Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 25 novembre 2021

Sur la frontière polonaise

polish-belarusian-border.jpg

Sur la frontière polonaise

Enric Ravello Barber

Ex: https://www.enricravellobarber.eu/2021/11/en-la-frontera-de-polonia.html?fbclid=IwAR39lia6p607_12Dsb4u4zFbnbF2HSkBXDRj6nrXskXZBCtl-oNPJgMlWRw#.YZ0NOLrjKUk

La Pologne défend sa frontière, qui est celle de l'UE, contre une vague d'immigrants clandestins qui cherchent à la prendre d'assaut. Varsovie a déployé son armée pour empêcher l'assaut de milliers de réfugiés qui cherchent à s'installer sur notre continent. Nous soutenons pleinement le gouvernement et l'armée polonais qui doivent agir avec toute la force nécessaire pour arrêter et faire reculer cette invasion intolérable.

Il n'existe aucune considération "humanitaire" pouvant servir de prétexte pour s'opposer à une action polonaise énergique. Si les migrants ont froid et sont dans le besoin, la solution consiste à ouvrir des ponts aériens identiques à ceux qui les ont amenés à la frontière polonaise, mais dans la direction opposée pour les ramener chez eux.

Cela dit, énonçons quelques commentaires sur le contexte de la situation.

L'ombre de Washington dans la crise

Après les attentats du 11 septembre, les "néo-cons" ont imposé leur stratégie à l'administration américaine. Dans leur messianisme irrationnel, ils font déclarer aux USA une "guerre générale contre le Mal", un "Mal" dont ils se donnent le droit de déterminer les pays qui le composent.

Dans cette dynamique délirante, les USA ont envahi l'Irak - un pays laïc et islamiste - en 2003. Les États-Unis ont promis aux Kurdes, soumis à l'Irak, un État à eux s'ils soutenaient leur invasion.  Il convient de rappeler que la Pologne, alors gouvernée par l'Alliance de la gauche démocratique, a soutenu l'invasion américaine en Irak.

Les États-Unis n'ont pas tenu leur promesse aux Kurdes et lorsqu'ils ont retiré leurs troupes d'Irak, ils ont laissé leurs anciens collaborateurs sans protection, comme ils l'ont fait récemment en Afghanistan. La grande majorité des réfugiés qui tentent de prendre d'assaut la frontière polonaise sont précisément des Kurdes.

Depuis son retour dans la politique internationale, c'est-à-dire depuis la chute du rideau de fer, la Pologne définit sa position géopolitique comme une alliance claire avec les États-Unis. Elle a été le premier pays à déployer le bouclier de défense antimissile contre la Russie. Plus récemment, Varsovie a soutenu la "révolution orange" et la tentative de renversement de Loukachenko, derrière laquelle se cachait la diplomatie américaine. Les "révolutions de couleur", orchestrées par les services de renseignement américains et souvent financées par Soros, ont eu pour principal objectif de supprimer le contrôle de Moscou sur l'espace ex-soviétique que la Russie contrôlait encore : les exemples de la Géorgie et de l'Ukraine sont clairs. La tentative suivante a été de détacher le Belarus, mais cette fois, elle a échoué.

Les réactions de Lukashenko et du Kremlin

La Turquie, elle, est toujours prête à créer de l'instabilité dans l'UE et plus particulièrement en Allemagne, qui est la destination finale de tous ces réfugiés. Elle a affrété des vols, principalement de Kurdes, à 1500 euros le billet et le visa de sortie - pas vraiment pour les pauvres. Les visas pour le Belarus ont été généreusement délivrés par ses ambassades. La complicité de Minsk dans la crise est incontestable. La vengeance de Loukachenko contre la Pologne, et éventuellement contre la Lituanie et la Lettonie, pays avec lesquels le Belarus a également une frontière et un désir de vengeance, est stratégiquement maladroite.  Minsk a annoncé qu'en réponse aux sanctions économiques européennes sévères pour les violations des droits de l'homme au Belarus, c'est-à-dire pour se venger de l'échec de la "révolution colorée", elle inonderait les pays de l'UE de "drogues et de migrants". Une réaction absurde et répréhensible, typique d'un autocrate nostalgique de l'Union soviétique.

imapolgfge.jpg

"L'Occident avec ses guerres injustifiées est responsable du flux de réfugiés", a déclaré Vladimir Poutine en référence à la situation actuelle. Le président russe a raison. Toutefois, la poursuite de l'inacceptable position de Minsk consistant à faire chanter l'Europe avec des vagues de réfugiés illégaux éloigne Poutine de son rôle de grand homme d'État, suscite la méfiance de l'Europe occidentale à l'égard de sa vision continentale et, bien sûr, entrave son projet d'"Europe unie de Lisbonne à Vladivostok", qu'il a récemment qualifié de principal objectif géopolitique. En somme, cette tension Pologne/UE-Belarus/Russie est une victoire politique et de propagande pour les positions atlantistes en Europe de l'Est et dans l'espace Intermarium. C'est l'espace clé où se joue la guerre géopolitique la plus importante pour l'avenir de l'Europe.

Privé d'influence en Géorgie et "de facto" confronté à une Ukraine alliée de l'OTAN, Moscou ne peut se permettre de perdre le Belarus, le dernier État européen ex-soviétique dans son orbite. Le Belarus est un État tampon typique utilisé par une grande puissance (la Russie) pour amortir les conflits et disposer d'une ligne de front à partir de laquelle il peut agir - diplomatiquement et militairement - sans impliquer son propre territoire. Dans ce cas, c'est une arme à double tranchant, car le Belarus est le dernier État tampon du Kremlin en Europe, un Kremlin qui est dès lors obligé de suivre et de soutenir toute aventure - aussi risquée et absurde soit-elle - à Minsk.

L'escalade de la tension, le déploiement de l'armée polonaise à la frontière, avec la même réponse des forces biélorusses, a incité la Russie à envoyer des parachutistes d'élite et des hélicoptères à armement nucléaire pour soutenir Minsk. Ce n'est pas du tout une bonne nouvelle pour les Européens dans leur ensemble.

Il est nécessaire de surveiller l'évolution de la situation et de voir qui prend la tête de la solution et s'avère être un politicien doté d'une vision continentale. Poutine a fait un premier pas dans cette direction en proposant une rencontre entre les gouvernements allemand et biélorusse.

L'hypocrisie impuissante de l'UE

Face à la Pologne l'Europe a une attitude ambigüe:e la menace de son expulsion à l'éloge de son travail en tant que garant de la défense de l'UE, en passant par l'acceptation de financer un mur anti-immigration sur son territoire. C'est dire à quel point les dirigeants européens sont versatiles et hypocrites.  La Pologne est aujourd'hui un cas d'espèce. Pourtant, Salvini, qui a été le premier à mettre en garde et à agir de manière cohérente sur le danger de la migration, a été attaqué politiquement et est toujours poursuivi en justice.

Après avoir attaqué Trump pour avoir érigé un mur contre l'immigration - qu'Obama, objet de tous les éloges, avait commencé - les ridicules dirigeants européens ont ensuite proposé de construire eux-mêmes un mur identique.  L'UE est décadente, inutile, sacrifiable, craintive et incapable d'agir dans le monde du 21ème siècle et l'absence de tout leadership en Europe occidentale est une nouvelle fois démontrée.

Dans certains milieux, on peut lire des déclarations telles que "laissons l'UE se montrer sévère envers le Belarus". La réponse doit être claire : l'UE n'a pas la main forte, pas de capacité gazière ou nucléaire pour répondre à la Russie. Nous avons toujours prôné une synergie entre l'Europe et la Russie pour créer un tel bloc de Lisbonne à Vladivostok. Cette crise démontre plus que jamais sa nécessité.

Conceptuellement, ce n'est qu'en assumant une logique de civilisation européenne, Polonais et Biélorusses, que les peuples européens pourront assurer leur avenir et empêcher toute forme de manipulation qui nous fracture et nous affaiblit.

mercredi, 24 novembre 2021

Savoir, c'est pouvoir : l'intelligence dans la géopolitique contemporaine

Globus_Notebook.jpg

Savoir, c'est pouvoir: l'intelligence dans la géopolitique contemporaine

Par Mirko Mussetti
Ex: http://osservatorioglobalizzazione.it/osservatorio/sapere-e-potere-lintelligence-nella-geopolitica-contemporanea/

L'intelligence est aujourd'hui le cœur profond de la puissance, l'élaboration centrale des grandes stratégies des nations, un facteur conditionnant de la géopolitique des acteurs dominant la scène mondiale. Nous avons le plaisir de vous présenter un extrait du dernier essai de Mirko Mussetti, analyste estimé de la revue Limes que nous avons eu le plaisir d'accueillir dans nos colonnes à plusieurs reprises, La rosa geopolitica (La rose géopolitique), publié par Paesi Edizioni dans la série "Machiavelli" avec une préface de Lucio Caracciolo, consacré précisément au poids stratégique du renseignement aujourd'hui.

rosa_geopolitica_book.jpg

Mirko-Mussetti-Festival-politica-internazionale-ilCosmopolitico-2021.jpg

Le terme anglo-saxon moderne intelligence est généralement employé pour décrire le complexe d'activités consistant en la collecte et l'analyse de données finalisées à l'élaboration d'informations utiles au processus de décision politico-militaire. Les opérations de renseignement sont donc intrinsèquement liées à la sécurité nationale et nécessaires à la prévention de toute action économique, stratégique ou culturelle ayant des effets déstabilisants sur le système du pays.

Plus généralement, ce terme désigne le système capillaire dans lequel s'articulent les activités d'espionnage et de contre-espionnage. D'autre part, le mot intelligence trouve son origine dans la locution latine intŭs legere, c'est-à-dire "lire à l'intérieur". Mais tout aussi probablement, il dérive de inter legere, c'est-à-dire "lire entre les lignes" ou "choisir entre". La capacité de comprendre et de distinguer, et de comprendre facilement, ce qui se cache dans les choses et les circonstances est donc fondamentale pour toute action politique sensée.

La capacité de lire et de conditionner les événements constitue le cœur de la "rose géopolitique". Le succès des activités de renseignement ne dépend pas tant de l'efficacité avec laquelle les informations sont recueillies que de l'efficacité avec laquelle elles sont mises en relation. Ce n'est pas tant la quantité de connaissances recueillies qui compte, mais la façon dont elles sont alignées ou, mieux encore, la façon dont elles sont traitées pour déclencher le changement. Le philosophe grec Plutarque (1er siècle après J.-C.) disait que "l'esprit n'est pas un récipient à remplir, mais un feu à allumer".

51g4Gpou3DL.jpg

Avec une expression pleine d'esprit, l'écrivain français du 19ème siècle Victor Hugo a organisé les expériences cognitives de manière hiérarchique, en affirmant que "l'intelligence est la femme, l'imagination est la maîtresse, la mémoire est la servante".

Mais si l'une de ces trois figures fait défaut, la vie sociale devient insipide et la famille (l'État) risque de sombrer dans le chaos, le ressentiment et le regret. De même, en l'absence d'une gestion économique rationnelle, d'une stratégie visionnaire et "globale", et d'une culture ordonnée, diligente et soumise, l'orientation géopolitique d'une nation est vouée à une fatigue prolongée.

41IKUUsU6NL.jpg

Savoir lire, en même temps, entre les trois ambiances opérationnelles de la géopolitique - géo-économie, géo-stratégie, géo-culture - est crucial pour imprimer une politique étrangère nationale aussi saine et holistique que possible. La connaissance est le pouvoir. L'intelligence constitue le noyau de la puissance dynamique d'une nation, disposant des instruments appropriés pour accroître son efficacité, gonfler son hard power et revigorer son esprit. En apparence, la géopolitique concerne les liens entre la géographie et les nations. Mais au fond, elle est liée aux besoins (im)prévisibles et intimes des États. Contrairement à l'action d'une masse d'atomes, qui est statistiquement prévisible, en physique, l'action d'un seul atome ne peut être prédite. Le comportement des nations est assez similaire: les gouvernements, ou plutôt les "États profonds", dissimulent des intentions et des projets d'irradiation géopolitique. La connaissance est un pouvoir en soi. Elle peut être utilisée par les services de renseignement de manière directe - par le biais de la communication - afin de façonner la réalité et d'accroître les avantages concurrentiels de la nation. Les dispositifs employés dans les relations internationales peuvent être économico-financiers (ôikos), militaro-diplomatiques (stratòs) ou, précisément, communicatifs-propagandistes (cultŭs).

À propos de l'auteur / Mirko Mussetti

Mirko Mussetti est un analyste en géopolitique et en géostratégie. Avant La Rosa geopolitica, il a publié Áxeinos ! Geopolitica del Mar Nero (2018) et Némein. L'arte della guerra economica (2019), tous deux publiés par GoWare.

Un nouveau projet impérial pour la Russie

5f80474a85600a175320b59d.jpg

Un nouveau projet impérial pour la Russie

Valery Korovin

Source: https://www.geopolitica.ru/article/novyy-imperskiy-proekt-dlya-rossii

En réfléchissant au nouvel ordre social russe, il est impossible de ne pas se référer, d'une manière ou d'une autre, à son essence impériale. La Russie était un empire et, à bien des égards, elle l'est toujours, même si c'est de manière inerte, fragmentaire, en déclin, mais ce qui est vraiment difficile à imaginer, c'est comment la Russie peut ne pas être un empire. Et alors, y aurait-il une Russie sans empire ? Et si elle est un empire - quel genre d'empire est-elle ? Quelle serait son Idée motrice, ses contours idéologiques fondamentaux, ses paramètres politiques, économiques et culturels ? Comment l'Empire s'inscrit-il dans les défis du monde moderne, par exemple celui de l'intelligence artificielle, de l'imprimante 3D, du revenu universel ou des "camps de concentration numériques" en constante augmentation ? Conscients de la distance qui nous sépare d'une transformation radicale de l'État actuel, essayons de penser l'Empire tel qu'il devrait être, en comparant cette idée impériale à l'image idéale de la Russie.

Explications nécessaires

Dès le début de cette tentative créative de concevoir un empire, il est nécessaire d'émettre quelques réserves pour répondre aux objections les plus courantes à ce sujet ainsi que pour exposer les paramètres techniques de ce texte.

L'auteur de ces lignes a consacré à l'Empire de nombreux articles, des dizaines de discours, d'essais, de textes journalistiques et même plusieurs livres, mais la somme de ceux-ci n'est qu'une petite tache sur la grande fresque des recherches et des textes sur l'impérialité. Il convient donc de noter que le texte proposé, étant donné l'espace limité, ne prétend pas être scientifiquement fondé et complet, mais n'est qu'une généralisation de niveau journalistique proposée par l'auteur. D'où l'absence de références et de notes de bas de page, lesquelles auraient été nécessaires à un essai de nature scientifique. Telles sont donc nos premières remarques.

Deuxièmes batteries de remarques: le sujet est si vaste et si englobant que seuls ses principaux contours peuvent être présentés dans l'espace réduit qui nous est offert, et le texte peut donc être considéré comme une table des matières détaillée ou comme un bref synopsis d'une étude plus vaste, conçue pour s'étoffer ultérieurement.

Troisième série de remarques: le terme "empire" lui-même est tellement chargé de contexte historique que toute mention de celui-ci évoque immédiatement une masse d'associations, de références, d'analogies historiques, dans lequel s'engouffre toute déclaration constructive. C'est pourquoi, dès le départ, nous devons préciser que, conformément aux préceptes de Carl Schmitt, nous utiliserons le concept d'"empire" comme un terme technique, c'est-à-dire complètement débarrassé du contexte historique et de toutes les associations qui se sont développées au cours de l'histoire de l'humanité.

Partant de tout cela, en parlant de l'empire, nous n'aurons à l'esprit ni le retour au passé, ni la reconstruction des empires historiques, ni la restauration des dynasties monarchiques et des maisons impériales, dont les partisans des empires du passé aiment tant parler. Il s'agit ici de créer une nouvelle image de l'empire en Russie, tournée vers l'avenir, créative et non encombrée d'images historiques d'époques révolues.

Revenir en arrière

Lorsque nous commençons à parler d'empire, nous comprenons inévitablement que nous parlons d'une certaine forme d'État. Mais la conscience de l'homme moderne est tellement dominée par le type d'État dominant - l'État-nation, avec une forme républicaine de gouvernement, que souvent - comme nous le rencontrons régulièrement - l'empire n'est perçu que comme un État-nation, mais sur une plus grande échelle. Qui plus est, une telle perception de l'empire est une caractéristique du discours non seulement des profanes, mais aussi de politologues et même d'hommes politiques, en particulier les dirigeants de certains États, tant à l'Ouest qu'à l'Est.

1136_gettyimages-464420433.jpg

Les États-Unis d'Amérique se considèrent comme un empire (bien qu'en réseau, extraterritorial, postmoderne) et étendent leur influence sur le reste du monde. Un nouvel empire ottoman est le rêve du dirigeant turc Recep Tayyip Erdogan, qui pense pouvoir le construire en absorbant certains fragments territoriaux - qu'il s'agisse de fragments de la Syrie au sud ou de l'ensemble de l'État d'Azerbaïdjan au nord - dans un plus vaste État-nation turc (ndt, doté enfin de ressources énergétiques suffisantes). Tout cela ne fait que révéler l'incompréhension de l'essence même de l'empire qui s'est emparée de l'humanité moderne.

En réalité, un empire n'est pas un État-nation ou une Nation qui s'est donné un Etat, mais son antipode complet. Pour la définition de l'empire, l'auteur de ces lignes (sans toutefois s'en réclamer) propose la notion d'État-empire afin de souligner la différence qui existe avec l'État-nation. En fait, sur la négation des principaux paramètres de l'État-nation, il n'est pas difficile de décrire les paramètres de l'État-empire, en trouvant simplement pour chacun d'eux son antipode (bien que, bien sûr, il serait plus exact de dire le contraire - l'État-nation est l'antipode de l'État-empire, et non vice-versa).

Abandonner l'État-nation

Si nous prenons au hasard les principaux paramètres d'un État-nation, nous recevons déjà, en y opposant des paramètres correspondants relevant de l'empire, les principaux contours d'un État-empire.

Tout d'abord, les frontières administratives strictes sont une caractéristique de tout État-nation. Cela commence par les frontières. Les frontières des États-nations sont les contours immuables de la souveraineté nationale. Tout déplacement de la frontière est une cause de guerre, de conflit, ou d'affront national, de ressentiment, qui peut durer des années, des décennies, des siècles, alimentant la soif de vengeance nationale.

Pour un empire-état, les frontières administratives n'ont pas tellement d'importance. La frontière d'un empire n'est pas une ligne mais une bande, dont l'espace peut comprendre de vastes territoires et peut inclure des États entiers. Si les peuples ou les États vivant aux frontières de l'empire sont amis, quelle importance a le tracé de la ligne de démarcation ? S'ils se trouvent dans la sphère d'influence culturelle de l'empire, alors les frontières de son influence s'étendent jusqu'à l'endroit où cette influence culturelle s'arrête, passant à des relations simplement amicales, de partenariat ou d'alliance, et ainsi de suite.  Où se situent les limites des relations alliées ou amicales - est-ce vraiment important ?

C'est une autre affaire que d'avoir des nations ou des États hostiles à proximité. Ce n'est pas agréable, mais l'endroit où est tracée la frontière importe-t-il tant si l'empire est soumis à l'influence culturelle d'États hostiles, si des réseaux ennemis s'y déploient, diffusant les valeurs idéologiques, philosophiques et culturelles propres à ces États hostiles, à d'autres peuples ou civilisations ? Qu'en est-il du fait que la frontière occidentale de la Russie d'aujourd'hui est scellée, si nous sommes dans une situation d'occupation culturelle par l'Occident ? Dans ces conditions, il y aura toujours quelqu'un qui ouvrira les portes de l'intérieur, quelle que soit la puissance de nos armes contre un ennemi occidental potentiel, et que vaudra la forteresse de nos frontières ?

59b2d37685600a23617d89fe.jpg

Ainsi, les frontières administratives, immuables pour un État-nation, pour un État-empire réalisant son expansion par l'avancement de ses codes culturels et civilisationnels, ne sont pas si importantes. Ils peuvent l'être, mais leur glissement d'un côté à l'autre, leur flou ou leur conventionnalité ne sont pas une raison d'offense nationale, et encore moins une raison de guerre, compte tenu du fait que l'empire vit et s'étend. Ou, au moins, palpite. 

Le second critère est l'individu (citoyen) en tant que catégorie sociale de base niant toute subjectivité collective - ethnos, peuple. Ainsi, les étapes de la construction d'une nation comprennent l'atomisation, l'individualisation et l'absolutisation de l'individu en tant qu'entité indépendante, séparée de toute communauté collective, puis la généralisation politique mécanique de cet éparpillement de citoyens atomisés en une nouvelle communauté artificielle. Pour mettre cela en contexte, on pourrait comparer la nation à un construction en Lego: il y a beaucoup de petites pièces qui peuvent être utilisées pour construire quelque chose d'entier, voire de monumental. Mais combien il est difficile d'intégrer à cette construction un élément solide, encore plus grand...

La négation de ce second critère révèle le sujet principal de l'empire - la communauté collective (non atomisée) organique (non artificielle) - ethnos, nation, autonomie ou communauté. Si le citoyen est déjà une unité politique, la communauté organique de l'empire n'est pas politique mais, par exemple, culturelle ou religieuse. L'empire n'est donc pas constitué de citoyens atomisés, créés artificiellement (sur la base de quoi ? Nous y reviendrons plus loin), mais de grandes entités - groupes ethniques, peuples, autonomies et communautés, dans toute leur diversité, constituant leur unité stratégique.

Le troisième critère de l'État-nation (parmi les principaux, et il y en a aussi beaucoup de mineurs) est le contrat social. C'est sur sa base que l'unité de la multitude des citoyens atomisés devrait se produire (cependant, comme l'histoire le montre, elle peut ne pas se produire, et même le plus souvent elle ne se produit pas). Le contrat politique, généralement une constitution, est en fait le document de base qui établit politiquement l'État-nation, définissant les paramètres fondamentaux de son aspiration générale vers un objectif politique unique, élaboré sur la base d'un accord civil et de valeurs conventionnelles. C'est ainsi qu'il est conçu.

Mais dans l'histoire réelle, les choses ont tendance à ne pas aller aussi facilement, et plus l'individu gagne et expérimente les libertés, moins l'aspiration commune, la concorde civile et les valeurs conventionnelles seront importantes. De même, l'unité de l'objectif politique est fortement remise en question. D'où le rugissement du Léviathan de l'État-nation : les dissidents - "jusqu'au clou", sous le rouleau de la machine répressive étatique, et ensuite - jusqu'à la consommation. Peu de choses ont changé depuis la révolution française, le triomphe de l'établissement de l'état-nation sur les ruines de la monarchie et de l'empire.

L'établissement de l'État par l'intervention du bas est l'image même de la création d'un État-nation, car cet établissement repose sur la négation de la monarchie, telle que bouleversée par la révolution française. Mais si nous remettons tout sur pied, nous aurons le principe impérial de formation d'un État-empire - de haut en bas, établi par les élites, les états (Stände) ou les castes supérieures. À la tête d'un tel État, dans des circonstances différentes, il peut y avoir un clergé ou des philosophes - et nous obtenons alors les rudiments de l'État idéal de Platon, mais il est établi (ce qui est aussi plus souvent le cas dans l'histoire) par le second état - les kshatriyas, la noblesse militaire, qui personnifie l'action. C'est la meilleure, l'aristocratie qui définit les principaux paramètres de l'État impérial sans exiger un accord absolu avec eux de la part des sujets de l'empire - peuples, ethnies, autonomies, communautés, parce qu'ils sont, comme on l'a vu plus haut, des sujets non pas politiques, mais sacrés, religieux ou culturels. Cependant, le rôle des personnes dans l'empire doit être abordé séparément.

coat-of-arms-of-the-russian-empire-1530851_960_720.jpg

Toutefois, ce qui précède peut plutôt être considéré comme des paramètres techniques. La principale différence entre l'État-empire et l'État-nation est définie par la formule de "l'unité stratégique de la diversité" qui remplace l'unification de l'État-nation.

Unité stratégique de la diversité

Les paramètres susmentionnés de la formation de l'État différencient de manière cardinale les approches de la formation de l'État-nation, l'État de l'ère moderne, l'époque du matérialisme, du progressisme et du positivisme, et son antipode, l'État-empire, un État traditionnel fondé sur les catégories de l'Éternité et non du temps, de l'Esprit et non de la matière, du traditionnel et non du profane, de l'organique et non de l'artificiel, du communautaire et non du privé.

Il semblerait que le choix soit évident. Et pourtant, une question hante même ceux qui acceptent déjà, ou sont prêts à accepter, le principe impérial de l'État - la question de la garantie de l'unité. Après tout, l'approche de l'unification semble si tentante - disperser, fragmenter, mélanger et recompresser tout en un seul monolithe. Mais ce n'est pas si simple.

Les partisans de l'unification nationale, en règle générale, citent l'argument suivant comme principal : la diversité est un conflit, tandis que l'unification élimine ce conflit. À première vue, cela semble logique, mais seulement à première vue. Cette logique mécanique ne fonctionne que pour les mécanismes. Lorsqu'il s'agit d'un être humain, sa principale caractéristique, l'identité, entre en jeu, ce qui remet en question tous les modèles d'unification.

Il est bon, bien sûr, de proposer à tous de devenir les mêmes, d'accepter une identité commune, unifiée, universelle, jusqu'à ce qu'une question se pose : quelle identité ? Et elle ne se présente pas devant vous, mais devant tout le monde. Et c'est là que commence la résistance, car à côté de l'identité collective - Id (racine latine signifiant "le même que ça") - il y a aussi une identité individuelle développée à l'époque de la Modernité et de l'absolutisation de l'individu.

Et si l'individu atomisé peut encore être entraîné dans la matrice socio-politique générale, mécanique, universelle, par la machine nationale-étatique, ce Léviathan de Hobbes, alors, avec les peuples et les ethnies (sans parler des civilisations) - porteurs d'une identité collective représentant des communautés organiques - tout est beaucoup plus compliqué. Et à proprement parler, ce n'est pas le cas. Les identités collectives ne sont pas enfermées dans les étals des États-nations, quoi qu'il arrive. D'où les nombreux conflits locaux, les dissensions, les guerres régionales, la résistance insurrectionnelle, le séparatisme ou l'autodétermination - quel que soit le nom qu'on lui donne.

unnarrwmed.jpg

La modernité s'est bloquée au niveau de l'identité collective et s'est arrêtée. Les États-nations de la Modernité sont embourbés dans des conflits internes fondés sur l'idée de défendre, maintenir et développer leur identité par tous les nombreux rebelles et séparatistes. Même dans les conditions de laboratoire idéales des États-Unis, la nation politique, dans ses paramètres de référence, n'est même pas près de se former - enclaves, ghettos, quartiers chinois, réserves, un tiers de la population hispanique, stratification sociale, culturelle, raciale, menaçant à tout moment de se transformer en une guerre civile à grande échelle. Il n'y a pas de véritable "melting pot" dans lequel une nation politique américaine unifiée, homogène et cohésive devait être élaborée. L'expérience, qui a duré deux siècles et demi, a échoué. Et c'est là que toutes les conditions de sa mise en œuvre réussie ont été créées dès le début - aux États-Unis. Que dire de l'Europe, avec ses peuples distinctifs. Qu'en est-il du reste du monde, dont la plupart n'ont que des noms, des drapeaux, des hymnes et des armoiries comme attributs d'un État-nation, au mieux des formes nominales d'imitation de gouvernement républicain et rien d'autre.

L'expérience de création d'un État-nation à l'échelle de l'humanité a complètement échoué, bien qu'extérieurement elle soit triomphante - le monde entier est divisé en États-nations, découpés en tranches irrégulières et tordues, et il n'existe aucune autre forme d'État. Légalement, il n'y en a pas. Mais en fait, il n'y a qu'eux. Ce sont les États-nations dans leur format de référence qui n'existent pas. Qui ? La France, avec ses quartiers arabes où aucun policier ne met les pieds ? L'Allemagne, mentalement divisée entre l'Est et l'Ouest, avec des Arabes et des Turcs qui violent des Allemandes tolérantes sans l'intervention des autorités ? Il n'y a aucune mention des États-Unis. Mais les conflits intra-nationaux, en fait des guerres d'identité, abondent. Ne vaut-il pas mieux cesser d'avancer dans la mauvaise direction, désespérément coincé au début de la route depuis près de trois siècles ?

L'Empire a sa propre réponse à ce défi - l'unité stratégique de la diversité. Cela implique deux niveaux de gouvernance - stratégique et culturel. Au niveau stratégique, les élites impériales établissent une structure verticale rigide qui assure la centralisation, l'intégrité et la sécurité de l'empire, y compris les espaces qui font partie de la zone d'influence culturelle et civilisationnelle de l'empire. Mais les élites impériales ne sont responsables que des domaines traitant de la capacité de défense, de la sécurité, de l'intégrité territoriale, des questions macroéconomiques, des infrastructures et de la politique d'information impériale - en d'autres termes, des domaines stratégiques.

Tout le reste est relégué au niveau culturel et quotidien, où les peuples, les groupes ethniques, les autonomies culturelles et les communautés déterminent eux-mêmes les paramètres de leur existence, en mettant en œuvre les formes quotidiennes, économiques et même juridiques de leur existence, de manière pluraliste, dans toute leur diversité. Il est important de souligner ici que, sans même une allusion aux attributs politiques et à l'autodétermination politique, la politique, la question du pouvoir et l'organisation politique sont entièrement du ressort des élites impériales. Qui, à leur tour, n'interfèrent pas dans la vie quotidienne, le mode de vie, la réglementation des caractéristiques culturelles et religieuses de toute la diversité des groupes ethniques, des peuples, des autonomies et des communautés de l'empire. L'ingérence n'est autorisée que lorsqu'il y a des menaces pour la sécurité, l'intégrité, l'infrastructure impériale ou des conflits majeurs entre les sujets de l'empire - ethnies, peuples ou communautés - pour les diviser.

unnapreglmed.jpg

Ainsi, la diversité culturelle, ethnique, religieuse, linguistique et même juridique des formes au sein de l'empire est normative. Contrairement à l'État-nation, qui s'immisce dans tout, jusque dans les moindres détails, qui réglemente et régit toutes les questions, jusqu'à l'intérieur, où tout est basé sur l'unification et les approches universelles et identiques pour tous, ce qui provoque un nombre infini de conflits.

L'empire est une unité stratégique de la diversité, et c'est la clé de son intégrité, de sa stabilité et de sa durabilité.

Au niveau géopolitique, l'Empire est soit une partie d'un bloc civilisationnel, soit le centre, comme, par exemple, l'Empire eurasien russe, la Russie-Eurasie, qui est le centre du pôle civilisationnel eurasien du monde multipolaire à venir.

Les bâtisseurs d'empire

Et pourtant, la principale catégorie, le principal sujet de l'empire est le peuple. Mais pas dans son acception vulgaire de tous les jours - comme l'ensemble des citoyens d'un État, ou comme un groupe de personnes rassemblées sous un seul critère - traduction inexacte de la notion de "peuple", de "gens" - une simple masse quantitative hétérogène - mais dans un sens strictement scientifique, ethnosociologique. Une nation, du point de vue de l'ethnosociologie, n'est ni un ethnos, ni une nation, comme des "spécialistes" pas trop éduqués le disent parfois négligemment. Une nation est une communauté organique, qualitative, identique à la notion grecque de laos - c'est-à-dire un groupe social supra-ethnique, comprenant plus d'un, plusieurs groupes ethniques, mais conservant un ethos organique commun.

La principale caractéristique qui distingue un peuple d'une ethnie est le fait qu'un peuple acquiert un but historique, qui unit les ethnies déconnectées, qui s'éloignent ainsi déjà de leur monotonie domestique et de leur cyclicité inhérente, créant une sorte de modèle universel plus complexe d'auto-organisation, avec une hiérarchie, une stratification, une division en élites et en masses. En s'unissant en un peuple, les groupes ethniques entrent ainsi dans l'histoire, se fondant dans la structure organique générale du peuple.

C'est la nation qui crée l'État, et l'État est un empire. Non pas l'État-nation, car sa population est une masse atomisée, fragmentée et artificiellement réassemblée, politiquement politisée, de citadins, de bourgeois et de bourgeoises, mais l'État-empire. Un grand peuple crée un grand empire, qui peut unir d'autres peuples, plus petits, qui le cofondent et le construisent avec le grand peuple. C'est une grande nation qui forme cet empire, prenant sur elle toute la charge de la responsabilité de tous ses membres.

Une nation naît de la diversité ethnique, elle prend un nom commun. Une nation est un stade de développement de la société qui est plus compliqué dans sa structure sociale et qui suit l'ethnos. Il ne s'agit pas ici d'une origine commune, puisque plusieurs groupes ethniques ou même l'ensemble des groupes ethniques sont réunis dans une nation.

Les langues des groupes ethniques qui fusionnent en une nation fusionnent en une langue commune construite sur la base d'une seule langue dominante. La sacralité transmise par un prêtre ou un chaman est remplacée par une religion, le plus souvent monothéiste, qui se substitue à toutes les croyances et à tous les cultes qui existaient dans les ethnies d'origine, mais permet de les préserver ; la culture devient alors la matrice commune de l'assemblée du peuple.

Pour l'empire russe - passé ou futur, une nation aussi importante et formatrice d'empire est le peuple russe - en tant que communauté collective organique supra-ethnique - un rassemblement des groupes ethniques majoritairement slaves orientaux, finno-ougriens et turcs en une seule entité sociale, supra-ethnique, qui a pris un nom commun, et avec lui est entrée dans l'histoire, a créé une langue commune basée sur un certain nombre de dialectes et d'accents, et a formé un État-empire continental avec un environnement culturel commun.

Après avoir exposé les principaux paramètres de l'État Empire, et la manière dont il se distingue de l'État-nation, abordons maintenant les questions privées et techniques de l'ordre impérial à venir, à savoir les questions de sécurité, l'économie et la technologie.

Une économie multi-économique + une modernisation sans occidentalisation. Une image de l'avenir

Suivant le principe impérial de l'unité stratégique de la diversité, et le pluralisme normatif qui en découle, le système économique de l'empire-état à venir, qui est généralement décrit en termes d'"économie multiforme", doit également être conçu. 

En termes de base, une économie multi-structurelle est comprise comme une combinaison de tous les types possibles de propriété des moyens de production. Il s'agit tout d'abord de la propriété publique de grandes installations de production et de matières premières. Les paramètres macroéconomiques, le niveau du PIB en général et la sécurité stratégique de l'économie en dépendent.

Le niveau suivant est la propriété collective des entreprises de taille moyenne, des petites usines et des fabriques, dont la production ne dépend pas de manière critique de l'économie de l'État dans son ensemble. Elles peuvent être détenues soit par la main-d'œuvre, soit par des investisseurs privés individuels, soit par d'anciens employés, soit en copropriété avec l'État. Il peut également s'agir d'installations de services, de cafés, de restaurants, d'ateliers, d'artisans, de coopératives, d'ateliers et d'autres moyens de production non essentiels à l'économie.

612d32b785600a3bf30de182.jpg

La propriété privée des moyens de production n'est pas non plus exclue - petits ateliers, cafés, salons de coiffure, production locale, presque tout le secteur des services, tout ce qui est attrayant par sa diversité, sa créativité, sa richesse, inhérente à l'initiative privée.

Il en va de même pour l'agriculture - la production stratégique de denrées alimentaires de base - céréales, viande, lait, légumes - dans la propriété obligatoire de l'État, dans la mesure où elle ferme la sphère de la sécurité alimentaire. Tout le reste - en propriété collective et privée, avec la volonté de l'État d'acheter les produits agricoles des fermes collectives et privées, ce qui devrait en même temps encourager la relocalisation dans l'environnement agraire, car c'est seulement dans l'environnement agraire qu'il y a une croissance de la population ; dans l'environnement urbain - seulement un déclin.

Dans le domaine de la haute technologie, l'approche impériale s'exprime par la formule "modernisation sans occidentalisation", qui inclut un développement presque illimité de la haute technologie, mais uniquement dans son aspect utilitaire, appliqué, sans absolutisation ni "déification" exaltée.

Le développement, dans ce sens, doit être limité strictement à la sphère matérielle et technique, et ne doit pas être accompagné du soi-disant "développement social", qui est un processus inévitable et inhérent accompagnant le PNT en Occident. De plus, l'Occident place le transfert des hautes technologies en dépendance directe du degré de "développement" social, c'est-à-dire de la dégradation de la société. La technologie est étroitement liée à des manifestations sociales telles que les gay-parades, le soutien aux LGBT, le légalisme, le féminisme et d'autres formes hideuses, généralement définies comme "occidentalisation".

En d'autres termes, une imprimante 3D, un smartphone et une intelligence artificielle sont des choses acceptables pour un État-imperium s'ils ont une valeur utilitaire, appliquée, notamment à la défense, ce qui signifie leur production interne, de tout ce qui est "logiciel" à "dur", et rien à voir avec l'adoption des valeurs occidentales. Le smartphone - de préférence produit dans le pays, comme toute autre haute technologie - est, dans l'empire, inséparable des catégories de l'Éternité, de la Tradition, de la religion, de Dieu, du salut, du sacré et de la métaphysique, au lieu de les exclure, comme l'exige l'occidentalisation.

***

Tous les autres paramètres sont dérivés de ces principes de base, et peuvent être facilement reconstruits si on le souhaite et avec un développement intellectuel, une créativité et une érudition suffisants. Il reste à imposer de manière créative cette matrice sémantique de l'État Empire à venir sur l'État russe actuel afin de comprendre ce qui doit être complètement aboli, ce qui doit être radicalement transformé, ce qui doit être reconstruit et ce qui doit rester inchangé. 

Cette création du nouvel Empire russe du futur est en soi un processus très intéressant, créatif, intellectuel, dont les conséquences, et plus encore l'incarnation, la mise en œuvre, la construction sont tout à fait vertigineuses et fascinantes. Tout l'univers de l'Empire russe s'ouvre devant nous, et pas une seule personne intelligente, créative et attentionnée ne peut résister à sa brillante manifestation.

Source première: https://zavtra.ru/blogs/novij_imperskij_proekt_dlya_rossii

15:58 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, empire, notion d'empire, russie | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

mardi, 23 novembre 2021

"Discipline du chaos" : les illusions brisées du libéralisme

biurowy-chaos-42925376.jpg

"Discipline du chaos": les illusions brisées du libéralisme

Par Alessio Mannino

Ex: http://osservatorioglobalizzazione.it/osservatorio/disciplina-del-caos-le-illusioni-infrante-del-liberalismo/

Parmi les différents courants qui ont animé la modernité, le libéralisme est devenu le dogme de base qui soutient aujourd'hui la domination des seigneurs de l'argent, grâce à la sournoise escroquerie idéologique séculaire selon laquelle il n'y aurait pas de liberté en dehors d'une quête individualiste du succès économique, la politique étant réduite à un esclavage auxiliaire d'un "bien-être" non seulement injuste et inégal, mais en fait de plus en plus renversé en malaise social et existentiel. Actuellement, la morale libérale est une anti-éthique de masse au service de ceux qui contrôlent le cycle mondial de l'argent par le biais du pouvoir des États. La généalogie de la morale libérale montre, d'une part, comment la morale libérale a bouleversé le sens premier de la libéralité et, d'autre part, comment il est possible de s'extraire du piège mental de la fausse liberté.

indexamdc.jpgDans l'essai Disciplina del caos publié par "La Vela" et récemment édité, dont nous présentons aujourd'hui un extrait, Alessio Mannino trace un itinéraire qui va de la démystification des grands théoriciens pour descendre dans les bas-fonds du quotidien aliéné, jusqu'à l'hypothèse d'une discipline fondamentale pour lutter dans le chaos de la triste époque. L'essai est complété par des entretiens avec Franco Cardini, Paolo Ercolani, Fabio Falchi, Thomas Fazi, Carlo Freccero et Marco Gervasoni.

L'auteur - Alessio Mannino (1980), journaliste indépendant. Professionnellement né à Voce del Ribelle fondé par Massimo Fini, il a édité les journaux en ligne La Nuova Vicenza et Veneto Vox. Il écrit pour Il Fatto Quotidiano, L'Intellettuale Dissidente (où il tient une chronique, "Sott'odio"), The Post Internazionale, Kritika Economica et Mondoserie.it. Il collabore avec la chaîne youtube Vaso di Pandora et est l'auteur de Contro. Considerazioni di un antipolitico (Maxangelo, 2011), Mare monstrum. Immigrazione : bugie e tabù (Arianna Editrice, 2014), Contro la Constituzione. Attacco ai filistei della Carta '48 (= Contre la Constitution. Attaque contre les philistins de la Charte de 48) (Edizioni Circoli Proudhon, 2016). Son dernier ouvrage Disciplina del caos. Come uscire dal labirinto del pensiero unico liberale (= Comment sortir du labyrinthe de la pensée unique libérale) (La Vela), est sorti le 11 octobre 2021.

71x3xd4CsGL.jpg

41FdoY6pJ4L._SX331_BO1,204,203,200_.jpg

Quand la liberté se dévore elle-même

Extrait de "Discipline du Chaos" - pages 385-389.

L'individualisme, l'âme du libéralisme, peut être défini comme le principe de la solitude. Après avoir démoli la stabilité en tant que valeur, "nous nous sommes tous retrouvés terriblement seuls". C'est là qu'il faut repartir : de la plénitude des liens qui réconcilient les individus avec eux-mêmes.

Le libéralisme a été bien plus que la coquille de légitimation du capitalisme. Elle a représenté une césure anthropologique : pour la première fois dans l'histoire, la dimension économique est devenue le centre de la vie humaine. Alors que dans l'Antiquité, et dans une certaine mesure encore au Moyen Âge, l'économie, du moins dans l'idéal, restait une partie de l'ensemble, et de surcroît pas la plus noble (le marchand était digne d'être honoré, non pas en tant que marchand ni en tant que prêteur d'argent), avec l'époque moderne, la sphère productive et commerciale se détache du cadre communautaire et, devenant autonome dans la société civile, l'emporte sur toutes les autres.  Le projet moderne répudie la nature législative et l'historia magistra vitae et les remplace par la calculabilité, selon laquelle tout phénomène est mesurable, quantifiable et programmable (l'entreprise capitaliste moderne, écrit Weber, "est entièrement basée sur le calcul"). Ce qui intéresse la modernité libérale, c'est la sécurité du commerce privé. Par conséquent, il n'y a plus besoin d'une théorie de l'État, car l'État n'est pas un sujet primaire, mais un dérivé, un instrument dangereux contre lequel il faut se défendre. Il n'y a donc plus de sens à parler de gouvernement : il vaut mieux parler de gouvernance, d'administration bureaucratique en pilotage automatique.

12543b4.jpgLa liberté comme domination sur l'excès est abandonnée pour faire place à l'excès comme vertu, la soif de pouvoir tournant entièrement autour du nervus rerum de l'argent ("la technique qui unit toutes les techniques"). Le véritable objectif du capitalisme libéral, cependant, n'est pas l'argent lui-même : c'est l'appropriation du futur par l'argent ("il n'y a pas de passé et il n'y a pas de présent, seulement le futur"). Spéculation et exploitation : patient de l'accumulation, le capitaliste livré à lui-même, quelles que soient ses intentions, est un criminel éthique. La monétisation de la réalité a agi comme un acide solvant dans le comportement humain, le dévorant comme dans "une fièvre qui augmente d'abord le métabolisme et accélère la croissance d'un organisme, pour ensuite affecter sa forme et miner son existence même".

Partant du principe que la rationalité utilitaire est un critère plus rationnel que l'imprévisibilité de la raison politique, l'intérêt privé et économique a colonisé l'imaginaire, affaiblissant le concept même de public. Et finir, aujourd'hui, par considérer la méfiance envers les autres comme un fait tout à fait normal ("75,5% des Italiens ne font pas confiance aux autres, convaincus que nous ne sommes jamais assez prudents pour entrer en relation avec les gens", comme le note le Censis dans son rapport 2019).

Les armes de la distorsion libérale ont été la science technique et l'économie néoclassique. Il serait plus correct de la qualifier de marginaliste, puisqu'elle est née contre celle, classique, de David Ricardo (contrairement au laissez-faire), idéalisant la marge, c'est-à-dire la contribution que chaque sujet apporte à la production du revenu. Les marginalistes prétendent démontrer non seulement une lecture simpliste de la loi de Say - selon laquelle l'offre non régulée générerait magiquement la demande - mais aussi que le plein emploi est possible grâce à une flexibilité contractuelle massive.  Loin d'être scientifique, cette école doit être considérée comme "une théorie politique en quête d'hégémonie" qui passe sous silence la surproduction structurelle qui conduit le capitalisme à des crises cycliques de la demande (ce qui signifie que l'on produit plus que l'on ne consomme).

mannino.jpg

La liberté en tant qu'exemption d'impositions, et donc d'impôts, a d'abord légitimé la relève de la garde entre l'aristocratie du sang et l'aristocratie des affaires. Dans un deuxième temps, toujours en cours, elle a éradiqué le concept même de hiérarchie de l'effort et du mérite. Historiquement justifiée par le déclin de la noblesse et l'inefficacité de l'absolutisme, l'émancipation des 18ème et 19ème siècles des chaînes de la tradition (ancien régime) est réitérée aujourd'hui comme s'il existait encore une sainteté résiduelle, qui a depuis longtemps été rasée. Les libéraux du dernier mètre, ceux que l'on appelle les néo-libéraux, raisonnent comme si Adam Smith était parmi nous. David Boaz, vice-président du Cato Institute à Washington, a déclaré que "le libéralisme a d'abord conduit à la révolution industrielle et, dans une évolution naturelle, à la nouvelle économie [...]. D'une certaine manière, nous avons repris le chemin tracé au début du 18ème siècle, à la naissance du libéralisme et de la révolution industrielle [...]. L'idéal libéral n'a pas changé depuis deux siècles. Nous voulons un monde dans lequel les hommes et les femmes peuvent agir dans leur propre intérêt [...] parce que c'est ainsi qu'ils contribueront au bien-être du reste de la société. Plus clair que ça...

    "Les institutions libérales cessent d'être libérales dès qu'il est impossible de les obtenir : il n'y a rien ensuite qui nuise plus terriblement et plus radicalement à la liberté que les institutions libres".
    Friedrich Nietzsche

Le libéralisme a déclaré inacceptable le besoin de pierres angulaires communes autres que les règles de procédure. Il est ainsi devenu l'ennemi public numéro un de la liberté dont il prétend avoir l'exclusivité. C'est là une fraude intellectuelle. L'individu, au lieu de se penser comme un nœud de relations, flotte dans l'isolement (ce qui est techniquement l'affaire des manuels psychiatriques). En conséquence, les valeurs sont considérées comme relevant uniquement de la sphère individuelle, "où il n'y aurait plus le problème de s'accorder éthiquement sur quoi que ce soit". Un point commun éthique devient alors irrationnel. Pire: un fardeau.  "Nous ne savons plus comment aimer, croire ou vouloir. Chacun de nous doute de la vérité de ce qu'il dit, sourit de la vérité de ce qu'il affirme et présage de la fin de ce qu'il proclame". Constant a écrit ceci au début du 19ème siècle. C'était vrai alors comme c'est vrai aujourd'hui.

Pour mieux servir le veau d'or, on nourrit un hédonisme de mendiant, qui paie pour profiter du peu de vie accordé par le retour d'impôt. Brocardé et stigmatisé déjà lors de l'essor de la raison libérale, l'homo oeconomicus appartient désormais au passé. Mais cela ne peut pas durer éternellement. La normalité sociale (comprise comme la norme dominante) et la naturalité psychobiologique (l'ensemble des caractéristiques propres à l'espèce humaine) réclament la restauration de leurs canons. Et ils le feront, que ça leur plaise ou non, par la manière forte ou la manière faible. Redevenir humain, et non rester humain, sera la gaie science d'un monde post-libéral.

Les Turcs conseillent à Kiev de ne pas se frotter à l'OTAN

arton4332.jpg

Les Turcs conseillent à Kiev de ne pas se frotter à l'OTAN

Doğu Perinçek

Source: https://www.geopolitica.ru/article/turki-rekomenduyut-kievu-ne-svyazyvtsya-s-nato

L'Alliance de l'Atlantique Nord est une menace pour la sécurité et non une organisation qui protège, le président du Parti de la mère patrie turque Doğu Perinçek en est convaincu.

L'Ukraine a été convoquée à un exercice de l'OTAN en mer Noire, près des frontières roumaines. La frégate roumaine Merăşesti, le destroyer américain Porter, le navire d'état-major Mount Whitney et le pétrolier John Lenthall, la frégate turque Yavuz ainsi que le navire de débarquement ukrainien Yuriy Olefirenko et le patrouilleur Slavyansk ont participé aux manœuvres.

Le but de l'exercice, selon l'armée roumaine, est de "renforcer la capacité de réaction de l'OTAN en mer Noire et d'accroître le niveau d'interaction entre les marines des pays participants". Bien que l'Ukraine n'ait pas encore été acceptée dans l'alliance, Kiev a dû prendre cette invitation comme un bon signe.

295475634.jpg

Cependant, le président du parti turc de la mère patrie (Vatan), Doğu Perincek (photo), ne pense pas que ce soit une raison de se réjouir. Interrogé par PolitEkspert pour savoir si les autorités turques étaient prêtes à soutenir l'entrée de l'Ukraine dans ce bloc militaire, il a répondu :

"L'OTAN est une menace pour la sécurité. Ce n'est pas une organisation qui nous protège. Nous faisons partie de l'OTAN mais la position de l'Alliance a toujours été hostile à la Turquie. Les membres de l'OTAN ont toujours voulu utiliser la Turquie pour leurs propres intérêts, sans penser aux intérêts de notre pays. Tous les coups d'État qui ont eu lieu en Turquie ont été organisés par l'Occident".

Doğu Perinçek estime que "la Turquie quittera bientôt l'OTAN", et ne plaidera donc pas en faveur de l'adhésion de Kiev à l'alliance.

"Nos alliés sont les pays asiatiques, nos voisins - la Russie, l'Iran, la Syrie. Nous devons nous concentrer sur l'amélioration des relations avec eux. L'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN ne menace pas seulement la Russie. Elle menace la sécurité de notre pays et la sécurité de toute la région. Je suis sûr que l'Iran et la Russie ne permettront pas que cela se produise. Erdogan devrait également bien peser le pour et le contre avant de soutenir l'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN", a-t-il conseillé au site d'information et d'analyse".

La veille, le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, dans une interview accordée à HBO, a réaffirmé que les pays du bloc n'étaient pas encore parvenus à un consensus sur l'adhésion de l'Ukraine à l'organisation.

Alexandre Douguine: L'ingénierie politique va ruiner la Russie

5f994ecb1a154.jpeg

L'ingénierie politique va ruiner la Russie

Alexandre Douguine

Source: https://www.geopolitica.ru/article/polittehnologii-pogubyat-rossiyu

L'approche technique de la politique, soit la pensée technologique en politique, a atteint un point critique dans notre politique quotidienne en Russie. Cela a commencé dans les années 90, mais, fait intéressant, parallèlement aux changements fondamentaux qui se sont produits en Russie depuis l'ère Poutine, lorsque pratiquement tout a changé et que le cours libéral-occidental a été remplacé par un cours souverain-patriotique, la politique russe est restée purement technique (ndt: "technomorphe" aurait dit le sociologie allemand Ernst Topitsch). En outre, du chef du département politique de l'AP à la tête, elle est devenue non moins, mais de plus en plus technique/technomorphe.

Je vais essayer d'expliquer ce que je veux dire, car nous sommes tellement habitués à la technologie politique que nous avons oublié comment il peut en être autrement, ou nous ne l'avons tout simplement jamais connu et considérons par défaut que c'est quelque chose d'impossible. En fait, le domaine de la politique est le domaine des idées et celui de la lutte pour le pouvoir. Mais le pouvoir n'est pas individuel, mais politique, qui est à nouveau associé à une idée.  En politique, il ne s'agit pas de décider qui, individuellement, occupera les postes supérieurs et qui occupera les postes inférieurs, mais quel bloc d'idées, de perceptions, de valeurs et de stratégies sera reconnu comme prioritaire et dominant, et lequel sera subordonné et marginal, voire interdit. En d'autres termes, la politique est d'abord une philosophie politique, une idéologie, et ensuite seulement viennent ses éléments porteurs sous forme de partis, de mouvements, d'organisations, de réseaux, de cercles et de cellules.

La vie politique est un processus social purement collectif, dans lequel sont impliqués différents groupes de la population. Certains proposent et formulent des idées et des principes, d'autres les soutiennent ou s'y opposent. La société écoute le rythme et la sémantique de cette vie, accepte certaines choses, en rejette d'autres, reconnaît la corrélation directe avec les programmes et les projets et la vie quotidienne de chaque citoyen, alors que quelque part, elle considère qu'il s'agit d'abstractions de peu d'importance pour l'individu.

Et ce n'est que dans le processus de cette vie politique, précisément la vie dans toute sa diversité, avec ses dialectiques et ses contradictions, que les institutions politiques se forment et que la question du pouvoir se décide. Elle est entre les mains de ceux qui, dans la vie politique, atteignent le sommet, battent leurs adversaires, dépassent leurs rivaux et atteignent enfin la ligne décisive où les idées, les projets et les visions peuvent se transformer en réalité.

244908049-jpg.jpg

En politique, l'individu est en contact permanent avec la société de toutes parts. Et ce contact passe toujours par les idées. En politique, les pensées et les plans sont formulés dans des discours, des mots, des textes, des déclarations, et ensuite seulement dans des actions. Cela s'appelle le discours politique. Et quiconque prononce tel ou tel discours, ou partage son contenu, assume une grave responsabilité. Si ces idées gagnent, leurs partisans gagnent avec elles. S'ils perdent, ils perdent avec eux. En politique, tant l'orateur que l'auditeur (qu'ils approuvent ou désapprouvent ce qu'ils entendent) entrent déjà dans un système d'obligations, d'actions responsables et de dépendance directe de leur position, de leur condition ou même de leur bien-être par rapport au résultat. Si les idées qui nous sont chères et que nous défendons perdent, nous sommes contrariés et tristes. S'ils gagnent, nous exultons et nous nous réjouissons. Et c'est entièrement naturel et biologique. La politique, c'est la vie, pleine et épanouissante. Ça devrait être comme ça.

Mais dans notre société, à un moment donné, quelque chose a manifestement mal tourné. Le ton en politique a commencé à être donné par des technologues, des spécialistes du marketing, de la publicité ou même de la tromperie systématique des clients - ainsi, un certain nombre de politiciens de haut rang des années 90 ne venaient même pas du monde des affaires, mais de la publicité, des relations publiques, des pyramides financières ou de l'escroquerie pure et simple. Ce sont des professionnels de la tromperie à grande échelle, prêts à promouvoir n'importe quel candidat, n'importe quel projet ou n'importe quel parti contre rémunération. Ainsi, la politique a cessé d'être le domaine de la vie, de la lutte des idées et de la compétition pour le pouvoir nécessaire à la mise en œuvre de ces idées. Et cela, c'est surtout ce qui est arrivé. Au lieu de cette mise en oeuvre d'idées, le problème du pouvoir a été résolu dans l'entourage de la première personne de l'État et parmi un cercle très étroit d'oligarques, et la société a tout simplement été coupée des processus politiques. Dans les années 90, les élections ont été transformées en spectacles bruyants et criards, qui n'ont eu aucun impact sur la vie du pays. Les communistes et leurs alliés, qui ont remporté ensemble la majorité à la Douma en 1996, étaient considérés comme "marginaux" et ne contrôlaient rien, et, surtout, étaient à l'aise avec cette situation. Eltsine n'avait aucun autre soutien qu'un cercle d'oligarques proches, et il a continué à gouverner presque tout seul. Et sur la toile de fond de cette dépolitisation de la vie publique, la technologie politique et une race vorace et cynique de spin doctors se sont épanouies. C'est ainsi qu'est né un simulacre de politique. Le simulacre de la politique est apparu et, apparemment, pour une raison quelconque, s'est enraciné dans notre société.

simulacre-1.jpg

Le plus étrange est que la situation n'a pas changé, même après l'arrivée au pouvoir de Poutine. Tout a changé sauf ça. Il est plus probable que Poutine ait profité de cet état d'aliénation des processus politiques dans la société pour prendre pied dans le monde du pouvoir. Tout le monde autour de lui continuait à jouer à des jeux sans intérêt, à échafauder des scénarios nauséabonds, tandis que Poutine, qui savait ce qu'il voulait et où il allait, faisait silencieusement son travail à la manière des tchékistes. C'était probablement parfaitement rationnel de sa part et il faut reconnaître que cela a fonctionné. Oui, il n'y avait pas et il n'y a pas de vie politique en Russie. Oui, la technologie politique supplante toujours tout processus politique. Oui, les idées politiques dans la société ont pratiquement disparu, sauf celles qui sont obstinément alimentées par l'Occident russophobe, mais l'espionnage (ainsi que le libéralisme) ne sont pas pris en compte. Et là, Poutine a tout à fait raison de ne pas en tenir compte et d'agir de manière ferme et décisive contre la cinquième colonne.

Mais peu à peu, cette stratégie, sans doute fructueuse pour Poutine lui-même et pour son plan interne de réforme en Russie, est devenue, pour le peuple, une source d'aggravation de sa situation. Le président a les mains libres et la pleine légitimité pour faire presque tout. Mais le fait est que, dans une telle situation, une société totalement dépourvue de vie politique réelle ne peut que dégénérer. Les technologues politiques paralysent effectivement la volonté en créant des simulacres et en laissant, une fois de plus, les passionnés de politique faire fausse route - dans l'esprit des courses de cafards. Mais ils sapent également les fondements de la vie publique. Et lorsque, à un moment donné, la mobilisation de la société sera nécessaire, il n'y aura tout simplement pas de force, pas de confiance et pas de volonté pour le faire. À un moment donné, cela pourrait être fatal, comme ce fut le cas à la fin de la période soviétique. Le parti communiste a ensuite perdu le pouvoir non pas parce que des alternatives sont apparues, mais parce que toute la vie politique du pays a été figée, comme gravée dans le marbre. La galvanisation artificielle, à laquelle se sont attelés les architectes de la perestroïka, était en fait déjà une technologie politique - encore naïve et non parfaite, mais juste cela. A aucun moment, pendant la perestroïka, une question sérieuse n'a été véritablement posée et formulée:

    Capitalisme ou non-capitalisme (socialisme) ?
    Conservatisme ou progressisme ? 
    Réalisme ou libéralisme au Moyen-Orient ?
    Atlantisme ou Eurasianisme ?
    Patriotisme ou cosmopolitisme ?
    Empire ou société ouverte ?
    Adam Smith ou Keynes ?
    Libéralisme en matière de commerce extérieur ou mercantilisme ?
    Monnaie nationale souveraine ou caisse d'émission ?
    Valeurs traditionnelles ou copie du postmodernisme occidental ?
    Marchés complets ou protectionnisme ?
    A gauche ou à droite ?
    Identité russe ou idéologie abstraite des droits de l'homme ?

Tout a été décidé par défaut - dans les années 90 par les libéraux qui ont pris le pouvoir avec Eltsine. Depuis 2000, elle appartient exclusivement à Poutine. Les préférences de Poutine étaient beaucoup plus acceptables pour la société, mais elles ont été mises en œuvre dans les faits. Et encore une fois avec l'aide de la technologie politique.  Sans discours politique, sans explication complète, sans la complicité du peuple dans son propre destin.

À mon avis, cette domination de la technologie politique est historiquement épuisée. Il est nécessaire d'avancer de manière cohérente et progressive vers un renouveau de la vie politique en Russie - ce qui signifie des idées politiques, des philosophies, des stratégies, des valeurs, des lignes directrices, des conversations, des débats, des réflexions, des programmes, des projets et des propositions. Il n'est guère judicieux de traduire immédiatement cela en politique de parti : le format de parti est devenu depuis longtemps quelque chose de profondément apolitique dans notre pays. A mon avis, il n'est pas possible d'éveiller la pensée dans ce domaine. La technologie a mis fin au système des partis russes. Mais il existe d'autres formes et d'autres voies, des itinéraires et des pratiques.

Il est temps de déclarer la guerre à la technologie politique (et aux technologues politiques). Ce n'est pas seulement une tromperie cynique, c'est un obstacle au développement historique d'un grand pays. Dans une telle situation, la technologie politique est criminelle.

lundi, 22 novembre 2021

Cousins, mais pas trop : l'Italie et l'Espagne, une rivalité systémique

Para230152.jpg

Cousins, mais pas trop : l'Italie et l'Espagne, une rivalité systémique

Par Vincenzo D'Esposito

Ex: http://osservatorioglobalizzazione.it/progetto-italia/cugini-ma-non-troppo-italia-e-spagna-una-rivalita-sistemica/

L'Espagne est l'un des plus grands rivaux de l'Italie, tant en Europe que dans le reste du monde. Parce que, tous faits pris en considération, il n'y a pas de théâtre où notre cousin en latinité ne nous combat pas à coups de concurrence déloyale et de diplomatie antagoniste: des produits à base de vin et d'huile d'olive vendus à prix cassés sur les marchés italiens de référence au dynamisme des entreprises ibériques dans nos pays voisins.

Qu'il s'agisse de s'approprier des parts de marché ou de concurrencer notre primauté entrepreneuriale, le modus operandi est toujours le même: la concurrence déloyale. Parce que les Espagnols offrent des biens et des services similaires aux nôtres à des prix dérisoires. Ces biens et services sont théoriquement les mêmes, comme l'huile d'olive ou les centrales électriques, mais dans la pratique, ils sont différents, en raison de la qualité nettement inférieure garantie par les vendeurs espagnols. Et le fait que cette pratique n'est pas accidentelle, mais le résultat d'un dessein précis visant à profiter du moment de coma de la politique étrangère italienne, est suggéré par les faits: les Espagnols sont maintenant sur nos talons partout, de la Roumanie à l'Azerbaïdjan, en passant par l'Albanie et la Russie. Ils ne sont pas encore capables de nous nuire autant que la France, la Turquie et l'Allemagne, mais ils constituent une menace qu'il ne faut pas sous-estimer.

Comme les Français, les Espagnols ont historiquement cherché à réduire la marge de manœuvre de l'Italie, tant en Afrique du Nord qu'en Méditerranée. L'Italie, pour sa part, a su nouer des relations cordiales tant avec le Maroc qu'avec l'Algérie, surmontant ainsi la tentative de son cousin d'encercler le Maghreb et se construisant une image positive pour contrebalancer celle de l'Espagne, qui continue d'être perçue au Maghreb comme une puissance occupante en raison de la question de Ceuta et Melilla.

La rivalité est palpable et persistante, mais la collaboration est et sera toujours possible, car l'Espagne, contrairement à la France, ne cherche pas à vassaliser l'Italie, mais à récupérer l'influence et le prestige perdus en Amérique latine en se rattrapant dans l'espace occidental de l'Eurafrasie. 

L'immigration clandestine et le terrorisme pourraient être utilisés comme tremplins vers la formation d'un axe italo-espagnol consacré à une coopération élargie et renforcée dans le style du traité d'Aix-la-Chapelle. Et les risques - comme les tentatives de profiter de la détente pour appuyer sur l'accélérateur dans le dossier de la lutte sans quartier contre le Made in Italy - seraient largement compensés par les bénéfices : la possibilité de contenir et de redimensionner les ambitions hégémoniques françaises en Méditerranée et en Afrique du Nord, la consolidation d'un bloc géopolitique en Europe qui équilibre la puissance excessive du Nord et l'amélioration globale des agendas respectifs de profondeur stratégique.

La collaboration, encore une fois, est possible, car toutes les conditions préalables sont réunies, y compris la plus importante - l'Espagne et l'Italie ne sont pas deux puissances naturellement vouées à l'hégémonie et, surtout, il s'agit d'une rivalité de faible intensité -, mais la table des négociations pour l'établissement d'une entente durable de bon voisinage ne sera ouverte que lorsque notre classe politique reviendra à l'histoire, en préférant la Realpolitik à la Fantapolitik et en remettant l'intérêt national au centre de l'agenda extérieur.

Entre l'Algérie et le Maroc : le différend franco-espagnol en Méditerranée occidentale

112466_e5e8534c7af77f95bb60a3fa078e29f920210718195019_thumb_565.jpg

Entre l'Algérie et le Maroc : le différend franco-espagnol en Méditerranée occidentale

Par Vincenzo D'Esposito

Ex: http://osservatorioglobalizzazione.it/dossier/il-triangolo-mediterraneo/tra-algeria-e-marocco-la-contesa-franco-spagnola-nel-mediterraneo-occidentale/

Son rôle de porte de l'Atlantique a fait du Maghreb l'une des zones les plus intéressantes pour les puissances méditerranéennes. Cette zone a été subjuguée à plusieurs reprises par l'Empire ottoman, la France et l'Espagne. Ces deux derniers ont déployé leur concurrence politique et économique dans deux États en particulier : l'Algérie et le Maroc.

Le Maghreb et la France coloniale

L'État dont l'influence est la plus importante au Maghreb est la France qui a pénétré en Algérie dès la première moitié du 19ème siècle; les raisons qui ont poussé Paris à s'ingérer dans les affaires du Maghreb sont principalement des questions de sécurité. Les pirates barbaresques présents dans la région représentaient un danger constant pour le commerce dans la zone et, d'autre part, pour détourner les tensions internes à la monarchie française de l'époque, il fut décidé de prendre possession de la rive sud de la Méditerranée, en face de la Provence.

La-prise-Mascara-estampe-1836..jpg

17899a5d61_50162985_carte-conquete-lalgerie-1830-1870.jpg

Depuis le 19ème siècle, Paris déplace de plus en plus de colons sur ce territoire dans le but d'assurer son contrôle et de pénétrer à l'intérieur des terres. Cela a conduit la France à la nécessité de consolider les frontières de la colonie tant à l'est, avec l'occupation de la Tunisie, qu'à l'ouest, avec l'entrée du Maroc. La décolonisation après la Seconde Guerre mondiale, qui s'est déroulée de manière traumatisante en raison de la volonté française d'intégrer les territoires coloniaux d'Afrique du Nord à la France métropolitaine, a laissé des traces dans les relations entre Paris et l'État nord-africain. Celles-ci sont restées volatiles en raison d'une amertume remontant au passé colonial et à la guerre d'Algérie. L'ancienne colonie voit Paris comme un ennemi historique auquel il ne faut pas se soumettre, tandis qu'Alger est perçu par l'Elysée comme un partenaire qui n'est pas totalement fiable.

La France a un intérêt pour l'Algérie en tant que jonction fondamentale pour atteindre le Sahel, qui est devenu central dans l'agenda français en raison des routes de migrants qui le traversent. Le maintien de bonnes relations avec l'État maghrébin permet à Paris de prendre des mesures plus fermes pour lutter contre le terrorisme et la traite des êtres humains. En outre, les énormes gisements d'hydrocarbures et de gaz d'Alger ont historiquement attiré l'attention de la plus grande compagnie pétrolière française, Total. Si l'on ajoute à cela le fait qu'une proportion importante de citoyens français a des liens directs avec les colons rapatriés après l'indépendance de l'Algérie, l'importance des relations avec cet État pour Paris apparaît très clairement.

Dans le cas du Maroc, les relations avec la France sont sensiblement différentes. Tout d'abord, par rapport à son voisin oriental, elle n'a jamais complètement perdu son administration locale, étant un protectorat avec son propre souverain pendant toute la période de la colonisation française. La colonisation française a également été beaucoup plus courte que celle de l'Algérie, laissant des cicatrices moins évidentes.

Bien que moins important économiquement que l'Algérie, reposant principalement sur le commerce du phosphate, le Maroc possède une base manufacturière croissante qui a attiré des entreprises françaises telles que Renault. Le rôle majeur que la France attribue au Maroc est de contribuer à la stabilité du Sahel et d'éviter un renforcement excessif de l'Algérie. Le soutien indirect apporté par la France à Rabat dans le dossier de l'annexion par le Maroc du Sahara occidental, dont le gouvernement, représenté par le Front Polisario, est en exil en Algérie, en est une illustration.

Maroc-protectorat.png

Mouvements espagnols au Maroc et en Algérie

De l'autre côté, on trouve l'Espagne, qui est entrée très tôt dans cette partie de l'Afrique, mais qui n'a commencé à la contrôler sérieusement qu'à partir de la seconde moitié du 19ème siècle, pour éviter un renforcement excessif de la France. Concentrant son contrôle au nord-ouest, dans la région du Rif marocain et du Sahara occidental, l'Espagne a des liens historiques avec le Maroc actuel.

Les relations entre Madrid et Rabat sont de première importance pour l'Espagne, qui contrôle toujours un certain nombre d'enclaves sur le sol africain, Ceuta et Melilla étant les plus connues. Ces liens ne sont toutefois pas facilités par la question des migrants et de la souveraineté espagnole sur ses enclaves nord-africaines, qui voit souvent les deux gouvernements s'opposer, bien que l'attitude de base soit la coopération.

1200px-Ceuta_(neutral).PNG

Une autre question qui rend les relations entre les deux États difficiles est l'occupation marocaine du Sahara occidental, une ancienne colonie espagnole, alors que l'Espagne continue d'avoir des contacts avec les membres du Front Polisario. En témoigne, par exemple, le fait que le leader de ce mouvement, Brahim Ghali, s'est récemment rendu dans un hôpital espagnol pour y être soigné après avoir contracté le Covid-19, ce qui a suscité des protestations officielles de Rabat. Néanmoins, Madrid reste le principal partenaire économique du Maroc et son principal interlocuteur en Europe.

Contrairement à son voisin occidental, l'Algérie ne partage pas de liens coloniaux avec l'Espagne. Ce qui a poussé Alger et Madrid à collaborer, c'est la nécessité pour l'Espagne de diversifier ses sources d'approvisionnement en énergie, ainsi que la lutte contre l'immigration clandestine. Depuis le siècle dernier, des contacts commerciaux ont été établis entre les principales villes espagnoles de la côte méditerranéenne et l'Algérie, et l'Espagne est actuellement, avec la France, le principal pays de référence de l'État nord-africain dans l'Union européenne. Le rôle de l'Algérie, selon l'Espagne, n'est pas seulement d'approvisionner Madrid en combustibles fossiles et de repousser les migrants irréguliers, mais aussi de maintenir l'équilibre géopolitique en Afrique du Nord, en évitant un renforcement excessif du Maroc.

Quand la géographie l'emporte sur l'histoire

Sur la rive africaine de la Méditerranée occidentale, la France et l'Espagne sont les deux principales puissances européennes qui se disputent l'influence. Alors que Paris a longtemps pu compter sur les liens historiques et coloniaux qui unissent encore Alger et Rabat, Madrid a mené une politique fondée sur une lente pénétration commerciale.

La volonté française d'une plus grande présence au Maghreb est liée d'une part à l'affirmation du rôle prestigieux du pays, membre du G7 et du Conseil de sécurité de l'ONU, et d'autre part à la sécurisation du contrôle des routes migratoires et à la lutte contre les flux. Les objectifs de Paris comprennent également une présence significative dans les secteurs stratégiques de la région. Le poids du passé colonial limite toutefois considérablement la marge de manœuvre française en Algérie, tandis que le Maroc, bien que faisant partie de l'Afrique francophone, gravite depuis des années fermement dans la sphère d'influence espagnole. Par ailleurs, la laïcité excessive et délirante de la France et le droit d'asile accordé à de nombreux dissidents maghrébins constituent un obstacle dans les relations entre Paris, Alger et Rabat.

L'Espagne, pour sa part, entend profiter des tensions entre le Maroc et l'Algérie pour gagner des parts de marché dans ces deux États. Cela se fait d'une part en maintenant des relations très étroites avec le Maroc pour des raisons de sécurité intérieure, en bordant physiquement le pays par les enclaves espagnoles sur la côte africaine. D'autre part, Madrid soutient indirectement l'Algérie dans la question du Sahara occidental, bien que ces dernières années, l'orientation espagnole se tourne de plus en plus vers une solution politique de la question et non vers un référendum.

L'érosion de l'influence française dans cette zone est plus évidente que jamais, tandis que l'importance de l'Espagne dans les affaires politiques, économiques et de sécurité de la région s'accroît en raison de sa proximité avec le Maghreb. La géographie bat l'histoire.

A propos de l'auteur / Vincenzo D'Esposito

Diplômé en études internationales à l'université "L'Orientale" de Naples avec une thèse sur l'hydrohégémonie dans le bassin du Syr Darya. Il est actuellement inscrit au programme de maîtrise en développement durable, géopolitique des ressources et études arctiques au SIOI. Il a étudié et travaillé en Allemagne après avoir obtenu deux bourses Erasmus, qui l'ont conduit d'abord à étudier à Fribourg-en-Brisgau, puis à effectuer un stage à la Chambre de commerce italienne pour l'Allemagne. Passionné par l'Asie centrale et l'énergie, il collabore avec plusieurs groupes de réflexion en tant qu'analyste géopolitique.

Giorgio Agamben et le virus du capitalisme

Giorgio_Agamben_wall_portrait-580x866.jpg

Giorgio Agamben et le virus du capitalisme

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2021/11/16/giorgio-agamben-ja-kapitalismin-virus/

57481480._SY475_.jpgLe philosophe italien Giorgio Agamben est l'un des rares universitaires à avoir critiqué l'exceptionnalisme, les masques de croissance et les restrictions excessives de l'ère Corona. Ces écrits et entretiens ont été rassemblés dans un livre, également traduit en anglais sous le titre Where Are We Now ? The Epidemic as Politics (Rowman & Littlefield, 2021).

Agamben a écrit la majorité de ses textes publiés dans ce livre pendant les premières phases de la crise du coronavirus, il se concentre donc sur les différentes contraintes imposées. Il s'est également exprimé ailleurs sur les vaccins, demandant "comment l'État peut blâmer ceux qui choisissent de ne pas se faire vacciner alors qu'il ne veut pas lui-même être responsable des effets secondaires des vaccins".

Agamben part du principe que ceux qui sont au pouvoir ne laissent pas une bonne crise se perdre, mais profitent de l'occasion pour faire avancer les pratiques et les politiques qui conviennent à leur programme, qui est "le capitalisme avec une touche communiste".

Cependant, il fait également référence aux scénarios de menace de l'Organisation mondiale de la santé d'il y a quelques années, à Bill Gates et à la simulation de pandémie Event 201, suggérant que cette "pandémie" ne s'est pas déclarée de manière inattendue. Le philosophe suggère-t-il que les courtiers du pouvoir suprême - les banquiers centraux, les grands investisseurs et leurs partenaires - ont également déclenché cette "crise" artificielle ?

Quoi qu'il en soit, dans "l'espace exceptionnel" des blocages sociaux, un "nouveau paradigme de gouvernance" a émergé, qui vise à "abandonner le paradigme de la démocratie bourgeoise - avec ses droits, ses parlements et ses constitutions - et à le remplacer par de nouveaux instruments, dont nous pouvons à peine commencer à cerner les contours".

Qu'est-ce qui a créé le contexte dans lequel tant de gens étaient prêts à accepter tout cela, demande le philosophe de manière rhétorique, et il répond. La première vague de panique en Italie a montré que la société moderne ne croit qu'en la "vie nue", ce qui s'est traduit par le fait que les Italiens étaient prêts à presque tout sacrifier - leurs moyens de subsistance, leurs relations sociales, leurs emplois, leurs convictions religieuses et politiques - face au risque de maladie."

frontImagesLink.jpg

La vie a été réduite au minimum, à la simple existence, dont tout le reste a été dépouillé. Dans la peur du virus, seule la "survie" semblait compter. En fait, pour vivre dans le nouveau système biopolitique, il fallait sacrifier les libertés à la "sécurité" et, paradoxalement, il fallait vivre dans un "état constant de peur et d'insécurité".

Il a également été suggéré dès le départ que l'interaction humaine devait se faire autant que possible sans présence physique, en faisant appel à la numérisation et à la technologie. Le télétravail a été proposé comme alternative à la prise de risque d'être physiquement présent auprès de collègues ou de clients.

Comment cela affectera-t-il l'espace public et le débat public à long terme ? Si nous ne pouvions plus nous rencontrer en personne ou en groupe et avoir des discussions ouvertes, il serait beaucoup plus facile pour des forces extérieures de contrôler et de manipuler des individus solitaires et isolés.

Les textes d'Agamben rappellent ce qu'était la vie au plus fort de la "panique pandémique", en particulier pendant les semaines du déclenchement de la dite pandémie qui a débuté en mars de l'année dernière. Avec l'avènement des vaccins anti-corona, beaucoup croient encore qu'avec le temps - peut-être après une couverture vaccinale de près de 100 % et plusieurs épisodes d'inefficacité ? - les choses reviendront à la normale. Agamben ne croit pas que cela se produira.

Dans l'Europe d'aujourd'hui, l'Autriche, berceau d'Adolf Hitler, a déjà enfermé les non-vaccinés dans un isolement temporaire et une assignation à résidence. Le fait de savoir que tout cela peut arriver si facilement et si rapidement est en soi déconcertant et inquiétant. Agamben va jusqu'à affirmer que le "seuil entre humanité et barbarie" a été franchi à l'époque du coronavirus.

Tout voisin est à craindre et à éviter, car il peut être malade et menacer la santé et le bien-être d'une personne. La Finlande a également introduit le terme "pervers", que certains restrictionnistes et vaccinateurs ont tenu à utiliser sur les médias sociaux et dans les fils de commentaires des journaux à propos de ceux qui n'étaient pas d'accord.

Et qu'en est-il des questions philosophiques sur la vérité ? Qu'en est-il de la fiabilité de la médecine ? Comment le profane doit-il comprendre et interpréter les statistiques qui nous sont présentées chaque jour ? Remettre en question les statistiques et s'opposer à l'autorité des experts est désormais considéré comme une désobéissance civile irresponsable.

3016836434639ba2a3d7268e30ecb3fb.jpg

D'autres maladies ont été éclipsées par la maladie du coronavirus, de sorte que les services de santé sont noyés dans une accumulation d'interventions qui entraînent elles-mêmes de nouveaux décès. La crise devient permanente, même si elle prend des formes différentes, alors quelles restrictions supplémentaires sont nécessaires pour lutter contre ces menaces pour la santé ? Dans le cas du coronavirus, le récit officiel est que nous luttons actuellement contre de nouvelles mutations et épidémies malgré la vaccination.

Des circonstances exceptionnelles assorties de restrictions ont été vendues au public avec la promesse d'un "retour à la normale" (alors que dans le même temps, des déclarations contradictoires ont été faites selon lesquelles il n'y a plus de retour à la normale). L'illusion de la normalité a été maintenue, en particulier pendant l'été, mais dans le même temps, les restrictions étaient toujours présentes en arrière-plan.

En Finlande, nous nous en sommes peut-être tirés plus facilement que beaucoup d'autres pays dans le passé, mais aujourd'hui, nous avons aussi resserré notre étau, et même le passeport corona a été introduit comme une absurde "mesure de sécurité sanitaire". Dans le même temps, les médias grand public et les experts de la santé mentent en affirmant que "la maladie est endémique, en particulier chez les personnes non vaccinées". Les citoyens sont divisés en camps opposés selon le principe politique "diviser pour régner".

Agamben affirme que tout le concept de citoyenneté est subtilement redéfini en nous réduisant à notre simple existence biologique - ou peut-être à de simples sources de revenus et à des animaux de laboratoire pour les grandes organisations ? Après tout, ce sont les grandes entreprises technologiques qui semblent avoir le plus profité de la numérisation de la vie quotidienne et des services de santé. Les citoyens sont contraints de se conformer aux nouvelles règles au motif qu'"il n'y a pas d'autre solution".

Le dernier argument qu'Agamben présente comme une " menace pour l'action politique " est l'utilisation de masques. Sans l'ouverture à l'autre que l'on ne peut obtenir qu'en étant capable de voir et de lire les expressions du visage, l'ensemble de la vie publique se détériorera.

61eb328c-b418-4d_153713_A.jpg

"Un pays qui décide d'abandonner son visage et de couvrir les visages de ses citoyens avec des masques est un pays qui a supprimé la dimension politique de lui-même", affirme le penseur italien, qui estime que le visage humain est un élément fondamental de la politique et de la vie sociale qui devrait pouvoir être affiché.

La "lutte contre le virus" en Occident a clairement tiré des leçons de la Chine, mais elle a également suivi le modèle américain de la "guerre contre le terrorisme", et les conséquences de la perte des libertés civiles ont été comparées aux conséquences du 11 septembre 2001.

Le réseau massif de structures - des agences gouvernementales aux institutions universitaires, en passant par des industries entières et des entreprises de technologie de la communication - est simplement passé de la guerre contre le terrorisme à la guerre contre le virus pandémique, tout comme les usines de la Seconde Guerre mondiale sont passées de l'industrie du temps de paix à l'armement du temps de paix.

Les enjeux politiques et humains sont importants, car l'état d'urgence de la période Corona est "le mécanisme par lequel les démocraties peuvent se transformer en États totalitaires". Comparer les actions des gouvernements actuels au totalitarisme nazi peut sembler exagéré, mais Agamben est convaincu que le "totalitarisme du XXe siècle" nous hante encore.

imafrcge.jpg

"Les restrictions imposées à la vie humaine par l'"État sécuritaire biomédical" ont en fait été plus extrêmes que les interdictions imposées à la population civile pendant la guerre, au nom de la protection contre les raids aériens et autres menaces.

Les espoirs d'Agamben pour l'avenir restent flous. Il parle d'une future "configuration politique alternative" et d'une "nouvelle politique future", mais d'un autre côté, il semble ne souhaiter qu'un retour aux conditions normales de la vie humaine, débarrassées des anomalies de la période Corona.

Cependant, la restauration de la société nécessite une action politique. Comme le craint Pavlos Papadopoulos, qui a analysé les écrits d'Agamben, "le grand danger est que nous permettions au nouveau normal de devenir le normal". Ainsi, toute une génération s'habituerait aux "diktats d'un système de santé publique devenu fou", les États et les entreprises technologiques adoptant des systèmes de notation du crédit social "à l'Ouest comme à l'Est".

Selon Agamben, nous assistons à un conflit entre le "capitalisme occidental" et le "nouveau capitalisme communiste", dans lequel "ce dernier semble sortir vainqueur". Selon le philosophe, la nouvelle gouvernance mondiale "combinera l'aspect le plus inhumain du capitalisme avec l'aspect le plus terrible du communisme d'État", où l'"aliénation extrême" entre les personnes est combinée à un "contrôle social sans précédent".

On ne peut qu'espérer que les politiciens y réfléchiront aussi, mais les vieux partis se sont montrés complètement à la merci de l'élite transnationale. Aujourd'hui, les dissidents de l'ère Corona constituent la plus grande population sous-représentée dans les démocraties occidentales, qui se transforment rapidement pour s'adapter à l'ordre mondial changeant du capital global.

Sur l'ingérence de la Grande-Bretagne en Amérique latine

1200px-America_noviter_delineata.jpg

Sur l'ingérence de la Grande-Bretagne en Amérique latine

Leonid Savin

Source: https://www.geopolitica.ru/article/o-vmeshatelstve-britanii-v-dela-latinskoy-ameriki

Début novembre, des émeutes ont éclaté en Araucanie, au Chili. Les initiateurs étaient des membres d'une population indigène connue sous le nom de Mapuche. En cause: des attaques contre la police et l'armée; les autorités ont répondu par la force. Au cours d'une opération spéciale, plusieurs militants munis d'armes automatiques ont été arrêtés. L'état d'urgence a été déclaré dans la région. Mais cela n'a pas arrêté les manifestants, qui ont répondu par des barrages routiers et des incendies criminels.

De nombreux militants des droits de l'homme, notamment des pays occidentaux, ont immédiatement condamné les actions des autorités, soulignant le statut des Indiens Mapuche en tant que peuple indigène opprimé. Mais les Mapuches sont des citoyens à part entière au Chili et en Argentine voisine et ne sont donc pas privés de droits constitutionnels. Le problème, c'est que si les Mapuches sont des indigènes, il existe en outre un mouvement de Mapuches dont les membres se livrent depuis des années à des actes de sabotage, à la destruction des biens d'autrui et à des attaques contre d'autres citoyens, qu'ils appellent en quelque sorte des occupants.

EH0okaJXUAAccie_edited-900x507.jpg

Tout ceci est organisé dans le cadre du projet "Nation Mapuche". Il s'agit d'un projet séparatiste à la base, qui vise à séparer des parties du Chili et de l'Argentine et à créer un État indépendant sur leur base. Selon cette organisation, "la Nation Mapuche couvre tout le sud de Bio Bio (Chili) et le sud de Salado et Colorado (Argentine) jusqu'au détroit de Magellan". Fait révélateur, les Mapuchistes utilisent l'anglais plutôt que l'espagnol. Et leur siège social se trouve au Royaume-Uni, avec un bureau enregistré au 6 Lodge Street, Bristol, depuis 1996. Les Mapuchistes ont même leur propre prince autoproclamé appelé Frédéric 1er. La Royal Air Force promeut activement le sujet sous couvert de défense des droits de l'homme.

Leur site web affirme que le peuple Mapuche "n'a jamais renoncé" à ses droits souverains ou à la restitution de son territoire ancestral" et diffuse des allégations d'"invasion", de "génocide", de "répression" et d'"espionnage" par les États du Chili et de l'Argentine.

_methode_times_prod_web_bin_784d41ac-0ad8-11ea-96a6-b8ef146759ed.jpg

Selon l'avocat chilien Carlos Tenorio, qui représente la famille des agriculteurs assassinés par les Mapuches, ces personnes n'expriment pas leurs revendications par les voies juridiques institutionnelles, mais par l'action directe. "Nous traversons la période la plus difficile depuis que j'ai travaillé sur ce dossier il y a deux décennies. Un manque total de contrôle qui va de pair avec le climat politique", a-t-il déclaré. L'avocat a fait une distinction entre les "demandes des communautés indigènes" qui sont faites "institutionnellement" et "d'autres groupes qui sont maintenant armés et ont déclaré la guerre à l'État chilien".

L'affaire qu'il défend a eu lieu en janvier 2013 dans un champ de 40 hectares situé dans le sud du Chili et appartenant à la famille Luchsinger. Ils ont été attaqués par une bande de 40 hommes qui ont brûlé la maison et ses habitants. En Amérique latine, on parle des Mapuchistas comme d'un réseau anglais inhabituel qui encourage le séparatisme dans le sud du Chili et en Argentine.

Compte tenu des relations tendues entre l'Argentine et la Grande-Bretagne au sujet des Malouines/Malvinas (îles Falkland), Londres a un intérêt évident à porter atteinte à la souveraineté de cet État.

La stratégie de la Grande-Bretagne semble plutôt astucieuse. Alors qu'à l'époque de la guerre froide, Londres a aidé les régimes de droite d'Amérique centrale à balayer les populations indigènes (notamment au Guatemala) et à fournir des armes à ces pays, la situation dans la partie sud du continent semble aujourd'hui tout à fait opposée. Mais la Grande-Bretagne continue le vieux système en Colombie, où elle a des intérêts économiques.

Selon le journalisme d'investigation, l'ambassade britannique à Bogotá investit massivement dans son réseau et mène une campagne de relations publiques visant à "améliorer la perception" de la Grande-Bretagne. Selon les documents du ministère britannique des Affaires étrangères, 6000 £ ont été dépensées en 2019-20 pour mener une "analyse de la perception du soft power du Royaume-Uni en Colombie" qui a aidé à "identifier les intérêts futurs pour l'association dans les messages publics et les médias sociaux". "L'objectif à long terme", note l'ambassade du Royaume-Uni à Bogota, est de "construire de nouveaux réseaux d'influence et de connexions avec des publics plus diversifiés en Colombie... ce qui conduira à une amélioration des perceptions et à un changement de comportement à l'égard du Royaume-Uni". L'ambassade a déclaré que le projet comprenait "un certain nombre de domaines de travail conjoint avec des parties prenantes colombiennes clés" par lesquels l'ambassade chercherait à "améliorer son profil" au cours de l'année 2021. Les domaines de coordination comprenaient "la sécurité et la défense".

En outre, 25.000 £ ont été allouées à la création d'une nouvelle "campagne de sensibilisation à l'environnement et à la biodiversité". Ces thèmes ont été identifiés à la suite d'une enquête.

Fait révélateur, plus de la moitié des meurtres d'écologistes dans le monde en 2020 ont eu lieu en Colombie, certains d'entre eux étant liés à ceux qui luttent contre les projets des entreprises britanniques dans le pays.

Un rapport publié l'année dernière a révélé que 44 % des attaques récentes liées à des entreprises en Colombie visaient des défenseurs des droits de l'homme qui avaient fait part de leurs préoccupations concernant cinq entreprises. Il s'agit notamment de la mine de charbon de Cerrejón, qui appartient aux sociétés minières cotées à Londres BHP, Anglo American et Glencore, ainsi qu'à AngloGold Ashanti, également enregistrée à Londres.

L'année dernière, David Boyd, rapporteur spécial des Nations unies sur les droits de l'homme et l'environnement, a déclaré que la mine de charbon de Cerrejón avait "gravement endommagé l'environnement et la santé de la plus grande communauté indigène du pays". Et en juin de cette année, UKCOL2021 a été lancé, ce qui permettra de continuer à établir l'influence britannique en Colombie.

Il est révélateur que, parallèlement à l'annonce de ce programme, la police colombienne réprimait des manifestations qui, selon Human Rights Watch, ont fait 63 morts. Mais l'ambassade britannique à Bogota est restée muette sur la question, ce qui n'a rien à voir avec le comportement des diplomates britanniques dans d'autres pays, comme la Russie, où toute bousculade des hooligans et des provocateurs qui narguent la police lors de manifestations non coordonnées est accueillie par des hurlements retentissants.

La raison est probablement que le Royaume-Uni est indirectement responsable de ces meurtres, car il a mis en œuvre deux programmes avec la police colombienne de 2015 à 2020, pour un coût de plusieurs millions de livres.

B9726951127Z.1_20210506121631_000+G8HI2U18L.2-0.jpg

Directement en Colombie, une équipe spéciale britannique est désormais stationnée pour aider les forces armées colombiennes, elles aussi accusées à plusieurs reprises de tuer des civils.

Londres est connu pour soutenir activement le président colombien Ivan Duque, au pouvoir depuis 2018 et représentant le Parti démocratique (PCD) de centre-droit. La proximité de la Colombie avec les territoires britanniques d'outre-mer dans les Caraïbes permet à Londres de suivre de près les processus politiques dans les Caraïbes. Il n'est pas exclu que de nombreuses provocations de la Colombie contre le Venezuela aient également été organisées avec l'implication directe de l'armée et des services de renseignement britanniques.

dimanche, 21 novembre 2021

Préface du Professeur Charles Zorgbibe  au livre d'Irnerio Seminatore, en cours d'édition, La Multipolarité au XXIème siècle

Irnerio_Seminatore.png

Préface du Professeur Charles Zorgbibe  au livre d'Irnerio Seminatore, en cours d'édition, La Multipolarité au XXIème siècle

C’est dans le cadre de l’alliance atlantique et sous l’aiguillon de notre intérêt commun pour la géopolitique que j’ai rencontré Irnerio Seminatore… en juin 1983.

La géopolitique –l’étude de la politique internationale dans sa relation avec la géographie- avait connu une évidente désaffection depuis 1945. Pour des raisons morales : la géopolitique était identifiée à son rameau allemand, expression de la recherche d’un « espace vital » et identifiée avec elle. Pour des raisons techniques : le missile balistique semblait avoir aboli les distances et les considérations d’utilisation de l’espace. La dissuasion nucléaire semblait figer les deux principales puissances dans leur face à face et mettre un terme à la conception de la lutte armée comme poursuite de la politique.

9782296546295b.jpgCette double désaffection était-elle justifiée ? Techniquement, si l’armement nucléaire ignore les conditions atmosphériques et réduit les facteurs géographiques à l’attraction de la pesanteur ou aux conditions de rentrée dans l’atmosphère, il n’en reste pas moins qu’à l’abri du feu nucléaire, les principales puissances peuvent recourir à l’armement conventionnel, classique. La dissuasion nucléaire avait pour contrepartie la multiplication des conflits locaux ; la « sanctuarisation » du territoire des membres du « club » nucléaire n’excluait pas l’affrontement des Grands, par acteurs locaux interposés.

Moralement, les excès de la « Geopolitik » allemande ne devaient pas occulter l’actualité de l’autre géopolitique, anglo-saxonne et « démocratique » : les relations Est-Ouest s’inscrivaient alors dans la perspective, chère à McKinder, du conflit inévitable, à long terme, de la puissance du « Heartland », « le cœur de l’île mondiale », l’Union soviétique, et de la puissance maritime, les Etats-Unis. Expulser la puissance continentale de la périphérie du système international, ou concurrencer la puissance maritime dans le contrôle de la frange d’archipels qui entoure l’île mondiale : n’était-ce pas une lecture possible de l’affrontement physique des deux Grands, à l’ère de la guerre froide ?

C’est dans cet esprit que le secrétariat de l’alliance atlantique me demanda de constituer, en partenariat avec mon collègue Ciro Zoppo, de l’université de Californie, un réseau d’universitaires et d’officiers stratèges à même de revoir les thèses de la géopolitique classique et de jauger l’adéquation de l’analyse géopolitique au monde de la guerre froide, avec ses idéologies diplomatiques et sa technologie militaire.

Ce réseau connut son apogée avec un séminaire international à Bruxelles, les 22-24 juin 1983 –qui réunit de brillantes participations, au sein de quatorze délégations nationales. Citons, au hasard : pour les Pays-Bas, Frans Alting von Geusau, qui dirigeait l’Institut Kennedy d’Oisterwijk, et le député démocrate-chrétien van Iersel ; pour la Belgique, Luc Reychler de Louvain, Jacques Jonet de l’Institut européen de sécurité et les responsables de l’Institut royal des relations internationales ; pour le Portugal, issus de la « Révolution des œillets », les généraux Altino Magalhaes, président de l’Instituto da Defensa Nacional, et Cabral Couto, qui commandait la base des Açores, ainsi que Jorge Campinos, professeur de droit international et ministre dans les premiers gouvernements qui suivirent la mutation constitutionnelle de 1974 –Campinos allait disparaître, dix ans plus tard, dans un accident de la route au Mozambique ; pour la France, l’historien Jean-Pierre Cointet, l’amiral Hubert Moineville, auteur d’un manuel de « stratégie de la mer » dans la collection « Perspectives internationales » que je dirigeais alors, mon collègue Jean Klein, de Paris 1-Panthéon Sorbonne. D’outre-atlantique étaient venus, Albert Legault, de l’université Laval de Québec, l’un des animateurs les plus dynamiques du séminaire, William Fox, le politologue à la grande notoriété de l’université Columbia de New York, David Wilkinson, de l’université de Californie et le Lt. Colonel George Thompson.

9782841913299-475x500-1.jpgC’est dans les coulisses de la délégation italienne que je rencontrai Irnerio Seminatore, alors assistant à l’université Paris VIII de Vincennes-Saint Denis, siège mythologique du gauchisme de l’Après-1968. Seminatore avait un double parcours, italien et français : il était né à Turin, capitale du Piémont-Sardaigne, première capitale de l’Italie unifiée, capitale de l’automobile et de l’Italie industrielle, capitale du marxisme et du libéralisme italiens et de toutes les grandes innovations scientifiques et technologiques de la péninsule –Turin à laquelle il a consacré un livre « La rude Gioventu del dopo-guerra ». J’ai partagé l’infinie curiosité de Seminatore pour Turin et sa très complexe sédimentation sociale… à travers les romans policiers de Carlo Fruttero et Franco Lucentini, les auteurs de la « Donna della Domenica » (« La femme du dimanche »), puis lors d’un cycle de conférences à l’université, encore éprouvée par l’activisme des « brigades rouges ». Le président de l’université, auteur d’une thèse sur le terrorisme, était devenue une cible et changeait, chaque jour, d’itinéraire –ce qui ne l’empêcha pas de m’inviter au « Whist », le somptueux club privé, créé par Cavour, l’artisan de l’unification italienne. Après des études universitaires à Turin, Seminatore avait été à Paris l’élève du général Lucien Poirier, l’un des grands théoriciens contemporains de la stratégie. Il était proche de Michel Sudarskis, un jeune et très érudit haut-fonctionnaire français à l’Otan, qui se considérait comme un « hussard » de la guerre froide –un engagement et un militantisme qui causèrent hélas ! la fin prématurée de sa carrière bruxelloise –et des chefs de file de la délégation italienne : Sergio Rossi, brillant éditorialiste de « La Stampa » et chargé de cours à l’université de Turin, et Edgardo Sogno del Vallino.    

Sogno_divisa.jpgDoyen d’âge de notre séminaire atlantique pour les études géopolitiques, Sogno del Vallino (photo) fut le mentor de Seminatore, qu’il associa à toutes les réunions multilatérales tenues en France ou en Italie. Sogno del Vallino, diplomate et homme politique, était une personnalité charismatique, admirée et contestée dans la péninsule. Grand résistant, il avait été l’interlocuteur, auprès des Anglais et Américains, des réseaux monarchistes, les «Badogliani» ; dans l’Après-guerre, il avait été «Golpiste», partisan de la création en Italie d’un régime présidentiel, sur le modèle de la Cinquième République ; il avait également été impliqué dans la constitution du « Gladio », ces réseaux « en attente » de l’Otan dont la mise en lumière provoqua un séisme politique dans les années 1980.

Comment Irnerio Seminatore a-t-il pu enseigner, pendant 29 années, à Paris-VIII, citadelle du gauchisme, alors qu’il portait, dans son adn, l’idée de fédération européenne? Il fut fédéraliste européen, « furieusement » fédéraliste, disciple d’Alexandre Marc, le maître penseur de l’aile fédéraliste la plus radicale, et collaborateur de Claude Nigoul et de son Institut d’études fédéralistes à Nice et Aoste. C’était l’époque de la « théologie » fédéraliste qui mua, avec le temps, en une sorte de positivisme juridique, institutionnel de l’Union européenne.              

En 1996, Seminatore s’établit à Bruxelles où il crée l’Institut européen de relations internationales. L’Institut est installé dans un bel hôtel du boulevard Charlemagne, en plein quartier de l’Union européenne, à deux cents mètres de la Commission et du Conseil de l’Union, un hôtel tellement romain avec son sol de marbre et ses bustes antiques –un hôtel abandonné et tombé en ruines, complètement restauré par Seminatore. De nombreux colloques se succèdent alors, dans ces locaux, réunissant experts du droit, de l’économie, de la politique européennes. Seminatore reçoit eurocrates ou parlementaires en compagnie de son épouse et égérie, Ioana Nicolaie, pneumologue et conseillère scientifique du ministère de la santé du Luxembourg –un produit des séismes du second conflit mondial puisque née roumaine, d’un père juif hongrois, économiste et géologue, et d’une mère russe, ingénieur… « le seul multiculturalisme acceptable », selon lui.

Mais la marche du monde et des institutions européennes déçoit nombre d’observateurs. Seminatore, fédéraliste passionné, s’était transformé en un théoricien réaliste des relations internationales. Désormais, le commentateur lucide des actes de l’Union accomplit sa révolution intellectuelle et devient un contestataire, toujours attentif et exigeant, de « l’establishment » européen et de l’appareil de l’Union. En 2017, il revient sur la souveraineté et l’ordre du monde, il estime l’identité et la civilisation européenne menacées, il appelle à la « révolution des patriotes européens ». L’année précédente, il avait publié un récit de politique fiction, « Waterloo 2015 », qui donnait un visage plausible au processus de décomposition des institutions européennes, à la déconnexion de ses élites du réel, au déclin du continent.

9782296069282-475x500-1.jpgL’évolution intellectuelle et politique d’Irnerio Seminatore peut surprendre : elle est révélatrice des impasses actuelles de la construction européenne. L’Union renonce à créer un pôle de puissance, elle est prête à sortir de l’Histoire selon les schémas néo-hégéliens, une Europe au « pouvoir doux ». L’approche « fonctionnaliste », chère à Jean Monnet et à Robert Schuman, permettait de contourner les souverainetés nationales. Du contournement, la tentation a été forte de passer à la dissolution desdites souverainetés. Surtout, le « millénarisme des droits de l’Homme » a pris le relais du « millénarisme communiste » de l’ère de la guerre froide, avec pour horizon le déracinement des peuples européens. Il s’agit de faire rentrer les peuples européens dans un moule préétabli. Face à ces injonctions, un nouveau « Samizdat » (l’ensemble des moyens à même de permettre la diffusion des œuvres interdites ou réorientées critiquement à l’Est et à l’Ouest) prend forme : les travaux d’Irnerio Seminatore en sont l’une des facettes.

Charles Zorgbibe

Professeur honoraire à la Sorbonne

Ancien recteur de l’académie d’Aix-Marseille

Ancien doyen de la faculté de droit Jean Monnet de Paris-Sud     

Entretien avec Pierre Le Vigan : « Le drame est que si nous n’avions pas déjà été atteints dans notre humanité, nous n’aurions jamais pu accepter cet enfermement »

7aqfpc6eqhen0jl6f6l26u7ivp._SX450_.jpg

Entretien avec Pierre Le Vigan: «Le drame est que si nous n’avions pas déjà été atteints dans notre humanité, nous n’aurions jamais pu accepter cet enfermement»

En observateur de la post-modernité, Pierre Le Vigan revient pour nous sur la grande transformation que nous vivons.

Deux après l’apparition du covid 19, pensez-vous qu’un retour au monde d’avant soit encore possible ? 

Je dis comme vous « le » covid car c’est « le virus du covid » qui est sous-entendu et non pas « la » covid pour « la maladie du covid ». Un virus n’est pas forcément une maladie, il faut le souligner. Il y a 800 millions de virus par m2 sur la terre, chaque seconde, nous en respirons 200.000. Beaucoup de virus sont dans l’eau. Nous avalons plus d’un milliard de virus quand nous nous baignons dans de l’eau de mer. Qui dit mieux? Il n’empêche que se baigner est bon pour la santé. En deuxième lieu, je note que le « monde d’avant » n’était pas idyllique, mais le monde de l’hygiénisme, des distances sociales, du contrôle des « cas contacts » est assurément monstrueux. Il est posthumain. Voulons-nous du monde post-humain de la perpétuelle vigilance covidiste (ou d’un autre virus), des pass vaccinaux, des vaccins obligatoires tous les trois mois ? C’est une question de civilisation, comme le dit justement Florian Philippot. Le drame est que si nous n’avions pas déjà été atteints dans notre humanité, nous n’aurions jamais pu accepter cet enfermement, l’interdiction de se promener plus d’une heure, et à plus d’un km de chez soi.  Si nous avons accepté cela, c’est que nous étions dejà très diminués collectivement et anthropologiquement. Le covid est donc un révélateur. Pour répondre à votre question, il y a deux options, soit nous nous enfoncerons dans une société de contrôle par l’Etat et les GAFAM qui est dans la logique du libéralisme (puisqu’il n’y a pas d’auto-contrôle du collectif par des communautés), soit un mouvement de libération nationale nous en délivrera car il nous délivrera de la domination de l’oligarchie. Dans les deux cas, il n’y aura pas de retour au « monde d’avant ». 

La dépression profonde de notre société est–elle uniquement le fait de la crise du covid ou de raisons plus profondes ? 

Notre société souffre de la perte du sens. Le travail, le métier ont été remplacés par l’emploi, le « job ». La patrie est remplacée par les identités de genre, les projets sont remplacés par des engouements éphémères, etc. Il faut retrouver le sens du long terme. Pour cela, il faut sortir du libéralisme, aller vers une économie dirigée et encadrée par un Plan, et remettre de la démocratie réelle, directe notamment, dans ce pays. Il faut libérer la démocratie des grands médias oligarchiques et mondialistes. 

bullshitjob.png

Les mesures sanitaires renforcent la société libérale de la surveillance et de la méfiance généralisée. Comment résister mentalement à ce contrôle social par la peur ? 

Dans La tyrannie de la transparence, livre publié il y a une dizaine d’années, j’avais déjà expliqué ce que sont les dégâts de la transparence et sa logique de justification perpétuelle de soi et de tous ses actes et même de ses pensées. C’est la société du soupçon. L’obsession de la transparence veut dire à terme la généralisation de la paranoia. Cela va avec des procès de plus en plus fréquents, et des condamnations, pour des propos dont le supposé caractère allusif ferait offense à telle ou telle communauté, ou à la mémoire de tel ou tel drame historique. Comment résister à ce contrôle social ? En désactivant certains applications numériques, mais surtout en lisant, en publiant, en combattant par les idées les manœuvres de terrorisme intellectuel des enfermistes, des vaccinolatres (mais ce ne sont pas des vaccins et ils n’empêchent ni d’être contaminés, ni de transmettre le virus ! Quand ils ne rendent pas malades des bien portants !). Face aux tenants de la dictature sanitaire, il faut aussi réagir en maintenant et en créant du lien social, humain, sans distanciation outrancière. 

Vous évoquez la notion de « fatum » dans le dernier Rébellion. Cette conception de la vie est-elle pour vous une voie héroïque de libération ?

J’ai beaucoup d’admiration pour les conceptions héroïques de la vie (Evola, Venner, etc). Je crois toutefois qu’on ne peut vivre tout le temps en haut des montagnes, sur les sommets. Montherlant le remarquait lui-même. A côté de cette conception héroïque, souvent inspirée de Nietzsche, il y a des leçons à prendre du côté des stoïciens, mais plus encore du côté des épicuriens – ceux-ci n’étant pas les éternels jouisseurs que l’on imagine. Je renvoie sur ce trop vaste sujet pour notre entretien à mes livres « Avez-vous compris les philosophes ? « (La barque d’or) et à « Comprendre les philosophes », qui vient de paraitre chez Dualpha. 

Les livres de l’auteur son disponible en ligne ici : https://www.amazon.fr/Pierre-Le-Vigan/e/B004MZJR1M%3Fref=dbs_a_mng_rwt_scns_share

Pour lire le dernier article de Pierre Le Vigan : https://rebellion-sre.fr/boutique/

La revue de presse de CD - 21 novembre 2021

z18 Karin Jurick.jpg

La revue de presse de CD

21 novembre 2021

ÉTATS-UNIS

Quand l’ingérence humanitaire mène à des crimes contre l’humanité

Un nouveau rapport révèle que les atrocités sont monnaie courante en Libye en raison de la guerre civile qui a éclaté à la suite du changement de régime mené par les États-Unis.

Les-crises.fr

https://www.les-crises.fr/quand-l-ingerence-humanitaire-m...

ellsberg_jeune.jpg

Daniel Ellsberg, le lanceur d’alerte des « Pentagon Papers » témoigne : combattre un État criminel

Daniel Ellsberg est le tout premier lanceur d’alerte, l’homme à qui l’on doit en 1971 la publication des fameux « Pentagon papers »: 7000 pages secret-défense émanant du département de la Défense à propos de l’implication politique et militaire des États-Unis dans la guerre du Viêt Nam. Ellsberg a payé très cher cette décision consistant à révéler la vérité sur les exactions de son gouvernement, afin de faire cesser les atrocités en cours. Sa vie toute entière en a été affectée. Vidéo.

Elucid

https://elucid.media/democratie/le-lanceur-d-alerte-des-p...

EUROPE

Populisme italo-ibérique : Lisbonne, Madrid et Rome

En octobre dernier, le parti national populiste Vox anima un événement pour contrer l’agenda onusien. Selon le parti espagnol, celui-ci se focalise sur un remplacement migratoire des autochtones européens en faveur des nouveaux arrivants extra-européens. Un choix inacceptable pour le parti de Santiago Abascal. Madrid a reçu également l’appui de l’italienne Giorgia Meloni et du portugais André Ventura. Faut-il y voir la création d’un axe politique entre ces trois partis ?

Conflits

https://www.revueconflits.com/populisme-italo-iberique-li...

FRANCE

Marie-France Garaud : « La République est tombée dans les mains des partis » 2e partie

Dans un contexte de crise économique, financière, politique et géopolitique, Marie-France Garaud nous offre son analyse du paysage politique français dans un entretien inédit réalisé par Olivier Berruyer. Revenant sur l’histoire de notre Ve République, l’ancienne avocate met en lumière les insuffisances d’un système qui vit, selon elle, une crise de confiance. Un remarquable cours de droit constitutionnel !

Elucid

https://elucid.media/politique/marie-france-garaud-republ...

Bernard Squarcini: Insurrections, Espions, COVID-19, Crise mondiales… et massacres islamiques à Paris en 2015

Bernard Squarcini (ex-directeur de la DCRI : “Les Syriens ont proposé à la France une liste de djihadistes français. Valls la refuse. Un terroriste capturé par la France explique qu’il devait attaquer le Bataclan. Valls n’en a pas tenu compte”. Vidéo.

Thinkerview

https://www.thinkerview.com/bernard-squarcini-insurrectio...

rwE_u8PCyUfbe36f3p8e_-MnTOY.png

Désindustrialisation de la France : juger la trahison

Comment se pose effectivement le problème et qui est responsable de cette destruction de notre potentiel industriel de la France dont l’opinion publique fait aujourd’hui le constat effaré ? Et que sont contraints de reconnaître aujourd’hui, ceux-là même qui en sont à l’origine, et en ont grassement profité. Il faut en plus supporter de les entendre asséner, toute honte bue, qu’il faut « réindustrialiser la France ». Parce que c’est une vieille histoire, que cette trahison, où par idéologie néolibérale obtuse, soumission à l’Allemagne, cupidité obscène, certaines élites ont simplement vendu à l’encan un potentiel économique construit grâce aux efforts des travailleurs de notre pays.

Vu du Droit

https://www.vududroit.com/2021/11/desindustrialisation-de...

Sciences Po : une nomination de directeur révélatrice du mal français

La nomination d’un énarque n’ayant pas d’expérience de recherche académique à la tête de Sciences po Paris est révélatrice du mal français.

Contrepoints

https://www.contrepoints.org/2021/11/18/414206-sciences-p...

GAFAM

Souveraineté et numérique : maîtriser notre destin

Facebook se dote d’un conseil de surveillance, sorte de « cour suprême » statuant sur les litiges relatifs à la modération des contenus. Des géants du numérique comme Google investissent le marché des câbles sous-marins de télécommunications. La France a dû faire machine arrière après avoir confié à Microsoft l’hébergement du Health Data Hub.

socialnetlink

https://www.socialnetlink.org/2021/11/11/souverainete-et-...

US-navy-USS-Porter-DDG78-destroyer.jpg

GÉOPOLITIQUE

Note sur les opérations navales en cours en mer Noire

Les opérations actuelles des États-Unis et de l’OTAN dans la région de la mer Noire font l’objet de nombreuses spéculations. Si nous additionnons toutes les forces des États-Unis et de l’OTAN impliquées dans cette opération, elles sont loin de correspondre à ce qui serait nécessaire pour une attaque contre la Russie. Ainsi, en termes purement militaires, il ne s’agit que d’un théâtre de Kabuki, et non d’une menace réelle pour la Russie. Le public visé est la population ukrainienne à qui est envoyé le « message » suivant : « Nous sommes là, nous sommes invincibles, nous assurons vos arrières, et si vous vous retrouvez dans un conflit/guerre ouvert avec la Russie, nous vous protégerons ». Bien entendu, un tel engagement n’est pas formellement pris, mais seulement implicite. C’est l’exacte répétition de ce qui s’est passé le 08.08.08.

Le Saker francophone

https://lesakerfrancophone.fr/note-sur-les-operations-nav...

009689129.jpg

LECTURE

« Au-delà de l’affaire de la chloroquine ». Sous-titre : « Comment l’industrie pharmaceutique pervertit nos systèmes de santé et met la nôtre en péril », du professeur Didier Raoult. Michel Lafon, octobre 2021

Présentation :

Une analyse très complète, avec comme point de départ l’interdiction du gouvernement français d’un médicament qui avait été alors pris par plus d’un milliard de personnes. De la corruption par le Big pharma au Lancetgate, des conflits d’intérêts au principe de précaution inversé, de la désinformation médiatique à l’excommunication de scientifiques, de la politique vaccinale à la politique sanitaire, le professeur Raoult dresse un constat effrayant et effarant de nos sociétés occidentales malades, et pas seulement du COVID… Aucune critique dans les médias mainstream et pourtant en 5e position des meilleures ventes non-fiction selon Livres hebdo du 28 octobre.

Auteur :

Microbiologiste mondialement reconnu, né en 1952 à Dakar, ce chercheur et scientifique a également travaillé avec Xavier Bertrand quand ce dernier a été ministre de la Santé. Il a créé l’IHU Méditerranée.

Extraits :

« La crise de l’hydroxychloroquine est extraordinairement importante. Non pas parce qu’elle reflète un combat spécifique de l’année 2020 mais parce que, si nous acceptons de perdre dans une affaire comme celle-là, alors plus rien ne pourra résister contre la pression de la désinformation, de l’agression, du harcèlement de ceux qui ne croient pas dans une vérité quotidiennement exprimée par les tenants de l’information, incluant l’industrie pharmaceutique, les médias et une part du gouvernement. »

« Concernant le virus SARS-CoV-1, l’agent de l’épidémie de 2003, il avait été rapporté qu’il était sensible à l’hydroxychloroquine et à la chloroquine in vitro, et Fauci, le directeur du National Institute of Health (NIH) aux États-Unis (équivalent de l’INSERM), qui deviendra un des grands adversaires de la chloroquine dans le COVID-19, avait proclamé à l’époque que c’était probablement le meilleur traitement contre le SARS-CoV-1. »

« Il est étonnant de voir la lutte de l’Europe, et de la France en particulier, contre les médicaments parmi les plus sûrs du monde, et son appétence pour des produits extrêmement chers, dangereux et inefficaces. Là aussi, avec le temps, ces prises de position devront peser dans la réflexion sur l’état d’évolution de nos structures. »

« Dans l’expérience que nous avions en juin 2021 à l’IHU de Marseillle, documentée par PCR, qui portait sur près de 600 patients vaccinés et néanmoins infectés par le COVID, nous n’avons pas noté que le vaccin diminuait la gravité de la maladie, la mort étant aussi fréquente chez les gens vaccinés que chez les gens non vaccinés, de même que l’hospitalisation. »

« Une partie de la terreur liée à cette épidémie a été associé, dès le départ, à la réalisation de modèles dramatisant, qui ont été brandis d’abord par le Conseil scientifique, puis sur tous les plateaux de télévision, sans que personne n’ait jamais rien pu prédire de réaliste. »

« Les États-Unis sont arrivés à un niveau d’espérance de vie inférieur à celui de Cuba, ce qui veut tout dite ! L’espérance de vie des États-Unis, fin 2020, est du niveau de celle des pays du Maghreb, la Chine n’en est plus très loin, ni le Vietnam, ce qui traduits un retournement de l’Histoire qui laisse rêveur. »

« La tyrannie s’exerce par le biais d’une fausse science imputée à la médecine. Des groupes de pression, plus au moins efficaces, comme les collectifs NoFakeMed ou Citizen4Science, et même, dans une certaine mesure, le conseil de l’ordre des médecins, expliquent ce qui est exact et ce qui ne l’est pas à l’aide de sentences péremptoires et de certitudes dérisoires. »

« Les discussions du Conseil scientifique étaient, de mon point de vue, inintéressantes. Deux des membres étaient des modélisateurs qui prédisaient l’avenir, et je ne crois pas que l’on puisse prédire l’avenir. D’ailleurs, tous leurs modèles se sont révélés hasardeuses, et il était surtout question d’approuver les décisions de contraintes et de confinement qui seraient proposées par Jean-François Delfraissy. C’est d’ailleurs la dernière fois que j’ai parlé à celui-ci, lorsqu’il a commencé à me rebattre les oreilles avec ses stratégies de confinement, pour lesquelles il n’y avait aucune base scientifique, et il n’y en a toujours aucune. »

« Le vaccin contre la COVID-19 est devenu un enjeu financier et stratégique mondial, qui a amené à transgresser toutes les règles que nous nous étions fixées depuis de très nombreuses années. En effet, les principaux fabricants de vaccins ont été dispensés de faire des études de phase 3, c’est-à-dire qu’au lieu de tester les vaccins sur des populations suffisamment importantes pendant deux à trois ans, pour avoir le recul sur des effets secondaires ou toxiques, la procédure a été terriblement allégée, et les États ont garanti l’assurance des fabricants de vaccins. Cela signifie, en pratique, que les industriels ne courent aucun risque en manufacturant des vaccins dont les effets secondaires tardifs n’ont pas été évalués. »

« Concernant l’efficacité de la vaccination, nous n’avons plus d’éléments. Ici à Marseille, fin juillet 2021, nous avons eu près de 600 cas diagnostiqués de gens infectés malgré une vaccination (complète ou incomplète). Les gens infectés ont fait des formes aussi graves ‘en termes d’hospitalisation, de réanimation ou de mort) que les gens qui n’avaient pas reçu de vaccin. Très fréquemment, pour des raisons que je ne m’explique pas, ces personnes ont fait des infections dans les quinze jours qui ont suivi la vaccination. Cette réaction n’avait d’ailleurs pas du tout été évaluée dans les essais cliniques. »

RÉFLEXION

L'idéologie du politiquement correct et la civilisation occidentale

Lorsque, au début des années 1930, le politologue et théoricien du droit allemand Carl Schmitt a tenté de prouver la présence cachée mais néanmoins évidente de tendances totalitaires dans l'État libéral-démocratique moderne, il a semblé à nombre de ses contemporains conservateurs qu'il s'agissait d'une exagération. Les années suivantes ont apparemment confirmé à leurs yeux l'absurdité de l'affirmation de Schmitt. Au contraire, le véritable totalitarisme était palpable dans les régimes qui positionnaient la démocratie libérale comme leur ennemi juré.

Euro-synergies.hautetfort.com

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2021/11/09/l...

L’électromobilité ne sera pas le seul levier de croissance de l’industrie future

Croire qu’il suffit de remplacer un moteur thermique par un moteur électrique sans réfléchir à tout l’écosystème relève soit de l’incompétence soit du sabotage. Avec une interview intéressante de Carlos Tavarès, PDG de PSA (vidéo)

Contrepoints

https://www.contrepoints.org/2021/11/14/413085-lelectromo...

Contextualisation et enjeux réels de la guerre du Droit

Cette guerre du droit est menée, tambour battant, par l’empire commercialo-maritime anglo-saxon mais elle n’est toujours pas considérée comme devant être relevée par la France et les pays européens de tradition continentale. Or, vous savez que seules les batailles non menées sont définitivement perdues.

Le Saker francophone

https://lesakerfrancophone.fr/contextualisation-et-enjeux...

tumblr_l264x8ejMW1qzn0deo1_500.jpg

Le règne de l’homme-masse, une fatalité ? (Jose Ortega y Gasset)

Dans cette vidéo, nous aborderons un penseur encore trop méconnu dans le public francophone, à savoir Jose Ortega y Gasset, auteur d’un chef d’œuvre de la pensée politique du XXe siècle : « La révolte des masses ». Philosophe de haute stature, Ortega se livre à une critique d’une grande profondeur de l’homme-masse moderne et du règne de la médiocrité. Néanmoins, pour lucide qu’il soit de la situation politique et intellectuelle de l’Europe, il ne pense pas que cette dernière connaisse un déclin inéluctable. Refusant tout fatalisme historique, Ortega y Gasset estime que c’est seulement lorsque les Européens se saisiront à nouveau d’un projet à la hauteur de leur temps qu’ils vaincront la médiocrité et l’apathie qui consiste à se laisser vivre.

Euro-synergies.hautetfort.com

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2021/11/19/l...

SANTÉ/LIBERTÉ

Confinement, pass sanitaire : surprise, le gouvernement a encore menti

Aujourd’hui, ça sera donc fromage et dessert : non seulement la ségrégation sanitaire généralisée s’est mise en place sans trop de heurts, mais les mesures de privation de liberté plus classiques risquent de revenir.

Contrepoints

https://www.contrepoints.org/2021/11/15/413719-confinemen...

Covid et hospitalisation : quelques chiffres

Comme le martèle le gouvernement, “on peut discuter de tout sauf des chiffres”, et comme on vient d’avoir les chiffres officiels de l’hospitalisation en 2020, cela tombe bien, on va pouvoir en discuter. Qu’en est-il ? En page 2, on apprend que 218 000 patients ont été hospitalisés en 2020 pour prise en charge de covid, dont 185 863 en hospitalisation « classique » MCO. Cela semble peu pour 140 000 lits disponibles. Le rapport confirme : 2% des hospitalisations de l’année 2020 étaient des patients covid.

Covid-factuel

https://www.covid-factuel.fr/2021/11/14/covid-et-hospital...

Covid : pays plus vaccinés versus pays moins vaccinés

TrialSiteNews vient de sortir un article, intitulé « Enquête sur les tendances Covid-19 dans les 10 pays les plus vaccinés et les 10 pays les moins vaccinés ». Deux tableaux résument bien la situation, et se passent de commentaires, sinon celui-là : « On peut discuter de tout sauf des chiffres ». Certains chipoteront sur les pays sélectionnés, il y a peut-être des erreurs, un oublié ou un en trop. C’est ce que j’ai pensé en me disant qu’ils avaient omis l’Islande. Eh bien non, sur Our World in Data, l’Islande est « fully vaccinated” à 75%, donc inférieur au Cambodge, dernier de la liste. Le Portugal m’étonnait, je le croyais au niveau de la France, non, la liste semble donc juste (et vérifiable toujours sur OWD).

Covid-factuel

https://www.covid-factuel.fr/2021/11/17/covid-pays-plus-v...

FEBXHdwWYAMiHVD.jpg

UNION EUROPÉENNE

Aux États-Unis, Ursula von der Leyen remet le prix de l’Atlantic Council au PDG de Pfizer : en route pour un monde meilleur !

L’ancien ministre d’Angela Merkel Ursula von der Leyen et actuelle présidente de la Commission européenne a remis le prix du « Leader of Business » au PDG de Pfizer Albert Bourla ainsi qu’à Özlem Türeci et Uğur Şahin de BioNTech, pour « célébrer les personnes exceptionnelles qui relèvent les défis extraordinaires d’aujourd’hui ». Dans une vidéo qui a beaucoup circulé, on la voit montrer toute sa familiarité avec ces dirigeants des géants pharmaceutiques.

Boulevard Voltaire

https://www.bvoltaire.fr/aux-etats-unis-ursula-von-der-le...

 

samedi, 20 novembre 2021

La prochaine guerre des sables

Sans-titre-1.jpg

La prochaine guerre des sables

par Georges FELTIN-TRACOL

Le 17 février 1989 à Marrakech, Hassan II du Maroc, le Guide libyen Kadhafi et les présidents algérien Chadli Bendjedid, tunisien Ben Ali et mauritanien Sid'Ahmed Taya lançaient l’Union du Maghreb arabe (UMA). Cette nouvelle organisation internationale à vocation régionale entendait favoriser un espace économique commun, une union douanière et une zone de libre circulation des biens et des personnes. Cette imitation maghrébine du processus européen resta néanmoins inachevée, car ce projet ambitieux fut très tôt miné par la vieille rivalité entre le Maroc et l’Algérie.

Cinq ans plus tard, le 24 août 1994, suite à un attentat commis contre l’hôtel Atlas - Asni à Marrakech, le Maroc imposait le visa pour les Algériens. Soutien indéfectible du Front Polisario, l’Algérie répondait par la fermeture de sa frontière terrestre avec son voisin occidental. Les contentieux ne manquent plus entre Alger et Rabat.

Outre la question du Sahara occidental annexé par le Maroc, l’Algérie se méfie depuis soixante ans des revendications territoriales de son voisin. Dès la fin du protectorat français en 1956, l’Istiqlal, le parti indépendantiste, évoque un « Grand Maroc », soit un royaume qui engloberait non seulement le Sahara occidental à l’époque espagnol, mais aussi toute la Mauritanie, l’Ouest sahélien du Mali jusqu’aux portes de Tombouctou et l’Ouest algérien avec les régions de Tindouf, de Béchar, d’In Salah et de Figuig.

17416saharafemmes_soldat_copy3.jpg

Ces dissensions frontalières suscitent d’ailleurs entre septembre 1963 et février 1964 un conflit armé entre le jeune État algérien et le royaume alaouite : la « Guerre des Sables ». Ni l’Égyptien Gamal Abdel Nasser, ni le président tunisien Habib Bourguiba ne parviennent à arrêter les combats. Le cessez-le-feu entre les belligérants revient finalement à la médiation conjointe de l’empereur éthiopien Hailé Sélassié et du président malien Modibo Keïta. Sur le terrain, l’armée royale marocaine a nettement triomphé de l’Armée de libération nationale. La victoire de Rabat contribue à affaiblir Ahmed Ben Bella et permet en 1965 le coup d’État de Houari Boumédiène. En janvier 1976, soldats algériens et marocains s’affrontent encore pendant deux jours à Amgala. Le 13 novembre 2020, l’armée marocaine intervient en force contre le Polisario afin de débloquer un axe routier près de Guerguerat. Il en découle une reprise d’intenses combats entre les Marocains et la rébellion sahraouie.

Depuis cet été 2021, on assiste à une escalade entre les deux États. Fragilisé par le Hirak, la forte contestation de la société civile lasse de subir la corruption et l’incompétence du FLN, de ses avatars politiciens et d’une clique militaire, ainsi que par les revendications autonomistes croissantes de la Kabylie, le gouvernement algérien rompt, le 24 août 2021, ses relations diplomatiques avec le Maroc. La mort, le 1er novembre dernier, de trois chauffeurs routiers qui effectuaient le trajet entre la Mauritanie et l’Algérie par des drones marocains crispent encore plus les relations bilatérales.

Les griefs de l’Algérie contre le Maroc sont variés. Alger dénonce la mainmise marocaine sur le Sahara occidental. Le ministre algérien des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, désigne le représentant du Maroc à l’ONU, Omar Hilale, comme un soutien actif au Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie interdit, clandestin et classé comme terroriste. Les incendies de cet été qui ont ravagé les forêts algériennes seraient des actions subversives marocaines. Enfin, l’Algérie n’apprécie pas que son voisin ait rallié les « accords d’Abraham » et établi des relations diplomatiques avec l’État d’Israël. En septembre dernier, l’Algérie a aussi fermé son espace aérien à tout aéronef entrant et sortant du Maroc…

western-sahara-war-740980bd-9326-4d1b-968f-5e6217cff16-resize-750.jpeg

L’accord entre Israël et le Maroc n’est pas une surprise. En échange de cette reconnaissance, les États-Unis de Donald Trump valident les droits légitimes de Rabat sur le Sahara occidental. Une importante communauté juive a longtemps vécu au Maroc. Sous le protectorat français, le drapeau marocain portait parfois en son centre une étoile à six branches. Descendant du prophète Mahomet et  « Commandeur des croyants », le roi du Maroc, apte à contenir les poussées islamistes, peut se permettre de telles initiatives. À la fin des années 1970, Hassan II fit condamner par ses oulémas et ses cadis les écrits de l’ayatollah Khomeiny jugés « hérétiques ». La dynastie marocaine entretient enfin de nombreux liens familiaux avec les principales tribus berbères si bien que le Maroc est un royaume de langue arabe avec un fort substrat ethnique berbérophone.

Tous ces faits agacent l’Algérie, adepte depuis l’indépendance d’un centralisme arabo-musulman à l’encontre des Kabyles et des Touaregs. Incapable de résoudre les crises économique et sociale, le gouvernement a interdit à compter du 1er novembre dernier l’usage du français dans les administrations et dans l’enseignement. Si le pouvoir algérien avait utilisé au cours des précédentes décennies une partie de l’argent des hydrocarbures à constituer un corps d’enseignants du premier degré dévoué à l’«algérianité» à l’instar des tristement célèbres «Hussards noirs» de la IIIe République française, une « assimilation » au modèle stato-national algérien aurait peut-être pu se réaliser. Mais c’était sans compter sur l’avidité matérielle illimitée de la caste et de ses factions.

Une nouvelle « guerre des sables » pourrait survenir dans les prochaines semaines, sinon dans les prochains mois. Fortement appuyée par la Russie et la Turquie, l’Algérie dispose dorénavant, avec l’Afrique du Sud et le Rwanda, de l’armée la plus puissante du continent africain. Une guerre à la fois cybernétique et conventionnelle telle qu’elle vient d’être pratiquée par l’Azerbaïdjan contre l’Artsakh et l’Arménie, montrerait sa supériorité technique et tactique sur les troupes marocaines. On a oublié qu’au début de ce siècle, des cénacles néo-conservateurs étatsuniens envisageaient l’adhésion de l’Algérie à l’OTAN…

Il faut par conséquent suivre avec la plus grande attention tout ce qui se trame au Maghreb. Plusieurs foyers d’instabilité (la Tunisie, la Libye, le Sahel malien et nigérien, et maintenant le Maroc) entourent l’Algérie. Une guerre entre l’Algérie et le Maroc aurait de graves répercussions en France, en Belgique et en Allemagne où vivent des communautés immigrées originaires de ces États. Rien n’empêcherait qu’elles y importent une violence exacerbée.

Plus que jamais, en proie à des turbulences historiques, la rive Sud de la Méditerranée est à surveiller avec la plus grande attention possible.

GF-T

  • « Vigie d’un monde en ébullition », n° 10, mise en ligne sur Radio Méridien Zéro du 16 novembre 2021.

vendredi, 19 novembre 2021

La communauté du renseignement américain définit ses priorités

intel-community_0.png

La communauté du renseignement américain définit ses priorités

Leonid Savin

Ex: https://www.geopolitica.ru/en/article/us-intelligence-community-sets-out-its-priorities

Le jeudi 30 septembre 2021, la commission du renseignement de la Chambre des représentants des États-Unis a approuvé le budget de l'exercice 2022 pour le renseignement et les activités liées au renseignement. Ces activités couvrent le travail du ministère de la Défense, de la CIA, du bureau du directeur du renseignement national, de la Defense Intelligence Agency, de la National Security Agency, des départements de l'armée, de la marine et de l'armée de l'air, des garde-côtes, du département d'État, du département du Trésor, du département de l'énergie, du département de la justice, du FBI, de la Drug Enforcement Administration, de la National Geospatial-Intelligence Agency, du National Reconnaissance Office et du département de la sécurité intérieure. Comme on peut le constater, on s'attend à une étroite coopération et coordination inter-agences. Avec une compréhension générale des priorités américaines en matière de renseignement, il est possible de dresser un tableau plus précis de ce que les États-Unis feront l'année prochaine: dans quelles régions ils augmenteront leur activité et sur quels domaines ils se concentreront le plus.

Le texte complet de la loi sur l'autorisation du renseignement pour l'année fiscale 2022 compte 155 pages et est disponible sur le site Web de la commission du renseignement.

Les plans de la communauté du renseignement américaine comprennent 12 grands domaines d'intervention pour lesquels des fonds seront alloués.

1. "Prise en charge des victimes d'incidents sanitaires anormaux". Le projet de loi comprend des dispositions découlant de la surveillance approfondie par le HPSCI [House Permanent Select Committee on Intelligence] de la réponse de la communauté du renseignement aux incidents de santé anormaux, qui ont touché de nombreux officiers de la CI et employés du gouvernement, leurs conjoints et leurs enfants."

Il s'agit du "syndrome de La Havane". Des responsables américains ont récemment déclaré que des employés américains avaient également eu des problèmes de santé dans d'autres pays. Officiellement, la décision a été prise afin d'améliorer et de standardiser la fourniture de soins médicaux de qualité aux fonctionnaires du gouvernement qui ont connu un incident de santé anormal. Pour la CIA en particulier, cela devrait permettre de garantir le plus haut niveau de service aux employés dans toutes les activités.

2. "Se préparer à la prochaine pandémie". Le projet de loi prend plusieurs mesures pour mettre la CI dans une position plus forte pour faire face à la prochaine pandémie. Le projet de loi renforce considérablement les pouvoirs du Centre national de lutte contre la prolifération pour qu'il puisse faire face à l'ensemble des menaces biologiques étrangères et fournir des indications et des avertissements sur les menaces biologiques émergentes. Le projet de loi comprend également un rapport évaluant la valeur de l'ajout du Bureau de la sécurité nationale du Département de la santé et des services sociaux à la Communauté du renseignement, ainsi que l'obligation de produire des rapports supplémentaires sur la position de la CI contre les menaces biologiques étrangères de toutes sortes. L'annexe classifiée comprend plusieurs dispositions sur la préparation à la pandémie et la sécurité sanitaire mondiale."

La communauté américaine du renseignement

Le président américain Joe Biden s'est adressé au personnel de la communauté du renseignement lors d'une visite au bureau du directeur du renseignement national, en Virginie, en juillet 2021.

Cela soulève un dilemme : la communauté du renseignement américaine sait-elle déjà qu'il va y avoir une nouvelle pandémie ou prend-elle simplement des mesures de précaution? À en juger par l'activité accrue des laboratoires biologiques du Pentagone dans le monde et les nouvelles données sur le coronavirus, les États-Unis pourraient bien être en train de préparer une nouvelle épidémie, d'où les nouveaux pouvoirs des autorités officielles du pays.

3. "Afghanistan - Perspectives d'avenir". Le projet de loi exige un National Intelligence Estimate ... sur les menaces et les opportunités découlant de l'Afghanistan au cours des deux prochaines années, y compris les relations entre les talibans et la Chine, l'Iran, le Pakistan et la Russie, l'approche des talibans en matière de droits de l'homme, ainsi que la sécurité et la capacité de sécuriser le transit des alliés afghans des États-Unis. Le projet de loi exige également un rapport détaillé sur notre capacité actuelle à collecter des renseignements concernant l'Afghanistan, y compris la détection et la prévention de toute menace accrue pour la patrie, et une évaluation de la façon d'améliorer nos capacités après le retrait des États-Unis."

Ce point montre que les États-Unis continueront à surveiller de près la région. Bien que les Talibans aient détruit une partie de l'infrastructure déployée par les services de renseignement américains, Washington a l'intention de rétablir une présence clandestine en Afghanistan (il existe encore quelques cellules dormantes et des agents infiltrés). Il est également intéressant de noter qu'il est question de contrôler les liens des talibans avec d'autres pays et que l'accent est mis sur certains alliés afghans, c'est-à-dire ceux qui défendent les intérêts américains dans la région.

4. "La Chine et le contre-espionnage". Le projet de loi exige que la division du contre-espionnage du FBI effectue une évaluation de la sécurité de tout produit ou service d'origine chinoise avant que le FBI ne se procure ce produit ou service. Une autre disposition prévoit un rapport sur la coopération entre la Chine et les EAU en matière de défense, de sécurité, de technologie et d'autres questions."

Il s'agit d'un problème technologique, puisque diverses entreprises chinoises soupçonnées d'espionnage se sont implantées aux États-Unis.

5. "Comprendre la suprématie blanche transnationale". Le projet de loi comprend une disposition détaillée qui comble les lacunes en matière de renseignement et permet à l'Amérique de mieux se concentrer sur les menaces extrémistes suprématistes blanches transnationales. Plus précisément, ce projet de loi améliorera la capacité des agences fédérales de renseignement à hiérarchiser les menaces extrémistes suprématistes blanches, y compris les liens avec des groupes internationaux et leurs finances. Il impose au National Counterterrorism Center - aux côtés du Federal Bureau of Investigation et du Department of Homeland Security - d'explorer et d'analyser de manière plus approfondie l'idéologie et les objectifs qui animent les groupes suprématistes blancs ayant des liens transnationaux, y compris leur direction et leur structure opérationnelle."

Assaut-au-Capitole-retour-en-images-les-evenements-de-Washington.jpg

Cette section a clairement été influencée par le parti démocrate et les mondialistes, qui ont décidé de déplacer l'attention sur la question des soi-disant "extrémistes blancs". Il est assez étrange qu'il ne soit pas fait mention du fondamentalisme islamique ou des cartels de la drogue, comme si les activités des extrémistes mentionnés représentaient une réelle menace pour la sécurité nationale des États-Unis. L'horreur causée par la prise d'assaut du Capitole américain en janvier 2021 est probablement encore bien ancrée dans l'esprit des fonctionnaires du parti démocrate. Il est plus que probable que les activités des extrémistes blancs fassent référence aux partisans de Donald Trump et du mouvement QAnon. Les théories du complot s'emparent des esprits de la communauté du renseignement américain, bien que, depuis des années, c'est exactement ce que les politiciens américains appellent des enquêtes sur l'ingérence des services de renseignement américains dans les affaires d'autres pays.

6. "Empêcher les anciens agents de renseignement de faire un mauvais usage de leurs compétences". Le projet de loi impose à certains anciens agents de renseignement, qui occupaient des postes particulièrement sensibles, de signaler tout emploi auprès d'un gouvernement étranger lié à la sécurité nationale, au renseignement ou à la sécurité intérieure. Il interdit également ce type d'emploi pendant 30 mois après avoir travaillé au sein de la CI. La disposition prévoit des sanctions pénales pour ceux qui ne la respectent pas, notamment en cas de violation du délai de réflexion, de non-déclaration d'un emploi auprès d'un gouvernement étranger ou de falsification des rapports. L'intention de la disposition est de décourager les anciens employés de la CI de fournir des services de renseignement à des adversaires ou à des pays ayant un mauvais bilan en matière de droits de l'homme."

Ce point caractérise un problème au sein de la communauté du renseignement américain, notamment les menaces d'initiés comme Edward Snowden. Le resserrement des vis au sein des agences et les nouvelles mesures restrictives feront clairement de la communauté du renseignement un lieu de travail moins attrayant pour les citoyens américains.

7. "Promouvoir les droits de l'homme". Plusieurs dispositions font progresser l'intérêt de longue date de la commission pour la protection et la promotion des droits de l'homme. Une disposition aidera le comité à comprendre comment la CI donne la priorité à l'application des sanctions relatives aux droits de l'homme prévues par la loi actuelle, telles que les sanctions globales Magnitsky et l'interdiction Khashoggi. Une autre disposition exige des rapports sur les cyber-vulnérabilités acquises par la CI et sur certains fournisseurs commerciaux étrangers de cyber-vulnérabilités dont les services peuvent être utilisés pour violer les droits de l'homme."

Il s'agit là d'un autre axe des démocrates qui se déploie à l'échelle mondiale. Auparavant, le département d'État mettait l'accent sur le thème de l'application des sanctions et de l'imposition de nouvelles sanctions. Il est clair que la question LGBT sera politisée, et que les services de renseignement américains surveilleront de plus près les représailles contre les homosexuels dans les États qui adhèrent et soutiennent les valeurs traditionnelles.

8. "Détection et surveillance des feux de forêt aux États-Unis". Le projet de loi exige que la National Geospatial Intelligence Agency dirige un examen coordonné et interagences avec le ministère de la Défense et les organisations du National Interagency Fire Center, afin d'évaluer les capacités techniques existantes et les possibilités futures de détection et de surveillance des feux de forêt. Cette mesure permet de s'assurer que le gouvernement exploite toutes les ressources possibles, dans le cadre des autorités existantes, pour fournir des informations précises et opportunes aux pompiers qui luttent contre les incendies de forêt, y compris dans l'ouest des États-Unis.

C'est probablement le seul point visant à protéger réellement les intérêts nationaux américains.

9. "La compétition entre grandes puissances dans la 'zone grise". Les États-Unis sont confrontés à de nouvelles formes de concurrence et de menaces de la part d'adversaires utilisant des tactiques qui se situent sur un spectre entre la politique ordinaire et la guerre ouverte. Le projet de loi contient une disposition rendant obligatoire un National Intelligence Estimate qui utilise les rapports classifiés de l'IC pour décrire comment les adversaires étrangers utilisent les activités de la zone grise pour faire avancer leurs intérêts et évaluer quelles réponses américaines amèneraient nos adversaires à intensifier - ou désescalader - cette activité".

27-Figure2-1.png

Nous constatons ici que l'accent est mis sur les activités des États et des acteurs non étatiques que les États-Unis jugent incompréhensibles ou inacceptables. Il s'agit notamment de la revendication par la Chine d'une partie de la mer de Chine méridionale, de la situation dans le sud-est de l'Ukraine, de la présence de la Russie en Syrie, etc. Les États-Unis entendent généralement par "zone grise" toute activité qui menace les intérêts américains de quelque manière que ce soit.

10. "Protection des employés de la CI". Une disposition vise à obtenir des informations sur les cas dans lesquels l'inspecteur général de la DIA [Defense Intelligence Agency] a étayé des allégations de représailles ou d'abus de pouvoir contre des responsables de la DIA, et sur la manière dont les décisions disciplinaires qui en ont résulté ont été prises. Cela renforce également le besoin critique d'indépendance de l'IG [inspecteur général] par rapport à la direction de l'agence. Cela a pour effet de garantir que les employés de cette agence voient leurs allégations faire l'objet d'une enquête complète et approfondie et que les hauts dirigeants et les gestionnaires à tous les niveaux soient tenus responsables de leurs actions."

Un autre problème interne à la communauté du renseignement américain qu'ils vont tenter de résoudre.

11. "Faire la lumière sur l'extrémisme saoudien". Le projet de loi exige que le directeur du renseignement national prépare un rapport détaillé sur la menace des idéologies extrémistes propagées depuis l'Arabie saoudite et sur l'échec du gouvernement saoudien à empêcher la propagation de ces idéologies.

Ce point va clairement détériorer les relations entre les États-Unis et l'Arabie saoudite. Si Riyad s'est peut-être senti à l'aise sous l'administration de Donald Trump, il est possible que les démocrates exercent une pression politique accrue, voire imposent des sanctions intelligentes à l'Arabie saoudite en réponse à certains problèmes. Cela obligera le royaume à ajuster sa politique étrangère.OVNI

12. "Poursuite persistante des phénomènes aériens inexpliqués". Suite à une audition bipartisane sur les phénomènes aériens inexpliqués (UAP), le projet de loi comporte une disposition bicamérale rendant obligatoire le partage des renseignements avec le groupe de travail UAP du ministère de la Défense. Cette disposition garantira que le groupe de travail sera en mesure de tirer pleinement parti de tous les rapports classifiés sur les UAP, alors qu'il continue à enquêter sur cette mystérieuse menace pour l'espace aérien américain et nos forces militaires".

Bien que le terme OVNI ne soit pas utilisé, c'est exactement ce dont il s'agit. Les États-Unis ont commencé à parler plus ouvertement de ces phénomènes étranges issus du domaine de la science-fiction. On ne sait pas dans quelle mesure cette approche est justifiée, mais, combinée au point sur les extrémistes blancs, cette fascination pour les phénomènes aériens inexpliqués pue le complot.

Tadjikistan: douze ponts vers le passé

Image1-3.jpg

Tadjikistan: douze ponts vers le passé

Victor Dubovitsky

Ex: https://www.geopolitica.ru/article/dvenadcat-mostov-v-proshloe

L'Asie centrale est bien consciente que la menace n'est pas tant la guerre (ici, la Russie, comme toujours, apportera son aide !) que le conflit civil croissant en Afghanistan, qui poussera des centaines de milliers, voire des millions, de réfugiés à quitter le pays. Et Dieu nous en préserve, s'il ne s'agit que de civils, pas de personnes désespérées coincées par des talibans armés...

Le survol du Tadjikistan et de l'Ouzbékistan par des dizaines d'avions de guerre et d'hélicoptères afghans du 15 au 17 août, ainsi que l'arrivée de milliers de soldats afghans "à pied et par voie terrestre", ont provoqué un sentiment de déjà-vu chez les témoins des événements survenus à la frontière il y a trente ans. En 1996, un millier et demi de soldats et d'officiers des forces gouvernementales vaincues par les talibans et dirigées par six (!) généraux de mouture soviétique se sont installés sur la rive droite du Panj. Ils ont été rapidement désarmés par le contingent des casques bleus du CST et renvoyés dans la province de Balkh, toujours sous le contrôle du président B. Rabbani, via l'Ouzbékistan.

Au moment de l'opération américaine "Liberté immuable" en Afghanistan en octobre 2001, le Tadjikistan avait déjà fait connaissance avec les réfugiés afghans : les ethnies tadjiks, ouzbeks et autres non-Pachtounes vivant dans les provinces septentrionales de Kunduz, Baglan et Takhar, ont ressenti la main lourde des talibans en 1998, et se sont déversées à la frontière du Panj. La situation a été sauvée par les gardes-frontières russes, qui ont surveillé (ou plutôt protégé) les frontières séparant le pays d'Asie centrale de l'Émirat islamique d'Afghanistan et ont trouvé un lieu pour abriter les migrants forcés sur les îles dans le "no man's land" au milieu du fleuve. Ici, en coopération avec le ministère tadjik des situations d'urgence, des camps de tentes ont été installés et environ six mille personnes ont reçu de la nourriture et des soins médicaux. La Croix-Rouge et l'ONU ont participé à leur approvisionnement. La situation a été sauvée par l'offensive réussie de l'Alliance du Nord, qui a débarrassé les provinces frontalières du nord des talibans pendant une longue période. Les réfugiés ont pu rentrer chez eux.

putin-warns-against-radical-islam-spillover-from-afghanistan.jpg

Cependant, l'Alliance du Nord a rapidement subi une défaite après l'autre et, en octobre 2001, elle ne contrôlait plus que 5 % des régions montagneuses du nord-est de l'Afghanistan. La République du Tadjikistan a de nouveau accueilli des réfugiés, mais pas des habitants ordinaires des villages frontaliers, mais des familles des commandants de terrain du Nord du pays - environ 8000 femmes et enfants se sont installés à Douchanbé, Kulyab et Kurgan-Tyube. En outre, il existe plusieurs milliers d'entrepreneurs afghans qui ne se considèrent pas comme des réfugiés mais qui ne veulent pas non plus rentrer chez eux. C'est à eux que l'on doit d'avoir relié le Tadjikistan au système financier musulman international hawala: ses courtiers (dans les bazars Karvon et Sakhovat de Douchanbé, ainsi que dans le centre commercial Sadbarg) assuraient avec rapidité et fiabilité l'achat de voitures aux Émirats arabes, l'envoi d'argent de travailleurs migrants de Moscou et de Saint-Pétersbourg et des milliers d'autres services confidentiels !

Il est bon de rappeler ici que les lignes de démarcation actuelles du Panj et de l'Amu Darya ne sont devenues une frontière infranchissable qu'en 1934. De plus, cette barrière d'eau était poreuse dans les deux sens. De plus, ce front fluvial était poreux des deux côtés, tant pour les commerçants pacifiques et les cortèges de mariage que pour les réfugiés de "diverses adversités", qu'il s'agisse de famine ou de répression politique. Dans les années 1920, l'Afghanistan est devenu le foyer de centaines de milliers de ressortissants des pays d'Asie centrale en désaccord avec la domination soviétique. Lorsque l'Armée rouge est arrivée à Boukhara dans la première moitié des années 1920, quarante-quatre mille familles, soit plus de deux cent mille personnes, ou environ 25 % de la population du Tadjikistan, ont fui vers l'Afghanistan à partir des seules régions frontalières tadjikes, selon les documents officiels.

Quarante mille autres ont quitté les régions frontalières de l'Ouzbékistan pour l'Afghanistan. Un nombre similaire de Tadjiks, d'Ouzbeks et de Turkmènes (et de Caucasiens, de Russes et d'autres) ont fui vers l'Afghanistan entre 1925 et 1932 lors de la collectivisation, qui s'est accompagnée de l'émancipation des femmes et d'une lutte contre la religion. La plupart des émigrants (muhajirs) ont préféré ne pas s'enfoncer plus profondément dans l'Afghanistan et se sont installés le long de la frontière. De nombreux émigrants n'étaient pas pressés d'adopter la citoyenneté afghane, et attendaient la chute prochaine du régime soviétique. Cela a tenu en haleine les deux parties, afghane et soviétique. L'exode a fortement diminué au milieu des années 1930, lorsque les Soviétiques ont considérablement renforcé leur position dans la région et, surtout, ont fermé de manière sûre leurs frontières avec l'Afghanistan et d'autres voisins du sud. Depuis lors, la communauté d'immigrants dans les pays limitrophes de l'Asie centrale soviétique ne s'est plus reconstituée, et les liens avec la patrie Pori daryo ("au-delà de la rivière") ont cessé.

L'apparition de plus d'un demi-million de migrants - Tadjiks, Ouzbeks et Turkmènes - a eu un impact sur la démographie et les relations interethniques en Afghanistan, renforçant la position des Asiatiques centraux du nord (Shimoli) face aux Pachtounes du sud et de l'est. Elle a également contribué au développement économique, faisant du nord la partie la plus développée de l'Afghanistan, car les nouveaux arrivants ont apporté avec eux non seulement de nouveaux travailleurs mais aussi de meilleures compétences agricoles acquises pendant les années d'appartenance à l'Empire russe, ainsi que de nouvelles cultures.  L'Afghanistan, à son tour, a accepté volontiers les réfugiés des autres régions soviétisées d'Asie centrale. Les Turkmènes, en particulier, ont reçu 3,5 poods de blé par mois et 30 roupies par membre de la famille. Dans le même temps, les unités et les individus qui avaient franchi la frontière ont été désarmés. En 1922, la situation change et les réfugiés commencent à être considérés comme une ressource militaire et politique viable ; des armes leur sont rendues et des groupes de combat sont formés.
La fuite massive des Tadjiks vers le nord de l'Afghanistan pendant la guerre civile de 1992-1997 nous est plus familière. Selon diverses sources, entre cinquante et soixante-dix mille personnes ont fui la vallée du Vakhsh pour rejoindre les provinces de Balkh, Kunduz, Takhar et Badakhshan. Ils ont été utilisés par l'opposition tadjike pour former leurs groupes militants et être transférés sur le territoire du Tadjikistan.

Grâce à la mission de l'ONU au Tadjikistan, quelque quarante-sept mille personnes sont rentrées chez elles. On ne sait pas encore combien se sont "dispersés" en Afghanistan et au Pakistan. Apparemment, ce sont eux et leurs descendants qui sont maintenant devenus une ressource de mobilisation pour le groupe Ansorullah dirigé par un Tadjik de souche, Mahdi Arsalon (Muhammad Sharipov), qui a proclamé à plusieurs reprises son intention de construire un califat dans sa patrie sur le modèle de l'Afghanistan. C'est cette armée que les talibans ont maintenant chargé de protéger la frontière avec le Tadjikistan.

Fin octobre 2021, le nombre total de réfugiés afghans, ou plutôt de Tadjiks, d'Ouzbeks, de Turkmènes et d'autres "non-Pachtounes", dépassait les quinze mille, et il continue de croître rapidement : selon les gardes-frontières tadjiks, 500 à 600 personnes tentent de franchir la frontière chaque jour. Beaucoup y parviennent. En cas de guerre civile à grande échelle dans le nord de l'Afghanistan, un chiffre de cent à cent cinquante mille personnes est tout à fait prévisible pour le Tadjikistan. Il est clair que ni les voisins de la république ni la Russie n'accepteront de partager ce fardeau. Dans certains scénarios, on ne peut que supposer que l'Ouzbékistan accepterait d'accueillir des réfugiés d'origine ouzbèke.

Dans une période d'euphorie au début d'"Enduring Freedom", le Tadjikistan a construit douze ponts sur le Panj-Amu Darya (d'Ishkashim au Lower Panj) vers l'Afghanistan voisin avec l'argent américain. Ce projet logistique grandiose a été conçu dans la république montagneuse comme un moyen de renouer des liens avec des compatriotes brisés par le régime soviétique et de briser le blocus des transports par l'Ouzbékistan et le Kirghizstan, à la frontière desquels se déroulent des conflits permanents. Aujourd'hui, les "ponts de l'amitié" sont hérissés de troncs et de barbelés des deux côtés. ....

jeudi, 18 novembre 2021

Un ordre mondial multipolaire, contre-projet au "one world"

ob_f9fe6e_multipolarite-chine.jpg

Un ordre mondial multipolaire, contre-projet au "one world"

par Andreas Mölzer

Ex: https://andreasmoelzer.wordpress.com/2021/11/11/eine-multipolare-weltordnung/

Que le monde était simple, que la politique mondiale était claire, lorsqu'il y avait encore les deux grands blocs de puissance, l'OTAN dominée par les Etats-Unis et le Pacte de Varsovie dominé par les Soviétiques. Lorsque l'Ouest libre et le bloc communiste de l'Est s'affrontaient. Rien d'autre n'avait d'importance, le reste était le tiers monde et la Chine communiste, etce reste somnolait dans un strict isolement. Avec l'effondrement du socialisme réellement existant, donc celui du bloc soviétique, certains observateurs politiques pensaient que la victoire de la démocratie occidentale à l'échelle mondiale était désormais imminente, qu'il n'y aurait donc qu'une seule superpuissance, à savoir les États-Unis et leurs alliés en Europe, et donc la domination de la démocratie occidentale. On pensait que cette démocratie occidentale devait s'imposer dans le monde entier et que la religion civile des droits de l'homme devait planer au-dessus d'elle, en quelque sorte comme une maxime morale et éthique ultime à vocation humaine globale. L'ensemble de la communauté internationale, des anciennes républiques communistes soviétiques aux pays en développement, des pays émergents aux États islamiques, tous, absolument tous devraient se plier à ce modèle occidental de société et d'État, le néolibéralisme en tant que modèle d'ordre, le libre-échange, l'économie de marché libre en tant que système économique l'emportant sur tous autres régimes et toutes autres considérations. "One world", un monde uniformisé au sens du politiquement correct, deviendrait ainsi en quelque sorte le telos final de l'histoire de l'humanité.

Cette conception d'un nouvel ordre mondial, entièrement développée dans l'esprit du néolibéralisme et du capitalisme tardif, n'était curieusement pas très éloignée des concepts culturels communistes 1) de l'homme nouveau dans une société sans classes et 2) du dépassement des différences ethniques et culturelles. Les deux conceptions, tant la conception néolibérale de l'uniformisation globale des nations que la conception communiste culturelle du nivellement de l'individu en soi, ignoraient la différence et la diversité des êtres humains, de leur évolution sociale et de leurs spécificités culturelles. Et c'est pour cette raison que ces deux concepts ont échoué.

Au cours des deux premières décennies du nouveau siècle, un monde multipolaire s'est en effet développé, caractérisé par plusieurs centres de pouvoir politique, par une multitude d'"acteurs" mondiaux et par des valeurs étatiques totalement différentes. Dernièrement, l'échec des conceptions néolibérales du "monde unique" a été mis en évidence par le fiasco désastreux de la politique américaine en Afghanistan. C'est ainsi qu'à côté des pays industrialisés occidentaux, de la superpuissance traditionnelle et mondiale que sont les Etats-Unis, de l'Etat nord-américain qu'est le Canada et de l'Europe en voie d'intégration, nous trouvons toute une série d'autres centres de politique de puissance sur cette planète. La Russie de Vladimir Poutine, qui a pu se consolider après la chute et l'éclatement de l'Etat multiethnique soviétique, joue ici un rôle politique mondial, tout comme la Chine, en plein essor économique. Le monde islamique joue également un rôle, tout comme les pays émergents d'Amérique du Sud autour du Brésil, mais aussi l'Inde et le continent australien.

Certains modèles d'organisation, traditionnels et dépassés, tels que le Commonwealth britannique, seraient ici réduits à une simple enveloppe historique et la domination existante, telle que celle que les Etats-Unis ont réussi à exercer avec l'OTAN, serait relativisée. Bien sûr, les Américains restent la plus grande puissance militaire de la planète, mais les déchirements internes, le déclin structurel et économique relativisent considérablement cette puissance militaire. Quant aux Européens, qui pourraient encore être le centre économique de la planète, ils deviennent, en raison d'une décadence sociale croissante et d'un manque de courage politique, un "acteur" de second plan dans la politique mondiale.

Restent la Russie de Vladimir Poutine et la Chine communiste avec son système économique capitaliste d'État. Après l'intermède de Boris Eltsine, la Russie est revenue depuis longtemps sur la scène politique mondiale et y joue un rôle important et tout à fait mesuré. Comparé aux aventures militaires des Etats-Unis, qui se soldent généralement par des fiascos, l'engagement militaire de Poutine en Syrie, par exemple, est limité mais efficace. Le dirigeant syrien Assad n'a pu s'imposer qu'avec l'aide de la Russie. Quant à la Chine, le régime du PC a réussi à garantir une certaine prospérité à ses citoyens tout en devenant le rival économique des puissances occidentales dans le monde. Depuis longtemps, la puissance économique chinoise a un statut d'égal à égal avec les États-Unis et l'Union européenne.

Cette multipolarité de l'ordre mondial actuel est également liée à une pluralité des systèmes sociaux et économiques, des valeurs qui sous-tendent les différentes puissances. Il s'agit d'une part des démocraties de type occidental, où l'on observe déjà, aux États-Unis, des signes de dissolution démocratique ou des divisions entre deux camps antagonistes, qui ne peuvent plus être surmontés par la voie du consensus démocratique.

41eUHm9dYcL._AC_SY780_.jpg

Les démocraties dirigées, telles qu'elles existent par exemple dans la Russie de Poutine, n'en sont pas si éloignées du point de vue qualitatif. Et les systèmes autoritaires, comme la dictature du PC en Chine ou l'État islamique et théocratique en Iran, ou encore diverses oligarchies dans les pays émergents, montrent qu'il existe ici une diversité de systèmes d'ordre politique qui ne peuvent pas être mesurés à l'aune des critères occidentaux ou européens. C'est probablement une conséquence de l'ancienne vision euro-centrique du monde que les Européens, et à leur suite les Américains, ont cru que les valeurs et les conceptions de l'État européennes ou occidentales devaient s'imposer dans le monde entier. Dans un monde multipolaire, il faut renoncer à cette idée. Et même les droits de l'homme prétendument universels ne sont que partiellement valables et applicables dans ce contexte. Dans la société des castes en Inde, dans les États d'Afrique noire avec des structures tribales traditionnelles, mais aussi dans des pays comme le Cuba communiste, d'autres critères sont appliqués. La question de savoir qui s'imposera dans cet ordre mondial multipolaire et qui occupera la position de leader reste ouverte. L'hégémonie mondiale des Etats-Unis appartient en tout cas à l'histoire, la Pax Americana est du passé. Cela ne signifie pas pour autant qu'un ordre mondial chinois doive s'imposer, mais plutôt qu'un concert de puissances mondiales pourrait voir le jour. Et de nouvelles puissances mondiales pourraient également émerger. Les puissances régionales actuelles comme l'Inde, l'Iran, le Brésil et la Turquie affichent clairement leurs ambitions de dépasser leurs sphères d'influence régionales actuelles.

Pour nous, Européens, la question se pose de savoir si nous avons encore un rôle à jouer dans ce concert de puissances mondiales, tel qu'il semble caractériser le 21ème siècle. Les grandes puissances traditionnelles comme la France et le Royaume-Uni sont livrées à elles-mêmes face aux nouvelles échelles, trop faibles aussi pour cela. L'Allemagne, première puissance économique de l'Union européenne, évite jusqu'à présent de mener une politique de puissance, quelle qu'elle soit. L'Union dans son ensemble va de crise en crise et ne parvient pas vraiment à s'imposer comme un "acteur" de la politique mondiale et de la politique de puissance. Et jusqu'à présent, il n'y a guère de tendances contraires. Les forces centrifuges entre les puissances européennes deviennent plutôt plus efficaces, et le Brexit n'a peut-être été qu'une première étape. Et pourtant, il faut le constater : la seule chance des nations européennes de s'affirmer à l'avenir sur la scène politique mondiale réside dans l'union.

Le nouveau capitalisme absolu-totalitaire, enfant de 68

https _i.ytimg.com_vi_ibn-eCCDhc0_hqdefault.jpg

Le nouveau capitalisme absolu-totalitaire, enfant de 68

Diego Fusaro

Ex: https://www.geopolitica.ru/es/article/el-nuevo-capitalismo-absoluto-totalitario-hijo-del-68

Le nouvel esprit du capitalisme est a) totalitaire, car il occupe la réalité matérielle et immatérielle de manière totale et absolue, devenant comme l'air que nous respirons, saturant l'espace du monde (globalisation) et celui de la conscience, avec une colonisation de l'imaginaire, où tout est pensé sous forme de marchandise (dettes et crédits scolaires, location d'utérus, investissements affectifs, etc.). Il est également b) absolu, puisqu'il est désormais parfaitement "complet" (absolutus), c'est-à-dire réalisé dans son propre concept (tout, sans résidu, est devenu une marchandise): et il est parfaitement complet précisément parce qu'il est "libéré" (solutus ab) de toute limitation qui pourrait encore entraver, empêcher ou même ralentir son développement.

Malencontreusement salué comme un processus révolutionnaire d'opposition à l'ordre capitaliste, 1968 - comme le montre L'avenir nous appartient - doit être interprété, de manière diamétralement opposée, comme le mythe de la fondation du turbo-capitalisme: et, plus précisément, comme le point de passage décisif de la phase dialectique à la phase spéculative, et donc comme un moment entièrement inscrit dans la logique dialectique du capitalisme lui-même. En une formule, 1968 marque l'émancipation non pas du capitalisme [dal capitalismo, dans l'original italien], mais du capitalisme lui-même [del capitalismo, dans l'original ; Fusaro joue avec les mots dal et del en italien] : le capitalisme se débarrasse, uno motu, de la conscience bourgeoise malheureuse (remplacée par l'inconscience heureuse du consommateur plus-satisfait) et des luttes pour la reconnaissance du travail servile.

Ces dernières sont remplacées par les nouvelles luttes pour la libéralisation individualiste de la consommation et des mœurs (qui renforcent l'ordre de production au lieu de l'affaiblir) et pour l'économisation des conflits, c'est-à-dire par des luttes qui ne contestent pas le capitalisme, mais qui, en réclamant simplement de meilleures conditions salariales en son sein, l'assument comme un horizon indéfendable. Compris de cette façon, 1968 est le moment génétique du nouveau et terrifiant capitalisme absolu-totalitaire, qui dissout toutes les identités - y compris celle de classe - et produit une masse amorphe de consommateurs qui se rapportent à l'essentiel dans sa totalité sous forme de consommation : c'est le tournant vers l'individualisation post-bourgeoise, post-prolétarienne, ultra-capitaliste d'aujourd'hui.

Les soixante-huitards, en luttant contre la bourgeoisie, sa conscience malheureuse et ses héritages éthiques, ne luttaient pas, du même coup, contre le capitalisme, mais pour lui, si l'on considère qu'il était conforme à la logique même du développement dialectique du capitalisme de détruire à la fois la bourgeoisie et le prolétariat en tant qu'obstacles à l'extension illimitée de la forme marchandise et de ses pathologies. Plus précisément, le mouvement de 1968, en promouvant un ordre politique de type anarchique et libertaire, opposé aux grandes organisations comme intrinsèquement oppressives, a favorisé plutôt que contrarié la genèse de la dérégulation libérale et la nouvelle figure dialectique du capitalisme absolu-totalitaire, par laquelle il a été rapidement réabsorbé. C'était d'ailleurs l'une des nombreuses preuves du fait que, comme Marx le savait déjà, le capital est protéiforme et adaptable, tant que les formes d'extorsion de la plus-value sont garanties.

Le capitalisme surmonte dialectiquement les exigences antagonistes du prolétariat (lutte des classes, esprit de scission, organisations de partis, passion révolutionnaire) et, en même temps, la conscience bourgeoise malheureuse. Cette dernière représente également une contradiction au sein du capitalisme, non moins que les revendications antagonistes et potentiellement révolutionnaires du prolétariat, si l'on considère que la bourgeoisie a) a sa propre vocation universaliste qui peut la conduire - comme dans le cas de Marx - à remettre en cause le monde capitaliste historique dans lequel elle est la classe dominante, et b) dispose d'une sphère de valeurs et d'éthique qui ne peut être marchandisée et qui est donc en définitive incompatible avec les processus d'omni-mercantilisation propres au capitalisme absolu.

La bourgeoisie et le prolétariat, dans leur conflit dialectique, s'étaient développés dans le cadre de l'éthicité (Sittlichkeit) au sens hégélien, c'est-à-dire dans l'espace réel et symbolique des "racines" solides et solidaires de la vie communautaire, liées à la famille et à l'école, au syndicat et à l'État national souverain. Le capitalisme absolu-totalitaire dés-éthicise le monde de la vie, annihilant toute communauté résiduelle autre que celle, intrinsèquement communautaire, de l'éphémère contrepartie marchande : il déconstruit la famille et les syndicats, l'école et l'État national souverain, produisant l'espace ouvert du monde réduit au marché et habité seulement par des consommateurs déracinés et homologués, sans conscience antagoniste prolétarienne et sans conscience malheureuse postmoderne.

Dés-éthicisée, la société devient une simple société de consommation, un marché cosmopolite peuplé non pas de citoyens d'États-nations, de pères et de mères, mais uniquement de concurrents ; des concurrents qui, en l'absence de tout esprit communautaire, n'ont de rapports que sur la base des principes théorisés par la Richesse des nations d'Adam Smith - la dépendance omnilatérale de la nécessité et l'égoïsme acquisitif - par rapport au brasseur, au boucher et au boulanger.

Plus fort maintenant parce qu'il a traversé "l'immense puissance du négatif" de la scission et du conflit révolutionnaire entre la bourgeoisie et le prolétariat, le capitalisme devient un capitalisme absolu-totalitaire: absolu, parce que - comme on l'a dit - il correspond pleinement à son Begriff [concept] ; totalitaire, parce qu'il a subsumé sous lui toutes les sphères de la production, de l'existence et de l'imagination, du réel et du symbolique.

De même, du côté de la production intellectuelle, la "conscience malheureuse" s'est dissoute et, à la place de la classe dialectique de la bourgeoisie, a pris place une classe globale, qui n'est plus bourgeoise mais ultra-capitaliste, encline à accepter avec désinvolture le "polythéisme des valeurs" et les styles de vie à l'intérieur de la "cage d'acier" du monothéisme idolâtre du marché.

Source première: https://avig.mantepsei.it/single/il-nuovo-capitalismo-assoluto-totalitario-figlio-del-68

Guerre de l'espace : la course à la militarisation de l'espace est relancée

spacemaysoon.jpg

Guerre de l'espace : la course à la militarisation de l'espace est relancée

Paolo Mauri

Source : https://it.insideover.com/difesa/space-warfare-si-riapre-la-corsa-alla-militarizzazione-dello-spazio.html

L'espace est redevenu un environnement dans lequel les puissances mondiales se défient de manière proactive. Depuis la mise en orbite du premier satellite artificiel, l'idée de l'exploiter à des fins militaires a été envisagée, y compris la possibilité de mettre des armes en orbite.

De ce dernier point de vue, c'est en 1967 qu'a été décidé l'OST (Outer Space Treaty), c'est-à-dire le traité sur l'espace extra-atmosphérique basé sur les résolutions de l'ONU datant de 1962-63. Elle établit les principes de référence pour l'utilisation de l'espace, qui peuvent être essentiellement résumés en trois points fondamentaux : son utilisation pacifique, la liberté de chaque pays d'accéder à l'espace et de l'utiliser puisque, comme les corps célestes, il n'est pas soumis à des déclarations de souveraineté, et enfin l'engagement des États à ne pas mettre en orbite des systèmes équipés d'armes nucléaires ou d'armes de destruction massive.

Le défi de la Russie et de la Chine

Le récent essai chinois d'un véhicule de rentrée hypersonique (HGV - Hypersonic Glide Vehicle), qui a volé en orbite basse, ne relève pas de l'OST en raison de ses caractéristiques : il s'agirait d'un FOBS (Fractional Orbital Bombardment System), c'est-à-dire d'un système qui vole à une altitude inférieure à celle couramment utilisée pour les systèmes orbitaux. Le principe du FOBS, développé pour la première fois par l'Union soviétique à l'époque de la guerre froide, suscite l'inquiétude en raison de sa capacité à contourner les défenses antimissiles et aussi de nombreuses capacités d'alerte précoce. Par rapport à un missile balistique intercontinental (ICBM) conventionnel, un FOBS peut en effet effectuer les mêmes attaques mais à partir de directions hautement imprévisibles. Les limites de portée deviennent un facteur non pertinent (l'échelle serait effectivement mondiale) et le moment de la première frappe est également beaucoup moins prévisible.

Chinese_Hypersonic_Gliding_Vehicle.jpg

Même le récent test d'un système russe ASAT (Anti Satellite), qui a touché un satellite désaffecté et généré des débris qui ont même mis en danger l'ISS (International Space Station), a été possible parce qu'il était en dehors des termes du traité. Sa simplicité, en fait, est aussi son point faible: tout d'abord, on ne sait pas exactement ce que l'on entend par "utilisation pacifique" de l'espace et quels comportements peuvent violer cette définition. Il n'est pas non plus question d'interdire l'utilisation de satellites à des fins militaires - pour autant qu'ils ne soient pas équipés d'armes de destruction massive - telles que la collecte d'informations, la surveillance, les communications et la navigation.

Depuis sa naissance en 1967, la simple idée d'armes antisatellites à micro-ondes ou à laser - qui ne relèvent pas du domaine des ADM (armes de destruction massive) - était confinée à la science-fiction et n'était donc pas envisagée. Comme indiqué, l'OST n'interdit pas l'utilisation d'armes antisatellites terrestres traditionnelles, telles que les missiles ASAT, ni le développement de systèmes à double nature, tels que des satellites capables de ravitailler et de réparer d'autres satellites qui peuvent être rapidement convertis en systèmes capables de détruire des moyens spatiaux ennemis.

L'évolution de la guerre spatiale

La guerre spatiale connaît aujourd'hui un renouveau, car les moyens spatiaux - ou les moyens liés à l'espace - sont des catalyseurs et des multiplicateurs de la force militaire pour les puissances mondiales: le champ de bataille d'aujourd'hui (et de demain) est multi-domaines, multi-couches, fusionnant les environnements terrestre, maritime, aérien, cybernétique et spatial.

Nous vivons aujourd'hui une époque où nous reprenons un chemin (bien qu'avec des objectifs différents) qui semblait abandonné dans les années 1980: à cette époque, aux États-Unis, la SDI (Strategic Defense Initiative), communément appelée "Guerre des étoiles", était lancée. À l'époque, le Pentagone avait l'intention de se doter d'un "bouclier spatial" pour frapper les véhicules de rentrée des missiles balistiques soviétiques et éliminer les satellites adverses.

1101830404_400.jpg

Aujourd'hui, nous vivons dans une période historique que nous pouvons définir comme "post-traité", qui a vu la disparition - entre autres - du traité ABM (Anti Ballistic Missile), ce "bouclier" est devenu une réalité (bien qu'avec des considérations sur son efficacité réelle) et donc l'activité ASAT est ressuscitée sous toutes ses formes.

Qu'est-ce que la guerre antisatellite ?

Les options pour la guerre antisatellite prévoient un certain nombre de systèmes différents: des armes à radiofréquence installées sur des véhicules en orbite, des lasers terrestres de grande puissance, des véhicules de manœuvre pour les opérations spatiales (tels que les satellites de mines) et le lancement de missiles antisatellites depuis le sol et depuis des avions tels que l'Asm-135. Il s'agissait d'un missile lancé par un F-15 Eagle spécialement modifié qui, grâce à une manœuvre spéciale du chasseur, a été placé sur une trajectoire de collision précise avec le satellite cible. En 1988, le programme a été officiellement annulé, mais selon certaines sources, il n'a été retiré du service qu'en apparence et son développement s'est poursuivi dans le secret. La Russie semble également disposer d'un système similaire actuellement en service : en septembre 2018, un MiG-31BM (Foxhound dans le code de l'OTAN) a été photographié à l'aérodrome de Joukovsky, à l'extérieur de Moscou, armé de ce qui a été identifié comme un potentiel missile antisatellite.

Il existe également des systèmes non cinétiques: les brouilleurs peuvent être montés sur des satellites ainsi que sur des plates-formes aériennes telles que des drones ou des avions pilotés, et même pour les lasers, il a été question dans les années 1980 d'un système aéroporté - l'ABL - monté sur un Boeing 747 spécialement modifié, mais le programme a ensuite été annulé, bien que récemment, certains pensent le ressusciter. De même, la Russie a révélé qu'elle disposait d'un nouveau laser monté sur avion capable de détruire ou d'aveugler les satellites ennemis, qui fonctionne avec un complexe innovant de suivi et de contrôle radar au sol fourni par Almaz-Antey. Parallèlement, le développement de lasers terrestres et satellitaires de forte puissance se poursuit : les États-Unis indiquent qu'en 2006, l'un de leurs satellites a été illuminé par un laser terrestre de faible puissance.

raw.jpg

Une autre solution pour éliminer les satellites de l'adversaire a été conçue au plus fort de la guerre froide : elle nécessitait l'explosion d'un missile nucléaire dans l'espace pour neutraliser les ressources en orbite au moyen de l'impulsion électromagnétique de la détonation atomique, mais l'impulsion électromagnétique générée devait également "brûler" son propre réseau de satellites.

En ce qui concerne les missiles ASAT basés au sol, la Russie et la Chine semblent avoir beaucoup d'avance : Moscou a démontré cette possibilité une fois de plus le 15 avril 2019 lorsqu'un missile Pl-19 Nudol s'est élevé d'un dispositif mobile de type Tel allant frapper sa cible dans l'espace. Le Pl-19 a effectué son premier essai réussi en novembre 2015 après deux tentatives infructueuses. En janvier 2007, Pékin a frappé et détruit un de ses vieux satellites inactifs (le Fengyun-1C) avec un missile terrestre KT-1.

L'idée de frapper les satellites adverses à partir de moyens spatiaux a également fait son chemin : Moscou a récemment effectué au moins deux tests de ce type (en 2017 et 2020) lorsque des satellites de la famille Cosmos ont libéré de petits véhicules tueurs qui ont frappé des cibles en orbite. Être présent dans l'espace, et disposer de capacités de contre-espace, devient donc de plus en plus essentiel pour rechercher la suprématie sur le champ de bataille.

Le désir de sécession grandit aux USA

llph22nh7ua01.jpg

Le désir de sécession grandit aux USA

Stefano Magni

Ex: https://it.insideover.com/politica/negli-usa-cresce-la-voglia-di-secessione.html

Après la victoire de Joe Biden, les États-Unis semblent plus divisés que jamais. Et le désir de sécession, qui n'a jamais complètement disparu, continue de croître. De nombreuses menaces, avant ou après les élections, restent sans suite. L'acteur Robert De Niro, par exemple, menace de déménager à Molise chaque fois que les Républicains gagnent ou pourraient gagner. Mais il ne le fait jamais. Les citoyens (et les compatriotes) de Ferrazzano l'attendent toujours. Après la reconduction de George W. Bush en 2004, les États du nord-est des États-Unis demandaient à être annexés par le Canada, revenant ainsi à la couronne britannique après presque trois siècles. Mais ils sont toujours là. La polarisation politique aux États-Unis a cependant beaucoup augmenté au cours des cinq dernières administrations et a explosé avec la victoire de Biden à l'élection de 2020 avec le plus grand nombre d'électeurs depuis des décennies. Un autre signe de sérieux malaise, d'ailleurs, car les États-Unis sont un pays où l'abstention prévaut traditionnellement par confiance passive.

Les chiffres de la "sécession"

Divers sondages révèlent un grand sentiment de division dans la société américaine. L'une des plus inquiétantes, publiée par Bright Line Watch et réalisée l'été dernier en collaboration avec le célèbre institut YouGov, identifie plusieurs symptômes de polarisation. Il y a une perception croissante du danger que représente le parti adverse, et donc une crainte croissante chez les républicains que les démocrates, une fois au pouvoir, ne changent les règles du jeu pour rester au pouvoir. Et parmi les électeurs plus conservateurs, la conviction que l'élection de 2020 a été truquée est plus répandue qu'on ne le pensait auparavant. Parmi les points les plus controversés figure le désir de sécession. Les sondeurs préviennent: il s'agit d'un scénario tellement extrême et improbable qu'il ne faut pas s'attendre à une réponse "sérieuse", motivée par une réflexion profonde et rationnelle, de la part des personnes interrogées. Ces données sont donc à prendre avec des pincettes. Mais dans certains cas, les résultats sont si frappants qu'ils doivent être pris au sérieux. Par exemple, dans la zone "Sud", qui regroupe les États de l'ancienne Confédération (Texas, Oklahoma, Arkansas, Louisiane, Mississippi, Alabama, Géorgie, Floride, Caroline du Sud, Caroline du Nord, Virginie, Kentucky et Tennessee), le désir de sécession atteint 44%. Et parmi les électeurs républicains, il atteint le chiffre impressionnant de 66% (mais aussi 50% parmi les "indépendants" qui ne s'identifient à aucun des deux grands partis).

Secessionist-Texas.jpg

Même en 2012, lorsque Barack Obama a été réélu président, de simples citoyens des États du Sud ont promu des pétitions en ligne appelant à la sécession. Même à ce moment-là, les signatures recueillies ont dépassé toutes les attentes. En Louisiane, en Alabama, en Floride, au Tennessee, en Géorgie et au Texas, les 25.000 signatures nécessaires pour soumettre une pétition à la Maison Blanche et obtenir une réponse du président ont été recueillies. Au Texas, 126.000 signatures ont été recueillies en quelques semaines seulement, immédiatement après le résultat du vote. L'administration Obama ne s'est pas emportée: elle a simplement répondu qu'une demande de sécession était incompatible avec la Constitution américaine.

Si les exemples les plus récents concernent principalement des États républicains qui n'acceptent pas la légitimité d'un président démocrate, la question de la sécession est bipartisane. Même dans les États de la côte Pacifique (Alaska, Californie, Oregon, Washington), en fait, les démocrates sont plus favorables au divorce: 47% des sympathisants du parti de l'âne s'y déclarent favorables, pas une majorité, mais une minorité suffisamment importante pour faire les gros titres.

p071l02y.jpg

La confiance dans la démocratie

Ces chiffres sont encore plus significatifs si on les compare à un autre sondage, également réalisé par Bright Line Watch, qui mesure la confiance dans la démocratie des partisans des deux partis. Les républicains ont fait davantage confiance au système démocratique de 2017 à 2020, bien plus que le public moyen dans son ensemble et certainement bien plus que les démocrates. Mais tout d'un coup: les élections de novembre 2020 ont renversé les rôles, avec des démocrates confiants dans le système et des républicains sceptiques. Évidemment, si l'on ne croit plus à la résilience du système démocratique national, on se tourne, en réaction, vers sa propre démocratie territoriale: avec une demande croissante de sécession.

Contrairement aux médias grand public et aux groupes de réflexion, l'institut libertaire Mises prend l'hypothèse de la sécession au sérieux. Elle n'y voit pas non plus d'inconvénient. Les libertaires, en revanche, sont fidèles à l'esprit originel de la Révolution américaine, à savoir la sécession des colonies américaines de la couronne britannique. Après les élections de 2020, l'Institut Mises a réitéré son point de vue : "Loin d'être un facteur d'unification, l'État centraliste ne sert qu'à créer des blocs armés d'électeurs les uns contre les autres. Les divisions s'accroissent à mesure que le pouvoir fédéral augmente inexorablement, et l'élection présidentielle de 2020 n'est qu'un symptôme de l'approfondissement de cette division. Comment cela pourrait-il être pire ? Cela reste à voir. Après la victoire contestée de Joe Biden, le pays pourrait devoir se scinder en plusieurs unités politiques indépendantes s'il veut éviter une nouvelle désintégration sociale. Les libertaires de Mises proposent donc la sécession comme un moyen de calmer les esprits et de rétablir l'ordre, et non comme une forme de désordre social.

Cette perspective aura toutefois du mal à s'imposer, car la guerre de Sécession (1861-65), avec ses 600.000 morts, a jeté un sort durable à toute idée de séparation. Une sécession pacifique ne pourrait être que "de facto", avec des lois distinctes d'un territoire à l'autre, bien plus que le pluralisme que le système fédéral américain permet déjà. Et il y a toujours plus d'arguments politiques qui peuvent déclencher la violence: sur l'avortement, le mariage gay, le droit de porter des armes, bientôt aussi sur les énergies renouvelables (et la dé-carbonisation conséquente) et, en ces vingt mois de pandémie, même sur les mesures sanitaires contre le Covid, les deux Amériques sont de plus en plus éloignées. Une séparation territoriale, même si elle n'est que de facto et non de jure, pourrait devenir une alternative plus attrayante qu'une guerre entre voisins et voisins de la rue.

mercredi, 17 novembre 2021

Les Américains nous visent tous : l'alliance eurasienne doit être renforcée

russia-eurasia-map.jpg

Les Américains nous visent tous : l'alliance eurasienne doit être renforcée

Leonid Savin

Source : https://www.geopolitica.ru/it/article/gli-americani-ci-prendono-tutti-di-mira-lalleanza-eurasiatica-deve-essere-rafforzata

Au cours de la dernière décennie, le rapprochement croissant entre la Turquie et la Russie a déclenché un vaste débat sur l'émergence d'un monde multipolaire dans les grands médias occidentaux. C'est pourquoi, afin de bien comprendre la dynamique du débat actuel, le juriste et journaliste turc de renom Ali Göçmen a interrogé l'expert politique russe et chef adjoint du Mouvement international Eurasia, le Dr Leonid Savin.

Ali Göçmen : Bonjour M. Savin, je voudrais tout d'abord commencer par une question sur l'évolution de la situation en Afghanistan. S'exprimant devant le Congrès américain le 7 novembre 2007, le nouveau président français, Nicolas Sarkozy, a déclaré : "La France restera en Afghanistan aussi longtemps que nécessaire parce que ce qui est en jeu là-bas, ce sont nos valeurs et les valeurs de l'Alliance atlantique. Je le dis sérieusement devant vous : l'échec n'est pas une option". Dans le contexte de cette conversation, peut-on dire que non seulement l'Amérique, mais aussi les valeurs atlantiques ont été perdues en Afghanistan ?

Leonid Savin : Absolument. Cela s'est également reflété dans les discours de plusieurs politiciens américains. Les valeurs comptent, certes. Et c'est là l'échec du libéralisme occidental, non seulement en Afghanistan mais aussi sur la scène mondiale. Mais c'est aussi un manque de confiance dans l'Occident. Même les partenaires des États-Unis ont commencé à discuter de la manière de modifier les relations avec Washington à l'avenir en raison de son comportement en Afghanistan. La frustration suscitée par la création de l'AUKUS et la décision de la France d'annuler le contrat portant sur les sous-marins australiens est un autre signe des problèmes de confiance au sein de la communauté transatlantique.

La Turquie en tant que leader et décideur régional

Ali Göçmen : Vous dites depuis longtemps que l'ordre mondial unipolaire est arrivé à son terme. De nombreux analystes affirment que le retrait américain d'Afghanistan est une proclamation symbolique d'un monde multipolaire. Le monologue est maintenant terminé et le nombre d'intervenants augmente. Quel rôle la Turquie peut-elle jouer en tant que pôle important, notamment dans le monde islamique, dans la nouvelle période ?

Leonid Savin : La Turquie s'est déjà déclarée leader et décideur régional. Toutefois, il subsiste quelques tensions avec les pays arabes et les réactions négatives de certaines forces à la présence turque en Syrie et en Irak. Les États-Unis comprennent les vulnérabilités de la Turquie, telles que la question kurde, et sont susceptibles de manipuler ce facteur pour leurs propres intérêts dans la région. L'Iran est également une puissance émergente avec un agenda spécifique et Ankara (surtout à cause de l'Azerbaïdjan) devra coordonner ses activités avec Téhéran. De notre point de vue, la Turquie peut être l'un des centres du nouvel ordre mondial polycentrique et un défenseur des valeurs traditionnelles. Il est très positif que la Turquie ait rompu certains des accords pro-occidentaux qui constituent des bombes à retardement pour la société turque. Mais la Russie, la Chine, etc. en Eurasie, devraient avoir de bonnes relations pragmatiques avec d'autres centres de pouvoir comme la Turquie.

Ali Göçmen : Début septembre, le philosophe russe Alexandre Douguine a écrit un article intitulé "La fin du monde unipolaire au lieu de la fin de l'histoire": "Selon certaines rumeurs, l'administration Biden prévoit d'utiliser des extrémistes contre la Chine et la Russie, libérant ainsi les mains des talibans (considérés comme une organisation terroriste interdite en Russie)", écrit Douguine dans son article. Pensez-vous que cela soit possible ?

Leonid Savin : Ils provoquent et attaquent la Russie à chaque fois et continueront à le faire à l'avenir. [Nous devons combattre la pression exercée par l'Occident sur Moscou par d'autres moyens que la désinformation, les opérations spéciales, la guerre par procuration (où le terrorisme est utile), les lois, les sanctions, la diplomatie préventive...]. Et pas seulement à Moscou. N'oublions pas que certaines sanctions ont également été imposées par les États-Unis et leurs alliés à la Turquie ! Cependant, l'Afghanistan a un impact sur certains pays d'Asie centrale dans le domaine des intérêts russes. Moscou doit donc réagir là aussi. Et la Russie est prête.

En Syrie : les mesures à prendre

Ali Göçmen : Comme je l'ai dit, au début du mois de septembre, le philosophe russe Alexandre Douguine a écrit un article intitulé "La fin du monde unipolaire au lieu de la fin de l'histoire". Bien qu'il y ait eu quelques désaccords au cours de l'histoire, la Russie et la Turquie sont fondamentalement des amis proches. Récemment, ces relations amicales se sont encore renforcées. Enfin, les efforts désintéressés des pilotes russes lors des grands incendies de forêt du mois d'août ont été accueillis avec gratitude par la nation turque. La tension actuelle entre la Turquie et la Russie se concentre sur la Syrie. Comment la Turquie et la Russie, les deux acteurs importants du monde multipolaire, peuvent-ils surmonter la crise en Syrie ?

Leonid Savin : Le fait est que la Russie a été invitée en Syrie par le gouvernement légal. Et après dix ans de conflit, le gouvernement syrien est toujours au pouvoir. La présence russe était fixée par des traités. D'un point de vue rationnel, le soutien continu de la Turquie aux groupes militants aura l'effet inverse. Les tensions se situent maintenant autour de la province syrienne d'Idlib. Les Kurdes sont aussi là. La situation est complexe. Mais la Turquie a entamé le processus de normalisation avec les pays arabes et nous en voyons les fruits. Par exemple, l'activité d'opposition des médias égyptiens est désormais interdite en Turquie. Le même processus est requis pour la Syrie. Et la Russie accueillera toujours favorablement de telles mesures.

Ali Göçmen : Je veux maintenant parler de la politique eurasienne. L'idéal de l'eurasisme n'est pas seulement une question de relations internationales, il a pour base une forte philosophie. Nous le savons. L'un d'eux est la préservation de la famille et des valeurs traditionnelles pour la réhabilitation des institutions sociales corrompues par l'hégémonie libérale. Que peut-on faire pour raviver la tradition dans un monde multipolaire ? Par exemple, que pensez-vous du mariage gay, du féminisme radical, de la lutte contre l'euthanasie ?

Leonid Savin : Vous voyez, la plupart des problèmes liés à l'érosion de nos sociétés traditionnelles viennent de l'Occident. Les déviations existent dans toutes les sociétés. La question est de savoir comment y faire face. Dans les tribus amérindiennes des Amériques, l'homosexualité était définie comme la faute de la coordination du corps et de l'âme. Si le corps est mauvais, le comportement pervers commence dans l'âme (avec le sexe opposé). Il s'agit donc de spiritualité. On peut trouver des réponses à ces questions dans les religions car elles concernent Dieu, l'éternité, notre destin et les ennemis spirituels tels que les démons. Il n'y a pas de réponses à ces questions dans la culture occidentale matérielle, la psychanalyse seule est destructrice. C'est pourquoi ces activités sont exaltées politiquement en Occident. Le fondement spirituel est détruit, les problèmes s'amplifient. C'est pourquoi nous sommes dans le multiculturalisme, le transhumanisme, les LGBT, etc. Ils ont décidé de se convertir.

Le virus qui fuit vers la gauche

Ali Göçmen : Je voudrais vous faire part d'une anecdote qui est restée gravée dans ma mémoire : le clocher d'une église de village figurait en arrière-plan sur les affiches électorales de Mitterrand, l'ancien président de la France... Cela signifie : "Je suis français, pas américain. On est en France, pas à Disneyland ! Je suis dans l'ère classique de la maçonnerie de pierre, pas des tours d'acier". Mitterrand était un socialiste. Mais aujourd'hui, à gauche, les partis socialistes mettent les bannières LGBT derrière eux. Pensez-vous qu'une orientation de gauche nationale et traditionnelle soit possible dans un monde multipolaire ?

Leonid Savin : L'idée la plus forte au sein des organisations et des partis de gauche était la justice. Mais la justice n'est pas le monopole de la gauche. Elle est au cœur des deux principales religions du monde, le christianisme et l'islam. Il est intéressant de constater que certains partis socialistes utilisent le christianisme à des fins politiques (comme au Venezuela sous Hugo Chávez ou en Amérique latine en général, où est née la doctrine catholique de la théologie de la libération). Mais l'application des perversions homosexuelles et autres à la politique de gauche leur semble également dévastatrice. De plus, l'école néo-marxiste de Francfort, développée avec le soutien de la CIA, a une forte influence en tant qu'attaque idéologique contre l'Union soviétique. Le vieux poison est toujours efficace même après que la cible ait été éliminée il y a plusieurs décennies. Parallèlement, Karl Marx a utilisé les idées d'Adam Smith dans son "Capital", de sorte que les idées de la gauche y trouvent leurs racines. Bien sûr, nous devons adapter notre approche à la vision économique et réorganiser nos théories. L'économie ne peut être une fin en soi, elle est une sorte d'environnement, un processus de construction d'une maison dans nos cultures. J'ai d'ailleurs attiré l'attention sur ce problème dans mon livre Ordo Pluriversalis : Revival of the Multipolar world order, qui traite du lien entre les différentes religions et les modèles économiques.

Ali Göçmen : J'espère que votre livre sera traduit en turc et qu'il rencontrera bientôt des lecteurs turcs. Merci pour votre temps, M. Savin.

*****************************************************

Article original de Leonid Savin :

https://www.geopolitica.ru/en/article/usa-targeting-us-all-eurasian-alliance-must-be-strengthened

Traduction par Costantino Ceoldo

 

Alexandre Douguine: et s'il n'y a pas de guerre demain...

Soldat-du-futur.jpg

S'il n'y a pas de guerre demain...

Alexandre Douguine

Ex: https://www.geopolitica.ru/article/esli-zavtra-ne-budet-voyny

Il y a clairement eu une escalade dans les relations américano-russes ces derniers temps. C'est le deuxième épisode depuis le printemps 2021, lorsque le mondialiste Biden, soutenu par les néoconservateurs, était largement censé avoir donné le feu vert à Kiev pour une offensive dans le Donbass. Mais elle s'est limitée à la visite risible de Zelensky dans la zone ATO et aux manœuvres convaincantes des forces armées russes sur le territoire russe. C'était suffisant. 

Ensuite, Washington a tenté de faire dérailler le lancement de Nord Stream 2, mais a échoué une nouvelle fois, car les partenaires européens ont tout simplement rejeté cette politique.

Biden a ensuite mis l'accent sur le retrait des forces américaines et de leurs complices d'Afghanistan et sur la création d'une coalition anglo-saxonne (AUKUS) contre la Chine, ainsi que sur le bloc quadripartite QUAD, où les Etats-Unis incluent le Japon et l'Inde. Une fois de plus, tout s'est joué contre la Chine.

En retirant les troupes d'Afghanistan et en commençant à retirer les troupes de Syrie (jusqu'à présent elles se retirent en Irak), Biden a signalé son pacifisme, mais les alliances AUKUS et QUAD sont plutôt une concession aux néo-cons et aux faucons. Cependant, le retrait des troupes est un fait, et les coalitions créées ne sont jusqu'à présent qu'une simple possibilité, une menace, un swing, pas une frappe.

Apparemment, cela a sérieusement déplu aux néo-conservateurs et ils ont exigé des mesures décisives de la part d'un président qui glisse de plus en plus vers la démence sénile.

Cela s'est traduit par une escalade des relations - non pas avec la Chine cette fois, mais avec la Russie, comme nous le voyons aujourd'hui. Les tensions sont montées d'un cran dans tout le périmètre autour de la Russie. Trois zones de conflit croissant sont clairement visibles ici.

Le Belarus et la crise des migrants à la frontière polonaise. La logique du comportement de Loukachenko est ici tout à fait rationnelle, lui qui accepte calmement les migrants dans son pays, désireux d'adhérer à l'Union européenne, ignorant la Pologne, qui, à son tour, après les élections de Minsk et les manifestations libérales de masse, a refusé de nouer des relations constructives avec Loukachenko. Les tensions à la frontière et le retrait des troupes polonaises ont créé un foyer de tension entre le Belarus, allié de la Russie, et les États-Unis, l'UE et l'OTAN. Mais Lukashenko n'a rien à voir avec cela, il ne fait que répondre symétriquement à la grossièreté de l'OTAN et à la tentative des mondialistes de changer la situation.

Parallèlement à cela, le mouvement de l'AFU dans le Donbass a commencé. Les accords de Minsk ont, en fait, été complètement ignorés par Kiev. Les forces répressives ont commencé à saisir les colonies situées sur le territoire de la République populaire de Donetsk. Les discours de certains politiciens ukrainiens, qui demandent à leurs partenaires américains d'intervenir dans la situation, de soutenir la restauration du contrôle de Kiev sur le Donbass et, si nécessaire, de s'engager dans une confrontation militaire directe avec la Russie, sont révélateurs à cet égard. Cette confrontation est inévitable, car il est désormais clair pour tous que si Kiev lance une opération militaire de grande envergure, Moscou n'abandonnera pas à leur sort ses citoyens de la DNR et de la LNR, qui ont reçu des passeports russes en masse il y a longtemps. Une fois de plus, la situation s'envenime, et Washington fait clairement savoir que, cette fois, il est déterminé et prêt à soutenir Kiev.

6f1-fyaJa9lBiUREIxLpz8.jpg

Enfin, les exercices militaires de l'OTAN en mer Noire et l'escale des navires de guerre de la sixième flotte américaine dans le port de Batoumi visent à démontrer que les États-Unis sont bien conscients de l'urgence et sont prêts à soutenir l'Ukraine dans un éventuel conflit avec la Russie. Le bassin de la mer Noire - Washington le dit clairement - serait alors utilisé pour attaquer la Russie - ou du moins pour la contenir. 

Pour soutenir la stratégie globale des États-Unis, l'ancien président Mikheil Saakashvili, un provocateur professionnel dans les domaines de la géopolitique et de la politique, a récemment été introduit clandestinement en Géorgie dans l'intérêt des mondialistes - avant tout George Soros et ses réseaux.  La force dirigeante neutre de la Géorgie, Rêve géorgien, n'est pas prête à s'engager dans une nouvelle aventure - pour cela, il fallait Saakashvili, qui a été arrêté en toute sécurité par les autorités. Mais une mine terrestre a été posée.

Ainsi, pour la deuxième fois sous la présidence de M. Biden, les relations entre la Russie et les États-Unis ont atteint un point critique. Cela peut expliquer le dialogue direct du président russe Vladimir Poutine avec le directeur de la CIA William Burns, qui est arrivé récemment à Moscou. Un tel dialogue asymétrique ne se déroule que dans des conditions extrêmes. 

En d'autres termes, nous sommes au bord de la guerre, et elle peut commencer dans l'une des trois zones d'escalade suivantes:

    - à la frontière biélorusse-polonaise, 
    - dans le Donbass ou 
    - dans la mer Noire. 

Ou bien cela peut se produire simultanément dans les trois régions.

Le prétexte au premier coup de feu dans une telle situation est assez facile à deviner: le statut juridique de la Crimée russe ou du Donbass indépendant, ainsi que la reconnaissance de l'indépendance de l'Ossétie du Sud et de l'Abkhazie, sont des problèmes dont les points de vue  sont diamétralement opposés pour la Russie, d'une part, et pour l'Occident, d'autre part. Ce que Moscou percevrait comme un acte d'agression directe (et ce sont les "lignes rouges" de Poutine), pour les États-Unis, leurs alliés et leurs satellites, pourrait bien ressembler à une "opération légitime visant à rétablir le contrôle des territoires nationaux" ou à une action visant à "imposer la paix à un dictateur" (dans le cas de Loukachenko et de la fantomatique opposition biélorusse incarnée par Tikhanovskaya). 

La guerre est plus probable que jamais

Toutefois, un certain nombre d'arguments permettent d'espérer que, cette fois encore, tout rentrera dans l'ordre et que le statu quo sera rétabli.

L'argument le plus important expliquant pourquoi une guerre est peu probable est que Biden n'a pas de mandat pour le faire. Sa cote de popularité est en baisse, tout le monde est mécontent de lui - pas seulement les partisans de Trump et les républicains, mais ses propres camarades de parti et ses électeurs. Biden ne peut rien faire. Tout lui tombe des mains, il oublie des mots, dit bonjour à un fantôme, s'endort partout où il peut. Pour entrer en guerre contre la Russie nucléaire, militairement et psychologiquement très en éveil sous Poutine - bien que partiellement aux mains d'autres personnes - il faut une légitimité à toute épreuve. Cela doit être justifié car cela met l'humanité entière au bord de l'anéantissement. Les armes nucléaires sont justement des armes nucléaires. Et ici, la parité est toujours inconditionnelle. 

Personne au monde ne doute de la détermination de M. Poutine à défendre jusqu'au bout la liberté et l'indépendance de la Russie. Et imaginez un peu: dans une telle situation, un grand-père presque complètement fou donne des ordres: "allez-y, attaquez !, suivez-nous..."... et qu'est-ce qu'il y a derrière nous? Soros, le mouvement LGBT+, la gay pride, l'intelligence artificielle remplaçant l'humanité, la censure et la surveillance du web mondial, Zuckerberg qui a perdu la tête et pense qu'il vit déjà dans un film fantastique... Et pour ça il faut combattre Poutine ?

zzs2gevz1pa51.jpg

Une autre fois. C'est ce que pensent non seulement l'adversaire de Biden, l'Américain moyen, mais aussi la plupart de ses partisans. Sauf peut-être les néocons, mais eux aussi ne sont pas des maniaques complets et des suicidaires. Ils étudient la géopolitique et sont (espérons-le) bien conscients des réalités du véritable équilibre des forces.

Il est donc probable que cette escalade du périmètre ne soit rien d'autre que le bluff numéro 2.

Si c'est le cas, l'intimidation de la Russie connaîtra ses limites, une fois la situation revenue à la normale, le ferveur belliciste sera épuisée. Se balancer deux fois et ne jamais frapper ne signifie qu'une chose : l'agresseur n'est pas capable de frapper du tout. C'est-à-dire qu'il n'est pas l'agresseur, mais un pantin.

Le résultat sera ce qu'il était, l'AFU retournera dans ses casernes, les migrants se frayeront un chemin à travers les forêts jusqu'en Allemagne, et les navires de guerre américains navigueront vers leurs emplacements habituels en mer Méditerranée, mais ce ne sera pas comme avant. Biden sera dorénavant traité comme un paillasson. Il ne réagit pas, le vieux sénile. Il pourrait même mourir de honte. Kamala Harris, sur laquelle les mondialistes avaient aussi tant d'espoir, pourrait disparaître car elle s'est révélée n'être qu'une idiote et tout le monde lui a tourné le dos.

Mais malgré tout, lorsqu'une situation est si aiguë, on ne peut pas être totalement sûr que rien ne se passera. La probabilité d'une guerre doit donc être prise au sérieux. Or, c'est exactement ce que démontrent les dirigeants russes - Poutine, Shoigu, Lavrov. D'où nos exercices symétriques, nos réactions vives aux provocations des militaires américains près de nos frontières et les gestes agressifs de Kiev. La Russie est prête pour la guerre. Il est clair que tout sera fait pour l'éviter, mais si ces lignes rouges sont franchies, la Russie acceptera la situation avec courage et dignité. 

Et là, il y a une différence très intéressante: Poutine a un mandat pour une guerre défensive. Le sentiment patriotique dans la société russe est déjà extrêmement élevé, et après le premier coup de feu (que Dieu nous en préserve), il atteindra des sommets. Et Poutine a une légitimité totale en politique intérieure. Et il faut espérer que le potentiel technologique de l'armée russe sera suffisant (bien que personne ne sache quelle est la situation réelle dans le domaine des armements et des nouvelles technologies militaires, et si c'est le cas, il s'agit de secrets d'État, de sorte qu'il est inutile de deviner si nous sommes prêts pour une guerre totale ou non - il semble que nous le soyons).

En résumé, la Russie est dans une meilleure position de départ que les États-Unis dans cette escalade. De plus, Moscou a une chance d'améliorer sa position géopolitique qualitativement et d'un seul coup en cas de conflit direct - et dans les trois directions.

Dans une situation critique=

    - l'unification avec la Biélorussie se fera rapidement,
    - la Novorossia (d'Odessa à Kharkov) sera finalement libérée, puis deux Ukraine émergeront, dont l'une paiera pour tout - du Maidan aux raids punitifs, 
    - et en Géorgie, si Dieu le veut, un régime national neutre sera consolidé, avec lequel les relations pourront être développées positivement.

Oui, le prix est important. Mais toutes les grandes choses sont payées avec du sang.

Et qu'est-ce que les États-Unis obtiennent ? Il est impossible de détruire les Russes directement. La position de Poutine est absolument ferme. Aucune personne saine d'esprit ne peut compter sur une occupation directe de la Russie, et encore moins sur le soutien d'un mandataire incompétent, l'Ukraine.

C'est-à-dire, en un mot : il n'y aura pas de guerre. Pas encore. Pour Moscou, bien sûr, c'est déjà une victoire. Mais pas autant qu'une vraie victoire... 

L'ère de l'égocratie libérale

hank-von-hell-egomania-7082.jpg

 

L'ère de l'égocratie libérale

Diego Fusaro

Ex: https://www.geopolitica.ru/es/article/la-epoca-de-la-egocracia-liberale

Selon Adorno, "l'état de choses dans lequel l'individu disparaît est en même temps celui de l'individualisme débridé, dans lequel 'tout est possible'". C'est là que réside le paradoxe souligné par Adorno d'une société qui s'est légitimée sur la base de l'expansion souveraine et libre des individus et qui s'accomplit maintenant dans son anéantissement complet sur l'autel du marché absolu.

Le nôtre se confirme ainsi comme le temps égocratique, l'ère de Narcisse comme paradigme d'un sujet qui se suffit à lui-même et qui ignore l'altérité et l'amour comme ouverture à la différence. C'est la tragédie égoïque, la tragédie de se perdre dans sa propre image, la tragédie du monde réduit à l'image du moi et, encore une fois, de l'affirmation cynique du moi individuel.

Contrairement aux formations communautaires traditionnelles, le marché qui a désormais comblé le vide laissé par Dieu n'encourage pas l'établissement d'identités stables et d'un moi fort. Au contraire, elle doit les déconstruire, de sorte que le soi reste en permanence précaire et instable, manipulable et incapable de dire non, et donc réduit à un soi façonné de temps à autre par les courants et les offres du marché, ainsi que par les flux d'informations gérés par la fabrique du consensus et l'industrie de l'imaginaire.

Le flux héraclitéen de la circulation des marchandises redéfinit la subjectivité humaine dans des formes instables et précaires, inconditionnellement ouvertes à tous les stimuli et à toutes les demandes. Elle détruit toute capacité résiduelle de contestation et donc de résistance aux pressions des consommateurs par des identités dispersées.

Dans la phase absolue, le sujet, réduit à un atome hédoniste de jouissance sans tête et potentiellement illimité, est désormais dépourvu d'esprit critique et de personnalité, délesté de tout lien symbolique autre que le code de la forme marchandise.

Comme l'a démontré Hegel dans ses Esquisses de la philosophie du droit (1821), le fondement de la vie éthique bourgeoise réside précisément dans la stabilité ou, si l'on préfère, dans la consolidation temporaire des formes existentielles, affectives et professionnelles garanties. En particulier, en tant que moment culminant de l'Esprit objectif (qui est lui-même une manifestation sub specie temporis de l'Esprit absolu), l'éthique est, pour Hegel, le dépassement et l'inversion au plus haut niveau de la synthèse du "droit abstrait" (abstraktes Recht) comme moment de la formalité extérieure pure et abstraite et de la "moralité" (Moralität) comme loi de l'intériorité individualisée.

L'homme égoïste, acquisitif, rapace et anti-communautaire n'est pas le fruit de la nature humaine, comme le comprend à tort Hobbes: il est au contraire, pour Hegel, le résultat du processus socio-économique de dé-éternisation du système des besoins ("Je considère l'homme dans son concept, non dans l'état de nature").

La solidarité de classe est désormais remplacée par l'individualisme compétitif, selon ce qu'on a appelé le mythe de l'individu: le salut n'est plus compris comme la libération chorale de la classe du capitalisme, mais comme l'affirmation entrepreneuriale du soi individuel dans les structures capitalistes et au milieu du pillage des autres. Pour cette raison, comme nous ne nous lasserons jamais de le répéter, il est nécessaire de proposer à nouveau sans hésitation le socialisme comme paradigme anthropologique et social, sans jamais oublier que le terme a été introduit par Pierre Leroux avec la claire intention de s'opposer à l'individualisme moderne.

Source première: https://avig.mantepsei.it/single/l-epoca-dell-egocrazia-neoliberale

De nouveaux retards pour North Stream 2 et le prix du gaz s'envole

thumbnail_image_882JPEG960x0_q90_crop_upscale.jpg

De nouveaux retards pour North Stream 2 et le prix du gaz s'envole

Marco Valle

Ex: https://it.insideover.com/energia/altri-ritardi-per-il-north-stream-2-e-il-prezzo-del-gas-schizza-alle-stelle.html?fbclid=IwAR0cWUXKR0DoC2NxALhfx2v2fGJ0BIfUUY-eLhvFZ7gcYakIKvRMnjNDrk4

Un jeu subtil mais mortel se joue entre Moscou, Berlin et Washington (avec Bruxelles dans l'embrasure de la porte). Le nœud du litige est le super gazoduc North Stream 2, un serpent de 1290 kilomètres de long qui s'étend sous la Baltique et relie la Russie (Ust-Luga) à l'Allemagne (Greifswald). Une méga-usine a été construite, qui est capable d'acheminer chaque année vers l'Europe 55 milliards de mètres cubes du précieux gaz sibérien. Achevé, après d'innombrables vicissitudes, le 10 septembre dernier, il est partiellement opérationnel depuis le 18 octobre. Gazprom a annoncé que la première ligne a été remplie de 177 millions de mètres cubes de gaz, et que d'ici le 1er novembre, les installations de stockage russes seront remplies. Tout est bien qui finit bien? Pas tout à fait.

Le bras de fer avec les États-Unis

Allons-y dans l'ordre. Pour Washington, d'abord avec Trump et maintenant avec Biden, l'objectif a été de contenir la " mainmise " énergétique de Poutine sur l'Europe, comme l'a confirmé cet hiver le porte-parole du département d'État américain Ned Price: "Nord Stream 2 et la deuxième ligne de TurkStream (le gazoduc russo-turc) sont conçus pour accroître l'influence de la Russie sur nos alliés et partenaires et miner la sécurité transatlantique". D'où, au fil des ans, les lourdes sanctions contre les entreprises occidentales impliquées dans la construction de la centrale géante, la pression continue sur le Parlement européen et le soutien total à l'allié ukrainien, pays de transit traditionnel du gaz russe. En effet, Kiev craint non seulement d'être contourné par la nouvelle ligne balte, perdant ainsi un revenu annuel de 7 milliards d'euros en taxes de transit, mais risque surtout de se retrouver dangereusement exposé à une augmentation des interruptions énergétiques par Moscou.

nord-stream-germania-russia-1024x954.png

 

Menaces et intrigues n'ont cependant pas effrayé Frau Merkel, qui a su rassurer les investisseurs sur ce projet extrêmement coûteux (environ neuf milliards d'euros) et jongler avec habileté entre la Maison Blanche et le Kremlin. Un exercice de grande politique. Pour l'ancienne chancelière (comme pour ses alliés sociaux-démocrates), le NS2 était et reste la pierre angulaire du très ambitieux plan énergétique allemand visant à surmonter la dépendance au charbon et à l'énergie nucléaire. Un plan qui prévoit (autre déception pour Washington) une étroite collaboration russo-allemande, grâce au Nord Stream 2, dans le domaine de l'énergie hydrogène.

D'où les efforts diplomatiques persistants et obstinés de la dame, qui se sont soldés par une victoire partielle mais significative. De manière surprenante, le 16 juin, Biden a dû annoncer qu'il voulait dégeler les sanctions trumpiennes contre le pipeline. "Je m'y suis opposé dès le début", a fait valoir le locataire de la Maison Blanche, "mais quand j'ai pris mes fonctions, c'était presque terminé". Aller de l'avant serait contre-productif pour notre relation avec les Européens. J'espère pouvoir travailler avec eux sur la manière de gérer la situation à partir de maintenant". En contrepartie, les États-Unis ont exigé que Berlin investisse en Ukraine et se sont réservé le droit de sanctionner les Russes et les Allemands si Moscou utilise le doublement du pipeline comme levier contre le continent européen.

L'obstacle bureaucratique

C'est maintenant au tour de l'Allemagne, toujours sans gouvernement, et les choses se compliquent à nouveau: l'agence fédérale des réseaux, la Bundesnetzagentur, a détecté un problème de forme juridique. Les directives européennes exigeant la séparation de la gestion du réseau et de la distribution du gaz, l'affaire restera au point mort jusqu'à ce que la filiale créée pour gérer le segment allemand du gazoduc achève le transfert des principaux actifs et des ressources humaines de la société propriétaire du projet, Nord Stream 2 AG (filiale de la société russe Gazprom). Mais ce n'est pas fini. Une fois terminée, la procédure sera transmise à la Commission européenne pour la dernière étape juridique. Cela prendra quatre mois (sauf surprise). Après cela, tout retournera à la Bundesnetzagentur, qui s'est donné deux mois supplémentaires pour la certification finale (?).

Le résultat? Cet énième retard a fortement agité les marchés: le prix de référence pour l'Europe, fixé par le contrat du hub néerlandais TTF, a bondi de 11 % et se dirige vers 90 euros/MWh, le plus haut des trois dernières semaines. Le feuilleton du gaz continue, et à Washington (et à Kiev), certains se frottent les mains.

mardi, 16 novembre 2021

Sans alternatives, les peuples finissent mal

5ee394eb220000972682a7c9.jpeg

Sans alternatives, les peuples finissent mal

par Marcello Veneziani

Source : Marcello Veneziani & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/senza-alternative-i-popoli-finiscono-male

Quel est le mot de passe du pouvoir en vigueur dans notre société italienne, européenne et mondiale ? Il porte le nom familier d'une jeune femme, Tina, mais il s'agit en réalité d'un acronyme lancé par les dirigeants libéraux des années 1980, puis repris par les sociaux-démocrates, par l'ensemble de l'establishment et par tous ceux qui n'admettent aucune autre possibilité : Tina, ou plutôt T.I.N.A. est l'acronyme de There Is No Alternative. Nous avons pris une rue à sens unique, la direction à prendre est obligatoire et il n'y a aucun moyen de faire autrement.

Je vais vous donner trois exemples différents de son application. Au niveau européen, si vous n'acceptez pas les dogmes de l'Europe, si vous faites appel à la civilisation, à la tradition et au droit national et ne vous pliez pas aux édits impératifs, vous êtes considéré comme hors-jeu: c'est le cas de la Pologne qui, pour avoir défendu la souveraineté nationale et la tradition juridique de l'État libre et démocratique avec des arguments juridiques de bon sens, est exclue du forum européen et si elle ne revient pas sur ses décisions, elle sera sanctionnée par la suspension de tous les fonds auxquels elle a droit. Ce n'est pas un cas unique, comme certains se font des illusions, il y a déjà eu un précédent avec la Hongrie, avec un gouvernement légitime, réélu avec plus de voix qu'avant, libre et démocratique, dirigé par un monsieur qui était au Parti populaire, d'inspiration démocrate-chrétienne. Et il y a le cas des douze pays européens qui veulent fortifier leurs frontières mais l'UE ne le permet pas. Mais c'est surtout une menace, une épée de Damoclès et un avertissement à tous les peuples européens et à toutes les forces politiques: si vous tentez d'emprunter une autre voie, de voter dans une direction non conforme, sachez que nous vous couperons les vivres et l'oxygène. C'est un message direct à l'Italie, à la France et à tous ceux qui cultivent des intentions "souverainistes" pour échapper au canal autorisé, aux ciseaux technocratiques et progressistes de gauche.

Deuxième exemple, mondial celui-là. L'ancien président des États-Unis, Donald Trump, pour communiquer avec son peuple et faire connaître son action politique, a été obligé de créer son propre réseau alternatif, qu'il a appelé Truth (Trump est passé de Bannon à notre Belpietro); parce que Facebook et Twitter l'ont occulté, "banni", bref censuré. Mais il peut se permettre d'investir 875 millions de dollars.

truth-social-sq-1634780820815.jpg

Troisième exemple, local. Ceux qui critiquent le passeport vert ne peuvent manifester sans, d'une part, être assimilés à des franges extrémistes de droite, de gauche ou anarchistes et, d'autre part, être fustigés et frappés, parfois même physiquement. Parce que la politique est maintenant la continuation des soins de santé par d'autres moyens : et si vous vous y opposez, vous devez faire face aux protocoles de soins de santé et aux obligations prévues pour prolonger l'état d'urgence même en temps ordinaire et dans des domaines qui ont peu ou pas de rapport avec la prévention et la santé. Je pourrais continuer à parler des droits civils, du dogme mondial de l'avortement et de l'impossibilité d'échapper aux nouvelles obligations et censures.

En toute honnêteté, je considère que la rébellion dans les rues est stérile et puérile et que l'opposition politique à cette tendance est inadéquate et inefficace ; je ne suis pas un adepte de Trump et je pense qu'il y a d'autres priorités sociales, économiques, vitales, spirituelles et idéales que les cols ou les murs. Mais le problème de fond demeure: nous sommes entrés, sans nous en rendre compte, de manière aseptique et neutre, dans une sphère totalitaire. Car c'est ainsi que se traduit TINA: rien n'est autorisé qui ne soit pas dans cette sphère. Il n'y a pas d'alternative, on ne peut même pas y penser, si l'on considère que la censure s'étend également aux opinions.

Bien sûr, le populisme déglingué qui a gouverné notre pays a offert un formidable alibi pour invoquer la rigueur et passer le relais à une "gouvernance" plus crédible et plus fiable. Mais le problème demeure, et il s'agit d'un problème structurel dont les perspectives d'avenir sont inquiétantes. Après avoir vécu la phase expansive de la mondialisation en termes de marché, d'économie, de technologie et d'assimilation des modes de vie et de consommation, nous sommes maintenant dans la phase répressive de la mondialisation, comprise comme un horizon totalitaire auquel on ne peut échapper. Global se traduit par Total. Pourtant, la vie, l'intelligence et la liberté ont besoin d'alternatives, sinon elles étouffent.

title-1576680650.jpg

Que pouvons-nous faire, à part dénoncer ? Ce serait bien de sonner la charge, d'invoquer le réveil des peuples et de la politique, mais ce serait hypocrite: en politique on ne peut pas faire grand-chose, dans la rue on peut faire encore moins, l'extrémisme est le meilleur allié du pouvoir car il légitime les restrictions ; les révolutions et les guerres ne sont plus utilisées, personne n'est prêt à risquer quoi que ce soit et même s'ils le pouvaient, ils ne seraient destinés qu'à succomber, à prendre des coups. Certains essaient au moins de tirer parti de la dissidence, pour en tirer des profits personnels ou politiques, mais ils colportent des illusions. Et alors ? Oui, dénoncer, penser différemment, critiquer, éluder, proposer des alternatives, semer des contradictions dans le camp adverse, s'insérer dans les interstices non gardés, bref, jouer pleinement son rôle, mais sans attitude puérile ou rancunière et sans attente de salut car le contrecoup de l'échec est alors la désertion, la désaffection, la fuite dans la vie privée ou le radicalisme irréaliste.

C'est très difficile, mais il faut essayer, laisser des traces de sa propre dissidence et de sa vision alternative ; peut-être que les temps changent, que les équilibres se déplacent, que de nouveaux facteurs modifieront la direction de l'histoire au fil du temps, que tôt ou tard la réalité surgira... Honnêtement, il n'est pas possible de faire ou d'espérer plus que cela.

16:24 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, problèmes contemporains | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook