand. À plusieurs reprises, la classe politique et l'économie allemandes ont subi de graves crises de crédibilité internationale.

En réalité, ces gouvernements d'unité nationale (et l'actuel gouvernement Draghi en Italie en est un exemple paradigmatique) représentent la fin de la dialectique démocratique qui s'articule dans la confrontation/le choc entre majorités et oppositions. Mais surtout, les systèmes libéraux-démocratiques souffrent d'une profonde crise de représentativité, étant donné la dévolution d'une grande partie de leur souveraineté économique et politique à des organismes technocratiques-financiers supranationaux, qui imposent leurs directives indépendamment du consensus populaire et du débat politique démocratique. Le déficit démocratique en Occident peut être identifié à l'absence de participation politique, et la gouvernabilité des États est de plus en plus précaire et incertaine.

En Allemagne, comme dans presque toute l'Europe, le régionalisme s'affirme comme l'expression de la prévalence des intérêts locaux sur les intérêts nationaux, compte tenu de l'écart de développement et de bien-être entre les différentes régions de chaque État. Le régionalisme est un élément de la dissolution des États. Ce phénomène, déjà évident dans des pays comme l'Espagne et la Grande-Bretagne (qui sont déjà dans un état de décomposition avancé), pourrait s'étendre au point de conduire à l'éclatement de nombreux États européens. Le virus sécessionniste des petites patries régionales, avec l'érosion des unités nationales des États, pourrait conduire à la dissolution d'une Europe qui, au lieu de représenter un idéal d'unité entre les peuples et les États, a elle-même généré les germes de sa décomposition.
         

La revue de presse de CD - 03 octobre 2021

21_2d1.jpg

La revue de presse de CD

03 octobre 2021

AMÉRIQUE DU SUD

Le Brésil adhèrera-t-il à l'OTAN ?

Joe Biden a offert au Brésil la position de partenaire non membre de l'OTAN, l'alliance militaire atlantiste créée pendant la guerre froide pour faire face à l'URSS et qui sert aujourd'hui à affronter la Russie et la Chine. Mais quelles sont les conditions ? Et cela servirait-il l'intérêt national du Brésil ?

Euro-synergies

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2021/09/25/l...

CHINE

Chine, le grand prédateur. Un défi pour la planète. Pourquoi ?

Pourquoi la RPC est-elle sur le banc des accusés en matière d’espionnage industriel ? Comment la Chine construit-elle ses relations avec les pays partenaires des Nouvelles routes de la soie ? Que penser du rapport de l’IRSEM qui fait grand bruit « Les opérations d’influence chinoises, un moment machiavélien » ?

Diploweb.com

https://www.diploweb.com/Chine-le-grand-predateur-Un-defi...

Le port de Hambourg devient chinois. Le dernier cadeau de Frau Merkel à Pékin

La République populaire de Chine a résisté à la pandémie mondiale sans trop de dommages (du moins en apparence) et poursuit son expansion économique, politique et militaire. Partout, vraiment partout. Même sur les mers. Pour la première fois de sa longue histoire - à l'exception de l'intermède du quinzième siècle avec les expéditions de l'amiral Zheng Hen - elle a créé une grande marine militaire et marchande, se transformant ainsi en une puissance maritime. Un objectif ambitieux et sans précédent, comme le rappelle Edward Sing Yue Chan, qui fait "partie intégrante du 'rêve chinois' de renouveau national". C'est l'un des principaux objectifs du président depuis son arrivée au pouvoir, comme il l'a réitéré en 2017 dans un discours aux commandants de la marine" (Limes, n° 10/ 2020).

Euro-synergies

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2021/09/27/l...

DÉSINFORMATION

Comment le photographe Jonas Bendiksen a dupé « Visa pour l'image » pour dénoncer les fake news

Un reportage monté de toutes pièces dans une ville précisément connue pour sa production de « fake news » : la mise en abyme était osée. C’est pourtant l’entreprise insensée à laquelle un photographe norvégien s’est livré pour dénoncer les dangers de la désinformation. Son sujet a même été présenté au festival de photojournalisme Visa pour l’image… Et les professionnels du secteur n’y ont vu que du feu.

Marianne

https://www.marianne.net/culture/comment-le-photographe-j...

Déplacement à Marseille : l’Élysée encadre les journalistes et bride l’information

L’accréditation des journalistes pour couvrir un événement officiel est une pratique ancienne. Tout comme celle du « pool », qui consiste à autoriser la présence d’un nombre très réduit de journalistes, ensuite chargés de « partager » les éléments recueillis (sons, images…) avec leurs collègues des autres rédactions. Communiqué du SNJ-CGT.

Acrimed

https://www.acrimed.org/Deplacement-a-Marseille-l-Elysee-...

Pour dénigrer les talibans, NYT et CNN citent un compte Twitter fictif et pondent un article mensonger.

Après la victoire des talibans contre l'armée américaine, les médias grand public américains ont lancé un nouveau récit sur la menace imminente de terrorisme en Afghanistan pour préparer le terrain à de futures interventions militaires. Diffusé de manière étonnamment disciplinée, les médias ont démontré plus clairement que jamais leur coordination avec l'État de sécurité nationale et la promotion de ses intérêts.

Le Saker francophone

https://lesakerfrancophone.fr/pour-denigrer-les-talibans-...

ÉTATS-UNIS

La fièvre idéologique post-Guerre froide de l’establishment américain

L’ensemble de l’establishment américain de la politique étrangère a succombé à une fièvre idéologique post-Guerre froide monumentalement autodestructrice.

Les-crises.fr

https://www.les-crises.fr/la-fievre-ideologique-post-guer...

what-is-wikileaks.jpg

WikiLeaks : selon d’anciens officiels, la CIA aurait envisagé d'assassiner Julian Assange

La CIA aurait songé à enlever et tuer Julian Assange, alors qu'il était réfugié à l’ambassade équatorienne de Londres, selon une enquête de Yahoo News et du « Guardian ». Le fondateur de WikiLeaks, qui avait rendu public des milliers de documents confidentiels en 2010, est toujours accusé d'espionnage par les États-Unis qui continuent de demander son extradition.

Marianne

https://www.marianne.net/monde/ameriques/wikileaks-selon-...

FRANCE

Sous-marins australiens : une rupture liée à la Nouvelle-Calédonie ?

Dans ce dossier de rupture de contrat des sous- marins australiens sous la pression de Washington et Londres, la France est doublement fragilisée. Elle tient le rôle de l’arroseur arrosé et surtout personne ne peut croire en sa volonté dans cette région d’assurer dans la continuité son rôle de puissance majeure. La nouvelle alliance anglo-saxonne doute de la solidité française.

Polémia

https://www.polemia.com/sous-marins-australiens-une-ruptu...  

Électricité : les Français condamnés à payer pour un marché qui n’est pas le leur

Il est à espérer que les Français vont enfin comprendre dans quelle impasse les a menés la pantomime du tarif de l’électricité à laquelle ont souscrit les dirigeants français, ces dirigeants parfaitement incompétents qui ne comprennent rien au marché de cette énergie.

Boulevard Voltaire

https://www.bvoltaire.fr/electricite-les-francais-condamn...

snowden-expressvpn.jpg

GAFAM 

Grenouillages d’Abou Dhabi : E. Snowden appelle à la vigilance face à ExpressVPN

Souvent classée parmi les meilleurs fournisseurs de VPN, l’entreprise ExpressVPN a reconnu avoir été au courant – et ce dès le début de leur collaboration –, de la participation de l’un de ses cadres à un programme d’espionnage des Émirats arabes unis (EAU) employant des anciens agents du renseignement US. Malgré la condamnation dudit cadre par la justice américaine, ExpressVPN a déclaré lui maintenir sa confiance.

Perspectives med

https://www.perspectivesmed.com/grenouillages-dabou-dhabi...

Telegram, Apple, Google et la censure

Cet article est une traduction du dernier communiqué de Pavel Durov, le fondateur de la populaire application Telegram, dont nous avons déjà parlé à plusieurs reprises. Pavel Durov s’y explique sur le nécessaire ajustement de Telegram vis-à-vis des législations nationales (le cas de la Russie est développé ci-dessous), les contraintes des distributeurs d’applications et la politique de Telegram vis-à-vis de la censure. Les intertitres sont de notre rédaction.

Ojim

https://www.ojim.fr/telegram-apple-google-et-la-censure/

La fin du « tout-Microsoft » dans les administrations françaises ?

Le directeur interministériel du numérique de l’État (DINUM), Nadi Bou Hanna, a publié une circulaire le 15 septembre pour demander aux administrations françaises de ne plus migrer vers la suite bureautique de Microsoft hébergée dans le cloud Microsoft 365. L'État s'inquiète de la sécurité des données et veut en finir avec le « tout-Microsoft ».

Siècle digital

https://siecledigital.fr/2021/09/24/etat-francais-micoros...

YouTube interdit toutes les vidéos anti-vax, renforçant ainsi la campagne de censure de l’ère Covid

YouTube va bannir de sa plateforme tout « contenu nuisible relatif aux vaccins », notamment les affirmations selon lesquelles les vaccins sont inefficaces pour réduire la transmission de la maladie. Cette interdiction intervient après une année d’augmentation de la censure par l’entreprise détenue par Google.

RT finternational

https://lesakerfrancophone.fr/youtube-interdit-toutes-les...

GÉOPOLITIQUE

Le Pacte AUKUS et la guerre contre l'Eurasie

La géopolitique thalassocratique classique définit le "monde insulaire", la World Island, comme l'ensemble des masses continentales eurasiennes et africaines. Cette "sphère majeure" est entourée d'un certain nombre de "sphères mineures" qui agissent comme ses satellites et qui, d'une manière ou d'une autre, ont historiquement cherché à exercer une pression constante sur elle et à contenir tout effort de coopération possible en son sein. Ce rôle de "satellite" a été historiquement attribué au Japon à l'Est, d'abord à la Grande-Bretagne ("une île européenne mais pas en Europe") puis aux États-Unis à l'Ouest, et aujourd'hui à l'Océanie au Sud de l'Eurasie.

Euro-synergies

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2021/09/25/l...

GRANDE-BRETAGNE

Angleterre. Des viols de mineurs toujours plus nombreux, la quasi-impunité pour les gangs pakistanais

Parmi les faces sombres de l’Angleterre, il y a le phénomène des viols de mineurs commis par des gangs de prédateurs sexuels, très souvent d’origine pakistanaise. Des abus sexuels qui sont de plus en plus nombreux tandis que les violeurs bénéficient d’une impunité presque totale avec une police craignant les accusations de racisme.

Breizh-info

https://www.breizh-info.com/2021/09/30/171544/angleterre-...

frontImaJBANgesLink.jpg

LECTURE

L’affaire Navalny. Le complotisme au service de la politique étrangère, de Jacques Baud. Max Milo, 2021. 16 €.

Présentation : « Navalny a-t-il délibérément été empoisonné ? Les éléments dont nous disposons justifient-ils des sanctions contre la Russie ? L’enregistrement avec l’agent du KGB est-il une mise en scène ? Navalny est-il réellement le ‘’principal opposant à Vladimir Poutine’’ ? Son film sur le ‘’Palais de Poutine’’ reflète-t-il la réalité ? Ce livre est la première enquête sur l’affaire Navalny. Il est fondé sur les documents officiels américains, britanniques, russes, français et allemands. » (extrait de la 4e de couverture)

Auteur : Jacques Baud est un colonel de l’armée suisse, ex-agent des services secrets suisses qui a combattu pendant dix ans en URSS. Il est expert en armes chimiques et nucléaires et formé au contre-terrorisme et à la contre-guérilla.

Contenu : 144 pages dont 12 pages de documents officiels (rapports, études, tous en anglais).

Extraits : « Après avoir lutté durant des années en première ligne contre la tyrannie communiste dans les pays de l’Est et en Union soviétique, j’ai le sentiment d’être revenu à, la ‘’case départ’’. Je constate que nous avons acquis tous les travers contre lesquels nous luttions durant la guerre froide : nous pratiquons la torture et la censure ; nous sanctionnons sans l’approbation des Nations unies ; nous nous ingérons dans les affaires d’autres pays et soutenons matériellement et financièrement des groupes d’opposition ; notre tolérance à l’égard des violations du droit international sont à géométrie variable. En fait, nous ne cherchons pas à promouvoir nos valeurs, mais nous les utilisons comme outil de pression au gré de nos intérêts. »

« En 2010, sur la recommandation de Garry Kasparov, Navalny est invité aux Etats-Unis à participer au Yale World Fellows Program. Il s’agit d’un programme de formation de quinze semaines, non diplômant, offert par l’université de Yale à des étrangers, identifiés par certaines élites américaines comme de ‘’futurs leaders’’ dans leurs pays respectifs. »

« L’analyse de l’affaire Navalny montre qu’à chacune de ses étapes, dans le spectre des explications possibles, on a systématiquement choisi celles cui s’inséraient dans le narratif d’un empoisonnement au Novitchok, donc commandité par Vladimir Poutine. Le fait que les symptômes des Skripal et de Navalny étaient totalement différents, que ni les uns ni les autres n’ont eu de symptômes d’un empoisonnement aux neurotoxiques, que ni les uns ni les autres ne présentent les séquelles de long terme associées à un empoisonnement au Novitchok, ou que le Novitchock a également été produit par des pays occidentaux, n’a incité ni les médias, ni les politiques à la prudence. »

MAGHREB

Réalisme politique au Maroc

Nation ancienne et pays à la longue histoire, le Maroc a pu se maintenir face à ses adversaires grâce à un réalisme diplomatique qui lui a souvent permis de déjouer les hostilités.

Conflits

https://www.revueconflits.com/realisme-politique-au-maroc...

UPL12210_discepolo.jpg

couvtrahisonediteurs.jpg

RÉFLEXION

« La ligne politique d’une maison d’édition, c’est sa ligne éditoriale » – Entretien avec Thierry Discepolo

Thierry Discepolo appartient au collectif à l’origine des éditions Agone, qu’il a fondées en 1997 à partir de la revue éponyme lancée sept ans plus tôt à Marseille. Cette maison a contribué au renouveau du paysage intellectuel critique après la glaciation des années 1970-1980 dont nous parlait, lors d’un précédent entretien, Nicolas Vieillescazes des éditions Amsterdam. L’héritage des Lumières, l’histoire populaire ou encore la critique des médias sont les thèmes majeurs qui orientent leur catalogue et traduisent une ligne éditoriale attachée à donner des outils à un projet politique d’émancipation. Auteur de La Trahison des éditeurs, Thierry Discepolo livre également un portrait du monde de l’édition pris entre la logique du capital et les vicissitudes de l’indépendance.

Le Vent Se Lève

https://lvsl.fr/la-ligne-politique-dune-maison-dedition-c...

FAo1rHVXMAU0FfQ.jpg

« Le passe sanitaire est un moyen extrajudiciaire de désactiver socialement les gens »

Selon le professeur de droit Guillaume Zambrano, le passe sanitaire est une atteinte aux droits fondamentaux ainsi qu’une sanction extrajudiciaire. La pérennisation de ce dispositif signifierait d’après lui la normalisation de l’atteinte à l’intégrité physique des individus et de la privation de sortie et de mouvement.

Reporterre.net

https://reporterre.net/Le-passe-sanitaire-est-un-moyen-ex...

Faille AP-HP : entrepôts de données, rêve de l’État, cauchemar des citoyens

Les bases de données créent de véritables pots de miel attirant les pirates. De plus, elles se transforment en arme de surveillance contre les citoyens.

Contrepoints

https://www.contrepoints.org/2021/09/28/406831-faille-ap-...

Les cabinets de conseil gouvernent-ils le monde ?

De la stratégie vaccinale au plan de relance européen, les cabinets de conseil sont omniprésents dans l’action publique contemporaine. D’abord issues du monde de l’entreprise, les firmes de consulting ont progressivement étendu leurs tentacules dans tous les domaines, jusqu’à dicter de vastes pans des politiques étatiques. Plus que jamais, leur influence doit être questionnée.

Le Vent Se Lève

https://lvsl.fr/les-cabinets-de-conseil-gouvernent-ils-le...

RUSSIE

Horizon 2036, ou la relance plébiscitaire du système politique russe

L’année 2021 marque-t-elle un durcissement de l’autoritarisme en Russie ? La condamnation d’Alexeï Navalny à deux ans et demi de prison et son incarcération ont été très sévèrement jugées en Occident.

Conflits

https://www.revueconflits.com/horizon-2036-ou-la-relance-...

SANTÉ

L'HRC fait marche arrière et interdit l'ivermectine malgré des centaines de bons résultats

Dernièrement, les loufoqueries américaines ont remplacé les relais d’études sérieuses dans les médias francophones qui abordent le thème de l’ivermectine. Pourtant, il existe bel et bien une expérience clinique qui plaide en faveur de la molécule. En Suisse romande aussi, des médecins la prescrivent au sein d’une institution reconnue. Du moins, c'était le cas jusqu’à la semaine dernière. Explications.

impertinentmedia

https://www.limpertinentmedia.com/post/l-hrc-fait-marche-...

« Le passe sanitaire est un moyen extrajudiciaire de désactiver socialement les gens »

Selon le professeur de droit Guillaume Zambrano, le passe sanitaire est une atteinte aux droits fondamentaux ainsi qu’une sanction extrajudiciaire. La pérennisation de ce dispositif signifierait d’après lui la normalisation de l’atteinte à l’intégrité physique des individus et de la privation de sortie et de mouvement.

Reporterre.net

https://reporterre.net/Le-passe-sanitaire-est-un-moyen-ex...

debjpbourdineaud_field_mise_en_avant_principale_1_0.png

Crise coronavirale : entretien (1) avec le toxicologue Jean-Paul Bourdineaud

Dans cet entretien, le toxicologue Jean-Paul Bourdineaud conteste la supposée toxicité de l’hydroxychloroquine et de l’ivermectine, explique la raison de leur bannissement, et développe la notion de controverse scientifique ; il met en lumière le rôle des conflits d’intérêts et le problème de l’évaluation des risques par les agences de régulation, qui ont abouti à l’unique solution vaccinale.

Médiapart

https://blogs.mediapart.fr/laurent-mucchielli/blog/300921...

La "harcelosphère" contre l'IHU-Méditerranée et le professeur Raoult : de l'obscène aux menaces

Un an et demi de pandémie COVID-19. Un an et demi de "fraudes scientifiques", de problèmes et de mensonges relatés dans la tribune Diagnostic, traitements et vaccin : panorama d’une escroquerie. Cette tribune mettait en avant certains des dysfonctionnements sur la crise, sans en mettre à jour les mécanismes. Une analyse qui demandait une enquête complémentaire sur les attaques incessantes virant à l'obsession et au harcèlement envers l’IHU-Méditerranée et le Pr Raoult - ces derniers ayant porté les affaires en justice comme la plainte contre la Pr Karine Lacombe ou contre le Pr Raffi, comme l'a expliqué Me Grazzini avocat du Pr Raoult.

Nous nous sommes plongés plusieurs mois dans ces réseaux afin d’essayer de comprendre où et comment sévissent les principaux acteurs des actions contre l'IHU-Méditerranée, le professeur Raoult, et le professeur Chabrière, l'un de ses principaux collaborateurs, professeur de biochimie.

francesoir.fr

https://www.francesoir.fr/societe-faits-divers/la-harcelo...

title-1576680650.jpg

514DT4bdkwL.jpg

TERRORISME

Livre – Terrorisme : les affres de la vengeance

Le terrorisme comme vengeance intégrale, tel est le fond de l’analyse profonde et stimulante de Myriam Benraad, un angle rarement utilisé. Pour comprendre les raisons de cette carence, il importe en premier lieu de souligner que la vengeance n’est pas nécessairement une violence. Lorsqu’elle l’est, encore faut-il identifier à quels types et à quelles catégories de violence elle se réfère exactement.

Conflits

https://www.revueconflits.com/livre-terrorisme-les-affres...

vendredi, 01 octobre 2021

L’OTAN et sa projection AUKUS

_large.jpeg

L’OTAN et sa projection AUKUS

par Georges FELTIN-TRACOL

François Hollande n’a jamais eu de chance. Tout ce qu’il a entrepris en tant que président de la République vire au fiasco en cascade. L’annulation surprise par l’Australie du contrat mirobolant de vente de sous-marins en est un nouvel exemple. Le désaveu est aussi cinglant pour l’actuel ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, qui l’avait négocié en tant que ministre de la Défense. Mortifié par la décision du Premier ministre australien Scott Morrison, Emmanuel Macron a ordonné le rappel immédiat et pour une durée indéterminée des ambassadeurs français en poste à Canberra et à Washington. En effet, l’Australie préfère la livraison de sous-marins à propulsion nucléaire de fabrication étatsunienne.

Doit-on être surpris de ce choix qui prouve le double discours anglo-saxon ? Certes, ce matériel n’entre pas dans le cadre du traité de non-prolifération nucléaire signé par l’Australie. Mais si la Chine avait donné le même type d’engin à Téhéran ou à Pyongyang, Washington aurait dénoncé un manquement grave aux traités internationaux.

Ce nouveau coup de Trafalgar présente plusieurs avantages pour l’Anglosphère. Il fragilise d’abord tout développement d’une industrie de défense française et européenne émancipée des États-Unis. La Suisse préfère acheter les avions de combat de l’Oncle Sam plutôt que des Rafale bien plus performants. Les Britanniques taclent le gouvernement français au moment où s’accentuent les tensions à propos des traversées clandestines de migrants et des zones de pêche dans la Manche. Dans la perspective du troisième référendum d’autodétermination du 12 décembre prochain en Nouvelle-Calédonie, les Anglo-Saxons travaillent à la fin de la présence française en Océanie. Ils encouragent en sous-main les indépendantismes kanak et polynésien et favorisent la prolifération des sectes évangéliques sur place.

a705eefa-506b-4333-bb31-68f2056f3e6b.jpg

L’annulation du contrat français consacre enfin la nouvelle alliance appelée AUKUS en raison des initiales anglaises de ses membres. Cette nouvelle « Triple Alliance » belliciste des antipodes vise à contrer l’activisme diplomatique chinois en Océanie aux dépens de Taïwan. Elle regroupe l’Australie, les États-Unis qui ont dans la région l’île de Guam, les Samoa américains, et la fédération des îles Marianne du Nord, et la Grande-Bretagne présente dans le Pacifique-Sud par, d’un côté, sa possession autonome de Pitcairn et, d’un autre, par des États du Commonwealth (îles Salomon, Samoa occidentales, Karibati, Tuvalu, Nauru, Vanuatu et les Fidji). La conclusion de ce pacte est le premier succès diplomatique engrangé d’un Royaume-Uni hors du carcan bruxellois. Quant à l’Australie, elle a l’habitude de suivre Washington. Des troupes australiennes ont combattu au Vietnam et en Irak.

Rendu public le 15 septembre 2021, le pacte ANKUS se substitue au traité de sécurité militaire dans le Pacifique signé à San Francisco le 1er septembre 1951 entre l’Australie, les États-Unis et la Nouvelle-Zélande appelé ANZUS. Il cessa de fait en août 1986 quand les États-Unis suspendirent leur engagement à l’égard de la Nouvelle-Zélande travailliste, écologiste et pacifiste, qui refuse depuis l’accueil dans ses ports de tout bâtiment nucléaire. À l’échelle de l’aire Asie – Pacifique, AUKUS devient la clé de voûte stratégique d’une coopération militaire esquissée autour du QUAD (Groupe quadrilatéral de coordination de la défense) qui rassemble les États-Unis, l’Australie, le Japon et l’Inde. Il s’agit d’un retour partiel à l’OTASE (Organisation du traité de l’Asie du Sud-Est) qui, de 1954 à 1977, réunissait dans une volonté de contrer l’URSS et la Chine populaire l’Australie, les États-Unis, la Grande-Bretagne, la Nouvelle-Zélande, les Philippines, la Thaïlande et le Pakistan qui s’en retira en 1973. Ces nouvelles manigances géo-diplomatiques entendent maintenant contenir la Chine, la Russie et la Corée du Nord, voire le Myanmar…

np_file_113409.jpeg

Il faut par ailleurs rapprocher ces deux dispositifs asiatique et océanien à l’échelle intercontinentale avec les « accords d’Abraham » conclus en 2020. La reconnaissance de l’État d’Israël par des pays arabes et musulmans comme Bahreïn, les Émirats arabes unis, le Maroc et le Soudan qui rejoignent l’Égypte et la Jordanie, renouvelle avec de nouveaux partenaires le fameux « Pacte de Bagdad » du 24 février 1955 signé entre la Turquie et l’Irak et qui devint avec l’adhésion du Royaume-Uni, de l’Iran et du Pakistan la CENTO (ou Organisation du traité central) disparue en 1979. Les accords d’Abraham s’opposent au jeu régional de l’Iran, de l’Irak, de la Turquie, de la Syrie, de la Russie et de l’Afghanistan.

AUKUS et accords d’Abraham participent ainsi au projet géopolitique mondial des néo-conservateurs. Le pacte AUKUS renforce les liens étroits tissés entre les services de renseignement, civils et militaires, étatsuniens, britanniques, australiens, néo-zélandais et canadiens au cours du dernier demi-siècle dans le cadre des Five Eyes (les « Cinq Yeux »). Il offre à l’OTAN aujourd’hui composée de trente membres parmi lesquels la Slovaquie, le Monténégro, la Macédoine du Nord ou l’Albanie bien connus pour leurs magnifiques plages donnant sur l’Atlantique, une dimension planétaire. George W. Bush rêvait que le Japon ou l’Australie, déjà liés dans le cadre du « Partenariat global » otanien, intégrassent une « OTAN globale ». La France de Jacques Chirac s’y opposa fermement et fit capoter l’extension planétaire de l’organisation atlantiste. Elle en paie désormais le prix.

Paris aura beau réclamer une armée européenne; cela restera un vœu pieux. Les dirigeants des États-membres de l’Union dite européenne restent les fidèles laquais de l’Alliance Atlantique. Les réseaux atlantistes occupent par ailleurs une place non négligeable dans la haute-administration, la presse, les affaires, la haute-hiérarchie militaire et le personnel politicien ainsi que dans les banlieues de l’immigration. Les gesticulations diplomatiques françaises expriment surtout une vaine déception colérique. De plus en plus dépendant de la logistique étatsunienne, l’Hexagone ne peut plus se permettre de rompre avec l’Ogre atlantiste. Qu’Emmanuel Macron le comprenne bien, la gifle australienne qu’il vient de recevoir n’est que la première d’une longue série de baffes diplomatiques.  

  • « Vigie d’un monde en ébullition », n° 3, mise en ligne le 28 septembre 2021 sur Radio Méridien Zéro.

Alexandre Douguine sur les résultats des élections au Bundestag: "La politique allemande est caractérisée par la haine de soi"

SD8387.jpg

Alexandre Douguine sur les résultats des élections au Bundestag: "La politique allemande est caractérisée par la haine de soi"

L'élection du Bundestag qui s'est tenue dimanche met fin à l'ère d'Angela Merkel. Dans une interview exclusive accordée à RT DE, le philosophe russe Alexandre Douguine commente les résultats des élections et leurs conséquences sur les relations russo-allemandes.

Source : Sputnik © ALEXANDER WILF & https://de.rt.com/inland/124923-alexander-dugin-ueber-ergebnisse-der-bundestagswahl/?fbclid=IwAR3v-qVX7Z_Qa_ijZjG2uSti0S2-ilnqKTd2dmgfHqZ5Az_6dpPynsy7zu0

Après les élections du Bundestag de dimanche, RT DE s'est entretenu avec le philosophe, politologue et sociologue russe Alexander Dugin. Dans une interview exclusive accordée à la chaîne, l'homme de 59 ans a commenté les résultats des élections et leurs conséquences sur les relations germano-russes. Le politologue a qualifié les dernières élections au Bundestag d'inhabituelles. Il a souligné la défaite "colossale" de la CDU et de la CSU. Le résultat, a-t-il dit, est un coup dur pour le centre-droit et les libéraux de droite avec lesquels la Russie entretenait de bonnes relations. Dans le même temps, M. Dugin a rappelé que les relations bilatérales avaient été encore meilleures sous la chancellerie de l'homme politique du SPD, Gerhard Schröder.

    "Les relations entre la Russie et l'Allemagne ont une dimension beaucoup plus profonde et vont au-delà de telle ou telle coalition gouvernementale."

Selon Dugin, seul un événement extraordinaire, tel qu'une victoire des Verts, que beaucoup avaient prédite, pourrait radicalement détériorer cette relation. Le politologue a décrit Annalena Baerbock comme une représentante du mouvement de l'investisseur américain George Soros et a accusé son parti d'être beaucoup plus mondialiste que vert. Dugin a notamment souligné que les Verts s'étaient prononcés contre le gazoduc Nord Stream 2.

    "Les sociaux-démocrates, qui ont maintenant gagné, et la CDU/CSU représentent une continuation du statu quo pour la Russie."

Dans sa conversation avec RT DE, le philosophe a partagé que les relations entre la Russie et l'Allemagne étaient pourtant tout sauf merveilleuses. Il a cité comme raison la dépendance de la politique étrangère allemande vis-à-vis du gouvernement américain, malgré la force économique du pays et sa sympathie pour la Russie.

    "L'Allemagne est totalement dépendante de la politique américaine. Ce n'est pas un État souverain. <...> A cet égard, c'est en quelque sorte un territoire occupé jusqu'à présent."

M. Douguine a décrit la présence militaire américaine en Allemagne comme la poursuite de l'occupation d'après-guerre, malgré le retrait des troupes soviétiques. Bien que l'Allemagne tente de défendre ses intérêts économiques, elle n'y parvient que partiellement, a-t-il déclaré. Se référant à plusieurs collègues, le penseur a informé que le pays faisait face à une période de turbulence avec une possible crise politique et sociale. Trop de contradictions se sont accumulées, a-t-il dit.

    "Les Allemands sont en effet très chaotiques. Tout leur ordre découle du fait qu'ils le savent et qu'ils ont une peur terrible de ce chaos."

Le politologue a également commenté le sort du soi-disant continentalisme européen sous le règne d'Angela Merkel en tant que chancelière allemande. Dugin a souligné que les positions du continentalisme avaient été plus fortes sous Schröder. Dans le contexte de la guerre en Irak en 2003, l'axe Paris-Berlin-Moscou avait émergé, mais il a ensuite été détruit par les "atlantistes". Sous Merkel, le continentalisme avait fait quelques pas en arrière. Bien que la Chancelière ait tenté d'aplanir certains courants, elle s'est trouvée dans le sillage de l'atlantisme américain et d'un politicien "docile". Les tendances continentalistes, en revanche, se retrouvent au sein du SPD, de la gauche et de l'AfD.

M. Dugin a également expliqué la perte de voix de l'AfD, alors que lui-même avait précédemment prédit une remontée du parti. L'AfD a remis en question le consensus des élites libérales pro-occidentales, marchant sur une corde raide en étant accusé d'extrémisme. Cependant, l'AfD est profondément bourgeoise.

    "Le bourgeois allemand est tout simplement à bout de patience parfois. C'est pour cela qu'il doit formuler ses opinions de manière beaucoup plus dure, et c'est pour cela qu'il vote pour l'AfD."

Cependant, ce parti avait commencé à s'effriter et n'avait pas réussi à trouver un modèle idéologique plausible. Il n'avait pas utilisé sa chance et avait perdu des voix à cause de conflits internes. En même temps, Dugin a exprimé l'opinion que l'Allemagne a besoin d'un tel parti qui critique le libéralisme, l'atlantisme et la mondialisation. Au cours de la période de turbulence à venir, a-t-il déclaré, l'AfD renforcera ses positions si elle est assez intelligente pour saisir sa chance.

Dans son interview exclusive avec RT DE, le philosophe a également commenté le nombre record de votes pour les Verts. Dans ce contexte, il a décrit la protection de l'environnement comme le dernier refuge des politiciens qui n'ont rien à dire.

    "L'absence absolue de philosophie politique est remplacée par des idées simplistes sur la nécessité de protéger l'environnement."

Dugin a lié le succès des Verts à l'infantilisme, à la myopie et à l'hystérie. Le politologue s'est réjoui que le résultat des Verts ait été plus modeste que prévu. S'ils arrivaient au pouvoir, il n'y aurait plus du tout de politique internationale en Allemagne. Pour la Russie, le renforcement de leurs positions serait tout sauf positif. Le politologue a comparé le comportement des Verts au fascisme. En Allemagne, le fascisme, par sa recherche excessive d'ordre et de rationalité, a finalement dégénéré en folie nationaliste.

    "Aujourd'hui, c'est l'inverse : l'idée de liberté, de détente, d'humanité, de charité, ainsi que l'indulgence pour les vices et les maladies, en vertu de la même intempérance allemande, conduisent désormais au pôle opposé."

Puisque les Verts sont, entre autres, contre le gazoduc Nord Stream 2, rien de bon ne peut être prévu pour les relations bilatérales avec la Russie dans le cas de leur gouvernement. Selon Dugin, le projet est bénéfique à la fois pour Berlin et pour Moscou. L'industrie allemande a besoin des ressources naturelles russes pour maintenir le statu quo dans l'économie et le rythme de la croissance.

Dugin a décrit les relations entre Washington et Berlin comme n'étant pas un dialogue égalitaire. Il a déclaré que le gouvernement américain traite l'Allemagne comme une colonie qui a longtemps été économiquement autonome et indépendante.

    "C'est précisément cette contradiction qui conditionne la relation américano-allemande. Les Allemands paieraient un prix élevé pour accroître ne serait-ce qu'un peu leur souveraineté, mais les Américains les tiennent comme George Floyd a été tenu un jour au point de ne plus pouvoir respirer."

Cette contradiction est tout sauf saine, dit-il. Après la Seconde Guerre mondiale, a-t-il dit, l'idéologie allemande voulait que le peuple allemand déteste tout ce qui est allemand. Douguine a appelé ce phénomène "politique de la haine de soi". Cette contradiction caractérise également les relations entre Berlin et Moscou. On ne peut que plaindre l'Allemagne dans cette situation, d'autant qu'elle souffre déjà d'une sorte de syndrome de Stockholm.

jeudi, 30 septembre 2021

La gauche bornée contre Daniel Bernabé et Ana Iris Simón

Trois-singes.jpg

La gauche bornée contre Daniel Bernabé et Ana Iris Simón

Óscar Guardingo Martínez*

Ex: http://www.elespiadigital.com/index.php/tribuna-libre/35278-2021-09-14-16-04-54

La trampa de la diversidad de Daniel Bernabé et La Feria d'Ana Iris Simón, aux thèses opposées, ont essuyé des critiques furieuses en provenance de l'espace culturel de Podemos et de Más Madrid. Les deux auteurs ont été relégués à la position ambiguë de dissidents de gauche, tout en acquérant une certaine pertinence auprès du grand public.

Daniel-Bernabé-1024x681.jpg

cover-48986.jpg

Le succès dont nous parlons est objectif: onze éditions de La trampa de la diversidad ont déjà été publiées (plus de 18.000 exemplaires), tandis que Feria a été publiée douze fois (40.000 exemplaires) et figure régulièrement sur la liste des "best-sellers" et dans les vitrines des gares et des aéroports. La première chose qui frappe, c'est l'énorme écart entre ce que la gauche condamne et ce que le public apprécie.

23abr_LaCentralCallao2.jpg

La conclusion rapide est que culturellement, ainsi qu'électoralement, les militants de gauche vivent déconnectés du peuple, que ce soit en tant que public ou en tant que peuple. Les dizaines d'articles contre ces livres signés par des cadres de Podemos, des ex-tertulliens de La Tuerka et de Fort Apache et des experts convertis à l'environnementalisme ne semblent pas avoir réussi à porter la répudiation au-delà d'une bulle restreinte d'activisme urbain hyper-politisé. D'autre part, le succès commercial des thèses de Bernabé et de Simón - attention, parce qu'elles sont antithétiques l'une de l'autre - montre que les élites intellectuelles de la gauche espagnole sont culturellement "hors jeu". Le dernier épisode de ce désaccord de longue date a eu lieu cette semaine avec l'expulsion de Daniel Bernabé de la section Opinion de Público, malgré le fait que ses textes aient été largement partagés et commentés.

Bernabé et Simón viennent de l'extérieur de l'intelligentsia de gauche parce qu'ils n'ont pas appartenu à ses cercles sociaux: ils n'ont pas participé à des fêtes universitaires avec ceux qui sont aujourd'hui "députés pour le changement", ils n'ont pas assisté ensemble aux mêmes concerts, ils n'ont pas partagé un appartement dans le quartier branché de Lavapiés à Madrid, ils ne se sont pas rencontrés pour dîner et ils ne se retrouvent pas tous les jours dans des chats sur Telegram. C'est pourquoi beaucoup de ceux qui sont "prédestinés" par leur famille et leur formation au rôle d'intellectuels organiques de gauche estiment que, d'une certaine manière, ces deux auteurs issus du barrio ont usurpé un espace qui ne leur correspond pas, l'espace qui était réservé à ceux qui les remettent aujourd'hui en question.

De quel espace parlons-nous exactement ? Succès commercial, collaborations pour la station de radio SER, interviews et chroniques dans El País. Tout cet espace est réservé à une classe supérieure progressiste de Madrid qui montre maintenant nos deux auteurs rebelles du doigt. La plupart des critiques adressées à ces deux écrivains proviennent d'écrivains qui ont passé toute leur vie à l'université et qui comptaient bien hériter de ces podiums. C'était un prix qui leur appartenait après une jeunesse tissée de radicalisme et de flirt avec la gauche sud-américaine (surtout la gauche argentine, plus raffinée, mais aussi le chavisme et l'indigénisme). Bernabé et Simón jouent le rôle d'imposteurs et de "squatters", lui, avec un passé de simple libraire et, elle, de journaliste précaire, qui a travaillé pour le magazine féminin Telva ainsi que pour le magazine de tendances Vice. Ils ne sont pas "de leur propre chef", et ils seront donc rejetés par les "prédestinés". Cependant, une telle condamnation est comme la fatwa des ayatollahs sans les fidèles.

Ana-Iris-1-425x638.jpg

Le paquet idéologique de la gauche déclinante

Bien sûr, il ne s'agit pas seulement d'être étranger à la classe sociale de la jeune intelligentsia madrilène de gauche. S'il ne s'agissait que de cela, ce serait une simple question d'envie et de rancœur. Il y a aussi une question politique. Daniel Bernabé et Ana Iris Simón partent de positions antithétiques: Bernabé estime que l'heure est à la revanche contre le 15-M, qui, selon lui, a été une aberration pour la tradition de gauche. Simón, quant à elle, explique que la gauche a fini par s'approprier l'essence populaire (et populiste) du 15M pour son idéologie. Tous deux amendent de deux côtés le cocktail idéologique offert par la gauche espagnole aujourd'hui: "Féminisme, LGTBIQ+, Bienvenue aux réfugiés et un peu de travaillisme".

7d6cae3975e9a48a9162e0db09043fa0.jpg

Les détracteurs de ces deux livres sont l'élite intellectuelle typique de la gauche de notre pays: des trentenaires qui ont consacré leur jeunesse à la communication politique, pratiquant un populisme étranger au peuple espagnol, qui préfèrent importer leurs propres visions du péronisme. Maintenant qu'ils ont cessé de faire le V avec leurs doigts et de chanter des chansons argentines, ils ont mis à profit leurs titres académiques obtenus dans les meilleures universités britanniques et françaises pour défendre des paris aussi prévisibles et suivistes que d'embrasser l'environnementalisme la semaine où les sondages allemands donnaient Die Grünen (les Verts) vainqueurs, ou d'adhérer au socialisme radical le mois où Bernie Sanders a participé aux primaires démocrates. Ils ont tellement muté qu'il est difficile de les situer. Ils sont toujours du côté de la mode progressiste du moment: il y a dix ans, ils criaient que la jeunesse n'avait pas d'avenir, aujourd'hui ils sont de fervents adeptes du progrès et décrètent des condamnations culturelles contre quiconque ose dire que la génération qui a fait la grève du 14D vit mieux que la jeunesse d'aujourd'hui.

Ana Iris Simón a écrit un roman, mais il fonctionne aussi comme un essai. Du moins, parce qu'il a une thèse claire que l'auteur a répétée dans chaque interview: "J'envie la vie de mes parents". Et c'est à partir de cette thèse qu'elle s'est connectée à un très large public de jeunes qui envient la vie de leurs parents, mais aussi, selon les mots du communiste Felipe Alcaraz, "de parents et de grands-parents qui se promènent chaque jour avec les cadavres de travailleurs de leurs enfants et petits-enfants sur le dos".

Se demander si les jeunes de 20 ou 30 ans vivent moins bien que ceux qui avaient leur âge dans les années 1990 semble plutôt absurde. C'est un débat qui a été réglé - entre autres - dans les pages du fameux rapport Petras, l'étude sociologique commandée par le PSOE pro-Felipista et ensuite cachée dans un tiroir parce qu'il n'aimait pas les résultats, qui montraient comment ses politiques avaient détruit le marché du travail espagnol pour les générations à venir. Trente ans de néolibéralisme ne passent pas en vain: il suffit de constater qu'aujourd'hui les nouvelles pensions sont déjà plus élevées que les salaires les plus courants. À l'âge de 65 ans, votre chèque de pension est plus élevé que celui d'un travailleur actif d'une trentaine d'années.

Modifications de la gauche actuelle

La thèse principale de Feria est si solide que je suis sûr qu'il doit y avoir plus que les critiques de Simon. Bien sûr que oui : la Feria contient les ingrédients d'une mobilisation politique qui modifie le cocktail idéologique de la gauche que nous avons cité précédemment (rappelez-vous : "Féminisme, LGTIBQ+, Bienvenue aux réfugiés et un peu de travaillisme"). Le piège de la diversité aussi, mais pas tant pour avoir appelé à un projet qui dépasse les factions, mais à une redistribution du poids du paquet vers d'autres contenus: "Beaucoup de Labour, un peu de Welcome refugees et un peu de féminisme". Simon, en revanche, modifie l'ensemble de l'offre et propose les ingrédients d'un projet aux émotions politiques nouvelles. Les émotions dans son sens étymologique, c'est-à-dire quelque chose qui fait bouger, qui mobilise.

ana-iris-simon-©jeosm-17.jpg

71fpjEuXhwL.jpg

La Feria offre des outils pour un nouveau populisme (le "isme" du peuple), mais pas en important un Perón qui, en Espagne, sonne martien, mais en assemblant des éléments populaires de notre nation: la nostalgie comme émotion face à un néolibéralisme qui a précarisé les vies en termes matériels (droits du travail et accès au logement), mais qui a aussi dissous les liens communautaires tels que l'amour de la patrie, de la famille et du parti, dans sa variante de la vie sociale au siège local, de l'espace de rencontre, de la camaraderie et de la formation d'une identité communautaire (c'est ainsi que sa famille paternelle vit le militantisme au sein du PCE). Elle a même osé aller un peu plus loin: elle est allée à l'église dès son plus jeune âge, au grand dam de son père athée. Feria exalte en fait les liens humains forts qui ont été affaiblis par les montagnes russes individualistes de la société de consommation.

Espagne et Ledesma Ramos

Il y a dans Feria un débordement de ce qui est permis par la gauche actuelle. Je fais référence à l'acceptation de l'Espagne de manière décomplexée, comme un pays qui appartient aussi aux gens ordinaires, ni meilleur ni pire qu'un autre après avoir accompli quatre décennies de démocratie. Alors que la gauche du PSOE maintient le tabou de ne jamais dire "Espagne" et remplace ce mot par des expressions telles que "l'État tout entier", Ana Iris Simón assume et embrasse l'Espagne. Les citations de Ramiro Ledesma Ramos ont été particulièrement controversées, bien que la personne citée dans le livre soit l'intellectuel Ledesma, une incarnation antérieure au politicien qui a fondé le syndicalisme de la Falange. La question se pose aisément : la gauche universitaire a-t-elle raison de lui faire des reproches ? a-t-elle une légitimité ?

ramiro-ledesma-ramos.jpg

Déchirer ses vêtements pour avoir cité Ledesma Ramos dénote une indignation surfaite, qui n'est pas apparue lorsque la jeune écrivaine antisystème et lauréate du prix national de littérature Cristina Morales, applaudie et récompensée en permanence par la gauche (même par l'Injuve andalou en 2012), a fait exactement la même chose. Les citations continues de Carl Schmitt, juriste de premier plan aux temps du nazisme, communes aux intellectuels de Podemos (surtout Errejón et Monedero), ne semblent pas non plus poser de problème. En fait, Ledesma Ramos lui-même a toujours été dans l'ADN du message de Podemos. Peu de différences peuvent être trouvées entre les discours vibrants d'Iglesias et d'Errejón proclamant que "la patrie n'appartient pas à ceux qui ont des comptes en Suisse ou un siège à l'IBEX" et la célèbre citation de Ledesma Ramos selon laquelle "seuls les riches peuvent se permettre le luxe de ne pas avoir de patrie".

Mon problème avec Ledesma Ramos? Son aversion élitiste pour la participation politique des masses mettra toujours la gauche mal à l'aise, sans compter que son engagement dans la violence pour exterminer l'opposition l'invalide comme point de référence pour un projet national-populaire. C'est ce qu'a expliqué récemment le pape François: l'Espagne a besoin de réconciliation, ce qui ne signifie pas abandonner nos positions politiques mais entrer dans un processus de dialogue national.

En réalité, Ledesma ne plaît même pas à l'aile droite espagnole de 2021, qui, au lieu de soutenir l'esprit d'entreprise national, s'est lancée dans un programme grotesque de défense de la bourgeoisie de la Silicon Valley, de Wall Street et de Barcelone (le fondateur de Glovo, Oscar Pierre, est la quatrième génération d'un arbre généalogique de la bourgeoisie catalane). Le caractère anti-bourgeois de Ledesma semble incompatible avec une droite espagnole dominée par les cadres des quartiers de Salamanque et les étudiants de MBA.  Parfois, avec une pointe de sarcasme, on se demande si le syndicat Vox n'est pas au service du projet mondialiste de George Soros.

Le succès commercial de Bernabé et Simón, face au barrage lassant de critiques de la gauche universitaire, alors que le public populaire vibre du succès des deux livres, me rappelle ces critiques musicaux élitistes des années 2000 qui ne reconnaissaient pas les tubes de Juan Magán, même s'ils passaient en boucle dans les discothèques, les bars de plage et les fêtes de quartier. Après avoir surfé sur la vague d'indignation populaire en Espagne depuis 2011, la gauche du PSOE donne à nouveau l'impression d'être méfiante et déconnectée du peuple. Ces dernières années, son soutien s'est réduit à la taille de ses équivalents européens: entre 6% en Allemagne et 2,5% en Italie. C'est pourquoi je suis tenté d'utiliser le terme "shrinking left" pour les définir.

Aux antipodes de cet écrasement, des auteurs comme Daniel Bernabé et Ana Iris Simón parviennent à se connecter au goût et à la mentalité populaires. Ils le font parce qu'ils intéressent et émeuvent indubitablement les gens. Il faut les féliciter, même si la gauche déclinante peut le regretter, consternée par le fait que les goûts populaires d'aujourd'hui prennent des chemins très différents du projet qu'ils nous vendent, qui peut se résumer à "Féminisme, LGTBIQ, Bienvenue aux réfugiés plus un peu de travaillisme".

* Óscar Guardingo était un sénateur de Podemos. Il est maintenant revenu travailler dans l'usine de moulage par injection d'aluminium de la fonderie SEAT Componentes.

Source : Vozpopuli

 

Après AUKUS, l'espace: comment Johnson relance Global Britain

union-jack_web.jpg

Après AUKUS, l'espace: comment Johnson relance Global Britain

Andrea Muratore

Ex: https://it.insideover.com/tecnologia/dopo-aukus-lo-spazio-cosi-johnson-rilancia-la-global-britain.html

À la mi-août, le retrait chaotique des Occidentaux d'Afghanistan avait vu le Royaume-Uni tenter, en vain, de prolonger le séjour des États-Unis et de leurs alliés dans le pays au-delà du 31 août et échouer à organiser une deuxième phase d'évacuation des civils et des soldats afghans face à l'avancée des talibans sans la couverture de la superpuissance. À l'époque, la stratégie Global Britain du gouvernement de Boris Johnson semblait ne tenir qu'à un fil, dépendant des priorités stratégiques américaines après des affaires passées similaires sur des questions telles que la 5G et la fermeture à la Chine.

En septembre, cependant, la signature du pacte AUKUS a montré le côté plus précieux stratégiquement de ce lien ombilical. La relation entre les États-Unis et le Royaume-Uni reste, dans un certain sens, spéciale et, avec l'Australie, Londres est choisie comme le partenaire le plus proche de la superpuissance dans l'alliance déjà restreinte des "Five Eyes". Une synergie comparable, à certains égards, à celle qui existe entre Washington et Israël.

uk-us-special-relationship.si.jpg

Et tout cela a été confirmé par un approfondissement des liens australo-américains sur le front spatial, directement lié au monde des sous-marins que Washington fournira à Canberra, ce qui s'est immédiatement traduit par un geste du gouvernement de Sa Majesté. Moins de deux semaines après la signature d'u pacte AUKUS, le 15 septembre, Londres a en effet présenté sa nouvelle stratégie spatiale nationale, qui semble taillée sur mesure pour le nouveau cadre stratégique né d'AUKUS.

La stratégie spatiale nationale mise en place par le gouvernement de Boris Johnson est ambitieuse et répond pleinement à la logique que la stratégie Global Britain avait indiquée pour l'avenir du Royaume-Uni post-Brexit : une plus grande importance dans les scénarios militaires internationaux, une intégration croissante entre les secteurs civils, les appareils économiques et de défense, et la recherche d'une position forte dans le contexte scientifique mondial.

Dans cette optique, la stratégie spatiale nationale définit cinq objectifs généraux pour renforcer la position du Royaume-Uni dans l'espace: renforcer la position de Londres dans l'économie spatiale, promouvoir l'utilisation de l'espace dans le respect du droit international, conformément à la convention des Nations unies signée cette année par le gouvernement, soutenir la recherche et l'innovation, exploiter les technologies spatiales pour lutter contre le changement climatique, et promouvoir la protection de l'intérêt national en se positionnant comme une puissance spatiale.

"Au cœur de cette stratégie", a déclaré George Freeman, le nouveau ministre des sciences du gouvernement conservateur, "nous reconnaissons que nous sommes engagés dans une course mondiale pour le contrôle de l'espace" et que nous avons certains atouts "sur lesquels nous avons l'intention de nous appuyer".

Londres rappelle sa volonté de devenir une superpuissance scientifique et technologique, également dans le secteur spatial, et d'établir des collaborations profondes et décisives avec ses alliés. De ce point de vue, la référence à AUKUS est évidente, étant donné que le Royaume-Uni entretient une relation privilégiée avec les États-Unis et l'Australie (ainsi qu'avec la Nouvelle-Zélande et le Canada) en matière de renseignement, avec pour conséquence le partage de flux d'informations qui ont une importance décisive pour les échanges dans l'espace ; dans les domaines naval et militaire, il se coordonnera avec Washington et Canberra ; et, surtout, il a depuis longtemps perfectionné le processus du Brexit dans le domaine spatial également. Partageant ses voies avec celles des programmes européens pour l'alternative au Gps (Galileo), les constellations de satellites vétérans et les nouveaux équipements pour l'internet par satellite.

DpJU0eOWsAAqiNn.jpg large.jpg

Space News souligne que, compte tenu des changements d'époque qui ont eu lieu dans le secteur à l'échelle internationale, Londres n'a pas reproposé l'objectif de prendre le contrôle de 10 % du marché mondial de l'économie spatiale qu'elle prône depuis des années ; et si Andrew Stanniland, PDG de Thales Alenia Space UK, a souligné que Londres doit rattraper son retard dans le domaine technologique, le Royaume-Uni conserve " une part de marché de 6 % " à l'échelle mondiale dans l'économie spatiale, avec 21 milliards de dollars sur 345 générés en 2019 dans le secteur.

Le périmètre AUKUS confirme ainsi son désir de projeter ses ambitions en tant que bloc cohésif au-delà des limites de l'alliance navale et de l'endiguement des stratégies chinoises dans l'Indo-Pacifique. Londres suit le pacte américano-australien sur les sous-marins et, en tant que nation disposant des capacités les plus avancées dans les domaines naval et spatial, poursuit sa stratégie de renforcement de l'hybridation mer-ciel, qui apparaît de plus en plus fondamentale en tant que déterminant de la puissance au XXIe siècle. Cela prouve que nous devrons attendre longtemps pour que les conséquences géopolitiques du nouvel axe anglo-saxon soient effacées, du moins avant de pouvoir considérer la stratégie de la Grande-Bretagne globale comme terminée.

Le pacte entre la France et la Grèce: l'Aukus de Macron en Méditerranée

La-France-annonce-la-vente-de-trois-Fregates-a-la-Grece.jpg

Le pacte entre la France et la Grèce: l'Aukus de Macron en Méditerranée

Lorenzo Vita

Ex: https://it.insideover.com/difesa/il-patto-tra-francia-e-grecia-la-aukus-di-macron-nel-mediterraneo.html

L'accord entre la France et la Grèce intervient après des semaines de négociations et des mois d'approches. L'accord a été fortement soutenu par le Premier ministre grec, Kyriakos Mitsotakis, et le Président français, Emmanuel Macron, pour des raisons différentes mais convergentes. Athènes voulait montrer à la Turquie qu'elle avait un allié solide derrière elle, prêt à intervenir pour la défendre en cas d'"ingérence" grave d'Ankara en mer Égée et en Méditerranée orientale. Paris, pour sa part, a dû réaliser un coup de marché pour couvrir (mais pas de la même manière) la perte du contrat avec l'Australie pour les sous-marins, anéanti à cause d'Aukus. Et elle l'a fait en plaçant trois frégates entre les mains de la marine grecque, qui depuis un certain temps avait inscrit sur sa liste d'achats le désir de renforcer sa flotte, comme elle l'avait déjà fait avec les chasseurs Rafale (également fabriqués en France) dans le ciel. Tout cela, il faut le rappeler, en subvertissant même les analyses qui donnaient la proposition italienne comme la meilleure. Comme le précise RID, cela peut également être un signe de la pression politique exercée par Paris après l'échec du contrat pour les sous-marins australiens. Mais elle montre aussi combien il est difficile d'évaluer les frictions entre la France et les Etats-Unis quand on espère s'insérer trop facilement dans leurs diatribes.

Les caisses françaises reçoivent près de trois milliards d'euros, ce qui ne fait certainement pas de mal après la fin du "contrat du siècle" de Naval Group avec la marine de Canberra. Mais ce qui est également important, c'est le signal politique d'une synergie, celle avec la Grèce, qui est en train de se cimenter en quelque chose de très similaire à une alliance stratégique parallèle aux organisations auxquelles les deux pays appartiennent, à savoir l'OTAN et l'Union européenne.

Selon l'accord conclu à Paris, il y a deux éléments à prendre en compte. Le premier est d'ordre technique: il s'agit de la livraison de trois frégates de classe FTI (Belharra est le nom donné aux unités vendues à l'étranger) et de l'option pour une quatrième. Les frégates seront également compatibles pour fonctionner précisément avec le Rafale vendu par la France dans le cadre d'un accord signé au cours des mois précédents par les deux gouvernements et qui a récemment été prolongé par de nouvelles fournitures.

0707747101-web-tete.jpg

38GpPO-OFFICIAL-20181127-208-0001.jpg

Les navires seront également équipés de systèmes anti-aériens et anti-sous-marins français (les navires seront construits de l'autre côté des Alpes), et les corvettes Goodwin pourraient être ajoutées prochainement. Ce contrat est donc important non seulement sur le plan économique, mais aussi sur le plan opérationnel: la force de défense grecque sera parfaitement compatible avec la force de défense française dans le déploiement aéronautique des prochaines années.

Le deuxième élément, outre l'élément technique, est bien sûr l'élément stratégique. Car en plus du renforcement de la flotte grecque, une clause d'aide mutuelle a été incluse qui est inévitablement orientée vers la protection de la Grèce. Dans l'accord - c'est ce qu'ont dit des sources gouvernementales rapportées par Το Βήμα et l'agence Mpa - il y a une garantie d'intervention en cas d'attaques de pays tiers, même s'ils font partie d'alliances dans lesquelles Athènes et Paris sont impliqués. Une façon de ne pas dire "Turquie", qui devient à ce stade le véritable adversaire d'une alliance franco-hellénique qui veut toucher, et touchera, la Méditerranée orientale. Et cette défense mutuelle est complétée par une série d'initiatives bilatérales visant à favoriser une synergie totale entre les deux gouvernements en Méditerranée orientale, en matière de sécurité maritime et dans les secteurs de la défense européenne commune.

Si la démarche est essentielle pour la Grèce en tant que frein aux ambitions turques et comme signal aux autres acteurs méditerranéens, elle est surtout importante en termes de stratégie française. La sortie de Macron de cet accord a un double objectif : d'une part, rafraîchir les caisses de Naval Group après la "claque" australienne, et d'autre part, se montrer comme le metteur en scène de cette autonomie stratégique européenne qui, traduite en termes beaucoup plus pragmatiques, ne signifie pour la France que la concrétisation de son désir de diriger certains secteurs de la défense du Vieux Continent.

En dehors des ambitions européistes, l'Elysée n'a jamais caché qu'il considère l'UE comme un multiplicateur de force. Et il est clair que tout cela, s'il est fait en synergie avec l'OTAN, plutôt que de renforcer l'autonomie stratégique de l'Europe, servira surtout à renforcer le cadre des alliances françaises en Méditerranée orientale et au Moyen-Orient, qui va de la Grèce à Chypre et de l'Égypte aux Émirats arabes unis. Un axe qui se projette en Libye, mais qui regarde aussi vers le Sahel et les champs gaziers de la Méditerranée orientale. Ce bloc, devenu nécessairement anti-turc compte tenu de la présence simultanée des adversaires stratégiques d'Ankara, a donc vocation à protéger les intérêts de chacun mais surtout à démontrer la capacité de la France à construire un écran protecteur en Méditerranée tant pour ses propres intérêts que pour sa diplomatie. Là-bas, au Levant, il existe déjà une sorte de "zone d'influence" parisienne.

Pour l'instant, les États-Unis ont donné leur accord. Et ceci est en soi un signe de la manière dont, plutôt qu'une autonomie européenne par rapport à l'Alliance atlantique, la France et la Grèce ont simplement envisagé un système d'aide mutuelle conçu dans une perspective bilatérale et bien inséré dans l'OTAN. Un porte-parole du département d'État américain, comme le rappelle le journal grec Kathimerini, a tenu à rappeler que Washington dispose depuis longtemps d'un accord de coopération avec Athènes mis à jour en 2019 et que des "progrès significatifs" ont été réalisés en vue de son actualisation.

Emmanuel Macron, comme l'écrit La Tribune, a déclaré en même temps qu'il signait l'accord que celui-ci "est en parfaite cohérence et en pleine conformité avec nos engagements vis-à-vis de l'UE et de l'OTAN, renforçant son efficacité pour la protection de nos territoires et permettant d'agir de manière plus efficace et coordonnée". Et les dépenses militaires grecques, bien supérieures à la moyenne de l'UE, ont déjà été appréciées par Washington, qui a non seulement atteint le niveau de financement requis, mais a également reçu des garanties sur l'utilisation des bases.

Les relations transatlantiques au miroir de l'Afghanistan

20191026_HAT_Transatlantische_Beziehungen_Rawf8_-_AdobeStock_187950979.jpg

Les relations transatlantiques au miroir de l'Afghanistan

Sergey Yermakov

Ex: https://katehon.com/ru/article/transatlanticheskie-otnosheniya-v-zerkale-afganistana

Un mois après que les passions, liées au retrait manqué des troupes américaines et de celles de l'OTAN qui viennent de quitter l'Afghanistan, se soient apaisées à Washington et dans les capitales européennes, il est intéressant d'évaluer les conséquences du fiasco afghan sur les relations transatlantiques. Il convient de noter que la situation dans ce pays a évolué de manière inattendue et trop rapide et cela, dans un sens négatif pour les Américains et l'OTAN. Le retrait des troupes restantes et l'évacuation des civils de Kaboul s'apparentaient davantage à une fuite. Cela a causé d'énormes dommages à l'image des États-Unis et a réactivé les sources cachées de tendances centrifuges dans leurs relations avec leurs alliés.

En août dernier, les réunions d'urgence du Conseil de l'Atlantique Nord, du Comité militaire de l'OTAN et des ministres des Affaires étrangères de l'Alliance ont été principalement consacrées à l'adoption de mesures urgentes visant à garantir l'évacuation en toute sécurité du personnel de l'OTAN et des membres affiliés de l'Alliance, plutôt qu'à l'élaboration d'une position unifiée des Alliés sur la question de l'Afghanistan. Au départ, les experts occidentaux étaient assez sceptiques quant à la capacité de l'alliance à s'adapter rapidement aux nouvelles circonstances, en raison du choc et de la désorientation dans lesquels les forces de l'OTAN s'étaient retrouvées après la prise de contrôle éclair par les talibans.

Il convient de noter que les Européens ont tendance à considérer l'échec de la mission de l'OTAN en Afghanistan non seulement comme l'effondrement d'une seule opération, mais aussi comme un facteur qui aura de graves conséquences géopolitiques pour l'Europe et le monde, aggravant encore la crise des relations transatlantiques. C'est notamment la conclusion à laquelle est parvenu N. Loiseau, président de la sous-commission sécurité et défense du Parlement européen, qui estime que les récents développements devraient inciter l'Europe à renforcer son "autonomie stratégique" afin de garantir sa capacité à agir avec ses alliés (tels que les États-Unis) lorsque cela est possible, et indépendamment lorsque cela est nécessaire.

Pour sa part, D. Keating, senior fellow au European Center de l'Atlantic Council (USA) et correspondant à Bruxelles de France 24, note que les Européens ont été pris au dépourvu par la décision américaine de retirer rapidement les troupes d'Afghanistan sans avoir une compréhension réaliste de la vulnérabilité du régime politique de Kaboul. Selon lui, un certain nombre de pays européens, tels que le Royaume-Uni et l'Italie, ont été fortement irrités par le fait que l'administration Biden n'a pas tenu compte de leur avis sur la précipitation de ce retrait, après que leur opposition au retrait ait été ignorée lors du sommet de l'OTAN en juin. Selon l'évaluation de l'expert européen, le retrait rapide et en fait mal coordonné d'Afghanistan, qui a conduit à l'effondrement du leadership pro-occidental dans ce pays, renforcera le débat à Bruxelles sur l'"autonomie stratégique" européenne et la nécessité de développer une capacité de défense européenne indépendante. Ces actions américaines soulèvent également des questions sur l'engagement de l'Amérique à protéger ses alliés et sur la question de savoir si l'OTAN est réellement une alliance d'États souverains - ou simplement un protectorat militaire dans lequel les véritables décisions sont prises par Washington seul.

optimize.jpg

L'effondrement de la crédibilité de la politique étrangère américaine et des services de renseignement et militaires américains porte atteinte à l'autorité politique et morale de l'Occident dans son ensemble, déclare D. Schwarzer, directeur exécutif pour l'Europe et l'Eurasie à l'Open Society Foundations. Selon elle, l'exemple de l'Afghanistan démontre une trop grande dépendance des Européens à l'égard des États-Unis - et en même temps une trop faible prise en compte de leur point de vue à la Maison Blanche.

Dans le même temps, B. Masaes, ancien secrétaire d'État portugais aux affaires européennes, signale un grave problème pour l'Europe lié aux réfugiés d'Afghanistan. Selon ses évaluations, il existe un risque de nouvelles attaques terroristes contre l'Europe organisées à partir de ce pays. Masaes souligne également que la crise des réfugiés n'est qu'une partie de la destruction, voire de la désagrégation de l'ordre existant précipitée par les événements afghans. Selon lui, sous l'ancien président américain D. Trump, des doutes sont apparus sur l'engagement de l'Amérique envers ses alliés et ses engagements européens. Toutefois, l'analyste portugais estime que les événements afghans ont déjà jeté le doute sur la compétence américaine en tant que telle. Selon lui, la réponse ne peut être qu'une capacité européenne accrue à affronter seule un monde de plus en plus dangereux.

A son tour, M. Laschet, président de l'Union chrétienne-démocrate d'Allemagne et candidat à la chancellerie de centre-droit - a qualifié l'opération afghane de l'OTAN de "plus grand échec de l'alliance, qu'elle subit depuis sa fondation". Selon M. Laschet, une "analyse complète des erreurs" est nécessaire tant à Washington qu'à Bruxelles.

Les experts américains soutiennent de tout cœur l'avis de leurs collègues européens selon lequel les leçons de l'Afghanistan doivent être soigneusement étudiées. Par exemple, un analyste respecté du Centre d'études stratégiques et internationales de Washington, E. Cordesman, en parle dans son rapport. Cependant, il y a une nuance à apporter. Tout en admettant que l'absence de consultations complètes avec les partenaires de l'OTAN est inacceptable, l'analyste américain suggère néanmoins que l'Europe doit adopter une approche beaucoup plus réaliste de sa dépendance stratégique vis-à-vis des forces armées américaines. Par conséquent, les Européens devraient faire davantage pour améliorer leurs propres capacités militaires plutôt que de discuter du partage de la charge financière. Selon M. Cordesman, en réclamant une plus grande "autonomie stratégique", l'Europe devrait reconnaître qu'il n'existe pas aujourd'hui d'alternative européenne crédible à l'Alliance de l'Atlantique Nord. C'est pourquoi, selon lui, de nouvelles mesures sont nécessaires pour améliorer l'efficacité de l'OTAN et l'adapter aux nouveaux défis, plutôt que de détruire ce bloc, qui est pour l'instant irremplaçable.

Dans le même temps, l'analyste américain R. Ellehuys, qui a un temps dirigé le bureau de la politique européenne et des affaires de l'OTAN du département de la défense des États-Unis, estime qu'il est important de prêter attention à l'évaluation des conséquences négatives de la défaite afghane pour l'alliance. Il s'agit avant tout, selon elle, de saper la crédibilité de l'Alliance et d'accroître la menace terroriste qui pèse sur ses membres. Ellehuys et d'autres experts américains sont particulièrement préoccupés par la possibilité que les adversaires géopolitiques de l'OTAN utilisent le "syndrome afghan" pour discréditer et saper l'unité des alliés.

A cet égard, les experts occidentaux (par exemple, de l'Atlantic Council, de la RAND Corporation et d'autres) suggèrent à l'alliance de prendre des mesures urgentes d'information et de propagande permettant de justifier les actions américaines et de l'OTAN en Afghanistan, de calmer la société occidentale et de préserver l'unité des pays membres et la confiance dans l'organisation elle-même. Dans ces circonstances, par exemple, M.D. Williams, du Conseil atlantique, estime que dans la lutte pour la survie, le slogan moderne de l'OTAN devrait être l'appel "Pour la solidarité !" et non "Pour la sécurité !".

Dans le même temps, les experts américains faisant autorité estiment que les États-Unis doivent se préparer à une situation dans laquelle Washington devra compter non pas tant sur l'OTAN, mais plutôt sur une coalition de membres individuels intéressés de l'alliance qui représentent la plus grande valeur pour les Américains, pour résoudre leurs tâches stratégiques. L'application pratique de cette approche est visible dans la création de la nouvelle alliance militaro-politique entre les États-Unis, le Royaume-Uni et l'Australie, AUKUS.

L'Alliance de l'Atlantique Nord, estiment les analystes américains, a besoin d'une nouvelle approche de la planification des forces, fondée sur une évaluation réaliste des menaces, des plans et des budgets clairs. L'OTAN doit analyser activement l'évolution des capacités des trois superpuissances mondiales et introduire un régime de consultation sur la menace croissante que représente la Chine, plutôt que de se concentrer uniquement sur la Russie ou les menaces terroristes qui pèsent sur l'Europe.

Ainsi, l'approche ajustée des États-Unis vis-à-vis de l'Afghanistan, malgré l'échec de la "sortie discrète" envisagée du pays, suggère que la tâche de démêler le nœud afghan soit laissée à d'autres États, en comptant également sur le fait qu'il deviendra un problème pour les adversaires géopolitiques des États-Unis, la Russie et la Chine. Washington prévoit d'utiliser les ressources libérées en Afghanistan pour la compétition avec eux pour le leadership mondial.

 

mardi, 28 septembre 2021

Le port de Hambourg devient chinois. Le dernier cadeau de Frau Merkel à Pékin

DSC_0352.jpg

Le port de Hambourg devient chinois. Le dernier cadeau de Frau Merkel à Pékin

Marco Valle

Ex: https://blog.ilgiornale.it/valle/2021/09/27/il-porto-damburgo-diventa-cinese-lultimo-regalo-di-frau-merkel-a-pechino/#disqus_thread

La République populaire de Chine a résisté à la pandémie mondiale sans trop de dommages (du moins en apparence) et poursuit son expansion économique, politique et militaire. Partout, vraiment partout. Même sur les mers. Pour la première fois de sa longue histoire - à l'exception de l'intermède du quinzième siècle avec les expéditions de l'amiral Zheng Hen - elle a créé une grande marine militaire et marchande, se transformant ainsi en une puissance maritime. Un objectif ambitieux et sans précédent, comme le rappelle Edward Sing Yue Chan, qui fait "partie intégrante du 'rêve chinois' de renouveau national". C'est l'un des principaux objectifs du président depuis son arrivée au pouvoir, comme il l'a réitéré en 2017 dans un discours aux commandants de la marine" (Limes, n° 10/ 2020).

L'essor thalassocratique et naval de la Chine repose sur un réseau efficace d'alliances et d'influence étendu de l'Asie du Sud à l'océan Indien.  C'est la stratégie du "collier de perles", un long cordon de comptoirs et de relais dans lequel Pékin a englobé le Sri Lanka, la Birmanie, le Bangladesh, les Maldives, le Pakistan et, depuis 2017, Djibouti en Afrique, la première base militaire du Dragon hors du territoire national. Officiellement, cette installation (la première garnison militaire permanente de la République à l'étranger) est un point d'appui pour les navires et les équipages engagés dans des missions de lutte contre la piraterie.

593401-gardes-honneur-marine-formation-pont.jpg

Depuis 2008, Pékin a déplacé plus de 70 unités, dont des destroyers, des frégates et des navires de ravitaillement, et maintient une force opérationnelle navale permanente devant Aden. En réalité, la base répond à des logiques plus larges. L'installation a une capacité d'accueil de dix mille personnes et représente une porte d'entrée sécurisée au cœur du continent ainsi qu'un bouclier efficace pour les innombrables intérêts chinois dans la petite république.

En 2018, les Chinois, juste devant leur base, ont inauguré un port multifonctionnel, le terminal à conteneurs de Doraleh, et une usine pétrolière (tous deux gérés par l'entreprise publique China Merchants Group) ; un an plus tard, le Djibouti Damerjog Industrial Development (DDID), une zone franche de 43 kilomètres carrés gérée exclusivement par trois entreprises chinoises (coût de 3,5 milliards de dollars), a été créé. Sous la direction de la Chine en janvier 2021 (virus ou pas...), Djibouti a clôturé l'accord entre Air Djibouti, Ethiopian Airlines et l'autorité portuaire nationale (DPFZA) pour la construction d'un nouvel aéroport, futur hub africain pour les marchandises chinoises (déchargées, bien sûr, par des navires chinois au port chinois de Doraleh).

Les Chinois possèdent désormais 77 % de la dette nationale, qu'ils utilisent pour programmer et rythmer le plan de développement Vision 2035, l'avenir de ce fragment de la Corne de l'Afrique. L'objectif, comme l'indique un document de la Banque de Chine, "est de transformer le pays, qui n'est plus un centre logistique régional, en un centre financier et un carrefour commercial mondial". En bref, un nouveau Dubaï en jaune.

L'investissement de Gibutan est en synergie avec l'enclave industrielle exempte de taxes dans la zone du canal de Suez - la zone économique et commerciale Chine-Égypte-Suez - et avec la gestion par Cosco (China Ocean Shipping Co., troisième compagnie maritime mondiale après Maersk et Msc) du terminal à conteneurs du canal de Suez, une plateforme entièrement chinoise. Un choix ciblé: depuis 2001, le volume de marchandises traversant le canal a fait de la Méditerranée le principal débouché de 19 % du trafic mondial; 56 % des marchandises empruntant la voie d'eau atteignent le cœur de l'Europe. Le calcul est simple.

Suez et Djibouti sont deux pièces centrales d'un grand projet. Laissez-nous vous expliquer. Les ports maritimes sont l'objectif prioritaire de Pékin: selon une étude du Centre for Strategic & International Studies, 46 ports africains ont été financés, conçus (et sont en cours de construction) ou gérés par des entités chinoises. Cet investissement vise à garantir un traitement prioritaire aux navires à moindre coût, assurant ainsi un avantage concurrentiel aux transporteurs chinois: acheminer des volumes croissants de marchandises vers les marchés européens dans les plus brefs délais. Il s'agit notamment des projets d'extension du port commercial de Lamu, au Kenya (pour un coût de 500 millions de dollars), et de la construction du port de Bagamoyo, en Tanzanie, avec un investissement estimé à 11 milliards de dollars et la coparticipation de la Tanzanie, de la Chine et d'Oman: situé à seulement 50 kilomètres au nord de Dar es Salaam et opérationnel à partir de 2022, Bagamoyo deviendra le plus grand port d'Afrique de l'Est.

bagamoyo.jpg

À son tour, la conquête douce de l'Afrique est imbriquée dans l'initiative Belt and Road (BRI), la "nouvelle route de la soie", une formidable offensive politique et commerciale qui concerne actuellement plus de 80 nations et s'apprête à investir toute l'Europe. C'est un projet articulé avec des investissements massifs et une planification efficace avec un objectif clair: nos économies, nos souverainetés.

Le point de départ est 2010, lorsque Cosco rachète le Pirée, le principal port de la Grèce, à un prix avantageux. L'Union européenne et l'Allemagne, trop occupées à vampiriser la Grèce, s'en sont moquées et ont donné leur accord. La concession aux Chinois de deux jetées était prévue pour 35 ans, et Cosco devait payer un milliard d'euros au total. Mais la valeur économique de l'opération devait être de 4,3 milliards au total, compte tenu des accords de répartition des bénéfices et des investissements que l'entreprise publique du Dragon s'est engagée à réaliser.  L'appétit venant en mangeant, Cosco a racheté cet été 67% de l'ensemble de l'Autorité portuaire, prenant ainsi possession jusqu'en 2052 de la totalité de la structure, opérant depuis lors en tant qu'opérateur de terminal mais aussi en tant que concessionnaire, client et fournisseur de lui-même. Le Pirée est ainsi devenu la première véritable brique BRI européenne, une porte d'entrée de l'expansion commerciale et industrielle asiatique en Europe, avec des investissements massifs dans les terminaux mais aussi dans la logistique, la réparation navale et le tourisme.

new-member-logo-cosco.jpg

piraeusHQ.jpg

Le résultat ? Une excellente affaire, comme le confirment les chiffres: en 2009, le Pirée a traité moins de 700.000 Teu (unité de mesure des conteneurs de 20 pieds). En 2014, il en a traité 3,6 millions, en 2019, il est passé à 4,9 millions.  "En 2010, souligne Alessandro Panaro, directeur de l'Observatoire du trafic maritime de Srm Intesa Sanpaolo, le Pirée n'était pas du tout compétitif, Valence faisait quatre fois ses conteneurs, Tanger Med en faisait déjà deux millions, Port Saïd trois et demi tandis que le port grec n'arrivait pas à en faire un. Depuis l'arrivée du colosse chinois, il est devenu le deuxième port de la Méditerranée et déplace aujourd'hui plus de cinq millions de Teu". Selon un rapport du Srm, en 2020, l'ensemble du système portuaire italien a transporté un peu moins de 10,7 millions de Teu...

Après le Pirée - désormais le pivot de la pénétration jaune en Europe, pour se connecter par train à Belgrade et Budapest - la Cosco a acquis d'importantes participations dans les ports de Kumport (Turquie), Ashod (Israël), Tangeri (Maroc), Cherchell (Algérie), Salonicco (Grèce), Valence et Bilbao (Espagne), Gyynia (Pologne), Rotterdam (Pays-Bas), Zeebrugge et Anvers (Belgique), Vado Ligure (Italie), acquérant ainsi le contrôle de 10% du mouvement conteneurisé du Vieux Continent ; un autre géant public basé à Pékin, China Merchant Port, détient une part minoritaire de Marseille et opère en tant qu'opérateur de terminaux ferroviaires à Venlo, Moerdijk et Amsterdam aux Pays-Bas, Willebroek en Belgique et Duisburg en Allemagne. C'est le plus grand port intermodal (fluvial) du monde, capable de traiter vingt mille navires et vingt-cinq mille trains par an, une cathédrale de la logistique intégrée.

HHLA-Container-Terminal-Tollerort-CTT-modern-container-gantry-cranes-discharge-and-load-a-container-mega-ship-operated-by-shipping-company-Cosco.-Photo-HHLA-Thies-Rätzke-800x450.jpg

Mais ce n'est pas tout. Ces jours-ci, Cosco a conclu (dernier cadeau d'Angela Merkel à Pékin ?) l'accord pour le troisième port le plus important de l'UE, Hambourg: la société, par l'intermédiaire de sa filiale Grand Dragon, a conclu l'accord avec l'opérateur de terminal allemand Hhla pour reprendre 35% d'un des trois terminaux, le Tollerort (Ctt), au prix de 65 millions d'euros, en plus de reprendre 35 millions de dettes de Ctt avec Hhla. Bien qu'il s'agisse de la plus petite installation du port allemand, elle transporte environ 9,2 millions de TEU chaque année. Pas mal pour une entreprise qui émane directement de l'organe administratif suprême, le Conseil d'État, et donc du Parti communiste chinois.

La nouvelle a évidemment animé le débat électoral allemand (contribuant à l'effondrement de la CDU) et inquiété les bureaucrates de Bruxelles. L'accélération à Hambourg a pris au dépourvu la commissaire chargée de la lutte contre les ententes, Margrethe Vestager, qui a présenté au printemps dernier un "bouclier" communautaire pour défendre les entreprises européennes contre les rachats par des acteurs étrangers subventionnés par leur État d'origine, et a obtenu son approbation. Sur le papier, le signal envoyé à Pékin est clair : les entreprises qui reçoivent plus de 50 millions d'euros de subventions étrangères et qui cherchent à acquérir des actifs dans l'UE d'une valeur supérieure à 500 millions d'euros ou à participer à des marchés publics d'une valeur minimale de 250 millions d'euros devront notifier la transaction à Bruxelles et obtenir son approbation.

"Lorsque vous ouvrez votre maison à des invités, vous attendez d'eux qu'ils respectent les règles de la maison. Cela doit également s'appliquer au marché intérieur", a souligné Mme Vestager. Nous attendons maintenant que la loi soit approuvée par le Conseil et le Parlement de l'UE. Avant qu'il ne soit trop tard.

Novorossiya : le nom de l'avenir

1237-Russie.jpg

Novorossiya: la solution de l'avenir

Alexandre Douguine

Je suis profondément convaincu que la formule dite du "quatuor normand", composé de la Russie, de l'Allemagne, de la France et de l'Ukraine pour résoudre la situation dans les anciens territoires de l'Ukraine orientale, est une impasse. Cela a permis d'aplanir la situation pendant un certain temps, mais cela n'a pas résolu et ne pouvait pas résoudre le problème. En outre, Kiev a tenté à plusieurs reprises de mettre la Crimée à l'ordre du jour, ce qui compromet définitivement la possibilité même de toute discussion.

La Russie ne discute pas de la Crimée - c'est la position stricte et sans ambiguïté de Moscou, qu'elle n'abandonnera en aucun cas.

Mais ce n'est même pas là que réside la question. Le statu quo dans le Donbass est totalement insatisfaisant, que ce soit pour Kiev ou pour le Donbass lui-même. Pour Kiev, le Donbass, c'est l'Ukraine, mais pour le Donbass lui-même, l'Ukraine en ses frontières officielles a cessé d'exister depuis longtemps. Tant que la Russie est derrière le Donbass, ce "non" repose sur des assises sérieuses, égales au poids stratégique de la Russie elle-même.

Étant donné que les forces mondialistes et extrémistes sont toujours au pouvoir à Kiev et qu'elles ont commus un gâchis terrible avec le soulèvement naziste de Maidan et avec le début des opérations punitives contre la population russophone, il n'y aura pas de progrès de ce côté-là non plus. Bien sûr, les puissances européennes seraient heureuses de se retirer du problème, car personne ne souhaite entrer dans une confrontation brutale avec Moscou, mais la position globale consolidée de l'Occident et de l'OTAN dans le soutien à la junte de Kiev ne peut être remise en question. C'est la raison pour laquelle ils soutiennent la formule du "quatuor normand" en mode couvé. Cette formule ne peut pas s'éteindre complètement, mais elle n'a aucune chance de s'enflammer vraiment.

À mon avis, il est temps de se préparer, au moins théoriquement, au prochain cycle de l'histoire. Le Donbass ne reviendra jamais à l'Ukraine. Mais même l'indépendance de ce Donbass ou sa réunification à la Russie dans ses frontières actuelles ne résoudra rien non plus. Oui, les malheureux doivent enfin avoir l'occasion de vivre normalement comme des êtres humains. Mais le Donbass n'est qu'une partie de la Novorossiya. Et libérer un territoire, en laissant tout le reste à un régime néo-naziste où même la langue russe ne fait plus partie des langues officielles, serait une demi-mesure pas trop différente de ce que nous avons maintenant. Tôt ou tard, Moscou devra vraiment s'occuper de la Novorossiya.

Il faut tenir compte de l'affaiblissement spectaculaire des États-Unis - la fuite honteuse hors d'Afghanistan en est un bon exemple. La situation politique en Ukraine s'effiloche peu à peu, et tous les espoirs associés à Zelensky se sont progressivement effondrés - et ne pouvaient d'ailleurs que s'effondrer. Aucune de ses promesses aux masses, le misérable comédien n'a pu les tenir. En 2024, sa situation sera clairement désespérée.

1 zP9MoPZKhWzZB1PaymuviQ.png

reduction_and_federalization_of_ukraine_by_matritum_dajlx8x-fullview.jpg

En attendant, la Russie doit se préparer à une percée stratégique. Si l'Ukraine ne peut pas être au moins neutre, elle ne devrait pas l'être du tout. Ce que je veux dire, c'est qu'à sa place, il devrait y avoir deux États confédérés - l'Ouest et l'Est. Et ce sera comme en Belgique. Deux peuples - deux territoires, deux langues. La Novorossia peut conclure un accord historique avec l'Ukraine - une sorte d'union - comme l'union de Krevsky ou de Lublin. Et c'est seulement après cela que la formule que "quatuor normand" pourra être convoquée. Ce n'est qu'alors que nous aurons vraiment quelque chose à discuter avec Kiev.

Il est inutile de s'indigner de ce qui se passe en Ukraine. La ligne choisie par les médias russes à l'égard des personnes véritablement fraternelles de la Petite Russie est très peu attrayante. Dans toute famille, le parent le plus proche et le plus cher peut devenir fou, boire jusqu'à la mort ou devenir invalide. Ce n'est pas drôle du tout. C'est un malheur. Il faut soigner un parent, et non pas lui faire honte.

Et seule l'idée d'une Novorossiya peut guérir notre cher frère slave. D'Odessa à Kharkov. Et que l'ukrainien y soit la langue officielle. Au même titre que le russe. Et tous les Slaves de l'Est, et non seulement les Slaves de l'Est, et non les Slaves en général, vivront dans ce bel État merveilleux de façon heureuse et amicale. Il ne s'agit pas de l'économie, ni du gaz, ni du fait que la population ukrainienne fuit le pays et que bientôt il n'y aura même plus personne pour regarder les émissions humoristiques et russophobes. C'est une question de principe. Kiev avait une chance historique de construire un État pour deux nations - comme l'a fait la Belgique. Là-bas, il y a des Wallons, et à côté d'eux, des Flamands. Et tous ensemble, ce sont les Belges. Mais si les Wallons exigeaient que les Flamands deviennent wallons et parlent français (ou vice versa), la Belgique disparaîtrait en un instant. Mais Kiev a raté cette occasion d'un bon confédéralisme. Irrévocablement. Et continue de le rater encore et encore.

    D'où la réponse : nous reviendrons aux négociations après la mise en œuvre du projet Novorossiya.

Et ensuite nous parlerons. Sous n'importe quelle formule. Même dans sous la formule du quatuor normand.

 

lundi, 27 septembre 2021

Gifle anglo-saxonne à Macron et solitude géopolitique de la France

morland-js680931622-web.jpg

Gifle anglo-saxonne à Macron et solitude géopolitique de la France

Ex: http://www.elespiadigital.com/

La France subit les conséquences de sa plus grande défaite en politique étrangère depuis un quart de siècle, une défaite qui pourrait affecter la campagne électorale de Macron. Nous parlons du refus de l'Australie d'honorer le plus gros contrat avec la France ("le contrat du siècle", comme l'ont appelé les médias français) pour la construction de 12 nouveaux sous-marins de classe "Attack", qui a été finalement signé, après de longues et difficiles négociations, mais s'est retrouvé annulé en 48 heures au bénéfice des États-Unis et du Royaume-Uni. L'Australie a brusquement changé d'avis et a préféré les États-Unis à la France.

Dès le processus de négociation, la France, représentée par la société Naval Group, a assumé des coûts importants dans le projet, répondant ainsi aux souhaits des Australiens, mais la société américaine Lockheed Martin, qui a finalement obtenu le contrat, n'a reçu aucune demande de l'Australie. Le contrat perdu par la France s'élevait à 90 milliards de dollars, mais le montant du contrat avec la Grande-Bretagne et/ou les États-Unis est inconnu. Apparemment, il ne s'agit pas d'argent, mais de géopolitique.

Aujourd'hui, les Français commentent ce qui s'est passé en termes de "faux amis", de "coups de poignard dans le dos", de "coup de Trafalgar", en référence à la défaite de la France lors de la bataille de Trafalgar face à la Grande-Bretagne en 1805. Macron a même rappelé les ambassadeurs français en Australie et aux États-Unis pour des consultations afin de montrer son extrême ressentiment.

Le président français Macron a reçu une gifle de la part de l'alliance américano-britannique, déjà la deuxième ces dernières années, si l'on se souvient que lors d'une réunion dans la rue, un jeune homme a soudainement donné un coup de poing à Macron. L'incident a ensuite été étouffé, mais aujourd'hui, Macron se retrouve dans une position des plus humiliantes. Pour la culture politique française, compte tenu de son ambition, c'est prohibitif et douloureux.

maxresdechcobnfault.jpg

Le fait est que Macron a beaucoup investi dans ces négociations avec l'Australie : argent, temps, émotions, énergie. Il mettait tout à son actif et espérait passer triomphalement les élections. Depuis 2019, la commune de Cherbourg-en-Cotentin, où se trouve la base navale, accueille une partie du projet. Une école bilingue y a déjà été construite pour les enfants des Australiens venus s'entraîner sur la base, et deux artistes australiens ont été chargés de peindre le mur du poste de police avec des motifs aborigènes australiens.

Aujourd'hui, non seulement tous ces efforts ont été vains, mais les habitants de la commune sont privés du revenu attendu. Pour eux, cette situation, selon les médias français, est un séisme socio-économique. Macron est désormais perçu comme un homme politique faible, incapable de tenir ses promesses et de protéger ses citoyens et les intérêts nationaux de la France. Il a été humilié devant le monde entier, de surcroît d'une manière assez rude.

Les États-Unis sont convaincus que cela renforcera les arguments des adversaires de Macron et lui créera des problèmes, même si cela n'affectera pas le résultat de l'élection. Il est vrai que les Français vont désormais voter non pas pour les triomphalistes, mais pour les défaitistes. Maintenant, personne ne se souviendra que l'accord avec l'Australie a été élaboré par le prédécesseur de Macron, Hollande.

Le contrat a connu des difficultés, mais M. Macron a rencontré personnellement le Premier ministre australien Scott Morrison après le sommet du G7 à Londres, et les médias français ont ensuite écrit que "le contrat du siècle avait été sauvé". Macron aurait dû avoir un triomphe et aura en fin de compte une défaite.

On peut dire que la France a renoué avec le boomerang des Mistral. C'est elle qui a annulé le contrat avec la Russie pour les porte-hélicoptères déjà payés et construits. Cela a également été fait à la demande des États-Unis, mais il est incompréhensible que l'histoire n'ait rien appris aux Français. Quelle raison avaient-ils de croire que la Grande-Bretagne permettrait de telles actions au bénéfice de la France dans son fief ? Surtout si l'on considère qu'après le Brexit, les relations déjà difficiles entre la France et la Grande-Bretagne se sont encore détériorées.

Cette situation est particulièrement offensante pour Macron parce qu'il avait initialement soutenu les États-Unis contre le gazoduc germano-russe Nord Stream 2, ce qui a été fait de manière plus douce, sans pression polonaise, mais de manière diplomatique et sans équivoque. Macron a soutenu la Grande-Bretagne dans l'affaire des Skripals, dans le scandale du dopage, dans l'histoire de l'empoisonnement de Navalny, dans le problème de l'Ukraine. La France a été à l'avant-garde des alliés anglo-saxons sur des questions politiques de grande importance pour les États-Unis en Europe de l'Est.

Pour Macron, qui a servilement joué les utilités, la double souffrance n'est pas seulement le refus de l'Australie en soi, mais la façon dont il a été roulé dans la farine. En deux jours seulement, les fruits à long terme des efforts français ont complètement disparu. Dans le même temps, certains médias et partis politiques australiens vantent les mérites de la France.

La France aurait dû comprendre qu'elle ne pouvait pas prévenir et neutraliser les risques politiques dans ce contrat. Il ne s'agit pas d'argent, ou plutôt, il ne s'agit pas seulement d'argent. Nous parlons de géopolitique majeure, plus précisément de l'influence factuelle de la France dans la région Indo-Pacifique, qui est inacceptable pour la Grande-Bretagne et les États-Unis.

strategie_indopacifique_visuel_rs_03_fr-2-49bf1.png

En effet, selon la stratégie française dans les océans Indien et Pacifique, c'est là que se trouve 93% de la zone économique exclusive de la France. Cette zone abrite 1,5 million de citoyens français et 8 000 soldats français. La France revendique le statut de puissance non seulement européenne mais aussi africaine. Selon les experts, individuellement, tous les territoires de la présence française en Afrique n'ont pas de poids, mais tous ensemble, ils en ont.

Le problème est que l'Australie participe à une coalition américano-britannique contre la Chine, tout en maintenant des liens avec la France. L'échec de l'accord sur les sous-marins n'affectera pas ces liens. Les deux pays n'ont aucun intérêt à ce que les relations se détériorent. Mais la position de la France devient maintenant très difficile.

La France a toujours revendiqué une politique indépendante, tout en reconnaissant que c'était une illusion, étant donné son inclusion dans la sphère d'influence américaine. Washington prend en charge ces ambitions françaises et permet même parfois de les satisfaire dans une certaine mesure. Mais la France ne s'est jamais trop laissée aller et a bien compris sa place et son rôle dans le monde. Aujourd'hui, la France se retrouve non pas isolée, mais seule.

Son scepticisme (ndlr: germanophobe et beneluxophobe, hostilité rabique et haineuse à l'égard des "Boches de l'Est et du Nord", ainsi qu'aux "rats hollandais" selon Edith Cresson) à l'égard de Nord Stream 2 n'a pas renforcé sa position vis-à-vis de l'Allemagne. Avec la Russie aussi, il n'y a pas la liberté de manœuvre qui serait souhaitable pour Paris: Moscou n'oubliera pas tous les coups de poignard français. La Chine tient également compte (et rancune) de la volonté française de s'imposer en participant à des alliances anti-chinoises. Les relations avec la Grande-Bretagne sont compliquées; sans les États-Unis, elles ne sont pas réglementées. Aujourd'hui, les États-Unis ont fait preuve de mépris envers la France, sans se soucier de "sauver la face" du président français (qui se retrouve gros-Jean comme devant).

Dans sa hâte ambitieuse, la France s'est soudainement retrouvée seule. En même temps, elle a un conflit avec la Turquie, qu'elle ne peut pas résoudre sans les États-Unis et la Grande-Bretagne. Quel était l'intérêt de s'engager dans une relation sur une question majeure d'importance militaire et géopolitique dans une sphère complètement contrôlée par les Anglo-Saxons ?

Sur quoi étaient fondés les espoirs de succès et de vigilance passive des États-Unis et de la Grande-Bretagne - sur le fait qu'en échange d'une rhétorique contre la Russie et la Chine, ils permettraient à la France de renforcer son budget naval et de continuer à accumuler du pouvoir géopolitique ? La France avait toujours fait preuve jadis de la plus grande rationalité et du plus grand pragmatisme dans les négociations. Qu'est-il arrivé à la diplomatie française sous la misérable houlette du banquier Macron ?

D'une manière ou d'une autre, la France a subi une défaite écrasante en matière de politique étrangère, et il n'y a aucun pays qui n'en profitera pas d'une manière ou d'une autre. Cela se traduira par de nombreuses petites décisions et étapes, mais toutes seront très sensibles pour la France. Quelque part, les intérêts de la France seront ignorés plus ouvertement qu'auparavant, quelque part, des conditions plus strictes lui seront proposées.

La France doit sortir de sa solitude en prenant des mesures décisives à l'égard des adversaires des États-Unis et de la Grande-Bretagne, mais elle n'est pas libre pour de telles actions. Les États-Unis comprennent que Macron s'énerve, souffle et puis se calmera. La France est trop dépendante des États-Unis pour se permettre une opposition même minime.

Mais dans l'UE, la France devra redorer son blason. La question est de savoir si l'Allemagne laissera à la France l'espace nécessaire après tout ce qui s'est passé. Quoi qu'il en soit, les relations entre la France et les États-Unis ont tourné au vinaigre et, connaissant la rancœur des Français, il ne fait aucun doute que Macron ne l'oubliera pas et ne pardonnera pas. Il n'osera pas se venger des États-Unis, mais avec Londres, Paris sera désormais encore plus à couteaux tirés.

La Russie et la Chine regarderont avec intérêt Macron soigner une autre blessure, mais il aura encore une chance de se rétablir. La France cherchera un motif de vengeance. Les boomerangs d'Australie reviendront sur Londres.

00fl-966032.jpg

Analyse : Une nouvelle Triple Alliance est-elle en gestation ?

Vladimir Terekhov*

L'inauguration de l'AUKUS, une nouvelle configuration géopolitique comprenant l'Australie, le Royaume-Uni et les États-Unis (l'acronyme vient des lettres initiales des pays participants), a été l'un des développements les plus remarquables de la politique mondiale de ces dernières semaines.

Pour l'instant, il est difficile d'évaluer la nature d'une telle démarche. Il ne s'agit vraisemblablement pas d'un nouveau bloc militaire et politique, car les trois nations sont déjà liées par des engagements de défense mutuelle de longue date, un fait que la Maison Blanche n'a pas hésité à mentionner dans sa déclaration à ce sujet. La dernière phrase de ce document sur ces engagements indiquait notamment : "Nous nous engageons à nouveau dans cette vision".

À l'exception du paragraphe citant les plans visant à fournir huit sous-marins à l'Australie, le document est extrêmement médiocre et rappelle les discours de Mikhaïl Gorbatchev, toujours prêt à "intensifier et approfondir" ce qu'il juge nécessaire. Selon la déclaration, l'AUKUS est créé pour "renforcer le partenariat de sécurité trilatéral".

Toutefois, si l'objectif principal de ce pacte est de faire de l'Australie la première puissance régionale capable de contenir la Chine, cette démarche ne fait qu'ajouter à la confusion entourant la position politique du gouvernement australien vis-à-vis de la Chine, qui a presque toujours semblé être un désastre auto-infligé. Si cette hypothèse est vraie, ce cours commence à avoir l'air carrément suicidaire. La Chine a déjà prévenu que l'acquisition par l'Australie d'une flotte de sous-marins nucléaires pourrait faire de ce pays une cible pour une attaque nucléaire chinoise.

Toutefois, dans son ensemble, le projet AUKUS annoncé donne l'impression d'être improvisé et mal conçu, ce qui reflète son développement hâtif et, apparemment, les efforts déployés pour le dissimuler (aux concurrents ?). En outre, certains pensent qu'AUKUS pourrait avoir un impact négatif sur l'initiative QUAD, un autre projet que ses participants ont désespérément tenté de sauver de 15 ans d'oubli au Japon, qui ne savait apparemment rien du développement d'AUKUS. Plus important encore, l'Inde ne l'a pas fait non plus, ce qui signifie que la moitié des membres de QUAD ont été laissés dans l'ignorance.

quad-plus-1280x720.jpg

Jusqu'à présent, il semble que la principale raison derrière AUKUS était l'argent: ou, pour être précis, une somme forfaitaire exorbitante de 56 milliards d'euros, que l'Australie, un pays anglo-saxon, a "pour une raison ou une autre" décidé de donner en 2017 à des concurrents du monde anglo-saxon, les Français. À l'époque, la France a remporté un appel d'offres (les principaux concurrents étaient les Japonais) pour la construction de 12 sous-marins modernes à moteur diesel. Cette somme couvre non seulement les coûts de construction des sous-marins eux-mêmes, mais aussi le développement des infrastructures et la formation des équipages.

Il semble que l'Australie ait "reçu un ordre d'en haut", un entrepreneur de la défense d'un autre pays anglo-saxon, à savoir les États-Unis. "Vous en aurez plus pour votre argent. Vous aurez nos sous-marins à propulsion nucléaire". Mais qu'en est-il des appels d'offres "fondés sur des règles" ? La réponse est très simple: les "règles" sont un concept que les autres doivent respecter, pas nous.

Il n'est pas étonnant que le ministre français des affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, ait été furieux après avoir appris la formation de l'AUKUS et son objectif (il a été tenu secret pour les principaux alliés). Il y a une explication tout à fait naturelle (et pas seulement sous-marine) à tout cela. La première réunion des ministres des affaires étrangères et de la défense français et australiens (le "format 2 + 2") vient d'avoir lieu (le 30 août de cette année). Il s'est conclu par la déclaration d'un "partenariat stratégique renforcé".

Barracuda-from-Brendan-e1564385207944.jpg

En d'autres termes, les relations bilatérales se déroulent sans encombre selon les grandes lignes tracées lors de la visite du président français Emmanuel Macron en Australie en mai 2018. Jean-Yves Le Drian lui-même a été directement impliqué dans le succès de l'appel d'offres susmentionné. Et voilà "le coup de poignard dans le dos". Il semble que le gouvernement de Scott Morrison était de connivence avec ses "partenaires stratégiques" au moment même où ils négociaient.

Quelle trahison, l'enfer de la politique étrangère !

La réponse française a été sévère, Paris rappelant ses ambassadeurs aux États-Unis (un geste sans précédent dans les relations diplomatiques entre alliés de l'OTAN) et en Australie. Pendant ce temps, le Royaume-Uni a échappé à la colère de la France, cette dernière estimant que Londres n'avait fait que "suivre aveuglément" les autres participants à l'AUKUS ("que peut-on attendre d'autre de ces simplets, vous savez?").

Compte tenu de la manière dont le parlement britannique a débattu de la question de la participation de la Grande-Bretagne à ce projet, Londres semble avoir adhéré au pacte plus ou moins dans ce sens. Apparemment, le processus de décision au Royaume-Uni est aussi chaotique qu'à Washington.

À quoi ressemble la politique chinoise de Londres? D'une part, plusieurs navires de la Royal Navy, menés par le porte-avions HMS Queen Elizabeth, viennent d'arriver au Japon pour participer à des exercices multilatéraux (avec un agenda anti-chinois évident) dans la région d'Okinawa. Pendant ce temps, Londres pointe du doigt Pékin.

np_file_108252.jpeg

À cet égard, il convient de noter qu'Elizabeth "Liz" Truss, qui supervisait auparavant le commerce international, a été nommée ministre britannique des affaires étrangères. Elle a notamment mis en œuvre le volet commercial et économique de la politique globale du Royaume-Uni consistant à "s'incliner" vers la région indo-pacifique. Au demeurant, il est entendu que dans sa précédente publication, Elizabeth Truss préconisait le développement des relations avec Moscou.

Mais, dans l'ensemble, il semble que le projet AUKUS ait été développé dans la précipitation, sans tenir compte des conséquences possibles d'un projet aussi mal conçu. Les autorités responsables ont-elles vraiment été prises par surprise et n'ont-elles pas saisi les ramifications évidentes que le projet impliquait ? Car de tels projets ont tendance à se développer selon leur logique interne, ce qui surprend leurs auteurs.

En même temps, définir AUKUS comme une nouvelle "Triple Alliance" ravive quelques souvenirs désagréables en termes d'histoire. C'est la signature secrète de la "Triple Alliance" de 1882 entre l'Allemagne, l'Autriche-Hongrie et l'Italie qui s'est avérée être un jalon historique, une date qui a marqué le début du somnambulisme de dirigeants européens qui les ont conduit inexorablement vers la Première Guerre mondiale, qui a entraîné de très graves conséquences pour l'humanité dans son ensemble, tant pour les vainqueurs que pour les vaincus.

Quant à la Russie, s'il ne faut pas exagérer l'importance d'AUKUS, le projet doit être analysé, car les déclarations écrites et orales ne suffisent pas à apporter beaucoup de clarté. Nous avons besoin d'au moins quelques détails qui n'apparaissent nulle part.

Du point de vue le plus élémentaire, ces événements reflètent l'urgence croissante de renforcer l'alliance sino-russe qui (ce point doit être souligné) ne doit être dirigée contre personne. En d'autres termes, il doit être entièrement défensif.

Entre-temps, il est nécessaire de chercher à établir des contacts avec les factions américaines qui favorisent la résolution des problèmes intérieurs (la question clé ici est probablement de contrôler la situation à l'intérieur du pays), de diminuer l'implication de Washington dans les conflits de politique étrangère dans le monde, et de forger des liens avec la Russie et la Chine. Ces pays ne sont pas intéressés par l'effondrement de cette puissance mondiale encore prédominante. La question de l'arsenal nucléaire américain et du contrôle des armements constitue à elle seule un énorme problème.

Il est nécessaire de rivaliser pour l'influence en Allemagne (avec la France comme concurrent), en Inde et même au Japon. La Russie et la Chine ont leurs propres pierres d'achoppement dans leurs relations avec chacune de ces puissances. Mais il existe des ouvertures qui ne semblent pas totalement déraisonnables. Cela dit, Moscou et Pékin devront faire preuve de souplesse et de patience dans leurs relations avec ces États.

* Expert ès-questions de l'aire Asie-Pacifique.

L'affaire des sous-marins australiens: We All Live in a "Biden" Submarine

unnaaussubmed.jpg

Café Noir N.34

L'affaire des sous-marins australiens: We All Live in a "Biden" Submarine

 
La crise des sous-marins, les relations Macron-Biden, UE-USA, OTAN, l'Indo-Pacifique, AUKUS, QUAD, etc...
 
Café Noir – Un Autre Regard sur le Monde. Émission du vendredi 24 septembre 2021 avec Gilbert Dawed et Gabriele Adinolfi.
 
 
LES LIVRES DE G. ADINOLFI CHEZ AVATAR EDITIONS
Orchestre Rouge – L’Internationale Terroriste des Années de Plomb https://avatareditions.com/livre/orch...
Nos Belles Années de Plomb Orchestra Rossa – Stragi: Le Verità che non Possono essere Dette https://avataredizioni.com/libro/orch... #cafenoir

 

 

dimanche, 26 septembre 2021

Russie, territoire libre de l'Europe

15867.jpg

Russie, territoire libre de l'Europe

Par Claudio Mutti 

Ex: https://www.eurasia-rivista.com/la-russia-territorio-libero-deuropa/#

L'année 2022 marquera à la fois le centenaire de la naissance et le trentième anniversaire de la mort de Jean Thiriart (1922-1922), un "géopoliticien militant" [1] dont ma revue Eurasia s'est occupé à plusieurs reprises, rendant accessible au public italien de nombreux articles publiés par lui dans des périodiques aujourd'hui pratiquement introuvables [2]. Défenseur acharné et infatigable, dans une Europe divisée entre le bloc atlantique et le bloc euro-soviétique, de la nécessité historique de "construire une grande Patrie: l'Europe unitaire, puissante, communautaire" [3], Thiriart en indique en 1964 les dimensions géographiques et démographiques: "Dans le cadre d'une géopolitique et d'une civilisation communes (...) l'Europe unitaire et communautaire s'étend de Brest à Bucarest. (...) Contre les 414 millions d'Européens, il y a 180 millions d'habitants des États-Unis et 210 millions d'habitants de l'URSS" [4].

Conçu comme une troisième force souveraine et armée, indépendante de Washington et de Moscou, l'"empire de 400 millions d'hommes", envisagé par Thiriart, devait établir une relation de coexistence avec l'URSS basée sur des conditions précises: "Une coexistence pacifique avec l'URSS ne sera pas possible tant que toutes nos provinces orientales n'auront pas retrouvé leur indépendance. La proximité pacifique avec l'URSS commencera le jour où l'URSS retournera dans les frontières de 1938. Mais pas avant: toute forme de coexistence qui pourrait impliquer la division de l'Europe n'est qu'une tromperie" [5].

antonio-pires-127138316-206872931015399-8647872110804292462-n.jpg

Selon Thiriart, la coexistence pacifique entre l'Europe et l'URSS trouverait son aboutissement le plus logique dans "un axe Brest-Vladivostok". (...) Si l'URSS veut garder la Sibérie, elle doit faire la paix avec l'Europe, avec l'Europe de Brest à Bucarest, je le répète. L'URSS n'a pas, et aura de moins en moins, la force de garder Varsovie et Budapest d'une part et Tchita et Khabarovsk d'autre part. Elle devra choisir, ou risquer de tout perdre. (...) L'acier produit dans la Ruhr pourrait très bien servir à défendre Vladivostok" [6].

L'axe Brest-Vladivostok théorisé à l'époque par Thiriart semblait avoir davantage le sens d'un accord visant à définir les zones d'influence respectives de l'Europe unie et de l'URSS, car " dans la première moitié des années 1960, Thiriart raisonne encore en termes de géopolitique "verticale" [7], ce qui le conduit à penser selon une logique plus "eurafricaine" qu'"eurasienne", c'est-à-dire à esquisser une extension de l'Europe du Nord au Sud et non d'Est en Ouest" [8].

Le scénario esquissé en 1964 a été développé par Thiriart au cours des années suivantes, de sorte qu'en 1982, il pouvait le définir ainsi: "Nous ne devons plus raisonner ou spéculer en termes de conflit entre l'URSS et nous-mêmes, mais en termes de rapprochement puis d'unification. (...) Nous devons aider l'URSS à se compléter dans la grande dimension continentale. Cela triplera la population soviétique qui, pour cette raison même, ne pourra plus être une puissance à "caractère russe" dominant. (...) Ce sera la physique de l'histoire qui obligera l'URSS à chercher des rivages sûrs: Reykjavik, Dublin, Cadix, Casablanca. Au-delà de ces limites, l'URSS n'aura jamais la tranquillité d'esprit et devra vivre dans une préparation militaire incessante. Et coûteuse" [9].

À cette époque, la vision géopolitique de Thiriart était devenue ouvertement eurasiste: "L'empire euro-soviétique - lit-on dans l'un de ses articles de 1987 - s'inscrit dans la dimension eurasienne" [10]. Ce concept a été réitéré par lui dans le long discours qu'il a prononcé à Moscou trois mois avant sa mort: "L'Empire européen - disait-il - est, par postulat, eurasien" [11].

51PZz966AeL._SX337_BO1,204,203,200_.jpg

L'idée d'un "Empire euro-soviétique" a été formulée par Thiriart dans un livre écrit en 1984 et publié à titre posthume en 2018 (12). En 1984, il écrivit: "L'histoire donne aux Soviétiques l'héritage, le rôle, le destin qui, pendant un bref instant, avait été assigné au Reich: l'URSS est la principale puissance continentale en Europe, elle est le heartland des géopoliticiens. Mon discours actuel s'adresse aux chefs militaires de ce magnifique instrument qu'est l'armée soviétique, un instrument auquel manque une grande cause" [13]. Partant du constat que dans la mosaïque européenne composée d'États satellites des États-Unis et de l'URSS, le seul État véritablement indépendant, souverain et militairement fort était l'État soviétique, Thiriart attribuait à l'URSS un rôle similaire à ceux joués par le royaume de Sardaigne dans le processus d'unification italienne et par le royaume de Prusse dans le monde germanique ou, pour citer un parallèle historique plus ancien proposé par Thiriart lui-même, par le royaume de Macédoine en Grèce au IVe siècle avant J.-C.: "La situation de la Grèce en 350 av.J.C., morcelée en cités-états rivales et divisée entre les deux puissances de l'époque, la Perse et la Macédoine, présente une analogie évidente avec la situation de l'Europe occidentale actuelle, divisée en petits et faibles États territoriaux (Italie, France, Angleterre, Allemagne fédérale) soumis aux deux superpuissances" [14].

Par conséquent, tout comme il y avait un parti pro-macédonien à Athènes, il aurait été opportun de créer en Europe occidentale un parti révolutionnaire qui collaborerait avec l'Union soviétique; ce parti, en plus de se libérer des entraves idéologiques du dogmatisme marxiste incapacitant, aurait dû éviter toute tentation d'établir l'hégémonie russe sur l'Europe, sinon son entreprise aurait inévitablement échoué, tout comme la tentative de Napoléon d'établir l'hégémonie française sur le continent avait échoué. "Il ne s'agit pas, précise Thiriart, de préférer un protectorat russe à un protectorat américain. Non. Il s'agit de faire découvrir aux Soviétiques, qui n'en sont probablement pas conscients, le rôle qu'ils pourraient jouer: s'élargir en s'identifiant à l'ensemble de l'Europe. Tout comme la Prusse, en s'agrandissant, est devenue l'Empire allemand. L'URSS est la dernière puissance européenne indépendante disposant d'une force militaire importante. Il manque d'intelligence historique" [15].

* * *

L'URSS n'existe plus depuis trente ans. Pourtant, la Fédération de Russie, avec son immense territoire qui s'étend de la Crimée à Vladivostok, est aujourd'hui, comme l'URSS en 1984, le seul État véritablement indépendant et souverain dans une Europe qui est au contraire divisée en une multitude de petits États soumis à l'hégémonie de Washington.

En fait, le seul territoire européen qui n'est pas occupé par des bases militaires américaines ou de l'OTAN est le territoire russe. La seule armée qui n'est pas intégrée à une organisation militaire hégémonisée par les États-Unis d'Amérique est celle de la Fédération de Russie. La seule capitale européenne qui n'a pas à demander la permission aux États-Unis et à leur rendre des comptes est Moscou. Et même sur le plan spirituel et éthique, seule la Russie défend ces valeurs, héritage de la civilisation européenne authentique comme de toute civilisation normale, qui sont la cible de l'offensive massive déclenchée par les barbares de l'Occident "contre les fondements de toutes les religions du monde et contre le code génétique des civilisations, dans le but de renverser tous les obstacles sur la route du libéralisme". Ce sont les mots du ministre russe des affaires étrangères, Sergei Lavrov, qui, dans une analyse parue dans le magazine russe Russia in Global Affairs, a dénoncé le danger mortel de la "guerre menée contre le génome humain, contre toute éthique et contre la nature"[16].

Lavrov-18-02-2021-800x450.jpg

Dans une Europe désormais incapable d'imaginer la possibilité et la légitimité d'un régime politique autre que le régime démocratique qui lui a été imposé dans les deux phases successives de 1945 et 1989, seule la classe dirigeante russe se montre consciente du fait que la démocratie n'est en aucun cas le seul ordre possible, valable indistinctement partout sur la terre, indépendamment des spécificités ethniques, culturelles et religieuses. Par exemple, commentant l'intervention américaine en Afghanistan, Sergueï Lavrov a déclaré : "La conclusion la plus importante est probablement que l'on ne doit apprendre à personne à vivre, et encore moins le forcer à vivre"; et il a rappelé les cas de l'Irak, de la Libye et de la Syrie, où "les Américains voulaient que chacun vive comme eux le voulaient" [17].

Quelques jours plus tôt, le 20 août 2021, Vladimir Poutine avait donné une semblable leçon de réalisme politique à une Europe acculée face au "Moloch de l'universel" - pour reprendre l'expression d'un philosophe admiré et lu par le président russe, Vissarion G. Belinskij (1811-1848). Poutine a déclaré : "Vous ne pouvez pas imposer votre mode de vie aux autres peuples, car ils ont leurs propres traditions. C'est la leçon à tirer de ce qui s'est passé en Afghanistan. Désormais, la norme sera le respect des différences, car on ne peut pas exporter la démocratie, qu'on le veuille ou non" [18].

AVT_Vissarion-Grigorevitch-Bielinski_6693.jpg

La circonstance dans laquelle Poutine a prononcé ces mots, fut une conférence de presse avec la chancelière allemande, où il a pu rappeler à certains les paroles visionnaires de Dostoïevski: "L'Allemagne a besoin de nous plus que nous ne le pensons". Et il n'a pas besoin de nous seulement pour une alliance politique temporaire, mais pour une alliance éternelle. L'idée d'une Allemagne réunifiée est grande et majestueuse et plonge ses racines dans la nuit des temps. (...) Deux grands peuples, donc, sont destinés à changer la face de ce monde" [19].

Aujourd'hui, ce n'est pas seulement l'Allemagne qui a besoin de la Russie, mais toute l'Europe, qui est désormais proche du point critique que Dostoïevski avait prévu lorsqu'il prédisait que "toutes les grandes puissances de l'Europe finiront par être anéanties, pour la simple raison qu'elles seront usées et subverties par les tendances démocratiques" [20] et que la Russie n'aurait qu'à attendre "le moment où la civilisation européenne atteindra son dernier souffle, pour reprendre ses idéaux et ses objectifs" [21].

Il est certain que la situation actuelle n'incite pas la Russie à envisager, ne serait-ce que comme une possibilité théorique, d'assumer le rôle de puissance agrégatrice en Europe. Cependant, si Moscou manque encore de ce que Jean Thiriart appelait "l'intelligence historique" nécessaire pour concevoir le grand dessein de la libération de l'Europe de l'occupation américaine et de la construction d'une superpuissance impériale entre l'Atlantique et le Pacifique, les conditions objectives auxquelles la Russie devra faire face dans les prochaines années favoriseront probablement la naissance d'une telle intelligence.

NOTES:

[1] Cette définition (cfr. “Eurasia” 2/2018, p. 13) a été choisie pour donner un titre à l'édition italienne de l'unique biographie de Jean Thiriart: Yannick Sauveur, Jean Thiriart, il geopolitico militante, Edizioni all’insegna del Veltro, Parma 2021. Edition française: Qui suis-je ? Thiriart, Éditions Pardès, Grez-sur-Loing 2016. On lira aussi l'entretien que Sauveur a accordé à Robert Steuckers: Yannick Sauveur, biografo di Jean Thiriart, “Eurasia”, 4/2017, pp. 199-206.

[2] Praga, l’URSS e l’Europa, 1/2012; Criminale nocività del piccolo nazionalismo: Sud Tirolo e Cipro, 2/2013; La geopolitica, l’Impero, l’Europa, 1/2014; L’Europa fino a Vladivostok (prima parte), 4/2015; L’Europa fino agli Urali: un suicidio!, 2/2016; Intervista a Jean Thiriart (di Gene H. Hogberg), 2/2016; La NATO: strumento di servitù, 2/2017; Illusioni nazionaliste, 3/2017; L’Europa fino a Vladivostok (seconda parte), 4/2017; Esiste un “buon popolo” americano?, 1/2018; Carteggio col generale Perón, 1/2018; USA: un impero di mercanti, 2/2018; L’Occidente contro l’Europa, 3/2018; Dalla “Grande Europa” all’Europa più grande, 3/2018; L’imperialismo d’integrazione e gli Stati unitari, 4/2019; La stella polare della politica americana, 1/2019; Il vero pericolo tedesco, 2/2019; Il fallimento dell’impero britannico, 3/2019; Nazioni fittizie e nazionalismi illusori, 4/2019; Gli Arabi e l’Europa, 2/2020; Il mito europeo contro le utopie europee, 4/2020; La NATO: strumento di servitù, 1/2021; La pace americana: la pace dei cimiteri, 3/2021; La Russia in permanente stato d’assedio, 4/2021.

[3] Jean Thiriart, Un empire de 400 millions d’hommes: l’Europe, Bruxelles 1964. Trad. it. de Massimo Costanzo: Un impero di 400 milioni di uomini: l’Europa, Giovanni Volpe, Roma 1965, p. 19. Trad. it. de Giuseppe Spezzaferro: L’Europa: un impero di 400 milioni di uomini, Avatar, Dublino, 2011.

[4] Jean Thiriart, Un impero di 400 milioni di uomini: l’Europa, cit., pp. 17-18.

[5] Jean Thiriart, Un impero di 400 milioni di uomini: l’Europa, cit., p. 21.

[6] Jean Thiriart, Un impero di 400 milioni di uomini: l’Europa, cit., pp. 26-29.

[7] Sur les concepts de géopolitique "verticale" et de géopolitique "horizontale", voir les observations critiques développées par Carlo Terracciano en rapport avec la géopolitique "verticale" d'Alexandre Douguine:  C. Terracciano, Europa-Russia-Eurasia: una geopolitica “orizzontale”, “Eurasia”, 2/2005, pp. 181-197.

[8] Lorenzo Disogra, L’Europa come rivoluzione. Pensiero e azione di Jean Thiriart, Préface de Franco Cardini, Edizioni all’insegna del Veltro, Parma 2020, p. 30.

[9] Jean Thiriart, Entretien accordé à Bernardo Gil Mugurza [rectius: Mugarza] (1982), in: AA. VV., Le prophète de la grande Europe, Jean Thiriart, Ars Magna 2018, p. 349.

[10] Jean Thiriart, La Turquie, la Méditerranée et l’Europe, “Conscience européenne”, n. 18, luglio 1987.

[11] Le long article L’Europe jusqu’à Vladivostok, diffusé en traduction russe par le périodique "Dyeïnn" puis publié en français dans le numéro 9 de “Nationalisme et République” en septembre 1992, est tiré du texte de la conférence de presse tenue par Thiriart à Moscou, le 18 août de la même année. La traduction italienne en est parue dans Eurasia: la première partie dans le n°4/2013 (pp. 177-183), la seconde partie dans le n° 4/2017 (pp. 131-145).

[12] Jean Thiriart, L’Empire euro-soviétique de Vladivostok à Dublin, Préface de Yannick Sauveur, Éditions de la Plus Grande Europe, Lyon-Bruxelles-Moscou 2018; trad. it. de C. Mutti: L’Impero euro-sovietico da Vladivostok a Dublino, Yannick Sauveur éditeur, Edizioni all’insegna del Veltro, Parma 2018.

[13] Jean Thiriart, L’Impero Euro-sovietico da Vladivostok a Dublino, cit., p. 204.

[14] Jean Thiriart, L’Impero Euro-sovietico da Vladivostok a Dublino, cit., p. 190.

[15] Jean Thiriart, L’Impero Euro-sovietico da Vladivostok a Dublino, cit., p. 191.

[16] L’Occidente sta conducendo una guerra contro tutte le religioni e il codice genetico umano, afferma il diplomatico russo, https://strategika51.org, 30 giugno 2021.

[17] Lavrov su campagna militare Usa in Afghanistan: “non insegnate a nessuno come vivere”, Sputnik Italia, 25 agosto 2021.

[18] ANSA, Mosca, 20 agosto 2021.

[19] F. Dostoevskij, Diary of a writer, London 1949, vol. II, pp. 912-913.

[20] F. Dostoevskij, Diary of a writer, cit., vol. I, p. 296.

[21] F. Dostoevskij, Kriticeskie stat’i, in Sobranie sočinenij, Pietroburgo, 1894-1895, vol. IX, p. 25.

Précisions sur l'AUKUS

géopolitique,affaires européennes,affaires asiatiques,europe,asie,aukus,australie,royaume-uni,états-unis,espace indo-pacifique,politique internationale

 

Précisions sur l'AUKUS

Pierre-Emmanuel Thomann

1st Docteur en géopolitique, enseignant et expert sur les questions européennes et globales

Pour interpréter la configuration géopolitique émergente qui résulte de la création de l'alliance des Etats-Unis, de l'Australie et du Royaume-Uni (AUKUS) dans le cadre de la doctrine indo-pacifique, les enjeux doivent être abordés à l'échelle mondiale et pas seulement dans la zone Indo-Pacifique afin d'en souligner les ressorts profonds (carte ci-dessus : Stratégie géopolitique des Etats-Unis  contre la Russie et la Chine dans le contexte de la nouvelle rivalité des puissances, 2020).    
 
ll faut rappeler que selon la posture géopolitique Etats-Unis, la doctrine indo-pacifique (notion introduite par le Japon dès 2010), n'est que le volet asiatique d'une manoeuvre plus large qui consiste à encercler l'Eurasie, l'autre volet étant le front est-européen contre la Russie. AUKUS s'inscrit donc dans la volonté des Anglo-Saxons de se positionner au sommet de la hiérarchie des puissances.  
 
Cette alliance anglo-saxonne dans l'indo-pacifique est exclusive, car elle est liée à l'objectif des Anglo-Saxons de ralentir l'émergence du monde multipolaire à l'échelle mondiale, notamment contre la Chine mais aussi contre la Russie. Elle est complémentaire de la stratégie globale des Anglo-Saxons d 'empêcher aussi l'éventuelle émergence d'un bloc Ouest-européen autour de la France et l'Allemagne, avec à terme une entente avec la Russie, voire avec la Chine par voie continentale. L'objectif est aussi de forcer les Etats à choisir entre la Chine et les Etats-Unis, sur le mode, "vous êtes avec nous ou contre nous !". L 'AUKUS ne constitue donc qu'une escalade supplémentaire dans le cadre d'une grande stratégie des Etats-Unis vis-à-vis de l'Eurasie, avec pour objectif d'empêcher une puissance rivale de contrôler les zones côtières de ce continent (et mettre en danger sa suprématie). Elle trouve sa source dans la doctrine géopolitique de Spykman reconduite jusqu'à aujourd'hui (endiguement de l'URSS dans les années 1950) et de manière plus explicite, la désignation, de la Chine et la Russie comme adversaires des Etats-Unis sous la présidence de Donald Trump.

L'angle spatial est le coeur de toute analyse géopolitique, et en s'inspirant de la formule du géographe allemand Friedrich Ratzel, "Im Raume lesen wir die Zeit" (Dans l'espace, nous lisons le temps), on peut ainsi dire "nous pouvons lire l'avenir dans les cartes !".

L'émergence de cette configuration était donc en grande partie prévisible. L'erreur de la diplomatie française (depuis le départ du général de Gaulle) a été de persister à croire qu'un rang privilégié pouvait lui être accordé en se coulant dans les priorités géopolitiques anglo-saxonnes (en s'inscrivant dans la doctrine indo-pacifique/en favorisant les élargissements de l'OTAN) tout en préservant une marge de manoeuvre tactique (en obtenant des contrats d'armements par exemple). Je souligne ici ma définition: une stratégie géopolitique, c'est l'anticipation sur l'espace temps des autres (alliés et ennemis). C'est désormais à la France de répliquer (prochain post).

La revue de presse de CD - 26 septembre 2021

b8a61a74d97bae1ebd7b01ae20dcb0d2.jpg

La revue de presse de CD

26 septembre 2021

ALLEMAGNE

Industrie 4.0 : les ambitions dévorantes de l’Allemagne

Avec le programme « Industrie 4.0 », l’État allemand soutient la numérisation et l’automatisation de ses chaines de production afin de renforcer la compétitivité de son industrie. Ce projet d’ampleur s’accompagne d’une offensive politique à l’échelle européenne, où Berlin propose de construire une « souveraineté numérique » face à la Chine et aux États-Unis. Cette stratégie sert pourtant d’avantage les intérêts de l’économie allemande que ceux de ses partenaires.

Le Vent Se Lève

https://lvsl.fr/la-numerisation-et-la-concurrence-entre-l...

CHINE

La longue marche des marques chinoises vers les marchés occidentaux

Les entreprises chinoises ont accentué leurs investissements sur les marchés internationaux ces dix dernières années. Malgré la crise mondiale engendrée par la pandémie de la Covid-19, les investissements directs étrangers (IDE) chinois continuent de se développer à un rythme stable. Selon les chiffres officiels récents, ces IDE chinois se sont élevés à 672,19 milliards de RMB (100,74 milliards de dollars) sur la période allant de janvier à juillet 2021, ce qui représente une hausse de 25,5 % en glissement annuel. Durant cette période, les investisseurs chinois ont réalisé des investissements directs non financiers au sein de 4 454 entreprises réparties dans 161 pays.

latribune.fr

https://www.latribune.fr/opinions/tribunes/la-longue-marc...

L’étrange querelle entre Soros et BlackRock à propos de la Chine

Une étrange guerre, par mots interposés, a éclaté ces derniers jours dans les pages des médias financiers entre le milliardaire George Soros, spécialiste des fonds spéculatifs et des révolutions de couleurs, et le gigantesque groupe d’investissement BlackRock. Le motif de cette dispute est la décision du PDG de BlackRock, Larry Fink, d’ouvrir le premier fonds commun de placement étranger en Chine, sans doute pour attirer l’épargne de la nouvelle population chinoise à revenu moyen.

Le Saker francophone

https://lesakerfrancophone.fr/letrange-querelle-entre-sor...

DÉSINFORMATION

Fdesouche et l’affaire du “fichier” : entretien avec Pierre Sautarel

Accusé par l’extrême gauche de fichage politique — accusations immédiatement relayées par des médias de premier ordre -, le site Fdesouche est de nouveau à la une de l’actualité. En cause : un tableau Excel, reprenant un certain nombre de données publiques sur des personnalités publiques. De quoi s’agit-il ? L’Ojim est allé demander des explications à son principal animateur, Pierre Sautarel, auquel nous donnons la parole ci-dessous.

OJIM

https://www.ojim.fr/fdesouche-et-laffaire-du-fichier-entr...

2c7f9ccb5a39073e24babc3a4cb45e60-1622711242.jpg

Ukraine : Zelensky bloque un site web d’opposition

En février, il y avait eu le cas de trois chaînes de télévision. Aujourd’hui, les sanctions imposées par le président Zelensky ont touché le site d’information « strana.ua ». Les juristes critiquent l’absence de base juridique.

les-crises.fr

https://www.les-crises.fr/ukraine-zelensky-bloque-un-site...

Comment le photographe Jonas Bendiksen a dupé « Visa pour l'image » pour dénoncer les fake news

Un reportage monté de toutes pièces dans une ville précisément connue pour sa production de « fake news » : la mise en abyme était osée. C’est pourtant l’entreprise insensée à laquelle un photographe norvégien s’est livré pour dénoncer les dangers de la désinformation. Son sujet a même été présenté au festival de photojournalisme Visa pour l’image… Et les professionnels du secteur n’y ont vu que du feu.

Marianne

https://www.marianne.net/culture/comment-le-photographe-j...  

Déplacement à Marseille : l’Élysée encadre les journalistes et bride l’information

L’accréditation des journalistes pour couvrir un événement officiel est une pratique ancienne. Tout comme celle du « pool », qui consiste à autoriser la présence d’un nombre très réduit de journalistes, ensuite chargés de « partager » les éléments recueillis (sons, images…) avec leurs collègues des autres rédactions. Communiqué du SNJ-CGT.

Acrimed

https://www.acrimed.org/Deplacement-a-Marseille-l-Elysee-...

ÉTATS-UNIS

Briser l’Empire signifie rompre avec les Saoudiens

Dire que l’Arabie saoudite a été le pivot des objectifs de la politique étrangère américaine au Moyen-Orient et en Asie centrale est un euphémisme. Pendant plus de cinquante ans, les Saoudiens ont contribué à soutenir la politique étrangère américaine en exportant leur pétrole dans le monde entier et en ne recevant que des dollars en retour.

Le Saker francophone

https://lesakerfrancophone.fr/briser-lempire-signifie-rom...

FRANCE

Sous-marins australiens : une rupture liée à la Nouvelle-Calédonie?

Dans ce dossier de rupture de contrat des sous- marins australiens sous la pression de Washington et Londres, la France est doublement fragilisée. Elle tient le rôle de l’arroseur arrosé et surtout personne ne peut croire en sa volonté dans cette région d’assurer dans la continuité son rôle de puissance majeure. La nouvelle alliance anglo-saxonne doute de la solidité française.

Polémia

https://www.polemia.com/sous-marins-australiens-une-ruptu...

56740.HR.jpg

Start-up nation : Comment la « France-entreprise » de Macron est devenue un régime autoritaire

En devenant président, Emmanuel Macron a promis de transformer la France en une « start-up nation ». Mais en imitant le système hiérarchique des entreprises, son gouvernement est devenu profondément autoritaire, soumettant les institutions démocratiques à la tyrannie du patron.

Les-crises.fr

https://www.les-crises.fr/start-up-nation-comment-la-fran...

Drame chez LR ! La « droite » ne peut officiellement soutenir son candidat naturel, Macron

Les candidats de la droite s’alignent, de fait, pour un poste de Premier ministre d’un gouvernement Macron, déterminé par le score honorable d’une droite centriste au premier tour de l’élection. Un(e) chef de gouvernement LR succéderait, ainsi, en toute logique, à un premier Premier ministre LR qui en son temps a bien incarné la macronie ; nous parlons, bien évidemment, d’Édouard Philippe qui vient de renouveler son allégeance au candidat Macron.

Polemia

https://www.polemia.com/drame-chez-lr-la-droite-ne-peut-o...

GAFAM

ProtonMail mis sous pression par la France

L’État français a forcé l’entreprise ProtonMail à révéler l’adresse IP d’un militant écologique au nom de la lutte antiterroriste. Pour en comprendre l’importance, il faut rappeler qu’une adresse IP permet au gouvernement de remonter au domicile de l’internaute, brisant ainsi son anonymat.

Contrepoints

https://www.contrepoints.org/2021/09/18/405968-protonmail...

Impact environnemental du numérique : les internautes peu enclins à changer leurs habitudes

Cloud, vidéo à la demande, réseaux sociaux, webconférence, 5G, intelligence artificielle, blockchain, cryptomonnaies, Internet des objets… Ces technologies, outils et pratiques créent des opportunités de marché sans précédent pour les entreprises, et colonisent le quotidien des individus. Mais derrière ces évolutions « digitales » et « virtuelles » se cache un monde moins connu fait de serveurs, d’immenses bâtiments climatisés 24h/24, de câbles et autres relais qui consomment plus de 4 % de la consommation mondiale d’énergie primaire.

The Conversation

https://theconversation.com/impact-environnemental-du-num...

Grenouillages d’Abou Dhabi : E. Snowden appelle à la vigilance face à ExpressVPN

Souvent classée parmi les meilleurs fournisseurs de VPN, l’entreprise ExpressVPN a reconnu avoir été au courant – et ce dès le début de leur collaboration –, de la participation de l’un de ses cadres à un programme d’espionnage des Émirats arabes unis (EAU) employant des anciens agents du renseignement US. Malgré la condamnation dudit cadre par la justice américaine, ExpressVPN a déclaré lui maintenir sa confiance.

Perspectives med

https://www.perspectivesmed.com/grenouillages-dabou-dhabi...

GÉOPOLITIQUE

« Les États-Unis de Biden pensent d’abord aux intérêts américains… Et la France de Macron ? »

Une interview de Catherine Galactéros, géopolitilogue et directrice du cabinet Géopragma

Boulevard Voltaire

https://www.bvoltaire.fr/les-etats-unis-de-biden-pensent-...

5d96520ecba7e_jtf_ifri_france_australie_indo_pacifique_om_pad_frame_2888-1022499.jpg

Le dilemme français de l’Indo-Pacifique

En mai 2018, lors d’une visite en Australie, Emmanuel Macron présente les contours de la stratégie indo-pacifique de la France. Il est alors question « d’espace inclusif et ouvert » et d’« Asie multipolaire ». Derrière le président de la République qui prononce son discours sur la base militaire de Garden Island, un hélicoptère d’attaque Tigre australien le regarde. Comme un sombre présage de l’avenir du partenariat stratégique passé entre Paris et Canberra dès 2012 : les Australiens ne sont pas satisfaits du félin à voilure tournante franco-allemand et ne se privent pas pour le répéter. Ses coûts d’exploitation seraient exorbitants, son taux de disponibilité faible. En janvier 2021, la nouvelle tombe : les Australiens remplaceront les Tigre par des Apache américains.

Géopragma

https://geopragma.fr/le-dilemme-francais-de-lindo-pacifiq...

ISRAËL

Le Mossad aurait abattu Mohsen Fakhrizadeh à l’aide d’un « robot tueur »

Le 27 novembre 2020, un assassinat revêtant une importance géopolitique majeure au Moyen-Orient s’est produit en Iran. Soutenu par les États-Unis, le Mossad, l’une des agences de renseignements israéliennes, a ôté la vie au scientifique nucléaire Mohsen Fakhrizadeh. Pour y parvenir, ils ont eu recours à une méthode qui risque de changer le visage de la guerre et de l’espionnage, rapporte le New York Times.

Le Siècle digital

https://siecledigital.fr/2021/09/21/iran-assassinat-arme-...

19109954lpw-19110371-article-velib-jpg_6341974_600x314.jpg

RÉFLEXION

Les voleurs de vélos : les Verts et « l’électromobilité »

Il y a écolo et écolo. La preuve dans cet article qui a le mérite de la clarté. Extrait : « Le vélo électrique est le symbole d’un double retournement technologiste : celui du vieux biclou, et celui de l’écologie. Cinquante ans après les premières manifs à vélo contre le tout-bagnole, la ministre de l’environnement Barbara Pompili, une Verte de Picardie, nous assure en effet qu’acheter un vélo électro-nucléaire, c’est ‘’choisir l’écologie’’. Ainsi Porsche choisit l’écologie en commercialisant un vélo à batterie lithium-uranium à 7 000 €. Ou comment faire de la bicyclette un engin de luxe, high tech, qui bousille la planète. Une tromperie que les industriels des années 70 n’auraient pas rêvé de voir propagée par les écologistes eux-mêmes. »

PMO

https://www.piecesetmaindoeuvre.com/IMG/pdf/voleurs_de_ve...

« La ligne politique d’une maison d’édition, c’est sa ligne éditoriale » – Entretien avec Thierry Discepolo

Thierry Discepolo appartient au collectif à l’origine des éditions Agone, qu’il a fondées en 1997 à partir de la revue éponyme lancée sept ans plus tôt à Marseille. Cette maison a contribué au renouveau du paysage intellectuel critique après la glaciation des années 1970-1980 dont nous parlait, lors d’un précédent entretien, Nicolas Vieillescazes des éditions Amsterdam. L’héritage des Lumières, l’histoire populaire ou encore la critique des médias sont les thèmes majeurs qui orientent leur catalogue et traduisent une ligne éditoriale attachée à donner des outils à un projet politique d’émancipation. Auteur de La Trahison des éditeurs, Thierry Discepolo livre également un portrait du monde de l’édition pris entre la logique du capital et les vicissitudes de l’indépendance.

Le Vent Se Lève

https://lvsl.fr/la-ligne-politique-dune-maison-dedition-c...

RUSSIE

Horizon 2036, ou la relance plébiscitaire du système politique russe

L’année 2021 marque-t-elle un durcissement de l’autoritarisme en Russie ? La condamnation d’Alexeï Navalny à deux ans et demi de prison et son incarcération ont été très sévèrement jugées en Occident.

Conflits

https://www.revueconflits.com/horizon-2036-ou-la-relance-...

ars_sipa.jpg

SANTÉ

Ces ARS qui mettent au pas la médecine par temps de covid

Ah les Agences Régionales de Santé… Jusqu’alors risée de la profession, les voilà portées au rang de généraux de bataille par quelques inconscients. Cette confrérie de technocrates s’en est donné à cœur joie au cours de l’épidémie, la huitième depuis 1895. Ont-ils seulement conscience des précédentes ? Chacune d’elle a duré deux années et rien n’interdit de penser qu’il n’en sera pas de même pour celle-ci.

Contrepoints

https://www.contrepoints.org/2021/09/22/405873-ces-ars-qu...

TERRORISME

Livre – Terrorisme : les affres de la vengeance

Le terrorisme comme vengeance intégrale, tel est le fond de l’analyse profonde et stimulante de Myriam Benraad, un angle rarement utilisé. Pour comprendre les raisons de cette carence, il importe en premier lieu de souligner que la vengeance n’est pas nécessairement une violence. Lorsqu’elle l’est, encore faut-il identifier à quels types et à quelles catégories de violence elle se réfère exactement.

Conflits

https://www.revueconflits.com/livre-terrorisme-les-affres...

samedi, 25 septembre 2021

Le Pacte AUKUS et la guerre contre l'Eurasie

aukusdrap.jpg

Le Pacte AUKUS et la guerre contre l'Eurasie

Daniele Perra

Ex: https://www.geopolitica.ru/it/article/il-patto-aukus-e-la-guerra-alleurasia

La géopolitique thalassocratique classique définit le "monde insulaire", la World Island, comme l'ensemble des masses continentales eurasiennes et africaines. Cette "sphère majeure" est entourée d'un certain nombre de "sphères mineures" qui agissent comme ses satellites et qui, d'une manière ou d'une autre, ont historiquement cherché à exercer une pression constante sur elle et à contenir tout effort de coopération possible en son sein. Ce rôle de "satellite" a été historiquement attribué au Japon à l'Est, d'abord à la Grande-Bretagne ("une île européenne mais pas en Europe") puis aux États-Unis à l'Ouest, et aujourd'hui à l'Océanie au Sud de l'Eurasie.

Si l'on exclut l'archipel japonais, dont les ambitions de puissance ont été anéanties par deux bombes nucléaires à la fin de la Seconde Guerre mondiale et dont les ambitions technologiques ont été freinées par la concurrence déloyale des États-Unis eux-mêmes dans les années 1980, le schéma géopolitique qui se dessine est celui d'un encerclement par l'"anglosphère" de l'Eurasie.

Déjà le stratège Nicholas Spykman, après avoir reconnu l'impossibilité pour une puissance thalassocratique d'accéder au coeur de la masse terrestre de l'Asie centrale, soutenait l'idée que l'affrontement (qui refait toujours surface) entre les puissances maritimes et les puissances terrestres (qui utilisent des expressions telluriques même lorsqu'elles se réfèrent à la mer) ne pouvait avoir lieu que dans le rimland: c'est-à-dire dans la zone des marges du continent eurasien. Cet affrontement, selon Spykman, est principalement dû à une forme de bipolarité permanente: celle entre le "Nouveau Monde" (l'"Occident" dirigé par l'Amérique du Nord) et l'"Ancien Monde" (l'Eurasie). Et le même géopoliticien nord-américain a reconnu la supériorité potentielle de l'"Ancien Monde" sur le "Nouveau Monde". En effet, les États-Unis ne pourraient jamais faire face à une coalition anti-hégémonique de deux ou plusieurs puissances eurasiennes (l'Eurasie a deux fois et demie la superficie et dix fois la population de l'hémisphère occidental). C'est pourquoi leur objectif ne peut être autre que de semer le chaos dans l'espace eurasiatique susmentionné, de contenir toute tentative d'expansion maritime de ses puissances et d'empêcher toute coalition de ses centres de pouvoir: il s'agit donc d'empêcher l'interconnexion entre les ressources naturelles du centre et la force industrielle de la périphérie.

Le récent pacte AUKUS, signé entre les Etats-Unis, le Royaume-Uni et l'Australie, doit être interprété avant tout à la lumière de ces considérations stratégiques et idéologiques. Et surtout, à la lumière du fait que les États-Unis, malgré les preuves répétées de soumission, continuent de percevoir l'Europe (au moins dans certaines de ses composantes) comme un rival plutôt que comme un allié/partenaire.

En fait, le pacte AUKUS représente simplement une évolution des accords militaires et stratégiques qui remontent à la fin de la Seconde Guerre mondiale. La surprise qu'elle a suscitée est plutôt déplacée. Déjà en 1946, un accord entre les États-Unis et le Royaume-Uni, connu sous le nom d'UKUSA, visait la coopération en matière de renseignement. C'est à cette époque qu'ont été élaborés les premiers plans anglo-américains d'attaque nucléaire contre l'Union soviétique (plans qui, en 1967, ont conduit à l'identification de 72 sites d'attaque atomique dans la seule région de Moscou).

AP841448704183.jpg

Winston Churchill, 5 mars 1946.

L'accord entre le Royaume-Uni et les États-Unis a été signé le 5 mars 1946, exactement le jour où Winston Churchill a utilisé l'expression "rideau de fer" dans son célèbre discours de Fulton. Le pacte a été élargi en 1948 au Canada et en 1956 à l'Australie et à la Nouvelle-Zélande, devenant ainsi l'infrastructure mondiale de surveillance et d'espionnage complète et semi-puissante connue aujourd'hui sous le nom de "Five Eyes", un système qui n'a été reconnu par les gouvernements respectifs qu'au cours de la première décennie du XXIe siècle. Le secret de cette alliance était (et est) tel que le bureau du Premier ministre australien n'en a eu connaissance qu'en 1973 [1].

Five+Eyes.png

L'accord secret prévoyait que chaque membre de l'alliance était responsable d'une zone géographique spécifique. Le Royaume-Uni était responsable de l'Europe, du Moyen-Orient, de la Russie occidentale et de Hong Kong (il convient de rappeler que les émeutes pro-chinoises de Hong Kong en 1967, contrairement aux manifestations séparatistes hétérodoxes d'aujourd'hui, ont été réprimées dans le sang par les forces de sécurité coloniales) [2]; les États-Unis étaient responsables du Moyen-Orient, de la Chine, de l'Afrique, de l'Amérique latine et de l'Union soviétique; l'Australie de l'Asie du Sud-Est; la Nouvelle-Zélande du Pacifique Sud; et le Canada de la Chine et de la Russie de l'intérieur.

Cette alliance secrète était d'ailleurs fondée sur des valeurs communes de démocratie libérale-capitaliste. Ce n'est pas un hasard si le père de la pensée géopolitique thalassocratique, l'amiral américain Alfred T. Mahan, a défini la "culture anglo-américaine" comme "une oasis de civilisation dans le désert de la barbarie". On retrouve des déclarations similaires à l'origine du mouvement sioniste, lorsque Theodor Herzl a présenté son projet de colonisation de la Palestine comme un avant-poste de la civilisation au milieu de la barbarie.

À vrai dire, le sionisme et l'anglosphère n'ont apporté que mort et destruction dans les espaces qu'ils ont occupés et dans lesquels ils ont tenté d'imposer leur influence. La Grande-Bretagne, par exemple, est également à l'origine de l'invention des camps d'internement pour la population civile, une pratique largement utilisée pendant les guerres anglo-boers au tournant des XIXe et XXe siècles. Les États-Unis, en revanche, outre le génocide des indigènes (également réalisé au moyen d'armes bactériologiques ante litteram, comme la propagation consciente de la variole), ont le mérite d'avoir perfectionné la "diplomatie alimentaire": la capacité de faire encore plus de victimes que la confrontation militaire par l'imposition de sanctions économiques, d'embargos et de blocus navals (l'actuel Ceasar Act étudié contre la Syrie est, en ce sens, l'un des exemples les plus récents et les plus criants).

Aujourd'hui, le rôle attribué aux "Five Eyes" est d'assurer la domination aérospatiale et maritime de l'Anglosphère vis-à-vis de l'Eurasie (dans ses deux composantes orientale et occidentale) afin de protéger les "valeurs partagées" susmentionnées. Ce point, à la lumière des événements récents, doit être analysé à plusieurs niveaux.

Tout d'abord, le pacte AUKUS utilise une fois de plus la rhétorique dépassée qui consiste à présenter des opérations ouvertement agressives comme soutenant la paix et la stabilité. En réalité, ce que l'on cherche à soutenir, c'est uniquement la stabilité de l'ordre mondial américano-centré par le partage de technologies militaires avancées (intelligence artificielle et propulsion nucléaire sous-marine) avec un allié central dans l'espace indo-pacifique (un terme à nouveau propre à la géopolitique thalassocratique).

Pour protéger cet ordre, l'US Navy déploiera des sous-marins nucléaires d'attaque de classe Virginia sur la base navale australienne de Perth ; de son côté, le Royaume-Uni fournira à l'Australie la technologie de propulsion nucléaire pour les sous-marins d'attaque de classe Astute afin de créer 8 sous-marins dans le chantier naval d'Adélaïde [3].

2782_3-auto_downl.jpg

Avant de se concentrer sur le malaise français, deux faits ressortent: l'exclusion du Canada et de la Nouvelle-Zélande (les deux autres membres des Five Eyes) de l'accord; l'exclusion d'autres " alliés " régionaux comme le Japon, la Corée du Sud et l'Inde du projet de partage de la technologie militaire.

Il est un fait que le Canada et la Nouvelle-Zélande sont en quelque sorte considérés comme le "ventre mou" de l'alliance, même si le Canada a fait preuve d'une loyauté absolue avec l'arrestation de Meng Wangzou, cadre de Huawei. Le discours concernant les alliés régionaux est plus complexe. L'Inde et le Japon font déjà partie du système quadrilatéral avec les États-Unis et l'Australie. En outre, Washington a signé un accord avec New Delhi pour le partage de données satellitaires sensibles le long des frontières indiennes avec la Chine et le Pakistan. Mais le rôle de l'Inde, bien que central dans la région indo-pacifique, ne peut être directement projeté dans la zone de la mer de Chine méridionale: l'une des zones méditerranéennes de l'Eurasie où, avec l'Afghanistan, se jouera le jeu le plus important de la nouvelle guerre froide. Et l'Inde, comme le Japon et la Corée du Sud, ne fait pas partie de l'anglosphère, malgré son passé colonial. Le Japon et la Corée du Sud, pour leur part, sont également trop proches des menaces directes de la Chine et de la Corée du Nord. Il est donc peu pratique de déployer des armes et des technologies facilement accessibles à l'"ennemi"[4].

En conclusion, on ne peut faire l'impasse sur l'analyse de la réponse française qui, malgré quelques vagues références à une armée européenne (absolument dépourvue de sens lorsqu'elle est associée à l'OTAN), peut être attribuée à ce nationalisme mesquin que Jean Thiriart n'a cessé de définir comme "imbécile".

Paradoxalement, la création de l'AUKUS, pour l'instant, bien qu'elle ouvre la course aux sous-marins nucléaires d'attaque et la militarisation de l'Indo-Pacifique, a mis la France en colère plus que la Chine. En effet, d'une part, l'AUKUS met fin aux ambitions de l'Union européenne de pouvoir compter (à travers son premier pays militaire) sur un théâtre stratégique fondamental au niveau mondial. De l'autre, elle fait perdre à Paris une commande de plus de 56 milliards d'euros pour la construction de 12 sous-marins conventionnels (de type Barracuda) signée avec Canberra en 2016. Et elle liquide l'ambition française de devenir une puissance thalassocratique à part entière.

Historiquement, une telle ambition s'est heurtée au caractère géographique d'un Etat, la France, qui est certes baignée sur plusieurs côtés par la mer, mais qui a dû partager une partie de ses frontières avec l'Allemagne, qui tient le centre de la "péninsule européenne", tout en la reliant à la vaste extension continentale de l'Eurasie.

Pour être juste, il faut dire que l'accord franco-australien, entre hausses de coûts et retards, ne progressait pas dans le meilleur des mondes. Toutefois, on pourrait en dire autant de l'accord anglo-australien sur la fourniture de quelques frégates à la Royal Australian Navy. Un accord qui, à son tour, a été signé au détriment de Fincantieri, lorsque le gouvernement australien, n'écoutant pas l'avis contraire de la marine elle-même, a opté "politiquement" pour les frégates britanniques au lieu des Fremm, déjà valables et testées. À cette occasion, malgré la perte d'une commande de 23 milliards de lires, le gouvernement italien, à la différence du gouvernement français, ne s'est même pas permis un petit sursaut d'orgueil.

Nave_Bergamini_3.JPG

S'il en était encore besoin, l'AUKUS démontre le caractère inégalitaire des alliances occidentales. L'anglosphère devient, à toutes fins utiles, le moteur stratégique de l'"Occident", tandis que l'Europe n'est qu'un simple troupeau d'alliés secondaires, utile uniquement pour constituer un débouché pour le complexe militaro-industriel d'outre-mer. Il suffit de dire que la tentation de se ranger immédiatement du côté du nouveau pacte à trois est largement perçue dans de nombreux pays européens: non seulement en Europe orientale, mais aussi en Italie, ce qui est induit par le fait que la France s'est rarement comportée comme un allié (pensez au cas libyen). D'autre part, l'une des principales stratégies de la géopolitique anglo-américaine a toujours été de maintenir l'Europe dans une condition de division interne et d'insipidité au niveau international, afin de garantir son hégémonie sur l'extrémité occidentale de l'Eurasie.

NOTES:

[1] Les Cinq Yeux. L'alliance de l'intelligence de l'anglosphère, www.ukdefencejournal.org.uk.

[2] Voir J. Cooper, Colony in conflict : the Hong Kong disturbances May 1967- January 1968, Swindon Book Company, Hong Kong 1970.

[3] Voir AUKUS, Submarines for Australia and the Lesson for Europe, www.analisidifesa.it.

[4] Pourquoi fournir des sous-marins nucléaires à l'Australie, mais pas à la Corée du Sud ou au Japon?, www.thediplomat.com.