Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 25 février 2022

L'Irak en proie à une crise prolongée

thumbs_b_c_5bb1e5d6ae2ea9b4be73566c3c600418.jpg

L'Irak en proie à une crise prolongée

Leonid Savin

Après les élections parlementaires en Irak, il semblait qu'il y aurait un gouvernement stable qui prendrait des mesures actives pour ramener l'ordre dans le pays. Cependant, ces espoirs ne se sont pas concrétisés et depuis le début de l'année, une nouvelle crise politique a embrasé l'Irak.

Le 9 février, la structure de coordination irakienne a proposé une initiative en trois points pour sortir de l'impasse politique dans le pays. Dans une déclaration, l'Alliance des partis chiites a appelé toutes les factions politiques et les personnalités nationales à "communiquer et à dialoguer pour remplir les obligations constitutionnelles" et a demandé au plus grand bloc politique de "se mettre d'accord sur les critères de choix d'un premier ministre fort et efficace".

"Nous déclarons être tout à fait prêts à nous engager positivement dans toutes les propositions, idées et visions qui seront présentées par nos partenaires au pays, avec lesquels nous partageons le même destin. Nous devons tous faire notre possible pour servir les Irakiens, un peuple qui a beaucoup souffert dans l'intervalle", indique la déclaration. L'organisme a également annoncé qu'il tendait la main aux "forces politiques qui constituent le plus grand bloc parlementaire, notamment le mouvement sadriste."

1232221-1677742547_237009_931450_801429.jpg

Plus tôt, le 5 février, des représentants du bloc sadriste ont déclaré qu'ils avaient suspendu toutes les négociations visant à former un gouvernement irakien et ont appelé au boycott de la session parlementaire destinée à élire un président. Le mouvement sadriste, dirigé par l'éminente figure chiite Muqtada al-Sadr, a formé le plus grand bloc parlementaire lors des élections du 21 octobre dernier, remportant 73 des 329 sièges du parlement.

Et un vote parlementaire visant à élire un président le 7 février a été annulé parce que seuls 58 des 329 députés étaient présents, soit bien moins que le quorum des deux tiers requis pour élire un nouveau chef d'État.

Le boycott parlementaire fait suite à une décision de la Cour suprême disqualifiant l'ancien ministre des Affaires étrangères Hoshyar Zebari en tant que candidat à la présidence en raison d'allégations de corruption formulées en 2016 alors qu'il était ministre des Finances [i].

Le plus grand bloc politique, dirigé par le clerc chiite Moqtada al-Sadr, ainsi que la Coalition pour la souveraineté alliée dirigée par Halbusi et le Parti démocratique du Kurdistan, dont Zebari lui-même est un représentant, ont annoncé un boycott avant la session.

La présidence est largement cérémoniale, mais l'échec de son élection soulève des questions sur la capacité de l'influent clerc chiite Moqtada al-Sadr à obtenir la nomination d'un premier ministre et d'un gouvernement.

Ces scandales de haut niveau n'aident manifestement pas à résoudre les problèmes sous-jacents, parmi lesquels les activités des vestiges d'organisations terroristes constituent une menace importante. Il y a eu récemment des tentatives de réorganisation par des cellules d'ISIS (interdites en Russie).

1643307535330.jpg

Par exemple, fin janvier, le groupe "Desert Ghosts" est devenu actif dans la province d'Anbar et a commencé à organiser des attaques contre des chefs tribaux locaux et des politiciens indépendants. C'est dans l'ouest de l'Anbar que l'ISIS a pu se déployer et c'est à partir de là qu'il a entamé des frappes dans d'autres régions, tant en Irak qu'en Syrie.

La présence militaire étrangère pose également des problèmes. En plus des bases militaires américaines qui sont stationnées en Irak, de Zahu à Hakurk sur l'axe ouest-est et d'Awashin à Erbil sur l'axe nord-sud, la Turquie possède 38 postes ou bases militaires dans le nord de l'Irak [ii].

_methode_times_prod_web_bin_345aecdc-68f0-11e8-996c-7589300f03c9.jpg

Auparavant, la volonté de la Turquie de détruire les milices kurdes dans la région de Sinjar, dans le nord de l'Irak, avait provoqué des tensions avec Bagdad et Téhéran. Lorsque les forces armées turques ont lancé une opération militaire contre le Parti des travailleurs du Kurdistan, considéré comme une organisation terroriste, à Gara, dans le nord de l'Irak, en février 2021, les unités de mobilisation populaire irakiennes ont déployé leurs forces dans la région de Sinjar contre les forces turques. Cela a, bien sûr, provoqué des frictions diplomatiques entre l'Iran et la Turquie.

On sait également que les Turcs formaient les structures de combat Hashd al-Watani de l'homme politique irakien Oussama al-Nujaifi dans une base turque à Bashik, près de Mossoul. Officiellement, Ankara affirme que ses troupes et ses bases se trouvent dans le nord de l'Irak pour "combattre le terrorisme" et maintenir la sécurité nationale. Cependant, la Turquie a également des revendications contre les sunnites irakiens.

Et tandis que les États-Unis restent en Irak et poursuivent leur politique consistant à "contrer l'Iran" en Asie occidentale, c'est-à-dire à lutter contre les chiites (y compris les chiites irakiens), la Turquie considère sa politique comme un contrepoids à la soi-disant "influence iranienne". En cela, les objectifs de la Turquie et des États-Unis sont les mêmes.

En même temps, comme objectif hypothétique, en cas de fragmentation de l'Irak, la Turquie est susceptible d'envisager l'annexion du nord de l'Irak, où, selon Ankara, elle a des revendications historiques.

 En ce qui concerne le gouvernement irakien, les possibilités de contrer les violations de la souveraineté et de l'intégrité territoriale par la Turquie sont jusqu'à présent limitées. Et Ankara restera un partenaire commercial majeur de Bagdad, avec un important déficit commercial au détriment de ce dernier.

Et le récent réchauffement des relations entre la Turquie, certains États du Golfe et Israël pourrait contraindre Bagdad à accepter la présence de la Turquie dans le nord de l'Irak comme un fait accompli.

201462613262998734_20.jpg

En fin de compte, les troupes turques dans le nord de l'Irak sont là pour accomplir trois tâches : influencer la question kurde et s'attaquer directement au problème du PKK ; renforcer les ambitions régionales de la Turquie ; et créer une monnaie d'échange avec ses alliés occidentaux. Les dernières nouvelles pour Ankara ne sont toutefois pas bonnes, même si elles n'ont pas de dimension militaire.

La loi de 2007 sur le pétrole et le gaz régissant la région du Kurdistan a été jugée inconstitutionnelle par la Cour suprême fédérale d'Irak dans un arrêt rendu le 15 février. C'est un coup dur pour le gouvernement régional du Kurdistan, avec des conséquences directes sur ses accords énergétiques cruciaux avec la Turquie.

Le Kurdistan a utilisé cette loi pour développer son propre secteur pétrolier et gazier indépendamment de Bagdad, alors que les gouvernements régionaux cherchaient à obtenir une indépendance totale et signaient des accords de plusieurs milliards de dollars avec des compagnies pétrolières internationales. La justification officielle des autorités du Kurdistan était que Bagdad n'avait pas fourni et ne fournit toujours pas à la région du Kurdistan une part équitable du budget national et des revenus pétroliers.

La décision du tribunal est considérée comme liée aux intrigues qui se sont déroulées à Bagdad et, selon des sources bien informées, a pris par surprise le Premier ministre irakien Mustafa al-Khadimi, qui entretient de très bonnes relations avec les Kurdes irakiens [iii].

Pourquoi cette décision n'est-elle pas bénéfique pour la Turquie ? Depuis 2014, le pétrole brut du Kurdistan circule dans un oléoduc construit à cet effet qui mène à des terminaux de chargement dans le port méditerranéen de Ceyhan, en Turquie. Cela a donné à Ankara un pouvoir sans précédent sur la zone kurde semi-indépendante, bien que les Turcs aient continué à se battre avec les structures du Parti des travailleurs du Kurdistan.

1200px-Kirkuk–Ceyhan_oil_pipeline.svg.png

Bagdad a déposé une demande d'arbitrage contre la Turquie auprès de la Chambre de commerce internationale, qui en est maintenant à sa huitième année. La Turquie pourrait potentiellement verser au gouvernement irakien 24 milliards de dollars en compensation. Israël était également dans le coup, car une grande partie du brut du Kurdistan est achetée par Israël sur le marché au comptant.

La décision du tribunal indique que la loi de 2007 viole diverses dispositions de la constitution et déclare invalides les contrats conclus par le Kurdistan avec des pays et des sociétés étrangers pour l'exploration, la production, l'exportation et la vente.

Le Kurdistan, officiellement reconnu comme une région autonome de l'Irak depuis 2005, exploite ses ressources pétrolières et gazières indépendamment du gouvernement fédéral irakien depuis des décennies, adoptant sa propre loi sur le pétrole en 2007 pour gérer les ressources sur son territoire.

Jusqu'à présent, la Turquie n'a pas officiellement commenté la décision, tandis que les autorités kurdes l'ont rejetée, la qualifiant non seulement d'"inconstitutionnelle" mais aussi d'"injuste". Masoud Barzani, leader du Parti démocratique du Kurdistan et ancien président de la région, a déclaré que cette démarche était une tentative de "dresser la région du Kurdistan contre le système fédéral en Irak".

Il convient d'ajouter qu'en plus des tensions liées au différend sur les ventes de pétrole et de gaz du Kurdistan contournant Bagdad, la situation s'est considérablement détériorée après 2014, lorsque les forces armées kurdes Peshmerga ont pris le contrôle de la ville de Kirkouk après que les combattants d'ISIS aient tenté de s'en emparer. La ville, ainsi que les lucratifs champs pétrolifères environnants, sont restés sous le contrôle des Kurdes jusqu'en octobre 2017, date à laquelle Bagdad a ramené de force la ville sous contrôle fédéral à la suite d'un référendum contesté sur l'indépendance de la région kurde [iv].

Atalayar_Miembros de las fuerzas kurdas Peshmerga 1.jpg

Malgré un accord conclu en 2019 entre Bagdad et la capitale kurde Erbil, les Kurdes ont officiellement fourni à Bagdad 250.000 des plus de 400.000 barils de pétrole par jour en échange de leur part du budget fédéral, qui sert à payer les salaires des fonctionnaires et des forces armées. Mais les Kurdes, parallèlement, ont continué à maintenir des contrats avec des compagnies pétrolières étrangères indépendantes de Bagdad - ces mêmes accords qui sont aujourd'hui menacés.

Et selon les experts, Bagdad gagnera le procès car il a un dossier très solide dans la cour d'arbitrage de Paris.

La Turquie souhaite un délai car elle ne veut pas être accusée de manquement, ce qui à son tour saperait sa crédibilité sur les marchés internationaux alors qu'elle se bat pour maintenir à flot ses finances actuelles. Pour Ankara, le dilemme est donc de savoir ce qu'il faut faire ensuite. 

La seule issue semble être une crise politique prolongée en Irak même, car le chaos à Bagdad pourrait retarder un changement de jeu à la fois pour les Kurdes et les Turcs. Et la question se pose : Ankara va-t-elle agir sur ce point ou attendre tranquillement la décision d'arbitrage ?

Mais il y a un autre aspect extérieur à cette affaire, car la décision de la Cour suprême irakienne est intervenue un jour après que la société française Total Energies a conclu un accord de 27 milliards de dollars avec l'Irak, dont Bagdad espère qu'il pourrait inverser le départ des grandes compagnies pétrolières du pays. L'accord devrait être finalisé à partir de mars de cette année. Par conséquent, étant donné les nombreux intérêts et contradictions, la restauration de la souveraineté de Bagdad sera un processus difficile et non rapide.

Notes:

[i] https://www.arabnews.com/node/2020976/middle-east

[ii] https://thecradle.co/Article/investigations/6255

[iii] https://www.al-monitor.com/originals/2022/02/iraqi-courts-ruling-krg-gas-puts-turkey-spot

[iv] https://www.middleeasteye.net/news/iraq-kurds-denounce-unjust-oil-gas-ruling-energy-feud

 

Psychopathes géopolitiques

6_123.jpg

Psychopathes géopolitiques

par Georges FELTIN-TRACOL

Non content de tripoter les petites filles, Joe Biden tripote les faits et les renseignements que lui fournissent chaque matin les agences spécialisées. Le fameux contentieux entre l’Ukraine et la Russie démontre une fois de plus la malfaisance de la Maison Blanche et sa propension inégalée à alarmer inutilement l’opinion publique.

Selon les experts extra-lucides du Département d’État, le 16 février 2022 signifiait le commencement de l’offensive russe en Ukraine. Les Ukrainiens attendent toujours l’arrivée des blindés de Vladimir Poutine (l'actualité vient de démentir cette phrase...). Les Anglo-Saxons (Étatsuniens et Britanniques) élèvent au rang d’art appliqué la désinformation ainsi que les manipulations de masse. L’exagération des menaces agace un gouvernement ukrainien qui n’apprécie pas les conseils donnés aux ressortissants occidentaux de quitter le pays et le transfert à l’Ouest de l’Ukraine des ambassades. Les journalistes européens sur place confirment par leurs prises d’antenne et leurs reportages que Boris Johnson et Joe Biden détournent la réalité dans le seul but de provoquer une guerre déstabilisatrice pour l’aire eurasiatique.

Organisation belliciste, l’OTAN concentre de nombreuses troupes aux frontières de la Russie, du Bélarus et de l’Ukraine. Les Polonais et les Lituaniens favorisent ces mouvements militaires et livrent des armes aux Ukrainiens par russophobie et par ressentiments historiques non dépassés. Certes, des cénacles nationaux-soviétiques et néo-eurasistes en Russie rêvent de reprendre l’Ukraine. Mais Varsovie et Vilnius convoitent aussi les mêmes terres au nom d’un héritage historique commun. La Turquie et Israël ne sont pas non plus insensibles au devenir du chétif État ukrainien.

zkaimoofvj151.png

Huit longues années de conflit au Donbass ont développé et fortifié le sentiment national ukrainien. Nombreux sont les Ukrainiens de tout âge et des deux sexes qui s’exercent au maniement des armes et s’entraînent au combat sur leur temps libre. Il faut saluer ce magnifique esprit patriotique bien qu’on reste par ailleurs perplexe quand ils souhaitent adhérer à l’Alliance Atlantique et à l’Union dite européenne, deux asiles psychiatriques planétaires réputés ! Ukrainiens et Russes n’ont encore pas fait leur révolution intérieure anti-matérialiste !

Les propos sensationnalistes et volontairement délirants de Joe Biden et de son déplorable comparse Boris Johnson servent en priorité à masquer leurs déboires politiques intérieurs. Le clown du 10, Downing Street s’enferre dans le scandale médiatique des fêtes clandestines organisées en plein confinement covidien. La probité douteuse de « BoJo » en prend un sérieux coup et ravit au contraire l’opposition travailliste ainsi que les conservateurs thatchériens qui n’acceptent toujours pas son virage social. 

FPBMFQWTQSEYIAE25AM4VS76FM.jpg

Alexandria-Ocasio-Cortez-la-socialiste-qui-depoussiere-le-parti-democrate.jpg

Quant à Biden, il assiste médusé à la convergence contre toute intervention US à l’Est de l’Europe de l’aile isolationniste des Républicains menée par la représentante de Géorgie Marjorie Taylor Greene, et de l’aile gauchiste des Démocrates conduite par la meneuse du « Squad » (le quateron féministe wokiste) Alexandria Ocasio-Cortez. La forte inflation bloque en outre le plan de relance économique à plusieurs centaines de milliers de milliards de dollars adopté dans la douleur par un Congrès divisé. Dans ce contexte socio-économique difficile s’ajoutent une hausse sans précédent de la criminalité et le blocage des institutions. À l’approche des élections de mi-mandat, le bilan, fort mauvais, de « Sleepy » Joe tient sur un simple timbre-poste. Sa seule chance de ne pas perdre la majorité au Sénat, voire à la Chambre des représentants, serait de se lancer dans une nouvelle aventure militaire étrangère. Or, la Russie de Vladimir Poutine en 2022 n’est pas le Guatemala du président Árbenz de 1954…

Ce calcul de politique extérieure démontre de la part d’un Joe Biden qui veut porter le vêtement trop grand pour lui de commandant en chef, d’un comportement de psychopathe géopolitique. Le moindre prétexte à la frontière russe risque de déclencher des hostilités dont le continent européen deviendrait le principal théâtre d’opération. Maints commentateurs estiment que l’ambiance actuelle entre les principales puissances s’apparente à une véritable avant-guerre. Il est envisageable que ce conflit général commence par une provocation montée par les Polonais ou les Lituaniens qui passeraient pour des soldats russes attaquant une garnison ukrainienne frontalière. Les États-Unis d’Amérique ont une très longue tradition de victimisation qui leur donne ensuite l’avantage moral. Des motifs de l’invasion du Mexique en 1846 – 1848 aux mensonges de Colin Powell au Conseil de sécurité de l’ONU en 2003 en passant par l’explosion accidentelle de l’USS Maine dans le port de La Havane à Cuba le 15 février 1898 et l’attaque japonaise de Pearl Harbor acceptée par Roosevelt, Washington se sert des événements pour lancer des guerres soi-disant défensives alors que l’« État profond » yankee est naturellement agressif.

La présence depuis soixante-dix ans de bases étatsuniennes en Europe et le maintien de l’Alliance Atlantique perturbent les relations internationales. Même si le monde russe n’appartient qu’en partie à la civilisation européenne, la guerre entre Ukrainiens et Russes demeure une affreuse guerre civile que les diplomates allemands, français et italiens devraient arrêter au plus tôt. Hélas ! Leurs initiatives respectives sont bloquées ou vidées de leur sens par les redoutables coteries atlantistes qui infestent la haute-administration des États européens colonisés. La libération de l’Europe commencera d’abord et avant tout par sa « désaméricanisation », ce qui, on le conviendra, n’est pas une mince affaire.

GF-T

PS : Enregistrée et transmise le 17 février dernier pour une diffusion, le 22 suivant, cette chronique minimisait un peu les tensions entre la Russie et l’Ukraine, entre le nationalisme grand-russe et le nationalisme ukrainien dont l’antagonisme ne cesse d’être alimenté par les régimes occidentaux dévoyés. Malgré l’actualité brûlante et nonobstant la brutalité des faits, sa trame reste plus que jamais pertinente.

  • « Vigie d’un monde en ébullition », n° 21, mise en ligne le 22 février 2022 sur Radio Méridien Zéro.

jeudi, 24 février 2022

Jürgen Elsässer: L'action militaire de Poutine est défensive - La Russie lance une attaque contre l'Ukraine : l'Allemagne ne doit pas se laisser entraîner dans une guerre !

dsc_0263.jpg

L'action militaire de Poutine est défensive

Par Jürgen Elsässer

Source: https://www.compact-online.de/putins-militaeraktion-ist-defensiv/?mc_cid=685e33d9d5&mc_eid=128c71e308
 
Arguments solides et stabilité politique : Jürgen Elsässer dans un entretien avec le magazine hongrois "Demokrata". 

Sur la reconnaissance des républiques du Donbass par Moscou et l'entrée des troupes russes. Déclaration du rédacteur en chef de COMPACT.

1.) Après plusieurs jours d'attaques des forces ukrainiennes contre les républiques du Donbass, la démarche de Moscou vise à protéger la population locale. L'aide militaire est comparable à celle apportée aux républiques sécessionnistes de Géorgie, auxquelles l'armée russe a porté secours avec succès en 2008 contre les attaques du gouvernement de Tbilissi.

2.) La différence avec 2008 : les républiques sécessionnistes de Géorgie n'ont pas été reconnues par Moscou en tant qu'Etats indépendants, alors que les républiques du Donbass le sont désormais. Les puissances occidentales et la majorité du Conseil de sécurité de l'ONU considèrent cela comme une violation du droit international, qui garantit l'intégrité territoriale des États existants. Toutefois, c'est l'OTAN qui a enfreint ce principe en premier : Par la sécession belliqueuse du Kosovo de la Yougoslavie suite à l'agression de l'OTAN en 1999.

3.) En droit international, deux principes s'opposent : l'intégrité territoriale des États et le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes. En Yougoslavie, l'Occident a imposé militairement ce dernier - les Albanais du Kosovo, dans leur écrasante majorité, ne voulaient effectivement pas rester en Yougoslavie. Dans le cas de la Crimée en 2014 comme aujourd'hui dans le cas des républiques du Donbass, la Russie ne fait que copier l'action de l'OTAN à l'époque : dans les deux cas, l'immense majorité de la population ne voulait ou ne veut plus faire partie de l'État ukrainien ; la plupart des gens se sentent russes.

4.) En 1939, Hitler a également justifié l'invasion de la Pologne en invoquant la protection de la communauté allemande et son droit à l'autodétermination. Toutefois, il a utilisé ce prétexte pour occuper et démanteler l'ensemble de l'État polonais. Tant que Poutine limitera son action militaire au Donbass russe et ne s'apprête pas à démanteler l'Ukraine dans son ensemble, tout parallèle est interdit.

5.) L'Occident profitera des événements actuels pour préparer rapidement la guerre contre la Russie. La première étape est la préparation économique à la guerre, notamment l'enterrement de Nordstream-2 et le passage aux livraisons de gaz naturel liquéfié américain. Il est dans l'intérêt de l'Allemagne de refuser ces préparatifs de guerre et de ne pas se laisser priver des avantages économiques d'une coopération avec la Russie en se soumettant à des sanctions. Si la Russie fortifie son arrière-cour, l'Allemagne n'a pas à s'en inquiéter.

6.) S'il y a une leçon à tirer de l'histoire, c'est celle-ci : Les Allemands et les Russes ne doivent plus jamais se laisser dresser les uns contre les autres. Nous ne sommes pas de la chair à canon pour les intérêts pétroliers et gaziers anglo-américains. Ce qu'il faut maintenant, c'est une nouvelle édition du mouvement pour la paix qui s'est déjà opposé aux bellicistes de l'OTAN en 2014. 

COMPACT fournit les munitions argumentatives pour cela : commandez et diffusez l'édition COMPACT "Vladimir Poutine. Reden an die Deutschen" et l'autocollant "Frieden mit Russland" (https://www.compact-shop.de/shop/compact-edition/compact-edition-wladimir-putin/)

Dans notre émission d'information télévisée COMPACT.DerTag, nous avons déjà évoqué l'escalade hier soir, et nous continuons ce soir. Branchez-vous ici à 20h (avec les archives de l'émission /  https://tv.compact-online.de/ ).

6bb9472e-0001-0004-0000-000001237253_w1200_r1_fpx50_fpy52.03.jpg

La Russie lance une attaque contre l'Ukraine : l'Allemagne ne doit pas se laisser entraîner dans une guerre ! Six thèses

Par Jürgen Elsässer

Déclaration de Jürgen Elsässer, rédacteur en chef de COMPACT

1.) L'attaque ouverte contre l'Ukraine a créé la situation la plus dangereuse en Europe depuis 1945. Le risque d'une confrontation directe entre les superpuissances et leurs alliés est plus élevé que lors de la guerre de Yougoslavie, qui n'a été menée que par voie aérienne de la part de l'OTAN et a été acceptée par la Russie d'Eltsine affaiblie.

2.) L'agresseur, comme on l'a souvent observé dans l'histoire, n'est pas l'agressé. L'agression est le fait de l'OTAN, dirigée par les Etats-Unis, qui veulent utiliser l'Ukraine comme plateforme offensive contre la Russie et qui maintiennent déjà une présence militaire permanente dans le pays. L'OTAN n'a pas tenu ses promesses de l'époque de la réunification de ne pas profiter de la fin de la confrontation des blocs pour s'étendre vers l'Est. Les accords de Minsk, qui prévoyaient la pacification de l'est de l'Ukraine et le rétablissement de la souveraineté de l'Ukraine, ont été déchirés en dernier lieu. La Russie le voulait, l'Occident et le régime de Kiev ne le voulaient pas.

3.) Poutine ne mène pas une politique étrangère néo-soviétique, mais néo-tsariste (voir également son discours de mardi). La différence est importante, car l'Allemagne s'est généralement bien entendue avec l'empire tsariste, mais pas avec l'Union soviétique et sa prétention à la révolution mondiale. Aujourd'hui, le communisme, dirigé par le capital financier, n'est pas ressuscité à Moscou, mais à Bruxelles - sous la forme de l'EudSS, de son économie planifiée écosocialiste, de son politiquement correct, de sa destruction des valeurs traditionnelles du christianisme et de la famille. En revanche, la Russie mène une politique qui s'oppose de facto à ce néo-communisme, même si elle se présente parfois comme antifasciste pour stimuler les sentiments patriotiques nés de la victoire sur l'Allemagne hitlérienne.

4.) Si l'intervention de Poutine en Ukraine réussit (ce qui est loin d'être certain, voir l'Afghanistan), un bloc néo-tsariste composé de la Russie, de l'Ukraine et de la Biélorussie verrait le jour, auquel d'autres pays menacés par l'OTAN pourraient se joindre (Arménie, Moldavie/Transnistrie, Kazakhstan, Syrie) et qui aurait également des ramifications en Amérique du Sud (Cuba, Venezuela, Nicaragua). Même le soutien du Brésil n'est pas exclu - il y a quelques jours, Bolsonaro a rendu hommage à Poutine, au grand dam des Etats-Unis.

5.) La nouvelle division du monde en un bloc dirigé par les Etats-Unis et un bloc prorusse, bien que sous des auspices idéologiques opposés à ceux de 1945 à 1989, serait une bonne nouvelle. Le mondialisme destructeur s'arrêterait - et entre les blocs, il y aurait de l'air pour le neutralisme et l'autonomie. Rappelons qu'à l'époque de la guerre froide, malgré l'agression soviétique, des pays comme l'Autriche, la Finlande, la Suède, la Yougoslavie et l'Inde ont pu rester neutres et suivre leur propre voie. La RFA avait également plus de souveraineté que l'Allemagne réunifiée d'aujourd'hui, n'était pas obligée de fournir des troupes pour les aventures militaires mondiales des Etats-Unis (Vietnam !) et pouvait développer sa propre Ostpolitik.

6.) L'Allemagne ne doit pas se laisser entraîner dans une guerre contre la Russie. S'il y a une leçon à tirer de l'histoire, c'est bien celle-ci : Les Russes et les Allemands ne doivent plus jamais se laisser monter les uns contre les autres. Il ne faut rien attendre de notre gouvernement, fidèlement à la solde des Anglo-Saxons. Face au régime Scholz-Baerbock, il faut construire un nouveau mouvement pour la paix qui exige une stricte neutralité dans le conflit actuel, la mise en service de Nordstream-2, le retrait des troupes d'occupation américaines et la sortie de l'OTAN.

 

mercredi, 23 février 2022

La géopolitique de l'Anglosphère et la balkanisation de la Russie

cb09-140_1899_Jan7_Jud19405.jpg

La géopolitique de l'Anglosphère et la balkanisation de la Russie

José Alsina Calvés

Source: http://www.elespiadigital.com/index.php/noticias/geoestrategia/36832-2022-02-17-17-34-48

Ces derniers temps, nous assistons à une formidable offensive idéologique et informationnelle, encouragée par les États-Unis et les centres de pouvoir mondialistes, contre la Russie de Poutine. Les médias répètent inlassablement une série de mantras dans lesquels la Russie actuelle est dépeinte comme un enfer dictatorial, où les "dissidents", les homosexuels et les immigrants sont persécutés. Pour les néolibéraux de droite, la Russie est toujours communiste. Pour les néolibéraux de gauche, la Russie de Poutine est une sorte de réincarnation du "fascisme".

Cependant, cette attitude agressive de Biden n'est pas nouvelle. Depuis des temps immémoriaux, bien avant la révolution communiste, l'Anglo-Empire est en désaccord avec la Russie pour des raisons géopolitiques. La Grande-Bretagne d'abord et les États-Unis (son successeur), en tant que puissances thalassocratiques, ont considéré la Russie comme un ennemi à vaincre, quel que soit le régime politique.

Crimean-war-1853-56.png

Carte russe des opérations pendant la guerre de Crimée (1853-1856). On voit les avantages des flottes de guerre française et anglaise (et dans une moindre mesure ottomane), qui ont permis de frapper en Crimée et d'intervenir dans la mer d'Azov. La guerre de Crimée a créé d'importants mythes militaires pour les deux puissances occidentales (prise de Sébastopol par les zouaves français, attaque de Balaklava par la cavalerie anglaise, etc.) Moins connues sont les opérations russes dans l'actuelle Roumanie, qui ont été neutralisées par les troupes ottomanes. La principale raison de la défaite russe est le manque de chemins de fer à cette époque pour transporter rapidement les troupes vers les champs de bataille. La situation a radicalement changé lorsque, au début du XXe siècle, le réseau ferroviaire russe a couvert l'ensemble du territoire impérial : d'où l'émergence de la géopolitique de MacKinder (RS). 

La guerre de Crimée

La guerre de Crimée est un conflit mené entre 1853 et 1856 par l'Empire russe et le Royaume de Grèce contre une ligue formée par l'Empire ottoman, la France, le Royaume-Uni et le Royaume de Sardaigne. Elle a été déclenchée par la politique britannique, déterminée à empêcher toute influence de la Russie en Europe suite à un éventuel effondrement de l'Empire ottoman, et s'est déroulée principalement sur la péninsule de Crimée, autour de la base navale de Sébastopol. Elle a abouti à la défaite de la Russie, qui a été scellée par le traité de Paris de 1856.

Depuis la fin du XVIIe siècle, l'Empire ottoman était en déclin et ses structures militaires, politiques et économiques étaient incapables de se moderniser. À la suite de plusieurs conflits, elle avait perdu les territoires situés au nord de la mer Noire, y compris la péninsule de Crimée, qui avait été reprise par la Russie. La Russie voulait saper l'autorité ottomane et prendre en charge la protection de l'importante minorité des chrétiens orthodoxes dans les provinces européennes ottomanes. La France et le Royaume-Uni craignaient que l'Empire ottoman ne devienne un vassal de la Russie, ce qui aurait bouleversé l'équilibre politique entre les puissances européennes.

Lord_Palmerston_1855.jpg

Le Premier ministre britannique Lord Palmerston (tableau, ci-dessus) a été un acteur décisif dans le développement de cette politique anti-russe, qui allait devenir une caractéristique constante de la politique étrangère britannique, poursuivie plus tard au 20e siècle par Halford John Mackinder, l'un des créateurs de la science géopolitique, l'idéologue du traité de Versailles et du soutien britannique aux Russes blancs.

Le "pays-coeur" ou "Heartland"

Le concept géopolitique de Heartland a été introduit par Mackinder [1], et lié à l'existence géographique de bassins endoréiques, c'est-à-dire de grands bassins fluviaux qui se jettent dans des mers fermées (mer Caspienne, mer Noire). Heartland vient des mots anglais heart et land, "terre nucléaire" ou "région-coeur" étant peut-être les traductions les plus proches de l'anglais. Le Heartland est la somme d'une série de bassins fluviaux contigus dont les eaux se jettent dans des masses d'eau inaccessibles à la navigation océanique. Il s'agit des bassins endoréiques de l'Eurasie centrale plus la partie du bassin de l'océan Arctique gelée dans la Route du Nord avec une couverture de glace de 1,2 à 2 mètres, et donc impraticable pendant une grande partie de l'année - à l'exception des brise-glace à propulsion atomique (que seule la Fédération de Russie possède) et des navires similaires [2]. La règle empirique de Mackinder pourrait être utilisée comme règle empirique pour le Heartland.

TETSTSTETSTET.jpg

La règle d'or de Mackinder pourrait être résumée par la phrase suivante: "Celui qui unit l'Europe à ce cœur de la planète dominera le cœur de la planète et donc la Terre". Le Heartland manque d'un centre nerveux clair et peut être défini comme un corps gigantesque et robuste à la recherche d'un cerveau. Étant donné qu'il n'existe aucune barrière géographique naturelle (chaînes de montagnes, déserts, mers, etc.) entre le Heartland et l'Europe, la tête la plus viable pour le Heartland est clairement l'Europe, suivie de loin par la Chine, l'Iran et l'Inde.

La marche de l'humanité européenne au cœur de l'Asie a culminé lorsque la culture grecque a été introduite en Mongolie même : aujourd'hui, la langue mongole est écrite en caractères cyrilliques, d'héritage gréco-byzantin, ce qui signifie que la chute de Constantinople a en fait projeté l'influence byzantine bien plus à l'est que les empereurs orthodoxes n'auraient jamais pu l'imaginer. La tâche de l'Europe ne s'arrête cependant pas là, car seule l'Europe peut entreprendre l'entreprise de transformer le Heartland en un puissant espace clos prophétisé par Mackinder.

Pour approfondir le sujet, il est nécessaire de se familiariser avec la cosmogonie mackinderienne, qui divisait la planète en plusieurs domaines géopolitiques clairement définis.

- L'île du monde est l'union de l'Europe, de l'Asie et de l'Afrique, et ce qui se rapproche le plus, dans les terres émergées, de Panthalassa ou de l'océan universel. Au sein de l'île du monde se trouve l'Eurasie, la somme de l'Europe et de l'Asie, une réalité d'autant plus distincte de l'Afrique depuis l'ouverture du canal de Suez en 1869, qui a permis à la puissance maritime d'envelopper les deux continents.

- Le Heartland n'a plus besoin d'être présenté. La théorie mackinderienne suppose que le Heartland est une réalité géographique au sein de l'Île du Monde, tout comme l'Île du Monde est une réalité géographique au sein de l'Océan Mondial.

- Le Rimland, également appelé Croissant intérieur ou Croissant marginal, est une immense bande de terre entourant le Heartland et constituée des bassins océaniques qui y sont rattachés. La Panthalassie, les Balkans, la Scandinavie, l'Allemagne, la France, l'Espagne et la majeure partie de la Chine et de l'Inde se trouvent dans le Rimland.

11-Figure1-1.png

- Le Croissant extérieur ou insulaire est un ensemble de domaines d'outre-mer périphériques, séparés du Croissant intérieur par des déserts, des mers et des espaces glacés. L'Afrique subsaharienne, les îles britanniques, les Amériques, le Japon, Taiwan, l'Indonésie et l'Australie font partie du Croissant extérieur.

- L'océan Méditerranéen (Midland Ocean) est la Heartsea de la puissance maritime. Mackinder a défini l'océan Méditerranéen comme la moitié nord de l'Atlantique plus toutes les zones maritimes affluentes (Baltique, baie d'Hudson, Méditerranée, Caraïbes et golfe du Mexique). Rappelons que les plus grands bassins fluviaux du monde sont ceux qui se jettent dans l'Atlantique - viennent ensuite ceux de l'Arctique et seulement en troisième position viennent les bassins du Pacifique.

Notez que ces idées géopolitiques ont guidé la politique étrangère et la stratégie britanniques. Lors de la Première et de la Deuxième Guerre mondiale, la diplomatie britannique a réussi à empêcher une alliance germano-russe qui aurait uni l'Europe au Heartland. En effet, Mackinder, loin d'être un simple intellectuel, était un homme profondément engagé dans la diplomatie et la politique étrangère britanniques. Il était l'un des idéologues du traité de Versailles, qui visait à la neutralisation politique et militaire de l'Allemagne. Il était également l'un des idéologues du soutien britannique aux Russes blancs dans leur lutte contre les bolcheviks. L'objectif était de morceler la Russie en une série de petits États féodaux liés à l'Empire britannique, mais la victoire des bolcheviks a contrecarré ce plan.

La guerre civile russe (1917-1923)

Bien que cette guerre civile soit un conflit interne, la géopolitique et les liens conflictuels avec les puissances étrangères ont joué un rôle considérable [3]. Les Rouges (bolcheviks) ont combattu les Blancs. Le bloc bolchevique avait une identité idéologique, politique et géopolitique claire. Ils étaient marxistes, défendaient la dictature du prolétariat et, géopolitiquement, ils étaient orientés vers l'Allemagne et contre l'Entente (Angleterre, France, USA).

En revanche, le bloc blanc n'était pas uniforme, ni sur le plan idéologique ni sur le plan politique. Il allait des socialistes révolutionnaires aux monarchistes tsaristes, mais géopolitiquement, il avait plutôt tendance à favoriser une alliance avec la France et la Grande-Bretagne. Seuls de petits segments de ce mouvement ont maintenu une orientation pro-allemande, comme ce fut le cas du chef cosaque Krasnov et de l'Armée du Nord.

tumblr_e1a7b4b48e32eb4d7273eb6971af2c76_33bc133a_1280.jpg

Mackinder, le théoricien en chef du soutien britannique aux Blancs, était convaincu que la disparité de ce bloc conduirait, en cas de victoire, à une segmentation de la Russie en petits États, puisque chaque général ou seigneur de guerre s'érigerait finalement en fondateur d'un nouvel État. La stratégie britannique pour le démembrement de la Russie a suivi, étape par étape, celle employée en Amérique latine après l'indépendance gagnée contre l'Espagne. Elle y est parvenue, et ce qui aurait pu être un grand plateau continental a été démembré en d'innombrables petits États en désaccord les uns avec les autres.

Ce ne fut pas le cas en Russie. La victoire des bolcheviks a frustré les prétentions anglaises. Mackinder était bien conscient qu'après cette victoire, l'URSS deviendrait une grande puissance, ce qu'elle a fait.

Après la Seconde Guerre mondiale, les États-Unis ont pris le relais de la Grande-Bretagne en tant qu'avant-garde de l'Anglo-Empire. La guerre froide n'était pas seulement (mais aussi) une confrontation entre le capitalisme libéral, représenté par les États-Unis (et ses alliés, l'Angleterre, la France et l'Allemagne), et le socialisme marxiste ou le vrai communisme, représenté par l'URSS. La composante géopolitique était également très importante.

Effondrement de l'URSS

Les changements en URSS ont commencé avec l'ascension de Gorbatchev au poste de secrétaire général du PCUS. La situation qu'il a trouvée en accédant à cette très haute fonction n'était pas bonne. La défaite et l'humiliation en Afghanistan planaient sur la société soviétique. Le train social, économique et idéologique commençait à cafouiller. L'économie souffrait des dépenses militaires et de l'inefficacité de l'État absolu. La vision marxiste du monde avait perdu tout son attrait, et même les partis communistes occidentaux se dissociaient (du moins aux yeux de la galerie) de l'URSS et proclamaient leur "eurocommunisme".

Gorbatchev a dû prendre position sur la stratégie future de l'URSS, ce qu'il a fait en adoptant les théories de la convergence [4] comme base et a commencé à approcher le monde occidental en lui proposant des concessions unilatérales. Cette politique, appelée perestroïka, reposait sur l'hypothèse que l'Occident devait répondre à chaque concession par des mesures similaires en faveur de l'URSS. Ce n'était manifestement pas le cas.

1016675_orig.jpg

La perestroïka était une concaténation d'étapes vers l'adoption de la démocratie parlementaire, du marché, de la glasnost (transparence) et l'expansion des zones de liberté civique. Mais dans les pays du bloc de l'Est et à la périphérie de l'URSS elle-même, ces changements ont été perçus comme des manifestations de faiblesse et des concessions unilatérales à l'Ouest. Des mouvements sécessionnistes ont émergé dans les républiques baltes, en Géorgie et en Arménie.

Après la tentative de coup d'État ratée de 1991, menée par les secteurs les plus conservateurs du PCUS, l'ascension de Boris Eltsine était imparable. Le 8 décembre 1991, il rencontre les présidents de Biélorussie et d'Ukraine dans la forêt de Bialowieza, où un accord est signé sur la création d'une Communauté d'États indépendants, ce qui signifie, de facto, la fin de l'existence de l'URSS. À partir de ce moment, cependant, un processus s'est enclenché qui menaçait non pas l'existence de l'URSS, qui s'était déjà éteinte, mais celle de la Russie elle-même.

Il semblait que le rêve de Mackinder était sur le point d'être mis en pratique. L'Estonie, la Lettonie, la Lituanie, le Belarus, l'Ukraine, la Moldavie, l'Arménie, la Géorgie, l'Azerbaïdjan, certaines régions du sud de la Russie et le Daghestan ont entamé leur processus d'indépendance. La déclaration d'Eltsine à Ufa le 6 août 1990 est entrée dans l'histoire : "Prenez autant de souveraineté que vous pouvez en avaler". Les nouvelles républiques ont fait appel (bien sûr !) au droit des peuples à l'autodétermination. Ainsi, par exemple, la constitution de la République de Sakha-Yakoutie, adoptée le 27 avril 1992, déclare "Un gouvernement souverain, démocratique et légal, fondé sur le droit du peuple à l'autodétermination".

La politique nationale de la Fédération de Russie elle-même a été établie par Ramzan Abdulatipov [5] et Valery Tishkov [6], qui étaient tous deux de fervents partisans de la transformation de la Fédération en une confédération, avec séparation complète des républiques nationales.

Le conflit en Tchétchénie a eu un impact particulier. Depuis 1990, sous le couvert des tendances autodestructrices à l'œuvre en Russie, divers mouvements nationalistes ont vu le jour, notamment le Congrès national du peuple tchétchène, dirigé par Dzhondar Dudayev, un ancien général de l'armée de l'air soviétique. Le 8 juin 1991, Dudayev a proclamé l'indépendance de la Tchétchénie, déclenchant un long conflit armé, qui a été compliqué par l'intervention du fondamentalisme islamique.

La réaction

Face à tous ces événements, de larges secteurs de l'opinion publique russe ont commencé à réaliser que les politiques d'Eltsine menaient à la destruction de la Russie. À tout cela s'ajoutait un énorme chaos économique, qui avait plongé la majorité de la population dans la misère, tandis que quelques oligarques s'étaient enrichis grâce à des privatisations sauvages. En septembre et octobre 1993, une révolte éclate, avec le Soviet suprême (parlement) lui-même au centre de l'insurrection. Le 4 octobre, des unités militaires fidèles à Eltsine mettent fin à la révolte en bombardant le Soviet suprême.

Les forces politiques qui se sont unies contre Eltsine sont très diverses : communistes, nationalistes et partisans de la monarchie tsariste orthodoxe. Mais ils ont tous un point commun : la défense de la souveraineté de la Russie et de l'eurasisme. C'est cette coalition de forces qui soutiendra l'émergence de Vladimir Poutine et la renaissance de la Russie. Mais ça, c'est une autre affaire.

NOTES

[1] Dans son ouvrage Le pivot géographique de l'histoire publié en 1904.

[2] Alsina Calvés, J. (2015) Aportaciones a la Cuarta Teoría Política. Tarragone, Ediciones Fides, pp. 110-112.

[3] Douguine, A. (2015) La dernière guerre mondiale des îles. La géopolitique de la Russie contemporaine. Tarragone, Ediciones Fides, p. 38.

[4] Théories apparues entre 1950 et 1960 (Sorokin, Gilbert, Aron) selon lesquelles, avec le développement de la technologie, les systèmes capitalistes et socialistes formeraient un groupe de plus en plus proche, c'est-à-dire qu'ils auraient tendance à converger.

[5] Président de la Chambre des nationalités.

[6] Président du Comité d'État de la Fédération de Russie sur les nationalités.

mardi, 22 février 2022

Ukraine : l'hystérie guerrière du mainstream

L140415ce-950x671.jpg

Stefan Schubert

Ukraine : l'hystérie guerrière des médias mainstream

Source: https://kopp-report.de/ukraine-die-kriegshysterie-des-mainstreams/

Ces dernières semaines, les médias mainstream occidentaux ont fait preuve d'un bellicisme sans précédent. Pour ce faire, ils s'appuient sur des informations anonymes - et non étayées - fournies par les services de renseignement américains, sans procéder à une vérification indépendante des faits. Cette révélation journalistique illustre une fois de plus l'état alarmant des médias. Sur la base d'une campagne américaine anonyme, les médias de gauche et verts diffusent sans sourciller l'image de l'ennemi, le méchant Russe. Il est évident qu'outre la diffamation de ce concurrent géopolitique, les Américains cherchent avant tout à imposer leurs intérêts économiques.

L'auteur a déjà démontré ici que la Russie est le troisième plus grand fournisseur de pétrole des États-Unis.

Alors que "Sleepy Joe" a l'audace d'annoncer devant la presse mondiale rassemblée la fin du pipeline germano-russe Nord Stream 2, il refuse de répondre à toute question sur les immenses livraisons de pétrole aux Etats-Unis eux-mêmes, en provenance de l'État prétendument voyou qu'est la Russie. Ces livraisons massives de pétrole augmentent rapidement depuis des années et ne figurent pas sur la liste des sanctions de l'administration américaine. Or, les entreprises et les États européens dont les Américains veulent détruire les activités en Russie y figurent tout particulièrement. Comme l'industrie allemande l'a déjà appris à ses dépens ces dernières années, les sanctions imposées par les Américains visent particulièrement les relations d'affaires germano-russes étroites qui existent depuis des décennies.

Outre la diffamation de la Russie commanditée par les États-Unis, les Allemands se sont donc également faits les larbins du complexe militaro-industriel américain. Il ne s'agit pas ici d'une canonisation de Vladimir Poutine. Comme l'ont montré la Tchétchénie, la Géorgie et, il y a quelques semaines, le Kazakhstan, le seuil d'inhibition du Kremlin pour l'utilisation de la force militaire doit être considéré comme très bas - une appréciation qui s'applique également au gouvernement américain, comme le prouvent non seulement le nombre élevé de victimes en Afghanistan, en Irak et en Syrie. Mais, si l'on considère les dernières semaines sans les cris de guerre hystériques des médias, que s'est-il réellement passé ?

ecafd387b5b0f59c7dfcda5441cc4_1-1200x742.jpg

Un pays a organisé des manœuvres militaires de grande envergure à l'intérieur de ses frontières. Rien de plus, rien de moins. Quand on voit ce que les Américains font sur tous les continents, souvent avec des dizaines de milliers de soldats de l'OTAN, la double morale de l'Occident saute aux yeux comme un missile Pershing II. Les grandes manœuvres occidentales sont en outre publiquement qualifiées de défense de leurs propres intérêts et de menaces non dissimulées contre la Chine et la Russie. Cette procédure récurrente démontre que le bellicisme actuel des médias et des politiques est particulièrement perfide. Les interventions politiques publiques des Verts et de la CDU/CSU ressemblent à des communiqués de presse du Pentagone. Le fait que cette campagne ait été préparée et orchestrée par des réseaux transatlantiques comme le Pont de l'Atlantique ne peut bien sûr être qu'une théorie du complot.

L'intérêt de l'Allemagne pour une relation stable avec la Russie

Alors que la ministre allemande des Affaires étrangères Annalena Baerbock trébuche à travers l'histoire mondiale et déclare que toutes les ambassades d'Allemagne sont des bases de l'hystérie climatique des Verts, le chancelier Olaf Scholz se fait traiter comme un écolier dans le bureau ovale.

Que les Américains veuillent importer leur gaz liquide sale et cher en Allemagne, que la Pologne et l'Ukraine gagnent beaucoup d'argent en faisant passer du gaz russe en Allemagne par le gazoduc existant et qu'elles essaient pour cette seule raison d'empêcher et de saboter Nord Stream 2 autant que possible, tout cela est compréhensible dans une certaine mesure entre pays "amis".

Mais le fait qu'aucun membre du gouvernement allemand ne se présente avec assurance devant les caméras pour articuler et défendre les intérêts allemands dans ce conflit aux multiples facettes est une situation honteuse.

De plus, lors des négociations sur la réunification, la Russie a reçu l'assurance qu'il n'y aurait pas d'élargissement de l'OTAN vers l'Est. Cet engagement a déjà été rompu à plusieurs reprises, comme dans les pays baltes et en Pologne. Malgré cela, la politique et les médias diffament la Russie en la qualifiant d'agresseur unilatéral, simplement parce que la grande puissance veut empêcher, pour des raisons compréhensibles, un déploiement de troupes de l'OTAN à la frontière russo-ukrainienne. En outre, il n'est pas dans l'intérêt de l'Europe et de l'Allemagne de séparer la Russie de l'Europe et de la pousser toujours plus loin dans les bras de la puissance impériale mondiale qu'est la Chine. La Russie peut également vendre son gaz à l'Est, tandis que l'Allemagne, en particulier, a un besoin urgent de son voisin oriental riche en matières premières en raison de sa transition énergétique autodestructrice.

Le président américain Joe Biden a obtenu des résultats plus mauvais dans les sondages américains que Donald Trump n'en a jamais eu. Alors que les médias mainstream allemands ont fait un scandale de chaque message de Trump sur Twitter, les journalistes de conviction ont complètement passé sous silence l'échec de l'administration Biden. Le bellicisme de Washington, outre les intérêts économiques et géopolitiques évoqués, sert en outre de diversion ciblée aux problèmes de politique intérieure.

Même une escalade et une guerre réelle entre la Russie et l'Ukraine pourraient être considérées comme un scénario souhaitable pour les faucons américains du Pentagone, pour les raisons décrites ci-dessus. Une escalade pourrait survenir à tout moment à la suite d'opérations sous faux drapeau ou de cyberattaques massives et intraçables. Si les premiers coups de feu étaient tirés, les médias et les politiciens allemands auraient également contribué dans une large mesure à la guerre au cœur de l'Europe par leur bellicisme.

lundi, 21 février 2022

La crise en Ukraine ne concerne pas l'Ukraine. Il s'agit de l'Allemagne

20201208-1ere-journee-de-l-energie-germano-ukrainienne-intensification-des-echanges-sur-la-politique-energetique-entre-l-allemagne-et-l-ukraine.jpg

La crise en Ukraine ne concerne pas l'Ukraine. Il s'agit de l'Allemagne

Mike Whitney 

Source: https://www.unz.com/mwhitney/the-crisis-in-ukraine-is-not-about-ukraine-its-about-germany/

"L'intérêt primordial des États-Unis, pour lequel ils ont mené des guerres pendant des siècles - la Première, la Seconde et la Guerre froide - a été la relation entre l'Allemagne et la Russie, parce qu'unies, elles sont la seule force qui pourrait les menacer. Et nous devons nous assurer que cela ne se produise pas" (George Friedman, PDG de STRATFOR au Chicago Council on Foreign Affairs).

La crise ukrainienne n'a rien à voir avec l'Ukraine. Il s'agit de l'Allemagne et, en particulier, d'un gazoduc qui relie l'Allemagne à la Russie, appelé Nord Stream 2. Washington considère ce gazoduc comme une menace pour sa primauté en Europe et a tenté de saboter le projet à tout bout de champ. Malgré cela, le projet Nord Stream 2 est allé de l'avant et est maintenant entièrement opérationnel et prêt à être utilisé. Dès que les régulateurs allemands auront délivré la certification finale, les livraisons de gaz commenceront. Les propriétaires et les entreprises allemands disposeront d'une source fiable d'énergie propre et bon marché, tandis que la Russie verra ses revenus gaziers augmenter de manière significative. C'est une situation gagnant-gagnant pour les deux parties.

1440x810_cmsv2_b354e529-4bc1-5fa5-a955-cc14029f62fe-6404342.jpg

L'establishment de la politique étrangère américaine ne se réjouit pas de cette évolution. Ils ne veulent pas que l'Allemagne devienne plus dépendante du gaz russe, car le commerce crée la confiance et la confiance conduit à l'expansion du commerce. À mesure que les relations se réchauffent, les barrières commerciales sont levées, les réglementations sont assouplies, les voyages et le tourisme augmentent et une nouvelle architecture de sécurité se met en place. Dans un monde où l'Allemagne et la Russie sont des amis et des partenaires commerciaux, il n'y a plus besoin de bases militaires américaines, d'armes et de systèmes de missiles coûteux fabriqués aux États-Unis, ni de l'OTAN.

Il n'est pas non plus nécessaire de conclure des transactions énergétiques en dollars américains ou de stocker des bons du Trésor américain pour équilibrer les comptes. Les transactions entre partenaires commerciaux peuvent être effectuées dans leurs propres monnaies, ce qui ne manquera pas de précipiter une forte baisse de la valeur du dollar et un déplacement spectaculaire du pouvoir économique. C'est pourquoi l'administration Biden s'oppose au gazoduc Nord Stream 2.

Il ne s'agit pas seulement d'un gazoduc, mais d'une fenêtre sur l'avenir, un avenir dans lequel l'Europe et l'Asie se rapprochent dans une zone de libre-échange massive qui accroît leur puissance et leur prospérité mutuelles tout en laissant les États-Unis à l'écart. Le réchauffement des relations entre l'Allemagne et la Russie annonce la fin de l'ordre mondial "unipolaire" que les États-Unis ont supervisé au cours de ces 75 dernières années. Une alliance germano-russe menace de précipiter le déclin de la superpuissance qui se rapproche actuellement de l'abîme. C'est pourquoi Washington est déterminé à faire tout ce qu'il peut pour saboter Nord Stream 2 et maintenir l'Allemagne dans son orbite. C'est une question de survie.

C'est là que l'Ukraine entre en jeu. L'Ukraine est "l'arme de choix" de Washington pour torpiller Nord Stream 2 et créer un fossé entre l'Allemagne et la Russie. La stratégie est tirée de la première page du manuel de politique étrangère des États-Unis, sous la rubrique : Diviser pour mieux régner. Washington doit donner l'impression que la Russie représente une menace pour la sécurité de l'Europe. Tel est l'objectif. Ils doivent montrer que Poutine est un agresseur assoiffé de sang, au tempérament instable, à qui l'on ne peut faire confiance. À cette fin, les médias ont été chargés de répéter encore et encore que "la Russie prévoit d'envahir l'Ukraine".

Ce qui n'est pas dit, c'est que la Russie n'a envahi aucun pays depuis la dissolution de l'Union soviétique, que les États-Unis ont envahi ou renversé des régimes dans plus de 50 pays au cours de la même période et que les États-Unis maintiennent plus de 800 bases militaires dans le monde entier. Rien de tout cela n'est rapporté par les médias, au contraire, l'accent est mis sur le "méchant Poutine" qui a rassemblé environ 100.000 soldats le long de la frontière ukrainienne, menaçant de plonger toute l'Europe dans une nouvelle guerre sanglante.

Toute cette propagande de guerre hystérique est créée dans l'intention de fabriquer une crise qui puisse être utilisée pour isoler, diaboliser et, finalement, diviser la Russie en petites unités. La véritable cible, cependant, n'est pas la Russie, mais l'Allemagne. Regardez cet extrait d'un article de Michael Hudson sur The Unz Review :

"Le seul moyen qui reste aux diplomates américains pour bloquer les achats européens est de pousser la Russie à une réponse militaire, puis de prétendre que la vengeance qu'appelle cette réponse l'emporte sur tout intérêt économique purement national. Comme l'a expliqué la sous-secrétaire d'État aux affaires politiques, Victoria Nuland, lors d'un point de presse du département d'État le 27 janvier : "Si la Russie envahit l'Ukraine, d'une manière ou d'une autre, Nord Stream 2 n'avancera pas." ("America's Real Adversaries Are Its European and Other Allies", The Unz Review).

C'est écrit noir sur blanc. L'équipe Biden veut "pousser la Russie à une réponse militaire" afin de saboter Nord Stream 2. Cela implique qu'il y aura une sorte de provocation destinée à inciter Poutine à envoyer ses troupes de l'autre côté de la frontière pour défendre les Russes ethniques dans la partie orientale du pays. Si Poutine mord à l'hameçon, la réponse sera rapide et sévère. Les médias dénonceront cette action comme une menace pour toute l'Europe, tandis que les dirigeants du monde entier dénonceront Poutine comme le "nouvel Hitler". Voilà la stratégie de Washington en quelques mots, et toute la mise en scène est orchestrée dans un seul but : rendre politiquement impossible au chancelier allemand Olaf Scholz de faire passer Nord Stream 2 par la procédure d'approbation finale.

nord-stream-2-route-20200605-1024x611__1_.jpg

Compte tenu de ce que nous savons de l'opposition de Washington à Nord Stream 2, les lecteurs peuvent se demander pourquoi, plus tôt dans l'année, l'administration Biden a fait pression sur le Congrès pour qu'il n'impose pas davantage de sanctions au projet. La réponse à cette question est simple : la politique intérieure. L'Allemagne est en train de mettre hors service ses centrales nucléaires et a besoin de gaz naturel pour combler son déficit énergétique. En outre, la menace de sanctions économiques est un "repoussoir" pour les Allemands qui y voient un signe d'ingérence étrangère. "Pourquoi les États-Unis se mêlent-ils de nos décisions en matière d'énergie ?", demande l'Allemand moyen. "Washington devrait s'occuper de ses propres affaires et ne pas se mêler des nôtres". C'est précisément la réponse que l'on attendrait de toute personne raisonnable.

Ensuite, il y a cette déclaration d'Al Jazeera :

"Les Allemands dans leur majorité soutiennent le projet, ce ne sont que certaines parties de l'élite et des médias qui sont contre le gazoduc...".

"Plus les États-Unis parlent de sanctionner ou de critiquer le projet, plus il devient populaire dans la société allemande", a déclaré Stefan Meister, un expert de la Russie et de l'Europe de l'Est au Conseil allemand des relations étrangères." ("Nord Stream 2 : Why Russia's pipeline to Europe divides the West", AlJazeera) 

meister_brief_small_picture-3.jpg

L'opinion publique soutient donc fermement le Nord Stream 2, ce qui contribue à expliquer pourquoi Washington a opté pour une nouvelle approche. Les sanctions ne fonctionnant pas, l'Oncle Sam est passé au plan B : créer une menace extérieure suffisamment importante pour que l'Allemagne soit obligée de bloquer l'ouverture du gazoduc. Franchement, cette stratégie sent le désespoir, mais il faut être impressionné par la persévérance de Washington. Ils sont peut-être menés de 5 points dans la dernière ligne droite, mais ils n'ont pas encore jeté l'éponge. Ils vont se donner une dernière chance et voir s'ils peuvent faire des progrès.

joe-biden-olaf-scholz-germany-ukraine-04-gty-llr-220207_1644267578626_hpMain_16x9_992.jpg

Lundi, le président Biden a tenu sa première conférence de presse conjointe avec le chancelier allemand Olaf Scholz à la Maison Blanche. Le battage médiatique qui a entouré cet événement était tout simplement sans précédent. Tout a été orchestré pour fabriquer une "atmosphère de crise" que Biden a utilisée pour faire pression sur le chancelier dans le sens de la politique américaine. Plus tôt dans la semaine, la porte-parole de la Maison Blanche, Jen Psaki, a déclaré à plusieurs reprises qu'une "invasion russe était imminente". Ses commentaires ont été suivis par le porte-parole du département d'État, Nick Price, qui a déclaré que les agences de renseignement lui avaient fourni les détails d'une opération sous faux drapeau prétendument soutenue par la Russie, qui devrait avoir lieu dans un avenir proche dans l'est de l'Ukraine. L'avertissement de M. Price a été suivi dimanche matin par le conseiller à la sécurité nationale Jake Sullivan, qui a déclaré qu'une invasion russe pouvait se produire à tout moment, peut-être "même demain". Ceci quelques jours seulement après que l'agence Bloomberg News ait publié son titre sensationnel et totalement faux selon lequel "La Russie envahit l'Ukraine".

Pouvez-vous percevoir le schéma ici ? Pouvez-vous percevoir comment ces affirmations sans fondement ont toutes été utilisées pour faire pression sur le chancelier allemand, qui ne se doutait de rien et ne semblait pas conscient de la campagne qui le visait ?

Comme on pouvait s'y attendre, le coup de grâce a été porté par le président américain lui-même. Au cours de la conférence de presse, Biden a déclaré avec insistance que,

"Si la Russie nous envahit [...], il n'y aura plus [de] Nord Stream 2. Nous y mettrons fin". 

Donc, maintenant, Washington décide de la politique de l'Allemagne ???

Quelle arrogance insupportable !

Le chancelier allemand a été décontenancé par les commentaires de Biden, qui ne faisaient manifestement pas partie du scénario initial. Malgré cela, Scholz n'a jamais accepté d'annuler Nord Stream 2 et a même refusé de mentionner le gazoduc par son nom. Si Biden pensait pouvoir intimider le dirigeant de la troisième plus grande économie du monde en le coinçant dans un forum public, il s'est trompé. L'Allemagne reste déterminée à lancer le projet Nord Stream 2, indépendamment d'éventuels embrasements dans la lointaine Ukraine. Mais cela pourrait changer à tout moment. Après tout, qui sait quelles incitations Washington pourrait préparer dans un avenir proche? Qui sait combien de vies ils sont prêts à sacrifier pour créer un fossé entre l'Allemagne et la Russie? Qui sait quels risques Biden est prêt à prendre pour ralentir le déclin de l'Amérique et empêcher l'émergence d'un nouvel ordre mondial "polycentrique"? Tout peut arriver dans les semaines à venir. Tout.

Pour l'instant, c'est l'Allemagne qui est sur la sellette. C'est à Scholz de décider comment l'affaire sera réglée. Va-t-il mettre en œuvre la politique qui sert le mieux les intérêts du peuple allemand ou va-t-il céder aux pressions incessantes de Biden? Tracera-t-il une nouvelle voie qui renforcera les nouvelles alliances dans le corridor eurasiatique en pleine effervescence ou soutiendra-t-il les folles ambitions géopolitiques de Washington? Acceptera-t-il le rôle central de l'Allemagne dans un nouvel ordre mondial - dans lequel de nombreux centres de pouvoir émergents partagent équitablement la gouvernance mondiale et où les dirigeants restent indéfectiblement engagés en faveur du multilatéralisme, du développement pacifique et de la sécurité pour tous - ou tentera-t-il de soutenir le système d'après-guerre en lambeaux qui a clairement dépassé sa durée de vie?

Une chose est sûre : quelle que soit la décision de l'Allemagne, elle nous affectera tous.

 

dimanche, 20 février 2022

Les véritables adversaires de l'Amérique sont ses alliés européens et autres

maxusvseuresdefault.jpg

Les véritables adversaires de l'Amérique sont ses alliés européens et autres

L'objectif des États-Unis est de les empêcher de commercer avec la Chine et la Russie

Michael Hudson

Source: https://www.unz.com/mhudson/americas-real-adversaries-are-its-european-and-other-allies/

Le rideau de fer des années 1940 et 1950 était ostensiblement conçu pour isoler la Russie de l'Europe occidentale - pour empêcher l'idéologie communiste et la pénétration militaire. Aujourd'hui, le régime de sanctions est tourné vers l'intérieur, pour empêcher l'OTAN et les autres alliés occidentaux de l'Amérique de développer le commerce et les investissements avec la Russie et la Chine. L'objectif n'est pas tant d'isoler la Russie et la Chine que de maintenir fermement ces alliés dans l'orbite économique de l'Amérique. Les alliés doivent renoncer aux avantages liés à l'importation de gaz russe et de produits chinois et acheter du GNL et d'autres exportations américaines à des prix beaucoup plus élevés, le tout couronné par davantage d'armes américaines.

Les sanctions sur lesquelles les diplomates américains insistent tant pour que leurs alliés les imposent au détriment du commerce avec la Russie et la Chine visent ostensiblement à dissuader un renforcement militaire de ces deux puissances. Mais un tel renforcement ne peut pas vraiment être la principale préoccupation des Russes et des Chinois. Elles ont beaucoup plus à gagner en offrant des avantages économiques mutuels à l'Occident. La question sous-jacente est donc de savoir si l'Europe trouvera son avantage à remplacer les exportations américaines par des fournitures russes et chinoises et à promouvoir des liens économiques mutuels associés.

Ce qui inquiète les diplomates américains, c'est que l'Allemagne, les autres pays de l'OTAN et les pays situés le long de la route "Belt and Road" comprennent les gains qui peuvent être réalisés en ouvrant le commerce et les investissements de manière pacifique. S'il n'existe aucun plan russe ou chinois pour les envahir ou les bombarder, pourquoi l'OTAN est-elle nécessaire ? Pourquoi les riches alliés de l'Amérique achètent-ils autant de matériel militaire américain ? Et s'il n'y a pas de relation intrinsèquement conflictuelle, pourquoi les pays étrangers doivent-ils sacrifier leurs propres intérêts commerciaux et financiers en comptant exclusivement sur les exportateurs et les investisseurs américains ?

Ce sont ces préoccupations qui ont poussé le président français Macron à invoquer le fantôme de Charles de Gaulle et à exhorter l'Europe à se détourner de ce qu'il appelle la guerre froide "sans cervelle" de l'OTAN et à rompre avec les accords commerciaux pro-américains qui imposent des coûts croissants à l'Europe tout en la privant des gains potentiels du commerce avec l'Eurasie. Même l'Allemagne rechigne à l'idée de geler ses activités en mars prochain en se privant du gaz russe.

Au lieu d'une réelle menace militaire de la part de la Russie et de la Chine, le problème pour les stratèges américains est l'absence d'une telle menace. Tous les pays ont pris conscience que le monde a atteint un point où aucune économie industrielle n'a la main-d'œuvre et la capacité politique de mobiliser une armée permanente de la taille nécessaire pour envahir ou même livrer une bataille majeure contre un adversaire important. Ce coût politique fait qu'il n'est pas rentable pour la Russie de riposter à l'aventurisme de l'OTAN à sa frontière occidentale en essayant de susciter une réponse militaire. Cela ne vaut tout simplement pas la peine de s'emparer de l'Ukraine.

9611.jpeg

13440.jpeg

La pression croissante de l'Amérique sur ses alliés menace de les faire sortir de l'orbite américaine. Pendant plus de 75 ans, ils n'ont eu que peu d'alternatives pratiques à l'hégémonie américaine. Mais cela est en train de changer. L'Amérique ne dispose plus de la puissance monétaire et de l'excédent commercial et de la balance des paiements apparemment chronique qui lui ont permis d'élaborer les règles du commerce et de l'investissement dans le monde en 1944-45. La menace qui pèse sur la domination américaine est que la Chine, la Russie et le cœur de l'île-monde eurasienne de Mackinder offrent de meilleures opportunités de commerce et d'investissement que celles offertes par les États-Unis, qui demandent de plus en plus désespérément des sacrifices à leurs alliés de l'OTAN et autres.

L'exemple le plus flagrant est la volonté des États-Unis d'empêcher l'Allemagne d'autoriser la construction du gazoduc Nord Stream 2 afin d'obtenir du gaz russe pour les prochains froids. Angela Merkel s'est mise d'accord avec Donald Trump pour dépenser un milliard de dollars dans la construction d'un nouveau port GNL afin de devenir plus dépendante du GNL américain, dont le prix est élevé. (Le plan a été annulé après que les élections américaines et allemandes ont congédié les deux dirigeants). Mais l'Allemagne n'a pas d'autre moyen de chauffer un grand nombre de ses maisons et immeubles de bureaux (ou d'approvisionner ses entreprises d'engrais) que le gaz russe.

Le seul moyen qui reste aux diplomates américains pour bloquer les achats européens est d'inciter la Russie à une réponse militaire, puis de prétendre que la vengeance qu'appelle cette réponse l'emporte sur tout intérêt économique purement national. Comme l'a expliqué la sous-secrétaire d'État aux affaires politiques, Victoria Nuland, lors d'un point de presse du département d'État le 27 janvier : "Si la Russie envahit l'Ukraine, d'une manière ou d'une autre, Nord Stream 2 n'avancera pas" [1]. Le problème est de créer un incident suffisamment offensif et de dépeindre la Russie comme l'agresseur.

Nuland a exprimé succinctement qui dictait les politiques des membres de l'OTAN en 2014 : "J'emmerde l'UE" ("Fuck the EU"). Cela a été dit alors qu'elle disait à l'ambassadeur américain en Ukraine que le département d'État soutenait la marionnette Arseniy Yatsenyuk comme premier ministre ukrainien (destitué après deux ans dans un scandale de corruption), et que les agences politiques américaines soutenaient le massacre sanglant de Maidan qui a inauguré ce qui est maintenant huit ans de guerre civile. Le résultat a dévasté l'Ukraine comme la violence américaine l'avait fait en Syrie, en Irak et en Afghanistan. Ce n'est pas une politique de paix mondiale ou de démocratie que les électeurs européens approuvent.

artworks-000070273659-d74v7k-t240x240.jpg

Les sanctions commerciales imposées par les États-Unis à leurs alliés de l'OTAN s'étendent à tout le spectre commercial. La Lituanie, en proie à l'austérité, a renoncé à son fromage et à son marché agricole en Russie, et empêche son chemin de fer public de transporter de la potasse du Belarus vers le port balte de Klaipeda. Le propriétaire majoritaire du port s'est plaint que "la Lituanie perdra des centaines de millions de dollars en stoppant les exportations biélorusses via Klaipeda" et "pourrait faire face à des poursuites judiciaires de 15 milliards de dollars pour rupture de contrat" [2]. La Lituanie a même accepté de reconnaître Taïwan sous l'impulsion des États-Unis, ce qui a conduit la Chine à refuser d'importer des produits allemands ou autres comprenant des composants fabriqués en Lituanie.

klaipedos-uostas-5e9ec9af17e60.jpg

L'Europe va imposer des sanctions, ce qui provoquera la hausse des prix de l'énergie et de l'agriculture en donnant la priorité aux importations en provenance des États-Unis et en renonçant aux liens avec la Russie, le Belarus et d'autres pays en dehors de la zone dollar. Comme le dit Sergey Lavrov: "Lorsque les États-Unis pensent que quelque chose sert leurs intérêts, ils peuvent trahir ceux avec qui ils étaient amis, avec qui ils ont coopéré et qui ont servi leurs positions dans le monde entier" [3].

Les sanctions imposées par l'Amérique à ses alliés nuisent à leurs propres économies, pas à celles de la Russie et de la Chine.

Ce qui semble ironique, c'est que ces sanctions contre la Russie et la Chine ont fini par aider ces deux puissances plutôt que de leur nuire. Mais l'objectif premier n'était ni de nuire ni d'aider les économies russe et chinoise. Après tout, il est évident que les sanctions obligent les pays visés à devenir plus autonomes. Privés de fromage lituanien, les producteurs russes ont produit le leur et n'ont plus besoin de l'importer des pays baltes. La rivalité économique sous-jacente de l'Amérique vise à maintenir les pays européens et ses alliés asiatiques dans son orbite économique de plus en plus protégée. On dit à l'Allemagne, à la Lituanie et à d'autres alliés d'imposer des sanctions dirigées contre leur propre bien-être économique en ne faisant pas de commerce avec des pays situés en dehors de l'orbite de la zone dollar des États-Unis.

Dziugas-galva-100-men.png

Indépendamment de la menace d'une guerre réelle résultant du bellicisme des États-Unis, le coût pour les alliés de l'Amérique de se soumettre aux exigences américaines en matière de commerce et d'investissement devient si élevé qu'il est politiquement irréalisable. Depuis près d'un siècle, il n'y a guère eu d'autre choix que d'accepter des règles de commerce et d'investissement favorisant l'économie américaine pour bénéficier du soutien financier et commercial des États-Unis, voire de leur sécurité militaire. Mais une alternative menace aujourd'hui d'émerger - une alternative offrant les avantages de l'initiative "Belt and Road" de la Chine, et du désir de la Russie de bénéficier d'investissements étrangers pour l'aider à moderniser son organisation industrielle, comme cela semblait promis il y a trente ans, en 1991.

71OWoopaYDL.jpg

Depuis les dernières années de la Seconde Guerre mondiale, la diplomatie américaine a cherché à contraindre la Grande-Bretagne, la France et surtout l'Allemagne et le Japon vaincus à devenir des dépendances économiques et militaires des États-Unis. Comme je l'ai documenté dans Super Impérialism, les diplomates américains ont brisé l'Empire britannique et absorbé sa zone sterling par les conditions onéreuses imposées d'abord par le Prêt-Bail et ensuite par l'Accord de prêt anglo-américain de 1946. Les conditions de ce dernier obligeaient la Grande-Bretagne à renoncer à sa politique de préférence impériale et à débloquer les soldes en livres sterling que l'Inde et d'autres colonies avaient accumulés pour leurs exportations de matières premières pendant la guerre, ouvrant ainsi le Commonwealth britannique aux exportations américaines.

La Grande-Bretagne s'engage à ne pas récupérer ses marchés d'avant-guerre en dévaluant la livre sterling. Les diplomates américains créent alors le FMI et la Banque mondiale dans des conditions qui favorisent les marchés d'exportation américains et découragent la concurrence de la Grande-Bretagne et d'autres anciens rivaux. Les débats à la Chambre des Lords et à la Chambre des Communes ont montré que les politiciens britanniques reconnaissaient qu'ils étaient relégués à une position économique subalterne, mais qu'ils n'avaient pas d'autre choix. Et une fois qu'ils ont abandonné, les diplomates américains ont eu les coudées franches pour affronter le reste de l'Europe.

La puissance financière a permis à l'Amérique de continuer à dominer la diplomatie occidentale, bien qu'elle ait été contrainte de renoncer à l'or en 1971 en raison des coûts de balance des paiements de ses dépenses militaires à l'étranger. Au cours du dernier demi-siècle, les pays étrangers ont conservé leurs réserves monétaires internationales en dollars américains - principalement dans des titres du Trésor américain, des comptes bancaires américains et d'autres investissements financiers dans l'économie américaine. La norme des bons du Trésor oblige les banques centrales étrangères à financer le déficit de la balance des paiements de l'Amérique, basé sur l'armée - et par la même occasion, le déficit budgétaire du gouvernement national.

Les États-Unis n'ont pas besoin de ce recyclage pour créer de la monnaie. Le gouvernement peut simplement imprimer de la monnaie, comme l'a démontré le MMT. Mais les États-Unis ont besoin de ce recyclage des dollars des banques centrales étrangères pour équilibrer leurs paiements internationaux et soutenir le taux de change du dollar. Si le dollar devait baisser, les pays étrangers auraient beaucoup plus de facilité à payer leurs dettes internationales en dollars dans leur propre monnaie. Les prix des importations américaines augmenteraient, et il serait plus coûteux pour les investisseurs américains d'acheter des actifs étrangers. Et les étrangers perdraient de l'argent sur les actions et obligations américaines libellées dans leur propre monnaie, et les abandonneraient. Les banques centrales en particulier subiraient une perte sur les obligations du Trésor en dollars qu'elles détiennent dans leurs réserves monétaires - et trouveraient leur intérêt à sortir du dollar. Ainsi, la balance des paiements et le taux de change des États-Unis sont tous deux menacés par la belligérance et les dépenses militaires des États-Unis dans le monde entier - et pourtant, les diplomates américains tentent de stabiliser la situation en augmentant la menace militaire à des niveaux de crise.

La volonté des États-Unis de maintenir leurs protectorats européens et est-asiatiques enfermés dans leur propre sphère d'influence est menacée par l'émergence de la Chine et de la Russie indépendamment des États-Unis, tandis que l'économie américaine se désindustrialise en raison de ses propres choix politiques délibérés. La dynamique industrielle qui a rendu les Etats-Unis si dominants de la fin du 19ème siècle jusqu'aux années 1970 a laissé place à une financiarisation néolibérale évangélisatrice. C'est pourquoi les diplomates américains doivent faire un bras d'honneur à leurs alliés pour bloquer leurs relations économiques avec la Russie post-soviétique et la Chine socialiste, dont la croissance est supérieure à celle des États-Unis et dont les accords commerciaux offrent plus de possibilités de gains mutuels.

La question est de savoir combien de temps les États-Unis peuvent empêcher leurs alliés de profiter de la croissance économique de la Chine. L'Allemagne, la France et d'autres pays de l'OTAN vont-ils rechercher la prospérité pour eux-mêmes au lieu de laisser l'étalon dollar américain et les préférences commerciales siphonner leur excédent économique ?

imdefamage.jpg

8696a21be69fd5e93cb1cc8177c1f9fef551c08e.jpg

8840.jpeg

La diplomatie pétrolière et le rêve américain pour la Russie post-soviétique

En 1991, Gorbatchev et d'autres responsables russes s'attendaient à ce que leur économie se tourne vers l'Ouest pour être réorganisée selon les principes qui avaient rendu les économies américaine, allemande et autres si prospères. L'attente mutuelle de la Russie et de l'Europe occidentale était que les investisseurs allemands, français et autres restructurent l'économie post-soviétique selon des principes plus efficaces.

_83734184_khodnewindexafp.jpg

Ce n'était pas le plan des États-Unis. Lorsque le sénateur John McCain a qualifié la Russie de "station-service avec des bombes atomiques", c'était le rêve des Américains de ce qu'ils voulaient que la Russie devienne - avec les compagnies de gaz russes passant sous le contrôle d'actionnaires américains, en commençant par le rachat prévu de Yukos tel qu'il a été arrangé avec Mikhail Khordokovsky. La dernière chose que les stratèges américains voulaient voir, c'était une Russie florissante et revivifiée. Les conseillers américains ont cherché à privatiser les ressources naturelles de la Russie et d'autres actifs non industriels, en les confiant à des kleptocrates qui ne pouvaient "encaisser" la valeur de ce qu'ils avaient privatisé qu'en le vendant aux investisseurs américains et étrangers contre des devises fortes. Le résultat a été un effondrement économique et démographique néolibéral dans tous les États post-soviétiques.

D'une certaine manière, l'Amérique s'est transformée en sa propre version d'une station-service avec des bombes atomiques (et des exportations d'armes). La diplomatie pétrolière américaine vise à contrôler le commerce mondial du pétrole afin que ses énormes profits reviennent aux grandes compagnies pétrolières américaines. C'est pour maintenir le pétrole iranien entre les mains de British Petroleum que Kermit Roosevelt, de la CIA, a collaboré avec l'Anglo-Persian Oil Company de British Petroleum pour renverser le dirigeant élu de l'Iran, Mohammed Mossadegh, en 1954, lorsque celui-ci a cherché à nationaliser la compagnie après qu'elle ait refusé, décennie après décennie, d'apporter les contributions promises à l'économie. Après avoir installé le Shah, dont la démocratie reposait sur un État policier vicieux, l'Iran a menacé une fois de plus d'agir en tant que maître de ses propres ressources pétrolières. Il a donc été une nouvelle fois confronté aux sanctions parrainées par les États-Unis, qui restent en vigueur aujourd'hui. L'objectif de ces sanctions est de maintenir le commerce mondial du pétrole fermement sous le contrôle des États-Unis, car le pétrole est une énergie et l'énergie est la clé de la productivité et du PIB réel.

Dans les cas où des gouvernements étrangers tels que l'Arabie saoudite et les pétro-monarchies arabes voisines ont pris le contrôle, les recettes d'exportation de leur pétrole doivent être déposées sur les marchés financiers américains pour soutenir le taux de change du dollar et la domination financière américaine. Lorsqu'ils ont quadruplé leurs prix du pétrole en 1973-74 (en réponse au quadruplement par les États-Unis des prix de leurs exportations de céréales), le Département d'État américain a fait la loi et a dit à l'Arabie saoudite qu'elle pouvait faire payer son pétrole autant qu'elle le voulait (augmentant ainsi le parapluie des prix pour les producteurs de pétrole américains), mais qu'elle devait se conformer à la loi des producteurs de pétrole américains), qu'elle devait recycler ses recettes d'exportation de pétrole aux États-Unis dans des titres libellés en dollars - principalement des titres du Trésor américain et des comptes bancaires américains, ainsi que quelques participations minoritaires dans des actions et obligations américaines (mais uniquement en tant qu'investisseurs passifs, sans utiliser ce pouvoir financier pour contrôler la politique des entreprises).

4-Exportateurs-de-petrole.png

Le deuxième mode de recyclage des revenus de l'exportation du pétrole a consisté à acheter des exportations d'armes américaines, l'Arabie saoudite devenant l'un des plus gros clients du complexe militaro-industriel. En réalité, la production d'armes des États-Unis n'est pas principalement de nature militaire. Comme le monde entier le constate actuellement dans le tumulte autour de l'Ukraine, l'Amérique n'a pas d'armée de combat. Ce qu'elle a, c'est ce qu'on appelait autrefois une "armée alimentaire". La production d'armes aux États-Unis emploie de la main-d'œuvre et produit des armes qui sont une sorte de bien de prestige dont les gouvernements peuvent se vanter, et non des armes de combat. Comme la plupart des produits de luxe, la majoration est très élevée. C'est l'essence même de la haute couture et du style, après tout. Le MIC utilise ses bénéfices pour subventionner la production civile américaine d'une manière qui ne viole pas la lettre des lois commerciales internationales contre les subventions gouvernementales.

15797.jpeg

12205.jpeg

Parfois, bien sûr, la force militaire est effectivement utilisée. En Irak, George W. Bush puis Barack Obama ont utilisé l'armée pour s'emparer des réserves de pétrole du pays, ainsi que de celles de la Syrie et de la Libye. Le contrôle du pétrole mondial a été le pilier de la balance des paiements de l'Amérique. Malgré la volonté mondiale de ralentir le réchauffement de la planète, les responsables américains continuent de considérer le pétrole comme la clé de la suprématie économique des États-Unis. C'est la raison pour laquelle l'armée américaine refuse toujours d'obéir aux ordres de l'Irak de quitter son pays, y gardant ses troupes pour contrôler le pétrole irakien, et c'est aussi pourquoi elle a accepté avec les Français de détruire la Libye et a toujours des troupes dans les champs pétrolifères de la Syrie. Plus près de nous, le président Biden a approuvé le forage en mer et soutient l'expansion par le Canada de ses sables bitumineux de l'Athabasca, le pétrole le plus sale du monde sur le plan environnemental.

Outre les exportations de pétrole et de denrées alimentaires, les exportations d'armes soutiennent le financement par les bons du Trésor des dépenses militaires américaines dans ses 750 bases à l'étranger. Mais sans un ennemi permanent qui menace constamment aux portes, l'existence de l'OTAN s'effondre. Quel serait le besoin des pays d'acheter des sous-marins, des porte-avions, des avions, des chars, des missiles et autres armes ?

À mesure que les États-Unis se désindustrialisent, le déficit de leur commerce et de leur balance des paiements devient plus problématique. Ils ont besoin des ventes à l'exportation d'armes pour contribuer à réduire leur déficit commercial croissant et aussi pour subventionner leurs avions commerciaux et les secteurs civils connexes. Le défi consiste à maintenir sa prospérité et sa position dominante dans le monde alors qu'elle se désindustrialise et que la croissance économique s'accélère en Chine et maintenant en Russie.

L'Amérique a perdu son avantage en matière de coûts industriels en raison de la forte augmentation du coût de la vie et des affaires dans son économie rentière post-industrielle financiarisée. En outre, comme l'expliquait Seymour Melman dans les années 1970, le capitalisme du Pentagone repose sur des contrats à prix coûtant majoré : Plus le matériel militaire coûte cher, plus les fabricants en tirent profit. Les armes américaines sont donc sur-ingénieriées - d'où les sièges de toilettes à 500 dollars au lieu d'un modèle à 50 dollars. Après tout, le principal attrait des produits de luxe, y compris le matériel militaire, est leur prix élevé.

81kKLCxrcTL.jpg

image_1416924_20201222_ob_8e5f2c_the-permanent-war-economy.jpg

C'est dans ce contexte que s'inscrit la colère des États-Unis, qui n'ont pas réussi à s'emparer des ressources pétrolières de la Russie, et qui ont vu la Russie se libérer militairement pour créer ses propres exportations d'armes, qui sont aujourd'hui généralement meilleures et beaucoup moins coûteuses que celles des États-Unis. Non seulement ses ventes de pétrole rivalisent avec celles du GNL américain, mais la Russie garde ses recettes d'exportation de pétrole chez elle pour financer sa réindustrialisation, afin de reconstruire l'économie qui a été détruite par la "thérapie" de choc parrainée par les États-Unis dans les années 1990.

La ligne de moindre résistance pour la stratégie américaine qui cherche à maintenir le contrôle de l'approvisionnement mondial en pétrole tout en conservant son marché d'exportation d'armes de luxe via l'OTAN consiste à crier au loup et à insister sur le fait que la Russie est sur le point d'envahir l'Ukraine - comme si la Russie avait quelque chose à gagner d'une guerre de bourbier sur l'économie la plus pauvre et la moins productive d'Europe. L'hiver 2021-22 a été marqué par une longue tentative des États-Unis d'inciter l'OTAN et la Russie à se battre - sans succès.

Les États-Unis rêvent d'une Chine néolibéralisée comme filiale d'une entreprise américaine

L'Amérique s'est désindustrialisée par une politique délibérée de réduction des coûts de production, ses entreprises manufacturières recherchant une main-d'œuvre à bas salaire à l'étranger, notamment en Chine. Ce changement n'était pas une rivalité avec la Chine, mais était considéré comme un gain mutuel. Les banques et les investisseurs américains devaient s'assurer le contrôle et les profits de l'industrie chinoise au fur et à mesure de sa commercialisation. La rivalité opposait les employeurs américains aux travailleurs américains, et l'arme de la lutte des classes était la délocalisation et, dans le même temps, la réduction des dépenses sociales du gouvernement.

À l'instar de la Russie, qui cherche à obtenir du pétrole, des armes et du commerce agricole indépendamment du contrôle des États-Unis, l'offensive de la Chine consiste à garder les bénéfices de son industrialisation sur son territoire, à conserver la propriété publique d'importantes sociétés et, surtout, à conserver la création monétaire et la Banque de Chine en tant que service public pour financer sa propre formation de capital au lieu de laisser les banques et les maisons de courtage américaines fournir son financement et siphonner son excédent sous forme d'intérêts, de dividendes et de frais de gestion. La seule grâce à laquelle les planificateurs d'entreprise américains ont pu être sauvés a été le rôle de la Chine dans la dissuasion de l'augmentation des salaires américains en fournissant une source de main-d'œuvre à bas prix pour permettre aux fabricants américains de délocaliser et d'externaliser leur production.

La guerre de classe du parti démocrate contre les travailleurs syndiqués a commencé sous l'administration Carter et s'est considérablement accélérée lorsque Bill Clinton a ouvert la frontière sud avec l'ALENA. Une série de maquiladoras ont été créées le long de la frontière pour fournir une main-d'œuvre artisanale à bas prix. Ces maquiladoras sont devenues un centre de profit si prospère que Clinton a fait pression pour que la Chine soit admise au sein de l'Organisation mondiale du commerce en décembre 2001, au cours du dernier mois de son administration. Le rêve était que la Chine devienne un centre de profit pour les investisseurs américains, produisant pour les entreprises américaines et finançant ses investissements (ainsi que le logement et les dépenses publiques, espérait-on) en empruntant des dollars américains et en organisant son industrie dans un marché boursier qui, comme celui de la Russie en 1994-96, deviendrait un fournisseur de premier plan de financement et de gains en capital pour les investisseurs américains et étrangers.

Walmart, Apple et de nombreuses autres entreprises américaines ont organisé des sites de production en Chine, ce qui impliquait nécessairement des transferts de technologie et la création d'une infrastructure efficace pour le commerce d'exportation. Goldman Sachs a mené l'incursion financière et a contribué à l'envolée du marché boursier chinois. Tout cela, c'est ce que l'Amérique avait préconisé.

Où le rêve néolibéral américain de la guerre froide a-t-il échoué ? Pour commencer, la Chine n'a pas suivi la politique de la Banque mondiale consistant à inciter les gouvernements à emprunter en dollars pour engager des sociétés d'ingénierie américaines afin de fournir des infrastructures d'exportation. Elle s'est industrialisée à peu près de la même manière que les États-Unis et l'Allemagne à la fin du XIXe siècle : En investissant massivement dans les infrastructures pour fournir les besoins de base à des prix subventionnés ou gratuitement, des soins de santé à l'éducation, des transports aux communications, afin de minimiser le coût de la vie que les employeurs et les exportateurs devaient payer. Plus important encore, la Chine a évité le service de la dette extérieure en créant sa propre monnaie et en gardant les installations de production les plus importantes entre ses mains.

la-contraction-se-poursuit-dans-l-industrie-en-chine.png

Les exigences des États-Unis poussent leurs alliés à quitter l'orbite commerciale et monétaire dollar-OTAN

Comme dans une tragédie grecque classique, la politique étrangère des États-Unis entraîne précisément le résultat qu'ils craignent le plus. En surjouant avec leurs propres alliés de l'OTAN, les diplomates américains sont en train de réaliser le scénario cauchemardesque de Kissinger, en rapprochant la Russie et la Chine. Alors que les alliés de l'Amérique doivent supporter les coûts des sanctions américaines, la Russie et la Chine en profitent en étant obligées de diversifier et de rendre leurs propres économies indépendantes de la dépendance des fournisseurs américains de nourriture et d'autres besoins fondamentaux. Surtout, ces deux pays créent leurs propres systèmes de crédit et de compensation bancaire dédollarisés, et détiennent leurs réserves monétaires internationales sous forme d'or, d'euros et de devises de l'autre pays pour mener leurs échanges et investissements mutuels.

9782707169075.jpg

Cette dédollarisation offre une alternative à la capacité unipolaire des États-Unis à obtenir des crédits étrangers gratuits via l'étalon des bons du Trésor américain pour les réserves monétaires mondiales. À mesure que les pays étrangers et leurs banques centrales dédollarisent, qu'est-ce qui soutiendra le dollar ? Sans la ligne de crédit gratuite fournie par les banques centrales qui recyclent automatiquement les dépenses militaires et autres dépenses étrangères de l'Amérique vers l'économie américaine (avec un rendement minime), comment les États-Unis peuvent-ils équilibrer leurs paiements internationaux face à leur désindustrialisation ?

Les États-Unis ne peuvent pas simplement inverser leur désindustrialisation et leur dépendance à l'égard de la main-d'œuvre chinoise et asiatique en rapatriant la production chez eux. Ils ont intégré des frais généraux de rente trop élevés dans leur économie pour que leur main-d'œuvre puisse être compétitive au niveau international, étant donné les exigences budgétaires des salariés américains pour payer les coûts élevés et croissants du logement et de l'éducation, le service de la dette et l'assurance maladie, ainsi que les services d'infrastructure privatisés.

La seule façon pour les États-Unis de maintenir leur équilibre financier international est de fixer un prix de monopole pour leurs exportations d'armes, de produits pharmaceutiques brevetés et de technologies de l'information, et d'acheter le contrôle des secteurs de production les plus lucratifs et potentiellement rentiers à l'étranger - en d'autres termes, de diffuser la politique économique néolibérale dans le monde entier d'une manière qui oblige les autres pays à dépendre des prêts et des investissements américains.

Ce n'est pas une façon pour les économies nationales de se développer. L'alternative à la doctrine néolibérale réside dans les politiques de croissance de la Chine, qui suivent la même logique industrielle de base que celle qui a permis à la Grande-Bretagne, aux États-Unis, à l'Allemagne et à la France d'accéder à la puissance industrielle lors de leurs propres décollages industriels, avec un soutien gouvernemental fort et des programmes de dépenses sociales.

Les États-Unis ont abandonné cette politique industrielle traditionnelle depuis les années 1980. Ils imposent à leur propre économie les politiques néolibérales qui ont désindustrialisé le Chili pinochetiste, la Grande-Bretagne thatchérienne et les anciennes républiques soviétiques post-industrielles, les pays baltes et l'Ukraine depuis 1991. Sa prospérité, fortement polarisée et endettée, repose sur le gonflement des prix de l'immobilier et des titres et sur la privatisation des infrastructures.

Ce néolibéralisme a été la voie suivie pour aboutir à une économie en faillite et, de fait, à un État en faillite, obligé de subir la déflation de la dette, l'augmentation des prix du logement et des loyers alors que le taux d'occupation par les propriétaires diminue, ainsi que des coûts médicaux et autres coûts exorbitants résultant de la privatisation de ce que d'autres pays fournissent gratuitement ou à des prix subventionnés en tant que droits de l'homme - soins de santé, éducation, assurance médicale et pensions.

teaser-china-koop.jpg

Le succès de la politique industrielle de la Chine, avec une économie mixte et un contrôle étatique du système monétaire et de crédit, a conduit les stratèges américains à craindre que les économies d'Europe occidentale et d'Asie ne trouvent leur avantage dans une intégration plus étroite avec la Chine et la Russie. Les États-Unis ne semblent avoir aucune réponse à un tel rapprochement mondial avec la Chine et la Russie, si ce n'est des sanctions économiques et une belligérance militaire. Cette position de nouvelle guerre froide coûte cher, et d'autres pays rechignent à supporter le coût d'un conflit qui n'a aucun avantage pour eux et qui, en fait, menace de déstabiliser leur propre croissance économique et leur indépendance politique.

Sans subvention de la part de ces pays, d'autant plus que la Chine, la Russie et leurs voisins dédollarisent leurs économies, comment les États-Unis peuvent-ils maintenir les coûts de la balance des paiements de leurs dépenses militaires à l'étranger ? Réduire ces dépenses et retrouver une autonomie industrielle et une puissance économique compétitive nécessiterait une transformation de la politique américaine. Un tel changement semble improbable, mais sans lui, combien de temps l'économie rentière post-industrielle de l'Amérique pourra-t-elle réussir à forcer les autres pays à lui fournir l'affluence économique (littéralement un afflux) qu'elle ne produit plus chez elle ?

Notes

[1] https://www.state.gov/briefings/department-press-briefing-january-27-2022/ . Faisant fi des commentaires des journalistes selon lesquels "ce que les Allemands ont dit publiquement ne correspond pas à ce que vous dites exactement", elle a expliqué la tactique des États-Unis pour bloquer Nord Stream 2. Contrecarrant l'argument d'un journaliste selon lequel "tout ce qu'ils ont à faire est de l'allumer", elle a déclaré : "Comme le sénateur Cruz aime à le dire, c'est actuellement un morceau de métal au fond de l'océan. Il doit être testé. Il doit être certifié. Il doit avoir une approbation réglementaire." Pour un examen récent de la géopolitique de plus en plus tendue à l'œuvre, voir John Foster, "Pipeline Politics hits Multipolar Realities : Nord Stream 2 et la crise ukrainienne", Counterpunch, 3 février 2022.

[2] Andrew Higgins, "Fueling a Geopolitical Tussle in Eastern Europe : Fertilizer", The New York Times, 31 janvier 2022. Le propriétaire prévoit de poursuivre le gouvernement lituanien pour obtenir de lourds dommages et intérêts.

[3] Ministère russe des Affaires étrangères, "Réponses du ministre des Affaires étrangères Sergey Lavrov aux questions du programme Voskresnoye Vremya de Channel One", Moscou, 30 janvier 2022. Johnson's Russia List, 31 janvier 2022, n° 9.

 

L'expansion de l'OTAN et la réponse possible de la Russie

leonid-savin-3.jpg

L'expansion de l'OTAN et la réponse possible de la Russie

Par Leonid Savin*

Source: https://firmas.prensa-latina.cu/index.php?opcion=ver-article&cat=S&authorID=291&articleID=2920&SEO=savin-leonid-expansion-de-la-otan-y-posible-respuesta-de-rusia&fbclid=IwAR0PtPOLJnXBINm7CTjyHgKMoVp9BbpdDAv0Ql2F5c7iStkfC9HeFKPrcV8

La confrontation actuelle entre la Russie et l'Occident n'est pas le résultat d'un soudain concours de circonstances : les contradictions s'accumulent depuis des années et la question ne concerne plus seulement l'Ukraine, où un coup d'État soutenu par les États-Unis a eu lieu en 2014, mais cette confrontation porte sur des points de vue opposés quant à la politique mondiale.

Avant même l'effondrement de l'Union soviétique, Mikhaïl Gorbatchev a reçu l'assurance qu'après l'unification de l'Allemagne, l'alliance de l'Atlantique Nord ne s'étendrait pas vers l'est, puis tout cela a été complètement oublié.

Bien que l'Union soviétique ait été dissoute, la Russie est son successeur, les obligations devaient donc également être remplies envers la Russie. Le problème est qu'ils n'ont pas été mis par écrit. Il s'agissait d'une promesse verbale, bien que tous les mots en aient été codifiés.

C'est pourquoi les propositions de la Russie pour réorganiser la sécurité européenne et, plus largement, mondiale, prévoient l'obligation de formaliser tout cela par écrit. Mais même après la réponse officielle des États-Unis, le secrétaire d'État Antony Blinken a déclaré qu'ils préféraient discuter de tout en privé plutôt que de publier des documents.

Pourquoi est-il si secret - peut-être les États-Unis cachent-ils quelque chose à leurs partenaires de l'OTAN et de l'Ukraine ? C'est très probable. Car même au sein de l'OTAN, il existe des points de vue différents sur l'acceptation de nouveaux membres.

Et aux États-Unis, beaucoup s'opposent à l'expansion de l'OTAN. Samuel Charap de la Rand Corporation a écrit qu'en décembre 1996, "les alliés de l'OTAN ont déclaré qu'ils n'avaient aucune intention, aucun plan ni aucune raison de placer des armes nucléaires sur le territoire des nouveaux membres, ce qu'on appelle les Trois Non". Cette déclaration a été faite avant qu'aucun des nouveaux membres ne rejoigne l'alliance. S'il était acceptable que l'OTAN prenne un tel engagement d'autolimitation il y a 25 ans, alors cela devrait être acceptable aujourd'hui.

Je pense que c'est un commentaire assez juste sur l'inclusion éventuelle de l'Ukraine et de la Géorgie dans l'alliance.

Cependant, plusieurs structures proches du Département de la Défense américain et du complexe militaro-industriel font pression pour l'acceptation de nouveaux membres.

La crise artificielle autour de l'Ukraine

Mais la crise artificielle autour de l'Ukraine profite aux États-Unis en raison du contrôle qu'ils exercent sur les partenaires européens de l'OTAN, notamment par le déploiement de contingents militaires dans les pays d'Europe de l'Est. D'autre part, l'escalade a un côté économique, puisqu'elle permet de justifier l'imposition de sanctions à la Russie et d'entraver les relations commerciales de Moscou avec les pays européens.

Evolution-des-tarifs-du-gaz-1.png

VNDVCPAECNA6NICVKDVS6FOGQA.jpg

L'exemple du gazoduc Nord Stream 2 en est la preuve : le blocage intentionnel a entraîné une pénurie de réserves de gaz pendant la saison hivernale dans les pays européens et une hausse des prix. Et les États-Unis en ont profité pour envoyer du gaz de schiste liquéfié en Europe. En conséquence, les consommateurs européens sont contraints de surpayer les services d'approvisionnement et les entreprises américaines réalisent des bénéfices.

Les États-Unis et leurs partenaires, notamment le Royaume-Uni, ont lancé des scénarios similaires dans d'autres domaines. Se cachant derrière le concept de "guerre hybride", que les États-Unis et l'UE attribuent à la Russie, ils la mènent eux-mêmes par d'autres moyens, violant le droit international et s'ingérant dans les affaires souveraines d'autres États.

La Russie après la fin de l'hégémonie unipolaire américaine

Cependant, il est évident que la Russie représente un état différent de celui d'il y a vingt ou trente ans. Il n'y a plus d'hégémonie unipolaire des États-Unis, ce que l'on peut constater à l'exemple de la montée en puissance de la Chine et des tentatives de plusieurs États, par exemple au Moyen-Orient, de suivre leur propre voie en matière de politique étrangère.

La Russie ne peut pas et ne veut pas suivre la dictature des États-Unis et de l'OTAN, mais continuera à chercher à former un ordre mondial multipolaire plus juste.

Bien entendu, compte tenu des déclarations et des intentions agressives des États-Unis et de l'OTAN, la Russie prend en compte le risque de confrontation militaire et développe des contre-mesures, notamment une stratégie de dissuasion.

Par conséquent, l'un des scénarios pourrait être la mise en œuvre du projet "Crise des Caraïbes-2". Au début des années 1960, le déploiement de missiles nucléaires à Cuba est dû au fait que les États-Unis ont été les premiers à déployer leurs missiles en Turquie.

photo-4_3.jpg

usa-missiles-in-turkey-1962.gif

Naturellement, la propagande occidentale passe ce fait sous silence et ne rappelle que l'initiative soviétique qui menaçait directement le territoire des États-Unis. Nous devons nous préparer à ce que toute opposition russe aux provocations et à l'expansion de l'OTAN soit interprétée de la même manière. Nous sommes habitués à ce que la Russie soit blâmée pour chaque problème.

Les droits appartiennent à et sont là pour tous

Si l'on se réfère aux propos du secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenbreg, selon lesquels il existe "le droit de chaque nation de choisir ses propres mesures de sécurité", il serait merveilleux que la Serbie profite de ce droit et invite les forces armées russes à l'aider à assurer sa propre sécurité (y compris le retour du contrôle du Kosovo-Metohija).

La question est la suivante : les dirigeants serbes, qui sont constamment sous la pression de l'Occident, feront-ils ce pas ? Cela vaut-il la peine de faire à Belgrade une offre qu'elle ne peut refuser ? La question des prix du gaz serait très utile, car les tarifs actuels ne seront en place que quelques mois avant les résultats de leurs prochaines élections en avril.

En outre, la Republika Srpska en Bosnie-Herzégovine a également besoin de l'aide de la Russie après la crise politique qui a débuté l'année dernière : la partie serbe n'a pas reconnu la nomination du Haut Représentant de l'UE en raison d'irrégularités de procédure. La Russie n'a pas non plus reconnu ce représentant.

Il est intéressant de noter que la Croatie s'est très récemment montrée solidaire de la Russie sur un certain nombre de questions, tant en Bosnie-Herzégovine, dans le but de maintenir le statu quo à l'égard de la population croate, qu'en ce qui concerne l'entrée de l'Ukraine dans l'OTAN.

Maintenant, à mon avis, ce ne sont pas les puissances européennes, mais les puissances eurasiennes qui pourraient aider à équilibrer la situation dans les Caraïbes et en Amérique latine dans son ensemble, ce sont donc la Russie et la Chine.

Le deuxième scénario est plus stratégique et à long terme. C'est la formation d'une alliance politico-militaire d'un collectif non-occidental. Idéalement, la Russie, la Chine et l'Iran seraient des acteurs clés. L'adhésion de la Syrie, du Belarus, du Venezuela, du Nicaragua et de Cuba donnerait une dimension latino-américaine et enverrait un signal sérieux aux États-Unis.

Il existe également plusieurs États importants en Afrique qui sont pro-russes, par exemple l'Algérie et l'Égypte. Un engagement plus actif des pays neutres peut produire des résultats à moyen et long terme. Une compréhension claire des besoins des partenaires potentiels et une volonté d'aider à y répondre sont également nécessaires.

En général, une plus grande interaction de tous les pays qui n'acceptent pas la dictature américaine et qui sont soumis à des sanctions ou à un blocus est vitale pour protéger leur souveraineté et une architecture mondiale plus équilibrée.

En outre, toute démarche visant à accroître les contradictions au sein de l'OTAN sera utile. Alors que Bruxelles accusera la Russie de mener une guerre hybride (ce qui est déjà le cas, indépendamment des actions ou omissions de Moscou), je pense qu'il est préférable pour la Russie d'adopter une position active plutôt que de rester les bras croisés.

Il existe de sérieuses frictions entre la Turquie et les membres européens de l'OTAN. Il existe même des conflits territoriaux entre les États-Unis et le Canada. Il est nécessaire de mettre ces contradictions en exergue et de développer des mécanismes pour accroître les différences existant entre les membres de l'alliance occidentale. En général, l'alliance occidentale est un conglomérat artificiel. Il est nécessaire de soutenir les aspirations de l'UE à l'autonomie européenne, une initiative stratégique que la France et l'Allemagne soutiennent tout particulièrement.

Renforcer les alliances existantes et en préconiser de nouvelles

Parallèlement, la Russie doit renforcer les initiatives régionales telles que l'Organisation du traité de sécurité collective et l'Union économique eurasienne.

Dans le cadre de l'OTSC, la puissance militaire doit être accrue, et dans l'Union économique eurasienne, la composante politique doit être renforcée. Dans la région de l'Amérique centrale et du Sud, il y a le renforcement de la CELAC et de l'intégration régionale, excluant l'influence des États-Unis. En effet, l'Union économique eurasienne et la CELAC interagissent. Ce processus doit être renforcé par diverses initiatives multilatérales.

celac-picture.jpg

À la fin du 19e siècle, le révolutionnaire cubain José Martí a parlé de l'importance de l'équilibre entre les forces mondiales dans le contexte de l'indépendance des Antilles vis-à-vis de l'Espagne. Pour un tel équilibre, la présence d'au moins deux puissances européennes dans la région était nécessaire. À l'époque, il voyait en l'Allemagne et l'Angleterre de tels garants qui freineraient également l'expansion des États-Unis dans les Caraïbes.

Maintenant, à mon avis, ce ne sont pas les puissances européennes, mais les puissances eurasiennes qui pourraient aider à équilibrer la situation dans les Caraïbes et en Amérique latine dans son ensemble, et ces puissances eurasiennes sont la Russie et la Chine.

samedi, 19 février 2022

Pour une Europe de l'Atlantique au Pacifique

maxrespemmthodefault.jpg

Pour une Europe de l'Atlantique au Pacifique

Pierre-Emmanuel Thomann

 
Une tribune de Vladimir Poutine, plaidant pour une «Europe de l’Atlantique au Pacifique» a été publiée en 2021 dans le journal Die Zeit, à l’occasion de l’anniversaire de l’offensive allemande contre l’URSS en 1941, il y a 80 ans.
 
Cette tribune démontre que la stratégie géopolitique de la « Grande Eurasie » de la Russie (qui est aussi associée à un pivot vers l’Asie), n’est pas dirigée contre l’Europe, mais offre une réinitialisation des relations entre l’UE et la Russie, pour promouvoir un meilleur équilibre entre la vision euro-atlantiste exclusive d’un grand Occident (sous le slogan d’une « alliance des démocraties » avec les Etats-Unis comme chefs de file) et une « Grande Asie » avec pour centre de gravité la Chine et de son projet des routes de la soie.
 
Vladimir Poutine s'est référé dans sa tribune au général de Gaulle :
« Nous espérions que la fin de la guerre froide serait synonyme de victoire pour l’ensemble de l’Europe. Dans peu de temps, semble-t-il, le rêve de Charles de Gaulle d’un continent uni deviendra une réalité, non pas tant sur le plan géographique, de l’Atlantique à l’Oural, que sur le plan culturel et civilisationnel, de Lisbonne à Vladivostok. »
 
Le général de Gaulle avait promu et anticipé dès les années 60 une Europe de l’Atlantique à l’Oural lorsque la Russie serait sortie du communisme tandis que le chancelier allemand Willy Brandt avait promu l’Ostpolitik pour opérer un rapprochement entre l’Allemagne de l’Ouest et l’URSS et les membres du pacte de Varsovie. L’objectif était de faire baisser les tensions dans le cadre de la guerre froide mais aussi, avec en ligne de mire, l’Allemagne de l’Est pour créer les conditions d’une future réunification.
 

542x840.jpg

L’Ostpolitik a contribué à la chute de l’URSS selon les Allemands. Après la guerre froide, l’Allemagne avait proposé un partenariat économique avec la Russie en 2007 dans le cadre de sa vision d’une « Europe de Lisbonne à Vladivostok ». Plus récemment, Dimitri Medvedev a remis sur la table l’idée d’un traité de sécurité entre l’Europe et la Russie au lendemain de la guerre Russie-Géorgie en 2008 et avait obtenu le soutien (déclamatoire) de Nicolas Sarkozy. Enfin Emmanuel Macron a proposé une nouvelle architecture européenne de sécurité avec la Russie en 2018 .
 
Ces initiatives pour une entente continentale après la guerre froide n’ont pas débouché sur une nouvelle configuration géopolitique européenne, car la vision euro-atlantiste est restée la boussole géopolitique principale des Etats membres de l’OTAN et l’UE. La rivalité géopolitique franco-allemande a aussi empêché de construire une synergie géopolitique franco-allemande. L’Allemagne s’est toujours méfiée jusqu’à présent de la vision du général de Gaulle susceptible de remettre en cause l’ancrage à l’ouest de l’Allemagne et son lien privilégié avec les Etats-Unis. La France s’est aussi inquiétée d’une déplacement du centre de gravité géopolitique européen vers l’Allemagne à l’occasion d’un rapprochement germano-russe.
 
Comment surmonter cet obstacle ? Il y aurait aujourd’hui des avantages géopolitiques tant pour la France que pour l’Allemagne, mais aussi pour leurs partenaires européen à négocier un pivot vers la Russie, afin de ne pas rester enfermés dans la rivalité croissante entre les Etats-Unis et la Chine, mais aussi pour la Russie, d’autant plus que la Russie propose une réinitialisation des relations avec l’Europe de l’Ouest. Un rapprochement franco-russe sur les questions géostratégiques et un rapprochement germano-russe sur les questions économiques, pourraient contribuer à surmonter la fracture en plein cœur de l’Europe avec la Russie. et surmonter la crise ukrainienne, qui est devenue l'otage de la rivalité américano-russe.
 
La réaction de la Russie, qui cherche à desserrer l’étau des crises volontairement provoquées et instrumentalisées par les Etats-Unis et leurs alliées proches de l’OTAN, s’explique aisément par l’angle géopolitique.
 
Les bases de l’OTAN avec des soldats américains et les éléments du bouclier anti-missile sont installées aux frontières de la Russie, tandis que les soldats russes restent cantonnés au territoire de la Russie. Cette asymétrie territoriale est à la base de la perception russe d’encerclement. La position de principe des membres de l’OTAN sur le libre choix des alliances ne contribue en rien à la sécurité européenne, car l’adhésion à l’OTAN, notamment de l’Ukraine et de la Géorgie, servirait précisément à poursuivre le refoulement territorial de la Russie, et parachever son encerclement progressif. Si les Etats-Unis ne veulent pas de traité contraignant sur cette question, c’est bien la preuve qu’ils estiment que cet élargissement pourrait avoir lieu à l’avenir dans des circonstances plus favorables, idéalement après un changement de régime en Russie, par exemple.
 

Black-Sea-copie-FR.png

Pour inciter les membres de l’OTAN et les Etats-Unis à engager des négociations sérieuses et faire émerger une nouvelle architecture de sécurité qui prenne en compte ses intérêts, la Russie a fait des propositions adressées aux Etats-Unis et l’OTAN. La Russie estime qu’elle a été suffisamment patiente, et qu’il était temps de tracer ses lignes rouges face au refus des Etats atlantistes d’engager des négociations substantielles. Ces propositions, l’arrêt de l’élargissement de l’OTAN à l’Ukraine et la Géorgie, mais aussi la limitation des systèmes d’armement en Europe, missiles tactiques et stratégiques sont des propositions de bon sens et correspondent aux intérêts de la France, pour un meilleur équilibre géopolitique européen et mondial. Il s’agit aussi de stopper la dérive qui consiste à faire du projet européen incarné par une Union européenne atlantiste, un instrument contre la Russie sans projet géopolitique propre, d’autant plus que la Russie ne menace pas les Européens. La vraie menace, c'est le djihadisme dans l'arc de crise au sud de l'Europe, qui nécessite la coopération de la Russie.
 
La configuration géopolitique actuelle, si l'on regarde une carte géopolitique démontre la pression que les Etats-Unis et leurs alliés proches de l’OTAN exercent sur la Russie. Cela fait plusieurs décennies, depuis la disparition de l’URSS que les Etats-Unis et l’OTAN cherchent à repousser la Russie dans ses terres continentales avec l’élargissement continu de l’OTAN, et la poursuite de l’encerclement de l’Eurasie (front européen contre la Russie et front Indo-Pacifique contre la Chine), enjeu géopolitique principal pour atteindre les objectifs suivants : afin de maintenir la suprématie des Etats-Unis dans le monde comme chefs de file d’un grand Occident, il s’agit de diminuer le rôle de la Russie et fragmenter l’Europe et l’Eurasie pour torpiller un rapprochement continental.
 
En effet, même si la Chine émerge comme l’adversaire majeur des Etats-Unis, la Russie reste une cible car elle persiste à promouvoir un monde multipolaire et justifie la suprématie des Etats-Unis en Europe. Un arc d’instabilité, avec le concours des Etats fronts et pivots qui servent de base arrière pour la conflictualité hybride (ingérence, soutien aux révolutions de couleur, guerre de communication, installation de bases militaires et livraisons d’armements…) est maintenu au frontières de la Russie d’où les crises en Ukraine, en Géorgie, en Biélorussie et dans le Caucase avec le soutien de la Turquie et jusque sur le territoire russe avec l’affaire Navalny. Les évènements au Kazakhstan en Asie centrale n’ont pas pu être instrumentalisés par les gouvernements atlantistes grâce à l’intervention rapide de l’OTSC.
 
Ni les Etats-Unis, ni les Etats-membres de l’OTAN ne souhaitent de conflit frontal avec la Russie à propos de l’Ukraine, qui n’est pas membre de l’OTAN. De plus, la Russie aurait non seulement une position géographique avantageuse lors d’un tel conflit, mais possède aussi des systèmes d’armes, dont l’arme nucléaire, qui la rend invulnérable sur son territoire et ses approches. Les Etats membres de l’OTAN sont aussi divisés et la France et l’Allemagne, au delà des déclarations d’allégeance à l’OTAN ne sont absolument pas prêtes à s’engager à un conflit avec la Russie. C’est donc la conflictualité indirecte qui est privilégiée, avec l’Ukraine comme proxy, la guerre de communication et les menaces de sanctions économiques et financières.
 
Cette situation ne correspond pas aux intérêts géopolitiques des Européens, qui ont besoin d'une stabilité continentale.
 

TSI-and-Germany-geopolitical-objectives.ppm.png

Sans construire leur propre stratégie géopolitique de manière indépendante des Etats-Unis, les Européens ne pourront pas peser dans le monde et ne seront pas perçus comme des partenaires fiables pour la Russie, qui considère avec raison qu'ils sont alignés sur les priorités géopolitiques des Etats-Unis. L'Union européenne se considérait jusqu'à présent comme complémentaire de l'OTAN et cette doctrine est obsolète.
 
La priorité est aujourd’hui d’éviter une rivalité territoriale dans l’espace géopolitique entre la Russie et l’Union européenne. Au lieu de se focaliser exclusivement sur l’idéologie multilatéraliste, la doctrine du principe de l’équilibre des pouvoirs est plus susceptible d’instaurer la confiance entre les États membres de l’UE et la Russie afin de réaliser des projets communs et d’identifier des normes et des valeurs communes. Les Européens devraient construire leur stratégie d'équilibre à partie de leur propre géographie, c'est à dire un meilleur équilibre entre l'espace euro-atlantique, l'espace eurasien, l'espace eurafricain et espace euro-arctique.
 
Résoudre la tension avec la Russie n’est pas envisageable par des actions au cas par cas, mais par une démarche d’ensemble visant à offrir une place adéquate à la Russie dans le projet européen, à l’inverse du projet euro-atlantiste qui vise à élargir l’Union européenne et l’OTAN à tous les ex-États de l’URSS sauf la Russie et orienter l’Europe de manière exclusive vers les États-Unis.
 
Cette réforme nécessaire de l'Union européenne, se baserait sur le modèle de l’Europe des nations, Il s’agirait d’atteindre un meilleur équilibre géopolitique dans le monde, au niveau pan-européen, mais aussi entre la France et l’Allemagne au sein d’un nouveau noyau franco-germano-russe.
 
A l'occasion de la crise à propos de, la question ukrainienne il y a une occasion formidable à saisir pour reprendre les négociations avec la Russie à propos d’une nouvelle architecture de sécurité européenne, un enjeu essentiel pour les intérêts des européens, dans le prolongement de la vision gaulliste d’une Europe continentale.
 
L’Allemagne et la France et leurs partenaires européens sauront-ils saisir à l'avenir le sens de l'histoire ?

vendredi, 18 février 2022

Alexandre Douguine: le destin de l'État ukrainien

original-800x520.jpg

Le destin de l'État ukrainien

Alexander Douguine

Source: https://www.geopolitica.ru/article/sudba-ukrainskoy-gosudarstvennosti

Dans ce flot de nouvelles, particulièrement brûlant en Occident, qui concerne l'Ukraine - le retrait des citoyens américains et européens de son territoire, ainsi que les informations divulguées aux médias selon lesquelles Kiev déplace en toute hâte l'infrastructure des institutions gouvernementales et des postes de commandement vers l'ouest du pays - il est difficile de parler et de penser à autre chose.

Donc, une invasion.

N'envisageons pas à l'avance la possibilité que nous nous soyons préparés de manière délibérée et cohérente. Pourquoi maintenant ? Pourquoi pas en 2014, alors que la situation était beaucoup plus favorable ? Mettons donc tout de suite cette hypothèse de côté. Le Kremlin n'accepte pas une solution de force - même à une situation qui ne nous convient pas du tout.

Il ne reste donc qu'une chose : l'Occident veut vraiment une invasion et fait tout pour qu'elle ait lieu.

Qu'est-ce que les États-Unis en retirent ? Séparation de la Russie de l'Europe, et consolidation du bloc de l'OTAN qui autrement s'effondrerait sous nos yeux, et prétexte pour faire tomber toutes les sanctions possibles sur la Russie, jusqu'à provoquer la révolte de l'élite russe contre Poutine si leurs biens spoliés sont simultanément et instantanément réquisitionnés à l'étranger (comme ils le pensent). Pas un mauvais plan, d'ailleurs. Pour eux. Car il est rationnel.

Et si la Russie ne veut pas envahir, on peut la forcer à le faire. La solution est très simple: lancer une opération punitive des forces armées ukrainiennes dans le Donbass. Presque toutes les forces prêtes au combat et même les forces non prêtes au combat y sont désormais déployées. Et si la Russie ne fait pas d'escalade, même dans ce cas, alors nous pourrons prendre le Donbass, dit l'Occident, et passer ensuite à la reconquête de la Crimée. Et puis ce sera le retour à la case départ, avec le même objectif. Et la Russie décidera presque certainement d'agir dans une situation critique. Elle n'attend même pas l'assaut potentiel contre la Crimée.

Ainsi, si nous supposons que Washington, ou plutôt l'actuelle direction mondialiste des États-Unis (Biden & Co.) et les faucons britanniques, qui la soutiennent moralement, avides de hardcore géopolitique et laissés pour compte après le Brexit, sont derrière toute cette histoire, alors, lorsque l'on s'aperçoit de tout cela, tout devient plus ou moins logique.

1000px-Map_of_Ukraine_with_regions_flags.png

Bien sûr, l'OTAN ne se battra pas directement pour l'Ukraine. Ainsi, ceux qui craignent l'apocalypse nucléaire s'inquiètent pour rien. Ce en quoi l'Occident tente de nous entraîner à tout prix n'est pas la troisième guerre mondiale au sens plein du terme, mais c'est tout de même une guerre - une guerre de moyenne intensité. Nous n'avons pas le choix : nous devons nous battre ou ne pas nous battre. L'Occident a les moyens de faire en sorte qu'il nous soit impossible de ne pas nous battre. Hélas, c'est exactement ce qui se passe. Après les événements de 2014, la réunification avec la Crimée et la libération du Donbass, Washington pourrait déclencher à tout moment une réaction en chaîne irréversible menant à la guerre. La pause, qui est advenue avant l'avènement de Biden, a beaucoup à voir avec Trump, qui n'était pas particulièrement porté sur la géopolitique et se concentrait d'abord sur les questions intérieures. De plus, son nationalisme américain - de type paléo-conservateur - permettait la multipolarité. Et sa confrontation avec les mondialistes (avec le marécage même qu'il n'a jamais asséché) a poussé sa politique étrangère dans un sens très différent de celui des mondialistes. D'où les accusations de sympathie pour la Russie qui lui ont été adressées. Il n'avait aucune sympathie particulière pour la Russie. Mais il avait une antipathie sincère envers les mondialistes. Et c'était suffisant. Dès que le parti mondialiste des "faucons" libéraux et des néocons, avec Biden, est revenu à la Maison Blanche, la géopolitique atlantiste est revenue avec elle. Il ne s'agissait donc plus que d'une question de technologie pour activer la mine ukrainienne. Ils auraient pu le faire à tout moment. Et ils ont décidé que c'était le moment opportun.

Pour l'instant, l'impression est que l'invasion, planifiée par Washington, est sur le point de commencer. Contre notre volonté. Mais nous ne pourrons pas ne pas répondre aux actions punitives actives dans le Donbass, si elles commencent. En fait, cela ne dépend pas de Moscou. Kiev, bien sûr, cherche à gagner du temps. Qui veut perdre le pays ou au moins le noyer dans le sang ? Et l'OTAN ne va sauver personne. Seulement inciter à la guerre pour faire couler le plus de sang slave possible. Mais Washington insiste sur son agenda. D'où le refus apparent de prendre au sérieux les demandes de la Russie à l'OTAN et la démarche scandaleuse de l'Anglaise Elizabeth Truss concernant Rostov et Voronej. C'est non seulement un signe d'incompétence totale, mais aussi d'indifférence aux réalités du monde russe, y compris l'Ukraine, que les mondialistes ressentent réellement. Ils ne se soucient pas de ces noms slaves difficiles à prononcer. Ils vivent déjà dans le paradigme de l'invasion et agissent comme si elle avait eu lieu. C'est là le cours habituel de la guerre hybride : ce qui doit encore se produire est décrit comme ayant déjà eu lieu.

Officiellement, Moscou dira jusqu'au dernier mot : "Non à la guerre !" - et c'est la bonne chose à faire. Mais si cela ne tenait qu'à nous, ce comportement serait le facteur déterminant. Mais imaginons que l'Occident amène la situation au point de non-retour et qu'une invasion forcée ait néanmoins lieu.

Les tabloïds occidentaux sont déjà pleins de scénarios sur la façon dont cela va se passer et comment cela va tourner. Les images sont parfois très réalistes, parfois outrageusement délirantes. Mais presque partout apparaissent la prise de contrôle réussie de l'Ukraine orientale et de Kiev par les Russes et la construction d'une nouvelle ligne de défense pour la résistance russophobe dans l'ouest de l'Ukraine. Et là, vers cette tête de pont de secours, qui est maintenant - probablement - déjà en train d'être mise en place, un accès direct pour l'OTAN dans le cadre d'une situation extrêmement réaliste est tout à fait imaginable. Lviv pourrait devenir la capitale temporaire de ce que l'Occident reconnaît comme "l'Ukraine". Et une activité militaro-terroriste à grande échelle serait déployée à partir de là.

Cela ne vous rappelle rien ? N'était-ce pas le même scénario de la lutte pour le trône de Kiev entre Vladimir et les princes de Galicie-Volhynie ? Et Kiev elle-même a changé de mains jusqu'à perdre son importance, passant de statut de grande capitale à celui d'une ville de province de troisième ordre. Comme nous le savons, les deux parties presque égales du monde russe ont pris des chemins séparés. La Russie de Vladimir, et plus tard de Moscou, est devenue un puissant empire mondial. Les Russes des territoires occidentaux se sont avérés être une sous-classe méprisée dans l'Europe orientale catholique. Voici le prix de la couronne envoyée par le pape, le fier prince Daniel de Galicie... L'Occident fait toujours la même chose : il promet d'aider et de sauver, puis abandonne cyniquement. Nous le voyons avec la chute de Tsargrad ou dans le destin de Saakashvili.

Et c'est ici que l'inattendu commence. Il est d'usage de penser que le parti russe et la géopolitique eurasienne se fixent des objectifs extrêmement ambitieux et étendent au maximum - certes de manière spéculative, mais tout en politique (et pas seulement en politique) commence par une idée - les frontières de la Russie-Eurasie, du monde russe. Et avec raison. Mais en ce qui concerne l'Ukraine occidentale, cela vaut la peine d'émettre une réserve. Le profil ethno-sociologique, historique et psychologique de ces régions - à l'exception des Ruthéniens de Podkarpattia (d'Ukraine subcarpathique) et d'un certain nombre de groupes orthodoxes en Volhynie - est tel qu'elles ne se prêtent pas à une intégration dans l'Eurasie. Les habitants de l'Ukraine occidentale, qui ont été rendus à l'État unifié par Staline, n'ont jamais accepté l'Empire. Ils sont la force motrice de la russophobie ukrainienne extrême, qui risque de mettre fin à cet État défaillant en fin de compte.

imaukges.jpg

D'ailleurs, c'est là que l'Occident veut prendre pied. Et cela vaut la peine d'envisager de lui permettre de le faire (en libérant, bien sûr, les Ruthéniens et ceux qui veulent eux-mêmes être de notre côté). Sinon, même si nous parvenons à établir un contrôle sur l'ensemble de l'Ukraine (ce que les atlantistes nous imposent de manière provocante), ces régions occidentales ne se réconcilieront jamais avec nous et trouveront toujours le moyen de saper de l'intérieur tout gouvernement neutre et équilibré de la future Ukraine ou de l'entité politique qui émergera à sa place. Et les institutions politiques du pays, dans leur état actuel, sont si compliquées et alambiquées que les laisser telles quelles dans l'espoir que la loyauté des forces intégrationnistes sera indéfectible, serait bien imprudent. Enfin, si nous pouvons être provoqués à l'invasion, nous ne serons certainement pas provoqués à la terreur contre un peuple véritablement frère, part de notre propre peuple. Nous devrons donc faire face à cette rétivité inflexible de la Galicie-Volhynie indéfiniment. Même Staline n'a pas réussi à les réhabiliter, et il ne lésinait par sur les moyens.

Il convient donc de réfléchir : ne devrions-nous pas les laisser à eux-mêmes ? Et ne devrions-nous pas relancer l'État ukrainien - et en même temps le nôtre, car un véritable renouveau slave est nécessaire - à nouveau ? La Zapadenshchina peut rester "Ukraine" (que nous ne reconnaissons évidemment pas) ou être rebaptisée "Banderastan". Mais l'opportunité s'ouvre de construire quelque chose de nouveau à partir d'une partie saine de ce pays.

Note : La Crimée a disparu de ce pays, le Donbass a disparu. Mais fragmenter, morceau par morceau, ce qui n'a aucune chance historique d'avoir lieu est en quelque sorte indigne et à courte vue. Sauvons tout le monde à la fois, mais seulement ceux qui sont prêts pour cela, ou du moins qui permettent une telle tournure des événements. Les régions occidentales ne le permettront pas, elles ne sont pas prêtes et ne seront pas davantage prêtes pour la réunification.

Parfois, le fait de dépasser les frontières du "grand espace" est synonyme d'effondrement. Il ne faut prendre que ce qui peut être assimilé et défendu de manière fiable. Soit dit en passant, Staline l'a très bien compris en ce qui concerne l'Europe, en concevant des versions chaque fois différente de sa "finlandisation", c'est-à-dire de sa "neutralisation". Même l'Europe de l'Est n'a pas pu être nôtre jusqu'au bout. Et il était extrêmement dangereux de la forcer contre sa volonté.

Ce n'est rien d'autre que de la spéculation géopolitique. Je n'ai aucune information confidentielle et je n'appelle personne à quoi que ce soit. Seulement l'analyse. Et au cours de cette analyse, j'en arrive à la conclusion qu'en cas d'invasion - et seulement dans ce cas ! - la question des territoires occidentaux de ce qui est aujourd'hui l'Ukraine doit être traitée avec la plus grande délicatesse et prudence. Construire un empire - et, plus difficile encore, faire revivre un empire perdu - est le plus haut des arts, et non un processus linéaire ou monotone.

L'aube d'une nouvelle Amérique latine : protestante et pro-américaine

20180501T1118-818-CNS-LATIN-AMERICA-RELIGION-EVANGELICALS.jpg

L'aube d'une nouvelle Amérique latine: protestante et pro-américaine

Emanuel Pietrobon

Ex: https://it.insideover.com/politica/l-alba-di-una-nuova-latinoamerica-protestante-e-filoamericana.html

L'Amérique latine est le lieu où a éclaté la guerre mondiale des croix, c'est-à-dire la dure confrontation géoreligieuse entre l'Internationale protestante de Washington et l'Église catholique. C'est aussi le théâtre où, compte tenu des transformations vastes et radicales qui se sont produites au cours des dernières décennies à la suite de ce conflit, il est possible de comprendre ce qui se passe en pratique, au niveau de la politique étrangère, lorsqu'une société change de forme, ou plutôt se convertit à une nouvelle foi.

Un pouvoir qui ne peut être ignoré

Du Brésil à l'Argentine, en passant par le Mexique et le Chili, sans oublier les cas souvent oubliés du Venezuela et de Cuba, l'histoire récente nous enseigne que lorsqu'il s'agit de protestantisation hétérogène impulsée par la Maison Blanche, le scénario est toujours le même : il commence par un pêcheur d'hommes évangélisant les incroyants et les catholiques désabusés au sein d'une méga-église, et se termine par un président-messie à la tête d'un parlement. C'est ce que rappellent les cas de Jair Bolsonaro, qui est entré au Palácio do Planalto avec l'aide de l'Église universelle du Royaume de Dieu d'Edir Macedo, ou de Jimmy Morales et Alejandro Giammattei, élus à la présidence du Guatemala avec le soutien du télévangéliste Cash Luna.

511LM+ZicSL.jpg

8578964.jpg

Les chrétiens protestants évangéliques d'Amérique latine constituent depuis longtemps une force perturbatrice dont les intérêts ne peuvent être ignorés, puisqu'ils représentent un cinquième de la population totale du sous-continent et qu'ils se développent progressivement mais sûrement de Mexico à Buenos Aires. L'influence culturelle et la capacité à déplacer les votes de cette masse énergique, écrasante comme un tsunami, sont telles que même les partis et mouvements politiques traditionnellement proches de l'Église catholique, comme le Parti des travailleurs du Brésil, ne peuvent plus ne pas écouter ce qu'elle a à dire. Parce qu'ignorer les besoins, les désirs et les intérêts des nouveaux protestants aujourd'hui équivaut à déclarer son propre suicide politique, surtout dans des pays comme le Brésil, où ils représentent un tiers de la population totale, ou le Guatemala, où pour chaque paroisse catholique, il y a quatre-vingt-seize églises évangéliques.

Bibles, dollars et beaucoup de messianisme

Peu importe que le président soit évangélique, ou que le parlement soit religieusement multiforme, car ce qui compte, c'est la manière dont le pouvoir a été obtenu. Et si le pouvoir a été obtenu grâce à la mobilisation des églises protestantes, dont les fidèles votent de manière compacte, se déplaçant et se comportant comme un monolithe - à la différence des catholiques sécularisés et déboussolés -, l'histoire récente enseigne et (dé)montre que le retour de la faveur implique l'adoption de certaines orientations politiques tant à l'intérieur qu'à l'extérieur.

Sur le plan interne, c'est-à-dire celui des affaires culturelles, sociales et économiques de la nation, l'électorat protestant est habitué à demander, ou plutôt à exiger, des législateurs une grande variété de réformes dans les secteurs les plus divers. Dans le domaine de l'éducation, par exemple, ils demandent l'expulsion de l'idéologie du genre des écoles publiques et parfois l'introduction de l'enseignement du créationnisme. Dans le secteur économique, des voix s'élèvent pour réclamer moins d'État-providence et plus de libéralisme. Et dans le domaine de la sécurité publique, des appels sont lancés en faveur de la tolérance zéro, de la militarisation, de l'aggravation des peines et même du rétablissement de la peine de mort.

1200px-Countries_by_percentage_of_Protestants_(2010).svg.png

c1mo2q2zrrr21.png

Deux cartes révélatrices: en haut, la mappemonde montre clairement l'importance du facteur protestant en Amérique latine; en bas, la carte du continent sud-américain montre le recul du catholicisme.

L'ingérence des groupes d'intérêts protestants n'est pas moins incisive (et envahissante) dans les affaires étrangères, où, en effet, le parti au pouvoir ou le président en exercice peut être soumis à des pressions égales ou supérieures à celles reçues dans la formulation des politiques intérieures. La raison pour laquelle les Églises protestantes aspirent à monopoliser l'élaboration de l'agenda étranger du parti et/ou de la personne pour lesquels elles votent est simple : elles sont un instrumentum regni des États-Unis, le complément spirituel de leurs plans hégémoniques pour l'Amérique latine, d'où le désir de transformer les semailles en récoltes le plus rapidement possible.

Aux ordres de Washington

Alors qu'au niveau national, ils exigent la loi et l'ordre, le conservatisme social - c'est-à-dire la défense des valeurs dites traditionnelles - et le libéralisme - confiant dans le potentiel émancipateur de la théologie de la prospérité -, lorsqu'il s'agit des relations internationales, ils exigent que les décideurs s'orientent sur la voie tracée par la poussière coruscante de la comète américaine. Concrètement, un gouvernement sous l'influence d'un lobby évangélique a tendance à épouser la rhétorique du choc des civilisations, à approfondir les relations avec Israël, à dégrader les liens avec l'Iran - une puissance insoupçonnée aux multiples ramifications dans le sous-continent - et à lutter contre tout ce qui est latino-américain, du communisme cubain à l'ancienne au chavisme vénézuélien plus récent.

L'histoire récente offre une multitude d'exemples de la manière dont un exécutif latino-américain façonné par le protestantisme made in USA opère au niveau régional et international :
    
- Deux des quatre pays qui reconnaissent Jérusalem comme la capitale unique et indivisible d'Israël et y ont ouvert leur ambassade sont sud-américains : le Guatemala, qui a été le deuxième pays au monde à suivre l'administration Trump en 2018, et le Honduras, qui l'a inauguré en 2021.
    
- L'Amérique latine est la troisième région géopolitique du globe, après l'Europe et l'Arabosphère, en termes de nombre de nations adhérant au front anti-Hezbollah. Ces dernières années, parallèlement à l'influence politique croissante des églises évangéliques, l'Argentine, la Colombie, le Guatemala, le Honduras et le Paraguay ont inclus l'entité politico-militaire libanaise dans la liste des organisations terroristes. Dans un avenir proche, le Brésil, qui a entamé le même processus sous la présidence de Bolsonaro, pourrait également être ajouté.

Le remplacement de l'arabisme populaire par le sionisme n'est pas le seul miracle dont a été capable la droite évangélique latino-américaine. En plus de persuader les électeurs fidèles de remplacer la cause palestinienne par la cause israélienne, mettant ainsi fin à une tradition diplomatique de plusieurs décennies ancrée dans la solidarité avec le tiers-monde, les télévangélistes et les politiciens ont simultanément concentré leurs ressources et leur attention sur l'endiguement de la gauche sous toutes ses formes - modérée, progressiste et révolutionnaire -, sur sa lutte contre les gauches à l'intérieur et à l'extérieur de ses frontières - allant jusqu'à soutenir des changements de régime - et sur l'offre d'une plateforme idéologique malveillante pour les adeptes des gauches - soit la fameuse plateforme de la "théologie de la prospérité".

100819-25-History-Christian-Religion-Fundamental-1024x671.jpg

Ce qui se passe aujourd'hui en Amérique latine, au XXIe siècle, est la preuve lapidaire et irréfutable que Theodore Roosevelt avait raison et était clairvoyant lorsqu'il identifiait, en 1912, la catholicité de l'arrière-cour "monroeïste" des États-Unis comme le principal obstacle à son incorporation dans l'américanosphère. Ce problème a été surmonté en investissant dans une campagne de prosélytisme macroscopique et clairvoyante, qui a rendu possible la satellisation de puissances clés comme le Brésil, pivot du cône sud, et l'entrée en terrain hostile comme en Bolivie, à Cuba et au Venezuela.

Écrire et parler de la Réforme à la sauce latino-américaine est plus qu'important, c'est indispensable, car ce n'est pas seulement pour expulser l'Église catholique, l'Iran et le communisme que les protestants 2.0 sont et seront nécessaires. Plus dévoués à George Washington qu'à Simon Bolivar, plus américains que latins, les nouveaux chrétiens du sous-continent pourraient être appelés à jouer un rôle de premier plan dans la guerre froide entre l'Ouest et l'Est, c'est-à-dire dans la confrontation avec la Russie et la République populaire de Chine. Et l'appel pourrait venir très bientôt, notamment parce que ce que le pape François a surnommé la troisième guerre mondiale en morceaux s'étend progressivement de l'Eurafrique et de l'Indo-Pacifique à l'imperméable continent-forteresse qu'est l'Amérique, comme l'indiquent les récentes actions chinoises au Nicaragua, pays pivot, et l'insurrection de fin d'année en Martinique, en Guadeloupe et à la Barbade.

jeudi, 17 février 2022

Le grand jeu de l'énergie : l'accord Xi-Poutine qui effraie l'Europe

180608171122-01-xi-jinping-vladimir-putin-june.jpg

Le grand jeu de l'énergie : l'accord Xi-Poutine qui effraie l'Europe

Federico Giuliani

Source: https://it.insideover.com/energia/il-grande-gioco-dellenergia-laccordo-xi-putin-che-spaventa-leuropa.html

Si le renforcement des liens politiques sino-russes est un avertissement pour les États-Unis et l'OTAN, les accords économiques consolidés lors de la dernière rencontre entre Xi Jinping et Vladimir Poutine sont un message direct à l'Europe. L'UE doit maintenant faire ses propres calculs, notamment en termes d'avantages et d'inconvénients énergétiques, et choisir à quelle croisade elle se joindra. Est-ce celle prêchée à Washington, qui continue à diaboliser Moscou en alimentant l'hypothèse d'une invasion russe en Ukraine ? Ou, au contraire, choisira-t-elle la croisade entreprise par le véritable nouvel ordre mondial, réuni en grande pompe dans les tribunes du stade national de Pékin, théâtre des Jeux d'hiver de 2022 en Chine ? Il y aurait aussi une troisième voie : utiliser le pragmatisme pour éviter, comme nous le verrons, de se retrouver dans des sables mouvants.

Il va sans dire que l'Union européenne, entendue comme une institution supranationale, n'a pas la moindre intention de trahir ses valeurs libérales, démocratiques et atlantistes; mais il est tout aussi vrai qu'épouser de trop près le combat de Joe Biden - une question qui semble, à la rigueur, ne concerner que les États-Unis - pourrait conduire à une aggravation de la tempête énergétique qui se prépare depuis quelques semaines. Oui, car l'Europe est dépendante des importations de gaz naturel russe, lequel hydrocarbure est fondamental pour l'approvisionnement en énergie et donc pour répondre aux besoins quotidiens de la population, notamment pour cuisiner et chauffer les maisons.

Il va sans dire qu'en cas d'une hypothétique implication militaire en Ukraine contre la Russie ou d'un renforcement des sanctions, le Vieux Continent se trouverait exposé à de probables représailles économiques de la part de Moscou. À ce moment-là, Poutine aurait tout le pouvoir de fermer les robinets des gazoducs russes vers l'Europe pour acheminer le précieux combustible vers la Chine, où la soif d'énergie est grande. Entre-temps, les Jeux olympiques d'hiver ont sanctionné un nouveau rapprochement tous azimuts entre la Chine et la Russie, qui "s'opposent à un nouvel élargissement de l'OTAN et appellent l'Alliance de l'Atlantique Nord à abandonner ses attitudes idéologiques de la guerre froide" et à "respecter la souveraineté, la sécurité et les intérêts des autres pays".

gaz-russe.jpg

Le gaz russe en Europe

Il est inutile de faire comme si de rien n'était : l'Union européenne est largement dépendante du gaz naturel russe. Les données les plus récentes d'Eurostat, qui remontent à 2019, ont montré que l'UE importait 41,1 % de son gaz de Moscou. Ensuite, bien sûr, la situation varie d'un pays à l'autre, avec des gouvernements à la merci des humeurs du Kremlin et d'autres capables, du moins en partie, de s'extraire d'une dépendance pesante. Selon les données du ministère de la Transition écologique, en 2020, l'Italie importerait 41,1 % de son gaz naturel de Russie, 22,8 % d'Algérie et environ 10 % de Norvège et du Qatar. Pas besoin de calculatrice pour comprendre qu'en cas de coupures russes, Rome perdrait une bonne moitié de ses importations de gaz, avec des effets indésirables sur toute la chaîne économique et des répercussions sur la vie quotidienne des citoyens.

Mais il y a même ceux qui pourraient se retrouver sans gaz : c'est le cas de la Macédoine du Nord, de la Moldavie et de la Bosnie, dont les importations de gaz proviennent à 100% de la Russie, de la Finlande (94%), de la Lituanie (93%), de la Serbie (89%) et de l'Estonie (79%) ; l'Allemagne est "exposée" à 49%, tandis que l'Autriche et la France le sont respectivement à 64% et 24%. En bref, si le scénario ukrainien devait s'aggraver - on pense à une guerre ou à une augmentation des sanctions russes lancées par Bruxelles - il n'est pas exclu que Moscou vende tout son gaz à la Chine. Ainsi, au milieu des États-Unis et de la Russie, deux ports de fer, l'Europe risque de se retrouver comme un pauvre pot de terre et de payer les conséquences les plus coûteuses d'une éventuelle augmentation des tensions internationales.

Pétrole et gaz : les derniers accords entre la Chine et la Russie

La Chine et la Russie ont montré qu'elles étaient sérieuses. Entre-temps, les deux pays, comme le rappelle Reuters, ont signé des accords pétroliers et gaziers d'une valeur de 117,5 milliards de dollars (une part appelée à augmenter, probablement dans un jeu à somme nulle avec l'Europe), ainsi qu'un échange total en 2021 de 146,8 milliards de dollars (contre 107,8 milliards en 2020 et 65,2 en 2015). En ce qui concerne le pétrole, le géant russe Rosneft, dirigé par Igor Sechin, a signé un accord avec la société chinoise CNPC pour fournir 100 millions de tonnes d'or noir via le Kazakhstan d'ici les dix prochaines années, prolongeant ainsi un accord existant. Valeur de l'opération : les Russes ont parlé de 80 milliards de dollars.

8260244f838ebec0209f38025342b413.jpg

Cela nous amène au deuxième accord, celui qui concerne le gaz. Le géant russe Gazprom s'est engagé à fournir aux Chinois de CNPC 10 milliards de mètres cubes de gaz par an via une route située dans l'Extrême-Orient russe, prévoyant de porter les exportations de gaz vers la Chine à 48 milliards de mètres cubes par an (mais on ne sait pas quand ; selon les plans précédents, la Russie devait fournir à la Chine 38 milliards de mètres cubes d'ici 2025). De ce point de vue, il est intéressant de s'attarder sur l'"itinéraire" cité par Moscou. De telles déclarations pourraient en fait impliquer la décision de construire un second pipeline dédié aux besoins de Pékin, capable d'accompagner le gazoduc Power of Siberia déjà existant. Rappelons que la Russie envoie déjà du gaz à la Chine via ce gazoduc dit Power of Siberia susmentionnée, qui a commencé à pomper des fournitures de gaz naturel liquéfié en 2019, et qui, pour la seule année 2021, a exporté 16,5 milliards de mètres cubes de gaz et de gaz liquide au-delà de la Grande Muraille. Si l'on considère que le prix moyen de 1000 mètres cubes de gaz est d'environ 150 dollars, le dernier pacte signé entre Poutine et Xi - à long terme, pour une durée de 25 ans - pourrait valoir environ 37,5 milliards de dollars.

À cet égard, il est important d'apporter quelques précisions. Tout d'abord, le réseau Power of Siberia n'est actuellement pas relié aux gazoducs qui acheminent le gaz vers l'Europe. Toutefois, il n'est pas exclu que le second gazoduc vanté par le Kremlin puise dans la péninsule de Yamal, le même gisement d'où provient une grande partie du gaz destiné au marché européen. D'autres rumeurs affirment que le nouvel accord avec Pékin concerne le gaz russe de l'île de Sakhaline, dans le Pacifique, qui sera transporté par gazoduc à travers la mer du Japon jusqu'à la province de Heilongjiang, dans le nord-est de la Chine, pour atteindre jusqu'à 10 milliards de mètres cubes par an vers 2026. Ensuite, et c'est peut-être le plus important, dans le face-à-face avec l'UE, Poutine a envoyé un message fort et clair. La construction éventuelle d'une nouvelle ligne destinée à l'Est indiquerait les nouveaux plans de Moscou. De plus en plus orientée vers l'Asie et de moins en moins vers l'Occident.

Alexandre Douguine : "Je pense que nous n'avons pas longtemps à attendre - certains pour le dernier cauchemar, d'autres pour une grande joie"

new_horizons_international_conference_21.jpg

Alexandre Douguine : "Je pense que nous n'avons pas longtemps à attendre - certains pour le dernier cauchemar, d'autres pour une grande joie"

Alexander Douguine

Source: https://www.geopolitica.ru/article/aleksandr-dugin-ya-dumayu-nedolgo-ostalos-zhdat-komu-poslednego-koshmara-komu-bolshoy

Aujourd'hui, le philosophe Alexandre Douguine répond aux questions de Vos Nouvelles. Nous avons non seulement discuté des événements mondiaux les plus importants de ce début d'année 2022 et des perspectives du monde russe, mais nous avons également appris pourquoi le Kazakhstan ne doit pas quitter son orbite eurasienne et qui est le principal ennemi de la Russie.

"VN" : - Alexandre Golubevitch, en tant qu'idéologue de l'eurasisme, comment jugez-vous les événements survenus depuis le début de l'année au Kazakhstan ? 

- Je pense que ce qui s'est passé au Kazakhstan relève d'un processus assez compliqué. C'est le résultat du retour en arrière de Nazarbayev a effectué par rapport à sa position eurasienne initiale. Il s'est alors empêtré dans un jeu douteux avec les élites locales, il a fait une démarche totalement non-eurasienne - en direction et au bénéfice d'entreprises et de tendances culturelles ou politiques britanniques et occidentales. Cela a eu des conséquences désastreuses, car l'Occident a renforcé son influence au Kazakhstan et, par conséquent, l'eurasisme y a été comprimé et presque oublié. Et un processus catastrophique a commencé. Cependant, il faut savoir que cela est bien naturel!

Lorsque la situation a atteint le niveau d'une révolution colorée, la Russie, avec les forces de l'OTSC, est venue à l'aide et a contribué à stabiliser la situation. Mais l'aide n'était plus accordée à Nazarbayev et à ses clans corrompus, désormais davantage intégrés à un modèle occidental, mais à Tokayev en tant que président par intérim, qui avait fait preuve d'une loyauté suffisante (bien que relative en dernière analyse) envers la Russie et les obligations alliées. Si nous n'étions pas venus à la rescousse, des processus similaires au Maidan ou au soulèvement contre Lukashenko en Biélorussie auraient commencé au Kazakhstan, mais avec un style asiatique - décapitations, islam radical, brutalité injustifiée, etc.

La situation est sortie de la phase aiguë maintenant. Mais je ne pense pas que nous en soyons vraiment satisfaits maintenant. Pour ramener le Kazakhstan sur une orbite eurasienne, vous devez d'abord faire de gros efforts. Deuxièmement, reconnaître pleinement l'importance et le caractère fondamental de l'eurasisme, sa priorité en tant que repère politique et impératif pour l'intégration du grand espace post-soviétique - impérial. C'est-à-dire que nous, les Russes, devons d'abord devenir nous-mêmes des Eurasiens à part entière. Ensuite, nous pouvons appeler les autres à faire de même. Tout va dans ce sens, je pense. La situation évolue plus dans ce sens que dans tout autre. Mais parfois, elle est trop lente, incertaine et contradictoire.

Je pense que, grâce à ces événements, l'attention a été attirée sur le Kazakhstan, alors que nous avions complètement oublié l'existence de ce grand et fort pays, très important pour nous. 

https _static.nieuwsblad.be_Assets_Images_Upload_2022_01_06_ee6816c9-0cde-4034-9cf1-6e12e41df6c8.jpg

"VN : - Les autres États membres de la CEI et de l'OTSC ont-ils tiré des conclusions pour eux-mêmes ? Quel sera le comportement futur de l'Arménie, qui a démontré de manière décisive son adhésion aux principes de l'OTSC ? Comment se comporteront l'Ouzbékistan et le Turkménistan ?

- Je pense qu'ils ont conclu que la Russie n'a pas fui sa responsabilité dans le destin des régimes post-soviétiques. Que la Russie est déterminée à ne pas permettre les révolutions de couleur dans l'espace post-soviétique. L'escalade actuelle des relations avec l'Occident est liée à cela. La Russie dit : "Non, je ne vous permettrai pas de faire ce que vous voulez sur le territoire post-soviétique. Ni au Kazakhstan ni ailleurs non plus". Je pense que tout le monde a compris cela - les pays de la CEI et l'Occident. Par conséquent, les membres de l'OTSC ont décidé de démontrer leur fidélité aux principes de l'OTSC, aux normes d'unité stratégique et d'assistance mutuelle, en s'appuyant sur l'exemple du Kazakhstan. Cet exemple est très juste et très pertinent. 

Mais il manque encore quelque chose pour que l'intégration eurasienne passe à la phase à part entière. Et cela ne se fera pas simplement par des mots ou la signature de traités d'amitié. Nous parlons d'un geste beaucoup plus sérieux. Nous sommes au seuil de ce geste. Le geste auquel je pense serait une percée décisive vers le rétablissement de l'Eurasie en tant que pôle indépendant de la politique mondiale, en tant que centre de pouvoir ayant un contrôle total sur tout ce qui relève de sa zone de responsabilité.

Le sort de l'ensemble de l'espace eurasien dépendra de la manière dont sera résolue la situation critique en Ukraine et dans le Donbass, qui s'est maintenant amplifiée. Dans la situation au Kazakhstan, la Russie a agi correctement et bien, et il est remarquable qu'elle ait été soutenue par les pays de l'OTSC. Mais ce n'est pas l'essentiel. L'essentiel est de savoir comment le problème ukrainien, qui est à l'ordre du jour de manière beaucoup plus aiguë, sera résolu. 

"VN" : - Passons à l'Ukraine. Quel est le prix réel que les dirigeants russes sont prêts à payer pour la Novorossiya ?

- C'est une question à laquelle je n'ai pas de réponse. Parce qu'en 2014, j'étais profondément convaincu que la Russie pouvait réaliser la mise en œuvre du projet Novorossiya, la libération de ce territoire, à un prix relativement faible. Au moins, la question de la libération de l'Ukraine orientale aurait été résolue par des moyens beaucoup plus simples, avec un plus grand degré de légitimité et à un coût moindre qu'aujourd'hui. J'étais alors simplement étonné que lorsque tout était prêt pour la prochaine étape logique, nous nous sommes arrêtés. Cela me semblait illogique. Je n'ai pas du tout compris l'histoire du "plan astucieux" que l'on avait soi-disant mis en oeuvre. Sept années sont passées et n'ont en rien clarifié la situation. Et dans l'escalade d'aujourd'hui, il n'y a toujours pas de réponse à la question de savoir quel était le "plan astucieux". 

Pour dire les choses simplement, il n'y avait pas de "plan astucieux". Nous avons hésité, nous nous sommes arrêtés et nous avons manqué notre chance. Cela me paraît évident. Et puisque nous n'avons pas fait ce que nous aurions définitivement dû faire alors, en 2014, dans des conditions initiales plus favorables, je ne peux même pas imaginer maintenant ce à quoi nous avons affaire dans cette nouvelle escalade. Si l'Occident nous provoque et fait croire que nous sommes prêts à passer à une action décisive afin de nous intimider. Pour que nous acceptions docilement l'éventuelle opération terroriste de Kiev dans le Donbass. 

Soit nous avons décidé de corriger ce défaut de 2014 dans de nouvelles conditions. Ce qui s'est passé en 2014 était une erreur, et peut-être même une trahison. Après 2014, d'ailleurs, j'ai été écarté des chaînes centrales en raison de ma position. Mais j'y adhère toujours : nous n'aurions jamais dû nous arrêter, nous aurions dû poursuivre la libération de la Novorossia.

xarkov14.jpg

Kharkiv, avril 2014.

Et nous nous sommes arrêtés et, par conséquent, nous n'avons absolument rien réalisé pendant tout ce temps. Seule l'armée ennemie est devenue plus forte physiquement, politiquement et moralement. Et l'influence du bloc de l'OTAN en Ukraine, qui nous est hostile, s'est multipliée. Exactement tout ce qui n'aurait pas dû se produire s'est produit.

La situation ne s'est pas améliorée en sept ans. Et je pense que l'issue de la crise actuelle est tout simplement imprévisible. Aucun des deux camps, que ce soit à l'extérieur ou à l'intérieur, ne dit, même de loin, ce qu'il en est réellement. Je pense que c'est même, en un sens, un secret d'État - comment les choses sont réellement.

Il y a des questions auxquelles on ne peut tout simplement pas répondre. Ce qui se passe actuellement avec l'Ukraine par rapport à la Russie et à l'Occident - personne ne peut le savoir ou le comprendre de manière fiable. Parce qu'il s'agit d'une situation tellement complexe et critique à tous égards qui défie toute explication logique simple. Elle peut se terminer par rien, ou par une affirmation retentissante "nous avons gagné" grâce au "plan astucieux n°2". Mais cela pourrait aussi déclencher quelque chose de grave. Cela pourrait même être très grave dès maintenant. Car en 2014, contre toute attente, nous avons fait le mauvais choix. Mais que se passe-t-il si nous faisons la bonne chose maintenant ? Ce serait merveilleux. Mais il est déjà impossible d'influencer le cours des choses, il est également impossible de le comprendre. Il y a un élément d'excentricité fantastique dans les décisions de nos dirigeants qui, parfois, agissent de manière absolument correcte, se comportent brillamment, comme par une fantaisie suprême - dans les limites de toutes les lois historiques et géopolitiques.

Et parfois, certains obstacles insurmontables et incompréhensibles surgissent de rien. L'art du déguisement, qui prospère dans notre gouvernement, est de fait l'art du déguisement, afin que personne ne sache si nous allons sacrifier quelque chose ou non, si nous sommes prêts à faire quelque chose ou non, si nous avons de la détermination ou non. 

Je pense que nous n'avons pas longtemps à attendre - pour certains, ce sera le dernier cauchemar, pour d'autres une grande joie. Cela dépend de qui veut le définir. 

"VN : - Notre principal ennemi est la "civilisation de la mer", comme vous l'avez dit à plusieurs reprises. Mais dans la situation avec le Kazakhstan, il est devenu clair que la Chine et la Turquie sont les premiers à relever la tête. La Turquie est également active en Ukraine. De qui attendons-nous plus de danger ? Dans une perspective historique, quel est le degré de dangerosité de la Chine, de la Turquie et de l'idée du pan-turquisme ?

- Ceux qui ont lu mes livres, qui connaissent la géopolitique, doivent très bien comprendre qu'il existe une hiérarchie des menaces. Aujourd'hui - comme toujours, cependant ! - la principale menace vient de l'Occident atlantiste, qui - et surtout avec le nouveau leadership de l'ultra-mondialiste Biden et de ses faucons libéraux - continue de défendre un monde unipolaire angoissé car son hégémonie s'effrite. C'est la "civilisation de la mer". Elle est la principale cause des problèmes dans l'espace post-soviétique. C'est notre principal ennemi - existentiel. C'est soit nous, soit lui. Jeu à somme nulle.

last-war-of-the-world-island-1.jpg

Et donc, lorsque cet ennemi principal - un ennemi fort, déterminé et puissant, rusé, sournois et intelligent - est présent et actif, certains s'amusent à le comparer à certaines menaces secondaires, en nous demandant de choisir laquelle est la plus dangereuse dans telle ou telle situation difficile - ces gens sont d'ores et déjà suspects. La géopolitique en tant que discipline affirme "Civilisation de la terre contre Civilisation de la mer". Les civilisations de la Terre, c'est nous. La civilisation de la mer, c'est l'Occident. S'ils avancent activement (et ils avancent activement !), alors il n'y a qu'un seul ennemi. Et tous les autres sont de possibles alliés, amis ou forces neutres. Et surtout, c'est ainsi que les stratèges occidentaux qui prennent les décisions voient la carte du monde. Ils sont atlantistes - et tout à fait consciemment. Dans l'élite libérale américaine et occidentale en général, l'Atlantisme a été encouragé dès l'enfance. 

D'aucuns essaient constamment, que ce soit par ignorance ou parce qu'ils appartiennent à l'agence d'influence atlantiste, de rejeter cette logique simple et d'ignorer la géopolitique et ses lois. Et c'est le pire qui puisse arriver. Ici, il ne devrait y avoir aucun doute pour le patriote russe, de savoir et de désigner qui est notre véritable, principal et fondamental ennemi : c'est l'Occident ! 

Et au Kazakhstan, et en Ukraine, et dans l'espace post-soviétique, et en Europe, et partout ailleurs - c'est l'Occident qui est notre adversaire absolu. Dès que l'on en doute, on devient suspect et on fait le jeu de la "civilisation de la mer". Il n'est pas nécessaire d'être comme eux. Il faut connaître la géopolitique et réussir avec un solide A. Si vous êtes un patriote russe, vous dites : "Notre ennemi est l'Occident", "Score, cinq." Et puis tout le reste - la Turquie, la Chine et ainsi de suite. C'est la loi, deux fois deux font quatre, et ce n'est pas seulement mon opinion personnelle. Il y a des gens qui ont terminé la première année et d'autres qui ont été virés dès la première année. Quiconque pense que nous avons d'autres ennemis comparables à l'Occident est tout simplement incompétent sur le plan professionnel. Soit il s'agit d'une supercherie malveillante et d'un travail effectué grâce à des subventions étrangères. 

Notre ennemi est l'OTAN, les États-Unis, la "civilisation de la mer", le monde anglo-saxon. Surtout lorsque, suivant sa stratégie mondialiste, elle avance et le fait à nos dépens. S'ils s'écroulaient, on pourrait encore penser - ne faut-il pas les épargner. Mais lorsqu'ils encerclent la Russie de tous les côtés, en procédant comme l'anaconda constricteur, et lorsqu'ils augmentent la pression à tous les niveaux (dans l'esprit de la doctrine de la domination à spectre complet), il ne peut y avoir aucun doute. 

Quant à la Chine, elle est notre principal appui pour affronter l'Occident, elle est notre allié le plus important aujourd'hui. Au Kazakhstan, les Chinois se sont comportés en parfaite harmonie avec nous. Et en coordination stratégique. L'alliance stratégique russo-chinoise est désormais un gage pour un monde multipolaire.

Blank-PRO-3-20 opener.jpg

Il me semble que les choses ne sont pas aussi dogmatiques ici qu'en Occident. Parce que la Chine est différente, multidimensionnelle. Elle a la possibilité de choisir une identité - soit la Terre ou la Mer. Mais aujourd'hui, c'est notre ami. L'Occident est notre ennemi tant qu'il est la mer, mais il a déjà fait ce choix il y a des siècles. Et la Chine est notre amie - notre amie aujourd'hui - sous Xi Jinping et son vecteur géopolitique et idéologique actuel. 

Quant à la Turquie, dans le monde bipolaire, elle faisait partie de la stratégie occidentale, elle suivait les ordres occidentaux, y compris les tentatives de renforcer son influence en Eurasie. Cependant, ces dix dernières années, Erdogan s'est de plus en plus soustrait à l'influence occidentale. 

Avec la Turquie, ce n'est pas la même chose qu'avec la Chine, c'est plus compliqué. Ankara cherche tous les moyens de renforcer sa souveraineté. Principalement aux dépens de l'Occident, mais aussi aux dépens des autres à l'occasion. En tout cas, la politique d'Erdogan n'est pas synonyme de politique américaine. Il y a une divergence croissante entre Ankara et l'OTAN. Et il est important pour nous, dans une telle situation, de garantir au moins la neutralité de la Turquie - surtout à la veille du geste fondamental que nous avons mentionné (si, en fait, nous nous préparons à en faire un).

D'ailleurs, sur la question de l'Azerbaïdjan, nous étions du même côté. Nous avons soutenu l'intégrité territoriale de l'Azerbaïdjan. Et ceci est également important. Nous ne sommes pas ennemis des Turcs. Je ne pense pas qu'ils fournissent une force sérieuse en Ukraine, et ils peuvent difficilement jouer un rôle important dans les négociations. Ils mènent une politique active en tant que puissance régionale souveraine. Vous ne pouvez pas leur reprocher cela.

Et je pense qu'ils ne seront certainement pas sans équivoque du côté de Kiev au cas où le conflit passerait à une phase aiguë. Ils prendront - au pire - une position neutre ou une certaine position de leur côté. Cela ne veut pas dire que nous devons l'applaudir, mais ce n'est pas une vraie querelle. La vraie querelle est celle qui nous oppose à Washington. C'est ce qui doit être détruit - Carthago delenda est.

Source originelle: https://vnnews.ru/aleksandr-dugin-ya-dumayu-nedolgo-osta/

mardi, 15 février 2022

Dislocations politiques et révolutions systémiques

ech21644022-1.jpg

Dislocations politiques et révolutions

 

systémiques

 

La Russie, la Triade et l'onde de choc

 

de la crise ukrainienne

 

Irnerio Seminatore

 

Source: https://www.ieri.be/fr/publications/wp/2022/janvier/dislo...

 

TABLE DES MATIÈRES

AVERTISSEMENT

L'HÉGÉMONIE ET LA PUISSANCE GLOBALE

LA PUISSANCE GLOBALE ET SES ATTRIBUTS. LE LINKAGE, LA DIPLOMATIE TOTALE, L’ « ALLIANCE GLOBALE » ET LA « GUERRE HORS LIMITE »

STABILITÉ ET CRITIQUES DE L'HÉGÉMONIE

ASYMÉTRIE ET INCERTITUDES STRATÉGIQUES

DEREGULATION ET PRECARITE STRATEGIQUE DU SYSTÈME INTER-ETATIQUE

L’ERE DE L’ASYMETRIE

LES STRATÉGIES DES « COMBINAISONS CROISÉES »

STABILITE ET INSTABILITE DE L’ORDRE HEGEMONIQUE

HÉGÉMONIE ET EMPIRE

THEORIES DES CYCLES HEGEMONIQUES

STRAUSZ-HUPE ET LES REVOLUTIONS SYSTÉMIQUES

SECURITE ET SOUVERAINETE

 L’UKRAINE, LA MER NOIRE ET LE THEATRE BALTIQUE

LA RUSSIE ET SES CONCEPTIONS POLITIQUES DE POLITIQUE ETRANGERE. LA RUSSIE EST ELLE A L’OFFENSIVE ?  

L’HYPOTHESE D’INVASION DE L’UKRAINE ET L’ONDE DE CHOC PREVISIBLE                     
           

AVERTISSEMENT

Ce texte est divisé en deux parties, dont la première, à caractère académique, fait référence à l’Hégémonie et à ses interprétations et figure sur le site www.ieri.be

La deuxième partie, à orientation stratégique, s’insère dans le débat sur la sécurité européenne et sur les événements de dislocation politique en Europe de l’Ouest.

DEUXIEME PARTIE

SECURITE ET SOUVERAINETE

La grande majorité des analystes expriment  la conviction que le système international actuel opère une transition vers une alternative hégémonique et ils identifient les facteurs de ce changement, porteur de guerres  de haute intensité, dans une série de besoins insatisfaits et principalement dans l’exigence de sécurité, repérable dans les conflits gelés et dans les zones d’influence disputées (en Europe, dans les pays baltes, en Biélorussie et en Ukraine et, en Asie centrale, au Kazakhstan , au  Kirghizistan, Afghanistan et autres points parsemés). L’énumération de ces besoins va de l’instabilité politique interne  et de ses problèmes  irrésolus, mais sujets à l’intervention de puissances extérieures, à  l’usure des systèmes politiques démocratiques, gangrenés en Eurasie, par l’inefficacité ou par la corruption et, en Afrique, par le sous-développement, l’absence d’infrastructures modernes, la santé publique et une démographie sans contrôle. Cependant le trait prédominant et grave demeure l’absence, au niveau du système, d’un leadership mondial établi, capable d’imposer et de faire respecter les règles créées par lui-même.

Or, sans la capacité d’imposer la stabilité et de s’engager pour la défendre et sans pouvoir compter sur la relation symbiotique entre l’hégémonie déclinante (USA) et l’hégémonie montante (Chine), comme ce fut le cas entre la Grande Bretagne et les Etats-Unis,  l'Hégémon ne peut exercer une prépondérance de pouvoir, par la diplomatie, l’économie, la coercition, ou la persuasion, que s’il ne garde pas  une suprématie inégalée, dans au moins un aspect essentiel du pouvoir international (armée, organisation militaire, avancées technologiques, ou autres).

The+order+dissolves+into+a+period+of+weak+organization.jpg

modelskis_model.png

Fiche didactique sur le modèle de Modelski (en anglais): https://www.e-education.psu.edu/geog128/node/646

Or, selon le modèle de Modelski, les guerres majeures relèvent essentiellement de décisions systémiques. Elles doivent tenir compte de l’échiquier mondial, de la constellation diplomatique et du jeu des alliances, mais aussi de l’intensité et de la durée d’un engagement militaire éventuel ; en particulier  de mauvais calculs et des pulsions irréfléchies et revanchardes de certains acteurs (Kiev -Donbass).

Un signe d’affaiblissement de la puissance hégémonique est constitué en outre par la considération, réelle ou symbolique, que l’acteur dominant n’est plus bénéfique ou déterminant pour les grandes puissances ainsi que pour la communauté internationale. La manifestation la plus évidente de ce retournement du poids international de l’Hégémon, repose sur le rabaissement diplomatique, la perte de rang et l’exclusion des négociations diplomatiques de ses alliés les plus proches (Union Européenne). C’est le signe d’une régionalisation contre-productive de la sécurité et de la distinction entre théâtres d’action futurs.

L’UKRAINE, LA MER NOIRE ET LE THEATRE BALTIQUE

Alors qu’aux frontières de l’Ukraine, une guerre de haute intensité ne peut être exclue et que les politiques extérieures de deux des puissances de la Triade (les Etats-Unis et la Russie) testent leurs volontés et déterminations réciproques en Europe centrale et orientale, la géopolitique de cette zone, apparait divisée, aux yeux de la Russie en deux théâtres, la Mer Noire et la Mer Baltique et comporte deux stratégies différenciées.

Dans la Mer Noire, depuis la guerre de 2008 entre la Russie et la Géorgie, puis à partir de 2014, avec le retour de la Crimée dans le giron de la mère-patrie, s’exerce une prédominance militaire russe, contrastée par les agissements militaires de la Turquie, gardienne des détroits du Bosphore et des Dardanelles selon la Convention de Montreux (1935). Moscou y montre une préoccupation légitime, face aux tentatives de l’Otan de prendre de l’ascendant dans son flanc Sud, en menaçant directement le cœur de la Russie et en brisant la continuité stratégique avec la Syrie, la Méditerranée, le Proche et Moyen-Orient et le Golfe.

Dans la deuxième en revanche, depuis 2010, l’hypothèse d’une projection des forces russes vers le théâtre de la Baltique (Estonie, Lettonie et Lituanie, auxquelles il faut joindre récemment la Finlande et la Suède), est l’un des scénarios d’affrontement prévisibles, selon le documentaire de la chaine britannique BBC, Word War Three. Inside the War Room. L’impact psycho-politique de cette hypothèse, prenant en considération le caractère indéfendable de ces pays par l’Otan et par l’Occident, a eu pour but d’influencer la politique régionale de l’Hégémon, sollicité à intervenir. Par la mise en œuvre d’une dissuasion par le déni, les pays baltes sont ainsi parvenus à influencer les orientations de l’Allemagne et des Etats-Unis, dans la conception de contre-mesures, politiques, économiques et énergétiques (blocage de Nord Stream 2), ainsi que le durcissement de la position de la Pologne.

A l’échelle globale, la surextension impériale de l’Hégémon, disposant de bases militaires dans plus de cinquante-cinq pays, produit d’elle-même des stress stratégiques et s’approche de plusieurs points de rupture.

Par ailleurs la vulnérabilité des pays de la Baltique, mise en exergue par un rapport de la Rand Corporation de 2016, a influencé le renforcement stratégique de la part de Moscou à Kaliningrad, dans la conception de sa défense du flanc occidental. L’extension des tensions et des intérêts en conflit entre la Russie, l’Otan et l’Europe occidentale, dans l’élargissement du cadre d’action de l’alliance atlantique et son rapprochement à Moscou, justifie la question capitale suivante : la Russie est-elle à l’offensive ? La réaction russe à ce rapprochement progressif de la menace est indéniablement liée, dans la pensée et dans les perceptions stratégiques russes au système de défense anti-missiles et engendre inquiétude et exacerbation pour la volte-face américaine consécutive à la dissolution de pacte de Varsovie.  

Interreg_V-B_Baltic_Sea_Region_Programme_area_2014-2020.png

Ces sentiments remontent aux promesses liées à l’effondrement de l’Union Soviétique et à la disparition illusoire de la notion d’ennemi. La réponse à cette question pose par ailleurs l’exigence d’un recours à des explications d’ordre historique et culturel, car, à l’opposé de la géopolitique occidentale, s’exprimant en termes de souveraineté juridique et abstraite, la géopolitique russe se conçoit en termes de rapports de forces et de zones d’influence. Autrement dit, dans le sens classique du réalisme politique. Les intérêts de sécurité de la Fédération russe vont jusqu’à la revendication de droits historiques (Crimée, étranger proche). Sur la base de cette clé de lecture, on ne sera pas surpris de la demande par Moscou, d’un engagement écrit pour une reconnaissance de ses droits. Ceux-ci sauraient interprétés comme une satisfaction de prestige pour la place de la Russie dans les affaires mondiales. Ainsi le déplacement de l’accent diplomatique sur un accord de principe justifierait paradoxalement les évidences de l’histoire et de la géographie, par l’abstraction formelle du droit, autrement dit sur le contraire d’une ligne politique traditionnelle, appuyée sur le réalisme, la méthode coercitive et l’image de la puissance.

L’HYPOTHESE D’UNE INVASION DE L’UKRAINE ET L’ONDE DE CHOC PREVISIBLE

Or, la puissance réelle et la balance mondiale du pouvoir renvoient au système international et au troisième pilier de la triade, l’Empire du milieu.

La montée en puissance de ce dernier apparait renforcée par l’offensive politico-diplomatique de l’Hégémon en Europe et provoque un rapprochement de la Russie et de la Chine. Le renforcement des liens entre la Russie et les pays d’Asie centrale est ainsi le corrélat continental de la stratégie océanique de l’Hégémon dans l’Indo-Pacifique, par la stipulation d’une alliance tripartite (AUKUS), entre les Etats-Unis, le Royaume Uni et l’Australie, en fonction antichinoise. Ce Traité actualise la politique du containment de la guerre froide, celle des puissances de la mer contre les forces militaires de la masse continentale, solidaires du même enjeu.

Ainsi, la modification régionale des conditions de sécurité en Europe, en apparence irréversible, sera le détonateur d’une onde de choc, qui transformera la configuration politique du continent et la balance mondiale, modifiant la hiérarchie de pouvoir au sein de la Triade et plus en général la multipolarité planétaire. L’instabilité du système internationale en sera affectée et convergera avec force dans la révolution systémique de l’âge moderne, décrite par Strausz-Hupé.

Bucarest le 27 janvier 2022

 

Alexander Dugin : Alors que les libéraux échouent, un nouveau monde dirigé par la Russie et la Chine a émergé

TABAEO4XQ5ATTNPBZE5SJMITEU.jpg

Alexander Dugin : Alors que les libéraux échouent, un nouveau monde dirigé par la Russie et la Chine émerge

亚历山大·杜金:自由主义者功败垂成,中俄引领的新世界已经出现了

Source : http://www.4pt.su/zh-hant/content/ya-li-shan-da-du-jin-zi-you-zhu-yi-zhe-gong-bai-chui-cheng-zhong-e-yin-ling-de-xin-shi-jie?fbclid=IwAR0yqNA0ZiutSxwwrO-dTLuUfIGHOgYboYcnO1ghUGKHWZPpHOAWMyiSrn4

La crise actuelle des relations de la Russie avec l'Occident n'a rien à voir avec le gaz, le pétrole, l'énergie ou l'économie en général. Les tentatives d'expliquer la politique en termes de théorie des "prix", comme le fait Daniel Yergin, sont futiles et superficielles. (Note : Daniel Yergin est un auteur américain qui a écrit un livre sur la relation entre le pétrole et le pouvoir et la richesse intitulé The Prize (= "Le Prix"). Nous avons affaire à des processus civilisationnels et géopolitiques dans lesquels les questions économiques et énergétiques sont secondaires, ce sont simplement des outils à emprunter.

71aL30AIHQL.jpg

D'un point de vue civilisationnel, tout est question d'idéologie, surtout sous l'administration démocrate de Biden. L'administration américaine actuelle est composée de mondialistes extrémistes, de néoconservateurs et de faucons libéraux. Ils observent que le monde unipolaire, l'idéologie libérale mondiale et l'hégémonie occidentale sont en train de s'effondrer, et ils sont prêts à tout - même à déclencher une troisième guerre mondiale - pour empêcher que cela ne se produise.

Les mondialistes ont de nombreux ennemis - l'islam, le populisme (y compris Trump), le conservatisme, l'islam politisé, etc. Mais seules deux puissances ont un réel potentiel pour défier cette hégémonie - la Russie et la Chine. La Russie est une puissance militaire, tandis que la Chine est une puissance économique.

Cela laisse de la place pour des manœuvres géopolitiques. Pour Biden, il était important de couper la Russie d'une Europe qui voulait son indépendance. Le problème de l'Ukraine est donc apparu et la crise du Donbass s'est aggravée. La Russie et Poutine ont été diabolisés et accusés de vouloir envahir un pays voisin. Bien que l'invasion n'ait pas vraiment eu lieu, Washington a agi comme si c'était le cas.

Il s'en est suivi des sanctions et même la possibilité de mesures militaires préventives dans la région du Donbass. Puisque tous les Occidentaux croient que la Russie va envahir le pays, toute action militaire des Ukrainiens dans le Donbass, soutenue par l'OTAN, sera considérée comme une "légitime défense". Dans le même temps, on estime également qu'une campagne médiatique contre la Russie empêchera toute réponse appropriée de la part de Moscou. Le conflit sur le gaz et Nord Stream 2 n'est qu'un outil technique pour une guerre de classement.

ba26753_794034011-pns-5719959.jpg

La situation est la même pour la Chine. Biden a déjà créé une coalition anti-chinoise avec l'accord AUKUS des pays anglo-saxons (Australie, Royaume-Uni) et le mécanisme QUAD des pays asiatiques (Japon, Inde). La pierre d'achoppement préparée pour la Chine cette fois-ci est Taïwan (comme l'Ukraine l'est pour la Russie). L'objectif ultime est de saper et d'empêcher l'"expansion économique" de la Chine qui y procède par le biais de l'initiative Belt and Road.

L'alliance entre la Russie et la Chine, combinée aux tentatives de la Russie de faire revivre la "Grande Profondeur" en associant l'initiative "Grande Eurasie" à l'initiative Belt and Road (comme annoncé par les dirigeants russes et chinois il y a quelques années). Une nouvelle "Grande Profondeur" signifierait la fin irréversible de l'hégémonie occidentale. La récente rencontre entre Vladimir Poutine et Xi Jinping montre sans aucun doute que le projet de "Grande Eurasie" est sérieux et poursuivi avec détermination. En conséquence, l'ultra-libéral et mondialiste Soros a lancé une attaque féroce contre la Chine.

0_9471e_c5a34360_orig.jpg

Tout ceci est un cas classique de géopolitique, répétant le projet atlantiste qui va de Mackinder à Brzezinski, c'est-à-dire qu'il y a un duel entre la puissance maritime (libéraux, mondialistes) et la puissance terrestre (Eurasie).

Dans le même temps, la Russie et la Chine pourraient accueillir dans leur giron d'autres Etats prétendants participer à l'émergence d'un monde multipolaire.

- l'Amérique latine (comme l'a souligné le président argentin Albert Fernandez lors de sa visite à Moscou, et comme l'évoquera certainement le président brésilien Bolsonaro lors de sa visite en Russie).

- le monde islamique (qui rêve de se libérer du contrôle occidental - avec l'Iran, la Turquie et le Pakistan à l'avant-garde), et

- l'Afrique (où la Russie et la Chine ont commencé à purger les régimes fantoches mis en place et consolidés jusqu'ici par les Français),

- et, enfin, le continent européen lui-même (qui est de plus en plus fatigué de subir l'atlantisme et rêve de devenir lui-même un pôle - bien que l'élite libérale atlantiste soit toujours au pouvoir en France, en Allemagne, en Italie et en Espagne, ces idées sont de plus en plus populaires dans ces pays).

Seuls l'Inde (en raison de ses conflits avec la Chine et le Pakistan), le Japon (toujours sous le contrôle étroit des États-Unis) et certains États fantoches mondialistes restent du côté des perdants de toute évidence. C'est devenu une véritable honte d'être du côté des perdants.

make_soros_greta_again__nem.jpg

Cela affecte également l'idéologie. Tous ceux qui s'opposent à l'hégémonie américaine et se désintéressent des tentatives de sauvetage du monde unipolaire par Biden (dans l'esprit de la "Ligue des démocraties") commencent également à prendre leurs distances avec les dogmes libéraux - surtout lorsqu'ils apparaissent sous leur forme actuelle, dégoûtante et pathologique (la légalisation de l'homosexualité, de la bisexualité, du transsexualisme, du mariage homosexuel et d'autres perversions, voire l'application totalitaire radicale de ces lois ; et l'autonomisation de l'intelligence artificielle conduisant à l'émergence des menaces très réelles que la promotion agressive du "post-humanisme" par les grandes entreprises technologiques a engendrées).

1370018291-D2a.jpg

Si l'on ajoute à cela l'échec des politiques de prévention des épidémies, les vaccinations douteuses (dont l'épidémie Omicron a prouvé la totale inefficacité), les confinements irrationnels et mal organisés dans les villes, les nouvelles obligations de porter sur soi un passeport sanitaire et quasi biométrique selon les modèles totalitaires des dystopies, le tout assorti d'un système de surveillance totale, il est clair que l'effondrement du libéralisme est plus imminent que jamais. Le succès du groupe rebelle canadien des "Freedom Trucks", qui a forcé le mondialiste libéral Justin Trudeau à aller se cacher, et la popularité des candidats anti-Macron en France (de Zemmour et Marine Le Pen à Mélenchon, qui sont tous du côté anti-libéral et anti-OTAN) ne sont que quelques-uns des symptômes du processus de mondialisation. Ce ne sont là que quelques-uns des symptômes du processus de mondialisation qui annonce la fin de l'hégémonie atlantique.

Tensions à la frontière russo-ukrainienne

La Russie est maintenant confrontée directement à l'atlantisme, et la Russie devrait donc:

- opposer le globalisme à la multipolarité dans la perspective de la géopolitique eurasienne.

- s'opposer au libéralisme en poussant en avant des valeurs civilisationnelles traditionnelles, véritables alternatives constructives ; refuser les dérives LGBT et affirmer l'excellence et la préséance de la famille traditionnelle (inscrite dans la constitution) ; refuser l'individualisme méthodologique du néolibéralisme et affirmer l'État porteur d'une identité historique, etc.

La Chine soutient généralement cette approche tout comme Moscou. Pékin s'oppose également au mondialisme et à l'hégémonie occidentale, tout en défendant les valeurs traditionnelles chinoises.

60132699_101.jpg

Ces points de vue ont été clairement exprimés par Poutine et Xi Jinping lors de leur dernière rencontre.

- Moscou et Pékin entendent s'opposer à toute tentative de violation de leur souveraineté (et combattre jusqu'au bout l'hégémonie et le mondialisme).

- La Chine et la Russie ont pris en compte le fait que Biden veut créer un bloc anti-chinois et activer les mécanismes de l'OTAN en Europe de l'Est, et ont l'intention de s'opposer (ensemble) à ces actions.

- Les dirigeants des deux pays ont fait allusion au bioterrorisme américain (une menace connue sous le nom de "biologie militaire américaine"), ce qui signifie en fait que les deux pays pensent que c'est l'Occident (les États-Unis et le Royaume-Uni) qui a déclenché la pandémie du nouveau coronavirus.

- Pékin soutient Moscou en Europe orientale, Moscou soutient Pékin dans l'océan Indien et le Pacifique, et Poutine a explicitement déclaré que "Taïwan est aux Chinois".

- Les deux pays condamnent l'"Union des démocraties" (l'alliance visant à maintenir l'unipolarité) et s'engagent à préserver l'ordre mondial multipolaire (ce qui doit être interprété comme une déclaration visant à préserver le système de Yalta et l'ONU).

Le bloc eurasien russo-chinois a pris forme. Tous les autres pays doivent choisir - quel côté prendre.

- Se placer du côté de l'hégémonie américaine agressive et devenue complètement folle.

- ou travailler avec le groupe des pays visant l'avènement d'une réelle multipolarité (dont la Russie, la Chine, l'Iran, le Pakistan, le Belarus, la Corée du Nord, le Venezuela, Cuba, le Nicaragua, la Syrie, le Mali, la République centrafricaine, le Burkina Faso, la Guinée, et, pas encore totalement rejoints, la Turquie, l'Argentine et le Brésil) qui s'opposent aux États-Unis afin de préserver leur souveraineté nationale et leur identité culturelle.

L'avenir est définitivement multipolaire et le bloc eurasien doit donc l'emporter. Après l'effondrement de l'Union soviétique, le dernier effort pour construire un empire mondial a échoué parce que les libéraux n'ont pas été capables de consolider et de conserver leur succès, et un nouveau monde a émergé.

Cet article est une exclusivité de l'Observer. Le contenu de cet article est purement l'opinion personnelle de l'auteur et ne représente pas les vues de la plateforme. Suivez l'Observateur sur WeChat guanchacn pour lire quotidiennement des articles intéressants.

Hola

lundi, 14 février 2022

Nord Stream 2 : la guerre économique américaine contre l'Allemagne

nordsteam2.jpg

Stefan Schubert

Nord Stream 2 : la guerre économique américaine contre l'Allemagne

Source: https://kopp-report.de/nord-stream-2-der-amerikanische-wirtschaftskrieg-gegen-deutschland/

Quand on a de tels amis, on n'a plus besoin d'ennemis : outre la Commission européenne, l'administration américaine en particulier se permet audace sur audace. Alors que les Etats-Unis continuent d'acheter des millions de tonnes de pétrole brut directement à la Russie, Joe Biden se présente dans le bureau ovale devant la presse mondiale réunie et annonce qu'une escalade dans la crise ukrainienne signifierait la fin du gazoduc germano-russe Nord Stream 2. Le chancelier allemand se tient à côté comme un écolier bien sage et reste silencieux.

joe-biden-olaf-scholz-germany-ukraine-06-sh-llr-220207_1644286078481_hpMain_16x9_1600.jpg

L'Allemagne a un besoin urgent de livraisons de gaz en provenance de la Russie, riche en matières premières. Juste maintenant, alors que le gouvernement de gauche exécute l'œuvre néfaste de Merkel et impose par étapes de plus en plus drastiques le soi-disant tournant énergétique sans se soucier des conséquences. Le célèbre Wall Street Journal a publié dès 2019 un article sur la politique énergétique allemande au titre évocateur : World's Dumbest Energy Policy ("La politique énergétique la plus stupide du monde").

Oubliez toutes les justifications des sanctions demandées contre la Russie, les droits de l'homme, le droit international et les élucubrations habituellement citées. Lors de l'invasion des Américains en Afghanistan, en Irak et en Syrie, ces mêmes voix sont d'ailleurs restées muettes.

Il s'agit tout simplement pour les Américains d'imposer leurs propres intérêts économiques. Cela n'a rien de répréhensible en soi, c'est pour cela qu'un gouvernement a été élu. Cela ne devient dangereux que lorsque cette politique d'intérêts rigoureuse se heurte à un pays absolument sans défense, dont le gouvernement n'a rien, mais absolument rien à apporter au bien-être et à l'utilité de son propre pays, à part des phrases creuses et des attitudes ineptes. Une Allemagne complètement molle qui ne dispose pas d'une politique étrangère indépendante depuis des décennies.

Au lieu de placer les intérêts du pays et de son propre peuple au premier plan de chaque effort entrepris et de chaque crise subie, le gouvernement fédéral allemand s'est lui-même rabaissé au rang de simple exécutant des ordres de Washington, de l'UE et de l'ONU.

La seule puissance mondiale - l'agenda américain

 L'audace avec laquelle les Américains agissent pour imposer leur agenda de politique étrangère a de quoi faire rougir de colère. La première puissance mondiale américaine s'attaque avec acharnement non seulement à ses concurrents et ennemis géopolitiques, mais aussi à ses "plus proches alliés" comme l'Allemagne. En matière d'espionnage économique, les services secrets américains n'ont rien à envier à leur homologue chinois. Outre les brevets et les secrets d'entreprise de plusieurs milliards de dollars, aucun secret d'entreprise n'est à l'abri des écoutes omnipotentes de la NSA. Cela inclut également des documents hautement confidentiels de l'UE, des décisions de conférence et le téléphone portable professionnel d'Angela Merkel, comme l'a appris la naïve classe politique berlinoise.

Les élites américaines se trouvent dans un état de guerre froide permanent avec le monde entier. Il s'agit avant tout de protéger les intérêts militaires et économiques américains, et en même temps de nuire à tout concurrent. La Russie, riche en matières premières, avait déjà été désignée par le président américain Ronald Reagan comme un "Evil Empire", un empire du mal. Cette position de principe n'a pas changé en 2022. Dans leur naïveté sans limite, les hommes politiques de notre pays considèrent pourtant l'Allemagne comme un partenaire équivalent aux Etats-Unis. Pourtant, la politique américaine considère la puissance économique allemande et son économie d'exportation avant tout comme des rivaux. De plus, ce pays situé au cœur de l'Europe se prête parfaitement au déploiement de troupes et sert de zone de déploiement pour le Proche-Orient et en direction de l'Europe de l'Est. Et pour finir, on essaie de détourner autant de milliards d'euros que possible de l'Allemagne vers les canaux américains. Si ces milliards devaient en outre être retirés à un ennemi principal comme la Russie, il s'agirait pour les Américains d'une situation gagnant-gagnant sur le plan économique et géopolitique. Et c'est précisément cette constellation qui est la seule raison pour laquelle les Américains tentent depuis des années de saboter Nord Stream 2. Il s'agit d'un contrat valable entre deux États souverains, pour la sécurité énergétique de l'Allemagne. Ce projet est pourtant publiquement déclaré comme cible des Américains, et le gouvernement allemand ne s'y oppose pas.

191236.png

La Russie est le troisième fournisseur de pétrole des États-Unis

Pour couronner le tout, la Russie est devenue, sous Trump et Biden, le troisième plus grand fournisseur de pétrole des États-Unis.

En 2020, la Russie a exporté près de 27 millions de tonnes de pétrole brut vers les États-Unis. Cela correspond à 538.000 barils par jour et représente une augmentation de 63 pour cent par rapport à 2014. Nous parlons ici d'un ordre de grandeur d'environ 200 millions de barils, de 159 litres chacun, par an. La tendance est à la hausse.

Les liens de Big Oil avec le gouvernement américain sont très étroits et ne sont pas un secret. Donald Trump n'a jamais caché son travail de lobbying pour l'industrie pétrolière et gazière américaine. Les Américains veulent vendre leur gaz liquide cher et sale à l'Allemagne, mais le gaz russe, moins cher et facilement disponible, est un produit concurrent imbattable. Les livraisons de pétrole russe ont augmenté ces dernières années, car le gouvernement américain a frappé d'autres pays avec sa politique de sanctions. Parmi eux, on trouve l'Iran et le Venezuela, deux pays riches en matières premières. Le pétrole vénézuélien a justement pris une place importante pour les raffineries américaines.

La variété russe Urals est celle dont la consistance se rapproche le plus du pétrole lourd d'Amérique du Sud et le remplace donc. Un passage complet au pétrole américain plus léger de la marque WTI impliquerait pour les raffineries américaines des efforts importants et des coûts immenses. C'est pourquoi non seulement la part du pétrole russe en Amérique restera élevée, mais les livraisons continueront d'augmenter. La Russie pourrait bientôt devenir le deuxième plus grand fournisseur de pétrole des États-Unis, après le Mexique.

Alors que le gouvernement américain sabote et sanctionne Nord Stream 2 et affirme unilatéralement qu'une aggravation de la crise ukrainienne signifierait la fin définitive de l'oléoduc, les livraisons de pétrole russe se poursuivent sans relâche.

Les listes de sanctions américaines en circulation mentionnent en particulier des entreprises et des secteurs économiques européens, mais les livraisons de pétrole russe aux Etats-Unis n'y sont pas du tout mentionnées.

Le prétexte ukrainien

AP22020041850813.jpg

Le prétexte ukrainien

L'administration Biden, dans un autre coup stratégique magistral, nous met à l'épreuve.

Gabriele Adinolfi 

Source: http://www.noreporter.org/index.php/conflitti/28471-2022-02-11-14-22-50 

Kiev et ses environs : vent de guerre ou jeu d'échecs ?

L'objectif principal des Américains est, comme toujours, de contenir l'Europe, devenue un concurrent économique et diplomatique avec des ambitions d'indépendance stratégique à conquérir par le biais d'une rupture avec l'OTAN, qui devra être brutale selon Macron, alors que selon les Allemands, elle devra se faire progressivement.

Les autres objectifs sont la gestion du multilatéralisme asymétrique qui se profile à l'horizon et le jeu extrêmement difficile sur la Chine. La Russie est secondaire dans tout cela, bien qu'elle soit affichée de manière flagrante comme une menace.

L'invasion russe

C'est un canular. Cela est confirmé par des sources très autorisées, à savoir des nationalistes ukrainiens qui ne sont pas du tout pro-russes.  Les responsables de l'armée régulière disent qu'ils n'ont pas remarqué de réelle mobilisation dans le nord, ce serait une imposture, un coup des Américains. A Kiev, on ne croit pas que l'armée russe ait l'intention de franchir la frontière. Alors pourquoi cette forte tension ?

L'administration Biden, contrairement à celle de Trump, veut polariser les relations entre la Russie et l'UE tout en libérant Moscou de l'étreinte étouffante de Pékin. Depuis 2017, le Kremlin mène une politique de détente à l'égard de l'UE ; Washington offrirait désormais essentiellement aux Russes un Yalta mineur. En d'autres termes, il garantirait aux Russes de mener des actions en Afrique, actions qui nuiraient aux intérêts européens et, en échange du "danger écarté" d'une invasion de l'Ukraine, il mettrait sur la balance un Donbass "indépendant", c'est-à-dire russe. En échange, les liens entre Moscou, d'une part, et Berlin et Paris, d'autre part, seraient rompus. Dans le cadre du "diviser pour régner", l'axe énergétique russo-européen se briserait et nous serions subordonnés au gaz américain. Les relations détendues retrouvées avec les États-Unis (rappelons que jamais dans l'histoire les deux peuples n'ont tiré un seul coup de feu l'un contre l'autre) donneraient à la Russie l'échappatoire à la dépendance vis-à-vis de Pékin que Moscou cherche à obtenir de nous depuis au moins quatre ans.

La guerre

Si Moscou ne mordait pas à l'hameçon, y aurait-il une guerre ?

Bien que les Britanniques jettent continuellement de l'huile sur le feu, l'hypothèse est très peu probable.

Jusqu'à présent, Biden a utilisé des menaces économiques. La plus grave d'entre elles est la suspension des paiements SWIFT de la Russie. Les autres, de la non-activation du gazoduc Nord Stream 2 à de nouvelles sanctions, nuiraient aux intérêts russes et européens et favoriseraient une fois de plus, comme à l'époque d'Obama, le capitalisme américain qui exploiterait les obstacles mis sur la route des entreprises européennes.

L'Europe ne peut s'empêcher de se plier aux sanctions, qui sont la contrepartie de ses actions pacifiques. N'oublions pas que les premiers étaient la contrepartie incontournable lorsque la question ukrainienne a été pacifiée avec le traité de Minsk, œuvre de Merkel.

Si Paris et Berlin ne concèdent rien, la stratégie britannique triomphera. Un fossé irréconciliable serait créé entre l'Europe occidentale et les neuf pays du groupe de Bucarest, qui rassemble des nations longtemps soumises aux Soviétiques et inconditionnellement anti-russes.

Une Europe orientale atlantiste se formerait en opposition aux autres membres de l'UE et l'ensemble du processus politique et économique européen serait bloqué.

L'objectif allemand

L'administration Biden s'est installée dès le début dans les arcanes du nouveau gouvernement allemand, dans lequel elle peut partiellement compter sur les Verts. Le gouvernement des feux tricolores (libéral jaune, social-démocrate rouge et écologiste vert) a signé un contrat dans lequel il est écrit noir sur blanc que les liens avec la Russie sont indispensables et qu'il entend collaborer avec elle à l'avenir.

En outre, l'accord pour Nord Stream 2 vient d'être signé, mais il n'a pas encore été activé. En bref, Washington a l'intention de faire pression sur le nouveau gouvernement avant que cet accord ne se stabilise.

L'objectif français

Comme l'explique parfaitement la doctrine Brzezinski, ce sont les Français dont les Américains se méfient le plus. Le fait que Washington veuille la tête de Macron n'est un mystère que pour ceux qui suivent l'actualité dans des ghettos sociaux autoréférentiels et ignorants. Toute l'armée atlantiste/sarkozienne a été déployée en France avec des moyens impressionnants pour tenter d'empêcher la réélection de Macron et créer les conditions pour qu'une guerre civile virtuelle et un terrorisme généralisé frappent et menacent la France dans les cinq prochaines années.

Le nœud Paris-Moscou doit être tranché ou défait, pense le Pentagone.

Les liens franco-russes sont historiques et il faut se souvenir qu'à l'aube de la présidence Macron, à Paris, Poutine a reçu un cérémonial non pas pour un président mais pour un roi.

La doctrine Macron est très favorable à la Russie, qui ne s'en cache pas.

Mais comme aujourd'hui tous les acteurs évoluent dans des situations imbriquées et se retrouvent alliés d'un côté et rivaux de l'autre, la Russie a fini par menacer les intérêts français et européens en Afrique, ce qui est source de frictions. D'autre part, Paris est le seul acteur à s'opposer à la Turquie, qui a été sur une trajectoire de collision presque régulière avec Moscou ces derniers temps. Trouver un équilibre n'est pas facile, ce qui explique aussi les déclarations et les gestes fluctuants des deux côtés.

Ajoutez à cela le fait que Macron a pris la présidence de l'UE en janvier et le jeu s'avère encore plus délicat et significatif, l'offensive américaine plus précise.

Moscou entre les États-Unis et l'UE

La clé du jeu, c'est la Russie. Jusqu'à présent, le Kremlin a maîtrisé son comportement et ses messages, acceptant de traiter séparément avec les États-Unis et l'UE.

Si elle acceptait l'offre de Biden, c'est-à-dire si elle revenait à la politique qu'elle menait sous l'administration Obama, ce serait une victoire importante et substantielle pour les Américains.

Si, par contre, une vision large prévaut, considérant que jusqu'à présent non seulement Paris et Berlin, mais toute l'Europe qui compte s'en tient à l'essentiel, la victoire stratégique serait la nôtre.

Qui vivra verra.

C'est de cela que nous parlons, pas des guerres mondiales.

Ceux qui, dans leur risque imaginaire, encouragent la Russie anti-occidentale ou l'Occident anti-russe sont non seulement déconnectés de la réalité, mais aussi un peu stupides.

Gabriele Adinolfi

Duplicité britannique: Boris Johnson salue les vertus de la diplomatie tout en accentuant les tensions militaires avec la Russie

339be24_5677417-01-06.jpg

Duplicité britannique: Boris Johnson salue les vertus de la diplomatie tout en accentuant les tensions militaires avec la Russie

SOURCE : https://www.controinformazione.info/la-doppiezza-britannica-non-e-molto-piu-intensa-del-fatto-che-il-primo-ministro-boris-johnson-acclama-le-virtu-della-diplomazia-mentre-accumula-tensioni-militari-con-la-russia/

Cette semaine, M. Johnson a écrit un article d'opinion pour le journal Times dans lequel il se dit convaincu que "la diplomatie peut l'emporter" pour éviter que l'escalade des tensions autour de l'Ukraine ne dégénère en une guerre totale entre le bloc militaire USA-OTAN et la Russie.

M. Johnson a toutefois annoncé, quasi simultanément, que la Grande-Bretagne prévoyait de déployer davantage de marines, d'avions de chasse et de navires de guerre en Europe de l'Est. La Grande-Bretagne a déjà pris la tête des pays européens membres de l'OTAN en envoyant des armes et des forces spéciales en Ukraine, dans le cadre d'une défense contre l'"agression russe".

Ce que Johnson propose cette semaine, c'est le déploiement d'un plus grand nombre de forces britanniques en Pologne et dans les États baltes, dans ce qu'il appelle une démonstration du soutien "inébranlable" de la Grande-Bretagne à l'Europe. Il s'agit d'un prétexte cynique pour embellir l'image de la Grande-Bretagne comme une sorte de puissance animée de nobles sentiments.

Le président français Emmanuel Macron s'est rendu à Moscou cette semaine pour des discussions de fond avec le dirigeant russe Vladimir Poutine sur les efforts visant à apaiser les tensions concernant l'Ukraine. La semaine prochaine, le chancelier allemand Olaf Scholz se rendra également à Moscou pour des entretiens avec Poutine.

Ensuite, nous voyons Londres faire apparemment tout son possible pour que la diplomatie échoue en augmentant arbitrairement les tensions militaires avec la Russie.

skynews-liz-truss-moscow-lavrov_5668506.jpg

M. Johnson et sa ministre des affaires étrangères, Liz Truss, se sont employés à mettre en garde la Russie contre un carnage sanglant si elle osait envahir l'Ukraine. Moscou a nié à plusieurs reprises avoir l'intention d'envahir le pays. Cependant, Mme Truss a été photographiée par les médias britanniques portant un gilet pare-balles de l'armée alors qu'elle était montée sur un char d'assaut. Elle doit se rendre à Moscou ces jours-ci pour des entretiens avec son homologue russe Sergei Lavrov. Cette rencontre promet d'être glaciale. On se demande pourquoi le Kremlin s'intéresse à un envoyé britannique aussi incompétent et malhonnête.

Londres, comme d'habitude, se plie aux exigences de Washington. Depuis que les États-Unis ont lancé, il y a près de trois mois, leur campagne de propagande accusant la Russie d'agression contre l'Ukraine, la Grande-Bretagne a explicitement amplifié le message de Washington sur la prétendue agression russe.

La propagande et les opérations médiatiques psychologiques sont un domaine dans lequel l'empire britannique décrépit conserve des compétences incontestables. On peut supposer que la prédominance des médias anglophones donne aux Britanniques un avantage inné.

s960_1Div-2014-091-2350.jpg

Ce dont Londres semble profiter, c'est d'animer la russophobie inhérente à la Pologne et aux États baltes. Les récents déploiements militaires britanniques se sont concentrés dans ces États d'Europe de l'Est, ainsi qu'en Ukraine. Cette démarche a servi à gonfler l'hystérie quant à l'agression russe.

Fait significatif, Johnson était à Kiev la semaine dernière pour rencontrer le président ukrainien Vladimir Zelensky, le même jour que le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki. Morawiecki a été l'une des voix russophobes les plus véhémentes d'Europe de l'Est, appelant à des sanctions plus drastiques encore contre Moscou.

Johnson renforce ces appels à une position unifiée de l'OTAN et de l'Europe sur des sanctions préventives contre la Russie "si elle envahit l'Ukraine". M. Johnson a déclaré que les sanctions devraient être "prêtes à l'emploi" et devraient inclure l'arrêt du gazoduc Nord Stream 2 entre la Russie et l'Union européenne.

Notamment, l'Allemagne et la France, les deux plus grandes économies de l'UE, sont réticentes à l'idée de parler de la fin de Nord Stream 2 si les tensions s'aggravent. Berlin et Paris sont manifestement plus disposés à trouver une issue diplomatique à l'impasse dans laquelle se trouve le bloc de l'OTAN dirigé par les États-Unis et la Russie.

Voici une ironie amère : la Grande-Bretagne a quitté l'Union européenne après le référendum sur le Brexit en 2016. Boris Johnson était une personnalité publique de premier plan qui a poussé au Brexit avec le mantra de la "reprise en main" de l'Union européenne.

Toutefois, si la Grande-Bretagne est désormais officiellement sortie du bloc européen, elle est toujours en mesure d'exercer une énorme influence sur l'UE dans ses relations avec la Russie. Londres mobilise un axe d'hostilité à l'égard de Moscou en militarisant les États russophobes d'Europe de l'Est, ainsi que l'Ukraine, et en imposant des sanctions visant à détruire le commerce énergétique stratégique avec la Russie.

En effet, la Grande-Bretagne gonfle probablement délibérément son importance internationale en alimentant de dangereuses tensions avec la Russie.

La crise de l'Ukraine a été artificiellement gonflée par Washington, avec l'aide et la complicité de Londres. Dicter l'énergie et les affaires étrangères de l'Europe à la Russie, voire à la Chine, est l'objectif non avoué de Washington et de son fidèle serviteur britannique. Et en accomplissant cet objectif, la Grande-Bretagne a cyniquement exploité la russophobie de l'Europe de l'Est pour obtenir un rôle surdimensionné dans l'ingérence dans les affaires de l'Union européenne, un bloc qu'elle a officiellement quitté après le Brexit.

Les préoccupations de la Russie en matière de sécurité doivent être négociées rationnellement et calmement par des moyens diplomatiques. Les objections de Moscou à l'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN sont tout à fait raisonnables.

0_EWIawAyX0AAaEeu.jpg

Mais il y a peu de chances que la diplomatie l'emporte lorsque des gens comme Boris Johnson et d'autres guerriers froids de Londres attisent les tensions guerrières par des livraisons d'armes provocantes à l'Europe de l'Est, dans un contexte de distorsions fantastiques sur l'"agression russe".

Une autre ironie amère est le rôle historique néfaste de la Grande-Bretagne dans l'incitation aux guerres en Europe. Contrairement à la version conventionnelle de la propagande de la Seconde Guerre mondiale, c'est Londres qui a secrètement mobilisé l'Allemagne nazie pour attaquer l'Union soviétique, sacrifiant ainsi son "allié" nominal, la Pologne et d'autres pays. Aujourd'hui, Londres proclame qu'elle défend l'Europe contre "l'agression russe" tout en préparant le terrain pour une guerre contre la Russie.

Source : Culture stratégique

Traduction : Luciano Lago

dimanche, 13 février 2022

Endiguer les Etats-Unis dans les Caraïbes

60cb587f058fc_1428-arc-caribbean.jpg

Endiguer les Etats-Unis dans les Caraïbes

Source: https://katehon.com/ru/article/sderzhivanie-ssha-v-karibskom-basseyne

Comment la Russie peut contribuer à protéger la souveraineté de l'Amérique latine et obliger Washington à se montrer plus conciliant.

La crise des missiles de Cuba en 1962 a montré qu'il existe certaines limites au-delà desquelles les États-Unis commencent à se sentir menacés dans leur sécurité ontologique. Le déploiement de missiles nucléaires soviétiques à Cuba en réponse à la présence de missiles américains en Turquie a contraint l'administration Kennedy à faire certaines concessions. La situation peut maintenant se répéter, bien qu'avec une tension moins dramatique, sans la menace d'une guerre nucléaire. Comme la Maison Blanche n'a pas accepté les propositions de Moscou visant à établir un cadre de sécurité clair, le Kremlin a les mains libres. Des déclarations ont déjà été faites sur l'intensification de la coopération militaro-technique avec des partenaires proches des frontières américaines - Cuba, le Venezuela et le Nicaragua. Avec ces trois pays, la Russie a une expérience de la coopération militaire et sécuritaire.

Les portes de l'économie dans le collimateur

Les États-Unis réalisent une part importante de leurs opérations d'import-export par le biais du Golfe du Mexique. Les ports de Houston, de la Nouvelle-Orléans, de Mobile et de Miami en Floride sont des éléments importants des chaînes d'approvisionnement en marchandises et en matières premières pour l'industrie américaine. Et il ne s'agit là que des plus grands points de déchargement et de chargement ; en tout, il y a une vingtaine de ports maritimes ou fluviaux situés dans le Golfe du Mexique. S'ils sont paralysés en raison d'une menace militaire, les terminaux des côtes de l'Atlantique et du Pacifique ne pourront pas faire face à la charge d'approvisionnement. L'économie américaine s'effondrerait.

Les États-Unis sont bien conscients de cette perspective, et l'un des objectifs de l'embargo et des sanctions américaines contre Cuba est de réduire son potentiel industriel et de défense. En outre, une base militaire américaine est située illégalement dans la province de Guantanamo, ce qui permet à l'armée américaine de mener des activités de renseignement et de surveillance opérationnelle. L'aide de la Russie pour le retrait de cette base serait très précieuse pour Cuba, car elle contribuerait à l'établissement de la pleine souveraineté du gouvernement en place à La Havanne sur l'ensemble du territoire cubain. En plus des méthodes légales, des blocus et des moyens de pression pourraient être utilisés - jusqu'à la création de barrières de mines empêchant le passage des navires américains.

PKI7LRXY57JZP7EUMYMR7FSG3I.jpg

Cyber-guerre

À l'époque de la guerre froide, Cuba hébergeait un centre radio-électronique à Lourdes (Cuba) pour intercepter les données des satellites de communication américains et des câbles de télécommunications vers les États-Unis. Cependant, il a été fermé. Mais le centre radio-électronique russe GLONASS au Nicaragua est désormais opérationnel. L'apparition de centres et d'installations supplémentaires d'interception radio et de brouillage électronique à Cuba et au Venezuela créera également des problèmes supplémentaires pour le commandement sud des États-Unis, en particulier pour la marine.

Des cyberattaques provenant d'États voisins pourraient également être menées sur le territoire américain. Le Mexique pourrait être un lieu idéal, étant donné les activités de divers gangs criminels et cartels de la drogue - les attaques contre les infrastructures américaines pourraient être officiellement menées au nom de la communauté criminelle en représailles aux actions des agences de renseignement américaines au Mexique.

Des armes supersoniques au large des côtes américaines

Parmi les menaces actuelles pour leur sécurité, les États-Unis mettent surtout en avant la technologie moderne, qui comprend les robots, l'intelligence artificielle, la cybernétique et les transporteurs supersoniques. Entre autres choses, Washington réfléchit déjà à la manière de contrer la menace des armes supersoniques. Jusqu'à présent, la première analyse ne concerne que la Russie et la Chine.

Toutefois, la RPDC a récemment testé avec succès ses armes supersoniques (on ne peut exclure qu'il s'agisse de la version chinoise), ce qui crée des inquiétudes supplémentaires pour les États-Unis.

L'apparition d'une telle arme à proximité des frontières américaines rendrait leur système d'alerte précoce pratiquement inutile et obsolète. En termes pratiques, cela peut se faire par le biais de plusieurs options. La première, et la plus simple, consiste à équiper de missiles supersoniques des navires et des sous-marins qui seraient en alerte près des côtes américaines. Des vols de routine d'avions stratégiques russes en visite amicale au Venezuela ou à Cuba pourraient également ajouter une dimension supplémentaire à ce modèle.

Régime de prolifération

Toutefois, le coup le plus sensible pour les États-Unis serait le transfert de certains systèmes d'armes aux partenaires russes dans la région. Le régime de non-prolifération étant une priorité stratégique pour les États-Unis, son antipode provoquera une réaction immédiate de la Maison Blanche. De même que la vente de systèmes S-400 à la Turquie s'est transformée en un scandale majeur et a refroidi les relations entre Ankara et Washington, la fourniture d'armes russes à des pays d'Amérique latine pourrait devenir une douche froide pour les fonctionnaires de la Maison Blanche et du Département d'État. Si la Russie a déjà fourni des armes au Venezuela, au Nicaragua et à Cuba, le nouveau dispositif pourrait suggérer une approche légèrement différente. Non seulement la géographie peut être étendue au détriment, par exemple, de l'Argentine, mais les principes des livraisons eux-mêmes peuvent être modifiés.

Et si les systèmes d'armes supersoniques russes se retrouvaient à Cuba, au Nicaragua et au Venezuela dans le nouvel agencement des relations bilatérales ? Par exemple, une forme particulière de leasing sera élaborée avec le concours de spécialistes russes. Officiellement, il n'y aura pas de bases militaires russes dans les pays susmentionnés, mais seulement des conseillers militaires et du personnel de maintenance, ce qui s'inscrit également dans le cadre de l'interaction actuelle avec ces pays.

Enfin, des manœuvres et exercices réguliers dans la région des Caraïbes pourraient servir de base à la présence effective des forces armées russes dans la région. Et l'implication des partenaires de la multipolarité, notamment la Chine et l'Iran, serait un bon signal pour Washington.

Attaque israélienne contre l'Iran : menace réelle ou rhétorique vide ?

iran_israel-2-62e01-5ae50.jpg

Attaque israélienne contre l'Iran : menace réelle ou rhétorique vide ?

Mohammad Salami

Source: https://katehon.com/ru/article/izrailskoe-napadenie-na-iran-realnaya-ugroza-ili-pustaya-ritorika

Les Israéliens n'ont pas la capacité ou les ressources nécessaires pour frapper plusieurs installations nucléaires iraniennes, mais les menaces de le faire continuent de croître.

Les responsables israéliens ont visiblement intensifié leurs menaces d'attaquer les installations nucléaires iraniennes au cours des derniers mois et ont même lancé des exercices provocateurs de l'armée de l'air israélienne visant à simuler des frappes contre les installations nucléaires iraniennes.

En réponse à l'escalade du langage et du comportement d'Israël, le Corps des gardiens de la révolution islamique d'Iran (IRGC) a organisé fin décembre son exercice militaire annuel, baptisé "Grand Prophète 17".

Le général de division Hossein Salami, commandant en chef du Corps des gardiens de la révolution islamique, a déclaré que l'exercice militaire visait à envoyer un "signal très clair" et un "avertissement sérieux et réel" à Tel Aviv.

"Nous leur couperons les mains s'ils font le mauvais geste", a-t-il déclaré sèchement. "La différence entre les opérations réelles et les exercices militaires réside uniquement dans le changement des angles de lancement des missiles."

Outre les avertissements du Corps des gardiens de la révolution islamique, il existe de nombreuses raisons de penser que les menaces d'Israël ne sont rien d'autre que de la rhétorique vide destinée à la consommation intérieure et extérieure. En bref, Tel Aviv pourrait en fait n'avoir ni les ressources nécessaires pour attaquer l'Iran ni la capacité de neutraliser les représailles assurées de Téhéran.

Les multiples contraintes d'Israël

La principale limite d'Israël pour mener à bien ces attaques découle de la multiplicité et de la dispersion des installations nucléaires iraniennes.

Contrairement à la destruction opérationnelle des installations nucléaires irakiennes par l'armée de l'air israélienne en 1981 (opération Opera) et à son attaque en 2007 contre une installation nucléaire présumée en Syrie (opération Out of the Box), où l'armée de l'air n'avait pour mission que de frapper un seul endroit - Bagdad et Deir ez-Zor -, Israël sera confronté à un paysage totalement différent en Iran.

L'Iran possède quatre types d'installations nucléaires, à savoir des réacteurs de recherche, des mines d'uranium, des installations militaires et nucléaires. Au total, il existe plus de 10 sites nucléaires connus, dispersés du nord au sud du pays.

Par exemple, la distance terrestre entre la mine d'uranium de Gachin, dans la ville de Bandar Abbas, au sud de l'Iran, et le réacteur de recherche de Bonab, au nord-ouest, est d'environ 1800 kilomètres (1118 miles). Attaquer un tel nombre de sites nucléaires à partir de longues distances nécessiterait une coordination extraordinaire et des opérations complexes pour s'assurer que tous les sites soient frappés simultanément.

En outre, l'Iran a fortement investi dans sa défense aérienne au cours des dernières décennies, qui couvre désormais plus de 3600 sites et est capable de localiser des missiles sol-air.

1440x810_cmsv2_f6074162-c7e6-581f-b60e-938693a4a529-4100800.jpg

Il convient de noter que l'Iran affirme être autosuffisant dans la production de ses missiles, de sorte qu'il peut produire et disperser ses missiles sans interruption, malgré les sanctions internationales. Le missile Bavar-373, une version locale du système russe S-300, en fait partie.

Le Bavar-373 peut engager jusqu'à six cibles simultanément avec douze missiles jusqu'à une distance de 250 km. Plusieurs missiles peuvent être tirés sur une même cible pour augmenter la probabilité d'engagement.

Avec cet arsenal défensif puissant et combiné, la probabilité que l'Iran suive et détruise les avions de guerre israéliens est élevée.

Une autre limite pour Israël est que certaines des installations nucléaires iraniennes sont souterraines. Les installations nucléaires, telles que l'usine d'enrichissement du combustible de Fordow, où l'uranium est enrichi à plus de 20 %, sont construites à 80 mètres (260 pieds) de profondeur dans une montagne. Israël ne dispose pas de bombardiers spécialisés capables de détruire des installations situées en profondeur.

Bien que les États-Unis disposent des puissantes munitions anti-bunker nécessaires pour atteindre de telles cibles - le GBU-57 Massive Ordnance Projectile (MOP) de 13.600 kilogrammes (30.000 livres) - Washington a jusqu'à présent refusé de les fournir à Tel Aviv.

En tout état de cause, la vente de tels MOP incroyablement lourds à Israël n'aurait aucun sens, car l'armée de l'air israélienne ne dispose ni des avions capables de les transporter, ni de l'infrastructure d'aérodrome nécessaire au soutien de ces appareils.

En outre, la vente de certains types de SS est interdite par le traité New START, également connu sous le nom de "Mesures pour la poursuite de la réduction et de la limitation des armements stratégiques offensifs", conclu entre les États-Unis et la Russie.

Affronter l'Iran et ses alliés

Contrairement aux frappes aériennes israéliennes en Syrie et en Irak, qui sont restées sans réponse, Tel-Aviv est bien conscient que la réponse de l'Iran sera dure et décisive. Les capacités militaires nationales de l'Iran dépassent de loin celles de ses voisins et, au cours des quarante dernières années, l'Iran a noué des relations solides avec des alliés en Irak, en Syrie, en Palestine, au Liban et au Yémen, qui ont exprimé leur volonté de défendre l'Iran en cas d'attaque par un adversaire commun.

En avril 2021, un missile syrien a pu traverser le système antimissile israélien Dôme de fer et exploser près du réacteur nucléaire secret du pays à Dimona. Ces actions pourraient être répétées par des alliés tels que le Hezbollah, le Hamas et les groupes pro-iraniens en Syrie et en Irak en cas d'attaque contre les installations nucléaires de l'Iran.

Pour frapper l'Iran, les Israéliens devraient traverser l'espace aérien de pays "inamicaux" en Syrie et en Irak. Même les États arabes de la péninsule arabique ne sont pas susceptibles d'autoriser les avions de guerre israéliens à utiliser leur territoire pour attaquer l'Iran, par crainte de représailles iraniennes.

Le souvenir des frappes de missiles ponctuelles du Yémen sur les installations pétrolières d'Aramco en septembre 2019, attribuées à tort à l'Iran plutôt qu'au Yémen, a convaincu les pays du Golfe qu'il fallait à tout prix éviter un prétexte pour des frappes de représailles iraniennes.

La Russie pourrait également s'y opposer, car si Israël attaque l'Iran, les actions des mandataires iraniens à l'intérieur de la Syrie pourraient déclencher une nouvelle crise dans l'équilibre politico-militaire du pays.

Le président russe Vladimir Poutine, qui a dépensé des millions de dollars pour stabiliser la Syrie, ne veut pas que la Syrie soit à nouveau sens dessus dessous. Et compte tenu de l'influence de la Russie au sein du Conseil de sécurité des Nations unies, Israël ne voudra pas se confronter à Moscou.

Face à la communauté internationale

Les États-Unis et l'Europe négocient actuellement à Vienne avec l'Iran pour rouvrir l'accord nucléaire du Plan global d'action conjoint (JCPOA) de 2015, qui a été abandonné par la précédente administration américaine. Le président américain Joe Biden cherche à conclure rapidement un "bon accord nucléaire" avec l'Iran, en partie pour aliéner Téhéran de ses alliés stratégiques de Moscou et de Pékin, les deux principaux adversaires mondiaux de Washington.

Si Israël attaque l'Iran, Téhéran pourrait se retirer des pourparlers et, en représailles, augmenterait probablement son niveau d'enrichissement de l'uranium de 60 % à plus de 90 % (convenant à une bombe nucléaire). Biden a besoin d'une Asie de l'Ouest pacifiée pour pouvoir sortir facilement des divers bourbiers de la région et "virer à l'Est" pour contenir la Chine et encercler la Russie, deux de ses priorités stratégiques les plus urgentes.

41+rh8M1xDL.jpg

Selon Foreign Policy, les États-Unis ont longtemps résisté aux attaques contre les centrales nucléaires iraniennes, comme le souligne l'autobiographie de l'ancien ministre israélien de la défense Ehud Barak, My Country, My Life.

"Je tiens à vous dire à tous les deux maintenant, en tant que président, que nous sommes catégoriquement opposés à toute action de votre part visant à lancer une attaque contre les centrales nucléaires [iraniennes]", a déclaré le président américain de l'époque, George W. Bush, à Barak, au premier ministre de l'époque, Ehud Olmert, en 2008. "Encore une fois, pour éviter tout malentendu, nous attendons que vous ne le fassiez pas. Et nous ne le ferons pas non plus, tant que je serai président. Je voulais que ce soit clair."

L'approche actuelle de l'administration Biden consiste à ramener le programme nucléaire iranien aux frontières de 2015 sans guerre ni recours à la force.

Dans un article paru en octobre 2021, Dennis Ross, assistant spécial de l'ancien président américain Barack Obama et directeur principal pour la région centrale au Conseil national de sécurité, a écrit :

"Bien qu'ils rejettent la justification iranienne des actions qui poussent l'Iran vers les armes nucléaires, les responsables de l'administration Biden ont dit aux Israéliens, comme je l'ai appris récemment en Israël, qu'il y avait 'une bonne pression et une mauvaise pression' sur l'Iran - citant le sabotage de Natanz et de Karaj comme le 'mauvais' exemple parce que les Iraniens ont utilisé cette affaire pour enrichir l'uranium à des niveaux proches de ceux des armes."

Les commentaires de Dennis Ross montrent qu'à ce stade, les Américains ne cherchaient pas à attaquer ni même à saboter les installations nucléaires iraniennes, mais étaient déterminés à empêcher les Israéliens d'attaquer l'Iran.

Il devient évident que les menaces israéliennes à l'égard des capacités nucléaires de l'Iran sont largement destinées à la consommation intérieure - et peut-être aussi à maintenir la pertinence d'Israël face aux changements géopolitiques rapides qui se produisent en Asie occidentale.

L'actuel Premier ministre israélien Naftali Bennett doit actuellement faire face aux critiques incessantes de l'ancien Premier ministre Binyamin Netanyahou et de ses rivaux politiques, ainsi qu'à des déficits intérieurs dans le sillage de la crise de la pandémie. Attaquer un pays étranger - ou Gaza - est le principal moyen pour Israël de détourner l'attention de l'opinion publique de ses problèmes intérieurs.

Les discussions sur les frappes aériennes israéliennes contre l'Iran ne sont rien d'autre que de la rhétorique vide, malgré les menaces verbales répétées des responsables israéliens. Pour l'instant, Israël n'a ni le pouvoir ni les moyens d'attaquer l'Iran et ne peut agir unilatéralement contre la politique américaine.

 

L'ennemi de l'Europe

zombie 4th.jpg

L'ennemi de l'Europe

par Daniele Perra

Source : https://www.ariannaeditrice.it/articoli/il-nemico-dell-europa

Ces derniers jours, on a beaucoup parlé de la diatribe entre Meta (la société de Mark Zuckerberg à laquelle se réfèrent les plateformes sociales Facebook et Instagram) et l'Union européenne. L'objet du litige serait l'incompatibilité avec la réglementation européenne en matière de protection des données personnelles, qui empêcherait Meta de transférer ces données, tirées des utilisateurs européens, aux gestionnaires et archives nord-américains. Cette réglementation représenterait en effet une limitation majeure pour une entreprise géante dont l'activité et les bénéfices dépendent de sa capacité à envoyer aux utilisateurs des messages promotionnels, des publicités, des informations et des invitations ciblées. Plus précisément, le rapport de Meta indique : "Si nous ne sommes pas en mesure de transférer des données entre les pays et les régions dans lesquels nous opérons, ou si nous sommes empêchés de partager des données à travers nos produits et services, cela pourrait affecter notre capacité à fournir nos services, la façon dont nous fournissons ces services ou notre capacité à cibler les annonces" (1).

En outre, le rapport indique que Meta entend obtenir de nouveaux accords avec l'Union européenne d'ici 2022. Dans le cas contraire, elle sera contrainte de suspendre l'utilisation de ses produits en Europe.

Ce qui pourrait sembler être une simple confrontation entre une entreprise privée et des institutions politiques (une confrontation qui se résoudra probablement par une énième capitulation européenne face aux diktats de l'outre-mer), cache en réalité quelque chose de bien plus pertinent sur le plan géopolitique. En fait, il convient de rappeler que les États-Unis ont réussi à faire du monde une "colonie économique américaine" grâce à deux technologies principales : la technologie financière et la technologie de l'information. Les premières, avec l'aide des secondes, comme le disait l'ancien général de l'armée de l'air chinoise Qiao Liang, ont favorisé la mondialisation du dollar américain en construisant un empire financier d'une ampleur sans précédent [2]. Si le premier a permis l'hégémonie du dollar, le second a été crucial en termes de gestion de l'information, de propagande et de "construction de l'ennemi" [3] : par exemple le terrorisme islamique, les " États voyous ", l'autoritarisme russe ou chinois, ou plus récemment le virus.

5020261_Posav_art_18.jpg

Aujourd'hui, certaines personnes continuent à hausser les épaules quand on parle de l'empire mondial nord-américain. Plus que toute autre chose, cette attitude repose sur le désir mal dissimulé de nier l'évidence ou avec une intention politique précise de détourner/d'orienter l'attention de l'opinion publique sur des questions qui sont absolument consubstantielles au système et pas du tout nuisibles pour lui. La dichotomie souverainisme/mondialisme, par exemple, évolue à l'intérieur du système, et non à l'extérieur. Il en va de même pour la controverse novax/provax, largement alimentée par le système lui-même afin de dissimuler les résultats les plus néfastes de la crise pandémique : les profits excessifs des multinationales occidentales du médicament, le renforcement des structures du capitalisme de surveillance (exploitation des données et des informations privées des citoyens pour des raisons commerciales et de sécurité), l'atteinte aux biens communs mondiaux dissimulée derrière les mesures de lutte contre la crise elle-même. En effet, les gouvernements collaborationnistes de l'Occident ont ouvert la course des fonds d'investissement aux biens indispensables à la vie : l'eau, la mer, la terre (parcs naturels et archéologiques), l'espace autour de la terre et l'espace dit numérique.

People_or_BigPharma.jpg

arton20229-d5b67.jpg

Ce n'est pas par hasard qu'il a été fait référence ci-dessus au "profit disproportionné" que les multinationales occidentales du médicament ont tiré de la crise de la pandémie (malgré la rhétorique mielleuse du "bienfait mondial du vaccin" colportée par certaines institutions politiques). Ceci, en plus de mettre en évidence le fait que la géopolitique de la vaccination a été utilisée comme un instrument de césure entre l'Occident et l'Orient [4], nécessite une brève réflexion à la lumière du fait que le prix Genesis (le "Nobel juif") a été attribué au PDG de Pfizer Albert Bourla, et à la lumière du fait que certains pays européens (l'Italie in primis) ont choisi (ou c'est plus probablement ce qui leur a été imposé) de suivre le modèle israélien pour faire face à l'épidémie de Covid-19. Ce prix (l'équivalent d'un million de dollars qui est habituellement attribué à d'autres fondations juives) est décerné chaque année à des personnalités qui se sont distinguées en tant qu'"expressions exceptionnelles des valeurs juives et pour des services rendus à l'État d'Israël". La motivation du choix de Bourla (un juif séfarade originaire de Thessalonique) semble être le fait que celui-ci, méprisant la bureaucratie, a pris les risques (on ne sait pas exactement lesquels, étant donné la protection garantie par les gouvernements occidentaux contre d'éventuelles demandes de dommages et intérêts) de produire un vaccin le plus rapidement possible. Sans mâcher les mots, le véritable mérite aurait été que Pfizer gagne plus de 30 milliards de dollars en un an.

Cela demande toutefois un autre type de raisonnement, qui s'inscrit parfaitement dans l'idée exprimée par Qiao Liang, selon laquelle le modèle impérialiste américain est basé sur la technologie de la finance et de l'information. Et ce raisonnement peut partir de quelques considérations de Karl Marx tirées de l'écrit Sur la question juive écrit en réponse à certaines thèses du philosophe hégélien Bruno Bauer. Marx écrit : "Quel est le dieu terrestre du Juif ? L'argent. Le Juif s'est émancipé d'une manière juive non seulement dans la mesure où il s'est approprié le pouvoir de l'argent, mais aussi dans la mesure où l'argent, à travers lui et sans lui, est devenu une puissance mondiale, et l'esprit pratique du Juif, l'esprit pratique des peuples chrétiens" [5].

Karl-MarxZur-Judenfrage.jpg

La réflexion du penseur de Trèves se prête involontairement à la géopolitique. La crise géopolitique (conflit militaire ou crise pandémique), en effet, est souvent et volontairement utilisée pour créer une situation favorable à la monnaie : dans ce cas, au dollar américain. Ainsi, une autre caractéristique du pouvoir mondial nord-américain est le fait que la géopolitique a été subordonnée (est devenue instrumentale) à la politique monétaire. Pour profiter de l'hégémonie financière, les États-Unis doivent contrôler les flux de capitaux, et pour contrôler les flux de capitaux, ils doivent contrôler les centres commerciaux les plus importants de la planète : en termes géopolitiques, "les Méditerranées de l'Eurasie" (l'ancienne Mare Nostrum et la mer de Chine méridionale).

Maintenant, pour être plus précis, les États-Unis ont pu développer leur puissance mondiale à la fois par les formes coloniales classiques et par le système de domination financière, informatique et informationnelle. Les États-Unis ont leurs territoires d'outre-mer : Guam, les îles Vierges américaines, Porto Rico, etc. Leurs bases militaires dans le monde sont régies par le droit américain. Et même les crimes commis par des représentants de l'armée américaine semblent échapper à la juridiction du "pays/colonie hôte" (le massacre de Cermis, par exemple). De plus, depuis leurs bases, ils projettent une influence politique et économique sur l'État vassal. Et la force militaire ouvre la voie aux multinationales qui se consacrent à l'exploitation des ressources locales.

L'interventionnisme militaire au-delà des frontières se fait au nom de la "destinée manifeste", d'un nouveau pacte avec Dieu qui a permis à l'Amérique, incarnation d'une forme typiquement moderne de messianisme, de changer le monde à son image et à sa ressemblance. Cependant, la politique étrangère de cet État impérialiste, érigé depuis les années 1970 en technostructure financière et informatique, est axée sur la sauvegarde exclusive de ses propres intérêts. Les intérêts des alliés/vassaux ne sont pris en compte que s'ils coïncident (très rarement, d'ailleurs) avec ceux du centre impérialiste. Sinon, ils ne sont absolument pas pertinents. Au contraire, le territoire des vassaux eux-mêmes est utilisé comme un théâtre de guerre potentiel contre d'éventuels rivaux (l'arsenal nucléaire américain en Europe a précisément pour rôle d'empêcher le territoire nord-américain de devenir la cible de représailles nucléaires).

Au sujet des intérêts non-contigus entre le centre impérialiste et les vassaux, on peut mentionner le retrait unilatéral des États-Unis de l'accord nucléaire avec l'Iran. Le choix de la présidence Trump, en effet, est intervenu à un moment où Washington s'est rendu compte que la suppression progressive du régime de sanctions contre l'Iran favorisait une "connexion eurasienne dangereuse" mutuellement bénéfique. L'Union européenne, en fait, grâce au choix des États-Unis, a perdu pas mal de commandes commerciales avec Téhéran (l'Italie seule a perdu des commandes commerciales pour environ 30 milliards d'euros) [6].

De plus, la "destinée manifeste" est le seul ciment idéologique d'une construction étatique fondée sur le génocide, les préjugés raciaux et les immenses différences sociales. La "destinée manifeste", en fait, est ce qui permet de décharger la violence cachée en dehors des frontières américaines. La violence elle-même devient une forme d'"agrégation nationaliste" [7], déclare le général Fabio Mini dans la préface du texte précité de Qiao Liang, L'Arc de l'Empire.

51zm0x09QHL._AC_SY1000_.jpg

La guerre est une nécessité, et même lorsque l'opération militaire s'avère être un échec, un succès financier et/ou stratégique se cache derrière elle (les guerres de Corée et du Vietnam, destinées à empêcher toute coopération entre l'espace eurasien et les "satellites" qui l'entourent, comme le Japon, ou les agressions contre l'Irak et l'Afghanistan). Cela explique les 452 interventions américaines à l'étranger depuis 1780, dont 184 au cours des vingt dernières années : c'est-à-dire à un moment où les États-Unis ont pleinement assumé le rôle de gendarme du monde et où les aventures militaires ont été justifiées sur la base de l'ingérence humanitaire (du Kosovo à la Libye). Dans ce cas, "le colonialisme est camouflé en hégémonie" [8]. Le colonialisme, en effet, c'est aussi la capacité de faire combattre ses vassaux pour son propre compte (pensez au rôle que les États-Unis réservent à l'Australie et à la Grande-Bretagne sur le théâtre indo-pacifique) tout en faisant semblant de les considérer comme des alliés (aussi l'Italie au Kosovo, en Irak et en Afghanistan).

Le rôle de l'OTAN, en ce sens, est emblématique. L'Alliance atlantique est en fait une alliance non-égale. C'est un instrument coercitif contre l'Europe pour l'empêcher d'être indépendante, véritablement unie, et pour l'empêcher de se tourner vers l'Est. Ce n'est pas un hasard si, selon Brzezinski, l'expansion de l'OTAN vers l'est aurait élargi la zone d'influence des États-Unis en Europe et créé une union européenne aussi vaste qu'unie et, par conséquent, facilement contrôlée par la puissance hégémonique.

h_99449126-e1596819582222.jpg

La guerre au Kosovo s'inscrit dans cette perspective. L'un des événements les plus importants de 1999 a été le lancement officiel de l'euro, initialement adopté dans 11 pays. Porter la guerre au cœur de l'Europe sur la base d'accusations contre la Serbie qui se sont avérées sans fondement avait précisément pour but d'affaiblir la monnaie unique européenne par rapport au dollar au moment même de sa naissance. La guerre américaine en Europe avait donc pour but de polluer le climat d'investissement sur le "Vieux Continent". Et la même chose pourrait facilement être appliquée à la crise de la dette grecque, qui a été conçue pour montrer la faiblesse structurelle de l'euro et pour mettre en évidence le problème de l'excédent commercial allemand (ce n'est pas une coïncidence si le protagoniste de la "boucherie sociale" grecque était le référent le plus important de l'atlantisme dans les institutions européennes, l'actuel Premier ministre italien Mario Draghi).

Le sujet de l'excédent commercial allemand mérite d'être approfondi car la monnaie unique a également été conçue comme un système visant à empêcher un renforcement excessif du mark. Le problème (nord-américain) est que les États-Unis sont le plus grand débiteur du monde. La dette publique américaine a atteint 132,8 % du PIB en 2021 ; la dette extérieure nette est passée à 109 % du PIB. Les pays ayant une position financière internationale nette positive sont le Japon, l'Allemagne, la Chine, Hong Kong (qui fait désormais partie intégrante de la Chine) et Taïwan (considérée par la Chine elle-même comme une "province sécessionniste"). Le "problème fondamental" est que ces pays sont excédentaires principalement au niveau de leur balance commerciale avec les États-Unis. En 2019, le solde pour la Chine était de +345 milliards, pour le Japon +69 milliards, +67 pour l'Allemagne, +26 et +23 respectivement pour Hong Kong et Taïwan.

Or, sans tenir compte du fait qu'une éventuelle réunification de Taïwan avec la Chine non seulement augmenterait de manière exponentielle la capacité industrielle du pays asiatique, mais renforcerait également sa position de crédit vis-à-vis des Etats-Unis (c'est pourquoi cette éventualité doit absolument être évitée par Washington) et sans tenir compte du fait que le Japon a déjà été victime de guerres commerciales dans les années 1980, la position allemande mérite une attention particulière.

Le coup d'État atlantiste en Ukraine en 2014 visait spécifiquement à anéantir toute coopération possible entre l'Allemagne (et au sens large l'Union européenne, dont Berlin, qu'on l'accepte ou non, est le moteur) et la Russie. La recrudescence actuelle des provocations de l'OTAN en Ukraine a exactement le même objectif, auquel s'ajoute la volonté de forcer l'Europe (déguisée en "diversification") à acheter du GNL (gaz naturel liquéfié) nord-américain. L'Europe et la Russie, dit Qiao Liang, sont des géants, surtout si elles unissent leurs atouts. L'Europe a le pouvoir économique. La Russie, qui fait elle-même partie de l'Europe, dispose de la puissance militaire. Unis, ils seraient un géant de toute grande envergure. Quelque chose que les États-Unis ne pourraient jamais tolérer. C'est pourquoi le véritable ennemi du Vieux Continent ne se trouve pas à l'Est mais à l'Ouest.

NOTES

[1] Mark Zuckerberg et son équipe envisagent de fermer Facebook et Instagram en Europe si Meta ne peut pas traiter les données des Européens dans des serveurs américains, www.cityam.com.

[2] Qiao Liang, L’arco dell’impero con la Cina e gli Stati Uniti alle sue estremità, Editions LEG, Gorizia 2021, p. 59.

[3] Prenons par exemple le cas emblématique de l'Italie et du groupe GEDI en particulier. En 2020, au plus fort de la crise pandémique, M. Molinari (une personne en "excellentes relations" avec le groupe américain Stratfor Enterprise) est devenu le directeur du quotidien Repubblica (le principal journal du groupe éditorial lié au groupe Bilderberg, l'avant-garde politique et financière de l'atlantisme créée par la CIA et le MI6). Stratfor se définit comme une "plateforme d'intelligence géopolitique". Le groupe a été fondé par le juif hongrois (fils de survivants de l'Holocauste) George Friedman, aujourd'hui à la tête de Geopolitical Futures, et par certaines personnalités directement liées au Pentagone, comme l'ancien officier du US Special Operations Command, Bret Boyd. Stratfor est considéré comme une "CIA de l'ombre" et entretient des liens étroits avec l'industrie de l'armement Lockheed Martin (la même industrie qui, par l'intermédiaire du "think tank" Projet 2049 de Randall Schriver, le protégé de Steve Bannon, fait pression pour la vente constante d'armes à Taïwan), Goldman Sachs (la même banque où travaillait le Premier ministre italien Mario Draghi), Bank of America et Coca Cola. Les Agnelli-Elkann (propriétaires du groupe GEDI) sont également cités par le magazine britannique The Economist qui, sans surprise, a déclaré Mario Draghi "homme de l'année".

[4] Voir D. Perra, "Geopolitica e diplomazia dei vaccini", Eurasia. Rivista di studi geopolitici, vol. LXV, 1/2022.

[5] K. Marx, Sulla questione ebraica, Bompiani, Milano 2007, p. 99.

[6] Voir "L’uscita degli USA dall’accordo sul nucleare iraniano: conseguenze e implicazione per l’Italia", Osservatorio di Politica Internazionale, n. 139 settembre 2018.

[7] F. Mini, Introduzione a L’arco dell’impero, ivi cit., p. 22.

[8] Ibid, p. 23.

vendredi, 11 février 2022

La guerre au Mali, la raison des discussions Poutine-Macron  

8iRzk-JGaA29p4dmAqSYKF.jpg

La guerre au Mali, la raison des discussions Poutine-Macron

John Helmer

Ex: http://aurorasito.altervista.org/?p=22543

Les dommages que les empires européens ont causés à l'Afrique, en particulier les Britanniques, les Français et les Italiens, ont toujours été mis en accusation publique à Moscou: depuis la politique des tsars russes à l'Union soviétique et au président Vladimir Poutine. C'est lors de la conférence des Alliés à Potsdam, en juillet 1945, que le dirigeant soviétique Josef Staline a pris la peine de dire au président américain Harry Truman, ainsi qu'au premier ministre britannique Winston Churchill, que l'Union soviétique voulait prendre en charge la tutelle de la Libye sous le protectorat de l'ONU, et ainsi assurer la protection des Libyens contre le retour de la domination coloniale italienne. Churchill voulait le retour des Italiens ; le département d'État de Truman voulait la même chose, mais ne semblait pas trahir publiquement la promesse faite par Washington en temps de guerre, à savoir que la Libye, où les armées alliées ont vaincu les armées italiennes et allemandes au prix de très nombreuses vies libyennes et de la destruction d'une quantité de biens libyens, deviendrait indépendante.

La politique soviétique en Afrique n'a pas empêché l'US Air Force de transformer la Libye en une base nucléaire contre l'URSS. Mais le 1er septembre 1969, lorsque Mouammar Kadhafi a destitué le roi de Libye, son gouvernement et la base aérienne de Wheelus, une force navale soviétique de soixante-dix navires, dont le porte-avions Moskva, a occupé la mer entre la Crète et la côte libyenne, protégeant Kadhafi de l'intervention américaine et britannique. Depuis la reprise de l'intervention nord-américaine, française et britannique en Libye en 2011, et l'assassinat de Kadhafi en octobre de la même année, M. Poutine a publiquement répété qu'il regrettait l'inaction du président de l'époque, Dmitri Medvedev, qui s'était opposé à ces deux événements. Ce qui a suivi en Libye, a répété M. Poutine, a conduit à des guerres désastreuses dans les États africains au sud de la Libye, notamment au Mali, et à un afflux de réfugiés africains de la Libye vers l'Europe.

Les organes de propagande anglo-américains et européens accusent désormais le Kremlin d'intervenir militairement au Mali et dans d'autres États africains avec les opérations du Groupe Wagner. Cette question est apparue directement lors des six heures d'entretien de M. Poutine avec le président Emmanuel Macron au Kremlin. Il en a été ouvertement question lors de la conférence de presse qui a suivi.

La guerre au Mali n'a pas été identifiée comme une question importante dans les déclarations à la presse préparées par Poutine ou Macron.

Au lieu de cela, lors de la séance de questions-réponses, un journaliste français a demandé à Poutine : "Quant au Mali, pouvez-vous dire que votre gouvernement n'est en aucun cas lié aux mercenaires du Mali ?" Poutine a répondu : "Tout d'abord à propos du Mali. Le président Macron a soulevé cette question à plusieurs reprises, nous en avons discuté avec lui et le président Macron connaît notre position. Le gouvernement russe, l'État russe n'ont rien à voir avec les entreprises qui travaillent au Mali. Pour autant que nous le sachions, les dirigeants maliens n'ont pas à se plaindre des activités commerciales de ces entreprises". "Suivant la logique qui peut être appliquée à l'OTAN, aux États membres actuels et aux membres potentiels, si le Mali a choisi de travailler avec nos entreprises, il a le droit de le faire. Mais je tiens à souligner, j'en parlerai au président Macron après cette conférence de presse, je tiens à souligner que l'État russe n'a rien à voir avec ces entreprises. C'est lié aux intérêts commerciaux de nos entreprises, qui coordonnent leurs activités avec les autorités locales. Nous allons y jeter un coup d'œil, mais nous n'avons rien à voir avec cela. C'est le premier point".
Macron n'a pas fait de commentaire.

imaoooopppge.jpg

Macron et Poutine ont de nouveau été invités par un journaliste français à aborder la question du Mali. "M. Macron, pourriez-vous également répondre à la question concernant la présence de PMC Wagner et si la Russie est impliquée de quelque manière que ce soit ?" Poutine a répondu: "J'ai déjà traité cette question. J'ai déjà précisé que l'État russe n'a rien à voir avec cela. Je dis cela de manière tout à fait responsable, sans aucune intention cachée. Les autorités locales les invitent au niveau de l'État, les remercient pour leur travail, etc."

Macron a déclaré: "En ce qui concerne le groupe Wagner, la réponse du président est très claire. La France ne reconnaît que les États et la lutte contre le terrorisme. Par conséquent, nous prenons des décisions en matière de lutte contre le terrorisme à l'égard des États souverains et en étroite coordination avec la région. Dans ce cas, nous consultons la CEDEAO et l'Union africaine".

Le lendemain des négociations du Kremlin, un article détaillé sur les opérations françaises au Mali et l'implication du groupe Wagner a été publié dans la publication moscovite Vzgljad ("Point de vue"). En raison de la qualité de l'analyse des arguments stratégiques et des sources, Vzgljad peut être interprété comme reflétant les évaluations des services de renseignement russes. Cette évaluation de la guerre au Mali, qui replace dans leur contexte les commentaires de Poutine et de Macron au Kremlin, a été rédigée par le journaliste de Vzgljad Evgenij Krutikov. Et il n'a cité aucune source.

instructeurs-russes-de-wagner-1200x675.jpg

Comme la Russie a humilié la France en Afrique, les combats dans le désert ont leurs propres caractéristiques

Evgenij Krutikov

Ces dernières années, l'Afrique occidentale est devenue une région où la France a rapidement perdu son ancienne influence. Mais là-bas, on entend parfois exprimer de la gratitude envers les citoyens russes, et cela rend Paris très nerveux. Pourquoi ce qui se passe place-t-il la France dans une position extrêmement inconfortable, et comment la Russie y est-elle parvenue ?

Outre la situation en Ukraine, la situation en Afrique de l'Ouest a également été évoquée lors de la rencontre entre Vladimir Poutine et Emmanuel Macron. Ce qui se passe à Paris est perçu de manière extrêmement douloureuse et, après tout, des citoyens russes y participent également. Une situation particulière s'est développée au Mali, où les nouveaux dirigeants militaires ont expulsé l'ambassadeur français après que Paris a commencé à la qualifier de "junte illégitime". Selon diverses sources, plusieurs centaines de Russes étaient arrivés au Mali, vraisemblablement par le biais de sociétés militaires privées.

Au cours de la rencontre, Vladimir Poutine a expliqué à Emmanuel Macron la situation de l'implication russe au Mali. Concernant le Mali, M. le Président [de la France] a soulevé cette question à plusieurs reprises, nous en avons discuté et il connaît notre position. Le gouvernement russe, l'État russe n'a rien à voir avec les entreprises opérant au Mali. Selon la logique générale relative à [la politique de] l'OTAN et des membres de l'alliance, si le Mali fait le choix de travailler avec nos entreprises, il a le droit de le faire. L'État russe n'a rien à voir avec cela", a souligné une nouvelle fois M. Poutine.

Dans ce contexte, la République centrafricaine (RCA) a une nouvelle fois évoqué le rôle positif des instructeurs militaires russes. La Russie a aidé les autorités de la RCA à rétablir l'ordre dans le pays en l'espace d'un an, alors que l'Occident n'a pas réussi à le faire pendant des décennies. C'est ce qu'a déclaré l'ambassadeur de la RCA auprès de la Fédération de Russie, Leon Dodon-Punagaza, comme le rapporte RIA-Novosti. Avec les Français, les Nord-Américains et les autres, combien d'années avons-nous été amis et qu'ont-ils fait ? De tels groupes militaires n'ont pas apporté la paix à la République centrafricaine depuis des années", a noté le diplomate. Il a remercié Moscou pour son aide et a noté que la situation dans la république avait été terrible. D'un point de vue militaire, la situation au Mali est radicalement différente de celle de la RCA. En Afrique centrale, il y avait un enchevêtrement de conflits internes. Au Mali et dans certains pays voisins (Burkina Faso, Niger), on assiste à une invasion de groupes djihadistes liés à Al-Qaïda et à l'État islamique.

La majeure partie du territoire malien est semi-désertique (Sahel) ou désertique sableux ; les forêts tropicales n'occupent qu'une petite partie du pays, au sud. En conséquence, la population du Mali est composée d'une proportion inégale de deux groupes ethniques non apparentés : les Noirs (Mandika, Fulbe, Bambara et autres) dans le sud et le centre du pays, et les Touaregs dans le désert du nord. Plus de la moitié de la population malienne vit dans la partie sud du pays, tandis que les Touaregs (environ 10% de la population) occupent formellement une grande partie du Sahel et du désert. Les Touaregs ont longtemps réclamé l'indépendance, puis l'autonomie et enfin des révoltes armées. Mais ces dernières années, la menace extérieure commune, sous la forme de djihadistes venus du territoire voisin de la Libye détruite, a uni les groupes ethniques du Mali. Les chefs touaregs ont officiellement abandonné le conflit avec le gouvernement central du Mali et ont demandé de l'aide contre les djihadistes. Nous parlons donc exclusivement de la lutte contre le terrorisme dans sa tournure djihadiste classique. En outre, les Touaregs étaient extrêmement effrayés par le comportement des djihadistes : la destruction de célèbres monuments historiques à Tombouctou et les exécutions publiques selon la charia. Les combats se sont déroulés dans le semi-désert et le désert. Les détachements djihadistes utilisent des tactiques de raid classiques, se retirant périodiquement dans le Sahara libyen où il est presque impossible de les atteindre. De plus, les djihadistes tendent régulièrement des embuscades sur la seule route menant au Diré et à Tombouctou.

immdjage.jpg

Dans une telle situation, il ne vaut pas la peine d'attendre un effet rapide ("le garde forestier russe est arrivé et a dispersé tout le monde"), comme ce fut le cas, par exemple, en RCA. Ces attentes sont gonflées par le comportement passif des Français et des petits contingents européens qui les ont rejoints dans le cadre des opérations Serval et Barkhane (par exemple, la Lettonie a héroïquement envoyé quatre soldats au Mali).

Qu'est-ce qui a marché et qu'est-ce qui n'a pas marché avec les Français ? Lors de la première phase de l'opération Serval en janvier 2013, les Français utilisaient activement des avions de combat Mirage et Rafale pour bombarder tout ce qui bougeait dans le nord-est du Mali. Ils ont ensuite envoyé 500 parachutistes et toute l'armée malienne à Tombouctou. Les djihadistes n'ont pas pu résister et, en février, les Français ont occupé Tombouctou. Et là, ils ont construit une base, maintenant occupée par les Russes. C'est un succès incontestable, car les Maliens ne pouvaient pas faire face aux djihadistes par eux-mêmes. Il ne faut donc pas croire que les Français ont toujours été inactifs. De plus, les Français ont fait face à une forte résistance inattendue et ont décidé de se réorganiser. Ils ont eu la révélation que les barbus enturbannés de Libye étaient bien entraînés, qu'ils disposaient d'armes modernes et qu'ils étaient prêts à résister jusqu'au bout.

Lors de la " bataille pour la ville de Kona ", mi-janvier 2013, les Français ont perdu un hélicoptère et son équipage, abattus par des djihadistes. Cela a rendu les Français très tendus. Le résultat est la nouvelle opération "Barkhane". Selon l'idée de Paris, il s'agissait d'entourer le semi-désert d'un réseau de bases militaires au Tchad, au Mali, au Burkina Faso, en Mauritanie, au Sénégal et en Côte d'Ivoire et d'étrangler les djihadistes en les privant de ravitaillement. À partir de ce moment, le comportement des Français et des alliés (50 soldats sont envoyés par un autre guerrier nordique épique, l'Estonie ; plusieurs centaines sont envoyés par l'Allemagne) devient exceptionnellement passif.

L'objectif était d'utiliser des hélicoptères (britanniques et allemands) pour détruire les caravanes des djihadistes dans le désert et mener des opérations d'assaut ciblées. Mais il est vite apparu que les hélicoptères livrés au Mali n'étaient pas adaptés aux opérations dans le désert et que leur blindage était insatisfaisant, même pour les tirs d'armes légères depuis le sol. Les hélicoptères sont inutilisables, ce qui rend l'opération Barkhane inutile, car la pénétration dans le désert devient techniquement impossible. Au moindre contact avec le feu terrestre, les Français se cachent dans leurs bases. Le commandant de l'opération, le général Pierre de Villiers, a interrogé Paris sur l'élargissement de l'opération et le changement de tactique, mais n'a reçu aucun soutien et a démissionné. Le conflit entre un représentant de l'une des plus anciennes familles aristocratiques de France et le président Macron en est venu à ce que ce dernier renvoie de Villiers de l'armée.

capture_decran_2021-10-20_a_12.32.18.png

En novembre 2019, les Français ont tenté de mener une opération d'envergure au carrefour de trois frontières - Mali, Burkina Faso et Niger. Mais dans une tempête de sable, les hélicoptères ont été perdus ; deux sont entrés en collision et 13 soldats français sont morts. Par la suite, l'opération Barkhane a été réduite à des opérations de routine. Les Français ont commencé à accuser ouvertement les FAMA, l'armée malienne, et non eux-mêmes, d'inaction. Dans le même temps, ils n'ont même pas levé le petit doigt pour renforcer la FAMA ; au contraire, ils l'ont traitée comme un auxiliaire. Et ce, malgré le fait que les Maliens avaient subi de lourdes pertes dans des batailles terrestres que les Français évitaient traditionnellement. Cela a irrité les Maliens et créé un contexte émotionnel négatif pour les Français, car leur comportement rappelait une relation coloniale et non un partenariat égalitaire.

Avec les Russes, c'est le contraire. Au départ, il avait été annoncé qu'ils ne participeraient pas aux combats mais qu'ils formeraient les Maliens. Les premiers instructeurs de l'ancienne base française de Tombouctou ont été engagés dans la formation du personnel. Mais dans le même temps, les estimations occidentales du nombre de Russes variaient considérablement. Par appréhension, leur nombre a été exagéré à 500. Selon des estimations plus modestes, ils seraient entre 200 et 300. Tout a commencé avec quatre instructeurs. Leurs photos ont été activement publiées dans les médias français. Sur le plan purement militaire, il s'agit pour l'instant d'établir un contrôle total de l'autoroute Bamako-Timbuktu (Tombouctou). C'est là qu'a eu lieu le premier affrontement, auquel, vraisemblablement, les Russes ont pris part. Un convoi de l'armée malienne est tombé dans une embuscade près de Bandiagara, dans le centre du pays. Il a été rapporté qu'un véhicule blindé de transport de troupes avait sauté par-dessus une mine, après quoi une fusillade a eu lieu et l'un des Russes aurait été blessé. On parle de plusieurs djihadistes tués au Mali, mais ce qui est absolument certain, c'est qu'il n'y avait pas de "prisonniers" parmi les Russes.

Des sources françaises insistent sur le fait que la nouvelle direction militaire du Mali mène délibérément une opération visant à chasser la France de la région et coordonne virtuellement cette ligne avec plusieurs pays voisins. Après l'expulsion démonstrative de l'ambassadeur de France de Bamako, voici ce qu'il en est à Paris. Aujourd'hui, le quartier général de l'opération militaire française (si on peut encore l'appeler ainsi) est transféré en Côte d'Ivoire, fidèle à Paris, dans la plus grande ville de ce pays : Abidjan. Les Français s'enlisent. D'une part, l'opération militaire en Afrique de l'Ouest a effectivement échoué. D'autre part, d'une certaine manière, il ne faut pas l'admettre. Mettre fin à l'opération Barkhane et s'envoler, c'est perdre la face et, de plus, admettre que les tactiques russes se sont avérées plus efficaces.

Pour être tout à fait honnête, il n'est toujours pas clair dans quelle mesure les Russes sont plus efficaces au Mali que les Français qui avancent péniblement dans les dunes depuis des décennies. Il ne sera possible de fournir des estimations précises qu'à la fin de cette année, lorsqu'il sera possible de former quelque chose de prêt au combat dans les FAMA, comme cela a été fait en RCA. Quoi qu'il en soit, la situation en Afrique de l'Ouest a radicalement changé, mais pas en faveur de la France, et ce avec l'aide de centaines de Russes (le fameux "garde forestier"). Si cette tendance se poursuit, les perspectives de sauver la face pour Paris seront de plus en plus minces".

Traduction par Alessandro Lattanzio

 

Biden et les bellicistes antirusses : ils rejouent Bush, Clinton et Obama

natekitch-politico-bidenrisk-final2.jpg

Biden et les bellicistes antirusses : ils rejouent Bush, Clinton et Obama

Noriko Watanabe et Lee Jay Walker

Une analyse de "Modern Tokyo Times"

Source: http://moderntokyotimes.com/biden-and-anti-russia-warmongers-play-it-again-bush-and-obama/

Durant son administration, Donald Trump a eu un comportement rare dans l'histoire américaine récente. En effet, il n'a pas déclenché une guerre ni incité à en lancer une. Encore récemment, l'administration de Barack Obama avait déstabilisé la Libye et la Syrie - avec les habituelles puissances alliées de l'OTAN et du Moyen-Orient. Les administrations de Bill Clinton et de George Bush junior ont également semé la mort et la misère sur plusieurs continents. Par conséquent, l'option bipartisane et hostile à la Fédération de Russie aux États-Unis incite une fois de plus à déclencher une autre guerre - sous l'administration du président Joe Biden.

Feu Stephen F. Cohen (1938-2020) a déclaré en 2019 : "Pendant des siècles et encore aujourd'hui, la Russie et de grandes parties de l'Ukraine ont eu beaucoup de liens en commun - une longue frontière territoriale, une histoire commune, des affinités ethniques, linguistiques et culturelles, des relations personnelles intimes, des échanges économiques substantiels, etc. Même après les années d'escalade du conflit entre Kiev et Moscou depuis 2014, de nombreux Russes et Ukrainiens se considèrent toujours membres d'une même famille. Les États-Unis n'ont pratiquement aucun de ces points communs avec l'Ukraine".

Biden jette les bases d'une méfiance accrue avec la Fédération de Russie, alors que l'Amérique s'est récemment retirée de l'Afghanistan. En outre, l'administration Biden se met de plus en plus à dos la Chine avec une rhétorique sans fin visant à contenir cette nation. Par conséquent, l'arrière-cour géopolitique de l'Amérique s'applique à faire adopter aux puissances européennes de l'OTAN et à d'autres, jusqu'au Japon, une attitude hostile visant la Fédération de Russie - et cherche l'appui du Japon et d'autres nations de l'Asie-Pacifique qui sont anti-chinoises, pour parfaire sa stratégie "humanitaire" qu'elle considère utile et qu'elle manipule".

L'Amérique - ironiquement - subit actuellement 100.000 décès dus aux opioïdes, rien qu'au cours des 12 derniers mois, sans parler des décès dus au Covid-19 qui atteindront 900.000 cas la semaine prochaine; de surcroît, elle est marquée par des différences culturelles internes croissantes provoquées par les démocrates (du piège racial à la confusion des genres), par des problèmes d'inflation, et par le fait que plusieurs villes sont en train de s'effilocher à cause des sans-abri, de la criminalité et du programme de financement de la police des riches démocrates qui jouent la "carte raciale". Par conséquent, pourquoi Biden ne se concentre-t-il pas sur ces questions et sur la frontière de l'Amérique plutôt que de chercher à déclencher une nouvelle guerre froide avec la Chine et la Fédération de Russie ?

Robert Menendez et d'autres bellicistes hostiles à la Fédération de Russie - qu'ils soient démocrates ou républicains - enflamment la situation en usant d'une rhétorique sans fin. Voice of America rapporte : "En outre, Menendez a dit qu'il s'attend à ce que le Sénat approuve une "assistance supplémentaire à l'Ukraine" sous la forme d'une livraison d'armes létales, ainsi que des sanctions économiques sur des secteurs clés de l'économie russe, et une interdiction pour la Russie de vendre sa dette souveraine sur les marchés internationaux".

Vasily Nebenzya, l'ambassadeur de la Fédération de Russie auprès des Nations Unies, a déclaré que l'Amérique "provoque une escalade". L'ambassadeur a poursuivi en laissant entendre que l'Amérique "attise l'hystérie" à l'encontre de la Fédération de Russie.

Le président de la Fédération de Russie, Vladimir Poutine, est découragé par les réponses obtenues par l'Amérique et l'OTAN concernant les préoccupations géopolitiques de la Fédération de Russie. Il a déclaré : "Permettez-moi de noter que nous analysons de près les réponses écrites reçues des États-Unis et de l'OTAN le 26 janvier. Cependant, il est déjà clair, et j'en ai informé M. le Premier ministre, que les préoccupations fondamentales de la Russie ont été ignorées."

Selon TASS News, M. Poutine "...a expliqué que Moscou n'avait vu aucune réponse adéquate à trois demandes clés - empêcher l'expansion de l'OTAN, ne pas déployer de systèmes d'armes de frappe près des frontières russes et ramener l'infrastructure militaire de l'OTAN en Europe aux positions existantes en 1997, lorsque l'Acte fondateur Russie-OTAN a été signé."

61LgCq-iz4L.jpg

9781784536305.jpg

Le très respecté Stephen F. Cohen a reproché à Bill Clinton d'avoir commencé à étendre l'OTAN plus à l'est vers la Fédération de Russie. Il a déclaré : "La réponse courte mais essentielle fut la décision de Washington, prise par le président Bill Clinton dans les années 1990, d'étendre l'OTAN vers l'est à partir de l'Allemagne et finalement jusqu'à l'Ukraine elle-même. Depuis lors, tant les démocrates que les républicains ont insisté sur le fait que l'Ukraine est d'un "intérêt national vital pour les États-Unis". Ceux d'entre nous qui se sont opposés à cette folie ont prévenu qu'elle conduirait à des conflits dangereux avec Moscou, voire à la guerre. Imaginez la réaction de Washington, disions-nous, si des bases militaires russes commençaient à apparaître aux frontières du Canada ou du Mexique avec les États-Unis. Nous n'avions pas tort : On estime que 13.000 personnes sont déjà mortes dans la guerre ukraino-russe dans le Donbass et que quelque 2 millions de personnes ont été déplacées."

The Guardian (Simon Jenkins), à propos de feu Boris Eltsine plaidant auprès des puissances de l'OTAN pour qu'elles ne se déplacent pas en direction des frontières de la Russie, adopte un point de vue similaire à celui de feu Stephen F. Cohen. Il rapporte : "L'Occident a ouvertement tourné en dérision ce conseil. Les dirigeants de l'OTAN ont savouré leur victoire, recrutant des membres à l'est, en passant par la Pologne, la République tchèque, la Hongrie et les États baltes. Les supplications des modérés russes ont été ignorées, tandis que Londres ouvrait ses portes aux richesses volées de la Russie. Le résultat était prévisible. En 1999, Vladimir Poutine a pris le pouvoir sur un programme populiste et patriotique. Pour l'ancien ambassadeur britannique à Moscou, Rodric Braithwaite, Poutine est passé maître dans l'art d'exprimer "le sentiment d'humiliation ressenti par les Russes après l'effondrement de l'Union soviétique". Il a exploité l'expansionnisme agressif de l'OTAN pour ce qu'il valait. Lorsqu'en 2008, l'Américain George W. Bush a soutenu l'extension de l'adhésion à l'OTAN de la Géorgie et de l'Ukraine (une décision à laquelle l'Allemagne et la France ont opposé leur veto), Poutine s'est emparé de territoires dans ces deux pays".

Il est temps pour l'Amérique - et à un moindre degré pour le Royaume-Uni - de se concentrer sur leurs questions internes qui doivent être traitées. Les élites politiques de Washington et de Londres se sont ingérées partout et ont semé le chaos international en s'immisçant sans fin dans d'innombrables conflits nationaux et internationaux au cours des dernières décennies. Cela concerne toujours l'instigation à commencer des conflits loin des rivages des deux nations.

Le Modern Tokyo Times a récemment déclaré : "Les États-Unis (US) et le Royaume-Uni (UK) se sont impliqués dans la déstabilisation de nombreuses nations - avec d'autres puissances de l'OTAN (la France en Libye et la Turquie en Syrie) - pendant de nombreuses décennies. Ainsi, du soutien au démembrement de la Yougoslavie puis de la Serbie (avec la sécession du Kosovo) - aux intrigues en Afghanistan, en Irak, en Libye, en Syrie et en d'autres conflits - des vagues migratoires massives ont eu lieu. Cela est lié aux États défaillants, au chaos, au terrorisme, aux persécutions ethniques et à d'autres facteurs négatifs".

Le monde a besoin d'une pause dans les conflits constants qui émanent des mêmes puissances. L'Amérique, la France, les États-Unis, la Turquie et d'autres pays continuent de s'ingérer dans les affaires internationales - tous sont des puissances de l'OTAN. Il est donc temps pour l'OTAN et la Fédération de Russie d'avoir un véritable dialogue qui réponde aux préoccupations naturelles de la Fédération de Russie et qui apaise la crise actuelle qui est attisée par Washington et par Londres.

Les effusions de sang se poursuivent dans plusieurs pays qui subissent les conséquences des actes des puissances de l'OTAN. Il s'agit de la poursuite de la déstabilisation de la région du Sahel après que la guerre contre la Libye a fait de cette nation un État en faillite, il s'agit ensuite des convulsions en cours en Irak et en Syrie, de l'occupation continue de la partie nord de Chypre par la Turquie, de l'ingérence de la Turquie dans la région du Haut-Karabakh qui a vu des islamistes être transportés dans la zone de guerre pour tuer des chrétiens arméniens, et d'autres convulsions liées à l'Afghanistan, à l'immigration massive en Europe et au nettoyage des minorités religieuses (chrétiens et yézidis dans certaines parties de l'Irak et de la Syrie). Par conséquent, ce chaos collectif est responsable d'un grand nombre de décès - tout en créant des millions de réfugiés et en déclenchant une immigration massive.

Sources:

https://www.voanews.com/a/us-senate-contemplates-mother-of-all-sanctions-if-russia-invades-ukraine/6421270.html

https://mises.org/wire/why-die-ukraine

https://tass.com/world/1396205

mercredi, 09 février 2022

L'Asie centrale devient une plateforme de coopération entre la Russie, l'Inde et la Chine

Russia-India-China-1280x720.jpg

L'Asie centrale devient une plateforme de coopération entre la Russie, l'Inde et la Chine

Vladimir Platov

Source: http://aurorasito.altervista.org/?p=22414

L'Asie centrale (AC), en raison de sa position géostratégique au carrefour de l'Europe et de l'Asie, de sa proximité avec les principaux acteurs internationaux tels que la Russie et la Chine, de sa richesse en ressources naturelles et des opportunités commerciales et économiques qui n'ont pas encore été pleinement exploitées, a récemment suscité un intérêt croissant de la part des acteurs internationaux. Afin de créer une position stable dans la région et de rompre les liens traditionnels de longue date des pays d'Asie centrale avec la Russie et la Chine, les États-Unis et leurs alliés de l'OTAN préfèrent recourir à la politique de provocation et à l'activité accrue des services de renseignement occidentaux. Ils appliquent notamment le soft power ou lancent des attaques avec l'aide de terroristes spécialement formés (comme cela s'est produit notamment lors des événements au Kazakhstan), et incitent aux conflits ethniques, comme l'escalade à la frontière entre le Kirghizistan et le Tadjikistan. La Russie, la Chine et, dernièrement, l'Inde agissent différemment en Asie centrale : elles cherchent à renforcer la coopération culturelle, commerciale, économique et politique fondée sur la responsabilité partagée de la sécurité et du développement harmonieux de la région, à laquelle ces trois États sont le plus étroitement liés.

ric_468.jpeg

Pour Pékin, la région d'Asie centrale est particulièrement importante, notamment pour empêcher le fondamentalisme islamique de pénétrer dans ces pays et de déborder sur la RPC. Il est également important pour Pékin de créer une infrastructure fiable en Asie centrale pour l'envoi de marchandises chinoises à l'étranger et pour assurer la sécurité énergétique de la Chine : c'est en Asie centrale que Pékin achète de grandes quantités de gaz, de pétrole et d'uranium. Les échanges commerciaux de la Chine avec les cinq pays d'Asie centrale ont atteint 40 milliards de dollars en 2018. Le 25 janvier, le président Xi Jinping a présidé une réunion en ligne avec les dirigeants d'Asie centrale pour célébrer le 30e anniversaire des relations diplomatiques entre les pays d'Asie centrale et la Chine et a promis d'importer davantage de produits agricoles et d'autres biens de haute qualité, de porter le commerce bilatéral avec la région à 70 milliards de dollars d'ici 2030, de fournir 500 millions de dollars d'aide, 50 millions de doses de vaccins et 1200 bourses d'études aux étudiants. Le dirigeant chinois a également évoqué plusieurs projets communs d'importance stratégique : le gazoduc Chine-Asie centrale, l'oléoduc Chine-Kazakhstan, l'autoroute Chine-Kirghizistan-Ouzbékistan et l'autoroute Chine-Tadjikistan.

2942729.jpg

Après Xi Jinping, le Premier ministre Narendra Modi a également organisé un sommet en ligne le 27 janvier pour marquer le 30e anniversaire des relations diplomatiques avec les pays de l'AC, qui a également été célébré en Inde. Les résultats, ainsi que l'importance du développement et de l'approfondissement des relations avec les pays d'Asie centrale pour New Delhi, ont été largement repris dans les médias indiens. En particulier, il a été noté que New Delhi avait établi des liens spéciaux avec certains pays d'Asie centrale au cours des dernières années. Par exemple, des troupes kazakhes font partie du bataillon indien de maintien de la paix des Nations unies au Liban. Au Kirghizstan, l'Inde a construit cinq centres de télémédecine, a accordé des prêts d'un montant de 200 millions de dollars, organise l'exercice militaire annuel de Khanjar et compte une communauté de 15.000 étudiants. Avec le Tadjikistan, New Delhi coopère étroitement dans le domaine de la défense. L'Inde a prêté 1 milliard de dollars à l'Ouzbékistan, a approuvé quatre projets d'une valeur de 450 millions de dollars et investit 50 millions de dollars dans la création d'une usine pharmaceutique. Au Turkménistan, l'Inde a construit un centre informatique. Avant cela, l'Inde avait signé un accord de défense et de technologie militaire avec le Kazakhstan, mis en place une équipe conjointe de lutte contre le terrorisme avec l'Ouzbékistan et conclu des accords de coopération militaire avec le Kirghizstan et le Turkménistan. En développant la coopération en matière de défense avec la région, l'Inde vise clairement à devenir un fournisseur d'armes pour cette partie du monde, dans l'espoir qu'en utilisant des armes russes, les pays de la CA achèteront des pièces de rechange et des composants que l'Inde produit.

Le sommet s'est concentré sur des propositions visant à accroître les échanges, les liens commerciaux, la coopération culturelle et, bien entendu, à contrer la menace du terrorisme, qui s'est intensifiée depuis le retrait des États-Unis d'Afghanistan. Narendra Modi a noté que ces événements ont montré la nécessité d'une plus grande interaction. Les médias indiens ont rappelé que le ministre en chef indien avait visité les républiques de la région en 2015. Et en décembre 2021, un dialogue a eu lieu au niveau du ministère des affaires étrangères entre les cinq pays et l'Inde, axé sur l'Afghanistan, la pandémie et les relations mutuelles. New Delhi se positionne comme un acteur majeur en Afghanistan et en Asie centrale, en s'appuyant sur l'accès aux ressources énergétiques, conformément à la déclaration faite il y a 30 ans. New Delhi espérait activer un corridor de transport à partir du port de Chabahar en Iran, puis à travers l'Afghanistan. Cependant, en 2019, l'Inde s'est rangée du côté des États-Unis dans le différend entre l'Iran et les États-Unis en adhérant aux sanctions américaines, l'Iran ayant un avis contraire et certains projets, notamment le port de Chabahar, étant gelés. Comme la Chine, l'Inde ne souhaite raisonnablement pas que la région d'Asie centrale devienne un refuge pour les islamistes. Elle craignait également la formation d'un bloc de pays musulmans en Asie centrale, en Afghanistan, au Pakistan et en Turquie, dont New Delhi était convaincu qu'il aurait un parti pris anti-indien. Elle a donc agi de manière décisive, en essayant d'obtenir une base aérienne au Tadjikistan et en envoyant des conseillers militaires en Afghanistan.

North-south-Eurasian-Corridor.jpg

Selon les rapports officiels de New Delhi, l'un des principaux résultats du sommet en ligne lancé par Modi le 27 janvier a été un accord entre les dirigeants de l'Inde et des pays d'Asie centrale pour tenir des sommets tous les deux ans, faisant de l'Asie centrale le point culminant de l'engagement diplomatique de New Delhi avec tous les pays de la région ces dernières années, selon le ministère indien des affaires étrangères. Le sommet a accueilli favorablement la proposition de l'Inde de créer un centre Inde-Asie centrale à New Delhi, qui servira de secrétariat aux réunions du sommet, selon la déclaration de Delhi adoptée à l'issue du sommet. En outre, les parties ont noté l'importance de l'idée de créer un forum parlementaire Inde-Asie centrale. Le sommet en ligne a soutenu la proposition de l'Inde d'inclure le port iranien de Chabahar dans la structure du corridor de transport international Nord-Sud, ainsi que l'initiative du Turkménistan d'inclure également le port de Turkmenbashi. En outre, la partie indienne a salué l'intérêt des dirigeants d'Asie centrale pour l'utilisation du terminal Shahid Beheshti du port de Chabahar, dans le golfe d'Oman, qui est en cours de construction avec la participation active d'investisseurs indiens, facilitant ainsi les échanges avec l'Inde et d'autres marchés. En particulier, les États du Golfe expédiant des marchandises vers l'Europe occidentale et septentrionale à partir de l'Iran, de l'Azerbaïdjan et de la Russie, le fait de relier les chemins de fer des trois pays réduira le délai de livraison des marchandises de deux à trois fois grâce à l'utilisation de ce corridor.

lundi, 07 février 2022

Russie/Ukraine: les divisions au sein de l'OTAN et les habituels bellicistes (Royaume-Uni et États-Unis)

Ukraine-Nato.jpg

Russie/Ukraine: les divisions au sein de l'OTAN et les habituels bellicistes (Royaume-Uni et États-Unis)

Sawako Utsumi et Lee Jay Walker

Une analyse du Modern Tokyo Times

Ex: http://moderntokyotimes.com/nato-divisions-and-usual-warmongers-uk-and-us-russia-and-ukraine/

Les États-Unis (US) et le Royaume-Uni (RU) se sont impliqués dans la déstabilisation de nombreux pays - avec d'autres puissances de l'OTAN (la France en Libye et la Turquie en Syrie) - depuis de nombreuses décennies. Ainsi, du soutien au démembrement de la Yougoslavie puis de la Serbie (avec la création du Kosovo) - aux intrigues en Afghanistan, en Irak, en Libye, en Syrie et en d'autres conflits - une immigration massive a été déclenchée. Ceci est lié aux États faillis, au chaos, au terrorisme, à la persécution ethnique et à d'autres facteurs négatifs.

En Amérique, vous avez 100.000 décès dus aux opioïdes, une frontière qui reste non viable et des divisions sociales et politiques croissantes. De même, au Royaume-Uni, où la statue de Winston Churchill a dû être protégée récemment contre des individus qui détestent les traditions de ce pays. En outre, les deux nations sont marquées par la criminalité, les guerres d'identité entre les sexes, le racisme et l'absence d'orientation ferme pour l'avenir. Cependant, lorsqu'il s'agit d'intrigues anti-chinoises et antirusses, les élites politiques du Royaume-Uni et des États-Unis cherchent toujours à semer davantage de chaos international.

La crise en Ukraine est extrêmement délicate vu les changements survenus après l'effondrement de l'Union soviétique et vu l'expansion croissante de l'OTAN vers l'est. Ainsi, les élites politiques de Moscou veulent un respect des accords géopolitiques alors que l'OTAN et la Fédération de Russie ont des intérêts divergents liés justement à la géopolitique. Par conséquent, tout comme la crise entre la Chine et Taïwan, qui est encouragée par les États-Unis et le Royaume-Uni (ainsi que par le Japon ces derniers temps), les mêmes forces (à l'exception du Japon) dans les couloirs du pouvoir à Londres et à Washington font monter les enchères en Ukraine en visant la Fédération de Russie.

Valery Gerasimov, chef de l'état-major général russe, a déclaré : "Les livraisons d'hélicoptères, de drones et d'avions à l'Ukraine poussent les autorités ukrainiennes à prendre des mesures abruptes et dangereuses. Kiev ne respecte pas les accords de Minsk. Les forces armées ukrainiennes se vantent d'avoir commencé à utiliser des systèmes de missiles antichars Javelin fournis par les États-Unis dans le Donbass et d'utiliser également des drones turcs de reconnaissance et de frappe. En conséquence, la situation déjà tendue dans l'est de ce pays se détériore encore davantage".

Alexander Lukashevich, représentant permanent de la Russie auprès de l'OSCE, "Nous sommes alarmés par les informations selon lesquelles certains pays membres de l'OTAN ont intensifié le déploiement d'armes létales et de personnel militaire en Ukraine. Rien que cette semaine, plusieurs avions militaires britanniques transportant des systèmes de missiles guidés ont atterri à Kiev".

ukrainian-servicemen-are-seen-holding-javelin-anti-tank-news-photo-1639076492.jpg

1000x563_cmsv2_61ab745f-bf91-529c-aeaf-a860abed59d5-6178190.jpg

Selon TASS News, "le diplomate russe a souligné que les avions militaires de transport et de reconnaissance américains apparaissaient de plus en plus souvent dans le ciel ukrainien et que les États-Unis avaient levé les obstacles à la réexportation de leurs systèmes de missiles et d'autres armes des pays baltes vers l'Ukraine".

Contrairement au Royaume-Uni et aux États-Unis, l'Allemagne tient bon en adoptant une approche plus nuancée. Annalena Baerbock, la ministre allemande des Affaires étrangères, a déclaré : "Nous sommes prêts à avoir un dialogue sérieux avec la Russie pour désamorcer la situation extrêmement dangereuse qui prévaut actuellement, car la diplomatie est la seule voie viable".

Le Modern Tokyo Times a récemment déclaré : "Ainsi, du point de vue de la Fédération de Russie, le renforcement militaire en cours des forces ukrainiennes dans les environs de la région du Donbass entraîne une certaine nervosité. Après tout, étant donné la nature nationaliste des forces politiques en Ukraine occidentale et leur hostilité à l'égard de la population russe, il est inconcevable que la Fédération de Russie reste les bras croisés en regardant des compatriotes russes se faire tuer".

Le Council on Foreign Relations rapporte que "les spécialistes occidentaux sont quelque peu en désaccord sur les motivations de l'agression de la Russie en Ukraine. Certains mettent l'accent sur l'élargissement de l'OTAN après la guerre froide, que la Russie considère avec une inquiétude croissante. En 2004, l'OTAN a ajouté sept membres, sa cinquième expansion et la plus importante à ce jour, dont les anciennes républiques baltes soviétiques, l'Estonie, la Lettonie et la Lituanie. Quatre ans plus tard, lorsque l'OTAN a déclaré son intention de faire entrer l'Ukraine et la Géorgie dans le giron de l'Alliance à un moment donné, la Russie a clairement indiqué qu'une ligne rouge avait été franchie".

Le Guardian (par la plume de Simon Jenkins), à propos du regretté Boris Eltsine plaidant auprès des puissances de l'OTAN pour qu'elles ne se déplacent pas jusqu'aux frontières de la Russie, rapporte : "L'Occident a ouvertement tourné cette requête en dérision. Les dirigeants de l'OTAN ont savouré leur victoire, recrutant des membres à l'est, en passant par la Pologne, la République tchèque, la Hongrie et les États baltes. Les supplications des modérés russes ont été ignorées, tandis que Londres ouvrait ses portes aux richesses volées de la Russie. Le résultat était prévisible. En 1999, Vladimir Poutine a pris le pouvoir sur un programme populiste et patriotique. Pour l'ancien ambassadeur britannique à Moscou, Rodric Braithwaite, Poutine est passé maître dans l'art d'exprimer "le sentiment d'humiliation ressenti par les Russes après l'effondrement de l'Union soviétique". Il a exploité l'expansionnisme agressif de l'OTAN pour ce qu'il valait. Lorsqu'en 2008, l'Américain George W. Bush a apporté son soutien à l'extension de l'OTAN par l'adhésion de la Géorgie et de l'Ukraine (une décision à laquelle l'Allemagne et la France ont opposé leur veto), Poutine s'est emparé de territoires dans ces deux pays".

L'Ukraine et la Fédération de Russie doivent rechercher une solution, au moins là où le "conflit est gelé", soit dans la région de Donbass - jusqu'à ce qu'une solution politique  plus générale puisse être trouvée. Les courtiers honnêtes au sein de l'OTAN - notamment l'Allemagne et l'Italie - devraient également rechercher des compromis de toutes parts. Après tout, les Ukrainiens, de tous les côtés des barrières ethnique, politique et religieuse, sont pris en otage par les politiques expansionnistes de l'OTAN.

L'ingérence du Royaume-Uni, des États-Unis et d'autres pays, dont le Canada, ne se terminera pas bien, compte tenu de l'histoire récente.

Sources:

https://www.theguardian.com/commentisfree/2022/jan/20/britain-russia-ukraine-border-dispute

https://tass.com/politics/1391077