Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 09 février 2014

What Links the Threat of a U.S. Default with the Destabilization of Ukraine?

UkraineProte.jpg

What Links the Threat of a U.S. Default with the Destabilization of Ukraine?

Nikolai MALISHEVSKI

Ex: http://www.strategic-culture.org

 
At the Munich Security Conference the Ukrainian opposition and the U.S. essentially agreed on a plan to force Viktor Yanukovich to capitulate. Arseniy Yatsenyuk told of this plan of action, which was worked out with the direct participation of Western representatives, after a meeting with U.S. Secretary of State John Kerry and EU officials. While the «Euromaidan» is shoring up its tents, showing that it is there for the long haul, the State Department has appointed a time by which the regime change operation in Ukraine is to be finished: March 24. That is how the message which appeared on the official site of the U.S. State Department on January 24 could be interpreted:

«Ukraine Travel Alert. The U.S. Department of State alerts U.S. citizens of the potential risks of travel to Ukraine due to the ongoing political unrest and violent clashes between police and protesters. Protest-related violence, particularly in Kyiv, has escalated sharply since January 19, resulting in several deaths and hundreds of injuries.  Protesters have occupied Kyiv’s Independence Square and several government buildings in Kyiv and other cities throughout Ukraine.  Groups of young men, popularly called “titushky,” have attacked journalists and protesters and committed other random acts of violence in Kyiv and other cities.  U.S. citizens are advised to avoid all protests, demonstrations, and large gatherings.  U.S. citizens whose residences or hotels are located in the vicinity of the protests are cautioned to leave those areas or prepare to remain indoors, possibly for several days, should clashes occur.  This travel alert expires on March 24, 2014».

The start of implementation of the regime change plan most likely will coincide with February 7. Two significant events are to occur on this date: the start of the Olympic Games in Sochi and the deadline on suspension of the cap on the U.S. state debt agreed upon by the President and the Congress.

Today, as six months ago, when the situation in Syria abruptly deteriorated and everyone was expecting the beginning of a military campaign against that country, the masters of the dollar from the Federal Reserve and the U.S. government once again face the same self-destructive dilemma: to default and declare America bankrupt or to raise the debt ceiling once again and further toughen austerity measures. On the international arena this dilemma is directly linked with the need to reevaluate the status and role of American currency. 

The masters of the dollar are unable to resolve the problem which is making America's life difficult. In recent years they have merely been postponing a solution, making do with initiating cataclysms to distract attention from the dramatic situation with America's currency. Now a new flare-up in the problem has been postponed until February after something similar occurred last autumn amid the dramatic happenings which fastened the entire world's attention to Syria (the drama was instigated by America's allies among the Islamist terrorists who falsified a «chemical attack» in August 2013). A similar refocusing of the world media's attention is occurring today, but this time the role of the main «distraction» is being played by the disturbances and pogroms on the streets of Kiev and other Ukrainian cities.

Compare these two illustrations; they are identical. In the illustration framed in red are instructions in Arabic developed by American specialists during the first stage of the «popular protest» in Syria (2011). Framed in yellow are instructions in Ukrainian for Kiev's Maidan activists. 

The problem of a U.S. default first became a major issue in 2008, soon after Moscow's statement that Russia is setting a course toward economic integration of Eurasian countries. Then the Americans were able to distract the world's attention by shifting it to the slaughter in South Ossetia started by their Georgian puppets on the day of the opening of the Olympics in Beijing and to what the world media called «the beginning of the global economic crisis».

The default of the «global superpower» and the collapse of the currency system and the dollar will most likely not take place immediately after February 7 either, despite the most acute financial and economic crisis since the time of the Great Depression and the astronomical proportions of the aggregate debt of the United States. The masters of the American currency have initiated a whole series of crises which could give the dollar its next reprieve. 

The most «promising» crisis has been created around Ukraine, to whose shores the U.S. is already prepared to send its warships under the pretext of the Sochi Olympics. Thanks to the sensation surrounding the disturbances in Ukraine, key facts which testify to the acuteness of the problems facing Americans remain practically unnoticed in the world media. Such as information about the size of the drop in the real disposable income (RDI) of Americans since 1974 (the change is reflected in the following graph):

These events affect Europe as well. Even pro-American Polish politicians, such as former president of Poland A. Kwasniewski, who represents the European Parliament in Ukraine with regard to the Tymoshenko case, speak of this with alarm. «The situation in Ukraine,» says Kwasniewski, «could get completely out of the control of the authorities and the opposition and have extremely tragic consequences not only for Ukrainians, but for the European Union as well... The fact that innocent people are being killed in Ukraine could cause a wave of migration and economic problems... We truly are in danger of a great tragedy. I think that European diplomats, diplomats from neighboring countries and Poland should be very sensitive to these matters. We could end up in a spiral of events which we will no longer be able to stop..». 

Besides the crisis in Ukraine, which is distracting the international public from the upcoming battle for the future of the dollar on Capitol Hill, another three «backup» crises are being prepared in Thailand, Egypt and Syria. On the eve of the Olympics, Damascus is supposed to report on the liquidation of its chemical weapons. The plan adopted in November provides for the weapons to be completely removed from the country by February 5. However, Syria is clearly lagging behind schedule. But both Damascus's fulfillment (disarming before a potential aggressor) and non-fulfillment of its obligations with regard to chemical weapons give Washington a pretext to step up actions against Syria, Russia's last Middle Eastern frontier. It's not for nothing that at the Munich Security Conference the U.S. attempted once again to talk with Syria in the language of ultimatums, and the radical Islamists from the Caucasus Emirate, who are fighting on the side of the Syrian rebels, are already prepared to act in Ukraine after the recent call for their confederates to «go on jihad» both in Syria and in the Northern Caucasus.

 
Tags: European Union Federal Reserve Ukraine US

samedi, 08 février 2014

Privatisation des semences : une guerre de l’ombre se livre depuis un siècle

semences-d-39-orge-sac-pile-de-sack.jpg

Privatisation des semences : une guerre de l’ombre se livre depuis un siècle

Ex: http://fortune.fdesouche.com

L’Assemblée nationale examine aujourd’hui [NDLR : 4 février] un projet de loi qui élargit aux plantes le délit de contrefaçon. Ce projet, qui suscite une forte indignation, renforce un vaste arsenal réglementaire limitant le droit à échanger et reproduire les semences de ferme.

Depuis un siècle, « les semenciers n’ont eu de cesse de chercher des moyens techniques pour assurer leur monopole sur la semence », rappelle Yves Manguy, co-fondateur de la Confédération paysanne. Tout commence aux États-Unis dans les années 20. Paysans et consommateurs sont progressivement devenus otages des grands semenciers. Sans jamais cesser de résister à la privatisation du premier maillon de la chaîne alimentaire.

La « guerre des semences » [1] s’intensifie. Un récent projet de loi considère la reproduction de semences à la ferme, ces graines issues de variétés sélectionnées par l’industrie semencière, comme une « contrefaçon ».

Cette tentative d’appropriation de la semence n’est pas nouvelle. Elle remonte au début du 20e siècle et commence plus précisément aux États-Unis. En 1923, le ministre de l’Agriculture décide d’arrêter la sélection quasi naturelle du maïs [2] au profit d’hybrides non reproductibles qui assurent un retour sur investissement. Et pour cause : les paysans sont obligés de racheter chaque année leur semence ! Le fils du ministre de l’Agriculture, Henry Wallace, lancera d’ailleurs Pioneer Hi-Bred, l’un des principaux semenciers mondial, avant d’être lui-même nommé vice-président des États-Unis. Depuis ce moment-là, les semenciers n’ont eu de cesse de chercher des moyens techniques – hybrides ou OGM – pour assurer leur monopole sur la semence.

Semences certifiées

En France, la première étape de cette guerre des semences date de 1961. Les semenciers créent, avec la caution des États, l’Union pour la protection des obtentions végétales (UPOV). Celle-ci va servir de bras armé aux semenciers pour instaurer leur monopole.

A l’époque, les agriculteurs se contentent d’acheter quelques quintaux de semences certifiées : ils les essaient et les reproduisent sur leur ferme plusieurs années consécutives. Rapidement, alors que les surfaces augmentent, le triage de la récolte à la ferme combiné à de faibles moyens matériels posent problème.

Les coopératives lancent alors une campagne en faveur des semences certifiées. Elles sont dans un premier temps échangées, avant d’être uniquement vendues. Au regard du prix garanti du blé, l’impact sur le coût de production est faible. Mais la tendance s’inverse à partir de 1983 avec des prix garantis à la baisse, et un prix de la semence à la hausse. Les agriculteurs se souviennent qu’ils peuvent faire eux-mêmes leurs semences pour diminuer leurs frais. Des entreprises en profitent pour proposer un nouveau service, le « triage à façon à la ferme ».

Contre-offensive des firmes semencières

La chute de l’utilisation des semences certifiées, qui représentent 60 % des surfaces, inquiète les semenciers et les amène à réagir. La première attaque a lieu en 1988. La SICASOV [3] – le percepteur des semenciers – intente un procès pour « contrefaçons » à la coopérative de Dijon qui fait du triage à façon pour ses adhérents. Elle s’appuie sur la loi de 1970 sur la propriété intellectuelle dans laquelle un amendement sur les semences a été tardivement introduit lors des débats à l’Assemblée nationale… La coopérative de Dijon est finalement condamnée par la Cour d’appel de Nancy. Une décision qui va pousser la SICASOV à multiplier les procès.

Juillet 1989, les moissons viennent de commencer. Les agriculteurs mettent de côté le grain pour les semis d’automne. « L’accord du 4 juillet » signé entre la FNSEA, le GNIS (Groupement national interprofessionnel des semences) et le ministère de l’Agriculture, tombe comme un coup de tonnerre.

Il interdit aux paysans d’avoir recours à un prestataire de service – le trieur à façon – pour préparer sa semence. Or, il n’est pas question de ressemer ce qui sort de la moissonneuse batteuse sans le trier, du fait des impuretés et des mauvaises gaines. En clair, il faut acheter la semence du commerce.

Mobilisations pour le droit à multiplier ses semences

Le 8 août 1989, un milliers de paysans et d’entrepreneurs de triage à la ferme se mobilisent à Poitiers. Ils décident publiquement devant la Préfecture de passer outre l’interdiction, et déclarent que les trieurs seront dans les fermes dès le lendemain. Malgré les amendes du GNIS et un procès à Poitiers qui aboutit à un non-lieu, l’accord du 4 juillet n’est pas appliqué. Cette action commune donne naissance à la Coordination nationale pour la défense des semences fermières (CNDSF). Elle compte parmi ses membres la Confédération paysanne, la Coordination rurale, le Modef, le Syndicat des trieurs à façon et la Fédération nationale de l’agriculture biologique.

Deux ans plus tard, les délégations de 21 pays se réunissent à Genève pour la 4e Conférence diplomatique de l’UPOV. La France tente de faire adopter l’interdiction totale de la semence de ferme. Sans succès. Le règlement reconnait une dérogation au droit des obtenteurs « dans la mesure où cela ne nuit pas à leurs justes intérêts ». C’est sur cette base que sera instituée en 2001 la « cotisation volontaire obligatoire ». Une véritable dîme sur les semences !

Les semences, un sujet de société

Pour être appliquées, les décisions de l’UPOV doivent être ratifiées par les Etats. C’est ainsi qu’un projet de loi visant à instaurer la « cotisation volontaire obligatoire » sera soumis quatre fois au Sénat ou à l’Assemblée. Après avoir été rejeté en 1995, en 1997 et en 2006, le projet de loi est finalement adopté en 2011, malgré l’opposition de la gauche qui s’engage à le remettre en cause lorsqu’ils seront au pouvoir (lire à ce sujet : Le droit de planter et cultiver librement bientôt interdit ?). Les actions de la CNDSF puis du Réseau semences paysannes créé en 2003, auront été déterminantes dans ces rejets. Reste qu’à ce jour, la promesse de la majorité actuelle n’est pas tenue. Pire, l’introduction des semences dans la loi sur les contrefaçons votée par le Sénat le 20 novembre 2013 a comme un goût de provocation.

La récente occupation du GNIS par la Confédération paysanne a permis une ouverture qui, nous l’espérons, sera confirmée lors du vote au Parlement le 4 février prochain. Le ministère de l’Agriculture s’est en effet engagé à exclure les semences de ferme du champ de la contrefaçon. Quant à la loi de 2011, elle doit tout simplement être abrogée. Les semences jusqu’au siècle dernier étaient un bien public à disposition de tous. La confiscation de ce bien commun, sous couvert de la science, ne porte pas seulement atteinte aux paysans mais à l’ensemble des consommateurs qui deviennent des otages. La lutte contre cette mainmise sur le premier maillon de la chaine alimentaire n’est plus une question agricole. C’est un sujet de société.

Yves Manguy, agriculteur retraité, premier porte-parole de la Confédération paysanne, co-fondateur de la Coordination nationale pour la défense des semences fermières

[1] Cette notion est tirée de l’ouvrage La guerre des semences, de Jacques Grall et Bertrand Roger Levy, publié en janvier 1986.

[2] Appelée « sélection massale », la technique la plus proche de la sélection naturelle et la plus utilisée dans les sélections paysannes : les plantes qui semblent être les meilleures sont maintenues ensemble et celles indésirables sont éliminées.

[3] SICASOV est l’acronyme de Société coopérative d’intérêt collectif agricole anonyme des sélectionneurs obtenteurs

Bastamag

00:05 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : agriculture, semences, politique internationale | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Will Mobocracy Triumph in Ukraine?

ukrmobo.jpg

Will Mobocracy Triumph in Ukraine?

By

Ex: http://www.lewrockwell.com

Despite our endless blather about democracy, we Americans seem to be able to put our devotion to democratic principles on the shelf, when they get in the way of our New World Order.

In 2012, in the presidential election in Egypt, Mohammed Morsi of the Muslim Brotherhood won in a landslide. President Obama hailed the outcome.

One year later, the Egyptian army ousted and arrested Morsi and gunned down a thousand members of his brotherhood. The coup was countenanced by John Kerry who explained that the Egyptian army was “restoring democracy.”

Comes now the turn of Ukraine.

In 2010, Viktor Yanukovych, in what neutral observers called a free and fair election, was chosen president. His term ends in 2015.

Yet since November, protesters have occupied Maidan Square in Kiev, battling police, and howling for Yanukovych’s resignation. The United States appears now to be collaborating with Europe in bringing about the neutering or overthrow of that democratically elected government.

Military coups, a la Cairo, and mob uprisings, at la Kiev — are these now legitimate weapons in the arsenal of democracy.

What did Yanukovych do to deserve ouster by the street? He chose Russia over Europe.

In the competition between Vladimir Putin and the European Union over whose economic association to join, Yanukovych was betrothed to the EU. But after an offer of $15 billion from Putin, and a cut in fuel prices to his country, Yanukovych jilted the EU and ran off with Russia.

Yanukovych felt he could not turn down Putin’s offer.

Western Ukraine, which favors the EU, was enraged. So out came the protesters to bring down the president. And into Kiev flew John McCain to declare our solidarity with the demonstrators.

Kerry has now joined McCain in meddling in this matter that is none of America’s business, declaring in Munich that, “Nowhere is the fight for a democratic European future more important than today in Ukraine.”

We “stand with the people of Ukraine,” said Kerry.

But which people? The Ukrainians who elected Yanukovych and still support him or the crowds in Maidan Square that want him out and will not vacate their fortified encampments until he goes?

Kerry is putting us on the side of mobs that want to bring down the president, force elections, and take power. Yet, Americans would never sit still should similar elements, with similar objectives, occupy our capital.

Reportedly, we are now colluding with the Europeans to cobble together an aid package, should Yanukovych surrender, cut the knot with Russia, and sign on with the EU.

But if Putin’s offer of $15 billion was a bribe, what else is this?

While he rules a divided nation, Yanukovych has hardly been a tyrant. As the crowds grew violent, he dismissed his government, offered the prime ministry to a leader of the opposition, repealed the laws lately passed to crack down on demonstrations, and took sick for four days.

But the street crowds, sensing he is breaking and smelling victory, are pressing ahead. There have now been several deaths among the protesters and police.

Putin is incensed, but inhibited by the need to keep a friendly face for the Sochi Olympics. Yet he makes a valid point.

How would Europeans have reacted if, in the bailout crisis, he, Putin, had flown to Athens and goaded rioters demanding that Greece default and pull out of the eurozone?

How would the EU react if Putin were to hail the United Kingdom Independence Party, which wants out of the EU, or the Scottish National Party, which wants to secede from Great Britain?

Ukraine was briefly independent at the end of World War I, and has been again since the breakup of the Soviet Union. Still the religious, ethnic, cultural and historic ties between Russia and Ukraine are centuries deep.

Eight million Ukrainians are ethnic Russians. In east Ukraine and the Crimea, the majority speak Russian and cherish these ties. Western Ukraine looks to Europe. Indeed, parts belonged to the Habsburg Empire.

Pushed too far and pressed too hard, Ukraine could disintegrate.

Security police who have questioned jailed rioters seem to believe we Americans are behind what is going on. And given the National Endowment for Democracy’s clandestine role in the color-coded revolutions of a decade ago in Central and Eastern Europe, that suspicion is not unwarranted.

Nor is Russian foreign minister Sergei Lavrov entirely wrong when he says, “a choice is being imposed” on Ukraine, and European politicians are fomenting protests and riots “by people who seize and hold government buildings, attack the police and use racist and anti-Semitic and Nazi slogans.”

If, as a result of street mobs paralyzing a capital, a democratically elected Ukrainian government falls, we could not only have an enraged and revanchist Russia on our hands, but a second Cold War.

And we will have set a precedent that could come to haunt Europe, as the rising and proliferating parties of the populist right, that wish to bring down the European Union, learn by our example.

Rangoon Realpolitik: Russia, India courting Myanmar

 Rangoon Realpolitik: Russia, India courting Myanmar

Myanmar Army Commander Gen Min Aung Hlaing on a visit to Delhi in 2012. Source: AP

A mini version of the Great Game is being played out in Asia – and the prize is Myanmar, strategically overlooking the main shipping channel that connects the Indian and Pacific Oceans. Long boycotted and forgotten by much of the world, the Buddhist country’s military junta – perhaps unwillingly – had developed strong military and commercial ties with China and Pakistan.

Part of the blame for Myanmar tilting towards China and Pakistan goes to next-door neighbour India. Showing a complete lack of realpolitik, New Delhi had shunned the Myanmarese military rulers while openly supporting the opposition leader Aung San Suu Kyi.

The friendless junta opted for 'friends' who were available. At one time, Myanmar used to refer to China as “paukphaw” – the Myanmarese word for sibling. The strategic and military relationship between the two resulted in Chinese fighter jets, tanks and missiles pouring into Myanmar. Military advisors soon followed and soon the army, air force and navy were being trained by Chinese officers.

In return China got access to Myanmar ports, offering Beijing with strategic influence in the Bay of Bengal, in the Indian Ocean region and Southeast Asia. Worryingly for India, China built a massive intelligence gathering network on Great Coco Island. Located just 18 km from India’s Andaman & Nicobar Islands, it allows China to monitor India's military activities, including missile tests, in the area.

Pakistan followed in China’s wake. In 2001, three Pakistan Navy vessels - a submarine, tanker and destroyer - visited Yangon Port. This was an unprecedented development because until then Myanmar had maintained it would not permit foreign navies to visit the country.

Enter Moscow

Despite deep defence ties the Myanmarese were loath to buy their insurance policy from just two countries – especially when one of them was a known international outcaste. Myanmar had never quite forgotten that in 1963 Moscow had provided the newly installed military government with three helicopters. Russia, having lost ground in its former strongholds such as Iraq, Libya and Syria, also saw an opening into a growing market.

In 2009 Moscow cracked that market, selling the Myanmar Air Force 20 MiG-29s in a $570 million deal, edging out the Chinese who had offered their knockoff fighters. Russia’s MiG Corp also pitched in, helping upgrade Myanmar's main military airstrip.

Russia also sold Myanmar Mi-35 attack helicopters, aircraft trainers, artillery guns, air defense systems, tanks, radars and communication equipment.

According to Wikileaks, Russian diplomats were able to connect with the secretive Myanmarese generals. “Russia has exceptional access in Naypyidaw (the capital), including to top military leaders; and [the Russian ambassador] has been the most outspoken defender of the regime’s policies, including its human rights record during sessions with visiting UN officials,” reads the leaked cable.

The Myanmarese generals were glad they had made the right buys. The cable shows Russian helicopter gunships were successfully deployed against Kachin rebels.

India’s reset

Alarmed by the Chinese military and intelligence gathering bases in Myanmar, India has taken a long-overdue policy u-turn. Indian military supplies are now trickling into the country. These include maritime patrol aircraft, naval gunboats, 105 mm light artillery guns, mortars, grenade-launchers and rifles.

India has reported agreed to Myanmar’s request for assistance in building offshore patrol vehicles (OPVs). More importantly, it has green lighted a request to double the number of vacancies for training Myanmarese Navy officers and sailors from the current quota of 50. India will also train Myanmarese pilots to fly Russian-built Mi-35 helicopters.

According to The Diplomat, Myanmar is currently engaged in a competitive naval buildup with Bangladesh, particularly since the maritime standoff between their navies in 2008, which did not portray Myanmarese naval capabilities in a particularly good light. It is in this backdrop that Myanmar has asked for more from India – new radars, sensors and sonars for its naval frigates and corvettes.

In a sign that India is shedding its Gandhian reticence towards military exports, the Defence Research & Development Organisation’s hull-mounted sonar (HUMSA) – which is designed for small frigates, corvettes and OPVs – is being exported to the Myanmar Navy.

The sonars are also part of a larger pipeline of naval sensors being supplied to Myanmar, which has in the past included BEL-built RAWL-02 Mk III L-band 2D search radars and commercial grade navigation radars that are being sported by Myanmar Navy ships, reports The Diplomat. The primary offensive weapon of these ships is the Russian built Kh-35 Uran anti-ship missile.

While India would like to play a larger role in Myanmar, especially its democratisation process, the junta is in no hurry to travel that path. Instead they find the Vladimir Putin school of democracy more suited to the needs of a developing country that is reeling under separatist movements.

According to Asia Times, Myanmar appears to be looking elsewhere for inspiration and ideas. In July this year, a parliamentary delegation from Myanmar led by speaker Shwe Mann visited Russia as part of a "fact finding mission" on Russia's democracy model.

“Given their wariness of democracy in the first place and particularly one that is argumentative and noisy like that in neighboring India, Myanmar's rulers, who have often spoken in favor of a ‘disciplined democracy’ are looking to Russia for ideas….,” says the report.

Considering the state of democracy in India, you couldn’t fault the Myanmarese for looking elsewhere. As long as Myanmar is being weaned off both Beijing and Islamabad, New Delhi should count its blessings.

Related

vendredi, 07 février 2014

La face noire de la mondialisation : mirages, eldorados et jihad

130224-k-premierepagemanipulationdesinformation4.jpg

La face noire de la mondialisation: mirages, eldorados et jihad

 

 

Ont-ils perdu toute décence ? Servir de danseuses à des milliardaires-prédateurs leur bloque-t-il désormais tout accès au réel ? Le terme “danseuse” est dur – mais c’est Libération du 16 décembre 2013 qui affirmeNiel a ‘niélisé’ le Monde, en a fait un journal d’influence des intérêts de la net-économie et du low cost contre l’économie traditionnelle”.

Ainsi, ces journaux d’“information” ne font même plus mine d’informer leurs lecteurs, partis qu’ils sont en une dérive propagandiste inouïe depuis La Chine en construction, magazine maoïste qui, lors du “Grand bond en avant” (vingt millions de morts de faim en 1958-1960…), vantait odieusement la joyeuse opulence du peuple chinois.

L’affaire débute au Brésil. Dès janvier 2010, l’auteur dénonçait des médias idolâtrant ce pays ravagé par le crime – googler “Brésil eldorado” expose sur-le-champ ce honteux panégyrique. Or cette violente criminalité – que tout Brésilien redoute -, ces médias l’ont camouflée cinq années durant derrière d’hystériques louanges (“Dieu est brésilien”…).

Le soufflé brésilien retombé (émeutes… monnaie en chute libre… capitaux étrangers en fuite), on espérait quelque décence, de la retenue dans la célébration d’autres miroirs aux alouettes. Eh bien non, car depuis, deux nouveaux “eldorados”, le Mexique et la Colombie, enflamment ces médias – précisément dans les mêmes termes.

Echantillon de ces contes de fées. Mexique : “Nouvel eldorado des entreprises françaises… Destination toujours plus prisée… cette énergie, ce sentiment que tout peut arriver… Pays ouvert et créatif… Audacieux !” Colombie : “Sa capitale attire touristes et étudiants du monde entier, séduits par le dynamisme de son économie… Les restaurants raffinés pullulent…

Or ces pousse-au-crime en forme de publi-reportages incitent des touristes, entreprises et professionnels, à fréquenter des coupe-gorge dont ils peinent ensuite à sortir – s’ils en sortent. Coupe-gorge, vraiment ? Voici ce que cachent au public les médiatiques thuriféraires de ces “eldorados” – tous les faits ici énoncés émanent d’indéniables sources officielles.

D’abord, le Mexique :

- Premier distributeur mondial de vidéos pédopornographiques,

- Premier pays au monde pour les enlèvements crapuleux ; 911 (connus) de janvier à juillet 2013, contre 720 dans les mêmes mois de 2012,

- La criminalité coûte au Mexique de 8 à 15 % de son PNB annuel ; le racket (qui bondit de 170 % depuis 2006) a ruiné 40.000 PME en 2012,

- Les attaques de centrales électriques par des cartels de la drogue (pour venger la capture de leurs chefs) donnent désormais au chaos mexicain l’allure d’une “narco-guerre”,

- 98 % des homicides commis au Mexique restent impunis,

- Les “escadrons de la mort” (milices anti-crime, etc.) comptent, dit un député mexicain, 200.000 hommes armés agissant hors de tout contrôle.

- Un récent sondage demande aux entreprises : sont-elles “plus exposées à la fraude que l’an passé ?”… 93 % de “oui” (56 % en 2012).

Mais comme les ploutocrates type Goldman Sachs (inventeur de l’arnaque des Brics) font du Mexique le nouveau paradis, l’orchestre médiatique – censé informer ses lecteurs – manie l’hyperbole flatteuse, tandis que notre pauvre ministre du Commerce extérieur saute à pieds joints dans le piège de l’eldorado factice.

La Colombie, maintenant : vantée par divers médias comme parangon urbain de l’inventif et du moderne, Medellin est le fief “latino” du trafic de mineures. Tout riche amateur y achète aisément aux enchères la virginité de dizaines d’adolescentes. Mise à prix, 2.600 dollars US.

Autre capitale régionale, Cali (2,5 millions d’habitants) est ravagée par une sanglante guerre entre narco-gangs : 2.000 homicides en 2013. Rappel : la France (66 millions d’habitants), 900 homicides en 2013.

Autre domaine stratégique où la presse-des-milliardaires fuit le réel : le terrorisme islamiste.

D’abord, cette éclatante réalité : pour maints pays, Etats-Unis en tête, ce “terrorisme” n’est plus qu’un pur alibi pour l’opinion. Pour l’Amérique, cela ressort d’une édifiante étude (Esquire, octobre 2013). Le risque pour un citoyen américain de mourir d’un attentat est :

- 85 fois inférieur à celui de périr dans une fusillade,

- 262 fois inférieur… dans un incendie,

- 356 fois inférieur… lors d’une noyade,

- 1.595 fois inférieur… par homicide,

- 2.626 fois inférieur… par alcoolisme aigu,

- 3.468 fois inférieur… par accident de voiture.

Barack Obama l’affirme clairement à la National Defense University le 23 mai 2013 : “Aujourd’hui, le noyau dur d’al-Qaïda en Afghanistan et au Pakistan est en déroute. Ses dirigeants en vie passent plus de temps à se protéger qu’à comploter contre nous. Ce résidu n’a pas ordonné les attentats de Benghazi ni de Boston. Ils n’ont pu frapper sur notre sol depuis le 9/11”.

Prétexte, la preuve : qu’ont de commun Benyamin Netanyahu et Bachar al-Assad ? Ils “combattent le terrorisme”. En Irak, le Premier ministre Maliki exige la livraison d’avions américains F. 16 high-tech, pour… “combattre le terrorisme”. L’universel cyber-espionnage de Prism ? Washington “combat le terrorisme”…

Les terroristes, eux, survivent comme mercenaires d’Etats sunnites voulant “punir” l’Iran ou l’Irak, ou comme ultimes et sanglants zombies. Exemple, le raid des Shaabab de Somalie dans un centre commercial de Nairobi en septembre 2013. 61 otages massacrés, dont des enfants démembrés, aux yeux crevés et au sexe arraché. Qu’espèrent désormais de tels monstres ? Et qu’en faire, hormis les éliminer au plus vite ?

Or face à ces mutations, face à ces moujahidines-bandits syriens vendant des tonnes d’amphétamines et s’enrichissant à coups d’enlèvements crapuleux, les journaux d’information dépeignent indéfiniment un “al-Qaïda” inchangé depuis 1995. Le monde regorge désormais d’hybrides et ces médias, incapables de repérer les apparitions et de dépasser les apparences, sont aveugles à ce qui est en devenir, à l’entièrement inhabituel.

Le nouvel Economiste

Saudi Arabia buys the West

PHO1d2da6a6-7176-11e3-b0cd-79e623ffbf6c-805x453.jpg

Vladimir Odintsov

Saudi Arabia buys the West

Ex: http://journal-neo.org

The relationship between Saudi Arabia and the west, primarily the United States, has always been a critical component of the Saudi political policy. However, the recent changes to the strategy undertaken by Washington and its various European allies to resolve both the Syrian crisis and the Iranian nuclear program have forced Riyadh to amend its foreign policy priorities and to alter any further co-operation with the western countries.

These policy changes that Washington and its main ally, London, have undertaken in the Middle East are being called no less than a “betrayal and a deceitful attitude towards Riyadh” by representatives of the Saudi Arabian royal family. Such claims were particularly applied toThe Telegraph newspaper by the Saudi ambassador in London, prince Mohammed bin Nawaf bin AbdulAziz Al Saud and it has been stated that from now on, Riyadh “will not be idly standing by”. His advisor Nawaf Obaid has, meanwhile, accused America and the west of “being dishonest with Saudi Arabia” and announced that the Saudis will be adopting a new “defence doctrine” to accomplish their foreign policy goals and that “our strategic posture is moving from reactive to proactive”, that is, they will be taking an active position in terms of their foreign policy.

Saudi Arabia’s refusal to strategically partner with the United States was also voiced to a host of foreign media at the end of 2013 by the head of the Saudi Intelligence Prince Bandar bin Sultan, who claimed that a “decisive shift” was occurring in Saudi Arabian foreign policy. He has stated that the Saudi monarchy will now cease to focus on Washington, who has been “ignoring Riyadh interests”.

Saudi Arabia’s foreign policy has certainly never been public. This is primarily because the leaders of this kingdom have never had to be accountable before their own people with regards to their plans and policies. This is why Riyadh’s plans on the foreign arena were always hidden behind a veil of secrecy and only in certain circumstances did well-known foreign players become privy to this knowledge through “confidential talks” with Saudi diplomats. Even then, this information was less of a “revelation” and was instead clearly well-placed information that was disseminated in a skilled manner through the “confidential talks” to reinforce certain Saudi manoeuvres or to implement certain secret monarchy plans. This is why the information pertaining to Riyadh’s shifting political focus that “accidentally” ended up in the hands of a host of western news agencies, primarily The Wall Street Journal,The Telegraph, Reuters, The New York Times and others at the end of last year was really an expertly-executed informational campaign aimed at warning Washington and London that they their risk losing their main ally in the Arab world, Saudi Arabia. It’s not hard to guess that Prince Bandar bin Sultan could have been the one behind this campaign, as he is in charge of not only the national intelligence but virtually all of the kingdom’s foreign policy.

This “informational leak” was quickly followed by Riyadh’s “demonstration of strength” in the form of financial flirting with various Arab countries as well as those in the Middle Eastern region (in particular Lebanon, Egypt and others) and their readiness to fully replace the United States as a source of funding for their military and technical modernization programs as well as a source of foreign weapons, a task that would instead be relegated to a “trusted Saudi Arabian ally”. This political game undertaken by Riyadh began to actively attract leaders of other nations, those who also felt “offended by Washington”. Or, simply put, those who, like Saudi Arabia, have become outcasts within the new American policies. In this environment, the Saudi’s first choice fell to the French president François Hollande, who was eager to play along to the Riyadh tune during a time when his ratings were falling catastrophically low among the French population.

This led to François Hollande visiting Riyadh at the end of 2013 where the Saudi Arabian king allocated a $3 billion grant to fund the Lebanese Army on the condition that weapons will be purchased in France. Furthermore, Saudi Arabia also stated that it is ready to spend over $50 billion on the further foreign policy rapprochement with France, which is based on their common views with respect to the situation in Syria and Iran.

This led to a severely negative reaction in the United States, where this grant approval was seen as a public insult of the American position on Iran and Syria, a position that is contrary to the Saudi policies surrounding these countries. The United States believes that Riyadh intends to create a new axis with Paris after having met the rather soft, from the Saudi point of view, platform undertaken by Washington with respect to their Middle Eastern policies. The foundation of this new axis will be involving Paris in billion dollar operations relating to the regions’ weapons and military equipment, something France cannot refuse. At the forefront of the French-Saudi political alliance is the Saudi oil money which has caught the interest of the deeply troubled French economy. The French have already signed a $1.5 billion contract agreeing to modernize the Saudi navy, which has led François Hollande to undertake three additional visits to Saudi Arabia.

Although the French and Saudi Arabian foreign policy is fairly close on issues surrounding Syria, Lebanon and Iran, there are serious disagreements regarding Egypt with respect to the role that the Muslim Brotherhood should have in the country and in the region as a whole. These disagreements could undermine the burgeoning “axis of good” in the future, however, Riyadh can presently count on their “valuable ally, uncompromising with respect to Assad” on Syrian issues.

Washington is not only worried about losing Saudi Arabia as the sole client for American weapons, but is also concerned about the hit to the United States’ reputation as the provider of aid to Lebanon to help strengthen their military power. After all, the financial support being provided to Lebanon seems to be a lot more generous from Saudi Arabia than it is from the U.S.

The United States’ foreign policy image with respect to Syria is also suffering due to France’s growing activity in establishing contacts with the Syrian opposition with the aid of the Saudis. While François Hollande was having talks with Riyadh’s protégé and head of the national coalition for Syrian opposition Ahmad Dzharba, Washington’s highest politicians did not once attempt to make these types of contact themselves.

France’s growing efforts to anchor in the Persian Gulf and the Saudi attempts to define partners who would help resolve pressing regional issues (Syria, Iran and others) without involving the United States has led to serious concerns in Washington. The American plan to control the process of transforming the gulf monarchies (Cooperation Council for the Arab States of the Gulf) into an economic, military and political bloc are now under serious threat. This could also mean that various U.S. projects would grind to a halt, such as the creation of the unified integrated ABM system in the Persian Gulf, the launching of the new co-ordination mechanism – a Council of the Defence Ministers of the U.S. and the Cooperation Council for the Arab States of the Gulf, and even the creation of a unified military and political bloc of the gulf monarchies.

This has forced the hand of U.S. State Secretary John Kerry, who travelled to Saudi Arabia with a short visit at the beginning of January of this year. Although the main topic of conversation was the issue of reconciling the Middle East, behind closed doors there were also talks of other issues that have cast a shadow over Saudi-American relations (military-technical co-operation and their disagreements on Iranian and Syrian policies). The Saudis once again linked resolving the Palestinian-Israeli conflict with how the situation will be developing with regards to the regional problems that are central to Saudi interests.

Within these circumstances, the United States’ position on these issues will be a defining characteristic that will determine the further particulars of the Saudi co-operation with the Americans. Experts also note that Saudi Arabia will not be able to agree that the Arab countries should recognize the Jewish character of the Israeli state, a point which is being advanced by the Americans and John Kerry himself.

In a word, the “boiling Middle East” is a fitting name for the region as the intrigues here seem to be perpetually growing. They are followed by new informational provocation, which in turn prepares a foothold for the possible upcoming deterioration of the military-political situation in the region. One example of this is the new recent claim by the U.S. Director of National Intelligence James Clapper regarding the possibility that Syria has the manufacturing capabilities to produce not just chemical, but biological weapons which will, once again, give the U.S. a reason to send a military operation to Damascus, something of particular interest to Riyadh who is ready to pay any amount of their oil money to achieve their goals.

However, let’s not forget that the times are changing and the world is changing with them. New calls for military action, even those that are financed well and generously funded by the Wahhabi monarchy, will not only fail to generate an income for the puppeteers in Washington and Riyadh, but will instead hasten their political downfall. 

Vladimir Odintsov is a political commentator exclusively for the online magazine New Eastern Outlook.

Syrie: guerre par procuration vers la paix ou bien vers le chaos

syrie_terroristes_02.jpg

Syrie: guerre par procuration vers la paix ou bien vers le chaos

par Eberhard Hamer, Mittelstandsinstitut Niedersachsen e.V.

Ex: http://www.horizons-et-debats.ch

Tous les grands médias au monde se sont réjouis des insurrections en Afrique du Nord, en Syrie et en Ukraine présentés comme des mouvements de libération. Cependant, il s’est avéré, entre temps que ces soulèvements ne provenaient pas de l’intérieur de ces pays mais qu’ils étaient fomentés, dirigés et financés de l’extérieur et qu’il s’agissait d’intérêts économiques ou financiers étrangers ou – à l’instar de la Syrie ou de l’Ukraine – de politique de puissance géostratégique.


Quels sont les intérêts qui ont provoqué la tragédie syrienne?
–    Sans la déstabilisation de la Syrie, Israël et les Anglo-Saxons n’auraient pas osé s’attaquer à l’Iran, ou n’auraient pas pu atteindre en toute sécurité ce pays avec leurs missiles et leurs avions – bien qu’il semble que pour le moment le gouvernement américain ait abandonné ce plan. Cette période d’avant-guerre était nécessaire pour la lutte des Américains et les dictatures sunnites (Arabie saoudite et Qatar) contre la Syrie chiite et son allié de Téhéran. Cette Syrie relie l’Iran chiite avec d’autres groupes chiites du monde arabe. Sans cet intermédiaire, l’influence de l’Iran dans le monde arabe serait affaiblie.
–    C’est aussi une question liée aux ressources de gaz. Jusqu’à présent, un oléoduc venant de l’Iran traversait la Syrie. Entretemps on a trouvé des gisements de gaz naturel dans le sud de l’espace méditerranéen – non seulement en zone maritime mais également sous le territoire syrien (Kara). Jusqu’à présent, le Qatar exportait du pétrole liquéfié au moyen d’une flotte de pétroliers. Si le gouvernement Assad disparaissait, le Qatar aurait la possibilité de transporter le «combustible bleu» directement par le territoire syrien vers la côte de la Méditerranée et pourrait ainsi doubler son volume d’exportation et en même temps empêcher l’exportation de l’Iran. C’est la raison pour laquelle le Qatar finance l’insurrection en Syrie.
–    Le contrôle des livraisons du pétrole et du gaz en provenance du Proche-Orient signifie pour les Etats-Unis en même temps le contrôle de l’Europe occidentale et l’affaiblissement de la Russie. Outre les raisons géostratégiques, ce sont donc des raisons économiques qui sont décisives pour les «corrections par des soulèvements» en Libye, Tunisie, Egypte et Syrie. Il s’agit du monopole (et des prix de monopole) pour le pétrole et le gaz.
–    La participation d’Israël en Syrie correspond également au principe du gouvernement Netanyahu, et de tous les anciens gouvernements, de déstabiliser tous les pays voisins afin de sécuriser Israël.
–    Le principal financier de l’insurrection populaire présumée en Syrie sont les Etats-Unis et les dirigeants en sont la CIA qui veille à ce que la propagande de masse dans le monde soit en faveur des «rebelles syriens», en leur fournissant des armes de précision, des missiles antichars, des lunettes de vision thermique, des fusils de précision et dirige, avec l’aide de la marine américaine, la gestion logistique de l’insurrection depuis la mer. Par leur engagement en Syrie, les Etats-Unis et leur industrie tente de lutter contre l’influence de la Russie (politique de l’encerclement) et de la Chine alliée de l’Iran.
–    La Russie possède une base marine et militaire sur la côte méditerranéenne de la Syrie. Après avoir été évincés de la Libye, les Russes ne veulent pas se faire chassés, également, de la Syrie.
–    Parallèlement, la croisade occidentale en Syrie a atteint la Grande Muraille chinoise. La Chine s’intéresse aussi vivement aux ressources du Moyen-Orient. Le Pakistan est déjà sous son influence. Les Chinois entretiennent des relations de longue date avec les talibans afghans. L’Iran est aussi leur allié. Le sud de l’Irak est de facto contrôlé par les alliés chiites de l’Iran. A l’aide de la Syrie, la Chine cherche également à obtenir de l’influence sur la côte méditerranéenne.
–    De même que le but des Etats Unis est d’encercler la Russie et la Chine afin de les repousser à l’intérieur de leurs frontières (par exemple à l’aide de l’insurrection fomentée par les Etats-Unis en Ukraine et la nouvelle offensive dans le Pacifique), ces deux pays veulent, dans le cas de la Syrie, stopper la politique d’encerclement américaine pour des raisons économiques, militaires et géopolitiques.


Lors de la conférence sur la Syrie, les Syriens eux-mêmes n’ont été que des participants passifs. Les commanditaires de la guerre syrienne doivent se mettre d’accord. Mais ils sont confrontés à des obstacles insurmontables:
1.    Les troupes ayant été infiltrées en Syrie par les Etats-Unis (CIA), à savoir les talibans, les combattants de la révolution et les fanatiques islamiques, auparavant engagés dans les pays d’Afrique du Nord ainsi que les troupes de mercenaires (tel Black­water etc.), ne peuvent pratiquement pas être éloignés sans faire de ravages ailleurs. Plus personne ne les veut. On doit donc les laisser s’entretuer et détruire la Syrie. Cela plaide en faveur de la continuation de la guerre.
2.    Les dictatures pétrolières sunnites (Qatar, Arabie saoudite) n’ont pas uniquement leurs propres intérêts à promouvoir concernant le pétrole et le gaz en Syrie, mais également des intérêts de suprématie idéologique islamique qu’ils ne vont guère abandonner.
3.    Israël ne veut pas la paix avant d’avoir atteint la déstabilisation totale de la Syrie afin d’avoir la voie libre en direction de l’Iran.
4.    La Russie se bat pour son influence en Syrie et soutient donc le président Assad (langage occidental: «le régime Assad») en tant qu’allié garantissant ses intérêts.
5.    La Chine est intéressée à la paix en Syrie à condition que son influence soit assurée ou élargie par Assad.


La paix, est-elle possible dans ces conditions?
Quelques objectifs de guerre initiaux des intervenants étrangers se sont entre temps réalisés ou ont changés:
–    Israël ayant atteint son but de déstabiliser la Syrie et le Liban à long terme n’est donc plus partenaire de la conférence de paix.
–    Les Etats-Unis s’épouvantent désormais face à leurs propres mercenaires. Ils craignent, qu’en cas de victoire, un nouveau système islamique, encore plus dangereux que le précédant, puisse se développer en Syrie. Ils cherchent donc une voie de sortie sans trop perdre la face.
–    Jusqu’à présent, la Turquie s’est tenue un peu à l’écart, mais elle a aidé les insurgés de manière subversive au moyen d’armes et d’aide militaire et logistique. Elle veut certes augmenter sa sphère d’influence en Syrie, mais n’est nullement intéressée à avoir un Etat islamique radical comme voisin.
Sont en faveur d’une solution pacifique, avec le maintien du gouvernement Assad:
–    la Russie, car elle garderait ainsi sa base navale et ses alliés en Syrie,
–    l’Iran, car l’axe chiite serait ainsi maintenu et Assad resterait le rempart contre les attaques provenant d’Israël,
–    la Chine, car elle aurait, par l’intermédiaire de l’Iran et de l’axe chiite, plus d’influence sur Assad que sur des terroristes islamistes.


Les terroristes islamistes sont contre une solution pacifique. Les autres buts qu’ils poursuivent – à l’exception de la conquête du pouvoir sunnite en combattant les chiites – sont, selon les groupements très divers, sans doute pas toujours facile à définir et dépendent en partie également de leurs bailleurs de fonds et de leurs dirigeants (Mossad, CIA, Qatar, Arabie saoudite).


Une armistice suffirait déjà à neutraliser les combattants infiltrés. Cela ne peut donc pas être dans leur intérêt, d’autant plus que la résistance de la population dans les territoires qu’ils occupent se renforcerait. S’ils n’étaient plus payés par les Etats-Unis et les monarchies sunnites, ils ne pourraient plus faire face à la pression de l’armée syrienne. Ils devraient donc quitter le pays et semer la pagaille autre part.


Le président Assad et l’armée syrienne pourraient également ne pas encore être intéressés à un cessez-le-feu, car ils sont en train de gagner et de libérer de plus en plus le pays des terroristes. D’autre part, des négociations de paix avec un groupe de citoyens syriens présenterait l’avantage que les 30 000 soldats mercenaires étrangers seraient ainsi isolés, de sorte qu’Assad pourrait risquer de négocier la paix avec une représentation de groupes syriens.


Il faut s’attendre à ce que la tactique utilisée à Genève soit la suivante: des négociations de paix, oui, mais pas encore de cessez-le-feu – et plus tard: la paix, oui, mais uniquement entre Syriens et sans les terroristes étrangers.


Si l’on se demande, si la fomentation de cette guerre par les puissances étrangères, a valu la peine pour eux, il ne reste en réalité que l’avantage israélien (déstabilisation). Les Américains, la CIA, le Qatar et l’Arabie saoudite vont probablement perdre. Pour eux, cette guerre n’a certainement pas amené les résultats escomptés.


Après que les Américains ont, avec l’aide des Russes, empêché l’attaque israélienne contre l’Iran et terminé avec succès les négociations nucléaires avec ce pays, une reprise pacifique pourrait se produire dans cette région, si l’on parvient à éliminer les combattants étrangers de la Syrie et réinstaurer la paix entre les Syriens.    


(Traduction Horizons et débats)

Quel est le rôle de l’Allemagne en Ukraine?

L-Ukraine-en-etat-d-insurrection.jpg

Quel est le rôle de l’Allemagne en Ukraine?

par Karl Müller

Ex: http://www.horizons-et-debats.ch

Les mass media allemands mènent actuellement une campagne ouverte contre le gouvernement ukrainien et à l’aide de celle-ci également une contre le gouvernement russe. Toute personne qui n’a que les informations des mass media à disposition et qui doit donc se former une opinion en se fondant sur celles-ci, ne sait pas ce qui se passe réellement en Ukraine.
Néanmoins, même sur la base des informations publiées, il est possible de poser quelques questions et d’exiger des réponses:

  1. Les mass media allemands, ainsi que le gouvernement, exigent vivement de l’Ukraine qu’elle respecte le droit de protestation pacifique. Faut-il en déduire que le gouvernement allemand considère que les occupations de maisons, les blocus, l’édification de barricades, les détériorations et les actes de violence massive sont des «protestations pacifiques»? Pourquoi ne condamne-t-on pas ces violations évidentes du droit, poursuivies en Allemagne comme violations de domicile et de l’ordre public, quand il s’agit de l’Ukraine?
  2. Les «protestations» dans la capitale de l’Ukraine ressemblent beaucoup à d’autres manifestations menées de l’extérieur pour imposer des changements de régime, le tout non pas sur la base de règles institutionnelles, mais à l’aide de la pression de la rue, méthode s’étant substituée aux putschs militaires qui ne sont plus très à la mode.1 Vitali Klitschko est un produit allemand, mis en place par la Fondation Konrad-Adenauer de la CDU.2 Quelles sont les justifications du gouvernement allemand concernant la violation massive de la Charte de l’ONU interdisant strictement toute ingérence dans les affaires intérieures d’un autre Etat souverain?
  3. Certains commentaires rappellent, même si leur objectif n’est pas le même, qu’on peut de l’extérieur manœuvrer un pays dans une situation de pré-guerre civile. Ainsi, on a pu lire dans la «Süddeutsche Zeitung» du 23 janvier: «Il est vrai qu’il n’y a pas encore de guerre civile en Ukraine. Mais il est aussi vrai que toute guerre civile commence ainsi ou dans des circonstances semblables. En Syrie, la diplomatie occidentale a dû se soumettre dans la douleur à une certaine retenue. Cela ne doit pas se passer en Ukraine.» En ce qui concerne la Syrie, on sait à quel point l’Occident, y compris l’Allemagne, a attisé le feu. Le gouvernement allemand peut-il garantir qu’il n’en sera pas de même pour l’Ukraine?
  4. Sur la base des analyses géopolitiques et stratégiques actuellement connues concernant le rôle de l’Ukraine dans la politique mondiale, on peut estimer qu’il y a suffisamment d’indices légitimant l’idée qu’en réalité le gouvernement allemand ne s’intéresse en Ukraine ni aux droits humains, ni à la démocratie, ni au bien-être de la population. On sait depuis le milieu des années 1990 que l’Ukraine doit être le fer de lance occidental des Etats-Unis et de leurs alliés dans leur lutte contre la Russie (Brzezinski: «Le grand échiquier – L’Amérique et le reste du monde»). C’est dans ce but que vont les tentatives d’«intégrer» l’Ukraine dans l’UE et l’OTAN. Le gouvernement allemand peut-il de façon crédible faire croire que ces analyses sont sans intérêt et que la politique du gouvernement allemand envers l’Ukraine et la Russie est menée en toute honnêteté, dans le sens d’une coopération pacifique et en toute égalité, comme il se doit entre pays se trouvant sur un pied d’égalité?

Les peuples d’Ukraine, d’Allemagne et de Russie ne veulent pas se voir entraînés dans des conflits sanglants. Ils vivent sur le même continent où chaque pays dépend de l’autre. Ils savent quels sont les dangers de se laisser entraîner dans des conflits suscités par des campagnes mensongères à l’intérieur ou entre leurs pays. Ils se souviennent des innombrables victimes causées par la surenchère de violence. Cette année, on commémore pour la centième fois le début de la Grande guerre. Cela ne reste-t-il pas un avertissement pour tous les peuples européens?


C’est à juste titre qu’on s’interroge sur les raisons des campagnes médiatiques se suivant à un rythme accéléré. Pourquoi veut-on nous distraire des véritables questions urgentes qui touchent nos pays et l’Europe toute entière? La classe politique allemande et «occidentale» croit-elle réellement pouvoir détourner l’attention de ses propres échecs en menant une campagne médiatique bruyante? N’est-il pas temps de réfléchir? Pourquoi ne voit-on pas apparaître une politique honnête, fondée sur les valeurs fondamentales?3   

 •

1    cf. Wayne Madson: NATO’s Eastern Prize,
www.strategic-culture.org/news/2013/12/16/ukraine-nato-eastern-prize.html du 16/12/13. Version allemande: Die Ukraine: Ein Staat im Osten, den die NATO gern vereinnahmen möchte, www.luftpost-kl.de/luftpost-archiv/LP_13/LP20113_221213.pdf du 22/12/13
2    cf. Horizons et débats no 39 du 23/12/13, p. 6–7
3    cf. «Etat des lieux en début d’année», in: Horizons et débats, no 1 du 20/1/14, p. 1

Zum Führungswechsel im Iran

Karl Heinz Hoffmann:

Zum Führungswechsel im Iran

Ex: http://sachedesvolkes.wordpress.com

elections-legislatives-iran.jpgIm Iran hat ein großartiger Staatsmann die politische Bühne verlassen. Ahmadi Nedjad hat sich während seiner Amtszeit, für alle Zeiten einen würdigen Platz in der Geschichte gesichert. Seine Größe besteht nicht nur darin, besonderes diplomatisches Geschick bewiesen zu haben, sondern auch darin, dass er sich nicht nur für die sozialen Belange seines eigenen Volkes, sondern auch stets warmherzig für die Rechte der unterdrückten und ausgegrenzten Völker engagiert hat.

Für uns Deutsche bleibt sein, an die Bundeskanzlerin gerichteter offener Brief ein unvergessliches Zeichen der Verbundenheit mit den Deutschen.
Wird ein fremder Staatsmann vom bundesdeutschen Establishment geschmäht, kann man sicher sein, dass er ein echter Freund des deutschen Volkes ist.

Nun haben die iranischen Wähler Hassan Rohani, der dem geistlichen Stand angehört, die Staatsführung anvertraut. Damit stellt sich die Frage, ob in naher Zukunft bedeutende politische, gesellschaftliche und wirtschaftliche Veränderungen zu erwarten sind?


Die Iraner werden wohl von ihrem neuen Präsidenten mehr erwarten als er zu leisten im Stande sein wird. Vor allem wird die erhoffte Aufhebung der Wirtschaftssanktionen, von der man sich Erleichterungen verspricht, schwerlich zu erreichen sein.

Hingegen werden sich die von den Intellektuellen geforderten Lockerungen der auf die Kontrolle der öffentlichen Moral abzielenden Maßnahmen weitgehend verwirklichen lassen. Man wird der freien Entfaltung der Persönlichkeit mehr Raum geben. Damit wird eine gewisse Ruhe unter den Vertretern der Moderne in den iranischen Großstädten einkehren. Das wäre schon mal ein sehr positives Ergebnis.

Die Aufhebung der gegen die Wirtschaft des Iran gerichteten Sanktionen wird auch Hassan Rohani nicht erreichen können.

Der Westen hat das Atomprogramm der Iraner zum Anlass genommen, die Sanktionen zu verhängen. Damit sind aber die wahren Gründe nicht genannt.

Hassan Rohani könnte das iranische Atomprogramm nicht stoppen, er wird das auch gar nicht wollen, aber selbst wenn der Iran vollkommen auf die Nutzung der Kernenergie verzichten würde, könnte das nicht bewirken, dass die Sanktionen aufgehoben werden.
Und zwar deshalb nicht, weil es den Westmächten gar nicht primär um das Atomprogramm geht, sondern um verdeckte Zielstellungen, die nicht offen ausgesprochen werden können.
Den US-Amerikanern und Briten geht es um nichts anderes als um die Erlangung der Kontrolle über die iranischen Ölfelder; und den Israelis geht es darum, ihre militärische Vormachtstellung im mittleren Osten mit deutlichem Vorsprung gegenüber dem Iran zu festigen – wenn sie diesen Vorsprung überhaupt noch haben.

Soweit es die militärische Leistungsfähigkeit angeht, arbeitet die Zeit für den Iran.
Mit moderaten diplomatischen Gesprächen wird sich die gespannte Gesamtlage zwischen Mittelmeer und Hindukusch nicht entspannen lassen.

Es wird viele Gespräche geben, aber die Spannungen werden anhalten und die problematische wirtschaftliche Situation im Iran wird sich auch nicht durch einen Führungswechsel im Regierungsapparat schlagartig verbessern lassen. Die wirtschaftlichen Probleme sind die Folge der Sanktionen.

Der Boykott wird bleiben, also wird der Iran auch weiterhin mit den Auswirkungen der Sanktionen auf die iranische Wirtschaft zu kämpfen haben.

Fazit: Die Veränderungen im Iran werden mittelfristig nur von marginaler Bedeutung sein.

Karl-Heinz Hoffmann

00:02 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : politique internationale, actualité, iran, moyen orient | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

jeudi, 06 février 2014

Is Israel Getting Ready to Rethink its Strategy in Syria?

Is Israel Getting Ready to Rethink its Strategy in Syria?

Dmitry MININ

Ex: http://www.strategic-culture.org

 
On 24 January, a senior officer in the Israeli military intelligence held a special briefing, at which it was reported that there is «the possibility» of Israel rethinking its strategy in the Syrian conflict. The reason? The sharp rise in the number of militants in Syria linked to al-Qaeda who are uncompromising when it comes to Israel. Just two years ago they numbered 2,000, but today this number has increased to 30,000. They have travelled to Syria from countries in the Middle East, Europe, America... Israel is starting to come to the conclusion that if Bashar Assad is overthrown and the militants’ immediate goal realised – the creation of a large Islamic state from Syria and parts of Iraq – then these forces are going to come down on them hard. Hence the need for Israel to look at the possibility of carrying out its own large-scale operations in Syria, apparently.

According to the Israelis, the Islamist groups in Syria that pose a threat to their country include:

1. Jabhat al-Nusra. On 22 January, the Israeli security agency Shin Bet reported that it had foiled three planned terrorist attacks by this organisation, including blowing up the US Embassy in Tel-Aviv and the Convention Centre in Jerusalem. The alleged perpetrators included immigrants from Turkey and the North Caucasus republics. 

2. The Islamic State of Iraq and the Levant.

3. Ahrar ash-Sham. This group serves as the basis for the recently established Islamic Front (IF), which America has declared to be a «moderate» group. Israeli intelligence sources are disputing this assessment, pointing out that Ahrar ash-Sham’s leader, Abu Khalid al-Suri (real name Mohamed Bahaiah), admitted that he is a member of al-Qaeda. Experts in France are also in agreement with this, observing that Muhamed Bahaiah acts as al-Qaeda’s chief coordinator in Syria, used to have links with Bin Laden and remains a close acquaintance of al-Zawahiri.

4. Jaysh al-Islam. This organisation dominates the Damascus region and is known to have close ties with Saudi and Pakistani intelligence agencies.

The Israeli army (the IDF) is considering several options for how it could tackle these groups:

a) creating buffer zones on the Syrian side of the border;

b) air and ground strikes against jihadist border concentrations;

c) deep thrusts into Syria and Iraq to block the advance of al-Qaeda forces into Jordan;

d) the targeted assassinations of top al-Qaeda commanders; and

e) preventing jihadist forces from seizing areas in Syria that could subsequently be used as springboards from which to advance into Israel.

At the same time, however, Israeli strategists are stipulating the need for all the «pros and cons» of fighting al-Qaeda in Syria to be considered carefully, bearing in mind that such a military campaign would ease the pressure on Assad’s regime and his allies, Iran and Hezbollah, which Israel, of course, does not really want to do. But at some point, they are going to have to choose which is more important – real security or the myths of their own propaganda.

Speaking at the annual conference of the Institute for National Security Studies, «Security Challenges of the 21st Century», Israel’s Defence Minister, Moshe Ya’alon, stated that the US has encountered many challenges in the region and is trying to reduce its presence and intervention. At the same time, he believes that Syria’s partition into several parts is a looming reality, which means that Israel needs to be prepared for the situation when its «red lines» are crossed. This would be «an attack on Israel or the transfer/use of chemical weapons» which, according to Ya’alon, could alter Israel’s position regarding its «non-intervention» in what is currently happening in Syria.

Israel’s significant military build-up on its border with Syria has already been declared. The IDF’s press office announced the official commissioning of a new territorial division known as the Bashan Division after the ancient name of the Golan Heights region, in which the division will be stationed. The division will be led by Brigadier General Ofek Buchris, a former commander of the Golani Brigade and then commander of the 366th Reserve Division, known as the «Netiv Ha-Esh» Division.

The IDF’s 36th «Ga’ash» Armor Division, which as well as carrying out combat missions served as the territorial division in the Golan Heights region, will remain in the same place, but will move into the reserves of the General Staff. This division includes the «Golani» Infantry Brigade, the «Saar me-Golan» and «Barak» Armor Brigades, and the «Golan» Artillery Regiment.

On 28 January, commenting on a report about the renewal of US arms supplies to Syrian rebels, the Israeli military intelligence website DEBKAfile reported that, this time around, they are going to carry out the plan agreed with Tel-Aviv for the creation of two buffer zones on the border between Israel and Jordan. The US is also supposedly convinced of the futility of trying to alter the balance of forces in the Syrian conflict in its favour, and is ready to restrict itself to protecting its last reliable allies in the region. The plan is for both zones to be created in Syria, sufficiently close to Damascus.

According to reports by Reuters, high-ranking officials in American and European intelligence agencies have confirmed that a plan approved by the US Congress for the financing of arms supplies to rebel groups in Syria contains secret articles that not all members of Congress are aware of.

Weapons and ammunition, including anti-tank missiles and grenades, will be delivered to Syria through Jordan. In addition, the US is also intending to provide the so-called moderate opposition with a variety of equipment, including modern communication equipment and night vision equipment.

Even on the face of it, however, there are serious doubts about the potential of America and Israel’s «new strategy». To begin with, it is mistaken in the false hope that there are forces loyal to the West that can be placed along the border between Israel and Jordan, similar to the Maronite Army of South Lebanon that existed in the 20th century. Finding «border guards» like that in Syria is extremely difficult. The entire region of the Golan Heights on the Syrian side is dominated by anti-Israeli minded jihadists from Jabhat al-Nusra. In many respects, these were nurtured by Israel itself, which was once obsessed with the idea of overthrowing Bashar Assad no matter what. It should be noted that since the beginning of the Syrian crisis, more than 800 militants, including 28 leaders, have received medical help in Israeli hospitals, including the Rambam Medical Center in Haifa, where top-level officials are treated. How exactly «democrats» are to emerge in place of these al-Qaeda-ists, however, is unclear. 

The picture is more varied in the sector adjacent to Jordan, but it is also unlikely that local rebels want to turn into eternal «military settlers». Everyone remembers the fate of the puppet South Lebanese Army, whose soldiers were eventually forced to abandon their homeland with their families and sit and vegetate in Israel, deprived of all rights. In fact, if the Islamists conquer the rest of Syria, pockets like these will be crushed in a matter of hours.

 It is about time people understood that none of the various strategic equations in Syria can be solved without the involvement of Bashar Assad as both the most important figure in Damasus and the country’s president. The Syrian government does not need any kind of external intrusion against its enemies, enemies that were nurtured by the «suddenly enlightened» Western and Israeli strategists themselves. Something different is required, namely that the US and its allies stop all inference in Syria’s affairs. Damascus will deal with the rebellion itself single-handed. That way it will be cheaper, and result in fewer victims.

USA: A Fleeing Paradise

80605d072d0f066cce8167140409fb26.jpg

Gordon Duff

USA: A Fleeing Paradise

John Martin’s “Paradise Lost”

Increasingly, Americans want to leave the country, imagining there is a magical place out there with real people in it. This may come to a surprise to some, but social discourse in America is dead. Americans do not talk to each other, not neighbors, not co-workers and, most of all, not friends. Americans cannot afford “friends.”

It used to be only in the most backward areas of the south, long steeped in a culture that prided itself in ignorance and violence, in bigotry and religious extremism. Now it is everywhere.

Nobody outside the United States has a remote idea about American politics. The meltdown in Washington over Iran and Syria, over the Israeli lobbying group, AIPAC, demonstrating the ability to cripple America’s government even when their positions run directly against the politics of Jewish Americans, generally progressive mainstream liberals.

The truth is, educated Americans are either brutalized into silence, flee the country or flock to one of the few remaining centers of rational thought, Ann Arbor, Michigan for one or America’s “left coast,” cities like San Francisco or Portland, Oregon.

Otherwise, attempting to talk to an American will make you think you are back in the Dark Ages, when serfdom was the norm and the Church sold indulgences.

A VERY REAL POLITICAL DIVIDE

America has a two party political system. The media, increasingly, loves to talk about how both are the same, corrupt, hated, and inept. We can get back to the media, clearly controlled, tasked with destroying faith in institutions, crushing real debate, breeding a feeling of powerlessness and hopelessness.

They have done a good job. Most Americans think both parties are the same. This is hardly the truth.

Any rational examination of the Republican Party shows them to be unsound, largely monolithic and utterly corrupt. The only moderating factor for Republicans was their general unwillingness to completely destroy the United States. Purportedly conservative, their policies have always been feudal, totalitarian, racist and utterly corrupt.

For decades, they worked to deny rights for women and minorities, deny the dangers of smoking, allow adulterated food and medicines into the market, protect polluters and abusive employers and deny the rule of law to any but the powerful. To them water and air cannot be poisoned enough. If only I were making this up, if only it were not something openly admitted, even bragged about.

Then the “Tea Party” came in, lacking the moderation and discipline of their criminal compatriots, these “firebrand” reformers quickly crawled up to the trough, espousing nuclear attacks on Iran, defunding schools, veterans benefits and eventually crashing the government through obstruction.

Were one to actually speak to one of these individuals, one would find them to be rabidly insane, nothing less.

Where the outside world fails is in its ability to accept that people of this kind could actually gain control of a nation. Americans have always been bombarded with propaganda, taught from birth to fear or hate pretty much everyone from Native Americans to Venezuelans.

On the other side is the Democratic Party, a loose confederation of the rational and feeling combined with the historically corrupt political “machines” of America’s cities.

Underlying it all is organized crime, increasingly recognized as its own “loose confederation” no longer limited to drugs and prostitution. Today’s organized crime is led by America’s financial institutions, insurance companies, banks, brokerage houses, hedge funds and corporate giants. Do they run both parties? A real answer is no.

Why would Americans so often either vote for or even allow a political organization dedicated to their impoverishment and destruction to prevail?

That is the real question, one that puzzles so many Americans. Then again, those Americans are continually told both parties are equally bad and failing to accept that message, accept it and sit quietly while those around you profess insane and inhuman beliefs is what is required to continue living in America.

America is an insane asylum run by those who should be in the “dangerous” lock-down ward.

Where the world has failed is in recognizing that a nation can actually go insane, become rabidly dangerous, especially when that nation, bankrupt though it may be, directly controls the majority of military assets on the planet.

THE MILITARY

Those outside the United States read of American military commanders being relieved of duty. Every month or so, a story is released about how a commander of this or that nuclear weapons unit was caught having sex with the wife of an underling or was “otherwise” unsound. Last week, Secretary of Defense Hagel announced that America’s entire nuclear command was being investigated.

What he is not mentioning is mutiny, Satanic rituals, missing nuclear weapons and threats of a military coup. Back during the 1960s, such things were the subject of films, Dr. Strangelove, Seven Days in May and more. Today they are very much a reality.

You see, few outside the US would believe that dozens of high ranking officers, thousands within the officer corps, would be recruited by bizarre apocalypse cults dedicated to biblical apocalypse prophesy or Satanic worship.

You see, this is where America has gone, from those long denied roots in America’s south, religions steeped in snake handling, mysticism and coercion, no longer a part of just the south.

CHURCHES

I live outside a decaying industrial city known for liberal politics and a century of underlying corruption. Those who know it well call it “Unholy Toledo.”

Since the late 1970s, the landscape of this region and much of America has become dotted with what we call “megachurches.” One nearby has tens of thousands of worshippers and owns shopping centers and hotels, buying up distressed property while taking advantage of the tax exempt status religions enjoy in America.

The “pastor,” a seemingly comic figure, drives an expensive luxury car, lives the life of an oligarch and, from time to time, is seen in local parks with his pants around his ankles, displaying his manhood to passersby.

Nothing in the message of these churches remotely resembles what the world knows to be Christianity. How could American Christians favor torture?

Go to an American church and look around. The “crusader wars” and drone killings are easy to understand, as is America’s ability to overlook the role it has taken on in supplying the world with cheap heroin from Afghanistan.

I have to relate another religions story about “Unholy Toledo.” This one, as American humorist Jim W. Dean so often says, “You just can’t make things like this up.”

A regular news story here involves attempts by members of our Catholic community to free Fr. Gerald Robinson from prison. He is serving life for the murder of a nun back in 1982.

Attempts were made to arrest him then but city and church officials blocked it until 2006 when police finally brought him to trial. It was called a “ritual murder.”

Much was made public during the investigation though reporting during the trial omitted what was learned. Robinson was part of a warlock coven of seven priests that subjected local children to ritual Satanic abuse for years. Dozens came forward telling of being locked in coffins with snakes squirming over them.

They also told of how they were not believed, not even by their own parents but this is an old story now, as only recently 50,000 priests have been defrocked for crimes that may well be similar or worse. We will never be told the truth.

Robinson’s murder of the nun, Sister Margaret Ann Pohl, was done as part of a Black Mass, Robinson garbed in red robes, the chapel he used adorned with an inverted cross and black candles. The sister was stabbed 13 times in the pattern of an inverted cross and her habit pulled over her head exposing her pubic area.

She was 80 years old.

Last June, Veterans Today reported that a group of powerful bankers planned to sacrifice a child on the summer solstice in Denver, Colorado.

Some reeled in shock and outrage that we would name the place and time and even key individuals involved.

After all, such things do not happen.

Then again, from an article by Glenn Canady at BeforeItsNews:

“Thursday June 6, 2013 I first reported on my Original Article here on Veterans Today titled “Amber Alert: Illuminati Council of 13 Human Sacrifice Denver Colorado” Warning kidnapping of new born infant between June 17-20, 2013, Bush Satanic Rituals and Human Sacrifices.

On Monday June 17, 2013 Sammie Lamont Wallace, 37, walked into the Walmart  in Midwest City, Oklahoma and snatched a 2-year-old girl from her mother’s shopping cart and took her hostage. Religious writings found later in Wallace’s apartment referenced Illuminati Satanic Occult June 21. Midwest City Police say the group Illuminati is a Satanic Occult and June 21 is the Occults day for Human Sacrifices. While negotiating with Wallace Police say Wallace was taking the 2 year old for the Illuminati Sacrifice Police shot and killed Wallace.

Suspect Mentioned Satanic Cult While Holding Toddler Hostage At MWC Walmart:”

FLEEING AMERICA

Whatever the economic problems America has and ignoring the millions of Americans, really over 100 million Americans who live in relative poverty, perhaps not by the standards of a refugee camp in Lebanon or a slum in Bangladesh, but poverty just the same, still, it is the dream of so many to leave.

When Americans get together on holidays, people that were once friends, family or neighbors, it is not just “religion” and “politics” that cannot be discussed. In reality, Americans talk about little else, assuming those around them think like they do. It is almost funny hearing Americans complain about government spying. A decade ago, Americans demanded the government take all rights. Any American can be arrested any time, held forever, assets seized, with no legal redress. This has been the case since 2005.

Spying is nothing in comparison. American police in every community are now an occupying force, militarily armed; all with armored vehicles, many with tanks and drones, all trained to shoot first, shoot often and lie about the reasons.

Intrinsically, ever American institution is corrupt, bribery and fraud, law enforcement, judicial up to the Supreme Court, every county commission, every city council, every state legislature and, of course, Washington itself, all with bar codes and price tags, for sale to the highest bidder with few exceptions.

There are exceptions. Who are they?

Look at whom the press attacks.

What is my message? If you believe Americans are sane and rational, you have not met many. If you believe America is a nation of reason, a nation of laws, you have not been paying attention.

Yet, for every word President Obama says, often eloquent, reflecting reason and morality, each word draws a backlash at home of virulent hatred. If none of it makes sense, then you are beginning to understand.

There is a darkness growing in America, one we who live here feel, oppressive, overwhelming and unclean.

It is very real.

Gordon Duff is a Marine combat veteran of the Vietnam War that has worked on veterans and POW issues for decades and consulted with governments challenged by security issues. He’s a senior editor and chairman of the board of Veterans Today, especially for the online magazine “New Eastern Outlook”.

 

 

 

 

 

 

00:05 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, états-unis | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Internet : la pieuvre américaine ?

Internet : la pieuvre américaine ?

par Guillaume Faye

Ex: http://www.gfaye.org

7617_s.jpegLe fondateur et directeur de Skyrock, Pierre Bellanger (photo), par ailleurs créateur du premier réseau social français (skyrock.com), expert en Internet et analyste des médias, signe un nouveau livre, La souveraineté numérique (Stock, 253 p.), qui est probablement l’analyse la plus originale et fouillée de la Toile – et de son futur – parue à ce jour. Au rebours de l’optimisme béat souvent de mise en ces matières, la thèse de l’auteur fait froid dans le dos. Il faut citer ici intégralement la quatrième de couverture : « la mondialisation a dévasté nos classes populaires. L’Internet va dévorer nos classes moyennes. La grande dépression que nous connaissons depuis cinq ans n’est qu’un modeste épisode en comparaison du cataclysme qui s’annonce. La France et l’Europe n’ont aucune maîtrise sur cette révolution. L’Internet et ses services sont contrôlés par les Américains. L’Internet siphonne nos emplois, nos données, nos vies privées, notre propriété intellectuelle, notre prospérité, notre fiscalité, notre souveraineté.

Nous allons donc subir ce bouleversement qui mettra un terme à notre modèle social et économique. Y a-t-il pour nous une alternative ? Oui. »

 

Comparant le réseau Internet à l’espace océanique trans-frontières, l’auteur fait un parallèle entre la thalassocratie anglo-saxonne et l’hégémonie américaine sur la Toile planétaire. Sans oublier de préciser que la Chine, puissance ascendante et sans scrupules, est comme un pirate en embuscade. Les Européens et les Français restent bras ballants, renonçant à utiliser leur  énorme potentiel économique, à le transformer en puissance, voire même à le protéger. Face à ce que l’auteur appelle le « complexe militaro-numérique américain », l’Europe reste un nain, qui prend à peine conscience de ce qui lui arrive. Comme si nous ne savions pas que nous sommes au XXIe siècle et que le ”nomos de la Terre”, pour employer le concept schmittien, a changé de fond en comble. (1)

 

La question de la souveraineté numérique, de la maîtrise d’Internet, fait évidemment beaucoup de moins de buzz que des sujets nettement moins importants (je n’ai pas dit sans importance puisque j’en traite par ailleurs avec vigueur) tels que le mariage homo ou la théorie du genre.

Bellanger use d’un néologisme pertinent : les « résogiciels » c’est-à-dire les conglomérats numériques en réseaux qui tendent à maîtriser les processus et les flux économiques, d’amont en aval et inversement, pour l‘instant tous américains : Google, Apple, Amazon, etc. Espionnage, captation de toutes les données personnelles et collectives, maîtrise des leviers politico-économiques, contrôle des industries : la panoplie de puissance des géants américains de l’Internet, qui fonctionnent la main dans le main avec les super agences de renseignement et le Pentagone, ne cesse de croître, comme une vigne vierge ou une pieuvre.      

La thèse de Bellanger est qu’il faut reconquérir une indépendance et une souveraineté abolies par l’Internet tel qu’il est aujourd’hui.  Car pour lui, il ne s’agit pas de diaboliser Internet mais de se le réapproprier, d’y réintroduire des principes démocratiques mis à mal par une dérive orwelienne des maîtres américains oligopolistiques du web ; loin de fulminer avec rogne impuissante contre l’ ”impérialisme US”, l’auteur appelle à jouer le jeu de la vie, de la politique et de l’histoire, selon une logique au fond schumpeterienne : l’innovation compétitive et la reprise en mains de son destin en cessant d’accuser les autres par fulminations morales, coups d’épée dans l’océan.  

En inventant le concept de « souveraineté numérique », Bellanger fait avancer la science politique en ce qu’il est le premier à formuler cette extension du domaine de la souveraineté – et partant celui du champ politique – au XXIe siècle. Il présente, dans la seconde partie de son essai, un véritable plan de bataille pour reconquérir (ou plutôt conquérir) en France et en Europe, cette souveraineté. En créant nos propres résogiciels, pour nous réapproprier Internet et ses innombrables synapses.

Car, pour les résogiciels et le complexe militaro-numérique US, l’Europe, démontre Bellanger, est le maillon faible, la proie principale, bien plus que l’Asie. En raison de son énorme PIB global  et de son absence conjointe de volonté et de synergie.

 

L’auteur explique, contrairement aux clichés, que la puissance US (et bientôt chinoise par un étrange paradoxe de l’histoire) dans la sphère numérique – et dans toutes les autres, d’ailleurs – repose sur une étroite collaboration, patriotique au fond, entre l’État, le système militaro-industriel et le mercantilisme privé. C’est la logique de l’économie organique, telle qu’elle avait été décrite par François Perroux, qui n’a absolument rien de ”libéral” au sens d’Adam Smith. (2)

 Refuser de reconquérir et de maîtriser la sphère numérique aujourd’hui, c’est comme si jadis on avait renoncé à contrôler l’imprimerie,  à posséder une flotte hauturière ou à construire des chemins de fer, laissant ce soin à d’autres. 

Sur le plan strictement économique, outre le champ politico-stratégique, Bellanger ouvre une autre piste, une autre interrogation : et si l’économie numérique (Internet au premier chef) était fondamentalement destructrice d’emplois, notamment dans les pays qui ne la maitrisent pas ?

 

Bellanger, qui ne néglige pas la science-fiction réaliste, nous brosse un monde dominé par le soft-totalitarisme des réseaux numériques. Ses prédictions sont parfaitement impensables et horriblement possibles. Il est comme le médecin qui vous dit : ”vous voyez  ce petit bouton sur votre fesse gauche ? C’est une tumeur. Si vous n’y prenez garde, elle vous emportera ”.

Contrairement à la tradition de la critique pure (qui est hémiplégique et hélas très française), Bellanger propose des solutions argumentées pour reconquérir l’indépendance numérique. Ces dernières sont, à proprement parler, gaullistes. C’est-à-dire l’alliance synergique de la puissance publique et de l’économie privée. Dans ses propositions, il essaie aussi de surmonter les handicaps des institutions européennes, par des solutions innovantes. Il prône, pour la France et l’Europe la liberté individuelle et l’indépendance collective : n’était-ce pas déjà la leçon d’Aristote, il y a de cela des milliers de révolutions circumsolaires  ?  

 

NOTES

(1) La révolution d’Internet, extrêmement véloce, qui marque le début du XXIe siècle et se caractérise par la constitution d’un ”nouvel espace” (en sus de la terre, de l’océan et de l’atmosphère/ espace proche) peut se comparer à ce qui s’est produit à la charnière XVe/ XVIe siècles par l’irruption de la dimension océanique post-méditerranéenne. 

(2)  L’idée selon laquelle l’économie américaine serait ”libérale” et anti étatiste est d’une prodigieuse fausseté, comme je l’ai montré dans plusieurs de mes essais. Les USA refusent l’État Providence social mais ont totalement adopté le modèle de l’État-pilote du colbertisme, évidemment avec d’énormes variantes. Mais cela mériterait un autre article.

 

NOTE LIMINAIRE

 Pour le philosophe Martin Heidegger, l’innovation technique (à l’image de l’évolution naturelle), intégralement liée à sa diffusion par l’économie, est un mécanisme aveugle et tâtonnant, dont il est impossible de prévoir les conséquences. Il parle de « processus sans sujet ». Et de fait, depuis des siècles, les progrès de la technoscience produisent des effets imprévus sur les plans sociologiques, économiques, anthropologiques, politiques ; des effets qui n‘avaient jamais été planifiés mais qu’on découvre ”quand il est trop tard”. Et auxquels il faut s’adapter a posteriori. Il en fut ainsi de l’agriculture de jachère, comme de l’imprimerie, des métiers à tisser,  de la poudre, du chemin de fer, de l’automobile, du télégraphe et du téléphone, de la radio et de la télévision, de l’aviation, des antibiotiques, du nucléaire, etc. Il en est aujourd’hui de même avec l’informatique, le numérique et Internet. Pour paraphraser Heidegger, l’homme invente un procédé supranaturel (”technique”, du grec technè, qui signifie à la fois ”art” et ”fabrication”) qui produit une réalité augmentée, laquelle agit en retour sur la société humaine de manière imprévue. L’artéfact technique « arraisonne » l’écosystème naturel et humain. C’est l’allégorie juive du Golem : la poupée qui échappe à son créateur et devient autonome. Néanmoins, un pilotage a posteriori de l’innovation est possible, mais il faut faire très vite, être hyper réactif : c’est ainsi que procèdent les ”résogiciels” dont parle Bellanger, pour maîtriser un système économique devenu extrêmement fluide.

2013 : fin des rêves militaires

equipement-f0c99-9604e.jpg

2013 : fin des rêves militaires

par le Général Vincent Desportes

Ex: http://metapoinfos.hautetfort.com

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue du général Vincent Desportes sur les faiblesses de la politique militaire de notre pays... Le général Desportes est l'auteur de nombreux essais consacrés à la stratégie comme Comprendre la guerre (Economica, 2000) ou La guerre probable (Economica, 2008).

2013 aura été « très militaire ». Deux interventions majeures, Serval au Mali pour lancer l’année, Sangaris en République Centrafricaine pour l’achever, avec, à mi-parcours, une opération en Syrie restée sans nom pour avoir été bloquée au dernier instant. En miroir, deux textes fondateurs : le 29 avril, officialisation du Livre Blanc dont la traduction budgétaire - la Loi de Programmation Militaire -, est approuvée par les deux chambres au cours du dernier trimestre.

La puissante contradiction entre les faits – les interventions – et le discours – les deux textes – qui organisent parallèlement la dégradation progressive mais certaine de nos capacités militaires, ne peut que frapper les esprits. Interventionnisme, parfaitement légitime dans les trois cas, et incohérence… jusqu’à l’absurde. De cette « année stratégique » forgée de contradictions, plusieurs leçons peuvent être tirées.

Leçon n°1 : l’évidence des inadéquations. Inadéquation d’abord entre notre politique extérieure, qui s’appuie à juste titre sur nos capacités militaires, et notre politique militaire qui tend à réduire ces mêmes capacités selon des logiques parfaitement déconnectées de leurs raisons d’être. Inadéquation ensuite entre les modèles de forces vers lesquelles nous nous dirigeons inexorablement - des forces réduites de haute sophistication, de plus en plus aptes à remporter les batailles et de moins en moins capables de gagner les guerres, adaptées surtout aux conflits que nous ne voulons pas mener – et les guerres combattues qui exigent des formats et des moyens dont nous nous dépouillons allégrement.

Leçon n°2 : nous ne pouvons fuir nos responsabilités et nos intérêts, ils nous rattrapent. En particulier, nous ne pouvons pas échapper à l’Afrique. Cette politique, initiée dès les années 1990, n’a pas su se donner les moyens du succès. Le pire pour le monde, pour la France, serait une Afrique profondément déstabilisée, faible économiquement, qui aurait le plus grand mal à faire face à l’inexorable mais prochain  - 20 ans - doublement de sa population. Des Etats baroques que nous lui avons laissés, nous n’avons pas su l’aider à faire des Nations. Dès lors, pour un moment, nous devons nous réengager fermement, militairement en particulier, pour construire des structures fiables de sécurité panafricaines et rebâtir des armées qui constituent souvent l’indispensable ossature de ces Etats fragiles.

Leçon n°3 : la fin du rêve européen. Plus que beaucoup d’autres, les Français ont été européens, en matière militaire en particulier. 2013 nous contraint au réalisme. Allons vers l’Europe, mais arrêtons de nous départir des moyens nécessaires à l’exercice de nos responsabilités et à la protection de nos intérêts ; l’Europe elle-même en a besoin pour que soient remplies les missions dont seules les armées françaises sont capables. Tant qu’il n’y aura pas de vision stratégique commune il n’y aura pas de défense commune, car le sentiment de solidarité n’est pas assez fort pour imposer le risque politique. Alors, pour longtemps encore, ne pourront être partagées que les capacités, aériennes et navales, dont l’engagement ne constitue justement pas un risque politique. L’intervention de troupes au sol est trop dangereuse pour dépasser les égoïsmes nationaux : préservons les nôtres si nous voulons maîtriser notre action extérieure.

Leçons n°4 : nous ne pouvons pas commander à la guerre. Le rêve du politique, c’est l’intervention puissante, rapide, ponctuelle, qui sidère. C’est le mythe cent fois invalidé du « hit and transfer », du choc militaire qui conduirait directement au résultat stratégique et, dans un monde parfait, au passage de relais à quelques armées vassales immédiatement aptes et désireuses d’assumer elles-mêmes les responsabilités. Las ! Les calendriers idéaux sont toujours infirmés par la « vie propre » de la guerre. De la première bataille à « la paix meilleure » qu’elle vise, il y a toujours un long chemin chaotique qui ne produit le succès que dans la durée, l’effort et la persévérance.

Leçon n°5 : le volontarisme ne remplace pas les moyens. Dès lors que, pour de multiples raisons, le « paradigme de destruction » ne peut plus être le paradigme central de la guerre, dès lors qu’il faut agir dans des contextes où le facteur multiplicateur de la technologie est très réduit, dès lors que la légitimité de la bataille ne peut se mesurer, ex-post, qu’à l’aulne du résultat politique, l’instantanéité et la « foudroyance » ne fonctionnent plus. La capacité à durer, les volumes déployables, les contrôles des espaces, redeviennent des données essentielles, ce qui remet d’autant en cause les évolutions de nos armées et ce terrible « manque d’épaisseur stratégique » qui les caractérise aujourd’hui.

La France est, et se veut, à juste titre, une grande nation, ce qui suppose des capacités d’action, militaires en particulier. En nous montrant clairement à la fois ce que sait faire notre appareil militaire et ses évidentes limites, 2013 nous réveille et nous rappelle que le premier devoir du stratège est de proportionner l’enjeu et les moyens.

Vincent Desportes (Revue Défense Nationale, 28 janvier 2014)

mercredi, 05 février 2014

Alsace: Big Brother

00:05 Publié dans Actualité, Evénement | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lucien cerise, big brother, événement, alsace | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

La théorie du genre est un délire

theorie-du-genre1.jpg

C’est la théorie du genre qui est un délire

Nouvelle version de l’arroseur arrosé


Raoul Fougax
Ex: http://metamag.fr

Mais qui a parlé le premier de la théorie du genre ? Qui a tenté de la rendre politiquement et sexuellement correcte ? La théorie du genre est peut être exploitée politiquement par des méchants. Ce n’est pas un fantasme. Elle n’est peut-être pas enseignée (encore) officiellement, mais certains tentent de  l’imposer et lancent finalement des ballons d’essais.


Cette aberration sexiste, véhiculée par quelques intellos déjantés et quelques féministes en folies motivés par la haine des hommes, doit être arrêtée au plus tôt. Alors, on nous explique que ce n’est pas ça. On lutte contre la discrimination sexiste ? Ah bon ! La théorie du genre qui nie le différentialisme au niveau du sexe  inquiète des parents et ils ont bien raison. Le fait que l’école soit obligatoire n’autorise pas les enseignants à enseigner n’ importe quoi.


Ce qui est important finalement au-delà de la rumeur, c’est la réaction. Dès vendredi 24 janvier, des classes se sont vidées dans une quinzaine de départements : la Seine-et-Marne, la Seine-Saint-Denis, le Doubs, le Rhône… Lundi 27, rebelote en Ile-de-France, à, Metz, à Nancy… « 100 écoles touchées, dans quatorze académies », a dénombré Jean-Paul Delahaye, le directeur de l’enseignement scolaire, mardi, lors d’un point de presse organisé en urgence au ministère de l’Education.


La rumeur a enflé en fin de semaine dernière, relayée par SMS, galopant sur les réseaux sociaux, portée par de nombreux sites. Des milliers de messages sont tombés sur les portables de parents, pour les avertir que les enseignants s’apprêtaient à enseigner des inepties aux enfants. Au nom de la "théorie du genre", cette idée selon laquelle on est homme ou femme par construction sociale, autant que par différenciation biologique, il était question entre autre d’intervention de transsexuels dans les classes…Ce qui est sûr, c’est que cette théorie est considérée comme blasphématoire par les chrétiens, les juifs ,les musulmans et certains parents de bon sens. 


Les classes se sont vidées. Dans le mille. Car c'est précisément l'objectif du mouvement «Journée de retrait de l'école», lancé par une certaine Farida Belghoul, 55 ans, militante passée en 30 ans de l'extrême gauche à l'extrême droite. Initiatrice en 1984 de la seconde marche des beurs, aujourd'hui proche de l'essayiste Alain Soral (lui-même lié à Dieudonné) et de son association «Égalité et Réconciliation», Farida Belghoul est partie en croisade contre l'avènement d'une théorie du genre à l'école depuis la rentrée 2013-2014. Elle est passée à l'action le 24 janvier en appelant à un boycott de l'école une fois par mois, via les réseaux sociaux et des SMS diffusés en chaîne.

«Vous justifierez l'absence de votre enfant le lendemain par le motif: journée de retrait de l'école pour l'interdiction de la théorie du genre dans tous les établissements scolaires», est-il expliqué sur le site internet du mouvement «JRE2014». Il s'agit d'«une action nationale inédite pour sauver nos enfants», explique le tract. «Le ministre de l'Éducation nationale, Vincent Peillon, sur les traces de son prédécesseur Luc Chatel veut généraliser et officialiser l'enseignement de la théorie du genre (…) à la rentrée 2014 (…) Des centaines d'écoliers sont déjà victimes de ces programmes à titre expérimental», développe le texte en référence aux ABCD de l'égalité, lancés conjointement par Vincent Peillon et Najat Vallaud-Belkacem, dans dix académies. «D'ores et déjà, des militants du lobby LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et transsexuels, s'invitent en classe», explique-t-il. «L'éducation de nos enfants nous appartient», martèle le tract qui milite pour le retour d'«un ministère de l'instruction publique». Sur le site, une soixantaine de contacts locaux assurent le relais du message en régions.


Le ministre est monté au créneau, bien obligé. Il n'y aura pas d'enseignement de la théorie du genre à l'école, mais une « éducation à l'égalité fille-garçon », a assuré ce mardi 28 janvier Vincent Peillon. Ce n'est que contraint et forcé que Vincent Peillon a dû monter au front pour endiguer certains mouvements de panique. Le ministre veut faire convoquer les parents…. Bon courage.


Pour Najat Vallaud Belkacem également à l’origine des enseignements sur l’égalité, tout ça est de l’exploitation extrémiste. Mais alors il n’y aurait pas de théorie du genre… ni de volonté de l’imposer par ballons d’essais ? Tout cela serait du fantasme réactionnaire. On n’est pas obligé de le croire. Il y a peut-être exploitation, mais il y a bien une tentative d’intellectuels engagés de saper encore plus les différences qui ont fait les civilisations.

Les élites ont trahi !...

 

oligarchie-trahison.jpg

Les élites ont trahi !...

par Bertrand Renouvin

Ex: http://metapoinfos.hautetfort.com

Nous reproduisons ci-dessous un point de vue de Bertrand Renouvin, cueilli sur son blog et consacré à la trahison de notre pays par ses élites...

Il est toujours difficile de porter un jugement sur les réalités sociologiques du moment. On risque de procéder par généralisations abusives à partir de l’observation superficielle d’un groupe restreint, sans prendre garde aux concepts qu’on utilise. Quant aux élites, l’approche doit être d’autant plus prudente que le milieu dirigeant provoque plus que tout autre les ressentiments et les fantasmes. Cela se comprend : les éminentes personnalités exposées à tous les regards vivent à l’abri de barrières infranchissables. Il est facile d’imaginer de noirs complots alors que les sociologues et les témoins expliquent à qui veut les entendre une réalité toute simple : les élites pensent et agissent selon des convictions et des intérêts qu’ils proclament à certaines époques et qu’ils taisent à d’autres moments de l’histoire.

A tort ou à raison, les nobles et les bourgeois des siècles passés proclamaient la haute idée qu’ils se faisaient de leurs fonctions sociales… Tel n’est plus le cas. Les élites mentent sciemment au peuple pour masquer leur comportement et leurs véritables projets. Apologie des Valeurs et enrichissements frauduleux, discours patriotique et alignement européiste, diatribes contre la finance et soumission aux banques… nous avons pu constater a posteriori la fréquence et l’ampleur des mensonges proférés par les diverses fractions de l’oligarchie. Restait à comprendre la cause première de ces attitudes. Nous avons dénoncé une relation de plus en plus distendue entre les élites françaises et la France, nous avons pu affirmer sur le mode polémique qu’il y avait rupture mais nous ne pouvions pas fournir les preuves suffisantes.

En voici, qui sont décisives. Elles sont données par une personnalité qui est au cœur de l’Etat. Agrégée de philosophie, directrice de l’ENA de 2000 à 2002, membre du Conseil d’Etat et aujourd’hui député, Marie-Françoise Bechtel a livré au cours de deux entretiens (1) les conclusions d’une longue observation participante : « la spécificité française tient surtout à la détestation des élites envers la nation » ; « les élites françaises ont honte de la France ». Le constat vaut pour les dirigeants politiques de droite et de gauche, pour les grands patrons qui s’arrangent pour ne pas payer leurs impôts en France, pour les hauts fonctionnaires de la direction du Trésor, qui « pensent en anglais », pour la direction du Budget qui est « gangrenée par l’idéologie allemande » de l’équilibre budgétaire, pour les patrons des grands médias. Cette mentalité se solidifie dans l’idéologie dominante qui proclame que les nations, responsables des guerres, doivent se fondre dans « l’Europe ». Un exemple ? « Pierre  Moscovici, toute son action le démontre, qui est persuadé que la nation française a disparu, que nous sommes devenus une région de la grande nébuleuse libérale et atlantisée ». Marie-Françoise Bechtel explique que la trahison des élites remonte à l’étrange défaite de 1940 et aux compromissions de l’Occupation. Faute de pouvoir reprendre ici ces points d’histoire (2), j’invite à réfléchir sur les conséquences de cette trahison :

Les élites françaises ne remplissent plus aucune des conditions de la légitimité : elles sont sorties de l’histoire de France, elles ont renoncé à servir l’indépendance nationale et la justice, elles obtiennent les suffrages populaires par manœuvres et mensonges.

Cette crise de légitimité nous conduit à la guerre sociale – à l’insurrection populaire contre les élites en vue de leur remplacement.

Cette insurrection n’a pas éclaté mais la société française ne cesse d’accumuler de la violence en raison des injustices subies et des humiliations ressenties. Cette insurrection peut dégénérer en guerre civile si le désir de rupture est capté par le nationalisme xénophobe – mais il n’y a pas de fatalité. Les élites s’ingénient à nous distraire de l’essentiel et à nous persuader de notre impuissance en laissant jouer les émotions et pulsions qui ne les dérangent pas. Ne laissons pas faire ceux qui ont trahi.

Bertrand Renouvin (Le blog de Bertrand Renouvin, 28 janvier 2014)

 

Notes :

(1)    L’Expansion, décembre 2013 – janvier 2014, débat avec Nicolas Baverez ; entretien accordé à Marianne, 19 janvier 2014.

(2)    Cf. l’étude publiée par Pascal Beaucher : http://www.bertrand-renouvin.fr/billet-invite-pascal-beaucher-une-breve-histoire-des-elites-francaises/

mardi, 04 février 2014

Parité et égalité hommes/femmes: une loi néo-totalitaire

homme_femme_lightbox.jpg

Parité et égalité hommes/femmes: une loi néo-totalitaire

par Guillaume Faye

Ex: http://www.gfaye.com

La nouvelle loi sur la parité entre les sexes, concoctée par la ministre des Droits des femmes, Mme Vallaud-Belkacem, défendue par le rapporteur Sébastien Denaja et votée par 359 voix contre 24 (courageusement, l’UMP s’est abstenue) est un fourre-tout ubuesque et bavard qui  confirme une fois de plus la dérive de l’égalitarisme vers le totalitarisme mou et sournois. La nouvelle loi, issue des cerveaux du PS, et inspirée par le féminisme le plus bête, le pseudo féminisme, entend défendre l’ « égalité réelle »  et non plus formelle. Elle additionne des dispositions de ”discrimination positive”, des obligations de propagande idéologique, et des quotas sexuels renforcés, tous attentatoires aux libertés d’agir et d’expression ; et tous, conformes à la sottise intrinsèque du féminisme gauchiste, qui ne craint pas le ridicule, nuisible pour cette fameuse cause des femmes.  Quelques exemples du délire :

1) Les écoles de journalisme, pourtant féminisées à 70%,  auront l’obligation de prévoir des formations (comme pour les enfants des écoles) contre les « stéréotypes et préjugés sexistes ». Logique soviétique rampante : l’idéologie dominante s’impose par la loi et la propagande obligatoire.  Le citoyen est considéré comme incapable de penser et de juger par lui-même, car implicitement stupide. C’est la propagande d’État qui doit le mettre dans le bon chemin. C’est d’autant plus inquiétant lorsque l’on cible les journalistes. La gauche bien pensante a des problèmes avec la liberté de la presse et d’expression…sauf la sienne.

2) La notion de « gestion en bon père de famille », présente dans le Code Civil est abolie. De même, dans les actes administratifs, les femmes mariées se verront attribuer d’office leur nom de jeune fille. À quand l’interdiction pure et simple de l’attribution du patronyme du mari aux épouses ?  De telles mesures traduisent deux tendances : d’abord, le goût de l’idéalisme égalitariste pour la répression symbolique et sémantique (changer les mots pour changer les choses), qui traduit une impuissance dans l’action et dans les résultats politiques et leur camouflage par le verbe ; c’est le fameux « langage totalitaire », couramment utilisé par les régimes éponymes pour formater les esprits. Ensuite, il s’agit d’une torpille de plus, au nom du pseudo-féminisme, contre la cellule familiale et le lignage.

3) Attention, là, on grimpe vers les sommets de la sottise. La nouvelle loi ”féministe” recommande à l’Institut de France (cinq académies dont l’Académie française) de prévoir des quotas de femmes. On croit rêver, mais non. Idem pour les fédérations sportives, avec calendrier obligatoire d’application. Ce type de disposition de ”discrimination positive” détruit totalement la notion de méritocratie et s’avère particulièrement nuisible aux femmes, implicitement dévalorisées comme handicapées. (1) L’élection à l’Académie  française et aux autres repose sur le seul talent, quel que soit le sexe ou l’origine. Vouloir imposer des critères extérieurs et artificiels d’appartenance sexuelle revient à dégrader la qualité d’excellence de ces académies.

4) Continuons l’ascension vers les neiges éternelles de la bêtise féministe de gauche. On prévoit la réduction de six mois de l’indemnisation du congé parental s’il n’est pas partagé entre les deux parents. Sous-entendu : il n’y a pas de différence entre le père et la mère pour s’occuper du nourrisson (au fait, le papa pourra-t-il allaiter ?).  Le problème, c’est qu’une telle mesure privera, dans la plupart des cas, la mère du congé parental !  Lorsque le père travaille et ne peut pas se libérer. En fait, le législateur fou tape, avec une perversion dissimulée, sur la mère au foyer, sur le couple traditionnel, une fois de plus.  La maternité est niée. La femme doit se masculiniser et l’homme se féminiser. L’enfant, on s’en moque complètement.       

5) Et bien entendu, la loi prévoit de renforcer les pénalités financières si la parité sexuelle n’est pas respectée dans les listes électorales, et d’appliquer la proportionnelle sexiste aux communes de plus de 1.000 habitants et non plus de 3.500. À quand l’invalidation d’élus si les résultats électoraux ne confirment pas la parité sexuelle ? On a déjà, aux élections départementales, l’obligation comique de binômes mixtes dans chaque canton. On l’a peu dit, mais l’instauration de cette parité sexuelle forcée dans le champ politique est une très grave entorse à la démocratie (la plus grave de toute) puisqu’elle brise le principe de représentativité individuelle instauré en 1789, sur le modèle de la démocratie grecque, contre la logique des ordres de l’Ancien Régime, rétablie subrepticement par la gauche sous une autre forme.

Conclusion :

Bientôt des critères ethniques et raciaux obligatoires et inscrits dans la loi en faveur de la ” discrimination positive” ? À quand les critères idéologiques pour interdire et sanctionner les ”politiquement incorrect” ? Cette loi sexiste qui se présente comme anti sexiste,  anti féminine qui se dit féministe,  liberticide et anti égalitaire au nom de l’égalitariste, anti républicaine au nom de la République, est bien l’expression d’une idéologie trotskiste et gauchiste néo-totalitaire qui avance masquée et à petits pas d’araignée. Cette idéologie, très minoritaire mais dominante et autoritaire, est portée par une oligarchie devant laquelle tremble une droite moralement culpabilisée et paralysée. Elle très bien défendue par le gaffeur Vincent Peillon adepte du lavage de cerveau à l’école,  et vise, par des mesures ”sociétales”, à limiter les libertés, peu à peu. Au nom des grands principes. L’État tutélaire veut changer le peuple, dans son âme comme dans sa composition.

Cette vision de la société est fondée sur la fin de la méritocratie individuelle et sur – contradiction insurmontable –  un idéal androgyne d’indistinction mais de communautarisme ethnique (le racisme rétabli par l’antiracisme) et de sexisme inversé au nom de l’égalité ! (2) La gauche au pouvoir ne sape pas seulement les fondements du droit naturel et de l’identité française, qu’elle hait par dessus tout, mais aussi les valeurs de république et de démocratie dont elle se réclame comme l’escroc se réclame de l’honnêteté.

On me dit souvent que j’exagère et que, nous ne sommes pas, tout de même, dans un État totalitaire. Certes, pas encore. Mais c’est une question de direction. Quand vous montez dans un train en direction de la ville Y en partant de X , vous n’arrivez pas tout de suite à Y. Il faut du temps. Progressivement, le paysage change. Doucement…

Notes:

(1) Cf. mon essai, Sexe et Dévoiement (Éditions du Lore)

(2) Comme je l’ai souvent analysé, l’idéologie féministe et homophile officielle se heurte de front aux mentalités des populations immigrées, notamment à l’islam, que l’on flatte par ailleurs. Équation insoluble.

EGYPTE : QUAND LA DICTATURE N'EST PAS LA DICTATURE

Sisi-Nasser.jpg

EGYPTE : QUAND LA DICTATURE N'EST PAS LA DICTATURE

L'Occident perd son argumentaire

Michel Lhomme
Ex: http://metamag.fr
 
Le commandement de l'armée égyptienne a donné lundi 27 janvier mandat à son chef, le maréchal Abdel Fattah Al-Sissi, pour se présenter à l'élection présidentielle en Egypte. Le vice-premier ministre, homme fort du pays depuis qu'il a destitué en juillet, par la force, le président islamiste Mohamed Morsi, avait peu auparavant été élevé au rang de maréchal, le plus haut grade de l'armée égyptienne, par le président Adly Mansour.
 
Ce dernier a confirmé que le scrutin présidentiel serait organisé avant les législatives. Pour tous les observateurs, cette inversion judicieuse du calendrier électoral devrait servir les intérêts du maréchal Abdel Fattah Al-Sissi qui sera donc probablement élu. 

Mohamed Morsi, déposé le 3 juillet 2013, était le seul président élu démocratiquement en Egypte, et le premier non issu des rangs de l'armée, à diriger le plus peuplé des pays arabes. Tout le week-end, des manifestations et des heurts ont agité le Caire laissant à l'anniversaire des trois ans de la révolution un goût plutôt amer. Le général Mohamed Saïd, chef du bureau technique du ministère de l'intérieur égyptien, a été tué mardi 28 janvier dans la capitale égyptienne par des inconnus qui ont ouvert le feu sur lui, selon les services de sécurité du pays. Cet assassinat survient en pleine vague de répression sanglante de toute manifestation des partisans des frères musulmans et de toute une série d'attentats djihadistes visant les forces de l'ordre.

Un pays gênant pour les Occidentaux

Pourtant, dans les médias, l'Egypte est oublié. On tait, on camoufle l'Egypte. En somme, nous avons eu début juillet un coup de force, un coup d'état militaire en bonne et due forme mais pour les Occidentaux, ce n'était pas un coup d'Etat ! C'est ainsi que depuis quelques mois, on sent dans les relations internationales une sorte de distanciation polie sur tout ce qui se passe que ce soit à Gaza, au Liban, en Syrie ou en Afrique noire. On ne croit plus en rien et surtout plus au modèle démocratique et aux bons sentiments humanitaires tant vantés dans les années 90.
 
L'incapacité d'Obama à utiliser en juillet 2013 le terme de ''coup d'Etat'' pour désigner la situation égyptienne fut rédhibitoire et augure d'une certaine incapacité de l'Amérique à se repositionner idéologiquement, à posséder et maîtriser un argumentaire crédible. Barak Obama ne pouvait en effet utiliser officiellement le terme de ''coup d'état militaire'' car il aurait alors été mis dans l'obligation légale de couper l'aide financière si vitale à l’Egypte. Les Etats-Unis étaient ainsi la victime collatérale de leurs propres textes. Mais si un coup d'Etat n'est plus un coup d'état, qu'est-ce alors que la démocratie et qu'est-ce qui justifiera demain l'interventionnisme américain ?

Avec la destitution violente de Morsi, l'Occident est entré dans une nouvelle confusion politique car les Occidentaux aiment les concepts clivants, aiment négocier à l'intérieur de paramètres clairs et surtout veulent en permanence moraliser le politique pour ne pas culpabiliser leurs turpitudes. 

C'était donc des insurgés contre des dictateurs, des fanatiques contre des démocrates, des bons contre des méchants, des laïcs contre des religieux. C'est pour eux une manière de mieux comprendre et d'appréhender la politique extérieure et de l'expliquer à leurs électeurs. On s'était habitué, avant l'Egypte, qu'un coup d'état militaire était nécessairement ''mauvais'' et qu'un président élu serait forcément le ''bon'', le seul légitime. Mais il y eut Morsi après, mais qui s'en souvient, l'Algérie des années 91-92. Et si l'éviction de Morsi justifiait demain, même dans un pays comme la France, le refus de certains résultats électoraux. Quel que soit ce que l'on pense des Frères Musulmans, ce sont eux qui remportèrent les élections présidentielles. Leur formation était alors le parti le plus important du Parlement égyptien et le second parti de ce Parlement n'était pas celui des libéraux mais celui des salafistes, encore plus fondamentalistes et radicaux que les Frères Musulmans.

Une démocratie à géométrie variable

Cette confusion de l'attitude occidentale à l'égard des élections égyptiennes s'est multipliée dans tout le Proche-Orient et en particulier en Syrie où la France comme les Etats-Unis ont soutenu les rebelles les plus fanatiques au nom de la ''démocratie''. S’agissant de l'Egypte, certains commentateurs ont prétendu que l'Egypte, après tout, n'était pas mûre pour la démocratie ou pire que finalement, la démocratie n'était pas une bonne solution pour l'Egypte, qu'elle n'y était pas préparée ! Mais quel pays est-il donc prêt pour la démocratie ? En somme, le discours de la paix démocratique, le discours de l'idéologue Christopher Layne n'était que du vent. Pourtant tout le conflit afghan fut justifié par le discours démocratique. Toutes les interventions africaines ont été, jusqu'à aujourd'hui, des interventions pro-démocratiques. C'est donc le coup d'état militaire de Sissi qui a stoppé ce grand élan de générosité démocratique car pour une fois, un coup d'état n'était pas un coup d'état mais une affaire démocratique!

L'écho des évènements égyptiens qui nous parvient est comme brouillé par la sensation incommode d'une belle duperie. Avec l'Egypte, avec la Syrie, avec les pressions sur Gaza, l'Occident se dirige petit à petit vers le chaos moral de l'intervention sans une once de justification. On se retrouve exactement comme au temps de la Guerre froide lorsque les Etats-Unis et ses alliés justifiaient les coups de force d'Asie ou les dictatures d'Amérique latine, les préférant à toute autre alternative sociale sauf qu'à cette époque, les progressistes chantaient la révolution sur des vers de Neruda et dénonçaient les dictateurs et les tyrans dans les films de Godard ? Or qui, aujourd'hui, lève le petit doigt contre Sissi, le dictateur-maréchal égyptien ? En tout cas, les événements égyptiens nous enseignent ce sur quoi nous insistons toujours ici : on ne peut en politique internationale éviter la complexité, le confus et les compromissions de toutes sortes. La politique internationale n'est pas morale et ne le sera jamais.

Is Japan Losing its Independence?

tokyo-japan.jpg

Record Trade Deficit in Japan and Nuclear Reality: Is Japan Losing its Independence?

Noriko Watanabe and Walter Sebastian

Ex: http://moderntokyotimes.com

The anti-nuclear lobby in Japan and the mass media in this nation on a whole continue to focus on the negative side of nuclear power stations. Not surprisingly, the government of Japan is dithering about this issue just like other important areas – for example the declining birth rate. However, Japan can’t afford to maintain its current energy policy because it is hindering the economy too much. Either Japan must re-focus on nuclear energy which helped in the modernization of this nation in the post-war period – or, Japan must bite the bullet and formulate an alternative energy policy and quickly.

The Ministry of Finance announced earlier this week that the trade deficit in 2013 reached a record figure. This should set off alarm bells in the corridors of power because the $112 billion dollar trade deficit will put enormous strains on the economy. After all, with no real energy policy existing currently in Japan, then it seem more than feasible that the next few years will follow the same pattern.

Issues related to the nuclear crisis in Japan appear to have been blown up out of all proportion. After all, the huge loss of life occurred because of the brutal tsunami that followed the massive 9.0-magnitude earthquake on March 11 in 2011. This isn’t meant to belittle the trauma caused to the local area in Fukushima because within a certain zone it is clear that problems continue to exist. However, the Fukushima Daiichi Nuclear crisis is more based on bad management, the age of the plant, deficiencies within the planning mechanisms of this nuclear plant, lack of accountability, limited safety mechanisms – and other areas of importance. Of course, the earthquake triggered the tsunami but the nuclear crisis that erupted was based on human failure when faced with the brutal reality of nature.

Vojin Joksimovich, nuclear specialist and writer at Modern Tokyo Times, stated last year: Japan has few natural resources and imports about 84% of its energy requirements. Nuclear power has been a national strategic priority since 1973. The country’s 54 nuclear plants have provided some 30% of the nation’s electricity. This was expected to increase to 40% by 2017 and to 50% by 2030. Japan has a fuel cycle capability including enrichment and reprocessing of used fuel for recycle and waste minimization. Shutdowns of 48 units capable of generating electricity have resulted in soaring fossil fuel, mostly LNG imports. Five nuclear utilities have been compelled to raise electricity rates: household rates 8.5-11.9%; commercial rates 14.2-19.2%.” 

“According to the NASA climate change study, summarized in the May 2013 issue of the Nuclear News, using nuclear power to generate electricity instead of burning fossil fuels prevented an average of 1.84 million air pollution deaths and 64 billion metric tons of CO2- equivalent greenhouse gas emissions between 1971 and 2009. In the time frame 2000-2009 the nuclear plants prevented on average 76,000 deaths/year. It appears that the NRA has ignored these types of considerations, while pursuing the absolute safety quest for the nuclear plants.” 

In the same article Vojin Joksimovich says: “There is now abundance of evidence showing that the worst accident in the history of commercial nuclear power has not harmed the Japanese public. The University of Oxford physics professor Wade Allison, author of the remarkable book Radiation and Reason: The Impact of Science on a Culture of Fear, testifying in the British House of Commons in December of 2011, was the first one to tell the world that the accident has not harmed the Japanese public: “No acute fatalities, no acute injuries, no extended hospitalizations due to radiation, unlikely cancer fatalities in 50 years.”

“World Health Organization (WHO) report followed: “Low risk to population, no observable health effects.”United Nations Scientific Committee on Effects of Atomic Radiation (UNSCEAR) report, with contributions from 80 international experts, says: “No immediate health effects, unlikely health effects in future among general public and vast majority of workers.” Most Japanese were exposed to additional radiation less than natural background level of 2.1mSv/yr. The report concludes that observable effects are attributable to stresses of evacuation and unwarranted fear of radiation. This means that the most serious health effects were not caused by radiation but by fear of it by the Japanese authorities. Lastly the Fukushima Medical University (FMU) is conducting a health management survey of all 2 million Fukushima Prefecture residents. Thus far the maximum dose received was only 19mSv. This writer, while in a local hospital, has received doses of 30-40mSv from CT scans. It means that he has received higher dose than ~99% of the Japanese population from the Daiichi accident.”

Now Japan is stuck by either adopting a pragmatic nuclear policy based on modernizing the entire system and implementing tougher standards – or to continue with importing dirty energy at a negative cost in terms of health related issues and hindering the economy. Of course, Japan could try to radically alter its energy policy by implementing a policy that boosts alternative energy – the effects and costs remain debatable. However, the current status quo of relying on expensive imported fossil fuels to bridge the non-existent energy policy isn’t viable.

The huge deficit is based on increasing imports that followed in the wake of the March 11 9.0-magnitude earthquake that triggered the tsunami and nuclear crisis in Fukushima. Since this period, imports continue to rise in relation to the demand of fossil fuels. Therefore, despite exports rising in Japan to nearly 10% in 2013, it is clear that the import imbalance, weak yen and the reliance on fossil fuels are all hitting the economy hard.

Forbes says: A surge in Japanese fossil fuel demand following the Fukushima nuclear crisisin 2011 pushed imports to their highest-ever level of 81.26 trillion yen.”

“In other words, steep post-Fukushima energy bills are taking a toll on Japan’s economy.”

“Prior to the Fukushima fiasco, nuclear reactors supplied a third of Japan’s electric demand.”

Lee Jay Walker at Modern Tokyo Times says: “The yen will continue to feel the effects of the current account deficit and if this isn’t addressed then traders may well sell off more yen. This in turn will have an adverse effect on import costs thereby creating a downward economic spiral. Therefore, given the reality that exports reached a near 10% increase last year, it is clear that Japan needs to address its energy policy along with other essential areas related to the economy.”

Akira Amari, Fiscal and Economic Policy Minister, is extremely anxious about the deficit. He warns that unless this issue is addressed then Japan “may become like the United States in depending on other countries for its financial funds.”

If the above scenario happens then Japan will further lose its independence and this also applies to the nuclear angle. After all, the development of the nuclear sector was an area of self-reliance given the overall weakness of Japan in relation to natural energy resources. Now, however, Japan is beholden to more imported fossil fuels; the nation relies on America for protecting the nation state in relation to the armed forces of this nation being stationed in Japan; while imported foodstuffs are a natural fact of life; and if the trade deficit continues then soon Japan may rely on foreign nations for funds. Therefore, the current leader of Japan needs to focus on a proper energy policy because the current status quo is undermining the economy along with other negative ills.

Lee Jay Walker gave guidance to both main writers

http://www.forbes.com/sites/williampentland/2014/01/27/the-cost-of-misguided-energy-policies-japans-record-trade-deficit/

http://www.moderntokyotimes.com/2013/07/16/restart-of-japanese-nuclear-plants-politically-correct-radiophobia-harms-the-general-public/

leejay@moderntokyotimes.com

http://moderntokyotimes.com

lundi, 03 février 2014

Noël Syrie

18:06 Publié dans Actualité, Evénement | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : événement, lyon, syrie | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

A. Chauprade: sur l'Ukraine


Ayméric Chauprade:

L'Ukraine, nouvelle étape dans la stratégie de domination américaine

par realpolitiktv

Snowden va-t-il faire exploser Washington?

courage.jpg

Snowden va-t-il faire exploser Washington?

Ex: http://www.dedefensa.org

D’abord, ceci est comme un symbole ... Après la publication du “conseil de surveillance des libertés civiles” (PCLOB, voir le 23 janvier 2014), la “réponse” du président Obama qui dirige le gouvernement dont le PCLOB fait institutionnellement partie a été aussi brève et abrupte que piteuse, – paradoxe de la situation que ce contraste entre l’aspect tranchant de la réponse et le caractère “piteux” qu’on est nécessairement conduit à lui attribuer, – comme si Obama n’avait plus d’argument à proposer que celui de tenir sa position de refus dictée part le Système. Selon les mots de son porte-parole, BHO est “[tout] simplement en désaccord”, montrant par là, “simplement”, qu’il ne peut pas ne pas prendre position sur un tel acte politique émanant de ses propres rangs, que cette position ne peut être que négative, et qu’il n’a nul autre argument que de dire nyet, sans aucune tactique, sans aucune capacité d’autorité, simplement parce qu’il est coincé... Selon Antiwar.com le 23 janvier 2014 :

«President Obama has tried his darnedest to ignore such reports in the past, even when they came from review panels he appointed. There’s no ignoring this one, however. The White House responded to a 238 page report filled with legal and constitutional arguments about the crimes of bulk surveillance with a statement saying President Obama “simply disagrees.”»

• Ceci, par contre, est plus qu’un symbole, tout en l'étant en partie. Lors d’une émission sur la chaîne TV MSNBC, bastion du “libéralisme” démocrate absolument pro-BHO, le ministre US de la justice Eric Holder a parlé en termes patelins et amicaux de la possibilité d’un accord d’une pseudo-amnistie, ou de semi-amnistie d’Edward Snowden, pour lui permettre de rentrer aux USA. Le langage est ouvert et presque aimable pour Snowden, la perspective est évidemment très confuse avec toutes les chausse-trappes cousues de fil blanc qu’on peut imaginer ; la conclusion, elle, est que cette intervention reflète plus la panique qui caractérise aujourd’hui la direction politique US dans cette crise Snowden/NSA qu’une intention maîtrisée et constructive de parvenir à une situation spécifique du whistleblower Snowden plus juste et plus conforme au climat général, tout en tentant de limiter ce qu’il reste de dégâts à attendre encore de cette affaire. Même si des rumeurs continuent à suggérer que telle ou telle équipe d’une quelconque CIA ou apparentés chercherait à exécuter sommairement Snowden, – le Système est assez considérablement stupide pour nourrir de tels projets, – le climat général est, lui, considérablement favorable à Snowden. Le Guardian, notamment, rapporte la tentative de Holder, ce 23 janvier 2014, presque avec des trémolos d’espérance réconciliatrice dans la plume. (L’approche générale de l’article montre combien la tendance libérale-progressiste, mais toujours tendance-Système éventuellement interventionniste qui caractérise le quotidien, apprécierait que saint-BHO se montrât magnanime et conforme aux idéaux de ce courant d’idées.)

«The attorney general, Eric Holder, has indicated that the US could allow the national security whistleblower Edward Snowden to return from Russia under negotiated terms, saying he was prepared to “engage in conversation” with him. Holder said in an MSNBC interview that full clemency would be “going too far”, but his comments suggest that US authorities are prepared to discuss a possible plea bargain with Snowden, who is living in exile in Russia...»

Le même jour, ou quasiment, Snowden “répondait” à Holder. S’il répétait le principe (un peu trop mis en exergue, sans les réserves, par le Guardian) selon lequel l’issue préférable pour lui serait de rentrer aux USA, c’était pour aussitôt répéter (il a déjà dit tout cela) que les conditions actuelles de la justice aux USA, et du comportement du gouvernement, ou disons de l’État de Sécurité Nationale (National Security State, ou NSS), rendaient cette perspective improbable, sinon impossible. Cette “réponse” de Snowden se faisait au cours de la deuxième conférence de presse qu’il a donnée à Moscou, qui est notamment rapportée par Russia Today le 24 janvier 2014 :

«Returning to the US, I think, is the best resolution for the government, the public, and myself, but it’s unfortunately not possible in the face of current whistleblower protection laws, which through a failure in law did not cover national security contractors like myself. The hundred-year old law under which I’ve been charged, which was never intended to be used against people working in the public interest, and forbids a public interest defense. This is especially frustrating, because it means there’s no chance to have a fair trial, and no way I can come home and make my case to a jury. Maybe when Congress comes together to end the programs the PCLOB just announced was illegal, they’ll reform the Whistleblower Protection Act, and we’ll see a mechanism for all Americans, no matter who they work for, to get a fair trial.»

• A ce point, il importe d’en venir à l’observation essentielle caractérisant la situation générale de Washington, – après avoir bien fixé dans l’esprit que tout ce qui précède est absolument le signe de la panique et du désespoir du pouvoir washingtonien devant l’extension et l’incontrôlabilité de la crise Snowden/NSA. Cette observation est parfaitement comprise et exposée par Justin Raimondo, de Antiwar.com, le 24 janvier 2014. Il importe de comprendre ici que Raimondo n’est plus une voix “marginale”, dont le propos intéressant devait être tout de même jugé selon l’éclairage de la polémique... (On ne s’adresse pas ici aux experts politologues et autres robots-Système chargés de répercuter la narrative sur la situation politique US qui permette aux dirigeants européens de continuer à dormir sur leurs lauriers.) Il importe de comprendre que Raimondo parle désormais comme un des commentateurs éminents, influents et combattifs de la tendance libertarienne, hier marginale à Washington, aujourd’hui en pleine expansion d’influence, à l’image de Snowden, lui-même libertarien.

Ce n’est pas qu’il soit devenu pontifiant, qu’il ait changé enfin, mais la situation générale à Washington a subi un tel “changement tectonique” depuis le 6 juin 2013 (date de la première publication-Snowden) que la parole de Raimondo a désormais ce poids politique. Et ce qu’il nous dit, justement, est que la situation washingtonienne a tellement changé en six mois qu’on se trouve au bord de bouleversements fondamentaux, essentiellement pour ce qui concerne le parti démocrate ici, apparentant les remous à Washington à ceux de l’époque du Vietnam à partir de 1967-1968. (Mais certes, avec à l’esprit, pour notre compte, que tout cela se passe dans un environnement général de “crise d’effondrement du Système” infiniment plus tragique et déstabilisant.)

«We haven’t seen anything like this since the Vietnam war era: an administration caught red-handed illegally and systematically spying on Americans in the midst of an increasingly unpopular war. At that time, too, the political class was badly divided, with the hard-liners circling their wagons against the rising tide of popular outrage and the dissenters auguring a new and not-so-Silent Majority.

»While the Vietnam conflict dragged on for years without much protest aside from a marginal group of extreme leftists, as more troops were sent and the conflict expanded in scope the massive demonstrations against the war began to shake the heretofore solid unity of center-left liberals who constituted the electoral base of the Democratic party. The cold war liberalism of the Arthur Schlesingers and the George Meanys was the main intellectual and political bulwark of the war’s defenders, but that fortress was stormed and taken by the “new politics” crowd, who took over from the defeated supporters of Hubert Humphrey and LBJ’s old gang and handed the party’s nomination to George McGovern.

»With the news that the Privacy and Civil Liberties Oversight Board (PCLOB) has handed in a report declaring the National Security Agency’s meta-data dragnet flat out illegal it is clear that Edward Snowden’s revelations have badly split a political class that was once pretty much united in its fulsome support for the national security status quo. This comes on the heels of a new poll that shows the majority of Americans oppose the NSA’s data dragnet – with an even larger majority contending that the main danger to their welfare is their own government.»

On observera une chose : dans toutes ces nouvelles, si la NSA semble être la question en toile de fond, on voit passer Snowden et son effet politique au premier plan et la NSA devenir effectivement toile de fond en perdant peu à peu le contrôle qu’elle exerçait sur la substance de la crise, en la cantonnant aux seules questions techniques avec leurs conséquences au niveau civique... Snowden prend plus d’importance que la NSA à cause de sa fonction de production d’un “effet” sensationnel (“The Snowden Effect and the Liberal Implosion», titre notre ami Justin). Ce glissement sémantique n’est pas indifférent et constitue le symbole même de la politisation ultime produit par la crise Snowden/NSA. La question ne concerne plus toute la problématique autour de la NSA, déjà certes considérable mais tout de même limitée à son domaine, mais le domaine de la politique washingtonienne ultime dans laquelle la NSA est incluse mais pas seulement, puisque désormais la question du National Security State aux USA, et donc la question de la substance même du Système et de la structuration du système de l’américanisme, sont posées à Washington, D.C. Comme Raimondo l’affirme presque péremptoirement, lui qui s’est montré assez prudent et mesuré dans ses commentaires sur l’importance de la crise jusqu’ici, c’est le terrible cas de la division, de la rupture au sein de la classe politique jusqu’alors constituée en “parti unique”, qui apparaît... «At that time, too, the political class was badly divided... Snowden’s revelations have badly split a political class that was once pretty much united in its fulsome support for the national security status quo.»

Du coup, l’argument de Raimondo n’est plus  : va-t-il y avoir bouleversement de la classe politique, va-t-il y avoir un “Snowden Effect” ? ... Mais plutôt : tout cela étant fait, il s’agit de s’organiser, nous libertariens, pour ne pas voir notre formidable avancée politique confisquée par un courant populiste démocrate en train de prendre forme à une très grande vitesse. Ce que constate Raimondo, c’est que la rupture déjà acquise au sein du GOP (républicains), entre mandarins à la dérive (d’un Boehner à l’inénarrable paire McCain-Graham), et “révolutionnaires-libertariens” (depuis le Père Fondateur Ron Paul jusqu’au bulldozer Amash, l’autre Justin, le “Syrien du Congrès”), cette rupture est en train de se faire à grande vitesse du côté démocrate. Le sémillant BHO-saint représente l’aile des “mandarins”, les LBJ-Humphrey de notre époque, tandis que se dégage une aile marchante “révolutionnaire-progressiste”, qui pourrait trouver son totem dans la très solide Elisabeth Warren. (Les démocrates “populistes”, ou néo-populistes, s’“européanisent” du point de vue dialectique, paraît-il, en écartant, selon Justin, le liberal anglo-saxon pour un “progressive” nettement plus politique et “révolutionnaire” : «Liberalism isn’t what it used to be: liberals don’t even call themselves liberals anymore. Today they’re “progressives”...».) Tout cela nous fait penser que le malheureux BHO-ex-saint n’a pas tort de laisser comprendre à ses hagiographes qu’il n’espère plus rien des trois années à venir, car le premier à être balayé par la tempête qui monte, ce sera lui, la baudruche pleine de vent, impuissant à exploiter l’effet qu’il avait créé lors de sa campagne de 2008 et dont le seul acte “révolutionnaire” resterait alors d’avoir été le premier président à la peau café-au-lait, – belle vertu, en vérité, alors qu’à côté on ne fait pas plus serviteur-Système, ou bien dira-t-on avec une ironie macabre et désolée esclave-Système, que ce président-là... (Le seul bien qu’on souhaite à la communauté Africaine-Américaine des USA, c’est de s’apercevoir le plus vite possible de quelle façon elle a été bernée par l’élection à la présidence de ce sénateur black devenu le plus efficace des kapos de leur communauté. Pas étonnant que BHO soit un admirateur du Lincoln-à-la-sauce-Spielberg...)

C’est peu dire que la crise Snowden/NSA est devenue “crise haute”, en entrant dans sa troisième période (voir le 19 décembre 2013). Elle est en train de devenir une crise nationale du système de l’américanisme, une sorte de reprise de la crise des années-Vietnam, en infiniment plus grave dans ses effets potentiels, tant le monde de 2013-2014 n’a plus rien à voir avec le monde de 1968-1972, tant il semble s’être écoulé durant ces quarante années comme l’espace de plusieurs siècles de turbulence jusqu’à l’extrémité du temps historique, avec la contraction du temps et l’accélération de l’Histoire, avec le passage de la surpuissance à l’autodestruction.

Syrie, CentrAfrique, Ukraine : la stratégie des bons sentiments

American-Imperialism.jpg

Halte à l’impérialisme démocratique!

Syrie, CentrAfrique, Ukraine : la stratégie des bons sentiments

Jean Bonnevey
Ex: http://metamag.fr

Il n’y a pas de révolution spontanée. La conférence de Genève prouve que la guerre civile syrienne est bien une guerre internationale. La reprise des émeutes en Ukraine montre l’extrémisme des manifestants sans nier la répression du régime. L’élection d’une femme à la présidence à Bangui ne gomme pas les  racines religieuses et ethniques d’un bourbier africain.

Dans chacun  de ces conflits, l’occident atlantique a décrété le bien et le mal par rapport au dogme démocratique. Il se condamne à être partial et à n’avoir qu’une compréhension partielle des problèmes. Partout on reproduit les erreurs inexpiables du Rwanda ou de l’Irak et on ne tire leçon de rien. Il aura fallu des mois à la communauté internationale pour convaincre la Coalition nationale syrienne (CNS), principal conglomérat de l'opposition syrienne à l'étranger, de se retrouver dans la même pièce que le régime syrien.

Genève 2 est avant tout une tentative pour l'ONU et les grandes puissances de masquer leur incapacité à enrayer la descente aux enfers de la Syrie depuis près de trois ans. L’opposition très divisée au régime d'Assad veut obtenir un départ du pouvoir qu’il refuse et l'un des participants régional majeur du conflit, l’Iran, est exclu, ce qui est objectivement une erreur.

Si les débats entre le régime syrien et l'opposition se dérouleront à huis clos à partir de vendredi, la séance d'ouverture de la conférence de paix sur la Syrie, baptisée Genève II, a permis de donner une idée plus précise de l'empoignade à venir. Et ceux qui spéculaient sur la bonne volonté de Damas pour négocier un transfert du pouvoir à une autorité de transition sont désormais fixés.

En position de force sur le terrain face à une rébellion en proie à de graves querelles intestines, 1400 morts dans une guerre interne en un mois, le chef de la diplomatie syrienne a rejeté tout départ de Bachar el-Assad. En réponse au secrétaire d'État américain John Kerry, qui venait de rappeler que le président syrien ne ferait pas partie d'un gouvernement de transition, Walid Mouallem a répondu vertement : «Monsieur Kerry, personne au monde n'a le droit de conférer ou de retirer la légitimité à un président [...], sauf les Syriens eux-mêmes». Qui peut dire le contraire.

En Ukraine, le gouvernement qui pensait avoir repris la main a commis une erreur. En promulguant la loi contre les rassemblements, il n'a fait que provoquer une radicalisation. Aujourd'hui, il est beaucoup plus difficile de maîtriser cette contestation du régime.
 
De son côté, l'opposition est dépassée par la radicalisation du mouvement. Ils pensaient passer par la voie légale pour trouver une issue à la crise, mais ils se demandent s'ils ne vont pas être obligés de suivre les manifestants dans leur mouvement. C'est la légitimité du pouvoir qui est mise en cause, alors que Viktor Ianoukovitch vise clairement la réélection, notamment avec la signature des accords avec la Russie. La Russie est en fait l'objectif des occidentaux avec une volonté de diaboliser Poutine avant les Jeux Olympiques de Sotchi.

Quand au Centrafrique, une femme est élue à la présidence pour la joie des journalistes femmes et féministes, dont acte, mais cela ne résoudra pas le fond du problème. Il est ailleurs. Dans ce pays, où la France est intervenue le 5 décembre, «nous avons sous-estimé l'état de haine et l'esprit revanchard, l'esprit de représailles», a admis le ministre français Le Drian. «Il y a un mandat des Nations unies qui prévoit en particulier que les forces africaines de la Misca se renforcent pour arriver à 6.000 militaires», a rappelé M. Le Drian. «Elles sont en train de se constituer, même si ça a pris un peu de temps, et je pense qu'avec l'arrivée des soldats rwandais et des soldats du Burundi, on aura là une force significative», a dit le ministre.

Dans chaque cas les forces auto-proclamées du bien sous-estiment la haine des autres et font donc des analyses fausses aux conséquences terrifiantes pour les populations concernées. L'impérialisme démocratique est peut-être démocratique, mais c’est avant tout un impérialisme et le pire qui soit, celui de l idéologie au mépris des réalités.
 

dimanche, 02 février 2014

Presseschau - Februar 2014

c2686a.jpg

Presseschau
Februar 2014
 
Wieder mal einige Links. Bei Interesse einfach anklicken...
 
#####
 
AUßENPOLITISCHES
 
So kann Europa seinen Schuldenberg loswerden
 
Die Macht des Goldes
 
(Keynesianismus widerlegt)
Staatsausgaben reduzieren wirtschaftliches Wachstum
 
Vermögensabgabe
Bei Europas Bürgern sind 3853 Milliarden zu holen
 
Arbeitnehmerfreizügigkeit
London streicht Wohngeld für arbeitslose EU-Einwanderer
 
Großbritannien
Cameron streicht arbeitslosen Einwanderern Miethilfen
 
Umstrittener französischer Komiker
Dieudonné gibt keine Ruhe
Er hat den Hitlergruß mit Stinkefinger erfunden und macht mit antisemitischen Äußerungen von sich reden. Jetzt droht Frankreichs Innenminister dem farbigen Komiker mit einem Auftrittsverbot.
 
Streit um rumänische Goldmine
 
Vergiftetes Gold
Bergarbeiter gegen Umweltschützer: Für eine riesige Goldmine in Rumänien soll das kleine Dorf Roşia Montană platt gemacht werden. Die Umweltzerstörung wäre gewaltig.
 
Für ETA-Häftlinge und Unabhängigkeit
Massendemo im Baskenland
 
Protestzug von ETA-Unterstützern in Bilbao
Tausende Basken demonstrieren in Bilbao gegen Verbot von Kundgebung
 
Auf Entkolonialisierungsliste gesetzt
Ungeachtet scharfer Proteste aus Paris haben sich die Vereinten Nationen (UNO) für die Unabhängigkeit von Französisch-Polynesien starkgemacht
 
Globales Spähprogramm "Dishfire": NSA sammelte fast 200 Millionen SMS pro Tag
 
Sozialbetrug
US-Behörden klagen Rettungskräfte von 9/11 an
 
USA
Neuer Gift-Cocktail
Verurteilter ringt 24 Minuten mit dem Tod
 
Angebliche Flaggenschändung
"Amerikas härtester Sheriff" gibt Gefangenen Wasser und Brot
 
US-Armee lässt jetzt Bärte und Turbane zu
Washington. Das Pentagon hat die Regeln für religiöse Soldaten gelockert. Von nun an dürfen sie auch Bärte und Turbane tragen. Islamische Organisationen und Sikhs begrüßten die Lockerung.
 
(Statthalterkrieg)
Bürgerkrieg
USA liefern Waffen an moderate syrische Rebellen
Der US-Kongress hat nun doch Rüstungslieferungen an syrische Rebellen bewilligt. Die Botschafterin der USA bei den Vereinten Nationen geriet unterdessen wegen eines Holocaust-Vergleichs in die Kritik.
 
Mexiko
Bürgerwehren erobern Sitz von Drogenkartell
In Mexiko haben Bürgermilizen den Sitz einer Drogenbande eingenommen. Sie werfen dem Staat Versagen vor. Verbindungen zu einem anderen Drogenkartell bestreiten sie.
 
"Den Zorn der Randgruppen-Lobbyisten im Rathaus hat sich jetzt auch der russische Stardirigent Valeri Gergijew zugezogen, der ab 2015 die Leitung der Münchner Philharmoniker übernehmen soll. Sein Vergehen: er ist Putin-Freund -- und hat sich bislang noch nicht hochoffiziell von der Familien- und Schwulen-Politik des russischen Präsidenten distanziert. Diese sieht -- ein Verbrechen in dern Augen westlicher „Demokraten" -- drei Kinder pro russischer Familie und ein Verbot öffentlicher Schwulenpropaganda vor. Eine solche Politik, die klar den Schutz der eigenen Bevölkerung vor abseitigen Entwicklungen vor Augen hat, ist hiesigen Volksverderbern natürlich ein Dorn im Auge."
Stadtratssitzung vom 8.12.2013 im Münchner Rathaus, Rede von Karl Richter
 
Ausländerinnen in Indien missbraucht
Deutsche und Dänin vergewaltigt
 
Vergewaltigungen in Indien
Wo Frauen nichts wert sind
 
Japanischer Soldat Hiroo Onoda: Tod eines legendären Kriegers
Japan kapitulierte, Hiroo Onoda kämpfte weiter. 29 Jahre lang versteckte sich der Leutnant nach dem Ende des Zweiten Weltkriegs im philippinischen Dschungel. Er ergab sich erst, als sein ehemaliger Vorgesetzter ihm das befahl. Nun ist der sture Krieger im Alter von 91 Jahren gestorben.
 
INNENPOLITISCHES / GESELLSCHAFT / VERGANGENHEITSPOLITIK
 
Wo sind unsere Goldreserven?
Verschwörer vermuten leere Goldtresore in den USA
 
Rätsel um deutsches Gold: Was haben die Amerikaner geliefert?
 
Erneute Erhöhung
Bundestagsfraktionen winkt mehr Geld
 
FDP für mehr Europa
 
FDP versenkt Holger Krahmer
 
Özdemir in Erklärungsnot
„Schandfleck FDP“: Grünen-Chef entschuldigt sich
 
Steuerhinterziehung: Journalist Theo Sommer zu Bewährungsstrafe verurteilt
 
Steuerhinterziehung
Theo Sommers Doppelmoral
 
„Frankreichstrategie“
Saarland soll zweisprachig werden
 
Erster Weltkrieg
Vom Sonderweg abkommen
 
(Interview mit Christopher Clark)
Erster Weltkrieg
„Deutschland war nicht der Schurke“
 
Erster Weltkrieg
Warum Deutschland nicht allein schuld ist
Historiker verwerfen die These, Deutschland allein habe Schuld am "Großen Krieg". Das sollten auch jene wahrnehmen, die mit dem deutschen Kriegsstreben die Abschaffung des Nationalstaats begründen.
 
Eine Betrachtung von Michael Klonovsky
Mythos Kriegsschuld
 
Geschichtspolitik
Historiker plädieren für Gedenkfeier zum Ersten Weltkrieg
 
(Welches Schweigen?)
Das große Schweigen brechen
Offenbach - Es ist ein bedrückendes Kapitel in der jüngeren Geschichte der Evangelischen Kirche. Eins, das wie so vieles in der Zeit des Nationalsozialismus einfach weggeschwiegen wurde…
 
Hagen
Mord-Prozess gegen SS-Mann eingestellt
 
Hitlers Menschenhändler
 
Kiel benennt Hindenburgufer um
 
Stasi-Unterlagenbehörde
CDU weist Chef der Bundeszentrale für politische Bildung zurecht
 
Holocaust-Gedenktag
Lammert: Intoleranz ist nicht mehr tolerierbar
 
LINKE / KAMPF GEGEN RECHTS / ANTIFASCHISMUS / RECHTE
 
(Lobhuldigung in etablierter Presse)
Chaoten oder Heilsbringer? Danke, liebe Antifa!
 
Linksradikale schänden Gedenkstein für Stalinismusopfer
 
Bibliolinx
Bibliographie zur Linksextremismusforschung
 
Wie Journalisten ticken
 
(gegen Band frei.wild)
FW-Fraktion gegen politische Zensur – linke Parteien dafür
Aufschlussreiche Diskussion um skandalösen Antrag der „Piraten“
 
Evangelische Kirche übt Gesinnungsterror gegen Pro-NRW-Mitglied
 
(Man verweist stets auf die Lehren von Weimar, um NPD-Demos zu blockieren)
Hanau
Strategien gegen Neonazis
„Wegducken bringt nichts“
 
(Da hilft nur noch Todesstrafe…)
Bewährungsstrafe für Neonazis
Fatales Signal aus Hoyerswerda
 
Heilbronn
Urteil gegen Antifa
"Rassist" gilt als Beleidigung
 
(Zu Ulla Jelpke)
Bundeswehr, GSG 9, RüstungsbetriebeLinkspartei verrät Insider-Wissen an militante Gruppen
 
Fördergelder
Innenministerium dementiert Abschaffung der Extremismusklausel
 
Linke Gewalt
Die Mobilmachung
 
Linksextremismus
Hamburg will Flora-Eigentümer zum Verkauf zwingen
 
Verraten und verkauft
Hamburg: Kapitulation gegenüber Linksextremisten ist Absage an den Rechtsstaat
 
Das war’s. Diesmal mit: pädagogischen V-Männern, Agrarpornos und der Sehnsucht nach Normalität
 
Akademikerball, Antifa & Ausnahmezustand
 
Akademikerball & Antifa: Gewohnter Konsens
 
Ausschreitungen bei Protesten gegen Wiener Akademikerball
 
Der Akademikerball und seine Gegner im Fotovergleich
 
hater’s front – Strukturmerkmale linker Mobilisierung
 
EINWANDERUNG / MULTIKULTURELLE GESELLSCHAFT
 
(Klare Worte. Die Deutschen werden als Auslaufmodell gehandelt.)
Zukunft mitgestalten!
Ab 2035 beginnt ein neues Zeitalter in Deutschland
 
Minister warnt vor Ressentiments
Schäuble bricht Lanze für Zuwanderung
 
Das Problem der Armutseinwanderung sind ihre Schönredner, Leugner und Profiteure
 
Pauschalisierung und Willkommenskultur
 
Warnung vor Stimmungsmache
Gauck: „Einwanderung tut diesem Land gut“
 
IW-Studie
Wie der Staat von Zuwanderern profitiert
Die Aufregung um angeblich arme Zuwanderer aus Osteuropa versperrt den Blick auf die positiven Auswirkungen von Immigration, heißt es in einer IW-Studie. Deutschland müsse für Ausländer sogar noch offener werden.
 
(Nur Fachkräfte kommen)
Einwanderung
IW-Studie sieht Akademikerschwemme
 
(kritisch dazu)
Kommentar
Der gute Zuwanderer
 
Caritasverbände bereiten sich auf Zigeuner vor
 
(Flüchtlingsproblematik)
Kommentar: Problem wird weitergereicht
 
Kreuzberger Bezirksbürgermeisterin gerät unter Druck
 
Den Haag und Rotterdam blockieren Zuzug aus Rumänien und Bulgarien
 
Großbritannien
BBC gibt geschönte Berichterstattung zur Einwanderung zu
 
("Dies diskriminiere Menschen, die aus purer Not in Deutschland eine bessere Zukunft suchen, und verschleiere ihr prinzipielles Recht hierzu…")
Sprachwissenschaft
"Sozialtourismus" ist Unwort des Jahres
 
Rassismusvorwurf gegen Haribo: Können Lakritze rassistisch sein?
 
Kommentar: Welch’ Weltbild
 
Niedersachsen
Mehr kulturelle Sensibilität von Türstehern gefordert
 
Rassismus
Lieber Neger als Afrogermane
 
Berlin
Asylanten attackieren Polizisten und beklagen Rassismus
 
Bahnmitarbeiter bestreiten Anschuldigungen von Grünen-Politiker
 
Pakistanisch-afghanisches Grenzgebiet
Deutscher Konvertit von Drohne getötet
 
Vom Wert der katholischen Familie
Kardinal Meisner verärgert Muslime
 
(Serben)
Polizist Thomas Wild war fast getötet worden: Schläger verurteilt
Limburg/Flacht - Er schlug und trat einen Polizisten fast zu Tode, als der ihn beim Misshandeln seiner Kinder erwischte. Das Landgericht Limburg hat einen 38-Jährigen jetzt zu achteinhalb Jahren Haft verurteilt - unter anderem wegen versuchten Mordes.
 
Frankfurt/Main: Dunkelhäutige rauben zwei Frauen und einen Mann aus
 
Bonn: Südländische Gruppe verletzt Busfahrer schwer
 
Hagen: Fünf Südländer überfallen 31-Jährigen
 
Ausländerkriminalität2
Lehrling bei Gewaltexzeß in Hamburg schwer verletzt
 
Frankfurt am Main
Messerstecherei und Schüsse vor Gericht - zwei Tote
 
KULTUR / UMWELT / ZEITGEIST / SONSTIGES
 
Polemik gegen Humboldtforum
Gegner des Berliner Schlosses behaupten, dort solle »Raubkunst« ausgestellt werden
 
Gespräch mit dem Architekten Christoph Sattler
Modern sein heißt, das Alte wiedergewinnen
 
Berlins Architektur verwahrlost
 
Nürnberg
Bürgerbegehren: Kehrt Dürers "Triumphzug" ins Rathaus zurück?
 
(Dämmfassaden)
Weniger Stuck, Schnörkel und Ornamente
Verschwinden Berlins schöne Häuserfassaden?
 
Styropor im Wandel der Zeit Aufgeschäumt und angebrannt
Früher jubelten alle über das Styropor. Es galt als billiger Dämmstoff und Garant für eine bezahlbare Energiewende. Heute steht es für Feuer, Algen und Gift. Die Geschichte eines Imagewandels.
 
Hamburger Millionenprojekt: Vertraulicher Bericht nennt Schuldige des Elbphilharmonie-Desasters
 
Immobilienblase in China
Die deutsche Geisterstadt
Deutsche Architekten haben eine der schönsten Städte Chinas geschaffen. Doch niemand mag dort wohnen. Anting ist nur eine von mehreren leeren Trabantenstädten im Reich der Mitte.
 
Byzantium 1200
 
(Am besten alles an amerikanische Kunsthändler weiterreichen…)
Streit um mögliches NS-Raubgut - Expertenempfehlung zu Berliner Welfenschatz vertagt
 
Monogamie
Die große Lüge
Nicht Untreue zerstört unser Beziehungsleben, sondern falsch verstandene Treue. Das muss sich ändern. Ein Manifest von Michèle Binswanger
 
Hitzlspergers Coming-out
Wen interessiert das?
 
Baden-Württemberg
Empörung über Petition gegen Gender-Zwang an Schulen
 
Noch ‘ne geistig-moralische Wende
Der Genderismus ist die neue “Mentaldiktatur”. Wer es wagt, seine Gedanken an der Wirklichkeit auszurichten, wird von den neuen “Heilsbringern” niedergekeilt.
 
Gender-Mainstreaming als totalitäre Steigerung von Frauenpolitik
 
Gleichstellung
Auch die Heteros profitieren
Wir sind mitten im Modernisierungskampf: Eine reaktionäre Minderheit warnt vor der Gleichstellung von Homosexuellen. Dagegen muss man sich wehren.
Ein Gastbeitrag von Claudia Roth
 
LSBTTI-Propaganda: Der Bürgerkrieg gegen die Familien
von Michael Klonovsky
Spätestens bei den Kindern hört der Spaß auf
 
Sexuelle Vielfalt
"Geben Sie Gedankenfreiheit!"
 
„Homophobie“
EU-Abgeordnete fordern Toleranz-Schulungen für Journalisten
 
Zölibatäre Liebe
Ein Jesuit und Zen-Lehrer über seine vierzigjährige Beziehung mit einer Nonne
Eine Ordensfrau und ein Jesuit verlieben sich. Sie werden ein Paar, ohne dass sie ihre Gelübde brechen. Das heißt: Sie verzichten auf Sex. Ihre Beziehung hält seit 40 Jahren.
 
(Patienten sollen Englisch können)
Help!
 
(Goethe-Institut)
Schimpfwort „Goethe“
 
Gesucht: Eine sittliche Kritik des Egalitarismus – Teil 1
 
Gesucht: Eine sittliche Kritik des Egalitarismus – Teil 2
 
Wilhelm Hankel mit 85 Jahren gestorben
 
Debatte Grundeinkommen
Jeder ein König
Eine Europäische Bürgerinitiative zum Bedingungslosen Grundeinkommen dürfte scheitern: Kaum ein anderes Projekt hat so viele und so heterogene Gegner.
 
DIY-König von Wittenberg
Die Ohnmacht des Minimonarchen
Peter Fitzek hat sein eigenes Königreich ausgerufen. Seine Untertanen wollen den herrschenden Machtverhältnissen entkommen – und landen in neuen.
 
"Demokratie dauert - auch in China"
Kaum ein Deutscher lebt schon so lange in Peking wie der Filmemacher und Kulturvermittler Uwe Kräuter. Der 68er hat in den letzten vierzig Jahren Chinas Aufstieg erlebt - und zeigt Verständnis für das System
 
Öffentlich-rechtlicher Rundfunk
Günther Jauch bekommt gleiches Geld für weniger Arbeit
 
Warum ich nicht mehr für Google arbeite
 
Monte Verità
Der Traum vom alternativen Leben
 
(Die Mauer muss weg…)
Kalter Krieg
Hirsche stoppen am früheren Eisernen Vorhang
Fast 25 Jahre nach Ende des Ost-West-Konflikts besteht der Eiserne Vorhang noch immer. Zumindest in den Köpfen von Rothirschen des Böhmerwalds. Noch heute halten sie an der alten Grenze fest.
 
(Alte Island-Muschel für Klimaforschung getötet)
507 Jahre
 
„Die Moral gebietet, auf Fleisch zu verzichten“
Dürfen Menschen Tiere essen? Oder für medizinische Versuche einsetzen? Und was ist mit Mücken, die Autofahrern an die Windschutzscheibe klatschen? Ein Gespräch mit dem Philosophen Bernd Ladwig.
 
(älter, aber interessant)
Biomedizin
Alles, was geht?
Von der pränatalen Diagnostik über Stammzellforschung bis hin zum Klonen von Menschen – Israel geht in der Biomedizin weiter als jedes andere Land. Die hohe Zahl der Geburten soll das Überleben einer Nation garantieren
 
Ökonomie und Ökologie
"Grünes Wachstum" gibt es nicht
 
Religion
Satanisten wollen Teufels-Statue in Oklahoma aufstellen
 
Ein Ehrenmal für den Teufel?
Satanisten provozieren in Oklahoma
 
Hells Angels-Verbot
Rocker gehen zum Verfassungsgericht
 
Vereinsverbote vor Gericht
Neuer Anlauf des Hessischen Verwaltungsgerichtshofs: Jetzt soll am 21. Februar in Kassel über die Anfechtungsklage der Frankfurter Hells Angels entschieden werden.
 
Hells-Angels-Prozess
Zeuge bringt Hessens Polizei in Bredouille
Die Hells Angels lassen der hessischen Polizei keine Ruhe: Eine Artikelserie in einer Zeitung lässt die Ordnungshüter in keinem guten Licht erscheinen. Das Landeskriminalamt hat die Vorwürfe zurückgewiesen.
 
Rockerpension
Das Altersheim für Rocker
 
Glücksmanager Paul Dolan
"Grinsen Sie!"
Einen Stift zwischen die Zähne stecken und grinsen ist albern, wirkt aber positiv. Der Verhaltensforscher Paul Dolan erklärt im Interview, was nachhaltig glücklich macht.
 
Gönn dir doch einfach eine Krise
Scheitern ist nicht schön, aber notwendig: Dirk Knipphals erklärt die "Kunst der Bruchlandung"
 
("Die Blindheit auf dem rechten Auge bleibt Thema.")
"Der blinde Fleck"
Kinofilm sucht Wiesn-Attentäter in rechter Szene

Infierno convivencial

equipement-bebe-tentation-consumerisme-l-1.jpg

Infierno convivencial

Todo ello demanda formular que una de las metas del programa de la revolución integral sea el derrocamiento revolucionaria de la sociedad actual, o infierno convivencial, con el fin de que exista libertad para el afecto, la convivencia y el amor, dado que hoy sólo la hay para el aborrecimiento y la pugna interpersonal, la soledad y el desamor.

Los ilustrados dieciochescos crearon el “homo oeconomicus”, Adam Smith sobre todo, el cual se satisface y realiza con la riqueza material. Esta formulación, decididamente burguesa, está en la base de los proyectos “emancipadores” de naturaleza obrerista y social urdidos en el siglo XIX y todavía vigentes aunque ya en su fase final. Significa que el ser humano tiene necesidades materiales pero no necesidades espirituales, entre ellas la de convivir con sus iguales recibiendo y dando afecto. Esto es muy desacertado, y además monstruoso e inhumano.

La cosa es, asimismo, chusca pues Adam Smith y demás próceres del economicismo se referían a cuestiones militares, no a la existencia cotidiana del sujeto común. Su meta era una sociedad de riqueza material máxima a fin de que Inglaterra pudiera armar una enorme flota de guerra que le diera la hegemonía planetaria imperialista, como así sucedió. Al mismo tiempo, esa sociedad tenía que ser de miseria convivencial y espiritual, para construir al sujeto dócil -por solitario y desestructurado- que obedece y se somete a las instituciones estatales que le tiranizan y a los empresarios que le explotan.

Hoy se ha realizado la sociedad con que deliró T. Hobbes, vehemente partidario del despotismo del Estado. Ya cada ser humano es un “lobo” para los demás seres humanos, y lo que padecemos es “la guerra de todos contra todos” con el ente estatal (cada día más policiaco, funcionarial, tecnologizado, militarizado y poderoso económicamente) vigilando y castigando a esta inmensa horda de infra-seres que se ignoran y se agreden, la sociedad actual.

A más desamor más Estado. A más desamor más debilidad e impotencia del sujeto, y menos lucha por la libertad y menos libertad.

La hostilidad de unos contra otros toma un sinnúmero de formas. Se trata a los iguales sin respeto, sin cortesía, sin humanidad, sin hermandad, sin afecto salido del corazón, considerándolos como causa de utilidades para el ego y nada más, cuando no como presas a las que parasitar y expoliar. Se agrede a los demás con el desaliño personal, con la palabra agria y descompuesta, con la “sinceridad” que sólo ve en el otro lo negativo, con el chismorreo demoledor, con la “espontaneidad” que niega el autodominio necesario para que la convivencia sea, con la astucia y el maquiavelismo que concibe al igual como criatura a la que rapiñar y saquear.

La pérdida de las capacidades relacionales y convivenciales es una de las patologías más aterradoras de la sociedad actual. Ya no hay un lenguaje del afecto, ni un saber estar en la convivencia, ni una voluntad de hacer la existencia más agradable a los otros, ni un deseo de servir desinteresadamente, ni un saber escuchar, ni un negarse a sí mismo por el bien de los iguales. Todo ello se tapa con fórmulas muertas de urbanidad, sonrisas que son meras muecas cuando no herramientas de mercadotecnia y un uso abusivo en ciertos sectores del vocablo “amor”. Es más, las poquísimas personas que todavía resultan capaces de expresar en actos su afecto son recibidas con desconfianza y recelo, pues se considera tal manera de ser como una argucia dirigida a alcanzar no sé sabe que metas secretas…

En tal situación hay que proclamar con la pertinente solemnidad e incluso prosopopeya que el ser humano tiene necesidades afectivas y emocionales, que éstas son imprescindibles para su realización como persona y que si no las satisface enferma, del alma y del cuerpo, y enloquece. E incluso se quita la vida. Así es, pues la gran mayoría de los miles que se suicidan cada año lo hacen al no satisfacer sus apremiantes necesidades de cariño, compañía y erotismo, más que por pobreza material.

Una vida sin afectos no es una vida humana propiamente dicha sino una infra-vida en la que la persona queda entregada al peor y mayor de los sufrimientos, la ausencia de amor y de amor al amor.

Han sido aniquiladas en su casi totalidad la amistad, la simpatía, el compañerismo, la camaradería, la vecindad [1], la cordialidad, el sexo como erotismo (o sea, con expresiones mayores o menores pero perceptibles de amor), el enamoramiento, las relaciones de familia, la alegría de estar juntos, el hacer de uno mismo una obra de arte ofrecida desinteresadamente a los iguales, la capacidad para realizar tareas colectivas, la vida asociativa no jerárquica y casi cualquier forma del “nosotros”. Se ha esfumado la simpatía en el mirar, la comprensión en el estar, la elegancia en el mostrarse y la gracia en el contar. Apenas queda capacidad de reír unidos ni de de estar juntos en los malos momentos. No hay ya ritos convivenciales, trabajos en común, encuentros realmente amorosos, fiestas en las que el mutuo afecto, y no el alcohol y las drogas, sea lo decisivo.

Hemos sido despojados de una percepción cardinal de la condición humana, aquélla en la que el otro aparece como amigo en actos y no como enemigo. Por eso estamos tan enfermos. Por eso somos tristes hasta lo lúgubre, aburridos hasta lo tedioso, egocentristas hasta lo disfuncional [2], vacios y superficiales hasta lo grotesco. Somos (fuimos) ricos materialmente pero en todo lo demás, en lo que afecta a la vida del espíritu, somos paupérrimos. Y esto nos está, literalmente, matando [3].

En el actual desierto relacional e infierno convivencial no queda apenas nada más que ruinas y cenizas, entre las que deambulan criaturas solitarias, cada vez más degradadas del cuerpo y del espíritu, sometidas a grados descomunales de tristeza, malestar, angustia, ansiedad, depresión y otras varias formas de sufrimiento anímico, lo que ahora se llama “dolor de vida”, que el sistema trata con antidepresivos, cuyo consumo ¡se está doblando cada diez años! En particular, las mujeres han sido hechas consumidoras compulsivas de píldoras contra la desesperación, ocasionada por ser forzadas a vivir una vida que: 1) no es humana, 2) no es apropiada en absoluto para las mujeres, la del actual régimen neo-patriarcal.

Cada vez más personas están indisponiéndose psíquicamente, enloqueciendo, por causa del agravamiento del conflicto interpersonal y la pérdida de las prácticas, saberes y capacidades relacionales. Alcanzado un determinado porcentaje de sujetos disfuncionales por ruina de su estabilidad psíquica debido a la represión de las necesidades afectivas y relacionales (lo que incluye la persecución, cada día más feroz, del erotismo heterosexual) la sociedad difícilmente podrá mantenerse, pues no habrá recursos humanos ni medios materiales para atender a tantos seres incapaces, disminuidos o enfermos. Esta es una de las causas profundas de la actual crisis económica de Occidente, que ni vislumbran los maníacos del economicismo.

La soledad produce pánico, y el pánico hace perder el juicio. Y el enloquecimiento, cuando como hoy es crónico, enferma. También el cuerpo, no sólo la mente. Un buen número de dolencias corporales nuevas cada día más comunes y que hasta hace unos decenios eran rarísimas sólo pueden explicarse a partir de las formas antinaturales de existencia que el actual sistema de dictadura impone al ser humano de las clases populares, en primer lugar la soledad, el odio mutuo y el desamor.

Una mente enferma crea un cuerpo enfermo. La naturaleza ha hecho al ser humano para la relación y la convivencia pero el actual sistema le condena a la incomunicación y la represión de su afectividad: de ese conflicto proviene hoy una parte mayor de la degradación física y psíquica de la especie.

La destrucción de la existencia hermanada con conversión del individuo en un sujeto asocial incapaz de amar está en el centro mismo de las revoluciones liberales, siendo uno de los puntos decisivos de su programa, quizá el más decisivo. En el proyecto liberal sólo hay dos actores, uno es el Estado hipertrófico (y su criatura, el capitalismo), el otro es el sujeto común atomizado y aislado, expulsado a pesar de sí mismo de todas las formas preexistentes de convivencia, sociabilidad, juntas o asambleas de los iguales y sistemas comunales de trabajo, siempre asociados a fiestas convivenciales. Está solo frente al ente estatal y por eso mismo desasistido y débil de manera máxima, impotente para resistir y mucho más para derrocar al nuevo Estado invasivo, totalitario e hiper-tiránico [4].

Por eso la revolución liberal es una catarata de actos políticos, jurídicos, económicos, amaestradores y propagandísticos que buscan la individualización absoluta, nadificadora y definitiva del sujeto popular. El concejo abierto, las formas asamblearias de autogobierno y vida política, que eran el fundamento mayor, junto con el comunal, del afecto y la convivencia, es relegado y nulificado. Los bienes comunales, tierras y muchísimo más que tierras, son privatizados, destruyendo la base económica de la existencia unida y fraternal, afectivamente muy satisfactoria, de las sociedades preliberales. Sin vida política ni vida económica colectivista, ¿cómo va a darse el cariño, la intimidad, la cordialidad, la cortesía y la convivencia en las relaciones interpersonales, dado que son precondiciones del amor de unos a otros?

El régimen partitocrático enfrenta a las personas entre sí, lanzando a unas contra otras y creando dolorosas divisiones en el cuerpo social, por causa de las banderías políticas, en sí mismas insignificativas pero maximizadas y teatralizadas para dividir, amaestrar en el odio y provocar desencuentros. La misma función desempeñan el racismo, que enfrenta a las personas por el color de su piel, cada día más preocupante en sus expresiones renovadas, los odios promovidos por los fanatismos religiosos, el enfrentamiento entre generaciones y la pavorosa ascensión teledirigida del sexismo político, en sus dos formas, misoginia y androfobia.

sida-mental-770x1082.jpgEl trabajo asalariado, esa inmensa maldición sin cuya erradicación la sociedad actual no puede regenerarse en lo convivencial, lo ético, lo reflexivo y lo cívico, amaestra en obedecer y en temer, llena los espíritu de odio, crea un conflicto universal permanente y despoja al trabajador asalariado de lo más sustantivo de su condición humana, haciéndole inhábil para las relaciones sin dominadores ni dominados, afectuosas por horizontales. El Estado de bienestar, apoyado por los peores enemigos del género humano, “resuelve” y “satisface” con la asistencia estatal lo que debería solventarse por los procedimientos de mutua ayuda, cooperación y convivencia, de donde resultaría una expansión de lo afectuoso, y en consecuencia una satisfacción de las necesidades de devoción, apego y cariño de las personas.

La competición económica oculta y vela lo que es notable causa de eficacia económica, la cooperación en el trabajo productivo entre personas igualmente propietarias de los medios de producción. Dicha competición lanza a unos seres humanos contra los otros, lleva a formas cada día más monstruosas y homicidas (además de, cada vez más, suicidas) de codicia y avidez por el dinero haciendo imposible la convivencia. Al mismo tiempo hay que señalar que el creciente espíritu competitivo de las sociedades actuales, hiper-burguesas porque la gran mayoría de lo que antaño fueron clases trabajadoras se ha adherido a la cosmovisión burguesa del mundo (que es la del economicismo, o preeminencia de lo económico), crea un conflicto social e interpersonal creciente en el que se derrochan estúpidamente cantidades fabulosas de recursos materiales, energía humana y tiempo de vida.

Sin sustituir la competencia por la cooperación en el trabajo productivo no es posible minimizar el tiempo de trabajo, ofrecer una vida material decorosa a todos los seres humanos y reducir el consumo de recursos naturales, limitando o incluso erradicando la devastación medioambiental. Pero ese gran cambio demanda una revolución social, de naturaleza integral, y también una revolución interior, que ha de tener lugar en lo más profundo del corazón de cada ser humano por libre albedrío.

No hay mayor alegría que la del amor mutuo ni mayor goce que el compartirlo todo. Si la burguesía vive en la posesividad, la competencia y el odio de unos a otros, quienes sean anti-burgueses de cabeza y corazón tienen que elegir para sí los valores que nieguen esos disvalores.

La existencia misma del Estado, como gobernante y dominador del pueblo, establece la peor forma de diferenciación con enfrentamiento y odio entre los seres humanos. Donde las gentes quedan divididas en mandantes y mandados, administradores y administrado, amenazantes (cuando no verdugos) y amenazados, adoctrinadores y adoctrinados, no puede haber afecto mutuo ni puede edificarse una sociedad en la que el apego y el amor sean universales.

Eso es tan verdad que el actual infierno convivencial, en el que nos atormentamos, deshumanizamos y parecemos, lo ha construido ante todo el Estado, en la forma concreta que adopta éste hoy, como ente aberrante y monstruoso emergido de las revoluciones liberales, que adopta, para seguir el análisis de Otto Hintze, primero la forma de “Estado liberal” y después la de “Estado total” o, como ese autor expone, “Estado que interviene en toda la vida del pueblo[5], lo que expresa el máximo de despotismo estatal, que nulifica a la persona y contamina a todo el cuerpo social de relaciones jerárquicas y desiguales, fundamentadas en el mando y la obediencia, en el temor, el rencor, el aborrecimiento y la sanción, haciendo con ello imposible las relaciones de afectuosidad, responsabilidad, participación y afecto.

Una sociedad convivencial, donde el apego y la mutua asistencia sean la piedra angular de la vida colectiva, ha de ser libre y democrática, con participación de todas y todos en la vida política y social, en todas las tareas deliberativas, legislativas, judiciales, fiscalizadoras y ejecutivas. Eso no sucede ni puede suceder en una sociedad con Estado, porque en ella sólo hay libertad para expresar y hacer lo que conviene al Estado y está conforme con la razón de Estado, Además, si el Estado gobierna a la sociedad es que ésta no se autogobierna a sí misma, y por lo tanto no es democrática.

Una sociedad entregada a toda tipo de dogmatismos y fanatismos, desde las teorías académicas a las religiones políticas pasando por las utopías sociales, que se imponen desde arriba al pueblo y que dividen y enfrentan a éste, no es espacio para el afecto y realización de la vida espiritual, no es otra cosa que un infierno convivencial. Por eso hay que desarticular los aparato de manipulación académica de las mentes, el sistema educativo, sea “público” o privado, y la universidad, para construir un orden culturizador sustentado en la libertad de conciencia, la autoeducación popular y la adhesión, libre y autodeterminada, al saber, la cultura, la verdad y el conocimiento.

Lo relacional crea comunidad, crea asociación, crea grupos y equipos viables, crea comunidad, crea “nosotros”. Sin todo eso ahora no se puede hacer prácticamente nada. Los proyectos colectivos fracasan, en la gran mayoría de los casos, por el factor convivencial. La vida asamblearia es escasa, triste y áspera en buena medida porque el sujeto medio contemporáneo no sabe convivir, es un ser egocentrado, solitario e insociable que no sabe estar en casi ninguna expresión de lo colectivo, desde la vida erótico-amorosa a la acción transformadora de la sociedad, que ha de ser, en efecto, agrupada y asociativa. Por eso la autoconstrucción del sujeto es precondición, y no sólo epifenómeno, de cualquier proyecto revolucionario que sea eso realmente, revolucionario.

Ahora bien, proyectar salir del actual infierno convivencial exclusivamente por la vía de los cambios políticos, estructurales, económicos y sociales es equivocarse. Tiene que haber una voluntad del sujeto en tanto que persona diferenciada, delimitada y recogida, como ser humano capaz de plasmar su libertad personal escogiendo a solas consigo mismo, con responsabilidad y libertad de elección, el afecto, la convivencia, la hermandad y el amor en tanto que metas personales.

El amor no es sólo una emoción ni una pasión ni un estado anímico sino ante todo una práctica. Es más, una práctica que se ha de convertir en hábito. No hay que esperar a las transformaciones sociales antes mencionadas para imponerse y exigirse a sí mismo y a sí misma un extenso programa destinado a hacer sublime la relación con los demás, que lleva a la metamorfosis de la propia personalidad, desde ser asocial a sujeto afectuoso. Hay unas normas de la amistad, el compañerismo, la cortesía [6], las buenas maneras, el espíritu de servicio, la familiaridad, la alegría de estar juntos, el auto-negarse y el servir con actos de amor que se pueden y deben practicar ya. No podemos, sólo por la acción individual, erradicar la sociedad infierno convivencial, cierto es, pero sí podemos con ella vencerla en infinidad de pequeñas batallas parciales, poniéndola a la defensiva y haciéndola retroceder.

Tiene que haber un compromiso personal y una práctica personal en el combate por el afecto y contra el infierno convivencial. El politicismo no es adecuado.

Pero hay que pensar y obrar con realismo, aceptando la enorme complejidad inherente a las cuestiones tratadas. Nunca habrá una sociedad convivencial perfecta, ni unos seres humanos que no estén “bipartidos”, que no sean una mezcla de bien y mal. La reciprocidad es necesaria, por lo que el otorgar amor debe ir unido a la demanda de recibir amor. En una sociedad perversa e inmoral como la actual hay que precaverse frente a parásitos y depredadores. A quienes predican e imponen el odio y el desamor hay que enfrentarles con firmeza, constancia y valentía, lo que lleva a conflictos muy fuertes. Toda reducción de la noción de amor a una ñoñería de parvulario, o a una cursilada de ONG, es rechazable pues el afecto es servir, esforzarse, padecer, pelear y ser fuertes. Todo eso significar que el amor real es finito, que va necesariamente unido a formas de desamor y que es imperfecto. Su irrealidad se realiza en el mundo de la fantasía y su realidad en el de la práctica social y personal.

Con todo ello recuperaremos, además, la gran tradición colectivista, convivencial, cordial, asamblearia, jubilosa, comunal, cálida y fraternal de los pueblos de la península Ibérica, hoy casi del todo destruida por la hiper-extensión del Estado y la gran empresa capitalista.

[1] Hoy no se podría publicar un estudio como el de Bonifacio de Echegaray, “La vecindad. Relaciones que engendra en el País Vasco”, San Sebastián 1933, Eusko-Ikaskuntza. El motivo es que ya en ningún  lugar quedan relaciones de vecindad. Hasta no hace mucho la convivencia con las y los vecinos era una parte crucial de la vida humana, pues había con ellos una ayuda mutua y asistencia emocional que hacía la vida agradable, alegre y satisfactoria, además de mucho mejor en el sentido práctico pues, por ejemplo, la cooperación vecinal era de enorme significación en la crianza de la prole, lo que hacía a la maternidad fácil, descansada y llevadera. Hoy los vecinos se desconocen e ignoran, en el mejor de los casos, y en el peor se odian y hostilizan. Hasta aquí hemos llegado en la destrucción de todas las formas de relación, afecto y amor.

[2] Expone Max Scheler en “Esencia y formas de la simpatía” que el egocentrismo es como un “hundirse en sí mismo” y vincula este catastrófico derrumbamiento hacia dentro del yo, al que tiene por una expresión de solipsismo, con el libro de Max Stirner “El único y su propiedad”, un manual del más tosco egoísmo burgués.

[3] Quizá por eso se lee en la “Primera epístola de San Juan” que “quien no ama permanece en la muerte”.

[4] Como refutación de que lo relacional es sólo personal y no al mismo tiempo social, institucional, estructural y político, tenemos “Hieron o sobre la tiranía” de Jenofonte. Aduce que el tirano al ser odiado y no amado lleva una existencia penosa, en la que se acumulan disfunciones y dolores. Dado que “lo carnal proporciona un placer muy señalado cuando va unido al amor”, al tirano le resulta muy difícil tener un erotismo satisfactorio, lo que es una gran desgracia pues “el que no conoce el amor es desconocedor de los más dulces placeres”. Añade que “el tirano jamás puede estar seguro de que es amado” lo que le condena a la soledad absoluta. Esta reflexión sobre el despotismo y el desamor es aplicable a la sociedad actual, en la que sólo hay relaciones de poder, en las que unos individuos tiranizan a otros pero los tiranizados lejos de buscar la libertad general se ponen como meta “liberarse” de un modo bien triste, haciéndose déspotas mañana, pues sólo saber ser o dominadores o dominados, nunca amadores de sus iguales. En tal situación el amor, en todas sus formas, y por tanto el erotismo, son de facto imposibles. Por tanto, hay unas estructuras anti-amorosas que deber ser desarticuladas por vía revolucionaria, si se desea que el ser humano conquiste la libertad para amar, y así ser sano de cuerpo y mente.

[5] En su libro “Historia de las formas políticas”. Quienes propenden a olvidar, en sus análisis y en sus compromisos políticos y sociales, la existencia y función del Estado, deberían estudiar a ese autor que, a pesar de sus desatinos y carencias, hace formulaciones tan verdaderas como la que sigue, “el capitalismo … tiene un parentesco interno con la razón de Estado”, de manera que lejos de ser el Estado quien “defiende” o “protege” a las masas del capitalismo es quien se lo impone a éstas, por causa de la razón de Estado.

[6] Hoy, en una época de zafiedad, cortedad y seres nada, de zoquetes autosatisfechos y ramplonería universal, no interesa la cortesía, que en general es recibida con mofas. Pero todavía no está todo perdido, puesto que se publican algunos textos que, aunque sea de modo tangencial, se ocupan de ella, como “La gramática de la cortesía en español”, Catalina Fuentes Rodríguez.

Fuente: Esfuerzo y Servicio Desinteresados