Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 24 juin 2021

Les Héroïques de Paulina Dalmayer (Grasset, 2021).

dalmayer-heroiques.jpg

Luc-Olivier d'Algange:

Les Héroïques de Paulina Dalmayer (Grasset, 2021)

Voici un livre tout en muscles et en nerfs qui nous change de la flaccidité ordinaire du nihilisme confortable, de ces romans qui semblent écrits du bout des lèvres. Dans ces Héroïques, c'est tout un corps qui écrit, avec ses tendons, ses articulations, ses terminaisons nerveuses, l'électricité qui passe entre les neurones, le crépitement des phosphènes, la circulation du sang dans les veines et les battements du cœur, - sans oublier la peau, qui est le suprême organe de perception.

Wanda, qui est le personnage principal de ce roman, sait qu'elle va mourir, que ses jours sont comptés et que son corps, avant de se défaire, est le siège d'une âme qui persiste. Que faire pendant ces jours qui restent ? Et surtout comment faire ? Que se passe-t-il alors ? Dotée de cette certitude terrible, qui est la limite proche que l'on ne peut désormais dissimuler sous des nuées incertaines plus ou moins aimables, Wanda ne va pas théoriser un ars moriendi, elle va, au contraire, vivre et revivre, tuer et ressusciter, par la réminiscence et le désir,  un ars amandi, un art d'aimer.

746015.jpg

Nous apprendrons ainsi, dans ce voyage, que l'amour ne vaut que délié et divers, et qu'il faut dire, comme naguère, les amours, non seulement pour désigner par ce pluriel un nombre plus ou moins grand d'êtres aimés, mais aussi pour comprendre qu'il y a de nombreuses façons d'aimer, à l'impourvue, avec esprit, avec loyauté ou amitié profonde, dont aucune ne se laisse réduire en cette compacité sentimentale qui tasse en un même composé artificieux, - qui aura le charme des amalgames dentaires, - le sexe, le sentiment, le possession, la raison sociale, la soumission familiale, et autres occurrence du « gros animal », pour reprendre la formule platonicienne chère à Simone Weil, autrement dit de cette société, de ce collectivisme forcé, qui sont devenus les ennemis de la civilisation et de la civilité. L'héroïsme sera de s'en déprendre.

Ce roman cruel, comme le théâtre d'Artaud ou de Grotowski, - qui est l'un des personnages du roman, mais nous n'en divulguerons pas davantage, - ne se laisse pas lire comme une antienne morose ou déprimante : il nous regarde et nous déchiffre. Ce n'est pas un objet, mais une méthexis, une participation, vérifiant ainsi cette évidence : plus le propos est subjectif et personnel, plus il se tient dans la trame de son propre monde et mieux il opère à une sorte d'impersonnalité active où nous pourrons retrouver nos propres vérités et nos propres tentations, ainsi que le fait précisément Grotowski lorsqu'il s'interroge sur le passage du «rôle » à « l'essence » des personnages.

Le roman de Paulina Dalmayer nous force à garder en mémoire cette frontière frémissante qui sépare, et unit, notre « rôle » joué dans le monde de « l'essence » mystérieuse, hors d'atteinte, qui seule demeure, telle, derrière le défilement des images d'un film, la lumière du projecteur.

aaa_66.jpeg

Wanda est polonaise, c'est dire qu'elle nous vient de la Mitteleuropa, et ce qu'elle nous dit, en se souvenant, et en agissant, vient de cette civilisation, prodigieusement complexe et vivante, qui elle aussi, est, à ce moment de l'Histoire, au voisinage de la mort. Autant dire qu'il ne faut pas s'attendre à ces préciosités étiques, ces plaintes bien gérées, ces mondanités moroses qui font, hélas, le fond le plus commun des romans français actuels. Nous sommes, avec Les Héroïques, du côté de Witkacy ou du Döblin du Voyage babylonien. L'ironie, qui traverse de part en part le roman comme un fluide salvateur, n'est point celle de l'intelligence énervée,  - c'est-à-dire, par étymologie, privée de nerf, - mais celle du « double regard », qui saisit le jour et la nuit des personnages, d'un seul trait sûr, dans sa ductilité sensible immédiate et dans sa fin dernière.

Nous comprenons, en lisant ce roman de Paulina Dalmayer, - dont la suite est annoncée et attendue, - que le temps est un flux, un flot, voire sur quelque rivage ultime, une vague qui se retourne elle-même dans l'immémorial. Dans son échappée belle, les pieds nus dans la neige, Wanda se souvient, certes, de sa jeunesse polonaise, de la collective incarcération communiste, de sa malédiction familiale, de ses aventures théâtrales, mais le souvenir l'emporte, la soulève dans un présent qui n'appartiendra qu'à elle, pour le ressaisir et se laisser saisir, dans la roulement de la vague, par d'impondérables puissances dans l'extrême fragilité.

Tel est l'héroïsme, qui est un génie de l'intuition : sentir ce qui soulève dans ce qui défaille, vérifier l'existence de l'âme dans l'extinction du corps. Ce beau roman, cependant échappe à chaque phrase à la tristesse. Sa drôlerie se donne à nous les larmes aux yeux ; sans plaintes il va vers son recours, à vif, pour mieux nous laisser entrevoir la sagesse éperdue de vivre.

Luc-Olivier d'Algange.

jeudi, 10 juin 2021

L'intuition d'un livre intuitif. Un siècle après Spengler

spengler_HancoJ.jpg

L'intuition d'un livre intuitif. Un siècle après Spengler

Le produit de masse de la décadence de la civilisation occidentale est déjà une sorte d'animal urbain dénaturé, qui a enterré ou tué ses archétypes.

par Carlos X. Blanco

Ex: https://www.tradicionviva.es/2021/06/08/la-intuicion-de-un-libro-intuitivo-un-siglo-despues-de-spengler/   

Der Untergang des Abendlandes est un livre intuitif à lui seul. Le véritable historien est un philosophe de l'histoire, un homme doté d'une faculté particulière, l'intuition historique, un pouvoir avec lequel il saisit, à la manière d'un artiste, les objets de sa connaissance. Ce qui est à découvrir dans l'Histoire, ses objets, ne sont pas des entités statiques, fixes et mortes, mais un flux d'êtres historiques, comme le fleuve d'Héraclite dans lequel on ne peut se baigner deux fois. Les êtres historiques ne sont pas du tout des objets rigides ou morts. L'intuition historique est, avant tout, un devenir. Le philosophe de l'histoire n'a d'autre choix que de se présenter devant le devenir. En tant que penseur, il fait partie de ce devenir, et il n'est pas libre de saisir ce qu'il doit saisir si son contexte personnel est, en fait, celui d'un philosophe de l'histoire. Dans l'avant-propos de la deuxième édition allemande, Spengler écrit : "Un penseur est un homme dont le destin consiste à représenter symboliquement son époque au moyen de ses intuitions et concepts personnels. Il ne peut pas choisir. Il pense comme il doit penser, et ce qui est vrai pour lui est finalement ce qui naît avec lui, constituant l'image de son monde " [LDO, I, p. 20]. Ein Denker est dans Mensch, dem es bestimmt war, durch das eigene Schauen und Verstehen die Zeit symbolisch darzustellen. Il n'a pas le choix. Er denkt, wie er denken muss, und wahr ist zuletzt für ihn, was als Bild seiner Welt mit ihm geboren wurde, VII].

cms_visual_1056799.jpg_1529499361000_267x450.jpgLe philosophe de l'histoire porte en lui un archétype, inné et non construit, et lorsque ces objets fluides lui sont présentés, il n'a pas le choix. Il déploie les potentialités de son archétype. Au niveau personnel et gnoséologique, il se passe la même chose que dans le cycle des cultures. L'âme de chaque culture, lorsqu'elle naît dans une parcelle primordiale, est tout entière un immense -mais non infini- rassemblement de possibilités : la biographie de cette culture est l'ensemble des manifestations déjà closes, qui se présentent à son regard et à sa compréhension. Une manifestation historique est déjà une obstruction à des possibilités qui n'ont pas eu lieu.

Et qu'est-ce que la vérité historique ? Il ne s'agit pas, à la manière de l'évolutionnisme et du matérialisme historique, d'une construction ou de la découverte de causes finales ou efficientes, de relations fonctionnelles, etc. La vérité historique spenglerienne est une vérité par découverte, mais par découverte de l'archétype qu'un type d'homme très spécifique doit réaliser. Un homme, disait Fichte, réalise la philosophie selon le genre d'homme qu'il est. Eh bien, le philosophe spenglerien, ou le véritable historien qui comprend l'objet du devenir, est un homme très proche du poète. Le poète n'est ni un raisonneur ni un bâtisseur de systèmes. Il est une lanterne qui se concentre dans les profondeurs de son âme et trouve le trésor auquel il est appelé :

"La vérité, il ne la construit pas, mais la découvre en lui-même. La vérité, c'est le penseur lui-même ; c'est sa propre essence réduite à des mots, le sens de sa personnalité vidé en une doctrine. Et la vérité est immuable pour toute sa vie, parce qu'elle est identique à sa vie" [LDO, I, 19] [Es ist das, war er nicht erfindet, sondern in sich entdeckt. Es ist er selbst noch einmal, sein Wesen in Worte gefasst, der Sinn seiner Persönlichkeit als Lehre geformt, unveränderlich für sein leben, weil es mit seinem Leben identisch ist", VII].

Il n'y a pas d'invention de la vérité historique, il y a l'intuition et la découverte de son propre archétype. Une faculté intuitive qui rend compte de la construction de l'histoire est en accord avec un livre qui a fait l'histoire : Le Déclin de l'Occident, un texte qui, selon les mots de son auteur lui-même, est "... intuitif dans toutes ses parties". Il est écrit dans un langage qui cherche à reproduire avec des images sensibles les choses et les relations, au lieu de les substituer par des séries de concepts" [LDO, I, p. 20]. Il est difficile de rédiger et de faire rédiger un texte dans une langue qui décrit les situations et les relations d'une manière claire et nette, sans qu'il soit nécessaire d'établir des comparaisons entre les textes, et c'est aux lecteurs qu'il revient de le faire, car les textes et les images sont tout aussi claires", VIII]  [Es ist anschaulich durch und durchgeschrieben in einer Sprache, welche die Gegenstände und die Beziehungen sinnlich nachzubilden sucht, statt sie durch Begriffsreihen zu ersetzen, und es wendet sich allein an Leser, welche die Wortklänge und Bilder ebenso nachzuerleben verstehen”, VIII]..

oswald-spengler-1880-bis-1936.jpg

Ce lecteur, pour vraiment comprendre ce livre, doit être un lecteur poétique. Il est obligé de percevoir la décadence très profondément. Le produit de masse de la décadence de la civilisation occidentale est déjà une sorte d'animal urbain dénaturé, qui a enterré ou tué ses archétypes. Ou bien c'est une créature transplantée d'autres cultures, le nouveau nomade, l'être sans racines. Ce type de lecteur ne verra dans la grande œuvre spenglerienne qu'une accumulation d'absurdités, de textes non rationnels, de fatras de toutes sortes de choses. Pour ce nouveau nomade sans racines, pas le livre qu'écrit Spengler. Mais dans la même présentation de l'ouvrage, Oswald Spengler s'adresse de façon individuelle à celui qui est capable d'intuitionner l'archétype même qui lui parlera de la décadence de sa civilisation, car il lui suffira d'opposer cette âme faustienne à tous les phénomènes -parfois horribles- qui se déroulent autour de lui et alors... quoi ? Alors il ne succombera pas au désespoir. Le sort qui nous est réservé ici n'est pas à regretter. Il faut aimer le destin et chevaucher le tigre. Vous devez vous préparer pour un dernier combat.

Un monde entier s'effondre, mais avant le chaos et la décadence, il reste un combat à mener. Le philosophe du socialisme prussien n'est pas - pas du tout - le philosophe pessimiste, qui prône la passivité ou la lâcheté de la résignation. Il est l'homme qui voit loin et qui est capable de prévoir, comme il y a juste un siècle, les tâches de lutte pour un monde qui va tomber. Parce qu'il doit y avoir une lutte, et que la transition vers un nouveau "monde" au sens spirituel est inéluctable, et que sans notre lutte, l'horreur ne fera que croître.

Note : les citations sont extraites de la traduction espagnole de Manuel García Morente, La Decadencia de Occidente, volume I, Austral, Madrid, 2011. La version allemande consultée est celle du Deutscher Taschenbuch Verlag, Munich, 1979, qui est elle-même basée sur celle de Beck (Munich, 1923) : 

Eduard Alcántara : "L'Imperium est la forme la plus achevée et la plus complète d'organisation socio-politique"

Armorial_équestre_Toison_dor_-_Frédéric_IV_de_Moers-813x1200.jpg

Eduard Alcántara: "L'Imperium est la forme la plus achevée et la plus complète d'organisation socio-politique"

Ex: https://elcorreodeespana.com/libros/167428483/Eduard-Alcantara-El-Imperium-es-la-forma-mas-acabada-y-mas-completa-de-organizacion-politico-social.html

indexlie.pngLa maison d'édition Letras Inquietas vient de publier Imperium, Eurasia, Hispanidad y Tradición, une œuvre collective avec la participation de Carlos X. Blanco, Eduard Alcántara et Robert Steuckers. Les essais qui composent le livre recherchent dans la Tradition, dans l'Histoire et dans le présent, les éléments conceptuels nécessaires à une théorie de l'Empire qui rejette le modèle actuel, absorbant, prédateur et "impérialiste". À cette occasion, EL CORREO DE ESPAÑA s'entretient avec Eduard Alcántara, philosophe et expert de la pensée traditionaliste.

Qu'est-ce que l'Imperium ?

Pour la Tradition, la notion d'Imperium représente l'aspiration à transférer l'Ordre cosmique (l'Ordo dont on parlait au Moyen Âge ou le Ritá védique) aux constructions politico-sociales conçues par l'homme. Il s'agit de faire en sorte que le microcosme soit le reflet du macrocosme. Nous parlons de la prétention de consommer ce que l'adage hermétique-alchimique dit quand il exprime que "ce qui est en haut est en bas". L'harmonie qui régit dans les domaines célestes et qui a son corrélat dans la musique des sphères dont parlait déjà Pythagore, doit aussi régir dans les domaines terrestres. Les forces subtiles (numina) constituent le nerf de la charpente cosmique et, de même qu'elles s'interpénètrent de manière à harmoniser la dynamique du macrocosme, l'homme doit, au moyen du rite sacré, les activer afin que, par leur opérativité, elles rendent possible que l'harmonie qui gouverne en Haut gouverne aussi ici-bas sous la forme de l'Imperium ou du Regnum, tous deux donc de caractère sacré.

Quelles sont les implications de l'Imperium pour la Tradition et vice versa ?

Si l'ensemble du cadre nouménique a pour cause première d'harmonisation la force centripète représentée par le Premier Principe indéfinissable, indéterminé et éternel (Brahman, pour l'hindouisme) qui est à son origine, l'Imperium fonctionne de manière similaire, puisque toutes ses composantes agissent et interagissent en harmonie en "tournant" autour de la figure de l'Empereur comme axe vertébral, car il est revêtu de cette aura sacrée qui dégage un prestige, une dignité supérieure et une majesté qui ne nécessitent, par nature, aucune force coercitive pour maintenir la cohésion des différents corps sociaux, administratifs et territoriaux qui font partie de cet Imperium. L'empereur, dans la Tradition, assume le rôle de Pontifex, ou bâtisseur de ponts, entre le monde métaphysique et le monde physique. Il est donc la clé de la sacralisation des sociétés dont il est le recteur et le guide. Il agit comme un catalyseur et un exemple pour ceux qui, par volonté et potentiel spirituel, s'aventurent sur le chemin rigoureux, méthodique et ardu de la metanoia, de la transsubstantiation ou remotio intérieure, de la réalisation spirituelle. De même, à ceux qui n'ont pas cette volonté et ce potentiel, elle rend possible l'approche, par la participation à son projet, des vérités transcendantes.

adler-der-sonne-288587.jpg

Quelle a été l'influence de l'Imperium dans l'évolution de l'histoire en général et de l'hispanité en particulier ?

Le Monde de la Tradition s'est toujours efforcé de se constituer en Imperium comme la forme la plus complète et la plus aboutie d'organisation politico-sociale. Il comprenait parfaitement que la fonction impériale était celle qui incarnait et reflétait le plus fidèlement les ordonnancements et les harmonies des plans métaphysiques de la réalité. C'est pourquoi nous l'avons vu se réaliser sous des latitudes lointaines : au Japon, en Chine, en Perse, à Rome ou dans l'Europe du Saint Empire romain germanique. En Amérique, l'Espagne se heurte à une forme d'empire déjà dégradée, dont la survie repose uniquement sur l'usage de la force. Il a rencontré un empire aztèque tombé dans une sorte de rituel du sang, de la coupe tellurique ; il a interagi avec des forces préternaturelles et non surnaturelles. Il a également rencontré un empire inca centré sur les cultes d'une solarité décadente et non olympique. Une solarité qui ne dérive pas du Principe Suprême et éternel, qui par essence est imperturbable, mais une solarité qui naît et meurt, qui est donc changeante et qu'ils tentent de réveiller en la nourrissant continuellement de sacrifices humains sanglants. Si nous faisons un parallélisme avec l'univers mythologique grec, nous dirions que le monde inca n'accomplissait pas de rites pour activer les pouvoirs du dieu solaire, immuable et olympien Apollon, mais du dieu soleil Hélios, qui meurt et ressuscite sans cesse. L'Espagne devient Imperium, et ainsi la monarchie hispanique remplace les formes dissolues des empires amérindiens précolombiens par un Imperium fidèle aux vérités impérissables et éternelles de la Tradition. En Amérique, en Europe et même en Asie, avec les Philippines, une Idée spirituelle, la Catholicité, et la figure qui l'incarnait (différents monarques) ont maintenu la cohésion de l'Imperium pendant trois siècles sans maintenir, une fois établie, pratiquement aucune force militaire d'origine péninsulaire dans les différents territoires qui s'y conformaient, parce que la dignité sacrée de l'Idée qu'elle incarnait est devenue le pôle d'attraction qui l'a rendu possible. Son existence de trois siècles constitue un fait quasi-miraculeux si l'on tient compte des temps qui couraient alors dans une Europe qui avait vu naître un humanisme et un anthropocentrisme qui poussaient l'homme à une sorte de solipsisme qui le faisait se regarder le nombril et tourner le dos au fait Transcendant. Une Europe où dominaient le subjectivisme, le relativisme et l'impossibilité de connaître le Supérieur en raison de l'irruption du protestantisme. Une Europe dans laquelle la raison d'Etat (la fin machiavélique qui justifie les moyens) s'élevait au-dessus des considérations d'ordre sacré ou dans laquelle le rationalisme cartésien du 17ème siècle et le mal nommé illuminisme du 18ème siècle luttaient avec succès pour laminer toute Vérité Supérieure en n'entrant pas dans la compréhension courte du raisonnement humain. Pourtant, même au cours du XVIIIe siècle, le miracle de l'Imperium hispanique ou de la Monarchie hispanique a survécu.

Kaiser_Karl_V._(1500-1558)_im_Harnisch,_Bildnis_in_halber_Figur_(Tizian).jpg

Après Rome, l'Imperium s'est manifesté, selon vous, dans le Saint-Empire romain germanique et, plus tard, dans la tentative de récupération conçue par Charles Quint...

Oui, sans être trop polémique, on peut dire que le second prend le relais du premier et le troisième du second. Le Saint Empire Romain (S.I.R.G.) montre clairement cette intention de continuité jusque dans son nom même de Romain. Il représente une tentative de restauration du défunt Empire romain d'Occident. Malheureusement, en raison surtout de l'issue des guerres entre Guelfes et Gibelins à partir du XIIe siècle (les guerres dites des Investitures), le S.I.R.G. se dilue en raison du triomphe du camp guelfe, qui finit par enlever la potestas sacra à l'Empereur. Les conséquences en seraient finalement désastreuses, car désacraliser le chef du S.I.R.G. finirait par désacraliser, par osmose, tous les corps sociaux et territoriaux qui étaient sous son égide et accélérerait, de la sorte, tout un processus de décadence qui n'a guère eu de frein jusqu'à nos jours délétères. En fait, le seul frein a été mis par Charles V avec son projet de Monarchie Universelle qui, pour commencer, vivifierait les restes anodins et sans âme de ce qui avait été le S.I.R.G.. et, en outre, non seulement de la restituer à son territoire d'origine mais, surtout, à son être constitutif, qui n'était autre que celui de son essence spirituelle sous la forme de la catholicité ; D'où, par exemple, sa détermination à mettre fin au schisme protestant et son non-conformisme de simple catholique dévot face à la politique infâme du pape Clément VII, comme il l'a démontré avec le Sac de Rome de 1527; peut-être une gueule de bois gibeline de l'empereur Charles face au guelfisme symbolisé par la papauté ? Nous pouvons donc tracer des liens qui unissent l'Empire romain, le S.I.R.G. et l'Empire hispanique.

Tradition contre monde moderne : qu'est-ce que l'un et qu'est-ce que l'autre ?

La tradition consiste à vivre en se concentrant sur le Haut. C'est pourquoi les structures et les organismes politico-sociaux sont substantialisés et concrétisés de telle sorte qu'ils permettent à l'homme de vivre en consonance avec le Transcendant, même dans sa vie quotidienne la plus insignifiante ; ainsi, chacune de ses actions deviendra une sorte de rite. La tradition agit comme si elle était une force qui sacralise l'existence terrestre. La Tradition, par essence sacrée, est intemporelle et peut, par conséquent, se manifester et se concrétiser à n'importe quel moment de l'évolution de l'histoire de l'homme, bien que, certainement, plus le kali-yuga, dont parlent les textes sapientiels indo-aryens (ou l'âge de fer, auquel fait allusion le Grec Hésiode) devient omni-hégémonique, plus la possibilité d'une Restauration de l'Ordre Traditionnel se produit sous une certaine latitude. Le monde moderne, quant à lui, représente le triomphe de la matière sur l'Esprit. Au début, sa prépondérance n'est pas totale mais progressivement, parfois avec des accélérations brutales, son hégémonie devient de plus en plus étouffante et aliénante. Jamais le monde n'a été aussi grossièrement et extrêmement matérialiste, mais, comme nous l'avons souligné plus haut, la prostration actuelle est le résultat de l'action d'une série de facteurs et de processus de dissolution, tels que l'humanisme, l'anthropocentrisme, le protestantisme, le relativisme, le rationalisme, le positivisme, les Lumières, le "nouveau" monde, positivisme, les Lumières ou/et les révolutions libérales et communistes, les sous-produits culturels tels que l'évolutionnisme darwinien, l'utilitarisme ou la psychanalyse pour aboutir au dépotoir actuel, consumériste, individualiste, nihiliste et de relativisme et de subjectivisme faisant partie intégrante de la postmodernité. Voyez donc que le seul antidote intégral pour affronter le monde moderne corrosif et dissolvant est le monde de la Tradition.

uNxnLDxynjZ1C29Ja6QePZyQ.jpeg

En quoi l'Imperium diffère-t-il de l'impérialisme exercé, par exemple, par les États-Unis ?

Nous avons vu que l'Imperium a une base métaphysique, tandis que l'impérialisme a une base matérielle, que ce soit en vue d'une domination simplement expansive-territoriale ou à des fins économiques-mercantilistes. L'Imperium prétend créer la civilisation et l'impérialisme se déplace avec des prétentions de pillage et d'exploitation des ressources matérielles (énergie, nourriture,...). L'impérialisme anglais, hollandais ou français présentait un caractère colonialiste plus qu'évident, consistant dans le pillage par la métropole des ressources des colonies et dans la non-industrialisation de celles-ci afin qu'elles n'aient d'autre choix que d'acheter les produits fabriqués dans les industries de la métropole. Par exemple, dans le cas des Anglais, ils sont allés jusqu'à détruire les métiers à tisser en Inde ou à couper les pouces des tisserands à Ceylan pour couper toute concurrence textile possible avec les industries métropolitaines. Là où les puissances impérialistes avaient l'habitude de créer des usines commerciales, l'Espagne, en revanche, a fondé des villes et les a dotées d'aqueducs et d'infrastructures de toutes sortes. Ses routes pénétraient vers l'intérieur car il s'agissait de civiliser l'ensemble du territoire. Ainsi, contrairement aux usines côtières anglaises ou néerlandaises, les villes étaient fondées et refondées à des centaines de kilomètres de la côte, car l'objectif n'était pas seulement de remplir les cales des navires marchands, mais aussi de diffuser le catholicisme et ses vecteurs culturels, tels que la langue, la scolastique et la théologie. La Bible a été traduite dans un bon nombre de langues précolombiennes (toutes non grammaticales jusqu'à l'arrivée des Espagnols), comme le quechua et le nahuatl. Vingt-cinq universités et un grand nombre de Colegios Mayores ont été fondés, ouverts à tout sujet de la couronne espagnole ; certaines de ces universités ont été créées un siècle avant que les Anglais ne fondent la première dans leurs colonies américaines : l'université de Harvard en 1636. Le cas des États-Unis est également paradigmatique de ce qui a été et est un empire prédateur, aux antipodes de l'Imperium Hispanico. Au XVIIe siècle, c'est la doctrine de la Destinée manifeste qui a guidé dans une large mesure l'élan colonialiste américain. Les protestants en général et les puritains en particulier qui sont arrivés sur le territoire des 13 colonies l'ont brandi comme un argument expansionniste. Selon eux, les nouveaux colons auraient été désignés par Dieu pour avoir, comme les Juifs avec la terre promise d'Israël, leur terre de promesse. La conquête de nouveaux territoires et l'enrichissement économique qui en découle seraient les signes du choix préalable que le Très-Haut en aurait fait ; dans la lignée, cette idée, des dogmes calvinistes qui, par ailleurs mais dans cette même lignée, ont tant contribué à l'apparition et à l'expansion ultérieures du capitalisme (une contribution, disions-nous, essentielle du calvinisme en particulier comme du protestantisme en général). Cette doctrine de la Destinée Manifeste a pris de nouveaux envols depuis la fin du 18ème siècle (avec l'indépendance des 13 colonies) et est arrivée jusqu'à nos jours avec la conviction que les Américains ont été choisis par la divinité pour exporter et implanter (par la force ou par la ruse) la démocratie dans le monde entier. Leur impérialisme repose donc sur le principe d'une souveraineté populaire (si chère à la démocratie) par laquelle le pouvoir n'est pas légitimé par le Haut (il n'a pas d'origine sacrée) mais par le Bas, par un démos qui un jour peut établir, par la moitié plus un des votes, que les valeurs à défendre sont certaines et le lendemain en choisir d'autres, brisant ainsi toute validité des Vérités et Valeurs éternelles qui ont toujours donné la stabilité aux sociétés traditionnelles et ont toujours été leurs points de référence supérieurs. Nous ne révélons aucune preuve qui n'est pas connue si nous dénonçons que derrière cet empressement "généreux" et "détaché" à étendre la démocratie à toute la planète, se cachent des intérêts économiques non dissimulés qui, dans leur avidité, n'ont aucune limite par rapport aux confins du monde.

"Les États ont déjà défenestré toute aspiration à constituer des unités politiques qui les dépassent et qui ont en vue un but élevé, parce que, au contraire, ils n'aspirent plus à restaurer l'Imperium. " Est-il encore possible de récupérer l'Imperium et la Tradition ?

La restauration de l'Ordre traditionnel et de sa forme impériale nous semble très compliquée étant donné les temps de dissolution que nous traversons dans tous les ordres, mais ce n'est pas un obstacle pour nous de soutenir qu'il n'est pas impossible que cela se produise. Le susdit Hésiode a écrit dans son œuvre Travaux et Jours que même dans les périodes de plus grande dispersion et de tribulations, il était possible de restaurer l'âge d'or dont parlait la mythologie grecque. L'homme n'est pas un être fatal, au destin irrévocablement écrit d'avance. Pour la Tradition, l'homme est libre de tracer son chemin, tant intérieur qu'extérieur, tout comme il chérit cette liberté qui peut lui permettre d'entreprendre un combat dont le but est de renverser le désordre ambiant et d'illuminer une nouvelle ère libérée des chaînes et des fardeaux lourds et aliénants que le monde moderne place depuis longtemps dans son empressement à bestialiser l'homme en l'amputant de sa dimension Transcendante.

Carlos X. Blanco, Eduard Alcántara et Robert Steuckers: Imperum, Eurasia, Hispanidad y Tradición. Letras Inquietas (juin 2021)

Pour commander l'ouvrage:

https://www.amazon.es/dp/B096HYCNL9?&linkCode=sl1&tag=microprensa-21&linkId=68b8bc9a4c1c22a214d7821626982eb5&language=es_ES&ref_=as_li_ss_tl

 

 

samedi, 05 juin 2021

"1979 l'Année Charnière" avec Robert Steuckers & "Les nonagénaires génocidaires" avec Nicolas Bonnal

20191104161632-Frank-B-ouml-sch---Zeitenwende-1979--Als-die-Welt-von-heute-begann.jpg

Café Noir N.26

"1979 l'Année Charnière" avec Robert Steuckers & "Les nonagénaires génocidaires" avec Nicolas Bonnal

 
Café Noir – Un Autre Regard sur le Monde. Émission du vendredi 04 juin 2021 avec Pierre Le Vigan et Gilbert Dawed.
 
Première Partie: 1979 l'Année Charnière avec Robert Steuckers
et Deuxième Partie: Le Coup de Gueule de Nicolas Bonnal: Les Nonagénaires Génocidaires.
 
 
INDEX (pour naviguer la vidéo, cliquer sur les liens)
 
00:00 - Présentation & Introduction
05:10 - La "Cancel" & "Woke" Cultures
08:30 - La Chine s'ouvre à l'Économie de Marché
10:00 - Le Retour de Khomeini à Tehran
13:20 - Les Verts en Allemagne
16:10 - Le Néo-conservatisme aux USA (Reagan)
17:00 - Le Néo-libéralisme en Grande Bretagne (Thatcher)
27:28 - Jean-Paul II en Pologne
28:30 - Les Boat-People
30:10 - La Nouvelle Philosophie en France
34:53 - La Prise de l'Ambassade USA à Tehran
37:50 - La Double Décision de l'OTAN (Allemagne)
43:45 - L'Invasion de l'Afghanistan par l'Union Soviétique
46:35 - Les Premiers "Regime Change"
50:45 - La Première Conférence Internationale sur le Climat
51:10 - L'Emergence du Système Monétaire Européen
 
52:44 - Le CDGNB: Les Nonagénaires Génocidaires
 

getimage.jpg

RÉFÉRENCES
Frank Bösch (Wikipédia France) https://fr.wikipedia.org/wiki/Frank_B...
Zeitenwende 1979. Als die Welt von heute begann, Frank Bösch, Beck C. H., 2019 (Le changement d'époque de 1979 - Quand commença le monde d'aujourd'hui).
De la Chine, Henry Kissinger, Fayard, 2012
La Société ouverte et ses ennemis, Karl Popper, Seuil, 2018
Le Suicide français, Éric Zemmour, Albin Michel, 2014
Le Testament de Dieu, Bernard-Henri Lévy, Grasset, 1979
Les Maîtres penseurs, André Glucksman, Grasset, 1977
No Society, Christophe Guilluy, Flammarion, 2018
 
SITES
Robert Steuckers (Euro-Synergies) http://euro-synergies.hautetfort.com/

PHILIP K. Dick et le Grand Reset en Occident

PKD.jpg

Nouveauté:

PHILIP K. Dick et le Grand Reset en Occident

Par Tetyana Popova-Mozovska

Préface de Nicolas Bonnal

Dans les années 70 on évoquait au lycée un mage, un gourou, un écrivain qui sortait des catégories traditionnelles et scolaires mais n’entrait pas dans les nouvelles. Il faisait douter de la réalité du monde, de nos perceptions, et de notre humanité limitée à la consommation et à la perception de news. En outre il était perçu comme le prophète d’un futur effrayant et qui était déjà là. Bref, il était un oracle. Si Dostoïevski, Edgar Poe ou Balzac nous décrivaient un éternel présent qui venait du passé, cet écrivain mythique nous décrivait un éternel présent qui venait du futur.  On le jugerait comme prophète et non comme styliste ou « réaliste ».

Cet écrivain bien sûr est Philip K. Dick - et mes amis des sections scientifiques le considéraient comme un génie réservé à une minorité choisie. On citait surtout « Ubik » dont le nom résonne comme celui d’un dieu de l’étrange. Après des essais de lecture infructueux, je finis par découvrir ce monstre littéraire en 1982 grâce au film « Blade runner ». Échec commercial à sa sortie, cet opus fasciné (et pas seulement fascinant) devint ensuite le film-culte par excellence. Les puristes reprochèrent plein de choses à une œuvre qui dessinait les grands traits de notre époque mondialiste, dystopique et travaillée par l’image. L’altération de la réalité par les simulacres était là, tout comme la technologie dangereuse, la difficulté de définir l’homme dans le monde capitaliste unifié et la fabrication artificielle par les images d’une mémoire collective planétaire effaçant l’expérience individuelle. Cependant la lecture de Dick me demeurait difficile. J’attendis d’autres films « Total recall », « Pay check », « Minority report » pour avoir une idée plus précise de cet univers « riche et étrange », digne des visions de Shakespeare et du baroque du Quichotte. Le futur dystopique, la dégradation d’un paysage planétaire déglingué et surtout la fabrication d’une mémoire artificielle me semble être des axes essentiels des écrits de Dick. Et c’est là qu’est intervenue Tetyana, passionnée et sérieuse.

thumbnailTPMPHD.jpg

Sérieusement et systématiquement Tetyana a relu ou lu tous les ouvrages de Dick susceptibles d’expliquer l’étrange réalité dans laquelle nous sommes plongés. Depuis un an, nous avons en effet assisté à une accélération de cette réalité marquée par le totalitarisme technologique et l’effondrement énergétique/économique ; tout cela grâce au virus et aux mesures comme ce reset qui l’accompagne, sorti de cerveaux planétaires et dangereux. Bref, nous sommes rentrés au moins dans les grandes villes dans l’univers de Dick – un univers souvent comique et menaçant, comme dit notre auteure.

APhilipKDickMoment.jpg

Tetyana a compulsivement a déniché les textes oubliés ou peu lus qui dessinent la réalité prévue par notre étrange prophète. Mais en bonne chrétienne elle a aussi insisté sur les contenus spirituels et « chrétiens-primitifs » de l’œuvre de Dick, dimension que beaucoup de critiques ont négligé ou oublié. De ce point de vue ce grand auteur pourrait être aussi un écrivain du « 8ème jour » quand nous serons réveillés du long sommeil impérial et ferré. Ce livre s'adresse donc à une élite « éveillée », et qui s’ignore encore.

Editions Tetyana, Amazon.fr. A paraître chez Avatar.

https://www.amazon.fr/dp/B096LPVB1R/ref=sr_1_1?__mk_fr_FR=%C3%85M%C3%85%C5%BD%C3%95%C3%91&dchild=1&keywords=BONNAL+DICK&qid=1622883747&sr=8-1

 

vendredi, 04 juin 2021

Un roman intéressant: La Luz del Norte

don-pelayo-statue-la-de-mettent-le-fond-et-ciel-bleu-avec-des-nuages-143069424.jpg

Un roman intéressant: La Luz del Norte

Par Xuan Xosé Sánchez-Vicente

Je viens de terminer "La luz del norte", un roman de Carlos X. Blanco, écrivain et chercheur qui travaille fréquemment dans le domaine de l'asturien et de l'asturianisme.

Organisé en courtes unités narratives et avec une prose sans beaucoup de fioritures créatives ou transgressives, le roman est agréable et se lit bien, c'est-à-dire qu'il capte l'intérêt pour continuer à lire scène après scène.

La trame narrative est le contexte plus ou moins historique, dans le domaine de l'Espagne et des Asturies, allant de la défaite de Don Rodrigo au soulèvement de Pelayo et des Asturiens à Covadonga. Sur cette trame historique - racontée avec une liberté littéraire - est dépeinte la vie dans l'ancien royaume wisigothique (Tolède et Cordoue, fondamentalement), tant au niveau des protagonistes que sur le plan social : L'esclavage des chrétiens et des Goths et les violences qu'ils ont subies tant sur le plan physique qu'économique ; la connivence, de la même manière, avec les envahisseurs de la part des "traîtres" : les partisans de Witiza, comme Don Oppas, qui étaient ceux qui appelaient les envahisseurs Maures, ou les nobles qui se rendaient à l'envahisseur, comme le Goth Athala. D'autre part, la vie des asturiens libres est décrite : asturiens du centre et de l'est, asturiens vadiniens, dont le chef est Pelayo -goth et asturien à la fois- et cantabres libres, dirigés par le duc de Cantabrie, Alfonso.

Du point de vue de la narration de l'histoire, on alternera les épisodes ou les aventures de certains personnages qui ont des origines et des trajectoires différentes jusqu'à ce que, à la fin, ils soient regroupés à Covadonga et autour de Pelayo : Teud et Adosinda (la sœur de Pelayo), Teud et sa sœur Brunilda, Álvaro et Brunilda... Et, avec eux, des personnages historiques : outre Pelayo et Adosinda, les Oppas, Munuza, Alkama ?

Quant au reflet de l'histoire réelle dans la fiction romanesque, l'auteur utilise un squelette "réaliste" tout en incorporant des événements strictement inventés, qu'il accompagne de légendes sur Pelayo : sa naissance et ses racines, son voyage à Cordoue, la livraison d'Adosinda comme otage. Et, en même temps, l'invention d'un réseau de "moines sages et visionnaires" qui voient l'avenir et le réalisent.

blanco_la_luz_del_norte.jpg

Il y a un point où l'auteur peut rencontrer des résistances ou des obstacles chez certains lecteurs, à cause du fond "idéologique" ou de la vision du monde qui structure la vision de l'histoire dans le roman : certains, du point de vue nationaliste, le trouveront trop "gothique" et "hispaniste" et, peut-être, trop chrétien. D'autres, du point de vue d'une vision particulière de l'Espagne, le considéreront comme trop nationaliste asturien.

En vérité, si le roman est lu d'un point de vue purement littéraire, il est plus proche d'un roman d'aventures que de tout autre chose, et ces obstacles disparaissent parce que la coloration idéologique est alors réduite à un simple élément de l'intrigue et à la création d'une atmosphère.

Source : Blog de Xuan Xosé

Version originale en asturien :

https://nacionalismuasturianu.blogspot.com/2016/06/una-no...

Informations sur l'éditeur :

https://editorialeas.com/producto/la-luz-del-norte-por-ca...

carlos-x-blanco.jpg

Critique littéraire de La luz del norte, de Carlos X. Blanco

Antonio Ríos (Docteur en Philosophie et expert en littérature)

C'est un cliché, mais il est vrai, que la meilleure critique et le meilleur honneur que l'on puisse faire à une œuvre et au travail de son auteur, c'est de lui montrer qu'il a passé des heures et des jours avec son œuvre, et que ce temps loin de tout écran d'ordinateur ou de tout appareil moderne, ces heures devant son livre en silence, n'ont pas été seulement un bienfait et un plaisir, mais aussi un dialogue critique, de conformité et de désaccord avec l'auteur. Cela dit, nous abordons une critique littéraire de l'œuvre La luz del norte (EAS, 2016) de Carlos X. Blanco.

"La luz del norte" nous parle de ce qui fut le germe de la reconquête espagnole, donc le germe de l'Espagne elle-même, de l'Espagne catholique et impériale, la base de la future nation espagnole. Don Pelayo est le personnage principal autour duquel tourne ce roman. Pelayo est le sparring-partner du roi Rodrigo, avec lequel il a subi la défaite de Guadalete en 711, bien que le roman commence après cet événement historique. Pelayo est un noble de lignée gothique et asturienne -c'est ainsi qu'il est présenté dans le livre, suivant ou mélangeant certaines Chroniques, inconnues de moi- qui a commencé à unir Goths, Asturiens, Cantabres et Hispaniques dans les montagnes des Asturies, initiant la résistance et la reconquête d'une péninsule ibérique envahie par l'Islam.

En tout cas, Pelayo n'est pas le seul protagoniste de ce -appelons-le pour le moment- roman, mais d'autres personnages ont autant ou plus d'importance que Pelayo : le jeune Teud, compagnon d'armes de Don Pelayo, qui doit fuir Tolède, la capitale du royaume wisigoth dévasté par l'invasion musulmane ; Álvaro, hispano-gothique qui partagera la captivité et les épreuves de Tolède et Cordoue avec Brunhilda, la soeur de Teud. La noble et guerrière Adalsinda, sœur de Don Pelayo, joue un rôle tout aussi important dans l'histoire que Brunhilda. L'imbrication de ces personnages, qui passent essentiellement de deux en deux, est très réussie dans ce roman. Pelayo-Teud, Álvaro-Brunhilda, Adalsinda-Teud, Pelayo-Adalsina, etc... Cet entrelacement continu des personnages libère cette histoire de l'individualisme, de l'introspection qui caractérise habituellement les personnages des histoires modernes, même dans les récits d'aventure actuels. Même l'ermite Bartholomé ne cesse d'être accompagné, car il semble être toujours "connecté" à sa sphère magique, avec laquelle il communique avec les frères de l'Ordre. Le triomphe du bien sur le mal n'est pas seulement, dans ce roman, le triomphe du christianisme sur l'islam, mais c'est surtout le triomphe de la noblesse d'esprit, de la fidélité à un bien qui, oui, semble vivre de manière innée dans un ordre hiérarchique, comme celui-ci : asturien-cantabrique, wisigothique, hispanique, etc...

7a5547176d4461df956da0b464c8871a.jpg

À travers "La luz del norte", nous sommes insérés dans une péninsule ibérique dévastée par l'invasion musulmane et par la trahison des Wisigoths partisans de Witiza, et nous voyageons avec ses protagonistes à travers des villes comme Tolède, Emérita Augusta (Mérida), Cordoue. Bien que la description du paysage, des coutumes et de la variété des personnages ne soit pas très présente dans le roman - ce manque contribue à en faire une histoire très adaptée aux jeunes - nous avons une assez bonne idée de la différence des coutumes dans les différents territoires. L'auteur gère très bien le carrefour des coïncidences, des rencontres entre personnages et la composante de surprise qui ne devrait pas manquer dans un récit d'aventure, bien que ces rencontres soient parfois aussi improbables que celles des Persiles de Cervantes.

"La luz del norte" est un récit d'aventure. Mais je n'oserais pas le qualifier de "roman historique", car je pense que ce genre, si surfait de nos jours, ne parvient pas à rendre compte de ce qu'est ce livre. "Roman historique" est un terme déroutant en soi, car toute histoire qui sort du temps présent et dans laquelle on retrouve des personnages importants de l'histoire pourrait être considérée comme un roman historique, et donc des romans comme "La Flèche noire" de Stevenson ou "La Chartreuse de Parme" de Stendhal pourraient être considérés comme des "romans historiques", alors que, Dieu merci, ils ne le sont pas.

Bien que l'écheveau narratif de cette œuvre de Carlos X. Blanco soit unitaire et plein de caractère. La trame narrative de Blanco est unitaire et avec une structure forte, la division de l'oeuvre en tant de chapitres, les changements continus et drastiques de lieu, de personnages, etc... enlèvent à l'oeuvre le caractère de roman -qui est un genre moderne-, lui donnant plutôt le caractère de littérature épique classique, d'une part, et de conte moral et religieux miniaturiste dans le style des Cantigas d'Alfonso X, d'autre part (peut-être aussi -mais je ne le sais pas et un historien devrait en juger- dans le style des Chroniques sur la vie de Don Pelayo).

Assembler ces caractéristiques épiques et ce miniaturisme religieux avec le récit d'aventures pour les jeunes est le défi que, au-delà de la volonté de l'auteur, cette œuvre a en elle-même. Et je pense que l'œuvre sort très bien de ce défi... si nous n'étions pas en 2018 et si le monde n'était pas rempli de jeunes gens abrutis et planifiés par des adultes. Je vais nuancer cette pensée à la fin de cette critique. Allons de l'avant.

Le roman est donc un genre moderne, et "L'aurore boréale" n'est pas un livre moderne. Il ne cherche pas à séduire avec les artifices de la modernité, c'est pourquoi il a un caractère anachronique qui peut attirer et séduire autant de lecteurs qu'il peut en effrayer d'autres. Il est clair que le lecteur et le critique qui se sentent à l'aise dans la modernité seront effrayés par cette œuvre, le lecteur et le critique qui ont déjà senti la puanteur de la modernité et de la postmodernité seront attirés par "La lumière du Nord", bien qu'ils puissent être en désaccord avec certains aspects de l'œuvre.

1 AX8XON7zD81SXMqN_1vhew.png

Il s'agit d'une œuvre à l'atmosphère positive, c'est-à-dire qu'elle convient parfaitement aux jeunes ou aux adultes qui veulent raviver leur esprit de jeunesse. Nous ne trouvons dans la pièce ni autodestruction complaisante, ni destruction complaisante. Il n'y a pas le moindre soupçon de nihilisme dans cette œuvre. À mes yeux, sur le plan littéraire, cela joue à la fois en faveur et en défaveur de l'œuvre, car montrer le nihilisme, avoir une certaine tendance à la noirceur - au-delà des personnages très perfides du roman - est important en tant qu'avertissement et affichage des dangers qui guettent l'homme depuis le siècle des Lumières. La noirceur de Kafka ou de Céline est donc fondamentale, et le nihilisme dont fait preuve Dostoïevski est essentiel pour montrer l'effet d'une lumière très vive.

Le problème est que la littérature actuelle a fait du nihilisme sa base, franchissant toutes les limites de mise en garde, et ce à tel point que le nihilisme s'est déguisé en joie et en positivité. La Luz del Norte (La Lumière du Nord) n'est pas coupable de cette dernière, qui est une œuvre claire et positive, sans déguisement, bien qu'il y ait des vêtements anciens. Qui ne se souvient pas un peu d'Homère la première fois qu'Alvaro porte un coup mortel à un ennemi (p.135) ou Adalsinda au sien (p.210) ? Malgré ces éclairs homériques, "La lumière du Nord" a un air moins tragique, car ce ne sont pas les dieux qui déterminent au hasard un destin. Ici, on sait de quel côté la victoire tombera.

Dieu l'a tracé avec cet Ordre des frères cachés - si présent dans le livre -, mais les hommes devront le certifier par leurs efforts. Là où le christianisme apparaît, le funeste destin grec ne peut respirer.

Malgré l'anachronisme de l'œuvre, La Luz del Norte -"La lumière du Nord". est avant tout, j'insiste, un récit d'aventure. L'aventure "pure", et "pure" au sens moral et religieux du terme, l'aventure qui a pour finalité le triomphe du bien sur le mal. L'œuvre est évidemment manichéenne, sans que cela soit dit de manière péjorative. Il ne s'agit pas d'une aventure moderne à la manière de Stevenson, par exemple, puisque l'époque quasi mythique, ou du moins fondatrice, dont traite le roman, ainsi que le contenu et l'objet fondamentaux du roman, sont distincts de l'aventure moderne plus prosaïque. Ici, il n'y a pas de trésor caché sur une île, ici il y a un message moral et religieux à présenter et à défendre.

"L'aurore boréale" laisse au lecteur un goût de Moyen Âge vu d'un romantisme germanique, dans lequel la pureté est peut-être trop étroitement liée à la race. De manière obsessionnelle, les Asturiens et les Wisigoths semblent voir dans certains Hispaniques, des traits raciaux ou de caractère qui pourraient faire penser que l'Hispanique a aussi du sang gothique ou asturien, bien qu'il faille dire que la race n'est pas toujours porteuse de pureté dans cette œuvre ; rappelons-nous les personnages d'Ikko et d'Alfakai, les esclaves berbères qui libèrent Teud et Adalsinda, et dont il est dit : "Que le ciel vous bénisse, pour toujours je saurai que tous les membres de votre race ne sont pas des gens au cœur dur, cruels, barbares, avides d'or, de terres, d'esclaves et de plaisirs" (p. 185 ), ou le même juif Bartholomé, qui semble râblé, petit, courbé face à la puissante figure de Pelayo, et pourtant il est grand par son esprit et sa noblesse, en fin de compte, les vertus les plus importantes qui brillent dans cette histoire. N'oublions pas que l'un des êtres les plus dépravés du roman est le frère de Witiza, l'évêque Oppas, manifestement un gothique. Malgré cet idéal moral qui est au-dessus de la race et qui révèle l'ordre catholique du monde, l'histoire se débat intérieurement entre cette vision et la vision raciale romantique allemande. Les cheveux noirs, les "dents de cheval", les lèvres d'une énorme laideur arabe, trop caricaturale, contrastent avec les cheveux dorés, les blanchâtres, qui sont comme un rayonnement idéal et divin.

Pour le lecteur moyen d'aujourd'hui, c'est-à-dire pour l'homme téléguidé, ces caractéristiques raciales et manichéennes peuvent sembler incompréhensibles ; cependant, je crois que c'est là l'attrait de cette histoire, dans la mesure où l'auteur s'introduit parfaitement dans une autre façon de penser, une façon de penser archaïque, que le romantisme a peut-être su voir avec nostalgie contre le triomphe croissant du politiquement correct, de la bureaucratie. C'est pourquoi "La Luz del Norte" ne devrait effrayer personne pour son manichéisme, car presque jusqu'à la post-modernité, le manichéisme était la façon dont la réalité était interprétée. Oui, il fut un temps où nous savions tous ce qu'était le bien et le mal, ce qu'était un homme et ce qu'était une femme.

D'autre part, le roman est imprégné d'une composante érotique qui se croise et se confond avec la composante idéale également. Cette composante érotique manifeste est peut-être l'aspect le plus moderne du roman. Souvenons-nous de Brunhild, nue et l'épée à la main devant son bien-aimé Álvaro, ou d'Adalsinda, se déclarant tout aussi nue, dans un éclair de blancheur devant Teud (l'auteur reprend ici la tradition -que j'ignore- selon laquelle les filles asturiennes se déclaraient devant les garçons et non l'inverse). Il appartient à chaque lecteur d'élucider s'il y a autre chose que de l'érotisme dans la façon dont les Arabes et les évêques Oppas assouvissent leur désir. Mais l'auteur n'a pas peur de l'inclure dans son livre. "C'est ainsi", a déclaré Benoît XVI lorsqu'il a vu "La Passion du Christ" de Mel Gibson. Et que cette époque de la conquête arabe était une conquête de vente d'esclaves, de trafic d'enfants et de belles filles de harem ne fait aucun doute pour quiconque connaît un minimum l'époque, la conquête arabe et l'islam.

À l'idéal de La Luz del Norte -"La lumière du Nord" - s'ajoute une composante magique qui imprègne l'ensemble de l'œuvre. Déjà le premier chapitre est le rite initiatique de Pelayo à Jérusalem, et tout ce qui se passe dans l'œuvre est vu dans les sphères magiques par les membres de l'Ordre des Frères Occultes, dont fait partie le juif converti Bartholomé, premier gardien zélé de la Grotte de Covadonga. Un Ordre qui prétend aller au-delà du christianisme, car son but est l'union de toutes les religions dans un idéal de pureté et de noblesse d'esprit. Très bien ficelé, l'auteur nous présente le berger de Liébana qui aide Bartolomé, peut-être le futur bienheureux de Liébana, qui finira par répandre la foi en présence de l'apôtre Santiago en Espagne.

Reconquista_-_1.jpg

Ce roman, ce récit épique ou moral, a, en plus de nombreuses vertus littéraires, une vertu incontestable que, malheureusement, peu de gens pourront voir, c'est que ce livre ne doit rien à personne, il ne cherche pas à plaire, il ne cherche pas des lecteurs à tout prix. C'est parce que nous vivons dans une société où le langage et la pensée sont muselés, une société qui entend en quelques années anéantir les traditions millénaires, que ce livre peut faire peur à beaucoup plus de gens que ceux qui sont effrayés par l'enseignement dans les écoles qu'il y a des garçons avec et sans pénis et des filles avec et sans clitoris. Lorsque des livres comme celui-ci seront lus par les jeunes dans les écoles secondaires, notre société aura arrêté la spirale descendante qu'elle subit. J'ai bien peur que, pour le moment, ce ne soit qu'un rêve. 

https://editorialeas.com/producto/la-luz-del-norte-por-ca...

https://latribunadelpaisvasco.com/art/8707/-la-luz-del-no...

 

mercredi, 02 juin 2021

Sur la Guerre du Mexique

EW1lNAIWsAQ1R-l.jpg

Sur la Guerre du Mexique

par Georges FELTIN-TRACOL

Les Bonaparte n’ont pas de chance avec l’Hispanité. À l’apogée de l’Empire français en 1810, les troupes de Napoléon Ier subissent en Espagne une incessante « petite guerre » fomentée par l’or anglais et les prêches de l’Église catholique. Le foyer espagnol conduit l’empereur des Français à mener la guerre sur, au moins, deux fronts terrestres à partir de l’invasion de la Russie en 1812. Un demi-siècle plus tard, son neveu, Napoléon III, imagine une possible influence française notable en Amérique latine à l’encontre de la « doctrine Monroe ». Énoncée lors d’un discours prononcé devant le Congrès en 1823, ce discours justifie par avance l’hégémonie à venir des États-Unis sur tout le Nouveau Monde. En 1862, la Guerre de Sécession compromet cette vision américanocentrée endogène

71gE8tO0ysL.jpg

En contact avec quelques exilés cléricaux mexicains qui intriguent aussi auprès de l’impératrice Eugénie, Napoléon III parie sur l’instabilité politique permanente du Mexique pour réaliser « la grande pensée du règne » : établir aux portes des États-Unis une grande puissance catholique, conservatrice et latine capable avec l’Empire du Brésil de Pierre II, soutien de la cause sudiste, d’arrêter les velléités expansionnistes de Washington.

Depuis son indépendance en 1813, le Mexique connaît une succession d’insurrections, de coups d’État, de révolutions et de guerres civiles. Au milieu du XIXe siècle, un féroce conflit oppose les catholiques ultramontains aux libéraux anticléricaux républicains dont la figure de proue est Benito Juarez. Ce désordre politique permanent perturbe les intérêts financiers européens. Des prêteurs français, mais aussi espagnols et anglais, souhaitent être sinon remboursés, pour le moins indemnisés de leurs investissements. Les plus déterminés assaillent de réclamations les gouvernements de Londres et de Madrid ainsi que la Cour impériale aux Tuileries.

Une intervention extérieure d’origine financière

Tablant sur les luttes fratricides qui sévissent de part et d’autre du Rio Grande, Napoléon III voit dans ces demandes de remboursement un excellent prétexte d’intervention. Or, « ce dossier complexe […], Napoléon l’avait géré tout seul, sans enquêteurs, sans collaborateurs, sans informateurs impartiaux qui auraient pour lui permettre de confronter des pointes de vue contraires et, partant, de se livrer à une analyse critique de la situation (p. 419) ». Si la Grande-Bretagne, la France et l’Espagne s’accordent pour accentuer les pressions sur le gouvernement mexicain, chacun garde ses arrière-pensées et cherche à flouer les deux autres …

09dc74fe86f0b928d6b71fc296d12a1e.jpg

Les trois puissances de l’Europe de l’Ouest interviennent finalement au Mexique au nom d’intérêts économiques et de créances, Espagnols et Britanniques se désengagent toutefois assez vite de ce bourbier et laissent la France seule dans cette aventure militaire risquée. Dans un ouvrage remarquable, Alain Gouttman explique avec brio cette « opération extérieure » qui annule une fois encore le cri du futur empereur pour qui « l’Empire, c’est la paix ! »

benito-juarez-21990.jpg

Le Second Empire plonge alors dans un inextricable imbroglio politique. Ne renonçant jamais à sa présidence, Benito Juarez incarne une farouche résistance nationale. Son intransigeance et son succès définitif en 1867 accroissent « son prestige et son statut de personnalité d’exception, austère et légaliste, inspirateur du sentiment national et véritable fondateur de la République mexicaine (p. 425) ». Cela n’évitera pas le Mexique de connaître plus tard d’autres révolutions. Le triomphe des Nordistes en 1865 obère le grand dessein napoléonien. En outre, Napoléon III croit que la population mexicaine souhaite un régime monarchique alors qu’elle aspire à la paix et à la prospérité. S’il soutient les catholiques conservateurs locaux, le souverain français choisit l’archiduc Ferdinand-Maximilien de Habsbourg – Lorraine comme empereur du Mexique. À peine intronisé, le nouveau monarque se détourne des coteries conservatrices et nomme dans son gouvernement des ministres républicains libéraux… Le frère cadet de l’empereur François-Joseph est « un rêveur, un poète, un artiste (p. 97) ». S’il « affiche volontiers un sens élevé de l’honneur, il n’a pas la fibre combative (p. 98) ». Pis, à Vienne, il ne cache pas son adhésion à « des idées politiques et sociales relativement “ avancées ” qui ne pouvaient que l’éloigner de la pesante monarchie autrichienne (p. 98) ». C’est un libéral qui estime que ses adversaires ont toujours raison. Son épouse, Charlotte de Belgique, entend s’investir dans le domaine public et compenser ainsi l’échec de son couple et les infidélités fréquentes de son époux. En 1866, après la défaite autrichienne de Sadowa, Maximilien lorgne clairement sur le trône de son aîné et envisage en vain une éventuelle abdication de ce dernier.

Prenant en grippe la présence militaire française, et en particulier le commandant en chef, le maréchal Bazaine qui agit en proconsul malgré bien des querelles avec les diplomates et les hommes d’affaires français, l’empereur Maximilien n’accepte de nommer un ministère réactionnaire qu’à la fin de son court règne quand les Français commencent à partir du Mexique. Or, les nouveaux dirigeants et leurs partisans se méfient beaucoup de leur souverain qu’ils savent par ailleurs velléitaire.

Img0244.jpg

Un terrain difficile

L’expédition militaire français au Mexique n’est pas une campagne plaisante. C’est une nouvelle guerre d’Espagne avec son lot d’atrocités, de massacres et d’exécution de prisonniers préalablement torturés. Les affrontements sont brefs et violents. « Le combattant mexicain était sobre, endurant, marcheur et cavalier infatigable, bon tireur et – à l’instar du soldat russe – difficile à déloger de derrière un retranchement (p. 215). » S’y ajoutent des conditions géographiques éprouvantes. Les soldats français découvrent un territoire organisé en trois ensembles topographiques et climatiques distincts. En venant par l’océan Atlantique, on rencontre d’abord les « Terres chaudes ». « C’est la façade tropicale humide du golfe du Mexique, affectée d’un climat extrêmement insalubre, où le vomito negro – la fièvre jaune -, qui règne de façon endémique, se manifeste avec violence pendant la saison des pluies, de mai à octobre. Dans cette région harassante, les indigènes sont seuls à survivre : les Européens y sont condamnés à plus ou moins longue échéance sinon toujours à la mort, du moins à la souffrance et à l’épuisement, quelle que soit la robustesse de leur constitution (p. 87). » Viennent ensuite les « Terres tempérées » qui « offrent […] le climat le plus doux et les lieux de séjour les plus agréables. On y trouve de belles haciendas, environnées de plantations de bananiers, d’orangers, de caféiers. C’est dans cette région que les richesses de la terre mexicaine sont le mieux exploitées (p. 88) ». Il y a enfin les « Terres froides » « avec sapins et chênes sur les pentes, blé, orge, maïs et pommes de terre dans les vallées, on pourrait se croire en Europe (p. 88) ». Au contraire des « Terres chaudes » propices aux épidémies, « Terres tempérées » et « Terres froides » sont plus hospitalières à la présence européenne.

02606d383c9b6fc9d70e414254f3cf77.jpg

Dans ces conditions naturelles difficiles, il va de soi que « le type de combattant le mieux fait pour la guerre du Mexique […] était le soldat d’Afrique, le professionnel par excellence, qui arborait souvent sur sa manche les deux ou trois chevrons témoignant de ses quatorze ou vingt et un ans de service. Le régiment était sa famille, le drapeau son horizon. Lui-même était l’héritier du grognard de la Vieille Garde, blanchi, comme lui, sous le harnois. Il était le troupier français dans toute l’acceptation du terme, avec ses défauts mais surtout ses qualités. Au Mexique, si semblable à l’Algérie par la dureté de ses reliefs et de son climat, par la rareté de ses ressources, par la violence qui l’imprégnait tout entier, le soldat d’Afrique – zouave, chasseur d’Afrique, turco, zéphir ou légionnaire – était dans son élément (p. 216) ». Alain Gouttman traduit ces appellations. Surnommés les « Bouchers bleus » pour leur maniement redoutable du sabre et du couteau, les Bédouins et les Kabyles constituent les unités de zouaves hardis au combat. Ils sont en compétition permanente avec les « turcos », les tirailleurs algériens, qui ne font jamais quartier. Considérés comme de la « chair à canon, au sein d’une troupe que le commandement n’hésitait pas à lancer en avant pour s’assurer de la position de l’artillerie ennemie ou apprécier la précision de sa mousqueterie (p. 217) », les « zéphirs » désignent les soldats affectés aux bataillons disciplinaires. Les hauts gradés n’apprécient pas la Légion étrangère, cette « bohème du drapeau (p. 218) » dont les engagés sont des déclassés sociaux, des proscrits ou des aventuriers. Lui aussi chair à canon, le légionnaire joue à la bête de somme. Il obéit, se bat et réalise un travail de forçat. Or, c’est au cours de la guerre du Mexique que la Légion entre dans l’histoire. Un groupe de légionnaires s’illustre à Camerone, le 30 avril 1863. « Là devait naître un mythe, le mythe fondateur de la Légion, la parfaite illustration de son esprit si particulier, fait de sens du devoir, d’obéissance aux chefs et d’esprit de sacrifice perinde ad cadaver (p. 218). »

OUDENAARDE 1864 Troupe.jpg

Dans les forces expéditionnaires, on trouve aussi les six mille hommes de la « légion autrichienne ». Mise à l’écart des zones de combat, cette troupe forme une garde prétorienne impériale. « Garde d’honneur de l’impératrice (p. 270) », la « légion belge » participe au contraire aux opérations militaires. Pour mieux s’adapter aux contraintes des « Terres chaudes », l’état-major français a enfin recours aux « volontaires civils de la Martinique », à la « Compagnie indigène d’ouvriers du génie de la Guadeloupe » et au « bataillon nègre égyptien » formé « de Noirs originaires de la Haute-Égypte, mis à la disposition de la France par le vice-roi d’Égypte Mohamed Saïd Pacha, et dont la participation aux combats au Mexique constitue un épisode unique de l’histoire de l’armée française (p. 252). » En 1867, « le bataillon nègre égyptien est la dernière unité de l’armée française à quitter le sol du Mexique (p. 263) ».

La première contre-guérilla

Souvent vétérans des campagnes d’Algérie, d’Italie et de Crimée, les soldats français s’adaptent à une « guerre de coups de main et d’embuscades qui serait beaucoup plus tard dans les années 1950 – 1960, celles des commandos de chasse en Algérie (p. 237) ». Face à la guérilla mexicaine, un ingénieur civil suisse, Stoecklin, réunit autour de lui quelques forbans et autres gars violents et commence à pacifier les environs de Vera Cruz. Cette unité officieuse intègre peu après les « Diables rouges » des « Terres chaudes » du Tarnais Charles Louis Du Pin (1814 – 1868). Disposant « d’une large autonomie administrative et n’aura de comptes à rendre qu’au commandant en chef en personne (p. 242) », cette première unité de « contre-guérilla » se divise en deux escadrons de cavalerie. Le premier, les « colorados », rassemble les Français. Le second ne regroupe que des étrangers, en particulier des réfugiés sudistes. Pratiquant la « sale guerre », elle devient « la première unité de l’armée française à devoir, sous la pression de l’opposition parlementaire et de la presse, rendre des comptes sur sa manière d’obéir aux ordres de sa hiérarchie (p. 237) », car entrent ici les effets délétères de l’Empire libéral de Napoléon III. Au Corps législatif, l’opposition républicaine conteste en permanence l’envoi des troupes au Mexique. Ravie du retrait militaire français en 1867, « l’opposition républicaine trouverait un nouveau cheval de bataille dans la responsabilité personnelle dont elle chargerait aussitôt l’empereur (p. 417) ». Elle réprouve les actions de Du Pin. Relevé de ses fonctions et rapatrié, ce dernier laisse le commandement de son unité spéciale, terreur des juaristes et des bandits, à Gaston de Galliffet, le futur général massacreur de la Commune et ministre de la Guerre en 1899 dans le gouvernement de défense républicaine de Pierre Waldeck-Rousseau en pleine affaire Dreyfus.

La campagne du Mexique apparaît à cent cinquante ans de distance familière aux Français dont les troupes ont combattu sans succès une décennie en Afghanistan, et luttent maintenant au Sahel. Certes, ces opérations extérieures permettent l’aguerrissement des soldats, des sous-officiers et des officiers. L’échec du dessein mexicain de Napoléon III incite le Corps législatif à refuser la modernisation de l’outil militaire, ce qui débouchera sur la défaite de 1870 face à la Prusse et à ses alliés allemands. Patriotes seulement quand ils le veulent, les républicains ne feront aucun effort pour sauver un Second Empire pourtant conforté par un plébiscite récent, le 8 mai 1870.

edouard_manet_022.jpg

Contrairement à la « Ripoublique » actuelle, Napoléon III bénéficiait d’une indéniable légitimité. Ce parfait anglophone essaya d’étouffer dans l’œuf les ambitions planétaires anglo-saxonnes qu’il prévoyait. Enfermé aux Tuileries et déjà malade, il demeura incompris. « Si près des États-Unis et si loin de Dieu » selon un dicton, le Mexique garde malgré les tumultes de son histoire politique la vocation métahistorique de combiner pour la partie septentrionale de l’Hémisphère occidental l’héritage spirituel des empires maya, aztèque, habsbourgeois, espagnol et national.

Georges Feltin-Tracol

• Alain Gouttman, La guerre du Mexique (1862 – 1867). Le mirage américain de Napoléon III, Perrin, coll. « Pour l’histoire », 2008, 452 p.

mardi, 01 juin 2021

Libéralisme et socialisme

liberalisme-et-socialisme-du-xviii-siele-a-nos-jours.jpg

Libéralisme et socialisme

par Rémi TREMBLAY

Ex: http://www.europemaxima.com

Comprendre ces « ismes » au-delà des clichés

Le XXe siècle, profondément idéologique, fut dominé par l’affrontement entre le capitalisme et le socialisme, d’essence communiste ou nationaliste/fasciste. Ces termes sont généralement bien compris de la plupart, mais lorsqu’on gratte un peu, on réalise que la compréhension de ces termes varie grandement selon l’interlocuteur : peu de personnes offriraient des réponses semblables quand vient le temps de définir le socialisme.

Question de s’y retrouver un peu et de réellement comprendre ce que ces doctrines sont et d’où elles proviennent, les Éditions de Chiré viennent de rééditer Libéralisme et socialisme de Louis Salleron, cours donné à la Faculté libre de philosophie comparée sur l’évolution de ces deux phénomènes, depuis leur genèse au siècle des Lumières. L’auteur est professeur et cela se sent dès le début : il n’emploie ni jargon hermétique, ni ne perd son public, qu’il guide sans le prendre de haut, dans un voyage à travers le temps pour comprendre les origines, puis l’évolution de ces idéologies économiques au fil des siècles, en fonction des grands évènements. Un ouvrage remarquable par sa clarté et son objectivité.

Le libéralisme est d’abord et avant tout l’idéologie de la « libération de l’individu »; la libération face à l’État. Selon des lois dites naturelles, tout finirait par rentrer dans l’ordre; l’économie dérégulée étant en fait régulée par des forces invisibles qui seraient non pas des suppositions, mais de véritables lois. L’intervention étatique ne serait pas que superflue; elle serait nuisible, puisqu’elle viendrait se heurter aux lois naturelles qui se mettraient en action par elles-mêmes.

Basée sur les principes de « liberté », de « propriété » et d’« ordre naturel » cette idéologie, parfois considérée, comme une science passa avec des modifications de fond de l’École française à l’École anglaise, avec les bien connus Adam Smith, Malthus, Ricardo et Stuart Mill, avant de se transformer en néo-libéralisme, sous l’impulsion de Keynes.

À l’opposé, se développa une « aspiration vague et confuse vers un monde meilleur », le socialisme. Basé sur un certain esprit de communauté, ce mouvement aussi large que mal défini refléta diverses tendances au fil de son histoire, de Proudhon à Marx, puis avec les socialistes de troisième voie comme les nationaux-socialistes, puis les socialistes réformistes encore fort populaires en France.

Salleron, qui écrivait il y a une cinquantaine d’années, notait un recul du libéralisme et même un renversement de la situation : après avoir dominé, le libéralisme aurait été remplacé par un certain socialisme. Sur ce point, on ne peut donner raison à l’auteur, probablement encore trop près des évènements de 1968 pour avoir la perspective nécessaire à de tels pronostics. Il est peut-être vrai qu’en mots, moins de personnes se réclament d’un libéralisme économique que d’une certaine forme de socialisme, car cette idéologie est devenue une étiquette de vertu et d’altruisme, alors que le néo-libéralisme résonne comme égoïsme. Toutefois, ce n’est qu’apparence : les socialistes actuels ne remettent plus en question le système prévalant; ils tentent simplement de minimiser ses abus les plus criants à l’aide de minimes réformes. Peu de politiciens, même ceux à l’extrême gauche de l’échiquier politique, proposent une alternative réelle au système néo-libéral actuel : tous se contentent du statu quo et ont fini par assimiler l’idée qu’il s’agissait d’un ordre naturel. On constate donc au contraire une victoire du libéralisme.

Mais, cela va même au-delà de ça : le capitalisme des années 70 n’a plus rien à voir avec le capitalisme actuel qui tend vers des monopoles mondiaux par les géantes multinationales et des consortiums dont on ne pouvait envisager l’ampleur à cette époque. Il y a en outre une financiarisation de l’économie qui fait en sorte que non seulement le monde est devenu un marché, mais que les pays, socialistes ou non, n’ont quasiment plus de marge de manœuvre dans ce système. La domination du politique par l’économie a atteint des sommets qu’on ne pouvait envisager il y a quelques décennies encore.

Toutefois, si le constat économique de Salleron ne semble pas s’être concrétisé, ses réflexions, qui datent de 1975 et 1976, permettent de comprendre la post-modernité actuelle. Le libéralisme, après avoir été une doctrine principalement économique est devenu une doctrine identitaire : on souhaitait « s’émanciper » de la communauté; aujourd’hui on veut s’émanciper de tout, même de sa nature. Ainsi on va plus loin qu’une simple « émancipation sociale », on recherche notamment avec la théorie du genre à se recréer une nature souhaitée, en porte-à-faux avec la nature elle-même. Le libéralisme en est arrivé à ce point dans les esprits, la « libération de l’individu » jusqu’à sa libération… de lui-même !

Rémi Tremblay

Louis Salleron, Libéralisme et socialisme. Du XVIIIe siècle à nos jours, Éditions de Chiré, 2020, 262 p., 23 €.

lundi, 24 mai 2021

Enquête sur les actions secrètes d’Israël

bergman.png

Enquête sur les actions secrètes d’Israël

par Georges FELTIN-TRACOL

Ex: http://www.europemaxima.com

En 2018, la prestigieuse maison d’édition étatsunienne Random House publiait un ouvrage remarquable désormais disponible en français. Avec Lève-toi et tue le premier (Grasset, 2020, 944 p., 29 €), Ronen Bergman s’intéresse au rôle majeur des différentes agences de renseignement d’Israël à travers l’exemple des assassinats ciblés ordonnés par le gouvernement de Tel Aviv au nom de la sécurité nationale.

91vHHQbAKkL.jpg

Qualifiées pudiquement de « liquidations », ces exécutions remontent à la préhistoire de l’État juif en Terre Sainte. Les organisations sionistes constituent très tôt un appareil clandestin de collecte des informations, puis d’élimination des opposants. Dans les années 1930 – 1940, certaines d’entre-elles telles l’Irgoun de Menahem Beguin ou le Lehi (« Combattants pour la liberté d’Israël »), plus connu sous le nom de « Groupe Stern », avec Yitzhak Shamir, montent des attentats contre les Arabes et/ou contre les Britanniques.

Dès son accession à l’indépendance en 1948, le nouvel État mise sur ses services de sécurité intérieure et extérieure, car il entend aussi protéger dans le monde entier les communautés de la diaspora juive. Si Ronen Bergman mentionne le YANAM, l’unité anti-terroriste de la police, ou le Lakam, le département d’espionnage du ministère de la Défense, il se concentre en particulier sur l’AMAN, la Direction du renseignement militaire de Tsahal, l’« Institut pour le renseignement et les opérations spéciales », le Mossad, et l’« Agence israélienne de sécurité », le Shin Bet ou Shabak, en pointe dans le contre-espionnage. Outre les moyens propres à l’« Armée de défense d’Israël », ces trois instances disposent des unités spéciales « Baïonnette » et « Césarée », de la Flottille 13 (les unités spéciales de la marine) et du fameux « commando d’état-major », le Seyeret Matkal. La nécessaire coordination lors des opérations combinées compliquées n’empêche pas la persistance d’une rude concurrence entre elles…

56f1b7c9-0001-0004-0000-000000844812_w1528_r1.3819789939192924_fpx36.16_fpy49.98.jpg

L’auteur éclaire la longue histoire du renseignement israélien. Les désastres les plus cinglants restent l’attentat aux Jeux Olympiques de Munich en 1972, l’absence de prévision de la Guerre du Kippour en 1973, l’exécution d’un innocent dans la ville norvégienne de Lillehammer en 1974, l’enlisement militaire au Liban dans la décennie 1980, l’assassinat du Premier ministre, Yitzhak Rabin, en 1995 ou la tentative ratée d’empoisonnement d’un dirigeant du Hamas, Khaled Mechaal, en 1997. Quant aux succès, les services secrets israéliens empêchent les spécialistes allemands en balistique de donner des missiles à l’Égypte de Nasser, réussissent le raid d’Entebbe en Ouganda en 1976 et réalisent une grande action-commando contre le siège de l’OLP en Tunisie en 1988. Ronen Bergman confirme par ailleurs que le héros de la Seconde Guerre mondiale, Otto Skorzeny, et le magnat de la presse, Robert Maxwell, collaboraient avec le Mossad. Il explique par ailleurs que l’armée et le Shin Bet ont d’abord toléré l’essor du Hamas dans les territoires occupés pour mieux briser la popularité du fer de lance de la résistance palestinienne, l’OLP nationaliste, marxisante et laïque.

Lève-toi et tue le premier insiste principalement sur l’exécution préparée et planifiée d’individus estimés dangereux par les services spéciaux. L’auteur constate un peu candidement qu’il est possible « avec l’assentiment tacite du gouvernement, de perpétrer des actes d’assassinats pour le moins sujets à caution, sans aucun contrôle des assemblées parlementaires ou des citoyens, et provoquant la mort de nombreux innocents (p. 22) ». L’Occident a beau avoir aboli la peine capitale, le bourreau poursuit sa tâche essentielle et prend maintenant les traits des professionnels du service Action. Cette lecture moraliste occulte le caractère souverain de l’ordre donné. Ce n’est pas un hasard si, au lendemain du 11 septembre, les États-Unis s’inspireront des procédures israéliennes pour les appliquer en Afghanistan, en Irak et en Syrie au moyen de drones plus en plus perfectionnés. L’hypocrisie qui sous-tend le monde occidental doit toutefois cesser. Appréhender ces meurtres programmés sous l’angle de la morale et du sacro-saint respect des droits de l’homme conduit à l’impolitique. Les États occidentaux ne s’indignent pas quand les forces israéliennes assassinent le fondateur du Hamas, le cheikh Yassine, ou un très haut-gradé syrien qui ne fait qu’accomplir son devoir de militaire. Si une autre puissance tentait d’empoisonner par exemple avec une substance radio-active des traîtres, cette même communauté occidentale s’en scandaliserait !

imentebbe.jpgL’amateur d’interprétations symboliques apprécie enfin d’apprendre que les quartiers généraux de l’armée et des services de renseignement résidaient à « Kirya-Sarona, le vieux quartier de Tel Aviv créé par la Société des Templiers allemands (p. 222) ». Influente en Palestine pendant l’entre-deux-guerres, la Société des Templiers œuvrait dans une perspective pangermaniste liée au projet ferroviaire Berlin – Byzance – Bagdad et, éventuellement, mystique en mêlant la rémanence de l’Ordre proscrit du Temple et un courant folciste secondaire qui concevait le Christ comme un Aryen de Galilée. Pourquoi donc cette implantation ? Y aurait-il dans ces salles un égrégore sevré de formules kabbalistiques ?

Malgré les obstacles posés par la censure militaire en vigueur, Ronen Bergman qui a néanmoins bénéficié d’un feu orange officieux, ne dévoile pas tout et présente son travail selon un point de vue progressiste israélien. Si Lève-toi et tue le premier plonge le lecteur dans les sombres méandres de la guerre secrète, il permet une certaine persuasion mentale. À l’instar des films d’action à grand budget d’Hollywood produits en accord avec le Complexe militaro-médiatique, ce livre cherche peut-être à survaloriser l’efficacité redoutable des structures de force de l’État hébreu afin d’instiller dans les esprits un avantage psychologique certain.

Georges Feltin-Tracol

• « Chronique hebdomadaire du Village planétaire », n° 215, mise en ligne sur TVLibertés, le 18 mai 2021.

mercredi, 19 mai 2021

Christophe Dolbeau: «Lorsque je parle de parias, je pense aux intouchables, aux lépreux, aux pestiférés de la politique» [Interview]

cristophe_dolbeau1.jpg

Christophe Dolbeau: «Lorsque je parle de parias, je pense aux intouchables, aux lépreux, aux pestiférés de la politique» [Interview]

Ex: https://www.breizh-info.com/2021/05/16/164022/

Christophe Dolbeau, écrivain et correspondant de presse (il a collaboré à des journaux croates de l’émigration comme Studia croatica (Argentine), Hrvatska gruda, Nezavisna Država Hrvatska et Hrvatsko pravo), vient de publier une troisième édition de son livre « Les Parias », consacré aux fascistes, aux pseudos fascistes et aux « mal pensants ».

Un ouvrage édité chez Akribéia, qui nous emmène à la rencontre de figures maudites du 20ème siècle, non pas forcément en leur époque, mais surtout après eux…

Après Face au Bolchévisme, ou encore Des Gentlemens à part, voici donc un nouvel ouvrage à la rencontre d’hommes dont les parcours sont aujourd’hui inacceptables pour des hommes modernes parfaitement cernés par Xavier Eman dans sa dernière tribune libre.

E1iddGqWEAEmob5.jpg

Breizh-info.com : Il s’agit de la troisième édition de votre livre Les Parias. En quoi était-il important d’écrire ce livre, et de le rééditer ?

Christophe Dolbeau : Confronté, à propos du fascisme ou de la Collaboration, à un réquisitoire et des anathèmes quasi unanimes, il m’a semblé nécessaire, voire indispensable, de proposer aux jeunes lecteurs une autre approche, que je souhaite moins hostile et plus objective. Je crois qu’il est temps de considérer les choses différemment. Ayant constaté par ailleurs que le public français ne connaît pas toujours très bien certains personnages que l’historiographie officielle tient pour secondaires, j’ai choisi d’évoquer quelques-uns de ceux qui me paraissent avoir néanmoins joué un rôle intéressant.

Breizh-info.com : Qu’est-ce qu’un paria ? Qu’est-ce qui réunit tous les hommes dont vous évoquez la vie et le parcours ? Comment avez-vous opéré la sélection, car le monde du XXe siècle notamment regorge de Parias ?

Christophe Dolbeau : Lorsque je parle de parias, je pense aux intouchables, aux lépreux, aux pestiférés de la politique. En 1945, toutes sortes d’individus se sont trouvés vilipendés puis exclus du débat et même de la société. Porteurs de toutes les tares et définitivement infréquentables, beaucoup furent physiquement éliminés, tandis que d’autres aboutissaient en prison et que d’autres encore devaient fuir à l’autre bout du monde et s’y terrer durant de longues années. Les intellectuels n’échappèrent pas à la stigmatisation et nombre d’entre eux payèrent le prix fort. Voilà en quelques mots ce que j’entends par parias. Quant au choix que j’ai opéré, il est un peu arbitraire et se fonde surtout sur le côté relativement peu connu de pas mal de personnages. Certains noms ne disent probablement pas grand chose aux néophytes. Plus célèbres, quelques autres semblent familiers, mais sans qu’on les connaisse bien pour autant. J’ai aussi privilégié les parcours les plus étonnants.

Breizh-info.com :  Vous avez choisi de faire le distingo entre « fascistes et pseudo-fascistes » et « mal-pensants ». Expliquez-nous ?

Christophe Dolbeau : Oui car si l’on peut sans doute considérer un Mussert, un William Joyce ou un James S. Barnes comme d’authentiques fascistes, tel n’est pas le cas de Mgr Tiso ou de l’Indien Bose, ni de René Benjamin ou Pierre Hubermont. À force d’être galvaudé, le terme de fasciste n’a souvent plus aucune pertinence factuelle. C’est pour cela que je trouve utile de faire le distingo.

Breizh-info.com : Pourquoi n’y a-t-il que des hommes parmi les personnages que vous avez sélectionné ? N’y avait-il pas quelques femmes elles aussi parias ?

Christophe Dolbeau : Ne voyez dans l’absence de parias féminins, aucune misogynie de ma part. Cela tient surtout au fait qu’à l’époque à laquelle je me suis cantonné, il y avait très peu de femmes politiques, en tout cas de premier plan. Mais ce pourrait être une idée de présenter, dans un autre ouvrage, des femmes comme Jeanne Coroller, Maria-Odile Maréchal-Van Den Berghe, Gertrud Scholtz-Klink, Olga Medici ou Clara Franceschini. Mais cette fois, nous traiterions de personnages carrément inconnus du grand public !

Eoin_O'Duffy.png

Breizh-info.com : Vous évoquez le parcours d’Eoin O’Duffy, militant irlandais qui intéressera particulièrement les lecteurs d’un journal au ton celte comme le nôtre. Pouvez-vous nous parler un peu de lui ?

Christophe Dolbeau : Fort peu connu chez nous, O’Duffy fut l’un des héros de l’indépendance irlandaise et l’un des principaux seconds de Michael Collins. Après s’être vaillamment battu contre les Britanniques, il sera le fondateur et le patron de la police de l’État Libre. Très attaché à l’héritage celtique de son île, il avait appris le gaélique grâce à des cours du soir. Grand partisan de la pratique du sport par les jeunes, il sera aussi, sa vie durant, l’infatigable promoteur du cyclisme et du handball dans son pays. Au plan politique, O’Duffy s’affichait comme un sympathisant avéré de l’Italie fasciste et de l’Espagne nationale. Après avoir offert à Mussolini de partir pour l’Éthiopie avec 1000 volontaires, il recruta une brigade de 700 hommes et s’en fut ferrailler contre les Rouges en Espagne. Honneur oblige, le contrat qu’il avait signé excluait explicitement tout engagement contre les Basques… Personnage courageux, idéaliste et très carré, le général est une figure sympathique. Énergique et charismatique, il était, hélas, dépourvu de la rouerie qui eut été nécessaire pour concurrencer Éamon de Valera.

05d50fe89e9cb25342d250079a0deb8b.png

Breizh-info.com :  Finalement parmi tous les parias dont vous dressez le portrait, n’est-ce pas Perón qui a le mieux réussi ? Pourquoi d’ailleurs l’ériger au rang de paria alors qu’il a tout de même régné deux fois en Argentine ?

Christophe Dolbeau : De tous les parias que je mentionne, Perón est effectivement celui qui a le mieux réussi puisqu’il fut élu deux fois à la présidence de son pays. Si je le tiens tout de même pour un pestiféré, c’est pour plusieurs raisons. D’abord parce que cet obscur colonel, né au fin fond de la pampa, et son épouse, qui avait fait des ménages, ne furent jamais du goût de l’oligarchie locale ni de l’establishment mondial. Baroque et trop extroverti, l’officier ne plaisait pas ; il n’était pas du sérail. Dans l’après-guerre du Plan Marshall et de l’antifascisme triomphant, son justicialisme agaçait les puissants. Ce mélange de populisme, de nationalisme, de protectionnisme, de dirigisme et de corporatisme était à la fois incongru et contrariant. Il fut donc accusé de complaisance pour le nazisme et dénoncé urbi et orbi pour avoir donné asile à des fugitifs « fascistes ». Pragmatique, cette politique lui permit en tout cas d’importer de nombreuses compétences – l’exilé français Dewoitine permit ainsi à l’Argentine de devenir, en 1947, le 5e pays au monde à fabriquer son propre avion à réaction ! Comme si ces accusations de collusion avec le fascisme ne suffisaient pas, il fut en outre excommunié et même traité de suborneur. En raison de ses choix et des avanies qui en résultèrent pour lui, je crois donc que l’on peut bien le compter au nombre des parias.

Breizh-info.com :  Vous avez énormément travaillé sur la Croatie. Sur les fascismes. Quels sont les prochains objets de travaux à venir ?

Christophe Dolbeau : Cette année 2021 marque mon « jubilé croate » : il y a en effet 50 ans que je soutiens les patriotes croates et à cette occasion, j’aimerais bien voir rééditer mon livre La Croatie, sentinelle de l’Occident. Dans une version revue et complétée, bien entendu. À part cela, je travaille à un ouvrage traitant de la Guerre de Sécession et de l’épopée sudiste.

Propos recueillis par YV

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

10:03 Publié dans Entretiens, Histoire, Livre, Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christophe dolbeau, livre, histoire, entretien | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

mardi, 18 mai 2021

Thomas Rohkrämer’s Martin Heidegger: A Political Biography 

4510549072_c9e15970e7_b.jpg

Thomas Rohkrämer’s Martin Heidegger: A Political Biography 

Ex: http://www.counter-currents.com

Thomas Rohkrämer
Martin Heidegger: Eine politische Biographie
Paderborn: Ferdinand Schöningh, 2020

“Heidegger passes the comeback test with the grade of fully satisfactory on both sides.” 

— Carl Schmitt (1950) [1] [2]

“But what is essential is not counting but the right time — that is, the right moment and the right endurance. ‘For,’ as Hölderlin said, ‘the mindful god does detest untimely growth.'” 

— Heidegger, An Introduction to Metaphysics

Céline once said: “Stalingrad. There’s the catharsis for you. The fall of Stalingrad was the end of Europe. There’s a cataclysm. The epicenter was Stalingrad. After that you can say white civilization was finished, really washed up.” [2] [3]

Was he right about that? Stalingrad, the decisive battle for the Germans, was a tragedy and cataclysm, no doubt, but was it really “the end of Europe”? This remark — and this question — have stuck with me since I encountered it here at Counter-Currents last year [4]. It speaks to a problem that I’m most familiar with from the work of Heidegger: Do we have a future?

hepb.jpg

At the end of the speech he gave when he assumed the rectorate of Freiburg University in May 1933, Heidegger foretells a future when “the spiritual force of the West fails, cracking in its joints, and its worn-out pseudo-culture collapses upon itself, dragging all forces into confusion and leaving them to suffocate in madness.” At this time, however, the cataclysm is not inevitable, for: “Whether such a thing happens or does not happen, that depends solely on whether we as a historical-spiritual Volk yet still again will ourselves — or whether we no longer will ourselves.” [3] [5] For Heidegger here, to truly “will” (or “want,” wollen, the German word is ambiguous) and assert “ourselves” is much more demanding than a thoughtless, vain, greedy insistence on the importance of one’s identity, power, or interests. For us to want and will ourselves, as a people, requires that we “know who we ourselves are,” and this knowing in turn can come only out of rigorous reflection on our Western historical Being — our heritage, our contemporary situation in its crisis, and our future possibilities — that is, it requires the guidance of a “thinking” of the peculiar sort that we now find at work in all of Heidegger’s writings. But, by the end of the war, in May 1945, it had long been clear that this extraordinarily noble effort at last-ditch resistance had failed.

Where then does that leave us, in Heidegger’s view? For a long time, on the basis of a slight acquaintance with his later work, I was of the opinion that, all-in-all, and despite the vague, dimly hopeful intimations of the future — such as his musings on a “homecoming race” (heimkehrenden Geschlecht) in his reading of poet Georg Trakl [4] [6] — Heidegger basically agreed with Céline: “we’re finished . . . really washed up!” But of late, other writings, such as Contributions to Philosophy (which contains the most focused and extensive reflection on what another, new, beginning or “inception” in our history would involve), along with entries in the recently published Black Notebooks from the late 1940s, make me reconsider this opinion. And now this new “political biography” by Thomas Rohkrämer provides much more support for a revision of our understanding of Heidegger’s postwar work. [5] [7]

3WVkLy9z.jpg

I had in fact given up reading Heidegger biographies decades ago on account of their unbearable, indignant tone, the way they play up the most trivial details of Heidegger’s rectorship for the sake of scandal, and especially their utter obliviousness to what is truly at stake in his political engagement and thinking. The authors of these books almost invariably seem to see themselves as self-appointed officials on Heidegger’s denazification “cleansing committee” (Bereinigungsausschuss), reconvened a half-century later — and in continuous session ever since — to prosecute him for sins that went undetected and unpunished the first time around. But Rohkrämer’s book is altogether different and worthy of your attention if you have interest in Heidegger — and even if you don’t, for it might spark one. (Yes, unfortunately, the book is in German, but perhaps a favorable review at Counter-Currents will induce the publisher to put out a translation sooner rather than later.) 

Rohkrämer’s account is dispassionate and sober, but yet utterly engaging at the same time, the latter by virtue of his keen sense for what the main issues are for Heidegger, as well as a talent for presenting them. He has clearly read — and, I now see, written [6] [8] — much about the men who were grouped together and designated members of the “Conservative Revolution in Germany” (Heidegger, Schmitt, Spengler, Ernst, and Friederich Georg Jünger, among others) on account of their common advocacy of nationalist, elitist, anti-liberal, and generally anti-modern metapolitical ideas in the 1920s and early 30s. 

However serious and deep Rohkrämer’s interest in his subject, he maintains a cool, scholarly, objective distance from it by means, for example, of a most frequent use of the word angeblich (“would-be,” “supposed”), in expositing Heidegger’s opinions (as in, “the Germans are the would-be ‘shepherds of being’”). 

While Rohkrämer is often critical of Heidegger’s ideas, his criticisms are not unduly obtrusive, for they come in the form of questions that illuminate the matter at hand, rather than serve the usual purpose of self-righteous posturing. For instance, in a discussion of Heidegger’s conception of the genuine work of art as something that opens and grounds a “world,” — with a Greek temple the prime example — Rohkrämer not only sees (as most readers do not) that art here is political in that it shapes the outlook of a community, he goes further and points out something absolutely crucial that Heidegger himself does not make explicit: that this community must be ethnically and culturally homogeneous. “A community founding work of art stands in tension with a pluralistic world. Can the ‘Greek paradigm’ again become alive for a multicultural nation, or is there not a clear affinity to a rigorously ordered community which is united in a communal belief?” [7] [9] And then, to elaborate the point, he considers Leni Riefenstahl’s Triumph of the Will and whether it is not the best contemporary analogue of the Greek temple for the way in which helps establish and unify a people.

martin-heidegger-petros-s-papapostolou-ca5da981.jpg

Rohkrämer’s treatment of Heidegger on art is just one instance of many where he takes up a theme of Heidegger’s work that is not obviously “political” to many or most readers — religion, “authenticity,” the Greek “inception,” technology are others — and shows how Heidegger’s concern with it is bound up with his radical völkisch metapolitics. This suggests that genuine philosophic thinking itself, for Heidegger, grows out of, or simply is, at root, the highest expression of the care for “one’s own.” [8] [10] 

But what I find most useful about this book is the attention paid to the question of the continuity of Heidegger’s ethnonationalist concerns after the war, which was our initial query here: do the peoples of the West have a future, in Heidegger’s view? Is his work still devoted to “another inception” in our history? And if so, how does he do this, after the war, under the oppressive conditions of the American occupation and the new German Bundesrepublik? And, further, if his focus on preparation for “another inception” is maintained throughout the post-war era, why is there the impression that he has given up serious efforts at the “salvation of the West” that he spoke of so movingly in 1937? [9] [11] This is a large constellation of questions, yes, but one might begin to orient oneself here by considering one question posed in a section title in chapter five, the most rewarding part of Rohkrämer’s book: “Continuity in Change: An Unsuccessful Denazification?” The following discussion is less a review of Rohkrämer’s excellent book, than my own rumination on these matters after an initial reading of the Black Notebooks and other texts from the years of occupation.

But first, what does it mean to speak of “völkisch metapolitics” — what is it that Heidegger is supposed to have “continued” or preserved after the war? For, admittedly, Heidegger never uses such a phrase to describe his own thinking or opinions — indeed he always resists, modifies, calls into question, or rejects altogether the use of such words in the meaning they carry in everyday “public” discourse. This holds true for concepts like “Volk,” “politics,” and “nationalism,” as it does for “being,” “world,” “truth,” “death,” “history,” “present,” “past,” “present,” and “future.” This state of affairs, the “uprootedness” or “fallenness” of all language from a stratum of “primordial” signification, is what makes the work of inquiry, understanding, and clarification both necessary and challenging. In any case, Heidegger articulates what we will call his “nationalist” preoccupations in this 1945 explanation of his motivations at the beginning of the preceding decade: “I then saw in the movement coming to power the possibility for an inner gathering and renewal of the Volk, and a way in which it could find its historical-Western determination.” [10] [12] Heidegger, as far as I can tell, never repudiates this “possibility” of German and Western renewal. However, from early on, he did indeed criticize and come to reject National Socialist public ideology and government policy as a way of actualizing this possibility. In other words, what we might call Heidegger’s ethononationalism is to be distinguished from “what is peddled about today as the philosophy of National Socialism” — although it might coincide with the “inner truth and greatness” of the latter that Heidegger affirmed in 1935 — and then reaffirmed in 1953. [11] [13)

GradSchoolwithHeideggerFrontLarge.jpg

[14]

You can buy Greg Johnson’s Graduate School with Heidegger here [15]

Heidegger’s criticism of National Socialism can be boiled down to two interrelated points. First, aside from whatever virtues they may have possessed, “these people,” i.e., the leaders of “the movement,” were “too naïve” in their thinking (as Heidegger said in his 1966 interview with the magazine Der Spiegel.) [12] [16] There was no one sufficiently “prepared” or “educated” to understand the depth of the problem posed by modern, technological nihilism, and what would constitute an adequate response. Second, despite its initial will to confront technological machination, National Socialism became manifest as just another form of the “will-to-power,” the metaphysics that governs the planet — then and now — and which was most adequately thought and described by Nietzsche and Ernst Jünger respectively. After an intense, decade-long confrontation with Nietzsche, [13] [17] Heidegger concluded that the very “desire to overcome” nihilism, [14] [18] metaphysics, and modernity has paradoxically led the Germans to become more inextricably entangled in its web.

And, aside from these criticisms, Heidegger came to see that it was an “error” on his own part to have not realized that the time for a new beginning had not yet arrived. “The error of 1933 consisted in the fact that it was not recognized how little prepared the forces were, and how little historically suitable.” [15] [19] But he still insists that the decision in 1933 was “essential” and not an error “in the world-historical sense” because the National Socialist regime was never considered to be an ultimate end or goal, but only a transition to something else, and thus an experience that one must first pass through in order to learn the lesson that must be learned. Whatever the error (or errors — Heidegger gives various descriptions of “der Irrtum 1933”), this self-reflection does not occasion regret, self-reproach — and certainly not guilt — but only further inquiry into the origins of the contemporary crisis, with a view to preparation for another commencement. Although this guiding intention remains throughout his life, from at least the late 1920s until his death in 1976, both the sense of what is possible, and the manner in which it can be communicated, changes at certain junctures, most notably in 1945, with the defeat, occupation, and “denazification” of Germany.

imagesMHP.jpgHeidegger’s struggles under persecution during this era are of special interest for us today, given that we all now find ourselves subject to a new stage in what is basically the same process, what Stephen Paul Foster calls “Denazification, American Style [20].” Heidegger can help us confront this problem, for nobody has thought more deeply about this globalist-liberal attempt to irradicate the attachments to “one’s own” — family, Volk, race, community, land, heritage, customs, future — within the peoples of the West, and nobody has done more to prepare for a possible restoration of Western rootedness.

Like most Germans who held official positions in the Third Reich, Heidegger was called before a “cleansing committee,” commissioned to investigate and punish supposed wrongdoings. He recognized that the real aim of the authorities here was to make the Germans feel and think themselves “guilty” in their very being for the suffering that humanity had experienced in the preceding half-century. Heidegger viewed the effect and significance of the occupation, and even the specific efforts to purge him and his work, in the deepest and broadest of terms. “However terrible to bear the destruction and devastation which have descended upon the Germans and their homeland may be, all that never reaches to the self-annihilation which now threatens our being [Dasein] in the betrayal of thinking.” [16] [21] 

This process is to be understood as “self-annihilation” — and not simply the assault of foreign enemies — for a number of reasons. Heidegger’s own case was tried before his university senate, and so, as was typical with denazification tribunals, this was a case of “German against German.” [17] [22] And whereas earlier, in 1937, Heidegger saw Germany and Europe as threatened by the foreign, “the Asiatic” (whatever that means), now after the war it becomes clear that the Americans are most properly viewed as Europeans, and that the destruction of Europe — “the work of the Americans” — is in truth Europe’s “self-destruction.” [18] [23] 

Moreover, as talk of German “guilt” and “disgrace” dominate public life, Heidegger reprises his early critique of the Christian-moral understanding of “guilt” and responsibility as a way in which Dasein evades and conceals from itself a fundamental awareness of its own groundlessness — i.e., that nothing and no one is ultimately responsible for the way things are. [19] [24] He now speculates on how the “artificially staged” discussion of guilt is a “façade” that conceals the true crisis faced by Germany and the West. [20] [25]

So at age 51 — the prime of life for a philosopher and teacher — Heidegger was expelled from university life: forced into retirement, denied a pension, forbidden to take part in university activities, and worst of all, from his own point of view, denied permission to teach students in any capacity. [21] [26] Considering the magnitude of the atrocities suffered under the Americans and Soviets, one might believe Heidegger fortunate. 

csm_Martin_Heidegger__Portraet_von_Andre_Ficus__1969_d8e07053a9.jpg

But for Heidegger, this ordeal was experienced not so much as a personal affront and loss, but as the annihilation of the possibility of “thinking” itself, and that means the annihilation of the possibility of any future for Germany and the West. [22] [27] This sense of what is at stake here rests upon Heidegger’s own peculiar understanding of what “philosophy” or thinking “can and must be,” and that is (according to An Introduction to Metaphysics [1935]): “a thinking opening of the paths and vistas of the knowing that establishes measure and rank, in which and out of which a Volk conceives its Dasein in the historical-spiritual world and brings it to fulfillment — that knowing which ignites and threatens and necessitates all questioning and appraising.” [23] [28] 

Along with Fichte, Shelling, and Hegel, Heidegger had considered the German university to be the “innermost determining center” of the Volk, the place where this national educational mission of philosophy is fulfilled. [24] [29] And he accordingly saw that this leadership role would be lost as authentic philosophy was replaced with “ersatz forms,” content to be the slave of “international moralism.” Newly vacant university positions could now be filled by the cultural Marxists who had left the country in the 1930s, and were now free to exact vengeance on Germany and the West, as Heidegger understood them. [25] [30]

For Heidegger, it was not only the Americans who failed to recognize that the destiny of the West depends entirely on the fate of authentic philosophic thinking. Under the “modern orders that have long prevailed” even the “nationalists of both young and old stamp” — and he here seems to include völkisch nationalists and radical conservatives — never acquired an adequate experience of “the world-wide historical determination of the Germans,” because they never seriously reflected on the questions such as: “who are we?” and “what is ‘our own?’” Heidegger now laments this “betrayal” because the Germans who have ascended to power under the victors are stridently hostile to any concern with the German heritage and destiny. 

It is not that they have become indifferent and simply unreflective, rather they have adopted the mission of the enemy: “to pursue like a shadow and hinder every awakening into our own.” [26] [31] Under occupation and denazification, the Germans have made what is most “their own” into their enemy. Heidegger illustrates this now commonplace state of affairs with an odd quotation from an order which Winston Churchill, as Minister of the Navy in WWI, gave to British forces. He directed them to view “their own” vessels as possible enemies: “Be prepared to shadow possibly hostile men-of-war and consider H. M. ships under your command from this point of view.” [27] [32]

image0-6-1536x1536-2-1200x1200.jpg

Heidegger believed that he was singled out for special persecution because of the danger that his thinking posed to the global liberal order. In a curious document (composed in 1946, but published posthumously in 2000), which presents itself as an unsent letter to an unnamed friend, Heidegger discloses — to us, readers of later generations — what he deliberately kept secret at the time. He writes, “Along with others, you wonder why my ‘denazification’ is still not finished. That can easily be explained. My being pushed to the side [Beseitigung] basically has nothing to do with Naziism. Rather, they sense something unsettling in my thinking, perhaps something uncanny, and they would like to get rid of it — that they at the same time take an interest in it, is only proof of this. . . . And as sharply as the Russians — i.e., European communistic technicism (which is not Russia) — oppose my thinking, just as clearly is it against the Anglo-American technocracy.” [28] [33] All contemporary ruling powers would thus discern a danger in Heidegger’s thought. 

At the same time, he hints here that beyond or beneath and against the planetary technocracy there lies something like a “secret Russia” — just as he elsewhere suggests that there is a “secret Germany” and a “secret Evening-land” (i.e., the Occident or West), which has not been destroyed in the war, indeed has not yet emerged. [29] [34] In 1945, Heidegger writes, “Everyone now thinks about our downfall [Untergang]. But we Germans cannot go under, because we have not yet arisen and must first pass through the night.” [30] [35] The question we are left with then is: how do “we” make it through the night of the world, how do “we” prepare ourselves for a new morning?

The anonymous — most likely fictive — correspondent appears to have asked why the formal denazification process has not been terminated, as if to inquire, “why is your case taking so long?” But Heidegger’s response to the question seems to rely on a different sense of the word “unfinished.” With their reeducation efforts, the occupation authorities surely intended to elicit from the “guilty” ones a total repudiation and repentance of the thoughts, opinions, commitments, tastes, attitudes, and sentiments that they associate with what they call “Naziism.” If this is so, Heidegger’s “denazification” would never be “finished,” at least in the sense intended by these authorities.

And this seems to be the point Rohkrämer has in mind when he speaks of Heidegger’s “failed” or “unsuccessful” denazification. Rohkrämer provides much evidence of Heidegger’s resistance to the pressure exerted upon him to recant, “apologize,” admit his supposed “guilt” and alter the anti-liberal, anti-democratic, anti-American, nationalist direction of his thinking. Moreover, after the war, in 1945, precisely when the saving justice of American liberalism is supposed to have cleansed the world of the scourge of “German nihilism,” Heidegger writes that we now experience the full “completion of nihilism” and that the possible future recovery has already been announced in, and only in, “the poetic thinking and singing of the Germans.” [31] [36] Whereas in 1934 Heidegger had spoken of the “darkening of the world” (Weltdüsterung) to describe the historical moment, he now under American domination in 1946 suggests that “the world’s night is approaching its midpoint.” [32] [37] And unlike Celine’s Journeythis “night” may very well lead to morning (although it may require a few hundred years.)

8fbb8be2-3c65-484b-9a59-bf122a4e32cb.jpg

So for Heidegger, the postwar period is truly a “needy time”: the philosopher who united thinking and teaching like no one before, and became the very greatest of teachers, found himself “deplatformed,” barred for the foreseeable future from lecture hall podium and the seminar. In this situation, there is no way Heidegger could openly educate those he calls “the ones to come” [33] [38] — die Zukünftigen — to enact a future “inception” and “homecoming” for Western man, and all of Heidegger’s postwar publications must be read with this in mind. Heidegger must now teach primarily through his writings, and these must, on the one hand, preserve and hold open essential possibilities for the “ones to come” who may live in the very distant future, and on the other hand, be sufficiently intelligible, interesting, and unoffensive to contemporaries that they are studied and preserved for that future.

Given the magnitude of these difficulties, the question as to how Heidegger carries out the task of saving the West in such an unpropitious time looms larger. In the note about his “unfinished” denazification, he claims, “I have been silent in thinking, not only since 1927, since the publication of Being and Time, but rather in this itself and constantly before.” [34] [39] Heidegger thus suggests that he always wrote for publication in a manner that somehow conveys what is essential, even as it preserves itself from both public distortion and persecution: by keeping silent.

This reference to meaningful silence may help explain, for example, why all explicit reference to das Volk — central even to the writings of the late 1930s — just disappears in the postwar publications (but not from the then-unpublished notebooks.) Heidegger obliquely calls attention to his deliberate silence about the Völkische in his response to an interview question about speeches he gave during his rectorate: 

I would no longer write the lines you quote. Already in 1934 I would no longer have spoken them. But I would still today and even more decisively than before deliver the speech on the “Self-Assertion of the German University,” although without the reference to nationalism. Society has stepped into the place of the Volk. But in that respect the speech would today be spoken into the wind just as it was then. [35] [40] 

Here we see how Heidegger adapts his discourse to altered historical circumstances, and that this adaptation requires consideration of what is politically appropriate and permissible to say, consideration of what is actual today (i.e., a liberal society of individuals in place of a Volk), and consideration of whether what one says will be heard and understood, or “spoken to the wind.” The circumstance that the Volk has been replaced by the liberal society of uprooted, historyless individuals would seem to render the possibility for an “inner gathering and renewal of the Volk” in the future especially problematic. [36] [43] 

Heidegger.jpg

Rohkrämer helps us see how Heidegger and his compatriots on the political right modified their rhetoric in response to the difficulties posed by the oppressive post-war order. “One could no longer publicly express racism, but [other topics] — anticommunism, thoughts on the national community and the wishes for communal beliefs, the rejection of mass society, the call for an influential spiritual elite, cultural anti-Americanism, and the glorification of the Western tradition — could all very well be discussed.” [37] [44]

But here again, in this context, it is crucial to remind ourselves that throughout the post-war years, Heidegger never loses sight of the fundamental “errors” of National Socialism. I stress this point not as an “apologist” intent on preserving what remains of the academically respectable reputation of Heidegger (and the study of his works) from the presumed stain of fascism. Heidegger himself, and then also the public advocates managed or influenced by him, tried of course to put as much distance as possible between him and National Socialism. And we are grateful for their success: thanks to them, Heidegger’s stature as one of the greatest thinkers of the West has been established, his works are available everywhere, and many very helpful studies (including Rohkrämer’s) have been produced. The possibility of a new inception has thereby been handed down to us and future generations. 

Nevertheless, we must recognize that this respectability has been built upon misunderstandings, or partial, superficial understandings, that make aspects of Heidegger’s thinking appealing to the liberal sensibilities of his contemporaries, but which distort or conceal his ethnonationalism. In any case, for us, the serious meaning of his twofold criticism of National Socialism — again, that leaders were unprepared in their thinking, and that the movement was too early because metaphysics had not yet reached its completion through planetary technocracy — is that it points to the necessity of making the hitherto inadequate or missing preparations for a new inception.

Taking only his most public statements into consideration, this task does not appear to be anything one would recognize as “political.” Consider, for example, Heidegger’s famous reply to a menial journalist, who asked if philosophy could do anything about the movement towards an “absolute technological state”: “Let me respond briefly and somewhat ponderously, but from long reflection: philosophy will not be able to effect an immediate transformation of the current condition of the world. This is not only true of philosophy, but of all merely human hitherto thought and endeavor. Only a god can save us. The sole possibility is to prepare a preparedness [eine Bereitschaft vorzubereiten] for the appearance of the god in thinking and poetry, or for the absence of the god in decline.” [38] [45] 

MHnnnn.jpgWhat is not made explicit here is that only “a god” can save “us” because only a communal orientation to a god — and not a scientific doctrine or a constitution — can meaningfully unify the German Volk. This völkisch-political dimension to Heidegger’s discourse on gods is however indicated elsewhere, in the difficult, enigmatic writings which were, by their author’s intention, withheld from publication until long after his death, for example, Contributions to Philosophy: “A Volk is only a Volk when it receives its history as apportioned in the finding of its god — that god which compels it to go beyond itself and thus to become a being.” [39] [46] And this political dimension is also at issue, if only obliquely, in Heidegger’s commentaries on Hölderlin, in which the gods require the building of a “house” within the “dwelling site” that must be founded. The poet’s “hymns” about a homecoming of the Germans, and a “founding” of a community united through a god, replaces secular political-metaphysical discourse — such as Hegel’s Philosophy of Right — as a way of thinking about national renewal. [40] [47]

Thus Heidegger’s postwar focus on seemingly unpolitical topics — the essence of modernity, the problem of nihilism, technology, “poetic dwelling,” modern “homelessness,” language, and the origin and end of the history of the West — in fact serves the purpose of “preparation” for a new “inception,” a new form of ethnonationalist metapolitics in the future, at the right moment. In the conclusion of his book, Rohkrämer brilliantly describes this “continuity” of Heidegger’s concerns, and why they are subversive in a liberal, multicultural society: 

Like most right-wing intellectuals, Heidegger deradicalized himself, and yet he remained anti-democratic and elitist, because he expected an awakening of the sense for the holy only from exceptional poets and thinkers. He remained focused on the Völkische, because for him the important things could emerge only out of one, above all his own German tradition, and not out of the effect of a pluralistic mixing and cross-pollination. Also, his conviction that only a god could save humanity points to the denial of plurality: in his vision of an ideal future, men are unified in a communal belief in one god. For being-with-one-another, or at least a harmonious coexistence in a world with different ideals in cultures and sub-cultures, Heidegger offers no answer. [41] [48] 

According to Rohkrämer, then, Heidegger’s ideal future would presuppose ethnic, racial, and cultural homogeneity throughout the countries of the West, even as these are to be transformed and grounded anew through revolutionary, founding works of thinkers and poets. While that sounds right, it points to a further difficulty for us: what if the culture of “denazification” (i.e., “modernity”) brings ever more “pluralistic mixing,” such that “the holy heart of the peoples” (Hölderlin) — and thereby the West as a whole — dissolves into a multicultural dystopia?

Heidegger clearly saw that the trajectory of globalization was moving towards a world society and even a world government. [42] [49] And he clearly “hears,” and in his own way responds to, the “call to reflect on the essence of planetary domination” that he speaks of in his exchange with Ernst Jünger on nihilism. [43] [50] At the time that he writes this, in 1950, the peoples of Europe were still fairly homogeneous, and so it would not be surprising if many simply lacked awareness of the perils of encroaching pluralism. And in such a climate of moral opinion, no one, certainly not NSDAP members, was free to openly voice such concerns if he had them — as we today can surely appreciate. But given the depth of his preoccupation with the problem of a world society, and given the continuation of his völkisch concerns after the war, it is likely that Heidegger remains focused on the task of “preserving” and restoring the rootedness and integrity of the peoples of the West. [44] [51] And so we can now return to Heidegger’s postwar work and give it a much more careful reading, animated now by the hope that he can help us in our plight.

*  *  *

Counter-Currents has extended special privileges to those who donate $120 or more per year.

  • First, donor comments will appear immediately instead of waiting in a moderation queue. (People who abuse this privilege will lose it.)
  • Second, donors will have immediate access to all Counter-Currents posts. Non-donors will find that one post a day, five posts a week will be behind a “paywall” and will be available to the general public after 30 days.

To get full access to all content behind the paywall, sign up here:

 



Notes

[1] [52] Carl Schmitt, Glossarium: Aufzeichnungen der Jahre 1947-1951 (Berlin: Duncker & Humblot, 1991), p. 297. 

[2] [53] Interview in the Paris Review, June 1, 1960.

[3] [54] Martin Heidegger, Reden und andere Zeugnisse (GA 16), p. 107; tr. in The Heidegger Controversy, ed. Wolin, p. 29.

[4] [55] Unterwegs zur Sprache (Stuttgart: Neske, 1959), p. 80; tr. (by P. Hertz), On the Way to Language, p. 196. Of course, this translation renders “Geschlecht” as “generation.”

[5] [56] Thomas Rohkrämer, Martin Heidegger: Eine politische Biographie, Schöningh, 2020.

[6] [57] See Thomas Rohkrämer, A Single Communal Faith: The German Right from Conservatism to National Socialism (New York: Berghahn Books, 2007). From the little that I have just read of this earlier work of Rohkrämer, I can say that it is a rich and sensitive history of the “volkisch nationalist” and “conservative revolutionary” movement, both of which overlapped with each other, and prepared the way for — but ought not be identified with — National Socialism. It puts me in a mind to write another review article, one that focuses on the relation of atheism, anti-Judeo-Christianity, and völkisch-political religiosity in Heidegger and other thinkers of the German Right, a topic touched upon towards the end of my review here.

[7] [58] Rohkrämer, Martin Heidegger, p. 122. 

[8] [59] See, especially, Part Three of Heidegger’s wartime lectures on Hölderlin’s “Remembrance” (“Andenken”), titled: “The Search for the Free Use of One’s Own.” Hölderlins Hymne “Andenken” (GA 52); tr. (by. W. McNeill) Hölderlin’s Hymn “Remembrance.” 

[9] [60] “Europa und deutsche Philosophie.” In Europa und die Philosophie (Frankfurt: Klostermann, 1993), p. 41.

[10] [61] GA 16, p. 374.

[11] [62] Heidegger, An Introduction to Metaphysics, trans. Fried and Polt (Yale University Press, 2000), p. 213.

[12] [63] GA 16, p.677; tr. in The Heidegger Controversy, ed. Wolin, p. 111.

[13] [64] Heidegger’s multi-volume Nietzsche (tr. by D.F. Krell) and the condensed version of these lectures in the essay, “Nietzsche’s Word ‘God is Dead,’” (in Off the Beaten Track), along with his rectoral address, “The Self-Assertion of the German University” (see fn. 3 above), are in my opinion the best entryways into Heidegger’s thought.

[14] [65] Heidegger, Wegmarken (GA 9), p. 52; tr. (by W. McNeill) Pathmarks, p. 320.

[15] [66] Anmerkungen I-V (Schwarze Hefte 1942-1948)(GA 97), p. 147.

[16] [67] GA 97, p. 83.

[17] [68] GA 97, p. 80.

[18] [69] GA 97, p. 143.

[19] [70] See section 58 of Being and Time. Heidegger here deepens the understanding and critique of the “moral” understanding of guilt and conscience initiated by Nietzsche in the Genealogy of Morals. Heidegger is usually very reticent, for some reason, about the role of Judeo-Christian morality and metaphysics in the process of European “self-annihilation,” but it occasionally surfaces in the notebooks, for example, when he writes that Christendom (Christentum) has “nothing to do with the West, because it denies the domain of the Greeks (Griechentum)” (GA 97), p. 144.

[20] [71] GA 97, pp. 134-35.

[21] [72] Some of these sanctions were partially lifted in later years as Heidegger succeeded in making a “comeback” — as Schmitt calls it — to public respectability. Most notably, he was permitted to teach two lecture courses (in 1951/52 and 1955/56 at Freiburg University, both of which were later published as books and translated into English: Was heisst Denken? (What is Called Thinking?) and Der Satz vom Grund (The Principle of Reason). Both works, rambling and unfocused as they may have seemed on first glance (at least in comparison to the earlier Heidegger) will reward careful reading by die Zukünftigen as they consider how they must “prepare” themselves.

[22] [73] “It concerns the betrayal of thinking, and that means of the historical determination of the Volk” (GA 97), p. 83. Also, “It doesn’t concern my person, or even the possibility or impossibility of stepping out publicly, but rather only about the question as to whether my work will be used for the salvation of our own essence” (GA 97), p. 80. 

[23] [74] An Introduction to Metaphysics, p. 11.

[24] [75] See Heidegger’s 1934 lecture, “Die deutsche Universität” (GA 16), pp. 285ff.

[25] [76] Rohkrämer, Martin Heidegger, pp. 176, 231, and cf. Was heisst Denken, (GA 8), pp. 92ff.

[26] [77] GA 97, p. 84.

[27] [78] GA 97, p. 84.

[28] [79] GA 16, p. 421.

[29] [80] “But ‘Europe’ is not the Evening-land. The latter returns into the twilight and disappears for a long time in the world night. But it does not go under, because it cannot go under, since it has not yet emerged” (GA 97, p. 143). Also see Heidegger’s essay on the poetry of Georg Trakl (in Unterwegs zur Sprache; tr. On the Way to Language: “A discussion of his poetry shows us Georg Trakl as the poet of the still hidden Evening-Land.” (p. 81; tr. p. 197).

[30] [81] GA 16, p. 371.

[31] [82] GA 16, p. 390. 

[32] [83] “Wozu Dichter,” in Holzwege, 6th ed. (Klostermann, 1980), p. 267; tr. (Young and Haynes), Off the Beaten Track, p. 201.

[33] [84] “It is necessary to prepare the ones to come. Inceptual thinking serves this preparation as silent reticence of enowning. That thinking is only one way, in which the few venture the leap into be-ing.” Beiträge zur Philosophie (GA 65), p. 395.

[34] [85] GA 16, p. 371. 

[35] [86] GA 16, p. 657.

[36] [87] GA 16, p. 374.

[37] [88] Rohkrämer, Martin Heidegger, p. 176.

[38] [89] “Spiegel-Gespräch,” (GA 16), p. 671.

[39] [90] Beiträge zur Philosophie, (GA 65), p. 398; tr. (by Emad and Maly), Contributions to Philosophy, p. 257.

[40] [91] Seminare: Hegel—Schelling (GA 86).

[41] [92] Rohkrämer, Martin Heidegger, p. 239.

[42] [93] See for example the end of “Aniximander’s Saying” (composed in 1946, published in 1950): “Man is about to hurl himself upon the entire earth and its atmosphere, to arrogate to himself the hidden workings of nature in the form of energy, and to subordinate the course of history to the plans and orderings of a world government.” (Off the Beaten Track, p. 280.)

[43] [94] Wegmarken (GA 9), p. 425; tr. (by W. McNeill), Pathmarks, p. 321.

[44] [95] “Our historical Dasein experiences with increasing urgency and clarity, that its future has arrived at the naked either-or of a salvation of Europe or its destruction. The possibility of salvation however demands two things: 1. The preservation of the European peoples before the Asiatic. 2. The overcoming of their own uprooting and separation.” (“Europa und Deutsche Philosophie.”)

Article printed from Counter-Currents: https://counter-currents.com

URL to article: https://counter-currents.com/2021/05/heidegger-a-political-biography/

URLs in this post:

[1] Image: https://counter-currents.com/wp-content/uploads/2021/05/hepb.jpg

[2] [1]: #sdfootnote1sym

[3] [2]: #sdfootnote2sym

[4] here at Counter-Currents last year: https://counter-currents.com/2020/05/in-search-of-celine/

[5] [3]: #sdfootnote3sym

[6] [4]: #sdfootnote4sym

[7] [5]: #sdfootnote5sym

[8] [6]: #sdfootnote6sym

[9] [7]: #sdfootnote7sym

[10] [8]: #sdfootnote8sym

[11] [9]: #sdfootnote9sym

[12] [10]: #sdfootnote10sym

[13] [11]: #sdfootnote11sym

[14] Image: https://counter-currents.com/wp-content/uploads/2020/08/GradSchoolwithHeideggerFrontLarge.jpg

[15] here: https://counter-currents.com/2020/09/graduate-school-with-heidegger-2/

[16] [12]: #sdfootnote12sym

[17] [13]: #sdfootnote13sym

[18] [14]: #sdfootnote14sym

[19] [15]: #sdfootnote15sym

[20] Denazification, American Style: https://counter-currents.com/2021/01/denazification-american-style/

[21] [16]: #sdfootnote16sym

[22] [17]: #sdfootnote17sym

[23] [18]: #sdfootnote18sym

[24] [19]: #sdfootnote19sym

[25] [20]: #sdfootnote20sym

[26] [21]: #sdfootnote21sym

[27] [22]: #sdfootnote22sym

[28] [23]: #sdfootnote23sym

[29] [24]: #sdfootnote24sym

[30] [25]: #sdfootnote25sym

[31] [26]: #sdfootnote26sym

[32] [27]: #sdfootnote27sym

[33] [28]: #sdfootnote28sym

[34] [29]: #sdfootnote29sym

[35] [30]: #sdfootnote30sym

[36] [31]: #sdfootnote31sym

[37] [32]: #sdfootnote32sym

[38] [33]: #sdfootnote33sym

[39] [34]: #sdfootnote34sym

[40] [35]: #sdfootnote35sym

[41] Image: https://counter-currents.com/wp-content/uploads/2015/02/WhatIsARuneCropMedium2.jpg

[42] here: https://counter-currents.com/what-is-a-rune-other-essays-order/

[43] [36]: #sdfootnote36sym

[44] [37]: #sdfootnote37sym

[45] [38]: #sdfootnote38sym

[46] [39]: #sdfootnote39sym

[47] [40]: #sdfootnote40sym

[48] [41]: #sdfootnote41sym

[49] [42]: #sdfootnote42sym

[50] [43]: #sdfootnote43sym

[51] [44]: #sdfootnote44sym

[52] [1]: #sdfootnote1anc

[53] [2]: #sdfootnote2anc

[54] [3]: #sdfootnote3anc

[55] [4]: #sdfootnote4anc

[56] [5]: #sdfootnote5anc

[57] [6]: #sdfootnote6anc

[58] [7]: #sdfootnote7anc

[59] [8]: #sdfootnote8anc

[60] [9]: #sdfootnote9anc

[61] [10]: #sdfootnote10anc

[62] [11]: #sdfootnote11anc

[63] [12]: #sdfootnote12anc

[64] [13]: #sdfootnote13anc

[65] [14]: #sdfootnote14anc

[66] [15]: #sdfootnote15anc

[67] [16]: #sdfootnote16anc

[68] [17]: #sdfootnote17anc

[69] [18]: #sdfootnote18anc

[70] [19]: #sdfootnote19anc

[71] [20]: #sdfootnote20anc

[72] [21]: #sdfootnote21anc

[73] [22]: #sdfootnote22anc

[74] [23]: #sdfootnote23anc

[75] [24]: #sdfootnote24anc

[76] [25]: #sdfootnote25anc

[77] [26]: #sdfootnote26anc

[78] [27]: #sdfootnote27anc

[79] [28]: #sdfootnote28anc

[80] [29]: #sdfootnote29anc

[81] [30]: #sdfootnote30anc

[82] [31]: #sdfootnote31anc

[83] [32]: #sdfootnote32anc

[84] [33]: #sdfootnote33anc

[85] [34]: #sdfootnote34anc

[86] [35]: #sdfootnote35anc

[87] [36]: #sdfootnote36anc

[88] [37]: #sdfootnote37anc

[89] [38]: #sdfootnote38anc

[90] [39]: #sdfootnote39anc

[91] [40]: #sdfootnote40anc

[92] [41]: #sdfootnote41anc

[93] [42]: #sdfootnote42anc

[94] [43]: #sdfootnote43anc

[95] [44]: #sdfootnote44anc

 

Quelques facettes de la Contre-Révolution

64602013.jpg

Quelques facettes de la Contre-Révolution

par Georges FELTIN-TRACOL

Cible permanente des antifas et d’autres groupes stipendiés d’Angers, L’Alvarium sait bousculer le Système. Ce « Centre communautaire d’actions sociales et culturelles » prend diverses initiatives. L’une d’elles fut d’inviter, le 27 mars 2021, Christian Bouchet, responsable des éditions Ars Magna, vétéran nationaliste-révolutionnaire et solidariste, et collaborateur régulier au magazine Réfléchir & Agir et à la revue Synthèse nationale. Son intervention portait sur quelques exemples méconnus de la Contre-Révolution.

Bouchet-200x300.jpgIl vient d’en publier le verbatim sous la forme d’une brochure intitulée Histoire mondiale de la Contre-Révolution de la Sainte Ligue à L’Alvarium. Le titre est un peu exagéré puisqu’il ne s’agit que d’une introduction générale à cette histoire passionnante à travers un nombre limité de précédents historiques. Christian Bouchet indique néanmoins des pistes qui mériteraient d’être explorées dans le cadre, pourquoi pas ?, des Cahiers d’Histoire du Nationalisme. Il invite avec raison son auditoire – et maintenant ses lecteurs – à se lancer dans cet élan mémoriel audacieux. Contre « le Grand Effacement (p. 10) » des souvenirs militants, il prévient « que pour la connaissance de notre propre histoire idéologique, nous ne pouvons faire confiance qu’à nous-mêmes, à nos recherches d’archéologues des idées et d’historiens des pensées interdites, car l’ennemi a enseveli dans l’oubli tant nos idées que notre histoire et cela sur la longue durée (p. 10) ». Oui, il y en a plus que marre de voir l’Opposition essentielle au Régime observée, scrutée, examinée, disséquée par les seuls universitaires hostiles qui en font, malgré leur profond mépris, un fonds de commerce rentable. Ces « profiteurs » du savoir homologué ne sont que des parasites dont les interprétations grossières déforment les faits. La mise à disposition de cette brochure est par conséquent la bienvenue.

Des pré-Contre-Révolutions

Christian Bouchet survole les Temps modernes et l’Époque contemporaine en se concentrant sur neuf exemples dont trois se rapportent pour le moins à des événements antérieurs à 1789. En 1935, Paul Hazard décrivait dans La Crise de la conscience européenne une césure intellectuelle majeure apparue entre 1680 et 1715. La célèbre « Querelle des Anciens et des Modernes » reflète ce nouveau contentieux.

La conférence débute par la Sainte Ligue aux temps des Guerres de Religion (1562 – 1598). Il est exact que la Réforme lancée par Luther en 1517 et que l’Église catholique romaine jamais relevée du Grand Schisme d’Occident (1378 – 1422) adoptera en partie avec le néfaste concile de Trente (1545 – 1563) représente l’aspect religieux d’une rupture globale avec l’esprit médiéval aussi malmené par l’invention de l’imprimerie, la mise en pratique de la perspective artistique et la découverte d’un autre continent à l’Ouest qui compromet d’ailleurs la poussée vitale de la Reconquista par-delà la Méditerranée.

Procession_de_la_Ligue_dans_l_Ile_de_la_Cite_by_Francois_II_Bunel_1522_1599_detail.jpg

Christian Bouchet voit dans la Sainte-Ligue trois caractéristiques communes aux autres mouvements étudiées. « – Une alliance entre les classes populaires et aristocratiques; – un refus de tout compromis, de toute attitude considérée comme “ politique ”; – une affirmation que la fidélité à une idée est supérieure à celle que l’on doit à un monarque ou à un pays, d’où l’exil et d’où l’entrée au service de monarques étrangers (p. 12). » On peut cependant regretter qu’il ne mentionne pas l’excellent travail de Jean-Marie Constant, La Ligue (Fayard, 1996). Ce maître-livre précise que les Ligueurs, à l’instar de certains Huguenots, se défiaient de l’absolutisme royal naissant et voyaient dans la féodalité un ordre politico-social plus harmonieux. La Fronde des princes (1650 – 1653) ne serait-elle pas l’ultime réaction, certes très amoindrie et bien méconnaissable, de la mentalité ligueuse ? Et le parti dévot à Versailles au XVIIIe siècle ?

Le deuxième mouvement « pré-contre-révolutionnaire » concerne les Jacobites, c’est-à-dire les partisans, principalement écossais et irlandais, de la dynastie des Stuart. La soi-disant « Glorieuse Révolution » de 1688 chasse le roi d’Angleterre Jacques II, Jacques VII d’Écosse. Par le jeu des règles de succession réservées aux seuls protestants, la Grande-Bretagne revient en 1714 à l’Électeur du Hanovre, George Ier, fondateur de l’actuelle dynastie régnante usurpatrice. Durement réprimés, les soulèvements jacobites coïncident avec les jacqueries contre les enclosures et la privatisation des communaux. La caste bourgeoise de la City n’hésite pas à conduire un véritable « auto-génocide ». Réfugiés soit en Amérique du Nord, soit en France, les Jacobites y apportent la franc-maçonnerie opérative. Mieux, suivant Michel Vergé-Franceschi dans son Paoli. Un Corse des Lumières, (Fayard, 2005), les milieux jacobites en exil misent sur l’avènement du prétendant Stuart sur l’Île de Beauté, mais en 1736 est élu roi le baron Théodore de Neuhoff…

unnajacobite.jpg

Le troisième mouvement pré-anti-1789 s’applique aux « Loyalistes » des treize colonies d’Amérique du Nord. Certains de ces tories anglo-américains sont les descendants directs des exilés jacobites. En 1783, ils se réfugient au Canada, retournent en Angleterre ou prennent la direction des Antilles. Ils fuient l’obligation pré-totalitaire de prêter serment à la jeune république rebelle et le risque de se retrouver couverts de goudron et de plume.

Les Contre-Révolutions latines

Christian Bouchet aborde assez brièvement Chouans et Vendéens. Il passe vite sur l’« ultracisme » des ultra-royalistes du comte d’Artois. Il s’attarde sur la « Montagne blanche » et, sans le nommer, l’action « carlo-républicaine » « qui concilie royalisme légitimiste, tradition catholique gallicane, régionalisme et liberté démocratique, et qui préfère faire voter pour des candidats républicains que pour des louis-philippards (p. 25) ».

Retournant ensuite sur le continent américain, le conférencier mentionne les partisans fidèles à la couronne d’Espagne dans les vice-royautés. Il évoque en outre des Sudistes qui s’installent dans l’Empire du Brésil. La tentative de Napoléon III de fonder un second empire mexicain catholique et conservateur appartient aussi à la Contre-Révolution effective. Le problème reste le choix de désigner empereur le très libéral Maximilien de Habsbourg-Lorraine. Il est toutefois dommage que l’État national-catholique de 1859 à 1875 du président équatorien Gabriel García Moreno (1821 – 1875), les Cristeros du Mexique de la décennie 1920 et l’intégralisme brésilien dans les années 1930 soient oubliés, mais la conférence ne pouvait pas durer cinq heures…

escanear0002.jpg

Christian Bouchet revient dans l’Ancien Monde dans le domaine ibérique. Il traite bien sûr du carlisme espagnol. Il fait découvrir le miguelisme, soit le légitimisme portugais. Jeune frère du roi Jean IV, Miguel s’oppose à sa nièce Maria soutenue par les libéraux et le bloc pré-atlantique (Grande-Bretagne et France de Louis-Philippe). Le Portugal connaît une guerre civile entre 1828 et 1834 qui se solde par l’échec de Dom Miguel. Le conférencier achève son exposé par l’Italie. L’occupation française anti-cléricale, puis l’annexion du Sud de l’Italie par le Piémont-Sardaigne sous couvert d’unification favorisent bien des révoltes populaires et paysannes. « Le santafédisme est une insurrection de masse pour la défense de la royauté et de la société pastorale, cette dernière se sentant protégée par le traditionalisme monarchique (p. 42). »

Faute de temps, l’intervenant écarte de son propos la Ligue du Sonderbund qui déclenche sans succès en 1847 la dernière guerre civile suisse ou les tenants du prince légitime du canton de Neuchâtel, à savoir le roi de Prusse, qui échouent en 1856. Il aurait aussi pu s’intéresser aux « Orangistes » belges, les partisans outre-Quiévrain du royaume uni des Pays-Bas dans la décennie 1830. Rappelons qu’il ne s’agit que d’esquisses et non pas d’un cours étalé sur toute une année universitaire… Dans un cadre plus vaste, le sujet pourrait-il s’étendre, d’une part, aux « Orangistes » unionistes de l’Ulster et, d’autre part, aux Boers des républiques afrikaner d’Afrique australe? Leurs combats n’étaient-ils pas contre-révolutionnaires?

img-3.jpg

Face au public de L’Alvarium, Christian Bouchet ose enfin viser « l’ennemi principal, le seul dont tout découle, [qui] a toujours été, et est encore la vision libérale marchande de la société incarnée dans une classe sociale : la bourgeoisie (p. 45) ». Nul doute que cette affirmation peut heurter tous les suppôts d’une fantasmatique « union des droites » autour d’un programme libéral autoritaire et atlantiste. Sa conclusion a peut-être suscité la stupeur, voire l’indignation d’une partie de l’assistance. Il explique en effet que « notre nation n’est plus la nôtre quand elle défend des valeurs à l’opposé des nôtres et il est donc juste de la combattre même si c’est dans les rangs ennemis ou de l’abandonner pour aller combattre ailleurs pour l’idée (p. 46) ». Oui, il importe de toujours se souvenir de l’imposture de l’été 1914 afin de ne pas répéter l’erreur historique du camp nationaliste qui se fourvoya dans une « Union sacrée » fomentée par la République maçonnique. Celle-ci en profita cyniquement pour résoudre la question rurale, envoyer dans les tranchées comme chair à canon les enfants des campagnes et gaspiller finalement une paix acquise de vive lutte. Oui, même s’il cite Julius Evola, on voit surgir l’ombre de Monseigneur Jean de Mayol de Lupé (1873 – 1955), un autre grand contre-révolutionnaire avancé du XXe siècle.

Georges Feltin-Tracol

• Christian Bouchet, Histoire mondiale de la Contre-Révolution de la Sainte Ligue à L’Alvarium, Ars Magna, coll. « Le Lys Rouge », 2021, 48 p., 12 €.

09:38 Publié dans Histoire, Livre, Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire, contre-révolutuion, livre | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

samedi, 15 mai 2021

Tulipes d'orage - Le Roman de la langue de Philippe Barthelet

AVT_Philippe-Barthelet_2991.jpeg

Luc-Olivier d'Algange

Tulipes d'orage

Le Roman de la langue de Philippe Barthelet, éditions Pierre-Guillaume de Roux.

31vA3bR6sKL._SX313_BO1,204,203,200_.jpgLes grands livres poursuivent généralement un dessein autre que celui qui apparait de prime abord, laissant ainsi carrière à la surprise et à l'aventure. Là où l'on serait tenté de ne voir que des chroniques concernant l'usage de la langue française, se loge, comme dans un logis alchimique, une poétique et une métaphysique. Loin de n'être que le gardien du bon usage, tel que le conçoivent les professeurs et les académiciens, Philippe Barthelet veille sur le seuil, car la langue n'est pas seulement un instrument de communication (et l'on ne sait que trop à quoi elle se réduit souvent) mais une manifestation du Logos. Reprendre nos contemporains lorsqu’ils parlent et écrivent n'importe comment, en sabir pédant ou en traduidu, n'est pas seulement une question de forme, - ou bien elle l'est au sens le plus profond, la forme n'étant autre, par étymologie, que l'Idée, ainsi que le savaient les platoniciens, et après eux, nos théologiens du Moyen-Age.

Le Roman de la langue, dont Tulipes d'orage est le septième livre, n'est pas un addenda au dictionnaire, mais bien, comme son titre l'indique, une tentative romanesque et romane, de raviver la puissance des mots français et de contrebattre leur avilissement. Traité contre le ternissement, l'usure, la tristesse des vocables abandonnés à l'idéologie et à la publicité. Nous apprenons ainsi que la langue française, vivace, est de nature à traverser le pire hiver, celui où nous sommes, avec ses “auteures” et son écriture “inclusive”.

Chaque livre a son usage. Les uns nous distraient de ce que nous ne pouvons ou ne voulons voir, les autres nous informent, avec l'inconvénient, précisément, de porter souvent atteinte à la forme la plus heureuse de la pensée, qui, pour être, n'a besoin que de peu d'aliments, frugale par nature, et de pratique épicurienne. D'autres livres nous laissent songeurs, invitations au voyage. Plus rares encore ceux qui répondent à une attente essentielle et qui tiennent leur place, royale, aussi bien contre le temps qu'en faveur de ce qui, dans le temps, demeure et se perpétue, - disons la Tradition, qui vaut bien une majuscule, et dont nous apprenons, par ce roman de la langue, qu'elle n'est pas un conservatisme jaloux, une réaction morose, mais le cours même de la rivière, celle qui féconde les paysages qu'elle traverse, et dont les œuvres françaises sont les scintillements, les épiphanies, sous l'irrécusable et catholique soleil du Verbe.

9782363710222_1_75.jpgAu temps des identités abstraites, fabriquées et vindicatives, qui menacent de faire disparaître, de façon impure et compliquée, par décomposition, cette disposition providentielle que fut la France, il importe, plus que jamais, de ne pas se tromper de combat, et de fonder notre souveraineté, non dans ces mouvantes et fragiles institutions que les politiciens ravagent à loisir, mais dans la seule évidence qui peut encore en témoigner: notre langue, laquelle tient à distance le pathos, la lourdeur et le système, et nous donne ainsi la chance d'être moralistes, en évitant d'être moralisateurs.

La langue se dégrade à mesure que l'idéologie des moralisateurs l'imprègne. La fausseté, à la différence des mauvaises pensées, qui se donnent et apparaissent comme telles, ne peut se dire dans une langue juste. C'est une bien funeste illusion que de croire que notre bien, notre beau, selon la formule de Rimbaud, sont ailleurs que dans notre langue, d'imaginer la reconquête ailleurs que dans une Matinée d'ivresse, de vouloir une souveraineté qui ne fût dans une âme et un corps. C'est assez dire que dans ce roman de la langue française, que prolongent ces Tulipes d'orage, nous sommes plus proches de Rimbaud ou de Scève que du Bescherelle ou même du Littré, - c'est dire que nous sommes loin, comme le cerisier en fleur l'est de la folie des hommes dans le poème qui figure en exergue du Hagakuré.

Loin de ce monde, c'est bien dire au cœur du silence qui règne sur toute formule heureuse, à la façon d'un ciel sur le feuillage. Le Roman de la langue  de Philippe Barthelet guerroie contre la langue défigurée et appauvrie, non par un goût vétilleux de la correction, mais en appel à d'impondérables et indéfectibles richesses nues, - les plus hautes fidélités étant légères, comme le vent qui souffle où il veut.

Luc-Olivier d'Algange

mardi, 11 mai 2021

Vigny et la servitude militaire : propos atemporels sur la lettre des généraux

1200px-Félix_Nadar_1820-1910_Alfred_de_Vigny.jpg

Vigny et la servitude militaire: propos atemporels sur la lettre des généraux

par Nicolas Bonnal

La réaction des militaires est une bonne et intéressante chose. Renvoyons dos à dos le national-chauvinisme et le gauchisme écervelé, et soulignons en quoi cette réaction lettrée est importante : elle donne raison à Vigny et nous confirme dans notre présent éternel. Depuis 200 ans rien ne bouge en France : le peuple est cuit et cocu, la bourgeoisie et les banquiers sont tout-puissants et mondialistes, le nationalisme et le catholicisme sonnent creux. Alors on râle comme Céline.

Dans Servitude et grandeur militaire, texte magique que je mets au niveau de la conclusion des Mémoires d’outre-tombe,  on peut lire ceci sur nos militaires ennuyés après les épopées napoléoniennes (on en reparle) :

« Leur couronne est une couronne d’épines, et parmi ses pointes je ne pense pas qu’il en soit de plus douloureuse que celle de l’obéissance passive. »

unnamedAdVsgm.jpgVigny qui est jeune officier comprend aussi que les militaires seront toujours un peu ringards, un peu en retard : « …la vie ou du caractère militaire, qui, l’un et l’autre, je ne saurais trop le redire, sont en retard sur l’esprit général et la marche de la Nation, et sont, par conséquent, toujours empreints d’une certaine puérilité. »

Les militaires sont résignés (toujours ?) :

« Ce n’est pas sans dessein que j’ai essayé de tourner les regards de l’Armée vers cette GRANDEUR PASSIVE, qui repose toute dans l’abnégation et la résignation. »

Vigny rappelle le destin glorieux des militaires d’antan. Il souligne comme Tocqueville que la grande France est morte sous Louis XIV (et comme il a raison !) :

« Soumis à l’influence toute populaire du prêtre, il ne fit autre chose, durant le moyen âge, que de se dévouer corps et bien au pays, souvent en lutte contre la couronne, et sans cesse révolté contre une hiérarchie de pouvoirs qui eût amené trop d’abaissement dans l’obéissance, et, par conséquent, d’humiliation dans la profession des armes. Le régiment appartenait au colonel, la compagnie au capitaine, et l’un et l’autre savaient fort bien emmener leurs hommes quand leur conscience comme citoyens n’était pas d’accord avec les ordres qu’ils recevaient comme hommes de guerre. Cette indépendance de l’Armée dura en France jusqu’à M. de Louvois, qui, le premier, la soumit aux bureaux et la remit, pieds et poings liés, dans la main du Pouvoir souverain. »

Cette histoire d’uniformes m’évoque celle des masques ; combien ont refusé vraiment d’en porter ? Vous ? Moi ? Un sur mille ? Un sur un million ?

Et de donner ce bel exemple (l’inévitable vieux noble breton) :

« Ils haïssaient particulièrement l’uniforme, qui donne à tous le même aspect, et soumet les esprits à l’habit et non à l’homme. Ils se plaisaient à se vêtir de rouge les jours de combat, pour être mieux vus des leurs et mieux visés de l’ennemi ; et j’aime à rappeler, sur la foi de Mirabeau, ce vieux marquis de Coëtquen, qui, plutôt que de paraître en uniforme à la revue du Roi, se fit casser par lui à la tête de son régiment : «Heureusement, sire, que les morceaux me restent, »dit-il après. C’était quelque chose que de répondre ainsi à Louis XIV. »

Après Napoléon donc  l’armée piétine et devient fonctionnaire :

« L’Armée moderne, sitôt qu’elle cesse d’être en guerre, devient une sorte de gendarmerie. Elle se sent honteuse d’elle-même, et ne sait ni ce qu’elle fait ni ce qu’elle est ; elle se demande sans cesse si elle est esclave ou reine de l’État : ce corps cherche partout son âme et ne la trouve pas.

01b.jpg

L’homme soldé, le Soldat, est un pauvre glorieux, victime et bourreau, bouc émissaire journellement sacrifié à son peuple et pour son peuple qui se joue de lui; c’est un martyr féroce et humble tout ensemble, que se rejettent le Pouvoir et la Nation toujours en désaccord. »

Vigny souligne l’ennui : 

« La vie est triste, monotone, régulière. Les heures sonnées par le tambour sont aussi sourdes et aussi sombres que lui… La servitude militaire est lourde et inflexible comme le masque de fer du prisonnier sans nom, et donne à tout homme de guerre une figure uniforme et froide. Aussi, au seul aspect d’un corps d’armée, on s’aperçoit que l’ennui et le mécontentement sont les traits généraux du visage militaire. »

Obéir, obéir, obéir, tel est votre destin, militaires, fût-ce à des Macron, à des Hollande, à des Sarkozy et aux leaders américains de l’OTAN :

unnamedhuss.jpg

« La Grandeur guerrière, ou la beauté de la vie des armes, me semble être de deux sortes: il y a celle du commandement et celle de l’obéissance. L’une, tout extérieure, active, brillante, fière, égoïste, capricieuse, sera de jour en jour plus rare et moins désirée, à mesure que la civilisation deviendra plus pacifique ; l’autre, tout intérieure, passive, obscure, modeste, dévouée, persévérante, sera chaque jour plus honorée… »

On parle beaucoup de Napoléon ces temps-ci. Vigny aussi, et un peu plus intelligemment que les commentateurs câblés :

« C’est une chose merveilleuse que la quantité de petits et de grands tyrans qu’il a produits. Nous aimons les fanfarons à un point extrême et nous nous donnons à eux de si bon cœur que nous ne tardons pas à nous en mordre les doigts ensuite. La source de ce défaut est un grand besoin d’action et une grande paresse de réflexion. Il s’ensuit que nous aimons infiniment mieux nous donner corps et âme à celui qui se charge de penser pour nous et d’être responsable, quitte à rire après de nous et de lui. »

Le futur est au Gambetta, au Paul Reynaud, au Sarkozy :

« Bonaparte est un bon enfant, mais il est vraiment par trop charlatan. Je crains qu’il ne devienne fondateur parmi nous d’un nouveau genre de jonglerie… »

Vigny imagine une conversation entre le pape et Napoléon. Et le phénomène corse d’éructer contre le vieux pontife en des termes américains (« nous inventons la réalité » - voyez Karl Rove) :

« Mon théâtre, c’est le monde ; le rôle que j’y joue, c’est celui de maître et d’auteur ; pour comédiens j’ai vous tous, Pape, Rois, Peuples ! et le fil par lequel je vous remue, c’est la peur ! - Comédien ! Ah ! il faudrait être d’une autre taille que la vôtre pour m’oser applaudir ou siffler, signor Chiaramonti !Savez-vous bien que vous ne seriez qu’un pauvre curé, si je le voulais ? Vous et votre tiare, la France vous rirait au nez, si je ne gardais mon air sérieux en vous saluant. »

mg_7051-743x1024.jpg

La France avec Napoléon devient le pays de la pose militaire (René Girard en a bien parlé dans son livre sur Clausewitz) et cela va lui coûter de cher de 1870 à 1940 :

- « C’est vrai ! Tragédien ou Comédien. - Tout est rôle, tout est costume pour moi depuis longtemps et pour toujours. Quelle fatigue ! quelle petitesse ! Poser ! toujours poser ! de face pour ce parti, de profil pour celui-là, selon leur idée. Leur paraître ce qu’ils aiment que l’on soit, et deviner juste leurs rêves d’imbéciles. »

Dans le même temps Vigny pressent l’effondrement chrétien du pays (cela met du temps un effondrement, voyez Michelet sur cette question) :

« Cependant il secoua la tête avec tristesse, et je vis rouler de ses beaux yeux une larme qui glissa rapidement sur sa joue livide et desséchée. Elle me parut le dernier adieu du Christianisme mourant qui abandonnait la terre à l’égoïsme et au hasard. »

Vigny résume cette ennuyeuse époque bourgeoise (lisez ce qu’écrit Marx sur Malthus comme as du « dépeupler bourgeois » pour comprendre) :

« Les Grandeurs éblouissantes des conquérants sont peut-être éteintes pour toujours. Leur éclat passé s’affaiblit, je le répète, à mesure que s’accroît, dans les esprits, le dédain de la guerre, et, dans les cœurs, le dégoût de ses cruautés froides. Les Armées permanentes embarrassent leurs maîtres. »

Il ne reste comme chez Balzac que la consommation :

« Dans le naufrage universel des croyances, quels débris où se puissent rattacher encore les mains généreuses ? Hors l’amour du bien-être et du luxe d’un jour, rien ne se voit à la surface de l’abîme. On croirait que l’égoïsme a tout submergé ; ceux même qui cherchent à sauver les âmes et qui plongent avec courage se sentent prêts à être engloutis. »

Comme tous les vrais chrétiens (Drumont, Bloy, Bernanos), Vigny comprend les cathos bourgeois issus de la Révolution et du concordat mieux que personne :

« Les chefs des partis politiques prennent aujourd’hui le Catholicisme comme un mot d’ordre et un drapeau ; mais quelle foi ont-ils dans ses merveilles, et comment suivent-ils sa loi dans leur vie ? - Les artistes le mettent en lumière comme une précieuse médaille, et se plongent dans ses dogmes comme dans une source épique de poésie ; mais combien y en a-t-il qui se mettent à genoux dans l’église qu’ils décorent ? »

Mais remontons le moral des troupes – et pas du troupeau de la servitude volontaire. Que reste-t-il à nos soldats alors et aux rares rebelles de la France du coronavirus et du nouvel ordre mondial ? Oh, un mot pas très compliqué : l’honneur. 

Vigny : « Cette foi, qui me semble rester à tous encore et régner en souveraine dans les armées, est celle de l’HONNEUR. L’Honneur, c’est la conscience, mais la conscience exaltée. - C’est le respect de soi-même et de la beauté de sa vie portée jusqu’à la plus pure élévation et jusqu’à la passion la plus ardente. »

Le baroud d’honneur, comme on dit. On verra si nous en sommes capables, et si nous saurons pour une fois ne pas nous contenter d’un paraphe.

Sources :

https://www.dedefensa.org/article/balzac-et-la-prophetie-...

https://www.les4verites.com/international/chateaubriand-e...

https://www.dedefensa.org/article/comment-loccident-zombi...

https://www.amazon.fr/Louis-Ferdinand-C%C3%A9line-pacifis...

dimanche, 09 mai 2021

L’Odyssée fasciste de Yockey

fpy.jpg

L’Odyssée fasciste de Yockey

Une recension du livre de Kerry Bolton

par JWH

Ex: https://westdest.blogspot.com/2018/04/yockeys-fascist-odyssey.html

Book here 

Où est l’intérêt du « Mouvement » pour ce livre ? Pourquoi ne l’a-t-on pas présenté et pourquoi ne lui a-t-on pas fait de la publicité dès qu’il a été publié ? Eh bien, peut-être que nous allons commencer à voir sortir des recensions dans le Mouvement dans les semaines et les mois à venir, et c’est très bien, mais pourquoi ne voit-on pas de messages postés disant au lecteur que le livre est sorti ? Pourquoi ce « blackout » sur ce livre ? Dans le cas de Counter-Currents je suppose que c’est dû à leur petite querelle avec Friberg/Arktos, et le reste de l’Alt Right se fiche complètement de Yockey ; après tout, leurs héros et leurs modèles sont Beavis et Butthead. Oui, il y a de ça, mais c’est bien le problème. Et qu’est-ce qui est arrivé à toutes les photos retrouvées de Yockey (à part celle de Notre Dame) ? Counter-Currents ne se vantait-il pas d’un important butin de nouveau matériel sur Yockey ? La non-réaction du « mouvement » à ce livre justifie et souligne encore plus mon dégoût concernant le Mouvement Inc., et ma détermination à être un groupuscule indépendant du « Mouvement ».

61bAlkwicgL.jpg

La biographie de Bolton aurait pu utiliser plus d’images, en dehors de l’image de couverture et la seule image interne (bien que nouvelle) de Yockey à [l’université de] Notre Dame ; c’est cependant un point mineur. Un autre point mineur est la présence de fautes d’orthographe, le plus souvent « form » au lieu de « from ».

La pire partie du livre est de loin celle sur la race biologique et la maladroit tentative de Bolton pour justifier les vues erronées de Yockey (et par extension de Spengler) sur la race en réduisant les distinctions raciales à l’« indice céphalique » (provoquant un profond soupir de soulagement du « mouvement ») et à toutes les vues dépassées (et parfois stupides) de l’« anthropologie physique traditionnelle » et du « phénotypisme ». On nous dit avec enthousiasme que, par exemple, le travail de Boas sur les changements d’indice céphalique dans des environnements différents peuvent avoir une certaine validité – et alors ? Phénotype = génotype + environnement ; l’expression phénotypique des instructions génétiques sous-jacentes est influencée par l’environnement (parfois par des modifications épigénétiques). Un exemple classique est la taille : c’est un trait clairement et manifestement hérité génétiquement, qui passe par les familles et diffère en moyenne parmi les ethnies, mais il est fortement influencé par des conditions environnementales comme la nutrition. Vous pouvez avoir des jumeaux identiques, l’un souffrant de malnutrition durant l’enfance et finissant avec, disons, 1m80, et un autre jumeau recevant l’excès occidental normal de calories et de nutriments et atteignant, disons, 1m90. Une autre personne avec un arrière-plan génétique différent peut bénéficier du même surplus de nutriments que le second jumeau mais atteindre seulement 1m70, si c’est sa limite génétique. De même, l’indice céphalique est génétiquement code, mais peut être influencé par la nutrition et d’autres facteurs. En tous cas, l’indice céphalique n’est pas un indicateur majeur de la race dans son sens moderne en tant que groupe avec une ascendance partagée, donc quel est l’intérêt ? Les similarités supposées entre Ethiopiens et Européens concernant l’indice céphalique ou d’autres traits phénotypiques individuels sont complètement hors de propos.

unnamedFPY.png

C’est le problème quand vous avez des gens sans formation scientifique parlant de questions qui débordent sur la science : ils n’ont aucune idée – pas la moindre – de ce dont ils parlent. Si l’argument est que Yockey et les spécialistes de l’anthropologie n’avaient pas accès aux données génétiques d’aujourd’hui, très bien, mais encore une fois, on n’est pas obligé de justifier leurs vues simplement parce qu’elles étaient faites par ignorance (et même à ce moment je ne les excuse pas – même sans données génétiques, est-ce si difficile de comprendre qu’une sorte d’ascendance partagée et réelle doit être un déterminant crucial de la race, et que le phénotype doit inclure de nombreux traits pris dans leur ensemble, et pas seulement un seul ou quelques-uns ?). Sélectionner un certain travail scientifique, associé à une incompréhension complète, pour justifier la stupidité raciologique de Spengler et de Yockey n’est pas convaincant non plus. Les impressions subjectives de Jung sur les Américains blancs sont complètement non-pertinentes vis-à-vis de la réalité de la race biologique, et moins on parle des théories raciales (intrinsèquement incohérentes) nationales-socialistes, mieux c’est.

Mon affirmation a été que l’adoption par Yockey de la race « spirituelle » (« horizontale ») eut la même genèse que celle d’Evola : une réponse maladroite au nordicisme. L’ironie est que Yockey discuta de la manière dont une Culture peut réagir à la Pathologie Culturelle de manières finalement dommageables pour la Culture (semblables à une fièvre destructrice résultant d’une infection chez une personne), mais il manquait de la conscience de soi pour comprendre que ses propres idées destructrices sur la race biologique étaient aussi une sur-réaction à la théorie nordiciste. Yockey voulait l’unité européenne, et le nordicisme était (et est toujours) un obstacle pour cela. Yockey identifiait le nordicisme à la théorie de la race biologique et donc la race biologique devait être discréditée (bien qu’à ses yeux elle était encore valable pour les différences entre Blancs et Blancs, cela démontrant clairement que Yockey se préoccupait en fait spécifiquement d’argumenter contre les différences raciales inter-européennes). Evola fut probablement choqué par les théories qui attribuaient toutes les qualités positives aux Nordiques seulement ; Evola pensa donc : « Hé, je suis honorable et noble, mais je ne suis pas nordique, donc je dois être un Nordique spirituel ». Ni Yockey ni Evola n’avaient la compréhension scientifique ou le courage moral pour déclarer simplement que le nordicisme de Günther était erroné ; ils devaient plutôt inventer des fantaisies pour tourner autour du pot. En ce qui concerne Spengler, je ne tenterai pas de faire des hypothèses sur les origines de ses théories raciales sauf pour remarquer qu’il avait une ascendance juive par sa lignée maternelle et donc une motivation possible pour détourner l’attention des aspects biologiques de l’identification raciale.

hpqscan0001.jpg

Bolton soutient en fait mon affirmation que l’opposition de Yockey à la « race verticale » était due à ses préoccupations concernant les divisions intra-européennes ; ici je cite la section de Bolton racontant la dispute entre Yockey et le nordiciste britannique Leese (qui haïssait « les métèques et les ritals ») ; Bolton déclare que c’était exactement à ce type de division raciale intra-européenne promue par des gens comme Leese que Yockey s’opposait. Ainsi, l’idée de  « race verticale » à laquelle Yockey s’opposait était celle du nordicisme extrême qui avait été le fondement du « Mouvement » depuis le début. Les commentaires de Gannon soulignent cela lorsqu’il dit qu’il est absurde de supposer que toute personne blonde aux yeux bleus est un ami et que tout Blanc plus sombre est supposé être un ennemi. Voir aussi les commentaires sur « Wilmot Robertson » plus bas. Mais c’est la stupidité du Mouvement, pas la véritable race biologique scientifique. On ne peut pas « jeter le bébé avec l’eau du bain » et rejeter la réalité raciale à cause de sa mauvaise utilisation par des obsédés et des fétichistes. Gannon affirme que des théoriciens de la race verticale sont intervenus pour soutenir les idées du livre Imperium précisément parce qu’ils ne l’ont jamais lu ou qu’ils ne le comprennent pas et qu’ils ne comprennent pas Yockey. Si nous supposons pour l’instant que les « théoriciens de la race verticale » incluent des gens qui comprennent l’importance de la race biologique, et pas seulement ceux qui fétichisent des ethnies européennes particulières comme « supérieures », alors Gannon est déraisonnable. Non, Mr. Gannon, certains d’entre nous avons lu Imperium, et nous le comprenons et nous comprenons Yockey parfaitement bien. Nous acceptons l’idée générale de Yockey, tout en reconnaissant des désaccords sur certaines questions ; ainsi, mes idées sur la race et le « pessimisme » ne veulent pas dire que je ne peux pas apprécier la thèse principale d’Imperium : l’Unité Occidentale. Après tout, Imperium fut conçu comme une thèse polémique, pas comme une thèse érudite. C’est certainement un appel à l’action, pas une étude des différences raciales ni même de la succession des Hautes Cultures. Cohérent avec cela, Gannon est cité comme disant que Yockey lui-même pensait que Imperium devait être « senti » plutôt que « compris ». Si la clé à Imperium, et donc à la vision-du-monde de Yockey, est de « sentir » plutôt que de « comprendre », alors il est clair qu’on peut être un supporter général de cette vision-du-monde même si l’on est en désaccord avec des détails particuliers des idées que Yockey adopta. Et ici Gannon est un peu incohérent, critiquant d’abord ceux qui ne « comprennent » pas les idées de Yockey et nous disant ensuite que Yockey lui-même pensait que son œuvre, et les idées qu’elle promouvait, devait être « sentie » plutôt que « comprise ». Apparemment alors, Carto et d’autres « verticalistes » « sentaient » l’œuvre assez bien, même s’il ne la « comprenaient » pas.

30405245865.jpg

Les théories raciales biologique (« verticale ») et spirituelle (« horizontale ») ont toutes deux leur validité et les deux devraient être complémentaires. On restreint d’abord le groupe à la race biologique, définie au sens large, et ensuite à l’intérieur de celle-ci on cherche les gens dont le comportement et les accomplissements illustrent l’idéal racial. Cela dit, si l’opposition de Yockey à la « race verticale » était due à son opposition aux idées nordicistes, alors son cœur parlait juste, bien qu’il aurait dû mieux formuler cela avec sa tête. Plus généralement, si le « verticalisme » implique un classement hiérarchique de haut en bas (vertical) des groupes dans une perspective de supériorité ou d’infériorité, alors c’est un non-sens et il est juste de s’y opposer (et de le critiquer, par exemple, sur une base « matérialiste » dans On Genetic Interests).

Je remarque que beaucoup de ces merveilleux « horizontalistes » soutenaient l’idée de laisser entrer les non-Blancs « coloniaux » [= des colonies] dans l’« Imperium ». C’est grandiose. Et en quoi la situation raciale à Londres, par ex., ou dans les banlieues de Paris différerait dans ce cas de ce qu’elle est aujourd’hui ? La race biologique est importante. La préservation raciale est importante. La culture sans race est un récipient vide. « Nous n’avons pas besoin de ces sales coloniaux », merci beaucoup.

L’acceptation du pessimisme spenglérien est un autre point de dispute ; Bolton reconnaît avec Spengler et Yockey que les nouvelles possibilités esthétiques et culturelles pour l’Occident (faustien) sont épuisées. Peut-être ; ma riposte est cela. – Voir aussi cela.

Je suis aussi fatigué de l’analogie avec la durée d’une vie humaine ; l’idée que « chacun est destiné à mourir, mais les gens vivent tout de même leur vie ; la même chose peut s’appliquer à une Haute Culture ». Pourquoi ne pas faire une analogie avec une lignée familiale où les membres individuels meurent (de même que les époques, les empires, ou même les nations avec une Culture peuvent cesser d’exister), mais vous pouvez espérer que la famille continue et faire des plans pour cela tant que l’humanité existera (de même, vous pouvez espérer et planifier pour que la Haute Culture continue). Si beaucoup de lignées familiales s’éteignent, il est clair que d’autres ne s’éteignent pas, et c’est pourquoi les humains sont encore là aujourd’hui (en grand nombre en fait). Certaines lignées familiales ont survécu.

81zjafcN8KL.jpg

Ensuite il y a l’allègre et typique supposition que la prochaine Haute Culture viendra de la Russie ; c’est une pure conjecture et cela ne veut rien dire. L’histoire nous dit que deux Hautes Cultures sont nées en Europe (si vous considérez la Culture antique et la Culture occidentale comme séparées) ; pourquoi pas une troisième (cela pose la question de savoir si la Russie est européenne ; si elle l’est racialement, l’école Spengler-Yockey aurait un avis différent concernant la culture et l’histoire). Le danger est que supposer l’inévitabilité est présomptueux et aussi auto-réalisateur si l’on y croit. Et se moquer hautainement des « optimistes » – « ils y croient encore » – n’est pas un argument. Cependant il y a une remarque dans le livre de Bolton avec laquelle je suis d’accord ; la manière dont une Haute Culture – par exemple, l’occidentale (ou faustienne) – va à son « terme » déterminera dans une certaine mesure le caractère de la Haute Culture qui lui succédera (la russe ou la surhumaniste). Par exemple, la manière dont la Haute Culture antique se termina affecta clairement la manière dont la culture occidentale qui lui succéda se développa.

Je remarque aussi que si l’ethnie russe devient une minorité dans son propre Etat, et que si la Russie devient musulmane, elles pourront difficilement devenir le germe d’une nouvelle Haute Culture. Parler d’« inévitabilité » dans l’histoire humaine est une sottise, malgré le dogmatisme de Spengler. Le futur est encore ouvert à notre avis ; il sera ce que nous en ferons (ou pas). Plus de détails plus bas.

J’aimerais que Bolton définisse clairement ce que Spengler veut dire par « socialisme prussien » et Yockey par « socialisme éthique ». C’est le devoir envers l’Etat, envers un Etat qui fait son propre devoir envers la Haute Culture qu’il représente. Ce n’est pas du socialisme économique, et il est en fait opposé à une simple interprétation économique de l’idéal socialiste. J’apprécie aussi l’explication de Bolton ainsi que sa défense du paneuropéisme militant de Yockey et de son opposition à l’« étatisme étroit ». Bolton dit clairement que les idées de Yockey sont complètement compatibles avec la souveraineté locale et que la souveraineté locale sub-nationale peut en fait être renforcée dans une situation où des Etats nationaux (parfois artificiels) perdront de l’importance dans un Imperium (par ex. la souveraineté flamande peut s’accroître dans un Imperium où le statut de « Belgique » en tant qu’Etat-nation aura moins de sens qu’il n’en a aujourd’hui). Bolton oppose aussi de manière significative les idées de Yockey sur ces questions aux idées quelque peu similaires mais pas identiques de Mosley et spécialement d’Evola (qui soutint l’identité nationale dans le « bloc européen » plus que ne le fit Yockey). La remarque de Mosley disant que l’« étatisme étroit » fit perdre la Seconde Guerre mondiale à l’Occident est bien prise, puisque les mouvements fascistes de cette époque étaient trop étroitement nationalistes et provoquèrent des réponses nationalistes contre eux, tout en gênant la coopération fasciste/nationaliste européenne internationale. Bolton suggère aussi que les ethno-nationalistes américains n’apprécient pas correctement, ou même ne comprennent pas complètement, les idées de Yockey sur cette question (une autre raison pour eux d’ignorer le livre de Bolton ?).

71Trs-1T1BL.jpg

Les sections sur Weiss, Madole, et H. Keith Thompson, et les interactions de Yockey avec ces individus sont bonnes, et supérieures (et plus concises) que certains discours décousus du livre de Coogan. Je note qu’il y eut une infiltration massive (ça vous rappelle quelque chose ?) du « mouvement » au moins jusque dans les années 50, le NRP de Madole étant particulièrement infecté (il semble qu’une majorité de son financement et de son entourage ait pu venir de l’infiltration) et l’ADL, d’après Bolton, a pu fournir une quantité significative du financement de l’extrême-droite, peut-être pour la surveiller et la contrôler, pour créer un « croque-mitaine » afin de pousser les Juifs effrayés à faire des donations et à apporter leur appui à l’ADL, pour conduire des opérations « sous faux drapeau », et d’une manière générale pour détourner et saboter toute résistance nationaliste authentique. On nous rappelle aussi que Rockwell était à la limite du retard mental et de l’autisme concernant sa confiance naïve et son culte flagorneur du FBI, son « ouverture des registres » de l’ANP pour vérification par le FBI, dans un déconcertant étalage d’imbécillité. D’un autre coté, considérant que l’ANP était probablement aussi fortement infiltré que tout autre groupe droitiste, la « politique des registres ouverts » de Rockwell ne donna probablement au FBI aucune information qu’il ne connaissait déjà. Comme vous pouvez le voir, la politique d’« action positive » du Mouvement était déjà bien installée à l’époque d’Eisenhower ; une grande surprise que nous ayons eu des décennies d’échecs incessants. Ce que le Mouvement ne comprend jamais, un concept souvent mentionné sur mes blogs, est que la supériorité n’est pas un droit de naissance possédé par quelques personnes en résultat de leur ascendance ; la supériorité est au contraire quelque chose qui doit être méritée. La direction du « mouvement » est loin de montrer la moindre trace de supériorité ; d’un autre coté, les manifestations d’infériorité sont évidentes dans leur cas.

Au passage, on peut remarquer que la gauche infiltre facilement et fréquemment la droite, mais le contraire arrive rarement – sinon jamais. Est-ce parce que la gauche est plus rusée, plus sournoise, plus intelligente, dénuée de scrupules, moins naïve, plus disciplinée, et plus professionnelle que la droite ? Est-ce parce que les idées de droite sont plus naturelles, et les idées de gauche plus artificielles, de sorte qu’il est plus facile de faire semblant de croire à des valeurs de droite saines et normales que de faire semblant de croire à la puanteur d’égouts artificielle et malade émanant de la gauche ?

Bolton discute de la formulation par Yockey de la nature duale des Juifs. D’une part, puisqu’ils haïssent l’Occident, ils ont pris parti pour le bolchevisme et ont soutenu l’URSS, y compris en faisant de l’espionnage pour les Soviets même quand l’URSS agissait contre les intérêts juifs. D’autre part, le siège du pouvoir juif était et est toujours aux USA, donc ils doivent préserver et utiliser la technique et le savoir-faire de l’Occident pour maintenir leur pouvoir et sauvegarder leur infestation de l’Occident. Ainsi, ils agissent en même temps pour et contre le pouvoir occidental, laissant un chaos de ruines derrière eux.

718S4f+5QgL.jpg

Il y a eu aussi une longue discussion et analyse des attitudes « prosoviétiques » de Yockey, et de sa formulation que les USA étaient une plus grande menace pour l’Europe que l’URSS. J’ai des opinions mitigées sur la validité de l’opinion de Yockey ; je crois qu’il sous-estimait les dégâts d’une invasion soviétique de l’Europe, et qu’il surestimait les possibilités positives inhérentes à ce scénario. Mais concernant l’analyse de Bolton sur les idées de Yockey, c’était raisonnable. J’aimerais remarquer cependant qu’il y a une différence entre dire que les USA étaient une plus grande menace que l’URSS (défendable, bien que je ne sois pas forcément d’accord) et dire que l’URSS était en fait bonne en soi, une sorte d’Etat russo-fasciste. Même après avoir échappé au trotskisme, l’URSS avait encore une quantité d’idéologues marxistes, soutenait les mouvements marxistes du Tiers Monde anti-Blancs, faisait de l’agitation contre les intérêts blancs aux USA, et dénigraient la science authentique au nom du lyssenkisme (bien que je suppose que cette dernière partie est vue positivement par quelques yockiens). Le non-alignement était un meilleur choix que prendre parti pour l’URSS.

En général, le Mouvement a du mal à comprendre la réalité que les gens et les institutions (incluant les nations, les idéologies et les mouvements) peuvent simultanément soutenir des idées opposées. L’URSS était à la fois marxiste et nationaliste (dans un sens impérial). Staline était à la fois un autocrate obsédé par le pouvoir pour le pouvoir et un marxiste qui n’oublia jamais vraiment les fixations idéologiques de sa jeunesse. Les nazis croyaient réellement à la menace juive et instrumentalisaient aussi l’antisémitisme pour arriver au pouvoir. Les gens peuvent être des « vrais croyants » et des « cyniques sceptiques » en même temps. L’esprit humain est extrêmement flexible, et les rationalisations abondent pour chaque type de comportement. Les gens peuvent très bien réprimer une dissonance cognitive et soutenir des idées opposées simultanément. Après tout, n’est-ce pas précisément ce que Yockey disait des Juifs, qu’ils étaient antioccidentaux et qu’en même temps ils avaient besoin d’utiliser et de renforcer la puissance occidentale ? Pourquoi ne pouvons-nous pas dire que l’URSS était un Etat marxiste anti-Blancs et antioccidental, et qu’en même temps elle utilisait le marxisme comme un instrument pour promouvoir un agenda national, impérial, plus orienté vers la puissance ? Les deux ne sont pas complètement orthogonaux.

J’ai apprécié la mention par Bolton du journal de la jeunesse yockienne TRUD, qu’un commentateur sur Counter-Currents (chargé de la relecture) mentionna comme étant proche de mon propre style ; cette comparaison est soutenue par la propre auto-description de TRUD comme étant animée par l’esprit « de cynisme, de sarcasme et de ridicule ». Ils étaient tous fous et féroces ! En tous cas, TRUD est quelque chose qui devrait être ranimé aujourd’hui – si cela est fait correctement. Le problème est que TRUD était essentiellement un journal de Type II, et le Type I existant aujourd’hui le rendrait ridicule. Donc il vaut mieux qu’il reste mort plutôt que d’être ressuscité sous une forme « zombifiée » de Type I.

9780956183590.jpgJe note aussi la haute opinion du Dr. Revilo Oliver concernant Yockey et Imperium (un livre dont Oliver pensait qu’il pouvait servir de fondement à un mouvement gagnant ; Oliver était aussi enthousiasmé par TRUD, soit dit au passage) ; je note aussi l’idée d’Oliver selon laquelle nous devons promouvoir des mèmes pour tous les niveaux de compréhension, pour les masses aussi bien que pour l’élite (ce que j’ai recommandé pour le concept d’EGI). L’enthousiasme d’Oliver pour le yockisme est en opposition avec l’ignorance de Yockey de la part de la faction Pierce/Strom/NA, mais nous en connaissons la raison (voir les commentaires sur « Robertson » ci-dessous) ; apparemment, Pierce ne lut jamais Imperium (je suis choqué, choqué). Le Dr. Oliver est un parfait exemple de la manière dont quelqu’un qui est un « matérialiste racial » obsédé par les gènes peut malgré tout être un partisan convaincu de Yockey et d’Imperium. En fait je dirais que la génétique moderne des populations, en analysant le génome autosomal, soutient en fait certaines des idées de Yockey ; par exemple, cet extrait d’Imperium :

« Le fait d’aborder ce cas de frontière raciale avec le Nègre montre cependant un fait très important pour l’Europe : que la différence de race entre hommes blancs, ce qui signifie hommes occidentaux, est infiniment petite comparée à leur mission commune de réaliser une Haute Culture. En Europe, où jusqu’ici la différence de race entre, disons le Français et l’Italien, a été magnifiée jusqu’à de grandes dimensions, il n’y a pas eu de rappel suffisant des différences de race en-dehors de la Civilisation Occidentale. »

Ainsi, les données génétiques nous disent que s’il y a bien des différences entre Français et Italiens, ce degré de différenciation génétique est « extrêmement petit » lorsqu’on examine les différences de  parenté génétique avec des populations  « en-dehors de la Civilisation Occidentale » – particulièrement lorsqu’on considère les larges gouffres génétiques entre les principaux groupes de populations continentales (races). Il y a dans la race biologique davantage que de simples mesures fétichistes des indices céphaliques avec des pieds à coulisse.

Les autres parties sur les diverses interprétations et « résurrections » de Yockey et de ses idées… eh bien, certains des « problèmes » pourraient être dus à la stupidité des gens dont parle Bolton, plutôt qu’aux propres idées (je l’espère) de Bolton. Bolton cite certaines des divagations anti-Méditerranéens du Roi du Fétichisme Ethnique, « Wilmot Robertson », et cite aussi le verdict correct de Stimely sur les obsessions autodestructrices de Robertson. « Robertson » et son héritage demeurent une force hautement destructrice à l’intérieur du nationalisme racial (principalement américain), un point d’infection majeur pour les fixations obsessionnelles qui existent toujours aujourd’hui. Mais reconnaissons un certain mérite à « Robertson » et à ses adeptes : du moins ils sont honnêtes concernant leur dégoût et leur mépris pour les Européens venant du sud de Vienne (ou de Munich) et de l’est de Berlin. Pires peut-être sont les types qui croient en fait la même chose que « Robertson » mais qui prétendent être « paneuropéens » ou « panaryens ». Une remarque pour ces derniers individus : les Européens – les Occidentaux – ne sont pas des Indiens hindous, nous n’avons pas, ou ne voulons pas, d’un système de castes (les Européens de l’Est étant de caste inférieure et les Européens du Sud étant des « intouchables »). Choisissez votre groupe et c’est votre groupe – si vous méprisez un groupe, alors ne les incluez pas ; si vous les incluez, alors ne les méprisez pas. La définition de base d’un groupe quel qu’il soit est « interne/externe » et si le Mouvement ne peut même pas définir cela clairement, après des décennies de discussions et de débats, alors à quoi sert-il ? Si c’est la « race verticale », alors Yockey avait raison de s’y opposer, mais pas au prix du désaveu de la réalité biologique.

9781940933245.jpg

Si « Robertson » parlait d’une manière relativement positive de Yockey en tant qu’homme, il rejetait le paneuropéisme de Yockey, et il faut dire que le principal centre d’hostilité (ou du moins d’indifférence, puisque par exemple Pierce ignora complètement Yockey et son héritage) envers Yockey dans le Mouvement venait des nordicistes, qui ne purent jamais pardonner à Yockey de considérer les Italiens et les Espagnols comme faisant partie de l’Occident. Nous ne pouvons sûrement pas nous permettre cela !

Ensuite nous passons au fétichisme de Lauck, et les stupidités sur Rome s’effondrant à cause du mélange entre la « souche romaine » et les « esclaves non-blancs » sont de la bêtise kempienne [allusion à Arthur Kemp] typique et c’est risible du point de vue d’un discours historique sérieux. Et il y a les fantaisies sur les « gouvernants nordiques de l’Inde ancienne ». Vous pouvez prendre des discours typiques du « mouvement » et des extraits au hasard du livre Rêve de Fer, vous trouverez peu de différences. C’est une honte que des vérités authentiques sur la race biologique soient toujours corrompues par les dogmes du « mouvement ».

Le problème est que Bolton va trop loin dans l’autre sens. Je suis d’accord avec lui pour dire que le métissage n’est pas la vraie raison pour laquelle les civilisations s’effondrent, et se sont effondrées, dans toute l’histoire. Bolton implique ensuite que ce mème « le métissage cause l’effondrement » est dû à un sentiment parmi les droitistes que leur race est génétiquement en danger. C’est peut-être vrai ; il se peut que les activistes raciaux d’aujourd’hui « tordent »  l’histoire passée pour la faire cadrer avec les préoccupations raciales d’aujourd’hui. C’est assez vrai. Mais Bolton semble ensuite suggérer que l’actuelle crainte de danger génétique est seulement la « rationalisation » d’une « aversion ou d’un soupçon instinctif de ‘l’autre’ ». Ici Bolton va trop loin s’il suggère que la crainte du danger génétique est d’une manière ou d’une autre irrationnelle. Les changements démographiques de l’Occident sont un fait. Le remplacement racial est un fait (un fait que même la gauche accepte et salue avec enthousiasme comme « étant du bon coté de l’histoire »). Le dysgénisme est un fait. Le mélange racial croissant est un fait. Ce sont tous des phénomènes quantifiables. La Culture est importante, mais la Culture ne suffit pas, nous devons parler d’une Race-Culture, et la soutenir. Si le « Verticalisme » est le nordicisme et les divers types apparentés de fétichisme ethnique et de manipulation de l’histoire, alors les critiques de Bolton sont valables, mais le préservationnisme racial est en soi vital et légitime. La préoccupation pour la Race n’a pas besoin d’être divisée en Horizontale contre Verticale, mais doit plutôt être intégrale, une unité  de préoccupation holistique qui n’a pas besoin de diviser les Européens. Les craintes concernant le danger génétique ne sont pas des rationalisations de quelque chose, ce sont simplement des réactions normales et saines à un fait établi. Nous devons traiter avec la réalité objective. La Race Blanche EST génétiquement en danger.

will-carto-splc.jpgConcernant la relation de Carto (photo) avec le yockisme, celle-ci est bien couverte par Bolton, et discutée par d’autres ailleurs, donc je ne vais pas m’attarder là-dessus, bien que je croie que Gannon était bien trop critique de Carto (bien sûr la critique de Carto par Gannon s’appliquerait aussi à mes propres vues, donc je ne suis pas objectif ici). Bolton décrit d’autres interprétations de Yockey, incluant celle des odinistes ; je ne peux pas discuter de tout cela par manque de temps.

J’ai été intrigué par les vues de l’auteur et activiste pro-Yockey Alexander Raven Thomson, et ses idées sur la « pathologie sociale », une extension de la « pathologie de la Culture » de Yockey, et opposée à la « morphologie » spenglerienne. Thomson voyait l’importance de l’organisme social comme suprême, et la pathologie qui interrompait la solidarité organique de la société comme apparentée à une cellule folle, c’est-à-dire un cancer. Le fascisme est une « volonté de puissance collective ou sociale » pour surmonter la décadence conséquente à la pathologie. Plus important, Thomson, d’une manière similaire à mes propres idées, rejetait l’inévitabilité spenglerienne, et affirmait qu’une Haute Culture qui peut se débarrasser de la pathologie pourrait ainsi se régénérer et potentiellement continuer indéfiniment. Je vais étendre et altérer les idées de Thomson pour introduire les concepts d’Evolution de la Culture et d’Adaptation de la Culture. Il se peut qu’une Haute Culture ne puisse pas continuer   indéfiniment sous sa forme originale, elle peut en fait passer par les diverses étapes spengleriennes. Mais si un peuple – comme les Européens – a un haut potentiel culturel, alors la Haute Culture mourante peut évoluer et renaître comme quelque chose de différent. Les Européens ont créé deux Hautes Cultures – l’Antique et l’Occidentale, et l’interrègne entre ces deux aurait pu être plus court, et le lien entre elles aurait pu être plutôt une Evolution, si l’Empire Romain occidental avait évolué en une confédération européenne au lieu de s’effondrer et de conduire aux Ages Obscurs. En tous cas, l’Hiver de l’Occident n’a pas besoin de conduire à une période de « Fellahs » indéfinie, avec l’espoir qu’une nouvelle civilisation naîtra quelque part ; les vestiges de l’Occident pourraient évoluer et renaître comme une nouvelle Haute Culture, celle-ci étant alors la troisième Haute Culture sur le sol européen. C’est l’Evolution Culturelle. En ce qui concerne l’Adaptation Culturelle, une facette de cette évolution pourrait être l’adaptation de la Culture aux agents pathogènes auxquels elle fait face, l’adaptation conduisant à l’évolution, à mesure qu’émerge une nouvelle Culture, adaptée pour être résistante aux agents pathogènes. Après tout, si les spenglériens insistent pour classer une Culture comme un organisme, nous pouvons aller plus loin et la classifier comme une espèce d’un organisme, et donc au lieu de mourir comme le fait un organisme unique, elle peut s’adapter et évoluer comme le fait une espèce, subissant dans certains cas une spéciation et la formation d’une nouvelle espèce. Bien sûr, l’espèce peut s’éteindre, et la culture européenne s’éteindra si la race européenne subit ce sort.

Curieusement, dans la dernière section de son livre, Bolton suggère certaines possibilités qui sont en accord avec certaines des vues que j’ai exprimées précédemment. Ici je veux parler du fait que l’Occident ne se dirige pas vers l’« empire » – nous sommes en fait déjà dans l’Hiver, déjà dans une civilisation « morte » de « fellahs ». Qu’est-ce qui s’est passé ? Où était l’empire ? Bolton fait la remarque pertinente que si nous disons qu’une Haute Culture est un organisme, alors nous devons réaliser que tous les organismes ne vivent pas pleinement le temps de vie qui leur est alloué. Certains meurent tôt, à cause d’une maladie ou d’un accident ou parce qu’ils deviennent les victimes d’autres organismes (en termes humains, ils sont tués). Le Destin de l’Occident fut avorté par sa défaite pendant la Seconde Guerre mondiale et l’infection hors-de-contrôle subséquente par des agents pathogènes culturels rampants. Si l’Occident est mort, ou mourant, Bolton suggère qu’une semence peut être plantée pour son successeur. Bolton suggère la possibilité d’une symbiose russo-occidentale ; l’idée est à nouveau promue que la prochaine culture devant être réalisée sera russe. Je suis franchement sceptique ; en tous cas, je propose la naissance d’une nouvelle (la troisième) Haute Culture européenne, qui peut bien sûr inclure la Russie.

On peut critiquer Bolton pour n’avoir pas parlé d’autres analyses et critiques plus récentes de Yockey et de ses idées. Peut-être que Bolton ne les connaît pas (bien qu’elles aient été postées sur des blogs et des journaux majeurs du « mouvement »), ou peut-être qu’il considère qu’elles ne sont pas importantes. J’ai tendance à penser que certains de ces commentaires sur Yockey sont plus instructifs que les plaintes de « Robertson » (comme dans son essai sur Yockey dans Instauration) sur l’horrible menace des superstitieux Siciliens au teint olivâtre et d’un mètre cinquante, mais peut-être que je me trompe.

Imperium_Audiobook.jpgConcernant la terminologie, une analyse plus complète du yockisme requerra des définitions plus précises de termes comme « race horizontale », « race verticale », « verticalisme » et tout le reste, incluant le « pessimisme spenglerien » aussi bien que les diverses « maladies de la culture » de Yockey.  En parlant de terminologie, Yockey s’illusionnait peut-être un peu en pensant que « Impérialisme » est plus convenable que « Fascisme », mais encore une fois, dans la période de l’après-guerre immédiat peut-être que c’était vrai. Mais certainement plus maintenant.

Dans l’ensemble, l’effort de Bolton est supérieur à celui de Coogan dans les catégories cruciales de contenu et d’organisation ; de plus, de mon point de vue de « nutzi », le préjugé droitiste de Bolton est infiniment plus acceptable que le préjugé gauchiste de Coogan. L’avantage majeur de l’ouvrage de Coogan est l’esthétique physique, puisqu’il avait probablement plus de ressources à sa disposition que Bolton, mais le « look » d’un livre est un point mineur comparé au contenu, à l’organisation et au ton, donc l’ouvrage de Bolton est jugé ici dans l’ensemble comme un effort supérieur (bien que les fans de Yockey feraient bien de lire les deux). De plus, alors que le livre de Coogan semblait être plus sur les collaborateurs (et les ennemis) de Yockey plutôt que sur Yockey lui-même, le chapitre « Ecce Homo » de Bolton jette un peu de lumière sur l’homme Yockey, en tant qu’être humain intéressant, bien qu’avec des défauts, et cette analyse est une autre raison de la supériorité du livre de Bolton sur celui de Coogan. Bolton se préoccupe de Yockey en tant qu’homme, alors que Coogan – bien qu’il ait compilé de nombreux faits sur le « milieu fasciste » de Yockey – semble utiliser Yockey comme un symbole pour faire des remarques sur l’extrême-droite internationale.

Cela en dit long (et rien de bon) sur la « scène américaine » que Yockey soit fondamentalement ignoré, alors que les gens comme Pierce, Rockwell et « Robertson » soient glorifiés. Certains justifieront cela en soulignant les défauts dans la vision-du-monde de Yockey, et les controverses concernant l’importance de la race biologique strictement « zoologique » ou le « pessimisme spenglerien ». Cependant, comme esquissé plus haut, il est possible d’être en désaccord avec Yockey sur certains de ces points et d’être quand même un yockien à cause d’une acceptation de sa thèse la plus fondamentale (l’idée d’Imperium, d’Unité et de Résurgence) ainsi qu’en ayant une « compréhension intuitive » de la signification de son livre Imperium. Je soupçonne que la vraie raison du manque de respect envers Yockey dans le Mouvement est la répugnance des activistes de Type I pour l’idée yockienne d’Unité Occidentale et pour sa croyance que les différences raciales entre Occidentaux sont, dans le contexte des différences raciales mondiales et dans le contexte de la « réalisation d’une Haute Culture », négligeables. C’est le paneuropéisme de Yockey (du moins pour les Européens occidentaux dans Imperium) qui perturbe tant la brigade « nutzi » [*] de Type I, car l’acceptation des fondamentaux du yockisme signifierait la fin du fétichisme ethnique et de l’action affirmative dans le Mouvement. Et le Mouvement sans fétichisme ethnique et sans action affirmative cesserait d’exister, ouvrant la voie à un Nouveau Mouvement qui remplirait l’espace libéré de cette manière.

Le Vieux Mouvement, le Mouvement Inc., ne cèdera pas sans combat, il sacrifiera la survie raciale blanche pour s’accrocher temporairement à ses prérogatives et pour continuer à entretenir son dogme chéri.

Peut-être que Yockey était trop bon pour nous, après tout.

Note:

[*] Jeu de mot signifiant à peu près « nazi cinglé ». (NDT) 

00:19 Publié dans Biographie, Livre, Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : biographie, livre, francis parker yockey, états-unis | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

vendredi, 07 mai 2021

"Chaque nation est basée sur une foi fondatrice" - Entretien avec Carlos X. Blanco

Don_Pelayo,_rey_de_Asturias_(Museo_del_Prado).jpg

"Chaque nation est basée sur une foi fondatrice"

Entretien avec Carlos X. Blanco à l'occasion de la présentation de son livre LA INSUBORDINACIÓN DE ESPAÑA (Letras Inquietas, La rioja, 2021).

Ex : https://decadenciadeeuropa.blogspot.com/2021/05/toda-naci...

imagesIEsp.jpg"Chaque nation est basée sur une foi fondatrice", écrivez-vous. Quand et pourquoi l'Espagne a-t-elle abandonné son idée d'un empire civilisateur et sa foi catholique ?

CB : Il est clair qu'avant même cette grande usurpation réalisée par la Maison de Bourbon, assise sur le trône d'Espagne, une haute noblesse décadente, corrompue, corruptrice et creuse, très éloignée - par le sang et la foi - de la noblesse espagnole, avait déjà commencé à vaciller pendant la période dite des Habsbourg mineurs. C'est l'éternelle élite empoisonnée, parasite de la Cour, qui a trahi le noble élan de reconquête du peuple hispanique. Ces mêmes élites, artificiellement affublées de titres par des monarques médiocres, mais descendants d'origines sombres et pourries, ont toujours prospéré à Madrid, à la Cour, et laissé une partie importante du peuple être gâtée ou mourir de faim. Aujourd'hui, à la place des "Grands" d'Espagne, nous avons la caste politique professionnelle. Mais il est clair que le grand changement culturel est intervenu avec l'avènement des Bourbons. La francisation de l'Espagne, comme la "britannisation" du Portugal, fut une catastrophe. Les idées étrangères sont arrivées en Espagne comme les virus arrivent aujourd'hui, détruisant tout, à commencer par cette foi "fondatrice" dont parle Marcelo Gullo.

La foi des Espagnols est née à Covadonga: un élan de reconquête qui n'aurait pas dû s'arrêter en Afrique du Nord, une région qui devait être, en obéissant au souhait et au mandat d'Isabelle la Catholique, une extension hispanique et catholique de la péninsule. Au contraire, les intérêts maçonniques ou similaires, de plus en plus orientés vers le crémentisme, vers l'individualisme, vers l'exploitation coloniale et non vers la gouvernance civilisatrice, ont miné la Compagnie universelle reconquérante, celle qui est née avec Pelayo et qui a fondé, dès 718, la Hispanidad.

Cangas_de_Onís_-_Monumento_a_Don_Pelayo.jpg

L'Espagne d'aujourd'hui a-t-elle une quelconque ressemblance avec l'Espagne de l'histoire ?

L'Espagne historique ou, mieux, l'Espagne traditionnelle, existe encore, bien qu'enfouie sous une populace et, quand ce n'est pas une populace, sous une masse anomique et "cosmopolite". En fait, l'Espagne, je parle maintenant de l'Espagne péninsulaire, a suivi des tendances très similaires à celles enregistrées dans les autres pays d'Europe occidentale: hédonisme, ramollissement, érotomanie, toxicomanie, flaccidité de la volonté et de l'esprit de sacrifice, culte de la technologie, acculturation yankee, afro-américaine et mahométane, etc. Mais ce qui aggrave notre propre décadence, ce qui lui donne une "marque espagnole" particulière par rapport à celle des Français, des Belges, des Anglais ou des Allemands, par exemple, c'est d'avoir complètement abandonné son élan civilisateur et reconquérant. Ces autres peuples d'Occident ne l'ont vécu comme leur, que dans des spasmes temporels très limités, lors des croisades par exemple, privilégiant dans leur histoire le moment prédateur sur le moment fondateur ou civilisateur. Les Espagnols traditionnels, en revanche, représentaient un idéal d'unité catholique et d'empire au sens le plus pur d'équilibre, d’arbitrage, conciliant et "fondateur". Il s'agissait, surtout depuis les Rois Catholiques, de créer une superstructure politico-spirituelle qui durerait des milliers d'années et résisterait aux tendances à la désintégration que le nominalisme décadent du XIVe siècle annonçait déjà, et qui a fatalement explosé dans le protestantisme du XVIe siècle. De la même manière qu'aujourd'hui il faut sauver la Civilisation chrétienne et rationnelle (pas "rationaliste") de l'intégrisme de la secte mahométane, aux XVIe et XVIIe siècles les Espagnols s'étaient déjà entraînés depuis le VIIIe siècle (depuis Covadonga) à l'usage de l'épée au service de la Croix, et voyaient au-delà des Pyrénées, au cours de la Modernité, de nouveaux "djihadistes" qui, bien que se disant chrétiens (calvinistes, luthériens), allaient conduire le monde au désastre. L'Espagne a sauvé l'Église romaine et a donné à la moitié du monde les instruments de la civilisation. Même à une époque aussi décadente que le XIXe siècle, la moitié de l'Espagne, l'Espagne "carliste", est restée fidèle à cet idéal et était consciente de cette mission. Mais, malheureusement, dans ce siècle d'une Espagne diminuée, la guerre devait être menée à l'intérieur.

Aujourd'hui, seules quelques minorités sont conscientes de l'aberration dans laquelle vit l'Espagne, l'Espagne péninsulaire. Mais, tant que ces minorités existeront, ceux qui nous colonisent ne pourront pas dormir en paix.

full_filles-plage-mains-photobomb.jpg

Dans quelle mesure l'Espagne est-elle "une pauvre nation subordonnée"? Qui ou qui nous tire les ficelles? Nous avons démantelé notre industrie et notre autosuffisance. Nous avons renoncé à défendre nos frontières et avons été contaminés par des idéologies étrangères". Malgré cette analyse extraordinairement négative (ou réaliste), est-il possible de renverser cette situation de prostration ?

CB : Successivement, nous avons été colonisés par les Français, les Anglais et les Américains. Aujourd'hui, les ploutocrates qui tiennent l'Espagne sous leur botte s'appuient largement sur cette idéologie obtuse, fanatique et, en fin de compte, stupide qu'est l'européanisme. Ils nous ont vendu l'idée de l'Europe comme une panacée, surtout depuis la dernière étape du franquisme. En réalité, il faut distinguer l'Europe, une entité culturelle qui existe depuis le XVIe siècle grâce à l'Espagne, et l'Union européenne. L'Union européenne, en tant que prétexte et en tant que gouffre par lequel notre souveraineté s'est échappée, était parfaite pour ces élites colonialistes qui siègent dans les bureaux de Madrid et dans les satrapies autonomes. Parfait pour fuir les responsabilités devant le peuple, qui sont le genre de responsabilités qui sont clairement historiques. De plus, avec Felipe González, et depuis sa période désastreuse à la Moncloa, la vente de notre souveraineté productive a été consommée. Les politiciens se sont laissés corrompre par les Français et les Allemands. Ils se sont débarrassés de l'Espagne en tant que concurrent commercial et ont inventé une Espagne mendiante et subventionnée. Avec Aznar, la porte a été ouverte à une main-d'œuvre non espagnole bon marché mais colonisatrice, à la bulle immobilière, à l'Espagne du bar de plage et du bordel de route... C'est à la caste répugnante de politiciens que nous le devons car nous avons autorisée cette soi-disant "démocratie" à laquelle nous devons une colonisation ou une subordination informelle à des puissances étrangères. Ces pouvoirs ont toujours existé et existeront toujours. La clé est de ne pas permettre aux "élites" ochlocratiques de vendre notre patrie, notre héritage et notre mission historique. Désormais, les puissances subordonnées ne sont plus seulement des unités politiques étatiques mais des unités de force strictement privées (multinationales, fondations, lobbies), même si elles continuent d'employer certains États comme "mamporreros" (sous-fifres) et garçons de courses pour certains agendas globaux de domination mondiale.

Carlisme-800x400.jpg

Le mondialisme semble aujourd'hui être un ennemi imbattable, mais peut-on le combattre efficacement? Comment le combattre?

CB : Avec le traditionalisme, avec la Contre-Révolution. Et cela commence dans la famille et dans le quartier. Il s'agit de préserver et d'inculquer la foi de nos aînés, la fierté de l'identité, le lien avec la terre. Si nous recréons un réseau de familles qui cultivent leur propre terre, sans préjudice des autres métiers et services, et si nous sommes capables d'introduire chez les enfants l'amour de l'histoire, l'amour des faits et non des idéologies, d'où découle la fierté de sa propre identité, pour le passé, pour les exploits de nos aînés... si nous bannissons aussi de l'âme nationale cette tendance au parasitisme, à la paresse, au picaresque, qui est même exaltée de façon récurrente par les puissants et par les mauvaises élites sous la forme du "majismo", du "señoritismo", du "flamenquismo", etc. alors les Espagnols redeviendront les dignes "fils de quelque chose", les nobles paysans, les seuls véritables "sang bleu", qui ont manié l'épée aussi bien que labouré un champ, et qui ont avancé depuis les falaises de la mer Cantabrique pour récupérer l'ancienne Hispanie gothique plus au sud pour la Civilisation.

9-2.jpg

De votre point de vue, la survie et la renaissance de l'Espagne passent sans équivoque par la récupération de l'hispanisme. À quoi devrait ressembler l'hispanisme du XXIe siècle?

CB : Comme je l'ai dit dans de nombreuses autres interviews, il faut être humble et avoir un esprit fédérateur quand on parle aux Espagnols d'Amérique. Nous devons dire clairement que l'hispanisme n'est pas le rêve fou de faire de l'actuel État espagnol un leader néo-impérial parmi les républiques américaines pauvres... Ce serait ridicule. De nombreuses nations d'Amérique latine sont mille fois plus grandes que nous en termes de population, de sensibilisation, de préparation, de ressources... C'est nous, les péninsulaires, qui devons apprendre d'elles. Mais il est vrai que nous pouvons être la nation hispanique qui peut agir comme un coin et un pont en Europe, parce que nous sommes en Europe (et très proche de l'Afrique). Nous pouvons être parfaits pour exercer une pression, comme un bélier, et pour faire de la médiation. Mais notre potentiel linguistique, humain et spirituel ne peut être renforcé qu'en créant un bloc ou un pôle analogue à celui des Chinois, des Russes, des Anglo-Saxons, des Arabes, etc. Et ce bloc a son siège dans les Amériques, en attendant de pouvoir récupérer des espaces ibérophones en Asie et en Afrique. Nous devons nous parler, nous contacter davantage, créer des forums d'échange permanents.

e9ce3fa30b783d242fc1e9e0e440cb43.jpg

Si l'Espagne s'engage à récupérer cette union historique avec la région ibéro-américaine, devons-nous continuer à faire partie de l'Union européenne? Quelles relations devons-nous avoir avec le reste de l'Europe?

CB : Il y a un instant, j'ai utilisé ces métaphores: coin, bélier, pont... Un pôle de puissance géopolitique ibérophone peut compter sur l'Espagne et le Portugal comme têtes de pont pour imposer d'autres politiques en Europe, pour inverser les dérives. Au lieu d'être l’impasse méridionale de l'Europe, l'Espagne péninsulaire (et le Portugal) peuvent devenir le croc mordant d'une Hispanidad unie, qui fera irruption dans cette Europe flasque, corrompue et sans plus aucun destin. Un pont, aussi, parce que les Espagnols les plus traditionnels sont les plus européens de tous, et que nous pouvons continuer à transférer les valeurs fondatrices de l'Europe millénaire (celle qui remonte à Homère, et selon des auteurs comme Venner, à des sources bien plus lointaines, au milieu de la préhistoire) à des contingents humains qui en sont très éloignés. De même que de nombreux frères et sœurs hispano-américains se sont laissés contaminer par l'indigénisme (en étant ainsi affectés par un "auto-racisme" indien) ou par l'africanisme (en exacerbant le mythe du bon sauvage), il existe aussi des Andalous aux noms de famille asturiens ou aux traits slaves qui ont la nostalgie d'al-Andalus... Être un pont avec l'Europe signifie sauver l'Européen ancestral et authentique qui se niche dans les Espagnols des deux continents et dans l'âme de tous, indépendamment de la couleur de leur peau. Nous, les péninsulaires, devons bien sûr jeter à la poubelle toutes les sottises des "trois cultures" (d'Américo Castro à Zapatero), ainsi que l'aliénation "majismo", "flamenquismo" et "cañí".

61bzXi-UuKL._AC_UY218_.jpgPar contre, le conglomérat européiste franco-allemand tremblera le jour où nous, péninsulaires, deviendrons des Européens à part entière qui, en plus, serviront de crocs à un axe géopolitique ibérophone ayant son propre poids, très différent et peut-être rival du monstre yankee et bureaucratique de l'UE.

Source : LTPV

jeudi, 06 mai 2021

La fin d'un monde : les derniers jours de l'Empire russe

russiancolorball1.jpg

La fin d'un monde : les derniers jours de l'Empire russe

Carlos Javier Blanco Martín

Vu la carence des informations dans les médias, nous avons besoin de nombreux livres sur la Russie pour comprendre cet immense pays. Ce ‘’pays-continent-civilisation-empire’’ nous est encore très inconnu. Et il y a "quelque chose" qui fait de nous des frères, Russes et Espagnols. Ne vous laissez pas tromper par les physionomies. Ce n'est pas une question de visages, de paysages, de climats. C'est une réalité vécue en profondeur, une réalité de l'esprit. Les Espagnols et les Russes ont beaucoup souffert en parallèle, beaucoup de sang a arrosé les sols de leurs terres et les deux peuples ont servi Dieu et l'homme avec leurs empires respectifs. Cependant, les hommes qui gouvernent un empire ne sont pas toujours à la hauteur de leur mission spirituelle, et leur déclin moral fait sombrer les plus hauts édifices de la Civilisation. Nous le savons aussi bien en Espagne que dans les Russies.

71lJJwDFIWL.jpg

Nous avons besoin de nombreux professeurs comme Sergio Fernández Riquelme. Beaucoup, une légion. Sergio est une exception honorable, un chercheur et un promoteur de la connaissance comme peu d'autres dans l'université. Quand j’écris cela, je sais bien de quoi je parle. Essayer de mobiliser le crétinisme collectif de l'Académie en Espagne, c'est à pleurer ou à se taper la tête contre un mur. L'université espagnole, népotique et corrompue, n'est pas un bon terreau pour les esprits agités, indépendants et critiques. Mais notre professeur de Murcie, auteur de El Fin de un Mundo (La fin d'un monde), qui est le livre qui nous concerne ici, sort du mauvais schéma national. Il y a quelques années, je connaissais déjà les écrits de Sergio, dont beaucoup portaient sur des questions qui ont été ignorées par la pensée "politiquement correcte", qui est plutôt une non-pensée. Ses initiatives universitaires (la revue La Razón Histórica, l'« Instituto de Política Social », etc.) comprenaient des études rigoureuses sur les penseurs sociaux de l'Espagne du 20ème siècle (traditionalistes, catholiques, conservateurs, corporatistes, phalangistes...), des personnalités et des faits de grand intérêt que, de manière brutale et ignorante, le soi-disant "progressisme" aurait voulu effacer de nos esprits. Mais ce n'est pas possible: il existait bel et bien une "droite socialiste", plurielle et riche, comme l'appelait le toujours provocateur Gustavo Bueno, si je ne me trompe pas, et il faudrait au moins l'étudier.

Bien alors. Sergio enquête et divulgue également sur les nouveaux courants "identitaires" en Europe et en Amérique ainsi que sur les nouvelles démocraties "illibérales" qui se mettent en place en Europe centrale et orientale (Hongrie, Pologne, Russie même).

Raconter les derniers jours de l'Empire russe, c'est raconter la fin de tout un "monde". C'est un exemple de la manière dont un régime despotique, en réagissant tardivement et en ne sachant pas appliquer les réformes nécessaires à sa mesure et en temps voulu, se condamne lui-même, et s'effondre ainsi malgré l'immense travail civilisateur qu'il a accompli dans sa projection asiatique. L'Empire russe est, en fait, la condition d'existence de cet essaim de peuples européens et asiatiques qui forment aujourd'hui, en réalité, une seule Eurasie. Les tsars, presque toujours despotiques, ont été des civilisateurs pendant des siècles. L'Eurasie que Poutine dirige aujourd'hui, soit sous l'influence plus classique de Lev Gumilev, soit sous l'influence plus polémique et révolutionnaire de Douguine, est la fille de cet Empire qui a mis les Slaves orthodoxes en contact civilisateur avec les peuples asiatiques les plus divers, contraints par l'histoire à coexister et à forger des alliances. C'est pourquoi, non sans raison, Gumilev a dit qu'au-delà des différences raciales, la coexistence des groupes ethniques (qui n'implique pas nécessairement le métissage) peut être une complémentarité, une symbiose, un enrichissement mutuel.

43ba7ab81a61305f262274a8b0232dca.png

Quand je lis sur l'effondrement de l'empire des tsars, je ne peux m'empêcher, en tant qu'Espagnol, de me souvenir de l'effondrement de l'empire hispanique des Habsbourgs (Austriacos), géré fallacieusement plus tard par les Bourbons, cette Maison fréquemment anti-espagnole. Combien de peuples américains, africains et asiatiques avons-nous, nous les Espagnols, reliés à notre Civilisation! La civilisation héritée de la Grèce et de Rome, c'est-à-dire le droit romain et la philosophie grecque. La civilisation de la scolastique thomiste ou suarézienne, celle de la foi catholique et celle des valeurs de la personne en tant qu'être rationnel, libre et digne, la civilisation des vice-royautés.

De même, en lisant le livre du professeur Fernández Riquelme, je ne peux m'empêcher de penser à la macabre "blague" historique. Lorsque les miliciens révolutionnaires espagnols des années 30 criaient, poing levé, "Vive la Russie !", ils disaient en réalité "Vive la Révolution", ils acclamaient un hypothétique "homme nouveau" qu'ils croyaient voir naître dans la lointaine Russie. Ils entendaient faire de l'Espagne la nouvelle Russie, le pays qui avait brûlé le plus d'étapes sur le chemin de l'abolition de la Foi, de la Tradition, de la Propriété, etc. Pour brûler ces fondements civilisationnels, il fallait commencer par brûler des églises, tuer des religieux, hommes et femmes. D'autres Espagnols, moins fanatiques, auraient pu crier leurs vivats à l’adresse de la Russie, en gardant dans leur esprit la culture des icônes, les églises aux coupoles en forme d'oignon, la théologie orthodoxe, l'immense spiritualité qui, selon les mots de Walter Schubart, attend d'être le nouvel Eon du monde chrétien, l'Eon johannique.

Là où réside plus d'"esprit", se niche aussi plus de puissance démoniaque, une puissance qui se déchaîne avec une fureur iconophobe, incendiaire et génocidaire. Schubart lui-même a souligné les profondes affinités entre l'âme russe et l'ancienne âme hispanique. Je dis vieille parce qu'une Espagne décatholicisée, décadente, débauchée et prostituée, qui est l'Espagne d'aujourd'hui, n'est plus celle des mystiques et des missionnaires, des chevaliers et des conquérants, des tercios invincibles, ni des saints et des juristes de l'âge d'or baroque. La Russie, par contre, après les feux révolutionnaires et la liquidation des tsars, et après la calamiteuse ivresse eltsinienne, renaît jour après jour, et devient un membre catalyseur d'une Eurasie géante et prometteuse. De nouveaux tsars viendront si une âme encore éclairée par l'Esprit reprend l'immense travail civilisateur d'unir les peuples et d'induire entre eux la paix et l'ordre, la symbiose et le dialogue. La Russie est capable de le faire avec ses voisins mongols, touraniens, arméniens, etc. En revanche, l'Espagne, la petite Espagne de la Péninsule, est aujourd'hui la risée du Maure et de l'Allemand, elle n'a pas les références pour diriger quoi que ce soit en Amérique, et ce n'est qu'au prix d'un énorme effort miraculeux qu'elle pourrait se lever et traverser l'étang pour apprendre de ses frères.

Informations rédactionnelles :

SYNOPSIS

Nicolas II, martyr pour les uns, souverain erratique pour les autres, fut le dernier tsar de toutes les Russies. En quelques années, l'immense Empire russe tombe, donnant lieu au triomphe de la première révolution communiste au monde, prophétisée par Léontiev comme la victoire de l'Antéchrist.

A propos de l’auteur

Sergio Fernández Riquelme est historien, docteur en politique sociale et professeur d'université. Auteur de nombreux ouvrages et articles dans le domaine de l'histoire des idées et de la politique sociale, il est un spécialiste des phénomènes communautaires et identitaires passés et présents. Il est actuellement le directeur de La Razón Histórica, une revue hispano-américaine sur l'histoire des idées.

DATOS DEL LIBRO

Título: El fin de un mundo: Los últimos días del Imperio ruso
Autor: Sergio Fernández Riquelme

Primera edición: Septiembre de 2020
Número de páginas: 99
ISBN: 979-8690-209-75-9

PVP: 11,99 euros

http://www.letrasinquietas.com/el-fin-de-un-mundo/

Reseña publicada originalmente en Tradición Viva: https://www.tradicionviva.es/2021/01/24/resena-el-fin-de-...

00:52 Publié dans Histoire, Livre, Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : russie, histoire, livre | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

mercredi, 05 mai 2021

Actualité de la voie herculéenne de la Tradition

Portada-El-camino-herculeo-de-la-Tradicion.png

Actualité de la voie herculéenne de la Tradition

par Bastien VALORGUES

En 2010 paraissait la seconde édition, revue et augmentée, d’Evola envers et contre tous ! dans la collection « Orientation » chez Avatar. On y trouvait les contributions du pasteur Jean-Pierre Blanchard, de Christian Bouchet, de Claudio Mutti, d’Alessandra Colla, de Daniel Cologne, d’Alexandre Douguine, de Jean Parvulesco, etc. Georges Feltin-Tracol y apportait son regard d’historien des idées avec une étude sur « La voie herculéenne de la Tradition. Spiritualité, puissance et identité chez Julius Evola ».

Ce texte substantiel qui éclaire d’un autre angle les écrits du penseur traditionaliste radical italien vient de paraître en espagnol aux éditions Letras Inquietas. Cette dynamique maison d’édition a déjà publié plus d’une trentaine d’ouvrages répartis en six collections. Certains titres sont alléchants tels Ensayos antimaterialistas (Essais anti-matérialistes) de Carlos X. Blanco, Nueva defensa de la Hispanidad (Nouvelle défense de l’Hispanité) d’Ernesto Ladrón de Guevara ou bien El Imperio y la Hispanidad (L’Empire et l’Hispanité), fruit d’un travail collectif. Dans la collection « Visegrado (Visegrad) », on peut même lire les analyses de Sergio Fernández Riquelme sur El nacionalismo serbo.

ob_951bec_julius-evola.jpg

Intitulé El camino hercúleo de la Tradición. Espiritualidad, poder e identidad en Julius Evola, l’essai de Georges Feltin-Tracol propose une interprétation inattendue et étonnante de l’œuvre évolienne. Dépassant les antagonismes habituels représentés par des archétypes boréens tels Apollon, Dionysos, Prométhée ou Faust, Georges Feltin-Tracol associe le métaphysicien romain à la figure de Hercule et à ses treize travaux, car l’auteur rapporte que d’après certains récits mythologiques, le fils de Jupiter et d’Alcmène aurait défloré « en une seule nuit cinquante jeunes filles ! » Il ne fait que prolonger les perspectives avancées dans Métaphysique du sexe. Il est évident que « le sexe a donc toute sa place dans la pensée évolienne parce qu’Evola en connaît l’importance physiologique, raciale et spirituelle. Cette acceptation sereine de la sexualité le distingue fortement de la plupart des contre-révolutionnaires qui la fustigent et la réduisent en agent aggravant de décadence ».

Plus surprenant encore, Georges Feltin-Tracol classe Julius Evola parmi les théoriciens folcistes (ou völkisch) bien que l’auteur des Hommes au milieu des ruines « voit le peuple comme une matière brute que seuls l’Idée et l’État arrivent à mettre en forme ». L’Idée ou, plus encore, le principe directeur de l’État vrai, de l’État organique, pose les bases fondatrices de l’Ordre de la Couronne de Fer imaginé par Evola. « Il conçoit son Ordre comme une communauté de vie combattante dont les membres seraient aptes à survivre à l’âpreté des temps et constitueraient une élite capable d’assumer la direction supranationale des peuples d’Europe désorientés ».

Avec cet essai désormais disponible dans tout le monde hispanophone, Georges Feltin-Tracol sort des sentiers battus et explore un domaine inédit par rapport aux gloses habituelles. Félicitons-nous qu’El camino hercúleo de la Tradición soit, après Elementos para un pensamiento extremo (Fides, 2018) et Por une Tercera Vía Solidarista (Fides, 2018), son troisième titre traduit et le cinquième si l’on prend en compte deux recueils collectifs, Frente a la crisis. ¡ Otra Europa ! Entrevistas iconoclastas (Usatges, 2014) et La Europa de las etnias. Construcciones teóricas de un mito europeísta (Editorial EAS, 2020).

El camino hercúleo de la Tradición s’ouvre avec une préface d’Eduard Alcantára, grand spécialiste espagnol de la philosophie traditionnelle. Son riche texte – qu’on peut espérer voir bientôt disponible en français – confirme toute la pertinence de l’approche « herculéenne ». Réjouissons-nous par conséquent de cette parution de l’autre côté des Pyrénées.

Bastien Valorgues

• Georges Feltin-Tracol, El camino hercúleo de la Tradición. Espiritualidad, poder e identidad en Julius Evola, préface d’Eduard Alcantára, Letras Inquietas, coll. « Identidades », 2021, 60 p., 9,99 €.

https://www.letrasinquietas.com/el-camino-herculeo-de-la-...

Covid 19 et Grande Réinitialisation, réflexions autour d’un livre et de ses auteurs

unnamedKS.jpg

Covid 19 et Grande Réinitialisation, réflexions autour d’un livre et de ses auteurs

par Jean-Patrick Arteault

Source:  http://www.terreetpeuple.com/reflexions-de-jp-arteault/34...

Recension: Covid 19 : La Grande Réinitialisation (Forum publishing – Éditions du Forum Économique Mondial – 2020). Les auteurs : Klaus Schwab & Thierry Malleret.

4199Odjr7fL.jpgThierry Malleret est un consultant international qui dirige un service d’analyse prédictive privé destiné aux dirigeants des secteurs publics et privés qui gravitent autour du World Economic Forum. Formé à la Sorbonne et à Oxford (pépinière traditionnelle de l’élite mondialiste anglo-saxonne), ancien du cabinet de Michel Rocard (1er Ministre de mai 1988 à mai 1991 : ce qui ne fait pas de Malleret un « perdreau de l’année »…), ce parcours le rattache à la « seconde gauche » sociale-capitaliste, il réside en Savoie et cultive aussi la pratique de la montagne. Son épouse Mary-Anne, d’origine anglaise, a été durant une dizaine d’années membre du cabinet du Prince Charles. La famille Windsor est, depuis très longtemps il faut le rappeler, l’un des piliers discrets du mondialisme occidental.

Klaus Schwab, 83 ans, d’origine allemande, professeur d’économie, président fondateur du World Economic Forum (W.E.F.) / dit « Forum de Davos » (créé en janvier 1971 sous le nom de Symposium économique européen, puis qui devenu, en 1987, sous l’effet du succès, W.E.F. – Présidence Schwab effective jusqu’en 2017 ; depuis le Président est le norvégien Børge Brende, ancien politicien conservateur et dirigeant de la Croix Rouge). Notons que Klaus Schwab est propriétaire de la marque W.E.F.…

L’objet de Davos est d’œuvrer à la coopération mondiale entre secteurs publics et privés du monde occidental (même si on y voit des entreprises chinoises, comme le chinois Ali Baba ou des acteurs économico-politiques d’autres zones mondiales: en fait, ces présences se justifient par de la veille stratégique : Davos est un endroit où les gens qui comptent doivent être, quel que soit leur avis sur les questions traitées, afin de « prendre la température », pour être à l’affût des grandes tendances du monde occidental).

La naissance du W.E.F. prend place dans une séquence Bilderberg (1954 : comme une instance d’échanges autour de l’Alliance Atlantique pour nourrir des projets stratégiques et politico-économiques), Trilatérale (1973 : destinée à associer au premier groupe les éléments asiatiques raccordés à l’Occident Atlantique) … La transformation en W.E.F. en 1987 se fait à une date symbolique : la fin officielle de la Guerre Froide par victoire du camp occidental. Le W.E.F. est devenu aujourd’hui le « Parlement » de l’oligarchie occidentale, c’est à dire au sens étymologique, l’endroit où l’on parle et échange. Les cercles moteurs de l’Oligarchie occidentale viennent y « tâter le cul des vaches » : voir comment est ressenti le résultat d’un certain nombre de cogitations qu’on y infuse en permanence ; Le W.E.F. est un exercice de Soft Power : rien n’est imposé ou ficelé d’avance, tout nait des conversations entre gens sur la même longueur d’onde … ou pas : avec pour objectif le consensus. On en retire souvent le sentiment que ce qui sort du W.E.F. est un compromis entre diverses factions oligarchiques.

Il est instructif d’aller voir sur le site Internet du W.E.F. (en partie en français) la somme des partenaires classés par ordre alphabétique : il y a du lourd en termes de capitalisation boursière ! Il est intéressant aussi de regarder l’agenda des projets : tout est public mais écrit en langue de coton afin d’être lu avec bienveillance ; il y a donc nécessité de décoder le fond des projets mais rien n’est caché il est important de le souligner : il n’y a pas de complot au sens strict du terme. La Grande Réinitialisation y est expliquée et intégrée publiquement dans un agenda proposé aux états pour des politiques publiques. Il s’agit, avec le W.E.F., de stratégie d’influence à plusieurs niveaux.

Thierry-Malleret.jpg

Thierry Malleret

Le livre, nous dit Klaus Schwab, a été relu par des membres du W.E.F. (il ne dit pas lesquels) avant publication (début de l’été pour la version anglaise – automne 2020 pour la version française). On peut donc le considérer comme un point de vue officiel du Forum de Davos ou, au moins, comme une synthèse / compromis des réflexions de son premier cercle dès la première période du Covid. La précocité de la rédaction du livre par rapport au début de la crise du Covid est un indice qu’il s’agit bien de réflexions antérieures réutilisées à cette occasion.

L’expression « Great Reset », qui s’inspire du langage informatique (remise d’un système dans ses conditions de démarrage), semble avoir été forgée en 2014 au FMI, dans l’entourage de Christine Lagarde, alors Directrice Générale, devant les conséquences prévisibles des politiques financières accommodantes suite à la crise de 2008. En effet, ces politiques accommodantes consistaient à inonder les grands acteurs économiques et financiers de liquidités créées ex nihilo ce qui, passé le moment aigu d’une crise, fonctionne comme une drogue, les bénéficiaires réclamant sans cesse leur nouvelle « dose », avec le risque à terme d’une dépréciation radicale des monnaies. Dans l’esprit des experts du F.M.I., le « Great Reset » était alors un projet de purger le système financier et de le relancer pour un nouveau départ.

Pour Klaus Schwab et ses collègues, l’ambition va au-delà, puisqu’il s’agit de réinitialiser le système économique dans son ensemble, ainsi que le système politique et le système des expériences et des valeurs sociales. C’est une réinitialisation globale qui est visée.

Le livre « Covid 19, la Grande Réinitialisation » doit se comprendre aussi dans le prolongement d’un précédent livre de K.S. : « La 4ème Révolution Industrielle ».

Une Révolution Industrielle est le résultat de l’addition et de la multiplication réciproque des effets d’une révolution technologique. Il s’agit, de nos jours, de la triple révolution des sciences et technologies numériques, physiques et biologiques débouchant sur l’Intelligence Artificielle, la robotique, le big data et son exploitation ainsi que les biotechnologies… avec, en toile de fond, la perspective transhumaniste : celle-ci est voulue, selon le point de vue des dominants pour ses effets positifs de démultiplication des potentialités humaines, et, visant les dominés, pour faciliter leur « gestion ».

main-qimg-be663c21f783febc54d0d6ad9af7a937.png

Il faut bien préciser dès maintenant que le contenu du dernier livre de Schwab et Malleret n’est pas lié spécifiquement au surgissement du Covid. Le Covid a été l’occasion de donner un coup d’accélérateur pour des idées et des projets qui étaient déjà là, parce que correspondant depuis un certain nombre d’années à une nécessité (toujours du point de vue des dominants).

Que contient le livre ?

Il est construit en trois parties inégales en taille qui détaillent la Grande Réinitialisation soit à l’échelle mondiale (la plus grosse partie car c’est ce qui intéresse en premier lieu les davosiens), à l’échelle de l’entreprise et à l’échelle individuelle. Je renvoie au livre qui est disponible gratuitement en format PDF sur Internet.

imagesTMGR.jpg

C’est objectivement un livre médiocre… un peu moqué pour cela par les intellectuels de la dissidence (Antipresse, Éléments etc.) qui se demandent comment il peut se faire qu’un tel ouvrage ait reçu le patronage de tant de puissants, tant il contient de « bisounourseries », d’enfilages de banalités, de truismes et d’enfonçages de portes ouvertes. Il prône, entre autres, et tout en prenant ses distances avec les « effets pervers » possibles pour la démocratie, la surveillance généralisée du « parc humain » pour le bien sanitaire de celui-ci. Il semble s’inscrire dans un modèle de socialisme piloté par les grandes entreprises (cf. Fabianisme et Saint-Simonisme) qui seront propriétaires des biens dont les gens ordinaires ne seront que les locataires/usufruitiers (si on ne peut plus faire sa fortune sur la vente/consommation, on pourra la faire sur de la location à vie) : les historiens auront reconnu une forme archéo-futuriste de l’ancien servage : c’est la vieille fascination de l’Oligarchie occidentale pour la manière dont le communisme « tient » sa population qui ressort, fascination relancée par l’expérience des transnationales en Chine communiste. (Cf. sur ce point Flora Montcorbier : « Le Communisme de marché : de l’utopie marxiste à l’utopie mondialiste » (L’Âge d’Homme, 2000)).

À qui s’adresse-t-il ?

Visiblement pas aux intellectuels et universitaires (pour ce que j’ai pu juger du parallèle entre la Peste Noire et le Covid, le niveau d’analyse historique y est très rudimentaire, voire affligeant pour quelqu’un frotté de savoir universitaire) … Il me semble destiné à la classe dirigeante et à celle des cadres supérieurs de l’Occident … ce qui témoigne, par parenthèse, de leur baisse de niveau… C’est un agenda, c’est-à-dire une feuille de route, pour une dernière bataille désespérée visant la maîtrise d’un monde qui échappe à l’Occident, contrairement aux apparences. Cela me paraît plus un point d’aboutissement pour serrer les vis, pas nécessairement un point de départ dynamique, et c’est là qu’il faut faire un retour vers le passé pour mettre les choses en perspective.

D’abord rappel de quelques points qui fondent mon analyse : Je me situe dans la lignée de l’École réaliste des sciences politiques (Pareto, Michels, Negro-Pavón : on peut commencer par ce dernier car il fournit des références pour creuser la question : in « La loi de fer de l’Oligarchie. Pourquoi le gouvernement du Peuple, par le Peuple, pour le Peuple est un leurre », L’Artilleur, 2019) qui fait état de :

– La Loi de Fer de l’Oligarchie combinée à la règle parétienne des 80 / 20 : Quels que soient les temps, les lieux, les peuples : les petits nombres commandent et s’imposent aux grands nombres. Au sens étymologique, c’est le règne de l’Oligarchie. (Pour un développement : voir ma brochure « Pour une boussole métapolitique » EdF, 2019 que l’on peut se procurer auprès de TP, La Licorne- 2, chemin des Monts – 42110 Feurs).

indexJPAB.jpg– Ingénierie culturelle, politique et sociale : La gestion – manipulation des grands nombres par les petits a, de tous temps, nécessité des pratiques qu’on appelle, à la suite de Lucien Cerise « ingénierie sociale » (Cf. son ouvrage majeur : « Neuro-pirates. Réflexions sur l’ingénierie sociale », KontreKulture, 2016), mais je préfère, par souci de précision, parler à la fois d’ingénierie culturelle – métapolitique -, d’ingénierie politique – propagande et manipulation – et d’ingénierie sociale quand on travaille spécifiquement sur les représentations des populations. Cette ingénierie est devenue « scientifique » avec le progrès des connaissances psycho-sociales au début du XXème siècle, mais les anciens la pratiquaient instinctivement sans lui donner de nom!

– la notion de système socio-technique : cette notion prend place quand les innovations techniques produisent des changements culturels, sociaux et sociétaux. Elle est liée à la notion de Révolution Industrielle et produit des mutations qui fonctionnent en essaim avec impact sur l’instruction – la culture – et les rôles politiques.

Neuro_pirates.jpgNotre Oligarchie est une Ploutocratie (oligarchie fondée sur la richesse) en formation depuis le XVIIème siècle, avec une accélération de son emprise durant la 1ère Révolution Industrielle. Aujourd’hui le Système oligarchique occidental me semble articulé autour de trois niveaux : la vraie oligarchie des possesseurs de capitaux (elle est la seule à être réellement autonome et se subdivise elle-même en petite, moyenne et grande, voire très grande, selon les niveaux de fortune) – la classe dirigeante : c’est une oligarchie par aspiration (c’est à dire qu’elle côtoie d’assez près la vraie oligarchie pour en partager les références, une partie du genre de vie, de même qu’elle souhaite l’intégrer mais elle est en fait, dépendante pour ses revenus et sa position sociale de la vraie oligarchie. En réalité, c’est la classe des domestiques de rang supérieur, la classe des majordomes dirait-on dans l’ancien monde) – la classe des cadres supérieurs, classe dirigeante par aspiration (C’est la classe qui agit réellement sur le terrain pour traduire en réalisations pratiques les options dirigées par la classe dirigeante. Elle aspire à intégrer celle-ci par son travail et ses capacités mais, comme elle est dans l’entre-deux, elle peut aussi basculer dans le soutien aux classes moyennes et populaires. C’est aujourd’hui un point faible, selon moi, car elle prend de plein fouet les innovations de la 4ème Révolution Industrielle qui peuvent conduire à réduire son nombre).

Les grandes lignes de la constitution de notre monde selon les principes énoncés ci-dessus, en y replaçant toujours le triptyque : éducation – culture – participation politique, sont les suivantes :

–           XVIIème – XVIIIème siècles : Émergence d’une ploutocratie marchande et financière dans le monde anglo-saxon protestant, marginalement influencé dans cette période par une oligarchie juive elle-même en voie d’émergence. L’Occident moderne (essentiellement basé sur l’économisme, le libéralisme et l’individualisme etc.) se constitue alors.

–           XVIIIème – XIXème siècles : Les siècles de la 1ère Révolution Industrielle : celle-ci est essentiellement axée sur l’ensemble charbon – acier, machine à vapeur et le développement de la mécanisation. On assiste alors à une complexification sociale croissante.

–           Dernier tiers XIXème siècle – jusqu’au dernier tiers du XXème siècle : C’est l’époque de la 2ème Révolution Industrielle : Soit l’ensemble, électricité – pétrole – chimie + automobile + Organisation Scientifique du Travail (Taylor et le taylorisme) + chaîne industrielle (Ford) + consommation de masse (permise par la baisse du temps de travail et la hausse des rémunérations) + stimulations économiques (publicité pour stimuler le désir et obsolescence programmée des produits pour obliger au renouvellement) + affirmation de la forme moderne de la ploutocratie (les marchands financiers fusionnent avec les entrepreneurs). Conséquence : Recherche de l’intégration des masses d’où : Démocratisation de l’Instruction/de la Culture /de la représentation politique qui nécessitent une ingénierie culturelle, politique et sociale plus efficace, donc plus scientifique car « il faut que tout change pour que rien ne change ».

–           Dernier tiers du XXème siècle : Le temps de la 3ème Révolution Industrielle : électronique – automatisation – informatisation – révolution des transports maritimes et aériens ; Hausse considérable de la productivité + début des problèmes de ressources. On assiste à un basculement du monde sociotechnique : le travail humain s’amoindrit, perd en importance dans le processus d’accumulation du capital et la consommation de masse pèse sur les ressources naturelles faisant apparaître la problématique écologiste + fin du diable soviétique (le soviétisme fut une tentative de soumission de la Russie à l’ordre occidental qui a échappé à ses concepteurs pour devenir un modèle messianique concurrent qui obligeait la Ploutocratie à une certaine retenue : c’est une autre histoire qui interfère ici) : Commence alors le temps des hommes inutiles pour lesquels on n’a plus de gants à prendre.

–           1970 – 2000 : Une évolution en biseau se produit, à la fois l’achèvement du modèle de mondialisation consumériste de masse et le basculement vers le temps des hommes superflus : c’est l’apogée de la croissance tirée par la consommation de masse – qui entraine des problèmes écologiques et l’épuisement des ressources – le jeu financier remplace alors la production comme facteur d’enrichissement des oligarchies (la finance se déconnecte progressivement de l’économie réelle) – fin du communisme – retour de la Chine (celle-ci était la première puissance économique mondiale au XVIIIème siècle et tend à le redevenir) – L’Oligarchie occidentale triomphe mais prend conscience de la fragilité de son modèle à la fois sur le plan écologique et sur celui de l’économie-casino qui est devenue sa drogue.

unnamed4RI.jpg

–           1990 – ? : La 4ème Révolution Industrielle de Klaus Schwab + « Il faut que tout change pour que rien ne change » (saison 2 !) : Il faut à la fois résoudre les problèmes écologiques et économiques occasionnés par les 2ème et 3ème Révolution Industrielle et sauver le mode de vie et le genre de vie de la Ploutocratie en sacrifiant au besoin ceux des hommes inutiles qui, au sens propre, « pompent l’air pur » des oligarques.

Industry4point0-1024x675.jpg

–           Problème : comment, sinon s’en débarrasser, du moins les neutraliser ou les cantonner ? Si possible en recherchant la servitude volontaire et donc leur assentiment à leur rétrogradation.

–           Une des méthodes : Instrumentaliser les vrais problèmes. Par exemple, l’écologie: Le Club de Rome (think tank financé par de très grandes entreprises), produit le rapport Meadows de 1972 ! qui montre les impossibilités d’une croissance indéfinie dans un monde fini. Le constat n’est pas faux mais il débouche sur la décroissance et la sobriété « volontaire » devenant des objectifs… surtout pour les gens ordinaires. La Ploutocratie, bien informée, a perçu avant tout le monde les limites du modèle qui a fondé sa richesse et sa domination et trouvé sa solution écologique… à son profit… avec l’aide des idiots utiles baba-cools qui n’ont pas perçu l’arnaque du verdissement de l’économie consistant surtout à trouver un relai à la traditionnelle domination capitaliste.

41PbtSqdrAL.jpg–           Idée du revenu universel de base, c’est une vieille idée utopiste qu’on fait remonter à Thomas More et qui resurgit dans les milieux ultra-libéraux des années 1970, en particulier chez Milton Friedman. Cela permettrait d’assurer aux « hommes en trop » le minimum vital et social pour désamorcer des velléités de révolte.

–           1995 : Brezinski produit – Conférence de San Francisco – le concept de Tittitaynment : si 80% de la population devient économiquement inutile, comment les entretenir et les tenir au calme ? En combinant revenu minimum et divertissements de masse pour endormir les velléités de révolte. S’est-il alors rendu-compte qu’il retrouvait, sous une forme plus glamour et moderne, le vieux principe romain du « pain et des jeux » ?

–           La pastorale de la terreur climatique est enclenchée, 1980 – 1990 : du « trou » dans la couche d’ozone au réchauffement climatique – En 2015, l’émergence du phénomène Greta Thurnberg prend place dans une véritable stratégie marketing : cibler les plus jeunes pour formater les nouvelles générations afin qu’elles acceptent un appauvrissement volontaire pour « sauver la planète », mais pas sauver la qualité de vie des gens ordinaires ! On ne dit pas aux gens, et en particulier aux naïfs lycéens qui cocoonent dans le confort du monde occidental, quelles seront les conséquences pratiques de cet appauvrissement volontaire pour eux-mêmes.

–           Quand on lit le livre de Schwab et Malleret, on s’aperçoit en fait que cette problématique « écologique » est au cœur de leurs préoccupations.

–           Mais la transition écologique est un processus long, trop long (les changements climatiques sont souvent imperceptibles et peu motivants à court terme et les changements profonds de mentalité sur des générations prennent du temps) quand l’autre urgence est là : depuis la crise financière de 2008, l’Oligarchie sait que, malgré les rustines, le compte à rebours est lancé. Elle joue la survie de sa fortune. Un Great Reset devient urgent. Il faut aussi trouver un relai de croissance du capital (économie verte et circulaire – économie de la location éternelle de produits plus durables – + fin des indépendants pour récupérer leurs revenus et se débarrasser d’une classe peu fiable) afin d’assurer la pérennité du rôle socio-économique de l’Oligarchie occidentale dans un « socialisme » de grandes multinationales, capables de contrôler le « parc humain » (c’est le rôle des GAFAM et compagnie). Je rappelle qu’il y a une frange du socialisme des élites, de sensibilité fabienne dans le monde anglo-saxon et saint-simonienne dans le monde francophone, qui conçoit la mise en place d’une mondialisation socialisante par évolution « naturelle » des grandes entreprises transnationales. À notre époque, celles-ci semblent en outre fascinées par un « modèle chinois » leur semblant conjuguer capitalisme des grands groupes et discipline communiste.

panique.jpg

La divine surprise du Covid pour Schwab et Malleret : il s’agit toujours de se servir d’un vrai problème né de la globalisation (Peu importe l’origine exacte du virus, origine naturelle ou accident de laboratoire : on sait depuis 40 ans les risques potentiels d’une épidémie planétaire dans une planète interconnectée comme elle ne l’a jamais été. À l’heure des transports aériens de masse les risques de dissémination virale rapide sont immenses et connus. Nombre de rapports militaires, de services de renseignement et… de romans, de films et de séries de SF ont abordé cette problématique), et de s’en servir pour faire avancer l’agenda de ce qui est une vraie révolution oligarchique pour conserver le pouvoir. Comme le Covid s’est présenté comme un problème objectivement mineur vu son taux réel de létalité, il a fallu lancer une mise en scène terrorisante digne des grandes productions hollywoodiennes.

Cette mise en scène médiatique affolante a suffi pour relancer la pastorale de la terreur sur un point qui touche tout le monde : le risque de sa propre mortalité à court terme est alors utilisé pour modifier rapidement, sous l’effet de la peur, les mentalités et l’organisation du monde occidental, en espérant emporter aussi, par effet d’entrainement, la lutte pour la domination de la planète entière.

En effet l’objectif est à la fois le resserrement du contrôle oligarchique sur l’Occident et le rétablissement de ce même Occident dans sa posture de maître du monde aujourd’hui contestée par l’Eurasie. À l’intérieur du monde occidental, l’objectif est double : contrôler les comportements par la mise en place d’une société de surveillance à motivation sanitaire (donc pour le « bien » des gens) et opérer un transfert de capital des indépendants vers les grands groupes afin de consolider leur position dans la perspective de la relève de la consommation par la gestion locative de l’existant.

C’est, je crois compte tenu de la tendance lourde à l’effritement des facteurs de puissance de l’Occident, l’offensive de la dernière chance car, si cette fois-ci, la ploutocratie rate son coup, vu la manière dont elle a fait monter les enchères, elle pourrait bien se faire remplacer… par une autre oligarchie issue d’autres horizons.

Les freins possibles (mention de ce qui pourrait faire dérailler le projet mais sans me prononcer sur leur réalisation ou leur impact réel) :

–           Il y a d’abord un facteur de bon sens. Un projet d’ingénierie sociale et politique résiste rarement aux conditions réelles de sa mise en musique. Le monde humain, surtout si on a la prétention de l’embrasser à l’échelle planétaire, n’est pas un ensemble mécanique ou une pièce d’un jeu vidéo. Comme l’ont souligné de nombreux stratèges du passé: aucun plan ne résiste aux conditions de sa mise en œuvre.

–           Pour mémoire, il y a aussi le problème des limites écologiques : la Grande Réinitialisation s’appuie sur une 4ème Révolution Industrielle, beaucoup plus gourmande en énergie et en ressources qu’on ne le croit généralement. Sauf accès facile à des ressources extra-planétaires (mais c’est aussi une question d’énergie) ou sauf baisse drastique et rapide de la population mondiale, de 8 à 1 ou 2 milliards, qui peut être difficile à réaliser (après, comme certains complotistes le font à l’exemple du Dr Mike Yeadon, ancien n°2 de Pfizer, on peut soutenir que l’un des objectifs des thérapies géniques à ARN messager pour lutter contre le Covid est de programmer une dépopulation partielle par stérilisation génétique). En plus, il y a aussi le problème des limites technologiques: Il y a beaucoup de projets en cours sur lesquels on met des sommes considérables, mais rien de dit qu’ils seront tous réalisables, en particulier dans l’optique transhumaniste. Ce ne serait pas la première fois que l’on gaspillerait des sommes colossales dans des impasses. C’est en tout cas un grand point d’interrogation à surveiller.

–           La baisse réelle du poids de l’Occident dans le monde, avec un certain effondrement qualitatif de l’Europe et une baisse qualitative tendancielle des USA, ne donne pas à la Ploutocratie tous les atouts de la réussite. En 1945, les U.S.A. à eux seuls faisaient environ 60% du PIB mondial, ils n’en constituent plus qu’un petit cinquième et l’ensemble des pays de l’OCDE (soit les pays du bloc américano-occidental) un peu moins de 50% à eux tous. C’est encore considérable, mais c’est en baisse constante. Objectivement, l’Occident n’est plus ni dans une phase ascendante, ni dans une phase dominante.

–           La baisse de la qualité intellectuelle globale en Occident avec répercussion sur les classes dirigeantes : il faut prendre en compte les conséquences du passage de l’instruction aux compétences et de la culture à la communication + l’abêtissante culture de masse dont les rejetons des classes des cadres supérieurs et des classes dominantes ne sont pas à l’abri. Le niveau actuel des élites qui se constate dans la gestion incompétente de la crise Covid (avec ou sans plan préconçu. S’il y a plan, le constat est encore pire…). Par ailleurs, l’Occident a multiplié les plantages plus ou moins discrets de grands projets technologiques ou politiques (pensons par exemple à la « dinde volante », l’extraordinairement coûteux foirage du JSF F35 américain).

Atalayar_Benjamin Netanyahu, primer ministro de Israel F-35 (2)_1.jpg

–           Le hors sol et le hors-peuple de la ploutocratie a des avantages pour elle, mais elle oublie trop que sa puissance s’est constituée de manière localisée et s’est appuyée sur des peuples précis : on ne fragilise pas impunément les bases anthropologiques de sa puissance. Notre ploutocratie en sacrifiant le monde albo-européen n’est-elle pas en train de se tirer une balle dans le pied ?

–           On sent un réveil lent mais sûr des peuples qui ne veulent pas mourir en servitude (populisme – souverainisme encouragés par l’effet covid qui a dessillé certains yeux) : l’état actuel de ce réveil est certes insuffisant mais il a considérablement progressé par rapport aux dernières décennies.

–           Y aura-t-il une oligarchie émergente dans le monde albo-européen pour en prendre la tête ? C’est la question essentielle par rapport à mon point de vue sur l’inévitabilité du phénomène oligarchique… Aucune réponse à cette question ne peut être faite aujourd’hui.

–           Les oligarchies chinoises (mentionnons le conflit Schwab – Soros sur la Chine : Soros s’en inquiète, Schwab la tient pour connectable à l’Occident. À Davos aussi, il peut y avoir des conflits de perception !), russes et indiennes ne sont pas raccord avec les projets occidentalistes : elles n’ont rien contre un Great Reset, mais le leur… D’où les conflits géopolitiques en filigrane et les dérapages toujours possibles à l’ère du nucléaire. Ce qu’on appelle le « piège de Thucydide », quand une puissance déclinante joue son va-tout face à une puissance ascendante, a une réelle pertinence.

–           L’islamisme a son propre agenda mondialiste qui ne cadre pas avec celui de Davos et la religion est une force puissante. Entre l’islamisme et Davos, qui se sert de qui?

En guise de non-conclusion

Allons-nous vers la catastrophe eschatologique espérée par certains de nos milieux pour remettre les choses à l’endroit ? ou vers une démolition contrôlée dans laquelle il y aura des gagnants (oligarchiques) et des perdants (populaires et classes moyennes) ? A-t-on réfléchi au concept de catastrophe partielle ?

Pour résister, faut-il choisir le survivalisme individuel ou de micro-groupes ou bien rechercher une résilience globale nécessairement politique, éventuellement ancrée sur nos nations : une résilience tout à la fois culturelle, politique, et économico-pratique ?

Aujourd’hui, l’Oligarchie occidentale est moins forte de ses propres forces que de la sidération incapacitante qu’elle sait encore utiliser et dont nous sommes trop souvent les victimes consentantes. Surestimer l’ennemi ou rechercher des objectifs inatteignables est parfois une justification à l’impuissance… Il ne tient qu’aux résistants – rebelles de ne plus se laisser sidérer et de retrouver les voies de leurs propres stratégies positives.

Jean-Patrick Arteault

mardi, 04 mai 2021

Éric Zemmour à découvert

arton62776-1.jpg

Éric Zemmour à découvert

par Georges FELTIN-TRACOL

Le microscopique landerneau des « nationaux » hexagonaux connaît ces derniers temps une véritable fièvre politico-intellectuelle. Éric Zemmour se présentera-t-il à la présidentielle en 2022 ? Le maire d’Orange, Jacques Bompard, mobilise les ressources de son micro-parti, la Ligue du Sud, afin que le chroniqueur-vedette de CNews le soit.

L’hypothèse d’une candidature présidentielle de Zemmour n’est pas neuve. En 2015 bruissaient déjà des rumeurs autour de cette hypothèse. Quelques sondages lui accordaient au premier tour entre 12 et 16 %. Le futur directeur de la rédaction de Valeurs Actuelles, Geoffroy Lejeune, publia même une fiction politique intitulée Une élection ordinaire (1) qui imaginait sa victoire face à François Hollande (2). Il est vrai que contre « Flamby », même une chèvre l’emporterait tant le bilan du septième président de la Ve République est désastreux.

La tentation est grande. Le mécontentement de l’opinion populaire est si vif qu’il rend possible l’entrée en lice d’un candidat « vafanculiste » ou, tel Christophe Mercier dans les ultimes épisodes de la troisième et dernière saison de Baron noir, un « anti-Système » capable de bouleverser les rapports de force politiciens habituels (3) et de s’approche ainsi de l’Élysée.

Une candidature nécessaire ?

Les actuels soutiens politiques d’Éric Zemmour ne cachent pas leur volonté de faire chuter Marine Le Pen qui a déjà commencé sa troisième campagne présidentielle. Se prépare-t-elle dès à présent, malgré des sondages flatteurs qui indiquent un vrai conditionnement en amont de l’opinion publique, à un nouvel échec ? Elle sait si bien transformer l’or des intentions de vote en plomb des suffrages. Un nouveau second tour entre les protagonistes de 2017 installerait pour au moins trois décennies la présidente du Rétrécissement népotique dans une posture monopolistique qui étoufferait toute tentative sérieuse de renouvellement politique et générationnel. Une candidature Zemmour conduite à son terme logique, c’est-à-dire sa présence au premier tour de l’élection, nonobstant les difficultés financières, le problèmes d’obtenir les inévitables cinq cents parrainages, l’obstruction éventuelle de la part d’une justice guère indépendante et l’effroyable tir de barrage médiatique (4), aboutirait à l’écarter du duel final, à l’empêcher de danser ensuite le soir de sa nouvelle défaite sur des airs musicaux des années 1980 et à la renvoyer à son occupation favorite et sympathique : l’élevage des chatons.

41TsW-sneOL._SX340_BO1,204,203,200_.jpgToutefois, Éric Zemmour mériterait-il l’appui, matériel, humain et financier, de l’Opposition nationale, populaire, sociale, identitaire et européenne ? On peut en douter à la lecture de L’Autre Zemmour de Youssef Hindi. L’auteur des Chroniques du sionisme (Kontre Kulture, 2019) enquête sur le fer de lance journalistique de la réaction néo-conservatrice hexagonale. Il entend dévoiler les impostures et les contradictions du rédacteur d’Un quinquennat pour rien (2016). Ce livre n’est pourtant pas un pamphlet qui attaquerait la personne.

Youssef Hindi expose dans un style clair, précis et agréable une stratégie qu’il qualifie de « violence par tiers interposée (p. 188) » et dont Éric Zemmour serait sinon l’instigateur, pour le moins le bénéficiaire. « Cette stratégie […] consiste […] à désigner à un allié de circonstance un ennemi, ou un bouc émissaire, pour dévier la violence vers ce tiers et ainsi atteindre un objectif stratégique (p. 188). » Éric Zemmour ne serait-il pas néanmoins l’un de « nôtres » ? Son intervention, la plus virulente et la plus applaudie, à la Convention de la droite du 28 septembre 2019 n’est-elle pas ouvertement identitaire (5) ? N’a-t-il pas naguère accordé un long entretien au magazine Réfléchir & Agir (6) ? Suivant les conseils de son entourage, il n’a en revanche jamais donné suite aux demandes répétées de venir dans le local de la radio Internet dissidente Méridien Zéro

Une autre interprétation française

Rejoignant les analyses d’Emmanuel Todd, Youssef Hindi estime qu’« Éric Zemmour est un outil de détournement d’une colère populaire (p. 49) ». À l’instar de ses équivalents de « gauche », Bernard-Henry Lévy, Claude Askolovitch, Edwy Plenel, grands promoteurs d’« un multiculturalisme qui mine la société (p. 190) », Éric Zemmour s’oppose à leurs propositions mortifères sans pour autant se préoccuper de la question sociale. « Le peuple est pris en étau entre ces deux discours idéologiques apparemment antagonistes mais en réalité complémentaires (p. 190). » Son infléchissement idéologique dû à divers facteurs se vérifie quand on s’intéresse à sa « trilogie française ». Le Suicide français (2014) et Destin français (2018) exposent un panorama décliniste qui ignore les causes profondes de cette décadence. Leur auteur ne semble pas connaître l’œuvre remarquable d’Emmanuel Beau de Loménie, en particulier son étude en cinq volumes sur Les Responsabilités des dynasties bourgeoises. Dans Mélancolie française (2010), sa perspicacité y était plus affinée. Certes, son anti-féminisme anachronique l’incite à critiquer le renversement des alliances de 1756 orchestré par Madame de Pompadour et à déplorer le mariage autrichien de Napoléon Ier alors que Louis XV et l’empereur des Français avaient compris l’avantage de s’allier durablement à la Maison d’Autriche au nom des équilibres géopolitiques fondamentaux du continent européen face au nouveau bloc protestant Angleterre – Provinces-Unies – Hanovre – Prusse.

817FYEFLIOL.jpgÉric Zemmour appartient sans aucune contestation possible à une « droite » qui fait sienne l’universalisme républicain. Youssef Hindi le qualifie donc de « militant télévisuel d’un laïcisme de combat (p. 59) ». Or, « l’Autre Zemmour, le vrai, n’a pas été à l’école publique et laïque ni sur les bancs d’une école privée catholique comme pourraient l’imaginer ses lecteurs et admirateurs. Il a passé son enfance dans des écoles confessionnelles juives (p. 60) ». Pour la circonstance, l’auteur retrace la généalogie intellectuelle du judaïsme politique et insiste sur la « pénétration de la kabbale dans la Révolution et la République (p. 65) ». Il rappelle par ailleurs que « le mouvement assimilationniste juif […] avait un lien de parenté direct avec la secte frankiste dont le père est le rabbin kabbaliste et messie autoproclamé Jacob Frank (1726 – 1791) (p. 66) ». Un autre chercheur non formaté au politiquement correct, Pierre Hillard, a mis en lumière les liens étroits entre les cénacles kabbalistes et frankistes et le néo-conservatisme anglo-saxon par l’intermédiaire, d’une part, du philosophe politique Leo Strauss et, d’autre part, des dynasties européennes installées via le rôle subversif, discret et déterminant des Battenberg – Mountbatten…

L’antinomie France – République

Youssef Hindi ne commet pas l’erreur d’Éric Zemmour de lier la France et la république dans la même continuité politique. Bien au contraire, « la république s’est fondée dans une opposition radicale et sanglante à la France catholique. C’est une rupture historique, idéologique et certainement pas une union (p. 112) ». Si Éric Zemmour ne comprend pas que l’idée républicaine issue des abjectes Lumières corrompt la France, Youssef Hindi confirme à demi-mot la thèse « gallovacantiste » ou « francovacantiste », ce qui explique l’abêtissement sans précédent du « peuple » français.

41ySDqKJPyL.jpgOn peut cependant lui reprocher de ne pas s’intéresser suffisament aux liens anciens et étroits entre certains mouvements sionistes et des factions entières de la Droite nationale. En 1967, au moment de la Guerre des Six Jours, cette Blitzkrieg lancée par Israël contre ses voisins arabes, le journaliste Serge de Beketch voulait s’engager dans les forces armées israéliennes. Jean-Marie Le Pen et Dominique Venner apportaient leur soutien à l’État hébreu dans Minute. Auteur du Livre noir de la droite (1998), Éric Zemmour connaît bien cet arrière-plan idéologique que regrettaient Maurice Bardèche, François Duprat et Pierre Sidos et qui apparaît aujourd’hui comme un « national-sionisme ». La référence idoine de ce nationalisme français pro-israélien demeure néanmoins Pierre Boutang. Le fils spirituel prodigue de Charles Maurras se rallia à la Ve République gaullienne, écrivit en 1980 un retentissant pamphlet contre Valéry Giscard d’Estaing, Précis de Foutriquet, et ne cessa jusqu’à sa mort en 1998 d’approuver les actions d’Israël. Il voyait dans le sionisme un nationalisme maurrassien juif. Éric Zemmour renoue avec l’héritage du fondateur de La Nation française.

L’Autre Zemmour de Youssef Hindi est un vrai pavé jeté dans la mare. Certes, l’auteur ne débattra pas à 19 h sur le plateau de CNews avec son brillant sujet… Les gazettes droitières tairont bien évidemment l’ouvrage et il serait plus qu’improbable de le trouver sur la devanture des librairies parisiennes dites « rebelles », à part bien sûr la Librairie Vincent qui vient d’avoir les honneurs de la deuxième page de Charlie Hebdo du 14 avril 2021. C’est le lot habituel des livres qui dérangent vraiment.

Georges Feltin-Tracol

Notes

1 : Geoffroy Lejeune, Une élection ordinaire, Ring, 2015.

2 : Sur la recension d’Une élection ordinaire, cf. Georges Feltin-Tracol, « Opération Monsieur Z », mis en ligne sur Europe Maxima, le 14 juillet 2019.

3 : cf. Georges Feltin-Tracol, « Les leçons de Baron noir », mis en ligne sur Europe Maxima, le 1er novembre 2020.

4 : Les accusations récentes d’agressions sexuelles contre Éric Zemmour à l’initiative de quelques femmes qui réagissent quinze ans après les faits supposés, reprises et amplifiées par les « petits soldats » de Mediapart dans un article fielleux paru le 29 avril dernier dénotent une réelle inquiétude de la part d’une certaine gauche en coma dépassé à propos d’une éventuelle candidature présidentielle du polémiste.

5 : cf. Éric Zemmour, « La société progressiste est une société liberticide », mis en ligne sur Polémia, le 3 octobre 2019.

6 : « Brillant à grand pas Éric Zemmour », entretien d’Éric Zemmour par Pierre Gillieth, dans Réfléchir & Agir, n° 26, été 2007, pp. 36 – 38.

• Youssef Hindi, L’Autre Zemmour, préface d’Alain Soral, Kontre Kulture, 2021, 252 p., 17,50 €.

dimanche, 02 mai 2021

Eric Hoesli et l'histoire du Caucase

54612b16778a59cda0812722e9e2c81e.jpg

Volontaires de Khabardie, guerres du Caucase, début du 19ème siècle.

Eric Hoesli et l'histoire du Caucase

Source: Compte vk de Jean-Claude Cariou

Recension/Rappel: Eric Hoesli, A la conquête du Caucase - Epopée géopolitique et guerres d'influence, Editions des Syrtes, 2006, 687 pages (réédité en collection Syrtes/Poche, 2018).

Carrefour dangereux, le Caucase est aujourd’hui l’une des régions du monde les plus convoitées. Lutte pour le pétrole, montée de l’islamisme, rébellions armées et combats pour l’indépendance : le massif montagneux qui marque la frontière de l’Europe avec l’Asie et le Moyen-Orient est aussi le champ de bataille des années à venir.

Depuis deux siècles, les grandes puissances politiques et militaires se livrent dans la région à une guerre d’influence qui a souvent débouché sur des conflits armés, parfois accompagnés de génocides ou de déportations. Imams et chefs de guerre montagnards, otages célèbres, espions anglais et alpinistes de la Wehrmacht, agents de Staline ou pionniers du pétrole sont les acteurs de cette histoire souvent tragique.

***

I3oUzC-sfAs.jpg

« À la conquête du Caucase » est un ouvrage inédit qui révèle sources et témoignages jamais exploités jusque-là.

" C'est un livre exceptionnel, totalement original et dont la seule genèse dit beaucoup de choses sur notre époque. Eric Hoesli, son auteur, premier directeur du Temps, est l'un des meilleurs spécialistes occidentaux de la Russie. Depuis qu'il en est tombé amoureux, fasciné par ce mois d'octobre 1917 qui façonna le dernier siècle, il en connaît tous les acteurs, tous les ressorts et tous les moments contemporains. Il y a vingt ans qu'il vit et fait vivre la Russie comme personne mais, quand l'écroulement soviétique a fini par jeter ce pays et le monde dans leur chaos actuel, le journaliste a fini, lui, par ressentir la vanité de son métier, de cette actualité que nous rapportons.

Poutine a dit... Les Tchétchènes ont fait... La Géorgie ceci... Les Azéris cela... Oui, très bien, il faut le savoir mais quel sens ont ces faits? Dans quelle dynamique s'inscrivent-ils? Dans quelle Histoire longue? Difficile à dire. En fait, on ne le sait pas. Le journalisme devient, là, impuissant car l'époque est trop folle, les batailles en cours bien trop confuses pour que nous puissions même imaginer ce que sera le paysage quand elles auront pris fin.

La seule certitude est que nous vivons une rupture, le passage du messianisme communiste au messianisme islamiste, l'émergence de nouvelles puissances, la crise des anciennes et, entre toutes, une lutte de tous les instants. A la jonction de l'Europe et de l'Asie, de cette faillite communiste et de ce réveil musulman, de l'islam et de la chrétienté, le monde est en précipitation mais il y a un endroit de la carte où les bouillonnements de cette chimie s'observent mieux que partout ailleurs.
C'est le Caucase.

c5e673c2ba8a6c903c830cbf3d3c4b7e.jpg

Pétrole compris, tous les ingrédients de cette furie mondiale se mêlent dans ce pied asiatique et montagnard du défunt empire russe. Il y a deux cents ans déjà que cette région anticipe le monde d'aujourd'hui et c'est dans ce chaudron qu'Eric Hoesli a donc plongé, cherchant le futur dans le passé pour tenter de comprendre le présent.

Quand son pavé vous arrive, on le tourne, le retourne, le hume et le sonde. C'est de l'Histoire, cela se lit aussi fiévreusement que Les Trois Mousquetaires, mais ce n'est pas un roman historique. Tous les personnages de cette œuvre ont bel et bien existé mais ce n'est pas, non plus, de l'Histoire romancée, une réinvention du réel par l'imagination d'un écrivain.

Alors, c'est quoi? Où ranger ces sept cents pages? De quelle catégorie relèvent-elles, se demande-t-on d'abord, mais très vite l'évidence s'impose. Après avoir inventé un journal, Eric Hoesli vient maintenant d'inventer un genre nouveau, à la croisée de l'Histoire, du journalisme et de la littérature. En un seul livre, il a su conjuguer trois métiers, précision de l'historien, enquête de notre envoyé spécial et savante construction romanesque de ces six récits articulés dans une épopée de deux siècles qui s'achève sur les dernières nouvelles de la région, le recommencement de son Histoire - la suite de la nôtre.

Le journaliste est, bien sûr, allé sur le terrain, d'innombrables fois, suivant les pipelines d'aujourd'hui et redécouvrant les combats d'hier en reporter de guerre. L'historien a traqué les témoignages du XIXe siècle jusque dans les rayons oubliés des plus petites bibliothèques. L'écrivain, le librettiste faudrait-il dire tant cette œuvre a de souffle, a mis en scène, fait revivre et parler les contemporains de ces premières guerres du Caucase, de ces moments perdus et, désormais, ressurgis où des musulmans cherchaient, déjà, dans leur foi le ciment d'une unité anti-occidentale tandis que, déjà, les puissances s'entrechoquaient dans ces gorges et vallées, carrefours des civilisations et artères de la planète, routes de la soie hier, du pétrole maintenant.

La force de ce livre est si grande que cette épopée s'anime sous nos yeux. Les pages deviennent images, reportage dans le passé. La plume se fait voix, voix off, sobre et retenue comme un complément d'enquête sur ces scènes que décrivent à chaud le général russe, la gouvernante française, l'otage géorgien et tant d'autres encore, interviewés outre-tombe.

CaucMap.gif

Chapitre après chapitre, l'enquête du journaliste renoue les fils d'une Histoire interrompue par la glaciation soviétique et comment ne pas être sidéré de retrouver, entre hier et aujourd'hui, au centimètre près, les mêmes débats et rivalités créés par le pétrole de la Caspienne et ses difficultés d'acheminement?

Comment ne pas voir un précurseur de ben Laden dans ce «Lion du Caucase», ce Chamil qui arrêtait la progression des tsars là même où Vladimir Poutine est, maintenant, défié? Comment ne pas retrouver dans l'engouement que la France, la Grande-Bretagne et l'Ouma eurent, alors, pour lui l'exaltation que la résistance afghane à l'Armée rouge suscita aux Etats-Unis, à Saint-Germain-des-Près et dans tout le monde musulman?

Comment ne pas éclater de rire en entendant le rédacteur en chef de La Gazette de Tiflis s'indigner de la «chamilophilie» des André Glucksmann de l'époque et s'écrier, comme la presse russe de 2006: «Voilà de quoi s'éclairent les peuples éclairés! Voilà les informations par lesquelles ces instituteurs du peuple font l'éducation de la nation!» Et comment ne pas sortir plus serein de ce superbe livre, inquiet bien sûr, mais avec tellement plus d'intelligence du présent ?"

10:55 Publié dans Géopolitique, Histoire, Livre, Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : caucase, histoire, russie, livre, eric hoesli | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

vendredi, 30 avril 2021

L'écho de l'Allemagne secrète. Pour un lógos physikós

9791280190017_0_0_790_75.jpg

L'écho de l'Allemagne secrète. Pour un lógos physikós

Giacomo Rossi

Ex : https://www.centrostudilaruna.it/

Le dernier livre de Giovanni Sessa vient de sortir en librairie. Il s'agit d'un volume important pour la densité de la pensée qui se dégage de ses pages. Nous nous référons à L’eco della Germania segreta. “Si fa di nuovo primavera”, qui a paru dans le catalogue des éditions OAKS (pour les commandes : info@oakseditrice.it, pp. 225, euro 18.00). Le texte de Sessa est agrémenté d’une'introduction du germaniste Marino Freschi, de la préface et de la postface des philosophes Romano Gasparotti et Giovanni Damiano.

Freschi souligne que la mythologie de l'Allemagne secrète, se référant non seulement à une patrie allemande de la Tradition, mais aussi comme le saisit très bien Romano Gasparotti, à une Europe possible: "elle est née à un moment crucial de l'histoire allemande, et s'est développée de façon surprenante après la terrible défaite de 1918" (p. 11). Elle circule surtout dans le Cercle de Stefan George, dans les milieux de la Révolution conservatrice, elle est présente aussi chez Ernst Jünger, et implique - c'est la nouvelle interprétation proposée par Sessa - des auteurs inattendus comme Karl Löwith et Walter Benjamin. Le premier est connu de la plupart des gens comme un élève "antinazi" de Heidegger, le second a été relégué par la pensée "intellectuellement correcte" dans le cadre du néomarxisme du vingtième siècle.

Les auteurs étudiés dans le texte sont au nombre de cinq: outre Jünger, George, Löwith et Benjamin, Ludwig Klages, le "Munichois cosmique" qui, dans les premières décennies du siècle dernier, a enflammé le quartier intellectuel de Munich, Schwabing. Qu'est-ce qui unit des penseurs aussi différents? Selon Sessa, la démythologisation que, pour reprendre les mots de Gasparotti, chacun d'eux a effectuée: "mettre au travail, à leur manière, les canons dominants du modernisme fondés sur l'idolâtrie aussi progressive que régressive de l'histoire" (p. 20). Une telle déconstruction anti-moderne est centrée sur l'idée du Nouveau Départ, non pas envisagé dans la perspective naïve traditionaliste et palingénésique, comme le retour de l'Age d'Or, autre visage de l'idée de progrès moderne, mais pensé comme l'ouverture du jeu tragique de la régénération d'un Possible qui ne peut être réglé, prédit ou planifié. Chez tous ces auteurs, nous voyons réapparaître ce que Sessa, attentif aux premiers témoignages philosophiques d'Europe, ceux des Sages chers à Colli, définit comme lógos physikós.

Une connaissance qui a la Nature au centre de ses intérêts, comprise comme une force génératrice et dissolvante, la seule transcendance à laquelle l'homme, stoïquement, peut se référer. Le mérite de Sessa est d'avoir lu les cinq auteurs mentionnés d'une manière originale, c'est-à-dire en se référant à une philosophie de l'origine, et en dehors de l'herméneutique historiographique consolidée. Il l'a fait, en outre, non pas simplement en termes historico-philosophiques, mais en formulant une proposition théorique claire. Il écrit, en effet, qu'il a voulu donner à cette étude une tâche: "certainement pas modeste, [...] proposer une manière de nous faire regarder le monde comme une éternelle floraison, un éternel printemps dionysiaque" (p. 53). Et nous voilà donc en train de rappeler, dans le premier chapitre, comment la musique de Wagner, point culminant du retour de la musique tonale en Europe, présentait dans sa grammaire une manifestation de l'idée pré-chrétienne du temps, un temps sphérique ou tridimensionnel. Chaque note wagnérienne contient en elle-même la précédente et renvoie à la suivante, célébrant l'étreinte de l'"immense moment" et de l'"éternel". Sessa note d'ailleurs, en utilisant l'exégèse du mythe d'Orphée par le philosophe Massimo Donà, comment, ab origine, la pensée hellénique faisait allusion à une autre possibilité, par rapport à la possibilité statique, instituée par le théorisme et le logocentrisme, de faire l'expérience de la réalité: la vision poïétique, capable de dynamiser la réalité et de nous restituer l'être pérenne à l'œuvre dans les choses de la nature.

Klages3.jpg

L'auteur nous introduit à la pensée de Klages, une philosophie construite sur l'une des plus puissantes élaborations du 20ème siècle concernant le "lien entre la vie, la pensée et l'image" (p. 21). Pour l'Allemand, l'absolu de la vie animée et animant la physis est image, non concept. Toute l'histoire du modernisme est marquée, dans la perspective klagesienne, par la superstition imposée par l'Esprit, antagoniste de l'Âme, mais pas au sens de perspectives dualistes et oppositionnelles. En effet, l'Esprit, synthèse du logocentrisme occidental, n'est rien d'autre que l'Âme, statique en raison de la prédominance du principe d'identité, dans l'iter gnoséologique qui de Parménide conduit à Carnap, responsable du ‘’physicide’’, de la mise sous silence des raisons de la Nature, manifestée dans la philosophie et la science modernes. L'image klagesienne permet de retrouver le "chant" d'Orphée, elle permet de lire le monde dans son devenir constitutif, dans son devenir perpétuellement nouveau, toujours différent de lui-même. Une telle connaissance peut restaurer l'éternel printemps de la vie.

Dans la même perspective, Sessa réalise l'exégèse de la pensée poétique de George. Pour le Meister, le faire poétique, de nature rythmique-musicale, re-sacralise le réel au sens du sacer, et non du sanctus: "en le soustrayant à toute objectivation et donc à toute conquête, possessibilité, manipulabilité" (p. 22), explique Gasparotti. Dans la création artistique, le sujet lui-même ne fait qu'un avec la nature, coïncidant avec les processus métamorphiques de cette dernière. Selon l'auteur, la récupération la plus significative du lógos physikós au vingtième siècle peut être déduite des travaux de Löwith. Löwith était un critique radical des philosophies de l'histoire: l'historicisme moderne, dans son interprétation, n'est rien d'autre que l'immanentisation de la vision eschatologique-sotériologique d'origine judéo-chrétienne. Heidegger lui-même était empêtré dans cette vision, car il pensait à la fois l'être-là et l'être en termes de temporalité. La philosophie "naturaliste" de Löwith, au contraire, a une matrice spinozienne: la physis y est l'être-là des choses, irréductible, donc, à toute approche statique.

karl-lc3b6with.jpg

Même Jünger, souligne Sessa, est un penseur qui a tenté de récupérer la dimension "cosmique" de la vie. Cela peut notamment être compris à partir de ce qu'il a écrit sur la conception astrologique de la temporalité, dans laquelle se produisent des recommencements continus, aussi imprévisibles soient-ils. Le dernier chapitre du livre traite de Walter Benjamin, que nous lisons à la lumière de la catégorie de l'"immémorisation". Benjamin nous a appris que chaque passé renferme quelque chose de "non exprimé", qui peut être réactualisé, de manière inhabituelle, dans le présent. Dans cette perspective, le messie de la tradition juive est vécu par le philosophe comme une action mise en œuvre par le Possible, qui domine la vie humaine. Ainsi, l'origine peut revenir se donner sous des formes toujours nouvelles ou, au contraire, être définitivement réduite au silence. Sessa soutient que si la pensée de Benjamin peut être définie comme matérialiste, elle ne peut pas être classée comme "matérialisme historique", mais plutôt comme "matérialisme stoïque".

Dans ce volume, l'auteur tente d'inaugurer une conversation théorique entre la pensée de la Tradition et les auteurs mentionnés ci-dessus, ce qui constitue une nouveauté. Cela explique la postface de Damiano, qui explicite de manière exemplaire la relation Evola-Klages. Un livre important, donc, qui trace un chemin sur lequel le traditionalisme peut laisser derrière lui le ‘’nécessitarisme historique’’, résultat d'une lecture scolastique de la "doctrine des cycles".

mardi, 27 avril 2021

Jordis von Lohausen: Les «Conversations en selle» sur le destin de l’Europe et de la Russie

BGRWSEY.jpg

Jordis von Lohausen: Les «Conversations en selle» sur le destin de l’Europe et de la Russie

par Joakim Andersen

Ex : https://motpol.nu/  

Il existe une tradition européenne en géopolitique, une tradition qui semble aujourd'hui si incompatible avec le système qu'elle en devient révolutionnaire. Parmi les représentants historiques de cette tradition figurent le Suédois Kjellén, Haushofer, Thiriart, et de Gaulle (dans une certaine mesure). Parmi les représentants contemporains, on trouve Robert Steuckers et Aleksander Douguine, même si la géopolitique de ce dernier prend volontiers des accents métaphysiques. Un penseur géopolitique très fécond dans cette tradition fut également le Baron Heinrich Jordis von Lohausen (1907-2002). H. J. von Lohausen était issu d'une famille autrichienne avec une ascendance militaire, et a participé à la Seconde Guerre mondiale en tant qu'officier et diplomate en Libye, en Pologne et en Russie, entre autres. Après la guerre, il s'engage en faveur d'une Europe libre et écrit des classiques de la géopolitique tels que Mut zur Macht et Denken in Völkern. Cette oeuvre constitue une bonne introduction à la géopolitique européenne.

Conversations en selle (Reiten für Russland: Gespräche Im Sattel)

Celui qui a de l'espace a un avenir. Seulement lui.

Reiten für Russland

22803968734.jpg

Une bonne introduction à von Lohausen est Reiten für Rußland: Gespräche im Sattel (= Chevaucher pour la Russie – Conversations en selle). Nous y suivons un groupe de soldats allemands qui participent à l'invasion de l'Union soviétique à cheval. Les soldats parlent de la guerre et des événements mondiaux auxquels ils participent, ce qui donne à Lohausen l'occasion de juxtaposer de manière dialectique différentes perspectives et vérités partielles. C'est un type de montage généralement risqué qui peut facilement devenir ennuyeux, mais qui, en l’occurrence, fonctionne bien. À une époque obsédée par le national-socialisme, qui a été vaincu depuis 70 ans, il peut être approprié de mentionner qu'il joue un rôle très périphérique dans les conversations. Les intervenants sont des soldats allemands, leurs conversations portent sur l'Allemagne, l'Europe et l'histoire du monde.

Les conversations des soldats tournent essentiellement autour de deux questions. Premièrement, pourquoi ils se battent, et deuxièmement, qui ils sont. Un soldat dit qu'il se bat pour que ses petits-enfants puissent aussi parler allemand, qu'il s'agit de savoir si l'allemand doit devenir une langue mondiale comme l'anglais ou suivre le même chemin que les langues mineures. La conversation porte ensuite sur le pouvoir dont dispose l'Angleterre grâce à sa langue mondiale :

‘’Tous les snobs sont du côté de l'Angleterre... le gentleman a remplacé le cavalier, le carnet de chèques l'épée, la "réalité" la courtoisie...’’.

5y_AF3GZO1JL8fAI_h8i7-pryXM.jpgPlusieurs soldats critiquent la civilisation métropolitaine, l'ère des masses et l'argent. On constate que ce n'est pas seulement "l'électeur ignorant" qui contrôle la vie contemporaine, mais au moins autant "l'acheteur ignorant". Et malheur à celui qui se met en travers du chemin du consommateur. Les forêts sont abattues, les vestiges de la culture sont visités jusqu'à la ruine définitive. Les millions de consommateurs sont les nouvelles majestés, et il est mauvais qu'ils soient des majestés inconnues.

Un soldat dit que la civilisation urbaine va périr, "l’élévation verticale par l’acier et le béton était une élévation vers une impasse. Le temps des grandes villes est révolu". Si c'est le cas, ils se battent pour donner aux paysans allemands un endroit où vivre.

César ou Alexandre

En Amérique, on disait "un Indien mort est un bon Indien", dans la vieille Russie "un sujet kirghize est un bon kirghize". Pour nous, c'est "un Russe libre et bon, un Ukrainien libre et bon".

Reiten für Russland – Gespräche im Sattel

Un tel endroit existe à l'Est, mais des gens y vivent déjà. La manière d'entrer en relation avec eux joue un rôle central dans les conversations. Il y a presque un consensus sur le fait qu'il y a de la place pour les Allemands et les Russes. Les deux paradigmes d'attitudes envers les autres peuples décrits sont basés respectivement sur les campagnes gauloises de César et les campagnes perses d'Alexandre. Là où César est venu en conquérant et a écrasé la Gaule, Alexandre a eu une attitude très différente à l'égard des Perses. H. J. von Lohausen affirme que "contre les Russes, et les Russes en particulier, on ne peut tenir cette terre, seulement avec eux". L'objectif, en bref, est de gagner les Russes, et les autres peuples d'Europe de l'Est, à la cause de l'Allemagne. Comment, alors, faire cela ? écrit von Lohausen : « Le christianisme de Dostoïevski, prédit Oswald Spengler, appartient au troisième millénaire. Nous devons accomplir la tâche de la vieille Russie. Sinon, nous ne pourrons pas les surmonter. C'est ce que les Allemands ont fait avec Rome... nous devons nous connecter ici avec les Varègues, avec les Rurikides ».

81ZLpCyY-XL.jpg

Un contrepoids à l'axe des États-Unis et de l'Angleterre ne peut être que "germano-russe". Les soldats décrivent également les Allemands et les Français comme des peuples jumeaux, et passent en revue les nombreuses occasions historiques qui ont existé pour unir ces peuples. "Les rois allemands ne divisaient pas, ils pensaient par ensembles". Il est également affirmé que "l'orgueil ennoblit le perdant, la magnanimité le vainqueur". En même temps, ils ne sont pas sûrs que les dirigeants allemands soient capables de comprendre cette nécessité, des mots comme "sous-hommes slaves" et le désir de garder "tout, la terre, la victoire, l'espace" pour eux-mêmes suggèrent que ce n'est pas le cas et que l'opportunité peut être perdue.

Allemagne et Europe

Ils veulent les océans, mais nous voulons la terre.

Reiten für Russland – Gespräche im Sattel.

La position de l'Allemagne est particulière. Spengler a déclaré qu'un pays au milieu de l'Europe doit devenir un État militaire ou périr. Les conversations en selle tournent aussi autour de cela. La position de l'Allemagne est soigneusement analysée, alors qu'elle est la seule nation européenne capable de devenir une puissance mondiale au XXe siècle. La position de l'Allemagne en fait également le seul État capable d'unir les peuples d’Europe: «Nous sommes le pont. Le seul parmi tous les peuples d'Europe... qu'est-ce que cette Europe sans l'Allemagne ? Un morceau de côte à l'extrémité ouest de l'Asie, un rien aux yeux des Russes».

Heinrich-Jordis-von-Lohausen+Denken-in-Völkern-Die-Kraft-von-Sprache-und-Raum-in-der-Kultur-und.jpg

Il existe un lien naturel entre la géopolitique et l'intérêt pour les personnages nationaux, von Lohausen ne fait pas exception. Il décrit ainsi comment les Italiens "pensent avec leurs yeux", comment les Français sont enclins à l'esprit critique, etc. Il parle de "la fantaisie des Celtes", de "la sobriété des Latins", de "la détermination des Allemands".

Au centre de toute cette Europe se trouvent les Allemands, et la question est de savoir qui ils sont vraiment. Les conversations remontent à Keyserling, qui qualifiait les Allemands de ‘’peuple le plus polyvalent’’. On dit qu'ils sont les plus curieux ; comme les Russes, ils ont une certaine attitude à l'égard de l'illimité et de l'infini. La question de savoir s'ils sont un peuple, une nation ou une collection de tribus se pose également. La Prusse était probablement une nation: "un peuple a des fils, même des fils infidèles, une nation a des partisans".

L'un des soldats affirme que le nationalisme est le signe qu'un peuple est encore inachevé. Ils ne sont pas encore Allemands, ils ne sont pour l'instant qu'une nation. La question de la révolution allemande est également soulevée, "la révolution allemande, c'était la Prusse", ses instruments étaient "l'armée et l'État".

Les soldats discutent également de la relation entre le droit de vote et la conscription, ainsi que de la liberté et de l'égalité: « "Libre" et "égal" ne sont que des concepts. Vous ne pouvez pas les voir et vous ne pouvez pas les sentir. Mais le frère, le camarade, est de chair et de sang, lui faire du bien est bien, lui faire du mal est mal ».

Être ou avoir

L'imagination fait bouger l'histoire, la non-imagination la fige. L'imagination est l'âme de la politique.

Reiten für Russland – Gespräche im Sattel.

Il y a un noyau aristocratique dans la vision du monde de von Lohausen. Nous y avons déjà fait allusion dans les paragraphes consacrés à la magnanimité du vainqueur et à la civilisation urbaine moderne. Comme Thiriart, et Fromm, il fait la distinction entre l'avoir et l'être: « Toute véritable noblesse, toute culture repose sur l'être. Celui qui court après l'argent ne peut que perdre dans l'être. Un samouraï ne possédait rien d'autre que ses épées et son éducation. Sa vie a suivi le bushido, la voie du guerrier. Il n'y a pas si longtemps, on disait dans notre pays : "Celui qui jure par la bannière de la Prusse n'a que ce qui lui appartient". Regardez les États-Unis et vous trouverez le pays de la cupidité effrénée ».

Von Lohausen considère l'extermination des Indiens comme le chapitre le plus sombre de l'histoire de l'homme blanc, et y revient souvent. Les Indiens ne pouvaient pas être utilisés comme des travailleurs esclaves: "ils étaient des aristocrates, pas aussi faciles à dresser que des chiens, mais aussi indépendants que des chats. On peut atteler des bœufs à des chariots, mais pas une panthère". Selon von Lohausen, cela distingue la démocratie de la monarchie ; aux États-Unis, les indigènes ont été exterminés, ce qui n'était normalement pas le cas en Sibérie pendant la période tsariste. En même temps, il est conscient qu'il existe une "Amérique différente", avec des gens serviables et honnêtes. Mais ils ne contrôlent pas la politique.

414RDJ9PF3L._SX312_BO1,204,203,200_.jpgL'attitude aristocratique qu'il représente se caractérise également par le respect de l'ennemi: "la joie de la fierté et de la valeur de l'adversaire... deux choses rendent la guerre intéressante: le théâtre et l'adversaire". Parler de l'adversaire comme d'un "sous-homme" rime mal avec une telle attitude, et les soldats parlent aussi vers la fin que lorsque la victoire sera remportée à l'Est, il sera peut-être temps de "franchir le Rubicon" et de rentrer à Berlin. En bref, César est plus intéressant en tant que créateur d'un nouvel ordre à Rome qu'en Gaule.

L'accent mis sur l'être plutôt que sur l'avoir est lié à la description du style, qui s'apparente à la "race de l'âme" d'Evola et en partie aussi à Clauss. Dans une conversation, on dit que: « Le style, c'est avoir de la distance par rapport à soi-même, ses actions, ses intérêts, ses gains. Le style est une sagesse vécue... plus important que tous les éléments extérieurs est le chemin vers l'intérieur, plus important que tous les chemins du monde est le chemin vers les sources ».

La relation entre la politique et la moralité est également fréquemment abordée au cours des entretiens. On cite les propos de Bismarck selon lesquels "les concepts de culpabilité, de vengeance, de punition n'ont pas leur place en politique", on note également qu'il existe deux formes de politique. "Une pour les initiés et une pour le parlement, la presse et la radio". Les avis divergent dans une certaine mesure quant à savoir si cela est positif.

Dans l'ensemble, il s'agit d'un livre très précieux pour toute la mouvance non-conformiste en Europe. H. J. von Lohausen décrit la relation entre l'Europe et les États-Unis et l'Angleterre anglo-saxonne, entre "la mer et la terre". Il aborde les conditions préalables à une Europe libre et unie, ainsi que les relations entre l'État et le peuple. Son examen des Allemands et de l'Allemagne est également très intéressant, car beaucoup de choses nous rappellent les Suédois (y compris le passage de la nation au peuple, et l'élément d'un universalisme significatif). L'approche globale est également positive, car elle associe une magnanimité aristocratique à une vision de la réalité géopolitique moderne. Ce livre est donc fortement recommandé. La réalité historique d'aujourd'hui diffère de celle évoquée par les soldats fictifs de 1942, mais beaucoup de facteurs sont demeurés les mêmes. Une question intéressante, bien sûr, est de savoir dans quelle mesure les soldats allemands de l'Est ont eu des conversations similaires. Cela ne semble pas complètement impossible, beaucoup étaient instruits et beaucoup avaient des perspectives différentes de celles du national-socialisme. Certaines de ces perspectives sont encore valables aujourd'hui.

Nous trouvons le livre en format PDF ici :

https://govil.es/de/66af0289be2c9dc7

Sur H. J. von Lohausen :

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2008/03/11/h...

Extrait en français de Reiten für Russland (sur le destin de la France et de l’Allemagne):

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2008/03/10/j...

lundi, 26 avril 2021

Chasse dystopique au verbe

maxresdefaultthomasclavel.jpg

Chasse dystopique au verbe

par Georges FELTIN-TRACOL

Le premier roman de Thomas Clavel plonge le lecteur dans un récit inquiétant qui s’inscrit dans le genre dystopique si certains faits d’actualité ne corroboreraient pas la préfiguration d’un effrayante avenir immédiat.

« Bo-bo » parisien, brillant khâgneux, normalien sorti de la rue d’Ulm, agrégé en lettres, Maxence Baudry se délecte de la littérature française des XIXe et XXe siècles. Sa thèse « brillamment soutenue (p. 13) » porte sur L’impossible silence de Maurice Blanchot. Écrivain qui se défiait de la notoriété et réprouvait les modes médiatiques, Maurice Blanchot (1907 – 2003) signa en 1961 la pétition des intellectuels de gauche contre la guerre d’Algérie. Tenant une ligne ultra-gauchiste, il vomissait le camp d’en-face d’où il provînt naguère. Avant la Seconde Guerre mondiale, le jeune Blanchot rédigeait en effet des articles au vitriol dans différentes publications de la « Jeune Droite ». Aux côtés de Jean de Fabrègues et de Thierry Maulnier, il signait dans Combat et L’Insurgé. Leur teneur se caractérisait par leur virulence…

41QBnoS9DML._SX313_BO1,204,203,200_.jpgNe répondez jamais au téléphone !

Maxence Baudry « depuis quatre ans […] enseignait la littérature à Paris 3 (p. 12) ». Il mène une vie paisible jusqu’au jour où, démarché de façon honteuse par une télévendeuse impudente, il se voit forcer de prendre « un abonnement d’un an à notre pack découverte, exceptionnellement à quarante-neuf euros par mois pendant les trois premiers mois pris au tarif habituel et préférentiel de quatre-vingt-dix-neuf euros par mensualité (p. 15) ». Furieux, il compare l’attitude de cette professionnelle à celle des Roms qui écument les stations de métro de la Capitale.

Maxence Baudry ne sait pas qu’il vient de tomber dans la délinquance verbale. Convoqué au commissariat, il est mis en examen pour « oppressisme dans l’exercice de fonctions enseignantes, romophobie caractérisée et diffusion de contenu idéologique à caractère xénophobe sur les réseaux sociaux (p. 41) ». Le policier a écouté la conversation téléphonique enregistrée et découvert qu’en corrigeant une copie, le prévenu avait osé mettre un quatre sur vingt à une « afro-étudiante », accompagnée du commentaire suprématiste suivant : « Copie insuffisante, travail minimal; il faudra approfondir certaines notions d’histoire littéraire manifestement jamais rencontrées (p. 40). » Horreur de la bonne conscience cosmopolite ! Baudry aggrave encore en cas. Sur son blogue personnel dédié à la littérature, il a commenté un roman de Renaud Camus, véritable pestiféré de la République décadente des Lettres.

Maxence Baudry doit se rendre « le lundi suivant à treize heures, à la quatrième chambre correctionnelle du Palais de Justice (p. 57) » parce que « lorsqu’un individu est inculpé pour délit verbal, l’audience est enregistrée dans des délais exceptionnels (p. 47) ». Cette rapidité revient à « la loi d’Application du Vivre Ensemble (p. 42) » qui est « une loi d’exception (p. 47) ». « Cette loi révolutionnaire avait la particularité de réprimer plus sévèrement les mots que les actes. Une mauvaise parole sur la voie publique enregistrée avec un téléphone portable; un tweet ou une publication Facebook dont on avait conservé la trace grâce à une capture d’écran; un article partagé sur un blog; une conversation privée filmée à l’insu d’un locuteur imprudent : tout cela coûtait désormais plus cher qu’une agression physique (p. 43). » Une modification légale la complète en permettant des indemnisations versées par le condamné « à titre de préjudice subi ou bien de récompense civique (p. 45) ». Il s’agit « d’inciter les citoyens à adopter une conduite moralement responsable (et hautement lucrative) de délation systématique (pp. 45 – 46) ».

Thomas_CLAVEL_.jpg

Thomas Clavel ne fait qu’extrapoler des cas déjà prévus dans les différentes lois liberticides hexagonales, voire occidentales. Des militants identitaires du local lillois, La Citadelle, sont poursuivis pour des propos enregistrés en caméra caché par un stipendié d’AJ+, le médiat jeune de la chaîne de télévision Al Jazeera. L’auteur aurait cependant pu développer le contexte politique en imaginant que l’acceptation de cette loi « liberticidissime » revienne à la présidente de la République Christian Taubira, à son Premier ministre Najat Vallaud-Belkacem, à la ministre de la Justice et Garde des Sceaux, Clémentine Autain, au ministère de la Guerre (contre les Blancs), Assa Traoré, et au ministre de l’Intérieur, de l’Accueil inconditionnel des réfugié.e.s – migrant.e.s – exilé.e.s et de la Lutte impitoyable contre toutes les haines Cédric Herrou, Alice Coffin s’installant pour sa part au ministère de l’Éducation transnationale.

Un vivre ensemble obligatoire

Au tribunal, face aux parties civiles, à l’accusation publique et à un auditoire hostiles, Maxence Baudry se défend seul. Il a appris que les honoraires des avocats « avaient explosé, les nouveaux dossiers de crimes de parole étant presque toujours perdus par la partie défendresse (p. 57) ». Dans sa plaidoirie, le prévenu commet l’erreur de se justifier. Il est forcément « condamné à une peine de deux ans de détention avec mandat de dépôt et au versement d’une indemnisation de quatre mille euros au bénéfice de la plaignante Noema Korokossi pour préjudice moral (p. 70) ». Le jugement est « irrévocable, les voies de recours étant impossibles en cas de viol de la loi AVE (p. 71) ».

Plutôt que de se justifier, Maxence Baudry aurait dû se lancer dans une défense de rupture théorisée par l’avocat Jacques Vergès. Ainsi aurait-il nié la légitimité juridique de cette monstruosité et contesté la légalité même du tribunal. Contributeur à Causeur et à Boulevard Voltaire, Thomas Clavel reste un libéral conservateur individualiste et légaliste. Or, face à une telle ignominie décrite dans cette fiction, l’affrontement physique s’impose. Puisqu’il est plus gravement sanctionné dans ce monde affreux de dire que de faire, les victimes de la loi AVE ne devraient-elles pas agir en jusqu’au-boutistes assumés ?

9782491446376-475x500-1.jpgOutre l’erreur de plaider sa bonne foi devant des juges politisés, Maxence Baudry en commet une autre, antérieure, celle de se rendre à la convocation du commissariat du Ve arrondissement. Il aurait dû suivre pour la circonstance les étrangers délinquants sans-papiers qui n’y répondent jamais. Mais la convocation devient bientôt une perte de temps. L’Arménien Vahé, scénariste de son état, rechigne à adapter Le Nom de la Rose d’Umberto Ecco en remplaçant la jeune paysanne amante du novice franciscain par une Africaine tétraplégique promue héroïne principale de la série… Exagération narrative ? Que nenni ! L’Agence spatiale européenne envisage de recruter pour ses prochaines missions des candidats handicapés. On peut dès lors proposer que les déficients visuels (ou les sans-permis) conduisent les bus et les tramways de la RATP.

Ulcéré, Vahé répond vertement à son producteur. Il n’obéit à aucune convocation policière. La police l’arrête chez lui. Et s’il avait immédiatement riposté en faisant feu sur eux derrière sa porte ? Aurait-il été jugé pour l’acte ou pour le propos initial à moins que la peine capitale soit rétablie pour ce cas spécifique ? La différence de traitement est d’ailleurs notable entre les prisonniers de droit commun et les « pénitents » coupables de crimes textuels et perçus comme des « malades psychiatriques ». Dans cette dystopie, l’État anarcho-tyrannique fait qu’« en quelques mois seulement, la moitié de la population carcérale d’Île-de-France avait été remplacée. Par voie de conséquence, les taux de délinquance et de criminalité avaient explosé dans certains départements. Mais les rédactions des principales chaînes d’information en continu avaient reçu l’ordre de détruire tous les fichiers vidéo en leur possession qui témoignaient des récentes atteintes aux biens et à la personne (p. 167) ».

Rééducation mentale forcée

Dans la maison d’arrêt de Villepinte, qui ressemble plus à un pénitencier étatsunien, la privatisation en moins, où Maxime Baudry se retrouve détenu, les « pénitents » portent un uniforme couleur sépia distinctif. Sur le modèle des camps du Viet Minh qui endoctrinaient les prisonniers français avec la complicité de l’infâme crapule Georges Boudarel qui ne fut jamais inquiété par les instances universitaires, les détenus subissent chaque mardi une séance obligatoire et délirante de vivre ensemble. On pense ici aux méthodes anglo-saxonnes de rééducation collective imposées aux Sudistes à la fin de la Guerre de Sécession en 1865, aux Afrikaners après la Guerre des Boers en 1901 et au peuple allemand entre 1945 et 1949. Dans ce dernier cas, il en a quand même résulté un chef-d’œuvre d’Ernst von Salomon, Le Questionnaire (1951). Le pédagogue responsable de ce prêchi-prêcha hebdomadaire abjecte ne mériterait-il pas une sévère correction surtout si la violence sur la personne est plus acceptable que la virulence des propos ? Quant au « mitard », le politiquement correct exige de l’appeler « salle de lecture (p. 141)». C’est « une pièce sans fenêtre, ni bibliothèque, avec un petit lit et un WC. Vingt-quatre heures sur vingt-quatre, une enceinte encastrée dans le mur diffusait (à un niveau d’intensité sonore déterminé à l’avance mais que le directeur pouvait modifier à sa guise depuis l’extérieur) les enregistrements de livres audios appartenant à la collection Jeunesse et Diversité du fonds documentaire de l’Éducation nationale (p. 141) ». Pourquoi ne pas la saccager ? Pourquoi les « pénitents » qui sont des dissidents – prisonniers politiques – détenus d’opinion ne se mutinent-ils pas ? Ils appartiennent à une France polie, convenable et bien-élevée. À tort ! Ils gagneraient à agir en hooligans, en pittbulls, en nouveaux Vandales politiques. Contre l’anarcho-tyrannie étatique, c’est une France réfractaire, rebelle et insurgée qui devrait répliquer coup pour coup.

mathcl.jpg

Certes, des embastillés suivent Maxence Baudry. Il leur apprend à résister au bourrage de crâne en réenchantant la syntaxe et le vocabulaire, en retrouvant l’étymologie, l’orthographe et la grammaire, en se réappropriant la sémantique. Bientôt, les détenus les plus déterminés constituent un contre-atelier informel de réaction linguistique sans que cela ne débouche sur un véritable réseau clandestin de résistance à l’intérieur de la maison d’arrêt. Thomas Clavel ignore peut-être que de telles structures sont possibles et qu’elles ont existé à diverses périodes contemporaines. Les détenus appartiennent à la France bien élevée, respectueuse des lois.

En dépit d’une fin assez conformiste, c’est un honorable roman qui annonce (un peu trop tardivement ?) des temps difficiles. Il esquisse un début de commencement de réaction vitale à la seule échelle individuelle. Oui, seule une minorité agissante et engagée saura évincer les autres minorités organisées. N’oublions jamais, l’exemple récent des « Gilets Jaunes » en fait foi, que l’histoire n’est pas populiste, mais aristocratique.

Georges Feltin-Tracol

• Thomas Clavel, Un traître mot, Éditions La Nouvelle Librairie, coll. « La peau sur la table », 2020, 230 p., 14,90 €.

dimanche, 25 avril 2021

SYRIE 1941 - La guerre occultée - Vichyste contre Gaullistes 

large_syria.jpg

SYRIE 1941 - La guerre occultée - Vichyste contre Gaullistes 

Source: le compte vk de Jean-Claude Cariou

Recension:

SYRIE 1941 - La guerre occultée - Vichyste contre Gaullistes
Par Henri DE WAILLY
Editions Perrin, 2006, 504 pages.

Avec cet ouvrage consacré à la campagne de Syrie durant l’été 1941, Henri de Wailly livre un travail historique à bien des égards exemplaire.

kVd949OJaS4.jpg

Se plaçant sous quatre angles différents (Français de Vichy, Français Libres de De Gaulle, Anglais et Australiens), il propose une analyse fine de la géopolitique du Levant français, des enjeux provoqués par la défaite de la France et des événements diplomatiques et militaires de cette campagne.

A la défaite, lourde, des armées françaises en 1940, la convention d’Armistice prévoit le maintien d’une armée française réduite, la préservation de la flotte française et le maintien de troupes en Afrique du Nord et au Levant (Syrie et Liban), ces dernières sous le contrôle plus ou moins strict de commissions de contrôle italo-allemandes.

Au Levant, 35.000 hommes constitués, pour l’essentiel, de troupes locales et de régiments de l’Armée d’Afrique encadrés par des sous-officiers et officiers métropolitains.

3mQxfMDYPZE.jpg

Le sort du Levant va être scellé par la géopolitique régionale: besoin des Allemands de soutenir l’insurrection en Irak, besoin des Français libres de lever des troupes et d’affirmer la légitimité du mouvement sur l’Empire français, besoin des Anglais de protéger à la fois l’Irak et l’Egypte attaquée à l’ouest par l’Afrika Korps d’Erwin Rommel.

Les Allemands souhaitant venir en aide aux nationalistes irakiens de Rachid Ali en révolte contre la présence britannique sollicitent du gouvernement de l'amiral Darlan des facilités aéroportuaires pour faire transiter du matériel et des armes par la Syrie. Celui-ci, -cornaqué par le très collaborationniste secrétaire du gouvernement Benoist-Mechin- et croyant jouer au plus fin et en échange d'hypothétiques contreparties assouplissant les conditions d'occupation, met le doigt dans l'engrenage d'une collaboration militaire avec les Allemands pouvant rapidement entraîner la France vichyste dans une co-belligerance avec la Wehrmacht contre l'Angleterre. Se rendant compte de son erreur et face à l'opposition de Weygand, Darlan tente de limiter les concessions données aux Allemands mais il est trop tard et, sur ordre, le général Dentz commandant de l'Armée du Levant, est contraint de s'exécuter en offrant aux avions de la Luftwaffe certaines facilités de transit sur les aérodromes de Syrie et en livrant aux insurgés à la frontière irakienne des armes, du carburant et des moyens de transport, des camions essentiellement prélevés sur les stocks de la commission d'armistice. A sa décharge ces matériels et armement livrés étant pour la plupart obsolètes ou hors d'usage .

jpg_i07f57d40c3accba1.jpg

e6f3a4f9ee500e6f851b81bc8daa9077.jpg

DEZ1 - Edward Lengel.jpg

C'est le casus belli rêvé par Winston Churchill !

Poussé également par le général de Gaulle, Churchill va décider de l’invasion du Levant au grand dam du commandement militaire en Égypte le général Wawell qui a déjà fort à faire en Lybie avec les Germano-Italiens qui menacent le Nil et le canal de Suez.

Engagée avec de trop faibles moyens mais avec la 1ère division des Français Libres (1ère DFL), l’offensive va piétiner face à une armée française du Levant qui, dopé par l'invasion des Britanniques et surtout très remontée contre les "traîtres " gaullistes reste fidèle à Vichy et se bat farouchement. Il faudra des renforts importants des troupes du Commonwealth et l’invasion de la Russie par Hitler (fermant définitivement la porte à une opération allemande d'envergure en Méditerranée orientale vers la Syrie et l'Irak) pour faire basculer définitivement le sort des armes dans le camp des Alliés en montrant toute l'inanité de cette guerre fratricide entre alliés d'hier et de demain et entre Français.

Si la victoire fut acquise aux Alliés, les gaullistes perdirent l’un de leurs objectifs: la grande majorité des soldats de l’armée du Levant, traumatisée par cet affrontement resta fidèle à Vichy (au Maréchal Pétain leur chef plus exactement) et furent rapatriés en France. Il faudra attendre le débarquement des alliés anglo-américains en Afrique du Nord pour que la France Libre, devenue France Combattante, puisse de nouveau accéder à des troupes françaises: celles de l’Armée d’Afrique qui reprendront sous le même drapeau le combat commun contre l'ennemi allemand dès la campagne de Tunisie.

L’ouvrage de Henri Wailly est très bien écrit et servi de 40 pages de notes très utiles. L’ensemble des différentes thèses et angles de vue, y compris celui de l'Armée du Levant, est présenté de manière équilibrée. Cet ouvrage est utile pour mieux comprendre le contexte difficile que connaîtront les gaullistes dans les événements en Afrique du Nord en 1942.

Syrie 1941, Guerre occultée certes car Anglais et Français ne souhaitèrent pas s’étendre sur ce conflit entre anciens et futurs alliés. Par contre, la dimension franco-française, hors la dimension morale qui fut traumatisante et laissa des traces indélébiles chez les participants, est remise en cause par le poids des effectifs français engagés du côté allié: 15% des effectifs au début de la campagne – 8% dans la deuxième partie de l’offensive. Par contre, il est vrai que la présence des « Free French » dont beaucoup étaient vus (effet de la propagande et de la méconnaissance des enjeux réels de l'armistice et de la collaboration d'une France vichyste très lointaine du Moyen Orient) non comme des frères égarés mais comme des "traîtres" a sûrement impactée et durcie la résistance des forces vichystes dans le sens d'un bien plus grand engagement dans des combats menés le plus souvent " jusqu'au bout et sans esprit de recul" aussi bien contre les Britanniques, (Australiens et Indiens pour la grande majorité), que contre les FFL.