Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 22 octobre 2021

L'Asie centrale après le retrait américain

w1280-p1x1-2021-06-29T113707Z_469064130_RC2AAO9KVJBY_RTRMADP_3_AFGHANISTAN-TALIBAN.jpg

L'Asie centrale après le retrait américain

Par Amedeo Maddaluno

Ex: https://www.eurasia-rivista.com/lasia-centrale-dopo-il-ritiro-di-washington/

Quelques mois après le retrait américain de Kaboul, où va l'Asie centrale? Quels sont les pays qui gagnent en influence sur la région en général et sur l'Afghanistan en particulier? Les puissances asiatiques sont désormais les seules qui semblent vouloir prendre en charge le pays (même si elles restent très prudentes quant à la possibilité de leur implication directe). De ce point de vue, Washington a atteint son objectif, en pouvant se consacrer en toute liberté à l'Indo-Pacifique.

L'Afghanistan vu par ses voisins

Essayons, méthodologiquement, de raisonner en termes géographiques, en construisant une série de cercles concentriques autour de l'Afghanistan. Le premier cercle, celui des pays immédiatement impliqués dans les nouveaux scénarios qui se sont ouverts en Afghanistan après le retrait américain, est celui des pays voisins: Pakistan, Iran, Turkménistan, Ouzbékistan et Tadjikistan. Ces pays ont un certain nombre de problèmes en commun: ils ont eu tendance à être affaiblis par une série de problèmes économiques. L'Iran en raison des sanctions imposées par les États-Unis, le Turkménistan et l'Ouzbékistan en raison de leur économie caractérisée par la monoculture de matières premières, le Tadjikistan en raison de l'absence de matières premières (si l'on exclut l'eau et l'énergie hydroélectrique) et d'une véritable structure économique autonome, le Pakistan en raison de sa pauvreté congénitale, de son instabilité, du manque d'infrastructures et d'investissements, de sa dette publique élevée et de ses faibles réserves monétaires. Tous ces pays partagent également certaines caractéristiques de politique étrangère: un certain degré de méfiance à l'égard de Washington - de la méfiance silencieuse de Tachkent à la méfiance active d'Islamabad en passant par la méfiance conflictuelle de Téhéran - et une certaine ouverture conséquente au dialogue avec Moscou et Pékin: de l'alliance de facto du Pakistan avec la Chine ou de l'alliance du Tadjikistan avec la Russie, à l'activisme de troisième ordre de plus en plus faible de Téhéran, qui s'ouvre progressivement à une amitié stable avec les deux grandes capitales [1].

Il existe un troisième facteur que ces acteurs ont en commun: l'hostilité à l'égard de l'extrémisme fondamentaliste et sectaire (et la méfiance qui en découle à l'égard du nouveau gouvernement taliban), allant de la recherche d'un modus vivendi vigilant, comme dans le cas de l'Iran, du Turkménistan ou de l'Ouzbékistan, au rejet pur et simple, du moins officiellement, de tout dialogue avec Kaboul, comme dans le cas du Tadjikistan. Un cas particulier est celui du Pakistan, un pays exportant l'extrémisme qui peut être utilisé contre son rival indien, contre l'adversaire soviétique, contre les encombrants pseudo des américains. Le Pakistan a créé les talibans, les a soutenus par tous les moyens et continue de les soutenir. Dépourvu de toute profondeur géographique, le Pakistan aurait son arrière-cour idéale dans un Afghanistan ami en cas de conflit avec l'Inde. Tous ces facteurs ont donné lieu à une phase fébrile de dialogues bilatéraux, dans laquelle se distinguent l'activisme de Téhéran, la réouverture par l'Ouzbékistan de canaux avec ses voisins, et l'ambiguïté énigmatique du Pakistan, difficile à décrypter.

Aucun de ces pays n'a la force économique ou les capacités militaires pour intervenir directement en Afghanistan. Tant que les talibans peuvent faire en sorte que le radicalisme sunnite ne mette pas trop le pied hors des montagnes afghanes - et que les États-Unis n'y remettent pas les pieds - personne n'a intérêt à intervenir. Cela ne signifie pas, bien sûr, que chacun ne cherche pas à cultiver des interlocuteurs privilégiés sur les pentes de l'Hindukush, qu'il s'agisse des Tadjiks pour Douchanbé, des Hazaras chiites pour Téhéran ou des Talibans pour Islamabad ; mais ces mois ont montré que l'objectif des États de la ceinture péri-afghane est de maintenir le statu quo, aussi stable que possible. Un effet secondaire intéressant du récent changement de régime à Kaboul a été l'intensification de la coopération et du dialogue entre les pays péri-afghans [2], qui jusqu'à récemment n'étaient pas à l'abri de rivalités et de tensions frontalières.
L'Afghanistan vu de Moscou, Pékin, New Delhi et Ankara: une stabilité maximale avec une implication directe minimale.

_1537244_afganistan_neighbours_300.gif

Les acteurs les plus riches, les plus puissants et les plus aptes militairement n'ont pas de frontière directe avec l'Afghanistan (aucun, à l'exception de la République populaire de Chine, qui partage une très courte frontière avec Kaboul dans la région instable du Sinkiang). Les intérêts de Moscou et de Pékin sont les mêmes que ceux des pays de la ceinture péri-afghane: une stabilité maximale avec une implication directe minimale.

Les médias occidentaux ont émis l'hypothèse que la République populaire de Chine et la Fédération de Russie étaient prêtes à entrer en Afghanistan une minute après le retrait des États-Unis, chaque pays utilisant les moyens qui lui convenaient le mieux: les baïonnettes pour Moscou, les investissements et le commerce pour Pékin. En dehors des contacts diplomatiques avec les Talibans [3] qui dirigent actuellement le pays, à notre connaissance, pas une seule baïonnette russe n'a franchi la frontière tadjike, pas un seul dollar n'est parvenu à Kaboul depuis Pékin. Aucun des deux pays n'a de ressources à gaspiller. Depuis des mois, Moscou est trop occupé à former les troupes kazakhes, tadjikes, ouzbèkes, indiennes et pakistanaises - et même mongoles - aux opérations de lutte contre le terrorisme et à maintenir, voire à étendre, ses bases en Asie centrale. Pékin est bien trop occupé à défendre le corridor sino-pakistanais contre les insurgés baloutches [4] et les islamistes [5], qui sont probablement considérés d'un œil bienveillant par son rival indien et les États-Unis, pour aller créer de toutes pièces de coûteux tronçons de la route de la soie dans un pays dépourvu d'infrastructures.

L'Afghanistan est peut-être riche en matières premières, mais la Chine peut déjà les obtenir en toute sécurité et à moindre coût ailleurs. Depuis des mois, les commentateurs des coulisses imaginent une intervention militaire d'Ankara en Afghanistan, mais même Erdogan semble avoir compris jusqu'à présent qu'il n'a aucune raison d'intervenir dans la dynamique afghane. Ce n'est pas que la Turquie, comme d'habitude de connivence avec le Qatar, ne tente pas d'inclure les Talibans dans le circuit de la famille bigarrée des mouvements apparentés aux Frères musulmans. Ils l'ont fait, ils le font et ils le feront avec des contacts diplomatiques et des offres économiques, afin de gagner de l'influence au cœur de l'Asie - une influence à rejouer avec Pékin et Moscou; mais aucun soldat turc ne se bat en Afghanistan, contre Isis ou contre qui que ce soit. La tendance générale qui s'applique à la Russie s'applique également à la Turquie: elle s'insère dans les espaces laissés vacants par l'Occident, mais uniquement là où cela l'arrange.

thumbs_b_c_d275c3cc0376a00dda0bdc3f680b1e14.jpg

Le seul facteur qui a une chance de rompre l'équilibre de l'équation est le "facteur Inde", ou plutôt le facteur "rivalité Inde-Pakistan". Le Pakistan est le seul pays de la ceinture péri-afghane qui a des intérêts vitaux à Kaboul. L'Inde considère le Pakistan comme son ennemi existentiel, et a tout intérêt à le chasser de Kaboul, ainsi qu'à contrarier la Chine en contribuant à l'instabilité aux frontières de cette dernière. C'est donc la rivalité indo-pakistanaise et indo-chinoise qui constitue l'événement potentiel de rupture de l'équilibre afghan, et les événements de ces derniers mois semblent aller exactement dans ce sens: s'il y a eu des interventions étrangères en Afghanistan après le retrait américain, elles ont été le fait des deux puissances nucléaires du sous-continent indien. L'Inde semble avoir armé la brève insurrection tadjike du Panshir avec le soutien de Douchanbé, le Pakistan semble être intervenu avec des drones et des renseignements pour aider les talibans à la dompter. Encore une fois, "verum est factum" et "hypotheses non fingo" : les puissances qui interviennent en Afghanistan sont celles qui, selon le manuel de géopolitique, perçoivent que des menaces existentielles - ou des ressources vitales - viennent de là. Ceci est tout à fait indépendant des spéculations sur les initiatives diplomatiques individuelles, telles que le maintien de l'ambassade russe à Kaboul ou la visite chinoise à la base aérienne de Bagram [6], épisodes de l'administration diplomatique normale (Un déploiement chinois limité à une tête de pont afghane pourrait difficilement bouleverser le tableau stratégique que nous esquissons). Même si les Chinois ouvraient une base de soutien aérien en Afghanistan, rien ne changerait dans le fond de leur politique: maintenir une stabilité maximale avec un engagement minimal. Aujourd'hui, ce n'est pas la ceinture péri-afghane, ni seulement les grandes capitales asiatiques ou eurasiennes qu'il faut scruter pour comprendre l'avenir de la zone. Comme le suggère la rivalité entre le Pakistan et l'Inde et entre la Chine et l'Inde, pour saisir toute la complexité, nous devons élargir le cadre et inclure la zone "indo-pacifique".

M. Brzezinski, au revoir, bienvenue à M. Spykman?

La puissance des empires est faite, pour une part non négligeable, d'image et de narration: en un mot, de prestige, le prestige étant l'une des composantes de ce que Nye a défini comme le "soft power". Le prestige, l'image et le discours des États-Unis en tant que "policier" et "divinité tutélaire" de l'ordre mondial sont indéniablement compromis par le retrait d'Afghanistan. Il est toutefois trop tôt pour déterminer la gravité de ces dommages et l'influence qu'ils auront sur le poids géopolitique réel des États-Unis. Pour paraphraser Mark Twain, les rapports annonçant la mort des États-Unis semblent grossièrement exagérés. Les États-Unis ont déjà réalisé deux choses. Tout d'abord, ils ont obligé les puissances régionales à s'occuper de l'Afghanistan à leur place. Il est possible (et souhaitable pour l'avenir du peuple afghan tourmenté) qu'ils réussissent mieux que les Américains eux-mêmes ; en tout état de cause, il risque d'être coûteux, en termes de temps, d'efforts politiques, de risques et de ressources, ne serait-ce que d'entourer l'Afghanistan d'un cordon sanitaire adéquat pour empêcher les terroristes et les opiacés de sortir. Les États-Unis ont alors libéré leurs ressources militaires, politiques et économiques pour se consacrer au théâtre qui les intéresse vraiment: le théâtre dit "indo-pacifique".

C'est sur les mers - et sur les terres insulaires et péninsulaires - de l'Indo-Pacifique que le véritable endiguement de la République populaire de Chine prendra forme. Les États-Unis ont compris que la marche vers le cœur de l'Asie est coûteuse et exigeante. Le fait de défier l'URSS et ses alliés dans le "Grand Moyen-Orient", de frapper les Soviétiques avec le "djihad" afghan, de s'opposer aux gouvernements nationaux arabes et de contenir la République islamique d'Iran, a émoussé les capacités de projection mondiale de ces puissances, mais n'a pas empêché la Russie de renaître de ses cendres et l'Iran de résister. Elle a moins empêché la République populaire de Chine de devenir une puissance économique mondiale. Les Américains doivent changer de stratégie et revenir à un endiguement de l'Asie à partir de ses côtes: en un mot, à partir du "Rimland". Revenons sur la définition même de l'"Indo-Pacifique", qui désigne le théâtre géopolitique des deux océans. Cela indique clairement que les États-Unis considèrent la mer d'Asie - et non "les mers" - comme un théâtre unique sur lequel activer l'endiguement anti-chinois impliquant l'Inde, l'Australie [7], le Japon et la Grande-Bretagne: les quatre pays qui, à part Taïwan bien sûr, sont les plus sensibles aux appels de Washington contre Pékin.

quad-grouping-upsc-ias-essay-notes-mindmap-quadrilateral-security-dialogue-e1564473583278.jpg

De ce point de vue, l'Asie centrale est une pure diversion, un piège tendu aux Chinois, aux Russes et aux Iraniens. Pourquoi contenir la Chine sur les mers? Parce que les mers sont le point faible de la Chine et le point fort des États-Unis. C'est des mers que la République populaire reçoit des ressources et c'est par les mers qu'elle exporte des produits manufacturés. Par ressources reçues, nous ne faisons bien sûr pas seulement référence aux matières premières, mais aussi aux flux financiers vers les ports de Hong Kong et de Shanghai. C'est sur les mers que la Chine montre qu'elle n'est pas encore une puissance militaire, pas même à l'échelle régionale. La forteresse anti-chinoise de Taïwan empêche la Chine d'avoir le contrôle total de ses mers voisines, dont sa flotte de haute mer - récemment construite mais pas encore d'un niveau technologique adéquat et avec une expérience de combat insuffisante - peine à sortir. La République populaire est contrainte de recourir à la construction d'îles artificielles comme bases avancées en dehors de la "première chaîne d'îles", la zone maritime contrôlée par le Japon de Tsushima aux Ryukyu et Senkaku, puis à Taïwan et enfin au Vietnam.

La décision de la Chine de se tourner vers des infrastructures terrestres, dont la construction est extrêmement coûteuse dans l'immensité de l'Asie, aujourd'hui gelée, aujourd'hui déserte, aujourd'hui montagneuse et isolée, et en proie au séparatisme et au radicalisme, n'est pas plus sûre. La République populaire de Chine connaît une crise démographique sans précédent [8], qui pourrait la conduire à devenir vieille avant d'être riche. La Chine est assiégée principalement par la mer - du Sud et de l'Est - mais le théâtre terrestre - de l'Ouest - n'est pas un théâtre dans lequel elle peut se sentir à l'aise.

Spykman, le géopoliticien qui a théorisé l'endiguement de l'Eurasie par la mer, n'a pas pris une revanche définitive sur Brzezinski, le géopoliticien qui a théorisé l'assaut du cœur de l'Eurasie: c'est simplement que les Etats-Unis se servent des enseignements de l'un et de l'autre (et cela vaut pour ceux qui imaginent encore la géopolitique comme une discipline rigide et déterministe). Une fois encore, la ressource que les acteurs eurasiens doivent déployer pour résister au siège est une alliance toujours plus étroite, une collaboration toujours plus grande [9].

NOTES:

[1] Spécialement depuis l'adhésion officielle de la République islamique à "l'Organisation de Shanghai pour la coopération"; voir  Giuseppe Gagliano, SCO. l’Iran sarà tra i membri: un’operazione per contenere gli USA www.notiziegeopolitiche.net, 21 Settembre 2021

[2] Giuliano Bifolchi, How Afghanistan is influencing the Turkmenistan-Uzbekistan cooperation, www.specialeurasia.com, 6 Ottobre 2021

[3] Du reste, si les Etats-Unis ont dialogué et négocié avec les talibans au plus haut niveau, on ne comprend pas pourquoi les pays bien plus proches de l'Afghanistan ne devraient ou ne pourraient pas le faire.

[4] Michel Rubin, Could Washington Support Balochistan Independence? nationalinterest.org, 12 Settembre 2021

[5] Giorgio Cuscito, Karachi per la Cina, rubrique Il mondo oggi, www.limesonline.com, 6 Ottobre 2021

[6] Gianandrea Gaiani, La corsa alle basi in Afghanistan e dintorni, www.analisidifesa.it, 5 Ottobre 2021

[7] L'accord nommé AUKUS entre les Etats-Unis et leurs satellites, le Royaume-Uni et l'Australie, n'est pas survenu au hasard mais, justement,  au lendemain du retrait américain de Kaboul. Cet accord sert à signaler aux pays de la région indo-pacifique que les Etats-Unis sont prêts à cautionner sérieusement la politique de l'endiguement antichinois, y compris en partageant des technologies nucléaires sophistiquées et en acceptant le risque de faire monter la tension sur ce théâtre précis, contribuant de la sorte à une course aux armements.

[8] Mario Seminerio, Contrordine, cinesi: moltiplicatevi, phastidio.net, 5 Ottobre 2021

[9] Bradley Jardine, Edward Lemon, In post-American central Asia, Russia and China are tightening their grip, warontherocks.com, 7 Ottobre 2021

Anecdotes afghanes dysgenrées

AFGHANISTAN-DRAPEAU.jpg

Anecdotes afghanes dysgenrées

par Georges FELTIN-TRACOL

Dans sa « Chronique d’une fin du monde sans importance » intitulée  « Rencontre du troisième type » qu’on lit dans le numéro 192 d’Éléments d’octobre – novembre 2021, Xavier Eman dépeint avec le talent qu’on lui connaît l’accueil d’un interprète afghan exfiltré par une famille de Bo-bo véganes et climatophiles des beaux quartiers de Paris, de Lyon, de Bordeaux ou de Rennes. Le sympathique « rapatrié » (sic !) ne termine pas le repas de ses hôtes et les quitte après l’entrée dans la pièce de l’adolescent du couple en pleine transition genrée. Dans la réalité, il est probable que cette scène n’aurait pas eu lieu. L’invité se serait seulement demandé à haute voix: « Tiens ! Vous aussi, vous avez votre batcha ? »

petition-img-123602-fr.jpeg

L’Afghanistan, le Pakistan et l’Asie centrale pratiquent une coutume ancestrale nommée le batcha bazi, ce qui signifie « jouer avec les garçons ». Des garçons pré-pubères ou adolescents sont offerts aux chefs de tribu ou à de riches dignitaires qui les travestissent en filles pour les grandes occasions. Les batchas dansent devant les invités masculins lors des mariages ou à la fin des réunions entre les différents responsables tribaux. L’ONU considère le batcha bazi comme une forme d’esclavage sexuel pédophile, car bien des batchas sont violés par leurs maîtres. Cela ne les empêche pas d’être respectés et salués avec maints égards quand ils circulent dans les rues du bazar.

La majorité des batchas sont des Hazaras. Descendants des Mongols dont ils ont souvent gardé les traits caractéristiques, les Hazaras vivent au centre de l’Afghanistan. Sous le premier émirat islamique des talibans avant 2001, ils étaient persécutés, car ils pratiquent le chiisme dans un pays majoritairement sunnite. L’Iran voisine accueille depuis un quart de siècle de centaines de milliers de réfugiés de cette ethnie dont bien des jeunes gens s’enrôlent dans les milices chiites en Irak et en Syrie contre l’État islamique.

af_afghanistan_girlboys_2009_00463a-1.jpg

Dans certaines régions d’Afghanistan et du Pakistan existe une autre coutume étonnante pour des sociétés jugées patriarcales : le batcha poch qui veut dire « habillée comme un garçon ». Certaines familles qui n’ont pas d’héritier mâle décident d’élever l’une de leurs filles (ou leur fille unique) en garçon. La fille porte un prénom masculin, s’habille avec des vêtements masculins et peut se déplacer dans l’espace public sans aucune restriction. Elle peut même servir de chaperon mâle à sa mère ou à ses jeunes sœurs quand ces dernières doivent quitter la maison familiale. Ce statut original cesse autour de la puberté avec tous les désagréments imaginables. En effet, l’adolescente élevée en garçon a été dispensée de cuisine, de tâches ménagères quotidiennes et de broderie. Elle est plus difficile par conséquent à marier.

Le batcha poch pourrait vivement intéresser Machine Rousseau dont le compagnon serait, selon ses dires, un « homme déconstruit », l’élue parisienne Alice Coffin et la misandre pathétique Pauline Harmange. Ces trois-là devraient séjourner de longs semestres dans les coins finalement si inclusifs de l’Afghanistan…

Dès l’invasion occidentale de ce pays, la population locale a pu bénéficier de cours de formation rééducative en faveur des droits LGTBQAXY+++ avec un succès fort aléatoire. Pourquoi ? Pour des motifs surprenants. Il y a cinq ans, l’auteur de la présente chronique discutait dans le Sud de la France avec un contractor. Cet ancien militaire des forces spéciales françaises exerçait en Afghanistan. Au cours de cette conversation passionnante, il lui donna trois anecdotes révélatrices des mœurs afghanes.

Pour quelles raisons autant de jeunes Afghans fuient-ils leur patrie ? Non par peur des talibans, ni pour éviter la guerre ! Pour ne pas servir dans l’armée officielle qui a montré en août dernier son immense valeur guerrière. Chaque unité combattante possède son giton. Exempté de toute corvée et déchargé des tours de garde, un gars de la section consent, le soir venu, à servir de réconfort sexuel à ses compagnons d’arme. En cas d’attaque, ceux-ci font tout pour le protéger au péril de leur propre vie. On a ici une transposition adulte du batcha bazi qui coïncide aussi avec les thèses homo-érotiques des communautés martiales masculines chères à l’un des penseurs folcistes de la Révolution conservatrice allemande, Hans Blüher.

Le-Viagra-peut-il-endommager-les-yeux-Il-voit-rouge-apres-une-surdose-de-sildenafil.jpg

Au début de l’occupation en 2001 - 2002, les officiers occidentaux veulent s’attirer les bonnes grâces et l’appui des chefs de tribu. Comment les soudoyer ? Pas par des armes qu’ils ont déjà à profusion, ni non plus en leur versant des sommes d’argent ou en leur offrant de somptueuses voitures dans des contrées reculées très pauvres aux sentiers défoncés impraticables. Le viagra résout le problème. Après une rapide visite médicale, militaires et contractors occidentaux expliquent au chef du village l’intérêt d’avaler la petite pilule bleue. Ainsi un notable presque septuagénaire depuis longtemps impuissant peut-il honorer toute la nuit et les nuits suivantes sa nouvelle épouse à peine post-adolescente. Quelques mois plus tard, la jeune épouse tombait enceinte pour la plus grande fierté de son mari qui décéda ensuite d’un usage excessif de cet adjuvant…

L’OTAN donne à trois douaniers installés dans un poste montagneux isolé des tablettes numériques et deux ânes. Le contractor français assiste à cette remise hétéroclite de biens quelque peu incongrus. Il retrouve les douaniers trois - quatre mois plus tard. Ils lui montrent, tout fiers, l’enregistrement d’une scène banale. Le premier filme avec la tablette. Le deuxième tient l’âne tandis que le troisième, le pantalon sur les chevilles, prend du bon temps avec l’animal, en fait une ânesse.

L’Occidental du début du XXIe siècle verrait dans ces quelques exemples des témoignages d’une pesante misère sexuelle. Or ce point de vue est faux. Le contractor indique que l’absence de toute présence féminine non maternelle stimule une libido prête à s’assouvir à la première occasion venue. La vue de femmes-soldats occidentales déclencha d’ailleurs dans les premières années de l’occupation des scènes osées qui auraient valu à leurs auteurs d’être dénoncés par MeToo. Pendant ces vingt dernières années, on n’a pourtant guère entendu les associations féministes hystériques critiquer ce pays. Ne serait-ce pas au fond une bonne raison ?  

  • « Vigie d’un monde en ébullition », n° 6, mise en ligne sur Radio Méridien Zéro, le 19 octobre 2021.

jeudi, 21 octobre 2021

L'artifice de la pandémie pour les banques centrales

Hausse-taux-d-interet-641x400-1.jpg

L'artifice de la pandémie pour les banques centrales

Markku Siira

Ex: https://markkusiira.com/

Pour le professeur Fabio Vighi, la crise de la pandémie n'est au fond qu'un symptôme du capitalisme financier déréglé. Plus largement, c'est le symptôme d'un monde qui n'est plus capable de croître en générant du profit à partir du travail humain et qui s'appuie donc sur la "logique compensatoire du dopage monétaire constant".

"Alors que la contraction structurelle de l'économie basée sur le travail gonfle le secteur financier, l'instabilité de ce dernier ne peut être contenue que par les urgences mondiales, la propagande de masse et la tyrannie de la biosécurité", conclut le chercheur italien.

Pour survivre par ses propres moyens, la cabale des banques centrales est prête à "sacrifier la liberté humaine et à adopter un système soutenu par la science et la technologie des entreprises, la propagande des médias et les histoires de catastrophes, accompagné d'un philanthro-capitalisme pseudo-humanitaire des plus dégoûtants".

L'introduction des passeports numériques de santé (qui, il y a seulement un an, était qualifiée de "théorie du complot" par les réchauffistes) marque un tournant décisif. Ce "marquage" est crucial si l'élite veut persuader les gens d'accepter la structure de pouvoir de plus en plus centralisée qui est présentée comme une condition préalable à la libération des restrictions imposées lors de la pandémie.

Après l'introduction de la carte d'identité numérique, l'oppression des citoyens - le principe "l'ébouillantement lent de la grenouille" - se poursuivra de manière régulière et progressive. Les plafonds de taux d'intérêt actuels sont conçus pour conditionner les masses à utiliser des portefeuilles électroniques pour contrôler non seulement l'accès aux services publics, mais aussi les dépenses des citoyens.

Le système financier mondial est une gigantesque arnaque de Ponzi: Vighi enterre les jeux du monde financier. Si ceux qui la dirigent devaient perdre le contrôle de la création de liquidités, une explosion s'ensuivrait, détruisant l'ensemble du tissu socio-économique sous-jacent. Dans le même temps, une récession écrasante priverait les politiciens des derniers vestiges de crédibilité.

Par conséquent, le seul plan viable pour l'élite semble être un effondrement économique contrôlé. Il s'agit notamment de l'affaiblissement des chaînes d'approvisionnement, qui entraînera une "pénurie de tout", et de la création d'une infrastructure numérique pour un coup d'État technocratique.

L'analyste financier Mauro Bottarelli a résumé la logique d'une économie pandémique comme suit : "Une urgence sanitaire semi-permanente vaut mieux qu'un effondrement brutal du marché, par rapport auquel le souvenir de 2008 [la crise financière] est comme une promenade tranquille dans le parc".

La fausse pandémie est donc un outil de sauvetage, essentiellement un "événement de politique monétaire conçu pour prolonger la vie d'un mode de production moribond et axé sur la finance". Avec l'aide du virus, le capitalisme cherche à se renouveler en invoquant la menace globale, mais au détriment de la vie quotidienne, du niveau de vie et de la santé (mentale) de la population.

Si et quand la bulle des taux d'intérêt éclatera enfin, que fera l'élite ? En termes plus clairs, quel nouveau spectacle les sauvera, sans que les masses humiliées ne montent aux barricades dans des conditions révolutionnaires ?

Vighi spécule sur les options : "Aliens ? Une cyber-attaque sur le système bancaire ? Un tsunami dans l'Atlantique ? Des jeux de guerre en Asie du Sud-Est ? Une nouvelle guerre contre le terrorisme ?" L'arsenal des mondialistes ne manque pas de choix, sans parler de la manipulation des masses par les médias.

Peut-on éviter une récession dévastatrice ? La réponse politique d'aujourd'hui semble s'inspirer de la sagesse séculaire selon laquelle "les situations extrêmes appellent des mesures extrêmes". Pour Vighi, cela signifie qu'"aucun crime contre l'humanité ne peut être exclu en s'obstinant à nier l'effondrement du système".

En réduisant au silence le débat public sur le sujet par la censure et l'intimidation, nous sommes conduits "vers une dystopie biotechnologique et capitaliste, dont la nature infernale sera probablement pleinement révélée lors de la prochaine crise mondiale".

L'actuelle "ségrégation de la population sur la base du statut vaccinal" est, selon M. Vighi, "une réalisation typique mais révolutionnaire des régimes totalitaires de notre époque". Si la résistance est vaincue, une carte d'identité numérique obligatoire sera introduite pour enregistrer la "vertu" du comportement des citoyens et réglementer leur participation à la société. Le coronavirus était le cheval de Troie idéal pour cette percée.

L'Alliance ID2020, soutenue par des géants tels qu'Accenture, Microsoft, la Fondation Rockefeller, MasterCard, IBM, Facebook et l'omniprésente "alliance pour les vaccins" Gavi de Bill Gates, prévoit depuis longtemps un système d'identification numérique basé sur la technologie blockchain.

L'argent numérique, lié à l'identité numérique, pose les bases d'un néo-féodalisme qui s'étendra d'abord aux chômeurs demandeurs d'emploi et éventuellement à la majorité des gens. Lorsque Larry Fink, PDG du géant de l'investissement BlackRock, déclare que "les marchés préfèrent les gouvernements totalitaires aux démocraties", il est peut-être préférable de le croire.

Les monnaies numériques permettraient aux gouverneurs des banques centrales non seulement de surveiller chaque transfert d'argent, mais aussi de bloquer l'accès à l'argent ou son utilisation pour toute raison jugée légitime. Le projet de numérisation de la vie comprendrait également un "passeport internet" qui, après des contrôles réguliers, exclurait les contenus inappropriés du web. Les interdictions de médias sociaux et les suppressions de comptes sont déjà un avant-goût des choses à venir.

Si les scores de crédit social tombent en dessous d'un certain niveau, la recherche d'un emploi, les voyages ou l'obtention d'un prêt dépendront de la volonté de la personne de participer à des "programmes de réhabilitation". On peut supposer qu'un "marché noir" des exclus de la société ne tarderait pas à apparaître (de faux certificats de vaccination sont déjà vendus en ligne).

Il semble donc bien que nous soyons entrés dans le "biofascisme" sous la direction des banquiers centraux. La pierre angulaire du fascisme historique était l'industrie contrôlée par l'État, qui restait néanmoins aux mains de particuliers. M. Vighi trouve "assez étonnant que, malgré les preuves accablantes de l'existence de portes tournantes systématiques entre les secteurs public et privé, la plupart des intellectuels n'aient pas encore compris que c'est la direction que nous prenons".

L'écrivain et réalisateur italien Ennio Flaiano a dit un jour que le mouvement fasciste était composé de deux groupes : les fascistes et les antifascistes. "Aujourd'hui, alors que la plupart de ceux qui se disent antifascistes soutiennent tacitement ou avec enthousiasme le virage autoritaire dicté par la médecine, ce paradoxe est plus pertinent que jamais", observe Vighi.

L'élite économique et ses sbires politiques ont également détourné la "science", que les citoyens effrayés sont "invités à suivre". La "science" déformée par l'élite est donc un obstacle à la prise de conscience de l'effondrement de l'ancien monde. La vraie science, qui continue d'opérer derrière un épais voile de censure, n'imposerait jamais des mandats dictatoriaux tels que ceux en vigueur aujourd'hui dans les pays qui se disent "démocratiques".

La foi aveugle dans la "science du corona" révèle donc un désir désespéré de s'accrocher au pouvoir capitaliste, même dans sa variante autoritaire. Même si l'ancien système a cessé de fonctionner, "l'illusion du corona permet au capitalisme de suspendre une fois de plus toute enquête sérieuse sur sa maladie structurelle et sur la transformation en cours".

Cette "dictature douce" est déjà monnaie courante. Ce qu'il faut, c'est une prise de conscience autocritique, une désobéissance civile courageuse et un réveil collectif, mais cela ne semble pas se produire à une échelle suffisante. Le jeu de rôle mondial de la crise pandémique, avec ses blocages et ses ouvertures sociales, va se poursuivre. Les maîtres chanteurs de l'urgence seront-ils un jour tenus responsables de leurs actes?

19:07 Publié dans Actualité, Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, économie, finances | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Trois commentaires (amers) sur les dernières élections italiennes

EMDCD.jpg

Trois commentaires (amers) sur les dernières élections italiennes

La défaite du centre-droit en Italie: personne ne démissionne et personn ne change les équipes d'incompétents

Augusto Grandi

SOURCE : https://electomagazine.it/la-disfatta-del-centrodestra-ma-nessuno-si-dimette-e-nessuno-cambia-squadre-di-incapaci/

Pendant la campagne électorale, lorsque Electomagazine a prédit une défaite générale du centre-droit dans les cinq premières villes (Rome, Milan, Naples, Turin et Bologne), un lecteur a protesté, affirmant que les comptes ne sont faits qu'à la fin. Nous sommes arrivés à la fin et le centre-droit a perdu dans les cinq villes. Il est difficile de faire pire, notamment parce qu'il a très mal perdu. Avec de nets écarts à Rome et Turin après avoir perdu au premier tour dans les autres villes.

Et il est très difficile de renverser la réalité en prétendant que perdre Rome mais tenir bon à Trieste signifie 1:1, que perdre Turin mais gagner à Beinasco et Carmagnola signifie un triomphe. Même à Latina, le centre-droit a réussi à perdre au scrutin après avoir eu l'illusion d'avoir gagné au premier tour.

S'il y avait des hommes politiques cohérents à la tête des partis de centre-droit, l'ensemble de la classe dirigeante aurait démissionné immédiatement. Car il ne suffit pas d'aller à la télévision et d'admettre que, oui, peut-être, les candidats choisis n'étaient pas les meilleurs. Trop commode, et même pas vrai dans certains cas. Paolo Damilano, à Turin, n'était pas un mauvais candidat. La coalition qui a échoué à présenter un projet pour la ville s'est complètement trompée.

Ce qui n'allait pas partout, c'était la stratégie consistant à viser le centre, ces modérés que Berlusconi aime mais qui n'aiment pas Berlusconi. D'autre part, cette course au centre a fait perdre les voix des banlieues. Ils ne se sentent pas représentés par les majordomes de la Confindustria, qui ne se reconnaissent pas dans une politique en faveur de ceux qui font monter les prix pour profiter de la reprise fantôme.

Trois partis, plus divers autres pièges, qui ont abandonné leurs âmes pour partir à la recherche d'un électeur qui n'existe que dans les rêves nocturnes de ceux qui en ont mangé beaucoup. Même l'âme plastifiée de Forza Italia a été mise de côté pour poursuivre le politiquement correct, la sexualité fluide, la culture du cachet, toutes les bêtises imposées par les opposants et véhiculées par les " copines " du sultan. La Ligue a renoncé au fédéralisme, Meloni a coupé les racines mais sans réfléchir à la manière de nourrir l'arbre.

Tous trois - Salvini, Meloni et Berlusconi - sont convaincus que les solistes suffisent à faire gagner leurs partis respectifs et à gouverner l'Italie. Une énorme erreur. Nous avons besoin de grands chefs d'orchestre qui savent réunir d'excellents musiciens, éventuellement les meilleurs pour chaque instrument. Mais pour y parvenir, il faut renverser tout ce qui a été fait ces dernières années. Sans culture, sans préparation, sans étude, vous n'avez pas d'excellents musiciens. Et un chef d'orchestre, aussi bon soit-il, ne transformera pas un groupe d'amis d'amis qui ne savent pas jouer et ne veulent pas apprendre en un grand orchestre.

Augusto Grandi

Sans vision, sans idéologie, sans classe dirigeante, le centre-droit se réunit pour ne rien changer

par Augusto Grandi

SOURCE : https://electomagazine.it/senza-visione-senza-ideologia-senza-classe-dirigente-il-centrodestra-si-incontra-per-non-cambiare/

Le centre-droit italien se réunit pour faire le point sur la situation. En réalité, s'il y avait une once d'honnêteté intellectuelle, cela ne prendrait que le temps d'un café. Parce que l'analyse de la défaite est extrêmement simple. Avant le vote, amis et adversaires, anciens compagnons de voyage et ceux qui aimeraient encore voyager ensemble, l'avaient déjà fait. Tous sont d'accord sur un point : la classe dirigeante des trois partis concernés est désastreuse, irrémédiablement désastreuse. Chacun des analystes pouvait avoir des visions différentes sur la direction à prendre, mais il y avait unanimité sur le bas niveau des classes dirigeantes, quelle que soit leur position politique.

Mais comme c'est cette même classe dirigeante qui fera le point sur la situation, il semble peu probable que cela conduise à un suicide collectif. Dans le meilleur des cas, mais ce sera de toute façon difficile, il sera peut-être possible d'arriver à une toute petite autocritique. Déplacer la responsabilité des défaites sur les candidats et non sur ceux qui les avaient promus. Il sera beaucoup plus difficile d'avoir le courage de remettre en question la bonté des stratégies. Et il est impossible de critiquer les idéologies, pour la simple raison qu'elles n'existent dans aucun des trois partis.

Mais ils sont tous confiants de remporter les élections en 2023. Les sondages sont rassurants, comme ils l'ont été pour ce cycle électoral. Mais les électeurs en ont eu assez d'être menés en bateau et n'ont pas voté. Récompensant, de cette manière, une gauche obtuse mais constamment obtuse. A droite, en revanche, la cohérence est inconnue.

Mais 2023, c'est loin, et il devient compliqué de continuer à esquiver pour éviter de clarifier ses positions. Il n'est pas possible de concilier les slogans de la droite sociale avec les apparitions du majordome de la Confindustria qui demande moins de financement pour les personnes en difficulté et le donne aux grandes entreprises. Il est ridicule d'insister sur la souveraineté et de refuser ensuite d'accepter le fait qu'il existe des mesures pour frapper les entreprises qui délocalisent (ce qui est très différent d'une internationalisation qui ne supprime pas d'emplois en Italie). Il est stupide de demander l'annulation du revenu de citoyenneté en l'absence d'une réelle proposition de création de nouveaux emplois décemment rémunérés.

La gauche, par une opération culturelle et idéologique, a offert à sa base une vision du monde. Discutable, dangereuse, mais appréciée par la base et qui a suscité le vote. À droite, les selfies de Salvini, les bêtises du tribunal d'Arcore sur le sexe et les restrictions à la liberté de pensée, la servilité de Lollobrigida envers les patrons, ont convaincu les anciens électeurs de rester à la maison.

Mais alors, à quoi bon faire le point sur la situation ? Berlusconi s'obstine à ne pas vouloir d'un dauphin décent, le cercle de Garbatella reste retranché dans le grand périphérique de Rome, Salvini est un leader diminué de moitié qui attend de comprendre ce que Giorgetti et Zaia veulent faire quand ils seront grands. Il n'est pas question de "vision du monde". Tout ce que nous pouvons espérer, c'est un nouveau slogan banal et perdant.

Augusto Grandi

Une droite atteinte du Syndrome de Stockholm subira sans cesse des attaques dans les prochains mois

Enrico Toselli

SOURCE : https://electomagazine.it/una-destra-con-la-sindrome-di-stoccolma-sara-sotto-attacco-anche-nei-prossimi-mesi/

La droite italienne est liée aux SS. Le dogue antifasciste peut donc être déchaînée. Avant de comprendre que SS signifie Syndrome de Stockholm. Un article paraît dans Repubblica dans lequel, tout en réaffirmant la fascisterie de Fdi, il n'incite même pas à pendre tous les électeurs de droite. Non représentable, avec un parti à dissoudre mais en évitant de les exterminer. "Comme tu es bon", aurait commenté Fantozzi. Exactement comme ils l'ont commenté à droite.

Mais c'est le même syndrome de Stockholm qui émerge lorsque, dans une élection quelconque, la droite gagne. Et ils se sentent coupables envers leurs adversaires qui, jusqu'à la veille, étaient occupés à cracher sur les nouveaux vainqueurs. Ainsi, pour éviter tout sentiment de culpabilité, les rôles fondamentaux en politique sont confiés à la gauche. Dans l'espoir de s'attirer ses faveurs, d'éviter les protestations et les controverses. Qui, au contraire, sont immédiatement déclenchées.

Quand, au contraire, c'est la gauche qui gagne, elle place tous ses loyalistes à des postes clés. Comme il se doit. Mais le syndrome de Stockholm n'est pas perdu pour la droite vaincue. Il évite ainsi toute opposition sérieuse et crédible. En réalité, il s'agit d'un alibi banal. On ne s'oppose pas, non pas par respect ou par peur de ses adversaires, mais parce que ce serait fatigant. Étudier les dossiers, parcourir les villes pour vérifier les vrais problèmes, mettre en place un dispositif de contre-information. Non, trop compliqué.

Il vaudrait mieux se contenter d'attendre une protestation citoyenne spontanée et tenter ensuite de s'en sortir. Sans même vérifier si la protestation est motivée, si elle est basée sur des faits réels.

Aujourd'hui, nous votons alors que la gauche a déjà remporté trois grandes villes au premier tour. Personne n'a remarqué une intervention pour construire une véritable opposition à Milan, Naples, Bologne. Il est vrai que la campagne électorale de la gauche a été aussi sordide et partisane qu'on puisse l'imaginer, mais l'incapacité de la droite à réagir a été embarrassante.

Et si le modèle d'agression s'avère avoir fonctionné à Rome et à Turin, il est logique qu'il soit répété dans les mois à venir. Sans que la droite ait la moindre idée de comment réagir.

Enrico Toselli

mardi, 19 octobre 2021

Qui soutient le terrorisme ? Un groupe terroriste anti-chinois exclu de la liste: "Il ressuscite d'entre les morts"!

qaa.JPG

Qui soutient le terrorisme ? Un groupe terroriste anti-chinois exclu de la liste: "Il ressuscite d'entre les morts"!

Brian Berletic*

Ex: http://www.elespiadigital.com/index.php/noticias/seguridad/35540-2021-10-09-12-14-26

Des soupçons sont apparus lorsque, fin 2020, les États-Unis ont retiré de la liste des organisations terroristes le Mouvement islamique du Turkestan oriental (ETIM), parfois appelé Parti islamique du Turkestan (TIP).

En effet, les États-Unis ont affirmé que l'ETIM / TIP n'était pas active depuis plus de dix ans, alors qu'ils ont eux-mêmes admis avoir frappé des cibles de l'ETIM / TIP en Afghanistan pas plus tard qu'en 2018, soit deux ans seulement avant sa radiation de la liste.

Un article du Guardian de 2020 intitulé "Les États-Unis retirent un groupe fantôme de la liste des terroristes accusés d'avoir commis des attentats en Chine", par exemple, porterait à le croire:

"Dans un avis publié dans le Federal Register, qui publie les nouvelles lois et réglementations américaines, le secrétaire d'État, Mike Pompeo, a déclaré vendredi qu'il allait révoquer la désignation du Mouvement islamique du Turkestan oriental (ETIM) comme "organisation terroriste".

"L'ETIM a été retiré de la liste parce que, depuis plus d'une décennie, il n'y a aucune preuve crédible que l'ETIM continue d'exister", a déclaré un porte-parole du département d'État.

L'affirmation du porte-parole du département d'État américain n'a pas été contestée par le Guardian, bien que le journal ait lui-même écrit un article en 2013, il y a tout juste 7 ans, sur le retrait de la liste où il est indiqué:

Le Parti islamique du Turkestan (PIT) est le premier groupe à revendiquer l'attentat du 28 octobre, au cours duquel un véhicule tout-terrain a traversé un groupe de piétons près de la place emblématique du centre de Pékin, s'est écrasé sur un pont de pierre et a pris feu, tuant cinq personnes et en blessant des dizaines d'autres. Les autorités chinoises ont rapidement identifié le conducteur comme étant un Ouïgour, soit un ressortissant d'une minorité ethnique musulmane du Xinjiang, une région rétive et peu peuplée de l'extrême nord-ouest du pays.

unnamed_22.png

L'article indique non seulement que le département d'État américain a menti en affirmant que l'organisation terroriste était en sommeil depuis plus de dix ans, mais il illustre également la menace terroriste très réelle à laquelle la Chine est confrontée dans tout le pays de la part des organisations terroristes basées au Xinjiang.

Le gouvernement américain et les médias occidentaux en général qualifient depuis des années de "génocide" les politiques de sécurité menées par Pékin pour contrer cette menace.

ETIM / TIP : "Back from the dead"

Dans ces conditions, il n'est pas surprenant que le magazine américain Newsweek ait publié en septembre de cette année un article intitulé "Exclusif : Malgré la pression de la Chine sur les talibans, les séparatistes ouïgours voient des opportunités en Afghanistan", dans lequel le porte-parole de l'ETIM / TIP, "inexistant", était interviewé par les médias américains.

Cet article s'inscrit dans le sillage du retrait américain d'Afghanistan, une décision qui a clairement ouvert la voie à une transition entre l'occupation militaire américaine de ce pays d'Asie centrale et un rôle plus secret de soutien à des groupes militants qui sèment le chaos non seulement à l'intérieur des frontières de l'Afghanistan, mais aussi bien au-delà, y compris dans la Chine voisine.

L'article de Newsweek rapporte :

"Les États-Unis sont un pays fort, ils ont leur propre stratégie, et aujourd'hui, nous voyons le retrait du gouvernement américain de cette guerre en Afghanistan, qui entraîne d'énormes pertes économiques, comme un moyen d'affronter la Chine, qui est l'ennemi de toute l'humanité et de toutes les religions à la surface de la Terre", a déclaré à Newsweek un porte-parole du bureau politique du Parti islamique du Turkestan, communément appelé Mouvement islamique du Turkestan oriental (ETIM).

Dans ce qui semble être les premiers commentaires du groupe secret à un média international depuis qu'il a été retiré de la liste américaine des organisations terroristes l'année dernière, le porte-parole du Parti islamique du Turkestan a déclaré qu'il espérait que le retrait de l'armée américaine le mois dernier serait suivi d'une pression accrue contre la Chine.

"Nous pensons que l'opposition des États-Unis à la Chine profitera non seulement au Parti islamique du Turkestan et au peuple du Turkestan, a déclaré le porte-parole, mais aussi à l'ensemble de l'humanité."

Newsweek mentionnerait également les frappes américaines sur les cibles de l'ETIM / TIP en 2018, notant :

Pendant de nombreuses années, les États-Unis ont inclus l'ETIM dans leur liste de terroristes, dans le cadre des mesures du Patriot Act mises en place après les attentats du 11 septembre 2001. Le Pentagone a même ciblé le groupe par des frappes aériennes en Afghanistan jusqu'en 2018 au moins.

ani1628548519.jpg

Le public est censé croire que la radiation de l'ETIM/TIP de la liste américaine des organisations terroristes est fondée sur de prétendues preuves que l'organisation n'existe plus, alors qu'elle continue manifestement d'exister et de commettre des actes de terrorisme, et qu'elle s'aligne désormais ouvertement sur la politique étrangère des États-Unis à l'encontre de la Chine après sa "résurgence".

De même, les États-Unis ont retiré de la liste des organisations terroristes qu'ils cherchaient à utiliser comme mandataires armés dans des conflits contre des nations ciblées. Cela inclut le Groupe islamique combattant libyen (GICL) que les États-Unis ont utilisé dans leur guerre par procuration non seulement en Libye même en 2011, mais plus tard en transférant des combattants et des armes de l'Afrique du Nord au Moyen-Orient contre la Syrie, également à partir de 2011.

Les États-Unis ont également retiré de la liste les Mujahedin-e-Khalq (MEK), une organisation terroriste utilisée par les États-Unis et leurs alliés pour mener des opérations terroristes contre le gouvernement et le peuple iraniens.

Ce n'est un secret pour personne que les États-Unis soutiennent le séparatisme au Xinjiang, en Chine.

L'article de Newsweek consacre une grande partie de son espace à tenter de dépeindre l'ETIM / TIP comme s'engageant dans une bataille héroïque pour l'indépendance contre une occupation chinoise "oppressive". L'article précise :

"Le Turkestan oriental est la terre des Ouïghours", a déclaré le porte-parole du Parti islamique du Turkestan. "Après que le gouvernement chinois a occupé notre patrie par la force, il nous a obligés à quitter notre patrie en raison de l'oppression qu'il exerce sur nous. Tout le monde sait que le Turkestan oriental a toujours été la terre des Ouïghours".

Ce n'est qu'au milieu de l'article que Newsweek finit par l'admettre :

Outre la Chine et les Nations unies, un certain nombre de nations et d'organisations internationales telles que l'Union européenne, le Kirghizstan, le Kazakhstan, la Malaisie, le Pakistan, la Russie, la Turquie, les Émirats arabes unis et le Royaume-Uni considèrent l'ETIM comme une organisation terroriste.

En fait, les Nations unies considèrent l'ETIM / TIP comme un groupe terroriste et Newsweek cite cette organisation qui "représente une menace immédiate pour la sécurité de la Chine et de son peuple".

Le Conseil de sécurité de l'ONU, sur le site officiel de l'ONU, dans une déclaration intitulée "Eastern Turkestan Islamic Movement", note explicitement :

"Le Mouvement islamique du Turkestan oriental (ETIM) est une organisation qui a eu recours à la violence pour atteindre son objectif d'établir un soi-disant "Turkestan oriental" indépendant au sein de la Chine".

La déclaration du CSNU est très claire sur deux points. Premièrement, les Nations unies, et par extension la majorité de la communauté internationale, ne reconnaissent pas le terme "Turkestan oriental" et reconnaissent plutôt le territoire comme le Xinjinang et comme faisant partie de la Chine.

Deuxièmement, le Conseil de sécurité des Nations unies désigne explicitement l'ETIM / TIP comme une organisation terroriste qui a utilisé la violence pour servir ses ambitions séparatistes.

Le terme "Turkestan oriental" est utilisé uniquement par les séparatistes, en contradiction avec le droit international et le statut de la région internationalement reconnue du Xinjiang, en Chine.

Il est donc particulièrement révélateur de voir sur le site officiel du National Endowment for Democracy du gouvernement américain que ses programmes au Xinjiang sont énumérés sur une page intitulée "Xinjiang / Turkestan oriental (Chine)".

Les organisations citées, dont le Projet des droits de l'homme ouïghour (UHRP) et le Congrès mondial ouïghour (WUC), font explicitement référence au Xinjiang, en Chine, comme au "Turkestan oriental", qu'elles considèrent comme "occupé" par la Chine.

L'UHRP se décrit sur son site Internet en déclarant (c'est nous qui soulignons) :

"Le Projet des droits de l'homme des Ouïghours promeut les droits des Ouïghours et des autres peuples turcs musulmans du Turkestan oriental, que le gouvernement chinois appelle la région autonome ouïghoure du Xinjiang...".

Le site web du WUC indique que l'organisation se déclare "mouvement d'opposition à l'occupation chinoise du Turkestan oriental".

Les deux organisations sont financées par le gouvernement américain, et l'UHRP est basée à Washington DC.

Le Congrès mondial ouïghour, financé par le gouvernement américain, est l'organisation à l'origine du prétendu "Tribunal ouïghour". Le site officiel du Tribunal ouïghour admet même (c'est nous qui soulignons):

"En juin 2020, Dolkun Isa, président du Congrès mondial ouïghour, a officiellement demandé à Sir Geoffrey Nice QC d'établir et de présider un tribunal populaire indépendant chargé d'enquêter sur les "atrocités en cours et le possible génocide" contre les Ouïghours, les Kazakhs et d'autres populations musulmanes turques".

East-Turkestan-flag-1280.jpg

Ainsi, non seulement les États-Unis encouragent clairement le séparatisme au Xinjiang, en Chine, en finançant directement des organisations qui promeuvent le séparatisme, mais ils n'ont pas seulement retiré l'ETIM/TIP de la liste américaine, alors qu'il est une organisation terroriste active, ce qui lui permet d'allouer plus facilement des fonds et de voyager dans le monde entier, mais aussi de tirer parti de son contrôle considérable sur les médias mondiaux et les institutions internationales pour qualifier de "génocide" la réponse de la Chine à cette campagne concertée de séparatisme et de terrorisme dirigée contre son territoire et son peuple.

En d'autres termes, les États-Unis sont, d'une part, armés d'une épée - les terroristes "résurgents" de l'ETIM / TIP désireux de se joindre à l'encerclement et à l'endiguement de la Chine par les États-Unis - et, d'autre part, les États-Unis disposent du bouclier de la "défense des droits de l'homme" pour se protéger des tentatives de la Chine de faire face à cette menace.

C'est une ironie perpétuelle que les États-Unis s'arrogent le leadership d'un "ordre international fondé sur des règles" qui, selon eux, garantit la paix et la stabilité dans le monde, alors que, dans le même temps, ils constituent la plus grande menace pour ces deux éléments.

* Chercheur et écrivain en géopolitique basé à Bangkok.

Bonnal et la Liquidation des Pollueurs

9rg9fbs14pglbosu2uv83mnb8k._SX450_.jpg

Le CDG-NB N.10

Bonnal et la Liquidation des Pollueurs

 
Le Coup de Gueule de Nicolas Bonnal, la rubrique de Café Noir enregistrée le mardi 12 octobre 2021.
 
 
LIVRES DE BONNAL CHEZ AVATAR EDITIONS
 
Internet – La Nouvelle Voie Initiatique https://avatareditions.com/livre/inte...
Le Choc Macron – Fin des Libertés et Nouvelles Résistances https://avatareditions.com/livre/le-c...
Louis Ferdinand Céline – La Colère et les Mots https://avatareditions.com/livre/loui...
 
LIVRES DE BONNAL
 
Les Territoires Protocolaires https://www.amazon.fr/dp/2876230984
 
CHAINE AVATAR EDITIONS SUR ODYSEE https://odysee.com/@avatarmediaeditions

10:01 Publié dans Actualité, Entretiens | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pollueurs, actualité, nicolas bonnal | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Les troubles partiels comme étapes nécessaires

baisse-trouble-de-l-eau-sur-la-surface-bleue-de-l-eau-de-piscine-83536599.jpg

Les troubles partiels comme étapes nécessaires

Ernesto Milà

Ex: https://info-krisis.blogspot.com/2021/04/cronicas-desde-mi-retrete-los.html?m=1

Ceux d'entre nous qui entrent maintenant dans leurs "années avancées" sont peut-être ceux qui sont les plus conscients des changements accélérés qui se sont produits depuis notre enfance jusqu'à aujourd'hui. Je pense que je suis privilégié d'être né dans les années 1950, d'être encore en vie et de pouvoir dire que je n'ai pas manqué le train de la modernité, même si les changements que j'ai vus depuis que je me souviens sont presque de la science-fiction. Et celles qui nous attendent dans les dix prochaines années le seront encore plus.

La première année où je suis allé à l'école, nous allions en classe même le samedi, nous n'avions de vacances que le dimanche et le jeudi après-midi. C'était en 1957. L'année suivante, le jeudi a été remplacé par le samedi. Nous sommes rentrés à la maison. Il n'y avait pas de télévision, et il n'y en a eu qu'un an plus tard, juste quelques heures par jour, de 14h00 à 16h00 et de 19h00 à 24h00. Et un seul canal. Mon père a acheté le téléviseur avant l'installation de l'antenne relais de Tibidabo. C'était une boîte Philips avec des portes, presque comme une armoire, mais avec un écran pas plus grand que 40 cm, en noir et blanc. Rien à voir avec le plasma panoramique que l'on pouvait contrôler par la voix et même auquel on pouvait parler (si on était assez fou pour le faire), ni avec les 40 chaînes et la demi-douzaine de streamings... Dans les années 50, l'objet culte des foyers était la radio et c'était sa période d'or, avec les "serials", avec les "cabinets de consultation sentimentale", avec les programmes musicaux. À quoi ressemblera la télévision du futur ? Jusqu'où peut-elle aller alors que nous avons déjà atteint une intégration parfaite entre la télévision classique, le streaming, les jeux vidéo, l'Internet et la téléphonie mobile ?

s-l300.jpg

Led-TV1.jpg

Mais le pire n'est pas la vitesse à laquelle tout change, ni même les doutes sur ce que l'avenir nous réserve, mais la certitude absolue, pleine et entière que, dans son ensemble, la civilisation, la culture, les valeurs, l'environnement politico-économique, se dégradent à une vitesse qui n'est que le reflet inversé de la courbe ascendante des nouvelles technologies. Une société, ce n'est pas seulement une télévision, un téléphone portable ou une puce. Une société est, avant tout, un modèle de coexistence, d'organisation et de valeurs.

C'est tout cela qui se dégrade à vue d'œil. Il ne s'agit pas d'en discuter, ni de le prouver. Ceux qui ne le perçoivent pas auront adopté les valeurs "progressistes" qui impliquent l'acceptation du dogme selon lequel l'histoire progresse toujours vers des états supérieurs de coexistence et de civilisation. Ceux qui le perçoivent et qui désespèrent sont les conservateurs qui se rendent compte qu'il y a de moins en moins d'éléments à préserver et que toutes les valeurs qui les nourrissaient autrefois (patrie, religion, monarchie, ordre) se diluent à vue d'œil.

Entre ceux qui voient le verre comme complètement plein et ceux qui le voient comme sec, il y a une troisième option : le teetotaler. Laissez-nous vous expliquer.

Si le progrès ne peut pas toujours être considéré comme positif, mais que l'on peut même voir dans certains de ses traits avant-gardistes, voire sinistres (les propositions de sexualité de Unidas Podemos et de la gauche le sont, ainsi que l'accent mis sur tout ce qui est négatif et destructeur : avortement, euthanasie, légalisation des drogues), le conservatisme n'a aujourd'hui aucun sens, alors que toutes les institutions et les valeurs sur lesquelles il était fondé tombent les unes après les autres (aristocratie, religion, patrie). Ni l'optimisme ni le désespoir ne sont des attitudes valables dans notre époque troublée.

Même dans les moments les plus difficiles de ma vie, deux idées m'ont toujours fait avancer, gravées au plus profond de mon âme. La première m'a été inculquée par Julius Evola: "Si vous ne pouvez rien faire contre la modernité, faites en sorte que la modernité ne puisse rien faire contre vous". Je suis conscient des derniers développements de la modernité et je m'intéresse à son évolution future, mais je pourrais vivre sans eux. Je suis présent sur certains réseaux sociaux, mais ce n'est pas devenu le centre de ma vie. Je réponds aux messages sur mon téléphone portable, mais je ne les zappe pas. Je suis dans le monde moderne, je vis dans le monde moderne, mais je ne m'identifie pas à lui et je pourrais m'en passer.

85b96dafaa7eae7bf17d74b283bff.jpg

La seconde idée est présente dans les travaux de René Guénon: "Les troubles partiels ne sont qu'une partie de l'ordre général". Guénon part de l'"histoire cyclique" soutenue dans les diverses traditions de l'Orient et de l'Occident, selon laquelle, "au commencement", il n'y avait pas une humanité ignorante, bestiale et primitive, issue de singes anthropoïdes, mais un âge d'or où l'humain se confondait avec la pure spiritualité. A partir de cet Eden originel, l'humanité serait entrée dans un processus de décadence, dont nous vivons aujourd'hui l'extrême limite. La fin du cycle précède le début d'un autre. Par conséquent, tout ce que nous pouvons voir aujourd'hui comme étant catastrophique, chaotique, sinistre et exaspérant, n'est rien d'autre que des "désordres partiels", qui, comme le tonnerre et les vents d'ouragan, accompagnent chaque tempête tropicale, mais après lesquels, le Soleil brille à nouveau invinciblement en haut, c'est-à-dire que l'Ordre - avec une majuscule - est rétabli.

Notre génération (et sûrement celle de nos enfants et petits-enfants) continuera à vivre dans cet environnement de crise en constante mutation. Nous pouvons penser à ce que sera l'Espagne dans les 50 prochaines années, un pays qui n'aura pas réussi à décoller, qui se sera désintégré intérieurement, dans lequel on chantera encore les gloires de la transition, on se souviendra de Suárez, Felipe et Aznar comme des "grands de la démocratie", nous aurons subi une nouvelle crise économique, nous serons toujours à la périphérie de l'Europe qui, à son tour, sera devenue la périphérie du monde technologique et globalisé. Nous vivrons de subventions, nous consommerons de la malbouffe, de la junk-culture, la religion traditionnelle aura été remplacée par le monde des sectes, la criminalité multiethnique se sera cristallisée en mafias qui rivaliseront avec les partis politiques en termes d'influence, à l'exception d'une petite élite de privilégiés et de bénéficiaires de la mondialisation, le reste de la population vivra, soit sur le fil du rasoir subventionné par les impôts d'un autre groupe plus petit, avec un travail stable et craignant la possibilité de le perdre. L'"éducation" et la "santé" seront les deux grands perdants. La sauvagerie, la toxicomanie et les maladies psychologiques et chroniques ou les pandémies seront les compagnons inséparables avec les nouveaux "gadgets intelligents" ... La politique? Des gens qui se battent pour profiter des deniers publics, rien de plus. Des alternatives? Elles ne sont ni là ni à attendre.

Désespérant? Pas du tout: "tout désordre partiel fait partie d'un ordre plus général". C'est dans les moments de plus grande crise et de désintégration que les meilleurs esprits choisissent de se retirer des feux de la rampe, de s'entraîner, de se préparer par tous les moyens, de créer des réseaux, en un mot, de préparer l'alternative pour "le moment venu". Car ce moment, n'en doutez pas, viendra. Le vieux dicton nous rappelle qu'"il vaut mieux allumer une bougie que de maudire l'obscurité".

Cela explique aussi pourquoi, après des situations de crise extrême, apparaissent les figures des grands souverains de l'histoire, ceux qui ont résisté, qui sont remontés à la surface dès qu'ils ont eu suffisamment de force intérieure, après avoir tenu bon en temps de crise. Et n'ayez aucun doute sur le fait que la génération de résistants qui émergera dans la seconde moitié du siècle sera plus forte que toute autre parce qu'elle aura enduré plus que toute autre dans l'histoire les désintégrations de la dernière étape de cet âge sombre. L'acier le plus dur est celui qui a été le plus martelé.

09:56 Publié dans Actualité, Philosophie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, kali yuga, philosophie | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

lundi, 18 octobre 2021

La Syrie est de retour dans la diplomatie du Moyen-Orient

siria2.jpg

La Syrie est de retour dans la diplomatie du Moyen-Orient

Yunus Soner*

Ex: http://www.elespiadigital.com/index.php/noticias/geoestrategia/35507-2021-10-05-10-09-09

La République arabe syrienne fait un retour progressif sur le théâtre diplomatique du Moyen-Orient. Après la victoire militaire sur les principales composantes des groupes armés, les accords de cessez-le-feu conclus avec les groupes restants dans le cadre du processus d'Astana et après les élections présidentielles de mai 2021, remportées par le président sortant Bachar el-Assad, le gouvernement syrien a établi un contrôle incontesté sur la majeure partie du pays, à l'exception des régions situées au nord et à l'est de l'Euphrate.

L'établissement d'un contrôle et d'une autorité incontestés s'accompagne de l'accélération des contacts diplomatiques de la Syrie avec les pays voisins.

Syrie - Égypte : les ministres des affaires étrangères se rencontrent pour la première fois depuis 10 ans

Le dernier développement dans la réintégration diplomatique de la Syrie dans le monde arabe a eu lieu à New York lors de l'Assemblée générale des Nations unies, lorsque les ministres des affaires étrangères de l'Égypte et de la Syrie se sont rencontrés.

Bien que le gouvernement égyptien mis en place après la chute de Mohammed Morsi ait annoncé son soutien à la Syrie à plusieurs reprises, et que le président Al Sisi ait même déclaré "soutenir l'armée syrienne" au milieu des affrontements en cours en 2016, la récente réunion était la première réunion officielle depuis 10 ans ... .

Cette réunion était la première du genre depuis que l'adhésion de la Syrie à la Ligue arabe a été gelée en 2011. Il reflète également un réchauffement des relations entre Damas et Le Caire qui comprend des mesures concrètes et des pays tiers arabes.

Liban - Syrie : Beyrouth envoie une délégation gouvernementale à Damas, ce qui conduit à un accord multilatéral

Le 4 septembre, le gouvernement libanais a envoyé une délégation à Damas, la "visite de plus haut niveau depuis des années", comme l'a observé Al Jazeera.

La délégation était dirigée par Zeina Akar, vice-premier ministre et ministre de la défense, et comprenait le ministre des finances Ghazi Wazni, le ministre de l'énergie Raymond Ghajar et le chef de l'Agence de sécurité générale Abbas Ibrahim.

Cette visite avait pour toile de fond la crise énergétique du Liban et une proposition visant à la résoudre en exportant du gaz d'Égypte vers Beyrouth via la Jordanie et la Syrie.

L'idée était de réactiver le gazoduc arabe qui va de l'Égypte au Liban en passant par la Jordanie et la Syrie. Le transport de gaz par ce gazoduc avait été interrompu en 2011 après la chute de Moubarak au pouvoir en Égypte.

siria3.jpg

Le gazoduc arabe de l'Égypte au Liban - graphiques de l'EIA

Peu après la visite de la délégation libanaise, une autre réunion a eu lieu entre le ministre jordanien de l'énergie et des ressources minérales, Hala Zawati, le ministre égyptien du pétrole et des ressources minérales, Tarek El Molla, le ministre syrien du pétrole et des ressources minérales, Bassam Tohme, et le ministre libanais sortant de l'énergie et de l'eau, le Dr Raymond Ghajar, le 9 septembre en Jordanie.

Le ministre jordanien de l'énergie et le ministre égyptien de l'énergie ont confirmé l'accord, pour lequel un plan d'action et un calendrier sont en cours d'élaboration.

La compagnie gazière publique égyptienne a déjà informé ses partenaires, Shell et Petronas, que les livraisons de GNL au Liban seraient interrompues "avec effet immédiat", selon le Journal of Petroleum Technology.

Une percée contre les sanctions américaines contre la Syrie

Le journal, ainsi que les médias internationaux, ont souligné que l'accord gazier constituait une violation des sanctions américaines existantes à l'encontre de la Syrie, qui interdisent les transactions avec le gouvernement syrien et avaient bloqué les précédentes tentatives de livraison de gaz égyptien au Liban en raison de son passage par la Syrie.

Un sénateur américain en visite au Liban début septembre, Chris Van Hollen, a déclaré à Reuters : "La complication, comme vous le savez, est le transport à travers la Syrie. Nous cherchons (de toute urgence) des moyens d'y remédier malgré la loi de César", en référence aux sanctions américaines.

Entre-temps, le Hezbollah libanais avait également enfreint les sanctions américaines en livrant du pétrole iranien au Liban via la Syrie en septembre.

L'Arab Weekly commente l'accord: "Pour aider le Liban à résoudre sa crise de l'électricité, Washington devra accorder à Assad une certaine reconnaissance et une certaine attention, un prix que l'administration Biden semble prête à payer. Le plan américain n'améliorera que marginalement la situation de l'électricité au Liban. La mesure dans laquelle cela profite à Al-Assad est incommensurable.

La Deutsche Welle allemande s'interroge déjà: "Accord de pouvoir au Liban: le début de la fin de l'isolement de la Syrie?".

Des équipes techniques syriennes et jordaniennes ont déjà commencé à inspecter le pipeline existant, rapporte l'agence de presse syrienne SANA.

Normalisation avec la Jordanie

Mais la normalisation avec la Jordanie voisine va bien au-delà de l'accord. Le ministre syrien de la défense et le chef d'état-major de l'armée jordanienne se sont rencontrés en tête-à-tête lors d'une rare rencontre entre les chefs des forces armées des deux pays le 19 septembre.

La réunion fait suite à une offensive militaire syrienne dans la ville de Deraa, au sud de Damas, une zone d'instabilité située à 13 kilomètres au nord de la frontière avec la Jordanie.

Le 28 septembre, les réunions ministérielles syro-jordaniennes ont repris dans la capitale jordanienne d'Amman pour discuter des moyens d'améliorer la coopération bilatérale entre les deux pays dans les domaines du commerce, des transports, de l'électricité, de l'agriculture et des ressources en eau.

Le même jour, le Premier ministre jordanien Bishr al-Khasawneh a souligné l'importance de renforcer les relations de coopération et de coordination entre la Jordanie et la Syrie dans divers domaines pour servir les intérêts communs des deux pays et peuples frères, rapporte SANA.

Parallèlement, la Jordanie a annoncé qu'elle allait ouvrir complètement sa frontière avec la Syrie, reprendre les vols de passagers entre Amman et Damas et lever les restrictions sur le transit des marchandises à destination de la Syrie.

Dans l'ensemble, la Syrie progresse à grande vitesse vers la normalisation de ses relations avec ses voisins. Le pays bénéficiera ainsi d'un nouvel élan diplomatique et économique qui lui permettra de s'attaquer aux principales tâches qui l'attendent : l'occupation américaine à l'est, les organisations terroristes séparatistes et djihadistes, et les relations tendues avec son principal voisin du nord, la Turquie.

En termes de contrôle des armes diplomatiques, Damas est en train de gagner en puissance. Que la nouvelle reconnaissance arabe de la Syrie soit utilisée à l'avantage ou au désavantage d'Ankara dépend principalement du gouvernement turc.

*Yunus Soner, politologue, ancien vice-président du parti Vatan (Turquie), a participé à des visites diplomatiques en Chine, en Syrie, en Iran, en Egypte, en Russie, au Venezuela, à Cuba et au Mexique, entre autres.

Source : https://uwidata.com/21263-syria-is-back-in-middle-eastern-diplomacy/

L'éducation comme outil politique essentiel

rejting-obrazovaniya-v-mire.jpg

L'éducation comme outil politique essentiel

Alexandre Douguine

Ex: https://www.geopolitica.ru/article/obrazovanie-kak-glavnyy-instrument-politiki

De nombreux aspects de notre société peuvent être critiqués. Et c'est tout à fait justifié. Mais d'un point de vue historique, le pire est dans l'éducation. Et ce n'est pas seulement une question de problèmes techniques, de financement, ou même d'absence de stratégie de développement cohérente. Il s'agit encore moins de personnes spécifiques. Le problème est beaucoup, beaucoup plus profond.

Dans toute société - même la plus archaïque - l'éducation est cruciale. C'est l'image qui est transmise dans le processus d'éducation qui détermine ce qu'est la société dans son ensemble, ce qu'est l'identité de chacun de ses membres. L'être humain est un être social et politique dans une mesure importante et décisive (selon Aristote, l'être humain est un "animal politique"). C'est la société - ses attitudes, ses règles, ses traditions, ses valeurs, ses institutions et ses pratiques - qui donne un contenu à une personne. En dehors de la société, il n'y a pas d'homme. Aristote disait que seul Dieu ou un idiot peut exister en dehors de la société.

    L'éducation est un outil à l'aide duquel la société se crée elle-même. En matière d'éducation, elle comprend, réalise, change, préserve et se projette dans l'avenir.

Dans la société médiévale, l'éducation était indissociablement liée à l'Église. Et en Russie, cela a été partiellement conservé jusqu'en 1917. C'est logique car l'Église était responsable de l'image de la société, des dogmes, des règles, de la vérité et de la foi, de ce qui est bon et mauvais, de la structure des connaissances et des normes, de la présentation de l'histoire et de l'évaluation des événements mondiaux - anciens et modernes. Dans la société laïque du Nouvel Âge, l'Église a été écartée de cette tâche, et la responsabilité de l'éducation a été reprise par l'État laïque. L'État agissait déjà comme la vérité ultime en matière de traduction d'images. Et l'État s'est fermement emparé de l'éducation. Si quelque chose échappe à son contrôle, la société peut changer de manière irréversible, se déformer, et la position du pouvoir s'affaiblit alors inévitablement. Une nouvelle image va émerger et une nouvelle élite alternative va commencer à écraser le pouvoir existant.

Mais l'État n'est pas une chose en soi. Tout État a forcément une idéologie explicite ou implicite, c'est-à-dire un système d'attitudes, de dispositions et de "vérités" sur lequel il se fonde. Cela était évident sous les bolcheviks en URSS. Mais c'était et c'est toujours le cas en Occident - lui aussi a une idéologie dominante. Il est seulement différent du modèle soviétique - libéral. Il est donc logique que l'éducation dans les sociétés occidentales traduise les principes et les "vérités" libérales. C'est ainsi que - principalement par l'éducation - le libéralisme se reproduit.

Dans la Russie contemporaine, la situation est désastreuse précisément parce que la société russe moderne n'a tout simplement pas d'image intelligible. Il n'y a pas d'Idée, pas d'idéologie et pas de système clairement articulé de positions, de valeurs et de "vérités". Et, à proprement parler, il n'y a tout simplement rien à renforcer, à affirmer ou à transmettre aux générations futures.

C'est la première fois dans notre histoire. Avant la révolution, l'Empire russe était dominé par l'image orthodoxe-monarchique, la norme. Oui, sous l'influence des idées libérales et socialistes occidentales, cette image s'est érodée et décomposée. Cela inclut les institutions éducatives, où opéraient des réseaux éducatifs subversifs - cercles, mouvements, organisations secrètes. Mais les autorités les ont combattus du mieux qu'elles ont pu. C'est pourquoi il y a eu une censure.

Pendant la période soviétique, l'éducation était construite strictement selon les principes marxistes. La censure et le contrôle de l'éducation par les autorités étaient beaucoup plus stricts. Dieu interdit que l'un des enseignants ou même des étudiants dise quoi que ce soit qui s'écarte du marxisme-léninisme. La répression (d'ampleur variable) a suivi immédiatement. Le gouvernement soviétique a compris l'importance de l'éducation. Il a compris que c'était sur la base de ce pouvoir lui-même. On a essayé de renforcer et de transmettre l'image soviétique. Cela a fonctionné pendant un certain temps (tant qu'ils croyaient ce qu'ils disaient), puis cela s'est arrêté.

Dans la Fédération de Russie des années 1990, le pouvoir a fini par passer aux mains des libéraux occidentaux. Parallèlement au contrôle de l'économie et des processus politiques, ils se sont empressés de contrôler l'éducation. Au départ, ils ont même commencé à introduire dans les écoles des manuels extrêmement libéraux - presque extrémistes et ouvertement russophobes - imprimés par la Fondation Soros. Une grande purge a commencé dans l'éducation - le marxisme a été remplacé à la hâte par le libéralisme, l'identité collective par l'identité individuelle, le socialisme par le capitalisme, etc.

Cependant, au cours des dix années de bacchanales libérales des années 1990, la classe dirigeante des réformateurs n'a pas réussi à achever la libéralisation de l'éducation russe. Les dogmes et les pratiques marxistes étaient très stables, tandis que les attitudes libérales étaient parfois en contradiction flagrante avec l'identité russe elle-même. Une masse énorme d'éducateurs - consciemment ou non - a saboté les réformes libérales - je veux dire spécifiquement dans le contenu de l'éducation. Dans la forme, cependant, les méthodes occidentales ont continué à être introduites de manière assez intensive. L'image libérale s'est noyée, fanée et flétrie. Les années 90 ont été synonymes non pas de "propriété privée sacrée" mais de redistribution par des bandits, de désintégration, de violence et de dégénérescence.

Sous Poutine, le libéralisme occidental cohérent en tant qu'idéologie dominante en Russie a au moins été remis en question. Mais il n'y a eu aucun retour à l'idéologie communiste, aucune création d'une nouvelle idéologie et aucun retour de la primauté de l'Église. Par conséquent, l'éducation en Russie a perdu ses fondements. Les autorités ont un contrôle total sur l'éducation, mais elles ne savent pas l'essentiel : quelle image les autorités elles-mêmes veulent créer, consolider et transmettre aux générations futures. À cet égard, les perceptions sont vagues et parfois contradictoires. A un endroit, le pouvoir affirme une chose et à un autre une autre. Un tel pragmatisme et une telle flexibilité idéologique sont tout à fait destructeurs pour l'éducation. Et la seule chose qui reste dans une telle situation est de s'appuyer sur les époques précédentes où l'État avait une idéologie.

C'est exactement ce que nous voyons dans l'éducation russe contemporaine : un affreux mélange d'un communisme oublié et fragmenté (principalement dans sa composante matérialiste) et aujourd'hui, seuls les libéraux les plus extrêmes et les plus fanatiques (comme à la Higher School of Economics) sont capables de fonder ouvertement leurs cours sur les principes de Popper et de Soros, mais cela est déjà perçu comme un front de protestation.

Cet état de fait rend la position des autorités russes de plus en plus précaire d'année en année. Ce pouvoir contrôle presque entièrement la situation actuelle, mais perd rapidement son influence sur l'avenir. Si la société n'a pas d'image normative, et que l'on ne peut la prendre que dans l'idéologie ou la religion, cette société ne peut que se désintégrer. Et il ne peut être retenu que par la force. Mais aucun des régimes les plus cruels et les plus totalitaires n'a été fondé uniquement sur la force. Tout pouvoir a besoin de légitimation, et donc d'une Idée, d'un système de valeurs, et au final, d'une image. Sans cette image, l'État devient laid. C'est ce que nous voyons aujourd'hui. Oui, il est clair que l'idéologie occidentale ne nous convient pas, mais ce déni n'est pas suffisant. En niant quelque chose, nous devons simultanément affirmer quelque chose en retour. Mais c'est exactement ce qui ne se passe pas.

La catastrophe de l'éducation russe se fait déjà sentir. Mais ce n'est que le début. En n'accordant pas à cette question - ou à la question de l'idéologie dans son ensemble - une attention prioritaire, les autorités se liquident elles-mêmes. Lentement, mais sûrement. Nous sommes arrivés à une ligne rouge. Il est historiquement irresponsable de ne compter que sur l'inertie.

Il est urgent et radical de faire quelque chose dans ce domaine. Nous avons besoin de toute urgence d'une philosophie de l'éducation, d'une idéologie de l'éducation, d'une stratégie fondamentale basée sur des idées et des valeurs clairement articulées.

dimanche, 17 octobre 2021

Les Tatars continuent de se détruire idéologiquement

site_0980_0003-1200-630-20210420091608.jpg

Les Tatars continuent de se détruire idéologiquement

Dinara Bukharova

Ex: https://www.geopolitica.ru/article/tatary-ideologicheski-prodolzhayut-unichtozhat-sami-sebya

Honorer la mémoire des défenseurs de Kazan tombés au combat et leur glorification religieuse en tant que "shahids" est un "coup de pied dans le tibia", ont affirmé certains observateurs.

L'administration spirituelle des musulmans de la République du Tatarstan (DUM du Tatarstan) (Ils ont décidé d'organiser une journée annuelle de commémoration le 13 Chavval (date selon le calendrier lunaire) pour les combattants tués lors de la prise de Kazan - Khater kone. Et non pas les soldats tombés pendant l'assaut de Kazan, ni même tous les morts des deux camps, mais précisément ceux qui ont défendu Kazan contre les forces tataro-russes de Shah-Ali et d'Ivan le Terrible. La raison de cette décision peut avoir plusieurs niveaux cachés. Le premier niveau superficiel est une tentative de saisir l'initiative du "Khater kone" et de l'ôter au camp marginal des séparatistes islamistes tatars (les nuages se sont récemment épaissis au-dessus d'eux) et de la placer entre les mains du clergé musulman officiel; le deuxième niveau consiste à préserver le potentiel islamiste séparatiste en éduquant les jeunes générations sous le prétexte de la "mémoire des shahids" dans l'esprit de la lutte contre l'Église orthodoxe russe, y compris contre le peuple tatar lui-même (certains Tatars professent traditionnellement le christianisme orthodoxe, qui a été reconnu par les Tatars musulmans pour la première fois en sept siècles après l'islamisation forcée des Tatars par le Khan Uzbek), et contre la Russie historique, héritière et successeur de la Horde d'or. Le troisième niveau possible est un signal adressé à l'ensemble de l'Occident et à la Turquie, selon lequel Kazan résiste tant bien que mal et peut se permettre, sous le nez de Moscou, d'honorer la mémoire des combattants pour l'indépendance de son État musulman conquis.

1280px-Firinat_xalikov_war.jpg

"Les Tatars continuent à se détruire idéologiquement"

Quoi qu'il en soit, un axe particulier de coordonnées se dessine: "Indépendance, séparation des Tatars et des Russes, Islam". Tout cela sous le prétexte spécieux de saisir l'initiative des islamistes séparatistes tatars presque vaincus et de la remettre entre les mains de l'organisme musulman officiel prêchant l'islam soufi hanafi traditionnel pour les Turcs et une partie des Tatars (la branche turque de l'ordre soufi Nakshbandiya Mujadidiya - Khalidiya). Il convient de noter que, contre le Chah-Ali et Ivan le Terrible, ceux qui ont défendu Kazan, contre les forces tataro-russes, étaient des partisans du "parti turc", car il n'était pas question d'indépendance. Kazan devait choisir avec qui s'intégrer: avec les siens - les Tatars, les Russes et les autres peuples de la Russie historique sur la base du christianisme orthodoxe et des principes de tolérance, ou avec les étrangers - les Turcs ottomans sur la base de l'islam. La majorité des Tatars ont soutenu la prise de Kazan, soit en participant directement à la prise de la ville, soit en ne participant pas à sa défense. Les défenseurs faisaient partie d'une minorité tatare. La plupart des Tatars ont pris d'assaut Kazan ou ne l'ont pas défendue contre les assaillants. Cela devrait interpeller leurs descendants qui souhaitent "honorer la mémoire des chahids". Le "parti de Moscou" a gagné. Les Tatars ont conquis Kazan de leurs propres mains et l'ont annexée à Moscou, après quoi ils ont mené ensemble la guerre de Livonie contre l'Occident collectif. Leur engagement en faveur de l'unité avec les Russes et les autres peuples de la Russie historique a été réaffirmé pendant la période des troubles, alors que peu d'années s'étaient écoulées depuis les événements de la prise de Kazan. Pendant l'occupation polonaise de Moscou, les Tatars n'ont pas voulu en profiter pour restaurer l'indépendance des khanats de Kazan, d'Astrakhan et de Sibérie, mais ils sont allés, avec les Russes et d'autres peuples, libérer la capitale commune, Moscou, des envahisseurs occidentaux. N'est-ce pas là une confirmation de la victoire historique finale du "parti moscovite" au sein des Tatars ?

Korovin_kazan.jpg

De toute évidence, l'existence d'un tel "Khater köne", qui héroïse et commémore les partisans du "parti turc", démontre la division des Tatars en deux camps - les Tatars russes et les Tatars séparatistes (les descendants idéologiques des partisans du "parti turc"). Les Tatars séparatistes s'efforcent de mener une existence distincte de celle des Russes, ce qui non seulement détruit l'unité tatare-russe, mais divise également les Tatars entre eux ; les Tatars continuent idéologiquement à se détruire eux-mêmes et voyons pourquoi.

On sait qu'Ivan le Terrible avait plus de Tatars dans ses troupes que ses adversaires. Et parmi les premiers, il y avait à la fois des Tatars orthodoxes et des Tatars musulmans. Les descendants des Tatars de Shah-Ali et d'Ivan le Terrible étaient des Tatars de Meshcher, dont Ryazan et Kasimov, Tambov, Moscou, Nizhniy Novgorod, Penza, Mordovia et autres. Une proportion importante des Tatars de Kazan contemporains sont également des descendants des Tatars d'Ivan le Terrible, tandis que la grande majorité des autres sont des descendants de ceux qui n'ont pas pris part à la défense de Kazan.

En outre, de nombreux nobles russes et familles de cosaques sont des descendants des Tatars des armées du Shah-Ali et d'Ivan le Terrible. Il s'avère que le fait d'honorer la mémoire des soldats tombés pour défendre Kazan, et leur héroïsation religieuse en tant que "shahids", est un "coup de pied dans le tibia", sinon "dans la figure". Au lieu de proclamer la continuité du Tatarstan moderne à partir du khanat de Kasimov et du "parti de Moscou", on identifie les Tatars de Kazan aux descendants du "parti turc", qui s'est engagé, a utilisé le facteur islamique et a empêché la restauration de l'unité de la Horde d'Or sur une base orthodoxe et les principes de tolérance religieuse.

Les Tatars de la "Khater köne" sont identifiés de manière tout à fait déraisonnable aux descendants des représentants du "parti turc" et comparés aux autres Tatars, principalement les Tatars Meshcher (Mishars). Mais que resterait-il des Tatars si l'on dispute les Tatars de Kazan avec les Tatars de Meshchery (Mishars) et les Tatars orthodoxes avec les Tatars musulmans ? Mais il existe déjà des conditions préalables à une querelle entre les Tatars de Meshchery et les Tatars-musulmans de Kazan, rappelez-vous la discorde entre les "Conseils spirituels des musulmans". Tout récemment, le DUM russe, dont la direction est principalement composée de Tatars Meshar, a envoyé une lettre au président du Tatarstan, se plaignant de la direction du DUM de la RT, l'accusant notamment de "sectarisme turc". Et voici une autre étape avec la glorification des représentants du "parti turc" à Kazan.

ivan_terrible.jpg

Rappelons que c'est le "Parti turc de Kazan" qui a fait basculer la situation dans une tragédie sanglante. Cela ne rappelle-t-il pas le début des événements récents dans le Caucase du Nord ? Les Tatars en ont-ils besoin ? Le rôle particulier du Tatarstan au sein de la Russie ne se justifie que par sa continuité avec le khanat de Kasimov. Le peuple du Tatarstan doit honorer la mémoire des représentants du "parti de Moscou" du khanat de Kazan et de l'armée tatare-russe de Shakh-Ali et d'Ivan le Terrible, et de tous ceux qui ont construit la Russie et l'unité tatare-russe. Au lieu de cela, les Tatars ordinaires sont amenés par des gens comme Khater kone à croire que s'ils ne luttent pas pour l'indépendance vis-à-vis des Russes, s'ils ne font pas l'apologie de ceux qui ont empêché l'unité tatare-russe, ils seront avalés par la majorité russe et disparaîtront.

En réalité, au contraire, les Tatars sont un peuple passionné, dynamique, à double confession, et la majorité russe, à juste titre, ne tolérera pas longtemps une telle lutte et prendra toutes les mesures préventives. Les Tatars et les Russes ont simplement reçu l'ordre de Dieu d'être ensemble ! Cette unité sans perte d'identité nationale est possible dans le Christ Jésus. La préservation de l'identité nationale et culturelle est possible à Ise Al-Masih, cette possibilité et ce droit nous ont été donnés par Gais Masih Lui-même et c'est écrit dans les documents de base de notre Eglise locale, tels que "Les fondements du concept social de l'Église orthodoxe russe" et "Le concept missionnaire de l'Église orthodoxe russe".

Les Tatars, afin de ne pas perdre leur identité nationale-culturelle dans la fraternité chrétienne et l'unité avec la majorité russe orthodoxe, devraient simplement faire usage de ce droit. La stratégie pour le développement du peuple tatar "TATARI : STRATEGIE D'ACTION" reflète le christianisme orthodoxe traditionnel pour le peuple tatar. Les trois documents mentionnés ci-dessus sont suffisants pour préserver l'identité nationale-culturelle tatare et l'unité des Tatars avec les Russes. Cela concerne non seulement les Tatars orthodoxes mais aussi les Tatars musulmans dont les ancêtres, avec les Tatars russes et orthodoxes, ont construit notre maison commune - la Grande Russie indivise, successeur et héritière de la Horde d'or. Les Tatars orthodoxes sont le lien entre les Tatars musulmans et les Tatars russes orthodoxes. L'exemple de cette unité sur la base orthodoxe sera suivi par les autres peuples de la Fédération de Russie et des pays frères. Ce sera également la meilleure réponse à la base idéologique de la menace américaine de démembrer la Russie, la "loi des nations asservies", et à l'idéologie du pan-turquisme, du pan-islamisme et du néo-ottomanisme de la République de Turquie contemporaine.

82.jpg

Nous, Tatars orthodoxes, comprenons qu'il est probable que ni le "Conseil des Aksakals" ni le respecté Mufti du DUM RT, Kamil Samigullin, n'avaient l'intention de semer l'inimitié, ce qu'ils ont même spécifiquement souligné : "pour éviter toute spéculation politique sur le sujet de la prise de Kazan par Ivan le Terrible, qui est lourd de conflits interethniques", "la Russie abrite de nombreux peuples indigènes qui, côte à côte par un effort commun, ont maintes fois défendu la Patrie unie et se sont développés pendant des siècles sur le territoire de notre pays, Pendant des siècles, ils se sont développés sur le territoire de notre pays, ont formé une mentalité diverse entièrement russe et ont contribué au développement d'un espace socio-économique fort", "dans l'histoire du peuple tatar et après 1552, il y a eu de nombreux héros chahids qui ont perdu leur vie pour leur religion, leur patrie et leur nation ; il est donc important de se souvenir d'eux aussi".

Cependant, l'effet de leur décision a été très différent. Les Tatars orthodoxes défendent l'unité tatare-russe sur une base orthodoxe et, à travers cette unité, l'inséparabilité de l'amitié entre chrétiens et musulmans dans l'espace post-hordéen, et sont également prêts à apporter toute l'aide possible à une réconciliation des musulmans entre eux. Le Seigneur Allah Gaysah Mashih a dit : "Heureux les artisans de la paix, car ils seront appelés fils de Dieu" (Matthieu 5, 9). "Hater köhne" devrait être en accord avec ce commandement de béatitude.

11:50 Publié dans Actualité, Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, russie, tatars, tatarstan, kazan, histoire | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

La revue de presse de CD - 17 octobre 2021

38051348-a0e6-4609-8527-cbb017021add_16-9-discover-aspect-ratio_default_0.jpg

La revue de presse de CD

17 octobre 2021

CHINE

Xi Jinping et Ezra Pound

Pound nous a appris, il y a un siècle, tout ce que nous devons savoir sur la Chine. Nous ne l'avons pas pris au sérieux et ses livres sur Confucius, l'idéogramme et la culture chinoise sont introuvables.

Euro-synergies

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2021/10/12/x...

DÉSINFORMATION

Allemagne : “Je ne peux plus”, lettre ouverte d’Ole Skambraks

L’ARD regroupe neuf diffuseurs de radio et de télévision en Allemagne (Hesse, Saxe, Thuringe, Schleswig-Holstein, Hambourg, Berlin, Brême, Brandebourg, Sarre, Bade Wurtemberg, Rhénanie Palatinat, Rhénanie du Nord-Westhalie et Bavière). C’est le groupe public de médias le plus puissant en Allemagne. Une étude publiée à Harvard et couvrant les cent premiers jours de la présidence Trump avait révélé une tonalité négative à 98% des articles de l’ARD consacrés à Trump sur cette période. Dans une lettre ouverte « Je ne peux plus », un de ses journalistes dénonce les conditions dans lesquelles les informations concernant le coronavirus y sont élaborées ou filtrées. Nous en publions les contenus les plus significatifs.

OJIM

https://www.ojim.fr/ole-skambraks-ard-lettre-ouverte/?utm...

Journalisme d’influence : l’exemple d’Écran de veille

Les divers États ou coalitions ou alliances ont toujours cherché à influencer l’opinion publique via les médias. La publicité récente autour d’un nouveau/ancien média « Écran de veille » en constitue une illustration contemporaine et digne d’intérêt

OJIM

https://www.ojim.fr/journalisme-dinfluence-lexemple-decra...

CIA vs Wikileaks (4/4) : Le silence de plusieurs grands médias français

Il n’est vraiment pas commun de disposer de témoignages indiquant que le gouvernement américain a envisagé d’assassiner un journaliste occidental qui avait révélé les crimes dudit gouvernement américain. On pourrait même considérer qu’il est très important pour la Démocratie que le citoyen soit informé de ceci – au moins autant que de savoir qu’une 78e fuite savamment orchestrée de documents off-shore montrent que l’ancien Premier Ministre de Syldavie dispose d’une compte aux Bahamas….Hélas, la couverture médiatique a été quasi-inexistante…

les-crises.fr

https://www.les-crises.fr/cia-vs-wikileaks-4-4-la-non-rep...

1200x680_pandora-papers-banner-with-title-icij.jpg

ÉCONOMIE

Lutte contre l’évasion fiscale : les Pandora Papers révèlent le chemin qu’il reste à parcourir

Les Caraïbes, le Luxembourg, les îles Vierges, l’État américain du Delaware, où le président Joe Biden a fait sa carrière, restent les territoires sur lesquels la fraude peut s’épanouir. Le secret bancaire conjugué au secret des affaires, les sociétés-écrans et les sociétés d’investissement, comme BlackRock, ont pris des positions stratégiques attirant le produit de la fraude et de tous les trafics. La financiarisation des économies facilite les opérations.

The Conversation

https://theconversation.com/lutte-contre-levasion-fiscale-les-pandora-papers-revelent-le-chemin-quil-reste-a-parcourir-169652?utm_medium=email&utm_campaign=La%20lettre%20de%20The%20Conversation%20France%20du%2012%20octobre%202021%20-%202084420578&utm_content=La%20lettre%20de%20The%20Conversation%20France%20du%2012%20octobre%202021%20-%202084420578+CID_88688c976a0bf3dabc565f869ccd6a15&utm_source=campaign_monitor_fr&utm_term=Lutte%20contre%20lvasion%20fiscale%20%20les%20Pandora%20Papers%20rvlent%20le%20chemin%20quil%20reste%20%20parcourir

ÉTATS-UNIS

CIA vs Wikileaks (4/4) : Le silence de plusieurs grands médias français

Il n’est vraiment pas commun de disposer de témoignages indiquant que le gouvernement américain a envisagé d’assassiner un journaliste occidental qui avait révélé les crimes dudit gouvernement américain. On pourrait même considérer qu’il est très important pour la Démocratie que le citoyen soit informé de ceci – au moins autant que de savoir qu’une 78e fuite savamment orchestrée de documents off-shore montrent que l’ancien Premier Ministre de Syldavie dispose d’un compte aux Bahamas…. Héla, la couverture médiatique a été quasi-inexistante…

Les-crises.fr

https://www.les-crises.fr/cia-vs-wikileaks-4-4-la-non-rep...

Le 11 Septembre et la naissance de l’État de surveillance américain

Il a fallu Edward Snowden et d’autres lanceurs d’alerte pour révéler l’étendue stupéfiante de l’espionnage du gouvernement sur sa propre population, les contrôles institutionnels ayant fait défaut.

less-crises.fr

https://www.les-crises.fr/le-11-septembre-et-la-naissance...

10568221_37380608adde1a-2752-48b6-bcd1-0f572b5bb106_ORIGINAL.jpg

Le 11/09 a militarisé les forces de l’ordre et fait de chaque citoyen un suspect

Alors que le pays était en deuil, un État de surveillance s’est développé et a commencé à ronger les libertés constitutionnelles fondamentales.

les-crises.fr

https://www.les-crises.fr/le-11-09-a-militarise-les-force...

FRANCE

Comprendre la carte de la France agricole

Puissance agricole de premier plan, la France a connu au lendemain de la Seconde Guerre mondiale une série de changements qui ont transformé son agriculture. Sous l’impulsion d’une volonté politique de reconstruction, du progrès technique (machinisme) et des innovations scientifiques (surtout dans le domaine de la génétique), le secteur agricole s’est « converti » au productivisme pour répondre aux besoins alimentaires d’une population grandissante.

The Conversation

https://theconversation.com/comprendre-la-carte-de-la-france-agricole-168029?utm_medium=email&utm_campaign=Campagnes%20en%20tension%20%20Newsletter%20spciale%20prsidentielle&utm_content=Campagnes%20en%20tension%20%20Newsletter%20spciale%20prsidentielle+CID_00bea7bfc62cc2035aa0655fd077d5d0&utm_source=campaign_monitor_fr&utm_term=Lire%20larticle

Union européenne : taper du poing sur la table, avant de la renverser !

Les critiques de l’Union européenne sont omniprésentes à droite, mais les mesures de sortie des traités sont peu populaires. Éric Zemmour, en conférence à Toulon vendredi 17 septembre, estimait qu’il n’est pas question de sortir des traités, mais de cesser d’être « les bons élèves de l’Europe ». À Lille le 2 octobre, il appelait à lancer un ultimatum à Bruxelles, « tenir tête1 ». Détaillons cette position : existerait-il une alternative au Frexit pour la France afin de défier la bureaucratie bruxelloise ? Est-ce possible de désobéir à Bruxelles sans sortir de l’Union européenne ?

Polémia

https://www.polemia.com/union-europeenne-taper-du-poing-s...

GÉOPOLITIQUE

AUKUS: pas de place pour les Européens dans le Pacifique !

"La France a été poignardée dans le dos". C'est du moins ce qu'affirme Jean-Yves Le Drian, le ministre français des affaires étrangères. L'Australie, en effet, a annulé (sans préavis) le contrat avec Paris pour la fourniture de sous-marins conventionnels d'une valeur de 90 millions de dollars. Les Britanniques ont remporté le contrat pour la production de sous-marins à propulsion nucléaire. L'affaire a eu et aura des conséquences géopolitiques importantes. Avant de comprendre pourquoi, nous devons analyser le contexte dans lequel ce choix a été fait.

Euro-synergies

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2021/10/07/a...  

Implacable géopolitique

S'il existe une réalité catégorique dans les relations internationales actuelles, c'est bien la relation intrinsèque qui existe entre, d'une part, l'intérêt politique pour la possession et la rentabilisation de territoires et, d'autre part, des finalités (généralement) associées à une accumulation de profits pour le pouvoir national. Dans cette phrase, nous pouvons apprécier plusieurs concepts qui, dans les approches considérant que le monde à venir sera marqué par la mondialisation, la "e-mondialisation", la "globotique", la connectivité et l'"intelligence non humaine", semblent appartenir à un univers qui est désormais dépassé. 

Euro-synergies

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2021/10/08/i...

043_04633887.jpg

La rêverie impériale de Bernard-Henri Lévy : une reconnaissance implicite de la multipolarité ?

Le philosophe mondialiste Bernard-Henri Lévy rapporte que le président de la République française et son homologue italien annonceront dans les prochaines semaines un "pacte du Quirinal", qui serait calqué sur le traité de l'Élysée, lequel fixe le cadre des relations franco-allemandes. Le pacte entre l'Italie et la France est évoqué depuis des années. Cependant, selon le philosophe libéral, c'est maintenant le bon moment pour conclure un tel traité. Bernard Henri Lévy cite le texte "L'Empire latin" de 1945, écrit par Alexandre Kojève, un philosophe français néo-hégélien d'origine russe. Kojève l'a écrit pour le général de Gaulle. Lévy considère le concept d'"Empire latin" comme une chance pour la France de Macron.

Euro-synergies

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2021/10/10/l...

HISTOIRE

L’origine du signe @ (appelé à tort arobase)

De l’Europe aux États-Unis, du Moyen-Âge à notre époque moderne, de la calligraphie aux e-mails, l’épopée de l’arobase.

Contrepoints

https://www.contrepoints.org/2021/10/10/152531-dou-vient-...

La-Constance-du-jardinier.jpg

LECTURE

La constance du jardinier, de John le Carré. Éditions du Seuil, collection Points, 2001. 8,70 €.

Présentation : « Tessa Quayle, jeune et belle avocate anglaise, a été sauvagement assassinée dans le nord du Kenya. Un électrochoc pour Justin, son époux, qui sort alors de sa vie confortable de diplomatie et jardinier amateur pour sillonner le monde à la recherche de la vérité. Il découvre que Tessa était sur le point de révéler les pratiques criminelles d’un puissant groupe pharmaceutique… » (4e de couverture).

Auteur : John le Carré est né en 1931. Après avoir brièvement travaillé pour les services de renseignement britannique, il est devenu un écrivain très célèbre en 1964 avec L’espion qui venait du froid. Il a écrit depuis plus d’une vingtaine d’ouvrages devenus autant de best sellers.

Extraits : « A l’époque des test non scientifiques, on en [les effets secondaires] remarque peu. […] Ce qui s’explique par le souci des cliniques et centres médicaux du tiers-monde que tout ait l’air impeccable. Sans compter que les grandes revues médicales publiaient des comptes rendus d’essais favorables écrits par d’éminents faiseurs d’opinion qui passaient sous silence leurs relations lucratives avec [le laboratoire créateur]. On a constaté que le médicament ne convenait pas à une infime proportion de femmes en âge d’avoir des enfants. Certaines ont eu des troubles de la vue. Certaines sont mortes, mais en manipulant les dates au mépris des critères scientifiques, on a pu les exclure de la période concernée. »

« Vous n’êtes plus dans le coup, Donohue ! Vous croyez que ce sont les pays qui gouvernent ce putain de monde ? Retournez au catéchisme. Ces tem-sci, le nouvel hymne, c’est ‘’Dieu sauve notre multinationale’.’ »

« Pourquoi ce labo a-t-il fait don de ce médicament ? Je vais vous le dire. Parce qu’ils en ont fabriqué un meilleur et que l’ancien encombrait le stock. Alors ils en font don à l’Afrique malgré la date de péremption à six mois et ils obtiennent un avantage fiscal de quelques millions de dollars pour leur acte de générosité. Sans compter qu’ils s’épargnent au passage quelques millions en stockage et en frais de destruction de médicaments invendables. Et en prime, tout le monde dit : ‘’Oh, regardez ce qu’ils sont gentils’’, y compris les actionnaires. »

« Ces mecs prétendent faire de l’humanitaire ! […] Avec leur boulot pépère, leur salaire net d’impôts, leur retraite, leur belle voiture, les écoles internationales gratuites pour leurs gosses ! […] Pourquoi ils se mouilleraient au nom de l’humanité ? Genève a quelques milliards de dollars à claquer ? Génial ! Donnons-les aux grands labos et faisons le bonheur des Américains ! »

Commentaire : Un roman policier haletant qui est aussi une très belle histoire d’amour. Et surtout un pur roman d’horreur où les monstres sont des humains… très actuels ! Lire aussi la courte postface de l’auteur, monument de subtile perfidie digne d’un Anglais pur jus ; et aussi d’une vérité glaçante.

gE9uyVS2_400x400.jpg

RÉPUBLIQUE TCHEQUE

République tchèque : entretien avec la coalition gagnante

Entretien avec Nikolas Dohnal, membre et candidat de SPOLU, la coalition qui a gagné les élections en République tchèque.

Contrepoints

https://www.contrepoints.org/2021/10/14/408620-republique...

SANTÉ

Collectif citoyen sur la vaccination : ne cherchez pas, il n’existe plus

Vous vous souvenez de ce conseil de 35 personnes tirées au sort qui devait veiller à la transparence de la politique vaccinale et faire remonter les questionnements des Français jusqu’au M. Vaccin du gouvernement le professeur Alain Fischer, sous la houlette du Conseil économique, social et environnemental (CESE) ? Peut-être pas, mais ne vous affligez pas plus que ça car de toute façon, il n’existe plus.

Contrepoints

https://www.contrepoints.org/2021/10/13/408572-collectif-...

Le troublant Accord signé par la France en décembre 2019 confirme le pouvoir mondial de l’OMS. Fin probable de l’hôpital public…

En faisant mes recherches sur la montée en puissance de l’OMS (vs l’autorité locale), je suis tombée hier sur des informations très intéressantes qui concernent la France, et curieusement 3 ministères sont signataires dont celui de la Santé de Agnès Buzyn, actuellement sur la sellette.

Blog de Lilianeheldkhawam.com

https://lilianeheldkhawam.com/2021/10/12/le-troublant-acc...

B9727830458Z.1_20210728122810_000+GH1IKLACC.2-0.jpg

Prolongation du pass sanitaire : le basculement autoritaire de la macronie

Dispositif inutile, liberticide mais aussi extrêmement coûteux, le pass sanitaire rassure une partie de la population face au virus, un peu comme la ligne Maginot rassurait les Français devant l’invasion allemande.

Contrepoints

https://www.contrepoints.org/2021/10/13/408673-prolongati...

ADE en Israël, mythe ou réalité ?

L’OMS a toujours été prudente à propos de la troisième dose de vaccin, la déconseillant à plusieurs reprises ces derniers mois. Cela n’a pas empêché Israël de se lancer dans cette aventure fin juillet, avec d’autres pays qui suivent comme la France. Notre Président avait pourtant dit qu’il fallait suivre ce qui se passait en Israël, pionnier de la vaccination de masse, malheureusement suivre ne veut pas forcément dire en tirer des conclusions, quand on suit les yeux fermés au lieu de les ouvrir.

Covid-factuel

https://www.covid-factuel.fr/2021/10/15/ade-en-israel-myt...

samedi, 16 octobre 2021

Un "crochet" atlantiste vers l'OCS?

lNRTDqR9rtyrnLsv9pS_lXN1f48.gif

Un "crochet" atlantiste vers l'OCS?

Victor Dubovitsky

Source: https://www.geopolitica.ru/article/atlantistskiy-huk-shosu

Qui se souviendra des anciens ... et qui les oubliera ?
 
L'époque de Pierre le Grand n'est pas seulement le moment où la Russie "perce la fenêtre sur l'Europe", mais aussi celui où se forme une nouvelle politique du pays à l'Est de l'Europe occidentale et centrale. La formation du modèle géopolitique de la Russie en tant que puissance continentale européenne par rapport au Caucase est inextricablement liée au premier empereur de Russie, Pierre le Grand.
 
L'objectif principal de la politique étrangère de Pierre le Grand était de lutter pour l'accès aux mers, à de larges routes commerciales et maritimes. La lutte pour l'accès aux côtes de la Baltique et de la mer Noire perdues pendant la Rus de Kiev, qui a commencé sous Ivan IV lors de la guerre de Livonie en 1558-1583, était une tentative de rétablir la voie navigable méridionale "des Varègues aux Grecs", qui était un élément important de l'entrée de la Russie dans l'histoire mondiale. Avec les campagnes des troupes russes en 1558, l'État moscovite obtient un accès à la mer Baltique en prenant Narva et, en 1577, Kalivan (Revel ou Tallinn). Toutefois, ces succès stratégiques ne sont pas assurés et la Russie perd bientôt ces ports maritimes. La campagne de 1559 en direction du khanat de Crimée, qui promettait au pays un accès à la mer Noire en cas de succès, est également un échec.

Peter_der-Grosse_1838.jpg

La principale raison des efforts militaires et diplomatiques de Pierre Ier en direction du sud-est (mer Caspienne et Asie centrale), entrepris au milieu de la guerre du Nord contre la Suède, était motivée par la situation militaire et politique difficile qui régnait alors dans le Caucase du Nord et la région caspienne.
 
La situation est encore aggravée par les tentatives de la Turquie de s'emparer de Kabarda, ainsi que des zones précaspiennes occidentale et méridionale qui appartenaient à la Perse en 1714-1717. En cas de succès de l'expansion turque, la Russie gagnerait un autre front face à l'Empire ottoman, tandis que ce dernier aurait un lien direct avec les groupes ethniques turcs d'Asie centrale et les influencerait. Les Turcs et leurs alliés, la France et la Grande-Bretagne, auraient alors représenté une menace géopolitique sans précédent pour la Russie, du sud-est au sud, s'étendant sur quelque 8000 km de la côte de la mer Noire aux montagnes de l'Altaï. Cela aurait sans aucun doute été un désastre pour le pays, le faisant passer des rangs des puissances européennes à la position d'une entité géopolitique de troisième ordre et pouvant même conduire à la disparition de la Russie en tant qu'État unique.
 
Pierre Ier a pris un certain nombre de mesures pour garantir les intérêts militaires et politiques de la Russie ainsi que ses objectifs commerciaux et économiques dans la Caspienne et en Asie centrale. Tout en poursuivant avec constance la ligne géopolitique de restauration de la route méridionale "des Varègues aux Grecs" initiée par Ivan IV, Pierre Ier se rend compte que son extrémité sud est toujours contrôlée par un puissant ennemi de la Russie - l'Empire ottoman: la possession d'Azov (1699) n'est d'aucune utilité pour la Russie. 
 
Dans ces circonstances, Peter I a décidé de déplacer l'extrémité sud de la route méridionale plus à l'est vers le bassin de la mer Caspienne. C'est sa campagne de Perse de 1721-1722 qui aboutit à l'annexion de la zone côtière, y compris la péninsule d'Apchéron, à la Russie.
 
Cependant, Pierre Ier n'a pas réussi à mettre pleinement en œuvre la route méridionale à travers la mer Caspienne, ce qui a rapidement entraîné un revers stratégique. Tout d'abord, la Russie a perdu ses forts et ses bases navales sur la péninsule de Mangyshlak et dans la baie de Balkhanski ("eaux rouges"), établis pour sécuriser cette direction en 1714-1715, puis les territoires transcaucasiens...
 
Le retour de la Russie dans la région n'a lieu qu'un siècle plus tard : le pays s'assure une grande partie de l'actuel Azerbaïdjan et signe un traité avec la Perse en 1828 sur la répartition des sphères d'influence et le statut de la mer Caspienne.
 

main-qimg-10a8ad3cfa2a5241ff8f5204da50a335-c.jpg

Depuis lors, la Perse (nommée "Iran" depuis 1935) est un élément important de la géopolitique russe au Moyen-Orient. Elle s'est pleinement manifestée pendant la guerre civile de 1918-1920 lorsqu'en mai 1920, le commandement de l'Armée rouge a décidé de restituer à l'Iran les navires pris par les gardes blancs. L'opération Enzelin est menée les 17 et 18 mai 1920 par 14 navires de guerre et une force de débarquement de 2000 hommes. Les gardes blancs et la garnison anglaise d'Enzeli ne font que de faibles tentatives pour résister à cette invasion soudaine et audacieuse - tous les navires capturés sont ramenés à Bakou. Après ces événements, un destroyer soviétique a été ancré à Enzeli pendant une année supplémentaire, contrôlant la ville et le port. Cependant, même ces événements n'étaient qu'un fragment oublié sur la route de la Russie vers les "mers chaudes".
 
Une percée sur ce front a failli se produire en août 1941, lorsque l'URSS, conjointement avec la Grande-Bretagne, a occupé l'Iran. C'est alors que, pour la première fois dans l'histoire, la Russie historique a disposé d'un "couloir terrestre" vers l'océan Indien. Il s'agissait de la ligne de chemin de fer Bandar Abbas-Julfa, connue sous le nom de "Derviche du Sud" dans les contrats de prêt-bail anglo-américains. Elle a également été facilitée par la formation de la République de Mehabad et de la République démocratique d'Azerbaïdjan sur le territoire de l'Iran du Nord, prêt à faire partie de l'URSS. Cependant, après avoir gagné la guerre, les États-Unis et la Grande-Bretagne ont regardé la carte et, accusant l'Union soviétique d'"expansionnisme", ont exigé un retrait urgent des troupes soviétiques hors de cette région de culture et de langue azerbaïdjanaises. Les troupes ont donc dû être retirées (des dizaines de milliers d'Azéris et de Kurdes iraniens qui s'étaient installés à Bakou, Ganja, Douchanbé ont fui avec elles la répression à l'époque), ne laissant qu'un groupe de conseillers militaires en Iran. Le grand projet de l'axe méridional est une fois de plus mis en attente.                   

World-War-II.jpg

routes_map_small.jpg

Cousins et petits-neveux
 
Si l'on laisse de côté la période soviétique, l'intensification des événements dans le Caucase du Sud est redevenue visible avec la révolution islamique de février 1979. Pour l'Occident collectif, et surtout pour les États-Unis, l'Iran est devenu un épouvantail représentant le retour au Moyen Âge, digne seulement de la suspicion et de toutes sortes de sanctions. Il est vrai que pendant la guerre d'Afghanistan, avec la participation de l'URSS, elle est devenue un allié éventuel de l'Occident contre l'ours soviétique dans l'Hindu Kush ; cependant, cela n'a pas changé le sens des relations géopolitiques.
 
Enfin, l'Iran, conscient de ses intérêts géopolitiques, a commencé à développer ses propres armes nucléaires. Pour une puissance régionale, située en plein milieu du monde arabe et du monde turc (qui se méfient tous deux de ses ambitions géopolitiques), c'était une décision logique. Cependant, elle a fini par énerver les États-Unis et leur principale créature au Proche et au Moyen-Orient, Israël. Cette dernière, en réponse à une menace nucléaire perçue, a lancé une frappe aérienne sur des installations "dangereuses" en Iran, et peu de temps après, des drones non identifiés ont tiré des missiles sur deux scientifiques nucléaires iraniens.
 
Dans une telle situation, l'Iran n'avait d'autre choix que de réviser ses liens historiques et culturels dans la région. L'histoire veut que l'Iran et l'Azerbaïdjan soient tous deux des  nations musulmanes chiites, un courant particulier de l'islam qui s'étend du Liban au Chhatral et au Cachemire. Cependant, les Azerbaïdjanais eux-mêmes parlent une langue turque et ont traditionnellement été fortement influencés culturellement et politiquement par la Turquie. Ils représentent un bon tiers de la population de l'Iran même. Leurs souvenirs de la république indépendante, liquidée par les Perses en 1946, sont encore vivants parmi eux.

Republic_of_mahabad_and_iranian_azerbaijan_1945_1946.png

La formation de l'État indépendant d'Azerbaïdjan en 1991 a provoqué une certaine renaissance des sentiments séparatistes en Azerbaïdjan iranien. Bakou a soutenu tacitement les nationalistes sur place. Elle a été particulièrement vive pendant le règne du président Abulfaz Elchibey (1992-1993), qui a fait de facto du turquisme une idéologie d'État. Avec l'accession au pouvoir d'Aliev senior, on aurait pu croire que la situation avait changé. Cependant, Bakou a continué à soutenir les séparatistes azéris d'Iran. Seulement cette fois, il l'a fait sous une forme plus déguisée. Nombre de leurs militants ont obtenu l'asile politique en République d'Azerbaïdjan. La station de radio Voice of South Azerbaijan a commencé à fonctionner depuis son territoire au début de 2003.
 

8-Figure1-1.png

621px-AzerbaijaniSpeakingAreasMap.jpg

Cependant, l'Azerbaïdjan compte également sur son territoire une population persanophone de Talysh et de Kurdes. Selon les estimations des démographes, le chiffre réel de la population Talysh est d'environ 250.000 personnes. Cependant, selon les dirigeants du mouvement national Talysh, leurs compatriotes dans la république sont beaucoup plus nombreux - environ 1 à 1,5 million. La plupart d'entre eux, en raison de la politique discriminatoire de Bakou, ont perdu leur conscience nationale ou ont peur de se reconnaître ouvertement comme Talysh. Au cours de l'été 1993, dans le contexte de la déstabilisation de la situation politique en Azerbaïdjan, les dirigeants du mouvement national ont annoncé la création de la République Talysh. Il n'a duré que deux mois et a été aboli sur ordre du président Heydar Aliev (l'ancien président de la République de Talysh, Alikram Humbatov, purge toujours une peine de prison).
 

Azerbaijan_ethnic_2003.png

Néanmoins, des relations amicales, constructives et mutuellement bénéfiques se sont développées entre Bakou et Téhéran jusqu'en 1994, ce qui a permis aux dirigeants des deux États de qualifier leurs voisins de "frères". Cependant, Téhéran craignant la montée du séparatisme azerbaïdjanais, les dirigeants iraniens ont refusé d'accueillir les réfugiés azerbaïdjanais du Haut-Karabakh et des régions avoisinantes, mais n'ont pas empêché leur transit par leur propre territoire. Par la suite, les tensions se sont progressivement accrues entre la République d'Azerbaïdjan et son voisin du sud, notamment en raison du rapprochement de Bakou avec Washington et Israël, qui fournit abondamment à Bakou des armes, des équipements de communication et de surveillance de haute technologie.
 
La principale cause de l'aggravation actuelle a été les accusations de Bakou contre Téhéran concernant le passage de cargaisons iraniennes par le territoire du Nagorny-Karabakh. Les Azerbaïdjanais ont affirmé que du carburant, un produit interdit en raison des sanctions américaines, était introduit dans la région et ont accusé les conducteurs étrangers de franchir illégalement la frontière.
 
Pendant de nombreuses années du conflit du Nagorno-Karabakh entre Bakou et Erevan, Téhéran a maintenu sa neutralité. Cela a permis à la République islamique de maintenir des liens bienveillants avec l'Arménie et l'Azerbaïdjan voisins, en jouant le rôle de médiateur. Les particularités de cette politique ont pu être retracées même après la fin de la guerre de l'année dernière dans la région contestée. Après le conflit, la position de la République islamique a été ébranlée par le transfert d'une grande partie du Haut-Karabakh à l'Azerbaïdjan et le renforcement d'une autre grande puissance de la région, la Turquie. Ankara a été le principal allié de Bakou dans cette guerre, fournissant à son partenaire des équipements, des conseils et, selon les médias, des mercenaires sous la forme de combattants loyaux venus d'autres pays. Les drones turcs Bayraktar TB2 ont donné aux Azerbaïdjanais la supériorité aérienne, entraînant la perte d'une région qui était contrôlée par les Arméniens depuis de nombreuses années. En outre, la "Déclaration de Shusha sur les relations entre alliés" a été conclue en juin, donnant à Ankara la possibilité d'étendre son réseau de bases militaires dans la région. La Turquie, qui a obtenu un traitement préférentiel, a continué à être active dans l'État allié, empiétant sur la zone d'intérêt de l'Iran.
 
Une autre question controversée qui a contribué aux tensions dans les zones frontalières sont les récents exercices Bakou-Ankara au Nakhitchevan, "Fraternité incassable-2021" ainsi que les manœuvres dans la mer Caspienne, "Trois frères 2021" (où les forces pakistanaises étaient également impliquées).

1-11.jpg

L'utilisation de ces eaux pour des activités militaires, notait alors Téhéran, violait la convention sur son statut juridique. Sa revendication se fondait sur le fait que les pays non riverains de la mer Caspienne, selon le traité existant, ne peuvent y avoir de présence militaire. La question se pose ici : si les Turcs peuvent être qualifiés de cousins par les Azerbaïdjanais, quel type de "parenté" ces derniers ont-ils avec les Sikhs et les Rajasthans du Pakistan ?
 
En outre, l'Iran vient de rejoindre l'OCS, le principal bloc politique et économique des États d'Eurasie. Par conséquent, l'ouverture du corridor de transport Golfe Persique-Mer Noire, auquel l'Inde est également intéressée, est devenue très peu sûre aux yeux de l'Occident. La Russie est également intéressée par ce projet, et elle a donc clairement déclaré qu'elle ne tolérera certainement pas de glissements géopolitiques ou de modifications de la carte politique dans le Caucase du Sud, et qu'elle est très préoccupée par la présence de terroristes et de sionistes dans la région. Comment l'Occident peut-il se passer d'un uppercut à l'État islamique dans ces circonstances ?
 
Quelle que soit l'évolution de la situation dans la région du Caucase du Sud, elle comporte non seulement un risque de conflit, mais aussi de nouvelles opportunités tant pour les participants immédiats que pour les grandes puissances géopolitiques mondiales. La perspective russe sur ces événements doit tenir compte de la rétrospective historique.

L'Union européenne, entre l'Europe franque et l'Europe eurasienne

bandeau_europe-1.jpg

L'Union européenne, entre l'Europe franque et l'Europe eurasienne

Cristi Pantelimon

Ex: https://www.estica.ro/article/uniunea-europeana-intre-frankisch-europa-si-europa-eurasianista/

L'Union européenne n'est pas l'Europe. Il n'y a rien de spectaculaire dans cette affirmation, c'est une réalité factuelle. Non seulement l'UE n'englobe pas tous les États européens, mais au sein de l'union actuelle, de nombreuses forces veulent réformer le modèle de construction de l'union. Ces forces se manifestent, comme nous l'avons vu après les élections du Parlement européen du 26 mai 2019, tant dans les pays "périphériques" de l'UE (Hongrie, Pologne, qui sont les chefs de file du groupe dit de Visegrad) que dans les pays puissants de l'UE comme l'Italie, la France et - dans une moindre mesure mais non négligeable - l'Allemagne. L'Europe et l'UE ne traversent manifestement pas une bonne période. C'est pourquoi il n'est pas sans intérêt de passer brièvement en revue certains éléments géopolitiques, afin de voir quel pourrait être le développement futur du continent, ses forces et ses faiblesses.

Unité géopolitique ou dissension économique interne ?

L'Europe unie est un rêve romantique du 19e siècle et même d'avant, mais il faut attendre l'entre-deux-guerres pour que le processus d'unification ait un plan et un acteur qui le prenne en charge. L'acteur s'appelle l'Allemagne, et la définition de l'Europe allemande de l'époque limite son champ d'action à l'Europe occidentale et centrale, jusqu'aux frontières de l'orthodoxie russe [1]. C'était, selon les termes d'un géopoliticien comme Jordis von Lohausen, l'Europe dite franque, l'Europe carolingienne, que l'on retrouve encore aujourd'hui dans le fameux " couple franco-allemand ", à laquelle s'ajoutait, pour des raisons évidentes, une périphérie orientale pourvoyeuse de matières premières. Cette " petite " Europe, dépourvue de substance géopolitique et de vitalité stratégique, s'oppose à la soi-disant Europe eurasiatique, une Très Grande Europe de Lisbonne à Vladivostok, souhaitée par des géopoliticiens visionnaires comme Lohausen, Jean Thiriart, ou encore la figure totalement atypique du national-bolchévique allemand Ernst Niekisch [2]. L'Europe de Lisbonne à Vladivostok contient le développement d'un noyau géopolitique que les stratèges français ont développé depuis le début du 20ème siècle en réponse à la montée en puissance alarmante des USA: le fameux (mais toujours passé sous silence aujourd'hui) "axe Paris-Berlin-Moscou", que les Français, sensibles à l'avancée géopolitique du monde anglo-saxon, ont conçu précisément comme un contrepoids aux USA et à son pandit européen, l'Angleterre [3].

81ZLpCyY-XL.jpg

ILLU 1.jpg

Ainsi, une "Europe unie" pourrait naître soit dans la petite taille de l'UE actuelle, soit dans la perspective d'une ouverture vers le Heartland eurasiatique, que les théoriciens anglais et américains considéraient comme la quintessence géopolitique du monde [4], pour une éventuelle interpénétration avec la grande accumulation de force économique et civilisationnelle de la Chine, qui pourrait augmenter la synergie eurasiatique.

Pour l'instant, l'UE semble n'être qu'une somme de promesses en termes économiques, sous le sceptre d'une bureaucratie qui ne semble pas prête à affronter les grands défis géopolitiques à venir.

Mais nous devons être justes et dire que l'UE a, ou semble avoir, des "éclairs géopolitiques" occasionnels de génie, mais ceux-ci sont rapidement gaspillés dans la lutte pour la suprématie au niveau de la bureaucratie du super-État de Bruxelles. Parmi ces éclairs, on peut citer l'idée d'une armée européenne commune - idée que les Etats-Unis rejettent par tous les moyens à leur disposition, car il est évident qu'une telle armée conduira à une séparation des destins géopolitiques des Européens et des Américains - ou l'idée d'une ouverture dans les relations avec la Russie, que la France et l'Allemagne pratiquent d'ailleurs. L'exemple récent du gazoduc North Stream 2 est plus que révélateur. Au-delà de ces éléments, cependant, le continent européen reste pour l'instant divisé - non seulement par les hégémons qui devraient œuvrer à son unité, mais aussi pour des raisons liées à l'anatomie interne de l'Europe, y compris le monde russe ou la zone de l'ex-URSS, en raison de l'histoire récente de l'après-guerre.

L'Union européenne d'aujourd'hui est essentiellement le produit de la défaite de cette Europe française/carolingienne (Fränkisches Europa) à la suite de la cohabitation "contre-nature" américano-russe pendant la Seconde Guerre mondiale. Cohabitation qui a conduit à l'émergence du rideau de fer, à la division de l'Europe et, plus grave encore, à l'éloignement des peuples de l'Europe du Sud-Est de Moscou.

Après que l'aventure d'Hitler d'une Europe purement allemande et anti-russe ait pris fin avec la défaite du Troisième Reich, deux courants d'opinion et de volonté complètement différents ont balayé l'Europe. Alors que les Occidentaux, dominés par l'influence américaine, voyaient en Moscou un allié possible pour un avenir européen unique - à la manière de de Gaulle, qui remplacerait volontiers la tutelle américaine par une amitié moscovite sur l'axe Paris-Berlin-Moscou - les Orientaux, étouffés par la pression implacable de l'URSS, voulaient simplement se jeter dans les bras d'un mirage américano-occidental européen, peint aux couleurs trop vives de la prospérité et de la démocratie parfaites. Aujourd'hui encore, trois décennies après la chute du mur de Berlin, ce mirage n'a pas épuisé ses ressources.

Sentant avant les changements de 1989 cette impasse en Europe, en fait ce destin apparemment implacable de désunion, le géopoliticien Jean Thiriart disait qu'un Quatrième Reich n'était plus possible, à sa place il annonçait finalement l'émergence d'une Europe unie, une combinaison de l'Europe occidentale et de l'URSS... Thiriart, dont la pensée totalement non orthodoxe, dans le sens où elle n'est pas du tout soumise à des étiquettes, peut choquer, était également un critique de l'idée d'une Europe confédérale, dans laquelle chaque État conserve sa souveraineté, à la manière souhaitée par Charles de Gaulle. Mais de Gaulle, malgré tous ses mérites, est aussi un ancêtre de l'actuel couple unitaire franco-allemand, plutôt hostile à la périphérie orientale (de Gaulle disait que l'Europe, c'était la France et l'Allemagne et que les autres États étaient des " légumes" - cette façon de penser a conduit à la chute de l'aventure européenne d'Hitler, cette façon de penser a conduit Haushofer, par ailleurs grand géopoliticien, à croire que l'Italie était un pays de second ordre qui ne pouvait pas se comparer aux États nordiques - voilà une source de la révolte salvatrice au niveau de l'UE ! etc.).

img-6.png

Si les pays puissants de l'Ouest portent parfois un regard critique sur l'Europe de l'Est ou du Sud et avec beaucoup d'indulgence sur la Russie, qu'ils invitent naturellement à être un partenaire dans le processus d'émancipation de la tutelle américaine, les pays qui ont été sous la tutelle de Moscou sont beaucoup plus réticents à ce projet, se sentant menacés (il est vrai que ce sentiment est stimulé depuis le camp américain !) par le retour de la Russie dans le jeu géopolitique européen ou mondial.

Ainsi, l'Europe unie, ou ce que nous pourrions appeler "l'axe Paris-Berlin-Moscou", doit lutter contre les sentiments anti-russes de l'Europe de l'Est et la manière d'équilibrer et de redistribuer les ressources économiques communes de l'UE. Dans une Europe catégoriquement dominée économiquement par l'Allemagne et les États de sa zone d'influence, ou par la France et l'Allemagne ensemble [5], il est difficile de revendiquer le plein consensus de ceux qui ne bénéficient pas également du projet européen commun. Le problème est historique. Dans l'entre-deux-guerres, si l'on ne prend que le cas de la Roumanie, le processus d'"acceptation" de la domination allemande en Europe a connu des phases dramatiques. La Roumanie a souffert de l'"exploitation" économique du centre allemand par rapport à la périphérie orientale, qui fournissait des matières premières.

Mihail_Manoilescu.jpgLe grand économiste roumain Mihail Manoilescu (photo, ci-contre) a construit toute sa théorie économique sur la nécessité d'éliminer relativement les différences de potentiel économique entre le centre et la périphérie par une volonté politique, afin que la périphérie puisse résister au centre. Bien qu'étant un fervent partisan de l'Europe unie (Manoilescu était un ami du comte Coudenhove-Kalergi, aux idées duquel il croyait), l'économiste roumain se heurte à l'époque aux promesses allemandes selon lesquelles la périphérie ne serait pas négligée par le centre industriel de l'Europe :

"Nous ne pouvons pas non plus contester qu'un tel plan est possible et réalisable. Mais suffit-il d'élaborer des plans pour changer le monde ? Nous, les paysans du Danube, sommes incrédules. Au fil des siècles, nous avons appris que nous ne devions pas nous fier même à ce que nous voyons de nos propres yeux, et encore moins à de simples promesses" [6].

Ce problème se posera bientôt avec la Russie, un pays aux ressources énormes et au potentiel économique important, mais qui souffre en termes d'efficacité économique. Récemment, un accord économique entre l'Allemagne et la Russie, d'une portée apparemment unique jusqu'alors, appelé "accord sur une coopération économique approfondie", signé le 7 juin au Forum économique international de Saint-Pétersbourg, annonce une nouvelle période d'ouverture dans les relations germano-russes. Mais la Russie ne se sentira-t-elle pas "colonisée" par la puissance de pénétration du capital allemand, de sorte que cet accord, annoncé comme une grande victoire et un signe de coopération entre les deux pays, ne sera pas à un moment donné une pomme de discorde entre la technologie occidentale et les ressources orientales ? Une Europe unie devra passer ce test - et bien d'autres, sur lesquels nous n'aurons pas le temps de nous étendre.

La "colonisation" européenne et américaine

Le projet d'une Europe unie souffre d'une raison qui semble être une idée fixe, que l'Occident européen brandit sans cesse: l'Europe est colonisée par les USA, l'Europe est vassalisée par les USA, etc. Le registre critique contre l'Amérique cache, bien sûr, des intérêts européens certains, également dans le domaine de ce que nous avons appelé "l'axe Paris-Berlin-Moscou" (auquel on peut ajouter, selon le contexte, Rome, également intéressée par de bonnes relations avec Moscou), mais il s'agit aussi, bien sûr, d'un véritable état d'esprit, qui trouve son origine dans l'époque de la fin de la Seconde Guerre mondiale. L'intervention américaine en Europe à la fin de la dernière guerre mondiale n'a pas été perçue en Europe occidentale de la même manière qu'en Europe orientale. À l'occasion du 75e anniversaire du débarquement anglo-américain en Normandie, le 6 juin 1944, un site français spécialisé dans l'analyse géopolitique écrit noir sur blanc: "Jour J, 6 juin 1944: l'Empire américain envahit la France" [7]. L'article, avec de nombreuses références historiques significatives, montre comment l'armée américaine a bombardé les villes de Normandie sans raison, en faisant une vingtaine de milliers de victimes civiles, comment les soldats américains ont violé des jeunes filles françaises, comment, finalement, les Américains auraient aimé cohabiter avec le régime de Vichy, suffisamment soumis (comme il l'avait été vis-à-vis d'Hitler), au lieu de traiter avec le beaucoup plus patriotique de Gaulle, etc. En d'autres termes, un tableau complètement inversé plutôt qu'une "libération" de la France, comme nous l'avons naïvement appris du matériel historiographique courant. L'article en question n'est rien d'autre que la continuation d'un état d'esprit, d'un anti-américanisme qui a commencé avec le Jour J et se poursuit aujourd'hui, dans des positions plus savantes ou journalistiques.

Herve Juvin.jpg

De ce point de vue, un auteur français comme Hervé Juvin représente la réaction française typique à ce que nous avons appelé la "colonisation" de l'Europe par les États-Unis. Dans une série d'ouvrages consacrés aux relations économiques et géopolitiques entre l'Europe (et plus particulièrement la France) et les États-Unis, Juvin, économiste de profession, estime que, malgré les prédictions selon lesquelles le déclin de l'Amérique s'accélérerait à l'avenir, les États-Unis sont en réalité toujours très forts pour défendre leurs intérêts mondiaux et garder l'Europe sous leur coupe. Il est clair qu'une telle tutelle doit disparaître aux yeux de H. Juvin, qui sur ce point est un adepte de Charles de Gaulle. Son ton est plus que catégorique: soit l'UE devient un facteur à part entière en termes géopolitiques, en abandonnant la tutelle américaine et en assurant ainsi un équilibre géopolitique entre les grands centres de pouvoir du monde (les États-Unis, la Chine, la Russie, en tant qu'acteur militaire), soit elle doit être abandonnée, car elle ne remplit pas sa mission:

mur-de-louest-juvin-187x300.jpg"L'hyperpuissance américaine n'a toujours pas de fin. Il reste notre adversaire essentiel, au sens que Mao Zedong donnait à ces mots : celui qui menace les fondements de notre être. Si l'Europe n'est pas le moyen de réaliser un équilibre des puissances, si elle n'est pas le moyen de nous libérer d'un occidentalisme qui conduit à une troisième guerre mondiale, selon le détestable schéma des néoconservateurs, <nous contre tous>, la France doit sortir d'une Union qui la détruit et suivre, avec d'autres, le chemin de la résistance" [8].

S'il atténue parfois ses critiques à l'égard de la superpuissance américaine, l'auteur français n'hésite pas à pointer du doigt les lacunes de l'actuelle Union européenne : l'impuissance géopolitique, l'accent mis sur la rhétorique des droits de l'homme et l'individualisme désagrégeant, la copie mimétique de la mystique anglo-américaine du marché libre, l'incapacité à lutter efficacement contre ce qu'il appelle "l'extraterritorialité de la loi américaine", c'est-à-dire la tendance américaine à étendre la juridiction des États-Unis à tous les processus économiques (et géopolitiques) se déroulant à portée du dollar, qui dessert gravement les autres acteurs géopolitiques (le cas récent de l'accord nucléaire avec l'Iran, où l'UE a dû inventer un mécanisme sophistiqué pour éviter les sanctions américaines sur l'Iran, est pertinent - les informations sur le retrait des grandes entreprises européennes du marché iranien, sous la menace américaine d'être sanctionnées sur le marché américain, montrent le niveau atteint dans la guerre économique entre les "partenaires" occidentaux.... . ).

56788_medium.jpgHervé Juvin est un auteur lucide. Il propose une construction européenne définie en Europe, dans un partenariat d'égal à égal avec les autres forces géopolitiques (et sans négliger la Russie), et non de manière obéissante, soumise, lâche. Il plaide, un peu à la manière des tiers-mondistes, pour la libération de la tutelle de l'empire mondial américain, pour la résistance, pour l'"armement" intellectuel et la lutte. Mais, fait intéressant, et qui devrait attirer notre attention: élu député européen aux dernières élections européennes pour le compte du parti de Marine Le Pen, lorsqu'il parle de l'Europe, l'auteur français met la France en premier ! Dans chacune de ses prises de position européennes, on peut voir ce que l'on appelle la "préférence nationale" française, naturelle et patriotique...

Dans un peu le même esprit et à partir des mêmes positions, un autre auteur français s'exprime, Ivan Blot. Le titre de son livre n'augure rien de bon: L'Europe colonisée. Cette fois, la préférence de l'écrivain pour une relation stratégique avec la Russie est plus claire, conformément à l'axe Paris-Berlin-Moscou, qu'il affirme également de manière catégorique :

"Le couple Europe-Russie, avec un axe Paris-Berlin-Moscou, est en fait très complémentaire sur le plan énergétique et économique (...) Les intérêts de ce couple s'éloignent de plus en plus des intérêts américains, et ces derniers en subissent les conséquences (...) Sur le plan économique, l'Europe et la Russie sont très complémentaires, alors que les États-Unis et l'Europe sont concurrents. (...). Sur le plan économique, il existe deux grands groupes, l'Union européenne et l'Union eurasienne, plus récente. Sur le plan politique, il n'y a plus d'opposition totale entre l'Est et l'Ouest, même si la diplomatie américaine tente parfois de faire revivre artificiellement la guerre froide" [9].

Dans le même article, Blot, ancien député européen, décrit la comédie du parlementarisme européen, la façon dont "on vote" au PE, la façon dont la Commission européenne "fait et défait" tous les jeux au niveau de l'UE, etc. C'est une critique de l'intérieur de ce bureaucratisme lugubre qui étouffe le corps européen. La solution ? Géopolitique également, mais cette fois à bout de souffle, qui aurait été applaudi par un Jean Thiriart:

" (...) l'axe eurasiste est celui de la croissance future: nos partenaires les plus prometteurs restent la Chine et la Russie, voire l'Inde. C'est pourquoi nous devons penser à une <Grande Europe> de croissance économique de Brest à Vladivostok, et non à l'Europe limitée et essoufflée d'aujourd'hui. Cette Grande Europe respectera les souverainetés nationales. La présence de la Russie sera une garantie contre toute tentative de fédéralisme bureaucratique et rééquilibrera l'hégémonie anglo-saxonne" [10].

81zDKAZclaL.jpg

Trop d'UE ou trop d'État souverain ? Les clés du pouvoir de l'UE

Il faut dire qu'il existe une critique parfaitement symétrique de l'UE, émanant cette fois des "fédéralistes" européistes, qui estiment que l'UE n'est pas trop puissante par rapport aux États-nations, mais qu'elle n'est au contraire que leur marionnette. Ce point de vue est soutenu par un célèbre commentateur du journal libéral français Libération, Jean Quatremer. Le problème de l'Union européenne, estime-t-il (correspondant de longue date du journal pour les institutions européennes), est qu'elle n'est... rien d'autre que l'émanation d'États-nations. Il souligne, par exemple, que la contribution législative de l'UE n'est pas de 80 %, mais seulement de 20 % en moyenne, et que cette part a tendance à diminuer. En conclusion, estime Quatremer (auteur d'un ouvrage consacré à cette question, au titre provocateur: Les salauds de l'Europe. Guide à l'usage des eurosceptiques, - Calmann-Lévy, 2017), les États ont tendance à "rejeter" leurs échecs sur l'UE et à porter leurs succès en compte grâce à leurs propres efforts.

La même volonté d'accroître le poids de l'UE par rapport aux États-nations, cette fois avec un arsenal idéologique particulier lié aux racines pré-chrétiennes de l'Europe, nous la retrouvons dans le "parti des Européens" qui ne rêve de rien d'autre que d'une citoyenneté européenne unique, d'un État européen unitaire avec une réorientation stratégique vers la Russie, de l'abolition de l'OTAN, de la création d'une armée européenne [11] qui intégrera enfin l'armée russe (sic ! ), l'abolition de toutes les institutions européennes non élues, le respect de la diversité européenne (au passage, les États d'Europe de l'Est qui craignent la Russie et font preuve d'une russophobie fondée - on pense notamment aux États baltes). Dans la vision de Thomas Ferrier, moteur d'un tel projet, ce sera la "Nouvelle Athènes" [12].

Des projets extrêmement généreux ! Après tout, l'Europe n'a jamais manqué de visionnaires...

Et pourtant ! L'Europe est un "club" tellement fermé qu'il donne parfois des frissons et un sentiment d'impuissance à ceux qui cherchent à découvrir les arcanes du pouvoir. L'un des chercheurs des véritables clés du pouvoir européen actuel, l'ancien ministre grec des finances Yannis Varoufakis, se confesse dans un livre intitulé Conversation entre adultes. Les coulisses de l'expérience secrète de l'Europe avec l'Eurogroupe, le célèbre cerveau financier de l'UE. M. Varoufakis décrit comment les fonctionnaires européens mentent tout simplement, on ne peut pas se fier à eux, et les décisions qui sont prises en coulisses ne se reflètent pas du tout dans les communiqués officiels à la fin des réunions. Tout cela a l'apparence d'un conclave parfaitement opaque, avec des fonctionnaires obéissant sans condition à une hiérarchie parallèle, implacable et silencieuse. L'aspect abscons des grandes décisions financières au niveau de l'UE est difficile à supporter. À propos de l'Eurogroupe, qui décide également des questions financières au niveau européen, le ministre grec écrit : "Les traités européens ne lui confèrent aucun statut juridique, mais c'est ce corps constitué qui prend les décisions les plus importantes pour l'Europe. La plupart des Européens, y compris les politiciens, ne savent pas exactement ce qu'est l'Eurogroupe, ni comment il fonctionne".

yvead.png

Les luttes d'influence économique et financière dans les véritables centres de décision de l'UE sont donc bien plus importantes que la "construction européenne" déclarée par le public. Dans ces conditions, que peut-on attendre d'un organisme qui parasite ses propres égoïsmes financiers et économiques ?

La place de la Roumanie dans l'UE

En conclusion, nous devrions également mentionner quelle est ou sera la place de la Roumanie dans cette Union européenne extrêmement turbulente.

Dernièrement, la Roumanie a tenté de jouer un double jeu, en fonction de ses capacités de négociation limitées, entre l'Union européenne, de plus en plus détachée des États-Unis, et son "partenaire stratégique" américain. Ce jeu a été motivé par le comportement douteux des grands groupes d'intérêts européens (banques, sociétés transnationales) envers notre pays. Le discours sur la souveraineté, sur le double standard économique ou sur la lutte contre les excès économiques des sociétés occidentales opérant en Roumanie a été prédominant dans le gouvernement actuel. Un peu à la manière de l'Italie de Matteo Salvini, la Roumanie s'est placée sur un axe ad hoc Washington-Tel Aviv (ou du moins a essayé de faire signe dans cette direction) afin d'obtenir plus de pouvoir de négociation vis-à-vis de Bruxelles. Mais les dernières élections européennes ont montré que les Roumains ne sont pas encore prêts pour un discours souverainiste. Soit qu'elle ne soit pas confrontée aux vrais problèmes de l'Italie, asphyxiée par une immigration principalement déclenchée par la permissivité de Berlin et de Paris à l'égard de ceux qui traversent la Méditerranée pour rejoindre l'Europe, soit qu'elle craigne le spectre de plus en plus agité du retour de la Russie dans la région, la Roumanie a préféré - et par le biais de son élite - rester plus tranquillement dans le bateau de Bruxelles. D'ailleurs, pour poursuivre la comparaison avec l'Italie, Salvini est lui-même critiqué dans son propre pays, considérant que son "souverainisme" par rapport à Bruxelles n'est rien d'autre qu'une défection dans le camp américain: "Souverainisme sans souveraineté", titre une célèbre revue géopolitique italienne, qui défend le bastion de l'eurasianisme (et donc aussi de l'europénisme) face au pouvoir thalassocratique américain [14].

Jusqu'à présent, personne en Roumanie ne reproche au souverainisme du PSD-ALDE de flirter avec les intérêts américains et non européens. Mais il faut s'attendre à ce qu'au fur et à mesure que l'Europe s'imposera à la périphérie de l'Europe de l'Est, y compris en attirant la Russie dans ce condominium sans précédent, de plus en plus de voix critiques à l'égard des recettes américaines apparaîtront dans notre pays (le secteur de la défense est de loin le plus sensible ici) et les conditions seront créées pour une "loyauté" de la Roumanie à la nouvelle orientation stratégique [15]. Les derniers développements à Chișinău, où l'UE et la Russie ont joué ensemble un rôle géopolitique évident (et où les États-Unis ont battu en retraite, étant probablement plus préoccupés par des dossiers clés tels que l'Iran, la Syrie, la Turquie ou la Chine, pour n'en citer que quelques-uns, essentiels) peuvent être une préfiguration des développements futurs dans notre région.

Pour l'instant, trop peu présente, ou plutôt discrète, la Chine a aussi le potentiel de se développer dans notre espace géopolitique. Une mention: l'autoroute Ploiesti-Brașov semble avoir été attribuée à une entreprise chinoise (associée à une entreprise turque) [16]. Les signes d'un eurasisme naissant, probablement dans le cadre du gigantesque projet chinois One Belt One Road, commencent à se faire sentir même dans la Roumanie "souveraine" et pro-américaine...

Notes:

[1] Le lecteur pourra se référer au célèbre discours du ministre de l'économie du Reich, Walther Funk, sur le modèle de réorganisation de l'économie européenne que visait l'élite nazie de l'époque. Le discours est daté du 25 juillet 1940. Malheureusement, la traduction souffre d'un manque de clarté des idées :

http://www.eu-facts.org/ro/roots/06_economic_reorganization_europe.html?fbclid=IwAR3ovNS-w6lc2EfaDcyFDNU3xe0w12_Ww8bm-fmTLaFH8-WcvCXc7TMxrKw

[2] https://www.counter-currents.com/2010/09/interview-with-jean-thiriart-1/

[3] "En 1903, deux colonels des services de renseignements français font état de la montée en puissance des Etats-Unis. Ils concluent qu'ils ont une grande puissance industrielle, agricole et commerciale et qu'ils domineront le monde dans les années à venir. La seule façon de s'opposer à une hégémonie américaine (selon les auteurs de ce rapport) est de former une alliance intégrée comprenant la France, l'Allemagne et la Russie (donc l'Europe de Brest à Vladivostok...)". Voir : http://www.estica.eu/article/inapoi-la-visul-spulberat-al-lui-nicolae-al-ii-lea/.

[4) Le géopoliticien le plus connu du Heartland reste l'Anglais Halford John Mackinder, avec son ouvrage de 1904 The Geographical Pivot of History,  et Democratic Ideals and Reality (1919), et plus récemment l'influent stratège américain d'origine polonaise Z. Brzezinski, dans The Great Chessboard, publié à l'origine en 1997.

[5] Notons au passage que tous les commentateurs ne s'accordent pas sur la solidité de ce que l'on appelle le " couple franco-allemand ". Récemment, le philosophe français Alain de Benoist a remis en question cet engagement géopolitique, accusant avec véhémence l'Allemagne de flirter avec les États-Unis. Alain de Benoist est partisan d'une relation spéciale entre l'Europe et la France, d'une part, et la Russie, d'autre part, et critique l'"impérialisme" américain et le poids géopolitique excessif des États-Unis en Europe : https://www.bvoltaire.fr/alain-de-benoist-le-couple-franco-allemand-est-un-mythe/.

[6] Mihail Manoilescu, Sur la question de l'industrialisation des pays agricoles, "Lumea Noua" n° 11-12/1938, p. 241.

[7] https://www.egaliteetreconciliation.fr/D-Day-6-juin-1944-l-Empire-americain-envahit-la-France-55014.html

[8] Hervé Juvin, Le Mur occidental n'est pas tombé, Chisinau, Ed. Université populaire, 2017, p. 52.

[9] Ivan Blot, L'Europe colonisée, Chisinau, Ed. Université populaire, 2018, p. 189-190.

[10] Ibid, p. 48.

[11] Les projets de création d'une armée européenne pour assurer l'indépendance stratégique de l'Europe sont principalement proposés par Paris. Récemment, une nouvelle initiative dans la série de création d'une unité de défense européenne a eu lieu : la signature d'un accord-cadre entre la France, l'Allemagne et l'Espagne pour construire un avion furtif européen d'ici 2040 : https://www.caleaeuropeana.ro/o-zi-mare-pentru-uniunea-de-aparare-europeana-franta-germania-si-spania-au-semnat-un-acord-cadru-pentru-construirea-unui-avion-invizibil-european-pana-i/.

[12] Les idées de Thomas Ferrier, qui connaît également très bien la vie politique dans tous les pays de l'UE, peuvent être consultées ici : http://thomasferrier.hautetfort.com/archive/2019/03/06/manifeste-pour-une-vraie-renaissance-europeenne-6133866.html.

[13] Yanis Varoufakis, Conversation entre adultes. Dans les coulisses secrètes de l'Europe, Éditions Les liens qui libèrent, 2017, p. 237. Je cite l'article de Georges Feltrin-Tracol intitulé "À quoi sert l'Union européenne", paru sur le site suivant : http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2019/05/28/georges-feltin-tracol-a-quoi-bon-l-union-europeenne.html.

[14] https://www.eurasia-rivista.com/sovranismo-senza-sovranita-il-caso-salvini/

[15] Certains signaux, jusqu'à présent uniquement dans la presse, indiquent que la Roumanie ne devrait pas négliger les éléments stratégiques européens, tels que le futur avion invisible : https://adevarul.ro/international/europa/primul-mare-proiect-cadrulautonomiei-strategice-europene-romania-macar-parerep-1_5d088736892c0bb0c680cc5c/index.html.

[16] https://www.g4media.ro/chinezii-si-turcii-in-linie-dreapta-pentru-constructia-autostrazii-ploiesti-brasov-in-controversatul-regim-de-parteneriat-public-privat.html

 

Note : Cet article a été initialement publié dans le magazine Critical Point : L'Union européenne, entre l'Europe franque et l'Europe eurasienne

La Lituanie, sentinelle de l’Europe ou larbin de l’Occident ?

2020.01.13.-Vyriausybė.jpg

La Lituanie, sentinelle de l’Europe ou larbin de l’Occident?

par Georges FELTIN-TRACOL

Dans un silence médiatique assourdissant qui contraste fortement avec l’avalanche de condamnations de la Hongrie en 2015, la Lituanie érige le long de sa frontière avec le Bélarus des barrières métalliques barbelées supposées infranchissables. Sa voisine lettonne fait de même tandis que le gouvernement polonais vient de proclamer l’état d’urgence dans les régions frontalières du Bélarus.

Depuis cet été, des centaines de migrants venus d’Afrique et du Moyen-Orient traversent la nuit la frontière et demandent ensuite l’asile en Lituanie, terre de l’Union dite européenne. Bien connu pour sa servilité à l’égard des États-Unis et de l’OTAN, le gouvernement lituanien hurle à une « guerre hybride » orchestrée par Minsk. Cette accusation excessive et malintentionnée témoigne d’un réel dépit devant l’hypothétique riposte des autorités bélarussiennes. La Lituanie n’a-t-elle pas commencé cette nébuleuse « guerre hybride » en soutenant les manifestations contre le président Loukachenko et en recevant la dénommée Svetlana Tikhanovskaïa présentée à l’instar du Vénézuélien Juan Guaidó comme la présidente intérimaire du Bélarus en exil ? On attend avec impatience que Minsk, Damas et Caracas reconnaissent la légitimité de Monsieur Michu au lendemain du second tour de la présidentielle française de l’année prochaine.

Au début des années 2010, la Libye du Guide Kadhafi arrêtait aux portes du Vieux Monde les immigrés clandestins. Kadhafi prévenait les Occidentaux que sa chute conduirait à la submersion partielle du Sud de l’Europe. Il ne mentait pas ! Attaqué par des roquets étatiques de l’occidentalisme tels que la Suède, la Lettonie, la Pologne et la Lituanie, le Bélarus subit des sanctions scandaleuses. Victime d’un quasi-embargo qui profite surtout à une Russie prête à « intégrer » le Bélarus selon un processus d’« union » encore indéfinissable, le gouvernement bélarussien aurait décidé d’après les affabulateurs lituaniens et otanesques de lâcher aux marges orientales de l’Occident américanomorphe des migrants venus à Minsk à bord d’avions spécialement affrétés. Le Bélarus répondrait ainsi avec une rare audace aux manœuvres de déstabilisation de la Lituanie et de sa complice polonaise.

0611515537760-web-tete.jpg

Non contente de persécuter les mouvements païens renaissants, la majorité conservatrice cléricale lituanienne rêve de satelliser le Bélarus comme la Pologne lorgne avec grand intérêt sur l’Ukraine. Aux XVIe et XVIIe siècles, la Lithuanie (avec un h !) et la Pologne formaient à partir de l’union de Lublin en 1569 la « République des Deux-Nations (ou des Deux-Couronnes) » dont la superficie couvrît à peu près les actuels Lituanie, Pologne, Bélarus et Ukraine. Sous prétexte de propager les « droits humains » et une démocratie occidentale intimement viciée, la Lituanie comme d’ailleurs les oligarques russes cherche en réalité à s’emparer des ressources agricoles, industrielles et technologiques du Bélarus.

Afin d’empêcher l’entrée massive des migrants, la Lituanie a pris très tôt des mesures exceptionnelles qui restreignent leurs droits: interdiction de les libérer six mois après leur arrestation, limitation du droit d’appel des demandeurs d’asile déboutés, expulsion possible des demandeurs même si une procédure d’appel est en cours, refus légal de leur fournir un traducteur et de les informer sur les modalités de la procédure d’accueil. La Hongrie de l’« horrible » Viktor Orban n’est jamais allée aussi loin. Pourquoi les ONG droits-de-l’hommiste si promptes d’habitude à hurler à l’hydre néo-nazie toujours renaissante se taisent-elles pour la circonstance ? Les instances pseudo-européennes justifient ces procédés au motif que l’Union dite européenne autorise ses États membres à déroger du cadre commun. Belle hypocrisie ! On s’en souviendra !

Les ONG et le gouvernement lituanien poursuivent l’objectif commun d’un Occident-monde en déclin. Pilier indéfectible de l’atlantisme en Europe, la Lituanie conteste toute idée d’armée européenne et refuse la moindre coopération aux projets industriels européens de défense. Elle lie son avenir à celui des États-Unis d’Amérique. Ce fidèle laquais de l’américanisme se doit donc de connaître les joies multiculturalistes de la « société ouverte ». L’arrivée d’Afghans, d’Irakiens, de Somaliens à Vilnius, à Kaunas et à Klaipéda risque de bouleverser la société lituanienne. Tant mieux d’autant que maints Lituaniens disposent déjà de la citoyenneté étatsunienne, eux qui sont finalement dans leurs têtes malades et dans leurs mœurs des « Américains de la Baltique ».

Grand admirateur des « Frères de la Forêt » (la résistance balte anti-soviétique dans la décennie 1940), l’auteur de la présente chronique saluait la chaîne humaine de 690 km du Nord au Sud constituée ce 23 août 1989 par la population des trois nations baltes encore républiques soviétiques en souvenir des cinquante ans du Pacte Ribbentrop – Molotov scellant leur destin tragique pour quatre décennies. Trente ans plus tard, il constate que les Pays baltes contribuent à la diffusion du mondialisme occidental contraire aux intérêts fondamentaux de la civilisation albo-européenne.

Par-delà les sempiternelles jérémiades d’un pays qui veut, comme dans la fable de La Fontaine, se faire plus gros que le bœuf, la Lituanie mise sur le mauvais cheval. À la tête du tout premier État non-libéral d’Europe, le président Alexandre Loukachenko n’acceptera jamais de se soumettre aux mafias occidentales. Il serait temps que les Lituaniens prennent leur avenir en main et cessent d’être des marionnettes de Washington, de Londres et de Bruxelles. Gageons qu’ils préféreront toutefois se fourvoyer dans un nouveau guêpier ! 

  • « Vigie d’un monde en ébullition », n° 5, mise en ligne sur Radio Méridien Zéro, le 12 octobre 2021.

Aux éditions du Lore, le nouvel ouvrage de Georges Feltin-Tracol !

hacheGFT.jpg

468 pages. La nouvelle charge éditoriale de l'auteur !

28,00 € TTC

Pourquoi le sénateur yankee John McCain était-il un pourri ? Quelle est cette autre droite polonaise ? Quelles sont les frontières de cœur du président turc Erdogan ? Donald Trump est-il vraiment le 45e président des États-Unis ? Qui est le Wauquiez allemand ? Que sait-on du « populisme de gauche » ? Peut-on avoir une autre vision de la Corée du Nord ? Quel est le phare spirituel de l’Europe ? Quel est le pire parti de France ? Les Bo-Bo peuvent-ils se révolter ?

Georges Feltin-Tracol répond à toutes ces interrogations. Il a donné en cinq ans des chroniques hebdomadaires taillées à la hache du (géo)politiquement incorrect. Les Éditions du Lore les ont enfin réunies dans un volume passionnant et… explosif !

Il offre au lecteur sensible aux interprétations non conventionnelles des analyses acérées et impertinentes jamais consensuelles. C’est un réel plaisir d’assister à la remise à l’endroit de l’actualité par le premier « bûcheron métapolitique » d’Europe d’expression française.

Pour toutes commandes: http://www.ladiffusiondulore.fr/index.php?id_product=917&controller=product

vendredi, 15 octobre 2021

Les significations cachées du multiculturalisme

diversity.jpg

Les significations cachées du multiculturalisme

Cristi Pantelimon

Ex: https://www.estica.ro/article/sensuri-ascunse-ale-multiculturalismului/

S'il est vrai, comme l'a dit Carl Schmitt, que tous les concepts significatifs de la théorie moderne de l'État ne sont rien d'autre que des concepts théologiques vidés de leur contenu théologique (ou sécularisés)[1], dans le cas du multiculturalisme l'idée peut être poussée plus loin et nous pouvons atteindre la sphère opposée : les concepts de base du multiculturalisme ne sont rien d'autre que des concepts théologiques qui, après avoir été vidés de leur contenu théologique, ont été remplis d'un contenu antithéologique. En d'autres termes, le multiculturalisme a non seulement une nature sécularisée, mais aussi, si l'on peut dire, une nature diabolique, au sens littéral du terme.

Le multiculturalisme est, en fait, un avatar de l'individualisme libéral, un individualisme des temps modernes, qui se considère suffisamment mature pour passer de la phase "locale" de ses manifestations à la phase "globale". Le libéralisme mondialisé ne pouvait en effet que conduire au multiculturalisme. L'un des concepts centraux du libéralisme individualiste est celui des droits (de l'homme). La structure de base du multiculturalisme repose sur l'idée de droits, au sens des droits de l'homme, à laquelle s'ajoute la philosophie de la diversité couplée à celle de l'égalitarisme. Enfin, l'ensemble de la construction se termine par l'idée d'affirmation de soi ou d'action positive. Mais, comme l'a souligné David L. Schindler, d'un point de vue théologique (catholique, en l'occurrence, ce qui coïncide avec l'orientation religieuse de Carl Schmitt, citée précédemment), le libéralisme et son concept de "droits" reposent sur une logique répressive. Cette logique répressive repose en définitive sur un fondement relativiste.

228413.jpgLes droits de l'homme dans leur version libérale, dit D. L. Schindler (photo), sont essentiellement des droits négatifs et non positifs: ils se réduisent à la nécessité de respecter l'indépendance de l'autre, mais il n'est pas question d'aider (dans un sens positif, utile) l'autre d'une manière ou d'une autre. Le libéralisme ne porte l'idée de droits qu'au niveau d'une interférence formelle, négative, tout au plus neutre, des êtres humains entre eux. A aucun moment il ne pose la question du droit-responsabilité envers l'autre [2]. Cette vision neutre du droit est ensuite reprise dans la pensée juridique et constitue la base de toutes les conceptions juridiques actuelles: elles sont ainsi séparées de l'idée de Dieu ou d'autrui, construites autour d'une image formelle de l'individu [3].

De même que l'idéologie des droits de l'homme part apparemment d'une vérité indiscutable de nature théologique (la dignité humaine, qu'elle invoque souvent à son propre appui), pour aboutir à une idéologie qui dénature cette dignité, en "fabriquant" tous les "droits" possibles, les uns plus étranges que les autres (on en arrive au nom des droits de l'homme à accepter l'avortement, c'est-à-dire la négation du droit fondamental à la vie des êtres encore à naître mais vivants ! [4]), l'idéologie du multiculturalisme part d'une " vérité " apparente et visible, à savoir la diversité culturelle, ethnique ou religieuse, pour imposer l'idée que cette diversité peut s'imposer devant l'unité des composantes qui composent le tout. Dans l'idéologie moderne des droits de l'homme, les droits priment sur les responsabilités, ce qui est contre nature. Toute société est un équilibre entre les responsabilités et les droits; en effet, on pourrait dire que dans les sociétés "normales" (c'est-à-dire les sociétés traditionnelles ou celles dans lesquelles les valeurs traditionnelles sont encore vivantes, comme les sociétés orientales), les responsabilités viennent en premier, après quoi naissent les droits [5]. La dignité humaine ne se manifeste pas tant par des droits que par des responsabilités !

L'idéologie des droits de l'homme falsifie la relation spirituelle et naturelle entre la responsabilité et les droits. L'idéologie du multiculturalisme falsifie la relation spirituelle et naturelle entre l'unité et la diversité. La diversité est la fille de l'unité, et non l'inverse. Le multiculturalisme, quant à lui, ne met l'accent que sur la diversité, négligeant ou considérant comme dangereux le versant de l'unité, qu'il soupçonne de... relents totalitaires.

L'idée d'unité n'a qu'une relation formelle et extérieure avec l'idée de totalité. Une totalité peut être, et est le plus souvent, une simple somme formelle, extérieure et donc artificielle. La véritable unité se trouve dans l'idée d'universalité. Ici, cependant, l'universalité ne signifie pas "propagation universelle", mais l'unité qui traverse et donc unit tous les différents aspects du tout. Le multiculturalisme, en négligeant l'idée d'unité comme universalité, se retrouve involontairement en plein " totalitarisme ", c'est-à-dire en pleine totalité artificielle, par l'addition d'éléments extérieurs qui n'ont aucun rapport naturel, naturel entre eux. Le multiculturalisme peut donc être suspecté, d'un point de vue théologique, d'être diabolique, dans la mesure où il rassemble des éléments qui sont en fait séparés, ou, plus précisément encore, qu'il a lui-même préalablement séparés, pour mieux les mettre en évidence et les façonner en termes individuels.

41yEgRkeE4L._SX321_BO1,204,203,200_.jpgLe multiculturalisme connaît deux grandes étapes dans la construction de sa réalité sociale et métaphysique : la première étape (obligatoire) est celle de la décomposition des unités, du détricotage des unités qui composent le monde social et son projet métaphysique. La deuxième étape est celle de l'agglutination de ces éléments décomposés lors de la première étape. Toutes les approches multiculturalistes sont d'abord des tentatives de séparation, puis de recomposition artificielle du monde social après le processus de séparation. À l'instar d'un tableau qui est d'abord brisé en plusieurs fragments pour être recollé et qui n'est finalement qu'un puzzle dont les séparations et les fragments ne peuvent jamais être "résorbés", le multiculturalisme nécessite de briser les éléments constitutifs de l'unité sociale pour ensuite, conformément à ses prémisses philosophiques de type "Lumières", recoller ces fragments de manière rationnelle, méthodique et "correcte".

Les "victimes" du multiculturalisme : la culture, la politique, l'identité, l'individu, la communauté

La première victime du multiculturalisme est la culture elle-même - comprise comme un ensemble de valeurs organisées et un culte des valeurs. Le multiculturalisme organise le culte de la diversité, mais se désintéresse totalement du contenu profond de la culture, qui est avant tout religieux et éthique. Le multiculturalisme produit un culte rationnel de certaines réalités immanentes, celles qui lui conviennent (diversité, minorité, égalité), mais ignore d'autres réalités, certaines métaphysiques, d'autres immanentes (race, majorité, Dieu).

Le multiculturalisme est une protestation contre la Culture, car elle assimile (le terme est répudié), et le multiculturalisme est, au contraire, la soi-disant "révolution expressionniste" [6]. En effet, toute culture est un lieu d'assimilation, au sens de l'intégration dans les significations traditionnelles de la vie. Mais le multiculturalisme ne peut admettre la perte de l'individualité du moi, car il met toujours l'accent sur l'affirmation de soi. Traditionnellement, la différence entre le moi et le Soi a été une pierre angulaire de la compréhension de la destinée ultime de l'homme. Alors que le moi est éphémère et trompeur, le Soi est pérenne et seul vrai.

acoo.jpgSelon Ananda Coomaraswamy (photo, ci-contre), la tradition réclame la libération du soi compris comme l'ego. Dans le monde moderne, en revanche, c'est l'ego ou le moi cultivé qui est pleinement valorisé. Il est le seul à être pris comme référence. Dans ces conditions, il n'est pas surprenant que la réalisation la plus remarquable de l'affirmation culturelle égolâtre d'aujourd'hui soit une sorte de diversité bruyante, fatigante et prévisible ; une fois que l'essence métaphysique des cultures (manifestée par le Soi) est bloquée, elles se transforment en chœurs collectifs, prévisibles et sans créativité. Après tout, la culture est aujourd'hui un produit artificiel, comme tout produit de la société de consommation. Plus une culture est affirmée, plus elle est artificielle.

Il en va de même dans un autre domaine de prédilection du multiculturalisme, celui des droits des minorités. Les minorités sexuelles ne sont plus "seulement" des minorités sexuelles, mais sont culturellement "consacrées", créditées d'une manière presque métaphysique. Ils sont des "créateurs de culture" et représentent, en eux-mêmes, un mode de vie et donc un style culturel. On assiste donc à une "culturalisation" du sexe et des minorités sexuelles, qui jette le discrédit sur la culture. La question sexuelle est érigée en question essentielle de la vie humaine aujourd'hui, sans aucune référence à l'éthique traditionnelle, qui met en garde contre les dangers inhérents à toute exagération de la préoccupation des plaisirs corporels. Parce que la diversité culturelle doit toucher tous les éléments sociaux, on a estimé que les minorités sexuelles avaient également droit à une vie "culturelle" au sein de la population. Ainsi, la vie sexuelle (hétéro comme homosexuelle) est placée au même niveau d'importance que la vie religieuse ou la vie culturelle "traditionnelle".

Sur le plan socio-politique, les choses sont encore plus dramatiques, surtout si l'on considère le contexte mondial dans lequel se déroule la vie humaine moderne aujourd'hui. Dans cette perspective, le multiculturalisme s'attaque aux fondements de la politique. Les minorités ethniques sont la cible ici. L'idée qu'une minorité, en général, est digne de l'attention indivise dont elle bénéficie aujourd'hui était une idée totalement étrangère à la politique classique. Même les Pères fondateurs de la démocratie américaine ont veillé à ce que la République ne soit pas mise en danger par des factions, c'est-à-dire des minorités constituées sur des bases diverses, qui dénatureraient le sens de l'ensemble politique, de la communauté politique américaine. Les Pères de la nation américaine avaient encore la notion d'un corps politique transcendant, qui va au-delà de la simple somme des intérêts ou des perspectives individuels. Le multiculturalisme, en revanche, met en avant l'idée de minorité ; la majorité est considérée comme oppressive ; tout au plus admet-on que l'ensemble ou le corps politique est la somme de minorités, de factions individualisantes. En d'autres termes, au lieu de rechercher les éléments de rapprochement entre tous, qui engendreraient l'ensemble et l'unité politique, le multiculturalisme reste le défenseur de l'idée de la séparation fondamentale des différentes ailes du corps politique. Ainsi, la politique n'a plus un caractère intégrateur, mais se transforme en une lutte acharnée pour la suprématie entre les différentes factions politiques. Le couloir de l'anarchie et de la violence est ainsi ouvert.

La relation entre le multiculturalisme et l'idée d'identité est également intéressante et instructive, car elle est essentielle à son approche.

Dans les temps anciens, l'identité personnelle était toujours secondaire par rapport à l'identité communautaire [7]. Aujourd'hui, l'identité personnelle passe avant l'identité de groupe. En même temps, le multiculturalisme met trop l'accent sur l'idée d'un groupe différencié, mais ce faisant, il ne fait qu'individualiser la communauté. Mais une "communauté" individualisée, c'est-à-dire composée d'individus, est un non-sens. Le multiculturalisme sape ses propres prémisses théoriques en renversant la relation traditionnelle et naturelle entre le tout et la partie.

Le multiculturalisme n'est cependant pas une simple déclaration, mais un programme, une lutte pour l'affirmation. Toute l'idéologie de l'affirmative action est liée à cette lutte pour la reconnaissance et à l'imposition du thème ; en effet, si les racines du multiculturalisme sont, comme nous l'avons vu, individualistes, le thème de la reconnaissance ne fait rien d'autre que de montrer, comme le disait Hegel, la non-autosuffisance de l'homme [8].

istockphoto-1277148590-612x612.jpg

Le multiculturalisme est hostile à l'individu et à l'individualité, d'une manière étrange mais explicable. Partant de l'idée de récupérer l'individualité, elle doit nier toute idée d'individualité et d'originalité, car elle présume que toutes les individualités sont égales. L'égalitarisme est donc la guillotine sous laquelle tombent toutes les idées généreuses du multiculturalisme ; produit d'une modernité post-Révolution française (1789), d'un individualisme qui conduira, économiquement parlant, à l'absolutisme du marché, où tout a un prix et où tout est à vendre, le multiculturalisme ne fait rien d'autre qu'établir un marché de l'identité, dans lequel, évidemment, les plus brillants, c'est-à-dire ceux qui ont les étiquettes les plus colorées, semblent être les plus importants. La logique externe et superposée de cet immanentisme économico-social fait du multiculturalisme la variante idéologico-culturelle d'un infra-capitalisme à saveur ethnique, raciale ou culturelle.

Or, le multiculturalisme s'attaque naturellement à l'idée de communauté. Il est vrai que notre identité ne se construit qu'à travers le miroir des autres ; à cet égard, le multiculturalisme semble avoir raison. Mais son erreur fondamentale est de "dynamiser" les identités collectives sur le modèle des identités individuelles et de manière rationnelle et auto-affirmée. Ainsi, les identités collectives sont "forcées" d'occuper la même place sur un podium de valeurs idéales, de participer à la même compétition (dans laquelle tous les prix sont égaux) et de s'affirmer au même moment, ce qui n'est pas naturel.

Comme toute idéologie, le multiculturalisme exagère dans les deux sens : lorsqu'il "force" les collectivités à s'affirmer, mais aussi lorsqu'il interdit les importations culturelles ou civilisationnelles qu'il considère comme contrefaites : les exemples récents donnés par un auteur français sont pertinents[9]. Dans son ouvrage La face cachée du multiculturalisme, l'auteur canadien Jérôme Blanchet-Gravel utilise le soi-disant principe multiculturaliste du refus de l'appropriation culturelle pour illustrer une série d'étranges exagérations, comme l'interdiction faite aux handicapés de pratiquer le yoga (considéré comme l'apanage des Orientaux), l'interdiction faite aux Canadiens de porter des coiffes à plumes parce qu'elles appartiennent aux Indiens, ou l'interdiction de vendre des boomerangs parce qu'ils n'appartiennent qu'aux Aborigènes australiens ! Mais, une fois de plus, derrière ces précautions apparemment correctes concernant les importations culturelles mimétiques et contre nature, se cache un souci tout aussi contre nature de la "diversité", comme si une culture pouvait être anéantie par la forme sans fond qu'elle engendre dans une autre aire culturelle. Ce soin s'apparente en fait au soin que le muséographe apporte à une exposition unique mais morte dans son musée ou son domaine de connaissance.

Le multiculturalisme et le "renouveau" spirituel de l'Occident

Dans les cercles sociologiques et philosophiques canadiens (le Canada est l'un des pays les plus "exposés" en termes de multiculturalisme réel et concret), on a soutenu que le multiculturalisme pourrait être l'occasion d'un renouveau spirituel de l'Occident, dans la lignée de l'Orientalisme spécial de René Guénon [10].

ob_9c2eaa_avt-rene-guenon-6902.jpegL'affirmation intéressante est une exagération. La "crise du monde moderne" que Guénon a théorisée n'avait et ne pouvait avoir aucun remède, du moins pas un remède ordinaire. L'orientalisation dont parle le même auteur ne signifie pas du tout le "multiculturalisme orientalisant", mais la transformation intérieure de l'Occident, l'orientalisation de l'Occident et, pratiquement, la désoccidentalisation. Mais un tel phénomène n'est pas à imaginer à notre époque, presque un siècle après que Guénon ait écrit. C'est plutôt le phénomène inverse, l'occidentalisation de l'Orient, qui se produit. Quant à l'Occident, son destin est celui d'une perpétuelle agonie du multiculturalisme (débats toujours actuels sur les transformations sociales réelles et les mesures ou accents que le multiculturalisme peut apporter à cette image de la réalité). Ce n'est pas pour rien que les sociologues s'expriment de plus en plus sur le multiculturalisme aujourd'hui, apportant avec eux l'appareil spécifique de leurs périodisations (les différences entre la situation économique et sociale de l'Occident dans les années 60 et celle des années 90 ou d'aujourd'hui) et de leurs conceptualisations (race, religion, valeurs économiques et politiques - ce sont les sujets de base de la sociologie concernée par les problèmes du multiculturalisme). Mais ces débats ne pourront pas, à notre avis, changer le cours majeur des événements, et le multiculturalisme "mature", celui qui est idéologique, continuera à flotter à la base de la pensée commune des sociétés occidentales modernes, pour leur malheur[11].

Quelle est la caractéristique la plus vivante et en même temps la plus nuisible du multiculturalisme ? C'est le respect pieux mais fondamentalement très "non culturel" de toute "culture" ou de toute manifestation "culturelle". Respecter tous les fragments d'une civilisation matérielle à partir d'une position de touriste complétée par un anthropologue amateur est tout ce que le multiculturalisme peut offrir aujourd'hui, surtout dans les pays les plus développés de l'Occident.

En fait, le rétablissement spirituel par le multiculturalisme cherche des solutions à la perte d'identité spirituelle avec le désengagement du Divin de notre monde. Nous ne pouvons pas découvrir plus qu'une collection de faits culturels dans ce musée d'antiquités qu'est devenu le monde moderne.

Le multiculturalisme est le drame qui concerne toute Culture : lorsqu'elle n'a plus la capacité de s'intégrer, elle évolue dans deux directions apparemment opposées mais qui s'entrecroisent : d'une part, idéologiquement et politiquement, elle cherche à assurer "l'égalité des chances" et l'expression culturelle (pour compenser le manque d'intégration), d'autre part, elle force une intégration de nature politico-citoyenne, à l'aide d'incitations matérielles. Ce qui était autrefois l'intégration à l'universalité par l'attraction culturelle de la communauté est devenu une incitation politique et économique à la citoyenneté. Ce qui était autrefois hiérarchie et différenciation axiologique, définie selon les critères traditionnels de la culture, est devenu tolérance et respect des différences ; mais ce respect et cette tolérance négligent précisément l'idée de hiérarchie.

Le monde et la culture occidentaux modernes sont handicapés par l'incapacité de hiérarchiser en termes traditionnels. Pour se débarrasser de cette angoisse, il déclare une "amnistie générale" et une égalité de principe de tous les faits culturels ou cultures différents. Mais l'incapacité à hiérarchiser dans sa propre culture est liée à l'incapacité à saisir l'authenticité des autres cultures. C'est pourquoi les cultures "assimilées" sont, en fait, des cultures défigurées. Ceux qui sont tolérés sont carrément ignorés. Le multiculturalisme ignore ce qu'il déclare d'importance égale et défigure ce qu'il semble pouvoir comprendre.

Le dilemme du multiculturalisme moderne est similaire à celui de la théorie du désarmement : pour parvenir à la paix, tous les États doivent désarmer. Le problème est que personne ne veut être le premier à désarmer dans un contexte où il n'est pas certain que tous les autres suivront automatiquement.

Multicultiralisme.jpg

Dans une perspective multiculturaliste, l'identité est l'arme de prédilection : quiconque veut vivre en harmonie avec les autres doit abandonner la séparation hostile que chaque culture entretient avec ses voisins. Le multiculturalisme, au lieu d'atténuer les conflits culturels par son relativisme inhérent, a souvent l'effet inverse, précisément parce qu'il prêche un monde de respect universel et de paix qui n'existe qu'en théorie. La conscience de cette utopie rend d'autant plus dramatique l'acceptation de la lutte entre les cultures comme alternative à leur mort spirituelle par une tolérance qui se neutralise mutuellement.

Quelle serait la solution à la neutralisation et au désengagement provoqués par le multiculturalisme ? Certainement, une ré-hiérarchisation de l'ensemble du corpus social et culturel du monde moderne. Mais cette ré-hiérarchisation passe nécessairement par la lutte et le conflit, combattre l'inférieur et détourner l'inférieur, imposer le supérieur et chasser le dégradé. Mais cela signifierait en fait l'abnégation d'un Occident qui, selon les plus grands philosophes de la Tradition (Evola, Guénon, Coomaraswamy), à l'époque moderne, surtout après la Renaissance, n'a fait que couper les ponts avec la Tradition, dans les pas d'un conformisme matériel et économique toujours renouvelé, toujours prêt au progrès.

Notes:

[1] Carl Schmitt, Théologie politique, Bucarest, Ed. Universal Dalsi, 1996, p. 56.

[2] D. L. Schindler, La logique répressive des droits libéraux, in " Communio ", hiver 2011, p. 531, sur https://www.communio-icr.com/files/Schindler_Repressive_Logic_of_Liberal_Rights.pdf.

frontImffragesLink.jpg[3] Le fils de D.L. Schindler irait plus loin dans cette ligne de pensée et affirmerait, dans le titre d'un livre récent, rien de moins, que la liberté moderne a un caractère maléfique - D. C. Schindler, Freedom from Reality : The Diabolical Character of Modern Liberty, University of Notre-Dame Press, 2017.

[4] Une critique récente de cette idéologie des droits de l'homme, utilisée aussi comme une arme géopolitique, dans Alain de Benoist, Au-delà des droits de l'homme. Pour défendre les libertés, Paris, Pierre-Guillaume de Roux, 2016.

[5) C'est dans cette perspective que s'inscrit le troisième chapitre de l'ouvrage d'Alain de Benoist consacré aux droits de l'homme, qui pose la question des droits de l'homme sous l'angle de la diversité culturelle. L'auteur montre que les droits de l'homme, compris de manière occidentale, sont un aspect minoritaire de la question. D'ailleurs, contrairement à la tendance individualiste des droits de l'homme, une déclaration universelle des droits des peuples a été adoptée à Alger le 4 juillet 1976, précisément pour marquer l'idée de la prévalence de la communauté par rapport aux droits-créances des individus (p. 99 dans l'ouvrage cité par A. de Benoist).

[6] Alain de Benoist, Nous et les autres. Problématique de lʼidentité, Krisis, Paris, 2006, p. 7.

[7] Alain de Benoist, Ibidem, p. 3 et suivantes.

[8] Ibid, p. 7.

[9] http://www.bvoltaire.fr/la-face-cachee-du-multiculturalisme-de-jerome-blanchet-gravel-editions-du-cerf/.

[10] http://classiques.uqac.ca/contemporains/blanchet-gravel_jerome/Le_multiculturalisme/Le_multiculturalisme.pdf

[11] Un exemple de discours rationnel-sociologique, sans conséquences essentielles, à notre avis, dans M. Wieviorka https://www.raison-publique.fr/IMG/pdf/Wieviorka_multiculturalisme.pdf.

Cet article a été publié à l'origine dans le numéro 3/2018 du magazine Critical Point.

La pseudo-religion du pétrole et du gaz

course-pic.png

La pseudo-religion du pétrole et du gaz

Alexandre Douguine

Ex: https://www.geopolitica.ru/es/article/la-pseudo-religion-del-petroleo-y-el-gas

Les prix du gaz ont explosé en Europe et battent tous les records. Et ce, malgré les attaques incessantes contre Nord Stream 2 et la publicité qui cherche à imposer l'agenda vert. Le coût de mille mètres cubes de gaz naturel est actuellement d'environ 1500 dollars, ce qui signifie que le prix a quintuplé au cours des deux dernières années. Toutefois, les experts affirment que les prix continueront à augmenter, pour atteindre 2000 dollars en hiver. D'autre part, l'Europe est contrainte d'importer du charbon de Russie.

Bien sûr, on est tenté de dire avec sarcasme que nous assistons aujourd'hui aux exploits de Greta Thunberg, mais cela n'a pas d'importance et nous ferions mieux de nous concentrer sur des questions beaucoup plus profondes, comme celle de savoir pourquoi nous avons créé une civilisation industrielle basée sur le pétrole et le gaz, ou quel bien l'industrialisation et le triomphe des machines et de la technologie nous ont fait. À quoi bon vivre dans une civilisation technique qui ne peut subsister sans l'extraction constante d'un liquide noir et épais né des millions de cadavres de petites créatures disparues il y a plusieurs milliers d'années, ou qui a besoin d'un air souterrain lourd et nauséabond, nuisible à l'atmosphère ?

L'humanité est entrée dans l'ère des machines à l'aube des temps nouveaux et, à l'heure actuelle, l'être humain a été assujetti à la puissance du pétrole et du gaz, car sinon nous ne pourrions rien produire. Tant Gazprom que Rosneft  - et des entreprises similaires à l'étranger -  sont devenus les représentants d'une nouvelle religion où le gaz et le pétrole sont la vérité ultime, la mesure de toutes choses et la définition même du pouvoir. Notre histoire a été complètement réduite à l'extraction de ressources et nous sommes prêts à nous soumettre à cette réalité. Toutes les guerres d'aujourd'hui sont des guerres pour les ressources naturelles et, avant tout, pour le pétrole. Gas über alles.

Ne sommes-nous pas dégoûtés par tout cela ? La civilisation industrielle mécanique ne connaît que des valeurs aussi noires que le pétrole et aussi malodorantes que le gaz. Tous deux représentent les couleurs et les odeurs des enfers: les rivières de l'enfer et l'odeur du soufre. Igor Letov, dans son album The Russian Experimental Field, dit ouvertement que désormais "l'éternité sent le pétrole". C'est l'éternité dont parle Svidrigailov (1): les champs infinis, sans fin, dans lesquels l'éternelle recherche de ressources nous a conduits et où le temps s'étire comme un fleuve sombre sans finalité, sans but ni grâce.

81oHo+zwoPL._SS500_.jpg

Alors, pourquoi nous réjouissons-nous de la hausse du prix de l'essence ? Le patriote se réjouit toujours des triomphes de son pays, mais cela ne se produit que lorsque le pays - principalement ses autorités et son élite - a un objectif, une idée, une éthique et une esthétique liés à la vérité. Avoir comme modèle un pays basé sur l'extraction de ressources naturelles, particulièrement inondé de pétrodollars et de roubles provenant de l'extraction de gaz, sans parler des vieux fonctionnaires ridés de Gazprom comme modèles de "la vie est parfaite", est répugnant et même avilissant. En revanche, le patriotisme se réjouit du triomphe de la Croix, de la victoire militaire, des œuvres d'un génie, des familles heureuses et des bébés en bonne santé qui grandissent et boivent du lait. Le sifflement de l'air sulfureux provenant d'un gazoduc qui brûle du gaz et le rejette dans l'atmosphère parce qu'il est consommé par des philistins et des immigrants européens ne fait pas partie de notre fierté nationale, ou du moins ne devrait pas en faire partie.

C'est pourquoi nous avons besoin d'une autre civilisation qui ne soit pas fondée sur la technique, mais sur l'existentiel, l'ontologique, l'esthétique et sur un principe humain et supra-humain. Nous n'en appelons pas à l'écologie, puisque ceux qui la promeuvent aujourd'hui sont ceux-là mêmes qui ont conçu et créé ce monde technique qu'ils ont maintenant décidé d'adapter à leurs nouveaux besoins. Nous ne devons pas nous fier à l'écologie propagée par les disciples de Soros et autres mondialistes. L'économie verte n'est rien d'autre qu'une forme de subversion et son but n'est rien d'autre que de pourrir davantage l'humanité. Avant tout, cette économie verte cherche à affaiblir les principaux rivaux de l'Occident et à les désavantager. C'est son jeu. Cependant, nous ne devons pas nous laisser influencer par le choix qui nous est proposé aujourd'hui : soit la fraternité universelle et la Grande Croissance Verte du monde, soit applaudir la hausse du prix du gaz en Europe.

Nous comprenons que les prix vont augmenter, mais allons-nous faire quelque chose de beau et de sublime avec cet argent ? Allons-nous créer quelque chose de beau ou faire des œuvres de charité avec l'argent que nous recevons ? Allons-nous financer la recherche sur le Logos russe ou soutenir les communautés rurales et les petites paroisses qui sont dispersées sur notre territoire ?

Rien de tout cela ne sera fait et les bureaucrates de Gazprom, ainsi que le reste de l'élite dégénérée russe, utiliseront les bénéfices qu'ils réalisent pour construire de nouvelles villes et des maisons de campagne laides, voyantes et hors de prix. C'est la réalité.

Boulgakov-Serguei.jpgLa dilapidation des ressources naturelles n'est pas une véritable alternative aux projets subversifs et totalement faux proposés par l'économie verte. L'économie ne doit pas être verte, mais humaine et avoir une véritable perspective spirituelle et culturelle, c'est-à-dire être soumise aux valeurs supérieures qu'elle est censée servir. L'économiste russe Sergueï Boulgakov a déclaré que l'économie doit être créative, car le travail élève l'homme au-dessus de lui-même et crée un monde bon et beau qui suit les préceptes de Dieu. Boulgakov a appelé cela Sophia ou la Sagesse de Dieu. L'économie doit avoir ce but et donc être belle et sublime. Tout cela n'a rien à voir avec le dilemme posé par la Grande Reconstruction ou la hausse du prix du gaz.

Le but de l'homme est d'élever ce monde et de laisser le Ciel répandre librement ses rayons sur ce monde sombre. L'économie moderne est une économie infernale, mais l'écologie n'est pas la véritable alternative, c'est Sofia.

Traduction par Juan Gabriel Caro Rivera

Notes :

Arkady Ivanovich Svidrigailov est l'un des personnages centraux du roman de Fyodor Mikhailovich Dostoyevsky, Crime et Châtiment.

mercredi, 13 octobre 2021

L'objectif de l'Allemagne post-Merkel: défendre la centralité en Europe

a1dcc48_371246803-348749.jpg

L'objectif de l'Allemagne post-Merkel: défendre la centralité en Europe

Andrea Muratore

Ex: https://it.insideover.com/politica/lobiettivo-della-germania-post-merkel-difendere-la-centralita-in-europa.html

Après les élections du 26 septembre, l'Allemagne va vivre les dernières semaines du long règne d'Angela Merkel, assister à la définition des orientations politiques du nouveau gouvernement et à la discussion sur la nature avec laquelle il prendra les rênes d'une nation au centre du Vieux Continent.

Bien que les hésitations, les erreurs de jugement et quelques objectifs propres (par exemple sur les vaccins) n'aient pas manqué au cours de cette longue année et demie de pandémie, le Covid-19 a incontestablement renforcé la centralité de l'Allemagne en Europe, en tant que sujet capable d'orienter les dynamiques politiques et économiques du Vieux Continent et d'acquérir un pouvoir fondamental de médiation.

Chaque décision prise par la Commission et les États membres a été marquée d'une empreinte allemande à partir de mars 2020. Dans un premier temps, l'Union européenne a promu le triptyque du Mécanisme européen de stabilité, de la Banque européenne d'investissement et du paquet "chômage sûr" de la Commission contre la crise économique. Elle a ainsi ouvert la voie à l'intervention de trois institutions dirigées par l'Allemagne. Puis Merkel, selon un axe la liant au ministre social-démocrate des finances Olaf Scholz, a arbitré entre les instances plus extrémistes des faucons de la rigueur, les Pays-Bas de Mark Rutte en tête, et les craintes des pays méditerranéens pour mettre sur le terrain le fonds européen Next Generation, en attendant toutefois qu'il entre en vigueur après que les effets des "bazookas" économiques internes aient pu se faire sentir, bien lancés par un gouvernement décidé à dire adieu au mantra de l'austérité.

En contrepartie, Merkel, par l'intermédiaire d'Ursula von der Leyen, a géré l'européanisation des achats du vaccin Pfizer-Biontech promu avec des capitaux allemands, commettant une erreur à laquelle, après le chaos de février et mars, elle a répondu par un acte unilatéral de commande massive et par une "guerre" voilée contre le vaccin AstraZeneca de technologie britannique.

SPD_Bundestagswahl2021_Kampagne_2_Flight_2340x1316_cr_SPD-1426x802.jpg

Olaf Scholz semble destiné à succéder à une Chancelière dont il a affirmé être l'héritier le plus apte, bien qu'extérieur à l'Union Cdu/Csu. Mais s'il succède à Merkel, il va de soi que Scholz et un éventuel gouvernement (libéral) Spd-Verts-Fdp devront s'appuyer sur la voie tracée par la chancelière, notamment en ce qui concerne le maintien de la centralité de la médiation allemande en Europe.

Comme nous nous en souvenions en discutant avec l'analyste géopolitique Gianni Bessi, Merkel était l'incarnation du syncrétisme allemand, une unité dans la diversité qui permettait à la dirigeante chrétienne-démocrate d'être le point de synthèse de la Grande Coalition avec les socialistes, de la confrontation entre l'aile austéritaire et l'aile plus keynésienne de l'économie allemande, du dialogue entre l'Allemagne catholique et l'Allemagne protestante, du dualisme entre la capitale politique Berlin et la capitale économique Munich. Comme il est typique de chaque élection proportionnelle, le vote a certes montré l'émergence de différentes identités politiques mais, comme l'a déclaré l'ambassadeur allemand à Rome, Viktor Elbing, à Il Giornale, le centre influencé par la pensée Merkel sur le front politique, économique et des valeurs (à des degrés divers parmi les différents partis) a montré un consensus de 85%. Le professeur Salvatore Santangelo, auteur de GeRussia, y voit un symbole de l'équilibre du pays après la réunification. Contacté par InsideOver, il rappelle que "l'Allemagne a une histoire d'unité beaucoup plus courte que celle de la France, du Royaume-Uni et de l'Espagne, mais ces pays ont été attaqués par des tensions ou des poussées identitaires beaucoup plus difficiles à supporter que n'importe quelle ligne de faille qui a jamais traversé l'Allemagne, qui a la volonté perpétuelle de faire évoluer un compromis entre les composantes catholique et protestante. Bien sûr, il reste la profonde divergence économique et politique entre l'Est et l'Ouest, que le vote a une fois de plus clairement mise en évidence".

59325559_7.png

Scholz pourrait donc se voir confier la lourde et considérable tâche de porter le projet du nouveau Chancelier à l'intérieur et surtout à l'extérieur, à la tête d'un parti de gauche aux divisions internes importantes qui s'est uni autour de lui. Façonner les nouvelles versions de ce compromis et de cette polyphonie qui régissent l'Europe allemande. Dans les années à venir, l'Allemagne devra recalibrer sa relation avec les Faust de l'austérité, dont elle a été le Méphistophélès, à moins qu'elle ne revienne à la raison pour des raisons pragmatiques et pour éviter un nouveau crash; elle devra établir un modus vivendi avec la France, dont elle craint une crise politique profonde après le vote présidentiel; elle tentera de renforcer sa sphère géo-économique et se tournera vers le groupe de Visegrad et l'Italie, cruciaux pour la base industrielle germanique. En même temps, il s'agira d'orienter l'évolution des traités européens en visant à sauver la chèvre et le chou, c'est-à-dire le récit d'une Europe ouverte au marché et à l'économie libérale ainsi que la gestion des conséquences d'un échec patent des lignes plus rigoureuses des traités.

De tels scénarios nécessiteront un capital politique considérable pour négocier, gérer et gouverner les crises du futur tout en réaffirmant la puissance civile de l'Allemagne et sa centralité sur le Vieux Continent. Orphelin d'une Merkel qui voit en Mario Draghi son héritier dans le domaine communautaire et qui attend son successeur à la Chancellerie pour le voir mis à l'épreuve. Cela ne s'arrêtera pas à Merkel, l'Europe allemande. Mais dans une phase où des défis nouveaux et complexes apparaissent, Berlin devra se montrer de plus en plus hégémonique et médiateur. Un double rôle difficile à gérer sans la longue et perspicace expérience du Chancelier.

Sur la signification politique du "passeport vert" en Italie

073115669-d7acf022-b1f6-4252-a587-94c2640b7c8d.jpg

Sur la signification politique du "passeport vert" en Italie

par Andrea Zhok

Source : Sfero & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/sul-significato-politico-del-lasciapassare-verde

Pour comprendre le sens de la protestation contre l'imposition du "Green Pass" (GP), il faut comprendre sa nature hybride.

Deux motivations différentes, mais compatibles, convergent dans cette protestation.

1) La "dissidence cognitive"

La première ligne de protestation est liée à ce que nous pouvons appeler un "scandale épistémique", c'est-à-dire la perception par un nombre limité de citoyens de l'insuffisance flagrante des motivations qui devraient justifier l'introduction de la "certification verte". Cette inadéquation a interpellé certaines personnes pour des raisons tant juridiques que sanitaires. Ce groupe comprend principalement des personnes qui avaient des raisons professionnelles ou personnelles d'enquêter elles-mêmes sur la question, par exemple parce qu'elles sont des universitaires ou parce qu'elles devaient décider de la vaccination de leurs enfants, etc.

Ici, pour tout résumer, il y avait et il y a la perception claire que la législation fusionnée dans l'institution du Passeport Vert était incompatible avec les effets qu'elle prétendait vouloir atteindre, était disproportionnée et discriminatoire, alimentait un type d'intervention sanitaire ("le vaccin est le seul salut") qui était manifestement erroné et contre-productif.

Le camp opposé à ce groupe est représenté par tous ceux qui ont fait et font encore confiance aux enseignements des médias grand public et aux rapports des autorités scientifiques nationales, malgré les contradictions massives qu'elles ont rencontrées.

Pour des raisons évidentes, le nombre de "dissidents cognitifs" est une infime minorité: comme toute étude approfondie demande du temps et des compétences, ceux qui se fient aux voix officielles sont structurellement majoritaires, et cela, depuis toujours.

Cette lecture "cognitive", bien que cruciale d'un point de vue argumentatif, ne rend que partiellement compte de la nature de l'affrontement actuel.

La deuxième ligne de fracture devient explicite de nos jours.

2) Les antécédents

Sur la protestation "cognitive" contre les raisons de l'institution du "Pass Vert", s'est greffée une protestation sociale, liée à une dynamique claire, bien que non exprimée jusqu'à présent. Pour le comprendre, il est nécessaire de revenir sur l'évolution de la situation depuis le début de la pandémie. L'Italie, comme d'autres pays européens, mais dans un état plus critique que les autres, n'était jamais vraiment sortie des conséquences de la crise financière déclenchée par les prêts hypothécaires à risque. Le pays, déjà épuisé, avec des taux élevés de chômage et de sous-emploi, et des services publics en constante rétraction, à commencer par le système de santé, s'est retrouvé bloqué de force par un autre "coup du sort".

20832.jpeg

6860268_web-chomage-en-europe-avril-2017-01.jpg

L'incapacité des autorités à contrôler la propagation d'un nouveau virus et à en retracer les foyers, l'absence d'un plan d'urgence pandémique actualisé, la pathétique sous-estimation initiale de la situation (qui ne se souvient pas des campagnes de Zingaretti et Sala: "Milan ne s'arrêtera pas !"), avaient ouvert la boîte de Pandore d'une épidémie hors de contrôle, qui a eu un impact sérieux sur la fonctionnalité du système hospitalier, déjà en difficulté. La réponse a été un très long verrouillage/confinement national, qui a affecté de façon dramatique une économie réelle déjà en difficulté. Les "reliefs" ne couvraient que très partiellement les dégâts.

Après l'accalmie de l'été, au cours duquel le gouvernement s'est distingué par l'inanité de ses interventions (on se souvient tous de l'embarrassante rengaine des "bureaux roulants"), l'automne a ramené la crise sanitaire, plus forte qu'avant, avec cette fois-ci un confinement moins général, vu l'insoutenabilité évidente d'un confinement comme le premier. Pendant toute cette période, le secteur de la santé, qui avait le plus besoin d'un renforcement et d'une restructuration radicaux, est resté essentiellement paralysé. Il s'occupait exclusivement de la phase terminale de la maladie, cherchant à étendre les soins intensifs, et ignorant toute tentative sérieuse d'intervention précoce pour éviter d'entrer en soins intensifs. Pratiquement toutes les étapes fondamentales de la reconnaissance et du traitement de la maladie, de l'examen moléculaire du patient 1 aux autopsies qui ont révélé la dynamique thrombotique de l'affection, ont été franchies par des initiatives personnelles qui allaient à l'encontre des indications des protocoles officiels.

En termes économiques, cette situation a donné lieu à deux grands blocs de "perdants". Ceux qui ont continué à travailler, peut-être dans des secteurs considérés comme stratégiques, et qui l'ont fait dans des conditions de plus en plus difficiles, souvent sans protection sanitaire digne de ce nom, et puis ceux qui n'ont même pas pu travailler, perdant ainsi leurs principales sources de revenus.

Cette compression des conditions de travail et de rémunération avait pris le relais d'une situation déjà compromise par les années précédentes et aspirait à rétablir des conditions acceptables. L'urgence pandémique a non seulement réduit au silence toute aspiration à relever la tête, mais a poussé dans la boue nombre de ceux qui étaient restés à flot pendant les années de la crise financière. En Italie, cela s'est traduit par un résultat électoral déstabilisant jugé "anti-système", tandis que dans les pays voisins comme la France, le mouvement de protestation des "gilets jaunes" avait mis le gouvernement Macron au pied du mur. L'urgence pandémique a mis fin à tout cela, à toutes les rébellions et revendications sociales.

Pendant dix-huit mois, malgré la détérioration dramatique des conditions de vie d'une grande partie de la population, toute contestation sociale a été stérilisée à la racine par le caractère extraordinaire et d'urgence de la pandémie. Il y avait "bien d'autres choses" dont il fallait s'occuper.

Bien entendu, il n'est pas nécessaire de croire que la pandémie a été "créée avec art" pour obtenir des résultats si agréables aux grandes entreprises. En fait, la capacité à reconnaître le profil de ces états d'urgence et à les utiliser à son avantage est depuis longtemps une composante distinctive de la "gouvernance capitaliste". Le fond reste cependant le suivant: la condition d'urgence a permis aux secteurs les plus dématérialisés de l'économie, à commencer par la finance, de se maintenir en selle en améliorant leur position comparative, tandis que ceux qui vivaient de leur travail se sont retrouvés de plus en plus dépossédés, impuissants, limités dans leurs options et leurs conditions, alors qu'au nom de l'urgence aucune contestation n'était possible.

3) La Parousie du "pass vert"

Dans ce contexte, dans ce qui semblait être une phase de déclin de la pression pandémique, la proposition du "Pass Vert" est venue de nulle part. Rappelons que le GP italien a été proposé à une époque où les hôpitaux étaient vides et où 57% de la population s'était déjà spontanément vaccinée. Le geste implicite dans la mise en place du GP est donc celui d'anticiper une éventuelle nouvelle crise.

784334-thumb-full-29072021_protesta_in_aula_no_gre.jpg

Le problème, cependant, est qu'une telle stratégie crée en même temps les conditions d'une crise, en faisant passer le faux message que la vaccination préserve soi-même et les autres, et que la vaccination seule est la seule solution (tout en maintenant de force le système de santé publique sans protection). Au lieu de chercher la voie du bon sens d'une approche plurielle, axée sur différentes stratégies d'endiguement, le GP a servi à envoyer un message sans ambiguïté: le vaccin est la seule voie de salut national, et ceux qui s'y soustraient sont des déserteurs.

Le GP devient ainsi un moyen de prolonger et d'entretenir l'esprit d'urgence, le sentiment de menace naissante, et en même temps un moyen de soumettre volontairement la population à un moyen de contrôle et d'évaluation de sa propre conduite (une sorte de citoyenneté conditionnelle de bonne conduite).

En substance, le GP fonctionne comme un pont vers une extension du contrôle social, comme une garantie que toute protestation sociale éventuelle pourra être maintenue enchaînée à l'avenir. Après tout, seuls ceux qui se conforment peuvent aller travailler. En ne tenant pas compte de cette exigence, les esprits les plus critiques, les plus méfiants, les plus indépendants et les plus combatifs ont tendance à se dénoncer eux-mêmes. Le monde social se déploie sous nos yeux en créant les clivages orthodoxe/hétérodoxe, insider/outsider.

Beaucoup ont fait valoir que le GP est une mesure temporaire, visant à atteindre un objectif spécifique. Cet argument aurait été plus convaincant si quelqu'un avait mis noir sur blanc les conditions exactes dans lesquelles nous pouvons retirer cet instrument. Face à l'idée d'un instrument pour un objectif spécifique, la question qui doit être posée est la suivante: quel objectif ? Peut-être la "défaite du virus" ? Mais si c'est le cas, tout ce que nous savons nous indique que le virus restera endémique, et qu'il n'y aura donc jamais de jour où nous célébrerons l'extinction du virus. Et l'on peut toujours faire jouer un virus en circulation, avec un système de santé fugitif, comme une menace latente, contre laquelle la population est appelée à prouver sa fiabilité, peut-être en se soumettant à des conditionnalités supplémentaires. Sera-ce la troisième dose du "vaccin"? Ou peut-être la quatrième dose d'un vaccin "actualisé"? Et pourquoi faudrait-il arrêter les inoculations?

La vérité est que la seule véritable raison pour laquelle le GP pourrait rester une mesure temporaire est que (et tant que) il y a un défi important à relever, un défi qui crée un coût économique et politique pour le maintenir. Le jour où tout le monde décidera, pour le bien de la paix et de la tranquillité, de l'accepter ("Après tout, où est le mal ? Allez, c'est un outil utile !"), une autoroute sera ouverte à la possibilité d'étendre ses fonctions (pour le bien de tous, bien sûr).

4) Perceptions émancipatrices et perceptions réactionnaires

Eh bien, je crois qu'une partie importante de la population, bien plus importante que les "dissidents cognitifs", perçoit ce dessein; elle ne le voit pas clairement, mais le perçoit sous une forme indistincte, mais cela suffit à l'inquiéter. Beaucoup de citoyens qui ont été pressés par les crises, et dont les plaintes ont été réduites au silence par le caractère continuellement "d'urgence" des situations, comprennent que se soumettre à un instrument qui sépare ceux qui sont "dedans" et ceux qui sont "dehors" avec des raisons essentiellement arbitraires est l'arme ultime pour briser le dos de toute résistance. Après tout, pour faire grève, il faut être en service, il faut travailler, mais celui qui n'adhère pas aux directives centrales, aussi arbitraires soient-elles, ne peut être en service, ne peut travailler. Le problème des dissidents, des "cocardiers", peut ainsi être tenu à distance en amont.

081225984-f6a43927-289e-4878-b1d2-b631f1b901b1.jpg

Une partie essentielle de la population est en train de se rendre compte que l'enjeu est bien plus important, qu'après des mois d'indifférence à son égard, cette envie soudaine d'atteindre une "sécurité sanitaire absolue" est un acte instrumental. C'est surtout se rendre compte que près de deux ans après son apparition, avec plusieurs armes désormais disponibles contre ce virus, continuer à agir comme si le Covid-19 était le seul problème au monde, auquel tous les autres doivent être subordonnés et réduits au silence, est tout simplement une manipulation flagrante.

Mais attention, même ici, il est important de regarder l'autre côté en face. Ici, elle se compose de deux groupes distincts.

Le premier groupe est représenté par la partie de la population qui, soit par peur physique, soit par intérêt économique, est fixée sur un seul désir: que tout redevienne comme avant, coûte que coûte. La peur, qu'elle soit physique ou économique, qui s'est installée ces derniers mois a généré une impulsion qui aveugle et fait taire toute autre demande. L'attitude de base de cette (très grande) partie de la population peut se résumer à quelque chose comme : "Arrêtez de me casser les couilles, faites ce qui doit être fait, inclinez-vous si vous devez vous incliner, inoculez-vous si vous devez vous inoculer, parce que je ne veux pas revivre cette frayeur !".

Cette attitude, bien que psychologiquement compréhensible, est extrêmement dangereuse, comme l'ont toujours été les "grandes peurs" dans l'histoire, car une fois que quelque chose est érigé en une sorte d'"absolu négatif", on est prêt à piétiner n'importe qui, à écraser tout ce qui nous est présenté comme "favorisant" cet absolu négatif. Ici aussi, la peur crée des conditions particulières d'abaissement des défenses critiques et donc d'obturation pure et simple.

À côté de ce groupe, il en existe un second, petit mais très influent, représenté par ceux qui sont toujours sortis en selle, voire en position d'avantage, des crises passées et qui nourrissent sciemment tout type d'initiative pouvant garantir le maintien du statu quo, toute législation garantissant la disparition du conflit, la "paix sociale". Même dans un cimetière.

mardi, 12 octobre 2021

Le transatlantisme numérique

dsa-principle-3.png

Le transatlantisme numérique

Ex: https://katehon.com/ru/article/cifrovoy-transatlantizm

L'UE et les États-Unis élaborent actuellement des approches communes en matière de commerce électronique et de technologies similaires. Pour l'instant, il y a un conflit d'intérêts, mais Washington veut promouvoir ses entreprises sur le marché européen.

Le 15 décembre 2020, la Commission européenne a présenté la loi sur les marchés numériques ("Digital Market Act", DMA). Proposé parallèlement à la loi sur les services numériques ("Digital Services Act", DSA), ce train de mesures visait à modifier les modèles commerciaux de manière à ce qu'ils soient susceptibles d'empêcher les géants américains de la technologie d'accéder au marché européen, à savoir Google, Amazon, Facebook, Apple et Microsoft (GAFAM).

La DMA est une continuation historique de la politique de concurrence ex ante qui complétera le cadre juridique existant de l'Union européenne pour la réglementation de la concurrence basée sur des preuves au cas par cas. La DMA part de deux hypothèses : la politique de concurrence actuelle n'a pas permis d'obtenir le résultat souhaité, à savoir une position dominante de la taille, de la portée et du rôle nécessaires, dans le comportement perçu comme dominant des grandes entreprises américaines en ligne ; et la discipline des pratiques commerciales des grandes plateformes technologiques américaines est nécessaire pour que l'Europe améliore ses performances dans l'espace numérique. De nombreux politiciens et le monde des affaires aux États-Unis considèrent cette proposition comme une attaque directe contre les entreprises américaines qui seraient trop grandes - et trop prospères en Europe. D'un autre côté, la Commission européenne semble convaincue qu'une nouvelle structure réglementaire provisoire dans le cadre de la DMA créerait des possibilités pour les entreprises technologiques européennes de se développer et de devenir plus compétitives au niveau mondial - un point de vue que la Commission énonce sur un ton catégorique, mais qui semble peu probable.

La déconnexion réglementaire des géants technologiques américains via la DMA pourrait avoir des conséquences inattendues pour les entreprises et les consommateurs européens, ainsi que pour la position stratégique de l'Europe vis-à-vis de la concurrence chinoise à l'avenir. C'est du moins ce que pensent les experts américains. Et ils utiliseront la "menace chinoise" (russe, iranienne, etc.) comme un épouvantail pour prendre pied sur le marché européen.

74e8ba0a-2ea2-46b0-9673-a62b99f5e32d-e1599569967297.jpg

Telle qu'elle est proposée, la DMA modifierait le système de droit européen de la concurrence au profit des fonctionnaires européens et des concurrents chinois subventionnés. Les responsables européens ont défendu la DMA comme un outil permettant d'atteindre la souveraineté technologique dans l'Union européenne, et ils ont ouvertement identifié les plates-formes technologiques américaines à succès comme les cibles visées par la DMA. Au contraire, ces règles devraient être examinées et révisées si nécessaire pour s'assurer qu'elles ne constituent pas des mesures discriminatoires et injustes de protectionnisme industriel qui, si elles étaient adoptées, pourraient violer les obligations commerciales de l'Europe au sein de l'Organisation mondiale du commerce.

1200px-Schwab,_Andreas-9524.jpg

En tant que rapporteur désigné par le Parlement européen pour la DMA et coordinateur du Parti populaire européen à Bruxelles, le député européen (MPE) Andreas Schwab (photo) dirige l'élaboration de la position du Parlement européen sur la législation proposée. Schwab a appelé à plusieurs reprises à la nécessité de limiter le champ d'application de la DMA aux entreprises non européennes. En mai 2021, Schwab a déclaré: "Concentrons-nous d'abord sur les plus gros problèmes, les plus gros goulets d'étranglement. Faisons un, deux, trois, quatre, cinq - et peut-être six avec Alibaba. Mais ne commençons pas par le numéro sept pour inclure un gardien européen juste pour faire plaisir [au président américain Joe] Biden". Le rapport Schwab, publié en juin, a réduit le champ d'application initial de la DMA et augmenté les seuils, ce qui signifie que la DMA ne s'appliquerait pas aux entreprises non américaines, telles que celles dont le siège est en Europe Booking.com. Les États-Unis ont déclaré que ce "ciblage discriminatoire des entreprises américaines, en violation des engagements pris par l'Europe dans le cadre de l'OMC, remet en question l'engagement global de l'Europe en faveur des règles du système commercial multilatéral telles qu'elles s'appliquent aux plateformes technologiques, aux services numériques et à l'économie numérique".

Une méthode plus équilibrée a été adoptée par Dita Charanza, vice-présidente du Parlement européen, qui a appelé à une approche transatlantique commune de la réglementation numérique pour contrer la Chine, en déclarant : "Nous devons dire la vérité : ces propositions [DMA et DSA] visent les entreprises américaines. Ces entreprises sont à la fois aimées et détestées, mais personne ne peut nier qu'elles sont vitales pour l'économie européenne."

La création du Conseil du commerce et de la technologie UE-États-Unis (TTC), annoncée lors du sommet États-Unis-UE du 15 juin 2021 dans le but de mener "une transformation numérique [de l'Europe] fondée sur la valeur", selon un communiqué de presse de la Commission européenne, devrait être un lieu central pour travailler sur de nombreuses questions soulevées dans le document. Selon la déclaration du sommet bilatéral, les principaux objectifs de la CTT sont notamment de "trouver un terrain d'entente et de renforcer la coopération mondiale en matière de technologie, de technologies numériques et de chaînes d'approvisionnement" et de "promouvoir la coopération et, si possible, la convergence des politiques de réglementation et d'application". La TTC est coprésidée par la commissaire européenne à la concurrence, Margrethe Vestager, le commissaire européen au commerce, Valdis Dombrovskis, le secrétaire d'État américain, Anthony Blinken, la secrétaire américaine au commerce, Gina Raimondo, et la représentante américaine au commerce, Catherine Tigh. L'un des principaux objectifs du CTT est de "promouvoir la coopération en matière de politique réglementaire et de mise en œuvre et d'encourager l'innovation et le leadership des entreprises européennes et américaines".

Il y aura 10 groupes de travail dirigés par les départements, services et agences concernés, notamment : la coopération sur les normes technologiques (intelligence artificielle et Internet des objets, entre autres technologies émergentes) ; le climat et les technologies vertes ; la gestion des données et les plateformes technologiques ; l'abus des technologies qui menacent la sécurité et les droits de l'homme ; la vérification des investissements ; la promotion de l'accès et de l'utilisation des technologies numériques. En parallèle, il y aura un dialogue conjoint sur la politique de concurrence en matière de technologie, qui "se concentrera sur les approches de la politique de concurrence et de son application ainsi que sur le renforcement de la coopération dans le secteur de la technologie".

ensuring_international_data_flows_commentary_soci.jpeg

Bien que l'organisation et les sujets qui seront abordés par les groupes de travail de la CTT et le dialogue sur la concurrence soient encore préliminaires, la question des plateformes en ligne est susceptible d'être incluse dans les discussions de tous les différents groupes de travail. Il sera important que les fonctionnaires discutent des implications politiques des règles des plateformes telles que la DMA dans tous les groupes de travail concernés. Par exemple, le groupe de travail sur la facilitation de l'accès et de l'utilisation du numérique est susceptible de tenir des discussions sur le rôle des grandes plateformes dans le soutien et la restriction de l'accès aux outils numériques pour les PME.

Lors du sommet États-Unis/Union européenne, l'administration Biden a soutenu l'objectif de l'Union européenne de mettre en place une TTC bilatérale, dont les objectifs sont ambitieux. La complexité de l'économie numérique transatlantique, en constante évolution, et les résultats relativement faibles de l'Europe en matière de formation des leaders technologiques mondiaux à ce jour rendent pertinents des progrès concrets en matière de coopération et de partenariat transatlantiques sur l'économie numérique. En lançant le TTC, les États-Unis et l'Union européenne se sont engagés à coordonner leurs efforts pour relever les défis économiques communs, notamment les "pratiques économiques coercitives" de la Chine. La secrétaire américaine au commerce, Mme Raimondo, a souligné l'importance d'une plus grande coordination dans la zone DMA. Les réunions du secteur privé organisées en marge du sommet ont souligné l'importance de la coopération commerciale, notamment en matière de flux de données et de politique de concurrence.

La proposition de la DMA fait partie d'une série d'initiatives que l'Union européenne poursuit pour renforcer sa position de pionnier en matière de normes et de définition de l'agenda de la réglementation technologique mondiale. Nous ne pouvons ignorer le fait que de nombreux Européens considèrent le paquet DMA comme faisant partie intégrante des ambitions de l'Union européenne en matière de "souveraineté technologique" européenne, l'objectif global étant d'établir des systèmes indépendants et autonomes dans un large éventail de domaines, mais surtout dans le secteur numérique.

Comme le président français Macron a décrit ses intentions, "si nous voulons atteindre la souveraineté technologique, nous devrons adapter notre droit de la concurrence, qui a peut-être été trop exclusivement axé sur le consommateur et pas assez sur la protection des champions européens". Et ces sentiments peuvent être en contradiction avec les objectifs de coopération plus ambitieux de la TTC. Le fait que l'Europe ait réussi à assumer le rôle de législateur mondial des normes de protection de la vie privée dans le cadre du GDPR a donné de la force à Bruxelles qui cherche à contrôler davantage les pratiques commerciales des entreprises américaines prospères.

La politique de concurrence - en ce qui concerne les plates-formes numériques - faisant l'objet d'un examen des deux côtés de l'Atlantique, les États-Unis estiment qu'il existe une opportunité unique de coopération réelle. Elle estime qu'un élément clé du TTC devrait être des améliorations concertées dans la proposition de DMA pour garantir que les engagements multilatéraux clés sur la transparence, la procédure régulière, le traitement national et la non-discrimination inscrits dans l'OMC continuent d'être respectés par les régulateurs européens dans l'espace numérique.

Étant donné que les États-Unis ont l'habitude de mener des guerres par d'autres moyens, il est probable qu'ils seront en mesure d'aplanir les conflits d'intérêts existants autour des géants américains de l'informatique.

US - perte de confiance: la seule garantie de la sécurité d'un pays est son armement nucléaire

f26d726231c39c1282abfbb222827cb0.jpg

USA - perte de confiance: la seule garantie de la sécurité d'un pays est son armement nucléaire

Sergueï Tcherniakhovski

Ex: https://zavtra.ru/blogs

Si l'on en croit les informations relatives au refus du chef du parti communiste chinois, Xi Jinping, d'avoir un entretien personnel avec le président Biden, ce moment semble faire date. Malgré l'adoucissement des commentaires, la mention du fait que l'évocation d'une rencontre en face à face est intervenue après une longue conversation téléphonique et la promesse de prochaines conversations téléphoniques, une chose est indéniable : M. Biden a personnellement demandé à Xi Jingping une rencontre en face à face et celui-ci a refusé. Sa réponse a été du genre: "Si vous avez des questions, appelez-moi. Je vous parlerai si j'en ai l'occasion".

Nouveau jour

Le style n'est pas celui d'une conversation entre le leader de la première puissance mondiale, que l'on pensait être les États-Unis, et le leader de la deuxième puissance mondiale, rôle pour lequel la Chine a déjà été reconnue. Ce n'est pas non plus une conversation entre égaux. Il s'agit d'une conversation entre un leader mondial à la retraite et son futur successeur. Une conversation dans laquelle il y a encore de la politesse formelle, mais plus de respect. Il n'y a pas d'attitude d'importance particulière.

Et cela ne semble pas être une manifestation de l'arrogance chinoise, ni simplement l'attitude des forts envers les faibles. Et ce n'est même pas une conséquence de la défaite des États-Unis en Afghanistan : c'est une conséquence de la façon dont les États-Unis sont partis - en trahissant leurs alliés et leurs clients. Il s'agit d'une perte de respect, mais pas seulement de cela - il s'agit surtout d'une perte de confiance. Les discussions avec le président américain perdent de leur valeur parce qu'elles perdent leur sens: les négociations sont nécessaires pour se mettre d'accord sur quelque chose, mais à quoi bon se mettre d'accord s'il n'y a aucune garantie que les accords seront mis en œuvre ? On ne sait pas si le président américain a le pouvoir réel de faire appliquer ce qu'il a promis, ni s'il tiendra lui-même ses promesses vingt-quatre heures après la conversation.

Ce moment - le moment de la perte de confiance dans "la seule superpuissance" - est bien sûr humiliant et tragique pour cette "superpuissance", mais surtout, il est tout simplement dangereux pour le reste du monde. De plusieurs façons.

Tout d'abord, il s'avère qu'il s'agit d'une perte de confiance dans les États-Unis dans leur rôle de garant, y compris pour la sécurité de leurs propres clients. Si les clients du suzerain ne peuvent plus confier leur sécurité à leur suzerain, ils doivent soit chercher un nouveau suzerain, soit former de nouvelles alliances autour des centres secondaires d'hier, soit essayer d'acquérir eux-mêmes une valeur similaire.

Cette situation est similaire à celle d'un empire médiéval où le pouvoir royal s'affaiblit et où chaque souverain régional commence à redéfinir et à redimensionner sa place dans le système politique. Et la réévaluation du pouvoir et la redistribution de l'influence commencent.

Lorsque l'URSS s'est retirée de la scène mondiale, ses ex-alliés ont rapidement prêté serment d'allégeance aux États-Unis. La chute d'un pilier de l'ordre mondial a été une catastrophe géopolitique, mais elle n'a pas entraîné l'effondrement de l'ordre mondial, malgré la vague de guerres régionales. Certains contours généraux ont été conservés à la fois parce qu'ils étaient habituels et parce qu'ils étaient fondés sur le pouvoir et l'influence de la superpuissance restante et sur la confiance dans ce pouvoir et cette influence.

Il y avait une constante : il était sûr d'être avec les États-Unis, dangereux d'être contre les États-Unis, parfois même mortel. Les règles étaient claires.

Maintenant, cette constante a disparu. Et il n'y a personne pour assumer le rôle d'un nouveau suzerain mondial.

America-Dying-Skull.jpg

Avant même la perte de confiance dans le suzerain, plusieurs centres revendiquaient un rôle limité mais indépendant : l'UE et le monde islamique dans son ensemble, la Chine, l'Inde et la Russie. Les États-Unis, qui conservent leur statut de "superpuissance unique", ont déjà dû tenir compte de leurs revendications dans une certaine mesure, même si, dans l'ensemble, ils continuent à rester dans le champ de leur domination. Ces mondes et centres étaient divisés de manière plus fractionnée : l'Allemagne, la France et l'Angleterre en Europe ; la Turquie, l'Arabie, l'Iran et l'Égypte dans le monde de l'Islam, plus les mouvements islamiques supranationaux qui s'y trouvent ; le Japon, les deux Corées et le Vietnam en Extrême-Orient - et ainsi de suite. Mais cette configuration était de toute façon définie par le champ de domination américain.

La perte de confiance détruit la dominance. Les clients ne commenceront peut-être pas à se disperser par défi - mais ils se cacheront déjà les yeux et saboteront les décisions de leur suzerain, cherchant des occasions de le trahir, car ils ne croient pas qu'il ne les trahira pas.

La disparition de la dominance élimine également le champ de configuration, ce qui signifie que les nœuds de configuration qui se sont développés dans l'ancien champ de dominance perdent de leur importance et adoptent désormais un nouveau modèle.

D'une part, la régionalisation de ces modèles est inévitable ; d'autre part, de nouveaux facteurs d'association apparaissent.

L'annulation par l'Australie de contrats avec la France pour la construction de sous-marins nucléaires est l'une des étincelles du processus. D'une part, l'Australie se distancie du centre européen, ainsi que de l'OTAN en tant que centre de pouvoir supra-continental. D'autre part, elle entre dans une nouvelle configuration de pouvoir : États-Unis, Royaume-Uni, Australie - entité anglo-saxonne sans le Canada et la Nouvelle-Zélande. Et cette dernière déclare déjà qu'elle n'ouvrira pas l'accès de ses ports aux sous-marins australiens. Et les États-Unis forment ainsi une alliance intérieure plus étroite que l'OTAN, comme s'ils anticipaient la future infidélité de l'Europe.

Dans une relation complexe avec l'hégémon d'hier, se pose la question de la reconfiguration de l'Amérique du Sud, où l'hégémon a réussi à affaiblir les puissances les plus fortes - Argentine et Brésil - et où l'influence chinoise s'est sans cesse accrue.

L'affaiblissement de l'influence du champ américain modifie le rôle du Japon et sa prétention à un rôle centenaire dans la région. Mais la demande d'unification de la Corée se développe également à partir d'ici, où le Nord et le Sud sont tout aussi antijaponais. Si cela se produit, un nouveau leader régional verra le jour, avec une population de près de 80 millions d'habitants, des armes nucléaires, une armée d'un million et demi de soldats, une industrie moderne, une technologie de pointe et une main-d'œuvre bon marché dans le Nord.

Le retrait des États-Unis d'Afghanistan et l'affaiblissement de leur influence au Pakistan créent en soi de nouveaux prétendants au pouvoir dans ce pays également. Alors que la Chine s'intéresse de plus en plus au Pakistan, l'Iran et l'Inde, qui ont les coudées franches, intensifient leur rivalité et cherchent des alliés régionaux, tandis que les républiques d'Asie centrale, principalement l'Ouzbékistan et le Tadjikistan, ethniquement liées à des millions d'Afghans et cherchant à la fois leur propre voie de désislamisation prudente et leur propre voie de contrôle, commencent à jouer un rôle différent.

Autrement : lorsque la métropole d'un empire s'affaiblit et perd sa crédibilité, l'empire commence à se briser en morceaux. Mais ces parties, ces provinces elles-mêmes, ont suffisamment de griefs mutuels les unes envers les autres qui ont été retenus et écartés par l'hégémon impérial, mais qui se trouvent maintenant libérés. Les parties de l'empire s'affrontent, certains dirigeants proclament leur propre pouvoir et les plus forts d'entre eux entament une lutte pour la première place dans l'espace du monde en désintégration.

Ce qu'il en sera au final : une sorte de guerre interne féodale ou un grand bouleversement mondial, ceux qui sont des observateurs directs pourront en juger.

Ajusté pour une circonstance importante : le principe de l'inviolabilité de la souveraineté nationale dans le monde a été détruit. Et la seule garantie de sécurité de tel ou tel pays s'avère être l'arme nucléaire.

Publication : KM.RU

 

lundi, 11 octobre 2021

L'Alliance turco-libyenne, un défi pour la sécurité de l'Italie et de l'Europe

thumbs_b_c_2db763fd79c441ba2118157aefd07348.jpg

L'Alliance turco-libyenne, un défi pour la sécurité de l'Italie et de l'Europe

par Alessandro Sansoni

SOURCE : https://www.lavocedelpatriota.it/lalleanza-turco-libica-una-sfida-alla-sicurezza-dellitalia-e-delleuropa/

L'évolution du cadre politique libyen risque de faire de l'Italie (et de l'Union européenne) l'otage des jeux de pouvoir à Tripoli. Le pays d'Afrique du Nord est en proie à une nouvelle crise politique, dont l'issue pourrait encore renforcer l'influence turque, et Ankara a déjà démontré sa capacité à tenir l'Europe en échec avec la menace de lâcher des migrants. Cette situation pourrait bientôt être aggravée par une crise énergétique.

La Libye à nouveau en proie au chaos (politique) : le gouvernement d'unité nationale contesté

À l'heure actuelle, en Libye, malgré les récentes négociations épuisantes, aucun accord réel n'a encore été conclu entre les factions belligérantes et les institutions qui les représentent. Début 2021, les autorités de Tripoli (le gouvernement d'entente nationale dirigé par Fayez al-Sarraj) et le Parlement de Tobrouk (présidé par Abdullah al-Thani et soutenu par le général Khalifa Haftar) avaient officiellement remis le pouvoir à une institution intérimaire, le gouvernement d'unité nationale (GUN), créée dans le but d'organiser enfin les élections tant attendues. Abdul Hamid Dbeibeh est élu Premier ministre du GUN, tandis que Mohammed al-Manfi se voit confier la direction du Conseil présidentiel.

Malheureusement, malgré ce qui a été convenu à Genève, le Forum pour le dialogue politique libyen, promu par les Nations unies, n'a pas réussi à obtenir des résultats significatifs et à stabiliser le pays. Le choix d'une ville suisse, et non libyenne, pour mener les négociations et la forte intervention de puissances étrangères dans les négociations avaient dès le départ mis à rude épreuve la légitimité du nouveau gouvernement.

En théorie, les élections parlementaires et présidentielles devaient se tenir en décembre, mais la confrontation politique entre les différentes factions s'est intensifiée au fil des mois, tandis qu'un climat général de méfiance entoure le gouvernement intérimaire. En conséquence, les élections, prévues pour le 24 décembre, ont déjà été reportées à janvier.

Le 21 septembre, la Chambre des représentants, la plus haute instance législative de Libye, présidée par Aguila Saleh, a contesté le gouvernement de Dbeibeh. Abdullah Bliheg, porte-parole de la Chambre des représentants, a déclaré que 89 des 113 députés présents ont voté en faveur de la motion de censure contre le gouvernement d'unité nationale lors d'une session à huis clos, en présence de Saleh et de ses deux députés.

Le Parlement a notamment justifié le vote de défiance en accusant le GNU d'effectuer des opérations financières douteuses et de conclure des contrats qui entraînent une augmentation considérable de la dette publique au point de mettre en danger la souveraineté même du pays. Les députés ont accusé les membres du gouvernement de détournement de fonds et de préjudice fiscal et d'avoir dépassé les limites de leur mandat.

Le président de la Chambre des représentants, Aguila Saleh, a souligné que l'exécutif dépensait des sommes importantes, alors que le budget n'a pas encore été approuvé. Selon ses calculs, le Premier ministre Dbeibeh a déjà dépensé entre 40 et 50 milliards de dinars.

En outre, la loi électorale présidentielle approuvée par le Parlement de Tobrouk a été rejetée par le Haut Conseil d'État, qui siège à Tripoli. En fait, le pays continue d'être divisé entre l'est et l'ouest, de sorte que si la Cyrénaïque, toujours sous le contrôle de l'Armée nationale libyenne de Khalifa Haftar, se prépare à organiser des élections selon ses propres règles, la Tripolitaine, toujours aux mains de divers groupes militaires, dont certains sont clairement islamistes, se prépare à faire de même. Même les candidatures officielles proposées à l'organisme électoral sont différentes et, en fait, la partie occidentale a déclaré Haftar inéligible.

Le contraste entre les différentes institutions libyennes et les dépenses financières douteuses du GUN alimentent la confusion, entravent la préparation des élections et compliquent les relations économiques et politiques avec l'Italie. La tension est désormais si forte que la possibilité d'un retour à la confrontation militaire et d'une nouvelle vague de migrants vers l'Europe qui en résulterait se concrétise de plus en plus.

Une Libye pro-turque

Un autre facteur de déstabilisation de la Libye est l'influence croissante de la Turquie dans les sphères politiques et militaires.

L'un des objectifs déclarés du Forum inter-libyen était le retrait des troupes étrangères du pays avant les élections. Ces derniers jours (6-8 octobre), le "Comité militaire conjoint 5+5", qui comprend des délégués des deux parties belligérantes, s'est réuni à Genève pour discuter de cette question : une clause de l'accord de cessez-le-feu du 23 octobre 2020 prévoyait le retrait des combattants étrangers dans un délai de 90 jours, mais il en reste environ 20.000 dans le pays.

D'autre part, malgré les engagements officiels pris par tous les principaux acteurs étrangers présents en Libye, le ministère turc de la défense a officiellement annoncé qu'il continuerait à coopérer militairement avec le gouvernement. De cette manière, Ankara sape le processus de paix et met concrètement en danger la consultation électorale.

En novembre 2019, le gouvernement d'entente nationale (GNA) d'al-Sarraj, alors en place, avait signé deux protocoles d'accord sur la coopération sécuritaire et militaire avec le président turc Recep Tayyip Erdogan, en vertu desquels Ankara a pu justifier le renforcement de sa présence dans l'État nord-africain.

68687_TUR191010TurkisharmedforcesAA_1577607293725.jpg

Il est intéressant de noter que la coopération avec la Turquie a été favorisée par le passé, et est actuellement poursuivie, par les institutions les plus fortement influencées par les Frères musulmans de par leur composition : à l'époque le GNA, aujourd'hui le GUN et le Haut Conseil d'État de Libye, clairement en faveur de l'osmanisation du pays.

Ce n'est pas un hasard si le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlüt Çavuşoğlu, a récemment affirmé que l'accord avec la Libye avait été conclu à la demande explicite du précédent gouvernement d'entente nationale dirigé par Fayez al-Sarraj, raison pour laquelle la Turquie a l'intention de rester dans le pays.

Deux jours avant de faire cette déclaration, Çavuşoğlu avait accueilli à Ankara Khalid Almishri, président du Haut Conseil d'État libyen, un organe qui joue un rôle consultatif.

Almishri, de son propre aveu, représente les Frères musulmans au sein du Haut Conseil. En mai 2018, lors d'une interview avec la chaîne française arabophone France-24, il a explicitement déclaré qu'il était membre des Frères musulmans, qui sont classés comme organisation terroriste par plusieurs pays.

Le point est délicat. En pratique, l'une des plus hautes autorités libyennes serait officiellement un djihadiste à part entière. En tout cas, Almishri est parmi ceux qui ont le plus encouragé l'intervention turque en Libye.

En l'état actuel des choses, la présence des forces turques viole les dispositions des Nations unies et la feuille de route pour une solution pacifique au conflit libyen et est, en principe, incompatible avec les dispositions générales en matière de sécurité.

Cependant, la question est encore plus grave. La présence turque représente un grave danger. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, plusieurs milliers de mercenaires syriens sont encore stationnés dans les bases turques en Libye. Il y a quelques jours à peine, un groupe de 90 combattants appartenant à des groupes liés à la Turquie et opérant à Afrin, dans la zone contrôlée par Ankara, a été envoyé en Tripolitaine, pour être rejoint par un groupe de même taille retournant en Syrie.

Si, par une quelconque hypothèse, qui semble aujourd'hui franchement improbable, les factions et institutions opposées à l'est et à l'ouest du pays parvenaient à une sorte d'accord, formalisant une liste unique de candidats à la présidence et organisant des élections ensemble, avec un résultat accepté par tous, le vainqueur aurait les mains et les pieds liés à la Turquie, dont les troupes resteraient dans le pays. Même Haftar devrait s'entendre avec les Turcs pour gouverner l'ensemble du territoire et pas seulement la partie orientale.

Dans un tel cadre, le prochain gouvernement libyen sera nécessairement pro-turc. Il sera également pro-turc même si les élections n'ont pas lieu et que l'expérience du GUN reconnu internationalement se poursuit.

La crise migratoire

La Turquie a longtemps persisté dans ses attitudes provocatrices, faisant du chantage à l'Union européenne par le biais de la gestion des flux migratoires. Un comportement évident sur la route des Balkans, qu'Ankara répète également en Méditerranée centrale depuis qu'elle a intensifié sa présence en Libye.

1490257431-gommone-migranti.jpg

Selon le Viminale, au cours des quatre premiers jours d'octobre seulement, 1430 migrants sont arrivés en Italie. En 2021, il y a eu 47.750 arrivées, soit environ le double des 24.333 arrivées de 2020. Par rapport à 2019, les débarquements ont été multipliés par six.

Ces chiffres sont appelés à augmenter en raison de la crise politique, économique et sociale qui touche non seulement la Libye, mais aussi la Tunisie, et qui pousse les gens à émigrer, encourageant ainsi la traite des êtres humains.

De même, le nombre de naufrages et de victimes est appelé à augmenter.

Il y a quelques jours, à Lampedusa, on comptait plus d'un millier de migrants illégaux dans un hotspot qui ne peut en accueillir que 250, après le débarquement record de 686 personnes en provenance de Libye sur un bateau de pêche de 15 mètres.

Selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), plus de 25.200 personnes ont été interceptées en Méditerranée centrale cette année, soit deux fois plus que l'année dernière.

Dans un contexte qui risque de devenir complètement incontrôlable, l'insuffisance de l'action de la ministre de l'Intérieur, Luciana Lamorgese, qui a vu une augmentation anormale des débarquements depuis sa prise de fonction, est encore plus grave.

La question de l'énergie

Comme on le sait, la Libye est le principal fournisseur d'énergie de l'Italie (gaz et pétrole). ENI opère dans tout le pays d'Afrique du Nord et est l'acteur le plus important de l'industrie énergétique libyenne. Si Tripoli devait accroître sa dépendance politique vis-à-vis d'Ankara, le flux d'hydrocarbures entre les deux rives de la Méditerranée pourrait devenir une arme supplémentaire de chantage entre les mains de la Turquie.

EnLYUZeXcAAauxH.jpg

La même alternative représentée par le gazoduc transadriatique (TAP), dont le terminal des Pouilles est en service depuis un an et qui a déjà fourni à l'Italie et à l'Europe du Sud les 5 premiers milliards de mètres cubes de gaz naturel en provenance d'Azerbaïdjan, traverse toute l'Anatolie. Étant donné que Bakou est un proche allié d'Ankara, nous pouvons affirmer sans risque qu'une partie substantielle des sources d'énergie de l'Italie passe sous contrôle turc.

L'augmentation vertigineuse des prix des produits énergétiques au cours des dernières semaines rend le scénario encore plus inquiétant. Que se passerait-il si, de façon absurde, cet hiver, Erdogan menaçait l'Italie et l'UE, pour quelque raison que ce soit, de couper les approvisionnements en gaz ?

Et l'Italie ?

La résolution de la crise libyenne est d'un intérêt stratégique vital pour l'Italie.

Premièrement, les hostilités représentent un facteur de grave incertitude pour les intérêts économiques et énergétiques italiens en Libye.

Deuxièmement, la pacification de la Libye et un gouvernement solide et légitime sont indispensables à la gestion des flux migratoires.

Troisièmement, et enfin, la perte d'influence en Libye compromet le rôle géopolitique de l'Italie en Méditerranée, que l'orientation néo-ottomane de l'expansionnisme turc tend à supplanter, subvertissant le poids stratégique des deux pays.

Le temps est venu pour l'Italie de reconnaître la Turquie comme son concurrent le plus dangereux et non comme un allié potentiel à ménager.

En attendant, les relations entre Rome et Tripoli se poursuivent par des canaux parallèles plus ou moins productifs. Dans certains cas, elles laissent franchement perplexe.

Compte tenu du passé récent et des rebuffades que Paris subit depuis quelques mois en Afrique, les initiatives en tandem avec la France ne sont pas très efficaces. Ces derniers jours, le Premier ministre Mario Draghi et le président français Emmanuel Macron se sont rencontrés en marge du sommet européen de Brno, en Slovénie, et ont discuté de la situation en Libye.

A l'issue de la réunion, le gouvernement italien a publié une déclaration réitérant la "coordination étroite" entre l'Italie, la France et l'Allemagne pour la tenue d'une conférence sur la crise libyenne le 12 novembre à Paris. Le sommet a été décidé par Macron qui, cette fois-ci, contrairement au passé, a au moins pensé à consulter Rome avant de procéder à la convocation.

Quelques semaines auparavant, le ministre Lamorgese avait rencontré le vice-président du Conseil présidentiel libyen, Abdullah al-Lafi, pour discuter de la manière de développer la coopération et la coordination entre l'Italie et la Libye sur le dossier des migrants, mais sans grand résultat.

La rencontre à Tripoli entre Almishri, l'ambassadeur italien Giuseppe Buccino et l'envoyé spécial de la Farnesina pour la Libye, Nicola Orlando, qui a confirmé la volonté de maintenir un interlocuteur avec les Frères musulmans, a laissé perplexe.

Enfin, une rencontre bilatérale a eu lieu en septembre entre le ministre du Développement économique Giancarlo Giorgetti et le vice-président du Conseil présidentiel libyen Al-Lafi, en visite à Rome, au cours de laquelle les deux hommes ont abordé les questions liées à la coopération économique et industrielle, à commencer par les infrastructures et l'énergie. M. Giorgetti a souligné que l'Italie s'est engagée à promouvoir le processus de stabilisation et de réconciliation nationale en Libye et le redressement économique du pays, dans lequel les entreprises italiennes ont toujours joué un rôle de premier plan. Dans ce cas, la confrontation sur des questions concrètes et pragmatiques pourrait avoir des effets positifs.

Conclusions

Ces derniers jours, de nombreux commentateurs autorisés ont insisté sur la thèse selon laquelle l'Italie, grâce à la stature internationale de Mario Draghi et compte tenu des difficultés françaises et de la vacance du pouvoir dans l'Allemagne post-Merkel, pourrait être le grand protagoniste de la relance de l'Alliance transatlantique, qui est en crise évidente après le retrait d'Afghanistan et le lourd manque de respect diplomatique américain à l'égard de Paris à l'occasion de la fourniture de sous-marins à l'Australie. Le provincialisme de certains experts est déconcertant, d'autant plus qu'il ne semble pas être lié uniquement à des attitudes propagandistes en faveur de l'exécutif actuel, mais le résultat d'une véritable conviction. C'est un symptôme du manque de culture stratégique qui traverse les classes dirigeantes et l'opinion publique italiennes, qui oscillent craintivement entre la sous-estimation et la surestimation du potentiel de l'Italie. Il est vrai que l'Italie est un grand pays, mais elle devrait apprendre à concentrer ses efforts - et l'autorité (éventuelle) de l'actuel Premier ministre - pour qu'ils soient rentables, dans le scénario dans lequel elle joue effectivement un rôle et sur les pays étrangers voisins : la Méditerranée et l'Afrique du Nord. Ici, la Turquie est désormais un problème évident, et une confrontation étroite avec elle est nécessaire sur tous les fronts. C'est une folie que l'UE continue à financer Ankara, cédant à son chantage, pour pouvoir ensuite armer illégalement la situation déjà difficile en Libye.

Concentrons-nous sur ce point, l'Atlantique est loin.....

Alessandro Sansoni.

Introduction à la pensée de Xi Jinping

KHNJAL2BNTPBIJIB6TQVTPR3C4.jpg

Introduction à la pensée de Xi Jinping

Par Daniele Perra

Ex: https://www.eurasia-rivista.com/introduzione-al-pensiero-di-xi-jinping/

"On ne peut atteindre le sommet de la montagne sans passer par des chemins difficiles et escarpés ; on ne peut atteindre la vertu sans que cela ne coûte beaucoup d'efforts et de labeur. Ignorer le chemin que l'on doit prendre, partir sans guide, c'est vouloir s'égarer, vouloir mettre sa vie en danger".

(Confucius).

Le 24 octobre 2017, les pensées de Xi Jinping ont été incluses dans la Constitution du Parti communiste chinois (PCC). Synthèse du maoïsme et du confucianisme parfaitement adaptée à la réalité chinoise, la pensée de Xi est devenue partie intégrante de la doctrine du Parti, au même titre que la pensée de Mao lui-même, l'élaboration théorique de Deng Xiaoping, la "théorie des trois représentations" de Jiang Zemin et l'approche du "développement scientifique" de Hu Jintao. La doctrine de Xi a également reçu le statut de "pensée", ce qui la place au même niveau que le corpus théorique de Mao et dans une condition supérieure aux doctrines de Jiang Zemin et de Hu Jintao [1].

Or, une posture purement matérialiste imposerait une analyse de la pensée de Xi Jinping qui dépasse les explications et les aspects liés au "génie individuel". Par conséquent, la figure historique et la pensée de Xi lui-même ne peuvent être séparées de leur considération comme partie intégrante d'une tradition de pensée spécifique et de leur contextualisation dans un moment historique spécifique et avec une culture spécifique. Ainsi, la pensée de Xi n'est pas seulement l'émanation intellectuelle des connaissances et des capacités de l'homme, mais aussi la confluence de différentes formes de pensée. En particulier, on pourrait dire qu'elle est l'expression (et le résultat) des principaux défis auxquels la République populaire est soumise au XXIe siècle.

À cet égard, le "géopoliticien militant" [2] Jean Thiriart a pu prédire dès les années 1960 que la Chine du XXIe siècle ne tolérerait plus la présence nord-américaine à ses frontières, de l'Asie centrale à la mer de Chine méridionale. Sur la même longueur d'onde, les prédictions du défi du nouveau siècle entre la Chine et les États-Unis rapportées par le Pakistanais Zulfiqar Ali Bhutto dans son manifeste politique au titre emblématique Le mythe de l'indépendance (1967).

the_myth_of_independence_by_classic.jpg

Par conséquent, la pensée de Xi apparaît comme un produit des conditions matérielles et géopolitiques de la réalité chinoise spécifique à un moment historique spécifique. Cependant, la pensée et la politique ne sont pas réductibles au simple langage, mais le langage est l'un des instruments par lesquels s'expriment le discours et l'action politique. Et comme la guerre (sous toutes ses formes, économique, culturelle et militaire) est une continuation de la politique par d'autres moyens, le langage et la pensée jouent un rôle crucial. Une action politique dépourvue de pensée et déconnectée d'un langage particulier (ou d'un langage défini) manque non seulement d'efficacité en termes pratiques, mais a également pour effet de produire une désorientation (ou un "déracinement", pour reprendre la terminologie heideggérienne). Un exemple pratique de ce qui a été dit ici peut être vu dans les limites communicatives évidentes et le manque de clarté (dans de nombreux cas, même sciemment recherchés) montrés par l'"Occident" soumis à l'hégémonie nord-américaine pendant la crise de la pandémie. Dans ce cas, dans le but précis de recompacter "géopolitiquement" cet espace idéologique, il a été décidé d'utiliser la rhétorique militaire (pleine de termes anglophones) pour faire face à l'épidémie et à la campagne de vaccination qui en a résulté. Ainsi, les décès de covidés sont devenus les victimes de la "guerre contre le virus", tandis que les réactions indésirables au vaccin ont pris l'apparence d'un inévitable "dommage collatéral".

Déjà Iosif Staline, grand expert en linguistique, reconnaissait le rôle fondamental de la langue comme support de l'action politico-militaire et comme outil utile pour la défense de la conscience nationale. Selon le  Vožd', la matière la plus importante à étudier dans les académies militaires était la langue et la littérature russes. Ils permettent de s'exprimer brièvement et clairement dans des conditions extrêmes (y compris au combat). La pratique constante de la lecture des classiques permet en outre d'avoir déjà en tête une suggestion sur la meilleure façon de s'exprimer et d'agir [3].

Cela peut également s'appliquer à la réalité chinoise, où la pensée, la parole et l'action sont indissolublement liées. Cependant, dans la réalité chinoise, contrairement à l'interprétation orthodoxe de la théorie marxiste, la superstructure idéologique n'est pas le reflet exclusif du système économique, mais s'objective dans toutes les sphères de l'être social.

140c56303469313191f6c781aff7af87.jpg

Lorsque, en 1978, la défaite de la "bande des quatre" a coïncidé avec l'arrivée au pouvoir de Deng Xiaoping, le PCC, par une application parfaite du schéma susmentionné d'orthopraxie confucéenne, soit pensée-parole-action, a affirmé que le pays, dans la phase primaire du socialisme, devait se fixer comme objectif immédiat le développement des forces productives et l'amélioration de la qualité de vie de la population. De cette approche découle la "théorie des quatre modernisations" (agricole, industrielle, technologique-scientifique et militaire) qui, en fait, impliquait des solutions hétérodoxes pour garantir le développement économique de la Nation à travers des programmes de libéralisation ciblés, réalisés sous la supervision vigilante du Parti. Cela conduit à deux questions très précises: quelle est la place de la théorie marxiste en Chine aujourd'hui ? Le socialisme aux caractéristiques chinoises est-il une déviation nationaliste ?

La réponse à ces questions ne peut être séparée d'une analyse du scénario universitaire dans la Chine contemporaine. Il s'agit d'un ensemble de tendances qui se sont développées surtout depuis les années 1980 et 1990: un moment historique extrêmement complexe où les politiques d'ouverture économique se sont heurtées aux lourdes répercussions (en termes de politique intérieure) du "tumulte" de Tian'anmen [4]. Les plus importants sont sans doute le courant "libéral" et ceux de la "Nouvelle Gauche", les "néo-confucianistes" et les "néo-autoritaires". Tous, bien qu'avec des approches différentes, ont essayé de se présenter comme des alternatives à la ligne théorique hégémonique du PCC pendant les quarante premières années de la vie de la République populaire.

Si le courant libéral se résout dans la volonté d'évolution vers un système de type démocratique-parlementaire, le discours est différent à l'égard des néo-confucianistes, de la Nouvelle Gauche et des néo-autoritaires. Les premiers, qui peuvent à leur tour être divisés en néo-confucéens libéraux (dont le noyau initial est originaire de Hong Kong, de Taïwan et des États-Unis) et néo-confucéens "continentaux" (nés dans la Mère Patrie), développent leur approche théorique à partir d'un point de départ commun: la tradition confucéenne a été en quelque sorte viciée par la Modernité. Le terme même de "confucianisme" serait une invention des missionnaires chrétiens qui ont latinisé le terme "Kǒng Fūzǐ" en y ajoutant le suffixe "isme". Au contraire, le terme correct pour la tradition confucéenne serait " Rújiā " (école d'études). Une école qui inclut dans son système de pensée non seulement l'étude des œuvres attribuées à Confucius mais aussi celles de ses disciples Mencius et Xunzi.

confucius-humaniste-chinois-citations-1024x682.jpg

Parmi les plus importants représentants du courant néo-confucéen "continental" figurent Chen Ming et Jiang Qing. Selon Chen Ming, le PCC représentait d'une part le "salut de la nation chinoise", mais d'autre part, il a également rempli cette tâche historique. Elle doit être renouvelée sur la base de la tradition confucéenne. Cela devrait notamment façonner un modèle politico-idéologico-religieux similaire à celui produit par les valeurs protestantes et le mythe de la "destinée manifeste" aux États-Unis. Jiang Qing, quant à lui, pense à une constitution purement confucéenne et nie à bien des égards la valeur de l'expérience modernisatrice du PCC.

A peu près au même moment, le courant néo-autoritaire a ressuscité la pensée du grand juriste allemand Carl Schmitt de l'oubli dans lequel elle était tombée depuis plusieurs décennies. Le premier à mentionner Schmitt à nouveau en 1987 est Dong Fanyu, un professeur de droit constitutionnel qui a inspiré les théories de Jiang Shigong et Chen Duanhong (déjà analysées dans certaines contributions publiées sur le site "Eurasia"). Le courant néo-autoritaire comprend également Xiao Gongqin (partisan d'un réalisme politique purement schmittien pour s'opposer à la virtualité des principes démocratiques de type occidental) et Wang Huning (photo, ci-dessous), dont la critique de l'universalisme libéral-capitaliste a profondément inspiré l'action politique de Jiang Zemin, Hu Jiantao et Xi Jinping.

Wang_Huning_Xinhua.jpg

main-qimg-c58f4a0e9dc6797bfbd3c94c6b179428.png

La pensée de Jiang Shigong mérite une mention liminaire. Selon cet interprète attentif de la Chine contemporaine, la particularité de la voie chinoise vers le socialisme découle de la nécessité de résoudre la tension entre la vérité philosophique et la pratique historique, de manière à unir la vérité philosophique universelle du marxisme-léninisme à la réalité historique concrète de la vie politique chinoise. Cela se traduisait, au niveau de la pratique, par des actions visant à évaluer les problèmes de la réalité chinoise et à encourager la participation populaire à la transformation de la société (la transition vers le communisme, le renforcement de la position internationale de la Chine, l'unification finale de la nation). La base de la légitimité du PCC, en fait, est le peuple chinois lui-même. Cette légitimité réside dans la capacité du Parti à être une institution efficace capable de résoudre les problèmes immédiats du peuple.

En fait, l'arrivée au pouvoir de Xi Jinping a coïncidé avec une nouvelle phase dans l'étude du marxisme, tant en théorie qu'en pratique. L'examen de la pensée du président chinois ne peut donc être séparé d'une analyse détaillée des principales influences intellectuelles qui ont agi sur elle.

Le communisme, dans ce modèle théorique, représente davantage une "idée force": un sentiment éthique qui diffère complètement du modèle soviétique post-Staline. La pensée de Xi, rejetant complètement l'imitation des modèles politiques de la pensée occidentale proposée par certains représentants du courant néo-confucéen, entend représenter une synthèse innovante entre la tradition (confucianisme) et la modernité (marxisme-léninisme). Le confucianisme, dans ce contexte théorique, retrouve son rôle traditionnel de "gardien du rituel" (la pensée confucéenne est une pure "métaphysique du rituel"), où l'acte rituel est indispensable au maintien de l'ordre tant sur le plan physique que métaphysique, tandis que le communisme, adopté par la culture traditionnelle chinoise, devient l'instrument qui peut le mieux réaliser les valeurs positives de cette dernière.

Il y a deux mots clés dans ce modèle théorique : Communisme et Nation. Selon cette interprétation de l'idée communiste, le concept de "lutte des classes" est compris dans un sens métaphorique et prend les connotations de la lutte pour le renouvellement et l'amélioration éthique de la Nation, la lutte contre la corruption ou, plus récemment, la lutte pour le respect de l'environnement. Le concept de "Nation", en revanche, ne doit pas être compris dans un sens ethnique (de majorité ethnique Han), mais comme un univers communautaire des groupes ethniques qui ont historiquement représenté le noyau humain de l'Empire du Milieu (Zhongguo).

L'idée de "nation" est résumée dans le drapeau de la République populaire elle-même. La plus grande étoile sur le fond rouge représente le Parti : l'organe directeur de la société. Les quatre étoiles plus petites qui gravitent autour de l'étoile du Parti représentent les quatre classes sociales qui participent au développement de la société : la classe ouvrière, la classe paysanne, la petite bourgeoisie et la bourgeoisie nationale. La fraction de la bourgeoisie qui s'est montrée prête à coopérer avec le Parti, dans la perspective chinoise, doit naturellement être intégrée dans l'alliance nationale. Après l'ère Mao, avec les réformes de Deng Xiaoping et la construction d'une économie mixte, ce pacte social originel a trouvé une nouvelle vie, se transformant, avec Hu Jintato et Xi Jinping, en un véritable bloc hégémonique (pour utiliser une terminologie purement gramscienne).

Ainsi, le secteur privé peut et doit être promu tant qu'il contribue de manière décisive au bien-être collectif, c'est-à-dire à ce que Mao appelait Gongtong Fuyu (prospérité commune). Selon cette approche, l'ensemble de la population doit bénéficier du progrès collectif, mais chaque partie du corps social doit apporter sa propre contribution dans la mesure de ses moyens et de ses possibilités [5].

La politique anti-monopole actuelle de Pékin ne doit pas être trop trompeuse. Le Parti ne vise pas la suppression définitive des secteurs capitaliste et privé. Elle tente simplement de l'adapter aux besoins d'un développement sociétal harmonieux dans lequel l'inégalité est réduite au minimum.

Les différences avec le marxisme traditionnel sont également visibles dans la théorie des relations internationales. La Chine n'a pas d'aspirations "universalistes" (à cet égard, elle est également similaire à l'URSS de Staline, qui s'attachait à préserver les acquis "nationaux" de la révolution tout en évitant autant que possible les conflits directs avec d'autres puissances). Elle ne veut pas imposer son système aux autres par la force et recherche un développement pacifique fondé sur le respect de la diversité culturelle et politique. Cependant, dans le même temps, elle n'est plus disposée à tolérer les abus de toute nature perpétrés par des puissances ayant des aspirations hégémoniques mondiales.

C'est précisément dans cet accent mis sur le développement d'un ordre international multipolaire que l'on retrouve les références au "pluriversum des grands espaces" de Schmitt.

NOTES

[1] Voir Una introducción al pensamiento. Xi Jinping: tradición y modernidad, www.larazoncomunista.com.

[2] Yannick Sauveur, Jean Thiriart, il geopolitico militante, Edizioni all’insegna del Veltro, Parma 2021.

[3] Voir I. Stalin, Il marxismo e la linguistica, Edizioni Rinascita, Roma 1952. Nul besoin d'oublier que Staline fut aussi un défenseur déterminé de la langue russe et de l'alphabet cyrillique face à toutes les tentatives de "latinisation" que la gauche bolchevique cherchait à importer et à imposer après la révolution d'octobre 1917, afin de pouvoir diffuser des documents révolutionnaires à tous les prolétaires du monde. Le 13mars 1938, la ligne préconisée par Staline obtient une victoire définitive. A cette date, le Comité central du PCUS publie une délibération "sur l'étude obligatoire de la langue russe dans les écoles des républiques soviétiques et dans les oblast nationaux (= ethniques)". 

[4]“Tumulto”, telle est l'expression utilisée par Deng Xiaoping dans son discours tenu le 9 juin 1989 aux officiers de grades supérieurs lors de l'application de la loi martiale à Pékin. A cette occasion, constatant qu'un groupe de sujets mal intentionnés s'était infiltré dans la foule massée sur la place, il affirmait: "nous n'avons pas face à nous les masses populaires mais des factieux qui tentent de subvertir notre Etat (...). Leur objectif est d'instaurer une république bourgeoise, vassale de l'Occident en tout et pour tout". Outre qu'il déplorait les "martyrs" dans les rangs de l'armée et qu'il congratulait les forces de sécurité ainsi que l'armée pour avoir réussi à calmer le "tumulte", le Timonier de la Chine constatait la nécessité de se départir des erreurs du passé et de regarder vers le futur. "Le déclenchement de l'incident - affirmait Deng Xiaoping - donnait beaucoup à penser et forçait à réfléchir, l'esprit lucide, sur le passé et sur l'avenir. Cet événement terrible doit nous permettre de parachever les politiques de réforme et d'ouverture au monde extérieur et ce, de manière constante, et, partant, plus rapide, de corriger nos erreurs plus vite et d'exploiter au mieux nos avantages (...).  La chose importante est de ne plus jamais faire de la Chine un pays aux portes fermées" (Deng Xiaoping, Il tumulto di Piazza Tian’anmen, contenuto in “Eurasia. Rivista di studi geopolitici” 3/2019). Sur ce plan, il semble impératif de citer un autre passage de Deng Xiaoping dans lequel on trouve que l'accent est mis sur l'ouverture économique, accompagnée du décisionisme éthique caractéristique du PCC (il suffit de penser à l'option récente de limiter la production de programmes télévisés non éducatifs ou de juguler l'utilisation démesurée des jeux vidéo chez les jeunes): "Nous poursuivrons immanquablement un politique d'ouverture au monde extérieur et nous augmenterons nos échanges avec les pays extérieurs sur la base de l'égalité et du respect réciproque. En même temps, nous garderons l'esprit lucide et nous résisterons fermement à la corruption apportée par les idées décadentes venues de l'extérieur et nous ne permettrons jamais que le mode de vie bourgeois se diffuse dans notre pays" (Opere Scelte, Vol. III. Edizioni in lingue estere, Pechino 1994, p. 15).

[5] voir l'entretien très intéressant avec le philosophe et analyste politique français Bruno Guige:  Quando la linea di Xi Jinping va a velocità superiore, www.cese-m.eu.

dimanche, 10 octobre 2021

Varsovie défie Bruxelles : Le droit européen ne prime pas sur le droit national

unnalpoltribcomed.jpg

Varsovie défie Bruxelles : Le droit européen ne prime pas sur le droit national

Varsovie/Bruxelles. Le différend entre la Pologne et l'UE passe à la vitesse supérieure. Cette fois, c'est particulièrement grave, car la Cour suprême du pays s'est prononcée et a annoncé une décision capitale qui avait été longtemps reportée : elle a déclaré jeudi que les traités de l'UE étaient en partie inconstitutionnels. La présidente du tribunal, Julia Przylebska (photo), a accusé les institutions européennes de s'ingérer illégalement dans les affaires intérieures de la Pologne.

Julia_Przyłębska_-_I_Prezes_Trybunału_Konstytucyjnego.jpg

La juge a énuméré toute une série d'articles des traités de l'UE qui n'étaient pas compatibles avec la constitution polonaise. Avec leur action contre Varsovie, les institutions européennes ont outrepassé leurs compétences.

Le tribunal a ainsi suivi l'avis du chef du gouvernement Mateusz Morawiecki, qui avait engagé la procédure et demandé aux juges de se prononcer sur la question de savoir si la constitution polonaise primait sur le droit européen. L'affaire a été déclenchée par des décisions de l'instance judiciaire de l'UE à Luxembourg contre les réformes judiciaires polonaises.

Bruxelles accuse le gouvernement de Varsovie de porter atteinte à l'indépendance des tribunaux et à la séparation des pouvoirs, et a donc intenté une série d'actions au Luxembourg. Le gouvernement polonais ne s'est pas non plus conformé aux ordres répétés de la Cour de justice des Communautés européennes (CJCE) de suspendre la réforme judiciaire. La Cour constitutionnelle a maintenant soutenu le gouvernement. Le porte-parole du gouvernement polonais, Piotr Muller, a salué la décision de la juge.

Selon les observateurs, la décision de Varsovie ne fera qu'accentuer les clivages déjà profonds entre Varsovie et Bruxelles et aggravera encore la situation. Car la Commission européenne a déjà condamné Varsovie, il y a quelques semaines, à des amendes quotidiennes ( !) - jusqu'à ce que le gouvernement de Varsovie se conforme aux ordres de Bruxelles. En outre, la Commission européenne refuse depuis des mois de donner son accord au versement à la Pologne de milliards de dollars provenant du fonds de reconstruction Corona de l'UE. À Varsovie, on considère cela comme du "chantage".

La consternation règne maintenant à Bruxelles. Le commissaire européen à la justice, Didier Reynders, s'est dit "préoccupé" par la décision de la Cour constitutionnelle polonaise. Bruxelles épuisera "tous les moyens" pour faire en sorte que le droit européen soit respecté en Pologne. Le principe de la primauté du droit de l'UE sur le droit national, ainsi que le caractère contraignant des décisions du système judiciaire de l'UE, sont des éléments centraux de la confédération.

Le ministre luxembourgeois des affaires étrangères, Jean Asselborn, a également trouvé des termes dramatiques : "L'arrêt détruit l'idée fondamentale de l'intégration européenne", a déclaré M. Asselborn, qui est également l'un des agitateurs les plus en vue dans le conflit permanent qui oppose l'UE à la Hongrie. La Pologne ne doit plus recevoir d'argent de l'UE. Cela ne contribuera certainement pas à détendre la situation. (mü).

Source: https://zuerst.de/2021/10/09/warschau-nimmt-den-fehdehandschuh-aus-bruessel-auf-eu-recht-steht-nicht-ueber-nationalem-recht/

Sommet UE-Balkans occidentaux

unnaSURBOCCmed.jpg

Sommet UE-Balkans occidentaux

Bruxelles espère absorber les fragments de l'ex-Yougoslavie et l'Albanie

Le sommet UE-Balkans occidentaux, qui s'est tenu en Slovénie les 5 et 6 octobre, a réuni des responsables politiques de pays européens : membres de l'UE et ceux qui ont déclaré leur intention de rejoindre l'union. L'initiative elle-même a été lancée avec le soutien de l'Allemagne il y a plusieurs années et a fait l'objet d'un lobbying actif de la part de l'UE.

La critique du sommet doit commencer par le terme lui-même. Pourquoi parle-t-on des Balkans occidentaux? Officiellement, la Roumanie, la Grèce et la Bulgarie sont déjà membres de l'UE et de l'OTAN, il est donc prétendument nécessaire de délimiter ces pays du territoire de l'ex-Yougoslavie. D'autre part, les Balkans occidentaux comprennent la Croatie, qui a rejoint l'UE en 2013. Mais elle n'inclut pas la Slovénie, qui est une ancienne partie de la Yougoslavie. Pourquoi cette bizarrerie ? Probablement parce que des pays comme la Croatie, la Bosnie-Herzégovine, la Serbie, la Macédoine du Nord, le Monténégro, l'Albanie et le Kosovo (non reconnu en Serbie et en Russie mais reconnu par de nombreux membres de l'UE), également appelés WB6, sont des constructions fragiles. Et leur fragilité est précisément fonction de l'intervention européenne, qui fait monter les tensions. Mais il est avantageux pour Bruxelles de créer un champ politique homogène à partir des pays indépendants, c'est pourquoi le processus d'européanisation a été lancé sous l'appellation de "Balkans occidentaux".

Cependant, il existe manifestement de nombreux problèmes de blocage. Euronews cite un éminent mondialiste qui exagère la situation. "Le plus grand risque est que la région s'éloigne progressivement de l'État de droit et de la liberté des médias", a déclaré Majda Ruge, du Conseil européen des relations étrangères. "Il existe un problème d'ingérence politique de certains États clés dans les affaires de leurs voisins, notamment en Serbie et en Croatie". Et le rapport se termine par le passage suivant : "Voyant que les négociations d'adhésion à l'UE pour les Balkans occidentaux sont dans l'impasse, des puissances telles que la Chine et la Russie se précipitent pour consolider leur influence dans la région et investir de l'argent pour atteindre leurs objectifs".

Si la Russie et la Chine sont des acteurs hypothétiques dans la région, la mafia albanaise, elle, pourtant, n'est pas inconnue. Il sera intéressant de voir comment le trafic de drogue et la traite des êtres humains (et des organes humains) pratiqués par les bandes criminelles albanaises se conjugueront avec l'État de droit. Cependant, les mondialistes préfèrent mettre l'accent sur d'autres problèmes: par exemple, lorsqu'ils parlent de l'État de droit, ils mentionnent l'ancien premier ministre macédonien Nikola Gruevski, qui a obtenu l'asile politique en Hongrie. Et Goran Zaev, qui a été la marionnette de George Soros pour renverser Gruevski, poursuit le démantèlement de la Macédoine, qui, sous lui, a été rebaptisée "Macédoine du Nord". Le rôle de la Hongrie, en revanche, montre qu'il peut y avoir des points de vue radicalement différents sur une même question. Alors que Zajev promeut l'agenda de Soros, Viktor Orban se bat contre tout projet de Soros en Hongrie. Et cela soulève la question suivante : l'UE peut-elle faire face à la cooptation des Balkans si l'UE elle-même se balkanise ? Le Brexit est également un bon exemple.

Au final, une déclaration a été publiée, exposant les résultats des négociations et les intentions futures. Il contient 29 points.

La première partie met l'accent sur les attitudes et les accords géopolitiques.

"L'UE réaffirme son soutien inconditionnel à la perspective européenne des Balkans occidentaux et se félicite de l'engagement des partenaires des Balkans occidentaux en faveur de la perspective européenne, qui est dans notre intérêt stratégique commun et reste notre choix stratégique commun. L'UE réaffirme son attachement au processus d'élargissement et aux décisions prises à ce sujet, sur la base de réformes crédibles des partenaires, de conditions équitables et strictes et du principe du mérite propre. Nous continuerons à intensifier notre engagement commun en faveur de la promotion du changement politique, économique et social dans la région, tout en reconnaissant les progrès réalisés dans les Balkans occidentaux. Nous rappelons également l'importance pour l'UE d'être capable de soutenir et d'approfondir son propre développement, en garantissant sa capacité à intégrer de nouveaux membres".

"Les partenaires des Balkans occidentaux réaffirment leur attachement aux valeurs et principes européens ainsi qu'aux réformes nécessaires pour leur population. L'UE se félicite de l'engagement renouvelé des partenaires des Balkans occidentaux en faveur de la primauté de la démocratie, des droits et valeurs fondamentaux et de l'État de droit, ainsi que des efforts constants déployés pour lutter contre la corruption et la criminalité organisée, soutenir la bonne gouvernance, les droits de l'homme, l'égalité entre les sexes et les droits des personnes appartenant à des minorités. La crédibilité de ces engagements dépend de la mise en œuvre effective des réformes nécessaires et de l'établissement d'un bilan solide, étayé par une communication claire et cohérente avec le public. Une société civile habilitée et des médias indépendants et pluralistes sont des composantes essentielles de tout système démocratique, et nous saluons et soutenons le rôle qu'ils jouent dans les Balkans occidentaux".

Nous constatons ici une ingérence politique manifeste de l'UE, qui impose aux pays des Balkans des techniques déjà éprouvées de multiculturalisme, de mariage homosexuel et d'autres pratiques anti-traditionnelles, acceptées en Europe occidentale.

En Europe occidentale, l'idée même des Balkans occidentaux est présentée comme une promotion de l'inclusion et de la solidarité européennes (avec toutes ses conséquences).

Mais il est douteux que les populations des Balkans occidentaux soient attachées à ces "valeurs". C'est plutôt l'inverse. Par conséquent, un argument fort de Bruxelles en faveur de l'intégration européenne était la promesse d'investissements et de subventions.

Les résultats concrets du sommet sont les suivants :

    Un plan économique et d'investissement (PEI) de 30 milliards d'euros ;
    Un engagement pour augmenter la vaccination contre le COVID-19 ;
    Une voie pour réduire les coûts d'itinérance ;
    Programme innovant pour les Balkans occidentaux ;
    "Green Lanes" et le plan d'action communautaire pour les transports.

L'UE s'efforcera de tirer parti de ce succès et de poursuivre les initiatives pro-européennes, tant au niveau bilatéral qu'à travers la plate-forme du sommet. Bien que de nombreuses initiatives européennes aient échoué dans les Balkans, on ne peut diminuer le sérieux des intentions et des capacités de Bruxelles à ce stade. Étant donné que le Monténégro et la Macédoine du Nord sont déjà dans l'OTAN.

La rêverie impériale de Bernard-Henri Lévy : une reconnaissance implicite de la multipolarité ?

bhl-2011.jpg

La rêverie impériale de Bernard-Henri Lévy: une reconnaissance implicite de la multipolarité?

Alexander Bovdunov

Ex: https://www.geopolitica.ru/article/imperskie-gryozy-bernara-anri-levi-priznanie-fakta-mnogopolyarnosti

Le philosophe mondialiste Bernard-Henri Lévy rapporte que le président de la République française et son homologue italien annonceront dans les prochaines semaines un "pacte du Quirinal", qui serait calqué sur le traité de l'Élysée, lequel fixe le cadre des relations franco-allemandes. Le pacte entre l'Italie et la France est évoqué depuis des années. Cependant, selon le philosophe libéral, c'est maintenant le bon moment pour conclure un tel traité. Bernard Henri Lévy cite le texte "L'Empire latin" de 1945, écrit par Alexandre Kojève, un philosophe français néo-hégélien d'origine russe. Kojève l'a écrit pour le général de Gaulle. Lévy considère le concept d'"Empire latin" comme une chance pour la France de Macron.

Les empires comme report/préparation de la fin de l'histoire

La signification de l'"Empire latin" est la suivante: après 1945, l'ère des États-nations a pris fin et le monde est façonné en empires post-nationaux. Kojève pensait que l'un de ces empires mondiaux était l'Union soviétique, l'autre le bloc anglo-saxon des États-Unis et de la Grande-Bretagne. L'Allemagne est déchirée entre ces empires. Cependant, selon le philosophe, un autre pôle pourrait s'affirmer: la France, ainsi que l'Italie, l'Espagne et le Portugal, les pays du "monde latin" unis non pas par le protestantisme et l'éthique du travail (comme l'empire anglo-saxon), mais par les racines catholiques, la capacité à vivre de manière esthétique (style commun) et l'héritage romain.

Kojève.jpg

Impero_Latino_edito421ok.jpg

Sur le plan géopolitique, Kojève propose une union supranationale d'un "empire latin" basé sur le contrôle exclusif de la Méditerranée et des possessions coloniales en Afrique. Dans le domaine religieux, cet empire devait s'appuyer sur l'Église catholique (Kojève a même suggéré qu'un tel empire pourrait réaliser l'unification avec l'Église orthodoxe dans les relations avec l'URSS). En outre, en raison de son caractère universel, le catholicisme était considéré par Kojève comme un moyen important pour l'empire de ne pas se fermer, un rappel que l'empire n'était qu'une "étape" sur la voie de l'unification finale de l'humanité.

Pour Kojève, la fin hégélienne de l'histoire s'incarnerait alors dans le triomphe du "catholicisme chrétien" plutôt que de l'humanisme irréligieux.

La France: secousse impériale ou oubli ?

A première vue, l'invocation de l'idée impériale sous une forme catholique semble étrange pour le Lévy ultra-libéral et mondialiste. Pourtant, c'est Lévy qui a publié ce texte de Kojève, jusque-là oublié, en 1991. Aujourd'hui, de l'avis du philosophe, elle est encore plus pertinente.

"Je demande si Emmanuel Macron a lu Kojève, parce qu'il arrive la même chose aux grands textes qu'aux événements historiques ; parce qu'il faut du temps, souvent toute une vie, pour qu'ils trouvent leur sens plein et entier ; et parce que 75 ans après la première publication de ces pages légendaires, le monde semble être exactement dans la situation que Kojève avait prédite", écrit Lévy.

"Voilà donc l'Empire russe qui, avec d'autres dont personne n'attendait une telle embellie, se réaffirme sur la scène internationale. Voici les États-Unis.... L'Allemagne d'Angela Merkel, et celle qui lui succédera, confirme sa dépendance énergétique vis-à-vis de la Russie et, en même temps, son statut stratégique de satellite des États-Unis."

"L'idée est qu'il existe une communauté de valeurs, de civilisation et de métaphysique entre les peuples de l'Europe du Sud qui, si elle est soulignée et réalisée, permettra de lutter contre l'appauvrissement croissant des capacités humaines".

Ainsi, les discussions, les frottements égoïstes entre les cultures et les petits comptes laisseront place à une véritable vision ; cette richesse commune aura l'occasion de s'affirmer ; et certainement sans remettre en cause les acquis historiques de l'axe franco-allemand, l'occasion se transformera en succès, et l'événement prendra une signification métapolitique maximale.

Ce sera la dernière occasion pour la France de ne pas courir vers l'abîme : vers la rétrogradation, vers le statut de puissance naine, vers la disparition de la grande politique sous une clameur souveraine et populiste".

La dernière affirmation est extrêmement importante. Le fait est que Lévy n'est pas le seul à s'inquiéter du déclin de l'influence de la France. La conclusion de l'alliance anglo-saxonne AUKUS, le coup porté à la réputation sous la forme du rejet par l'Australie du contrat de construction de sous-marins de plusieurs milliards de dollars de la France en faveur des États-Unis, la controverse frontalière post-Brexit en cours avec le Royaume-Uni montrent que, quelle que soit la proximité idéologique entre Macron et Biden, les libéraux et les mondialistes, la logique géopolitique des événements pousse leurs pays dans des coins différents. Le mondialiste Macron est de plus en plus contraint de jouer le rôle de souverain européen, prônant une armée européenne unique et une plus grande autonomie de l'Europe au sein de l'OTAN.

MALI_RUSSIE.jpg

D'autre part, la France de Macron est confrontée à de nouveaux défis dans sa sphère d'influence traditionnelle, l'Afrique, dont les Français sont évincés par la Russie, la Chine et la Turquie. L'arrivée d'experts militaires russes au Mali et les déclarations anti-françaises des autorités maliennes qui ont récemment accusé Paris de soutenir le terrorisme montrent que l'influence de la France au Sahel est remise en question. La France n'a pas pu ou voulu faire face à la menace terroriste dans la région et le retrait de la France du Mali a été comparé au désastre américain en Afghanistan. La Russie se renforce aussi activement en RCA. La Turquie, est devenue le deuxième partenaire économique de l'Algérie et a pris pied en Libye. La Chine devient un acteur majeur dans toute l'Afrique ex-française et la population locale déteste les Français et attend de dire adieu à Paris et à ses mandataires.

henri-roure.jpg

Paris est confronté au problème de la réévaluation de sa stratégie géopolitique et de son adaptation au monde multipolaire émergent. Que devrait être la France ? Un pôle indépendant, un allié des États-Unis, une partie du noyau franco-allemand d'une Europe unie et indépendante ? Différentes réponses sont proposées. Par exemple, le général Henri Roure (photo, ci-dessus) suggère que la France soit considérée comme une puissance mondiale (une sorte de pendant à la "Global Britain" post-Brexit) et se développe en s'appuyant sur des possessions d'outre-mer :

"La France n'est pas un pays européen, c'est un pays de tous les continents. Son vaste territoire n'est pas le seul atout de la France en tant que grande puissance. Une armée puissante, une dissuasion nucléaire, le deuxième plus grand réseau diplomatique du monde, un siège permanent au Conseil de sécurité et un monde francophone contribuent à sa puissance potentielle. Ces vecteurs doivent être développés et améliorés. Bien sûr, la France est forte d'une économie prospère, mais le PIB n'a jamais été un facteur mondial exceptionnel. Les Français sont aveuglés par le système capitaliste ultra-libéral imposé par les États-Unis, qui classe les pays en fonction de leur production, en dollars bien sûr".

La Nouvelle Droite (Alain de Benoist et autres), n'est pas moins patriotique, mais positionne la France comme faisant partie d'un futur pôle européen souverain, dans un monde multipolaire, orienté vers l'amitié avec la Russie sur le plan géopolitique et vers le maintien de la tradition et de l'identité dans le gris de la politique intérieure. Il y a de tels souverainistes européens en Italie aussi. Il est intéressant de noter que non seulement les philosophes de droite mais aussi ceux de gauche plaident pour une plus grande souveraineté européenne ou une réévaluation de la structure de l'UE. Ainsi, le philosophe italien de gauche Giorgio Agamben a également fait référence à l'idée de Kojève d'un "Empire latin" :

"Aujourd'hui, alors que l'Union européenne s'est constituée en ignorant les liens culturels concrets qui existent entre les nations, il serait utile - et pertinent - de faire revivre la proposition de Kojève. Ce qu'il avait prédit s'est avéré vrai. Cette Europe, qui cherche à exister sur une base strictement économique, en abandonnant toutes les affinités authentiques entre mode de vie, culture et religion, a démontré à plusieurs reprises ses faiblesses, notamment sur le plan économique."

La géopolitique de "l'empire latin"

Dans le domaine de la géopolitique pratique, une évolution vers un "empire latin" signifierait une alliance entre Rome et Paris pour résoudre les problèmes en Méditerranée. L'enjeu est la richesse pétrolière et gazière de Chypre, sur laquelle l'italien ENI et le français Total ont des vues. Le problème pour les deux pays est la Turquie, qui revendique des parties importantes du plateau, à la fois en son nom et au nom de la République turque de Chypre du Nord non reconnue.

Ces dernières années, l'Italie a été en désaccord avec la Turquie sur la question de la coopération avec les gouvernements de Tripoli, qui ciblent les mêmes forces qui ont le dessus dans l'ouest du pays. Toutefois, si le rapprochement franco-italien se poursuit, Paris et Rome pourraient tenter de mettre la pression sur chacun de leurs "alliés" en Libye - l'Italie à la Turquie et la France à la Russie (car Paris et Moscou sont plus favorables au maréchal Khalifa Haftar dans le conflit libyen).

Enfin, l'Italie et la France peuvent essayer d'équilibrer leur influence en Afrique en attirant également l'Espagne et le Portugal. Au sein de l'UE, un bloc transalpin pourrait faire contrepoids à l'Allemagne en confiant à Paris le rôle de tenir la balance.

Rêves impériaux

L'orientation de Lévy, mondialiste, en direction de l'hégélianisme, également mondialiste dans la version de Kojève, qui vise à unir l'humanité par le passage et le dépassement ultérieur de la dimension impériale, est très intéressant. Plus récemment, il s'est exprimé au nom d'un seul empire libéral qui est contesté par cinq rois : cinq pôles de pouvoir indépendants. Il affirme aujourd'hui que cet empire n'existe pas et que la France pourrait devenir le centre d'un des nombreux empires qui se partageront le monde, empires fondés sur une "communauté de valeurs, de civilisation et de métaphysique". Oui, la référence de Kojève aux "empires post-nationaux" signifie que l'objectif de créer à terme une humanité unique persiste. Cependant, comme Kojève, Lévy est obligé de reconnaître que la fin de l'histoire sous la forme d'une humanité libérale commune est reportée. Le temps des empires arrive. Et le fait qu'il (et même lui) ne soit pas le seul à envisager l'empire en France est très révélateur pour la compréhension de la situation dans laquelle nous nous trouvons. C'est un peu comme le passage de Francis Fukuyama de l'optimisme libéral de la "fin de l'histoire" à l'affirmation de la nécessité de renforcer l'État-nation moderne.

Plus intéressant encore, les mondialistes reconnaissent que le projet d'une humanité unifiée s'est effondré, le monde devient multipolaire (sans toutefois perdre l'espoir que cette multipolarité puisse être dialectiquement dépassée).