Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 07 août 2022

Hypothèses sur le regard asiatique

china_news.jpg

Hypothèses sur le regard asiatique

par Pierluigi Fagan

Source : Pierluigi Fagan & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/ipotesi-sullo-sguardo-asiatico

Si nous devions assumer l'objectif stratégique américain vis-à-vis de la Chine, c'est-à-dire, si ce n'est l'isoler, la mettre en grande difficulté, mettre des frictions sur le cours de sa croissance économique, donc de sa puissance et de sa stabilité interne, comment devrions-nous évaluer le voyage de Pelosi ?

Le premier problème avec les articles et les commentaires que je lis à ce sujet est qu'ils sont écrits avec une mentalité occidentale et qu'ils s'adressent à un public occidental. Mais le jeu est en réalité purement oriental. Non seulement la Chine est orientale, mais le système dans lequel elle s'inscrit est oriental. C'est ce système, le système asiatique, qui alimente la croissance chinoise et qui en est tout aussi dépendant. 

Le deuxième problème est le type d'image du monde qu'a l'analyste. Les géopolitologues sont désormais très en vogue après une longue domination des économistes. Mais malheureusement, tout comme les économistes font des analyses monofocales qui ignorent la grammaire géopolitique, les géopoliticiens souffrent tout autant d'un biais monofocal envers les faits économiques. C'est un gros problème, car là, dans la réalité des choses, ainsi que dans les mentalités politiques des acteurs sur le terrain (chefs des différents gouvernements de la zone), il n'y a pas une telle division, la réalité à laquelle nous devons faire face est une.

8c6b7a1d-ab86-4095-b3e8-0c6bf855f357.jpg

Le troisième problème auquel nous devons faire face est l'enrôlement des observateurs occidentaux dans les systèmes de jugement impliqués dans le sujet. Ils peuvent être atlantistes et ainsi réciter une suite de concepts et de jugements complètement déséquilibrés comme je l'ai lu par hasard ce matin dans un article de Marta Dassù, ou à l'autre bout du spectre citer des éditoriaux enflammés du Global Times. Ainsi, par exemple, ceux qui, au mépris de la mentalité séculaire du conflit asymétrique chinois, ont imaginé des chasseurs chinois abattant l'avion de Pelosi dans le pur style Top Gun, c'est-à-dire Hollywood.

Maintenant, je ne veux pas me vendre pour ce que je ne suis pas, je ne suis pas un expert de l'Asie, je ne suis un expert de rien, je suis un généraliste qui s'occupe de la complexité, donc de beaucoup de choses. Cependant, je vais essayer de faire une analyse basée sur le peu que je sais, en essayant d'éviter les trois biais mentionnés ci-dessus.

  1. 1) La Chine réalise près de 50% de ses importations en provenance d'Asie et un peu moins, 46%, de ses exportations. On peut dire que la force économique et commerciale de la Chine est essentiellement asiatique et qu'à l'Asie, elle donne (c'est-à-dire importe) plus qu'elle ne prend (exporte). La Chine est le premier pays dans les deux domaines pour chacun des un peu plus de 50 états asiatiques et quand elle n'est pas la première, elle est la deuxième ou dans de rares cas la troisième. On peut dire de manière systémique que pour le système asiatique, pour le bien commun asiatique, c'est-à-dire l'intérêt commun de tous les États asiatiques, la Chine agit comme la locomotive, le cœur systémique, la pompe centrale de la circulation des richesses. Ce qui implique que tout problème d'élan dans la locomotive chinoise serait payé par l'ensemble du train asiatique. Il faut également se souvenir des multiples forums (fora) et accords liant les pays asiatiques à la Chine, RCEP, AIIB, SCO etc.
  2. 2) À l'inverse, la Chine est un géant démographique et un géant en matière de puissance dans le monde asiatique. Avec peu d'inclinaison pour l'impérialisme dans son voisinage au cours de son histoire, du moins au cours des derniers siècles, si vous êtes un État asiatique, en particulier un État adjacent, vous pouvez évidemment avoir quelques inquiétudes. Les diverses questions relatives aux frontières maritimes, aux détroits, à la diaspora chinoise, au grand renforcement techno-militaire chinois récent, bien qu'elles ne soient pas toujours directement menaçantes, ne sont certainement pas rassurantes. Il convient toutefois de rappeler que la Chine n'a pas de tradition de manipulation des gouvernements d'autrui ; elle n'a pas à son actif le financement politique, celui des groupes de réflexion, du lobbying, de l'influence de la presse et de bien d'autres choses encore qui caractérisent l'empire hybride américain.
  3. 3) Nous avons donc deux dynamiques, l'une poussant à l'établissement de relations étroites avec la Chine, l'autre conseillant une certaine contre-assurance, ce que l'on peut appeler, en relations internationales, le classique "numéro d'équilibriste". Le candidat naturel à l'équilibrage est les États-Unis, l'ennemi de mon ami/ennemi. L'acteur qui illustre le mieux cette posture équilibrée est l'Inde. Dans l'OCS, dans l'AIIB et surtout dans les BRICS, elle est avec la Chine, mais, simultanément, elle flirte militairement et technologiquement avec l'Amérique (et en vérité aussi avec la Russie en termes d'énergie et d'armes).
  4. 4) Dans les nombreux mérites et capacités des Américains, il manque certaines qualités typiquement asiatiques: la patience, la stratégie à long terme, la diplomatie, l'art du conflit-coopération, les formes d'interaction indirectes, obliques et diagonales. Pour rappel, le Global Times (GT) cite un certain nombre de diplomates de l'ASEAN et d'autres qui ont été déconcertés par la décision américaine sur le voyage de Pelosi. GT ne cite pas de noms et surtout fait - habituellement - de la propagande ; cependant, pour autant que je puisse connaître la mentalité asiatique, l'information semble très crédible. Aussi parce qu'elle est confirmée par le fait que le président coréen a fait semblant d'être en vacances (à son domicile de Séoul, semble-t-il) pour ne pas avoir à rencontrer l'Américaine même étant donné qu'une rencontre entre Sud-Coréens et Américains n'aurait pas été du tout scandaleuse aux yeux de Pékin. En outre, ces derniers jours, certaines sources asiatiques ont affirmé que Taipei elle-même avait supplié Pelosi de reporter son voyage, mais en vain. Rien ou presque n'est plus opposé que la mentalité asiatique et celle du Far West, je me contente de prendre une photo, quel que soit le jugement que l'on puisse en porter.
  5. 5) Taipei dépend à 28% de Pékin pour ses exportations et à 24% pour ses importations, la RPC étant de loin son premier partenaire, bien sûr. Il convient de noter que la réaction chinoise, au-delà de la tradition de la guerre des feux d'artifice dans la région, a montré avec quelle facilité Taipei pouvait être soumise à un blocus naval. Un blocus naval poserait un gros problème aux États-Unis. Taïwan n'est pas un État reconnu par l'ONU et par la communauté internationale. Si la Chine devait procéder demain à un blocus naval sérieux, et si les Américains allaient le forcer, ils se rendraient formellement coupables d'agression. Un blocus naval plus un blocus économique étoufferaient Taïwan dans un délai raisonnable. Mais dès les blocages d'exportation effectués par les Chinois (par exemple le sable que les journalistes de notre grande presse désignent comme indispensable à la construction sans savoir qu'il est aussi du silicium, même s'il n'est pas très pur) en guise de punition pour la rencontre criminelle, on voit comment l'objectif chinois est d'opposer le pouvoir économique taïwanais (qui est celui qui domine l'île) au pouvoir politique qui est tout sauf monolithique. Je dois également souligner que toute la paranoïa excitée, crachée par les médias occidentaux sponsorisés par les Américains dès le deuxième jour de la guerre en Ukraine, selon laquelle la Chine est sur le point d'envahir Taïwan, est insignifiante. Taiwan doit rejoindre la RPC dans les vingt-sept ans (2049) et il n'y a aucune raison de précipiter les choses. Notamment parce que la Chine continentale voudra probablement convaincre les insulaires ou une bonne partie d'entre eux du caractère inévitable du fait avant de faire des gestes plus décisifs. À la fois parce que régner sur un territoire hostile est un problème, et parce que cela montrerait un visage trop agressif envers ses voisins-partenaires asiatiques.

23heng-superJumbo.jpg

Cela dit, l'opération est loin d'être facile, les Chinois ne se reconnaissent pas dans les champions du soft power, les Taïwanais préféreraient rester autonomes, les Américains, les Britanniques et toute la cohorte occidentale feront tout pour mettre des bâtons dans les roues. Cependant, la géographie, l'anthropologie et l'économie, ainsi que la bonne utilisation du temps, sont en faveur des Asiatiques.

De nos jours, il est essentiel de comprendre et de se rendre compte qu'il y a vraiment beaucoup à étudier. Étudions plus et jugeons moins, l'anxiété est l'ennemi d'une bonne adaptation à l'ère complexe. Vous aurez fait l'expérience décourageante de voir dans un film étranger comment ils traitent notre italianité avec des clichés, projetant sur nous leurs pauvres et stupides schémas mentaux. Ne faites pas de même avec les Asiatiques, ce n'est pas une bonne façon de s'orienter dans le futur vers les 60% de la population mondiale. Si vous ne savez pas certaines choses, vous pouvez toujours vous taire, n'est-ce pas ?

51IwLUC02rL.jpg

[Le livre ci-dessus est fantastique, je le recommande vivement, il est écrit par le plus grand expert de la mentalité chinoise que nous ayons ici en Europe, un Maître, une figure rare en ces temps de précipitation et de superficialité].

La guerre des grains et la nouvelle posture de la Sublime Porte

shutterstock_396579595.jpg

La guerre des grains et la nouvelle posture de la Sublime Porte

Irene Ivanaj

Source: https://secolo-trentino.com/2022/07/31/la-guerra-del-grano-e-la-nuova-postura-della-sublime-porta/

Le rôle d'Erdogan en tant que grand médiateur dans la guerre Russie-États-Unis via l'Ukraine, alliée de l'OTAN mais également capable d'une ligne autonome, tandis que l'Europe tâtonne dans le noir.

Le grain, plus encore que le gaz, est une arme diplomatique entre les mains de la Russie et une guerre d'usure se profile en mer Noire, avec le déploiement de grandes puissances. La phase de libre-échange mondial des biens et des capitaux, ainsi que le transport des personnes à bas prix partout, est un souvenir, avec un blocage consécutif des chaînes d'approvisionnement mondiales.

La Chine, qui montre qu'elle voit loin, s'est préparée à la guerre et surtout à une économie de guerre. L'année dernière, elle a accéléré son désengagement de la dette publique américaine, même si cela avait été prévu depuis des années. D'autres puissances régionales, comme la Turquie et Israël, tentent de trouver des équilibres alternatifs et, pour des raisons évidentes, de ne pas contrarier le géant russe. Les alliés occidentaux, ayant peu à peu oublié l'usage de la diplomatie, tentent de rafistoler les adhésions à l'UE ou à l'OTAN en cherchant désespérément d'autres alliés et se targuent d'être prêts au dialogue dans le Haut-Karabakh.

De l'autre côté de la mer d'Azov, Erdogan a enregistré plusieurs victoires diplomatiques et militaires en Afrique et au Moyen-Orient. La semaine dernière, il a conclu l'accord sur les céréales en faisant office de garant entre les deux parties - la chaleur et les copeaux seront pris en charge plus tard ; peut-être après avoir remporté les élections prévues l'année prochaine. Du nouveau rôle de la Turquie, Carlo Marsili, ancien ambassadeur d'Italie à Ankara, a parlé avec beaucoup de clarté lors du 19ème atelier international du think tank Il Nodo di Gordio, organisé par Daniele Lazzeri à Baselga di Pinè.

01_03_22_Sinem.jpg

Parmi les nombreuses bizarreries que l'on peut lire sur la Turquie, l'une d'entre elles est que c'est un pays isolé. Ce n'est pas vrai : pas plus tard qu'en mars dernier, le premier ministre israélien, le président azéri, la chancelière allemande, le ministre arménien des affaires étrangères, le premier ministre néerlandais se sont rendus sur place [...]. En juillet, le troisième sommet italo-turc a donné une impulsion importante aux relations diplomatiques, qui s'étaient quelque peu relâchées avec le temps. La deuxième bizarrerie est de prétendre que la Turquie est anti-occidentale et n'est pas un allié fiable. C'est faux, c'est un pays qui, en raison de sa géographie particulière, a suivi une voie unique en matière de politique étrangère. Un pays musulman, membre de l'OTAN, candidat à l'UE, membre du Conseil de l'Europe, membre du G20, premier partenaire de nombreux pays africains, avec une très forte présence en Somalie, etc. aura nécessairement des intérêts différents qui ne sont souvent pas faciles à concilier."

108036_TUR20210618ErdoganAA_1624023202236.jpg

Depuis le début de la guerre, Erdogan "[...] s'est érigé en médiateur, convoquant les présidents russe et ukrainien au forum d'Antalya. L'opération a abouti hier (25 juillet, ndlr) à la signature d'un accord rouvrant le trafic aux navires ukrainiens chargés de céréales. Un succès significatif". L'accord se compose de deux documents, l'un signé par les parties turque et russe et l'autre signé par la partie ukrainienne avec les Turcs. Pour parvenir à cet accord, la Turquie a dû jouer un rôle diplomatique qui, selon une certaine presse, était ambigu, mais qui s'est révélé au contraire précieux. D'une part, elle a condamné l'invasion russe aux Nations unies, fourni des drones à l'Ukraine, accueilli de nombreux réfugiés, activé la convention de Montreux de 36 sur les détroits dans une fonction restrictive, mais n'a pas appliqué de sanctions et a poursuivi le dialogue politique avec Moscou [...].

Abordant un point controversé, Marsili a déclaré :

    "En ce qui concerne le veto turc à l'entrée de la Suède et de la Finlande dans l'OTAN, la Suède - selon les Turcs - abrite le quartier général du PKK, une organisation dont le but est la division de l'État turc par la création d'un nouvel État kurde, qui n'a jamais existé à ce jour. Un objectif totalement opposé à celui de l'OTAN".

Erdogan négocie depuis une semaine pour établir les procédures opérationnelles standard de la base logistique installée sur les détroits par les Turcs pour guider les navires le long des routes minées par les Ukrainiens eux-mêmes, alors que les Russes craignent que les couloirs soient utilisés pour importer des armes et que les Ukrainiens accusent les uns et les autres de voler des cargaisons de céréales syriennes qui ont été repérées au Liban. Mais la semaine dernière a vu les retombées économiques de la tension : l'Égypte a retiré une commande de 240.000 tonnes de céréales ukrainiennes, une nouvelle détérioration des relations, et maintenant la guerre déborde sur le front géorgien, voisin et partenaire de la Turquie.

Gudauri.png

Et ces derniers jours, la situation en Géorgie se détériore rapidement, élargissant le champ de la confrontation. Dans les accords bilatéraux de l'année dernière, une règle générale a toujours été d'examiner les sujets un par un, mais cela pourrait ne pas être possible. Le mois dernier, il y avait déjà eu des tensions avec l'ambassadrice américaine, Georgia Degan, qui était accusée de vouloir fomenter une guerre dans le pays. En effet, l'ouverture d'un éventuel second front serait particulièrement préjudiciable à Moscou, mais la population géorgienne ne semble pas en être convaincue. Il y a une semaine, des manifestations avaient rempli les places pour la visite à Tbilissi d'une délégation du Parlement européen qui encouragerait l'entrée du pays dans l'Union. Entre-temps, avant-hier, un accord datant d'avant le 24 février ou janvier entre la Russie et la Géorgie a été publié : une partie du littoral de l'Abkhazie ira aux Russes.

Erdogan a été très habile pour gérer la neutralité d'un pays qui a un pied en Europe et un autre en Asie, un allié occidental unique, qui a tellement élargi ses accords qu'il peut négocier avec n'importe qui, souvent à ses propres conditions. Ajoutez à cela les multiples infrastructures réalisées au fil des ans, à tel point qu'elle est devenue une plaque tournante pour les hydrocarbures.

thumbs_b_c_89cbc0894c9b93996055bcd8e55ec0ce.jpg

L'Europe et l'Amérique, quant à elles, ont certes préparé le reste du monde à s'organiser, mais sans construire une alternative aux relations brûlées au fil du temps. My way, or the highway, ont-ils dit au monde ces dernières années ; les Américains ont les ressources pour le faire, l'Europe non. Erdogan a agi rapidement, il est retourné en Géorgie et a renouvelé un accord commercial de 3 milliards avant-hier. La politique n'attend plus l'heure de la justice internationale, et la diplomatie est un travail sur lequel on prend facilement du retard. En témoigne le procès qui oppose l'Arménie à l'Azerbaïdjan, ouvert à la Cour internationale de justice après neuf mois d'accusations mutuelles de génocide, qui a entre-temps été déclaré "résolu" avec la reprise du conflit du Haut-Karabakh. Là aussi, Erdogan a placé et déplacé ses pions.

Le régime contre nos agriculteurs - L'élimination de la classe paysanne aux Pays-Bas

images0.persgroep.jpg

Le régime contre nos agriculteurs

L'élimination de la classe paysanne aux Pays-Bas

Sjors Remmerswaal

Source: https://remmerswaal.substack.com/p/het-regime-tegen-onze-boeren

En octobre 2019, il est apparu clairement à un large public que les agriculteurs néerlandais étaient très mécontents des choix politiques du régime libéral. À cette époque, des milliers d'agriculteurs ont conduit leurs tracteurs vers La Haye et sont parvenu à provoquer d'énormes embouteillages sur le réseau routier de tout le pays, ce qui signifiait que tout le monde avait intérêt à écouter les critiques des agriculteurs. Ils ne vont pas se laisser chasser de leurs terres comme ça, même s'ils ont été déçus par les partis traditionnels et par leurs propres défenseurs attitrés.

Ces dernières semaines, les protestations ont à nouveau éclaté lorsque la ministre Christianne van der Wal a présenté les nouveaux plans relatifs à l'azote, qui réduiraient les émissions d'azote de 70 % dans 131 zones, à proximité de ce que l'on appelle la nature vulnérable, avec des conséquences majeures pour les agriculteurs et leurs exploitations. Il s'agit de réduire les dépôts d'azote, c'est-à-dire la précipitation d'azote sur le sol et dans l'eau des composés azotés réactifs de l'air. Il s'agit des oxydes d'azote provenant du trafic et de l'industrie et de l'ammoniac provenant de l'agriculture.

Notre nature serait sérieusement affectée par les activités quotidiennes des agriculteurs. C'est pourquoi le ministère a accéléré les plans visant à réduire l'azote et à améliorer la qualité de la nature et de l'eau. Les responsables poursuivent énergiquement ces plans en désignant des zones spécifiques et des charges d'azote spécifiques qui y sont autorisées, en achetant des fermes, en accordant des subventions et des récompenses aux agriculteurs qui s'y plient.

Il existe une position fondamentale en ce domaine: à savoir que la nature doit être améliorée et qu'un gouvernement tente d'y parvenir en réduisant les émissions d'azote. Le rachat des terres des agriculteurs ne servira à rien et, dans quelques années, d'autres industries seront également victimes de ces politiques écolo-climatiques. Juste le temps qu'il faut pour que les Pays-Bas soient complètement détruits. Certains spécialistes affirment que même si toutes les personnes et entreprises contestées quittent les Pays-Bas, les émissions d'azote seront toujours trop élevées en raison de ce qui est amené de l'étranger par les vents et les cours d'eau.

Merci de lire la Newsletter de Sjors Remmerswaal ! Abonnez-vous gratuitement pour recevoir les nouveaux articles et soutenir mon travail: https://remmerswaal.substack.com/ .

La revue de presse de CD - 07 août 2022

Reading-News-Online-696x489.jpg

La revue de presse de CD

07 août 2022

EN VEDETTE

Loi contre les contenus « terroristes » en ligne, en marche vers une censure généralisée au sein de l'UE ?

Sous couvert de lutter contre le terrorisme et de se conformer au droit européen, l'Assemblée nationale vient de voter une loi sur « la prévention de la diffusion de contenus à caractère terroriste ». Ce texte donne à présent le droit aux autorités de censurer, dans l'heure et sans aucune intervention de la justice, tout contenu publié sur internet dès lors que celui-ci peut être considéré comme « terroriste ».

Une loi qui menace directement la liberté d'expression. Explications.

Francesoir.fr

https://www.francesoir.fr/politique-france/loi-contre-les...

ALLEMAGNE

Mme Baerbock, désorientée

Annalena Baerbock et la coalition « tricolore » sont actuellement à la recherche de diplomates - et ce « sans connaissances générales et test psychologique », comme l'écrit le Merkur. Lors de son entrée en fonction, Mme Baerbock avait déjà laissé entendre qu'elle souhaitait à l'avenir mener une « politique étrangère féministe ». Apparemment, cela passe aussi par l'abaissement des exigences : « Dans la recherche actuelle, deux tests qui devaient encore être réussis jusqu'à présent sont supprimés : le test de connaissances générales et le test psychologique », explique le Merkur. Ce qui est particulièrement piquant, c'est ce qu'un initié a révélé au portail : « Le test psychologique a été supprimé parce que les candidates étaient particulièrement nombreuses à l'avoir raté ».

euro-synergies.hautetfort.com

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2022/07/29/m...

_122607119_taiwan_china_index_976.jpg

CHINE (S)

La guerre pour Taïwan ? Précédents historiques et risques militaires

La Chine répète de plus en plus fortement qu’elle est décidée à « réunifier » le pays en annexant Taïwan. Et tout le monde remarque que le terme « pacifiquement » a disparu. Comme il semble que Taïwan ne puisse pas se défendre sans les États-Unis, une guerre à grande échelle est tout à fait possible si ce soutien se matérialise.

revueconflits.com

https://www.revueconflits.com/taiwan-guerre-chine/?utm_so...

DÉSINFORMATION/CORRUPTION/CENSURES/DÉBILITÉ

La guerre livrée à l’humanité, la cybernétique

Deux mondes se superposent. Il y a celui de l’information fortement débilitante que l’on voit au travers des écrans, et il y a celui qui se construit à coups de structuration par les processus et les normes. Basé lui aussi sur l’information, issue de la base de données massives, ce monde échappe totalement à la compréhension de l’humain normal. Il est hautement complexe et se veut affranchi de l’humain. La vie informationnelle de celui-ci doit être associé à une machine (transhumanisme) jusqu’au jour où les machines communiqueront directement entre elles (posthumanisme). On voit ainsi que la fin de l’humain unique, sensible, créatif, imparfait tend vers sa fin. Ce modèle porte le nom de cybernétique.

Le blog de lilianeheldkhawam.com/

https://lilianeheldkhawam.com/2022/07/31/la-guerre-livree...

Revue de presse RT du 24 au 30 juillet 2022

Notre exercice hebdomadaire de dé/réinformation vu du côté russe. Cette semaine, la Russie qui continue à jouer avec les nerfs de l’Europe, le projet de visite de Pelosi à Taïwan pour provoquer la Chine, l’Ukraine qui délire de plus en plus et le monde multipolaire qui se renforce malgré/grâce à l’agitation occidentale.

lesakerfrancophone.fr

https://lesakerfrancophone.fr/revue-de-presse-rt-du-24-au...

коллаж-искусства-пропаганды-телевидения-137223966.jpg

« La presse est devenue extrêmement éditorialiste et de moins en moins factuelle »

Avec la création de Citizen Light, cet ancien collaborateur pour France 3, réalisateur des documentaires Hold Up et Hold on, entend proposer une alternative aux principales agences de presse (AFP, Reuters) afin d'y traiter des informations importantes et absentes des médias mainstream. Intéressée par le concept et la vision du projet encore en construction, Laurence Beneux a donné à l'agence de presse un accord de principe quant à sa collaboration. Elle accepte à ce titre de répondre à Thibault Schepman, journaliste pour le site Arrêt sur images qui prétendait vouloir comprendre le projet Citizen Light. Cependant, à la lecture de l’article, elle a la désagréable surprise de découvrir des allégations qui ne correspondent en rien avec les propos tenus lors de l’entretien. « Diffamatoire et calomnieux du début à la fin », l'article se compose d'« une succession d’attaques personnelles » jamais sourcées, dénonce Laurence Beneux.

francesoir.fr

https://www.francesoir.fr/videos-le-defi-de-la-verite/lau...

Services d’ordre et compte rendus d’incidents, des récits bien différents

Un candidat à l’élection présidentielle se doit d’avoir un bon service d’ordre. Un déplacement perturbé c’est un déplacement raté. Ce mois d’avril 2022 a montré, pour les candidats Macron et Le Pen, l’importance de rôder la mécanique en la matière. Il a également révélé de la part des médias dominants un deux poids deux mesures devenu habituel.

ojim.fr

https://www.ojim.fr/services-dordre-et-compte-rendus-dinc...

La CIA et les médias (2/6) – Quand l’Agence infiltre la Presse

Comment les médias les plus puissants d’Amérique ont travaillé main dans la main avec la Central Intelligence Agency et pourquoi la Commission Church les a couverts.

les-crises.fr

https://www.les-crises.fr/la-cia-et-les-medias-2-6-quand-...

conflit-bagarre-journal-de-l-ecologie-politique-le-bruit-des-arbres.jpg

ÉCOLOGIE

Agriculture : l’échec de l’écologie politique

Ce qu’il se passe actuellement aux Pays-Bas et au Sri Lanka devrait avertir la bureaucratie européenne. La planification agricole centralisée en matière d’agriculture (et dans tout autre domaine) ne fonctionne pas, et ne fonctionnera jamais. Le gouvernement n’a pas accès à l’information nécessaire pour dicter aux agriculteurs ce qu’il faut produire, ni comment le produire – pour la simple et bonne raison qu’il n’est pas omniscient. Seuls les acteurs concernés sont en mesure de s’adapter aux mécanismes du marché.

Contrepoints.org

https://www.contrepoints.org/2022/07/30/435992-agricultur...

Ours blancs, boisson gazeuse et ONG : un cocktail insipide

Considéré comme « espèce en voie de disparition », l’ours polaire est devenu le symbole écologique d’une lutte contre le réchauffement climatique. Curieux pour un animal dont la population a quintuplé en 40 ans ! WWF, comme Greenpeace, est une organisation militante écologique qui utilise toutes les armes médiatiques à sa disposition, dont la désinformation contrôlée. Un exemple illustratif est le rapport sur la disparition, annoncée pour 2035, des glaciers de l’Himalaya. Ce document non-scientifique, écrit spécifiquement pour WWF et dont le but est de marquer les esprits en effrayant le public, a été repris dans un chapitre du 4e rapport du GIEC, cet organisme onusien qui se targue de ne prendre en compte dans sa bible climatique que des articles publiés dans la littérature scientifique « peer-reviewed ». Honnêteté, quand tu nous tiens !

contrepoints.org

https://www.contrepoints.org/2013/10/28/144199-ours-blanc...

Vaccinolâtres et ukrainolâtres, la même technique de désinformation totalitaire

La désinformation a été au centre de la propagande en faveur de la « vaccination » Pfizer. Les faits resteront très têtus, mais le rapport remis à la FDA en date du 17 septembre 2021 démontrait à lui seul que ce produit avait une durée de protection limitée à quelques semaines. A la même époque, la situation en Israël apportait des preuves indubitables que la protection était éphémère. Or, beaucoup ont été manipulé par une désinformation qui a fonctionné selon deux principes très simples. Affirmer sans preuve, mais affirmer toujours et insulter tous les auteurs d’une information concrète exposant des faits contraires à la doxa. Le scénario de la désinformation : le bon, le méchant et la solution Il en est de même aujourd’hui concernant le soutien à l’Ukraine.

lesalonbeige.fr

https://www.lesalonbeige.fr/vaccinolatres-et-ukrainolatre...

ÉCONOMIE

La guerre révèle les failles de notre système économique

Alastair Crooke écrit qu’en Amérique, comme en Europe, il y a une peur et une colère de désintégration du système.

Les-crises.fr

https://www.les-crises.fr/la-guerre-revele-les-failles-de...

ÉNERGIES

Des sanctions contre Moscou ou contre nous ?

Exigées par Volodymyr Zelensky et imposées par Bruxelles, les sanctions contre la Russie se révèlent catastrophiques pour les économies européennes et surtout la nôtre. Les hommes politiques qui les ont appliquées pourraient le payer cher car un réveil des Gilets jaunes ou de mouvements similaires ne peut être exclu.

Polemia.com

https://www.polemia.com/des-sanctions-contre-moscou-ou-co...

sanctions-prises-par-lue.jpg

Une faute stratégique européenne : la question des sanctions et de l’énergie

La question des sanctions prises contre la Russie suite à son invasion de l’Ukraine le 24 février a fait couler beaucoup d’encre. Ces sanctions ont été mal pensées et mal mis en œuvre. Elles vont provoquer une crise énergétique grave dans les pays de l’Union européenne. Par Jacques Sapir.

les-crises.fr

https://www.les-crises.fr/faute-strategique-europeenne-sa...

ÉTATS-UNIS

Les États-Unis s’engagent à traquer les criminels de guerre russes – mais ignorent les leurs

« Il n’y a pas d’endroit pour se cacher », a déclaré le procureur général des États-Unis Merrick Garland lors d’un voyage surprise en Ukraine cette semaine, annonçant qu’un procureur vétéran connu pour avoir traqué les Nazis dirigerait les efforts américains pour enquêter sur les crimes de guerre russes. « Nous poursuivrons toutes les voies possibles pour faire en sorte que les responsables de ces atrocités en répondent », a-t-il ajouté. Garland n’avait pas besoin de parcourir 7 400 km à la poursuite de criminels de guerre. S’il voulait que les responsables de ces atrocités rendent des comptes, il aurait pu rester chez lui.

Les-crises.fr

https://www.les-crises.fr/les-etats-unis-s-engagent-a-tra...

Pantouflage : Ces anciens membres du Congrès devenus lobbyistes agents de l’étranger

Depuis les années 2000, près de 100 anciens législateurs sont devenus des lobbyistes à Washington pour des pays comme l’Arabie saoudite et la Chine.

les-crises.fr

https://www.les-crises.fr/pantouflage-ces-anciens-membres...

pelosi-taiwan-trip.jpg

Taïwan : quand Pelosi s’en va en guerre

L’escapade de Nancy Pelosi, 3e personnage de l’État américain, à Taïwan a donné lieu à une profusion de commentaires, où l’on voit les uns et les autres s’exprimer, chacun à partir de sa chapelle et afin de défendre sa cause. Qui celle du monde unipolaire dominé par les États-Unis, c’est-à-dire un « ordre international fondé sur des règles ». Qui celle d’un monde multipolaire de pays souverains organisé par le droit international issu de la Seconde Guerre mondiale. C’est pour cela que la question juridique est extrêmement importante, car si les deux visions sont manifestement antagoniques, le camp de « l’ordre international fondé sur des règles » est quand même tenu de s’inscrire, au moins en partie, dans une régulation fondée sur le droit international. En effet, le concept américain ressemble comme deux gouttes d’eau à celui posé par le premier vers de la fable de Jean de La Fontaine : « Le loup et l’agneau ». C’est-à-dire : « La raison du plus fort est toujours la meilleure ». Le comportement guerrier des États-Unis depuis 30 ans démontre qu’il est le producteur des fameuses « règles », qu’il les définit au fur et à mesure de ses besoins, et qu’elles évoluent en fonction des rapports de force qu’il impose.

vududroit.com

https://www.vududroit.com/2022/08/taiwan-qand-pelosi-sen-...

FRANCE

L’École comme lieu de mémoire : enseignons le roman de l’Histoire

En passant à Morzine, je remarquai la façade de l’École Primaire publique, ornée de fresques représentant, grandeur nature, quelques-unes des gloires de la France. Un chevalier y jouxte Charlemagne, identifiable à sa « barbe fleurie », comme dit la Chanson de Roland, auquel succède, dans le sens de la lecture, un emperruqué du grand Siècle, probablement ce bon La Fontaine —, puis une femme de Lettres (parions sur Mme de Sévigné), et ensuite Napoléon. Tout un programme — qui devrait être LE programme de toutes les écoles de France. Par Jean-Paul Brighelli.

Causeur.fr

https://www.causeur.fr/ecole-memoire-enseignement-roman-n...

B9731646107Z.1_20220728190921_000+GRPKVPB5G.2-0.jpg

Affaire Iquioussen : l’état de droit, masque politique

Quelques réflexions sur l’affaire Iquioussen. Nous avons un problème avec notre justice, qu’elle soit constitutionnelle, judiciaire, financière, ou administrative. L’état de droit qu’elle invoque et au nom duquel elle prend ses décisions, n’est que le masque du pouvoir politique de la petite bourgeoisie qui y officie. Nouvel exemple.

vududroit.com

https://www.vududroit.com/2022/08/affaire-iquioussen-leta...

GAFAM

Crise alimentaire mondiale : BlackRock et Bill Gates sonnent l'alerte

Larry Fink, directeur général de BlackRock, a récemment alerté quant aux fortes hausses des prix du pétrole et des métaux, dues à l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Aujourd'hui, c'est l'impact durable et plus dangereux de l'inflation alimentaire qui retient son attention, ainsi que celle de Bill Gates. Les rapaces rodent !

Francesoir.fr

https://www.francesoir.fr/politique-monde/BlackRock-Bill-...

L’Equipe et Le Figaro portent plainte contre Apple

Les deux médias français considèrent notamment que la marque à la pomme ne propose pas à ses utilisateurs d'autres alternatives que l'App Store pour accéder à leurs applications.

Siecledigital.fr

https://siecledigital.fr/2022/08/02/lequipe-et-le-figaro-...

IMMIGRATION

Les 37 personnes tuées à Melilla sont les victimes de la politique criminelle de l’Europe

Le 24 juin dernier, la police marocaine a assassiné au moins 37 migrants à la frontière avec l’Espagne. Ce massacre montre à quel point l’Union européenne s’appuie sur des régimes autoritaires pour surveiller ses frontières — et démontre le caractère superficiel de l’image « progressiste » du gouvernement espagnol.

Les-crises.fr

https://www.les-crises.fr/les-37-personnes-tuees-a-melill...

Expulsion des délinquants étrangers : l’enfumage du ministre de l’intérieur continue

Dans un entretien accordé au journal Le Monde le 9 juillet, le ministre de l’intérieur a annoncé sa volonté de rendre possible l’expulsion de « tout étranger » qui « a commis des actes graves » en France, « quelle que soit sa condition de présence sur le territoire national ». Un projet de loi sera présenté dans ce sens à la rentrée. Pourtant, en dépit de cette détermination de façade, Gérald Darmanin va se heurter à de nombreux freins tant matériels que juridiques qu’il ne peut ignorer.

Breizh-info.com

https://www.breizh-info.com/2022/08/02/201439/expulsion-d...

Espagne. Le gouvernement socialiste assouplit l’embauche de migrants et la régularisation des clandestins

En Espagne, prétextant une pénurie de main-d’œuvre frappant certains secteurs d’activité, le gouvernement vient d’adopter une réforme qui assouplit largement la législation en matière d’immigration. Impliquant notamment une régularisation de certains clandestins. Après l’immigration massive justifiée par la fuite de la guerre ou encore l’afflux de ce qu’on nomme les « réfugiés climatiques », certains pays européens expliquent désormais leur laxisme face à ces flux par la pénurie de main-d’œuvre à laquelle ils seraient confrontés sur leur sol.

breizh-info.com

https://www.breizh-info.com/2022/08/02/193840/espagne-ass...

Sylvie Kauffman1.jpg

OTAN

Sylvie Kauffmann : OTAN pour elle

Sylvie Kauffmann est née le 30 octobre 1955 à Marseille, en France. Son père est médecin militaire. Grand reporter à l’étranger sur trois continents pendant de nombreuses années, elle est la première femme à diriger la rédaction du Monde. Ses nombreux sauts à travers le monde ne l’ont jamais fait dévier de la feuille de route atlantiste et fidèlement pro américaine qu’elle suit scrupuleusement depuis ses débuts.

Ojim.fr

https://www.ojim.fr/portraits/sylvie-kauffmann/

RÉFLEXIONS

La pandémie a-t-elle tué le sens du travail ?

C’est à se demander si continuer de travailler a encore vraiment un sens… La pandémie et ses conséquences sur l’organisation du quotidien professionnel, entre confinement et télétravail, ont chamboulé la notion même de travail. À tel point que nombre d’emplois supposant d’être présent et de travailler dur pendant que les autres se distraient (hôtellerie, restauration…) sont actuellement confrontés à une véritable pénurie de main d’œuvre. Une nouvelle forme d’inégalité professionnelle a par ailleurs vu le jour, creusant un fossé entre ceux qui peuvent télétravailler, et organiser leur vie personnelle en conséquence, et ceux qui ne le peuvent pas. Pourtant, une majorité de Français (54%) estime que leur activité ne leur permet tout simplement pas de travailler à distance.

laselectiondujour.com

https://www.laselectiondujour.com/la-pandemie-a-t-elle-tu...

La grande illusion

Nous, Français, subissons depuis plus de deux ans la politique sanitaire du gouvernement. Dans l'espace public de l'information (médias, internet et documents papier), combien avons-nous observé d'interprétations différentes, d'analyses argumentées et débattues de cette politique, en théorie fondée sur des données acquises, admises, confirmées et validées de la science ? Hormis la lecture rendue « non-contestable », quasiment aucune ! Alors je pose la question : l'enfermement dans une unique information, alimentée de « vérités » incontestables, sous peine d'être taxé de complotiste ou traduit en justice, n'est-il pas le plus grand scandale de tous les temps ?

francesoir.fr

https://www.francesoir.fr/opinions-editos/la-grande-illus...

Finnish-biobank-network-and-histological-images-of-typical-carcinoid-TC-and-atypical.png

SANTÉ/INTERDICTIONS/LIBERTÉS

En Finlande, des "biobanques" récoltent les données génétiques de la population

Pour mener à bien des recherches médicales personnalisées, la Finlande a lancé des programmes de recherche basés sur les données génétiques d’une partie de la population. Alors que les Finlandais ont une confiance absolue dans la stratégie de recherche du gouvernement, ces données pourraient aussi être monétisées à leur insu.

Francesoir.fr

https://www.francesoir.fr/politique-monde/finlande-bioban...

Étude : 22 % des moins de 50 ans diagnostiqués avec une nouvelle maladie post-vaccination

Le 27 juillet 2022, l'organisation Children's Health Defense présidée par Robert F. Kennedy a reçu les deux sondages qui avaient été commandés auprès de l'institut d'études de marché John Zogby Strategies, pour connaître les conséquences de la campagne de vaccination contre le Sars-CoV-2 au sein de la population américaine. Les résultats qui en découlent devraient conduire à des remises en question. Il a été constaté, lors de la seconde enquête, que 22 % des personnes de moins de 50 ans, qui n'ont rien à craindre du Covid-19, ont été diagnostiquées avec une nouvelle maladie peu après la campagne de vaccination.

francesoir.fr

https://www.francesoir.fr/societe-sante/etude-jeunes-nouv...

UKRAINE

Ordre de déportation des russophones du Donetsk

Non seulement l’ordre ne s’accompagne d’aucune garantie pour les personnes déplacées, mais encore, dans le même communiqué, Zelensky enjoint les habitants de Donetsk de « s’approcher des combattants qui restent. Essayez de les convaincre que vous devez partir ». Le message subliminal n’est pas perçu par les médias occidentaux. Mais en décryptant l’imposition, cela consiste à faire passer les russophones de Donetsk par les fourches caudines des miliciens nationalistes ukrainiens pour obtenir un sauf conduit dans le cadre de la déportation organisée précisément par ces derniers. En tout état de cause, si cela venait à se confirmer, Zelensky serait en train de commettre un autre délit de lèse humanité. Les déportations de populations sont interdites par la quatrième convention de Genève, avec l’aggravant que les personnes en charge du transfert des civils seraient leurs agresseurs.

Francesoir.fr

https://www.francesoir.fr/politique-monde/ordre-de-deport...

2022-03-09T132526Z_1899929051_RC21ZS9GIY1Q_RTRMADP_3_UKRAINE-CRISIS-INDIA-WHEAT.jpg

Les céréales et la guerre

Le récent accord sur l'exportation des céréales ukrainiennes - et russes - est extrêmement fragile. Les administrateurs de Kiev perdent un atout important. L'accord est également sujet à toutes sortes de perturbations et de provocations. L'une d'entre elles, et non des moindres, est la présence de mines navales ukrainiennes obsolètes, dont certaines se sont détachées de leurs ancrages et dérivent en mer Noire.

euro-synergies.hautetfort.com

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2022/07/31/l...

Les entreprises américaines possèdent environ 30 % des terres arables ukrainiennes

Le territoire de l’actuelle Ukraine étant le grenier de l’Europe (et au-delà) depuis des millénaires, le pays a été la cible de diverses sociétés agricoles, en particulier celles originaires de l’Occident politique. Ces dernières années, des sociétés étrangères ont acquis des champs ukrainiens, privant le pays de tout contrôle sur ses exportations alimentaires et même sur son approvisionnement alimentaire national.

breizh-info.com

https://www.breizh-info.com/2022/08/04/206228/les-entrepr...

UNION EUROPÉENNE

Crise énergétique en Europe : comment en sortir ?

Le retour d’une forte inflation, avec notamment la montée du prix des carburants, annonce une récession imminente en Europe. Doit-on en imputer la faute à la série de crises que les pays ont dû affronter ? Ou bien devons-nous pointer d’abord du doigt des errements stratégiques européens ? Pour prendre un peu de recul, Freddie Sayers d’Unherd a interrogé Louis-Vincent Gave, directeur de Gavkal Financial Research (interview en lien ci-dessous).

laselectiondujour.com

https://www.laselectiondujour.com/crise-energetique-en-eu...

frontex_logo_uniform.jpg

Frontex menacée : le mythe de la souveraineté européenne effondré

Depuis des mois, l’Agence européenne de gardes-frontières et de garde-côtes (Frontex) est l’objet d’attaques virulentes de la part des ONG favorables à la déferlante migratoire et de la gauche du Parlement européen. La Commission, en ligne directe avec ces groupes de pression, avait mandaté l’Office de lutte antifraude de l’Union européenne (OLAF) pour enquêter sur le fonctionnement de l’agence, bien que ceci n’ait eu aucun lien avec une quelconque fraude. À la suite du rapport rendu par l’OLAF, Fabrice Leggeri, directeur de Frontex, avait été poussé à la démission, accusé d’avoir fermé les yeux sur des opérations de refoulement de supposés réfugiés en mer Égée, voire d’y avoir prêté main-forte.

bvoltaire.fr

https://www.bvoltaire.fr/tribune-frontex-menacee-le-mythe...

L’Europe centrale face à la Russie : plus divisée qu’on ne le croit

Les pays d’Europe centrale ont la réputation d’être plus atlantistes et plus critiques envers la Russie que l’Ouest. Mais est-ce vraiment le cas pour tous ses pays ? En 2020, GLOBSEC, un think tank basé en Slovaquie, a sondé les opinions publiques de la plupart des pays d’Europe centrale1sur leur perception de la Russie. Précisons que cette publication a été soutenue par le Département d’État américain et le National Endowment for Democracy. Si ces résultats ont pu évoluer avec le conflit en Ukraine, ils démontrent une tendance : l’Europe centrale est divisée.

contrepoints.org

https://www.contrepoints.org/2022/08/04/436332-leurope-ce...

samedi, 06 août 2022

Une époque de crises multiples

crisis.jpg

Une époque de crises multiples

Andreas Mölzer

Source: https://andreasmoelzer.wordpress.com/2022/08/05/eine-epoche-multipler-krisen/

L'humanité a dépassé depuis longtemps le seuil des 8 milliards d'individus. La planète est surpeuplée et il devient de plus en plus difficile de nourrir la population mondiale.

Pendant ce temps, les navires céréaliers attendent leur tour dans le port d'Odessa. Et selon les estimations des Nations unies, la guerre en Ukraine va plonger près de 100 millions de personnes dans une extrême pauvreté, voire dans une véritable famine.

Des tensions sociales, voire des guerres civiles et des révoltes contre la pauvreté, résulteront de cette évolution, qui devrait toucher en premier lieu les États défaillants d'Afrique noire, d'Asie du Sud-Est et d'autres parties du tiers-monde. Au début de l'année, des émeutes ont déjà éclaté au Kazakhstan en raison de l'explosion des prix du carburant. Puis, plus récemment, c'est le Sri Lanka qui a été touché par de telles émeutes. Bientôt, ce sera peut-être le Pakistan, qui semble être au bord de l'explosion. Et il en sera de même pour tous les pays qui, comme ceux d'Afrique noire, sont de plus en plus en difficulté en raison de l'arrêt des livraisons de céréales en provenance d'Ukraine.

Dans les pays émergents, touchés par l'augmentation massive des coûts de l'énergie et par l'explosion des coûts de l'alimentation, ainsi que par le délabrement des budgets nationaux, le risque de tensions sociales et de conflits violents bien réels augmente. Ceux qui pensent que cela ne concerne que le tiers-monde se trompent. Dans les pays industrialisés occidentaux également, la paupérisation qui s'installe touchera de larges pans de la population et ébranlera, voire détruira, le tissu social.

banlieue_39801235d0.jpg

En particulier dans les pays qui ont été déstabilisés par une immigration massive au cours des dernières années et décennies, il y aura inévitablement des conflits entre la population autochtone et les groupes d'immigrés.

Au plus tard lorsque les transferts de l'État en faveur de la population issue de l'immigration diminueront, voire disparaîtront, de véritables luttes de répartition, qui pourraient aller jusqu'à la guerre civile ouverte, seront inévitables.

Au-delà des utopies sociales, telles qu'elles se sont manifestées dans le débat sur un revenu de base inconditionnel pour tous, il ne fait aucun doute que la société de pénurie qui s'annonce connaîtra un appauvrissement, voire une paupérisation de larges couches de la société. Les tensions sociales pourraient se transformer en situations de guerre civile, voire en émeutes de la faim.

Et celles-ci pourraient être renforcées par des conflits ethniques entre les groupes d'immigrés, comme nous l'avons vu dans les affrontements entre Turcs et Kurdes, qui ont déjà eu lieu à Vienne il y a des années.

Il serait illusoire de penser que l'Europe est à l'abri de telles évolutions. Non seulement la guerre est revenue en Europe depuis longtemps sous la forme de l'attaque russe contre l'Ukraine, mais elle a également été marquée par des conflits armés. Les conflits dans les Balkans, par exemple entre le Kosovo et la Serbie, menacent également d'éclater à nouveau. Et cette région n'est qu'à quelques heures de route de l'Autriche, notre île des bienheureux.

Et même dans les régions en paix, comme la région Alpes-Adriatique, les problèmes sociaux et leur aggravation pourraient raviver d'anciens conflits que l'on croyait morts depuis longtemps et qui avaient été refoulés ou oubliés jusqu'à présent.

Même les conflits historiques, comme ceux entre les Autrichiens et les Italiens, entre la Carinthie et la Slovénie, entre les Frioulans et leurs voisins croates et slovènes, pourraient se rallumer. Là où, il y a trois générations, on s'entretuait par dizaines de milliers, par exemple lors des batailles de l'Isonzo pendant la Première Guerre mondiale, il n'est pas exclu que de vieilles haines éclatent à nouveau.

Kämpfe_auf_dem_Doberdo.JPG

Il s'agit là de visions d'horreur apparemment tirées par les cheveux, mais il n'est pas exclu que d'anciens conflits éclatent dans des conditions sociales difficiles. Et pas seulement dans le voisinage de l'Autriche, mais dans le monde entier. En Europe de l'Est et du Sud-Est, il existe une telle quantité d'anciens conflits ethniques, sociaux et économiques non résolus qu'il serait étonnant qu'ils ne refassent pas surface en cas d'évolutions économiques dramatiques. Les conflits en Ukraine, qui se déroulent bien entendu dans un contexte de guerre, nous le montrent clairement.

De plus, lorsque les intérêts économiques et politiques de puissances extérieures entrent en jeu, les conflits s'en trouvent généralement aggravés. Par exemple, le soutien militaire des États-Unis à l'Ukraine n'est pas du tout désintéressé.

Lorsque les grandes puissances, comme les États-Unis d'Amérique, la Russie ou la Chine d'Asie de l'Est, pensent pouvoir étendre ou simplement préserver leur sphère d'influence, c'est généralement au détriment des États régionaux.

Par exemple, le soutien militaire des États-Unis à l'Ukraine n'est certainement pas motivé uniquement par un engagement amical en faveur de la souveraineté du pays, mais sans aucun doute aussi par des intérêts mondiaux de grande puissance.

Et si la Chine investit massivement en Afrique noire, ce n'est sans doute pas par souci d'amitié entre les peuples, mais pour des intérêts économiques et de puissance bien réels.

Globalement, la planète et l'humanité semblent se diriger vers une ère de crises multiples. La surpopulation et la crise alimentaire, ainsi que le renchérissement massif des denrées alimentaires et de l'énergie à l'échelle mondiale, génèrent de plus en plus de crises d'approvisionnement dans de nombreux pays et donc des luttes de répartition de plus en plus intenses. Dans les pays du tiers-monde déjà considérés comme défaillants, la conséquence est le chaos total, l'anarchie complète et, le plus souvent, la prise de contrôle par des systèmes autoritaires. Dans les pays émergents, cette évolution en crise favorise également le développement de structures antidémocratiques. Et dans les démocraties occidentales, cela, combiné à l'immigration, est tout simplement un facteur de déstabilisation croissante.

Ce ne sont donc pas de belles perspectives pour l'humanité qui s'ouvrent. La crise sanitaire, qui semble désormais arriver à son terme, la guerre en Ukraine, l'inflation dans les pays occidentaux industrialisés et la tendance globale à l'appauvrissement massif semblent en effet nous plonger dans une ère de chaos et de crise.

Où sont les hommes d'État, où sont les forces politiques qui s'opposent à cela et qui ont des concepts pour combattre cette évolution multi-crises ?

Ce qui est réconfortant, c'est que nous savons une chose : Quand le danger est grand, ce qui sauve grandit aussi. Espérons que ce dicton classique ait raison.

Observations anti-impérialistes sur le « Pays du matin calme » septentrional

https __ns.clubmed.com_dream_GENERIQUE_PDM_Factsheets_107248-2a8cr7jdqu-swhr.jpg

Observations anti-impérialistes sur le « Pays du matin calme » septentrional

par Georges FELTIN-TRACOL

La civilisation coréenne a le vent en poupe en Occident. Dans l’hebdomadaire féministe gratuit Version femina (du 25 au 31 juillet 2022), Brigitte Valotto explique pourquoi « Des mangas à la K-Pop, la Corée du Sud fait un carton ». La série de Netflix, Squid Game, connaît un succès planétaire. De nombreux adolescents pratiquent le taekwondo, l’art martial local. Ils écoutent des groupes (autant féminins que masculins) de la K-Pop (les variétés musicales venues de Séoul). Malgré sa difficulté, l’apprentissage du coréen est à la mode. Bien des étudiants européens souhaitent s’inscrire dans les universités de la République de Corée.

Cet engouement ne devrait pas leur valoir l’attention toute particulière des services de renseignement à la différence de Benoît Quennedey. Haut-fonctionnaire au Sénat, administrateur de la direction de l’architecture, du patrimoine et des jardins de la Chambre haute du Parlement français, responsable de la division administrative et financière, Benoît Quennedey vient d’obtenir un non-lieu judiciaire après quatre années éprouvantes au cours desquelles la DGSI l’a suspecté d’espionnage et de « trahison » en faveur de la Corée du Nord ! Pendant ce temps, de vrais traîtres  continuent à œuvrer au cœur de l’Hexagone pour la Subversion liquide. La victime n’appartient pourtant pas à La France insoumise. Secrétaire national du Parti radical de gauche avant d’en être exclu dès sa mise en examen en 2018, président de l’Association d’amitié franco-coréenne et auteur en 2017 de La Corée du Nord, cette inconnue. Un essai de décryptage de la République populaire démocratique de Corée (Delga), Benoît Quennedey a effectué huit voyages à Pyongyang. Cette régularité ne pouvait qu’inquiéter les chiens de garde d’un monde occidental – atlantiste dégénéré.

_104546868_mediaitem104546866.jpg

9782376071303-475x500-1.jpg

L’actualité nord-coréenne

La Corée du Sud mime, voire singe, l’Occident au point que sa langue recèle de plus en plus d’américanismes. D’un point de vue plus spirituel, le christianisme dans ses différentes variantes protestantes concerne presque un tiers de la population dont plus de 40 % est athée. Cependant, déplore dans l’article de Brigitte Valotto, une certaine Rihana, fan trentenaire de la pop culture sud-coréenne, « les Sud-Coréens sont très fermés aux questions LGTB et au féminisme, ils ont beaucoup de problèmes de société!». Comme quoi, la perfection n’est point de ce monde…

corééefkdksqlf.jpg

C’est dans ce contexte de « sud-coréophilie » avérée qu’il importe de mentionner Comment peut-on être Coréen (du Nord) ? de Robert Charvin. Soutien de la Russie depuis l’intervention militaire en Ukraine, la République populaire démocratique de Corée (RPDC) a reconnu, le 13 juillet 2022, les républiques populaires de Lougansk et de Donetsk dans le Donbass, d’où la rupture immédiate des relations diplomatiques de Kyiv avec Pyongyang. Robert Charvin expose un point de vue original qui tranche avec les clichés habituels sur l’« État-ermite ».

Professeur de droit international et en droit des relations internationales, figure altermondialiste et ancien conseiller général du Parti communiste français (PCF) dans les Alpes-Maritimes, Robert Charvin avait publié la première mouture de ce livre en 2006 aux éditions du Losange installées à Marseille. Une version revue et mise à jour est parue aux Éditions Delga qui s’occupent des écrits du philosophe et sociologue marxiste Michel Clouscard (1928 – 2009). L’orientation politique de cette maison d’édition se place clairement à la gauche de Karl Marx sans pour autant verser dans l’ultra-gauche puisqu’elles ont répliqué À nos amis (2014) du Comité invisible par une virulente critique sous forme de pastiche, Je sens que ça vient, signé « Comité translucide »...

Comment peut-on être Coréen (du Nord) ? est moins profond et plus « impressionniste » que Corée du Nord. Un État-guérilla en mutation de Philippe Pons (Gallimard, 2016) ou La Corée du Nord en 100 questions (Tallandier, 2016) ou Le monde selon Kim Jung Un (Robert Laffont, 2018) de Juliette Morillot et de Dorian Malovic. L’essai du professeur Charvin, vice-président de l'Association d'amitié franco-coréenne, s’ouvre sur une longue préface de Jean Salem, signataire chez Delga de La démocratie de caserne. Après les attentats, Hollande s’en va-t-en guerre (2016) ou de Rideau de fer sur le Boul’Mich. Formatage et désinformation dans le « monde libre » (2009). Professeur de philosophie à l’université Paris Panthéon – Sorbonne, cet adhérent au PCF est le fils d’Henri Alleg. Il ne cache pas un virulent anti-impérialisme. Ainsi prévient-il qu’« en Europe et aux États-Unis prévaut, sur cette région du monde, et sur la Corée, particulièrement, une méconnaissance quasi unanime. Pour ne pas dire une crasse ignorance ».

Robert Charvin entend pour sa part « briser le consensus insupportable des anti-Corée du Nord, convaincus malgré leur ignorance du bien-fondé de leur militance négative, [qui] est œuvre de salubrité intellectuelle ».

NA_2016-11-02_FR_B-HELLENDORFF.jpg

Vérité sur la Corée du Nord

Robert Charvin note plus loin qu’« il y a tant de méconnaissance de la Corée et d’agressivité contre la partie Nord que la tentation est grande d’y répondre par un discours apologétique visant à convaincre que la RPDC a résolu tous ses problèmes ! Mais l’État nord-coréen, comme tout État, et la société nord-coréenne, comme toute société, connaissent des contradictions, des difficultés et des crises : ils ne constituent pas la fin de l’histoire de la Corée millénaire. Mais la Corée du Nord n’est pas cette caricature qu’en donne un Occident malade de lui-même et dont la logique absurde menace la planète entière ».

L’auteur retrace à grands traits l’histoire tourmentée, voire « maltraitée » d’un peuple et d’une nation toujours divisées en dépit d’une présence très ancienne dans la péninsule. En outre, « la proximité des grandes puissances armées et souvent ennemies fait logiquement de l’indépendance une valeur fondamentale ». Ces circonstances historiques expliquent l’audacieux programme nucléaire de Pyongyang qui « a pour objectif de survivre, ce qui ne peut lui être contesté, en vertu de la Charte des Nations unies elle-même, et ce qui implique des moyens énergétiques et des garanties de non agression ». À l’aune des précédentes déstabilisations de la Serbie, de la Libye, de la Syrie et même de l’Ukraine, la possession d’ogives nucléaires sanctuarise le territoire national comme l’avaient estimé les penseurs français de la dissuasion.

our-country-is-safe-under-army-first-policy-north-korean-propaganda-poster-retro-graphika.jpg

La lente et minutieuse formation d’une force atomique est un acquis incontestable du « socialisme à la coréenne » et de sa clé de voûte fondamentale, le « Djoutché ». Basée sur la dialectique, cette théorie originale pour l’ancien « bloc de l’Est » « fait la critique de “ l’économicisme “ omniprésent dans le marxisme dogmatique comme dans le libéralisme, évoluant en une véritable “ superstition “ fétichisant le progrès technique, la croissance, etc. ». Robert Charvin voit dans le Djoutché « une idéologie tonique et motrice » dont « l’un des facteurs décisifs du développement est le “ Djadjounseung “, c’est-à-dire l’esprit de créativité, basé sur la connaissance, qui renouvelle l’angle d’approche de l’économie et de l’histoire : les mouvements historiques ne sont pas le fruit des contradictions sociales résultant des rapports de production, mais des réactions de l’homme créateur à ces contradictions sociales. Le monde matériel n’est pas nié, mais la connaissance des lois de son évolution permet à l’homme de se transformer lui-même en transformant la réalité. Il est donc possible non seulement de transformer le monde mais de le transformer vite et globalement, sans priorité ni étape ». Il s’agit ici d’une formulation philosophique proche de la sensibilité prométhéenne. Ne peut-on pas y incriminer une très lointaine et très ancienne influence indo-européenne ? Pour Robert Charvin, grâce au Djoutché,                                « “ l’homme est le ciel “, c’est-à-dire que l’homme est le maître de tout ».

Un État souverain national-populaire ?

La Corée du Nord présente le rare exemple de confondre en termes ethniques et géographiques les notions d’État, de peuple, de patrie et de nation. Cette homogénéité réelle ne peut qu’agacer les tenants d’un Occident-monde multiculturalisé, c’est-à-dire uniformément marchandisé. Robert Charvin insiste sur « le caractère “ total “ de la révolution coréenne ». Le Djoutché implique la mobilisation complète de toute la population dans tous les domaines et secteurs tant publics que privés. Cet engagement permanent tous azimuts contribue au renforcement de la pleine souveraineté de la RPDC qui bénéficie par ailleurs de l’aide ponctuelle de la Chine, de la Russie et de l’Iran.

L’auteur conclut par un plaidoyer qui prend assez paradoxalement de la part d’un communiste une résonance ethno-différencialiste certaine. « C’est à partir des choix réels faits par les peuples en fonction de leur héritage national, de leurs valeurs spécifiques, que pourront se constituer simultanément des démocraties ajustées à leur réalité et un développement conforme à leurs besoins. » Se détournant de la déplorable démocratie libérale individualiste, l’État coréen du Nord pourrait-il dans les prochaines décennies passer de la démocratie populaire en cours à une démocratie organique à imaginer ? Robert Charvin ne répond pas. Il aurait toutefois pu préciser que le Parti du travail de Corée participe avec deux autres mouvements politiques autorisés à la grande organisation sociale et politico-civique que demeure le Front démocratique pour la réunification de la patrie. La première formation se nomme le Parti social-démocrate de Corée. La seconde allie politique, religion et patriotisme exacerbé. Le Parti Chondogyo Chong U (ci-dessous, drapeau) regroupe en effet les paysans qui pratiquent encore le culte animiste – chamaniste du Chondo fondé au début du XXe siècle dans une perspective ouvertement nationaliste et agrarienne (völkisch dirait-on sous d’autres latitudes).  

Cheondoism_flag.svg.png

Avec Comment peut-on être Coréen (du Nord) ?, Robert Charvin signe donc un livre détonant qui va à l’encontre des poncifs convenus. Souhaitons que l’auteur ne devienne pas la cible tout désignée de quelques officines de barbouzes aux ordres des ploutocraties de la City, de Wall Street et du Berlaymont… 

Georges Feltin-Tracol

  • Robert Charvin, Comment peut-on être Coréen (du Nord) ?, préface de Jean Salem, Éditions Delga, coll. « Histoire », 2017, 137 p., 16 €.

Les partis établis s'indignent : Sahra Wagenknecht veut de la diplomatie au lieu d'une "guerre folle"

1-format43sw.jpg

Les partis établis s'indignent : Sahra Wagenknecht veut de la diplomatie au lieu d'une "guerre folle"

Source: https://zuerst.de/2022/08/04/etablierte-parteien-sind-emp...

Berlin . Sahra Wagenknecht, députée de gauche au Bundestag, est rarement à court de mots. Dans le contexte de la guerre en Ukraine, elle s'en prend souvent à la politique des partis établis. Aujourd'hui, elle fait à nouveau les gros titres suite à un message sur Twitter.

Son tweet a été déclenché par une information relative à la remise en service prévue d'une centrale à charbon sur ordre du ministre fédéral de l'économie Habeck (Verts). Elle a commenté : "La remise en service des centrales à charbon montre que le changement climatique était hier important pour les Verts. Aujourd'hui, la guerre folle contre la Russie est une priorité absolue pour l'ancien parti écologiste et même la seule solution raisonnable au conflit (diplomatie/négociations) est rejetée".

imagessw.jpg

Le fait que Sahra Wagenknecht prenne position en faveur de la diplomatie et des négociations avec la Russie suscite l'indignation des partis politiques établis. Ainsi, le député CDU Matthias Hauer écrit sur son site Internet : "Ce que Sahra Wagenknecht écrit sur Twitter est difficilement égalable en termes de folie". Wagenknecht pratique "l'inversion coupable-victime par excellence" et "la propagande pour les criminels de guerre".

iswmages.jpg

La députée SPD Derya Türk-Nachbauer a également réagi avec indignation : "La Russie a lancé une guerre d'agression brutale. Les villes ukrainiennes sont en ruines. Les écoles, les hôpitaux et les centres commerciaux ukrainiens sont bombardés. En Ukraine, des femmes, des enfants, des personnes âgées sont tués". Et Wagenknecht parle d'une "guerre folle contre la Russie". (rk)

Demandez ici un exemplaire de lecture gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous ici dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

L'euro numérique et l'argent physique

euro-numerique-1024x512.png

L'euro numérique et l'argent physique

Entre l'argent liquide, les soldes bancaires et l'euro numérique

Sjors Remmerswaal

Source: https://remmerswaal.substack.com/p/digitale-euro-en-fysiek-geld?utm_source=twitter&sd=pf

Début juin, les parlementaires néerlandais ont reçu une lettre du ministre des Finances, M. Kaag, indiquant que l'Union européenne travaille à la conception d'un euro numérique et que le régime libéral actuel, toutefois avec un certain nombre de "si" et de "mais", est favorable à cette nouvelle monnaie. Le ministère considère l'euro numérique comme un complément aux formes de monnaie et aux infrastructures de paiement existantes, et non comme un remplacement de celles-ci.

Un rapport de la Banque centrale européenne sur cette question montre que, plus concrètement, il s'agit d'une monnaie numérique de banque centrale, un euro numérique, qui fonctionnera au sein de l'Eurosystème existant. Il s'agira, selon les auteurs du rapport, d'un argent sûr, qui stimulera l'innovation, entraînera une réduction globale des coûts et réduira l'empreinte carbone des systèmes monétaires et de paiement.

Elle viendra donc compléter les formes de monnaie existantes les plus connues, à savoir les espèces (monnaie publique, scripturale) et les dépôts bancaires (monnaie privée, scripturale). L'argent liquide est une créance sur la banque centrale, tandis qu'un dépôt bancaire est une créance sur une banque commerciale. Un euro numérique est une nouvelle forme numérique d'argent liquide: une créance numérique sur la banque centrale. Les consommateurs et les entreprises peuvent utiliser l'euro numérique pour effectuer des paiements.

Les partis directeurs considèrent le développement d'un euro numérique comme une réaction à la récente et plus large numérisation de l'argent. Cette numérisation s'accompagnerait de toutes sortes de nouveaux usages. La Commission européenne a déjà lancé une consultation sur l'euro numérique, destinée aux participants du marché et aux régulateurs, et une proposition législative de la Commission européenne est attendue en 2023.

vendredi, 05 août 2022

La science-fiction comme lieu d'avenir

science-fiction-2074073_1280.jpg

La science-fiction comme lieu d'avenir

Riccardo Rosati

L'essai d'Antonio Scacco va dans ce sens : "L'homme doit être le maître et non l'esclave de la technologie, et la Science et la Foi doivent redevenir des alliés comme par le passé".

SOURCE : https://www.barbadillo.it/105493-la-fantascienza-come-luogo-delezione-per-il-futuro%E2%80%A8/

Analyser le dernier livre d'un ami décédé il y a quelques années n'est pas une tâche facile, si l'on accorde l'importance nécessaire au maintien d'une perspective impartiale et d'un jugement critique honnête. Lorsque l'auteur en question s'appelle alors Antonio Scacco (1936 - 2019), qui représente pour moi un guide précieux dans le monde de la Science Fiction, alors la situation devient encore plus compliquée, car la crainte de verser dans l'hagiographie est tangible.

antonio-scacco-2-o.jpg

1-3-350x490.jpg

Afin d'éviter ces "personnalismes" réducteurs et sentimentaux, nous nous limiterons à dire que Scacco, à notre humble avis, a été l'un des chercheurs les plus originaux de la SF en Italie, proposant et soutenant courageusement son interprétation de la discipline dans une clé humaniste. Une position, ceci dit, qui le mettait souvent en conflit avec des experts plus emblématiques que lui, mais en aucun cas plus compétents et mieux préparés. Sans parler du fait que la soi-disant Sci-Fi propose souvent des exégètes qui sentent le scientisme et qui n'ont certainement pas grand-chose à voir avec Scacco. Admirable en ce sens reste son : Humanistic Science Fiction (initialement publié dans la maintenant lointaine année 2002, et dans une deuxième édition en 2009), où il expose sa théorie qui vise à conjuguer et "réparer" la relation entre la science et la dimension humaine.

Un lien déchiré avec la Révolution française, pour être brisé plus tard avec le positivisme et sa filiation directe, le matérialisme historique, qui part comme prémisse chez Hegel et arrive jusqu'à Marx. La thèse du savant de Bari (même s'il est né à Gela, en Sicile) est ponctuellement restée la même : l'homme doit être le maître et non l'esclave de la technologie, et la Science et la Foi doivent redevenir des alliées, comme par le passé.

7-alien-city-mehau-kulykscience-photo-library.jpg

Dans ce livre, au moyen d'une exégèse précise des différents courants de la science-fiction, et en prenant en considération aussi bien les romans que les films, Scacco aborde avec son habituelle "audace intellectuelle" les changements dramatiques qui se sont produits à une vitesse exponentielle au cours des dernières décennies, et la façon dont ces bouleversements ont été traités par la SF, y compris la plus récente, en démontrant qu'en dépit d'une vision du monde qui, pour certains, pourrait être stigmatisée comme "conservatrice/réactionnaire" (les controverses qu'il a eues avec bon nombre de représentants de la critique militante sont bien connues), Scacco a poursuivi une réflexion sérieuse sur le genre de la science-fiction, constamment ouverte à l'examen des tendances culturelles et sociales les plus récentes.

En fait, comme le montre également le livre, il a toujours nourri un vif intérêt pour le traitement des questions soulevées dans les domaines psychologique et économique, bien que son principal champ d'investigation soit ponctuellement resté la pédagogie et le rôle éducatif crucial que, selon lui, la science-fiction pouvait jouer dans ce domaine.   

La valeur éducative du genre de la science-fiction comme antidote à l'aliénation contemporaine

Le livre est divisé en cinq chapitres, chacun d'entre eux comprenant plusieurs sous-sections contenant ses critiques qui sont pour la plupart parues dans les pages de Future Shock : l'excellent prozine qu'il a fondé et dans lequel, au fil du temps, les problèmes les plus pressants de notre époque et présents dans les histoires de science-fiction ont été abordés, tels que : le "chômage technologique", la signification humaniste de la science, le potentiel éducatif de la littérature de science-fiction ; ce dernier sujet était le cheval de bataille de Scacco. Chaque aspect est traité avec l'exposition et la discussion du contenu de romans significatifs appartenant à ce genre ; pour ne citer que quelques exemples, le drame du travail dans Destroy the Machines de Kurt Vonnegut, le rejet du progrès dans Future at the Stake de James Gunn, les dangers de la "société programmée" dans Only the Mime Sings at the Edge of the Woods de Walter Tevis. Tous les chapitres sont précédés d'un essai introductif dans lequel l'auteur met en avant les relations entre la science et l'imagination, la littérature d'anticipation et la réalité et, surtout, les conséquences de ce choc du futur dont parlait le futurologue américain Alvin Toffler dans son livre à grand succès de 1970.

c2b7ff435c37fc9fa368bb3280c6f25b--city-sunset-cg-art.jpg

Passant en revue les principaux domaines de la science-fiction (aventureux, politique, sociologique, technologique, théologique et utopique), le texte attire l'attention du lecteur sur les dommages causés par l'avènement de la science galiléenne, avec laquelle le concept moderne de recherche empirique a été établi. Comme mentionné, les questions les plus actuelles sont examinées, qui peuvent être résolues grâce au potentiel éducatif de la SF : presque un leitmotiv pour Scacco, qui espérait obstinément la création de chaires universitaires consacrées à ce genre narratif, ainsi que l'utilisation d'œuvres de science-fiction comme matériel pédagogique dans les écoles.  

La consultation du volume confirme le désir de Scacco de se tenir systématiquement à jour, sans toutefois perdre ce qui constituait son approche interprétative initiale, comme il l'indique dès le début (3-5), en explicitant sa conviction avec une clarté limpide : la science-fiction comme outil pédagogique, également porteuse de messages souvent presque prophétiques. Ce n'est donc pas une coïncidence si le premier écrivain dont il parle est Aldous Huxley - son livre Le meilleur des mondes ('Brave New World', 1932) est aujourd'hui sur les lèvres de la plupart des commentateurs politiques - et la question de la maîtrise de la population mondiale. En revanche, pour Scacco, la SF est un raisonnement continu sur l'Homme et la modernité (7), dont il extrait une condamnation solennelle, mais triste, lorsqu'il parle de " l'apostasie silencieuse " des masses occidentales (12). En effet, il suffit de constater l'état d'égarement dans lequel se trouve l'Église catholique pour comprendre combien les avertissements de cet universitaire sont pertinents. Il choisit délibérément de s'attarder sur certains auteurs de cette forme de littérature non-mimétique tels que : Lester del Rey, Jeff Somers, Norman Spinrad et Sean Stewart, dénonçant leur antichristianisme flagrant (40). Il convient toutefois de souligner que, pour Scacco, la science ne doit pas être considérée avec hostilité ni même tenue pour coupable de la dégénérescence anthropologique occidentale rampante. Selon lui, le seul responsable d'une situation aussi pernicieuse est ce type d'individu très répandu qui a décidé avec arrogance de rivaliser avec Dieu : "Mais comment ne pas y voir un geste de défi de l'homme envers Dieu, de la créature envers son Créateur ?" (12).

Un érudit à retenir et, surtout, à retrouver

L'un des chapitres du livre porte un titre (La valenza umanistica della scienza, 66-67) qui résume bien le sens profond de l'ensemble des recherches menées par Antonio Scacco au fil des décennies. C'est-à-dire en considérant la Sci-Fi comme une "littérature d'idées" (33), un tòpos fondamental dans l'imaginaire collectif. Dans sa vision humaniste de ce genre narratif, il a proposé de donner une chance de rédemption à une modernité troublée, estimant, et nous ne pouvons qu'être d'accord, que la science-fiction est une forme d'écriture qui possède une.. : "[...] le message éducatif potentiel, encapsulé dans le signal d'ouverture de toute œuvre authentique de 'science-fiction' : Que se passerait-il si... ?" (46). Néanmoins, ses idées n'ont pas reçu l'attention qu'elles méritaient, son dernier ouvrage, dont il est question ici, a même été auto-publié ! Cela en dit long sur l'état de la recherche en Italie, une nation où les rôles comptent, et où l'on écrit ce dont on a "besoin". Pourtant, comment peut-on nier la validité du désir de concilier l'élément technique de notre vie quotidienne avec l'élément purement spirituel ? Le mathématicien et théologien français Blaise Pascal (1623 - 1662) a déclaré que : "Le cœur a des raisons que la raison ne connaît pas". Tant de vérité en si peu de mots. Comme, en effet, il y a du vrai dans les articles et les livres qui sont sortis de la plume de Scacco. Il n'est plus parmi nous, mais sa production intellectuelle est là, à nous attendre. C'est pourquoi, au lieu de courir après le nom criard ou la personnalité puissante, donnons-nous pour une fois la "chance" de lire quelque chose d'utile.

Riccardo Rosati

20:21 Publié dans Littérature | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : antonio scacco, littérature, lettres, science fiction | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

La leçon de Jack London: "Vivre, ne pas exister!"

Portrait_photograph_of_Jack_London.jpg

La leçon de Jack London: "Vivre, ne pas exister!"

Gianfranco Andorno

Source: https://www.kulturaeuropa.eu/2022/08/03/la-lezione-di-jack-london-vivere-non-esistere/

Buck et White Fang sont des hommes, des loups-garous, et le traîneau est la vie

Faire un voyage à travers la vie de Jack London est un manège effréné, c'est comme monter sur le coaster volant au Luna Park. Sa naissance est déjà très troublée.  Sa mère abandonnée tente de se faire avorter et se tire une balle, se blessant elle-même. Nous sommes en 1876 et il grandit dans la pauvreté à San Francisco.

Il se retrouve bientôt à l'usine où il reçoit le baptême social des exploités. Il revendique cette appartenance qu'il ne reniera jamais et sa solidarité avec cette masse humaine informe sera éternelle.

9782072847134_1_75.jpg

Il quitte la conserverie et devient un voleur d'huîtres. Les tavernes sont les écoles de sa prime jeunesse. Dans les bribes du temps, il est blanchisseur et boxeur. On l'appelle le prince des pirates.  Il se convertit et devient garde-côte, puis chasseur de phoques. Le frisson de l'océan, le typhon et lui sans peur à la barre, c'était sa première histoire. Sa vie est une succession de métiers anciens et nouveaux. De retour à l'usine, à jeter du charbon dans les chaudières.  En 1894, il participe à la marche des chômeurs vers Washington. Leurs revendications seront satisfaites des années plus tard avec le New Deal. Un voyageur clandestin sur la route : Kerouac en 1951 y fait-il référence ?  Il est arrêté et emprisonné pour vagabondage. En prison, il décide qu'il ne sera jamais exploité, l'un des rares moyens pour ne pas l'être, est de devenir un écrivain. Il retourne dans sa ville natale, travaille comme concierge pour payer ses études et obtient son diplôme. Il rejoint le parti socialiste, organise des rassemblements et sympathise avec les poseurs de bombes russes.

En 1897, la ruée vers l'or se déclenche en Californie. Une migration se dirige vers la Sierra Nevada attirée par le mirage de ce minerai jaune. Et London est là, elle est là ! En regardant les photos de ce flot d'êtres qui traversaient péniblement le col gelé de Chilkoot, on a des frissons.  Des fourmis folles. Plus de mille mètres d'altitude à parcourir, pas à pas, à travers les avalanches, le gel et le brouillard.  L'escalier d'or à gravir pour accéder à la rivière Yukon, dont on dit qu'elle est riche en pépites. Deux ans plus tard, London abandonne le rêve avec peu de poussière d'or en sa bourse et le scorbut. Il a une vingtaine d'années et porte le poids d'expériences aussi dramatiques. Il a cependant emmagasiné ce qu'il déversera dans ses écrits.

71K-DRpZwFL.jpg

En 1903, il a publié L'appel de la forêt. Le protagoniste est le chien Buck qui se joint aux loups et s'impose à eux. La métaphore est le monde brutal de la société capitaliste, mais les lecteurs négligent le message et se laissent absorber par le sort du chien. Enfin, après d'innombrables refus au cours des années précédentes, le succès littéraire se présente à lui. Son personnage devient très populaire. Il a un visage photogénique et sympathique, une certaine ressemblance avec Kennedy. Il appartient à cette race d'hommes comme le prophète aventurier qui a pratiqué les taudis des villes et les glaciers de l'Alaska. Ses lecteurs le trouvent charmant même s'il professe être socialiste et athée.

London est allé à Londres et a composé The People of the Abyss. Il a l'intention de documenter les misérables aussi avec des photos. Il les appelle : "un envoi qui a mal tourné et qui est obligé de pourrir". Il ne rencontre pas l'approbation espérée.

En 1906, il publie White Fang (Croc-Blanc), qui est l'inverse de Buck : dans le premier, le chien devient un loup, dans le second, le loup devient un chien. Là, la barbarisation ; ici, l'évolution.  London découvre à sa grande déception que les lecteurs sont plus émus par des histoires de chiens attelés à des traîneaux que par les hommes opprimés.

Le-loup-des-mers.jpg

Emilio Cecchi est sévère à son égard, le traitant de plagiaire de Conrad, Kipling, Stevenson. Il affaiblit mon flirt.  Il passe sous silence mon objection: "London est l'un des écrivains les plus lus au monde". Il considère modeste son expression poétique enterrée par un fatras de plans, crocodiles, baleines, tempêtes. Peut-être ne pardonne-t-il pas le fait que les histoires sont déjà modelées pour le public du cinéma qui n'était pas encore là sans passer par la littérature. Et que les meilleures pages se trouvent dans sa vie tumultueuse. L'exégète Pavese est plus indulgent, se contentant de mentionner combien ses personnages ont bu. L'ivresse de Martin Eden avec son collègue de l'usine sidérurgique d'Oakland. L'alcool est un héritage des romans nord-américains, peuplés de buveurs. Pavese désigne l'alcool comme un médicament contre la fatigue du travail à l'américaine, la rébellion tranquille. London ne se contente pas de faire boire ses héros, il le fait personnellement, de manière immodérée, jusqu'au comas éthylique.

J'insiste pour ma défense : je considère ses récits d'amis à côté du bivouac avec la bouteille, la grolla de l'amitié, passant de main en main.  Et la chaleur des flammes amplifie l'incident pour surmonter les ombres, l'obscurité environnante. Voici les raisons de son exagération !

008061649.jpg

Il achète un terrain près du mont Sonoma où il a l'intention de construire la maison de ses rêves : la Maison du loup. Il cultive sans engrais, un écologiste du début du 20e siècle. Un précurseur en tout. Il arme un bateau, le Snark, et planifie un voyage autour du monde. C'est alors que le destin se retourne contre lui, comme une meute de chiens qui ne lui obéissent plus, et le traîneau chavire.

En avril 1906, un tremblement de terre frappe San Francisco et la ville est détruite par des incendies successifs. Les prédicateurs affirment que c'est la juste malédiction divine parce qu'elle est devenue la ville du péché. Cela entraîne une crise financière pour London, qui tente de se défendre. En 1907, il publie Le talon de fer, un roman politique et fantastique dans lequel il prédit la Première Guerre mondiale et l'avènement du fascisme et du nazisme. Dans Martin Eden de 1909, on trouve beaucoup d'informations sur sa vie.

En 1913, un incendie ravage la Maison du loup en construction, le squelette de pierre noirci sera le monument de Jack London. Sa deuxième femme perd deux enfants à la naissance. Les dettes les harcèlent. En 1914, l'Amérique est en guerre contre le Mexique et London devient  correspondant de guerre. Mais... les chers camarades révolutionnaires des années précédentes sont maintenant bannis chez lui. Les péons, petits frères, tandis que l'Amérique est Big Brother (pas la télé !). A la maison, les camarades socialistes se révoltent contre lui, l'accusent de racisme. Il est ambigu, il a le ver du libéral de la victoire sur l'autre, il aime le confort de la richesse. Et il est largement accusé de fascisme parce qu'il exalte la violence et que sa volonté excessive est mal adaptée aux principes du socialisme. Il démissionne du parti. Pour ré-étoffer son portefeuille, il tente l'aventure du cinéma mais il est trop en avance sur son temps et se réfugie, peut-être épuisé, à Hawaï.

ob_54573e_le-talon-de-fer-jack-london-audetourdu.jpg

Meurt-il à l'âge de quarante ans de maladie ou de suicide ? A-t-il, comme son émule Martin Eden, découvert que la destination ne vaut pas le voyage? Nous, ses lecteurs assidus, pensons qu'il est parti pour le tour du monde qu'il a interrompu à cause de la malaria, des infections. Et il apportera des disques avec le chant de Caruso aux sauvages, comme il l'a déjà fait.

Dans White Fang (Croc-Blanc), il y a le mélange de sang de loup et de chien. Il y a l'équipement anthropologique primitif non encore atténué par la civilisation. Plaute disait : Homo homini lupus, l'homme est un loup pour l'homme. À quel point sommes-nous des loups et à quel point sommes-nous des chiens ?

Gianfranco Andorno

Erdogan, Poutine, Iran et Ukraine: le grand complot des drones

Erdogan-drones.jpg

Erdogan, Poutine, Iran et Ukraine: le grand complot des drones

SOURCE : https://it.insideover.com/guerra/erdogan-putin-iran-e-ucraina-il-grande-intreccio-dei-droni-2054515.html

La "relation spéciale" entre Recep Tayyip Erdogan et Vladimir Poutine se poursuit. Après le sommet de Téhéran où les deux présidents se sont rencontrés pour le sommet dit du "format Astana", le "sultan" et le "tsar" se retrouveront le 5 août à Sotchi, en Russie. Une rencontre qui confirmera non seulement la ligne de dialogue qui n'a jamais été interrompue entre Ankara et Moscou, même pendant les phases les plus délicates de la guerre en Ukraine, mais aussi une sorte de regain d'intérêt de la part des présidents russe et turc pour apparaître ensemble, rétablissant une accélération même physique dans les relations entre les deux pays qui semble presque être un plongeon dans le passé, certainement avant la soi-disant "opération militaire spéciale".

Il y a de nombreuses questions sur la table. Il y a le nœud constitué par la Syrie, qui a déjà été révélé lors du sommet de Téhéran. Il y a le blé, étant donné que, pas plus tard qu'hier, un centre logistique a été ouvert à Istanbul pour contrôler les exportations de blé ukrainien à travers la mer Noire. L'un des points les plus importants de l'accord signé en Turquie par Moscou et Kiev avec le gouvernement d'Ankara et les Nations Unies. Mais comme l'a expliqué le porte-parole du Kremlin, Dmitry Peskov, l'accent de cette réunion sera également mis sur la coopération dans le domaine militaire. Une clarification qui a surtout servi à ne pas démentir les hypothèses circulant ces dernières heures sur un prétendu intérêt russe pour une coopération dans la production des célèbres drones Bayraktar TB2 de fabrication turque. Des drones qui, comme on l'a vu dans l'actualité ces derniers mois, sont devenus des armes clés aux mains des forces ukrainiennes.

246745862.jpg

L'accord entre Kiev et Ankara pour la fourniture de ces machines de guerre n'a jamais été apprécié par le Kremlin, qui a toujours considéré ce pacte comme une sorte de coup de poignard dans le dos commis par Erdogan. Non seulement le président turc a des liens familiaux avec le géant de la défense (Selçuk Bayraktar, le directeur technique de Baykar, est le mari de la fille d'Erdogan, Sumeyye), et donc tous les accords sont considérés comme une sorte d'affaire personnelle, mais il faut également se rappeler que jusqu'à présent, ces drones ont également été appréciés par des pays profondément rivaux de la Russie, en commençant par l'Ukraine et en terminant par la Pologne et la Lettonie. L'image n'est donc certainement pas l'une des meilleures du point de vue de Poutine, compte tenu également du type de relation construite au fil des ans avec le dirigeant turc. Et ce facteur ne doit certainement pas être sous-estimé. Cependant, le fait que Moscou puisse maintenant être intéressé par une collaboration avec Ankara dans ce même secteur suggère non seulement la valeur de ces systèmes pilotés à distance produits par la Turquie, mais aussi le désir du Kremlin de faire un pas en avant en entrant dans un domaine complexe non seulement sur le plan stratégique, mais aussi sur le plan diplomatique. En substance, il s'agit de s'insinuer dans un système qui voit la Turquie fournir, pour l'instant, des technologies de guerre aux ennemis de la Russie.

Pour l'instant, Moscou n'a ni confirmé ni infirmé cette hypothèse. Peskov a seulement déclaré que la coopération en matière de défense entre les deux pays est "constamment à l'ordre du jour" et que cela indique qu'il existe un partenariat très important entre les deux gouvernements. Mais ce qui importe avant tout, c'est le timing de ces rumeurs à la lumière d'un point d'interrogation qui a marqué la visite de Poutine à Téhéran : la fourniture éventuelle de drones iraniens à la Russie. Une hypothèse divulguée par des sources américaines et qui n'avait pas trouvé un mur de déni aussi clair de la part de la République islamique. Au contraire, l'Iran a pris soin de préciser que la coopération avec la Fédération de Russie était de longue date. Et de nombreux observateurs avaient spéculé qu'en cas de vente d'appareils iraniens à Moscou, une véritable guerre éclaterait dans le ciel ukrainien entre les drones d'Ankara et ceux de Téhéran, les premiers aux mains de Kiev, les seconds aux mains de l'ennemi.

maxresdefaerdpiutggfdult.jpg

La rumeur d'un éventuel intérêt russe pour les drones turcs Bayraktar TB2 changerait encore la donne. Le Daily Sabah, un quotidien proche des cercles autour d'Erdogan, a rapporté des rumeurs d'intérêt de la part de la Russie et des Émirats arabes unis pour un travail conjoint avec la Turquie sur ces drones. Et la question aurait également été discutée lors d'une réunion du parti AKP d'Erdogan. Mais selon les rapports du Daily Sabah, le PDG de Baykar, la société qui produit les Bayraktar TB2, a déclaré qu'il soutenait la résistance ukrainienne et qu'ils n'avaient aucun accord avec le Kremlin.

Anarchie britannique

Sex_Pistols_Anarchy_in_the_UK_Music_Video-593355936-large.jpg

Anarchie britannique

SOURCE : https://it.insideover.com/politica/lanarchia-britannica.html

Membre du Conseil de sécurité des Nations Unies, puissance de l'OTAN, membre des grandes alliances internationales et héritier d'un empire qui contrôlait une grande partie du monde, le Royaume-Uni affronte l'épreuve de l'histoire avec une seule certitude (pour l'instant) : celle de ne plus vouloir faire partie de l'Union européenne. Le Brexit, issu de ce retentissant référendum populaire de 2016, a sanctionné une rupture nette entre Londres et le Vieux Continent.

9b5c75ff-07e4-4d59-9358-125190aec7e7.jpg

Un divorce qui intervient après un mariage peu heureux, dans lequel l'île, plutôt que d'être un membre actif de la communauté européenne, est toujours apparue comme une épine dans le pied des tentatives d'intégration. Et au fil du temps, ces différences se sont révélées insurmontables, combinant un profond mécontentement à l'égard de l'UE dirigée par les Franco-Allemands et les aspirations britanniques à ne pas être engagées dans une politique considérée comme continentale et sans rapport avec ses ambitions et caractéristiques naturelles. La recherche d'un commerce mondial non lié aux schémas de l'UE, l'élan vers le monde, le sentiment de défaite d'une Europe désormais déséquilibrée par rapport à Berlin et Paris mais perçue comme un mécanisme destiné à prendre fin et, enfin, la relation spéciale avec les États-Unis (désormais le véritable dominus atlantique) ont fait qu'une partie profonde de l'État britannique n'a jamais nié la possibilité d'une sortie de l'UE. Le vote populaire, peut-être inattendu par les Brexiteers les plus purs eux-mêmes, n'est cependant pas apparu comme un coup de tonnerre, mais comme une parfaite adhésion de la Grande-Bretagne profonde à ce que représentent les orientations stratégiques traditionnelles de Londres.

A partir de là, on a commencé à parler non plus du Royaume-Uni, mais de Global Britain: une puissance mondiale britannique (les mots sont importants) s'ouvrant au monde presque dans une sorte de libération de certains fils et liens représentés par un prétendu lest européen. Une ambition post-impériale qui, cependant, outre les ambitions propagandistes évidentes mais aussi les ambitions naturelles du peuple britannique, cache des angoisses que le Brexit n'a certainement pas effacées. Nous utilisons le terme "anglais" non par erreur : parce que ce qui est immédiatement apparu clairement aux observateurs, c'est que le Brexit était en fait un choix profondément anglais. Ce n'est pas le Londres cosmopolite qui a voté en faveur du divorce avec Bruxelles, ni les parties périphériques du Royaume, notamment l'Écosse. Ceux qui appelaient au Brexit étaient les parties profondes de l'Angleterre, certaines parties du Pays de Galles, les Unionistes d'Irlande du Nord. En bref, tous ces groupes qui s'accrochent encore fermement à une appartenance qui ne semble plus aussi profondément enracinée dans d'autres contextes.

Ce n'est pas une coïncidence si, juste après l'approbation de la sortie de l'UE, les premiers remous d'un nouveau référendum pour l'indépendance sont venus d'Écosse. Ce n'est pas non plus une coïncidence si, précisément, la frontière entre l'Ulster et l'Éire a ramené à la surface les divisions internes de l'Irlande que l'on croyait terminées avec les accords conclus après des décennies épuisantes de lutte. Le Brexit était considéré comme un cauchemar pour les Écossais, terrifiés à l'idée de devoir compter uniquement sur Londres, et pour les nationalistes irlandais qui pensaient que faire partie de l'UE donnerait au moins l'apparence d'une unité entre Belfast et Dublin.

NateKitch_Economist_Bag_VaccineJohnson-ALT_1600_c.jpg

Le divorce, cependant, n'était pas seulement une gifle à ces aspirations internes au Royaume, mais aussi un moyen, après tout, d'éviter d'avoir à affronter le risque d'une division qui, aujourd'hui encore, n'est pas totalement éteinte. La Grande-Bretagne globale, donc l'appel à une Grande-Bretagne globale, prend également le rôle d'une forme d'incantation avec laquelle on persuade les provinces réticentes de se rappeler qu'elles font partie d'un destin commun. Si vous ne regardez plus l'Europe, vous regardez le monde. Externaliser les problèmes signifie également désactiver certains discours sécessionnistes (et en même temps pro-européens) afin de faire à nouveau appel au sentiment d'"empire" d'une puissance qui n'a jamais vraiment été européenne.

Réussir est une tâche difficile. Boris Johnson, le premier ministre qui a voulu faire avancer à tout prix les négociations sur la sortie de l'UE au point de menacer, à nouveau, d'un divorce "dur", apparaît comme un leader faible. Les conservateurs ont semblé étourdis par le Brexit tandis que les travaillistes, autrefois timides partisans de l'européisme, doivent maintenant faire face à une réalité qui semble inéluctable. Autour d'eux, un monde changeant qui n'accepte aucune perte de temps. La guerre en Ukraine est la preuve que la Grande-Bretagne veut être un protagoniste de la politique européenne et un membre plus actif de l'Alliance atlantique. Son défi à la Russie est total, mais elle ne dédaigne pas non plus les aventures dans l'Indo-Pacifique, d'Ormuz à la mer de Chine méridionale. Son "empire" existe, dans l'esprit de Londres. Et tout le monde se rend compte qu'à présent, le Royaume-Uni est à nouveau une puissance océanique plutôt que continentale. Il est difficile de savoir si le défi sera relevé, mais il est désormais certain que personne ne peut s'y résoudre : le Brexit est une réalité, la Grande-Bretagne globale une ambition peut-être souhaitée mais nécessaire. Le peuple britannique a choisi.

Le Royaume-Uni, peut-être plus désuni qu'uni, doit faire face à l'histoire et trouver comment en sortir indemne. Et pourquoi pas, essayer encore de rêver en grand pour éviter de devoir réfléchir à ses propres fragilités.

Les provocations américaines pour déclencher des guerres par procuration se multiplient. Grâce aux atlantistes

29503226-nancy-pelosi-bei-einer-pressekonferenz-im-juli-2022-im-us-kapitol-in-washington-aa6.jpg

Les provocations américaines pour déclencher des guerres par procuration se multiplient. Grâce aux atlantistes

Augusto Grandi

Source: https://electomagazine.it/si-moltiplicano-le-provocazioni-usa-per-scatenare-guerre-per-procura-grazie-agli-atlantisti/

Les élections de mi-mandat approchent, les sondages sont extrêmement négatifs, et le président Biden tente de gravir les échelons en multipliant les actes de provocation dans toutes les parties du monde. Après avoir provoqué Poutine en Ukraine jusqu'à déclencher la guerre, il tente de faire monter le niveau de tension dans les Balkans et, avec le voyage de provocation de dame Pelosi à Taïwan, il a également envenimé les relations avec la Chine à un niveau très élevé. Tout cela avec l'assentiment servile et obtus des atlantistes.

"Mon impression", explique Daniele Lazzeri, président de la boite à penser italienne Il Nodo di Gordio, "est que la multiplication vertigineuse de nouveaux foyers de crise dans diverses régions de la planète révèle la faiblesse politique et militaire croissante des États-Unis. Les difficultés objectives sur le front ukrainien - qui, malgré les déclarations audacieuses de Zelensky, prouvent l'impossibilité d'offrir une résistance totale à la puissance de feu russe - obligent à mon avis les États-Unis à allumer des foyers de turbulence dangereux dans d'autres pays. Nous le constatons avec la réactivation du conflit balkanique entre le Kosovo et la Serbie quelques mois avant les élections en Bosnie-Herzégovine du 2 octobre prochain et avec la visite soudaine, mais aussi improvisée, de la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, à Taïwan".

7939_taiwan2.jpg

Le risque est que ce ne soit que le début. Et qu'à Washington, on médite sur l'augmentation des zones de conflit, sans avoir besoin d'une intervention américaine directe mais en utilisant la stupidité de serviteurs écervelés.

"L'administration Biden, poursuit Lazzeri, met donc en œuvre une stratégie de désarticulation mondiale par le biais de 'guerres par procuration', de guerres indirectes, qui affectent gravement l'équilibre déjà délicat de certaines lignes de faille géopolitiques qui font l'objet de conflits et de paix gelée. Je ne serais pas surpris si, dans les semaines à venir, nous pouvions assister à de nouvelles tensions dans les territoires du Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Je pense notamment à la Syrie et à la Libye où, avec beaucoup de difficultés, une stabilité substantielle avait été obtenue entre les intérêts russes et les influences turques. Les récents succès diplomatiques du président Erdogan constituent toutefois une dangereuse menace pour l'administration Biden. Bien qu'elle soit un rempart de l'OTAN en Méditerranée, une Turquie trop indépendante et autoritaire qui, même ces dernières années, a fait des clins d'œil répétés au Kremlin n'est pas une garantie suffisante pour les stratégies américaines de préservation du pouvoir sur le théâtre euro-méditerranéen.

Et la tension provoquée par l'OTAN au Kosovo va précisément dans ce sens. Parce que Moscou est lié à Belgrade tandis qu'Ankara protège les musulmans kosovars. De même, les atlantistes italiens pourraient favoriser une montée des tensions en Libye où Poutine et Erdogan avaient réussi à trouver une sorte de modus vivendi entre la Tripolitaine et la Cyrénaïque.

Quant aux conséquences de la provocation de Nancy Pelosi, "selon toute vraisemblance", conclut Lazzeri, "la réponse chinoise n'aura pas d'implications militaires immédiates. Il n'est pas dans l'intérêt de Pékin, en fait, de déclencher une confrontation directe avec les États-Unis. On peut plutôt s'attendre à des représailles commerciales et diplomatiques qui renforceront encore les relations que le président chinois Xi Jinping tisse depuis des années non seulement avec Vladimir Poutine mais aussi avec la plupart des pays qui ne sont pas alignés sur l'"Occident" dirigé par les États-Unis.

photo_2022-08-03_17-43-48.jpg

jeudi, 04 août 2022

La mort du peuple en chiffres: seuls dix pour cent de la population sont encore des jeunes

media-57359152-011-min-1024x683.jpg

La mort du peuple en chiffres: seuls dix pour cent de la population sont encore des jeunes

Source : https://zuerst.de/2022/07/27/der-volkstod-in-zahlen-nur-noch-zehn-prozent-der-bevoelkerung-sind-junge/

Wiesbaden, Allemagne. Les Allemands sont déjà connus pour leur démographie catastrophique. Mais l'Office fédéral des statistiques vient d'annoncer un nouveau record négatif: la part des jeunes de 15 à 24 ans dans la population allemande totale est tombée à 10 pour cent pour la première fois depuis le début des enregistrements statistiques. Dans le centre de l'Allemagne, les jeunes ne représentent même que 8 % de la population.

En chiffres: sur les 83,2 millions de personnes qui vivaient en Allemagne à la fin de l'année dernière, 8,3 millions étaient âgées de 15 à 24 ans, a annoncé lundi l'Office fédéral des statistiques à Wiesbaden. Cela correspond à une part de 10,0 pour cent. Le nombre de personnes dans cette tranche d'âge n'a donc jamais été aussi faible, tant en valeur absolue qu'en proportion, depuis le début de la série chronologique en 1950.

Selon les données, la valeur diminue continuellement depuis 2005, à l'exception de l'année 2015. Les jeunes auraient représenté la part la plus élevée de la population totale dans la première moitié des années 1980, lorsque les générations nombreuses du baby-boom étaient jeunes. En 1983, les 15-24 ans étaient encore 13,1 millions et représentaient 16,7% de la population totale.

L'Office fédéral a enregistré la plus faible proportion de jeunes à la fin de l'année 2021 avec 8,0% dans le Brandebourg, suivi par la Saxe-Anhalt et le Mecklembourg-Poméranie occidentale avec 8,3% chacun. Le pourcentage le plus élevé dans ce groupe d'âge est celui de Brême (11,0 %). Suivaient le Bade-Wurtemberg (10,6%), la Basse-Saxe et la Rhénanie-du-Nord-Westphalie (10,5% chacune).

En comparaison européenne, les chiffres de l'Allemagne sont légèrement inférieurs à la moyenne : selon les chiffres de l'autorité statistique de l'UE Eurostat, la part des jeunes de 15 à 24 ans était en moyenne de 10,6% dans l'ensemble de l'UE début 2021. C'est en Irlande que ce pourcentage était le plus élevé (12,6 %), suivie du Danemark et de Chypre avec 12,3 % chacun. Les taux les plus bas sont observés en République tchèque et en Bulgarie (9,0% chacun) (st)

Demandez ici un exemplaire gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands: https://zuerst.de/abo/  !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

Intermarium

Intermarium.png

Intermarium

par Daniele Perra

Source : Daniele Perra & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/intermarium

Il y a quelques jours, il a été rapporté que le gouvernement de Volodymyr Zelensky avait révoqué la citoyenneté ukrainienne de l'oligarque Igor Kolomoisky (principal soutien du président ukrainien lors de sa précédente carrière à la télévision et de son ascension ultérieure au pouvoir politique, ainsi que partenaire commercial de nombreux membres du "Parti du serviteur du peuple" et financier de plusieurs groupes paramilitaires au sein de la Garde nationale, dont les célèbres bataillons Azov et Aidar).

Officiellement, selon Ukrainska Pravda et Kyiv Independent, la mesure (dans laquelle, selon les sources, la signature du président n'apparaît pas encore) est due au fait que la loi ukrainienne n'autorise pas la double nationalité (dans le cas de Kolomoisky, il y en a même trois : ukrainienne, israélienne et chypriote). Si tel est le cas, il est curieux de constater que le partenaire de Kolomoisky dans la Privat Bank, Gennadiy Bogolyubov, également connu pour avoir financé des fouilles sous le quartier musulman et la mosquée al-Aqsa à Jérusalem, ne tombe pas sous le coup de cette disposition, puisqu'il se targue d'être un citoyen ukrainien, britannique, israélien et chypriote.

35f4497_1644008876741-ihor-kolomoisky.jpg

Igor Kolomoisky.

En revanche, Igor Vasylkovsky et Gennadiy Korban sont inclus : tous deux citoyens ukrainiens et israéliens, le premier étant un ancien membre du "Parti du  Serviteur du Peuple" et le second un mécène de la communauté juive de Dnipro et toujours étroitement lié à Kolomoisky.

En parlant de Kolomoisky, il convient de mentionner qu'en 2020, il a été inculpé par le ministère américain de la Justice pour corruption et blanchiment d'argent, aux côtés des Bogolyubov, Mordechai Korf et Uri Laber précités. Ces deux derniers, en particulier, ont utilisé l'argent blanchi pour financer des "fondations caritatives" et des institutions éducatives juives traditionnelles (yeshivas) à New York. Uri Laber est également membre du conseil d'administration du Jewish Educational Media : une organisation à but non lucratif liée au mouvement messianique Chabad Loubavitch du grand rabbin Menachem Schneerson (né en Ukraine), dont Korf est également un adepte. En fait, ses parents ont été invités par le rabbin à construire une communauté loubavitch à Miami. 

Il convient de noter que Kolomoisky fait partie des oligarques ukrainiens qui contrôlent des secteurs clés de l'économie de ce pays d'Europe de l'Est. En effet, il a d'énormes intérêts dans la société gazière ukrainienne Burisma (à laquelle le fils de Joe Biden, Hunter, qui siégeait au conseil d'administration avec un salaire de 50.000 dollars par mois en 2014, est également lié). En outre, Kolomoisky a utilisé des groupes paramilitaires qu'il a financés pour prendre le contrôle d'une raffinerie de pétrole appartenant à la Russie à Dnipropetrovsk, également en 2014.

En 2021, Kolomoisky a été interdit d'entrée aux États-Unis directement par Antony Blinken qui, à propos de l'affaire, a parlé de "corruption importante".

Ce à quoi nous assistons ces jours-ci, en fait, c'est à une lutte de pouvoir (et de survie) au sein même de l'Ukraine entre les oligarques et le cercle immédiat de Zelensky, qui doit toutes ses "fortunes" au conflit en cours.

victor-pinchuk.jpg

Viktor Pinchuk (Pintchouk)

Il est évident que Zelensky fait tout pour se plier aux désirs de Washington et assurer sa survie politique. Cela inclut la faveur accrue accordée à un autre oligarque ukrainien, rival direct de Kolomoisky et dans les bonnes grâces des États-Unis. Il s'agit de Viktor Pinchuk (Pintchouk), l'homme qui a été décrit comme "l'oligarque juif capable de construire le pont entre Kiev et l'Occident". Pinchuk, beau-père du deuxième président de l'Ukraine indépendante Leonid Kuchma et partenaire commercial de Rinat Akhmetov (un autre oligarque ayant des intérêts dans la métallurgie, l'exploitation minière et propriétaire du Shaktar Donetsk), est à la tête de la "plus grande fondation philanthropique ukrainienne" : la Fondation Viktor Pinchuk. Celle-ci travaille en étroite collaboration avec une autre organisation liée à l'oligarque, la Stratégie européenne de Yalta, créée pour promouvoir l'intégration du pays dans l'Union européenne, et collabore activement avec la Clinton Global Initiative, la Fondation Tony Blair, la Brookings Institution, la Renaissance Foundation de George Soros et l'Aspen Institute auquel est liée la Kyiv School of Economics (une autre création de Pinchuk). De plus, les liens de l'oligarque avec le Forum économique de Davos, auquel il participe activement et où il a facilité l'intervention de Zelensky par vidéoconférence, ne sont pas négligeables.

Enfin, pour étayer partiellement la thèse selon laquelle la mesure "restrictive" de Zelensky est un forcing flagrant (ou plutôt un choix de camp), il sera utile de rappeler qu'au cours de l'année 2019, le gouvernement actuel est entré en conflit avec le mouvement Azov parce que ce dernier a exigé avec force l'octroi de la citoyenneté ukrainienne à tous les combattants étrangers inclus dans le bataillon pendant le conflit du Donbass.

levkin.png

Alexei Levkin.

Zelensky a lui-même accordé la citoyenneté au Russe Nikita Makeev, membre de l'organisation "Centre russe" liée aux militants ultranationalistes russes en exil. Un autre Russe en attente de la citoyenneté ukrainienne est lié à cette affaire : Alexei Levkin. Ce dernier, invité régulier de la "Maison des Cosaques" (le quartier général d'Azov à Kiev), est l'organisateur du festival de musique néonazi Asgardsrei ("la course d'Asgard" en norvégien) qui se tenait autrefois à Moscou et, après son expulsion du territoire russe, à Kiev en même temps que la marche "Führernight". Levkin, un ancien vétéran d'Azov, est également l'idéologue politique du groupe Wotanjugend (connu pour avoir partagé le manifeste de l'attaquant de la mosquée de Christchurch en Nouvelle-Zélande) et est en très bons termes avec les groupes extrémistes nord-américains RAM (Rise Above Movement) et Atomwaffen Division, également connus pour leur sympathie pour les actions d'Al-Qaïda et d'ISIS. L'un des membres d'Atomwaffen, Andrew Oneschuk, a invité à plusieurs reprises des extrémistes américains à se rendre en Ukraine pour acquérir une expérience du combat. Alors qu'en 2018, le secrétariat international d'Azov espérait établir un contact direct avec l'armée américaine.

Il n'est pas surprenant que la responsable du secrétariat international du Corps national (l'aile politique du mouvement dirigé par Andriy Biletsky), Olena Semenyaka, ait déclaré que la planification géopolitique du groupe (outre la nécessité de faire pression sur les États-Unis) vise à construire un bloc "intermarium" (un cordon sanitaire aux frontières de la Russie entre la mer Baltique et la mer Noire) qui reproduit parfaitement l'initiative des Trois Mers parrainée par le Pentagone.

Finlande : 75 ans de neutralité

s-drapfin.jpg

Finlande : 75 ans de neutralité

Sergey Andreev

Source: http://www.elespiadigital.com/index.php/noticias/defensa/38176-2022-07-02-10-10-50

Après la disparition du système bipolaire, la République de Finlande conserve les caractéristiques d'une politique de neutralité, mais s'intègre en même temps activement à l'Union européenne et coopère avec l'OTAN. Le développement de sa politique de défense est d'une grande importance pour les intérêts nationaux de la Russie.

Comment la Finlande a-t-elle émergé de la Seconde Guerre mondiale ?

La Finlande a commencé à se retirer de la Seconde Guerre mondiale après la défaite des troupes allemandes à Stalingrad. À cette époque, les idéologues irrédentistes de la Grande Finlande sont renvoyés du parlement, l'Allemagne se voit refuser une alliance officielle et les négociations avec la partie soviétique commencent par l'intermédiaire de l'ambassade en Suède. La phase active des négociations coïncide avec l'offensive des troupes soviétiques à l'été 1944. Pour les Finlandais, un choix s'impose : être absorbé par l'Union soviétique ou abandonner l'idée de rétablir les anciennes frontières et accepter les conditions de l'URSS. Ayant choisi la deuxième option le 19 septembre 1944, ils ont mis fin à la guerre sur le front oriental et ont immédiatement entamé les hostilités sur le front nord : ils ont combattu les alliés allemands d'hier qui refusaient de quitter le pays après une paix séparée.

2d6c3a5ee35daee495fb6fd083a94039--wwii-soldiers.jpg

fwwii.jpg

Un tel comportement de la part de la Finlande facilitera davantage la formation de sa politique de neutralité : les dirigeants du pays savaient très bien que l'URSS pouvait éliminer complètement l'indépendance finlandaise et préféraient former de nouvelles relations de bon voisinage avec leur voisin oriental. La neutralité et la tentative de manœuvrer entre les pôles de pouvoir sont même entrées dans l'historiographie finlandaise. Deux guerres avec l'URSS ont été combinées en une seule. Le terme "guerre isolée" a été introduit : la Finlande était censée se battre seule pour ses territoires perdus. La même chose s'est produite avec l'expulsion des Allemands. Les Finlandais soulignent le caractère distinct de cette guerre : ils n'indiquent pas de lien direct avec la Seconde Guerre mondiale et se concentrent uniquement sur leur territoire, sans poursuivre avec la défaite du fascisme en Europe. Ainsi, dès cette époque, les bases idéologiques et politiques de la neutralité finlandaise ont commencé à être activement préparées. Le mot "neutralité" était même utilisé pour des opérations militaires. Le pays s'est vu attribuer le rôle de victime de la situation géopolitique créée par Hitler. Mais cela ne nie pas le fait de l'occupation du territoire soviétique (supérieure à ce que les Finlandais avaient avant 1939) et de la participation au blocus de Leningrad (bien que pour nos historiens, il existait une directive tacite de ne pas soulever ces questions négatives afin d'améliorer les relations bilatérales). Le député finlandais Urho Kekkonen (photo, ci-dessous) voyait les relations futures des ennemis d'hier comme suit : "L'Union soviétique devrait bénéficier d'une Finlande indépendante et joyeuse plutôt que d'une existence brisée condamnée à une existence dépendante".

kekkonen-38.jpg

L'URSS n'inclut pas la Finlande dans l'orbite de son influence, mais en 1947, elle profite du droit d'exiger des réparations et impose une série de restrictions militaires (principalement dans la marine), car elle considère la Finlande comme un allié de l'Allemagne et n'accepte pas le mantra de neutralité et de séparatisme dont les Finlandais commencent à s'entourer. Le président J. Paasikivi déclare ouvertement l'"intérêt légitime, motivé par la sécurité et justifié de l'URSS pour la direction finlandaise", essayant de prendre en compte les intérêts soviétiques, mais sans se proposer comme nouveau membre du camp socialiste [1]. Le souvenir de la guerre et l'amertume de la perte de territoires sont vifs, le pays est affaibli et les Finlandais perçoivent froidement l'établissement de relations avec l'Union soviétique, y voyant une expansion de la sphère d'influence soviétique. Mais la mise en œuvre diligente de tous les accords précédents a permis au pays de conserver sa neutralité, ce que Moscou a reconnu en 1948 dans le nouveau traité d'amitié soviéto-finlandais.

Ayant reconnu les intérêts de l'URSS, la Finlande a continué à mener sa politique étrangère avec prudence et a mené diverses sortes de consultations avec son voisin oriental afin de ne pas irriter Moscou une fois de plus, et a également accordé diverses préférences commerciales. Bien que le pays soit resté neutre, Helsinki a compris de facto quel acte de miséricorde l'URSS avait accompli en s'arrêtant en 1944 sur l'isthme de Carélie : il valait mieux rendre hommage à la mémoire et partager une partie de sa souveraineté que de la perdre totalement. La neutralité s'est reflétée dans la fierté des Finlandais, qui ont terminé la guerre sans être occupés, et l'expulsion indépendante des Allemands n'a fait que renforcer l'idée d'indépendance dans l'âme de chaque citoyen. Désormais, il a été décidé de compter sur eux-mêmes en toute chose (mais, au cas où, avec un œil sur Moscou).

La ligne Paasikivi-Kekkonen contre la "finlandisation"

Malgré ses anciennes opinions anti-soviétiques, le Premier ministre (et plus tard le Président) Urho Kekkonen commence à poursuivre activement une politique de neutralité et d'engagement avec l'URSS, et se plie même à la demande de l'Union soviétique de réduire les publications et déclarations anti-soviétiques en Finlande. Dans sa politique, il a adhéré à la ligne précédemment formée par le président J. Paasikivi (photo, ci-dessous); ceci peut être dénoté par le concept de la "ligne Paasikivi-Kekkonen": reconnaissance étrangère de la neutralité, confiance des puissances étrangères dans la neutralité, soutien de la neutralité par le peuple finlandais et le fait qu'il a suffisamment de possibilités de repousser les tentatives de violation de la sienne. En 1969, le gouvernement finlandais a immédiatement soutenu l'initiative soviétique de commencer à préparer l'OSCE, et peu après, Helsinki accueillera un cycle de négociations sur le traité SALT-1. La réunion finale de l'OSCE s'est également tenue à Helsinki et l'Acte final sera signé en présence du Secrétaire général de l'ONU. Le fait que de tels événements aient lieu signifiait une reconnaissance internationale et un honneur pour le pays hôte.

paasikivi.jpg

Il est vrai que tout le monde n'était pas d'accord avec la neutralité et la considérait comme un écran derrière lequel se cachaient les intérêts de Moscou. Les critiques ont considéré la position de la Finlande comme une soumission à un voisin puissant et le transfert d'une partie de sa souveraineté à celui-ci tout en conservant formellement son indépendance, ce qui s'est traduit par le terme de "finlandisation". A Helsinki, ils ont considéré cette stupidité et n'y ont pas vu les caractéristiques de l'humilité envers l'URSS. Au contraire, la neutralité finlandaise a permis au pays de surmonter les stéréotypes de la guerre froide et de parvenir à une coopération mutuelle avec tous les pays. Mais la logique de ces années-là était celle de la confrontation des blocs, et il ne pouvait être question de coopération globale entre les différents systèmes. La Finlande n'a pas non plus échappé à ce sort : ses accords avec l'URSS ont été perçus négativement à l'Ouest, elle a été accusée d'extradition de citoyens soviétiques fugitifs et de censure excessive de ce que Moscou considérerait comme offensant. Cependant, rien n'a empêché des accusations similaires de dénoncer les alliés des États-Unis en Europe et en Asie.

La fin du monde bipolaire. Nouvelles priorités de l'UE et de l'OTAN

À la fin des années 1980 - début des années 1990, un nouveau visage de l'Europe se dessine. Après la réunification de l'Allemagne, la Finlande a déclaré que les dispositions restrictives mentionnées dans le traité de paix n'étaient plus valables. Parmi les clauses restrictives, une seule, interdisant le développement et la possession d'armes nucléaires, a été retenue. Le président M. Koivisto a également annoncé que la Finlande réviserait le traité d'amitié et de coopération avec l'URSS pour en exclure toute obligation militaire [2]. En 1992, la Russie ne pouvait plus imposer de restrictions militaires en concluant un nouveau traité. Mais outre les relations de bon voisinage, la culture, les droits de l'homme et les libertés, l'accent a été mis sur l'économie, un aspect qui faisait défaut des deux côtés au début des années 1990. Notamment, la coopération transfrontalière est arrivée: le développement des régions frontalières de la Russie est perçu comme un élément distinct. La mise en œuvre de ces plans sera longue et douloureuse : pendant cette période, le chômage augmentera fortement dans les deux pays et de nombreuses entreprises fermeront. La disparition d'un pôle de pouvoir ne signifie pas une transition sous l'aile d'un autre, et la Finlande a agi de manière indépendante, mais, comme auparavant, avec prudence.

En 1992, l'expression "non-alignement militaire et autodéfense" a été adoptée. Et en 1995, le gouvernement finlandais a exclu le concept de "neutralité" du rapport de sécurité. Le rapport de 1997 mentionne déjà la réception éventuelle d'une aide militaire de l'étranger. Quant aux relations avec l'OTAN, la Finlande a simplement adhéré au programme de Partenariat pour la paix en 1994. Toutefois, le même rapport de 1997 indique que la politique de non-alignement pourrait être revue, bien que dans la société et le parlement finlandais, elle ait été considérée comme "un choix en faveur d'une construction pragmatique des relations avec les pays étrangers" [3]. La question de l'OTAN reste controversée : au début du siècle, l'opinion publique était majoritairement opposée à ce bloc politico-militaire (les chiffres allaient de 65% à 79% de personnes interrogées qui disaient être opposées à l'OTAN) [4].

MG_0556.jpg

Il n'y avait pas de bonnes raisons de rejoindre l'Alliance de l'Atlantique Nord. Peu de gens croyaient à la "menace russe" en Finlande. Et cette tendance (plus de ¾ des Finlandais pensaient qu'il n'y avait pas de menace accrue de la part de la Russie) s'est poursuivie pendant la présidence de Tarja Halonen (photo, ci-dessus). L'un des arguments les plus populaires en faveur de l'OTAN dans ces années-là était que la Finlande, en utilisant ses mécanismes de médiation, aiderait à établir un dialogue entre l'Alliance et la Russie. Selon l'ancien président M. Koivisto, l'opération au Kosovo a pleinement démontré la nature asymétrique des relations: personne n'écoute l'opinion des petits États membres de l'OTAN. Un point de vue similaire était partagé par le commandant des forces de défense finlandaises de 1994 à 2001, le général Gustav Hagglund.

Le retour de la neutralité ferme et la Russie

Contrairement à son prédécesseur, Tarja Halonen a déclaré fermement que la Finlande ne participerait pas aux blocs militaires. La présidente a fait la première déclaration de ce type lors de la cérémonie d'inauguration : "La Finlande, pour autant que cela dépende de moi, restera un pays non-aligné" [5]. Le chef d'État s'est également prononcé contre l'entrée des républiques baltes dans l'OTAN, ce qui a provoqué une réaction négative au sein de l'OTAN. La Finlande a approuvé l'opération militaire en Afghanistan, mais a refusé de soutenir l'intervention en Irak.

En 2001, la commission de la sécurité et de la défense a préparé un rapport extraordinaire intitulé "La politique de sécurité et de défense de la Finlande" [5]. Le rapport a mis en évidence les principaux domaines de la politique étrangère : l'Union européenne, l'OTAN, la Fédération de Russie, la région de la mer Baltique.

Le rapport attire tout d'abord l'attention sur les pays de l'ex-Yougoslavie. La stratégie de défense finlandaise met l'accent sur le rôle prépondérant des États-Unis dans la résolution des crises locales dans le monde, alors qu'en Europe, la résolution de toute crise doit reposer sur la participation égale de l'Union européenne, de l'OSCE et de l'OTAN, et l'élargissement de l'UE est présenté comme un moyen efficace d'améliorer le bien-être économique des nouveaux États membres.

Il est à noter que la Finlande, ainsi que la Suède, construisent leur politique de défense sur la base de la position géographique des États. Dans la région de la mer Baltique, une attention particulière est accordée aux relations entre la Russie et l'OTAN, car pour la première, il s'agit d'une "ligne de front", et Moscou n'observera pas calmement le processus d'expansion de l'Alliance. Les relations entre la Russie et les États-Unis sont considérées comme une priorité pour la stabilité de la région de la mer Baltique.

La Finlande a participé, avec l'OTAN, aux programmes de création et de développement des forces armées des trois anciennes républiques soviétiques (Lettonie, Lituanie, Estonie). Le programme BALTSEA a été élaboré. Il prévoyait d'aider ces pays à participer à des opérations de maintien de la paix, de former un système de surveillance aérienne, d'établir le Collège militaire balte à Tartu et de créer l'escadron naval balte. La sécurité des États repose également sur le bien-être économique des citoyens et sur leur capacité à réagir rapidement à une situation socio-économique changeante.

Jäätteenmäki_Anneli_2014-02-06_1.jpg

La Finlande est l'un des catalyseurs de la politique de sécurité européenne, une sorte de prototype de forces armées paneuropéennes, dont il a été question pour la première fois lors du sommet de l'UE à Helsinki en 1999. En 2003, le ministre finlandais des Affaires étrangères, Erkki Tuomioja, a exprimé sa crainte que la priorité en la matière ne soit accordée à un certain nombre de grands pays, ce qui ne ferait que saper le système de sécurité européen, les petits pays étant laissés à l'écart de la politique de sécurité. Au même moment, le Premier ministre finlandais Anneli Jaatteenmäki (photo, ci-dessus) a fait une déclaration similaire, s'inquiétant de la possible division des membres de l'UE en plusieurs groupes. Paavo Lipponen, président du parlement finlandais, a adopté une position similaire, notant l'importance de la présence de l'OTAN en Europe, mais soulignant en même temps que la Finlande devrait devenir un pont entre la région euro-atlantique et la Russie [7].

L'OTAN - pour et contre

L'orientation ultérieure de la politique de défense étrangère de la Finlande a été examinée en détail dans un rapport de 2004, qui soulignait à nouveau le rôle moteur de la politique de sécurité européenne et mentionnait la nécessité d'une coopération avec l'OTAN (sans y adhérer). Et l'entrée de nouveaux membres dans l'UE et l'Alliance a été considérée comme une tendance positive dans le domaine de la stabilité dans la région.

La controverse publique a commencé à montrer des opinions très divergentes sur la question de l'adhésion à l'OTAN. En 2002, le journaliste finlandais P. Ervasti et le parlementaire J. Laakso, dans le livre "From the Embrace of the Bear Neighbor to the Armpit of NATO" (De l'étreinte du voisin ours à l'aisselle de l'OTAN), ont fait valoir que l'intégration des structures militaires finlandaises aux normes de l'OTAN se poursuit de manière latente depuis de nombreuses années [8]. Le politologue et journaliste finlandais Elias Krohn en 2003 dans son livre "51 bonnes raisons de dire "Non, merci" à l'OTAN" mentionne l'expérience négative de la guerre dans les Balkans, accusant l'Alliance que le bombardement de la Yougoslavie n'était pas une conséquence, mais la cause d'un afflux massif de réfugiés, par conséquent, cette opération ne peut être un exemple de solution réussie à un conflit local [9]. Après la publication du rapport 2004, le Premier ministre Matti Vanhanen (photo, ci-dessous) n'a fait qu'une seule déclaration : "Dans un avenir prévisible, il n'y a aucune raison pour que la Finlande rejoigne l'OTAN, mais la pratique de la coopération politico-militaire avec ce bloc devrait se développer" [10].

2020-03-02_Matti_Vanhanen.jpg

Les sondages effectués auprès de la population montrent que les Finlandais n'étaient pas disposés à rejoindre l'Alliance. En décembre 2000, 66% des citoyens étaient opposés à l'adhésion à l'OTAN, en février 2003 leur nombre a chuté à 56% et en juin 2004 il a de nouveau augmenté pour passer à 61% [11]. Et ¾ des citoyens finlandais estiment qu'un référendum devrait être organisé sur cette question.

Sur la question de l'OTAN, la présidente T. Halonen n'a pas changé de position et a maintenu le statut de pays non aligné. Son adversaire électoral, Sauli Niinistö, n'est pas d'accord: en 2007, il a déclaré que l'adhésion de la Finlande à l'OTAN était inévitable. Le ministre finlandais de la Défense, Jüri Häkämies, a déclaré à Washington que son pays était confronté à trois menaces : "Ce sont la Russie, la Russie et la Russie" [12]. Le président a attribué cette déclaration malheureuse à l'opinion personnelle du ministre. L'ambassadeur de Finlande en Belgique et représentant permanent auprès de l'OTAN, Antii Sierla, a exprimé son appréciation. Selon l'ambassadeur de Finlande, il existe un certain nombre de facteurs négatifs: la perception négative par la Russie de l'expansion de l'OTAN, la dépendance de l'Europe vis-à-vis des ressources énergétiques russes et la dépendance économique de la Russie vis-à-vis des petits pays limitrophes. Le diplomate finlandais s'est dit confiant que l'OTAN considérerait la Finlande comme un expert de premier plan sur la Russie, ce que l'on ne pouvait alors pas dire du chancelier Alexander Stubbe, qui était un partisan déclaré de l'OTAN. À l'automne 2008, après qu'un des représentants du ministère russe des Affaires étrangères ait qualifié la Finlande de "pays neutre respecté", A. Stubb a immédiatement répondu que la Finlande n'est pas un pays neutre et qu'elle travaille et coopère étroitement dans le domaine militaire avec l'UE et l'OTAN.

En mars 2009, le gouvernement a préparé un rapport régulier sur la politique de sécurité. Comme auparavant, les Finlandais considèrent la mise en œuvre de missions humanitaires, le travail avec l'administration civile et la médiation dans les négociations comme les principales tâches des opérations de maintien de la paix. Le rapport mentionne également spécifiquement la Russie comme l'un des principaux participants à la résolution des conflits gelés en Europe, dans le Caucase et au Moyen-Orient. Toutefois, comme indiqué, les problèmes de corruption, de droits de l'homme, de rhétorique nationaliste dans les médias et d'"agression" contre la Géorgie pourraient laisser des traces dans les relations entre la Russie et l'UE.

La tendance générale de ces documents peut être décrite comme "aucun déficit de sécurité" en Finlande. Même A. Stubb, un partisan déclaré de l'OTAN, a changé sa rhétorique pro-occidentale et a annoncé que la question de l'OTAN était reportée et serait soumise à un référendum à l'avenir. En 2010, il a décrit la relation entre la Finlande et l'OTAN comme un "mariage civil" : "Nous sommes de très bons et proches partenaires, dans un sens nous sommes plus un pays de l'OTAN que certains membres de l'OTAN. Nous ne fermons pas la porte à l'OTAN, mais nous ne l'ouvrons pas encore" [13].

La neutralité continue

Lors des élections présidentielles de 2012, Sauli V. Niinistö, représentant du parti de la Coalition nationale, est devenu le leader du pays. Même pendant le débat, il a affirmé la nécessité d'étendre la coopération militaire au sein de l'UE. Quant à l'OTAN, ici S. Niinistö (photo, ci-dessous) s'est exprimé assez brièvement: "cette question devrait être décidée par référendum". Dans son discours inaugural, le président nouvellement élu n'a pas mentionné la politique de non-alignement, mais a déclaré que les relations avec la Russie et l'UE resteront les principales priorités de la politique étrangère du pays. Notamment, le nouveau président a effectué ses premières visites d'État en Suède, en Estonie et en Russie.

Sauli_Niinistö_at_the_Enthronement_of_Naruhito_(1).jpg

En juin 2012, lors d'une visite à Helsinki, le chef d'état-major général des forces armées russes, le général N. Makarov, a mis en garde la Finlande contre l'adhésion à l'OTAN et s'est inquiété de l'étroite coopération militaire entre les pays nordiques. Les remarques du général russe ont été perçues négativement par le ministre finlandais de la Défense, Stefan Wallin, qui a souligné que la Finlande agirait de manière indépendante dans le domaine de la défense. Le président finlandais a également réagi négativement aux remarques du général russe, les qualifiant d'"analyse incorrecte des relations de la Finlande avec l'OTAN, qui pourrait conduire à des conclusions erronées".

En 2012, un rapport distinct du ministère finlandais de la Défense, intitulé "Changing Russia", a été consacré aux relations avec la Russie. Les auteurs du rapport mentionnent le passé soviétique : "L'expérience d'un pouvoir personnel illimité peut compenser la faiblesse des institutions démocratiques en Russie, ce qui entraînera la détérioration des relations entre la Russie et l'Occident et la formation d'une "mentalité d'assiégé" chez les Russes. Et les intérêts nationaux finlandais étaient et sont directement dépendants de la stabilité politique et économique de son voisin oriental.

La confrontation entre la Russie et les États-Unis se reflète dans la discussion sur l'adhésion de la Finlande à l'OTAN: les mythes sur la "menace russe" et le "manque de sécurité" ont été ravivés dans le pays une fois de plus. Globalement, les conclusions du rapport montrent que la Finlande, pour des raisons historiques et géographiques, est inextricablement liée à la Russie.

En 2012, le gouvernement a publié un rapport régulier dans le domaine de la politique de sécurité. Comme dans le rapport précédent, en ce qui concerne la Russie, les auteurs se concentrent sur le développement des relations économiques avec la partie nord-ouest de la Fédération de Russie. Les relations entre la Russie et l'OTAN sont typiquement tendues, et la Russie renforce sa présence militaire dans la région balte.

Le rapport mentionne spécifiquement la Coopération nordique en matière de défense (NORDEFCO), une organisation internationale formée en 2009 par cinq États nordiques : il convient de considérer que trois pays de la NORDEFCO (Islande, Norvège, Danemark) sont membres de l'OTAN, et à cet égard, la Finlande, selon les auteurs du rapport, pourrait rapprocher encore davantage ses relations avec l'OTAN.

Nouveau test 2014 - La neutralité finlandaise après 2014

Les citoyens finlandais sont majoritairement négatifs quant à l'adhésion de leur pays à l'OTAN : seuls 17 % des Finlandais sont favorables à l'adhésion à l'Alliance. Mais les événements en Ukraine ont fait leurs propres ajustements. Avant même le référendum de Crimée, le président S. Niinistö a déclaré que la Russie violait gravement les normes du droit international sur la péninsule en liant les activités des forces d'autodéfense de Crimée aux forces armées russes. Le ministre finlandais des Affaires étrangères, Erkki Tuomioja, a exprimé un point de vue similaire.

Alexander_Stubb_EPP_October_2018_(44474967285)_(cropped).jpg

À l'été 2014, Alexander Stubb (photo, ci-dessus) a pris le poste de premier ministre. Dans l'une de ses premières interviews à son nouveau poste, il a déclaré sans ambages qu'il ferait entrer le pays dans l'OTAN. Dans le même temps, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a mis en garde la Finlande contre une adhésion à l'OTAN, citant les propos du président finlandais S. Niinistö sur l'inopportunité d'une mesure aussi radicale. Selon les sondages de 2014, la proportion d'opposants a diminué, mais est restée majoritaire.

Si les dirigeants finlandais préfèrent maintenir leur position neutre antérieure sur la question de l'OTAN, dans la région nordique, le pays continue de renforcer la coopération entre ses voisins. Le 6 mai 2014, les ministres de la Défense suédois et finlandais, Karin Enström et Karl Haglund, ont signé un document commun dans le domaine du renforcement de la coopération militaire entre les deux pays. Le "Plan d'action pour l'approfondissement de la coopération en matière de défense entre la Suède et la Finlande" implique une étroite coopération conjointe avec l'Union européenne, l'OTAN, l'ONU et NORDEFCO. Cela comprend l'échange de personnel, l'utilisation conjointe d'infrastructures militaires, des exercices de surveillance et de reconnaissance aériennes, l'étude des tactiques de différents types de troupes des deux pays.

Le président S. Niinistö a clairement exprimé son point de vue sur le sujet des relations avec la Russie et l'OTAN lors de ses vœux de nouvel an le 1er janvier 2015. La citation suivante ne peut être ignorée : "Nous avons élevé notre partenariat avec l'OTAN à un nouveau niveau, et nous poursuivrons cette coopération. Il va de soi que nous pouvons toujours demander l'adhésion à l'OTAN si nous le voulons".

Les sondages de 2015 ont confirmé l'attitude prudente des Finlandais à l'égard de l'OTAN. Le nombre d'opposants continue de baisser: 55%, mais la proportion de partisans a également diminué: 22%. Les opposants à l'OTAN restent majoritaires même avec une telle formulation de la question : "Si la Suède rejoint l'OTAN, la Finlande doit-elle faire de même ?" Ici, les opposants à l'OTAN représentent 47%, les partisans 35%. Fin 2015, la tendance est en faveur des indécis. Un sondage réalisé par l'Union des réservistes de Finlande a montré que 40% étaient contre l'adhésion à l'OTAN, 28% étaient en faveur de l'adhésion et 32% ne pouvaient pas donner de réponse exacte.

La discussion sur l'OTAN a repris au plus haut niveau après la publication en avril 2016 d'un rapport d'une équipe gouvernementale préparé pour le Premier ministre Juhi Sipilä. Le document abordait cinq questions principales : comment la Russie réagirait à l'adhésion de la Finlande à l'OTAN, si la Finlande rejoindrait l'OTAN seule ou avec la Suède, si la politique de défense finlandaise est suffisamment fiable sans participation à des alliances militaires, quelles sont les conséquences de l'adhésion à l'OTAN et quand le moment sera venu de rejoindre l'OTAN. Le groupe n'a pas pris de décision finale sur l'adhésion à l'OTAN, mentionnant seulement que cette question devrait définitivement être décidée conjointement avec la Suède. Mais dans ce cas, la Russie augmentera ses forces à la frontière et exercera une pression sur les États baltes. Les auteurs du rapport ont également exprimé une variante de la pression exercée par la Russie sur la Finlande en tant qu'"activation politique des citoyens finlandais venus de Russie". Selon les auteurs du rapport, l'adhésion conjointe de la Finlande et de la Suède à l'OTAN serait la meilleure option.

La lutte pour le pouvoir continue

Parmi les derniers documents finlandais reflétant les questions de stratégie militaire, on peut distinguer : le rapport du gouvernement sur la politique étrangère et de sécurité de la Finlande (septembre 2016) et le rapport du gouvernement sur la politique de défense (juillet 2017). Les deux rapports mentionnent le renforcement de la présence militaire des pays de la région de la mer Baltique depuis le début et appellent les dirigeants finlandais à suivre la même voie. L'OTAN continue d'être considérée comme une source de stabilité dans le sous-continent européen et la coopération avec l'Alliance est perçue positivement (le mécanisme de partenariat offrant de meilleures possibilités de dialogue et de coopération, qui inclut la Finlande et la Suède, est mentionné). La stratégie souligne que le pays est sorti des alliances militaires. Toutefois, "en suivant de près l'évolution de la situation en matière de sécurité, la Finlande conserve la possibilité d'adhérer à l'OTAN".

hwp8mo4z26r41.jpg

Soldats finlandais en Afghanistan.

Par le prisme du conflit militaire en Syrie, les forces armées russes sont très appréciées: les Finlandais soulignent la capacité de Moscou à répondre rapidement et efficacement aux défis de l'ordre mondial. La Russie est activement engagée dans le développement de nouveaux types d'armes et se concentre sur les armes de haute précision, les troupes de réaction rapide, les véhicules aériens sans pilote, les armes nucléaires et les nouveaux moyens de commandement et de renseignement. Mais parallèlement aux louanges adressées à l'armée russe, on craint que la Russie "cherche à défier les capacités et les intentions de l'OTAN de protéger les pays baltes et d'Europe orientale en cas de conflit militaire". Le rapport sur la politique étrangère s'est avéré un peu plus objectif : la base du renforcement de la puissance militaire de la Russie est le mépris de l'Occident pour les intérêts nationaux de la Russie. Une autre preuve de la culture politique démocratique de la Finlande est le fait que des déclarations audacieuses sur l'imprévisibilité de la politique étrangère russe, le non-respect du droit international par la Russie et la faiblesse de l'économie des ressources coexistent harmonieusement avec des appels au renforcement des liens transfrontaliers, à l'élargissement des contacts dans le domaine de l'énergie, à une étude plus approfondie et plus diversifiée de la Russie et à des contacts directs entre les citoyens. Les titres des paragraphes sont également frappants : si les mots "approfondissement" et "développement" sont utilisés en relation avec les États-Unis et l'OTAN, dans le cas de la Russie, un terme neutre est simplement utilisé : "importance".

Un autre document du ministère finlandais de la Défense - "Aperçu de l'avenir. La sécurité et la défense sont la base de la prospérité finlandaise" (juin 2018). Les stratèges finlandais ont souligné le danger croissant de la résolution des conflits par la force. Naturellement, on mentionne l'amélioration technique des forces armées et les exigences accrues en matière de formation du personnel, l'expansion de la coopération avec les États étrangers pour résoudre les problèmes communs et la formation de systèmes de défense collective, et la base de la défense du pays reste universelle. le service militaire et la volonté de défendre la patrie. La Russie n'en est pas exempte : sa puissance militaire croissante est également mentionnée ici, mais elle est aussi dictée par des raisons objectives de renforcement de la sécurité nationale. Une éventuelle adhésion à l'OTAN est discutée comme auparavant : La Finlande suivra de près la politique d'expansion de l'OTAN et se réserve la possibilité de rejoindre le bloc. Mais l'Alliance est toujours mentionnée avec l'Union européenne et l'ONU : les stratèges finlandais déclarent un format global pour la résolution des crises, sans prépondérance dans une seule direction.

Pendant ce temps, la population finlandaise conserve une attitude négative à l'égard d'une éventuelle adhésion à l'OTAN : en 2017, le pourcentage de personnes opposées à l'OTAN était compris entre 51 % et 53 %, et le nombre de ceux qui souhaitent organiser un référendum sur cette question a diminué de 63 % à 54 %. Le soutien à l'OTAN oscille autour de 20 %. En 2019, les chiffres restent les mêmes. Mais il ne faut pas oublier l'attitude positive des réservistes finlandais à l'égard de l'OTAN : seul un tiers d'entre eux y est opposé.

Le président S. Niinistö lui-même s'efforce de rester neutre, mais il n'oublie pas de désigner l'Union européenne comme l'orientation principale de sa politique étrangère. Dans le même temps, en 2017 et 2018, il a regretté que l'UE soit plus faible que jamais et que les présidents de la Fédération de Russie et des États-Unis discutent des affaires européennes sans sa participation. Sur la question de l'OTAN, il a maintenu la ligne de neutralité, bien qu'il n'ait pas nié la possibilité de rejoindre le bloc. En septembre 2018, le président a refusé de rejoindre l'Alliance, préférant développer de bonnes relations commerciales avec Moscou et comprenant la réaction possible de la Russie à une telle démarche. Le nouveau ministre de la défense, Antti Kaikkonen, est également neutre et affirme qu'il ne considère pas la Russie comme une menace.

Le statut de Partenaires de l'OTAN aux possibilités accrues de la Suède et de la Finlande leur a permis de participer aux procédures de travail de l'OTAN sur un pied d'égalité avec les Alliés. La Suède et la Finlande s'engagent à poursuivre la coopération avec l'OTAN avec un haut degré de volonté politique. La Finlande ne nie pas non plus l'implication de l'OTAN dans un éventuel conflit militaire dans la région de la mer Baltique.

Il est important que la Finlande maintienne sa position militaire et politique actuelle, car sa coopération avec l'OTAN en tant que pays non aligné est du plus haut niveau, et son statut de neutralité et ses bonnes relations avec les États voisins protègent le pays de la génération d'un conflit potentiel dans la région de la mer Baltique et d'un éventuel mécontentement du public quant aux conséquences de l'adhésion au bloc. Il n'est pas dans l'intérêt de la Finlande de faire de l'Europe du Nord une autre région de contradictions entre les puissances : tout mouvement vers l'OTAN impliquera nécessairement une réponse russe.

NOTES:

1 . Jussila O., Khentilya S., Nevakivi J. Historia política de Finlandia 1809-2009./Prólogo. Yu.S. Deryabin. - M.: Editorial "Ves Mir", 2010. - S. 291.

2 . Sinkkonen V., Vogt H. (toim.). Utopia ulkopolitiikassa: sarja visioita suomen asemasta maailmassa. // Ministerio ulkoasiático julkaisuja 03/2014. — Pág. 14.

3 . Knudsen F. Olav. Estrategias de seguridad, disparidad de poder e identidad: la región del mar Báltico. - Ashgate Publishing Group, 2007. - Pág. 52.

4 . Pesonen P., Riihinen O. Finlandia dinámica. (Traducido por A. Rupasov) - San Petersburgo - Editorial de la Casa Europea, 2007. - P. 338.

5 . Norte de Europa. Región de Nuevo Desarrollo / Ed. Yu.S, Deryabina, N.M. Antyushina. - M.: Editorial "Ves Mir", 2008. - S. 422.

6 _ Política finlandesa de seguridad y defensa 2001. Informe del Gobierno al Parlamento el 13.06.2001. // Puolutustusministerio. URL: http://www.defmin.fi/files/1149/InEnglish.pdf . Fecha de acceso: 26.02.2016.

7 . Ojanen H.. EU:n puolustuspolitiikka ja suhteet Natoon: tervetullutta kilpailua. // Informe UPI 3/2003. - Pág. 8-12.

8 _ Ervasti P., Jaakso J. Karhun naapurista NATON kainaloon. - WSOY, Heelsinki, 2002. - S. 127.

9 _ Krohn E. 51 hyvää syytä sanoa Natolle kiitos ei. - Helsinki: Suomen rauhanpuolustajat, 2003. - S. 23-45.

10 _ Norte de Europa. Región de Nuevo Desarrollo / Ed. Yu.S, Deryabina, N.M. Antyushina. - M.: Editorial "Ves Mir", 2008. - S. 427

11 _ Allá. págs. 427-428.

12 _ Novikova I. N. Finlandia y la OTAN: ¿“matrimonio civil”? // Trabajos científicos de la Academia de Administración Pública del Noroeste. 2011. V.2. Tema. 2.- C. 85-86.

13 _ Novikova I. N. Finlandia y la OTAN: ¿“matrimonio civil”? // Trabajos científicos de la Academia de Administración Pública del Noroeste. 2011. V.2. Tema. 2.- C.88.

mercredi, 03 août 2022

Tambours de guerre en Extrême-Orient: l'Ukraine sera-t-elle bientôt une question secondaire ?

13_rapp-hooper.jpg

Tambours de guerre en Extrême-Orient: l'Ukraine sera-t-elle bientôt une question secondaire?

Par Théo-Paul Löwengrub

Source : https://ansage.org/kriegstrommeln-in-fernost-wird-die-ukraine-bald-zur-nebensache/

Ce que l'on craignait depuis longtemps semble désormais se préciser : favorisé par la focalisation maniaque de l'Occident sur la guerre en Ukraine et ses conséquences globales, le prochain scénario catastrophe possible se prépare également en Asie - avec des conséquences bien plus graves pour la politique mondiale. Toute la région en crise autour de la péninsule coréenne et de Taïwan risque de se retrouver au centre d'un échange de coups entre deux puissances mondiales, face auxquelles la "guerre par procuration" dans le Donbass, déjà opaque, ressemblera à une escarmouche. Les développements actuels donnent raison aux observateurs qui avaient rapidement mis en garde contre un rapprochement entre la Russie et la Chine et qui craignaient que l'escalade dans le nouveau conflit Est-Ouest ne soit un scénario bienvenu pour Pékin afin d'obtenir enfin le "règlement" de la question de Taïwan, non résolue pour la Chine depuis 70 ans.

Le président du groupe parlementaire FDP, le Comte Alexander Lambsdorff, met lui aussi en garde contre une attaque de la Chine contre l'île et fait remarquer que, dans ce cas, les Etats-Unis devraient décider à court terme s'ils interviennent ou non. Roderich Kiesewetter, membre de l'Union chrétienne-démocrate (CDU) en charge des affaires étrangères, a également exprimé sa crainte qu'une attaque chinoise contre Taïwan soit plus précoce que prévue. Et la Chine surveille de très près la manière dont l'Occident traite la Russie. "Les dirigeants chinois pourraient voir un avantage stratégique dans une attaque à plus brève échéance, car l'Occident mobilise actuellement de nombreuses capacités dans le conflit russe", a déclaré M. Kiesewetter - qui a toutefois, jusqu'à présent, soutenu sans critique la politique ukrainienne de l'Allemagne, débordante de mégalomanie morale, avec ses conséquences sur l'approvisionnement énergétique, principalement allemand, et qui, la semaine dernière encore, a préparé les Allemands à "deux ou trois hivers difficiles".

ap3ebt68_nancy-pelosi_625x300_02_August_22.jpg

Pelosi joue avec le feu

En Chine, on ne croit manifestement pas qu'un président américain complètement déconnecté et prédicateur puisse encore évaluer correctement la situation. Entre-temps, des politiciens américains subalternes, comme la vieille présidente démocrate de la Chambre des représentants américaine, Nancy Pelosi, sont perçus comme les véritables acteurs. Le géant rouge, qui considère Taïwan comme une province sécessionniste, a organisé samedi des manœuvres militaires à tirs réels près de Taïwan, comme s'il voulait lancer un avertissement à Mme Pelosi pour qu'elle renonce d'urgence à sa visite dans le pays. Le président chinois Xi Jinping est également conscient du fait que les sanctions suicidaires de l'Occident ne représentent aucun danger pour la Russie et que ses livraisons d'armes prolongeront la guerre sans en modifier l'issue, tout comme la certitude que la dissuasion nucléaire continue de très bien fonctionner. Il pourrait donc se servir de l'Ukraine comme d'un modèle pour "faire table rase", même à sa propre porte.

En cas d'attaque, les conséquences seraient catastrophiques pour notre économie - bien plus que dans le cas de la Russie si l'Occident devait faire preuve de la même intransigeance morale et sanctionner les importations chinoises. Ce serait fatal - car non seulement les États-Unis, mais aussi l'Allemagne et l'UE dépendent autant de la Chine que de Taïwan. Lambsdorff fait remarquer qu'un tiers de la production mondiale de semi-conducteurs provient de Taïwan - précisément dans la partie des chaînes d'approvisionnement qui est jusqu'à présent la moins touchée par les perturbations actuelles des voies commerciales. "Chez nous, presque toutes les chaînes d'approvisionnement dans l'industrie seraient touchées, de nombreux produits techniques ne pourraient plus être fabriqués. De la machine à laver à l'avion", explique M. Lambsdorff.

Des risques économiques incomparablement plus importants

Les États-Unis ont déjà intensifié leurs efforts pour devenir moins dépendants de la production de puces en Asie en faisant adopter par le Congrès un projet de loi visant à promouvoir la fabrication nationale de semi-conducteurs. L'Allemagne n'est pas en mesure de faire de même. Il est donc "dans notre propre intérêt d'éviter un conflit parallèle entre la Russie et l'Ukraine et entre la Chine et Taïwan". L'homme du FDP devrait se pencher sur ses propres errements passés - et vérifier si la politique étrangère et de sécurité de l'UE, qualifiable de kamikaze, et aussi celle de la coalition tricolore au pouvoir en Allemagne, n'a pas précisément accéléré ce phénomène - en isolant complètement la Chine de l'Occident et en encourageant de nouvelles alliances impitoyables entre des blocs de pouvoir non démocratiques.

La situation favorable de la politique étrangère et l'absence de réaction de l'Occident ne sont pas les seuls facteurs qui rendent probable une intervention militaire prochaine ; le régime du PC chinois est également sous pression sur le plan intérieur et pourrait tenter d'éviter les frustrations et les troubles imminents en jouant la carte ultranationaliste de Taïwan. En effet, le président chinois Xi Jinping a causé d'énormes dommages économiques à son pays par sa politique impitoyable de confinement, de "Corona Lockdown". Malgré le règne totalitaire du PC, les critiques internes à son encontre se sont récemment faites de plus en plus virulentes.

29478535-joe-biden-nancy-pelosi-xi-jinping-2ACQCCAvqsfe.jpg

Une nouvelle guerre de Corée est-elle imminente ?

La crise taïwanaise n'est pas le seul scénario de conflit qui se dessine concrètement en Extrême-Orient : Xi cherche également à resserrer significativement les liens avec la Corée du Nord, avec le dictateur nord-coréen Kim Jong Un. Ce dernier a récemment menacé une nouvelle fois la Corée du Sud d'"anéantissement" et annoncé une nouvelle grande guerre contre le sud du pays, divisé depuis la fin de la guerre de Corée en 1953. "Notre armée est prête à répondre à n'importe quel défi. Nous sommes en mesure d'utiliser notre dissuasion nucléaire de manière ciblée et efficace", a déclaré Kim. Les menaces sont loin d'être aussi vides qu'il y a quelques années, lors de la démocratie présidentielle décalée d'opérette entre Kim et Donald Trump. Pyongyang dispose désormais de missiles hypersoniques qui lui permettraient d'atteindre n'importe quelle cible aux États-Unis.

De son côté, la Corée du Sud est en train de mettre en place un bouclier antimissile contre les attaques du Nord, ce qui permettrait également une riposte immédiate. Le fait que la Chine, ancienne puissance protectrice de la Corée du Nord, se rapproche activement de la dictature stalinienne de sa propre initiative, soulignant ainsi une nouvelle position de front contre les États-Unis, n'est pas de bon augure. Washington est donc confronté, en plus du conflit avec la Russie, à une nouvelle escalade dans le conflit déjà tendu à l'extrême avec la Chine, qui pourrait chercher des avantages de politique intérieure dans une attaque contre Taïwan - et devrait en même temps user des forces, par rapport auxquelles le Vietnam et l'Irak auraient été des promenades de santé, dans une éventuelle guerre contre la Corée du Nord aux côtés du Sud, et où la Chine pourrait officiellement se tenir à l'écart. De tels scénarios d'horreur et leurs conséquences économiques et politiques catastrophiques conduiraient sans doute définitivement la "politique de sécurité" allemande au nirvana. Et c'en serait fini de la "politique étrangère féministe" à la Baerbock.

Drones, applications et développements

drones-militaires-scaled.jpg

Drones, applications et développements

par le comité de rédaction de Katehon

Source: https://www.ideeazione.com/uav-applicazioni-e-sviluppi/?fbclid=IwAR3aFN5lqFgn5RFRESRrK4Ai4ij9rNkCuGkgDkineQG0vQBWUZ1yo3ecamo

Un véhicule aérien sans pilote (UAV) est un appareil qui est contrôlé par un équipement de radiocommande et qui possède son propre logiciel de contrôle. L'industrie des drones est un secteur de haute technologie en pleine croissance qui englobe de nombreux domaines, de la recherche et du développement à la production, l'utilisation, l'exploitation et la prestation de services. La partie supérieure de la chaîne industrielle se compose principalement de nouveaux matériaux, de composants électroniques, de développement de logiciels, etc. La partie intermédiaire de la chaîne industrielle comprend la production, l'assemblage et la vente, etc., et la partie inférieure de la chaîne industrielle, outre l'utilisation militaire, comprend également la recherche scientifique, l'agriculture, l'électricité, les transports, la météorologie et d'autres industries civiles.

Ces dernières années, l'industrie mondiale des drones a connu une croissance rapide. Selon New America, les États-Unis, Israël et la Chine sont les plus grands producteurs et vendeurs de drones sur le marché mondial.

Selon une étude du département de recherche de Statista, le marché chinois des drones devrait générer le revenu le plus élevé au monde en 2022, avec environ 1,27 milliard de dollars. Les États-Unis et la France suivent avec 1,24 milliard de dollars et 150 millions de dollars, respectivement.

an-mq-9-reaper-remotely-piloted-aircraft-flies-by-during-a-news-photo-1584049837.jpg

Les meilleurs vendeurs

États-Unis

Le meilleur drone de combat américain est le General Atomics MQ-9 Reaper (photo, ci-dessus), que l'US Air Force utilise depuis plus de dix ans pour soutenir des opérations dans le monde entier. Après les attentats du 11 septembre, les États-Unis ont lancé leurs premières attaques de drones, dans le cadre d'un programme de drones en plein essor, en utilisant le MQ-1 Predator, que l'armée de l'air utilise au combat depuis 21 ans. Le 27 février 2017, le ministère de la Défense a annoncé le retrait du drone Predator afin de "suivre le rythme de l'évolution de l'environnement de combat spatial". L'Amérique n'a vendu des drones qu'aux membres de l'OTAN, mais a approuvé la vente à l'Inde en 2018.

iai-heron.jpg

Israël

Le Heron israélien d'IAI (photo, ci-dessus) est destiné à concurrencer le Reaper. Israël est le plus grand exportateur de drones au monde. Selon une base de données compilée par l'Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (SIPRI), Israël a représenté 41 % de tous les drones exportés entre 2001 et 2011, bien qu'Israël refuse de publier une liste complète des pays auxquels il a vendu des armes militaires. Une liste partielle des bénéficiaires comprend les États-Unis, le Royaume-Uni, le Canada, la France, l'Australie, l'Allemagne, l'Espagne, le Brésil, l'Inde, la Chine, les Pays-Bas, l'Azerbaïdjan et le Nigeria.

Chine

La Chine est un exportateur croissant de drones et a comblé les lacunes du marché grâce à ses politiques d'exportation plus libérales. En 2015, le Pakistan, l'Irak et le Nigeria ont mené des attaques en utilisant des drones de combat fournis par la Chine ou développés en coopération avec elle.

maxresindiadefault.jpg

Les meilleurs acheteurs

Inde

Selon la base de données sur les livraisons d'armes du SIPRI et de Statista, l'Inde et le Royaume-Uni sont les premiers importateurs de drones au monde. Selon un rapport de Business Insider basé sur les données du SIPRI, l'Inde a représenté 22,5 % des importations de drones entre 1985 et 2014. En plus des importations, l'Inde dispose également de véhicules aériens de combat sans pilote (UCAV) de fabrication indigène. Le 16 novembre 2016, le drone indien Rustom-II, armé d'un drone durable de moyenne altitude, a effectué avec succès un vol d'essai.

Royaume-Uni

De 2010 à 2014, le Royaume-Uni a été le plus grand importateur de drones, représentant 33,9 % des importations au cours de cette période. Le Royaume-Uni produit les petits drones MALE et Watchkeeper, basés sur un drone Hermes 450 importé d'Israël.

L'utilisation des drones dans l'armée

Conflit militaire dans la région du Nagorno-Karabakh

Le 27 septembre 2020, un conflit a éclaté entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan dans la région du Haut-Karabakh, et les hostilités se sont poursuivies pendant près de deux mois, jusqu'à ce que, le 9 novembre, les dirigeants de la Russie, de l'Azerbaïdjan et de l'Arménie signent une déclaration et annoncent un cessez-le-feu complet au Karabakh à partir du 10 novembre à 00h00, heure de Moscou, ce qui a marqué la fin temporaire des hostilités.

madrnkxresdefault.jpg

Dans cette opération militaire, en raison de la puissance militaire relativement faible des deux pays, le développement de l'aviation n'est pas achevé et aucun des deux pays ne dispose d'un système de combat aérien approprié, ce qui rend difficile la conduite d'un combat aérien au sens traditionnel du terme. Par conséquent, les drones sont devenus une arme puissante pour les deux camps dans la lutte pour la suprématie aérienne. Il convient de noter que quelques semaines après le début de la guerre, l'armée azerbaïdjanaise a utilisé l'avantage particulier des drones dans des attaques de reconnaissance au sol, à la suite desquelles l'armée arménienne a perdu plus de 100 chars. En tant que nouveau système d'armes à faible coût, facile à reproduire, avec de faibles barrières à l'entrée et des opérations asymétriques, les drones jouent un rôle de plus en plus important dans les interventions de la Turquie en Asie occidentale et en Afrique du Nord.

Les drones turcs, dotés d'une performance exceptionnelle en combat réel, ont participé à plusieurs reprises à des opérations militaires nationales et étrangères. En 2021, la société turque Baykar Makina a indiqué que le drone Bayraktar TB2 avait effectué plus de 350.000 heures de vol de combat. Jusqu'en 2018, ce type de drone était principalement utilisé pour les opérations antiterroristes nationales en Turquie, luttant efficacement contre les forces terroristes intérieures. La Turquie a fourni le Bayraktar TB2 en 2019 aux forces armées libyennes, détruisant 23 ensembles de systèmes de défense aérienne de fabrication russe et un grand nombre de véhicules terrestres blindés. En mars 2020, des drones armés de ce type ont été déployés en Syrie, détruisant 151 chars du gouvernement syrien, plus de 100 véhicules blindés, 86 pièces d'artillerie, 8 hélicoptères, 8 systèmes de défense aérienne, une grande quantité de munitions et d'installations militaires : toutes ces actions ont empêché l'avancée des forces gouvernementales syriennes. Dès le début du conflit militaire dans la région du Haut-Karabakh, les drones turcs ont principalement effectué un appui aérien rapproché, éteint des feux et attaqué des points fixes, détruisant 106 chars arméniens, 146 pièces d'artillerie, 62 systèmes de lancement de roquettes multiples, 18 systèmes de missiles anti-aériens, 7 installations radar et 161 autres véhicules, causant plus d'un milliard de dollars de dommages à l'Arménie.

Après l'utilisation généralisée des drones pendant le conflit du Karabakh pour les armées nationales de petite et moyenne taille et les forces armées tribales qui ne s'appuient que sur de simples véhicules et des chars pour mener à bien leurs opérations, la supériorité aérienne et la forte rentabilité des drones reflètent la fragilité des forces mécanisées traditionnelles. Le renforcement des capacités dans le domaine de la défense aérienne et de la guerre électronique, notamment la mise en œuvre d'opérations anti-aériennes pour les drones attachés aux troupes, deviendra une orientation pour le développement des petites et moyennes armées du pays.

L'opération militaire spéciale de la Russie en Ukraine

Depuis le début du conflit militaire russo-ukrainien le 24 février 2022, la Russie et l'Ukraine ont fait un usage intensif de drones sur le champ de bataille. En outre, les États-Unis et d'autres pays de l'OTAN ont continuellement apporté une aide militaire à l'Ukraine en lui fournissant des drones. Sur le champ de bataille russo-ukrainien, les drones ont joué un rôle important dans le renseignement et la surveillance, le ciblage, les frappes de précision, la guerre électronique, la guerre cognitive et la contre-opinion.

098749087a560720e786d85a1ecb8f0b.jpg

Le principal drone utilisé par l'armée ukrainienne est le Bayraktar TB2. En 2019, l'Ukraine a acheté 12 de ces drones, puis la marine ukrainienne en a commandé cinq autres, qui ont été livrés en 2020.

Dans ce conflit entre les deux pays, l'Ukraine a utilisé le Bayraktar TB2 pour lancer des frappes de précision contre des centres logistiques tels que les pétroliers russes, les véhicules pétroliers terrestres et les véhicules d'approvisionnement en munitions, offrant ainsi une dissuasion efficace à l'ennemi. En raison des limites d'altitude et de vitesse des drones, le nombre de Bayraktar TB2 ukrainiens abattus par le système de défense aérienne russe a atteint le nombre de 35, soit plus de la moitié du nombre visé. Cela indique que ces drones sont toujours confrontés à des problèmes de survie face à des systèmes de défense aérienne avancés. Alors que la Russie et l'Ukraine entrent dans la phase des combats de rue dans le Donbass, l'OTAN a fourni de petits drones de reconnaissance et d'attaque. Le RQ-20 Puma AE et le Switchblade-600 peuvent fournir un soutien puissant aux forces terrestres ukrainiennes. L'armée ukrainienne aurait également utilisé ce type de drone pour couler plusieurs navires russes au large de l'île aux Serpents en mer Noire.

La tendance du développement futur de l'industrie des drones militaires

Le domaine des drones de combat dans son ensemble est représenté par "une superpuissance et de nombreuses puissances fortes" et les pays asiatiques ont un grand potentiel de marché. Du point de vue de l'évolution technologique des drones militaires, la dynamique de leur changement se reflète grossièrement dans les cinq aspects suivants [1].

    - Évolution de la technologie d'alimentation des drones : le grand rapport de dérivation de la moyenne et de la faible poussée et le turbofan du petit moteur principal seront au centre du développement des groupes d'alimentation des drones à l'avenir ; en outre, la recherche sur l'application de nouvelles sources d'énergie telles que l'énergie solaire, les piles à combustible et les systèmes d'alimentation en hydrogène liquide peuvent fournir des sources d'énergie plus efficaces pour les drones.

    - Évolution de la technologie des plateformes de drones : technologie aérodynamique à haut rendement, technologie furtive, technologie aéroélastique, technologie de calcul des charges aérodynamiques et technologie des structures composites.

    - Évolution de la technologie de contrôle autonome : technologie de connaissance de la situation, technologie de planification et de coordination, technologie de prise de décision autonome et technologie d'exécution des tâches.

    - Technologie de communication en réseau.

    - Intégration de charges multitâches : technologie d'intégration plate-forme/activité, technologie de détection multispectrale/hyperspectrale, technologie avancée de radar à ouverture synthétique, technologie lidar.

La situation actuelle et les tendances de développement de l'industrie des drones civils

À l'heure actuelle, le développement mondial des drones civils en est encore à ses débuts et il existe un écart important entre la demande et la taille du marché des drones militaires. Aujourd'hui, les utilisateurs civils de drones sont principalement concentrés dans les unités fonctionnelles de recherche et de gestion. La partie inférieure de la chaîne industrielle et le groupe stable à long terme de clients commerciaux ne sont pas entièrement formés.

Mais avec le développement de la technologie des drones, les pays montrent un grand intérêt pour les drones civils. Ces dernières années, les pays du monde entier ont commencé à développer et à produire de petits drones multirotors, notamment des drones grand public avec une charge utile de moins de 10 kg dans le domaine civil. Le chinois DJI, le parisien Parrot, l'américain 3D Robotics et l'allemand AscTec figurent parmi les quatre premières entreprises de quadricoptères.

dienst-drones.jpg

Dans le domaine professionnel civil, la proportion de drones civils utilisés pour la protection des cultures, l'inspection électrique, l'inspection des oléoducs et gazoducs, l'équipement de la police, la recherche scientifique et l'arpentage augmentera à l'avenir, notamment dans le secteur de la logistique, où les possibilités de développement sont importantes.

En matière de consommation civile, les drones vont se rapprocher de plus en plus du grand public. Au fur et à mesure que les exigences techniques en matière de photographie et les besoins esthétiques des gens s'améliorent, de plus en plus de consommateurs posséderont des petits drones civils multirotors, profitant pleinement de la technologie unique de photographie aérienne.

Note:

[1] Zheng Bo, Yang Wenxian. Le statut et la tendance du développement de l'industrie mondiale des drones [J]. Technologie et produits à double usage, 2014, (8) : 8-11.

L'auréole fallacieuse des humanitaristes

xyjbic2bFyTk8lhnYNa8fuHUVxU@576x432-1.jpg

L'auréole fallacieuse des humanitaristes

par Klaus Kunze

Source: http://klauskunze.com/blog/2022/07/23/der-humanitaristische-heiligenschein/

Une religion sans Dieu ?

L'humanitarisme est devenu la religion de l'autodénigrement de l'homme. Il ne reconnaît rien de supérieur à l'idée de "l'homme en soi", auquel il attribue des attributs autrefois réservés à Dieu, comme une dignité comprise de manière spirituelle. Udo Di Fabio, juge à la Cour constitutionnelle fédérale de 1999 à 2011, a identifié comme le noyau matériel de l'idée et le sens du concept de "dignité de l'homme" la conception chrétienne sécularisée de l'image de Dieu de chaque être humain [1].

    "L'origine moderne de cette idée radicale est évidente. L'humanisme, immortalisé de manière représentative par le petit écrit de Pic de la Mirandole sur la dignité de l'homme, commence la construction de son édifice d'idées par un blasphème au fond à peine dissimulé. La révélation biblique selon laquelle chaque individu est à l'image de Dieu est séparée de ses racines théologiques transcendantes et de ses exhortations pratiques à l'humilité. L'image de Dieu individuelle est transformée en identité de l'humanité par excellence, lorsque chaque homme sur terre est élevé au rang de créateur à l'égal de Dieu et que chacun est considéré comme le créateur de son propre destin, égal en rang"[2].

    Udo Di Fabio, Die Kultur der Freiheit, 2005, p.98.

udo-di-fabio-106~_v-Podcast.jpg

41P115aKbcL._SX315_BO1,204,203,200_.jpg

L'idéologie politique du libéralisme repose sur une série de croyances axiomatiques, dont l'humanitarisme idéologique est l'une d'entre elles. Une autre est l'idée que si l'on laisse tous les acteurs de la société interagir le plus librement possible, le bien commun économique s'établira comme par une main invisible. De même, une sorte de substitut à la "vérité" doit se manifester lorsque chaque participant à une discussion globale peut apporter ses arguments.

La religion d'État des États libres

Il est évident qu'il ne peut y avoir de vide durable en matière de croyance dans l'esprit de la grande masse. Ceux qui ne peuvent rien faire de la culpabilité héréditaire, du péché et de la "bonne nouvelle" n'ont fait, dans la plupart des cas, que remplacer la foi dans le Dieu biblique par une autre foi : celle dans l'homme.

 "L'homme" constitue le pivot d'une nouvelle religion d'État, non officielle de nos jours. En tant qu'être suprême, il a pris la place de Dieu depuis la Renaissance, et ce n'est précisément pas un ou plusieurs individus réels, mais une idée abstraite de l'homme en soi. Si Dieu incarnait jusqu'alors le bien moral, ce rôle revenait désormais à l'homme. Cela n'a pas tardé à susciter des moqueries :

"Parce que cette moralité accomplie en humanité s'est complètement dissociée de la religion dont elle est historiquement issue", pronostiquait Max Stirner en 1845, "rien ne l'empêchait de devenir religion de sa propre main". On en arrive là quand l'homme est l'être suprême pour l'homme : "N'a-t-on pas de nouveau le curé ? Qui est son Dieu ? L'homme ? Qu'est-ce que le divin ? L'humain !" [3]. En désignant l'humanité comme la religion d'État de l'État libre [4], Stirner percevait dès 1845 le lien nécessaire entre humanitarisme et libéralisme. L'"État libre" était en effet une revendication libérale en 1845 et il est aujourd'hui réalisé.

296907307_458404702959877_2803135918637661161_n.jpg

Alors que l'idée chrétienne d'un Dieu qui trône et règne quelque part s'est évaporée dans les palabres synodales, même chez de nombreux chrétiens allemands, comme ils se nomment encore, les chrétiens orthodoxes, eux, peuvent encore être vraiment exaspérés. Le Russe Alexandre Douguine reconnaît à juste titre que le libéralisme humanitariste de base est cru comme une religion. Il qualifie de satanique le fait que "l'homme en soi" soit placé sur le trône et que Dieu soit devenu inopérant :

    Si nous regardons de près, nous découvrirons en effet le fanatisme, la manie et la croyance religieuse dans le libéralisme et le progrès. Alors que ces modèles ne fonctionnent pas, les prix Nobel sont décernés à juste titre aux auteurs des concepts de croissance exponentielle et géométriquement progressive de l'économie libérale mondiale. Quelques années après de tels prix Nobel, on constate le contraire, tous les indicateurs sont en baisse. Et pourtant, les prix Nobel meurent et la religion demeure. Une religion libérale et, d'une certaine manière, satanique. [...] En fait, le libéralisme a pris la place de la religion. Les dogmes de la conception libérale : le progrès, l'individu, l'individu est en fait une sorte de théologie. Elle n'a pas de dimension divine, mais elle insiste sur ces dogmes, ces règles et ces normes, exactement comme la théologie médiévale [5].

    Alexandre Douguine, Le libéralisme a pris la place de la religion, Euro-Synergies, 23.7.2022 , original sur Geopolitika.ru.

cpg471__z4-043b-1024x681.jpg

Au Moyen Âge, on croyait en Dieu et on voyait dans la cupidité quelque chose de pécheur. Notre époque croit en "l'homme" et considère les libertés du marché financier mondial comme un impératif d'humanité.

Le sac à malices idéologique

L'une des contradictions internes de l'humanitarisme est qu'il croit en une "égalité" spirituelle de tous les êtres humains. Après tout, "l'homme en soi" se trouve en chacun d'eux. Cela n'a pas empêché le libéralisme anglo-saxon du XIXe siècle de faire preuve de racisme :

    Il s'agissait autrefois d'une vision raciste selon laquelle il y avait des "Blancs" perçus comme une "première classe", des "Jaunes" comme une "deuxième classe" et des "Noirs" comme une "troisième classe". Du racisme à l'état pur. Il remonte au dix-neuvième siècle. Il était d'ailleurs principalement pratiqué par les libéraux. Le libéralisme anglais, britannique, était totalement raciste. On dit parfois que le racisme est arrivé en Europe avec Hitler. Mais le racisme est venu d'Angleterre pour arriver en Allemagne, venu de l'Angleterre libérale britannique, à travers les écrits de Chamberlain. Les Allemands n'étaient pas racistes jusqu'à ce que cette influence malveillante et monstrueuse des libéraux anglais leur parvienne. Le libéralisme est un phénomène raciste dans ses racines.

    Alexandre Douguine, Le libéralisme a pris la place de la religion, Euro-Synergies, 23.7.2022 , original sur Geopolitika.ru.

Aujourd'hui, le racisme "humanitaire" s'est retourné contre lui, sans pour autant perdre de son contenu raciste. Sous la bannière officielle d'un "tous les hommes sont égaux", les gens sont à nouveau sélectionnés en noirs et en blancs, en bons et en mauvais. Les méchants sont par exemple les "vieux hommes blancs" qui auraient causé tous les maux dont souffrent les Noirs. Et parce que les Noirs ont été colonisés, opprimés ou exploités au cours des siècles précédents, leurs descendants doivent aujourd'hui être privilégiés. Mais cela ne peut pas se faire sans une nouvelle répartition par catégories raciales.

Attribuer aux Allemands une "responsabilité particulière" en raison de "notre passé", c'est déjà faire preuve de discrimination, car plus de "responsabilité" implique moins de liberté. Parce que l'Allemagne se serait mal comportée à l'époque du colonialisme, selon les critères humanitaristes actuels, on nous impose maintenant des obligations de paiement. Vous et moi devons donc aller travailler pour verser de l'argent à d'heureux bénéficiaires dont les arrière-arrière-grands-pères auraient été victimes d'injustice. On nous impose des devoirs en raison de notre ascendance, dont les demandeurs d'argent sont exempts. Une telle pensée ne peut pas se passer de catégories de pensée racistes.

Aux États-Unis, ce racisme est déjà en train de gagner du terrain : les membres des minorités raciales sont souvent privilégiés dans l'accès aux universités. La sélection et les quotas ne sont pas basés sur la responsabilité personnelle, mais sur la couleur de peau. Les descendants d'immigrés juifs de l'époque du troisième Reich sont aussi défavorisés que les autres "hommes blancs" par rapport aux personnes dites de couleur, bien que leurs ancêtres n'aient pas pu être impliqués dans l'esclavage des Afro-Américains.

La sainte trinité de l'argent

Ainsi, l'humanitarisme idéologique est comme un sac à malices dans lequel chacun peut piocher les arguments dont il a besoin à un moment donné. Cela peut être l'argument de la discrimination de leurs ancêtres pour les moins performants intellectuellement qui souhaitent étudier ou devenir professeurs. Les extrémistes de gauche anti-allemands veulent voir notre peuple se réduire et réclament une immigration illimitée "pour des raisons humanitaires".

Dans le même temps, ceux qui dirigent les grands flux financiers découvrent que l'humanité commande qu'aucune frontière n'arrête les flux de marchandises et de personnes. De même qu'au Moyen-Âge on menait des politiques d'intérêt et de conquête au nom de Dieu, on les mène aujourd'hui au nom de l'internationalisme, du cosmopolitisme et de l'humanitarisme. C'est la sainte trinité de notre époque. Aujourd'hui, on peut tout justifier par de prétendus préceptes humanitaires, il suffit de les tourner dans le bon sens.

refugee-law.jpg

Au Moyen Âge, la cupidité était considérée comme un mal. Pour le libéralisme, elle est devenue une caractéristique importante pour le système, donc Dieu et le diable ont été remplacés par un "homme en soi".

L'économie de la société de masse occidentale et son esprit libéral se conditionnent mutuellement. Elles forment ensemble un système autoréférentiel. Un tel système ne tourne jamais qu'autour de lui-même et le cœur de ses fonctions n'est pas affecté par l'extérieur. Seule la limitation spatiale des ressources accessibles de ce monde lui impose une limite infranchissable. Les grands dirigeants économiques en sont conscients. Comme une guerre pour les matières premières ne serait souvent pas une solution judicieuse et ne ferait que déplacer le problème, le cycle économique doit se réorganiser. Sans une utilisation durable et respectueuse des ressources naturelles, le monde se transformera en un tas d'ordures.

Les plans et les intentions des principaux dirigeants économiques pour une grande réinitialisation tiennent parfaitement compte de l'interdépendance d'une forme d'économie particulière et des attitudes mentales qui lui sont associées. Ils visent à garantir le cycle économique et donc le pouvoir des grandes entreprises à long terme. Pour l'Allemagne, du point de vue d'hommes comme le multimilliardaire George Soros, le directeur du WWF Klaus Schwab et bien d'autres, cela tend à signifier l'abandon de l'État-nation, de notre identité en tant que peuple ethnique et l'intégration totale dans le circuit internationalisé des marchandises en tant que simple site économique rempli de consommateurs quelconques issus indistinctement de tous les pays du monde.

Comme aucun système politique ou économique ne peut se maintenir durablement contre la résistance de ses gouvernés, celle-ci doit être brisée par une réorientation idéologique. C'est le but de diverses organisations internationales non gouvernementales ("ONG") financées par des gens comme Soros dans différents pays. Avec les moyens financiers nécessaires, elles encouragent depuis des années toute tentative visant à saper notre État, nos institutions démocratiques, notre volonté d'affirmation et notre identité.

0e22824a-6dc8-11e9-8104-7c3bb4f40730.jpg

L'objectif du processus de transformation est une société multiculturelle et internationalisée. Elle ne sera plus composée d'Allemands, mais d'une population mixte sans identité propre. Elle ne sera pas en mesure de trouver une force commune pour se comprendre et se défendre en tant qu'ensemble démocratiquement constitué: une masse amorphe de simples consommateurs et de quelques prestataires de services, facilement guidés par la publicité, les campagnes d'opinion médiatiques et l'influence idéologique dans le sens souhaité.

La méthode de réorientation idéologique consiste à extraire les bases de croyance traditionnelles de la population et à en implanter de nouvelles. L'amour de son propre peuple est considéré comme raciste et remplacé par la croyance que le mélange global jusqu'à l'indifférenciation est moralement souhaitable, ou du moins acceptable. Afin d'éviter l'émergence d'une résistance organisée, le dévouement et le sacrifice pour des phénomènes collectifs sont stigmatisés comme fascistes et un style de pensée individualiste est encouragé. Dans le même temps, une haine "antifasciste" est suscitée à l'encontre de ceux qui semblent être moralement en retard et qui refusent la nouvelle religion.

Ainsi, la défense des intérêts personnels ne gagne en force que si elle est présentée comme une conséquence et un impératif de principes d'ordre supérieurs. Les positions politiques ne peuvent manifestement pas être propagées et imposées efficacement si elles ne sont pas fondées sur des hypothèses religieuses. Pour les justifier, on n'invoque plus un Dieu transcendant, mais des qualités divines immanentes à l'homme, comme la dignité, la justice et une série d'autres dogmes.

On ne peut leur nier la qualité religieuse de leur somme, de leur lien interne et de leur dépendance logique les uns par rapport aux autres. On ne peut pas les prouver. Il suffit de les croire.

Notes:

[1] Udo Di Fabio, Die Kultur der Freiheit, 2005, p.114, Herdegen (Maunz-Dürig-Herzog, Kommentar zum Grundgesetz, 2005) Art. 1 Abs.1 GG, Rdn.7 ff.

[2] Udo Di Fabio, Die Kultur der Freiheit, 2005, p.98.

[3] Max Stirner, Der Einzige und sein Eigentum, 1845 (Reclam 1972), p.62.

[4] Max Stirner, 1845 (1972), p.193.

[5] Alexander Dugin, Le libéralisme a pris la place de la religion, Euro-Synergies, 23.7.2022, original sur geopolitika.ru.

Le plan de la Chine pour une route commerciale de la Grèce vers l'Europe danubienne par un canal

dunav_morava_vardar_egejsko_more.jpg

Le plan de la Chine pour une route commerciale de la Grèce vers l'Europe danubienne par un canal

Par Philip Chrysopoulos

Source: https://greekreporter.com/2022/07/29/china-canal-trade-route-greece-danube/

La Chine envisage de construire une route commerciale par canal de la mer Égée au fleuve Danube pour relier la Grèce et l'Europe centrale via les Balkans afin d'accélérer l'expédition des marchandises.

Cette initiative s'inscrirait dans le cadre de l'initiative chinoise "Belt and Road", soutenue par la somme colossale de 3000 milliards de dollars, qui vise à combler le déficit d'infrastructures le long des routes commerciales vers l'Afrique, l'Asie et l'Europe.

Cela signale également l'ambition du géant asiatique de jouer un rôle encore plus important dans les affaires mondiales.

La Chine a déjà pris pied en Méditerranée en possédant le principal port de la Grèce, le port du Pirée, par l'intermédiaire de COSCO.

COSCO a fait du port du Pirée le plus important d'Europe et investit des centaines de millions d'euros dans l'expansion de ses installations.

cover-r4x3w1000-5aec763fce26c-le-port-du-piree-en-grece-propriete-du-chinois-cosco.jpg

Cependant, le port qui sera utilisé au cas où la route commerciale du canal des Balkans se matérialiserait sera le port de Thessalonique.

Un projet ambitieux

Le projet envisagé par la Chine est une liaison verticale entre le Danube, le deuxième plus long fleuve d'Europe, et la côte égéenne septentrionale de la Grèce, à savoir le port de Thessalonique.

La voie navigable passera par les fleuves Morava et Vardar/Axios, atteignant ainsi l'Europe centrale sans contourner la Méditerranée.

Mer Égée, Grèce, Canal vers le Danube

Le plan consiste à élargir les fleuves dans certaines parties afin que les gros cargos puissent passer.

Ce projet potentiel entraînerait des changements radicaux dans les options de transport dans la grande région européenne.

Toutefois, le projet de construction d'une route commerciale par canal vers l'Europe centrale à travers les Balkans nécessite des accords bilatéraux avec tous les pays concernés.

Plus précisément, la Chine doit s'entendre avec la Grèce, la Serbie, la Macédoine du Nord, ainsi que les pays d'Europe centrale.

Les avantages du canal Grèce - Europe centrale pour la Chine

Si la route commerciale du canal de la Chine se matérialise effectivement, les pays des Balkans et d'Europe centrale obtiendront des marchandises moins chères et plus rapides, tandis que le transport des exportations coûtera également moins cher.

Dans le même temps, les pays des Balkans seraient en mesure d'expédier des produits locaux vers les marchés de l'ouest de l'UE plus facilement, plus rapidement et à moindre coût.

Le développement de ce que la Chine considère comme la "nouvelle route de la soie" - impliquant la terre, l'air et la mer - est déjà en cours et l'utilisation des rivières existantes ne pouvait pas être laissée de côté dans ce plan plus large.

La voie navigable offrirait un itinéraire beaucoup plus rapide et moins coûteux pour les marchandises destinées à l'Europe en provenance de l'Est.

Le développement de la nouvelle voie navigable offrirait une liaison de transport de la Méditerranée orientale directement au cœur de l'Europe, via les fleuves Axios/Vardar, Morava et Danube.

Les cargaisons n'auraient plus besoin d'être acheminées jusqu'à Gibraltar et de là jusqu'aux Pays-Bas, ou d'être bloquées dans l'étroit détroit du Bosphore.

maxrecanalégéedanubesdefault.jpg

Certaines études préliminaires ont indiqué qu'une telle route serait plus rapide de trois jours et demi par rapport à l'option existante via Rotterdam.

La cargaison du port néerlandais atteint le Danube, qui coule horizontalement, de l'Europe centrale, au sud-ouest de l'Allemagne, à la mer Noire, à un point de la côte est de la Roumanie.

Il s'agit d'une perspective attrayante pour la Chine et d'autres pays d'Asie de l'Est, qui exportent chaque année des millions de conteneurs vers les marchés européens et la Russie.

Certaines voies navigables en Grèce, en Serbie et en Macédoine du Nord devront être élargies et approfondies.

Le minimum requis pour qu'un cargo puisse passer par les canaux fluviaux est de 4 mètres de profondeur et de 28 mètres de largeur.

Via le Bosphore ou Thessalonique ?

Actuellement, les navires en provenance de Chine et à destination de l'Europe font escale au port du Pirée ou au port de Trieste en Italie. De là, les marchandises sont transportées en Europe par camion, train ou avion.

img-3-small480.jpg

Mais acheminer des marchandises vers l'Europe centrale et du Nord de cette manière est coûteux et il faut beaucoup de temps pour que les marchandises arrivent à destination.

Il existe donc deux options pour la route commerciale de la Chine par le canal : les cargos doivent entrer dans le Danube à partir du Bosphore ou de Thessalonique.

La première option implique que les navires en provenance d'Asie entrent dans la mer Noire par le détroit des Dardanelles et entrent en Europe à partir du point où le Danube se jette dans la mer.

De là, les cargos peuvent traverser le Danube pour atteindre les principaux ports européens comme Budapest, Vienne et Amsterdam.

En utilisant la route du Bosphore, un navire devrait parcourir 1900 km (1180 miles) pour atteindre Belgrade.

En revanche, si les navires se rendent au port de Thessalonique et rejoignent le Danube par la rivière Axios-Vardar, ils devront parcourir 1000 km (621 miles) jusqu'à Belgrade.

Il existe une troisième option, mais elle est presque irréaliste : Les cargos en provenance d'Asie peuvent se connecter au Danube via Venise, mais cela nécessiterait la construction d'un canal de 88 km de long (55 miles).

À une vitesse de 10 km par heure, les cargos en provenance de Chine ont besoin de huit jours pour atteindre leur destination européenne. En utilisant les canaux, il leur faudrait un peu plus de quatre heures.

La route commerciale des canaux de la Chine à travers l'Europe n'est pas seulement beaucoup plus rentable, elle est également plus sûre sur le plan environnemental.

Les coûts de carburant pour le nombre de camions, de trains et/ou d'avions nécessaires pour transporter les marchandises à travers l'Europe seront considérablement réduits, sans parler du fait que la pollution sera limitée.

Une idée vieille de près de deux siècles

L'idée de relier la Méditerranée au Danube remonte en fait aux années 1840.

En 1907, les États-Unis ont créé une commission d'ingénierie chargée d'étudier la possibilité de réaliser ce projet.

Cependant, les guerres balkaniques (1912-1913), la Première et la Seconde Guerres mondiales, la Guerre froide ont mis le projet en veilleuse.

Aujourd'hui, l'entrée de la Méditerranée à la mer Noire est contrôlée par la Turquie, et un tel plan devrait passer par le gouvernement d'Ankara.

Par conséquent, Thessalonique serait le point d'entrée idéal vers le Danube et le reste de la route commerciale du canal de la Chine.

Une telle démarche diminuerait inévitablement le pouvoir géopolitique de la Turquie en Méditerranée, tout en donnant à la Grèce un avantage en tant que plaque tournante du transport maritime international.

Consultez toutes les dernières nouvelles de la Grèce et du monde sur Greekreporter.com. Contactez notre salle de presse pour signaler une mise à jour ou envoyer votre histoire, vos photos et vos vidéos. Suivez GR sur Google News et abonnez-vous ici à notre courriel quotidien !

 

mardi, 02 août 2022

Yémen: un pays rasé

28563604-28104528.jpg

Yémen: un pays rasé

par le Blocco Studentesco

SOURCE : https://www.bloccostudentesco.org/2022/07/27/bs-yemen-penisola-rasa-al-suolo/

Après plus de 7 ans de conflit au Yémen, peu de projecteurs sont braqués sur cette périphérie oubliée du monde, victime d'un conflit dont le bilan est désormais de 4 millions de personnes déplacées et de plus de 377.000 morts et qui a provoqué l'une des plus grandes crises mondiales.

S'ajoute au drame la crise alimentaire sans précédent qui, selon les données, compte 18 millions de personnes exposées au risque de malnutrition.

On estime que 17,8 millions de personnes n'ont pas accès à l'eau potable et à des installations sanitaires adéquates, et que 21,9 millions n'ont pas accès aux soins de santé de base.

Le 2 avril 2022, une proposition de cessez-le-feu de l'ONU est entrée en vigueur au Yémen, permettant la suspension des attaques saoudiennes. La trêve marque le premier accord mondial dans une guerre qui a décimé un peuple et provoqué une famine.

236f8094-0001-0004-0000-000001183898_w718_r1.131578947368421_fpx39.77_fpy55.01.jpg

Selon le président Biden, il est impératif que cette guerre prenne fin.

En effet, l'administration du leader réfléchissait déjà depuis un certain temps sur une éventuelle levée de l'interdiction des ventes d'armes américaines à l'Arabie saoudite.

Nous savons en réalité que dès le début de la guerre, il était largement documenté comment la coalition dirigée par l'Arabie saoudite avait utilisé des armes américaines pour commettre des crimes de guerre, montrant ainsi de grandes lacunes dans la surveillance par le gouvernement américain de l'utilisation des armes vendues à l'Arabie saoudite et se révélant, pour la énième fois, complice et responsable des crimes commis par l'Arabie saoudite.

Depuis 2015, les États-Unis ont fourni à l'Arabie saoudite des milliards de dollars d'armes, ainsi que des formations et un soutien logistique. Des armes et des ressources utilisées dans au moins 21 attaques contre des zones peuplées, donc des violations du droit humanitaire international.

Plus un abus qu'une guerre, le conflit du Yémen s'avère, selon l'ONU, souffrir de la plus grande crise humanitaire au monde à ce jour. Sept ans après le déclenchement du conflit, des dommages très importants sont encore infligés à la population, qui a été précipitée dans l'oubli par les affres de la guerre.

niños-soldado-yemen.jpg

L'impact du conflit a provoqué et provoque encore la faim et la propagation de maladies, comme ce fut le cas en 2015 suite à la pire épidémie de choléra au monde.

L'épidémie de choléra est la conséquence directe de deux années de conflit interne sanglant.

L'effondrement des systèmes d'eau et d'assainissement a privé 14,5 millions d'habitants d'un accès quotidien à l'eau potable et à des installations sanitaires adéquates, favorisant ainsi la propagation des vecteurs d'infection.

Le cessez-le-feu national a été renouvelé le 2 août et a permis d'accroître l'aide humanitaire dont dépendent 75 % de la population et 90 % des importations alimentaires.

À l'heure actuelle, les États-Unis condamnent les crimes de guerre commis par la Russie en Ukraine, mais continuent de soutenir fidèlement la coalition agissant au Yémen, qui continue de commettre de graves violations des droits de l'homme et de violer la Convention de Genève.

Le Yémen est une terre qui ne connaît pas la paix, plongée qu'elle est dans la guerre, la maladie et la famine, qui est victime d'abus politiques qui coûtent la vie non seulement aux enfants et aux femmes, mais aussi aux universitaires, aux militants des droits de l'homme, à tous ceux qui s'expriment en faveur du peuple yéménite, et qui sont réduits au silence parce qu'accusés de crimes capitaux.

Groupes de réflexion globalistes

IPIdesignthinktank2.png

Groupes de réflexion globalistes

par le Groupe de réflexion Katehon

Source: https://www.geopolitika.ru/en/article/global-think-tanks?fbclid=IwAR3aFN5lqFgn5RFRESRrK4Ai4ij9rNkCuGkgDkineQG0vQBWUZ1yo3ecamo

Dans le monde d'aujourd'hui, les think tanks jouent un rôle important dans l'élaboration des programmes politiques. Cet essai décrit brièvement certains de ces types d'organisations.

La plupart des think tanks sont des organisations non gouvernementales, mais certains sont des institutions semi-autonomes au sein de gouvernements ou d'autres structures politiques, commerciales ou militaires.

Les think tanks publient des articles, des études ou même des projets de loi sur des questions politiques ou sociales. Ceux-ci sont ensuite utilisés par les gouvernements, les entreprises, les organisations de médias, les mouvements sociaux ou d'autres groupes.

Les think tanks vont de ceux associés au monde universitaire et à la recherche à ceux ouvertement idéologiques qui insistent sur une politique particulière.

Les générations ultérieures de think tanks ont eu tendance à avoir une orientation plus idéologique. Les think tanks modernes sont apparus comme phénomène au Royaume-Uni entre le 19ème et le début du 20ème siècle. Avant 1945, ils avaient tendance à se concentrer sur les questions économiques liées à l'industrialisation et à l'urbanisation. Pendant la guerre froide, de nombreux think tanks ont été créés dans les pays occidentaux, qui ont souvent orienté la politique gouvernementale. Plus de la moitié de tous les think tanks existant aujourd'hui ont été créés après 1980.

visuel_ifri_40_ans_avec_vignette_bleue.png

Les think tanks français

L'Institut français des relations internationales (IFRI), fondé en 1979, est le troisième plus ancien think tank d'Europe occidentale, après le Royal Institute for International Relations (Royaume-Uni, 1920) et le Stockholm International Peace Research Institute (Suède, 1960). Les principaux objectifs de l'IFRI sont le développement de la recherche appliquée en matière de politique publique sur les questions internationales et la promotion d'un dialogue constructif entre chercheurs, praticiens et leaders d'opinion.

La France abrite également l'Institut d'études de sécurité de l'Union européenne (EUISS), l'Agence de l'Union européenne basée à Paris et un groupe de réflexion qui étudie les questions de sécurité. Il existe également plusieurs groupes de réflexion axés sur le développement des entreprises, notamment la Fondation Concorde à Paris. Cette fondation vise à améliorer la compétitivité des petites et moyennes entreprises françaises et tente de relancer l'esprit d'entreprise en France.

Les principaux think tanks de gauche en France sont la Fondation Jean Jaurès, structurellement liée au Parti socialiste français, et le think tank indépendant de gauche Terra Nova. Ce dernier rapporte et analyse les questions de politique publique actuelles dans une perspective "progressiste" et contribue au renouvellement intellectuel de la social-démocratie.

GenerationLibre est un autre important think tank français, fondé par Gaspar Koenig en 2013. L'organisation est indépendante de tous les partis politiques. Le think tank vise à promouvoir les libertés en France en matière de droits fondamentaux, d'économie et de questions sociales. GenerationLibre est décrite comme une organisation capable de se rapprocher de la droite sur les questions de libre entreprise et de réglementation et de la gauche sur des questions telles que le revenu de base, le mariage homosexuel et la légalisation de la marijuana.

Lgogo3.png

Les think tanks allemands

En Allemagne, les partis politiques sont étroitement liés à des fondations de recherche qui jouent un rôle dans l'élaboration des politiques. Ces fondations comprennent la Fondation Konrad-Adenauer (Union chrétienne-démocrate), la Fondation Friedrich Ebert (Parti social-démocrate), la Hans-Seidel-Stiftung (Union chrétienne-sociale), la Fondation Heinrich Böll (affiliée aux Verts), la Fondation Friedrich Naumann (affiliée au Parti démocratique libre) et la Fondation Rosa Luxemburg.

L'Institut allemand pour les affaires internationales et de sécurité est un groupe de réflexion traitant des questions de politique étrangère.

La Communauté atlantique est un autre groupe de réflexion. Selon ses fondateurs, il s'agit d'"une organisation indépendante, non partisane et à but non lucratif, établie en tant que projet commun de l'Initiative atlantique e.v. et de l'Initiative atlantique des États-Unis".

L'Institut pour la politique des médias et de la communication traite des questions relatives aux médias.

Transparency International est un groupe de réflexion qui étudie le rôle de la corruption des entreprises et des politiques dans le développement international.

22c02097e4438bd2f2f3fe4a6a3ab0e1_XL.jpg

Groupes de réflexion britanniques

Le rôle des think tanks au Royaume-Uni est le même qu'aux États-Unis : ils cherchent à façonner la politique intérieure et étrangère du pays. Il existe une collaboration entre les think tanks britanniques et américains. Par exemple, le Royal Institute of International Affairs, basé à Londres, et le Council on Foreign Relations ont été créés lors de la Conférence de paix de Paris en 1919 et sont restés des organisations "liées".

Le Bow Group, fondé en 1951, est le plus ancien groupe de réflexion de centre-droit et nombre de ses membres continuent de siéger au Parlement britannique ou au Parlement européen. Parmi les précédents présidents, on compte le leader du Parti conservateur Michael Howard, le ministre du gouvernement de Margaret Thatcher Geoffrey Howe, le chancelier de l'Échiquier Norman Lamont et l'ancien président de British Telecom Christopher Bland.

Un certain nombre de groupes de réflexion influents de centre-droit ont vu le jour depuis 2000, notamment le Policy Exchange, le Centre for Social Justice et, plus récemment, Onward.

Les groupes de réflexion russes

Selon l'Institute for Foreign Policy Studies, il existe 112 think tanks en Russie, dont certains ont occupé quatre des dix premières places du classement 2011 des "trente meilleurs think tanks d'Europe centrale et orientale".

Importants think tanks russes :

        - Centre d'analyse du gouvernement de la Fédération de Russie ;

        - Centre Carnegie à Moscou ;

        - Institut d'études américaines et canadiennes ;

        - Institut de l'économie mondiale et des relations internationales ;

        - Institut d'État des relations internationales de Moscou.

thumb_5187_default_big.png

Think tanks américains

Le plus ancien think tank américain est la Carnegie Endowment for International Peace, fondée en 1910. D'autres organisations du début du 20ème siècle aujourd'hui classées comme think tanks sont la Hoover Institution (1919), la Twentieth Century Foundation (1919), le National Bureau of Economic Research (1920), le Council on Foreign Relations (1921) et le Social Science Research Council (1923). La Grande Dépression et ses conséquences ont donné naissance à plusieurs groupes de réflexion économique. Parmi eux, la National Planning Association (1934), la Tax Foundation (1937) et le Committee for Economic Development (1943).

En collaboration avec la Douglas Aircraft Company, l'armée de l'air a créé la RAND Corporation en 1946 pour développer la technologie des armes et l'analyse de la défense stratégique.

Le Hudson Institute, un groupe de réflexion américain conservateur, a été fondé en 1961 par le futurologue et stratège militaire Herman Kahn et ses collègues de la RAND Corporation. Parmi ses membres récents, on compte Mike Pompeo, secrétaire d'État sous Donald Trump.

Plus récemment, des groupes de réflexion "progressistes" et libéraux ont été créés. Il s'agit notamment du Centre for American Progress et du Centre for Research on Access to Education and Leadership (CREAL). Cette organisation entretient des liens étroits avec l'ancien président américain Barack Obama et d'autres démocrates.

Conclusions

En Russie, cependant, les think tanks ne sont pas financés dans la même mesure que dans les pays occidentaux. De plus, le Centre Carnegie de Moscou est lui-même affilié à un centre basé aux États-Unis et agit, en fait, comme un agent d'influence extérieure. Par le passé, les fondations et les gouvernements occidentaux ont généreusement financé d'autres groupes de réflexion russes dans les universités et à l'Académie des sciences pour les utiliser comme instruments de leur influence. Bien sûr, la loi sur les agents étrangers a permis de séparer le bon grain de l'ivraie et de protéger le pays contre toute nouvelle manipulation et influence informationnelle et idéologique de l'Occident. Cependant, ce n'est pas suffisant. Les think tanks patriotiques doivent être soutenus au niveau approprié afin qu'ils puissent mener leur travail de manière systématique et stratégique.

19:11 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, think tanks, politique internationale | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Semi-conducteurs: Washington utilise les aides d'Etat contre la Chine

halbleiter_adobestock_edelweiss-662f03f0.jpg

Semi-conducteurs: Washington utilise les aides d'Etat contre la Chine

Salvatore Recupero

SOURCE : https://www.ilprimatonazionale.it/economia/semiconduttori-washington-usa-gli-aiuti-di-stato-contro-la-cina-240405/

Les États-Unis visent l'hégémonie dans l'industrie des semi-conducteurs. Ce n'est pas un secret. Le fait que leur principal adversaire dans cette bataille soit la Chine ne l'est pas non plus. Personne ne peut donc être surpris par l'approbation de la loi sur les puces et la science (Chips and Science Act) par le Sénat américain avec 64 voix en faveur dont 17 républicains.

La nouvelle mesure est un paquet de 280 milliards de dollars avec lequel l'Amérique entend subventionner son industrie des semi-conducteurs pour se libérer de sa dépendance asiatique.

Il va maintenant être soumis au Congrès, qui espère l'approuver rapidement afin qu'il puisse être envoyé à la Maison Blanche - la signature du président est nécessaire pour qu'il prenne effet - avant l'ajournement du Congrès pour les vacances d'été en août.

Le processus de la loi sur les puces et la science (Chips and Science Act)

Malgré les chiffres au Sénat, l'adoption de ce "paquet" était loin d'être facile. Le processus législatif a duré trois ans avec de nombreuses interruptions. La plus importante a eu lieu l'année dernière lorsque, après que le Sénat ait donné son feu vert, la proposition a été bloquée à la Chambre en février.

chscact1200x-1.jpg

C'est pourquoi Biden est directement intervenu pour défendre le projet de loi. Aujourd'hui, Sleepy Joe est heureux. Il s'agissait de l'une des priorités du locataire de la Maison Blanche, ferme partisan de la proposition qui rendra "les chaînes d'approvisionnement américaines plus résilientes". L'objectif est de ne pas être "aussi dépendant des pays étrangers pour les technologies critiques dont nous avons besoin" et de doter les États-Unis d'un plan industriel à long terme, qui était absent jusqu'à présent.

Les États-Unis dominent le monde en matière de conception de semi-conducteurs (ils détiennent une part de 65 % dans ce segment de marché). Cependant, ils doivent s'en remettre à l'Asie, et en particulier à Taïwan, pour leur fabrication et leur assemblage : c'est un risque, car le pays est non seulement éloigné, mais il est également revendiqué par la Chine comme faisant partie de son territoire.

Comment l'aide de l'État sera dirigée

Après avoir reconstitué le processus de la proposition, voyons en quoi elle consiste. La loi sur les puces et la science garantira 52,7 milliards de dollars d'aide financière directe, qui seront destinés à la construction et à l'expansion des installations de production de semi-conducteurs (39 milliards), à la promotion de la recherche et à la formation du personnel (11 milliards), mais aussi à l'accélération du processus de production de matériaux (2 milliards).

À cela s'ajoutent 24 milliards de dollars d'incitations fiscales et une augmentation des dépenses fédérales (plus de 170 milliards de dollars) pour la recherche scientifique au cours des cinq prochaines années, en mettant l'accent sur l'intelligence artificielle. Le foyer du libéralisme, comme c'est souvent le cas, utilise les aides d'État pour des raisons à la fois endogènes et exogènes.

L'aide et les grandes entreprises de puces

Dans une note, Biden a expliqué que : "Parce que les Américains étaient préoccupés par l'état de l'économie et le coût de la vie, le projet de loi est une réponse : il accélérera la production de semi-conducteurs en Amérique, ce qui fera baisser les prix de tout, des voitures aux lave-vaisselle." Les États-Unis ont pris beaucoup de risques jusqu'à présent. Selon Reuters, si Washington avait perdu l'accès aux semi-conducteurs taïwanais, elle aurait vu son PIB chuter d'environ dix points de pourcentage, plongeant dans la crise des secteurs entiers comme l'industrie automobile.

Il y a maintenant un changement de cap avec une mesure qui voit l'État fédéral au premier plan. Les gros bonnets des semi-conducteurs pourront mettre la main sur un gros paquet. Intel, Taiwan Semiconductor Manufacturing, GlobalFoundries, Micron Technology et Applied Materials se lèchent déjà les babines devant ce gros gâteau.

220727-MB-Biden-Chips-jg-95870f.jpg

Les implications géopolitiques

Le convive de pierre dans ce débat est Pékin. Bien qu'il manque encore l'approbation du Congrès, l'ambassade de Chine aux États-Unis laisse filtrer tout son malaise. La note indique que Pékin "s'oppose fermement" au projet de loi qui refléterait la "mentalité de guerre froide et le jeu à somme nulle", en contraste flagrant avec "l'aspiration commune des gens dans tous les domaines, en Chine et aux États-Unis, à renforcer le commerce et la coopération".

D'un point de vue géopolitique, cette mesure confirme que l'Amérique, la Chine et de nombreuses autres grandes économies mondiales s'efforcent de "ramener chez eux" (ou à proximité) la fabrication de puces électroniques, afin de garantir la sécurité de l'approvisionnement et d'éviter de dépendre de nations dirigées par des gouvernements hostiles qui pourraient couper les approvisionnements dans un but de chantage politique.

Make America great again

À cet égard, on peut voir comment Biden suit les traces de Trump. Et les lignes entre les républicains et les démocrates s'estompent. Il suffit de se rappeler ce que la présidente de la Chambre des représentants, la démocrate Nancy Pelosi, a déclaré il y a quelques mois lorsqu'elle a commenté un projet de loi sur le financement de la recherche scientifique et de la capacité de production qui permettrait à l'Amérique de "prendre le dessus sur n'importe quelle nation".

À la même occasion, le sénateur républicain Todd Young a déclaré que "pour vaincre, surinventer et prendre le dessus sur la Chine, nous devons travailler ensemble et mener le combat jusqu'au parti communiste chinois". Comme pour dire : aux Etats-Unis, les présidents changent mais la stratégie hégémonique reste inchangée.

Salvatore Recupero

Essor et crise de la technoscience du capital

JVPLS science religion_2.png

Essor et crise de la technoscience du capital

Franco Piperno

SOURCE : https://www.machina-deriveapprodi.com/post/ascesa-e-crisi-della-tecnoscienza-del-capitale

Franco_Piperno_2.jpgAvec cette contribution, nous poursuivons notre réflexion sur le parcours "Hyperindustrie" de la colonne Transuenze. Le texte suivant est la transcription, révisée par la rédaction, d'un discours prononcé par Franco Piperno (foto, ci-contre-, physicien académique et intellectuel militant qui ne devrait pas nécessiter d'autre introduction dans ces pages, lors de l'université d'été organisée par Machina à la fin de l'été dernier. Piperno, d'une manière inévitablement synthétique, approfondit certains des nœuds profonds du capitalisme tardif, qui tire sa puissance de l'assujettissement et de la fonctionnalisation de la science à la technologie, dans l'appauvrissement des capacités cognitives sociales et de la connaissance scientifique elle-même. Cependant, le triomphe de la technoscience coïncide avec une crise profonde et manifeste de ses hypothèses épistémologiques mêmes. Les implications de cette réflexion sur la nature du capitalisme hyper-industriel, ou capitalisme technologique comme l'appelle l'auteur en l'opposant au capitalisme "cognitif", et sur nombre des thèmes que nous souhaitons explorer (l'innovation, la qualité du travail, l'ancienne et la nouvelle division sociale du travail, la nécessité d'une critique radicale et non obscurantiste du progrès technologique), nous semblent évidentes, voire incontournables.

* * * *

Jusqu'à la Renaissance, on peut dire, schématiquement, que la science et la technologie ont procédé séparément. La science n'est qu'une des formes de connaissance du monde ancien, la forme théorique, qui a une fin en soi et laisse son objet intact ; la science doit respecter des procédures de production : elle doit se résoudre au dévoilement d'"essences" ; elle doit se déployer à partir de quelques principes fondamentaux en respectant l'ordre logique ; elle doit être à la fois moyen et fin - la science est désintéressée, non invasive, en ce sens qu'elle ne se propose pas de changer le monde mais seulement de le connaître en le contemplant.

Au contraire, la technique (connaissance poïétique, téchne au sens étymologique du terme - poiéin = savoir faire, fabriquer) vise à reproduire, comme le dit Aristote, l'analogue d'un phénomène et sa raison est donc extérieure à elle-même. Une autre façon de dire la même chose est que la technologie n'a pas besoin, une fois réalisée, de connaître les lois sur lesquelles elle repose. Banalement, pour conduire une voiture, il n'est pas nécessaire de connaître la thermodynamique, même si le moteur est basé sur celle-ci. Comme l'a observé Koyré, on peut bâtir des basiliques, construire des pyramides, creuser des canaux, construire des ponts et manier la métallurgie sans posséder de connaissances scientifiques. Le fait que la technologie n'ait pas eu besoin de la science en soi est affirmé dès le début de son histoire : on peut prendre le célèbre exemple d'Archimède, qui a construit des miroirs brûlants pour détruire les navires romains arrêtés à Porto Empedocles. Il est très intéressant de noter que dans le curriculum vitae de sa vie, reconstitué par Archimède lui-même, il n'y a aucune trace des inventions techniques qui l'ont rendu célèbre. Cela s'explique par le fait que la technique ne se voyait pas attribuer une valeur cognitive ; elle avait une valeur pratique, mais ne devait pas être considérée comme faisant partie de la connaissance.

adan-creation-436007.jpg

Les choses ont changé avec la Renaissance. Tout d'abord, à travers la mathématisation de l'hydraulique, nous avons un profond remaniement de la relation entre la technique et la science. Galilée est le premier exemple d'un scientifique qui fabrique son instrument, le télescope, et le vend. En réalité, ce n'est pas lui qui l'a inventé, mais un artisan hollandais (Galilée, alors qu'il était déjà à Padoue, a appris l'invention et a construit son propre télescope, beaucoup plus puissant que celui des Hollandais) qui en avait besoin pour voir les navires arrivant au port et pour effectuer tous les travaux nécessaires au déchargement des marchandises. Une fois que Galilée eut construit son télescope, qui reposait sur l'utilisation de deux lentilles, l'une convergente et l'autre divergente (un détail intéressant puisque Galilée travaillait à Padoue, reliée à Venise où la fabrication de lentilles optiques s'était développée à un degré extraordinaire, Galilée a donc utilisé les connaissances de l'artisan pour ajuster les lentilles), il l'a utilisé pour regarder le ciel. Il s'agissait d'une nouveauté absolue, mais Galilée était également très astucieux, et a en fait vendu le télescope aux armées de toute l'Europe, faisant travailler ses étudiants dans l'arsenal pour apprendre son utilisation. De ce point de vue, Galilée est un scientifique moderne, dans le sens où il pense que la technique et la science doivent aller de pair, et aussi que la première a une implication pratique du point de vue de la vente et du commerce. Avec Galilée, nous avons donc la formation d'un scientifique moderne, qui a une bonne relation avec la technologie.

S127wAViE84GFuUbrtDe6pYw.jpeg

Cette imbrication de la science et de la technologie, qui va vite, atteint son point culminant dans la préparation de la bombe atomique dans les années 1930 et 1940 en Amérique et en Allemagne. Nous avons ici la mise au travail de la science en fonction de la technique. De ce point de vue, le projet Manhattan est un chef-d'œuvre, en raison de sa capacité à réunir des centres de recherche, des universités et l'appareil militaro-industriel, qui se concentrent et coopèrent à la construction de ce dispositif. De cette expérience naîtra une université corporatisée. Les choses sont en fait plus compliquées, puisque les Américains ont continué à avoir, par exemple Princeton ou Harvard, des universités au sens médiéval-traditionnel, c'est-à-dire des universités qui mettaient la connaissance au premier plan et formaient donc des gens instruits, au sens unitaire et non spécialisé du terme. En effet, dans ces universités, aujourd'hui encore, l'aspect humaniste entre dans la formation d'un physicien, ce qui fait de l'étudiant qui termine ces cours une personne ayant une vision globale, et non un idiot spécialisé. Mais la plupart des universités américaines après le projet Manhattan, et en Europe après les années 1960, se sont transformées en usine spécialisée. La "philosophie de la nature" originelle, cultivée dans les universités par de petits groupes de chercheurs, voire par des individus, s'est progressivement déplacée au sein du complexe militaro-industriel, devenant la "Big Science" : une véritable usine d'innovations technologiques caractérisée par des coûts immenses et des dizaines de milliers de chercheurs travaillant dans un régime d'usine de type fordiste. Bien entendu, cela ne signifie pas qu'aucun résultat cognitif remarquable n'est atteint, mais il s'agit - comme pour les accélérateurs de particules - de résultats liés au développement de cette technique spécifique. Par exemple, en astrophysique, les personnes qui travaillent sur ces projets sont des personnes dont la description de poste est absolument spécialisée, dans le sens où chacun travaille sur un fragment du problème général et ne sait pas ce que fait le physicien d'à côté. L'exemple le plus flagrant est celui de Genève, où près de dix mille physiciens travaillent à l'accélérateur de manière fordiste, en ce sens que chacun d'entre eux se spécialise sur un fragment du problème, comme c'était le cas dans l'usine fordiste. Et il est pathétique que, alors que ce dernier a été mis en crise depuis longtemps, dans le monde de la recherche, le modèle se poursuit en ces termes.

Physicien-01-TPO.jpg

Ainsi, d'une part, nous avons le succès de la science moderne, occidentale, liée à la technique, qui a fini par être un modèle hégémonique dans le monde entier ; d'autre part, cela a contribué à la perte de l'autonomie de la science, et donc aussi à la fin de son efficacité pratique. La science est devenue une force productive, comme l'aurait dit Marx ; l'application de la science à la production a pour résultat important de créer continuellement de nouveaux marchés, de nouveaux objets, de nouveaux besoins qui leur sont liés, pensez au téléphone portable. Par rapport au passé, les difficultés de développement d'un marché mondial unifié ont également diminué; traditionnellement, dans l'histoire du capitalisme, il y a toujours eu des zones et des régions "vierges", où le mode de production capitaliste n'était pas encore arrivé et qui avaient donc des possibilités d'expansion. Aujourd'hui, avec l'expansion planétaire des marchés, ces zones sont fortement réduites. L'application systématique de la science à la production permet de construire de nouveaux objets qui s'imposent également parce qu'ils déterminent de nouveaux besoins induits. Ainsi, la science, en Occident, est devenue le propulseur de l'accumulation capitaliste ; cependant, nous devrions parler de technoscience, car c'est l'aspect le plus intéressant.

L'autre élément important est la crise interne de la science, qui découle des limites des mathématiques. Le processus que j'ai mentionné précédemment, qui a débuté avec la Renaissance, a également impliqué, ce qui ne s'est pas produit avec la science ancienne, une "mathématisation" de la science : le langage de la science a progressivement perdu les connotations du sens commun et s'est transformé en une articulation du langage mathématique. On peut penser au calcul infinitésimal ou au calcul tensoriel. Il s'agit de développements scientifiques produits et vérifiés par les mathématiques. Dans les années 30, il est arrivé que Gödel, un logicien et mathématicien juif qui avait échappé à l'Allemagne hitlérienne et avait atterri à Princeton, un intellectuel de grand intérêt, travaillant sur les mathématiques et les abordant donc du point de vue de la logique (la différence entre la logique et les mathématiques est que les secondes sont un aspect et une application de la première), soit arrivé à un résultat qui aurait pu sembler bizarre, mais qui était explosif pour la communauté scientifique utilisant les mathématiques. Un système formel (c'est-à-dire un système dans lequel tous les objets sont formellement définis ; le langage courant, par exemple, n'est pas formel car il utilise des concepts qui ne sont pas définis a priori mais par l'usage) ne peut être à la fois complet et cohérent. Complet signifie que toutes les vérités prouvées par le système peuvent être obtenues grâce aux outils du système ; cohérent signifie qu'il n'y a pas de contradiction entre les choses trouvées dans le système et les propres fondements du système. La conclusion selon laquelle il est impossible d'avoir des mathématiques cohérentes et complètes plonge dans les fondements mêmes de la discipline.

61211306-44664037.png

godel.jpg

Kurt Gödel.

Au fil des siècles, depuis la Renaissance, il y a eu des critiques intellectuelles, je pense tout récemment à Alexandre Koyré, sur l'abstraction des mathématiques par rapport au sens commun et à sa cognition. Mais jamais auparavant une critique aussi radicale n'était venue de l'intérieur de la discipline, remettant en cause la validité des mathématiques pour exprimer les vérités de la théorie physique, par exemple. Ceci, ajouté au fait que certaines des affirmations de Gödel ont eu des contre-expertises expérimentales - c'est-à-dire qu'il a été souligné que les mathématiques utilisées en physique quantique impliquent une contradiction avec le principe connu sous le nom de séparabilité (c'est-à-dire que les objets dans l'espace sont séparés les uns des autres et que tout signal prend du temps pour aller de l'un à l'autre) qui remet en question la vitesse de la lumière comme vitesse maximale dans la nature. J'ai essayé de faire allusion à cette relation entre Gödel et la mécanique quantique, car elle est à l'origine de la critique profonde de la science et de la physique en particulier. Un physicien-épistémologue italien, Rovelli, déclare que le quantique, c'est-à-dire la forme la plus élevée atteinte par la physique, est essentiellement "incompréhensible" : il est impossible à comprendre parce qu'il remet en question des vérités que nous tenons pour acquises, comme la séparation des objets ou le fait que pour qu'une influence d'un objet atteigne un autre objet, il faut du temps. Au contraire, il prouve que la transmission est instantanée et cela, comme je l'ai déjà dit, fait vaciller le bon sens.

CarloRovelli.JPG

Carlo Rovelli.

Nous avons donc une crise de la relation particulière entre la technique et la science établie dans la formation socio-économique du capitalisme, que nous avons appelée technoscience, c'est-à-dire l'autonomisation de la technique par rapport à la science, la seconde ne faisant que suivre les besoins de la première. On peut également le constater, par exemple, lorsqu'on examine les derniers lauréats du prix Nobel de physique, qui sont souvent des ingénieurs ayant construit ces machines accélératrices qui ont un attrait technique mais qui, d'un point de vue cognitif, ne nous disent rien ou presque. On peut résumer cela en disant que jamais autant d'argent n'a été investi dans la recherche par les gouvernements, comme c'est le cas depuis le projet Manhattan, et en même temps les résultats n'ont jamais été aussi médiocres : on peut dire qu'au cours du dernier demi-siècle, rien de vraiment nouveau n'a été découvert d'un point de vue scientifique, alors que d'un point de vue technique, tous les objets qui nous entourent ont un demi-siècle. Il y a cette corruption technique du capitalisme ; malgré une opinion aussi fallacieuse que répandue, il n'y a pas, ni ne peut y avoir, de "capitalisme cognitif" ; il y a plutôt, en gestation, un "capitalisme technologique", un mode de production qui promeut une application furieuse de la science à la valorisation du capital.

D'une part, nous constatons une hyper-présence de la science ; nous la voyons tous les jours, par exemple, dans les discours sur l'intelligence artificielle (IA). Paradoxalement, aujourd'hui, la technologie montre qu'il n'est pas nécessaire d'être intelligent pour faire certaines choses (par exemple, savoir compter ou calculer), car la machine le fait mieux que l'homme, et cela montre que calculer est un jeu de dupes car c'est la répétition du même algorithme. Quand on parle d'IA, il faut souligner les aspects où il n'y a pas d'intelligence, il y a plutôt la découverte de processus mentaux qu'en tant que civilisation occidentale nous avons tenus en haute estime, ce sont de simples projets de répétition que la machine fait mieux que nous parce que la machine sait mieux répéter que nous, mais ce n'est pas une grande vertu. D'autre part, à l'intérieur du discours scientifique élevé et autonome, c'est-à-dire à l'intérieur de cette remise en question de la validité des mathématiques dans la représentation des phénomènes de la nature, il y a une crise épistémologique d'un tout autre genre, en ce qui concerne l'invasion de la technologie dans les mœurs de la société. La critique épistémologique remet en question la validité de la représentation de la nature par le biais du langage mathématique. Il s'agit donc d'une crise fondamentale qui anticipe un changement de direction après des siècles et un retour à l'idée que la science doit se fonder avant tout sur le bon sens, c'est-à-dire que les vérités scientifiques peuvent être dites sans prendre cinq ans d'études mathématiques. Si les vérités scientifiques ne peuvent être transmises par le sens commun, cela signifie qu'il s'agit de vérités à validité partielle, bien qu'il s'agisse d'un problème majeur qu'il serait même long d'esquisser. On peut dire que nous sommes arrivés, d'une part par l'invasion de la technoscience, et d'autre part par la crise des fondements de la physique et de la science de la nature en général, à un tournant où l'on peut s'attendre à la naissance d'un type de science qui utilise aussi les mathématiques, mais qui ne s'écarte pas de la possibilité du bon sens de comprendre les lois sans les mathématiques.

IA.jpg

Le développement scientifique dans les pays capitalistiquement avancés est étroitement lié à l'organisation du travail. Dans la mesure où la recherche scientifique est organisée, planifiée, subventionnée, elle dépend du pouvoir politique et de ses fins. L'alternative à la conception de la science comme un savoir neutre et absolu est de relativiser la rationalité à la société et à l'époque qui l'a produite. Mais nier la neutralité de la science contemporaine n'est pas possible sans proposer une autre rationalité, qui reste cependant une norme vide si elle ne parvient pas à produire une autre science, qui récupère l'autonomie du savoir face au complexe militaro-industriel. S'il y avait un changement dans la qualité du progrès tel qu'il romprait le lien entre la rationalité de la technologie et celle de la division sociale du travail, il y aurait un changement dans le projet scientifique, capable de faire évoluer l'activité de recherche, sans perdre sa qualité rationnelle, vers une expérience sociale entièrement différente.

Franco Piperno

lundi, 01 août 2022

Élimination réussie de la concurrence: les États-Unis sont désormais le premier exportateur mondial de GNL

LNG-cargo-delivey-to-Adriatic-terminal-supporting.jpg

Élimination réussie de la concurrence: les États-Unis sont désormais le premier exportateur mondial de GNL

Source: https://zuerst.de/2022/07/29/erfolgreich-die-konkurrenz-ausgebootet-usa-sind-jetzt-weltgroesster-lng-exporteur/

Washington/Bruxelles/Moscou. Le gaz naturel liquéfié (GNL), obtenu par fracturation, est polluant et coûteux. C'est pourquoi de nombreux pays, dont l'Allemagne, s'opposent encore aujourd'hui à l'exploitation du GNL. Le transfert de produits chimiques toxiques dans le sous-sol, nécessaire à l'extraction, est considéré comme un risque dont l'ampleur n'a pas encore été étudiée.

Aux États-Unis, de telles préoccupations n'existent pas. C'est pourquoi le lobby américain de la fracturation fait pression sur le marché européen depuis des années, n'omettant rien pour éliminer la concurrence du gaz russe, bon marché et respectueux de l'environnement. Les présidents américains, d'Obama à Biden en passant par Trump, se sont également laissés entraîner dans ce programme et ont contribué à torpiller la relation gazière germano-russe.

Avec succès : le gazoduc Nord Stream 2 en mer Baltique est prêt mais ne sera pas mis en service, et suite à la guerre en Ukraine (et aux exigences atlantistes), le gouvernement allemand veut maintenant mettre fin à des décennies de partenariat gazier avec la Russie. Le gaz russe sera à l'avenir remplacé par du gaz naturel liquéfié américain. Fin mars, le président américain Joe Biden et la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen ont conclu un accord prévoyant l'achat de 15 milliards de mètres cubes de GNL supplémentaires rien que pour 2022. En juin, pour la première fois, l'UE a importé plus de gaz des États-Unis que de Russie.

Les États-Unis en sont les grands bénéficiaires. Ils sont devenus le premier exportateur mondial de gaz naturel liquéfié (GNL). Selon l'Energy Information Administration (EIA), les exportations américaines ont augmenté de 12% au cours du premier semestre pour atteindre une moyenne de 11,2 milliards de pieds cubes (317,15 millions de mètres cubes) par rapport au second semestre 2021. Au cours des cinq premiers mois de l'année, environ 71% des exportations américaines étaient destinées à l'UE et au Royaume-Uni (mü).

Demandez ici un exemplaire de lecture gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous ici dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin