Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 13 juillet 2022

De l'hégémonie culturelle au politiquement correct

132c3a4357c62261b3bde0ead45d4bb9.jpg

De l'hégémonie culturelle au politiquement correct

Marcello Veneziani

SOURCE : http://www.marcelloveneziani.com/articoli/dallegemonia-culturale-al-politically-correct/

Mais quelle est cette fameuse hégémonie culturelle, et en quoi consiste-t-elle ? Pour commencer, le modèle idéologique de l'hégémonie culturelle a été tracé en Italie par Antonio Gramsci avec son idée du Parti comme intellectuel collectif qui conquiert la société et le consensus populaire par la conquête de la culture. Ce modèle culturel devient le point de référence avancé de toute la gauche occidentale; il est appliqué dans des pays où il existe, pour le meilleur ou pour le pire, une pluralité de cultures qui sont progressivement vidées, délégitimées et dominées. Le modèle pratique, cependant, se nourrit de deux expériences non démocratiques: l'expérience totalitaire, communiste, soviétique, de Lénine à Trotsky, de Zdanov à Luckàcs, c'est-à-dire le ministre de la culture et le ministre philosophe de Staline dans la Hongrie communiste. Mais il y a aussi une expérience cachée comme référence: l'expérience autoritaire fasciste italienne, avec l'organisation de la culture et des intellectuels, l'école et l'Encyclopédie italienne de Giovanni Gentile et Giuseppe Bottai, qui est le seul véritable précédent occidental d'hégémonie culturelle (mais l'expérience fasciste était tout sauf monochrome, au contraire elle était pleine d'hérésies, de variétés et de dissonances). En arrière-plan, cependant, il y a aussi un objectif de substitution: pour les masses, il s'agit de remplacer l'éducation catholique, le réseau de paroisses, l'empreinte religieuse par un nouveau catéchisme laïc et progressiste, par une empreinte communiste. C'est l'illumination apportée aux masses, selon le projet de Gramsci.

L'histoire de l'hégémonie culturelle marxiste et laïque en Italie doit être divisée en deux phases. La première remonte à Togliatti, qui, dans l'immédiat après-guerre, au nom du gramscisme, est parti à la conquête de la culture, en se servant des intellectuels organiques militants et des maisons d'édition proches du Parti. Il s'agit d'une hégémonie qui n'est pas encore généralisée, qui vise la culture de niveau moyen et supérieur et qui s'appuie sur la reconversion de nombreux "rachetés" du fascisme ; elle concerne l'édition, certaines franges de la culture universitaire, la culture publique et historique. Contre cette hégémonie viendra la définition tout aussi néfaste du "culturame" par le ministre chrétien-démocrate Scelba.

L'hégémonie, tant gramscienne que radicale, présente deux caractéristiques à souligner. Il ne touche pas, sinon par réflexe, les sommets de la culture italienne, mais se soude au fil des ans dans les classes moyennes de la culture, dans le corps enseignant, jusqu'à conquérir une bonne partie de l'université et de l'école, les prix littéraires, la presse et l'édition, ainsi que le cinéma et le théâtre, l'art et la musique. Rien de comparable, pour ne pas dire plus, avec l'hégémonie fasciste sous Gentile et D'Annunzio, Pirandello et Marinetti, Marconi et Piacentini, pour ne parler que des Italiens.

Deuxièmement, elle touche à peine la culture de masse, qui est davantage façonnée par les nouveaux moyens de loisirs populaires et de divertissement national-populaire, les sports, la musique pop et la télévision commerciale, dans lesquels l'influence idéologique s'insinuera aussi, à terme, avec force. Ainsi, le gramscisme est resté une hégémonie d'organisation culturelle, de pouvoirs culturels, de cadres intermédiaires, sans sommets d'excellence et sans véritable adhésion populaire. Mais les reflets de son influence ont infiltré les thèmes civils et coutumiers comme une traînée de poudre, au point de créer un nouveau canon de totems et de tabous.

L'hégémonie culturelle engloutit les cultures apparentées, asservit les cultures opportunistes et tierces, diabolise ou délégitime les cultures opposées, qu'elles soient catholiques, conservatrices, traditionnelles ou nationales. Elle dresse des cordons sanitaires pour isoler les non-alignés, elle disqualifie les cultures de droite, taxées hier d'aristocratiques et d'anti-démocratiques, aujourd'hui de populistes et de racistes-sexistes; depuis quelques années, elle préfère faire comme si elles n'existaient pas, décrétant la mort civile de ses auteurs.

La deuxième hégémonie culturelle est née sur la vague de protestation des jeunes en 1968 ; en Italie, le PCI est devenu le principal référent mais aussi en partie la cible de l'extrémisme rouge. Le détachement de l'Union soviétique était motivé, même au sein du PCI, par la tentative d'intercepter cet espace radical, jeune et marxiste qui ne contestait pas l'URSS au nom de la liberté mais au nom de la Chine de Mao et de sa Révolution culturelle, de Che Guevara et de la Révolution cubaine, de Ho Chi Min et de l'anti-américanisme, et d'autres mythes exotiques et révolutionnaires. Il en va de même pour la gauche européenne et la Nouvelle Gauche, la gauche américaine.

Après 68, les jeunes qui étaient jusqu'alors des manifestants, puis des assistants et bientôt des néo-barons universitaires sont entrés en scène. La soudure entre les deux gauches se fait à travers certains organes de presse, certaines maisons d'édition, et la transformation, non seulement en Italie mais dans toute l'Europe, de la gauche du communisme au radical-progressisme. Cette fois, l'hégémonie s'étend bien au-delà de la haute culture, elle touche les écoles et les universités, mais aussi le cinéma, la télévision, le théâtre, l'art, la langue. Le projet politique consiste à muter, moderniser, séculariser le vieux PCI en un projet de parti radical de masse. Mais en préservant son hégémonie, son rôle de leader et son paradigme.

gobetti_ritratto.jpg

norberto-bobbio-ist-tot.jpg

Umberto-Eco_bestsellers.jpg

De haut en bas, Piero Gobetti, Norberto Bobbio et Umberto Eco.

Sur le plan culturel, Gramsci a fusionné avec des auteurs de la tradition socialiste et libérale-socialiste, comme la lignée qui va de Piero Gobetti à Norberto Bobbio en passant par Umberto Eco, et applique la nouvelle hégémonie culturelle au monde des médias de masse et à la société contemporaine. Mais Gramsci est toujours considéré comme le nouveau pape séculier de l'hégémonie, bien qu'à titre posthume ; la définition de pape séculier a été utilisée par Gramsci lui-même pour indiquer le rôle du philosophe libéral Benedetto Croce dans la transition du fascisme à l'antifascisme. Dans les années de plomb, c'est-à-dire les années 1970, la marque communiste de l'hégémonie gramscienne a coexisté avec l'hégémonie radicale qui a pris sa place, à laquelle ont contribué les vétérans de 68 et de nombreux groupes d'extrême ou de gauche radicale, du Manifesto à Potere Operaio et Lotta Continua. Si avant c'était le Parti qui menait la danse, maintenant c'est le Collectif Intellectuel qui donne la réplique à la Gauche et la mène sur le plan de la primauté culturelle.

Cette deuxième phase a un débouché plus récent, issu des expériences nord-américaines et nord-européennes (Suède, par exemple) : la transformation de l'hégémonie communiste en hégémonie du politiquement correct. Maintenant que le communisme n'est plus, du moins en Occident, à sa place se trouve un autre PC, qui ne signifie plus Parti communiste mais Politiquement correct. C'est le canon idéologique qui impose une nouvelle bigoterie en faveur des gays, de l'avortement, des féministes, des migrants, des Noirs, des immigrés clandestins, qui mesure et censure le vocabulaire, qui désigne des modèles de référence conformes à l'idéologie correcte.

9788829713745_0_536_0_75.jpg

J'ai consacré de nombreuses pages de mon dernier livre La Cappa, consacré à la critique du présent, à approfondir la question de la culture de l'annulation (cancel culture) et de son antécédent, le politiquement correct. Le principal mal des deux est la réduction de l'histoire au présent, du différent au conforme, de la réalité au schéma idéologique préfabriqué. La culture de l'effacement, qu'il faudrait traduire par l'effacement de la culture et non pas comme certains le font par la culture de l'effacement, car c'est un phénomène barbare et destructeur, est l'incapacité à traiter avec des mondes différents, à confronter des paramètres autres que les siens, à comprendre que chaque époque a son propre critère, personne ne peut s'élever pour être le juge final de toutes les autres époques et cultures. Et la grandeur et l'infamie ne se mesurent pas seulement à l'aune mesquine de notre manichéisme actuel. Mais si la condamnation du passé au nom du PC est déjà aberrante en soi, son effacement ou sa suppression, sans même en discuter, devient misérable.

L'effacement de la culture est l'extension rétroactive du politiquement correct, qui se jette plutôt sur les comportements, la langue et les coutumes actuels. J'ai défini le politiquement correct comme la cape idéologique de notre époque : c'est le moralisme en l'absence de moralité, le racisme éthique en l'absence d'éthique, le sectarisme en l'absence de religion et l'antifascisme en l'absence de fascisme. L'objectif déclaré était à l'origine de protéger les minorités les plus faibles, les plus offensées et les plus opprimées, mais il a été progressivement retourné, au point de créer une armure d'immunité, c'est-à-dire de non-critique pour certaines catégories, déjà indiquées, un suprémacisme inversé, pour finalement se retourner contre tout ce qui ne relève pas de ces diversités protégées : à commencer par la famille, les peuples, les traditions, la nature, la réalité, l'homme commun. Mais il fonctionne également comme un terrible "niveleur", car il punit et déprime toute excellence, toute grandeur, toute beauté. Le politiquement correct tue la réalité et démotive toute recherche de qualité, de vérité, d'excellence. Dans La Cappa, j'ai traduit ces nouveaux canons d'hypocrisie en une véritable manipulation culturelle, en une usine d'opinions préemballées, et surtout, j'ai vu la censure qui s'ensuit contre ceux qui ne rentrent pas dans le rang.

Nous ne vivons pas seulement en Italie un retour de la censure militante, du contrôle idéologique et parfois même judiciaire, de la surveillance totale qui fait rage sur les opinions libres, sur les jugements historiques divergeant des préjugés, sur les différences de canons et de pensées, sur les opinions exprimées sur les réseaux sociaux. Et si cette vague répressive est ensuite combinée aux dispositifs d'urgence approuvés maintenant pour la pandémie et maintenant pour la propagande de guerre en Ukraine, les résultats sont un régime de surveillance et l'antichambre d'un système totalitaire, bien que sous une forme douce et édulcorée, avec l'apparence rhétorique de la démocratie libérale. Nous avons glissé de la société ouverte dont parlait Karl Popper à la société couverte, sous contrôle, surveillée par les gardiens du politiquement correct. L'Union européenne a largement adopté ce nouveau canon et l'impose par le biais de ses directives, des arrêts des tribunaux européens et d'autres formes d'orientation.

La censure est toujours inacceptable ; les codes civil et pénal sont suffisants pour combattre la falsification, la calomnie et la diffamation.

L'hégémonie culturelle fait du mal à la culture, il va sans dire qu'elle porte atteinte non seulement à sa liberté mais aussi à sa qualité, sa dignité et sa variété. Mais la culture est également mise à mal par la méconnaissance, le mépris et la sous-estimation. Au final, ceux qui ne sont pas alignés sur l'hégémonie se retrouvent entre le feu des intolérants et le gel des indifférents.  La pression psychologique est forte, et la tentation d'éviter la confrontation, d'accepter pour le bien d'une vie tranquille, les nouveaux codes idéologiques est fréquente.

Ces derniers temps, deux choses se sont produites : l'hégémonie s'est assombrie, son intolérance punitive s'est aiguisée. Et sa signification culturelle est devenue sous-culturelle, médiatique, non théorique mais éthique, non pensante mais corrective, idéologique mais sans élaboration d'idées. Son champ s'est élargi pour inclure tous les autres médias, au point de fournir une narration unique du présent et du passé.

2970339.jpg

En quoi consiste l'hégémonie culturelle aujourd'hui ? Dans une mentalité dominante qui hérite du communisme la revendication de la Vérité inéluctable (c'est-à-dire le Progrès, vous ne pouvez pas échapper à son issue) et son monopole par ceux qui représentent ce camp. Ils sont toujours du bon côté de l'histoire, même lorsqu'ils se trompent de manière retentissante ; et ils peuvent prendre des positions qui, hier encore, étaient condamnées sans avoir à justifier ce changement. Parce qu'ils sont du "bon" côté de l'histoire. Cette mentalité est devenue un code idéologique et une étiquette sociale, connus sous le nom de politiquement correct, d'intolérance permissive et de bigoterie progressive.

Ceux qui sont en dehors doivent se sentir mal, doivent se justifier, sont considérés comme hors de propos et hors du temps, réduits à un vestige du passé ou à une anomalie pathologique. Mais laissons de côté les dénonciations et les condamnations et posons-nous la question fondamentale : mais qu'a produit cette hégémonie culturelle en termes d'œuvres et d'intelligence, quelle empreinte a-t-elle laissée sur la culture, la société et les individus ? J'ai du mal à me souvenir d'œuvres vraiment mémorables et significatives de cette marque sur la culture et la société. Et le jugement devient encore plus tranchant si l'on compare les auteurs et les œuvres identifiés à tort ou à raison à l'hégémonie culturelle et les auteurs et les œuvres qui ont caractérisé le siècle. Toutes les excellences dans tous les domaines, de la philosophie aux arts, de la science à la littérature, ne font pas partie de l'hégémonie culturelle et s'y opposent souvent. Je pourrais faire une liste longue et détaillée d'auteurs et d'œuvres en dehors de l'idéologie radicale, autrefois marxiste-progressiste, sinon contre elle.

3178777.jpg

L'hégémonie culturelle a fonctionné comme une domination et un ostracisme mais n'a pas produit et promu de grandes idées, de grandes œuvres, de grands auteurs. Au contraire, on soupçonne à juste titre qu'il existe un lien entre la dégradation culturelle de notre société et l'hégémonie culturelle exercée et imposée par ces radicaux. Les cercles culturels, les lobbies et les sectes intellectuelles dominantes ont laissé la société à la merci de l'hégémonie subculturelle et du vernaculaire. Et l'intellectuel organique et collectif a produit comme réaction et effet l'intellectuel individualiste et autiste qui n'affecte pas la réalité mais se réfugie dans son narcissisme dépressif. Mais pourquoi cela s'est-il produit, peut-être parce qu'un clergé intellectuel de fonctionnaires médiocres, quoique universitaires, a prévalu ? Le racisme culturel, qui est d'ailleurs très pratiqué à gauche, nous est étranger, et nous ne pensons donc pas qu'il s'agisse d'une question "ethnique" concernant la race maîtresse de la culture. Le problème est un problème de contenu : l'hégémonie culturelle n'a pas véhiculé des idées, des valeurs et des modèles positifs mais a réussi à dissoudre les idées, les valeurs et les modèles positifs sur lesquels notre civilisation est fondée. Elle n'a pas fonctionné sur un plan constructif, ses utopies ont sombré, à commencer par le communisme ; mais elle a fonctionné sur un plan destructeur. Elle a corrodé les traditions et les cultures, les civilisations et les principes de vie, le bon sens et les racines populaires. Et il s'est écrasé contre les principes fondamentaux de la vie personnelle et communautaire, liés au sens religieux, au lien social et aux liens familiaux. Dieu, la patrie et la famille, pour résumer.

Si l'émancipation a été sa valeur fondatrice et la libération son principal critère, le résultat a été une formidable démolition quotidienne des cultures et des modèles liés à la famille, à la nature, à la coutume, à la vie et à la naissance, au sens religieux et à la perception mythique et symbolique de la réalité, au lien communautaire, aux identités et aux racines, aux mérites et aux capacités personnelles. Elle a réussi à dissoudre un monde, à déprimer et à marginaliser des cultures antagonistes, mais n'a pas réussi à générer de nouveaux mondes. Le résultat de cette désertification est qu'il n'existe pas d'œuvres, d'idées, d'auteurs qui soient des modèles de référence, des points de départ et des sources de naissance et de renaissance. L'hégémonie culturelle a fonctionné comme une dissolution, et non comme une solution. Même au niveau social, elle a produit davantage d'aliénation, d'isolement, de désintégration.

9788829711611_0_536_0_75.jpg

Aujourd'hui, le communisme n'est plus, la gauche semble avoir disparu, mais ce manteau étouffant persiste, même si c'est une coquille vide d'idées, de valeurs, d'œuvres et d'auteurs. Le résultat final est que l'hégémonie culturelle est un pouvoir fort avec une pensée faible (et pas dans le sens indiqué par Vattimo et Rovatti) ; tandis que l'arbre de notre civilisation, avec ses racines, son tronc millénaire et ses ramifications dans la vie réelle, est une pensée forte mais avec des pouvoirs faibles pour sa défense.

La première est une église avec un épiscopat en place et un vaste clergé mais qui n'a plus de doctrine, de religion et de perspective de salut ; à l'inverse, la seconde est une pensée forte, avec une tradition millénaire, mais sans diocèses et sans paroisses... Nous vivons ainsi une guerre asymétrique entre un pouvoir fort mais en voie de dissolution et une civilisation non encore décomposée sur le plan spirituel mais sans défense et succombant sur le plan pratique et médiatique. La prévalence actuelle du retour de la barbarie découle en grande partie de ce déséquilibre entre une culture hégémonique mais nihiliste et une civilisation en perte de vitesse ou peut-être déjà perdue. Le renouveau a deux adversaires : la culture nihiliste hégémonique et le nihilisme sans culture de la vulgarité de masse.

Plus difficile est la question des remèdes possibles, des réponses possibles à cette domination "mondialiste". Parce que ce qui est en jeu, c'est l'hégémonie idéologique imposée depuis des décennies, dans un sens radical-progressiste, qui domine la société comme un dôme, même dans un sens mafieux, et qui s'étend au-delà des frontières nationales ; et ce qui est en jeu, ce sont les liens, les relations très fortes entre cette hégémonie et les pouvoirs liés au domaine de l'information, de la communication, de la culture, mais aussi au pouvoir judiciaire, à l'establishment économique-financier et bureaucratique-managérial transnational.

Cette soudure, ce blocage, empêche l'opposition d'une culture civile et d'une sensibilité différentes, liées par exemple au respect de la Nature, des Traditions, de la Qualité, des Identités culturelles, populaires, civiles et religieuses. Bien que, il faut également le dire, il n'existe pas de forces organisées, sans parler des partis, qui ont au moins tenté de construire des réseaux, des structures et des récits alternatifs pour une réponse organique. Ce qui fait défaut, c'est la sensibilité, la prévoyance, la stratégie pour une contre-offensive adéquate à cette domination. Un type de culture conservateur, par exemple, capable de défendre la civilisation, la nature, la réalité, la qualité et la beauté. Il ne reste alors que l'utilisation de l'intelligence au niveau personnel, des centres et groupes culturels, et la circulation des idées.

34ee67ff7f950ab76bcef1ffec19fd99.jpg

Marcello Veneziani.

Pour percer la "cappa", il faut l'épée de l'intelligence, de l'esprit critique et de ceux qui ne se contentent pas de ce que le couvent fournit. La Capuche et l'épée, pour utiliser un langage mythique. Et avec cette épée, faire un assaut sur le ciel, cette fois-ci non pas pour abattre les dieux et démolir tout principe supérieur, comme ce fut le cas pour Marx au moment de la Commune de Paris et plus récemment au moment de la contestation de 68 ; mais pour le débarrasser de la couverture d'hypocrisie, d'uniformité et de surveillance qui nous opprime et nous empêche de voir le ciel librement et entièrement.

Marcello Veneziani (Kommentar, magazine hongrois)

mardi, 05 juillet 2022

La "cancel culture" ? L'enfant (naturel) du postmodernisme

Cancel.jpg

La "cancel culture"? L'enfant (naturel) du postmodernisme

Voici comment les philosophes français des années 1960 et 1970 ont influencé le militantisme "woke"

Fabrizio Ottaviani

Source: https://www.ilgiornale.it/news/spettacoli/cancel-culture-figlia-naturale-postmoderno-2043229.html

Il y a quelques années, lors d'un voyage au Maroc, ma femme avait besoin d'un coiffeur. Elle s'est retrouvée avec une coiffure en nid d'abeille inversée dans le style des années 1960. C'est le phénomène du "dripping" : les modes nées dans les capitales des empires que sont New York, Paris et Londres se répandent au bout d'un mois dans les capitales de province, au bout d'un an dans les petites villes, au bout de dix ans dans les villages de montagne les plus reculés, puis partent à la conquête du monde, y compris du Maroc.

Malheureusement, certaines "gouttes" sont nettement moins lentes : selon les universitaires anglo-américains Helen Pluckrose et James Lindsay, les études postcoloniales, la théorie queer, l'obsession de la justice sociale, l'idéologie woke de la rébellion contre les discriminations et, en somme, l'imbrication des recherches engagées dans l'émancipation de certaines catégories de personnes socialement défavorisées, un entrelacement dont l'implication la plus bruyante est l'infestation actuelle de la cancel culture, serait la conséquence de l'importation des théories des philosophes postmodernes français, actifs notamment dans les années 1960 et 1970 : Lyotard, Derrida, Baudrillard et bien sûr Foucault. Formulées dans l'essai désormais traduit de l'anglais La nuova intolleranza (Linkiesta Book, p. 384, 20 euros ; avec une préface de Guido Vitiello), les thèses de Pluckrose et Linsday ont soulevé de nombreuses discussions à l'étranger ; pour donner une idée de l'écho suscité, il suffit de dire que sur Amazon leurs ouvrages ont plus de critiques que l'iPhone.

61ZSR3TcHqL.jpg

41utEi-cSJL._AC_SY780_.jpg

Selon les auteurs, le postmodernisme peut être résumé en deux principes et quatre thèmes. Le premier principe affirme que la vérité objective n'existe pas et que la connaissance est une construction sociale ; le second, que cette construction est gérée par les personnes au pouvoir. Dans les études postcoloniales inaugurées par Franz Fanon et rendues universelles par le célèbre Orientalisme d'Edward Said, par exemple, l'identité des peuples colonisés n'est pas une donnée, mais une invention des Européens visant à maintenir la relation de domination. Le même argument peut être utilisé pour déconstruire la culture afro-américaine, l'identité féminine ou l'identité homosexuelle. Les quatre thèmes concernent le brouillage des frontières (dans la théorie queer, c'est la frontière entre les hommes et les femmes qui est "brouillée"), le pouvoir du langage, le relativisme culturel et la perte de l'individuel et de l'universel.

Débarqué de France dans les universités américaines, rebaptisé du nom dystopique de "Théorie", le postmodernisme aurait contaminé la société américaine, la faisant sortir du sillon du libéralisme. En fait, le livre repose sur la conviction que le libéralisme poursuit les mêmes objectifs de justice sociale que la cancel culture, mais de manière plus fructueuse et sans fanatisme. Dans le dernier chapitre, une sorte de manuel casuistique est même élaboré, grâce auquel l'adepte de Stuart Mill et de Tocqueville peut répondre avec tonus aux sollicitations de la "Théorie", en réaffirmant l'autonomie et l'efficacité de l'approche libérale.

Ces pages sont stimulantes, mais elles soulèvent tout de même quelques perplexités. Les "six piliers du postmodernisme" représentent en fait les acquisitions philosophiques les plus pertinentes des deux derniers siècles : on peut facilement les retrouver dans "l'école du soupçon" et donc chez Nietzsche, dans l'anthropologie culturelle et philosophique, dans la tradition herméneutique avant et après Heidegger.

La deuxième question est plus épineuse. Et si le désaccord entre le libéralisme et le postmodernisme était une querelle interne au libéralisme ? John Locke (1632-1704), dans le Second traité du gouvernement, pose les fondements de la société libérale, mais expose dans le troisième livre de l'Essai une théorie de la connaissance qui nous paraît aujourd'hui postmoderne ; le scepticisme, que les auteurs attribuent au postmodernisme, était un ferment des modernes ; et l'on pourrait continuer. À ce stade, si l'on voulait appuyer sur la pédale de la fierté européenne, on pourrait observer que, dans notre pays, le libéralisme n'a jamais dégénéré en une culture de l'annulation car il est sous-tendu par un certain nombre d'attitudes, de convictions et de modes de vie (religion, art, dolce far niente pur et simple...) qui atténuent son pragmatisme et son individualisme.

Enfin, pour disculper le puritanisme américain, dont la "nouvelle intolérance" est une manifestation, les auteurs agissent de manière puritaine, en construisant un objet de persécution, la "Théorie", qui serait née très loin, sur les rives de la Seine, où elle n'a cependant jamais fait de mal à personne, alors qu'ils se retrouvent chez eux avec une idéologie en forme de matraque qui oblige le citoyen américain à marcher sur des œufs s'il ne veut pas perdre son emploi, sa famille et même sa liberté.

mardi, 22 février 2022

Sur la "cancel culture"

cancel-culture-1280x960-1.jpg

Sur la "cancel culture"

Un regard sud-américain

Alberto Buela

Source: https://www.geopolitica.ru/es/article/la-cultura-de-la-cancelacion

Dans les années 1970, Jorge Luis Borges se plaignait déjà que les éditeurs américains ne voulaient pas publier ses romans et ses nouvelles parce qu'il n'appelait pas l'homme noir "homme de couleur" et l'aveugle "malvoyant".

À cette époque, les intellectuels yankees ont commencé à utiliser ce que l'on appelle aujourd'hui le "langage inclusif" : l'utilisation de la rhétorique inappropriée et la répétition de locutions généralisantes telles "tout le monde", "garçons et filles" ; "travailleurs", etc. En Yanquilandia, ce langage n'est plus utilisé mais, comme d'habitude, il est arrivé vingt ans plus tard en Amérique du Sud où les progressistes l'ont adopté comme une nouveauté.

Le progressisme, cette maladie sénile des vieilles idéologies comme le marxisme et le libéralisme, a trouvé dans ce pseudo-langage son expression la plus réussie : il parle sans rien dire et prétend définir sans rien définir. Sa méthode consiste à être toujours à l'avant-garde de tout. Il ne peut donc pas avoir de pro-projet (étymologiquement : quelque chose de "jeté en avant"/ pro-iacere) car il est son propre projet.

Lorsque les analystes politiques s'interrogent sur tel ou tel projet de gouvernement progressiste, ils posent une fausse question ou une question sans fondement. C'est comme prétendre interroger le pendu sur le nœud coulant ou la corde à laquelle il est suspendu.

Cette maladie sénile, mélange de libéralisme et de marxisme, soutenue par la religion séculière des droits de l'homme, occupe peu à peu tous les gouvernements de l'Occident, instaurant ainsi un mode de pensée unique et politiquement correct.

Les lieux communs de cette pensée sont presque toujours : le souci de l'humanité et non des besoins réels des gens ; le bien-être individuel et non celui des familles ; la consommation et non l'épargne ; la terre (entière) et non la glèbe des communautés rurales ; le rituel et non le sacré ; l'économie et non la politique ; l'esprit d'entreprise et non le travail, et ainsi de suite dans tous les domaines d'action et de pensée.

Dès 1927, Martin Heidegger dans L'Être et le temps (paragraphe 35) parlait de la dictature de "l'anonyme" (du "on") à travers le "on dit, pense et agit comme on dit, pense et agit", qui régit l'existence impropre/inauthentique. En presque cent ans, la question s'est accrue et approfondie.

Aujourd'hui, le pouvoir du progressisme en tant qu'hégémonie est inconditionnel. Cela explique pourquoi toute remise en question est considérée comme étant de droite, fasciste ou impérialiste. Si de multiples secteurs de la société disent "non" à des mesures erronées, la réponse est désormais "pas de réponse", soit le silence, l'ignorance, bref, l'annulation de l'objecteur.

L'annulation est devenue un mécanisme de déni de tout ce qui met le progressisme mal à l'aise ou le remet en question. Ce qui est grave, c'est qu'en même temps qu'il nie ou n'écoute pas les objections de ses opposants, il appelle au dialogue sur la base d'un consensus qui n'en est pas un, qui est un faux consensus.

Ce mécanisme pernicieux est à la base des actions de tout gouvernement libéral-progressiste. Massimo Cacciari a observé à juste titre que ces gouvernements ne résolvent pas les conflits mais se contentent de les gérer.

L'absence de définition idéologique ferme (le président argentin Fernández est à la fois péroniste et social-démocrate, comme il l'a déclaré) leur permet de prêter allégeance à Biden, Poutine et Xi Jinping en même temps.

Mais tout cela n'est rien d'autre qu'une panoplie de feintes, que des apparences utilisées par les gouvernements progressistes pour se joindre au processus de mondialisation qui semble se dérouler inéluctablement dans le monde.

Après deux ans de Covid, l'économie est devenue totalement indépendante de la politique. Les pouvoirs indirects, les lobbies, les méga-corporations et l'impérialisme international de l'argent, comme l'a si bien dit Pie XII, justifient leur travail dans et avec les gouvernements progressistes.

Bien entendu, les puissances économiques indirectes exigent que des gouvernements progressistes soient installés sur la base du mécanisme "un homme, une voix", car elles ont besoin de la légitimité offerte par le masque démocratique. La démocratie, se limitant à la seule légitimité d'origine (le vote), nie toute demande de légitimité d'exercice, qui est l'exigence de la bonne gouvernance, et ce sont les actions justes et correctes qui caractérisent la bonne gouvernance, c'est pourquoi il y a eu et il y aura de bons gouvernements sans qu'ils soient nécessairement démocratiques.

En Amérique du Sud, les dix gouvernements que nous avons sont progressistes dans leurs différentes variantes : en Argentine, un péroniste qui se définit comme un social-démocrate, au Chili, un marxiste qui se dit péroniste, en Bolivie, un marxiste qui se dit nationaliste, en Uruguay, un libéral qui se définit par l'Agenda 2030, au Paraguay, comme d'habitude, rien ; au Brésil, un nationaliste qui laisse les multinationales faire des affaires, au Pérou et en Équateur, des marxistes soumis au capitalisme le plus grossier, en Colombie, un partenaire libéral des États-Unis et au Venezuela, un marxiste qui a pour vocation de s'enrichir au détriment de son peuple.

Qui dirige l'Amérique du Sud ? En réalité, il s'agit de l'impérialisme monétaire international avec toutes ses ramifications, même si nominalement les dix gouvernements progressistes, dont le mépris de la légitimité de l'exercice du pouvoir facilite le travail de l'impérialisme.

À cet égard, la grande corruption de la classe dirigeante compte pour beaucoup. Pour donner un exemple indiscutable, mille kilos d'or et dix mille kilos d'argent quittent chaque année l'Argentine pour l'Europe et les États-Unis, pratiquement sans payer de taxes. Dans les ports du fleuve Paraná d'où part la substantielle production céréalière (blé, maïs, soja, tournesol), l'évasion fiscale annuelle s'élève à 10.000 millions de dollars, et la déprédation de la pêche dans l'Atlantique Sud par des centaines de navires chinois, espagnols, japonais, norvégiens et anglais demeure incontrôlée.

La culture de l'annulation a fait en sorte que ces questions et bien d'autres ne soient pas abordées. Le titre du film De eso no se habla de Marcello Mastroiani a été imposé.

MV5BMWQ4N2YwZDktM2MyNy00M2RjLWJiMjUtZmVlMTcyNDRiNDVkXkEyXkFqcGdeQXVyMTA2NDgyNA@@._V1_SY1000_CR005821000_AL_.jpg

Lorsque Perón revint d'exil en 1974, il déclara que l'homme argentin avait étébrisé et qu'il allait être très difficile de le récupérer. Depuis lors, aucune tentative n'a été faite pour récupérer systématiquement notre système de valeurs civiques telles que l'épargne, l'hygiène, la conduite, etc. ; il a été laissé, de plus en plus, à lui-même, sans être encadré. Ces institutions qui ont fait la grandeur de Buenos Aires (la piu grande cita italiana del mondo, selon les mots de Franco Cardini), comme les clubs de quartier, les bibliothèques et les piscines populaires, les écoles qui sortaient dans la rue, les paroisses avec leurs kermesses et leurs camps, tout cela a disparu. L'homme, qui animait tout cela et qui était tapi en chacun d'entre nous, a disparu. Ainsi, nous avons des enseignants qui ne lisent pas, des professeurs qui n'étudient pas, des prêtres qui ne se soucient pas de l'âme mais seulement de leur pitance, des bibliothécaires qui n'invitent pas les gens à lire, les clubs où la drogue et non le sport est la norme, la combinaison de tout cela a fini par promouvoir les médiocres. Et c'est cette médiocrité, aujourd'hui âgée de 40 à 60 ans, qui s'exerce dans les gouvernements progressistes d'Amérique du Sud. 

Que faire d'un sous-continent comme l'Amérique du Sud, qui couvre près de 18 millions de kilomètres carrés, soit deux fois la taille de l'Europe ou deux fois celle des États-Unis. Il possède 50.000 km de voies navigables à l'intérieur qui nous mènent de Buenos Aires à Guaira au Venezuela. Ou de l'Atlantique à Belém do Pará au Brésil à Iquitos au Pérou (lorsque San Martín était gouverneur du Pérou en 1823, il a fait don de son salaire pour construire un navire destiné à contenir l'avancée bandeirante en naviguant sur l'Amazone d'un bout à l'autre). Ce continent possède des minéraux de toutes sortes, des forêts encore intactes. Du pétrole, du gaz, de l'énergie électrique, la plus grande réserve d'eau douce de la planète avec l'aquifère Guarani. Et surtout, il présente un type humain diversifié (environ 440 millions) mais qui a des usages, des manières et des coutumes similaires et qui parle la même langue, car l'homme hispanique, selon Gilberto Freyre, le plus grand sociologue brésilien, parle et comprend sans difficulté quatre langues : l'espagnol, le portugais, le galicien et le catalan. Cet avantage extraordinaire n'a jusqu'à présent jamais été promu comme politique d'État par aucun des dix pays qui le composent.

Toute personne qui nous étudie ne doit pas sous-estimer l'ordre de ces magnitudes. Hegel enseignait déjà que l'ordre des magnitudes, lorsqu'elles sont immenses, les transforme en qualités.

L'inconvénient de ce grand espace est que des puissances coloniales anti-hispaniques comme l'Angleterre (en Guyane, à Trinité-et-Tobago et aux Malouines), la Hollande à Aruba et au Surinam et la France en Guyane y sont toujours installées.

Tous les plans d'unité sous-continentale depuis l'époque de San Martin et Bolivar ont été avortés par la contre-intervention de ces trois pays.

Lors du Forum social de Porto Alegre en 2002, nous avons proposé la théorie du losange avec ses sommets à Buenos Aires, Lima, Caracas et Brasilia comme protection du cœur de l'Amérique du Sud, mais elle n'a pas abouti. Chávez s'est rendu à Cuba et Cuba, comme il le fait depuis 70 ans, stérilise tout projet nationaliste hispano-américain.

J'invite les chercheurs européens à étudier sine ira et studio le processus de cubanisation de Notre Amérique, source de toutes les tentatives ratées d'intégration régionale.

La question de Lénine se pose à nouveau : Que faire ? La dissidence, qui n'est rien d'autre que de soulever, de proposer "une autre version et vision" à ce qui est établi par la pensée unique. Pratiquer la dissidence sous toutes ses formes et de toutes les manières, c'est cesser d'être le chien muet de l'Évangile. La dissidence n'est pas une pensée négative qui dit non à tout. C'est une pensée propositionnelle et existentielle qui part de la préférence de nous-mêmes. Elle rejette l'imitation et s'appuie sur notre genius loci (climat, sol et paysage) et notre ethos (coutumes, expériences et traditions). Vous pouvez consulter mon livre Teoría del Disenso (publié à Buenos Aires, Barcelone, Porto Alegre et Santiago du Chili).

portada-buela.jpg

Enfin, vous pouvez noter que je n'ai jamais parlé d'Amérique latine car c'est un terme fallacieux, faux et trompeur, créé par les Français pour intervenir en Amérique. Vous, les Italiens, le savez très bien, car aucun d'entre vous ne se dit latin, sauf ceux du Latium. Le latin exclut les Basques qui ont tant fait pour l'Amérique depuis l'époque des conquistadors.

Le concept d'Amérique latine est clairement un concept politiquement correct car il est utilisé par tout le monde, l'Église, la franc-maçonnerie, les libéraux, les marxistes et, évidemment, les progressistes, même les nationalistes désemparés.

Ce qui est hispanique en Amérique n'est pas comme en Espagne, qui se limite à la monarchie et à la religion catholique. Ici, ce qui est hispanique nous ouvre à toute la culture méditerranéenne (Italie, France, Portugal, le monde arabe: Syrie, Liban, Maroc). Cela explique pourquoi l'immigration italienne et syro-libanaise, qui se chiffre en millions) en Amérique du Sud a été confortablement acceptée.

La première chose à perdre dans une lutte culturelle est la guerre sémantique, lorsqu'on adopte les dénominations de l'ennemi. Nous sommes hispano-créoles, ni vraiment européens ni vraiment indiens, comme le prétendait Bolívar.

Source: https://posmodernia.com/la-cultura-de-la-cancelacion/

jeudi, 03 février 2022

 "Raciste" : la cancel culture contre le lauréat du prix Pulitzer Wilson

Plos_wilson.jpg

"Raciste" : la cancel culture contre un lauréat du prix Pulitzer: Edward O. Wilson

Edward Osborne Wilson, décédé en décembre dernier, est aujourd'hui accusé de racisme par le magazine Scientific American. Un autre intellectuel dans le collimateur de la cancel culture !

par Roberto Vivaldelli 

Source: https://www.ilgiornale.it/news/mondo/razzista-cancel-culture-contro-premio-pulitzer-wilson-2005591.html

Pour ceux qui ne le connaissent pas, Edward O. Wilson, décédé le 26 décembre dernier, était un biologiste américain de renommée mondiale. Fondateur de la sociobiologie et professeur à Harvard depuis 1956, Wilson a fait un certain nombre de découvertes scientifiques importantes au cours de sa carrière, notamment la découverte que les fourmis communiquent principalement par la transmission de substances chimiques, les phéromones. En 1971, il a publié The Insect Societies, son ouvrage définitif sur les fourmis et autres insectes. Ce livre donne une image complète de l'écologie, de la dynamique des populations et du comportement social de milliers d'espèces. Dans le célèbre ouvrage In Human Nature (1978), pour lequel il a reçu le prix Pulitzer en 1979, Wilson discute de l'application de la sociobiologie à l'agressivité, à la sexualité et à l'éthique humaines. Un intellectuel fondamental, aujourd'hui visé par les fondamentalistes du politiquement correct qui voudraient rediscuter et réviser sa figure qui fait largement autorité.

62555.jpg

71OSlNZmWeL.jpg

Wilson accusé de racisme

Quelques semaines après sa mort, comme le rapporte Il Foglio, le magazine Scientific American a publié un article controversé, contesté par de nombreux scientifiques, dans lequel le célèbre biologiste est accusé de racisme. Dans son éditorial, Monica R. McLemore, professeur associé au département des soins infirmiers en santé familiale et chercheur à l'Advancing New Standards in Reproductive Health de l'université de Californie à San Francisco, explique comment la Nouvelle synthèse de Wilson "a contribué à la fausse dichotomie entre nature et acquis" et a lancé l'idée que les différences entre les humains pouvaient être expliquées par la génétique, l'hérédité et d'autres mécanismes biologiques. "Découvrir que Wilson pensait de cette façon a été une grande déception", observe McLemore. Le biologiste américain, dit-elle, "était convaincu par des croyances problématiques".

51CwVF3+ruL.jpg

Ses prédécesseurs - le mathématicien Karl Pearson, l'anthropologue Francis Galton, Charles Darwin, Gregor Mendel et d'autres - n'étaient pas différents et ils ont eux aussi publié des ouvrages et des théories pleins d'idées racistes sur la répartition de la santé et de la maladie dans les populations, sans aucune attention au contexte".

Mais le plus grave est que ce procès idéologique et médiatique se déroule sans que le savant incriminé, décédé en décembre dernier, puisse au moins se défendre contre la nouvelle inquisition du politiquement correct. C'est grave, d'autant plus que les accusations proviennent d'une revue qui est généralement considérée comme scientifique et faisant autorité. Les idées et les théories de Wilson peuvent être revues, remises en question et revisitées, mais le qualifier de "raciste" et le jeter dans la poubelle de l'histoire est une abomination typique de la cancel culture.

51vd-d5uP4L._SX324_BO1,204,203,200_.jpg

"Il n'est pas raciste de croire aux différences génétiques"

Le député conservateur Daniel Finkelstein a dénoncé dans le Times les délires bien-pensants du magazine américain en soulignant que la croyance en des différences génétiques n'est pas du tout synonyme de "racisme", comme les militants progressistes voudraient nous le faire croire. En novembre 1978, se souvient Finkelstein, une femme s'est approchée de ce plus grand spécialiste mondial des fourmis et a commencé à lui verser une cruche d'eau sur la tête. L'incident a eu lieu lors d'une réunion de l'Association américaine pour l'avancement des sciences. Le scientifique mis en cause était bien sûr Edward O Wilson, qui s'apprêtait à donner une conférence sur la sociobiologie, un domaine dans lequel il était un pionnier. "C'était une attaque contre la vérité, contre la liberté de pensée et contre la démarche scientifique. Et les attaques de ce genre ne sont pas encore terminées. Il reste du travail à faire pour y résister", explique M. Finkelstein. L'éditorial décousu de Scientific American en est la preuve.

jeudi, 13 janvier 2022

La guerre culturelle des libéraux : comment les livres indésirables finissent à l'index

feu_livres.jpg

La guerre culturelle des libéraux : comment les livres indésirables finissent à l'index

Roberto Vivaldelli

Source: https://it.insideover.com/societa/la-guerra-culturale-dei-liberal-cosi-i-libri-indesiderati-finiscono-allindice.html

L'édition américaine a-t-elle un problème avec la liberté d'expression ? C'est le titre d'un article écrit par le journaliste Pierluigi Battista publié dans le Huffington Post. La question découle de la récente controverse suscitée ces dernières semaines par le prétendu refus de la maison d'édition Random House qui, selon certaines rumeurs, aurait annulé la publication d'un recueil d'essais de Norman Mailer, prévue pour le centenaire de la naissance de l'écrivain. Heureusement, ce ne fut pas le cas. Comme l'explique le New York Times, il ne s'agit pas de censure pour une fois: la collection, qui comprend des écrits inédits provenant des archives de Mailer et des extraits de lettres, de manuscrits et d'entretiens, a été acquise par l'éditeur indépendant Skyhorse après que Random House, l'éditeur de longue date de Mailer, a refusé de faire une offre. Si le fils du grand écrivain s'est avoué "déçu" par cette décision, cette fois, la culture de l'annulation n'y est pour rien.

L'hystérie des woke et la liberté d'expression

Une porte-parole de Random House a souligné dans une déclaration qu'il est "factuellement incorrect que Random House ait annulé un livre d'écrits de Norman Mailer", ajoutant que l'essai n'a jamais été sous contrat et que Random House continue de publier une grande partie des écrits de l'écrivain. La controverse est terminée ? Bien sûr que non. Comme l'explique The Newt, la décision de l'entreprise a déclenché un nouveau débat sur la cancel culture et la menace pour la liberté d'expression dans le monde anglo-saxon et au-delà. Selon de nombreux observateurs, les éditeurs ont désormais trop peur de provoquer une controverse ou de devenir la cible de campagnes vicieuses dans les médias sociaux et refusent désormais de publier des auteurs provocateurs ou polarisants.

Et ils ont raison. Skyhorse, une maison d'édition indépendante, est devenue une sorte de dernier refuge pour ces auteurs victimes du politiquement correct et de l'hystérie woke. Ces dernières années, elle a repris des titres abandonnés par d'autres éditeurs, notamment les mémoires de Woody Allen et une biographie de Philip Roth, que W. W. Norton avait retirée de la circulation après que son auteur, Blake Bailey, a été accusé d'agression et d'inconduite sexuelles. Accusé, pas condamné. "Doit-on constater l'existence d'une maison d'édition refuge comme Skyhorse ?", demande Pierluigi Battista dans son article "Y a-t-il un problème de liberté d'expression dans la grande industrie de l'édition américaine ?". La réponse est oui. Voyons pourquoi.

Le débat sur la cancel culture

Au-delà du cas spécifique de Mailer, la cancel culture existe et constitue un sérieux problème pour la liberté d'expression. L'émergence envahissante d'un néo-moralisme de salon a conduit de nombreux éditeurs à s'abstenir de publier des livres déjà sous contrat par crainte de répercussions diverses et d'être marqués à vie par les croisés du politiquement correct. Sans compter qu'en pleine vague de censure, après la polémique autour de la faible représentation des minorités dans le monde du livre, certains éditeurs ont dû nommer des consultants spécifiquement dévoués au thème de l'inclusivité: la maison d'édition HarperCollins UK, par exemple, a nommé Maheen Choonara "manager of diversity, inclusion and belonging" début 2021. La seule présence d'une telle figure en dit long sur le climat de l'édition.

Les temps sont durs, surtout pour les auteurs qui défient le politiquement correct. Comme le rappelle le Guardian, en avril dernier, plus de 200 employés de S&S aux États-Unis ont demandé à la direction de l'entreprise de retirer un contrat à sept chiffres avec l'ancien vice-président américain Mike Pence. Pas vraiment le dernier des inconnus. Pourquoi ? Il était du côté du détesté Donald Trump. Il est également arrivé que certains auteurs progressistes décident de ne pas publier leurs œuvres auprès de maisons d'édition qui comptaient dans leur catalogue des personnalités liées au monde de la droite américaine. Roxane Gay (photo), par exemple, a retiré un contrat de livre avec S&S en 2017 après que cette dernière a décidé de publier un titre du provocateur de l'"alt-right" Milo Yiannopoulos (qui a ensuite été effectivement annulé).

AVT_Roxane-Gay_770.jpg

Pankaj Mishra a révélé qu'il avait écrit à son éditeur, Penguin Random House India, pour lui demander de reconsidérer la réimpression d'un livre du Premier ministre Narendra Modi pendant la crise du Covid-19 dans le pays. Hachette a annulé un contrat avec l'écrivain féministe Julie Burchill pour son livre Welcome to the Woke Trials en raison de tweets qualifiés par certains d'"islamophobes", et le personnel de la même maison d'édition avait menacé de ne plus travailler avec la créatrice de Harry Potter, J.K. Rowling, en raison de ses déclarations contre l'idéologie transgenre.

Welcome_to_the_Woke_Trials.jpgSans parler de la guerre déclarée par le personnel de Penguin Random House Canada contre le dernier ouvrage du psychologue et coach de vie canadien Jordan Peterson, victime d'une "fatwa" en raison de ses prises de position contre le politiquement correct. Et ainsi de suite. Des auteurs qui sont souvent mis au pilori non pas pour la qualité de leurs écrits, mais pour avoir exprimé des opinions qui vont à l'encontre du courant libéral-progressiste dominant. C'est suffisant pour être censuré et "supprimé", avec tout le respect dû à la liberté d'expression. 

Les classiques sont victimes du politiquement correct

Les auteurs contemporains ne sont pas les seuls à être victimes de la cancel culture. Le même sort a été réservé aux grands classiques de la littérature, comme nous l'avons signalé à plusieurs reprises dans les colonnes de ce journal et de Giornale.it. En février de l'année dernière, l'université de Leicester a annoncé son intention de mettre au placard le géant littéraire Geoffrey Chaucer en faveur de "modèles de remplacement plus respectueux de la race et du genre". L'université a justifié cette décision par la nécessité de "moderniser le programme d'études et de le rendre plus approprié aux sensibilités et aux perspectives des étudiants en littérature anglaise". Le même sort a été réservé à William Shakespeare, qui a fini dans la moulinette de la culture cancelled, ses œuvres merveilleuses étant boycottées, revisitées, décontextualisées. Au plus tard en octobre dernier, le célèbre Globe Theatre de Londres - le théâtre reconstruit en 1997 où se produisait la compagnie de Shakespeare - a organisé une série de "séminaires antiracistes" pour disséquer et réfléchir aux œuvres du Barde. L'accent a été mis principalement sur La Tempête, une œuvre appartenant à la dernière phase de la production du dramaturge anglais, qui a longtemps été qualifiée de "raciste" et de "colonialiste" dans le monde anglo-saxon.

177229530-352-k123534.jpgSi même Mark Twain devient raciste

Et que dire des Aventures de Tom Sawyer, le grand classique de Mark Twain ? Les démocrates du New Jersey ont tenté de censurer le livre et d'ordonner son retrait du programme scolaire. L'objection est qu'il s'agit d'un roman sur le racisme, qui se déroule sur les rives du Mississippi au XIXe siècle, dont l'un des personnages principaux est un esclave en fuite, mais qui contient des insultes raciales. Et donc il doit être supprimé, oublié. Toujours dans le bastion démocrate du New Jersey, deux membres afro-américains de l'Assemblée ont introduit il y a quelque temps une résolution demandant aux districts scolaires de retirer Les Aventures de Huckleberry Finn, un autre joyau de Twain, en raison des "insultes raciales" qu'il contient et de la "représentation d'attitudes racistes qui pourraient perturber les élèves".

Parce que les pasdarans de la cancel culture, si personne ne l'a encore remarqué, ne reculent devant rien : tout ce qui est produit par "l'homme blanc" et la "culture patriarcale", selon leur point de vue idéologique, fondamentaliste et totalitaire, mérite d'être supprimé. Comme l'explique l'intellectuel français Alain de Benoist dans son essai La nouvelle censure. Contre le politiquement correct, publié en Italie par Diana Edizioni, "de nos jours, la censure est justifiée par le droit des minorités à ne pas être offensées. Ces minorités ne sont nullement des communautés ou des corps constitués au sens traditionnel du terme, mais des groupes d'individus disjoints qui, au nom d'une supposée origine ou orientation sexuelle du moment, cherchent à désarmer toute critique sur la seule base de leur allergie à la stigmatisation. Leur stratégie peut se résumer en trois mots : stupéfier, blâmer, imposer. Et pour ce faire, se faire passer pour des victimes".

samedi, 06 novembre 2021

No time to die: la faiblesse de Bond à l'heure de la cancel culture

MV5BYWQ2NzQ1NjktMzNkNS00MGY1LTgwMmMtYTllYTI5YzNmMmE0XkEyXkFqcGdeQXVyMjM4NTM5NDY@._V1_.jpg

No time to die: la faiblesse de Bond à l'heure de la cancel culture

La dernière version cinématographique de l'agent créé par l'écrivain anglais Fleming n'est pas convaincante

par Giuseppe Del Ninno

Ex: https://www.barbadillo.it/101464-no-time-to-die-la-debolezza-di-bond-al-tempo-della-cancel-culture/

No time to die, le dernier film de James Bond

Dans ses meilleures années, l'industrie cinématographique a également connu des sagas, des films qui ont obtenu un succès international grâce à un personnage, un interprète, une saga littéraire et qui ont ensuite, précisément en raison de ce succès, donné lieu à une ou plusieurs "suites". James Bond est un cas presque unique où le protagoniste d'une saga est joué par plusieurs acteurs, dont le dernier, Daniel Craig, fait ses adieux au personnage de 007, né de la plume de Ian Fleming, dans ce No time to die (qui renoue avec la récente habitude des distributeurs de ne pas traduire les titres originaux).

Le titre même - No time to die - semble contredire la fin, largement anticipée par les médias, qui voit succomber le héros de tant de films inspirés par le prince des agents secrets. Des pelotons entiers de sémiologues, à commencer par Umberto Eco, ont écrit des pages et des pages sur la signification profonde du succès de cette figure, populaire surtout auprès du public masculin: invincibilité, capacité de séduire les plus belles femmes, ironie (qui, par exemple dans les interprétations de Roger Moore, est devenue auto-ironie), liberté d'action totale avec l'intolérance conséquente des règles "professionnelles" (par rapport aux patrons qui se consacrent surtout à limiter son initiative) et sociales (lire : bref, tout ce complexe de connotations identitaires faisait que le spectateur moyen avait tendance à s'identifier au Héros, échappant, pendant deux heures, à la médiocrité de son quotidien.

tableaux-james-bond-no-time-to-die-paloma-stance-i97357.jpg

Et, coucou, voilà le politiquement correct

Eh bien, un tel bagage est complètement déballé et laissé sur le plateau, abandonné par Daniel Craig dans son dernier effort d'incarner sur l'écran l'agent 007 (qui, remarquez, menace de continuer sa carrière en devenant cet agent mythique sous les traits d'une jeune fille à la peau sombre, agréable, ambitieuse et efficace, afin de s'adapter au politiquement correct du moment, mais nous ne savons pas si cela revient aussi à s'adapter aux règles du marché. C'est du moins ce que nous dit l'intrigue de No time to die, qui nous offre un avant-goût de cet héritage).

Le film, cependant, est à mon avis décevant: un scénario brouillon et interminable, avec des rôles ambigus (à un certain moment, on ne sait plus qui sont les "bons" et qui sont les "méchants"), des sauts de "lieu" trop brusques, des poursuites et des fusillades tonitruantes (avec un seul exploit de la fameuse Aston Martin équipée d'options mortelles); même la bande sonore, qui a contribué au succès mondial de la série, semble faible et anonyme. Dans ce contexte, il est difficile de comprendre le "caméo" non pas d'un acteur charismatique, mais d'une ville: la splendide Matera, dont le délicat enchevêtrement de montées et de descentes et de vieilles maisons a été mis en danger par le vrombissement des voitures et des motos, qui ont fait irruption dans un moment d'intimité fugace et tendre de notre héros avec sa compagne, dans un hôtel luxueux. Complètement superflu dans l'histoire, nous voudrions y voir un hommage à la "Venise des Sassi", capitale de la culture pour 2019.

Twilight Bond

Mais venons-en au Bond de sa dernière performance. Un personnage crépusculaire aurait pu être l'occasion d'un film qui ne soit pas seulement un blockbuster, mais un film de qualité ; au lieu de cela, le réalisateur californien Cary Fukunaga a échoué dans son objectif. Et en parlant de sagas et de crépuscules, il suffit de penser au western de Don Siegel et à The Gunslinger de John Wayne pour voir une comparaison impitoyable. Craig apparaît peu crédible dans son nouveau rôle de père et de compagnon fidèle, et de plus nous le percevons comme vulnérable aux embuscades et aux coups que lui infligent ses ennemis de toujours - et pas seulement le mythique "Spectre" - jusqu'à l'issue fatale.

L'attitude de coureur de jupons impénitent du Bond vintage, qui ne laissait jamais échapper aucune de celles que l'on appelait de façon cohérente les "Bond girls", appartient également au passé : Ici, face à une compagne séduisante et farouche, il se contente de faire un compliment et de s'éloigner... À cela s'ajoute l'hommage à l'actuelle "pensée unique dominante" qui, outre l'héritage précité de 007 passé entre les mains de l'interprète noir, colore également la peau de la secrétaire de "M", Miss Moneypenny, la faisant paraître plus jeune (autre trahison perpétrée à l'encontre de Fleming).

Nous savons tous que dans les films de 007, il manque l'"ennemi politique", celui, pour être clair, représenté dans de nombreux films d'espionnage par l'"Empire du Mal" soviétique: Fleming, qui avait également une expérience de l'espionnage au service de la Royal Navy contre l'Empire du Mal de l'époque (celui du soi-disant nazi-fascisme...), dès ses premiers romans s'est extrait de cette dialectique glissante, et a pointé ses flèches (ou plutôt celles de son Héros) contre les Grands Délinquants et les Organisations Criminelles qui se limitent à la recherche du profit et du pouvoir.

Ian-Fleming-with-gun-317x400.jpg

Qu'il s'agisse de menacer le monde avec des engins nucléaires ou - comme dans ce cas - avec des résultats de recherches sophistiquées dans le domaine de la génétique, Bond était toujours en première ligne, peut-être avec les armes mortelles conçues par le Dr Q, un brillant scientifique des services secrets britanniques, qui dans ce film - mainstream oblige... - fait une sortie discrète, faisant à peine allusion à son homosexualité (inouïe). C'est peut-être une coïncidence, mais cette fois, ses tours diaboliques ne parviendront pas à sauver notre héros...

Les bons et les méchants existent-ils encore ?

À ce stade, quelques brèves réflexions sur la dérive de l'imaginaire collectif s'imposent : le déclin d'un genre comme le western, qui avait marqué pendant des décennies les fantasmes des enfants et des adultes, est, entre autres, la conséquence de complexes de culpabilité et d'un universalisme insidieux de l'"Ouest"; même d'un point de vue sémantique, on ne pouvait plus parler de "peaux rouges" et, encore moins, de "visages rouges": la seule définition admise était celle des "Amérindiens". Et pourtant, il n'y avait aucune malice dans cette "acclamation" pour la 7e Cavalerie de John Fors et de nombreux autres réalisateurs, qui, surtout dans notre pays, l'Italie, ne prédisposait à aucune forme de racisme.

Mais plus généralement, la montée du relativisme éthique et culturel a également transformé les figures du "bon" et du "mauvais", notamment sur le grand écran. Le gentil avait des moments et des traits du méchant, qui à son tour apparaissait, dans certains passages, moins "méchant" que ce à quoi nous nous attendions. Par conséquent, le héros-protagoniste devait se montrer dans toute son ambiguïté, plus semblable à l'homme moyen qu'au modèle inatteignable du Héros, courageux mais avec des moments de peur, généreux mais aussi impitoyable, chanceux mais aussi sujet, ici et là, à la malchance, et ainsi de suite, sur la route de la médiocrité qui ne fait pas rêver.

Ainsi, avec ce Bond au crépuscule, ils nous ont fait faire un pas de plus dans la direction du désenchantement : c'est peut-être aussi de cette manière que s'affirme la déplorable "cancel culture".

@barbadilloit

12:20 Publié dans Cinéma, Film | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : james bond, cancel culture, cinéma, film, 007, politiquement correct | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

jeudi, 23 septembre 2021

La cancel culture et la délégitimation de la mémoire : le "délire suicidaire" de l'Occident

FACE_Columbus_elmwood_PHOTO_GoLocal_Oct_2019.png

La cancel culture et la délégitimation de la mémoire: le "délire suicidaire" de l'Occident

par Giulio Battioni

Ex: https://www.lavocedelpatriota.it/cancel-culture-e-delegittimazione-della-memoria-il-delirio-suicida-delloccidente/

Les péripéties de la "cancel culture" abondent dans l'actualité. Les déclarations publiques et les manifestations sociales, souvent violentes et parfois grotesques, dominent la scène politique contemporaine dans le nouveau monde, en Europe et outre-mer. De la démolition des statues de Christophe Colomb et de Churchill à l'incrimination des œuvres de Shakespeare, Dante et Homère, des accusations contre la musique de Mozart aux inquisitions linguistiques et symboliques frappant les contes de fées, les poèmes et les œuvres d'art de toutes les époques. Un "délire suicidaire", comme l'a défini Ernesto Galli della Loggia, qui démolit l'image que l'Occident a de lui-même, délégitime sa mémoire et paralyse son action culturelle.

imccages.jpgPour les politologues, la cancel culture est un phénomène typique de la modernité tardive, une théorie élaborée par une "culture dominante" qui change de contenu en fonction du contexte social: dans les sociétés pauvres, elle tend à coïncider avec une culture conservatrice en matière de morale et de religion, encline aux valeurs nationales; dans les sociétés riches, comme le monde postindustriel, elle tend à prendre la forme d'une culture progressiste, libérale et "fluide", favorable aux idéologies de genre, au "mariage entre personnes de même sexe" et au mouvement LGBTQ, enclin à un multiculturalisme inconditionnel.

En bref, elle peut être définie comme une stratégie politique adoptée par des militants exerçant une pression sociale pour parvenir à l'exclusion culturelle d'un ennemi public accusé de paroles ou d'actes pas nécessairement accomplis et donc, à ce titre, stigmatisé et criminalisé.

Aujourd'hui, cette méthode de censure et de discrimination a pris les connotations du politiquement correct, un néo-langage de propagande qui conditionne le débat intellectuel et sa liberté d'expression.

Il s'agit d'une police de la pensée qui évoque toutes les formes de contrôle totalitaire des idées du vingtième siècle, de l'autodafé des livres dans l'Allemagne nazie à la persécution sanglante des dissidents par les communistes, de Lénine à Mao.

Les origines de ce "procès du passé" se trouvent dans la tradition française de la "terreur jacobine" et de la fureur iconoclaste de 68.

Selon Marc Fumaroli, c'est la "folie de 1968" qui a associé le nihilisme et l'anarchisme juvénile aux vagues successives du léninisme, du trotskisme et du maoïsme littéraires, en y ajoutant Freud revu et corrigé par Lacan, la déconstruction de Derrida et la théorie postmoderne de Lyotard.

arton5253.jpg

Le jacobinisme intellectuel parisien a ensuite été porté en triomphe sur les campus universitaires américains, dans un curieux aller-retour de ce côté-ci de l'Atlantique, avec les contradictions connexes de la démocratie américaine.

La culture "woke", après tout, le nouveau mot d'ordre du conformisme libéral, ne serait rien d'autre que l'appel aux armes des vieilles élites culturelles occidentales contre leur propre passé.

Sous le prétexte humanitaire de l'égalité et de la justice sociale, les nouvelles "oligarchies de la vertu" surveillent le politiquement correct de la pensée, incitant les masses à la violence contre les mots, les œuvres d'art, les monuments et les symboles de tous les temps. Le "rester éveillé" (Stay woke !) est la nouvelle haine déguisée par la démagogie de la lutte contre les discriminations raciales, coloniales et de genre, réelles ou supposées.

11348271_0.jpg

Les apologistes de cette éternelle épreuve du passé, naturaliter occidentaux, méditerranéens, européens et américains, prêchent l'odium sui (la haine de sa propre culture) et la libération définitive des constructions de la civilisation bourgeoise, tout en oubliant ses avantages moraux et matériels.

Les enfants et petits-enfants des maîtres à penser de la contestation se revendiquent tiers-mondistes et anticapitalistes, accusant les pays riches d'exploiter les pays pauvres, tout en omettant les conquêtes morales et juridiques du vieux monde: liberté, droits de l'homme, égalité entre hommes et femmes, travail, démocratie.

En bref, la cancel culture est la nouvelle frontière du politiquement correct. Héritière de la guillotine révolutionnaire, elle constitue une nouvelle forme de censure, de plus en plus grave, qui ne provient pas d'une culture réactionnaire ou conservatrice, mais de la gauche radicale, libertaire et néo-communiste, et des mouvements de libération des "minorités opprimées". Ce n'est certainement pas le vieux moralisme victorien, ni le maccarthysme de la guerre froide, mais un nouveau mouvement né dans les bons salons de la culture et qui s'est ensuite répandu dans les rues américaines, avec Me Too et Black Lives Matter.

1 co4lJtVQK756VBMw4y8NRA.jpeg

Les effaceurs du passé ne se limitent plus à critiquer les opinions jugées non conformes aux totems et aux tabous de l'idéologie progressiste, mais visent directement l'élimination des œuvres et l'exclusion morale, sociale et civile de leurs auteurs. Les artistes, les journalistes, les écrivains, les professeurs, les scientifiques et les philosophes sont licenciés du jour au lendemain et condamnés à l'éloignement collectif.

Dans le même temps, le panthéon de notre culture est sacrifié à un esprit du temps, un bacchetton sanguinaire, hostile à toute impureté d'un passé dont on célèbre l'embrasement collectif. Et dans l'enfer des gommes s'achève toute la tradition classique, de la littérature à la musique en passant par les arts figuratifs.

index.jpg

Si les Talibans et les islamistes de tout poil ont démoli les Bouddhas de Bamiyan et les trésors archéologiques de Palmyre, les nouveaux mauvais maîtres démolissent symboles et monuments au nom du Bien et du Progrès: Christophe Colomb n'est plus le grand navigateur qui a découvert le nouveau monde, mais le père de l'extermination des indigènes; Abraham Lincoln n'est plus le "grand émancipateur" de la guerre de sécession américaine, mais un suprémaciste blanc, coupable d'avoir réservé certaines épithètes aux Afro-Américains, un enfant de son temps; même Forrest Gump, un héros toujours prêt à défendre les handicapés, les malades et les vétérans de guerre, a été accusé de connivence avec le Ku Klux Klan.

En bref, la nouvelle censure frise le ridicule, surtout à l'étranger. Mais même en Europe, nous ne devons pas baisser la garde, étant donné le zèle négationniste qui a récemment frappé les Foibe, les fosses où les partisans titistes jetaient les cadavres des ressortissants la minorité italienne d'Istrie et de Dalmatie qu'ils avaient massacrés, et, partant, la mémoire historique de tous les Italiens.

Le procès du passé, avec la décontextualisation des actions, des comportements et des langages d'une période historique spécifique, conduit à une damnatio memoriae qui délégitime la culture et génère le désarroi des nouvelles générations. "Détruire les statues ne transformera pas le passé, cela le rendra moins compréhensible", a déclaré Abnousse Shalmani, un écrivain iranien en exil en Occident.

Effacer le passé, c'est mettre en danger l'avenir et la relation profonde que chaque culture entretient avec le temps. Si l'univers des valeurs de toute civilisation s'enracine dans le temps, l'effacement de la culture est une menace pour la culture qui vit et se nourrit de la mémoire. La haine du passé des nouveaux Goebbels du politiquement correct est à l'origine de l'incommunicabilité de notre époque et condamne l'Occident à son extinction. Restez éveillés !

mardi, 25 mai 2021

Dante Alighieri: une nouvelle victime de la cancel culture

275549-dante_peterlin.jpg

Dante Alighieri: une nouvelle victime de la cancel culture

Alexandre Douguine

Ex : https://katehon.com/ru/article/dante-aligeri-novaya-zhert...

Le 21 mai 1265, Dante Alighieri naquit en Italie, mais en Occident, cette date n'est plus célébrée.

Aujourd'hui, ce serait tout simplement dangereux de la célébrer. Comment cela se fait-il, me direz-vous? Dante est le symbole de la poésie occidentale, un classique mondialement connu. C'est vrai. Mais ce génie médiéval italien n'a pas non plus été épargné par la guillotine du politiquement correct.

Lorsque la Divine Comédie est tombée entre les mains de défenseurs des droits de l'homme, de libéraux et de mondialistes enragés, ils ont jugé l'œuvre de Dante ‘’politiquement incorrecte’’. Et c'est tout. Pas de Dante. Il est devenu une autre victime de la nouvelle culture politique. Désormais, ses œuvres ne peuvent être imprimées qu'avec des coupures et avec la mention que leur contenu est non politiquement correct.

Dante-1.jpg

Techniquement, Dante a fait placer le fondateur de l'Islam dans une partie pas très agréable de l'espace sacré. Et les libéraux, qui ne se soucient généralement pas de l'Islam, ni d'aucune religion traditionnelle d'ailleurs, ont soudainement décidé qu'une telle lecture pourrait avoir un effet négatif sur le psychisme des migrants originaires de pays islamiques. Et qu'ils doivent en être protégés afin de ne pas provoquer des accès d'agressivité imprévisibles.

Cela semble absurde, mais dans notre monde, presque tout semble absurde. Il est temps de s'y habituer.

Ici, tous les protagonistes de cette censure sont dans la position de l’idiot complet :

  • Les censeurs eux-mêmes (tout d'abord, on peut imaginer le vieux Soros accompagné de la petite Greta Thunberg feuilletant La Divine Comédie, soulignant les endroits suspects) ;
  • et les Européens, qui doivent maintenant se repentir non seulement du colonialisme et du meurtre du junkie Floyd, mais aussi de Dante ;
  • et les musulmans eux-mêmes, qui semblent si faibles d'esprit qu'ils sont incapables d'apprécier la distance qui sépare le Moyen Âge chrétien de l'Europe moderne, et prennent tout au pied de la lettre et réagissent immédiatement de manière brutale - comme des maniaques incontrôlables.

Mais il est clair que la localisation de Mahomet dans l’œuvre de Dante n'est qu'une excuse. Dante est l'encyclopédie du Moyen Âge européen, le grand monument de la théologie, de la philosophie, de la poésie, de la culture. Dante est l'apogée de l'esprit chrétien de l'Europe occidentale du moyen-âge, le chantre solennel de l'Empire, de la religion et de l'amour chevaleresque. De nombreuses générations d'Européens se sont inspirées de Dante pour former leur personnalité. Selon les modèles posés par Dante, les héros de l’Europe ont construit leur destin et leur vie. Fideli d'amore - Fidèles d'Amour. Dante a exprimé les idéaux de cette société courtisane chevaleresque de l'élite aristocratique chrétienne.

C'est pour cela que Dante est exécuté aujourd'hui. Il est le porteur d'une autre Europe - une Europe de l'esprit et de l'idée, de la foi et de l'honneur, du service et du grand Amour. Les gouvernants modernes de l'Europe détestent tout cela farouchement. C'est pourquoi ils interdisent Dante, le retirent des programmes d'enseignement, l'accusent de manquer de tolérance et le soumettent à la honte.

L'Europe détruit ses fondations, érode ses piédestaux, jette hors de leurs tombes les reliques impérissables des génies.

Nous ne devons en aucun cas nous engager dans cette voie. Il s'agit de protéger non seulement nos génies russes, mais aussi les grands penseurs, artistes et poètes d'Europe. La Russie n'a jamais été un pays européen, mais nous avons toujours été capables d'apprécier la grandeur européenne - la pensée, l'art et le génie. Même si les Européens ne nous comprenaient pas, nous les comprenions. Et nous avons respecté ce qui était admirable chez eux. Aujourd'hui, alors que les Européens jettent le grand Dante à la poubelle de leur civilisation effondrée, il est grand temps de l'élever et de l’inscrire sur notre bannière.

cinq-choses-a-savoir-sur-dante.jpg

Dante est à nous. Nous le connaissons, l'honorons, le lisons, l'enseignons et le comprenons. Sans le vouloir, la Russie se retrouve dans le rôle de gardien et de protecteur des valeurs européennes, mais des valeurs, et non des résultats de la décadence européenne, de la décadence et de la dégénérescence. Le libéralisme et la mondialisation ne sont pas encore le lot de toute l'Europe. De plus, c'est l'Anti-Europe.  Par conséquent, en les adoptant, l’Europe renonce à ses racines. Nous n'abandonnons pas les nôtres. Et les génies européens sont proches de nous.

L'amor che move il sole e l'altre stelle

Nous devons être des Fidèles d'Amour.

Et si l'Amour s'épuise, qu'est-ce qui fera bouger le soleil et les étoiles ?

mardi, 18 mai 2021

Cancel culture? "Ils sont comme le ministère de la Vérité d'Orwell"

ministry_of_truth_poster-r27c09f470e1f429ea75bcd905ca457d5_w2q_8byvr_540.jpg

Cancel culture? "Ils sont comme le ministère de la Vérité d'Orwell"

Entretien avec Giuseppe Culicchia

Source : Il Giornale & https://www.ariannaeditrice.it/

Jamais banal, auteur de romans importants, capable d'aller de l'imagerie pop à la satire en passant par l'intimisme non mièvre, et bien plus transgressif que les auteurs réputés comme tels mais qui font ensuite la queue pour obtenir une Strega en embrassant la carte sainte de Berlinguer. Je parle de Giuseppe Culicchia, je suis au téléphone avec lui pour discuter, et je lui pose quelques questions sur le politiquement correct et son environnement.

81r9Qr9+AcL.jpg

La biographie officielle de Philip Roth retirée parce que son auteur est accusé de harcèlement, un grand scientifique libéral comme Richard Dawkins accusé de transphobie, l'autobiographie de Woody Allen bloquée par son éditeur initial. Elisabetta Sgarbi a déclaré que l'effacement et les cultures sont deux mots qui ne vont pas ensemble. Votre E finsero felici e contenti me vient à l'esprit. Cette fiction devient-elle dangereuse ou pensez-vous qu'elle deviendra si ridicule qu'elle s'autodétruira ?

"La soi-disant ‘’culture de l'annulation’’ est ridicule et dangereuse. Ridicule parce que cela n'a aucun sens de mettre à l'index certains livres ou films pour des raisons de comportement sexuel ou d'idées sur les droits des auteurs, ou de modifier ou d'interdire des classiques parce qu'ils ne sont pas conformes à l'air du temps. Accuser Les Aventures de Huckleberry Finn ou Au cœur des ténèbres de racisme parce que le mot "nègre" y figure ou en raison de la manière dont les peuples africains y sont décrits est tout à fait surréaliste; Mark Twain a lutté pour l'abolition de l'esclavage, Conrad a écrit le réquisitoire le plus féroce contre le colonialisme. Dangereux parce que rayer de notre passé les choses que nous n'aimons pas, au lieu de les étudier et de former une pensée critique, signifie simplement s'empêcher de comprendre non seulement la littérature ou le cinéma, mais aussi l'Histoire dans sa complexité".

Parlons du féminisme. Dès que vous objectez quelque chose à une femme, vous êtes un misogyne. Mais elles, par exemple Murgia ou Valerio ou beaucoup d'autres encore, peuvent facilement dire que tous les mâles sont comme les fils de mafiosi. Il me semble qu'il y a au contraire un problème de misandrie. En plus du fait que si vous enlevez le féminisme à ces champions du féminisme, il ne reste rien. Ils ne sont certainement pas des exemples d'excellence.

"Quand je pense au féminisme, je pense à un essai que j'ai lu et qui m'a éclairé quand j'étais petit, Dalla parte delle bambine (Du côté des filles), d'Elena Gianini Belotti, ou au roman Cassandra de Christa Wolf, ou à des figures comme Angela Davis et Leni Riefenstahl. Je suis né homme, blanc, hétérosexuel, et je suis devenu père: franchement, la seule chose dont je me sente coupable en tant qu'individu est d'avoir donné naissance à des enfants dans ce monde tel qu'il est. Mais ce sont deux beaux enfants, j'ai confiance en eux et dans le fait qu'ils sauront, entre autres, respecter les femmes. Parce que le respect est fondamental, et non seulement en théorie mais aussi en pratique, il doit être mutuel".

upload-84-Screen_Shot_2017-04-24_at_7.00.03_PM.jpg

À ce rythme, ils en viendront à interdire toutes les œuvres d'art et pas seulement elles. Le politiquement correct veut changer les dictionnaires en effaçant les mots. Le mot "N", le mot "F", on dirait qu'on vit dans une croisade de mots croisés.

"Effacer les mots" est, sans surprise, le travail de Syme, le fonctionnaire du ministère de la Vérité qui, dans le 1984 d'Orwell, est chargé de compiler le dictionnaire de la novlangue. Mais l'utilisation déformée des mots remonte à loin et ne concerne pas seulement les minorités: pensez au monde du travail, où les licenciements sont devenus des ‘’redondances’’, ou aux euphémismes utilisés à l'époque par le journalisme de guerre, où les victimes civiles ont été transformées en ‘’dommages collatéraux’’. Pour revenir au domaine de la comédie, demander à un comédien de suivre le manuel du politiquement correct, c'est non seulement lui coller les bras mais l'empêcher de faire son travail. Et comme toujours, en Italie, il y a deux poids et deux mesures: aujourd'hui, par exemple, le body-shaming est fortement condamné lorsqu'il s'adresse à une personnalité publique de gauche, mais depuis vingt ans, la cible est un homme de droite et personne n'a fait de bruit".

Vous êtes également le traducteur de Bret Easton Ellis, qui s'est également élevé contre le politiquement correct. Il me semble qu'aux États-Unis, la situation est pire qu'ici.

500046.jpg"Le fait que le politiquement correct et la culture du cachet soient nés aux États-Unis n'est pas une coïncidence: c'est le pays de l'individualisme et du narcissisme le plus exaspéré, et il suffit de relire ou même de lire The Culture of Complaint de Robert Hughes pour avoir une idée des racines d'un phénomène qui a pris naissance sur les campus de ces universités où même l'Iliade est ridiculement et dangereusement éliminée des cours parce qu'elle est sexiste, chauvine, violente et patriarcale. Dans notre pays, après tout, il y a ceux qui voudraient faire de même avec la Divine Comédie, même pendant l'année de Dante".

Comme chacun le sait, je suis à moitié pédé, au moins de moi-même je peux le dire ?

"Je dirais que oui, j'ai des amies qui se disent tranquillement ‘’salopes’’. Le fait est, et la récente controverse née de l'affaire Rai/Fedez en est une démonstration claire, que le discours sur les droits des minorités a totalement occulté celui sur les droits des travailleurs. Le fait que le 1er mai on parle d' ‘’homotransfobia’’ au lieu du drame d'un pays qui a vu non seulement la perte de 900.000 emplois mais aussi l'annulation de tout projet d'avenir possible pour des générations entières qui, après l'introduction des lois sur le travail précaire, ne peuvent espérer qu'un stage de 600 euros par mois, sans parler de ceux qui sont réduits à travailler gratuitement juste pour ajouter un peu d'expérience à leur curriculum, est emblématique. Mais là encore, les politiques libérales ont été adoptées par le plus grand parti de ce qui était autrefois la gauche, alors pourquoi être surpris? Les droits civils, les migrants, l'antifascisme donnent l'impression d'être autant de feuilles de vigne pour ceux qui ont réellement introduit le travail précaire en Italie avec le fameux paquet Treu, en 1997, lorsque Romano Prodi était au gouvernement. Et puis nous nous plaignons de la fuite des cerveaux, ou nous sommes scandalisés parce que les coursiers d'Amazon ne peuvent même pas aller aux toilettes".

La planète Terre a quatre milliards et demi d'années, la vie sur Terre existe depuis quatre milliards d'années, mais nous nous inquiétons de ce que nous faisons à la planète au cours des cinquante dernières années et de la façon dont les êtres humains vivront dans cent ans. Vous êtes passionné par l'avenir de l'humanité ?

"J'avoue qu'il y a une grande curiosité en moi: le monde est un entrepôt d'histoires, et j'aimerais savoir comment elles vont se poursuivre. Mourir sera comme oublier dans un train le seul exemplaire existant d'un livre qui a commencé par le voyage, avec de très belles pages et d'autres décidément douloureuses, et d'autres encore inutiles, mais globalement très intéressantes. De ce point de vue, ce sera vraiment dommage".

Questions de Massimiliano Parente.

18:01 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, cancel culture, politiquement correct | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

lundi, 17 mai 2021

Colère et découragement

RW_Cancelled_03262021_0.jpg

Colère et découragement

par Marcello Veneziani

Source : Marcello Veneziani & https://www.ariannaeditrice.it/

Qui nous défend contre l’assaut quotidien du nouveau catéchisme politiquement correct, du bombardement médiatique et publicitaire et de la nouvelle Inquisition? L'Église de Bergoglio, le Quirinal, la Cour constitutionnelle, les autres politiques, le pouvoir judiciaire, la culture libre et pensante, la satire contre le pouvoir, la presse indépendante? Rien de tout cela.

Colère et découragement, pour paraphraser un titre célèbre d'Oriana Fallaci. La colère face à l'assaut envahissant de la nouvelle idéologie corrective de la réalité, du bon sens, de la nature, de l'identité et de la tradition ; et le découragement parce que vous ne voyez pas de barrières, de réponses alternatives, d'oppositions structurées, pour représenter ce que la majorité négligeable de la population ressent, pense et dit. Aucun sujet public qui affronte l’assaut quotidien avec des moyens adéquats ; aucun qui, au moins, équilibre, donne la parole, garantisse le respect à ceux qui sont en désaccord avec le processus en cours. Un processus civil et incivil, politique et judiciaire... Il n'existe nulle part de réponse complète et alternative ; la seule stratégie consiste à perdre du temps, à s'assoupir, à ralentir, à détourner le regard. Ou pour gagner une heure sur le couvre-feu....

Bon nombre des digues ou des garants susmentionnés se trouvent dans le camp opposé ou ont abdiqué leur fonction d'arbitre super partes ; ils se taisent ou parlent d'autre chose, ou pire, ils pensent à flotter pour survivre et donc suivre le courant dominant. Ceux qui s'y opposent ne comptent que les sondages mais ne s'équipent pas de réponses appropriées à quelque niveau que ce soit; une opinion à la volée, une blague sur vidéo et la tâche est accomplie, la conscience est claire. Un jeu de transfert de fonds.

La solitude de masse est ce que nous ressentons chaque jour davantage; même les dernières munitions qui nous restent en main, comme le vote, le moment venu, ne servent pas à grand-chose si vous n'avez pas de stratégie et de cadre de référence.

Le plus insupportable dans le politiquement correct, c'est qu'il accuse chacun d'être ce qu'il est; c'est une incitation constante à rejeter l'histoire et la mémoire, la culture et la nature telles qu'elles sont dans la réalité, dans la vie et dans l'esprit. Des cas extrêmes, des épisodes d'intolérance, sont pris afin de renverser la réalité, les codes de vie et de loi, les sentiments et les raisons communes. On se rassure en disant que cela ne touche pas tout le monde, mais on redéfinit la réalité en démolissant les identités.

cancelculturedevanshijpg_by_Devanshi_Daga.jpg

Vous devez avoir honte d'être italien, européen, occidental, chrétien ou du moins un enfant de la civilisation chrétienne, catholique en particulier. Vous devez avoir honte d'être père, mère, fils, héritier d'une tradition et d'une civilisation. Et d'être un homme, hétéro, identifié selon la nature et la coutume.

Le politiquement correct vous reproche d'être qui vous êtes et comment vous avez vécu jusqu'à présent. Vous avez tort dans vos choix et vos inclinations, dans vos relations humaines et dans votre vie, dans votre vocabulaire et dans votre sphère privée. La réalité telle qu'elle est, est un vice sombre à effacer, une habitude rétrograde dont il faut se libérer; l'être cède la place au devoir-être et aux désirs subjectifs.

Chacun d'entre nous a fait de nombreuses erreurs dans sa vie et beaucoup sont prêts à les reconnaître. Mais le pire dans cette autodafè permanente, à la fois personnelle et collective, c'est qu'elle ne retient pas contre vous vos erreurs, vos péchés, mais presque tout ce qui ne s'y inscrit pas. Au contraire, dans de nombreux cas, le nouveau canon vous demande d'avoir honte des meilleures choses de votre vie et des choses les plus chères auxquelles vous avez cru, pensé et grâce auxquelles vous avez vécu; vous devez avoir honte de vos origines et de votre culture, vous devez avoir honte de votre identité et de votre éducation, vous devez avoir honte de votre famille, de votre préférence pour vos enfants et les êtres qui vous sont chers, de votre façon d'aimer et de faire la cour, de votre fidélité et de votre loyauté à une façon d'être et à un monde de pratiques et de valeurs civiles, religieuses, patriotiques et familiales. Vous n'avez pas à avoir honte de vos incohérences et de vos contradictions, au contraire, vous n'avez pas à avoir honte de ne pas les mener jusqu'au bout, c'est-à-dire jusqu'à renier ce que vous êtes et ce que vos parents étaient.

Vous devez avoir honte d'être ce que vous êtes et d'où vous venez, vous devez aimer ce qui est le plus éloigné de vous, ce qui vous est le plus étranger, ce qui est le plus éloigné de votre monde. Aimez ce qui vous vient le moins naturellement. Préférence pour l'étranger au détriment du semblable, pour le distant par rapport à ce qui est proche. C'est l'aspect tyrannique, inhumain, irréel de l'inquisition. Qu'elle étouffe la vie, la liberté, la spontanéité, la variété, la passion pour la vérité et l'amour de la réalité.

La raison du rejet de la réalité est que je ne l'ai pas choisie: être italien, européen, homme, blanc, hétéro, fils de ses parents, ne dépendait pas de moi. Tout ce qui découle du destin et de la nature doit être rejeté ou privé de valeur; seul ce que vous choisissez et voulez être et faire est valable.

Mais ne plus définir une personne comme étant un homme ou une femme, un père ou une mère, un Italien ou un Indien, revient à nier son âge, sa date de naissance, ses parents et son lieu de naissance. Si vous avez, par exemple, cinquante ans, que vous êtes un homme marié, que vous avez une famille, un nom, un lieu et une date de naissance, vous êtes libre de vivre comme si vous aviez trente ans, comme si vous étiez d'un autre sexe que celui que la nature vous a donné ; vous pouvez quitter votre pays d'origine, vous pouvez vous faire appeler par un autre nom, vous pouvez quitter votre famille. Mais si vous établissez par la loi que la réalité, la nature, l'âge et l'histoire ne comptent plus, mais seulement votre volonté d'être ce que vous voulez, comme vous voulez et où vous voulez, vous avez transformé une société civilisée en un asile de fous invivable. Vous ne pouvez pas confondre la liberté de vos choix privés, que personne ne veut nier, avec une loi qui révoque par décret la réalité et l'identité pour ne reconnaître que des désirs subjectifs et mutants. Ce n'est que de la barbarie ruineuse, et de la folie. Et à partir d'aujourd'hui, le siège reprend avec la journée mondiale contre les phobies... Un jour viendra-t-il où nous sortirons de cette hallucination induite et retrouverons la réalité; un jour viendra-t-il où les raisons de ceux qui les revendiquent aujourd'hui dans le désert seront reconnues et respectées?

18:44 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actuaité, cancel culture, marcello veneziani | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

dimanche, 25 avril 2021

Le wokisme – la nouvelle religion de l’Occident

black-lives-matter-protester.jpg

Le wokisme – la nouvelle religion de l’Occident

Max Funk

Ex: https://lesobservateurs.ch/2021/04/25/

Il y a une nouvelle religion. Elle se répand comme un raz-de-marée sur toutes les facettes de la culture occidentale, façonnant et redéfinissant la société sur son passage. Cette religion se présente sous l’apparence  trompeuse de la compassion et de la justice, mais elle cache une idéologie maléfique incompatible avec les valeurs occidentales et avec la vision chrétienne du monde. Ce mouvement n’a pas commencé à Minneapolis le 25 mai avec la mort de George Floyd. Mais cet événement a marqué un tournant pour une idéologie qui se développait depuis des décennies. Si l’on n’y prend pas garde, cette nouvelle religion pourrait conduire à un démantèlement complet de la culture occidentale.

Il existe de nombreux termes pour désigner la situation dans laquelle nous nous trouvons actuellement: wokeness, politiquement correct, cancel culture en sont quelques-uns, mais ils ne résument qu’une partie du phénomène. Le marxisme culturel, le néo-marxisme, la justice sociale, la politique de l’identité et la théorie critique sont des descripteurs plus larges. Nous aimerions utiliser un terme qui rende bien compte de la religiosité du mouvement: le wokisme.

Le wokisme est une religion. Bien qu’il n’ait pas été organisé en une structure religieuse formelle, il a toutes les fonctions d’une doctrine religieuse. Il possède une épistémologie (théorie de la connaissance) qui lui est propre, une évaluation de la condition humaine et un récit de rédemption. Mais d’où vient-elle?

La théorie critique

Au début du 20e siècle, une école de philosophie allemande appelée l’école de Francfort a développé une philosophie sociale appelée théorie critique. En un mot, la «théorie critique» critique la culture et remet en question les structures de pouvoir sous-jacentes de la société. Il s’agit d’un mouvement visant à «libérer les êtres humains des circonstances qui les asservissent», en réinterprétant la culture occidentale comme une histoire des oppresseurs contre les opprimés. Pour la théorie critique, les seules choses qui existent sont les hiérarchies de pouvoir, et ces hiérarchies doivent être démantelées. L’objectif, déclaré ou non, de ce mouvement, n’est rien de moins que le démantèlement complet de la culture occidentale et sa reconstruction à partir de zéro.

crth.jpgLa théorie critique a commencé à s’imposer parmi les universitaires occidentaux dans les années 90 et a fini par s’infiltrer dans presque toutes les universités du monde occidental. Ces dernières années, l’idéologie a quitté l’université et a fait souche dans les médias et la culture d’entreprise, s’imposant comme la principale culture morale des sociétés occidentales. Actuellement, les principales lignes de démarcation entre oppresseurs et opprimés sont la race, le sexe et l’identité de genre.

Il ne s’agit pas seulement d’un mouvement politique ou social dans le cadre des valeurs traditionnelles des Lumières. Des concepts tels que la logique, la science et la raison sont considérés comme des outils du patriarcat blanc oppresseur. Des valeurs comme l’individualisme, le travail assidu, la ponctualité et la gratification différée seraient comprises comme perpétuant la suprématie blanche. La théorie critique est devenue bien plus qu’une philosophie sociale et constitue le principal moteur philosophique de la nouvelle religion civile du wokisme.

L’objectif, déclaré ou non, de ce mouvement n’est rien de moins que le démantèlement complet de la culture occidentale et sa reconstruction à partir de zéro.

La nouvelle religion

Pourquoi qualifier le wokisme de nouvelle religion? Le fait est que la montée de l’humanisme séculier au cours des 70 dernières années a créé un trou en forme de religion dans notre culture. Le sécularisme, malgré toute sa domination culturelle, n’a pas réussi à offrir une philosophie solide du sens et du but, ni à fournir un cadre moral sur la façon d’agir dans le monde, à part «être une bonne personne parce que l’alternative est indésirable pour tout le monde». Au contraire, le wokisme a développé sa vision de la réalité avec son propre ensemble de valeurs et de récits. Des cendres de l’humanisme séculier naît une nouvelle religion civile.

imageswokeam.pngLe wokisme offre tout ce que le sécularisme n’a pas réussi à fournir, et a rapidement comblé le trou en forme de Dieu qui restait dans notre culture. Il revendique sa propre version de la vérité, de la justice, de la droiture, du péché et du jugement. Il donne un sens à ses adhérents, avec son méta-narratif de conflit sociétal, de lutte pour le pouvoir et de lutte pour la liberté rédemptrice. Le démantèlement des structures de pouvoir oppressives contribue à donner un sens à l’individu et à la collectivité. Ces valeurs sont solidifiées dans des rituels publics tels que la formation à la sensibilité ou la confrontation avec la fragilité blanche. Il y a un fort aspect communautaire, et les gens ont le sentiment de faire partie de quelque chose de plus grand qu’eux. L’hypothétique société utopique future, libérée des maux du système oppressif actuel, est également inhérente à ce «progrès social». Mais surtout, le wokisme offre ce que tout cœur humain pécheur désire profondément, à savoir une justification morale. Les gens croient qu’ils agissent de manière juste dans le monde, et reconnaissons-le, c’est parfois vrai. Mais souvent, tout ce qu’ils font n’est qu’une simple posture, ou pire, une action destructrice.

Cela ne veut pas dire que le wokisme offre une absolution totale à ses adeptes; en fait, c’est plutôt le contraire. Démolir des structures de pouvoir oppressives signifie que vous êtes aussi profondément conscient de vos préjugés. James Lindsay, un mathématicien, universitaire et athée, a récemment déclaré lors d’une émission de Joe Rogan:

«Certaines religions regardent vers le haut, elles regardent Dieu, et elles ont peur du péché, mais elles font attention à Dieu, et elles pensent au renouveau, elles pensent à la rédemption, elles pensent au pardon. Et puis certaines religions regardent vers le bas, et ne font que regarder le péché. Si vous regardez vers le haut, alors la religion peut être formidable, elle peut conduire les gens dans le développement spirituel, la communauté et ainsi de suite, mais si vous regardez vers le bas, si vous êtes obsédé par le péché, vous allez commencer à être obsédé par le péché de tout le monde aussi.»

50056033171_5784f7e617_k.jpg

Les idées de péché (privilège) de droiture (victimisation) et de damnation (canceling) sont bien établies au sein du wokisme. S’il propose des rites de pénitence (la «prise de conscience de ses privilèges», la «solidarité avec les minorités») et de piété (s’agenouiller pendant l’hymne ou poster des carrés noirs), ce qu’il n’offre jamais, c’est le pardon. Dans une récente interview avec Dave Rubin, le théologien Nathan Finochio a décrit le phénomène:

«Si je suis enfermé dans le groupe des oppresseurs, sans possibilité de m’en échapper, il ne peut pas y avoir de pardon, s’il n’y a pas de repentance, n’est-ce pas? C’est bien ça l’idée? Je suis donc perpétuellement un pécheur, et je vais continuer à perpétuer le groupe oppresseur, et il n’y a rien que je puisse faire. Il est évident que la cancel culture est en fait la conclusion logique de la théorie critique... parce qu’il faut se débarrasser de la classe oppressive.»

Différences avec le christianisme

Ce qui est si abominable dans le wokisme, c’est qu’il joue régulièrement sur les meilleures motivations des gens, comme la compassion et le désir de justice. La plupart des gens ont un désir sincère de voir la vie des autres s’améliorer, et de nombreux chrétiens se sont engagés dans ces idées comme si elles étaient en accord avec les enseignements du Christ. Bien sûr, il existe des inégalités dans notre société, où la justice est nécessaire. Il n’en reste pas moins que le wokisme interprète différemment les concepts de vérité, de justice et d’équité et ne laisse aucune place à d’autres façons d’aborder ces questions. Le wokisme est incompatible avec la vision biblique du monde, car il s’en distingue de plusieurs façons essentielles.

Wokeism-Killing-The-light.jpg

Premièrement, il attribue une culpabilité ou une innocence intrinsèque à l’individu en fonction de son identité de groupe, indépendamment de ses actions individuelles.

Proverbes 17:15: Celui qui justifie le méchant et celui qui condamne le juste sont tous deux en abomination au Seigneur.

La croyance qui est au cœur de la culture occidentale, c’est que chaque individu est créé à l’image de Dieu et mérite donc intrinsèquement la dignité et le respect. Cette idée est également à la base de notre système juridique. Dans le cadre moral biblique, l’individu est responsable de ses actes devant Dieu. L’idée que le péché ou la justice puissent être hérités en fonction des caractéristiques naturelles d’une personne, comme la race, le sexe ou l’ascendance, a été réfutée lorsque le Seigneur a parlé au prophète Ézéchiel.

Ézéchiel 18:1-3: La parole du Seigneur me fut adressée: «Que veux-tu dire en répétant ce proverbe sur le pays d’Israël: «Les pères ont mangé des raisins aigres, et les dents des enfants en ont été agacées»? Je suis vivant, déclare le Seigneur Dieu, et ce proverbe ne sera plus utilisé par vous en Israël. Voici, toutes les âmes sont à moi; l’âme du père comme l’âme du fils sont à moi; l’âme qui pèche mourra.

Le Nouveau Testament va encore plus loin en disant que «désormais, donc, nous ne considérons plus personne selon la chair.» (2 Corinthiens 5:16). En tant que disciples de Jésus, nous ne devons pas juger les gens sur la base d’identifiants naturels (race, âge, sexe, etc.); au contraire, nous devons les évaluer sur la base des normes morales des Écritures et les traiter comme des égaux, créés par Dieu.

Deuxièmement, le récit de la rédemption que le wokisme met en avant est totalement antinomique au récit chrétien. Les récits bibliques présentent le modèle de l’individu, en relation avec Dieu, comme le mécanisme principal de la rédemption du monde. Ce modèle culmine avec le Christ, l’homme parfait et le sacrifice pour les péchés du monde. Notre croyance en son œuvre achevée et notre soumission à sa seigneurie sont notre motivation pour agir avec justice dans le monde. Par conséquent, le comportement chrétien idéal est celui de la miséricorde, de la paix, de la bonté et du pardon.

strats-image-4024478.png

Le wokisme, en revanche, présente le modèle rédempteur de divers groupes qui se disputent le pouvoir au sein d’un système intrinsèquement oppressif. Dans cette vision tribaliste du monde, la seule chose qui existe est le pouvoir, et si seul le pouvoir existe, alors le pouvoir et le contrôle sont nécessaires pour démanteler un système corrompu. Dans ce récit de rédemption, la violence est facilement justifiée. Pour cette raison, nous avons vu de violentes émeutes, et pas seulement des protestations pacifiques, balayer l’Amérique au cours des deux derniers mois [été 2020].

Dans cette vision tribaliste du monde, la seule chose qui existe est le pouvoir, et si seul le pouvoir existe, alors le pouvoir et le contrôle sont nécessaires pour démanteler un système corrompu.

Futurs possibles

La culture occidentale a déjà atteint son point de basculement. La théorie critique est devenue la philosophie sociale dominante, et le wokisme est devenu la nouvelle religion civile. Il y a deux manières concevables dont notre avenir va se dérouler. La première est que le wokismese dévorera lui-même et se dissoudra parce que ces idéologies sont intrinsèquement auto-destructrices. Si la seule chose qui existe est le pouvoir, alors les structures de pouvoir corrompues doivent être détruites. Il se pourrait qu’un nombre suffisant de personnes commencent à se réveiller à la dissonance cognitive qui nous est imposée, mais c’est une vision incroyablement optimiste de la situation actuelle.

Ce qui est plus probable, c’est la deuxième option, à savoir que ces idées seront poussées jusqu’à leur conclusion logique. Dans l’interview mentionnée ci-dessus, Nathan Finochio a dit que «la culture de lannulation est en fait la conclusion logique de la théorie critique... parce quelle doit se débarrasser de la classe oppressive». Rubin a répondu ainsi:

«Je déteste te le dire, mais je pense que cest la décapitation qui est la conclusion logique de la culture de lannulation.»

Protesters-set-up-guillotine-in-front-of-Jeff-Bezos-DC.jpg

Nous avons déjà vu une zone autonome appelée CHOP (acronyme signifiant aussi ‘couper’: allusion à la Révolution française), et une guillotine montée devant la maison de Jeff Bezos. Les gens semblent croire qu’une chose comme le «Grand Bond en avant» chinois ne pourrait pas se produire dans le monde occidental, mais c’est précisément cette croyance qui pourrait être notre perte.

Comment réagir?

Bradley Campbell a récemment écrit un article pour Quillette, disant:

«Quoi quils fassent, ceux qui ont des problèmes avec la nouvelle culture, ou avec certains de ses aspects, narriveront à rien par le rejet ou la moquerie. Dans la mesure où la culture de la justice sociale offre une nouvelle vision morale, ils devront proposer une autre vision .morale.»

En tant que chrétiens, nous devons être ceux qui offrent cette «autre vision morale», à savoir l’Évangile de Jésus-Christ. Nous ne pouvons pas incorporer la théorie critique dans l’Évangile. Le mélange de ces deux visions du monde n’aboutira qu’à une fracture de l’Église, à la perte de l’amour fraternel et à la perversion de l’Évangile. Malheureusement, de nombreux chrétiens ont déjà cru bon d’intégrer ces doctrines dans leur théologie. Le cheval de Troie du wokisme est déjà entré dans l’Église. Le temps nous dira comment l’Église réagira.

Encore une fois, tout cela ne veut pas dire que nous ne devons pas nous préoccuper des questions de justice ou des inégalités socio-économiques. Les vies des Noirs comptent [aussi]. Une application équitable des lois est importante. La pauvreté doit être combattues. Ces questions touchent profondément le cœur de Dieu, et nous devons chercher la solution de Dieu pour nous attaquer aux racines de ces problèmes. Mais Dieu a déjà donné ses définitions du péché et de la droiture, de la justice et de la rédemption. Ce sont ses interprétations à lui qui comptent, et son méta-récit est celui dans lequel nous vivons actuellement. C’est à l’Église de repérer les mensonges de l’ennemi, de dire la vérité dans l’amour et de chercher les solutions qui viennent du ciel. Il n’est peut-être pas trop tard.

Esaïe 5:20-21: Malheur à ceux qui appellent le mal bien et le bien mal, qui mettent les ténèbres pour la lumière et la lumière pour les ténèbres, qui mettent lamer pour le doux et le doux pour lamer. Malheur à ceux qui sont sages à leurs propres yeux et intelligents à leurs propres yeux.

Max Funk

Max Funk est né et a grandi à Abbotsford, en Colombie-Britannique, et a déménagé à Vancouver pour étudier l’art et le design à l’Université Emily Carr. Il pratique l’art, le design et l’écriture. Il est le directeur créatif de Converge et vit au Guatemala où il enseigne l’anglais.

Source: Wokeism – The New Religion Of The West – Converge Media
Traduction Albert Coroz pour Les Observateurs.ch

samedi, 24 avril 2021

Où mène la guerre mondiale contre les classiques?

0-19085.jpg

Où mène la guerre mondiale contre les classiques?

par Marcello Veneziani

Source : Marcello Veneziani & https://www.ariannaeditrice.it/

Comment expliquer la guerre faite aux "classiques" qui se répand aux États-Unis mais aussi de ce côté-ci de l’Atlantique, et qui trouve aujourd'hui réconfort et renforcement avec l'arrivée à la Maison Blanche des progressistes et antiracistes Joe Biden et Kamala Harris? C'est précisément "son université", celle d'où vient l'adjoint noir de Biden, l'université Howard à Washington, qui a ouvert la voie dans le travail de démolition et de purge des classiques, désormais chassés des curricula. Comme il s'agit d'une université symbolique pour les Afro-Américains, elle revêt une signification particulière. L'expulsion des classiques hors des universités, non seulement du "conquérant" Christophe Colomb mais aussi des grands poètes, penseurs et écrivains de la tradition antique, gréco-romaine et européenne, est désormais le symbole de la lutte des Noirs contre la "suprématie" des Blancs. La culture est considérée comme un signe de violence, d'esclavage et d'asservissement colonial que l'Occident aurait exercé sur les peuples indigènes du monde entier. Même les chefs-d'œuvre littéraires sont soumis à une censure posthume et sont jugés par les tribunaux et sur les places publiques, par les MeToo et les Antifa, et ne sont plus admis dans les milieux littéraires en raison de leur valeur. La signification humaniste est assujettie à la valeur humanitaire et soumise au Tribunal permanent pour les droits de l'homme violés.

Il est loin le temps où un président noir et éclairé, comme Léopold Senghor, poète et porte-drapeau de la "négritude", affichait son amour pour les classiques et la langue latine et exhortait les meilleurs étudiants de son pays, le Sénégal, et de toute l'Afrique noire à s'intégrer par la culture et l'assimilation des classiques et de la langue latine.

regular.jpg

Aujourd'hui, le problème n'est pas d'intégrer les Noirs, les Latinos et les Indiens dans la civilisation euro-occidentale, mais de désintégrer notre culture depuis ses racines et d'opposer la question des droits de l'homme à tout discours culturel, historique et spirituel. L'appel s'étend à tous les Occidentaux qui doivent se démarquer de leur passé, avoir honte de leurs origines et soutenir la bataille contre les classiques qui, à l'examen, étaient tous plus ou moins "racistes", "esclavagistes", "homophobes", "chauvins", etc. Finie la vie spirituelle, tout au plus chanterons-nous des spirituals.

Même les schémas de la pensée révolutionnaire sont bouleversés: les classes subordonnées, les prolétaires, ne doivent pas s'emparer des idées dominantes et de la culture hégémonique pour renverser les rapports de force et remplacer la direction de la société, mais ils doivent mépriser leur propre culture et en effacer les traces. Où allons-nous à partir d'une telle posture? Vers une forme de barbarisation planétaire et de repli narcissique sur l'aujourd'hui contre tous les hier et les toujours.

C'est précisément sur ce point que je voudrais me concentrer. Où mène cette bataille contre les classiques, contre la culture humaniste, contre les racines littéraires et artistiques, philosophiques et religieuses sur lesquelles se fonde la civilisation? Exactement là où le néocapitalisme mondial, plus cynique et plus grossier, nous mène: éliminer toute connaissance qui ne vise pas un but pratique et utilitaire, subordonner la beauté à l'utilité, établir la primauté absolue des conditions économiques sur celles qui sont manifestement considérées comme "culturelles". Vive l'ignorance des classes opprimées par rapport à la culture des dominateurs.

Même Pasolini, il y a un demi-siècle, dénonçait cette convergence entre le mouvement de rébellion, de protestation globale contre la tradition et la culture et le dessein nihiliste du nouveau capitalisme. Quand on enlève à une personne sa culture humaniste, son statut de croyant, son lien d'appartenance à ses racines et à sa tradition, que reste-t-il? Ce qui reste, c'est le consommateur mondial et ce qui reste, c'est le nombre, la quantité, la force et les relations de pouvoir. C'est cette aliénation gigantesque que nous vivons, dans laquelle les mouvements de libération et d'émancipation deviennent les bras armés d'une même barbarisation et déculturation de masse.

Columbus-statue-removed01.jpg

Un monde est en train d'exploser à cause de cette alliance sous-jacente, inconsciente au moins en partie, entre les mouvements civils avec leurs résultats incivils et le nouveau capitalisme mondial. Il me semble voir un monde dans lequel les marchandises viennent de Chine et sont apportées à votre porte par les grandes multinationales du web, après vous avoir séduit avec une série de publicités avec des garçons noirs et jaunes et l'éloge du monde global mais éco-durable. Fabrication chinoise, distribution américaine, publicité consumériste-écolo-progressiste, suppression de la chaîne d'approvisionnement locale et de toute trace d'artisanat, de commerce et de production locaux. Et tout cela se combine parfaitement avec l'annulation de tout ce qui rappelle nos racines culturelles, identitaires et littéraires. Attention, effacer Dante ou Chaucer n'est pas la même chose qu'effacer une marque industrielle ou artisanale, ce sont des niveaux différents: mais le processus est convergent et s'appelle la globalisation, le réductionnisme global. Ce qui est inquiétant, c'est non seulement la primauté absolue de l'économie, de la finance et de la technologie sur le monde, mais aussi le remplacement de la culture, de la politique, de la religion, de la tradition et des civilisations par cet univers global et fonctionnel. Les Chinois se chargent de la marchandise, les géants multinationaux se chargent de la faire connaître et de la livrer à nos portes, et le mouvement mondial de libération, dans ses diverses articulations : antiracisme, MeToo, Antifa, cancel culture, publicité, se charge de leur donner une justification "idéologique" et même une bonne conscience morale. Au lieu d'Homère, George Floyd.

C'est pourquoi je vous dis: attention, défendre Virgile, Dante ou Machiavel, ce n'est pas s'attarder à défendre l'érudition de quelques-uns, mais ne pas le faire, c'est scier les branches et l'arbre sur lequel nous sommes assis. Des nains qui martèlent aujourd’hui la tête des géants sur les épaules desquels nous avons jusqu'à présent marché.

18:20 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, cancel culture, marcello veneziani | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

samedi, 10 avril 2021

Aujourd'hui, Baudelaire serait la victime de la ‘’cancel culture‘’ et des ligues de vertu

eb5e25d280e3562a88971b7004be0124.jpg

Aujourd'hui, Baudelaire serait la victime de la ‘’cancel culture‘’ et des ligues de vertu

par Giulio Meotti

Source : Il Foglio & https://www.ariannaeditrice.it/

C'est l'époque où Peter Pan est interdit aux enfants par la bibliothèque publique de Toronto, où l'éditeur néerlandais Blossom Books retire Mahomet de l'Enfer de Dante et où l'on enregistre chaque jour une censure pour satisfaire les indignés professionnels. C'est le moment où Dan Franklin, qui a publié Ian McEwan et Salman Rushdie aux éditions Jonathan Cape, déclare: "Je ne publierais pas Lolita aujourd'hui. Avec MeToo et les médias sociaux, vous pouvez susciter l'indignation en un clin d'œil. Si on me proposait Lolita aujourd'hui, je ne le ferais jamais passer et un comité de trentenaires dirait: "Si vous publiez ce livre, nous allons tous démissionner". Presque normal alors de lire Michel Schneider, biographe de Charles Baudelaire, qui dans le Point déclare que son favori, l'auteur des Fleurs du mal, serait aujourd'hui fustigé et censuré.

41Mupr6g64L._SX337_BO1,204,203,200_.jpgRédacteur des lettres à la mère de Baudelaire ("Cette maladresse maternelle me fait t'aimer davantage") et auteur du livre Baudelaire. Les années profondes, Schneider écrit qu'’’en ces temps d'insignifiance où l'on ne croit plus ni à Dieu ni au Diable, ni au bien ni au mal, ces Fleurs du mal, ce livre d'une vie condamnée en justice, mélange impur de sublime et de satanique, se sont effacées." C'est le bicentenaire de la naissance de Baudelaire et l'édition, qu'il voulait "définitive" mais n'a pas réussi à faire publier, est rééditée. "Baudelaire a vomi le progressisme et l'égalitarisme triomphants de notre monde postmoderne, et il est difficile d'entendre son dégoût et sa haine (de lui-même avant tout) sans frémir devant une telle prescience".

Voici l'édition publiée par Calmann-Lévy en 1868 et jamais réimprimée depuis. Il comprend les poèmes rejetés par la censure. Un volume restauré par Pierre Brunel, professeur émérite à la Sorbonne. "'Les Fleurs du mal' serait censuré aujourd'hui", écrit Schneider. "Leur contenu ferait probablement l'objet de demandes d'interdiction et de campagnes vindicatives de la part des ligues de vertu du féminisme radical et de la ‘cancel culture’" Ce "Dante d'un âge déchu", comme Baudelaire est appelé par Barbey d'Aurevilly, a été envoyé devant les magistrats pour "offense à la morale chrétienne", tandis que le procureur Pinard (le même que dans le procès de Madame Bovary) s'exclame: "Croyons-nous que certaines fleurs au parfum étourdissant soient bonnes à respirer ?".

Aujourd'hui, écrit Michel Schneider, on lirait dans les vers de Baudelaire un hymne au harcèlement de rue et une justification de l'inceste. "J'ai toujours été surpris que les femmes soient autorisées à entrer dans les églises", écrit Baudelaire. Ça ne passerait jamais.

"Et pour ne pas offenser les "racisés", poursuit Schneider dans le Point, ces lignes devraient être réécrites dans des éditions destinées à un "public sensible": « Je pense au nègre, décharné et céphalique qui foule la boue et regarde, d'un œil ahuri, les cocotiers... ».

008666719.jpgEt même si nous ne trouvions pas dans les vers du poète un hymne à quelque méfait idéologique, Baudelaire serait fustigé pour sa haine mesquine de la démocratie: "Nous avons tous l'esprit républicain dans les veines, comme la variole dans les os. Nous sommes démocratisés et syphilisés". Un réactionnaire baudelairien, donc. "Oui, vive la révolution!" écrit-il encore. "Toujours ! Mais je ne suis pas dupe! Je dis: vive la Révolution! Comme je le dirais: vive la destruction ! Vive l'expiation ! Vive la punition ! Vive la mort !".

De plus, un ennemi haineux de la fraternité entre les peuples: "Il est difficile d'assigner une place au Belge dans l'échelle des êtres vivants. Cependant, nous pouvons dire qu'il doit être classé entre le singe et le mollusque. C'est un ver que nous avons oublié d'écraser. Il est complètement stupide, mais il est aussi résistant que les mollusques". Mais le plus grand péché de Baudelaire est de nous rappeler que croire au progrès, à l'amélioration de l'humanité, débarrassée de ses erreurs et de ses malheurs, est l'un des meilleurs moyens de faire tourner les guillotines.

 

dimanche, 14 février 2021

Cancel & Woke: Bras Armés du Fondamentalisme Féministe

cancel-culture-is-not-real.jpg

Cafe Noir N.10

Cancel & Woke: Bras Armés du Fondamentalisme Féministe

Café Noir – Un Autre Regard sur le Monde.
Émission du Vendredi 12 février 2021 avec Pierre Le Vigan & Gilbert Dawed.
 
Gina Carano (Cara Dune), The Mandalorian, Lucas Film, Walt Disney, Hollywood, Marlène Schiappa, Féminicide, etc.
 
Les livres de Pierre Le Vigan sur Amazon: https://tinyurl.com/27qypp3w
 
NB. Dans la vidéo c'est Camille Paglia féministe contre la Cancel culture