Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 02 février 2024

L'Union européenne, coordonnée par l'OTAN, est l'instrument américain dans le conflit stratégique lors de la phase multicentrique

ueotunnamed.png

L'Union européenne, coordonnée par l'OTAN, est l'instrument américain dans le conflit stratégique lors de la phase multicentrique

par Luigi Longo

Source: https://www.sinistrainrete.info/geopolitica/27223-luigi-l...

L'Europe est devenue un Euroland sans souveraineté économique et surtout géopolitique et militaire. En son sein, un corps d'occupation étranger, connu sous le nom d'OTAN, est installé, envoyé depuis longtemps comme des soldats mercenaires en Asie centrale, prêt à menacer et à risquer une guerre mondiale en Géorgie et en Ukraine. Si cela est vrai, ne serait-ce qu'en partie, alors quel est l'intérêt d'énumérer notre grand profil européen, de la philosophie grecque au droit romain, des cathédrales romanes et gothiques à l'humanisme de la Renaissance, de la révolution scientifique aux Lumières, de l'héritage gréco-romain classique au christianisme, etc.

Pure hypocrisie.

Costanzo Preve*

1.

Je vais avancer quelques réflexions sur l'Europe, non pas à partir de l'histoire de l'Europe des Nations, qui s'est formée après la dissolution de l'empire de Charlemagne (1), mais à partir de la guerre Russie-Ukraine (c'est-à-dire l'agression américaine contre la Russie via l'OTAN-Europe), qui a en fait sanctionné la fin du projet de l'Union européenne (avancé et réalisé après la Seconde Guerre mondiale, même s'il a été conçu dans les années 1930 par les États-Unis d'Amérique) remplacé par le nouveau rôle de l'OTAN qui convient mieux aux nouvelles stratégies américaines dans la phase multicentrique [conflit entre une puissance hégémonique en déclin (États-Unis) et des puissances consolidées (Russie, Chine) et montantes (Inde)] (2). Une "[...] Europe occidentale (également Europe de l'Est, ma précision LL) soumise à une occupation militaire américaine acceptée par les gouvernements fantoches actuels, que je considère précisément pour cette raison comme totalement illégitimes, qu'ils soient ou non sanctionnés par des élections manipulées" (3).

2.

Raniero La Valle saisit le sens de la métamorphose, qui a commencé il y a des années (4), de l'OTAN lorsqu'il affirme: "De Washington à Vilnius, en fait, tout revient, tout va pour l'Amérique et sa Cour "incomparable" : les mêmes ennemis, la Russie, la Chine, l'Iran, la Corée du Nord, le "terrorisme", la même victime qui unit tout le monde autour de l'autel du sacrifice, l'Ukraine, la même détermination à utiliser même la première arme nucléaire parce que la dissuasion ne suffit plus, la même idée que le vieux concept de défense est dépassé, parce qu'aujourd'hui, ce ne sont pas seulement les guerres qui se décident avec des armes de guerre, mais aussi des alternatives de toutes sortes, la gestion des crises, les politiques industrielles, l'économie, le climat, les questions de "sécurité humaine", et même la question de l'égalité des sexes et de la participation des femmes: tout est lié à l'OTAN, le nouveau souverain, parce que son approche est "globale" et que ses trois tâches principales, "la dissuasion et la défense, la prévention et la gestion des crises, et la sécurité coopérative", doivent être accomplies dans la discrétion la plus absolue : "Nous répondrons à toute menace contre notre sécurité comme et quand nous le jugerons approprié, dans la zone de notre choix, en utilisant des moyens militaires et non militaires de manière proportionnée, cohérente et intégrée" ; et, semble-t-il, pour décider dans l'urgence (mais cela n'a pas été écrit), cela peut également être le commandant général de l'OTAN sans remettre en question "la structure" ; en bref, il y a une liberté d'exercice du nucléaire. L'Ukraine est pleinement intégrée à l'OTAN, mais il faut faire comme si elle ne l'était pas, pour ne pas obliger la Russie à utiliser l'arme nucléaire; Poutine accuse le coup, il doit jouer le jeu, et se dit "prêt à traiter séparément les garanties de sécurité de l'Ukraine, mais pas dans le cadre de son adhésion à l'OTAN". Et à Vilnius, il assure que cela n'arrivera pas, que l'Ukraine ne rejoindra l'OTAN que lorsque la guerre sera terminée, et c'est la raison pour laquelle, comme le voulait Biden depuis le début, elle ne doit pas avoir de fin; et Zelensky, après la première colère qui lui a valu d'être accusé d'"ingratitude" par le ministre britannique de la défense, s'est rendu à la collecte et a joyeusement exprimé son enthousiasme (Le Colonel de l'état-major ukrainien et analyste militaire Oleg Zhdanov dit: "Au cours des 16 derniers mois, nous nous sommes intégrés à la machine militaire atlantique d'une manière dont nous n'aurions jamais pu rêver avant le 24 février 2022. Les milliers d'hommes prêts à percer les lignes russes sont habillés, armés, transportés, entraînés par l'OTAN ; même leurs armes personnelles ont été fournies par les alliés", et ainsi de suite: "chars allemands Leopard 2, véhicules américains Humvee ou véhicules blindés de transport de troupes Bradley et Strykes, dizaines de types différents de transports blindés de troupes, canons français à longue portée Caesar ou canons américains M777, lance-roquettes américains Himars, obusiers automoteurs polonais Krab", le tout accompagné d'une assistance, de pièces détachées, de personnel spécialisé, avec une chaîne d'échange et de coopération à long terme, bien qu'"il soit difficile de dire quand l'Ukraine rejoindra l'OTAN, peut-être même jamais" (5).

maxrl2esdefault.jpg

3.

L'OTAN est fondamentale pour les stratégies mondiales des États-Unis d'Amérique. Sa transformation d'un instrument de défense contre le soi-disant communisme soviétique en un instrument d'agression et de pénétration dans les zones d'influence de la Russie et de la Chine pour empêcher la consolidation du pôle asiatique (qui prend actuellement son essor avec ses structures de fonctionnement et de coordination comme, par exemple, les Brics) capable de défier l'hégémonie mondiale des États-Unis avec son modèle de lien social de la production et de la reproduction de la vie. Les États-Unis n'acceptent pas un monde multicentrique, leur histoire en tant que nation est emblématique et devrait servir de leçon; je cite, à cet égard, ce que j'ai déjà souligné dans d'autres écrits: il est difficile pour les États-Unis de renoncer à une domination mondiale absolue, sous couvert de démocratie, de droits et de divers mensonges, étant donné leur histoire qui, depuis le 4 juillet 1776 (année de la déclaration d'indépendance), ne les a vus en paix que pendant 18 des 246 années au cours desquelles ils ont progressivement évolué d'une néo-nation luttant pour son indépendance vis-à-vis de la Grande-Bretagne (1775-1783), en passant par la monumentale guerre de Sécession (1861-1865) pour se transformer, après avoir collaboré au triomphe de la Seconde Guerre mondiale (1941-1945), en la plus grande puissance du monde de la fin du 20ème siècle à nos jours, bien que, heureusement pour nous, en net déclin relatif. Alain Badiou affirmait il n'y a pas longtemps que: "La puissance impériale américaine, dans la représentation formelle qu'elle se fait d'elle-même, a la guerre comme forme privilégiée, sinon unique, d'attestation de son existence" (6). Leur passion est de commander, d'usurper, de subjuguer tous les peuples; leur mission est la domination absolue. Les USA ont un poids spécifique plus important qui est celui du mandat divin qui les conduit à la domination absolue du monde (monocentrisme), par opposition aux autres puissances qui sont pour une domination partagée du monde (multicentrisme). Le facteur déterminant dans ce scénario misérable sont les relations de pouvoir et de domination, les relations les plus stupides que les êtres humains sexualisés se soient jamais données. L'autorité en est un autre ! (mais c'est un autre sujet de discussion).

Nous sommes, dans cette phase multicentrique, en pleine guerre "au sens large" (7). Voyez par exemple le rôle de pays tels la Norvège, la Finlande, la Suède, le Danemark, pays d'Europe du Nord qui font partie de l'UE (à l'exception de la Norvège) et de l'OTAN (à l'exception de la Suède) et qui ont signé des accords de défense bilatéraux avec les États-Unis d'Amérique en cas de conflit avec la Russie (8).

ambalbertobradanini2.jpeg

Alberto Bradanini (photo - ancien ambassadeur à Pékin de 2013 à 2015) précise ainsi "[...] comme tout conflit même lointain génère des turbulences insidieuses, les dirigeants chinois partagent pour l'essentiel le jugement de Moscou: "que la genèse du conflit doit être attribuée à la stratégie américaine visant à déstructurer la Russie par une guerre par procuration (menée par les Ukrainiens avec des armes et des financements nato américains), à provoquer son changement de régime et si possible même à provoquer son éclatement, en en faisant une proie facile pour les vautours de Wall Street [...] Dans le jugement de Pékin [...] les États-Unis visent alors à empêcher la soudure Russie-Chine et à provoquer une guerre par procuration antichinoise similaire, menée cette fois-ci jusqu'au dernier Taïwanais". Selon lui, les Etats-Unis n'acceptent pas l'émergence d'un monde multipolaire qui s'épanouit autour de l'alliance russo-chinoise, à laquelle s'ajouteraient "l'Inde et d'autres nations dites émergentes qui, en fait, n'entendent pas suivre Washington dans sa politique de sanctions contre Moscou [...]. L'expansionnisme de l'OTAN/Washington vers l'Est a donc pour objectif stratégique d'empêcher cette voie de pacification/intégration eurasiatique qui était apparue comme une promesse de paix et de développement à la chute de l'Union soviétique". Un tournant qui a entraîné une nouvelle convergence entre la Chine et la Russie, qui ne sont plus unies par une idéologie anticapitaliste comme à l'époque de Mao et Staline, mais par des intérêts économiques et stratégiques communs et le même besoin de contenir l'expansionnisme américain [italiques de moi, LL]" (9).

rswmaxresdefault.jpg

En résumé, selon les termes de l'économiste marxien Richard D. Wolff (photo), qui résume bien ce qui précède, on peut dire que: "[...] l'empire américain, compris comme la suprématie capitaliste et géopolitique, est terminé. Mais l'Amérique ne veut pas s'en rendre compte [...] la Chine, en revanche, a créé un écosystème productif gigantesque dont le monde ne peut se désintéresser et codétermine donc désormais le destin du capitalisme. Consensuellement d'abord et conflictuellement maintenant, mais jamais de manière subalterne [...] le capitalisme s'est "sinisé" (comme en Russie il s'est "russifié", ma spécification, LL) d'une manière que l'Amérique ne pensait pas possible, étant donné la crise persistante entre l'économie de marché et le parti communiste" (10). Les difficultés américaines, qui soulignent à la fois le déclin et l'incapacité stratégique à atteindre des objectifs dans le temps et l'espace, sont évidentes dans les deux conflits ouverts en Ukraine (via l'OTAN-Europe), principalement contre la Russie, et en Palestine (via l'OTAN-Europe-Israël), principalement contre la Chine. La faiblesse des USA se manifeste aussi dans leur jeu de renvoi (car ils n'ont aucune idée du nouveau monde qui se dessine, engagés qu'ils sont dans la quatrième révolution industrielle, celle du transhumanisme, c'est-à-dire la fin de la dimension humaine de l'humanité, une révolution nihiliste de l'humanité sexuée) en tentant de contrer les projets mondiaux de la Chine (les Routes de la Soie) et de la Russie (le Corridor international de transport nord-sud russo-indien, INSTC) en avançant son projet IMEC (Corridor économique Inde-Moyen-Orient-Europe):

1) favoriser l'hégémonie israélienne dans le Nouveau Moyen-Orient, en tant que puissance régionale, avec son projet de Canal de Gurion, concurrent du Canal de Suez, avec toutes les conséquences néfastes sur l'élimination de la population palestinienne de Gaza pour permettre un débouché sur la Méditerranée;

2) réduire la taille de l'Egypte;

3) porter un coup sévère à l'axe de transport énergétique et commercial Bassorah-Europe, centré sur la Turquie. Derrière les infrastructures et le contrôle des ressources énergétiques se joue un jeu fondamental dans l'affrontement entre les puissances mondiales (USA, Chine, Russie et indirectement l'Inde, puissance montante) avec leurs sous-puissances régionales (Israël, Iran, Turquie) (11).

4.

La Russie et la Chine, qui sont les deux centres (pour l'instant) du pôle asiatique émergent, veulent construire un monde multicentrique et sont en mesure de contester l'hégémonie mondiale des États-Unis, qui prône un monde monocentrique. Un pôle asiatique que, dès 1956, l'historien Arnold Toynbee configurait ainsi: "Si, ayant ainsi perdu l'amitié du sous-continent chinois, notre monde occidental devait également perdre l'amitié du sous-continent indien, l'Occident aurait perdu au profit de la Russie la majeure partie du Vieux Continent, à l'exception de quelques têtes de pont en Europe de l'Ouest et en Afrique ; et cela pourrait être un événement décisif dans la lutte pour le pouvoir entre le "monde libre" et le communisme" (une réflexion actuelle en substance si nous spécifions les concepts de monde libre et de communisme et les mettons en relation avec l'histoire donnée) (12).

9788863362381-it.jpg

Costanzo Preve a raison lorsqu'il affirme: "[...] Il s'agit d'une décision (la décision de résister à l'américanisme, ma précision LL) nourrie par la conscience de la principale caractéristique de l'américanisme lui-même, à savoir son arrogance. [...] Il ne s'agit pas seulement d'une question de pure puissance militaire "impériale" (Alexandre le Grand, Jules César, Gengis Khan, Napoléon). Il s'agit de quelque chose de plus profond et d'immensément plus abject, l'arrogance d'être porteur d'une civilisation supérieure garantie même par un mandat divin qui légitime cette prétention à la supériorité par son élection invérifiable. Aujourd'hui, le seul détenteur au monde de cette intolérable arrogance, ce sont les États-Unis d'Amérique. Peut-être [...] l'Europe, la Russie, les Mongols, les Arabes, la Chine, etc. l'ont-ils été dans le passé, mais il est certain que dans les conditions géopolitiques actuelles, ils ne le sont plus. C'est de cette donnée qu'il faut partir". Un mandat divin d'un Dieu un peu étrange, "[...] le Dieu de George Bush et du messianisme idéocratique américain des néo-cons [...,  le Dieu exclusif, lié de facto à un seul peuple élu (autrefois les Juifs, aujourd'hui les Américains de la Destinée Manifeste et de la Cité sur la Colline, le peuple que le blasphémateur éhonté Bill Clinton a appelé sans vergogne dans son discours d'investiture à la Maison Blanche "le seul peuple indispensable au monde"), le Dieu au nom duquel les bombes atomiques sont larguées sur Hiroshima et Nagasaki et l'Irak envahi en 2003, le Dieu au nom duquel les bases militaires sont multipliées dans tous les pays du monde, planifiant de manière obsessionnelle la prochaine guerre avec la coexistence d'une Europe asservie et terrorisée [...]" (13).

5.

La soumission volontaire totale des nations européennes (et de sa superstructure représentée par l'Union européenne) aux stratégies américaines est si forte que les guerres Russie-Ukraine et Israël-Palestine ont fait l'objet d'une homogénéité si compacte dans le camouflage de la réalité. Il faut remonter à l'histoire de Catilina dont nous n'avons qu'une seule vérité : rarement une tradition aussi abondante aura été aussi compacte dans l'obscurcissement de la réalité (14). L'Ukraine agressée est devenue une victime après avoir réprimé les Républiques populaires séparatistes de Donetsk et de Lougansk, une répression commencée en 2014 contre les régions russophones (Odessa, Dniepropetrovsk, Kharkov, Louhansk et Donetsk) qui a conduit à une militarisation du contexte et à quelques massacres (à Odessa et Marioupol, les plus importants) et après avoir été l'instrument américain, par l'entrée de facto dans l'OTAN, de la guerre contre la Russie ; tout comme l'Israël lésé par le Hamas est transformé en victime après avoir occupé la Palestine depuis 1948 (proclamation de la naissance de l'Etat d'Israël) en expulsant les Palestiniens (composés à l'origine d'Arabes musulmans, d'Arabes chrétiens, de Juifs et de minorités turques et arméniennes) avec une violence et des méthodes inqualifiables (15). Le mensonge systématique qui devient la vérité des dominants ! (16).

La-Democratie.jpg

La remarque de Luciano Canfora sur le modèle européen plein de démocratie, de liberté et de droits universels des peuples en référence à la soi-disant invasion russe de l'Ukraine (et au plan d'attaque du Hamas contre Israël) est efficace, rappelant la férocité des puissances européennes dans la poursuite de la domination mondiale: "Bien sûr, si l'on pense avec quelle détermination les Européens ont poursuivi la domination mondiale, il est plutôt amusant qu'ils se montrent maintenant comme un modèle de vertu et qu'ils fassent la leçon aux autres. Une certaine rhétorique pro-européenne ressemble à la prière contrite de quelqu'un qui a fait toutes sortes de choses et qui devient soudain pieux et vertueux" (17).

C'est-à-dire que nous passons d'une phase historique monocentrique, avec une coordination occidentale américaine jusqu'en 1990-1991 (implosion de l'ex-URSS) et mondiale jusqu'en 2011 (montée des puissances russe et chinoise), où l'Europe a joué un rôle subalterne et dirigeant dans le système américain (américanisation du territoire européen) et ses stratégies de domination du monde ; à une phase multicentrique où l'Europe, gouvernée et gérée par la nouvelle OTAN, devient une expression géographique de la mémoire metternichienne, ainsi qu'un champ de bataille de l'affrontement entre les puissances mondiales.

6.

L'Union européenne n'existe pas ! Ce qui apparaît, ce sont des institutions (lieux institutionnels) dirigées par des sous-décideurs des différentes nations qui utilisent les ressources des différentes sphères sociales et mettent en œuvre des stratégies de développement (en alliance ou en conflit les unes avec les autres) intégrées dans celles des États-Unis. Les sanctions contre la Russie, qui ont eu un effet négatif sur l'Europe (augmentation des prix des matières premières énergétiques, en particulier pour les entreprises du secteur de l'énergie et du gaz, réduction des relations économiques, récession et perte accentuée du pouvoir d'achat, sécurité dans les nouvelles infrastructures énergétiques, etc.) elles ont apporté des avantages aux États-Unis (limitation de la baisse de la demande de dollars pour le commerce international, vente de gaz à des prix russes multiples, attraction des entreprises européennes, etc : construire de nouvelles relations en Asie (Chine, Inde, Iran), promouvoir un développement autosuffisant (dans l'alimentation, l'industrie manufacturière, les biens de consommation, etc.) Un autre exemple est le désastre de l'économie européenne: "[...] 2024 sera un désastre pour l'économie réelle européenne. Les indicateurs économiques manufacturiers prévisionnels, les PMI, sont pratiquement tous négatifs pour les pays européens [...]. Les perspectives économiques sont donc mauvaises, mais il y a pire: les nouvelles règles budgétaires européennes, celles sur lesquelles un accord a été trouvé, prévoient des contraintes très fortes sur le déploiement de politiques budgétaires expansionnistes. Le fait que le déficit ne puisse dépasser 1% du PIB pour la quasi-totalité des pays européens rendra impossible toute politique de nature anticyclique; au contraire, il imposera des réductions et des augmentations d'impôts qui seront procycliques. Ainsi, non seulement la crise cyclique ne sera pas contrée par les politiques économiques de l'UE, mais elle sera même accentuée. La crise de 2011-2014 ne nous a rien appris du tout [...]" (18).

9788817083355.jpg

L'Europe en tant que sujet politique unitaire n'a jamais existé. Je souligne, avec Luciano Canfora, que "l'Europe occidentale s'est divisée très tôt et est restée divisée: l'idée qu'il s'agit d'un continent unitaire est une invention. Au fil des siècles, nous la voyons se déchirer, déchirée par des luttes de pouvoir, aux prises avec une autorité spirituelle, celle du pontife romain, qui était également temporelle et interagissait avec les gouvernements des différents États. Cela a favorisé une dialectique plus vivante, mais aussi un éclatement structurel, annonciateur de problèmes" (19).

Les puissances européennes se sont toujours affrontées pour l'hégémonie sur le continent européen: considérez, par exemple, la tentative ratée de Napoléon Bonaparte qui a déclaré avec regret: "je n'avais pas terminé mon travail. L'Europe serait en effet devenue un seul peuple; en voyageant, chacun se serait senti dans une patrie commune... Cette union devra se faire un jour ou l'autre par la force des choses... Il faut un droit européen, une Cour de cassation européenne, un système monétaire unique, des poids et mesures égaux, il faut les mêmes lois pour l'ensemble de l'Europe. J'aurais voulu faire de tous les peuples d'Europe un seul peuple... C'est la seule solution" (20). On ne peut pas échanger l'Europe des différentes nations concurrentes (qui avaient aussi un rôle à jouer dans la religion, l'art, la culture, la nature, la science, etc. Pensez, par exemple, à la Renaissance italienne et européenne qui, selon Fernand Braudel, "[...] est cette lente transformation, qui n'en finit pas, par laquelle la civilisation occidentale passe des formes traditionnelles du Moyen Âge aux formes nouvelles, déjà actuelles, de la première modernité, encore vivace dans cette même civilisation occidentale dans laquelle nous vivons aujourd'hui, qui, à peine sortie de ses anciennes contradictions, en fabrique allègrement d'autres" (21).

L'hypocrisie de l'Europe comme sujet politique et unitaire. La réflexion de l'historien Paul Kennedy n'est pas à partager lorsqu'il affirme que "l'Europe ne disparaîtra certainement pas. Elle jouera également un rôle politique central à l'avenir. Si, en 2030, nous avons une Union européenne qui inclut également l'Ukraine, nous assisterons à une transformation historique de la dynamique politique internationale. Toute la région du Caucase sera également attirée vers l'UE. Avec pour conséquence un plus grand isolement de la Russie" (22). Pour avoir un rôle politique central, l'Europe doit être autonome, indépendante, souveraine, capable de penser et de réaliser une stratégie de projet pour un modèle de développement et de relations sociales dans une société européenne de peuples, avec un rôle central dans l'échange culturel, politique, économique et social entre l'Ouest et l'Est tout en respectant les différentes histoires territoriales. Mais l'Europe est au service des stratégies de pouvoir des États-Unis pour une domination mondiale monocentrique. Il faut donc la repenser en se tournant vers l'Est, où il y a des puissances établies, comme la Chine et la Russie, et des puissances montantes, comme l'Inde, qui sont pour un monde multicentrique (23) et qui peuvent être porteuses d'un autre modèle de développement social, bien que dans une logique systémique capitaliste (les différents capitalismes), encore capables de se situer dans les équilibres naturels et humains pour leurs histoires, leurs cultures, leurs traditions, leurs religions, etc., par opposition à l'Occident dirigé par les États-Unis, qui se projette dans le transhumain (dépassement de l'humain), ce qui signifie la fin de l'humanité telle que nous la connaissons: "Trasumanar significar per verba non si porìa [...] le passage à une condition, ou à un mode d'être, supérieur à celui normalement propre à l'homme qui ne peut être exprimé [...] au moyen de mots" (24).

9788822016010.jpg

Le mode de production et de reproduction de la vie américain, expression d'un modèle de développement hégémonique, mais en déclin du fait de l'avancée du multicentrisme lequel propose d'autres modèles de développement suggérés par d'autres puissances mondiales (pensez au modèle chinois de la Route de la Soie), a pénétré et façonné le mode de développement européen. L'Europe est devenue un outil important (une sorte de tête de bélier) pour les projections stratégiques contre l'Est et ses puissances. En fait, l'Europe n'existe plus, ce qu'elle apparaît est l'expression de la servitude volontaire des sous-décideurs qui ne veulent pas perdre leur pouvoir dérivé des phases de gestion et d'exécution des stratégies des pré-dominants américains dans leurs territoires nationaux respectifs. Les sous-décideurs décident des lignes stratégiques du développement de leurs territoires nationaux respectifs incorporés dans le territoire hégémonique des États-Unis d'Amérique. L'américanisation du territoire européen (dont nous savons peu de choses) est emblématique des processus de pénétration du modèle de développement hégémonique des États-Unis. Ce modèle affecte profondément et intègre le développement des nations européennes dans les stratégies américaines d'hégémonie mondiale. Pensez aux transformations des villes et des territoires (inclus dans la zone OTAN) et à la fourniture d'infrastructures territoriales (tables, couloirs de mobilité, bases, logistique, ports, etc.). Dans la phase multicentrique, l'Union européenne ne sert pas de ciment et d'agrégat pour les stratégies américaines comme elle le faisait dans la phase monocentrique du monde occidental (et bipolaire), car elle a été remplacée par le projet de l'OTAN. Ce n'est pas un hasard si l'Europe, comme on l'a vu plus haut, n'a jamais été autonome et a toujours été subordonnée aux États-Unis d'Amérique depuis la Seconde Guerre mondiale.

1200x675.jpeg

30314264117.jpg

7.

Je cite un bon résumé de ce qui a été dit ci-dessus sur l'Europe non souveraine, par Giorgio Agamben: "[...] l'Union européenne conçue uniquement pour des raisons économiques qui ignorent non seulement les raisons spirituelles et culturelles, mais aussi les raisons politiques et juridiques [...]; l'Union européenne est techniquement un traité entre États qui se fait passer pour une constitution démocratique [...]; la soi-disant Constitution européenne est illégitime [...]. Le juriste allemand Dieter Grimm (photo) a souligné qu'il manque à la constitution européenne l'élément démocratique fondamental, car elle n'est en aucun cas le fruit de l'autodétermination des citoyens européens [...]. Le seul semblant d'unité est atteint lorsque l'Europe agit comme un vassal des États-Unis, participant à des guerres qui ne correspondent en rien aux intérêts communs et encore moins à la volonté des peuples. D'ailleurs, certains États signataires du traité, comme l'Italie, en raison du nombre de bases militaires qu'ils hébergent, sont techniquement des protectorats et non des États souverains. En matière de politique étrangère, il existe un Ouest atlantique, mais certainement pas une Europe. Tout comme elle n'existe pas sur le plan constitutionnel, l'Europe n'existe pas sur le plan politique et militaire [...]. Le Moyen Âge a compris qu'une unité formée par des sociétés politiques doit être quelque chose de plus ou de différent qu'une société politique. Le Moyen Âge a cherché son critère dans le christianisme. L'homme européen - à la différence des Asiatiques et des Américains, pour qui l'histoire et le passé ont un tout autre sens - ne peut accéder à sa vérité qu'en se confrontant à son passé, qu'en se confrontant à sa propre histoire. En d'autres termes, le passé est pour lui non seulement un patrimoine de biens et de traditions, mais aussi et surtout une composante anthropologique essentielle, qui fait qu'il ne peut accéder au présent que de manière archéologique, qu'en regardant ce qui a été. Cela signifie que pour l'Européen, le passé est avant tout une forme de vie. D'où le rapport particulier que l'Europe entretient avec ses villes, avec ses œuvres d'art, avec son passage: il ne s'agit pas de conserver des biens plus ou moins précieux, mais néanmoins extérieurs et disponibles; en détruisant hier les villes allemandes, les Américains savaient qu'ils démolissaient en quelque sorte l'identité même de l'Allemagne; c'est pourquoi, aujourd'hui, en détruisant le paysage italien avec du ciment, des autoroutes et des lignes ferroviaires à grande vitesse, les spéculateurs ne nous privent pas seulement d'un bien, mais détruisent aussi notre propre réalité historique [...]. Il fut un temps où l'idéal commun d'une Europe s'exprimait politiquement dans l'idée romaine d'un empire, puis dans l'idée germanique d'un saint-empire qui laissait intactes les spécificités des peuples [...]. Alors qu'il serait urgent de réfléchir à la difficile tâche de construire une unité tout en préservant la diversité, nous constatons au contraire que, dans tous les pays européens, on assiste à un véritable démantèlement des écoles et des universités, c'est-à-dire des institutions qui, en transmettant la culture, devraient veiller sur le rapport vivant entre le passé et le présent. À ce démantèlement correspond une muséification croissante du passé, à commencer par les villes elles-mêmes, transformées en centres historiques, dont les habitants sont en quelque sorte transformés en touristes de leur propre culture [...]. Un haut fonctionnaire de l'Europe naissante, Alexandre Kojéve, soutenait que l'Homo sapiens était arrivé au bout de son histoire et n'avait plus que deux possibilités devant lui: l'accès à une animalité post-historique (incarnée par l'American way of life) ou le snobisme (incarné par les Japonais, qui continuent à célébrer leurs cérémonies du thé, pourtant vidées de toute signification historique). Entre une Amérique complètement réanimée et un Japon qui ne reste humain qu'à condition de renoncer à tout contenu historique, l'Europe pourrait offrir l'alternative d'une culture qui reste humaine et vitale, parce qu'elle est capable d'affronter sa propre histoire dans sa totalité et de tirer une vie nouvelle de cette confrontation" (25).

8.

La centralisation du pouvoir dans la phase multicentrique est fonctionnelle pour réduire la chaîne de commandement qui devient essentielle dans les phases (multicentriques et polycentriques) de conflit ouvert entre les puissances mondiales. Par exemple, voyez la tentative de réforme, à partir de 2015, de l'Union européenne en ce qui concerne l'élargissement et l'approfondissement des domaines politiques vers la constitution des États-Unis d'Europe (26). L'objectif est de réformer l'Union européenne pour la rendre plus fiable et servile en éliminant les vassaux et les vavasseurs qui servaient de ciment et de coordination dans l'exécution et la gestion des stratégies américaines contre les puissances qui contestent leur ordre mondial monocentrique (Mario Draghi est l'un des protagonistes, au nom des pré-dominants américains, de cette réforme vers la construction des États-Unis d'Europe) (27). Il est emblématique que l'un des secteurs les plus touchés par la réforme soit le secteur militaire. Un secteur qui doit être absorbé et coordonné par les États-Unis et l'OTAN et qui doit jouer un rôle de menace, d'intimidation et de conflit potentiel avec la Russie et la Chine (et leurs zones d'influence) afin de les affaiblir et de les réduire (28).

Cop.-CANFORA-ultima.jpeg

L'Europe doit être repensée et reconstruite, en commençant par un processus de libération de la servitude volontaire (29) envers les États-Unis, qui passe par la démilitarisation des bases des États-Unis et de l'US-OTAN sur son territoire (occupation militaire, par le biais de bases et d'accords), est la force qui a permis à la puissance américaine de coordonner le développement au niveau mondial jusqu'en 2011, fin de la phase monocentrique) et la sortie du système de l'euro articulé dans le système hégémonique du dollar (en voie d'être concurrencé par d'autres systèmes monétaires qui expriment d'autres modèles de développement et de relations sociales, à comprendre et à approfondir).

Il faut repartir de la césure que représente la désaméricanisation du territoire européen (tout comme, avec la doctrine Monroe (30), les États-Unis d'Amérique ont imposé la déseuropéanisation du continent américain) ; il faut, selon les termes de Costanzo Preve, "une réorientation gestaltiste radicale" qui fasse sortir l'Europe de la servitude volontaire des États-Unis et penser à une autre Europe de nations autodéterminées et libres. Une rupture forte et qualitative qui peut être obtenue en tournant notre regard vers l'est, vers le pôle asiatique en expansion qui englobe 70 % de la population mondiale, tout en sachant que "[...] Dans la réalité sociale, les expressions oui et non sont inséparablement liées dans une relation dialectique. Dans la réalité sociale, il n'y a pas de non qui ne contienne pas quelque chose d'essentiellement positif" (31).

Une refonte et une reconstruction qui jette les bases d'une Europe autodéterminée tournée vers l'Est, où les puissances mondiales montantes font des propositions pour un nouvel équilibre (un nouveau nomos) de la domination mondiale (32).

9.

Que faire ? Existe-t-il les conditions subjectives et objectives pour penser, concevoir et construire une autre Europe et ne pas continuer dans l'hypocrisie pure ?

La citation choisie comme épigraphe est tirée de : *Costanzo Preve et Luigi Tedeschi, Dialoghi sull’Europa e il nuovo ordine mondiale (= Dialogues sur l'Europe et le nouvel ordre mondial), Casa Editrice "il Prato", Saonara (Padoue), 2016, p.86.

NOTES

1 Alessandro Barbero, Charlemagne. Un padre dell'Europa, Editori Laterza, Roma-Bari, 2002, chapitre V, pp. 113-127 ; sur le parcours complexe de la construction des nations européennes, voir Andrea Zannini, Storia minima d'Europa. Dal neolitico a oggi, il Mulino, Bologna, 2019, pp. 223-237; sur l'importance de la reconquête de la souveraineté des nations pour construire une autre Europe libre et autodéterminée comme nouvel espace de connexion et d'échange politique, économique et culturel entre l'Ouest et l'Est voir Costanzo Preve et Luigi Tedeschi, Dialoghi sull'Europa e sul nuovo ordine mondiale, Casa Editrice "il Prato", Saonara (Padoue), 2016 ; Perry Anderson et autres, sous la direction de, Storia d'Europa, Einaudi, Turin, 1993, volume 1.

2 Sur le rôle de l'Europe dans les stratégies américaines, voir Henry Kissinger, World Order, Mondadori, Milan, 2015, pp.87-96 et pp. 234-326 ; Zbigniew Brzezinski, The Great Chessboard, Longanesi, Milan, 1998 ; sur le rôle des services secrets dans la construction du projet d'une Europe unie, à la fois pour saper l'influence communiste et pour incorporer l'Europe dans les stratégies américaines de domination, voir Richard J. Aldrich, OSS, CIA and European Unity : the American Committee for a United Europe, 1948-60 (first, second, third part), www.comedonchisciotte.org , 24/8/2020 ; sur la construction des institutions européennes et leur fonctionnement lire Perry Anderson, Towards an ever closer Union ? (first, second, third part), www.comedonchisciotte.org, 2/1/2021 ; sur la fin du projet européen des États-Unis je renvoie à mon article The European Union project is over, NATO is the US tool in the strategic conflict of the multicentric phase, www.italiaeilmondo.com , 26/11/2018.

3 Costanzo Preve, Ripensare Marx oltre la destra e la sinistra, interview éditée par Luigi Tedeschi, www.ariannaeditrice.it , 31/5/2007 ; Costanzo Preve, Filosofia e geopolitica, Edizione all'insegna del Veltro, Parma, 2005.

4 Sur la métamorphose de l'OTAN, je renvoie à Luigi Longo, L'americanizzazione del territorio (Appunti per una riflessione), www.conflittiestrategie, 29/3/2014 et www.italiaeilmondo.com, 27/5/2017 ; Idem, Il progetto dell'Unione europea, op. cit. ; Idem, La Nato è lo strumento degli USA nel conflitto strategico della fase multicentrica, www.italiaeilmondo.com, 7/7/2022.

5 Raniero La Valle, In Vilnius NATO took over the world, www.ilfattoquotidiano.it , 25/7/2023.

6 Editor, The military history of the United States looks like a game but it is not, www.infodata.ilsole24ore.com , 20/2/2020 ; Giovanni Viansino, Roman Empire, American Empire. Idéologies et pratiques, Edizioni Punto Rosso, Milan, 2005.

7 Sur la définition de la guerre au sens étroit (première (1914-1918) et deuxième guerre mondiale (1939-1945) et au sens large pour la troisième (1945-1989) et la quatrième encore en cours, voir Costanzo Preve, La quarta guerra mondiale, Edizioni all'insegna del Veltro, Parma, 2008.

8 Rédaction de l'Ansa, Nordic countries towards joint air defence from Russia, www.ansa.it, 25/3/2023 ; Filippo Jacopo Carpani, Troops on the border with Russia : what's behind the US move in Finland, www.ilgiornale.it , 15/12/2023 ; Maurizio Blondet, The German Defence Minister : "Europe must be ready for war by the end of the decade", www.maurizioblondet.it , 18/12/2023.

9 Alberto Bradanini, The US fears a Russia-China axis and a multipolar world, interview by Luciana Borsatti, www.sinistrainrete.info , 11/5/2022.

10 Fabrizio Maronta, édité par, conversation avec Richard D. Wolff, The American empire is over but America does not accept it, "Limes" no.4/2023, pp.104-106.

11 Maurizio Brignoli, Les causes économiques du massacre de Gaza, www.ariannaeditric.it 18/11/2023 ; Enrico Tomaselli, La catabasi imperiale, www.ariannaeditrice.it , 24/12/2023 ; Pepe Escobar, Le Yémen est prêt à affronter une nouvelle coalition impériale, www.comedonchisciotte.org , 23/12/2023 ; Jean Valyean, L'opération "prosperity guardian" voulue par le Pentagone s'effondre après même pas une semaine, www.scenarieconomici.it, 24/12/2023 ; Marco Dell'Aguzzo, Who (not) is part of the US anti-Houthi coalition in the Red Sea ? www.startmag.it  , 30/12/2023; Manlio Dinucci, Medioriente : gli incendiari cry "Al fuoco", www.voltairenet.org , 31/12/2023 ; Enrico Tomaselli, Chi vuole allargare la guerra in Medio Oriente (e perché), www.ariannaeditrice.it  , 4/1/2024.

12 Arnold Toynbee, Le monde et l'Occident, Aldo Martello editore, Milan, 1956, p. 54.

13 Costanzo Preve, Filosofia e geopolitica, Edizioni all'insegna del Veltro, Parma, 2005, pp. 38-39 et Costanzo Preve, Una nuova storia alternativa della filosofia. Il cammino ontologico-sociale della filosofia, éditeur Petite Plaisance, Pistoia, 2013, p. 53.

14 Voir Luciano Canfora, Catilina. Una rivoluzione mancata, Laterza, Bari-Roma, 2023.

15 Giancarlo Paciello, La conquista della Palestina, Editrice C.R.T., Pistoia, 2004 ; Domenico Moro, Il seme della violenza. Le origini del conflitto israelo-palestinese, www.sinistrainrete.info , 19/10/2023 et 9/11/2023, première et deuxième partie ; Salvatore Bravo, La cesoia corazzata, www.comunismoecomunità.org , 20/11/2023.

16 Costanzo Preve, Il bombardamento etico. Saggio sull'interventismo umanitario, sull'embargo terapeutico, e sulla menzogna evidente, Editrice C.R.T., Pistoia, 2000.

17 Luciano Canfora, Intervista sul potere, édité par Antonio Carioti, Editori Laterza, Roma-Bari, 2013, p. 92 ; au sujet des puissances européennes qui ont fait toutes sortes de choses, lire Attilio Brilli, Dove finiscono le mappe. Storie di esplorazioni e di conquista, il Mulino, Bologna, 2012.

18 Leoniero Dertona, Désastre de l'économie européenne : 2024 sera une récession avec des mesures fiscales et monétaires cycliques, www.scenarieconomici.it , 3/1/2024 ; Isabella Bufacchi, L'industrie allemande souffre, la demande ne redémarre pas, www.ilsole24ore.com  , 8/1/2024 ; pour une interprétation des sanctions contre la Russie qui ont eu des effets négatifs sur l'Europe et stimulé l'économie russe, voir Michael Hudson, The US economy : surprisingly robust or a Potemkin village ? www.comedonchisciotte.org  20/6/2023 ; Megas Alexandros (alias Fabio Bonciani), Sanctions on Russia : idiocy in the service of 'power', www.comedonchisciotte.org  , 12/9/2022 ; pour une lecture des sanctions contre la Russie qui ont bénéficié à l'économie américaine dans Marco Della Luna, The Price of Adam, www.marcodellaluna.info ,1/9/2023 ; Domenico Moro, The EU mountain and the mouse of the new stability pact, www.comedonchisciotte.org  , 9/1/2024.

19 Luciano Canfora, Intervista sul potere, édité par Antonio Carioti, op. cit. p.90-91.

20 Alessandra Necci, Au cœur de l'empire. Napoleone e le sue donne fra sentimento e potere, Universale Economica Feltrinelli (Marsilio Editori), Milan, 2023, p. 274 ; voir le docu-film écrit et raconté par Alessandro Barbero, Ei fu. Vie, conquêtes et défaites de Napoléon Bonaparte, https://www.raicultura.it/storia/articoli/2021/05/Ei-fu-V... .

21 Fernand Braudel, L'Italia fuori d'Italia. Due secoli e tre Italie in AaVvv, Storia d'Italia. Dalla caduta dell'impero romano al secolo XVIII, Einaudi, Torino, 1974, Tomo secondo, p. 2143. Lire aussi Jacques Le Goff, L'Italia fuori d'Italia. L'Italia nello specchio del Medioevo in AaVvv, Storia d'Italia. Dalla caduta dell'impero romano al secolo XVIII, Einaudi, Torino, 1974, Tomo secondo, parte III, pp. 2060-2088 ; Federico Chabod, Storia dell'idea d'Europa, édité par Ernesto Sestan et Armando Saitta, Editori Laterza, Bari-Roma, 1989.

22 Paul Kennedy, Here are the three poles of the new world (and Europe is not there), entretien édité par Massimo Gaggi, https://www.corriere.it/la-lettura/24_gennaio_01/paul-ken... ...

23 L'objectif du multicentrisme équilibré ne sera possible que si la puissance agressive, par son histoire, les USA, sait partager la domination mondiale avec les autres puissances que sont la Chine, l'Inde et la Russie, porteuses d'un équilibre dynamique entre les puissances, dans le respect de leurs propres particularités historiques et territoriales. Je fais une lecture différente du multicentrisme équilibré et de la multipolarité équilibrée de John J. Mearsheimer qui peut éviter la phase polycentrique qui signifierait la troisième guerre mondiale et la fin de l'humanité compte tenu de la force destructrice des armes nucléaires. Sur la multipolarité équilibrée, voir John J. Mearsheimer, The Tragedy of the Great Powers, Luiss Press, Rome, 2019, pp. 259-427.

24 Dante Alighieri, La Divine Comédie. Paradiso, édité par Daniele Mattalia, BUR, Milan, 1989 (quatrième édition), Canto I, vers 70-71, note 70, pp.22-23. Sur le transhumanisme comme progrès nihiliste de l'Occident, voir Roberto Pecchioli, L'uomo transumano. La fine dell'umanità, Arianna Editrice, Bologne, 2023.

25 Giorgio Agamben, La crisi perpetua come strumento di potere in "Lo Straniero", 3/11/2013 ; voir aussi Alessandra Ciattini, Verso un nuovo mondo: due punti di vista, www.ilcomunista23.blogspot.com , 15/7/2023.

26 Luca Lanzalaco, États-Unis d'Europe : si vous les connaissez, vous les évitez, si vous les évitez, vous vous sauvez, www.comedonchisciotte.org , 15/12/2023 ; Idem, La révision des traités de l'UE est l'attaque ultime contre la souveraineté et la démocratie, www.comedonchisciotte.org , 14/6/2022. Je souligne que l'auteur ne fait aucune référence au rôle de l'UE dans les stratégies hégémoniques américaines dans le conflit stratégique mondial.

27 Stefano Cingolani, United States of Europe : the real fiscal reform according to Draghi, www.ilfoglio.it , 7/9/2023 ; Megas Alexandros, (alias Fabio Bonciani), It's time for the eurozone's mass running experiment to end ! Mario Draghi, www.comedonchisciotte.org , 10/9/2023 ; Federico Fubini, Draghi: "L'Europe doit être une véritable union, à commencer par la politique étrangère et la défense. Les erreurs ? La Russie et l'Afghanistan", www.corriere.it , 8/11/2023 ; Ansa Editorial, Draghi est un moment critique pour l'Europe, www.ansa.it , 29/11/2023 ; Katia Migliore, L'Europe est-elle en crise ? Il nous faut plus d'Europe ! www.comedonchisciotte.org , 1/12/2023 ; Marina Lanza, ed, L'UE met fin à la fiction démocratique, www.maurizioblondet.it , 21/11/2023.

28 Nick Alipour, Le ministre allemand de la Défense : "L'Europe doit être prête à la guerre d'ici la fin de la décennie", www.maurizioblondet.it  18/12/2023 ; Stefano Porcai, Changing the laws to favour Europe's military-industrial complex, www.contropiano.org, 5/1/2024 ; sur le rôle de l'Union européenne en Asie centrale, voir Pepe Escobar, Central Asia is the first battlefield in the new great game, www.comedonchisciotte.org , 21/8/2023.

29 Sur la conversion de la sujétion extérieure en soumission intérieure, donnant lieu à cette psychologie du sujet que Friedrich Engels a qualifiée de "servante", voir Gyorgy Lukacs, La distruzione della ragione, Einaudi, Turin, 1959, pp. 3-90.

30 Nico Perrone, Progetto di un impero 1823.L'annuncio dell'egemonia americana infiamma le borse, La Città del Sole, 2013, Napoli.

31 Gyorgy Lukacs, La destruction de la raison, Einaudi, Turin, 1959, p. 804.

32 Voir, avec une lecture critique, Valery Korovin, The End of Europe. Avec la Russie sur la voie du multipolarisme, Anteo Edizioni, Cavriago (RE), 2023.

 

mercredi, 31 janvier 2024

Géoéconomie - Croissance record du transport ferroviaire Chine-Europe

th-1000x375-photo-transport-train.jpg.jpg

Géoéconomie - Croissance record du transport ferroviaire Chine-Europe

Source: https://www.destra.it/home/geoeconomia-crescita-record-del-trasporto-ferroviario-cina-europa/

De janvier à novembre, 16.145 trains de marchandises ont circulé entre la Chine et l'Europe, transportant 1,75 million d'EVP, soit une augmentation de 7% et 19% respectivement en glissement annuel. Le volume de fret a établi un record en dépassant le total de l'année précédente. Ces chiffres ont été publiés par le China State Railway Group, en attendant les chiffres définitifs pour 2023.

Le service de trains de marchandises Chine-Europe s'est étendu à 217 villes dans 25 pays. Des mesures ont été prises pour améliorer l'efficacité des services de transport et la qualité des wagons et de la traction a été améliorée pour augmenter la capacité de transport de 10%.

5H6EWBDRRRHOFNUMZKUAOST76Q.jpg

Bansard Rail Map routes - 20210304_3.png

Depuis la fin du mois de novembre, des trains Chine-Europe circulent sur cinq itinéraires avec un horaire fixe. Ce type de service a permis de réduire les temps de transport de 20%. La coordination entre le département des chemins de fer, les douanes et l'inspection des frontières a été renforcée afin d'améliorer l'efficacité du dédouanement.

Entre-temps, la situation d'urgence en mer Rouge, qui risque de perturber les routes méditerranéennes et d'entraîner des retards et des temps de transit plus longs, a déclenché une autre initiative "ferroviaire". Cette fois, c'est le grippo Codognotto, basé en Vénétie, qui introduit un nouveau service Chine-Milan afin d'assurer la continuité pour ses clients.

L'offre est toujours disponible, avec trois stations d'origine différentes en Chine vers Milan et trois départs hebdomadaires différents. Le temps de transit est de 22 jours, couvrant une distance de plus de 11.000 kilomètres.

Source : Adria Ports

Les relations transfrontalières et transnationales du Pakistan et le rôle de la Russie

536ee8bfaacbd5cc4f760bd9266b9a86.jpg

Les relations transfrontalières et transnationales du Pakistan et le rôle de la Russie

Marina Bakanova

Source: https://www.geopolitika.ru/article/transgranichnye-i-transnacionalnye-otnosheniya-pakistana-i-rol-rossii

Le Pakistan, l'un des grands pays nés de l'effondrement de l'Inde britannique, a hérité de relations complexes en matière de politique transfrontalière et transnationale. La situation géopolitique associée à l'ingérence anglo-saxonne dans la région n'a fait que compliquer ces relations. Par ailleurs, le Pakistan, en tant que région située à la jonction de l'Asie du Sud et de l'Asie centrale, est très important pour les intérêts politiques, économiques et culturels de la Russie.

Cette problématique n'est pratiquement pas prise en compte par la communauté scientifique russe, alors que l'actuel "demi-tour de la Russie vers l'Est" nécessite une étude approfondie. Tout d'abord, pour la mise en œuvre efficace des projets économiques pakistano-russes, l'amélioration des relations avec l'Iran et la Chine, et la résolution du problème afghan.

Bien que le Pakistan puisse actuellement se targuer d'être tout au plus un leader régional, sa position est stratégiquement importante d'un point de vue géopolitique. Dans le sens ouest-est, le Pakistan est au carrefour des routes terrestres et maritimes entre le Moyen-Orient, l'Asie du Sud et la Chine (potentiellement l'Extrême-Orient), et dans le sens nord-sud, il offre aux pays d'Asie centrale l'accès le plus proche à la mer d'Oman. Enfin, le Pakistan est un membre actif de l'OCS et de l'OCI, et un membre potentiel des BRICS.

La-Cour-supreme-pakistanaise-sonne-probablement-la-fin-du-Premier-ministre-Imran-Khan.jpg

Ces dernières années, le Pakistan a fait preuve d'une certaine capacité à faire face et à s'adapter aux défis mondiaux et aux changements géopolitiques. Mais cela est dû en grande partie à l'ancien Premier ministre Imran Khan (photo), puis aux crises politiques et économiques qui ont empêché le gouvernement intérimaire de poursuivre une politique étrangère ambitieuse. Il convient de noter que les choses pourraient changer radicalement après les élections du 8 février 2024, notamment en cas de victoire du PLM-N du clan des Sharifs, qui bénéficie d'un soutien extrêmement faible à l'heure actuelle, mais qui devrait l'emporter en éliminant son principal rival, le PTI.

Le fait même de la création du Pakistan est une véritable bombe à retardement, mise en place dès la politique britannique et assidûment alimentée par la posture du mouvement national indien pendant la Seconde Guerre mondiale.

Bien que la division de l'Inde britannique ait été déclarée sur la base de la religion, de nombreux territoires "musulmans" ont été incorporés à l'Inde en raison de la proximité territoriale, du succès des pressions exercées par les dirigeants britanniques ou des guerres éclair de l'armée indienne. En fait, l'héritage résiduel du territoire pakistanais a d'abord posé des problèmes transfrontaliers et transnationaux. Et si la frontière officielle avec l'Inde était au moins documentée (sans compter la situation distincte du Cachemire), le reste n'était pas résolu. Ainsi, au nord-ouest, la ligne Durand n'est pas reconnue par le gouvernement afghan (et absolument aucune version d'un quelconque gouvernement installé à Kaboul) et par certains nationalistes pachtounes du territoire de Khyber Pakhtunwa. La frontière avec l'Iran est critiquée par les séparatistes du Baloutchistan qui réclament la création d'un pays séparé pour eux, assemblés à partir des territoires du Baloutchistan pakistanais et iranien. Inutile de parler du Cachemire, la frontière avec l'Inde et la frontière avec la Chine sont toujours en question, et le statut du Gilgit-Baltistan, ainsi que des populations qui y vivent, n'a pas encore été déterminé.

Major_ethnic_groups_of_Pakistan_in_1980_borders_removed.jpg

1200px-Kashmir_map-es.svg.png

La politique de partenariat stratégique global de l'URSS avec l'Inde a contribué à geler le conflit du Cachemire, qui est l'une des questions clés de la politique pakistanaise contemporaine, mais n'a pas pu contribuer à le résoudre définitivement. Cela s'explique principalement par la position exclusivement pro-indienne de Moscou, qui est restée inchangée depuis 1947. En même temps, sa solution pourrait non seulement contribuer à améliorer les relations entre l'Inde et le Pakistan, mais aussi à "diluer" la présence de la Chine dans la région. D'ailleurs, la position de la Chine, qui soutient sans ambiguïté le Pakistan dans l'affaire du Cachemire, se comprend ici aussi : tout transfert des territoires du Cachemire (et du Gilgit-Baltistan par la même occasion) entraînera un arrêt complet des projets chinois d'accès à la mer d'Oman, à l'Afghanistan et à l'Iran, ce qui est tout à fait dans les "mains" de l'Inde, qui cherche à évincer Pékin de "sa" région.

La guerre d'Afghanistan et la méthode du contingent soviétique consistant à "faire pression" sur les Afghans au Pakistan ont provoqué une crise humanitaire dans le pays, qui n'a pas été résolue à ce jour et qui intensifie la confrontation entre Islamabad et Kaboul, étant l'une des questions clés de la politique interethnique. La politique d'expulsion des Afghans, appliquée activement depuis novembre 2023, est une conséquence directe à la fois de la guerre afghane et de la réduction des programmes humanitaires de l'ONU sur fond de crise économique au Pakistan. Il convient de noter que dans le cadre des relations soviéto-afghanes amicales, la reconnaissance de la ligne Durand en tant que frontière officielle entre les deux pays pouvait être favorisée, mais qu'elle est aujourd'hui sérieusement entravée. La situation est vraiment compliquée. En effet, l'Afghanistan moderne se positionne comme un État pachtoune, et ce malgré le fait que la plupart des Pachtounes vivent sur le territoire du Pakistan (et d'ailleurs, à l'exception de quelques personnalités politiques, ne cherchent pas à vivre en Afghanistan), et que sur le territoire même de l'Afghanistan vivent de grands peuples d'Asie centrale, dont les représentants sont généralement plus nombreux que les Pachtounes.

Distribution_of_Pakistanis_speaking_Balochi_or_Brahui_as_a_first_language_in_1998.png

640px-Belutschische_Sprache_Balochi_language.png

La question du Baloutchistan complique considérablement les relations avec l'Iran. En effet, les autorités d'Islamabad et de Téhéran partagent le même point de vue : le Baloutchistan indépendant n'a pas le droit d'exister et, dans une certaine mesure, c'est historiquement justifié, puisqu'il n'y a jamais eu d'État baloutche unifié, mais seulement plusieurs principautés disparates.

Cependant, l'opposition séparatiste du Baloutchistan a trouvé un bon soutien, à la fois moral et monétaire, auprès de l'Occident global, ce qui aboutit tôt ou tard à la création de groupes terroristes.

Cette situation, entre autres problèmes, ralentit considérablement le développement des relations entre le Pakistan et l'Iran, en particulier les relations commerciales. Il convient de noter que l'opposition du Baloutchistan, à son tour, entrave activement le développement du nationalisme au Baloutchistan, empêchant le développement de minorités nationales sur le territoire contrôlé, telles que les Brahui, les Pachtounes, les Harareis et les Siddis. Ce sont les actes terroristes au Baloutchistan qui créent des problèmes à la Chine dans son initiative "Belt and Road" avec l'accès à Gwadar.

Cela dit, il convient de noter que, d'une manière ou d'une autre, toutes les affaires transfrontalières pakistanaises fondées sur des questions transnationales sont des héritages de la colonisation britannique et de la politique du grand jeu de la fin du 19ème siècle. Compte tenu des relations actuelles entre le Sud global et la Russie, le Pakistan est en fait entouré d'États amis ou loyaux envers Moscou, et l'influence russe (non unilatérale bien sûr et pas uniquement en sa faveur) pourrait contribuer à leur résolution, ainsi qu'à la réduction du degré de tension dans la région. Toutefois, des difficultés se posent également à cet égard. Le fait est que la stratégie de sécurité nationale du Pakistan, adoptée en janvier 2022 (sous le régime du PTI et, par conséquent, considérablement déformée et violée par l'intérim), mentionne la Russie et le cadre de coopération avec elle: "Le Pakistan cherche à redéfinir son partenariat avec la Russie dans les domaines de l'énergie, de la coopération en matière de défense et de l'investissement. Les relations ont déjà pris un élan positif et le Pakistan continuera à s'efforcer de maximiser les avantages mutuels. La Russie, les pays d'Asie centrale et le Pakistan sont également des partenaires importants dans la réalisation de nos objectifs communs de paix et de stabilité en Afghanistan". Dans le même temps, le concept de politique étrangère russe de 2023 ne mentionne pas le Pakistan séparément en principe.

L'aide de la Russie au Pakistan pour résoudre les problèmes transfrontaliers et transnationaux pourrait faciliter considérablement les relations de Moscou avec les pays d'Asie du Sud dans leur ensemble, et contribuer à la construction d'un modèle efficace de monde multipolaire, mais pour l'instant, cela ne vaut probablement pas la peine d'espérer.

lundi, 29 janvier 2024

Les élections indonésiennes seront un tournant pour la géopolitique asiatique

6b8dc33593b2f77111c1c3bf08853691.jpg

Les élections indonésiennes seront un tournant pour la géopolitique asiatique

Lucas Leiroz

Source: https://www.geopolitika.ru/pt-br/article/eleicoes-na-indonesia-serao-um-momento-decisivo-para-geopolitica-asiatica

Le mois prochain, les citoyens indonésiens voteront pour choisir leur nouveau président.

Étant donné que l'Indonésie est un État clé dans ce que l'on appelle le "Sud global", qu'elle est le plus grand pays islamique du monde et qu'elle espère devenir la sixième économie mondiale dans les années à venir, les élections seront sans aucun doute importantes pour l'avenir de la scène géopolitique mondiale.

Prabowo_and_Indonesian_Pencak_Silat_Association_cropped.jpg

chaabaswprofile.jpg

La course à la présidence se concentre sur deux candidats. D'une part, Prabowo Subianto (photo, haut), actuel ministre de la défense, qui prône une politique étrangère équilibrée, faisant de l'Indonésie une sorte de "pont" entre l'Occident et les puissances multipolaires. D'autre part, Anies Baswedan (photo, bas), ancien gouverneur de Jakarta, soutenu par les États-Unis, qui promet d'aligner son pays sur l'Occident.

Subianto est l'un des protagonistes de la stratégie actuelle de l'Indonésie, qui consiste à rechercher une ligne neutre au milieu des tensions mondiales. À titre d'exemple, l'Indonésie a récemment participé à des exercices militaires conjoints avec les États-Unis, tout en renforçant ses liens économiques avec la Chine, après avoir signé un important accord de coopération l'année dernière. En outre, une autre caractéristique intéressante de l'état d'esprit géopolitique de l'Indonésie est sa quête de prééminence régionale, comme en témoigne le fait que le pays a récemment dirigé les premiers exercices militaires de l'ANASE.

Baswedan, cependant, a une histoire personnelle de liens avec les États-Unis et semble vouloir aider le pays à devenir un proche allié de l'Occident. Le candidat affirme que son intention est de mettre en œuvre une "politique étrangère fondée sur les valeurs", alignant l'Indonésie sur le projet libéral-mondialiste occidental - ce qui ne manquera pas de créer un certain nombre de problèmes au niveau régional, notamment avec la Chine.

1d73731_1644021033716-web1524merdechine-indonesie2.png

L'Indonésie et la Chine ont des rivalités et des différends territoriaux. Dans sa dernière carte officielle, le gouvernement chinois a inclus des zones maritimes revendiquées par l'Indonésie, telles que les îles Natuna, qui se trouvent dans la mer de Chine méridionale. Malgré ces divergences, les deux pays entretiennent une coopération économique bénéfique, Pékin investissant des dizaines de milliards de dollars dans des entreprises indonésiennes. Cette situation est le résultat direct des orientations souveraines et non alignées du gouvernement actuel - que Subianto promet de préserver, tandis que Baswedan promet de les inverser.

Comme chacun sait, le monde connaît actuellement des tensions croissantes, les États-Unis perdant progressivement leur influence mondiale dans un processus accéléré de multipolarisation géopolitique. Dans ce contexte, Washington cherche à gagner autant d'alliés que possible pour compenser les pertes constantes résultant de la décision de plusieurs pays de quitter la sphère d'influence américaine. En ce qui concerne la région asiatique en particulier, l'intérêt des États-Unis à obtenir le soutien d'un plus grand nombre de pays est encore plus grand, car la Chine est considérée comme un ennemi, et c'est pourquoi les États-Unis ont besoin de partenaires locaux pour affronter Pékin.

Baswedan a l'intention d'exploiter les rivalités de son pays avec la Chine pour justifier un virage pro-américain en matière de politique étrangère et faire de l'Indonésie un représentant de l'Occident en Asie. Il est très probable que, s'il gagne, Baswedan rapprochera son pays des alliances militaires anti-chinoises dirigées par les États-Unis en Asie, telles que QUAD et AUKUS, renforçant ainsi les hostilités contre Pékin. En outre, compte tenu du rôle important de l'Indonésie au sein de l'ANASE et de sa grande influence économique régionale, ce virage pro-occidental pourrait également signifier une tendance générale dans cette région d'Asie, amenant d'autres pays du bloc à adopter une position anti-chinoise.

Cette volonté de faire de son pays un représentant des intérêts américains explique pourquoi Baswedan bénéficie actuellement d'un soutien massif de Washington, notamment dans le cadre de la guerre de l'information. La machine de propagande occidentale répand des rumeurs sur le candidat de l'opposition, utilisant des éléments de son passé, comme son implication dans la dictature de Suharto, comme arguments pour dire que son accession au pouvoir serait une "menace pour la démocratie indonésienne".

Ces récits sont diffusés par les États-Unis parce que la victoire de Subianto semble très plausible. Le candidat est clairement le préféré du peuple indonésien et le favori des sondages électoraux, ce qui explique pourquoi les États-Unis intensifient leur guerre de l'information. L'objectif est de convaincre le plus grand nombre possible de citoyens indonésiens de voter pour Baswedan, en essayant ainsi d'inverser les chiffres actuellement indiqués dans les sondages.

Il est peu probable que la victoire soit définitive le 14 février, et il est possible que les deux candidats s'affrontent lors d'un second tour en juin. Jusqu'à ce que les résultats soient connus, l'Indonésie devra faire l'objet d'une grande attention, car ce pays est extrêmement important pour l'Asie et le monde islamique.

Il est certain que les efforts américains pour élire Baswedan vont s'intensifier dans les semaines à venir. Compte tenu de l'importance géopolitique que revêt la question, il est même possible que la position occidentale à l'égard de l'Indonésie devienne plus agressive si le résultat escompté n'est pas atteint par la voie électorale - avec la possibilité de tentatives de changement de régime et de révolution de couleur en cas de victoire de Subianto.

Vous pouvez suivre Lucas Leiroz sur : https://t.me/lucasleiroz et https://twitter.com/leiroz_lucas

vendredi, 26 janvier 2024

Le joker taïwanais

360_F_382860056_h1RIug3uk5tZKCYOYKWCZqlwc2I4fY4C.jpg

Le joker taïwanais

Konstantin Batanov

Source: https://www.geopolitika.ru/article/tayvanskiy-dzhoker

Le 13 janvier 2024, de 8h00 à 16h00, Taïwan a organisé l'élection du chef de l'exécutif taïwanais. Trois candidats étaient en lice : Lai Qingde (Parti démocrate progressiste), Hou Yu-ih (Kuomintang) et Ke Wenzhe (Parti populaire de Taïwan). Lai Qingde, dont le parti est favorable à l'indépendance de Taïwan, l'a emporté.

Certains experts estiment qu'en conséquence, Taïwan commencera à s'éloigner de la Chine et de la Russie et à se rapprocher des États-Unis et de leurs alliés, ce qui compliquera l'environnement international.

Toutefois, le Parti démocrate progressiste a déjà remporté de nombreuses élections et est actuellement le parti au pouvoir sur l'île, après avoir remporté les élections précédentes en 2020, ce qui n'a finalement pas eu de conséquences graves. Lai lui-même a déclaré au cours de la campagne électorale qu'il avait l'intention de poursuivre l'indépendance de Taïwan, il est plus radical que l'actuelle dirigeante Tsai Ing-wen.

En ce qui concerne les candidats perdants, on peut dire ce qui suit.

80b8c912-1b40-46d0-bfd0-61c943755147_7aa5dec5.jpg

Le candidat du Kuomintang Hou Yu-ih (photo) est contre l'indépendance de l'île et pour la normalisation des relations avec Pékin, mais selon les termes du Kuomintang, en réalité il s'avère qu'il est soi-disant contre l'indépendance de Taïwan, mais en réalité il ne peut pas aller vers l'unification, parce qu'il s'oppose au Parti communiste chinois. C'est la position traditionnelle de ce parti, qui se considère comme le parti national de la Chine avec des origines patriotiques. Hou Yu-ih a toujours souligné l'importance de soutenir la paix et la stabilité des deux côtés du détroit de Taiwan et a préconisé la promotion du dialogue et de la coopération avec la Chine, estimant que cela est nécessaire à la prospérité et au développement de Taiwan.

-kwj1.jpg

Le candidat du Parti populaire de Taïwan, Ke Wen-jae (photo), soutient le maintien des relations actuelles avec la Chine pour préserver la paix, c'est-à-dire qu'il s'inscrit essentiellement dans la continuité de l'orientation actuelle des autorités taïwanaises : ne pas se rapprocher de la Chine, mais aussi ne pas obliger la Chine à recourir à la force.

Les experts chinois considèrent que les deux premiers hommes politiques sont pro-américains et Ke Wen-jea pro-japonais, et estiment qu'en fait, quel que soit l'élu, il n'y aura pas d'amélioration significative de la situation dans les relations de l'île avec la Chine.

L'élection attire l'attention du monde entier parce qu'elle n'est pas seulement une lutte entre les forces politiques intérieures de Taïwan, mais aussi un reflet des tensions entre la Chine et les États-Unis.

Les Taïwanais eux-mêmes sont divisés en plusieurs camps, certains pensent que Taïwan doit éviter les actions radicales afin de préserver la paix, d'autres sont en faveur de l'indépendance, comptant sur la protection et le soutien des pays occidentaux, et d'autres encore sont enclins, sinon à l'unification avec la Chine, du moins à l'intégration avec elle.

Les autorités chinoises entendent poursuivre la réunification en appliquant le système "un pays, deux systèmes" testé lors de la restitution de Hong Kong à la Chine en 1997 et de Macao en 1999. Taïwan devrait être intégrée à la Chine mais jouir d'un large degré d'autonomie. L'adhésion de Taïwan par la force serait désavantageuse pour la Chine, car les parties subiraient de graves dommages économiques.

china-taiwan-konflikt-halbleiter-weltkarte-e21e17c3f0282799.png

Taïwan est un leader sur le marché mondial de la fabrication de semi-conducteurs. Comme le souligne Bloomberg, une guerre dans le détroit de Taïwan pourrait entraîner une perte économique de 10.000 milliards de dollars pour le monde, soit l'équivalent de 10% du PIB mondial actuel.

La Chine est très intégrée dans l'économie mondiale, ce qui entraînerait des dommages considérables. C'est pourquoi les dirigeants chinois tentent de réaliser l'unification par des méthodes pacifiques.

L'accent est mis ici sur l'utilisation de la puissance douce et du pragmatisme traditionnel chinois. Cela se traduit par le fait que les Taïwanais peuvent visiter la Chine, y travailler et y faire des affaires, bénéficier de la politique sociale nationale (qui ne peut être utilisée par les étrangers qui n'ont pas la citoyenneté de la République populaire de Chine), et que les entreprises à capitaux taïwanais opérant sur le continent peuvent bénéficier d'avantages fiscaux et autres.

Dans le cadre du 13ème plan quinquennal, une ligne ferroviaire à grande vitesse reliant Pékin à Taipei est incluse dans le programme de construction d'un réseau national de lignes ferroviaires à grande vitesse. Il devrait être mis en service en 2035.

Le 8 janvier, le ministère chinois du commerce, le bureau des affaires taïwanaises, le comité de réforme et de développement et le ministère de l'industrie et des technologies de l'information ont approuvé une série de mesures visant à renforcer la coopération commerciale et économique entre la province de Fujian et Taïwan afin d'approfondir l'intégration économique dans le détroit de Taïwan. Il s'agit manifestement de démontrer aux électeurs taïwanais les avantages d'établir des relations avec la "grande mère patrie".

En mars 2005, la Chine a adopté la loi anti-séparatisme, qui stipule que la déclaration d'indépendance de Taïwan pourrait bien devenir un prétexte à la guerre. Par conséquent, une action décisive de la part des nouveaux dirigeants taïwanais pourrait provoquer un conflit militaire: si Lai déclarait que Taïwan était désormais un État indépendant, il ne laisserait à Xi Jinping d'autre choix que de recourir à la force.

Les autorités chinoises se sont donc préparées non seulement auprès des Taïwanais, mais aussi sur la scène internationale.

Les 8 et 9 janvier s'est tenue la 17ème réunion de travail entre les départements de la défense américain et chinois, au cours de laquelle la partie chinoise a souligné qu'"il n'y aura jamais le moindre compromis ou concession sur la question de Taïwan". Les États-Unis sont tenus de respecter le principe d'une seule Chine, de remplir effectivement leurs obligations, de cesser d'armer Taïwan et de s'opposer à l'"indépendance" de Taïwan.

np_file_212507.jpeg

Auparavant, le 7 janvier, le ministère chinois des affaires étrangères avait annoncé des sanctions à l'encontre de cinq entreprises du complexe militaro-industriel américain ayant fourni des armes à Taïwan. Le 9 janvier, un porte-parole américain a déclaré que les États-Unis "demandent instamment à Pékin de cesser d'exercer des pressions militaires, diplomatiques et économiques sur Taïwan".

La stratégie américaine consiste à maintenir le statu quo sur la question de Taïwan et à armer progressivement Taïwan afin d'envenimer périodiquement la situation dans le détroit de Taïwan, de causer des ennuis à la Chine en la "contenant" et d'effrayer ses voisins dans la région. À cette fin, les États-Unis ont récemment fourni une aide militaire de 500 millions de dollars à la partie taïwanaise.

Mais, d'un autre côté, dans la situation internationale actuelle, alors que leurs forces considérables sont attirées par Israël et l'Ukraine, les Américains ne tireront aucun profit d'un conflit militaire entre la Chine et Taïwan, car il nécessitera leur intervention directe, des dépenses financières considérables, et il n'est pas certain que les États-Unis sortent victorieux de ce conflit. Au contraire, il pourrait conduire à une résolution définitive de la question taïwanaise en faveur de la Chine.

Certains analystes politiques taïwanais établissent des liens entre Lai Qingde, Zelensky et Netanyahu, les qualifiant de "dangereux amis des États-Unis", ce qui implique que leur comportement pourrait créer des problèmes pour les Américains et mettre les États-Unis dans une position difficile.

C'est pourquoi les hauts fonctionnaires de la Maison Blanche soulignent régulièrement que les États-Unis s'opposent à l'"indépendance de Taïwan" et soutiennent le principe d'"une seule Chine", empêchant ainsi les dirigeants taïwanais de prendre confiance dans le soutien inconditionnel des États-Unis.

Dans le même temps, une unification pacifique de Taïwan et de la Chine serait également désavantageuse pour les États-Unis, car elle renforcerait la position géopolitique de la Chine, lui fournirait des avantages technologiques et réduirait la capacité des Américains à influencer les dirigeants chinois.

À cet égard, les États-Unis prennent des mesures pour "réchauffer" Taïwan. Ainsi, 73 sénateurs et représentants du Congrès américain ont récemment adopté une "résolution pro-Taïwan", promettant d'utiliser toutes les méthodes efficaces pour soutenir la "liberté" du peuple taïwanais. Et à la veille des élections taïwanaises, les États-Unis ont envoyé 148 millions de litres de carburant diesel aux bases militaires des Philippines afin d'utiliser les Philippines comme tremplin pour une intervention armée dans le détroit de Taïwan à tout moment.

Sur la base de ce qui précède, nous pouvons conclure que les États-Unis et la Chine sont confrontés à des tâches géopolitiques complexes : ils doivent éviter les conflits militaires pour atteindre leurs objectifs, qui non seulement ne coïncident pas, mais sont même opposés.

La situation est aggravée par l'imprévisibilité de Lai Qingde. Il est évident que les Américains devront le retenir périodiquement pour l'empêcher de faire des provocations trop graves à l'égard de la Chine.

1024x768_707939780956.jpg

Le 20 mai, Lai Qingde (photo) sera intronisé, après quoi nous pouvons nous attendre à des actions concrètes de sa part, qui détermineront l'évolution future de la situation. Si Lai ne donne pas de prétexte pour lancer une action militaire, nous pouvons nous attendre à ce que les dirigeants chinois continuent à travailler pour gagner la confiance du peuple taïwanais et changer ses préférences politiques. Si Lai Qingde commet un acte irréfléchi, il existe un réel danger de conflit militaire qui affectera non seulement l'Asie du Sud-Est, mais aussi le monde dans son ensemble - l'économie mondiale sera confrontée à un certain nombre de changements fondamentaux qui affecteront presque toutes les sphères d'activité.

mardi, 23 janvier 2024

Batailles navales

uss carl vinson reuters.JPG

Batailles navales

Andrea Marcigliano

Source: https://electomagazine.it/battaglie-navali/#google_vignette

La Chine a mis en mer un nouveau porte-avions après deux ans de travaux. Celui-ci jouera le rôle de vaisseau amiral de sa flotte de guerre. Pas moins de 340 navires. Un chiffre qui en fait la plus grande au monde. Et ce porte-avions, le Fujian, est comparable à ceux des classes Ford et Nimitz des États-Unis. Toutefois, contrairement aux porte-avions américains, le Fujian n'utilise pas la propulsion nucléaire.

Je laisse toutefois l'évaluation technique aux militaires et aux initiés. Ce qui m'intéresse ici, c'est de souligner à quel point, en l'espace de quelques décennies, l'armée populaire chinoise a changé de peau. Elle s'est transformée, selon une orientation précise qui suit la nouvelle stratégie géopolitique de Pékin.

Une stratégie totalement inédite dans l'histoire de la Chine. Indice que la nature même de l'ancien Empire du Milieu est en train de changer radicalement.

x7pavch20.jpg

En effet, la Chine, tout au long de son histoire millénaire, a toujours été une puissance terrestre. Une "tellurocratie", qui fondait sa force sur d'immenses armées terrestres. Et de grandes masses d'hommes en armes.

Une force qui a cependant toujours été sa limite. L'obligeant à jouer un rôle régional, aussi vaste soit-il. Et à souffrir de la confrontation avec des puissances d'un autre type. Moins massives et plus agiles.

C'est ce que l'on a vu, historiquement, avec le Japon. Jusqu'à la Seconde Guerre mondiale. Et, dans une certaine mesure, lors de la guerre de Corée. Lors de la confrontation directe, bien que brève, avec les États-Unis.

Au cours des deux dernières décennies, l'oligarchie du mandarin rouge a opéré un changement radical au sein des forces armées chinoises. Ce changement s'est accéléré sous la direction de Xi Jinping.

L'ère des grandes armées terrestres est révolue. La Chine développe désormais un système de troupes aéroportées spécialisées. Et, en plus, se dote d'une grande flotte.

La volonté de faire de la Chine une puissance capable d'intervenir militairement - si nécessaire pour ses intérêts - dans n'importe quel scénario sur le globe est évidente. Et, surtout, d'exercer le contrôle/défense des voies de transport maritime et des côtes avec les systèmes portuaires qui en sont les plaques tournantes nécessaires. En fait, un pouvoir tellurocratique qui est en train de devenir une thalassocratie. Ou qui y aspire en partie. Sans pour autant renoncer au contrôle de son propre espace géographique diversifié.

Il ne faut pas considérer l'antithèse terre/mer de manière rigide et schématique. L'histoire nous fournit de nombreux exemples de métamorphoses. Où le Béhémot s'est transformé en Léviathan. Et vice versa.

mar.jpg

L'empire de Rome. Une puissance terrestre par excellence, qui s'est toutefois transformée en thalassocratie avec le transfert du centre du pouvoir à Constantinople.

La Ligue hanséatique allemande, qui, en tant que puissance maritime et mercantile, est devenue plus tard l'un des piliers de l'Allemagne, puissance terrestre.

Et nous pourrions multiplier les exemples.

Le monde d'aujourd'hui est une réalité extrêmement fluide. Changeante et incertaine. Avec des frontières de plus en plus floues et difficiles à définir. Et où les mers, les océans sont devenus de plus en plus importants. Parce qu'ils sont le théâtre privilégié du commerce. Et donc de l'affrontement entre puissances mercantiles et, en même temps, géopolitiques.

L'avenir, pour autant qu'on puisse l'entrevoir par éclairs, ce n'est pas la Pax Americana de la mondialisation, théorisée par Fukuyama. C'est la lutte permanente entre des thalassocraties de tailles différentes pour le contrôle des routes maritimes.

Un monde de pirates et de corsaires. Une grande bataille navale.

lundi, 22 janvier 2024

Port chinois au Pérou. La route de la soie maritime est une réalité

MjAxODA2MzI3N2NmODU0Mzg3OGJiMjU0MTQ5YjFlYWE5YTE5Yzk.jpg

Port chinois au Pérou. La route de la soie maritime est une réalité

Enrico Toselli

Source: https://electomagazine.it/porto-cinese-in-peru-la-via-della-seta-marittima-e-realta/

Il n'y a pas que la guerre. Le scénario international évolue également sous le radar, tandis que les médias atlantistes se contentent d'exulter devant chaque difficulté - y compris celles qu'ils ont inventées - dans le Sud global. Ainsi, entre l'annonce des défaites russes en Ukraine et l'abattage de coûteux avions moscovites par d'héroïques fantassins-chasseurs à Zelensky armés de lance-pierres, les hommes de Poutine arrivent officiellement au Niger sans que les médias italiens et/ou occidentaux ne perdent de temps à en faire état.

De même, aucun espace n'est consacré à l'accord entre le Pérou et la Chine pour le port sud-américain de Chancay. Une infrastructure colossale qui appartiendra à la compagnie chinoise Cosco Shipping et qui pourra accueillir les grands navires marchands qui assureront le trafic direct entre l'Amérique latine et l'Asie. Pas seulement entre le Pérou et la Chine, puisque le port de Chancay a vocation à devenir un hub du sous-continent. Donc non seulement pour le cuivre andin, mais aussi pour le soja brésilien.

mapa-descripcion-generada-automaticamente-1.jpeg

Le port, du moins en ce qui concerne la première phase, pourrait être inauguré à l'automne par Xi Jinping, notamment pour souligner l'importance stratégique de l'infrastructure. Entre autres, un pôle industriel est déjà prévu à proximité du port, qui devrait notamment servir à la transformation des produits agroalimentaires en provenance du Brésil. Et c'est justement le Brésil et le Pérou qui sont engagés dans des négociations pour résoudre les différents problèmes juridiques, sanitaires et logistiques.

Chancay et son arrière-pays représenteront une nouvelle étape fondamentale dans le développement de la route de la soie maritime. Ainsi, entre autres, les pays d'Amérique latine situés sur la côte atlantique pourront éviter de passer par le canal de Panama, ce qui leur fera gagner plusieurs jours de navigation. Bien entendu, pour Pékin, cela représentera également la possibilité d'exercer une plus grande influence dans toute la région.

vendredi, 19 janvier 2024

Kissinger n'était pas un Américain

Le secrétaire d'État américain Henry Kissinger, le 25 mars 1974 à Tel Aviv. (AFP).jpg

Kissinger n'était pas un Américain

Ronald Lasecki

Source: https://ronald-lasecki.blogspot.com/2024/01/kissinger-nie-by-amerykaninem.html

Henry Kissinger n'était pas un Américain. Non seulement en raison de ses origines - il est né il y a un siècle dans une famille juive de Bavière - mais aussi en raison du somptueux accent allemand qu'il a conservé tout au long de sa vie. Ce n'est pas non plus parce qu'il n'était pas américain que le somptueux accent allemand qu'il a conservé jusqu'à la fin de sa vie en était la preuve. Kissinger appartenait à l'Amérique, mais il n'était pas l'Amérique.

S'il était la figure la plus caractéristique de la politique étrangère yankee, il n'en représentait pas le trait le plus distinctif: un missionnisme démolibéral, donnant naissance au désir de transformer révolutionnairement le monde plus ou moins à chaque génération lorsque l'état des choses existant ne correspond plus graduellement aux idées de plus en plus libérales des héritiers idéologiques du protestantisme radical et de la révolution des Lumières de 1776.

Kissinger a cependant su profiter des opportunités offertes par la Mecque américaine, celle des exilés et des immigrés. Persécuté dans son pays d'origine, l'Allemagne, où il n'avait pas accès à l'enseignement, il s'est servi des institutions académiques pour gravir les échelons du pouvoir. Bénéficiant du rôle central des universités dans la sélection et la formation de l'élite qui contrôlait la politique étrangère des États-Unis dans la seconde moitié du 20ème siècle, il a bâti sa position sur ses réalisations académiques et son expertise en tant qu'historien.

Après s'être officiellement retiré de la scène politique, il a utilisé son expertise pour gagner de l'argent: son cabinet de conseil Kissinger Associates a reçu des commissions élevées de la part de généreux donateurs, y compris étrangers, offrant en retour aux entreprises et aux gouvernements des informations approfondies sur le système. Le canal d'information créé par Kissinger a été utilisé par huit présidents américains - de Carter à Biden - pendant un demi-siècle.

71WFvVrL1GL._AC_UF1000,1000_QL80_.jpg

Un ordre stable et instable

Kissinger avait déjà consacré sa thèse de doctorat, The World Restored (1957), au Congrès de Vienne, en attirant l'attention sur les "problèmes de la paix", ce qui est révélé dans son sous-titre. La juxtaposition des mots "problèmes" et "paix" indique que l'auteur était fasciné non pas tant par la "paix" au sens de l'absence de guerres, mais par l'"ordre", l'"équilibre" - la "pax" à la romaine.

En effet, la paix peut être structurellement stable - convenue par les principaux centres de pouvoir, conjointement légitimée par eux, qu'ils s'engagent solidairement à préserver. Cette option reste en équilibre dynamique, car il s'agit d'un système de vases communicants et l'affaiblissement d'un de ses éléments est contrebalancé par la stabilisation du système par les autres. Tel était le système de Vienne construit par Metternich et négocié au Congrès de 1815 avec Castlereagh.

Mais il existe aussi une variante de la paix hégémonique: imposée par la puissance dominante du moment, unilatéralement favorable à celle-ci, donc contestée par les lésés, donc structurellement instable et, en bout de course, insoutenable. En effet, tout affaiblissement de l'hégémon ou la montée d'un centre de pouvoir concurrent désorganise le système hégémonique et conduit à son effondrement.

La stabilité d'un système hégémonique dépend d'un seul facteur, et non d'un système de facteurs multiples qui se complètent mutuellement, comme dans un système d'équilibre des pouvoirs. Par ailleurs, aucun facteur unique ne peut être permanent, car tout dans le monde est sujet à l'entropie et à la fluctuation ; un système hégémonique est donc structurellement défectueux et voué à l'effondrement. Contrairement aux systèmes pluralistes (équilibre des pouvoirs), les systèmes concentriques (hégémoniques) ont une capacité limitée d'homéostasie et sont moins flexibles, car moins adaptés à la nature dynamique et spontanée-créative de la réalité.

Kissinger a formulé son éloge du système d'équilibre des pouvoirs et sa critique du système hégémonique au milieu du 20ème siècle, mais ce n'est que le 1er janvier 1990 que Charles Krauthammer a annoncé l'avènement du "Moment unipolaire" dans les pages de Foreign Affairs, un forum semi-officiel de communication des opinions de l'élite politique américaine. Cela a activé le désir révolutionnaire, presque trotskiste, de la superpuissance victorieuse de la guerre froide de transformer le monde selon les critères de l'idéologie démolibérale.

412wpR1KzJL._AC_UF1000,1000_QL80_.jpg

Sur la Russie

Kissinger s'est engagé dans une autre direction. Contrairement aux dictats de la tradition politique yankee et de l'idéologie d'État, le secrétaire d'État des administrations des présidents Richard Nixon et Gerald Ford a cherché à intégrer d'autres centres de pouvoir au sein du système mondialiste yankee, plutôt que de les vaincre ou de les détruire.

Il s'agit avant tout de l'assouplissement des relations avec l'Union soviétique dans les années 1970, alors que les États-Unis sont enlisés en Indochine et perturbés par l'effondrement de leurs sous-systèmes socio-culturels et économiques internes. Le rapport entre la taille des armements de l'URSS et des États-Unis commence à se rapprocher dangereusement de la parité pour ces derniers.

Washington perd la guerre froide et craint une défaite géopolitique en Europe. Son élite dirigeante en vint à la conclusion que le pays avait besoin d'un moment de répit, tandis qu'en matière de politique étrangère, il fallait apaiser les tensions et gagner du temps. L'architecte de cette politique fut Kissinger, qui fut plus tard critiqué par le récit "Cassandre" qui, à la fin des années 1970 et au début des années 1980, donna naissance au mouvement néoconservateur (qui n'avait pas encore de nom à l'époque).

La position de Kissinger sur la guerre actuelle en Ukraine s'est également écartée du politiquement correct. Il s'est montré sceptique quant à la possibilité de reprendre la Crimée et les territoires perdus par l'Ukraine au printemps 2022, refroidissant ainsi l'enthousiasme des partisans d'une hégémonie unilatérale de la grande puissance au drapeau Stars and Stripes, pour laquelle il serait nécessaire d'infliger une défaite décisive à Moscou. Kissinger a proposé de faire de l'Ukraine un tampon dans les relations avec la Russie, plutôt que d'envisager un "changement de régime" au Kremlin. Il a mis en garde contre la tentation de pousser la Russie dans les bras de Pékin avec une rhétorique aussi belliqueuse.

51U+DmbmqDL._SL1000_.jpg

Sur la Chine

Le deuxième élément de la "grande stratégie" de Kissinger est l'ouverture des États-Unis à la Chine en 1972. Le secrétaire d'État de l'époque ne se contentait pas d'exploiter les fissures dans le bloc communiste et de retourner le plus faible des ennemis des États-Unis contre le plus fort - ce que Kissinger a pleinement réussi à faire et qui est encore considéré aujourd'hui comme un chef-d'œuvre de diplomatie, bien que les critiques reprochent à celui qui occupait alors le Harry S Truman Building à Foggy Bottom de ne pas avoir suffisamment exploité l'avantage de Washington et d'avoir fait des concessions trop importantes à Pékin sur la question de Taïwan.

Cependant, Kissinger voulait bien plus que monter le Zhönguó contre la Russie. Il voulait entraîner la République populaire de Chine dans la mondialisation yankee et faire de l'Empire du Milieu un partenaire junior de la bannière étoilée. Il ne croyait pas à la démocratisation et à l'occidentalisation de la Chine, estimant au contraire que - pour citer la déclaration de Xi Jinping lors de sa récente rencontre avec Joe Biden à San Francisco à la mi-novembre - "le monde est assez grand pour accueillir les États-Unis et la Chine". Il a cherché à construire un condominium mondial entre Pékin et Washington, convaincu de la nécessité de travailler ensemble pour maintenir l'ordre mondial (pax).

Ce qu'il ne croyait pas, c'est que les États-Unis seraient capables de maintenir cet ordre seuls. Il savait que l'effondrement de l'hégémonie américaine, structurellement instable, entraînerait également l'effondrement de l'importance mondiale des idéaux démocratiques libéraux yankees qui lui avaient permis, à la fin des années 1930, de trouver refuge en Amérique du Nord face aux national-socialistes allemands antisémites.

113913313_0.jpg

Kissinger a travaillé toute sa vie sur l'idée d'intégrer la Chine dans le système mondial yankee. Il voulait utiliser la préférence confucéenne du peuple chinois pour l'ordre et l'harmonie sociale, ce qui rappelle sa vision "européenne" du monde, dans laquelle il voyait le moyen d'harmoniser le globe comme un "concert de puissances" et la coordination des politiques des principaux acteurs au sein d'un système unique. Un autre facteur liant la Chine au sein d'un système mondial dirigé par les États-Unis était, dans sa conception, les avantages du commerce mondial, dont la sécurité des "goulets d'étranglement", sous la forme de détroits maritimes, devait être garantie par la thalassocratie nord-américaine.

En juillet 2023, Kissinger a été reçu à Pékin, ce qui témoigne de la recherche par Xi Jinping de canaux de communication pour atténuer les relations tendues avec Washington. Kissinger estime que les puissances nord-américaine et chinoise ont une responsabilité l'une envers l'autre et envers le monde ; "l'une a besoin de l'autre", tandis qu'"un conflit impliquant la technologie moderne [...] serait un désastre pour l'humanité". En mai, il a déclaré que "les dirigeants des deux pays ont le devoir d'empêcher cela" et de renouveler les canaux de communication. En conséquence, la "ligne directe" présidentielle a été relancée lors du sommet de San Francisco, le 15 novembre, et les communications entre l'armée américaine et l'Armée populaire de libération de la Chine ont repris.

La façon dont Kissinger a géré le Zhönguó s'explique par sa profonde compréhension des déterminants civilisationnels de la politique étrangère du pays, qu'il a démontrée dans son ouvrage On China (2011). Grâce à sa compréhension de la logique culturelle qui sous-tend les ambitions géopolitiques de la Chine et des déterminants de ses modes politiques, il a été plusieurs fois l'envoyé de Washington dans le pays, même après sa retraite - la dernière fois le 20 juillet 2023.

Kissinger a su parler aux Chinois - à partir de son expérience du renseignement et donc d'un négociateur extrêmement difficile, Zhou Enlai - grâce à sa compréhension des principes fondamentaux de la civilisation chinoise : les relations mutuellement bénéfiques (guanxi) et le respect de la contrepartie (mianzi). Il a compris que pour briser l'hostilité et établir des relations avec Pékin, il fallait créer un climat de confiance et de respect mutuel. Il a utilisé ces connaissances lors de ses visites dans l'Empire du Milieu en 1971, préparant ainsi le terrain pour l'établissement de relations diplomatiques entre les États-Unis et la RPC.

L'herméneutique et les menaces qui pèsent sur elle

En tant que conseiller à la sécurité nationale (1969-1975) et secrétaire d'État américain (1973-1977), Kissinger a introduit une nouvelle habitude, à savoir l'étude minutieuse des documents de renseignement éclairant la vie, l'éducation et la carrière des dirigeants mondiaux avec lesquels il entrait en contact. Kissinger cherchait à les comprendre, à pénétrer leur vision du monde et leurs intentions. En ce sens, il était un "Européen", un homme "du monde", si différent des "provinciaux" yankees qui cherchent à interpréter et à évaluer le comportement des autres à travers le prisme de leur propre axiologie et de leurs codes culturels.

58652519.jpg

Cette méthode de Kissinger est parfaitement évidente dans son récent ouvrage Leadership: Six Studies in World Strategy (2023), sous-apprécié au niveau international et passé totalement inaperçu en Pologne, consacré à une analyse des motivations de Konrad Adenauer, Charles de Gaulle, Richard Nixon, Anwar as-Sadat, Lee Kuan Yew et Margaret Thatcher. Kissinger formule sa vision de la politique extérieure américaine en tenant compte des codes géopolitiques et culturels des autres nations, tels qu'incarnés par leurs dirigeants politiques.

61X4hUf0-oL._AC_UF1000,1000_QL80_.jpg

261f1311-94bd-4f1e-a735-e77839cde919.__CR0,0,970,300_PT0_SX970_V1___.jpg

Kissinger a également mis en garde contre l'intelligence artificielle et les tendances civilisationnelles plus générales dont elle est une manifestation. Dans un article coécrit avec Eric Schmidt et Daniel Huttenlocher et publié dans le Wall Street Journal le 24 février 2023, il compare l'intelligence artificielle à l'invention de l'imprimerie en 1450. Or, si celle-ci a permis d'accélérer la communication du savoir humain abstrait et d'en étendre la portée, les nouvelles technologies d'aujourd'hui créent un fossé entre le savoir humain et sa compréhension.

Au niveau politique, on assiste à une compression temporelle des processus de décision à une échelle qui les empêche d'être menés de manière rationnelle, ce qui menace l'équilibre du système international. Selon Kissinger, à l'ère de l'intelligence artificielle, de nouvelles conceptions de la connaissance humaine et de la relation entre l'homme et la machine devront être développées. L'intelligence artificielle est, selon les auteurs de l'essai, une manifestation de l'ère de la "distraction", où il n'est plus difficile d'assimiler des concepts profonds. Étudier un livre aujourd'hui est devenu un geste non conventionnel", nous dit Kissinger. La connaissance herméneutique que l'auteur de Leadership et de On China a développée à propos de la psyché des nations et des dirigeants est en train de perdre du terrain.

Kissinger arrive à une conclusion non moins pessimiste que dans l'essai du WSJ dont il est question dans le chapitre final de son ouvrage Leadership; il y souligne l'importance de l'éducation humaniste et civique et du substrat religieux pour la formation des dirigeants politiques modernes dans les conditions de la méritocratie qui a aujourd'hui remplacé l'ancienne aristocratie.

Selon Kissinger, cependant, l'idéal de l'éducation humaniste est en train de mourir dans les universités, ce qui, à son avis, menace la formation de fonctionnaires compétents. Les universités, selon lui, forment des technocrates étroitement spécialisés et des activistes idéologisés. L'étude, selon Kissinger, perd sa perspective philosophique et historique plus large.

La disparition de la culture civique, à son tour, selon l'auteur de Leadership, provoque un fossé croissant entre la multitude du peuple et les élites. Les élites et le peuple se font de moins en moins confiance et sympathisent, ce qui fait que le système devient de plus en plus oligarchique et que les tendances populistes anti-oligarchiques se développent dans la société.

Le passage d'une culture écrite à une culture visuelle s'opère, comme le note Kissinger, par le biais d'Internet et des nouveaux médias, ce qui déforme considérablement la conscience collective de la société. Le raccourcissement de la perspective et l'émotionnalisation qui caractérisent l'ère de l'Internet menacent, selon lui, une compréhension plus profonde et holistique des faits.

L'analyse rationnelle cède le pas, selon Kissinger, à des images émotionnellement suggestives dans la nouvelle ère de l'Internet. Les moyens de communication de masse exercent également des pressions conformistes croissantes dont les décideurs ne peuvent se protéger. Cependant, la marge d'erreur acceptable dans la prise de décision, comme le souligne Kissinger, se réduit face à l'émergence de nouveaux défis tels que l'intelligence artificielle, la cyberguerre et les nouvelles tensions internationales.

000-arp1828904-65681215a8341478245678.jpg

À propos de l'Amérique

Ce n'est pas un hasard si Richard Nixon figure parmi les dirigeants mondiaux analysés dans les pages de Leadership. Kissinger, sans jamais être devenu mentalement américain, comprenait les États-Unis comme personne d'autre. Il est impossible de comprendre l'idée que les Yankees se font d'eux-mêmes et de leur pays sans lire Kissinger. Sa caractérisation du caractère national yankee peut être placée avec succès aux côtés de De la démocratie en Amérique (1835-1840) d'Alexis de Tocqueville, de L'Amérique (1986) de Jean Baudrillard ou de Qui sommes-nous ? (2004) de Samuel Huntington.

81IcoIaiR5L._AC_UF1000,1000_QL80_.jpg

La phrase lapidaire tirée de Diplomatie de Kissinger, "Les États-Unis ne peuvent ni se retirer du monde ni le dominer", résume le mieux la "tragédie" du rôle international de cette superpuissance. Comme dans le cas de la Chine (dans l'ouvrage On China), Kissinger approfondit les déterminants psycho-politiques des projets internationaux des États-Unis et met en évidence les déterminants mentaux et culturels de leur politique étrangère. Alliant l'expérience de l'homme d'État à la sensibilité de l'historien, il identifie les composantes de l'attitude nationale des Américains à l'égard du monde extérieur et de leurs perceptions politiques. A titre d'exemple, citons trois de ces traits du caractère national yankee relevés et décrits par Kissinger :

Premièrement, les Américains rejettent la conception européenne (associée à Richelieu) de la raison d'État comme la poursuite par des moyens rationnels d'objectifs de politique étrangère rationnellement mesurés et donc d'intérêts rationnellement définis. Le moralisme est ancré dans les hypothèses de la république nord-américaine qui, du point de vue des autres centres de pouvoir et du système international dans son ensemble, est un facteur de désorganisation et une menace pour la durabilité de l'équilibre dynamique.

Nous devons ajouter que des représentants de sectes chrétiennes fondamentalistes se sont installés dans les colonies anglaises d'Amérique du Nord, traitant les préceptes moraux de cette religion au pied de la lettre et avec le plus grand sérieux. Alors que dans les pays orthodoxes et catholiques, des "soupapes de sécurité" ont été développées pour réconcilier la morale et l'anthropologie chrétiennes avec les exigences du fonctionnement du monde, aux États-Unis, la philosophie du "pragmatisme", supposant la possibilité d'"écraser" la réalité matérielle conformément aux exigences morales, est devenue populaire au début du 20ème siècle. Sous sa forme sécularisée des Lumières, dérivée d'un christianisme fondamentaliste, le moralisme a été inscrit dans les documents fondateurs des États-Unis et a trouvé son expression dans la jurisprudence judiciaire.

La leçon de Kissinger sur la "vision païenne du monde" est également pertinente sur ce point pour la Pologne, qui est liée à la république nord-américaine en déduisant sa politique extérieure de prémisses morales et idéologiques. En Pologne, cela n'est pas conditionné par le fondamentalisme chrétien, mais par un messianisme "latin" de liberté-république, et conduit à des échecs successifs du centre de pouvoir polonais dans ses relations avec les centres de pouvoir allemand et russe guidés par la "Realpolitik".

Deuxièmement, les Américains rejettent la conception européenne de la politique, qui consiste à gérer les problèmes plutôt qu'à les résoudre. Comme Lucius Cincinnatus, les Américains aimeraient, après avoir "gagné la guerre", "abandonner la politique" et retourner tranquillement "travailler la terre". Après avoir accompli sa mission, qui consiste à "résoudre le problème une fois pour toutes", le Yankee "rentre chez lui". Pour le yankee, la politique étrangère est une tâche qui a un début et une fin. En Europe, en revanche, la politique est comprise comme un processus qui n'a jamais de fin.

Ajoutons que le code culturel susmentionné du yankee trouve également ses racines dans le christianisme: dans la conception linéaire du temps qui atteint sa fin, après quoi le bonheur éternel est censé régner. Sous une forme sécularisée de l'idée des Lumières de la "paix éternelle", ce christianisme des fondamentalistes protestants a inspiré les visions yankees ultérieures de la "fin de toutes les guerres" et de la "justice" mondiale - du concept de la Société des Nations à celui du "Grand Moyen-Orient".

sipa_shutterstock40805268_000002.jpg

Kissinger, probablement inconsciemment, s'écarte ici de l'historicisme judéo-chrétien pour adopter une vision païenne du monde: le monde est un "devenir" continu sans "but" ni "logique" ; au-delà de ses frontières, aucun "monde meilleur" ne nous attend, car c'est celui dans lequel nous vivons qui est bon - parce qu'il est celui dans lequel nous vivons (le principe anthropique éthique). Le monde ne peut donc pas être "amélioré", mais seulement mal géré ou bien géré en fonction des intérêts de chacun et des interrelations de ses éléments ; une bonne gestion est telle que ces relations sont structurellement stables, et donc rationnellement prévisibles.

Troisièmement, le code politique yankee est un code libéral. Les Américains considèrent comme bon et juste un monde dans lequel le commerce remplace la guerre et le droit remplace la force. Les États-Unis se présentent comme les champions d'un ordre mondial régi par le droit. Ce courant traverse toute l'histoire intellectuelle des États-Unis et remonte bien plus loin que l'émergence de la Cour pénale internationale, l'idée d'"intervention humanitaire" après la fin de la guerre froide pour masquer les guerres d'agression, ou la fondation de l'ONU et avant elle de la Société des Nations. Kissinger, quant à lui, conçoit la politique à travers le prisme des rapports de force, ce en quoi il est extrêmement "anti-américain".

Le code yankee de compréhension de la politique, comme nous l'avons mentionné, est un code libéral. Le libéralisme expose au grand jour des idées chrétiennes sécularisées telles que la liberté, l'individu, l'égalité, le rationalisme, qui, dans la doctrine des églises chrétiennes d'Europe continentale, ont été "couvertes" par des formules philosophiques et culturelles qui atténuent leur contenu subversif. Chez les fondamentalistes protestants des colonies anglaises d'Amérique du Nord, déracinés du milieu civilisationnel européen, ces idées ont été mises au premier plan et ont ensuite trouvé leur expression dans la pensée séculière des Lumières nord-américaines et, enfin, dans le libéralisme yankee.

000-33pg9ch-656841c84747e401038947.jpg

Kissinger l'Européen

Kissinger a écrit pour l'élite politique yankee, mais ses idées ne sont pas populaires parmi elle. Les États-Unis parient désormais sur l'encerclement et l'isolement de la Chine, plutôt que sur son intégration dans le système mondial qu'ils dirigent toujours. Washington traite la Russie et d'autres acteurs mondiaux non pas comme des piliers régionaux de l'ordre mondial, mais comme des rivaux à abattre ou à détruire. Les idées de Kissinger ne sont pas et ne seront pas mises en œuvre dans la politique étrangère américaine dans un avenir prévisible.

Car dans sa construction intellectuelle, sa mentalité et sa conscience, Kissinger n'était pas un Américain, mais un Européen. Malgré son départ d'Allemagne lorsqu'il était encore enfant et ses origines juives, Kissinger est toujours resté mentalement "allemand". C'est pourquoi ses analyses sont plus populaires en Europe continentale et en Chine qu'aux États-Unis, son pays d'origine. Le tempérament et la mentalité de Kissinger étaient purement "tellurocratiques".

En Pologne, qui se nourrit du ressentiment anti-européen (et surtout anti-russe), Kissinger est perçu de manière plutôt critique - comme insuffisamment anti-russe. La supériorité de Brzezinski sur Kissinger a été récemment démontrée par le conservateur polonais Marek A. Cichocki, qui a souligné l'idéologisation démolibérale de sa conception de la politique à l'égard de la Russie comme facteur de cette prétendue supériorité de Brzezinski.

Une telle évaluation de la part d'un conservateur serait bien sûr absurde, à moins de reconnaître le fait que les Polonais partagent l'idéologisation démolibérale avec les Américains - sauf que les conservateurs polonais, au lieu d'utiliser le terme libéral-démocrate, préfèrent "liberté-républicain". La différence n'est toutefois que cosmétique, car dans les deux cas, il s'agit de lier la raison à une sinistre superstition idéologique démolibérale.

Ronald Lasecki

Publié à l'origine dans Myśl Polska, numéro 51-52 (17-24.12.2023).

mercredi, 17 janvier 2024

Jeux de Risk et dangers réels

gu024075_6_2.jpg

Jeux de Risk et dangers réels

Andrea Marcigliano

Source: https://electomagazine.it/risiko-e-rischi/

C'est un jeu de Risk très complexe qui s'est ouvert avec la crise de Gaza. Et qui s'étend maintenant à la mer Rouge et au golfe Persique. Tendant, je dirais inévitablement, à impliquer l'ensemble de notre Méditerranée.

Un risque qui voit converger dans cette région spécifique des tensions et des ambitions qui dépassent ses frontières. Et qui impliquent, en premier lieu, les trois plus grandes puissances mondiales.

Les États-Unis, la Russie et la Chine sont en effet plus ou moins directement impliqués dans les conflits qui éclatent en chaîne dans toute la région du Moyen-Orient. Une implication plus profonde que jamais. Plus profonde qu'à l'époque où, par exemple, Moscou et Washington jouaient une partie d'échecs dans laquelle les pays du Moyen-Orient n'étaient que de simples pions. Et le scénario, même s'il n'est pas sans importance, est resté périphérique par rapport au centre de l'"échiquier". Représenté par l'Europe, d'une part, et l'Asie du Sud-Est, d'autre part.

Aujourd'hui, la situation est très différente. Le Moyen-Orient représente le pivot du Grand Jeu. Son contrôle, ou son instabilité, est déterminant pour tous les équilibres mondiaux. La preuve en est qu'au fur et à mesure de l'évolution de la crise de Gaza, le conflit en Ukraine est passé au second plan. Et, de fait, Zelensky est de plus en plus abandonné à son sort. L'Ukraine, rappelons-le, est le territoire frontalier entre la Russie et l'Europe centrale et occidentale.

Pour la Chine, la stabilité du Moyen-Orient est essentielle. Elle garantit son commerce le long de cette Route de la soie maritime, ou de ce "Noble collier de perles", qui constitue le cœur de sa stratégie. C'est aussi l'épine dans le pied de Washington, qui voit en Pékin son plus grand adversaire dans un avenir proche.

Les Chinois sont présents dans toute la région de la Corne de l'Afrique. Une présence économique, non sans insertion militaire. La crise de Gaza était déjà une menace pour eux. Le raid américain au Yémen est perçu, dans la Cité interdite, comme une véritable déclaration de guerre déguisée en opération anti-terroriste.

En fait, il est clair que les attaques américaines contre les Houthis n'amélioreront pas la situation du trafic en direction de Suez. Au contraire, elles créeront une situation d'instabilité qui pourrait gravement affecter les intérêts chinois. En fermant l'accès à la Méditerranée.

En revanche, l'inévitable hausse des prix du gaz et du pétrole, déjà amorcée en ces heures, ne nuira pas aux Etats. Au contraire, ils seront plus à l'aise pour transporter leurs produits via les routes atlantiques. Sans la concurrence de la mer Rouge.

Moscou, bien qu'occupée sur le front ukrainien, semble extrêmement préoccupée par le risque d'implication de l'Iran dans le conflit. Lequel est son meilleur allié dans la région. Une implication de plus en plus étroite, compte tenu de l'intensification de l'action de l'OTAN en Syrie, et de l'escalade des affrontements entre Israël et le Hezbollah à la frontière libanaise.

Il est donc probable que le Kremlin décide d'accélérer les opérations en Ukraine. De manière à clore rapidement le jeu et à avoir les mains libres pour une éventuelle implication au Moyen-Orient.

Le jeu de Washington est différent. La Maison Blanche, pour le moment, semble apprécier l'instabilité de la région. Une instabilité qui n'affecte que très peu ses intérêts, tout en portant gravement atteinte à ceux de ses rivaux.

En outre, il s'agit d'une stratégie de pouvoir thalassocratique classique. Elle ne cherche pas à contrôler directement une région clé, mais les mers et les voies d'accès. Elle empêche les autres, ses rivaux, d'en prendre le contrôle.

Cependant, cette stratégie risque de nuire gravement aux puissances moyennes alliées aux Etats. L'Égypte d'abord, qui tire une part importante de son PIB du commerce via Suez. Ensuite, la Turquie, qui a des intérêts considérables dans la Corne de l'Afrique. Et ce n'est pas un hasard si la réaction d'Erdogan a été pour le moins courroucée.

Il y a aussi les intérêts commerciaux des Émirats arabes, qui ont exprimé leur vive inquiétude face au nouveau front qui s'est ouvert au Yémen.

Mais le silence de Riyad est encore plus révélateur.

Le prince Mohammed bin Salman, héritier du trône et homme fort de la famille Saoud, a été l'architecte d'une stratégie d'apaisement tant avec l'Iran, prônée par Pékin, qu'avec Israël. Et, dans le même temps, il cherchait un rapprochement progressif avec les BRICS.

La guerre de Gaza d'abord, puis, plus encore, celle du Yémen (c'est-à-dire à sa porte) le mettent en très grande difficulté. Il risque d'être entraîné dans un affrontement direct avec Téhéran. C'est ce qui ressort d'une nouvelle édition de la Fitba, la guerre entre sunnites et chiites. Ce qui pourrait s'avérer exacerbant pour l'avenir de la dynastie saoudienne.

Et puis, il y a l'Europe. Ou plutôt l'absence d'Europe. Dépourvue de stratégie commune, et même de conscience d'intérêts communs. Et dont, bien sûr, Londres ne fait pas partie, et n'a jamais vraiment fait partie.

Une Europe sans leadership, avec l'absence totale de l'Allemagne, la France jouant comme d'habitude le rôle du poisson dans le tonneau, et l'Italie... obtusément aplatie par les décisions de Washington. Sans conscience de ses propres intérêts.

 

16:38 Publié dans Actualité, Géopolitique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, géopolitique | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

dimanche, 14 janvier 2024

Le Yémen: un pays stratégique sur l'échiquier géopolitique

17e93a4_7eac0125a8f34f6ab02c72c800b8bd85-7eac0125a8f34f6ab02c72c800b8bd85-0.jpg

Le Yémen: un pays stratégique sur l'échiquier géopolitique

par Paolo Arigotti

Source: https://www.sinistrainrete.info/geopolitica/27195-paolo-a...

Le discours dominant présente souvent les Houthis - également connus sous le nom d'Ansar Allah ("partisans de Dieu") - comme un groupe rebelle, presque comme pour souligner le caractère non officiel de ce qui, qu'on le veuille ou non, représente le gouvernement du Yémen, du moins d'une bonne partie de cette nation tourmentée, y compris la capitale Sanaa [1]. Son potentiel militaire ne doit pas non plus être sous-estimé, puisqu'il s'agit d'un mouvement de résistance chiite qui a réussi à s'imposer face à la coalition dirigée par l'Arabie saoudite depuis 2015 dans le cadre d'une longue et sanglante guerre civile qui a frappé le pays le plus pauvre de la péninsule arabique.

Les Houthis ont refait les gros titres en défiant ouvertement la quintessence de la puissance thalassocratique, les États-Unis, dans le contexte de l'un des "goulets d'étranglement" stratégiques les plus importants au monde: le détroit de Bab al-Mandeb sur la mer Rouge, qui fait la jonction avec l'océan Indien. Les motivations des Houthis ne font aucun doute et se lisent dans les déclarations officielles du gouvernement yéménite, où transparaît le caractère de représailles de la stratégie mise en œuvre depuis le 14 novembre, bien que la première attaque ait eu lieu le 19 octobre, lorsque le destroyer américain USS Carney a intercepté trois missiles tirés depuis les côtes du Yémen. Le groupe chiite, en réponse aux violences perpétrées par les forces armées israéliennes dans la bande de Gaza, qui ont déjà coûté la vie à plus de vingt mille personnes (principalement des femmes et des enfants), a annoncé son intention de cibler, à l'aide de drones et de missiles, tout navire lié à Israël qui transiterait par Bab al-Mandeb, qui sert également de porte d'entrée au canal de Suez, par lequel transitent - rappelons-le - environ 10% du commerce mondial et quelque 8,8 millions de barils de pétrole, ce qui correspond plus ou moins à un dixième de l'approvisionnement mondial, sans compter environ 8% de gaz liquide.

À cela s'ajoute le fait que les câbles de fibre optique, ceux qui assurent la circulation des données et la connexion entre l'Europe, l'Afrique, les pays arabes, l'Inde et l'Extrême-Orient, sont situés dans cette même partie du monde, et que ces connexions pourraient être mises en péril par le déclenchement d'un conflit, avec des effets imprévisibles sur les télécommunications mondiales et le trafic Internet [2].

6yqlttkdg8981.jpg

En outre, le 9 décembre, Ansar Allah a annoncé une extension de ses opérations, ne ciblant plus seulement les navires battant pavillon de l'État juif, mais tout navire à destination d'Israël, quelle que soit sa nationalité, dans le but ultime de couper tout approvisionnement en nourriture et en médicaments, tout comme Israël l'a fait à Gaza.

Pour éviter toute ambiguïté, il ne s'agit pas d'actions indiscriminées, car seuls les navires liés à et/ou à destination d'Israël sont touchés, tandis que les pétroliers russes, chinois, iraniens et autres en provenance du sud de la planète transitent sans encombre par le Bab al-Mandeb et la mer Rouge: une piste de réflexion intéressante sur l'évolution des équilibres mondiaux, sans compter que les Russes et les Chinois disposeraient également de la route de l'Arctique.

attacks-redsea-trade-routes-map-POL3820.jpg

Un autre point qu'il convient de préciser d'emblée est que les Houthis ne veulent pas la destruction d'Israël et de son peuple, mais seulement la fin des massacres à Gaza et l'afflux d'aide humanitaire, en utilisant le blocus naval comme moyen de pression. Et à ce stade, on peut se demander si la réponse à ces demandes, qui ne sont pas vraiment déraisonnables ou infondées, ne pourrait pas être une action militaire, qui compte déjà les premières victimes [3]. Nous laissons au lecteur le soin de répondre à cette question.

A la fin de l'année, neuf navires avaient déjà été pris pour cible, ainsi que la saisie en mer Rouge d'un autre navire dont l'origine est israélienne, obligeant plusieurs grandes compagnies maritimes (et pétrolières) internationales à modifier leurs itinéraires, en contournant l'Afrique et en passant par le Cap de Bonne Espérance, augmentant ainsi la durée du voyage et, bien sûr, les coûts du carburant, de l'assurance et autres frais connexes.

46438_2_1094044.jpg

Les actions d'Ansar Allah ne se sont pas limitées aux eaux maritimes, puisque les Yéménites ont lancé plusieurs attaques de missiles et de drones sur la ville portuaire d'Eilat, dans le sud d'Israël, interrompant presque complètement son trafic maritime commercial.

L'ensemble de ces actions est un camouflet pour la Maison Blanche, qui avait garanti dans sa stratégie de sécurité qu'elle ne permettrait aucune entrave à la liberté de navigation, qui a toujours été l'un des éléments clés de la thalassocratie américaine, basée précisément sur le contrôle des fameux "goulets d'étranglement" [4].

Face à la détermination des Yéménites, les Etats-Unis ont réagi, le secrétaire d'Etat Lloyd Austin annonçant le 18 décembre le lancement d'une opération navale, baptisée Prosperity Guardian, avec la participation de vingt pays, dont l'Italie, dans le but de contrer les attaques en cours et de garantir la sécurité du transit en mer Rouge. Pour mémoire, le seul pays arabe à avoir adhéré est le petit Bahreïn, tandis que l'Egypte, l'Arabie Saoudite et les Emirats Arabes, sur le papier alliés de Washington, ont décliné l'invitation, peut-être conscients pour ces deux derniers que les missiles du Yémen seraient parfaitement capables de frapper leurs champs pétroliers et de les mettre hors d'état de fonctionner pour un bon moment.

L'annonce de l'initiative n'a pas du tout intimidé Ansar Allah, qui a réaffirmé la continuité de ses opérations, et a en même temps fait apparaître les premières fractures au sein de la coalition des "volontaires". Si certaines nations européennes abstraitement impliquées, comme le Danemark, les Pays-Bas et la Norvège, ont annoncé un soutien minimal, même le gouvernement atlantiste de Meloni a réduit l'ampleur de sa contribution [5]: comme l'a indiqué le ministre de la Défense Guido Crosetto, la frégate italienne "Virginio Fasan", opérationnelle en mer Rouge, sera sous commandement national et ne s'occupera que de la protection du trafic marchand, à la demande des armateurs italiens, en dehors de l'opération "Prosperity Guardian" [6]. Une décision similaire a été prise par la France, qui a déclaré ne pas avoir l'intention d'envoyer de nouveaux navires dans la région, ce qui pourrait être le prélude à une rétractation rapide de l'administration américaine, du moins à une moindre détermination, Washington ayant été pratiquement laissé en plan par la plupart de ses "satellites".

4ZHCCCULGNESRJA74JPP2MX2WI.jpg

vesselsx-1.jpg

Comme l'écrit Michael Whitney, analyste géopolitique et social américain, "les Etats-Unis ne peuvent pas former une coalition maritime de grande envergure parce que les alliés américains ne font plus confiance au jugement de Washington et ne croient plus en son autorité morale. La marine ne dispose pas non plus d'une flottille suffisamment grande ou agile pour protéger les voies navigables et les couloirs de transit qui soutiennent les économies occidentales. Il ne s'agit pas d'un problème anodin. Zoran Kusovac, sur Al Jazeera, ajoute que "si la marine américaine finit par attaquer le Yémen, les Européens pourront prétendre qu'ils n'ont pas contribué à l'escalade de la guerre, rejetant toute la responsabilité sur les États-Unis" [8].

Il faut considérer que les porte-avions et les missiles de Washington ne pourraient guère, à eux seuls, contrer les attaques yéménites, surtout à long terme, et c'est là un nouveau et grave camouflet pour les Etats-Unis, qui pourraient se révéler incapables de tenir tête au plus pauvre des pays de la région, qui s'appuie sur des armements bon marché - drones et missiles - (environ un dixième de ceux des Etats-Unis).

Le journal Politico [9] rapporte que certains responsables du Département de la Défense ont admis que les coûts de la lutte contre les actions de Sanaa augmentaient de manière inquiétante: selon les premières projections, les Yéménites ont lancé jusqu'à présent plus d'une centaine d'attaques, touchant une douzaine de navires d'origines diverses, pour un coût relativement faible, alors que les Etats-Unis ont déjà été appelés à soutenir un coût estimé à plus de 200 millions de dollars, sans compter que les stocks de missiles aux mains des Américains ne sont pas infinis, pas plus que les capacités de production de leur industrie de guerre. Et la perspective de rester sans protection ne serait pas seulement un danger pour l'échiquier de la mer Rouge, mais aussi pour d'autres contextes stratégiques, comme la Méditerranée ou l'Indo-Pacifique.

On aboutirait ainsi à une situation paradoxale dans laquelle la plus grande puissance militaire du monde subirait une raclée de la part de ce qu'elle considère comme de simples rebelles, équipés d'armements bien inférieurs, mais qui ont l'avantage de coûter peu et d'être plus facilement disponibles. Un scénario qui n'est pas sans rappeler celui de l'Ukraine, où la capacité de production d'obus des Russes - estimée à environ deux millions de pièces par an, à un coût très faible - est le pendant des moins de trois cent mille obus actuellement produits par le complexe industriel de Washington, qui plus est à des coûts beaucoup plus élevés.

1b72038829aa81331dc95938064a39d0.jpg

demographic-distribution-yemen-map-project.jpg

Une autre inconnue est le risque d'extension du conflit. Les Houthis, on le sait, sont chiites, donc si l'Iran venait à leur secours, l'équilibre changerait à nouveau. Téhéran, pour l'instant, a renvoyé à l'expéditeur les accusations américaines d'implication et/ou d'actions de force contre des navires commerciaux (comme la nouvelle diffusée par des sources des forces armées américaines à propos d'un chimiquier qui aurait été touché dans l'océan Indien par un drone lancé par l'Iran), ce qui n'exclut pas la possibilité que la République islamique - qui possède un arsenal de missiles respectable - en décide autrement à l'avenir, comme pourraient le suggérer certaines déclarations diffusées dans les derniers jours de décembre, sous le coup de l'émotion suscitée par la montée de la violence à Gaza.

La République islamique a déjà appelé à l'application de sanctions économiques et d'un embargo sur les fournitures d'énergie à l'encontre de l'État juif qui, contrairement à la Russie qui dispose de bien plus de ressources, s'en sortirait très probablement avec les os brisés. Et n'oublions pas que si les Houthis peuvent entraver la navigation sur Bab al-Mandeb, les Iraniens pourraient faire de même avec Ormuz, avec des effets encore plus dévastateurs sur l'approvisionnement énergétique mondial. C'est aussi pour cette raison que l'hypothèse, également diffusée, d'une attaque directe contre le Yémen, déchiré par un conflit civil qui a fait des centaines de milliers de victimes et dans lequel la complicité américaine, saoudienne et émiratie est bien connue, pourrait au mieux être considérée comme une provocation, étant donné qu'une telle sortie provoquerait, si l'on est optimiste, un conflit régional aux résultats imprévisibles.

Certains voient dans tout cela, et même dans les événements de Gaza, une stratégie américaine, soutenue par Israël, pour se débarrasser de l'Iran, mais même si un tel plan existait, il pourrait s'avérer être un boomerang pour certains des dirigeants politiques et stratégiques les plus diligents, souffrant d'un bellicisme agressif, qui vivent pour la plupart de l'autre côté de l'océan et qui, pour l'instant, sont éloignés des théâtres de conflit.

Si, comme nous le disions, la nation la plus pauvre et la plus dévastée de la péninsule arabique a été et/ou s'avère capable, malgré son histoire troublée et le peu de moyens dont elle dispose, de faire jouer autant d'équilibres, démontrant que lorsqu'on le veut - un message qui s'applique aussi à plusieurs dirigeants du monde arabe - les outils pour faire valoir ses propres raisons existent même contre les Américains, il y a lieu de se poser quelques questions et de douter.

A ce stade, face à tous les faits - y compris les défections, le danger d'escalade et la spirale de la guerre - tout en étant conscient du poids israélien dans la politique étrangère et intérieure américaine [10], d'autant plus dans la perspective de l'élection de novembre 2024 [11], on se demande combien de temps encore il sera possible (et concevable) de poursuivre certaines politiques en feignant d'ignorer l'ampleur des crimes perpétrés à Gaza au nom de prétendues raisons défensives ou sécuritaires auxquelles, en toute honnêteté, plus personne ou presque ne croit.

Et combien de temps encore le monde devra-t-il subir des conflits orchestrés au nom d'une prétendue supériorité et/ou volonté hégémonique, de plus en plus démenties par les faits, et qui ne trouvent d'autre justification que les intérêts des cercles étroits de pouvoir derrière des décisions insensées qui n'apportent que la mort, la faim et le désespoir ?

Pour ceux qui n'auraient pas compris, dans ce dernier passage, nous ne faisions pas seulement référence à Gaza, mais aux nombreux, trop nombreux, peuples sacrifiés au nom du "néant cosmique": la soif de pouvoir d'une toute petite élite, qui ne représente rien ni personne d'autre qu'elle-même.

SOURCES

new.thecradle.co/articles/how-yemen-is-blocking-us-hegemony-in-west-asia

www.limesonline.com/huthi-attacchi-governo-yemen-iran-gue...

fr.insideover.com/war/alert-for-the-cradles/how-yemen-is-blocking-us-hegemony-in-west-asia.html

fr.insideover.com/guerre/le-reveil-de-la-guerre-des-houthis-entre-israel-et-hamas-a-reactivé-la-milice-scientifique.html

www.aljazeera.com/news/2023/12/25/analysis-has-the-us-led...

new.thecradle.co/articles/how-yemen-changed-everything

www.globalresearch.ca/will-biden-forced-send-ground-troop...

www.analisidifesa.it/2024/01/nuove-tensioni-tra-mar-rosso...

www.agi.it/estero/news/2023-12-31/usa-colpiscono-houthi-i...

www.analisidifesa.it/2023/12/missione-navale-nel-mar-ross...

www.lindipendente.online/2023/11/19/yemen-houthi-sequestr...

www.globaltimes.cn/page/202401/1304591.shtml

www.lantidiplomatico.it/dettnews-un_piccolo_consuntivo_ge...

www.aljazeera.com/news/2024/1/1/us-sinks-houthi-boats-in-...

www.aljazeera.com/news/2023/12/27/analysis-in-the-red-sea...

www.limesonline.com/rubrica/crisi-stati-uniti-bilancio-fi...

www.limesonline.com/cartaceo/la-vera-posta-in-gioco-della...

www.lantidiplomatico.it/dettnews-yemen_la_straordinaria_l...

Notes

[1] www.ansa.it/sito/notizie/mondo/2023/12/19/chi-sono-gli-ho...

[2] www.limesonline.com/cartaceo/la-vera-posta-in-gioco-della...

[3] www.globaltimes.cn/page/202401/1304591.shtml

[4] podcasts.apple.com/fr/podcast/geopolitics-of-the-sea-interests-of-italy-china-states/id1537596607?i=1000550065085  (Géopolitique de la mer)

[5] www.lidentita.it/g7-a-presidenza-italiana-tajani-sente-bl...

[6] www.analisidifesa.it/2023/12/missione-navale-nel-mar-ross...

[7] www.globalresearch.ca/will-biden-forced-send-ground-troop...

[8] www.aljazeera.com/news/2023/12/27/analysis-in-the-red-sea...

[9] english.almayadeen.net/news/politics/us-concern-over-cost-of-intercepting-yemen-s-red-sea-attacks

[10] www.lantidiplomatico.it/dettnews-la_lobby_israeliana_e_gl...

[11] www.limesonline.com/rubrica/crisi-stati-uniti-bilancio-fi...

mardi, 09 janvier 2024

Un petit tour d'horizon géopolitique de l'année 2023

istockphoto-1415422170-170667a.jpg

Un petit tour d'horizon géopolitique de l'année 2023

Source: https://www.sinistrainrete.info/articoli-brevi/27144-reda...

Petite mise au point : tous ceux qui pensent que les guerres au Sahel (Mali, Niger, Burkina Faso, Soudan), en Ukraine, dans le Caucase (Azerbaïdjan, Arménie et Géorgie) et au Moyen-Orient (Yémen, détroit de Bab al-Mandab, Syrie et Gaza) et que les fortes tensions en Moldavie, à la frontière biélorusse et polonaise, dans la Baltique et dans la péninsule scandinave sont des événements distincts, et que pour en parler il faut être un expert de chaque théâtre, connaître les coutumes, l'histoire, l'anthropologie des lieux, etc. D'autre part, ceux qui pensent que tous ces pays sont "victimes" d'une guerre par procuration titanesque menée par les grandes puissances (à savoir la Russie et la Chine d'un côté et les États-Unis de l'autre), où les peuples et les territoires sont sacrifiés à l'affaiblissement du front adverse, peuvent également poursuivre leur lecture. En d'autres termes, il s'agit d'un article écrit pour ceux qui croient que nous sommes confrontés à une "guerre mondiale en morceaux" (cit. J. M. Bergoglio), une concaténation de conflits qui cache comme dans un théâtre d'ombres (Tournement of Shadow) ce qui est le Grand Jeu des Puissances Mondiales... eh bien, ceux qui n'y croient pas devraient éviter de lire ce qui suit, merci.

* * * *

La guerre en Ukraine est sur le point de doubler sa deuxième année, et quoi qu'en disent certains, il n'y a pas de fin au conflit en vue.

Ne vous laissez pas abuser par la controverse au parlement américain sur les nouveaux financements: la guerre continuera parce que la défaite de l'Occident signifie la fin de l'empire et de l'hégémonie américains, d'une part, et le changement complet des élites en Europe puisque celles que nous avons sont complètement compromises, d'autre part. Elles se battront jusqu'au bout et tenteront par tous les moyens d'élargir le conflit en engageant la Russie sur d'autres fronts jusqu'à ce qu'elles l'affaiblissent et la déstabilisent (dans leurs intentions). Des événements comme ceux survenus hier à Belgorod (bombardement de civils avec des bombes à fragmentation) doivent être interprétés comme une provocation visant à pousser la Russie à s'engager plus avant dans le conflit. De même, le projet de réquisition des avoirs russes actuellement gelés en Occident doit être lu comme une provocation définitive par laquelle, de fait, l'Occident se déclare hostile à Moscou.

1200px-Saharan_Africa_regions_map.png

Au Sahel (Burkina Faso, Mali, Niger, Soudan), nous assistons à des conflits de basse intensité (non moins sanglants et féroces pour autant) dans lesquels les Etats-Unis et leurs alliés se battent contre des factions pro-russes dirigées, de surcroît, par la société paramilitaire russe Wagner. Il est à noter que la Françafrique est désormais morte et que les Etats-Unis jouent directement et seuls contre les Russes et les Chinois. Le conflit en cours au Soudan est particulièrement violent: des loyalistes pro-russes (le gouvernement légitime avait promis un port militaire aux Russes dans la mer Rouge) se heurtent à des putschistes pro-occidentaux.

Karte_Gazastreifen_Dez_2012.png

À Gaza, une invasion israélienne féroce du territoire palestinien est mise en scène. En quelques mois, on dénombre plus de 25.000 morts civils palestiniens. Une guerre qui n'a aucune logique et aucun sens pour Israël puisqu'elle gèle pour des décennies l'hypothèse d'une réconciliation avec les pays arabes qui s'était ouverte grâce aux "Accords d'Abraham". Qui a donc intérêt à mettre le feu au Moyen-Orient ? Certainement les Etats-Unis, qui voient d'un très mauvais oeil l'entrée imminente de l'Iran et de son vieil allié saoudien dans les BRICS et donc dans l'orbite sino-russe. Les Israéliens agissent sur ordre américain, non seulement en commettant un carnage à Gaza, mais aussi avec perpétrant les bombardements continus qui frappent la Syrie et le Liban: l'objectif est de provoquer la réaction du Hezbollah et de l'Iran en mettant le feu au Moyen-Orient tout entier. C'est ma vision et je ne me trompe pas.

bab-el-mandeb-1_201-3182803_20231218172415.jpg

La guerre qui a éclaté dans le détroit de Bab el-Mandab, qui relie l'océan Indien à la mer Rouge, est liée à la guerre de Gaza. Les rebelles chiites houthis du Yémen, alliés des Iraniens, bloquent le détroit en frappant les navires de commerce occidentaux. Les États-Unis préparent une coalition pour mener la guerre contre ce peuple vaillant.

_1603310112.png

Cette année malheureuse a également été marquée par des combats dans le Caucase, avec un nouvel épisode de la guerre entre Azéris et Arméniens au sujet du Haut-Karabakh, qui dure depuis l'effondrement de l'Union soviétique. Une guerre qui est un véritable théâtre d'ombres avec mille puissances occultes impliquées: l'Iran, qui soutient les chrétiens arméniens contre les chiites azerbaïdjanais (oui c'est comme ça, les raisons de la politique n'ont pas de religion à suivre), les Russes, qui ont toujours soutenu l'Arménie mais se sont récemment rapprochés de l'Azerbaïdjan, les Turcs et les Israéliens qui prennent directement le parti de l'Azerbaïdjan, et enfin la France (qui compte une très forte communauté d'origine arménienne) et les Etats-Unis qui prennent le parti de l'Arménie (mais uniquement dans le but de détacher le pays de la CEI russe et du pacte de défense mutuelle). L'Inde, qui vend des armes à l'Arménie, fait désormais partie des acteurs en piste. Bref, une mosaïque très complexe où il est clair que les Etats-Unis ont intérêt à faire exploser tout le Caucase dans le but d'affaiblir/d'engager la Russie au Nord et l'Iran au Sud.

Comme vous le voyez, l'arc de crise part de l'Ukraine, traverse la mer Noire, touche le Caucase, descend dans l'EastMed et le Moyen-Orient, et atteint enfin le détroit de Bab el-Mandab, impliquant en outre l'ensemble du Sahel. C'est un énorme arc de crise, une véritable guerre mondiale, et le fait que cet arc soit "en morceaux" n'est qu'une illusion d'optique: les marionnettistes sont toujours les mêmes.

D'autres foyers de crise sont à noter dans cette guerre mondiale en morceaux :

48468004.jpg

Handover-of-Piranha-armored-personnel-carriers-from-Germany-for-Moldovan-army-i.jpg

L'Occident arme puissamment la Moldavie dans le but non dissimulé de provoquer une nouvelle guerre contre la Russie en Transnistrie (où se trouve un contingent militaire russe mandaté par l'ONU).

Dans l'extrême nord de l'Europe, la Scandinavie assiste à l'entrée de la Finlande dans l'OTAN, et bientôt à celle de la Suède. Mais ce qui est peut-être encore plus important, ce sont les pactes militaires bilatéraux récemment signés entre les États-Unis, la Suède et la Finlande, en vertu desquels les États-Unis ont le droit, s'ils le souhaitent, d'utiliser des dizaines de bases militaires dans les deux pays, au point de pouvoir y installer des armes atomiques. Dans le cas de la Finlande, il s'agit de bases situées dans un rayon de 150 km autour de Saint-Pétersbourg, de Mourmansk et même du sanctuaire nucléaire russe de la mer Blanche (très proche de la base finlandaise de Rovaniemi, qui fait partie de celles mises à la disposition des États-Unis).

Enfin, le front nord de la Baltique avec la Pologne qui réarme et renforce de plus en plus son front à la frontière avec la Biélorussie et avec l'enclave russe de Prusse orientale (l'oblast de Kaliningrad). La situation n'est pas meilleure au Belarus, où les Russes ont installé des bases et apporté des ogives nucléaires, des missiles balistiques Iskander et des bombardiers Tu-22M.

map-natural-gas-pipelines-russia-europe-shutterstock-peter-hermes-furian-10-2022.jpg

Petite note économique: en 2024, le corridor du gazoduc acheminant le gaz russe vers l'Europe via l'Ukraine sera fermé. L'une des sources d'énergie les plus importantes pour une Europe, de plus en plus pauvre et isolée, sera donc épuisée.

Nous vous souhaitons malgré tout une bonne année, une année de prise de conscience.

vendredi, 29 décembre 2023

Le décalogue britannique de la stratégie impériale

40f9587b20a1b3e25567d58703730cbd.jpg

Le décalogue britannique de la stratégie impériale

Par Horacio Ricciardelli (1944-2023), officier militaire de l'armée de l'air argentine

Source: https://jornalpurosangue.net/2023/12/25/o-decalogo-britanico-da-estrategia-imperial/

"Connaissez votre ennemi, connaissez-vous vous-même et vous serez invincible".

-Sun Tzu.

Avons-nous envoyé des anthropologues en Grande-Bretagne pour y étudier les indigènes comme ils le font pour nous ? Soyons humbles, ne tombons pas dans l'arrogance qui renforce l'ennemi. Reconnaissons combien nous avons à apprendre d'eux, de l'avantage qu'ils ont sur nous.

Nous avons dit que l'empire britannique était l'héritier de la puissance navale de Venise. L'oligarchie vénitienne ne s'est pas contentée de la Méditerranée et a réalisé le plus grand mouvement de capitaux de l'histoire, qui a permis la création de la plus grande flotte et, par conséquent, le plus grand investissement en capital à ce jour.

L'Intelligence Service vénitien (Conseil des Dix ou Consiglio dei X) fut le modèle sur lequel Sir James Walsingham fonda le Secret Service, l'actuel MI6, en 1580, tant dans son concept géopolitique que dans sa subversion interne, développée dans les guerres de religion d'Allemagne et en réponse à la Ligue de Cambrai de 1509; à cela s'ajoutent l'utilisation de l'Université de Padoue comme ressource de renseignement, la finance comme finalité économique, la doctrine vénitienne du libre-échange et le malthusianisme comme doctrine anticipée par Gianmaria Ortes.

venedig-konstantinopel-100~_v-gseagaleriexl.jpg

Même la capacité de charge de la planète est restée inchangée à ce jour, ni par le groupe de réflexion du Club de Rome, ni par sa conséquence, le plan de génocide planétaire: le National Security Study Memorandum 200, signé par le secrétaire d'État "Sir" Henry Kissinger, le Parlement sur le modèle du Grand Consiglio ou le rôle symbolique de la monarchie en tant que Doge non élu, tout cela et bien d'autres choses encore.

L'Empire britannique est l'héritier de Venise, à commencer par ses banquiers et son système de renseignement.

Nous sommes ignorants et devons faire face à une oligarchie impériale qui a des siècles d'expérience.

L'Empire britannique a hérité de Venise un "Décalogue d'action" qui est devenu la base et les principes de la stratégie impériale :

1) Diviser pour régner. Ne jamais attaquer sans provoquer au préalable une division interne chez l'ennemi. Régner en encourageant les faux choix et en dirigeant les deux parties du conflit. Créez et dirigez autant de camps que possible dans le conflit: "droite" et "gauche", militaires et "guérilleros" et, s'il y a beaucoup de Juifs, créez des organisations "nazies". Utilisez toutes sortes de cinquièmes colonnes pour toutes les tâches possibles.

2) Les marchés, pas les pays. Ce qui est important, c'est le pouvoir économique et financier. Tout pouvoir économique et financier finit par se transformer en pouvoir politique, culturel et militaire. Il ne faut pas qu'il y ait de nationalisme sur le marché, car sinon celui-ci pourrait être perdu.

3) Incitez à la victoire. Désinformez l'ennemi et, par l'intermédiaire de vos propres agents, incitez-le à attaquer lorsqu'il se trouve dans une situation stratégiquement désavantageuse.

4) La puissance ne se montre pas. A l'intérieur, il agit par l'intermédiaire des "indigènes" qui font le "sale boulot". A l'extérieur, elle agit par l'intermédiaire de "pays tiers" ou de natifs de ces pays. En cas d'échec, c'est l'"agent extérieur" qui est tenu pour responsable.

5) Soutenir l'ennemi faible contre l'ennemi fort. Maintenir une position isolée pendant que les deux s'anéantissent l'un l'autre. Si possible, faire la guerre par l'intermédiaire de tiers.

6) La guerre est la politique ultime. La meilleure politique consiste à affaiblir et à corrompre l'ennemi de l'intérieur. C'est la technique de la "tunique de Nessus". La guerre militaire doit être précédée d'une guerre politique.

7) Il n'y a pas d'amis ou d'ennemis permanents, seulement des intérêts permanents. Les loyautés religieuses ou idéologiques sont laissées au hasard. Le soutien est accordé à celui qui offre le plus de bénéfices. Si l'autre offre quelque chose de mieux, l'alliance est modifiée.

8) Celui qui contrôle la mer contrôle le commerce et celui qui contrôle le commerce contrôle le monde. Le centre du pouvoir ne doit pas rester sur la terre ferme, à l'intérieur du continent. Le pouvoir s'exerce depuis le port jusqu'à l'intérieur du continent.

9) L'important n'est pas de perdre des batailles, mais de gagner des guerres. Dans une stratégie totale, la puissance commerciale, financière, politique, religieuse, raciale et culturelle de l'empire tout entier est impliquée. Une bataille militaire n'est pas une guerre impériale totale.

10) Stratégie sans temps. Il n'y a pas de délais, seulement des objectifs. N'agissez pas tant que vous n'êtes pas certain de la victoire. Le but n'est pas de porter à l'ennemi un coup léger dont il se remettra rapidement, mais un coup sévère dont il ne se remettra jamais, à moins qu'il ne convienne à l'empire qu'il se relève pour l'utiliser contre un autre ennemi qui surgit.

"La guerre est la politique ultime".

- Général von Schlieffen.

Il s'agit d'un autre corollaire de Clausewitz, mais peut-être celui qui se rapproche le plus de Sun Tzu et de la tradition britannique. En fait, il faut le lire comme suit:

"La guerre (militaire) est la dernière des politiques (guerres)".

La guerre ne se réduit plus à un acte de force. Elle est précédée d'une série de politiques perfides qui permettent de connaître l'ennemi, de le désorienter, de le manipuler, de le diviser, de l'affaiblir, de l'isoler de ses amis, de le laisser entouré d'ennemis et, le cas échéant, d'employer le poison de l'agent ou le poignard de l'assassin. Ne voyons pas la "Perfide Albion" comme un noble guerrier du Moyen-Âge, mais comme un courtisan de la Renaissance qui n'hésite pas à utiliser le mensonge, l'intrigue, le poison ou les talons aiguilles. Des éléments qui ont été élevés au rang d'art et qui ont causé la ruine de nombreux royaumes.

20:09 Publié dans Géopolitique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : venise, géopolitique, stratégie, empire britannique | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

La géopolitique de la guerre entre les Yéménites et Israël

Bab-El-Mandeb-1.jpg

La géopolitique de la guerre entre les Yéménites et Israël

Par Raphael Machado

Source: https://jornalpurosangue.net/2023/11/26/a-geopolitica-da-guerra-entre-os-iemenitas-e-israel/

Alors que la Résistance palestinienne mène une guérilla urbaine classique contre Tsahal et que le Hezbollah mène des actions de diversion dans le nord d'Israël dans le but de coincer les forces israéliennes et de les épuiser, l'Ansarullah yéménite (populairement connu sous le nom de "Houthis") devrait être considéré comme la force de l'Axe de la Résistance qui a porté les coups les plus mortels à l'État sioniste.

Et ce n'est pas à cause des missiles sporadiques tirés par les Yéménites en direction d'Israël, mais à cause de la capture de trois cargos et de l'attaque par drone d'un autre cargo, toutes ces opérations ayant été menées en profitant de Bab-el-Mandeb, la Porte des Larmes, l'un des points les plus importants pour le commerce mondial.

En ce sens, on peut dire qu'Ansarullah comprend la géopolitique classique.

Alfred Mahan, officier de marine américain considéré comme le père de la géopolitique thalassocratique [1], considérait que pour qu'une nation accède au statut d'hégémonie, elle devait contrôler les voies maritimes et les flux qui les empruntent.

À l'instar de tout thalassocrate typique, qui considère le commerce comme le centre de la politique, Mahan estime que la fonction des forces armées est de servir la projection économique et commerciale de l'État dans sa quête pour gravir les échelons de la puissance mondiale.

Considérant les mers comme des "biens communs", il affirme le caractère stratégique du contrôle des points d'étranglement par le biais de bases navales et d'une grande marine en activité constante afin de "privatiser" les mers en contrôlant les routes commerciales et les lignes de communication.

Ces "points d'étranglement" en question seraient les détroits, les canaux et les câbles sous-marins partout dans le monde.

La liste varie, mais la plupart considèrent qu'il existe huit points d'étranglement primaires (Panama, Suez, Gibraltar, Ormuz, Malacca, Bosphore/Dardanelles, Bonne Espérance et Bab-el-Mandeb) et sept secondaires (Tartarie, Bering, Douvres/Pas-de-Calais, Horn/Magellan, Corée, Skagerrak, Torres).

Bab-el-Mandeb, juridiquement sous le contrôle du Yémen et de Djibouti, est le détroit qui relie la mer Rouge à l'océan Indien et représente le principal lien maritime entre la Méditerranée (et donc l'Europe) et l'Asie. Le détroit n'a acquis ce statut qu'après l'ouverture du canal de Suez au 19ème siècle, il est donc impossible de dissocier Suez de Bab-el-Mandeb. Les problèmes qui se posent à une extrémité de la mer Rouge affectent considérablement les flux à l'autre extrémité.

Carte détroit de Bab el Mandeb.png

Cinquante millions de tonnes de produits agricoles et près de deux milliards de barils de pétrole passent chaque année par la Porte des Larmes, ce qui représente environ 10% de l'ensemble du commerce maritime de pétrole et de produits pétroliers. La région est également importante pour le commerce du gaz naturel liquéfié (GNL), puisque 10% du commerce mondial de ce produit y transite. L'importance du détroit pour le GNL aurait d'ailleurs tendance à s'accroître en raison de la guerre d'Ukraine.

Mais si Bab-el-Mandeb est important pour la Chine, il l'est encore plus pour Israël.

98% du commerce international israélien, qu'il s'agisse d'exportations ou d'importations, se fait par voie maritime. Bien qu'Israël dispose d'un port directement sur la mer Rouge, à Eilat, celui-ci est peu utilisé car il est éloigné du centre du pays et n'est pas relié au reste d'Israël par le rail. La majeure partie du commerce asiatique d'Israël passe encore et toujours par le canal de Suez.

Et ce n'est pas anodin, puisqu'environ 30% du commerce international d'Israël concerne les pays asiatiques et que la totalité de ce commerce passe par Bab-el-Mandeb.

Israël était déjà conscient de ces risques. C'est pourquoi les accords d'Abraham prévoyaient une coopération militaire entre Israël et les Émirats arabes unis (EAU) afin de garantir à Israël la possibilité de construire des bases militaires en mer Rouge ou d'utiliser la base navale d'Assab, utilisée par le pays arabe lors de l'intervention militaire contre le Yémen. Les EAU, rappelons-le, sont un ennemi de l'Iran, plus encore que l'Arabie saoudite, et sont également le pays arabe qui s'est le moins bien exprimé en faveur de la Palestine dans le conflit actuel.

Le cargo attaqué le 19 novembre, le Galaxy Leader, appartenait à Ray Shipping, spécialisé dans le transport de voitures. Ray Shipping appartient à Abraham Ungar, 22ème homme le plus riche d'Israël.

Le navire attaqué par drone le 24 novembre et celui capturé tout récemment appartenaient à des membres de la famille Ofer. Le premier appartient à Eastern Pacific Shipping d'Eyal Ofer et le second à Zodiac Maritime d'Idan Ofer. Eyal Ofer est le troisième homme le plus riche d'Israël ; Idan est le neuvième.

L'attaque du 25 novembre a consisté en la capture d'un navire de l'entreprise Zim, qui appartient également à la famille Ofer.

En d'autres termes, les cibles d'Ansarullah sont le commerce israélien et les moyens de subsistance des milliardaires israéliens. Avec la capture de trois navires, les prix des assurances vont monter en flèche, en particulier pour les navires israéliens.

Israël, pour sa part, devra contourner l'Afrique pour atteindre les marchés asiatiques et en recevoir ses importations.

Ajouté aux autres coûts et pertes de la guerre, combien de temps l'économie israélienne pourra-t-elle supporter ces pertes ?

Note :

[1] puissance basée sur le contrôle des mers et des routes commerciales navigables.

samedi, 23 décembre 2023

Le spectre de Suez

imsuezage.jpg

Le spectre de Suez

Andrea Marcigliano

Source: https://electomagazine.it/lo-spettro-di-suez/#google_vignette

Un spectre plane sur les ports de toute l'Europe. Un spectre qui fait perdre le sommeil aux exportateurs, aux armateurs et aux commerçants: la fermeture du canal de Suez.

Ce qui mettrait en crise l'ensemble du commerce méditerranéen. Un véritable tremblement de terre pour l'économie mondiale.

2016-636133400161913404-191.gif

FDL2a3uXsAIPZDU.jpg

Un précédent célèbre, bien qu'oublié aujourd'hui. En 1956, le raïs égyptien Nasser décrète la nationalisation de Suez, jusqu'alors contrôlé par une société anglo-française, au trafic commercial. Il pouvait le faire, même légalement, puisque le canal appartenait à l'Égypte. Mais la réaction de Londres et de Paris fut une intervention militaire. En soutenant d'abord une offensive israélienne. Puis en intervenant directement. Un conflit de quelques mois, dont on parle peu, mais qui fut sanglant. Et surtout, il changea la carte géopolitique du monde.

C'est Washington, qui avait initialement soutenu l'initiative, qui y a mis fin. En coopération avec Moscou, qui menaçait par ailleurs d'intervenir par tous les moyens aux côtés du Caire.

La crise hongroise était également en cours et le président Eisenhower craignit sagement l'éclatement d'un nouveau conflit mondial.

Les effets de la crise furent considérables. Dévastateurs pour l'Empire britannique, qui perdit même le soutien du Commonwealth. Ruineux pour les ambitions françaises. À tel point que De Gaulle fut plus tard évincé de l'alliance militaire de l'OTAN, tout en y restant politiquement ancré.

Et le panarabisme de Nasser connut son heure de gloire.

Aden-01_499352_d5b7fe372310403e67358432fd271a0f.jpg

Mais aujourd'hui, le risque de crise à Suez n'est pas le fait d'un État, mais d'un mouvement de guérilla. Celui des Houthis du Yémen du Nord. Il s'agit de l'organisation politico-militaire des chiites-zaïdites, en lutte acharnée contre le gouvernement de Sanaa et contre les Saoudiens depuis 1993. Cette organisation s'est formée avec des coordonnées idéologiques précises. Un antiaméricanisme viscéral et un antisionisme connexe. Et avec une forte connotation de revendications sociales.

Une connotation qui découle de l'école zaïdite, également connue sous le nom de chiite pentesimain, qui a traditionnellement une vision populaire, presque "démocratique", de l'imamat. Et qui a toujours privilégié les revendications politiques et sociales sur les questions théologiques.

Les Houthis - du nom du clan des deux fondateurs, Mohammed et Hyseyn al-Houthi - sont des gens durs.

Ils résistent depuis près de trois décennies à la guerre menée contre eux par les Saoudiens, leurs ennemis politiques et religieux, qui ont toujours reçu le soutien des États-Unis.

Une guerre sanglante, un véritable génocide, passé sous silence par les médias, de la population zaïdite.

Mais les Houthis ont tenu bon. Et, finalement, Riyad a été contraint à une trêve. En raison également de la détente des relations avec Téhéran. Lequel est le grand protecteur des Houthis.

Aujourd'hui, cependant, le mouvement Zaidi a levé le drapeau de la guerre, prenant ouvertement parti contre Israël (et les États-Unis qui sont détestés) dans la crise de Gaza.

Les Houthis ne se sont toutefois pas contentés de paroles, comme la plupart des pays arabes. Ils passent à l'action en attaquant des navires marchands - israéliens, américains et généralement occidentaux - en route pour Suez. Des attaques menées à la fois par des missiles lancés depuis la terre ferme et par de véritables actes de piraterie.

La gravité de la situation peut être pleinement appréciée si l'on considère la flotte américaine - et une coalition internationale dont un navire italien fait également partie - qui se dirige vers la zone.

Toutefois, compte tenu du type de guerre hybride menée par les Houthis, il sera très difficile pour la coalition occidentale de sécuriser le passage de Suez.

Un problème pour l'Europe, avant tout. Mais aussi pour la Chine et l'Inde, qui ont besoin du Suez en toute sécurité pour leurs propres grands couloirs commerciaux.

Un problème qui, surtout, ne peut être réduit de manière simpliste à l'intempérance d'un "groupe terroriste". Comme le font les grands journaux italiens les rares fois où ils en parlent.

Il s'agit d'un problème qui doit être replacé dans le contexte de la crise globale d'équilibre que nous vivons.

Un autre moment de cette guerre mondiale anormale et asymétrique.

Et une phase extrêmement dangereuse pour notre avenir.

lundi, 11 décembre 2023

Alexandre Douguine: Cinq fronts contre le mondialisme unipolaire

headline.jpg

Cinq fronts contre le mondialisme unipolaire

Alexandre Douguine

Source: https://www.geopolitika.ru/article/pyat-frontov-protiv-od...

À la veille de 2024, il convient de jeter un coup d'œil sur la situation générale du monde et sur les principales tendances géopolitiques. D'une manière générale, nous sommes en train de passer de l'unipolarité à la multipolarité. Cette année, la multipolarité s'est structurée davantage au sein des BRICS-10 (l'Argentine, qui vient de rejoindre cette organisation, en a été expulsée à la hâte par un nouveau clown mondialiste, Javier Miléi).

92315ac_GGGBAG566_EMIRATES-RUSSIA-_1015_11.JPG

La récente visite triomphale de Vladimir Poutine aux Émirats arabes unis et en Arabie saoudite, suivie de longs entretiens avec le président iranien Raisi, montre à quel point la Russie prend la multipolarité au sérieux. Surtout à l'approche de 2024, date à laquelle la Russie assumera la présidence des BRICS pour une durée d'un an.

Vers la fin de l'année, cette fois en Amérique latine, un nouveau syndrome de multipolarité est apparu. Le président vénézuélien Nicolas Maduro a annoncé que son pays revendiquait le territoire de la Guyane britannique. Maxim Medovarov, dans sa chaîne tg "Zapiski Traditionalist", souligne à juste titre que la Guyane elle-même était un produit du mauvais génie de l'atlantisme de Lord Palmerston, qui a planifié et exécuté "le démembrement de la Grande Colombie en morceaux après la mort de Bolivar, y compris l'annexion de la province d'Essequibo à la Guyane britannique (Guyana)." La Guyane britannique-Essequibo (ainsi que les Malouines) est un autre front de la multipolarité contre l'unipolarité.

Venezuela-Guyana-Essequibo-dispute.jpg

Au total, nous avons déjà affaire à cinq fronts potentiels ou réels : 

- La Russie est en guerre contre l'Occident collectif et le mondialisme américain (anglo-saxon) en Ukraine. Il s'agit essentiellement d'une guerre civile de Russes - les Russes impériaux contre les Russes atlantistes qui ont trahi leur identité russe. Les "Russes" atlantistes sont utilisés par les forces unipolaires de l'Occident.

- Le monde islamique se consolide (avec un sérieux retard) contre Israël, qui procède à un génocide systématique de la population arabe. Dans le même temps, l'Occident unipolaire se range à nouveau du côté d'Israël (qui est son mandataire au Proche-Orient). 

Une-manifestation-contre-la-presence-de-la-France-au-Niger-le-2-septembre-2023-a-Niamey-1700151.jpg

- Le bloc des pays anticoloniaux d'Afrique de l'Ouest (Mali, Burkina Faso, Niger, RCA, Gabon) est uni contre les régimes pro-coloniaux (atlantistes) et contre la France mondialiste de Macron. Là aussi, un conflit ouvert peut éclater à tout moment.

- Le front potentiel de Taïwan contre la Chine continentale est ce qui préoccupe peut-être le plus les États-Unis. (Et ici, un conflit direct risque de se produire). 

- La déclaration des droits du Venezuela sur l'Essequibo, partie occidentale de la Guyane britannique, qui est une création colonialiste et atlantiste artificielle. La question des Malouines, qui pourrait bien devenir aiguë après l'éviction du dégénéré qui a accédé au pouvoir (c'est ce qui arrive lorsque le péronisme révolutionnaire a été croisé avec le libéralisme, comme l'avait fait le perdant Sergio Massa).

ISWill-India-be-renamed-‘Bharat-The-Government-May-Introduce-a-Resolution-in-Parliaments-Extraordinary-Session.jpg

L'Inde (Bharat) occupe une place particulière dans l'heptarchie multipolaire. Il s'agit d'un État-civilisation indépendant, qui est stratégiquement le plus proche des États-Unis (en raison du conflit avec la Chine et le Pakistan et, plus généralement, du facteur islamique). Dans le même temps, l'Inde est amie de la Russie, de l'Afrique et de l'Amérique latine. Il n'y a pas de zones de conflit direct avec les mondialistes (à l'exception du souvenir de l'époque monstrueuse de la colonisation britannique). Auparavant, l'Occident soutenait l'islam radical et le Pakistan. Les mondialistes ont besoin de l'Inde pour faire face à la Chine.

Il est important que les atlantistes et les partisans d'un monde unipolaire à tout prix le réalisent très bien. Ainsi, Liz Truss, dès avril 2022, alors qu'elle était ministre britannique des affaires étrangères, a parlé du "retour de la géopolitique". Récemment, l'ancienne Première ministre d'Angleterre, qui le fut pendant une période record pour sa brièveté, Mme Truss, lors de sa tournée américaine visant à tenter d'influencer les Républicains dans une perspective atlantiste pour qu'ils allouent des fonds à la poursuite de la guerre de Kiev contre la Russie, a déclaré que "l'Ukraine, Israël et Taïwan ne sont pas des guerres différentes, c'est la même guerre".

C'est la bonne vision géopolitique des choses. Et les tensions en Afrique de l'Ouest et à proximité de l'Essequibo sont également des fronts de la "même guerre".

Toute l'heptarchie (Occident, Russie, Chine, Inde, monde islamique, Afrique, Amérique latine) est divisée selon une ligne principale - l'Occident contre les Six autres. Les mondialistes eux-mêmes s'en rendent compte clairement et distinctement. À leurs yeux, il n'y a qu'un seul pôle, l'Occident lui-même. Les autres devraient être ses vassaux (et non des pôles souverains) et s'opposer les uns aux autres, et non à lui.

Il est important que la structure de la confrontation mondiale à six contre un soit également bien comprise en Russie. Dans son article "2024 - l'année du réveil géopolitique" paru dans le magazine "Razvedchik", le chef du SVR russe Sergey Naryshkin déclare:

    L'année à venir sur la scène mondiale sera marquée par une nouvelle intensification de la confrontation entre les deux principes géopolitiques décrits ci-dessus : le principe anglo-saxon, ou insulaire, "diviser pour régner", et le principe continental, directement antagoniste, "unir pour diriger". Les manifestations de cette confrontation féroce au cours de l'année à venir seront observées dans toutes les régions du monde, même les plus éloignées: de l'espace post-soviétique, le plus important pour nous, à l'Amérique du Sud et à l'océan Pacifique.

Nous devrons donc "unir et diriger" (y compris unir et diriger les territoires eurasiens - en premier lieu l'Ukraine, qui a été trahie). Et l'ennemi continuera d'essayer de "diviser pour régner", en essayant de semer l'inimitié entre les pôles de l'heptarchie - les six "mondes" émergents - russe, chinois, islamique, indien, africain et latino-américain. Les ennemis veulent qu'il n'y ait qu'un seul monde, le leur. Ils rejettent et diabolisent l'existence d'autres mondes, différents du monde occidental. En particulier le monde russe. Nous devons bien comprendre que les cinq fronts de la lutte contre l'ordre mondial unipolaire et l'hégémonie occidentale sont tous des fronts de notre guerre.

La géopolitique de la Palestine

63b28dcaeba242d1e2ca95091a274f58.jpg

La géopolitique de la Palestine

Ronald Lasecki

Source: https://ronald-lasecki.blogspot.com/2023/11/geopolityka-palestyny.html

Une réflexion sur la géopolitique de la Palestine doit bien sûr commencer par une perception de la géomorphologie de l'espace. Tout d'abord, il y a la plaine côtière sur laquelle se trouvaient les villes historiquement prospères qui servaient le commerce est-ouest, comme les anciennes Gaza, Ashkelon et Ashdod. Il en va de même pour le Liban plus montagneux au nord de l'Israël actuel, où se trouvaient historiquement des centres tels que Tyr, Byblos et Sidon. Dans l'Israël d'aujourd'hui, les plaines côtières sont le centre d'une population cosmopolite et libérale, cette part de la population qui s'identifie le plus étroitement à la civilisation occidentale. C'est une terre de commerçants, de banquiers, de bureaucratie civile et de médias, qui s'étend de Tel Aviv à Haïfa.

Périmètre oriental

À l'est se trouve une haute chaîne de montagnes, ensuite nous trouvons la profonde fosse du Jourdain avec le lac de Tibériade et la mer Morte. Au pied des montagnes se trouve la Cisjordanie et les structures de l'"État" palestinien qui y est installé. Ces régions, avec les chaînes de montagnes du Liban et de l'Anti-Liban et la profonde vallée tectonique de la Bekaa au nord, ont été historiquement les centres d'une civilisation de guerriers et d'agriculteurs. Pendant la période biblique, le site de l'actuelle Cisjordanie était occupé par le royaume d'Israël sous les dynasties d'Omrid et de Jéhu. Aujourd'hui, entre Jérusalem et le Jourdain, l'avantage est tenu par des structures militaires et des colons armés qui cherchent à contrebalancer les pressions syriennes et palestiniennes.

map_WILAT_Grenze_4.jpg

100770_162_1_0.jpg

À l'est du Jourdain, des tribus arabes locales sont implantées, mais elles sont trop faibles pour menacer les centres de pouvoir qui contrôlent la Judée et la Samarie (sud d'Israël et Cisjordanie). À environ 30-50 km à l'est du Jourdain commence le désert, qui constitue un tampon géopolitique entre la Palestine et la plaine mésopotamienne et les centres de pouvoir qui s'y trouvent. Après l'effondrement de l'Empire ottoman, la rive orientale du Jourdain a été séparée par les Anglais et est devenu ce qu'ils ont appelé la Transjordanie, un protectorat différent avec sa capitale à Amman, où la dynastie hachémite, alliée des Anglais et exilée du Hedjaz par les Saoudiens, s'est installée. Après le retrait anglais de la région en 1948, cette création a été rebaptisée Jordanie. Les Hachémites ont également reçu des Anglais, en 1921, le royaume d'Irak, de l'autre côté du désert, mais l'ont perdu au profit de putschistes militaires républicains en 1958.

HashemiteArabFederation.png

fli1swnwar771.png

La dynastie hachémite, qui s'est liée matrimonialement avec des représentants des sphères militaires anglaises et janissaires, est considérée comme un corps étranger par de nombreuses personnes en Jordanie, en particulier les Palestiniens. Les Hachémites se sont positionnés comme sujets d'un protectorat anglais depuis 1916, tout en considérant l'État juif comme un allié pour contrebalancer la menace palestinienne. Régnant officiellement sur la Cisjordanie entre 1948 et 1967, ils n'ont en aucun cas permis la création d'un État palestinien. Au contraire, en septembre 1970, ils ont mené une guerre sanglante contre l'Organisation de libération de la Palestine, avec l'aide de Londres, obligeant le mouvement de libération nationale palestinien à déplacer son siège au Liban.

La Cisjordanie, qui abrite les structures aujourd'hui contrôlées par l'administration palestinienne basée à Ramallah, est donc géo-économiquement coincée entre Israël et la Jordanie, deux pays hostiles, et ne peut fonctionner que sur la base de l'économie plus dynamique de l'Etat d'Israël voisin. À l'instar de l'ancien royaume de Juda dans les collines, en conflit permanent avec les cités-États côtières de Philistie, l'"État de Palestine" actuel, situé au sommet des collines, dépend économiquement de l'accès aux ports de la plaine côtière d'Israël.

La menace qui pèse sur le centre de pouvoir palestinien, en revanche, provient des centres de pouvoir extérieurs qui traversent le désert syrien - depuis la Mésopotamie et les hauts plateaux iraniens. Entre 746 et 609 av. J.-C., la Palestine était sous la domination des Assyriens mésopotamiens. Entre 609 et 539 av. J.-C., les Babyloniens, originaires de la région mésopotamienne, les ont remplacés. Les Babyloniens ont ensuite été remplacés par les Perses, originaires du haut plateau iranien (550-330 av. J.-C.), qui finirent par succomber à Alexandre le Grand en 330 av. J.-C. C'est également le souverain perse Cambyse II qui, en 525 av. J.-C., conquiert l'Égypte en passant par le Sinaï, et Artaxerxès III qui réitère son exploit en 340 av. J.-C.

8168.jpg

La succession des hégémons a également rythmé l'évolution de l'État israélite antique: la destruction du royaume de Juda par les Babyloniens en 586 av. et la déportation des Juifs à Babylone par le souverain local Nabuchodonosor II, suivie de l'édit du souverain perse Cyrus II ouvrant la voie au "retour à Sion" des Juifs, qui marque le début du protectorat perse sur la Palestine - converti en macédonien après les conquêtes d'Alexandre le Grand au IVe siècle avant J.-C., puis en romain au Ier siècle avant J.-C..

Périmètre sud

Les incarnations historiques successives de l'État juif en Palestine au sud ont généralement dominé la côte entre Tel-Aviv et le Sinaï et tout ou partie du désert du Néguev. Au sud-ouest, le désert du Sinaï constitue donc un tampon géopolitique efficace pour la Palestine. Tant du côté palestinien qu'égyptien, les forces peuvent le traverser avec la possibilité de se réapprovisionner de l'autre côté. Au XVIIe siècle avant J.-C., l'Égypte a été conquise par les Hyksos venus de Palestine et traversant le désert du Sinaï, qui sont finalement vaincus par les forces autochtones environ un siècle plus tard, lorsque l'Égypte étend à son tour sa domination à la côte du Levant.

nzCWM.png

When-did-the-Hyksos-invade-Egypt-1200x779.jpg

En 640, les Arabes attaquant depuis Damas atteignent Al-Fustat et, deux ans plus tard, Alexandrie. En 1174, le fondateur de la dynastie des Ayyoubides, qui a régné sur l'Égypte jusqu'en 1250, le sultan Saladin, a occupé Damas et Homs. Une autre expansion de ce type n'a été entreprise à partir de l'Égypte que dans la première moitié du XIXe siècle par Muhammad Ali Pacha, qui a lutté contre l'Empire ottoman.

Le Sinaï peut donc être une voie d'expansion, mais le coût du maintien permanent de garnisons militaires sur la péninsule est élevé, de sorte qu'Israël n'a jamais dominé le Sinaï à long terme, tandis que la présence militaire de l'Égypte y est toujours symbolique et que la région est une sorte de "trou noir" politique, servant de repaire aux contrebandiers, aux bandits et aux militants. Une invasion par le Sinaï est possible en cas de décomposition politico-militaire de l'adversaire de l'autre côté du désert ("deuxième période de transition" en Égypte au 17ème siècle avant J.-C., défaite des Hyksos dans la lutte contre la 18ème dynastie au 16ème siècle avant J.-C., décomposition de l'Empire ottoman après la révolution grecque dans les années 1820) ou de soutien de l'entité attaquante par une puissance extérieure (Royaume-Uni et France soutenant Israël en 1956 et URSS soutenant l'Égypte en 1973).

Il convient de mentionner au passage la menace idéologique que représente le centre de pouvoir égyptien pour l'indépendance du centre de pouvoir palestinien. Pendant la période de la monarchie jusqu'en 1952, l'Égypte a manifesté le désir de détruire l'État israélien alors naissant. La guerre de 1948 a placé la bande de Gaza sous son administration militaire, qu'elle a contrôlée jusqu'en 1967. Avant le coup d'État militaire de 1952, le Caire considérait la bande de Gaza et le désert du Néguev comme une extension naturelle de la péninsule du Sinaï, et non comme le territoire de l'État national des Palestiniens.

Après le coup d'État de Gamal Abdel Naser en 1952, l'Égypte a adopté l'idéologie du nationalisme arabe. Sa plus grande réussite a été la République arabe unie unitaire, laïque et socialiste de 1958 à 1961, qui englobait l'Égypte et la Syrie et se complétait par une confédération nominale avec le Yémen du Nord. Gamal Abdel Naser a opposé le nationalisme et le socialisme arabes au sionisme juif, faisant de la destruction d'Israël et de l'incorporation des terres palestiniennes dans la République arabe unie le principal objectif stratégique, ce qui permettrait à l'État arabe de parvenir à une continuité territoriale. L'attitude du Caire à l'égard du nationalisme palestinien était donc assez ambivalente.

Sayatre.jpg

Ajoutons que dans la seconde moitié du XXe siècle, le père du nationalisme palestinien, Yasser Arafat, et les organisations Al-Fatah (1958) et OLP (= Organisation de libération de la Palestine) (1968) qu'il a fondées, étaient considérés par les monarchies arabes conservatrices comme un outil de Nasser et une force subversive qui menaçait les régimes monarchiques. D'où la guerre sanglante entre Palestiniens et Hachémites en Jordanie en septembre 1970. Il existe donc une tension non seulement entre le nationalisme palestinien, le nationalisme syrien et le nationalisme panarabe émanant de l'Égypte jusqu'en 1970, mais aussi entre les aspirations palestiniennes et les politiques de sécurité des autres États arabes.

Au sud-est, les déserts Arabes et du Nefud constituent une barrière géopolitique efficace contre les incursions des tribus du Hedjaz, qui sont trop peu nombreuses et trop faibles pour menacer le centre du pouvoir palestinien. Elles ne peuvent réussir que dans des conditions d'explosion démographique, comme au VIIe siècle, lorsque les Arabes islamistes ont commencé leur expansion en conquérant puis en faisant de Damas leur capitale.

Le périmètre nord

Au nord-est du centre de pouvoir palestinien se trouve le centre de pouvoir syrien, dont la capitale est Damas. Cette ville a une population importante, mais elle est coupée de la mer, ce qui la rend pauvre. Ce centre syrien est abrité à l'est par un désert qui s'étend jusqu'à l'Euphrate. Au nord du centre de pouvoir syrien se trouve l'Anatolie montagneuse, où l'expansion depuis le sud est fortement entravée, mais à partir de laquelle des centres de pouvoir extérieurs exercent une pression sur la région. En l'absence de menace venant du nord et de stabilité interne, le centre de pouvoir syrien tente d'accéder à la mer en soumettant les villes du nord du Levant, avec lesquelles il entretient d'importants échanges commerciaux. Ce fut le cas, par exemple, entre 1976 et 2005, lorsque la Syrie s'est impliquée dans la guerre civile libanaise, envahissant le pays et en contrôlant ensuite la majeure partie.

1280px-Phoenicia_map-en.svg.png

Les ports du nord du Levant ne constituent pas à eux seuls une puissance terrestre importante. Historiquement, la Phénicie s'y est installée avec des villes telles que Dor, Acre, Tyr, Serepta, Sidon, Berytos, Byblos, Tripoli et Arwad. Pendant la plus grande partie de leur existence, ces villes n'ont pas formé un organisme étatique unifié, se faisant concurrence et dépendant de centres de pouvoir extérieurs. À partir du 12ème siècle avant J.-C., les Phéniciens ont remplacé les Crétois en tant que principale puissance maritime et commerciale de la Méditerranée orientale. Cependant, au milieu du 9ème siècle avant J.-C., la plupart des villes phéniciennes étaient déjà dépendantes de la puissance terrestre croissante de l'Assyrie.

lebanon-rel-2000.jpg

La chaîne de montagnes libanaise du nord du Levant atteint presque le littoral et n'est que rarement entrecoupée de vallées fertiles. C'est pourquoi les centres de pouvoir de cette partie du Levant n'ont pas d'ancrage géopolitique. La Phénicie n'était probablement pas un pays très peuplé et fonctionnait principalement comme une puissance maritime et un intermédiaire pour le commerce entre la Mésopotamie, l'Égypte et la Méditerranée occidentale, d'où l'on importait notamment de l'argent, qui était très demandé à l'époque.

Le centre de pouvoir palestinien n'est donc pas menacé de manière significative par le centre de pouvoir libanais actuel. Le Liban moderne a été séparé de la province ottomane de Syrie par les Français après la défaite de l'Empire ottoman lors de la Première Guerre mondiale. La base de cette séparation était la prédominance des chrétiens maronites, avec lesquels la France s'était alliée pendant la guerre civile dans l'Empire ottoman dans les années 1860.

Le Liban tire son nom de sa caractéristique topographique, à savoir le mont Liban qui domine le pays. Cependant, il n'a pas de spécificité géographique ou ethnique organique, car le seul trait distinctif du pays a été historiquement la domination par les alliés français. Le tampon stratégique pour l'Israël d'aujourd'hui est le fleuve Litani, dont Israël a cherché à contrôler la zone au sud, soit directement, soit avec l'aide de forces locales satellites entre 1978 et 2000, ou en tout cas à la débarrasser des forces ennemies comme pendant la guerre de juillet 2006.

Périmètre nord-est

Dans le cas du périmètre nord-est, il faut tenir compte des caractéristiques géostratégiques et historiques de la menace que représente le centre de force syrien pour le centre de force palestinien. Un centre de force syrien pourrait attaquer la Palestine par un corridor d'environ 40 kilomètres entre le mont Hermon dans la chaîne de l'Anti-Liban et le lac de Tibériade. Pour atteindre la plaine côtière de Palestine, les forces syriennes doivent traverser le plateau du Golan et la région montagneuse de la Galilée, puis maintenir des lignes de ravitaillement passant par ces terres qui constituent un bon point d'appui pour la guérilla. Une autre voie d'attaque mène au sud du lac de Tibériade, mais nécessite également le maintien de lignes de ravitaillement étendues.

5b7c59.jpg

The-stratigic-site-of-Tel-Megiddo-Jun-26-2022-03-09-53-80-AM.jpg

Site archéologique de Megiddo.

Depuis le néolithique, le point stratégique de cette région est la colline de Megiddo, également connue sous le nom grec d'Armageddon. Dans l'Antiquité, c'était le site principal du centre cananéen et la capitale du Royaume d'Israël, tandis qu'aujourd'hui, c'est le kibboutz israélien du même nom. La colline est située à l'extrémité nord de la vallée du Wadi Ara, qui traverse les montagnes du Carmel, et surplombe la vallée de Jezréel, également connue sous le nom de vallée d'Armageddon ou de vallée de Megiddo. Une force avançant depuis le nord-est à travers le plateau du Golan devrait se heurter à des forces locales opérant avec des lignes de ravitaillement courtes, elles-mêmes reliées à des lignes de ravitaillement de la guérilla montagnarde étirées et vulnérables.

La caractérisation historique de la menace syrienne doit commencer par la division des possessions arabes de l'Empire ottoman entre l'Angleterre et la France en vertu du traité Sykes-Picot de mai 1916. Le territoire de l'ancienne province ottomane de Syrie, comprenant les territoires de l'actuelle Syrie, du Liban, de la Jordanie et de la Palestine, a été divisé le long d'une ligne allant du Mont Hermon à la côte méditerranéenne en une partie nord qui revenait à la France et une partie sud qui revenait à l'Angleterre. En conséquence, de nombreux Arabes ayant adopté une identité nationale syrienne ont nié la spécificité de la Palestine, du Liban et de la Jordanie, considérant leurs habitants comme des Syriens. L'intervention de la République arabe syrienne au Liban en 1976 s'est faite sous les mots d'ordre de reconstruction d'une "Grande Syrie", entre autres, et a visé le mouvement national palestinien.

Vecteurs de pression extérieurs à la région

Le danger qui pèse sur le centre de pouvoir palestinien depuis le nord ne provient pas tant des forces locales que de l'extérieur. Les Seldjoukides ont conquis la Palestine sur les Byzantins après la bataille de Manzikert en 1071, en longeant la côte levantine depuis le nord et en s'emparant de Jérusalem en 1073. De même, les deux premières croisades ont atteint les plaines côtières de la Palestine aux XIe et XIIe siècles respectivement, en partant d'Antioche, via Tripoli, vers le sud, le long de la côte levantine. Les Mamelouks, qui régnaient alors sur la Palestine, ont été vaincus par les armées de Timur Khomey qui avançaient en 1399-1401 d'Alep vers le sud jusqu'à Damas, avant de rebrousser chemin vers Bagdad. Le sultan ottoman Selim Ier a mis fin au règne des Mamelouks sur l'Égypte en battant leurs armées en 1516, en avançant vers le sud le long de la côte levantine.

Dans tous ces cas, la Palestine a été envahie par le nord, non pas par des centres de pouvoir du nord du Levant, mais par des centres extérieurs à la région, capables de concentrer un pouvoir inaccessible aux villes situées au nord du fleuve Litani, qui manquaient de base géopolitique et étaient, pour ainsi dire, "pressées" contre les chaînes de montagnes côtières.

Pour les centres de pouvoir occidentaux qui aspirent à contrôler le bassin méditerranéen, le Levant est important en tant que pont terrestre, permettant - en l'occurrence des troupes et des cargaisons importantes - un transport moins coûteux, techniquement plus facile et exempt de la menace d'attaques en mer. Une puissance occidentale aspirant à contrôler les côtes nord et sud de la Méditerranée, mais ne contrôlant pas le Levant, aurait fortement augmenté les coûts de transport interne de l'empire. C'est ce qui doit expliquer l'intérêt de Rome, de Byzance, de Venise et des croisés, de l'Angleterre et de la France pour la côte levantine - après avoir traversé l'Hellespont, la voie du sud leur était ouverte à tous.

Les centres de pouvoir occidentaux, lorsqu'ils ne contrôlent pas le Levant, deviennent les centres de pouvoir du nord (centre de pouvoir gréco-anatolien, centre de pouvoir eurasien) et de l'est (centre de pouvoir mésopotamien, centre de pouvoir perse), en concurrence avec les centres de pouvoir occidentaux. Ils cherchent à sécuriser leur flanc sud en contrôlant les ports du Levant. La stabilité de tout empire se développant entre l'Hindou Kouch et la Méditerranée dépend de la sécurisation des ports levantins contre les attaques des centres de pouvoir occidentaux.

Une puissance orientale peut alors utiliser les voies de transport du Moyen-Orient vers la côte méditerranéenne; l'exemple le plus récent est le projet de corridor de transport iranien, développé après le renversement de Saddam en 2003, des centres de l'ouest de l'Iran, à travers le Kurdistan irakien, vers les ports de la Syrie et du Liban - peut-être que la guerre en Syrie après 2011 et l'expansion soudaine de l'État islamique en Irak en 2014 ont eu pour objectif tacite de paralyser ces projets.

iraq-iran-syria-rail-ha-update.jpg

Dans le même ordre d'idées, les puissances du Nord telles que la Macédoine, Byzance, l'Empire ottoman et la Russie ont cherché (ou cherchent encore aujourd'hui) à contrôler la côte levantine afin de sécuriser leur flanc occidental contre l'expansion vers l'est; un centre de pouvoir nordique régnant sur le Bosphore peut librement redéployer des forces engagées jusqu'à la vallée de l'Indus, mais en laissant le Levant hors de son contrôle, il s'expose aux attaques des centres de pouvoir occidentaux.

La tellurocratie israélienne

La localisation du centre de pouvoir palestinien est compliquée par sa nature tellurique. Accrochées à des montagnes qui s'étendent presque jusqu'à la côte, les villes du nord du Levant produisent une civilisation thalassocratique, basée sur le commerce et orientée vers la mer. Avec une base géopolitique plus étendue sur une plaine côtière plus large que dans le nord et des collines moins escarpées, les centres palestiniens génèrent une civilisation tellurique.

Ce n'est pas une coïncidence si l'Israël moderne était un État socialiste à ses origines et si un secteur socialiste important, sous la forme de quelques kibboutzim, est encore préservé dans son économie aujourd'hui. L'économie de l'Israël moderne est basée sur l'agriculture et la technologie moderne, c'est-à-dire qu'elle répond aux caractéristiques d'un centre de pouvoir basé sur la terre, plutôt orienté vers l'intérieur. Il s'agit d'un type de civilisation très différent de celui des Juifs de la diaspora, basé sur le capitalisme et le commerce plutôt que sur l'industrie manufacturière et, de surcroît, sans lien avec la terre. La présence d'une colonie de colons armés en Samarie est la quintessence d'une civilisation "militaire" basée sur la terre. La déclaration officielle d'Israël, en 1980, de reconnaître Jérusalem intérieure plutôt que la ville côtière de Tel-Aviv comme capitale de l'État, revêt une importance symbolique. Contrairement aux villes du Levant Nord, le centre du pouvoir palestinien n'a jamais été une puissance maritime, pas plus que l'Israël moderne.

En raison de sa nature tellurique, l'Israël moderne est faiblement connecté au monde extérieur et n'a qu'un "besoin" limité pour les puissances mondiales; comme à la fin des années 1940, les pays arabes, plus étendus et plus significatifs, gagnent en importance, Israël tente alors, aujourd'hui, de se faire connaître grâce aux activités de la diaspora juive et au développement d'un secteur de start-up dans les domaines de l'intelligence artificielle et de la cybersécurité, dans le but de devenir un élément indispensable du système capitaliste mondial. Cependant, l'initiative appartient fermement aux États-Unis et à la Chine, qui agissent en tant qu'investisseurs en Israël. L'importance d'Israël pour son protecteur actuel, à savoir les États-Unis d'Amérique, repose sur le fait qu'il est un allié des États-Unis contre l'Iran. Cette convergence d'intérêts n'est cependant pas structurelle, mais accessoire et ne garantit pas le protectorat permanent de Washington sur l'Etat juif (ce protectorat ne date d'ailleurs pas d'avant 1967; avant cela, le protecteur du sionisme était l'Angleterre, et de l'Etat israélien successivement l'URSS et la France).

main-qimg-8b2a7bc2e9b950ce21a012f2d8e6f362-lq.jpg

Les deux pays des Palestiniens

Les Palestiniens, quant à eux, vivent dans deux entités géopolitiques distinctes. La Cisjordanie est un pays tellurique pauvre, situé dans les collines semi-arides, qui ne peut fonctionner que sur la base de l'économie plus dynamique de l'État juif. Le territoire palestinien y est constamment tronqué et fragmenté en enclaves isolées, proclamées depuis janvier 2013. L'"État de Palestine" peut en principe être considéré comme un État-nation palestinien, même si, dans la pratique, ses autorités se comportent davantage comme les Judenräte dans les ghettos juifs pendant la Seconde Guerre mondiale.

La bande de Gaza, quant à elle, ressemble davantage à une cité-état thalassocratique qu'à un État-nation. Contrairement aux villes du Levant connues dans l'histoire, elle n'est pas un centre cosmopolite de commerce, de banque et de transport maritime, car elle est soumise à un isolement hostile de la part d'Israël et de l'Égypte qui coopèrent contre les Palestiniens - la nature thalassocratique de la bande de Gaza a été, pour ainsi dire, "avortée" par ses voisins hostiles qui l'isolent.

La bande de Gaza couvre 365 kilomètres carrés et compte 2,4 millions d'habitants. La Cisjordanie, qui compte 3 millions d'habitants, s'étend sur 5655 km². La densité de population dans la bande de Gaza est de 6500 personnes/km², tandis que celle de la Cisjordanie est de 466 personnes/km². La bande de Gaza a une superficie de 41 km. Elle s'étend du sud au nord et de 6 km à 12 km d'est en ouest. La longueur de la frontière avec l'Égypte est de 11 km.

Les distances et superficies susmentionnées montrent clairement que la bande de Gaza est incapable de fonctionner dans sa forme actuelle sur le plan social, économique et civilisationnel. Au cours des dernières décennies, ses habitants ont végété grâce à l'aide humanitaire de l'Union européenne et des agences de l'ONU. La situation pourrait être modifiée par l'ouverture au marché du travail israélien ou par l'émigration d'une partie importante de la population de Gaza. Dans l'hypothèse de la création d'un Etat palestinien réellement indépendant incluant la bande de Gaza, un exode d'au moins plusieurs centaines de milliers de résidents de Gaza vers la Cisjordanie serait à prévoir, mais celle-ci ne serait pas en mesure d'assimiler un tel nombre de migrants.

wa_image_gaza_map_1.jpg

Les deux parties de l'actuel "État de Palestine" (la bande de Gaza et la Cisjordanie) ont donc des caractéristiques géopolitiques complètement différentes et il est difficile de parler d'une "nation" cohérente pour leurs habitants. L'actuel "État de Palestine" rappelle plutôt le Pakistan au moment de la sécession du Bangladesh en 1971: les parties du Pakistan situées sur l'Indus et à l'embouchure du Gange étaient séparées par l'État indien, plus fort et hostile. De même, les deux parties de l'"État de Palestine" sont divisées par l'État d'Israël, hostile et plus fort. L'éclatement de facto de l'"État de Palestine" en 2007 était aussi inévitable que l'éclatement du Pakistan en 1971.

L'Autorité nationale palestinienne en Cisjordanie poursuit une politique de collaboration avec l'occupant israélien, car les caractéristiques géopolitiques de la Cisjordanie rendent la situation ainsi créée très gênante, mais donnent néanmoins aux Palestiniens la possibilité d'une existence minimale. La situation est différente dans la bande de Gaza, pour laquelle la seule solution est le démantèlement de l'État juif et l'élimination des Juifs vivant en Palestine. Sinon, les Palestiniens de Gaza connaîtront un sort similaire à celui des habitants des ghettos juifs pendant la Seconde Guerre mondiale.

Le Hamas, avec son exigence de liquidation d'Israël et d'assassinat ou d'expulsion de tous les Juifs, est perçue, dans la Bande de Gaza, comme la seule réponse possible à la condition de "prison à ciel ouvert" ("open-air prison", dénomination adoptée pour Gaza par certaines organisations internationales). Il semble également inutile de souligner l'inspiration israélienne dans la montée du Hamas, ce que la partie israélienne a ouvertement admis. Dans le même ordre d'idées, l'Inde a inspiré le mouvement séparatiste du Pakistan oriental et a soutenu les Mukti Bahini.

Toutefois, il ne faut pas en conclure hâtivement que les activités continues - et actuelles - du Hamas sont une "opération sous faux drapeau", comme en témoignent les guerres de 2008/2009 avec l'État juif et la guerre de sept semaines de 2014, ainsi que les manifestations de 2018-2019.

Les conditions de vie et l'absence de perspectives de développement dans la "prison à ciel ouvert" qu'est la bande de Gaza, ainsi que l'indifférence de l'Autorité nationale palestinienne en Cisjordanie (qui collabore déjà étroitement avec Israël au niveau de l'appareil de sécurité), forcent l'émergence de forces révisionnistes radicales dans cette région. Ainsi, si le Hamas n'émergeait pas, un autre groupe "remplissant le rôle du Hamas" émergerait probablement.

L'issue pour les Palestiniens de la situation géopolitique dans laquelle ils se trouvent serait la montée d'une puissance extérieure eurasienne ou d'Asie centrale, qui soutiendrait de l'extérieur un centre de force égyptien ou syrien, en l'orientant vers une voie pro-palestinienne. Cette situation a failli se produire entre juin 2012 et juillet 2013, lorsque le président égyptien était Muhammad Mursi, affilié aux Frères musulmans. Les Frères musulmans égyptiens soutenaient le Hamas, basé à Gaza, tout en bénéficiant du soutien du dirigeant turc Recep Tayyip Erdoğan. Cependant, M. Mursi a finalement été renversé par un coup d'État du général Abd al-Fattah as-Sisi, soutenu par l'Occident, ce qui semble avoir déterminé le sort des Palestiniens de Gaza de manière négative pour l'avenir prévisible.

Ronald Lasecki

Publié à l'origine dans Myśl Polska (47-48, 19-26.11.2023).

Soutenez mon journalisme:  https://zrzutka.pl/xh3jz5

vendredi, 08 décembre 2023

L'école argentine de géopolitique

e649fce75570b0d47a2df40081e6291a.jpg

L'école argentine de géopolitique

Ronald Lasecki

Source: https://ronald-lasecki.blogspot.com/2023/11/argentynska-szkoa-geopolityki.html

Les origines de la pensée géopolitique argentine se situent au 19ème siècle, dans le contexte de la formation institutionnelle et spatiale de l'État argentin lui-même. Le 25 mai 1810, l'Argentine a obtenu son indépendance en tant que Provinces unies du Río de la Plata (Provincias Unidas del Río de la Plata) par la révolution dite de mai (Revolución de Mayo) par rapport à la vice-royauté espagnole du Río de la Plata qui existait depuis 1776. La Bolivie s'est ensuite détachée de l'autorité de Buenos Aires. L'appellation "Provinces unies d'Amérique du Sud" (Provincias Unidas de Sud América), également utilisée de manière interchangeable à l'époque, reflétait les aspirations de Buenos Aires au contrôle politique de la périphérie indépendante de l'ancienne vice-royauté du Río de la Plata et à une intégration politique sud-américaine à un niveau plus élevé.

e35bf1273a40912c07686a6a4a6981a0.jpg

La Confédération argentine (Confederación Argentina), qui a existé entre 1831 et 1861, est une autre forme d'État argentin. Le terme "Fédération argentine" (Federación Argentina) a été utilisé de manière interchangeable à l'époque, ce qui reflétait le conflit entre les partisans de la centralisation de l'État et les partisans d'une forme plus souple d'union de ses provinces.

Rosas_2_retouch.jpg

Le gouverneur de Buenos Aires de 1835 à 1852, Juan Manuel de Rosas (1793-1877) (tableau, ci-dessus), représentait la Confédération argentine dans les relations extérieures. Après la défaite des forces de Buenos Aires à la bataille de Caseros en février 1852, Justo José de Urquiza y García, ancien gouverneur de la province d'Entre Ríos, prend la relève. Il a conduit à l'adoption de la Constitution de 1853, qui a entraîné la sécession de Buenos Aires, qui a existé en tant qu'État indépendant (Estado de Buenos Ayres) jusqu'à la bataille victorieuse de Pavón en septembre 1861, au cours de laquelle elle a rejoint la Confédération argentine, militairement vaincue, en tant qu'entité dominante. Cette bataille a été suivie par le dernier changement de nom du pays, à ce jour, en République argentine (República Argentina) en décembre 1861.

250px-Julio_Roca_color.jpgJulio Argentino Roca (1843-1914), meneur des guerres contre les Mapuches (la "conquête du désert", en espagnol : Conquista del desierto), menées entre 1879 et 1884, et figure dominante de la politique argentine entre 1880 et 1904, a joué un rôle déterminant dans la formation du territoire argentin. L'émergence de l'État argentin tel que nous le connaissons aujourd'hui ne peut être envisagée qu'à partir de la conclusion réussie de la "conquête du désert", c'est-à-dire à partir du milieu des années 1880. En 1867, le président Bartolomé Mitre Martínez a promulgué un décret accordant aux agriculteurs et aux éleveurs le droit d'occuper des terres dans les Pampas et en Patagonie. En 1879, une force argentine de 8000 soldats a lancé une agression contre les colonies mapuches au sud du Río Negro. Après avoir gagné la campagne au prix de 1,5 million de pesos, 20 millions d'hectares ont été distribués aux 500 plus proches collaborateurs de J. A. Roca, et la reconnaissance des titres antérieurs a permis d'étendre le contrôle effectif de Buenos Aires sur ces territoires.

Les conditions naturelles de l'Argentine

L'émergence de la pensée géopolitique en Argentine était compréhensible, étant donné les excellentes conditions géopolitiques du pays. L'Argentine est l'un des pays les plus isolés géopolitiquement au monde. Après l'élimination de la menace brésilienne lors de la Guerra da Cisplatina (1825-1828) et de la menace paraguayenne lors de la Guerre du Paraguay (1864-1870), la seule source de menace territoriale directe pour l'Argentine se trouvait à 12.000 km. Le Royaume-Uni, qui avait conservé la souveraineté coloniale sur les Malouines depuis 1833, dont la tentative de libération armée par l'Argentine en 1982 s'est soldée par la défaite de Buenos Aires, ne menaçait pas le noyau géopolitique continental de l'État argentin.

produccion_2_1.png

imaargges.jpg

L'Argentine est également favorisée par ses conditions naturelles. Contrairement au reste du continent sud-américain, l'Argentine n'a pas de climat tropical et la végétation prédominante n'est donc pas tropicale. Les étés argentins sont suffisamment secs pour permettre aux grains des cultures traditionnelles de pousser. Les hivers sont suffisamment frais pour éliminer les insectes porteurs de germes dangereux pour l'homme et le bétail. Le territoire de l'État est une vaste plaine plate, modérément irriguée. La planéité de la surface, combinée à la végétation des prairies et au climat tempéré, fait de la région argentine l'une des zones agricoles les plus fertiles du monde. Le système fluvial de La Plata, formé par les fleuves Paraná, Paraguay, Uruguay et l'estuaire du Río de la Plata, est navigable sur presque toute sa longueur et, avec les canaux et les écluses qui relient ses fleuves, il constitue l'un des systèmes de transport fluvial les plus étendus au monde - dont l'Argentine contrôle géopolitiquement l'embouchure sur l'océan.

rio-de-la-plata-46.jpg

La connectivité intrinsèque de la région de La Plata permet de réaliser des économies d'échelle, de produire plus de capital et de nourrir des populations plus importantes que les pays tropicaux ou andins d'Amérique du Sud. L'Argentine est privilégiée en ce qui concerne les conditions de transport des marchandises produites dans la région de La Plata. Le transport par voie fluviale est 10 à 30 fois moins cher que le transport par voie terrestre. Le réseau de transport du système fluvial de La Plata permet donc de générer d'importants capitaux à un coût bien inférieur à celui du transport terrestre. Il permet notamment de se passer d'infrastructures routières. Cependant, la planéité de la surface et sa bonne connectivité avec les ports maritimes réduisent également le coût de construction des infrastructures terrestres. Le transport fluvial augmente également la rentabilité de l'exportation de produits agricoles argentins tels que le soja, le maïs et le blé, dont le rapport volume/valeur rend peu rentable leur transport sur de longues distances par voie terrestre.

L'intégration du réseau fluvial et la planéité de la surface sont également propices à l'émergence d'une autorité politique unifiée, ce qui contraste, par exemple, avec l'Eurasie, où le réseau fluvial méridional a entraîné la formation d'organismes politiques distincts et hostiles le long des différents cours d'eau. Le seul organisme politique dont l'ensemble du territoire est situé dans le cône sud (Cono Sur) de l'Amérique du Sud est le Chili, qui est séparé de l'Argentine par une chaîne de montagnes des Andes de près de 7000 mètres d'altitude ; un vol de Santiago du Chili à Buenos Aires prend plus de temps qu'un vol de Londres à New York, de sorte que le Chili n'est pas un rival de l'Argentine qui menace son noyau géopolitique.

Les précurseurs de la géopolitique argentine

Sarmiento.jpgPendant la période de formation de l'État argentin au 19ème siècle, des ouvrages tels que "Argiropolis : O la Capital de los Estados Confederadus del Rio del Plata" (1850) de Domingo Faustino Sarmiento (1811-1888) (photo), futur président de l'Argentine entre 1868 et 1874, lorsque les derniers caudillos régionaux ont été vaincus, ont été publiés. L'auteur y plaide pour l'établissement d'une nouvelle capitale nationale sur l'île de Martín García, sur le Río de la Plata, afin de donner un élan à l'intégration des terres de l'ancienne vice-royauté du Río de la Plata. Il préconise de s'appuyer sur les traditions unificatrices du libéralisme européen pour surmonter l'héritage de l'empire espagnol et le caudillisme qui en découle. L'exemple emblématique du caudillo provincial fut pour D. F. Sarmiento le gouverneur de Buenos Aires, J. M. de Rosas - sous son règne, le pouvoir était concentré entre les mains d'une oligarchie privilégiée, ce qui, selon l'auteur d'"Argiropolis", constituait un obstacle à la formation d'un sentiment national et à la prise de conscience d'un territoire étatique intégré parmi les Argentins.

Juan_Bautista_Alberdi.jpgL'écrivain nationaliste Juan Bautista Alberdi (1810-1884) (photo) demanda à l'administration de J. A. Roca, dans les pages de son ouvrage "Reconstruction Geografico de America del Sur" (1879), d'accroître la force institutionnelle de l'État argentin afin de lier plus efficacement à Buenos Aires les terres qui faisaient historiquement partie de la vice-royauté du Río de la Plata. Comme D. F. Sarmiento, J. B. Alberdi a également attiré l'attention sur la menace d'une baisse du sens civique et de l'identification à l'État parmi les Argentins en l'absence d'un système politique et social participatif. Dans la seconde moitié du 19ème siècle, les gouvernements argentins successifs ont tenté de remédier à cette situation en développant l'endoctrinement patriotique et national dans l'enseignement public. Ce faisant, ils ont donné l'impression que l'Argentine et son territoire étaient constamment menacés par des centres de pouvoir puissants et expansifs: brésiliens, chiliens et britanniques. Au début du 20ème siècle, le récit patriotique argentin mettait l'accent sur les grandes réussites économiques du pays au 19ème siècle, contre lesquelles le Royaume-Uni et les États-Unis se sont élevés dans les années 1920 et 1930. En 1833, les Britanniques avaient pris à l'Argentine l'archipel des Malouines. Entre-temps, la source de tout renouveau économique pourrait venir de l'exploitation par Buenos Aires de zones précédemment non développées ou sous-développées telles que la Patagonie, les océans ou l'Antarctique. Se tourner vers elles permettrait de développer l'idée nationale argentine et de donner à l'Argentine la place qui lui revient dans la politique mondiale.

Caractéristiques générales de l'école géopolitique argentine

407323799_tcimg_6B6E0990.jpgParmi les pays latino-américains possédant un patrimoine de pensée géopolitique, seule l'Argentine, avec le Brésil, a produit sa propre école. La pensée argentine présente une doctrine intérieurement cohérente, elle a une tradition qui remonte loin dans le passé, elle est composée de nombreux représentants et elle exerce une influence significative sur la politique intérieure et extérieure du pays. Publié en Argentine entre 1969 et 1983, le périodique Estrategia représentait, dans son domaine, le plus haut niveau de contenu en Amérique latine, et probablement dans le monde.

Les principaux domaines d'intérêt de l'école argentine de géopolitique sont les suivants: l'expansion brésilienne et sa quête d'hégémonie; les préoccupations concernant l'alliance du Brésil avec les États-Unis; le rôle de l'Argentine en tant que leader naturel des pays de la région du cône sud; l'orientation maritime avec une référence particulière à l'Atlantique sud, la libération des Malouines du colonialisme britannique et la garantie des droits de l'Argentine dans l'Antarctique; l'énergie nucléaire et l'acquisition de ses propres armes nucléaires - en particulier si le Brésil en développe une; et l'influence des centres extérieurs sur la situation interne de l'Argentine et ses possibilités de développement national. L'une des caractéristiques de l'école argentine de géopolitique est également son attitude positive à l'égard de l'école allemande de géopolitique, même après la défaite de l'Allemagne lors des deux guerres mondiales successives.

L'école argentine de géopolitique accorde une attention particulière aux questions maritimes et océaniques; le rôle de l'Argentine en tant qu'État maritime, conformément à sa position particulière dans l'"hémisphère océanique" (c'est-à-dire le Sud) ; la responsabilité particulière de l'Argentine en tant qu'État maritime, conformément à sa position particulière dans l'"hémisphère océanique" (c'est-à-dire le Sud); la responsabilité particulière de l'Argentine en tant que centre de pouvoir contrôlant les "entrées" et "sorties" stratégiques de l'Atlantique Sud ; la domination de l'Argentine sur le détroit de Magellan et le cap de Bonne-Espérance, qui deviendrait particulièrement importante si le canal de Panama était fermé; l'importance stratégique de l'archipel des Malouines et la nécessité de le libérer du colonialisme britannique; l'importance stratégique actuelle et potentielle de l'Antarctique et la nécessité de garantir les droits de l'Argentine sur cette région face à la pénétration d'autres centres de pouvoir.

E8Dxwmmsl7sFMh48.jpg

Les origines de l'école argentine de géopolitique

intereses argentinos_thumb[1].jpgLe premier auteur argentin clairement inspiré par la pensée géopolitique anglo-américaine - plus précisément par les travaux d'un Anglais, Halford John Mackinder (1861-1947), et d'un Américain, Alfred Thayer Mahan (1840-1914) - est l'amiral Segundo Storni (1876-1954). Son ouvrage "Intereses Argentinos en la Mar" (1916) est considéré comme un précurseur de l'école argentine de géopolitique. L'auteur y identifie diverses routes commerciales et régions géographiques de l'océan mondial. Il considère l'Atlantique et le Pacifique comme des espaces non développés, la direction naturelle de l'expansion de l'État argentin, économiquement fort et leader au 19ème siècle dans l'exportation de maïs, de graines de lin, de bœuf et de blé. Il n'est pas exact que l'Argentine, qui dépend d'un réseau de transport et de commerce maritimes, n'ait pas manifesté jusqu'à présent d'intérêt pour les zones maritimes. Les mers et les océans qui entourent l'Argentine peuvent non seulement devenir des atouts économiques supplémentaires pour l'Argentine, mais l'expansion dans leur zone peut également devenir un axe pour la formation de l'idée nationale argentine. Pour être efficace sur les mers, l'Argentine doit créer une industrie forte et une force armée technologiquement moderne. Le développement du commerce argentin et du transport maritime devrait s'accompagner du développement de la pêche argentine et des industries de transformation du poisson.

L'intérêt de l'Argentine pour l'école géopolitique allemande s'est déplacé dans les années 1920 et 1930, lorsque la situation politique du pays a commencé à se dégrader pendant le règne inepte des radicaux petits-bourgeois (1916-1930) et la prolifération des soulèvements ouvriers contre eux, générant violence et chaos dans les rues et perturbant l'économie. La confusion s'est encore aggravée après la crise économique de 1929, qui a marqué le début de la "décennie infâme" (Década Infame) de 1930-1943, au cours de laquelle une grande partie des classes moyennes et populaires argentines ont été plongées dans la ruine économique et poussées dans la pauvreté. Dans ce contexte, la démocratie libérale et le capitalisme, considérés comme des régimes instables, inefficaces et générateurs de chaos politique et social, étaient de plus en plus remis en question. Le renversement du président petit-bourgeois-radical Hipólito Yrigoyen (1852-1933) par les militaires en septembre 1930 est devenu le symbole de l'effondrement de la confiance dans la démocratie.

Alfred-Arent+Argentinien-ein-Land-der-Zukunft.jpgLa pensée allemande a inspiré une vision alternative de l'État en tant qu'organisme. En 1900, le président J. A. Roca a créé l'École supérieure de guerre (Escuela Superior de Guerra) à Buenos Aires. Un an plus tard, le colonel (puis général) allemand Alfred Arent, auteur de l'ouvrage "Land der Zukunft" (1905) consacré à l'Argentine, en devient le doyen. Tout au long de la première décennie du 20ème siècle, la moitié du personnel de l'École de guerre, qui formait des officiers argentins dans le cadre de cours de deux ans, était composée d'officiers militaires allemands. Des officiers allemands tels que Johannes Kretzchmar ont continué à travailler en Argentine jusqu'aux années 1940, créant une structure hiérarchique disciplinée dans les forces armées argentines. À l'époque, l'armée argentine n'admettait que les catholiques dans les rangs des officiers, et l'un des anciens élèves de l'École de guerre était le futur dirigeant argentin Juan Domingo Perón (1895-1974), qui s'est rendu en Italie et en Allemagne en 1938, où il a donné des conseils sur la stratégie de guerre en montagne et sur des questions géopolitiques. À son retour en Argentine, J. D. Perón a été nommé commandant de l'unité de montagne de Mendoza et a écrit un certain nombre d'articles et de livres populaires sur la Première Guerre mondiale, l'histoire du 19ème siècle et les questions de stratégie militaire.

La vision du monde des forces armées argentines durant cette période peut être décrite comme saturée des théories du darwinisme social, de l'État organique de Friedrich Ratzel (1844-1904), du catholicisme, de l'anticommunisme, d'un nationalisme exubérant face aux relations commerciales défavorables avec le Royaume-Uni, et d'une aversion pour le démolibéralisme, tenu pour responsable de la faiblesse de l'État et des activités des partis politiques corrompus. La question de la sécurité nationale s'inscrivait dans une vision organique de la République argentine, dans laquelle les droits de l'individu devaient céder le pas au bien de la collectivité. Des officiers argentins comme le général Juan Bautista Molina se considéraient comme les sauveurs de la nation face à la menace du communisme et à la décadence démolibérale.

Richard-und-Leo-Körholz-Hennig+Einführung-in-die-Geopolitik.jpgLes lecteurs argentins ont été initiés à la pensée géopolitique allemande par l'ouvrage de Richard Hennig et Leo Korholz, Einführung in die Geopolitik (1934), qui a été publié en traduction espagnole en 1941 sous le titre Introduccion a la geopolitica. La thèse centrale du livre, à savoir l'État organique et la nécessité d'une armée forte comme garante de la sécurité en période d'incertitude, a trouvé des partisans dans le corps des officiers argentins. L'ouvrage du géopoliticien brésilien Mário Travassos (1891-1973), Projeção Continental do Brasil (1938), qui expose la théorie de la "frontière mobile" en tant qu'expression du pouvoir de l'État, a connu un succès similaire et a été adapté par les Argentins à leur propre périphérie patagonienne et antarctique. Dans les années 30 et 40, les auteurs argentins ont suivi de près le cadre méthodologique et doctrinal défini pour la géopolitique par Karl Haushofer (1869-1946) et ses disciples.

L'intérêt pour l'Antarctique s'est nettement accru à Buenos Aires après le coup d'État du Groupe des officiers unis (Grupo de Oficiales Unidos) en juin 1943, et surtout après la prise de pouvoir personnelle de son membre Juan Domingo Perón en 1946, qui a dirigé l'État argentin jusqu'en 1955. La pensée géopolitique de J. D. Perón se caractérise par la conviction que l'Argentine est victime de l'agression coloniale britannique aux Malouines et en Antarctique, qu'elle doit rester neutre face aux conflits des États de l'hémisphère nord et qu'elle doit parvenir à l'autosuffisance géoéconomique.

118390.jpgEn 1948, J. D. Perón ordonne à l'Institut de géographie militaire de produire des cartes de la République argentine couvrant les Malouines et l'Antarctique. Toutes les cartes de l'Argentine publiées sous J. D. Perón devaient inclure le secteur argentin de l'Antarctique et les Malouines. Les revendications britanniques et chiliennes sur l'Antarctique sont considérées comme illégales, voire inexistantes. Le concept d'une "Argentine tricontinentale" a été créé, comprenant une partie proprement dite sous la forme de la République argentine, les Malouines et l'Antarctique argentin. En 1946, ce concept a été introduit dans l'enseignement scolaire. En 1947, un ministère distinct pour les Malouines et l'Antarctique argentin a été créé. L'idée d'une "Argentine tricontinentale" a ensuite été reproduite sur les timbres-poste, les atlas et les peintures murales argentins.

Dans le récit péroniste, l'Argentine est victime de l'annexion coloniale et de l'usurpation de ses terres par le Royaume-Uni. Son territoire proprement dit, y compris les territoires insulaires et antarctiques, est ainsi passé virtuellement de 2,8 millions de km² à 4 millions de km². Les États du Nord, riches, surpeuplés et industrialisés, menacent la souveraineté économique de l'Argentine sur ses ressources naturelles et son industrie naissante. Les publications de cette époque, comme le Diccionario Histórico Argentina, reprennent le code géopolitique argentin défini par J. D. Perón. Les ouvrages de J. E. Jasón et de L. Perlinger, "Geopoliticum", sont également très populaires dans les milieux militaires argentins de cette époque. Perlinger (1948) et "Introducción a la Geopolítica Argentina" (1950) du major Emilio Isola et du colonel Angel Barra, où les théories les plus importantes de la géopolitique européenne sont présentées dans une perspective argentine. Les travaux de l'auteur espagnol Vicens Vives "Tratado general de geopolítica" (édition argentine 1950) et d'Alberto Escalona Ramos "Geopolitica mundial y geoeconomica" (1959) ont également été mis à la disposition des lecteurs argentins.

Doctrines de sécurité nationale

Après la Seconde Guerre mondiale, les doctrines de sécurité nationale ont été intensément développées dans les cercles militaires argentins en réponse à la reconnaissance d'une prétendue menace communiste lors d'événements tels que le Bogotazo (1948) en Colombie, la révolution cubaine (1959) et la défaite américaine à la baie des Cochons (1961), ou les activités d'Ernesto "Che" Guevara (1928-1967). L'inspiration pour les études publiées, entre autres, dans les pages de la Revista de Guevara (1928-1967). Les études publiées, entre autres, dans la "Revista de la Escuela Superior de Guerra" ont été inspirées par des contacts avec des participants à des missions militaires françaises dans les années 50; des consultations sur la géopolitique, la sécurité nationale, le développement économique et social et la stratégie avec les armées de pays tels que le Brésil, le Chili, le Pérou et le Venezuela; la formation d'officiers argentins et de spécialistes militaires dans des institutions américaines telles que l'École des Amériques en Géorgie et le Collège interaméricain de défense; des études de l'école brésilienne de géopolitique, en particulier celles du Gen. Golbery do Couto e Silva (1911-1987).

Dans le cas de l'Argentine, les doctrines de sécurité nationale mettent en évidence la menace que représentent pour la société et l'économie les courants subversifs qui cherchent à déstabiliser l'État et son espace et à saper les valeurs chrétiennes et occidentales. Les militaires ont cherché à établir une coopération avec les milieux industriels et commerciaux, à identifier et à détruire les tendances subversives. Les militaires sont intervenus dans le processus politique en 1963, 1966 et 1976, expliquant cela par la nécessité de contrer l'agression communiste et la crise économique. L'instabilité politique, les grèves ouvrières et les troubles des années 60 et 70 étaient, pour les militaires argentins, la preuve de tendances centrifuges qui menaçaient l'ensemble de la société, de la famille aux différentes branches de l'économie et à l'Église catholique. Les chefs militaires comme Juan Carlos Onganía (1966-1970), Jorge Rafael Videla (1976-1981) et Roberto Eduardo Viola (mars-décembre 1981) ont traité l'apparition de ces processus centrifuges comme des "défis" pour les Argentins, dont la réponse serait un nouvel axe d'intégration nationale pour eux.

Les classiques de l'école géopolitique argentine

Grâce aux militaires argentins, de nouvelles institutions ont été créées à Buenos Aires pour fournir des analyses et des commentaires d'experts sur la situation de l'Argentine et les défis auxquels le pays est confronté : l'Instituto Argentina de Estudios Estrategicos y de las Relaciones Internationales (INSAC), l'Institute de Estudios Geopoliticos (IDEG), ainsi que l'Agence nationale de développement et l'Institut argentin du service extérieur, qui prépare à l'exercice de la fonction publique. Entre 1969 et 1983, l'INSAC a publié l'influent périodique Estratégia (sans doute la principale revue géopolitique au monde à l'époque), qui traitait de questions géopolitiques telles que le développement de la Patagonie, la garantie de la position de l'Argentine dans le bassin du Río de la Plata, l'archipel des Malouines, le canal Beagle et l'Antarctique, et l'endiguement de l'expansion de centres de pouvoir concurrents tels que le Royaume-Uni, le Chili et le Brésil. Sous la bannière de l'IDEG, en revanche, la revue "Geopolítica" a été publiée, mettant davantage l'accent sur les questions d'intégration interne des différents territoires de l'Argentine. Des sujets tels que l'intégration régionale, le développement national et la coopération internationale ont été abordés dans les pages de ce titre.

149547686_tcimg_48511799.jpg

Des questions telles que la menace que le Royaume-Uni, le Chili et le Brésil faisaient peser sur les territoires argentins, le mécontentement croissant face à un gouvernement civil inepte et, enfin, la prétendue menace communiste et soviétique, ont créé un climat d'incertitude dans les années 1960 et 1970, sur la base duquel un environnement favorable au développement de doctrines géopolitiques s'est mis en place. Parmi les ouvrages géopolitiques écrits durant cette période, le plus remarquable est "Qué es la geopolítica" ? (1965) du colonel Jorge E. Atencio, qui affirme que la géopolitique doit servir de guide aux hommes d'État, en identifiant les besoins territoriaux et en matières premières de l'État. Cet auteur a également défendu la géopolitique allemande contre les accusations d'auteurs américains tels que Isaiah Bowman (1878-1950) et Robert Strausz-Hupé (1903-2002), en soulignant que l'utilisation de la géopolitique par les fascistes n'invalidait pas la légitimité d'une simple prise en compte du facteur spatial dans la réflexion politique. La distinction entre la pensée militaire allemande et les catégories du fascisme et du nazisme était d'ailleurs également présente dans les cercles militaires argentins au sens large; la pensée militaire allemande était tenue en haute estime, tandis que le fascisme se voyait reprocher sa faiblesse consistant à porter au pouvoir des dirigeants imprévisibles et irrationnels. L'approche de J. E. Atencio, qui présente dans son livre l'Argentine comme une grande puissance navale potentielle dans l'Atlantique Sud et l'Antarctique, s'inscrit dans cette tendance.

Une autre étude remarquable de cette période est Estrategia y Poder Militar (1965) de l'amiral Fernando A. Mill, où la tradition de la géopolitique allemande est également invoquée, mais où l'auteur ne présente pas de projets expansionnistes, mais plaide pour la nécessité de développer la périphérie du pays - y compris l'archipel des Malouines et l'Antarctique argentin, dont l'importance augmenterait d'autant plus si le canal de Panama était fermé. L'Argentine est ici perçue comme un État maritime et péninsulaire, et le récit est mené à partir d'une position thalassocratique. Il convient également de mentionner l'ouvrage "Geopolítica y geostrategia americana" (1966) de Justo P. Briano. L'auteur y défend l'intérêt pour les doctrines géopolitiques allemandes et plaide en faveur de l'adaptation des théories américaines et brésiliennes pour préparer l'Argentine à jouer le rôle d'une puissance de premier plan dans les relations internationales.

Guglialmelli-Juan-Enrique.jpg

guglialmelli_juan-pensar_con_estrategia.jpg

La figure la plus importante de l'école géopolitique argentine est le général Juan E. Gugliamelli, commandant du cinquième corps d'armée, recteur de l'École de guerre, membre du gouvernement militaire de J. C. Onganía et rédacteur en chef de la revue "Estratégia". En tant qu'officier, il est responsable des régions périphériques du pays, telles que la Patagonie et l'Atlantique. Il voyait l'Argentine comme un État péninsulaire, avec des régions périphériques éloignées au nord et au sud. Pour éviter que la souveraineté argentine ne soit minée par des centres de pouvoir concurrents, Buenos Aires doit sécuriser ces régions périphériques, y investir et les développer. Dans les concepts de J. E. Gugliamelli, le concept allemand de l'État organique et la théorie sud-américaine (péroniste) de la dépendance (dependista) et l'idée de la lutte pour la subjectivité géoéconomique se rencontrent.

31465539650.jpg

L'ouvrage le plus important de J. E. Gugliamelli est "Geopolítica del Cono Sur" (1983), où il affirme que la structure des exportations argentines, dans laquelle la place la plus importante est occupée par les cultures agricoles, expose le pays au risque de dépendance vis-à-vis de centres extérieurs, réduit le champ des décisions politiques prises librement et ne permet pas de répondre aux besoins de bien-être et de prospérité. En ce qui concerne la sécurité nationale, elle restreint la liberté d'action stratégique, crée des espaces susceptibles d'incitations négatives dans les relations des pays du cône sud du continent sud-américain (Argentine, Chili, Paraguay, Uruguay, noyau historique du Brésil dans le sud-ouest du pays). Sur le plan de la politique intérieure, cette situation menace l'Argentine d'une instabilité sociale permanente et d'une agitation gauchiste.

E. Gugliamelli s'intéresse particulièrement à l'expansionnisme brésilien, qui remonte aux expéditions bandeirantes et qui a étendu la portée du pouvoir effectif de Rio de Janeiro (1) bien plus à l'ouest que ne le prévoyait le traité de Tordesillas (1494), qui délimitait les sphères d'influence de l'Espagne et du Portugal. Cette tendance a été poursuivie par le "père de la diplomatie brésilienne", le baron Rio Branco (2) (ministre brésilien des affaires étrangères de 1902 à 1912), dont la doctrine en matière de politique étrangère comprenait: l'expansion des "frontières naturelles" du Brésil; le contrôle des zones tampons que sont le Paraguay et l'Uruguay; l'affaiblissement de l'Argentine - en particulier dans la province de Misiones; et le remplacement du Royaume-Uni par les États-Unis en tant qu'allié le plus important du Brésil. J. E. Gugliamelli a également polémiqué avec M. Travassos, le mettant en garde contre sa doctrine géopolitique d'expansion est-ouest du Brésil vers la Bolivie, qui visait à briser l'axe de communication nord-sud traditionnel de la Bolivie à travers le système fluvial de La Plata.

Dans de nombreux articles publiés dans Estrategia, J. E. Gugliamelli a abordé des questions telles que: la menace que représente l'accord nucléaire entre le Brésil et l'Allemagne (1975); la centrale hydroélectrique d'Itaipú sur le Río Paraná, construite par le Brésil entre 1975 et 1983; il a effectué une critique des théories géopolitiques de M. Travassos et de G. de Couto e Silva; en même temps, il a appelé à l'adaptation de la théorie des frontières de ce dernier à la géopolitique argentine; il a critiqué les relations étroites du Brésil avec les États-Unis et a proposé une "alliance de libération" à Brasília, si celle-ci décidait d'abandonner ses liens étroits avec Washington, et, dans le cas contraire, a mis en garde contre une "confrontation ouverte " (3).

Dans le même ordre d'idées, Julio E. Sanguinetti, écrivant dans Estrategia (4) sur l'importance de l'alliance du Brésil avec les États-Unis. Le Brésil est un satellite de l'AP américaine, lié à elle par des liens de subordination et de dépendance unilatérale et déséquilibrée. Cette situation s'explique par des raisons stratégiques, mais aussi économiques: les États-Unis ont besoin du Brésil pour étendre leurs lignes de défense du Natal au Cap de Bonne Espérance ; ils doivent également veiller à ce que le Brésil ne devienne pas un État communiste, car cela pourrait menacer le flanc sud des États-Unis et servir de catalyseur à des révolutions de même nature dans le reste de l'Amérique latine; enfin, le Brésil se trouve dans la sphère d'influence et de domination économique des États-Unis. Le Brésil est l'un des "pays clés" de la domination mondiale de Washington, partageant ce statut avec l'Allemagne de l'Ouest, Taïwan et d'autres.

Le colonel Augusto B. Rattenbach a souligné (5) que la cooptation des industries d'armement américaines et brésiliennes et les exportations d'armes brésiliennes étaient l'expression de l'impérialisme de Washington et du sous-impérialisme subordonné et instrumentalisé de Brasilia. L'industrie brésilienne de l'armement est une extension du complexe militaro-industriel yankee, et la vente par le Brésil de ses produits aux pays hispanophones voisins est une autre manifestation de l'expansionnisme du géant lusophone, qui fait partie de la construction de la domination anglo-saxonne sur le continent sud-américain.

Bianchi met en garde contre la domination brésilienne dans l'espace sud-atlantique. Oscar Camillion a mis en évidence l'axe géopolitique Washington-Brasilia et sa pertinence pour les relations Brasilia-Buenos Aires, tout en soulignant que la position plus faible de l'Argentine dans ce rapport de force est en partie responsable de la faible cohérence géopolitique interne de l'État argentin. Nicolás Boscovich a analysé l'expansion du Brésil dans le bassin de La Plata et a proposé, pour la contrer, d'offrir à la Bolivie une sortie vers l'océan via le fleuve argentin Bermejo, et donc sous le contrôle de Buenos Aires. Le colonel Florentino Diaz Loza a également décrit le Brésil comme un outil aux mains de Washington et ses aspirations comme un "sous-impérialisme" américain. Au milieu des années 70, Andrés Fernandez Cendoya a souligné la transformation de la Bolivie en un pion de Brasilia et a mis en garde contre une alliance Brésil-Chili dirigée contre l'Argentine. Eduardo Machicote a critiqué les théories et la doctrine de G. de Couto e Silva, estimant qu'elles servaient en fait l'impérialisme américain. Carlos P. Mastrorilli a également reproché au Brésil de servir les États-Unis et a fait référence de manière polémique aux écrits du géopoliticien brésilien Carlos de Meira Mattos (1913-2007).

Armado Alonso Piñeiro a mis en garde contre l'expansion brésilienne dans des États tampons tels que la Bolivie et le Paraguay, et a recommandé à l'Argentine d'être le fer de lance de l'intégration des pays hispanophones pour faire contrepoids à l'axe États-Unis-Brésil. L'amiral Isaac F. Rojas a mis en garde contre les dangers posés par l'expansion du Brésil dans la région de La Plata et les projets hydroélectriques de Brasilia dans cette région; le projet brésilien de barrage et de centrale hydroélectrique d'Itaipú nécessite l'approbation de Buenos Aires en raison de son impact sur le projet de barrage de Corpus en Argentine. L'Argentine devrait commencer à exploiter son potentiel électrique, qui gagne en importance face à la crise de l'accès à l'énergie. Le Cmdr Rolando Segundo Siloni a effectué une analyse historique de l'expansion lusitanienne et brésilienne dans le bassin de La Plata.

md31676619135.jpgLes théories de J. E. Gugliamelli ont également inspiré d'autres représentants de l'école géopolitique argentine, comme le général Osiris Guillermo Villegas (1916-1998), ministre de l'Intérieur, alors négociateur clé dans les pourparlers visant à résoudre la crise du canal Beagle (1978). Le collaborateur de l'INSAC, en revanche, était le général J. T. Goyret, auteur de l'ouvrage "Geopolítica y subversión" (1980), où il adapte aux besoins argentins la théorie de la sécurité nationale liant les variables stratégiques aux variables économiques et sociales de G. de Couto e Silva. Dans les pages de la revue Armas y Geoestrategia, qu'il a fondée, il insiste sur la nécessité de lier les questions de sécurité et de développement dans la pensée militaire, et de veiller au développement des régions marginalisées afin de repousser les menaces qui pèsent sur la sécurité de l'État à l'intérieur et à l'extérieur de la République argentine.

L'économiste et géopoliticien Carlos Juan Moneta a plaidé en 1975 pour que Buenos Aires assume la souveraineté matérielle sur les Malouines et pour la nécessité de défendre l'Atlantique Sud contre la pénétration communiste et brésilienne. C. J. Moneta a prévenu que le Brésil chercherait à étendre son occupation sur l'Argentine Antarctique d'ici 1990, les militaires brésiliens ayant pris conscience de l'importance du continent polaire et du détroit de Drake. Les intérêts de Buenos Aires dans la région antarctique devraient également être menacés par Washington et Moscou. Des auteurs tels que Vicente Palermo (né en 1951), F. A. Millia et Pablo Sanz ont souligné que le développement des zones océaniques entourant l'Argentine deviendrait le moteur d'un développement économique sans précédent et donnerait à l'Argentine une mission historique, lui conférant une importance dans la famille des nations chrétiennes de l'Occident. Les cercles militaires argentins ont cherché pendant cette période à construire, avec l'aide des États-Unis, l'Organisation du traité de l'Atlantique Sud (SATO) pour contrer le communisme et la prétendue diversion soviétique dans la région.

c.argentina-triangular-gustavo-f-j-cirigliano_iZ165873554XvZgrandeXpZ1XfZ29360507-659639611-1XsZ29360507xIM-e1510336874369-201x300.jpgUne ligne complètement différente, continentale et émancipatrice était représentée, associée à la revue Geopolítica, par Gustavo F. J. Cirigliano, auteur, entre autres, de La Argentina triangular : geopolítica y proyecto nacional (1975). Il propose de surmonter deux faiblesses géopolitiques de l'Argentine: le sous-développement des "espaces ouverts" en Patagonie et en Antarctique, et la concentration démographique et industrielle excessive dans la province de Buenos Aires. En intégrant sa périphérie et en atteignant l'équilibre en tant qu'État-nation, l'Argentine devait "rectifier sa géographie et son histoire". Sur le plan international, G. F. J. Cirigliano prône l'intégration régionale latino-américaine et une politique de non-alignement pendant la guerre froide. L'Argentine prendrait la tête des pays du Cône Sud, qui seraient libérés de l'influence américaine. Le développement du Cône Sud se ferait dans un triangle géopolitique d'axes stratégiques dominés par Buenos Aires: l'axe fluvial (Río de la Plata), l'axe andin (nord-ouest de l'Argentine, Chili, Pérou) et l'axe méridional (détroit de Magellan, Malouines, Antarctique). L'échec de l'Argentine sur la voie de la superpuissance est imputable aux États-Unis et au Royaume-Uni.

L'importance de l'intégration nationale et de l'ordre interne dans le pays pour sa cohérence géopolitique a été soulignée par Basail Miguel Angel. La défense des droits de l'Argentine sur l'Atlantique Sud, les Malouines et l'Antarctique argentin, et l'importance de ces zones en cas de fermeture du canal de Panama ont été présentées par Juan B. Bessone. La conception continentale de l'émancipation de l'Amérique du Sud de la domination des thalassocraties yankee et brésilienne a été présentée dans l'ouvrage "Geopolítica de la liberación" (1972) de Norberto Ceresole : l'axe thalassocratique Washington-Brasilia conserve un avantage sur les mers, l'Argentine devrait donc être le fer de lance de l'intégration tellurique des États hispanophones d'Amérique du Sud. Le Cmdr Benjamín Cosentino a souligné l'importance historique, géopolitique et stratégique des Malouines et de l'Atlantique Sud. Héctor Gómez Rueda a proposé de renforcer l'importance et la grandeur de l'Argentine par son intégration avec les États voisins. Jorge Nelson Gualco a fait des recommandations similaires, proposant une intégration sud-américaine sous la direction de l'Argentine, mais excluant le Brésil, dont il critiquait le modèle de développement qu'il considérait comme néo-capitaliste et soumis aux intérêts américains. L'émancipation de l'Argentine vis-à-vis des États-Unis dans le domaine de l'industrie de l'armement a été préconisée par le général Eduardo Juan Uriburu. Il a appelé le projet "Plan Europa" et il impliquait l'achat d'armements et de technologies militaires auprès de pays européens, en particulier l'Allemagne, la France et la Belgique. Horacio Veneroni a également souligné que les États-Unis avaient "piégé" les industries d'armement latino-américaines dans un système de dépendance à leur égard. L'émancipation de l'Argentine par le développement de son plein potentiel géopolitique a été préconisée en 1970 par le général Osiris Guillermo Villegas.

Provincia-de-Tierra-del-Fuego-Antartida-e-Islas-del-Atlantico-Sur-Argentina-Instituto.png

Augusto Pinochet (1915-2006), note (6) que l'élite politique argentine et les fondateurs de l'école argentine de géopolitique sont conscients que la situation géographique de leur pays le place hors de portée effective des puissances mondiales, ce qui donne à Buenos Aires la liberté de lutter pour l'hégémonie dans la région du Cono Sur. Ces tendances se traduisent à la fois par un sentiment de responsabilité à l'égard de la paix et de la sécurité du cône sud et par la volonté de créer une "Grande Argentine" qui englobe également les Malouines, les Sandwich du Sud et l'Antarctique argentin. Pour illustrer cette prédisposition géopolitique de leur pays à dominer la région de La Plata, les officiers argentins utilisent la métaphore de la "route de l'orange" (El Camino de la Naranja): une orange (ou toute autre chose) jetée dans le courant de n'importe quelle rivière appartenant au système fluvial de La Plata doit tôt ou tard atteindre Buenos Aires, passant ainsi sous le contrôle de l'Argentine.

La disparition de l'école géopolitique argentine

Après la fin du régime militaire, pendant la période connue sous le nom de "Processus de réorganisation nationale" (Proceso de Reorganización Nacional) entre 1976 et 1983, et après l'avènement du démolibéralisme et sous le règne du premier président démolibéral du pays, Raúl Alfonsín (1983-1989), l'école argentine de géopolitique s'est décomposée et a perdu de son originalité. Les anciennes orientations "continentales" (indépendantistes) et "occidentales" (pro-yankee) ont perdu de leur pertinence, tandis qu'ont émergé de nombreux ouvrages écrits dans une veine marxiste ou libérale, accusant la géopolitique d'être un outil doctrinal du militarisme, de la dictature, de l'expansionnisme et du terrorisme des gouvernements militaires. La tradition de l'école argentine de géopolitique est défendue par des auteurs tels que N. Boscovich (par exemple, l'ouvrage de 1999 "Geoestrategia Para la Integracion Regional"), C. J. Moneta, Hugh Gaston Sarno, Andres Alfonsin Bravo et d'autres. Des traductions en espagnol d'ouvrages de K. Haushofer, H. J. Mackinder et Saul Cohen, entre autres, sont également publiées. Les thèmes abordés sont les suivants : l'intégration économique régionale. Mercosur, la gouvernance démocratique et la politique de non-alignement, la mondialisation et les relations des États-Unis avec l'Amérique latine, ainsi que les questions classiques de sécurité territoriale et frontalière - en particulier en ce qui concerne les Malouines, qui sont toujours une colonie britannique.

Ronald Lasecki

Publié à l'origine dans Polityka Narodowa

Soutenez mon travail d'analyse: https://zrzutka.pl/xh3jz5

Littérature :

    1) Child J., Geopolitical Thinking in Latin America, 'Latin American Research Review', vol. 14, no. 2/(1979), pp. 89-111.

    2) Dinges J., Le temps du condor. Comment Pinochet et ses alliés ont semé le terrorisme sur trois continents, Czarne Publishing House, Wolowiec 2015.

    3) Dodds K., Geopolitics and Geographical Imagination of Argentina, [in] K. Dodds, D. Atkinson (eds), Geopolitical Traditions.A century of geopolitical thought, Routledge, London and New York 2000, pp. 150-185.

    4) Dobrzycki W., Latin America in the modern world, Ministry of National Defence Publishing House, Varsovie 1989.

    5) Tenże, Les relations internationales en Amérique latine. Histoire et contemporanéité, Wydawnictwo Naukowe SCHOLAR, Varsovie 2000.

    6) The Geopolitics of Brazil : An Emergent Power's Struggle with Geography, https://wikileaks.org/gifiles/attach/44/44401_An%20Emergent%20Po.pdf (14.03.2020).

    7) Pinochet Ugarte A., Geopolítica. Segunda Edicion, Editorial Andres Bello, Santiago 1974.

samedi, 02 décembre 2023

Le pétrole, le gaz et la lutte contre la Russie - Les vraies raisons de la guerre à Gaza

5E3WUERM75G67CIXL3BECC4GJU.jpg

Le pétrole, le gaz et la lutte contre la Russie

Les vraies raisons de la guerre à Gaza

Source: https://www.anti-spiegel.ru/2023/die-wahren-gruende-fuer-den-krieg-in-gaza/?doing_wp_cron=1701338409.2566039562225341796875

La guerre à Gaza est en réalité une affaire de pétrole et de gaz et de conflit géopolitique entre les États-Unis et la Russie. Cela semble incroyable ? Vérifiez par vous-même, car c'est parfaitement évident, mais passé sous silence par les médias occidentaux.

par Thomas Röper

Cela fait longtemps que je voulais écrire un article sur l'existence d'un énorme gisement de pétrole et de gaz au large de Gaza, qui est la véritable raison de la guerre de Gaza. Jusqu'à présent, je n'ai cependant pas eu l'occasion de faire des recherches approfondies à ce sujet. Je ne veux pas me parer de la plume d'autrui, car un ami m'a envoyé un article d'un blogueur russe qui a effectué et publié cette recherche. J'ai pris son article et ses sources comme base pour mon article et j'y ai ajouté mes propres pensées et découvertes.

Les antécédents commencent en 1995

On peut bien sûr chercher les antécédents de la guerre actuelle il y a plus d'un siècle ou lors de la création de l'État d'Israël et de l'oppression des Palestiniens qui s'en est suivie, mais ce serait trop général. Le conflit actuel a en effet des racines beaucoup plus concrètes.

Map-of-Areas-A-B-and-C-after-Oslo-II.png

Les antécédents de la guerre de Gaza d'aujourd'hui commencent en 1995. Le 28 septembre 1995, les accords d'Oslo 2 ont été signés à Washington, accordant notamment à la Palestine le droit de disposer de ses ressources naturelles de manière autonome. Le 5 octobre de la même année, le Parlement israélien, la Knesset, ratifie l'accord.

Quatre ans plus tard, la Palestine conclut un contrat avec la société britannique BG (British Gas), car le gouvernement palestinien souhaite savoir s'il existe des ressources minérales sur le plateau continental adjacent à la bande de Gaza palestinienne. BG, spécialisé entre autres dans l'exploration géologique, accepte le contrat.

gaza-offshore-gas.gif

En 1999, BG découvre le jackpot. Elle trouve de riches gisements de gaz et de pétrole au large de la Palestine, à 20 miles nautiques de la côte. Un rapport d'une conférence de la Commission des Nations unies pour le commerce et le développement de 2019 contient les chiffres exacts. Les experts de la Commission de l'ONU ont estimé les réserves de gaz palestiniennes à 122 billions de pieds cubes et 1,7 milliard de barils de pétrole. En 2017, lorsque le document à l'origine de la conférence a été rédigé, les réserves étaient estimées à une valeur de 453 milliards de dollars pour le gaz et de 71 milliards de dollars pour le pétrole.

Puisque c'est important, répétons-le: la valeur des gisements de gaz et de pétrole au large de Gaza, qui appartiennent aux Palestiniens en vertu des accords d'Oslo, s'élevait à plus d'un demi billion de dollars, plus précisément 524 milliards de dollars, selon les prix de 2017. Corrigé par l'inflation et d'autres facteurs, ce montant dépasse aujourd'hui les 600 milliards de dollars.

En 2002, la Palestine accepte la proposition de BG de construire une infrastructure d'extraction et de traitement du gaz dans la bande de Gaza et de commencer à construire un gazoduc, principalement vers l'Europe. Israël s'y oppose, car le gazoduc traverserait un territoire contrôlé par Israël. Au lieu de cela, Israël propose à la Palestine une autre solution: livrer le gaz à Israël à un prix interne, c'est-à-dire non pas au prix du marché, afin qu'Israël puisse continuer à exporter le gaz vers l'Europe. La Palestine s'y oppose bien sûr.

Tout cela couve pendant des années, tandis que les parties ne cessent de se tirer dessus.

Le rêve d'un "jardin fleuri" à Gaza

En 2007, des élections ont lieu à Gaza, notamment sous la pression des États-Unis, et le Hamas les remporte. Le Hamas est ainsi devenu, qu'on le veuille ou non, le gouvernement démocratiquement légitimé de Gaza. Comme les États-Unis n'appréciaient pas le résultat des élections qu'ils avaient eux-mêmes exigées, ils ont refusé de reconnaître le Hamas. Lorsque le Hamas arrive au pouvoir en 2007, il promet de transformer la ville de Gaza en une "cité-jardin" florissante.

Israël a alors imposé un blocus maritime, bloquant ainsi tous les efforts palestiniens pour développer les infrastructures nécessaires. Le 27 décembre 2008, l'armée israélienne a attaqué la Palestine. La Palestine se défend, y compris avec des missiles.

Mais Israël est plus fort et plus impitoyable. Les journalistes du Guardian estiment que 83% des plus de 1.400 morts palestiniens (dont 313 enfants) étaient des civils. Mais ce qui est décisif, c'est qu'avec l'opération "Plomb durci", Israël détruit une grande partie de la bande de Gaza et fait de la zone maritime adjacente à la bande de Gaza sa propriété, en violation du droit international et des accords antérieurs. BG ferme son bureau de Tel Aviv pour ne pas être impliqué dans ce chaos.

De 2008 à 2022, il y a quelques activités sur le plateau continental, mais dans l'ensemble, le projet est gelé car il y a régulièrement des affrontements militaires.

skynews-nord-stream-russia_6141969.jpg

Le sabotage des gazoducs Nord Stream comme signal de départ

Le 26 septembre 2022 - c'est-à-dire tout récemment, et littéralement hier selon les critères de l'industrie pétrolière et gazière qui planifie à long terme - les gazoducs Nord Stream, qui appartiennent à la Russie et à l'Allemagne, ont été dynamités. Bien que la presse occidentale tente d'attribuer le dynamitage à l'Ukraine, il ne fait guère de doute au niveau international que les États-Unis sont derrière tout cela.

L'Europe est désormais confrontée à un problème énergétique.

Au cours de l'été 2023, des réunions sont lancées avec la médiation des États-Unis sur la question du développement rapide du gisement de gaz. Le 18 juin 2023, Benjamin Netanyahu fait une déclaration officielle dans laquelle il autorise le projet de développement du champ pétrolier, mais sans mentionner la Palestine :

    "Le projet est nécessaire pour assurer la sécurité et les besoins diplomatiques de l'État d'Israël".

Le même jour, le porte-parole du Hamas, Ismaïl Rudwan, a déclaré ce qui suit:

    "Nous réaffirmons que notre peuple à Gaza a droit à ses ressources naturelles".

Il n'est pas nécessaire d'être un expert pour relier ces deux déclarations et les comprendre : Israël dit "ce sont nos 600 milliards", la Palestine dit "non, ce sont nos ressources naturelles". Ce fut le signal de départ de la guerre de Gaza.

Il s'agit de 600 milliards de dollars, ce que nous devons situer pour comprendre: le PIB total de la Palestine n'est que de 18 milliards de dollars, pour la Palestine, 600 milliards représentent une somme inimaginable et l'opportunité de répéter le "miracle de Dubaï". La Palestine pourrait devenir un paradis sur le modèle de Dubaï, avec la prospérité, le tourisme, etc.

La guerre commence et Israël distribue des licences d'extraction

Le 7 octobre, le Hamas envahit Israël. Israël réplique. Un nouveau massacre commence.

Alors que des gens meurent, plusieurs événements importants, à peine couverts par les médias, ont lieu, cachés par le feu médiatique permanent sur la guerre.

Le 30 octobre 2023, alors que ses militaires ont le dessus et que l'offensive terrestre dans la bande de Gaza est imminente, Israël accorde à six compagnies des licences d'exploitation de gaz à l'endroit même qui, selon les accords d'Oslo, appartient à la Palestine. En clair, après le début de la guerre, c'est Israël, et non la Palestine, qui accorde les permis d'exploitation du gaz dans les eaux au large de Gaza à des entreprises internationales.

Parmi les entreprises qui ont obtenu une licence, il y a la société britannique British Petroleum. Le journal Israeli Times en a parlé avec enthousiasme.

2fd93452a2647683b17a0f604b8c4679Y29udGVudHNlYXJjaGFwaSwxNjkwOTczNjc5-2.70895934.jpg

Le rôle du Premier ministre britannique

Le 30 octobre 2023, c'est-à-dire le même jour, le Premier ministre britannique Rishi Sunak a renvoyé son ministre Paul Bristow parce que celui-ci avait demandé un cessez-le-feu dans le conflit israélo-palestinien.

De manière générale, le Premier ministre britannique s'est comporté de manière étrange en ne parlant pas de cessez-le-feu dans la région. De facto, Sunak a soutenu l'action d'Israël visant à obtenir le contrôle militaire total de la bande de Gaza et, bien sûr, du plateau continental. La question se pose de savoir pourquoi ?

La réponse est on ne peut plus banale: la société informatique Infosys, qui appartient à la femme de Rashi Sunak, la milliardaire Akshata Murty, a conclu un accord de 1,5 milliard de dollars avec BP à l'été 2023.

Dans le même temps, Sunak a approuvé plus de 100 licences d'exploitation de gisements de pétrole et de gaz en mer du Nord (c'était quoi, la transition énergétique verte?). Le plus grand bénéficiaire est à nouveau BP.

Les médias ne font pas le lien avec le fait que Sunak protège de facto les intérêts de BP en empêchant un cessez-le-feu en Israël. Mais Rashi Sunak soutient l'opération militaire israélienne dont l'objectif est d'obtenir le contrôle total de la bande de Gaza.

Le fait que Rashi Sunak soutienne l'opération militaire israélienne signifie qu'il ne sert pas seulement les intérêts britanniques, mais aussi les intérêts américains, car BP a un grand nombre d'actionnaires américains, notamment Vanguard, BlackRock et JP Morgan. Il est donc évident qu'il s'agit aussi d'intérêts de groupes américains, ce qui explique aussi pourquoi le gouvernement Biden fait si peu pour arrêter les crimes de guerre d'Israël à Gaza, malgré les critiques massives de la politique intérieure, y compris de son propre parti.

Le nécessaire nettoyage ethnique

Le fait que ces crimes de guerre, les bombardements aveugles de civils à Gaza, qui ont conduit à la mort de 15.000 civils palestiniens (dont près de la moitié sont des enfants), ne sont pas des actes de cruauté arbitraires, devient ainsi évident: par la terreur, Israël veut pousser les Palestiniens à quitter Gaza afin qu'il puisse prendre le contrôle de la bande de Gaza et des champs de pétrole et de gaz.

6354756.jpeg

L'intention d'Israël de prendre le contrôle de la bande de Gaza de manière permanente est apparue clairement dès le début, lorsque l'armée israélienne a d'abord demandé aux Palestiniens de quitter la ville de Gaza en direction du sud, puis a exigé à plusieurs reprises que l'Égypte laisse les Palestiniens quitter Gaza.

Dès le début, les critiques ont donc accusé Israël de vouloir procéder à un nettoyage ethnique dans la bande de Gaza et d'occuper le territoire de manière permanente. La raison pour laquelle Israël agit ainsi n'est apparemment pas liée à des intérêts sécuritaires israéliens ou à une haine aveugle des Palestiniens, mais tout simplement aux gisements de pétrole et de gaz au large de Gaza.

La redistribution du marché européen

Après cela, l'exploitation du gisement de gaz pourrait commencer immédiatement et le gazoduc destiné à remplacer les gazoducs Nord Stream détruits par les États-Unis pourrait être mis en service avant que la Russie et l'Allemagne, après la fin des combats en Ukraine et avec un gouvernement éventuellement différent à Berlin, ne se rapprochent à nouveau suffisamment, à un moment donné, pour que les gazoducs Nord Stream puissent être réparés et remis en service.

Mais d'ici là, les principaux fournisseurs de gaz pour l'Europe seraient déjà le britannique BP et l'italien ENI, et non plus le russe Gazprom.

États-Unis et Royaume-Uni vs. France

D'ailleurs, Washington et Londres ont ici fait un pas de plus contre la France. On se souvient de l'accord sur les sous-marins conclu entre la France et l'Australie, que cette dernière a ensuite annulé en rejoignant à la place la nouvelle alliance AUKUS avec les Etats-Unis et la Grande-Bretagne et en commandant leurs sous-marins. Et il convient également de rappeler le coup d'État au Niger, au cours duquel les États-Unis ont poignardé la France dans le dos, de sorte que la France a finalement dû retirer ses troupes du Niger, tout en conservant la base américaine au Niger. Le coup d'État au Niger a considérablement affaibli la position de la France en Afrique de l'Ouest, mais pas celle des États-Unis.

Pourquoi l'histoire du champ de pétrole au large de Gaza était-elle un pas contre la France ? Contrairement à ce qui s'est passé en Libye à l'époque, aucun groupe français n'a été retenu pour le champ pétrolier et gazier au large de Gaza. Cela pourrait-il expliquer pourquoi Macron est l'un des rares dirigeants européens à avoir exigé d'Israël qu'il mette fin à son opération militaire à Gaza et à ses bombardements brutaux sur la population civile ?

En clair, alors que les gens du monde entier sont choqués par les images de civils et surtout d'enfants morts, par la catastrophe humanitaire à Gaza et par d'autres horreurs, alors que les événements divisent la société et obligent les gens à choisir leur camp dans le conflit, un jackpot de 600 milliards de dollars se partage en coulisses. La géopolitique est aussi simple que cela.

La guerre de Gaza, élément constitutif de la lutte contre la Russie

La cause de la guerre de Gaza n'est pas la religion, ni même l'histoire, ni le terrorisme. Rien de ce qui est rapporté par les médias occidentaux n'est important en réalité.

Les raisons de l'éclatement du conflit entre la Palestine et Israël sont l'argent et les ressources naturelles dont les États-Unis et la Grande-Bretagne ont précisément besoin en ce moment pour mener une guerre par procuration contre la Russie. Car une chose est évidente: l'exploitation rapide des réserves de gaz palestiniennes a surtout pour but d'empêcher la remise en service des gazoducs Nord Stream dans quelques années, lorsque les émotions se seront apaisées.

On peut bien sûr croire aux déclarations des médias allemands et des hommes politiques du gouvernement (dont les Verts en particulier ont toujours été contre Nord Stream, mais ne sont pas contre d'autres gaz) sur le "droit à l'autodéfense" d'Israël. On peut bien sûr croire qu'Israël a été tout à fait surpris par l'attaque du Hamas, bien que cela ait été plus que douteux dès le début.

43227418_905.png

On peut aussi se souvenir de toutes les guerres menées par les États-Unis et l'Occident au cours des dernières décennies, dont l'enjeu était toujours les ressources naturelles (pétrole et gaz irakiens, libyens, syriens, etc.), ce que les médias occidentaux n'ont jamais abordé, préférant parler de "démocratie, de droits de l'homme, de liberté et de prospérité" que ces guerres devaient apporter aux peuples prétendument opprimés. Cela explique également pourquoi les médias occidentaux ne disent pas que l'armée israélienne est probablement responsable d'une grande partie des morts israéliens, car l'indignation face aux atrocités commises par le Hamas est le prétexte utilisé pour justifier le nettoyage ethnique à Gaza.

Si l'on considère ensuite cette histoire d'un point de vue géopolitique, dans le contexte du conflit entre les États-Unis d'une part et la Russie et la Chine d'autre part, cela devient encore plus évident. La Russie doit être supplantée durablement en tant que fournisseur d'énergie à l'Europe et, compte tenu de la perte d'influence des États-Unis dans le golfe Persique, les États-Unis ont plus que jamais besoin de contrôler d'autres grands gisements de pétrole et de gaz.

La géopolitique est en fait une discipline simple, car il s'agit toujours d'argent et de pouvoir. A Gaza aussi, mais les médias occidentaux ne le disent pas.

Addendum : En réponse au premier commentaire, je pense que je dois clarifier et souligner plusieurs points.

Tout d'abord, le champ de gaz n'est certainement pas très grand par rapport à d'autres champs de gaz, mais que 600 milliards ne soient pas une raison de guerre serait une nouveauté pour moi. De plus, la participation de groupes européens au gisement de gaz permet enfin à Israël d'expulser les Palestiniens de Gaza (sans provoquer de tollé en Europe), ce dont ils rêvent depuis longtemps.

Deuxièmement, il faut voir cela dans le contexte global des autres gisements de gaz de la région: tant que les Palestiniens seront à Gaza et qu'il y aura des combats à répétition, l'exploitation du gaz dans toute la région serait en danger permanent. Les Palestiniens pourraient l'utiliser comme moyen de pression sur Israël dès que l'Europe dépendrait du gaz et serait donc plus encline à céder à la pression des Palestiniens.

Troisièmement, le gazoduc vers l'Europe est lui aussi destiné à l'ensemble des réserves de gaz de la région, et pas seulement à ce champ. Encore une fois, tant que les Palestiniens sont à Gaza et qu'il n'y a pas de paix durable dans la région, toute l'infrastructure et donc le remplacement du gaz russe en Europe seraient menacés, ce qui ne manquerait pas de décourager les investisseurs. Il y a probablement une raison pour laquelle Israël n'a attribué les licences d'exploitation qu'après le début de la guerre, lorsqu'il est devenu clair que le "problème palestinien" serait résolu et qu'en prime, les 600 milliards devaient également être attribués.

Conclusion : les 600 milliards sont une bonne motivation pour résoudre le "problème de Gaza" et, "accessoirement", pour évincer durablement la Russie de l'Europe en tant que fournisseur de gaz.

* * *

Cover-Ukraine-Kartell.jpg

Dans mon nouveau livre "Le Cartel de l'Ukraine - Le double jeu autour d'une guerre et les affaires de plusieurs millions de la famille du président américain Biden", je révèle de manière objective et neutre, en me basant sur des centaines de sources, des faits et des preuves jusqu'ici cachés sur les affaires de plusieurs millions de la famille du président américain Joe Biden en Ukraine. Au vu des événements actuels, la question se pose : un petit groupe d'hommes d'affaires avides est-il peut-être prêt à nous amener au bord d'une Troisième Guerre mondiale pour son profit personnel ?

Le livre est actuellement disponible et ne peut être commandé que directement auprès de l'éditeur.

mardi, 21 novembre 2023

Géographie sacrée et eschatologie : la géopolitique postmoderne à l'exemple de la Palestine

983e3171f6892b210fb2328d323f92a9.jpg

Géographie sacrée et eschatologie: la géopolitique postmoderne à l'exemple de la Palestine

Alexander Markovics

Source: https://www.geopolitika.ru/de/article/sakrale-geographie-und-eschatologie-postmoderne-geopolitik-am-beispiel-von-palaestina

Introduction : comprendre le conflit autour de la Palestine

I. Si nous regardons le conflit actuel autour de la Palestine, nous pouvons voir certaines dichotomies utilisées pour catégoriser la guerre : Musulmans contre Juifs, Occident contre Islam, Occupés contre Occupants et bien d'autres. Certaines de ces paires d'opposés sont plus vraies que d'autres, mais elles omettent bien sûr certains aspects importants, comme le fait tout moyen visant à simplifier une situation. Bien sûr, la guerre de Palestine est un conflit entre les Palestiniens occupés et leurs occupants sionistes. Ce conflit est brutal, notamment en raison du fait que les Palestiniens sont un peuple colonisé qui lutte pour sa survie contre un ennemi dont les représentants officiels, comme le ministre israélien de la Défense Joav Galant, le qualifient d'"animaux humains". De nombreux observateurs rêvent d'une véritable solution à deux États afin de créer une paix durable pour la Palestine. Compte tenu de la gravité du conflit, il semble que la guerre ne puisse se terminer que soit par la défaite des Palestiniens et le nettoyage ethnique du peuple palestinien de Gaza, soit par une défaite humiliante pour l'élite sioniste et ethno-nationaliste fanatique de Tel-Aviv. Pour l'instant, les deux scénarios sont du domaine du possible.

II. En effet, les néoconservateurs, les partisans de l'École de Francfort en Allemagne et même certains populistes européens de droite tentent de présenter la lutte comme un duel entre un "Occident sécularisé, civilisé et éclairé" et un "Islam barbare, brutal et rétrograde". En écoutant cette propagande occidentale, nous nous souvenons immédiatement de l'ouvrage de Samuel Huntington "Le choc des civilisations", dans lequel il anticipait la montée de la multipolarité, mais aussi une possible escalade du conflit entre l'Occident et la civilisation islamique. Dans l'esprit des néocons, le possible choc des civilisations, décrit dans l'œuvre de Huntington, devient une prophétie auto-réalisatrice. Pourtant, le philosophe américain nous a montré que le combat entre les civilisations n'est qu'une possibilité parmi d'autres, les autres étant la coopération et la paix.

III. La dichotomie "Juifs contre Musulmans" n'est pas tout à fait correcte dans la mesure où le nationalisme sioniste, l'idéologie de l'Etat d'Israël, est en totale opposition avec le judaïsme traditionnel, qui considère la présence des Juifs en Palestine avant l'arrivée du Messie comme une hérésie et une violation de la volonté de Dieu. De plus, la dimension de cette lutte n'est pas réductible à une confrontation entre les forces mondialistes qui tentent de maintenir l'unipolarité et l'hégémonie occidentale, et les forces qui prônent la mise en place d'un ordre mondial multipolaire dans lequel l'Occident n'est qu'un pôle parmi d'autres. Si nous voulons comprendre la véritable dimension et l'importance de cette guerre pour la Palestine, nous devons porter notre attention sur d'autres aspects.

IV. Il est évident que les concepts et les formes de perception purement modernes ne peuvent pas mettre en évidence l'importance de l'éternité pour les cultures traditionnelles, comme dans le cas de la civilisation islamique. Les sectes postmodernes qui combinent des versions déformées de l'eschatologie chrétienne et juive dans des visions évangéliques et sionistes de la fin du monde sont le véritable moteur de ce conflit, mais elles sont pour la plupart ignorées en Occident.

1c019cdd64b6ad8e69c03d34d3cb4502.jpg

V. Il en va de même pour l'idée de géographie sacrée, ancêtre de la géopolitique moderne, qui est aujourd'hui complètement étrangère à la majorité des Européens, qui suivent un mode de vie athée dépourvu de toute connaissance historique. En conséquence, nous devons suivre le philosophe russe Alexandre Douguine et l'école de philosophie traditionaliste si nous voulons aller au cœur des choses en ce qui concerne la géopolitique postmoderne, en prenant l'exemple de la Palestine. Celui qui veut comprendre la guerre pour la Palestine doit comprendre qu'elle n'est pas menée uniquement pour des objectifs géopolitiques, la création d'un monde multipolaire d'un côté et l'empêchement de la multipolarité de l'autre, mais qu'il s'agit d'une guerre fondée sur la géographie et l'eschatologie sacrées. En bref, il s'agit d'une guerre sainte.

Géographie sacrée

VI. Le terme de géographie sacrée implique qu'un paysage dispose d'une signification intrinsèquement sacrée, dérivée de Dieu ou des dieux, selon le système de croyance sous-jacent. Il s'agit d'un type d'espace qui est rempli de divinité. En conséquence, la géographie sacrée est une manière de voir le monde en relation avec les mythes et les croyances. Elle met également en évidence des lieux sacrés qui sont constamment consacrés par des rituels. Alors que les Égyptiens croyaient que les terres situées à l'ouest des colonnes d'Héraclès (l'actuel Gibraltar) abritaient le royaume des morts, les Européens du Moyen Âge pensaient que l'actuelle Scandinavie et l'Europe de l'Est étaient habitées par des sorciers et des sauvages.

b07ed6956c790f0426c42c334a44e080.jpg

VII. La Palestine est un tel espace sacré. C'est la Terre sainte pour les chrétiens, les musulmans et les juifs. Dans la théologie chrétienne, la Palestine est la terre où a eu lieu la révélation du message de Dieu à l'humanité. C'est là que Jésus-Christ est né, qu'il a prêché, qu'il a été crucifié et qu'il est ressuscité d'entre les morts. Pour les chrétiens, la ville de Jérusalem ne sert pas seulement d'allégorie à l'Église, mais contient également de nombreux lieux saints, dont l'église du Saint-Sépulcre et le Cénacle du mont Sion, où a eu lieu la Cène. En ce qui concerne les rituels, les chrétiens orthodoxes célèbrent chaque année la cérémonie du feu sacré le samedi avant Pâques. Dans le discours de la philosophie européenne, Jérusalem symbolisait en outre la primauté de la religion sur la rationalité pure et la raison, deux qualités associées à la ville d'Athènes. La primauté d'Athènes qui prévaut actuellement dans la pensée européenne est peut-être la raison pour laquelle nous sommes aujourd'hui aveugles au phénomène de la géographie sacrée. Dans l'islam, Jérusalem est appelée Al-Quds ou Baitul-Maqdis ("La place noble et sainte") et abrite la place du Dôme du Rocher, la plus ancienne structure islamique en pierre. Selon la théologie musulmane, Jérusalem était la première quiblah - le lieu où les musulmans priaient. Selon le prophète Mahomet, la mosquée d'Al-Aqsa (Jérusalem) est le troisième lieu saint de l'islam, avec La Mecque et Médine, et la destination des pèlerins musulmans du monde entier. Le judaïsme, quant à lui, considère la Palestine comme la "Terre promise", mais les points de vue des juifs orthodoxes et des sionistes diffèrent radicalement lorsqu'il s'agit de revendiquer la Palestine. Dans la tradition juive, Jérusalem était le lieu où se trouvait le Temple, la capitale du royaume juif, le lieu de l'Arche d'Alliance. D'un point de vue juif, il s'agit également d'un lieu de deuil, car le Temple juif y a été détruit à deux reprises et les Juifs ont été expulsés de la ville à plusieurs reprises. Les juifs orthodoxes la considèrent comme le "nombril du monde", Jérusalem symbolisant pour eux l'espoir de l'apparition du Messie tout autant que le lieu le plus sacré.

217e67caae0fc4754f1588bf72c37477.jpg

VIII. Lorsque les sionistes de Theodor Herzl sont entrés à Jérusalem en 1898, leur pensée était manifestement influencée par Athènes et non par Jérusalem : ils ont été choqués par le prétendu obscurantisme des habitants et la puanteur de la ville. Pour les sionistes radicaux - qui sont encore aujourd'hui essentiellement des militants nationalistes qui considèrent leur judéité comme une conséquence de leur héritage biologique plutôt que spirituel - Jérusalem est une sorte de honte religieuse, associée à la saleté et à la ferveur religieuse au milieu du désert qu'ils ont transformé en leur version du jardin d'Eden. Bien sûr, à leurs yeux, la Palestine n'est qu'un lieu purement mondain, dépourvu de toute trace de géographie sacrée, qui doit être préparé à l'occidentalisation, à la colonisation et à toutes les autres merveilles noires et profanes du postmodernisme - drapeaux arc-en-ciel, "mariages homosexuels" et nationalisme dominé par la seule soif de sang et de terre. Alors que les juifs orthodoxes considèrent comme une hérésie la création d'un État juif en Palestine avant la fin des temps, le sionisme, issu de la secte sabbatiste et du mouvement juif d'éducation que fut la Haskala, a été fondé dans ce but. Ce dernier, avec le soutien explicite de l'Occident, a connu un grand succès : l'État juif a été créé en 1948 et Jérusalem est devenue une ville contrôlée par les Juifs en 1967.

L'eschatologie comme outil politique : le Troisième Temple et le Déluge d'Al-Aqsa

IX. Si nous regardons la récente escalade en Palestine à travers le regard des médias occidentaux, les événements semblent assez étranges : tout à coup, l'aile militaire du Hamas, la Brigade Al-Qassem, lance une attaque contre Israël. De leur côté, les Israéliens semblent riposter de manière disproportionnée. Alors que l'armée israélienne a été prise au dépourvu et a subi les pertes les plus importantes de son existence, des milliers de Palestiniens meurent à la suite d'attaques israéliennes contre des zones civiles. Mais si nous regardons de plus près ce qui se passe, nous découvrons que la véritable raison de la guerre actuelle est eschatologique.

de39dd30687f3d882ca7e747f884ac8f.jpg

X. L'eschatologie nous enseigne la fin de ce monde et la naissance d'un nouveau. C'est précisément la fin de ce monde que les sionistes chrétiens américains et européens ainsi que les sectes juives de Palestine tentent de déclencher avec la construction du Troisième Temple à Jérusalem. Le nom de l'opération du Hamas "Al-Aqsa Flood" nous conduit directement à la signification eschatologique et à la véritable nature de cette guerre. Alors que même sous l'occupation israélienne, les rituels juifs à la mosquée Al-Aqsa ont longtemps été empêchés par Israël, des fanatiques juifs ont été vus de plus en plus souvent à l'intérieur de la mosquée depuis le début des années 2000, lorsque la politique israélienne a dérivé de plus en plus vers les bouffonneries d'une droite folle. Bien que les musulmans du monde entier considèrent cela comme un sacrilège, les juifs fanatiques considèrent la mosquée Al-Aqsa, construite sur les ruines du Second Temple, comme un obstacle à l'édification du Troisième Temple.

XI. Le "déluge d'Al-Aqsa" a été déclenché par la profanation de la mosquée Al-Aqsa par les Juifs. Des sectes juives comme le Temple Institute et Mount Faithful appellent à sacrifier une génisse rouge immaculée pour permettre la construction du Troisième Temple, qui déclencherait l'arrivée du Messie et la fin du monde. Pour les musulmans pratiquants, ces actes de profanation de la mosquée Al-Aqsa représentent l'œuvre du Daddjal, l'anti-Christ. Selon certaines sectes en Israël, la génisse rouge parfaite est déjà née et sera prête à être sacrifiée en 2024. La plupart des Juifs croient cependant que le Troisième Temple sera construit par Dieu lui-même et le Messie, et que l'intervention humaine directe dans ces affaires est un sacrilège. Mais comme souvent dans l'histoire, celle-ci est faite par des minorités radicales et prêtes à tout, et non par la majorité. Cela explique les provocations persistantes des sectes juives et la volonté des groupes musulmans radicaux comme le Hamas de défendre la mosquée Al-Aqsa, même si cela implique le sacrifice de milliers de Palestiniens à Gaza.

XII. Alors que la Russie, l'Iran, la Chine et même l'Arabie saoudite adoptent la position des Palestiniens et appellent à une véritable solution à deux États, l'Occident, en grande partie athée et postmoderne, se rassemble autour du drapeau d'Israël et défend tous les crimes de guerre, même les plus flagrants, commis par les Israéliens. Mais ce jeu de vacherin pourrait mal tourner pour l'Occident : alors que les Palestiniens de Gaza luttent désespérément pour leur survie et la préservation d'Al-Aqsa, plus de 5 millions d'hommes se sont portés volontaires en Iran pour combattre pour la Palestine. Le Qatar menace Israël de sanctions dans le secteur de l'énergie et, pour la première fois depuis 2013, des personnes ont manifesté sur la place Tahrir au Caire pour appeler à une intervention aux côtés de leurs frères musulmans en Palestine. Nous sommes déjà en présence d'une guerre sainte et, rétrospectivement, le politicien russe Jirinovski a peut-être eu raison de dire que le conflit en Ukraine ferait pâle figure en comparaison de la guerre à venir en Terre sainte.

XIII. Alors que l'Islam commence à former une civilisation indépendante à la suite de cette lutte et se bat pour un monde multipolaire aux côtés de la Russie et de la Chine, l'Occident satanique, de l'île d'Epstein à Bruxelles, se range aux côtés d'Israël. Le mot satanique peut d'abord sembler trop fort pour décrire l'Occident moderne (qui n'a rien à voir avec la tradition et la culture occidentales de l'Antiquité à la fin de la Renaissance), mais si l'on regarde la réalité politique en son sein, les spectacles de drag queens, les chiffres de l'avortement, les opérations de "réassignation sexuelle", la destruction totale de la culture occidentale au nom de la "wokeness", la violence dans nos rues et l'impiété dans le cœur de nos peuples, je suis convaincu que ce qualificatif ne tombe pas vraiment comme un cheveu sur la soupe.

XIV. Alors que les pays BRICS sont en train de former un katekhon, l'arrêtoir de l'anti-christianisme, la civilisation occidentale du diable s'allie à Israël, ce qui n'est pas bon signe pour Israël lui-même, comme l'a déjà fait remarquer Alexandre Douguine. À la lumière des événements actuels, nous, Européens, devons décider qui nous soutenons dans cette guerre. Nous pouvons choisir de soutenir l'Occident satanique ou de former un katekhon avec tous les autres peuples du monde. Nous devons prouver au monde qu'il y a une différence entre les peuples d'Europe et leurs élites sataniques contrôlées par les États-Unis. Je ne parle pas ici de lutte armée. Notre lutte doit avant tout être une protestation spirituelle et intellectuelle et être portée dans la rue. Nous devons nous débarrasser de nos élites pour pouvoir enfin reprendre le contrôle de nos vies. Dans cette lutte entre le bien et le mal, on ne peut pas rester neutre, il faut choisir son camp. Nous, membres de la Résistance chrétienne, Européens conscients de notre propre histoire, de notre géographie sacrée et de notre eschatologie, ne pouvons que lutter pour un changement, prier Dieu et former un katekhon contre cette civilisation infernale. Nous verrons quel côté gagnera cette guerre sainte, Dieu seul le sait.

lundi, 20 novembre 2023

Le cœur du Sud

ce8a29e60b157535a0793c602848c5ad.jpg

Le cœur du Sud

Leonid Savin

Source: https://www.geopolitika.ru/en/article/southern-heartland

Récemment, la coopération avec les pays africains a suscité un intérêt croissant au niveau mondial. L'affaiblissement de l'autorité de l'Occident sur le continent peut être l'une des raisons de cette réorientation vers le Sud et l'Est. De multiples facteurs économiques, politiques, stratégiques et géopolitiques contribuent également à cette réorientation.

Ne vous laissez pas tromper par les cartes de la projection de Mercator : l'Afrique est nettement plus grande que l'Europe en termes de taille réelle. C'est un immense continent qui couvre plus de 20 % de la masse continentale de la Terre et qui compte 54 nations indépendantes. Il s'agit de vastes zones qui peuvent être utilisées pour l'agriculture, les gisements de ressources naturelles et le soutien politique, comme le vote aux Nations unies.

Ce continent a beaucoup souffert du colonialisme européen. Bien que l'Afrique ait donné naissance à de nombreuses civilisations anciennes et à des États puissants, tels que l'Égypte ancienne et l'Empire éthiopien (l'Abyssinie), les peuples du continent ont toujours souffert de l'oppression et de la domination extérieure. D'abord directement, puis indirectement. Tout le 20ème siècle a été consacré aux tentatives de nombreux pays de ce continent pour se libérer de la dépendance coloniale. Et la poursuite de cette lutte (déjà contre les chaînes du néocolonialisme) se poursuit encore aujourd'hui.

Il n'est pas nécessaire de vous rappeler que l'Eurasie possède une zone appelée "Heartland", l'axe géographique de l'histoire. Ces deux termes ont été introduits par le géographe britannique Halford J. Mackinder. Pour une raison ou une autre, beaucoup de gens oublient qu'il parlait également d'un second Heartland, l'île mondiale.  Par île mondiale, il entendait l'Eurasie et l'Afrique, reliées par la péninsule arabique. Contrairement au Heartland eurasien, il a proposé de l'appeler Heartland méridional en raison de sa place sur le continent africain. Il est certain qu'il a surtout parlé de la nécessité de contrôler le Heartland nord pour dominer l'Eurasie et, en fin de compte, l'île mondiale.

Et compte tenu de la manière dont les stratèges anglo-saxons élaborent leur politique étrangère, suivent leurs doctrines et leurs idées fixes, on comprend mieux pourquoi les États-Unis s'intéressent tant à l'Afrique. Le Southern Heartland pour être exact. Parce qu'en géopolitique mondiale, ces deux Heartlands ont des corrélations.

Selon Mackinder, le Southern Heartland s'étend du Soudan à la pointe ouest de la Gambie sur la côte atlantique et couvre la partie de l'Afrique située en dessous du Sahara jusqu'aux forêts tropicales qui s'étendent au niveau de l'équateur. L'extrémité nord-est du Heartland sud est constituée par l'Éthiopie et la Somalie, qui ont accès au Yémen, et il existe un passage à travers les steppes arabes vers le Heartland nord. Mackinder évoque certaines similitudes entre les deux massifs désignés en ce qui concerne la facilité des liaisons de transport, les réseaux fluviaux et les terres fertiles.

Il souligne notamment l'importance de la Syrie et de la Palestine historiques en tant que lien entre l'Afrique et l'Eurasie. Dans le contexte des conflits actuels en Syrie et dans la bande de Gaza, ainsi que des efforts déployés par les États-Unis pour maintenir leur contrôle sur la souveraineté libanaise et pour utiliser Israël comme mandataire en Asie occidentale, cela indique que Washington s'appuie toujours sur la formule Mackinder pour définir sa stratégie dans la région.

209026757197ad9c8621d82cb536e948.jpg

Examinons maintenant la situation politique actuelle dans le South Heartland. En commençant par la partie orientale, nous découvrons des États confrontés à une crise ou à un conflit. Le Soudan, avec l'implication directe des États-Unis, a été divisé en deux parties, dont l'une est aujourd'hui en pleine guerre civile. Le Sud-Soudan a également connu des conflits et des affrontements interethniques. Le conflit dans le nord de l'Éthiopie a duré de 1961 à 1991 et a conduit à la formation de l'Érythrée. Cependant, après la reconnaissance de l'indépendance de ce pays en 1993, la guerre entre les deux États a éclaté. Plus récemment, en Éthiopie, un conflit interne a éclaté dans la province du Tigré. Les responsables de la Fédération ont accusé les États-Unis de soutenir les rebelles et les séparatistes. La Somalie a été confrontée à plusieurs conflits, ce qui a entraîné un état critique de son économie. Le dollar américain y est utilisé comme monnaie, ce qui indique clairement une dépendance vis-à-vis de l'extérieur. Seul Djibouti, après s'être libéré de la France, a réussi à devenir autosuffisant dans une certaine mesure. Cependant, il abrite des bases militaires des États-Unis, de la France, de l'Italie, du Japon et, plus récemment, de la Chine. Leur approche équilibrée des relations internationales a deux significations.

Ensuite, si vous vous déplacez vers l'ouest, dans le Heartland méridional se trouvent le Tchad, le Niger, le Burkina Faso et le Mali. Le Tchad est en proie à des militants islamiques et l'une des opérations menées contre eux en 2021 a coûté la vie au président du pays. En octobre 2022, des émeutes ont eu lieu dans tout le pays. Au début de cette année, le gouvernement a nationalisé les actifs de la filiale d'Exxon Mobil. En outre, l'uranium est extrait dans le pays avec la participation de la société française Ogapo S.A., qui possède également des actifs au Niger, au Nigeria, au Gabon et en Namibie.  Actuellement, la France est toujours présente dans le pays et du personnel militaire français a récemment été transféré du Niger vers le Mali.

26347328da9182738cf95b0bd9c3aa93.jpg

Le Niger, le Burkina Faso et le Mali ont récemment convenu de créer une Alliance des États du Sahel. Cette décision fait suite à des coups d'État militaires et à la quasi-expulsion des Français de ces pays. Malgré la menace des pays de la CEDEAO (à l'exception de ceux qui se sont retirés) de déployer des troupes au Niger, ils se sont finalement abstenus de le faire.

La Guinée, qui a un accès à l'océan et a connu un coup d'État militaire en 2021, a rejoint la nouvelle Alliance du Sahel.

Au Sénégal, pays voisin, le sentiment de rejet du colonialisme et de la France est également très fort. Le premier dirigeant de cette nation, Léopold Sedar Senghor, était l'un des défenseurs de la négritude, une philosophie politique qui soulignait le développement unique des peuples africains.

Nous constatons donc des problèmes fréquents dans le cœur méridional, et l'influence occidentale se manifeste par un néocolonialisme évident et une série d'installations militaires.

Les récentes prises de pouvoir par les militaires ont mis l'accent sur la libération nationale, et il est possible que cette tendance persiste en raison des forces extérieures qui s'efforcent de gérer les crises et de soutenir les gouvernements locaux.

94a6930c9e38164edbf4cfc286f71e61.jpg

Mais le Rimland (zone côtière) de l'Afrique au nord est également directement lié au South Heartland. Par exemple, l'aide de la Libye a partiellement assuré la sécurité du Niger et du Tchad jusqu'en 2011. Cependant, une rébellion menée de l'extérieur a détruit la Jamahiriya libyenne, entraînant une guerre civile. L'effet domino a causé des problèmes avec les islamistes au Tchad et au Niger, mais aussi en Tunisie et en Égypte. L'Algérie a adopté une ligne politique stratégiquement correcte et continue de coopérer étroitement avec la Russie. Dans le même temps, les relations avec l'Espagne, qui recevait du gaz naturel de ce pays, se sont détériorées.

Dans le nord-ouest, il existe un triangle de contradictions entre la Mauritanie, le Maroc et l'Algérie sur le statut du Sahara occidental. L'Algérie soutient le Front Polisario, mais le Maroc contrôle le Sahara occidental, où se trouvent les plus grandes réserves de phosphate. Les habitants du Sahara occidental estiment que le phosphate leur appartient et qualifient d'illégales l'exploitation et la vente de ce minerai par le Maroc. D'ailleurs, Donald Trump a reconnu la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental en 2020 en échange de l'établissement de relations diplomatiques entre le Maroc et Israël. Tous ces facteurs affectent les pays situés en dessous du Sahara.

Si nous considérons la région située sous le Southern Heartland lui-même, la République centrafricaine se trouve plus près de l'équateur. À proximité se trouve l'un des géants du continent, la République démocratique du Congo, qui représente un grand potentiel. L'Angola, pays voisin, a également connu un développement rapide, même après le départ du Portugal. Aujourd'hui, la Chine investit dans le développement des infrastructures et de l'industrie dans ce pays. Dans l'ensemble, Pékin cherche à établir des centres de transport pour son projet "Belt and Road" et à s'assurer un accès aux ressources naturelles des pays africains.

La Russie est également une invitée de marque en Afrique. Cela s'explique principalement par l'héritage favorable de l'implication de notre nation dans l'élaboration du destin politique et économique de divers pays africains.

L'Afrique du Sud interagit avec la Russie dans le cadre des BRICS depuis de nombreuses années. À partir du 1er janvier 2024, le club s'élargira à l'Éthiopie, située en Afrique.

L'environnement politique en Afrique est en train de changer. Les perspectives extérieures changent et une pensée indépendante se développe, en fonction de la négritude, du panafricanisme, du socialisme africain et de l'humanisme africain. Une nouvelle tendance, l'afropolitanisme, est apparue et crée une identité transcontinentale. Il est clair que ce mode de pensée renvoie aux conditions nécessaires pour que l'Afrique devienne un acteur unique dans un monde aux puissances multiples.

lundi, 13 novembre 2023

La géopolitique du conflit israélo-palestinien (Histoire, religion, culture et choc des empires et des puissances)

sf051721-4.jpg

La géopolitique du conflit israélo-palestinien (Histoire, religion, culture et choc des empires et des puissances)

Manuel Espinoza

Source: https://novaresistencia.org/2023/11/02/a-geopolitica-do-conflito-israel-palestina-historia-religiao-cultura-e-enfrentamento-entre-imperios-e-potencias/

Il est essentiel de toujours réaffirmer les différents aspects du conflit : religieux, historique, économique, géopolitique, culturel, etc, afin d'avoir une vision complète de la question israélo-palestinienne.

Le génocide du sionisme juif contre le peuple palestinien, qui dure depuis des décennies, l'humiliation, l'horreur, la destruction, la mort et l'exil de milliers et de milliers de Palestiniens dans la bande de Gaza ce mois-ci n'est qu'un exemple dans un conflit qui échappe à toute logique, même si les médias occidentaux tentent de faire croire au monde qu'il s'agit d'une réponse logique et juste à l'attaque terroriste menée par le groupe Hamas au début du mois d'octobre de cette année.

Un élément par excellence dans la manipulation des causes réelles de ce massacre en cours et de l'extermination planifiée par les sionistes est "l'appartenance territoriale". D'abord parce qu'elle est non seulement inconnue et difficile à comprendre au point de pouvoir être clarifiée et inversée, mais aussi parce que des millions de personnes se soumettent à y croire de manière aliénante, religieuse et inconditionnelle. Par conséquent, pour comprendre le conflit israélo-palestinien, il faut remonter dans le temps et explorer l'histoire, la culture, la religion et la géographie des différents peuples qui ont habité la région pendant des millénaires.

D'un point de vue anthropologique et ethnologique, qui nécessite une analyse géopolitique, on peut voir que la base du conflit remonte à l'émergence des Cananéens, des Philistins et des Hébreux, ainsi que d'autres peuples de la région, et comprendre comment elle est manipulée religieusement en leur faveur.

cartenationsw-8.png

Peuples et territoires

Les Cananéens :

L'un des groupes les plus anciens à habiter la région connue aujourd'hui sous le nom de Palestine/Israël. Ils sont apparus dans la région il y a des milliers d'années, vers le troisième millénaire avant J.-C. Il s'agissait d'un peuple sémite qui s'est installé sur une terre fertile et stratégiquement située, avec un accès à la mer Méditerranée. Un "peuple sémite" désigne les groupes ethniques et culturels qui partagent un héritage culturel et une langue communs, connus sous le nom de langues sémitiques. Ces langues comprennent l'hébreu, l'arabe, l'araméen, l'akkadien et d'autres.

Le terme "sémite" est dérivé de Sem, l'un des trois fils de Noé (Sem, Cham et Japhet) qui, dans le récit biblique, après le déluge, Noé et ses fils sont devenus les ancêtres de l'humanité. Ceux-ci, par leur phénotype racial, ont divisé et peuplé l'Afrique (Cham), le Moyen-Orient (Sem) et l'Europe de l'Est (Japhet).

Les peuples sémites sont nés et ont vécu dans diverses régions du Moyen-Orient, de l'Afrique du Nord et de certaines parties de la péninsule arabique. Ces peuples ont partagé des caractéristiques linguistiques, culturelles et, dans certains cas, religieuses tout au long de l'histoire. Et, comme c'est le cas dans les relations humaines, les conflits liés à la territorialité, aux croyances religieuses et au pouvoir ont façonné leur évolution historique.

carte-historique.jpg

Royaumes_autour_d'Israel_en_830.svg.png

Parmi les groupes ethniques et les cultures sémitiques les plus connus, on peut citer:

Les Arabes : le plus grand groupe ethnique parlant des langues sémitiques, en particulier l'arabe.

Les Araméens : Ils se trouvaient notamment dans la région d'Aram-Damas, en Syrie.

Akkadiens : ancien peuple sémite qui vivait dans la région de la Mésopotamie.

Phéniciens : ils vivaient dans la région côtière du Levant, dans ce qui est aujourd'hui le Liban. Ils étaient connus pour leur commerce et leur navigation.

Sur le plan religieux, les Cananéens vénéraient divers dieux et déesses, dont Baal et Astarté. Leurs croyances et pratiques religieuses incluaient des sacrifices rituels et l'adoration d'autels sacrés. Leur culture était étroitement liée à la terre et à l'agriculture, et ils se considéraient comme un peuple choisi par leurs dieux pour habiter cette terre fertile.

C'est l'une des premières sources de conflit religieux avec les Hébreux (Juifs), car ces dieux sont mentionnés dans plusieurs passages de la Bible hébraïque (Ancien Testament), dans un contexte où les prophètes hébreux condamnent le culte de ces divinités comme de l'idolâtrie. La lutte contre le culte de Baal et d'Astarté est devenue la première tentative d'imposer les croyances religieuses d'un peuple à un autre.

3204fc2e3b5881baab93c07441a18e48.gif

Les Philistins : Les Philistins, également connus sous le nom de "pelezeth" dans les inscriptions égyptiennes anciennes, étaient un peuple marin qui s'est installé sur la côte sud-ouest de la région, dans et autour de l'actuelle Gaza. Les Philistins sont apparus dans la région vers le XIIe siècle avant J.-C., bien avant les Hébreux.

Culturellement, les Philistins étaient différents des Cananéens et des Hébreux. Ils avaient leurs propres divinités et pratiques religieuses. L'un de leurs dieux les plus connus était Dagon. En outre, les Philistins étaient connus pour leurs prouesses en matière de guerre et de métallurgie, et on leur attribue l'introduction de la technologie du fer dans la région. Les Philistins sont bien connus pour leur affrontement avec les Hébreux dans la Bible.

Ni les Cananéens ni les Philistins n'existent aujourd'hui en tant que groupe ethnique ou culturel ; leur nom a traversé l'histoire et ils ont été absorbés par d'autres groupes et civilisations qui ont conquis la région.

Les Hébreux : Ils pratiquaient une forme primitive de monothéisme, adorant le Dieu Jéhovah. Il s'agit d'un groupe ethnique et religieux apparu dans la région au début du deuxième millénaire avant J.-C., bien après les Cananéens et les Philistins, et qui "fait croire", à travers la Bible, qu'il est le descendant d'Abraham, qui descendait de Sem. Mais, à y regarder de près, Abraham venait de la ville d'Ur (située en Irak) des Chaldéens et, venant de Sem, il était de race sémite et de phénotype arabe sémite de type irakien, iranien ou saoudien.

3cc7d17054774656dcbed83c8d853179.jpg

Les Chaldéens étaient un ancien groupe ethnique originaire de la région chaldéenne de Basse-Mésopotamie, qui correspond principalement au sud de l'Irak actuel. Les Cananéens, les Philistins ou les Hébreux étaient des groupes différents ayant leur propre identité et des territoires distincts. Les relations des Chaldéens avec ces groupes étaient essentiellement géographiques. Leur influence dans la région babylonienne et leur rôle dans la création de l'Empire néo-babylonien, qui inclut la conquête de Jérusalem et la déportation des Hébreux du royaume de Juda en 586 avant J.-C. par le roi Nabuchodonosor II.

D'un point de vue historique, les Hébreux ont habité la région en plusieurs étapes et périodes, fondant le Royaume d'Israël et le Royaume de Juda avant d'être conquis et exilés par des puissances étrangères telles que les Assyriens et les Babyloniens. Il convient de noter que dans la région connue sous le nom de "pays de Canaan" (la Terre promise), outre les Cananéens, les Philistins et les Hébreux, vivaient divers groupes ethniques et cultures, tels que :

les Amorites : ils habitaient diverses parties du pays de Canaan.
Les Jébusiens : ils habitaient la ville de Jébus, qui devint plus tard Jérusalem. Les Hébreux, sous la conduite du roi David, s'emparèrent de Jébus et en firent la capitale de leur royaume, Jérusalem.
Hittites : bien qu'originaires d'Anatolie (l'actuelle Turquie), les Hittites étaient très présents sur ces terres.
Phéniciens : ils vivaient principalement sur la côte méditerranéenne, dans l'actuel Liban. Ils étaient réputés pour leurs compétences en matière de navigation et de commerce et ont fondé des colonies commerciales dans toute la région méditerranéenne.
Araméens : ils parlaient la langue araméenne et vivaient dans les régions voisines, comme Aram-Damas. L'araméen est devenu une langue importante dans la région et a été parlé dans tout le Proche-Orient.
Édomites et Moabites : ces groupes vivaient à l'est du pays de Canaan, dans ce qui est aujourd'hui la Jordanie et dans certaines parties du désert du Néguev.
Philonites : ils habitaient la région de la Philistie.

Chacun de ces groupes ethniques avait sa propre culture, sa propre langue et ses propres traditions, et leur interaction dans la région de Canaan au cours des siècles a influencé l'histoire et la diversité culturelle de la région. C'est la présence arabe sémite qui s'est le plus dispersée au Moyen-Orient, plutôt que la présence hébraïque. Dans le cas de la Palestine, cela peut être compris comme une identité qui est le produit de la diversité ethnique et religieuse des peuples mentionnés ci-dessus et des lieux qu'ils habitaient à l'origine.

Cela explique tacitement que le territoire de la Palestine ne peut être entièrement celui d'Israël, mais cela élargit le spectre du conflit israélo-palestinien et s'élève donc au niveau d'un conflit israélo-arabe en raison des origines des peuples d'origine.

Fondement religieux du conflit :

Les fondements religieux du conflit sur le territoire palestino-israélien sont profonds et complexes. Pour les Juifs, la terre d'Israël est considérée comme leur héritage historique et spirituel, promis par Dieu (Jéhovah) à Abraham, mais comme Abraham était un descendant de Sem, la terre promise n'était pas destinée aux Juifs japhétiques ou kempethites, mais à leurs descendants sémites.

Pour les Palestiniens, la terre a donc aussi une profonde signification religieuse. La vieille ville de Jérusalem abrite d'importants lieux saints musulmans, comme la mosquée Al-Aqsa. En outre, les chrétiens considèrent Jérusalem comme un lieu d'importance religieuse en raison de son association avec la vie de Jésus, qui était également sémite. Est-ce pour cela que les Juifs eux-mêmes l'ont condamné à être crucifié ? Est-ce pour cela que les Juifs ne le reconnaissent pas comme le Messie ?

Les bases culturelles du conflit :

Ces bases remontent à l'Antiquité et ont évolué au fil des siècles, s'intégrant dans les domaines suivants : Langue et culture, Art, musique et littérature, Éducation et médias, Histoire du conflit et Identités religieuses, qui génèrent trois grands thèmes qui sous-tendent le conflit.

Héritage culturel et territorial : les deux groupes, les Juifs et les Israéliens d'une part et les Palestiniens d'autre part, revendiquent des droits historiques et un lien ancestral avec la terre. Ces droits reposent sur des récits culturels vieux de plusieurs milliers d'années.

Récits d'exil et de retour : l'exil assyrien (722 av. J.-C.) La conquête du Royaume du Nord d'Israël par l'Empire assyrien en 722 av. J.-C. a entraîné la dispersion des tribus du Nord d'Israël. Ces tribus sont connues sous le nom de "Dix tribus perdues" uniquement dans le cadre du récit biblique.

ob_2b015a_nebuchodonosor-roi-babylone_GF-1.jpg

L'exil babylonien (586 av. J.-C.), qui a eu lieu après la destruction du premier temple de Jérusalem par le roi babylonien Nabuchodonosor II en 586 av. Au cours de cet exil, une grande partie de la population juive a été emmenée en captivité à Babylone.

L'exil romain (70 et 135 après J.-C.) : après la destruction du second temple de Jérusalem en 70 après J.-C., lors de la grande révolte juive, de nombreux Juifs sont emmenés en captivité par les Romains. En outre, après la révolte menée par Bar Kohba en 135 après J.-C., les Romains ont interdit aux Juifs de vivre à Jérusalem et dans ses environs, ce qui a entraîné la dispersion de la population juive dans l'ensemble de l'Empire romain.

La diaspora juive et la Palestine : tout au long de l'histoire, les Juifs se sont dispersés dans le monde entier, établissant des communautés juives partout. Cela a entretenu l'idée d'un retour à la terre ancestrale d'Israël, connue sous le nom de "Terre promise", qui était fondamentale pour le mouvement sioniste, lequel prônait la création d'un État juif en Terre d'Israël.

Des événements traumatisants, comme la Nakba en 1948 (le bannissement des Palestiniens), ont entraîné la mort d'un nombre total d'Arabes palestiniens estimé à environ 13.000 personnes. Environ 750.000 Arabes palestiniens ont été expulsés et bannis de leurs maisons, devenant ainsi des réfugiés. La plupart d'entre eux se sont installés dans des camps improvisés en Cisjordanie (Transjordanie occupée). Ou dans le camp de concentration de plus de 2 millions de Palestiniens à Gaza, qui ne peuvent ni entrer ni sortir à cause du siège imposé par l'entité sioniste.

De telle sorte que : a) La création d'Israël en 1948 a été perçue comme un "retour au pays" pour de nombreux Juifs. b) De même que le non-respect de la création de l'État palestinien a généré une immense diaspora en exil en raison du vol de leur terre, ils ont maintenu la revendication du "droit au retour" des réfugiés palestiniens dans leurs foyers.

Les intérêts des puissances dans le conflit

Ceux-ci sont beaucoup plus faciles à expliquer et à croire, car il ne s'agit pas de récits de foi religieuse, mais d'actions politiques, militaires et économiques menées par des acteurs internationaux en fonction de leurs intérêts économiques et spéculatifs privés, qui, avec les groupes sionistes de Grande-Bretagne et des États-Unis, sont les véritables responsables de l'horreur de ce conflit et de la barbarie appliquée au peuple palestinien.

main-qimg-e729869ebf7da71fb467579e1a3045b7-pjlq.jpg

Sykes_Picot.jpg

Les intérêts géopolitiques de la Grande-Bretagne au Moyen-Orient au cours des XIXe et XXe siècles étaient liés à des objectifs stratégiques, économiques et politiques de maintien et d'expansion de son empire colonial, qui ont encore aujourd'hui un impact significatif sur le façonnement de la région et de son histoire moderne.

    - Le contrôle des routes commerciales terrestres et maritimes stratégiques pour garantir l'acheminement des ressources et des matières premières vers le Royaume-Uni : la région du Moyen-Orient, de par sa situation géographique entre l'Europe, l'Asie et l'Afrique, a été et continue d'être d'une importance fondamentale à cet égard. Le canal de Suez, par exemple, qui relie la mer Méditerranée à la mer Rouge, est également devenu une voie de transit vitale pour le déploiement des forces militaires et la projection de la puissance britannique dans la région et au-delà.
    - Contrôle et appropriation des ressources naturelles stratégiques : l'industrie pétrolière, les minéraux dans des pays comme l'Irak, l'Iran et l'Arabie saoudite et les produits agricoles dans la région.
    - Affaiblissement de l'Empire ottoman : avant la première guerre mondiale, sa position géographique, qui couvrait une grande partie du Moyen-Orient, était cruciale pour le contrôle des routes commerciales et maritimes. En outre, la protection des intérêts économiques dans la région ottomane, y compris les investissements dans les chemins de fer, les compagnies pétrolières et le commerce, s'étendait jusqu'à l'Inde.

Sharif_Husayn.jpg

D'où le soutien clandestin aux mouvements arabes contre l'Empire ottoman. Le soutien au leader arabe Sharif Hussein bin Ali (photo) et à sa révolte arabe, qui cherchait à libérer les territoires arabes de la domination turco-ottomane, en est un exemple frappant. La Grande-Bretagne a conclu des alliances et des accords politiques avec les dirigeants et les gouvernements de la région afin de garantir l'établissement de mandats de la Société des Nations dans des territoires tels que la Palestine et la Mésopotamie après la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Par conséquent, le soutien de la Grande-Bretagne aux organisations sionistes et à la création de l'État d'Israël à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle est lié aux intérêts géopolitiques que j'ai mentionnés plus haut au Moyen-Orient. Les organisations étaient considérées comme un moyen de gagner de l'influence dans la région et d'assurer le contrôle stratégique de zones importantes. La déclaration Balfour de 1917, publiée par Arthur Balfour, alors ministre britannique des affaires étrangères, exprimait le soutien de la Grande-Bretagne à la création d'un "foyer national pour le peuple juif" en Palestine, qui est la pierre angulaire du conflit.

La fusion du capital juif anglo-saxon et la domination de la politique et de l'économie américaines

Après la Seconde Guerre mondiale, la stratégie de domination et de contrôle britannique se poursuit. Les États-Unis développent leurs intérêts géopolitiques au Moyen-Orient, qui influencent encore aujourd'hui leur politique dans la région.

Le pétrole est devenu une ressource stratégique clé dans la période d'après-guerre. S'assurer l'accès à ces réserves et contrôler les prix du pétrole était d'un intérêt primordial. La formation d'alliances avec des pays producteurs de pétrole tels que l'Arabie saoudite est devenue un élément important de la politique américaine dans la région.

Pour contenir le communisme et l'influence soviétique au Moyen-Orient, il fallait créer des alliés stratégiques, tels qu'Israël, l'Arabie saoudite, l'Iran et la Turquie, qui fournissaient des bases militaires, des ressources stratégiques et un soutien à la politique américaine dans la région.

Ces alliés ont alimenté des conflits qui ont conduit à des rivalités entre États, comme l'Irak contre l'Iran, le Pakistan contre l'Inde, l'Arabie saoudite contre l'Iran, ou à la création de groupes terroristes tels qu'Al-Qaida et d'autres. La construction de ces éléments déstabilisateurs pour contrôler l'équilibre des pouvoirs leur a permis d'exercer un leadership régional menaçant. Comme dans le cas de la possession d'armes nucléaires par Israël, sans permettre à d'autres d'en posséder.

C'est pourquoi ni les Perses (Iran), ni les Turcs, ni les Arabes n'ont pu détruire Israël. Au contraire, ils ont été infiltrés par les services de renseignement occidentaux et israéliens pour les diviser et affaiblir leur position d'unité arabe en faveur de la Palestine. L'exemple le plus flagrant des opérations de renseignement a été l'assassinat de Yasser Arafat et la création du groupe Hamas pour saper l'unité palestinienne et le prestige de leur lutte dans sa forme radicale.

Si nous regardons de près chaque fois que le Hamas agit contre Israël, la réponse du gouvernement sioniste est asymétrique en termes de destruction d'infrastructures et de vies humaines, en particulier d'enfants palestiniens. Ces actions servent de prétexte au génocide et au bannissement des Palestiniens et à l'accroissement d'une force militaire toujours plus destructrice. Il est largement admis que, cette fois-ci, les services de renseignement n'avaient pas prévu l'attaque de ce mois-ci, mais en réponse, le gouvernement sioniste a menacé que si 1,5 million de ses citoyens ne quittaient pas Gaza, ils le regretteraient pour le reste de leur vie, poursuivant ainsi sa stratégie d'occupation et d'usurpation du territoire palestinien.

En conclusion, ce sont la Grande-Bretagne, les États-Unis et le capital mondial qui ont offert la "Terre promise" à Abraham au prix du martyre et de l'extermination du peuple palestinien. Ils l'ont armé jusqu'aux dents et lui ont permis de commettre des génocides contre eux en toute impunité. C'est pourquoi, à ce jour, Israël est heureux et capricieux de ne pas se conformer à 95 % des résolutions de l'ONU en faveur du retour sur leurs terres de millions de Palestiniens dispersés sur toute la planète, sans parler de l'édification d'un État palestinien. L'holocauste palestinien se poursuit, tout comme leur résistance.

Source : Geopolitika.ru

17:56 Publié dans Actualité, Géopolitique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : levant, proche-orient, histoire, géopolitique | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

La guerre israélo-palestinienne dans le contexte de la grande géopolitique

2023-11-08T190534Z_708486079_RC2194AO02EC_RTRMADP_3_ISRAEL-PALESTINIANS-GAZA-3-1140x640.jpg

La guerre israélo-palestinienne dans le contexte de la grande géopolitique

Alexandre Douguine

Source: https://www.geopolitika.ru/article/palestino-izrailskaya-voyna-v-kontekste-bolshoy-geopolitiki?fbclid=IwAR3zgM3uy5amQn1TCsaTl5xa68R2Ov5FaQ59nOrTpFE7v5aIuOsGfAfeaE4

Deux catastrophes (Shoah vs Naqba)

Tout d'abord, deux catastrophes se sont produites l'une après l'autre en Israël et dans la bande de Gaza : l'attaque du Hamas contre Israël, qui a fait de nombreuses victimes civiles et entraîné une prise d'otages, et les frappes de représailles d'Israël dans la bande de Gaza, qui ont été beaucoup plus brutales, avec un nombre élevé de victimes civiles, en particulier des femmes et des enfants. L'opération terrestre des FDI a rendu la situation encore plus catastrophique et le nombre de morts - y compris des enfants, des femmes et des personnes âgées - a atteint des proportions inimaginables.

Il s'agit dans les deux cas de violations flagrantes des droits naturels des personnes, de crimes contre l'humanité, qui ne peuvent être justifiés. Mais en même temps, l'application par Israël des principes de la Lex Talionis a abouti à un véritable génocide de la population de la bande de Gaza, qui était déjà contrainte de vivre dans les conditions horribles d'un camp de concentration qui ne veut pas dire son nom. Le Hamas a commis un acte de terrorisme, Israël a répondu par un acte de génocide à grande échelle. Tous deux se sont placés en dehors des limites du droit et des méthodes humaines acceptables pour résoudre les contradictions politiques.

La géopolitique de la transition: multipolarité contre unipolarité

Mais c'est la géopolitique qui commence ensuite. Bien que l'ampleur de l'offensive israélienne soit beaucoup plus importante, l'évaluation de ce qui se passe dans la bande de Gaza ne dépend pas de cela, mais de schémas géopolitiques plus profonds. Examinons-les indépendamment de l'aspect moral du problème.

L'ordre mondial actuel est dans une phase de transition. On passe aujourd'hui d'un monde unipolaire (formé après l'effondrement de l'URSS et le démantèlement du camp soviétique) à un monde multipolaire. Les pôles du monde multipolaire se dessinent déjà assez clairement. Il s'agit de la Russie, de la Chine, du monde islamique, de l'Inde, ainsi que de l'Afrique et de l'Amérique latine. En fait, il s'agit de civilisations indépendantes à part entière. Les principales sont représentées au sein des BRICS, qui - surtout après le sommet de 2023 à Johannesburg - réunissent toutes ces civilisations (l'entrée de l'Arabie saoudite, de l'Iran et de l'Égypte marque la présence de pays clés du monde islamique, l'Éthiopie renforce le facteur africain et l'Argentine complète le noyau des pays d'Amérique du Sud). Le monde multipolaire renforce sa position jour après jour. L'hégémonie occidentale s'affaiblit en conséquence.

Cependant, les dirigeants mondialistes de l'Occident, et surtout des États-Unis, cherchent à préserver l'unipolarité à tout prix, à insister sur leur domination militaire, politique, économique, culturelle et idéologique à grande échelle. Telle est la principale contradiction de notre époque: l'escalade de la confrontation entre l'unipolarité et la multipolarité. Les principaux conflits et processus de la politique mondiale doivent être considérés dans ce contexte.

GettyImages-1258817344.jpg

La signification globale du conflit en Ukraine

Le conflit en Ukraine s'explique par la volonté d'affaiblir la Russie souveraine qui s'affirme de plus en plus comme un pôle indépendant. L'Occident soutient le régime fantoche de Zelensky dans le seul but d'empêcher le retour de la Russie sur la scène internationale en tant qu'acteur indépendant. Cette politique a été constamment poursuivie par le président Poutine depuis qu'il est au pouvoir. Après avoir commencé par renforcer la souveraineté politique de la Russie, il a progressivement établi la Russie comme une civilisation indépendante qui rejette non seulement l'hégémonie géopolitique de l'Occident, mais aussi son système de valeurs. La Russie (dans le décret 809) a explicitement proclamé son allégeance aux valeurs traditionnelles et a fermement rejeté le libéralisme occidental, l'agenda LGBT et d'autres normes de l'idéologie occidentale, reconnues en Russie comme des perversions et des anomalies.

En réponse, l'Occident a soutenu le coup d'État de 2014 à Kiev, armé l'Ukraine jusqu'aux dents, aidé à répandre l'idéologie russophobe néonazie en Ukraine et provoqué la Russie pour qu'elle lance une opération militaire spéciale. Si Poutine n'avait pas commencé, Kiev l'aurait fait.

C'est ainsi que le premier front de la guerre chaude de la multipolarité contre l'unipolarité a été ouvert en Ukraine.

Dans le même temps, la Russie de Poutine réalise parfaitement qu'elle ne peut pas être l'un des deux pôles, comme c'était le cas à l'époque de l'URSS. De nouvelles civilisations se font jour - chinoise, islamique, indienne, africaine et latino-américaine. La Russie les considère comme des alliés et des partenaires dans une multipolarité véritable et égale. Le monde n'en a pas encore pris conscience, mais la conscience multipolaire se développe et se renforce progressivement.

Il en va de même pour le problème de Taïwan, qui pourrait devenir (et deviendra un jour) la prochaine ligne de front entre l'unipolarité et la multipolarité - cette fois dans la zone de l'océan Pacifique.

Une nouvelle ligne de fracture

Mais les événements en Israël, l'attaque du Hamas et le génocide des Palestiniens par Israël en représailles, ont ouvert une autre ligne de front. Cette fois, l'Occident, par son soutien inconditionnel et unilatéral (comme en Ukraine) à Israël, malgré la nature flagrante des crimes commis par Tsahal contre les civils dans la bande de Gaza, est entré dans une phase de confrontation avec l'ensemble du monde islamique. C'est ainsi qu'un autre pôle - le pôle islamique - est apparu. Face à ce qu'Israël fait dans la bande de Gaza et dans le reste des territoires palestiniens, et compte tenu des injustices passées à l'encontre de la population palestinienne, repoussée dans des ghettos et des réserves sur sa propre terre, le monde islamique ne peut que prendre conscience de son unité.

La cause palestinienne unit aujourd'hui sunnites et chiites, turcs et iraniens, opposés dans les conflits internes au Yémen, en Syrie, en Irak ou en Libye. Elle touche directement les musulmans du Pakistan et de l'Indonésie, de la Malaisie et du Bangladesh. Elle ne laisse pas indifférents les musulmans vivant aux États-Unis et en Europe, en Russie ou en Afrique. Et bien sûr, les Palestiniens de Gaza et de Cisjordanie, malgré leurs divergences politiques, sont désormais unis dans la lutte pour leur dignité.

Au cours des dernières décennies, les États-Unis ont réussi à faciliter la consolidation des musulmans autour de la question palestinienne, à les diviser en groupes, à les forcer et à les contraindre par la ruse à normaliser leurs relations avec Israël. Mais toute cette politique a volé en éclats le mois dernier. Le soutien sans équivoque à Israël, même après ce qu'il a déjà fait dans la bande de Gaza au vu et au su de tous, oblige le monde islamique à transcender ses contradictions internes et à entrer en confrontation directe avec l'Occident.

Israël et l'Ukraine ne sont que des mandataires de l'hégémonie occidentale, arrogants et cruels, n'hésitant pas à commettre des crimes et à tenir des discours et des actes racistes, mais ils ne sont pas le problème. Ils ne sont que des instruments de la grande géopolitique - la géopolitique du monde unipolaire.  C'est exactement ce que le président russe Vladimir Poutine a récemment souligné lorsqu'il a parlé des araignées qui tissent une toile mondiale d'inimitié et de discorde. Il faisait référence aux mondialistes et à leurs tactiques de colonisation consistant à diviser pour mieux régner. Mais si nous comprenons l'essence de la stratégie de ceux qui tentent désespérément de sauver le monde unipolaire et l'hégémonie occidentale à l'agonie, nous pouvons consciemment construire un modèle alternatif pour le contrer et avancer avec confiance et collectivement vers la création d'un monde multipolaire.

L'impératif de consolidation du pôle islamique

Le conflit dans la bande de Gaza, et plus largement en Palestine, est un défi direct pour l'ensemble du monde islamique, pour la civilisation islamique dans son ensemble. Il ne concerne pas un peuple en particulier, ni même l'ensemble des Arabes. L'Occident est, en fait, en guerre contre l'Islam en tant que tel. Presque tous les dirigeants l'ont bien compris, de Salman bin Abdul-Aziz Al Saud à Erdogan, de l'ayatollah Khamenei aux dirigeants du Pakistan, de la Tunisie au Bahreïn, d'Erdogan aux autorités du Yémen, des salafistes et wahhabites aux chiites et soufis. Les opposants politiques en Palestine même, en Syrie, en Libye, au Liban, les chiites et les sunnites doivent maintenant défendre leur dignité, prouver que les musulmans sont une civilisation souveraine et indépendante qui ne se laissera pas traiter de la sorte.

5e0f025950ae587a9dc9b1fbc454443e.jpg

Erdogan a menacé l'Occident du djihad et a rappelé les croisades. Il s'agit d'une comparaison très malheureuse. L'Occident mondialiste moderne n'a rien à voir avec la civilisation chrétienne. Pendant de nombreux siècles, l'Occident a rompu les liens avec la culture chrétienne et s'est rangé du côté du matérialisme, de l'athéisme et de l'individualisme. Le christianisme n'a rien en commun avec la science matérielle, avec le système social et économique du profit nu, avec la légalisation de la perversion et la proclamation de la pathologie comme norme, avec la volonté de passer à une existence post-humaine - à propos de laquelle, soit dit en passant, le philosophe posthumaniste israélien Yuval Harari écrit avec enthousiasme. L'Occident est un phénomène anti-chrétien qui ne porte aucune croix sur lui-même. Israël est un État occidental juif et laïque qui n'a rien en commun avec le christianisme. Par conséquent, si le monde musulman affronte l'Occident, ce n'est pas en tant que civilisation du Christ, mais en tant que civilisation de l'Antéchrist, Dajjal.

La mission de la Russie devient claire

La Russie, en tant que pôle du monde multipolaire, est déjà en guerre avec l'Occident en Ukraine. De nombreux pays islamiques, sous l'influence de la propagande occidentale, n'ont pas compris clairement les raisons, les objectifs et la nature même de cette guerre, croyant qu'il s'agissait d'un conflit régional (et ils ne sont pas peu nombreux dans le monde islamique lui-même). Mais aujourd'hui, alors que le mondialisme a touché directement tous les musulmans du monde, l'opération militaire spéciale de la Russie va acquérir une toute autre signification à leurs yeux. Après tout, il s'agit d'une lutte entre le monde multipolaire et le monde unipolaire, ce qui signifie qu'elle est menée non seulement dans l'intérêt de la Russie en tant que pôle, mais aussi indirectement (voire directement) dans l'intérêt de tous les pôles. C'est la Chine et, parmi les pays islamiques, l'Iran qui le comprennent le mieux. Récemment, cependant, d'autres sociétés islamiques - Arabie saoudite, Égypte, Turquie, Pakistan, Indonésie - ont également connu une croissance rapide de la conscience géopolitique à grande échelle. D'où les tentatives de rapprochement entre l'Arabie saoudite et l'Iran, et la politique souveraine de la Turquie. Et plus le monde islamique se réalise comme un pôle, une civilisation unifiée, plus le comportement de la Russie devient compréhensible. Poutine est déjà un dirigeant populaire dans le monde entier, et en particulier dans les pays non occidentaux. C'est ainsi que sa stratégie acquiert une signification et une justification très claires. La Russie lutte déjà de toutes ses forces contre l'unipolarité, c'est-à-dire contre le mondialisme et l'Occident.

Le moment de l'Islam

Aujourd'hui, l'Occident, avec son mandataire israélien, attaque le monde islamique et soumet les Arabes palestiniens à un génocide.

C'est le moment de l'Islam. Et dans cette guerre potentielle entre les musulmans et l'hégémonie occidentale, qui pourrait éclater à tout moment - connaissant les Israéliens, il ne fait aucun doute qu'ils ne s'arrêteront pas avant d'avoir complètement détruit les Palestiniens (la guerre est déjà à l'échelle biblique) - le monde islamique a des alliés objectifs. Dans cette situation, il y a tout d'abord la Russie et la Chine, qui elle-même est sur le point de devoir résoudre le problème de Taïwan. Mais il est fort probable que d'autres lignes de front s'ouvrent progressivement.

La troisième guerre mondiale ?

Cela peut-il conduire à la troisième guerre mondiale ? Très probablement, oui. Et d'une certaine manière, elle est déjà en cours. Pour qu'une guerre devienne une guerre mondiale, il faut tout d'abord une masse critique de contradictions accumulées qui ne peuvent être résolues d'aucune autre manière non militaire. Cette condition est remplie. L'Occident n'a pas l'intention de renoncer volontairement à son hégémonie. Et les nouveaux pôles - civilisations indépendantes montantes, grands espaces - ne sont pas d'accord pour tolérer cette hégémonie. D'autant plus que les États-Unis et l'Occident collectif démontrent leur incapacité totale à être les leaders de l'humanité, en ne supprimant pas, mais en alimentant par leur politique, de nouveaux conflits et de nouvelles guerres. Si la guerre ne peut être évitée, elle reste à gagner.

w1280-p4x3-2022-11-16T022244Z_543999449_RC2QMX95YN5H_RTRMADP_3_USA-ELECTION-TRUMP.jpg

La position de Trump

Quel rôle joue la position de Donald Trump dans cette confrontation croissante entre l'Occident et l'Islam ? Biden est un mondialiste convaincu, un russophobe enragé et un partisan extrême de l'unipolarité. Cela explique son soutien sans faille au régime néo-nazi de Kiev et sa justification totale d'Israël - y compris un génocide pur et simple. La position de Trump est plus différenciée. C'est un nationaliste classique : pour lui, le plus important, ce sont les intérêts de l'Amérique en tant qu'État, et non des projets éphémères de domination mondiale. En ce qui concerne la Russie, Trump est indifférent, il est plus préoccupé par le commerce et la concurrence économique avec la Chine. Mais en même temps, il est sous l'influence totale du lobby sioniste en Amérique même. Ainsi, dans la guerre imminente de l'Occident contre l'Islam, il ne faut pas s'attendre à un affaiblissement de sa part, ou de la part des Républicains en général. Dans ce contexte, si l'arrivée de Trump peut affaiblir le soutien à l'Ukraine (qui est très important pour la Russie), il poursuivra une politique assez dure à l'égard des musulmans et surtout des Palestiniens - peut-être même plus dure que Biden. Nous devons donc être réalistes et nous attendre à une guerre difficile, sérieuse et prolongée.

Il est important de comprendre qu'il ne s'agit pas d'un conflit religieux. Il s'agit d'une guerre du Dajjal athée et matérialiste contre toutes les religions traditionnelles. Ce qui signifie que l'heure de la bataille finale a probablement sonné.

La probabilité d'une guerre nucléaire

Ce conflit imminent va-t-il dégénérer en guerre nucléaire ? Cela n'est pas à exclure. En particulier l'utilisation d'armes nucléaires tactiques. Il est peu probable que ceux qui disposent d'armes nucléaires stratégiques (la Russie et les pays de l'OTAN) les utilisent. Cela équivaudrait à la destruction de toute l'humanité. Mais comme Israël, le Pakistan et peut-être l'Iran disposent d'armes nucléaires tactiques, un usage localisé n'est pas à exclure.

Point de bifurcation : multipolarité aujourd'hui ou plus tard

Quel sera l'ordre mondial au cours de cette confrontation imminente ? Il n'y a pas de réponse toute faite. La seule chose à exclure avec certitude est l'établissement d'un ordre mondial unipolaire fort et stable, auquel les mondialistes s'accrochent désespérément. Le monde ne sera en aucun cas unipolaire. Il sera multipolaire ou n'existera pas du tout. Plus l'Occident insistera pour maintenir son hégémonie, plus la bataille sera féroce, jusqu'à la troisième guerre mondiale.

Mais la multipolarité ne se formera pas d'elle-même. Le monde islamique est en train de se regrouper de manière significative. Si les musulmans sont capables de s'unir face à un ennemi commun féroce, un pôle islamique à part entière émergera. S'ils échouent, cela retardera l'avènement de la multipolarité.

baniere-abbassides-maqamat-dal-harir-bnf-min.png

Le futur califat de Bagdad

À mon avis, le retour à un califat de Bagdad centré sur l'Irak serait optimal. Toutes les grandes lignes de la civilisation islamique se croisent en Irak - Arabes, sunnites, chiites, soufis, salafis, Kurdes indo-européens et Turcs. C'est dans le califat de Bagdad qu'ont fleuri les sciences, les écoles juridiques, la philosophie et les courants spirituels. Mais ce n'est qu'une hypothèse, même si le monde islamique aura certainement besoin d'une plate-forme commune. Bagdad est un point d'équilibre. Mais pour cela, bien sûr, il faut d'abord que l'Irak soit libéré de la présence américaine.

Il semble que chacun des pôles doive prouver son droit à l'existence par le biais d'un conflit. La Russie deviendra un pôle à part entière et souverain en gagnant en Ukraine. La Chine - en résolvant le problème de Taïwan.

Le monde islamique - en insistant sur une solution juste de la question palestinienne.

Puis viendra le tour de l'Inde, de l'Afrique, qui s'oppose désormais de plus en plus violemment aux forces néocoloniales de l'Occident, et de l'Amérique latine. Tous les pôles du monde multipolaire devront passer leur test.

Nous reviendrons alors en partie à l'ordre mondial précolombien, dans lequel coexistaient, outre l'Europe occidentale, plusieurs empires - chinois, indien, russe, ottoman, iranien - ainsi que des États forts indépendants en Asie du Sud, en Afrique et en Amérique latine. Même l'Océanie avait ses propres systèmes politiques et sociaux, que les colonisateurs et les racistes européens ont par la suite assimilés à la "sauvagerie" et à la "barbarie". La multipolarité est donc tout à fait possible. C'est ainsi que l'humanité était avant le début de la politique impérialiste planétaire de l'Occident à l'ère moderne.

Cela ne signifie pas que la paix s'installera immédiatement dans le monde. Mais un tel ordre mondial multipolaire sera de toute façon beaucoup plus juste et équilibré. Et tous les conflits seront résolus sur la base d'une position commune équilibrée - l'humanité sera à l'abri des excès de racisme tels que ceux de l'Allemagne hitlérienne, de l'Israël moderne ou de l'hégémonie agressive de l'Occident mondialiste.

RIA Novosti Partie 1, 2

jeudi, 09 novembre 2023

La fin de la Pax Americana

9f359576bf0f047231b6ddd373d79462.jpg

La fin de la pax americana

Manuel Monereo

Source: https://geoestrategia.es/noticia/41749/geoestrategia/el-fin-de-la-pax-norteamericana.html

Pour Meir Margalit et le mouvement pacifiste israélien

Netanyahou n'est pas l'État d'Israël ; le Hamas n'est pas le peuple palestinien. Les deux questions sont liées, mais elles ne sont pas identiques. Il est important de comprendre les conflits de manière nuancée et, surtout, de trouver des solutions opérationnelles. L'affrontement entre le secrétaire général de l'ONU et le gouvernement israélien explique beaucoup de choses. Chercher à comprendre les raisons profondes du conflit est une chose, légitimer les actions du mouvement Hamas en est une autre ; pour le gouvernement israélien, toute tentative de placer la question palestinienne au centre du conflit a toujours été synonyme de remise en cause de l'Etat d'Israël et, sans subtilité, d'antisémitisme. Les discours impliquent les actes et les scènes dramatiques auxquelles nous assistons dans la bande de Gaza et, de plus en plus, en Cisjordanie, y sont pour quelque chose.

Pour tenter de comprendre ce qui se passe, il faut partir de trois grandes questions interdépendantes qui font de l'escalade au Moyen-Orient une issue de plus en plus probable :

    - les changements géopolitiques mondiaux et leur impact sur le Moyen-Orient;

    - l'évolution de la société et de la politique en Israël et dans ce qui reste des zones de peuplement du peuple palestinien;

    - le blocage conscient et planifié de toute issue au conflit qui n'impliquerait pas la fin du peuple palestinien en tant que sujet politique.

Ces trois questions sont étroitement liées. Tous les fronts ouverts (Europe/Ukraine ; mer de Chine méridionale/Taïwan ; Sahel/Afrique) menacent d'escalade et indiquent que la confrontation est désormais mondiale. C'est le signe des temps : l'ordre ancien se défend avec tous ses moyens et le nouvel ordre qui émerge le fait dans des antagonismes et des combats de plus en plus durs avec la guerre, la grande, toujours à l'horizon. C'est vieux comme le monde.

La première question concerne la fin de la Pax Americana, c'est-à-dire la crise d'un ordre politique, économique, idéologique et politico-militaire qui avait organisé le monde en fonction des intérêts américains après la désintégration de l'URSS et la dissolution du Pacte de Varsovie. La grande transition géopolitique que nous vivons est perçue par les acteurs du Sud (et le peuple palestinien en fait partie) comme une fenêtre d'opportunité pour tenter de résoudre des problèmes anciens, refoulés et non résolus qui ont entraîné d'énormes souffrances pour les populations. L'État d'Israël n'est pas seulement un allié des États-Unis, c'est un acteur interne de la politique américaine, comme l'ont si bien analysé Mearsheimer et Walt il y a quelques années. Personne ne peut gagner une élection aux États-Unis sans le soutien de cet énorme lobby. De plus, l'alliance entre ce lobby et les chrétiens fondamentalistes du Sud devient de plus en plus décisive dans la politique intérieure américaine. Nous voyons maintenant autre chose : le gouvernement israélien est pour l'Occident collectif une identité, un programme qui permet aux troupes allemandes, françaises ou italiennes d'être prêtes à intervenir pour l'aider, même si elles sont dirigées par le tout-puissant ami américain.

f2de1ece485be421727ddb424ddcc18e.jpg

La deuxième question est toujours cachée : l'évolution politique et sociale de la population israélienne, d'une part, et du peuple palestinien, d'autre part. Celui qui gouverne aujourd'hui l'Etat d'Israël est une force politique de la droite dure en alliance avec l'extrême droite fondamentaliste avec un objectif clair et net : mettre fin à la présence des Palestiniens dans le Grand Israël. En septembre dernier, Netanyahou l'a expliqué avec beaucoup de clarté et d'arrogance à l'Assemblée des Nations unies : Israël réorganise un nouveau Moyen-Orient basé sur la reconnaissance mutuelle entre Juifs et Arabes (la paix d'Abraham), dont le point culminant est l'établissement de relations avec l'Arabie saoudite. Les Palestiniens n'apparaissent pas dans l'équation ni comme un problème, ils n'existent tout simplement pas. Que l'État d'Israël traverse une crise politique majeure ne fait plus aucun doute ; qu'il s'agisse de la plus grave de ses 75 ans d'existence est tout à fait possible. L'avenir démocratique d'Israël est lié, qu'on le veuille ou non, à une solution démocratique du problème palestinien. La dégradation de la vie publique israélienne, l'effondrement de sa société civile et la domination de forces fondamentalistes de plus en plus autoritaires ont beaucoup à voir avec les dilemmes existentiels liés à cette question décisive.

L'autre aspect du problème est lié à la situation dramatique du peuple palestinien. Les conditions économiques, sociales et sanitaires sont bien connues. Gaza, avec plus de deux millions de personnes entassées sur un territoire de 365 kilomètres carrés, dont plus de la moitié ont moins de 16 ans, vit sous un blocus terrestre, maritime et aérien étroitement contrôlé par le gouvernement israélien. C'est un ghetto où les taux de chômage, de pauvreté et de vulnérabilité alimentaire sont très élevés. Soixante-dix pour cent des habitants sont des descendants des réfugiés de 48. La situation en Cisjordanie n'est pas meilleure. L'Autorité nationale palestinienne contrôle à peine un tiers du territoire. La colonisation a rendu impossible toute idée d'autonomie sur le territoire ; les colonies juives dans la région sont passées de 200 000 dans les années 1990 à 700 000 aujourd'hui, dont beaucoup sont armées, comme on le voit ces jours-ci en Cisjordanie.

8bd90e086f35df38f555708b50af3919.jpg

Un jeune de 5 ou 6 ans en 2007 (début du blocus) aurait vécu comme "normalité" un blocus permanent et comme "anormalité" cinq catastrophes majeures résolues manu militari par les forces d'occupation israéliennes. Quel est l'avenir de ces jeunes ? Ont-ils un avenir ? Ce que nous savons, c'est que pour une partie de plus en plus importante de la population palestinienne, l'Autorité nationale ne sert à rien ou presque, elle est perçue comme faible, corrompue et incapable de résoudre les problèmes existentiels de son peuple. Ils n'ont d'autre choix que l'émigration ou la résistance.

Au cours de ces années d'arrogance et de virage encore plus à droite du gouvernement israélien, la culture de l'impunité s'est installée. L'État d'Israël peut faire tout ce qu'il juge bon pour défendre ses intérêts sur son territoire ou à l'étranger. Il a le droit d'intervenir en Syrie, en Iran ou dans tout autre pays où il estime que son espace vital est menacé. Ils ne sont jamais sanctionnés et les accords de l'ONU sont rejetés dans la mesure où ils ne correspondent pas à leurs priorités politiques. Ils ne respectent même pas les accords - comme Oslo - qu'ils ont signés. Leur souveraineté est possible parce qu'ils ont la garantie des États-Unis et d'un Occident qui les considère comme leur mandataire dans une zone stratégique clé.

Pendant des années, le peuple palestinien a manqué d'une alternative viable et possible. Netanyahou et ses alliés d'extrême droite ne laissent aucune issue, ni deux États, ni un seul État laïque et multiculturel. Entre-temps, le monde change rapidement. Le gouvernement israélien n'a pas compris, ou n'a pas voulu comprendre, les changements en cours. Le 1er janvier, l'Égypte, l'Iran, l'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et l'Éthiopie rejoindront les BRICS. Il ne reste plus grand-chose des accords d'Abraham et après cette guerre, il en restera encore moins. L'énorme présence militaire américaine dans la région ne peut cacher ses grandes difficultés. La Chine manœuvre prudemment et tente d'éviter l'escalade. M. Biden avertit l'Iran et le Hezbollah que, s'ils interviennent, ils seront sévèrement réprimés. Cet Iran n'est plus le même qu'avant, il a des alliances stratégiques avec la Russie et la Chine, sa puissance technologique et militaire s'est tellement accrue qu'il se retrouve vainqueur d'un énième des nombreux conflits créés et mal résolus par les États-Unis.

b0434ab18ed427f5afafc42b316d6a2e.jpg

Le 7 octobre marque un avant et un après. L'attaque du Hamas a surpris tout le monde et surtout les tout puissants services secrets israéliens. Netanyahou va tenter de profiter de la situation en cherchant à reconstruire l'unité du peuple juif, à "résoudre" une fois pour toutes le problème palestinien et à régler ses comptes avec l'Iran et ses alliés dans la région. Il ne s'agit pas d'une rumeur. Récemment, un "livre blanc" produit par l'Institut pour la sécurité nationale et la stratégie sioniste, lié au Likoud, a été publié, proposant l'expulsion des Palestiniens de Gaza et leur intégration à l'Égypte. Le plan est très détaillé et reflète des élaborations que les démographes et les stratèges proches du parti de Netanyahou préconisent depuis longtemps.

Nous vivons la tragédie en temps réel. Les voix critiques sont rares et celles qui osent s'exprimer parlent d'une réponse disproportionnée. C'est plus que cela, beaucoup plus que cela. Le gouvernement israélien, ses ministres, parlent ouvertement de vengeance. Les dimensions sont tellement énormes qu'il n'est pas crédible que l'objectif soit d'en finir avec le Hamas. Le président du pays a été on ne peut plus clair : le peuple palestinien, les habitants de Gaza, sont également responsables. Penser que l'unité d'Israël et la paix dans la région peuvent se construire sur l'anéantissement du peuple palestinien, c'est méconnaître l'histoire. D'abord l'histoire des Juifs et surtout ne pas prendre en compte que le vieux monde unipolaire est partout en crise et que le soutien omniprésent des Etats-Unis et de l'Union européenne ne suffira plus.

952421b45e0eecd499693af04062285a.jpg

Les États-Unis, sous la double menace de la fermeture du détroit d'Ormuz par l'Iran et de la dédollarisation par la Chine

Alfredo Jalife-Rahme

Le déploiement ostentatoire de la marine américaine pour protéger Israël constitue une "fuite en avant" classique, car Joe Biden est confronté à deux scénarios simultanés inquiétants : la fermeture du détroit d'Ormuz par l'Iran - face à une attaque d'Israël - et la dédollarisation de la Chine, qui fait partie de l'ambition de l'emblématique sommet des BRICS à Johannesburg.

En attendant l'annonce imminente du chef de la guérilla chiite libanaise Hassan Nasralla, qui décidera d'ouvrir ou non le front nord contre Israël en fonction de l'évolution de l'invasion barbare de Gaza par l'État hébreu, les fronts que le président israélien Benjamin Netanyahou a ouverts, dans ce qui reste de la "vieille Palestine" - que même le magazine mondialiste monarchiste The Economist ne peut cacher - à Gaza et en Cisjordanie par des colons suprémacistes dirigés par le ministre de la sécurité Itamar Ben Gvir et le ministre des finances Bezalel Smotrich, n'ont jusqu'à présent pas déstabilisé le prix du baril de pétrole.

Le prix du pétrole brut pourrait monter en flèche avec l'extension de la guerre d'Israël contre l'Iran, au-delà de ses quatre frontières connues, ainsi qu'avec l'entrée, jusqu'à présent très symbolique, des guérilleros houthis d'Ansarollah au Yémen.

La "guerre régionale" d'Israël, armée de 80 à 400 bombes nucléaires clandestines, contre un Iran dénucléarisé mettrait à feu et à sang les pays du triangle maritime condensé de la Méditerranée orientale, de la mer Rouge et du golfe Persique.

La guerre d'Israël contre l'Iran est l'obsession des néo-conservateurs straussiens des États-Unis et de Netanyahou lui-même.

D'ailleurs, l'administration de Joe Biden est dominée par le quatuor: le conseiller à la sécurité nationale Jake Sullivan, le secrétaire d'État Antony Blinken, la secrétaire d'État adjointe Victoria Nuland et la secrétaire au Trésor Janet Yellen.

Indépendamment du contrôle de l'Iran par la puissante marine américaine sous le prétexte de "protéger" Israël, ce que Washington craint le plus est une flambée du prix du baril de pétrole, qui enterrerait les aspirations de réélection du président Biden par ses effets inflationnistes, dont l'Iran est conscient depuis le début des hostilités à Gaza.

Pour l'heure, l'accumulation de plusieurs incendies aux frontières d'Israël peut se transformer en un "super-incendie" avec l'Iran, susceptible d'embraser le golfe Persique, où la cinquième flotte américaine est basée à Bahreïn et dispose de deux bases aériennes en Arabie saoudite et à Al Udeid au Qatar.

En réalité, Washington dispose d'une pléthore de bases navales, aériennes et terrestres sur la rive occidentale du golfe Persique, qui tiennent en échec la vaste rive orientale de l'Iran.

suissa-biden-iran.jpg

Le risque est la fermeture du détroit super-stratégique d'Ormuz, par lequel transite un cinquième du flux mondial de pétrole, sans parler de la fermeture concomitante du détroit tout aussi super-stratégique de Bab el-Mandeb (Porte des larmes), où la guérilla Ansarollah Houthi du Yémen pourrait s'engager plus efficacement.

La "guerre régionale" de l'axe États-Unis/Israël contre l'Iran ferait grimper le prix du pétrole à environ 250 dollars le baril, selon la Bank of America, et à 157 dollars selon la Banque mondiale.

Dans l'écran de fumée probable de la guerre d'Israël contre le Hamas, alors que le comédien Volodymir Zelensky est sur le point d'être jeté sous le bus dans la phase "post-Ukraine", la guerre de l'axe USA/Israël contre l'Iran et, plus que tout, contre les BRICS (Brésil, Russie, Russie et Yémen) est évoquée, contre les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) et leur dédollarisation, car l'Iran constitue le nœud géoéconomique de la Route de la soie terrestre de la Chine et du Corridor de transport international Nord-Sud avec la Russie et l'Inde.

La guerre de l'axe États-Unis/Israël contre l'Iran est de facto la "guerre mondiale" des États-Unis contre la Russie et la Chine, comme l'a avoué le chef de la minorité républicaine du Sénat, Mitch McConnell, âgé de 81 ans, sans oublier le pugnace sénateur Lindsey Graham.

Pendant ce temps, le guide suprême iranien, l'ayatollah Khamenei, a appelé les 57 pays de l'Organisation de la coopération islamique, qui compte 1,8 milliard d'adeptes (25 % de la population mondiale !), à boycotter les exportations de pétrole et d'autres produits de base à destination d'Israël en raison de ses "atrocités à Gaza".

La dédollarisation, promue par le sommet emblématique des BRICS à Johannesburg, peut être accélérée dans une guerre régionale de l'axe États-Unis/Israël contre l'Iran, plutôt que dans les "guerres limitées" dans l'ancienne Palestine et aux quatre frontières d'Israël, lorsque la "guerre régionale" contre l'Iran pourrait faire exploser la super-bulle du dollar américain, qui se profilait avant l'incendie au Moyen-Orient et qui s'est aggravée dans la phase "post-Ukraine" avec la double inflation causée par les hydrocarbures et les denrées alimentaires, qui a frappé l'Union européenne et les États-Unis.

L'économiste chinois Andy Xie, du SCMP basé à Hong Kong (l'une des principales places financières du monde), prévient que l'escalade de la guerre au Moyen-Orient pourrait être la goutte d'eau qui fait déborder le vase de la bulle du dollar américain, car "à mesure que les prix du pétrole augmentent et que le déficit budgétaire américain se creuse, les taux d'intérêt sur les obligations du Trésor vont augmenter", ce qui est susceptible de "faire éclater les bulles boursières et immobilières aux États-Unis".

Il estime également que "les effets de la guerre et de l'inflation pourraient entraîner les marchés financiers américains dans une chute libre, forçant la Chine à se découpler complètement du dollar, qui s'effondrerait alors".

En résumé : dans un scénario de fermeture des détroits d'Ormuz et de Bab el-Mandeb, l'Iran pourrait faire exploser le prix du baril de pétrole ; et il ne faut pas perdre de vue que la Chine, qui dispose des plus grandes réserves de change et d'or - avec 3,4 trillions de dollars, soit près de cinq fois les réserves américaines, sans compter les réserves de Hong Kong et de Taïwan - pourrait enterrer le dollar et accélérer la dédollarisation en échange de la yuanisation des BRICS.

 

mardi, 07 novembre 2023

Géopolitique du transport maritime. Une clé pour comprendre le monde

0ffe8d84cf2c6e96efb524a4ecdf54d6.jpg

Géopolitique du transport maritime. Une clé pour comprendre le monde

par Nicola Silenti

Source: https://www.destra.it/home/geopolitica-dei-trasporti-marittimi-una-chiave-per-comprendere-il-mondo/

La mer est la clé de tout. Pour bien comprendre les grands changements dans les rapports de force entre les nations, déterminer le poids des continents et deviner la direction que prend le monde, il faut s'intéresser au trafic de marchandises conteneurisées et aux routes maritimes sur lesquelles circulent les marchandises. D'où elles partent et où elles arrivent, les pôles stratégiques et ceux en déclin, mais aussi les zones "à risque", soumises à des actions militaires ou de piraterie, où les flux mondiaux de marchandises peuvent se ralentir, voire s'arrêter.

L'élément déterminant pour la rédaction de toute analyse sérieuse sur le sujet est une véritable connaissance des routes, mais surtout l'expérience, qui est souvent plus précise et exhaustive que n'importe quelle étude statistique ou n'importe quelle science économique. Une expérience qui est l'héritage de l'histoire personnelle et professionnelle de ceux qui, comme l'auteur, ont navigué sur les mers "chaudes" de la planète depuis les années 60, témoins privilégiés de bouleversements d'époques, d'ascension et de chute d'empires et de révolutions technologiques jusqu'alors inconcevables et impensables. Des années où les "zones à risques" maritimes n'existaient pas encore, mais où elles figuraient en toutes lettres sur les cartes des navigateurs internationaux, conscients des pièges et des risques qui, telles les sirènes d'Ulysse, se cachaient dans ces passages obligés. Des détroits, des routes et des points nodaux à haut risque qui, dans le contexte historique international actuel, sont en quelque sorte les pierres angulaires de la géopolitique de la mer: un mot, "géopolitique", qui est resté inconnu de l'univers maritime au moins jusqu'aux années 70, malgré la brève et clairvoyante parenthèse que cette discipline a connue en Italie de 1939 à 1942 avec la revue de Giuseppe Bottai (photo) Rassegna mensile di geografia politica, economica, sociale e coloniale.

Bottai_37.jpg

geopolitica-copertina.png

1654086889540.jpg

Comme l'a récemment souligné une étude de Jérôme de Ricqlès, expert du marché maritime, pour cartographier de manière fiable les points chauds des routes maritimes de la planète et établir une carte des risques, il faut partir de la jonction des détroits des Dardanelles et du Bosphore et de la mer Noire, fortement touchée par la guerre russo-ukrainienne avec son corollaire tragique d'attaques de missiles et de bombardements sur les ports d'Odessa et de Sébastopol et le risque pressant d'une escalade à l'issue imprévisible. Une alerte rouge similaire est attribuée par de Ricqlès à la zone du Golfe de Guinée, affectée depuis un certain temps par une série ininterrompue d'attaques de pirates sur les côtes et dans les eaux internationales, et à la partie de l'Extrême-Orient située entre l'île de Taïwan et la mer de Chine, prisonnière depuis des décennies du différend non résolu sur la souveraineté de l'île et des innombrables implications géopolitiques qui couvent sous une cendre qui devient chaque jour plus incandescente.

Autre carrefour à fort coefficient de dangerosité, le golfe d'Aden, passage obligé entre la mer Rouge et le canal de Suez, est une zone de grande instabilité prise dans l'étau des conflits au Yémen et en Somalie, cette dernière étant l'épicentre mondial de la piraterie. Le changement climatique menace la navigation dans les océans Atlantique et Pacifique en hiver, tandis que le canal de Suez reste un carrefour risqué pour les grands porte-conteneurs, qui sont toujours exposés au danger trop fréquent des collisions. Ces risques sont similaires à ceux qui affectent le détroit de Malacca, passage obligé pour les porte-conteneurs voyageant entre l'Est et l'Ouest via Singapour : un transit qui équivaut à plus d'un tiers du trafic mondial de marchandises et qui, pour cette même raison, est de plus en plus affecté par des accidents dus à des collisions et à des épisodes croissants de piraterie. En Europe, la zone du Solent devant le port anglais de Southampton, exposée à des vents forts et à des courants dangereux qui réduisent la manœuvrabilité des navires transportant des conteneurs, est une zone avec un coefficient de risque plus faible, mais toujours sous la loupe.

Dernier en termes d'indice de danger mais certainement loin d'être secondaire sur les routes du trafic mondial, le canal de Panama, sujet à des accidents graves sporadiques mais affecté depuis l'été de cette année par le phénomène de la sécheresse, qui a réduit le transit des navires et pourrait se poursuivre pendant au moins une autre année civile. Les aléas d'un climat qui est souvent le véritable moteur de l'histoire, une histoire qui n'est pas toujours le produit exclusif de nos choix humains.

lundi, 06 novembre 2023

La guerre du gaz: de la Baltique au Sinaï, la zone de crise s'étend. Analyse

GL5YI7BYDVDUFLYSLKQGLR4UYY.jpg

La guerre du gaz: de la Baltique au Sinaï, la zone de crise s'étend. Analyse

Giuseppe Masala

Source: https://geoestrategia.es/noticia/41713/geoestrategia/la-guerra-del-gas:-del-baltico-al-sinai-se-amplia-la-zona-de-crisis.-analisis.html

De nos jours, nous assistons rarement à des guerres d'anéantissement, c'est-à-dire des guerres dans lesquelles les belligérants visent à la destruction complète et à la capitulation du pays adverse. Naturellement, cela s'applique surtout aux grandes puissances dotées d'armes technologiquement avancées et de capacités de destruction souvent dévastatrices.

En général, lorsque des conflits opposent ces dernières, on assiste à des guerres dites par procuration, c'est-à-dire des guerres dans lesquelles un pays fantoche sacrifie son propre territoire, et souvent aussi sa propre population, pour attaquer la puissance adverse de son propre Dominus ou un autre pays fantoche allié à son tour à l'adversaire de son propre Dominus. Je pense que la référence à cette situation est assez facile : l'Ukraine de Porochenko était un pays fantoche allié à l'OTAN et aux Américains luttant contre les républiques sécessionnistes de Donetsk et de Lougansk alliées à la Fédération de Russie, tandis que l'Ukraine de Zelensky, toujours un pays fantoche des États-Unis et de l'OTAN, lutte directement contre la Fédération de Russie.

Lorsque deux puissances du niveau de la Russie et des États-Unis s'affrontent, il est très difficile de parvenir à un affrontement direct, car la logique est précisément celle de la proxy war, la "guerre par procuration" entre pays vassaux prêts à se sacrifier.

Mais même les objectifs des conflits ne consistent plus - comme par le passé - en l'anéantissement de l'adversaire ou en sa capitulation complète. Aujourd'hui, les objectifs des conflits armés sont plus nuancés et comportent généralement - pour l'une ou l'autre des parties - toute une série d'objectifs intermédiaires possibles qui peuvent être atteints soit directement au cours des opérations militaires, soit plus tard, lors des inévitables négociations de paix qui suivront.

Dans l'immense guerre d'usure entre la Russie (et la Chine), d'une part, et les Etats-Unis et leurs vassaux, d'autre part, cette discussion sur l'éventail des objectifs à atteindre (en tout ou en partie) est certainement tout à fait valable. Si l'objectif principal des Etats-Unis est - à mon avis - de générer un immense arc de crise autour des frontières de la Russie et aussi au Moyen-Orient (où la Russie a des intérêts vitaux) afin de l'affaiblir au point de provoquer l'effondrement du régime de Poutine, il y a aussi d'autres objectifs intermédiaires à atteindre : par exemple, l'explosion totale du Moyen-Orient pourrait conduire à la réalisation de l'objectif américain d'infliger une défaite à la Russie en Syrie avec la perte de la base navale clé de Tartous qui permet à Moscou de patrouiller en Méditerranée malgré la fermeture du Bosphore en raison de la guerre en Ukraine et de la mer Noire, ou la guerre entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan pourrait conduire à l'objectif de chasser la Russie du Caucase du Sud, peut-être même en parvenant à raviver les pulsions sécessionnistes dans les républiques russes du Daghestan et de la Tchétchénie. Ou encore, les tensions qui couvent entre la Serbie et le Kosovo et qui pourraient potentiellement conduire à l'érosion et à la chute de l'actuel gouvernement pro-russe de Belgrade en faveur d'un gouvernement pro-occidental. Dans ce contexte d'objectifs partiels - qui rime aussi étroitement avec la "guerre mondiale progressive" de Bergoglio - la guerre du gaz joue certainement un rôle de premier plan.

Comme je l'ai dit à maintes reprises, l'une des questions fondamentales pour comprendre cette énorme crise, qui couve depuis les années 2010, est de comprendre le mécanisme économique qui, depuis le début du siècle, a donné à l'Allemagne une énorme compétitivité sur les marchés mondiaux et a vaincu ses concurrents (y compris les Américains) : d'une part, le mécanisme prévoyait une politique économique européenne centrée sur la déflation salariale la plus étouffante et, d'autre part, le dumping énergétique permettait à l'Allemagne de produire à des coûts énergétiques très bas grâce aux Russes qui, pour l'essentiel, cédaient leur gaz à Merkel (qui, en retour, laissait entrevoir la possibilité d'une entrée de la Russie dans l'élite des pays occidentaux).

karte-nordstream.jpeg

La pierre angulaire de cette politique énergétique européenne et allemande était, bien sûr, le gazoduc North Stream, qui reliait la Russie à l'Allemagne, pompant le gaz nécessaire à l'énorme appareil productif allemand sans passer par des pays russophobes et pro-américains tels que la Pologne et l'Ukraine. Comme vous le savez, cette infrastructure critique a été détruite par une série d'explosions malveillantes survenues le 26 septembre 2022, alors que la guerre en Ukraine venait d'éclater. Un événement sans précédent en temps de paix.

Si l'analyse des faits devait se concentrer sur le qui prodest, c'est-à-dire sur qui profite de l'explosion de North Stream, la réponse est simple: l'Ukraine porte un coup dur à la Russie, propriétaire du gazoduc, la Pologne retrouve son rôle central dans la gestion des flux énergétiques vers l'Europe en provenance de la Russie et, surtout, les États-Unis qui voient le cordon ombilical entre l'énergie russe à bas prix et l'appareil productif allemand définitivement rompu.

Bien sûr, il n'y a pas de preuve certaine que ce sont ces pays qui ont détruit le North Stream mais, à moins de vouloir croire à un harakiri russe qui détruit l'un de ses atouts fondamentaux, il faut au moins envisager l'hypothèse que ceux qui ont mené l'attaque étaient peut-être les États-Unis ou des marionnettes engagées à leur service. Le journaliste d'investigation américain (et lauréat du prix Pulitzer) Seymour Hersh a fait sienne cette hypothèse en citant des sources directes américaines et étrangères.

Quoi qu'il en soit, on peut toujours affirmer qu'une guerre totale est menée dans le Grand Nord à propos des gazoducs. Une guerre qui ne semble pas avoir pris fin avec l'explosion du North Stream. En effet, il y a quelques semaines, une fuite de gaz s'est produite dans le petit gazoduc - le Balticconnector - qui relie la Finlande et l'Estonie. Il n'a pas fallu longtemps pour que des soupçons de sabotage se fassent jour ; les rumeurs se sont intensifiées au cours des dernières semaines. En effet, le Bureau national d'enquête finlandais (NBI) a déclaré que l'enquête sur les dommages subis par le gazoduc Balticconnector a révélé que le navire New Polar Bear, battant pavillon de Hong Kong, se trouvait au moment et sur le lieu de l'incident.

2106131hdabdt24.png

Aux déclarations déjà explosives du NBI finlandais s'ajoutent celles des enquêteurs estoniens qui, en plus de l'incroyable hypothèse du "sabotage chinois", n'ont pas oublié de suivre l'exemple du Kremlin en signalant que le navire russe Sevmorput se trouvait dans la même zone lors de l'accident. Mon Dieu, les enquêteurs estoniens impliqués dans l'enquête ont cependant admis qu'ils ne pouvaient pas affirmer avec certitude que ces navires étaient impliqués dans le prétendu sabotage de l'oléoduc. Mais cela a suffi au président letton Edgars Rinkivics pour faire une déclaration grandiloquente selon laquelle l'OTAN fermerait la mer Baltique si l'implication de la Russie dans l'attaque de l'oléoduc Balticconnector était prouvée.

Une déclaration explosive du président letton qui aggrave l'état de tension déjà élevé entre l'OTAN et la Russie. Pour en comprendre la gravité, il suffit de rappeler qu'un blocus naval équivaut, en droit international, à un acte de guerre ; et il ne fait aucun doute que c'est ainsi qu'il sera considéré par la Russie, qui n'acceptera jamais de voir son accès à la mer Baltique bloqué, notamment parce qu'une telle éventualité reviendrait à transformer l'enclave russe de Kaliningrad - située entre la Pologne et la Lituanie - en une nouvelle bande de Gaza en plein centre de l'Europe.

Cependant, au-delà des déclarations du président letton que nous prévoyons disproportionnées (voire carrément insensées), une première étape officielle doit être franchie après les déclarations de Balticonnector. La Russie s'est retirée de l'accord de coopération transfrontalière avec la Finlande.

L'arc de la crise s'élargit et s'étend désormais du Sinaï à la mer Baltique.

* est diplômé en économie et s'est spécialisé dans la "finance éthique". Il se déclare cyber-marxiste mais, comme Leonardo Sciascia, pense qu'"il n'y a pas d'échappatoire à Dieu, ce n'est pas possible. L'exode de Dieu est une marche vers Dieu".

FzyYRKvXwAIFUde.jpg

Israël, Gaza et la guerre économique mondiale

Emiliano Brancaccio*

Commentant l'extension des fronts de guerre au Moyen-Orient, le président de la République Sergio Mattarella a déclaré : "Le monde est devenu pire, non pas à cause d'un virus, mais à cause d'un comportement humain malheureux". C'est vrai, mais ce n'est pas suffisant. Le problème, ajoutons-nous, est de comprendre quels sont les grands mécanismes qui induisent les comportements humains à inaugurer un nouvel âge malheureux de fer et de feu.

On ne peut pas dire que les commentateurs traditionnels aident à percer un tel mystère. Plutôt que d'essayer de comprendre les faits, les "géopoliticiens" du courant dominant semblent se livrer à un travail de persuasion douteux, qui consiste à susciter des émotions et des réflexions à partir d'un moment arbitrairement choisi. Ils nous incitent à nous horrifier et à prendre position, par exemple, uniquement sur la base des violences du Hamas le 7 octobre 2023, tout en nous suggérant d'éteindre nos sens et nos cerveaux sur la transformation par Israël de Gaza en prison à ciel ouvert, ou sur d'autres crimes et méfaits commis par les différents acteurs impliqués et antérieurs à cette date. De plus, comme si l'arbitraire du cadre temporel ne suffisait pas, ils nous proposent d'examiner les conflits militaires comme s'ils étaient une simple conséquence de tensions religieuses, ethniques, civiles et idéalistes. Ils n'apprécient guère l'issue violente des conflits économiques.

La guerre de Gaza place les intérêts économiques au centre de ses préoccupations

Disons les choses telles qu'elles sont. Si l'objectif est de comprendre la dure réalité qui nous entoure, la contribution de ces analystes est inutile.

Pour découvrir les éléments déclencheurs de la dynamique actuelle de la guerre, une méthode un peu plus robuste, inspirée de certaines contributions récentes de la recherche "historico-matérialiste", peut s'avérer utile. Cette méthode ne néglige pas les déterminants religieux, culturels ou idéels des conflits, mais les subordonne à un mécanisme historique plus général et plus puissant, qui place au centre de l'enquête les facteurs matériels et les intérêts économiques qui alimentent les vents de la guerre. En substance, l'argent sert à déchiffrer le mouvement des comportements humains malheureux.

Récemment, cette méthodologie a été appliquée au conflit en Ukraine, dans l'un de nos livres [1], puis dans un appel intitulé "Les conditions économiques de la paix" que nous avons publié dans le Financial Times et Le Monde, ainsi que dans ces mêmes pages [2].

Ces contributions ont été largement saluées par les membres de l'Accademia dei Lincei et d'autres, mais aussi critiquées par certains détracteurs. Parmi eux, certains affirment que notre méthode de recherche n'est pas utile pour expliquer les conflits "non économiques", tels que le conflit israélo-palestinien. En effet, il ne devrait pas être difficile d'identifier un élément "économique" dans un conflit entre deux peuples caractérisés par des taux de croissance démographique élevés et destinés à se disputer une part dérisoire du monde. Mais il ne s'agit pas seulement d'une question de pressions démographiques. Comme je l'ai soutenu à l'Institut Gramsci avant même la nouvelle explosion de violence, le conflit israélo-palestinien non résolu, dont le point de friction maximal se situe à Gaza, est un facteur majeur des énormes contradictions, de nature économique, qui alimentent les tensions militaires mondiales. Voyons pourquoi.

Quel est le rapport entre la crise hégémonique de l'économie américaine et Gaza ?

Le point de départ de notre interprétation est le fait, reconnu par les diplomaties occidentales elles-mêmes, d'une crise hégémonique de l'économie américaine. Le capitalisme américain conserve le leadership mondial en matière de technologie et de productivité. Cependant, de l'ère fastueuse du libre-échange mondial, les États-Unis héritent d'un fardeau important de problèmes, de compétitivité et de déséquilibres connexes. Bien que caractérisée par une croissance plus faible que celle de la Chine et d'autres grands pays émergents, l'économie américaine présente un excès permanent d'importations par rapport aux exportations et, par conséquent, un lourd déficit net vis-à-vis des pays étrangers, qui a atteint le chiffre record de 18.000 milliards de dollars.

carte_1-3gaz_png.jpg

Si le dollar reste prééminent dans l'ordre monétaire, ce déséquilibre est de plus en plus difficile à gérer. Il n'est pas sans rapport, entre autres, avec les difficultés actuelles de financement des campagnes militaires dans le monde. Si, à l'époque glorieuse du mondialisme, les États-Unis développaient presque de concert la dette et les milices à l'étranger, aujourd'hui, ce glorieux circuit "militaro-monétaire" traverse indubitablement une crise. Le géant américain se trouve donc au milieu d'une transition historique difficile, s'adaptant au nouveau scénario mondial moins facile.

Les raisons du virage protectionniste de Washington

Signe essentiel de cette transition historique américaine, un tournant colossal s'est opéré dans la politique économique internationale. Prenant acte des problèmes de compétitivité et de dette extérieure apparus durant la phase mondialiste, les États-Unis ont dû agir de manière dialectique, c'est-à-dire qu'ils ont abandonné l'ancienne ligne d'ouverture au libre-échange mondial et l'ont démolie, en inaugurant une stratégie de levée des barrières commerciales et financières protectionnistes, qu'ils appellent "friend shoring" (renforcement de l'amitié).

En pratique, avec des critères économiques sélectifs, très différents de ceux du passé, les Américains tentent de diviser le monde en deux listes : d'une part, les "amis" et les partenaires occidentaux avec lesquels il faut faire des affaires et, d'autre part, les "ennemis" dont il faut se tenir à l'écart. Parmi les "ennemis", les patrons du pouvoir américain comptent les pays exportateurs qui ont accumulé des crédits envers les Etats-Unis et qui pourraient à tout moment utiliser leurs actifs pour acquérir des entreprises américaines : la Chine en premier lieu, mais aussi plusieurs autres détenteurs de la dette américaine situés à l'Est et même, dans une faible mesure, la Russie. En bref, Washington doit éviter le risque d'une "centralisation du capital" entre les mains de l'Est. Le virage protectionniste des États-Unis sert en fin de compte cet objectif.

Le tournant de la guerre en Ukraine et la question énergétique

On comprend aisément que la Chine, la Russie et les autres créanciers de l'Est n'apprécient pas ce changement de cartes sur la table. Leur thèse est que les Etats-Unis ne sont plus en mesure de modifier l'ordre économique mondial à leur guise en fonction des convenances de la phase historique. Ce n'est pas un hasard si plusieurs ténors de la diplomatie internationale ont vu dans la guerre en Ukraine une étape importante, permettant également de vérifier la stabilité du nouvel ordre protectionniste décidé unilatéralement par les Américains.

Mais ce virage protectionniste présente également une difficulté intrinsèque. Le problème est que, dans le plan américain de division de la planète en blocs économiques, la question de l'énergie est encore plus épineuse qu'à l'époque de la mondialisation. En effet, le bloc occidental dirigé par les États-Unis est en grande partie une économie qui importe de l'énergie et des matières premières pour ensuite les transformer.

Certes, grâce aux nouvelles technologies d'extraction, les Américains ont amélioré leur balance commerciale énergétique. Il est également vrai que la "transition écologique" réduit lentement la dépendance de l'Occident à l'égard des grands exportateurs de combustibles fossiles. Mais globalement, le bloc dit "ami" aura encore longtemps besoin d'énergie et de matières premières en provenance de l'étranger.

F5H6JKyXoAELPPf.jpg

Trump, Biden, les accords d'Abraham et l'impact sur Gaza

Et c'est là que nous en arrivons aux tensions actuelles au Moyen-Orient. Le virage protectionniste des États-Unis est à l'origine des tristement célèbres "accords d'Abraham" de 2020 et des traités connexes. Signés par Trump mais aussi poussés par Biden, ces accords visent à "normaliser" les relations d'Israël avec les principaux producteurs d'énergie arabes et, plus généralement, avec les pays à majorité musulmane riches en ressources naturelles. L'objectif est clair : faciliter le repositionnement de ces pays dans le bloc économique occidental énergivore. Il s'agit là d'une pièce décisive pour compléter la grande mosaïque du "friend propping" américain.

La diplomatie internationale a cependant toujours admis que cette pièce présentait plusieurs faiblesses. La première est que les accords abrahamiques avec Bahreïn et les Émirats arabes unis, et à l'avenir avec l'Arabie saoudite, ainsi que les traités annexes avec le Maroc, le Soudan et d'autres pays, laissent la question de la Palestine et de la bande de Gaza complètement en suspens. À tel point que la diplomatie américaine a dû se livrer à un exercice rhétorique audacieux, affirmant que le processus de "normalisation des relations avec Israël ne représente pas un substitut à la paix entre Israéliens et Palestiniens". Un argument embarrassant par sa vacuité.

La question palestinienne sape le projet américain

Au fond, dans les négociations pour la "normalisation" des relations entre Israël et les producteurs d'énergie arabes, ceux qui ont agi pour que la question palestinienne ne soit pas résolue ont eu un impact plus ou moins conscient et beaucoup plus profond, ébranlant même le projet américain de division de l'économie mondiale en blocs. Ce n'est qu'en tenant compte de ce point de fragilité systémique de "l'accompagnement des amis" qu'il est possible de comprendre le sens et les implications globales de l'agression du Hamas sur le territoire israélien, du déclenchement de la réaction militaire de Tel-Aviv et des conséquences menaçantes non seulement à Gaza, mais dans l'ensemble du Moyen-Orient.

Gaza, la Chine et l'idée qu'il n'est pas viable de soutenir des amis

La position adoptée par le principal homologue sur la scène mondiale est révélatrice à cet égard. Le gouvernement chinois a fait valoir que la reprise des affrontements entre Israël et Gaza constituait une indication claire de l'instabilité non seulement des accords d'Abraham, mais aussi de l'IMEEC, le corridor Inde-Moyen-Orient-Europe que les Américains parrainent en tant que route commerciale opposée à la nouvelle route de la soie de la Chine.

Bref, pour Pékin, les tentatives américaines de diviser le monde en deux sont précaires. Le retour de la question palestinienne sur le devant de la scène est une preuve supplémentaire que le projet protectionniste américain de "soutien aux amis" n'est pas viable.

Les conditions ne sont pas encore réunies pour vérifier si la thèse chinoise de l'insoutenabilité du "crony propping" est destinée à être confirmée. Toutefois, un fait émerge des faits : le virage américain vers cette forme de protectionnisme unilatéral est actuellement le principal facteur de déclenchement d'un comportement humain malheureux vers la guerre. C'est la principale cause matérielle de la détérioration du monde.

La paix, le capitalisme éclairé et le rôle de l'Europe

L'appel à des "conditions économiques pour la paix" indique un moyen d'apaiser les tensions militaires internationales. La condition préalable est que les Américains abandonnent leur stratégie de division de l'économie mondiale en blocs "amis" et "ennemis". Quant aux Chinois, ils devraient accepter un plan visant à réguler, politiquement et non en fonction du marché, l'énorme crédit qu'ils ont accumulé envers les États-Unis.

Pour qu'une solution de "capitalisme éclairé" ait une chance de succès, l'Europe pourrait jouer un rôle important. Après tout, la même position extérieure active offre à l'UE des opportunités politiques que les Américains n'ont pas. Mais l'idée de l'Europe comme "agent de paix", évoquée par Romano Prodi lors d'un débat avec moi il y a quelques années, semble dépassée par la réalité des institutions européennes subordonnées au protectionnisme agressif des États-Unis [3]. [La leçon à tirer des affrontements qui se déroulent dans la bande de Gaza, mais aussi en Cisjordanie et à la frontière israélo-libanaise, devrait pourtant être claire. En l'absence de "conditions économiques pour la paix", les contradictions capitalistes internationales nous poussent dans les ténèbres de la guerre totale.

*économiste à l'université de Sannio, promoteur de l'appel international "Conditions économiques pour la paix" publié dans le Financial Times, Le Monde et Econopoly.

NOTES

[1] Brancaccio, E., Giammetti, R., Lucarelli, S. (2022). La guerre capitaliste. Compétition, centralisation, nouveau conflit impérialiste. Mimesis, Milan.

[2] Brancaccio, E., Skidelsky, R., et al. (2023). The economic conditions for peace : the economic conditions that make wars more likely, Financial Times, 17 février (traduit. Les conditions économiques de la paix, Le Monde, 12 mars).

[3] Brancaccio, E., Prodi, R. (2017). Horizons européens. Dialogue entre Romano Prodi et Emiliano Brancaccio sur l'histoire et l'avenir de l'UE. Micromega, n. 5 (réimprimé dans : Brancaccio, E., Ce ne sera pas un déjeuner de gala, Meltemi, Milan, 2020).