Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 23 septembre 2021

La cancel culture et la délégitimation de la mémoire : le "délire suicidaire" de l'Occident

FACE_Columbus_elmwood_PHOTO_GoLocal_Oct_2019.png

La cancel culture et la délégitimation de la mémoire: le "délire suicidaire" de l'Occident

par Giulio Battioni

Ex: https://www.lavocedelpatriota.it/cancel-culture-e-delegittimazione-della-memoria-il-delirio-suicida-delloccidente/

Les péripéties de la "cancel culture" abondent dans l'actualité. Les déclarations publiques et les manifestations sociales, souvent violentes et parfois grotesques, dominent la scène politique contemporaine dans le nouveau monde, en Europe et outre-mer. De la démolition des statues de Christophe Colomb et de Churchill à l'incrimination des œuvres de Shakespeare, Dante et Homère, des accusations contre la musique de Mozart aux inquisitions linguistiques et symboliques frappant les contes de fées, les poèmes et les œuvres d'art de toutes les époques. Un "délire suicidaire", comme l'a défini Ernesto Galli della Loggia, qui démolit l'image que l'Occident a de lui-même, délégitime sa mémoire et paralyse son action culturelle.

imccages.jpgPour les politologues, la cancel culture est un phénomène typique de la modernité tardive, une théorie élaborée par une "culture dominante" qui change de contenu en fonction du contexte social: dans les sociétés pauvres, elle tend à coïncider avec une culture conservatrice en matière de morale et de religion, encline aux valeurs nationales; dans les sociétés riches, comme le monde postindustriel, elle tend à prendre la forme d'une culture progressiste, libérale et "fluide", favorable aux idéologies de genre, au "mariage entre personnes de même sexe" et au mouvement LGBTQ, enclin à un multiculturalisme inconditionnel.

En bref, elle peut être définie comme une stratégie politique adoptée par des militants exerçant une pression sociale pour parvenir à l'exclusion culturelle d'un ennemi public accusé de paroles ou d'actes pas nécessairement accomplis et donc, à ce titre, stigmatisé et criminalisé.

Aujourd'hui, cette méthode de censure et de discrimination a pris les connotations du politiquement correct, un néo-langage de propagande qui conditionne le débat intellectuel et sa liberté d'expression.

Il s'agit d'une police de la pensée qui évoque toutes les formes de contrôle totalitaire des idées du vingtième siècle, de l'autodafé des livres dans l'Allemagne nazie à la persécution sanglante des dissidents par les communistes, de Lénine à Mao.

Les origines de ce "procès du passé" se trouvent dans la tradition française de la "terreur jacobine" et de la fureur iconoclaste de 68.

Selon Marc Fumaroli, c'est la "folie de 1968" qui a associé le nihilisme et l'anarchisme juvénile aux vagues successives du léninisme, du trotskisme et du maoïsme littéraires, en y ajoutant Freud revu et corrigé par Lacan, la déconstruction de Derrida et la théorie postmoderne de Lyotard.

arton5253.jpg

Le jacobinisme intellectuel parisien a ensuite été porté en triomphe sur les campus universitaires américains, dans un curieux aller-retour de ce côté-ci de l'Atlantique, avec les contradictions connexes de la démocratie américaine.

La culture "woke", après tout, le nouveau mot d'ordre du conformisme libéral, ne serait rien d'autre que l'appel aux armes des vieilles élites culturelles occidentales contre leur propre passé.

Sous le prétexte humanitaire de l'égalité et de la justice sociale, les nouvelles "oligarchies de la vertu" surveillent le politiquement correct de la pensée, incitant les masses à la violence contre les mots, les œuvres d'art, les monuments et les symboles de tous les temps. Le "rester éveillé" (Stay woke !) est la nouvelle haine déguisée par la démagogie de la lutte contre les discriminations raciales, coloniales et de genre, réelles ou supposées.

11348271_0.jpg

Les apologistes de cette éternelle épreuve du passé, naturaliter occidentaux, méditerranéens, européens et américains, prêchent l'odium sui (la haine de sa propre culture) et la libération définitive des constructions de la civilisation bourgeoise, tout en oubliant ses avantages moraux et matériels.

Les enfants et petits-enfants des maîtres à penser de la contestation se revendiquent tiers-mondistes et anticapitalistes, accusant les pays riches d'exploiter les pays pauvres, tout en omettant les conquêtes morales et juridiques du vieux monde: liberté, droits de l'homme, égalité entre hommes et femmes, travail, démocratie.

En bref, la cancel culture est la nouvelle frontière du politiquement correct. Héritière de la guillotine révolutionnaire, elle constitue une nouvelle forme de censure, de plus en plus grave, qui ne provient pas d'une culture réactionnaire ou conservatrice, mais de la gauche radicale, libertaire et néo-communiste, et des mouvements de libération des "minorités opprimées". Ce n'est certainement pas le vieux moralisme victorien, ni le maccarthysme de la guerre froide, mais un nouveau mouvement né dans les bons salons de la culture et qui s'est ensuite répandu dans les rues américaines, avec Me Too et Black Lives Matter.

1 co4lJtVQK756VBMw4y8NRA.jpeg

Les effaceurs du passé ne se limitent plus à critiquer les opinions jugées non conformes aux totems et aux tabous de l'idéologie progressiste, mais visent directement l'élimination des œuvres et l'exclusion morale, sociale et civile de leurs auteurs. Les artistes, les journalistes, les écrivains, les professeurs, les scientifiques et les philosophes sont licenciés du jour au lendemain et condamnés à l'éloignement collectif.

Dans le même temps, le panthéon de notre culture est sacrifié à un esprit du temps, un bacchetton sanguinaire, hostile à toute impureté d'un passé dont on célèbre l'embrasement collectif. Et dans l'enfer des gommes s'achève toute la tradition classique, de la littérature à la musique en passant par les arts figuratifs.

index.jpg

Si les Talibans et les islamistes de tout poil ont démoli les Bouddhas de Bamiyan et les trésors archéologiques de Palmyre, les nouveaux mauvais maîtres démolissent symboles et monuments au nom du Bien et du Progrès: Christophe Colomb n'est plus le grand navigateur qui a découvert le nouveau monde, mais le père de l'extermination des indigènes; Abraham Lincoln n'est plus le "grand émancipateur" de la guerre de sécession américaine, mais un suprémaciste blanc, coupable d'avoir réservé certaines épithètes aux Afro-Américains, un enfant de son temps; même Forrest Gump, un héros toujours prêt à défendre les handicapés, les malades et les vétérans de guerre, a été accusé de connivence avec le Ku Klux Klan.

En bref, la nouvelle censure frise le ridicule, surtout à l'étranger. Mais même en Europe, nous ne devons pas baisser la garde, étant donné le zèle négationniste qui a récemment frappé les Foibe, les fosses où les partisans titistes jetaient les cadavres des ressortissants la minorité italienne d'Istrie et de Dalmatie qu'ils avaient massacrés, et, partant, la mémoire historique de tous les Italiens.

Le procès du passé, avec la décontextualisation des actions, des comportements et des langages d'une période historique spécifique, conduit à une damnatio memoriae qui délégitime la culture et génère le désarroi des nouvelles générations. "Détruire les statues ne transformera pas le passé, cela le rendra moins compréhensible", a déclaré Abnousse Shalmani, un écrivain iranien en exil en Occident.

Effacer le passé, c'est mettre en danger l'avenir et la relation profonde que chaque culture entretient avec le temps. Si l'univers des valeurs de toute civilisation s'enracine dans le temps, l'effacement de la culture est une menace pour la culture qui vit et se nourrit de la mémoire. La haine du passé des nouveaux Goebbels du politiquement correct est à l'origine de l'incommunicabilité de notre époque et condamne l'Occident à son extinction. Restez éveillés !

mardi, 25 mai 2021

Dante Alighieri: une nouvelle victime de la cancel culture

275549-dante_peterlin.jpg

Dante Alighieri: une nouvelle victime de la cancel culture

Alexandre Douguine

Ex : https://katehon.com/ru/article/dante-aligeri-novaya-zhert...

Le 21 mai 1265, Dante Alighieri naquit en Italie, mais en Occident, cette date n'est plus célébrée.

Aujourd'hui, ce serait tout simplement dangereux de la célébrer. Comment cela se fait-il, me direz-vous? Dante est le symbole de la poésie occidentale, un classique mondialement connu. C'est vrai. Mais ce génie médiéval italien n'a pas non plus été épargné par la guillotine du politiquement correct.

Lorsque la Divine Comédie est tombée entre les mains de défenseurs des droits de l'homme, de libéraux et de mondialistes enragés, ils ont jugé l'œuvre de Dante ‘’politiquement incorrecte’’. Et c'est tout. Pas de Dante. Il est devenu une autre victime de la nouvelle culture politique. Désormais, ses œuvres ne peuvent être imprimées qu'avec des coupures et avec la mention que leur contenu est non politiquement correct.

Dante-1.jpg

Techniquement, Dante a fait placer le fondateur de l'Islam dans une partie pas très agréable de l'espace sacré. Et les libéraux, qui ne se soucient généralement pas de l'Islam, ni d'aucune religion traditionnelle d'ailleurs, ont soudainement décidé qu'une telle lecture pourrait avoir un effet négatif sur le psychisme des migrants originaires de pays islamiques. Et qu'ils doivent en être protégés afin de ne pas provoquer des accès d'agressivité imprévisibles.

Cela semble absurde, mais dans notre monde, presque tout semble absurde. Il est temps de s'y habituer.

Ici, tous les protagonistes de cette censure sont dans la position de l’idiot complet :

  • Les censeurs eux-mêmes (tout d'abord, on peut imaginer le vieux Soros accompagné de la petite Greta Thunberg feuilletant La Divine Comédie, soulignant les endroits suspects) ;
  • et les Européens, qui doivent maintenant se repentir non seulement du colonialisme et du meurtre du junkie Floyd, mais aussi de Dante ;
  • et les musulmans eux-mêmes, qui semblent si faibles d'esprit qu'ils sont incapables d'apprécier la distance qui sépare le Moyen Âge chrétien de l'Europe moderne, et prennent tout au pied de la lettre et réagissent immédiatement de manière brutale - comme des maniaques incontrôlables.

Mais il est clair que la localisation de Mahomet dans l’œuvre de Dante n'est qu'une excuse. Dante est l'encyclopédie du Moyen Âge européen, le grand monument de la théologie, de la philosophie, de la poésie, de la culture. Dante est l'apogée de l'esprit chrétien de l'Europe occidentale du moyen-âge, le chantre solennel de l'Empire, de la religion et de l'amour chevaleresque. De nombreuses générations d'Européens se sont inspirées de Dante pour former leur personnalité. Selon les modèles posés par Dante, les héros de l’Europe ont construit leur destin et leur vie. Fideli d'amore - Fidèles d'Amour. Dante a exprimé les idéaux de cette société courtisane chevaleresque de l'élite aristocratique chrétienne.

C'est pour cela que Dante est exécuté aujourd'hui. Il est le porteur d'une autre Europe - une Europe de l'esprit et de l'idée, de la foi et de l'honneur, du service et du grand Amour. Les gouvernants modernes de l'Europe détestent tout cela farouchement. C'est pourquoi ils interdisent Dante, le retirent des programmes d'enseignement, l'accusent de manquer de tolérance et le soumettent à la honte.

L'Europe détruit ses fondations, érode ses piédestaux, jette hors de leurs tombes les reliques impérissables des génies.

Nous ne devons en aucun cas nous engager dans cette voie. Il s'agit de protéger non seulement nos génies russes, mais aussi les grands penseurs, artistes et poètes d'Europe. La Russie n'a jamais été un pays européen, mais nous avons toujours été capables d'apprécier la grandeur européenne - la pensée, l'art et le génie. Même si les Européens ne nous comprenaient pas, nous les comprenions. Et nous avons respecté ce qui était admirable chez eux. Aujourd'hui, alors que les Européens jettent le grand Dante à la poubelle de leur civilisation effondrée, il est grand temps de l'élever et de l’inscrire sur notre bannière.

cinq-choses-a-savoir-sur-dante.jpg

Dante est à nous. Nous le connaissons, l'honorons, le lisons, l'enseignons et le comprenons. Sans le vouloir, la Russie se retrouve dans le rôle de gardien et de protecteur des valeurs européennes, mais des valeurs, et non des résultats de la décadence européenne, de la décadence et de la dégénérescence. Le libéralisme et la mondialisation ne sont pas encore le lot de toute l'Europe. De plus, c'est l'Anti-Europe.  Par conséquent, en les adoptant, l’Europe renonce à ses racines. Nous n'abandonnons pas les nôtres. Et les génies européens sont proches de nous.

L'amor che move il sole e l'altre stelle

Nous devons être des Fidèles d'Amour.

Et si l'Amour s'épuise, qu'est-ce qui fera bouger le soleil et les étoiles ?

mardi, 18 mai 2021

Cancel culture? "Ils sont comme le ministère de la Vérité d'Orwell"

ministry_of_truth_poster-r27c09f470e1f429ea75bcd905ca457d5_w2q_8byvr_540.jpg

Cancel culture? "Ils sont comme le ministère de la Vérité d'Orwell"

Entretien avec Giuseppe Culicchia

Source : Il Giornale & https://www.ariannaeditrice.it/

Jamais banal, auteur de romans importants, capable d'aller de l'imagerie pop à la satire en passant par l'intimisme non mièvre, et bien plus transgressif que les auteurs réputés comme tels mais qui font ensuite la queue pour obtenir une Strega en embrassant la carte sainte de Berlinguer. Je parle de Giuseppe Culicchia, je suis au téléphone avec lui pour discuter, et je lui pose quelques questions sur le politiquement correct et son environnement.

81r9Qr9+AcL.jpg

La biographie officielle de Philip Roth retirée parce que son auteur est accusé de harcèlement, un grand scientifique libéral comme Richard Dawkins accusé de transphobie, l'autobiographie de Woody Allen bloquée par son éditeur initial. Elisabetta Sgarbi a déclaré que l'effacement et les cultures sont deux mots qui ne vont pas ensemble. Votre E finsero felici e contenti me vient à l'esprit. Cette fiction devient-elle dangereuse ou pensez-vous qu'elle deviendra si ridicule qu'elle s'autodétruira ?

"La soi-disant ‘’culture de l'annulation’’ est ridicule et dangereuse. Ridicule parce que cela n'a aucun sens de mettre à l'index certains livres ou films pour des raisons de comportement sexuel ou d'idées sur les droits des auteurs, ou de modifier ou d'interdire des classiques parce qu'ils ne sont pas conformes à l'air du temps. Accuser Les Aventures de Huckleberry Finn ou Au cœur des ténèbres de racisme parce que le mot "nègre" y figure ou en raison de la manière dont les peuples africains y sont décrits est tout à fait surréaliste; Mark Twain a lutté pour l'abolition de l'esclavage, Conrad a écrit le réquisitoire le plus féroce contre le colonialisme. Dangereux parce que rayer de notre passé les choses que nous n'aimons pas, au lieu de les étudier et de former une pensée critique, signifie simplement s'empêcher de comprendre non seulement la littérature ou le cinéma, mais aussi l'Histoire dans sa complexité".

Parlons du féminisme. Dès que vous objectez quelque chose à une femme, vous êtes un misogyne. Mais elles, par exemple Murgia ou Valerio ou beaucoup d'autres encore, peuvent facilement dire que tous les mâles sont comme les fils de mafiosi. Il me semble qu'il y a au contraire un problème de misandrie. En plus du fait que si vous enlevez le féminisme à ces champions du féminisme, il ne reste rien. Ils ne sont certainement pas des exemples d'excellence.

"Quand je pense au féminisme, je pense à un essai que j'ai lu et qui m'a éclairé quand j'étais petit, Dalla parte delle bambine (Du côté des filles), d'Elena Gianini Belotti, ou au roman Cassandra de Christa Wolf, ou à des figures comme Angela Davis et Leni Riefenstahl. Je suis né homme, blanc, hétérosexuel, et je suis devenu père: franchement, la seule chose dont je me sente coupable en tant qu'individu est d'avoir donné naissance à des enfants dans ce monde tel qu'il est. Mais ce sont deux beaux enfants, j'ai confiance en eux et dans le fait qu'ils sauront, entre autres, respecter les femmes. Parce que le respect est fondamental, et non seulement en théorie mais aussi en pratique, il doit être mutuel".

upload-84-Screen_Shot_2017-04-24_at_7.00.03_PM.jpg

À ce rythme, ils en viendront à interdire toutes les œuvres d'art et pas seulement elles. Le politiquement correct veut changer les dictionnaires en effaçant les mots. Le mot "N", le mot "F", on dirait qu'on vit dans une croisade de mots croisés.

"Effacer les mots" est, sans surprise, le travail de Syme, le fonctionnaire du ministère de la Vérité qui, dans le 1984 d'Orwell, est chargé de compiler le dictionnaire de la novlangue. Mais l'utilisation déformée des mots remonte à loin et ne concerne pas seulement les minorités: pensez au monde du travail, où les licenciements sont devenus des ‘’redondances’’, ou aux euphémismes utilisés à l'époque par le journalisme de guerre, où les victimes civiles ont été transformées en ‘’dommages collatéraux’’. Pour revenir au domaine de la comédie, demander à un comédien de suivre le manuel du politiquement correct, c'est non seulement lui coller les bras mais l'empêcher de faire son travail. Et comme toujours, en Italie, il y a deux poids et deux mesures: aujourd'hui, par exemple, le body-shaming est fortement condamné lorsqu'il s'adresse à une personnalité publique de gauche, mais depuis vingt ans, la cible est un homme de droite et personne n'a fait de bruit".

Vous êtes également le traducteur de Bret Easton Ellis, qui s'est également élevé contre le politiquement correct. Il me semble qu'aux États-Unis, la situation est pire qu'ici.

500046.jpg"Le fait que le politiquement correct et la culture du cachet soient nés aux États-Unis n'est pas une coïncidence: c'est le pays de l'individualisme et du narcissisme le plus exaspéré, et il suffit de relire ou même de lire The Culture of Complaint de Robert Hughes pour avoir une idée des racines d'un phénomène qui a pris naissance sur les campus de ces universités où même l'Iliade est ridiculement et dangereusement éliminée des cours parce qu'elle est sexiste, chauvine, violente et patriarcale. Dans notre pays, après tout, il y a ceux qui voudraient faire de même avec la Divine Comédie, même pendant l'année de Dante".

Comme chacun le sait, je suis à moitié pédé, au moins de moi-même je peux le dire ?

"Je dirais que oui, j'ai des amies qui se disent tranquillement ‘’salopes’’. Le fait est, et la récente controverse née de l'affaire Rai/Fedez en est une démonstration claire, que le discours sur les droits des minorités a totalement occulté celui sur les droits des travailleurs. Le fait que le 1er mai on parle d' ‘’homotransfobia’’ au lieu du drame d'un pays qui a vu non seulement la perte de 900.000 emplois mais aussi l'annulation de tout projet d'avenir possible pour des générations entières qui, après l'introduction des lois sur le travail précaire, ne peuvent espérer qu'un stage de 600 euros par mois, sans parler de ceux qui sont réduits à travailler gratuitement juste pour ajouter un peu d'expérience à leur curriculum, est emblématique. Mais là encore, les politiques libérales ont été adoptées par le plus grand parti de ce qui était autrefois la gauche, alors pourquoi être surpris? Les droits civils, les migrants, l'antifascisme donnent l'impression d'être autant de feuilles de vigne pour ceux qui ont réellement introduit le travail précaire en Italie avec le fameux paquet Treu, en 1997, lorsque Romano Prodi était au gouvernement. Et puis nous nous plaignons de la fuite des cerveaux, ou nous sommes scandalisés parce que les coursiers d'Amazon ne peuvent même pas aller aux toilettes".

La planète Terre a quatre milliards et demi d'années, la vie sur Terre existe depuis quatre milliards d'années, mais nous nous inquiétons de ce que nous faisons à la planète au cours des cinquante dernières années et de la façon dont les êtres humains vivront dans cent ans. Vous êtes passionné par l'avenir de l'humanité ?

"J'avoue qu'il y a une grande curiosité en moi: le monde est un entrepôt d'histoires, et j'aimerais savoir comment elles vont se poursuivre. Mourir sera comme oublier dans un train le seul exemplaire existant d'un livre qui a commencé par le voyage, avec de très belles pages et d'autres décidément douloureuses, et d'autres encore inutiles, mais globalement très intéressantes. De ce point de vue, ce sera vraiment dommage".

Questions de Massimiliano Parente.

18:01 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, cancel culture, politiquement correct | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

lundi, 17 mai 2021

Colère et découragement

RW_Cancelled_03262021_0.jpg

Colère et découragement

par Marcello Veneziani

Source : Marcello Veneziani & https://www.ariannaeditrice.it/

Qui nous défend contre l’assaut quotidien du nouveau catéchisme politiquement correct, du bombardement médiatique et publicitaire et de la nouvelle Inquisition? L'Église de Bergoglio, le Quirinal, la Cour constitutionnelle, les autres politiques, le pouvoir judiciaire, la culture libre et pensante, la satire contre le pouvoir, la presse indépendante? Rien de tout cela.

Colère et découragement, pour paraphraser un titre célèbre d'Oriana Fallaci. La colère face à l'assaut envahissant de la nouvelle idéologie corrective de la réalité, du bon sens, de la nature, de l'identité et de la tradition ; et le découragement parce que vous ne voyez pas de barrières, de réponses alternatives, d'oppositions structurées, pour représenter ce que la majorité négligeable de la population ressent, pense et dit. Aucun sujet public qui affronte l’assaut quotidien avec des moyens adéquats ; aucun qui, au moins, équilibre, donne la parole, garantisse le respect à ceux qui sont en désaccord avec le processus en cours. Un processus civil et incivil, politique et judiciaire... Il n'existe nulle part de réponse complète et alternative ; la seule stratégie consiste à perdre du temps, à s'assoupir, à ralentir, à détourner le regard. Ou pour gagner une heure sur le couvre-feu....

Bon nombre des digues ou des garants susmentionnés se trouvent dans le camp opposé ou ont abdiqué leur fonction d'arbitre super partes ; ils se taisent ou parlent d'autre chose, ou pire, ils pensent à flotter pour survivre et donc suivre le courant dominant. Ceux qui s'y opposent ne comptent que les sondages mais ne s'équipent pas de réponses appropriées à quelque niveau que ce soit; une opinion à la volée, une blague sur vidéo et la tâche est accomplie, la conscience est claire. Un jeu de transfert de fonds.

La solitude de masse est ce que nous ressentons chaque jour davantage; même les dernières munitions qui nous restent en main, comme le vote, le moment venu, ne servent pas à grand-chose si vous n'avez pas de stratégie et de cadre de référence.

Le plus insupportable dans le politiquement correct, c'est qu'il accuse chacun d'être ce qu'il est; c'est une incitation constante à rejeter l'histoire et la mémoire, la culture et la nature telles qu'elles sont dans la réalité, dans la vie et dans l'esprit. Des cas extrêmes, des épisodes d'intolérance, sont pris afin de renverser la réalité, les codes de vie et de loi, les sentiments et les raisons communes. On se rassure en disant que cela ne touche pas tout le monde, mais on redéfinit la réalité en démolissant les identités.

cancelculturedevanshijpg_by_Devanshi_Daga.jpg

Vous devez avoir honte d'être italien, européen, occidental, chrétien ou du moins un enfant de la civilisation chrétienne, catholique en particulier. Vous devez avoir honte d'être père, mère, fils, héritier d'une tradition et d'une civilisation. Et d'être un homme, hétéro, identifié selon la nature et la coutume.

Le politiquement correct vous reproche d'être qui vous êtes et comment vous avez vécu jusqu'à présent. Vous avez tort dans vos choix et vos inclinations, dans vos relations humaines et dans votre vie, dans votre vocabulaire et dans votre sphère privée. La réalité telle qu'elle est, est un vice sombre à effacer, une habitude rétrograde dont il faut se libérer; l'être cède la place au devoir-être et aux désirs subjectifs.

Chacun d'entre nous a fait de nombreuses erreurs dans sa vie et beaucoup sont prêts à les reconnaître. Mais le pire dans cette autodafè permanente, à la fois personnelle et collective, c'est qu'elle ne retient pas contre vous vos erreurs, vos péchés, mais presque tout ce qui ne s'y inscrit pas. Au contraire, dans de nombreux cas, le nouveau canon vous demande d'avoir honte des meilleures choses de votre vie et des choses les plus chères auxquelles vous avez cru, pensé et grâce auxquelles vous avez vécu; vous devez avoir honte de vos origines et de votre culture, vous devez avoir honte de votre identité et de votre éducation, vous devez avoir honte de votre famille, de votre préférence pour vos enfants et les êtres qui vous sont chers, de votre façon d'aimer et de faire la cour, de votre fidélité et de votre loyauté à une façon d'être et à un monde de pratiques et de valeurs civiles, religieuses, patriotiques et familiales. Vous n'avez pas à avoir honte de vos incohérences et de vos contradictions, au contraire, vous n'avez pas à avoir honte de ne pas les mener jusqu'au bout, c'est-à-dire jusqu'à renier ce que vous êtes et ce que vos parents étaient.

Vous devez avoir honte d'être ce que vous êtes et d'où vous venez, vous devez aimer ce qui est le plus éloigné de vous, ce qui vous est le plus étranger, ce qui est le plus éloigné de votre monde. Aimez ce qui vous vient le moins naturellement. Préférence pour l'étranger au détriment du semblable, pour le distant par rapport à ce qui est proche. C'est l'aspect tyrannique, inhumain, irréel de l'inquisition. Qu'elle étouffe la vie, la liberté, la spontanéité, la variété, la passion pour la vérité et l'amour de la réalité.

La raison du rejet de la réalité est que je ne l'ai pas choisie: être italien, européen, homme, blanc, hétéro, fils de ses parents, ne dépendait pas de moi. Tout ce qui découle du destin et de la nature doit être rejeté ou privé de valeur; seul ce que vous choisissez et voulez être et faire est valable.

Mais ne plus définir une personne comme étant un homme ou une femme, un père ou une mère, un Italien ou un Indien, revient à nier son âge, sa date de naissance, ses parents et son lieu de naissance. Si vous avez, par exemple, cinquante ans, que vous êtes un homme marié, que vous avez une famille, un nom, un lieu et une date de naissance, vous êtes libre de vivre comme si vous aviez trente ans, comme si vous étiez d'un autre sexe que celui que la nature vous a donné ; vous pouvez quitter votre pays d'origine, vous pouvez vous faire appeler par un autre nom, vous pouvez quitter votre famille. Mais si vous établissez par la loi que la réalité, la nature, l'âge et l'histoire ne comptent plus, mais seulement votre volonté d'être ce que vous voulez, comme vous voulez et où vous voulez, vous avez transformé une société civilisée en un asile de fous invivable. Vous ne pouvez pas confondre la liberté de vos choix privés, que personne ne veut nier, avec une loi qui révoque par décret la réalité et l'identité pour ne reconnaître que des désirs subjectifs et mutants. Ce n'est que de la barbarie ruineuse, et de la folie. Et à partir d'aujourd'hui, le siège reprend avec la journée mondiale contre les phobies... Un jour viendra-t-il où nous sortirons de cette hallucination induite et retrouverons la réalité; un jour viendra-t-il où les raisons de ceux qui les revendiquent aujourd'hui dans le désert seront reconnues et respectées?

18:44 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actuaité, cancel culture, marcello veneziani | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

dimanche, 25 avril 2021

Le wokisme – la nouvelle religion de l’Occident

black-lives-matter-protester.jpg

Le wokisme – la nouvelle religion de l’Occident

Max Funk

Ex: https://lesobservateurs.ch/2021/04/25/

Il y a une nouvelle religion. Elle se répand comme un raz-de-marée sur toutes les facettes de la culture occidentale, façonnant et redéfinissant la société sur son passage. Cette religion se présente sous l’apparence  trompeuse de la compassion et de la justice, mais elle cache une idéologie maléfique incompatible avec les valeurs occidentales et avec la vision chrétienne du monde. Ce mouvement n’a pas commencé à Minneapolis le 25 mai avec la mort de George Floyd. Mais cet événement a marqué un tournant pour une idéologie qui se développait depuis des décennies. Si l’on n’y prend pas garde, cette nouvelle religion pourrait conduire à un démantèlement complet de la culture occidentale.

Il existe de nombreux termes pour désigner la situation dans laquelle nous nous trouvons actuellement: wokeness, politiquement correct, cancel culture en sont quelques-uns, mais ils ne résument qu’une partie du phénomène. Le marxisme culturel, le néo-marxisme, la justice sociale, la politique de l’identité et la théorie critique sont des descripteurs plus larges. Nous aimerions utiliser un terme qui rende bien compte de la religiosité du mouvement: le wokisme.

Le wokisme est une religion. Bien qu’il n’ait pas été organisé en une structure religieuse formelle, il a toutes les fonctions d’une doctrine religieuse. Il possède une épistémologie (théorie de la connaissance) qui lui est propre, une évaluation de la condition humaine et un récit de rédemption. Mais d’où vient-elle?

La théorie critique

Au début du 20e siècle, une école de philosophie allemande appelée l’école de Francfort a développé une philosophie sociale appelée théorie critique. En un mot, la «théorie critique» critique la culture et remet en question les structures de pouvoir sous-jacentes de la société. Il s’agit d’un mouvement visant à «libérer les êtres humains des circonstances qui les asservissent», en réinterprétant la culture occidentale comme une histoire des oppresseurs contre les opprimés. Pour la théorie critique, les seules choses qui existent sont les hiérarchies de pouvoir, et ces hiérarchies doivent être démantelées. L’objectif, déclaré ou non, de ce mouvement, n’est rien de moins que le démantèlement complet de la culture occidentale et sa reconstruction à partir de zéro.

crth.jpgLa théorie critique a commencé à s’imposer parmi les universitaires occidentaux dans les années 90 et a fini par s’infiltrer dans presque toutes les universités du monde occidental. Ces dernières années, l’idéologie a quitté l’université et a fait souche dans les médias et la culture d’entreprise, s’imposant comme la principale culture morale des sociétés occidentales. Actuellement, les principales lignes de démarcation entre oppresseurs et opprimés sont la race, le sexe et l’identité de genre.

Il ne s’agit pas seulement d’un mouvement politique ou social dans le cadre des valeurs traditionnelles des Lumières. Des concepts tels que la logique, la science et la raison sont considérés comme des outils du patriarcat blanc oppresseur. Des valeurs comme l’individualisme, le travail assidu, la ponctualité et la gratification différée seraient comprises comme perpétuant la suprématie blanche. La théorie critique est devenue bien plus qu’une philosophie sociale et constitue le principal moteur philosophique de la nouvelle religion civile du wokisme.

L’objectif, déclaré ou non, de ce mouvement n’est rien de moins que le démantèlement complet de la culture occidentale et sa reconstruction à partir de zéro.

La nouvelle religion

Pourquoi qualifier le wokisme de nouvelle religion? Le fait est que la montée de l’humanisme séculier au cours des 70 dernières années a créé un trou en forme de religion dans notre culture. Le sécularisme, malgré toute sa domination culturelle, n’a pas réussi à offrir une philosophie solide du sens et du but, ni à fournir un cadre moral sur la façon d’agir dans le monde, à part «être une bonne personne parce que l’alternative est indésirable pour tout le monde». Au contraire, le wokisme a développé sa vision de la réalité avec son propre ensemble de valeurs et de récits. Des cendres de l’humanisme séculier naît une nouvelle religion civile.

imageswokeam.pngLe wokisme offre tout ce que le sécularisme n’a pas réussi à fournir, et a rapidement comblé le trou en forme de Dieu qui restait dans notre culture. Il revendique sa propre version de la vérité, de la justice, de la droiture, du péché et du jugement. Il donne un sens à ses adhérents, avec son méta-narratif de conflit sociétal, de lutte pour le pouvoir et de lutte pour la liberté rédemptrice. Le démantèlement des structures de pouvoir oppressives contribue à donner un sens à l’individu et à la collectivité. Ces valeurs sont solidifiées dans des rituels publics tels que la formation à la sensibilité ou la confrontation avec la fragilité blanche. Il y a un fort aspect communautaire, et les gens ont le sentiment de faire partie de quelque chose de plus grand qu’eux. L’hypothétique société utopique future, libérée des maux du système oppressif actuel, est également inhérente à ce «progrès social». Mais surtout, le wokisme offre ce que tout cœur humain pécheur désire profondément, à savoir une justification morale. Les gens croient qu’ils agissent de manière juste dans le monde, et reconnaissons-le, c’est parfois vrai. Mais souvent, tout ce qu’ils font n’est qu’une simple posture, ou pire, une action destructrice.

Cela ne veut pas dire que le wokisme offre une absolution totale à ses adeptes; en fait, c’est plutôt le contraire. Démolir des structures de pouvoir oppressives signifie que vous êtes aussi profondément conscient de vos préjugés. James Lindsay, un mathématicien, universitaire et athée, a récemment déclaré lors d’une émission de Joe Rogan:

«Certaines religions regardent vers le haut, elles regardent Dieu, et elles ont peur du péché, mais elles font attention à Dieu, et elles pensent au renouveau, elles pensent à la rédemption, elles pensent au pardon. Et puis certaines religions regardent vers le bas, et ne font que regarder le péché. Si vous regardez vers le haut, alors la religion peut être formidable, elle peut conduire les gens dans le développement spirituel, la communauté et ainsi de suite, mais si vous regardez vers le bas, si vous êtes obsédé par le péché, vous allez commencer à être obsédé par le péché de tout le monde aussi.»

50056033171_5784f7e617_k.jpg

Les idées de péché (privilège) de droiture (victimisation) et de damnation (canceling) sont bien établies au sein du wokisme. S’il propose des rites de pénitence (la «prise de conscience de ses privilèges», la «solidarité avec les minorités») et de piété (s’agenouiller pendant l’hymne ou poster des carrés noirs), ce qu’il n’offre jamais, c’est le pardon. Dans une récente interview avec Dave Rubin, le théologien Nathan Finochio a décrit le phénomène:

«Si je suis enfermé dans le groupe des oppresseurs, sans possibilité de m’en échapper, il ne peut pas y avoir de pardon, s’il n’y a pas de repentance, n’est-ce pas? C’est bien ça l’idée? Je suis donc perpétuellement un pécheur, et je vais continuer à perpétuer le groupe oppresseur, et il n’y a rien que je puisse faire. Il est évident que la cancel culture est en fait la conclusion logique de la théorie critique... parce qu’il faut se débarrasser de la classe oppressive.»

Différences avec le christianisme

Ce qui est si abominable dans le wokisme, c’est qu’il joue régulièrement sur les meilleures motivations des gens, comme la compassion et le désir de justice. La plupart des gens ont un désir sincère de voir la vie des autres s’améliorer, et de nombreux chrétiens se sont engagés dans ces idées comme si elles étaient en accord avec les enseignements du Christ. Bien sûr, il existe des inégalités dans notre société, où la justice est nécessaire. Il n’en reste pas moins que le wokisme interprète différemment les concepts de vérité, de justice et d’équité et ne laisse aucune place à d’autres façons d’aborder ces questions. Le wokisme est incompatible avec la vision biblique du monde, car il s’en distingue de plusieurs façons essentielles.

Wokeism-Killing-The-light.jpg

Premièrement, il attribue une culpabilité ou une innocence intrinsèque à l’individu en fonction de son identité de groupe, indépendamment de ses actions individuelles.

Proverbes 17:15: Celui qui justifie le méchant et celui qui condamne le juste sont tous deux en abomination au Seigneur.

La croyance qui est au cœur de la culture occidentale, c’est que chaque individu est créé à l’image de Dieu et mérite donc intrinsèquement la dignité et le respect. Cette idée est également à la base de notre système juridique. Dans le cadre moral biblique, l’individu est responsable de ses actes devant Dieu. L’idée que le péché ou la justice puissent être hérités en fonction des caractéristiques naturelles d’une personne, comme la race, le sexe ou l’ascendance, a été réfutée lorsque le Seigneur a parlé au prophète Ézéchiel.

Ézéchiel 18:1-3: La parole du Seigneur me fut adressée: «Que veux-tu dire en répétant ce proverbe sur le pays d’Israël: «Les pères ont mangé des raisins aigres, et les dents des enfants en ont été agacées»? Je suis vivant, déclare le Seigneur Dieu, et ce proverbe ne sera plus utilisé par vous en Israël. Voici, toutes les âmes sont à moi; l’âme du père comme l’âme du fils sont à moi; l’âme qui pèche mourra.

Le Nouveau Testament va encore plus loin en disant que «désormais, donc, nous ne considérons plus personne selon la chair.» (2 Corinthiens 5:16). En tant que disciples de Jésus, nous ne devons pas juger les gens sur la base d’identifiants naturels (race, âge, sexe, etc.); au contraire, nous devons les évaluer sur la base des normes morales des Écritures et les traiter comme des égaux, créés par Dieu.

Deuxièmement, le récit de la rédemption que le wokisme met en avant est totalement antinomique au récit chrétien. Les récits bibliques présentent le modèle de l’individu, en relation avec Dieu, comme le mécanisme principal de la rédemption du monde. Ce modèle culmine avec le Christ, l’homme parfait et le sacrifice pour les péchés du monde. Notre croyance en son œuvre achevée et notre soumission à sa seigneurie sont notre motivation pour agir avec justice dans le monde. Par conséquent, le comportement chrétien idéal est celui de la miséricorde, de la paix, de la bonté et du pardon.

strats-image-4024478.png

Le wokisme, en revanche, présente le modèle rédempteur de divers groupes qui se disputent le pouvoir au sein d’un système intrinsèquement oppressif. Dans cette vision tribaliste du monde, la seule chose qui existe est le pouvoir, et si seul le pouvoir existe, alors le pouvoir et le contrôle sont nécessaires pour démanteler un système corrompu. Dans ce récit de rédemption, la violence est facilement justifiée. Pour cette raison, nous avons vu de violentes émeutes, et pas seulement des protestations pacifiques, balayer l’Amérique au cours des deux derniers mois [été 2020].

Dans cette vision tribaliste du monde, la seule chose qui existe est le pouvoir, et si seul le pouvoir existe, alors le pouvoir et le contrôle sont nécessaires pour démanteler un système corrompu.

Futurs possibles

La culture occidentale a déjà atteint son point de basculement. La théorie critique est devenue la philosophie sociale dominante, et le wokisme est devenu la nouvelle religion civile. Il y a deux manières concevables dont notre avenir va se dérouler. La première est que le wokismese dévorera lui-même et se dissoudra parce que ces idéologies sont intrinsèquement auto-destructrices. Si la seule chose qui existe est le pouvoir, alors les structures de pouvoir corrompues doivent être détruites. Il se pourrait qu’un nombre suffisant de personnes commencent à se réveiller à la dissonance cognitive qui nous est imposée, mais c’est une vision incroyablement optimiste de la situation actuelle.

Ce qui est plus probable, c’est la deuxième option, à savoir que ces idées seront poussées jusqu’à leur conclusion logique. Dans l’interview mentionnée ci-dessus, Nathan Finochio a dit que «la culture de lannulation est en fait la conclusion logique de la théorie critique... parce quelle doit se débarrasser de la classe oppressive». Rubin a répondu ainsi:

«Je déteste te le dire, mais je pense que cest la décapitation qui est la conclusion logique de la culture de lannulation.»

Protesters-set-up-guillotine-in-front-of-Jeff-Bezos-DC.jpg

Nous avons déjà vu une zone autonome appelée CHOP (acronyme signifiant aussi ‘couper’: allusion à la Révolution française), et une guillotine montée devant la maison de Jeff Bezos. Les gens semblent croire qu’une chose comme le «Grand Bond en avant» chinois ne pourrait pas se produire dans le monde occidental, mais c’est précisément cette croyance qui pourrait être notre perte.

Comment réagir?

Bradley Campbell a récemment écrit un article pour Quillette, disant:

«Quoi quils fassent, ceux qui ont des problèmes avec la nouvelle culture, ou avec certains de ses aspects, narriveront à rien par le rejet ou la moquerie. Dans la mesure où la culture de la justice sociale offre une nouvelle vision morale, ils devront proposer une autre vision .morale.»

En tant que chrétiens, nous devons être ceux qui offrent cette «autre vision morale», à savoir l’Évangile de Jésus-Christ. Nous ne pouvons pas incorporer la théorie critique dans l’Évangile. Le mélange de ces deux visions du monde n’aboutira qu’à une fracture de l’Église, à la perte de l’amour fraternel et à la perversion de l’Évangile. Malheureusement, de nombreux chrétiens ont déjà cru bon d’intégrer ces doctrines dans leur théologie. Le cheval de Troie du wokisme est déjà entré dans l’Église. Le temps nous dira comment l’Église réagira.

Encore une fois, tout cela ne veut pas dire que nous ne devons pas nous préoccuper des questions de justice ou des inégalités socio-économiques. Les vies des Noirs comptent [aussi]. Une application équitable des lois est importante. La pauvreté doit être combattues. Ces questions touchent profondément le cœur de Dieu, et nous devons chercher la solution de Dieu pour nous attaquer aux racines de ces problèmes. Mais Dieu a déjà donné ses définitions du péché et de la droiture, de la justice et de la rédemption. Ce sont ses interprétations à lui qui comptent, et son méta-récit est celui dans lequel nous vivons actuellement. C’est à l’Église de repérer les mensonges de l’ennemi, de dire la vérité dans l’amour et de chercher les solutions qui viennent du ciel. Il n’est peut-être pas trop tard.

Esaïe 5:20-21: Malheur à ceux qui appellent le mal bien et le bien mal, qui mettent les ténèbres pour la lumière et la lumière pour les ténèbres, qui mettent lamer pour le doux et le doux pour lamer. Malheur à ceux qui sont sages à leurs propres yeux et intelligents à leurs propres yeux.

Max Funk

Max Funk est né et a grandi à Abbotsford, en Colombie-Britannique, et a déménagé à Vancouver pour étudier l’art et le design à l’Université Emily Carr. Il pratique l’art, le design et l’écriture. Il est le directeur créatif de Converge et vit au Guatemala où il enseigne l’anglais.

Source: Wokeism – The New Religion Of The West – Converge Media
Traduction Albert Coroz pour Les Observateurs.ch

samedi, 24 avril 2021

Où mène la guerre mondiale contre les classiques?

0-19085.jpg

Où mène la guerre mondiale contre les classiques?

par Marcello Veneziani

Source : Marcello Veneziani & https://www.ariannaeditrice.it/

Comment expliquer la guerre faite aux "classiques" qui se répand aux États-Unis mais aussi de ce côté-ci de l’Atlantique, et qui trouve aujourd'hui réconfort et renforcement avec l'arrivée à la Maison Blanche des progressistes et antiracistes Joe Biden et Kamala Harris? C'est précisément "son université", celle d'où vient l'adjoint noir de Biden, l'université Howard à Washington, qui a ouvert la voie dans le travail de démolition et de purge des classiques, désormais chassés des curricula. Comme il s'agit d'une université symbolique pour les Afro-Américains, elle revêt une signification particulière. L'expulsion des classiques hors des universités, non seulement du "conquérant" Christophe Colomb mais aussi des grands poètes, penseurs et écrivains de la tradition antique, gréco-romaine et européenne, est désormais le symbole de la lutte des Noirs contre la "suprématie" des Blancs. La culture est considérée comme un signe de violence, d'esclavage et d'asservissement colonial que l'Occident aurait exercé sur les peuples indigènes du monde entier. Même les chefs-d'œuvre littéraires sont soumis à une censure posthume et sont jugés par les tribunaux et sur les places publiques, par les MeToo et les Antifa, et ne sont plus admis dans les milieux littéraires en raison de leur valeur. La signification humaniste est assujettie à la valeur humanitaire et soumise au Tribunal permanent pour les droits de l'homme violés.

Il est loin le temps où un président noir et éclairé, comme Léopold Senghor, poète et porte-drapeau de la "négritude", affichait son amour pour les classiques et la langue latine et exhortait les meilleurs étudiants de son pays, le Sénégal, et de toute l'Afrique noire à s'intégrer par la culture et l'assimilation des classiques et de la langue latine.

regular.jpg

Aujourd'hui, le problème n'est pas d'intégrer les Noirs, les Latinos et les Indiens dans la civilisation euro-occidentale, mais de désintégrer notre culture depuis ses racines et d'opposer la question des droits de l'homme à tout discours culturel, historique et spirituel. L'appel s'étend à tous les Occidentaux qui doivent se démarquer de leur passé, avoir honte de leurs origines et soutenir la bataille contre les classiques qui, à l'examen, étaient tous plus ou moins "racistes", "esclavagistes", "homophobes", "chauvins", etc. Finie la vie spirituelle, tout au plus chanterons-nous des spirituals.

Même les schémas de la pensée révolutionnaire sont bouleversés: les classes subordonnées, les prolétaires, ne doivent pas s'emparer des idées dominantes et de la culture hégémonique pour renverser les rapports de force et remplacer la direction de la société, mais ils doivent mépriser leur propre culture et en effacer les traces. Où allons-nous à partir d'une telle posture? Vers une forme de barbarisation planétaire et de repli narcissique sur l'aujourd'hui contre tous les hier et les toujours.

C'est précisément sur ce point que je voudrais me concentrer. Où mène cette bataille contre les classiques, contre la culture humaniste, contre les racines littéraires et artistiques, philosophiques et religieuses sur lesquelles se fonde la civilisation? Exactement là où le néocapitalisme mondial, plus cynique et plus grossier, nous mène: éliminer toute connaissance qui ne vise pas un but pratique et utilitaire, subordonner la beauté à l'utilité, établir la primauté absolue des conditions économiques sur celles qui sont manifestement considérées comme "culturelles". Vive l'ignorance des classes opprimées par rapport à la culture des dominateurs.

Même Pasolini, il y a un demi-siècle, dénonçait cette convergence entre le mouvement de rébellion, de protestation globale contre la tradition et la culture et le dessein nihiliste du nouveau capitalisme. Quand on enlève à une personne sa culture humaniste, son statut de croyant, son lien d'appartenance à ses racines et à sa tradition, que reste-t-il? Ce qui reste, c'est le consommateur mondial et ce qui reste, c'est le nombre, la quantité, la force et les relations de pouvoir. C'est cette aliénation gigantesque que nous vivons, dans laquelle les mouvements de libération et d'émancipation deviennent les bras armés d'une même barbarisation et déculturation de masse.

Columbus-statue-removed01.jpg

Un monde est en train d'exploser à cause de cette alliance sous-jacente, inconsciente au moins en partie, entre les mouvements civils avec leurs résultats incivils et le nouveau capitalisme mondial. Il me semble voir un monde dans lequel les marchandises viennent de Chine et sont apportées à votre porte par les grandes multinationales du web, après vous avoir séduit avec une série de publicités avec des garçons noirs et jaunes et l'éloge du monde global mais éco-durable. Fabrication chinoise, distribution américaine, publicité consumériste-écolo-progressiste, suppression de la chaîne d'approvisionnement locale et de toute trace d'artisanat, de commerce et de production locaux. Et tout cela se combine parfaitement avec l'annulation de tout ce qui rappelle nos racines culturelles, identitaires et littéraires. Attention, effacer Dante ou Chaucer n'est pas la même chose qu'effacer une marque industrielle ou artisanale, ce sont des niveaux différents: mais le processus est convergent et s'appelle la globalisation, le réductionnisme global. Ce qui est inquiétant, c'est non seulement la primauté absolue de l'économie, de la finance et de la technologie sur le monde, mais aussi le remplacement de la culture, de la politique, de la religion, de la tradition et des civilisations par cet univers global et fonctionnel. Les Chinois se chargent de la marchandise, les géants multinationaux se chargent de la faire connaître et de la livrer à nos portes, et le mouvement mondial de libération, dans ses diverses articulations : antiracisme, MeToo, Antifa, cancel culture, publicité, se charge de leur donner une justification "idéologique" et même une bonne conscience morale. Au lieu d'Homère, George Floyd.

C'est pourquoi je vous dis: attention, défendre Virgile, Dante ou Machiavel, ce n'est pas s'attarder à défendre l'érudition de quelques-uns, mais ne pas le faire, c'est scier les branches et l'arbre sur lequel nous sommes assis. Des nains qui martèlent aujourd’hui la tête des géants sur les épaules desquels nous avons jusqu'à présent marché.

18:20 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, cancel culture, marcello veneziani | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

samedi, 10 avril 2021

Aujourd'hui, Baudelaire serait la victime de la ‘’cancel culture‘’ et des ligues de vertu

eb5e25d280e3562a88971b7004be0124.jpg

Aujourd'hui, Baudelaire serait la victime de la ‘’cancel culture‘’ et des ligues de vertu

par Giulio Meotti

Source : Il Foglio & https://www.ariannaeditrice.it/

C'est l'époque où Peter Pan est interdit aux enfants par la bibliothèque publique de Toronto, où l'éditeur néerlandais Blossom Books retire Mahomet de l'Enfer de Dante et où l'on enregistre chaque jour une censure pour satisfaire les indignés professionnels. C'est le moment où Dan Franklin, qui a publié Ian McEwan et Salman Rushdie aux éditions Jonathan Cape, déclare: "Je ne publierais pas Lolita aujourd'hui. Avec MeToo et les médias sociaux, vous pouvez susciter l'indignation en un clin d'œil. Si on me proposait Lolita aujourd'hui, je ne le ferais jamais passer et un comité de trentenaires dirait: "Si vous publiez ce livre, nous allons tous démissionner". Presque normal alors de lire Michel Schneider, biographe de Charles Baudelaire, qui dans le Point déclare que son favori, l'auteur des Fleurs du mal, serait aujourd'hui fustigé et censuré.

41Mupr6g64L._SX337_BO1,204,203,200_.jpgRédacteur des lettres à la mère de Baudelaire ("Cette maladresse maternelle me fait t'aimer davantage") et auteur du livre Baudelaire. Les années profondes, Schneider écrit qu'’’en ces temps d'insignifiance où l'on ne croit plus ni à Dieu ni au Diable, ni au bien ni au mal, ces Fleurs du mal, ce livre d'une vie condamnée en justice, mélange impur de sublime et de satanique, se sont effacées." C'est le bicentenaire de la naissance de Baudelaire et l'édition, qu'il voulait "définitive" mais n'a pas réussi à faire publier, est rééditée. "Baudelaire a vomi le progressisme et l'égalitarisme triomphants de notre monde postmoderne, et il est difficile d'entendre son dégoût et sa haine (de lui-même avant tout) sans frémir devant une telle prescience".

Voici l'édition publiée par Calmann-Lévy en 1868 et jamais réimprimée depuis. Il comprend les poèmes rejetés par la censure. Un volume restauré par Pierre Brunel, professeur émérite à la Sorbonne. "'Les Fleurs du mal' serait censuré aujourd'hui", écrit Schneider. "Leur contenu ferait probablement l'objet de demandes d'interdiction et de campagnes vindicatives de la part des ligues de vertu du féminisme radical et de la ‘cancel culture’" Ce "Dante d'un âge déchu", comme Baudelaire est appelé par Barbey d'Aurevilly, a été envoyé devant les magistrats pour "offense à la morale chrétienne", tandis que le procureur Pinard (le même que dans le procès de Madame Bovary) s'exclame: "Croyons-nous que certaines fleurs au parfum étourdissant soient bonnes à respirer ?".

Aujourd'hui, écrit Michel Schneider, on lirait dans les vers de Baudelaire un hymne au harcèlement de rue et une justification de l'inceste. "J'ai toujours été surpris que les femmes soient autorisées à entrer dans les églises", écrit Baudelaire. Ça ne passerait jamais.

"Et pour ne pas offenser les "racisés", poursuit Schneider dans le Point, ces lignes devraient être réécrites dans des éditions destinées à un "public sensible": « Je pense au nègre, décharné et céphalique qui foule la boue et regarde, d'un œil ahuri, les cocotiers... ».

008666719.jpgEt même si nous ne trouvions pas dans les vers du poète un hymne à quelque méfait idéologique, Baudelaire serait fustigé pour sa haine mesquine de la démocratie: "Nous avons tous l'esprit républicain dans les veines, comme la variole dans les os. Nous sommes démocratisés et syphilisés". Un réactionnaire baudelairien, donc. "Oui, vive la révolution!" écrit-il encore. "Toujours ! Mais je ne suis pas dupe! Je dis: vive la Révolution! Comme je le dirais: vive la destruction ! Vive l'expiation ! Vive la punition ! Vive la mort !".

De plus, un ennemi haineux de la fraternité entre les peuples: "Il est difficile d'assigner une place au Belge dans l'échelle des êtres vivants. Cependant, nous pouvons dire qu'il doit être classé entre le singe et le mollusque. C'est un ver que nous avons oublié d'écraser. Il est complètement stupide, mais il est aussi résistant que les mollusques". Mais le plus grand péché de Baudelaire est de nous rappeler que croire au progrès, à l'amélioration de l'humanité, débarrassée de ses erreurs et de ses malheurs, est l'un des meilleurs moyens de faire tourner les guillotines.

 

dimanche, 14 février 2021

Cancel & Woke: Bras Armés du Fondamentalisme Féministe

cancel-culture-is-not-real.jpg

Cafe Noir N.10

Cancel & Woke: Bras Armés du Fondamentalisme Féministe

Café Noir – Un Autre Regard sur le Monde.
Émission du Vendredi 12 février 2021 avec Pierre Le Vigan & Gilbert Dawed.
 
Gina Carano (Cara Dune), The Mandalorian, Lucas Film, Walt Disney, Hollywood, Marlène Schiappa, Féminicide, etc.
 
Les livres de Pierre Le Vigan sur Amazon: https://tinyurl.com/27qypp3w
 
NB. Dans la vidéo c'est Camille Paglia féministe contre la Cancel culture