Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 19 avril 2022

Unipolarité, bipolarité, multipolarité et la guerre d'Ukraine

Alba_aliothshutterstock_1100068391-807x455-c.jpg

Unipolarité, bipolarité, multipolarité et la guerre d'Ukraine

Vers une multipolarité de plus en plus complexe: scénario pour l'avenir

Enric Ravello Barber

Source: https://www.enricravellobarber.eu/2022/04/unipolaridad-bipolaridad-multipolaridad.html#.Yl5zFNPP2Uk

Derrière la prétendue fin de l'histoire proclamée par le publiciste du Pentagone Francis Fukuyama, se cachait une aberration philosophique : sortir l'homme de son habitat, celui de l'Histoire, entendue comme son "faire-dans-le-monde", et ouvrir la porte au post-humanisme qui nous apparaît déjà aujourd'hui comme une réalité de fait. Cette entorse à l'histoire a signifié la mise en œuvre urbi et orbi de ce que les occupants successifs de la Maison Blanche, sans la moindre dissimulation, ont appelé le Nouvel Ordre Mondial - nous insistons sur le mot "Monde" - : c'est-à-dire l'unification du monde sous la direction des Etats-Unis, ou, en d'autres termes, un monde unipolaire, c'est-à-dire avec un seul centre de pouvoir : Washington.

Les erreurs stratégiques des administrations américaines successives, toujours sous inspiration néo-con unipolaire, ont donné à la Russie le temps nécessaire pour se reconstruire en tant que puissance militaire et la Chine a émergé comme une puissance mondiale de premier ordre, non seulement en tant que puissance militaire mais aussi en tant que puissance globale (économique, stratégique, industrielle, technologique et diplomatique).

La Chine est devenue le principal acteur de la deuxième vague de mondialisation. Ce n'était qu'une contradiction apparente pour une puissance communiste de prôner la réduction de tous les obstacles au commerce mondial, puisque la vente de ses produits manufacturés sur les marchés mondiaux était la principale cause de sa croissance en tant que puissance.

L'essor de la Chine annonce en quelque sorte la fin du rêve unipolaire des Etats-Unis et montre une nouvelle réalité bipolaire. Quelques décennies après la chute de l'URSS, le monde vit à nouveau la lutte pour l'hégémonie planétaire entre deux puissances: les États-Unis et la Chine.

La Russie, devenue le troisième acteur mondial, propose un pas en avant, une nouvelle correction au Nouvel Ordre Mondial de Washington: le monde multipolaire. La Russie constituerait un troisième pôle géopolitique, une situation qui se conjuguerait également avec l'émergence de puissances régionales qui fragmenteraient davantage le plan de domination mondiale de la Maison Blanche: la Turquie, l'Iran et l'Inde joueraient ce rôle.

Dans cette réalité, l'Europe, le non-sujet géopolitique par excellence, pourrait cependant jouer un rôle décisif - comme l'ont constaté certains de ses dirigeants. Dans ce contexte multipolaire, l'Europe devrait s'émanciper de sa soumission aux États-Unis et devenir un autre centre de pouvoir, capable d'agir sur la scène internationale selon ses propres dynamiques et intérêts, de plus en plus opposés et divergents de ceux de la métropole colonisatrice Stars and Stripes. Et pour cela, l'une des conditions nécessaires - de la culture à l'énergie - serait une synergie entre l'Europe et la Russie, qui renforcerait le rôle de ces deux réalités et, partant, remettrait en question et diminuerait celui des États-Unis.

Aujourd'hui, tous ces scénarios sont en jeu dans la guerre d'Ukraine. Les États-Unis, qui provoquent depuis des années des situations inacceptables pour Moscou, voient dans cette guerre la possibilité ultime de couper le rapprochement et la collaboration croissante entre la Russie et l'Allemagne - dont le gaz est l'un des éléments clés - et de détruire ainsi l'option de ce troisième pôle et la construction d'un monde multipolaire: son premier objectif est d'isoler Moscou de ses partenaires géopolitiques potentiels, le second est de détruire la Russie en tant que puissance et de réduire encore l'UE au statut de colonie. C'est pourquoi elle est aujourd'hui la principale intéressée à prolonger la guerre en Ukraine, afin que Washington regagne du terrain dans une logique unipolaire. La Chine joue une fois de plus son grand atout diplomatique, la patience, l'objectif est aussi un affaiblissement progressif de la Russie et son éloignement de l'Europe, une Russie faible et isolée dépendrait de plus en plus de sa relation avec Pékin, ce qui ferait de la Chine à nouveau la seule puissance disputant la domination du monde aux Etats-Unis (logique bipolaire). Une Russie renforcée, confortée dans son prestige diplomatique et militaire, renforcerait la logique multipolaire, une logique que certains dirigeants européens tentent de soutenir dans le peu de marge de manœuvre dont ils disposent ; le refus d'inclure le gaz et l'énergie dans les sanctions contre la Russie est la preuve de cette réalité.

En bref, l'issue finale de la guerre en Ukraine marquera le scénario mondial des prochaines décennies, et surtout pour les Européens. Deux options s'offrent à eux : soit la non-existence géopolitique et la soumission absolue à l'atlantisme américain, soit l'émancipation géopolitique et l'articulation en tant qu'acteur international dans une réalité multipolaire, et nous le répétons, cette dernière pour une synergie - et non une soumission - avec une Russie puissante et antagoniste à l'unipolarisme de Washington et au bipolarisme de Pékin.

lundi, 18 avril 2022

La mémoire sélective de Robert Kagan

kagan.jpg

La mémoire sélective de Robert Kagan

Andrew Bacevich

Source: https://katehon.com/ru/article/izbiratelnaya-pamyat-roberta-kagana

Selon un journaliste de Foreign Affairs, la Russie est entrée en Ukraine parce que les Etats-Unis ne sont pas suffisamment impliqués dans les conflits mondiaux.

Récemment, dans les pages de Foreign Affairs, l'infatigable Robert Kagan a fait un autre plaidoyer enflammé au nom de l'empire. En véritable Américain, Kagan évite bien sûr d'utiliser le mot "I(mperium)", qui est offensant. Il préfère le terme "hégémonie", qui, explique-t-il, est doux et n'implique ni domination ni exploitation, mais une soumission volontaire - "une condition plutôt qu'un objectif". En grattant la surface, cependant, vous verrez que The Price of Hegemony offre une variation sur le thème standard de Kagan : l'impératif de la domination mondiale militarisée des États-Unis, quel qu'en soit le prix et sans trop se soucier de qui paie.

Peu de gens accuseraient Kagan d'être un penseur profond ou original. En tant qu'écrivain, il est moins un philosophe qu'un pamphlétaire, bien qu'il ait un véritable don pour formuler ses pensées. Considérez, par exemple, sa célèbre déclaration selon laquelle "les Américains viennent de Mars et les Européens de Vénus". Cette phrase "les guerriers contre les faibles", autrefois considérée comme exprimant la vérité du fond de la pensée de Lippmann, a depuis perdu beaucoup de son attrait persuasif, notamment parce que les guerriers, également connus sous le nom de "troupes", ne se sont pas particulièrement bien débrouillés lorsqu'ils ont été envoyés pour libérer, soumettre ou renverser qui que ce soit.

51BsitC7wEL.jpg

Ainsi, Kagan est susceptible de partager le sort non seulement de Walter Lippmann, mais aussi de Scotty Reston ou de Joe Olsop, autrefois éminents chroniqueurs de Washington, aujourd'hui complètement oubliés. Bien sûr, le même sort attend toute la foule de commentateurs (y compris l'auteur de ces lignes) qui fulminent sur le rôle de l'Amérique dans le monde, croyant à tort que des responsables de haut rang à la Maison Blanche, à Foggy Bottom ou au Pentagone leur demandent conseil. Ils le font rarement.

Néanmoins, Kagan se distingue des autres sur un point : sa capacité à combiner cohérence et flexibilité est inégalée. Il est lui-même tout à fait agile. Quoi qu'il arrive dans le monde réel, il est prêt à expliquer comment les événements confirment le caractère indispensable d'un leadership américain affirmé. À Washington (et dans les pages de Foreign Affairs), cela est toujours bienvenu.

51CBD2RGK4L.jpg

Cette dextérité se manifeste de manière éclatante dans son dernier essai, dont le sous-titre pose la question suivante : "L'Amérique peut-elle apprendre à utiliser sa puissance?". Kagan arrive à sa propre réponse - les États-Unis non seulement peuvent apprendre, mais ils doivent le faire - même s'il ignore complètement ce qu'ils ont finalement obtenu avec le vigoureux déploiement de la puissance américaine au cours des deux dernières décennies et à quel prix.

Ainsi, son essai contient diverses références sinistres au mauvais comportement de la Russie, ainsi que des allusions à quelques actions indésirables de la Chine. Peut-être inévitablement, Kagan jette aussi quelques allusions tout aussi sinistres à l'Allemagne et au Japon à l'approche de la Seconde Guerre mondiale, la source d'enseignement historique faisant autorité dans les cercles de Washington. Cependant, il est silencieux sur les guerres américaines en Afghanistan et en Irak après le 11 septembre. Ils n'ont pas reçu la moindre mention - aucune, zéro.

Selon Kagan, la guerre russo-ukrainienne en cours s'est produite au moins en partie à cause de la passivité américaine. Les administrations américaines successives depuis la fin de la guerre froide ont refusé de faire leur travail. En termes simples, ils n'ont fait aucun effort pour garder la Russie sous contrôle. Alors qu'il serait "obscène de blâmer les États-Unis pour l'attaque inhumaine de Poutine contre l'Ukraine", écrit Kagan, "insister sur le fait que l'invasion n'était absolument pas provoquée est trompeur". Les États-Unis "ont mal joué la carte de la puissance". Ce faisant, ils ont donné à Vladimir Poutine une raison de penser qu'il pouvait s'en tirer avec une agression. Ainsi, Washington, comme si elle était restée les bras croisés pendant les deux premières décennies de ce siècle, a provoqué Moscou.

"En gérant l'influence des États-Unis de manière plus cohérente et plus efficace", les présidents, à commencer par Bush père, auraient pu empêcher la dévastation dont ont souffert les Ukrainiens. Du point de vue de Kagan, les États-Unis ont été trop passifs. Aujourd'hui, écrit-il, "la question est de savoir si les États-Unis continueront à commettre leurs propres erreurs" - des erreurs d'omission, selon lui - "ou si les Américains apprendront à nouveau qu'il vaut mieux dissuader les autocraties agressives avant qu'elles ne s'emparent de la puissance".

0b7692bea7e5ae2c5ef634be1d13fdf8d2961626b3033ba5e7acf22d52c532a4.jpg

La référence précoce à l'endiguement des autocraties agressives doit être déchiffrée. Kagan fait semblant de le faire. Ce qu'il suggère en fait, c'est de poursuivre l'expérimentation de la guerre préventive, qui est devenue un élément central de la politique de sécurité nationale américaine depuis le 11 septembre. Kagan, bien sûr, a soutenu la doctrine Bush de la guerre préventive. Il était pleinement préparé à l'invasion de l'Irak. Mise en œuvre en 2003 sous la forme de l'opération Iraqi Freedom, la doctrine Bush a eu des résultats désastreux.

Aujourd'hui, même deux décennies plus tard, Kagan ne peut se résoudre à reconnaître l'immensité et le grotesque de cette erreur, ni ses effets secondaires, notamment la montée du Trumpisme et tous les maux qui en découlent.

"L'Amérique peut-elle apprendre à utiliser sa puissance ?" - Que cette question soit évaluée comme une question urgente est certainement vrai. Cependant, penser que Robert Kagan est qualifié pour donner une réponse cohérente est trompeur.

Que nous réserve la région Asie-Pacifique ?

cartemdv47-08-01-13e29.jpg

Que nous réserve la région Asie-Pacifique ?

Un rapport de l'ONU révèle une baisse de la croissance économique

Source: https://katehon.com/ru/article/chto-zhdet-aziatsko-tihookeanskiy-region

La reprise économique dans la région Asie-Pacifique après la pandémie et d'autres chocs mondiaux devrait être basée sur un "nouveau pacte social" complet pour protéger les personnes vulnérables dans les années à venir, selon un rapport publié mardi 12 avril par la Commission économique et sociale des Nations Unies pour l'Asie et le Pacifique (CESAP).

Outre la pandémie, le rapport montre que les économies régionales sont confrontées à "plusieurs risques baissiers" liés à une chaîne d'approvisionnement mondiale non durable, à "des pressions inflationnistes croissantes, à la perspective d'une hausse des taux d'intérêt, au rétrécissement de l'espace fiscal" et aux conséquences économiques mondiales émergentes de la crise en cours en Ukraine.

La croissance économique des pays en développement de cette vaste région devrait se contracter à 4,5 % en 2022 et à 5 % en 2023, en baisse par rapport à un taux de croissance antérieur de 7,1 % en 2021.

La perte de production cumulée due à la pandémie pour les économies en développement de la région est estimée à près de 2000 milliards de dollars de 2020 à ce jour.

L'étude met en garde contre les réductions des dépenses publiques dans les domaines de la santé, de l'éducation et de la protection sociale "afin de protéger les acquis du développement des dernières décennies et d'empêcher un nouveau creusement des inégalités dans la région".

Le rapport note que la pandémie a privé plus de 820 millions de travailleurs informels dans la région de la CESAP et plus de 70 millions d'enfants issus de familles à faibles revenus d'un accès adéquat aux revenus et à la scolarité. "Ce résultat aura un impact négatif sur le potentiel de gain futur de ces personnes et sur la croissance globale de la productivité", indique le communiqué de presse de l'ESCAP, alors que 85 autres millions de personnes dans la région Asie-Pacifique ont déjà été poussées dans l'extrême pauvreté en 2021.

"Alors que les pays en développement de la région vont de l'avant, apprenant à vivre avec le virus, en trouvant un équilibre entre la protection de la santé publique et les moyens de subsistance, il est temps de jeter les bases d'un avenir plus équitable avec des chances égales et des résultats inclusifs", a déclaré Armida Salcia Alisjahbana, Secrétaire exécutive de la CESAP, dans un communiqué.

La Commission recommande un "programme politique à trois volets" visant à construire une économie inclusive pour la région. Tout d'abord, au lieu de procéder à des réductions, les pays en développement de la région devraient orienter les dépenses publiques vers les soins de santé universels de base, continuer à progresser vers l'éducation primaire et secondaire universelle et étendre la couverture de la protection sociale. La Commission fait valoir qu'une politique fiscale "intelligente" peut améliorer l'efficacité et l'efficience globales des dépenses publiques et de la perception des recettes. Dans le même temps, il convient d'explorer de nouvelles sources de revenus, comme la taxation de l'économie numérique, et de déplacer la charge fiscale vers les ménages à hauts revenus.

Deuxièmement, l'étude 2022 soutient que les banques centrales de la région peuvent et doivent modifier leurs politiques monétaires traditionnelles pour promouvoir un développement inclusif. Tout en restant concentrées sur le maintien d'une inflation faible et stable, les banques centrales peuvent investir une partie de leurs réserves officielles dans des obligations sociales, étudier comment la monnaie numérique d'une banque centrale peut élargir l'accès aux services financiers, et encourager des instruments financiers plus innovants pour assurer la protection sociale.

Troisièmement, les gouvernements peuvent également guider, façonner et gérer activement la transformation économique structurelle de plus en plus induite par la révolution numérique de la robotique et de l'intelligence artificielle pour obtenir des résultats plus inclusifs. Cela comprend le soutien au développement de technologies à forte intensité de main-d'œuvre, l'accès inclusif à une éducation de qualité, le recyclage, le renforcement des capacités dans les négociations du travail et les planchers de protection sociale.

L'Étude économique et sociale de l'Asie et du Pacifique, publiée pour la première fois en 1947, est l'enquête économique et sociale annuelle la plus ancienne et la plus complète des Nations Unies, qui sert de base à l'élaboration des politiques dans la région.

Quelle leçon la Russie peut-elle en tirer, compte tenu de sa confrontation avec l'Occident? Seule une poignée d'États de la région nous ont imposé des sanctions. Les autres sont favorables à la coopération, d'où la possibilité d'ouvrir de nouvelles niches de coopération, compte tenu des risques mentionnés et de la baisse des taux de croissance. Les pays d'Asie-Pacifique peuvent tirer parti de l'évolution de l'environnement mondial et offrir des biens et services de substitution identiques à ceux que nous recevions auparavant de l'Occident collectif. À son tour, la région a un besoin constant de ressources énergétiques, que la Russie possède en abondance. Tout compte fait, une réorientation vers l'Est est nécessaire à long terme en raison de la croissance de la technologie, de la main-d'œuvre et de l'accumulation de richesses dans cette partie du monde.

Pakistan: de la géopolitique linéaire à la géo-économie multipolaire

pak_0.jpg

Pakistan: de la géopolitique linéaire à la géo-économie multipolaire

Leonid Savin

Source:  https://www.geopolitika.ru/en/article/pakistan-linear-geopolitics-multipolar-geo-economics

NdlR: Cet article date du 25 janvier 2022, donc avant l'éviction d'Imran Khan.

Le 17 janvier, le Premier ministre pakistanais Imran Khan a écrit sur son compte Twitter qu'il avait eu une conversation téléphonique avec le président russe Vladimir Poutine et l'a remercié pour sa "déclaration résolue selon laquelle la liberté d'expression ne peut servir de prétexte pour insulter notre Prophète" [i].

Le Premier ministre a noté que "le président Poutine est le premier dirigeant occidental qui a fait preuve de sympathie et de sensibilité à l'égard des sentiments du monde musulman". En outre, il a souligné que "les relations bilatérales du Pakistan avec la Russie se développent sur une trajectoire ascendante, en accordant une attention accrue aux liens commerciaux et économiques et à la coopération dans le domaine de l'énergie.

Il a confirmé la détermination du gouvernement à mettre en œuvre le projet de gazoduc Pakistan Stream dès que possible. Les deux dirigeants ont convenu de renforcer la coopération bilatérale dans divers domaines, d'étendre les échanges de haut niveau et de maintenir un contact étroit sur les questions liées à l'Afghanistan.

Imran Khan a déclaré qu'il se réjouissait de la visite du président Poutine au Pakistan, ainsi que de sa propre visite en Russie au moment opportun [ii].

Plus récemment, le Pakistan a fait la une des médias, principalement en raison de certains événements négatifs - attentats terroristes, tensions à la frontière indo-pakistanaise, loyauté envers les États-Unis. Il n'y avait pratiquement aucune information sur la politique intérieure de ce pays. Et du côté russe, seul un petit nombre de spécialistes s'intéressaient activement au Pakistan, qui se comptent sur les doigts d'une main.

Mais ces dernières années, le Pakistan a considérablement modifié tant les approches de la conduite des affaires intérieures que les vecteurs de sa politique étrangère, ce qui est associé à une compréhension des changements en cours dans la conjoncture politique mondiale. Étant le plus grand partenaire de la Chine, ainsi que de l'Arabie saoudite et de la Turquie, Islamabad tente de trouver un équilibre entre les puissances régionales, tout en tenant compte de la tension constante avec l'Inde, qui lui est liée par une histoire commune, dont plusieurs guerres et la question non résolue du Cachemire.

C'est la plus grande puissance d'Asie du Sud dotée de l'arme nucléaire, avec une population de 200 millions d'habitants, parmi lesquels la classe moyenne est en pleine expansion. La situation géographique unique qui relie les eaux chaudes de l'océan Indien aux montagnes de l'Hindu Kush et aux contreforts de l'Afghanistan donne au pays des avantages pour relier les flux de transport de la Chine, de l'Iran, de l'Inde, de l'Afghanistan et des pays d'Asie centrale.

L'histoire culturelle montre qu'il y a toujours eu des intersections de diverses civilisations dans le pays. Le 21ème siècle ouvre de nouvelles opportunités pour le Pakistan (et pas seulement pour lui). Et beaucoup dépend maintenant du choix des partenaires et de la volonté politique des dirigeants - que le Pakistan devienne un État puissant ou qu'il souffre d'une instabilité chronique et d'accidents politiques.
Politique actuelle

Après l'arrivée au pouvoir du gouvernement d'Imran Khan en 2018, le Premier ministre a immédiatement déclaré qu'il ne permettrait pas aux États-Unis d'utiliser leur pays dans des conflits contre d'autres États [iii].

Imran-Khan-3.jpg

Bien que les relations avec l'Occident restent le plus souvent normales, un cap vers une réorientation et un changement de priorités est clairement perceptible (toutefois, comme chez d'autres partenaires des États-Unis, par exemple au Moyen-Orient). Le récent refus de participer au "Sommet des démocraties", qui s'est tenu les 9 et 10 décembre 2021 sous la forme d'une conférence en ligne, est révélateur à cet égard.

Malgré l'invitation des États-Unis, le ministère des Affaires étrangères du Pakistan a exprimé son appréciation générale de manière assez diplomatique, tout en notant que "le Pakistan est une grande démocratie fonctionnelle avec un système judiciaire indépendant, une société civile active et des médias libres. Nous restons profondément engagés dans la poursuite du développement de la démocratie dans le pays, la lutte contre la corruption et la protection des droits de tous les citoyens".  

Il convient de noter que, selon les normes occidentales, le Pakistan se situe à un niveau plutôt bas dans le classement des pays du monde sur l'indice de démocratie (108 sur 167 selon l'agence britannique Economist Intelligence Unit pour 2020). Mais le Pakistan partage l'opinion de la Russie selon laquelle chaque pays a le droit de vivre selon ses traditions et ses valeurs culturelles et historiques.

À cet égard, le Pakistan dispose d'un système judiciaire assez unique. Au niveau local, les problèmes sont résolus lors d'une réunion communautaire (par exemple, dans le nord-ouest du pays, où vivent les Pachtounes, il s'agit d'une jirga associée au code de conduite traditionnel du Pachtounwali ; au Baloutchistan et dans d'autres régions, il existe des traditions similaires, souvent basées sur les coutumes soufies), il existe également un système de justice laïque, mais en parallèle, il existe une Cour suprême de la charia.

L'armée continue de jouer un grand rôle dans la gouvernance du pays. Outre les fonctions de sécurité et de défense, de nombreuses entreprises et même des centres d'analyse au Pakistan ont été fondés par d'anciens militaires, et cette continuité est tout à fait palpable dans la vie publique et politique.

605880f0e995e.jpg

Il convient de souligner que les activités des organisations interdites dans le pays posent toujours problème. Outre les groupes islamistes radicaux, les talibans pakistanais sont toujours actifs, et nombre de leurs dirigeants se trouvent en Afghanistan voisin. Il est donc important pour Islamabad d'avoir un lien direct avec le nouveau gouvernement afghan et, par son intermédiaire, de prévenir toute provocation sur le territoire pakistanais.

Étant donné que les talibans pakistanais sont composés d'ethnies pachtounes, ils ont déjà mené des attaques terroristes contre d'autres groupes ethniques (notamment contre des chiites hazaras vivant au Baloutchistan), des représentants de l'État et même des travailleurs chinois. Entre-temps, le Baloutchistan a également son propre groupe séparatiste ethnique (il en existe un similaire en Iran, et il y avait auparavant un "Jundallah" actif, qui était financé par la CIA).

Les partisans des opinions sunnites radicales apportent également beaucoup de problèmes au gouvernement. Au niveau officiel, le Jamiat Ulema-i-Islam (Assemblée du clergé islamique) (photo) est un parti religieux et théocratique ultraconservateur avec une histoire idéologique remontant à 100 ans. Le chef du parti est Fazl-ur-Rehman, qui est également considéré comme le leader du Mouvement démocratique pakistanais, ce qui semble être un oxymore.

Is-there-going-to-be-separate-faction-of-Jamiat-Ulema-i-Islam.jpg

Auparavant, le parti Jamiat Ulema-i-Islam jouait un grand rôle, mais il a maintenant perdu son influence. Au total, moins de neuf députés de ce parti sont représentés à l'Assemblée nationale et aux assemblées provinciales.

La loi sur le blasphème est toujours problématique, à cause de l'interprétation de laquelle il y a eu de nombreux cas d'arrestation de représentants d'autres religions. Toute déclaration imprudente de non-musulmans concernant le Coran ou le prophète Mahomet est souvent interprétée au Pakistan comme un blasphème, pour lequel des peines sévères sont prévues, pouvant aller jusqu'à la peine de mort.

Toutefois, le gouvernement actuel est plutôt optimiste, comme en témoigne la stratégie de sécurité nationale du Pakistan, qui a été publiée à la mi-janvier 2022.

De la géopolitique à la géoéconomie

Le document indique que "notre situation géo-économique importante donne au Pakistan l'opportunité de se proposer comme un creuset d'intérêts économiques régionaux et mondiaux grâce à des initiatives en tant que lien de connexion. Cela reste une priorité, et son succès exige la paix et la stabilité régionales, auxquelles le Pakistan reste pleinement attaché" [iv].

Ils parlent également de la nécessité d'entretenir des relations de bon voisinage (y compris avec l'Inde) et d'améliorer les relations avec les partenaires traditionnels. La version complète de la stratégie reste classifiée [v].

Cependant, la partie disponible au public indique la poursuite de la course au renforcement des liens régionaux. Puisque le projet du siècle au Pakistan est le Corridor économique Chine-Pakistan, qui représente l'initiative clé "Belt and Road", alors, à bien des égards, le Pakistan s'appuie sur les infrastructures déjà créées.

Le port en eau profonde de Gwadar, dans le sud du pays, est déjà relié par rail et autoroute au cœur du Pakistan - le Pendjab, et de là, des branches sont construites plus au nord.

En 2021, un accord a été signé sur la création du corridor de transport transafghan vers l'Ouzbékistan. En décembre 2021, le train de marchandises Islamabad-Téhéran-Istanbul a été lancé, ce qui augmentera le commerce entre les trois pays. En outre, le Pakistan s'attend à pouvoir accéder au marché européen via la Turquie.

Le même mois, le Pakistan et l'Arabie saoudite ont signé deux accords concernant des programmes de recrutement et d'évaluation des compétences pour la main-d'œuvre pakistanaise employée dans le Royaume d'Arabie saoudite.

Les accords ont été signés lors de la visite du ministre fédéral de l'éducation, de la formation professionnelle et du patrimoine national, Shafqat Mahmood, au Royaume d'Arabie saoudite, a déclaré un porte-parole du ministère des affaires étrangères.

Et le ministre pakistanais des Affaires étrangères a déclaré début décembre qu'il était prêt à accueillir le sommet tant retardé de l'Association sud-asiatique de coopération régionale (SAARC) si les "obstacles artificiels" sur son chemin étaient levés. Il a fait cette déclaration lors d'une réunion avec le secrétaire général du groupe, Esala Weerakoon, qui était en visite à Islamabad.

Le Pakistan était censé accueillir le sommet en 2016, mais l'Inde a boycotté la réunion des dirigeants de la SAARC et a également persuadé certains autres États membres de faire de même. Selon la charte de l'ASACR, le sommet ne peut avoir lieu si l'un des pays participants n'y participe pas. Depuis lors, l'Inde s'est toujours tenue à l'écart du sommet, retardant ainsi la réunion des dirigeants de huit pays d'Asie du Sud.

Le Pakistan cherche également à entrer directement sur le marché de l'ANASE afin de diversifier ses capacités et son potentiel. La stratégie "Engager l'Afrique" est également activement mise en œuvre, tant par le biais de liens commerciaux et économiques que dans le domaine de la coopération militaire.

La Russie et le Pakistan

En ce qui concerne le gazoduc Pakistani Stream mentionné par Imran Khan, un accord bilatéral de construction a été signé le 28 mai 2021 à Moscou. Du côté russe, le document a été signé par le ministre russe de l'Énergie, Nikolay Shulginov, et du côté pakistanais par l'ambassadeur Shafqat Ali Khan.

1622223847__2021d049-09-01.jpg

Légende: en noir, gazoduc Gwadar/Nawabshah; en bleu, gazoduc Nord-Sud (Lahore/Nawabshah/Karachi); en vert, gazoduc TAPI (Turkménistan, Afghanistan, Pakistan, Océan Indien).

Cet accord a été préparé depuis 2015 sous le nom original de gazoduc "Nord-Sud" et il a une signification géopolitique importante pour les deux pays. Mais le problème est que le Pakistan n'a pas payé à la Russie la dette extérieure qui s'est accumulée depuis l'époque soviétique. Par conséquent, le commerce bilatéral et les relations économiques entre les deux pays étaient pratiquement gelés. Ce n'est qu'après le paiement de la dette d'un montant de 93,4 millions de dollars en février 2020 que la situation s'est débloquée [vi].

La Russie détient une participation de 26 %. En outre, la partie russe aura le droit d'avoir une voix décisive lors du choix des entrepreneurs, sur la conception, les travaux d'ingénierie, les fournitures et la construction.

Bien qu'aujourd'hui le principal segment de la coopération entre les pays couvre un secteur limité de l'alimentation et des matières premières, il existe néanmoins une dynamique importante dans les relations économiques entre la Russie et le Pakistan.

Au cours du premier semestre 2021, le chiffre d'affaires commercial de la Russie avec le Pakistan s'est élevé à 419.950.742 $, soit une augmentation de 43,17 % (126.630.995 $) par rapport à la même période en 2020. Les exportations de la Russie vers le Pakistan au 1er semestre 2021 se sont élevées à 210.641.504 $, soit une augmentation de 74,45% (89.898.115 $) par rapport à la même période en 2020. Les importations de la Russie en provenance du Pakistan au cours du premier semestre de 2021 se sont élevées à 209.309.238 $, soit une augmentation de 21,29 % (36.732.880 $) par rapport à la même période en 2020 [vii].

Bien sûr, pendant un certain temps, la portée de la coopération russo-pakistanaise restera limitée, mais en développant progressivement des relations où les échanges humanitaires, culturels et éducatifs sont nécessaires (y compris la diplomatie des peuples et les initiatives de petites entreprises), nous pouvons former une feuille de route stratégique.

À propos, la coopération militaire entre la Russie et le Pakistan se déroule comme prévu, des exercices militaires conjoints sont régulièrement organisés, notamment les manœuvres "Amitié" sur le territoire des deux pays [viii].

Le développement d'un pôle touristique au Pakistan avec la participation de la Russie peut également présenter une opportunité unique, aussi bien sur la côte que le long des routes historiques très fréquentées, de Mohenjo Daro et de la capitale culturelle de Lahore à la vallée de Swat habitée par le peuple unique des Kalash et au sommet du K2.

Et, bien sûr, la coopération entre la Russie et le Pakistan peut réduire davantage la dépendance d'Islamabad à l'égard de vieux liens inconfortables avec les puissances occidentales.

Notes:

[I] https://twitter.com/ImranKhanPTI/status/1483002931070869506

[ii] https://propakistan.ru/article/imran-khan-pozvonil-vladimiru-putinu

[iii] https://www.fondsk.ru/news/2018/12/24/imran-han-amerikancam-my-bolshe-ne-podstavim-vam-plecho-dlja-vojn-s-drugimi-47344.html

[iv] https://www.pakistantoday.com.pk/2022/01/15/national-security-policy-2022-2026/

[v] https://en.dailypakistan.com.pk/14-Jan-2022/pm-imran-launches-public-version-of-pakistan-s-first-national-security-policy

[vi] https://www.banki.ru/news/lenta/?id=10918154

[vii] https://russian-trade.com/reports-and-reviews/2021-08/vneshnyaya-torgovlya-rossii-s-pakistanom-v-1-polugodii-2021-g/

[viii] https://function.mil.ru/news_page/country/more.htm?id=12387698@egNews

dimanche, 17 avril 2022

Le corridor de transport nord-sud (NSTC) est un projet d'intégration trans-civilisationnelle

north-south-transport-corridor-scaled.jpg

Le corridor de transport nord-sud (NSTC) est un projet d'intégration trans-civilisationnelle

Andrew Korybko

Source: https://katehon.com/en/article/north-south-transport-corridor-trans-civilizational-integration-project

Le NSTC représente la convergence physique des grands plans stratégiques de la Russie, axés sur le sud, qui visent à équilibrer les ancrages irano-pakistanais de son pivot de l'Oumma dans cette partie particulière du supercontinent avec le Néo-NAM qu'elle poursuit conjointement avec l'Inde. L'optique trans-civilisationnelle est extrêmement importante car elle montre que la prédiction du soi-disant "choc des civilisations" de Huntington n'était qu'un exemple de vœu pieux mal intentionné (si ce n'est une proposition politique provocante) et qu'elle a été incontestablement remise en question par la convergence des civilisations entre le christianisme oriental, l'islam et l'hindouisme incarnée par le NSTC.

L'émergence de l'ordre mondial multipolaire (ou "nouvel ordre mondial" comme l'appelle le président américain Joe Biden) a été accélérée par les conséquences induites par la réponse sans précédent et dûment planifiée depuis longtemps par l'Occident dirigé par les États-Unis dès qu'a commencé l'opération militaire spéciale en cours de la Russie en Ukraine, que l'Amérique a elle-même provoquée. L'une des tendances les plus importantes de cette transition systémique mondiale est la montée des civilisations en tant qu'acteurs internationaux, qui a été prédite en détail par l'universitaire russe Leonid Savin dans son livre de 2020 Ordo Pluriversalis : The End Of Pax Americana And The Rise Of Multipolarity que l'auteur a chroniqué ici peu après sa sortie. Le corridor de transport nord-sud (NSTC) entre la Russie, l'Azerbaïdjan, l'Iran et l'Inde - et qui peut aussi facilement s'étendre au Pakistan voisin pour renforcer le commerce bilatéral croissant avec la Russie - jouera un rôle irremplaçable à cet égard.

imaNSTCges.jpg

logo.jpg

Ce projet ambitieux relie la civilisation chrétienne orthodoxe orientale de la Russie aux civilisations musulmanes de l'Azerbaïdjan, de l'Iran et du Pakistan, ainsi qu'à la civilisation majoritairement hindoue de l'Inde. Étant donné que l'Inde, l'Iran et le Pakistan sont devenus plus importants que jamais pour la Russie en raison de leur neutralité de principe qui leur permet de lui servir de soupape de pression économique stratégique, il ne fait aucun doute que le NSTC, auquel les deux premiers pays participent et le troisième pourrait éventuellement le faire aussi, deviendra un projet phare multipolaire aux côtés du gazoduc Pakistan Stream (PSGP) et du PAKAFUZ. Ce que tous ces projets ont en commun, c'est qu'il s'agit de projets de connectivité Nord-Sud, ce qui prouve que la grande réorientation stratégique de la Russie vers le Sud après 2014 n'était pas purement axée sur la Chine comme beaucoup le pensaient, mais que Moscou a équilibré son "pivot vers l'Oumma" et sa vision "néo-NAMienne" avec l'Inde.

Cela ne veut pas dire que la Chine ne joue pas un rôle crucial dans la grande stratégie russe - en vérité, ces deux grandes puissances servent de double moteur à l'ordre mondial multipolaire émergent - mais simplement que le Kremlin a sagement cherché à éviter de manière préventive toute dépendance disproportionnée potentielle vis-à-vis de la République populaire par le biais de ces initiatives complémentaires axées sur le Sud. Le "pivot de l'Oumma" fait référence à la priorité qu'il accorde à des partenaires non traditionnels à majorité musulmane comme l'Iran et le Pakistan, tandis que le Neo-NAM est le plan officieux des relations russo-indiennes, par lequel ces deux pays cherchent conjointement à créer un troisième pôle d'influence dans la phase de transition bimultipolaire entre unipolarité et multipolarité. Le Pivot de l'Oumma et le Néo-NAM s'équilibrent l'un l'autre, ce qui équilibre à son tour la Chine dans cette grande stratégie kissingerienne post-moderne poursuivie par la Grande Puissance eurasienne.

211310.jpg

Le NSTC représente la convergence physique des plans stratégiques de la Russie axés sur le sud, qui visent à équilibrer les ancrages irano-pakistanais de son pivot de l'Oumma dans cette partie particulière du supercontinent avec le Néo-NAM qu'elle poursuit conjointement avec l'Inde. L'optique trans-civilisationnelle est extrêmement importante car elle montre que la prédiction du soi-disant "choc des civilisations" de Huntington n'était qu'un exemple de vœu pieux mal intentionné (si ce n'est une proposition politique provocante) et a été indiscutablement remise en question par la convergence des civilisations entre le christianisme oriental, l'islam et l'hindouisme incarnée par le NSTC. Cela constitue un exemple puissant pour la communauté internationale (qui, dans ce contexte, fait également référence à la société civile mondiale) à deux égards : premièrement, cela réfute l'"inévitabilité" du choc des civilisations ; et deuxièmement, cela montre que la Chine n'en a pas le monopole.

Pour développer ce dernier point, on a considéré jusqu'à présent que l'initiative Belt & Road (BRI) de la Chine était le seul moyen physique de rassembler diverses civilisations à travers l'objectif commun d'un commerce, d'un investissement et d'un développement socio-économique mutuellement bénéfiques, mais l'existence même du NSTC montre que la Russie et ses partenaires azerbaïdjanais, iraniens, indiens et peut-être même bientôt pakistanais peuvent tous s'unir pour poursuivre ce même objectif. En fait, la Chine a également un rôle crucial à jouer dans le NSTC puisque le pacte de partenariat stratégique conclu au printemps dernier avec l'Iran aurait vu la République populaire accepter d'investir plus de 400 milliards de dollars dans la République islamique au cours du prochain quart de siècle, ce qui se traduira probablement par des investissements impressionnants dans les infrastructures pour faciliter le NSTC à certains égards, notamment en termes de connectivité irano-pakistanaise du fait que ce dernier accueille le CPEC.

"La quête de souveraineté économique de la Russie n'est pas synonyme d'isolationnisme", contrairement à ce que certains observateurs occidentaux ont faussement prétendu, car personne ne peut nier la vision transcivilisationnelle et transcontinentale avancée par le NSTC dans lequel Moscou joue un rôle clé. "Le coup de judo géo-économique de Poutine vient de renverser les tables financières de l'Occident" après que le dirigeant russe a décrété que tous les contrats de gaz avec les pays nouvellement conçus comme inamicaux, tels que ceux de l'UE, doivent être payés en roubles, ce qui aura pour conséquence soit de soutenir le rouble s'ils s'y conforment, soit de risquer une crise économique totale en Occident s'ils refusent, les deux résultats étant bénéfiques à Moscou à leur manière. Dans le contexte de la présente analyse, ces derniers développements signifient que l'importance stratégique du NSTC va continuer à augmenter pour toutes ses parties prenantes, qui pourraient prospectivement s'étendre pour inclure également leurs autres partenaires du Sud.

La fin de la domination mondiale des États-Unis & Ce qui est en jeu

278118403_1122550835254609_222495912335092738_n.jpg

La fin de la domination mondiale des États-Unis & Ce qui est en jeu

Karl Richter

Source: https://www.facebook.com/karl.richter.798

Depuis quelques heures, nous y voyons plus clair. Les pièces du puzzle s'assemblent pour nous former une image globale. Le ministre russe des Affaires étrangères Lavrov a annoncé cet après-midi sur la chaîne de télévision russe "Russia 24", à la surprise générale, un autre objectif de guerre de la Russie en Ukraine, sans que les médias occidentaux n'en soufflent un mot : "Notre opération spéciale doit mettre fin à l'expansion inconsidérée, à la domination totale des Etats-Unis dans le monde, une domination qui s'accompagne de violations du droit international". (Source : https://m.ura.news/news/1052544901 )

Lavrov a cité les actions américaines au Kosovo et en Irak comme exemples de telles violations du droit international par les Etats-Unis.

Les cartes sont désormais sur la table et chacun sait désormais de quel côté il faudra se situer. Chacun doit assumer la responsabilité de ses choix et de leurs conséquences. Nous assistons actuellement à la poursuite de l’objectif poursuivi suite à la crise sanitaire : si quelqu'un se fait piquouzer, sans que l’on ait à demander le pourquoi, on en concluera que chacun décide lui-même et en assume également les conséquences. Je vous renvoie à mon post d'hier ("Ce qui est en jeu", cf. infra). Depuis cet après-midi, c'est officiel et plus personne ne peut se soustraire à la décision : soit on est du côté de l’instance criminelle mondiale qu'est l'Amérique, soit on ne l'est pas. Il n'est plus nécessaire d'en débattre.

***

Ce qui est en jeu

Ces dernières semaines, des militants bien intentionnés ne cessent de répéter que la guerre en Ukraine n'est pas la nôtre et que nous devrions plutôt nous occuper de l'Allemagne. Mais ce n'est pas suffisant.

En Ukraine, c'est l'avenir du monde qui est en jeu, indépendamment de la durée de la guerre et de la possibilité qu'elle se termine par une solution négociée qui ne ferait que retarder le conflit en soi. Mais les "masterminds", qu'ils s'appellent Alexandre Douguine ou Francis Fukuyama, sont tout à fait d'accord sur le fait que l'issue du conflit ukrainien sera déterminante pour l'orientation future de la situation mondiale. Soit l'Occident l'emporte, soit ce n'est pas le cas : la Russie, la Chine et l'Eurasie en formation auront alors acquis la maîtrise de la situation. Dans ce sens, l'issue de la guerre est très importante pour notre propre avenir. Comme l'Allemagne n'a actuellement ni les moyens ni même la volonté d'adopter une position neutre, elle participe inévitablement à la confrontation entre les blocs et en subira les conséquences, dans un sens ou dans l'autre. Face à cela, chacun devra d'une manière ou d'une autre se positionner et expliquer quelles sont les conséquences du jeu en acte qu'il préfère et quelles sont celles qu'il préfère épargner à notre pays.

Celui qui ne fait rien - de même que celui qui soutient l'Ukraine - soutient la poursuite de l'hégémonie américaine, des "valeurs dites occidentales", du pillage du monde par Big Money. Il soutient le fait que l'Allemagne reste une plaque tournante pour les guerres d'agression américaines dans le monde entier et devienne la cible d'éventuelles attaques militaires de toute partie adverse. Il soutient aussi le suicide économique de l'Europe qui a soutenu une politique énergétique délirante et des sanctions absurdes. Il soutient le programme satanique des élites occidentales, qui se résume à la destruction de la famille, à la destruction de notre santé et de notre intégrité physique, à l'effacement de l'identité personnelle (via le transhumanisme !).

En supposant que la Russie ne fasse PAS partie du Great Reset : la Russie, la Chine et l'Eurasie représentent au contraire la fin de la domination mondiale du dollar américain, l'avènement d'un véritable ordre mondial multipolaire, le respect des valeurs traditionnelles telles que la famille, la patrie et l'identité, et le rejet de toutes les formes de décadence libérale occidentale, qui est de facto une "culture de mort". Au printemps 2020, Poutine a déclaré que tant qu'il serait au pouvoir, il n'y aurait pas de "mariage homosexuel" en Russie - une déclaration parmi d'autres.

Oui, il y a des nuances de gris et des nuances intermédiaires : des pays comme la Russie et la Hongrie ont également mis en œuvre cette mise en scène mondiale que fut le « confinement sanitaire », parfois en adoptant des mesures drastiques ; la Chine l’a pratiqué de manière encore plus coercitive. La Chine en particulier, avec son système de crédit social et l'un des régimes sanitaires les plus rigides au monde, et, là, ce n'est pas nécessairement un modèle pour nous. Personne ne devrait non plus être naïf en ce qui concerne la Russie : personne ne s'attend à ce que la Russie nous "libère". Mais si elle poussait les Américains hors d'Europe, ce serait déjà un saut quantique pour notre partie du monde, dont les conséquences seraient difficilement prévisibles ; encore plus pour la répartition globale du pouvoir.

Au fond, c'est très simple. Les Américains ont encore du mal à accepter le fait qu'ils ne jouent plus dans la cour des grands. La Chine a remplacé les Etats-Unis en tant que championne du monde des exportations, le dollar perd du terrain à grande échelle (ce qui explique la course folle à la guerre de l'Occident, qui utilisent les malheureux Ukrainiens pour arriver à ses fins) ; l'Inde et l'Arabie saoudite sont en train de passer au paiement en roubles, et en Europe, Orbán fait ses premiers pas en ce sens. Et, enfin, la Russie et la Chine disposent d'armes hypersoniques, mais non les Américains. Ce qui signifie que les Américains sont en train de passer en deuxième division. Pour l'instant, ils ont encore du mal à l'accepter. Quelques coups sensibles, de nature militaire mais aussi monétaire, pourraient éventuellement leur faire comprendre qu'ils n'ont plus rien à faire en Europe. Biden ne sera pas assez fou pour risquer une guerre nucléaire à cause de l'Ukraine - ce qui ne veut pas dire qu'il n'y aura pas d'utilisation d'armes nucléaires tactiques en Europe.

L'Europe, l'UE, va passer à l'état de décomposition active dans les prochains mois, dans un an ou dans trois ans au maximum. Poutine n'a même pas encore commencé à fermer le robinet du gaz et tend toujours la main à l'Occident. L’eurocratie de Bruxelles est assez folle pour se tirer une balle dans le pied. L'Europe s'apprête à vivre un interrègne sanglant et agité : elle pourrait échanger un hégémon contre un autre, et le retour à sa propre force est loin d'être visible. Mais la catastrophe peut ouvrir de nouvelles voies qui ne sont pas encore perceptibles aujourd'hui. En attendant, il se peut que les valeurs de l'Europe - les vraies - soient mieux conservées à Moscou qu'à Bruxelles et à Washington.

vendredi, 15 avril 2022

Coup d'Etat contre Imran Khan, guerre en Ukraine et initiative chinoise "Belt & Road"

im-512228.jpg

Coup d'Etat contre Imran Khan, guerre en Ukraine et initiative chinoise "Belt & Road"

Shaban Syed

Source: https://www.geopolitika.ru/es/article/golpe-de-estado-contra-imran-khan-guerra-de-ucrania-e-iniciativa-de-la-ruta-y-cinturon

On pourrait se demander quelle est la corrélation entre le coup d'État de changement de régime au Pakistan, la guerre en Ukraine et l'initiative "Belt and Road" de la Chine. La réponse est assez simple pour les analystes et observateurs proches des manœuvres politiques américaines, comme le journaliste américain Caleb Maupin, qui explique la corrélation en quelques lignes. "Les monopolistes de Wall Street veulent briser le Corridor économique Chine-Pakistan et stopper le développement dans toute l'Asie centrale. Le retrait de Khan fait partie de cette stratégie".

Cependant, la corrélation est peut-être visible pour la plupart, mais apparemment pas au Pakistan. La controverse se poursuit avec les partis d'opposition, les éléments des médias et même le pouvoir judiciaire qui réfutent avec véhémence les affirmations de Khan selon lesquelles les États-Unis ont fomenté une opération de changement de régime contre lui. Même après que Khan ait présenté une lettre envoyée par le sous-secrétaire d'État pour le Sud, Donald Lu (photo, ci-dessous), qui résume que "les relations américaines avec le Pakistan ne s'amélioreront pas tant que Khan ne sera pas démis de ses fonctions".

breaking-us-diplomat-donald-lu-admits-before-congress-he-contacted-pakistani-officials-on-pm-imran-visit-to-russia-1649099047-3625.jpeg

Les affirmations de Khan n'ont sans doute pas été réfutées par la majorité de la population pakistanaise, consciente qu'il n'y a pas si longtemps, sous le président Bush, le premier ministre pakistanais Pervez Musharraf s'était entendu dire que les États-Unis bombarderaient le Pakistan pour le ramener "jusqu'à l'âge de pierre" si le pays ne coopérait pas à la guerre américaine contre l'Afghanistan ; le public n'a pas non plus oublié les crimes de guerre qui ont suivi et que les États-Unis et leurs alliés ont perpétrés au nom de la lutte contre la "terreur", avec des rapports horribles sur les tortures subies à Abu Gharib, par exemple, où des mères irakiennes emprisonnées ont été forcées de regarder leurs enfants se faire violer par des soldats américains.

Pourtant, ceux qui réfutent les allégations de changement de régime de Khan ne se préoccupent pas des crimes de guerre de l'OTAN, principalement la Ligue musulmane du Pakistan (PML) et le Parti du peuple pakistanais (PPP), qui ont tous deux un passé dûment documenté de scandales financiers, de détournement de fonds publics et d'acquisitions de penthouses à Londres et à New York. On peut affirmer que même les médias pakistanais sont complices, car beaucoup ont des intérêts particuliers, comme l'Express Tribune, par exemple, qui est affilié au New York Times et dont on attend qu'il projette le point de vue des États-Unis. Son principal argument est que, depuis que les États-Unis se sont retirés d'Afghanistan, ils n'ont pas besoin du Pakistan pour mener leurs opérations et ne s'intéressent donc pas à ses affaires intérieures.

Les réfractaires semblent être sur la même longueur d'onde que Washington, la fonctionnaire américaine Lisa Curtis, qui a servi sous les présidents Bush et Trump, déclarant : "Il est hautement improbable qu'un fonctionnaire américain s'implique dans la politique interne du Pakistan. Je pense qu'Imran Khan essaie de jouer la 'carte de l'Amérique' pour obtenir le soutien de sa base".

Il est difficile de prendre cette observation au sérieux si l'on considère que depuis la Seconde Guerre mondiale, la CIA s'est immiscée dans les affaires intérieures de nombreux pays et a financé quelque quatre-vingt-dix opérations de changement de régime depuis la Seconde Guerre mondiale dans le but d'installer un gouvernement favorable aux États-Unis.

La question à examiner est de savoir pourquoi la lettre indique que les relations américano-pakistanaises ne s'amélioreront pas si Imran Khan n'est pas destitué.

Se pourrait-il que sous le mandat de Khan, le Pakistan soit devenu moins un État client des États-Unis et ait rejoint l'ordre mondial multipolaire émergent dirigé par la Chine et la Russie, qui s'oppose à l'ordre du jour mondial hégémonique unipolaire des États-Unis ? Pour Washington, qui en était venu à dépendre du Pakistan en tant qu'État vassal doté d'un système judiciaire et d'une politique faibles et flexibles, Khan, autrefois considéré comme un "chouchou de l'Occident", était devenu un dangereux handicap.

china-s-one-belt-one-road-project-tremendous-impact-upon-pak-economy-huang-li-dong-1513927386-9168.jpg

Après l'expulsion des États-Unis d'Afghanistan, Khan, avec le soutien de l'armée, a refusé d'autoriser les bases militaires américaines au Pakistan. Il a établi une politique étrangère indépendante en refusant de devenir un pion des États-Unis comme les dirigeants précédents, établissant des alliances stratégiques avec l'Iran, la Russie et la Chine, que les États-Unis décrivent continuellement comme une "menace mondiale".

Toutefois, ce qui a peut-être été la goutte d'eau qui a fait déborder le vase pour les États-Unis et l'UE, c'est le fait que Khan soit allé rendre visite à Poutine pour discuter de questions commerciales à un moment où la Russie avait commencé ses opérations en Ukraine et avait également refusé de se plier à la pression des États-Unis et de l'UE pour condamner les actions russes.

Tout cela à un moment où Washington ralliait ses alliés pour qu'ils rejoignent l'OTAN et condamnent les opérations russes en Ukraine et où l'armée américaine se préparait à affronter la Russie et la Chine. Récemment, le président des chefs d'état-major interarmées, le général Mark Milley, a demandé un budget énorme de 773 milliards de dollars car, a-t-il dit, "la Chine et la Russie, qui disposent chacune d'importantes capacités militaires... cherchent à changer fondamentalement l'ordre mondial actuel fondé sur des règles" et doivent être affrontées.

400893_8301830_updates.jpeg

Outre un budget énorme, le secrétaire américain à la défense, Lloyd Austin, a également fait valoir que les États-Unis "doivent faire beaucoup plus" pour "tendre la main aux alliés de l'Amérique".  Un exemple de cette "main tendue" a été illustré récemment lorsque l'Autriche a lancé un ultimatum à l'Inde pour lui dire que son achat continu de systèmes d'armes russes n'est "pas dans son intérêt" et qu'il y aura une "demande" pour que les dirigeants de New Delhi échangent certains de ces systèmes contre des armes américaines et alliées.

Afin d'exercer un "effet de levier" sur les dirigeants mondiaux pour qu'ils se rallient à la guerre fomentée par les États-Unis et l'OTAN en Ukraine, où l'OTAN déverse des millions de dollars en armes, installe des bases militaires et des laboratoires d'armes biologiques, Washington n'a jusqu'à présent pas réussi à "mettre la main" sur Khan.

Contrairement aux réfractaires qui affirment que les États-Unis n'ont pas procédé à un changement de régime au Pakistan parce que ce pays n'est pas assez important, on peut affirmer qu'il est plus important et la raison en est simple, l'initiative "Belt and Road" de la Chine, dans laquelle le Pakistan joue un rôle clé.

L'ambitieuse initiative "Belt and Road" (BRI) de la Chine et le corridor économique Chine-Pakistan (CECP) vont transformer le paysage géopolitique mondial, en reliant de nombreux pays à travers le monde, en créant des corridors de connectivité pour renforcer le développement par le commerce et l'investissement. Les États-Unis sont particulièrement mécontents du projet de chemin de fer Pakistan-Afghanistan-Ouzbékistan (PAKAFUZ), qui reliera les pays enclavés d'Asie centrale et l'Afghanistan au Pakistan et à la mer d'Oman et, à l'horreur des États-Unis, facilitera l'accès terrestre de la Russie à l'Asie du Sud.

Washington sait que les économistes prédisent l'ascension fulgurante des économies asiatiques et le nouveau siècle asiatique et ont déjà mis en place une stratégie visant à provoquer un "chaos fabriqué" dans la région et à entraver les projets de développement économique.

Selon la doctrine Rumsfeld/Cebrowski et le rapport RAND de 2016, intitulé "Le chaos fabriqué", l'équilibre changeant des forces sera réajusté, la BRI sera détruite et toute menace de la Chine, de la Russie, du Pakistan et de l'Iran sera neutralisée. Dans le même ordre d'idées, le document de 2019 de RAND intitulé "Extending Russia : Competing from Advantageous Ground" se concentre sur l'engagement de la Russie dans les conflits de souveraineté et l'exploitation des tensions dans le Caucase du Sud, ce qui explique l'échec de l'opération de changement de régime de la CIA au Kazakhstan au début de cette année.

La même politique est évidente en Ukraine, où les États-Unis et leurs alliés ont financé une révolution de couleur, où Victoria Nuland, qui était sous-secrétaire d'État aux affaires européennes et eurasiennes, distribuait visiblement des "rafraîchissements" et encourageait le coup d'État. Aujourd'hui, les groupes néo-nazis soutenus par l'Occident causent des atrocités indicibles avec des armes occidentales, déstabilisent la région et fabriquent le "chaos".

sei-2017-news-china-graphic-1488x797.png

Le plus gros problème auquel est confronté le Pakistan est que si Khan ne remporte pas les prochaines élections, le pays pourrait redevenir un État vassal que les États-Unis peuvent contrôler et soumettre à leurs diktats. Même si l'"État profond" du Pakistan ne le permet pas, dans le passé, ils n'ont pas pu empêcher le détournement de fonds publics et la remise d'un trésor presque vide au gouvernement PTI lorsqu'il est arrivé au pouvoir.

Selon Andrew Korbyko, un analyste géopolitique qui a beaucoup écrit sur l'IRB et les questions connexes liées à l'Asie du Sud et à l'Asie centrale, avait averti : "Le retour du Pakistan au statut de vassal des États-Unis en cas de réussite de la campagne américaine de changement de régime contre le Premier ministre Khan pourrait donc déstabiliser l'Asie du Sud". Il souligne que non seulement le développement économique du Pakistan fera un pas en arrière, mais qu'un dirigeant pakistanais installé par les États-Unis pourrait politiser le CPEC et PAKAFUZ et ainsi compliquer les liens avec la Chine et la Russie.

"En d'autres termes", affirme-t-il, "le Pakistan pourrait être exploité" par l'empire américain en déclin dans sa quête de domination hégémonique "pour porter un coup sévère aux processus de connectivité multipolaire dans le cœur géostratégique de l'Eurasie".

Le chemin à parcourir s'annonce difficile. Toutefois, une lueur d'espoir réside dans le fait que le Pakistan n'a jamais eu de leader aussi populaire et respecté qu'Imran Khan. Les médias occidentaux se sont bien gardés de montrer les millions de personnes qui sont sorties pour le soutenir alors que le coup d'État contre lui se déroulait. Selon les observateurs de l'histoire, avec ce type de soutien, Khan reviendra au pouvoir ou connaîtra le sort de Zulfikar Ali Bhutto et de ces dirigeants qui ont refusé d'être les pions des États-Unis et des puissances occidentales.

jeudi, 14 avril 2022

La guerre en Ukraine, la myopie eurocentrique et le reste du monde

087298d_afp-9zl97j.jpg

La guerre en Ukraine, la myopie eurocentrique et le reste du monde. "Quelque chose" ne colle pas...

par Clement Ultimo

Source: https://www.destra.it/home/la-guerra-ducraina-la-miopia-delleurocentrismo-e-il-resto-del-mondo-qualcosa-non-torna/

La guerre en Ukraine est-elle un problème mondial ou européen ? Une question apparemment superflue, étant donné que les implications de la crise actuelle se font sentir à l'échelle planétaire, mais peut-être moins superflue qu'il n'y paraît à première vue, surtout si vous lisez des opinions et des considérations provenant de sources non euro-occidentales.

Si la guerre russo-ukrainienne est présentée aux opinions publiques européennes et occidentales comme un conflit total entre des visions opposées du monde et de l'histoire (une réédition actualisée et corrigée de l'affrontement entre le "monde libre" et le "monde socialiste" auquel les médias se sont généreusement prêtés avec une voix presque unanime), donc comme un conflit qui, pour sa portée "idéologique" - la démocratie contre l'autoritarisme - ne peut être confiné à une zone géographique spécifique, l'appréciation que le reste du monde porte sur l'affaire est tout autre.

La question des sanctions a clairement montré comment l'unanimité dans la marginalisation de la Russie dans le domaine économique n'est vraie que si l'on se réfère aux pays européens et à ceux du bloc atlantique (USA, évidemment, Australie, Japon, Corée du Sud). Plus de la moitié du monde n'adopte aucune mesure pour bloquer les échanges économiques avec la Russie, et parmi les nations qui refusent les sanctions, on trouve non seulement des pays marginaux - en termes de poids politique et économique, évidemment - mais aussi les économies émergentes des BRICS. Et s'il est trop facile pour la Chine d'expliquer son non-alignement sur les souhaits de Washington, il est plus complexe de le faire pour la "plus grande démocratie du monde", comme s'appelle avec emphase l'Inde, ou pour le Brésil ou l'Afrique du Sud.

Sont-ils tous des "États voyous", amis du "fou" Poutine ? De toute évidence, non. La guerre en Ukraine peut donc être présentée non pas comme un affrontement mondial, mais plutôt comme la nécessité de trouver "des solutions européennes à des problèmes européens", comme le souligne l'universitaire kenyane Martha Bakwesegha-Osula dans son article pour le magazine allemand Internationale Politik und Gesellschaft.

Une thèse développée et relancée dans les pages de la revue italienne de géopolitique Limes par Hu Chunchun, selon qui: "D'une part, l'Europe se dresse comme un phare de la civilisation moderne ; d'autre part, elle a à plusieurs reprises amené l'humanité au bord de la ruine et de la destruction. La culture européenne moderne semble donc posséder les traits d'un Janus à deux visages: un visage hideux de barbarie, masqué par une façade sacrée de valeurs et d'idées absolues. Dans l'histoire européenne, il est rare que nous acceptions les critiques non européennes de notre propre sens inébranlable du messianisme universel. En tant qu'universitaire qui, bien qu'enraciné dans la culture chinoise, a toujours admiré la grande entreprise de civilisation européenne, permettez-moi de lancer un appel à l'Europe. Le conflit actuel ne concerne pas la liberté contre la répression et la tyrannie; il s'agit de la perpétuation d'une logique historique intrinsèque à l'Europe moderne. Il est temps pour les citoyens européens de mettre un terme à ce jeu insensé à somme nulle, qui est perçu avec angoisse et horreur par les cultures hors d'Europe. Après un siècle de catastrophes, le Vieux Continent n'a pas le droit de forcer le monde entier à choisir une fois de plus entre la guerre et la paix, entre la destruction et la survie".

En bref, le moment est peut-être vraiment venu pour l'Europe d'essayer de regarder la réalité historique avec des yeux différents. Non seulement parce que la "fin de l'histoire" hypothéquée par Fukuyama n'était qu'une confortable illusion dans laquelle les sociétés européennes - sénescentes et incapables de projection extra-domestique - se sont bercées depuis des décennies, mais surtout parce que, aujourd'hui plus que jamais, une vision strictement occidentalo-centrée (l'eurocentrisme est un fantôme depuis au moins 80 ans) est irréaliste et trompeuse. Elle est donc un signe avant-coureur de problèmes.

mercredi, 13 avril 2022

Interrègne au Pakistan

Shahbaz-Sharif_Imran-Khan_bandiera-Pakistan_IdeeAzione.png

Interrègne au Pakistan

par Leonid Savin

Source: https://www.ideeazione.com/interregno-in-pakistan/

Le 9 avril 2022, une majorité de l'Assemblée nationale du Pakistan a voté pour démettre le Premier ministre Imran Khan de ses fonctions. Bien que la chambre haute du parlement ait été précédemment dissoute par le président Arif Alvi, la Cour suprême a jugé cette action inconstitutionnelle, permettant aux parlementaires de se réunir à nouveau pour un vote de défiance. Suite à la démission du premier ministre, le procureur général du pays, Khalid Javed Khan, a démissionné.

L'opposition a applaudi, tandis que les partisans d'Imran Khan sont descendus dans les rues d'Islamabad, Lahore, Karachi, Peshawar et d'autres grandes villes. Imran Khan a promis de lancer une lutte contre le coup d'État orchestré par des puissances étrangères. Les forces armées et la police ont été mises en état d'alerte, les mesures de sécurité ont été renforcées et les contrôleurs d'aéroport ont reçu l'ordre de ne pas permettre aux fonctionnaires et aux politiciens de quitter le pays sans autorisation appropriée.

Le 10 avril, lors d'une réunion de l'Assemblée nationale, l'opposition a désigné Shahbaz Sharif comme nouveau chef du gouvernement. Un autre candidat à la tête du gouvernement, issu du parti Mouvement pour la justice, a été désigné par le désormais ancien ministre des Affaires étrangères, Shah Mahmood Qureishi. Le vote à l'Assemblée nationale a eu lieu le 11 avril. Cependant, le parti Mouvement pour la justice a boycotté le choix du premier ministre, qui a néanmoins obtenu le quorum nécessaire. Cette procédure annule les élections anticipées annoncées précédemment, qui auront désormais lieu comme prévu en 2023.

Pour une image complète du terrain de jeu politique, des précisions supplémentaires sont nécessaires.

Le leader de la Ligue musulmane-N, Nawaz Sharif, et sa fille Maryam ont été condamnés pour corruption sous le règne d'Imran Khan, qui s'est montré particulièrement zélé dans la lutte contre la corruption, le copinage et autre corruption politique (bien que Nawaz Sharif ait auparavant démissionné pour cette raison, ce qui a conduit à des élections anticipées dans lesquelles le parti de Khan, Movement for Justice, a gagné). Alors qu'il était déjà condamné et qu'il purgeait sa peine (sept ans et une lourde amende), Nawaz Sharif a été autorisé à se rendre à Londres pour un traitement médical, mais n'est jamais rentré dans le pays pour continuer à purger sa peine. Lui-même, comme ses proches, représente un important clan oligarchique au Pendjab, ce qui a amené certains médias à dire que le frère de Nawaz, Shahbaz Sharif, deviendra le nouveau Premier ministre. Comme son frère, Shahbaz Sharif a un passé criminel et fait l'objet d'une enquête depuis 2018 pour corruption dans des contrats de construction et blanchiment d'argent.

maryam-and-nawaz.jpg

Nawaz Sharif et sa fille

La capitale de ce clan se trouve en Grande-Bretagne. Il est intéressant de noter que l'une des initiatives d'Imran Khan était une tentative de retour des fonds qui ont été exportés vers son pays d'origine. Une amnistie a même été déclarée, bien que peu de riches aient fait preuve d'un quelconque esprit de patriotisme. Et lorsque les ambassadeurs de l'UE ont tenté de faire pression sur Imran Khan pour qu'il condamne les actions de la Russie, le refus instinctif du Premier ministre Shahbaz Sharif a été qualifié d'insulte, aggravant les relations avec l'Europe, et il a donc dû démissionner.

L'autre grande force d'opposition, le Parti du peuple pakistanais, qui a sa circonscription dans le Sindh, s'est également opposé au départ aux réformes d'Imran Khan et l'a critiqué de toutes les manières possibles. L'ancien président et co-président du parti, Asif Ali Zardari, qui représente également l'oligarchie, a été accusé de corruption en 1990 et a passé deux ans en prison. Il a étudié en Grande-Bretagne et y a également ses centres. Corruption mise à part, il a été accusé de trafic de drogue et a des problèmes mentaux.

Feu Benazir Bhutto, son épouse et première femme chef d'État, était activement engagée auprès des États-Unis même lorsqu'elle était dans l'opposition au gouvernement du général Musharraf.

C'est par son intermédiaire que les idées visant à saper l'establishment militaire pakistanais ont été transmises et que la Maison Blanche en a repris les graines en commençant à faire pression sur Islamabad pour qu'il organise des élections démocratiques.

Selon certaines rumeurs, Bilawal Bhutto-Zardari (fils de feu Benazir Bhutto et de Zardari) pourrait prendre le poste de ministre des Affaires étrangères dans le nouveau gouvernement. Étant donné la succession entre les clans familiaux du parti, cela est tout à fait possible malgré son jeune âge (33 ans). Entre-temps, il a déclaré que cette décision serait prise par son parti.

Quant aux évaluations des raisons de l'intervention, on dit généralement qu'elles résident dans la position indépendante d'Imran Khan, ainsi que dans ses liens avec la Chine et la Russie. Imran Khan, en effet, s'est révélé être une figure remarquable qui, peu après son arrivée au pouvoir, a déclaré que le Pakistan ne serait pas une monnaie d'échange dans les jeux des autres pays et ne soutiendrait pas l'Occident dans ses guerres régionales. Khan a refusé de condamner les actions de la Russie et se trouvait à Moscou en visite officielle lorsque l'opération spéciale en Ukraine a commencé. Mais on ne peut pas dire qu'il ait adopté une position pro-russe. Bien sûr, sous lui, la question de la dette du Pakistan, qui était "en suspens" depuis l'Union soviétique et empêchait nos pays [NDLR : l'auteur est russe] d'intensifier leur coopération commerciale et économique, a été résolue. La fin de la question a permis à la partie russe de participer au projet de gazoduc Pakistan Stream, bien qu'avec certaines restrictions dues aux sanctions. Le Pakistan, quant à lui, a augmenté ses achats de céréales à la Russie et prévoit d'augmenter les volumes en 2022.

E2sgT-2XEAAUolT.jpg

Quant à la Chine, la coopération entre les deux pays a commencé à se renforcer au début des années 1970. C'est le Pakistan qui a servi d'intermédiaire entre la Chine et les États-Unis, ce qui a conduit à la visite du président Richard Nixon à Pékin en 1972 et au début d'une coopération active entre les anciens ennemis (Washington s'était fixé pour objectif d'arracher la Chine à l'influence de l'URSS, ce qu'il a effectivement fait). Depuis, la Chine est devenue non seulement le partenaire politique du Pakistan, mais aussi son bailleur de fonds économique, en finançant un projet clé de son "initiative Belt and Road", le corridor économique Chine-Pakistan, qui comprend la gestion par Pékin du port en eau profonde de Gwadar. La dépendance à l'égard de la Chine est trop importante. Il est donc peu probable que le futur gouvernement prenne la peine de détériorer les relations avec son principal donateur. En tant que gouverneur du Punjab, Shahbaz Sharif a conclu des accords directs avec la Chine, qui ont permis le lancement de grands projets d'infrastructure, tout en évitant les clameurs politiques. Par conséquent, pour Pékin, sa candidature serait tout à fait acceptable. L'ambassade de Chine au Pakistan a officiellement déclaré que, quelle que soit la personne au pouvoir, les relations entre les deux pays resteront amicales.

Le règlement en Afghanistan reste une question importante. Imran Khan a fait d'importants progrès dans l'intégration des Pachtounes des zones frontalières du nord-ouest, qui, sous sa direction, ont été rebaptisées Khyber Pakhtunkhwa. Pour la même raison, les Talibans (interdits en Russie), dont l'épine dorsale est constituée de Pachtounes, causaient une certaine anxiété à Islamabad, anxiété qui a conduit à une série de négociations et d'accords nécessaires. Mais il convient également de mentionner que les États-Unis ont presque ouvertement accusé le gouvernement d'Imran Khan d'aider les talibans, ce qui allait conduire à la chute de Kaboul et à la fuite honteuse de l'armée américaine d'Afghanistan. Selon la partie américaine, le Qatar a joué un bon rôle de médiateur et les Américains n'auront donc pas besoin des services du Pakistan. Dans le contexte du gel des avoirs en Afghanistan et du refus américain de continuer à financer le programme d'aide au Pakistan, on peut supposer que Washington agira désormais envers Islamabad avec un bâton plutôt qu'une carotte.

De manière générale, la crise politique actuelle touche avant tout le Pakistan. Les gouverneurs du Pendjab, du Sind et de Khyber Pakhtunkhwa sont susceptibles de démissionner. Une autre division des portefeuilles conduira à un examen des projets et initiatives en cours (par exemple, Imran Khan a soutenu activement les initiatives environnementales et les programmes sociaux). Le choix de Shahbaz Sharif comme premier ministre indique la victoire d'une oligarchie aux connexions étrangères. Son frère Nawaz pourra certainement revenir dans le pays et les charges contre lui seront abandonnées, ce qui soulèvera des questions sur l'état du droit dans ce pays.

Dans son article intitulé "Le masochisme comme politique", un chroniqueur d'un grand quotidien pakistanais, qui tente de saisir les détails des procès en cours, écrit qu'"aujourd'hui, nous fantasmons sur ceux qui peuvent offrir la plus grande "surprise" en faisant dévier nos adversaires et sur la façon dont l'État de droit sera sacrifié à notre propre ego la prochaine fois."

facebook_post_image_1626089457.jpg

Il y a un "mais". La principale force politique au Pakistan, malgré l'apparence de démocratie, est l'armée. C'est auprès d'eux qu'Imran Khan a reçu un soutien lors des élections de 2018. Il est tout à fait possible que le soutien tacite des militaires à la candidature de Shahbaz Sharif soit dû au fait qu'ils ont un dossier sur lui, et qu'il ne fera donc pas de gestes drastiques qui pourraient nuire à leurs intérêts.

Après tout, le mot "crise" d'origine grecque reflète bien la situation actuelle : c'est une rupture ou une phase de transition. Le Pakistan peut opter pour la souveraineté et une voie vers la multipolarité, comme cela a été fait sous Imran Khan, ou revenir au niveau d'un satellite des puissances occidentales.

L'héritage multipolaire d'Imran Khan ne pourra jamais être complètement démantelé

Imran_khan_disegno_pakistan_bandiera.png

L'héritage multipolaire d'Imran Khan ne pourra jamais être complètement démantelé

par Andrew Korybko

Source: https://www.ideeazione.com/leredita-multipolare-di-imran-khan-non-potra-mai-essere-completamente-smantellata/

Il est difficile de prédire ce qui va se passer au Pakistan, un pays qui a toujours été caractérisé par des intrigues politiques et des changements radicaux soudains qui en prennent souvent beaucoup au dépourvu, mais il est clair que l'héritage multipolaire d'Imran Khan ne pourra jamais être complètement démantelé. Aussi imparfait que soit son premier mandat, on ne peut nier qu'il a eu un impact immense en termes de remodelage des perceptions au pays et à l'étranger, notamment grâce à sa politique de sécurité nationale multipolaire.

Le succès de l'opération de changement de régime orchestrée par les États-Unis au Pakistan a fait craindre que l'école de pensée pro-américaine au sein de l'establishment de ce pays ne tente de démanteler certaines des réalisations de leurs pairs multipolaires sous le gouvernement de l'ancien Premier ministre Imran Khan. Bien qu'il reste à voir si une tentative sera faite dans ce sens, il ne fait aucun doute qu'il est impossible de démanteler complètement son héritage multipolaire. C'est parce que le PTI, autrefois au pouvoir, est devenu depuis un mouvement véritablement multipolaire qui exprime clairement cette vision du monde prometteuse aux masses, contrairement à ses concurrents qui n'ont pas de vision du monde cohérente (si tant est qu'ils en aient une, à part être pro-US). Cette évolution aura des conséquences considérables sur l'avenir politique intérieur du Pakistan.

Bien que les relations du pays avec la Russie aient commencé à s'améliorer sous plusieurs gouvernements, ce n'est que sous le PTI qu'elles sont devenues stratégiques après avoir gagné en substance grâce à une coopération étroite sur l'Afghanistan, le pipeline Pakistan Stream (PSGP) et le PAKAFUZ. En fait, c'est en raison du voyage de l'ancien premier ministre à Moscou fin février, contre la volonté déclarée des États-Unis, que l'hégémonie unipolaire en déclin a déclenché son coup d'État de facto contre lui, exploitant les différences politiques préexistantes au sein du pays ainsi que son processus constitutionnel pour le renverser à titre de sanction. Cela signifie que le bilan de la politique étrangère de son gouvernement avec cette grande puissance eurasienne sera toujours inextricablement lié à l'héritage de l'ancien Premier ministre Khan.

Bien que cela reste à jamais l'aspect le plus dramatique de son mandat en matière de politique étrangère, pour des raisons évidentes liées à la manière scandaleuse dont son mandat s'est terminé, ce n'était pas la seule réalisation multipolaire à son actif. D'une importance similaire, son refus courageux d'accueillir des bases américaines après l'évacuation chaotique des États-Unis d'Afghanistan en août dernier, sacrifiant ainsi ce qu'il considérait sincèrement comme les intérêts nationaux objectifs de son pays. L'ancien Premier ministre Khan a également défié les pressions occidentales dirigées par les États-Unis en demandant sans ménagement aux quelque deux douzaines d'ambassadeurs européens à Islamabad qui ont enfreint le protocole diplomatique en condamnant publiquement la Russie : "Sommes-nous vos esclaves ? Ce message facilement compréhensible incarnait la vision pro-souveraineté qui a défini son mandat.

20220330-img-le-pakistan-revendique-sa-neutralite-face-la-guerre-en-ukraine-1.jpg

En outre, il a fait plus que tout autre dirigeant pakistanais avant lui pour attirer l'attention du monde sur la position de son pays à l'égard du conflit non résolu du Cachemire : son discours de 2019 devant l'Assemblée générale des Nations unies, un peu plus d'un mois après l'abrogation unilatérale de l'article 370 par New Delhi, est considéré comme l'une des marques de fabrique de son premier mandat. Il ne fait aucun doute que la perception mondiale de l'Inde a progressivement commencé à changer pour le pire en raison de la mise du Cachemire au centre de la politique étrangère du Pakistan. Étant donné le caractère patriotique de cette question pour le Pakistanais moyen, on peut dire qu'elle a galvanisé les masses sous sa direction, ce qui contribue à expliquer son immense popularité et celle de son parti.

On peut en dire autant de la passion avec laquelle il a mené sa campagne anti-islamophobie. L'ancien Premier ministre Khan ne tolérait aucun manque de respect envers le prophète Mahomet ou ses adorateurs, où que ce soit dans le monde. Cela a été aussi globalement associé à son premier mandat que son soutien au Cachemire. Bien que ni l'un ni l'autre n'ait obtenu beaucoup de résultats tangibles, ils étaient hautement symboliques et poursuivis avec une sincérité incontestable par la force de ses convictions personnelles. Ils ont rallié les masses et généré beaucoup d'attention positive pour le Pakistan dans le monde entier. Ces campagnes ont également permis aux Pakistanais moyens de se sentir très fiers de leur pays.

Il convient également de mentionner que c'est sous l'ancien Premier ministre Khan que le Pakistan a finalement promulgué sa première politique de sécurité nationale en janvier. Ce document peut être objectivement décrit comme l'articulation d'une vision véritablement multipolaire par son interdiction de la politique des blocs et son accent sur la géo-économie au lieu de la géopolitique. Cette double rupture avec le passé a été provoquée par l'école multipolaire de l'establishment de son pays qui soutenait ces politiques en contraste avec la vision supposée différente de leurs collègues pro-US. Malgré le départ de ce leader multipolaire, on s'attend à ce que ceux qui, au sein de l'Establishment, partagent sa vision du monde et ont contribué à la mettre en œuvre dans la politique, fassent de leur mieux pour maintenir cette vision multipolaire.

Ces observations expliquent pourquoi dimanche, le lendemain de son éviction du pouvoir et juste avant l'annonce du nouveau gouvernement lundi, des rassemblements en sa faveur ont eu lieu dans tout le pays. Contrairement au PMLN et au PPP, les deux autres grands partis du pays qui se sont donné la main pour le déposer, le PTI n'est pas considéré comme un parti régional. Il jouit également d'une réputation de lutte contre la corruption, ce qui le distingue des deux autres pays qui ont été victimes de l'impression d'être corrompus jusqu'à la moelle. Ils sont également considérés par beaucoup comme des représentants de l'ancien système de gouvernement que beaucoup accusent d'être à l'origine des problèmes persistants du Pakistan, que même l'ancien Premier ministre Khan n'a pas pu résoudre malgré tous ses efforts au cours des dernières années de son mandat. Une autre observation importante est que de larges segments de la jeunesse et de l'intelligentsia soutiennent l'ancien premier ministre.

En effet, il a exprimé de manière convaincante sa vision du "Naya (nouveau) Pakistan" et a pris des mesures tangibles pour la mettre en pratique, tant au niveau des messages puissants associés à ses campagnes en faveur du Cachemire et contre l'islamophobie que des résultats associés au rapprochement rapide avec la Russie qu'il a supervisé. La vision géo-économique de la politique de sécurité nationale et l'interdiction de la politique des blocs ont rempli les Pakistanais d'espoir que leur pays changeait enfin pour le mieux avec son temps. De nombreuses personnes méprisaient la façon dont leur allié américain officiel avait profité d'elles pendant la "guerre mondiale contre la terreur". Elles ont donc vu dans les politiques de l'ancien Premier ministre Khan une alternative pro-pakistanaise aux politiques pro-US de ses prédécesseurs qui avaient causé tant de souffrances.

Résister aux États-Unis n'était pas considéré comme "anti-américain" mais comme pro-Pakistan, ou plus simplement, comme une expression longtemps attendue du respect de soi et de la souveraineté que ce peuple fier désire depuis des décennies voir ses dirigeants afficher publiquement. La célèbre déclaration de leur ancien premier ministre "absolument pas" en réponse à une question sur l'accueil de bases américaines les a remplis de fierté car il a fait ce qu'aucun dirigeant précédent n'avait jamais pu faire, même si cela a finalement contribué à lui coûter son poste. Quels que soient les efforts de l'école pro-américaine de l'Establishment, elle ne pourra pas effacer l'impression dans le cœur de nombreux Pakistanais qu'Imran Khan représente vraiment le "Naya Pakistan" qu'ils ont le sentiment d'avoir enfin mérité de connaître de leur vivant, tandis que l'opposition soutenue par les États-Unis représente un retour au passé honteux.

Les perceptions sont la réalité, comme certains l'ont prétendu de manière provocante, et elles constituent également une puissante force de mobilisation, comme en témoignent les rassemblements nationaux de soutien à l'ancien premier ministre dimanche. Son PTI a commencé comme un mouvement anti-corruption qui s'est transformé en un mouvement véritablement multipolaire qui a impressionné la conscience politique et de classe du peuple, y compris la conscience des affaires étrangères et l'importance d'une approche équilibrée de la transition systémique mondiale en cours vers la multipolarité. Pour ces raisons, on peut en quelque sorte qualifier son mandat de "révolutionnaire" pour les changements sociopolitiques qu'il a déclenchés parmi les masses. Le fait qu'il ait rassemblé derrière lui de larges segments de l'intelligentsia, ainsi que de nombreux Pakistanais d'outre-mer, est également un exploit.

Il est difficile de prédire ce qui se passera au Pakistan, un pays qui a toujours été caractérisé par des intrigues politiques et des changements radicaux soudains qui en prennent souvent beaucoup au dépourvu, mais il est clair que l'héritage multipolaire d'Imran Khan ne pourra jamais être complètement démantelé. Il a laissé son empreinte sur son peuple, qui s'inspire aujourd'hui de l'exemple qu'il a donné pendant son mandat, notamment pour restaurer sa fierté et le respect du monde pour son pays. Aussi imparfait que soit son premier mandat, on ne peut nier qu'il a eu un impact immense en termes de remodelage des perceptions au pays et à l'étranger, notamment grâce à sa politique de sécurité nationale multipolaire. Il s'agit d'une réalité que l'école de l'establishment pro-américain et l'opposition soutenue par les États-Unis ne peuvent effacer de la conscience publique et sont donc obligées d'accepter.

Publié par Idee e Azione en partenariat avec OneWorld

lundi, 11 avril 2022

L'auto-sabotage de l'Union européenne en 8 points

drapeau-union-europeenne.jpg

L'auto-sabotage de l'Union européenne en 8 points

Source: https://jornalpurosangue.com/2022/03/13/a-autossabotagem-da-uniao-europeia-em-8-pontos/

De GPOShorts

Ce court article examine les perspectives immédiates de l'Europe en huit points, à la lumière de l'opération spéciale de la Russie en Ukraine.

1) Tout événement majeur provoque des spasmes dans le monde entier ; les événements actuels en Europe provoquent des ravages sur tous les marchés mondiaux. Sans surprise, c'est en Europe que les conséquences de l'action du Kremlin se font le plus sentir et ce, pour une multitude de raisons. Confrontée à la flambée des prix du carburant, à un tsunami d'immigrants et à un nouveau rideau de fer, l'Europe est au cœur des plus grandes transformations depuis 70 ans. Malgré toute la sympathie que l'on peut avoir à première vue, un regard sur l'histoire récente nous aide à comprendre comment les événements mondiaux ont amené la situation là où elle est aujourd'hui.

2) Autant le conflit qui balaie actuellement ce qui était il y a quelques décennies la puissance industrielle et agricole du sud de l'Union soviétique est le résultat de la malfaisance des États-Unis et de l'Ukraine, autant il est aussi en partie la faute de l'Europe occidentale. Un coup d'État mené par les États-Unis et huit années de guerre ont été largement ignorés par les gouvernements européens et leurs peuples, étant perçus comme "la guerre des autres", mais cela signifiait simplement que, pour l'essentiel, les États-Unis, Bruxelles et les autres centres politiques fermaient les yeux sur un problème croissant à leurs frontières. Le fait que les faits connus aient été ignorés au profit des relations avec Washington s'est avéré être une très mauvaise décision géopolitique, mais malgré toutes les preuves, les dirigeants européens ont continué non seulement à soutenir aveuglément huit années de "fausse paix", mais aussi à supprimer toute voix qui remettait en question leur soutien continu non seulement à un gouvernement fantoche, mais aussi à tout ce qu'il représente.

3) Cet article ne porte pas sur le contrôle de la politique européenne par Washington, mais on ne peut ignorer le fait que les Européens restent absolument à l'écoute des États-Unis, à leur détriment absolu. En 2002, des centaines de millions d'Européens ont subi un bouleversement majeur lorsque l'Union européenne a mis en place l'euro à la place des monnaies nationales, mais 20 ans plus tard, au lieu d'utiliser l'euro, le bloc européen négocie toujours en dollars. Cette situation n'ayant pas été assez mauvaise, elle permet encore à la Maison Blanche et à l'OTAN de dicter la politique étrangère de toute nation qui finit par irriter Washington, ce qui a culminé avec la guerre qui ravage actuellement l'Ukraine. Alors qu'aux États-Unis, les répercussions de la guerre poussent les automobilistes américains à se plaindre des prix de l'essence, en Europe, elles représentent un véritable tsunami, les prix des carburants augmentant aussi vite que le nombre d'immigrants. Il est connu que beaucoup de ceux qui ont conduit l'Europe sur cette voie ont des affiliations étroites avec "l'establishment" du continent, mais les questions quant à savoir où cette voie mènera sont actuellement sans réponse. Cette absence de réponses entraîne toutefois une nouvelle vague de questions très urgentes, des questions auxquelles l'Europe occidentale doit répondre le plus rapidement possible.

4) Pendant près d'une décennie, l'Europe occidentale a soutenu les États-Unis dans leurs efforts pour tenir tête aux Russes, mais contrairement à l'affirmation de John McCain selon laquelle la Russie n'est que la "station-service d'un pays", une rupture soudaine des relations Ouest-Est s'avère être un véritable casse-tête pour les Occidentaux à bien des égards. Nous savons tous à quel point la Fédération de Russie joue un rôle important sur le marché mondial de l'énergie, mais comme elle est aussi (et surtout) un grand exportateur agricole, les prix d'un certain nombre de produits alimentaires importants vont également monter en flèche dans les mois à venir. En soi, ce n'est pas un problème si grave, car les nations occidentales sont capables d'adapter leurs propres industries agricoles pour compenser, du moins en partie, le déficit. Ce qui est grave, en revanche, c'est que la Russie est également un acteur clé du marché mondial des engrais. Même si l'Occident devait restructurer son secteur agricole, il a toujours besoin de matières premières, en l'occurrence des engrais, pour le faire et les prix élevés des engrais aggravent considérablement une situation déjà assez mauvaise. Cerise sur le gâteau, avec la pénurie mondiale, la Russie pourra toujours vendre ce qu'elle peut produire, mais à des prix beaucoup plus élevés. Washington voit peut-être la Russie comme la station-service du monde, mais les dirigeants européens sauront-ils calmer l'ire de leurs consommateurs face à l'explosion des prix et au début d'une période de stagflation ?

5) Comme nous l'avons examiné précédemment, la situation des matières premières devient beaucoup plus aiguë d'un côté de l'Atlantique que de l'autre, mais malgré cela, les figures de proue de Bruxelles veulent restreindre davantage leurs échanges avec la Russie. Outre le carburant, les denrées alimentaires et les engrais, la Russie est également un acteur majeur dans le domaine des minéraux. Le fer, le nickel et le titane sont plus importants en tant que matières premières pour l'Occident qu'en tant qu'exportations pour la Russie, mais l'UE a tout fait pour rendre de plus en plus difficile l'accès aux biens requis par ses industries nationales. Bien que les économies européennes soient différentes, la fabrication de produits finis de qualité est importante dans plusieurs États membres de l'UE et les pénuries de matériaux pourraient à terme entraîner la disparition de nombreuses entreprises. La raison pour laquelle Bruxelles voudrait se tirer une balle dans le pied est une question sans réponse, mais il est certain que cette démarche fait le bonheur de nombreuses personnes à Washington.

6) Il ne fait aucun doute que les mesures actuelles appliquées contre la Russie affectent l'Europe beaucoup plus profondément que les États-Unis, ce qui est reconnu depuis longtemps par les experts en affaires mondiales. À la fin de la Seconde Guerre mondiale, les États-Unis représentaient plus de la moitié des exportations mondiales, mais au cours des huit dernières décennies, la Chine et l'Europe ont érodé l'avantage antérieur de Washington, la "ceinture d'acier" des États-Unis ayant rouillé, obligeant l'Oncle Sam à compter sur d'autres pays pour fournir une grande partie de ce qui est consommé dans le pays. La rivalité entre Washington et Pékin n'est pas examinée ici, mais la situation actuelle, si elle ne favorise pas Washington, a certainement un effet très négatif sur l'Europe, ce n'est pas la première fois que les États-Unis tentent de prendre le dessus en repoussant les autres. Pour toutes les affaires entre Washington et Bruxelles, et entre l'Est et l'Ouest, il y a néanmoins un assez gros éléphant - soit un problème délibérément ignoré en dépit de sa lourde évidence-  dans la pièce qui ne fera que grossir en raison des circonstances actuelles.

7) Alors que les Occidentaux se plaignent de la Russie en Ukraine, la véritable douleur économique est encore à venir. Sauf, bien sûr, en Chine, où des contrats à long terme entre Moscou et Pékin permettront de minimiser les pics de courant. Les relations entre Moscou et Pékin ayant atteint un sommet historique, le commerce entre les deux se poursuivra sans entrave. Les contrats précédemment conclus sur toute une série de matières premières sont toujours en vigueur, mais si la Chine a besoin de plus, elle sera certainement gratifiée. Le gouvernement chinois payant les prix convenus pour tout cela, la Chine se trouve désormais dans une position très avantageuse par rapport au commerce mondial, les économies liées au marché occidental voyant leurs prix s'envoler. Avec cette alliance qui se renforce d'année en année, l'amitié mutuelle signifie à son tour un avenir mutuellement assuré, et dans le climat actuel, à des prix qui n'ont jamais été aussi compétitifs. N'oubliez jamais que si cela favorise l'Est d'une manière jamais vue auparavant, cette situation est absolument un produit de la politique occidentale.

8) Malgré toutes les jérémiades des Occidentaux, le conflit en Ukraine et ses conséquences dans le monde entier ont été créés par ce même Occident. Une décennie à essayer de mettre le plus grand pays d'Europe hors jeu en faveur des intérêts américains aboutit à une situation de plus en plus désagréable pour le monde occidental. Avec la coupure de tous les approvisionnements en carburant vers l'Europe, Bruxelles fait face au canon d'un pistolet économique avec son propre doigt sur la gâchette. Si la situation devait encore se détériorer, la Russie pourrait bien fermer le Nord Stream 1, ce qui aggraverait encore une situation déjà désespérée. Malgré toute l'ampleur des mesures prises contre Moscou, la Russie a prouvé qu'elle avait un éventail tout aussi large d'exportations à proposer sur le marché international. Le fait que le jeu de Washington nuit à l'Europe autant qu'à la Russie n'est pas passé inaperçu pour certains, mais tant que les consommateurs européens ne s'en rendront pas compte, il faudra s'attendre à peu de changements. En attendant, le soleil de l'Est semble effectivement se raffermir dans le ciel, les économies chinoise et russe se réjouissant des conditions imposées par Washington. Il est fort probable qu'à l'avenir, l'Europe se rende enfin compte qu'elle a été manipulée pour se saboter elle-même.

L'empire américain s'autodétruit

5c5396314d530_105.jpg

L'empire américain s'autodétruit

Par Michael Hudson

Source: https://jornalpurosangue.com/2022/03/09/o-imperio-americano-autodestroi-se/

Les empires suivent souvent le cours d'une tragédie grecque, provoquant précisément le sort qu'ils cherchaient à éviter. C'est certainement le cas de l'Empire américain, qui se démantèle en un mouvement qui n'est pas très lent.

L'hypothèse de base des prévisions économiques et diplomatiques est que chaque pays agira dans son propre intérêt. Un tel raisonnement n'est pas utile dans le monde d'aujourd'hui. Les observateurs de tout le spectre politique utilisent des expressions comme "se tirer une balle dans le pied" pour décrire la confrontation diplomatique des États-Unis avec la Russie et ses alliés. Mais personne ne pensait que l'empire américain s'autodétruirait aussi rapidement.

Pendant plus d'une génération, les plus éminents diplomates américains ont mis en garde contre ce qu'ils considéraient comme la menace extérieure ultime : une alliance entre la Russie et la Chine dominant l'Eurasie. Les sanctions économiques et la confrontation militaire de l'Amérique ont rapproché ces deux pays et poussent d'autres pays dans leur orbite eurasienne émergente.

La puissance économique et financière américaine était censée éviter ce destin eurasien. Pendant le demi-siècle qui a suivi l'abandon de l'étalon-or par les États-Unis en 1971, les banques centrales du monde entier ont fonctionné selon l'étalon-dollar, en détenant leurs réserves monétaires internationales sous forme de bons du Trésor américain, de dépôts bancaires américains et d'actions et d'obligations américaines. Le standard des bons du Trésor qui en a résulté a permis à l'Amérique de financer ses dépenses militaires à l'étranger et la prise de contrôle d'autres pays simplement en créant des billets à ordre (IOU) libellés en dollars. Les déficits de la balance des paiements des États-Unis finissent dans les banques centrales des pays ayant des excédents de paiement comme réserves, tandis que les débiteurs du Sud ont besoin de dollars pour payer leurs partenaires et effectuer leur commerce extérieur.

Michael-Hudson-theAnalysis-news.jpg

Michael Hudson.

Ce privilège monétaire - le seigneuriage [NT] du dollar - a permis à la diplomatie américaine d'imposer des politiques néolibérales au reste du monde sans avoir à utiliser beaucoup de force militaire propre, sauf pour capturer le pétrole du Proche-Orient.

La récente escalade des sanctions américaines qui empêchent l'Europe, l'Asie et d'autres pays de commercer et d'investir avec la Russie, l'Iran et la Chine a imposé d'énormes coûts d'opportunité - le coût des occasions perdues - aux alliés des États-Unis. Et la récente confiscation de l'or et des réserves étrangères du Venezuela, de l'Afghanistan et maintenant de la Russie [1] [NT], ainsi que la capture sélective des comptes bancaires de riches étrangers (dans l'espoir de gagner leurs cœurs et leurs esprits, attirés par l'espoir du retour de leurs comptes séquestrés), a mis fin à l'idée que les avoirs en dollars - ou maintenant aussi les avoirs en livres sterling et en euros des satellites de l'OTAN en dollars - sont un refuge d'investissement sûr lorsque les conditions économiques mondiales deviennent instables.

Je suis donc quelque peu dégoûté d'observer la vitesse à laquelle ce système financé centré sur les États-Unis s'est déprécié en quelques années seulement. Le thème de base de mon livre Super Impérialisme était la façon dont, au cours des cinquante dernières années, l'étalon des bons du Trésor américain a canalisé l'épargne étrangère vers les marchés financiers et les banques américaines, donnant libre cours à la diplomatie du dollar. Je pensais que la "dédollarisation" serait menée par la Chine et la Russie qui prendraient le contrôle de leurs économies pour éviter le type de polarisation financière qui impose l'austérité aux États-Unis [2]. Mais les responsables américains obligent la Russie, la Chine et d'autres nations à se déverrouiller de l'orbite américaine pour se rendre à l'évidence et surmonter toute hésitation qu'ils avaient à "dédollariser".

J'avais espéré que la fin de l'économie impériale dollarisée se produirait grâce à l'effondrement d'autres pays. Mais ce n'est pas ce qui s'est passé. Les diplomates américains ont eux-mêmes choisi de mettre fin à la dollarisation internationale, tout en aidant la Russie à construire ses propres moyens de production agricoles et industriels autosuffisants. Ce processus de fracturation mondiale est en effet en cours depuis quelques années, à commencer par les sanctions qui empêchent les alliés de l'OTAN et autres satellites économiques de l'Amérique de commercer avec la Russie. Pour la Russie, ces sanctions ont eu le même effet que celui qu'auraient eu des tarifs protectionnistes.

3981484207.jpg

La Russie est restée trop fascinée par l'idéologie néolibérale du marché libre pour prendre des mesures visant à protéger sa propre agriculture et son industrie. Les États-Unis ont apporté l'aide nécessaire en imposant à la Russie l'autosuffisance intérieure. Lorsque les États baltes ont obéi aux sanctions américaines et ont perdu le marché russe pour leurs fromages et autres produits agricoles, la Russie a rapidement créé sa propre industrie fromagère et laitière - tout en devenant le premier exportateur mondial de céréales.

La Russie découvre (ou est sur le point de découvrir) qu'elle n'a pas besoin de dollars américains pour soutenir le taux de change du rouble. Sa banque centrale peut créer les roubles nécessaires pour payer les salaires nationaux et financer la formation de capital. Les confiscations par les États-Unis de leurs réserves en dollars et en euros pourraient finalement amener la Russie à mettre fin à son adhésion à la philosophie monétaire néolibérale, Sergei Glaziev plaidant depuis longtemps en faveur de la "Théorie monétaire moderne" (MMT).

La même dynamique de réduction des cibles ostensibles des États-Unis s'est produite avec les sanctions américaines contre les principaux multimillionnaires russes. La thérapie de choc néolibérale et les privatisations des années 1990 n'ont laissé aux kleptocrates russes qu'un seul moyen de s'approprier les actifs qu'ils avaient arrachés au domaine public. Il s'agissait d'incorporer leurs acquisitions et de vendre leurs actions à Londres et à New York. L'épargne intérieure avait été décimée et les conseillers américains ont persuadé la banque centrale russe de ne pas créer sa propre monnaie en roubles.

Le résultat est que les actifs pétroliers, gaziers et minéraux nationaux de la Russie n'ont pas été utilisés pour financer une rationalisation de l'industrie et du logement russes. Au lieu d'être investis dans la création de nouveaux moyens de protection de la population russe, les revenus de la privatisation ont été dilapidés dans de nouvelles acquisitions d'actifs nouveaux-riche, d'immobilier de luxe en territoire britannique, de yachts et d'autres actifs de la fuite mondiale des capitaux. Mais l'effet des sanctions qui ont pris en otage les avoirs en dollars, en livres sterling et en euros des multimillionnaires russes a été de faire de la City de Londres un endroit trop risqué pour eux de détenir leurs actifs - et pour les riches de toute autre nation potentiellement soumise aux sanctions américaines. En imposant des sanctions aux Russes les plus riches et les plus proches de Poutine, les responsables américains espéraient les inciter à s'opposer à leur rupture avec l'Occident et ainsi servir efficacement d'agents d'influence de l'OTAN. Mais pour les multimillionnaires russes, leur propre pays commence à paraître plus sûr.

9783981826036_front.jpg

Pendant de nombreuses décennies, la Réserve fédérale américaine et le Trésor ont lutté contre [la possibilité que] l'or retrouve son rôle dans les réserves internationales. Mais comment l'Inde et l'Arabie saoudite considéreront-elles leurs avoirs en dollars lorsque Biden et Blinken tenteront de les forcer à suivre l'"ordre fondé sur des règles" des États-Unis plutôt que leur propre intérêt national ? Les récents diktats américains ne leur laissent guère d'autre choix que de commencer à protéger leur propre autonomie politique en convertissant leurs avoirs en dollars et en euros en or, un actif libre de la responsabilité politique d'être pris en otage par des exigences américaines de plus en plus coûteuses et perturbatrices.

La diplomatie américaine a frotté le nez de l'Europe dans sa servilité abjecte, en disant à ses gouvernements d'obliger leurs entreprises à se débarrasser de leurs actifs pour quelques centimes de dollars après le blocage des réserves étrangères de la Russie et la chute du taux de change du rouble. Blackstone, Goldman Sachs et d'autres investisseurs américains se sont empressés d'acheter ce dont Shell Oil et d'autres sociétés étrangères se débarrassaient.

Personne ne pensait que l'ordre mondial d'après-guerre 1945-2020 céderait aussi rapidement. Un véritable nouvel ordre économique international est en train d'émerger, même si la forme qu'il prendra n'est pas encore claire. Mais les confrontations résultant de la "montée de l'ours" avec l'agression US/OTAN contre la Russie ont dépassé le niveau de la masse critique. Il ne s'agit plus seulement de l'Ukraine. Celle-ci n'est que le déclencheur, un catalyseur pour éloigner une grande partie du monde de l'orbite USA/OTAN.

La prochaine confrontation pourrait venir de l'intérieur même de l'Europe, alors que les politiciens nationalistes cherchent à mener une rupture avec le super-impérialisme américain qui agit à l'encontre des intérêts de ses propres alliés européens et autres, afin de les maintenir dans la dépendance du commerce et des investissements basés aux Etats-Unis. Le prix de leur obéissance continue est d'imposer une inflation des coûts à leur industrie tout en subordonnant leur politique électorale démocratique aux proconsuls américains de l'OTAN.

Ces conséquences ne peuvent pas vraiment être considérées comme "involontaires". De nombreux observateurs ont indiqué exactement ce qui allait se passer - à commencer par le président Poutine et le ministre des Affaires étrangères Lavrov lorsqu'il a expliqué quelle serait leur réponse si l'OTAN insistait pour les coincer tout en attaquant les Russophones de l'Est de l'Ukraine et en déplaçant des armes lourdes vers la frontière occidentale de la Russie. Les conséquences étaient prévues. Les néoconservateurs qui contrôlent la politique étrangère américaine s'en fichaient tout simplement. Reconnaître les préoccupations des Russes était considéré comme du Putinverstehen (compréhension de Poutine) comme on dit en Allemagne.

Les responsables européens n'étaient pas mal à l'aise pour parler au monde de leurs inquiétudes quant au fait que Donald Trump était fou et déstabilisait les bénéficiaires de la diplomatie internationale. Mais ils semblent avoir été pris de court par la résurgence de la haine viscérale de la Russie par l'administration Biden via le secrétaire d'État Blinken et Victoria Nuland-Kagan. La façon de s'exprimer et les manières de Trump ont peut-être été vulgaires et incongrues, mais la bande des néocons américains a des obsessions bien plus menaçantes risquant de déclencher une confrontation mondiale. L'enjeu pour eux était de savoir de quelle réalité ils sortiraient victorieux : la "réalité" qu'ils pensaient pouvoir fabriquer, ou la réalité économique hors du contrôle des États-Unis.

Ce que les pays étrangers n'ont pas fait de leur propre chef pour remplacer le FMI, la Banque mondiale et les autres bras forts de la diplomatie américaine, les politiciens américains les obligent maintenant à le faire. Au lieu que les pays d'Europe, du Proche-Orient et du Sud s'éloignent en calculant leurs propres intérêts économiques à long terme, c'est l'Amérique qui les repousse, tout comme elle l'a fait avec la Russie et la Chine. De plus en plus d'hommes politiques cherchent à obtenir le soutien des électeurs en leur demandant si leurs pays seraient mieux servis par de nouveaux accords monétaires pour remplacer le commerce, les investissements et même le service de la dette étrangère en dollars.

L'effondrement des prix de l'énergie et des denrées alimentaires frappe particulièrement les pays du Sud, ce qui coïncide avec leurs propres problèmes de Covid-19 et l'imminence du service de la dette dollarisée qui arrive à échéance. Quelque chose doit céder. Pendant combien de temps ces pays vont-ils imposer l'austérité pour rembourser les détenteurs d'obligations étrangers ?

Comment les économies américaine et européenne vont-elles faire face à leurs sanctions contre les importations de gaz et de pétrole russes, de cobalt, d'aluminium, de palladium et d'autres matériaux de base. Les diplomates américains ont dressé une liste de matières premières dont leur économie a désespérément besoin et qui sont donc exemptées des sanctions commerciales imposées. Cela fournit-il à M. Poutine une liste utile de points de pression américains à utiliser pour remodeler la diplomatie mondiale et aider les pays européens et autres à se libérer du rideau de fer que l'Amérique a imposé afin d'enfermer ses satellites dans la dépendance des fournitures américaines à prix élevé ?

L'inflation de Biden

Mais la rupture définitive avec l'aventurisme de l'OTAN doit venir de l'intérieur même des États-Unis. À l'approche des élections du Congrès de cette année, les politiciens trouveront un terrain fertile pour montrer aux électeurs américains que l'inflation des prix entraînée par l'essence et l'énergie est un sous-produit politique du blocage des exportations de pétrole et de gaz par l'administration Biden (mauvaise nouvelle pour les propriétaires de gros SUV gourmands en essence !). Le gaz est nécessaire non seulement pour le chauffage et la production d'électricité, mais aussi pour la production d'engrais, dont il y a déjà une pénurie mondiale. Cette situation est exacerbée par le blocus des exportations de céréales russes et ukrainiennes vers les États-Unis et l'Europe, qui provoque déjà une hausse des prix alimentaires.

715ww7uZogL.jpg

Il y a déjà une déconnexion frappante entre la vision de la réalité du secteur financier et celle promue par les grands médias de l'OTAN. Les marchés financiers européens ont plongé à l'ouverture le lundi 7 mars, tandis que le pétrole Brent a atteint 130 dollars le baril. Le journal télévisé "Today" de la BBC a présenté ce matin le député conservateur Alan Duncan, un négociant en pétrole, qui a averti que le quasi-doublement des prix des contrats à terme sur le gaz naturel menaçait de mettre en faillite les entreprises engagées à fournir du gaz à l'Europe aux anciens tarifs. Mais revenons aux nouvelles militaires des "Deux minutes de haine". La BBC a continué à applaudir les courageux combattants ukrainiens et les politiciens de l'OTAN ont demandé un plus grand soutien militaire. À New York, l'indice Dow Jones a plongé de 650 points et l'or est passé à plus de 2000 dollars l'once - ce qui reflète l'opinion du secteur financier sur la façon dont la partie américaine est susceptible de se dérouler. Les prix du nickel ont encore augmenté - de 40 pour cent.

Tenter de forcer la Russie à répondre militairement et à faire mauvaise figure aux yeux du reste du monde s'avère être un coup monté visant simplement à garantir que l'Europe contribue davantage à l'OTAN, achète plus de matériel militaire aux États-Unis et s'enferme davantage dans une dépendance commerciale et monétaire vis-à-vis des États-Unis. L'instabilité ainsi provoquée a pour effet de faire passer les États-Unis pour aussi menaçants que l'OTAN/l'Occident prétend que la Russie l'est.

Source : Portal Resist Info.

Références :

[1] L'or de la Libye a également disparu après le renversement de Mouammar Kadhafi par l'OTAN en 2011.

[2] Voir plus récemment Radhika Desai et Michael Hudson (2021), "Beyond Dollar Creditocracy : A Geopolitical Economy", Valdai Club Paper No. 116. Moscou : Valdai Club, 7 juillet, repris dans Real World Economic Review (97), https://rwer.wordpress.com/2021/09/23.

[NT]

[1] Seignorage : Bénéfice résultant du différentiel entre le coût de production de la monnaie et sa valeur nominale.

[2] Hudson aurait pu ajouter le vol des propres réserves d'or de la Banque centrale d'Ukraine.

dimanche, 10 avril 2022

L'homme habite géopolitiquement la Terre

221792A.jpg

L'homme habite géopolitiquement la Terre

par Gennaro Scala 

Source : Gennaro Scala & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/geo-politicamente-abita-l-uomo

0-15116.jpgLe livre en question est une réflexion "métapolitique" sur la géopolitique, c'est-à-dire qu'il dépasse les questions spécifiques que traite cette discipline pour s'interroger sur le "pourquoi", sur les questions fondamentales dont découlent les questions géopolitiques et politiques tout court. Pourquoi s'occuper de géo-politique ? D'un point de vue immédiat, chaque État ne peut ignorer les questions géopolitiques, sous peine de graves conséquences. Un certain niveau de connaissances géopolitiques, c'est-à-dire des relations entre les États, est nécessaire à la classe politique de chaque État. Cependant, tous les États n'en ont pas besoin et ne peuvent pas l'utiliser de la même manière, cela dépend de la capacité d'action, qui dépend à son tour de la puissance d'un État. Un État qui est totalement subordonné aux politiques internationales d'un autre État, et il en existe, il faut le savoir, n'a guère besoin de connaissances géopolitiques puisque la décision sur les politiques internationales sera dictée par d'autres. Mais ce peu ne signifie pas zéro, un certain degré de connaissances géopolitiques est toujours nécessaire, une marge de manœuvre subsiste toujours, même si elle est devenue beaucoup plus étroite que la "souveraineté limitée" dont a bénéficié l'Italie de l'après-guerre jusqu'à l'effondrement de l'URSS. Mais si c'est le niveau immédiat d'où découle le besoin de connaissances géopolitiques, on ne peut s'y arrêter, sinon nous aurions une géopolitique purement nationaliste.

Ce n'est pas le cas de Fabio Falchi pour qui la géopolitique découle de notre "être au monde" et d'une certaine manière d'"habiter la terre". En tant que mortels, nous habitons "poétiquement" la terre, le mot étant la "maison de l'être" et concernant donc notre être chez nous dans le monde, mais nous sommes des êtres situés entre le ciel et la terre, donc le poétique présuppose l'impoétique, autant l'homme habite poétiquement la terre, autant il l'habite géo-politiquement. Ce "poétique vs. impoétique" se traduit philosophiquement dans l'opposition "Heidegger vs. Schmitt" (chapitre II), Schmitt venant rappeler que l'occupation de la terre par l'homme se fait à partir d'une partition, et la géopolitique s'en occupe, mais c'est donner la prévalence à "l'être-contre-les-autres". En jouant dialectiquement Heidegger contre Schmitt et vice versa, cependant, la priorité "ontologique" de "l'être-avec-les-autres" est rétablie (p.52), tout en reconnaissant l'être contre une possibilité toujours présente dans les relations humaines.

indexcsmh.jpg

Fabio Falchi veut retrouver l'opposition terre-mer de Schmitt, tout en rejetant, avec Heidegger, l'opposition ami-ennemi comme opposition ultime, ontologique, fondatrice de la politique. Je pense plutôt qu'il s'agit d'un mythe taillé dans le conflit Allemagne-Angleterre, l'histoire n'est pas marquée par cette éternelle opposition entre les puissances terrestres et maritimes (à ces dernières s'ajoutent, avec la technologie moderne, des puissances qui s'appuient sur le contrôle du ciel), cette opposition ne s'applique guère à l'histoire ancienne, comme le reconnaît aussi Falchi, et même avec la "révolution spatiale" qui a eu lieu avec la découverte des Amériques et la navigation sur l'ensemble du globe, elle ne devient pas plus valable. Le problème est plutôt de surmonter le mondialisme, le rêve de domination mondiale, qui est né de l'expansion mondiale des puissances européennes. L'Allemagne du siècle dernier était certes une puissance qui s'appuyait davantage sur des forces terrestres, mais elle a hérité du rêve de la domination mondiale anglo-saxonne, qu'elle a finalement voulu réaliser "par voie terrestre" par l'invasion de la Russie, pour laquelle elle s'est inspirée de la "conquête de l'Ouest".

Ainsi, s'il est juste de rétablir le fondement universaliste de l'appartenance humaine commune, tout en reconnaissant que c'est précisément le fait d'être ensemble qui peut aboutir à être contre, ou à la possibilité toujours présente d'un conflit, comment l'appartenance commune peut-elle prévaloir sur la tendance également inhérente au conflit ? Ce qui, traduit en termes géopolitiques universels, signifie pour moi aujourd'hui: comment éviter le choc des civilisations ? À cette fin, il est notamment essentiel de rétablir le sens de la limitation humaine par rapport à la volonté illimitée de puissance qui a donné naissance à la technologie. Et à cet égard, Heidegger est si utile, étant parmi ceux qui se sont le plus concentrés sur le problème, si trompeur car la différence ontologique et l'oubli de l'être sont à mon avis de mauvaises réponses. Le concept de différence ontologique de Heidegger est celui qu'il faut le plus dépasser; il crée une fracture entre l'être et le devenir, reproduisant les anciens dualismes. Identifier l'être à tout ce qui n'est pas l'être signifie une dé-substantiation de l'Être, qui est au contraire ce qu'il y a de plus réel, c'est l'ens realissimus. Pensé à travers la différence ontologique, l'être est la non-entité, la ni-entité. Identité donc de l'être et du néant. Et nous revenons ici au célèbre début de la Science de la Logique, d'où partent les réflexions de Heidegger. Il y aurait un discours à faire sur la nature problématique de la dialectique hégélienne que nous ne pouvons pas faire ici, sur lequel Enrico Berti a écrit des pages fondamentales. Certes, l'être ne peut être réduit à une entité déterminée, mais c'est ce que nous faisons dans la mesure où nous parlons de l'être avec l'article déterminatif.

41WSZu0JXyL._SX350_BO1,204,203,200_.jpg

L'être ne peut être oublié car, en tant qu'êtres humains limités, nous ne pouvons pas l'embrasser, mais ce que nous ne pouvons pas oublier, c'est que notre connaissance de la nature, et notre capacité à connaître et à contrôler certains phénomènes naturels, est toujours petite comparée à la puissance infinie de la Nature qui nous a engendrés. L'Être est le monde infini qui a également engendré l'homme; il ne peut être embrassé par un être fini tel que l'être humain, mais seulement pensé comme un au-delà. Nous n'approchons l'être qu'à travers l'être de manière finie et déterminée, mais il s'agit toujours d'une réduction, car, et c'est l'une des acquisitions les plus importantes de la science moderne, même le grain de sable a des déterminations infinies si on l'analyse en profondeur. Réfléchir sur l'être, c'est réfléchir sur les limites de la connaissance humaine, mais aussi sur le caractère merveilleux de cette connaissance. Que serait un monde s'il ne présentait pas plus de défis et de mystères à l'homme?

Fabio Falchi conclut son ouvrage en rappelant que le rétablissement du sens de l'émerveillement envers la Physis est fondamental face à un appareil technocratique qui voudrait réduire le monde à quelque chose d'entièrement manipulable et contrôlable. Une "question métaphysique" que la pensée faible (pensiero debole) d'un Vattimo voudrait plutôt effacer, montrant une convergence fondamentale avec la pensée néo-libérale à laquelle il dit vouloir s'opposer. Cacciari saisit entre autres un point crucial lorsqu'il rappelle le double sens du terme grec Thauma, qui désigne un rapport au monde dans lequel la terreur et l'émerveillement ont la même origine. D'autre part, Heidegger (et Severino lui-même) n'a privilégié que l'aspect de l'angoisse inhérente à la finitude de l'être humain, qui est "in-éradicable", mais c'est précisément cela qui peut être transformé en émerveillement devant le monde, qui transforme le court voyage de la vie en quelque chose qui a un sens et une valeur.

0e0a533dcc4f2380f952585262d66c89.jpg

Cependant, si nous devons rétablir l'idée de la subordination inévitable de l'être humain à la Nature, nous ne pouvons pas rétablir le "sens du sacré" des anciens, qui découlait du sens naturel, pour ainsi dire, de la subordination de l'être humain à la Nature. L'être humain s'est libéré de sa dépendance à l'égard de certains phénomènes naturels, ce qui a été un chemin positif et, dans l'ensemble, obligatoire, puisque l'"animal nu" appelé homme, qui n'a pas de griffes pour se défendre ni de membres rapides pour courir, a dû développer la technologie. Cette voie a toutefois abouti à la domination de la Technique, qui est une forme d'hybris, l'illusion de pouvoir contrôler et manipuler le monde à volonté. Dans cette voie, le sentiment de subordination de l'être humain à la Nature doit être reconstitué sur une nouvelle base.

91BS-ZObZqL.jpg

Établir une relation adéquate avec la transcendance de la Nature, avec l'Être, avec Dieu, ou quelle que soit la façon dont on souhaite désigner le monde infini qui nous a engendrés, est également fondamental pour la géopolitique. Car établir une relation adéquate avec la transcendance signifie rétablir le sens de la limite pour l'être humain. En termes géopolitiques, cela signifie une inversion de l'absurdité du projet occidental de contrôle total des êtres humains sur la Terre. Il y a des limites à ne pas franchir, et celles-ci devraient être les nouveaux Hercules de demain, qui ne sont plus géographiques mais politiques.

Une limite à ne pas franchir au-delà de laquelle il existe un risque de déclencher un conflit de civilisations, qui pourrait avoir des conséquences imprévisibles. Il convient de rappeler l'extraordinaire pertinence du Canto XXVI de Dante, qui commence par la condamnation de l'impérialisme de Florence qui "per mare e per terra batte l'ale", son désir d'expansion sans limites. Dans "l'in-éliminabilité" de la dimension conflictuelle, qui est une dimension in-éliminable de l'habitation de la terre, comme le souligne à juste titre Falchi, se révèle à mon avis la subordination de l'être humain à la nature. C'est la même conclusion à laquelle Tolstoï est parvenu lorsqu'il a voulu raconter "la guerre et la paix". Cela ne signifie pas que le conflit est inévitable, cela signifie que le conflit doit être "façonné" (pour utiliser la terminologie de Tolstoï), il doit être régi et orienté vers des formes qui ne sont pas destructrices pour tous les prétendants.

9788898444250_0_536_0_75.jpg

Je considère que celui de Fabio Falchi est un travail de réflexion méritoire et assez rare dans le panorama intellectuel italien asphyxié, pour la profondeur et l'ampleur des vues, sur les fondements de la (géo)politique, cependant, un effort devrait être fait pour surmonter ce bloc de la culture européenne, dont parle Pierluigi Fagan, selon lequel "la philosophie occidentale pratique, sa politique et son éthique sont arrêtées au 19ème siècle". En effet, nous ballottons entre Heidegger, Nietzsche et Marx, souvent dans un mélange de ceux-ci. La philosophie italienne d'après-guerre a fait des pas en avant qu'il faut valoriser par rapport à la philosophie allemande, je pense à la critique de Heidegger par Severini, mais aussi à la critique de la dialectique par Enrico Berti. Heidegger a été "sacralisé" par une certaine intellectualité européenne, surtout de gauche, comme l'écrit Dominique Janicaud dans Heidegger en France, car "la destruction de la métaphysique" correspondait à la nécessité de se débarrasser des "récits" progressistes, une opération certes nécessaire mais qui a ensuite conduit à une adhésion nihiliste aux valeurs fondamentales du néolibéralisme, même si elle était ensuite assaisonnée d'un anarchisme inoffensif, comme l'observe Fabio Falchi à propos de Vattimo. Je ne connais pas suffisamment la philosophie de Vattimo, je ne peux donc exprimer qu'un jugement consciemment sommaire, mais je peux dire qu'en première lecture, le "nihilisme libérateur" de Vattimo ne me convainc pas du tout. Je ne crois pas que "ce qui rend libre est vrai", mais plutôt que la communauté ne peut être fondée que sur une base de vérité. La vérité n'est pas l'imposition du discours dominant. Une formulation qui n'échappe pas à l'objection classique du relativisme, puisqu'elle aussi voudrait être une vérité. Heidegger doit être "dépassé", selon le sens hégélien du terme, sinon notre critique de ses élèves "gauchistes" est nécessairement faible. Le concept de vérité de Vattimo doit être rejeté.

Le problème est que cette faiblesse envers un certain nihilisme découle d'un problème précis qui est un vide difficilement surmontable. Heidegger a pensé et agi du point de vue de la défense de la civilisation européenne, pour laquelle il a pensé utiliser le nihilisme produit par la décadence de cette même civilisation, un court-circuit qui l'a conduit à rejoindre le nazisme, qui a fonctionné comme un accélérateur de la décadence européenne. Pour nous, cependant, cet effondrement est déjà un fait accompli, en effet il n'y a plus rien à défendre, seulement les décombres. Bien que cette question ne soit pas mentionnée dans le livre, je sais bien, connaissant un peu la pensée de l'auteur, qu'elle est en arrière-plan. Il n'est pas mentionné parce qu'il ne s'agit pas d'un problème soluble, mais il reste un problème classé sans être surmonté. La "racine terrestre" ne peut se trouver que dans sa propre culture. Notre culture d'appartenance aurait dû être cette civilisation européenne dans laquelle s'inscrit l'État-nation individuel. Cependant, elle s'est effondrée avec la Première et la Deuxième Guerre mondiale, nous laissant dans l'étrange hybride qu'est la "civilisation occidentale", un non-lieu destiné à se dissoudre. Mais si nous ne pouvons pas penser dans la perspective d'une appartenance à la civilisation européenne, quand bien même cette appartenance n'épuiserait pas ou ne serait pas l'horizon ultime de notre " être au monde ", nous pouvons penser dans la perspective d'une renaissance, dans la conviction d'une renaissance, puisque la civilisation est ce qui renaît toujours des germes laissés par la précédente. Même si cette renaissance ne signifie pas que la civilisation européenne renaîtra comme avant. Je me rends compte qu'il s'agit d'une solution idéale au problème, appartenir à une véritable civilisation est autre chose, mais je ne pense pas que nous puissions faire mieux pour le moment. Je pense donc que l'approche à dominante universaliste du livre est fondée, nous ne pouvons traiter que des "problèmes universels" sachant qu'ils restent déconnectés de l'ancrage à une véritable civilisation. Cet universalisme dans lequel l'intellectualité italienne a déjà dû se confiner en d'autres occasions, comme Gramsci l'a déjà noté. Mais je crois que préserver la perspective de la renaissance nous permet de considérer les problèmes nationaux en perspective, en ayant une direction, dans la collation d'un potentiel futur grand espace européen qui est le sujet et non seulement l'objet de la politique des autres "grands espaces" existant actuellement sur Terre.

samedi, 09 avril 2022

La guerre américaine en Ukraine est en réalité une guerre contre l'Allemagne

Russia-Ukraine-Nato-En.jpg

La guerre américaine en Ukraine est en réalité une guerre contre l'Allemagne

Valentin Katasonov

Source: http://geoestrategia.es/index.php/noticias/politica/37335-la-guerra-estadounidense-en-ucrania-es-en-realidad-una-guerra-contra-alemania

Il est connu que toute sanction économique s'accompagne d'un effet boomerang (conséquences négatives pour l'État à l'origine des sanctions). La force de l'impact d'un boomerang varie fortement d'un pays à l'autre. L'effet boomerang est beaucoup plus fort pour l'Europe que pour les États-Unis. Et au sein de l'UE, la propagation des effets négatifs est également très importante.

Les sanctions de 2014 ("pour la Crimée") ont varié considérablement quant à la force de l'effet boomerang. Une étude de Matthieu Crozet et Julian Hinz a tenté de calculer les pertes subies par l'Occident du fait de la réduction des exportations de marchandises vers la Russie jusqu'à la mi-2015. Les pertes se sont élevées à 60,2 milliards de dollars et seulement 17,8 % de ces pertes étaient dues à l'introduction de contre-sanctions par Moscou. Les 82,2 pour cent restants sont des pertes que l'on peut qualifier de "tir dans le pied". 76,7 % de ces pertes (plus de 46 milliards de dollars) ont été subies par les pays de l'UE. Et seulement 23,3% correspondaient au reste des pays occidentaux (USA, Canada, Australie, Nouvelle-Zélande, Suède, Suisse, etc.).

crozetfig1.png

119e.png

Au sein de l'UE, le résultat négatif de la première vague de sanctions est également très différent. L'étude "Les leçons des sanctions de l'UE contre la Russie en 2014-2015" fournit des estimations des dommages subis par les différents États membres de l'UE jusqu'à la mi-2015. Voici la liste des pays ayant subi les plus grosses pertes (en millions d'euros) : Allemagne - 2 566 ; Italie - 668 ; France - 612 ; Pays-Bas - 591 ; Pologne - 521. Si l'on prend des indicateurs relatifs, il s'avère que pour l'Allemagne (première économie de l'UE), ils sont trois fois plus sensibles que pour la France et l'Italie.

Aujourd'hui, dans le contexte d'une nouvelle guerre de sanctions contre la Russie, nous voyons une image similaire. Début mars, le Kiel Institute for World Economics (Allemagne) et l'Institut autrichien de recherche économique (WIFO) ont préparé un rapport opportun sur les conséquences économiques des sanctions prévues par l'Occident. Selon ce document, les pertes pour les économies de tous les pays initiant des sanctions sont estimées à 0,17 % du PIB total. L'Allemagne et l'Autriche subiront des pertes de 0,4 et 0,3 pour cent du PIB annuel respectivement, tandis que les États-Unis ne subiront que des pertes de 0,04 pour cent. Parmi les alliés, la Lituanie (2,5 pour cent dans le scénario simulé), la Lettonie (2,0 pour cent) et l'Estonie (2,0 pour cent) subiront la plupart des pertes.

Les médias occidentaux affirment que les coûts de la guerre de sanctions contre la Russie sont inévitables, mais pour obtenir la victoire dans cette guerre, il faut résister, ce qui démontrerait l'unité de l'Occident. Cependant, il n'y a pas d'unité. On le voit clairement dans l'exemple des achats de gaz naturel à la Russie. On sait que les fournitures russes à l'UE en 2021 représentaient 45 % des importations de gaz naturel et 40 % de la consommation. Il s'agit d'une moyenne. Pour des pays comme la Bulgarie, la République tchèque, la Lettonie, l'Autriche, la Roumanie et la Slovénie, la dépendance vis-à-vis de la Russie pour les importations de gaz se situe entre 75 et 100 %. Dépendance supérieure à la moyenne de l'UE vis-à-vis de la Russie pour les importations de gaz naturel et de l'Allemagne à hauteur de 49 %. L'Italie en est à 46%.

energy-photoviz-crude-oil.png

TE-who-supplies-Europes-oil.png

Le tableau est également mitigé en ce qui concerne la dépendance à l'égard des importations de pétrole en provenance de Russie. À la fin de 2020, la Russie représentait 24,9 % des importations d'or noir de l'UE. Les pays suivants ont la plus forte dépendance vis-à-vis des importations de pétrole russe (%) : Slovaquie - 78,4 ; Lituanie - 68,8 ; Pologne - 67,5 ; Finlande - 66,8 ; Hongrie - 44,6. Significativement plus élevé que la moyenne de l'UE, l'indicateur de dépendance dans ces autres pays (%) : Roumanie - 32. 8 ; Estonie - 32,0 ; Allemagne - 29,7 ; République tchèque - 29,1 ; Grèce - 26,3. Et la dépendance à l'égard des importations de pétrole russe est nettement inférieure à la moyenne de la deuxième plus grande économie de l'UE : la France (13,3 %), de la troisième économie : l'Italie (12,5 %), des Pays-Bas (21,0 %). Au Royaume-Uni, la Russie ne représentait que 12,2 % des importations de pétrole. Vous pouvez imaginer que les positions de la Hongrie ou de la Finlande sur les restrictions ou les interdictions d'importation d'or noir en provenance de Russie peuvent être très différentes des positions des Pays-Bas ou de la France. Et ils ne coïncident pas vraiment.

Il existe de grandes différences entre les 27 pays de l'UE en termes de dépendance aux importations d'engrais, de céréales, de métaux et d'autres biens. D'où les grandes différences politiques dans l'évaluation par les dirigeants de ces pays de l'opportunité des sanctions de l'UE contre la Russie.

Les États-Unis ne sont pas un participant, mais un initiateur et un organisateur de la guerre des sanctions. Le commerce extérieur entre les États-Unis et la Russie n'a jamais été excellent. L'année dernière, les États-Unis ne représentaient que 4,4 % du chiffre d'affaires du commerce extérieur de la Russie. L'Union européenne a représenté 35,9 %. Même si Washington mettait à zéro ses échanges avec Moscou, cette dernière ne ressentirait pas grand-chose. Mais réduire à zéro le commerce de l'UE avec la Russie pourrait porter un coup tangible et même écrasant. Ainsi, la guerre des sanctions contre la Russie ressemble à ceci : Washington planifie une guerre, introduit de nouvelles sanctions "infernales" contre Moscou, et l'exécution est confiée à Bruxelles, qui transmet les ordres de Washington aux 27 États membres de l'UE.

Toutefois, plus Washington fait pression sur Bruxelles, plus la structure de l'UE se fissure.

Trois camps ont été clairement identifiés en Europe. La première comprend la Hongrie, la Serbie (un pays non membre de l'UE) et plusieurs autres États. Ils indiquent clairement que pour eux, les intérêts nationaux sont au-dessus des intérêts de l'Occident collectif. L'autre camp est représenté par les États baltes et la Pologne. Ils se caractérisent par un fanatisme russophobe. Le troisième camp est représenté par l'Allemagne et la France. Ils essaient de manœuvrer et de se mettre progressivement d'accord sur quelques points avec Moscou. Berlin et Paris comprennent tous deux que si l'UE ne s'effondre pas à la suite de la guerre des sanctions, ce sont eux qui devront payer les dégâts de l'effet boomerang.

Cependant, certains experts prédisent qu'il n'y a aucune chance de sauver l'UE. L'opportunisme de Bruxelles, Berlin et Paris, succombant à la pression de Washington, pourrait aboutir à l'effondrement de l'UE.

Il existe également des lignes de fracture au sein des États membres. Ceci est particulièrement évident dans l'exemple de l'Allemagne. L'équipe du chancelier Olaf Scholz fait tout son possible pour mettre en œuvre les idées de sanctions de Washington. Et des millions d'Allemands protestent contre les sanctions. Les entreprises allemandes protestent également. Le 10 mars, l'Association allemande des petites et moyennes entreprises a exprimé ses craintes que l'apparition de la hausse des prix de l'énergie n'entraîne des faillites massives d'entreprises. Le directeur général de l'association, Markus Jerger, a déclaré : "L'association fédérale des petites et moyennes entreprises craint les faillites d'entreprises et les pertes d'emplois dues aux prix élevés de l'énergie. Les prix de l'énergie sont devenus un problème existentiel pour de nombreux entrepreneurs".

Le fardeau disproportionné de la guerre des sanctions, qui pèse sur l'Europe, est largement évoqué dans les médias. Cependant, la plupart des auteurs décrivent cela comme un coût inévitable dans toute guerre. "Dites, la guerre est la guerre, ce n'est pas le moment de se déguiser, Sue".

Mais certains experts soupçonnent que la Russie n'est pas la seule cible de la guerre de sanctions américaine. A en juger par les pertes que subit l'Europe, il s'avère qu'elle n'est pas considérée comme un allié par Washington, mais bien plutôt comme une cible. C'est l'avis de Yakov Kedmi, qui a déclaré le 30 mars : "Je suis intéressé de voir ce qui se passe en Europe en ce moment. Rappelez-vous comment s'appelait l'Union européenne à l'origine ? C'est ça, la Communauté européenne du charbon et de l'acier. Où sont le charbon et l'acier maintenant ? Les Européens eux-mêmes oublient ce sur quoi cette union était fondée. Maintenant, l'Europe risque de manquer de charbon et d'acier. Qui applaudit à cela ? Les États-Unis. Il n'y a pas de moyen plus efficace pour affaiblir et mettre à genoux l'industrie européenne que des sanctions contre la Russie. Et les Européens ont obéi. Seule l'industrie américaine en profitera... Les Américains gagnent deux fois : ils vendront leurs ressources énergétiques à l'Europe à des prix exorbitants, rendant son industrie non rentable, et en parallèle, ils développeront leur propre industrie. C'est très simple".

Ce regard, certes nouveau, sur la guerre des sanctions peut être exprimé comme suit : Les États-Unis, après avoir déclenché une guerre, veulent faire d'une pierre deux coups. Non seulement la Russie, mais aussi l'Europe. De plus, Washington a de bien meilleures chances de tuer le deuxième lièvre.

MHudson.jpg

Imperialism001-528x735.jpg

71lVdt8A-CL.jpg

JED-Cover-front22-e1488284147496.jpg

Et voici un regard sur ce qui se passe par le célèbre économiste américain Michael Hudson. À son avis, ceux qui ont planifié la guerre des sanctions à Washington ne sont pas du tout des imbéciles. Ils ont sérieusement compris que les sanctions ne feraient pas tomber Moscou. Mais l'Europe, elle, est facile à "soumettre". "Abaisser", se débarrasser d'un concurrent dans l'Ancien Monde et prendre sa place. Michael Hudson sur les opérations militaires en Ukraine: "C'est une guerre pour enfermer nos alliés afin qu'ils ne puissent pas commercer avec la Russie. Ils ne peuvent pas acheter de pétrole russe. Ils doivent compter sur le pétrole américain, pour lequel ils devront payer trois à quatre fois plus cher. Ils devront dépendre du gaz naturel liquéfié américain pour les engrais. S'ils n'achètent pas de gaz américain pour les engrais, et si nous ne leur permettons pas d'en acheter en Russie, ils ne pourront pas fertiliser la terre, et sans engrais, les rendements seront réduits de 50 %...".

Et le principal concurrent de l'Amérique, selon Hudson, est l'Allemagne. Si l'Allemagne est "déclassée", le reste de l'Europe s'effondrera tout seul. Hudson conclut: "La guerre américaine en Ukraine est en réalité une guerre contre l'Allemagne... L'Allemagne et l'Europe sont les ennemis. La guerre américaine en Ukraine est en réalité une guerre contre l'Allemagne, et les États-Unis l'ont fait savoir clairement".

La rivalité entre grandes puissances va s'intensifier

usa_chine_russie-1200x675.jpg

La rivalité entre grandes puissances va s'intensifier

Leonid Savin

Source: https://katehon.com/ru/article/sopernichestvo-velikih-derzhav-budet-usilivatsya

RAND prédit plus d'instabilité entre les États-Unis d'un côté et la Russie/Chine de l'autre.

À la fin du mois de mars 2022, la RAND Corporation américaine a publié une étude intitulée "Understanding Competition. Great Power Rivalry in a Changing International Order - Concepts and Theories" [i]. L'auteur en est Michael Mazarr, Senior Fellow de la RAND, connu pour ses publications sur la guerre hybride, la sécurité, la stratégie militaire et la théorie de la dissuasion [ii]. Il a déjà commenté et contribué régulièrement à des rapports sur la rivalité, mais le nouveau matériel s'accompagne d'un ajustement à l'opération militaire spéciale de la Russie. La remise en question de la manière dont les analystes américains abordent la conduite des affaires mondiales est donc intéressante.

550x830.jpg

Les études de RAND sont généralement utilisées comme doctrines théoriques avec un ciblage pour les militaires et les politiciens. Il est donc possible de prédire des scénarios envisageables pour le comportement futur de Washington et de ses satellites.

RAND a déjà abordé le même sujet à plusieurs reprises. Un rapport publié en novembre 2021 par un groupe d'auteurs sur la stabilisation de la rivalité entre grandes puissances a noté que, sur la base de l'analyse des facteurs clés, la confrontation des États-Unis avec la Chine et la Russie ne fera qu'augmenter.

Parmi les recommandations adressées au gouvernement américain figurait celle de prendre au sérieux la nécessité d'élaborer des règles d'engagement formelles et informelles, et de rechercher des possibilités de transparence mutuelle, de notification et de contrôle des armes. Il a également été question de chercher à donner aux rivaux (c'est-à-dire la Russie et la Chine) un statut amélioré en échange de la création d'un espace commercial pour des accords qui serviraient les intérêts américains et renforceraient la stabilité [iii].

leap-480x640.jpg

Mais à en juger par le refus de Washington d'examiner les propositions de la Russie de décembre 2021, soit ces recommandations ont été ignorées, soit les décideurs n'ont pas eu le temps de les lire.

Une étude antérieure sur un thème similaire datant de 2018 parlait davantage de la Chine.

Il a déclaré que "le point clé de la compétition sera la relation entre l'architecte de l'ordre fondé sur des règles (les États-Unis) et le principal concurrent révisionniste impliqué dans les différends les plus spécifiques (la Chine)...

La concurrence sera probablement plus intense et persistante dans les domaines non militaires d'intérêt national, et le fait de cibler ces moyens sur d'autres sociétés pose des risques d'escalade émergents et mal compris" [iv].

 Aujourd'hui, Mazarr, compte tenu de la crise ukrainienne, note que "cela risque d'avoir un impact profond sur le système international et la rivalité parallèle entre les États-Unis et la Chine, de manière encore peu claire. Mais d'importantes dynamiques concurrentielles à long terme persisteront, exacerbant encore la nécessité pour les États-Unis de comprendre ce que signifie exactement une stratégie de sécurité nationale fondée sur la concurrence stratégique".

550x826.jpg

Citant des concepts reconnus par les spécialistes, Mazars identifie quatre niveaux ou types de concurrence. Il s'agit du degré constant de concurrence interétatique visant à maximiser le pouvoir ou l'influence ; de la concurrence plus aiguë entre les États cherchant à obtenir un leadership systémique ; de la concurrence entièrement militarisée entre les États agressifs désireux et même cherchant à utiliser la force ; et du concept de concurrence le plus discuté aujourd'hui - des campagnes d'action organisées pour obtenir un avantage sans passer par une grande guerre.

L'auteur fait l'observation importante que, dans sa forme, la concurrence est une condition ou une situation, et non une politique ou une stratégie.  La réalité fondamentale du système international est que les pays se font concurrence de différentes manières avec des objectifs différents. La manière dont ils le font, c'est-à-dire les objectifs qu'ils choisissent, l'ensemble des outils qu'ils utilisent pour atteindre ces objectifs, est une question de stratégie. Et la nature du système international de toute époque définit le contexte de la concurrence.

Pour M. Mazarr, la réponse de la communauté mondiale (et en réalité des pays occidentaux - note de l'auteur) à l'opération en Ukraine démontre à quel point la plupart des pays partagent des normes et des valeurs fondamentales et, dans de nombreux cas, sont prêts à prendre des mesures décisives pour coordonner les actions de défense.

978-1-349-10576-2.jpg

Les grandes stratégies les plus complètes ont toujours cherché à faire avancer les intérêts nationaux, en utilisant au mieux tout le spectre du comportement mondial - de la coopération au conflit en passant par la concurrence. Il poursuit en soulignant que "tant de pays aujourd'hui soulignent explicitement l'importance de l'ordre fondé sur des règles dans leurs stratégies de sécurité nationale. En particulier pour les petites et moyennes puissances, les institutions et les normes qui assurent une plus grande stabilité et prévisibilité dans la politique mondiale sont hautement souhaitables". Cependant, Mazarr passe sous silence le fait que de nombreux pays ont rejeté et continuent de rejeter l'hégémonie américaine. Par conséquent, la suppression de l'ordre dit "fondé sur les règles" sera accueillie favorablement et soutenue par eux.

Il poursuit en résumant son évaluation des autres aspects majeurs de la rivalité internationale. Il s'agit notamment des éléments suivants :

- L'existence de litiges "spatiaux" ou "positionnels", ou les deux. Certaines rivalités se caractérisent principalement par des rivalités de territoire ou de souveraineté (questions spatiales), mais parmi les véritables grandes puissances, les rivalités se concentrent souvent sur des conflits de position plus larges concernant le contrôle ou "des questions de statut, d'influence et de hiérarchie dans un ordre ou un système donné". Ces différends sont "exceptionnellement difficiles à résoudre" et ont tendance à ne se terminer que lorsque l'un des rivaux refuse de se battre pour la supériorité systémique.

- Le risque de "prolifération de différends insolubles". Au fil du temps, les rivalités peuvent générer de multiples litiges sur de nombreuses questions, déclenchant une spirale d'hostilité.

- Une tendance à déstabiliser la course aux armements. La rivalité stimule souvent le renforcement militaire mutuel, ce qui exacerbe la perception des menaces et augmente le risque de guerre.

- Le risque constant de conflits militarisés. La rivalité est souvent caractérisée à la fois par une histoire de conflits armés et par le risque constant de crises qui menacent de dégénérer en guerre.

Ainsi, selon l'auteur, l'opération de la Russie en Ukraine s'inscrit dans le schéma classique du comportement de rivalité des grandes puissances. "Ces rivalités se sont souvent accompagnées de différends militarisés, d'agressions locales et de guerres indirectes".

Mais l'Ukraine ne peut pas être une grande puissance en principe, d'où le différend entre la Russie et les États-Unis/l'OTAN/l'UE, où l'Ukraine n'est qu'un pion de l'Occident qui a délibérément été un irritant géopolitique pour la Russie, y compris une course aux armements, qui a élevé l'Ukraine à un niveau de menace critique aux yeux de Moscou. Il s'agit donc d'un conflit entre la Russie et l'Occident.

Mazarr passe ensuite à la théorie du transit du pouvoir et examine les relations sino-américaines dans un système mondial où le rôle et la fonction des États-Unis déclinent et où ceux de la Chine, au contraire, augmentent. Un concept étroitement lié est celui des puissances révisionnistes, auxquelles l'auteur inclut l'Irak de l'ère Saddam Hussein, la Chine et la Russie. Mais sur l'échelle détaillée du révisionnisme se trouvent également l'Inde, le Brésil et les Etats-Unis eux-mêmes, qui se positionnent comme une puissance exceptionnelle.

La question est alors de savoir comment se déroule cette rivalité. Pour déterminer sa nature, cinq facteurs clés sont suggérés.

1. La nature de la rivalité elle-même. Certaines rivalités historiques ont été liées à des facteurs territoriaux (ou spatiaux) tels que la domination d'une masse continentale, comme la rivalité franco-britannique ou franco-allemande pour l'hégémonie en Europe. D'autres étaient principalement liées à des influences idéologiques : la rivalité américano-soviétique pendant la guerre froide était une lutte pour établir un système d'idées dominant dans la politique mondiale. Certaines rivalités portaient davantage sur la réputation et le prestige, de manière moins systémique.

2. Les objectifs des participants. Ont-ils des intentions agressives de dominer la politique mondiale ou cherchent-ils au moins une hégémonie régionale ? Leurs objectifs sont-ils principalement défensifs ? Recherchent-ils le pouvoir économique plutôt que le pouvoir militaire ? Un aspect clé de cette question est l'utilisation et la justification de la force militaire.

3. à partir de ces deux-là, une troisième question émerge : comment définir le succès dans une compétition donnée ? Évidemment, le succès dans la compétition en général n'exige pas de réussir dans chaque bataille, guerre ou compétition de niveau inférieur.

4. La quatrième question déterminante cherche à décrire le degré d'intensité de la rivalité. Cet aspect permettrait d'évaluer le degré d'extrémité et/ou de futilité de la rivalité, mesuré par des indicateurs tels que l'historique des conflits violents, le niveau de mécontentement mutuel exprimé publiquement, le degré de nationalisme hostile d'un ou des deux côtés, l'effet aggravant des groupes d'intérêts nationaux enclins à la guerre, le nombre d'intérêts et de griefs incompatibles, et d'autres variables.

On peut dire que la rivalité bilatérale est très intense lorsque les deux parties pensent qu'elles ne peuvent pas réaliser leurs intérêts vitaux ou leurs objectifs importants sans nuire à l'autre partie, et lorsque les deux parties sont prêtes à entreprendre des actions complexes et potentiellement violentes pour y parvenir.

5. La cinquième et dernière caractéristique demande dans quelle mesure la concurrence ou la rivalité est stable selon les facteurs objectifs qui déterminent la stabilité. Une concurrence stable est une concurrence dans laquelle les rivaux se font rarement, voire jamais, la guerre ou sont au bord de la guerre, même s'ils peuvent se percevoir comme étant en concurrence féroce et chercher à saper le pouvoir de l'autre de façon continue.

Ce facteur recoupe dans une certaine mesure le problème de l'intensité, mais ce n'est pas la même chose : les rivalités peuvent être intenses mais rester stables, avec une tendance à se remettre des crises et à ne pas dépasser le seuil de la guerre.

Le rapport conclut que même avant le récent conflit en Ukraine, la rivalité entre les États-Unis et la Russie et les États-Unis et la Chine était devenue très volatile. Maintenant, avec les deux batteries de sanctions et les effets qui en découlent sur l'économie mondiale, il y a encore moins de stabilité.

Enfin, quels pourraient être les objectifs et les moyens des États-Unis dans cette rivalité? Mazarr se limite à quatre points :

1. assurer la sécurité à l'intérieur des États-Unis, y compris les institutions politiques et l'environnement informationnel ;

2. en préservant des avantages et des forces technologiques et économiques suffisants pour garantir qu'un ou plusieurs concurrents majeurs ne dominent pas l'économie de l'information du 21ème siècle ;

3. le maintien d'un système mondial et d'ordres régionaux représentant le libre choix souverain et l'absence d'influence hégémonique et coercitive des rivaux des États-Unis ;

4. atteindre un équilibre durable de la concurrence et de la coopération avec les concurrents américains, y compris les éléments de base d'un statu quo cohérent et commun et les sources importantes d'équilibre dans la relation.

Il n'y a rien de nouveau ici. Ces dispositions ont été énoncées dans les stratégies américaines de sécurité nationale et de défense sous les administrations Trump et Biden. En d'autres termes, Washington veut maintenir son ordre mondial unipolaire hégémonique et empêcher les autres États de le contester. Et les mots sur le choix souverain sont des arguments hypocrites, tout comme les droits, les libertés, la démocratie et l'autre série de phrases de devoir que nous entendons constamment de la part des responsables du département d'État et de la Maison Blanche.

Mazarr tente également de définir ce que veulent la Chine et la Russie dans la compétition actuelle :

    "La Chine aborde la concurrence ou la rivalité actuelle du point de vue d'un pays qui se considère soit comme la puissance dominante légitime du monde, soit comme l'une des quelques puissances dominantes".

    La Chine est déterminée à retrouver un rôle et une voix dans le système international à la mesure de son degré de puissance et, selon de nombreux fonctionnaires et universitaires chinois, de la supériorité inhérente de la société et de la culture chinoises. Ce faisant, la Chine se prépare à une rivalité permanente avec les États-Unis pour la suprématie régionale et mondiale, une rivalité qui s'inscrit dans la structure actuelle de la politique mondiale.

    Néanmoins, les ambitions de la Chine dans cette rivalité ont des limites et, du moins pour le moment, la Chine ne s'approche pas du niveau de révisionnisme militariste que certaines grandes puissances du 20ème siècle...

    Les approches de la Russie en matière de rivalité avec les États-Unis ont beaucoup de points communs avec la Chine, mais il y a aussi quelques différences. Il est clair que la Russie a des ambitions mondiales plus modestes à la hauteur de sa puissance potentielle. Mais sa volonté de prendre des risques et sa franchise à défier les normes existantes semblent maintenant avoir augmenté de manière significative. Cela peut être en partie le résultat de l'insatisfaction de la Russie vis-à-vis du contexte mondial actuel et de sa frustration quant à la trajectoire de sa puissance depuis la guerre froide... 

    L'utilisation frappante de la force par la Russie en Ukraine ouvre également la possibilité que sa vision fondamentale de la rivalité et peut-être ses ambitions aient changé de manière plus radicale - par exemple, qu'elle devienne un révisionniste militariste plus classique. C'est certainement possible, bien qu'il soit trop tôt pour le dire. L'incursion de la Russie en Ukraine reflète un acte de violence extrêmement risqué visant à promouvoir un intérêt déjà bien établi dans la compétition : le contrôle du contexte sécuritaire de son étranger proche. Il est possible que les principes de base de l'approche de la rivalité par la Russie restent inchangés.

    Même si c'est le cas, la guerre comporte de dangereux risques d'escalade qui pourraient placer les États-Unis et l'OTAN sur la voie de la confrontation militaire avec la Russie d'une manière qui diffère de la nature actuelle de la rivalité et créer de nouveaux dangers pour une guerre majeure. Ces risques, une fois encore, reflètent précisément les dangers qui tendent à surgir dans les rivalités stratégiques impliquant des différends militarisés".

4129q3kd6kL.jpg

En conséquence, M. Mazarr s'interroge sur ce que les dirigeants américains doivent faire pour se préparer autant que possible à une escalade de la rivalité. Il écrit que "les États-Unis n'ont actuellement pas la capacité institutionnelle d'organiser et de mettre en œuvre une approche de la rivalité semblable à celle d'une campagne, depuis la zone grise ou la phase de rivalité jusqu'à la planification de crise et de guerre.

    L'absence de mécanismes substantiels de planification intégrée inter-agences risque désormais d'avoir un effet dévastateur sur les efforts américains pour réussir les missions compétitives hors guerre. Les États-Unis disposent de divers plans d'engagement spécifiques à chaque pays, allant des stratégies d'équipes d'ambassade spécifiques à chaque pays aux plans de coopération en matière de sécurité. Mais ceux-ci ne sont souvent pas intégrés ou coordonnés de manière centralisée.

    D'autres problèmes résident dans la façon dont les services prévoient d'utiliser leurs capacités : permettre plus de flexibilité et appliquer des objectifs de mission spécifiques, même pour un petit nombre d'unités, aiderait à ouvrir l'espace pour des rôles militaires plus efficaces et plus adaptables."

Mazarr parle de la faiblesse institutionnelle politico-militaire des États-Unis. Peut-être délibérément pour que le Pentagone et les autres services obtiennent plus de financement et de soutien. Il prend également le temps d'évaluer le rôle et le statut de la Russie dans le conflit en Ukraine, probablement pour abaisser l'évaluation de la menace militaire pour les États-Unis. Mais si l'on considère les quatre points, qui constituent des défis pour les États-Unis, on peut conclure que la résistance continue de la Russie à l'Occident collectif sapera les objectifs américains d'une manière ou d'une autre.

La Chine, sans aller jusqu'au même niveau d'escalade, fait déjà la même chose, bien que de manière différente. Ce sera un avantage supplémentaire pour les deux pays s'ils amènent davantage d'États dans leur alliance informelle pour lutter contre l'hégémonie américaine.

Notes:

[i] https://www.rand.org/pubs/perspectives/PEA1404-1.html

[ii] https://www.rand.org/about/people/m/mazarr_michael_j.html#publications

[iii] https://www.rand.org/pubs/research_reports/RRA456-1.html

[iv] https://www.rand.org/pubs/research_reports/RR2726.html

vendredi, 08 avril 2022

Le retour de la guerre en Europe et l'art de gouverner

12054187-060e-4587-94f0-e6b249596977.jpg

Le retour de la guerre en Europe et l'art de gouverner

Irnerio Seminatore

Source: https://www.ieri.be/

51bumhRkIKL._SX327_BO1,204,203,200_.jpgDans un pamphlet-fiction au titre anticipateur 2017. Guerre avec la Russie. Un cri d'alarme de la haute hiérarchie militaire, le Général Richard Shirreff, ancien Commandant Suprême des forces alliées en Europe (DSACEUR) à l'Otan (2011-2014), a soutenu la thèse que la Russie est devenue l'adversaire stratégique de l'Occident et qu'elle prépare un affrontement frontal avec l'Otan et un plan d'invasion des pays baltes. Le but de cette invasion serait de rétablir une zone d'influence entre la "défense collective" de l'Alliance et les frontières de la fédération russe.Les raisons de tensions ne manquent pas avec ces Etats-charnières entre l'Est et l'Ouest, (jusqu'à 40% de la population russophone a un statut discriminatoire de "non citoyens"). C'était en 2017.

Depuis 2014, une rupture est intervenue entre la Russie et l'Ukraine, ainsi qu'entre la Russie et l'Union européenne, à propos de la révolution de couleur dite de "Maïdan", tenue par Moscou comme un coup d'Etat, et du retour de la Crimée à la Russie, considérée par les Occidentaux comme une annexion. Cette rupture est également à l'origine de la naissance des deux républiques auto-proclamées du Donbass (Donetz et Lougansk), aujourd'hui, reconnues unilatéralement par la Russie comme républiques indépendantes. On peut affirmer que le retour de la guerre en Europe a pour origine la rupture de l'unité territoriale de l'Ukraine, rendant impossible l'exercice de la pleine souveraineté de Kiev, le revirement pro-occidental du gouvernement du pays, dont la demande d'adhésion à l'Otan menace les intérêts de sécurité de Moscou et le non respect des accords de Minsk, dont les garants sont, avec la Russie, Paris et Berlin, le fameux format Normandie. Le livre-fiction du Général Britannique R. Shirreff est il un pure vision de l'esprit? La "surprise stratégique" d'une invasion armée venant de l'Est n'a-t-elle pas été prévue par anticipation par l'Ouest? Les signaux contradictoires venant de Washington et de Bruxelles sur la non-intervention occidentale directe en Ukraine, n'ont pas arrêtée une planification longue, méticuleuse et calculée, au cours des négociations diplomatiques, nécessairement ambigües, de Biden, Scholz et Macron avec Poutine, à soumettre à Xi Jinping, lors des jeux olympiques. Le but de l'ambigüité et du double jeu entre Poutine et le Président Macron ou le Chancelier Scholz ont été conformes aux règles classiques du réalisme politique, oubliées par les Européens. Il s'agissait de décrédibiliser la détermination des Etas-Unis d'intervenir en Ukraine ou de défendre, de manière plus large l'Europe, en minant en même temps l'unité de façade de l'Otan. Ainsi, suite au refus des garanties de sécurité occidentales à Moscou, l'invasion militaire de l'Ukraine a été tranchée.

1024619-ukraine-reuters-4.jpg

Le but de guerre

Le but de guerre ou, selon la terminologie russe de "l'opération spéciale de maintien de la paix", s'est précisée en plusieurs objectifs :

- le premier et principal est de décapiter politiquement l'Ukraine, lui ôtant son statut d'Etat souverain;

- parallèlement de provoquer le découplage de la sécurité européenne et atlantique;

- de s'assurer de l'effondrement de l'Otan, impuissante à garantir la sécurité collective;

- enfin de détruire les infrastructures militaires offensives, préjudiciables pour la sécurité et la défense russes.

L'arme nucléaire et l'escalade

En termes de possible recours tactique à l'arme nucléaire, dont l'emploi en premier fait partie intégrante de la pensée stratégique russe, son évocation par Poutine, rappelle  un scénario du pire et préfigure l'hypothèse d'une escalade, allant du conventionnel au nucléaire et du tactique au stratégique. Dans une hypothèse concrète, les gains territoriaux obtenus au plan conventionnel seraient protégée par le chantage et l'escalade nucléaires, ceux d'un tir anti-cité, auquel ne pourraient répondre ni les Européens ni les Américains.

Par ailleurs, l'isolationnisme bi-partisan des Etats-Unis,  à propos du déni d'envoi de soldats américains en défense de l'Ukraine, valide la conviction d'une "surprise stratégique" planifiée depuis longtemps et provoque le réveil tardif des Européens pour une indépendance politique  et une autonomie stratégique propres.

En termes de diplomatie et de consensus prévisible, la non intervention directe occidentale en Ukraine a été le fondement, pour Moscou, d'une longue négociation entre Américains et Russes , puis Russes et Européens, afin d'établir assurances et réassurances réciproques et d'aboutir parallèlement à une conception de l'invasion de l'Ukraine  sous la forme initiale d'un Blitzkrieg.

L'enjeu du conflit imminent était existentiel pour les deux parties, la Russie ne pouvant pas reculer devant sa sécurité et les Européens devant leurs conceptions de la démocratie. Le prix à payer pour le défi sécuritaire des Occidentaux, s'appelle finlandisation de l'Ukraine, autrement dit arrêt de l'élargissement de l'Otan. En effet "si l'Ukraine rejoignait l'Otan, cela signifierait avoir des missiles à 180 Km de Moscou" (Général Inzerilli, ancien chef des services secrets italiens). A ce propos l'Agence de presse Reuters a titré le 7 mars dernier, "La Russie s’arrêtera à l'instant, si l'Ukraine respecte ses conditions": « que l’Ukraine cesse toute action militaire, modifie sa constitution pour consacrer la neutralité, reconnaisse la Crimée comme territoire russe et reconnaisse les républiques séparatistes de Donetsk et Lougansk comme États indépendants».

"Pour le reste, l'Ukaine est un Etat indépendant et il vivra comme il veut, mais dans des conditions de neutralité (comme la Suisse, l'Autriche, la Suède..)

D'autre part la politique des sanctions, décidée par les États-Unis et par l'Union Européenne, comporte une pénalité évidente, non seulement pour l'économie et le peuple russes, mais pour l'économie et les peuples occidentaux. Politiquement, elle pousserait le président russe à chercher une alternative en Asie, accroissant sa dépendance vis-à-vis de la Chine. Ainsi, une guerre suscitée par l'unilatéralisme atlantiste des États-Unis aboutirait à un multipolarisme asymétrique Chine-Russie.

Un message spécial russe sur la "Sécurité égale et indivisible"

Dans le but de justifier ses arguments et, au courant d'une guerre de l'information qui  bat son plein, la diplomatie russe a adressé un message spécial aux pays occidentaux sur le thème de la "sécurité indivisible", car ce qui est visé par ce principe est la modification sournoise des rapports de force et de la balance mondiale du pouvoir, susceptibles de devenir menaçants pour la Russie, de l'extérieur et de l'intérieur.

9e8jgzavmgb61.jpg

Sur le plan régional et dans un contexte mouvant et aléatoire l'aide en armements accordés par l'Union Européenne à l'Ukraine apparaît, à une analyse critique, comme une solidarité équivoque, car elle sert à jeter de l'huile sur le feu et à alimenter une résistance prolongée qui ne résout pas le problème de la sécurité égale sur l'ensemble du continent, mais reporte les causalités du conflit dans une perspective sans autre issue que le cumul et l'aggravation de la crise. La situation définissant la conception de la "sécurité égale", aux yeux de Moscou, a été le rappel de Lavrov, dans sa conférence de presse du 5 mars, selon laquelle "l'augmentation de la sécurité d'un pays, ne peut se faire au détriment d'un autre". Puis, à l'adresse des Occidentaux, par une personnalisation désenchantée du rappel: "Ils nous écoutent, mais ils ne nous entendent pas!".

Plus dur et moins diplomatique, Poutine, qui, au cours d'une conversation téléphonique avec Macron, du dimanche 6 mars, dispensa froidement: "Par la voie des négociations ou par celle de la guerre", les objectifs russes seront atteints.

La nature explicite de cette revendication est celle d'une politique de puissance, sûre d'elle-même. Le caractère implicite, un rappel des hiérarchies, des limites de la souveraineté et d' une complémentarité inclusive du "verbe" diplomatique et de l'action militaire (R. Aron). Ou encore, de la caractéristique capitale de tout système international, la mixité de coopération et de conflit.

Il faut en déduire le caractère limité de la souveraineté nationale de Kiev, asservie, pour pouvoir s'exercer, à la souveraineté dominante de Washington et en même temps niée, pour vouloir exister, par la souveraineté prépondérante de Moscou.

Personne, sur la scène internationale et surtout pas l'Union Européenne définit un projet d'ordre européen et mondial pour demain et donc les principes de la stabilité et de la sécurité du Heartland et de ses jonctions occidentales, car personne ne semble en mesure de définir les intentions et  buts réels de la Russie de Poutine, qui se sent entourée de pays hostiles, arborant les drapeaux de l'Otan.

De manière générale, pour revenir à la paix, il faut établir un équilibre entre les deux composantes de l'ordre international, puissance et légitimité qui constitue l'essence même de l'art de gouverner. Les calculs de pouvoir, sans dimension morale, transformeraient tout désaccord en épreuve de force" (H. Kissinger). La recherche de cet équilibre par une médiation (Israël, Turquie et Chine), ressemble parfaitement à la situation actuelle, car les Occidentaux remettent en cause la légitimité du pouvoir  autocratique de Poutine et ce dernier rejette toute intrusion ou atteinte, portée à la Russie par une forme d'unilatéralisme offensif (Irak, Libye, Syrie, Soudan... allocution du 8 mars 2022).

Or, arrêter un conflit ou reconstruire un système international, après une épreuve de force majeure, est le défi ultime de l'art de gouverner

Ainsi, évaluer la signification des tendances en cours, signifie, pour l'Europe réévaluer la notion d'équilibre des forces et réduire significativement la rhétorique des valeurs, que les Occidentaux ont cherché à promouvoir, avec ambiguïté, depuis la fin du colonialisme. Défaillants sur le premier point (logique de puissance), les Européens semblent l'être aussi sur le deuxième, car la rhétorique des valeurs se situe aux deux niveaux de l'ordre international, celui de la défense des principes universels, valables pour tous, et celui de la pluralité des histoires et des cultures régionales, ainsi que des diverses formes des régimes politiques. Une attitude différente ou opposée, marquerait une volonté d'assimilation forcée ou un diktat de légitimité, porteurs de conflits.


Bruxelles Le 9 mars 2022

 

jeudi, 07 avril 2022

Les 5 principales tendances géostratégiques du nouvel ordre mondial selon Biden

_115278516_biden_world_reacts_976.png

Les 5 principales tendances géostratégiques du nouvel ordre mondial selon Biden

Andrew Korybko 

Source: https://novaresistencia.org/2022/04/06/as-5-principais-tendencias-geoestrategicas-da-nova-ordem-mundial-de-biden/?amp=1#.Yk5vPxViPhU.twitter

Quiconque pense que les États-Unis ont tout simplement été vaincus dans le scénario actuel et qu'ils se retireront en Amérique du Nord se trompe. L'élite américaine est déjà en train de calculer ses pertes et de se réorganiser pour prendre la direction du monde post-Ukraine et post-pandémie.

Le président américain Joe Biden a déclaré lundi : "Il va y avoir un nouvel ordre mondial, et nous devons le diriger, et nous devons unir le reste du monde libre pour le faire". Jusqu'à ce moment-là, l'expression même de "Nouvel Ordre Mondial" (NOM) était traitée comme une supposée "théorie du complot" et impitoyablement supprimée dans le discours médiatique hégémonique, bien que l'ancien président américain George H.W. Bush soit responsable de l'introduction du concept vers la fin de l'ancienne guerre froide. Cependant, maintenant que Biden a publiquement prononcé cette phrase, il n'est plus "politiquement incorrect" d'en parler. En effet, elle pourrait même faire partie du récit officiel dans un avenir proche. L'objectif de cet article est d'identifier les cinq principales tendances géostratégiques du Nouvel Ordre Mondial de Biden et de prédire sa trajectoire future.

Le bloc occidental dirigé par les États-Unis s'est consolidé

La réaction sans précédent et planifiée à l'avance de l'Occident dirigé par les États-Unis à l'opération militaire spéciale de la Russie en Ukraine a servi à consolider ce bloc sous l'hégémonie américaine. L'UE a sacrifié sa souveraineté stratégique à son mécène transatlantique sous le prétexte de "se défendre contre la menace russe", bien que cela entraîne d'énormes conséquences économiques, lesquelles sont auto-infligées. Ce résultat sera exploité par l'Axe anglo-américain pour chasser les concurrents de leurs entreprises, racheter certaines de celles qui restent et endommager définitivement la compétitivité globale du bloc dans un avenir prévisible. Le modèle hégémonique activement mis en œuvre par les États-Unis ces jours-ci pourrait également être utilisé pour réduire et finalement rompre les relations entre la Chine et l'UE.

La Russie accélérera sa réorientation stratégique majeure

La grande puissance eurasienne a réorienté son principal axe stratégique vers le Sud depuis le début des sanctions occidentales orchestrées par les États-Unis en 2014, mais elle va accélérer cette tendance car elle n'a littéralement plus le choix. À son crédit, cependant, la Russie a fait des progrès impressionnants dans la région non-occidentale au cours des huit dernières années. En bref, elle se coordonne avec la Chine en tant que moteurs jumeaux de l'ordre mondial multipolaire (OMM) émergent ; elle s'appuie sur la combinaison de son Pivot Oumma avec des pays à majorité musulmane comme le Pakistan et de son partenariat stratégique réaffirmé avec l'Inde, co-leader du Neo-NAM, pour éviter de manière préventive une dépendance disproportionnée vis-à-vis de la République populaire ; elle est devenue un faiseur de roi en Asie occidentale en raison de son rôle irremplaçable en Syrie ; et elle étend rapidement son influence en Afrique et en Amérique latine également.

La neutralité renaît

Le fait que la grande majorité de la communauté internationale ait refusé de sanctionner la Russie, malgré l'immense pression américaine en ce sens, témoigne de sa volonté de rester neutre sur le théâtre de la nouvelle guerre froide en Eurasie occidentale entre la Russie et les États-Unis. De grands pays comme la Chine, l'Inde, l'Iran et le Pakistan n'ont pas non plus voté contre la Russie à l'Assemblée générale des Nations Unies, tout comme certains pays africains. Le renouveau de la neutralité de principe dans les relations internationales, qui sera également pratiqué de manière prévisible lorsque le théâtre eurasien oriental de la nouvelle guerre froide entre l'Amérique et la Chine s'échauffera inévitablement sur le modèle eurasien occidental avec la Russie, prouve que les États-Unis ne sont plus en mesure d'exercer unilatéralement leur volonté sur tous les autres comme dans les années 1990 et au début des années 2000.

Les alternatives non occidentales seront privilégiées

L'armement des plates-formes et systèmes occidentaux contre la Russie dans le cadre de la guerre hybride à spectre complet menée par les États-Unis contre ce pays encouragera le reste du monde qui se trouve encore en dehors de la "sphère d'influence" américaine nouvellement formalisée (c'est-à-dire les pays non occidentaux) à donner la priorité au développement rapide d'alternatives non occidentales. En effet, ils craignent, à juste titre, de finir par devenir "la prochaine Russie" s'ils continuent à affirmer de manière indépendante leurs intérêts nationaux et à rester stratégiquement autonomes. L'effet à long terme de cette tendance est que la domination des États-Unis sur les plates-formes, les systèmes et les normes disparaîtra inévitablement, ce qui pourrait les inciter à initier la "balkanisation" du système international jusqu'ici largement mondialisé avant que cela ne se produise, dans une tentative désespérée d'instrumentaliser le chaos.

Les dimensions idéologiques et systémiques de la nouvelle guerre froide

La dernière tendance qui se dégage des quatre précédentes est la division incontestée du monde entre l'Occident du "milliard d'or", dirigé par les États-Unis, et le Sud global non occidental, qui s'efforce de réaffirmer l'hégémonie unipolaire déclinante de l'Amérique sur les relations internationales ou de mettre enfin en œuvre le Nouvel ordre mondial qui était inscrit dans la Charte des Nations unies mais n'a jamais eu la chance de se concrétiser en raison de l'ancienne guerre froide, puis du bref "moment unipolaire". Actuellement, l'ordre mondial transitoire peut être décrit comme bi-multipolaire selon le modèle introduit par Sanjaya Baru, qui place les superpuissances américaine et chinoise au sommet du système, suivies des grandes puissances comparativement plus petites de l'époque, mais on ne sait pas quelle sera sa forme future.

***

Les cinq tendances géostratégiques majeures identifiées dans cette analyse se manifestent également de manière importante dans le cadre de la "Grande Réinitialisation"/"Quatrième Révolution Industrielle" (GR/4IR) en cours, dont les processus de changement de paradigme à large spectre ont été accélérés par les efforts non coordonnés de la communauté internationale pour contenir la COVID-19 ("Guerre mondiale C"), que même la Russie a embrassée dans une certaine mesure conformément à ses propres intérêts tels que ses dirigeants les comprennent. Les observateurs ne doivent pas oublier ce contexte socio-économique, même si les questions géopolitiques et militaires priment aujourd'hui dans la conscience publique. Pris ensemble, ces facteurs vont tout remodeler et constitueront donc sans aucun doute le noyau du Nouvel Ordre Mondial dont Biden a parlé en début de semaine.

Source : Revue Orientale

mercredi, 06 avril 2022

Sur la procrastination géopolitique

2c66320ccf_50176484_cerveau-pense-e.jpg

Sur la procrastination géopolitique

Leonid Savin

Source: https://www.geopolitica.ru/article/o-geopoliticheskoy-prokrastinacii

La formule de Carl von Clausewitz, selon laquelle la guerre est la continuation de la politique par d'autres moyens, a été renforcée au XXIe siècle par la géoéconomie, où les chaînes d'approvisionnement, les technologies prometteuses et le contrôle des actifs financiers et autres ne firent qu'obliger à une prise de décision rapide et à des effets en cascade qui pouvaient survenir dans une situation complexe. L'opération spéciale en Ukraine est une bonne preuve de cette thèse. Si la Russie n'avait pas lancé cette opération, les forces ukrainiennes soutenues par l'OTAN auraient lancé une attaque massive sur le Donbass et même la péninsule de Crimée dans un avenir très proche. Le conflit n'aurait pu être évité, mais la Russie a devancé l'Ukraine et ses sponsors occidentaux. Entre-temps, ce scénario se préparait depuis des mois, mais certains des actifs de la Russie continuaient à être détenus en Occident. Maintenant, ils ont été gelés et seront probablement confisqués. Je concède que l'on aurait pu commencer à les retirer dès décembre, lorsque des propositions sur le reformatage de l'architecture de sécurité européenne ont été envoyées aux États-Unis et à l'OTAN par la partie russe. Cependant, cela n'a pas été fait. On peut difficilement imaginer que l'Occident collectif aurait approuvé l'opération en Ukraine, ou du moins serait resté à l'écart. Des signaux de soutien à Kiev (et par conséquent des menaces indirectes contre Moscou) provenaient de Washington et de Bruxelles depuis huit ans. Les forces armées russes ont été suffisamment préparées, mais il faut admettre que sur certaines questions, la Russie a pris du retard. Elle doit maintenant rattraper son retard, ce qui est beaucoup plus difficile dans le climat actuel.

Cette procrastination n'est pas propre à la Russie. De nombreux États, en Occident et dans d'autres parties du monde, souffrent souvent d'attentes prolongées, de promesses non tenues de la part de leurs partenaires et d'espoirs irréalistes, comme le culte du karma, selon lequel quelqu'un de l'extérieur résoudra leurs problèmes et les rendra heureux dans un avenir très proche. Certains pouvoirs politiques s'appuient sur leurs ressources naturelles, qui peuvent être précieuses et attrayantes. D'autres misent sur la technologie, comme le Salvador, qui a même converti certaines de ses réserves nationales en crypto-monnaies. D'autres s'appuient sur une position géopolitique exceptionnelle, comme dans le cas du Panama. Et la quatrième, comme de nombreux pays occidentaux, sur le statu quo sans fin de leur propre hégémonie, qui s'érode maintenant rapidement.

La crise actuelle exacerbe de nombreuses nuances et nous permet de voir comment les autres acteurs agissent en fonction de leurs intérêts et de leurs capacités. L'Inde a décidé d'augmenter fortement ses achats de pétrole russe, en profitant d'énormes rabais, ce qui démontre son indépendance dans le choix des décisions qui ont une connotation politique claire. Certains pays arabes sont actifs, réagissant avec souplesse aux changements économiques mais ne prenant pas définitivement parti. Dans l'ANASE, il s'agit de manœuvres pragmatiques et calculatrices, conscientes de la puissance croissante de la Chine. Les États-Unis tentent de maintenir la solidarité au sein de l'OTAN et essaient même de projeter des instruments politico-militaires dans la région asiatique, plus proche du Céleste Empire. Les pays de l'UE vacillent, calculant rationnellement les pertes futures mais craignant de prendre des décisions souveraines contraires aux directives américaines et aux affirmations de la bureaucratie de Bruxelles. La Grande-Bretagne semble compter sur une confrontation à long terme avec la Russie, c'est pourquoi elle prend déjà des mesures pour son approvisionnement énergétique. Elle a décidé d'abandonner la construction d'éoliennes, qui étaient prévues comme une transition vers l'énergie verte. Au lieu de cela, de nouvelles centrales nucléaires seront construites. Jusqu'à un quart de l'électricité totale devrait provenir de centrales nucléaires d'ici 2050. Une telle décision est logique, car les approvisionnements en gaz de la Russie pourraient être interrompus.

Mais on ne peut pas dire que l'absence de réponse visible soit une procrastination géopolitique. Il y a aussi le facteur de la culture stratégique, comme dans le cas de la Chine. Bien que les analystes et les observateurs occidentaux aient tiré des conclusions hâtives sur le rôle et la fonction de la Chine dans le conflit entre la Russie et l'Ukraine (soutenu par l'Occident), en pointant nécessairement Taïwan comme une sorte de parallèle, cette affaire est bien plus complexe et intéressante qu'il n'y paraît à première vue. Les stratagèmes de Sun Tzu et de Wu Tzu sont peu compliqués, mais ils font référence à des événements historiques spécifiques et sont donc associés au passé dans l'esprit des Chinois. Lorsque les auteurs occidentaux établissent un lien entre ces stratagèmes ou d'autres stratagèmes chinois et certains événements actuels, ils commettent une erreur typique de mauvaise perception de la culture orientale, superposée à leur propre hubris. La stratégie chinoise est beaucoup plus multi-couches et ses dirigeants politiques plus patients. Mais leur agilité fait l'envie des pays les plus agiles.

Caste_Solomon_islands.jpg

Les îles Salomon en sont un bon exemple. En 2019, les dirigeants des îles ont rompu leurs relations diplomatiques avec Taïwan. Des liens ont rapidement été établis avec la Chine. Parallèlement aux tensions diplomatiques, un vieux conflit interethnique s'est rallumé sur les îles. Comme aucune aide n'était apportée par les pays voisins, l'Australie et la Nouvelle-Zélande, en matière de contre-insurrection (et que le Premier ministre avait fait appel à ces nations), la Chine a été choisie comme futur protecteur. Un traité prévu entre la RPC et les îles Salomon permettrait aux navires chinois de faire escale dans les ports et d'effectuer des réapprovisionnements logistiques. L'Australie et la Nouvelle-Zélande ont immédiatement piqué une sainte colère, accusant la Chine d'établir une base militaire dans leur voisinage, bien qu'aucune disposition de ce type ne figure dans le projet de traité.

Mais si nous parlons de confrontation entre la Russie et l'Occident, l'urgence actuelle serait de couper complètement les livraisons aux pays inamicaux de ces produits, qui sont critiques pour leurs industries ou qui sont impliqués dans les chaînes de production. Pourquoi faire de la procrastination géopolitique et attendre qu'ils trouvent eux-mêmes une solution alternative et imposent avec arrogance de nouvelles sanctions sur ces produits ? Mieux vaut être proactif. La Russie n'est pas aussi centrée sur la consommation que l'Occident. Les restrictions temporaires ne constitueront donc pas une menace pour l'État russe. Au contraire, elle contribuera à mobiliser et à consolider la population et les autorités face aux défis extérieurs.

Vers la multipolarité

Multipolarismo_Markovics_ideeAzione.png

Vers la multipolarité

par Subrata Mukherjee

Source: https://www.ideeazione.com/verso-la-multipolarita/

Le démembrement de la Yougoslavie par l'OTAN et la création du Kosovo en 1999 ont démontré la faiblesse du droit international et des Nations Unies, car les grandes puissances pouvaient s'en tirer dans le cadre d'un ordre international essentiellement anarchique où la puissance a toujours raison.

Ce fut une expérience humiliante pour la Fédération de Russie, car il n'y a pas eu de résolution du Conseil de sécurité approuvant une action suite à une accusation de génocide inventée de toutes pièces. Une Russie relativement faible pourrait constater que l'Alliance occidentale dirigée par les États-Unis la traite davantage comme un pays vaincu que comme un égal qui respecte ses intérêts et reconnaît son statut de grande puissance.

Le projet d'occidentalisation soutenu par Boris Eltsine et le jeune Vladimir Poutine a subi une correction de trajectoire radicale, dont la pierre angulaire était la réaffirmation de la grandeur de la Russie, illustrée par la remarque rageuse d'Eltsine selon laquelle la Russie n'était pas Haïti.

Même l'euphorie initiale des Russes s'est évaporée, et la nation s'est orientée vers l'adoption de la doctrine Primakov qui acceptait la faiblesse relative de la Russie, se préparait avec un plan à long terme pour ressusciter la formation complexe d'alliances, et prenait connaissance de deux atouts inestimables dont jouissait la Russie, son énorme arsenal nucléaire comme force redoutable et son droit de veto au Conseil de sécurité.

Le monde unipolaire actuel étant intrinsèquement instable, déstabilisant et agressif, l'émergence et la consolidation d'un monde multipolaire serait plus juste, pacifique et stable. Le soupçon que l'OTAN est une organisation agressive a été renforcé par son incursion dans le monde non-occidental. Son expansion par étapes jusqu'aux frontières russes et les changements de régime qui ont été tentés en Géorgie et en Ukraine, ainsi que la proclamation ouverte que ces deux pays deviendraient membres de l'OTAN, ont conduit à la promulgation d'une ligne rouge russe déclarant qu'elle ne tolérerait aucune autre expansion de l'OTAN.

Les éléments critiques de cette évolution sont l'expansion de l'UE et l'encouragement et l'implication directe de l'Occident dans le mouvement "pro-démocratique" en Ukraine, qui a débuté avec la Révolution orange en 2004 et a culminé avec la destitution illégale d'un gouvernement pro-russe démocratiquement élu et de son président par un coup d'État qui avait le soutien et l'implication des puissances occidentales.

Poutine considérait le renversement d'un régime légitime comme le franchissement d'une ligne rouge. Il a immédiatement pris le contrôle de la Crimée, dont il pensait à juste titre qu'elle deviendrait une base navale de l'OTAN. C'est le début de la détermination de la Russie à créer un tampon entre l'OTAN et la Russie avec l'Ukraine neutre.

La politique d'expansion de l'OTAN vers l'est menée par l'administration Clinton, contrairement à l'engagement ferme de son prédécesseur, a encouragé l'administration George H. W. Bush à tenter de consolider davantage l'Alliance occidentale.

Alexander Grushko, le vice-ministre russe des Affaires étrangères, a déclaré que "l'adhésion de la Géorgie et de l'Ukraine à l'alliance est une énorme erreur stratégique qui aurait les conséquences les plus graves pour la sécurité paneuropéenne". Poutine n'a pas mâché ses mots, affirmant que cela représenterait une "menace directe" pour la Russie. Il a profité d'une Géorgie faible et divisée en pleine guerre civile, a aidé les séparatistes d'Ossétie du Sud et a pris le contrôle de l'Abkhazie et de l'Ossétie du Sud.

1200px-2008_South_Ossetia_war_en.svg.png

Étonnamment, les États-Unis et leurs alliés européens ont ignoré ces mouvements russes. La Croatie et l'Albanie sont devenues membres de l'OTAN en 2009. L'expansion de l'UE s'est également poursuivie. L'Ukraine étant une énorme masse terrestre, elle revêt une grande importance stratégique pour la Russie. Contrairement à la propagande occidentale, n'importe quel dirigeant russe aurait fait ce que Poutine a fait le 24 février. John J. Mearsheimer commente : "Les grandes puissances sont toujours sensibles aux menaces potentielles à proximité de leur territoire national".

La doctrine de Monroe et la crise des missiles cubains sont de bons exemples de cette intolérance américaine. La réaction russe a été prédite par George Kennan en 1998 lorsqu'il a déclaré, lors de la première phase d'expansion de l'OTAN, qu'il s'agissait d'une "erreur tragique" parce qu'il n'y avait aucune menace perceptible nulle part. Il a ajouté et prophétisé que "les Russes vont progressivement réagir de manière assez négative et réinitialiser progressivement leurs politiques".

Un élan très important de la politique américaine visant à soutenir l'Ukraine et à forcer la Russie à entrer en guerre était un désir caressé par pratiquement tous les présidents, à l'exception de Donald Trump, dans la période de l'après-guerre froide ; ils voulaient un changement de régime en Russie à l'aide de sanctions draconiennes. Mais ils ont oublié que les sanctions imposées à Cuba depuis plus de 60 ans n'ont pas conduit à un changement de régime.

Il en a été de même pour l'Iran et le Venezuela. Si les petites économies pouvaient résister aux sanctions, alors comment une économie énorme, riche, autosuffisante et excédentaire pouvait-elle tomber dans le piège ? L'Ukraine, l'une des nations les plus pauvres d'Europe, est également l'une des nations les plus corrompues au monde.

Loin d'être un exemple brillant de démocratie, de nombreux actes infâmes y sont régulièrement perpétrés. Il existe un fort courant d'instincts fascistes persistants dans un segment influent de la population ; ils apportent un soutien substantiel aux sentiments populistes et anti-russes dans l'est de l'Ukraine. Le gouvernement ukrainien n'a pas mis en œuvre l'accord de Minsk (2015), qui prévoyait un partage raisonnable du pouvoir incluant les Russes et la langue russe, qui est parlée par 30 % de la population.

En 2019, le corps législatif ukrainien, au lieu de prendre des mesures en vue d'une résolution, a réitéré son désir de faire partie de l'OTAN, ce qui est inacceptable pour la Russie. John Maccine a observé un jour que celui qui contrôle le pétrole contrôle le monde. Cela est confirmé par le fait que les États-Unis ont même approché des nations fortement sanctionnées comme l'Iran et le Venezuela pour obtenir du pétrole afin de compenser les sanctions contre le pétrole russe.

Paradoxalement, l'Allemagne et quelques autres pays d'Europe refusent de sanctionner le pétrole russe et la hausse des prix du gaz et de l'essence ferait plus que compenser la contraction de l'économie russe à 7%, bien moins que ce que de nombreuses économies avancées ont subi pendant la pandémie de Covid 19. La limite supérieure de l'inflation en Russie serait de 20 %, alors que dans le cas d'autres pays, dont les États-Unis, elle serait de 10 %.

L'économie russe, avec un rouble sous-évalué et une parité de pouvoir d'achat élevée, atteindrait la normalité en 2024. L'inflation tomberait en dessous de 4 %. La quasi-normalité serait atteinte en 2023. Pour les principaux acteurs de l'Europe continentale, la France et l'Allemagne, le projet des États-Unis d'Europe est de plus en plus considéré avec suspicion, car les différences entre l'Europe occidentale et l'Europe orientale sont fondamentales et infranchissables. Il n'y a pas de terrain d'entente entre le libéralisme et l'illibéralisme, que la Hongrie et la Pologne incarnent désormais.

Pour les Russes, le génocide dans le Donetsk est difficile à digérer, car 14.000 personnes ont été tuées au cours des huit dernières années. Cet acte est comparable aux événements survenus en Géorgie il y a 14 ans. La Géorgie ne fait pas partie du train de sanctions contre la Russie. Les doubles standards occidentaux sont exposés par la précédente accusation de génocide en Yougoslavie et la création du Kosovo.

À l'époque de la guerre froide, l'OTAN adhérait à la doctrine de la première frappe en raison du déséquilibre des forces conventionnelles entre les pays du Pacte de Varsovie et l'OTAN. Mais dans la phase de l'après-guerre froide, lorsqu'il n'y avait pas de telles menaces, l'émergence d'une offensive de l'OTAN au-delà des côtes européennes en Afghanistan, en Irak, en Libye et en Syrie a conduit à des considérations de sécurité pour la Russie. Si cette demande élémentaire avait été acceptée, la guerre aurait pu être évitée.

Quatre-vingt pour cent du gaz et du pétrole russes sont acheminés vers l'Europe via l'Ukraine. Celle-ci en siphonne une grande partie, qui s'arrêterait maintenant et ferait plus que compenser la perte de l'annulation du projet de gazoduc Nord Stream 2. Le Donetsk et Luganksk possèdent également d'importants gisements de gaz et la Crimée possède des gisements de gaz dans la mer Noire. La pénurie d'eau en Crimée prendrait fin car la rivière locale serait ouverte avec la suppression des blocages. La dénazification des militants Azov pourrait mettre fin aux meurtres raciaux et ethniques. À toutes fins utiles, l'Ukraine serait confrontée à un démembrement et serait pratiquement coupée en deux. La dénazification et la démilitarisation seraient réalisées. Les tentatives ukrainiennes, avec l'aide de l'Occident, de produire des armes biologiques et nucléaires prendraient également fin.

L'Allemagne et la France ont fait de leur mieux pour éviter la guerre, mais n'ont pas eu le courage d'opposer leur veto au projet américain qui a inévitablement conduit à la guerre. La perte à long terme de l'Allemagne due aux sanctions serait sévère. Angela Merkel a apporté une relation commerciale saine qui a profité aux deux parties et qui a été cruciale pour la croissance de l'Allemagne et son rôle central dans l'UE. Avec des coûts d'intrants plus élevés et une augmentation des dépenses de défense, le taux de croissance allemand en souffrirait. Inversement, la perte de la Russie serait minime, car le gaz et les céréales pourraient être détournés vers un marché asiatique en pleine croissance.

Apparemment, dans l'importante relation stratégique entre la Russie et la Chine, cette dernière aurait une plus grande marge de manœuvre. Toutefois, la Russie continuerait d'être stratégiquement autonome et de jouer un rôle clé dans une coalition d'équilibrage. Au final, avec une OTAN plus faible, il pourrait y avoir un plus grand partenariat entre l'Allemagne, la France et la Russie. Le recours excessif aux sanctions et surtout leur utilisation contre la Russie depuis 2014 a conduit à une économie russe autosuffisante à quatre-vingt pour cent en biens de consommation et à des avancées technologiques impressionnantes dans les secteurs du pétrole et du gaz. Elle a également largement bénéficié de la coopération chinoise qui lui a permis de compenser l'impact des sanctions.

La Russie et la Chine ont déjà commencé à remettre en question le maintien du dollar comme monnaie de réserve et cherchent des alternatives. Une grande partie des échanges commerciaux entre la Chine et la Russie se font désormais de manière bilatérale. L'Asean a également commencé à commercer de plus en plus dans ses propres monnaies nationales.

L'Arabie saoudite, qui a aidé individuellement les États-Unis en créant le pétrodollar, pourrait se rapprocher du yuan, ce qui est significatif car les Saoudiens détiennent 25 % du commerce du pétrole avec la Chine. Ceci, ainsi que l'unilatéralisme américain et la montée de la monnaie numérique, sont des indicateurs du processus de changement qui a déjà commencé. De manière significative, les continents entiers d'Afrique et d'Amérique du Sud ne jouent aucun rôle dans le conflit.

Les proches alliés des États-Unis, l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis ainsi que deux grandes économies d'Amérique du Sud, le Mexique et le Brésil, et l'Afrique du Sud ainsi que l'Inde et la Chine n'ont pas soutenu la résolution de l'Assemblée générale occidentale et se sont abstenus de voter. Ensemble, ils représentent 85 % de la population mondiale. Le moment unipolaire des temps modernes a été déstabilisant et riche en conflits. On s'attend à ce que, après cette guerre, nous assistions au retour d'un monde multipolaire fermement établi qui fournirait un ordre mondial stable.

La Stratégie du Heartland à l'Est : un aperçu des objectifs et des priorités

1024px-Vladimir_Putin_and_Xi_Jinping_2019-06-05_31.jpg

La Stratégie du Heartland russe à l'Est: un aperçu des objectifs et des priorités

Alexandre Douguine

Source: https://www.ideeazione.com/la-strategia-orientale-dellheartland-una-panoramica-degli-obiettivi-e-delle-priorita/

Axe Moscou-New Delhi

Déplaçons-nous vers l'est. Nous voyons ici l'Inde comme un "grand espace" à part entière, qui, à l'époque du Grand Jeu, était la principale tête de pont de la domination britannique en Asie. À cette époque, la nécessité de maintenir le contrôle de l'Inde et d'empêcher d'autres puissances, notamment l'Empire russe, d'empiéter sur le contrôle britannique de la région était essentielle pour la "civilisation de la mer". À cela s'ajoutent les épopées afghanes des Britanniques, qui ont cherché à plusieurs reprises à affirmer leur contrôle sur la structure complexe de la société afghane non gouvernée, précisément pour bloquer les Russes dans une éventuelle campagne en Inde. Une telle perspective est théorisée depuis l'époque de l'empereur Paul Ier, qui a virtuellement lancé une campagne cosaque (organisée et planifiée de manière quelque peu naïve) en Inde (en alliance avec les Français), ce qui pourrait être la raison de son assassinat (qui, comme le montrent les historiens, a été organisé par l'ambassadeur britannique en Russie, Lord Whitworth).

51232553_101.jpg

L'Inde mène actuellement une politique de neutralité stratégique, mais sa société, sa culture, sa religion et son système de valeurs n'ont rien en commun avec le projet mondialiste ou le mode de vie de l'Europe occidentale. La structure de la société hindoue est entièrement terrestre, basée sur des constantes qui ont très peu changé au cours des millénaires. Par ses paramètres (démographie, niveau de développement économique moderne, culture intégrale), l'Inde représente un "grand espace" complet, qui est organiquement inclus dans la structure multipolaire. Les relations russo-indiennes après la libération de l'Inde des Britanniques ont traditionnellement été très cordiales. Dans le même temps, les dirigeants indiens ont souligné à plusieurs reprises leur engagement en faveur d'un ordre mondial multipolaire. En même temps, la société indienne elle-même illustre la multipolarité où la diversité des groupes ethniques, des cultes, des cultures locales, des courants religieux et philosophiques s'entendent parfaitement bien malgré leurs profondes différences et même leurs contradictions. L'Inde est certainement une civilisation qui, au vingtième siècle, après la fin de la phase de colonisation, a acquis - pour des raisons pragmatiques - le statut d'"État-nation".

Dans ces circonstances favorables au projet multipolaire, qui font de l'axe Moscou-New Delhi une autre structure de soutien pour l'expression spatiale de la pan-idée eurasienne, un certain nombre de circonstances compliquent ce processus. Par inertie historique, l'Inde continue à entretenir des liens étroits avec le monde anglo-saxon, qui, pendant la période de domination coloniale, a réussi à influencer de manière significative la société indienne et à projeter sur elle ses attitudes sociologiques formelles (notamment l'anglophilie). L'Inde est étroitement intégrée aux États-Unis et aux pays de l'OTAN dans le domaine militaro-technique et les stratèges atlantistes apprécient énormément cette coopération, car elle s'inscrit dans la stratégie de contrôle de la "zone côtière" de l'Eurasie. En même temps, la mentalité même de la société indienne rejette la logique des alternatives rigides de l'une ou l'autre, et il est difficile pour la mentalité hindoue de comprendre la nécessité d'un choix irréversible entre la Mer et la Terre, entre la mondialisation et la préservation d'une identité civilisée.

Au niveau régional, cependant, dans les relations avec ses voisins immédiats - en particulier la Chine et le Pakistan - la pensée géopolitique indienne fonctionne beaucoup mieux et cela devrait être utilisé pour intégrer l'Inde dans la construction multipolaire de la nouvelle architecture stratégique eurasienne.

La place naturelle de l'Inde est en Eurasie, où elle pourrait jouer un rôle stratégique comparable à celui de l'Iran. Mais le format de l'axe Moscou-New Delhi devrait être très différent, en tenant compte des spécificités de la stratégie et de la culture régionales de l'Inde. Dans le cas de l'Iran et de l'Inde, différents paradigmes d'intégration stratégique devraient être impliqués.

La structure géopolitique de la Chine

La structure géopolitique de la Chine est la question la plus importante. Dans le monde d'aujourd'hui, la Chine a si bien développé son économie, trouvant les proportions optimales entre le maintien du pouvoir politique d'un parti communiste réformé, les principes d'une économie libérale et l'utilisation mobilisatrice d'une culture chinoise commune (dans certains cas sous la forme d'un "nationalisme chinois"), que beaucoup lui attribuent le rôle d'un pôle mondial indépendant à l'échelle planétaire et préfigurent un futur "nouvel hégémon". En termes de potentiel économique, la Chine a été classée deuxième parmi les cinq premières économies du monde avec le PIB le plus élevé. Avec les États-Unis, l'Allemagne et le Japon, le pays a formé une sorte de club des principales puissances commerciales du monde. Les Chinois eux-mêmes appellent la Chine "Zhongguo", littéralement "le pays central, du milieu".

La Chine est une entité géopolitique complexe qui peut être divisée en plusieurs composantes principales :

- Chine continentale : les zones rurales pauvres et mal irriguées situées entre les fleuves Huanghe et Yangtze, habitées principalement par des groupes ethniques indigènes réunis par le terme "Han" ;

- les zones côtières de l'Est, qui sont des centres de développement économique et commercial national et des points d'accès au marché mondial.

- les zones tampons habitées par des minorités ethniques (région autonome de Mongolie intérieure, région autonome ouïghoure du Xinjiang, région autonome du Tibet)

- les États voisins et les zones administratives insulaires spéciales dont la population est majoritairement chinoise (Taïwan, Hong Kong, Macao).

Le problème de la géopolitique chinoise est le suivant : pour développer son économie, la Chine manque de demande intérieure (la pauvreté de la Chine continentale). L'accès au marché international par le développement de la zone côtière du Pacifique augmente considérablement le niveau de vie, mais crée des inégalités sociales entre la "côte" et le "continent", et favorise un plus grand contrôle extérieur par le biais des liens économiques et des investissements, ce qui menace la sécurité du pays. Au début du 20e siècle, ce déséquilibre a conduit à l'effondrement de l'État chinois, à la fragmentation du pays, à l'établissement virtuel d'un "contrôle externe" par la Grande-Bretagne et, enfin, à l'occupation des zones côtières par le Japon.

Untitled-1.jpg

Mao Tse-tung (1893-1976) a choisi une autre voie : la centralisation du pays et sa fermeture complète. Cela a rendu la Chine indépendante, mais l'a condamnée à la pauvreté. À la fin des années 1980, Deng Xiaoping (1904-1997) a entamé un autre cycle de réformes, qui consistait à équilibrer le développement ouvert de la "zone côtière" et l'attraction des investissements étrangers dans cette région avec le maintien d'un contrôle politique strict de l'ensemble du territoire chinois aux mains du Parti communiste, afin de préserver l'unité du pays. C'est cette formule qui définit la fonction géopolitique de la Chine contemporaine.

L'identité de la Chine est double : il y a une Chine continentale et une Chine côtière. La Chine continentale est tournée vers elle-même et la préservation du paradigme social et culturel ; la Chine côtière est de plus en plus intégrée au "marché mondial" et, par conséquent, à la "société mondiale" (c'est-à-dire qu'elle adopte progressivement les traits de la "civilisation de la mer"). Ces contradictions géopolitiques ont été aplanies par le Parti communiste chinois (PCC), qui doit fonctionner dans le cadre du paradigme de Deng Xiaoping - l'ouverture assure la croissance économique, le centralisme rigide de l'idéologie et du parti, s'appuyant sur les zones rurales pauvres du continent, maintient l'isolement relatif de la Chine par rapport au monde extérieur. La Chine cherche à prendre de l'atlantisme et de la mondialisation ce qui la renforce, et à détacher et écarter ce qui l'affaiblit et la détruit. Jusqu'à présent, Pékin a réussi à maintenir cet équilibre, ce qui l'amène au leadership mondial, mais il est difficile de dire dans quelle mesure il est possible de combiner l'incompatible : mondialisation d'un segment de la société et préservation d'un autre segment sous le mode de vie traditionnel. La solution de cette équation extrêmement complexe prédéterminera le destin de la Chine dans le futur et, par conséquent, construira un algorithme pour son comportement.

En tout état de cause, la Chine d'aujourd'hui insiste fermement sur un ordre mondial multipolaire et s'oppose à l'approche unipolaire des États-Unis et des pays occidentaux dans la plupart des confrontations internationales. La seule menace sérieuse qui pèse aujourd'hui sur la sécurité de la Chine provient uniquement des États-Unis - la marine américaine dans le Pacifique pourrait à tout moment imposer un blocus sur l'ensemble du littoral chinois et ainsi faire s'effondrer instantanément l'économie chinoise, qui dépend entièrement des marchés étrangers. À cela s'ajoute la tension autour de Taïwan, un État puissant et prospère avec une population chinoise mais une société purement atlantiste intégrée dans un contexte mondial libéral.

Dans un modèle d'ordre mondial multipolaire, la Chine se voit attribuer le rôle du pôle Pacifique. Ce rôle serait une sorte de compromis entre le marché mondial dans lequel la Chine existe et se développe aujourd'hui, fournissant une part énorme de ses biens industriels, et sa fermeture totale. Ceci est globalement cohérent avec la stratégie de la Chine qui consiste à essayer de maximiser son potentiel économique et technologique avant l'inévitable affrontement avec les États-Unis.

Le rôle de la Chine dans un monde multipolaire

Il existe un certain nombre de problèmes entre la Russie et la Chine qui pourraient entraver la consolidation des efforts visant à construire une construction multipolaire. L'une d'elles est l'expansion démographique des Chinois dans les territoires peu peuplés de Sibérie, qui menace de modifier radicalement la structure sociale même de la société russe et constitue une menace directe pour la sécurité. Sur cette question, une condition préalable à un partenariat équilibré devrait être un contrôle strict par les autorités chinoises des flux migratoires vers le nord.

La deuxième question concerne l'influence de la Chine en Asie centrale, une zone stratégique proche de la Russie, riche en ressources naturelles et en vastes territoires, mais plutôt faiblement peuplée. L'avancée de la Chine en Asie centrale pourrait également constituer un obstacle. Ces deux tendances violent un principe important de la multipolarité : l'organisation de l'espace sur un axe nord-sud et non l'inverse. La direction dans laquelle la Chine a toutes les raisons de se développer est celle du Pacifique, au sud de la Chine. Plus la présence stratégique de la Chine dans cette région sera forte, plus la structure multipolaire sera forte.

Le renforcement de la présence de la Chine dans le Pacifique entre directement en collision avec les plans stratégiques de l'Amérique pour l'hégémonie mondiale, car dans une perspective atlantiste, la sécurisation du contrôle des océans du monde est la clé de l'ensemble du tableau stratégique du monde vu des États-Unis. La marine américaine dans le Pacifique et le déploiement de bases militaires stratégiques dans différentes parties du Pacifique et sur l'île de San Diego dans l'océan Indien afin de contrôler l'espace maritime de toute la région sera le principal enjeu de la réorganisation de la zone Pacifique sur le modèle d'un ordre mondial multipolaire. La libération de cette zone des bases militaires américaines peut être considérée comme une tâche d'importance planétaire.

La géopolitique du Japon et son éventuelle implication dans le projet multipolaire

La Chine n'est pas le seul pôle dans cette partie du monde. Le Japon est une puissance régionale asymétrique mais économiquement comparable. Société terrestre et traditionnelle, le Japon est passé sous occupation américaine après 1945 à la suite de la Seconde Guerre mondiale, dont les conséquences stratégiques se font encore sentir aujourd'hui. Le Japon n'est pas indépendant dans sa politique étrangère ; il y a des bases militaires américaines sur son territoire, et son importance militaire et politique est négligeable par rapport à son potentiel économique. Pour le Japon, d'un point de vue théorique, la seule voie organique de développement serait de rejoindre le projet multipolaire, ce qui implique :

- L'établissement d'un partenariat avec la Russie (avec laquelle aucun traité de paix n'a encore été conclu - une situation soutenue artificiellement par les États-Unis, qui craignent un rapprochement entre la Russie et le Japon) ;

- restaurer sa puissance militaire et technique en tant que puissance souveraine ;

- une participation active à la réorganisation de l'espace stratégique dans le Pacifique ;

- devenant le deuxième pôle, avec la Chine, de l'ensemble de l'espace Pacifique.

Pour la Russie, le Japon était le partenaire optimal en Extrême-Orient car, démographiquement, contrairement à la Chine, il n'a pas de problèmes de ressources naturelles (ce qui permettrait à la Russie d'accélérer l'équipement technologique et social de la Sibérie au Japon) et il dispose d'une énorme puissance économique, y compris dans le domaine de la haute technologie, qui est stratégiquement important pour l'économie russe. Mais pour qu'un tel partenariat soit possible, le Japon doit faire le pas décisif de se libérer de l'influence américaine.

Japan-South-Korea-Rising-Sun-Flag-Conflict-003.jpg

Sinon (comme dans la situation actuelle), les États-Unis considéreront le Japon comme un simple outil dans leur politique visant à contenir le mouvement potentiel de la Chine et de la Russie dans le Pacifique. Brzezinski plaide à juste titre en ce sens dans son livre The Grand Chessboard, où il décrit la stratégie américaine optimale dans le Pacifique. Ainsi, cette stratégie prône un rapprochement commercial et économique avec la Chine (parce que la Chine est entraînée dans la "société mondiale" par son intermédiaire), mais insiste pour construire un bloc stratégico-militaire contre elle. Avec le Japon, au contraire, Bzezinski propose de construire un "partenariat" militaro-stratégique contre la Chine et la Russie (en fait, il ne s'agit pas d'un "partenariat", mais d'une utilisation plus active du territoire japonais pour le déploiement d'installations militaro-stratégiques américaines) et de se livrer à une concurrence acharnée dans la sphère économique, car les entreprises japonaises sont capables de relativiser la domination économique américaine à l'échelle mondiale.

L'ordre mondial multipolaire évalue légitimement la situation de manière exactement inverse : l'économie libérale de la Chine ne vaut rien en soi et ne fait qu'accroître la dépendance de la Chine à l'égard de l'Occident, tandis que sa puissance militaire - surtout dans le segment naval - est au contraire précieuse car elle crée les conditions préalables pour débarrasser à l'avenir les océans Pacifique et Indien de la présence américaine. Le Japon, au contraire, est surtout attrayant en tant que puissance économique qui rivalise avec les économies occidentales et qui a maîtrisé les règles du marché mondial (on espère qu'à un moment donné, le Japon pourra utiliser cela à son avantage), mais il est moins attrayant en tant que partenaire dans un monde multipolaire, en tant qu'instrument passif de la stratégie américaine. Dans tous les cas, le scénario optimal serait que le Japon se libère du contrôle américain et entre dans une orbite géopolitique indépendante. Dans ce cas, il serait difficile d'imaginer un meilleur candidat pour construire un nouveau modèle d'équilibre stratégique dans le Pacifique.

Actuellement, compte tenu du statu quo, la place du "pôle" Pacifique peut être réservée à deux puissances - la Chine et le Japon. Tous deux ont de solides arguments pour être le leader ou l'un des deux leaders, substantiellement supérieur à tous les autres pays de la région d'Extrême-Orient.

wgbh.brightspotcdn.com.jpg

La Corée du Nord comme exemple de l'autonomie géopolitique d'un État terrestre

Il convient de souligner le facteur de la Corée du Nord, un pays qui n'a pas succombé à la pression occidentale et qui continue à rester fidèle à son ordre sociopolitique très spécifique (juché) malgré toutes les tentatives de le renverser, de le discréditer et de le diaboliser. La Corée du Nord illustre la résistance courageuse et efficace à la mondialisation et à l'unipolarité par un peuple assez petit, et c'est là que réside sa grande valeur. Une Corée du Nord nucléaire qui maintient une identité sociale et ethnique et une réelle indépendance, avec un niveau de vie modeste et un certain nombre de restrictions à la "démocratie" (comprise dans le sens libéral et bourgeois), contraste fortement avec la Corée du Sud. La Corée du Sud perd rapidement son identité culturelle (la plupart des Sud-Coréens appartiennent à des sectes protestantes, par exemple) et est incapable de faire un seul pas en politique étrangère sans se référer aux États-Unis, mais sa population est plus ou moins prospère (financièrement, mais pas psychologiquement). Le drame moral du choix entre indépendance et confort, dignité et bien-être, fierté et prospérité se joue dans deux parties d'un peuple historiquement et ethniquement unifié. La partie nord-coréenne illustre les valeurs du Sushi. Celui de la Corée du Sud illustre les valeurs de la mer. Rome et Carthage, Athènes et Sparte. Béhémoth et Léviathan dans le contexte de l'Extrême-Orient moderne.

Les principaux défis au Heartland russe à l'Est

Le vecteur oriental (Extrême-Orient, Asie) du Heartland russe peut être réduit aux tâches principales suivantes :

- Assurer la sécurité stratégique de la Russie sur la côte Pacifique et en Extrême-Orient ;

- Intégrer les territoires sibériens dans le contexte social, économique, technologique et stratégique global de la Russie (en tenant compte de l'état désastreux de la démographie de la population russe)

- développer le partenariat avec l'Inde, y compris dans le domaine militaro-technique (l'axe Moscou-New Delhi)

- construire une relation équilibrée avec la Chine, en soutenant ses politiques multipolaires et ses aspirations à devenir une puissante puissance navale, mais en prévenant les conséquences négatives de l'expansion démographique de la population chinoise dans le nord et de l'infiltration de l'influence chinoise au Kazakhstan ;

- Encourager par tous les moyens possibles l'affaiblissement de la présence navale américaine dans le Pacifique en démantelant les bases navales et autres installations stratégiques ;

- Encourager le Japon à se libérer de l'influence américaine et à devenir une puissance régionale à part entière, établissant ainsi un partenariat stratégique sur l'axe Moscou-Tokyo ;

- Soutenir les puissances régionales d'Extrême-Orient qui défendent leur indépendance vis-à-vis de l'atlantisme et de la mondialisation (Corée du Nord, Vietnam et Laos).

Le plan américain de guerre en Ukraine implique aussi l'Europe

otan-europa-ucrania_3.jpg

Le plan américain de guerre en Ukraine implique aussi l'Europe

par Luciano Lago

Source: https://www.ideeazione.com/il-piano-americano-per-la-guerra-in-ucraina-coinvolge-anche-leuropa/

Les signaux provenant de la table des négociations, après plusieurs cycles de pourparlers entre l'Ukraine et la Russie, pourraient permettre de progresser et de surmonter la phase d'impasse, avec l'acceptation préalable par l'Ukraine de certaines conditions, mais les États-Unis y ont mis leur veto et leur marionnette Zelensky s'est pliée à leurs directives.

Il n'en reste pas moins que la guerre aurait pu être évitée si les États-Unis et l'OTAN avaient adopté une attitude différente face aux demandes de la Russie concernant sa propre sécurité et la nécessité pour l'OTAN de ne pas s'étendre sous ses frontières. Au lieu de cela, quelqu'un a voulu et instigué la guerre, et ce quelqu'un se trouve à Washington et à Londres.

Toutefois, nous attendons de voir si l'administration Biden opposera définitivement son veto aux pourparlers en cours, étant donné qu'elle soutient le régime de Kiev en lui envoyant massivement de nouvelles armes et des prêts financiers.

Il semble clair désormais que les Etats-Unis ne veulent pas la paix en Ukraine mais la poursuite de la guerre, quel qu'en soit le coût, étant donné que le prix sera payé par d'autres, en premier lieu les Ukrainiens, utilisés comme chair à canon pour les intérêts américains, et en second lieu les Européens qui paieront les plus lourdes conséquences de la crise économique et de l'afflux de réfugiés.

La guerre permet aux États-Unis de maintenir leur hégémonie et est donc un fait utile qui produit des affaires pour l'industrie de l'armement et contribue à engager et à affaiblir la Russie. C'est le point de vue du parti de la guerre qui soutient Biden à Washington et prévaut au Congrès.

Dernier développement en date, le même parti de guerre de Washington a enrôlé les caméras d'Hollywood pour diffuser des images de prétendus massacres commis par les troupes russes en Ukraine et gagner la guerre de propagande médiatique. Il s'agit d'une technique habituelle des services de renseignement anglo-américains, déjà adoptée en Syrie avec l'aide des "casques blancs" mais qui, dans ce contexte, n'a pas donné les résultats escomptés. Il n'est pas certain que cette fois-ci elle puisse produire des résultats, mais face à la clameur des fausses nouvelles, elle pourrait se retourner contre ceux qui l'emploient cyniquement.

Les gouvernements européens suivent la ligne américaine même si elle est en conflit évident avec leurs propres intérêts et sans être conscients que cette ligne les mènera vers le chaos, la récession, les troubles sociaux et, en un mot, vers l'abîme. Le poids de cette politique sera supporté par les sections les plus faibles et les plus défavorisées de la population.

L'arrogance américaine et la servilité européenne semblent n'avoir aucune limite.

Ce qui importe aux États-Unis, c'est la poursuite de l'hégémonie, même si elle sape les fondations de leur propre puissance. Les gouvernements européens suivent sans réserve les directives américaines, même au prix d'une dévastation économique dans leur propre pays.

Tout cela ne peut empêcher l'émergence d'un nouvel ordre multipolaire mondial dans lequel les puissances occidentales seront reléguées à un rôle secondaire et non plus dominant sur la scène internationale.

Liés à leur objectif hégémonique, les États-Unis et le Royaume-Uni poursuivent également l'objectif de détruire l'Union européenne dans sa composante économique. Ceci afin de priver l'Europe de son importante industrie, devenue non compétitive en raison des coûts de l'énergie, de réduire l'agriculture et de rendre l'Europe de plus en plus dépendante et intégrée aux États-Unis, une solution qui présente de nombreux avantages pour l'élite du pouvoir américain. En substance, faire de l'Europe sa propre colonie, un marché pour ses propres industries et toujours subordonnée aux directives du patron américain.

De sorte que l'on puisse percevoir que l'UE restera la principale victime de cette guerre, la guerre que les États-Unis ont constamment et méthodiquement déclenchée contre la Russie pendant de très nombreuses années. La stratégie anti-russe et anti-européenne de Washington n'a pas commencé en 2014, ni même en 2008, mais remonte à bien plus tôt.

Le pire cauchemar des États-Unis a toujours été ce projet eurasien lui-même : un immense espace économique ouvert de Lisbonne à Vladivostok. Une économie totalement autosuffisante avec des perspectives de développement incroyables. Une perspective qui, par le passé, avait eu ses partisans parmi certains politiciens européens qui comprenaient le projet. Il est vrai que, même à l'époque, l'Europe était sous le contrôle des États-Unis, mais il était encore possible à l'époque d'avoir une certaine marge de manœuvre pour construire sa propre politique souveraine. Cependant, ce qui s'est passé depuis a produit un changement pour le pire dans les élites européennes, qui sont de plus en plus subordonnées au pouvoir d'outre-Atlantique.

Les nouvelles élites européennes ne sont que des gouverneurs généraux coloniaux qui, en général, ne se soucient pas de leurs pays et de leurs peuples. Ces gens sont prêts à ruiner même l'économie de leur propre pays, juste pour plaire au maître suprême. L'inclusion des pays baltes et de la Pologne dans l'Union européenne s'est avérée très utile, car ils sont littéralement devenus les chefs d'orchestre de la ferme volonté de leur maître d'outre-mer. L'Europe, qui n'était pas complètement libre dans les années d'après-guerre, a été réduite à la subordination et à la vassalité à la puissance américaine.

De plus, il semble que ce processus soit déjà irréversible. L'Europe ne pourra plus échapper à ce piège et, si elle tente de le faire, elle se prépare à un nouvel afflux de réfugiés, ou à une autre surprise. En ce moment, les troupes américaines se déversent en Europe comme un fleuve. Bientôt, il sera tout à fait possible de parler d'occupation directe.

Et s'il y a des politiciens qui ont le courage de résister à ce processus, on peut être sûr qu'il y aura des tentatives pour les éliminer et les destituer comme agents du Kremlin.

mardi, 05 avril 2022

Le jeu de tous les jeux: disputes et dominos dans le monde multipolaire

shutterstock_97535411.jpg

Le jeu de tous les jeux: disputes et dominos dans le monde multipolaire

Par Pierluigi Fagan    

Source: https://www.grece-it.com/2022/04/04/il-gioco-di-tutti-i-giochi-le-contese-ed-il-domino-nel-mondo-multipolare/

Quel genre de jeu jouons-nous ? Nous utiliserons ici le terme "jeu" dans le sens de -interrelations compétitives entre joueurs selon des règles pour atteindre un objectif-. Du "Grand Jeu" (Moyen-Orient - Asie) au "Grand Échiquier" de Brzezinski, en passant par mon plus modeste "Jeu de tous les jeux", les questions géopolitiques ont souvent été métaphorisées avec cette définition du "jeu". La théorie des jeux elle-même fait allusion à ces systèmes d'interrelations et peut s'appliquer aussi bien entre individus qu'entre groupes. Au sens commun, le jeu a une saveur différente, ludique, désintéressée, de divertissement, d'amusement. Certains peuvent donc ne pas apprécier de traiter les guerres, les conflits et les tragédies humaines inévitables avec un terme aussi léger. Mais, comme mentionné, le terme est ici utilisé dans le sens analytique. Le "jeu" dans lequel nous sommes tombés est donc le suivant :

1. L'Occident (Europe + Anglo-Saxons) est dans une dynamique de 70 ans dans laquelle son poids démographique ne cesse de diminuer (aujourd'hui seulement 16% du total mondial) et dans laquelle, à un rythme plus lent mais non moins constant, il perd aussi des parts de poids économique et géopolitique. Cela s'explique par le fait que le reste du monde a connu une croissance régulière et significative au cours des soixante-dix dernières années. Tout cela devrait se poursuivre avec une certaine fatalité pendant au moins les trente prochaines années.

2. Tout cela se traduit par une forme d'ordre mondial sans précédent, l'ordre dit "multipolaire". D'après ce que nous savons de la culture de la complexité (y compris la théorie des réseaux), qu'il s'agisse de biologie, d'écologie, de sociologie ou de tout autre domaine qui étudie les formes de vie, tous les systèmes très complexes oscillent autour d'une moyenne souhaitée comme forme d'équilibre (type homéostasie) et leur dynamique interne est répartie entre plusieurs sous-systèmes multi-variétés. Il en existe différents niveaux et poids, avec des connexions plus ou moins importantes, mais comme dans le cas de la biodiversité, les systèmes très complexes sont résilients dans la mesure où ils sont hautement distribués. Bien que certains trouvent le mot "résilience" gênant, il s'agit d'un homologue de la résistance, à ceci près que la résistance est un concept plus propre aux systèmes non viables (par exemple, ceux en fer ou en béton ou autre), la résilience est plus propre aux systèmes qui absorbent une perturbation sans se décomposer et qui retrouvent ensuite l'équilibre qu'ils avaient avant la perturbation, comme c'est le cas dans les systèmes viables, c'est-à-dire basés sur des variétés biologiques.

aukus.jpg

3. Cette plus grande répartition d'un ordre multipolaire n'est pas un choix, elle est naturelle, puisque de 2,5 milliards en 1950 nous sommes passés à 7,5 milliards (et plus) d'êtres humains en 2020, avec un passage d'une soixantaine à deux cents Etats souverains. De 7,5 milliards, nous passerons à un peu moins de 10 milliards en 2050. Les interrelations entre les différentes parties se sont également multipliées, si bien qu'en peu de temps, un système très complexe s'est formé, qui relativise le poids de l'Occident.

4. Tout cela mine la forme de notre civilisation qui, depuis l'après-guerre, a connu une période où, partant d'une domination encore très forte sur le monde que nous avons héritée des siècles précédents, ce que nous appelons "l'ère moderne", elle a ensuite connu une lente contraction, avec des prévisions de contraction supplémentaire dans la mesure où de grandes parties du monde s'émancipent et où nous commençons à avoir entre elles des relations croisées de type coopératif. Ils entretiennent des relations de coopération non pas parce qu'ils sont "meilleurs" que nous, qui avons tendance à entretenir des relations de compétition, mais parce qu'ils partent tous de positions de pouvoir et d'intérêts faibles. Ces dernières années, un vaste réseau de ces systèmes non occidentaux s'est formé, des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud, et maintenant d'autres comme la Turquie, le Mexique, l'Indonésie, le Pakistan, divers Africains, etc.) à beaucoup d'autres, surtout en Asie, qui représente 60 % du monde, avec une sorte d'alliance d'intention naturelle : celle de favoriser l'avènement - qu'il y aura de toute façon - d'un ordre multipolaire qui leur donne une meilleure chance de se développer avec un certain degré d'autonomie.

5. Cette question a un côté dramatique, non pas tant pour la civilisation occidentale dans son ensemble, mais pour une de ses composantes, l'anglo-saxonne et en particulier l'américaine. En fait, les États-Unis sont plus dépendants que quiconque de la position qu'ils occupaient en 1950, qu'il s'agisse de l'ordre Banque mondiale-FMI ou du dollar ou de Wall Street ou de la suprématie technologique et ensuite de la suprématie militaire ou du soft power (mais seulement après le hard power). S'étant habitués à des ordres bipolaires dans lesquels ils constituaient le pôle dominant, voire à l'idée d'un ordre unipolaire, la multipolarité est pour eux un jeu qui, quelle que soit la façon dont il est joué, promet la perte de la domination, du pouvoir et de la richesse. Je rappelle qu'ils ne représentent que 4,5 % de la population mondiale, mais qu'ils comptent tout de même pour 25 % du PIB mondial. Une grande partie de cette part exorbitante n'est pas donnée par des capacités concurrentielles intrinsèques comme celles de la Chine, du Japon, de l'Allemagne, de l'Inde, etc. mais par des rentes de position dominante. L'ensemble ressemble beaucoup à une position de semi-monopole en matière de marché. Transféré dans le domaine géopolitique, le monopoliste est prêt à partager le pouvoir avec l'oligopole mais pas avec le marché libre et les ordres émergents connexes, comme le théorise le concept de la "main invisible".

Alba_aliothshutterstock_1100068391-807x455-c.jpg

6. S'étant longtemps creusé les méninges pour savoir comment faire face à de tels événements qui, comme on l'a dit, ont une certaine inévitabilité, les Américains ont récemment introduit une version du jeu qu'ils appellent "démocraties contre autocraties". La question n'est pas si précise, l'Inde et le Brésil seraient en théorie des démocraties alors que les alliés de l'Amérique comme l'Arabie Saoudite ou la Turquie, elle-même dans l'OTAN, le sont beaucoup moins. Mais le grand public occidental ne sait pas grand-chose de tout cela, et il est facilement sensible aux simplifications, aux slogans et à la répétition obsessionnelle de concepts, même lorsqu'ils sont incroyables, comme "X lave plus blanc", d'autant plus lorsqu'ils sont des idéaux. Il convient de noter qu'au-delà des inexactitudes, en vérité, les conflits de pouvoir concurrentiels se produisent sans tenir compte de qui est ou est considéré comme "démocratique" ou non. Dans les conflits de pouvoir, les gens ont parfois adopté l'habit de "civilisation contre barbarie" ou "chrétiens contre infidèles" ou "scythes contre sunnites" ou "gens en mission pour Dieu contre le reste du monde", mais l'habit ne sert qu'à couvrir des logiques matérielles beaucoup moins nobles.

7. C'est le premier niveau du jeu dans lequel nous sommes tombés, le plus important, celui où le jeu se joue entre différents types d'ordre polaire uni-bi-multi. Le deuxième niveau est celui pour lequel, depuis plusieurs années, les Etats-Unis ont la Russie dans leur ligne de mire comme leur adversaire le plus insidieux. En effet, bien que le jeu soit à plusieurs niveaux (politique, géopolitique, économique, financier, culturel), les conflits de pouvoir entre États ont historiquement été réglés par les armes. En termes d'armes, les Russes sont de loin inférieurs aux États-Unis, mais ce jeu spécifique est déterminé par la dernière arme que vous pouvez mettre sur la table lorsque vous êtes dos au mur. Cette dernière arme est l'arme atomique et dans cet atout spécifique, les Russes et les Américains sont égaux. Cela conduit les deux parties à éviter le conflit direct parce qu'elles commenceraient, même si elles ne le voulaient pas, à gravir l'échelle du conflit dans lequel aucune d'entre elles ne peut perdre sauf en perdant sa réputation de puissance, c'est pourquoi avant de la perdre elles utiliseraient l'arme interdite, au moins pour se venger. Cela est également très irritant pour les États-Unis, car les Russes adorent se mêler des jeux de pouvoir militaire américains, aidant parfois l'Iran ou la Syrie ou la Libye ou ailleurs selon la logique de "l'ennemi de mon ennemi ...", ce qui est réciproque, comme lors de la première invasion russe de l'Afghanistan, du Caucase ou de l'Asie centrale.

csm_istock_India_China_chess_12c6af99bf.jpg

8. Les États-Unis, seuls ou en version OTAN, ont depuis longtemps tendu le piège de tous les pièges : l'Ukraine. Un anti-Russie à la frontière de la Russie est aussi piquant qu'il peut l'être. Après tant d'escarmouches indirectes, l'Ukraine est le piège le plus prometteur pour les stratégies compétitives américaines. Et cela nous amène au troisième niveau, la guerre en Ukraine.

9. Les Russes ont mordu à l'hameçon non pas parce qu'ils sont stupides, fous ou atteints d'un cancer de la thyroïde, mais parce qu'en termes de danger stratégique concret et de défense de leur réputation, ils ne pouvaient pas faire autrement. Pour ceux qui ne sont pas familiers avec le domaine, le terme "réputation" semblera étrange. Il ne s'agit pas de la réputation de beauté, de justesse, d'attractivité ou d'idéalité d'une personne, mais simplement de la réputation de puissance, le jeton le plus important dans le jeu de la concurrence entre États dans le monde. Il n'est pas nécessaire d'en jouer tout le temps, c'est juste la capacité à en jouer qui confère une réputation de puissance.

10. À ce stade, après avoir joué la réputation qui compte pour nous, Occidentaux, qui habillons les luttes de pouvoir avec des aspirations et des valeurs idéales, les Russes sont devenus les "intouchables", les parias. Les Européens qui partagent la masse continentale avec les Russes, les Chinois, les Indiens, les Musulmans et les Africains (Afro-Eurasie) ne pourront plus avoir quelque relation que ce soit avec le ou les ennemis des Américains dont ils dépendent pour diverses raisons et sous diverses formes, et devront donc adhérer au système américain beaucoup plus qu'avant, au niveau, disons, de l'après-guerre. Ils n'ont aucune possibilité de jouer le jeu selon leur propre intention, également parce qu'ils n'ont pas d'intention unique. Ainsi, du premier au troisième niveau du jeu, le nouveau système occidental, revenu à la splendeur des années 50, se retrouvera à nouveau dans un champ bipolaire avec tous les amis de ce côté et tous les ennemis de l'autre, format guerre froide avec la fin de la mondialisation et son ridicule " village global ", réarmement, économie et finance tentant de couper les ponts de toute interdépendance dans des boucles de rétroaction de renforcement du système occidental contre le reste du monde. Tout cela pour défendre l'essence de l'occidentalité. Ce système politico-économique qui, avec mépris pour le ridicule, aime à s'appeler "démocratie de marché", une forme de pouvoir oligarchique qui, cependant, se déguise en démocratie pour ratifier sa propre confirmation d'"élection". Oligarchie signifie "pouvoir de quelques-uns". L'essence de notre commande consiste à défendre ce "pouvoir de quelques-uns" comme s'il s'agissait de l'intérêt du plus grand nombre.

11. Personne ne soulève le problème de l'augmentation de notre taux de démocratie interne, d'autant plus que nous sommes occupés à défendre sa pâle version occidentale contre "l'agression externe" des autocraties. C'est l'ennemi extérieur qui dicte les priorités et nous fait passer pour des amis intérieurs. En Occident, cependant, la "démocratie" n'a ni les partis qui la promeuvent, ni les intellectuels qui y réfléchissent de manière systémique.

chess_globe_sl.jpg

12. C'est pourquoi la guerre russo-ukrainienne est la seule chose que vous devez regarder ou à laquelle vous devez participer pour "l'agresseur contre l'agresseur", les valeurs occidentales sont en jeu. Ces valeurs idéales méritent le sacrifice des valeurs plus prosaïques que nous avions l'habitude de considérer comme les plus importantes. Vous devez armer et financer les Ukrainiens qui se battent sur la plaine d'Armageddon pour le Bien contre le Mal et les en remercier. Il faut couper le gaz, accueillir des millions de réfugiés, subir la hausse des matières premières, l'inflation, le désastre économique, alimentaire et social, les troubles au plus haut niveau en Afro-Eurasie, y compris sur les côtes méditerranéennes déjà précaires, car l'ordre du monde est en jeu pour les prochaines années. Plus vous agirez ainsi, plus les Russes, pour atteindre leurs impénétrables motifs stratégiques, devront se livrer à des actes immondes - vrais ou supposés, personne ne peut en être sûr avant des décennies - qui détruiront encore davantage leur réputation générale. Ils paieront en réputation générale leur entêtement à défendre leur réputation de puissance. En outre, ils devront se saigner à blanc sur le plan matériel, risquer de ne pas gagner et aussi mettre en jeu leur réputation de puissance sur un plan strictement militaire, douter profondément de leur démarche, remettre en question leur propre leadership. S'ils se retrouvent au pied du mur, les Américains jurent que, selon leurs calculs de la théorie des jeux, ils n'utiliseront pas l'arme du désespoir et ne choisiront donc pas "Samson et tous les Philistins" mais un plus pragmatique "mieux vaut être vivant que mort", en le payant par une perte relative de puissance. Selon eux, il s'agit d'un risque bien calculé et comme ils sont convaincus que le calcul est tout dans la vie, ils disposent désormais de la technologie et des connaissances nécessaires pour atteindre une calculabilité maximale. Le "cas ukrainien" deviendra une leçon pour tous ceux qui veulent contester quelques années supplémentaires de domination occidentale.

Attirés dans le piège ukrainien, les Russes devront perdre des points de réputation, de généralités et de puissance, se séparant violemment des Européens hégémoniques dans un nouveau pacte atlantique (dont la version commerciale apparaîtra bientôt), instaurant le nouveau format "démocraties contre autocraties" qui bipolarisera le monde en ralentissant l'avènement de l'ordre multipolaire. En privant la multipolarité du soutien militaire russe fondamental. Et c'est pourquoi une grande partie du monde ne semble pas avoir la même sensibilité que nous à ce qui se passe en Ukraine. Ils jouent au premier niveau, pas au troisième.

chess.jpg

L'exceptionnelle et inquiétante mobilisation culturelle, informationnelle et politique de nos oligarques est une arme nécessaire pour mener à bien cet ambitieux dessein stratégique qui donnera au moins une décennie (ou plus) de centralité de puissance mondiale aux Etats-Unis, centre gravitationnel renouvelé du système occidental capable de maintenir de larges formes de domination directe ou indirecte sur le monde.

Et de ce jeu, vous devez choisir comment "jouer votre jeu", non pas le troisième niveau ou le troisième plus le deuxième, mais le premier plus le deuxième plus le troisième, tous ensemble.

vendredi, 01 avril 2022

Comment l'Inde entend aider la Russie à échapper aux sanctions

inde_russie.jpg

Comment l'Inde entend aider la Russie à échapper aux sanctions

L'Inde devrait ignorer les avertissements occidentaux en créant un mécanisme d'échange roupie-rouble qui pourrait démarrer dès la semaine prochaine

par Anil Sharma 

Source: https://asiatimes.com/2022/03/how-india-intends-to-help-russia-evade-sanctions/?mc_cid=1fc3f2de80&mc_eid=19c604030d

L'Inde aide de facto la Russie à échapper aux sanctions occidentales imposées suite à son invasion de l'Ukraine.

JAIPUR - L'Inde envisage de conclure un accord commercial roupie-rouble avec la Russie, une proposition de Moscou qui mettra New Delhi sur la voie de la confrontation avec l'Occident, mais qui pourrait contribuer à protéger l'économie indienne contre les vents contraires mondiaux qui se rassemblent, notamment la flambée des prix du pétrole. 

L'Inde tient à poursuivre son commerce bilatéral avec la Russie malgré la forte pression exercée par les États-Unis et l'UE pour qu'elle s'aligne sur son régime de sanctions. L'Inde dépend fortement de la Russie pour ses armes et voit la perspective d'importer du pétrole moins cher à un moment où les prix ont flambé depuis l'invasion de l'Ukraine.

Les responsables de l'organisme commercial indien affirment que l'accord de paiement bilatéral pourrait être mis en œuvre dès la semaine prochaine, bien que la banque centrale et le ministère des finances indiens aient jusqu'à présent évité de faire des commentaires officiels sur la question.

Le principal quotidien économique indien, Economic Times, a rapporté que les responsables de la banque centrale russe devraient rencontrer la semaine prochaine leurs homologues de la Reserve Bank of India (RBI) pour discuter de la création d'un cadre réglementaire qui aidera à soutenir le commerce bilatéral et les opérations bancaires face aux sanctions occidentales imposées contre la guerre de Moscou en Ukraine.

rbi.jpgDes rapports locaux citant des fonctionnaires anonymes du ministère indien des finances suggèrent que les modalités du commerce roupie-rouble n'ont pas encore été élaborées en détail, mais une possibilité pourrait être, selon un rapport du journal Business Standard, "l'échange de la roupie par la banque russe contre le renminbi d'une succursale bancaire chinoise en Inde."

Le renminbi, contrairement à la roupie, peut être utilisé par les Russes. Pendant ce temps, les banques chinoises peuvent utiliser les roupies pour acheter des dollars, car elles ne font face à aucune sanction, selon le rapport.

D'autres rapports ont suggéré que le plan pourrait impliquer des paiements libellés en roupies et en renminbis par le biais du système de messagerie russe SPFS, une alternative au système SWIFT, plus largement utilisé, que sept banques russes sont désormais interdites d'utiliser à titre punitif.

Selon un rapport de CNBC, une méthode plus simple pourrait être adoptée, dans laquelle une banque russe n'aura qu'à ouvrir un compte dans une banque indienne et une banque indienne devra ouvrir un compte en Russie par lequel les exportateurs indiens seront payés dans la monnaie locale plutôt qu'en dollars ou en euros pour leurs exportations vers la Russie.

Dans ce cas, New Delhi et Moscou devront se mettre d'accord sur la valeur d'échange et disposer également d'une valeur d'équivalence théorique, très probablement en dollars ou en euros, à laquelle la valeur des monnaies indienne et russe sera rattachée.  

Le rouble s'échange à environ 85 pour un dollar, à peu près là où il se trouvait avant que la Russie ne commence son invasion il y a un mois. La monnaie russe était tombée jusqu'à 150 pour un dollar le 7 mars à la nouvelle que l'administration Biden allait interdire les importations américaines de carburant russe, mais elle a rebondi avec la hausse des taux d'intérêt à 20 % et l'imposition de contrôles des capitaux par Moscou.

622b1856dcf78e47c3425f83.jpg

La Russie souhaite également que l'Inde se branche sur son interface de paiement unifiée avec son système de paiement MIR pour une utilisation sans faille des cartes émises par les banques indiennes et russes après la suspension des opérations de Visa Inc. et Mastercard Inc., indique un rapport de Bloomberg citant une source gouvernementale indienne. 

Michael Kugelman, associé principal pour l'Asie du Sud au Wilson Center, un groupe de réflexion basé à Washington, a déclaré à Asia Times : "La décision de l'Inde de rechercher des accords commerciaux non basés sur le dollar avec la Russie peut en irriter certains à Washington, mais elle n'est pas du tout surprenante et s'inscrit parfaitement dans la politique indienne passée."

"New Delhi entretient une relation spéciale avec Moscou qui implique une amitié de longue date. Cela incite l'Inde à trouver des moyens de continuer à travailler avec la Russie tout en veillant à ne pas se mettre en travers des sanctions imposées par les États-Unis, un partenaire de plus en plus proche pour l'Inde", a déclaré M. Kugelman.

Il pense qu'un accord commercial entre la roupie et le rouble est un moyen possible de sortir de l'impasse diplomatique dans laquelle se trouve actuellement l'Inde, qui cherche à équilibrer ses relations avec Moscou et Washington.

M. Kugelman a également noté que l'Inde a une forte dépendance à l'égard des armes russes, à un moment où elle est confrontée à des défis de sécurité à deux volets, à savoir le Pakistan et la Chine. Et elle a un fort désir de pétrole russe bon marché à un moment où les prix mondiaux augmentent rapidement.

"En effet, les intérêts immédiats de l'Inde, tant sur le plan de la sécurité que sur le plan économique, l'incitent fortement à élaborer un accord commercial roupie-rouble avec Moscou", a-t-il déclaré.

Brahma Chellaney, éminent penseur stratégique, auteur et commentateur, s'est fait l'écho de ces opinions dans un récent tweet en déclarant : "La neutralité de l'Inde dans l'impasse Russie-OTAN à propos de l'Ukraine a attiré plus d'attention que la neutralité d'Israël. De même, alors que l'Europe dépend toujours de l'énergie russe, un éventuel accord pétrolier indien avec Moscou attire l'attention, bien que, comme le signale [le porte-parole de la Maison Blanche] Psaki, il ne violera pas les sanctions."

Les échanges commerciaux entre la Russie et l'Inde entre avril 2020 et mars 2021 se sont élevés à 8,1 milliards de dollars, selon les chiffres officiels du commerce indien. Ventilé, l'Inde a exporté 2,6 milliards de dollars vers la Russie, tandis qu'elle en a importé 5,48 milliards.

L'amélioration des relations économiques et commerciales était une priorité bilatérale essentielle avant la guerre en Ukraine, les deux parties ayant déclaré leur intention de porter le commerce bilatéral à 30 milliards de dollars et les investissements bilatéraux à 50 milliards de dollars d'ici 2025. Actuellement, les exportations de l'Inde vers la Russie sont principalement constituées de produits agricoles, de produits marins et de produits pharmaceutiques, tandis que les importations en provenance de Russie sont principalement constituées de pétrole brut.

Pendant ce temps, les commentateurs et experts américains et européens ont commencé à fustiger l'Inde pour avoir aidé la Russie à esquiver les sanctions et demandent aux États-Unis d'imposer des sanctions à New Delhi.

Trish Regan, l'éditrice primée de TrishIntel.com, a écrit dans un récent tweet au ton ferme: "Si l'INDE achète du pétrole brut russe, elle doit s'attendre à être sanctionnée par les États-Unis. Et, croyez-moi, cela ne marchera pas très bien pour l'économie indienne. En ce moment : vous êtes avec les États-Unis ou vous êtes contre nous. Simple."

Jamie Jenkins, un commentateur de l'actualité basé au Royaume-Uni, a écrit dans un tweet similaire : "L'Inde cherche à renflouer la Russie en achetant du pétrole brut à prix réduit. L'Inde est un pays auquel nous accordons une aide étrangère. Si nous sommes sérieux au sujet des sanctions, alors le budget de l'aide doit aussi être examiné."

Son tweet est intervenu après la parution de rapports selon lesquels l'Inde pourrait acheter du brut à un prix réduit à la Russie dans le cadre de l'accord d'échange de devises.

Suivez Anil Sharma sur Twitter à @anilsharma45

Dix thèses sur le conflit actuel

guerre-ukraine-armee-russe.jpeg

Dix thèses sur le conflit actuel

par Marcello Veneziani 

Source : Marcello Veneziani & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/dieci-tesi-sul-presente-conflitto

Mais quelle est, en somme, la raison de votre position dissidente face à la guerre actuelle et à la vulgate dominante en Occident ? La demande m'a été adressée par des élèves du secondaire. J'essaie ici de la résumer en dix thèses, qui ne prétendent pas être des vérités péremptoires mais des interprétations différentes. J'aimerais qu'elles soient acceptés, au moins comme des doutes, afin de lire le cours des événements différemment, et de ne pas s'aplatir sur ce que la Fabrique du Consensus impose ou administre. Mais avec une double prémisse : l'attaque russe contre l'Ukraine doit être condamnée dans tous les cas, de manière claire ; la pitié et l'aide au peuple ukrainien sont sacro-saintes.

1) L'Amérique de Biden ne travaille pas à la cessation du conflit mais à sa perpétuation, car son objectif n'est pas de sauver l'Ukraine mais d'éliminer Poutine. Les attaques continues contre Poutine - "criminel de guerre", "boucher" - ainsi que la fourniture d'armes imposée également aux alliés, servent en réalité à prolonger, aggraver et élargir le conflit, à inciter la Russie à le poursuivre et à faire en sorte que Poutine se sente traqué et prêt à utiliser les armes du désespoir ou à bloquer la Chine. Biden fait regretter à Trump la Maison Blanche.

2) Les dommages causés à la Russie par les sanctions et les représailles causent au moins les mêmes dommages à l'Europe et à l'Italie, et en perspective nous conduisent vers une économie de guerre aux résultats dramatiques. Car les mesures anti-russes ne retombent pas du tout sur les Etats-Unis mais sur leurs alliés ; tout comme la crise géopolitique est subie par l'Europe et certainement pas par les Etats-Unis, en raison de leur éloignement.

3) Si nous n'endiguons pas le conflit et ne travaillons pas à sa fin rapide, nous risquons de subir une crise économique, énergétique puis sociale sans précédent, encore pire que celle produite par le covid. Il est nécessaire d'activer tous les médiateurs possibles pour une solution négociée, en partant de la même volonté exprimée par Zelensky de faire de l'Ukraine une zone neutre, non articulée à l'OTAN.

4) Le réarmement de l'Europe, la constitution d'une armée européenne et l'augmentation des dépenses militaires, pourraient également être une nécessité ; mais le faire sous la dépendance stratégique et militaire de l'OTAN et des États-Unis, avec leur apport et, en fin de compte, avec leurs objectifs, qui ne coïncident pas avec les intérêts européens, est une misérable folie.

5) Poutine ne menace pas l'Europe et l'Occident, mais l'attaque contre l'Ukraine peut être interprétée de deux façons, qui sont également liées : dans la pire hypothèse, Poutine veut restaurer la Grande Russie et l'Union soviétique en annexant l'Ukraine, comme c'est le cas depuis trois siècles, et il est juste d'entraver cette intention ; dans la meilleure hypothèse, il veut empêcher l'Ukraine de devenir une épine dans le pied et une base militaire de l'OTAN dirigée contre la Russie. Et c'est sur cela que devraient porter les négociations. Mais dans les deux cas, l'intention d'"attaquer l'Europe" n'existe pas.

22823837lpw-22823899-article-jpg_8556774_660x287.jpg

6) Les précédents de cette guerre sont le coup d'État en Ukraine en 2014, la persécution de la minorité russe, le revanchisme nazi rampant, l'installation de laboratoires biochimiques et de centres d'entraînement américains sur le territoire ukrainien, l'annonce de bases militaires de l'OTAN, ainsi que l'entrée de l'Ukraine dans l'Europe. Que ces raisons soient devenues des prétextes à l'agression de Poutine est possible ; mais cela n'enlève rien au fait qu'elles sont fondées.

7) Si Poutine est un criminel de guerre, il l'est au moins autant que les différents présidents américains et premiers ministres britanniques qui ont bombardé des villes, des hôpitaux et des écoles et tué des populations civiles et des enfants en Irak, en Libye, au Yémen, en Syrie, en Serbie, au Kosovo et dans de nombreux autres endroits. Les tuer parfois même en période de trêve avec l'embargo sur les médicaments et les produits de première nécessité.

8) La ligne de partage des eaux entre le bien et le mal selon l'aune américaine n'est pas la démocratie, la liberté, la protection des droits civils, mais la commodité stratégique. Les États-Unis n'ont aucun scrupule à avoir dans l'OTAN un autocrate, comme ils reprochent à Poutine de l'être, je veux parler du Turc Edogan, et à avoir comme allié traditionnel l'Arabie Saoudite où les droits civils sont foulés aux pieds.

9) Quatre dangers menacent l'Occident : a) l'expansion mondiale des Chinois, la conquête de continents entiers et l'exportation de leur modèle au monde entier ; b) l'expansion démographique et migratoire de l'Islam dans un Occident vidé de ses naissances et de ses valeurs ; c) le suicide assisté de l'Occident lui-même en proie au nihilisme, à la perte de vitalité, à la honte de sa propre civilisation. d) La volonté de toute-puissance des USA qui, avec les Dems au pouvoir, veulent être l'Empire du Bien et les gendarmes du monde, décidant des droits ou désignant les états dits voyous sur la base de leurs intérêts, générant des réactions dans le monde entier.

10) Contrairement à certains partenaires européens récalcitrants et critiques face aux impératifs de Biden, l'Italie de Draghi et des Dems est le pays qui s'est le plus aligné sur les faucons, demandant l'envoi de nos armes et de nos soldats et l'élimination de Poutine en tant que criminel de guerre. Et les tambours de la télévision et des médias, dans leur obsession mono-thématique, comme à l'époque de la propagande de guerre, se sont conformés et n'admettent pas la dissidence. Une ligne qui trahit la tradition politique de prudence et de négociation qui a caractérisé l'Italie et notre République, dirigée par Moro, Andreotti et Craxi. Avoir, en temps de guerre, un haut commissaire euro-atlantique au Palazzo Chigi au lieu d'un leader politique nous expose à ces effets.

Telles sont les raisons de notre dissidence et elles sont motivées. Quiconque conclut que nous sommes pro-Poutine est soit de mauvaise foi, soit un crétin. Nous aimons la vérité et nous sommes pour l'Italie, pour l'Europe et pour un monde équilibré, pacifique et multipolaire.

lundi, 28 mars 2022

L'Inde et la Chine se rapprochent. Si elles parviennent à un accord, l'Europe paiera cher la trahison des majordomes de Biden!

imagchines.jpg

L'Inde et la Chine se rapprochent. Si elles parviennent à un accord, l'Europe paiera cher la trahison des majordomes de Biden!

Augusto Grandi

Source: https://electomagazine.it/india-e-cina-si-incontrano-se-trovano-unintesa-leuropa-paghera-a-caro-prezzo-il-tradimento-dei-maggiordomi-di-biden/

Des représentants de l'Inde et de la Chine se sont rencontrés et ont appelé à la fin de la guerre en Ukraine. Fondamentalement une "non-nouvelle" car, en termes journalistiques, la nouvelle aurait été une réunion pour souhaiter une intensification des opérations militaires. Cependant, les médias italiens en ont profité pour souligner que Pékin et New Delhi avaient en fait largué Moscou et Poutine. Quand les espoirs se transforment en analyses commodes.

Car il est vrai que la réunion s'est concentrée sur le conflit en Ukraine, que personne ne souhaite prolonger, mais l'aspect beaucoup plus intéressant est l'harmonie - au moins temporaire - entre les deux pays perpétuellement au bord de l'affrontement. Au lieu de cela, cette fois, l'Inde et la Chine ont mis de côté leur rivalité traditionnelle et se sont tournées vers l'avenir. Elle ne sont pas tant préoccupées du présent, car il est clair pour tout le monde que la guerre en Ukraine ne durera pas trop longtemps. Mais elles ont concentré leurs attentions sur l'avenir.

L'avenir que les majordomes européens de Biden ont donné à l'Asie. L'accord gazier américano-canadien est une effroyable ignominie qui portera préjudice en premier lieu à l'Italie et à l'Allemagne avec la complicité de Sa Divinité Mario Draghi et des journalistes du régime. Grâce à cette ignominie, les ménages italiens paieront plus cher leur énergie et les entreprises seront encore moins compétitives. D'autre part, les entreprises nord-américaines bénéficieront de nouveaux avantages, outre les énormes bénéfices tirés de la vente du gaz, qui sera extrait, liquéfié, transporté depuis l'autre rive de l'Atlantique, regazéifié en Europe et enfin introduit dans les réseaux de distribution. Entre autres, il ne suffira même pas à répondre aux besoins européens et, bien sûr, il remplacera la dépendance au méthane russe par une dépendance au méthane nord-américain. Un véritable coup de maître.

La Russie détournera donc le gaz et le pétrole vers l'Inde et la Chine, qui paieront moins que ce qu'il en coûte à l'Europe. Les deux pays vont donc accroître leur compétitivité. Et la Russie, chassée vers l'Asie par la folle politique européenne au service (payant ?) de Washington, sera incluse dans les stratégies asiatiques établies par New Delhi et Pékin. En d'autres termes, par deux des trois premières économies du monde d'ici quelques petites années.

thumbs_b_c_59e7b4ebd26d50a2a9f8015947ebd95a.jpg

Si Pékin, face aux nouvelles perspectives, renonçait à ses politiques expansionnistes et agressives, l'axe Inde-Chine-Russie deviendrait un pôle de très forte agrégation. Des anciens pays soviétiques d'Asie centrale (le Kazakhstan, l'Ouzbékistan et tous les autres) à l'Iran, mais avec la possibilité d'impliquer également la Turquie et les pays liés à Ankara comme l'Azerbaïdjan. Entre-temps, la Chine a déjà demandé à l'Arabie de payer son pétrole en yuan, commençant ainsi le travail de démolition du pouvoir du dollar. Et la Russie a renforcé sa présence dans le sud de la Méditerranée, où se situe la confrontation avec la Turquie. Avec la Chine de plus en plus impliquée en Afrique, où l'Inde est également présente, mais aussi la Turquie et les Émirats.

En pratique, la seule chance pour l'Europe est que l'Inde et la Chine ne parviennent pas à se mettre d'accord sur une stratégie de collaboration. Mais si les deux grandes puissances asiatiques réalisent qu'il est dans leur intérêt de mettre fin aux tensions, les Européens paieront cher la trahison des majordomes de Biden.