Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 30 août 2021

La vallée de Panjsher - le talon d'Achille des Talibans ?

alianza-del-norte-afganistan.jpeg

La vallée de Panjsher - le talon d'Achille des Talibans?

Amalendu Misra

Pendant très longtemps, les habitants de la vallée ont été connus comme des insurgés indomptables. Une fois encore, un mouvement de résistance s'y dessine.

La vallée de Panjsher et ses habitants ont une réputation particulière. Située à environ 90 miles de Kaboul, dans la région du centre-nord de l'Afghanistan, la vallée est une sorte d'aberration. Elle abrite la plus grande population ethnique tadjike du pays, soit quelque 100.000 habitants dans la vallée, habitants que l'on appelle les "perdants persistants".

Pendant très longtemps, les habitants de la vallée ont été connus comme des insurgés indomptables. Il est certain que, pendant près de 50 ans, de tous les districts et provinces d'Afghanistan, cette région particulière a défié avec succès tous les malfaiteurs, tant internes qu'externes, dans sa quête pour préserver la liberté et l'autonomie de l'Afghanistan. La vallée de Panjsher est le centre indomptable de la guérilla afghane depuis des décennies. Si l'Afghanistan est le cimetière des empires, la vallée de Panjsher est le cœur de ce cimetière.

Panjshir_River_Valley_in_May_2011.jpg

Lorsque les chars soviétiques ont envahi l'Afghanistan en 1979, les habitants de la vallée, menés par le légendaire commandant de la guérilla Ahmad Shah Masood, les ont fait disparaître dans le sang. Le même Masood s'est opposé aux milices rivales qui se sont opposées à la formation d'un gouvernement central après le départ des Soviétiques en 1989. Il mènera à nouveau son peuple contre les redoutables talibans (interdits dans la Fédération de Russie) avant d'être assassiné par Al-Qaida (également interdit dans la Fédération de Russie) le 9 septembre 2001.

imagasmes.jpg

Nous devons tourner notre attention vers cette vallée de Panjsher, invincible et libre d'esprit, et vers ses habitants, comme une alternative possible à la crise actuelle en Afghanistan. En parlant de l'expansion du contrôle des talibans sur l'Afghanistan, nous avons tendance à oublier que de tous les districts et provinces du pays, c'est la vallée de Panjsher qui les a défiés. Fidèle à sa réputation, ses habitants se distinguent et sont plus invaincus que jamais. Il n'est pas surprenant que cette région attire maintenant rapidement un mouvement de résurgence contre les talibans. Mais la vallée peut-elle à nouveau s'élever contre le pouvoir des talibans et faire honneur à son ancienne gloire de vainqueur de la tyrannie?

Une horreur pour les Talibans

De nombreux itinéraires ont été empruntés par d'anciens dirigeants du gouvernement afghan soutenu par les États-Unis qui tentaient de fuir le pays. Certains ont fui l'Afghanistan, d'autres ont pris le maquis, d'autres encore se sont retirés dans la vallée du Panjsher. Le vice-président Amrullah Saleh en a fait son refuge et sa base. Ancien disciple du Lion du Panjsher, Ahmad Shah Masood, Saleh prétend maintenant ostensiblement être le président intérimaire légitime en vertu de la constitution afghane après la fuite d'Ashraf Ghani. Réfugié dans la vallée, il parle aussi de former une résistance unie contre les talibans. Mais la vallée et ses habitants peuvent-ils se montrer à la hauteur de leur réputation et redevenir des catalyseurs de la future défaite des talibans ?

Si l'on en croit les rapports des médias sociaux, il semble que diverses figures de l'opposition se rassemblent lentement mais sûrement dans la vallée. Parmi eux, l'ancien ministre de la défense, le général Bismillah Mohammadi, figure en bonne place. On y retrouve également Ahmad Masood, le fils déterminé et provocateur d'Ahmad Shah Masood, qui lui ressemble étrangement.

Ahmad-Massoud-fils-commandant-Massoud_0.jpg

Depuis ce foyer de résistance, Saleh et Ahmad Masood appellent à des représailles contre les talibans. Pour sa part, M. Saleh a déclaré sur Twitter: "Je ne me prosternerai jamais, jamais et en aucun cas devant les terroristes talibans. Je ne trahirai jamais l'âme et l'héritage de mon héros Ahmad Shah Masood, seigneur de guerre, légende et mentor. Je ne décevrai jamais les millions de personnes qui m'ont écouté. Je ne serai jamais sous le même toit que les Talibans. JAMAIS."

C'est également ce qu'a indiqué très clairement Ahmed Masood dans un récent article du Washington Post: "Quoi qu'il arrive, mes combattants moudjahidines et moi-même défendrons le Panjsher comme le dernier bastion de la liberté afghane. Notre moral n'a pas souffert. Nous savons par expérience ce qui nous attend. Saleh et Masood espèrent que leur allégeance jurée et leur lien de sang avec le héros le plus célèbre de l'histoire récente de l'Afghanistan inciteront la population à former des unités de résistance. Reconnaissant que le terrain de la vallée est idéal pour une guerre défensive dans les montagnes, et bien sûr, sentant son aura légendaire de défi, des milliers d'anciens soldats afghans se sont également retirés dans la vallée.

Pendant qu'ils se regroupent et planifient leur stratégie, les principaux défis auxquels sont confrontés ces adversaires talibans sont le soutien militaire, économique et logistique indispensable pour mener à bien une telle mission. Malgré toute sa beauté, la vallée est enclavée et difficile d'accès. Si la résistance se tourne vers les talibans, elle aura besoin de toute l'aide qu'elle peut obtenir de la part d'étrangers acquis à sa cause. Comme il fallait s'y attendre, le chef des Panjsher, Ahmad Masood, a clairement fait savoir à la communauté internationale que pour résister efficacement aux talibans, "ils ont besoin de plus d'armes, de plus de munitions et de plus de fournitures". Qui pourrait leur venir en aide ?

image_processing20210327-8421-1i3ijt2.jpg

Il existe déjà une certaine résistance régionale externe à la prise de pouvoir par les Talibans. Le Tadjikistan, avec ses liens ethniques avec la vallée, pourrait fournir un soutien essentiel si celle-ci devient un foyer de résistance. Le lieutenant-général Zahir Agbar, ambassadeur d'Afghanistan au Tadjikistan, ancien responsable de la sécurité avant d'occuper son poste diplomatique, a déjà promis que le Panjsher deviendrait une tête de pont pour les Afghans qui souhaitent poursuivre la lutte contre les Talibans. Selon lui, le "Panjsher s'oppose fermement à quiconque veut réduire les gens en esclavage".

L'Inde, qui a été expulsée sans ménagement de l'Afghanistan après avoir tenté pendant 20 ans d'établir des liens avec ce pays, n'aurait rien pu souhaiter de mieux qu'un mouvement de résistance se développant dans la vallée du Panjshir. Pendant la guerre civile des années 1990, elle a fourni un important soutien militaire et économique à l'Alliance du Nord dirigée par Ahmad Shah Masood.

Le fait que les talibans ne traitent pas équitablement la minorité chiite hazara (photo, ci-dessous) du pays (qui a été maltraitée par le groupe dans le passé) pourrait attirer l'ire de Téhéran. N'oublions pas que l'Iran a été un soutien essentiel de l'Alliance du Nord lorsque les talibans étaient au pouvoir de 1996 à 2001. Des accords avec les États-Unis sont également envisageables. Si les intérêts de Washington sont mis à mal par les talibans, il se peut qu'il soutienne à nouveau un front intérieur qui se soulève contre les nouveaux dirigeants de Kaboul.

tumblr_n40kgxThDA1rkgmoqo1_640.jpg

Une nouvelle guerre civile ?

Il va sans dire que si les habitants de la vallée du Panjshir décident de croiser le fer avec les talibans et d'offrir une résistance, ils pourraient sérieusement entraver la capacité de ces derniers à imposer un gouvernement unifié au mélange complexe de régions et de groupes ethniques de l'Afghanistan. Il convient de rappeler que les Tadjiks de langue farsi de l'ouest et du nord de l'Afghanistan, y compris ceux de la vallée de Panjsher, se sont toujours opposés aux Pachtounes du sud et de l'est qui forment le noyau des Talibans. Un Panjsher libre et militant peut également encourager d'autres chefs régionaux, chefs de milice et seigneurs de guerre qui ont maintenant été renversés par les talibans à résister.

Tout au long de leur histoire, les Afghans sont rarement restés unis sous une autorité centralisée. Malgré les menaces constantes qui pèsent sur l'existence de l'État, dans le passé, les différents groupes ethniques du pays n'ont jamais exprimé leur solidarité avec l'idée d'une cause nationale. C'est en grande partie ce défi permanent qui a contribué à la chute du gouvernement d'Ashraf Ghani. Dans ces circonstances, compte tenu des énormes griefs nourris par divers groupes, chefs et citoyens, il est peu probable que les talibans soient en mesure de former un "véritable" et "inclusif" gouvernement d'unité nationale dans un avenir prévisible. C'est précisément ce système de calcul qui pourrait devenir une arme décisive dans l'arsenal des adversaires des talibans.

Source : https://katehon.com/ru/article/pandzhsherskaya-dolina-ahillesova-pyata-talibov

Le court-circuit djihadiste provoqué par les États-Unis

01-65061.jpg

Le court-circuit djihadiste provoqué par les États-Unis

par Alberto Negri

Source : Alberto Negri & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/il-cortocircuito-jihadista-degli-stati-uniti

Scénarios. Ne gouvernant pas le chaos qu'ils ont eux-mêmes créé, les Américains ont tenté ensuite de l'utiliser à leur profit en Irak, en Libye et en Syrie. Nous sommes à l'avant-garde de nouveaux troubles. Et pas seulement en Afghanistan.

Il y a des djihadistes utiles et d'autres non. Il vaut mieux manœuvrer les djihadistes que les combattre, ont pensé les Américains après les échecs en Afghanistan, en Irak, en Libye et en Syrie. Avec les talibans, on peut aussi trouver un accord: ainsi, en 2018 déjà, ils ont demandé aux Pakistanais, parrains des talibans, de libérer le mollah Baradar (photo, ci-dessous) et les danses de Doha ont commencé. Un spectacle que tout le monde a apprécié parce que personne, à cette époque, ne s'y est opposé.

VMXF3CY2WFFTDPWCEUK5FUDB2E.jpg

Bien sûr, il fallait vendre les Afghans qui avaient cru en l'Occident aux anciens bourreaux, mais la Maison Blanche n'est nullement tourmentée de scrupules, tant avec Trump qu'avec Biden. Après tout, en octobre 2019, Trump avait vendu les Kurdes, courageux alliés des États-Unis contre Isis, à la Turquie d'Erdogan: où est le mal à le faire à nouveau? Après tout, l'OTAN et les Européens digèrent tout.

C'est en utilisant des extrémistes islamiques que les États-Unis ont commencé leurs aventures dans ces régions: dans les années 1980, avec le Pakistan et l'Arabie saoudite, ils ont soutenu les moudjahidines afghans contre l'URSS. Beaucoup étaient des djihadistes, mais en Occident, nous les appelions "combattants de la liberté". Ce fut un succès: l'URSS a perdu la guerre et s'est retirée en 1989, laissant un gouvernement qui a duré seulement trois ans de plus.

combattantssyrie.jpg

Ensuite, les Américains ont également tenté en Syrie, avec la complicité de la Turquie d'Erdogan, de renverser Bachar El Assad: mais là, ils ont été stoppés en 2015 par la Russie renaissante de Poutine.

Lesdjihadistes avaient également contribué, à l'époque, à éliminer le régime de Kadhafi en 2011. Des guérilleros libyens et des djihadistes revenant d'Irak et d'Afghanistan étaient transportés de la Libye vers la Turquie pour traverser le territoire syrien avec des Tunisiens, des Tchétchènes, des Marocains, etc. La secrétaire d'État Hillary Clinton, dont l'équipe comprenait alors Toni Blinken, l'actuel chef de la diplomatie américaine, a pensé former une alliance de complaisance avec les djihadistes libyens anti-Assad en envoyant l'ambassadeur Chris Stevens à Benghazi: il a été tué par les salafistes d'Ansar Al Sharia le 11 septembre 2012. Et Clinton a perdu la Maison Blanche.

EN NE GÉRANT PAS le chaos qu'ils avaient eux-mêmes créé, les Américains ont essayé de l'utiliser contre leurs rivaux. En Irak, les États-Unis se sont retirés sous la présidence d'Obama en 2011, laissant le pays à son sort après l'avoir envahi en 2003 avec le mensonge des armes de destruction massive: le pays est tombé aux mains d'Al-Qaïda puis d'Isis.

Ces djihadistes ont été utiles pour enliser l'Iran, parrain du gouvernement local: en 2014, les Pasdarans et les milices chiites ont dû intervenir pour arrêter le califat aux portes de Bagdad. Bloquer le Croissant chiite et le mettre sous pression était le véritable objectif géopolitique de Washington. Une fois la mission accomplie, les Américains ont livré les Kurdes au massacre par les Turcs, éliminé Al Baghdadi et, le 3 janvier 2020, tué le général iranien Qassem Soleimani à Bagdad avec un drone.

Maintenant, les États-Unis sont partis, pour la deuxième fois, même de l'Irak, laissant la place à l'OTAN avec un contingent sous le commandement de l'Italie. Et après la défaite à Kaboul, nous devons croiser les doigts, car ils laissent généralement une terre brûlée derrière eux.

1258doha317907.JPG

LES ACCORDS DE DOHA étaient censés rendre l'Afghanistan aux Talibans, complices d'Al-Qaïda le 11 septembre 2001, mais aussi héritiers des moudjahidines préférés des antisoviétiques. En bref, il s'agissait d'une bonne opération pour s'effacer et rétablir "l'ordre" après avoir constaté l'échec de l'exportation de la démocratie libérale.
Lorsqu'ils ont commencé à négocier au Qatar, les Etats-Unis étaient conscients qu'ils allaient démanteler la "bulle" pro-occidentale dans un Afghanistan déjà contrôlé à 50% par les Talibans. Il suffisait d'un coup de vent et tout s'effondrait entre leurs mains.

Le 2 juillet, les États-Unis ont fermé de nuit la base de Bagram, sans prévenir l'armée afghane, en coupant l'électricité et l'eau: Kaboul était alors déjà perdue. Le message a été dévastateur pour le moral des soldats afghans qui se sont également retrouvés sans couverture aérienne en raison du retrait des techniciens et des contractants. Le timing a été mal calculé et les États-Unis et l'OTAN se sont retrouvés dans le chaos de l'aéroport et dans une évacuation plus chaotique que celle de Saigon 1975, où, toutefois, il n'y avait pas de kamikazes à affronter.

medium_2021-08-27-6f6a9643b5.jpg

ISIS-KHORASSAN ne sort pas de nulle part. Fondée en 2015, elle a mené quelque 70 attaques et a massacré le 8 mai 55 étudiants à Kaboul. Les Américains, l'armée afghane, les talibans et même Al-Qaïda s'étaient mobilisés pour la combattre. Avec l'attaque de Kaboul, Isis-K avait quatre objectifs : 1) frapper les États-Unis ; 2) saper la crédibilité de l'"ordre" taliban ; 3) frapper le rival Al-Qaïda ; 4) envoyer un message au djihad mondial, de l'Asie à l'Afrique du Nord, du Moyen-Orient au Sahel. Le retrait américain peut provoquer un effet domino sur la sécurité internationale.

Ce que nous voyons est un avant-goût du chaos à venir en Afghanistan et dans d'autres régions critiques du monde. Maintenant, raccourcir le délai et fuir laisserait, selon la plupart des estimations, des centaines de citoyens américains et des milliers de collaborateurs afghans bloqués en territoire hostile. Tous les candidats deviennent des otages. Mais rester plus longtemps serait une invitation à de nouvelles attaques terroristes contre l'aéroport par Isis-K et, après le 31 août, par les Talibans eux-mêmes. Le court-circuit djihadiste, déclenché il y a 40 ans par les États-Unis, électrocute et incinère ses opérateurs maladroits.

Kaboul aujourd'hui signifie la fin de l'impérialisme. Nous n'avons plus besoin de l'OTAN

unSPamnamed.jpg

Kaboul aujourd'hui signifie la fin de l'impérialisme. Nous n'avons plus besoin de l'OTAN

Entretien avec le diplomate italie Sergio Romano

Propos recueillis par Umberto De Giovannangeli

Source : Il Riformista & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/kabul-e-la-fine-dell-imperialismo-noi-non-abbiamo-bisogno-della-nato

"Kaboul est la fin de l'impérialisme, de l'occupation de l'Afghanistan, illimitée dans le temps", a déclaré l'ancien ambassadeur Romano.

sergio-romano-il-rischio-americano-9788830420205-3-197x300.jpgLes leçons sont toujours les bienvenues lorsqu'elles sont données par des "professeurs" qui ont maîtrisé le sujet avec sagesse et avec une réelle indépendance politique et intellectuelle. Une leçon d'histoire et de géopolitique. Il s'agit de celle accordée à Il Riformista par l'un des analystes les plus autorisés en matière de politique étrangère, un profond connaisseur de la "planète USA", ainsi que de celle de la Russie : l'ambassadeur Sergio Romano. Au cours de sa longue et prestigieuse carrière diplomatique, il a été, entre autres, ambassadeur auprès de l'OTAN et ambassadeur à Moscou (1985-1989), dans l'Union soviétique de l'époque. Il a été professeur invité à l'Université de Californie et à Harvard, et a enseigné aux Universités de Pavie, Sassari et Bocconi à Milan. Parmi ses nombreux écrits, citons, à propos de l'Amérique, Il rischio americano (Longanesi, 2003) ; Il declino dell'impero americano (Longanesi, 2014) ; Trump e la fine dell'American dream (Longanesi, 2017).

En août 2019, l'ambassadeur Romano a écrit un article pour le Corriere della Sera qui, à la lumière des événements actuels, a une sorte de valeur prophétique, et cela, dès le titre: "Afghanistan, la guerre inutile". Et les risques du retrait américain. "Les 18.000 soldats que le président Trump veut retirer d'Afghanistan sont présents dans la région depuis 18 ans. Ils sont arrivés en octobre 2001, avec quelques milliers de soldats européens, lorsque le gouvernement américain, après l'attaque terroriste d'Al-Qaïda contre les tours jumelles, a demandé au gouvernement de Kaboul d'extrader son chef, Oussama ben Laden, qui avait trouvé refuge dans le pays. Les Afghans ont invoqué le devoir sacré d'hospitalité et les forces américaines ont répondu en envahissant l'Afghanistan. Ils ont gagné rapidement sur le terrain, mais ont dû se rendre compte qu'une victoire militaire dans les montagnes de l'Afghanistan peut être illusoire. Les Britanniques et les Russes l'avaient déjà appris lorsqu'ils se sont disputé le pays au XIXe siècle, dans un jeu qui a duré plusieurs décennies et qui a été appelé le "grand jeu". Les Soviétiques l'ont également appris lorsqu'ils sont intervenus militairement en 1979...". L'Amérique avait l'intention de participer à ce "grand jeu". En perdant.

Fuite, trahison, reddition de l'Ouest. Beaucoup se sont aventurés à définir les événements en Afghanistan. Ambassadeur Romano, quelle est votre clé d'interprétation?

Je ne veux pas aller trop loin, mais je pense que pour comprendre les événements d'aujourd'hui, il est bon de remonter dans le temps, dans ce cas à l'époque des empires coloniaux qui ont caractérisé l'histoire des États-Unis et de l'Europe pendant de nombreuses décennies. Aujourd'hui, les empires coloniaux sont en train de disparaître. Ces empires n'ont plus aucune raison d'exister. Mais un certain désir de continuer à récupérer les pouvoirs perdus existe toujours dans les sociétés politiques des États-Unis, de l'Europe, de l'Occident en général. Il y a toujours une tentative de récupérer les espaces perdus. L'Afghanistan est donc devenu, pour ainsi dire, le morceau le plus convoité, notamment en raison du grand désordre qui y a toujours régné. Tout cela a ouvert des perspectives. Cela dit, il faut se demander si tout cela avait un sens dès le départ. Parce que, franchement, à l'époque des empires coloniaux, cela avait un sens: il y avait une compétition, cette compétition était en quelque sorte justifiée par les relations internationales et aussi dans certains cas par des considérations purement économiques, c'est-à-dire qu'il y avait là quelque chose qui pouvait être utile aux divers protagonistes en place et donc ils ont tous essayé de mettre la main dessus. Dans cette affaire afghane, il y a une note de contre-temps, ce qui la rend parfois même un peu ridicule. Ce jeu de l'impérialisme défunt....

8830439924SRam9788830439924-195x300.jpgEn Europe, et aussi dans notre pays, un doigt accusateur a été pointé sur Joe Biden. Et maintenant, Trump a rejoint le mouvement. Considérez-vous le président américain comme un "traître" pour les Afghans ?

Non. Au contraire, cela me suggère une autre considération qui concerne les États-Unis en particulier. Je dis cela parce que je ne me souviens pas d'une autre situation dans laquelle un président américain a été une victime de ce genre, esclave de motifs strictement électoraux. Une petite élection qui se profile à l'horizon, une visite dans un endroit où il y a des gens qui, je l'espère, voteront pour moi aux prochaines élections, mais je sais qu'ils ont ce désir particulier, cette fixation particulière... Bref, non seulement les États-Unis font partie des pays qui, d'un point de vue impérial, sont les plus menacés, parce qu'ils sont en train de perdre ce qu'ils avaient, si, du moins, on pouvait considérer qu'ils possédaient réellement l'Afghanistan, mais, de plus, ils sont aussi très conditionnés par des considérations purement électoralistes. Et les considérations de cette nature produisent d'autres difficultés et problèmes. C'est ainsi et ce sera encore le cas pendant un certain temps.

En parlant de ça, précisément. Il y a vingt ans, l'intervention militaire en Afghanistan était justifiée comme un acte nécessaire dans la guerre contre le terrorisme, après l'attaque des tours jumelles. Maintenant, Biden, s'adressant en rafale au peuple américain, prétend que cet objectif a été atteint avec l'expulsion d'Al-Qaïda d'Afghanistan et l'élimination d'Oussama Ben Laden. Mais si c'est le cas, que faisons-nous dans ce pays depuis tout ce temps ?

Ici aussi, il faut revenir une fois de plus à ce problème de la crise des empires coloniaux. Lorsque les empires coloniaux sont devenus plus acceptables qu'ils ne l'avaient été dans le passé mais davantage critiqués par une partie de l'opinion publique, il est arrivé que de nombreux pays tentent de leur donner une couverture sublime en disant qu'ils étaient des pays de bons maîtres philanthropiques, qu'ils aideraient les générations futures de leurs citoyens coloniaux à devenir des citoyens modernes. Nous nous sommes tous, d'une manière ou d'une autre, promus ainsi en tant que maîtres, en tant qu'enseignants généreux dans un monde colonial, comme pour racheter notre passé de colonialistes et, en même temps, pour préserver une présence, parce que c'était ce qui était vraiment prévu. Et donc nous constatons ces situations, où les gens justifient leur présence ou leur désir d'être présents, avec un bel alibi moral. Ce en quoi il faut croire, ce sur quoi il faut parier ces jours-ci est plutôt limité, mais quant au sujet de notre conversation, je dirais que cette condescendance post-colonialiste est ce qui s'est réellement passé, et cela, permettez-moi d'ajouter, en regardant ces vingt années.

519YWQ7XUYL._SX336_BO1,204,203,200_.jpgEn parlant d'empires. L'Afghanistan a été appelé, historiquement, "le cimetière des empires". Est-ce aussi le "cimetière" de l'OTAN ?

J'avoue qu'il ne faut jamais dire oui d'avance à quelque chose que l'on veut mais qui ne s'est pas encore réalisé. Parce que franchement, si cela devait se produire, je dirais tout d'abord que cela découle d'une certaine logique. Parce que l'OTAN aussi est dans une situation similaire à certains égards, d'un point de vue politique et moral, à ce que je vous disais tout à l'heure, c'est-à-dire similaire à ces empires qui se promeuvent comme enseignants, missionnaires, savants. L'OTAN est également à la recherche d'un rôle international. Avec la fin de la guerre froide, l'OTAN aurait dû se retrouver dans la catégorie des organisations internationales au chômage. Et comme à un certain moment, certaines personnes, même de bonne foi, ont pensé qu'après tout, l'OTAN représente encore un lien de l'Europe avec les États-Unis qu'il ne serait pas prudent de gâcher, il y a donc cette tentative de l'OTAN de se réévaluer, de démontrer qu'elle a encore un but, une certaine utilité. Je regarde surtout vers nous, vers l'Europe, parce qu'en Europe il y a des pays et des groupes sociopolitiques qui raisonnent en ces termes sur l'OTAN. Ce discours de revalorisation de l'OTAN en ces termes présente un inconvénient extraordinaire pour nous, Européens. Parce que cela nous fait oublier que le prochain mouvement de l'Union européenne devrait être de reconstruire la CED, la Communauté Européenne de Défense, qui avait été par la suite torpillée par le Parlement français. Nous devons faire revivre la CED. Elle ne s'appellera plus comme ça, elle s'appellera l'Union européenne de défense ou quelque chose comme ça. Nous n'avons plus besoin de l'OTAN. Nous avons besoin de l'Union européenne de défense (UED).

En Italie, un débat s'est ouvert sur le fait de négocier ou de ne pas négocier avec les Talibans. Entre-temps, le directeur de la CIA a rencontré le chef des talibans à Kaboul il y a quelques jours. Comment dire? N'y a-t-il pas un peu d'hypocrisie dans tout ce tapage?

Je dois dire que le réalisme finit toujours par l'emporter. Et même ceux qui se sont exposés en déclarant qu'il était impossible de parler aux talibans finiront tôt ou tard par dire qu'il faut parler aux talibans. Il s'agit d'un type de logique qui présente de nombreux inconvénients. Car lorsque vous parlez à une organisation qui est si éloignée de ce que nous considérons comme la démocratie politique, ou l'État de droit, ou encore l'égalité des sexes, etc., c'est comme si vous l'aviez promue, autorisée à exister. J'avoue que cela me dérange un peu. L'idée que nous devions parler à ces gens m'agace. Bien sûr, chacun a sa propre justification pour exister, mais parler à ceux qui, à moins de changer d'avis, continueront à être ce qu'ils ont toujours été, eh bien, c'est vraiment difficile à accepter. Ils sont la négation de tout ce que nous considérons comme utile pour le plus grand nombre de personnes possible. Ils sont exactement le contraire. Parce que les Talibans ne sont pas une formation politique. Ce sont des "missionnaires". Et raisonner avec les missionnaires n'est jamais facile, et parfois c'est même carrément  inutile.

vendredi, 27 août 2021

L'impérialisme intersectoriel et la guerre froide "woke" 

stay-woke.x7c6aa5c3.jpg

L'impérialisme intersectoriel et la guerre froide "woke" 

Les États-Unis et leurs alliés atlantistes se préparent à une croisade progressiste mondiale contre tous les peuples et États qui n'acceptent pas la théorie intersectionnelle des genres, le mouvement LGBTQIXYZ+ et les autres doctrines insensées de la nouvelle foi de l'Occident. Bienvenue à Cold War Woke.

Par N. S. Lyons
L'impérialisme intersectoriel et la Guerre Froide Woke [1]

Ex: http://novaresistencia.org/2021/08/04/imperialismo-interseccional-e-a-guerra-fria-woke/

La nouvelle foi se prépare à une croisade mondiale

Le 16 juillet, le secrétaire d'État Antony Blinken envoie un télégramme aux ambassades américaines du monde entier avec de nouvelles instructions. Face à ce qu'il a décrit comme une menace croissante de forces autoritaires et populistes émanant de pays du monde entier, M. Blinken a exhorté les diplomates américains à "rechercher activement des moyens de faire efficacement pression sur ces pays pour qu'ils se conforment aux normes démocratiques et respectent les droits de l'homme", et a promis que "la défense de la démocratie et des droits de l'homme partout dans le monde n'est pas en tension avec les intérêts nationaux des États-Unis ou notre sécurité nationale. Il a précisé que cela devrait être vrai même pour les alliés et partenaires des États-Unis, affirmant qu'"il n'existe aucune relation ou situation dans laquelle nous cesserons de soulever des préoccupations en matière de droits de l'homme".

Le président américain Joe Biden a explicitement caractérisé sa politique étrangère comme une "bataille entre l'utilité des démocraties au XXIe siècle et les autocraties", et a décrit le monde comme étant à un "point d'inflexion" qui déterminera à l'avenir "qui triomphe, l'autocratie ou la démocratie, car c'est ce qui est en jeu". Et s'il a désigné la Chine et la Russie comme les plus grandes menaces pour la démocratie, il a également déclaré que "dans de nombreux endroits, y compris en Europe et aux États-Unis, le progrès démocratique est attaqué."

3530617620.jpg

Ce type de rhétorique a conduit de nombreuses personnes à décrire que Biden s'oriente vers une nouvelle compétition idéologique mondiale semblable à la guerre froide, et le télégramme de Blinken semble être une étape de l'opérationnalisation de ce projet dans la politique quotidienne des Yankees.

De nombreux Américains, et notamment de nombreux conservateurs américains, ont en mémoire une grande affection pour la première guerre froide (notamment parce qu'ils l'ont gagnée). Et l'idée de promouvoir la démocratie et les droits de l'homme, notamment face aux nombreux abus autoritaires de la Chine, est désormais une passion bipartisane à Washington.

Mais ils doivent comprendre que, cette fois-ci, le "progrès démocratique" et les "droits de l'homme" auront souvent une signification très différente de celle que ces expressions avaient pendant la dernière guerre froide.

De nouveaux droits, de nouvelles normes et une nouvelle lutte mondiale

M. Blinken a réussi à indigner brièvement certains conservateurs américains lorsqu'il a publié une déclaration officielle, le 13 juillet, affirmant que l'administration Biden était "profondément dévouée à la lutte contre les injustices raciales dans le pays et à l'étranger", que "les pays ne devraient pas craindre un examen minutieux de leur bilan en matière de violations des droits de l'homme" et que les États-Unis "ont proposé une visite officielle du rapporteur spécial des Nations unies sur les formes contemporaines de racisme" pour examiner de près le "racisme systémique" aux États-Unis.

Il a ajouté que: "J'applaudis également le Conseil des droits de l'homme des Nations unies qui a adopté aujourd'hui à Genève une résolution visant à lutter contre le racisme systémique à l'encontre des Africains et des personnes d'ascendance africaine dans le contexte de l'application de la loi. Je suis impatient de m'engager avec le nouveau mécanisme pour promouvoir la justice et l'équité raciales".

L'invitation de M. Blinken était en fait une réponse à la déclaration faite le 26 juin par le Haut Commissaire aux droits de l'homme, Michelle Bachelet, qui faisait suite à l'achèvement d'un "rapport complet sur le racisme systémique", qui, sans surprise, a constaté que le sujet en question était bien ancré dans le monde entier, notamment dans la "surpolice des agences et des communautés noires" aux États-Unis. Dans sa déclaration, Mme Bachelet a critiqué l'Occident pour son "approche fragmentaire du démantèlement de systèmes enracinés dans des siècles de discrimination et de violence", a déclaré que "le statu quo n'est pas viable" et a appelé à une "réponse systémique de l'ensemble de la société" pour éradiquer le racisme systémique dans le monde entier et mettre en œuvre la "justice réparatrice" réclamée de toute urgence par la "mobilisation mondiale des personnes réclamant la justice raciale".

L'administration Biden n'aurait guère répondu autrement que par un soutien total et clair, bien entendu, puisque la lutte contre le spectre omniprésent du "racisme systémique" aux États-Unis est devenue un élément central de l'administration Biden.

210208175209-tony-blinken-full-169.jpg

Et peu de responsables administratifs ont embrassé cette bataille avec autant de zèle personnel que M. Blinken, qui, dès son entrée en fonction, a non seulement installé un directeur de la diversité et de l'inclusion au département d'État (dans un nouveau poste particulièrement puissant, ne relevant que de lui-même), mais a désigné que chaque bureau du département nomme également un secrétaire général adjoint à la diversité et à l'inclusion - dans le but annoncé d'"intégrer la diversité et l'inclusion dans les activités du département d'État à tous les niveaux".

On peut supposer que cette incorporation est ce qui a déjà conduit à des innovations telles que l'encouragement des ambassades américaines à faire flotter des drapeaux Black Lives Matter dans le monde entier comme un pilier parmi d'autres d'une politique globale visant à "propager l'équité raciale dans le cadre de la défense de nos intérêts de sécurité nationale".

Le département d'État n'est pas le seul à avoir commencé à intégrer la "diversité et l'inclusion" à "tous les niveaux de service", bien sûr. Le secrétaire américain à la défense, par exemple, a ordonné au ministère de la défense d'"accroître le nombre de pays disposés à soutenir et à défendre les droits de l'homme des personnes LGBTQI+", faisant des considérations d'impact sur les droits LGBT un élément obligatoire de toutes ses (très nombreuses) décisions de passation de marchés et de financement dans le monde. Pendant ce temps, l'organisation sœur du département d'État, l'Agence américaine pour le développement international (USAID), s'est employée à sauver l'Ukraine des Russes en rendant le Donbass encore plus ridicule.

Et puisque nous parlons de ce genre de choses, la plupart des personnes mécontentes de l'invitation de Blinken aux inquisiteurs antiracistes de l'UNHRC semblent, curieusement, avoir manqué un autre développement sur un front similaire de la guerre culturelle mondiale.

Et ce malgré le fait que le département d'État souhaite vivement que vous sachiez que "le 23 juin, les États-Unis ont organisé, et 20 pays ont coparrainé, leur premier événement parallèle sur les droits humains des femmes transgenres, soulignant la violence et les obstacles structurels, juridiques et intersectionnels auxquels sont confrontées les femmes transgenres de couleur".

Donc vous avez ça. Mais un événement parallèle à quoi? En l'occurrence, la dernière section du CDH, au cours de laquelle les États-Unis ont fait des pieds et des mains pour aborder plusieurs "situations graves en matière de droits de l'homme" en contribuant à inaugurer le lancement du "Groupe d'amis du mandat de l'expert indépendant des Nations unies sur la protection contre la violence et la discrimination fondées sur l'orientation sexuelle et l'identité de genre" (GoF IE SOGI).

Screenshot_2020-02-07_at_17.15.03.png

En plus des États-Unis, le groupe inaugural SOGI comprend : L'Allemagne, l'Argentine, le Chili, l'Uruguay, l'Australie, l'Autriche, la Belgique, le Canada, le Costa Rica, le Danemark, la Grèce, la Finlande, l'Islande, Israël, l'Irlande, l'Italie, le Liechtenstein, le Luxembourg, Malte, le Mexique, la Norvège, les Pays-Bas, le Portugal, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse.

Qui est cet expert indépendant qui a tant d'amis ? Il s'agit de Victor Madrigal-Borloz, Senior Visiting Research Fellow au programme des droits de l'homme de la Harvard Law School.

Après sa formation, le premier acte du groupe a été d'examiner un rapport produit pour le CDH par M. Madrigal-Borloz, intitulé "La loi de l'inclusion".

La "loi de l'inclusion" affirme que toutes les preuves "mènent nécessairement à la conclusion que tous les êtres humains vivent dans des sociétés sexuées traversées par des hiérarchies de pouvoir" et déclare que, puisque nous voulons tous "reconstruire mieux qu'avant" (reprenant inexplicablement le slogan de campagne de Biden), "l'adoption d'analyses intersectionnelles et sexospécifiques" est une "composante fondamentale de l'accomplissement diligent de la responsabilité [de tous les pays] en matière de droits de l'homme".

Il est essentiel que l'approche intersectionnelle permette de "reconnaître que la race est sexuelle et que le genre est racial, ainsi que les nombreux autres facteurs qui influencent la manière dont les droits d'une personne sont attribués". De plus, en prime, "la théorie du genre est également pertinente en tant qu'outil pour aborder, analyser et transformer les systèmes de masculinité violente".

Heureusement, cette analyse a déjà "imprégné les politiques publiques" et de nombreux États "reconnaissent désormais son importance." En effet, parmi les plus de 500 soumissions de commentaires inspectées par l'expert pour servir de base aux conclusions du rapport, toutes les soumissions provenant d'entités étatiques et non étatiques " soulignent uniformément l'importance des cadres, de l'analyse et de la diffusion dans les médias du concept de genre en tant qu'outil pour atteindre la justice sociale par le biais des politiques publiques.

Il est vrai que certaines "autres soumissions étaient haineuses ou contenaient des discours de haine et ont été exclues ad portas", et "elles ne feront partie d'aucune publication parrainée par le titulaire du mandat", donc certaines dissidences ont pu être exclues méthodologiquement, mais que pouvait faire d'autre un Expert indépendant? La tolérance est une affaire délicate.

Enfin, sur la base de son analyse intersectionnelle, l'Expert Indépendant déclare un nouveau "devoir fondamental de l'Etat" sur la base de son enquête approfondie: "Reconnaître que tout être humain a la liberté de déterminer les limites de son existence, y compris son identité et son expression de genre".

(Je ne pense pas que vous trouverez une description plus impeccable du libéralisme tardif que celle que j'ai esquissée auparavant, caractérisée par son cheminement incessant dans la poursuite de notre libération de toutes les frontières, d'ailleurs).

EHqAf8JWsAEz62B.jpg

Sur la base de cette conclusion, et en appelant tous les États à "défendre les droits de l'homme liés au genre et à la sexualité en tant que droits universels et inaliénables, indivisibles, interdépendants et intimement liés à tous les autres droits", le rapport recommande que "les États donnent accès à la reconnaissance légale de l'identité de genre" et "adoptent toutes les mesures nécessaires à cette reconnaissance" :

    - Basé sur l'autodétermination du demandeur ;
    - Il s'agit d'un simple processus administratif ;
    - Non lié à des exigences abusives, telles que des certificats médicaux, une opération chirurgicale, un traitement, une stérilisation ou un divorce ;
    - Comprend la reconnaissance et l'acceptation des identités non-binaires dans toute leur diversité et spécificité ;
    - Veiller à ce que les mineurs aient accès à la reconnaissance de leur identité de genre.

(Ce qui revient à dire, pour être clair, que les enfants de tout âge devraient avoir le droit humain de changer entièrement de sexe par auto-identification).

Les États-Unis et le reste du groupe SOGI ont immédiatement publié une déclaration soutenant et approuvant pleinement le rapport, notant qu'ils "aimeraient réaffirmer" que: "Comme le démontre clairement l'analyse approfondie fournie par le rapport, le genre est une construction sociale" ; que l'analyse intersectionnelle "s'est avérée fondamentale pour la conception et la mise en œuvre de politiques publiques inclusives" ; qu'ils soutiennent "l'importance de promouvoir la reconnaissance juridique du genre sur la base de l'auto-identification" ; et qu'ils "s'opposent à toute tentative de supprimer le genre des instruments internationaux relatifs aux droits de l'homme et des processus législatifs".

J'espère que vous pourrez retenir au moins une leçon de toute cette salade faite de jargon intersectionnel sur la race et le genre: que le langage et les concepts doctrinaux idéologiques distinctifs de la Nouvelle Foi se sont déjà étendus bien au-delà de la cour de Harvard, ont traversé les océans et se sont maintenant, comme le dit le rapport, "infiltrés" profondément dans le monde par le biais d'institutions mondiales dirigées par l'élite financière, comme le Conseil des droits de l'homme des Nations unies.

Les conservateurs en particulier sont typiquement dédaigneux de l'ONU en général, et du CDH en particulier (le président Trump a officiellement retiré les États-Unis du conseil en 2018, et après cela Biden l'a réintégré en tant qu'observateur), car ils le considèrent comme une scène de discussion inutile qui passe la plupart de son temps à critiquer les États-Unis et ses alliés, bien qu'avec peu d'effet pratique. C'est une erreur.

Marche_fiertés_2013.jpg

Ce qui se passe ici, c'est la création et la consolidation permanentes de nouvelles normes qui cherchent à redéfinir ce qui est considéré comme la limite normale et acceptable des pratiques juridiques, politiques et culturelles des pays du monde entier. Le CDH n'a peut-être pas de pouvoir politique direct, mais c'est précisément l'ignorance ou le mépris flagrant du pouvoir de transformation à long terme des normes qui a conduit les conservateurs à perdre toutes les batailles culturelles auxquelles ils ont été confrontés jusqu'à présent. Pour une raison quelconque, les conservateurs - et maintenant les libéraux - ont toujours été pris par surprise par des normes apparaissant juste en dessous d'eux (progressivement, puis soudainement), même lorsqu'ils occupaient des positions élevées de pouvoir politique.

Entre-temps, sous l'administration Biden, Washington a adopté ce type de mécanisme de fixation de normes pour reconstruire le monde à sa nouvelle image idéologiquement renforcée.

Impérialisme intersectoriel

Néanmoins, tous les pays n'ont pas atteint un niveau complet de "sagesse" en ce qui concerne le prétendu droit absolu de chacun à pouvoir s'identifier comme étant de n'importe quel sexe ou même en ce qui concerne la prétendue nécessité d'une "transformation de toute la société" afin de surmonter les hiérarchies d'oppression.

L'expert international M. Madrigal-Borloz a également remarqué ce problème, et c'est pourquoi il produit, avec le groupe SOGI, un rapport complémentaire à "The Law of Inclusion", cette fois sous le titre "Exclusionary Practices".

page_10.jpg

Ce document, qui doit encore être publié, "analysera la résistance à l'utilisation de la théorie du genre et les risques que cela engendre", notamment "l'interprétation progressive des critères relatifs aux droits de l'homme". Les exemples de cette "résistance" que le rapport va "déconstruire et confronter" comprennent, sans s'y limiter, les éléments suivants: Le récit d'un ordre "naturel" fondé sur le déterminisme biologique et l'idée connexe selon laquelle "la reconnaissance légale de l'identité de genre des enfants est censée menacer leur bien-être"; "les récits qui vont à l'encontre des approches car fondées sur les droits de supposées normes culturelles et religieuses" ; et la façon dont "le récit des valeurs traditionnelles est utilisé pour justifier la discrimination" ou même "qui cherchent à éliminer le cadre de genre des instruments et processus du droit international des droits de l'homme, [ou] des documents politiques et législatifs nationaux".

Probablement dans tout autre contexte, lorsqu'une ou plusieurs puissances extérieures tentent de "déconstruire" et de remplacer les "valeurs traditionnelles" et les normes "culturelles et religieuses" d'un autre peuple contre sa volonté, on parlerait à juste titre d'"impérialisme" (ou, parfois pire, de "génocide").

Néanmoins, le rapport sur les "pratiques d'exclusion" devrait être publié lors de la prochaine réunion de l'Assemblée générale des Nations unies à New York en septembre, et sera sans aucun doute approuvé par les États-Unis, le Royaume-Uni et d'autres membres progressistes du groupe SOGI - même si bon nombre de ces mêmes pays ressentent encore une forte résistance intérieure à toutes ces idées.

Que signifie tout cela, alors? En bref, que les batailles idéologiques de la guerre froide 2.0 ne se limiteront pas à des catégories similaires à celles qui semblaient (du moins dans un sens général) avoir caractérisé la première guerre froide. Ils ne tiendront même pas nécessairement compte des concepts classiques de "démocratie libérale" et d'"autoritarisme" ou d'"autocratie" qui nous sont familiers.

Au contraire. Il faut bien comprendre que l'administration Biden et ses partenaires de même sensibilité opèrent désormais selon un calcul idéologique très différent lorsqu'il s'agit de déterminer ce que doivent signifier la "démocratie" et les "droits de l'homme", même si ce calcul entremêle directement les ennemis idéologiques nationaux et internationaux, comme c'était le cas lors de la première guerre froide.

Dans cette vision du monde, pour qu'un État démocratique soit une "démocratie" légitime, il ne suffit pas qu'il dispose d'un gouvernement élu par le peuple à l'issue d'élections libres et équitables. Il doit également défendre les "bonnes" valeurs progressistes. C'est-à-dire qu'il doit être "réveillé". Sinon, selon les libéraux, cet État n'est pas une véritable démocratie, mais quelque chose d'autre. Le terme "populisme" est ici très utile: même si un État n'est pas encore autoritaire ou "autocratique" au sens traditionnel, il peut être sous l'emprise du "populisme", un concept mal défini et suffisamment vague pour englober le large éventail de sentiments et de tendances réactionnaires qui peuvent caractériser une "résistance" au progrès, fondée sur des "valeurs traditionnelles", etc. Et enfin, ils essaient de nous convaincre que le "populisme" est susceptible de mener à l'autocratie. Après tout, dans la vision post-libérale, si vous ne progressez pas vers la démocratie, vous reculez, sur le spectre binaire, vers l'autocratie.

De plus, tout comme dans la lutte entre le capitalisme-libéralisme et le communisme-autoritarisme pendant la première guerre froide, les "forces traîtresses" du populisme-autocratie sont présentes non seulement dans le "tiers-monde" indécis, mais rampent même à l'intérieur des véritables démocraties libérales - menaçant constamment de les faire basculer, comme des dominos, dans le camp opposé. C'est de là que viennent les avertissements publiés par Biden, comme celui qui affirme que "dans de nombreux endroits, y compris en Europe et aux États-Unis, le progrès démocratique est attaqué". Dans cette vision du monde, la lutte contre les soi-disant "forces du populisme-autocratie" au sein même des États-Unis ou de l'Europe n'est en rien séparée de la lutte contre la Chine, la Russie et les autres puissances internationales. Au contraire, les deux font partie de la même lutte.

Cela se reflète dans la similitude avec laquelle Biden (à titre d'exemple, il n'est guère le seul) se réfère à ses adversaires politiques nationaux. À titre d'exemple, il a récemment critiqué les nouvelles lois électorales de certains États américains en ces termes: "Nous devons nous demander si vous êtes du côté de la vérité ou du mensonge, des faits ou de la fiction, de la justice ou de l'injustice, de la démocratie ou de l'autocratie. C'est le nœud du problème."

Et, pour exacerber encore ce sentiment de peur et de division, il y a le fait que dans la vision du monde des libéraux 2.0, une démocratie ne peut pas simplement défendre certaines des "bonnes" valeurs. Non, il doit respecter toutes les valeurs jugées correctes par le nerd à l'esprit unique. Après tout, c'est la principale conclusion de l'"analyse intersectionnelle": toutes les injustices sont interconnectées, formant des systèmes d'oppression imbriqués les uns dans les autres. Ainsi, permettre à l'"injustice" d'exister n'importe où dans le monde signifie menacer la "justice" dans le monde entier.

L'intersectionnalité exige donc une libération totale de l'individu: il ne peut y avoir de pluralisme. Aucun peuple, aucun État, aucune culture, aucune société ne peut être laissé libre de décider ce qui est le mieux pour lui-même, car aucune "injustice", à quelque niveau que ce soit et où que ce soit, ne peut être autorisée à exister, car cela risquerait de polluer et de menacer l'ensemble du système.

La conclusion est inéluctable: la nouvelle foi doit être une foi missionnaire et évangélique. Par sa propre logique interne, par sa propre survie, elle doit marcher en avant pour convertir les peuples "infidèles" "non civilisés", et en même temps traquer les "hérétiques" chez elle.

032321_woke_eh_3000x2000__1_.jpg

Les résultats d'un réveil de la guerre froide

Laissez-moi faire une petite prédiction: ce sera un désastre pour l'Occident.

Il existe encore de nombreux pays (en fait, la grande majorité des pays) qui croient que la théorie intersectionnelle du genre et les autres fruits de la nouvelle foi progressiste sont en fait de la pure folie. Ils sont également très attachés à leurs propres cultures et traditions.

Ainsi, même si vous êtes un fervent partisan des droits des LGBT, du féminisme ou d'autres idées progressistes, il convient de réfléchir aux conséquences pratiques de cet impérialisme intersectionnel. Si l'Occident veut faire de la conformité idéologique une condition absolue pour que l'on se rallie à son bloc démocratique, pour recevoir son aide ou même pour travailler en étroite collaboration avec lui (ce à quoi Blinken a fait allusion), alors la chose la plus probable à faire est que ces pays tombent dans les bras de la Chine et d'autres États "autoritaires" mais non missionnaires.

Pensez, par exemple, à l'Indonésie. C'est l'une des plus grandes démocraties du monde (avec un d minuscule) et aussi l'un des plus grands marchés émergents. Il se trouve également qu'il est géographiquement situé dans une position stratégique cruciale pour déterminer qui aura le contrôle de la mer de Chine méridionale contestée et du détroit crucial de Malacca. Malgré sa longue tradition de neutralité en matière de politique étrangère, elle est peut-être actuellement l'État le plus à même de modifier l'équilibre de la concurrence entre les États-Unis et la Chine pour emporter l'influence prépondérante dans la région indo-pacifique, et les deux pays le savent. L'Indonésie est également une nation pieusement islamique, et il est très peu probable qu'elle accepte la prédication intersectionnelle de la loi sur l'inclusion. Et elle n'est pas la seule à le faire.

58784537_303.jpg

Il est ironique de penser qu'il n'y a pas si longtemps, l'Occident s'arrogeait des titres pompeux comme "bastion de la liberté" et répétait ad nauseum des idées comme la liberté d'expression, la liberté de pensée et la souveraineté démocratique dans ses discours de propagande. Aujourd'hui, l'Union européenne s'apprête à ajouter le "discours de haine" à la liste officielle des crimes réprimés par l'UE, tweeter des pensées "critiques à l'égard de la théorie du genre" est déjà un délit passible de prison au Royaume-Uni, et les États-Unis exposent leurs plans pour "éclairer" le monde sur les dangers des "microagressions oppressives".

Les croisés de la nouvelle foi progressiste sont prêts à marcher au combat contre les autocrates et leurs alliés populistes, et vous êtes soit avec eux, soit contre eux. Bienvenue à Cold War Woke.

Notes:

[1] Woke est un terme anglais dérivé du verbe "to wake", qui signifie "se réveiller". Woke serait une personne "réveillée" ou "excitée". Il est utilisé aujourd'hui par les mouvements progressistes comme BLM, le mouvement LGBTQI+, etc. pour désigner les personnes censées avoir une conscience sociale ou être sensibilisées aux problèmes des minorités."

mercredi, 25 août 2021

Les tribus arabes du Liban : un conflit sunnite-chiite parrainé par l'Arabie saoudite ?

unknown.jpeg

Les tribus arabes du Liban : un conflit sunnite-chiite parrainé par l'Arabie saoudite?

Radwan Mortada

Ex: https://katehon.com/ru/article/arabskie-plemena-livana-razzhiganie-konflikta-sunnitov-i-shiitov-sponsiruemogo-saudovskoy

Les tribus arabes du Liban ont été naturalisées libanaises en raison des ambitions électorales de Rafik Hariri. Mais aujourd'hui, elles sont très nombreuses, veulent faire connaître leur présence et sont politiquement organisées dans tous les domaines. Après que l'attaque tribale sectaire de Halda a entraîné la mort de quatre Libanais ce mois-ci, la nation veut savoir quels sont leurs plans, et qui soutient ces tribus ?

Des dizaines de milliers de membres de tribus arabes ont obtenu la citoyenneté libanaise en 1994 grâce aux ambitions électorales du Premier ministre Rafik Hariri. Les Arabes - comme on les appelle affectueusement - représentent aujourd'hui plus d'un demi-million des cinq millions d'habitants du Liban. Le taux de natalité élevé des tribus a tellement modifié l'équilibre démographique des villages de la Bekaa qu'elles sont devenues un facteur décisif dans toute élection. Mais qui sont ces personnes, d'où viennent-elles et quelle est leur importance politique pour décider de l'avenir du Liban ?

medium_2021-08-01-3dfdf14f27.jpg

Le 31 juillet, des membres de tribus arabes ont fait parler d'elles en tuant Ali Shibli (photos, ci-dessus), membre du Hezbollah, lors d'une réception de mariage, puis en tirant volontairement sur trois autres personnes lors de ses funérailles à Halda, provoquant presque une confrontation entre sunnites et chiites. Cela s'est produit dans le contexte d'une fuite libanaise d'un plan saoudien-américain secret visant à fomenter des affrontements entre sunnites et chiites afin de faire pression sur le Hezbollah.

ead9282817.jpg

Un an plus tôt, des Arabes de Halde avaient pris d'assaut le bureau de Shibli pour protester contre l'arrestation par les autorités libanaises du religieux extrémiste Omar Ghosn (photo, ci-dessus), un membre de la tribu qui avait ordonné le retrait des affiches de l'Achoura du domicile de Shibli et était fréquemment harcelé par les sectaires.

Dans la mêlée, un garçon de 15 ans, Hasan Ghosn, a été tué. Hasan était le frère d'Ahmad Ghosn, qui a tué Shibli lors de ce mariage fatidique un an plus tard et a ensuite été arrêté par l'armée libanaise pour son crime.

Mais à la suite de la "vengeance" tribale, trois personnes innocentes ont été tuées lors des funérailles de Shibli le jour suivant. Les renseignements fournis par les services de sécurité ont révélé que les victimes avaient des blessures à la tête et au cou, ce qui indique le travail de tireurs d'élite professionnels. Des inquiétudes sont alors apparues quant à la possibilité que des acteurs extérieurs tentent d'attiser les animosités sunnites-chiites dormantes. Le Hezbollah a donné un ultimatum à l'armée libanaise avec une liste de onze hommes à détenir pour leur implication dans l'attaque sanglante d'un cortège funéraire à Halda.

Contexte

Le 4 novembre 2017, lors d'un voyage surprise à Riyad, le Premier ministre libanais Saad Hariri est contraint par ses maîtres saoudiens à démissionner dans une déclaration télévisée enregistrée dans la capitale saoudienne. Les Saoudiens pensaient que les sunnites libanais soutiendraient cette initiative, étant donné l'influence religieuse, historique et financière de Riyad sur cette communauté au Liban. Ils ont fait un mauvais calcul. Les sunnites ont soutenu leur leader Saad Hariri, condamnant publiquement et en privé le traitement humiliant que lui a réservé Riyad.

L'ambassadeur d'Arabie saoudite à Beyrouth, Walid Bukhari, a commencé à passer une série d'appels téléphoniques pour tirer parti de ce qu'il avait fait ces derniers mois lors de ses voyages dans la Bekaa et dans le nord, où il a rencontré des tribus arabes. Frustré par la réaction de la rue sunnite à la défaite de Hariri, Bukhari a exhorté les tribus à se rendre à nouveau à l'ambassade saoudienne, cette fois pour "soutenir la position de l'Arabie saoudite".

La force des tribus réside à la fois dans leur nombre et dans leur cohésion tribale et religieuse, ce qui en fait une force politique avec laquelle il faut compter.

Néanmoins, jusqu'à récemment, les Saoudiens ont été lents à reconnaître la force représentative sunnite des tribus, du moins en termes de nombre. Riyadh al-Daher, connu sous le nom d'Abou Zaydan, membre clé de la tribu libanaise étroitement associée au "Courant du Futur" de Hariri, l'a bien exprimé :

"Nous avons passé 30 ans à essayer d'atteindre l'Arabie saoudite, qui est un centre spirituel et ancestral pour nous, pour dire à ses responsables qu'il y a des tribus au Liban qui vous ressemblent par leurs vêtements, leurs coutumes et même leur dialecte. Pourtant, notre nom a été mentionné par l'ambassadeur saoudien il y a seulement sept ou huit mois."

En fait, les Libanais ignorent également l'existence de ces tribus dans leur pays. Il y a quelques années, un homme portant des vêtements traditionnels arabes bruns, une coiffe rouge et un agal noir, est arrivé à la première session du Parlement convoquée après les élections. Les gardes parlementaires ont d'abord cru qu'il s'agissait de l'ambassadeur d'un certain émirat du golfe Persique et lui ont demandé de se rendre à l'endroit où étaient assis les émissaires étrangers officiels. Sa réponse les a surpris. "Je suis un membre d'une tribu arabe au parlement, pas un ambassadeur." L'homme en question était le député Muhammad Suleiman (Abu Abdallah), élu au parlement par les tribus arabes lors des élections libanaises.

1209140922151c52-8520a-d7aca.jpg

Les Bédouins cherchent à exercer une influence politique

De l'errance et de l'élevage nomades, la vocation traditionnelle des tribus, aux sièges au parlement, cette trajectoire en dit long sur l'histoire des tribus arabes qui sont aujourd'hui présentes dans toutes les provinces du Liban. L'histoire commence lorsqu'on leur a accordé la citoyenneté uniquement à des fins électorales, en dépit de leur droit naturel à la citoyenneté. Plus tard, ils se sont opposés au parti qui les a naturalisés et ont exigé l'accès au pouvoir au Liban. Tout cela s'est produit dans le contexte d'une augmentation massive de leur nombre et du contrôle subséquent de la plupart des conseils municipaux et mukhtar dans leurs villages. Ce groupe démographique libanais, qui n'a été intégré dans le tissu politique du Liban que dans les années 1990, disposera désormais d'un nombre important de sièges au parlement en raison de son taux de natalité élevé.

La plupart des Libanais associent les "tribus arabes" aux États arabes du golfe Persique. Cependant, ils ignorent que ces tribus ont des racines historiques au Pays du Cèdre, qui remontent aux conquêtes islamiques et à la domination ottomane, il y a des centaines d'années.

Les tribus sont venues de différents pays arabes au Liban et ont établi leurs villages miniatures avec des tentes et des maisons couvertes de feutre qui sont devenues un marqueur de leur identité sociale. Bien que les tribus se soient installées au Liban, elles ont conservé leurs traditions et coutumes distinctives : l'une d'entre elles est le système judiciaire complet, qui consiste en des comités de conciliation arbitrés par un chef tribal qui assume le statut de juge.

L'autre est le dialecte bédouin qui unit les tribus du nord, du sud, de la Bekaa, des montagnes, de la côte et de la capitale. Ils s'y accrochent afin de maintenir leur identité commune dans un Liban multiculturel - même les membres qui sont nés et ont grandi ici. Mais le décret de naturalisation de Rafik Hariri n'incluait pas tous les membres de la société tribale. Selon les notables arabes, il y a deux raisons à cela : l'ignorance et la négligence générale des Libanais, qui a conduit beaucoup d'entre eux à supposer que les promesses de naturalisation ne seraient pas tenues. En conséquence, un grand nombre de Bédouins se sont retrouvés sans citoyenneté.

La naturalisation des membres des tribus a suscité l'ire de nombreux détracteurs, qui ont accusé Rafik Hariri d'utiliser les tribus pour soutenir le vote sunnite. D'autres critiques sont allés encore plus loin, accusant feu Hariri de chercher à élargir le fossé démographique entre musulmans et chrétiens.

Bien que la naturalisation ait donné à un certain nombre de leurs enfants la motivation de s'assimiler à la société libanaise par le biais du système éducatif, le nombre de personnes instruites dans les communautés bédouines ne dépasse pas 5%. Dans certaines régions, les communautés tribales ont été et continuent d'être privées des nécessités de base de la vie - absence d'infrastructures essentielles, accès à l'enseignement public ou privé, cliniques médicales et soins de santé.

Le manque de ces produits de première nécessité a clairement empêché les tribus de donner la priorité à l'éducation dès le début, d'autant plus que les Arabes étaient une communauté de travailleurs journaliers vivant d'un salaire de subsistance. Néanmoins, l'obtention de la citoyenneté libanaise a permis à nombre de leurs jeunes hommes d'accéder aux échelons de l'enseignement supérieur et à l'arène politique.

Les tribus arabes ont renforcé leur présence dans tout le Liban en nommant leurs membres dans d'innombrables conseils municipaux et conseils de mukhtar. Ils ont également exigé l'établissement sur leurs territoires de municipalités répondant aux critères nécessaires.

Ainsi, par exemple, la municipalité de Shehabiyet al-Fawr a été créée. Selon plusieurs membres éminents de la tribu, "les membres de la tribu s'efforcent encore aujourd'hui d'améliorer leur position dans de nombreux organes gouvernementaux", affirmant qu'"il existe de nombreux Arabes intellectuellement et politiquement compétents qui peuvent occuper n'importe quel poste". Ces personnalités se réfèrent à l'expérience passée, affirmant que "ceux qui ont pris des responsabilités ont réussi, et nous attendons toujours l'occasion d'en faire plus".

C'est le cas au niveau social. Cependant, au niveau politique, des personnalités parlent d'une conspiration contre eux pour les empêcher de s'unir. Ils estiment que les partis politiques libanais craignent que les Arabes puissants ne tentent de concentrer les efforts tribaux et les votes dans un bloc qui pourrait faire basculer les élections en faveur ou en défaveur d'un parti politique. Après tout, les partis eux-mêmes ont constaté l'influence des Arabes lors des élections au Liban, avec un taux de participation atteignant 95 %.

Le cheikh Jassem Askar, leader de la Fédération des tribus arabes du Liban, affirme que malgré la présence des tribus avant la création du Grand Liban, elles ont été marginalisées pendant plus d'un demi-siècle en raison de l'équilibre sectaire du pays. Il affirme également que certaines forces politiques ont tenté de cacher les tribus arabes dans les médias afin de diminuer leur poids et leur potentiel électoral.

Askar, qui se targue d'appartenir à la tribu Al Anzi, la même que celle du prince héritier saoudien Mohammad bin Salman, a déclaré :

"Dix ans après que la Fédération des tribus arabes du Liban a commencé ses efforts pour unifier les tribus, certaines forces politiques ont commencé à créer de nouvelles composantes sous des noms différents afin de provoquer la division selon la fameuse règle du diviser pour mieux régner. L'objectif est de renforcer la marginalisation de plus d'un demi-million de personnes."

Le chef tribal ajoute que "bien que la plupart des tribus croient en l'État, ses institutions, la coexistence et la modération, nous sommes exclus des quotas alors que les nôtres se voient refuser des emplois dans le gouvernement". Askar estime que cette marginalisation est une relique inutile du passé en raison du nombre croissant de membres des tribus et du changement général des sentiments électoraux depuis la naissance du mouvement de protestation au Liban le 17 octobre 2019.

 

mardi, 24 août 2021

La Bulgarie lutte pour sortir de l'ère des "petits rois" politiques

bulgarien_president-large.gif

La Bulgarie lutte pour sortir de l'ère des "petits rois" politiques

Angel Petrov

Ex: https://katehon.com/ru/article/bolgariya-pytaetsya-vyyti-iz-epohi-politicheskih-koroley

Les électeurs refusant de céder le pouvoir à une autorité reconnue lors des élections, la politique du pays risque de s'enliser dans un blocage prolongé.

Si le terme d'"interrègne" devait être expliqué à l'aide d'exemples contemporains dans un manuel scolaire européen, la Bulgarie pourrait bien être utilisée pour décrire ce qui est essentiellement une période (potentiellement sombre) entre deux régimes.

Après deux élections en avril et en juillet, le pays, habitué à couronner des messies politiques - d'Ivan Kostov et Siméon de Saxe-Cobourg-Gotha à l'ancien Premier ministre Boyko Borisov (photo, ci-dessus) - n'a toujours pas de gouvernement.

A23A2466_(48914164671)_(cropped).jpg

Toutefois, une nouvelle étoile montante, le chanteur et présentateur de télévision devenu politicien Stanislav "Slavi" Trifonov, ne s'est pas avéré suffisamment "messianique" pour obtenir un soutien dans le pays le plus pauvre de l'UE, malgré la défaite de l'ancien Premier ministre Borisov. Les partis suivants, qui pourraient obtenir des mandats pour former un gouvernement, y compris le GERB de Borisov, ne semblent pas vouloir ou pouvoir éviter une troisième élection.

Trifonov_(cropped).jpg

Stanislav Trifonov

Pour comprendre la situation, il convient d'analyser la période de 12 ans pendant laquelle Borisov était l'homme politique le plus influent et les relations entre les partis.

Cela montrerait également que si la raison de l'impasse parlementaire actuelle est que de nombreux Bulgares ont soif de changement, leur nombre n'est pas suffisant pour provoquer ce changement - et la manière dont ils ont soutenu ce changement n'était pas du goût des nouveaux dirigeants.

Un déclin lent

Une troisième élection ne sera pas la fin du monde en Bulgarie; les Israéliens ont voté quatre fois en deux ans. Toutefois, à la différence de l'ancien Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, autrefois surnommé "King Bibi", son collègue bulgare Borisov n'a pas de successeur clair en tant que "roi" du système politique, que ce soit en tant que personnalité majeure ou, comme ce fut le cas en Israël, en tant qu'équipe de politiciens expérimentés réunis autour d'un objectif unique (dans ce cas, se débarrasser de Netanyahou).

Borisov était une figure controversée, mais il savait se montrer plus malin que ses ennemis sur le plan politique. Son problème était que plus il restait au pouvoir, plus il était hanté par des accusations de corruption et d'incapacité à consolider les fondements de la démocratie, tandis que ses nombreux problèmes avec l'État de droit et la liberté des médias aggravaient les problèmes de stagnation du niveau de vie, comme le note le dernier rapport de l'UE sur la Bulgarie. "L'automne de Borisov" était le titre du numéro de septembre 2018 d'un magazine, en référence au célèbre livre de Gabriel-Garcia Márquez, L'automne du patriarche, qui évoque un dictateur fictif. Borisov n'est pas un dictateur, mais son "automne" politique a duré longtemps après l'impression de ce titre, et il est difficile de savoir si son "hiver" politique est arrivé.

Sa chute a été lente, en partie à cause de la relative stabilité politique et économique de la Bulgarie (en partie grâce à l'adhésion à l'UE) et en partie à cause de l'absence d'une alternative forte. Les alternatives actuelles ont vu le jour lors des manifestations de l'année dernière, déclenchées par l'incident dit de la plage et la décision du procureur général Ivan Geshev de faire une descente à la présidence.

Les "votes de protestation" n'ont pas suffi

Selon un sondage Gallup International Balkan, réalisé à l'époque, 62 % des Bulgares soutenaient les protestations. Bien que les manifestants se comptent généralement par milliers plutôt que par millions, ils ont déclenché une bataille entre les politiciens pour gagner le cœur des mécontents.

En conséquence, plusieurs partis se faisant appeler "partis du changement" ont vu le jour. Les manifestations ont fortement augmenté le soutien à la Bulgarie démocratique, représentée principalement par les électeurs urbains éduqués, ce qui en fait le quatrième parti du pays. Les organisateurs de la manifestation qui n'y sont pas affiliés ont formé leur propre parti, Stand Up ! Bandits Out ! (rebaptisé par la suite), qui a également franchi le seuil électoral.

Sur la vague de popularité qu'il a gagnée lors du référendum de 2016, le parti de Trifonov, There Are Such People (ITN), a remporté une fameuse mise, arrivant en deuxième position lors des élections d'avril. Mais il n'a pas pu obtenir la majorité, même avec l'aide d'autres "partis du changement". Il est arrivé en tête des élections de juillet, mais n'a obtenu que 24 % des bulletins de vote.

322x322london-ee0247abdc.jpg

La proposition "à prendre ou à laisser" de M. Trifonov, qui n'offrait rien en échange du soutien des autres partis, a eu des conséquences désagréables, tout comme sa deuxième proposition. Il partait du principe que les partis du "changement" soutiendraient tout "gouvernement du changement", mais ils ne voulaient pas risquer de rester sans visage en donnant carte blanche à Trifonov, et leurs querelles publiques ont entaché les négociations de coalition.

De plus, comme ces partis communiquaient également avec leurs électeurs (dont certains considèrent que les électeurs d'ITN sont moins instruits en raison de la nature de l'émission de télévision de Trifonov et de sa rhétorique populiste), tous les politiciens du "changement" étaient occupés à jouer avec leurs électeurs.

Des accusations ont suivi, et Trifonov a été attaqué pour avoir suivi Borisov. Ses décisions - prises à l'aide de déclarations télévisées depuis son canapé - faisaient écho aux monologues de Borisov sur Facebook Live dans le véhicule à quatre roues motrices qu'il conduisait autrefois dans tout le pays en tant que Premier ministre.

Pire encore, le Mouvement pour les droits et libertés (MRF), qu'il a décrit comme un "parti du statu quo", a contribué à voter pour son candidat au cabinet du président, tandis que les socialistes, qui portent la même étiquette négative, ont soutenu son gouvernement.

Même le parti de Borisov, le GERB, a suggéré qu'il pourrait aider le gouvernement dirigé par le MII à obtenir un soutien suffisant des députés en permettant à ses 63 députés de quitter la salle avant le vote, ce qui a réduit le quorum. Mais même si les trois "partis du changement" s'unissaient autour du MII, leurs voix ne suffiraient pas à obtenir huit sièges pour une majorité.

Bien que la proposition de Borisov ait été retirée, la méfiance à l'égard de Trifonov et de ses candidats au gouvernement, dont les références ont été mises en doute par des journalistes et des experts, a persisté. Mais aucun parti ne voulait former un gouvernement avec le GERB car Borisov était considéré comme "toxique". Le président aurait pu transférer le troisième mandat ailleurs, mais l'incertitude est apparue après que l'ITN a déclaré qu'elle passerait dans l'opposition et ne soutiendrait pas le nouveau cabinet.

Impasse

Le mystère demeure entier quant à savoir si Trifonov a un plan ou s'il est simplement inexpérimenté. Mais la crise n'est pas entièrement de son fait. Les trois "partis du changement" n'ont pas assez de députés pour obtenir une majorité.

artworks-000216934955-1pdpgq-t500x500.jpg

En juillet, le taux de participation n'a été que de 42 %, le plus faible jamais enregistré en Bulgarie. Ainsi, les millions de personnes qui ont soutenu les manifestations, selon un sondage Gallup, n'ont été attirées par aucun des trois partis - qui le savent et ont utilisé le parlement temporaire formé après les élections d'avril pour entrer dans la course à l'approbation populaire en introduisant de nouvelles lois. Chacun des trois partis s'en tient à sa propre image de la durabilité, en espérant que cela l'aidera lors des prochaines élections ou qu'il pourra faire plier les autres partis à sa volonté.

Les "partis du statu quo", dont les votes sont essentiels à la survie du nouveau gouvernement, jouent eux aussi leur propre jeu.

Pour le GERB, c'est un jeu d'attente, car Borisov espère revenir au pouvoir après une période d'instabilité causée par d'autres partis. Les socialistes luttent pour la survie de leur chef, Cornelia Ninova (photo, ci-dessous), qui n'a pas été désignée par son parti depuis son élection à la tête de la formation de centre-gauche en 2016. Les socialistes, quant à eux, hésitent entre soutenir ou rejeter le MII, en fonction de l'opinion publique. Quant au DPS, tout parti faisant équipe avec lui risque de ternir sa réputation.

2018-10-30-Ninova2-e1549535775304-1170x520.jpg

Mais le principal problème est que personne n'est aussi fort que Borisov dans la fleur de l'âge, pas même Borisov lui-même. Personne d'autre ne peut personnellement établir les règles, même s'il gagne les élections. Le soutien au changement ne s'est pas concrétisé dans les urnes, et même s'il se concrétise la prochaine fois, il ne permettra pas de choisir un "roi" ou une "reine" spécifique. Tant Borisov que Trifonov et d'autres devront s'y habituer. La question de savoir si et quand ils contribueront à établir un nouveau régime qui ne tourne pas autour d'un leader omniprésent reste ouverte.

 

Courants identitaires actuels en Amérique latine

5001v1-2.png

Courants identitaires actuels en Amérique latine

par Alexander Markovics

Lorsque l'érudit allemand Alexander von Humboldt a entrepris son grand voyage en Amérique latine en 1799, personne n'aurait pu deviner qu'il marquerait le début de l'enthousiasme européen pour la culture du continent - et non pour ses matières premières. À cette époque, l'idée persistait encore que, culturellement parlant, le continent occuperait la dernière place après l'Europe, l'Asie et l'Afrique. Le voyage d'exploration de Humboldt a mis fin à ce préjugé, faisant connaître à un plus large public non seulement la nature fascinante du continent, mais aussi la culture de ses habitants indigènes.

Stieler,_Joseph_Karl_-_Alexander_von_Humboldt_-_1843.jpg

À partir de ce moment-là, les habitants du continent, qu'ils soient autochtones ou d'origine européenne, ont également commencé à développer une conscience de soi - le libérateur du continent, Simon Bolivar, est même allé jusqu'à appeler Alexander von Humboldt le véritable "découvreur du Nouveau Monde". Aujourd'hui, l'Amérique latine est souveraine au niveau étatique, en théorie, mais depuis que les États-Unis ont commencé à considérer l'Amérique du Sud comme leur "arrière-pays" dans le cadre de la doctrine Monroe, cela doit être considérablement relativisé et le continent n'a pas pu connaître la paix face aux innombrables interventions, opérations de renseignement, changements de régime et influences économiques de l'Oncle Sam.

Mais comme l'ont montré les événements récents, non seulement au Venezuela et en Bolivie, selon le journal Deutsche Stimme, la lutte des latino-américains pour leur souveraineté se poursuit.

Deux des exemples les plus récents de cette lutte pour l'autodétermination se trouvent au Salvador et au Pérou. Pendant plus de 20 ans, le Salvador, pays de plus de 6 millions d'habitants, n'a pas eu sa propre monnaie. Au lieu de cela, il s'était arrimé au dollar en 2001, se mettant ainsi à la merci du système monétaire fou de la dollarisation - qui ne peut être maintenu que par les sept flottes des États-Unis, les bases militaires dans le monde entier et les guerres sans fin. Mais le président Nayib Bukele, un populiste qui combine les approches de gauche et de droite, veut défier cette dépendance de son pays par une démarche spectaculaire.

1200px-Presidente_Bukele.jpg

Le Salvador est le premier pays au monde à introduire le bitcoin comme monnaie officielle aux côtés du dollar. Immédiatement, la Banque mondiale a annoncé qu'elle ne voulait pas soutenir le petit État dans cette entreprise et a vivement critiqué cette décision en raison de la volatilité du bitcoin et de sa forte consommation d'énergie. Mais M. Bukele ne cherche pas à plonger son pays dans le chaos : il souhaite au contraire que cette mesure aide sa population pauvre, dont 70 % n'a pas accès à un compte bancaire.

En outre, plus de 2 millions de citoyens vivent à l'étranger et leurs envois de fonds vers leur pays d'origine représentent 20 % du produit intérieur brut. Le bitcoin peut réduire considérablement les frais de transfert, au grand dam des États-Unis. Qui plus est, M. Bukele souhaite utiliser l'énergie thermique volcanique de son pays - de nombreux volcans y sont régulièrement actifs - pour extraire des bitcoins et satisfaire ainsi la soif d'énergie de la crypto-monnaie.

imavolcanges.jpg

Ainsi, ce qui peut sembler aventureux au premier abord prend tout son sens en y regardant de plus près. Bukele lui-même a récemment réussi à réduire de moitié le taux d'homicides dans cet ancien pays en guerre civile. On peut espérer pour lui et son peuple que ses mesures de lutte contre la pauvreté seront également couronnées de succès.

Alors que le Salvador se bat pour sa souveraineté économique, les Péruviens ont fait un pas vers leur indépendance politique. Là, le catholique fervent et socialiste Pedro Castillo a étonnamment gagné contre la candidate libérale de droite Keiko Fujimori. Le populiste de gauche a remporté la campagne électorale d'un cheveu avec une avance de 44.000 voix. Son cri de guerre : "Plus de pauvres dans un pays riche !" Il a conquis les masses non seulement par sa lutte contre la corruption - Fujimori est accusé de blanchiment d'argent - mais aussi par son plaidoyer pour l'éducation et la famille.

imago0116990096h-scaled-e1624961545745-800x693.jpg

Contrairement aux gauchistes des États-Unis et d'Europe, l'enseignant d'une petite ville péruvienne est contre toute forme de culte du genre et de l'homosexualité: il rejette fermement la légalisation de l'avortement et des mariages homosexuels, ainsi que l'euthanasie. La famille et l'école sont les deux institutions que M. Castillo veut promouvoir le plus fortement à l'avenir, une demande que l'enseignant engagé, organisateur d'une grève nationale des enseignants et père de famille peut défendre de manière crédible.

71da05dc597e74d1779bafc5dd2fc748.jpg

Une autre préoccupation importante pour lui est la souveraineté du Pérou. Abordant les ressources minérales naturelles de l'État andin - en 2018, d'importants gisements d'uranium et de lithium ont été découverts dans le pays -, il veut changer la situation actuelle, établie par les entreprises occidentales et le néolibéralisme rampant dans le pays au détriment de la population. Alors qu'à l'heure actuelle, 70 % du produit de l'extraction des ressources vont aux entreprises internationales et seulement 30 % aux Péruviens, il veut inverser cette situation en renégociant les accords internationaux. Enfin, il prône également la fin des bases militaires américaines au Pérou et une plus grande coopération entre les États d'Amérique latine.

Son grand objectif après avoir été élu président est de faire adopter une nouvelle constitution par référendum : grâce à elle, le néolibéralisme, qui fait du pays la proie des entreprises internationales, devrait être mis à bas. Il sera intéressant de voir s'il y parviendra. 

 

 

lundi, 23 août 2021

La chute de Kaboul : le retour des Talibans et ses implications géopolitiques

Afghanistan-pourquoi-les-talibans-ont-repris-si-rapidement-le-pouvoir.jpg

La chute de Kaboul : le retour des Talibans et ses implications géopolitiques

Ex: https://katehon.com/ru/article/padenie-kabula-vozvrashchenie-talibov-i-geopoliticheskie-posledstviya

En quelques jours, l'Afghanistan a vu s'effondrer le pouvoir établi par les Américains après l'intervention de 2001. En l'espace d'une semaine, les talibans (une organisation interdite dans la Fédération de Russie) ont occupé 24 des 36 provinces et pris le contrôle des frontières. En quelques heures, les principales villes du pays sont tombées, le président Ashraf Ghani a démissionné et s'est enfui, et les talibans sont entrés triomphalement dans Kaboul. Les changements en Afghanistan pourraient affecter toute la géopolitique de l'Eurasie. De nombreux experts comparent l'effondrement des structures étatiques et militaires du régime pro-américain en Afghanistan à l'effondrement du Sud-Vietnam après la signature de l'"accord de paix de Paris" en 1973.

Toutefois, à cette époque, le retrait des troupes américaines a marqué leur défaite et la victoire de leur principal adversaire géopolitique, l'URSS. Maintenant, malgré toutes les critiques à l'encontre des Américains, on ne peut pas dire que leur retrait signifie une victoire automatique pour l'un de leurs principaux adversaires géopolitiques, la Russie ou la Chine.

Contexte

Contrairement à la thèse selon laquelle l'Afghanistan est le "cimetière des empires", l'espace des vallées montagneuses inaccessibles a été conquis et incorporé aux formations impériales continentales à de nombreuses reprises dans l'histoire. Depuis l'ère achéménide (6ème siècle avant J.-C.), le futur Afghanistan a été conquis par les Perses, les Grecs et les Macédoniens, les Parthes, les Tokhariens, les Hephtalites, les Turcs, les Arabes et les Mongols. L'Afghanistan faisait partie de l'empire de Tamerlan et de ses successeurs, puis fit partie de l'empire moghol. Ce n'est qu'au XVIIIe siècle qu'une seule puissance, l'"Empire Durrani", s'est formée sur le territoire de ce que nous appelons aujourd'hui l'Afghanistan.

Greco-BactrianKingdomMap.jpg

Au XIXe siècle, le territoire est devenu un espace de rivalité entre les empires russe et britannique, ce que l'on a appelé le "Grand Jeu". La Russie se déplace vers le sud, en Asie centrale et vers l'Iran. L'impératif général de la géopolitique russe était d'atteindre les "mers chaudes". La Grande-Bretagne craint une menace militaire russe pour l'Inde et cherche à bloquer les mouvements russes vers le sud. En général, cette stratégie a été mise en œuvre: l'émirat d'Afghanistan est devenu un protectorat britannique et la plupart des territoires de l'ethnie pachtoune - le principal groupe ethnique d'Afghanistan - ont fait partie de l'Inde britannique (qui est passée au Pakistan après la décolonisation).

Afghanistan-carte-1893.png

artoff8213-0c1eb.jpg

Au vingtième siècle, l'Afghanistan est redevenu une arène de confrontation russo-britannique. En 1919, après avoir déclaré sa pleine indépendance vis-à-vis de la Grande-Bretagne, le royaume d'Afghanistan est devenu le premier État à reconnaître la Russie soviétique. L'Afghanistan (ainsi que l'Iran) intéressait l'Allemagne nationale-socialiste. Pendant la guerre froide, l'URSS a réussi à maintenir l'Afghanistan dans sa sphère d'influence. Cependant, l'accent mis sur l'introduction de l'idéologie marxiste et de la modernisation dans un pays traditionaliste après le renversement de la monarchie en 1973, et surtout la révolution d'avril 1978, a conduit à la déstabilisation du pays.

histo-russes-sovietiques-armee-afghanistan-invasion.jpg

afgha4.jpg

L'invasion soviétique en 1979 a fait de l'Afghanistan un front clé de la guerre froide, où les États-Unis (soutenus par l'Arabie saoudite et le Pakistan) ont apporté une aide maximale à l'opposition islamiste.

Le fondamentalisme islamique pendant la guerre froide et le moment unipolaire

Le fondamentalisme sunnite (tant le wahhabisme que d'autres formes parallèles d'islam radical interdites en Russie), contrairement au fondamentalisme chiite, plus complexe et géopolitiquement ambigu, a servi à l'Occident à contrer les régimes laïques "gauchistes", socialistes ou nationalistes et le plus souvent pro-soviétiques. En tant que phénomène géopolitique, le fondamentalisme islamique faisait partie de la stratégie atlantiste, œuvrant pour la puissance maritime contre l'URSS en tant qu'avant-poste de la puissance terrestre.

L'Afghanistan était un maillon de cette stratégie géopolitique. La branche afghane du radicalisme islamique a été mise en lumière après l'invasion soviétique de l'Afghanistan en 1979. À cette époque, une guerre civile avait déjà éclaté en Afghanistan, où l'Occident et ses alliés inconditionnels de l'époque, le Pakistan et l'Arabie saoudite, soutenaient les radicaux islamiques contre les forces laïques modérées désireuses de s'allier avec Moscou. Il n'y avait pas de vrais libéraux ou communistes, mais il y avait une confrontation entre l'Ouest et l'Est. Ce sont les fondamentalistes islamiques qui ont parlé au nom de l'Occident.

Lorsque les troupes soviétiques sont entrées en Afghanistan, l'Occident a soutenu encore plus activement les radicaux islamiques contre les "occupants athées". La CIA a envoyé en Afghanistan Oussama ben Laden, qui a ensuite créé Al-Qaïda (une organisation interdite dans la Fédération de Russie), et a été ouvertement incitée à faire la guerre aux communistes par Zbigniew Brzezinski.

En plaçant cette période des années 80 sur une ligne de temps géopolitique : l'Afghanistan des années 80 était un champ de confrontation entre deux pôles. Les dirigeants laïques se sont appuyés sur Moscou et les moudjahidin sur Washington.

Le retrait soviétique en 1989 est l'un des symptômes de la défaite géopolitique de l'URSS dans la guerre froide. Pour l'Afghanistan lui-même, elle a marqué la poursuite de la guerre civile qui a abouti en 1996 au transfert du pouvoir sur la majeure partie du pays au mouvement fondamentaliste des Talibans, originaire du Pakistan. 

5c5be7e515e9f948f6608b1d.jpg

La deuxième décennie géopolitique de notre chronologie se situe dans les années 1990. C'est à ce moment-là que l'ordre mondial unipolaire ou "moment unipolaire" (par Charles Krauthammer) est établi. L'URSS s'effondre, et les forces islamistes cherchent activement à opérer dans les anciennes républiques soviétiques, surtout au Tadjikistan et en Ouzbékistan. La Fédération de Russie est également en train de devenir une zone de guerre pour les radicaux islamiques pro-américains. Cela concerne principalement la Tchétchénie et le Caucase du Nord, mais aussi la région de la Volga. L'Occident continue d'utiliser ses alliés pour attaquer le pôle eurasiatique. Dans un monde unipolaire, l'Occident - désormais le seul pôle - utilise les anciens moyens pour achever (car cela semblait alors irréversible) un adversaire vaincu.

En Afghanistan même, dans les années 1990, la montée des talibans commence. Il ne s'agit pas seulement d'une tendance au fondamentalisme, mais d'une force qui unit le plus grand groupe ethnique d'Afghanistan - les tribus nomades pachtounes, descendants des nomades indo-européens d'Eurasie. Leur idéologie est une excroissance du salafisme, apparentée au wahhabisme et à Al-Qaïda (interdit dans la Fédération de Russie). "Les Talibans sont opposés à d'autres forces, principalement sunnites, mais ethniquement distinctes - les Tadjiks indo-européens et les Turcs ouzbeks, ainsi que les Hazaras iranophones mixtes(photos de jeunes filles,ci-dessous), qui professent l'islam chiite. Les talibans sont à l'offensive ; leurs adversaires - principalement l'Alliance du Nord - sont en retraite. Les Américains soutiennent les deux, mais l'Alliance du Nord cherche le soutien pragmatique des ennemis d'hier : les Russes.

Les-Hazaras-dAfghanistan-saisis-par-le-chagrin-et-la-peur.JPG

Au cours des années 90, la Russie, ancien pôle opposé dans un monde bipolaire, s'est progressivement affaiblie et, dans un monde de plus en plus unipolaire, l'islamisme radical entretenu par l'Occident est devenu un fardeau désagréable pour les États-Unis, de moins en moins pertinent dans ce nouvel environnement. Cependant, l'inertie du fondamentalisme islamique est si grande qu'il n'est pas prêt de disparaître au premier ordre de Washington. En outre, son succès oblige les dirigeants islamiques à prendre la voie d'une politique indépendante. En l'absence de l'URSS, les fondamentalistes islamiques commencent à se penser en tant que force indépendante et, en l'absence de l'ancien ennemi (les régimes "de gauche" pro-soviétiques), ils tournent leur agression contre le maître d'hier.

En 2001, les États-Unis ont imputé à l'organisation d'Oussama ben Laden, un Saoudien qui avait auparavant collaboré avec les États-Unis pour aider les moudjahidines afghans, les attentats contre les tours jumelles du World Trade Centre à New York et contre le Pentagone. La direction d'Al-Qaïda (interdite dans la Fédération de Russie) étant basée en Afghanistan, les États-Unis ont lancé une invasion du pays sous le prétexte d'une "guerre contre le terrorisme". Le 20e anniversaire de l'occupation américaine commence et, parallèlement, les États-Unis envahissent l'Irak en 2003.

irak-statue.jpg

La fin de l'"Empire" - ou un repli tactique ?

Le pourquoi et la raison du retrait des Américains sont des questions essentielles. Le retrait a été planifié et promis par Donald Trump, et la plupart du contingent a été retiré sous Obama, et il ne restait plus beaucoup d'Américains ces dernières années. Pour Trump, il s'agissait d'une décision compréhensible de réduire la présence mondiale, de se recentrer sur le Pacifique au lieu du Moyen-Orient, et davantage sur l'Amérique elle-même.

Joe Biden est un mondialiste, mais les mondialistes les plus radicaux, les néoconservateurs, étaient contre le retrait d'Afghanistan. Des acteurs comme l'intellectuel mondialiste - indicateur de la volonté du "gouvernement mondial" conventionnel, j'ai nommé Bernard Henri Levy - l'étaient aussi. Peut-être était-ce l'affaiblissement de l'empire américain lorsqu'une présence en Afghanistan a été jugée inutile et pesante.

Nous assistons donc peut-être à l'effondrement des États-Unis, qui ne peuvent plus se permettre de répartir leurs ressources autant qu'ils le faisaient auparavant.

Toutefois, il est préférable de partir du principe que les Américains ont une sorte de plan précis concernant le retrait des troupes. Même si ce plan n'existe pas aujourd'hui, cela ne signifie pas qu'il n'émergera pas en situation. Toutefois, ce plan sera déjà sans ambiguïté réaliste, c'est-à-dire orienté non pas vers la diffusion de la démocratie et des valeurs libérales, mais vers la création de conditions favorables pour les États-Unis en termes d'équilibre des forces. En général, la présence américaine en Afghanistan était déjà un plan bien défini - derrière la façade de la lutte contre le terrorisme et le projet de création d'un État national, Washington a créé un gouvernement fantoche et une armée fantôme, qui n'avait pas de réelle puissance de combat: sans chars, sans artillerie et sans avions, elle n'agissait que comme une force de soutien pour les envahisseurs américains et l'OTAN. Après le refus des États-Unis de soutenir directement les troupes officielles en Afghanistan, elle s'est tout simplement évaporée, bien qu'elle ait tenté d'opposer une résistance dans certaines villes.

Les intérêts des acteurs extérieurs, principalement les États-Unis et le Royaume-Uni, sont de déstabiliser l'Afghanistan après leur départ. Il est logique d'attendre d'eux qu'ils travaillent à la fois avec les dirigeants talibans et les militants sur le terrain.

L'Afghanistan est géographiquement situé de telle sorte qu'il constitue une base idéale pour déstabiliser également l'Asie centrale, donc la Russie, la Chine (à proximité du Xinjiang), l'Iran et le Pakistan. C'est-à-dire qu'elle est l'épicentre des pressions exercées sur les pôles actuels et potentiels d'un monde multipolaire.

En savoir plus sur les Talibans

Le mouvement taliban qui arrive au pouvoir est très diversifié. Ils ne sont ni wahhabites ni salafistes (représentants d'un "islam pur" qui nie les traditions tribales). Il existe des tendances rigoristes et soufies au sein du mouvement, bien que l'école d'islam Deobandi, relativement puritaine, prédomine. Les Talibans se décrivent comme des défenseurs du madhhab Hanafi de l'Islam sunnite dans sa version traditionnelle afghane. Dans l'ensemble, il s'agit de fondamentalisme avec une forte connotation nationaliste pachtoune.

000_9EY6AX.jpg

Il y a aussi les Talibans pakistanais Tehreek-e-Taliban Pakistan (PTT), qui sont répandus parmi les Pachtounes au Pakistan. Il a été formé en 2007 et est le groupe d'opposition armé le plus important et le plus actif du Pakistan. Il a été formé par plusieurs petits groupes opérant dans les zones tribales du Pakistan et, dans une moindre mesure, dans la province de la Frontière du Nord-Ouest (aujourd'hui le Khyber Pakhtunkhwa), et a toujours été presque entièrement composée de Pachtounes. L'armée pakistanaise a mené des opérations de ratissage contre eux et le TTP a répondu par des attaques terroristes, y compris contre des civils qui n'étaient associés que de loin à l'État pakistanais.

En 2020, le TTP a montré des signes de résurgence, ses membres ayant perpétré plus de 120 attaques, et ces dernières semaines, le groupe a intensifié ses activités au Waziristan. Rien qu'en juillet 2021, le TTP a mené 26 attaques.

Il est intéressant de noter que le TTP a récemment déplacé la plupart de ses membres de l'est de l'Afghanistan, où il était basé depuis plusieurs années, et qu'il bénéficie désormais du patronage du réseau Haqqani dans le sud-est. Le réseau Haqqani, longtemps considéré par les États-Unis comme une organisation insurrectionnelle distincte, est une composante des talibans afghans mais jouit d'un haut degré d'autonomie. Le réseau Haqqani a également été identifié par certains experts comme la composante des talibans la plus proche des services de sécurité pakistanais. Il est révélateur que le réseau ait accepté de rompre ses liens avec le TTP il y a quelques années sous la pression des autorités pakistanaises.

Maintenant, tous ceux qui se battent sous la bannière des talibans sont unis par un adversaire commun. Cependant, une fois qu'il aura disparu, les dirigeants du mouvement seront confrontés à la question de la formation d'un champ étatique unifié dans une situation où les chefs de guerre sur le terrain commencent à se partager le pouvoir. La question sérieuse est de savoir si les talibans seront en mesure de construire un État viable garantissant la sécurité de ses voisins dans un environnement pacifique. Une situation pourrait théoriquement se produire où des seigneurs de la guerre individuels dans certaines régions commenceraient à fournir une base pour des organisations extrémistes plus radicales visant la Russie, l'Iran, la Chine et les pays d'Asie centrale.

Un cri de désespoir occidental

Les évaluations de la situation en Afghanistan par les analystes occidentaux ne sont pas sans intérêt. Par exemple, il existe une opinion selon laquelle la chute de Kaboul est bénéfique pour Moscou. Selon le Royal United Services Institute (Grande-Bretagne), "les troubles en Afghanistan ont donné à la Russie l'occasion d'accroître son influence en Asie centrale. Les talibans contrôlent la majeure partie de la frontière entre l'Afghanistan et le Tadjikistan, le pays le plus pauvre de la région, qui a déjà accueilli de nombreux réfugiés afghans et s'est tourné vers Moscou pour obtenir de l'aide. Le Tadjikistan abrite l'une des rares bases étrangères de la Russie, avec plus de 6000 soldats russes, et est membre de l'Organisation du traité de sécurité collective (OTSC) dirigée par la Russie, une alliance plus petite et plus faible que le Pacte de Varsovie pendant la guerre froide.

MinOboron TJ.jpg

La Russie a déployé des troupes à la frontière entre l'Afghanistan et le Tadjikistan et a déclaré que l'OTSC était "prête à déployer tout son potentiel militaire pour aider le Tadjikistan" si la situation en Afghanistan se détériorait. Au cours des prochains mois, la Russie et les pays d'Asie centrale effectueront une série d'exercices à la frontière afghane afin de maintenir leurs forces armées en état de repousser toute incursion extrémiste en provenance d'Afghanistan.

Entre-temps, les pays d'Asie centrale - peut-être à la demande de Moscou - ont rejeté les demandes de Washington d'autoriser le stationnement sur leur territoire de certaines troupes américaines quittant l'Afghanistan. Quoi qu'il en soit, compte tenu de leur besoin d'assistance militaire, ils sont probablement d'accord avec la Russie pour dire que si 100.000 soldats de l'OTAN dirigés par les États-Unis ne parviennent pas à stabiliser l'Afghanistan, ils n'y parviendront pas avec une présence militaire plus réduite en dehors du pays.

Sur un autre plan, les impératifs politiques ont modifié l'attitude de la Russie à l'égard du Pakistan, qui a soutenu les talibans. Pendant la guerre froide, Moscou considérait le Pakistan comme un foyer d'extrémisme déstabilisateur en Asie centrale et du Sud. Mais avec le retrait américain visible à l'horizon politique depuis 2014, la Russie a tout cherché, des armes et vaccins contre le COVID-19 aux investissements dans un gazoduc allant de Karachi à Lahore, auprès du Pakistan, dans l'espoir qu'Islamabad utilise son influence auprès des talibans pour promouvoir un accord de paix en Afghanistan."

Dans l'ensemble, la diplomatie et la crédibilité internationale de la Russie seront soumises à un nouveau test dans l'arène politique intérieure de l'Afghanistan. Si un accord de paix global peut être conclu, il pourra être porté à l'actif de Moscou. En cas d'escalade de la violence, les autres scénarios dépendront des situations spécifiques. D'une manière ou d'une autre, la Russie donne la priorité à la sécurité régionale.

Luke Hunt, spécialiste de l'Afghanistan, note ironiquement qu'"en 2009, CNN a rapporté que certains experts pensaient que l'armée américaine payait des miliciens pour qu'ils quittent les talibans dans le cadre d'un soi-disant "programme de loyauté temporaire". Les seigneurs de la guerre sont payés pour se battre, et parfois ils sont payés pour ne pas se battre, et dans les semaines qui ont précédé la chute de Kaboul, les militaires se sont évaporés, et les seigneurs de la guerre ont simplement ouvert les portes et laissé les talibans entrer dans leurs convois de SUV japonais. La question est de savoir qui les a payés. Pour trouver des indices, nous devrions regarder qui a le plus à gagner du retour au pouvoir des talibans. En clair, une offensive de cette ampleur n'aurait pas été possible à l'insu du Pakistan ou de ses services de renseignement, qui sont passés maîtres dans l'art de chuchoter depuis les coulisses."

Si cette observation est vraie, les États-Unis tenteront de venger sur le Pakistan pour leur honte et leur perte de crédibilité. Cela éloignera Islamabad de Washington et, surtout, fera le jeu de la Chine, qui est le principal sponsor et partenaire stratégique du Pakistan.

Il y a aussi l'opinion que la fuite de Kaboul était pire que celle de Saigon. Et Biden a été l'auteur de facto de la pire catatrophe de la politique étrangère américaine.

Et un éditorial du Wall Street Journal accuse l'administration de la Maison Blanche de ce qui s'est passé :

"La déclaration faite samedi par le président Biden, qui s'est lavé les mains de l'Afghanistan, mérite d'être considérée comme l'une des plus honteuses de l'histoire, faite par le commandant en chef à un tel moment de recul des Américains. Alors que les talibans s'approchaient de Kaboul, Biden a envoyé une réaffirmation du rejet des États-Unis qui le dédouanait de toute responsabilité, rejetait la faute sur son prédécesseur et, plus ou moins, poussait les talibans à prendre le pouvoir dans le pays. Avec cette déclaration de reddition, la dernière résistance de l'armée afghane s'est effondrée... Les djihadistes que les États-Unis ont renversés il y a 20 ans pour avoir hébergé Oussama ben Laden vont maintenant faire flotter leur drapeau au-dessus du bâtiment de l'ambassade américaine à l'occasion du 20e anniversaire du 11 septembre."

Aujourd'hui, pour la grande majorité des analystes politiques et des stratèges américains, le retrait d'Afghanistan est considéré comme une défaite cuisante.

1 gDcBoD8Mui8d-UtHWLa2bA.jpeg

Prévisions

Que réserve l'Afghanistan et ses voisins ? Il existe certaines tendances à court terme.

Les talibans eux-mêmes, qui sont déjà assez centralisés, tenteront d'achever la réorganisation administrative et de soumettre finalement toutes les factions militantes. Parallèlement, les talibans tenteront d'acquérir une légitimité internationale en mettant en avant leur vision d'un État - l'émirat d'Afghanistan.

771596-afghanistan-depuis-longtemps-plaque-tournante.jpg

Et comme la principale source de revenus des Talibans est le trafic de drogue, cela restera un problème pour ses voisins. En outre, un grand nombre de réfugiés sont attendus. Certains ont déjà franchi la frontière du Tadjikistan. Parmi les pays d'Asie centrale, le maillon faible est le Turkménistan, qui n'est membre d'aucun bloc militaire ou traité de sécurité régionale. La seule chose qui les garde en sécurité est le tampon du désert. D'une manière ou d'une autre, il s'ensuivra un afflux de réfugiés dans différentes directions depuis l'Afghanistan - certains fuiront effectivement par crainte des talibans, tandis que d'autres chercheront simplement une vie meilleure à l'étranger en se déguisant. Il est également important de souligner la possibilité que des extrémistes s'infiltrent dans d'autres pays en se faisant passer pour des réfugiés. Étant donné que des émissaires de l'ISIS (interdit dans la Fédération de Russie) opèrent dans le nord de l'Afghanistan et que les talibans les considèrent comme leurs ennemis, ces terroristes chercheraient également à fuir le pays.

Il faut également garder à l'esprit que l'exemple des Talibans peut servir d'inspiration à divers islamistes en Asie centrale.

Si l'on évalue l'équilibre entre les défis et les opportunités, des défis en matière de sécurité attendent tous les voisins de l'Afghanistan et la Russie. Beaucoup dépend maintenant des pays de la région qui négocient et communiquent avec les talibans eux-mêmes. L'implication du Pakistan est également importante. Il faut garder à l'esprit le conflit entre New Delhi et Islamabad, où l'Afghanistan était également un facteur important. Auparavant, les autorités pakistanaises ont accusé l'Inde d'utiliser l'Afghanistan comme une plate-forme par procuration contre le Pakistan, où sont déployés un réseau d'espions indiens et des cellules de séparatistes baloutches.

À long terme, il est intéressant de voir si ces développements auront une incidence sur la poursuite de l'effondrement de la Pax Americana. Dans une configuration unipolaire, les États-Unis n'ont pas conservé le contrôle de ce territoire géopolitique clé. Il s'agit maintenant de savoir si une réaction en chaîne d'effondrement se produira pour les États-Unis et l'OTAN, similaire à l'effondrement du camp socialiste, ou si les États-Unis conservent la puissance critique pour rester le numéro un mondial, même si ce n'est pas le seul acteur.

Si l'Occident s'effondre, nous vivrons dans un monde différent, dont les paramètres sont encore difficiles à imaginer, et encore moins à prévoir. Plus probablement, il ne s'effondrera pas encore. Il est au moins plus pragmatique de supposer que, pour l'instant, les États-Unis et l'OTAN restent les instances clés, mais dans le nouvel environnement - essentiellement multipolaire.

1552247.jpg

qOL36uk0X6Hx.jpg

Dans ce cas, il ne leur reste qu'une seule stratégie en Afghanistan. Celle qui est décrite de manière assez réaliste dans la dernière (8e) saison de la série d'espionnage américaine "Homeland". Là-bas, le scénario prévoit que les talibans avancent vers Kaboul et que le gouvernement fantoche pro-américain s'enfuit. S'élevant contre les impérialistes néocons paranoïaques et arrogants de Washington, le représentant du réalisme dans les relations internationales (le sosie d'Henry Kissinger au cinéma) Saul Berenson insiste sur la nécessité de négocier avec les talibans et d'essayer de les réorienter à nouveau contre la Russie. Autrement dit, la seule chose qui reste à faire pour Washington est de revenir à sa vieille stratégie de la guerre froide. Si le fondamentalisme islamique ne peut être vaincu, il doit être dirigé contre ses adversaires - nouveaux et en même temps anciens. Et surtout contre la Russie et l'espace eurasien.

C'est ce dont Joe Biden discute aujourd'hui dans le bureau ovale: comment s'assurer que l'Afghanistan des talibans dirige son agression vers le nord.

Un défi afghan pour la Russie

Que doit faire la Russie ? Du point de vue géopolitique, la conclusion est sans ambiguïté: l'essentiel est de ne pas laisser se concrétiser le plan américain (raisonnable et logique pour eux), qui vise à maintenir son hégémonie. Pour ce faire, il est nécessaire d'établir des relations avec le type d'Afghanistan qui est maintenant établi. Les premières étapes des négociations avec les talibans ont déjà été franchies par le ministère russe des Affaires étrangères. Et c'est un geste très judicieux.

En outre, la politique en Asie centrale devrait être revigorée avec l'aide d'autres centres de pouvoir qui cherchent à accroître leur souveraineté.

Il s'agit avant tout de la Chine, qui s'intéresse à la multipolarité et notamment à l'espace afghan, qui fait partie du territoire du projet One Belt, One Road.

Ensuite, il est très important de se rapprocher du Pakistan, qui devient de jour en jour plus anti-américain.

L'Iran, de par sa proximité et son influence sur les Hazaras (et pas seulement), peut également jouer un rôle important dans le règlement de la question afghane. Certains accords entre Téhéran et les Talibans ont probablement déjà été conclus, comme en témoignent les processions du Muharram qui se déroulent actuellement dans les centres de population chiites en Afghanistan.

La Russie doit certainement protéger et intégrer davantage ses alliés - le Tadjikistan, l'Ouzbékistan et le Kirghizstan, ainsi que le Turkménistan, léthargique sur le plan géopolitique - dans ses plans militaro-stratégiques.

Si les talibans n'expulsent pas les Turcs en raison de leur participation à l'OTAN (comme l'a déclaré précédemment le porte-parole des talibans), des consultations devraient alors être établies avec Ankara également.

Le plus important est peut-être de persuader les pays du Golfe, surtout l'Arabie saoudite et l'Égypte, de ne pas jouer une fois de plus le rôle d'un outil obéissant entre les mains d'un empire américain qui s'incline vers son déclin.

Moscou dispose désormais de nombreux outils sur tous ces fronts. Il est également important d'étouffer le bruit sémantique des agents étrangers ouverts et secrets en Russie même, qui sont maintenant occupés à travailler à partir de l'ordre américain de diverses manières. L'essentiel est d'empêcher Moscou de poursuivre une stratégie géopolitique efficace en Afghanistan et de perturber (ou du moins de reporter indéfiniment) l'établissement d'un monde multipolaire.

 

 

Le retour de la rhétorique de la guerre froide aux États-Unis

488bb668cb5abc47595d32316587ce11.jpg

Markku Siira

Le retour de la rhétorique de la guerre froide aux États-Unis

Depuis des années, le mouvement conservateur américain est engagé dans un "débat sur les valeurs", un moyen rhétorique de faire accepter ses propres motifs de prédilection, qui ont souvent peu à voir avec le conservatisme ou la moralité traditionnelle. Selon le professeur Ian Dowbiggin, ce type de discours sur les valeurs a souvent été utilisé comme un moyen d'impliquer Washington dans des enchevêtrements étrangers.

viewiandox.jpg

9781551990354-fr.jpg

Le récent article de Leon Aron, Welcome to the New Cold War, publié dans The Dispatch, en est un bon exemple, selon Dowbiggin. Aron écrit que le "décalage des valeurs" entre l'administration Biden et l'administration du président russe Vladimir Poutine a fait de la Russie une plus grande menace pour la sécurité des États-Unis que ne l'a jamais été l'ancienne Union soviétique.

indexleonaron.jpg

M. Aron (photo, ci-dessus), chercheur principal au groupe de réflexion de centre-droit American Enterprise Institute, ne mâche pas ses mots. "L'idéologie du régime de Poutine, sous-titre son article, est à peine moins toxique et peut-être plus incendiaire que le totalitarisme communiste."

De tels coups de sabre littéraires auraient pu être appropriés dans les moments de tension de la guerre froide d'antan. En 2021, l'analyse des relations américano-russes par Aron ne représente rien d'autre qu'une tentative maladroite d'un conservateur de l'establishment de jeter des ponts avec l'administration Biden et l'extrême gauche mondialiste.

L'article d'Aron plaira certainement aux amateurs de politique de sécurité anti-russe. Lorsque les conservateurs de la guerre froide parlaient du fossé des missiles entre l'Union soviétique et les États-Unis, Aron évoque "le fossé normatif entre les démocraties libérales et le régime assidu de Poutine".

Aron affirme également que l'on ne peut jamais faire confiance à Poutine. Le talent inquiétant du dirigeant russe réside dans sa "capacité à plier des millions de ses compatriotes à sa volonté", suggère le chercheur principal, comme dans le scénario d'un thriller politique hollywoodien.

Selon Aron, le plus important des crimes de Poutine est d'avoir réussi à convaincre les Russes que l'identité nationale du pays est fondée sur ses victoires militaires, notamment lors de la Seconde Guerre mondiale. En d'autres termes, le "patriotisme militarisé en temps de paix" de Poutine contraste fortement avec les valeurs "démocratiques" américaines.

VPRA.jpg

Si Aron est tout à fait exact au sujet des valeurs supposées de Poutine, son flou sur les valeurs démocratiques américaines est pour le moins curieux, conclut Dowbiggin, et il convient de se demander: les valeurs américaines contemporaines ne comprennent-elles que la politique identitaire des minorités sexuelles et le mouvement extrémiste Black Lives Matter?

L'ambiguïté entourant la définition des "valeurs" américaines par Aron suggère une astuce conservatrice familière : cacher des objectifs de politique étrangère belliqueux derrière une rhétorique soulignant le "devoir" des Américains de défendre ce qu'Aron appelle "l'Occident démocratique".

Les événements récents donnent une indication des intentions d'Aron et de ses semblables. Depuis 2016, les médias grand public, les services de renseignement, le monde du spectacle et les élites universitaires américains ne cessent de jacasser sur la prétendue ingérence russe dans l'élection présidentielle américaine, la répression de la dissidence occidentale et la "politique étrangère agressive" de la Russie dans des pays comme l'Ukraine et la Syrie.

Hillary-Clinton%u2019s-nuke-dream-graphic.jpg

En 2019, Hillary Clinton a affirmé que Poutine "préparait" sa camarade démocrate Tulsi Gabbard pour l'investiture présidentielle. En mars dernier, Joe Biden a qualifié Poutine de "tueur", ce qui n'est que légèrement pire que la description faite par Aron de Poutine comme "un petit hooligan issu des bidonvilles du Leningrad d'après-guerre".

Il n'y a pas que les démocrates de Biden qui affrontent Poutine. Le ministère russe des Affaires étrangères a annoncé en avril 2021 qu'il allait "faire cesser" les activités des fondations et des ONG financées par les États-Unis en Russie.

Un mois plus tard, la Russie a déclaré que le Bard College, basé à New York, était une organisation "indésirable" qui "menace l'ordre constitutionnel et la sécurité de la Russie". La décision russe signifie que Bard doit cesser toutes ses activités en Russie, en particulier ses relations avec l'université d'État de Saint-Pétersbourg.

image-aLBsset.jpeg

Le président du Bard College, Leon Botstein (photo ci-dessus), a déclaré qu'il avait le "cœur brisé" par ce qu'il a appelé la "liste noire". Mais les événements récents suggèrent que M. Botstein, qui siège avec l'altermondialiste George Soros au comité consultatif mondial de l'Open Society Foundation, n'a guère été surpris par la décision de la Russie.

Soros, le milliardaire, membre de l'élite transnationale et fondateur de l'Open Society Foundation - qui a été interdite en Russie en 2015 en tant qu'ONG "indésirable" - a été un généreux donateur pour Bard. Peu avant que la Russie n'interdise Bard, l'université a annoncé qu'elle avait reçu une promesse de don de 500 millions de dollars de la part de Soros.

À l'horizon 2021, la thèse d'Aron selon laquelle l'Amérique et la Russie se livrent une nouvelle guerre froide opposant la démocratie à la Russie militariste de Poutine trouvera certainement des oreilles attentives non seulement à la Maison Blanche de Biden, mais aussi parmi les forces financées par Soros qui considèrent le président russe comme une menace sérieuse pour la définition de la gouvernance démocratique et des droits de l'homme de la gauche occidentale.

Enfin et surtout, l'affirmation d'Aron selon laquelle le poutinisme est "peut-être plus incendiaire que le totalitarisme communiste" est mise en avant. Dowbiggin trouve ce commentaire étrange "de la part de quelqu'un qui prétend être un expert de la russité" (Aron a émigré de l'Union soviétique aux États-Unis en tant que réfugié en 1978).

Si, du point de vue biaisé des observateurs occidentaux, le régime de Poutine poursuit des objectifs géopolitiques dans le monde entier, qu'y a-t-il de nouveau sur la scène de la Realpolitik centrée sur l'État ?

Il est difficile de prendre Aron au sérieux lorsqu'il affirme que la propagande de Poutine est plus toxique que la propagande soviétique, qui soulignait l'inévitabilité de la victoire communiste. Aron semble avoir oublié que ses innombrables compagnons d'armes ont autrefois propagé les doctrines soviétiques sur le sol américain pendant la guerre froide.

La rhétorique d'Aron sur une "nouvelle guerre froide" avec la Russie peut inspirer certains membres du mouvement conservateur américain, mais Dowbiggin avertit que les patriotes américains ne doivent pas tomber dans ce piège belliqueux.

En effet, Aron a probablement un autre public cible en tête, notamment les néoconservateurs juifs américains, le Conseil national de sécurité de Joe Biden, des politiciens chevronnés comme Nancy Pelosi et des ONG alliées à la CIA qui brûlent d'envie d'opérer sur le sol russe au nom des "droits de l'homme", dans le style des années 1990. En effet, Leon Aron a écrit une biographie sympathique de Boris Eltsine.

Le commentaire de Massimo Fini:  Les vérités cachées sur l'Afghanistan

B9728011352Z.1_20210816185615_000+GSFIOFQQO.2-0.jpg

Le commentaire de Massimo Fini:  "Les vérités cachées sur l'Afghanistan"

On lira ici la sévère réprimande du grand intellectuel non-conformiste italien : "Dans les "derniers jours de Saigon" à la sauce afghane, il y a des implications grotesques. Dans un discours à la nation, Joe Biden a accusé les soldats de l'armée gouvernementale de ne pas être capables de se défendre. N'est-ce pas les Américains eux-mêmes, ainsi que certains de leurs alliés, dont l'Italie, qui se sont chargés de "former" l'armée loyaliste ?"

par Massimo Fini

Massimo Fini est un intellectuel libre qui a toujours été en dialogue avec le monde des non-alignés, critique du globalisme. Culture de la figure du Mollah Omar, il écrit dans Il Fatto quotidiano sur la question afghane, qui met en évidence les contradictions profondes de l'Occident par rapport aux dynamiques du grand jeu. Nous proposons à nos lecteurs le dernier article de l'intellectuel lombard sur la chute de Kaboul.

***

Dans les "derniers jours de Saigon" à la sauce afghane, il y a des implications grotesques. Dans un discours à la nation, Joe Biden a accusé les soldats de l'armée gouvernementale de ne pas être capables de se défendre. Mais comment se fait-il que ce soient les Américains eux-mêmes, ainsi que certains de leurs alliés, dont l'Italie, qui se soient chargés de "former" l'armée loyaliste ? L'Italie n'a peut-être pas été d'un grand secours puisqu'un de nos soldats, en essayant d'expliquer aux Afghans comment utiliser les armes, s'est tiré une balle dans la jambe. Peut-être qu'avant de se voir attribuer la fonction de "formateur", il aurait dû être formé. Cette histoire n'est pas sans rappeler celle du joueur portugais Figo, appelé à enseigner dans une école de football. Pour montrer comment tirer un penalty à la place du ballon, il a heurté le sol et s'est fracturé la cheville.

massimo-fini-1151486-330-540.jpg

Biden et tous ses partisans occidentaux ne pensent-ils pas, plutôt, que les soldats du gouvernement n'ont opposé aucune résistance, peut-être parce que la majorité de la population afghane préfère être gouvernée par les Talibans, qui sont toujours des Afghans, plutôt que par des étrangers ou leurs partisans?

Dans la confusion générale, il est nécessaire, pour la énième fois, de revenir à quelques points fixes.

L'agression occidentale de 2001 contre l'Afghanistan, qui a été couverte par l'ONU, a été motivée par la tragédie des tours jumelles dont les talibans auraient été complices. Le New York Times et le Washington Post, journaux dans ce cas au-dessus de tout soupçon, ont documenté que l'attaque contre l'Afghanistan avait été planifiée six mois avant le 11 septembre. De même, quelques années plus tard, il a été établi que les dirigeants talibans de l'époque n'étaient absolument pas au courant de l'attaque contre les tours jumelles. De toute façon, comme l'a rappelé Travaglio et comme nous l'avons écrit au moins cent fois, il y avait des Saoudiens, des Tunisiens, des Égyptiens, des Yéménites et des Arabes de toutes sortes dans ces commandos, tout sauf des Afghans, et même pas des Talibans. Et il n'y avait pas d'Afghans, encore moins de Talibans, dans les cellules réelles ou présumées d'Al-Qaïda découvertes plus tard.

De plus, à l'hiver 1998, après les attentats contre les ambassades américaines de Nairobi et de Dar es Salaam, Bill Clinton a proposé au mollah Omar d'éliminer Ben Laden, considéré comme l'inspirateur de ces attentats. Omar s'est dit prêt à le faire, à condition que les Américains cessent de bombarder les hauteurs de Khost, où ils pensaient que se cachait le calife saoudien, faisant des centaines de victimes civiles. Mais au dernier moment, Clinton a fait marche arrière. Et ce sont des documents du Département d'État de 2005 qui nous le rappellent. De plus, les Talibans ont trouvé Ben Laden chez lui. Massud l'avait fait venir du Soudan pour l'aider à combattre un autre "seigneur de guerre", son adversaire historique, Heckmatyar. Bien que les Afghans, qui ne sont pas arabes, détestaient Ben Laden, en Afghanistan toutefois, il jouissait d'une certaine popularité parce que, avec ses ressources personnelles, il avait construit des hôpitaux, des routes, des infrastructures, c'est-à-dire ce que nous aurions dû faire et ce que nous n'avons pas fait en vingt ans d'occupation, sauf dans une mesure ridicule.

Un autre mensonge monumental, qui continue à circuler, est celui qui nous affirme que les Talibans étaient soutenus par les services secrets pakistanais. Si c'était le cas, ils auraient au moins eu des missiles sol-air Stinger. Ce sont précisément les Stingers, fournis par les Américains aux trop célèbres "seigneurs de la guerre", qui ont convaincu les Soviétiques d'abandonner le terrain (face aux occupants occidentaux, les Talibans n'avaient ni force aérienne ni anti-aérienne). Et l'une des offensives les plus dévastatrices contre les Talibans a été lancée par l'armée pakistanaise, sous la direction du général américain David Petreus, dans la vallée de Swat: "Après la première semaine de bombardements, les morts ne se comptaient plus. Au contraire, les réfugiés pouvaient, eux, être comptés. Ils étaient au moins un million." (Le Mollah Omar, p. 159). Le Corriere della Sera titrait: "Un million de personnes fuient les talibans", mais elles fuyaient en réalité les bombardements de l'armée pakistanaise.

images0.pMOLLOMersgroep.net.jpg

Ceux qui ont à craindre aujourd'hui en Afghanistan ne sont pas les civils, hormis les principaux "collaborationnistes" qui pourraient légitimement prendre les armes, comme cela s'est toujours fait depuis la nuit des temps, mais le membre de l'ISIS. Les Talibans combattent l'ISIS depuis son entrée en Afghanistan en 2015. Le 16 juin 2015, le mollah Omar écrit une lettre ouverte à Al Baghdadi dans laquelle il avertit le calife de ne pas tenter de pénétrer en Afghanistan "car nous menons une guerre d'indépendance qui n'a rien à voir avec vos délires géopolitiques". Il ajoute: "Vous divisez dangereusement le monde islamique. La lettre n'est pas signée directement par Omar mais par son numéro deux, Mansour. Peut-être est-ce parce qu'Omar était mourant ou peut-être, comme le prétendent les versions occidentales, parce qu'il était déjà mort en 2013 (bien qu'il me semble très improbable que la mort d'un leader aussi prestigieux puisse être cachée aux Afghans pendant deux ans). En tout cas, la lettre exprime la pensée du Mollah Omar.

Maintenant que les Talibans n'ont plus à se battre en même temps contre les occupants occidentaux et contre l'ISIS, vont balayer celui-ci hors du pays. Ce ne sera pas facile car les combattants d'ISIS sont aussi de redoutables guerriers, et ils ne se soucient pas de mourir, alors que les Talibans n'ont pas cette vocation au martyre. Cependant, ils ont une connaissance bien supérieure du terrain, ce qui est l'un des facteurs qui leur ont permis de vaincre les armées occidentales, bien plus puissantes.

Les journalistes de Tolo TV, qui était la télévision d'État pendant toute l'occupation occidentale, ne sont pas très tranquilles. Certaines ONG peuvent ne pas être très discrètes, sauf si elles sont appelées Emergency ou des structures établies de manière similaire. Beaucoup de ces ONG, du moins au début, étaient remplies de filles qui se rendaient en Afghanistan pour faire l'expérience d'une sorte de "tourisme extrême". Ils ont donné la fessée en short, heurtant ainsi la sensibilité des Afghans. Après tout, même dans notre pays, une femme ne pourrait pas se promener les seins nus sur la Piazza Duomo, alors qu'en Afrique noire, c'est la coutume. Ce sont des sensibilités différentes qui doivent être respectées. Rien ne sera fait à ces filles, si elles sont encore là, elles seront simplement renvoyées. Comme elles le méritent.

Mais c'est une question que je pose à nos ministres de la défense et des affaires étrangères, Di Maio. Qu'avons-nous fait en Afghanistan, nous les Italiens, à part "former" militairement les Afghans? C'est déjà risible en soi car si nos enfants naissent avec des sucettes dans la bouche, les leurs naissent avec des kalachnikovs entre les mains, c'est-à-dire qu'ils savent utiliser des armes dès leur plus jeune âge. Dès que nous sommes arrivés là-bas, la première chose que nous avons faite a été de construire une église, ce qui n'était pas exactement un besoin primaire là-bas. Bien sûr, nous aurons fait d'autres choses par la suite, mais nous aimerions que les ministres en question et le gouvernement fassent un rapport détaillé au Parlement sur ce qu'a été réellement notre contribution civile en Afghanistan au cours des 20 dernières années.

Il Fatto Quotidiano, 21 août 2021
Source: https://www.barbadillo.it/100393-il-commento-di-m-fini-le-verita-nascoste-sullafghanistan/

samedi, 21 août 2021

La "thalassocratie" de Marco Ghisetti

Talassocrazia.jpg

La "thalassocratie" de Marco Ghisetti

Luciano Pisani

Ex: https://www.geopolitica.ru/it/article/la-talassocrazia-di-marco-ghisetti

Marco Ghisetti, Talassocrazia. I fundamenti della geopolitica anglo-statunitense,(=Thalassocratie. Les fondements de la géopolitique anglo-américaine), Préface de Leonid Savin, Anteo Editions, 2021, Pages 200, € 18,00.

Marco Ghisetti est un jeune collaborateur prometteur de la revue géopolitique Eurasia, responsable de la série "Classics" chez "Anteo Edizioni" et responsable de la "section anglo-saxonne" au "Centro Studi Eurasia e Mediterraneo".

La monographie "Thalassocratie" a été publiée, selon l'auteur, après une année de recherche sur l'évolution doctrinaire de la pensée du monde anglo-saxon en matière de relations internationales, et en particulier du Royaume-Uni et des États-Unis, en vue d'identifier les sources originales à partir desquelles elle s'est développée et sur lesquelles elle s'est construite.

L'ouvrage propose ensuite une méthode de recherche composée d'un triangle interprétatif qui combine les contingences internationales avec les faits géographiques et, enfin, les éléments interprétatifs et volitifs qui caractérisent l'acteur politique. L'ajout de l'élément interprétatif et volitif (le troisième sommet du triangle) constitue une originalité dans la recherche scientifique et se caractérise par le fait qu'il s'agit d'une force précieuse qui accompagne l'ensemble du livre; c'est une force parce qu'elle réussit à sonder et à rendre compte non seulement des motivations, mais aussi des désirs et des craintes qui influencent réellement les décisions que prend l'acteur politique lorsqu'il est confronté à un dilemme auquel il doit donner une réponse.

9788898444939.jpg

Par exemple, la révolution spatiale qui s'est produite en Angleterre au début de la période dite colombienne (XVIe-XIXe siècles), décrite par Ghisetti à l'aide d'une quantité remarquable de références scientifiques, réussit, en décrivant habilement le contexte historico-géographique et l'horizon de sens dans lequel l'Angleterre se déplaçait et interprétait le monde, à expliquer pourquoi l'Angleterre a décidé de couper, pour ainsi dire, le cordon ombilical qui la liait à l'Europe et à devenir une "baleine" (Carl Schmitt), s'insérant ainsi dans un tissu de significations qui l'a amenée à se considérer comme un pays "de l'Europe, mais pas en Europe" qui, finalement, lui a fait pratiquer la politique bien connue de l'isolationnisme-interventionnisme et de l'équilibre des forces (balance of power) envers le continent européen tout en s'étendant le long des voies océaniques du monde, construisant ainsi son propre empire transocéanique. Ce faisant, Ghisetti parvient à expliquer pourquoi un autre pays, par exemple le Japon, également situé dans une conjoncture spatio-temporelle similaire à celle de l'Angleterre (le Japon est, comme l'Angleterre, un empire insulaire qui, d'une part, fait face à une énorme masse terrestre et, d'autre part, dispose du vaste océan) a décidé au contraire de se fermer au monde extérieur avec la politique du Sakoku.

Plus précisément, le texte de Ghisetti accorde une attention particulière à la "représentation géopolitique" ou au "tissu de sens" dans lequel les différents acteurs internationaux se situent et pour lequel ils opèrent certains choix plutôt que d'autres (par exemple, se replier sur soi comme le Japon ou traverser les océans comme l'Angleterre). En résumé, l'homme est certes un animal politique, mais il est aussi un homme géographique, puisqu'il habite, vit et interprète l'espace (ou les espaces); en somme, il "habite géopolitiquement l'homme".

MP00832.jpg

En particulier, Ghisetti attire l'attention sur la représentation géopolitique qui caractérise les acteurs qui décident de suivre une politique démonstrative mondiale de type thalassocratique, qui consiste évidemment à établir un réseau particulier de signification. Tout cela peut paraître très philosophique, voire trop théorique, pourtant le triangle interprétatif qui unit, pourrait-on dire, l'espace, le temps et la culture, et à travers lequel l'auteur interprète la réflexion et l'action géopolitique des Etats-Unis et de l'Angleterre, constitue une originalité qui est, à notre avis, très prometteuse et porteuse d'excellents développements possibles pour l'avenir de la recherche sur les relations internationales.

stile-dell-aquila-studi-politica-estera-americanao9-bebf14e8-aeec-45f9-a0e4-6292f9aa318a.jpeg

La recherche de Ghisetti réussit, en effet, et, en même temps, montre (bien qu'indirectement, puisqu'il n'est pas intéressé à traiter ce sujet spécifique dans cette monographie) ce qu'un auteur profond mais ignoré, Carlo Maria Santoro, déplorait déjà dans les années 90. C'est-à-dire, comment l'étude de la politique internationale, surtout après l'avènement du moment unipolaire américain, a été dominée par un paradigme interprétatif de type économiste qui fut fusionné avec une autre et tout aussi grave déviation conceptuelle, d'une matrice normative, orientée vers l'illumination du futur avec la torche fumante du passé récent. Ce paradigme, qui constituait déjà une alternative sans alternative dans le débat géopolitique aux échelons supérieurs de la société américaine au moins depuis les années 50, s'est imposé égoïstement aussi dans les milieux académiques et politiques italiens et européens (à la plus petite exception de la France, peut-être parce qu'elle est encore vaguement influencée par le passé gaulliste).

Eh bien, selon la thèse devenue majoritaire en Europe en si peu de temps (au point que l'on se demande si cette conquête des esprits n'était pas gramsciennement téléguidée), le monde devait marcher inexorablement sur la voie dite du progrès, progrès qui est certes interprété comme linéaire mais dont le fondement est plutôt contesté quand il n'est pas tout simplement mythique. Et ce progrès, selon la pensée générale sur la politique mondiale qui avait été imposée, se serait maintenant arrêté en raison de l'action compensatoire de certains acteurs qui, en résistant militairement, institutionnellement et culturellement à la propagation de cette mentalité sur le globe, ne peuvent être interprétés que comme des États voyous et criminels, puisqu'ils empêchent ce qui est normativement juste, bon et souhaitable.

Mais c'est (aussi) ici que le texte "Thalassocratie" s'avère utile, car, en identifiant "les fondements de la géopolitique anglo-américaine", il révèle à la fois les concepts fondateurs du discours géopolitique contemporain, et les intérêts gramsciens derrière l'imposition de certaines idées et horizons de sens, ainsi que leurs éventuelles contradictions ou insuffisances pratiques et théoriques, et leur éventuelle désirabilité.

Il peut être facile, par exemple, de montrer comment les idées sur l'ordre mondial qui ont été acceptées presque unanimement et immédiatement au lendemain de la guerre froide étaient les idées de la thalassocratie anglo-américaine, mais il est beaucoup plus difficile de montrer comment ces idées sont représentatives presque exclusivement de certaines fractions du big business américain, en particulier celles liées aux intérêts industriels et bancaires-financiers multinationaux.

Plus difficile encore, d'ailleurs, est de démontrer où se situe le hiatus dans la représentation géopolitique du type thalassocratique - du moins dans la manière dont il s'est affirmé dans la pensée et l'action anglo-américaines.

Et pourtant, le livre de Ghisetti réussit à identifier le péché originel de la vision thalassocratique du monde propagée par les États-Unis et le Royaume-Uni. Si en effet, comme l'écrit Ghisetti, la stratégie mondiale thalassocratique est basée sur un double mouvement d'isolationnisme et d'interventionnisme, sur une stratégie qui veut dominer les océans du monde (puisque la mer ne peut être que dominée, et non organisée/organisable ou possédée) et que pour une puissance maritime la mer n'est pas le point où finit la terre et son empire, mais une grande route qui relie les différentes régions du monde, la promotion d'un expansionnisme économique agressif devient presque obligatoire pour qui veut entreprendre une stratégie maritime globale.

CRRphigU8AEmXU-.jpg

L'arrière-pays de son propre État ne devient alors qu'une base, une île entourée d'un monde hostile où l'on peut se retirer après avoir navigué dans le monde et frappé ses adversaires: une frappe sans pouvoir en retour être frappé. Et en effet, Ghisetti note, en commentant les travaux du "père de la géopolitique américaine", Alfred Mahan, comment cet amiral, en tentant de fournir une justification normative à l'expansion américaine et à la conquête de territoires et de bases outre-mer, va jusqu'à "promouvoir l'occupation de territoires déjà habités par d'autres populations en faisant appel à la nécessité d'exploiter et de rendre productifs tous les territoires du monde" à travers un principe universel de "droit d'occupation" dont les détenteurs sont "les plus productifs et les plus efficaces". Et, en raison de la relation intime entre le pouvoir économique et le pouvoir militaire qui caractérise les pouvoirs thalassocratiques libéraux anglo-américains, ce droit justifie aussi moralement et normativement les opérations de conquête anglo-américaines, tout en blâmant et en diabolisant ceux qui tentent d'y résister. En fait, cette résistance à la conquête et à la promotion de l'"esprit occidental" libéral et maritime est un frein au progrès linéaire qui veut étendre l'"oasis dans le désert" qu'est, selon Mahan, la "civilisation" qui a Washington pour capitale.

On trouve donc ici l'une des sources de la pensée géopolitique libérale et américaine et la raison pour laquelle, une fois que le communisme historique du XXe siècle s'est effondré, tant sur le plan statistique qu'idéologique, l'employé du département d'État des États-Unis, c'est-à-dire l'employé du même département qui planifie les bombardements au phosphore blanc contre les États voyous (et qui est considéré à tort comme un philosophe et dont le nom est Francis Fukuyama) a décrété la "fin de l'histoire", c'est-à-dire l'unification complète des mentalités, des cultures et des traditions, toutes devant se diluer dans l'océan indistinct du libéralisme. En d'autres termes, la création d'un espace mondial unique, uni sous l'égide du président des États-Unis, qui n'est rien d'autre que le chef de l'exécutif responsable devant les centres de pouvoir où se trouve le véritable centre de commandement dont dépend la Maison Blanche elle-même : les groupes bancaires-financiers colossaux qui dominent l'économie.

Mais l'histoire n'est pas terminée, et elle ne pourrait pas l'être : le maître de l'histoire n'est pas l'homme, et de toute façon d'autres acteurs (géo)politiques, que l'on peut encadrer dans le même triangle interprétatif proposé par Ghisetti afin d'identifier leur diversité spatiale, culturelle et temporelle, ont endigué le flot thalassocratique qui se déversait dans toutes les parties du monde. D'où également la capacité de notre auteur à proposer et à créer de nouveaux cadres d'interprétation pour comprendre les développements de la théorie de la politique mondiale qui seraient mieux valorisés, car plus utiles pour comprendre les actions et les réflexions des différents acteurs mondiaux que ceux qui, depuis la guerre froide, ont été établis dans les milieux universitaires et médiatiques.

Ce qui a été dit s'applique à la sphère théorique. Toutefois, il convient de souligner que le livre de Ghisetti consacre en fait plus de place à la discussion pratique et stratégique qui a caractérisé les actions du Royaume-Uni et des États-Unis (en tout cas placée par rapport au processus théorique d'évolution), qu'à l'approfondissement du cadre théorique discuté ci-dessus. Mais même ici, alors qu'il ne fait aucun doute que le poids accumulé des livres écrits sur l'expansionnisme nord-américain, sur la guerre froide et sur le moment unipolaire américain est déjà suffisant pour percer les planchers les plus résistants des bibliothèques, le texte de Ghisetti se caractérise par une louable originalité, qui rompt avec les schémas stériles de la discussion académique répétitive et stérile. En effet, non seulement le livre "Thalassocratie" parvient à remettre en ordre l'évolution doctrinaire des fondements de la pensée géopolitique (anglo-américaine) (la naissance de la véritable île continentale avec Mahan, le conflit entre île et continent avec Mackinder, l'union de la puissance militaire américaine avec la puissance financière avec Bowman et le conflit entre nouveau et ancien monde avec Spykman), mais relie cette réflexion à l'action concrète, en proposant des lectures qui peuvent sembler un peu trop audacieuses mais qui, pour ceux qui veulent s'arrêter et réfléchir, doivent être prises avec la plus grande considération et le plus grand sérieux.

saigon75.jpg

Par exemple, les images des forces américaines s'échappant du Viêt Nam en hélicoptère font partie de l'imaginaire commun, tout comme les nombreux films sur cette guerre au cours de laquelle les États-Unis ont tenté d'empêcher la propagation du communisme au Viêt Nam, en envoyant des milliers et des milliers de leurs propres jeunes hommes y mourir et en gaspillant une quantité énorme de ressources pour mener une guerre que, malgré leur incontestable supériorité militaire, technologique et politique sur le Viêt Nam du Nord, les États-Unis ont fini par perdre de façon désastreuse. Eh bien, pour Ghisetti, la conclusion est tout autre, puisque, affirme l'auteur, les États-Unis ont en fait gagné cette guerre. Simplement, les objectifs primaires étaient tout à fait différents de la prévention de l'expansion du communisme au Vietnam.

À la lumière de ce qu'il considère comme les fondements de la géopolitique anglo-américaine, Ghisetti explique, en reconstituant le processus d'enclenchement du conflit, qu'au Vietnam, le véritable objectif des États-Unis était d'éviter la création d'une entente entre le rimland asiatique et le cœur soviétique ou chinois du continent. Plus précisément, l'objectif était de faire en sorte que le Japon, qui était à l'époque la plus grande économie asiatique, ne joue pas la "carte asiatique", c'est-à-dire décide ou se trouve obligé de combiner la puissance de ses propres industries et de son économie avec la main-d'œuvre bon marché et les réserves d'énergie et de matières premières de la Chine et de l'Union soviétique. Les États-Unis y sont parvenus grâce à la guerre du Viêt Nam et aux divers coups d'État et aux diverses déstabilisations anticommunistes et antimaoïstes qu'ils ont lancés dans tout l'Extrême-Orient tout en combattant au Viêt Nam. Cette conclusion peut sembler étrange, mais elle est bien argumentée dans le livre et, à la réflexion, elle s'avère plus vraie (et à notre avis, c'est la vraie) que les affirmations selon lesquelles les États-Unis ont simplement perdu au Viêt Nam ou que l'objectif était de contenir le communisme et non de maintenir le Japon attaché à lui-même. Sinon, pourquoi les États-Unis n'avaient-ils aucun problème à soutenir des dictatures, même socialistes, chaque fois que cela servait leurs intérêts ?

De la même manière, la même interprétation peut être proposée pour interpréter l'invasion de l'Afghanistan et le désastreux retrait actuel, comparé à juste titre par beaucoup à celui du Vietnam. Et c'est précisément pour cette raison que les théories prétendant que l'action américaine en Afghanistan visait à arrêter Ben Laden, détruire Al-Qaïda, s'emparer des réserves énergétiques, imposer une transition démocratique, etc. Au contraire, la raison que l'on peut déduire du texte de Ghisetti semble beaucoup plus convaincante, à savoir que l'objectif principal était de maintenir le monde musulman dans une situation de chaos (la fameuse géopolitique du chaos) et de s'interposer, même militairement dans l'une des principales régions conjoncturelles entre l'Extrême et le Proche-Orient et entre le soi-disant cœur de la terre et la zone frontalière eurasiatique, en vue d'interposer son armée comme diaphragme diviseur entre les puissances eurasiatiques qui, à l'aube du XXIe siècle, se sont caractérisées comme les principaux candidats à l'organisation du continent. Même le retrait précipité des États-Unis d'Afghanistan, qui rappelle celui du Vietnam, peut être lu sous cet angle : l'intention est de créer un bourbier ingérable en Afghanistan, des sables mouvants sur lesquels couler tout accord entre Russes, Chinois et Iraniens. Pour cette raison, la mission en Afghanistan a également été, tout comme le Vietnam, un succès pour les oligarchies américaines.

Ces considérations, comme on l'a dit, peuvent sembler pour le moins curieuses, mais elles reposent sur un cadre conceptuel très habituel et sont bien argumentées. En outre, cet impact conceptuel s'avère encore plus solide si l'on prend en considération les nombreux auteurs et stratèges que Ghisetti étudie pour comprendre l'évolution et l'influence exercée par le système doctrinaire américain: des auteurs et des stratèges allant de Zbigniew Brzezinski à Manlio Graziano, de François Thual à Aleksandr Douguine, de Tiberio Graziani à Henry Kissinger, d'Yves Lacoste à John Mearsheimer, de Claudio Mutti à Colin Gray. En bref, le texte est vraiment solide et bien structuré (permettez-moi une plaisanterie: comme doivent l'être les "fondations" de toute habitation ou système de pensée), tant du point de vue historico-théorique que du point de vue pratique-stratégique. Tout cela dans un texte pas trop long et très facile à lire; un texte, en conclusion, qui a toutes les qualités pour être une véritable "fondation" pour les analyses et les recherches futures sur le sujet en question. 

Francis Fukuyama et la fin de l'hégémonie américaine

francis_fukuyama.jpg

Francis Fukuyama et la fin de l'hégémonie américaine

par Markku Siira

Ex: https://markkusiira.com/

Il est ironique, mais aussi quelque peu approprié, que le philosophe et auteur Francis Fukuyama, qui, dans les années 1990, s'extasiait sur la "fin de l'histoire" et sur le triomphe de la démocratie libérale occidentale dirigée par les États-Unis, écrive aujourd'hui dans The Economist, le magazine des milieux financiers, sur la fin de l'hégémonie américaine.

Fukuyama admet même que les sources à long terme de la "faiblesse et de la récession des États-Unis sont intérieures plutôt qu'internationales". L'universitaire tente de nous convaincre que l'Amérique "restera une grande puissance dans les années à venir, mais son influence dépendra davantage de sa capacité à régler ses problèmes intérieurs que de sa politique étrangère".

Après tout, l'apogée de l'hégémonie américaine a duré moins de 20 ans, "de la chute du mur de Berlin en 1989 à la crise économique de 2007-2009". Les États-Unis restent dominants en termes militaires, économiques, politiques et culturels.

Cependant, la glorification de l'"exceptionnalisme américain" a fait des ravages. Selon Fukuyama, "le sommet de l'arrogance américaine a été l'invasion de l'Irak en 2003, lorsque les États-Unis ont espéré remodeler non seulement l'Afghanistan (qu'ils avaient envahi deux ans plus tôt) et l'Irak, mais aussi l'ensemble du Moyen-Orient".

Les États-Unis ont surestimé l'efficacité de la force militaire pour provoquer un changement politique fondamental. Le modèle du marché libre a également rencontré des difficultés. La décennie se termine avec des troupes américaines enlisées dans deux guerres. La crise économique internationale a également mis en évidence les inégalités créées par la mondialisation dirigée par les États-Unis.

41OgU3ua9xL._SX302_BO1,204,203,200_.jpg

L'unipolarité de cette période est maintenant terminée et le monde est revenu à un "état plus normal de multipolarité, avec la Chine, la Russie, l'Inde, l'Europe et d'autres centres augmentant leur puissance par rapport à l'Amérique". Ou s'agit-il également d'une simple façade dans un monde globalisé où les décisions politiques ont été largement remplacées par les forces du marché ?

Quoi qu'il en soit, Fukuyama estime que les États-Unis sont confrontés à des défis intérieurs majeurs. La société américaine est profondément polarisée et il lui est difficile de parvenir à un consensus sur pratiquement tout. Cette polarisation a commencé par des questions politiques typiquement américaines telles que les impôts et l'avortement, mais elle s'est étendue depuis à une lutte acharnée sur l'identité culturelle.

9782070304431_1_75.jpg

Même une menace extérieure, comme le coronavirus, n'a pas pu rassembler les Américains. Au contraire, selon Fukuyama, la crise du corona a approfondi les divisions et la distance sociale en Amérique. Les masques et les vaccinations sont devenus des questions politiques plutôt que des mesures de santé publique.

Les conflits se sont étendus à tous les aspects de la vie, du sport aux marques de consommation. L'identité civique qui faisait de l'Amérique une démocratie multiethnique à l'ère des droits civiques a été remplacée par des récits contradictoires sur les divisions observables par les historiens entre 1619 et 1776 - en d'autres termes, sur la question de savoir si le pays a été fondé sur la base de l'esclavage ou de la lutte pour la liberté.

Cette contradiction s'étend également aux réalités distinctes que les deux camps croient voir; des réalités dans lesquelles l'élection de novembre 2020 était soit l'une des plus justes de l'histoire américaine, soit une fraude massive qui a conduit à la présidence illégitime de Joe Biden. Personnellement, je ne vois pas de différence significative entre les administrations Trump et Biden; les États-Unis sont en réalité un système à parti unique.

550400_medium.jpgTout au long de la guerre froide et jusqu'au début des années 2000, les élites s'accordaient à dire que les États-Unis voulaient conserver leur rôle de premier plan dans la politique mondiale. Les guerres brutales et apparemment sans fin en Afghanistan et en Irak ont ennuyé de nombreux Américains non seulement en évoquant des lieux difficiles à comprendre et à conceptualiser comme le Moyen-Orient, mais aussi en suscitant un rejet de l'engagement international en général.

En ce qui concerne la Chine, qui s'est imposée comme un rival des États-Unis, le consensus est plus évident: tant les républicains que les démocrates s'accordent à dire que Pékin est une "menace pour les valeurs démocratiques" (c'est-à-dire pour l'occidentalo-centrisme dirigé par les États-Unis). Mais cette confrontation ne mènera pas l'Amérique très loin. Fukuyama se demande si les Etats-Unis seraient préparés à un conflit militaire avec la Chine ou la Russie. Nous sommes entrés en Afghanistan avec fracas, mais qu'en est-il de Taïwan ou de l'Ukraine?

La polarisation a déjà porté atteinte à l'influence mondiale des États-Unis. L'attrait de l'Amérique a été considérablement réduit: les institutions démocratiques américaines n'ont pas bien fonctionné ces dernières années, alors pourquoi un pays devrait-il imiter le tribalisme et le dysfonctionnement politiques américains? Fukuyama rappelle que le pays modèle de la démocratie n'a même pas réussi à réaliser un transfert pacifique du pouvoir après les événements du 6 janvier.

M. Biden a fait valoir que le retrait de l'Afghanistan était nécessaire pour se concentrer sur la réponse aux "défis plus importants posés par la Russie et la Chine". Barack Obama n'a jamais réussi à effectuer un "pivotage vers l'Asie" parce que les États-Unis sont restés concentrés sur le Moyen-Orient. Fukuyama affirme que "l'administration actuelle doit rediriger à la fois les ressources et l'attention des décideurs politiques ailleurs, pour intimider les rivaux géopolitiques et engager les alliés".

Fukuyama, qui a inspiré les néoconservateurs dans les années 1990, est plus réaliste aujourd'hui. Il affirme qu'il est peu probable que les États-Unis reviennent à leur ancienne position hégémonique et qu'ils ne devraient même pas essayer de le faire. Au mieux, elle ne peut qu'espérer "maintenir un ordre mondial fondé sur des valeurs démocratiques en coopération avec des pays de même sensibilité" (c'est-à-dire poursuivre ses propres intérêts aux dépens de ses vassaux). L'avenir nous dira si les États-Unis sont encore capables de le faire.

Comme l'empire britannique dans le passé, les États-Unis sont en train de devenir une ressource épuisée. Personnellement, je pense que pour les cercles du capital international, même un monde dirigé par la Chine n'est pas vraiment une abomination. Dans la nouvelle situation, même le prétexte de la démocratie libérale peut être écarté, à condition que les privilèges de la classe capitaliste mondiale restent inchangés.

vendredi, 20 août 2021

Alexandre Douguine: L'Afghanistan : Une chronologie géopolitique

4d3b8940-fe8a-11eb-ba36-d6429a34aa92_web__scale_0.1346417_0.1346417.jpg

L'Afghanistan: une chronologie géopolitique

Alexander Douguine

La prise de pouvoir par les Talibans en Afghanistan et la fuite honteuse des Américains et de leurs alliés nécessitent une étude plus large des changements fondamentaux de la géopolitique mondiale. L'Afghanistan a été un indicateur de ces changements au cours des 50 dernières années. C'est à lui qu'ont été associées les fractures dans l'architecture globale du monde. Bien sûr, ce n'était pas la cause des transformations géostratégiques, mais plutôt un miroir dans lequel se reflétaient, plus clairement que partout ailleurs, les changements fondamentaux de l'ordre mondial.

Le fondamentalisme islamique dans un monde bipolaire

Commençons par la guerre froide et le rôle qu'y a joué le facteur du fondamentalisme islamique (principalement sunnite et salafiste). Le fondamentalisme sunnite (à la fois le wahhabisme et d'autres formes parallèles de l'islam radical - interdites dans la Fédération de Russie), par opposition au fondamentalisme chiite, plus complexe et controversé sur le plan géopolitique, a servi à l'Occident pour s'opposer aux régimes laïques de gauche, socialistes ou nationalistes, et le plus souvent pro-soviétiques. En tant que phénomène géopolitique, le fondamentalisme islamique faisait partie de la stratégie atlantiste, œuvrant pour la puissance maritime contre l'URSS en tant qu'avant-poste de la puissance terrestre. 

L'Afghanistan était un maillon de cette stratégie géopolitique. La branche afghane du radicalisme islamique a été mise en exergue après l'invasion soviétique de l'Afghanistan en 1979. À cette époque, une guerre civile avait déjà éclaté en Afghanistan, où l'Occident et ses alliés inconditionnels de l'époque - le Pakistan et l'Arabie saoudite - soutenaient uniquement les radicaux islamiques contre les forces laïques modérées enclines à une alliance avec Moscou. Il n'y avait pas de véritables libéraux ou de communistes là-bas, mais il y avait une confrontation entre l'Occident et l'Orient. Ce sont les fondamentalistes islamiques qui ont parlé au nom de l'Occident.

Lorsque les troupes soviétiques sont entrées en Afghanistan, l'Occident est devenu encore plus actif en soutenant les radicaux islamiques contre les "occupants athées". La CIA a fait venir en Afghanistan Oussama Ben Laden et Al-Qaida (une organisation interdite dans la Fédération de Russie), que Zbigniew Brzezinski a ouvertement encouragés à combattre les communistes. 

bin-laden-brzezinski.jpg

EN7ylfLWsAAbeE_.jpg

Nous reportons cette période des années 80 sur la ligne du temps géopolitique: L'Afghanistan des années 80 est un champ d'affrontement entre deux pôles. Les dirigeants laïcs s'appuyaient sur Moscou, les moudjahidines sur Washington.

Le retrait des troupes soviétiques d'Afghanistan par Gorbatchev signifie la fin de la guerre froide et la défaite de l'URSS. La prise de Kaboul par des factions rivales de moudjahidin et l'exécution du président Najibullah en 1996 - malgré le chaos et l'anarchie - ont signifié une victoire pour l'Occident. La défaite dans la guerre d'Afghanistan n'est pas la raison de l'effondrement de l'URSS. Mais c'était un symptôme de la fin de l'ordre mondial bipolaire. 

Les radicaux islamiques dans un monde unipolaire : inutiles et dangereux

La deuxième décennie géopolitique de notre chronologie se situe dans les années 90. À cette époque, un ordre mondial unipolaire ou un moment unipolaire est établi (C. Krauthammer). L'URSS se désintègre et les forces islamistes tentent activement d'opérer dans les anciennes républiques soviétiques - principalement au Tadjikistan et en Ouzbékistan. La Fédération de Russie est également en train de devenir une zone de guerre pour les radicaux islamiques pro-américains. Cela concerne tout d'abord la Tchétchénie et le Caucase du Nord. L'Occident continue d'utiliser ses alliés pour attaquer le pôle eurasiatique. Dans un monde unipolaire, l'Occident - désormais le seul pôle - achève (comme il semblait alors, de manière irréversible) un adversaire vaincu par les anciens moyens.

En Afghanistan même, dans les années 90, commence la montée en puissance des Talibans (une organisation interdite dans la Fédération de Russie). Ce n'est pas seulement l'une des options du fondamentalisme, mais c'est aussi la force qui unit le plus grand groupe ethnique d'Afghanistan - les tribus nomades pachtounes, les descendants des nomades indo-européens d'Eurasie. Leur idéologie est l'une des variantes du salafisme, proche du wahhabisme et d'Al-Qaida (organisations interdites dans la Fédération de Russie). Les Talibans (organisation interdite dans la Fédération de Russie) sont opposés à d'autres forces - principalement sunnites, mais ethniquement indo-européennes, surtout des Tadjiks et, aussi, les Ouzbeks turcs, ainsi qu'à un peuple mixte iranophone - les Hazaras professant le chiisme. Les Talibans (une organisation interdite dans la Fédération de Russie) avancent, leurs adversaires - principalement l'Alliance du Nord - reculent. Les Américains soutiennent les deux, mais l'Alliance du Nord cherche un soutien pragmatique auprès des ennemis d'hier - les Russes.

870x489_epalivefive691953.jpg

En 1996, les Talibans (une organisation interdite dans la Fédération de Russie) prennent Kaboul. Les États-Unis tentent d'améliorer les relations avec les talibans (organisation interdite dans la Fédération de Russie) et de conclure un accord sur la construction du pipeline transafghan.

Au cours des années 90, la Russie, ancien pôle opposé à l'Occident dans un monde bipolaire, ne cesse de s'affaiblir, et dans les conditions de l'unipolarité croissante, l'islamisme radical, entretenu par l'Occident, devient pour lui un fardeau désagréable, de moins en moins pertinent dans les nouvelles conditions. Cependant, le résilience du fondamentalisme islamique est si grande qu'il ne va pas disparaître au premier ordre de Washington. De plus, ses succès obligent les dirigeants des pays islamiques à s'engager sur la voie d'une politique indépendante. En l'absence de l'URSS, les fondamentalistes islamiques commencent à se percevoir comme une force indépendante et, en l'absence d'un vieil ennemi (les régimes de gauche pro-soviétiques), tournent leur agression contre leur maître d'hier. 

La rébellion contre le maître

La deuxième décennie de notre chronologie se termine le 11 septembre 2001 par une attaque terroriste sur New York et le Pentagone. La responsabilité en incombe à Al-Qaeda (organisation interdite dans la Fédération de Russie), dont le chef est aux mains des Talibans (organisation interdite dans la Fédération de Russie) en Afghanistan. Une fois de plus, l'Afghanistan s'avère être le témoin d'un changement radical dans l'ordre mondial. Mais maintenant, le pôle unipolaire a un ennemi extraterritorial, le fondamentalisme islamique, qui peut théoriquement être partout, et par conséquent, les États-Unis, en tant que pôle unique, ont toutes les raisons de mener un acte d'intervention directe contre cet ennemi omniprésent et nulle part fixe. Pour cela, l'Occident n'a pas besoin de demander la permission à qui que ce soit. À cette époque, la Russie apparaît encore comme un géant faible et en voie de désintégration. 

A partir de ce moment, les néoconservateurs américains ont déclaré le fondamentalisme islamique - hier allié de l'Occident - comme leur principal ennemi. Une conséquence directe de cela fut l'invasion des États-Unis et de leurs alliés en Afghanistan (sous le prétexte de capturer Oussama Ben Laden et de punir les Talibans qui l'abritaient - une organisation interdite dans la Fédération de Russie), la guerre en Irak et le renversement de Saddam Hussein, l'émergence du projet de "Grand Moyen-Orient", qui présuppose la déstabilisation de toute la région avec la modification des frontières et des zones d'influence.

La Russie n'empêche alors pas l'invasion américaine de l'Afghanistan. 

C'est ainsi que commence l'histoire des vingt ans de présence des forces armées américaines en Afghanistan, qui s'est terminée hier.

L'Afghanistan et le déclin de l'Empire

Que s'est-il passé pendant ces 20 ans dans le monde et dans son miroir - en Afghanistan? Pendant cette période, le monde unipolaire, s'est sinon effondré, du moins est entré dans une phase de désintégration accélérée. Sous la direction de Poutine, la Russie a tellement renforcé sa souveraineté qu'elle a pu faire face aux menaces internes de séparatisme et de déstabilisation et revenir en tant que force indépendante sur la scène mondiale (y compris au Moyen-Orient - Syrie, Libye et, en partie, Irak). 

La Chine, qui semblait complètement absorbée par la mondialisation, s'est révélée être un acteur extrêmement habile et est devenue, étape par étape, une gigantesque puissance économique ayant son propre agenda. La Chine de Xi Jiangping est un Empire chinois restauré, et non une périphérie asiatique de l'Occident contrôlée de l'extérieur (comme elle pouvait sembler dans les années 90). 

D-fil-membres-l-Etat-islamique-dans-province-Raqqa-en-Syrie.jpg

Fondamentalistes de l'EIIL en Syrie.

À cette époque, le statut du fondamentalisme islamique a également changé. De moins en moins souvent, les États-Unis l'utilisaient contre leurs adversaires régionaux (bien que parfois - en Syrie, en Libye, etc. - ils l'utilisaient encore), et de plus en plus souvent, l'anti-américanisme était au premier plan chez les fondamentalistes eux-mêmes. En effet, la Russie a cessé d'être un bastion de l'idéologie athée communiste et adhère plutôt à des valeurs conservatrices, tandis que les États-Unis et l'Occident continuent d'insister sur le libéralisme à l'américaine, l'individualisme et les LGBT +, en en faisant la base de leur idéologie missionnaire dans le monde. L'Iran et la Turquie se sont rapprochés de Moscou sur de nombreuses questions. Le Pakistan a forgé un partenariat étroit avec la Chine. Et aucun d'entre eux n'était plus intéressé par la présence américaine - ni au Moyen-Orient, ni en Asie centrale.  

La victoire complète des talibans (une organisation interdite dans la Fédération de Russie) et la fuite des Américains signifient la fin du monde unipolaire et de la Pax Americana. Comme en 1989, le retrait des troupes soviétiques d'Afghanistan a signifié la fin du monde bipolaire.  

Surveiller l'avenir

Que va-t-il se passer en Afghanistan au cours de la prochaine décennie? C'est le point le plus intéressant. Dans une configuration unipolaire, les États-Unis n'ont pas conservé le contrôle de ce territoire géopolitique clé. C'est un fait irréversible. Beaucoup de choses dépendent maintenant de savoir si une réaction en chaîne de désintégration des États-Unis et de l'OTAN commence, semblable à l'effondrement du camp socialiste, ou si les États-Unis conserveront un potentiel de puissance critique afin de rester, sinon le seul, du moins le premier acteur à l'échelle mondiale. 

Si l'Occident s'effondre, alors nous vivrons dans un monde différent, dont les paramètres sont difficiles à imaginer, et encore moins à prévoir. S'il s'effondre, alors nous y réfléchirons. Il est plus probable qu'il ne s'effondre pas jusqu'à présent (mais qui sait - l'Afghanistan est un miroir de la géopolitique, et il ne ment pas). Mais nous partirons du fait que, pour l'instant, les États-Unis et l'OTAN restent les autorités clés - mais déjà dans des conditions nouvelles - en fait, multipolaires.

Dans ce cas, ils n'ont qu'une seule stratégie en Afghanistan. Celle qui est décrite de manière assez réaliste dans la dernière (8ième) saison de la série d'espionnage américaine "Homeland". Là, selon le scénario, les Talibans (une organisation interdite dans la Fédération de Russie) s'approchent de Kaboul, et le gouvernement fantoche pro-américain s'enfuit. Contre les impérialistes néocons paranoïaques et arrogants de Washington, le représentant du réalisme dans les relations internationales (le double de Henry Kissinger au cinéma) Saul Berenson insiste pour négocier avec les talibans (une organisation interdite dans la Fédération de Russie) et tenter de les réorienter à nouveau contre la Russie. En d'autres termes, il ne reste plus à Washington qu'à revenir à la vieille stratégie qui a été testée dans les conditions de la guerre froide. S'il est impossible de vaincre le fondamentalisme islamique, il est nécessaire de le diriger contre ses adversaires - nouveaux et en même temps anciens. Et avant tout contre la Russie et l'espace eurasien.

Tel sera le problème afghan au cours de la prochaine décennie.

L'Afghanistan : un défi pour la Russie

Que doit faire la Russie ? D'un point de vue géopolitique, la conclusion est sans ambiguïté: l'essentiel est de ne pas laisser se réaliser le plan américain (raisonnable et logique pour eux et pour toutes les tentatives de maintien de leur hégémonie). Pour cela, il est bien sûr nécessaire d'établir des relations avec cet Afghanistan, qui est sur le point d'être créé. Les premières étapes des négociations avec les Talibans (une organisation interdite dans la Fédération de Russie) ont déjà été franchies par le ministère russe des Affaires étrangères. Et c'est une démarche très intelligente.

En outre, il est nécessaire d'intensifier la politique en Asie centrale, en s'appuyant sur d'autres centres de pouvoir qui cherchent à accroître leur souveraineté. 

Il s'agit principalement de la Chine, qui est intéressée par la multipolarité et notamment par l'espace afghan, qui fait partie du territoire du projet One Road - One Belt. 

De plus, il est très important de rapprocher nos positions du Pakistan, qui devient chaque jour un peu plus anti-américain. 

L'Iran, en raison de sa proximité et de son influence sur les Khazoréens (et pas seulement), peut jouer un rôle important dans le règlement afghan. 

La Russie doit certainement protéger et intégrer davantage le Tadjikistan, l'Ouzbékistan et le Kirghizstan dans les plans militaro-stratégiques de ses alliances, ainsi que le Turkménistan, qui est en léthargie géopolitique. 

Si les talibans n'expulsent pas durement les Turcs en raison de leur participation à l'OTAN, des consultations devraient être établies avec Ankara. 

Et peut-être surtout, il est très important de convaincre les pays du Golfe, et surtout l'Arabie Saoudite et l'Egypte, de refuser de jouer à nouveau le rôle d'un instrument soumis aux mains de l'Empire américain, qui tend à décliner. 

Bien entendu, il est souhaitable d'étouffer le vacarme médiatique orchestré par des agents étrangers déclarés et dissimulés en Russie même, qui vont maintenant commencer à remplir l'ordre américain de différentes manières. Il s'agit essentiellement de bloquer la mise en œuvre par Moscou d'une stratégie géopolitique efficace en Afghanistan et de perturber (ou du moins de reporter indéfiniment) la création d'un monde multipolaire.

Nous verrons l'image de l'avenir et les principales caractéristiques du nouvel ordre mondial dans un avenir proche. Et une fois encore, tout se passe au même endroit : en Afghanistan.

jeudi, 19 août 2021

L'Asie centrale et l'émirat d'Afghanistan

unnaACmed.jpg

L'Asie centrale et l'émirat d'Afghanistan

Ex: https://katehon.com/ru/article/centralnaya-aziya-i-emirat-afganistan

Avec le changement de direction politique en Afghanistan, l'Asie centrale revêt une importance accrue. Son rôle s'accroît quels que soient les scénarios, négatifs ou positifs.

Dans un scénario négatif, les États de la région auraient besoin d'une assistance pour la protection des frontières et la sécurité globale - de l'accueil des réfugiés à la surveillance de la situation politique intérieure. Le Tadjikistan fait partie de l'OTSC et du personnel militaire russe y est stationné. Le pays est également membre de l'OCS. Il y a également eu des conflits internes et un affrontement à la frontière avec le Kirghizstan. Mais il est peu probable que les Talibans (une organisation interdite en Russie) franchissent la frontière. Il pourrait plutôt s'agir de tentatives d'imitation de groupes islamistes locaux et de demandes d'aide aux Talibans pour établir un émirat similaire au Tadjikistan. Des organisations extrémistes telles que le Mouvement islamique d'Ouzbékistan (une organisation interdite dans la Fédération de Russie), qui a été lié à la fois à Al-Qaïda (une organisation interdite dans la Fédération de Russie) et aux Talibans, sont également actives dans l'Ouzbékistan voisin. Alors qu'au Tadjikistan, les forces de sécurité russes aident à contrôler la frontière, en Ouzbékistan, les forces locales doivent le faire par elles-mêmes. Cependant, des exercices militaires conjoints sont déjà prévus dans les deux républiques et ils ont débuté au Tadjikistan le 17 août.

Au Turkménistan, en raison de la neutralité totale du pays, la situation est plus critique. Les talibans ont déjà terrorisé les gardes-frontières locaux en les entraînant au combat, et les Turkmènes ont souvent dû les payer en échange de garanties de non-attaque. S'il n'y a pas de décision centralisée des talibans d'attaquer ces républiques, une autre option est possible. À savoir, lorsque les Talibans se réformeront (puisque la guerre en Afghanistan est officiellement terminée), il y aura inévitablement des cadres potentiels qui ne seront pas en mesure de s'intégrer au futur système et de faire la transition vers une vie paisible. Ils devront donc opérer à l'étranger, soit en tant que mercenaires, soit pour mener le "djihad" pour des raisons idéologiques. Et naturellement, leurs regards se porteront en premier lieu sur les pays voisins.

Dans ce cas, les États d'Asie centrale devront coopérer étroitement avec les autres voisins de l'Afghanistan, l'Iran, le Pakistan et la Chine, ainsi qu'avec la Russie.

Dans un scénario positif, le rôle de l'Asie centrale n'est pas moins important. Surtout, les projets d'infrastructure, de transport et d'énergie peuvent être dégelés et mis en œuvre. CASA-1000 vise à relier les systèmes énergétiques de l'Asie centrale à ceux de l'Asie du Sud - le Kirghizstan, le Tadjikistan avec l'Afghanistan et le Pakistan - et à développer des mécanismes d'échange d'électricité conformes aux normes internationales. En février 2021, le Kirghizstan a annoncé le début de la construction de lignes de transmission dans le cadre du projet CASA-1000. Les travaux commenceront d'abord dans l'Oblast de Batken, puis dans les Oblasts d'Osh et de Jalal-Abad. Le projet prévoit de moderniser le complexe de réseaux électriques nécessaire, de construire de nouvelles sous-stations et une ligne de transport d'électricité à haute tension qui permettra au Kirghizstan et au Tadjikistan d'exporter l'électricité excédentaire de l'été vers le Pakistan et l'Afghanistan.

Le programme de coopération économique régionale pour l'Asie centrale (CAREC) encourage également la coopération régionale en matière de transport, de commerce et d'énergie depuis 2001. Le CAREC comprend 10 pays : l'Afghanistan, l'Azerbaïdjan, la République populaire de Chine, le Kazakhstan, la République kirghize, la Mongolie, le Pakistan, le Tadjikistan, le Turkménistan et l'Ouzbékistan. La Banque asiatique de développement (BAD), la Banque européenne pour la reconstruction et le développement, le Fonds monétaire international, la Banque islamique de développement, le Programme des Nations unies pour le développement et la Banque mondiale supervisent le programme.

TAPI-Gas-Pipeline.jpg

Enfin, l'oléoduc TAPI (Turkménistan-Afghanistan-Pakistan-Inde) peut être lancé dans le format initialement conçu ou modifié.

Si les États-Unis sont précédemment intervenus massivement dans ces projets, la Russie a désormais la possibilité d'ajuster certaines orientations et de proposer ses propres initiatives.

L'Asie centrale suscite également un intérêt croissant de la part de Bruxelles. Alors que l'on affirme que la restauration de l'Émirat islamique est inacceptable et que les progrès démocratiques, y compris les droits des femmes et la protection des minorités, ainsi que le renforcement des institutions de l'État et la lutte contre la corruption, doivent être maintenus, les dirigeants de l'UE sondent simultanément les voies de leur entrée dans les républiques d'Asie centrale.

À la suite de sa visite à Tachkent pour une conférence sur les relations entre l'Asie centrale et l'Asie du Sud, le haut représentant de l'UE pour les affaires étrangères, Josep Borrell, a écrit sur son blog qu'il avait "discuté avec les ministres d'Asie centrale de notre désir de construire des partenariats solides et non exclusifs, ouverts à la coopération avec d'autres, sur des objectifs communs, comme indiqué dans la stratégie de l'UE pour l'Asie centrale de 2019". Cela implique d'intensifier la coopération dans divers secteurs allant du climat à l'environnement, en passant par la santé, l'eau, les droits de l'homme et le renforcement des capacités de gestion des frontières. J'ai réaffirmé la volonté de l'UE de s'engager dans le développement des liens régionaux et de relever les défis communs en matière de sécurité... La coopération régionale entre le Kazakhstan, le Kirghizstan, l'Ouzbékistan, le Tadjikistan, le Turkménistan, l'Afghanistan et les pays voisins peut non seulement contribuer au développement socio-économique, mais aussi relever les défis communs en matière de sécurité, notamment l'immigration clandestine, le trafic de drogue et les menaces terroristes.

Globalement, l'Asie centrale est dotée d'un énorme potentiel humain et de ressources naturelles. La Commission européenne estime qu'elle a beaucoup à offrir aux investisseurs européens. L'UE est déjà un partenaire commercial majeur de ces pays. Par exemple, le commerce bilatéral de marchandises représentait 22 milliards d'euros en 2020, et avec une population de 114 millions d'habitants, la région a un potentiel de marché considérable.

L'objectif de l'UE sera évidemment de pousser la région à mettre en œuvre des réformes structurelles et à améliorer l'environnement des entreprises. Un forum économique UE-Asie centrale est prévu en novembre. M. Borrell estime qu'il s'agira d'une nouvelle occasion d'œuvrer en faveur d'une connectivité durable et inclusive.

La Russie doit être proactive à cet égard. À ce jour, seuls deux États de la région - le Kazakhstan et le Kirghizstan - sont membres de l'UEE. En même temps, sur fond de diverses provocations dans ces pays contre l'utilisation de la langue russe, on a le sentiment d'un scénario artificiel d'opérations d'information et d'opérations psychologiques, auquel s'intéresse un client extérieur. L'Ouzbékistan a le statut d'observateur au sein de l'UEE, mais a jusqu'à présent adopté une attitude attentiste. On peut supposer que les représentants de l'UE tenteront d'influencer les décideurs en Ouzbékistan pour ralentir ou faire dérailler le processus d'adhésion à l'UEE. Moscou doit élaborer une feuille de route, notamment en contrant les tentatives européennes de saboter l'intégration eurasienne.

"L'Occident doit se réorganiser complètement en termes de politique étrangère et de politique de développement".

Yalta-International-Economic-Forum-Day-two.jpg

L'Afghanistan après le changement de pouvoir
 
Markus Frohnmaier (AfD): "L'Occident doit se réorganiser complètement en termes de politique étrangère et de politique de développement"

Entretien - Propos recueillis par Lukas Steinwandter

Ex: https://jungefreiheit.de/debatte/interview/2021/frohnmaier-afghanistan-westen-entwicklungspolitik/

En réponse à la prise de contrôle de l'Afghanistan par les Talibans, le gouvernement allemand a suspendu l'aide officielle au développement dans ce pays. À l'origine, 250 millions d'euros avaient été prévus pour l'année en cours. Alors que l'Occident se retire d'Afghanistan, une nouvelle puissance tente d'étendre sa sphère d'influence : la Chine. Nous nous sommes entretenus avec Markus Frohnmaier, porte-parole de la politique de développement pour le groupe parlementaire AfD au Bundestag, sur le sens et le non-sens de l'aide au développement, les solutions régionales possibles pour les flux de réfugiés et la manière dont l'Occident doit réagir à l'influence de la Chine.

Le gouvernement allemand a suspendu son aide au développement en Afghanistan après la prise du pouvoir par les Talibans. Est-ce la bonne décision ?

Frohnmaier : La décision est bonne. L'aide au développement qui affluait auparavant en Afghanistan était déjà plus que douteuse. Des bâtiments construits grâce à l'aide allemande au développement avaient déjà été convertis par les talibans en écoles coraniques avant qu'ils ne prennent le pouvoir et, dans un cas dûment documenté, en casernes pour les guerriers du djihad. Tant qu'un régime terroriste y est au pouvoir, le gouvernement allemand ne doit pas le parrainer par une aide au développement.

Qu'est-ce que le travail de développement a réellement accompli en Afghanistan au cours des 20 dernières années ?

Frohnmaier : Si vous regardez les résultats : Rien du tout, car les talibans en récoltent maintenant les fruits. Entre-temps, il y a certainement eu une amélioration marginale des conditions de vie dans les grandes villes. Mais beaucoup d'argent a également été dépensé pour des bêtises.

Par exemple ?

Frohnmaier : La Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit, qui réalise des projets de développement pour l'État allemand, a également financé des projets absurdes en matière de gendérisme en Afghanistan. Et le gouvernement allemand a mis en place un centre de conseil en matière de migration en Afghanistan dans le cadre du programme "Perspektive Heimat". Les habitants pouvaient y obtenir des informations sur les voies d'immigration légales vers l'Allemagne.

Comment se passe la coopération au développement avec les pays voisins comme le Turkménistan, l'Ouzbékistan et le Tadjikistan ?

Frohnmaier : Le gouvernement fédéral supprime progressivement la coopération bilatérale au développement avec le Turkménistan et le Tadjikistan. Seul l'Ouzbékistan est encore un pays partenaire de la coopération allemande au développement. Dans la longue série d'erreurs commises par le gouvernement allemand, celle-ci s'ajoute à la liste: en interrompant la coopération au développement avec une grande partie des États d'Asie centrale, nous nous sommes privés de pratiquement toutes les possibilités d'influence et de levier. Cette situation prend aujourd'hui sa revanche lorsqu'il s'agit de ralentir les flux migratoires. J'avais d'ailleurs déjà appelé à une coopération plus étroite avec les États d'Asie centrale au nom de mon groupe au début de l'année 2020.

1477845.jpg

De nombreux Afghans veulent désormais quitter le pays. Si l'on en croit le ministre fédéral de l'Intérieur Horst Seehofer (CSU), ils pourraient être plusieurs millions à frapper aux portes de l'Europe. Y aurait-il des alternatives dans les pays voisins mentionnés, par exemple pour des camps d'accueil sur place ? Et ces pays accepteraient-ils même un tel projet avec le soutien de l'UE ?

Frohnmaier : La possibilité d'accepter des réfugiés dans ces pays existe bel et bien. Des États comme le Tadjikistan, par exemple, sont relativement stables sur le plan politique et offriraient également la sécurité. Le gouvernement tadjik, par exemple, mène une action résolue contre l'islamisme, j'ai pu le constater par moi-même lors d'un séjour à Douchanbé. Mais bien sûr, les gouvernements locaux ne le feront que si nous les y poussons politiquement et financièrement. Vu l'incompétence de notre gouvernement fédéral, j'ai peu d'espoir. Seul le président français Emmanuel Macron affirme actuellement que la prévention des migrations est à l'ordre du jour.

Le gouvernement autrichien souhaite également faire pression au niveau de l'UE pour la création de centres de déportation dans les campagnes afghanes, afin que les États de l'UE puissent continuer à déporter les Afghans.

Frohnmaier : Exactement, si le gouvernement allemand veut agir dans l'intérêt du peuple allemand, il devrait se joindre à cette poussée.

La composition ethnique des Afghans plaide également en faveur de l'accueil des réfugiés près de chez eux.

Frohnmaier : Oui, environ 27% de la population afghane est composée de Tadjiks et de Perses. Neuf pour cent sont des Ouzbeks. En particulier pour les forces locales, un hébergement dans les pays voisins mentionnés serait plus judicieux. En outre, l'Allemagne est active dans plus de 40 pays et y entretient des partenariats bilatéraux. Parmi eux figurent de nombreux États fragiles. Et nous ne pouvons pas envoyer les soi-disant locaux et leurs proches en Allemagne à chaque fois qu'il y a un changement de régime quelque part dans le monde. Ce serait déraisonnable. Dans le cas de l'Afghanistan, les milliers de kilomètres de frontières terrestres ouvertes avec le Tadjikistan, l'Ouzbékistan et le Turkménistan permettent d'accueillir ces personnes sur place et aux pays concernés d'en assumer éventuellement la responsabilité avec notre soutien.

La Chine est un autre pays voisin de l'Afghanistan. Fan Hongda, de l'Université des études internationales de Shanghai, a prévenu il y a quelques jours : "En tant que pays voisin et pays important dans le monde, la Chine doit aider l'Afghanistan à établir la stabilité et la paix - ne serait-ce que pour nos propres intérêts de sécurité nationale." La Chine, qui entretient de bonnes relations avec les talibans, va-t-elle maintenant devenir plus active en Afghanistan, par exemple sous la forme d'une aide au développement et d'une coopération économique ?

Frohnmaier : Définitivement. Les Talibans sont moins un problème pour les Chinois parce qu'ils sont islamistes. Le problème des talibans en tant que groupe islamiste a toujours été qu'ils ont servi de refuge à d'autres groupes terroristes qui ont leur champ d'action en dehors de l'Afghanistan. Les Chinois ont donc un intérêt vital à ce qu'aucun groupe islamiste ne s'installe en Afghanistan qui aurait, par exemple, l'idée de libérer les camps de concentration pour les Ouïgours dans le Xinjiang voisin. Pékin sortira volontiers son chéquier pour cela. Et, bien sûr, pour s'assurer une influence, des matières premières et un accès au marché afghan.

Comment l'Occident doit-il réagir à cette situation ? 

Frohnmaier : L'Occident doit réorganiser complètement sa politique étrangère et de développement s'il ne veut pas être dépassé par la concurrence. Concrètement, cela signifie : pas d'interventions militaires dans des zones étrangères, mais une orientation stricte de sa propre politique de développement et de commerce extérieur sur la base des intérêts économiques. La Chine a acheté la moitié de l'Afrique sans sacrifier un seul soldat ; l'Occident se retire maintenant vaincu d'Afghanistan après avoir gaspillé des milliers de vies et des milliards astronomiques. Ce qu'il faut, c'est un retour au réalisme, où les intérêts nationaux sont le principe directeur, et non la question de savoir si le drapeau arc-en-ciel peut flotter à Kaboul.

Quel rôle la Russie joue-t-elle dans ce domaine ? 

Frohnmaier : La Russie a tiré les leçons des erreurs du passé, notamment de l'ingérence ratée de l'Union soviétique en Afghanistan. Les Russes prennent au sérieux le danger réel de terreur émanant d'une prise de pouvoir par les talibans, mais ils cherchent en même temps des moyens de Realpolitik de réduire ce danger. Les représentants russes, par exemple, n'ont réussi à obtenir des talibans que l'autorisation de poursuivre les activités de l'ambassade russe à Kaboul mardi. Dès qu'un nouveau gouvernement sera constitué à Kaboul, nous devrions également examiner si et comment une représentation diplomatique peut être rétablie en Afghanistan afin de protéger nos intérêts sur le terrain.

Quels sont ces intérêts en Afghanistan ou dans la région située au nord de celui-ci, où passe également la nouvelle route de la soie chinoise ?

Frohnmaier : J'identifierais trois domaines d'intérêt allemands importants : Prévention des migrations, contre-terrorisme et économie. Si nous ne voulons pas que les gens commencent à déménager et que le pays entier devienne un camp d'entraînement pour les terroristes, nous devons utiliser tous les leviers diplomatiques à notre disposition. Tôt ou tard, il s'agira probablement avant tout de reconnaître le gouvernement des talibans au regard du droit international. Nous devrions faire en sorte que cela dépende moins de la situation des droits de l'homme et davantage du fait que le gouvernement de ce pays soit prêt à nous donner certaines garanties en termes de politique migratoire et de sécurité.

Une autre question aiguë sera de savoir si nous devons permettre une vassalisation économique de l'Afghanistan par la Chine. Si nous ne le voulons pas, nous ne pourrons pas éviter d'obtenir l'accès au marché et aux ressources minérales qui s'y trouvent par le biais d'accords appropriés. Ce qui, soit dit en passant, serait également dans l'intérêt du peuple afghan, car la Chine, contrairement à l'Allemagne, s'intéresse très peu aux conditions de travail et aux normes sociales dans ses États satellites.

Les États-Unis peuvent-ils être un partenaire fiable pour l'Allemagne en matière de politique de développement, compte tenu du retrait rapide et désordonné en Afghanistan, ou l'Allemagne doit-elle chercher de nouveaux partenaires ?

Frohnmaier : Il faut faire la différence ici. La décision de se retirer d'Afghanistan était absolument juste. Il a déjà été réalisé lorsque Donald Trump était encore président des États-Unis. Mais la mise en œuvre du retrait a été un désastre au niveau opérationnel et ne reflète pas bien le président américain Joe Biden. Après tout, son administration a essentiellement suivi cette stratégie : D'abord, nous retirons les troupes, puis nous brûlons les documents sensibles, puis nous fermons l'ambassade et à la fin nous faisons sortir nos propres citoyens.

Je maintiens que l'ordre inverse aurait été le bon. À cet égard, je crois en principe qu'il est possible de travailler en partenariat avec les États-Unis, surtout s'ils reconsidèrent leur politique d'intervention. Les Américains ont également aidé à faire sortir nos ressortissants par avion lorsque notre propre gouvernement était submergé. Toutefois, avec l'actuel président américain, nous devrons probablement compter avec des défaillances plus fréquentes. Pour cette seule raison, nous ne devrions pas nous engager unilatéralement avec les États-Unis comme partenaire.

Mythes et réalités de la géopolitique turque

erdogan-2215259_1280.jpg

Mythes et réalités de la géopolitique turque

Alexandre Douguine

Ex: https://katehon.com/ru/article/mify-i-realii-tureckoy-geopolitiki

Après que l'Azerbaïdjan a repris le contrôle du territoire du Nagorny-Karabakh, les analystes ont commencé à remarquer une augmentation des activités turques dans la région du Caucase et, plus largement, en Asie centrale. Erdoğan a une nouvelle fois consolidé sa présence dans les États turcophones, a commencé à promouvoir ses intérêts en Géorgie et a jeté son dévolu sur l'Afghanistan, qui compte également une importante population turque (les Ouzbeks afghans).

Dans le même temps, il convient de noter que ces tendances géopolitiques actuelles ne correspondent pas au néo-ottomanisme. La plupart des territoires en question n'ont jamais fait partie de l'Empire ottoman. À l'époque de la guerre froide, le pan-turquisme et le pan-touranisme ont été artificiellement promus en Turquie, pays de l'OTAN, par les États-Unis. Au cours de la dernière décennie, cependant, alors qu'Erdogan a commencé à mener une politique de plus en plus souveraine et indépendante, le pan-turquisme s'est considérablement affaibli. Une fois de plus, il y a aujourd'hui des signes clairs de sa résurgence. Mais cela se passe maintenant dans un contexte bien différent. Il ne s'agit plus d'une pression de l'Occident utilisant la Turquie dans un grand jeu contre la Russie continentale, mais d'une initiative personnelle d'Erdogan.

Cela a été particulièrement évident après les événements du Haut-Karabakh, et au niveau de l'image, tant en Turquie qu'en Azerbaïdjan même, la victoire a été entièrement attribuée à l'alliance Bakou-Ankara. En réalité, le facteur décisif, ainsi que la bonne préparation d'Aliyev à la guerre, a été l'accord de Poutine donné sotto voce pour restaurer l'intégrité territoriale de l'Azerbaïdjan par la force. Les grandes décisions ont été prises précisément à Moscou. Et c'était à Poutine de décider à qui appartenait le Karabakh.

Poutine avait précédemment convenu avec le précédent président arménien, M. Serzh Sargsyan, de débloquer partiellement le problème du Karabakh en cédant cinq districts. Mais Pashinyan, soutenu par Soros et les mondialistes, qui a organisé une révolution colorée à Erevan, a annulé tous les accords. Et on ne fait pas un coup pareil à Poutine. C'est en raison des politiques de Pashinyan et en réponse aux actions du lobby pro-américain et pro-occidental en Arménie que Poutine a pris une décision concernant le Karabakh. Quelle était cette décision, nous pouvons le voir maintenant. Cela aurait pu être très différent. Et là, l'alliance turco-azerbaïdjanaise, je le crains, n'aurait rien pu faire.
Il en va de même pour la position turque au Moyen-Orient, qui était en fait autrefois un territoire sous contrôle ottoman après les Byzantins. Et ici, Erdogan poursuit sa politique plus ou moins réussie uniquement parce que la Russie n'interfère pas avec elle. Avec le front actuel d'Erdogan contre l'Occident, alors qu'en juillet 2016, l'Occident et la CIA ont tenté de le mettre carrément dehors, c'est le soutien discret de Moscou qui permet à Ankara de consolider sa souveraineté.

Mais cette politique de Moscou qui ferme les yeux en Syrie, en Libye, en Irak et maintenant en Azerbaïdjan n'est pas une conséquence de notre faiblesse, mais le résultat d'un calcul géopolitique de grande envergure. La Russie construit un monde multipolaire, cherchant à limiter autant que possible le territoire de l'hégémonie américaine. Et l'ambitieux Erdogan facilite cela dans la pratique. Mais tout cela fonctionnera jusqu'à une certaine limite.

267679.jpg

Cette limite à ne pas franchir, c'est le partenariat militaire d'Ankara avec les russophobes de Kiev, la vantardise excessive de l'alliance Turquie-Azerbaïdjan (en oubliant Moscou, où tout s'est réellement décidé) et l'intensification du pan-turquisme en Asie centrale. À l'exception du volet ukrainien, qu'Ankara aurait dû abandonner complètement (et le plus tôt serait le mieux), les vecteurs les plus solides de la politique turque pourraient être poursuivis - mais pas au nom de l'OTAN et en coordonnant soigneusement les lignes rouges avec la Russie.

L'entrée de la Turquie en Asie centrale ne relève plus de l'ottomanisme, mais d'une certaine version de l'eurasisme turc. Moscou n'a théoriquement rien contre cette vision, mais l'eurasisme turc doit être coordonné avec l'eurasisme russe, car le Kazakhstan, le Kirghizstan et l'Ouzbékistan ne sont pas simplement des alliés de la Russie, mais des membres de diverses structures économiques et militaires. La Turquie pourrait très bien les rejoindre et agir de concert avec la Russie.

C'est la seule façon de résoudre le problème arménien, après tout, la Russie est responsable d'Erevan. Et la reconstruction de la région après la guerre devrait prendre en compte les intérêts de toutes les parties. Y compris l'Iran, d'ailleurs, qui a été en quelque sorte oublié dans la guerre du Karabakh. Et en vain.

L'eurasisme est une idéologie extrêmement importante, précisément parce qu'elle n'a pas de dogmes. Son ambiguïté et son ouverture certaines sont un avantage et non un inconvénient.  La Russie - en tant que foyer, centre, pôle de l'Eurasie et pivot géographique de l'histoire - est le facteur principal de toute construction géopolitique efficace.

Si Ankara opte pour un monde multipolaire, alors bienvenue au club et discutons en toute franchise des souhaits de toutes les parties. S'il s'agit de l'expansion impérialiste voulue par un seul homme ou d'un nouveau cycle pour servir les intérêts de l'OTAN, ce n'est pas seulement un projet non constructif mais un projet suicidaire.

Il est grand temps que la Russie, à son tour, accorde une attention particulière au potentiel de la doctrine eurasienne, tant sur le plan idéologique que géopolitique.  Sans idéologie et en s'appuyant sur un pur pragmatisme, nous ne pouvons tout simplement pas mener à bien des projets d'intégration à long terme.

mercredi, 18 août 2021

Relancer l'intégration latino-américaine

_119636442_mediaitem119636441.jpg

Relancer l'intégration latino-américaine

Le continent sud-américain pourrait s'affranchir de l'influence des États-Unis si les pays commencent à collaborer étroitement

Ex: https://katehon.com/ru/article/perezagruzka-latinoamerikanskoy-integracii

Pedro Castillo a officiellement pris ses fonctions de président du Pérou le 28 juillet.

Peu de gens ont remarqué que le parti Pérou Libre, dont Castillo est issu, se décrit comme marxiste-léniniste, ce qui est un cas sans précédent pour le Pérou et l'Amérique latine elle-même. Fait important, le nouveau président est un opposant à l'avortement et au mariage homosexuel, ce qui est atypique pour la gauche latino-américaine. L'élection d'une nouvelle figure reflète clairement les aspirations des masses à des politiques plus souveraines et plus justes. Il s'agit maintenant pour M. Castillo d'être à la hauteur de cette confiance et d'entamer une coopération intensive avec des collègues d'autres pays qui partagent une vision de l'indépendance et d'un avenir décent pour leurs peuples.

Compte tenu du climat actuel sur le continent, une situation très intéressante se dessine. De l'héritage du tournant de gauche du début des années 2000, seul le Venezuela a survécu à la bataille contre l'hégémonie américaine, et, il faut l'ajouter, cette résistance s'est déployée avec grande difficulté. La Bolivie a été mise hors jeu pendant un certain temps, mais a réussi à se remettre sur les rails après la dernière élection présidentielle. L'Équateur et, plus tôt encore, le Honduras sont tombés. En Argentine, les péronistes sont revenus au pouvoir après le néolibéral Mauricio Macri. Il y a une chance qu'au Brésil, la gauche puisse reprendre le pouvoir. Lors des élections régionales de la fin de l'année dernière, ils ont remporté une majorité de sièges. Le Mexique, lui aussi, suit une voie souveraine pragmatique tout en comprenant la nécessité d'un engagement formel avec les États-Unis. Ajoutez à cela Cuba, qui est effectivement un avant-poste de la résistance à l'hégémonie américaine. Le résultat est un axe géopolitique dont les membres résistent à la domination de Washington et cherchent à relancer les processus d'intégration qui ont été bloqués ou affaiblis par des forces extérieures et des contradictions internes.

075_group-lopezobr210603_npb4t.jpg

La crise de l'OEA et le retour de l'intégration régionale

À la veille de l'investiture de Pedro Castillo, le président mexicain López Obrador a sévèrement critiqué les actions des États-Unis et de leur structure mandataire appelée Organisation des États américains (OEA). Le président a ouvertement déclaré qu'il enverrait de l'aide humanitaire à Cuba malgré l'embargo américain. Les actions de Washington ont été qualifiées d'"inhumaines et barbares". Quant à l'OEA, elle était à l'origine un instrument de l'influence américaine dans les Amériques. "L'Union panaméricaine", qui a précédé l'OEA, a été créée pour mettre en œuvre la stratégie de la "doctrine Monroe". L'OEA a son siège à Washington, ce qui indique sans équivoque la position hégémonique des États-Unis. Comme de nombreuses structures dépassées telles que la SEATO et la SENTO, l'OEA n'a également plus aucune raison d'exister si ce n'est de continuer à servir les intérêts de la Maison Blanche. La proposition du président mexicain López Obrador est donc opportune et pertinente. Dans un monde de plus en plus multipolaire, un nouveau mécanisme est nécessaire pour le dialogue politique dans les Amériques.

Mexico-preside-la-30°-Reunion-de-Coordinaciones-Nacionales-de-la-Comunidad-de-Estados-Latinoamericanos-y-Caribenos.jpg

Efrain Guadarrama (photo), directeur des institutions et mécanismes régionaux américains du ministère mexicain des affaires étrangères, a commenté les propos du président mexicain comme suit :

"Le discours du président López Obrador reflète la réalité dans laquelle nous vivons dans notre hémisphère. Nous avons actuellement une "Organisation des États américains" qui ne se concentre que sur les questions qui sont controversées et qui divisent. Cela n'est pas acceptable et constitue un symptôme clair que la SV ne fonctionne pas et n'est pas adaptée aux circonstances".

Interrogé par les médias sur la perspective d'un rétablissement de l'intégration régionale en Amérique latine et dans les Caraïbes, M. Guadarrama a déclaré que "c'est certainement une image positive et encourageante. Lorsque le Mexique a assumé la présidence intérimaire de la CELAC en janvier 2020, les différences entre les États membres sont apparues clairement. D'autre part, lors de cette dernière réunion des ministres des affaires étrangères, nous avons vu qu'absolument tous les pays sont venus avec des attitudes coopératives, en se concentrant sur les défis communs auxquels nous sommes confrontés en tant que région, principalement à cause de la pandémie. La pandémie nous a obligés à nous asseoir et à chercher des stratégies régionales pour faire face à la situation. Nos programmes de collaboration les plus importants, menés par la CELAC, étaient donc basés sur une distribution beaucoup plus équitable des vaccins. Cela nous a permis de faire bénéficier sept pays de vaccins et de nombreux autres de l'EVD. Notre analyse montre que plus de 50 % des gouvernements du bloc ont bénéficié de nos programmes de collaboration pendant la pandémie.

La crise pandémique a permis aux pays d'Amérique latine de se réengager dans la coopération et la collaboration.

Les élections présidentielles au Chili auront lieu en novembre, ce qui sera également important pour l'Amérique du Sud. Le principal vecteur des intérêts américains reste la Colombie, qui est secouée depuis des mois par de nombreuses manifestations et émeutes. Le Nicaragua organisera également des élections générales en novembre - et il existe déjà des preuves d'ingérence de Washington et de ses agents (ainsi que des tentatives actuelles d'organiser des émeutes à Cuba). Dans l'ensemble, la situation actuelle est encourageante. L'inclusion de l'"axe du bien" (pour citer Hugo Chávez), c'est-à-dire l'Iran et la RPDC, ainsi que le soutien de la Russie et de la Chine, pourraient constituer des facteurs supplémentaires pour la création rapide d'un pôle géopolitique ibéro-américain.

La véritable idéologie qui anime les Talibans

phpNbxTc6.jpg

La véritable idéologie qui anime les Talibans

Emanuel Pietrobon

Ex: https://it.insideover.com/politica/i-talebani-oltre-gli-stereotipi-e-le-apparenze.html

Les talibans sont revenus au pouvoir après vingt ans et pour l'Afghanistan, l'Asie centrale et l'Eurasie, à moins d'un revirement radical, une nouvelle phase historique s'ouvre. Une phase qui, selon certains, pourrait être marquée par un retour à l'instabilité de type terroriste des premières années des années 2000 - l'ère de la guerre contre la terreur - mais qui, selon d'autres, pourrait réserver de grandes et imprévisibles surprises - parmi lesquelles une stabilisation du théâtre afghan fonctionnelle pour catalyser la matérialisation des rêves eurasiens de la Russie et de la Chine et, donc, pour accélérer la multipolarisation du système international.

Ce sont les événements d'un avenir proche qui donneront raison aux premiers ou aux seconds, c'est-à-dire à ceux qui craignent les talibans ou à ceux qui se réjouissent de leur ascension, mais en attendant, nous disposons déjà de quelques éléments utiles à la formulation d'une prédiction. Nous savons, par exemple, que les talibans de Hibatullah Akhundzada ne cherchent pas l'auto-marginalisation, mais la reconnaissance internationale. Et nous savons qu'ils aimeraient acquérir la légitimité qui leur fait défaut aujourd'hui de diverses manières: amnistie générale pour les concitoyens ayant travaillé avec l'Alliance atlantique, ouverture aux investissements étrangers, inauguration d'un processus de réconciliation nationale et, enfin et surtout, mise en place d'un régime politique (très) conservateur mais non fondamentaliste.

Encore une fois, ce seront les événements du futur proche qui confirmeront ou non la bonté des proclamations des Talibans 2.0 - qui, par rapport à leurs prédécesseurs, semblent être plus "sociaux", c'est-à-dire plus enclins à utiliser le Net pour promouvoir leur image - mais une chose est sûre comme l'or: ils sont et restent des pragmatiques, ils sont et restent la manifestation la plus puissante de la géopolitique pakistanaise et ils sont et restent les porte-parole d'une force sociale plutôt nombreuse et représentative de l'Afghanistan pluri-ethnique - cela ne s'expliquerait pas, sinon, l'incapacité de l'Occident à offrir aux Afghans une alternative culturelle valable pour les érudits du Coran - dont les véritables origines remontent au Grand Jeu - Dost Mohammed Khan -, dont les valeurs s'inspirent du code d'honneur pachtoune (Pashtunwali) et dont l'interprétation de l'Islam est ancrée dans les enseignements de l'école déobandi.

La méthode pachtoune

Les tribus qui peuplent les terres sauvages et montagneuses d'Afghanistan vivent de dictons et de proverbes: ils sont leur pain quotidien, l'un de leurs principaux moyens d'exprimer leurs sentiments, leurs émotions et leurs pensées. Et si vous voulez comprendre l'éternel et incompréhensible puzzle qu'est l'Afghanistan, il vous suffit d'étudier les dires des gens qui y vivent, en particulier les Pachtounes.

Parce que les Pachtounes sont le groupe ethnique prédominant en Afghanistan. Ce sont les Pachtounes qui, inflexibles, indomptables, pugnaces et fiers, sont au centre des chroniques des conquérants européens depuis l'époque d'Alexandre le Grand. Et ce sont les Pachtounes qui, dit-on, trouvent toujours un chemin, même lorsqu'ils atteignent le sommet d'une montagne escarpée, et portent toujours une épée pour défendre l'honneur de l'Islam et de leurs frères.

afgha-pashtomap.gif

Il est essentiel de pénétrer dans l'esprit et le cœur des Pachtounes : le mouvement taliban est en effet une manifestation politico-religieuse appartenant largement à l'univers pachtoune, comme le montrent et le prouvent l'identité ethnique, les valeurs, le système organisationnel et la foi de ses membres. Parce que les Talibans, tout comme les Pachtounes, croient au Pashtunwali (la voie des Pachtounes, également connue sous le nom de code de vie) - même s'ils l'ont déformé et instrumentalisé pour satisfaire leur propre agenda -, ils se réunissent en jirga (l'assemblée des anciens), respectent les chefs tribaux (Khans) et pratiquent une forme particulière et hétérodoxe d'Islam (Deobandi).

Par certains aspects, le Pashtunwali rappelle l'ancien code d'honneur albanais, le Kanun, et repose sur treize piliers, dont trois sont considérés comme fondamentaux. Les trois piliers fondamentaux sont l'hospitalité envers le visiteur (melmastia), l'octroi de la protection et de la reddition aux ennemis qui le demandent (nanawatai) et la vengeance sanglante (nyaw aw Badal), qui ne connaît ni limites ni trêve.

Les dix autres piliers, que le temps a rendu aussi importants que les trois premiers, sont le devoir de courage face aux envahisseurs (turah), la loyauté envers la famille, les amis et la tribu (wapa), le respect de son prochain et de la création (khegara), le respect de soi-même et de sa famille (pat aw Wyar), la défense de l'honneur des femmes (namus) et des faibles (nang), la chevalerie (merana), la défense des coutumes et des traditions (hewad), la résolution des conflits par l'arbitrage (jirga) et la loyauté inébranlable envers Dieu (groh).

study_afghan_warrior_tehran_1_hi.jpg

Le groh explique, par exemple, pourquoi les talibans sont opposés à toute forme de sécularisation et d'exclusion du sacré hors de la vie publique. Le nanawatai, en revanche, explique pourquoi les érudits du Coran ont pardonné les policiers, les soldats et les agents du gouvernement qui ont déposé les armes et changé de couleur au premier (et unique) avertissement. Et le turah est le pilier qui, depuis l'époque d'Alexandre le Grand, encourage les Pachtounes à défendre leur terre avec un sens de l'abnégation plus unique que rare.

L'affreux nyaw aw Badal, en revanche, est la charnière qui légitime toutes les brutalités que les talibans ont coutume de commettre contre les ennemis qui ne se rendent pas ou ne renient pas leurs croyances : des lapidations aux pendaisons, et des tortures aux viols. Le nyaw aw Badal est la raison pour laquelle le dernier président de la République démocratique d'Afghanistan a été écorché vif, sans aucune pitié, puis pendu en plein centre de Kaboul. Le nyaw aw Badal explique pourquoi des hordes d'Afghans tentent de quitter le pays et pourquoi de nombreuses autres personnes, là où il n'y a ni caméras ni témoins, sont exécutées sur ordre des tribunaux talibans.

La foi des Talibans

Le Pachtoune, le redoutable berger-guerrier qui, au fil des siècles, a vaincu les Macédoniens, les Britanniques, les Soviétiques et les Américains, transformant l'Afghanistan en cimetière des empires, vit non seulement en respectant les règles non écrites du Pachtounewali, mais aussi en observant strictement les dictats des imams et des oulémas de l'école Deobandi.

Le déobandisme est né à l'époque du Grand Jeu dans l'Inde actuelle. Les fondateurs, parmi lesquels nous nous souvenons de Fazlur Rahman Usmani, Mehtab Ali, Nehal Ahmad, Muhammad Qasim Nanautavi et Sayyid Muhammad Abid, croyaient que la colonisation britannique du sous-continent aurait déterminé un processus de décadence des coutumes avec pour terminus une désislamisation totale. Un scénario auquel les musulmans indiens ne pouvaient échapper que d'une seule manière: en créant un nouvel islam, plus rigide, plus pur, plus ethnocentrique et, surtout, plus anti-impérialiste.

Ce type d'islam, conçu pour résister à la colonisation civilisatrice des occupants britanniques, aurait été forgé au sein de l'école Darul Uloom Deoband - créée à Deoband, dans l'Uttar Pradesh, en 1866 - dont il tire son nom. Influencé par le hanafisme, le maturidisme et les pratiques dérivées du soufisme, le déobandisme a historiquement invité les fidèles à vivre l'islam comme les purs ancêtres (al-salaf al-ṣāliḥīn) - à l'instar du wahhabisme - et a connu une première phase d'expansion qui a duré jusqu'au premier quart du XXe siècle, le répandant entre La Mecque et Kuala Lumpur.

JP-TALIBAN-superJumbo.jpg

Le facteur ethnocentrique, l'accent mis sur le retour aux origines et la centralité de l'approche anti-impérialiste ont toutefois pris le dessus avec le temps sur l'universalisme et la modération, pour finir par déterminer une radicalisation de cette intéressante et intrigante école de pensée qu'est (ou était?) le déobandisme.

La radicalisation des enseignements déobandi est un phénomène qui a précédé et, en partie, accompagné l'émergence de la question afghane, et donc des moudjahidines et des talibans. Car, si au moment de la fondation, l'Ennemi était représenté par les Britanniques, avec l'avancée de la guerre froide, il deviendra l'Union soviétique. Et les musulmans qui acceptent moins l'impérialisme, en 1979 comme en 1866, trouveront dans le déobandisme une ancre à laquelle ils pourront s'accrocher pour résister à la force écrasante de la massification et défendre leur foi et leur ethnie.

En fin de compte, les Talibans ont réussi à surmonter l'obstacle imposant de la fragmentation ethno-tribale de l'Afghanistan en s'appuyant sur le pouvoir adhésif de ces deux facteurs que sont la culture (Pashtunwali) et la religion (Deobandi). Deux "substances adhérentes" qui leur ont permis, d'abord, de légitimer l'établissement d'un émirat aussi fermé (pachtoune) qu'ouvert (islamique) et ensuite de survivre pendant les années de l'occupation euro-américaine, en prospérant et en se reproduisant dans les montagnes et les zones rurales, d'où ils ont patiemment préparé la reconquête de tout le Pays.

Chine, Russie, Turquie et Pakistan : le nouveau "Grand Jeu" est en marche.

Resurrected-Great-Game-on-the-Grand-Chessboard-Geopolitics-on-Afghan-Soil-1024x675.jpg

Chine, Russie, Turquie et Pakistan : le nouveau "Grand Jeu" est en marche

Lorenzo Vita

Ex: https://it.insideover.com/politica/cina-russia-turchia-e-pakistan-si-muove-il-grande-gioco-afghanistan.html

La chute de Kaboul ouvre des scénarios nouveaux: qui prendra la place laissée vacante par le retrait des États-Unis? Peut-être personne. Peut-être tous, en divisant le pays. Ou peut-être y aura-t-il une puissance capable de l'emporter sur une autre. Pour l'instant, il est impossible de faire des prédictions. Ce qui est certain, en revanche, c'est que la diplomatie des autres puissances régionales s'est employée, depuis quelque temps, à enrayer une catastrophe largement prévisible.

Après avoir sécurisé le personnel, les chancelleries travaillent maintenant sur la manière de gérer ce qui semble désormais être définitivement un nouveau régime : l'Émirat islamique d'Afghanistan. L'envoyé du Kremlin en Afghanistan, Zamir Kabulov, a confirmé que l'ambassadeur à Kaboul rencontrera les talibans mardi. M. Kabulov a déclaré à Radio Echo Moskvj que la réunion ne constituait toutefois pas un accord pré-écrit: "La reconnaissance ou non dépendra de ce que fera le nouveau régime". Le représentant russe à Kaboul, l'ambassadeur Dmitry Zhirnov, a expliqué à Russia 24 que les talibans avaient garanti leur engagement en faveur d'un "Afghanistan exempt de terrorisme et de trafic de drogue, où les droits de l'homme seront respectés". "Un pays qui aura de bonnes relations avec le monde entier". Mais l'ambassadeur lui-même s'est montré prudent. L'ordre qui est venu de Moscou semble être d'accorder une attention particulière à la situation nouvelle: les talibans, après tout, sont très bien connus dans les hiérarchies militaires et politiques russes. Et c'est pourquoi de nombreuses variables vont peser sur la reconnaissance de l'émirat : à commencer par la question du terrorisme, très chère au Kremlin. La Russie ne semble pas particulièrement satisfaite de ce qui se passe en Asie centrale, et c'est l'une des raisons pour lesquelles elle a mobilisé ses troupes pour des exercices qui ressemblent aussi à un avertissement.

La reconnaissance du gouvernement taliban interroge également Pékin. La Chine n'a jamais nié avoir tissé un réseau de relations avec les "étudiants coraniques", comme en témoigne la rencontre à Tianjin, en juillet, entre le ministre Wang Yi et une délégation de talibans dirigée par le mollah Abdul Ghani Baradar. Ainsi, au lendemain de la chute de Kaboul, le gouvernement de la République populaire a donné ses premières instructions. La porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères, Hua Chunying, a déclaré que son pays avait l'intention d'entretenir une "coopération de bon voisinage et amicale" avec l'Afghanistan, en assumant "un rôle constructif dans la paix et la reconstruction".

L'objectif est d'intégrer le pays dans le projet stratégique "One Belt One Road". Toutefois, comme le rapporte Agi, il ne faut pas oublier les liens du nouvel émirat avec les fondamentalistes islamiques, qui inquiètent également la Chine. C'est ce qu'a expliqué l'ancien ambassadeur en Iran, Hua Linming, au South China Morning Post. "Le groupe a des liens tellement profonds et complexes avec des groupes extrémistes et terroristes, a déclaré le diplomate chinois, qu'il est trop tôt pour dire à quel point la Chine doit être inquiète." Ouverture, donc, mais sans dose excessive d'optimisme. Le chaos et l'insurrection islamiste sont des éléments qui font réfléchir tout le monde, même le Politburo chinois. Et il est clair qu'il sera important de comprendre non seulement comment la Chine se comportera, mais aussi ce que fera le rival stratégique qui pourrait entrer dans le jeu en Asie centrale : l'Inde.

1 CdmmOT3E3aW_0Zvtap9nAA.jpeg

La Turquie, le seul pays de l'OTAN qui semble s'intéresser à l'Afghanistan, aussi pour des intérêts stratégiques purement nationaux, observe également avec attention ce qui se passe à Kaboul. Recep Tayyip Erdogan, qui avait proposé de rester en charge de l'aéroport de la capitale afghane après le retrait des forces occidentales, craint désormais une vague de réfugiés prêts à franchir la frontière turque après avoir traversé l'Iran. Comme le rapporte l'agence Anadolu, le président turc s'est exprimé depuis Istanbul avec son homologue pakistanais, Arif Alvi, pour rappeler l'engagement conjoint d'Ankara et d'Islamabad en faveur de la sécurité en Afghanistan. C'est un élément à prendre en compte, étant donné que les relations entre les deux pays se sont également renforcées sur le plan militaire. Ce n'est pas un hasard si les deux dirigeants se sont rencontrés à Istanbul pour le lancement d'un navire construit dans les arsenaux turcs. Erdogan a également téléphoné au Premier ministre pakistanais, Imran Khan, pour décider des prochaines étapes. Un axe intéressant qui parle aussi chinois, sachant que le Pakistan a depuis longtemps renforcé ses liens stratégiques avec Pékin et que la Turquie, oscillant constamment entre l'Ouest et l'Est, n'a jamais nié avoir une forte attirance pour les sirènes de l'Est.

Les propos du propre envoyé de la Russie pour l'Afghanistan pèsent également sur la Turquie. Dans une interview accordée à Echo Moskvj, Kabulov a pointé du doigt précisément les fonds du Golfe Persique. Et il est clair que si la délégation des Talibans se trouvait à Doha, au Qatar, la connexion avec les Turcs risque d'être trop facile. L'alliance entre le dirigeant turc et le Qatar est bien connue. Et ces mots sur les Talibans "soutenus par certains fonds islamiques, principalement basés dans la région du Golfe Persique" risquent d'être un message russe à toutes les forces impliquées dans la région. Ankara inclus.

lundi, 16 août 2021

Afghanistan : le nouveau Vietnam américain

un-avion-de-transport-americain-atterrit-a-la-base-de-bagram-le-1er-juillet-2021-dans-le-cadre-du-depart-des-troupes-americaines-d-afghanistan_6313356.jpg

Afghanistan: le nouveau Vietnam américain

Les Talibans s'empressent de prendre le contrôle de toutes les villes afghanes, avec l'objectif non encore déclaré de prendre Kaboul. Des nouvelles déchirantes nous parviennent du pays, où des multitudes fuient devant l'avancée des milices islamiques.

Il convient de noter que les informations sur ce qui se passe sont dramatiques, contrairement à d'autres guerres, comme celle du Yémen, où les raids aériens de l'alliance dirigée par l'Arabie saoudite, qui massacrent des civils et des enfants depuis des années, n'ont pas obtenu un millième de la couverture médiatique accordée à la guerre contre les Talibans.

Mais ce n'est pas sur l'habituelle myopie des médias que nous voulons nous concentrer, mais sur les nouvelles elles-mêmes.

Comme d'habitude, il est difficile de s'extraire du chaos informationnel, et le bombardement médiatique empêche souvent de poser les questions les plus banales.

En particulier, sur la férocité des milices en question. Si vous remarquez, il n'y a pas de reportages sur les massacres de civils, qu'ils soient massifs ou plus limités.

ZRACAT7BX5BZJHOKGXE3CMMCKE.jpg

Tout au plus, les médias font-ils état de mariages forcés, les talibans entrant dans les maisons et mariant les femmes de force. Une pratique odieuse, mais qui pourrait aussi être le fruit de la propagande, qui utilise des événements réels en les amplifiant au-delà de toute proportion.

En ce sens, la réitération automatique de telles nouvelles, qui rebondissent sur les médias toujours de la même manière, comme cela se passe pour les nouvelles diffusées sur le réseau par les bots, est suspecte.

Il ne s'agit pas d'une campagne à la Isis

Mais au-delà de la véracité de la nouvelle, il reste qu'il s'agit de la pratique la plus féroce dénoncée à ce jour. On ne parle pas de massacres aveugles, même si les morts ne manquent pas.

Compte tenu de l'emphase médiatique ci-dessus, cela signifie simplement que, du moins pour le moment, aucun massacre n'a lieu. C'est-à-dire que les milices islamiques, lorsqu'elles prennent le contrôle d'une zone, n'infligent pas autant de violence à la population.

Nous ne disons pas qu'ils distribuent des fleurs en arrivant à un endroit, ni que la guerre en cours est une bonne chose, que toutes les guerres ont leurs horreurs, mais que c'est une guerre comme une autre et surtout complètement différente de celle menée en Syrie et en Irak par Isis et al Nusra - milices auxquelles les talibans sont souvent associés - dont les conquêtes ont été émaillées d'horreurs innommables.

Ce à quoi nous assistons est, avec toutes les limites de l'affaire, une guerre de libération: après vingt ans d'occupation américaine, les Afghans reprennent leur pays.

Bien sûr, elle est dirigée par des milices islamiques, mais ceux qui voulaient combattre l'envahisseur n'avaient pas d'autre choix qu'eux. Et de nombreux Afghans ordinaires, qui considéraient la présence américaine comme une honte, se sont joints à eux.

Parmi ceux-ci, certainement aussi beaucoup qui ont vu leurs proches exterminés par des drones de fabrication américaine (" accidents " qui peuvent arriver, surtout si des centaines de milliers de bombes sont larguées du ciel, comme le titre du magazine du MIT: "Life in the most bombed country in the world").

3e46547_KAB02_AFGHANISTAN-ATTACK-_0919_11.JPG

En outre, les rebelles n'ont pas l'exclusivité de la férocité, étant donné que Rashid Dostum, un ancien chef de guerre au CV jonché de crimes innommables, a été appelé à diriger l'armée de Kaboul (si ce n'est sur la suggestion des États-Unis, en tout cas avec leur placet).

L'Afghanistan comme le Vietnam

Dans les médias américains, la guerre afghane trouve souvent des parallèles avec celle du Vietnam, qui s'est également terminée par le retrait précipité des troupes américaines.

Si précipité que lorsque les marines se sont retirés de l'aéroport stratégique et symbolique de Bagram, ils l'ont fait de nuit, sans même en informer les Afghans stationnés sur la base.

Les médias américains s'interrogent sur la défaite, car c'est bien de cela qu'il s'agit, comme cela est désormais clair pour tous. Et sur le fait que ce résultat était clair depuis un certain temps.

À tel point qu'Ishaan Tharoor, dans le Washington Post, explique que les présidents américains étaient au courant dès 2005-2006, mais ont décidé de fermer les yeux. C'est exactement ce qui s'est passé avec le Vietnam.

Car, comme pour le Vietnam, aucun d'entre eux ne veut entrer dans l'histoire comme le président qui a perdu une guerre, ni surtout n'a eu le courage de défier frontalement les faucons, sauf Trump à la fin de son mandat.

Biden a eu ce courage et s'est retiré, réalisant la promesse de Trump (et s'attirant la haine des faucons, qui montent une campagne pour rester dans le pays: l'emphase médiatique ci-dessus sert à cela).

Des engagements violés. Par qui ?

Bien sûr, les pactes prévoyaient que les Talibans concluent un accord avec Kaboul. Mais quelqu'un a rompu les pactes, et peut-être pas seulement les talibans, puisque la campagne d'opposition à la décision présidentielle s'est accompagnée de quelques bombardements effectués par des B-52, dont les bombes sont encore moins intelligentes que les autres (et qui ne sont probablement que la partie émergée de l'iceberg d'opérations plus obscures et secrètes).

De plus, l'accord était très difficile. Si l'on se met à la place des talibans - mutatis mutandis - c'est comme si, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, on avait demandé à Paris de trouver un accord avec Vichy.

Afghan-army-commandos.jpg

Ainsi, la parole reste aux armes, à l'armée afghane, armée et entraînée par les Etats-Unis, qui fond comme neige au soleil, alors qu'elle est trois fois supérieure à l'ennemi.

L'effondrement de l'armée a été décrété par les défections massives, qui indiquent le taux d'adhésion à la prétendue "démocratie" afghane créée par Washington, mais qui ont également permis d'éviter des affrontements plus féroces.

Pour l'instant, Biden maintient son point de vue, étant même capable d'afficher l'immense coût de la guerre en Afghanistan (1,5 trillion de dollars) face à des résultats aussi minimes. Mais la situation est magmatique et évolutive: comme pour les autres pays dévastés par des guerres sans fin, le chaos variable produit par ces guerres défie toute prévision et tout contrôle.

Source: https://piccolenote.ilgiornale.it/52685/afghanistan-il-nuovo-vietnam-americano

dimanche, 15 août 2021

La crise des Caraïbes

antilles-map3.gif

La crise des Caraïbes

Daniele Perra

Ex: https://www.eurasia-rivista.com/la-crisi-caraibica/

Eurasia. Rivista di studi geopolitici a récemment consacré deux numéros (II et III de 2021) à la "géopolitique des sectes" et au rôle que certains de ces groupes religieux (ou pseudo-religieux), souvent hétéro-dirigés, peuvent jouer dans la poursuite de buts précis qui dépassent le côté exclusivement "spirituel". Les événements récents dans la région de la mer des Caraïbes ne sont pas étrangers à cette dynamique. Dans cette analyse, nous tenterons de démontrer pourquoi et de comprendre l'évolution géopolitique de la région.

jovenal_moise_21_000.jpg

Le 7 juillet, un commando de mercenaires a attaqué la résidence du président haïtien Jovenel Moïse. D'après les déclarations de certaines personnes impliquées dans l'attaque (sur laquelle planent encore beaucoup d'obscurités, notamment en termes de lacunes dans le système de sécurité, étant donné que, curieusement, aucun membre de la garde présidentielle n'a été blessé dans l'affrontement), l'objectif initial était d'enlever le Président. Au lieu de cela, l'opération s'est terminée par son assassinat et par de graves blessures infligées à sa femme.

Sanon.jpeg

Dans les heures qui ont suivi l'attaque, la police haïtienne a affirmé que le pasteur évangélique Christian Emmanuel Sanon, originaire d'Haïti mais résidant en Floride depuis plusieurs décennies, était le cerveau de l'opération. Selon le New York Times, Sanon a affirmé qu'il avait été désigné par Dieu (et les États-Unis) pour remplacer Moise et changer son pays, en commençant par remplacer la langue française par l'anglais. 

Dans ce but précis, Sanon aurait recruté un groupe de mercenaires par le biais de la société CTU Security, basée en Floride et dirigée par le "réfugié" vénézuélien Antonio Emmanuel Intriago Valera. Le commando était composé de 28 hommes: 26 Colombiens (pour la plupart d'anciens soldats) et deux Américains d'origine haïtienne. Nombre de ces hommes, selon l'aveu du ministère américain de la défense, ont reçu une formation aux États-Unis alors qu'ils faisaient encore partie de l'armée colombienne. Certains d'entre eux, en outre, semblent être étroitement liés à la DEA et au FBI[2].

Après l'assassinat du président en exercice, une partie du commando aurait pénétré dans le périmètre de l'ambassade de Taïwan, où la police a arrêté au moins onze d'entre eux. Là encore, on ne sait pas exactement comment les mercenaires ont réussi à se rapprocher de l'ambassade et à y pénétrer sans difficulté particulière. Toutefois, la porte-parole du ministère taïwanais des Affaires étrangères, Joanne Ou, a laissé entendre que le personnel diplomatique avait immédiatement prévenu la police lorsque les membres des commandos sont entrés dans le bâtiment. Il reste à savoir pourquoi les mercenaires ont choisi de s'y réfugier.

À cet égard, il convient de rappeler qu'Haïti est l'un des 17 pays qui entretiennent des relations diplomatiques complètes avec Taïwan. Le rôle de ce que Pékin définit comme une "province séparatiste" ne doit en aucun cas être sous-estimé dans le cas d'Haïti. Comme cela a été rapporté à plusieurs reprises dans les pages d'Eurasia, le renforcement de la coopération commerciale entre les États-Unis et Taïwan a été le cheval de bataille de l'administration Trump ces derniers mois. Le choix par le nouveau président Joseph R. Biden du conseiller en stratégie indo-pacifique Kurt M. Campbell (un ancien théoricien obamaïen du pivot vers l'Asie) a réaffirmé la nécessité de poursuivre dans la même direction que Mike Pompeo [3].

Kurt_M._Campbell.jpg

Les séparatistes taïwanais ont également une histoire de collaboration étroite avec la secte connue sous le nom de Falun Gong (définie comme "un instrument d'attaque contre la Chine" dans un article intéressant du rédacteur en chef adjoint d'Eurasia Stefano Vernole) [4], qui est à son tour étroitement liée aux évangéliques nord-américains et au groupe QAnon [5].

ch-policiais-mudam-perseguicao-fg-750x447-1.jpg

Nous ne voulons pas entrer ici dans le bien-fondé des accusations de corruption et de mauvaise gestion des affaires publiques adressées au défunt président haïtien. Ces considérations concernent ceux qui s'occupent de journalisme géopolitique (un domaine dans lequel l'information italienne est désormais saturée). Ce qui est intéressant pour les besoins de cette analyse, c'est de constater que, depuis 2018, de nombreux articles sont parus dans les médias se référant plus ou moins directement au gouvernement taïwanais, dans lesquels est formulée l'hypothèse que la République populaire de Chine tente de tromper les alliés de la "province séparatiste" en leur garantissant des prêts sans intérêt. Outre l'exemple de pays comme le Burkina Faso, le Salvador et la République dominicaine (qui ont récemment abandonné leurs liens diplomatiques avec Taïwan au profit de Pékin), Haïti est clairement mentionné dans ces articles [6]. Le journal pro-occidental South China Morning Post, à peu près au même moment, a avancé l'hypothèse que le président Moïse (en poste depuis 2017), intéressé par les projets de la Nouvelle route de la soie, était même prêt à un renversement soudain de l'approche diplomatique haïtienne traditionnelle envers Taïwan [7].

CONFIRMED-Alibaba-buys-South-China-Morning-Post.jpg

À ce stade, il n'est pas surprenant qu'il y a quelques jours seulement, plusieurs membres du Congrès américain aient ouvertement accusé la Chine de s'ingérer dans la politique intérieure d'Haïti et aient également affirmé que cette ingérence se propage rapidement dans tout le bassin des Caraïbes.

Indépendamment de l'hypocrisie habituelle de ceux qui opèrent militairement dans les mers des autres mais revendiquent un contrôle absolu sur les zones proches de leurs propres côtes, une telle perspective, en termes géopolitiques, ne peut être considérée que comme une menace existentielle par les États-Unis. En effet, depuis l'époque de la Doctrine Monroe et des théories de l'amiral Alfred T. Mahan sur l'influence de la puissance maritime dans l'histoire, le bassin des Caraïbes, avec le Golfe du Mexique, est considéré par les stratèges nord-américains comme la "Méditerranée des États-Unis": un espace maritime dans lequel aucune menace à l'hégémonie nord-américaine ne peut être tolérée (aucune autre puissance ne peut y opérer impunément). Les exemples les plus évidents de cette hypothèse sont la crise des missiles cubains dans les années 1960 et la tentative d'invasion manquée de la baie des Cochons (également à l'époque grâce à l'imbrication des services secrets, des "dissidents" et des groupes criminels organisés basés en Floride). Un exemple plus récent est la tentative d'imposer un blocus naval au Venezuela bolivarien.

ob_7428dc_couv-doctrine-monroe.png

d-r-1606758980.jpg

La Doctrine Monroe, formulée en 1823, mérite un bref examen car elle fait souvent l'objet de malentendus flagrants. Ce qui est historiquement considéré comme une manifestation de l'isolationnisme nord-américain est en réalité la première formulation programmatique de l'impérialisme américain, surtout lorsqu'il est passé d'une doctrine applicable à un "grand espace" géographiquement défini à un principe universaliste valable pour le monde entier avec Wilson. Aujourd'hui, la position isolationniste est surtout soutenue par ceux qui pensent qu'un renforcement intérieur est une condition et une prémisse indispensable à une future et nouvelle projection extérieure de puissance. C'est, par exemple, ce que le trumpisme a essayé de faire, trompant même certains eurasistes naïfs (espérons-le) qui ont essayé de construire une alliance tactique avec le trumpisme.

En dépit de la rhétorique du "retour de l'Amérique", cette stratégie est la même que celle que l'administration Biden tente de poursuivre (bien qu'avec des mots d'ordre différents). L'objectif, en fait, est celui d'une reconstruction de la cohésion sociale interne et d'une "normalisation" du "patio trasero" en vue d'une confrontation prochaine et peut-être décisive avec les forces de l'Eurasie, afin d'éviter ce qui semble de toute façon être une évolution inévitable de l'ordre mondial vers la multipolarité.

Les préoccupations relatives à la normalisation de l'"arrière-cour" ont largement caractérisé l'ère Trump. Ce processus, en fait, était considéré par l'administration précédente comme moins coûteux que les opérations extracontinentales. Le succès de la déstabilisation des réalités les plus hostiles aux États-Unis dans la région (Cuba, Nicaragua et Venezuela en premier lieu) a également été considéré comme utile en vue de la campagne électorale de 2020. Cette approche, conforme à l'habituelle continuité géopolitique entre les administrations américaines, est héritée de la tristement célèbre doctrine Cebrowski-Rumsfeld, qui visait à éliminer toutes les entités étatiques qui n'étaient pas directement soumises à l'hégémonie américaine dans deux zones très spécifiques: le Proche et le Moyen-Orient et la mer des Caraïbes.

ADM_Kurt_W._Tidd.jpg

Sur la base de ces hypothèses, l'amiral Kurt W. Tidd (photo) a élaboré en 2018 une doctrine précise de déstabilisation du Venezuela ("dictature de gauche infectant toute la région") construite sur quelques points précis: aggraver le mécontentement populaire par la hausse des prix et la pénurie de produits de première nécessité (nourriture et médicaments); favoriser et accroître l'instabilité interne [9].

Cette stratégie est la même que celle utilisée depuis plusieurs décennies, à travers l'embargo économique, contre Cuba, qui se trouve aujourd'hui au centre d'une nouvelle tentative de déstabilisation.

Le cas cubain est assez complexe et, dans ce contexte, nous ne voulons pas nier l'existence de certains facteurs critiquables dans le système qui régit l'île. Cependant, ce qu'a été la stratégie nord-américaine à l'égard de Cuba, encore renouvelée avec plus de 200 nouvelles mesures restrictives imposées par l'administration Trump, peut être bien résumée par les mots du diplomate nord-américain Lester Mallory (photo, ci-dessous), prononcés dès les années 1960: "La seule façon d'arracher un soutien interne (à Fidel et à la Révolution) est la déception et l'insatisfaction populaires qui découlent du malaise économique [...] Nous devons rapidement employer tous les moyens possibles pour débiliter la vie économique de Cuba [...] une ligne de conduite qui, étant la plus habile et discrète possible, obtient les plus grands avantages par la privation d'argent pour soutenir les salaires réels, provoque la faim, le désespoir et la chute possible du gouvernement."

Lester-D-Mallory-127K.jpg

J'ai affirmé à plusieurs reprises que le Covid-19, quelle que soit son origine, peut toujours être utilisé comme une arme (même simplement en termes de propagande). Les manifestations cubaines, en fait, auraient été déclenchées par une augmentation rapide (et plutôt suspecte) du nombre de cas sur l'île. Une nouveauté importante si l'on considère que Cuba, pendant toute la première année de la pandémie, a réussi à maîtriser les contagions et les décès et même à développer deux vaccins (Soberana 02 et Abdala) qui semblent avoir une efficacité considérable contre le virus.

Outre la géopolitique des vaccins (l'"Occident" dirigé par l'Amérique du Nord, terre de compétition capitaliste, n'admet pas de concurrents à un moment de l'histoire où il est nécessaire de se regrouper), il ne faut pas oublier qu'en mai de cette année, dans le sillage du Plan conjoint de coopération 2021-2026 pour la mise en œuvre du protocole d'accord entre le gouvernement de la République de Cuba et la Commission économique eurasienne du 31 mai 2018, Cuba a ratifié une disposition visant à établir une coopération effective avec les pays de l'Union économique eurasienne: un projet qui, à long terme, pourrait détacher l'île de l'étau de l'embargo nord-américain [10].

000_98A4RB.jpg

Il va sans dire que dans le discours annonçant cette ratification, le président cubain Miguel Diaz-Canel Bermudez (photo, ci-dessus) a ouvertement dénoncé les tentatives occidentales répétées de discréditer et de déstabiliser le Belarus, y compris la tentative d'assassinat de son président Aljaksandr Lukashenko.

À vrai dire, et pour étayer partiellement la thèse de la "spontanéité" initiale des manifestations (mais pas de la "mèche"), il faut dire que beaucoup de ceux qui sont descendus dans les rues des villes cubaines pour protester ont presque immédiatement pris leurs distances avec les fauteurs de troubles et les infiltrés, réaffirmant leur loyauté envers la Révolution et dénonçant les tentatives flagrantes d'exploitation "occidentale".

Dans les années 1980, le "géopoliticien militant" (définition de Claudio Mutti) Jean Thiriart, dans son style purement pragmatique, soutenait qu'une Europe unie et souveraine (de Dublin à Vladivostok), dans un hypothétique ordre multipolaire devrait avoir le courage de "renoncer" au mythe de la révolution cubaine (et donc laisser l'île à un nouveau destin de destination exotique pour les touristes et les joueurs nord-américains) en échange du contrôle absolu de la Méditerranée et de l'élimination de cet avant-poste "occidental" (source d'instabilité permanente) que représente l'entité sioniste.

Un tel plan, à ce jour, reste très éloigné. Par conséquent, toute personne qui s'oppose fermement à l'impérialisme nord-américain, quelles que soient ses différences idéologiques, ne peut qu'adopter une position de défense claire de la souveraineté cubaine contre toute forme d'ingérence extérieure.

NOTES:

[1] Cf. Why is a Florida-based pastor under arrest for the assassination of Haiti’s President?, www.time.com.

[2] Jovenel Moise: ‘Colombia ex-soldiers in plot to kill Haiti president’, www.bbc.com.

[3] Sur le récent renforcement de la coopération Etats-Unis/Taïwan, cf. Il ruolo strategico del Mare Cinese Meridionale, “Eurasia. Rivista di studi geopolitici”, nr. 1/2021. Topujours dans les colonnes d'Eurasia (nr. 2/2021) voir également l'article intitulé “Da Trump a Biden”.

[4] S. Vernole, Falun Gong: strumento di attacco contro la Cina, “Eurasia. Rivista di studi geopolitici”, nr. 2/2021.

[5] Sur les relations entre QAnon et d'autres phénomènes pseudo-religieux de matrice nord-américaine, on pourra consulter: QAnon: radici ideologiche e ruolo geopolitico, “Eurasia. Rivista di studi geopolitici”, nr. 2/2021.

[6] Cf. China tries to lure Haiti away from Taiwan with interest-free loans, www.taiwannews.com.

[7] Cf. Beijing targets Haiti as a bid to isolate Taiwan from its diplomatic allies heads to the Caribbean, www.scmp.com.

[8] Cf. US lawmakers warn of chinese meddling in Haiti-Taiwan ties, www.focustaiwan.tw.

[9] Plan to overthrow the Venezuelan Dictatorship – Masterstroke, su www.voltairenet.org.

[10] Cf. Cuba ratifica la disposizione di stabilire con una cooperazione effettiva con gli Stati membri dell’Unione Economica Eurasiatica, www.granma.cu.

Daniele Perra

Depuis 2017, Daniele Perra collabore activement à la revue Eurasia. Rivista di studi geopolitici et le site informatique qui y est lié. Ses analyses portent principalement sur les relations entre la géopolitique, la philosophie et l'histoire des religions. Diplômé en sciences politiques et en relations internationales, il a obtenu en 2015 un master en études moyen-orientales de l'ASERI - Alta Scuola di Economia e Relazioni Internazionali de l'Università Cattolica del Sacro Cuore de Milan. En 2018, son essai Sulla necessità dell'impero come entità geopolitica unitaria per l'Eurasia a été inclus dans le vol. VI des Quaderni della Sapienza publiés par Irfan Edizioni. Il collabore assidûment avec de nombreux sites Internet italiens et étrangers et a accordé plusieurs interviews à la radio iranienne Radio Irib. Il est l'auteur du livre Être et Révolution. Ontologie heideggérienne et politique de la libération, préface de C. Mutti (Nova Europa 2019).

samedi, 14 août 2021

Sur la guerre de demain et sur l'ordre mondial post-occidental

Caucasian-soldier-using-holographs-in-co.jpg

Sur la guerre de demain et sur l'ordre mondial post-occidental

Irnerio Seminatore

Source: http://www.ieri.be/fr/publications/wp/2021/ao-t/sur-la-gu...

***

TABLE DES MATIÈRES

Paix et guerre, une coexistence historique

Gouverner la guerre?

T. Hobbes, de "l'état de nature" ou de l'insociabilité de l'homme

La "Loi contre le Séparatisme" en France et la "Guerre Civile" menaçante

Hobbes, la société sans maître et la dictature consulaire

L'impérialité mutipolaire et ses guerres

Diplomatie et guerre. Sur les grandes rivalités hégémoniques

Le "Mémorandum Crowe" et la rivalité anglo-allemande

La "Déclaration Stoltenberg" et la rivalité sino-américaine

La prise de conscience historique et la subordination de la démocratie à l'hégémonie

La dés-occidentalisation du monde et l'asymétrie des volontés

L'amplification des dangers et la guerre de demain

Hétérogénéité du système et multipolarité

Fin de la stabilité hégémonique et monde post-occidental

"Conflits en chaîne" ou "révolution systémique"?

***

f5bc2531720d06b568ec714d35ce6e1c.jpg

Paix et guerre, une coexistence historique

Scruter les signes c'est maîtriser l'avenir, car tout est signe et indice dans les plus hautes combinaisons stratégiques! Dans le domaine de la menace et du défi de la mort imminente, toute mutation exige déchiffrement et interprétation, car le réel est instable et s'habille de configurations transitoires en mutation permanente. Agir c'est non seulement prévoir, mais interpréter les formes, à partir de manifestations infimes. En effet on peut passer soudainement de la prééminence stabilisatrice d'une politique sans combat, la dissuasion réciproque, à une stratégie de frappe en premier. Ce qui est constant dans l'affrontement belliqueux, c'est la destruction sanglante et la mort à grande échelle. Les pays faibles ou affaiblis deviennent des proies pour leurs rivaux prédateurs, car dans la guerre la violence est originelle et comporte, comme idée maîtresse, le principe d'anéantissement. En tant qu'action guerrière elle conjugue stratégie et politique et oppose l'affrontement à l'évitement du combat. Elle doit porter un préjudice à l'ennemi et pas seulement le tromper par la ruse. Pour les réalistes, une fois déchaînée, la guerre s'érige en sujet et refuse tout modèle et toute maîtrise à son encontre,car elle se commue en royaume de l'incertitude et en brouillard. Elle devient un pari, pris sur la décision et une affaire aventureuse et aléatoire. Puisque la guerre, en tant que conflit de grands intérêts reglé par le sang, est un acte de violence poussé à ses limites extrêmes et destiné à contraindre l'adversaire à exécuter notre volonté, quelle est sa nouvelle nature et quel sont les signes avant coureurs de la guerre de demain? Une ambition, une nécessité politique, une rupture? Si le centre de gravité de la guerre repose sur la psychologie des duellistes et sur leurs volontés de se battre, le fondement de leur nature est dans l'homme lui même. La concrète historicité du conflit repose sur les moyens, les modalités et les techniques, mais le principe de la guerre est an-historique. Ce principe est ancré dans l'inimitié et l'hostilité radicales, constamment renouvelés par la politique. Il est enraciné dans la nature imparfaite de l'homme et de la société, ainsi que dans le prix du sang à payer pour la course improbable vers le principe de coopération et la métaphysique de la paix. La guerre n'est pas une arène de la raison, même si l'histoire mondiale est un tribunal qui a pour mission de gouverner le monde. L'aphorisme d’Héraclite selon lequel "Polemos, pater panton" (la guerre est le père de toutes choses), exprime l'idée selon laquelle la loi plus générale, inexorable et immuable de la nature exige un gouvernement par l'homme des instincts fondamentaux et primaires, la bellicosité et la "jealous emulation", qui mènent irréversiblement à la guerre. Celle-ci cependant a un but constant, de créer de nouvelles relations de coopération, bref une paix plus sûre et meilleure. Gouverner au même temps la paix et la guerre est la tâche suprême de la politique mondiale, car la paix et la guerre, qui coexistent dans le monde, constituent les deux revers d'une même médaille, l'expression de l'autonomie de l'hommes des conditionnements de la vie sur terre, naturels et sociaux, surnaturels et physiques, coercitifs et libres.

Gouverner la guerre?

Gouverner la guerre! C'était l'ambition de la grandeur, de César à Napoléon, à Hitler! Gouverner le conflit c'est l'ambition du politique; bref de la politique et de l’État, ou de l'ubiquité du culturel et du social, par la contrainte du stratégique et du militaire. Les théories de la guerre et les philosophies de l'histoire constituent les deux revers de l'être et du devoir être, comme contradiction du réel et de l'idéal, sous la législation de l'intention hostile et de l'Histoire turbulente, autrement dit, d'une idée pessimiste de l'homme, gouverné par la chute, par le Mal et par la nature insociable de l'homme (Hobbes). L'homme gouverné par le fanatisme du Bien ne peut être conduit que par l'idée d'une croisade ou par une inspiration faible, celle de la paix, de la seule coopération et d'un multilatéralisme de groupe, bref, par une "gouvernance civile" et a-stratégique (Union européenne) ou par une "défense collective" (OTAN), menées sous la houlette d'un tutorat brutal (américain).

Le prix de la mort et de la destruction inhérent à la guerre exige une qualité civique, la citoyenneté et une légitimité incontestable, celle d'un pouvoir souverain, maître de la décision d'exception, l'ouverture des hostilités, du commandement politique, l'ordre de mourir, et de l'insatiable volonté de nuire et de détruire, plier la volonté de l'autre ou des autres.

La guerre commence, s’affirme et se termine par la destruction de tout système dogmatique de pensée. Elle résulte à chaque fois et d'abord d’une percée intellectuelle. Or, le système dogmatique de nous jours, en Europe, consiste à émousser par le droit, l’économie, le scientisme et l’humanitaire, l’effet brutal de l’épée, du sang, de la destruction et de la mort. En effet c’est l’élément culturel qui constitue le concept d’ennemi et avec lui tout concept de guerre.

hobbesthomas.jpg

T. Hobbes, l'état de nature ou l'insociabilité de l'homme

Thomas Hobbes, lorsqu’il s'exprime sur la guerre avait été précédé par Machiavel, Grotius et Pufendorf et ces deux derniers par la prééminence philosophique d'Aristote et de Cicéron. Leurs postulats implicites vont commander aux spéculations sur la guerre de demain, en distinguant ce qui est variable, l'historicité des moyens et des modes de combat, soient-ils stratégiques ou tactiques, de leurs traits invariants et marquants, le caractère politique de la guerre et l'occurrence an-historique de l'affrontement belliqueux. Les occasions infiniment renouvelées d'hostilités entre les hommes et entre les États imposent la distinction sur les différents usages de la violence brute, puisque la guerre implique la mise un œuvre planifiée et à long terme d'une politique de défense et de sécurité, à caractère proprement géopolitique et stratégique. La politique de défense est fondée sur la taille de l'ennemi, la passionalité du peuple, l'espérance politico-stratégique de gain, les prévisions des buts, le calcul des moyens, les renseignements disponibles, l'état de la société et l'univers de la parole et des images, qui sont des pouvoirs puissants et inséparables de la pratique de la guerre. Il s'agit des aspects tactiques et opérationnels, ceux de la bataille, des duels et de la conquête des cœurs. Tout autre est par contre l'importance, pour la transformation du champ diplomatique et par les acteurs aux prises, de la constitution de coalitions et d'alliances, afin d'équilibrer ou déstabiliser le jeu adverse et maintenir ou consolider la cohésion entre les alliés, autour de principes communs. Le débat actuel sur la guerre de demain, robotisée, numérisée, atomique et spatiale appartient au domaine du combat et du terrain, tandis que l'état d'insécurité appartient à l'ordre dominant des États, à la condition hiérarchique et au même temps chaotique des unités politiques, à leurs équilibres et rapports de forces, ou en d'autres termes, à l'état de nature perpétuelle "des monstres froids". Cependant l'expérience de la guerre entre les États, qui a été lourdement oubliée par les européens, n'ajoute rien à la guerre civile entre citoyens et non citoyens, à l'intérieur des différents pays-membres (entre croyants en la valeur de l'autorité établie et opposants de toute nature au principe d'autorité et de leadership, principalement étrangers). La guerre entre puissances souveraines est en effet de même nature que celle entre races, ethnies et peuples, décolonisés, insurgés, anarchistes, LGBT, wokistes et black-matters, qui vivent dans les entrailles des sociétés et pullulent dans le désordre de ses ruines. Il s'agit d'assemblages chaotiques de masses sans "surmoi", encore endormies dans l'esclavage intellectuelle de l'humanité, qui n'a jamais cessé d'exister et qui perdure dans l'illusoire robotisation des esprits, sous le vernis hideux de l'égalité et de la civilité apparente.

loi-separatisme-8.png

La "Loi contre le Séparatisme" en France et la "Guerre Civile" menaçante

Tout vaux mieux, pour Hobbes, que la guerre civile. La France voudrait l'éviter, tardivement, par la "loi contre le séparatisme" et pour le "Respect des principes de la République", votée à l'Assemblée Nationale le 23 juillet 2021. A propos de la guerre civile,dont le risque est cachée sous le terme de "séparatisme", une analogie s'impose. En situant "l'état de nature" qui caractérise las rapports inter-étatiques au même niveau que celui des rapports internes, Hobbes donne tout son sens aux relations d'hostilités qui assimilent en profondeur les deux types de guerre, la crainte permanente de la mort violente, ou encore la désagrégation des États. Ainsi "l'état de société" ressemble à "l'état de nature", et celui-ci est déjà la guerre de demain, mais de l'intérieur. Or, puisque "l'état de nature" est identifié à l'hostilité et au chaos, l'état d'insécurité qui en résulte est une condition de déchirement, où le pouvoir commun cesse d'assurer l'ordre et la sécurité et chacun reprend en main son droit de se défendre par lui même (Jus gladii privati). Cette condition de dissolution et de calamité, si semblable aux "zones de non droit" des banlieues françaises, soumises à une loi incompatible avec celle de l’État en place, la Charia, fait naître le besoin d'un maître, car n'importe quel régime ou quelle tyrannie vaux mieux, dit Hobbes, qu'une société sans maître et sans lois. Sans un gouvernement "d'arbitrage", au sens de l'équilibrage des forces et de gouvernement des affaires courantes, les hommes et les groupes vivraient dans un état de "guerre civile permanente".

Hobbes, la société sans maître et la dictature consulaire

Là où les regroupements sociaux ont de surcroît des appartenances culturelles et civilisations antagonistes et étrangères, comme en beaucoup de pays occidentaux, la fonction d'arbitrage du pouvoir doit s'imposer comme autorité inconditionnelle et, si nécessaire, comme "dictature consulaire" ou dictature transitoire, appuyée sur les légions, plutôt que sur le Sénat, sur la décision plutôt que sur la délibération sans fin. La dictature consulaire n'est guère à confondre avec la tyrannie, qui est l'abus de pouvoir de gouvernants qui se placent eux mêmes en état de guerre contre le consensus des dominés, suscitant une "rébellion". Un tel recours à l'arbitraire de la part des gouvernants, typique de l'état de nature et de l'absence de lois qui le caractérise, provoquerait, chez les individus, d'après Locke, le droit naturel de se défendre. Le but d'éviter une rechute dans le chaos et d'éviter la dissolution de la société, qu'elle puisse s'appeler, France, Allemagne ou Europe, rend plausible, suivant les classiques, un recours à un gouvernement, qui embrasse à la fois les deux concepts, de paix et de guerre,afin de préserver la cohésion sociale De paix, puisque la paix n'existe pas en nature et elle est l’œuvre de la politique et de l’État et de guerre, sanglante et brutale, car la guerre, en vue de la paix civile est un moyen en vue de sa fin,autrement dit, la pacification durable des hommes. En réalité, si la paix a pour cadre général et artificiel la société civile, elle s'accomplit dans la cité et dans la nation. En Europe, selon le modèle augustinien de la séparation des deux cités, de Dieu et de César, en Islam, selon la loi divine, supérieure et unique du Coran. Guerre de religions et guerre des dieux ? C'est l’enjeu de la guerre de demain sur le plan intérieur. La guerre, comme gouvernement de la coexistence entre les États, implique une coexistence complexe de la paix et de la guerre et donc un difficile gouvernement du système-monde. Le désordre chaotique des États et de leurs regroupements géopolitiques doivent en somme cohabiter avec "l'insociable sociabilité" des sociétés civiles de Hobbes. Dans ce cas, l'idée de paix fait figure d'ultime rationalité de l'espoir humain.

9383b68212722000.jpg

L'impérialité mutipolaire et ses guerres

La guerre inter-étatique de demain sera dictée, comme toujours, par un cumul de crises sans issues. La recherche d'un espace de liberté de la part des unités politiques majeures sera portée par la logique de prééminence ou de suprématie, qui ne coïncidera pas toujours avec le concept d'impérialité hégémonique et sa vision. La naissance de celle-ci a précédé la naissance de l'Europe et a comporté une série séculaire d'affrontements sanglants. Quant à l'Europe d'aujourd'hui, structurellement allergique à tout projet de prise de souveraineté et à toute culture agonistique, ses guerres seront dictées et presque imposées par son avenir eurasien et euro-atlantique, une posture inconfortable qui la lie, par l'histoire à son passé civilisationnel et par la géopolitique à sa dimension euro-continentale. Les formes politiques de ces enchevêtrement de conflits ne serons plus celles menées par les démocraties parlementaires des États nationaux, mais celles autocratiques ou présidentialistes des empires continentaux de jadis.

L'Europe des nations, issue du reflux de la mondialisation (2015-2021), n'est plus celle des nationalismes offensifs et rivaux des entre deux guerres, mais celle de la sauvegarde de leurs identités menacées. Le contenu de l'idée nationale est autre aujourd'hui que par le passé. La politique de dissociation nationale (Brexit) et d'intégration impériale (atlantisme), répugne à la France, isolée et déclinante, mais séduit l'Allemagne montante, dépourvue de la vieille conscience historique et passée de la doctrine du "peuple-maître" à celle du "peuple-partenaire", mal cousue dans les habits d'un fédéralisme administratif et d'un européanisme exsangue. La France, minée de l'intérieur par l'effondrement de l'autorité est à l'aube d'une "surprise stratégique" venant de l'intérieur, par la remise en cause, qui lui sera fatale, de son unité constitutive, le peuple-nation.

Quelle que soit la part de l'Europe dans les batailles pour la suprématie du système, la victoire militaire, au plan historique, sera t-elle encore, celle des puissances maritimes, auxquelles elle appartient? Dans une conjoncture totalement inédite, les guerres majeures de demain seront des guerres d'une impérialité multipolaire, à échiquier systémique, à projection planétaire et au choc violent et rapide, dévalorisant le principe de l'équilibre des forces. Les acteurs mineurs, européens et asiatiques, joueront leur partition robo-numérique, en vassales de chaque pôle, sous la coordination autoritaire des trois maîtres dominants de bloc (États-Unis, Chine et Russie), et les buts de guerre assignés, excluront toute paix de compromis.

Il s'agira de guerres d'anéantissement ou de soumission, car la violence paroxystique de leurs concepts stratégiques excluront toute coexistence civilisationnelle. L'enjeu sera, dès le début, une impérialité sans partage et celle-ci aura une dominance, scientifique, cognitive et intellectuelle, qui soumettra l'affrontement global, aux ambitions et aux projets de leurs maîtres.

unnamultimed.jpg

Le monde des Impérialités établies sera soumis à une sorte de "soft balancing" de la part des puissances régionales existantes, réagissant, en contre-tendance, à toute politique de primauté. Cette évolution n’infirme pas la considération de fond que la solution des problèmes majeurs exigera toujours une intervention ou un soutien de la part des puissances majeures. L’avenir du multilatéralisme, asservi à la logique des grandes puissances sera un multilatéralisme de groupe, qui pourra jouer un rôle influent, à la condition qu'il y soient inclus les grands acteurs du système.

Quoi donc de la future distribution des pouvoirs intermédiaires, ou encore de la démographie et des ressources? Quoi de la justification et de la légitimité des nouvelles hiérarchies et des nouveaux souverains-gouverneurs? Dans ce nouveau Moyen-Age post-moderne de l'affrontement, nous assisterons à l'émergence d'une nouvelle sacralité du pouvoir,ritualisé avec des liturgies modernisés, à la manière des anciens royaumes, légitimant, aux jeux des opinions, la victoire de la robotique guerrière et de la puissance numérique. Entre l’Égypte des Pharaons et la ruche des abeilles, l'architecture des souverainetés impériales choisira les formes de soumission du travail planétaire et le nouveau servage des continents, où des lutte pour la liberté, marginales et rebelles, rappellerons l'ancien mythe de Sisyphe.

Les masses dépolitisées des ingénieurs, scientifiques, business-man et financiers, apporterons leurs savoirs et compétences aux plate-formes systémiques des États majeurs, jusqu'à la surveillance semi-permanente des données sensibles. La géopolitique des données constituera le reflet et la substance de cette rupture culturelle et scientifique .

In fine, dans ce tournant décisif du procès historique, l'opprobre impérial tombera sur la démocratie, l'égalité et l'histoire sociale du progrès et la nouvelle ère sera inégalitaire, positiviste, post-humaniste et post-hégélienne, dessinée par la force de transformation des rivalités de la triade (Chine, États-Unis et Russie) et par la montée des périphéries du monde.

A partir d'ici, l'histoire du futur engendrera une nouvelle guerre contre la renaissance de la dialectique de la raison, philosophiquement iconoclaste et l'Impérialité s'en défendra avec acharnement. Le rêve même de la grande Harmonie se désagrégera alors de l'intérieur et tombera en ruine, enfermé par la grande muraille de l'oubli et des utopies.

Un débat se fait jour dans l'immédiat sur la guerre inter-étatique de demain, s'interrogeant sur la forme que prendra le conflit, de haute intensité, de "guerre sans limites", ou encore de "guerre invisible", secrète et souterraine? La conjoncture que nous vivons, par sa réticence dans l'emploi de la force militaire de la part des acteurs majeurs de la scène internationale et de de l'extension visible des domaines de l'affrontement, impliquera "un changement de la grammaire stratégique, mais pas de la logique de la guerre" (Clausewitz). Il en résultera un nouveau visage de la guerre, profondément modelé par la révolution technétronique et par le complexe militaro-numérique, qui affecte la stratégie des moyens et le champ de bataille, provoquant une inversion de l'innovation qui va désormais du civil au militaire et du stratégique au politique.

L'impérialité, comme tendance à la suprématie et à l'empire découle d'une vision moniste de l'histoire, à la différence de la multipolarité, fondée sur l'hétérogénéité et le pluralisme des États, unifiés par l'unicité du système et distincts par la race, par la culture et l'histoire.

51s5tOl4y-L._SX355_BO1,204,203,200_.jpg

Diplomatie et guerre. Sur les grandes rivalités Hégémoniques

Le "Mémorandum Crowe" et la rivalité anglo-allemande

Dans le contexte des théories sur la "montée pacifique" de la Chine et sur l'avènement d'un "monde harmonieux", le niveau d'assurance de ces déclarations dépend du niveau de crédibilité de la diplomatie et du degré de confiance, induit par la stabilité régionale. Ces deux référents peuvent être compromis par le développement de la technologie et des systèmes d'armes, conçus en vue d'acquérir une avancée stratégique significative et cet impact amène en retour à une course aux armements et à des risques de conflits. C'est au sujet d'une analyse comparée des équilibres internationaux du concert européen du XIXème et des perturbations dans le calcul des rapports de force, successifs à l'unification de l'Empire allemand en 1871, que le débat sur le destin national de la Chine (2007-2010), a suscité une quête sur les sources de la confiance d'un pays millénaire, la tradition, l'idéologie et l'esprit national. L'analyse historique semble avoir démontré que les causes du conflit de la première guerre mondiale en Europe furent moins les structure des rapports de forces issus de l'unification allemande, que les enjeux et les ambitions des élites de l'Empire et, parmi d'autres importants facteurs, le plus influents de tous, le nationalisme et les irrédentismes diffus. La rivalité anglo-allemande, qui se greffait sur cette tension permanente, domina la politique européenne de la fin du XIXème, lorsque le monde se résumait à l'Europe et fut caractérisée par les difficultés d"une diplomatie rigide et sans flexibilité, limitant le champ d'action des principaux pays du concert européen. En effet, compte tenu de l'unification de l'Allemagne montante, qui se sentait entourée d'hostilité et de limites à son influence, poussa le Foreign Office britannique à s'interroger sur la menace objective de l'Empire allemand, pour sa survie et pour la compatibilité de la montée en puissance, surtout navale, d'un pays continental, avec l'existence même de l'Empire britannique.

03-2-4.jpg

Aujourd'hui comme hier la compétition est devenue stratégique et la limitation des espaces de manœuvre consentis, a provoqué la lente création de deux blocs d'alliances rivales, auxquelles le nationalisme ou le souverainisme renaissants fournissent l'aliment idéologique pour les futurs belligérants. En ce qui concerne l'analogie historique, toujours imprécise, entre la situation européenne du XIXème et celle eurasienne du XXIème, la question de fond,qui préoccupait la Grande Bretagne de l'époque et les États-Unis d'aujourd'hui, était de savoir si la crise d'hégémonie et le problème de l'alternance qui iraient se manifester, étaient dus à la structure générale de la configuration du système ou à une politique spécifique de l'un ou de l'autre des deux "compétitors" et si, in fine, l'existence même de l'empire américain serait menacée et avec elle, celle de l'Occident et de la civilisation occidentale, jusqu'à sa variante russo-orthodoxe. Le "Mémorandum Crowe", dans le cas de l'Allemagne montante et dans le cadre d'une analyse de la structure de la puissance, concluait pour l'incompatibilité entre les deux pouvoirs, britannique et allemand, et excluait la confiance et la coopération de la part de la Grande Bretagne. Ainsi l'importance des enjeux, interdisait à celle-ci d'assumer des risques et l'obligeait à prévoir le pire. Ce qui arrivera avec la première et deuxième guerre mondiales.

La "déclaration Stoltenberg" et la rivalité sino-américaine

Y t-il quelque chose d'équivalent du "Mémorandum Crowe" dans la crise d'hégémonie des États-Unis et dans la montée en puissance de la Chine, comparable à celle des deux pouvoirs anglo-allemand du XIX /XXème siècle et, dans notre cas à l'existence même de l'Occident?

Partie et juge de ce "Grand-Jeu" d'alternance historique, l'Alliance Atlantique, devenue une alliance de sécurité à perspective globale, par la voix de son Secrétaire Général, Jens Stoltenberg, a souligné l'importance du "moment charnière" de l'OTAN, dans le but de relever la gravité de l' inversion de prééminence entre États-Unis et Chine et l'exigence, pour les puissances occidentales, d'en relever le défi.

53141633_401.jpg

L'hégémonie chinoise paraît inacceptable à l'Amérique impériale, comme l'allemande à la Grande Bretagne du XIXème siècle et, par l'intermédiaire de l'OTAN en Europe et de l'Anzus en Extrême Orient, elle doit apparaître comme telle, à une grande partie de ces pays.

Ainsi le Sommet du 15 juin 2021 à Bruxelles pourra-t-il avoir la même signification et portée pour les États-Unis que le "Mémorandum Crowe" pour l'empire britannique du XIXème? L’ambiguïté des interprétations n'exclut pas le risque du pire. Donner la priorité à l'isolement de la Chine et à la désescalade avec la Russie, en a été la lecture plus optimiste pour le destin de l'Occident L'idée de créer une alliance mondiale des démocraties à deux pôles, l'OTAN, pour le théâtre européen et le Quad (Usa, Japon Australie et Inde) pour l'Asie-Pacifique, a justifié, en arrière fond, deux projets concordants, une indépendance politique et une autonomie stratégique de l'Europe vis à vis des États-Unis et simultanément la recherche d'un apaisement vis à vis de la Russie. Face à la résilience de l'Alliance atlantique et à l'influence grandissante de la Chine, la menace immédiate est apparue cependant celle de la Russie (Ukraine, Bélarus et Pays Baltes), restaurant la confiance contradictoire des élites asservies à l'Amérique déclinante.

La prise de conscience historique et la subordination de la démocratie à l'hégémonie

Ainsi, sommes nous étonnés qu'une alliance politique et militaire (l'OTAN), à un "moment charnière" de son histoire, fonde, par une déclaration de son Secrétaire général, sa prise de conscience historique sur un tournant décisif dans l'évolution du monde comme géopolitique accomplie et qu'elle présente ce moment comme une leçon pour l'avenir et comme une liaison du présent et du passé? Moment éclairant ou paradoxe sans précédents? Que signifie-t-elle cette conscience, si non l'inscription de notre futur proche dans les déterminismes des grandes forces historiques, autrement dit dans les traits originaux d'une conjoncture planétaire, où une seule question est essentielle: "Le "Grand Jeu" du XXIème siècle se passera-t-il à l'intérieur du système ou sera-t-il une remise en cause de ce dernier, remettant en question la structure et la hiérarchie de celui-ci et renversant la civilisation de l'Occident?" Dans cette perspective le dilemme de la paix et de la guerre n'est plus une pure hypothèse, mais un alignement nécessaire à Hégémon, dont la portée transcende le conjoncture et concerne l'histoire de l'humanité toute entière. Avoir l'idée d'être engagés dans l'histoire suppose, pour une collectivité donnée,d'avoir une vision plus large de la simple connaissance, incluant un choix d'action, comme un engagement "libre" et à haut risque.

Concrètement et stratégiquement l'antagonisme sino-américain au Sommet de Bruxelles, a pris le dessus sur le rapprochement russo-chinois, de telle sorte que la logique de la contingence transforme la nature traditionnelle des concepts et que la démocratie devient un instrument de l'hégémonie (et pas le contraire); une modalité pour garder ou pour atteindre le pouvoir global, puisque la protection et la sécurité sont conditionnées par l'obéissance (Hobbes).

liuMGf.jpgDès lors le débat sur le "destin national" (Liu Mingfu), qui s'est tenu en Chine dans les années 2010, a quitté le terrain du politique pour devenir le mode de penser d'une civilisation en marche et d'un puissant univers qui ré-émerge et s'affirme (Chine) à l'échelle mondiale.

La menace régionale est devenue systémique et elle n'est plus seulement d'ordre militaire mais repose sur l'unité organique d'un "sens", qui mobilise les esprits et les forces de toute une époque et trouve sa forme accomplie non pas dans un régime politique précaire et abstrait (la démocratie et l'universalisme politique régnant et contingent), mais dans l'empire, la forme "perfectissima" du gouvernement des hommes, transcendant la politique et les changements séculaires des équilibres des pouvoirs.

Pouvons nous dire avec certitude qu'une hégémonie politico-culturelle sur l'Eurasie, plus encore qu'une supériorité politico-stratégique menace l'indépendance des autres États du monde et l'existence même de leur souveraineté?

La logique du doute est de méthode, car le critère de l'ami et de l'ennemi reste latent dans la politique intérieure et sert à briser toute opposition (Navalny, Hong-Kong, Taïwan, Xinjiang), remettant en cause la distinction traditionnelle de légalité et de légitimité, poussée à son extrême dans la politique internationale. L'ennemi devient une puissance objective et hostile et c'est là, dans les "moments charnière" de Stoltenberg, que la tension latente devient active et maintient l'histoire du monde en mouvement

La confiance stratégique et la coopération authentique d'un Sommet de l'OTAN pourront elles interdire, freiner ou retarder la confrontation ou le "duel du siècle"? De la part de qui et sous quelle forme viendra-t-elle la décision? Sera-t-elle individuelle ou collective, proche ou à long terme, vue l'énormité des enjeux et la rupture de la digue, fissurée par l'antagonisme des mondes, qui retient l’Himalaya et le Tibet de leur glissement tectonique vers les deux Océans, Indien et Pacifique, eux mêmes périclitants.

La désoccidentalisation du monde et l'asymétrie des volontés

Les formes de antagonisme dans les différentes régions de la planète est l'un des thèmes majeurs du "Rapport de la CIA sur l’État du monde en 2020", publié en 2005, au titre significatif: "La désoccidentalisation du monde". Celle-ci peut être résumée à une augmentation des dépenses militaires, bien supérieures à celles de l'Europe et donc à une inversion de l'asymétrie des moyens, comme preuve d'une asymétrie des volontés.

Dilemme global, dans un cadre géopolitique planétaire et contraignant, celui d'un système international en pleine transformation, dont les principes constitutifs, la hiérarchie et les interdépendances, sont contestés et remises en cause politiquement.

Le concept-clé de cette remise en discussion est celui de monde multipolaire et le cadre dominant celui de sa triade, États-Unis, Russie et Chine. L'Europe en revanche est entrée à nouveau dans un processus d'instabilité et de désagrégation (Brexit, fissuration est-ouest, tensions euro-turques, crises migratoires etc). Le terme extrême et radical de cette transformation s'appelle "guerre" et celle ci concerne la configuration système lui même, sa hiérarchie et sa philosophie, bref, son pouvoir et son impérialité historique.

L'amplification des dangers et la guerre de demain

Scruter les signes de cette évolution c'est maîtriser l'avenir, car tout est signe et indice dans les plus hautes combinaisons stratégiques! En effet on ne combat pas les accidents mais les vagues montantes et irrésistibles. Or, la guerre de demain c'est la menace d'aujourd'hui, qui grandit sous un nouveau visage et au cœur des défis les plus grands. La guerre de demain n'est pas seulement limitée à la modification du visage apparent de la guerre ou à sa "grammaire", mais, et encore plus, à l'extension de sa "logique" profonde, politique et systémique.

Cette logique s'appelle direction de l'histoire, ou, en d'autres termes, inversion d'une hégémonie montante, que nous appelons une 'impérialité, élevée à la sommité des événements par le sentiment métaphysique de l’homme. Or dans les guerres s'affrontent les peuples qui partagent les mêmes métaphysiques ou les mêmes dieux et toutes les divinités de la lutte, même endormies, sont réveillés par les passionalités des peuples en situation de danger.

dd3r8zs-f1ff40be-104c-4ce4-8b06-158e8258f948.jpg

Ainsi nous pouvons dire, par une sorte d'analogie hasardeuse, que la perte de l'unité stratégique de l'Occident, la crise des démocraties, l'émergence des régimes autoritaires et l'ère de la démondialisation actuelle, coïncident avec une période d'amplification des dangers, représentés par des ruptures de la rationalité dissuasive et, au niveau conventionnel, par des combats déréglés, hybrides et hors limites.

Hétérogénéité du système et multipolarité

Enfin, compte tenu de l'hétérogénéité du système, cette situation engendre une stratégie défensive de la part d'Hégémon, consistant à anticiper la dissidence de membres importants de la communauté d'appartenance (sortie de la Grande Bretagne de l'UE et l'éloignement de l'UE des États-Unis), en maintenant au même temps la cohésion des alliances (OTAN/ANZUS).

Au niveau des nouvelles incertitudes et des nouveaux défis, l'Europe aura des difficultés à établir une connexion entre la diplomatie multilatéraliste, pratiquée jusqu'ici et la diplomatie multipolariste dominante dans la scène planétaire. Le multipolarisme s'affirme comme tendance à la régularité classique des regroupements politiques dans l'organisation des relations internationales et la compréhension de cette évolution exige, aux vues de la puissance dominante du système (les États-Unis), de faire recours à deux grandes interrogations :

- Quelle stratégie adopter vis à vis d'une grande coalition eurasienne et anti-hégémonique, Russie-Chine-Iran ?

- Quelles hypothèses de conflits ouverts entre pôles et quels scénarios de belligérance entre pôles continentaux et pôles insulaires.

Fin de la stabilité hégémonique et monde post-ioccidental

La question qui émerge du débat sur le rôle des États-Unis, dans la conjoncture actuelle, en Europe et dans le monde, est de savoir si la "stabilité hégémonique" (R. Gilpin), qui a été assurée pendant soixante dix ans par l'Amérique, est en train de disparaître, entraînant le déclin d'Hégémon et de la civilisation occidentale, ou si nous sommes confrontés à une alternance hégémonique et à un monde post-occidental. La transition de la fin de la guerre froide au système unipolaire à intégration hiérarchique incomplète s'est précisé comme une évolution vers un pouvoir partagé et un leadership relatif.

258229._SY475_.jpg

41IwqeyZSiL._SX312_BO1,204,203,200_.jpg

La transition nouvelle (celle de la nouvelle guerre froide), s'est manifestée comme :

- l'incapacité d'Hégémon d'imposer un ordre planétaire contraignant et comme lente décomposition du moment américain (déclin progressif de l'unipolarisme capacitaire et de l'unilatéralisme décisionnel).

Cela s'est traduit:

- par le passage de la "global dominance" de la période unipolaire au "global leadership", qui définit une série d'équilibres de réseaux et une fonction d'arbitrage que la puissance dominante (USA) exerce au sein de ses équilibres de réseaux.

En ce sens, le "leadership global" des États-Unis, face a la Russie et à la Chine, dispose d'un large éventail d'options, lui permettant de faire recours à une panoplie des moyens politiques plus différenciés :

*un réseau mondial inégalé d’alliances militaires; des partenariats stratégiques de choix, à l’extrémité ouest du Heartland (Europe), ou dans la jonction intercontinentale du plateau turc et sur la façade littorale de Moyen Orient (Israël), ainsi qu'une constellation insulaire et péninsulaire des "pays pivots", tout au long du Rimland (Japon, Inde, Golfe)

* in fine, un multilatéralisme institutionnel et informel, alternatif et de convenance.

Au passif des États-Unis, ces atouts ne peuvent cacher les déconvenues et les échecs, dont le plus retentissant a été l'Afghanistan. Ici les leçons apparaissent en toute lumière: la reconquête du pouvoir par les taliban, la poursuite et l'extension de l’instabilité en Asie centrale au détriment de l’Ouzbékistan, du Tadjikistan et du Pakistan, et, indirectement de la Russie, mais à l'avantage de la Chine. La poursuite du conflit n'a d'autre but que de déstabiliser l'Iran.

En termes plus imaginatifs on pourrait traduire cette situation comme celle des souverains des trois empires qui, dans la "Grande salle du Millenium", enfouie au cœur du Karakorum, se disputent le monde, le billiard à côté du cercueil, le Groenland contre la Terre du feu et l’Arctique contre l'Antarctique aux confins des Océans, et sous le regard perçant de la Force, de la Justice et de la Morale.

Conflits en chaîne ou "révolution systémique"?

L'interrogation qui s'accompagne à ce déclin et à la transition vers un système multipolaire articulé, est également centrale et peut être formulée ainsi: "Quelle forme prendra-t-elle cette transition?"

La forme, déjà connue, d'une série de conflits en chaîne, selon le modèle de Raymond Aron calqué sur le XXème siècle, ou la forme plus profonde, d'un changement bouleversant de la civilisation, de l'idée de société et de la figure de l'homme, selon le modèle des "révolutions systémiques", de Stausz-Hupé, embrassant l'univers des relations socio-politiques du monde occidental et couvrant les grandes aires de civilisations connues? Dans ce cas, il apparaît évident que cette transition ne marquera pas un accord sur des principes de légitimité, pouvant assurer la stabilité du monde, comme aux temps du Congrès de Vienne de 1815, mais la concordance fatale d'un condominium sur le monde entre les États-Unis et la Chine, ou une guerre générale et totale pour la prééminence impériale, comme dans la guerre du Péloponnèse. Concordance inexorable, inhérente à la dimension contingente de l'histoire humaine et à la fatalité des destins politiques, selon l'interprétation globale du devenir et selon les modèles stylisés de "rupture", qui n'ont épargné aucune grande civilisation. Hier, comme aujourd'hui, la réflexion sur la guerre est à la base de toute philosophie de la paix, car la ruine d'un système est aussi la naissance d'un autre, lié à une autre idée constitutive, ou à une autre civilisation.

Bruxelles, le 11 Août 2021

***

VIDEOS

***

Les vidéos ci jointes ébauchent une réflexion sur une pédagogie européenne et internationale alternative et préludent à cinq réalisations thématiques, produites il y a cinq ans (2017).

Ces deux premières vidéos portent les titres:

"Changer d'Europe, sans changer de civilisation"

https://www.youtube.com/watch?v=BX72peB9Mm0


"La révolution des patriotes et la Reconquista de l'Europe"

https://www.youtube.com/watch?v=4u3k4gnfT7M

jeudi, 12 août 2021

La Russie travaille activement à une alternative au canal de Suez

suez-canal-map-oboreurope.jpg

La Russie travaille activement à une alternative au canal de Suez

Par Valery Kulikov

Source New Eastern Outlook

Pour la réussite économique, on le sait, il ne suffit pas de produire des biens. Il faut aussi les livrer à l’acheteur. C’est pourquoi les voies de transport deviennent chaque jour plus critiques. Et c’est pourquoi, parallèlement à l’utilisation de voies de transport déjà connues, la Chine, par exemple, crée sa propre Nouvelle route de la soie, construit, au Nicaragua, une alternative au canal de Panama, tandis que la Turquie construit un canal d’Istanbul parallèlement à son traditionnel Bosphore. Ces efforts ont été stimulés par l’incident du 28 mai bloquant le canal de Suez, qui a conduit de nombreux pays à chercher des alternatives à cette artère de transport égyptienne. Le PDG du géant danois du transport maritime Moller-Maersk, Soren Skou, a parlé au Financial Times de cette accélération inconditionnelle des changements dans la chaîne d’approvisionnement mondiale des marchandises, après le blocage du canal de Suez .

Étant donné l’importance particulière, dans ces conditions, de la création d’une voie de transport durable et rentable pour les participants au commerce international entre l’Europe et l’Asie du Sud-Est, la Russie a participé activement à la recherche d’alternatives.

1MMdk.jpg

Comme indiqué dans un précédent article, l’une des plus grandes entreprises de logistique de la planète, le groupe danois Moller-Maersk, spécialisé dans le transport de conteneurs, a déjà pris le parti d’augmenter son trafic de marchandises à travers la Russie en envoyant des conteneurs d’Asie, par voie maritime jusqu’au port de Vostochny (Primorsky Krai), puis par voie ferroviaire en traversant la Russie. Les conteneurs seront livrés via les voies de transport russes au port de Novorossiysk (Krasnodar Krai), d’où ils seront transportés par bateau vers la Méditerranée orientale. Cette nouvelle activité transcontinentale, admettent les Danois, permettra de réduire de moitié le temps de transport. En 2019, la compagnie danoise a lancé une autre route similaire entre les ports russes de Vostochny et Saint-Pétersbourg, transportant environ 2000 conteneurs depuis le début de 2021.

Trains_transport.jpg

Russian Railways a déclaré qu’ils voient un afflux constant de nouveaux clients avec des commandes de transport de conteneurs, et pas seulement dans le contexte du blocage du canal de Suez. Depuis avril 2020, début de la pandémie, Russian Railways a enregistré une augmentation considérable du volume de conteneurs en transit sur l’axe Chine-Europe-Chine. La vitesse moyenne d’expédition des conteneurs sur les principaux itinéraires est en moyenne de 1100 à 1200 kilomètres par jour, en tenant compte des frontières douanières. Selon Russian Railways, cette vitesse est beaucoup plus élevée que celle du transport maritime, plus élevée que celle du transport routier, et comparable à celle de l’aviation – en tenant compte des premiers et derniers kilomètres et de toutes les opérations de manutention des conteneurs dans les terminaux. En outre, Russian Railways note la mise à disposition d’une politique tarifaire stable : les tarifs de transit des conteneurs par le réseau de Russian Railways n’ont pas augmenté depuis 2011. La société a déclaré qu’elle était prête à faire face à la croissance des volumes et qu’elle développerait les services nécessaires à cet effet.

Comme l’a déclaré à plusieurs reprises l’entrepreneur russe Oleg Deripaska, son idée de reconstruire les principales voies ferrées de la « route du cèdre de Sibérie », pourrait devenir une alternative compétitive à la Nouvelle route de la soie chinoise, offrant ainsi à la Russie la possibilité de devenir une plaque tournante essentielle, un lien à part entière entre l’Europe et l’Asie. Selon lui, il est nécessaire de faire de cette initiative un projet national.

Un autre projet est l’autoroute Europe occidentale-Chine occidentale (WE-WC). Ses points clés : Saint-Pétersbourg, Moscou avec des tronçons de la M11 et du périphérique central, Samara et Orenbourg, accès au Kazakhstan puis à la Chine. L’avantage significatif du projet réside dans les unions douanières de l’EAEU et de l’Union européenne – les transporteurs n’ont à passer que deux dédouanements sur l’ensemble du parcours – à la frontière avec la Chine et avec l’Union européenne. Un mémorandum sur le projet a été signé en 2008, et la construction a commencé au même moment. En 2021, la Chine et le Kazakhstan ont déjà lancé leurs sections, tandis que la Russie ne s’est occupée que de l’autoroute M11.

51-0.jpg

1518794776_1000_3.jpg

En plus de ces options, la route maritime du Nord (NSR) a récemment été de plus en plus désignée comme l’une des alternatives de transport russe. Fin mai, le ministère de l’industrie et du commerce de la Fédération de Russie a proposé de transporter du pétrole et du gaz le long de la route maritime du Nord à l’aide de navires de construction russe qui seraient capables de transporter du charbon et des hydrocarbures, ainsi que de faire du cabotage, du dégelage et du pilotage. Les autorités russes ont proposé que la NSR soit considérée comme une alternative à la route passant par la mer Rouge pour aller de l’Asie à l’Europe, en cherchant à rendre le trafic le long de la route maritime du Nord praticable toute l’année grâce à une flotte de brise-glace, que la Russie construit activement.

L’autre jour, les plans d’ouverture d’une nouvelle alternative de transport russe, le corridor international fluvial de transport nord-sud, ont été connus. Alexei Rakhmanov, directeur général de l’United Shipbuilding Corporation (USC) russe, en a fait part au président Vladimir Poutine le 22 juillet, ainsi que la conception d’un porte-conteneurs capable de livrer des marchandises de la Caspienne à la mer Baltique.

bgaerct.jpg

Il a notamment été proposé de faire passer la cargaison par le nord de l’Iran ou l’ouest de la Chine et, par conséquent, par le port d’Olya, dans la région d’Astrakhan, pour la livrer à Helsinki dans un délai de sept à huit jours. Selon le directeur général de l’USC, les porte-conteneurs peuvent livrer des cargaisons le long de la Volga, puis par la voie navigable Volga-Baltique, et plus au nord jusqu’à Saint-Pétersbourg. Si nécessaire, il est également possible de livrer des cargaisons jusqu’à la mer Blanche. Le corridor international de transport Nord-Sud est destiné principalement à l’Iran, à l’Inde et à d’autres pays qui bordent l’océan Indien. Il est supposé que le flux principal de marchandises passera par le port de Mumbai, puis par la mer jusqu’au port de Chabahar en Iran, après quoi il sera livré par voiture ou par rail à travers l’Iran jusqu’à la mer Caspienne, puis par voie d’eau jusqu’à Olya. Le reste du chemin, à travers le territoire russe, sera une question de faisabilité économique. Rappelons que des lancements tests de cette route ont eu lieu de 2014 à 2017.

perevozki_po_vvp-02.jpg.jpg

Pour les marchandises en provenance de l’Empire céleste, la Russie construit le corridor de transport Est-Ouest et le corridor de transport Europe occidentale-Chine occidentale. Ce dernier, en particulier, est prévu sous la forme d’un réseau d’autoroutes, dont une partie essentielle sera la M-12. Dans ce cas, les marchandises s’accumuleront dans le port kazakh d’Aktau, sur la mer Caspienne.

Ainsi, la route Astrakhan-Helsinki prendra une partie du fret en transit du canal de Suez. Pour l’Europe du Nord, une telle route est plus rapide que de passer par l’Égypte. Bien entendu, il est encore trop tôt pour se prononcer sur le coût de cette route et sur l’argent qu’elle rapportera à la Russie. Toutefois, il est d’ores et déjà clair que ce projet est essentiel pour ce pays, dans la mesure où il assurera des commandes de construction navale russes.

Valery Kulikov

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone

Les Etats-Unis se retirent d'Afghanistan: nouveaux scénarios géopolitiques en Asie centrale

US-Troop-Withdrawal-1.jpg

Enric Ravello Barber:

Les Etats-Unis se retirent d'Afghanistan: nouveaux scénarios géopolitiques en Asie centrale

Ex: https://www.enricravellobarber.eu/2021/08/eeuu-se-reita-de-afganistan-nuevos.html#.YRQgx0A6-Uk

La folie interventionniste des "néo-con" - des ex-trotskystes pour la plupart - sous l'administration de George Bush a provoqué un irréalisme belliciste qui a eu pour point d'orgue les invasions de l'Irak et de l'Afghanistan.

En réalité, la présence américaine en Afghanistan remonte à bien plus loin, avant même l'intervention soviétique, comme le reconnaît lui-même Zbigniew Brzezinski : "C'est le 3 juillet 1979 que le président Carter a signé la première directive sur l'assistance clandestine aux opposants au régime pro-soviétique de Kaboul. Et j'ai écrit une note au Président expliquant qu'à mon avis, une telle assistance provoquerait une intervention militaire soviétique" (1).

Après 20 ans de présence militaire et, selon un récent rapport du Watson Institute de l'Université Brown (Providence, Rhode Island), une dépense économique estimée à 2261 milliards de dollars et un bilan humain de 238.000 morts, tués dans des opérations anti-talibans tant en Afghanistan qu'au Pakistan, le président américain Joe Biden a déclaré le 8 juillet: "Nous avons mis fin à la plus longue guerre de l'histoire" (2).  Si l'objectif de la guerre était de mettre fin au règne des talibans, et que Biden annonce le retrait tout en reconnaissant le contrôle des talibans sur l'Afghanistan, il est clair que le bilan de la guerre est la défaite des États-Unis, qui après de nombreuses années de présence militaire n'ont pas atteint leur objectif, bien au contraire.

Les interventions américaines en Irak et en Afghanistan, qui ont toutes deux échoué, ont conduit les États-Unis à une impasse géostratégique pendant deux décennies clés. Son erreur lui a permis de passer du stade où ils étaient la seule puissance mondiale hégémonique à celui de l'ascension imparable de la Chine et de la réémergence de la Russie en tant que puissance mondiale - après l'effondrement de l'URSS -, notamment après la deuxième guerre de Tchétchénie, un tournant dans l'ascension militaire de Moscou.

Atalayar_Talibanes Afganistán.jpg

Ayant accepté leur défaite militaire, les États-Unis ont convenu avec les talibans de se retirer d'Afghanistan. Washington est conscient que dans quelques mois, les talibans renverseront le gouvernement actuel et domineront l'ensemble du territoire afghan, et pas seulement celui de la majorité pachtoune - à laquelle ils appartiennent.  Les talibans ont tiré les leçons des erreurs du passé et ont désormais pris le contrôle militaire de toutes les frontières du pays, laissant les seigneurs de guerre non pachtounes totalement isolés de tout contact extérieur et rendant leur position militaire aussi ridicule qu'intenable.

Les négociations de l'administration Biden avec les talibans se concentrent sur les deux points que la Maison Blanche entend continuer à contrôler après son retrait militaire.

- Contrôle du commerce de l'opium. Comme l'administration américaine l'a répété à plusieurs reprises, "nous ne sommes pas venus en Afghanistan pour lutter contre le commerce de l'opium", non seulement ils l'ont toléré, mais, de surcroit, ils ont collaboré avec ce commerce de l'opium tout au long du processus interventionniste. L'opium afghan représente 80 % de l'opium mondial et est principalement contrôlé par les talibans et accessoirement par le gouvernement actuel, en phase terminale, de Kaboul.

0c4c640c-2097399436.jpg

Washington y a toujours été impliqué, prenant une part importante en échange de la non-intervention. L'argent de la drogue est utilisé pour payer les services de renseignement et les opérations spéciales "secrètes". Le contrôle de l'opium présente un second intérêt dans la mesure où l'opium atteint, entre autres, la Russie, où la consommation d'opium chez les jeunes Russes constitue un problème majeur de santé publique.  Une autre branche de la route de l'opium atteint l'Europe occidentale via la Turquie, mais la consommation de ces opiacés en Europe occidentale est assez faible.

- L'Afghanistan, sous le contrôle des talibans, est un centre d'expansion du djihadisme islamique, en particulier dans deux directions : dans la province chinoise du Xianjang, ce qui pose des problèmes à Pékin, et en Asie centrale et dans les républiques musulmanes de Russie, ce qui pose des problèmes à Moscou. En fait, les Talibans ont soutenu le Mouvement islamique d'Ouzbékistan, qui a attaqué l'ancienne république soviétique depuis ses bases afghanes. Cette attaque a été la seule occasion où il a été nécessaire de mobiliser l'Organisation du traité de sécurité collective (une alliance militaire défensive dont la Russie est le noyau) pour repousser une agression extérieure contre l'un de ses États membres.

La Chine et la Russie ont défini leurs stratégies.

Ni la Russie ni la Chine n'ont la moindre intention de laisser les talibans faire de l'Afghanistan le déstabilisateur islamiste de l'Asie centrale, ce que la Maison Blanche souhaite en revanche. Moscou et Pékin ont leur propre stratégie et les deux gouvernements ont organisé des rencontres avec les chefs talibans, qu'ils reconnaissent déjà comme des interlocuteurs valables, en ignorant l'actuel gouvernement terminal de Kaboul.

Du côté russe, le 9 juillet à Moscou, un entretien a eu lieu avec une délégation de talibans dirigée par Abadul Latif Mansur (3). La Russie s'intéresse à l'Asie centrale pour étendre la Communauté économique eurasienne et contrôler l'islamisme dans la région. Elle n'est pas disposée à laisser le nouveau gouvernement taliban faire dérailler ses plans, ni à permettre aux talibans de s'allier à la Turquie pour renforcer la présence de cette dernière dans cette région clé de l'Asie centrale. La Russie a clairement fait savoir qu'elle n'était pas disposée à répéter des situations telles que l'attaque naguère lancée par le Mouvement islamique d'Ouzbékistan. Moscou, qui a fait plusieurs démonstrations récentes de son énorme puissance militaire, a clairement exprimé sa position.

e14d6ce6023c254ce23bfa891334a6ea07c5af95f4af2a898c10992aba760e19.jpg

Le géopolitologue russe Alexandre Douguine a écrit dans un article (4) que "la Russie doit agir activement pour empêcher la situation en Asie centrale de dégénérer en chaos et en instabilité, et à cette fin, Moscou doit agir en coopération avec l'Iran, le Pakistan, mais aussi avec la Chine, l'Inde et les États du Golfe, en accordant un rôle crucial dans la stabilité de la région à la coopération avec la Turquie". Douguine poursuit en affirmant que "l'Occident", c'est-à-dire les États-Unis et l'Union européenne, devrait être exclu du théâtre de l'Asie centrale. La vérité est que l'UE n'a aucune chance d'agir sur cette scène clé pour la stabilité mondiale, et - comme dans le cas de la Syrie - son seul rôle sera celui d'une victime de l'instabilité créée dans cette région. Le retrait chaotique des États-Unis provoquera une nouvelle crise des réfugiés en Europe occidentale. En d'autres termes, l'erreur stratégique de la Maison Blanche sera payée de cette manière par l'Europe (5).

E7XWIxMUUAAkC4X.jpg

Du côté chinois, la rencontre entre la délégation des talibans, conduite par le mollah Abul Ghani, et le ministre des affaires étrangères de Pékin, Wang Yi, a eu lieu le 28 juillet dans la ville chinoise de Tianjin. Pékin a pu imposer aux Afghans l'engagement que Kaboul ne soutiendrait pas le Mouvement islamique du Turkestan oriental, un groupe musulman ouïghour actif dans la région chinoise du Xinjiang, peuplée de musulmans. D'autre part, le départ des États-Unis et une nouvelle situation politique en Afghanistan permettront d'importants investissements économiques chinois, principalement dans les infrastructures, qui seront très bien accueillis par le futur gouvernement taliban (6). Car, comme le rappelle la journaliste italo-suisse Chantal Fantuzzi, il est clair pour la Chine que le retrait de ses troupes est une défaite pour les Etats-Unis, et Pékin va profiter de cette défaite (7).

Enric Ravello.

Notes:

(1) https://www.voltairenet.org/article185558.html

(2) https://www.larazon.es/internacional/20210708/q3wuztib55h4pcmmlel4cwvw7a.html

(3) https://asiatimes.com/2021/07/for-russia-the-taliban-a-necessary-evil/

(4) http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2021/07/20/la-russie-retourne-en-afghanistan.html

(5) https://www.elmundo.es/internacional/2021/07/07/60e4948621efa06a468b4593.html

(6) https://elpais.com/internacional/2021-07-28/china-y-los-talibanes-consolidan-su-acercamiento.html

(7) https://www.ticinolive.ch/2021/07/30/la-cina-convoca-i-talebani-biden-ha-fallito/

mardi, 10 août 2021

Le discours de Xi Jinping : normalité et exceptionnalisme

Xi-Jinping-warns-China-wont-be-bullied-in-speech-marking.jpg

Le discours de Xi Jinping: normalité et exceptionnalisme

Ex: https://piccolenote.ilgiornale.it/52154/il-discorso-di-xi-jinping-la-normalita-e-leccezionalismo

Le discours de Xi Jinping à l'occasion du 100e anniversaire du Parti communiste chinois a été analysé dans le monde entier, et il ne pouvait en être autrement compte tenu du rôle désormais mondial de Pékin.

Le choix de Xi de jouer Mao Zedong a été noté. Un choix, en effet, et non une obligation, qui doit être considéré comme tel dans sa référence à la révolution chinoise, qui a ensuite été détournée avec la révolution culturelle de la "bande des quatre", causant du tort à l'Empire du Milieu.

Une telle référence n'est pas le fruit du hasard, étant donné que Xi Jinping a combattu les continuateurs de ce moment sombre de la Chine et a été élu président précisément après avoir battu ceux qui, au sein du parti communiste, dirigé par Bo Xilai, rêvaient d'un retour à ces gloires.

Chine-bande-des-Quatre.jpg

180373d28c1013a95fbf0c.jpg

La "bande des quatre" lors de son procès.

Bo Xilai écoutant le verdict qui le condamne à la perpétuité.

Le discours de Xi était évidemment un péan aux "fortunes et progressions magnifiques" de son pays, et il ne pouvait en être autrement. On a voulu voir dans ses propos un défi au monde, notamment au moment où il a souligné que ceux qui tentent de s'opposer à la Chine "finiront la tête cassée et en sang".

En fait, le clin d'œil du président chinois était autre chose : non pas une menace pour le monde, mais une mise en garde contre une éventuelle agression. "Nous n'avons jamais maltraité, opprimé ou assujetti le peuple d'aucun autre pays", a-t-il déclaré, "et nous ne le ferons jamais", comme l'histoire le confirme.

Mais il a prévenu: "Le peuple chinois ne permettra jamais à des forces étrangères de nous dominer, de nous opprimer ou de nous asservir. Quiconque se fait des illusions à cet égard se cassera la tête et versera du sang sur la Grande Muraille d'acier faite de la chair et du sang de 1,4 milliard de Chinois.

502476-coeur-armee-chinoise-armee-terre.jpg

Et à propos de la campagne anti-chinoise, il a ajouté: "Nous n'accepterons pas les prédications hypocrites de ceux qui se sentent autorisés à nous faire la morale", une référence pas du tout voilée aux États-Unis et à la Grande-Bretagne.

Il ne pouvait pas non plus manquer de mentionner Taïwan: "Résoudre la question de Taïwan et réaliser la réunification complète de la Chine est une mission historique et un engagement inébranlable du Parti communiste chinois".

"Nous tous, compatriotes des deux côtés du détroit de Taïwan, devons nous unir et avancer à l'unisson. Nous devons prendre des mesures résolues pour faire échec à toute tentative d'indépendance de Taïwan."

D'autre part, l'idée de l'indépendance de Taïwan est très récente et va de pair avec la recherche d'un ébranlement du géant asiatique, brisant la doctrine de la Chine unique, pivot de la géopolitique asiatique globale.

En fin de compte, ce fut un discours tissé d'évidences factuelles, rehaussé simplement par l'habit de type maoïste que portait Xi et accentué par l'agitation géopolitique du jour. Bien sûr, l'attitude décisive du président chinois peut être frappante, mais elle découle de la politique intérieure, qui est moins monolithique qu'il n'y paraît.

Et cela découle d'une initiative rapportée par l'influent magazine américain Politico au début du mois de juin: "Dans un discours prononcé lors d'une session d'étude du Politburo cette semaine, Xi a stupéfié les observateurs les plus chevronnés par certains commentaires qui semblaient signaler un adoucissement spectaculaire de la rhétorique dure que Pékin tenait ces dernières années en référence aux États-Unis, à l'Europe et à d'autres nations".

En fait, il a demandé aux dirigeants du pays de se concentrer sur la diffusion d'une image "fiable, aimable et respectable" de la Chine. Et Xinhua, le média officiel de Pékin, a même suggéré que le pays pourrait adopter une approche "humble" dans ses relations avec le monde extérieur".

Il est probable que, comme dans d'autres circonstances, Xi Jinping a été accusé d'être trop mou par la faction nationaliste, d'où la nécessité pour lui de s'affirmer dans son discours du centenaire.

cover-r4x3w1000-5dc7f01015113-vingt-quatrieme-week-end-de-troubles-a-hong-kong.jpg

gettyimages_1163826177.0.jpg

Policiers et manifestants à Hong Kong.

Ce n'est pas une nouvelle controverse au sein de la Chine: également sur la question de Hong Kong, lors du soulèvement indépendantiste, Xi avait fait preuve de patience, s'opposant aux siens qui auraient voulu une intervention à somme nulle, avec un compromis ultérieur (fin des libertés dont jouit la ville, mais pas de bain de sang).

Il n'est pas non plus concevable que la Chine renonce à Taïwan, dont la déclaration d'indépendance sonnerait comme une déclaration de guerre, un peu comme le Texas se séparant des États-Unis (un thème qui a d'ailleurs retrouvé une actualité floue).

Bien sûr, Xi n'a pas épargné le monde des avertissements, mais le sujet n'est pas la troisième guerre mondiale, ni une poussée de Pékin pour conquérir le monde, mais pour accroître son influence mondiale.

Cela ne conduirait pas à la domination chinoise du globe, puisque, comme Pékin le reconnaît lui-même, la primauté américaine est destinée à durer, mais cela donnerait naissance à ce multilatéralisme que les partisans de l'unilatéralisme américain considèrent comme une menace existentielle.

Il est dommage que ces tétragones de la reductio ad unum soient associés à divers cercles qui, tout en rejetant cette vision obscure, sont incapables de renoncer à l'idée de l'exceptionnalisme américain, qui, au-delà des nobles intentions de ceux qui l'idéalisent, est une "pensée magique" - comme le définit Ishaan Tharoor dans le Washington Post - qui apporte de l'eau à cet obscurantisme.

Le discours de Xi devrait donc être réduit à la chronique géopolitique du moment, n'ajoutant rien et ne retirant rien à la situation critique actuelle. Des critiques qui sont malheureusement vouées à durer, alors qu'il serait urgent de parvenir à une convergence, que la propagande adverse rend impossible.