Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 30 mars 2022

Comment la gauche a rejeté le meilleur du marxisme

2-bio-marx.jpg

Comment la gauche a rejeté le meilleur du marxisme

Entretien avec Carlos X. Blanco, auteur de "Ensayos Antimaterialistas" (Letras Inquietas, 2021)

Lucio Javier Perona

Source: https://www.geopolitica.ru/es/article/como-la-izquierda-ha-descartado-lo-mejor-del-marxismo

Pourquoi un philosophe "marxiste" écrirait-il des "Essais anti-matérialistes" ? N'est-ce pas une contradiction dans les termes ?

CXB : Pas du tout. L'histoire de la philosophie nous apprend que Marx était le disciple le plus avancé et le plus cohérent de Hegel. L'ensemble du système marxien est un idéalisme. Il s'inscrit dans le courant idéaliste germanique le plus abouti et le plus élaboré. Le "règlement de comptes" avec le maître Hegel est naturel et normal pour tout disciple qui continue à faire de la philosophie et qui part de l'héritage reçu pour le mobiliser face à des réalités nouvelles et changeantes. Marx a pu faire connaissance avec le mouvement ouvrier en France et en Belgique, alors que l'Allemagne somnolait encore dans un capitalisme purement commercial et une politique féodalisante. Il est logique que les prémisses hégéliennes explosent face à de nouveaux contextes. Mais il y a plus d'hégélianisme que de "matérialisme" chez Marx. Il n'y a aucun doute là-dessus. Feuerbach ou les mécanicistes français sont détruits dans le corpus marxien. Ils ne sont pas dialectiques, ils n'ont rien à voir avec cela.

hegel.jpg

Comme Denis Collin ou Diego Fusaro, vous choisissez de parler de "communautaire" plutôt que de communiste pour vous référer à la pensée de Marx. Rejetez-vous la tradition révolutionnaire qui se dit "communiste" ?

CXB : Je ne la rejette pas, mais je ne l'identifie plus guère au sein de la gauche militante et de la pensée critique. La lutte contre le capital n'a rien à voir en soi avec la "mémoire démocratique", l'"idéologie du genre", la "décroissance", etc. Vous ne pouvez pas mélanger tout avec tout. Je ne vois rien de mal à parler de "communisme" tant que les termes sont bien fixés. Je suis fatigué de répéter qu'il n'y a aucune raison d'identifier cet "isme" avec les dictatures stalinienne ou maoïste. Il est déjà fastidieux de répéter, à ce stade, que les PC occidentaux étaient déjà sociaux-démocrates et, finalement, keynésiens bien avant la chute du Mur. Je pense que nous devrions également nous tourner vers l'histoire de la philosophie et observer que la défense de la polis, la lutte pour préserver les valeurs humaines (toujours communautaires et politiquement organisées depuis que le seuil de la barbarie a été franchi) est un combat très ancien. Elle était déjà connue des Grecs anciens, la polis contre les valeurs désintégratrices de l'individualisme, contre la loi du plus fort et le pouvoir de l'argent. Platon et Aristote, chacun à leur manière, ont élevé les digues pour contenir l'individualisme prédateur et relativiste déjà esquissé par les sophistes. Ils l'ont fait pendant des siècles. Leur travail explique Hegel et Marx. Derrière le sophisme se cache un terrible bélier qui démolit la vie communautaire et donc humaine. Derrière chaque sophiste se cache le chaos.

Le titre de votre ouvrage fait référence au livre classique de Gustavo Bueno, Ensayos materialistas (= "Essais matérialistes") (1972). Est-il écrit comme une réponse à Bueno ?

CXB : Non, non. Ce serait trop en dire. Le travail que vous citez est très complexe et labyrinthique. Il est impossible de reproduire un texte délibérément sophistiqué, baroque et parfois profond. En effet, nombre de mes essais portent sur l'ontologie, sur la "réalité". Mais ma vision de l'ontologie est différente de celle de mon ancien professeur Bueno. La réalité n'est pas la "matière". Quel que soit le désir de Bueno de "dialectiser" la matière, de fuir la simple physicalité ou corporéité de la matière, à long terme, il n'y est pas parvenu. Déjà dans ma thèse de doctorat, analysant les problèmes gnoséologiques de la psychologie et des sciences cognitives, je me suis rendu compte, à la fin des années 1980, que le Sujet du soi-disant "matérialisme philosophique" est un opérateur grossier, presque mécanique, une entité fantomatique qui n'est pas capable d'action, mais seulement de l'exécution mécanique d'opérations de séparation et d'unification. Cela appauvrit Marx et ne fait pas honneur à toute sa riche théorie de l'action. Bueno n'était pas un marxiste conséquent, seulement un admirateur de l'empire soviétique (tant qu'il avait du prestige à gauche) et un jacobin. Et c'est ce que l'on peut encore percevoir chez ses disciples de différentes générations : s'ils applaudissent aujourd'hui la parti populiste Vox et tombent amoureux des thèses de Marcelo Gullo, la grande majorité d'entre eux sont nostalgiques de cet empire rouge et amoureux du jacobinisme. Maintenant, ils peuvent troquer le rouge pour d'autres couleurs, mais ils ont toujours la même nostalgie jacobine. Ce qu'ils ne peuvent pas prendre de Marx, ils le prennent de Spinoza, leur "saint athée", dans une déformation claire d'un philosophe hispano-hébraïque très mystique et très peu "matérialiste" selon les interprètes autorisés.

Que pensez-vous de la dérive "hispaniste" de cette école d'Oviedo ou du "matérialisme asturien" ?

CXB : Eh bien, en termes très généraux, je sympathise avec la défense de l'hispanisme et la critique de la légende noire. Les étrangers ou les séparatistes n'ont jamais pu me convaincre du bien fondé de cette Légende. Je ne peux pas non plus adhérer au produit qu'est la Légende rose. L'Empire espagnol aurait certainement pu être le "katehon" (pour utiliser un terme théologique) face à la désintégration que le capitalisme protestant et anglo-saxon, mais aussi français et hollandais, a apporté au monde. Il aurait pu y avoir un ordre universel différent, généralisant les valeurs de la philosophie grecque, du droit romain et du concept germano-chrétien de la personne. Mais cet empire hispanique avait des ennemis partout. L'Hispanidad, plutôt qu'une nostalgie et un "rêve impérial", doit être réactivée en termes géopolitiques. C'est ce qui manque habituellement à la gauche espagnole (sans parler des "bons" qui voient des ennemis de l'Unité espagnole partout, même dans la langue Bable -parlée dans les Asturies- ils voient une bombe au service des séparatistes) : une vision géopolitique. Un pôle "hispaniste" dans le cône sud des Amériques, s'étendant à l'ensemble du continent lusophone et à la péninsule ibérique, pourrait jouer un grand rôle de contrepoids aux pôles qui gouvernent le monde aujourd'hui : l'anglo-saxon en déclin, le chinois émergent, le russe eurasien, l'arabe, etc.

6b18cb7707b005505349be2d4a4c945d.jpg

imagen_lugares_Pueblos-más-bonitos-de-Asturias_lastres-1.jpg

Hispanique mais pas centraliste.

CXB : Exactement. La gauche espagnole n'a pas réfléchi de manière sincère et rigoureuse à de nouvelles possibilités fédéralistes ou confédérales qui ne portent pas atteinte au rôle fort d'un État souverain, c'est-à-dire fort en matière d'éducation, de santé, de défense et d'ordre public, ainsi que fort dans les grandes lignes de la planification économique de l'État. Ce n'est que de cette manière que nous cesserons d'être le jouet de l'Union européenne, un véritable monstre qui, à son tour, est le jouet du mondialisme. 

Alors les langues non espagnoles d'Espagne ne doivent pas être considérées comme des dangers, ni comme des résidus d'époques pré-politiques, comme le disent les adeptes de Bueno.

CXB : Au contraire, ils sont la richesse et la gloire de leur sœur, la langue castillane. Ce débat doit être dépassé. Vous ne pouvez pas prendre au sérieux les personnes qui parlent de socialisme ou d'hispanisme et qui vous disent en même temps que le bable asturien ou l'euskera basque étaient les langues d'hommes velus qui grimpaient aux arbres comme des singes et se nourrissaient de châtaignes. Je ne parle pas aux gens comme ça, qui font de tels discours. Nous pourrions être comme la Suisse, un pays confédéré, mais uni, multilingue et civique (je laisse de côté sa Banque, qui est méprisable). Mais c'est ce que nous avons : une Espagne qui montre des niveaux culturels aussi pitoyables.

Votre livre suggère une ontologie au service de l'anticapitalisme, est-ce quelque chose comme ça ?

CXB : Vous l'exprimez très bien. Il s'agit de retrouver la métaphysique classique et de réorganiser les gens pour retrouver leur polis, leur communauté organisée. La démocratie populaire se construit par la réflexion et l'action, sans frontière entre les deux. Le capitalisme actuel est féroce, impérialiste et orwellien. Nous devons avoir les armes de la critique à portée de main. 

Merci pour vos réponses.

Pour toute commande : http://www.letrasinquietas.com/ensayos-antimaterialistas/

61cgqDqvEvL.jpg

samedi, 19 mars 2022

Claudio Risè: "La pandémie et la guerre vont changer les jeunes générations"

claudio_rise2.jpg

Claudio Risè: "La pandémie et la guerre vont changer les jeunes générations"

Claudio Risé, l'universitaire et polémologue de Barbadillo : "Depuis des années, les centres de recherche américains considèrent comme dangereuses les tentatives d'élargissement de l'OTAN et de l'UE vers l'Est. Nous risquons une catastrophe mondiale".

Propos recueillis par Domenico Pistilli

Source: https://www.barbadillo.it/103569-claudio-rise-pandemia-e-...

Claudio Risé, professeur d'université, psychanalyste et écrivain, ainsi que rédacteur du quotidien La Verità, l'impact de ces deux années de Cccovvv,id a été dévastateur. Même pas le temps de reprendre son souffle, et voilà qu'un conflit guerrier aux proportions si vastes arrive pour rendre le monde encore plus anxieux.

Vous avez enseigné les sciences diplomatiques pendant plusieurs années : la polémologie, l'étude de la guerre. Quel effet auront les pandémies, les restrictions et les guerres sur la croissance des jeunes ? 

"Les pandémies comme les guerres sont des expériences fortes, avec des effets formateurs ou dommageables importants, parfois décisifs, sur les générations qui les vivent. Beaucoup dépend de l'attitude des adultes : s'ils sont conscients de l'importance formatrice du rôle qu'ils sont appelés à jouer dans ces situations, ou s'ils se mêlent principalement de leurs affaires".

Quelle est votre impression ?

"Qu'ils sont principalement préoccupés par eux-mêmes. Pensez à ce qui s'est passé avec cC,oooviid, une expérience existentielle totale, où il a été possible non seulement de combattre le virus mais aussi de contribuer au développement des qualités humaines et spirituelles de toute une génération. Au lieu de cela, tout a été joué sur l'augmentation de la peur et la suppression totale du courage pendant plus de deux ans, sans rien abandonner de ce qui pourrait augmenter la panique et la dépression. Au lieu de cela, l'accent a été mis sur le pouvoir et l'espace que les politiciens pouvaient tirer de la gestion de la catastrophe.  Tout cela a été aggravé par les interventions sur les libertés, allant jusqu'à obliger les gens à rester immobiles et à suspendre toute activité physique et toute relation avec la nature, même lorsque cela n'était pas nécessaire dans un pays comme le nôtre, qui est riche en ressources naturelles.

La-pandemie-s-accelere-dans-le-monde-la-bataille-des-vaccins-le-point-sur-le-coronavirus.jpg

Et maintenant, avec le début de la guerre ?  Comment transformer une guerre en facteur de croissance pour la génération qui en est témoin ?

"Pour qu'une guerre ait une fonction éducative, il est tout d'abord nécessaire d'être aussi clair que possible sur les raisons pour lesquelles elle est menée. Depuis des années, les tentatives américaines et européennes de se rapprocher de la sphère d'influence qu'elles avaient reconnue à la Russie après les accords consécutifs à la chute de l'URSS sont considérées comme dangereuses, même par les centres politiques et d'études américains. Pourquoi n'ont-elles pas été abandonnées ?

C'est en fait à cause des revendications de l'Ukraine sur des territoires largement habités par les Russes, et pour la volonté bien arrêtée de Kiev de rejoindre l'OTAN que Poutine a maintenant lancé son invasion, à laquelle l'Occident a répondu par des sanctions économiques sévères, déstabilisant le commerce mondial. Dès 2020, Foreign Affairs, l'une des revues d'études internationales faisant le plus autorité (entre autres très proche du Département d'État américain) écrivait : "L'Occident doit arrêter tout nouvel élargissement de l'OTAN et de l'UE en Europe de l'Est". Au lieu de cela, ils ont poursuivi des actions qui ont fini par provoquer la réaction musclée de Poutine. Pourtant, même un diplomate américain expérimenté comme Leslie Gelb (photo, ci-dessous) a averti dès 2015 : "Il est complètement irréaliste de penser que l'Occident obtiendra de la Russie la retenue qu'elle exige sans la traiter comme une grande puissance ayant des intérêts réels et légitimes".

Leslie-Gelb-CFR-Portrait_2-e1583942969932-704x491.jpg

41m9g5Auh3L._SX330_BO1,204,203,200_.jpg

Ce n'est pas une surprise, mais il y a apparemment beaucoup de détermination à vouloir rompre à tout prix les équilibres internationaux qui ont été laborieusement construits pendant des décennies, au risque d'une catastrophe mondiale... Pas vraiment un comportement limpide et un exemple éducatif pour les prochaines générations".

Dans le passé, vous avez beaucoup écrit sur l'homme sauvage et la conversion des jeunes à la nature. Quels sont les antidotes à la numérisation des existences de la génération Z ?

"L'antidote est le corps, avec l'esprit qui l'anime. Il doit être introduit dans la nature aussi peu contaminée que possible, une représentation vivante de l'esprit divin, pour nous purifier des toxines spécifiques du processus de sécularisation des derniers siècles de matérialisme scientiste. Ce n'est pas un échange défavorable : reprendre un corps et une âme en échange d'un gadget gênant".

71uc9pbXOIL.jpg

18:11 Publié dans Actualité, Entretiens | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : claudio risé, entretien, guerre, pandémie | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

vendredi, 18 mars 2022

Prof. Michael Geistlinger: "Le consentement aux sanctions est une violation du droit international"

maxresdefault.jpg

Prof. Michael Geistlinger: "Le consentement aux sanctions est une violation du droit international"

L'expert en droit constitutionnel et international Michael Geistlinger sur la compatibilité entre les sanctions contre la Russie et la neutralité

Source: https://zurzeit.at/index.php/zustimmung-zu-sanktionen-sind-voelkerrechtsbruch/

Professeur, l'Autriche participe aux sanctions globales décidées par l'UE contre la Russie en raison de l'invasion de l'Ukraine. Est-ce compatible avec la loi constitutionnelle fédérale sur la neutralité ?

Michael Geistlinger : Du point de vue du droit international, la question devrait plutôt être la suivante : La participation de l'Autriche aux sanctions globales de l'UE est-elle compatible avec son obligation de neutralité perpétuelle en vertu du droit international ? Ma réponse à cette question est : non !

La différence dans la formulation de la question résulte de la double nature de la loi constitutionnelle fédérale sur la neutralité perpétuelle. D'une part, elle fait partie du droit constitutionnel autrichien ordinaire. Cependant, les spécialistes autrichiens du droit constitutionnel et du droit européen estiment que cette loi constitutionnelle fédérale a été partiellement ou totalement abrogée, premièrement, par la loi constitutionnelle fédérale sur l'adhésion de l'Autriche à l'UE, qui fait partie des principes fondamentaux (lois de construction) de la Constitution fédérale autrichienne, deuxièmement, par les traités européens d'Amsterdam, de Nice et de Lisbonne et les modifications qui en ont résulté, et troisièmement, par les modifications ultérieures de la Constitution fédérale, en particulier l'article 23j de la Constitution fédérale. Quoi qu'il en soit du point de vue du droit constitutionnel et européen, la LPP sur la neutralité perpétuelle a été notifiée en 1955 à la quasi-totalité de la communauté internationale de l'époque en tant que contenu d'un acte juridique international unilatéral, à savoir une déclaration de statut. Cet acte juridique international unilatéral est toujours en vigueur en droit international.

Toutes les actions entreprises par l'Autriche avant son adhésion à l'UE et dans le cadre de son appartenance à l'UE - volontiers qualifiées d'expression de son devoir de solidarité - à l'encontre de cet acte juridique international unilatéral doivent être considérées comme des violations de la neutralité perpétuelle de l'Autriche.

Même si leur nombre se compte en milliers, si l'on considère les autorisations de survol - par exemple actuellement pour les livraisons d'armes à l'Ukraine - et les autorisations de transit en période de conflit armé pour une partie belligérante, la coopération avec l'OTAN directement dans le cadre du Partenariat pour la paix et indirectement par l'adhésion à l'UE, y compris l'organisation d'exercices militaires, et bien d'autres choses encore, elles représentent une accumulation de violations de la neutralité, mais elles n'ont pas le potentiel juridique international de mettre fin au statut de neutralité perpétuelle. Cette fin n'est pas laissée à la discrétion et au seul pouvoir de décision de l'Autriche, mais doit être négociée avec les États vis-à-vis desquels l'Autriche a donné l'impression juridique de respecter les obligations d'un État neutre permanent. Cela n'a pas été fait jusqu'à présent.

maxresdefaoeneuult.jpg

Les tentatives de juristes et de politiciens autrichiens de réinterpréter les obligations d'un Etat neutre permanent ou de les considérer comme terminées en invoquant des circonstances fondamentalement différentes ou la formation d'un droit international coutumier ultérieur modifiant ou même annulant le statut n'ont pas trouvé l'acceptation universelle représentative requise par le droit international. Les tentatives visant à dire que le droit international de la neutralité a été modifié ou qu'il n'existe plus doivent également être considérées comme des échecs. Tout ce qui était en vigueur en 1955 concernant les droits et obligations d'un Etat durablement neutre en temps de paix et de conflit est toujours valable aujourd'hui, sans aucune modification.

Michael Geistlinger est professeur d'université à la retraite à l'Université de Salzbourg ; professeur invité à l'Université Charles de Prague ; spécialisé dans le droit international public : Droit international public, Droit constitutionnel comparé, Droit de l'Europe de l'Est / Spécialités : Russie, Ukraine, Géorgie, Moldavie, Serbie, Bosnie-Herzégovine.

Les sanctions de l'UE doivent être qualifiées de guerre économique. Les sanctions visant à exercer une pression économique sur un autre État tombent sous le coup de l'interdiction du recours à la force prévue par la Charte des Nations unies. Ceci est illustré par l'article 41 des statuts de l'ONU, qui traite de la violence en dessous du seuil de la force militaire et exige également l'autorisation préalable du Conseil de sécurité de l'ONU pour l'exercice de cette forme de violence. Les sanctions prises par les États-Unis à l'époque de l'Union soviétique et du Pacte de Varsovie, puis jusqu'à aujourd'hui, à l'encontre de l'Union soviétique, de la Russie et d'autres États, ainsi que celles prises par l'UE, en particulier à l'encontre de la Russie, n'ont pas été approuvées par le Conseil de sécurité de l'ONU, auraient échoué en raison du veto de la Russie, mais ne sont pas non plus couvertes par le droit international de la responsabilité des États, en ce qui concerne leur justification par la Crimée. Elles constituaient et constituent donc encore aujourd'hui une violation flagrante du droit international. Participer à l'usage de la force contre un État est incompatible avec le statut de neutralité perpétuelle. L'Autriche aurait eu le devoir de voter contre les sanctions et de les faire échouer.

    La fin de la neutralité perpétuelle ne relève pas du seul pouvoir de décision de l'Autriche.

L'UE, dont l'Autriche est notoirement membre, a l'intention de fournir à l'Ukraine des armes d'une valeur de 500 millions d'euros. Le ministre des Affaires étrangères, M. Schallenberg, a déclaré que l'on avait décidé, par solidarité avec l'UE, d'y participer et de ne pas faire de blocage. Une telle attitude n'est-elle pas un mépris flagrant de la neutralité?

Geistlinger : En approuvant ces sanctions, le ministre des Affaires étrangères Schallenberg a lui-même enfreint le droit international. La référence à la solidarité de l'UE n'est pas une justification valable du point de vue du droit international. On ne peut pas justifier une violation du droit international universel par une prétendue obligation au niveau régional, celle de l'UE, qui n'existe d'ailleurs pas, comme le prétend le ministre des Affaires étrangères.

Selon vous, quelle est la politique de l'Autriche conforme à la neutralité dans les crises internationales telles que la guerre en Ukraine ? Le chancelier Nehammer a-t-il raison de dire que la neutralité autrichienne n'est pas "une neutralité de non-opinion" ?

Geistlinger : L'Autriche a le droit de dénoncer une violation du droit international si elle respecte elle-même le droit international. Si elle viole elle-même le droit international, il est conseillé de se taire. Si l'Autriche respecte sa neutralité perpétuelle, elle a également le droit de dénoncer les violations du droit international, par exemple l'interdiction de l'usage de la force par l'ONU, et d'exiger le respect du droit international. Le respect des obligations découlant de la neutralité s'impose également dans le cadre d'un conflit armé international qui a été déclenché en violation de l'interdiction de l'usage de la force. Le droit international de la neutralité est aveugle quant à la naissance d'un conflit. En cas de conflit armé international, il est impératif de ne soutenir aucune des parties au conflit et de traiter toutes les parties au conflit de manière égale. Le territoire autrichien ne doit pas être utilisé pour soutenir une partie au conflit. Le chancelier Nehammer a donc raison et peut avoir une opinion, à condition que lui et son ministre des Affaires étrangères respectent le droit international et donc le statut de neutralité perpétuelle, ce qui n'est malheureusement pas le cas.

maxresdoiubnefault.jpg

La Russie est très irritée par l'attitude de l'Autriche dans le conflit ukrainien et déclare qu'elle en "tiendra compte à l'avenir". Peut-on également considérer que la neutralité ne concerne pas seulement le respect de la loi constitutionnelle fédérale sur la neutralité, mais aussi la crédibilité internationale, qui a peut-être été durablement entamée ?

Geistlinger : La valeur du statut de neutralité perpétuelle est bien supérieure à celle de l'appartenance à l'OTAN, en particulier pour un État comme l'Autriche, dont le statut, comme l'a souligné le président Poutine lors de sa dernière visite d'État en Autriche, n'est pas seulement noté mais garanti par la Russie. L'avantage du statut de neutralité est qu'aucun Autrichien ne sera blessé dans un conflit armé qui éclaterait entre qui que ce soit. La condition préalable est la crédibilité. La perdre, c'est mettre en péril la fonction protectrice de ce statut. La fonction de protection réside dans le fait que l'Autriche est tenue à l'écart d'un conflit armé, qu'elle n'est ni la cible d'attaques ni utilisée pour des attaques. La crédibilité a souffert, mais n'a pas mis fin au statut, elle doit simplement être restaurée au plus vite. Comme le montrent déjà les contre-sanctions russes, la Russie compte l'Autriche parmi les États "inamicaux", avec pour conséquence qu'elle est considérée comme un ennemi dans une guerre économique, sans tenir compte de son statut de neutralité. De là à la considérer comme une ennemie dans un conflit armé, il n'y a qu'un pas.

    Les réactions de la Russie aux sanctions montrent qu'elle considère l'Autriche comme un ennemi dans la guerre économique.

La loi constitutionnelle fédérale du 26 octobre 1955 oblige également l'Autriche à maintenir sa neutralité par tous les moyens à sa disposition. Cet engagement a-t-il été respecté si l'on pense à la sous-dotation budgétaire chronique de l'armée fédérale ?

Geistlinger : La crédibilité implique que l'Autriche soit en mesure de défendre l'intégrité de son territoire avec les moyens, y compris militaires, dont dispose un petit État. Ce n'est pas le cas, d'autant plus que l'Autriche devrait s'inspirer de la Suisse, conformément au mémorandum de Moscou et aux notes explicatives de la LPP sur la neutralité perpétuelle. La Suisse montre à quel point un État de taille comparable peut faire preuve de crédibilité.

Dans le cadre du conflit ukrainien, des voix s'élèvent à plusieurs reprises pour réclamer une politique de défense unique pour l'UE. Or, il existe un article 42 du traité sur l'UE qui fait référence au "caractère spécifique de la politique de sécurité et de défense de certains États membres", c'est-à-dire aux neutres. Si l'Autriche évolue vers une politique de défense unique de l'UE, pourrait-elle se soustraire durablement à une participation ?

Geistlinger : Cet article se réfère en premier lieu au fait qu'un nombre considérable de pays de l'UE sont également des pays de l'OTAN. L'article et l'évidence qu'un représentant d'un pays de l'OTAN ne peut pas agir dans le cadre de l'UE autrement qu'en harmonie avec l'OTAN rendent en fait impossible l'adhésion à l'UE d'États durablement neutres s'ils veulent tenir compte de leurs obligations de droit international public découlant de la neutralité.

Cela s'applique aussi bien à l'adhésion de l'Autriche qu'à celle, actuellement en discussion, d'une Ukraine neutre, d'une Moldavie neutre ou d'une Géorgie neutre.
En ce qui concerne l'Autriche, la Commission européenne, dans son avis sur la demande d'adhésion de l'Autriche, a suggéré à l'époque à l'Autriche d'émettre une réserve de neutralité. L'Autriche a refusé cette proposition et a choisi la deuxième option - problématique du point de vue du droit international - qui consiste à appliquer ou à réinterpréter sa neutralité conformément à la PESC. Dans la déclaration commune sur la PESC à l'occasion de l'acte final du traité d'adhésion de l'Autriche à l'UE, les États membres de l'UE de l'époque ont obtenu de l'Autriche l'assurance qu'elle serait prête et capable, dès son adhésion, de participer pleinement et activement à la politique étrangère et de sécurité commune, telle qu'elle est définie dans le traité de l'UE.
La politique de défense commune ne fait qu'aggraver cette problématique. L'utilisation de l'article 42 du traité de l'UE pour se soustraire durablement à la politique de défense commune est un impératif, tout comme une volonté claire de l'UE d'exclure les membres neutres des sanctions de l'UE et de la défense commune.

L'entretien a été mené par Bernhard Tomasachitz.

Autriche: "Nous avons actuellement une neutralité au rabais"

brigkdt_ertl.jpg

Autriche: "Nous avons actuellement une neutralité au rabais"

Le brigadier à la retraite Günter Polajnar sur la neutralité et les besoins d'investissement de la Bundesheer autrichienne

Source: https://zurzeit.at/index.php/wir-haben-derzeit-eine-diskont-neutralitaet/

Monsieur le Brigadier, quelles leçons l'Autriche doit-elle tirer de la guerre en Ukraine en ce qui concerne la défense nationale et l'armée fédérale ?

Günter Polajnar : Tous les politiciens rivalisent à nouveau d'interventions sur le "budget famélique" de l'armée fédérale autrichienne, comme par exemple : "Nous devons investir dans notre défense nationale plus qu'auparavant, au moins, etc ... !"

J'entends les mots, mais je n'y crois pas ! Chaque gouvernement de ces dernières décennies a laissé des traces essentiellement partisanes dans la structure de l'armée fédérale autrichienne, qui est donc passée d'une réforme à l'autre en titubant. La stratégie politique des partis a toujours été plus importante pour nos gouvernements que la nécessité de la politique de défense ! Klaudia Tanner (ÖVP), notre actuelle ministre de la Défense, en a fourni un exemple particulièrement frappant : En 2020, elle voulait tout juste réduire au minimum la mission principale de la défense nationale (car la fameuse "bataille des chars dans le Marchfeld" n'aura plus jamais lieu). Au lieu de cela, notre armée fédérale devait, malgré sa neutralité, être transformée selon le "modèle suisse" en un corps d'assistance technique légèrement armé pour des missions d'assistance. Or, depuis le 24 février 2022, des chars russes circulent et tirent dans l'Ukraine voisine et maintenant (minuit cinq), quelle surprise, la chère Madame parle soudain d'un "incroyable besoin de rattrapage" !

Autres exemples de la volonté de défense autrichienne : Herbert Scheibner (FPÖ) a dû avaler en 2002, après un "petit déjeuner avec l'éminent chancelier", les Eurofighter Typhoon du chancelier Schüssel de l'époque au lieu de la solution bien plus raisonnable du Gripen suédois (photo, ci-dessous) proposée par l'état-major (entre autres à cause de l'infrastructure de chantier suffisamment disponible à l'époque, d'origine suédoise) !

Saab_JAS_39_Gripen_at_Kaivopuisto_Air_Show,_June_2017_(altered)_copy.jpg

Juste avant les élections nationales de 2006, Günther Platter (ÖVP) a suspendu les exercices de milice et en a fait le point culminant de sa carrière de ministre. Pour couronner le tout, il a réduit de moitié la capacité de mobilisation de l'armée et a supprimé les exercices. Enfin, Norbert Darabos (SPÖ), objecteur de conscience déclaré, était prévu pour le ministère de l'Intérieur lors du changement de gouvernement en 2007. Cependant, l'ancien chancelier Schüssel a imposé Platter comme ministre de l'Intérieur. Darabos est donc devenu, à notre grand regret, le ministre suivant de la Défense.
Il s'est immédiatement mis au travail, a réalisé le vœu le plus cher de Gusenbauer (SPÖ) et a marginalisé la défense aérienne, qui était de toute façon quasiment inexistante, en réduisant encore considérablement le nombre des Eurofighters, déjà mal aimés, à un nombre honteux et ridicule de 15 unités.

image-article169Gallery-5a54ce6d-1227364.jpg

Pour couronner le tout, cet appareil a été rétrogradé au rang d'avion-école tout juste utilisable, sans capacité de combat de nuit. Sous Hans-Peter Doskozil (SPÖ), dans le sillage de la crise migratoire de 2015/16, un budget un peu plus élevé a de nouveau été obtenu pour l'armée, et Thomas Starlinger a été le dernier ministre fédéral de la Défense nationale dans le gouvernement d'experts avant le gouvernement Kurz de 2020, qui, en tant que spécialiste reconnu, avait le courage et probablement la compétence d'aborder clairement les vérités désagréables et de les mettre sur la table des débats. Ainsi, ce triste éventail de nombreux échecs et de mauvaises décisions se referme sur la phrase de Marcus Tullius Cicero, qui reste malheureusement toujours d'actualité : "Si vis pacem, para bellum" ou "Si tu veux la paix, prépare la guerre" !

Le Bgdr i. R. Günter Polajnar a commandé la 7e brigade de chasseurs (Photo : Bundesheer)

Pendant des années, voire des décennies, l'armée fédérale a été traitée en parent pauvre par les politiques et sous-dotée financièrement. Aujourd'hui, les politiques se sont engagés à augmenter le budget de l'armée. Pensez-vous que l'armée fédérale obtiendra désormais les moyens dont elle a besoin ?

Polajnar : Il n'est pas facile de répondre à cette question ! Comme nous l'avons déjà dit, la stratégie politique des partis, leur cuisine intérieure, a toujours été plus importante que les besoins de la politique de défense. J'ai toujours entendu toutes ces promesses d'augmentation des investissements pour la défense nationale lorsqu'il y avait le feu au lac !

Oui, notre armée jouit d'un certain prestige, mais principalement en raison de ses nombreuses interventions en cas de catastrophe et d'assistance, ainsi que de ses fréquentes opérations de protection des frontières en rapport avec les réfugiés cherchant à entrer illégalement sur le territoire, mais pas vraiment pour la mission principale pour laquelle elle est censée être prioritaire, à savoir la défense nationale.

La responsabilité principale de ce dilemme n'incombe pas aux citoyens, mais surtout à nos hommes et femmes politiques, qui n'agissent en tant qu'État que lorsqu'il y a le feu à la baraque et qu'il serait nécessaire et donc raisonnable de disposer de pompiers prêts à intervenir. Mais contrairement aux pompiers, qui n'interviennent que pour minimiser les dégâts, une armée bien équipée devrait déjà servir à prévenir le "feu" imminent.

Pour faire court, je ne pense pas que la défense nationale soit une priorité à long terme, en raison de l'expérience intense que j'ai acquise dans le cadre de cette politique essentiellement partisane, qui fait passer ses propres intérêts avant l'intérêt général et dont l'objectif est de maximiser l'électorat.

Les principaux responsables de ce dilemme sont les hommes et les femmes politiques qui n'ont agi que lorsque le feu avait été allumé.

Selon vous, où faut-il mettre l'accent sur la défense nationale dans les années à venir ? La défense contre les cyber-attaques, la protection des infrastructures critiques ou autre?

Polajnar : Je dois malheureusement avouer que je ne peux peut-être pas répondre à cette question de manière aussi compétente que je le souhaiterais, étant donné que je suis à la retraite depuis un certain temps déjà. Il me manque donc simplement un état des lieux actuel, mais je vais faire de mon mieux. La culture stratégique de l'Autriche en matière de défense militaire repose sur deux points essentiels :

    - L'hypothèse qu'il n'y aura pas de conflit militaire sur le sol autrichien, et
    - qu'en cas d'urgence, l'Autriche neutre et non-alignée pourra tout de même compter sur le soutien de ses alliés.
    - De ces deux hypothèses clés découle la tendance de la classe politique autrichienne à utiliser l'armée fédérale sur le territoire national principalement pour des tâches secondaires telles que des missions d'assistance. Une défense militaire efficace n'est pas nécessaire et il n'est donc pas nécessaire d'y consacrer des ressources financières supplémentaires.
    - Que peut-on attendre de cette "pensée quasi-stratégique" pour l'avenir ?
    - Il est très probable qu'une réforme ou une restructuration de l'armée fédérale dans l'esprit de la "culture de défense autrichienne habituelle" impliquera de toute façon toujours plus de mise en scène que d'amélioration effective des performances militaires. Le sous-financement chronique des forces armées fait partie intégrante de cette culture, et même les conflits armés dans notre voisinage immédiat (comme en Yougoslavie en 1991) n'ont pas permis d'amorcer un changement de mentalité. Or, pour armer efficacement la République contre de nouveaux dangers, il faut non seulement une nouvelle définition de la guerre et de la paix et une nouvelle doctrine, mais aussi et surtout un soutien budgétaire à plus grande échelle.
    - Pour la raison susmentionnée, on ne peut pas non plus supposer que de nouveaux concepts opérationnels dans les domaines de la cyberdéfense ou de la défense contre les drones contribueront de manière significative à la défense militaire du pays.
    - Pour des raisons financières et de sécurité géographique, ces nouvelles priorités seront très probablement des programmes ponctuels, sans effet à grande échelle et avec de faibles capacités techniques militaires. Pour augmenter efficacement la capacité de combat de l'ensemble des forces armées et les rendre réellement opérationnelles sur le plan militaire conventionnel pour le XXIe siècle, il y aurait une multitude d'investissements à réaliser, y compris dans la guerre électronique ou dans la mise en réseau de tous les systèmes d'information de commandement, qui devraient être effectués en liaison avec cette dernière pour obtenir une valeur ajoutée militaire. La cyberdéfense ne fonctionne pas sans un renseignement efficace en matière de télécommunications et d'électronique.

En fin de compte, les attaques futures ne seront pas unidimensionnelles, mais très probablement multidimensionnelles, comme l'infiltration d'infrastructures critiques par des forces spéciales associées à des drones et soutenues par des cyberattaques ciblées. La nouvelle priorité ne doit donc en aucun cas signifier le désarmement de toutes les autres capacités.

Compte tenu de l'invasion russe en Ukraine, la neutralité est également un sujet de préoccupation en Autriche. L'Autriche devrait-elle envisager d'adhérer à l'OTAN ?

Polajnar : Notre neutralité au rabais actuelle ne protège pas, l'Autriche a objectivement deux options principales, à savoir une neutralité armée honnête ou l'adhésion à l'OTAN, mais subjectivement, je pense que nous n'avons qu'une seule option :
Mettre fin à notre parasitisme politicien irresponsable, dire enfin adieu à cette "neutralité en forme de clin d'œil" au cœur d'une Europe entièrement inféodée l'OTAN et, au lieu de cela, s'engager clairement en faveur d'une volonté d'affirmation de la politique de défense selon le modèle suisse, comme l'exigeait à l'origine la loi sur la neutralité, parce que l'Autriche a signé le 15 décembre 2009 un accord de paix avec l'OTAN. Après de longues et difficiles négociations, l'Autriche a obtenu son traité d'État et donc son indépendance le 1er mai 1955, et "dans le but d'affirmer en permanence son indépendance vis-à-vis de l'extérieur et de garantir l'inviolabilité de son territoire, l'Autriche déclare de son plein gré sa neutralité perpétuelle. L'Autriche la maintiendra et la défendra par tous les moyens à sa disposition".

Parce que je rejette catégoriquement la "position phéacienne" des Autrichiens et l'inconstance de nos politiciens qui font sans cesse des allers-retours sans jamais trancher ! Si, au lieu de l'OTAN actuelle - dont les États-Unis sont l'acteur principal -, une communauté de défense exclusivement européenne devait un jour se développer, il faudrait alors réévaluer cette nouvelle situation stratégique !

L'entretien a été mené par Bernhard Tomasachitz.

vendredi, 04 mars 2022

Le général de la Bundeswehr Gerd Schultze-Rhonhof : "Le président Poutine a tiré le frein d'urgence"

bild_0.jpg

Le général de la Bundeswehr Gerd Schultze-Rhonhof: "Le président Poutine a tiré le frein d'urgence"

L'auteur et ancien général de la Bundeswehr Gerd Schultze-Rhonhof revient sur les causes du conflit ukrainien et les rôles honteux joués par les puissances impliquées

propos recueillis par le Dr. Bernhard Tomaschitz

Source: https://zurzeit.at/index.php/praesident-putin-hat-die-notbremse-gezogen/

Votre livre sur le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale s'intitule "La guerre qui avait plusieurs pères". Combien de pères la guerre ou le conflit en Ukraine ont-ils ?

Schultze-Rhonhof : Il s'agit de huit États et alliances d'États, à savoir l'Allemagne et la France en tant qu'avertisseurs et médiateurs infructueux, les États-Unis, l'OTAN et l'UE en tant que faux jetons dans le jeu et la Russie, l'Ukraine et les oblasts de Donetsk et de Lougansk, soit ceux qui ont joué avec le feu.

Je voudrais ajouter une chose : tout ce désastre a commencé par un événement heureux, la réunification allemande. Une partie du prix à payer a été la promesse faite par le secrétaire d'État américain Baker à M. Gorbatchev, le 8 février 1990, que "l'OTAN n'avancerait pas d'un pouce vers l'Est". Cette promesse a été confirmée le 17 mai 1990 par le secrétaire général allemand de l'OTAN, M. Wörner, puis à nouveau par notre ministre des Affaires étrangères, M. Genscher, en présence de M. Baker. Cette dernière assurance est encore visible aujourd'hui sur Internet sous la forme d'un petit film visionnable sur Youtube. Ce prix pour la réunification n'a jamais été payé. Aujourd'hui, Poutine en a fait les frais.

Gerd Schultze-Rhonhof, né en 1939 à Weimar, marié, trois filles, soldat de 1959 à 1996, en dernier lieu commandant de division et commandant militaire dans la région militaire de Basse-Saxe. Retraité, il est l'auteur de plusieurs livres sur les prolégomènes de la Seconde Guerre mondiale.

A l'époque, dans les années 90, la situation géopolitique était très différente. L'Union soviétique s'était effondrée. La Russie était faible et devait faire face à de nombreux problèmes internes. Aujourd'hui, la Russie est un pays sûr de lui. Les Américains ont-ils sous-estimé cette situation et pensé qu'ils pourraient continuer comme avant ?

Schultze-Rhonhof : Les Américains ont toujours une énorme longueur d'avance sur les Russes. Ils ont probablement cru qu'ils pouvaient se permettre de ne pas tenir leur promesse. Dans le cas du souhait des Ukrainiens de rejoindre l'OTAN et de la sécession des deux oblasts à majorité russe, ils ont en outre invoqué et compté sur un principe qu'ils ont eux-mêmes bafoué sans scrupule à de nombreuses reprises en Amérique du Sud et au Proche-Orient : l'intégrité territoriale d'autres États.

Puisque vous évoquez l'intégrité territoriale : Un autre principe du droit international qui fait partie de l'intégrité territoriale est la non-ingérence dans les affaires intérieures d'autres États. Or, il semblerait que les États-Unis aient joué un rôle important dans le coup d'État de Maidan en 2014.

Schultze-Rhonhof : C'était et cela reste toujours un événement opaque. Il est tout à fait possible que les Américains aient eu leur mot à dire dans le coup d'Etat de Maidan - peut-être aussi les Anglais - afin d'alimenter la révolution contre le président de l'époque, Ianoukovitch. Entre-temps, certains tireurs d'élite étrangers ont déclaré avoir tiré sur les manifestants et les policiers depuis les toits autour de la place Maidan, attisant ainsi la colère des parties en présence. A l'époque, à partir de 2014, j'ai souvent noté des chiffres dans les médias sur les détachements d'étrangers en Ukraine, par exemple 150 mercenaires de la société militaire privée américaine Greystone portant des uniformes ukrainiens, puis 400 mercenaires de la société de services militaires américaine Academy (anciennement Blackwater, ndlr). Une autre fois, il s'agissait de 75 instructeurs militaires britanniques. Les États qui envoient des mercenaires peuvent toujours dire qu'ils n'ont pas utilisé de militaires, et ils n'ont alors pas besoin de se justifier pour les violations du droit de la guerre commises par leurs mercenaires.

    En Ukraine, les intérêts nationaux des États-Unis se conjuguent avec les intérêts financiers de la famille Biden.

Pourquoi les Etats-Unis font-ils une telle fixation sur l'Ukraine ?

Schultze-Rhonhof : Il s'agit de la volonté d'hégémonie des États-Unis en Europe et d'intérêts économiques de grande ampleur. L'Ukraine a des ressources naturelles importantes et c'est un marché d'exportation considérable. Pensez à la Treuhand qui a liquidé l'économie de la "RDA" en Allemagne. À l'époque, des étrangers fortunés pouvaient racheter des sociétés et des entreprises à des prix défiant toute concurrence. C'est ce qui attend aujourd'hui les étrangers disposant de moyens financiers importants en Ukraine. Le fils du président américain Biden, Hunter Biden, qui siège aujourd'hui au conseil d'administration de la plus grande entreprise gazière ukrainienne, Burisma, est un exemple de ce type de chanceux. Il reçoit un montant fixe en dollars pour chaque millier de mètres cubes de gaz naturel qui passe par les tuyaux de Burisma. Dans ce cas, les intérêts patrimoniaux de la famille Biden se combinent avec les intérêts économiques nationaux des États-Unis.

Pourquoi le conflit d'influence en Ukraine a-t-il pris une telle ampleur, au point de dégénérer en guerre ?

Schultze-Rhonhof : Cela a été une longue évolution, à commencer par la réunification allemande et l'effondrement de l'Union soviétique. En 1990, la réunification avait été acceptée parce que les Américains avaient soi-disant renoncé à tout élargissement de l'OTAN vers l'Est. Cet engagement n'a pas été respecté. En 2001, Poutine a proposé une zone de libre-échange paneuropéenne incluant la Russie. Cette proposition a été rejetée. En 2007, lors de la conférence sur la sécurité de Munich, Poutine a qualifié un nouvel élargissement à l'Est sur le territoire de l'ancienne Union soviétique de "franchissement d'une ligne rouge". Il n'a pas été pris au sérieux. En 2008, les États-Unis ont demandé l'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN, ce qui a échoué en raison du veto de la France et de l'Allemagne, ce pourquoi nous les remercions.

Jusque-là, tout s'est déroulé pacifiquement.

Schultze-Rhonhof : Cela a continué. En 2013, l'UE a proposé à l'Ukraine un accord d'association et en 2014, le nouveau président Porochenko, orienté vers l'Occident, a exprimé le souhait que l'Ukraine rejoigne l'OTAN. La sonnette d'alarme a alors retenti au Kremlin. Il était clair pour Poutine qu'après l'UE, l'OTAN et, avec elle, les Américains s'installeraient en Crimée et que la marine américaine prendrait le contrôle du port de guerre russe de Sébastopol si cela devait se produire. Il en a tiré les conclusions et a annexé la péninsule de Crimée, dont la population est majoritairement russe. La population de Crimée avait d'ailleurs déjà choisi de rester dans le giron russe à 93% lors de l'indépendance de l'Ukraine en 1991, suite à un référendum.

Peu après la prise de contrôle de la Crimée par la Russie, les deux oblasts de Lougansk et de Donetsk, majoritairement peuplés de Russes, ont également souhaité se séparer de l'Ukraine. Ils ont déclaré leur indépendance, ce qui a entraîné une guerre civile dans l'est de l'Ukraine, qui dure depuis huit ans. Grâce à la médiation de la France et de l'Allemagne, les accords de Minsk ont été conclus en 2015 entre l'Ukraine et la Russie, la puissance protectrice des deux oblasts sécessionnistes. Cet accord prévoyait un cessez-le-feu et une loi sur le statut spécial de Lougansk et de Donetsk au sein de l'Ukraine. Au lieu de cela, le gouvernement de Kiev a promulgué en 2018 une "loi de réintégration" pour les deux oblasts, interdisant toute négociation avec eux et l'utilisation de leur langue maternelle russe dans les écoles. La guerre civile s'est poursuivie sans relâche dans l'est de l'Ukraine. Poutine a vu à la fois la souffrance de la population dans la zone de guerre et la réticence du gouvernement de Kiev à honorer les accords de Minsk en accordant une autonomie partielle à Lougansk et au Donetsk, et il a observé les pressions constantes de Kiev pour être admis dans l'OTAN. Selon Poutine, un grand Etat membre de l'OTAN situé directement à la frontière russe était et reste incompatible avec les intérêts vitaux de la Russie en matière de sécurité. Il a donc ordonné un déploiement de troupes comme menace aux frontières avec l'Ukraine et a demandé à deux reprises au président américain, en décembre 2021, de renoncer de manière permanente à l'admission de l'Ukraine dans l'OTAN. Deux fois cela lui a été refusé. Une fois de plus, Poutine en a tiré ses conclusions.

Voyez-vous un risque que ce conflit se transforme en un incendie généralisé ?

Schultze-Rhonhof : Je ne nie pas ce risque, mais je pense que c'est peu probable. Si la Russie contraint l'Ukraine à accepter une quelconque relation de dépendance, elle aura déjà un énorme problème sur les bras. Mais la Russie ne peut pas se permettre de s'engager dans une guerre contre l'OTAN. Je pense que Poutine est un calculateur froid. Il ne le fera pas. Poutine a toujours demandé que deux choses soient mises au point: premièrement, que l'Ukraine ne soit pas admise dans l'OTAN et, deuxièmement, que le Donbass soit apaisé avec la fin de la guerre civile qui y sévit. Dans quelques semaines, il aura obtenu les deux.

    S'engager dans une guerre avec l'OTAN serait trop difficile pour la Russie. Poutine ne le fera pas.

Il est frappant de constater que l'Union européenne ne fait que répéter ce que disent les États-Unis. N'est-ce pas inquiétant, car le conflit ukrainien concerne aussi et surtout la sécurité de l'Europe ?

Schultze-Rhonhof : L'UE est à cet égard un chien de garde sans dents. Elle n'a joué aucun rôle dans cette crise et n'a donné aucune impulsion. Les seules impulsions positives de l'Europe sont venues de la France et de l'Allemagne avec les deux conférences de Minsk. Pour le reste, la Commission européenne n'a rien trouvé d'autre expédient que des menaces de sanctions qui, une fois de plus, coûteront très cher à la population européenne. S'il y avait eu un seul homme d'État doté d'un sens stratégique et de la persévérance nécessaire au quartier général de l'OTAN ou à la Commission européenne, l'Ukraine aurait été finlandisée à temps, c'est-à-dire déclarée neutre par traité, comme l'étaient autrefois la Suisse, l'Autriche et la Finlande.

Les médias disent maintenant "c'est la guerre de Poutine". Vous êtes d'accord ?

Schultze-Rhonhof : Cela ressemble à un blâme unilatéral qui, exprimé de manière aussi péremptoire, ne reflète nullement la vérité. En tant qu'auteur du livre "1939 - La guerre qui eut plusieurs pères", je pense que la responsabilité d'une guerre n'incombe pas seulement à celui qui l'a commencée, mais aussi à celui qui a contribué à la provoquer auparavant.

L'entretien a été mené par Bernhard Tomaschitz.

51EicEf4n4L._SL500_.jpg

 

vendredi, 18 février 2022

Eduard Alcántara : "L'Imperium est la forme la plus achevée et la plus complète d'organisation socio-politique"

43541_hqdefault.jpg

Echange avec Eduard Alcántara 

Eduard Alcántara: "L'Imperium est la forme la plus achevée et la plus complète d'organisation socio-politique"

Lien vers une interview récente qui nous a été accordée : https://miscorreoscongenteinquietante.blogspot.com/2022/01/mi-correo-con-eduard-alcantara.html

Nous sommes de plus en plus nombreux, dégoûtés par le monde moderne et ses deux grandes idéologies dominantes - le progressisme et le conservatisme - à nous retrouver dans un no man's land, à essayer de "surfer sur le kali-yuga" et à trouver des réponses alternatives dans la pensée traditionnelle. Evola m'a servi de prétexte pour contacter Eduard Alcántara, véritable connaisseur de l'œuvre de cet inclassable Italien, qui a très gentiment répondu à mon formulaire.

Relativement récemment, quelques mois avant la "pandémie", votre livre Evola frente al fatalismo est paru, publié par EAS avec un prologue de Gonzalo Rodríguez García. Evola, comme Guénon ou Chesterton, fait partie de ces lectures indispensables lorsqu'il s'agit de tolérer cette "nouvelle normalité" qui nous est imposée depuis deux ans. Personnellement, je recommande la lecture de Chevaucher le Tigre, peut-être le texte d'Evola le plus connu. J'aimerais que vous nous fassiez une présentation de votre livre, et que vous justifiiez pourquoi la pensée évolienne est toujours pertinente aujourd'hui.  

La transcription du livre a, dans une large mesure, un seul but. Celle de présenter un type d'homme différencié qui, en tant que tel, présente des aspirations qui vont au-delà du simple contingent et fait preuve d'une volonté qui peut rendre possible la réalisation de ces aspirations, un homme qui ne reste pas à mi-chemin dans sa via remotionis, sur la voie de sa réalisation intérieure, mais aspire à atteindre ses plus hauts sommets... Sommets qui consommeront un état de liberté authentique et totale par rapport à toute limite, conditionnement, sujétion et servitude. Pour ce type d'homme, en raison de ces réalisations intérieures, les facteurs de conditionnement qui, comme les "circonstances" qui, selon Ortega y Gasset, affectent le "je", comme le contexte social dans lequel il est immergé, l'éducation reçue, l'environnement et/ou les influences culturelles et/ou religieuses ou le soi-disant Destin inhérent à la vision du monde de tant de cultures et de civilisations, n'auront pas la nature, vu les facteurs de conditionnement précités, de déterminismes fatals insurmontables. Pour ce type d'homme différencié, ces circonstances environnantes peuvent l'influencer, mais elles ne le médiatiseront pas de manière déterministe et restrictive, qui restreindront donc sa vraie liberté, qui n'est autre que celle qui consiste dans la maîtrise et la tranquillité de l'"univers" mental, comme une étape préliminaire pour que cet esprit-âme puisse parcourir des étapes supérieures de la réalité, les connaître et devenir ontologiquement un avec elles, et même couronner le sommet qui se trouve au-delà et dans la transcription de celles-ci : celui qui représente le Premier Principe éternel et totalement inconditionné. 

evolafrentealfatalismo_web-300x424.jpg

Dans ce livre, nous avons mis en évidence la voie traditionnelle présentée par Julius Evola comme celle qui ne laisse aucune chance aux approches fatalistes, contrairement à celle proposée par d'autres auteurs appartenant au courant de la pensée dite "traditionnelle" ou pérenne, qui, soit en adhérant à des approches ou en reprenant des concepts typiques de certaines religions sacerdotales qui défendent une conception fatalement linéaire du parcours de l'humanité, soit en défendant une vision rigide et presque, pourrait-on dire, mathématique de la doctrine des quatre âges (ou yugas), ne permettent pas à ces auteurs d'échapper aux trames que tisse, pour l'homme qui aspire à s'élever au-dessus du simple terrestre, une conception fataliste de l'existence.  

En ce qui concerne la validité de la pensée évolienne, nous devons garder à l'esprit deux questions. L'une est celle de l'héritage indispensable de son œuvre pour tous ceux qui conçoivent un type d'homme non mutilé dans sa dimension transcendante, mais formé par le corps, l'âme/mental et l'Esprit. Qu'ils conçoivent un type d'homme non animalisé, non circonscrit à des fonctions purement physico-psychiques, mais porteur d'un germe d'Eternité que nous chérissons, pour le sortir de sa léthargie, l'actualiser en nous et donner ainsi à notre existence le sens le plus élevé qu'elle puisse avoir. L'autre question est qu'Evola semble être le seul auteur traditionaliste qui nous offre des outils pour maintenir non pas une position passive, mais une position active dans la situation actuelle de marasme et de syncope existentielle, culturelle, politique et spirituelle dans laquelle marche notre humanité actuelle.

A l'époque où, du vivant de notre auteur, il semblait encore possible de donner une direction adéquate aux dérives de la modernité, Evola nous offrait des voies à suivre, et à l'époque où un tel changement de direction semblait pratiquement chimérique, il nous offrait aussi des moyens d'agir et de ne pas nous résigner passivement et fatalement aux combustions de ce qui commençait déjà à être la post-modernité naissante. Nous nous référons à ce qu'il a exposé dans son livre Chevaucher le Tigre publié en 1961 et réédité, avec certains ajouts, dix ans plus tard (1971).

Le fait même que nous parlions de cette "nouvelle phase" indique déjà que nous sommes dans un changement de cycle, c'est indiscutable. Je ne sais pas si nous sommes ou non dans les premiers stades du soi-disant "kali-yuga", mais d'une certaine manière, la folie générée autour du thème du Covid n'a fait qu'accélérer le processus de décomposition des soi-disant démocraties occidentales. À court et moyen terme, et en se concentrant sur le niveau local, quel est, selon vous, l'avenir du projet européen ? 

Sans aucun doute, les mécanismes de contrôle de la population que le dossier Covid a mis en branle renvoient à un projet de gouvernance mondiale qui vise à faire disparaître tout résidu de souveraineté locale qui pourrait subsister. En conséquence, les organismes supranationaux et internationalistes vont s'emparer du pouvoir au prix d'une diminution du pouvoir local, et l'un de ces organismes est l'UE, qui, avec d'autres institutions mondialistes et globalistes telles que la Banque mondiale, le Fonds monétaire international et l'ONU (avec ses diverses ramifications, comme l'UNESCO et l'OMS), est en passe de monopoliser tout espace de souveraineté restant en dehors de leurs tentacules.

978849451847.gifCette sombre perspective nous amène à penser que nous traversons effectivement un stade très avancé du kali-yuga, mais, suivant l'héritage sapientiel transmis par Julius Evola, nous ne devons pas perdre courage et perdre l'espoir de renverser la situation délétère que nous traversons (car il ne doit pas y avoir de vision fatale de l'existence qui puisse nous paralyser) mais, au contraire, nous ne devons pas cesser de lutter contre le monde moderne (et son appendice, le postmoderne) et, à l'aide des outils que le maître transalpin nous a montrés dans son œuvre "Chevaucher le tigre", sans affronter de front un courant dissolvant qui nous entraînerait vers l'abîme, nous devons combattre le taureau de la dissolution jusqu'à ce qu'il soit épuisé afin de pouvoir lui donner, à ce moment-là, le coup mortel qui l'achèvera. 

Si la pandémie a eu quelque chose de positif, c'est que de nombreuses forces "rebelles" en Europe sont descendues dans la rue pour protester contre les restrictions de leurs gouvernements respectifs (confinements, quarantaines, couvre-feux, amendes, vaccins obligatoires, etc.). Il est intéressant de noter que les premiers promoteurs de ces révoltes ont été des forces politiques traditionnelles, de la "altright" aux organisations identitaires ou ouvertement NS/NR. Pensez-vous qu'Evola, qui a toujours espéré la génération d'un mouvement traditionnel au niveau européen, accueillerait favorablement ces protestations ?  

Il les accueillerait certainement avec plaisir, car, pour utiliser une locution évolienne, son équation personnelle, comme il l'explique dans son autobiographie Le chemin du Cinabre, lui est donnée par une double impulsion : vers le Transcendant et vers l'archétype du guerrier. Pour ces derniers, notre grand interprète de la Tradition a toujours préconisé la "voie de l'action", non seulement pour faire face au fait transcendant mais aussi aux tâches immanentes. Contrairement à la grande majorité des auteurs traditionalistes, il s'est préoccupé - et a traité - de la politique de son époque. Il s'en est mêlé pour tenter de lui faire prendre une orientation conforme aux valeurs et à la vision du monde inhérentes à la Tradition. En témoignent, outre d'innombrables articles, ses livres politiques, tels que Orientations, Les Hommes au milieu des ruines et Le fascisme vu de droite - Avec des notes sur le Troisième Reich.

Si je ne me trompe pas, vous avez été enseignant, professeur de philosophie, pendant de nombreuses années. J'aimerais connaître votre sentiment sur les nouvelles générations. Il existe un lieu commun qui dit que les jeunes Espagnols sont totalement étrangers à toute préoccupation politique ou philosophique, mais j'aimerais connaître votre expérience à cet égard. 

Je suis un enseignant, mais mon enseignement est, comme on disait autrefois, celui d'un "maître d'école". C'est ma vocation. Il est vrai qu'il s'agit d'une vocation, on pourrait dire, acquise, car j'ai flirté à plusieurs reprises avec des études de géographie et d'histoire mais, pour diverses raisons, j'y ai finalement renoncé. Mais bon, bien que je n'enseigne pas à des élèves plus âgés, mon école enseigne aussi l'ESO, le baccalauréat et la formation professionnelle et, de temps en temps, on a la possibilité d'échanger des impressions avec des élèves que j'avais eus auparavant au stade de l'enseignement primaire et, aussi, on reçoit des commentaires des enseignants qui leur donnent des cours. Je connais quelques étudiants qui ont des préoccupations politiques, la plupart assez superficielles, et j'en connais aussi quelques autres, les plus rares, qui essaient d'approfondir la tendance politique qui les attire, mais je crains que la plupart d'entre eux ne montrent que peu d'intérêt pour la politique et n'en parlent que parce qu'elle est mentionnée en classe ou parce que les quelques camarades de classe qui s'y intéressent l'évoquent.   

index.jpgDans le cas particulier de mon école, nous avons la chance d'avoir un professeur de philosophie qui sait comment motiver les élèves à étudier cette matière et qui a même changé les plans d'études universitaires initiaux de certains d'entre eux, qui se dirigeaient dans d'autres directions (certains même de nature scientifique), pour les conduire à obtenir un diplôme de philosophie. Mais malheureusement, j'ai entendu un jeune homme m'avouer qu'il aimait la philosophie mais qu'il n'allait pas l'étudier à l'université parce qu'elle ne lui permettait pas de "gagner de l'argent"... Malheureusement, c'est la mentalité majoritaire que le monde moderne et l'Establishment qui en est le vecteur, ou qui est animé par sa dynamique corrosive, inculque à nos jeunes... une mentalité pragmatique, utilitaire et, en somme, matérialiste. "Faire de l'argent" est devenu la principale aspiration de nos jeunes - quel immense et triste contraste avec la jeunesse d'autres époques tristement disparues! Des jeunes qui rêvaient d'actes, d'imiter les héros, de se battre pour conquérir un monde meilleur et plus juste et/ou d'élever leur âme aux sommets de l'Esprit.

Votre dernier livre, publié l'été dernier, s'intitule Imperium, Eurasia, Hispanidad y Tradición, et est co-signé avec l'Asturien Carlos X. Blanco et le Belge Robert Steuckers, un auteur de référence lorsqu'il s'agit de faire des recherches sur la soi-disant "révolution conservatrice", la nouvelle droite ou les théories de Guillaume Faye. En quoi consiste exactement l'idée d'"Imperium" ? A-t-elle quelque chose à voir avec les livres de Francis Parker Yockey ? Enfin, j'aimerais vous demander de nous faire une recommandation, une nouvelle publication que vous jugez intéressante ou pertinente. Avez-vous d'autres projets en préparation pour 2022 ? 

Ce livre Imperium, Eurasia, Hispanidad y Tradición, co-écrit avec Carlos X. Blanco et Robert Steuckers, est le premier livre de la série Imperium, Eurasia, Hispanidad y Tradición. C'est le deuxième livre sur le sujet, puisque peu de temps auparavant, la même maison d'édition, "Letras Inquietas", avait eu l'amabilité de publier El Imperio y la Hispanidad, qu'à cette occasion Carlos X. Blanco (en tant que coordinateur du projet) et moi l'avons écrit avec Ernesto Ladrón de Guevara, Antonio Moreno Ruiz, José Antonio Bielsa Arbiol, José Francisco Rodríguez Queiruga et Alberto Buela.

L'idée d'Imperium doit être encadrée dans les paramètres de la Tradition pérenne, qui conçoit le cosmos de manière holistique, comme un tout harmonieux et entrelacé. "Ce qui est en haut est en bas", dit un adage classique d'hermético-chimie, de sorte qu'en suivant les outils de connaissance propres à l'époque sapientielle, comme la loi des analogies et des correspondances, l'harmonie des forces subtiles qui coordonnent le macrocosme (ce qui est en haut : les sphères célestes) doit avoir son reflet ici-bas, dans le microcosme. Et la forme d'organisation politique la plus proche de cet Ordo ou Rita (de cet ordre cosmique) est celle de l'Imperium, conçue comme une entité harmonisée autour d'un principe sacré représenté et incarné dans la figure de l'empereur, qui, non par l'usage de la force mais par le charisme que lui confèrent ses attributs sacrés, réunit autour de lui, selon les époques, d'une part, des royaumes, des territoires divers, des principautés, des duchés, des villes libres, des provinces, et d'autre part, des corps intermédiaires de la société, concrétisés dans des guildes, des confréries, des corporations,..... L'empereur devient pontifex en servant de pont entre le céleste et le terrestre et étend la sacralité, acquise par des processus initiatiques, à l'ensemble de l'Imperium, en l'imprégnant de sacré.

Cette conception sacrée consubstantielle à l'Imperium traditionnel ne coïncide donc pas avec l'idée d'Imperium présentée par Francis Parker Yockey dans son grand et intéressant ouvrage, puisque cette dernière a des connotations plus simplement politiques et se concentre sur une étude historique et sur des approches et analyses politiques et même géopolitiques.

Quant aux recommandations bibliographiques... si elles se réfèrent à des ouvrages antérieurs, la liste serait trop longue en termes de livres et d'auteurs, donc, pour faire court, je recommanderais, bien sûr, de lire l'œuvre d'Evola, en commençant par les livres plus politiques et en passant ensuite aux plus métaphysiques, car la lecture de ces derniers peut être assez compliquée lorsqu'il s'agit de digérer de nombreuses doctrines et concepts abordés.   

Si nous nous concentrons sur les livres récents, j'en ai plusieurs sur mon agenda que, si le temps le permet, j'aimerais lire. Le dernier est de Swami Satyananda Saraswati, un bon ami à nous, Les bases du yoga. Je suis également curieux de mettre la main sur L'empire invisible, de Boris Nad, publié par "Hipérbola Janus", ainsi que sur deux livres de l'Argentin Sebastián Porrini Le sacrifice du héros et Quand les dieux habitaient la terre (ce dernier en collaboration avec Diego Ortega) ; d'ailleurs, nous recommandons - ainsi que les précédents, publiés par Matrioska - Les autres - celui-ci déjà lu - à tous ceux qui veulent connaître les principaux auteurs du pérénnalisme (on parle de 23 d'entre eux !).

Quant à moi, Editorial Eas prévoit de publier prochainement un nouveau livre, avec un prologue de notre ami Joan Montcau, qui traite de divers sujets - certains plus, si je puis dire, d'actualité, d'autres plus historiques et certains plus doctrinaux - toujours du point de vue fourni par la Tradition sapientielle. 

jeudi, 17 février 2022

Juan Manuel de Prada : "La "Matrix Progrès" est l'imposition d'une vision hégémonique du monde qui déracine l'homme de sa véritable nature"

ill_4598284_1a90_visuel_appel-2x.jpg

Juan Manuel de Prada : "La "Matrix Progrès" est l'imposition d'une vision hégémonique du monde qui déracine l'homme de sa véritable nature"

par KontraInfo - 02/01/2022

Source: https://kontrainfo.com/juan-manuel-de-prada-la-matrix-progre-es-la-imposicion-de-una-vision-hegemonica-del-mundo-que-desarraiga-al-hombre-de-su-verdadera-naturaleza/

Juan Manuel de Prada est l'une des plumes les plus lucides, sinon la meilleure, de notre époque. Un digne héritier de Leonardo Castellani, qui, par sa critique, sa satire et ses analyses précises, a su ridiculiser le nouveau tyran de notre époque : le progressisme, qui, par sa dictature culturelle, a réussi à construire une réalité parallèle, comme l'auteur le décrit dans son livre. Tomas Várnagy affirme que l'humour peut être une arme et une forme d'attaque. Pour reprendre les mots de Bertolt Brecht : "Il ne faut pas combattre les dictateurs, il faut les ridiculiser". De Prada a réussi en ce domaine, il a utilisé l'humour comme une arme, il ne se contente pas de les combattre, mais en même temps il les ridiculise et les laisse nus (Christian Taborda).

juan-manuel-de-prada-644x362.jpg

Entretien avec Juan Manuel de Prada

MADRID, mercredi 29 avril 2009

La nueva tirania. El sentido común frente a la Mátrix progre est le titre du livre publié par l'écrivain Juan Manuel de Prada chez LibrosLibres (2009), dans lequel il rassemble ses écrits sur l'actualité et sur l'époque, datant d'il y a une douzaine d'années mais qui demeurent pertinents pour le présent.

N'est-ce pas un peu provocateur d'identifier le concept de progressisme à celui de "tyrannie" ?

-Juan Manuel de Prada : Le "progressisme" s'est en effet imposé comme un concept inattaquable à notre époque, si inattaquable que même ceux qui ne sont pas "progressistes" en termes idéologiques se sentent obligés de se déclarer comme tels. Mais qu'est-ce que c'est que d'être progressiste ? Dans un sens banal, c'est se conformer aux paradigmes culturels et aux modèles de jugement hégémoniques ; c'est-à-dire, pour reprendre l'expression de Chesterton, "être un esclave de notre temps". Et, évidemment, ceux qui sont d'accord avec les "moulins" sont des êtres tyrannisés.

9788492654017.jpg

- Vous pensez que les gens se sentent asservis ?

L'avantage de cette nouvelle tyrannie sur les autres, la raison pour laquelle elle est - contrairement aux tyrannies d'antan - si attrayante et si persuasive pour les gens du peuple, c'est qu'elle donne une impression de liberté totale à ses sujets, qui sont transformés en enfants qui peuvent en fait élever leurs caprices, leurs intérêts et leurs désirs au rang de droits.

C'est surtout la gauche qui ramasse ces drapeaux, n'est-ce pas ?

C'est le résultat d'une vaste manœuvre de la gauche qui, face à l'échec retentissant de ses postulats idéologiques classiques (caractérisés par leur dogmatisme rigoureux), a décidé à un moment donné de se "réinventer" et de s'ériger en championne d'un relativisme extrême, où le seul dogme accepté est qu'il n'y a pas de dogmes. À cette fin, elle accepte l'"ordre économique" historiquement prôné par la droite libérale (avec des corrections cosmétiques), en échange de l'imposition d'un nouvel ordre moral et social qui lui permet d'opérer sur un territoire toujours favorable. La droite, débordée là où elle s'y attendait le moins, accepte de jouer sur ce terrain adverse, et n'a d'autre choix que de jouer selon les règles dictées par la gauche ; ainsi, le seul débat possible se déroule dans une sphère strictement "idéologique", sans possibilité de débat proposant une vision alternative du monde. Et, bien sûr, postuler une vision alternative du monde devient non seulement provocateur, mais "blasphématoire".

- Pourquoi utilisez-vous le mot "Mátrix" pour désigner cet établissement culturel ?

- Je me permets de faire une blague cinématographique, facilement compréhensible pour ceux qui connaissent les films des frères Wachowski avec Keanu Reeves. La "Mátrix pro-verte" est l'imposition d'une vision hégémonique du monde que tout le monde accepte comme la seule possible, comme une nouvelle foi pseudo-messianique, alors que la vérité est qu'elle repose sur des piliers d'artifice et de tromperie, puisqu'elle déracine l'homme de sa véritable nature. Naturellement, se rebeller contre cette Mátrix pro-verte implique une exigence presque héroïque et une prise de risques que peu osent accepter. Il suffirait que quelques-uns s'insurgent contre elle pour que ses fondations, faites de ruses et d'artifices, s'effondrent ; mais l'accepter est une tentation trop forte, car elle assure une vie placide et des avantages indiscutables.

9782757852002.jpg

- Dans le monde de la culture, les portes sont fermées aux réfractaires.....

- Tout intellectuel qui ose défier la Mátrix progre sait qu'il sera condamné aux ténèbres extérieures ; d'où l'apparition d'un phénomène sans précédent dans l'histoire culturelle de l'Occident, à savoir la grégarité sans faille des artistes et des écrivains, tous prêts à s'ériger en apôtres du nouveau culte. Et pendant ce temps, un travail imparable d'ingénierie sociale est en cours.

- Pourquoi la droite ne dénonce-t-elle pas cette prédominance et n'essaie-t-elle pas de la remplacer ?

- La droite a abandonné la bataille des principes. Aujourd'hui, un conservateur est essentiellement devenu un gentleman qui se consacre à la "préservation" de l'ordre social et moral prôné par la gauche, c'est-à-dire qu'il est l'élément de respectabilité dont la gauche a besoin pour garantir sa suprématie idéologique et culturelle. Une fois le processus d'ingénierie culturelle achevé, une fois qu'il est accepté que la vision progressiste de la réalité est la seule acceptable, quel est l'intérêt d'adhérer à un substitut médisant et autoconscient dédié à la "préservation" de l'ordre que la gauche défend sans ambiguïté et sans complexe ?

- Quel est le talon d'Achille du pro-vert "Mátrix" ?

- Eh bien, la Mátrix pro-verte, bien qu'elle maintienne sa structure tyrannique sous le couvert du "culte de l'homme" (c'est-à-dire en élevant ses aspirations les plus égoïstes ou compulsives au rang de "droits" sacro-saints), est fondée sur une amputation profonde de la nature humaine, qui est la rupture avec une loi supérieure, facilement discernable par la raison humaine, et avec le reniement de sa vocation de transcendance (habilement substituée par une "spiritualité" déliquescente). Et cette amputation, que la Mátrix pro-verte vend comme une conquête, finit par éveiller une profonde nostalgie chez les tyrannisés, qui ont besoin de se réconcilier avec leur vraie nature, qui ont besoin de se nourrir à nouveau des vérités profondes qui ont été occultées ou qui leur ont été retirées.

- Et pourtant, il faut....

- Tant que nous sommes encore humains, cette nourriture restera nécessaire ; il en est autrement lorsque la Mátrix progrè achève son dessein et que nous atteignons le degré d'"abolition de l'homme" auquel C. S. Lewis faisait référence.

- La flèche qui le blessera à mort est-elle déjà lancée, ou la dictature médiatique des valeurs de gauche est-elle encore solide ?

- Jamais le système établi n'a eu à sa disposition des moyens de persuasion et de propagande aussi dévastateurs qu'à notre époque. Monopole des médias, corruption généralisée du milieu intellectuel, etc. Mais il suffira que le bien-être économique s'effrite, bien-être que le système stimule pour adoucir la blessure infligée à la nature humaine anesthésiée, pour que la tyrannie vacille.

413TnfLVATL.jpg

- Quelle est donc l'alternative ? Donnez-nous, par exemple, trois points pour lesquels il vaut la peine de se battre et où il est possible de renverser la situation.

- Pour renverser la situation, il faudrait susciter des débats de société qui parviennent à se détacher de la "pollution idéologique" dans laquelle se déroulent actuellement tous les débats. C'est-à-dire des débats qui parviennent à s'élever de la boue dans laquelle se déroulent les querelles idéologiques à un niveau supérieur, où les principes sur lesquels se fonde la nature humaine redeviennent intelligibles. La bataille à mener n'est pas idéologique, mais anthropologique. Et les points ou zones de friction où cette bataille doit être menée sont la défense de la vie, la recomposition du tissu cellulaire de base de la société (c'est-à-dire la famille) et la récupération d'une éducation qui redonne la possibilité de "connaître" le monde de manière harmonieuse, et non comme un simple agrégat d'impressions contingentes et chaotiques inspirées par l'idéologie.

- Ce sont trois zones de friction très chaudes en ce moment !

- C'est précisément là que la Mátrix pro-verte lance ses divisions de Panzer, car elle sait qu'au moment où les gens ré-accepteront leur vraie nature, sa domination prendra fin.

005008313.jpg

- Votre façon de voir les choses semble bien s'accorder avec le pontificat de Benoît XVI. Comment évaluez-vous sa figure ?

- Benoît XVI est un intellectuel lumineux et un homme d'une humanité simple, qui a voulu faire de la foi le moteur d'une transformation profonde de la société, ce que nous appelons la "nouvelle évangélisation". Ce qui caractérise la prédication et le magistère de Benoît XVI, c'est un retour aux sources de la foi. Il a compris que le seul moyen de sauver notre humanité est de la ramener à ses véritables racines, de nous réconcilier avec les vérités profondes que la pollution idéologique obscurcit ou rend inintelligibles.

- Est-ce pour cela que la religion est si contestée ces derniers temps ?

- Naturellement, cet effort de probité intellectuelle et de charité fraternelle est systématiquement dénaturé par ceux qui préfèrent maintenir l'être humain aigri et divisé. Benoît XVI combat en outre le dualisme qui a triomphé dans la sphère catholique au cours des dernières décennies, selon lequel la réalité peut être divisée en deux plans, l'un naturel et l'autre surnaturel, et aussi notre tête, de telle sorte que d'un côté nous faisons une profession de foi et de l'autre nous entrons dans la réalité sans foi. C'est un combat intellectuel et spirituel passionnant qui redonne de l'espoir à l'être humain ; mais il se heurte à une résistance farouche et furieuse.

- N'avez-vous pas l'impression que ces derniers mois, la Mátrix pro-verte a tiré la sonnette d'alarme contre le pape Ratzinger ?

- Sans aucun doute, parce qu'elle a détecté que Benoît XVI n'attaque pas les problèmes dans leurs manifestations banales, mais qu'il s'attaque à leurs causes les plus profondes, qui sont celles qui permettent de recomposer une compréhension unifiée du monde et du rôle de l'homme dans la Création. Cela a été perçu, par exemple, de manière grinçante dans la réaction provoquée par les récentes déclarations de Benoît XVI sur la nécessité d'"humaniser la sexualité" ; car ce que recherche la Mátrix progrè est précisément une sexualité déshumanisée, une "physiologisation" de l'homme qui nous transforme en chiens de Pavlov répondant aux stimuli qui garantissent l'ingénierie sociale que les organes de pouvoir de la Mátrix progrè se sont fixés comme objectif.

- Cette conception du monde est-elle "la beauté de l'ordre romain" à laquelle vous faites référence dans votre livre ?

- Je me réfère, précisément, à cette reconstitution de notre humanité, qui ne peut être atteinte que lorsque nous récupérons ce qui a été amputé de nous, notre vocation de transcendance. Et cette reconstitution que l'Église postule nous réconcilie avec la beauté; car pour moi, la foi est l'acceptation d'une beauté éternelle - si ancienne et si nouvelle, comme dirait saint Augustin - qui accompagne l'homme dans sa vie, dans chaque jour de sa vie, en le rendant intelligible, en le dotant de sens. Disons que l'ordre établi par la Mátrix progrè vise à élever, comme ce Nimrod qui régnait à Babel, une tour qui atteint le ciel, faisant croire aux hommes qu'en embrassant l'idéologie ils seront comme des dieux ; l'ordre romain dit à l'homme que le ciel est dans son cœur.

- Comme on trouve aussi dans La nueva tirania des articles intimes sur votre passé et vos proches, concluons par une question personnelle: pourquoi un romancier à succès s'attire-t-il de tels ennuis, qui ont dû lui valoir plus d'un déplaisir ?

- Car la mission d'un homme de lettres, comme celle de tout artiste, n'est pas de s'installer, mais de se remuer, même si en retour il ne reçoit que des contrariétés et des revers. Et parce que toutes ces contrariétés et ces revers ne sont rien comparés à la récompense de pouvoir se regarder sans honte dans le miroir.

Source ACI Press.

Alexandre Douguine : "Je pense que nous n'avons pas longtemps à attendre - certains pour le dernier cauchemar, d'autres pour une grande joie"

new_horizons_international_conference_21.jpg

Alexandre Douguine : "Je pense que nous n'avons pas longtemps à attendre - certains pour le dernier cauchemar, d'autres pour une grande joie"

Alexander Douguine

Source: https://www.geopolitica.ru/article/aleksandr-dugin-ya-dumayu-nedolgo-ostalos-zhdat-komu-poslednego-koshmara-komu-bolshoy

Aujourd'hui, le philosophe Alexandre Douguine répond aux questions de Vos Nouvelles. Nous avons non seulement discuté des événements mondiaux les plus importants de ce début d'année 2022 et des perspectives du monde russe, mais nous avons également appris pourquoi le Kazakhstan ne doit pas quitter son orbite eurasienne et qui est le principal ennemi de la Russie.

"VN" : - Alexandre Golubevitch, en tant qu'idéologue de l'eurasisme, comment jugez-vous les événements survenus depuis le début de l'année au Kazakhstan ? 

- Je pense que ce qui s'est passé au Kazakhstan relève d'un processus assez compliqué. C'est le résultat du retour en arrière de Nazarbayev a effectué par rapport à sa position eurasienne initiale. Il s'est alors empêtré dans un jeu douteux avec les élites locales, il a fait une démarche totalement non-eurasienne - en direction et au bénéfice d'entreprises et de tendances culturelles ou politiques britanniques et occidentales. Cela a eu des conséquences désastreuses, car l'Occident a renforcé son influence au Kazakhstan et, par conséquent, l'eurasisme y a été comprimé et presque oublié. Et un processus catastrophique a commencé. Cependant, il faut savoir que cela est bien naturel!

Lorsque la situation a atteint le niveau d'une révolution colorée, la Russie, avec les forces de l'OTSC, est venue à l'aide et a contribué à stabiliser la situation. Mais l'aide n'était plus accordée à Nazarbayev et à ses clans corrompus, désormais davantage intégrés à un modèle occidental, mais à Tokayev en tant que président par intérim, qui avait fait preuve d'une loyauté suffisante (bien que relative en dernière analyse) envers la Russie et les obligations alliées. Si nous n'étions pas venus à la rescousse, des processus similaires au Maidan ou au soulèvement contre Lukashenko en Biélorussie auraient commencé au Kazakhstan, mais avec un style asiatique - décapitations, islam radical, brutalité injustifiée, etc.

La situation est sortie de la phase aiguë maintenant. Mais je ne pense pas que nous en soyons vraiment satisfaits maintenant. Pour ramener le Kazakhstan sur une orbite eurasienne, vous devez d'abord faire de gros efforts. Deuxièmement, reconnaître pleinement l'importance et le caractère fondamental de l'eurasisme, sa priorité en tant que repère politique et impératif pour l'intégration du grand espace post-soviétique - impérial. C'est-à-dire que nous, les Russes, devons d'abord devenir nous-mêmes des Eurasiens à part entière. Ensuite, nous pouvons appeler les autres à faire de même. Tout va dans ce sens, je pense. La situation évolue plus dans ce sens que dans tout autre. Mais parfois, elle est trop lente, incertaine et contradictoire.

Je pense que, grâce à ces événements, l'attention a été attirée sur le Kazakhstan, alors que nous avions complètement oublié l'existence de ce grand et fort pays, très important pour nous. 

https _static.nieuwsblad.be_Assets_Images_Upload_2022_01_06_ee6816c9-0cde-4034-9cf1-6e12e41df6c8.jpg

"VN : - Les autres États membres de la CEI et de l'OTSC ont-ils tiré des conclusions pour eux-mêmes ? Quel sera le comportement futur de l'Arménie, qui a démontré de manière décisive son adhésion aux principes de l'OTSC ? Comment se comporteront l'Ouzbékistan et le Turkménistan ?

- Je pense qu'ils ont conclu que la Russie n'a pas fui sa responsabilité dans le destin des régimes post-soviétiques. Que la Russie est déterminée à ne pas permettre les révolutions de couleur dans l'espace post-soviétique. L'escalade actuelle des relations avec l'Occident est liée à cela. La Russie dit : "Non, je ne vous permettrai pas de faire ce que vous voulez sur le territoire post-soviétique. Ni au Kazakhstan ni ailleurs non plus". Je pense que tout le monde a compris cela - les pays de la CEI et l'Occident. Par conséquent, les membres de l'OTSC ont décidé de démontrer leur fidélité aux principes de l'OTSC, aux normes d'unité stratégique et d'assistance mutuelle, en s'appuyant sur l'exemple du Kazakhstan. Cet exemple est très juste et très pertinent. 

Mais il manque encore quelque chose pour que l'intégration eurasienne passe à la phase à part entière. Et cela ne se fera pas simplement par des mots ou la signature de traités d'amitié. Nous parlons d'un geste beaucoup plus sérieux. Nous sommes au seuil de ce geste. Le geste auquel je pense serait une percée décisive vers le rétablissement de l'Eurasie en tant que pôle indépendant de la politique mondiale, en tant que centre de pouvoir ayant un contrôle total sur tout ce qui relève de sa zone de responsabilité.

Le sort de l'ensemble de l'espace eurasien dépendra de la manière dont sera résolue la situation critique en Ukraine et dans le Donbass, qui s'est maintenant amplifiée. Dans la situation au Kazakhstan, la Russie a agi correctement et bien, et il est remarquable qu'elle ait été soutenue par les pays de l'OTSC. Mais ce n'est pas l'essentiel. L'essentiel est de savoir comment le problème ukrainien, qui est à l'ordre du jour de manière beaucoup plus aiguë, sera résolu. 

"VN" : - Passons à l'Ukraine. Quel est le prix réel que les dirigeants russes sont prêts à payer pour la Novorossiya ?

- C'est une question à laquelle je n'ai pas de réponse. Parce qu'en 2014, j'étais profondément convaincu que la Russie pouvait réaliser la mise en œuvre du projet Novorossiya, la libération de ce territoire, à un prix relativement faible. Au moins, la question de la libération de l'Ukraine orientale aurait été résolue par des moyens beaucoup plus simples, avec un plus grand degré de légitimité et à un coût moindre qu'aujourd'hui. J'étais alors simplement étonné que lorsque tout était prêt pour la prochaine étape logique, nous nous sommes arrêtés. Cela me semblait illogique. Je n'ai pas du tout compris l'histoire du "plan astucieux" que l'on avait soi-disant mis en oeuvre. Sept années sont passées et n'ont en rien clarifié la situation. Et dans l'escalade d'aujourd'hui, il n'y a toujours pas de réponse à la question de savoir quel était le "plan astucieux". 

Pour dire les choses simplement, il n'y avait pas de "plan astucieux". Nous avons hésité, nous nous sommes arrêtés et nous avons manqué notre chance. Cela me paraît évident. Et puisque nous n'avons pas fait ce que nous aurions définitivement dû faire alors, en 2014, dans des conditions initiales plus favorables, je ne peux même pas imaginer maintenant ce à quoi nous avons affaire dans cette nouvelle escalade. Si l'Occident nous provoque et fait croire que nous sommes prêts à passer à une action décisive afin de nous intimider. Pour que nous acceptions docilement l'éventuelle opération terroriste de Kiev dans le Donbass. 

Soit nous avons décidé de corriger ce défaut de 2014 dans de nouvelles conditions. Ce qui s'est passé en 2014 était une erreur, et peut-être même une trahison. Après 2014, d'ailleurs, j'ai été écarté des chaînes centrales en raison de ma position. Mais j'y adhère toujours : nous n'aurions jamais dû nous arrêter, nous aurions dû poursuivre la libération de la Novorossia.

xarkov14.jpg

Kharkiv, avril 2014.

Et nous nous sommes arrêtés et, par conséquent, nous n'avons absolument rien réalisé pendant tout ce temps. Seule l'armée ennemie est devenue plus forte physiquement, politiquement et moralement. Et l'influence du bloc de l'OTAN en Ukraine, qui nous est hostile, s'est multipliée. Exactement tout ce qui n'aurait pas dû se produire s'est produit.

La situation ne s'est pas améliorée en sept ans. Et je pense que l'issue de la crise actuelle est tout simplement imprévisible. Aucun des deux camps, que ce soit à l'extérieur ou à l'intérieur, ne dit, même de loin, ce qu'il en est réellement. Je pense que c'est même, en un sens, un secret d'État - comment les choses sont réellement.

Il y a des questions auxquelles on ne peut tout simplement pas répondre. Ce qui se passe actuellement avec l'Ukraine par rapport à la Russie et à l'Occident - personne ne peut le savoir ou le comprendre de manière fiable. Parce qu'il s'agit d'une situation tellement complexe et critique à tous égards qui défie toute explication logique simple. Elle peut se terminer par rien, ou par une affirmation retentissante "nous avons gagné" grâce au "plan astucieux n°2". Mais cela pourrait aussi déclencher quelque chose de grave. Cela pourrait même être très grave dès maintenant. Car en 2014, contre toute attente, nous avons fait le mauvais choix. Mais que se passe-t-il si nous faisons la bonne chose maintenant ? Ce serait merveilleux. Mais il est déjà impossible d'influencer le cours des choses, il est également impossible de le comprendre. Il y a un élément d'excentricité fantastique dans les décisions de nos dirigeants qui, parfois, agissent de manière absolument correcte, se comportent brillamment, comme par une fantaisie suprême - dans les limites de toutes les lois historiques et géopolitiques.

Et parfois, certains obstacles insurmontables et incompréhensibles surgissent de rien. L'art du déguisement, qui prospère dans notre gouvernement, est de fait l'art du déguisement, afin que personne ne sache si nous allons sacrifier quelque chose ou non, si nous sommes prêts à faire quelque chose ou non, si nous avons de la détermination ou non. 

Je pense que nous n'avons pas longtemps à attendre - pour certains, ce sera le dernier cauchemar, pour d'autres une grande joie. Cela dépend de qui veut le définir. 

"VN : - Notre principal ennemi est la "civilisation de la mer", comme vous l'avez dit à plusieurs reprises. Mais dans la situation avec le Kazakhstan, il est devenu clair que la Chine et la Turquie sont les premiers à relever la tête. La Turquie est également active en Ukraine. De qui attendons-nous plus de danger ? Dans une perspective historique, quel est le degré de dangerosité de la Chine, de la Turquie et de l'idée du pan-turquisme ?

- Ceux qui ont lu mes livres, qui connaissent la géopolitique, doivent très bien comprendre qu'il existe une hiérarchie des menaces. Aujourd'hui - comme toujours, cependant ! - la principale menace vient de l'Occident atlantiste, qui - et surtout avec le nouveau leadership de l'ultra-mondialiste Biden et de ses faucons libéraux - continue de défendre un monde unipolaire angoissé car son hégémonie s'effrite. C'est la "civilisation de la mer". Elle est la principale cause des problèmes dans l'espace post-soviétique. C'est notre principal ennemi - existentiel. C'est soit nous, soit lui. Jeu à somme nulle.

last-war-of-the-world-island-1.jpg

Et donc, lorsque cet ennemi principal - un ennemi fort, déterminé et puissant, rusé, sournois et intelligent - est présent et actif, certains s'amusent à le comparer à certaines menaces secondaires, en nous demandant de choisir laquelle est la plus dangereuse dans telle ou telle situation difficile - ces gens sont d'ores et déjà suspects. La géopolitique en tant que discipline affirme "Civilisation de la terre contre Civilisation de la mer". Les civilisations de la Terre, c'est nous. La civilisation de la mer, c'est l'Occident. S'ils avancent activement (et ils avancent activement !), alors il n'y a qu'un seul ennemi. Et tous les autres sont de possibles alliés, amis ou forces neutres. Et surtout, c'est ainsi que les stratèges occidentaux qui prennent les décisions voient la carte du monde. Ils sont atlantistes - et tout à fait consciemment. Dans l'élite libérale américaine et occidentale en général, l'Atlantisme a été encouragé dès l'enfance. 

D'aucuns essaient constamment, que ce soit par ignorance ou parce qu'ils appartiennent à l'agence d'influence atlantiste, de rejeter cette logique simple et d'ignorer la géopolitique et ses lois. Et c'est le pire qui puisse arriver. Ici, il ne devrait y avoir aucun doute pour le patriote russe, de savoir et de désigner qui est notre véritable, principal et fondamental ennemi : c'est l'Occident ! 

Et au Kazakhstan, et en Ukraine, et dans l'espace post-soviétique, et en Europe, et partout ailleurs - c'est l'Occident qui est notre adversaire absolu. Dès que l'on en doute, on devient suspect et on fait le jeu de la "civilisation de la mer". Il n'est pas nécessaire d'être comme eux. Il faut connaître la géopolitique et réussir avec un solide A. Si vous êtes un patriote russe, vous dites : "Notre ennemi est l'Occident", "Score, cinq." Et puis tout le reste - la Turquie, la Chine et ainsi de suite. C'est la loi, deux fois deux font quatre, et ce n'est pas seulement mon opinion personnelle. Il y a des gens qui ont terminé la première année et d'autres qui ont été virés dès la première année. Quiconque pense que nous avons d'autres ennemis comparables à l'Occident est tout simplement incompétent sur le plan professionnel. Soit il s'agit d'une supercherie malveillante et d'un travail effectué grâce à des subventions étrangères. 

Notre ennemi est l'OTAN, les États-Unis, la "civilisation de la mer", le monde anglo-saxon. Surtout lorsque, suivant sa stratégie mondialiste, elle avance et le fait à nos dépens. S'ils s'écroulaient, on pourrait encore penser - ne faut-il pas les épargner. Mais lorsqu'ils encerclent la Russie de tous les côtés, en procédant comme l'anaconda constricteur, et lorsqu'ils augmentent la pression à tous les niveaux (dans l'esprit de la doctrine de la domination à spectre complet), il ne peut y avoir aucun doute. 

Quant à la Chine, elle est notre principal appui pour affronter l'Occident, elle est notre allié le plus important aujourd'hui. Au Kazakhstan, les Chinois se sont comportés en parfaite harmonie avec nous. Et en coordination stratégique. L'alliance stratégique russo-chinoise est désormais un gage pour un monde multipolaire.

Blank-PRO-3-20 opener.jpg

Il me semble que les choses ne sont pas aussi dogmatiques ici qu'en Occident. Parce que la Chine est différente, multidimensionnelle. Elle a la possibilité de choisir une identité - soit la Terre ou la Mer. Mais aujourd'hui, c'est notre ami. L'Occident est notre ennemi tant qu'il est la mer, mais il a déjà fait ce choix il y a des siècles. Et la Chine est notre amie - notre amie aujourd'hui - sous Xi Jinping et son vecteur géopolitique et idéologique actuel. 

Quant à la Turquie, dans le monde bipolaire, elle faisait partie de la stratégie occidentale, elle suivait les ordres occidentaux, y compris les tentatives de renforcer son influence en Eurasie. Cependant, ces dix dernières années, Erdogan s'est de plus en plus soustrait à l'influence occidentale. 

Avec la Turquie, ce n'est pas la même chose qu'avec la Chine, c'est plus compliqué. Ankara cherche tous les moyens de renforcer sa souveraineté. Principalement aux dépens de l'Occident, mais aussi aux dépens des autres à l'occasion. En tout cas, la politique d'Erdogan n'est pas synonyme de politique américaine. Il y a une divergence croissante entre Ankara et l'OTAN. Et il est important pour nous, dans une telle situation, de garantir au moins la neutralité de la Turquie - surtout à la veille du geste fondamental que nous avons mentionné (si, en fait, nous nous préparons à en faire un).

D'ailleurs, sur la question de l'Azerbaïdjan, nous étions du même côté. Nous avons soutenu l'intégrité territoriale de l'Azerbaïdjan. Et ceci est également important. Nous ne sommes pas ennemis des Turcs. Je ne pense pas qu'ils fournissent une force sérieuse en Ukraine, et ils peuvent difficilement jouer un rôle important dans les négociations. Ils mènent une politique active en tant que puissance régionale souveraine. Vous ne pouvez pas leur reprocher cela.

Et je pense qu'ils ne seront certainement pas sans équivoque du côté de Kiev au cas où le conflit passerait à une phase aiguë. Ils prendront - au pire - une position neutre ou une certaine position de leur côté. Cela ne veut pas dire que nous devons l'applaudir, mais ce n'est pas une vraie querelle. La vraie querelle est celle qui nous oppose à Washington. C'est ce qui doit être détruit - Carthago delenda est.

Source originelle: https://vnnews.ru/aleksandr-dugin-ya-dumayu-nedolgo-osta/

jeudi, 10 février 2022

Entretien réalisé en 2020 avec Günter Maschke

OL0t032xHmiE5IHXP9naQ7OfxYs.jpg

Entretien réalisé en 2020 avec Günter Maschke
La politique s'appelle : conspirations

Propos recueillis par Michael Klonovsky

Source: https://ef-magazin.de/2022/02/09/17429-interview-mit-guenter-maschke-das-politische-heisst-verschwoerungen

Rediffusion en ligne de la revue eigentümlich frei (ef 205) à l'occasion du triste décès de Günter Maschke

Günter Masche est décédé en début de semaine à Francfort-sur-le-Main. Dans ef 205, Maschke faisait la une et était le sujet principal. L'interview suivante pour eigentümlich frei a été réalisée par l'écrivain Michael Klonovsky.

Le néo-droitier de la vieille gauche Günter Maschke est passé de Karl Marx à Carl Schmitt. L'écrivain Michael Klonovsky s'est entretenu pour eigentümlich frei avec Maschke autour d'un verre de vin et a parlé de Weib und Gesang. Maschke nous explique pourquoi il trouve le mouvement "Black Lives Matter" ridicule, pourquoi il considère les Etats-Unis comme un ennemi - et ce qu'est un "Petrolero".

ef : Monsieur Maschke, que dirait Carl Schmitt du mouvement "Black Lives Matter" ?

Maschke : Je pense qu'il ferait quelques blagues plus ou moins bonnes à ce sujet. 

ef : Il ne considérerait pas ce mouvement comme une menace ?

Maschke : Tout au plus dans le sens de la constatation de Gehlen : Tout ce qui est encore debout se fait "souffler la moelle des os". Et "Black Lives Matter" sert bien sûr à cela.

uid_b3b9ec15d9c5366fe5cdcfebf6d3496a1609553366385_width_1280_play_0_pos_0_gs_0_height_720_w-dublinie-od-czwartku-trwaja-protesty-blm-po-zabiciu-przez-policje-czarnoskorego-mezczyzny-fot-artur-widakgetty-images.jpg

ef : Et que pensez-vous de cette affaire ?

Maschke : Je trouve ridicule de manifester ici en Allemagne à cause d'incidents survenus dans les rues américaines. Je suis un extrémiste de la non-intervention ; si le cannibalisme faisait rage en France, mais qu'aucun Allemand n'était dévoré, cela ne nous concernerait pas. 

ef : Mais en face, on trouve des cannibales de l'ingérence, qui ne se sentent pas à tort comme un collectif agissant à l'échelle mondiale.

Maschke : Le mondialisme ou la globalisation sont des faits, certes, mais ces incidents ne m'intéressent que par rapport à notre relation avec les Etats-Unis. On vous incite constamment à vous forger une opinion sur des choses dont vous ne savez rien ou très peu. La base d'information doit alors sérieusement être ce qui est écrit dans les journaux. Je n'ai pas d'opinion à ce sujet. 

ef : C'est une position d'érudit privé. 

Maschke : Oui, bien sûr. Soit je ne comprends rien, soit je ne comprends que trop bien. Je n'ai aucun intérêt à mener les mêmes débats pendant des décennies, avec les mêmes personnes de surcroît. Quel est l'intérêt ?

ef : Cela vous importe-t-il aussi que Trump soit réélu ? Ou si les démocrates se dépêchent de nommer Michelle Obama ?

Maschke : Les Etats-Unis resteront toujours nos ennemis, mais on ne le reconnaît pas ici. Je suis d'avis que nous devons trouver un arrangement avec la Russie. Les anglo-saxons ont toujours redouté une alliance germano-russe. C'est donc ce qu'il faudrait faire. 

ef : La Russie ne parvient pas à mettre sur pied une économie nationale solide. Une fois les ressources naturelles épuisées, elle deviendra un pays émergent insignifiant avec une armée importante. 

Maschke : Nous entrons en décadence avec encore plus de certitude. Vous pouvez oublier l'Europe. L'UE continuera certes d'exister sous une forme ou une autre en tant que corps économique administratif, mais elle ne pourra pas exister en tant que facteur de puissance mondiale. On voit régulièrement, lors de discussions, quelqu'un s'exclamer: "Ce n'est tout de même pas le déclin de l'Occident !". J'ai alors toujours envie de répondre: "Monsieur, l'Occident a disparu le 4 août 1914, cela n'est-il pas encore parvenu jusqu'à vous ?". L'Europe va s'abaisser jusqu'à devenir un simple rassemblement de puissances de troisième ou de quatrième ordre. C'est inévitable, car il n'y a pas de "nous" européen, comme l'a montré la soi-disant crise des réfugiés. De plus, une puissance nucléaire quitte l'UE confédérale. Et ensuite, Madame von der Leyen dit que l'UE doit apprendre le langage de la puissance. Et personne ne rit dans l'hémicycle ! Enfin, la stupidité aussi devrait avoir ses limites. Nous n'avons pas d'armée commune, ce n'est d'ailleurs pas possible, nous n'avons pas de "nous", nous ne sommes même pas d'accord sur qui est notre ennemi, nous accueillons tous les malades des pieds, sans parler de ce qui se passe sur le plan démographique. L'homogénéité de la Confédération européenne, où est-elle ? Il n'y a pas d'idée d'Europe. Qu'est-ce qui rapproche un Finlandais d'un Sicilien ? 

ef : Un progressiste dirait : l'idée des droits de l'homme.

Maschke : C'est la plus grande absurdité. L'homme a autant de droits qu'un tatou, disait Vacher de Lapouge. En tant qu'être humain, je n'ai absolument aucun droit. J'ai des droits en tant qu'Allemand ou en tant que Français ou en tant qu'Anglais, et ainsi de suite. Les droits de l'homme sont une chose fatale. On devient incapable d'agir à cause d'eux. Ces exigences droit-de-l'hommiennes ne connaissent pas de frontières. C'est comme l'émancipation des femmes : elle n'a pas de limites non plus. Si vous répondez à une exigence, la suivante suit, et ainsi de suite.

photo_353753.jpg

ef : Avec la Russie, nous serions dans le système Poutine. En quoi cela serait-il mieux ? Qu'est-ce que cela nous apporterait ?

Maschke : Ils ont les matières premières, nous l'économie. Ils ont en outre une merveilleuse technologie d'armement qu'ils conservent malgré les difficultés économiques. Nous aurions un espace résistant au blocus. Nous devons en effet nous attendre à une guerre un jour ou l'autre.

ef : Contre qui ?

Maschke : Regardez en mer de Chine méridionale. Une connaissance m'a raconté que dans le journal de l'armée chinoise, il est écrit : "Nous sommes là pour faire la guerre, pas pour assurer la paix ou seulement la défense". La guerre est clairement affirmée. On ne trouve pas cela dans les pays occidentaux. Le problème des Chinois, c'est qu'ils n'ont pas de culture à vendre, qu'ils sont impopulaires dans tout leur environnement, qu'ils ont l'Inde comme ennemi. Mais les cartes, dans le monde, sont toujours redistribuées. On croit seulement que ce serait différent aujourd'hui. 

ef : Vous parlez de guerre. La probabilité d'une guerre civile n'est-elle pas plus élevée ? Rien qu'en voyant ce qui se prépare aux Etats-Unis. 

Maschke : Je ne peux que hausser les épaules. Une guerre civile, c'est autre chose que quelques manifestations violentes. La guerre civile implique la division de l'armée et de la police.

ef : Vous dites que les Européens ne sont pas d'accord sur l'identité de l'ennemi. Qui est-ce donc ? L'Allemagne a-t-elle des ennemis ?

Maschke : Oui, même au sein de l'UE. Nous assisterons à une véritable explosion d'hostilité lorsque l'Allemagne ne pourra plus payer. Nous serons alors à nouveau les nazis.

ef : Et pourquoi les États-Unis sont-ils notre ennemi ?

Maschke : Parce qu'ils discriminent la guerre en étant incapables de conclure la paix. Les Américains ne pourraient répondre que de guerres justes, dans lesquelles tout leur est permis, parce qu'ils font la guerre à des criminels. Mais on ne fait pas la paix avec les criminels, on les détruit, on transforme leurs pays selon les idées américaines et on y laisse des bases militaires. Ce tournant vers un concept de guerre discriminatoire a détruit l'ancien droit international.

ef : Est-ce que cela vaut aussi sous Trump ?

Maschke : Aussi. Après tout, il n'a pas envie de faire des interventions militaires. Je ne sais pas comment est composé l'appareil qui l'entoure, s'il doit constamment mettre des gens à la porte parce qu'ils lui tapent sur les nerfs. Mais je le trouve parfois très clownesque et bizarre.

ef : La plupart des gens de droite disent que l'islam est l'ennemi.

Maschke : Si l'on ne parvient pas à discipliner la religion, quelle qu'elle soit, elle est toujours dangereuse. La question est de savoir si l'islam, qui n'a pas d'unité, se brisera contre le monde moderne ou si celui-ci se brisera contre lui. En soi, je vois les choses plus calmement que beaucoup d'amis. Ici, devant ma porte, les musulmans pullulent. Ils sont pratiquement athées, ils n'ont aucun intérêt pour la religion, sauf pour les saucisses de porc, où là, la plaisanterie s'arrête. Pour une partie considérable d'entre eux, la religion se réduit à des prescriptions alimentaires. 

ef : Et les femmes, qui sont défendues comme des biens.

Maschke : J'ai connu cela aussi d'une autre manière. Je vois comment les femmes dans la rue tuent littéralement leurs maris.

ef : Ce sont alors celles qui vivent ici depuis longtemps.

Maschke : Probablement.

ef : L'Allemagne est-elle une démocratie ?

Maschke : On confond toujours les choses, on dit que la démocratie, ce sont les droits de l'homme, les droits de l'opposition, la liberté d'expression, la liberté de la presse et tout le tralala, mais ce sont des idées libérales, non des idées démocratiques. La France était aussi une démocratie en 1793. Si l'on dit que les roux doivent tous être pendus et que la majorité le veut, c'est un acte démocratique. La démocratie n'est qu'une méthode - elle n'a aucun contenu.

ef : Si, le démos. 

Maschke : Alors c'est quand même le demos d'un peuple. Même la loi fondamentale est la loi fondamentale d'un peuple, elle est valable pour le peuple allemand, pour personne d'autre, c'est bien écrit dans le texte.

ef : Si ceux qui sont entrés illégalement en Allemagne depuis 2015 sont tout simplement naturalisés, ils font alors partie du peuple allemand. 

Maschke : Justement. Nous avons alors la salade variée. 

ef : La notion de "peuple allemand" devient ainsi assez floue.

Maschke : Elle l'est déjà. C'est une "population". 

2370879-adobestock-393134261-original.jpeg

ef : Qui tôt ou tard sera tellement éclatée qu'elle ne pourra plus former de volonté commune.

Maschke : C'est l'objectif. Cela nous amène à ces fameuses théories du complot, qui seraient des mensonges en bloc. Je parlerais plutôt d'élucidation. Les conspirations ne doivent pas nécessairement avoir lieu à minuit dans les cimetières de Prague, il y en a dans chaque club de gymnastique, peu importe le nom qu'on leur donne, par exemple "intrigue". Monsieur Kohl a parlé du "réseau de la côte Est". Je ne peux pas penser la politique sans conspiration. Il suffit de "dé-pathétiser" le terme. En tant que politicien, je discute de ceci et de cela avec mon équipe, puis je réfléchis à la manière de le vendre à la population stupide. Je dois d'abord promettre beaucoup - si je dis à la population de se taire, de travailler et de se contenter de moins, j'aimerais bien voir le nombre d'électeurs qu'il restera... - et ensuite, après les élections, je ne tiens pas la plupart de mes promesses. Parce qu'il n'y a pas d'autre solution, vu l'état des caisses ! Je dois d'abord me rouler par terre devant le "souverain suprême", comme le maître du langage Kohl appelait le peuple, et ensuite je dois lui faire la peau. C'est le mécanisme du système. Schumpeter dit que la démocratie est la domination par le mensonge. C'est probablement aussi une théorie du complot ? Dans la démocratie allemande, un homme politique n'a de pouvoir que s'il travaille sur l'impuissance allemande.

ef : Si vous deviez choisir entre les options de la Chine, c'est-à-dire un capitalisme d'État entièrement surveillé avec des promesses de technologie et de sécurité, du califat et de l'Occident libéral, que choisiriez-vous ?

Maschke : Qui gouverne ? Vous comprenez, je suis tout à fait nihiliste sur cette question. Je suis souvent consulté, y compris par des jeunes qui veulent savoir comment cela va se passer, et mon glamour a fortement diminué parce que je ne leur ouvre aucune perspective. La plupart du temps, ils s'efforcent de protester contre ceci ou cela, et ils sont ensuite furieux de ne pas pouvoir devenir fonctionnaires parce que les services de protection de la Constitution les ont déjà notés. Je ne me bats pas pour qu'ils puissent devenir fonctionnaires. Et puis il y a des gens qui veulent un jour être invités par Anne Will. Si elle le faisait, ils seraient déjà à bout de souffle. Si j'étais à la place d'Anne Will, je le ferais immédiatement.

ef : Ce n'est pas possible. Il faut un diable. Il faut que quelqu'un joue ce rôle pour que les bons aient quelqu'un contre qui se liguer.

Maschke : Oui, bien sûr. Il y a une personne intéressante, Klaus Kunze, un jeune avocat dont le mantra était : nous sommes la droite fidèle à la Constitution. D'une certaine manière, cela n'est pas arrivé. La satanisation de ces personnages majoritairement inoffensifs va désormais très loin. Le citoyen lambda se laisse vite embrigader et répète ce que les journalistes lui servent. C'est en partie de l'incitation pure et simple, et ensuite ils se plaignent toujours de l'incitation. Au final, c'est une énorme machine à projeter : on reproche au petit ennemi faible ce que l'on fait soi-même avec les grands moyens dont dispose le pouvoir. Il suffit que vous trouviez cette politique des réfugiés fatale pour que vous soyez déjà le "détracteur" ou le "xénophobe". Mais l'étranger est - souvent - l'ennemi. C'est déjà ce que dit la philologie, quand on monte dans toutes les langues possibles. 

ef : Au moins, il est étranger.

Maschke : Contre ce fait, il y a la phrase : "Nous sommes tous des hommes". En fait, il n'y a pas d'êtres humains. L'homme en tant que tel relève de la zoologie. De Maistre a dit: "Je n'ai jamais vu d'hommes, toujours des Allemands, des Italiens, des Français, des Russes". Montesquieu a certes affirmé qu'il y avait des hommes en Perse - voyez les Lettres persanes -, je n'en sais rien, je n'y étais pas, je ne peux rien en dire. C'est ce que je veux dire. "Homme" n'est pas un terme politique. "Humanité" n'est pas un terme politique.

ef : Le grand espoir de la gauche est que les peuples s'unifient un jour pour former l'humanité.

Maschke : Ils pensent qu'il n'y a qu'une seule interprétation pour indiquer la direction à prendre. Par exemple Monsieur Westerwelle, qui a écrit une thèse débile sur les organisations de jeunesse des partis, parue chez Nomos, qui prêchait : "L'éducation, l'éducation avant tout". Il voulait dire que l'éducation devait conduire partout aux mêmes résultats, que l'éducation faisait de chacun un occidental libéral. Pourtant, nous savons que ce n'est pas vrai. Dans mon essai La parole armée, j'ai montré comment le Sendero Luminoso ("Sentier lumineux") au Pérou a profité de l'explosion de l'éducation. Cette guérilla et organisation terroriste était beaucoup plus éduquée que la moyenne.

ef : L'éducation peut déboucher sur n'importe quelle vision politique. 

Maschke : Oui, bien sûr. Mais nous devons encore parler de la qualité de l'éducation. Les bacheliers au chômage vont bientôt pulluler ici. Cela est lié aux notes du baccalauréat, qui ont été revues à la hausse de manière totalement frauduleuse. Cette population est censée devenir de plus en plus intelligente ! En 1960, j'ai encore passé un Begabtenabitur après mon apprentissage, auparavant j'étais dans une école secondaire près de Trèves, cette école a été fondée en 1940, et en 20 ans, on a obtenu un A en allemand - pour moi. Aujourd'hui, n'importe quel crétin obtient un A. Quand je vois les devoirs de classe des jeunes élèves, ils sont notés avec un A moins, ce qui nous aurait valu un C. Toute une génération a grandi dans cette fraude. A douze ans, ils sont déjà des tricheurs. Ils sont corrompus moralement, et Mesdames et Messieurs les pédagogues y participent. 

ef : L'objectif est d'aplanir toutes les différences.

Maschke : Oui. Car "nous sommes tous des êtres humains", comme le dit la formule mentionnée. L'un des mots les plus dénués de sens dans ce contexte est : "sous-privilégié". Pourquoi "sous" ? Tout le monde doit-il avoir des privilèges ? Que veut dire privilège ?

ef : Quand on est privilégié, on fait bien de se plaindre d'être sous-privilégié. C'est ce que les aristocrates français auraient dû faire à temps. Les riches qui soutiennent aujourd'hui les revendications de la gauche veulent peut-être seulement sauver leur peau ?

Maschke : La plupart du temps, les gens ne sont pas logiques avec eux-mêmes. Ils ne remarquent pas non plus quand ils vont à l'encontre de leurs maximes. Je ne sais pas qui a formulé cela pour la première fois, mais je trouve la formulation enviable : les gens ne mentent pas, ils sont menteurs. Si l'on prétend aujourd'hui que "les hommes politiques mentent tous" : ils ne pourraient pas le faire, les hommes ne peuvent pas mentir sans cesse, ils doivent être menteurs. C'est différent.

ef : La dissonance cognitive, c'est-à-dire la capacité à affirmer des choses qui s'excluent mutuellement, fait partie de la dissimulation. Par exemple qu'il n'y a pas de race, mais que les émeutes raciales et le racisme existent bel et bien. Une dirigeante canadienne noire du BLM vient de déclarer que les Blancs sont des sous-hommes, que la blancheur est due à des défauts génétiques.

Maschke : Bien sûr que cela existe. L'autre jour, un intellectuel noir a écrit dans le "FAZ" que les Noirs devaient maintenant se battre, qu'il n'y avait aucune possibilité de collaboration avec les Blancs. Pourtant, la coopération entre races fonctionne en partie très bien, comme je l'ai notamment constaté à Cuba. Certes, il y avait un racisme évident dans certaines provinces, mais pas à La Havane et dans l'est de Cuba. Et il ne faut pas oublier que des luttes inter-raciales ont également lieu au sein de la communauté noire. Les peuples sont également dotés de talents différents. Mais, voilà, désormais, il ne doit pas y avoir de différences de talent. Outre le fait qu'une société juste serait ennuyeuse, terriblement ennuyeuse, l'aplanissement de toutes les différences est impossible. Ils viennent avec leur mètre-étalon de l'égalité et mesurent, et, bigre, voilà qu'il y a encore quelque chose d'inégal. Comme avec ces quotas de femmes : les femmes représentent 25 ou 26 pour cent des membres des partis, mais elles doivent maintenant avoir les mêmes chances que les hommes.

Surprising-and-Good-News-About-Education-in-Cuba.jpg

ef : Les quotas de femmes sont une sorte de taxe punitive sur les hommes, dit le blogueur Hadmut Danisch.

Maschke : L'attrait de ces exigences réside bien sûr dans le fait qu'elles sont irréalisables. Nous le savons bien : l'envie ne diminue pas quand l'égalité augmente. Je n'envie pas le multimillionnaire, j'envie le voisin qui n'est pas plus intelligent que moi, mais qui conduit une meilleure voiture et a un appartement de trois mètres carrés plus grand. Plus les différences sont abolies, plus l'envie grandit - et les différences demeurent.

ef : Ce qui nous ramène au racisme.

Maschke : Oui, mais c'est le plus mort des poncifs, je trouve. L'étranger est un fait. On sait que les cultures sont différentes - et cela suffit. La cohabitation est plus difficile qu'on ne le pense. Il y a des gens qui font un procès pendant des années parce qu'une branche de mon poirier a franchi le mur mitoyen et a poussé au-dessus de leur jardin, et ces mêmes personnes disent : ces immigrés, ce sont tous des êtres humains, il n'y a aucun problème avec eux. Mais ils mènent une guérilla sans fin contre leur voisin de pure souche allemande.

ef : La tolérance augmente avec la distance par rapport au problème.

Maschke : C'est très important. Regardez les maisons des propagandistes de la politique d'accueil, ils pourraient bien accueillir des migrants dans leurs pénates ! On n'a pas entendu parler d'un tel accueil. Mais ils recommandent à leurs compatriotes de quitter le pays si l'immigration leur déplaît. L'agressivité se nourrit de cette prétendue philanthropie. A cela s'ajoute - je ne dis rien de nouveau non plus, mais il y a des vérités banales qu'il faut toujours répéter - le fait que la plupart des gens ne veulent pas penser, le phénomène habituel de Pareto, l'être humain donne des raisons rationnelles pour chaque bêtise. Cela fonctionne tout seul, nous n'avons même pas besoin d'un Goebbels pour cela aujourd'hui. Le matin, il devait encore décider par télex : ce mot ne doit pas être utilisé, ce mot signifie ceci ou cela. Aujourd'hui, cela se fait tout seul. Goebbels serait au chômage aujourd'hui. (rires)

ef : Êtes-vous raciste ?

Maschke : Ce n'est pas moi qui décide (rires). Je ne pense pas. Parmi les castristes à Cuba, j'étais considéré comme un "Petrolero". C'est ainsi qu'on appelle là-bas un Blanc qui aime coucher avec des femmes noires.

blue_sea_sky_horse_sexy_green_ass_beach-551731.jpg!d.jpg

ef : C'est peut-être une forme particulièrement subtile de racisme.

Maschke : Il est tout de même vrai que chaque homme au monde capable de procréer peut avoir un enfant avec chaque femme du monde capable de procréer. Ce n'est pas inintéressant.

ef : Vous êtes ou étiez au moins considéré comme un révolutionnaire national. Correct ?

Maschke : Je passais plutôt pour un Français. 

ef : Que signifie ce mot mystère ?

Maschke : C'est ce que Hans-Dietrich Sander m'a reproché ; pour lui, on était déjà suspect si on parlait français. J'ai un certain affect anti-germanique. Cela est lié à la faible capacité de spontanéité des Allemands. Comme l'a fait remarquer Bismarck, "il manque aux Allemands un peu de champagne dans le sang". Ils restent trop longtemps aux toilettes, ces Allemands. Ou comme le disait Heine : "Ils ont avalé le bâton avec lequel on les battait autrefois". Les Français sont les champions du monde de la chicane, nous sommes les champions du monde de la délation. Mais j'ai décidé de ne plus me laisser monter la tête contre aucun peuple - ce qui est toutefois autre chose que la "culture de l'accueil".

ef : Un peuple qui vote Merkel et majoritairement noir et vert - faut-il encore s'engouffrer dans la brèche pour cela ?

Maschke : Il ne sait évidemment pas ce qu'il veut. Il peut dire : "Nous allons encore bien". Voyez-vous, Max Weber est souvent présenté comme l'ancêtre de la démocratie parlementaire, mais nous savons qu'il était un partisan acharné du pouvoir. Sa critique du wilhelminisme ne portait justement pas sur le prétendu autoritarisme, mais sur l'incapacité d'un véritable impérialisme. Il a critiqué le wilhelminisme parce qu'il ne pratiquait pas la politique de puissance. Weber voulait une démocratisation pour renforcer l'impérialisme et faire entrer les meilleurs au Parlement. Le Comte Harry Kessler décrit comment Bismarck, après avoir été viré, ne cessait de répéter comme un mantra dans ses conférences: "nous sommes désormais saturés". Et Kessler décrit la déception des jeunes gens dans le public, généralement des étudiants. Ah, c'est donc ça? Weber voulait plus de démocratie, mais pour augmenter le pouvoir de la nation, une démocratie de dirigeants. Les 36 petits États étaient probablement ce qui nous convenait le mieux. En 1871, nous pouvions à peine avancer à cause de notre puissance, et ensuite nous ne pouvions rien en faire. En 1939, nous étions déjà plus faibles qu'en 1914, même si le niveau des généraux du Troisième Reich était plus élevé qu'en 1914-18, si l'on excepte un génie comme von der Goltz. Dans les années 50, nous avions encore un "take off", sur le plan économique; il y avait aussi beaucoup de choses intéressantes dans les sciences humaines. Mais aujourd'hui, ce pays est également fini sur le plan intellectuel.

ef : Y a-t-il des contemporains que vous considérez comme dignes d'être lus ?

Maschke : J'ai une très haute opinion d'Enzensberger, malgré certaines bêtises qu'il a écrites, par exemple sur le pauvre Saddam Hussein, qui aurait été une réincarnation d'Hitler. Cet homme est un grand poète, je l'affirme, et s'il n'avait rien fait d'autre que de traduire César Vallejo et William Carlos Williams, il serait plus important que la plupart des autres. Le jour de son anniversaire, le FAZ a publié une page entière sur lui, mais ni le poète ni le traducteur ne figuraient dans cet article. Il est capable de beaucoup de choses. J'ai fait sa connaissance, il possédait ou possède, malgré tout son travail, une absence de transpiration qui me fait vraiment peur. Il sait même gérer l'argent. Enzensberger pourrait faire un cours : "Comment faire le tour du monde pendant trois ans avec un sac en plastique, tout en gagnant de l'argent et en organisant une anthologie de poésie en dix volumes en toungouse". Il est d'une éloquence extrême, il vient en effet de Kaufbeuren, qui est en fait une région très isolée, cela me semble presque une sorte de surcompensation. Mais sinon ? Tout le monde est mort.

ef : Vous sentez-vous isolée intellectuellement ?

Maschke : J'ai un problème avec le fait qu'ils soient tous morts. J'ai toujours eu un grand talent pour les amis plus âgés, tout à fait paternels à mon égard. Cela a commencé avec mon père adoptif, que j'admire énormément, Walter Maschke, né en 1892, entrepreneur, producteur de tricots. Je ne connais pas mon père biologique, il est mort en 1944. Quand j'étais jeune, j'étais communiste. À 16 ans, j'étais encore apprenti à la Nürnberger Lebensversicherung à Trèves, j'ai organisé la marche de Pâques, on nous crachait dessus dans la rue, cela m'a bien sûr donné un énorme élan. Le journal catholique Trierische Landeszeitung écrivait à l'époque: "Günter Maschke, bien connu dans la ville, voulait atteler les personnes présentes à la charrette de l'Est". Mais mon père n'en avait cure.

ef : Vous avez dit de lui, dans une belle tournure de phrase, qu'il faisait preuve d'un désintérêt monstrueux pour les opinions des autres.

Maschke : Et cela en tant qu'entrepreneur ! Pensez à la manière dont se comportent la plupart des entrepreneurs aujourd'hui. Il m'a simplement dit : "Tu verras bien". Et quand je suis revenu de Cuba, il m'a dit : "Tu as vu ? C'est juste que ça craint avec le communisme". Il ne m'a pas éduqué, il était pour moi le héros, l'exemple. J'ai toujours eu des amis plus âgés, Schmitt, Julien Freund, Günter Anders, j'étais très proche de lui - Anders pouvait d'ailleurs vous taper sur les nerfs, parce qu'il avait cette pulsion invincible pour le bon mot, ça finissait par devenir fade, cinq heures de bons mots d'affilée, personne ne peut le supporter. Et aujourd'hui, ils sont tous morts. Ils sont tous morts, le Julien Freund, le Roman Schnur, le Gehlen, que je considère peut-être comme plus important que Schmitt du point de vue intellectuel et de l'importance réelle. Je le trouve déjà énorme, même en termes de désinvolture. Mon ami Mohler est lui aussi parti depuis longtemps. Mohler avait d'ailleurs réuni trois grandes bibliothèques, une sur la Révolution conservatrice, qu'il a vendue aux Japonais, une sur la droite française, que l'université de Potsdam a achetée, et puis il avait encore des milliers de volumes sur l'art, dont il n'a rien vendu. Mohler a dit : "J'ai gâché une partie de ma vie à faire de la politique, j'aurais dû m'occuper beaucoup plus de l'art".

mamaxresdefault.jpg

ef : Etes-vous en fait catholique ?

Maschke : Non. Dans ma jeunesse, j'étais protestant. Après la guerre, nous avons été relogés à Saarburg, près de Trèves, et il y avait alors tout à coup quelques centaines de protestants dans cette région catholique. Les catholiques et leurs superbes processions - il y avait aussi un lieu de pèlerinage là-bas - m'ont impressionné. Je suis également allé au cours de religion catholique et je voulais devenir catholique. Mon père m'a juste dit : "Eh bien, attends un peu". En tant que jeune communiste, j'ai naturellement estimé qu'il était de mon devoir de quitter l'Église. Lorsque je me suis dangereusement rapproché du catholicisme pour la deuxième fois - j'ai travaillé pendant cinq ans à la traduction et au commentaire de Donoso Cortés - est arrivé Vatican II, et je me suis alors dit : "C'est le suicide". Entre-temps, je penche pour l'athéisme. J'ai un ami, philosophe, qui est toujours aussi athée qu'on l'était en 1888 dans l'association pour la Libre Pensée et qui ne recule pas devant les arguments les plus grossiers. Nous ne pouvons bien sûr pas déterminer si Dieu existe ou non, c'est une question d'enfant, mais ce qui est vraiment intéressant, c'est le besoin religieux. Je suis devenu tout à fait nihiliste. Il y a justement la nullité cosmologique de l'homme, comme l'a appelé Blumenberg, et un jour se produira ce qu'Arno Schmidt a résumé par ces mots : "L'expérience humaine, celle qui pue, a cessé". Alors, il n'y aura pas non plus d'œuvres collectées ni d'historiens, mais rien. Nous allons en quelque sorte nous consumer. C'est peut-être aussi ce qui se passera quand il y aura dix milliards d'êtres humains. L'homme cessera un jour d'exister.

ef : Vous êtes le paria allemand le plus ancien ou celui qui a servi le plus longtemps - peut-on dire cela ?

Maschke : Un paria ?

ef : Vous êtes isolé, ostracisé, vous n'êtes pas invité ...

Maschke : Mon Dieu, oui, je suis déjà mis à l'écart. Je me suis tiré une balle dans le genou, dans la "FAZ" et dans la maison d'édition, j'ai perdu deux fois mon existence économique complète à cause de Carl Schmitt. L'argent pour mon Edition Maschke venait des éditions médicales allemandes, qui nageaient dans l'argent. C'est à eux que j'ai refilé le Léviathan de Schmitt. Je voulais absolument publier ce livre, ce que Schmitt n'a jamais eu le courage de faire. Il voulait lui-même annuler le contrat, mais j'ai refusé. Le livre a été publié, et il y a eu immédiatement une édition espagnole et française. L'année suivante, la maison d'édition médicale m'a coupé les vivres. Et puis il y a eu ma rupture avec le "FAZ" à cause de ma nécrologie de Schmitt. Ensuite, Dolf Sternberger s'est mobilisé contre moi - et non pas Habermas, comme on le prétend toujours - et j'ai fini par dire stop. Joachim Fest a encore essayé de me faire changer d'avis, mais je ne voulais plus. Je n'aurais d'ailleurs pas pu maintenir ma position antérieure. En tout cas, je suis tombé deux fois dans le panneau. C'est ma femme qui m'a sauvé financièrement. Ensuite, j'ai été très actif en Italie, j'ai fait du prosélytisme en Amérique latine, on peut dire ça comme ça, au Pérou surtout. J'aurais voulu rester au Pérou comme professeur à l'École supérieure de l'armée, mais il n'a pas été possible de convaincre ma femme de s'installer ailleurs. La mort de ma femme m'a gravement heurté, j'ai passé 33 ans avec elle et je n'ai pas passé 33 ans à me chamailler avec elle. Les sept dernières années, je l'ai soignée, c'était l'enfer, je n'ai rien écrit pendant cette période - je n'ai tenu que parce que j'étais amoureux d'elle jusqu'au bout.

ef : Avez-vous déjà eu une option de carrière, je veux dire : intérieurement ?

Maschke : Je savais déjà comment j'aurais dû me comporter, mais ce n'était tout simplement pas possible. Je ne peux pas faire ça.

ef : Vous auriez pu participer, avec vos talents vous auriez quand même été supérieur à tous les autres, et à la fin vous leur auriez dit ce que vous pensiez d'eux.

Maschke : Oui, mais l'homme ne fait pas cela. L'homme est reconnaissant. Mon ami Helmut Quaritsch a dit une fois de ses élèves : "Quand les gars sont stagiaires et peuvent être mis à la porte d'un jour à l'autre, ils disent les choses les plus incroyables et sont prêts à l'amok intellectuel. Quand ils sont professeurs et qu'il ne peut plus rien leur arriver, ils deviennent tout à coup doux comme des agneaux. Je lui ai répondu : Monsieur Quaritsch, vous voyez par là que la thèse de l'ingratitude humaine est une bêtise. Quaritsch appartenait à la génération de ce que j'appelais les "élèves de Forsthoff", qui pensaient pouvoir construire un État sur ces sables mouvants une fois le nazisme enfin terminé. Pas du tout ! 

ef : Si on vous posait en conclusion la question idiote : Que voulez-vous au juste ?

Maschke : J'aimerais que l'on retrouve l'idée que l'on se faisait autrefois de l'université. Que l'université soit à nouveau conçue comme un lieu où je vais pour penser, dans la solitude et la liberté, oui, pour parler librement. Où l'on dit : nous sommes assis ensemble, nous essayons de comprendre quelque chose, c'est pourquoi nous nous apprécions, nous n'avons pas peur de dire ceci ou cela - un peu comme Monsieur Humboldt l'avait peut-être imaginé. J'ai encore ressenti un peu de cela dans le soleil couchant des sciences humaines à l'université de Tübingen, où je n'ai certes pas étudié, mais où j'ai tout de même été rédacteur du journal des étudiants, j'ai même fait des exposés, chez Dahrendorf par exemple. Je souhaite que cela se reproduise. On se rencontre parce qu'on a le désir commun de penser, il s'agit de choses très intéressantes, et on apprécie tous ceux qui veulent participer à la réflexion, même si tout à coup ils disent quelque chose que l'on trouve complètement faux. Nous savons comment c'était autrefois à l'université wilhelminienne - mais c'était mieux qu'aujourd'hui! En Italie, j'ai encore connu un début de cela dans les années 1970 - mais l'Italie aussi est aujourd'hui dévorée par le politiquement correct -, j'ai assisté à des congrès où la gauche et la droite débattaient, c'était très agréable : "Ah bon, vous aussi vous essayez de penser, alors entrez, prenez place, voulez-vous un verre de vin ?" A l'époque, il y avait encore ici et là quelque chose comme une fraternité des hommes d'esprit. Aujourd'hui en revanche, il existe une hostilité envers l'homme spirituel qui va jusqu'à la haine et le désir d'infliger la mort - et qui en même temps jargonne sur la "formation".

Vous trouverez cet article imprimé, ainsi que de nombreux articles publiés en exclusivité, dans le numéro de septembre d'eigentümlich frei n° 205.

13:06 Publié dans Entretiens | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : entretien, allemagne, günter maschke | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

mardi, 08 février 2022

Entretien avec Sergio Fernández Riquelme sur la pandémie postmoderne

sergio_fernandez_riquelme.jpg

Entretien épistolaire avec Sergio Fernández Riquelme  sur la pandémie postmoderne

Propos recueillis par José Miguel Gala

Source: https://miscorreoscongenteinquietante.blogspot.com/search/label/Sergio%20Fern%C3%A1ndez%20Riquelme

Professeur à l'Université de Murcie, historien et docteur en sociologie, ainsi que principal promoteur du projet La Razón Hispánica, Sergio Fernández Riquelme a récemment publié un de ces livres qui ne paraîtront jamais dans les suppléments culturels de la presse "Blackrock", comme Babelia. Pandemia posmoderna : Historia de la crisis del coronavirus en España, comme s'intitule le livre, mérite ma petite et humble reconnaissance. Notre conversation a tourné autour du transhumanisme, de Fabio Vighi ou de Macron ; on ne peut pas faire plus inquiétant.

- Vous avez très récemment publié un livre très courageux sur la soi-disant "crise du coronavirus". Il est notoire que toute remise en cause du discours officiel est très misérablement condamnée comme "négationniste", c'est pourquoi aujourd'hui plus que jamais il est nécessaire de lire des livres comme le vôtre, intitulé Pandemia posmoderna: Historia de la crisis del coronavirus en España. Comment s'est déroulé le processus d'écriture de ce livre ? À quel moment de la soi-disant "pandémie" avez-vous décidé de commencer à rassembler des informations et à commencer à écrire ?

Je crois que l'histoire est une science humaine et sociale nécessaire pour le temps présent (magistra vitae), et j'ai voulu écrire une chronique de la crise du Coronavirus au-delà du journalisme, de la politique ou des réseaux sociaux. Celles-ci racontent l'actualité en une sorte de photo fixe, mais l'histoire apporte une dimension diachronique qui permet de voir, dans le récit, l'évolution de la crise, de ses causes à ses conséquences. Ainsi, dans la revue La Razón Histórica, je publie cette chronique par phases depuis mars 2020, et ces phases ont servi de base au livre Pandemia posmoderna. Un livre très différent de presque tout ce qui a été écrit sur le sujet car, premièrement, il relate presque en direct l'impact du coronavirus en Espagne (à partir de sources académiques et journalistiques) ; deuxièmement, il aborde systématiquement les mesures et les réactions que nous avons connues en Espagne avec les noms et les prénoms, en recueillant à la fois le discours officiel et les interprétations dissidentes ; et, troisièmement, il fait une Histoire à partir de l'Histoire, c'est-à-dire qu'il utilise des sources historiographiques modernes et classiques (Hérodote, Tite-Live, Ranke, Hegel...). .) pour comprendre et comparer cette crise avec d'autres crises plus graves survenues dans le passé, en constatant le changement et la continuité qui existent dans notre évolution.

FFcY56rWYAQ1NEH.png

- Selon la version officielle de la pandémie, tout commence à Wuhan, avec cette première épidémie en décembre 2019. Plus de deux ans se sont écoulés depuis, et j'ai le sentiment que cette crise va durer bien plus longtemps que la mal nommée "grippe espagnole" de 1918, si nous ne faisons pas attention. A mon avis, le but de ce que nous vivons est la mise en œuvre du modèle chinois en Occident, à travers la standardisation du "passeport covid". Quelle est votre opinion sur ce passeport ? 

À mon humble avis, ce passeport, comme le montre cette histoire, est un autre instrument créé et utilisé en désespoir de cause par les gouvernements et les élites (confinements, couvre-feux, restrictions de mobilité, masques et vaccinations), éventuellement en violation des droits fondamentaux, qui ne savent pas comment agir face à un phénomène qui leur est tombé dessus de manière inattendue ou qui est devenu incontrôlable. Ils l'utilisent pour contenir quelque chose qui, comme nous l'avons vu avec la variante Omicron, semble impossible à contenir par des moyens qui seraient strictement de santé publique ou par une simple volonté politique. Parce que ce virus est plus qu'une simple maladie ; c'est une pandémie typique de la société post-moderne, qui ne comprend ni ne tolère la douleur et la souffrance (qui nous coule ou nous sauve) ; et surtout qui accepte, entre nécessité médicale et propagande idéologique, un moyen de contrôle qui, pour certains auteurs et commentateurs, évolue, semble-t-il, vers un outil de contrôle socio-politique accepté par la majorité de notre génération, soit par paresse, soit par conformité.

- Pour approfondir le sujet du passeport ou "covid check", j'ai pu constater très récemment, de visu, que son utilisation est totalement régularisée et répandue au Luxembourg, et d'après ce que l'on m'a dit, la situation est la même dans des pays voisins comme la Hollande ou l'Allemagne. Il est décourageant de voir comment des centaines de personnes font la queue pendant des kilomètres pour entrer dans un marché de Noël en plein air, ce qui m'amène à penser que cette crise sera retardée aussi longtemps que nécessaire jusqu'à ce que la transition vers la soi-disant "nouvelle normalité" soit réussie... Quand pensez-vous que tout cela se terminera, si jamais ? Avez-vous lu Fabio Vighi, et sa théorie sur la simulation des pandémies et la crise du capitalisme ? Selon Vighi, elle est prolongée artificiellement, car le capitalisme actuel est totalement fictif, et est l'otage de la dette, de l'impression monétaire constante et de l'inflation artificielle des actifs financiers.

Je pense que l'analyse de Vighi  -et d'autres intellectuels qui voient la pandémie au-delà de la réalité socio-sanitaire-  est très nécessaire. La critique et le débat sont fondamentaux et très sains dans les sociétés démocratiques. Dans cette histoire que je raconte, je parle donc d'une "pandémie postmoderne" qui est une conséquence du monde globalisé, supposé sans frontières et sans patries, où les maux se répandent également : des maladies mondiales aux migrations incontrôlables, des délocalisations locales à la pollution massive, du consumérisme de masse à la dépression généralisée.

Et le coronavirus a démontré la nécessité de la souveraineté et des stratégies identitaires des nations qui contrôlent leurs frontières, qui s'occupent d'abord de leurs citoyens, et qui s'unissent à l'intérieur dans des missions communes de solidarité. Car le "capitalisme inclusif" ou "capitalisme de nouvelle génération" ("turbo-capitalisme" pour Diego Fusaro), profite des bons et des mauvais côtés de cette mondialisation détournée par sa ploutocratie pour étendre son pouvoir en période de prospérité, et le renforcer en période de crise. Je ne sais pas avec certitude si cette pandémie est fictive ou non, mais ce que j'ai étudié, c'est que la ploutocratie et ses partenaires locaux profitent des restrictions et de la dette publique pour soumettre directement les gouvernements (qui dépendent de leur financement, de plus en plus, pour survivre) et pour endoctriner encore plus les citoyens dans leurs idées transhumanistes qui les empêchent de penser et les obligent à ne pas être récalcitrants. Comme toujours, même dans les pays dits "démocratiques", les élites utilisent le pouvoir et la "violence", réelle ou symbolique, légitime ou illégitime, pour imposer leurs plans et imposer leur idéologie. C'est ainsi que la politique est grossière, comme nous l'ont appris Weber, Schmitt ou Freund.

205038256-5061a318-4542-44c5-a3dc-7e0f6dde9a9b.jpg

- Il y a quelque chose de très obscur dans le discours que des gens comme Trudeau, Macron ou Draghi lancent, à l'unisson et en coordination. Dans le cas de Macron, peut-être le plus belliqueux de tous, une idée très dangereuse est lancée : le statut de "citoyen" ne dépend plus que du statut vaccinal : pour Macron, quelqu'un qui ne reçoit pas de rappel n'est plus un citoyen, et doit être pénalisé. Que pensez-vous des déclarations de Macron ? Peut-être sait-il qu'il a été rayé de la carte, politiquement parlant, ou est-il prêt à aller jusqu'au bout ?

Les déclarations de Macron ou de Trudeau reflètent ce que sont les vassaux exécutifs du système mondialiste et comment ils pensent. De gré ou de force, même dans une soi-disant "démocratie libérale-progressiste", il semble que les citoyens soient obligés de croire et d'agir comme le dit le gouvernement, puisque leurs dirigeants ne pensent soi-disant "qu'à" leur santé, leur bien-être et leur bonheur. Pour la santé publique ou la "santé démocratique", ces dirigeants se sentent légitimés, en tant que vrais et seuls démocrates (par opposition à ceux qu'ils accusent d'être des extrémistes, des négationnistes, etc.), à insulter, diffamer, caricaturer, étiqueter, censurer ou "annuler" le dissident dans son opinion ou dans son erreur ; or, l'une des grandes conquêtes de la démocratie, même si elle peut paraître mensongère à la "science officielle", c'est que nous avons le droit souverain de "nous tromper" ou de dire n'importe quelle bêtise, s'il y en a une, qui nous plaît. Vous pouvez perdre votre emploi ou ne pas progresser dans celui-ci, être bloqué sur les réseaux sociaux ou stigmatisé dans les médias, être exclu de certains services ou condamné à différentes amendes si vous ne respectez pas des règles dont la légalité est parfois très douteuse (comme l'a jugé, bien que tardivement, le Tribunal constitutionnel espagnol dans l'affaire "État d'alerte").

wieder-arm-in-arm-emmanuel-macron-und-justin-trudeau-635x357.jpg

Les gouvernements qui se préoccupent aujourd'hui, pour certains de manière excessive, de sauver nos vies et d'éliminer tout "négationnisme", sont les mêmes qui ont initialement sous-estimé la menace venant de Chine, qui ont affirmé que la pandémie "ne serait que de quelques cas", qui se sont contredits quotidiennement sur l'utilisation des masques ou des tests antigéniques, ou qui, avec de très mauvaises données sur les infections, ne réimposent pas les confinements qui étaient auparavant essentiels. Parce qu'ils semblent n'être, en définitive, qu'une simple courroie de transmission "partitocratique" de la grande ploutocratie mondiale, qui impose un discours et des pratiques "politiquement corrects" même en pleine pandémie, et que les hommes et les femmes doivent accepter sans doute et sans discussion (au-delà des mesures hygiéniques et sanitaires logiques) malgré leurs propres croyances, leurs doutes obligatoires ou leurs libertés non négociables. Mais je l'ai déjà dit : la politique est vraiment très brutale, même si elle se présente comme tolérante ou démocratique. 

samedi, 29 janvier 2022

Entretien avec Leonid Savin: "Lorsque les Européens auront retrouvé une identité forte, personne ne pourra les dominer spirituellement et culturellement"

maLsavdefault.jpg

Entretien avec Leonid Savin: "Lorsque les Européens auront retrouvé une identité forte, personne ne pourra les dominer spirituellement et culturellement"

Entretien avec le journal Deutsche Stimme réalisé par Alexander Markovics

Cher Monsieur Savin ! Actuellement, les relations diplomatiques entre l'Occident et la Russie sont tendues. L'UE accuse la Russie et la Biélorussie de mener une guerre hybride. L'Occident déclare craindre une intervention militaire russe en Ukraine et accuse la Russie de vouloir déclencher une guerre alors qu'elle a elle-même rompu les accords de Minsk. La ministre allemande des Affaires étrangères Annalena Baerbock appelle même à l'arrêt du Nord Stream 2.  La Russie mène-t-elle une guerre hybride contre l'UE et les Etats-Unis ou les politiques occidentaux accusent-ils le président Poutine de crimes dont ils sont eux-mêmes responsables ?

En fait, l'UE et les Etats-Unis affirment depuis six ans déjà que Moscou mène une guerre hybride et que la Russie est intéressée par la division de la société occidentale. En réalité, les gouvernements occidentaux jouent ce jeu de manière bien plus efficace, en raison des erreurs politiques et idéologiques qu'ils commettent chaque jour et de l'état actuel de la démocratie dans leurs pays (n'oublions pas que les bureaucrates de la Commission européenne ne sont même pas élus par leurs propres peuples). Le coup d'État de 2014 en Ukraine a été organisé par l'Occident (notamment avec le soutien financier et diplomatique des États-Unis) et, lors de la "révolution orange" précédente, en 2004, les pays européens et les États-Unis ont également soutenu des politiciens qu'ils ont choisis dans ce pays. Où est donc ici la "guerre hybride de la Russie" ?

image_0991366_20210415_ob_4c53da_crimee.jpg

Après le référendum en Crimée qui a conduit à la réunification avec la Russie, l'Occident a affirmé qu'il s'agissait d'une "annexion", mais les pays occidentaux oublient la sécession du Kosovo en 1999, qui a été soutenue par l'OTAN. Lorsque 100 personnes ont été brûlées vives par des néonazis à Odessa et que les autorités ne les ont pas empêchées, l'Occident n'a pas daigné jeter le moindre regard. La Russie ne pouvait pas rester les bras croisés et attendre que le même scénario se produise en Crimée (et c'est en fait ce qui a été préparé par les forces qui ont mené à bien le putsch de février 2014).

Le terme de "guerre hybride" a été inventé à l'origine par la marine américaine pour décrire des situations de combat complexes impliquant différents acteurs. Plus tard, c'est devenu une marque d'infamie politique, qui a été utilisée pour stigmatiser toute forme d'activité russe (économique, politique, diplomatique, etc.). Si Moscou fait un pas quelconque dans ses relations économiques ou initie de nouveaux contacts, l'Occident le qualifie immédiatement de "guerre hybride". Mais je suis tout à fait certain que toute inactivité serait également qualifiée de "guerre hybride". L'Occident affirmerait immédiatement que la Russie est en train d'ériger un nouveau rideau de fer. Nous nous trouvons dans une situation étrange, ne pensez-vous pas ? 

546x840.jpg

Depuis la fin de la guerre froide, l'Occident dirigé par les États-Unis a pris plusieurs mesures unilatérales et a fait la guerre à la Yougoslavie, à l'Irak, à l'Afghanistan et à la Libye. Ce "moment unipolaire" a provoqué le chaos, une violence massive et des mouvements de réfugiés aux quatre coins du globe. Dans votre livre récemment paru Ordo Pluriversalis. The End of Pax Americana & the Rise of Multipolarity, vous vous prononcez en faveur d'un monde multipolaire avec plusieurs centres de pouvoir au lieu de la domination occidentale. Les détracteurs occidentaux de ce concept affirment qu'un ordre mondial multipolaire entraînerait davantage de conflits et une plus grande instabilité dans le monde. Quels sont les avantages d'un système multipolaire par rapport à l'hégémonie occidentale, notamment pour les Européens ? 

Du point de vue de l'Occident, la multipolarité sera toujours présentée comme un désordre instable et semi-anarchique, car la vision occidentale de la multipolarité est basée sur l'époque multipolaire précédente, qui était eurocentriste et colonialiste. Aujourd'hui, la situation a changé et le centre de l'économie mondiale s'est déplacé vers l'Asie. Toutefois, la multipolarité n'est pas seulement une question d'équilibre des forces, mais aussi et surtout une question de restauration prudente de l'histoire elle-même, des traditions et du développement du potentiel culturel des groupes ethniques et des peuples du monde entier. Il existe de nombreuses formes uniques de gouvernance, de juridiction et de droits, enracinées dans une expérience millénaire.

Le néolibéralisme (même s'il a malheureusement connu un grand succès dans les années 1990 et jusqu'à récemment) ne peut pas prétendre à une validité mondiale (ce qui vaut bien sûr aussi pour d'autres types d'idéologies politiques). Un seul système peut être valable pour le monde entier, et c'est le pluriversalisme. Celui-ci peut contenir des éléments controversés, mais c'est normal parce que c'est naturel. Regardez la carte du monde et vous verrez que l'Occident politique (l'alliance transatlantique) n'est qu'une partie du monde, et même pas la plus grande ! Jusqu'à présent, il a eu une influence énorme sur le monde entier, mais celle-ci est aujourd'hui en déclin.

ccsavin_cover_0.jpg

Du point de vue européen, la multipolarité signifie davantage de souveraineté et d'indépendance vis-à-vis des États-Unis. Il existe déjà des initiatives pour une autonomie européenne, soutenues par l'Allemagne et la France, mais elles ne sont pas réalisables dans le futur proche tant que l'on ne se sépare pas de Washington. Les Etats-Unis poursuivent leur propre agenda au sein de l'UE et diffusent ainsi une propagande anti-chinoise et anti-russe afin d'attiser diverses craintes chez les Européens. Mais l'Europe est destinée à coopérer avec la Russie (et, dans une moindre mesure, avec la Chine) parce que nous sommes voisins et que nous vivons ensemble sur le continent eurasien. C'est un fait évident.

Dans ce contexte, il est tragique de voir la cancel culture se répandre en Europe et une nouvelle forme de décadence entraîner de nombreux pays vers l'abîme. La reconfiguration du monde dans le cadre de la multipolarité aurait le pouvoir de guérir l'Europe et de l'aider à trouver sa propre place et sa propre voie dans la politique mondiale. 

L'avenir des relations internationales et de la géopolitique est un sujet très discuté par les experts. Alors que Samuel Huntington a avancé la thèse du "choc des civilisations", Mohammad Khatami parle d'un "dialogue des civilisations". Selon vous, quelle prédiction est la plus probable et que peuvent faire les militants et partis politiques à tendance antimondialiste pour permettre une coexistence pacifique des civilisations ?

Huntington a parlé du "choc des civilisations" non pas dans le sens d'une fatalité inéluctable, mais comme un avertissement. Beaucoup ne lisent pas correctement son œuvre, voire pas du tout, tout comme beaucoup de libéraux de notre époque ne lisent pas Adam Smith. Mais ce qui est important dans son œuvre, c'est la constatation claire qu'il existe plusieurs civilisations ! Pas une seule, comme l'ont suggéré de nombreux érudits occidentaux auparavant, mais plusieurs ! Une multitude de civilisations signifie à son tour qu'il existe automatiquement une multitude de systèmes politiques différents.

Cibergeopolitica_organizaciones_y_alma_rusa_Leonid_Savin.png

Le problème de nombreux antimondialistes est qu'ils voient la culture politique des autres peuples à travers la lentille de leurs propres modèles d'ennemis.  Il s'agit d'une nouvelle forme d'exclusivité. Nous devons oublier le principe de l'ethnocentrisme, qui repose sur le double codage du "groupe du nous" et du "groupe des autres", et commencer à penser à partir d'un point d'inclusion approfondi. Je suis conscient que tout cela n'est pas facile. Mais nous devons enfin commencer ! Si nous avons l'intention de construire un pont entre les civilisations, il est plus sage de parler dans les langues de ces civilisations et de ne pas utiliser le langage de la pseudo-"civilisation" représentée par la société mondiale actuelle de la consommation et du capitalisme financier.   

En raison du matérialisme dominant, du chaos social, de l'individualisme et de l'aliénation dans l'Occident moderne, le nombre d'Européens qui cherchent à revenir à la forme traditionnelle de leur civilisation augmente. Dans votre livre Ordo Pluriversalis, vous proposez le concept de pluriversalité pour prouver qu'une alternative à la société capitaliste et moderne de l'Occident est possible. Veuillez expliquer le concept de pluriversité/pluralité et sa signification pour un futur monde multipolaire !   

La société capitaliste et moderne est fondée sur l'uniformisation et le nivellement de tout vers un standard unique. D'où le sentiment de supériorité et le racisme profondément enracinés dans la société occidentale. Paradoxalement, cet état d'esprit se développe également dans les sociétés non occidentales. Des phénomènes tels que les traitements médicaux visant à éclaircir la peau dans certains pays arabes sont le résultat de la domination occidentale imposée à cette région (car il existe aussi des personnes à la peau blanche en Yakoutie, au nord-ouest de la Russie, mais elles n'ont jamais conquis le Moyen-Orient).

md30507010240.jpg

Lorsque nous parlons de plurivers, nous entendons par là la multiplicité des visions du monde. Dans la région andine de l'Amérique latine et dans l'Afrique profonde, les gens suivent leurs propres traditions ancestrales. Certains éléments ressemblent à la tradition indo-européenne (parce que nous vivons sur la même planète et voyons le même soleil et la même lune), mais d'autres non. Nous pouvons y trouver des systèmes de débat public et des modèles d'auto-organisation politiques et économiques très uniques - tous doivent être préservés et développés. L'expérience d'autres peuples peut également être instructive et utile pour les sociétés "avancées".

1511292432_5.jpg

Tout d'abord, nous devons considérer les autres peuples comme des entités similaires. Le géographe russe Nikolaï Miklukho-Maklay (photo, ci-dessus) a probablement été le premier anthropologue culturel à contester l'existence d'une hiérarchie raciale et à affirmer que les peuples "primitifs" d'autres régions du monde sont égaux aux Européens. Aujourd'hui, sous l'égide de l'idéologie néolibérale, nous entendons des slogans similaires en Occident, mais dans la pratique, ils ne se manifestent que par des actions telles que "Refugees welcome !", le "Cancel Culture", etc. En fin de compte, nous n'avons pas un seul système politique mondial, car la Terre n'est pas un disque, mais un système composé de nombreux systèmes avec différentes couches d'organisation.

De nombreux détracteurs du mondialisme en Occident ont d'une part une opinion très positive de la résistance russe à l'impérialisme américain, mais sont d'autre part sceptiques quant à une coopération avec la Chine et l'Iran en raison de leurs systèmes politiques et de leurs convictions religieuses divergents. En cas d'alliance, ils craignent une exportation de systèmes comme celle que les Européens ont connue avec l'américanisation. En tant qu'expert en géopolitique et connaisseur des pays musulmans d'Asie, pensez-vous que ces craintes sont justifiées ? 

Outre l'Iran et la Chine, l'Asie compte de nombreux autres pays et cultures. Le soufisme se distingue de l'islam sunnite d'inspiration saoudienne. L'islam chiite n'est pas seulement présent en Iran, mais aussi en Azerbaïdjan (où les gens boivent de l'alcool), ainsi que sous des formes spécifiques en Syrie et au Liban, mais aussi en Afghanistan et au Pakistan. Il serait particulièrement simpliste de considérer les pays musulmans d'Asie comme un bloc musulman unique, car il existe en leur sein de nombreuses coutumes et traditions culturelles, qui possèdent à leur tour différents marqueurs en tant que nomades, clans, groupes ethniques et tribus. Chacun d'entre eux a une signification.

Même si nous considérons le monde musulman du point de vue de la multipolarité, il ne se compose pas d'un seul pôle, mais de plusieurs. En Afrique du Nord et en Asie occidentale, nous trouvons un mélange très intéressant de traditions soufies, de culture berbère et de vestiges des empires byzantin et ottoman. En Asie centrale, nous trouvons de très fortes influences d'éléments nomades et de nostalgie postsoviétique, et en Asie du Sud-Ouest, un melting-pot d'éléments indigènes, de nouvelles écoles de renaissance islamique, qui ont vu le jour dans le cadre d'une matrice postcoloniale/anticoloniale. Mais ce qui est important dans tout cela, c'est que toutes les régions mentionnées se trouvent en Eurasie (l'Afrique du Nord y est historiquement et géographiquement liée, c'est pour cette raison que Halford Mackinder a considéré l'Eurasie et l'Afrique comme une unité appelée l'île mondiale).

La Russie se trouve au centre de l'Eurasie. Un mur mythique a été construit par Alexandre le Grand pour se protéger de Gog et Magog sur la côte caspienne près de la ville de Derbent - il s'agit de la ville la plus au sud de la Russie, dans l'actuelle République du Daghestan (en fait, il a emprunté un autre chemin lors de sa campagne en Bactriane et en Inde). C'est la raison pour laquelle la Chine est si intéressée par la construction d'infrastructures dans le cadre de la Nouvelle route de la soie via la Russie, afin d'établir une connexion avec l'Europe.

Le corridor nord-sud relie l'Iran et donne à la Russie un accès à des ports libres de glace. Un corridor similaire sera également créé via le Pakistan.  C'est la question de la géopolitique eurasienne et elle ouvre de formidables perspectives. Pour les Européens, tout cela peut sembler un peu suspect. D'un point de vue pragmatique, vous pouvez poser la question suivante : "Qu'allons-nous accomplir dans ces circonstances ?" Le moteur économique du monde n'est plus l'Occident, mais l'Asie.

Enfin, toute exportation de valeurs culturelles et religieuses n'est pas possible si vous la refusez. Par exemple, après l'effondrement de l'Union soviétique, il y avait en Russie beaucoup d'émissaires de sectes occidentales et de religions orientales, mais ils n'ont pas réussi. Les Russes sont en effet retournés à leurs propres racines, le christianisme orthodoxe (il y a bien sûr aussi des adeptes du bouddhisme, de l'islam et du judaïsme chez nous). La Russie est d'ailleurs l'un des pays où l'on trouve des adeptes d'un paganisme traditionnel tel qu'il existait en Europe. Lorsque les Européens auront retrouvé une identité forte, personne ne pourra les dominer spirituellement et culturellement. Vous pouvez étudier l'expérience russe en ce qui concerne la reconquête de sa propre souveraineté spirituelle et nous serons heureux de vous aider !  

    Merci beaucoup pour cet entretien !  

Leonid Savin est chef de l'administration du Mouvement eurasien international, membre de la Société des sciences militaires du ministère de la Défense de la Fédération de Russie et membre du comité directeur du Forum international de lutte contre le terrorisme à Islamabad. Il est l'auteur de nombreux livres, publications scientifiques et études spéciales sur les relations internationales, la philosophie politique, la géopolitique et les conflits internationaux. 

mardi, 25 janvier 2022

Luce Marinetti : "Quand j'ai espionné mon père derrière le rideau".

Luce-Marinetti-Quando-spiavo-mio-padre-dietro-alla-tenda-2.jpg

Luce Marinetti: "Quand j'ai espionné mon père derrière le rideau"

Propos recueillis par Edoardo Sylos Labini

Illustration: Gerardo Dottori, "La famille Marinetti" - au Palazzo delle Esposizioni via Fb

Ex: https://culturaidentita.it/luce-marinetti-quando-spiavo-mio-padre-dietro-alla-tenda/

Cet entretien inédit date de 2007. Edoardo Sylos Labini s'est entretenu avec la troisième fille de F. T. Marinetti, elle aussi activiste et promulgatrice du futurisme.

Lorsqu'il y a presque 20 ans, j'ai frappé à la porte de Luce Marinetti, la troisième fille du fondateur du brillant mouvement futuriste, je ne m'attendais pas à ce que cette rencontre influence les choix artistiques et de vie qui m'ont accompagné jusqu'à ce jour. CulturaIdentità est une revue née avec ce même esprit d'agrégation et d'amour pour les artistes italiens qui a fait du futurisme le mouvement culturel le plus important du XXe siècle. Luce, diplômée de l'université de Yale, a redécouvert ce que son père avait créé et que, dans l'après-guerre, quelqu'un essayait de lui occulter. Sa force et son amour pour l'art m'ont poussé à donner son prénom à ma fille. Car ce prénom indique un chemin tracé avec le cœur par une femme extraordinaire dont la seule mission, tout au long de sa vie, a été de faire connaître le Futurisme dans le monde. Luce nous a quittés en 2009, l'année du centenaire du Manifeste du Futurisme, et cet entretien autour d'un whisky a donc été réalisé deux ans avant sa mort.

Luce, nous nous sommes rencontrés lors de la réalisation de mon spectacle inspiré de Marinetti, Femmes, Vitesse-Danger, mais qu'était la femme pour Marinetti ?

Marinetti aimait les femmes, en plus de ma mère (la peintre Benedetta Cappa, ndlr) il aimait s'entourer d'autres artistes, écrivains, femmes créatives, et pour lui le culte de la femme objet n'existait pas du tout. Pour lui, les femmes devaient être en mouvement, jamais statiques et passées.

Boccioni-2-1-1.jpg

ma1918-comesiseducono3.jpg

Le futurisme est considéré comme un mouvement chauvin, ce qui est un peu un cliché.

Mais ce n'est pas vrai du tout ! Les Futuristes se sont battus pour le vote des femmes au Parlement. Ils ne faisaient pas de distinction entre les hommes et les femmes sur la base du sexe. La femme futuriste était une femme moderne et émancipée. Vous le dites bien dans votre spectacle avec ce baiser en avion : la femme n'est pas une proie, c'est elle qui séduit et conquiert. Après tout, la femme a toujours séduit l'homme, de tous temps. Que l'homme séduise la femme n'est qu'une illusion.

imabcages.jpg

Marinetti_and_Benedetta.jpg

02df3e99bad01a26d0175b7f05ceac7c.jpg

Bendetta Cappa, avec Marinetti et l'un de ses oeuvres.

Dans la pièce, basée sur le roman L'Alcove d'acier (1921) de Marinetti, nous avons presque transformé la femme en machine.

C'est la transformation d'une époque et le désir de la femme futuriste d'évoluer, de rouler à grande vitesse. Dans le roman de Daddy, la voiture s'humanise et se féminise. (Note de l'éditeur : peut-être d'Annunzio copiait-il Marinetti lorsqu'il a écrit sa célèbre lettre à Agnelli en 1926, disant que la voiture était féminine).

ma1921-alcova1.jpg

La vitesse de Marinetti était celle des voitures, certes, mais surtout des trains.

Papa vivait dans les trains, il avait l'habitude d'y écrire, et cela m'amusait beaucoup, en fait je reniflais ses vestes qui sentaient la gare, à l'époque c'était des trains pouf pouf. Dans les compartiments, il récitait le manifeste futuriste, et il emmenait les artistes italiens avec lui pour une véritable tournée en Europe, de sorte qu'ils étaient connus partout. Il y avait une incroyable musicalité dans les trains, le bruit des rails, le sifflement de la locomotive qui partait. C'était comme une partition musicale que Luigi Russolo a codifiée dans les Intonarumori et que vous avez interprétée cent ans plus tard avec le DJ sur scène.

33e4eb9b31d919716e5e23c92464ccc5.jpg

Le train, c'était un mode de vie toujours en mouvement, une façon de communiquer et de s'exprimer très rapidement, et était-il un précurseur de l'ère informatique ?

Papa a écrit : "Les hommes pourront écrire des livres en nickel, d'une épaisseur de 3 millimètres au maximum, coûtant 8 francs et contenant cent mille pages". Il imaginait déjà des disquettes. C'était un visionnaire !

Et il a dit : "Comme j'envie les hommes qui naîtront dans un siècle dans ma belle Italie, entièrement secouée et animée par les nouvelles forces électriques".

Marinetti était en avance sur son temps, et le futurisme a été le seul mouvement italien du XXe siècle à avoir une renommée mondiale, ouvrant la voie à tous les mouvements d'avant-garde. Elle a révolutionné l'art, la littérature, la cuisine et la politique. Malheureusement, elle a été ostracisée pendant de trop nombreuses années, non seulement dans la période d'après-guerre mais aussi avant la mort de papa (2 décembre 1944). Le sens du mot Futurisme, c'est-à-dire l'évolution, cette poussée vers le contemporain, n'avait pas mûri.

Le lien du second futurisme avec le fascisme était certainement un préjugé.

Ecoutez, on n'a jamais parlé de politique dans notre maison, ça n'existait pas du tout. Donc, mon père avait un frère qui est mort très jeune, ma mère avait un frère libéral, un autre était bolchévique, donc ce n'était tout simplement pas possible, ça n'existait pas. Et parmi les Futuristes, il y avait toutes les opinions politiques. En fait, les futuristes ont été scandalisés lorsque papa a été nommé académicien d'Italie parce que c'était un truc de passéiste. La felouque n'était pas dans l'attitude de Marinetti, au contraire papa répondait très justement "ce sera moi qui changerai l'Académie d'Italie". Et n'oublions pas que Marinetti a longtemps vécu à l'étranger, qu'il est né à Alexandrie, qu'il a étudié chez les Jésuites et qu'il est ensuite allé à Paris, donc il n'avait pas l'esprit de la petite Italie. L'Italie lui manquait et il voulait qu'elle retrouve la grandeur qu'elle méritait.

Quel souvenir gardez-vous des Futuristes ?

Il y avait toujours un climat de grande euphorie à la maison. Lorsque des artistes, des gens de théâtre et des musiciens venaient chez nous, c'était merveilleux. Parce qu'au même moment, dans le salon de la Piazza Adriana, Russolo jouait, le poète déclamait, Marinetti semblait presque être le chef d'orchestre et je me cachais derrière les rideaux pour les écouter. C'était le meilleur jeu de théâtre que je pouvais regarder.

Luigi-russolo-tower-bridge.jpg

Le Tower Bridge de Londres, vu par le futuriste Luigi Russolo.

Est-ce difficile d'avoir un personnage aussi difficile à manier que le père ?

Je n'ai jamais eu l'image de Marinetti comme un génie absolu. Ce n'était pas un homme, comme on pourrait le croire, qui cherchait le culte de lui-même. Il avait une grande spiritualité, un don qu'il nous a enseigné à tous. Nous avions l'habitude de déjeuner sur la table dessinée par Prampolini et notre maison était pleine de tableaux, et je parlais aux tableaux. Pour moi, les peintures n'ont jamais été des objets abstraits fixés au mur. Les peintures ont une vie, une âme.

Expliquez ce concept aujourd'hui, dans cette société de consommation...

Le capitalisme veut éteindre les esprits : le marché n'est pas nécessairement l'art et la créativité, au contraire. Si un artiste ne peut pas gagner de l'argent, réussir et devenir riche, il ne doit pas se sentir castré. L'artiste doit créer et c'est tout ! Seul l'art est immortel.

Quel conseil donneriez-vous aux artistes d'aujourd'hui ?

Vivez la vie ! Vivez-la de manière positive et non négative, embrassez tout ce qui est beau et nous offre cette vie qui est la nôtre, malheureusement trop courte, mais merveilleuse. Saisissez donc ce moment splendide et faites rebondir tous vos sentiments dans vos œuvres d'art. Maman et papa allaient souvent se réfugier à Capri. À l'époque, elle était déserte, personne ne la connaissait, on pouvait y trouver un artiste, un écrivain.

Pourquoi sont-ils allés là-bas ?

La mer leur a parlé. Et quand j'étais petite, on me parlait de capturer les couleurs et les reflets en nageant sous l'eau, de voir combien de feux d'artifice existaient avec le reflet du soleil. C'est en gros la poésie que papa m'a enseignée. C'était un futuriste, oui, mais il y avait du romantisme en lui... ne soyons pas vieux jeu maintenant. Prenons un verre !

samedi, 15 janvier 2022

Alexandre Douguine: entretien avec Caliber.az (Azerbaïdjan)

723f2087cb12ea1387bcba79b6374f78.jpeg

Caliber.az : entretien-choc avec Alexandre Douguine

Entretien de Caliber.az (Azerbaïdjan) avec le leader du Mouvement international eurasien, le politologue et philosophe russe Alexandre Douguine

Propos recueillis par Matanat Nasibova

Source: https://www.geopolitica.ru/article/ostryy-razgovor-caliberaz-s-aleksandrom-duginym

- Alexandre G., dans une récente interview pour la chaîne de télévision Tsargrad, vous avez fait une déclaration extrêmement forte sur les récents événements au Kazakhstan, affirmant que "l'intégrité territoriale de tous les États post-soviétiques dépend de la Russie" et que, par conséquent, tous devraient se tourner vers elle pour obtenir de l'aide afin de ne pas être attaqués. Suggérez-vous que les pays de l'ancienne Union soviétique devraient renoncer à leur souveraineté ? Est-ce là votre idée ?

- On ne peut pas renoncer à la souveraineté, mais il faudrait alors renoncer à l'intégrité territoriale. Je crois que la question de la souveraineté a une nouvelle signification à notre époque. Dans notre monde moderne, les États qui disposent d'énormes stocks d'armes nucléaires, d'énormes ressources démographiques et naturelles et de vastes territoires sont souverains. Et la souveraineté des autres acteurs, plus petits, dépend de leurs relations avec les pôles qui ont une souveraineté pleine, fondamentale, réelle et qui peut être prouvée. Il n'y a que trois pôles souverains dans le monde d'aujourd'hui. Il y a les États-Unis et les pays de l'OTAN, le bloc occidental commun, il y a la Chine par sa puissance financière et la Russie par sa puissance militaire. L'Iran, le Pakistan, l'Inde et un certain nombre d'autres pays aspirent à la souveraineté, mais aucun de ces pays ne constitue encore un pôle à part entière. C'est pourquoi la question de l'espace post-soviétique se pose aujourd'hui de manière très aiguë. C'est maintenant ou jamais car nous avons désormais un "moment de vérité" fondamental pour toutes les républiques post-soviétiques. La plupart d'entre elles sont des États en faillite. Parlons franchement - ce sont les États qui ont émergé sur les restes et l'effondrement de l'Union soviétique, ils ont été soutenus par l'Occident justement en dépit de la Russie, qui reste le principal rival géopolitique de la civilisation occidentale. Par conséquent, ces États post-soviétiques sont construits sur une politique à double vecteur. C'est-à-dire qu'ils se tournent en partie vers la Russie et en partie vers l'Occident.

- De quels États particuliers parlez-vous ?

- Je veux juste être plus précis, ne m'interrompez pas. Certains de ces États, par exemple, dans le bloc GUAM, avaient une orientation plus pro-occidentale. Il s'agissait de la Géorgie, de l'Ukraine, de la Moldavie et, à un moment donné, de l'Ouzbékistan, toujours lors de la création du GUAM. Mais la situation a commencé à changer, le GUAM a commencé à s'affaiblir et les pays de la CEEA ont commencé à graviter davantage vers la Russie, tout en maintenant des liens avec l'Occident, ce qui a créé une situation dite à vecteurs multiples qui était finalement une impasse. Et il s'agit maintenant de savoir avec qui, ou plutôt avec lequel de ces trois pôles l'espace post-soviétique va se trouver. La Chine n'est pas une alternative à la Russie. Avec la Chine, la Russie entretient un excellent partenariat stratégique visant à affaiblir l'hégémonie de l'Occident. En d'autres termes, la Russie et la Chine représentent deux pôles anti-occidentaux, et il faut donc choisir entre la Russie et la Chine et l'Occident. Chaque État est confronté à cette situation. Il est suggéré aux États qui prendront le parti du monde multipolaire, c'est-à-dire la Russie et la Chine, de s'unir plus étroitement et de cesser de chercher un équilibre introuvable entre ces trois grandes puissances. C'est-à-dire qu'il faut choisir les pôles sur lesquels un État s'aligne, et ainsi préserver sa souveraineté.

Maintenant, pour répondre à votre question. La Géorgie et l'Ukraine, qui tentent de préserver leur souveraineté en se tournant vers l'Ouest, ont subi d'énormes pertes territoriales.

- Pourquoi la Russie n'a-t-elle pas soutenu l'Azerbaïdjan pendant 30 ans ? Pendant toutes ces années, les territoires azerbaïdjanais ont été occupés par l'Arménie, et l'intégrité territoriale de notre pays a été violée au mépris des lois du droit international.

 - Je n'aime pas vraiment l'agressivité de cette question, mais je vais quand même y répondre. Lorsque l'Arménie a voulu se rapprocher de l'Occident, elle a perdu le contrôle du Karabakh parce que la Russie a, si l'on peut dire, soutenu d'une certaine manière la restauration de l'intégrité territoriale de l'Azerbaïdjan.

3a6653cf30ec2c62b94ec00751fb803c.jpeg

Regardez. Nous sommes amis avec Bakou, nous avons aidé et soutenu la restauration de l'intégrité territoriale de l'Azerbaïdjan, beaucoup de choses ont changé au fil des ans. Dans les années 90, la clique d'Eltsine dirigeait la Russie, c'était un gouvernement d'occupation. Et lorsque Poutine est devenu progressivement fort, il a commencé à mener le type de politiques qui sont dans l'intérêt de la Russie, en soutenant ses amis et en punissant ses opposants. Et, en fait, le soutien des amis s'est exprimé en faveur de la restauration de l'intégrité territoriale de l'Azerbaïdjan. La punition pour ceux qui hésitaient, notamment en la personne de Pashinian, était la même. La punition pour la Géorgie a eu lieu en 2008, la punition pour l'Ukraine a eu lieu en 2014. Et maintenant, le soutien aux amis du Kazakhstan s'incarne par l'envoi de troupes de secours de l'OTSC pour maintenir l'ordre et la légitimité politique.

Maintenant que les choses ont dégénéré, c'est ce qui est vraiment important. Il est important de changer le ton, il est important de comprendre que Poutine est maintenant dans un état où il ne tolérera plus de demi-mesures. Il l'a dit à Lukashenko et à Tokayev, en déclarant que "si vous êtes amis, allons ensemble de ce côté, si vous êtes indécis, alors déclarez-le. Vous aurez alors un statut différent si vous n'avez pas décidé jusqu'à la fin avec qui vous êtes". Je parle des pays post-soviétiques. Si vous êtes pour l'OTAN, si vous voulez vous intégrer à l'Occident, si vous laissez entrer des acteurs occidentaux dans votre économie, si vous flirtez avec les Britanniques, les Anglo-Saxons, vous le paierez. C'est donc à peu près là où nous en sommes.

Cela dit, je tiens à dire d'emblée que l'Azerbaïdjan est un allié stratégique très important pour nous, et c'est grâce au fait que les bonnes relations entre Aliyev et Poutine se sont développées de plus en plus, c'est pourquoi les choses sont en fait très bonnes. La seule chose est que le moment est venu pour l'Azerbaïdjan de s'associer plus étroitement aux processus d'intégration dans l'espace post-soviétique. Et il me semble que Bakou a déjà fait son choix. C'est mon opinion personnelle.

- Disons-le sans ambages. La Russie s'obstine à inviter l'Azerbaïdjan à l'UEE et à l'OTSC?

- Oui. On en parle depuis longtemps. Le problème du Karabakh y faisait obstacle, comme cela a été dit à maintes reprises lors des sommets russo-azerbaïdjanais. Ce problème est maintenant résolu, et nos dirigeants doivent déterminer eux-mêmes quand et sous quelle forme, dans quel délai et dans quelles conditions le processus de rapprochement ultérieur aura lieu. Beaucoup avaient peur, nous avions peur, et probablement que l'Azerbaïdjan avait aussi peur que l'Arménie fasse obstacle. Mais maintenant, les Arméniens, à mon avis, ont tout compris après l'histoire instructive du Karabakh. Ils ont compris que la Russie n'est pas seulement un pays auquel on peut obéir ou non. Ne pas écouter la Russie vous coûtera de l'argent. Pashinyan en a tiré une conclusion et agira donc de manière rationnelle, d'autant plus que personne n'a rien contre l'Arménie - ni la Russie, ni l'Azerbaïdjan, ni la Turquie. Si l'Arménie se comporte correctement, ce n'est que dans notre et votre intérêt.

 - Votre dernière formulation me rappelle le slogan soviétique "Tous pour la paix dans le monde".

 - Non, absolument pas. Nous ne sommes pas pour la paix dans le monde. Ce slogan est trop abstrait, il peut être appliqué à n'importe quoi. Nous sommes spécifiquement pour la paix dans l'espace post-soviétique et la Russie est responsable de cette paix.

c572e8fa228b31d216cff142f86f8920.jpeg

- Dans ce cas, précisez un point. Vous ne cessez de critiquer la politique américaine, l'hégémonie des États-Unis, etc. Mais en même temps, dans le contexte du Kazakhstan, vous dites : "Si les dirigeants kazakhs ne peuvent pas garantir leur allégeance à la ligne eurasienne, la situation s'aggravera et le sort de l'intégrité territoriale du Kazakhstan sera remis en question. N'est-ce pas une tentative de menace ? Ou pensez-vous qu'il s'agit d'un "avertissement amical" ?

 - Cela ne concerne pas seulement l'espace post-soviétique. Je pense que l'intégrité territoriale de la Russie est un pôle d'intérêt. La Russie peut punir ceux qui la défient, mais peut aussi, dans le cas contraire, leur apporter un soutien amical. C'est ainsi que fonctionne toute ceinture territoriale/impériale. Pendant toutes ces années, nous avons vécu dans un monde unipolaire, dans lequel tout dépendait des États-Unis. Aujourd'hui, nous vivons dans un monde multipolaire, et l'influence et l'hégémonie des États-Unis ont considérablement diminué. Quelque part, ils sont toujours la force déterminante. En Syrie, par exemple, au Moyen-Orient, les Américains ont dit "non" à l'intégrité territoriale, tandis que la Russie a dit "oui" et a arrêté les processus destructeurs. En d'autres termes, lorsque nous devons le faire, nous sauvons le pays de l'effondrement, mais lorsque nous n'y sommes pas obligés, nous ne controns pas son effondrement. Et il y a suffisamment de tendances chaotiques et désintégratrices dans toute société.

- Comme dans le cas de l'Arménie ?

- Parmi d'autres. C'est-à-dire que nous devons adopter une "stratégie froide", comme je l'ai dit, compte tenu des trois pôles. La Chine s'adapte constamment, se rapprochant de plus en plus de la Russie, ce qui est absolument logique et rationnel. Il est donc préférable de parler du double pôle Russie-Chine qui s'oppose au monde unipolaire et grâce au fait qu'il s'est formé, ce monde unipolaire n'existe plus.

- Pensez-vous que la Russie et la Chine peuvent défier les États-Unis et les pays de l'OTAN ?

- C'est déjà vrai, factuel. Lorsque les Turcs ont abattu notre avion en Syrie, la situation était presque au bord du conflit militaire. En outre, la question de l'intégrité territoriale de la Turquie et la mobilisation de la population kurde étaient également à l'ordre du jour. Il a également été utilisé par les Américains lorsqu'ils ont organisé une tentative de coup d'État contre Erdogan. La Russie a alors soutenu Erdogan, ce qui a été suivi par la mobilisation des mouvements séparatistes kurdes dans le nord de l'Irak, en Syrie et en Turquie même. La moitié des territoires de la Turquie est peuplée de Kurdes, un facteur qui menace l'intégrité territoriale de la Turquie. Tant qu'Ankara est ami avec Moscou, rien ne menace les Turcs. D'une manière ou d'une autre, les projets américains de soutien au séparatisme en Turquie peuvent être contrés conjointement. Mais dès qu'Ankara défiera la Russie, la situation pourrait changer. Et il en va de même pour tous les États plus ou moins limitrophes du territoire russe.

 - Ce n'est pas un secret que la Russie aimerait beaucoup voir la Turquie dans l'UEE. Mais la question est de savoir dans quelle mesure la Turquie elle-même s'y intéresse.

- Bien sûr qu'elle l'est. Je suis en contact étroit avec les dirigeants turcs, ils envisagent ces options. Erdogan, à mon avis, a déjà brûlé ses ponts avec l'Occident. Il est bien conscient que l'Occident est un danger mortel, un pôle toxique qui agonise et est entrain de perdre son hégémonie. C'est pourquoi, me semble-t-il, tout s'annonce pour le monde turc de la manière la plus favorable qui soit.

- Revenons au Kazakhstan. Vous avez déclaré que "si les dirigeants kazakhs ne sont pas en mesure de garantir la poursuite du processus d'intégration et d'allégeance à la ligne eurasienne, la situation s'aggravera", c'est-à-dire que le sort de l'intégrité territoriale du Kazakhstan sera remis en question. Est-ce un avertissement ou un ultimatum ?

- Cela dépend. Eh bien, si vous voulez, c'est un avertissement. Par exemple, je connais personnellement très bien Nursultan Abishevitch Nazarbayev, j'ai même écrit un livre sur lui. Il a suivi le modèle eurasien pendant longtemps, il a parfaitement compris que l'orientation vers la Russie et la Chine est une condition pour maintenir la souveraineté du Kazakhstan. Mais malheureusement, au cours des dix dernières années, Nazarbayev et surtout son clan se sont éloignés de ce modèle et se sont de plus en plus impliqués dans des projets anglo-saxons, britanniques, ont remplacé le russe par l'anglais, ont commencé à saboter l'intégration économique, ce que mon ami Sergey Glazyev a dit à plusieurs reprises. En fait, c'est le recul de Nazarbayev par rapport à l'orientation eurasienne, à la Russie, à la création d'un bloc slavo-turc uni, qui a conduit à la crise que nous connaissons aujourd'hui. Et pour éviter cela à l'avenir, toute présence britannique sur place devrait être réduite au minimum, les projets d'intégration devraient cesser d'être sabotés par les autorités.

700393a947f7c29b8de3fc3a3ca32816.jpeg

- Le président Tokayev du Kazakhstan est-il prêt pour tout cela ?

 - Tokayev devrait être prêt pour cela, car il a compris que c'est le seul choix possible pour le Kazakhstan; il a fait le choix que fit Nazarbayev dès le début. Et l'élite pro-occidentale corrompue, soutenue par l'Occident, a opté pour un scénario extrême: la déstabilisation. Pour le moment, il n'y a donc pas de place pour une politique multivectorielle au Kazakhstan. Et c'est bien un ultimatum, mais pas le mien, ni celui de la Russie, mais celui de la logique politique elle-même.

Je suis étonné que Nazarbayev ait compris, mieux que les autres dirigeants de l'espace post-soviétique, et même mieux que Poutine, les lois du grand jeu, de la géopolitique, de la multipolarité, très clairement dans ses articles, ses conversations et ses discours. Ce qui s'est passé ces dix dernières années, je ne le sais pas. Je peux supposer que d'une manière ou d'une autre, peut-être par le biais d'un entourage corrompu, d'une agence d'influence américaine, britannique ou européenne au Kazakhstan ou aux dépens de certains clans compromettants, cette ligne d'intégration eurasienne de l'ancienne Union soviétique a été ralentie et reportée. Aujourd'hui, le Kazakhstan récolte les fruits de tout cela.

- En d'autres termes, il n'y a pas de variantes ? Pour s'assurer le soutien de la Russie, il faut expulser tous les partenaires occidentaux du Kazakhstan, refuser les projets étrangers ?

- Le fait est que l'Occident ne doit pas exercer une influence décisive sur la stratégie du Kazakhstan. L'éviction de la langue russe de tous les projets éducatifs par des programmes en langue anglaise est un défi pour la Russie. Cela doit cesser. Il est nécessaire de restituer les ressources et les actifs les plus importants, qui sont aux mains des Britanniques, au gouvernement national kazakh. Il s'agit de ne pas s'asseoir entre deux chaises. Les événements en Ukraine, à travers l'exemple de Porochenko, l'ont démontré, et cela s'applique à tous les dirigeants des pays post-soviétiques. Vous devez choisir une chaise. Si vous choisissez le russe, alors rapprochez-vous de nous, jouez selon nos règles, soyez de bons amis, et nous vous répondrons de la même manière. Si nous avions organisé cette agitation au Kazakhstan, la situation aurait été différente. Mais tout a commencé là-bas sans nous. Nous y sommes allés en tant qu'amis, mais vous devez comprendre qui était derrière ces événements.

82229402ff80930bf1b4305aa25bad68.jpeg

- Le savez-vous ?

- Sans aucun doute, les réseaux occidentaux, que Nazarbayev a laissé entrer, étaient au centre de tout cela. Il convient de rappeler que ce sont les entreprises britanniques qui ont augmenté les prix du gaz liquéfié jusqu'à cent pour cent, ce qui a provoqué les émeutes spéctaculaires à Aktau. C'était une provocation de premier ordre. Autrement dit, ce n'est pas le gouvernement qui a augmenté les prix, mais les propriétaires britanniques des entreprises vendues par Nazarbayev. Mais l'agitation du peuple s'est rapidement transformée en une rébellion militaire, des mercenaires sont apparus, etc. L'un d'entre eux était Ablyazov - un oligarque fugitif comme notre Khodorkovsky ou notre Berezovsky - un voleur qui y a dérobé plusieurs milliards de dollars. En même temps, il y avait les réseaux gulénistes, les opposants à Erdogan, qui se sont enracinés au Kazakhstan et qui n'ont pas été neutralisés par Nazarbayev. Il y avait des fondamentalistes islamiques et toutes sortes de mercenaires, comme l'a dit le président Tokayev. Et rien de tout cela ne serait arrivé si certaines élites corrompues ne se trouvaient pas derrière les rebelles, celles-là mêmes qui souhaitaient jadis, plus que tous les autres, l'intégration eurasienne. Par exemple Massimov: nous savons qu'il était une liaison avec Hunter et Joe Biden. Maintenant il est arrêté pour trahison. Tous ces éléments nous permettent de remonter la piste vers les États-Unis, vers la CIA, vers un certain nombre de structures pro-occidentales directement ou indirectement mandatées et vers des clans corrompus proches de Nazarbayev. Le rapprochement de Tokayev avec la Russie a semé la panique dans leurs rangs. Et, en principe, il s'agissait d'une véritable tentative de coup d'État, ce que, d'ailleurs, le président du Kazakhstan a dit.

- Ne pensez-vous pas que Nazarbayev a été écarté de la grande politique après avoir cessé d'être acceptable pour les intérêts de la Russie ?

- Au cours des dix dernières années, il s'est lui-même éloigné du modèle eurasien de développement. Il s'agit d'un changement stratégique de priorités, il a décidé de faire du Kazakhstan une sorte de Singapour, sur la base d'un jeu impliquant les trois puissances. Soit la Chine, à laquelle est progressivement passée la partie significative de la sphère financière, l'Occident représenté par la Grande-Bretagne, à qui a été confiée la supervision idéologique de ce projet, et la Russie, qui est apparue comme un élément de puissancesecondaire, qui ne serait pas nécessaire au Kazakhstan. C'est tout simplement un mauvais calcul géopolitique.

Ce qui est étrange, c'est que Nazarbayev a compris que ce n'est pas possible. Il a compris que la multipolarité est un destin, qu'il ne pouvait pas flirter avec une hégémonie unipolaire. Néanmoins, il a fait ce qui n'aurait pas dû être fait. C'était une erreur stratégique colossale de l'ancien président.

Vous savez ce qu'il m'a promis ? Il a dit : "Je démissionnerai de mon poste de président, je deviendrai le chef du mouvement international eurasien, car c'est le destin de l'Eurasie. C'est un fait historique". En attendant, il aurait pu entrer dans l'histoire. Mais non. Parier sur l'Occident est ruineux, même pour un grand homme comme Nazarbayev.

- Que savez-vous du sort de Nazarbayev ? 

- Il y a beaucoup de rumeurs qui circulent en ce moment. Il est connu pour être en mauvais état depuis longtemps, il est donc difficile de dire s'il est vivant ou non et s'il se déplace par ses propres moyens. Il y a beaucoup de désinformation à ce sujet en ce moment. Ce n'est pas une question de principe pour le moment. Le véritable leader subjectif est le président Tokayev, qui a complètement remanié le bloc au pouvoir. C'est pourquoi nous parlons à Tokayev maintenant. Si Nazarbayev a encore ses esprits, il aura l'occasion de repenser à ses erreurs et de les confesser honnêtement devant le peuple du Kazakhstan.

fbbd1a47a06fbe5f533d197065708b79.jpeg

Je pense que la position de Tokayev est sauvée, mais le peuple du Kazakhstan décidera lui-même qui sera le leader. Tokayev a pratiquement empêché le Kazakhstan de glisser vers un scénario syrien, une guerre civile, et ce n'est que maintenant qu'il a passé un véritable test de pouvoir, de sa subordination. Ses positions seront donc renforcées, et s'il parvient à tirer les conclusions qui s'imposent et à réparer les erreurs de son prédécesseur, c'est-à-dire s'il parvient à neutraliser l'élite pro-occidentale corrompue présente dans les différents clans du Kazakhstan, il a une chance de devenir une nouvelle étoile de la politique post-soviétique, et donc de mener le Kazakhstan sur la voie du renforcement de sa souveraineté grâce à l'amitié avec la Russie et la Chine dans le cadre du paradigme multipolaire euro-asiatique.

- Que vouliez-vous dire lorsque vous avez suggéré de supprimer le mot "économique" de l'acronyme EAEU ?

 - Je vais le dire comme suit. Dans les années 90, Nazarbayev a avancé l'idée d'une Union eurasienne sans le mot "économique". Nous lui en avons même parlé plusieurs fois par la suite. Il était favorable à l'unification de l'espace post-soviétique en une unité confédérative dotée d'une structure militaro-stratégique unique, dont le rôle devait être joué par l'OTSC, et d'un vecteur unique de vision du monde, dont le rôle devait être joué par l'eurasisme avec le rôle central de la Russie. Mais en même temps, M. Nazarbayev a déclaré que sans le facteur turc et sans le monde islamique, une telle alliance ne serait pas complète. Et il voyait ce rôle comme celui de représentant des peuples islamiques et turcs au sein de l'Union pour le Kazakhstan. Mais ensuite, lorsque Poutine a donné son feu vert, les mêmes Kazakhs ont refusé, disant que ce n'était pas le moment de créer une Union eurasienne: ils ne voulaient parler que d'économie. Et ce sont eux qui ont imposé ce mot "économique", faisant de l'UEE une sorte de structure boiteuse. En fait, nous devons créer l'Union eurasienne selon les préceptes de Nazarbayev, car c'est une excellente idée.

- Pour s'opposer à l'Union européenne ?

- Parce que de cette façon, c'est beaucoup plus compréhensible et prévisible.

- À la fin de notre conversation, j'ai eu l'impression que vous défendiez l'idée de faire revivre l'URSS 2.0.

 - L'URSS est une construction idéologique basée sur l'idéologie communiste. Par conséquent, il est impossible de restaurer l'URSS sans l'idéologie communiste. Je ne suis pas un partisan de cette idée, en fait, je ne suis pas sûr qu'elle soit encore possible. Et ces territoires, où se trouvait l'URSS, n'ont pas été unis par les communistes, ni par les bolcheviks en 1917 ou 1922. Ce sont les territoires de l'Empire russe, qui les a rassemblés sous ses bannières avec son élite, qui est devenu impérial en même temps que les peuples, qui sont devenus non pas des esclaves soumis, non pas des colonies, mais des provinces habitées par d'autres peuples.

L'Empire russe n'a jamais été une entité ethnique, et je pense que la restauration de l'URSS n'est pas pertinente dans nos circonstances. Il est nécessaire de créer un État du futur, un grand espace, l'Union eurasienne, fondé sur notre histoire commune, mais orienté vers la réalisation de nouveaux horizons, de nouvelles formes, de nouvelles perspectives mondiales, politiques. Il faut conserver quelque chose de l'ancien, mais nous devons aller de l'avant. Et toutes les organisations qui ont souvent été dominées par les Turcs sont grandes et peuvent nous servir de source d'inspiration.

Interview réalisée par Matanat Nasibova.

Source: https://caliber.az/ru/post/51336/

mercredi, 05 janvier 2022

Luc-Olivier d'Algange: entretien avec André Murcie 

luc-olivier-algange.jpg

Luc-Olivier d'Algange: entretien avec André Murcie 

Entretien réalisé pour Littera-incitatus

Vous avez, cher Luc-Olivier d'Algange, publié naguère aux éditions Arma Artis, trois ouvrages, qui attendent actuellement (après le décès de Jean Marc Tapié de Céleyran, admirable éditeur, fondateur d'Arma Artis, dont il présidait, presque seul, aux destinées hautement philosophales) une réédition dont j'espère qu'elle sera aussi prochaine que possible. L'avis aux éditeurs audacieux est lancé ! Il s'agit de Fin Mars. Les hirondelles, qui est un recueil d’hommages à des auteurs et des lieux qui vous tiennent particulièrement à cœur, Terre lucide, écrit en collaboration avec Philippe Barthelet, sous-titré « entretiens sur les météores », et enfin, Le Chant de l’Ame du monde, qui s’achève par une Ode au Cinquième Empire, en hommage à Dominique de Roux. Il me semble que ces ouvrages, aussi distincts qu’ils soient par la forme, témoignent entre eux d’affinités et de résonances qui les inscrivent dans un même dessein. Pouvez-vous nous parler de ce dessein, autrement dit de ce qui, antérieur à votre écriture elle-même, suscite votre écriture, ou bien est-ce là s’aventurer dans une zone inviolable, radicalement inconnue, ou d’avance récuséthéoriquement ?

Luc-Olivier d’Algange : - J’aime ce mot : dessein, que vous utilisez. Il me semble que notre temps, si planificateur, est aussi riche en « plans de carrière » qu’il est pauvre en desseins créateurs… Le dessein n’est pas un calcul sur l’avenir, et s’accorde fort bien avec ce que l’on peut nommer le hasard, la fortune, la chance ou la grâce. En écrivant, si l’on se tient à la disposition de ce qui advient on va littéralement Dieu sait où. Une grande part est laissée à l’aventure, « à la venvole » pour reprendre la formule de Philippe Barthelet.

Si l’écriture n’est pas seulement expression d’une pensée antérieure, si le langage est partie constituante et non seulement partie constitutive de la pensée, il s’en faut de beaucoup que l’œuvre ne soit qu’un « travail du texte ». En amont de notre langue, le Logos, qui se tient dans son royaume de silence, œuvre, à notre insu parfois, à notre délivrance et à notre souveraineté. En écrivant, nous sommes ses Servants. Une trame secrète se révèle peu à peu. Je ne puis me défendre de l’idée, peut-être étrange à la plupart des intellectuels modernes, que le livre que nous écrivons est déjà écrit dans quelque « registre de lumière », pour reprendre la formule des théosophes persans, dans un « suprasensible concret », que nos phrases tracées sur le papier (j’appartiens à ces archaïques qui s’offrent encore le luxe d’écrire avec de l’encre sur du papier) se révèlent par gradations, comme dans une lumière croissante. J’en veux pour preuve cette impression d’aurore fraîche, presque dure, qui environne le moment où nous allons commencer à écrire… Une phrase survient, et nous savons si peu où elle va nous conduire qu’il faut bien se rendre à l’évidence que nous ne sommes plus dans une activité susceptible d’être planifiée … Un ordre préside à ce chaos d’intuitions, une cohérence née de l’improvisation elle-même, et qui ne pouvait naître autrement. La notion d’inconscient, en l’occurrence, ne me paraît que partiellement opérante, et s’il s’agit bien d’un inconscient, je serais plutôt enclin à penser à l’inconscient de la langue française elle-même, sa part immergée, songeuse, étymologique, nervalienne, sa vérité héraldique, tisserande, qui, se servant de nous pour se révéler, nous tient littéralement à sa merci.

36936350302_7f399c4780_b.jpg

Tout cela pour vous dire que ni l’objectivité du travail stylistique, ni la subjectivité expressive ne me paraissent pouvoir rendre compte de ce qui est à l’œuvre. Ce qui se dit à travers nous nous appartient parce que nous lui appartenons, et cette appartenance, et là seulement intervient notre entendement singulier, nous libère, nous élargit, nous restitue à cette latitude humaine et divine que presque tout, dans le monde affairé où nous vivons, contribue à restreindre à l’extrême. Le Logos, en hauteur, en largeur et profondeur, dès lors que nous consentons à le servir avant de servir ce que nous croyons être nos compétences et notre subjectivité, nous ouvre à des vastitudes insoupçonnées. Ces vastitudes, plus encore que celles que l’espace visible, sont les espaces du temps.

Dans Fin Mars. Les hirondelles, dont le titre est un hommage à celui que Philippe Barthelet nomme « l’altissime Joseph Joubert », mon dessein fut de rendre le temps visible : temps des œuvres, des civilisations, et encore le temps comme attention, comme attente paraclétique, incandescente, telle qu’elle brûle dans les œuvres d’André Suarès ou de Dominique de Roux, ou, bien avant, dans celles de Ruzbehân de Shîraz, de Sohravardî, ou encore, d’une façon différente, chez Hölderlin ou Hermann Melville… Certaine oeuvres font date, elles participent des rythmes du temps, du renouveau du temps, et à partir d’elles si magnifiquement fidèles aux clartés antérieures, d’une certaine façon, tout recommence…. Et ce recommencement qui témoigne d’un au-delà du temps n’est lui-même qu’un retour à la vérité de l’être, c’est-à-dire à l’éclaircie de la toute-possibilité. Tout soudain, à relire ces auteurs, redevient possible ! Nous voici, les lisant, dans un usage sapientiel de la lecture, qui nous restitue à ce dont nous étions séparés par des illusions funestes… Voici l’inépuisable richesse du réel qui va de la substance la plus opaque à l’essence la plus lumineuse, en gradations infinies, dans ce chromatisme prodigieux dont surent si bien parler Ibn’Arabî et Jacob Böhme, mais aussi, d’une autre manière, ces écrivains, tels que Henri Bosco ou Henry Montaigu, qui, sourciers à l’écoute des ressources profondes de notre langue, en laissent circuler les vertus jusqu’aux plus hautes branches, aux plus fines, aux plus impondérables, les mieux accordées aux rumeurs célestes et aux puissances telluriques.

9782879131290-475x500-1.jpg

Nous voici précisément, il me semble, au cœur de votre ouvrage commun avec Philippe Barthelet, Terre Lucide, entretiens sur les météores. Il s’y dessine aussi un autre recours, celui de l’amitié, de la conversation, contre tous les systèmes et toutes les idéologies, ou plutôt, en dehors d’elles.

Luc-Olivier d’Algange : - Il y aurait peut-être une sorte de redondance à s’entretenir à propos d’un ouvrage qui est déjà un entretien, sinon à rappeler (comme hommage à ce qui me fut une chance rare) que Philippe Barthelet est, par ailleurs, l’auteur d’un vaste « roman de la langue française », qui s’ouvre, à chaque phrase, sur la plus exacte et la plus profonde méditation métaphysique. Le propre de notre ouvrage étant de ne pouvoir se résumer, de même que l’on ne peut résumer une promenade au bord d’un fleuve (et l’on sait aussi, par Héraclite, que « l’on ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve »), je laisse le lecteur, si le cœur lui en dit, à découverte de ce livre quelque peu maistrien et dont il pourra lui-même, dès lors notre invité, être à la guise le Comte, le Chevalier ou le Sénateur ! Disons seulement qu’en ces temps monomaniaques, idéologiques et puritains rien ne semble plus rare que les bonnes conversations, et je ne suis pas loin de penser que presque toutes les œuvres dignes d’êtres lues participent ou invitent à une conversation ; qu’elle soit, bien sûr, avec le lecteur, ou avec des prédécesseurs, voire avec les êtres et les choses les moins saisissables : nuées, nuances, météores, signes du ciel… En réalité, il n’y a pas de monologue, sauf chez les fous ou les Modernes. Toute œuvre est, par nature, dialogique

Le Chant de l’Ame du monde est-il, en suivant votre idée, un dialogue avec l’Ame du monde ?

Luc-Olivier d’Algange : - L’Ame du monde est ce qui rend possible les conversations. Elle est la lucidité de notre terre. C’est dire qu’elle n’a rien d’abstrait ; elle n’est pas davantage, s’il faut le préciser, une sorte de « world music » adaptée aux besoins euphorisants du village planétaire, quand bien même lui revient une prérogative irrécusable d’universalité : celle du cosmos, tel qu’il se figure sur le bouclier de Vulcain dont parle Virgile. L’Ame du monde est la Sophia… Entre le sensible et l’intelligible, elle recueille les éclats de l’un et de l’autre, dans leurs mouvements, leur ressacs, leurs réminiscences qui irisent la présence pure. L’Ame du monde ne se conceptualise pas. Elle affleure, elle transparaît, dansante comme à travers le feuillage bruissant, comme l’épiphanie de la lumière sur l’eau, vérité insaisissable et lustrale, réfractée et diffractée, en splendeur, là où adviennent les Anges et les dieux, ces réalités à la fois intérieures et extérieures. Mais les poèmes, je le crains, ne se résument pas davantage que les conversations…

L’impression nous vient que, les ayant écrit, vous n’avez pas particulièrement de commentaires à ajouter à vos livres, soit par humilité, soit que vous les considériez comme derrière vous, soit que vous en laissiez le propos à vos lecteurs… S’il ne vous déplaît pas, nous aimerions cependant poursuivre cet entretien par des considérations plus générales, politiques, poétiques, et métaphysiques, qui nous reconduiraient à ce qui a donné naissance à ces ouvrages… Et pour commencer, quels sont vos Maîtres ?

Luc-Olivier d’Algange : - Nos écrits ne sont pas toujours « derrière nous », ils sont peut-être lancés en avant, ce vers quoi nous cheminons ; ce qui rendrait d’autant plus difficile d’y revenir, d’en faire le commentaire, sans compter le ridicule à être son propre glossateur ! Et puis, le « monde culturel » me semble avoir tourné de telle façon que l’on cherche bien souvent à se faire une idée des ouvrages d’un auteur sans les lire. Alors autant ne pas abonder dans le sens de cette mauvaise paresse et s’attarder indûment sur ce qui a déjà été écrit, et qui le fut précisément, pour échapper à ces quelques opinions, abstractions ou généralités où les gens « informés » voudront les ensevelir ! En revanche, et j’en suis bien d’accord avec vous, parler de ses Maîtres est un devoir de gratitude, et surtout une joie qui renouvelle celle que nous avions à les lire.

9782879131245-475x500-1.jpg

Je considère comme des Maîtres tous les auteurs qui m’ont appris quelque chose, et ils sont nombreux. Mais pour en distinguer quelques uns, outre ceux dont je parle dans Fin Mars. Les hirondelles, peut-être convient-il d’en revenir aux premiers en date, à ces lectures de l’adolescence, qui nous donnent des raisons d’être, nous confirment dans nos audaces, affermissent notre courage et notre intelligence. Au monde souvent mesquin et étriqué qui s’apprête à nous dévorer dans la tendreté de notre âge, ils opposent un contre-monde, qui n’est pas un refuge mais une exigence plus haute. Ceux-là sont des amis ; ils nous donnent des armes et nous montrent le monde plus grand, plus intense, plus aventureux. Car enfin, l’inanité est là, depuis notre adolescence : le monde devient un monde-machine, toutes les souverainetés sont corrodées, arasées. L’infantilisme et la bestialité triomphent sur tous les fronts, et après deux ou trois vagues de totalitarisme, depuis la Terreur de 1793, les hommes se sont si bien habitués à n’être que des « agents » et des « rouages », leur servitude volontaire est si bien intégrée à leur complexion, à leur physiologie même, que la survie de l’esprit humain, dans ses pouvoirs de discrimination et ses puissances poétiques, est devenue des plus aléatoires, alors même que la Machine, autrement dit, la société de contrôle (qui succède, pour tout arranger, aux sociétés de souveraineté et aux sociétés disciplinaires) travaille sans relâche à éliminer précisément toute chance d’être, toute chance, selon le mot d’Hölderlin « d’habiter en poète ». Deux maîtres donc : Villiers de L’Isle-Adam et Hölderlin.

Auguste_de_Villers_de_L'Isle-Adam.jpg

Villiers de L’Isle-Adam fut l’auteur qui m’arracha à ce qui me semblait devoir être une triste singularité. Il me vint à cet âge inquiet où il s’en faut de peu que nous ne concevions, non sans quelque effroi, être fort esseulés dans notre pensée. Certaines œuvres sont, pour ainsi dire, en forte teneur d’amitié spirituelle. Il semble qu’une main nous soit tendue, mais avec une arme, fraternellement, à nous qui étions désarmés. Une contradiction se trouvait résolue. Nous pouvions donc, en même temps, récuser la société et consentir à être les héritiers de la civilisation, porter un songe de splendeur et exercer nos sarcasmes à l’égard d’un monde qui s’acharnait en médiocrités despotiques à nous rendre la vie apeurée, misérable et banale. Refuser d’un même geste l’avilissement et le nihilisme, ne pas vivre en bête traquée, tout cela tient dans la dédicace de L’Eve future : « Aux railleurs, aux rêveurs ». Le rêve devenait ainsi, non plus une fuite, mais un Songe plus haut, fondateur, celui-là même dont naissent les civilisations. Les Contes Cruels anticipent, en tout point, et parfois à partir d’infimes indices, ce monde ridicule, malfaisant et sinistre que décrira plus tard, mais en l’ayant sous les yeux, Philippe Muray… Villiers de L’Isle-Adam, lui, nous donne l’alexipharmaque avant même que le poison ne ruisselât dans nos veines ! Magistrale leçon d’ironie guerroyante, ouverte à chaque phrase sur des hauteurs et des profondeurs métaphysiques ; humour cruel et fidélité pure, c’est-à-dire brûlante, à l’égard de ce qui, dans notre bref séjour ici-bas, nous tient dans la proximité ardente de la voix du cœur et de la beauté ; pessimisme alerte et joyeux ; ethos héroïque qui répond, avec la désinvolture aristocratique qui lui est propre à la mise-en-demeure d’Hölderlin : «  A quoi bon des poètes en des temps de détresse ? » A quoi bon ? A rien du tout… Mais à l’entendre ainsi, dans la définition que Pessoa donne du Mythe, «  ce rien qui est le tout », sceau invisible de cette visible empreinte qu’est le monde.

FK_Hiemer_-_Friedrich_Hölderlin_-_(Pastell_1792).jpg

Nul, de façon plus radicale qu’Hölderlin, n’eut l’audace de se tenir en cet espace intermédiaire, à la fois éblouissant et ténébreux, mais aussi parfois clair d’une douce clarté et comme à l’ombre de feuillages orphiques, où le Mythe vient à la rencontre du réel pour en révéler la nature véritable. Hölderlin n’écrit pas à propos du Mythe, ses poèmes ne sont pas des poèmes mythologiques, au sens néo-classique ou romantique, mais des épiphanies survenues, de façon imprévisible, à l’intérieur de la langue allemande. Hölderlin parle de l’intérieur : il est le feu qui éclaire et consume. Le sacré, le Mythe sont, chez Hölderlin, des advenues, l’apparaître de l’apparition elle-même, qui naît au moment où nous naissons avec elle. C’est ainsi qu’il peut laisser transparaître l’une dans l’autre la figure du Christ et celle d’Apollon, c’est ainsi que sa poésie nous dit, du sacré, une profondeur en attente, qui, jusqu’à présent, fut à peine entrevue, c’est ainsi que le plus lointain, le plus antérieur, s’irise dans ses écrits comme une promesse encore insoupçonnée.

La plupart des œuvres, quand bien même s’amoncellent à leur sujet des thèses universitaires, n’ont pas encore été lues. Je veux dire que réduites au statut d’objets, un interdit à les lire n’a pas encore été levé. Etudiant les œuvres, les tenant à distance par des méthodes critiques, on s’épargne la chance et le risque d’en être ravi, c’est-à-dire dépossédé du rôle d’analyste auquel se complaisent nos arrogances intellectuelles. Au-delà même de l’expérience sensible et intelligible que nous pouvons avoir d’une œuvre, qui est déjà elle-même supérieure à la simple étude universitaire, une autre possibilité demeure « en réserve », selon la formule de Heidegger, qui est celle de la relation avec l’œuvre. C’est du passage de l’expérience à la relation, c’est à dire à la survenue d’une conversation dont témoignent à leur mesure Fin Mars. Les hirondelles, et, d’une façon plus directe encore, Terre Lucide. En son hiver, il me semble que notre civilisation est en attente d’un printemps herméneutique, d’une terre lucide annoncée par ces météores, ces « signes du ciel » que sont les œuvres des poètes.

Nous retrouvons dans ce printemps herméneutique, votre méditation sur les saisons, sur le retour, sur le temps qu’il fait et celui qui passe. Quel serait le « temps » de l’herméneutique ?

Luc-Olivier d’Algange : - L’herméneutique nous initie à une autre temporalité. Ni le cercle, ni la ligne droite mais une sorte de spirale qui, repassant par les mêmes points, nous porte plus haut. L’herméneutique, et que l’on entende bien sous ce vocable austère, un voyage odysséen et non un travail d’expert, fait apparaître dans une œuvre plus qu’à première vue. Ressaisissons notre bien : ne le laissons pas au seul usage des spécialistes. Les œuvres sont des signes d’intelligence que nous adresse l’aléthéia, la vérité qui n’est pas objet d’évaluation mais l’instant de sa propre révélation. Les abysses lumineuses des poèmes d’Hölderlin disposent nos entendements aux abysses lumineuses de l’instant qui est l’éternité même. Celle qui oscille dans les fleurs de cerisiers !

A chacun d’entre nous une œuvre reste à accomplir qui est de se réapproprier ce dont le monde-machine nous a exproprié : les paysages, les heures, les noces d’Eros et de Logos, la qualité et la dignité des êtres et des choses. Mais cette recouvrance si elle exige une décision résolue, n’implique nulle âpreté. Il ne s’agit pas d’être crispé sur son dû, mais de s’abandonner à ce qui nous appartient : ce temps qualifié, ces événements de l’âme. Nous reprenons possession du monde comme d’un texte sacré en refusant de le planifier, en lui laissant la chance de nous faire signe, en aiguisant notre entendement à percevoir ces subtiles invitations par-delà « le vacarme silencieux comme la mort » dont parlait Nietzsche.

Voyez comme les prétendants littéralistes préjugent dans les textes sacrés de la « vérité » qu’ils y veulent trouver pour ensuite l’administrer, et comme ils laissent peu de place à la surprise, et comme ils trahissent en réalité la lettre à laquelle la véritable herméneutique retourne, comme Ulysse après son périple. Toute opinion est fondamentaliste, hostile par ses prémisses et ses usages à l’aventure de l’esprit. S’il importe de ne jamais oublier que nous vivons sous le règne de l’Opinion, il importe encore davantage de ne pas se laisser subjuguer ou obnubiler par la terreur qu’il prétend nous inspirer. Ce qui n’est pas, fût-ce en néant dévorant, ne peut en aucune façon triompher de qui est, ni empêcher ce qui fut d’avoir été et de demeurer présent dans la présence, dans la délicieuse anamnésis dont l’essor se confond avec le pressentiment lui-même, avec ce qui crée et ce qui fonde.

La didactique coutumière, scolaire, oppose le platonisme et l’hédonisme, comme elle suppose que la philosophie platonicienne oppose le sensible et l’intelligible pour déprécier l’un au détriment de l’autre, alors qu’elle les hiérarchise, ce qui est tout différent ! Cette mésinterprétation banale de la pensée platonicienne procède de la difficulté que nous avons, nous autres modernes, à sortir d’une pensée de l’antagonisme. Hiérarchique, graduée, la pensée platonicienne récuse par avance l’antagonisme que les exégètes futurs y voudront introduire. Le sensible ni l’intelligible ne sont, en soi, préférables l’un à l’autre, ce ne sont pas des camps, des partis, mais des modes opératoires de notre compréhension du monde et dont les œuvres sont les noces ardentes.

Plato_Pio-Clemetino_Inv305.jpg

Si l’on me dit qu’un hédonisme néoplatonicien est impossible, que la louange du sensible, la relation extatique avec le monde sensible est impensable par la célébration de l’Idée, de la Forme, eh bien soit : je l’invente, je la rend possible, je l’instaure, j’en fais la prémisse d’une philosophie nouvelle ! Mais, à dire vrai, je ne crois pas être si novateur, mais seulement l’héritier d’un courant philosophique moins connu, moins balisé, d’une façon de philosopher, d’un poien qui, à l’exemple de Plotin, de Sohravardî, de Ruzbehân de Shîraz, de Pic de la Mirandole, ou de Marsile Ficin, hiérarchise pour ne pas opposer, ce qui appartient au visible et ce qui appartient à l’invisible, l’un et l’autre n’étant que des moments différents de l’apparaître.

Cette tradition héliaque, métaphysique et patricienne, tenue à l’écart par une idéologie dominante, lunatique et matérialiste (celle précisément des « hallucinés de l’arrière-monde » dont parle Nietzsche) me semble non seulement devoir être défendue et illustrée, par l’exemple, par la beauté du geste, mais aussi en tant qu’art poétique et romanesque, si lassés de l’expression de la subjectivité, nos contemporains désirent à nouveau tenter la grande aventure des états multiples de l’être et de la conscience. De même que le printemps herméneutique éveille et discerne dans les textes les « états » et les « stations », les degrés et les plans d’interprétation différents, on peut espérer et imaginer un printemps poétique et romanesque où, à l’hiver du durcissement des certitudes, à l’aridité et aux froidures conceptuelles, formalistes ou vengeresses succéderait un ressaisissement du chant et de la vision.

« Ne servir que sa vision » écrivait Dominique de Roux, qui recommandait aussi de ne pas oublier notre exil fondamental, et que « nous sommes partout et toujours en territoire ennemi » : observation qu’il importe, il me semble, de ne pas prendre dans un sens pathétique, mais plutôt pragmatique, à la façon de Marc Aurèle. Chaque heure que nous sauvons de la confusion, de l’agitation, des promiscuités débilitantes, chaque heure sauvée de l’endormissement hypnotique du travail et des distractions, chacune de ces heures est une victoire : nous y retrouvons, sauvegardées et d’une fraîcheur castalienne la puissance, la beauté et bonté. Les mots ont le pouvoir de recréer ce qu’ils détruisent.

Que pouvez-vous nous dire à propos de cette tension entre le pouvoir créateur et le pouvoir destructeur du langage ?

Luc-Olivier d’Algange : - Les mots tuent, au propre et au figuré, et parfois d’ennui. Les totalitarismes nomment pour tuer en renversant la « logique » de la divine création qui nomme pour faire advenir à l’être. Le totalitarisme dédit ; son jargon est la mesure de sa perversion : ce qu’ont démontré, de façon magistrale, Orwell ou George Steiner. La définition du mal échappe aux moralisateurs pour autant qu’ils méconnaissent cette atteinte au Logos ou au Verbe. S’il est bien souvent question, dans Terre lucide, des ressources de la langue française, c’est qu’en elles s’avivent nos pensées. Par cette langue nous appartenons à une tradition qui nous libère de nos subjectivités outrancières et nous donne la latitude de penser, c’est-à-dire de peser le juste et l’injuste… Il n’est pire conformisme que celui du « non-conformisme » où chacun croit pouvoir penser par lui-même dans le déni de toute tradition et de tout héritage, et s’en trouve ainsi penser comme tout le monde, exactement selon le vœu des « prescripteurs » de la publicité. Les dogmes, les doctrines, laissaient encore la part à la critique, alors que le conformisme de l’informe est une glue, un totalitarisme sans issue, car il enferme chacun en lui-même… Bienvenue dans le monde du « chacun pour soi » où règne le grégarisme au suprême, où la bétaillisation de l’être humain se fonde non plus sur un despotisme discernable mais sur une servitude volontaire, oublieuse de sa volonté, relayée par la technique et devenue presque physiologique, au point qu’il n’est pas absurde parler d’une post-humanité, mais régressive, à la fois hyper-technologique, numérisée, clonée, et psychologiquement réduite à l’infantilisme. Le conformisme de l’informe devient ainsi le principal recours des faiblesses coalisées contre la singularité et la force, en meutes d’autant plus impitoyables qu’elles travaillent, comme l’écrivait Philippe Muray, pour « l’empire du Bien ».

Que reste-t-il alors des sentiments humains, une fois débarrassés des intempestives grandeurs ? La langue s’y étiole, l’entendement s’y rabougrit, la privation sensorielle s’instaure disposant la conscience à ne percevoir que des représentations secondes, au détriment de la présence réelle des êtres et des choses, présence réelle qui contient en elle les abysses et les hauteurs, une verticalité qui sacre l’Instant, notre seul bien… Le printemps herméneutique est à la pointe de chaque phrase lue ou écrite amoureusement ! Le printemps herméneutique est la floraison du Logos qui, à partir de ses racines, de ses étymologies, délivre la puissance du silence, de son cœur de feu, de sa vérité paraclétique.

inparacletdex.jpg

Dans Fin Mars, les hirondelles, vous évoquez le Paraclet, à propos d’André Suarès, d’Henry Corbin et de Dominique de Roux. Pouvez-vous nous préciser ce qu’est le Paraclet, et son « règne » dont certaines œuvres vous semblent l’attente ardente ?

Luc-Olivier d’Algange: - Le Paraclet est l’Esprit-Saint, et le règne du Paraclet qui succède au règne du Fils, comme celui-ci succède au règne du Père, serait l’accomplissement de l’Alliance, l’accomplissement d’une liberté souveraine, d’une terre céleste, lucide… Cependant, je suis loin de prétendre à théoriser en ce domaine, et plus loin encore de comprendre comment s’inscrirait dans « l’histoire », cette succession de règnes qui, d’une certaine façon, m’apparaissent pour ainsi contemporains les uns des autres ; de même que dans l’écriture, qui se situe entre le silence et la parole, le silence de « ce qui n’est pas encore dit » et la parole dont on se souvient, le temps est bien davantage qu’une ligne droite, qu’une historicité déterminable et déterminante…. Entre le Logos rayonnant du silence de la toute-possibilité et la parole filiale, la parole en filiation spirituelle, le Paraclet gradue ses révélations dans notre conscience. Il est cet « entre-deux » entre ce qui est dit et celui qui reçoit la parole, cet espace intermédiaire et impondérable comme le sens lui-même qui s’offre à être traduit du silence.

Le temps a été créé avec le monde pour peupler de réminiscences les commencements sans fins. Chaque phrase que nous écrivons ne vaut d’être écrite que si, d’autorité, elle recommence le monde. Le Logos et le Verbe disent une même réalité cosmogonique. La poésie, à cet égard, consiste moins à ré-enchanter le monde qu’à lui ôter le voile qui nous le désenchante, qu’à l’arracher aux fictions misérables et sinistres qui font que la réalité, comme l’écrivait Rémy de Gourmont, finit par copier les mauvais romans : monde plat, sans syntaxe ni grammaire, mots réduits à leurs écorces mortes, sentiments et vertus réduits à l’apparence qu’ils donnent selon les normes du kitch, dérisoire ou titanesque… Le nouveau règne, celui dont parlait Stefan George, débute sitôt que l’on s’éveille de ce mauvais songe, de cette pensée stéréotypée, binaire, qui nous réduit à l’alternative ou au compromis. Et comme l’écrivait Rimbaud : « là tu te dégages, et voles selon. »

(Entretien réalisé par André Murcie pour Littera-incitatus)

Dr Tomislav Sunić : "Multiculturalisme et démocratie ne vont pas ensemble".

20_4_tomislav_sunic_FOTO_Polona_Avanzo-696x434.jpg

Dr Tomislav Sunić: "Multiculturalisme et démocratie ne vont pas ensemble"

Interview réalisée par Andrej Sekulović

Ex: https://demokracija.eu/focus/dr-tomislav-sunic-multiculturalism-and-democracy-do-not-belong-together/

Nous avons parlé avec l'essayiste et ancien diplomate croate, le professeur Tomislav Sunić, du conservatisme, des tabous sur les questions de race et de racisme, des racines communes du libéralisme et du communisme, et d'autres sujets intéressants.

DEMOKRACIJA : M. Sunić, la traduction slovène de votre livre Post-mortem Report, qui constitue une recherche culturelle sur l'ère postmoderne, a été récemment publiée par Nova obzorja. Que pouvez-vous nous dire sur le livre lui-même ?

Sunić : Tout d'abord, je voudrais remercier M. Primož Kuštrin pour la traduction de mon livre et la maison d'édition Nova obzorja, qui a publié le livre. Le livre lui-même n'a pas d'ensemble thématique, sauf, bien sûr, qu'il s'agit d'un livre d'obédience conservatrice, révolutionnaire et nationale. Il est divisé en cinq parties. Il s'agit d'un recueil de mes essais dans lesquels je me concentre davantage sur les points de vue et les idées d'autres auteurs que sur l'expression de ma propre opinion, auteurs qui ne sont malheureusement pas très connus aujourd'hui dans les cercles universitaires occidentaux ou en Slovénie et en Croatie. La raison en est qu'ils sont souvent classés comme des auteurs pro-fascistes et pro-national-socialistes, alors qu'ils n'appartiennent pas nécessairement à cette catégorie.

DEMOKRACIJA : Le livre est divisé en cinq parties. Quels sont les sujets que vous y abordez ?

Sunić : Dans la première partie, je me concentre sur la religion et les différences entre monothéisme et polythéisme, ainsi que sur la façon dont celle-ci, sous sa forme séculaire, affecte la conscience politique contemporaine. Dans la deuxième partie, je me concentre sur le pessimisme culturel. Le livre comprend un essai détaillé sur Spengler et un essai sur Emil Cioran. Dans la troisième partie, je parle de la race, ainsi que du Troisième Reich. Dans la quatrième partie, je me concentre sur le libéralisme et la démocratie. Ma thèse principale est que le libéralisme et la démocratie ne vont pas toujours de pair, mais que le libéralisme peut être l'opposé de la démocratie. Dans la cinquième et dernière partie, je parle principalement du multiculturalisme. En général, je soutiens que le multiculturalisme et la démocratie ne vont pas de pair. Dans un pays multiculturel, chaque nationalité ou minorité aura sa propre définition de la démocratie. Après tout, nous l'avons constaté en Yougoslavie également.

Photo de Tomislav Sunić, ci-dessus, par Polona Avanzo

DEMOKRACIJA : Pouvez-vous nous expliquer votre déclaration dans le cas de la Yougoslavie ?

Sunić : L'idée d'une Yougoslavie démocratique, de la création d'une société mixte dans laquelle tout le monde serait égal, a pu sembler sympathique. Cependant, lorsque les gens sont confrontés à des crises économiques ou autres, ils cherchent des solutions et la protection de leur tribu. Nous en avons été témoins en Slovénie lorsque de nombreux communistes, dont Kučan, ont adopté l'option nationale. Il en a été de même dans les milieux de Tudjman en Croatie. En tant qu'ancien diplomate, je peux vous dire que les communistes et les Yougoslaves se sont rassemblés autour de lui et sont devenus des Croates convaincus du jour au lendemain. Aujourd'hui, ils peuvent servir d'exemples spécifiques aux militants en faveur du multiculturalisme américain au sein même du processus de balkanisation des Etats-Unis. Bien que les gauchistes s'obstinent à nier ce fait, on ne peut tout simplement pas dissuader les gens de recourir à leur tribu, leur nation ou leur secte en quête de protection et d'identité. Ce phénomène est particulièrement marqué aujourd'hui aux États-Unis, où la société est fortement polarisée, notamment en termes de divisions démographiques, raciales et ethniques. Un Américain d'origine japonaise comprendra que l'origine japonaise passe avant tout.

DEMOKRACIJA : Vous mentionnez la balkanisation des États-Unis, où vous avez vous-même vécu pendant de nombreuses années. Quelle a été votre expérience dans les États-Unis libéraux et multiculturels ?

Sunić : L'une des raisons pour lesquelles je suis retourné en Croatie, que j'ai quitté la Californie en 1993, était que les États-Unis connaissaient déjà une balkanisation et une montée de l'intolérance raciale, qui est encore plus prononcée aujourd'hui qu'hier. Ce faisant, je rejette les affirmations selon lesquelles les racistes sont exclusivement blancs et que toutes les autres races sont tolérantes. Aujourd'hui, il y a environ 55 % d'Américains blancs aux États-Unis et 45 % de la population est d'origine non-européenne. Même si des changements démographiques spectaculaires font des Blancs une minorité ou même s'ils disparaissent progressivement, vous pouvez être sûr qu'il y aura des conflits raciaux majeurs entre les Afro-Américains et les Latinos. Aujourd'hui déjà, il y a surtout des affrontements entre les gangs latino-américains et les gangs noirs, et non entre les Blancs et les Noirs. Les statistiques du FBI que l'on peut trouver en ligne montrent que plus de 50 % des meurtres et des crimes violents se produisent entre Noirs eux-mêmes, et dans le cas des statistiques interraciales, ce sont surtout les Noirs qui en sont les auteurs et les Blancs les victimes. En outre, je tiens à souligner que j'ai eu une expérience très agréable aux États-Unis avec mes étudiants d'origine afro-américaine ou asiatique, mais qu'en revanche, j'ai eu la pire expérience de ma carrière avec des Croates conservateurs et "bornés". Je ne porte donc pas de jugement de valeur, je ne fais qu'énoncer certains faits.

51u41OekbwL._SX342_SY445_QL70_ML2_.jpg

DEMOKRACIJA : Aujourd'hui, la question de la race, sur laquelle vous écrivez vous-même, est devenue un grand tabou parmi les Européens.

Sunić : Parfois, le mot "race" n'avait pas de signification négative ou péjorative. Jusque dans les années 1970, ce mot était utilisé dans un sens neutre, même dans l'Europe de l'Est communiste. Cependant, le mot "race" doit être distingué du terme "racisme", qui a une connotation négative, car il signifie l'exclusion raciale ou la croyance qu'une autre race est inférieure. Aujourd'hui, cependant, le mot "race" est dans certains endroits même aboli par la constitution. Ainsi, il y a quelques années, une décision a été prise en France d'abolir purement et simplement ce mot. De même, les gauchistes et les libéraux soutiennent que la race n'est qu'une "construction" et que nous sommes tous pareils. En agissant ainsi, nous revenons en fait aux idéologies du libéralisme et du communisme. Indépendamment de leurs différences, il convient de noter que les libéraux et les communistes partent tous deux de la conviction que l'homme est une "tabula rasa", que nous sommes tous une feuille de papier vierge sur laquelle nous pouvons écrire ce que nous voulons. Cette croyance est observée chez Locke et surtout chez Rousseau, qui a dit que l'homme est complètement libre quand il naît, et que nous pouvons en faire un génie et un nouvel Einstein ou un travailleur ordinaire. Or, ce n'est pas vrai. La recherche scientifique de ces cent dernières années, de Darwin à la sociobiologie et à la génétique modernes, confirme le fait parfaitement sensé que chaque être humain hérite de certains traits. Cependant, lorsque les sociobiologistes en parlent aujourd'hui, ils doivent utiliser des termes vagues tels que génotype ou haplotype afin de ne pas être qualifiés de racistes.

DEMOKRACIJA : Veuillez nous en dire plus sur les résultats concernant les différences raciales.

Sunić : Richard Lynn a écrit sur les différences de QI entre les nations. Il a inclus les Croates et les Slovènes dans le groupe des nations d'Europe centrale, mais d'un autre côté, selon ses recherches, les Éthiopiens et les Africains ont un QI bien inférieur à celui des Européens. De telles affirmations ne sont en aucun cas racistes, car il s'agit de simples constatations sur les caractéristiques de certaines personnes. Prenez, par exemple, les lauréats du prix Nobel, qui sont pratiquement tous des Européens ou des Blancs, quelle que soit la catégorie dont on parle. Je ne porte donc pas de jugement de valeur et je ne prétends pas non plus que les Européens sont meilleurs que les Noirs, mais seulement que nous devons être conscients des différences qui existent entre nous et qu'au lieu d'être contraints par le marxisme et le consumérisme mondial, les gens devraient être autorisés à avoir leur propre identité façonnée par leurs vertus spécifiques et le climat dans lequel ils vivent. L'imposition même du monde global est le plus grand mal pour toutes les nations.

9789616942782.jpeg

DEMOKRACIJA : Vous avez mentionné les différences entre la question de la race et le racisme, mais il semble qu'aujourd'hui seuls les Européens blancs soient traités de "racistes".

Sunić : Le racisme et l'exclusion raciale doivent certainement être condamnés. Je dois cependant souligner qu'il est erroné et injuste d'attribuer de manière répétée le racisme uniquement aux Blancs et de prétendre que seuls les Blancs sont racistes. Ce n'est pas du tout vrai. J'ai vécu suffisamment longtemps en Afrique et en Asie, ainsi qu'aux États-Unis, pour pouvoir affirmer, sur la base de ma propre expérience et de mes observations, que ce n'est pas vrai. À San Francisco et à Seattle, où vivent de nombreux Américains d'origine chinoise, vous verrez très rarement une belle femme américaine d'origine asiatique marcher dans la rue avec un homme noir. Pour eux, c'est tout simplement inacceptable. Il s'agit simplement d'une certaine exclusion raciale, car ils ne veulent pas se mélanger.

DEMOKRACIJA : Vous écrivez dans votre livre que les Grecs et les Romains de l'Antiquité étaient déjà conscients de leur identité raciale. Comment ont-ils vécu la race ?

Sunić : Les anciens Grecs et Romains ne connaissaient pas Mendel, qui a été le premier à proposer la théorie de l'hérédité, mais ils n'étaient pas stupides. Ainsi, dans l'Antiquité, ils ne connaissaient pas certaines règles de la génétique, mais ils observaient les gens et leur physionomie. L'écrivain romain Juvénal et l'historien Salluste, par exemple, se sont vivement opposés à l'immigration de Chaldéens et d'Asiatiques de l'Est à Rome. Il n'est certainement pas nécessaire de s'occuper de sociobiologie et de connaître l'expression complexe de la génétique, mais il suffit d'observer un groupe de personnes ou d'enfants et leur comportement pour tracer certains liens entre eux et leurs ancêtres. Les anciens Grecs et Romains ne disposaient pas de méthodes scientifiques d'analyse des gènes, des chromosomes et des haplogroupes, mais ils avaient un simple bon sens. Ils savaient bien quel serait le produit en fonction de qui épousait qui.

DEMOKRACIJA : Vous mentionnez plusieurs auteurs "conservateurs" dans le livre. Cependant, le "conservatisme" est un concept assez large, alors peut-être pourriez-vous dire quelque chose sur cet "isme" lui-même.

Sunić : Dans certains pays, nous ne connaissons qu'une seule forme de conservatisme, mais il existe également un type de conservatisme auquel nous n'avons pas suffisamment prêté attention. Il s'agit de celui qui est inspiré par Nietzsche, Cioran, Spengler et d'autres. Ce sont des adversaires acharnés non seulement du libéralisme et du communisme, mais aussi du monothéisme et du judéo-christianisme. Dans le livre, je mentionne de nombreux auteurs conservateurs, notamment de la République de Weimar, qui ont très peu en commun avec ce que nous appelons aujourd'hui le conservatisme à Ljubljana ou à Zagreb. Lorsque nous parlons des différentes formes de conservatisme, j'ajouterais également que les conservateurs sont aujourd'hui considérés comme arriérés, mais ce n'est pas le cas. Vous seriez surpris de voir combien d'auteurs de la révolution conservatrice allemande étaient ultramodernes. Je suis très moderne à certains égards. J'aime écouter du rock et, dans mes jeunes années, j'ai vécu en Inde comme un hippie. Je ne rejette pas non plus les révolutions conservatrices catholiques et chrétiennes, je soutiens seulement que ce n'est pas la seule forme de conservatisme. Les conservateurs peuvent aussi être athées, nietzschéens, païens ou polythéistes. Comme le disait le roi de Prusse Frédéric II le Grand : "Que chacun honore son dieu à sa manière".

DEMOKRACIJA : Comment compareriez-vous le libéralisme moderne au communisme ?

Sunić : Aujourd'hui, nous ne pouvons pas lutter efficacement contre le communisme si nous ne sommes pas critiques à l'égard de sa base. Le communisme est né du libéralisme. Ce n'est pas mon opinion: Marx a écrit à ce sujet au 19e siècle. Le libéralisme et le communisme sont, en fait, les deux faces d'une même pièce. En 1991, nous avons vécu l'effondrement du communisme en Europe de l'Est précisément parce que les aspirations communistes, l'égalité, les flux de capitaux et la disparition de l'État étaient mieux réalisés en Europe occidentale et aux États-Unis. Bien sûr, pas au nom du communisme, mais au nom du multiculturalisme. En Europe de l'Est, il ne s'agissait donc pas tant d'une révolte contre l'oligarchie communiste que du constat que la vie à l'Ouest était plus "communiste", puisque les retraites et les prestations sociales étaient plus élevées et que les minorités avaient plus de droits.

DEMOKRACIJA : Alors, le libéralisme d'aujourd'hui, qui devient de plus en plus totalitaire, est-il une continuation de la mentalité communiste ?

Sunić : Si nous voulons combattre efficacement le communisme, nous devons critiquer le libéralisme. Le libéralisme a réussi ce que l'Union soviétique n'a pas réussi à faire. Par conséquent, les communistes ou les marxistes ont accepté l'option paléo-communiste occidentale. Par conséquent, nous assistons aujourd'hui à la disparition de l'État dans l'Union européenne, car l'UE est également fondée sur ces principes paléo-communistes de disparition de l'État. Toutefois, cette disparition ne concerne pas seulement les frontières, mais aussi la suppression des frontières. Je ne veux pas que la Slovénie ou la Croatie deviennent un simple centre touristique pour les riches touristes d'Europe et des États-Unis. Je voudrais qu'elles conservent leurs traditions, qui s'estompent de plus en plus aujourd'hui. Il est vrai que la répression libérale n'utilise pas de méthodes aussi radicales que l'effusion de sang, mais je n'exclus pas la possibilité que cela se produise à l'avenir.

Biographie

Le Dr Tomislav Sunić est un professeur d'université croate à la retraite, diplomate, essayiste et l'un des plus éminents représentants de l'école de pensée de la "nouvelle droite". Il est né en 1953 à Zagreb. De 1983 à 1992, il a vécu en tant que réfugié politique aux États-Unis, où il a obtenu un doctorat en sciences politiques et a ensuite enseigné à l'université de Santa Barbara en Californie. Il est l'auteur de plusieurs livres, essais et autres contributions en anglais, français, allemand et croate.

dimanche, 21 novembre 2021

Entretien avec Pierre Le Vigan : « Le drame est que si nous n’avions pas déjà été atteints dans notre humanité, nous n’aurions jamais pu accepter cet enfermement »

7aqfpc6eqhen0jl6f6l26u7ivp._SX450_.jpg

Entretien avec Pierre Le Vigan: «Le drame est que si nous n’avions pas déjà été atteints dans notre humanité, nous n’aurions jamais pu accepter cet enfermement»

En observateur de la post-modernité, Pierre Le Vigan revient pour nous sur la grande transformation que nous vivons.

Deux après l’apparition du covid 19, pensez-vous qu’un retour au monde d’avant soit encore possible ? 

Je dis comme vous « le » covid car c’est « le virus du covid » qui est sous-entendu et non pas « la » covid pour « la maladie du covid ». Un virus n’est pas forcément une maladie, il faut le souligner. Il y a 800 millions de virus par m2 sur la terre, chaque seconde, nous en respirons 200.000. Beaucoup de virus sont dans l’eau. Nous avalons plus d’un milliard de virus quand nous nous baignons dans de l’eau de mer. Qui dit mieux? Il n’empêche que se baigner est bon pour la santé. En deuxième lieu, je note que le « monde d’avant » n’était pas idyllique, mais le monde de l’hygiénisme, des distances sociales, du contrôle des « cas contacts » est assurément monstrueux. Il est posthumain. Voulons-nous du monde post-humain de la perpétuelle vigilance covidiste (ou d’un autre virus), des pass vaccinaux, des vaccins obligatoires tous les trois mois ? C’est une question de civilisation, comme le dit justement Florian Philippot. Le drame est que si nous n’avions pas déjà été atteints dans notre humanité, nous n’aurions jamais pu accepter cet enfermement, l’interdiction de se promener plus d’une heure, et à plus d’un km de chez soi.  Si nous avons accepté cela, c’est que nous étions dejà très diminués collectivement et anthropologiquement. Le covid est donc un révélateur. Pour répondre à votre question, il y a deux options, soit nous nous enfoncerons dans une société de contrôle par l’Etat et les GAFAM qui est dans la logique du libéralisme (puisqu’il n’y a pas d’auto-contrôle du collectif par des communautés), soit un mouvement de libération nationale nous en délivrera car il nous délivrera de la domination de l’oligarchie. Dans les deux cas, il n’y aura pas de retour au « monde d’avant ». 

La dépression profonde de notre société est–elle uniquement le fait de la crise du covid ou de raisons plus profondes ? 

Notre société souffre de la perte du sens. Le travail, le métier ont été remplacés par l’emploi, le « job ». La patrie est remplacée par les identités de genre, les projets sont remplacés par des engouements éphémères, etc. Il faut retrouver le sens du long terme. Pour cela, il faut sortir du libéralisme, aller vers une économie dirigée et encadrée par un Plan, et remettre de la démocratie réelle, directe notamment, dans ce pays. Il faut libérer la démocratie des grands médias oligarchiques et mondialistes. 

bullshitjob.png

Les mesures sanitaires renforcent la société libérale de la surveillance et de la méfiance généralisée. Comment résister mentalement à ce contrôle social par la peur ? 

Dans La tyrannie de la transparence, livre publié il y a une dizaine d’années, j’avais déjà expliqué ce que sont les dégâts de la transparence et sa logique de justification perpétuelle de soi et de tous ses actes et même de ses pensées. C’est la société du soupçon. L’obsession de la transparence veut dire à terme la généralisation de la paranoia. Cela va avec des procès de plus en plus fréquents, et des condamnations, pour des propos dont le supposé caractère allusif ferait offense à telle ou telle communauté, ou à la mémoire de tel ou tel drame historique. Comment résister à ce contrôle social ? En désactivant certains applications numériques, mais surtout en lisant, en publiant, en combattant par les idées les manœuvres de terrorisme intellectuel des enfermistes, des vaccinolatres (mais ce ne sont pas des vaccins et ils n’empêchent ni d’être contaminés, ni de transmettre le virus ! Quand ils ne rendent pas malades des bien portants !). Face aux tenants de la dictature sanitaire, il faut aussi réagir en maintenant et en créant du lien social, humain, sans distanciation outrancière. 

Vous évoquez la notion de « fatum » dans le dernier Rébellion. Cette conception de la vie est-elle pour vous une voie héroïque de libération ?

J’ai beaucoup d’admiration pour les conceptions héroïques de la vie (Evola, Venner, etc). Je crois toutefois qu’on ne peut vivre tout le temps en haut des montagnes, sur les sommets. Montherlant le remarquait lui-même. A côté de cette conception héroïque, souvent inspirée de Nietzsche, il y a des leçons à prendre du côté des stoïciens, mais plus encore du côté des épicuriens – ceux-ci n’étant pas les éternels jouisseurs que l’on imagine. Je renvoie sur ce trop vaste sujet pour notre entretien à mes livres « Avez-vous compris les philosophes ? « (La barque d’or) et à « Comprendre les philosophes », qui vient de paraitre chez Dualpha. 

Les livres de l’auteur son disponible en ligne ici : https://www.amazon.fr/Pierre-Le-Vigan/e/B004MZJR1M%3Fref=dbs_a_mng_rwt_scns_share

Pour lire le dernier article de Pierre Le Vigan : https://rebellion-sre.fr/boutique/

mercredi, 17 novembre 2021

Les Américains nous visent tous : l'alliance eurasienne doit être renforcée

russia-eurasia-map.jpg

Les Américains nous visent tous : l'alliance eurasienne doit être renforcée

Leonid Savin

Source : https://www.geopolitica.ru/it/article/gli-americani-ci-prendono-tutti-di-mira-lalleanza-eurasiatica-deve-essere-rafforzata

Au cours de la dernière décennie, le rapprochement croissant entre la Turquie et la Russie a déclenché un vaste débat sur l'émergence d'un monde multipolaire dans les grands médias occidentaux. C'est pourquoi, afin de bien comprendre la dynamique du débat actuel, le juriste et journaliste turc de renom Ali Göçmen a interrogé l'expert politique russe et chef adjoint du Mouvement international Eurasia, le Dr Leonid Savin.

Ali Göçmen : Bonjour M. Savin, je voudrais tout d'abord commencer par une question sur l'évolution de la situation en Afghanistan. S'exprimant devant le Congrès américain le 7 novembre 2007, le nouveau président français, Nicolas Sarkozy, a déclaré : "La France restera en Afghanistan aussi longtemps que nécessaire parce que ce qui est en jeu là-bas, ce sont nos valeurs et les valeurs de l'Alliance atlantique. Je le dis sérieusement devant vous : l'échec n'est pas une option". Dans le contexte de cette conversation, peut-on dire que non seulement l'Amérique, mais aussi les valeurs atlantiques ont été perdues en Afghanistan ?

Leonid Savin : Absolument. Cela s'est également reflété dans les discours de plusieurs politiciens américains. Les valeurs comptent, certes. Et c'est là l'échec du libéralisme occidental, non seulement en Afghanistan mais aussi sur la scène mondiale. Mais c'est aussi un manque de confiance dans l'Occident. Même les partenaires des États-Unis ont commencé à discuter de la manière de modifier les relations avec Washington à l'avenir en raison de son comportement en Afghanistan. La frustration suscitée par la création de l'AUKUS et la décision de la France d'annuler le contrat portant sur les sous-marins australiens est un autre signe des problèmes de confiance au sein de la communauté transatlantique.

La Turquie en tant que leader et décideur régional

Ali Göçmen : Vous dites depuis longtemps que l'ordre mondial unipolaire est arrivé à son terme. De nombreux analystes affirment que le retrait américain d'Afghanistan est une proclamation symbolique d'un monde multipolaire. Le monologue est maintenant terminé et le nombre d'intervenants augmente. Quel rôle la Turquie peut-elle jouer en tant que pôle important, notamment dans le monde islamique, dans la nouvelle période ?

Leonid Savin : La Turquie s'est déjà déclarée leader et décideur régional. Toutefois, il subsiste quelques tensions avec les pays arabes et les réactions négatives de certaines forces à la présence turque en Syrie et en Irak. Les États-Unis comprennent les vulnérabilités de la Turquie, telles que la question kurde, et sont susceptibles de manipuler ce facteur pour leurs propres intérêts dans la région. L'Iran est également une puissance émergente avec un agenda spécifique et Ankara (surtout à cause de l'Azerbaïdjan) devra coordonner ses activités avec Téhéran. De notre point de vue, la Turquie peut être l'un des centres du nouvel ordre mondial polycentrique et un défenseur des valeurs traditionnelles. Il est très positif que la Turquie ait rompu certains des accords pro-occidentaux qui constituent des bombes à retardement pour la société turque. Mais la Russie, la Chine, etc. en Eurasie, devraient avoir de bonnes relations pragmatiques avec d'autres centres de pouvoir comme la Turquie.

Ali Göçmen : Début septembre, le philosophe russe Alexandre Douguine a écrit un article intitulé "La fin du monde unipolaire au lieu de la fin de l'histoire": "Selon certaines rumeurs, l'administration Biden prévoit d'utiliser des extrémistes contre la Chine et la Russie, libérant ainsi les mains des talibans (considérés comme une organisation terroriste interdite en Russie)", écrit Douguine dans son article. Pensez-vous que cela soit possible ?

Leonid Savin : Ils provoquent et attaquent la Russie à chaque fois et continueront à le faire à l'avenir. [Nous devons combattre la pression exercée par l'Occident sur Moscou par d'autres moyens que la désinformation, les opérations spéciales, la guerre par procuration (où le terrorisme est utile), les lois, les sanctions, la diplomatie préventive...]. Et pas seulement à Moscou. N'oublions pas que certaines sanctions ont également été imposées par les États-Unis et leurs alliés à la Turquie ! Cependant, l'Afghanistan a un impact sur certains pays d'Asie centrale dans le domaine des intérêts russes. Moscou doit donc réagir là aussi. Et la Russie est prête.

En Syrie : les mesures à prendre

Ali Göçmen : Comme je l'ai dit, au début du mois de septembre, le philosophe russe Alexandre Douguine a écrit un article intitulé "La fin du monde unipolaire au lieu de la fin de l'histoire". Bien qu'il y ait eu quelques désaccords au cours de l'histoire, la Russie et la Turquie sont fondamentalement des amis proches. Récemment, ces relations amicales se sont encore renforcées. Enfin, les efforts désintéressés des pilotes russes lors des grands incendies de forêt du mois d'août ont été accueillis avec gratitude par la nation turque. La tension actuelle entre la Turquie et la Russie se concentre sur la Syrie. Comment la Turquie et la Russie, les deux acteurs importants du monde multipolaire, peuvent-ils surmonter la crise en Syrie ?

Leonid Savin : Le fait est que la Russie a été invitée en Syrie par le gouvernement légal. Et après dix ans de conflit, le gouvernement syrien est toujours au pouvoir. La présence russe était fixée par des traités. D'un point de vue rationnel, le soutien continu de la Turquie aux groupes militants aura l'effet inverse. Les tensions se situent maintenant autour de la province syrienne d'Idlib. Les Kurdes sont aussi là. La situation est complexe. Mais la Turquie a entamé le processus de normalisation avec les pays arabes et nous en voyons les fruits. Par exemple, l'activité d'opposition des médias égyptiens est désormais interdite en Turquie. Le même processus est requis pour la Syrie. Et la Russie accueillera toujours favorablement de telles mesures.

Ali Göçmen : Je veux maintenant parler de la politique eurasienne. L'idéal de l'eurasisme n'est pas seulement une question de relations internationales, il a pour base une forte philosophie. Nous le savons. L'un d'eux est la préservation de la famille et des valeurs traditionnelles pour la réhabilitation des institutions sociales corrompues par l'hégémonie libérale. Que peut-on faire pour raviver la tradition dans un monde multipolaire ? Par exemple, que pensez-vous du mariage gay, du féminisme radical, de la lutte contre l'euthanasie ?

Leonid Savin : Vous voyez, la plupart des problèmes liés à l'érosion de nos sociétés traditionnelles viennent de l'Occident. Les déviations existent dans toutes les sociétés. La question est de savoir comment y faire face. Dans les tribus amérindiennes des Amériques, l'homosexualité était définie comme la faute de la coordination du corps et de l'âme. Si le corps est mauvais, le comportement pervers commence dans l'âme (avec le sexe opposé). Il s'agit donc de spiritualité. On peut trouver des réponses à ces questions dans les religions car elles concernent Dieu, l'éternité, notre destin et les ennemis spirituels tels que les démons. Il n'y a pas de réponses à ces questions dans la culture occidentale matérielle, la psychanalyse seule est destructrice. C'est pourquoi ces activités sont exaltées politiquement en Occident. Le fondement spirituel est détruit, les problèmes s'amplifient. C'est pourquoi nous sommes dans le multiculturalisme, le transhumanisme, les LGBT, etc. Ils ont décidé de se convertir.

Le virus qui fuit vers la gauche

Ali Göçmen : Je voudrais vous faire part d'une anecdote qui est restée gravée dans ma mémoire : le clocher d'une église de village figurait en arrière-plan sur les affiches électorales de Mitterrand, l'ancien président de la France... Cela signifie : "Je suis français, pas américain. On est en France, pas à Disneyland ! Je suis dans l'ère classique de la maçonnerie de pierre, pas des tours d'acier". Mitterrand était un socialiste. Mais aujourd'hui, à gauche, les partis socialistes mettent les bannières LGBT derrière eux. Pensez-vous qu'une orientation de gauche nationale et traditionnelle soit possible dans un monde multipolaire ?

Leonid Savin : L'idée la plus forte au sein des organisations et des partis de gauche était la justice. Mais la justice n'est pas le monopole de la gauche. Elle est au cœur des deux principales religions du monde, le christianisme et l'islam. Il est intéressant de constater que certains partis socialistes utilisent le christianisme à des fins politiques (comme au Venezuela sous Hugo Chávez ou en Amérique latine en général, où est née la doctrine catholique de la théologie de la libération). Mais l'application des perversions homosexuelles et autres à la politique de gauche leur semble également dévastatrice. De plus, l'école néo-marxiste de Francfort, développée avec le soutien de la CIA, a une forte influence en tant qu'attaque idéologique contre l'Union soviétique. Le vieux poison est toujours efficace même après que la cible ait été éliminée il y a plusieurs décennies. Parallèlement, Karl Marx a utilisé les idées d'Adam Smith dans son "Capital", de sorte que les idées de la gauche y trouvent leurs racines. Bien sûr, nous devons adapter notre approche à la vision économique et réorganiser nos théories. L'économie ne peut être une fin en soi, elle est une sorte d'environnement, un processus de construction d'une maison dans nos cultures. J'ai d'ailleurs attiré l'attention sur ce problème dans mon livre Ordo Pluriversalis : Revival of the Multipolar world order, qui traite du lien entre les différentes religions et les modèles économiques.

Ali Göçmen : J'espère que votre livre sera traduit en turc et qu'il rencontrera bientôt des lecteurs turcs. Merci pour votre temps, M. Savin.

*****************************************************

Article original de Leonid Savin :

https://www.geopolitica.ru/en/article/usa-targeting-us-all-eurasian-alliance-must-be-strengthened

Traduction par Costantino Ceoldo

 

mardi, 26 octobre 2021

Saint Fernandel - Entretien avec Laurent James

571f5f526d4201fe0dc4d4b54162a52d_XL.jpg

Saint Fernandel

Entretien avec Laurent James

Propos recueillis par Maximilien Friche
 
Ex: http://www.mauvaisenouvelle.fr/?article=livres-entretien-avec-laurent-james--1826
 

LJ : Me cerner est effectivement tout à fait impossible, dans la mesure où je suis très précisément incontournable, au sens géométrique du terme. La succession temporelle de mes activités, modelées par mes préoccupations, ou plutôt par mes hantises obsessionnelles, ne se fait pas de manière échelonnée, et encore moins linéaire. Je ne marche que par synchronicités fulgurantes. Chaque nom ou thème que vous évoquez, à juste titre, dans votre question, constitue à lui seul une boussole, mais avec des orientations tout à fait différentes. La première est tournée vers l’archaïsme régénérateur du Sud, la deuxième vers l’immutabilité de l’Hyperborée, et enfin la troisième vers le principe dynamique de la magie opérative. Et rien ne m’enchante autant que lorsque j’assiste à un croisement – toujours explosif – entre mes boussoles intimes. N’oubliez pas, par exemple, que Parvulesco était un lecteur de Nabe, à tel point qu’il lui avait envoyé un texte pour être publié dans son mensuel La Vérité (c’est raconté dans Les Porcs). Ces deux écrivains – les deux plus grands écrivains français depuis la mort de Dominique de Roux – ont bien sûr des vues diamétralement opposées quant au destin du christianisme et de l’Europe, qu’ils estiment à juste titre comme étant morte depuis la Première Guerre mondiale : Nabe valide l’attaque de l’Occident par l’islam au nom de la justice chrétienne, et Parvulesco laisse une dernière chance au catholicisme en prophétisant sa désoccidentalisation par son union – ou plutôt, sa ré-union – avec l’orthodoxie. C’est par ailleurs le principe spirituel de base de l’Eurasisme, bien oublié par les thuriféraires contemporains de ce mouvement originellement mystico-géopolitique, et désormais ravalé au simple rang d’appareil idéologique de soutien au Parti Baas syrien…

E-MaUfTX0AoxKQi.jpg

Alors, Fernandel ? Rien d’étonnant à cela. On reste dans la seule et unique chose qui m’intéresse : la seconde partie de la mission du Christ telle que l’avait proclamée saint Irénée, à savoir : « Si Dieu s’est fait homme, c’est pour que l’homme se fasse Dieu ». Si la déification de l’homme par la grâce est l’un des piliers de notre Catéchisme, c’est un thème qui reste néanmoins peu présent dans la tradition catholique, contrairement au monde orthodoxe où pullulent les docteurs de la divinisation (Maxime le Confesseur, Grégoire Palamas, …). Oui, la matière donnera naissance à l’Esprit, « miracle des miracles » annonçait Raymond Abellio. Et bien je suis persuadé depuis toujours que l’Idiotie cosmique est l’un des véhicules possibles de l’Esprit-Saint pour accomplir cette mission fondamentale, et le fait qu’il n’existe aujourd’hui plus aucun Idiot du village en France montre assez l’étendue du problème. L’Idiot est une majuscule solitaire, face à la masse grégaire des minuscules imbéciles. L’Idiot du Village est d’ailleurs le titre de mon premier texte publié dans la revue Cancer !, en avril 2001. Vous voyez que ma cohérence ne date pas d’hier.

MF : Vous parlez de la malédiction du rire en évoquant Fernandel, ce visage si expressif qui semble s’allonger indéfiniment quand il ne dit rien, et qui se transforme comme de la pâte à modeler pour incarner la parole. Pensez-vous que l’on ait ri aux dépens de Fernandel, ce rire était-il sa croix ?

LJ : Il faut bien distinguer le rire de Fernandel, et le rire des hommes devant le rire de Fernandel – et même, devant sa simple apparition. Revoyez cette scène célèbre de l’audition du Schpountz. C’est d’abord à ses propres dépens que Fernandel fait rire les ploucs de l’équipe parisienne de tournage : leur rire, infect, est celui du vainqueur, celui de la France bourgeoise et déjà internationalisée, en short et bras de chemise, face au dernier représentant actif de la Gaule surnaturelle et enchantée, vêtu d’une veste dont ils commencent par se moquer avec une ardeur éminemment haineuse. « Quel est le tailleur de génie qui vous a fait ce costume ? Donnez-moi son adresse, que j’y coure… » « Cela ne vous servirait à rien, parce que ce costume, c’est moi qui l’ai conçu, et dessiné ! » Et les parisiens de rire à qui mieux-mieux, de se vautrer dans la plus cynique des gausseries, ô race suprêmement parasitaire, seuls et uniques habitants de notre pays qui ne surent jamais fabriquer aucun produit d’artisanat, aucune manufacture, aucun savoir-faire, aucune cuisine, rien de rien, … Et puis Fernandel retourne complètement la situation, en déclinant cyranoïquement sur tous les tons un article du Code Civil pour prouver aux vautrés qu’il est un véritable artiste de cinéma. La crainte, la pitié, … interrogatif, puis affirmatif… pensif… et puis, enfin, comique. La caméra s’approche alors au plus près du visage complètement apocalyptique de Fernandel ravagé par sa dentition remontant jusqu’au sommet du crâne, et c’est là que le miracle s’opère puisque les ricanements des Parisiens se muent en rire libérateur et puissamment orgasmique : ils sont théologiquement sauvés par la grandiose et authentique charité catholique de Fernandel, qui récupère ainsi à son propre bénéfice le terme condescendant de Schpountz (« C’est Greta Garbo en homme, vous vous rendez compte ? ») pour le retourner contre ses faux-frères. C’est sa manière à lui de se venger. Fernandel est l’envoyé du Saint-Esprit, et les cameramen et preneurs de son sont devenus les Schpountz de Dieu. L’équipe parisienne est prise à son propre piège. Les condamnés à mort qui auront tous un jour ou l’autre la tête tranchée, ce sont bien eux, et tous leurs descendants ! « Non c’est pas gai, c’est pas gai… mais ça peut le devenir ! »

Fernandel-300x400.jpg

C’est ainsi que le rire de Fernandel est une véritable bénédiction céleste. Il a subi toute sa vie le rire agressif des hommes, qu’il a constamment retourné contre ces derniers pour les sauver de leur condition. Les rires aux dépens de Fernandel sont sa croix, certes, mais il se décrucifie en permanence pour clouer lui-même les hommes sur son propre rire. L’œuvre fernandélien est une chanson de geste salettine. Fernandel gagne toujours à la fin.

MF : Fernandel fut une immense star et vous évoquez quelques batailles d’égo entre lui et Raimu par exemple pour savoir qui serait en haut de l’affiche. Comment s’articule selon vous cet orgueil qui est conscience de ce qu’il est et son extrême générosité ?

LJ : Le Général de Gaulle a dit de Fernandel qu’il était le seul Français qui soit plus célèbre que lui dans le monde, et Pie XII a dit de Don Camillo qu’il était le plus connu des prêtres de la chrétienté après le pape. Vous ne seriez pas orgueilleux, à sa place ? L’orgueil de Fernandel relève à la fois de la justice et de la justesse. Il savait parfaitement qui il était et quel effet il produisait sur l’humanité, et même sur les animaux.

MF : Dans Saint Fernandel vous donnez une lecture très personnelle de l’acteur et vous vous livrez également, quel rôle a-t-il joué dans votre vie ?

LJ : Ah oui, le plus grand rôle de Fernandel est pour moi celui qu’il a joué directement dans ma propre vie. Fernandel est mon ange gardien, qui dégage ses ailes de sous son pardessus pour les déployer sur moi à chacune de mes tragédies intimes, et ce depuis mon enfance la plus reculée. Ô saint Fernand’ailes… Mon chapitre L’Homme Total évoque l’une de ces tragédies, la plus terrible de toutes, et il continue encore aujourd’hui à me protéger des vagues d’attaques contre l’amour qui m’assaillent depuis des mois… Mon divorce d’avec mon épouse Marie est la dernière grande épreuve que je n’aie eu à subir, directement liée à l’eschatologie diarrhéique du coronavirus… un divorce que certains amis – et même mon éditeur ! – se plaisent à qualifier de banal, comme si la banalité excluait la tragédie… Moi qui croyais que la banalité du mal était un lieu commun désormais assimilé par tout un chacun. Eh bien, c’est juste à ce moment-là que Fernandel a décidé de célébrer les cinquante ans de sa mort en inspirant successivement Michel Marmin – à qui je dois tout pour cet ouvrage –, mon ami Pellecuer puis mon éditeur – qu’il en soit loué ! – pour m’enjoindre à publier cette hagiographie cabossée, laquelle me permet d’entamer une nouvelle vie sous les auspices de la Légende Dorée massaliote.

La_Vache_et_le_Prisonnier.jpg

MF : On a tendance aujourd’hui dans nos temps de la chute de dire à quel point la disparition de chaque acteur (comme ce fut le cas pour la mort récente de Jean-Paul Belmondo) est la manifestation de la perte d’un morceau de France. Fernandel c’est Marseille ou la France ? Une époque ? De quoi Fernandel est-il le nom ?

LJ : Fernandel représente à lui tout seul à la fois la revanche de la Gaule contre la France, la gloire de ceux qui – comme l’écrivait Jean Phaure – réintégreront le Centre primordial en célébrant le Second Avènement, « temps de l’Esprit Saint et du Règne social de Jésus-Christ », et la possibilité de cette « révolte de l’esprit contre le poids » que prophétisait Céline.

fernandel-don_camillo.jpg

MF : 148 films, des rôles très différents même si ce fut toujours et surtout lui-même. Fernandel aurait-il pu tout jouer ? Quels rôles lui manquent-ils ?

LJ : Pour une fois, je vais me citer : son envie première est de pouvoir jouer tous les rôles imaginables, jusqu’à parvenir à incarner à l’écran la totalité des êtres de cette planète, vivants et morts. Le rêve de Fernandel est d’être le seul interprète d’un film de trois mille heures qui s’appellerait Histoire mondiale de l’humanité, où il jouerait simultanément tous les rôles – bébés, femmes et animaux compris.

MF : Vous évoquez concernant Fernandel la célébration chestertonienne du Cosmos, et on vous retrouve bien là dans votre lecture métaphysique et transcendante du monde. Comment s’exprime cette célébration chestertonienne du Cosmos chez Fernandel ?

LJ : Fernandel est l’une des armes les plus puissantes pour combattre la conjuration mondiale contre la Vierge Marie, c’est-à-dire à la fois « la subversion extérieure de la mondialisation, et la subversion intérieure de l’aliénation nihiliste – marxiste et maçonnique – dans ses dimensions paroxystiques ultimes », comme le précisait fort savamment Jean Parvulesco. Il y a toute une dimension ésotériquement opérative chez Fernandel que j’ai à peine effleurée dans ce livre, il faudrait lui consacrer toute une vie… Vous savez, sa villa marseillaise des Mille Roses était placée sous la protection directe de la Sainte Vierge, et située à quelques centaines de mètres de la Traverse du Diable… Je dis ça pour ceux qui connaissent… À la fin du mois d’août, j’ai effectué une retraite dans une abbaye de Prémontrés pour me recentrer sur ma solitude. Dès mon arrivée, j’appris que le père Norbert Calmels, l’ancien abbé général des lieux, avait naguère écrit une hagiographie de Pagnol, dans le but de démontrer que l’écrivain et cinéaste n’était autre qu’une préfiguration de l’incarnation historique du Paraclet. Vous imaginez un peu mon bouleversement… Voilà ce que c’est que la célébration chestertonienne du Cosmos : l’éternel retour des larmes de joie.

10:09 Publié dans Cinéma, Entretiens | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : laurent james, fernandel, cinéma, entretien | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

dimanche, 17 octobre 2021

Alexandre Douguine: L'idée russe n'est pas notre création, elle fait ce que nous sommes

Sergeev_Posad_-_Zagorsk_-_St._Sergius_Monastery_-_panoramio_(2).jpg

L'idée russe n'est pas notre création: elle fait ce que nous sommes

Alexandre Douguine

Ex: https://www.geopolitica.ru/article/russkaya-ideya-eto-ne-nashe-tvorenie-chto-nas-tvorit

Universitaire, personnalité publique et idéologue le plus en vue de l'eurasisme dans le monde moderne, auteur de plus de 60 livres d'histoire, de philosophie et de géopolitique, qui traitent tous, d'une manière ou d'une autre, de l'idée russe, Alexandre Douguine raconte à Kultura le chemin parcouru par la Russie et les routes qui l'attendent à l'avenir.

Ce document a été publié dans le numéro 8 de la version imprimée du journal Kultura du 26 août 2021, dans le cadre du thème du numéro "L'idée russe : où la chercher et pourquoi est-elle importante pour la culture".

Aujourd'hui, nous parlons de l'idée russe. Et comment cela fonctionne-t-il dans le monde? Chaque pays et chaque nation a sa propre idée ? Philippine, brésilienne, kenyane?

Les pays qui ont leurs propres idées sont, en règle générale, les pays qui créent des empires, unissent de grands espaces ou sont très flamboyants, brillants et profonds. C'est-à-dire que tous les pays et tous les peuples n'ont pas une idée. Dans ce cas, par exemple, les Juifs n'ont pas eu d'État depuis deux mille ans, mais il y a toujours eu une idée juive. Les civilisations ont toujours leur propre idée. Il est important de comprendre que l'idée russe est l'idée d'une civilisation. Il y a beaucoup moins de civilisations que de pays. Parfois, les grandes civilisations ont une petite idée, et les petites nations une grande idée. 

L'idée brésilienne est bien là, elle est liée à une certaine réfraction de l'idée portugaise. C'est le sebastianismo, la saudade, dont les poètes Fernando Pessoa et Teixeira de Pescoaes ont parlé à merveille... Mais il n'y a pas d'idée kenyane. Mais il y a une idée africaine en Afrique. Et les différentes civilisations africaines portent en elles, si l'on peut dire, les germes des idées. Dans ma Noomachie, je ne faisais qu'explorer les idées de civilisations dans différentes parties du monde, chez différents peuples.

Il est stupide de mesurer la qualité des idées par les indicateurs du PIB ou le niveau de développement technique. Pour se vanter, pour dire: nous avons l'iPhone et l'intelligence artificielle. S'il est nécessaire d'en avoir de l'artificiel, c'est que le naturel ne vaut pas grand chose... L'iPhone n'est pas une idée ! Il peut être remplacée par un ensemble de capacités techniques. Une idée qui se cache dans la jungle de ces objets techniques n'est, en règle générale, que quelque chose de chétif, d'insignifiant. Une idée est une réalité extrêmement subtile, délicate, sublime. Il y a des choses dont on ne doit parler qu'en choisissant soigneusement ses mots et son intonation. Et lorsque nous prononçons le mot "idée", tout comme lorsque nous entendons le mot "Dieu", le mot "mort", "bonté", "beauté", nous devons nous recueillir intérieurement.

9788898809615.jpgComment les idées des civilisations diffèrent-elles? En termes d'échelle, de contenu?

Je pense tout d'abord que les idées diffèrent par leur beauté. L'ampleur d'une idée vient de sa saturation en beauté et en bien. L'idée russe est belle, bonne et vraie. Elle a les propriétés de l'esthétique métaphysique, car elle n'est pas utilitaire. Le peuple russe n'est ni pragmatique ni individualiste. Les Russes ne sont pas motivés par la survie. L'idée russe est une idée vitale, ni forcée ni abstraite. Il fait partie de ce qui fait que notre sang circule dans nos veines. L'âme fait d'un Russe un Russe. Pas une ligne dans un passeport, pas des caractéristiques extérieures. 

Si nous demandons respectueusement, que portez-vous en vous, l'idée russe? Peut-être entamera-t-on alors une conversation avec nous - une conversation historique, culturelle, interne. Il nous parlera des anciens Slaves, de leurs coutumes, de leurs rituels, de leurs liens avec les autres peuples, puis de ce qu'il a gagné lors de la formation de l'État russe dirigé par les Varègues, et enfin la conversation se poursuivra sur la période dite de Kiev. Puis quelque chose est arrivé à l'idée russe, il y a eu un éclatement de l'État kiévien en principautés. Et l'idée russe via "Le conte de la campagne d'Igor", par son auteur parle de la nécessité de s'unir face aux Polovtsiens à tous les princes russes. Ils ne l'ont pas écouté, et en conséquence, la Russie est tombée sous la coupe des Mongols. Mais savoir si l'idée russe a été sauvée ou perdue grâce à elle est une question extrêmement complexe. Certains peuples n'ont pas été soumis aux Mongols et ont disparu, mais d'autres, au contraire, l'ont été et ont connu par la suite un énorme succès.

Nous sommes sortis de l'ombre de la Horde au 15e siècle et avons proclamé le Royaume de Moscou au 16e siècle. Notre idée russe s'est revêtue d'une pourpre impériale et a pris la forme de Moscou comme Troisième Rome. Plus tard, il entre dans les terribles épreuves de la période des troubles et les surmonte grâce à l'élection des Romanov. Puis le schisme de l'église divise l'idée russe en deux. C'est une tragédie. À partir de cette époque, les Russes sont en quelque sorte devenus schizophrènes. Deux voix qui ne cessent de s'affronter : nous avons la moitié de Moscou et celle de Saint-Pétersbourg, l'orthodoxie et les vieux croyants, le slavophilisme et l'occidentalisme ...

L'histoire de la maladie de l'idée russe commence. Les slavophiles l'offrent pour guérir, pour restaurer l'unité perdue à l'époque de Petrovsky, tandis que les Occidentaux disent qu'il n'y a pas besoin d'une idée russe du tout.

Nous sommes entrés dans le XXe siècle dans une plus large mesure avec les slavophiles - c'est l'âge d'argent, nous avons commencé à sentir la présence slavophile dans la philosophie religieuse russe.

440px-Dostoevskij_1876.jpg

Et soudain, une autre catastrophe - les bolcheviks arrivent au pouvoir, porteurs d'une idéologie incroyable - et non occidentalisée ou slavophile. Il semblerait qu'il n'y ait plus rien de russe. Mais soudain, contrairement à tout, une partie importante du peuple russe reconnaît l'idée russe... dans le communisme.

Après la destruction de l'Union soviétique, une idée entièrement occidentalisée et libérale nous est parvenue, qui est incompatible avec l'idée russe. En 1991, une "idée non russe" prévalait dans notre pays, qui disait: tout ce qui est russe - la droite et la gauche, le rouge et le blanc - est inutile, nous n'avons pas de manière spéciale, il n'y a pas d'idée russe ! Tout ce qui était russe dans les années 90 ne subissait que moquerie.

En 2000, Poutine est arrivé et a dit: non, nous étions pressés, revenons à la réalité. Et bien que l'élite ait continué à se moquer de l'idée russe et continue encore maintenant, mais le peuple lui-même a commencé à élever la voix, celle de l'idée russe dont il a besoin. Un besoin vital... Et chaque fois qu'il y a eu un soupçon de sa manifestation - en 2008 dans le Caucase, en Crimée, dans le Donbass, pendant le printemps russe, lors de la victoire en Syrie, lors du prochain cycle de conflit avec l'Occident - les gens ont réagi de manière très vive. L'idée russe nous donne des signes qu'elle est vivante, même si, oui, elle est réprimée et malade aujourd'hui.

Un point intéressant : l'idée russe ne vit pas dans la population. Si nous interrogeons la population sur cette idée, nous entendrons quelque chose d'indéchiffrable: l'un veut une pension plus importante, et l'autre dit avoir mal aux dents ... Mais si nous voyons les personnes derrière la population, nous obtiendrons une réponse complètement différente. Où se trouve la population et où se trouve le peuple ? En une seule et même personne. Ce sont deux faces de notre être: l'une profonde et authentique, l'autre superficielle, momentanée. La population a besoin d'avantages sociaux - une carrière, une satiété, des ascenseurs sociaux. Mais les gens répondent à des impulsions immatérielles tout à fait différentes. Par conséquent, le peuple dit : nous ne voulons absolument pas de l'idée libérale, que l'élite nous impose.

Si nous mettons tout cela ensemble, nous pouvons voir l'incroyable histoire de l'idée russe, comment elle a traversé les générations. L'idée russe n'est pas notre création, mais ce qui nous crée. L'idée à travers l'histoire crée un peuple avec ses paradoxes, ses problèmes, ses tragédies, ses guerres, ses souffrances, ses réalisations, sa fierté.

Y a-t-il d'autres composantes indispensables à une idée civilisationnelle et spécifiquement russe que la beauté ? L'énergie, peut-être ?

Soit l'idée est vivante, soit elle ne l'est pas. Si une idée doit être branchée dans une prise, c'est un aspirateur, au mieux un ordinateur, mais pas une idée. Platon a une formule: les idées flottent ou meurent. Une idée est ce qui nous fait. Il s'agit de notre langue, de notre culture, de nos souffrances, de nos péchés, de notre justesse, de nos erreurs et de nos choix. Nous sommes une partie organique de cette idée.

Quand les libéraux disent qu'une telle chose n'existe pas, ils la tuent comme ça. Il n'y a pas de position neutre dans ce sens. Il ne s'agit pas d'un jeu de devinettes: c'est ou ce n'est pas le cas. Il est très important de dire, "Soi !" - car c'est un acte de création spirituelle. Si nous disons "oui !" à l'idée russe, elle existe. Elle nous répond "oui" aussi. Et puis il y a les gens. Et donc... une population...

trinity-lavra-of-st-sergius-monastery-sergiev-posad-zagorsk-wernher-krutein.jpg

L'idée russe telle que vous la concevez est-elle monolithique ou existe-t-il différentes variantes de son développement ?

Je ne pense pas que quiconque puisse prétendre avoir le monopole de l'idée russe. Ici, l'essentiel est de reconnaître son existence. Parce que pour certaines personnes, l'idée russe possède une existence propre, et pour d'autres, elle est le produit d'une construction (elle sera telle que nous la construirons). Je m'adresse à ceux qui considèrent que l'idée russe existe, et nous lisons différents visages de l'idée russe dans l'histoire de la Russie. Mais si l'on considère que l'idée russe est un produit de la créativité intellectuelle, c'est-à-dire qu'elle est secondaire et représente une superstructure sur quelque chose de matériel, dans ce cas l'idée se transforme en un simulacre.

Si nous croyons que l'idée russe est, alors nous croyons que c'est le peuple, parce que l'idée russe est notre âme. Dans ce cas, il y a, bien sûr, de nombreuses versions. Les personnes qui se considèrent comme faisant partie du peuple, répondant à la question sur l'idée russe, donneront différentes formulations, mais le point commun sera l'intonation, le ton. Il s'agit d'une dispute entre Russes sur l'idée nationale, comme dans Les frères Karamazov de Dostoïevski, par exemple. Chaque Karamazov, chaque personnage est une version différente de l'idée russe. Là, même chez Smerdiakov, il y a un aperçu, bien que déformé, de l'idée russe. Dostoïevski est un écrivain tellement russe qu'il ne peut dépeindre rien de non-russe. Tout ce qu'il écrit devient russe dans son âme russe. Même lorsqu'il dépeint des maniaques et des crapules: il a à la fois le vice et la sainteté russes. C'est un espace d'amour pour le russe et d'acceptation du russe, c'est la musique de l'idée russe.

Mes connaissances, Youri Mamleev et Edouard Limonov, qui sont aujourd'hui décédés, ont malheureusement décidé dans leur jeunesse que les communistes, ici en URSS, étaient horribles, alors ils ont tous deux décider d'aller à l'Ouest, où il y a la liberté et où ils pourront écrire librement. Lorsqu'ils sont arrivés là-bas, ils ont vu que la Russie dans n'importe quel état, même communiste, ce qu'ils n'aimaient pas, était leur destin et que l'Occident ne leur appartenait pas. Cela va plus loin que le fait d'aimer ou de ne pas aimer l'idéologie, que le régime politique leur convienne ou non. La Russie est l'essence de Mamleev, de Limonov, de vous, de moi, de toute personne russe. Qui que nous soyons, fondamentalistes orthodoxes religieux ou agnostiques laïques, le Russe vit dans les deux, dans le saint et dans le pécheur. Et ceci constitue notre unité.

Les libéraux ne peuvent pas avoir l'idée russe, car pour leur philosophie la mesure de toutes choses est l'individu. L'individu dans l'idéologie libérale est une personne, dépouillée de tout lien avec l'identité collective. Il a d'abord été séparé de l'église par la réforme protestante, puis des domaines médiévaux traditionnels, il est devenu un individualiste bourgeois, puis il a été libéré des frontières nationales, est devenu un cosmopolite, et aujourd'hui, il s'est également libéré de l'identité sexuelle. Parler d'une version libérale de l'idée russe est donc une contradiction dans le sujet. L'idée russe communiste ou nationaliste est une construction douteuse, mais l'idée libérale est une contradiction ouverte.

cc6c8f842261388f3256781f3fdbf65e--russian-beauty-russian-style.jpgSi les nationalistes russes ont une idée de la Russie, elle est extrêmement déformée : les Russes ont toujours vécu dans un État poly-ethnique, lit-on chez Lev Goumilev. Nous n'avons jamais été purement slaves sur le plan racial, nous avons toujours eu des injections génétiques turques, finno-ougriennes et autres. Le nationalisme russe est un phénomène artificiel, presque aussi non-russe que le libéralisme.

Et les communistes russes ont un lien encore plus douteux avec l'idée russe, essayant de combiner le désir russe de justice et de bonne société avec les idéaux du communisme. Je pense que c'est une faiblesse intellectuelle, mais en même temps, il est impossible de nier un certain lien entre la période soviétique et l'idée russe. Mais cela ne parle que de la force du début russe, qui est capable de digérer même le marxisme, l'internationalisme et le matérialisme russophobe.

Et donc quand on écarte ces trois versions (libéralisme, communisme et nationalisme), qu'on sort les poubelles de la Russie, tous les autres vecteurs pour retrouver l'idée russe, tout ce qui est construit sur un amour sincère pour le peuple russe, qui vient d'une lecture attentive de l'histoire russe - est tout à fait possible. L'idée russe ne prétend pas coïncider exactement avec l'eurasisme, le slavophilisme, l'orthodoxie, mais elle énonce clairement ce qui lui est étranger.

Et maintenant, au-delà des idéologies politiques modernistes purement occidentales (libéralisme, communisme et nationalisme), nous pouvons voir : l'énorme richesse de la pensée orthodoxe russe, la tradition byzantine, une ontologie holistique (globale) particulière, la philosophie religieuse russe qui n'était pas strictement slavophile, l'âge d'or de Pouchkine, Dostoïevski et Tolstoï.

Nous verrons l'âge d'argent russe, qui a également vécu l'idée russe. Aucun des génies de l'âge d'argent - Merejkovski, Tsvetaeva, Rozanov, Sergueï Boulgakov, Florensky, n'importe qui d'autre - ne fait partie des libéraux, des communistes ou des nationalistes. Ils sont les découvreurs et les explorateurs de continents entiers et originaux de la pensée russe. Quel dommage que ces domaines de l'esprit soient négligés aujourd'hui. Pourquoi sont-ils négligés ? Parce que nous parlons et discutons tout le temps de l'économie, de la façon dont l'Union soviétique était bonne ou mauvaise. Mais il ne s'agit pas du tout de ça... Et lorsque nous sommes dans une frénésie constante de disputes sur les mauvaises choses, tout ce qui est présent nous semble insignifiant.

Nous ne voyons pas, par exemple, que l'eurasisme n'est pas un dogme ou un canon, mais simplement une invitation à penser au-delà de certains clichés ; c'est un développement ultérieur de la pensée slavophile. Donnons à la société la possibilité de suivre à nouveau ces chemins: les slavophiles, les eurasiens, les philosophes religieux russes, le chemin de Dostoïevski, ou encore le chemin controversé, mais important, de Tolstoï, le chemin de l'âge d'argent... Mais où sont les Tolstoi russes d'aujourd'hui? Au lieu de cela, on trouve des partisans du développement de l'IA, des propriétaires d'iPhone 12 et des journalistes qui fulminent à propos de choses auxquelles ils ne comprennent absolument rien. Une fois que nous aurons effectué cette opération cruciale de démantèlement de la pensée politique hégémonique, colonialiste impérialiste occidentale imposée de l'extérieur, nous découvrirons une étendue gigantesque de la pensée russe.

Ai-je bien compris que l'idée russe peut être suivie dans n'importe quel système d'État?

Et ce n'est pas une question à l'idée russe, c'est une question à un système. Un système définit sa propre attitude à son égard. Par exemple, dit : je suis d'accord avec cela - et ce sera un système politique ouvert à l'idée russe, et cela se verra mieux à travers elle. La formation peut dire : je ne vous connais pas, vous, l'idée russe, partez. Cela ne signifie pas que l'idée russe va disparaître. Mais alors l'ordre s'y opposera. La formation peut dire: "Je suis l'idée russe", elle manquera la cible et se révélera être une parodie, une simulation. Il s'agit d'une question très subtile. Notre État et notre peuple sont loin d'être des coïncidences...

L'idée russe, ainsi que tous les êtres vivants, est mobile. Il ne disparaît pas, même là où nous ne le voyons pas. Et dès que nous essayons de la réparer, nous créons une effigie de l'idée russe, un simulacre. À l'époque de Pierre, l'État russe devient soudainement non russe. Mais lorsqu'il semble qu'il sera occidental, non russe jusqu'à la fin des temps, tout change à nouveau - au XIXe siècle, sous le règne de nos derniers tsars, il redevient soudain de plus en plus russe. Ou l'Union soviétique - il semble impossible de penser à quelque chose de plus anti-russe, mais la russeité germe ici aussi : collectivisme, absence d'individualisme, héroïsme, désir de construire un grand État, justice sociale, rejet de l'Occident ... C'est également un trait russe. L'Occident impose, dit : vous devez être comme nous ; il n'y a pas d'autre idée - et votre idée est "particulière". Nous, les Russes, nous nous entêtons à toutes les époques à essayer d'échapper à ce qui est imposé par l'Occident. Nous nous perdons presque, mais... nous nous retrouvons en fin de compte.

1456547811790102.jpg

Quoi qu'il en soit, je dois dire que la forme d'État que nous avions dans les années 90 était ouvertement russophobe, anti-russe... Elle était dirigée contre l'idée russe, contre le peuple russe. Mais Poutine, qui n'a pas changé le régime, a changé son contenu, sa référence. Tout, semble-t-il, est resté le même, mais il y avait beaucoup plus de russe. Pas encore assez, même critiquement peu, mais beaucoup plus...

Et pourtant, ce qui vient de l'État ressemble davantage à une construction, un simulacre.

Tout à fait. L'État feint en quelque sorte l'idée russe - il suffit de regarder les caractéristiques physionomiques des personnes en charge de la politique intérieure. Quelle idée russe? Regardez cette série de portraits ! Mais leur cycle est un Geschäft mesquin, l'élite des temporaires a une courte durée de vie, alors que l'idée russe a une longue durée. Par conséquent, les gens peuvent percevoir cette construction d'une manière complètement différente, tout comme le communisme a été réinterprété, ils peuvent également réinterpréter ce simulacre. Bien sûr, nous voyons un faux, un malentendu dans le visage du patriotisme russe moderne, mais il ne fait pas appel à une instance neutre, pas à un vide à partir duquel tout peut être moulé. Dans les profondeurs de la société, le peuple dort. Et ce peuple qui réagit à certains signes - la Crimée est à nous, le printemps russe, le monde russe - entend quelque chose de complètement différent de ce que disent les responsables qui tentent de résoudre leurs problèmes immédiats. On ne peut donc pas dire qu'il s'agit d'un simulacre complet. Hegel appelait cela une ruse de l'esprit du monde, du Weltgeist: chaque personne pense agir selon sa propre logique, mais toutes les personnes ensemble n'agissent pas selon leur propre logique. L'idée russe est notre esprit mondial, notre Weltgeist, l'esprit de l'homme russe conciliaire. De nombreux facteurs indiquent que l'idée russe a profité du simulacre plutôt que l'inverse.

Dans votre livre sur la géopolitique, la Russie apparaît comme un "collectionneur d'empire". Pensez-vous qu'un tel point de référence soit réalisable si, selon Heinrich Jordis von Lohausen, on "pense en millénaires et en continents"?

Un empire est simplement une organisation de territoires supranationaux. Et l'Union européenne d'aujourd'hui est en quelque sorte un empire. L'Union soviétique était un empire, le monde centré sur l'Amérique est également un empire, et la Chine est un empire, car elle n'est pas seulement un État-nation. Si l'on parle de l'empire comme d'un système supranational de contrôle, c'est une merveilleuse façon d'organiser la société. Une autre chose est que l'empire est le contraire de l'impérialisme. L'impérialisme est l'imposition d'un seul modèle à l'échelle mondiale, tandis que l'empire est la création d'une sorte d'instance qui pourrait contrebalancer les groupes les plus divers - ethniques, religieux, sociaux, culturels, unifier des espaces, harmoniser des mondes entiers... Ainsi, le destin de la Russie est sans aucun doute d'être un empire. Mais un empire d'un nouveau type: démocratique, polycentrique, multipolaire, ne prétendant pas à l'unicité, et autorisant d'autres empires - chinois, islamique, européen, africain, latino-américain...

lundi, 30 août 2021

Kaboul aujourd'hui signifie la fin de l'impérialisme. Nous n'avons plus besoin de l'OTAN

unSPamnamed.jpg

Kaboul aujourd'hui signifie la fin de l'impérialisme. Nous n'avons plus besoin de l'OTAN

Entretien avec le diplomate italie Sergio Romano

Propos recueillis par Umberto De Giovannangeli

Source : Il Riformista & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/kabul-e-la-fine-dell-imperialismo-noi-non-abbiamo-bisogno-della-nato

"Kaboul est la fin de l'impérialisme, de l'occupation de l'Afghanistan, illimitée dans le temps", a déclaré l'ancien ambassadeur Romano.

sergio-romano-il-rischio-americano-9788830420205-3-197x300.jpgLes leçons sont toujours les bienvenues lorsqu'elles sont données par des "professeurs" qui ont maîtrisé le sujet avec sagesse et avec une réelle indépendance politique et intellectuelle. Une leçon d'histoire et de géopolitique. Il s'agit de celle accordée à Il Riformista par l'un des analystes les plus autorisés en matière de politique étrangère, un profond connaisseur de la "planète USA", ainsi que de celle de la Russie : l'ambassadeur Sergio Romano. Au cours de sa longue et prestigieuse carrière diplomatique, il a été, entre autres, ambassadeur auprès de l'OTAN et ambassadeur à Moscou (1985-1989), dans l'Union soviétique de l'époque. Il a été professeur invité à l'Université de Californie et à Harvard, et a enseigné aux Universités de Pavie, Sassari et Bocconi à Milan. Parmi ses nombreux écrits, citons, à propos de l'Amérique, Il rischio americano (Longanesi, 2003) ; Il declino dell'impero americano (Longanesi, 2014) ; Trump e la fine dell'American dream (Longanesi, 2017).

En août 2019, l'ambassadeur Romano a écrit un article pour le Corriere della Sera qui, à la lumière des événements actuels, a une sorte de valeur prophétique, et cela, dès le titre: "Afghanistan, la guerre inutile". Et les risques du retrait américain. "Les 18.000 soldats que le président Trump veut retirer d'Afghanistan sont présents dans la région depuis 18 ans. Ils sont arrivés en octobre 2001, avec quelques milliers de soldats européens, lorsque le gouvernement américain, après l'attaque terroriste d'Al-Qaïda contre les tours jumelles, a demandé au gouvernement de Kaboul d'extrader son chef, Oussama ben Laden, qui avait trouvé refuge dans le pays. Les Afghans ont invoqué le devoir sacré d'hospitalité et les forces américaines ont répondu en envahissant l'Afghanistan. Ils ont gagné rapidement sur le terrain, mais ont dû se rendre compte qu'une victoire militaire dans les montagnes de l'Afghanistan peut être illusoire. Les Britanniques et les Russes l'avaient déjà appris lorsqu'ils se sont disputé le pays au XIXe siècle, dans un jeu qui a duré plusieurs décennies et qui a été appelé le "grand jeu". Les Soviétiques l'ont également appris lorsqu'ils sont intervenus militairement en 1979...". L'Amérique avait l'intention de participer à ce "grand jeu". En perdant.

Fuite, trahison, reddition de l'Ouest. Beaucoup se sont aventurés à définir les événements en Afghanistan. Ambassadeur Romano, quelle est votre clé d'interprétation?

Je ne veux pas aller trop loin, mais je pense que pour comprendre les événements d'aujourd'hui, il est bon de remonter dans le temps, dans ce cas à l'époque des empires coloniaux qui ont caractérisé l'histoire des États-Unis et de l'Europe pendant de nombreuses décennies. Aujourd'hui, les empires coloniaux sont en train de disparaître. Ces empires n'ont plus aucune raison d'exister. Mais un certain désir de continuer à récupérer les pouvoirs perdus existe toujours dans les sociétés politiques des États-Unis, de l'Europe, de l'Occident en général. Il y a toujours une tentative de récupérer les espaces perdus. L'Afghanistan est donc devenu, pour ainsi dire, le morceau le plus convoité, notamment en raison du grand désordre qui y a toujours régné. Tout cela a ouvert des perspectives. Cela dit, il faut se demander si tout cela avait un sens dès le départ. Parce que, franchement, à l'époque des empires coloniaux, cela avait un sens: il y avait une compétition, cette compétition était en quelque sorte justifiée par les relations internationales et aussi dans certains cas par des considérations purement économiques, c'est-à-dire qu'il y avait là quelque chose qui pouvait être utile aux divers protagonistes en place et donc ils ont tous essayé de mettre la main dessus. Dans cette affaire afghane, il y a une note de contre-temps, ce qui la rend parfois même un peu ridicule. Ce jeu de l'impérialisme défunt....

8830439924SRam9788830439924-195x300.jpgEn Europe, et aussi dans notre pays, un doigt accusateur a été pointé sur Joe Biden. Et maintenant, Trump a rejoint le mouvement. Considérez-vous le président américain comme un "traître" pour les Afghans ?

Non. Au contraire, cela me suggère une autre considération qui concerne les États-Unis en particulier. Je dis cela parce que je ne me souviens pas d'une autre situation dans laquelle un président américain a été une victime de ce genre, esclave de motifs strictement électoraux. Une petite élection qui se profile à l'horizon, une visite dans un endroit où il y a des gens qui, je l'espère, voteront pour moi aux prochaines élections, mais je sais qu'ils ont ce désir particulier, cette fixation particulière... Bref, non seulement les États-Unis font partie des pays qui, d'un point de vue impérial, sont les plus menacés, parce qu'ils sont en train de perdre ce qu'ils avaient, si, du moins, on pouvait considérer qu'ils possédaient réellement l'Afghanistan, mais, de plus, ils sont aussi très conditionnés par des considérations purement électoralistes. Et les considérations de cette nature produisent d'autres difficultés et problèmes. C'est ainsi et ce sera encore le cas pendant un certain temps.

En parlant de ça, précisément. Il y a vingt ans, l'intervention militaire en Afghanistan était justifiée comme un acte nécessaire dans la guerre contre le terrorisme, après l'attaque des tours jumelles. Maintenant, Biden, s'adressant en rafale au peuple américain, prétend que cet objectif a été atteint avec l'expulsion d'Al-Qaïda d'Afghanistan et l'élimination d'Oussama Ben Laden. Mais si c'est le cas, que faisons-nous dans ce pays depuis tout ce temps ?

Ici aussi, il faut revenir une fois de plus à ce problème de la crise des empires coloniaux. Lorsque les empires coloniaux sont devenus plus acceptables qu'ils ne l'avaient été dans le passé mais davantage critiqués par une partie de l'opinion publique, il est arrivé que de nombreux pays tentent de leur donner une couverture sublime en disant qu'ils étaient des pays de bons maîtres philanthropiques, qu'ils aideraient les générations futures de leurs citoyens coloniaux à devenir des citoyens modernes. Nous nous sommes tous, d'une manière ou d'une autre, promus ainsi en tant que maîtres, en tant qu'enseignants généreux dans un monde colonial, comme pour racheter notre passé de colonialistes et, en même temps, pour préserver une présence, parce que c'était ce qui était vraiment prévu. Et donc nous constatons ces situations, où les gens justifient leur présence ou leur désir d'être présents, avec un bel alibi moral. Ce en quoi il faut croire, ce sur quoi il faut parier ces jours-ci est plutôt limité, mais quant au sujet de notre conversation, je dirais que cette condescendance post-colonialiste est ce qui s'est réellement passé, et cela, permettez-moi d'ajouter, en regardant ces vingt années.

519YWQ7XUYL._SX336_BO1,204,203,200_.jpgEn parlant d'empires. L'Afghanistan a été appelé, historiquement, "le cimetière des empires". Est-ce aussi le "cimetière" de l'OTAN ?

J'avoue qu'il ne faut jamais dire oui d'avance à quelque chose que l'on veut mais qui ne s'est pas encore réalisé. Parce que franchement, si cela devait se produire, je dirais tout d'abord que cela découle d'une certaine logique. Parce que l'OTAN aussi est dans une situation similaire à certains égards, d'un point de vue politique et moral, à ce que je vous disais tout à l'heure, c'est-à-dire similaire à ces empires qui se promeuvent comme enseignants, missionnaires, savants. L'OTAN est également à la recherche d'un rôle international. Avec la fin de la guerre froide, l'OTAN aurait dû se retrouver dans la catégorie des organisations internationales au chômage. Et comme à un certain moment, certaines personnes, même de bonne foi, ont pensé qu'après tout, l'OTAN représente encore un lien de l'Europe avec les États-Unis qu'il ne serait pas prudent de gâcher, il y a donc cette tentative de l'OTAN de se réévaluer, de démontrer qu'elle a encore un but, une certaine utilité. Je regarde surtout vers nous, vers l'Europe, parce qu'en Europe il y a des pays et des groupes sociopolitiques qui raisonnent en ces termes sur l'OTAN. Ce discours de revalorisation de l'OTAN en ces termes présente un inconvénient extraordinaire pour nous, Européens. Parce que cela nous fait oublier que le prochain mouvement de l'Union européenne devrait être de reconstruire la CED, la Communauté Européenne de Défense, qui avait été par la suite torpillée par le Parlement français. Nous devons faire revivre la CED. Elle ne s'appellera plus comme ça, elle s'appellera l'Union européenne de défense ou quelque chose comme ça. Nous n'avons plus besoin de l'OTAN. Nous avons besoin de l'Union européenne de défense (UED).

En Italie, un débat s'est ouvert sur le fait de négocier ou de ne pas négocier avec les Talibans. Entre-temps, le directeur de la CIA a rencontré le chef des talibans à Kaboul il y a quelques jours. Comment dire? N'y a-t-il pas un peu d'hypocrisie dans tout ce tapage?

Je dois dire que le réalisme finit toujours par l'emporter. Et même ceux qui se sont exposés en déclarant qu'il était impossible de parler aux talibans finiront tôt ou tard par dire qu'il faut parler aux talibans. Il s'agit d'un type de logique qui présente de nombreux inconvénients. Car lorsque vous parlez à une organisation qui est si éloignée de ce que nous considérons comme la démocratie politique, ou l'État de droit, ou encore l'égalité des sexes, etc., c'est comme si vous l'aviez promue, autorisée à exister. J'avoue que cela me dérange un peu. L'idée que nous devions parler à ces gens m'agace. Bien sûr, chacun a sa propre justification pour exister, mais parler à ceux qui, à moins de changer d'avis, continueront à être ce qu'ils ont toujours été, eh bien, c'est vraiment difficile à accepter. Ils sont la négation de tout ce que nous considérons comme utile pour le plus grand nombre de personnes possible. Ils sont exactement le contraire. Parce que les Talibans ne sont pas une formation politique. Ce sont des "missionnaires". Et raisonner avec les missionnaires n'est jamais facile, et parfois c'est même carrément  inutile.

mardi, 24 août 2021

Dictature du libéralisme 2.0 - une conversation avec le Prof. Alexandre Douguine

2581_duginden-turkiye-yorumu_0.jpg

Dictature du libéralisme 2.0 - une conversation avec le Prof. Alexandre Douguine

Propos recueillis par Manuel Ochsenreiter

Ex: https://www.geopolitica.ru/pl/article/dyktatura-liberalizmu-20-rozmowa-z-prof-aleksandrem-duginem

Note de la rédaction: Cet entretien date de juin 2021 et est l'un des derniers recueillis par Manuel Ochsenreiter, décédé à l'âge de 45 ans en ce mois d'août 2021.

Trump était et reste un représentant du libéralisme 1.0. Dans votre dernier essai, vous parlez du "libéralisme 2.0". Le libéralisme est-il en train de changer de cette manière ?

- Bien sûr ! Toute idéologie est sujette à des changements permanents, y compris le libéralisme. Nous assistons actuellement à une transformation radicale du libéralisme. Il devient encore plus dangereux et destructeur.

Comment évaluez-vous ce changement ?

- Nous assistons à une sorte de "rite de passage". Je crois que les circonstances dans lesquelles le mandat de Donald Trump, renversé par l'élite mondialiste représentée par Joe Biden, a pris fin en sont le symbole. Ce "rite de passage" est incarné par les parades de la gay pride, les rébellions BLM, l'omniprésence du phénomène LGBT, la montée mondiale du féminisme sauvage et l'arrivée spectaculaire du posthumanisme et de la technocratie extrême. Derrière le rideau de ces phénomènes, de profonds processus intellectuels et philosophiques se produisent. Et ce sont ces processus qui influencent la culture et la politique.

Vous écrivez sur la "solitude" du libéralisme...

- Le libéralisme contemporain s'est débarrassé de ses opposants avec l'effondrement de l'Union soviétique. C'est dangereux pour cette idéologie, car son élément essentiel est la démarcation par rapport aux autres. Dans ma quatrième théorie politique, je définis le libéralisme comme la première théorie combattant deux ennemis - le communisme (la deuxième théorie) et le fascisme (la troisième théorie). Tous deux ont remis en question le libéralisme, qui se considérait comme la doctrine la plus moderne et la plus progressiste. Dans le même temps, le communisme et le fascisme ont tous deux revendiqué des ambitions analogues. En 1990, les deux ont été vaincus. Cette période est communément appelée le "moment unipolaire" (Charles Krauthammer) et prématurément - comme nous le savons maintenant - proclamé par Francis Fukuyama "la fin de l'histoire". Dans les années 1990, il semblait que le libéralisme n'avait plus d'opposants. Les petits mouvements de droite et de gauche antilibéraux qui fleurissaient alors, ainsi que les cercles dits nationaux-bolcheviques, ne représentaient pas un défi sérieux pour elle. L'absence d'"ennemis" signifiait pour le libéralisme une crise de son identité. C'est ce que je veux dire quand j'écris sur sa "solitude", en aucun cas dans un sens mélancolique. Par conséquent, la transformation vers le libéralisme 2.0 avec une charge de "nouvelle énergie" était en fait inévitable.

04mounk-WEB-superJumbo.jpg

En quoi consistait-il ?

- L'adversaire a dû être réactivé. Au départ, les formations faibles et illibérales, que l'on pourrait qualifier de nationales-bolcheviques, ont été placées dans ce rôle, bien qu'elles ne se soient pas définies de cette manière. Aujourd'hui, pour plus de facilité, nous pouvons décrire les divisions politiques basées sur l'opposition du camp mondialiste (libéralisme 2.0) et des anti-mondialistes. Nous devons également nous rappeler que le libéralisme 1.0 ne sera pas réformé, mais qu'il deviendra lui aussi l'ennemi du libéralisme 2.0. Nous pouvons probablement même parler ici d'une certaine mutation. Après tout, il existe encore des libéraux de l'ancien type qui sont plus proches du camp altermondialiste, qui rejettent l'individualisme illimité, hédoniste et total du libéralisme 2.0.

Donc les libéraux vont s'en prendre aux libéraux ?

- Le libéralisme 2.0 peut être considéré comme une sorte de cinquième colonne au sein du libéralisme. Ce nouveau libéralisme est brutal et impitoyable, ne suppose aucune discussion, élimine tout débat. Il s'agit de la "culture de l'annulation" (cancel culture), qui stigmatise les opposants et les élimine. Les "vieux" libéraux en sont également victimes, comme cela se produit régulièrement en Europe. Qui sont les victimes de la culture de l'annulation ? Sont-ils fascistes ou communistes ? Non, la plupart d'entre eux sont des artistes, des journalistes et des écrivains qui s'inscrivaient dans le courant dominant et qui sont soudainement attaqués. Le libéralisme 2.0 les frappe avec un marteau de forgeron.

Votre pays, la Russie, est aujourd'hui, sous la présidence de Vladimir Poutine, considéré comme le grand adversaire du mondialisme...

- La renaissance de la Russie de Poutine peut être considérée comme une combinaison de stratégies politiques anti-occidentales de style soviétique et de nationalisme russe traditionnel. D'autre part, le phénomène Poutine reste une énigme, même pour nous, Russes. En effet, on peut voir des éléments "nationaux-bolcheviques" dans sa politique, mais il y a aussi de nombreux filons libéraux. Cela s'applique aussi en partie au phénomène de la Chine. Là aussi, nous voyons un communisme chinois unique en son genre, mélangé à un nationalisme chinois bien distinct. Des tendances similaires peuvent également être observées dans le populisme européen, où la distance entre la gauche et la droite disparaît de plus en plus rapidement et conduit à des coalitions gauche-droite aussi symboliques qu'en Italie: je pense à la coopération entre la Ligue, populiste de droite, et le Mouvement 5 étoiles, populiste de gauche. Nous voyons la même chose dans la rébellion contre le président Emmanuel Macron par le mouvement des gilets jaunes en France, dans les rangs duquel les partisans de Marine Le Pen et de Jean-Luc Mélenchon luttent côte à côte contre le centre libéral.

Les alliances gauche-droite que vous avez mentionnées n'ont existé que pendant une courte période, succombant souvent à des conflits internes plus aigus que ceux qui ont consumé le centre libéral...

- C'est un problème essentiel. Étant donné que ce type de coalitions représente la plus grande menace pour le libéralisme 2.0, il doit constamment les combattre, les réduire et les infiltrer. Chaque fois qu'il y a un conflit entre la gauche altermondialiste et la droite altermondialiste en Europe, les partisans du libéralisme 2.0 ne cachent même pas leur joie. En outre, nous constatons que les factions mutuellement opposées du centre ont tendance à travailler ensemble. Je pense que cela se produit dans tous les pays européens. Ainsi, le mondialisme fragmente le camp de ses opposants et empêche l'émergence d'alliances potentiellement fortes.

À quoi pourraient ressembler de telles alliances ?

- Si Poutine en Russie, Xi Jinping en Chine, les populistes européens, les courants islamiques anti-occidentaux, les courants anticapitalistes d'Amérique latine et d'Afrique étaient tous conscients qu'ils ont un adversaire idéologique commun sous la forme du mondialisme libéral, ils pourraient accepter une formule commune de populisme intégral gauche-droite, ce qui augmenterait la force de leur résistance et multiplierait leur potentiel. Pour éviter cela, les mondialistes sont prêts à tout pour empêcher toute évolution idéologique dans ce sens.

donald-trump-study-david-hinds.jpg

Dans votre essai, vous écrivez que Donald Trump est la "sage-femme du libéralisme 2.0". Qu'est-ce que vous entendez par là ?

- Comme je l'ai dit, une idéologie politique ne peut exister sans la distinction ami-ennemi. Il perd alors son identité. Se débarrasser de l'ennemi équivaut à un suicide idéologique. Un ennemi caché et indéfini ne suffisait pas à légitimer le libéralisme. Les libéraux ne disposaient pas d'un pouvoir de persuasion suffisant basé uniquement sur la diabolisation de la Russie de Poutine et de la Chine de Xi Jinping. En outre, reconnaître qu'un ennemi formel, idéologiquement structuré, n'a existé qu'en dehors de la sphère d'influence libérale (démocratie, économie de marché, droits de l'homme, technologie globale, mise en réseau totale, etc.) après l'affirmation du moment unipolaire au début des années 1990 reviendrait à admettre une erreur. Cet ennemi intérieur est donc apparu juste à temps, exactement au moment où il était le plus nécessaire. C'était Donald Trump. Il incarne la différence entre le libéralisme 1.0 et le libéralisme 2.0. Au départ, on a tenté de montrer un lien entre Trump et le Poutine "rouge-brun". Cela a gravement nui à sa présidence, mais était idéologiquement incohérent. Cela n'était pas seulement dû à son manque de relation réelle avec Poutine et à l'opportunisme idéologique de Trump, mais aussi parce que Poutine lui-même est en fait un réaliste très pragmatique. Comme Trump, il est un populiste électoral ; il est aussi plutôt opportuniste, pas vraiment intéressé par les questions de vision du monde. La rhétorique consistant à dépeindre Trump comme un " fasciste " était tout aussi absurde. Le fait que ses rivaux politiques l'utilisent beaucoup trop souvent lui a créé quelques problèmes, mais il s'est également avéré incohérent. Ni Trump lui-même ni son équipe n'étaient composés de "fascistes" ou de représentants d'une quelconque tendance d'extrême droite, marginalisée dans la société américaine depuis de nombreuses années et qui ne survit que comme une sorte de réserve libertaire ou de culture kitsch.

Alors comment classeriez-vous Trump en fin de compte ?

- Trump était et reste un représentant du libéralisme 1.0. Si nous laissons de côté les systèmes qui rejettent l'idéologie libérale dans la pratique politique d'autres pays, il ne nous reste qu'un seul ennemi du libéralisme: le libéralisme lui-même. Pour pouvoir se développer davantage, le libéralisme a donc dû procéder à une sorte de "purge interne". Et c'est Trump qui a symbolisé ce vieux libéralisme. Il a été l'incarnation de l'ennemi dans la campagne électorale de Joe Biden, qui représente le nouveau libéralisme. Biden a parlé d'un "retour à la normale". Il a donc considéré le libéralisme 1.0 - national, capitaliste, pragmatique, individualiste et dans une certaine mesure libertaire - comme "anormal".

Le libéralisme se concentre sur l'individualisme, ou la personne unique. D'autres idéologies parlent de collectivités, de nations et de classes. Et de quoi parle le libéralisme 2.0 ?

- C'est vrai. Le concept de l'individu joue le même rôle dans la physique sociale du libéralisme que le concept de l'atome dans la science de la physique. La société, selon elle, est composée d'atomes/individus, qui constituent le seul substrat empirique et réel de toutes les constructions sociales, politiques et économiques. Tout est réduit précisément à l'individu. C'est le principe du libéralisme. Ainsi, la lutte contre toutes les manifestations de l'identité collective est le devoir moral des libéraux, et le progrès est mesuré par les victoires dans cet affrontement.

Un regard sur les sociétés occidentales révèle qu'il y a eu de nombreuses victoires de ce type...

- Lorsque les libéraux ont commencé à mettre en œuvre ce scénario, malgré leurs nombreux succès dans ce domaine, il restait un élément de communauté, un fragment d'une identité collective oubliée, qui devait également être détruit. Et voilà qu'arrive la politique du genre. Être une femme ou un homme, c'est ressentir une identité collective qui dicte certains comportements sociaux et culturels. Et c'est là le nouveau défi du libéralisme. L'individu doit être libéré du sexe biologique, car celui-ci est encore considéré comme quelque chose d'objectif. Le genre doit devenir entièrement facultatif, une conséquence d'un choix purement individuel. La politique de genre conduit à un changement de l'essence du concept de l'individu. Les postmodernes ont été les premiers à conclure que l'individu libéral est une construction masculine et rationaliste.

bathroomsign.jpg

Se limiter à l'égalisation des chances et des fonctions sociales entre les hommes et les femmes, y compris le droit de changer de sexe, s'est avéré insuffisant. Le patriarcat "traditionnel" survivait encore, définissant la rationalité et les normes. D'où la conclusion que la libération de l'individu ne suffit pas. L'étape suivante implique la libération de l'être humain, ou plutôt "l'être humain" de l'individu. Il est temps de remplacer enfin l'individu par une entité sans distinction de sexe, une sorte d'identité de réseau. L'étape finale consistera à remplacer l'humanité par des êtres terrifiants - machines, chimères, robots, intelligence artificielle et créatures créées par génie génétique. Le passage de ce qui est encore humain à ce qui est déjà post-humain est l'axe du changement de paradigme menant du libéralisme 1.0 au libéralisme 2.0. Trump est un individualiste humaniste qui défend l'individualisme à l'ancienne placé dans un contexte humain. Il a peut-être été le dernier dirigeant de ce type. Biden est un représentant de la post-humanité à venir.

Jusqu'à présent, cela ressemble à une marche légère de l'élite mondialiste sans grand résultat. N'est-ce pas ?

- Il est impossible de rejeter la thèse selon laquelle le nationalisme et le communisme à l'ancienne ont été vaincus par le libéralisme. Le populisme non libéral, qu'il soit de droite ou de gauche, ne peut pas vaincre le libéralisme aujourd'hui. Pour avoir un potentiel suffisant, il faudrait intégrer la gauche illibérale avec la droite illibérale. Les libéraux au pouvoir y sont allergiques et tentent de torpiller à l'avance tout mouvement dans cette direction. La myopie des politiciens de la droite radicale et de la gauche radicale ne fait qu'aider les libéraux à poursuivre leur programme. Dans le même temps, nous ne devons pas oublier le fossé qui se creuse entre le libéralisme 1.0 et le libéralisme 2.0. Il semble que les purges internes au sein du modernisme et du postmodernisme conduisent à une répression brutale et à des représailles contre une autre espèce d'acteurs politiques; cette fois, les victimes sont les libéraux eux-mêmes. Ceux qui ne se reconnaissent pas dans la stratégie de la grande remise à zéro et de l'axe Biden - George Soros, qui ne se satisfont pas de la perspective de la disparition de la bonne vieille humanité, des bons vieux individus, de la liberté et de l'économie de marché. Pour eux, le libéralisme 2.0 n'aura plus sa place. Elle sera post-humaniste et quiconque la remettra en question sera compté parmi les ennemis de la société ouverte. Et nous, les Russes, pourrons alors leur dire: "Nous sommes ici depuis des décennies et nous nous sentons chez nous ici. Bienvenue donc, nouveaux arrivants, dans cet enfer!".

Chaque partisan de Trump et chaque républicain moyen est considéré aujourd'hui comme une personne potentiellement dangereuse, comme nous l'avons été pendant longtemps. Que les libéraux 1.0 rejoignent donc nos rangs ! Il ne faut pas nécessairement être antilibéral, pro-communiste ou ultra-nationaliste pour le faire. Rien de tout cela ! Chacun peut garder ses bonnes vieilles croyances aussi longtemps qu'il le souhaite. La quatrième théorie politique défend une position originale qui repose sur la vraie liberté : la liberté de lutter pour la justice sociale, d'être un patriote, de défendre l'État, l'église, la nation, la famille, et enfin de lutter pour rester humain.

Merci pour l'interview.

Entretien repris par Myśl Polska, No. 25-26 (20-27.06.2021)

jeudi, 19 août 2021

"L'Occident doit se réorganiser complètement en termes de politique étrangère et de politique de développement".

Yalta-International-Economic-Forum-Day-two.jpg

L'Afghanistan après le changement de pouvoir
 
Markus Frohnmaier (AfD): "L'Occident doit se réorganiser complètement en termes de politique étrangère et de politique de développement"

Entretien - Propos recueillis par Lukas Steinwandter

Ex: https://jungefreiheit.de/debatte/interview/2021/frohnmaier-afghanistan-westen-entwicklungspolitik/

En réponse à la prise de contrôle de l'Afghanistan par les Talibans, le gouvernement allemand a suspendu l'aide officielle au développement dans ce pays. À l'origine, 250 millions d'euros avaient été prévus pour l'année en cours. Alors que l'Occident se retire d'Afghanistan, une nouvelle puissance tente d'étendre sa sphère d'influence : la Chine. Nous nous sommes entretenus avec Markus Frohnmaier, porte-parole de la politique de développement pour le groupe parlementaire AfD au Bundestag, sur le sens et le non-sens de l'aide au développement, les solutions régionales possibles pour les flux de réfugiés et la manière dont l'Occident doit réagir à l'influence de la Chine.

Le gouvernement allemand a suspendu son aide au développement en Afghanistan après la prise du pouvoir par les Talibans. Est-ce la bonne décision ?

Frohnmaier : La décision est bonne. L'aide au développement qui affluait auparavant en Afghanistan était déjà plus que douteuse. Des bâtiments construits grâce à l'aide allemande au développement avaient déjà été convertis par les talibans en écoles coraniques avant qu'ils ne prennent le pouvoir et, dans un cas dûment documenté, en casernes pour les guerriers du djihad. Tant qu'un régime terroriste y est au pouvoir, le gouvernement allemand ne doit pas le parrainer par une aide au développement.

Qu'est-ce que le travail de développement a réellement accompli en Afghanistan au cours des 20 dernières années ?

Frohnmaier : Si vous regardez les résultats : Rien du tout, car les talibans en récoltent maintenant les fruits. Entre-temps, il y a certainement eu une amélioration marginale des conditions de vie dans les grandes villes. Mais beaucoup d'argent a également été dépensé pour des bêtises.

Par exemple ?

Frohnmaier : La Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit, qui réalise des projets de développement pour l'État allemand, a également financé des projets absurdes en matière de gendérisme en Afghanistan. Et le gouvernement allemand a mis en place un centre de conseil en matière de migration en Afghanistan dans le cadre du programme "Perspektive Heimat". Les habitants pouvaient y obtenir des informations sur les voies d'immigration légales vers l'Allemagne.

Comment se passe la coopération au développement avec les pays voisins comme le Turkménistan, l'Ouzbékistan et le Tadjikistan ?

Frohnmaier : Le gouvernement fédéral supprime progressivement la coopération bilatérale au développement avec le Turkménistan et le Tadjikistan. Seul l'Ouzbékistan est encore un pays partenaire de la coopération allemande au développement. Dans la longue série d'erreurs commises par le gouvernement allemand, celle-ci s'ajoute à la liste: en interrompant la coopération au développement avec une grande partie des États d'Asie centrale, nous nous sommes privés de pratiquement toutes les possibilités d'influence et de levier. Cette situation prend aujourd'hui sa revanche lorsqu'il s'agit de ralentir les flux migratoires. J'avais d'ailleurs déjà appelé à une coopération plus étroite avec les États d'Asie centrale au nom de mon groupe au début de l'année 2020.

1477845.jpg

De nombreux Afghans veulent désormais quitter le pays. Si l'on en croit le ministre fédéral de l'Intérieur Horst Seehofer (CSU), ils pourraient être plusieurs millions à frapper aux portes de l'Europe. Y aurait-il des alternatives dans les pays voisins mentionnés, par exemple pour des camps d'accueil sur place ? Et ces pays accepteraient-ils même un tel projet avec le soutien de l'UE ?

Frohnmaier : La possibilité d'accepter des réfugiés dans ces pays existe bel et bien. Des États comme le Tadjikistan, par exemple, sont relativement stables sur le plan politique et offriraient également la sécurité. Le gouvernement tadjik, par exemple, mène une action résolue contre l'islamisme, j'ai pu le constater par moi-même lors d'un séjour à Douchanbé. Mais bien sûr, les gouvernements locaux ne le feront que si nous les y poussons politiquement et financièrement. Vu l'incompétence de notre gouvernement fédéral, j'ai peu d'espoir. Seul le président français Emmanuel Macron affirme actuellement que la prévention des migrations est à l'ordre du jour.

Le gouvernement autrichien souhaite également faire pression au niveau de l'UE pour la création de centres de déportation dans les campagnes afghanes, afin que les États de l'UE puissent continuer à déporter les Afghans.

Frohnmaier : Exactement, si le gouvernement allemand veut agir dans l'intérêt du peuple allemand, il devrait se joindre à cette poussée.

La composition ethnique des Afghans plaide également en faveur de l'accueil des réfugiés près de chez eux.

Frohnmaier : Oui, environ 27% de la population afghane est composée de Tadjiks et de Perses. Neuf pour cent sont des Ouzbeks. En particulier pour les forces locales, un hébergement dans les pays voisins mentionnés serait plus judicieux. En outre, l'Allemagne est active dans plus de 40 pays et y entretient des partenariats bilatéraux. Parmi eux figurent de nombreux États fragiles. Et nous ne pouvons pas envoyer les soi-disant locaux et leurs proches en Allemagne à chaque fois qu'il y a un changement de régime quelque part dans le monde. Ce serait déraisonnable. Dans le cas de l'Afghanistan, les milliers de kilomètres de frontières terrestres ouvertes avec le Tadjikistan, l'Ouzbékistan et le Turkménistan permettent d'accueillir ces personnes sur place et aux pays concernés d'en assumer éventuellement la responsabilité avec notre soutien.

La Chine est un autre pays voisin de l'Afghanistan. Fan Hongda, de l'Université des études internationales de Shanghai, a prévenu il y a quelques jours : "En tant que pays voisin et pays important dans le monde, la Chine doit aider l'Afghanistan à établir la stabilité et la paix - ne serait-ce que pour nos propres intérêts de sécurité nationale." La Chine, qui entretient de bonnes relations avec les talibans, va-t-elle maintenant devenir plus active en Afghanistan, par exemple sous la forme d'une aide au développement et d'une coopération économique ?

Frohnmaier : Définitivement. Les Talibans sont moins un problème pour les Chinois parce qu'ils sont islamistes. Le problème des talibans en tant que groupe islamiste a toujours été qu'ils ont servi de refuge à d'autres groupes terroristes qui ont leur champ d'action en dehors de l'Afghanistan. Les Chinois ont donc un intérêt vital à ce qu'aucun groupe islamiste ne s'installe en Afghanistan qui aurait, par exemple, l'idée de libérer les camps de concentration pour les Ouïgours dans le Xinjiang voisin. Pékin sortira volontiers son chéquier pour cela. Et, bien sûr, pour s'assurer une influence, des matières premières et un accès au marché afghan.

Comment l'Occident doit-il réagir à cette situation ? 

Frohnmaier : L'Occident doit réorganiser complètement sa politique étrangère et de développement s'il ne veut pas être dépassé par la concurrence. Concrètement, cela signifie : pas d'interventions militaires dans des zones étrangères, mais une orientation stricte de sa propre politique de développement et de commerce extérieur sur la base des intérêts économiques. La Chine a acheté la moitié de l'Afrique sans sacrifier un seul soldat ; l'Occident se retire maintenant vaincu d'Afghanistan après avoir gaspillé des milliers de vies et des milliards astronomiques. Ce qu'il faut, c'est un retour au réalisme, où les intérêts nationaux sont le principe directeur, et non la question de savoir si le drapeau arc-en-ciel peut flotter à Kaboul.

Quel rôle la Russie joue-t-elle dans ce domaine ? 

Frohnmaier : La Russie a tiré les leçons des erreurs du passé, notamment de l'ingérence ratée de l'Union soviétique en Afghanistan. Les Russes prennent au sérieux le danger réel de terreur émanant d'une prise de pouvoir par les talibans, mais ils cherchent en même temps des moyens de Realpolitik de réduire ce danger. Les représentants russes, par exemple, n'ont réussi à obtenir des talibans que l'autorisation de poursuivre les activités de l'ambassade russe à Kaboul mardi. Dès qu'un nouveau gouvernement sera constitué à Kaboul, nous devrions également examiner si et comment une représentation diplomatique peut être rétablie en Afghanistan afin de protéger nos intérêts sur le terrain.

Quels sont ces intérêts en Afghanistan ou dans la région située au nord de celui-ci, où passe également la nouvelle route de la soie chinoise ?

Frohnmaier : J'identifierais trois domaines d'intérêt allemands importants : Prévention des migrations, contre-terrorisme et économie. Si nous ne voulons pas que les gens commencent à déménager et que le pays entier devienne un camp d'entraînement pour les terroristes, nous devons utiliser tous les leviers diplomatiques à notre disposition. Tôt ou tard, il s'agira probablement avant tout de reconnaître le gouvernement des talibans au regard du droit international. Nous devrions faire en sorte que cela dépende moins de la situation des droits de l'homme et davantage du fait que le gouvernement de ce pays soit prêt à nous donner certaines garanties en termes de politique migratoire et de sécurité.

Une autre question aiguë sera de savoir si nous devons permettre une vassalisation économique de l'Afghanistan par la Chine. Si nous ne le voulons pas, nous ne pourrons pas éviter d'obtenir l'accès au marché et aux ressources minérales qui s'y trouvent par le biais d'accords appropriés. Ce qui, soit dit en passant, serait également dans l'intérêt du peuple afghan, car la Chine, contrairement à l'Allemagne, s'intéresse très peu aux conditions de travail et aux normes sociales dans ses États satellites.

Les États-Unis peuvent-ils être un partenaire fiable pour l'Allemagne en matière de politique de développement, compte tenu du retrait rapide et désordonné en Afghanistan, ou l'Allemagne doit-elle chercher de nouveaux partenaires ?

Frohnmaier : Il faut faire la différence ici. La décision de se retirer d'Afghanistan était absolument juste. Il a déjà été réalisé lorsque Donald Trump était encore président des États-Unis. Mais la mise en œuvre du retrait a été un désastre au niveau opérationnel et ne reflète pas bien le président américain Joe Biden. Après tout, son administration a essentiellement suivi cette stratégie : D'abord, nous retirons les troupes, puis nous brûlons les documents sensibles, puis nous fermons l'ambassade et à la fin nous faisons sortir nos propres citoyens.

Je maintiens que l'ordre inverse aurait été le bon. À cet égard, je crois en principe qu'il est possible de travailler en partenariat avec les États-Unis, surtout s'ils reconsidèrent leur politique d'intervention. Les Américains ont également aidé à faire sortir nos ressortissants par avion lorsque notre propre gouvernement était submergé. Toutefois, avec l'actuel président américain, nous devrons probablement compter avec des défaillances plus fréquentes. Pour cette seule raison, nous ne devrions pas nous engager unilatéralement avec les États-Unis comme partenaire.

lundi, 16 août 2021

Aleksandr Dugin : "Evola, le populisme et la quatrième théorie politique"

Dugin_1.jpg

Alexandre Douguine: "Evola, le populisme et la quatrième théorie politique"

Entretien recueilli par Andrea Scarabelli (2018)

Source: https://blog.ilgiornale.it/scarabelli/2018/06/25/aleksandr-dugin-evola-il-populismo-e-la-quarta-teoria-politica/

Un des traits de notre époque malheureuse consiste en la facilité avec laquelle on dispense des étiquettes, aux intellectuels comme aux courants et phénomènes politiques. De droite ou de gauche, populiste ou élitiste, progressiste ou conservateur... Mais en réalité, la seule distinction se fait entre les intellectuels du passé et ceux qui préfèrent être des contemporains de l'avenir. Le second groupe (qui n'est pas si nombreux, à vrai dire) est constitué d'esprits nés avec quelques décennies - voire quelques siècles, comme Nietzsche - d'avance sur le calendrier de l'Histoire, avant-gardes d'une réalité sur le point de se déployer bientôt dans sa totalité. L'histoire des grands précurseurs, de ces courts-circuits vivants du Temps, n'a pas encore été écrite. En attendant, il est bon d'apprendre à les reconnaître. La semaine dernière, Alexandre Douguine est venu à Milan pour présenter son ouvrage Poutine contre Poutine, qui vient d'être publié en Italie par AGA. Peu de temps auparavant, le "conseiller de Poutine" (qualification journalistique toujours rejetée au pied levé par l'intéressé) avait publié un monumental ouvrage intitulé La Quatrième théorie politique, aux éditions Nova Europa dans une traduction de Camilla Scarpa et avec une préface de Luca Siniscalco.

Dugin-Quarta.jpg

Plus qu'un livre, La Quatrième théorie politique est un authentique carrefour du passé, du présent et de l'avenir, qui discute de l'épuisement des catégories de la modernité et des scénarios à venir. Dans l'état actuel des choses, comme nous le disions, Douguine est l'un des rares "contemporains de l'avenir", et ce livre en est la démonstration, l'inversion d'un esprit aigu visant à dépasser les trois théories politiques de la modernité - libéralisme, fascisme et communisme - qui, après avoir enflammé le vingtième siècle, le "siècle des idéologies" par excellence, ont perdu leur force propulsive, se révélant incapables d'interpréter le nouveau.

41OH5KGk9yL.jpg

Nous avons besoin d'une nouvelle herméneutique, de nouvelles pratiques, de nouvelles méthodes: les défis de notre temps l'exigent. Et nous devons nous montrer à la hauteur. C'est de tout cela qu'est née la Quatrième théorie politique, une "mise au rebut" (pour utiliser un terme à la page) des trois théories précédentes, un effort titanesque pour adhérer au Zeitgeist, une vision transversale et non-conformiste capable de combiner Tradition et modernité, universum et pluriversum - une "métaphysique du populisme", comme on peut le lire dans les pages de l'ouvrage. Un livre lié d'une certaine manière à la réalité historique et "destinale" de la Russie, mais aussi un manifeste pour un monde multipolaire, multidimensionnel, complètement contraire à celui, monothéiste, rêvé par les mondialistes et les globalistes et opposé au "racisme historiographique" qui voit dans la modernité le sommet suprême de l'évolution humaine.

Ceux qui recherchent des recettes faciles peuvent oublier ce travail car ce livre n'est pas pour eux. La Quatrième théorie politique n'est pas une doctrine, mais avant tout une méthode, une vision du monde. Il ne s'agit pas d'une idéologie, mais d'une métaphysique de l'histoire, allergique au militantisme comme fin en soi, tant à la mode aujourd'hui, et partisan d'un changement avant tout interne. La preuve en est, entre autres, la présence d'une série d'auteurs impolitiques (dans le sens donné par Thomas Mann) et non-alignés, parmi lesquels se distingue, dès les premières pages, Julius Evola, une vieille passion de Douguine, qui a fait il y a quelques années une analyse "de gauche" de ses idées. Pour ce qui concerne le philosophe romain, je suis allé interviewer Douguine avec Luca Siniscalco, lui demandant comment il a connu ses œuvres, et quel est le premier livre d'Evola qu'il a lu.

Et maintenant, donnons la parole à Douguine.

J'ai appris à connaître Evola par certains de mes professeurs et amis russes, qui avaient à leur tour découvert la pensée traditionaliste dans les années 1960. Je n'étais alors qu'un enfant. Au début des années 1980, je suis entré en contact avec un tout petit groupe, pratiquement inexistant en Russie, inconnu des milieux officiels et composé uniquement de dissidents. Ils étaient la minorité de la minorité, à un niveau presque infinitésimal. Comme dans le sens de Guénon, qui établit une différence entre infinitésimal et inexistant, n'est-ce pas ?

716mF1bpuyL.jpgDans les Principes du calcul infinitésimal, qui ont également été publiés en italien...

Certainement. Ils avaient une portée infinitésimale, mais ils existaient quand même. Plus tard, je suis tombé sur l'impérialisme païen, dans sa version allemande, Heidnischer Imperialismus. J'ai été tellement impressionné par ce travail que j'ai décidé de le traduire immédiatement en russe. C'était une rencontre cruciale, je dirais même radicale. L'univers décrit par Evola contenait le meilleur système idéal que j'avais jamais rencontré. À l'époque, je ne comprenais pas pourquoi: je venais d'une famille communiste, normale, de la classe moyenne, et pourtant j'avais le sentiment d'appartenir à l'univers décrit par Evola plus qu'à celui dans lequel je vivais. C'était une certitude sans aucune sorte de fondement. En même temps, j'eus l'occasion d'éditer la traduction de plusieurs livres de René Guénon à partir du français. Eh bien, depuis lors - c'était au début des années 1980 - je me considère comme un traditionaliste, et rien n'a essentiellement changé jusqu'à présent. J'appartiens à cet univers, à toutes fins utiles.

Quelles œuvres d'Evola avez-vous lues depuis lors ?

Chevaucher le Tigre, suivi de Révolte contre le monde moderne. Et puis tout le reste : la Tradition hermétique, le Mystère du Graal, la Métaphysique du sexe, les Hommes au milieu des ruines...

Quelle est votre œuvre préférée d'Evola ?

Les oeuvres d'Evola sont toutes très importantes, mais ma préférée reste Chevaucher le Tigre. Ce livre a eu une influence métaphysique fondamentale sur moi, notamment avec le concept de l'Homme différencié, qui est obligé de vivre dans la modernité tout en appartenant à un monde différent. C'est précisément à partir de cette idée que j'ai développé mes analyses du Sujet radical, c'est-à-dire de l'homme de la Tradition jeté dans un monde sans Tradition. Comment est-il possible pour un tel type humain, me suis-je demandé, de vivre dans un monde où la Tradition n'est pas présente, c'est-à-dire sans avoir reçu aucune sorte de tradition ? Eh bien, c'est là que surgit le sujet radical, qui ne s'éveille pas quand le feu du sacré est allumé, mais quand il ne trouve rien en dehors de lui qui soit lié à la Tradition.

Dans quel sens ?

L'essence de la vérité est sacrée. Aujourd'hui, le néant domine, mais il n'est pas possible que le néant existe. Le néant n'est qu'une forme extérieure, à l'intérieur de laquelle brûle le sacré. C'est précisément lorsque la transmission régulière des formes du sacré est rompue qu'apparaît ce que j'appelle le sujet radical. Et nous revenons ici à l'Homme différencié, qui est peut-être encore plus important aujourd'hui que la Tradition elle-même. Peut-être la Tradition a-t-elle disparu précisément pour laisser la place au Sujet radical. De ce point de vue, paradoxalement, le traditionalisme est aujourd'hui plus important que la Tradition elle-même. Toutes ces idées, déduites de Chevaucher le Tigre, n'impliquent évidemment pas la restauration de ce qui était, mais la découverte d'aspects qui n'existaient même pas dans le passé.

51kteUI0tYL._SX368_BO1,204,203,200_.jpg

Il ne s'agit donc pas d'un simple conservatisme.

Pas du tout. Nous ne voulons pas restaurer quoi que ce soit, mais revenir à l'Éternel, qui est toujours frais, toujours nouveau : ce retour est donc un mouvement vers l'avant, et non vers l'arrière. Le Sujet radical, en outre, se manifeste entre un cycle qui se termine et un cycle qui naît. Cet espace liminal est plus important que tout ce qui vient avant et que tout ce qui viendra après. Nous pourrions utiliser une image tirée de la doctrine traditionnelle des "quatre cycles", des quatre âges (d'or, d'argent, de bronze et de fer), répandue dans des traditions très différentes: la restauration de l'âge d'or, de ce point de vue, est moins importante que l'espace entre la fin de l'âge de fer et le début de l'âge d'or lui-même. Qui est l'espace dans lequel nous vivons. Tous ces aspects, pour revenir à Evola, sont à mon avis implicites dans son idée d'Homme différencié.

the-rise-of-the-fourth-political-theory.jpg

Votre livre La Quatrième Théorie politique a récemment été publié en Italie. Le sujet appelé à cette nouvelle métaphysique de l'histoire est le Dasein, l'être-là dont parlait Martin Heidegger. Y a-t-il un écho du Sujet radical dans le Dasein ?

Jusqu'à un certain point. Le Dasein n'est en fait pas le Sujet radical, mais, comme on l'a dit, cette terminologie philosophique remonte à Heidegger. D'ailleurs, je pense qu'Evola n'a pas très bien compris Heidegger. Dans Chevaucher le Tigre, il porte sur lui un jugement superficiel: Heidegger est plus intéressant et plus profond. J'ai étudié sa pensée pendant des années, écrivant quatre livres sur lui. La chose importante à propos du Dasein est qu'il décrit l'homme non pas comme une entité donnée. Nous pensons habituellement à l'homme en utilisant des catégories telles que l'individu, la classe, la société, la nation, mais ce ne sont que des formes secondaires. Si nous voulons définir l'homme à sa racine la plus profonde, le Dasein est ce qui reste lorsque nous le libérons de toutes ces préconceptions culturelles. Ce n'est pas très facile à comprendre: il faut procéder à une destruction radicale - ou à une déconstruction - de tous les aspects socioculturels, historiques, religieux (voire traditionnels) attribués à l'homme. Le Dasein ne correspond à aucune des définitions de l'homme. Ce n'est pas un individu, ce n'est pas un collectif, ce n'est pas non plus une âme, un esprit ou un corps: tout cela est secondaire. Il s'agit plutôt d'une pure présence de l'intellect, qui ne s'ouvre que lorsque nous sommes confrontés à la mort.

550x791.jpg

Cet être-à-la-mort dont parle Heidegger...

On ne peut pas parler du Dasein sans une confrontation avec la mort. À ce moment-là, il n'y a plus de noms, plus d'individus: c'est alors que s'ouvre l'essence du Dasein. Il est nécessaire, comme le propose Heidegger, de repenser tous les concepts du politique, de la société, de la philosophie, de la culture et des relations avec la nature, à partir de cette expérience radicale et existentielle, de ce moment de pensée. C'est seulement sur la base de cet espace existentiel libre de tout le reste qu'il est possible de reconstruire une ontologie scientifique, une ontologie politique, une ontologie socioculturelle... Mais toujours et seulement sur la base de cet éveil existentiel. Et cet éveil n'est pas une idée transcendante, mais une expérience immanente, qui doit redevenir la racine de la politique.

Dans la Quatrième théorie politique, vous avez également interprété le concept de peuple à la lumière du Dasein...

Le Dasein, à toutes fins utiles, est le peuple. Sans le peuple, aucune entité pensante ne peut exister. Le peuple assure en effet une langue, une histoire, un espace et un temps. Tout. A la réflexion, le Dasein devient des personnes. Je ne fais pas référence au concept de collectivité, qui n'est qu'une collection d'individus. En dehors du peuple, nous ne sommes rien. Et le peuple n'existe que comme Dasein, ni individuellement ni collectivement. C'est une manière existentielle de comprendre le peuple, qui s'oppose aux théories des libéraux, avec leur idée vide et insignifiante de l'individu; aux théories des communistes, basées sur les classes et les collectivités, concepts également vides qui ne s'opposent en rien aux libéraux, puisque ce type de collectivité n'est qu'une agglomération d'atomes individuels, comme nous l'avons déjà dit; et, enfin, aux théories des nationalistes, qui se réfèrent au concept d'État-nation, autre idée bourgeoise antithétique de l'Empire et de l'idée du Sacré. Evola, dans ce sens, a fait une critique très radicale du nationalisme. Les versions libérales, communistes et nationalistes sont toutes des tentatives désuètes d'interpréter le sujet de la politique.

Ce sont les trois théories politiques que la Quatrième théorie politique va mettre en avant....

C'est ainsi que nous arrivons au Dasein, le sujet de la Quatrième théorie politique. Elle ne peut se passer du peuple: il est en effet impossible de renoncer à la langue, à l'histoire, à une certaine mentalité... Il est impossible de penser sans une langue, n'est-ce pas ? La mienne est une vision métaphysique de l'intellect et de la linguistique, de l'histoire et de la société. Sur la base de tout cela, en renonçant aux trois théories politiques de la modernité - communisme, nationalisme et libéralisme - nous devons construire une nouvelle vision du monde, une politique au sens existentiel capable de répondre à tous les défis du présent : notre relation avec les autres, le genre, l'idée d'un monde multipolaire... Nous devons repenser tout cela en dehors de la modernité occidentale. Or, c'est précisément en comparant cette construction théorique et les trois régimes de la modernité occidentale que la Quatrième théorie politique est née.

Avez-vous vu cette théorie s'incarner dans une forme politique actuelle ?

Le chiisme moderne est une expression, dans la sphère islamique, de la Quatrième théorie politique. Mon livre a été traduit en persan, et on m'a fait remarquer qu'il traitait de la politique iranienne... ! Qui en fait n'est ni communiste, ni libérale, ni nationaliste. Je crois que le soi-disant "populisme" - y compris le populisme italien - est une forme de la Quatrième théorie politique. Même les populistes ne sont pas fascistes ou communistes, et ils sont profondément antilibéraux. Le populisme est une réaction existentielle des peuples, qui ne sont évidemment pas morts, comme le voudraient les libéraux, les mondialistes et les globalistes. Ce sont tous des exercices préparatoires à la Quatrième théorie politique - qui pourrait être définie comme une forme de populisme intégral. Ni de droite ni de gauche, naturellement doté de sympathies pour la justice sociale et l'ordre moral. De ce point de vue, la quatrième théorie politique est la métaphysique du populisme.

index.jpgPourtant, les aspects métapolitiques du soi-disant "populisme" sont passés inaperçus en Italie...

Le populisme est étiqueté de droite - fasciste, national-socialiste - ou de gauche - communiste, maoïste, trotskiste... Mais l'anticommunisme et l'antifascisme ne sont que des tentatives de diviser le peuple. Le populisme propose d'abandonner les deux, ainsi que les dogmes du nationalisme et du communisme, en unissant les forces populaires - droite et gauche - pour réaliser un populisme intégral, en faisant un front commun contre les libéraux, les mondialistes, les globalistes, les derniers vestiges du dernier cycle de l'Occident. Je suis convaincu que les mondialistes d'aujourd'hui sont les pires - pires que les fascistes ainsi que les communistes. Une révolution contre eux sera la dernière mission eschatologique de l'Occident. Le peuple va tenter une résistance organique, existentielle. La Quatrième théorie politique ouvre en outre la voie à la récupération de tout ce qui n'est ni moderne ni occidental: le pré-moderne, le post-moderne, l'anti-moderne, l'Asie, la tradition romaine, le christianisme orthodoxe, la Grèce, l'Islam. La modernité occidentale est la combinaison de tout ce qu'il y a de plus négatif, les Soros, les mondialistes, les libéraux... Mettre fin au libéralisme signifiera vaincre tout ce qui est néfaste en Occident. Il s'agit d'une lutte eschatologique, évidemment : et c'est là que la Quatrième théorie politique rejoint le traditionalisme. Toujours, cela va sans dire, avec un œil ouvert sur l'avenir.

Pour revenir à ce qui a été dit précédemment, le Dasein et le Sujet radical sont-ils donc différents ?

Ils sont similaires, mais je ne pense pas qu'il soit possible d'établir une identité. Ce sont des concepts nés dans des contextes différents. J'ai écrit un livre sur le sujet radical et son double - au sens que lui donnait Antonin Artaud, dans Le théâtre et son double. Pour moi, le sujet radical est une manière d'être contre le monde moderne, sans raison particulière, sans être aristocrate ou chrétien... Bref, sans avoir un quelconque contact avec une Tradition vivante. Eh bien, c'est le moment de la forme concrète et opératoire du Sujet radical, qui s'ouvre immédiatement à la Tradition, en étant une forme de celle-ci. Mais c'est une révolte qui ne vient pas de l'extérieur, mais de l'intérieur. Il s'agit évidemment d'une forme très particulière de métaphysique.

Artaud_BNF.jpg

Une métaphysique intérieure, pour ainsi dire...

C'est l'homme différencié, précisément. Pas en tant que comte ou baron, ni en tant que chrétien, païen, soufi ou quoi que ce soit de ce genre. L'Occident n'a rien de tout cela : c'est pourquoi, comme le prétend Evola, il arrivera le premier à la renaissance, à la restauration, au nouveau cycle, que l'Orient. L'Occident est maintenant au fond du gouffre. Mais c'est là que le sujet radical renaîtra.

550x7ADRS80.jpg

Le livre sur le sujet radical est évidemment en russe...

Bien sûr.

Il devrait être traduit...

Je pense que la seule langue, la seule culture qui pourrait le comprendre est l'italienne. La culture d'Evola, la langue dans laquelle Chevaucher le Tigre a été écrit, une culture qui possède un profond savoir traditionnel. Les Anglais ne connaissent pas du tout Evola. En France, il n'est considéré que comme l'un des nombreux disciples de Guénon, ou réduit au fascisme. Par conséquent, ils ne seraient pas en mesure de comprendre mon livre. Ce serait une excellente idée de le traduire en italien.

La Quatrième théorie politique critique l'Individu absolu d'Evola - précisant également que cette expression, au sens traditionnel, peut se référer à l'atman hindou. A votre avis, comment s'est opéré le passage d'Evola de l'Individu absolu aux grands espaces de la Tradition ?

Je pense qu'il s'agit simplement d'une question de terminologie. Je ne critique pas le concept de l'Individu absolu d'Evola, mais celui de l'individu, qui est un concept relatif par définition. L'expression "individu absolu" dépasse l'individualisme en soi. Je pense donc qu'il s'agit d'une simple question linguistique. La théorie d'Evola est mieux comprise, à mon avis, en recourant au concept de Personne, plutôt que d'individu. La personne est une forme qui peut être absolue ou relative, mais qui est toujours liée aux relations avec les autres - horizontalement ou verticalement, elle est toujours l'intersection de différentes relations. La Personne Absolue est donc la forme de l'Absolu personnifié. C'est l'idée traditionnelle de Selbst. Martin Heidegger parle par exemple du Selbst du Dasein: il s'agit précisément de l'individu absolu - ou sujet radical. On peut le comparer au Param Atman, qui est au centre de tout, même lorsqu'il n'est pas le centre, même en l'absence de symétrie pour lui donner une forme. Pour avoir un centre, nous devons en effet être en présence d'une figure qui le présuppose. Mais dans un monde postmoderne et rhizomatique, le centre est absent: le sujet radical est toujours le centre, même là où il n'est pas possible d'en avoir un. Il s'agit d'une forme de transcendance immanente.

copertina-34-600x765.jpg

Il y a quelques années, vous avez développé une lecture intéressante d'Evola, pour ainsi dire "vu de gauche". Pouvez-vous expliquer brièvement de quoi il s'agit ?

C'était une petite provocation qui soulevait une question très sérieuse: il n'est pas possible de lire Evola comme le font beaucoup de petits-bourgeois et de conservateurs. Evola n'appartient pas à la droite économique: il est contre le monde moderne. Et le monde moderne peut être de gauche comme de droite. C'est une révolte absolue contre le monde qui nous entoure, contre le statu quo, une révolte incompatible avec le conservatisme de droite, le grand capital, la bourgeoisie, la xénophobie, toutes les positions qui résument le conformisme petit-bourgeois. Evola nous invite à nous engager dans un combat absolu, celui de la vérité. Ceux qui n'acceptent pas cette invitation défendent en fait le monde moderne. Il n'est pas possible d'être un traditionaliste et d'accepter les formes de l'occidentalisme moderne, le capitalisme, le libéralisme et le conservatisme. C'est pourquoi j'ai voulu souligner que la pensée d'Evola est révolutionnaire, conduisant à une révolte avec, en ce sens, une âme " de gauche ", visant à détruire tous les principes du statu quo. Le vôtre pourrait être, pour ainsi dire, un "anarchisme de droite", développé précisément dans Chevaucher le Tigre.

Dans cet essai, vous avez également réfléchi à l'interprétation "traditionnelle" des relations entre les travailleurs et la bourgeoisie...

Je crois que la défense par Evola et Guénon de la bourgeoisie contre le prolétariat est une erreur liée à l'application de la théorie qui voit quatre castes dans les sociétés indo-européennes. La première était sacerdotale et la seconde guerrière, du kshatrya: bien que, contrairement à Evola et Guénon, je sois convaincu que la troisième caste doit être identifiée à celle des paysans. Georges Dumézil a montré que dans la tradition indo-européenne, il y a trois castes et non quatre. Si c'est le cas, alors la bourgeoisie n'est même pas une caste, mais un groupe de paysans incapables de vivre dans les champs et qui ont déménagé dans les villes. Les plus honnêtes sont devenus des prolétaires; les pires sont devenus des capitalistes. La bourgeoisie devient ainsi une caste qui rassemble les pires guerriers, qui ont peur de se battre, et les paysans qui ne veulent pas travailler. C'était l'union des pires individus de toutes les castes. C'est pourquoi il ne faut pas défendre la bourgeoisie, car elle n'est pas une véritable caste indo-européenne. En haïssant les prêtres, les guerriers et les paysans, elle a créé une réalité défavorable à toutes les castes traditionnelles indo-européennes. Il est intéressant de noter que la révolution socialiste - le communisme soviétique - a d'abord été orientée contre la bourgeoisie, et pas tellement contre les guerriers, les prêtres ou les paysans. Je pense donc qu'il est possible de concevoir, pour ainsi dire, un socialisme - ou un communisme - indo-européen qui s'oppose complètement à la bourgeoisie, qui ne représente en aucun cas la Tradition. Cette analyse n'est pas une critique d'Evola, qui détestait la bourgeoisie, le statu quo et le monde moderne, mais plutôt une correction et une intégration de sa théorie.

Comment se présente alors l'Evola anti-bourgeois "vu de gauche" ?

Si aujourd'hui la bourgeoisie est l'ennemi absolu, tout ce qui n'est pas moderne, occidental et bourgeois, est de notre côté: les Chinois, les Russes, les Africains, les Arabes, tous les Occidentaux qui s'opposent au libéralisme. Cette dernière, en effet, est la pire cristallisation de l'âge des ténèbres dont parlaient les doctrines traditionnelles. Dans cette perspective, l'anti-moderne et anti-libéral Evola est un révolutionnaire total. On pourrait répéter à propos d'Evola ce que René Alleau a dit de Guénon en le qualifiant de "penseur le plus radical et le plus révolutionnaire de Marx". Il l'est bien plus que ces traditionalistes qui se vivent comme des bourgeois, se limitant à une lecture stérile et improductive de la pensée de la Tradition. Ce sont les traîtres à la Tradition: si c'est le cas, je préfère les anarchistes. Je crois que l'ordre bourgeois doit être détruit. Ma thèse est une conséquence logique des positions évolienne et traditionaliste.

Et comment se rapporte-t-elle à la Quatrième théorie politique ?

La Quatrième théorie politique propose la même chose, de manière plus académique, avec la déconstruction du libéralisme, de l'eurocentrisme et du modernisme. Il ne s'agit pas d'un dogme, mais d'une invitation à exercer la réflexion et la critique. Certains proposent de trouver un nom à cette théorie. Il est inutile de le faire: il délimitera un espace conceptuel qui trouvera son propre nom à un moment ultérieur, en temps voulu. Mais dès aujourd'hui, il est possible de travailler avec ce concept, en préparant le terrain pour sa manifestation. Les Iraniens, comme les Chinois, peuvent voir dans leur configuration politique une manifestation historique de la Quatrième théorie politique. C'est une invitation ouverte. C'est le côté faible mais aussi le côté fort de l'expression "Quatrième théorie politique". Je tiens à souligner qu'il ne s'agit pas d'une mascarade de la troisième théorie politique - du fascisme - mais d'un paradigme réellement alternatif aux trois premiers. Le fascisme, le communisme et le libéralisme sont pleinement imprégnés de modernité. Je critique le fascisme dans ses aspects bourgeois, racistes et nationalistes. La Quatrième théorie politique ouvre un autre espace conceptuel. Le problème est que presque tout ce que nous continuons à penser appartient à l'héritage des trois premières théories politiques. Une grande purification intérieure est nécessaire pour développer fructueusement le traditionalisme et en même temps la Quatrième théorie politique, qui est la forme logique d'un certain développement de certains aspects du traditionalisme lui-même.

samedi, 31 juillet 2021

Se libérer de la peur - Entretien avec Michele Putrino

981_167_le_cri-min.jpg

Se libérer de la peur

Costantino Ceoldo

Ex: https://www.geopolitica.ru/it/article/liberi-dalla-paura

Un mot qui est devenu trop familier dans notre vocabulaire quotidien au cours de ces deux dernières années est "peur". Peur de vivre, peur de mourir, peur de mourir douloureusement et seul, loin de tout et isolé de tous, avec peut-être seulement un chat ou un chien débile pour vous tenir compagnie.

Il y a cependant un autre mot qui va bien avec "peur", c'est "hystérie". L'hystérie, qu'elle soit naturelle ou artificiellement induite par les médias et les gouvernements à des fins qui ne sont jamais honorables, transforme la peur en quelque chose d'hyper-paralysant, de sorte que la personne malheureuse qui fait l'expérience des deux peut littéralement mourir sur place.

indexhyst.jpg

Il est arrivé, par exemple, comme l'ont rapporté les journaux, qu'au cours de l'épidémie de Covid non conclue, une banale et très soignable rage de dents se transforme en une occasion de mort certaine parce que la personne n'a pas eu le courage de sortir de chez elle pour aller chez le dentiste.

La peur de mourir du Covid a fait qu'ils sont morts d'infection, barricadés derrière les murs de ce qu'ils considéraient comme une forteresse inviolable.  La peur d'une maladie qu'ils n'auraient très probablement pas contractée, ou qu'ils auraient contractée sous une forme curable même sans l'intervention de la médecine, était la cause de la mort que ces malheureux essayaient d'éviter à tout prix.

En général, la peur a toujours été l'arme favorite de tous ceux qui veulent nous priver de quelque chose de noble et de fondamental.

Qu'il s'agisse de tyrans qui tiennent des nations entières sous leur emprise ou de brutes qui agissent uniquement sur les relations interpersonnelles, la peur accompagne la promesse de souffrances pour ceux qui ne se plient pas à la volonté des brutes.

0461752001481138380.jpg

Une coercition écrasante, qui peut même sembler raisonnable et justifiée sur un plan purement théorique (empêcher une "terrible" propagation de contagions...) mais qui, en fin de compte, révèle toujours davantage, au fil dessemaines qui passent, son visage le plus vrai et le plus macabre.

Comment pouvons-nous résister à la peur et préserver notre précieuse liberté, notre précieuse individualité ?

L'Italien Michele Putrino poursuit une tentative singulière : faire revivre les enseignements de l'ancienne école du stoïcisme, afin d'offrir, à ceux qui peuvent et veulent comprendre, une alternative à la peur et à l'hystérie.

maxresdefaultMPpaura.jpg

Entretien avec Michele Putrino

Dans votre livre "Manuel de résistance au pouvoir" [1] vous parlez de la "Megamachine". Qu'est-ce que c'est ?  Pourquoi devrions-nous être en mesure de nous y opposer ?

La Mégamachine n'est rien d'autre que notre société tout entière, qui avance de manière mécanique, par le truchement de la technologie, de la bureaucratie et, surtout, par le fait que l'homme vit aujourd'hui dans des réalités imaginaires. Des réalités qui n'existent que dans sa tête et qui, pour cette raison même, peuvent être facilement manipulées, amenant l'homme là où il veut aller, comme on le fait avec des marionnettes. La Mégamachine continuera donc à nous avoir en son pouvoir tant que nous continuerons à confondre l'irréel avec le monde réel. Quelle est donc la solution ? En théorie, c'est simple, mais en pratique, c'est très difficile à mettre en œuvre. Comme on peut le deviner, la solution théorique consiste à apprendre à accepter la réalité telle qu'elle est et à vivre selon ses règles mais, si l'on y réfléchit, il est très difficile de la mettre en pratique pour le commun des mortels, car très peu acceptent le côté dur et brut de la réalité : c'est pourquoi beaucoup d'hommes ont toujours continué à se réfugier dans le monde des illusions... Mais ceci - le fait qu'ils n'acceptent pas la réalité - est aussi ce qui les condamne à une vie de profond malaise et d'insignifiance.

manuale-resistenza-potere-putrino-libro.jpg

Mais ne sommes-nous pas en "démocratie" ? Dans un système ouvertement basé sur le dialogue, certaines pratiques ne sont-elles pas superflues ?

Je vais vous répondre sans détour : la "démocratie" n'existe tout simplement pas. Au contraire, pour être plus précis, il s'agit simplement d'un écran de fumée, d'un moyen élaboré pour ceux qui ne possèdent pas de véritables compétences de leadership d'accéder au pouvoir en manipulant les masses. Après tout, à l'ère de l'illusion, le pouvoir ne peut être atteint que par l'illusion. Mais cela ne doit pas nous scandaliser, car nous sommes tous - vous, moi, celui qui lit ceci, nous tous - à la recherche constante, consciemment ou inconsciemment, de notre propre affirmation, pour obtenir, donc, la possibilité de nous sentir "puissants". Et chacun le fait avec les moyens dont il dispose. Celui qui le nie n'est qu'un hypocrite qui, à son tour, essaie d'obtenir ce qu'il veut en faisant croire aux autres qu'il est un "être bon" et "inoffensif".

Donc, si je vous comprends bien, vous dites qu'un système de pouvoir existe à la fois au niveau macroscopique, celui de l'Etat, et au niveau microscopique, celui des relations interpersonnelles quotidiennes...

Le "système de pouvoir", tel que vous le définissez, est toujours présent, partout et en chacun. C'est parce que, tout simplement, nous suivons aussi les lois de la nature et donc, tout comme en physique, nous suivons aussi la logique des forces vectorielles, c'est-à-dire la logique selon laquelle une force, par nature, cherche à s'imposer à d'autres forces et que, pour ce faire, elle s'allie souvent à d'autres forces et ainsi de suite.

L'homme est en effet un animal social et entre en relation avec les autres sur la base d'espoirs, de craintes et d'attentes de toutes sortes. Quelle est donc cette "peur" dont nous devons nous débarrasser ?

La peur dont nous devons nous débarrasser, comme je l'ai expliqué dans mon livre "Libérer de la peur" [2], est celle qui n'existe que dans nos têtes, une peur qui ne peut exister que parce que la plupart des gens vivent dans un monde fictif, irréel, que chaque homme a créé et nourri de ses propres mains.

liberi-dalla-paura.jpg

L'humanité s'est toujours demandée comment résister aux difficultés de la vie. Pourriez-vous nous rappeler brièvement ce qu'était le stoïcisme, dont vous parlez dans votre livre "Liberi dalla paura" ?

Le stoïcisme, le vrai, n'a rien à voir, ou presque, avec ce que l'on connaît communément sur le sujet. Le véritable stoïcisme repose sur un seul principe: apprendre à regarder la réalité en face pour ce qu'elle est vraiment, afin de vivre selon les règles de la nature. C'est le stoïcisme. Évidemment, au cours des siècles, divers penseurs ont proposé et essayé diverses approches à cette fin et, bien sûr, certaines de ces méthodes ont atteint le but tandis que d'autres étaient complètement erronées. Le problème est qu'à long terme, cette doctrine, surtout à l'ère chrétienne, a été instrumentalisée en confondant les moyens et les fins. Mais ce que les Anciens essayaient de faire avec le stoïcisme était, précisément, d'apprendre à regarder la réalité en face.

L'Image_et_le_Pouvoir_-_Buste_cuirassé_de_Marc_Aurèle_agé_-_3.jpg

Sénèque était peut-être le stoïcien par excellence. Mais comment appliquer ses enseignements dans la vie quotidienne ?

C'est une erreur très courante, qui consiste à considérer Sénèque comme "le stoïcien par excellence". Non seulement ce n'est pas du tout le cas mais, du point de vue de la finalité, il est le plus éloigné du véritable stoïcisme au point que, pour donner un exemple, ni Épictète ni l'empereur Marc Aurèle, quelques siècles plus tard, ne le citent jamais. Si Sénèque est devenu si célèbre pour nous, les modernes, c'est parce que le monde chrétien l'appréciait beaucoup, car sa vision, sur de nombreux aspects, lui ressemblait. Mais le véritable stoïcisme est, si vous voulez, l'exact opposé de la vision chrétienne du monde. Ce n'est pas un hasard, en effet, si presque tous les textes des anciens stoïciens ont été détruits : si l'on pense que l'école stoïcienne a été l'école philosophique la plus répandue dans le monde gréco-romain pendant plus de cinq cents ans ( !), l'énorme quantité de volumes qui ont disparu nous fait comprendre combien cette doctrine était, en fait, opposée à la doctrine chrétienne. Et, comme par hasard, les seuls volumes qui sont restés presque intacts sont ceux de Sénèque... Si vous voulez comprendre la véritable vision stoïcienne, il vaut mieux laisser Sénèque de côté (même si, bien sûr, il y a des passages intéressants).

1136_epictete_web.jpg

À l'ère des voyages dans l'espace (du moins pour les hyper-riches), des superordinateurs et d'Internet, dans un monde clos parce que les anciennes distances ont été raccourcies grâce à la technologie, ne vous semble-t-il pas que revenir au stoïcisme revient simplement à se tourner vers un passé anachronique et ennuyeux ?

On ne peut en arriver à penser car, je le répète, quand on parle du stoïcisme, on a toujours en tête une vision scolastique et chrétienne de cette doctrine. Voulez-vous vous plonger dans la vision que les Anciens avaient en suivant la véritable doctrine stoïcienne? Lisez Nietzsche. Ou, si nous voulons jouer avec des œuvres "pop" contemporaines, regardez Le Trône de fer. Vous semble-t-il qu'apprendre à regarder la réalité en face pour ce qu'elle est, même dans toute sa cruauté, en l'acceptant et en pratiquant les différents jeux de la force et du pouvoir et en se tenant toujours à l'écart de la compassion, puisse jamais être "anachronique et ennuyeux" ?

ee7578384e5644cbf3280ad9e1812752.jpg

N'existe-t-il pas déjà de nombreuses écoles qui enseignent "comment bien vivre" ? Pourquoi les gens, en ces temps modernes, devraient-ils être stoïciens ?

Le stoïcisme ne vous apprend pas à "bien vivre"; le stoïcisme vous apprend à ouvrir les yeux sur la réalité, aussi dure soit-elle, et à "jouer" selon ses dures règles. Sinon, on est toujours libre, bien sûr, de retourner à son espace de bulles de savon faites de rêves, d'imaginations et d'idéaux.

Notes:

[1] https://www.ibs.it/manuale-di-resistenza-al-potere-libro-michele-putrino/e/9788833800141


[2] https://www.ibs.it/liberi-dalla-paura-insegnamenti-di-libro-michele-putrino/e/9788833800868


Interview vidéo sur YouTube : https://youtu.be/Wxcgd4dWj4A

L'auteur italien Michele Putrino parle du stoïcisme et de la façon d'aborder la vie quotidienne à la lumière des enseignements de l'école stoïcienne. Son livre "Liberi dalla paura" est ici le complément naturel du précédent "Manuale di resistenza al potere", tous deux publiés par Uno Editori.

vendredi, 23 juillet 2021

"Mishima, l'univers d'un esthète armé"

copertina_rosati300.jpg

"Mishima, l'univers d'un esthète armé"

Le professeur Riccardo Rosati, interviewé par Michele De Feudis, analyse les multiples facettes de l'artiste japonais entre littérature, art et discipline martiale.

Propos recueillis par Michele De Feudis

https://www.barbadillo.it/97112-mishima-luniverso-di-un-esteta-armato/

Professeur Riccardo Rosati, Yukio Mishima est considéré comme un "esthète armé". A quoi doit-on cette interprétation ?

51KV36TJ4FL.jpg"Mishima, pour reprendre la précieuse définition qu'en donne Marguerite Yourcenar dans son excellent Mishima ou la Vision du vide (1980), est un "univers" dans lequel, en fait, le côté esthétique - je l'explique dans mon livre - joue un rôle prépondérant. À cet élément, le grand intellectuel et écrivain japonais a ajouté la discipline martiale/militaire, sous le signe de la redécouverte d'un héritage capital de cette culture japonaise traditionnelle à laquelle il s'est référé, dans la " deuxième partie " de sa vie, avec vigueur et rigueur ; à savoir le Bunbu Ryōdō (文武両道, la Voie de la vertu littéraire et guerrière), où la plume devient métaphoriquement une épée.

Heureusement, cette théorie a gagné du terrain dans l'exégèse de Mishima depuis un certain temps déjà, bien que plus à l'étranger qu'en Italie pour être honnête. Ce qu'il est essentiel de comprendre, cependant, c'est qu'il est parvenu à souder ces deux mondes, faisant de sa propre existence sa principale "œuvre d'art", du corps un temple et de l'écriture une forme sublime de lutte politique".

Comment avez-vous pris connaissance des écrits de Mishima ?

"'Quand j'étais à l'université. Même si j'étudiais la langue et la littérature anglaise et française, la fascination pour l'Empire du Soleil Levant était déjà dans mon cœur de garçon. Bien que pratiquant assidûment le karaté, je n'ai pas abordé les livres de Mishima pour des raisons évidentes et futiles. J'ai senti, avec les moyens grossiers que peut avoir un jeune étudiant universitaire, que cet auteur incarnait un certain type de Japon qui me semblait profondément "mien". C'est pourquoi, après avoir obtenu mon diplôme de feu l'IsIAO (Institut italien pour l'Afrique et l'Orient) à Rome, j'ai commencé à lui consacrer mes premiers articles universitaires. Ce n'était pas un sujet facile pour moi - rien n'est facile quand on a affaire à Mishima ! - mais sur lesquels je sentais que j'avais des concepts à exprimer.

kyoto-kyoto-kinkaku-ji-temple-63838.jpg

Le Pavillon d'or à Kyoto, où Mishima a écrit un roman extraordinaire.

Quel itinéraire dans ses œuvres recommandez-vous ?

"Je ne pense pas qu'il y ait dans l'opus de Mishima une hiérarchie qui exige que certains volumes soient lus en premier et, comme je le soutiens dans la monographie que je lui ai consacrée, chacun de ses écrits fait partie d'un affluent qui revient invariablement, à la fin, à sa seule "source", Mishima lui-même. Je peux suggérer que l'on puisse choisir ses œuvres en fonction de ses goûts personnels : celles du combat politique ou celles qui ont une tournure plus autobiographique, sans pour autant négliger le côté purement romantique-sentimental, que l'on retrouve dans des romans comme Le tumulte des flots (潮騒, "Shiosai", 1954) ou La Musique (音楽, "Ongaku", 1964) ; dans ce dernier en particulier émerge un Mishima capable de pénétrer dans les profondeurs de la sphère psychologique féminine. 

le_tumulte_des_flots_73.jpg

9782070424962_1_75.jpg

Néanmoins, il y a trois titres qui, en substance, représentent les moments saillants de son évolution artistique et personnelle. Je veux parler de Confessions d'un masque (仮面の告白, "Kamen no kokuhaku", 1949), imprégné des angoisses morales et sexuelles de sa jeunesse ; du Pavillon d'or (金閣寺, "Kinkakuji", 1956), dans lequel Mishima formule au plus haut niveau formel sa propre vision esthétique contrastée ; Le Soleil et l'acier ( 太陽と鉄, "Taiyō to tetsu", 1968), authentique manifeste idéologique de la dernière partie de son existence, ainsi que, à mon avis, un livre fondamental pour comprendre ce qu'il espérait pour sa personne et pour le Japon".

cb84da49282b823fd09a0e8d8c861c77.jpg

Le_Pavillon_d_or.jpg

 

81RLfshgvDL.jpg

Y a-t-il des éléments dans Mishima qui le rapprochent de la figure publique de Gabriele D'Annunzio ? 

md30586526834.jpg" Disons d'abord que Mishima était un admirateur du Vate, au point de traduire en 1965 l'une de ses œuvres : Le martyre de Saint Sébastien (1911). Outre la similitude immédiate de leurs personnalités, qui partagent une exaltation bien connue de l'action virile et de l'audace, il est utile de souligner qu'il existait également une proximité artistique entre les deux. Tous deux, bien qu'appartenant à des époques et des contextes culturels différents, relèvent de ce que les critiques littéraires appellent le "décadentisme". C'est-à-dire une déclinaison du romantisme où l'esthétique se greffe sur un "personnalisme" presque exagéré et, parfois, enclin à la désillusion, où apparaissent également des relents de dandysme.

Malheureusement, le public ignore ou, pire encore, ne souhaite pas approfondir le côté purement artistique de ces deux somptueuses figures, préférant ne retenir que leur engagement politique. Je ne suis pas d'accord avec cette attitude, même si je suis pleinement conscient qu'il s'agit de "l'attitude dominante".

unnamed-350x350.jpg

Riccardo Rosati.

Mishima et les Jeux olympiques. Que ressort-il des Carnets, sujet auquel il consacre un chapitre dans le livre ?

"Je l'ai mentionné dans un article que j'ai écrit pour Barbadillo. On y découvre un nouveau Mishima, admirant les athlètes et la tension musculaire de leurs efforts. Cet aspect est cohérent avec la deuxième et dernière phase de sa vie et de sa pensée, celle dite du "fleuve de l'action", où le corps se transforme en œuvre d'art.

On retrouve un Mishima qui aime être journaliste pour des journaux (l'Asahi, le Hōchi et le Mainichi), suivant, entre autres disciplines, l'haltérophilie et le volley-ball. Le romancier s'est laissé envoûter par la ferveur sportive qui l'entourait, observant avec curiosité chaque geste, regard et émotion des athlètes : "Levant la main bien haut (il est 15h30), il se tenait près de la vasque olympique et semblait alors sourire", écrit-il de Yoshinori Sakai, le dernier porteur de la fameuse torche, le décrivant en train de s'approcher du brasero olympique lors de la cérémonie d'ouverture".

unnaYSakaimed.jpg

Le patriotisme au Japon : le témoignage de Mishima a-t-il eu un impact sur l'évolution de la culture japonaise ?

"Je suis désolé de l'admettre, mais non. Si le Soleil Levant avait eu ne serait-ce qu'un petit espoir de "se relever", je ne pense pas qu'il se serait tué. Dans son pays, il est considéré comme un grand auteur, même si peu de gens le lisent et que ses écrits font généralement l'objet de l'attention des chercheurs. Quant à son activité politique, elle est source d'embarras, comme c'est systématiquement le cas pour tous les Japonais qui ont choisi d'aller à contre-courant, et de ne pas se soumettre sans critique aux diktats d'une société souvent monolithique. En bref, Mishima est considéré comme un exemple à suivre uniquement à l'étranger. L'Archipel est progressivement devenu un pays frivole, voué à un consumérisme effréné et considérant ses traditions avec condescendance. La bande dessinée, le cinéma et la technologie sont des choses utiles et "agréables", mais ce n'était certainement pas le Japon que Mishima voulait faire revivre. 

Yoshinori_Sakai_1964.jpg

Y a-t-il de nouveaux documentaires qui ont vu le jour à l'occasion de la célébration du 50e anniversaire de la mort de l'écrivain japonais ?

"Nous parlons de l'homme qui, avec Haruki Murakami, est l'auteur japonais le plus traduit au monde. De nombreux articles et essais ont été publiés sur Mishima, dont beaucoup sont d'un calibre considérable. Il ne reste donc pas grand-chose à découvrir, à l'exception de sa production théâtrale, qui n'a pas encore fait l'objet de traductions et de recherches adéquates. J'ajouterais qu'en Amérique, les critiques suivent une perspective biographique dans les études sur Mishima, alors qu'en France, au contraire, ils prêtent attention au côté artistique de ses œuvres - ce qui est ma propre approche - tandis qu'en Italie, ils ont encore tendance à évaluer essentiellement son "parcours politique".   

Mishima n'est pas seulement un auteur japonais mais une personnalité fondatrice de l'archipel culturel non-conformiste. Quels auteurs ont poursuivi et poursuivent ses recherches héroïco-littéraires ?

"Au Japon" ? Aucun ! Avoir ce genre de profondeur humaine et de courage intellectuel, mélangé à un talent stupéfiant, est presque impossible à trouver chez une seule et même personne. N'oublions pas que les Japonais, mais c'est vrai pour tous les Extrême-Orientaux, sont un peuple très conformiste. Beaucoup plus honnêtes que nous, Occidentaux, bien sûr, mais peu enclins à des tentatives de rébellion ou d'individualisme. Mishima peut agir comme un stimulant, j'en suis absolument convaincu, pour quiconque, japonais ou non. Il faut cependant éviter les interprétations instrumentales ou les enthousiasmes non structurés. Nous parlons d'un personnage complexe qui est, à sa manière, un "univers", offrant ainsi de multiples facteurs à étudier et à analyser. L'important n'est pas d'en faire une sorte de Che Guevara de droite, d'en faire une icône intangible, alors qu'en fait c'était un homme qui aimait la vie, social et sociable, plein d'impulsions et non de haine". 

Entretien réalisé par Michele De Feudis.

71F0OeNNa5L.jpg