Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 01 février 2021

Joe Biden et l’avenir du Moyen-Orient

VP-Joe-Biden-and-PM-Benjamin-Netanyahu-in-Israel-2000x1125.jpg

Joe Biden et l’avenir du Moyen-Orient

Par Daniele Perra

Ex : https://www.lintellettualedissidente.it

Plusieurs médias ont décrit le début de l'ère Biden comme le retour de l'Amérique sur la scène internationale. En réalité, la prétendue discontinuité géopolitique entre les deux administrations (sauf exceptions stratégiques spécifiques) ne semble être qu'une construction journalistique.

Le début de l'ère Biden a été marqué par un certain nombre de mesures de politique étrangère en hypothétique contradiction avec les derniers coups de gueule de l'administration Trump. Ces mesures concernaient en particulier la région du Proche et du Moyen-Orient. Une région sur laquelle s'est construite, au moins au cours des vingt dernières années, la perception globale des États-Unis comme une puissance "impérialiste" ou comme un "exportateur de démocratie et de liberté" qui défend l'"Occident" et ses "valeurs" contre la barbarie orientale.

Le prétendu isolationnisme de l'administration Trump entrecoupait des démonstrations extrêmes de force (l'assassinat du général iranien Qassem Soleimani, le lancement de la "Mère de toutes les bombes" en Afghanistan) avec des actions diplomatiques unilatérales (la sortie de l'accord nucléaire iranien et l'imposition de nouvelles sanctions contre Téhéran et Damas, la reconnaissance de Jérusalem comme capitale de l'État d'Israël et de la souveraineté israélienne sur le Golan occupé),y ajoutant des déclarations à la dérive plus propagandiste que realpolitisch sur le retrait progressif des États-Unis de la région. Ce prétendu isolationnisme a sans doute jeté la confusion dans les médias "occidentaux" qui continuent à construire leur système de communication sur les apparences et sur une étude des sources plutôt pauvre. Depuis 2016, je soutiens que l'administration Trump ne ferait rien d'autre que de montrer le vrai visage de l'Amérique jusqu'alors caché par le voile humanitaire du double mandat démocrate de Barack Obama. Cependant, si précisément les peuples du Proche et du Moyen-Orient ont pu regarder cette réalité en face (l'imposition de sanctions à la Syrie par le Caesar Act, par exemple, a fait plus de morts que le terrorisme), en "Occident", également grâce à une information complice, on a préféré, d'une part, soutenir la thèse isolationniste et, d'autre part, critiquer les aspects aussi grotesques qu'essentiellement inoffensifs de l'administration Trump, qui appartient désormais au passé.

Biden à Bagdad

Maintenant, dans ce contexte, nous n'entrerons pas dans le détail du mouvement des troupes nord-américaines entre la Syrie et l'Irak ou de l'entrée des navires de guerre dans la mer de Chine méridionale. Ces opérations se déroulent dans le silence des médias occidentaux depuis plusieurs années. C'est pourquoi, sur cette base, quelques jours après l'entrée en fonction de la nouvelle administration, il n'est en aucun cas possible de tracer des lignes de discontinuité avec le passé. Il suffit de dire que dans l'instant qui a suivi l'annonce du retrait de Syrie par Donald J. Trump, plusieurs colonnes de véhicules blindés américains sont entrées dans ce pays du Levant via l'Irak pour "sécuriser" les puits de pétrole. En fait, le retrait susmentionné n'a jamais eu lieu et, selon toute probabilité, la nouvelle administration ne fera que renforcer les positions nord-américaines sur la rive orientale de l'Euphrate pour empêcher également toute reconstruction éventuelle du pays par l'exploitation de ses ressources.

img_4411_toned_custom-278d051ac6b70766fca17b151ac6342beeb61687.jpg

On pensait qu'il y avait une ligne de discontinuité avec l'ère Trump dans la relance du programme d'aide à la Palestine coupé par le précédent locataire de la Maison Blanche. À cet égard, le discours devient, du moins en théorie, plus complexe. Yara Hawari, chercheuse au centre de recherche palestinien Al-Shabaka, a expliqué qu'il est pour le moins optimiste d'espérer un changement de la politique nord-américaine à l'égard de la question israélo-palestinienne. La position extrémiste de l'administration Trump, une fois de plus, ne serait rien d'autre que la position américaine traditionnelle sans les fioritures de l'hypocrisie humanitaire. En fait, les deux principaux camps politiques nord-américains n'ont jamais manqué d'apporter un soutien inconditionnel à Israël. Joe Biden lui-même, en son temps, a eu l'occasion de souligner que l'aide américaine à Israël était le meilleur investissement pour la politique étrangère de Washington et que s'il n'y avait pas d'État juif, les États-Unis auraient dû en créer un pour garantir leurs propres intérêts dans la région. Le vice-président Kamala Harris et le nouveau secrétaire d'État, le "faucon" Antony Blinken, sont plus ou moins du même avis. Ce dernier, déjà partisan convaincu de l'agression contre la Syrie sous l'ère Obama, a également garanti que l'administration Biden suivrait les traces de ses prédécesseurs, tant en ce qui concerne la volonté de maintenir l'ambassade américaine à Jérusalem (un autre choix imaginé même sous l'ère Clinton et concrétisé par Trump) que les accords dits "Abrahamiques". Ceux-ci sont en effet fondamentaux pour la stratégie géopolitique américaine de construction de blocs d'interposition entre l'Est (Russie, Iran et Chine notamment) et l'Europe, qui comprend également l'Initiative des trois mers dans la partie orientale du Vieux continent.

Par conséquent, le "retour aux affaires" entre Washington et les institutions palestiniennes (entre autres choses largement corrompues et corruptibles lorsqu'elles ne sont pas directement otages des monarchies du Golfe) ne peut être considéré comme essentiellement positif. Si, d'une part, elle peut apporter un soulagement à au moins une minorité de la population palestinienne, d'autre part, elle continuera à fonctionner sur le mode de l'échange entre l'argent et de nouvelles concessions politiques unilatérales visant toujours à favoriser les revendications sionistes au détriment des revendications palestiniennes. Un discours similaire peut facilement être appliqué à l'accord nucléaire avec l'Iran. Les théoriciens des relations internationales comme le "réaliste" John Mearsheimer ont réitéré la nécessité pour les États-Unis de tenter un hypothétique retour à l'accord ou, du moins, une nouvelle approche de Téhéran. Il va sans dire que, dans ce cas également, les concessions économiques garanties à l'Iran par l'accord ont été étudiées à la fois pour empêcher le développement de la capacité de dissuasion nucléaire et antimissile de Téhéran, et pour garantir une pénétration occidentale dans le pays qui aurait pu permettre (au moins, à long terme) une déconstruction depuis l'intérieur de la République islamique. Il n'est pas surprenant que, déjà avant la signature de cet accord, un centre de recherche stratégique israélien ait produit un plan de déstabilisation interne de l'Iran, exploitant les minorités ethniques et religieuses : en d'autres termes, une sorte de plan Yinon appliqué à la République islamique, avec le titre emblématique "Comment faire mal à l'Iran sans frappes aériennes".

Cost-of-War-counterterrorism-map_edited_edited.jpg

Les renseignements selon Joe Biden

Maintenant, outre le fait que les termes de l'accord n'ont déjà pas été respectés dans les dernières périodes de l'administration Obama, il sera important de comprendre comment Joseph Biden peut tenter un rapprochement avec l'Iran. Pour la stratégie américaine, cela serait fondamental en premier lieu pour pouvoir se concentrer sur les principaux ennemis : la Russie (l'accélération soudaine du cirque d'information atlantiste sur l'affaire Navalny est en ce sens emblématique) et la Chine avec ses projets de coopération eurasienne qui doivent être constamment sabotés. Et, deuxièmement, garantir une plus grande concentration des forces de renseignement également sur la dynamique interne aux Etats-Unis mêmes, dynamique devenue plutôt turbulente. Cette tentative de rapprochement ne peut donc être que progressive. Toutefois, un signe important dans ce sens a déjà été lancé avec la réduction partielle du régime de sanctions imposé dans les derniers jours de la présidence Trump aux forces yéménites d'Ansarullah (proches de Téhéran) et avec la promesse d'interrompre le soutien logistique à l'agression saoudienne contre le Yémen lui-même et de réduire la vente d'armes aux monarchies du Golfe (un autre héritage des précédentes administrations Obama et Trump). Il faut dire qu'il est difficile (et à juste titre) pour l'Iran, quelle que soit la pression exercée, d'accepter sans garanties réelles de suppression complète du régime de sanctions à son encontre un accord avec un homologue qui s'est avéré largement peu fiable. Par conséquent, il ne serait pas du tout surprenant que des opérations de guerre hybride contre la République islamique soient également menées de manière constante par la nouvelle administration, bien que de manière moins ouverte et moins ouvertement propagandiste que dans le cas de Trump.

Face à une situation intérieure plutôt instable, de nombreux théoriciens et stratèges nord-américains ont souligné la nécessité d'une reconstruction interne à travers le seul ciment idéologique de la société américaine : l'idée exceptionnaliste de "destin manifeste", de supériorité morale par rapport aux autres nations du globe. Cependant, pour raviver ce sentiment, il faut un ennemi (ou la création d'un ennemi). Cet ennemi est et reste (comme pour l'administration Trump) la Chine : la seule puissance réellement capable de représenter une menace et une alternative au système mondial décadent de l'Amérique du Nord. En fait, même parmi les démocrates, le parti de ceux qui ont commencé à considérer la Russie comme un "allié" stratégique potentiel dans une perspective anti-chinoise se développe, si Poutine et son entourage devaient quitter la scène à court terme, laissant la place à une "cinquième colonne" occidentale assez importante composée d'oligarques et de politiciens de diverses orientations libérales (une solution qui reste peu probable à court terme).

Ne pouvant cependant pas se permettre un affrontement militaire direct avec la Chine, il reste à comprendre quelle solution sera adoptée pour contenir et éviter la projection géopolitique de cette dernière. L'une des caractéristiques fondamentales du projet d'infrastructure de la nouvelle route de la soie est le corridor sino-pakistanais. Les relations entre les États-Unis et le Pakistan se sont rapidement détériorées ces dernières années, également en raison d'un engagement américain notable dans le renforcement technologique et militaire de l'Inde, déjà considérée à l'époque d'Obama comme un "partenaire majeur en matière de défense". Joseph Biden, alors qu'en 2007 il était encore candidat aux primaires du parti démocrate, a déclaré que le Pakistan est l'État le plus dangereux du monde. Toujours à la lumière de la tentative de détente avec l'Iran, il ne serait pas du tout surprenant qu'une guerre sur commande soit préparée précisément dans une région qui reste la jonction cruciale entre les axes Nord-Sud et Ouest-Est du continent eurasiatique.

Le Grand Jeu en Méditerranée orientale

sddefault.jpg

Giusepppe Gagliano:

Le Grand Jeu en Méditerranée orientale

Ex : https://moderndiplomacy.eu

Comme nous l'avons souligné à plusieurs reprises, la découverte de grands gisements de gaz au large des côtes d'Israël, de Chypre, d'Égypte et du Liban, a fait que la Méditerranée orientale joue désormais un rôle beaucoup plus important dans la géopolitique de l'énergie. Dans les eaux de l’offshore profond, elle n'est rentable qu'à long terme et présente des défis techniques et économiques importants. De plus, le pouvoir politique qui régit cette zone de la Méditerranée orientale repose sur trois autorités avec lesquelles il est nécessaire de traiter, dont les intérêts économiques peuvent diverger dans le temps. Cette réalité pèse sur les perspectives d'avenir de cette zone, du moins jusqu'à ce que la dimension politique soit résolue de manière sûre.

D'importants gisements de gaz naturel ont été découverts dans les ZEE de l'Égypte, d'Israël et de Chypre. Les ZEE plus petites de la Syrie et du Liban doivent encore être explorées ou confirmées. Ces découvertes en Méditerranée orientale seraient constituées de réserves potentielles de l'ordre de 3,5 milliards de mètres cubes de gaz, dont la moitié environ sont des réserves prouvées équivalentes à celles encore disponibles pour la Norvège après trente ans d'approvisionnement par l'Union européenne. En particulier, presque à la même distance des côtes de leur pays, se trouvent les trois gisements de Zohr (Egypte), Leviathan (Israël) et Aphrodite (Chypre) avec respectivement des réserves prouvées de 850, 450 et 140, pour un total de 1.440 milliards. de mètres cubes. Les dirigeants de ces trois pays se sont réunis pour envisager une solution commune afin de commercialiser ce gaz pour l'exportation. Il a été question de la construction d'un gazoduc sous-marin vers la Grèce et l'Italie, qui serait un concurrent direct du gaz azerbaïdjanais qui traverse la Turquie.

Dans le même temps, les gouvernements de Turquie et de Libye ont délimité les frontières de leurs ZEE, envahissant les ZEE des pays cités ci-dessus, créant ainsi des sources supplémentaires d'incertitude et de complications juridiques. Enfin, la démonstration de force de la Turquie en envoyant des navires sismiques en préparation des opérations d'exploration dans la ZEE grecque n'a fait qu'ajouter à un climat géopolitique déjà tendu. Tous ces facteurs d'incertitude et de conflits potentiels ne sont pas propices au développement de la production de gaz dans cette zone de la Méditerranée orientale. Cette situation n'empêche pas l'Égypte et Israël de produire, de consommer et d'exporter du gaz provenant de gisements proches de leurs côtes, dont la propriété n'est pas remise en question.

carte-gazpol1-140220_0_729_497.jpg

Nous en venons maintenant à la Turquie. Il faut souligner qu'il existe un malentendu géographique : la grande découverte annoncée le 21 août 2020 par le président Erdogan ne se situe pas en Méditerranée, mais en mer Noire. Il s'agit du champ de Sakarya, situé à environ 170 kilomètres au nord de la côte turque. Il a une profondeur d'eau de 2 110 mètres et une profondeur totale de 4 775 mètres. Selon les informations publiques, il a été découvert en forant un seul puits, le Tuna-1, réalisé par le navire d'exploration Fatih ("le conquérant", en turc). Les réserves, initialement annoncées à 800 milliards de mètres cubes, ont été réévaluées par l'opérateur TPAO (Turkish Petroleum Corporation) à 320 puis à 405 milliards de mètres cubes le 17 octobre 2020. Un second forage de Turkali 1 est prévu en novembre. Un deuxième navire d'exploration, le Kanuni ("le législateur" en turc) est sur le point d'atteindre la mer Noire.

Le Sakarya a l'avantage d'être proche du marché turc. S'il est produit, son gaz approvisionnera le marché turc, renforcera la sécurité d'approvisionnement du pays et améliorera sa balance commerciale.

Cependant, la mise en production de Sakarya en 2023 est un objectif qui ne tient pas compte du calendrier de l'industrie gazière. Cette constatation devra être confirmée avant de passer à la conception et à la construction des installations de la phase de production du projet.

N'oublions pas que les ambitions de la Turquie sont multidimensionnelles et à multiples facettes. Elles ont un impact direct sur l'Europe, de l'Atlantique au Caucase en passant par la Méditerranée et le Moyen-Orient. Il est évident que les dimensions géopolitiques et religieuses priment sur les autres et il n'est pas clair si elles ont leur propre dimension stratégique ou si elles sont simplement tactiques. Cela dit, les ambitions énergétiques sont très légitimes pour tout pays, surtout lorsqu'il s'agit de la sécurité de l'approvisionnement en gaz.

carte-gazpol2-140220-002_1_730_490.jpg

L'approvisionnement en gaz de la Turquie se situe entre 45 et 50 milliards de mètres cubes par an ; il est bien diversifié. Le gaz arrive à l'ouest par le Turk Stream, qui remplacera progressivement l'itinéraire historique à travers l'Ukraine, la Roumanie et la Bulgarie, au nord par le Blue Stream à travers la mer Noire à une profondeur de 2 000 mètres, à l'est par la frontière avec l'Iran et au nord-est par la frontière avec la Géorgie pour le gaz azerbaïdjanais. En outre, deux terminaux GNL terrestres (Izmir Aliaga, Marmara Ereglesi) et deux terminaux GNL flottants (Etki et Dörtyol) ont une capacité de réception totale d'environ 25 milliards de mètres cubes, dont la moitié seulement est utilisée, ce qui laisse une grande flexibilité ; ils reçoivent du gaz naturel liquéfié (GNL) d'Algérie, du Nigeria, du Qatar et d'autres sources, en dernier lieu du gaz de schiste des États-Unis.

Quant au TANAP (Trans Anatolian Pipeline) récemment mis en service, 6 milliards de mètres cubes par an de gaz azerbaïdjanais transiteront dans une première phase vers la Grèce, ce qui représente un peu plus de 1% des besoins de l'Union européenne. C'est ce qui reste du projet "Corridor Sud", autrefois étudié sous le nom de "Nabucco", promu par l'Union européenne pour réduire l'influence russe dans l'approvisionnement en gaz.

En bref, ces découvertes de grands gisements de gaz naturel ont déterminé un conflit évident, exacerbant les problèmes géopolitiques déjà existants dans une région qui n'est certainement pas simple d'un point de vue géopolitique.

Nous pensons au fait qu'Israël est en guerre avec le Liban et que les deux pays ne s'accordent pas sur le tracé de leurs zones économiques exclusives (ZEE) respectives ; la Syrie est en ruine, le conflit israélo-palestinien se poursuit et la question d'une éventuelle ZEE pour Gaza demeure ; la Turquie occupe toujours la partie nord de Chypre, refuse à l'île le droit d'avoir une ZEE et remet en cause le traité de Lausanne qui a établi, en 1923, les frontières gréco-turques et enfin, la Libye est déstabilisée et en guerre civile, avec des interventions étrangères qui compliquent encore la stabilité de la région.

000893559_illustration_large.png

Ces découvertes modifient considérablement le destin énergétique des Etats riverains du bassin du Levant. Israël devient une puissance exportatrice de gaz naturel, l'Égypte répond dans un premier temps à ses besoins et envisage de devenir un pôle énergétique régional, Chypre s'appuie sur ses ressources naturelles pour réaliser la réunification de l'île. De même, le Liban et la Syrie pourraient envisager d'exploiter leurs ressources respectives ; le Liban a accordé les premières licences de recherche/exploitation et la Syrie a fait de même au profit, sans surprise, des entreprises russes. Et une fois de plus, la Turquie joue un rôle décisif dans ce jeu.

Mais pour revenir à la Turquie, l'occupation de la partie nord de Chypre (depuis 1974) est l'une des composantes de la question. La nouveauté vient de la réaction de la Turquie face à la possibilité pour Chypre d'exploiter les ressources naturelles situées dans sa ZEE. Rappelons que Chypre a délimité sa ZEE avec l'Égypte et Israël, a signé un traité avec le Liban et était en pourparlers avec la Syrie (avant le conflit) sur la base de la Convention des Nations unies sur le droit de la mer (1982). L'île a ensuite accordé des accords de recherche/exploitation à diverses entreprises. La société américaine Noble Energy, le consortium italo-coréen ENI-Kogas, le français Total, seul ou en joint-venture avec ENI, et l'américain ExxonMobil allié de Qatar Petroleum ont obtenu les licences.

640xauto.jpg

La Turquie, pour sa part, affirme que Chypre, comme toutes les îles de la Méditerranée, n'a pas de ZEE. Ankara, qui ne reconnaît pas la Convention des Nations unies sur le droit de la mer, a une position arbitraire sur le sujet, une position qui lui est propre : elle estime que les îles n'ont pas de ZEE dans les mers fermées ou semi-fermées. .

Malgré les menaces turques à l'encontre des compagnies pétrolières travaillant avec Chypre, de nombreux forages exploratoires ont été réalisés dans la ZEE du pays et d'importantes découvertes de gaz naturel en quantités exploitables ont été faites : Noble Energy (découverte d'un champ contenant 100 à 170 milliards de mètres cubes de gaz naturel dans le bloc 12), ExxonMobil avec Qatar Petroleum (de 170 à 230 milliards de mètres cubes dans le bloc 10) et ENI avec Total (grand champ non encore quantifié dans le bloc 6).

Face à ces constats, la Turquie est devenue encore plus agressive, envoyant des navires d'exploration et de forage dans les eaux chypriotes, accompagnés de navires de guerre. La Turquie a effectué huit sondages illégaux dans la ZEE de Chypre. Appliquer la tactique d'encerclement à Chypre en maintenant constamment la pression sur cet Etat insulaire, avec, en fin de compte, le contrôle total de l'île. Sa dernière provocation, outre l'invasion quasi constante de sa ZEE, a été l'ouverture à l'exploitation et enfin la colonisation, le 8 octobre, du quartier fermé de Famagouste, ville portuaire vidée de sa population en 1974 et laissée auparavant pour une ville fantôme.

Parallèlement à la menace qui pèse sur Chypre, une menace croissante pèse sur la Grèce. Depuis le 10 août 2020, la Turquie a déployé son navire sismique Oruç Reis, accompagné de forces militaires navales, dans l'espace maritime grec, jusqu'aux côtes de Crète, obligeant la Grèce à faire de même. La Grèce, la France, l'Italie et Chypre ont mené un exercice militaire conjoint en Méditerranée orientale du 26 au 28 août, envoyant ainsi un message clair sur la volonté de ces pays de faire respecter le droit international.

indexornp.jpg

Selon une déclaration du ministère français des forces armées, "Chypre, la Grèce, la France et l'Italie ont décidé de déployer une présence commune en Méditerranée orientale dans le cadre de l'initiative de coopération quadripartite". La ministre française des forces armées, Florence Parly, a en outre précisé que la Méditerranée "ne doit pas être un terrain de jeu pour les ambitions de certains, c'est un bien commun".

Le président turc a précisé de sa part : "Nous ne ferons absolument aucune concession sur ce qui nous appartient. Nous invitons nos homologues à [...] se méfier de toute erreur qui pourrait ouvrir la voie à leur perte. Il a ensuite ajouté : "La Turquie prendra ce qui lui revient de droit dans la mer Noire, la mer Égée et la Méditerranée [...]. Pour cela, nous sommes déterminés à faire tout ce qui est nécessaire politiquement, économiquement et militairement". Le discours a été prononcé lors d'une cérémonie commémorant la bataille de Manzikert en 1071, qui marque l'entrée des Turcs en Anatolie, suite à la victoire du sultan seldjoukide Alp Arslan sur les Byzantins. Les marines des deux pays sont sur le point de s'affronter. Août : un navire grec entre en collision avec un navire turc.

A la situation déjà compliquée, la Turquie a ajouté un nouvel élément lié au conflit libyen. Depuis la chute du colonel Kadhafi, la Libye est entrée dans une zone d'instabilité dans laquelle de nombreux acteurs aux intérêts divergents se sont immergés. L'Egypte, soutenue par les Emirats et l'Arabie Saoudite, soutient le maréchal Haftar, qui contrôle la Cyrénaïque. La Russie est également présente dans cette région. Au contraire, la Turquie, soutenue par le Qatar, soutient le gouvernement de Sarraj, qui contrôle la région de Tripoli. Profitant de ce soutien, la Turquie a signé deux accords (le 27 novembre 2019) avec le maître de Tripoli. L'un militaire, l'autre maritime. L'accord de délimitation du plateau continental maritime entre les deux pays ignore complètement l'existence de Chypre, de la Crète et d'autres îles grecques de la mer Égée. De plus, la volonté d'Erdogan de prendre pied sur le continent africain et de changer la situation géopolitique dans cette région bouleverse de nombreux autres acteurs internationaux. La Libye est pour la Turquie, une des "entrées" de cet espace, d'où son désir d'établir des bases permanentes dans ce pays.

Cette situation géopolitique explosive montre la nécessité de développer la coopération dans cette région troublée. La coopération entre Chypre, la Grèce et Israël a rapidement pris forme. D'autres ont suivi, impliquant l'Égypte et la Jordanie, toujours avec la participation de Chypre et de la Grèce. L'Italie et la France sont également très présentes pour l'implication de l'ENI et de Total, mais aussi pour protéger cet espace vital commun qu'est la Méditerranée.

image-20160726-7028-gr5wci.jpg

La signature, début janvier 2020, d'un accord interétatique entre Israël, Chypre et la Grèce, pour la construction du pipeline sous-marin EastMed, est l'un des projets ambitieux de cette coopération. D'un coût d'environ 7 milliards d'euros, ce gazoduc permettrait d'acheminer le gaz chypriote et israélien vers la Grèce continentale, via la Crète, et au-delà vers l'Italie et l'Europe occidentale (entre 9 et 11 milliards de mètres cubes/an, ce qui correspond à environ 15 % de la consommation européenne de gaz naturel). Bien que ce projet soit coûteux sur le plan économique, il est de la plus haute importance sur le plan géopolitique pour la construction de l'indépendance énergétique de l'Europe. Il convient également de noter qu'en janvier 2019, les pays de la région ont créé le Forum du gaz de la Méditerranée orientale, qui vise à gérer le futur marché du gaz - une coalition qui comprend Chypre, la Grèce, Israël, l'Égypte, l'Italie, la Jordanie et la Palestine. La Turquie dénonce le fait que cela pourrait menacer ses intérêts. Toutefois, trois autres développements positifs sont intervenus au cours de l'été 2020 : La Grèce a procédé à la délimitation de sa ZEE avec l'Italie et l'Égypte et cette délimitation, basée sur la Convention des Nations unies sur le droit de la mer, reconnaît évidemment une ZEE pour les îles.

Enfin, le Conseil européen réaffirme dans ses conclusions du 2 octobre 2020 sa solidarité avec Chypre et la Grèce, en précisant que des sanctions seraient adoptées contre la Turquie si cette dernière continuait à violer les ZEE des deux pays membres de l'UE ; Ankara a immédiatement rejeté cette décision, déclarant que son programme de recherche en Méditerranée orientale se poursuivrait. D'autant plus que l'Oruç Reis est toujours dans les eaux chypriotes et que la Turquie a décidé d'ouvrir le district fermé de Famagouste à l'exploitation, certainement dans le but d'une colonisation imminente, et ce en violation de toutes les résolutions des organisations internationales. Non seulement la pression continue de la Turquie sur Chypre s'intensifie dangereusement, mais la Turquie s'engage dans une projection politique lucide de la puissance maritime.

dimanche, 31 janvier 2021

Retour à la réalité territoriale

france_langues-reg.GIF

Retour à la réalité territoriale

par Georges FELTIN-TRACOL

Ex: http://www.europemaxima.org

Le 1er janvier 2021 est née une nouvelle collectivité territoriale à statut particulier en France métropolitaine. Après la séparation de la Métropole de Lyon du département du Rhône redevenu rural en 2015 et la formation d’une Collectivité de Corse qui rassemble les compétences régionales et départementales de l’Île de Beauté en 2018, voici la Collectivité européenne d’Alsace (CEA).

La CEA résulte de la fusion des conseils départementaux du Bas-Rhin et du Haut-Rhin. Les cartes administratives continueront cependant à indiquer ces deux départements. Une nouvelle institution, le Conseil d’Alsace, les dirige. Il dispose des prérogatives départementales habituelles (actions sociale et sanitaire, logement et habitat, collèges, etc.) ainsi que de quelques capacités supplémentaires comme par exemple le bilinguisme, le tourisme, la voirie ou la coopération transfrontalière.

La réduction du nombre de régions en 2014 ordonnée par François Hollande suscite non pas de substantielles économies financières, mais plutôt un net regain de l’affirmation alsacienne. Bien des Alsaciens n’acceptent toujours pas la disparition de leur région amalgamée aux régions Lorraine et Champagne – Ardennes dans un grand ensemble au nom ridicule de « Grand Est ». Longtemps réticents à toute union du « 67 » et du « 68 », les élus locaux s’entendent finalement sur une unification. Avec la CEA renaît donc une structure administrative alsacienne garante de son appartenance géo-historique à la vallée du Rhin, de sa culture régionale, de son droit local et de son système concordataire de 1801. Certes, la nouvelle collectivité va devoir se faire respecter d’un État parisien toujours plus tatillon, d’une grande région jalouse de ses pouvoirs, et des intercommunalités, dont l’Eurométropole de Strasbourg, en quête de nouvelles dispositions réglementaires.

Kayserberg-Alsace.jpg

Lyon la métropolitaine, l’Alsace et la Corse appartiennent dorénavant aux « collectivités territoriales uniques » qui intègrent les assemblées départementales et régionales. On retrouve ces collectivités territoriales originales en Outre-mer. Dès 2007, au large du Canada, Saint-Pierre-et-Miquelon devient une collectivité spécifique avec un conseil territorial unique. En 2011, le nouveau département de Mayotte reçoit du fait de son insularité toutes les compétences régionales. En 2016, la Guyane et la Martinique accèdent à leur tour à ce statut différencié. En revanche, la Guadeloupe dans les Antilles et La Réunion dans l’océan Indien gardent pour l’instant leur qualité de « région monodépartementale », soit un chevauchement souvent ubuesque sur le même espace du conseil départemental et du conseil régional. Signalons que les possessions françaises en Océanie (Nouvelle-Calédonie, Polynésie, Wallis-et-Futuna) n’entrent pas cette catégorie.

Par-delà ces quelques exemples édifiants d’un mille-feuille administratif sans cesse renaissant, force est de constater l’apathie publique envers les enjeux de la décentralisation et de l’aménagement du territoire. Faut-il garder la structure commune – département – région ? Avant les nombreux regroupements pas toujours réussis, la commune perpétuait le pagus (le pays) gallo-romain. Les départements réagissent à ces évolutions territoriales en nouant des partenariats. Depuis une vingtaine d’années, Savoie et Haute-Savoie coopèrent sur de nombreux dossiers. La Drôme et l’Ardèche ont tissé des liens au-dessus du Rhône qui les sépare. La Loire et la Haute-Loire mutualisent leurs équipements routiers. La géographie de la France, plus vaste État de l’Union européenne, invite cependant au pragmatisme. En 1946, Michel Debré proposait au général de Gaulle une réduction du nombre de départements en les redessinant. Il importe aujourd’hui de réunir quand c’est possible les communes, de conserver le département et de maintenir la région. Au « diviser pour mieux régner » pratiqué par les différents régimes centralisateurs, les communes, les départements et les régions peuvent parfaitement se compléter dans un nouvel agencement territorial et administratif cohérent. La commune gère la vie courante; le département se charge de l’instruction et des affaires sociales; la région s’occupe des transports et de l’économie. Le Mouvement Normand réclame cette nouvelle répartition des pouvoirs entre les collectivités territoriales depuis près de… trente ans !

occitanie.jpg

Menacée d’étouffement économique et démographique par la « ville – monde » Paris et une Île-de-France elle-même bien déséquilibrée sur les plans social et démographique, les pays de France peuvent renouer avec les mille et une facettes de leur quotidien bigarré. Malgré l’urbanisation des campagnes, l’américanisation des mentalités et la fin de l’esprit paysan, la France demeure encore cette subtile et délicate marqueterie de langues, de terroirs, de gueules et d’accents.

Georges Feltin-Tracol

• « Chronique hebdomadaire du Village planétaire », n° 199, mise en ligne sur TVLibertés, le 26 janvier 2021.

Un bref guide pour comprendre les antécédents de la Quatrième Théorie Politique

screen_shot_2017-05-22_at_17.28.00.png

Un bref guide pour comprendre les antécédents de la Quatrième Théorie Politique

Ex : https://novaresistencia.org

Pour comprendre le panorama dans lequel s’inscrit la Quatrième Théorie Politique (QTP), il est fondamental d'approfondir ses connaissances dans l’histoire des mouvements et des personnages qui ont contribué à sa construction. Le résumé qui suit ici sert de guide de lecture pour connaître les antécédents de la Quatrième Théorie Politique, ainsi que ses exposants, bien que la QTP représente une aspiration à surmonter les aspects totalitaires de certaines théories et personnages que nous mentionnons.

alxandre douguine,quatrième théorie politique,nouvelle droite,nouvelle droite russe,théorie politique,politologie,sciences politiques,philosophie politique

  1. Pierre-Joseph Proudhon et Louis-Auguste Blanqui avec leur socialisme non marxiste.
  2. Le syndicalisme révolutionnaire de Filippo Corridoni et Georges Sorel.
  3. Le Cercle Proudhon de Georges Valois et Édouard Berth.
  4. Les "non-conformistes" français des années 1930 : Thierry Maulnier, Emmanuel Mounier et Jean-Pierre Maxence entre autres.
  5. Ramiro Ledesma Ramos et le syndicalisme national des JONS.
  6. Les mouvements et auteurs national-révolutionnaires des années 50 et 60 en France : le nationalisme révolutionnaire de François Duprat, la Jeune Nation de Pierre Sidos et Dominique Venner, l'Occident, l'Ordre Noveau, le Groupe Union Défense (et un énorme « etc ».).
  7. Le national-socialisme de gauche d'Otto Strasser et du Front noir, et les autres courants national-révolutionnaires allemands insérés dans la révolution conservatrice, où se distinguèrent Ernst Jünger, Karl-Otto Paetel et Franz Felix Pfeffer von Salomon, entre autres.
  8. Le socialisme prussien d'Oswald Spengler.
  9. Le solidarisme français.
  10. Tout ce qui concerne la lutte écologiste et la protection de la faune et de la flore.

    777x1200.jpg

  11. Les Jungkonservativen, groupes allemands insérés dans la révolution conservatrice, dont les principaux représentants sont Edgar Julius Jung, Arthur Moeller van den Bruck et Heinrich von Gleichen.
  12. Le mouvement allemand völkisch (folciste), inséré dans la révolution conservatrice allemande, avec les doctrines d'Otto Böckel et des "radicaux de Hesse", et la vision naturaliste de Karl Fischer et du Wandervogel.
  13. Benito Mussolini et le socialisme italien du début des années 20 et la République sociale italienne des années 40.
  14. Le socialisme révolutionnaire italien de Nicola Bombacci.
  15. José Antonio Primo de Rivera, inséré dans les courants du national-syndicalisme, et les factions fidèles à Manuel Hedilla, on entend ainsi les phalangistes qui se sont opposés au franquisme.

    the-rise-of-the-fourth-political-theory.jpg

  16. Le socialisme révolutionnaire de la gauche nationale argentine, le justicialisme de Juan Domingo Perón et les idées de l’"Extrême-Occident" d'Alberto Buela.
  17. Le socialisme panarabe, tant dans les courants nasséristes de Gamal Abdel Nasser, que dans le parti Ba'at syrien de Michel Aflaq et ses développements ultérieurs (dont Mouammar Kadhafi et son "Livre vert").
  18. Réinterprétations des luttes populaires hispano-américaines, notamment la lutte de libération nationale au Nicaragua d'Augusto César Sandino, Agustín Farabundo Martí au Salvador, et des figures de la révolution mexicaine comme Emiliano Zapata et Pancho Villa. Ces réinterprétations vont dans le sens de la lutte contre l'impérialisme, et des causes de l'identité culturelle et de l'autodétermination sociopolitique des peuples.
  19. Réinterprétations des luttes nationales des peuples européens non reconnus comme des États, dans la perspective du socialisme identitaire et non du marxisme-léninisme : l'ancienne Armée républicaine irlandaise et la Première République irlandaise. Catalans, Bretons, Basques, Galiciens, Corses, Flamands, etc., vus sous l'angle du noyau dur de l'identité européenne qui résiste au mondialisme, entrent dans cette réinterprétation controversée et taboue.
  20. Les différents mouvements de la révolution conservatrice russe, avec des représentants tels que Fiodor Dostoievski, Nikolai Strakhov, Nikolai Danilevski et Konstantin Leontiev parmi beaucoup d'autres (qui sont des précurseurs de la pensée d'Oswald Spengler, soit dit en passant). Alexandre Soljenitsyne pourrait être considéré comme un exposant ultérieur de ces expressions russes de facture conervatrice-révolutionnaire.
  21. Les courants nationaux-bolcheviques au sein de la révolution conservatrice allemande d'Ernst Niekisch, des groupes tels que l'Aufbruch Arbeitskreis, des personnages comme Fritz Wolffheim et Heinrich Lauffenberg, ainsi que des manifestations plus contemporaines comme l'Organisation Lutte du Peuple d'Yves Bataille et son "nazi-maoïsme", et des auteurs russes actuels comme Alexandre Douguine.
  22. La gauche nationale espagnole, avec des groupes tels que l'Alternativa Europea, le Frente Sindicalista Revolucionaria et l'actuel mouvement social républicain. Il est important de se souvenir d'auteurs tels que Santiago Montero Díaz et Narciso Perales.
  23. Quelques éléments sociaux et doctrinaux de la troisième position/droite sociale italienne actuelle. Le phénomène des "maisons sociales" italiennes en tant que centres de culture et de préparation politique pour les jeunes, telles que LAB99, Fronte Soziale Nazionale, CasaPound, Azione Sociale, Forza Nuova, Area19 entre autres.
  24. Les expériences actuelles du mouvement identitaire français telles que Zentropa, Les Apaches et Génération Identitaire, pour donner quelques exemples.
  25. L'eurasianisme, la quatrième théorie politique et la théorie douguinienne de Noomaquia.

Adapté par Andrés Cérön

Les conséquences psychologiques de la crise : Pierre Le Vigan

PLV-Clmerc.jpg

Les conséquences psychologiques de la crise : Pierre Le Vigan

Pierre Le Vigan, auteur prolifique, essayiste, urbaniste et spécialiste de l'Histoire des idées philosophiques était notre invité pour ce nouvel entretien. Nous y abordons les conséquences psychologiques du couvre-feu, des confinement et du port du masque. Les dépressions étudiantes, également.
 
Ses derniers livres :
1/ Le Grand Empêchement, éditions perspectives libres : https://cerclearistote.com/2019/11/pa...
2/ Avez-vous compris les philosophes ? III : https://www.bookelis.com/documents/44...
 
Soutenez-nous sur Facebook : https://www.facebook.com/Le-club-du-M...
Soutenez-nous sur Tipee : https://fr.tipeee.com/le-club-du-merc...
 

De fratsen van Trump en de hysterie die ze veroorzaken

IPXLBS5VCHAAPDU5G5ZD4Y7N4I.jpg

De fratsen van Trump en de hysterie die ze veroorzaken
 
Francis Van den Eynde
Ex: Nieuwsbrief Knooppunt Delta, nr. 155, januari 2021
 
Dat Trump zichzelf in de laatste weken van zijn mandaat overtroffen heeft, hoeft, denk ik, geen betoog. Wie dacht dat hij met zijn “bijzonder merkwaardige” benadering van het covid-probleem al een Olympisch goud had gehaald in het rijden van een brokkenparcours, zal nu wel tot de conclusie zijn gekomen dat hij er ondertussen in geslaagd is het toen gehaalde eigen record te breken. Niemand zou het hem kwalijk genomen hebben indien hij na 3 november de overwinning van Biden had erkend, maar tegelijkertijd had beklemtoond dat dit niet betekende dat hij die verkiezingen had verloren, vermits hij meer stemmen dan de vorige keer had gehaald en dit ondanks de hetze die de meeste media jarenlang tegen zijn beleid hadden gevoerd. De publieke opinie zou dit zeker op prijs hebben gesteld en hij zou zich hiermee ongetwijfeld in een gunstige startpositie voor de volgende stembusslag hebben gemanoeuvreerd. In de plaats daarvan is hij als een slechte verliezer overgekomen door over alle daken te gaan schreeuwen dat er bij de presidentsverkiezingen massaal fraude was gepleegd ten voordele van de Democraten. Iets wat hij met geen enkel bewijs kon staven en wat bovendien, behalve dan bij zijn trouwste en fanatiekste achterban, totaal ongeloofwaardig klonk. Hij ging nog meer in de fout toen hij in een vrij agressieve terminologie een oproep deed om tegen die zogenaamde vervalsing van de uitslagen te betogen. Last but tot not least: hij wachtte bijzonder lang om tussenbeide te komen toen de demonstratie waartoe hij had opgeroepen, in geweld ging ontaarden. En dat voor een zittende president, geef toe “ il faut le faire”…

Het hoge aantal kiezers die ook deze keer voor Trump heeft gestemd en de zeer talrijke betogers die gevolg hebben gegeven aan zijn oproep om hem in Washington komen steunen (sommigen onder hen hadden hier zelfs een zeer verre reis voor over, de vrouw die door de ordediensten dood geschoten werd, kwam uit Sacramento in Californië, een stad op ongeveer 5000 kilometer van het Capitool) tonen voldoende aan dat vele Amerikanen zich helemaal niet kunnen terugvinden in de links liberale ideologie die sinds jaren hun maatschappelijk leven overheerst. Een alerte politieke leider zou hun misnoegdheid en de politieke energie die ze doet ontstaan, kanaliseren rond meer ernstige thema’s dan een ongeloofwaardig verhaal  omtrent  gemanipuleerde verkiezingsuitslagen. Trump heeft zoiets blijkbaar nooit overwogen. Hij hield het bij een reflex van slecht humeur, vergelijkbaar met dat van een verwend nest waarvan het meest geliefde stuk speelgoed werd afgenomen.

izotcq8ewwg11.jpg

Maar indien het allesbehalve fatsoenlijk is om te betogen tegen een zogenaamde vervalsing van  verkiezingsresultaten, wat dan te denken van mensen die tegen een verkiezingsuitslag demonstreren, niet omdat ze er de legitimiteit van zouden betwisten maar doodgewoon omdat die niet is wat ze verhoopt hadden? Dat is nochtans wat de aanhangers van Hillary Clinton gedaan hebben toen deze laatste bij de verkiezingen van vier jaar geleden voor Trump de duimen had moeten leggen. De slogan“ Not my president” was over gans het land te horen. Ook in Washington op de dag van Trump’s  ambtsaanvaarding  Zou het kunnen dat de Amerikaanse Democraten op 6 januari van dit jaar op een broek getrakteerd werden die uit hetzelfde laken was gesneden? Het oude Vlaamse spreekwoord “ Wie wind zaait, zal storm oogsten” heeft blijkbaar nog niets aan waarde ingeboet.

Het mag trouwens gezegd worden dat de Amerikanen die toen betoogden omdat de uitslag van de verkiezingen hen niet aanstond, hiervoor de mosterd in het oude continent waren komen zoeken, onder meer in Vlaanderen. Op het einde van de jaren 80 en in het begin van de jaren 90 waren  betogingen tegen de uitslag van alle verkiezingen die voor het Vlaams Blok gunstig waren uitgevallen bij ons schering en inslag. Trouwens ook betogingen tegen de installatie van de gemeenteraden waarin voor de eerste keer mandatarissen van die partij zetelden. Dit ging vaak met geweld gepaard. Op de dag dat ondergetekende voor de eerste keer zijn eed in de Gentse gemeenteraad aflegde, werd aan het stadhuis een agent geraakt door een molotovcocktail die door een linkse betoger werd gegooid. Ik heb tot hiertoe geen enkele weldenkende horen beweren dat die demonstraties van toen aanslagen op de democratie waren. Integendeel, er werd – begrijpe wie kan – in naam van de democratie tegen normale en onbetwiste verkiezingsuitslagen geprotesteerd.  En wat de media uit die tijd betreft, zij rapporteerden in het beste geval over de incidenten  maar vonden het niet nodig ze te becommentariëren, laat staan ze te veroordelen.

L76V52GPF6ZEKQGL4FFVQVPWWY.jpg

Wat een verschil met nu. De kranten staan al dagen vol over wat zich op 6 januari in de Amerikaanse hoofdstad heeft voorgedaan en over de nasleep ervan, televisie en radio op kop! De belangstelling voor wat zich in Washington afspeelt overtreft deze voor de pandemie, ook al veroorzaakt die nog dagelijks tientallen doden. Het is bijna alsof België de 51ste staat van de VS is geworden. Er wordt zelfs flink over een en ander in de Kamer gedebatteerd. Overdrijvingen worden hierbij meestal niet geschuwd . Zo wordt deze zwaar uit de hand gelopen demonstratie steevast een ‘coup’ genoemd. Zij die dit steeds weer herhalen, weten blijkbaar niet hoe het er bij een echte staatsgreep aan toe gaat. Daarvoor is wat meer nodig dan een via de sociale media verspreide oproep om te betogen. Een echte putsch vergt een degelijke organisatie en moet dus op voorhand goed gepland worden. Dan gaan op een afgesproken datum gewapende troepen (militairen of milities) al dan niet gesteund door een volksopstand, strategisch belangrijke plekken en instellingen bezetten – een presidentieel paleis, ministeries, kazernes, luchthavens, radio, TV etc. Dit zorgt ervoor dat het bewind niet meer bij machte is om efficiënt te reageren en dus gemakkelijk kan uitgeschakeld worden. Op televisiebeelden was duidelijk te zien dat de betogers die er In Washington in geslaagd waren het Capitool binnen te dringen, daarna niet wisten wat ze er moesten doen en dan maar doelloos rondliepen.

Men is bovendien ook vergeten dat er zich bij ons ook al vergelijkbare feiten hebben voorgedaan. In 1920  slaagden de toen nog zeer jonge oudstrijders van de Eerste Wereldoorlog die voor een beter pensioen betoogden, erin om door de cordon van de Rijkswacht te breken en het parlement te bezetten. De Gentse professor Grints die hier in de kranten aan herinnerde, vermeldde wel zeer uitdrukkelijk dat het toen in Brussel om een democratische betoging ging in tegenstelling met de poging tot “fascistische coup”  die zich in Washington had voorgedaan (sic). Een interessante suggestie voor een quizvraag “Zoek het verschil”, zou ik zeggen. Hij vergat ook te vermelden dat de aanwezige parlementsleden de benen namen, behalve die van de Vlaams-nationale Frontpartij. Die waren zelf oudstrijders…

Men is blijkbaar ook al vergeten dat de beruchte wallingant José Happart er ooit in geslaagd is om een jonge stier door het parlement te jagen. De man maakte later carrière als bijzonder populair Waals politicus. Hebt u iemand ooit horen beweren dat hij met zijn rund het parlement had ontwijd en de democratie had ondermijnd?

Het ergste is echter dat de Vivaldictatuur de incidenten die zich in de States hebben voorgedaan aangrijpt om een aantal maatregelen te treffen om de controle op de sociale media te verscherpen, om met andere woorden de vrije meningsuiting nog meer aan banden te leggen. Met zijn oproep tot protest tegen de verkiezingsresultaten in Amerika wordt Trump dus ongewild een bondgenoot van De Croo. Wie had dat verwacht?
 
Francis Van den Eynde

vendredi, 29 janvier 2021

Les grands défis et enjeux géostratégiques du monde multipolaire plein d’incertitudes qui vient...

planet_earth_plexus_124078_2560x1600.jpg

Les grands défis et enjeux géostratégiques du monde multipolaire plein d’incertitudes qui vient...

Entretien avec Caroline Galactéros

Propos recueillis par Alexandre del Valle

Ex: http://metapoinfos.hautetfort.com

Nous reproduisons ci-dessous un entretien accordé par Caroline Galactéros à Valeurs Actuelles, consacré aux enjeux et aux défis géostratégiques de l'année 2021 dans le monde complexe et incertain qui nous entoure, que nous avons cueilli sur Geopragma.

Docteur en science politique, Caroline Galactéros est l'auteur de  Manières du monde, manières de guerre (Nuvis, 2013) et de Vers un nouveau Yalta (Sigest, 2019). Elle a créé en 2017, avec Hervé Juvin, entre autres, Geopragma qui veut être un pôle français de géopolitique réaliste.

Les grands défis et enjeux géostratégiques de 2021… et du monde multipolaire plein d’incertitudes qui vient

Alexandre del Valle : La rivalité croissante-économique, technologique et stratégique- entre les deux superpuissances du nouveau monde multipolaire, la Chine et les Etats-Unis, est-elle une tendance lourde, que la crise sanitaire n’a fait que révéler un peu plus ?

Caroline Galactéros : En effet, l’affrontement de tête entre Washington et Pékin, qui structure la nouvelle donne stratégique planétaire, va bon train sur le front commercial, mais aussi sur tous les autres terrains (militaire, sécuritaire, diplomatique, normatif, politique, numérique, spatial, etc…). La planète entière est devenue le terrain de jeu de ce pugilat géant, en gants de boxe ou à fleurets mouchetés : l’Europe bien sûr, l’Eurasie, mais aussi l’Afrique (où Pékin nous taille des croupières), l’Amérique latine, la zone indo-pacifique (bien au-delà de la seule mer de Chine), et naturellement le Moyen-Orient. Le président chinois Xi Jing Ping a d’ailleurs saisi l’occasion de la curée américaine sur Téhéran pour lancer une contre-offensive redoutable et plus puissante qu’un droit de véto, à la manœuvre américaine de « pression maximale » qui ne fait que renforcer les factions dures à Téhéran. La Chine a en effet volé au secours de Téhéran en nouant cet été un accord de partenariat stratégique de 400 milliards de dollars d’aide et d’investissements (infrastructures, télécommunications et transports) assortis de la présence de militaires chinois sur le territoire iranien pour encadrer les projets financés par Pékin, contre une fourniture de pétrole à prix réduit pour les 25 prochaines années et un droit de préemption sur les opportunités liées aux projets pétroliers iraniens. Cet accord, véritable « Game changer », est passé quasi inaperçu en Europe. Ses implications sont pourtant cardinales : s’il est mis en œuvre, toute provocation militaire occidentale orchestrée pour plonger le régime iranien dans une riposte qui lui serait fatale, reviendra à défier directement la Chine… En attaquant Téhéran, Washington attaquera désormais Pékin et son fournisseur de pétrole pour 25 ans à prix doux. Un parapluie atomique d’un nouveau genre… Pékin se paie d’ailleurs aussi le luxe de mener parallèlement des recherches avec Ryad pour l’exploitation d’uranium dans le sous-sol saoudien…. Manifeste intrusion sur les plates-bandes américaines et prolégomène d’un équilibre stratégique renouvelé.

000_IR4K8-e1480952810310.jpg

ADV : Quel est votre regard sur l’outsider chinois depuis la crise sanitaire ? Doit-on combattre l’exemple anti-démocratique chinois qui séduit de plus en plus de pays du monde en voie de polarisation, donc de désoccidentalisation ?

CG : 2020 aura été l’année d’une accélération de la « guerre des capitalismes » qui fait rage désormais entre le capitalisme libéral occidental et son adversaire déclaré, le capitalisme politique chinois. Au grand dam de l’Occident, Pékin est en passe de résoudre la contradiction propre au système capitaliste occidental, qui détruit de l’intérieur la liberté des individus à force de l’exacerber, pour proposer une synthèse efficace et séduisante pour bien des pays, entre nation, développement collectif et prospérité individuelle. C’est du dirigisme, c’est une pratique autoritaire du pouvoir, c’est une restriction manifeste des « droits de l’homme », c’est le contrôle social direct grandissant des populations, oui. Mais c’est aussi la parade du pouvoir de Pékin à la déstabilisation extérieure ou au débordement intérieur par la multitude, c’est une réponse à la nécessité de sortir encore de la pauvreté des centaines de millions de personnes, et c’est le moyen de projeter puissance et influence à l’échelle du monde au bénéfice ultime des dirigeants mais aussi du peuple chinois. Au lieu de crier à la dictature, nous ferions mieux d’observer cette synthèse très attentivement et d’analyser sa force d’attraction. Les modèles de puissance et de résilience collective au mondialisme (tout en l’exploitant à son avantage) ont bougé depuis 30 ans. L’ethnocentrisme occidental et le moralisme dogmatique ne passent plus la rampe et brouillent le regard.

ADV : Sur le terrain des accords de libre-échanges en Asie, peut-on dire que la Chine a rempli le vide provoqué par le relatif désengagement américain sous l’ère Trump ? 

CG : Dans cette guerre « hors limites », et sans même parler ici de l’enjeu cardinal du contrôle – étatique ou via des GAFAM ou BATX (dans la version chinoise) complaisants – des données personnelles de centaines de millions de consommateurs-clients, Pékin vient de prendre magistralement l’avantage sur Washington avec la conclusion, le 15 novembre, du RECP (Regional Comprehensive Economic Partnership) avec quinze pays d’Asie. Cet accord constitue une bascule stratégique colossale et inquiétante dont ni les médias ni les politiques français ne pipent mot. Voilà le plus grand accord de libre-échange du monde (30 % de la population mondiale et 30 % du PIB mondial) conclu entre la Chine et les dix membres de l’ASEAN (Brunei, la Birmanie, le Cambodge, l’Indonésie, le Laos, la Malaisie, les Philippines, Singapour, la Thaïlande et le Vietnam), auxquels s’ajoutent quatre autres puissantes économies de la région : le Japon, la Corée du Sud, la Nouvelle-Zélande et l’Australie. Cette nouvelle zone commerciale gigantesque se superpose en partie au TPP (Trans-Pacific Partnership) conclu en 2018 entre le Mexique, le Chili, le Pérou et sept pays déjà membres du RCEP : l’Australie, la Nouvelle-Zélande, Brunei, le Japon, la Malaisie, Singapour et le Vietnam. Un TPP dont les Etats-Unis s’étaient en effet follement retirés en 2017. Ainsi se révèle et s’impose soudainement une contre manœuvre offensive magistrale de Pékin face à Washington.  Où est l’UE là-dedans ? Nulle part ! Même l’accord commercial conclu en juin 2019 entre l’Union européenne et le Mercosur doit encore être ratifié par ses 27 parlements… Seule la Grande-Bretagne, libérée de l’UE grâce au Brexit, en profitera car elle vient habilement de sa rapprocher du Japon signataire du RCEP et du TPP…

1573569948.jpg

recep.jpg

ADV : Passons à notre voisin continental : les relations Occident – Russie sont-elles irréparablement endommagées ? L’Europe est-elle condamnée à rester une “impuissance volontaire”, prise en tenailles entre Chine, empire américain et Turquie néo-ottomane ?

CG : Rien n’est irréparable mais le temps a passé, la Russie a évolué et compris qu’elle n’était ni désirée ni attendue. Aujourd’hui, Moscou ne croit plus en l’Europe. Quant à la France, elle parle beaucoup mais n’agit pas. Trop de d’espérances, trop d’illusions sans doute, et bien trop de déceptions.  La Russie n’a plus le choix et pivote décisivement vers l’Est et la Chine par dépit et nécessité.

Nous avions pourtant en commun tant de choses, et a minima, la commune crainte d’un engloutissement / dépècement chinois. Comme la Russie, l’Europe est en effet prise entre USA et Chine. Le point de rencontre -et de concurrence- Russo-chinois est l’Asie centrale. Certes, il existe depuis 2015 un accord d’intégration de l’UEE (Union économique eurasiatique) dans les projets des Nouvelles Routes de la Soie conclu entre les présidents Poutine et Xi Jing Ping. Mais c’est un accord très inégal, du fait des masses économiques et financières trop disparates entre Moscou et Pékin qui avance à grands pas avec l’OBOR et au sein de l’OCS (Organisation de Coopération de Shangaï) pour contrôler l’Asie centrale, pré-carré russe, puis se projeter vers l’UE. Moscou sait combien l’étreinte chinoise peut se transformer en un « baiser de la mort » si l’UE et la Russie ne se rapprochent pas autour d’enjeux économiques industriels et sécuritaires notamment. La Russie est en conséquence, n’en déplaise à tous ceux qui la voient encore comme une pure menace, l’alliée naturelle de l’UE dans cette résistance qui ne se fera ni par le conflit, ni par l’intégration stricte, mais par la coopération multilatérale et multisectorielle. C’est une évidence géopolitique, et il suffit de lire les stratèges anglo-saxons pour comprendre le piège dans lequel nous nous sommes laissés enfermés à notre corps consentant depuis bien trop longtemps. L’Europe est une courtisane sans grande ambition. Servile, soumise, paresseuse, ignorante de ses intérêts profonds qui auraient dû la porter à considérer la Russie comme un morceau d’Europe et d’Occident, un atout d’équilibre face à la domination américaine et un bouclier contre la vampirisation chinoise.

Spykman%u2019s+Rimland.jpg

ADV : Nous voilà revenus aux fondamentaux de la géopolitique de Mackinder et Spykman, du Russe Danilevski à l’Américain Brezinski : L’Eurasie et le Heartland, “pivot géographique de l’Histoire”…

CG : L’Eurasie est en tout cas sans équivoque l’espace naturel du maintien de la puissance économique européenne et de son renforcement stratégique à court, moyen et long terme. C’est le socle du futur dynamique de l’Europe. Nous devrions donc nous projeter vers cet espace plutôt que de nous blottir frileusement en attendant que Washington, qui poursuit à nos dépens ses objectifs stratégiques et économiques propres, consente à nous libérer de nos menottes. Les parties orientale et occidentale du continent eurasiatique sont en effet les deux plus grandes économies mondiales : l’UE et la Chine. Pour ne parler que de l’UEE -pendant de l’UE-, c’est un marché de plus de 180 millions d’habitants (sans parler de tous les accords de partenariat en cours de négociation). L’Organisation de Coopération de Shangaï (OCS) rassemble quant à elle 43% de la population mondiale mais est dominée par la Chine. La force de l’Eurasie tient à son capital en matières premières et ressources minérales. 38% de la production mondiale d’uranium sont notamment concentrés au Kazakhstan. 8% du gaz et 4% du pétrole aussi, pour les seuls pays d’Asie centrale, sans compter naturellement la Russie. La construction d’infrastructures gigantesques à l’échelle continentale de l’Eurasie est la grande affaire du XXIème siècle. Avec le passage des corridors et routes de transit, on est face à un gigantesque hub de transit eurasiatique. 

ADV : Un rapprochement avec la Russie a-t-il vocation à être durablement bloqué par les sanctions contre une Russie (à cause de l’Ukraine) et la question de l’opposition “persécutée” par le pouvoir de Vladimir Poutine que beaucoup qualifient de « Démocrature » ?

CG : Si l’UE (et ses acteurs économiques petits ou grands) se rendait compte du potentiel économique, géopolitique et sécuritaire qu’un dialogue institutionnel et une coopération étroite avec l’Eurasie au sens large (Asie centrale plus Russie) recèle, elle sortirait ipso facto de sa posture si inconfortable entre USA et Chine, et constituerait une masse stratégico-économique considérable qui compterait sur la nouvelle scène du monde. Il faut en conséquence ne pas craindre d’initier des coopérations économiques, politiques, culturelles, scientifiques et évidemment sécuritaires entre ces deux espaces. Or, ce sujet n’est quasiment jamais abordé dans son potentiel véritable et est quasi absent des radars de l’UE et de celle de la plupart de nos entreprises. Par anti-russisme primaire, inhibition intellectuelle, autocensure, aveuglement.  L’UE veut certes bien collaborer avec l‘Asie centrale, mais en en excluant la puissance centrale et stratégiquement pivot ! Elle voit l’Eurasie à moitié. Ce n’est évidemment pas un hasard, mais c’est une erreur stratégique lourde qui procède d’un aveuglement atlantique. Encore une fois, nous faisons le jeu américain sans voir que nous en sommes la cible. 

Ukraine-Crimea-map.jpg

5b682aecfc7e9314148b45e6.jpg

On me retorquera que rien n’est possible sans le règlement des questions de l’Ukraine et de la Crimée et surtout sans le règlement de « la grande affaire » fondamentale qui agite les chancelleries occidentales : le sort de l’opposant Alexei Navalny ? C’est ridicule ! Ce sont des « freins » largement artificiels et gonflés pour les besoins d’une cause qui n’est pas la nôtre et nous paralyse, pour justifier les sanctions interminables, pour limiter les capacités économiques et financières russes face à Pékin et neutraliser le potentiel économique européen. Ce sont aussi des prétextes que l’on se trouve pour se défausser de notre seule responsabilité véritable : reprendre enfin notre sort en main ! Tout cela saute aux yeux. Pourquoi, pour qui se laisser faire ? Il nous faut prendre conscience de l’urgence vitale qu’il y a à changer drastiquement d’approche en y associant des partenaires européens parfois contre-intuitifs, tels la Pologne, pont logistique idéal entre les deux espaces.

L’intégration continentale eurasiatique en tant que coopération des sociétés et des économies à l’échelle du continent eurasiatique tout entier doit donc devenir LA priorité pour l’UE et la nouvelle Commission européenne. La modernisation et la puissance économique sont en train de changer de camp. L’Europe s’aveugle volontairement par rapport à cette révolution. Ses œillères géopolitiques et l’incompréhension dans laquelle elle demeure face à la Russie qui est pourtant son partenaire naturel face à la Chine comme face aux oukases américains extraterritoriaux, l’empêchent de tirer parti des formidables opportunités économiques, énergétiques, industrielles, technologiques, intellectuelles culturelles et scientifiques qu’une participation proactive aux projets d’intégration eurasiatique lui permettrait. Il faut en être, projeter nos intérêts vers cet espace d’expansion et de sens géopolitique si proche et si riche, et cesser de regarder passer les trains en attendant Godot.

ADV : Passons au changement de pouvoir aux Etats-Unis. Le bilan de la présidence Trump est-il aussi horrible qu’on le dit ?  L’arrivée de Joe Biden est-elle une bonne nouvelle pour la France et l’UE ?

CG : Trump a été un président honni comme probablement aucun de ses prédécesseurs par « l’Establishment » au sens large qu’il avait défié par sa victoire et dont il a révélé sans tabou les turpitudes. En dépit de la curée politico-médiatique haineuse et sans trêve qui aura pourri toute sa présidence, avec un « Etat profond » à la manœuvre et des médias hystériques, il a réussi à remettre l’économie américaine en très bonne posture, à mener à bien (quoi qu’on en pense sur le fond), la grande manœuvre anti-iranienne de consolidation du front sunnite pétrolier contre Téhéran, sans pour autant céder à la guerre (en dépit de tous les efforts des bellicistes “néocons” emmenés par le très dangereux John Bolton). Sans la pandémie et son approche désinvolte et toute concentrée sur la nécessité de ne pas enrayer le moteur économique du pays, il aurait remporté un second mandat, ayant même réussi à séduire des franges de l’électorat noir et latino et à gagner près de 75 millions de voix (4 millions de voix de plus qu’en 2016) dans ce contexte de cabale permanente et jusqu’au-boutiste contre lui. 

FjSbt6JQ4RB8aE-38Nl10V.jpg

Avec Biden, on est repartis comme en l’an 40…. De mon point de vue, Joe Biden, quelles que soient ses qualités, est évidemment une très mauvaise nouvelle pour l’Europe et la France, qui voient se refermer la fenêtre d’opportunité inespérée que le discours trumpien – ouvertement humiliant et sans équivoque – nous avait offert pour enfin sortir de l’enfance stratégique, nous réveiller, faire nous aussi notre « Shift towards Asia » et nous projeter vers notre espace naturel de croissance économique et de densité géopolitique et sécuritaire que constitue l’Eurasie. Une projection qui passe évidemment par une complète révision de notre relation avec la Russie mais qui pourra seule nous permettre d’échapper à la double dévoration sino-américaine qui nous attend.

Ce sursaut salutaire, qui, aujourd’hui, en France ou en Europe, est capable d’en donner l’impulsion ? Je ne sais pas. Mais il est certain qu’avec Biden, ce n’est pas « un ami » que l’on a retrouvé (Les Etats n’ont pas d’amis) mais notre « doudou » ! Joe Biden est notre bon papa américain qui est enfin revenu pour nous protéger et nous rassurer. Atteints d’un syndrome de Stockholm géant, nous nous sentions depuis quatre ans stupidement orphelins de la férule américaine en gants de velours. Le problème est que ce président ne nous apportera rien d’autre qu’une excuse pour rester à jamais piégés dans une servitude consentie. Bref, je crains fort que nous ne sortions plus, sinon au forceps et sous l’impulsion d’un visionnaire courageux, de notre vassalité stratégique suicidaire vis-à-vis de Washington. L’Allemagne a d’ailleurs pris les devants des retrouvailles avec le puissant « oncle d’Amérique », et ce faisant, elle prend aussi le lead de l’Europe, là encore avec l’aval américain. C’est « le chouchou » de Washington et elle fera tout, y compris contre nous, pour le rester en donnant des gages… jusqu’à vendre des sous-marins à la Turquie ou affirmer que l’OTAN est à jamais l’alpha et l’oméga de la défense européenne. On est très loin de la « mort cérébrale » de l’Alliance ! Avec Biden c’est donc la méthode, non le fond qui va changer, et Berlin a clairement saisi la balle au bond, en réaffirmant sans états d ’âme sa soumission consentie aux oukases américains, enfonçant un dernier clou dans le cercueil de « l’Europe puissance », trop heureuse de rabattre leur caquet à ces Français qui rêvent mollement de ruer dans les brancards, de recouvrer leur souveraineté et osent même prétendre à l’ascendant politique sur elle, première puissance économique de l’Union. Le « couple franco-allemand » est un rêve de midinette française. L’alliance de la carpe et du lapin.

061236075237-web-tete.jpg

ADV : L’accusation de tentative de “coup d’Etat” imputée au camp Trump est-elle sérieuse ? Trump a-t-il fracturé l’Amérique ?

CG : Ce qui s’est passé au Capitole n’est en tout cas pas une tentative de coup d’Etat. Le contresens politique et médiatique délibéré entonné sur tous les canaux d’information là-bas comme ici, est tellement énorme et rabâché comme une évidence qu’on finit par le croire pour ne pas devoir accuser nos journalistes de complaisance avérée ou d’aveuglement gravissime. Pour ma part, j’y vois la révolte d’un électorat qui a subitement compris qu’il devait rentrer dans sa boîte et ne s’y est pas résolu. Les insurgés du Capitole sont en fait nos gilets jaunes. Ils auront souffert le même déni et le même mépris. Cette intrusion aura incarné la très profonde crise de la démocratie américaine, c’est-à-dire de la représentativité du système politique existant qui est en lambeaux. Le divorce entre les élites et le peuple est profond et Trump s’en est fait le héraut. Ce n’est pas lui qui a fracturé la société américaine. Les fractures sont anciennes, grandissantes mais désormais béantes. Le « coup d’Etat », c’est en revanche le refus même du DOJ (Department of Justice) d’examiner les recours pour fraude, c’est le double « impeachment », ce fut l’interminable « Russia Gate », c’est l’exploitation sans vergogne du système institutionnel et médiatique et du juridicisme américains par les Démocrates pour étouffer à tout prix, via Trump, une menace populaire montante, perçue comme illégitime et dangereuse par les élites qui confisquent le pouvoir depuis des décennies dans ce pays.

ADV : Voit-on se confirmer la “vraie” nouvelle fracture idéologique qui oppose non plus gauche et droite mais “Patriotes” (terme cher à Trump) et mondialistes”, clivage visible aussi en Europe occidentale ?

CG : Les Européens, et singulièrement les gouvernants et médias français qui avalent cette pâtée ridicule sans une once d’esprit critique, hurlent avec les loups et assènent délibérément des contresens, montrent leur servitude mais aussi leur peur panique de voir cela leur arriver et bousculer leurs Landernau établis. Ils sont plus inquiets que jamais devant les éruptions démocratiques populaires au sein de l’UE, car elles menacent leurs positions acquises. C’est pourquoi ils vouent aux mêmes Gémonies que Trump ses avatars européens (hongrois, polonais ou tchèque), qui, comme lui, écoutent leurs peuples et essaient de faire entendre leurs voix. L’anathème contre le « populisme » est infiniment plus confortable que d’admettre que ce sont là des réflexes de survie des peuples européens qui ne veulent pas succomber à l’arasement identitaire et culturel et à la décadence politique et stratégique. Des peuples qui ne veulent pas d’avantage être noyés dans la « Cancel culture » ravageuse qui est en train d’instaurer, à coups d’excommunications rageuses et au nom de la morale et du progrès, une bien-pensance débilitante qui détruit les individus en prétendant protéger leur liberté narcissique débridée et en faisant sauter les ultimes verrous du bon sens et de la nature, au profit d’une terrifiante dictature des minorités et de tous leurs fantasmes déconstructeurs.

carte-iran-as.jpg

ADV : Enfin, quelles perspectives pour le Moyen-Orient en 2021 ? Le possible retour des Etats-Unis de Biden dans l’accord sur le nucléaire iranien de 2015, dont Trump s’était retiré, et le rapprochement entre Israël et plusieurs Etats arabes dans le cadre des accords d’Abraham sont-elles des bonnes nouvelles ? 

CG : L’année a débuté de façon à mon sens dangereuse avec l’assassinat en Irak, le 2 janvier 2020, du général iranien Qassem Soleimani, chef de la force al Qods des Gardiens de la Révolution. Figure héroïque et fer de lance de la politique d’influence régionale de l’Iran, il est assassiné alors même qu’il était chargé de transmettre via Bagdad un message d’apaisement à Ryad, notamment à propos de la sinistre et folle guerre du Yémen initiée par le prince Héritier Mohamed Ben Salman (MBS). Il fallait donc qu’il meurt, puisque la paix ou même le simple apaisement ne semble résolument pas une option séduisante à ceux que le conflit nourrit, et à leur puissant parrain d’outre Atlantique qui vit de et par la guerre, inépuisable source d’influence et de prospérité. Sans parler du fait qu’il fallait sans plus attendre, mettre un frein à l’influence iranienne en Irak que le général Soleimani consolidait activement via les milices chiites locales.

A l’autre bout de l’année, les « Accords d’Abraham », patronnés par Washington et signés en septembre 2020 entre Israël et son « protégé/obligé » saoudien d’une part, les EAU et Bahreïn désormais rejoints par le Soudan et le Maroc d’autre part, au nom de la normalisation des pays de la région avec l’Etat Hébreu, donnent une idée de la vaste manœuvre d’enveloppement et de récupération stratégique imaginée à Tel Aviv et à Washington. Judicieuse réunion de toutes les monarchies pétrolières sunnites contre l’Iran accusé de tous les maux, mais, bien au-delà de la question nucléaire, avant tout redouté en Israël pour sa ressemblance et non sa différence avec l’Etat hébreu en termes de profondeur culturelle et civilisationnelle, mais aussi de niveau intellectuel industriel, technologique. Bref, pour Tel Aviv, le jour où le marché iranien sera ouvert au monde, ce sera un concurrent redoutable dans le coeur de Washington. Tout n’est évidemment pas à jeter dans cette « manip » des Accords d’Abraham, notamment l’influence croissante des EAU qui sont sans doute les partenaires les plus avisés du coin. Mais la ficelle est grosse, la marginalisation définitive de la question palestinienne en est clairement l’un des effets indirects attendus, et la poursuite de la déstabilisation active des Etats récalcitrants (Liban Syrie, Libye) l’une des compensations manifestes. Même le Qatar semble désormais tenté de rejoindre cet attelage hétéroclite présenté comme « progressiste et moderne », ne serait-ce que pour porter financièrement secours au Hamas à Gaza …avec la bénédiction d’Israël. Il reste néanmoins probable que cette « coordination » sous tutelle n’apaisera pas la lutte pour le leadership du monde sunnite qui oppose Ryad à Ankara, mais aussi à Téhéran, Aman, Doha ou Casablanca, tout en faisant les affaires de Washington que la fragmentation régionale sert par construction. On voit par ailleurs que l’échec des interventions américaines directes ou par « proxys » occidentaux en Irak, Libye, Syrie, qui a permis à la Russie de revenir dans la région depuis 2015, doit être contrecarré en jetant la Turquie dans les pattes de Moscou en Libye, en Syrie et dans le sud Caucase notamment, et qu’il s’agit donc aussi, en polarisant au maximum l’affrontement avec l’Iran, de reprendre la main dans la région contre la Russie, mais aussi contre la Chine dont les diplomaties subtiles et très actives deviennent préoccupantes pour Washington.

ADV : Vous connaissez bien la Russie et le Caucase : que répondre à ceux qui estiment qu’en Libye et dans le Caucase, la Russie s’est humiliée devant Erdogan qui aurait freiné Haftar à Tripoli et aidé l’Azerbaïdjan à vaincre les Arméniens du Haut Karabakh en plein « étranger proche russe » … 

CG : Je ne crois pas qu’il faille psychologiser ainsi l’interprétation des événements. La Russie a fait son grand retour sur la scène internationale depuis 2015 et a démontré qu’en dépit de toute la diabolisation, les permanentes manœuvres et les pressions de tous ordres dont elle fait l’objet, elle est toujours une puissance globale dotée d’un pouvoir incarné et populaire, qui se bat pour sa stabilité, son développement et son influence sur l’ensemble de la planète.  

EfJGxDiWkAUsP-S.jpg large.jpg

097c2dd875f1bbcf8f49a5eab842e3ba.jpg

Quant à l’émergence tonitruante de la Turquie comme puissance déstabilisatrice aux ambitions débridées, ce n’est pas un phénomène sui generis. Le président Erdogan ne pourrait se permettre un dixième de ses foucades et provocations sans le blanc-seing direct ou complaisant de Washington. L’irruption turque dans les affaires mondiales manifeste l’indifférence américaine pour la stabilité de l’Europe et son hostilité paléolithique pour Moscou. Les Etats-Unis utilisent et continueront d’utiliser Ankara comme « proxy » en Syrie, en Libye, dans le sud Caucase et en Asie centrale contre Moscou, en Méditerranée orientale contre les Européens, qu’il s’agit depuis toujours de diviser et d’empêcher de pouvoir jamais atteindre une quelconque forme de puissance collective.

ADV : Quel est le jeu de l’Allemagne dans cet échiquier mondial de plus en plus polycentrique ?

CG : Dans ce marché de dupes, Berlin est en convergence tactique (et évidemment stratégique) avec Washington contre Paris, et nous savonne aimablement la planche en se désolidarisant ouvertement de nos postures et gesticulations sur la souhaitable « souveraineté européenne » afin d’assurer la finalisation de Northstream2 en dépit de l’hostilité américaine. La Chancelière allemande fait sans vergogne payer à l’Europe la note du chantage migratoire turc tout en vendant des sous-marins au néo sultan qui exulte d’une telle inconscience. Pourquoi d’ailleurs s’en priver puisque nous ne disons rien ? Le Président Erdogan joue donc sur tous les tableaux car il se sait indispensable à chacun. Il achète des anti-missiles S400 à Moscou et fait fi du courroux américain. La Russie en joue, elle aussi, et manie habilement la carotte et le bâton envers Ankara, selon les zones et les sujets, y compris dans le Haut Karabakh en dépit des apparences. Chacun a besoin de l’autre notamment en Syrie, même si la poche d’Idlib devient bien étroite pour le jeu d’influence des uns et des autres. Sans doute Joe Biden goûtera-il moins que Trump la grossièreté du président turc et ses crises mégalomaniaques. Mais ne nous y trompons pas. Au-delà de probables « condamnations » médiatiques – que nous boirons comme du petit lait, naïfs chatons que nous sommes-, cela ne devrait malheureusement pas modifier en profondeur l’attitude américaine envers la Turquie, puissance majeure du flanc sud de l’Alliance atlantique et très utile caillou dans la chaussure russe, ni envers l’Europe, éternelle vassale appelée à prendre « ses responsabilités », c’est-à-dire, à tout sauf à l’autonomie ne serait-ce que mentale. Être « des Européens responsables » signifiera toujours, pour Washington, être des Européens dociles, obéissants et inconditionnellement alignés sur les prescriptions et intérêts ultimes de l’Amérique.

ADV : Et celui de la France ? 

CG : Quant à la France, que son suivisme abscons a plongée dans un discrédit global lourd depuis le milieu des années 2000 (quelles que soient nos épisodiques gesticulations martiales pour nous rassurer), elle est désormais clairement hors-jeu au Moyen Orient. Plus personne ne la prend au sérieux ni ne supporte ses leçons de morale hors sol. Notre incapacité à définir enfin les lignes simples d’une politique étrangère indépendante et cohérente nous coupe les ailes, sape notre crédibilité résiduelle et nous rend parfaitement incapables de constituer un contrepoids utile pour les « cibles » américaines qui ne sont pourtant pas les nôtres et dont la diabolisation ne sert en rien nos intérêts nationaux, qu’ils soient économiques ou stratégiques. Il faut sortir, et très vite, de cet aveuglement.

Pendant ce temps, la France plonge dans une diplomatie décidément calamiteuse qui l’isole et la déconsidère partout. Elle vient d’abandonner le Franc CFA pour complaire au discours débilitant sur la repentance et les affres de la Françafrique. On continue sur l’Algérie. On expie bruyamment. On ne sait pas vraiment quoi à vrai dire… Mais on se vautre dans les délices masochistes du renoncement. On laisse la place à Pékin, Washington, Moscou et même à Ankara. Il ne sert à rien de geindre sur « l’entrisme » de ceux-là en Afrique, quand on leur pave ainsi la voie. Il faudrait vraiment arrêter avec « le sanglot de l’homme blanc ». Il faut refondre notre diplomatie et aussi d’ailleurs remettre la tête à l’endroit de nombre de nos diplomates au parcours brillant mais incapables de sortir d’un prêt-à-penser pavlovien (anti russe, anti iranien, anti syrien, anti turc même !) qui nous paralyse et nous expulse du jeu mondial. Il faut enfin apprendre à répondre à l’offense ou à la provocation, et à ne pas juste se coucher dès que l’on aboie ou que l’on n’apprécie pas nos initiatives souvent maladroites ou sans consistance, mais aussi parfois courageuses. « Tendre l’autre joue » n’est tout simplement pas possible sur la scène du monde. On s’y fait vite piétiner. Pour être pris au sérieux, il ne faut pas toujours « calmer le jeu ». Il faut montrer les dents avec des « munitions », donc une vision, une volonté et des moyens affectés aux priorités régaliennes.

ADV : Quel enseignement tirez-vous de la crise sanitaire qui va être également une grave crise économique en 2021 et même socio-politique ? Quel bilan pour la France ?

CG : Je ne peux éluder ce qui fait cauchemarder les peuples et les dirigeants du monde entier et singulièrement ceux d’Occident depuis un an : la pandémie du COVID 19. Le premier enseignement est que fut initialement démontrée l’inanité de la solidarité et de la lucidité européennes, avec un lamentable retard à l’allumage dans la coordination des politiques. On laissa piteusement tomber les Italiens, on se vola des cargaisons de masques, bref le chacun pour soi a la vie dure, surtout quand certains Etats ferment intelligemment leurs frontières et que d’autres les laissent béantes « par principe ». J’en conclue tout d’abord que ce sont les Etats les plus décisifs, les plus « agiles », les plus pragmatiques et les plus capables de contraindre des franges de leurs populations – tout en maintenant leur économie active – qui s’en sortent le mieux économiquement et même sanitairement. En France, le bilan est lourd. Nous aurons démontré urbi et orbi non seulement la faillite de notre système de soins, autrefois excellent et toujours très généreux mais exsangue, mais plus encore celle de l’armature étatique et administrative de notre pays, embolisée par une bureaucratie en roue libre qui n’obéit plus. Il faut dire que l’autorité est un gros mot, l’esprit d’Etat un fossile et l’obéissance une vertu démonétisée du fait de la certitude de l’impunité en ce domaine comme en bien d’autres.

L’amateurisme politique, l’incurie logistique, et l’arrogance satisfaite de nos gestionnaires au petit pied, rien ne nous aura été épargné. Notre pays est moralement et économiquement à terre. Dès que nous serons sortis de la phase critique de la pandémie qui fait écran et permet au pouvoir de remplir à seaux le tonneau des Danaïdes au nom de l’urgence sanitaire, la déroute économique et sociale et le déclassement seront massifs. Les Français, à force d’infantilisation et de matraquage médiatique angoissant, en ont perdu leur latin et moutonnent en grommelant. Nos « responsables », dans un déni sidérant, se gargarisent indécemment de leur prétendue bonne gestion. Le réel est définitivement déconnecté de la perception, grâce à une communication quasi totalitaire et à un entêté « tout va très bien Madame la Marquise ! » qui veut rassurer le Français désabusé. Il sait pourtant bien, lui, que tout va très mal, mais il cherche protection jusque dans l’illusion et le renoncement. La politique ce n’est pas de la « com », de l’image, encore moins de la gestion à la petite semaine et au doigt mouillé. C’est une vision, du courage, l’acceptation du risque et de l’impopularité, de la planification, de la logistique implacable… et de l’autorité ancrée dans l’exemplarité. Pas du caporalisme ni de l’infantilisation de masse. De l’autorité, qui produit de la confiance et oblige chacun à l’effort.

Caroline Glactéros, propos recueillis par Alexandre del Valle (Geopragma, 22 janvier 2021)

Comment la Russie et la Chine remodèlent le Caucase du Sud

12883848-16x9-xlarge.jpg

Salman Rafi Sheikh

Comment la Russie et la Chine remodèlent le Caucase du Sud

Ex : https://journal-neo.org

La fin du conflit du Haut-Karabakh, négociée avec l'aide de la Russie, a jeté les bases d'une transformation géopolitique majeure du Caucase du Sud. Si le rôle joué par la Russie pour mettre fin au conflit militaire et maintenir le cessez-le-feu lui a permis de prendre en charge le Caucase du Sud, les développements ultérieurs montrent comment la Russie a élargi son rôle et consolidé sa position dans son arrière-cour. Son importance première réside dans le fait qu'aucune puissance extra-régionale et occidentale n'était ou n'est encore impliquée dans cette partie du monde, ce qui est l'une des raisons pour lesquelles le cessez-le-feu n'a pas été violé. Bien que la Turquie et l'Iran aient été impliqués dans la négociation du cessez-le-feu, la question a toujours été globalement une affaire russe. En outre, la Russie a négocié la paix et le cessez-le-feu aux dépens du Groupe de Minsk. Il a permis à la Russie d'éroder massivement la capacité des États-Unis à utiliser cette région pour allumer des feux à sa périphérie afin de créer les conditions nécessaires à l'expansion de l'OTAN vers l'Est.

Le contrôle de la région est important pour les États-Unis également parce qu'elle est apparue comme l'une des voies les plus appropriées pour l'extension de l'initiative chinoise "Belt & Road" (IRB) en Europe. Les États-Unis, en tentant de s’arcbouter au Sud du Caucase, voudraient contrôler une artère importante de l'IRB. Mais le Caucase du Sud, sous l'influence politique russe et les investissements économiques chinois, se transforme rapidement en un territoire très éloigné de la portée des tentacules américains.

_115342318_nk_peace_deal_detailed_map_640-nc-nc.png

middle-corridorjpg-1608463527.jpg

Karta-2.-Novaya-zheleznodorozhnaya-liniya-Kars-Ahalkalaki-proekta-Baku-Tbilisi-Kars.jpg

btk_map.png

Comme le montrent les dernières données de la Banque mondiale, l'empreinte économique de la Chine a massivement augmenté ces dernières années. L'Azerbaïdjan est largement considéré comme un maillon important des nouvelles routes de la soie reliant la Chine à l'Europe. Depuis 2005, le chiffre d'affaires du commerce chinois avec l'Arménie, l'Azerbaïdjan et la Géorgie a augmenté d'environ 2070 %, 380 % et 1885 %, respectivement.

L'Azerbaïdjan revêt une importance particulière pour le corridor économique Chine - Asie centrale - Asie occidentale, principalement le corridor de transit transcaucasien (TCTC), qui relie la Chine à l'Europe par un réseau de chemins de fer, de ports maritimes, de routes et éventuellement de pipelines.

Si le volume actuel des échanges commerciaux entre la Chine et l'Azerbaïdjan n'est pas élevé, les tendances récentes montrent un important bond en avant. Selon les données de la Banque mondiale, "le volume des échanges commerciaux entre les deux pays était de 1,3 milliard de dollars US en 2018, soit environ 6 % du total des échanges commerciaux de l'Azerbaïdjan, et la moitié de ce montant en 2013". La Banque mondiale estime que le parachèvement de l'IRB dans la région est susceptible de transformer la capacité géoéconomique de l'Azerbaïdjan et que le PIB du pays pourrait augmenter de 21 % à long terme. La participation de l'Azerbaïdjan à la BRI pourrait lui permettre d'exploiter les chaînes de valeur mondiales et de diversifier son économie.

Le Haut-Karabakh étant désormais effectivement sous contrôle azéri et géré sous supervision russe, et la Chine ayant récemment signé un accord d'investissement avec l'UE, on doit s’attendre à ce que la Chine accorde une attention toute particulière à la construction d'une route de transit à travers cette région. La Chine développe une route commerciale via le Kazakhstan qui traverse la Caspienne depuis le port kazakh d'Aktau pour aboutir à Bakou. Les universitaires chinois ont décrit cette route comme étant la plaque tournante de l'IRB donc elle est absolument essentielle au succès de l'accord que Pékin vient de signer avec l'UE.

Les possibilités de connectivité et de création d'entreprises qu'offre la Chine sont également liées aux projets de la Russie visant à établir une nouvelle géographie du commerce entre l'Azerbaïdjan et l'Arménie. C'est ce qui est apparu clairement lors de la dernière réunion entre les dirigeants russe, azéri et arménien à Moscou. La réunion a été suivie par l'annonce de la mise en œuvre de "mesures impliquant la restauration et la construction de nouvelles infrastructures de transport nécessaires à l'organisation, la mise en œuvre et la sécurité du trafic international effectué à travers la République d'Azerbaïdjan et la République d'Arménie, ainsi que des transports effectués par la République d'Azerbaïdjan et la République d'Arménie, qui nécessitent de traverser les territoires de la République d'Azerbaïdjan et de la République d'Arménie".

قوات-حفظ-سلام-روسية-تتجهز-للذهاب-لقرة-باغ.jpg

Le plan, tel qu'il se présente, est de réactiver les anciennes "Routes de la soie du Caucase" qui permettraient aux principaux pays de la région de se connecter avec la Russie et d'ouvrir ainsi des voies pour stimuler le commerce, ne laissant ainsi aucune marge de manœuvre, même minimale, aux puissances extrarégionales comme les États-Unis et la France pour jouer leur vieille politique du "diviser pour régner".

Tous ces développements indiquent également un recul de la présence et du rôle des États-Unis dans la région. Mais les États-Unis, sous l'administration Biden, dominée par les interventionnistes libéraux, vont probablement mettre de l'ordre dans leurs affaires intérieures d’abord et, ensuite, tenter un retour sous une forme ou une autre. En fait, les États-Unis sont déjà en train de faire leurs calculs de retour.

Le Congrès américain a récemment autorisé le directeur du renseignement national à présenter un rapport identifiant les principaux intérêts stratégiques des États-Unis dans la région, y compris l'assistance militaire américaine à l'Azerbaïdjan et à l'Arménie et la manière dont celle-ci pourrait être utilisée efficacement pour servir les intérêts américains.

En l'état actuel des choses, Washington se prépare déjà à une lutte géopolitique dans la région du Haut-Karabakh. En octobre 2020, le chef de la commission du renseignement de la Chambre des représentants à Washington, Adam Schiff, a "exhorté" les États-Unis à reconnaître le Haut-Karabakh ou la "République de l'Artsakh" comme un État indépendant. L'appel à la reconnaissance d'un "État indépendant" reflète la manière dont les États-Unis entendent s'insérer dans la région pour jouer leur politique habituelle de division.

Cependant, comme le montrent les détails donnés ci-dessus, de nombreuses politiques de connectivité sont planifiées et mises en œuvre pour contrer la politique de division que les États-Unis se préparent à mener.

Par conséquent, en l'état actuel des choses, les accords politiques et économiques qui sont conclus et mis en œuvre réduiront massivement la possibilité qu'un conflit réapparaisse et déstabilise la région. Ce n'est qu'à ce moment-là que les États-Unis pourront intervenir et faire pression pour réactiver le groupe de Minsk.

Salman Rafi Sheikh

Salman Rafi Sheikh, est analyste des relations internationales et des affaires étrangères et intérieures du Pakistan ; en exclusivité pour le magazine en ligne "New Eastern Outlook".

USA: Avec Biden l'Empire est de Retour

Investiture-de-Joe-Biden-regardez-les-performances-de-Lady-Gaga-et-Jennifer-Lopez-au-Capitole.jpg

Cafe Noir N.07

USA: Avec Biden l'Empire est de Retour

Café Noir – Un Autre Regard sur le Monde. Émission du Vendredi 22 Janvier 2021 (enregistrée le 27/01/2021) avec Pierre Le Vigan & Gilbert Dawed.
 
– L'effacement du Politique (Pierre Le Vigan) https://bit.ly/2KTav9X
– Avez-Vous Compris les Philosophes ? Vol. IV (Pierre Le Vigan) https://bit.ly/3cc5dS9
 

08:02 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : joe biden, états-unis, politique internationale | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

jeudi, 28 janvier 2021

L'idéologie du genre et le totalitarisme de la pensée unique

womengenderundergrad.jpg

Cristian Taborda :

L'idéologie du genre et le totalitarisme de la pensée unique

Ex : https://legio-victrix.blogspot.com

Domination politique, discipline sociale, subordination culturelle

Marx a dit dans L'idéologie allemande: "Les idées de la classe dominante sont les idées dominantes de chaque époque [...] par conséquent, dans la mesure où elles dominent en tant que phénomène de classe et dans la mesure où elles déterminent toute l'étendue d'une époque historique, on peut comprendre qu'elles le fassent dans la plus large mesure et donc, entre autres choses, également en alignant des penseurs, qui sont des producteurs d'idées qui réglementent la production et la distribution des idées de leur temps ; et que leurs idées sont donc les idées dominantes de l'époque ».

Nous devons alors nous demander, par rapport au présent, quelles sont les idées dominantes de notre époque ? Quelle est la "classe" dominante ? Qui produit, réglemente et distribue ces idées ? Quelle est l'idéologie incontestable ?

Une des principales caractéristiques de toute idéologie est de ne pas s'assumer comme telle, elle se naturalise et se donne comme une évidence, elle parvient à s'installer dans le bon sens sans être remise en cause. L'idéologie en tant qu'ensemble d'idées nous permet de nous donner une façon de connaître les choses, une cosmovision, en ayant le parti pris d'étendre cette façon particulière de voir le monde à la totalité globale. Vous voyez le monde à travers ces lentilles. C'est ce qu'ont fait le marxisme, le libéralisme et le fascisme au cours du siècle dernier, l'idéologie dominante a fini par devenir un totalitarisme, les porteurs et vecteurs d’idéologies finissent par penser pour le peuple et par installer la pensée unique, par persécuter et par éliminer le dissident.

GenderSexuality_TT-900x720.png

Hégémonie et mondialisation

Après l'implosion de l'Union soviétique et la chute du mur de Berlin, le libéralisme a triomphé et la domination économique mondiale par le biais d'un marché unique s'est imposée sur tout, a introduit une neutralisation du politique selon Carl Schmitt. Le marxisme, le libéralisme et les postures de troisième position ont été fabriqués puis absorbés par le capitalisme financier et la mondialisation. La lutte pour la répartition des revenus, les droits sociaux, la liberté, la justice sociale et les idées de famille, de patrie et de religion ont été remplacés par la lutte pour les droits individuels, les revendications des minorités et l'intégration culturelle dans un monde cosmopolite. La mondialisation a atteint son hégémonie post-libérale sur la base du consensus des vaincus et de l'interdépendance économique construite.

Face à la consécration du capitalisme absolu, le marxisme a abandonné la lutte de classe et les travailleurs comme sujets politiques, s'intégrant dans le monde globalisé ; le libéralisme a été absorbé par la gestion technocratique et l'administration économique, laissant de côté les idéaux libéraux ; et les partis qui ont exprimé les mouvements institutionnalisés dits de ‘’troisième position’’ ont mis en œuvre des politiques néolibérales et des discours progressistes. Ils ont accompagné le processus de mondialisation avec la revendication des minorités, les postulats cosmopolites d'un monde sans frontières, en rejetant leurs idées traditionnelles et en se soumettant au politiquement correct. Ces traditions philosophiques sont aujourd'hui recyclées dans la seule idéologie vivante, l'idéologie mondialiste, le "progressisme transnational" comme le décrit le politologue américain John Fonte. Pensée hégémonique.

L'année 68 comme "Révolution culturelle". La gauche postmoderne

Mais cette idéologie a son origine dans les années 60 du 20ème siècle, à une époque où son expression historique et politique fut le Mai 1968 en France, un mouvement culturel où l'axe de la gauche change, avec l'adoption des idées de l'"école de Francfort", qui met l'accent sur les éléments éthiques, subjectifs et individuels de la "théorie critique", de sorte qu'elle a été configurée comme une théorie générale de la transformation sociale, motivée par un désir de "libération" compris dans un sens individuel. La "libération" et l'"émancipation" éclipsent ainsi l'objectif de la révolution et se fondent dans l'horizon utopique d'un "bonheur" orienté vers le développement personnel. Le point de départ était l'individu, son désir, son art et sa culture comme forme d'expression politique contre l'ordre établi, en abandonnant les anciennes prémisses socialistes.

Ce mouvement a eu, pour géniteurs, tout un amalgame de penseurs qui ont construit leur vision de la réalité et ont fini par façonner l'idéologie actuelle, dont les fondements se trouvent dans la théorie homosexuelle de Judith Butler. Elle dérive de "l'école de la suspicion" de Nietzsche, Marx, Freud, Adorno, Marcuse, Horkheimer, Michel Foucault, Gilles Deleuze et Jacques Derrida, ce dernier étant le théoricien de la déconstruction.

Adorno-preis-2012-judith-butler-ffm-287.jpg

9780415969239.jpg

Idéologie du genre et du relativisme

Influencée par tous ces penseurs, dont elle tire des concepts différents, et par des féministes radicales telles que Simone de Beauvoir et Monique Wittig, Judith Butler en fait une synthèse qu'elle expose dans Undoing Gender où elle soutient comme prémisse fondamentale que "les catégories homme et femme sont des idées politiques et non naturelles", une idée qui soutient l'idéologie dominante de notre époque.

Elle propose le genre comme une construction sociale, différente du sexe biologique naturellement donné, où les femmes et les "minorités" en raison de leur condition de genre sont opprimées par une structure patriarcale machiste. Et une hétéro-normativité qui poursuit des sexualités "dissidentes" et "non-binaires".

La solution ne serait plus une révolution sociale et une lutte des classes comme le propose le marxisme, mais la subversion des valeurs et la lutte pour le pouvoir dans les espaces publics par des corps (individuels). La déconstruction comme méthode de résistance, déformant la proposition grammaticale de Derrida.

Cette idéologie, cohérente avec le capitalisme financier et fonctionnel visant, lui aussi, la libération absolue de l'individu dissocié de tout lien historique, collectif, transcendant et biologique ; elle promeut un hédonisme incessant, conclut au consumérisme et au plaisir sexuel comme seule réalisation de l'homme ou de la femme, à la libéralisation du désir, à la simple satisfaction matérielle, annihilant toute spiritualité et naturel. Le nihilisme de Nietzsche, le désir de Freud, la décentralisation que propose Deleuze et l'idée transgenre de Butler sont le résumé de la nouvelle idéologie dominante, d'un capitalisme spéculatif, qui, selon les termes de Hegel, reflète en réalité les concepts de la nouvelle classe mondiale : une élite sans Dieu, sans patrie, consumériste et transsexuelle.

La révolution anthropologique

Comme le rappelle Michel Onfray, nous entrons dans un nouveau type de société totalitaire qui détruit la vérité, abolit la liberté et nie la nature. C'est ce qui définit parfaitement l'idéologie de genre qui promeut une véritable révolution, une "révolution anthropologique", en effaçant la différence biologique des sexes sous le masque conceptuel du genre, en éliminant la transcendance, l'idée de Dieu et avec la dictature du relativisme qui installe la "post-vérité" et élimine la distinction entre le bien et le mal, ouvre les portes du transhumanisme comme conséquence logique de l'évolution, l'homme sans limites le "Dieu Homo".

Les bourgeoisies industrielles d'origine nationale ont été dépassées par le développement économique transnational face à cette nouvelle classe mondiale apatride, qui a pris le contrôle de l'économie, l'oligarchie financière internationale, la classe dominante représentant le capital financier qui a consolidé son pouvoir économique issu du marché mondial, trouve aujourd'hui, comme limites de son expansion politique, la souveraineté des territoires, les États régulateurs et l'Église, un obstacle à la mise en place du système de gouvernance mondiale selon le marché unique, et qui trouve comme autre limite de son expansion biologique la condition humaine.

Famille-brock.jpg

Il y a là une "conscience de soi" qui lui impose de produire, financer, distribuer et réguler ses idées, transnationalistes, transhumanistes et transsexuelles, afin de surmonter les barrières nationales, les limites humaines imposées par la morale et une révolution sexuelle pour freiner la reproduction, surtout dans les pays de la périphérie, considérés comme en phase d’explosion démographique au détriment des intérêts capitalistes-globaux, comme l'exprimait naguère Henry Kissinger dans le rapport NSSM 200 (National Security Study Memorandum 200).

Le totalitarisme mondialiste

Les médias, les ONG et les universités sont les "usines à subjectivité" qui reproduisent les idées du pouvoir mondial et censurent les dissidents. On peut voir comment ces "appareils idéologiques du marché", reformulant le concept d'Althusser, sont aujourd'hui les promoteurs de l'avortement, de la substitution dans le ventre maternel ou du langage "inclusif" parmi d'autres politiques "progressistes". Un exemple clair est la propagande émanant de séries populaires comme Netflix ou Disney qui promeuvent l'hypersexualisation ou la transsexualité, de différents médias qui bombardent systématiquement les nouvelles liées au genre, au féminicide ou à l'hédonisme sur les réseaux sociaux et à la télévision, des politiques promues par des organisations comme l'Open Society Foundation ou Human Rights Watch et des universités comme l'UBA qui acceptent officiellement un langage "inclusif".

Au niveau de la censure et de la marginalisation, il suffit de voir le peu de place accordée à ceux qui s'écartent de la pensée politiquement correcte et, s'il y a de la place, la tentative de les ridiculiser ou de les étiqueter comme "arriérés", "conservateurs" ou "conspirateurs" pour annuler l'opinion de ceux qui pensent différemment. L'espace public est plus explicite ; lorsque l'intolérance et le ridicule vont jusqu'à couvrir une peinture murale d'un bébé dans le ventre de sa mère puis d'une femme enceinte, comme celles réalisées par l'artiste Lisette Feider sur la façade de la maternité de l'hôpital Piñero de Buenos Aires, de telles œuvres d’art sont censurées et posées comme acte de "violence symbolique" et de "provocation". Il est clair que le fait d'exprimer par l'art le don d’une vie au monde est une provocation pour la nécropolitique. Voilà où mène l'idéologie du genre.

91edc256-06e8-474e-a4a1-c0cb5c685e49.png

Comme si cela ne suffisait pas pour installer son idéologie dans les profondeurs de la conscience, le mondialisme, selon les concepts de Pierre Bourdieu, s'appuie sur l'État, qui a le "monopole de la violence symbolique". L'institutionnalisation de l'idéologie du genre comme credo officiel s’accompagne du dispositif juridico-répressif bien tenu en mains. Nous pouvons voir à titre d'exemple le cas de l'Espagne avec le nouveau ministère de l'égalité ou de notre pays avec le ministère du genre et de la diversité, organismes chargés de la diffusion propagandiste de l'idéologie de genre. Les gouvernements cooptés et sous la pression des organismes supranationaux représentant l'élite financière sont chargés de diffuser l'idéologie dominante en utilisant l'État et des organismes comme l'ONU, le FMI, l'Union européenne ou la Banque mondiale qui manquent de légitimité démocratique et font partie de la ploutocratie mondialiste. Le totalitarisme financier, à travers la dictature du dollar, favorise le ‘’progrès culturel’’ et l'anarchie commerciale.

L'idéologie du genre est utilisée par l'oligarchie de trois façons :

1) Comme domination politique par le truchement du politiquement correct et sous le déguisement moral de la "diversité", de l'"égalité" et de l'"inclusion", elle s'élève ainsi au-dessus du reste en exerçant une suprématie morale ;

2) Comme discipline sociale par le punitivisme et le normativisme juridique promu par la loi avec une "perspective de genre", mettant fin au principe d'innocence face à une accusation par la sentence médiatique, et sinon, par l'esclavage public ;

3) Comme subordination culturelle, l'acceptation de crédits internationaux à condition de mettre en œuvre des politiques de genre ou d'antinatalité comme le font la Banque mondiale ou le FMI, le financement d'organisations de promotion de politiques publiques basées sur le lobby LGTB et les ONG qui financent l'activisme féministe, l'acceptation d'idées provenant des grands think tanks étrangers, utilisées comme méthodes de domination. Nous assistons à une néocolonisation, qui est idéologique, une homologation culturelle où la pensée devient homogène et les différences qui enrichissent chaque peuple sont effacées, celles-ci étant subordonnées à la monoculture mondialiste de la consommation.

1200px-Marche_fiertés_2013.jpg

Aujourd'hui, incontestablement devant le cirque médiatique que représente l'establishment mondialiste, l'idéologie du pouvoir est présentée comme noble car elle défend les minorités "opprimées" ; celui qui cherche à lever le voile et à démasquer les erreurs de cette idéologie, à informer qui finance et promeut ces idées, ou à pointer du doigt les médias et les entreprises alliées dans les affaires du capitalisme "gay friendly", est diabolisé et persécuté par la police de la pensée progressiste qui, sous une prétendue supériorité morale et au nom de l'"inclusion", exclut quiconque pense différemment. Quiconque ose contester la dictature du relativisme imposée par l'idéologie des genres est accusé d'être d’"ultra-droite" ou d’être "populiste", c'est là le moindre mal, si l’on peut dire, car tout dissident est marqué comme fasciste au nom de l'antifascisme. L'idéologie réussit à consommer le crime parfait, comme dirait Jean Baudrillard, en tuant la réalité.

Le nouvel ordre symbolique

Ce nouvel ordre symbolique, qui tente de détruire la tradition, les coutumes et la culture, est imposé par l'appropriation par les progressistes des symboles nationaux et populaires à leur profit politique et par le novilinguisme des genres, la promotion des individus unisexes sans distinction de sexe, l'hypersexualisation de la vie et la féminisation de la politique. C'est la consécration de la bataille culturelle menée par la gauche progressiste depuis 1968. En devenant l'hégémonie politico-culturelle, cette symbologie fait désormais l'objet d'un consensus à gauche comme à droite.

Le nouvel ordre est imposé à la gauche par le progressisme avec l'idéologie du genre et à la droite par le néolibéralisme avec l'idéologie du libre-échange. Des deux pôles, ils déterminent un individu sans famille, cosmopolite, précaire, à bas prix, dans un marché mondial unique sans frontières où sa seule liberté est de consommer. Le mondialisme a pour idéal l'homme de consommation sans identité, sans patrie et sans sexe. Une non-personne. La proposition de la classe mondiale radicalisée est la configuration d'un nouvel ordre mental par la psycho-politique et la guerre psycho-culturelle, en maintenant le contrôle des idées et des inégalités sociales sans altérer l'ordre matériel et le statu quo.

À partir de ce nouvel ordre symbolique, le progressisme classe la famille traditionnelle dans la catégorie "oppression patriarcale", la nation dans la catégorie "idée fasciste" et considère la religion comme un mensonge. Du péronisme, nous voyons, dans tout cela, le contraire, la construction d'un peuple : unité, identité et culture. La famille, avant l'individu, comme cellule organique de toute la société, est la première communauté où se forment les liens naturels de solidarité et d'amour, dans la relation unique de la mère et de l'enfant. La Nation est la conformation de l'identité d'un peuple qui favorise l'unité sur un territoire donné où la communauté se réalise en préservant ses traditions et ses coutumes. La religion comme fondement de la culture qui détermine la moralité du peuple et ses valeurs, à partir des racines chrétiennes dans notre cas. La famille, la patrie et la religion sont les piliers d'une vie commune qui construisent une identité et une culture enracinées dans la tradition et les coutumes, sont aujourd'hui la véritable résistance au pouvoir hégémonique.

Culture de la vie

Face à l'avancée de cette culture de l'aliénation et de la colonisation idéologique, il est impératif de promouvoir la culture de la vie et l'amour de la famille, de revendiquer la patrie et la foi dans les valeurs transcendantes, le bien, la vérité et la justice.

Le bon sens doit être opposé à l'idéologie folle du genre, au relativisme absolu et à la révolution anthropologique. Et le principe qui dit : "La réalité est supérieure à l'idée".

Contre le capitalisme financier absolu, une économie au service du peuple, où le travail est au centre et non le dieu Argent.

Contre la lutte des sexes et le conflit des sexes, la maxime qui dit : "l'unité prévaut sur le conflit". Parce que ni l'homme ni la femme ne peuvent se réaliser dans une telle lutte, encore moins dans une communauté qui ne se réalise pas.

Le néopuritanisme et l'anthropophobie. Vers un monde post-humain terrifiant

me-too-movement.png

Le néopuritanisme et l'anthropophobie. Vers un monde post-humain terrifiant

par Flavio Ferraro

Source : https://www.ilprimatonazionale.it

Nous vivons une époque schizophrène. Ainsi, avec l'avènement du Covid, nous avons vu les apôtres de la "société ouverte" et de l'idéologie sans frontières se transformer, avec une nonchalance pour le moins impressionnante, en fanatiques de l'enfermement et en zélotes de la répression: ceux qui, jusqu'à hier, faisaient l'éloge de l'éradication et de l'abolition des frontières se sont convertis au culte de l'apartheid sanitaire, au point de souhaiter une sorte de mort civile à ceux qui refusent le vaccin.

De même, il n'est pas surprenant que la sexophobie prenne la place de l'addiction au sexe, qui a toujours été l'une des caractéristiques de la société libérale-progressive née en 1968. Et si la soi-disant libération sexuelle n'a finalement représenté que la transposition au niveau physique de la liberté mercantile, une sorte d'intériorisation de la logique commerciale - les corps doivent être nus et exposés, tout comme les marchandises doivent être clairement visibles et disponibles pour le consommateur -, elle a d'abord été vécue comme une rupture radicale avec un modèle de société jugé répressif à l'égard des pulsions sexuelles.

B9725931244Z.1_20210125224804_000+GBAHFODA5.1-0.jpg

Keira Knightley.

Voir : https://www.lunion.fr/id226617/article/2021-01-25/keira-knightley-dit-stop-aux-scenes-de-sexe-tournees-par-des-hommes

La croisade du néo-puritanisme

Mais à l'époque de Me Too et de la "masculinité toxique", ce moralisme lugubre et médiocre, qui semblait avoir été archivé à jamais, est revenu en force. Les déclarations faites par Keira Knightley dans une récente interview ne peuvent donc pas surprendre : l'actrice anglaise y dit regretter d'avoir filmé des scènes de sexe dans le passé sous un regard masculin ponctué de "grognements", et selon elle, de telles scènes ne devraient être tolérées que si le réalisateur est une femme. En outre, de telles déclarations sont largement acceptées même en dehors du monde tapageur des stars et des influenceurs d'Hollywood, et, ces derniers temps, nous assistons à une sorte de croisade néo-puritaine et androphobe qui considère le contact physique et le sexe comme un mal à éradiquer, une violence perpétrée contre les femmes, au point que même la plus innocente des galanteries masculines est assimilée à un véritable harcèlement.

Une vague de bigoterie

Naturellement, les mesures d'éloignement et de semi-détention imposées à toute la population depuis près d'un an n'ont fait qu'alimenter cette vague de sectarisme, et les conférences de Crisanti et Pregliasco invitent fréquemment les citoyens à s'abstenir de relations sexuelles afin de minimiser le risque de contagion, avec beaucoup d'éloges pour les pratiques autoérotiques ! D'autre part, il ne fait aucun doute que certains des phénomènes culturels les plus influents de notre époque, du transhumanisme au cyberféminisme, sont animés par une haine viscérale du corps et de ses limites ; une haine qui, derrière les slogans apparemment libertaires d'émancipation et d'égalité, cache en réalité une anthropophobie féroce, qui vise à l'abolition de la nature et des différences anatomiques et biologiques entre les individus. C'est une conception désincarnée et post-biologique de la liberté, ainsi que du corps humain, comme si, pour être libre, l'homme était contraint de nier sa corporéité avec ses imperfections relatives.

Dans tout cela, on pourrait voir une forme de néo-catharisme : les Cathares en effet, dans le sillage des Manichéens, concevaient le corps comme la prison de l'âme et voyaient dans la matière l'origine de tout mal. Cette vision du corps humain comme quelque chose d'impur et d'imparfait est la même que celle que l'on trouve chez les progressistes d'avant-garde, qui voient dans la technologie le moyen de "libérer" l'homme de ses limites, en premier lieu la maladie, la vieillesse et la mort. Des conceptions similaires ne sont en fait qu'un des nombreux signes de ce que Guénon a appelé la volatilisation du monde, et la numérisation de la société - au rythme du travail intelligent, de l'enseignement à distance, de l'abolition de l'argent liquide et du commerce électronique - crée un monde de moins en moins matériel, où les corps et les objets semblent s'effondrer et se dissoudre en poussière.

Le cauchemar d'un monde post-humain

Le capitalisme lui-même n'échappe pas à ce processus, et la financiarisation de l'économie a le même sens : si, il y a encore quelques décennies, la principale méthode d'accumulation du capital était centrée sur des activités concrètes - telles que la production de biens et l'exploitation du travail - aujourd'hui, au contraire, elle repose sur des bases absolument fictives et immatérielles. L'économie financière a depuis longtemps supplanté l'économie réelle, et repose sur une richesse entièrement volatile et hypothétique, fondée comme elle l'est sur l'anticipation d'une valeur qui n'existe pas encore. On pourrait dire que le matérialisme dans sa fureur de solidification a fini par s'éroder, et en fait aujourd'hui nous vivons dans un monde littéralement fantomatique, où tout se dissout, s'amincit, se désincarne.

atkinson-ti-grace-178x225.jpgUn monde entièrement virtuel, qui représente le rêve de ceux qui considèrent l'homme comme quelque chose d'obsolète et de dépassé, quelque chose qui doit être manipulé et perfectionné, un rêve (ou plutôt un cauchemar) également cultivé à des époques non soupçonnées : de fait, déjà à la fin des années 70, la féministe américaine Ti-Grace Atkinson (photo) écrivait : "l'acte sexuel ne devrait plus être le moyen utilisé par la société pour renouveler la population. Et les recherches sur l'utérus artificiel, la fécondation in vitro, le "mind uploading" et autres merveilles du techno-capitalisme, nous permettent de créer un modèle de société dans lequel il n'y a plus de place pour l'homme tel que nous l'avons connu. Un rêve, en dernière analyse, de mort, et qui risque de plonger le monde entier dans un cupio dissolvi incurable (ndt : un désir morbide de dissolution incurable).

 

Vladimir Poutine lève les restrictions Covid : la Russie revient à la normale

1440x810_cmsv2_93f5f2fe-ca51-5322-81d3-3d3b84952de2-4756230.jpg

Vladimir Poutine lève les restrictions Covid : la Russie revient à la normale

Par Boris Guenadevitch Karpov

Source : https://www.maurizioblondet.it

Allant à l'encontre de la paranoïa des gouvernements occidentaux, Vladimir Poutine a annoncé aujourd'hui le retour à la normale en Russie : "En Russie, la situation due aucoronavirus se stabilise ; les restrictions imposées en rapport avec la pandémie peuvent être progressivement levées. En général, la situation épidémiologique dans le pays se stabilise progressivement. Ce matin, j'ai écouté les rapports : nous avons déjà plus de personnes guéries que de personnes malades. Le nombre de personnes infectées est en baisse ; il est inférieur à 20 pour mille. Cela permet de supprimer tranquillement les restrictions imposées”.

Actuellement, dans la plupart des régions de la Fédération de Russie, il y a déjà très peu de restrictions depuis l'été dernier, par rapport aux pays occidentaux : tous les services et les magasins fonctionnent (les bars et les restaurants de plusieurs régions doivent fermer à 23h00 ... en théorie. En pratique, beaucoup ne ferment qu'à l'aube...). Les seules limitations sont l'obligation (là encore très théorique) de porter un masque dans les transports et les magasins, et la limitation du taux d'occupation à 50 % dans les cinémas, les musées, etc. De plus, la population suit pour la plupart très peu d'instructions stupides : le masque est rarement porté, ou sous le menton. Quant aux "distances sociales"... Regardez une photo prise il y a quelques jours dans le métro de Moscou.

Le sens de la déclaration de Vladimir Poutine est très politique : elle montre au clan des mondialistes en Russie, dirigé par le maire de Moscou qui veut renforcer les mesures d'alignement sur les pays occidentaux, que son jeu est terminé. En août, c'était déjà Vladimir Poutine qui avait ordonné au maire de Moscou de lever la quarantaine (le maire avait reçu un appel téléphonique en pleine réunion pour préparer l'annonce de la poursuite de la quarantaine et avait déjà commencé à envoyer des SMS pour informer la population. Selon un témoin, le maire n'a rien dit pendant 2 à 3 minutes, et à la fin de la communication, il a déclaré que la quarantaine avait été levée).

La semaine dernière, c'est encore le président qui a ordonné au maire de Moscou de suspendre l'enseignement "à distance" qu'il avait introduit en octobre pour la plupart des étudiants. Aujourd'hui, donc, le président Poutine déclare au niveau national que les choses ont assez duré. Qu'il y ait là une justification électorale à cette décision, vu le déclin de la popularité du maire de Moscou à 80% d'insatisfaits, et le déclin de la popularité de Poutine avec un énorme 40% d'insatisfaits, cela semble clair.

Alors qu'à l'Ouest, les pays rivalisent de paranoïa pour savoir qui enfermera sa population le plus longtemps et le plus durement, Vladimir Poutine met la Russie hors du plan mondialiste.

On retiendra également les nouvelles mesures que la Russie a inscrites dans sa Constitution (par exemple le mariage = exclusivement Homme plus Femme, la réaffirmation de la foi en Dieu, la prédominance des lois russes sur les lois internationales, etc.) qui montrent clairement la voie choisie, aux antipodes du projet de société mondialiste.

Le vol électoral perpétré par Biden et ses complices aux États-Unis va rapidement entraîner l'Europe occidentale dans une mondialisation forcée. Hier, Macron a prêté allégeance à Biden lors de leur premier entretien téléphonique.

La Russie s'établira alors comme une oasis souveraine dans un monde devenu fou. C'est d'ailleurs pour éviter cette dualité que les mondialistes se forcent à des tentatives de révolte fomentées par la "5e colonne" dirigée par Navalny et quelques oligarques. Mais’’la Russie dispose des ressources humaines, financières et militaires nécessaires pour tracer sa propre voie’’, quelles que soient les réactions des mondialistes.

La déclaration faite aujourd'hui par Vladimir Poutine sur la fin de la folie pandémico-répressive montre qu'il y a un retour de bâton, qui devrait être suivi par d'autres dans les semaines à venir.

Les enjeux du ressentiment identitaire américain

87dfe264-5146-11eb-a88b-02fe89184577.jpg

Les enjeux du ressentiment identitaire américain

par Jure Georges Vujic

Ex:

Retour sur les conséquences de la défaite de Donald Trump ainsi que sur les événements du Capitole

Le mandat présidentiel de Donald Trump, marqué par les tentatives continuelles de déstabilisation menée par l’État profond et les médias de l’establishment, marque la fracture profonde entre le peuple et les élites. Cette volonté opiniâtre de destituer et de « châtier » tel un bouc émissaire le président sortant ne peut que révéler un déni de réalité schizophrène et flagrant. Les appels au lynchage politique, le langage méprisant des médias à l’égard des militants pro-Trump, les initiatives de destitution, la censure des réseaux sociaux et les appels à l’ostracisme social et économique des grandes corporations à l’égard des collaborateurs de Trump, reflètent non seulement la farce démocratique et l’hystérie haineuse de l’establishment américain, mais aussi le repli obstiné sur une grille de lecture manichéenne désuète des derniers événements, laquelle ne rend pas compte d’un vaste mouvement de fond et de mutations dans la société américaine, dont l’élection de Trump en 2016 ne serait qu’un des symptômes. Une chose est sûre, après Trump il restera le « trumpisme », comme catalyseur de toutes ces mutations sociologiques, économiques, démographiques et culturelles. En effet, le trumpisme, qui, même s’il s’agit d’un style politique – un refus des intermédiaires et des compromis, une rhétorique très simple et directe, un refus des idéologies –, est la caisse de résonance des vastes tendances de fond de la société américaine et notamment de la communauté blanche. Donald Trump joue sur les craintes et frustrations de la majorité blanche, socialement déclassée, voire marginalisée par les crises successives, économiques et financières, et les politiques pro-immigrationnistes. Ce même ressentiment populaire d’une grande majorité d’Américains, qui s’estime trompée par les derniers résultats électoraux, qui a quasiment explosé lors des événements du Capitole, constitue à l’avenir un vaste réservoir de radicalité politique, surtout si l’on obstine à attiser ce ressentiment comme est en train de le faire l’oligarchie médiatico-politique. Persister dans ce délire de persécution sur fond de maccarthysme de gauche, et ignorer les ressorts émotionnels de ce ressentiment isolera davantage le futur gouvernement démocrate, qui souffrira d’une forte illégitimité populaire.

imagecrus.jpg

L’évolution de la société

L’envahissement du Capitole par des manifestants pro-Trump bariolés, loin de représenter un coup d’État bien planifié, a eu le mérite de mettre au premier plan le ressentiment agressif et décidé d’une grande frange de la population américaine, celle des WASP déclassés et paupérisés. Ce sont les classes sociales fauchées par la crise financière de 2008, le lumpenprolétariat blanc stigmatisé et méprisé par les élites de la côte ouest, de New York et de la Silicon Valley, les chômeurs de la « vieille » économie (agriculture, bâtiment, industrie, commerce), les Blancs des banlieues et des mobile homes.

Alors que la catégorie socio-identitaire des WASPS dans les années soixante correspondait à l’élite blanche privilégiée, aujourd’hui ce vocable à connotation négative pour désigner les Blancs de l’Amérique profonde, correspond plus aux catégories les plus pauvres de la population américaine blanche, et forme la majeure partie de l’électorat de Trump. Cette « norme » socio-économique américaine, selon laquelle les WASPS constituaient le sommet de l’élite américaine, est bien révolue, et nul ne soutiendrait sérieusement aujourd’hui que les Américains d’origine irlandaise ou italienne et les Afro-Américains sont moins bien intégrés en vertu de la discrimination positive et la politique des quotas que les WASP.

Mutations démographiques

Sur le plan démographique, d’ici 2050, les minorités hispaniques, asiatiques et noires constitueront 54 % d’une population qui aura atteint 439 millions d’habitants. Les Blancs ne constitueront plus la majorité de la population des États-Unis à l’horizon 2042. Ce renversement démographique génère déjà des processus de communautarisation et de ghettoïsations ethniques. En dépit du discours dominant multiracialiste, le modèle américain de la « discrimination positive » est en passe d’imploser, alors que les Américains sont inquiets de la diversification ethnique des États-Unis, où le nombre d’Hispaniques est en pleine croissance. Selon une enquête pilote d’American National Election Study réalisée en janvier 2016, le repli identitaire est en vogue et la majorité des électeurs WASP donnent de l’importance à leur « identité blanche » ou considèrent que les discriminations contre les Blancs s’accentuent.

david_teuscher_-_ethnies_-_02-05-17.jpg

Visualizing-US-Population-by-Race.jpg

Recomposition politique

Même si le parti démocrate et Joe Biden annoncent qu’ils s’attacheront à assurer la réconciliation nationale et à rétablir l’équilibre des pouvoirs sur l’ancien modèle bipartisan, cette grille de lecture semble en déphasage complet avec l’érosion et la fragmentation internes des deux principaux partis américains et la nouvelle recomposition des forces politiques en cours. En effet, du côté du parti démocrate, l’aile gauche plus radicale est accusée par les modérés, après l’échec à la Chambre des représentants et au Sénat, de faire cavalier seul. En effet on reproche à Alexandria Ocasio-Cortez d’avoir un discours identitaire et radical qui compromet une majorité de l’électorat démocrate. D’autre part, la gauche radicale américaine s’est positionnée aux primaires démocrates avec Bernie Sanders et Elizabeth Warren qui se réfèrent à une tradition populiste de gauche américaine. Ce courant politique s’appuie sur un nouvel activisme sur les réseaux sociaux et sur des mouvements radicaux de gauche adeptes de la cancel culture et d’une course à la pureté idéologique définie comme « woke ».

Au sein du second grand parti américain, le parti républicain, le fameux GOP (Grand Old Party), Donald Trump a accentué une division déjà existante au sein même de son parti en proie à des luttes intestines. L’un des plus loyaux soutiens du président, Mitch McConnell, chef du groupe républicain au Sénat, est lui aussi en rupture avec Donald Trump. L’aile néo-conservatrice des “faucons”, interventionnistes et néo-impérialistes, regroupée au sein du projet Lincoln, a œuvré pour faire échouer la réélection de Trump en alliance avec le parti démocrate en raison de sa volonté isolationniste, alors que le trumpisme, lui, s’appuie sur ce qu’on appelait le courant « paléoconservateur » dans les années 1990, qui combine populisme, nationalisme, et « fierté blanche ». Trump a habilement utilisé ce discours politique «  identitaire » (identity politics) à son profit pour mobiliser la communauté blanche, et notamment les plus modestes. D’autre part, à droite, il faudra aussi compter sur la mouvance suprémaciste de l’alt-right, le courant libertarien et l’électorat du Tea Party.

Jure Georges Vujic

Source : Correspondance Polémia

09:08 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, états-unis, crise américaine | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

mercredi, 27 janvier 2021

Michel Maffesoli : une société en pleine décadence

59d4270b694ee0c0d46c1b086fc42e94.jpg

Michel Maffesoli : une société en pleine décadence

Ex: https://lecourrierdestrateges.fr

Michel Maffesoli, professeur émérite de la Sorbonne,  nous livre un texte direct et panoramique sur la décadence de notre société que suscitent nos élites. A force d'être obsédées par la morale et par une étiquette de cour, ces élites se sont détournées de flux du vivant et entretiennent une vision artificielle de la société dont le seul destin est de disparaître.

S’accorder au cycle même du monde, voilà ce qui est la profonde sagesse des sociétés équilibrées. Tout comme, d’ailleurs, de tout un chacun. C’est cela même qui fonde le sens de la mesure. Le « bon sens » qui, selon Descartes, est la chose du monde la mieux partagée. Bon sens qui semble perdu de nos jours. Tout simplement parce que l’opinion publiée est totalement déconnectée de l’opinion publique.

Mais pour un temps, sera-t-il long ? cette déconnection est quelque peu masquée. C’est la conséquence d’une structure anthropologique fort ancienne : la stratégie de la peur.

blemmophobie-peur-panique-du-regard-des-autres_b68ffc8d104c27df7feb0a1dc579699624cd69dd.jpg

La stratégie de la peur pour se maintenir au pouvoir

D’antique mémoire, c’est en menaçant des supplices éternels de l’enfer que le pouvoir clérical s’est imposé tout au long du Moyen-Âge. Le protestantisme a, par après, fait reposer « l’esprit du capitalisme » (Max Weber) sur la théologie de la « prédestination ». Vérifier le choix de dieu : être élu ou damné aboutit à consacrer la « valeur travail ». L’économie du salut aboutit ainsi à l’économie stricto sensu !

Dans la décadence en cours des valeurs modernes, dont celle du travail et d’une conception simplement quantitativiste de la vie, c’est en surjouant la peur de la maladie que l’oligarchie médiatico-politique entend se maintenir au pouvoir. La peur de la pandémie aboutissant à une psycho-pandémie d’inquiétante allure.

Comme ceux étant censés gérer l’Enfer ou le Salut, la mise en place d’un « Haut commissariat au Bonheur » n’a, de fait, pour seul but que l’asservissement du peuple. C’est cela la « violence totalitaire » du pouvoir : la protection demande la soumission ; la santé de l’âme ou du corps n’étant dès lors qu’un simple prétexte.

Le spectre eugéniste, l’aseptie de la société, le risque zéro sont des bons moyens pour empêcher de risquer sa vie. C’est-à-dire tout simplement de vivre ! Mais vivre, n’est-ce pas accepter la finitude ? Voilà bien ce que ne veulent pas admettre ceux qui sont atteints par le « virus du bien ». Pour utiliser une judicieuse métaphore de Nietzsche, leur « moraline » est dès lors on ne peut plus dangereuse pour la vie sociale, pour la vie tout court !

La morale comme instrument de domination

Étant entendu, mais cela on le savait de longue date, que la morale est de pure forme. C’est un instrument de domination. Quelques faits divers contemporains, animant le landernau germanopratin montrent, à loisir que tout comme le disait le vieux Marx, à propos de la bourgeoisie, l’oligarchie « n’a pas de morale, elle se sert de la morale ».

Le moralisme fonctionne toujours selon une logique du « devoir-être », ce que doivent être le monde, la société, l’individu et non selon ce que ces entités sont en réalité, dans leur vie quotidienne. C’est cela même qui fait que dans les « nuées » qui sont les leurs, les élites déphasées ne savent pas, ne veulent pas voir l’aspect archétypal de la finitude humaine. Finitude que les sociétés équilibrées ont su gérer.

16422151.jpg

C’est cela le « cycle du monde ». Mors et vita ! Le cycle même de la nature : si le grain ne meurt… Qu’est-ce à dire, sinon que la beauté du monde naît, justement, de l’humus ; du fumier sur lequel poussent les plus belles fleurs. Régle universelle faisant de la souffrance et de la mort des gages d’avenir.

En bref, les pensées et les actions de la vie vivante sont celles sachant intégrer la finitude consubstantielle à l’humaine nature. À la nature tout court, mais cela nous oblige à admettre qu’à l’opposé d’une histoire « progressiste » dépassant, dialectiquement, le mal, la dysfonction et pourquoi pas la mort, il faut s’accommoder d’un destin autrement tragique, où l’aléa, l’aventure le risque occupent une place de choix.

Pour une philosophie progressive

Et au-delà du rationalisme progressiste, c’est bien de cette philosophie progressive dont est pétrie la sagesse populaire. Sagesse que la stratégie de la peur du microcosme ne cesse de s’employer à dénier. Et ce en mettant en œuvre ce que Bergson nommait « l’intelligence corrompue », c’est-à-dire purement et simplement rationaliste.

Ainsi le funambulisme du microcosme s’emploie-t-il pour perdurer à créer une masse infinie de zombies. Des morts-vivants, perdant, peu à peu, le goût doux et âcre à la fois de l’existence . Par la mascarade généralisée, le fait de se percevoir comme un fantôme devient réel. Dès lors, c’est le réel qui, à son tour, devient fantomatique.

Deutsche-Bank-1-3-Zombies.jpg

Monde fantomatique que l’on va s’employer à analyser d’une manière non moins fantomatique. Ainsi, à défaut de savoir « déchiffrer » le sens profond d’une époque, la modernité, qui s’achève, et à défaut de comprendre la postmodernité en gestation, l’on compose des discours on ne peut plus frivoles. Frivolités farcies de chiffres anodins  et abstraits

Il est, à cet égard, frappant de voir fleurir une quantophrénie ayant l’indubitabilité de la Vérité ! Carl Schmitt ou Karl Löwith ont, chacun à leur manière, rappelé que les concepts dont se servent les analyses politiques ne sont que des concepts théologiques sécularisés.

La dogmatique théologique propre à la gestion de l’Enfer ou la dogmatique progressiste théorisant la « valeur travail » s’inversent en « scientisme » prétendant dire ce qu’est la vérité d’une crise civilisationnelle réduite en crise sanitaire. « Scientisme » car le culte de la science est omniprésent dans les divers discours propres à la bien-pensance.

Cet étrange culte de la science

Il est frappant d’observer que les mots ou expressions, science, scientifique, comité scientifique, faire confiance à la Science et autres de la même eau sont comme autant de sésames ouvrant au savoir universel. La Science est la formule magique par laquelle les pouvoirs bureaucratiques et médiatiques sont garants de l’organisation positive de l’ordre social. Il n’est jusqu’aux réseaux sociaux, Facebook, Tweeter, LinkedIn, qui censurent les internautes qui « ne respectent pas les règles scientifiques », c’est-à-dire qui ont une interprétation différente de la réalité. Doute et originalité qui sont les racines de tout « progrès » scientifique !

Oubliant, comme l’avait bien montré Gaston Bachelard que les paradoxes d’aujourd’hui deviennent les paradigmes de demain, ce qui est le propre d’une science authentique alliant l’intuition et l’argumentation, le sensible et la raison, le microcosme se contente d’un « décor » scientiste propre à l’affairement désordonné qui est le sien.

Démocrates, peut-être, mais démophiles, certainement pas

Politiques, journalistes, experts pérorant jusqu’à plus soif sont en effet, à leur « affaire » : instruire et diriger le peuple, fût-ce contre le peuple lui-même. Tant il est vrai que les démocrates auto-proclamés sont très peu démophiles. Au nom de ce qu’ils nomment la Science, ils vont taxer de populistes, rassuristes voire de complotistes tous ceux qui n’adhèrent pas à leurs lieux communs.

Anastasie-facebook_copie-67717-bfb85.jpgOn peut d’ailleurs leur retourner le compliment. Il suffit d’entendre, pour ceux qui en ont encore le courage, leur lancinante logorrhée, pour se demander si ce ne sont pas eux, les chasseurs de fake news, qui sont les protagonistes essentiels d’une authentique « complosphère »[1]. Très précisément parce qu’ils se contentent de mettre le monde en spectacle.

Pour reprendre le mot de Platon, décrivant la dégénérescence de la démocratie, la « Théâtrocratie » est leur lot commun. Politique spectacle des divers politiciens, simulacre intellectuel des experts de pacotille et innombrables banalités des journalistes servant la soupe aux premiers, tels sont les éléments majeurs constituant le tintamarre propre à ce que l’on peut nommer la médiocrité de la médiacratie.

Face à l’inquisition de l’infosphère

J’ai qualifié ce tintamarre « d’infosphère ». Nouvelle inquisition, celle d’une élite déphasée regardant « de travers » tout à la fois le peuple malséant et tous ceux n’adhérant pas au catéchisme de la bienpensance. « Regarder de travers », c’est considérer ceux et ce que l’on regarde en coin comme étant particulièrement dangereux. Et, en effet, le peuple est dangereux. Ils ne sont pas moins dangereux tous ceux n’arrivant pas à prendre au sérieux la farce sanitaire mise en scène par les théâtrocrates au pouvoir.

Il faudrait la plume d’un Molière pour décrire, avec finesse, leurs arrogantes tartufferies. Leur pharisianisme visant à conforter la peur, peut aller jusqu’à susciter la délation, la dénonciation de ceux ne respectant pas la mise à distance de l’autre, ou de ceux refusant de participer au bal masqué dominant. Leur jésuitisme peut également favoriser la conspiration du silence vis-à-vis du mécréant. (celui qui met en doute La Science). Et parfois même aller jusqu’à leur éviction pure et simple des réseaux sociaux.

Dans tous ces cas, il s’agit bien de la reviviscence inquisitoriale. La mise à l’Index : Index librorum prohibitorum. Délation et interdiction selon l’habituelle manière de l’inquisition : au moyen de procédures secrètes. L’entre-soi est l’élément déterminant de la tartufferie médiatico-politique. L’omerta mafieuse : loi du silence, faux témoignages, informations tronquées, demi-vérités, sournoiseries etc. Voilà bien le modus operandi de la fourberie en cours. Et tout un chacun peut compléter la liste de ces parades théâtrales.

Voilà les caractéristiques essentielles de « l’infosphère », véritable complosphère dominante. Mafia, selon la définition que j’ai proposée des élites, rassemblant « ceux qui ont le pouvoir de dire et de faire ». Puis-je ici rappeler,  à nouveau,  une rude expression de Joseph de Maistre pour décrire ceux qui sont abstraits de la vie réelle : « la canaille mondaine ».

Facebook-Inquisition.jpg

Peut-être faudrait-il même dire « demi-mondaine ». Ce qui désigne, selon Alexandre Dumas, une « cocotte » richement entretenue et se manifestant bruyamment dans la sphère médiatique, le théâtre et la vie publique ou politique. Demi-monde on ne peut plus nébuleux dont les principales actions sont de déformer la réalité afin de la faire rentrer en congruence avec leur propre discours. Demi-mondaines entretenues par l’État ou les puissances financières de la démocratie afin de faire perdurer un état de choses désuet et rétrograde.

Mais cette déformation de la réalité a, peu à peu, contaminé l’espace public.

C’est cela le cœur battant du complotisme de « l’infosphère » : entretenir « mondainement » la peur de l’enfer contemporain. Anxiété, restriction des libertés acceptée, couardise, angoisse diffuse et tout à l’avenant au nom du « tout sanitaire ». Forme contemporaine du « tout à l’égoût » !

Une vraie psycho-pandémie

Sans nier la réalité et l’importance du virus stricto sensu, sans négliger le fait qu’il ait pu provoquer un nombre non négligeable de décès, ce qui n’est pas de ma compétence, il faut noter que le « virus » s’est introduit de manière essentielle dans nos têtes. Ce qui devrait nous conduite à parler d’une « psycho-pandémie » suscitée et entretenue par l’oligarchie médiatico-politique.

Psycho-pandémie comme étant la conséquence logique de ce que Heidegger nomme la « pensée calculante » qui, obnubilée par le chiffre et le quantitatif et fascinée par une  logique abstraite du « devoir être », oublie la longue rumination de la « pensée méditante » qui, elle, sait s’accorder, tant bien que mal à la nécessité de la finitude.

covid-19-sante-mentale-iStock-solarseven.jpg

Voilà ce qui, pour l’immédiat suscite une sorte d’auto-anéantissement ou d’auto-aliénation conduisant à ce que ce bel esprit qu’était La Boétie nommait la « servitude volontaire ». Ce qui est, sur la longue durée des histoires humaines, un phénomène récurrent. Cause et effet de la stratégie de la peur qui est l’instrument privilégié de tout pouvoir, quel qu’il soit.

Stratégie de la peur qui, au-delà ou en-deçà de l’idéal communautaire sur lequel se fonde tout être ensemble, aboutit, immanquablement à une grégaire solitude aux conséquences on ne peut plus dramatique : violence perverse, décadence des valeurs culturelles, perte du sens commun et diverses dépressions collectives et individuelles. L’actualité n’est pas avare d’exemples illustrant une telle auto-aliénation !

Il est deux expressions qui devraient nourrir la pensée méditante, ce que Durkheim nomme le « conformisme  logique », ou ce que Gabriel Tarde analyse dans « les lois de l’imitation ». Des insanités déversées d’une manière lancinante, dans la presse écrite, radiophonique ou télévisuelle par l’oligarchie, au spectacle du bal masqué que nous offre la réalité quotidienne, on voit comment la stratégie de la peur induite par l’inquisition contemporaine aboutit à un état d’esprit tout à fait délétère, et on ne peut plus dangereux pour toute vie sociale équilibrée.

Cette grégaire solitude est particulièrement angoissante pour les jeunes générations auxquelles est déniée tout apprentissage vital. Et c’est pour protéger des générations en fin de vie que l’on sacrifie une jeunesse qui est, ne l’oublions pas, la garante de la société à venir.

De diverses manières de bons esprits ont rappelé qu’une société prête à sacrifier la liberté, la joie de vivre, l’élan vital en échange de sécurité et de tranquillité ne mérite ni les uns, ni les autres. Et, in fine, elle perd le tout. N’est-ce point cela qui menace, actuellement, la vie sociale en son ensemble ?

De la raison sensible

Mais une fois le diagnostic fait, il est nécessaire de formuler un pronostic pertinent. Ainsi, en accord avec le réalisme que l’on doit à Aristote ou à Saint Thomas d’Aquin, il faut savoir mettre en oeuvre un chemin de pensée alliant les sens et l’esprit. Ce que j’ai nommé la « raison sensible ».

Voilà qui peut mettre à bas les châteaux de cartes du rationalisme étroit dans lequel les concepts abstraits servent de pseudo-arguments. Le bon sens et la droite raison réunis peuvent permettre de mettre un terme au brouhaha des mots creux. C’est bien d’ailleurs ce qui est en train de se passer sur les réseaux sociaux dans lesquels grâce aux tweets, forums de discussion, échanges sur Facebook, sites et blogs de résistance divers et presse en ligne est en train de s’élaborer une manière de penser et d’agir différente. Il faut être attentif à la société officieuse en gestation, totalement étrangère à la société officielle propre à l’oligarchie médiatico-politique.

indexpprc.jpgIl est une heureuse expression que l’on doit à l’universitaire et homme politique Pierre-Paul Royer-Collard (1763 – 1845) qu’il est utile de rappeler de nos jours. C’est ainsi qu’il oppose « le pays légal au pays réel ». Par après cette opposition a été reprise, diversement, par Auguste Comte ou Charles Maurras. Mais elle a l’heur de nous rappeler que parfois, il existe un divorce flagrant qui oppose la puissance populaire, puissance instituante, au pouvoir officiel et institué. C’est ce qui permet de saisir la lumière intérieure du bon sens populaire. C’est ce qui permet de comprendre qu’au-delà de la décomposition d’une société peut exister une renaissance. C’est cette métamorphose qui est en cours. Et au-delà de la soumission induite par la protection, c’est dans le « pays réel » que se préparent les soulèvements fondateurs d’une autre manière d ‘être ensemble.

Ainsi de la révolte des « gilets jaunes » à la résistance, multiforme, à la mascarade, à la distanciation, voire aux vaccins, c’est une métamorphose sociétale qui se prépare. Le « monde d’après » est déjà là. Métamorphose qui bien évidemment à ce que Vilfredo Pareto nommait, avec pertinence, la « circulation des élites ». 

La faillite des élites est déjà là

Une telle circulation est inéluctable. La faillite des élites est, maintenant, chose acquise. La forte abstention aux diverses élections, la désaffection vis-à-vis des organes de presse, émissions de télévision ou radio en portent témoignage. Ce que l’on peut appeler « des bulletins paroissiaux » n’intéresse que des affidés, des petites sectes médiatico-politiques se partageant le pouvoir.

Or le propre des « sectaires » est, en général, d’être totalement aveugles vis-à-vis de ce qui échappe à leur dogmatique. C’est ainsi que tout en considérant cela comme dangereux, ils sont incapables de repérer et de comprendre ces indices hautement significatifs que sont les rassemblements festifs se multipliant un peu partout. Il en est de même des multiples transgressions aux divers « confinements » et autres « couvre-feu » promulgués par l’appareil technico-bureaucratique. Et l’on pourrait multiplier à loisir des exemples en ce sens.

Lorsque dans les années 70, je soulignais que la vraie violence, la « violence totalitaire » était celle d’une « bureaucratie céleste » voulant aseptiser la vie sociale et ce en promulguant la nécessité du risque zéro, je rappelais qu’à côté d’une soumission apparente existaient une multiplicité de pratiques rusées. Expression d’une duplicité structurelle : être tout à la fois double et duple.

Il s’agit là d’un quant à soi populaire assurant, sur la longue durée, la survie de l’espèce et le maintien de tout être ensemble. C’est bien un tel « quant à soi » auquel l’on rend attentif tout au long de ces pages. Il témoigne d’une insurrection larvée dont la tradition donne de nombreux exemples et qui ponctue régulièrement l’histoire humaine.

Duplicité anthropologique de ce bon sens dont Descartes a bien montré l’importance. Duplicité qui à l’image de ce qu’il disait : « larvatus prodeo », l’on s’avance masqué dans le théâtre du monde. Mais il s’agit là d’un masque provisoire qui sera, plus ou moins brutalement, ôté lorsque le temps s’y prêtera. Et ce en fonction du vitalisme populaire qui sait, de savoir incorporé, quand il convient de se soulever. Et ce avant que le bal masqué ne s’achève en danse macabre !

[1] Je renvoie ici à la lucide et sereine analyse de Raphaël Josset, Complosphère. L’esprit conspirationniste à l’ère des réseaux, Lemieux éditeurs, 2015

mardi, 26 janvier 2021

L'ère Biden : les Etats-Unis et leurs fractures internes

bba6bca05fecde04c682328e44b974b7-1597229383.jpg

L'ère Biden : les Etats-Unis et leurs fractures internes

Par Enric Ravello Barber

Ex: https://www.enricravellobarber.eu

Il y a des situations qui sont hautement symboliques. La cérémonie d'investiture de Joe Biden en tant que 46ème président des États-Unis a été entourée de mesures de sécurité sans précédent. Pour la première fois dans l'histoire, près de 30.000 agents ont été déployés pour assurer la sécurité. Le symptôme est clair et évident : le pays est divisé en deux moitiés de plus en plus éloignées l’une de l’autre et avec des secteurs internes de plus en plus radicalisés.

Ne disons pas que ce déploiement de sécurité n'était dû qu'à l'attaque du Congrès par les partisans de Trump, la raison est quelque chose de beaucoup plus profond. Les États-Unis sont plongés dans une violence permanente, physique et dialectique, depuis des mois. Rappelez-vous les épisodes de violence des BLM et d'Antifa, qui ont causé plusieurs morts, et rappelez-vous aussi des phrases comme celle d'Hilary Clinton qui a qualifié les électeurs de Trump de "white trash", ou qui a déclaré que "les États-Unis ont condamné Trump", méprisant de façon non représentative les 75 millions d'Américains qui ont voté pour lui, soit plus de 47% de la population, ou ce qui est la même chose, la moitié du pays, ou des phrases comme celle du journaliste John Carlin qui dans La Vanguardia a dit : "La défaite de Trump est un soulagement pour l'ensemble du monde de la pensée", insultant et qualifiant la moitié de la population des États-Unis de "non-penseurs" ou d’"analphabètes". Tout cela, ainsi que les indices (non pas des certitudes mais des indications) de fraude électorale, plus le meurtre incroyable et injustifiable de la patriote Ashli Babbit par la police, ont créé un climat de tension politique maximale, qui, je le crains, va s'accroître pendant le mandat de M. Biden.

https _cdn.cnn.com_cnnnext_dam_assets_210120113951-12-biden-inauguration-grab-lady-gaga.jpg

Pour continuer avec le symbolisme, il faut rappeler que la personne choisie pour chanter l'hymne américain lors de la cérémonie d'inauguration était la chanteuse connue sous le nom de Lady Gaga, un exemple de vulgarité, de mauvais goût et de décadence, un autre signe de ce qui nous attend pendant le mandat de Biden.

Les premiers mots de Biden le jour de son investiture ont été "nous devons mettre fin à cette guerre incivile", ce qui signifie la reconnaissance de cette fracture interne des États-Unis de sa part, chose que nous ne pensons pas qu'il puisse résoudre et encore moins dans un nouveau contexte politique pour ces quatre années où il n'y aura pas de contrepoids politique ou institutionnel ; Pour la première fois depuis 70 ans, le parti démocrate obtient ce qu'on appelle le "trio gagnant" c'est-à-dire la présidence du gouvernement, la majorité au Congrès (Chambre des représentants) et la majorité au Sénat, ce qui va faire que le tandem Biden-Kamala va imposer son programme politique sous forme de montagnes russes, et on a déjà vu ce qu'il pense de la moitié du pays qu'ils vont gouverner, c'est un danger qui va faire augmenter les fractures internes. Une situation institutionnelle qui aura des conséquences négatives.

Un pays divisé

La fracture politique

Les résultats des élections présidentielles aux États-Unis ont donné 51 % des voix au vainqueur, Joe Biden, et 47,2 % à Donald Trump, le candidat "battu" a obtenu plus de 72 millions de voix, soit plus de soutien que presque tous les précédents présidents élus. La différence de voix signale une scission en plein milieu d'un pays, précisément entre un parti démocrate qui n'a jamais été aussi loin à gauche et un parti républicain qui n'a jamais été aussi loin à droite. Loin de la prétention d'Hillary Clinton, les Américains sont loin d'avoir "enterré" le trumpisme,

Fracture interne du Parti démocrate

Le président Biden et la vice-présidente Harris représentent chacun les deux sensibilités internes qui cohabitent au sein du Parti démocrate. Le premier, un homme de l'équipe d'Obama, plus modéré et centriste, une sorte de social-démocrate en termes européens ; Harris représente l'aile gauche du parti qui avait soutenu le sénateur Sanders comme candidat à l'investiture et qui a maintenant été rejointe par le soi-disant SQUAD, les femmes parlementaires de l'aile gauche du parti, dirigé par la députée portoricaine Alexandra Ocasio-Cortez et dont Ilhan Omar, la première députée musulmane aux États-Unis, est membre. Rappelons que Harris, qui serait présidente si Biden meurt pendant ces quatre années, a un père jamaïcain et une mère originaire d'Inde. Kamala se formera dans l'environnement politique auquel sa mère appartenait, celui des groupes noirs radicaux des années 60-70 : les Black Panthers et le Black Power, les organisations politiques violentes des suprémacistes noirs.

81-RzMd4KSL.jpg

Le jour même de l'assaut contre le Capitole, le parti démocrate a engrangé une victoire clé en remportant les deux sénateurs pour l'État de Géorgie, alors que tous les sondages précédents prédisaient que l'un irait à eux et l'autre aux républicains, ces deux candidats démocrates élus représentent également chacune de ces deux factions internes. La tête de liste, l'Afro-Américain Raphael Warnock, représente l'aile gauche, l' agenda millénien et est ouvertement pro-palestinien, le numéro 2, le médecin judéo-américain Jon Ossoff, est le représentant du secteur centriste. Ajoutons que le puissant lobby juif, y compris pour l'instant George Soros, du parti démocrate soutient ce e centre-gauche dirigé par Biden, et est représenté de façon frappante dans la composition de la nouvelle administration américaine.

Biden va essayer par tous les moyens de combiner ces deux sensibilités internes en forgeant des équilibres, peut-être y réussira-t-il, le centre-gauche a toujours été plus "discipliné" dans ces questions internes, bien que, pour cela, il doive prendre des rendez-vous comme celui récent avec Anita Dunn, qui a été démise de ses fonctions de conseillère en communication de la Maison Blanche par Obama lui-même, lorsque ses déclarations sur le dictateur communiste criminel, Mao Tse toung, que Dunn avait décrit comme "l'un de ses philosophes préférés", ont été rendues publiques : elle revient maintenant faire partie de la nouvelle administration dirigée par Joe Biden. Et un troisième facteur semi-intérieur auquel Biden devra faire face est celui du BLM et d'Antifa, créés pour servir la cause démocrate mais qui commencent maintenant à qualifier Biden de "modéré" et à réclamer une "vengeance" contre les républicains. Le lendemain de son investiture, des militants de ces groupes ont attaqué le siège du parti démocrate à Seattle, ce qui pourrait être un avertissement.

Fracture au sein du parti républicain

Au sein du Parti républicain, la fracture n'est pas des moindres. Trump a été dès le début un outsider mal reçu par la structure traditionnelle du parti, qui n'a pas soutenu sa nomination interne, et une fois qu'il a été nommé, il n'a pas été soutenu pendant la campagne électorale, l'absence des précédents présidents républicains dans leurs manifestations (Bush père et fils) a été notoire, a également été flagrante à la fin de son mandat, où non seulement de nombreux dirigeants républicains se sont dissociés et se sont opposés à la stratégie de Trump, mais même plusieurs membres républicains du Congrès ont voté pour sa "destitution". Trump, d'une certaine manière, est un autre reflet d'un courant sociologique qui s’était déjà manifesté avec Sarah Pallin, le Tea Party, et qui fait dériver son idéologie des principes du Mayflower et des "pères fondateurs des Etats-Unis", auquel on pourrait ajouter Pat Buchanan - notons qu'il est catholique et donc pas WASP mais spécifiquement White Conservative - et David Duke lui-même, qui - rappelons-le - était membre du Congrès pour la Louisiane et candidat au poste de gouverneur de cet État pour le parti républicain, obtenant 40% des voix, soit près de 60% des voix de la population blanche.

5f6157da8cf78.image.jpg

Pat Buchanan.

Depuis les années 1970, le parti démocrate a abandonné l'électeur du Midwest : blanc, travailleur qualifié, fermier ou petit propriétaire terrien, religieux et amoureux de son pays, de plus en plus radicalisé et prêt à soutenir des options patriotiques puisque beaucoup d'entre eux sont devenus une classe sociale dangereusement précarisée en raison de la crise économique et de la négligence de l'administration centrale, qui subventionne les minorités et oublie les pauvres et les déclassés de la majorité blanche.

Dans ce contexte politique interne, il existe plusieurs options :

  • Que l'appareil de parti traditionnel prenne à nouveau le contrôle du parti, alors la question est la suivante : Trump et ses semblables accepteront-ils d'être relégués au second plan, et une autre question encore plus importante, les électeurs qui ont soutenu Trump, le feront-ils à un parti républicain centriste et modéré ?
  • Si les deux réponses aux questions ci-dessus sont négatives - ce qui est le plus logique - alors Trump fonderait un troisième parti et la question immédiate serait de savoir si les électeurs blancs de plus en plus "radicalisés" du Midwest et du Sud reconnaîtraient Trump comme leur chef ? Parce qu'il y a déjà de nombreuses milices patriotiques qui l'accusent d'être "faible et traître". Et le Trumpisme lui-même a des contradictions internes, rappelons par exemple que sa fille Ivanka, mariée, veut être l'héritière politique de son père et, si c'est le cas, nous doutons fort qu'elle soit acceptée comme référence par ceux qui ont jusqu'à présent soutenu son père.
  • Nous pourrions alors nous pencher sur le cas d'un tiers, qui pourrait même ne pas être dominé par Trump ou le trumpisme, et qui serait une réalité politiquement intéressante, et à laquelle nous prêterions une attention particulière sur ce blog, si elle devait se produire. Certains analystes soulignent que ce parti chercherait un leader plus dur que Trump, et qu'en raison de la démographie des États-Unis et de la distance croissante entre l'administration centrale et les États du centre et du sud, il n'aspirerait plus à être le moteur d'un renouveau national de "Make America Great Again", pour défendre progressivement l'idée d'une possible scission dans les États où ils sont majoritaires sur le plan démographique et politique.

La fracture ethno-géographique

Il suffit de regarder la carte des résultats des élections présidentielles pour voir à quel point le pays est divisé en deux. Trump gagne dans tous les États centraux, tandis que Biden gagne dans les États littoraux du Pacifique et de l'Atlantique. Et si nous analysons les résultats de certains États dans ces deux régions, nous constatons que là où Trump gagne, il le fait avec une énorme différence (par exemple, l'Oklahoma et le Wyoming), tandis que là où Biden gagne, il le fait aussi avec un énorme avantage (par exemple, la Californie et New York). Les États dont les résultats ont été remis en question (Nevada, Michigan, Pennsylvanie, Géorgie) se trouvent précisément dans la zone de transition entre les deux zones.

letters-electionmap-mobileMasterAt3x.png

La géopolitique souligne qu'il existe deux réalités en contradiction permanente : une réalité maritime, de mentalité commerciale, de pouvoir thalassocratique et d'idéologie politique libérale-mercantiliste, et une autre réalité intérieure de mentalité traditionnelle, de travail avant le commerce, de mentalité protectionniste, continentaliste et conservatrice. Bien que la géopolitique ne soit pas une science exacte et encore moins lorsqu'elle prétend être déterministe, c'est une science auxiliaire qui aide à analyser la réalité et, dans ce cas, elle le fait effectivement.

Mais la fracture n'est pas seulement géopolitique mais aussi ethno-politique : les côtes sont avant tout des sociétés multiraciales et multiculturelles, où l'élite WASP est principalement d'origine anglaise et néerlandaise, avec une présence importante de blancs irlandais et italiens, et - comme nous le disons - dans un contexte fortement multiracial, alors que les États de l'intérieur sont majoritairement blancs (sauf pour certains dans le sud), et que cette population blanche est principalement d'origine allemande, ensuite nord-irlandaise (les soi-disant ‘’Écossais-Irlandais’’) et enfin (dans le nord), elle est descendante de colons scandinaves.

À la tendance à la séparation de la Californie, qui, si Trump avait gagné, se serait accentuée, et à la séparation naissante du Texas, s'ajoutera cette situation de rupture progressive de l'intérieur blanc. Beaucoup ont déjà fait remarquer que les États-Unis allaient se pencher sur cette situation interne, il y a plusieurs décennies, ce qui ne serait rien d'autre que la vérification que le creuset ne fonctionne pas même dans le pays qui l'a adopté comme moyen de se construire.

Quant aux autres questions qui caractériseront l'ère Biden, elles seront nombreuses et toucheront tous les aspects politiques, médiatiques, sociaux et économiques du pays, mais dans cet article nous voudrions en souligner trois.

rachel-levine-e1588154812419-800x600.jpg

Rachel Levine.

Imposition de l'idéologie mondialiste sous tous ses aspects : la récente nomination de Rachel Levine, une transsexuelle, au poste de ministre de la santé montre l'implication de l'administration Biden dans ce que l'on a appelé "l'idéologie du genre" et qui n'est rien d'autre que la destruction de toute normalité dans les domaines de la sexualité et de la famille. La récente proposition du parti démocrate à la Chambre des représentants d'interdire l'utilisation de noms spécifiques au genre tels que : père/mère, fils/fille frère/sœur, oncle/tante est un autre signe malheureux de ce qui est à venir.

Portes ouvertes à l'immigration : M. Biden a promis un changement de la politique d'immigration, ce qui, nous le savons, signifie faciliter l'entrée de millions de nouveaux immigrants. Ces jours-ci, nous avons vu d'interminables colonnes de Centraméricains se diriger vers les États-Unis. Nous savons tous ce que signifie cette nouvelle immigration et l'impact social et économique qu'elle aura sur les États-Unis, où une fois de plus les grands perdants seront la classe ouvrière blanche, ce qu'Hilary appelle les "white trash", qui ne reçoivent jamais les avantages et les subventions que les "minorités raciales" reçoivent parce qu'elles sont blanches.

Pour sa part, Kamala Harris a déjà annoncé un plan visant à légaliser 11 millions d'immigrants illégaux d'ici 2028. D'ici 2028, en effet, le facteur déterminant sera constitué par ces immigrés clandestins régularisés par les démocrates qui, évidemment, voteront tous démocrate, également dans une situation où, dans 8 ans, les chiffres de la démographie euro-américaine auront régressé quantitativement. La conséquence de tout cela est la volonté claire des démocrates de gagner en 2024 - par la diabolisation de l'opposition - et de créer d'ici 2028 une situation démographique et politiquement irréversible pour les blancs, et en général pour toute option patriotique, grâce à l'augmentation numérique des immigrés légalisés et disposant ipso facto du droit de vote. C'est la démographie appliquée à la politique.

Economie : Trump a réactivé l'économie américaine et a fait baisser le chômage, ce que même ses plus grands ennemis ne contestent pas. La gestion de Trump était basée sur une politique tarifaire qui empêchait l'entrée des produits chinois à bas prix et les délocalisations d'entreprises, notamment vers le Mexique. Biden mettra fin à ces politiques, étant un ennemi des tarifs qu'il considère comme du "nationalisme", de sorte que le chômage et la désindustrialisation reviendront aux États-Unis. En outre, nous avons le fait que Biden a annoncé un stimulus fiscal de 1,9 trillion de dollars américains. La bourse a réagi avec un certain scepticisme au plan de Biden, car il pourrait entraîner une inflation rapide du pays. Comme l'a dit le prix Nobel Krugman, l'endettement est toujours possible, mais tant que l'argent est investi dans des projets économiquement rentables, tels que les infrastructures ou les énergies renouvelables, le problème, le soupçon est que Biden dépensera une partie importante de cet argent pour couvrir la dette des Etats sous contrôle démocrate en dettes et subventions aux minorités raciales et aux institutions de propagande du politiquement correct, ce qui plongerait les Etats-Unis dans un grave chaos.

Comme l'affirme le célèbre économiste Richard Wolff, Biden veut revenir à la "normalité" d'avant la crise, c'est-à-dire revenir à la normalité du capitalisme mondial.

Ce sont les questions clés auxquelles la nouvelle administration américaine est confrontée, et nous prévoyons quelques années difficiles, intenses et, pour reprendre le terme de Spengler, décisives. Dans un prochain article, nous analyserons la réalité internationale et son impact sur la politique mondiale qu'aura l'arrivée de Joe Biden à la Maison Blanche.

Enric Ravello Barber.

Le Général Soleimani et les milices chrétiennes en Syrie

Qassem-e1578034215309.jpg

Le Général Soleimani et les milices chrétiennes en Syrie

Par Daniele Perra

Ex : https://www.eurasia-rivista.com

Dans une récente interview parue dans les colonnes du site d'information russe Spoutnik, Monseigneur George Abu Khazen, évêque latin d'Alep, a lancé un appel sincère dans lequel, en plus de souligner l'essence criminelle du régime de sanctions imposé à la Syrie par le Caesar Act américain, il demande expressément aux Européens de cesser de suivre Washington sur la voie de l'agression économico-militaire contre le pays du Levant.

En effet, selon Abu Khazen, le régime de sanctions, en affectant en premier lieu les couches les plus pauvres de la population et les minorités, a créé un désastre pire que l'occupation de la ville par des groupes terroristes à leur tour alimentés par "l'Occident"[1]. Le prélat, d'ailleurs, dans la même interview, déclare avec une grande franchise que la Syrie n'a pas besoin d'aide spéciale. En Syrie, il y a assez de céréales et d'huile pour tout le monde. Cependant, l'occupation américaine du nord-est du pays (la région la plus riche en ressources) empêche toute véritable reconstruction[2].

À l'appel sincère contre le régime des sanctions, l'évêque d'Alep a ajouté une dénonciation des conditions dans lesquelles doivent vivre les populations chrétiennes qui restent encore otages des groupes terroristes (sous protection turque) dans la région d'Idlib : une communauté qui vit depuis près de deux millénaires près du fleuve Oronte, maintenant réduite à quelques centaines de personnes qui sont systématiquement empêchées non seulement de pratiquer leur foi mais aussi de travailler dans les champs.

fraAbouKhazen150413IT-600x450.jpg

L'appel de Monseigneur Abu Khazen doit nous amener à deux types de réflexion. La première est liée au fait que, malgré la rhétorique de propagande clownesque de l'"administration pacifiste" et du "non-interventionnisme", la présidence Trump, en termes géopolitiques (sans entrer dans le mérite de la lutte entre les appareils de pouvoir qui sévit encore à Washington), a évolué sur différents théâtres dans une continuité substantielle avec celle de son prédécesseur Barack Obama. Et cela parce que les processus géopolitiques se déroulent souvent de manière autonome par rapport au locataire de la Maison-Blanche lui-même qui, dans le cas de Trump, n'a pas fait grand-chose pour entraver le cercle vicieux généré par le complexe militaro-industriel et par ce "syndrome de privation de l'ennemi" qui afflige l'OTAN depuis l'effondrement de l'URSS.

Il est même superflu de devoir rappeler, une fois de plus, comment l'agression économique, de Thucydide à Carl Schmitt, est considérée à toutes fins utiles comme un "acte de guerre". Une pratique à laquelle nous avons dû assister à d'innombrables reprises au cours des quatre dernières années (outre la Syrie, on peut citer les cas de l'Iran, de la Chine, ainsi que la prolongation et le renforcement du régime de sanctions à l'égard de la Russie et du Venezuela) et qui était largement prévue depuis le célèbre discours de Barack Obama devant les cadets à West Point en 2014. A cette occasion, l'ancien président nord-américain a affirmé la nécessité de la réduction des interventions militaires directes de la part des Etats-Unis (trop coûteuses) et du recours en cas de menace non directe à des actions multilatérales, à l'isolement et à des sanctions contre "l'ennemi"[3].

Il est également superflu de rappeler que le retrait tant vanté de la Syrie n'a jamais eu lieu. On sait maintenant que le Pentagone, sous l'administration Trump, a sciemment dissimulé la quantité réelle de la présence militaire américaine en Syrie ainsi qu'en Irak et en Afghanistan, à la fois pour poursuivre la rhétorique de la "fin des guerres sans fin" et pour empêcher que cela ne se produise réellement. S'il est vrai (peut-être) que le nombre réel d'unités militaires a probablement été caché au président lui-même (ce qui en soi n'est pas particulièrement choquant pour ceux qui connaissent les mécanismes qui font bouger l'appareil de la puissance américaine)[4] : il est tout aussi vrai que c'est Donald J. Trump qui a autorisé les incursions dans les pays en question (dont celle qui a assassiné Qassem Soleimani) et les actes de guerre économique susmentionnés[5]. Sans compter que, données en main, dans les cas de l'Afghanistan et du Yémen, l'administration Trump a largué encore plus de bombes que celles qui l'ont précédée, avec le pic de 7 423 engins nord-américains largués sur le seul pays d'Asie centrale en 2019[6].

Il va sans dire que, pour l'instant, il ne semble pas y avoir d’espoir que la nouvelle administration puisse évoluer dans une direction différente de celle de ses prédécesseurs. Si l'administration Trump a pris des positions extrêmes qui ont été configurées sous Barack Obama (par exemple, l'endiguement de la Chine), il semble clair que l'administration Biden-Harris s'inspirera aussi des précédentes.

La deuxième réflexion qu’inspire l'appel de l'évêque d'Alep, outre la référence à une Europe soumise à la volonté de l'Amérique du Nord[7], est liée à des aspects plus purement historico-idéologiques et religieux. Et c'est là que la figure du général martyr Qasem Soleimani entre en jeu.

Le président Bachar al-Asad a souvent fait référence à l'importance de la communauté chrétienne pour l'essence et le caractère souverain de la Syrie. En effet, le territoire qui correspond aujourd'hui au pays levantin, en plus d'avoir été depuis l'Antiquité un centre d'irradiation culturelle et religieuse de premier ordre, comme dans le cas de la diffusion du culte du soleil ("intervention providentielle de l'Orient" pour René Guénon) dans l'Empire romain, a influencé, avec ses théologiens, de manière décisive l'évolution de la doctrine chrétienne elle-même ; il suffit de penser à l'œuvre de Saint Jean Damascène, expression parfaite d'un christianisme véritablement oriental et riche en influences eurasiennes.

Convent_of_Our_Lady_of_Saidnaya_01.jpg

Monastère de Saidnaya.

Au cours des siècles, le pays a notamment connu un développement important du culte marial. Un culte démontré par la présence d'innombrables sanctuaires dédiés à la Mère de Jésus et qui ont survécu aux années de conflit, de pillage et de destruction. L'un des plus importants est sans aucun doute le monastère de Saidnaya (Dame de la Chasse en syriaque), appartenant au patriarcat orthodoxe d'Antioche et lieu de pèlerinage également pour les musulmans. L'histoire de ce monastère est emblématique du caractère sacré et traditionnel de la présence chrétienne en Syrie. La légende raconte que l'empereur byzantin Justinien Ier, alors qu'il était en voyage de chasse dans la région, s'est perdu près de Damas et a risqué de mourir de déshydratation. Sa soif fut étanchée grâce à l'aide d'une gazelle, que Justinien identifia plus tard comme un messager angélique marial, qui le conduisit à une source d'eau sur le même rocher sur lequel l'empereur fit plus tard construire le sanctuaire. Et à l'entrée du sanctuaire étaient inscrits les mots tirés du Livre de l'Exode : "ôte les chaussures de tes pieds, car le lieu où tu es est une terre sainte" [8].

Maintenant, pour revenir au concept selon lequel la géographie sacrée et la géopolitique se chevauchent souvent, il convient de souligner que la région dans laquelle se trouvent les principaux centres de culte chrétien en Syrie (de Saïdnaya à Maaloula) a également une valeur géostratégique d'une importance considérable. En observant une carte du Levant, on remarquera facilement que cette région correspond aux montagnes du Qalamoun, le long de la frontière entre la Syrie et le Liban, au-delà desquelles se trouve la vallée de Bek'a, qui constitue (historiquement) l'un des principaux centres d'activité du Hezbollah. Cette région, point de connexion entre le Liban et la Syrie (et donc aussi point de ravitaillement entre Beyrouth et Damas), est depuis longtemps l'objet d’affrontements entre les groupes terroristes qui ont mis la Syrie à feu et à sang et les forces loyalistes (l'armée arabe syrienne et ses milices associées) et leurs alliés (le Hezbollah et les forces de Quds commandées par Qassem Soleimani). Damas et ses alliés ont lancé au moins trois opérations militaires différentes pour libérer cette région fondamentale, infligeant de graves défaites tant à l'autoproclamé "État islamique" qu'aux forces liées à Al-Qaïda. En particulier, l'offensive d'août 2017 a conduit à la première grande défaite de l'"État islamique" sur le sol syrien, à la reddition d'un nombre important de miliciens de l'entité terroriste et à la libération d'une large tranche de territoire le long de la frontière syro-libanaise.

COTASBpWcAEyqGx.jpg

Dy8riLzWwAAmB_9.jpg

Nombre des milices chrétiennes qui ont participé aux opérations militaires dans la région pour soutenir le gouvernement légitime de Damas (par exemple, les "Gardiens de l'Aurore", qui ont uni divers groupes chrétiens tels que les "Lions des Chérubins" - en référence au nom d'un important monastère de Saidnaya - ou les "Soldats du Christ") ont été constituées sur le modèle du Hezbollah et des milices chiites irakiennes, avec l'aide des forces du Quds de Soleimani et du Hezbollah lui-même. Soleimani a également joué un rôle majeur dans la formation d'une autre milice chrétienne, les "Forces de la Rage", dans la ville à majorité grecque orthodoxe de Suqaylabiyah, entre Hama et Latakia [9].

Il est important de souligner que les militants de ces groupes se considèrent comme des "moudjahidin de la croix"[10]. L'une des devises des "Lions des chérubins" déclare : "Nous n'avons pas été créés pour mourir mais pour la vie éternelle. Nous sommes les descendants de Saint-Georges" [11]. Leur action visait principalement à défendre les lieux de culte chrétiens contre les ravages des miliciens Takfiri. Cependant, beaucoup de ces groupes ont également participé à des opérations militaires en dehors des zones où vit la majorité de la communauté chrétienne syrienne. En fait, ils se sont battus et se battent en tant que chrétiens contre l'"Occident" et une vision du monde qui leur est totalement étrangère.

Dans une certaine mesure, on pourrait dire que l'agression contre la Syrie a contribué (selon les termes de Michel Aflaq, le père fondateur chrétien-orthodoxe du Ba'ath syrien) à "réveiller le nationalisme des Arabes chrétiens" [12] : c'est-à-dire le sentiment qui "les conduit à sacrifier leur fierté et leurs privilèges personnels, dont aucun ne peut égaler la fierté arabe et l'honneur d'en faire partie" [13].

Face à ce scénario, il semble évident que le secrétaire d'État américain Mike Pompeo a déclaré en 2018, avec le style de gangster caractéristique de la politique étrangère nord-américaine, que le général Soleimani créait des problèmes à la fois en Syrie et en Irak et que les États-Unis devaient faire tout leur possible pour augmenter le prix à payer pour lui personnellement et pour les forces quds des gardiens de la révolution[14].

Outre l'aspect purement géopolitique (lié au fait que les travaux de Soleimani ont contribué au développement de forces militaires non conventionnelles capables de saper la stratégie américaine et sioniste en Syrie et en Irak et ont créé des ceintures de sécurité aux frontières de l'Iran tout en étendant leur influence dans la région)[15], les "problèmes" dont parle Pompeo sont également liés à un aspect plus purement "idéologique". En fait, il est bien connu que la superstructure idéologique de l'"Occident", au cours des vingt dernières années, a été construite autour du soi-disant "choc des civilisations", théorisé par Samuel P. Huntington et Bernard Lewis, entre le judéo-christianisme et l'islam (ou entre l'"Occident libéral" et l'axe islamo-confucianiste) dans le seul but de fournir un "ennemi" contre lequel s'opposer. En même temps, outre la fragmentation selon des critères ethniques et sectoriels des principaux adversaires régionaux (stratégie que l'on tente d'appliquer également à l'Iran)[16], le sionisme a toujours eu à cœur d'éliminer les communautés chrétiennes du Levant[17] afin de réaffirmer l'un des mythes fondateurs de l'"État juif" : son rôle de "mur contre la barbarie orientale".

BIG.jpg

Dans ce sens, le général Soleimani et les milices qui lui sont liées, opèrent également dans le respect des préceptes théologiques plus encore que militaires et défendent les communautés religieuses opprimées contre les groupes terroristes soutenus par l'"Occident" (tant en Syrie qu'en Irak) également par le biais d'une coopération interconfessionnelle qui se situe aux antipodes du principe impérialiste traditionnel du "diviser pour régner", ont démasqué le mensonge de base inhérent au modèle idéologique du "choc des civilisations" et ont montré que l'entité sioniste, loin d'être un mur contre la barbarie, est elle-même barbare.

Dépassant le modèle idéologique du choc des civilisations par une action qui (en termes purement traditionnels) est une rencontre entre la Voie de l'Action et la Voie de la Contemplation (il n'y a pas de djihad mineur sans djihad majeur et l'Action est inséparable de la méditation), la figure du Général Soleimani assume le rôle de "héros civilisateur". Dans un monde en ruines, où l'individualisme domine et où la contrefaçon idéologique à de nombreux niveaux a détruit toute sorte de principes et d'attitudes sacrés, la vie de Soleimani est un exemple révolutionnaire. L'action, chez ce membre de la caste des guerriers, devient un sacrifice de soi vers un but plus élevé. Et, avec lui, le conflit revient à supposer que la dimension théologique (étudiée par Heidegger et Schmitt dans la première moitié du XXe siècle sur la base de fragments héraclitéens) qui dans le monde "occidental" a été noyée dans le moralisme de la matrice protestante anglo-américaine.

Soleimani a été tué pour le simple fait qu'il représentait un modèle humain qui se trouve aux antipodes de l'homme occidental moderne qui ignore le Sacré et dont la connaissance est réduite à la simple accumulation et assimilation de données empiriques. Paraphrasant l'Iman Khomeini, Soleimani était un véritable être humain au sens traditionnel et spirituel de cette idée. Et pour cela, il a été tué [18]. "Des êtres humains", écrivait le père de la Révolution islamique, "ils ont peur ; s'ils trouvent un homme, ils le craignent [...] C'est pourquoi, chaque fois qu'ils ont trouvé un vrai homme devant eux, ils l'ont tué, l'ont emprisonné, l'ont exilé ou ont entaché sa réputation"[19].

NOTES :

[1]    Il est curieux de noter que beaucoup de chrétiens présumés en sont arrivés à définir Donald J. Trump comme un défenseur de la chrétienté. D’aucuns en sont même arrivés à lui attribuer le rôle du « katechon ».En paraphrasant le Colonel Khadaffi, lorsqu’il évoquait la différence substantielle entre les communistes soviétiques et les communistes italiens, on pourrait affirmer qu’il existe une grande différence entre les »vrais chrétiens » et ceux quise laissent corrompre par une forme contrefaite du christianisme, d’essence absolument antichrétienne.

[2]    “Le sanzioni degli USA ci uccidono. Passeremo un Natale di inferno”, intervista di G. Micalessin a G. A. Khazen, www.sputniknews.com.

[3]    Si veda Remarks by the President at the United States Military Academy Commencement Ceremony, www.obamawhitehouse.archives.org

[4]    On pense aux manœuvres faites par le Vice-Président (charge surtout représentative) Dick Cheney, une des figures les plus importante de l’ère Bush Jr.

[5]    Trump lui-même a souligné avec orgueil que le pétrole syrien était entièrement à la disposition des Etats-Unis. Voir : Trump: Abbiamo il petrolio siriano e ci facciamo quello che ci pare, www.sputniknews.com. C’est un fait avéré que le pétrole syrien, en dépit de toutes lesnormes fixées par le droit international, est vendu en contrebande (via la Turquie) à Israël. Cfr. Arab paper reveals Syrian Kurds oil privilege to Israeli businessmanwww.farsnews.com.

[6]    Cfr. Trump may have bombed Yemen more than all previous US presidents combined, new report finds, www.businessinsider.com, e Record 7.423 US bombs dropped in Afghanistan in 2019. Report, www.aljazeera.com.

[7]    Le fait d’avoir soutenu le régime des sanctions unilatérales imposé par les Etats-Unis a entraîné de graves pertes économiques pour l’Europe.

[8]    Voir le chapitre consacré à la Syrie dans l’ouvrage “Dalla geografia sacra alla geopolitica” (Cinabro Edizioni 2020).

[9]    Voir Atlante delle milizie cristiane in Siria, www.eurasia-rivista.com.

[10]  Aymen Jawad al-Tamimi, Usud al-Cherubin: a pro-Assad Christian Militia, www.joshualandis.com.

[11]  Ibidem.

[12]  M. ‘Aflaq, La resurrezione degli Arabi, Edizioni all’insegna del Veltro, p. 14.

[13]  Ibidem. A ce propos, il faut bien se rappeler que le laïcisme attribué à la République Arabe de Syrie est en réalité quelque chose de bien différent de la laïcité telle qu’on l’entend en Europe, soit un refus de tout sentiment religieux. Le laïcisme syrien repose sur l’acceptation du sentiment religieux sous toutes ses formes dans le but de maintenir inchangé le lien indissoluble entre la spiritualité arabe et l’Islam. « Le lien entre islam et arabité, écrivait Aflaq en 1943, n’est en rien comparable au lien entre toute autre religion et sentiment national ».

[14]  Mike Pompeo: Qassem Soleimani is causing trouble in Iraq and Syria…we need to raise the cost for his organization and him personally, www.thenationalnews.com.

[15]  A cela s’ajoute également le fait que, selon les déclarations récentes de Seyyed Hassan Nasrallah, le Général Soleimani aurait eu un rôle de premier plan dans les négociations qui ont conduit à l’intervention russe en Syrie. Une intervention qui, outre qu’elle a modifié les vicissitudes du conflit, a rendu à Moscou son statut de puissance globale.

[16]  Voir O. Yinon, Una strategia per Israele negli anni Ottanta, l’articule est au départ paru en hébreux dans Kivunim (Directions), une « Revue pour le judaïsme et le sionisme », n° 14 Hiver, 5742, febbraio 1982 Editeur: Yoram Beck. Une réplique du Plan Yinon en référence à l’Iran est parue en 2014 sur le site sioniste www.mida.org.il avec, pour titre, How to hurt Iran without airstrikes. L’auteur fait expressément référence à l’exploitation du régime occidental des sanctions comme instrument pour exaspérer les minorités ethniques appauvries, installées sur le territoire iranien, afin de les inciter à agir, notamment en pratiquant des actes de sabotage contre le gouvernement central donc pour revendiquer ouvertement le séparatisme. En partioculier, l’article fait référence aux minorités kurde et azérie, ainsi qu’au groupe terroriste des Mujahedin-e Khalq qui, probablement, a agi de concerte avecle Mossad pour l’assassinat du physicien nucléaire Mohsen Fakhrizadeh.

[17]  Une opération qui a réussi en ce qui concerne la communauté chrétienne palestinienne, laquelle, avec la complicité de sa hiérarchie ecclésiastique, laquelle est plus prompte à adorer l’argent qu’à défendre ses propres fidèles. L’opération a cherché à éradiquer le mémoire historique. C’est là une stratégie à laquelle le sionisme a toujours recouru. Au cours de l’opération « Paix en Galilée », par exemple, les militaires sionistes ont saccagé le « Centre de Recherches palestiniennes » de Beyrouth, emportant et détruisant plusde 25.000 volumes et manuscrits dansle but bien précis d’éliminer tous signes de l’identité et de l’histoire palestiniennes

[18]  Il faut aussi bien se rappeler que l’assassinat du Général Soleimani et d’Abu Mahdi al-Muhandis (Guide du Kataib Hezbollah) semble, comme le démontrent les résultats de l’enquête iranienne, le résultat d’une opération que les Etats-Unis ont menée avec la complicité d’autres pays de l’OTAN comme le Royaume-Uni et l’Allemagne.

[19]  R. Khomeini, Il governo islamico. O l’autorità spirituale del giureconsulto, Il Cerchio, Rimini 2007, p. 122.

 

Les prochaines magouilles démocrates

1136_gettyimages-613393234.jpg

Les prochaines magouilles démocrates

par Georges FELTIN-TRACOL

Ex: http://www.europemaxima.com

Demain, 20 janvier, se déroulera à Washington l’investiture de Joe « Gâteux » Biden et la prestation de serment de sa colistière Kamala « Messaline » Harris. Le succès du coup d’État démocrate est incontestable. Les États-Unis d’Amérique s’apprêtent à vivre des heures bien sombres.

Disposant de la majorité à la Chambre des représentants et d’un avantage décisif au Sénat (Harris qui préside cette assemblée a une voix prépondérante en cas d’égalité), le binôme exécutif va pouvoir appliquer son programme mortifère et liberticide. Les médiats dominants d’occupation mentale, le Washington Post et CNN en tête, arrêteront par ailleurs de distiller leurs nombreuses et fausses révélations sur les dysfonctionnements internes de la Maison Blanche sous Donald Trump pour enjoliver la stature de Biden et, surtout, de Harris.

L’omnipotence de la mafia démocrate n’est toutefois pas complète. La Cour suprême reste à six sièges contre trois à majorité libérale-conservatrice. Elle risque d’entraver la marche forcée du Bureau ovale vers le « pire des pandémoniums ». La Constitution de 1787 ne précise pas son nombre de membres. À l’origine, la Cour suprême en comptait sept. En 1869, le législateur l’augmenta de deux nouveaux sièges. Avec le contrôle du Congrès, les démocrates peuvent maintenant créer entre trois à quatre nouveaux juges assesseurs nommés par Biden et approuvés, grâce à Harris, par le Sénat. Cette solution légale évite une procédure de destitution qui nécessite l’approbation d’une majorité qualifiée de sénateurs.

Désormais à majorité libérale-progressiste, la Cour suprême à treize membres limiterait la liberté d’expression, restreindrait le port d’arme, sanctuariserait l’avortement et l’homoconjugalité, permettrait la GPA et autoriserait l’immigration massive. Elle suspendrait ou abolirait la peine de mort tant dans les États qu’au niveau fédéral, sauf peut-être pour les supposés espions (Julian Assange par exemple), les soi-disant traîtres et les nationalistes blancs.

parti-politique-democrate_24908-33615.jpg

Par ailleurs, la clique démocrate a déjà en tête les élections intermédiaires de 2022. Celles-ci sont historiquement défavorables au parti présidentiel en place. Outre une généralisation des techniques de fraude électorale dans les fiefs démocrates, il est crucial que le Sénat reste dans le « camp du Bien ». Pourquoi ne pas ajouter de nouvelles étoiles à la bannière US ? L’Alaska et Hawaï sont les quarante-neuvième et cinquantième États à rejoindre l’Union en 1959. Chaque État fédéré élit deux sénateurs à Washington. Afin de ne pas systématiser des tricheries électorales un peu trop voyantes, les démocrates redécouperaient volontiers la carte administrative des États-Unis.

Ainsi l’île antillaise de Puerto Rico, État libre associé aux États-Unis depuis 1952, deviendrait-elle le cinquante-et-unième membre de l’Union. Sa population hispanophone s’enthousiasmerait pour le projet économique et social démocrate, surtout si Alexandra Ocasio-Cortez dont la mère est originaire de l’île, se trouve valorisée. La ville de New-York (huit millions et demi d’habitants) pourrait devenir un nouvel État distinct de l’actuel État éponyme dont la capitale s’appelle Albany. Bastion démocrate, la « Grosse Pomme » verrait son maire devenir gouverneur. Le nouvel État pourrait s’étendre aux comtés orientaux de Nassau et de Suffolk.

Les démocrates prévoient d’aller encore plus loin. S’ils ne peuvent pas démembrer un Texas toujours républicain et conservateur, ils envisagent de scinder l’État le plus peuplé, la Californie, en trois, quatre ou cinq nouvelles portions fédérées. Enfin, à rebours des Pères fondateurs, le parti de l’Âne, magnifique symbole bien qu’injurieux pour le sympathique animal, souhaiterait élever l’actuel District fédéral de Columbia, soit Washington, en un autre État-membre. Fondé en 1790 et devenu l’année suivante capitale fédérale, le District, majoritairement peuplé d’Afro-Américains, constitue une belle réserve de voix pour les démocrates.

L’État de New-York City, ceux de Columbia et de Puerto Rico ainsi que trois à cinq entités post-californiennes enverraient au Capitole entre huit et seize nouveaux sénateurs la plupart démocrates. Un Sénat démocrate garantirait à l’« État profond » la pérennité d’une diplomatie belliciste, philovictimaire, libre-échangiste et pro-minorités raciales – sexuelles. Les gouverneurs, souvent démocrates, des États concernés accepteraient-ils cependant ce charcutage géopolitique interne ? Le Congrès voudrait-il perdre sa supervision lointaine sur le District de Columbia ? Tout dépendra de la ruse de Biden et de sa « Messaline ». On ne peut en tout cas que souhaiter le plus grand désordre intérieure possible chez cet ennemi civilisationnel.

Georges Feltin-Tracol

• « Chronique hebdomadaire du Village planétaire », n° 198, mise en ligne sur TVLibertés, le 19 janvier 2021.

lundi, 25 janvier 2021

La crise sociale américaine

merlin_167461311_c9a5c2cb-1b70-4bf8-9d55-f4c1258c9387-superJumbo.jpg

La crise sociale américaine

Par Ali Reza Jalali

Ex : https://www.eurasia-rivista.com

Depuis plusieurs années, de nombreux analystes parlent de la crise de la démocratie et du système politique américains, notamment depuis l'arrivée au pouvoir de Donald Trump en 2016 ; ils nous exposent les contradictions de la société nord-américaine. "The Donald" était probablement la partie émergée d'un iceberg qui, sans son élection il y a quatre ans, ne se serait pas manifesté aussi rapidement ; Trump n'a fait qu'accélérer le cours des événements, rien de plus. En ce sens, la crise des prêts hypothécaires à risque entre 2007 et 2008 a été le début d'un cauchemar et la fin du "rêve américain" ; le mouvement "Occupy Wall-Street" en 2011 a été un nouvel élément de la dérive politique et sociale des États-Unis ; et la montée au pouvoir de Donald Trump ces dernières années a été la dernière étape en date pour confirmer la crise qui dure depuis au moins une quinzaine d'années.

2.2.0.jpg

En d'autres termes, si le XXe siècle a été celui du "rêve américain", du "pays leader du monde libre", le nouveau siècle a représenté jusqu'à présent et représentera également à l'avenir l'ère de la réduction progressive du système américain du point de vue de la politique intérieure. À vrai dire, la crise américaine ne manque pas de matière à réflexion en ce qui concerne la politique étrangère et l'hégémonie américaine dans le monde. De l'ascension de la Chine comme première économie mondiale, un problème qui selon les dernières études et grâce à la crise Covid-19 se matérialisera encore plus tôt que prévu, à l'incapacité de résoudre les différends régionaux dans certains points chauds du monde comme le Moyen-Orient - où le rôle des puissances "alternatives" à l'hégémonie mondiale des États-Unis ne cesse de croître (pensez surtout au rôle fondamental de la Russie dans cette région, inconnu jusqu'il y a quelques années), le déclin de l'empire américain dans le monde est au centre de l'attention depuis un certain temps.

imagespoorusa.jpg

Peu de gens, cependant, ont sérieusement discuté de la crise que traverse la société américaine sur le plan interne : la forte lacération sociale entre les riches et les pauvres, entre la haute bourgeoisie cosmopolite et la petite bourgeoisie et le prolétariat nationaliste, la réduction du rôle des partis au profit de nouvelles entités sociales et de dirigeants charismatiques, le contraste racial entre la composante WASP et "les autres", la crise industrielle qui a désertifié les villes et les zones économiquement développées sont autant de symptômes de la décadence impériale, même à l'intérieur des frontières nationales. On pourrait répondre que tous ces phénomènes ont existé dans le passé et ne sont pas des nouveautés absolues du XXIe siècle aux États-Unis. Ils le sont certainement : l'opposition entre le nord industriel (classe moyenne supérieure) et le sud agricole (classe moyenne inférieure) existe depuis l'époque d'Autant en emporte le vent, le KKK n'est pas une invention de Trump, la crise industrielle ne date pas d'il y a quelques années, les problèmes liés à l'immigration dans une nation fondée par des immigrés clandestins ont toujours existé. Après tout, la guerre d'indépendance n'était-elle pas une lutte entre les immigrants, les anciens et les nouveaux colons pour la domination de terres appartenant à des tiers (les Amérindiens) ?

Mais dans tout cela, il y a une vérité perturbatrice entièrement nouvelle concernant les années de l'administration Trump, à savoir une spécificité de notre époque qui ne se retrouve pas dans d'autres périodes de l'histoire américaine. Cet événement confirme sans équivoque la crise du système américain : l'agressivité sans précédent des mouvements d'"extrême droite" (une galaxie variée et hétérogène, allant des racistes purs et durs aux sectes évangéliques). Dans le passé, ces groupes étaient actifs au niveau local dans les bastions traditionnels de l'extrémisme ultra-conservateur, les régions du sud-est. Le KKK classique et ses ramifications ou imitations se "contentaient" d'attaquer les appareils d'État, les "communistes", les immigrants et les Noirs dans les landes reculées du Sud profond, loin des centres du pouvoir politique et économique dans le Nord riche, progressiste et opulent (New York et Washington). Même lorsque cela allait plus loin que cela, nous étions confrontés à des "fous" individuels qui, par des actions démonstratives importantes mais isolées, cherchaient à impressionner l'opinion publique (voir l'attentat d'Oklahoma City en 1995). Grâce à la montée de Trump et à sa dialectique "alternative" par rapport aux canons traditionnels de la politique américaine (Républicains contre Démocrates), les impulsions les plus sauvages de "l'extrême droite" ont explosé sans retenue. De plus, alors que dans le passé ces groupes étaient soutenus par une minorité de Sudistes, aujourd'hui une partie importante du prolétariat du Nord (majoritairement blanc, mais il y a aussi des exceptions) s'est alliée aux héritiers des Chevaliers Blancs et assimilés, créant ainsi un groupe important et actif dans tout le pays.

virginia-gun-rally.jpg

Les événements de ces jours et l'attaque contre le cœur du système américain par les partisans de Trump montrent que la crise sociale et politique nord-américaine ne concerne pas seulement l'hégémonie mondiale de Washington. C'est une réalité interne au pays, de l'autre côté de l'océan ; il sera difficile pour Biden de faire taire les âmes agitées de ce mouvement de protestation qui, contrairement au mouvement américain classique, ne vient pas des bons salons (on sait que beaucoup de soixante-huitards avaient leurs "parents" ou "amis" au "Palais"), mais trouve ses racines dans le malaise historique de certaines classes sociales qui ont encore les blessures du passé sur elles et se sentent volées par ce qu'on appelle à tort ou à raison les "lobbies maçonniques" de New York et de Washington. La différence est que dans le passé, cette vision se limitait aux cercles les plus exaltés de quelques petites villes et villages du Tennessee et de l'Alabama, alors qu'aujourd'hui, la base sociale des partisans maximalistes du président sortant est beaucoup plus large et plus hétérogène, avec une remarquable capacité paramilitaire et la volonté de mener à bien leurs projets anti-système à tout prix.

Peut-être, avant de se concentrer sur les exercices militaires en mer de Chine, en mer Baltique et dans le golfe Persique, le centre du pouvoir politique américain (qui va bien au-delà de Trump ou de Biden) devrait-il sérieusement s'inquiéter de ce qui se passe à Washington en raison de l'alliance sui generis entre les restes de l'extrême droite américaine, le prolétariat blanc (et d'autres) et Donald Trump, l'ami ultra-capitaliste (ou l'ami présumé) des marginaux (peut-être un WASP).

 

19:19 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, états-unis, crise américaine | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Calamiteux confinement pour les garçons : ils n'ont plus de rites d'initiation

1136_gettyimages-1215946385.jpg

Calamiteux confinement pour les garçons : ils n'ont plus de rites d'initiation

par le Prof. Claudio Risé

Source : Claudio Risé et https://www.ariannaeditrice.it

L'éducation contemporaine a fait des voies éducatives traditionnelles une terre brûlée !

Ils sont blessés, torturés, parfois tués. Les adolescents et les enfants souffrent beaucoup, surtout depuis que le confinement à la maison est presque devenu leur quotidien. Les hôpitaux n'ont pas assez de lits consacrés à cette éventualité, jusqu'ici imprévue (à tort). Les lits fournis sont (dans toute l'Italie) au nombre de 92. Dans certaines régions : 0. Que se passe-t-il et pourquoi ? La Verità avait déjà souligné, à plusieurs reprises, dans Lo sguardo selvatico, le grand danger des enfermements pour les enfants, les définissant comme ‘’anti-vitaux’’. Cela va littéralement à l'encontre de la vie des très jeunes. En effet, même chez les humains, comme chez toutes les autres espèces vivantes, pour se renforcer et grandir de manière équilibrée après le sevrage et la petite enfance, les très jeunes doivent quitter la maison et se confronter à leurs pairs, au monde qui les entoure et à la nature. Comme cela a toujours été le cas, même jusqu'à il y a à peine quelques décennies.

imaconfgar.jpg

En peu de temps, cependant, la rue et les environs de la maison, qui, avec l'école, étaient (surtout pour les garçons, mais pas seulement) leurs principaux lieux de socialisation, ont presque complètement disparu de la vie des adolescents. Ainsi, la voie est déjà ouverte au phénomène dit ‘’des réfugiés dans la chambre à coucher’’ : les hikikomori qui, à partir du Japon se sont répandus presque partout, et dans une moindre mesure aussi en Espagne et en Italie ; les pays où la présence de la mère est plus envahissante, et son absence ou sa crise plus déstabilisante. C'était déjà le premier glissement d'un monde adolescent ouvert, avec ses risques, mais aussi avec la richesse et la positivité de l'esprit d'aventure et de découverte, vers un monde plus fermé, désormais limité à ses outils techniques, ordinateurs, smartphones, tablettes etc., où le corps, privé de découvertes et de mouvements, s'affaiblit fatalement, devenant de plus en plus insécurisé et craintif.

1 qWXgzvB-gik0o8gDlqs5Cg.jpg

Les confinements, avec leur obligation de rester dans le foyer familial d'où l'adolescent doit surtout sortir, ont alors provoqué une régression physique et psychique qui a engendré l'insécurité, et des crises fréquentes et graves, conduisant à de l'automutilation, souvent ritualisées dans les habitudes morbides et des tentatives de suicide. Parfois, malheureusement, avec succès. Nous nous demandons alors pourquoi.

Une première réponse est que l'éducation contemporaine, dont nous nous vantons souvent, avec son approche laïque et rationalisante, a fait des parcours éducatifs traditionnels une terre brûlée, a détruit ce qui a toujours aidé l'adolescent à reconnaître les transformations de son propre corps et à prendre progressivement les devants. L'adolescent, en fait, après la puberté, est comme quelqu'un qui conduit une voiture sans trop savoir comment la guider, voiture qui, graduellement, se transforme entre ses mains. Le ‘’déconcertement’’ est grand et les explications rationnelles données, médicales et hygiéniques, sont largement insuffisantes, car elles sont totalement dépourvues d'empathie et de références psychologiques, symboliques et spirituelles qui sont au contraire essentielles à tout processus de développement humain, en relation avec le corps propre de la personne.

SewCream-cyberharcèlement-trauma-1200.jpg

Ainsi, une expérience millénaire et universelle, tissée de rites d'initiation (le dernier en date étant le service militaire), a été liquidée ; or ces rites, même dans leurs aspects apparemment stupides ou déviants avaient des fonctions précises dans l'accompagnement et l'organisation du développement psychique du futur adulte. Nous considérons que c'est un acte de ‘’décivilisation’’ que de les avoir supprimés mais les besoins qu'ils ont satisfaits demeurent, même s'ils sont ignorés, et les enfants y pourvoient comme ils le peuvent. S'il n'y a plus le supérieur qui les épuise avec des marches jusqu'à ce qu'ils deviennent fiers de leurs muscles, ils se lacèrent les jambes, s’automutilent : c'est aussi une façon de faire quelque chose pour leur corps. "L'automutilation devient alors un baume qui guérit les blessures de l'âme en les déplaçant sur le corps." (Lancini, Cirillo, Scodeggio, Zanella L'adolescente. Psychopathologie et psychothérapie évolutionniste, éditeur Cortina). De nombreuses personnes conservent les lames avec lesquelles elles se coupent ainsi que les boîtes de médicaments. S'attaquer au sang est une façon, certainement erronée, de demander de la profondeur à une société dégoûtante de superficialité.

Investiture de Joe Biden, un show à l’américaine, rempli de symboles…

8PTzITm6qHK8F6o13oWPRB.jpg

Investiture de Joe Biden, un show à l’américaine, rempli de symboles…

Par Frédéric Andreu-Véricel

Une vice-présidente investie explicitement sur critère racial, une "lady gaga" déguisée en meringue venue pousser la chansonnette, une ado qui déclame un "poème" en hommage à la négritude ; un pasteur blanc, l'autre noir, un président Biden qui tient à peine debout, voici la pièce "Rainbow Society" qui s'est joué sur nos petits écrans.

Ce vendredi 22 janvier 2021, une chaîne concurrente diffusait un reportage sur les flamants roses de bien meilleur aloi. J'aurais bien voulu visionner ce reportage au lieu de devoir ingurgiter ce hamburger dégoulinant de ketchup "politically correct". Mais, voyez-vous, la politique française sonne de plus en plus comme une réplique - au sens sismique du terme - des éternuements politiques de l'Amérique.

1378155-lady-gaga-a-chante-l-hymne-americain-lors-de-l-investiture-de-joe-biden-le-20-janvier-2021.jpg

Investiture-de-Joe-Biden-le-manteau-de-la-poetesse-Amanda-Gorman-fait-le-buzz.jpg

Pour un regard encore hanté par la loi naturelle, ce cérémonial ressemblerait plus à un casting d'une série américaine, la série B de la démocratie libérale (B comme "Biden") qu'à une investiture présidentielle.

Le metteur en scène brillait par son absence, et c'est bien normal car un film ne vous montre ni le metteur en scène, ni le producteur au cigare Havane, ni les transactions financières qui ont toujours lieu à huis-clos... tout ce que vous voyez, c'est la face émergée de l'Iceberg : le jeu des acteurs.

Telle est bien l'impression qui domine cette soirée de bien-pensance communielle : ceux qui détiennent les manettes du pouvoir ne sont pas médiatisés. Ceux qui détiennent les pouvoirs réels sont des oligarchies localisées, notamment, à New York, Riad et Tel Aviv, ces trois principaux centres névralgiques du Triangle des Bermudes de la géopolitique mondiale.

Ce vendredi 22 janvier, les oies du Capitole cacardaient leur hymne aux Droits de l'Homme Etranger, au communautarisme à base raciale, tout en sachant très bien que leurs gargarismes idéologiques, débrayés de toute organicité, n'effaceront jamais les fins de mois difficiles de millions d'Américains, ne freinera pas le décrochage de la classe moyenne, ni les tensions raciales au quotidien, faces cachées de l'American Dream.

Bref, la politique consiste désormais à substituer la dimension "cosmique" par une idéologie "cosmétique" peinte avec le rouleau de la société arc-en-ciel.

B9725880051Z.1_20210120231041_000+GKTHEOLRH.1-0.jpg

Le président sorti (et non sortant) et sa belle épouse, brillaient par leur absence. Il n'y a donc pas eu de réelle passation de pouvoir mais plutôt une prise de pouvoir. Du jamais vu depuis 250 ans !

Au moment de l'investiture, Donald Trump jouait, parait-il, au golf dans son ranch de Floride survolé par les flamants roses...

Et puis, ce soir-là, un autre groupe brillait aussi par son absence : aucun indien Cherokee ! aucun Navajo, ni Iroquois ! Même plus récupérée comme symbole comme au temps des Westerns de mon enfance !

Simple oubli de casting ou augure prophétique ? Peut-être les deux à la fois, mon capitaine ! A quoi ressemblera le podium de l'investiture du président de l'Europe dans deux ou trois cents ans ? A quelle réserve seront réduits les "Natives Europeans", les derniers "blancs" d'Europe non encore métissés ?

L'Europe occidentale, et la France en particulier, sont en effet en voie de submersion démographique. Les vagues migratoires, provenant notamment de l'Afrique, submergent nos villes comme un tsunami, avec la complicité active des gouvernements de droite et de gauche qui se sont succédé.

2552796-couverture-du-magazine-paris-match-en-624x600-2.jpg

Au moment même où Biden devenait le maître fantoche du monde, les députés français votaient les pleins pouvoirs à Macron, l'agent de Biden en France. Un témoin direct de la scène, Nicolas Dupont-Aignan, adresse un tweet d'alerte dénonçant ce coup d'Etat sanitaire : https://mobile.twitter.com/dupontaignan/status/1325141827784216576?lang=en

Au-delà de l'anecdote, on peut se demander comment la France, la fille aînée de l'Eglise, s'est transformé en la "fille aînée de l'Amérique" ? 

Là encore, les symboles parlent souvent plus que de longs exposés historiques indigestes. Le Jazz, le Corned beef et la Révolution Française sont des produits d'importation. Tout le monde connaît la provenance des deux premiers produits de cette liste, beaucoup moins celle du troisième.

La Révolution dite "française" visait l'élimination du roi car celui-ci représentait une tradition, un principe, un verrou symbolique contre l'individualisme marchand. Il fallait briser ce verrou pour que s'ouvre la boite de Pandore de l'idéologie libérale. La société d'Ancien Régime n'était pas ouverte au logiciel libéral, il fallait faire sauter des verrous. Ce logiciel incluait le programme "Manifest destiny" ou "destin manifeste". Il paraît même que le drapeau tricolore serait inspiré du Stars and Strips, bleu, blanc et rouge.

Sauf pour les Français qui ne s'en rendent pas compte, la France représente à bien des égards le calque projeté des Etats-Unis en Europe.

Mon immersion au Royaume de Belgique m'a démontré qu'un Belge regarde un Français un peu comme un Canadien regarde, mutatis mutandis, un Etats-Unien ; il y voit un intrus prompt à donner des leçons, mal poli et dominateur.

3021851.jpg

A l'inverse, un patriote français reconnaîtra dans les petites patries de Wallonie les éclats du "pays réel" disparu de la France : une bienveillance dans les rapports sociaux, une certaine manière de voir le monde, toute une manière d'être en voie de disparition dans l'Hexagone.

Le Français cultivé sait bien que - depuis la défaite de 1815 à Waterloo - sa nation joue pour ainsi dire les prolongations. L'ancre du navire France a quitté le champ des étoiles ; le pays mystique est mort avec Louis XVI ne laissant vivant que le "pays légal" ou contre-pays tout puissant, qui étouffe chaque jour davantage le "pays réel" à l'instar du lierre qui envahit l'arbre sain. J'ajoute que ces intellectuels brillants dont la France tire son orgueil sont le pendant de l'éclatement de la communauté organique. L'"individuo-universalisme", le nationalisme hors sol qui règne en France, secrète des intellectuels comme une maladie génère des dérèglements pathologiques.

Depuis 1789, la classe au pouvoir est foncièrement bourgeoise. Elle claironne son adhésion aux "valeurs-de-la-république" à qui veut encore l'entendre, dans un antifascisme de principe. Il est amusant de constater que cette classe antifasciste s'évertue à donner raison à Adolf Hitler. En effet, alors qu'il se confiait à son aide de camp Martin Bormann, ce chef d'Etat allemand de triste mémoire ne s'est-il pas écrié :

"Encore 200 ans de cette petite politique de bourgeois français et la frontière avec l'Afrique ce sera le Rhin".

553223-coronavirus-vers-plus-de-metros-sur-la-ligne-13-a-paris-des-lundi-3.jpg

Si vous n'avez jamais pris le métro à Paris, faites-le ! Vous verrez que cette phrase résonnera dans vos oreilles comme une prophétie.

Biden et l' "Etat Profond" n'ont pas de soucis à se faire ; ils peuvent faire confiance aux "élites françaises" pour que se réalise la prophétie du Führer allemand.

Frédéric Andreu-Véricel

Contact : fredericandreu@yahoo.fr

dimanche, 24 janvier 2021

Trump: l'espoir d'une défaite programmée

rtx873eh.jpg

Trump: l'espoir d'une défaite programmée

par Franck Buleux

De ces quatre dernières années est née une nouvelle forme de populisme : le populisme comme expression du pouvoir plutôt qu’une simple force protestataire.

En effet, le président américain élu en 2016 Donald Trump a réussi à faire passer, souvent difficilement, un message à caractère populiste au cœur des États-Unis et sans doute au-delà (victoire de Bolsonaro au Brésil par exemple).

Certes, il vient de rater sa propre réélection. Mais comment aurait-il pu en être autrement ? Depuis 2016, il n’a été question que d’impeachment à l’américaine, de soupçons de manipulation des élections avec les Russes, de contacts souterrains avec l’Ukraine pour faire tomber Joe Biden… Et tout cela aurait échoué sans la crise sanitaire. Il est clair que la Covid-19 a été la cause principale de la courte et discutable défaite du leader charismatique yankee. Souvenez-vous, les milieux médicaux, relayés par les médias, ont annoncé la diffusion d’un vaccin, quelques jours seulement après la supposée victoire des Démocrates alors que l’administration Trump avait été à l’initiative de cette recherche rapide.

Que restera-t-il de Trump ?

Compte tenu de son âge et de la modération de nombreux dirigeants Républicains, il apparaît difficile de mettre en place une nouvelle candidature en 2024. Les Républicains « modérés » préféreront une figure plus « crédible » ; plus consensuelle (c’est-à-dire des personnalités sans charisme et atones comme John Mc Cain ou Mitt Romney, tous deux battus par Obama en 2008 et 2012). Face à la représentante des minorités (jusqu’à quand ?) Kamala Harris, il ne s’agira pas de présenter un candidat susceptible d’empêcher « la marche de l’histoire », celle qui doit consacrer la défaite de candidats trop « blancs ».

En l’absence de nouvelle candidature de Donald Trump, une nécessaire refonte de la partitocratie américaine s’impose. Si Trump devait disparaître, nul n’en doute, le trumpisme lui survivrait. Les émeutes de Washington lors de la validation des représentants de Biden par le Congrès le prouvent clairement : seul un mouvement populaire peut créer ce type de manifestation. Il s’agissait plus d’une réaction de désespoir que d’un refus de la démocratie.

L’échec de Fillon en 2017 dès le premier tour et celui de Marine Le Pen deux semaines plus tard n’ont suscité aucune tristesse populaire. Chacun a zappé de chaîne en chaîne pour entendre la même chose avant de s’éclipser dans ses occupations dominicales et de sombrer dans les bras de Morphée.

cover-r4x3w1000-5fa70bc6a0653-448aa25034d5a83ba5e91b3d61869e7b3790b1c3-jpg.jpg

Seule une force populaire, même vaincue, est susceptible de se projeter vers une future et accessible victoire.

Le Parti républicain américain ne peut se satisfaire de représentants dont les candidatures ne sont plus que des candidatures de témoignages face à la Californie, Eden du numérique et à l’Est « intellectuel » du pays. Le cœur des États-Unis n’est pas représenté, les rivages océaniques (Pacifique comme Atlantique) l’emportent, par leur force médiatique incontestable, sur les territoires oubliés du centre du pays. Après l’espoir du « Tea Party », qui n’est jamais parvenu à se soustraire du parti « rouge » (celui représenté par un éléphant), il est largement temps que l’aile droite du parti de Reagan prenne ses distances et son indépendance. Le bipartisme américain n’est pas une obligation, rien n’empêche l’émergence d’une « troisième force » qui deviendrait un nouveau pilier institutionnel. En 1992, le candidat de droite Ross Perot inscrira un score de 20 % permettant (malheureusement) la première élection de Clinton avec un peu plus de 40 % face au sortant républicain, Bush (le père). C’est un « challenge » que doit relever Trump, non en qualité de futur candidat, mais d’énergie visant à créer des conditions favorables à cette émergence. Trump se doit de montrer le chemin de la fondation d’un néo-parti républicain.

Mais au-delà de la lointaine Amérique, le trumpisme peut aussi avoir son expression politique en Europe : une droite décomplexée (avec une liberté d’expression et d’opinion retrouvées, mais pas celle de Charlie…) qui imposerait une ligne permettant de rassembler les défenseurs d’une nation forte et traditionnelle. Ce défi-là repose sur les droites européennes.

J’ai lu, ici et là, que les manifestants pro-Trump au Capitole rappelaient, à nos journalistes, la première version des Gilets jaunes, ceux qui démarrèrent la lutte contre l’abus de fiscalité en novembre 2018. Sans doute. Mais cette envie populiste doit se retrouver, dans la rue comme dans les urnes. Pour ce, une seule condition s’avère nécessaire : la légitimation du combat, c’est-à-dire faire en sorte que le combat mené est le bon plutôt que de s’approprier les thèmes de l’adversaire.

donald-trump-arrive-dans-les-jardins-de-la-maison-blanche-pour-une-declaration-sur-le-coronavirus-le-13-novembre-2020_6282234.jpg

La maladie infantile et pérenne de la droite est de comprendre les idées de gauche, voire de les appliquer à la place de la gauche. Démarrons cette décennie avec ce rêve américain, celui de la naissance de mouvements populistes, représentant à la fois la défense de l’identité nationale et la dénonciation de l’abus fiscal imposé par l’État profond.

En France s’installe l’idée d’un Macron « de droite » qui, par sa posture, ne nécessiterait pas la présence de candidat pertinent à sa droite. Seule, éventuellement, Marine Le Pen pourrait limiter la large victoire du président au second tour.

La défaite programmée de Donald Trump doit être un révélateur, un déclencheur de la possibilité d’une opposition vigoureuse, virulente et sans concession. Il n’y a pas encore, à ma connaissance, de vaccin contre cette option.

Comment Nord Stream 2 pourrait "libérer" l'Europe

9752026_182118020-choix.jpg

Salman Rafi Sheikh

Comment Nord Stream 2 pourrait "libérer" l'Europe

Ex : https://journal-neo.org

Plus que toute autre chose, les émeutes à Washington D.C. ont montré que la politique américaine, tout en passant apparemment le pouvoir des Républicains "fous" aux Démocrates "sages", risque de rester sous l'emprise d'une intense lutte de pouvoir interne entre des groupes "pro" et "anti" Trump. L'administration Biden restera très probablement, au moins pendant un certain temps, concentrée sur la diffusion des tensions internes et la consolidation du pouvoir. Alors que les États-Unis semblent avoir incroyablement perdu leurs lettres de noblesse démocratiques, ailleurs en Europe, ils perdent également leur primauté en tant que gestionnaires hégémoniques de la politique étrangère, une position qu'ils avaient acquise à la suite des dévastations militaires et économiques subies par l'Europe pendant la Seconde Guerre mondiale. La décision récente de l'Allemagne d'aller de l'avant en achevant le gazoduc Nord Stream 2 indique la direction nouvelle dans laquelle souffle le vent, éloignant ipso facto l'Europe des États-Unis

1440x810_cmsv2_bb0cdc4e-5da3-55c9-a924-70e2d35bfbfe-5004000.jpg

Si l'éventuel achèvement de Nord Stream 2 n'indique pas et ne voudrait pas indiquer l'émergence d’une alliance stratégique de l'Europe avec la Russie, il montre cependant l'affirmation croissante de l’autonomie européenne vis-à-vis des États-Unis. En l'état actuel des choses, l'Allemagne et l'Europe poursuivent le parachèvement de Nord Stream 2, la construction de la dernière portion du gazoduc devant commencer à partir du 15 janvier au Danemark.

Les États-Unis y voient naturellement un revers stratégique et ils "avertissent" déjà les entreprises européennes qu’ils leur infligeront des sanctions. L'annonce du parachèvement de Nord Stream 2 a été faite quelques jours après la signature de l'accord UE-Chine sur les investissements : cela illustre bien la manière dont l'Europe snobe de plus en plus les États-Unis dans ses relations avec les pays que les États-Unis considèrent comme "voyous" et/ou "révisionnistes".

Le département d'État américain a récemment "informé" les entreprises européennes impliquées dans le projet du gazoduc qu'elles risquaient de faire l'objet de sanctions. "Nous essayons d'informer les entreprises du risque et de les inciter à se retirer avant qu'il ne soit trop tard", a déclaré un responsable américain.

Alors que l'administration Trump poursuivait depuis un certain temps les entreprises européennes impliquées dans le projet, l'administration Biden devrait maintenir ce cap. Joe Biden, lorsqu'il était vice-président, s'était déjà opposé au projet.

Dans le même temps, l'Europe n'a pas envie que la nouvelle administration américaine vienne sanctionner les entreprises commerciales européennes. Le message aux États-Unis était clair lorsque le ministre allemand des affaires étrangères, Heiko Maas, a récemment déclaré à l'agence de presse Deutsche Presse-Agentur DPA que Berlin ne céderait pas aux pressions de Washington. Pour le citer : « l'Allemagne n'a pas besoin de parler de souveraineté européenne si l'on entend par là que nous (l'Allemagne) ferons tout à l'avenir comme le veut Washington ». Il a ajouté que si l'Allemagne voit une opportunité de resserrer ses liens avec les Etats-Unis sous l'administration Biden, sa position sur Nord Stream 2 restera inchangée.

6704C-tubes-gaz.jpg

Il est évident que l'Allemagne, comme le reste de l'Europe, en a absolument assez de l'ingérence et des diktats répétés des États-Unis. Par conséquent, alors que Nord Stream 2 satisfera économiquement les besoins commerciaux allemands, géopolitiquement, il aidera l'Allemagne et les autres pays européens à exercer à nouveau leur autonomie stratégique vis-à-vis des États-Unis, autonomie qu'ils avaient avant que le système dominé par les États-Unis ne soit imposé après la Seconde Guerre mondiale. Le Nord Stream 2 est donc déjà devenu un symbole de la rédemption européenne, indiquant fortement qu'il n'y a pas de retour à la pleine normalisation.

C'est d'ailleurs exactement ce que le ministre français des affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a déclaré en novembre dernier dans une interview à la radio Europe1. Pour lui, il n'y aura pas de retour à la situation précédente, au bon vieux temps des relations transatlantiques, ajoutant également que "nous devrons construire une nouvelle relation transatlantique" à la lumière des changements que le monde a connus au cours de ces quatre dernières années. L'un des changements les plus significatifs, selon le ministre, est la manière dont "l'Europe a affirmé sa souveraineté au cours des quatre dernières années, dans les domaines de la sécurité, de la défense et de l'autonomie stratégique", ajoutant également que "l'Europe a renoncé à sa naïveté au cours des quatre dernières années et a commencé à s'affirmer en tant que puissance".

La décision de l'Allemagne et d'autres pays bénéficiaires européens d'achever le programme Nord Stream 2 montre que la marche inébranlable de l'Europe vers la reconquête de son autonomie stratégique se poursuit et permet de vaincre les États-Unis et leur menace de sanctions.

C'est ce qui ressort de la manière dont l'Allemagne prend déjà des mesures pour créer un fonds destiné à parer aux sanctions américaines et à permettre aux entreprises d'acquérir un bouclier contre les mesures coeercitives que les États-Unis ont l'intention de prendre pour punir l'Europe de son autonomie et de sa décision de ne pas acheter tout le gaz dont elle a besoin aux seuls États-Unis. De toute évidence, la décision de l'Allemagne de soutenir envers et contre tout Nord Stream 2 s'est faite au détriment de programmes américains tels que le ‘’troisième paquet énergétique’’ et l'initiative dite des ‘’trois mers’’ financée et soutenue par les États-Unis.

Nord Stream 2 est donc déjà devenu un test décisif pour les ministres européens qui affirment que le continent a subi des "changements" au cours de ces quatre dernières années. Son achèvement marquera les lettres de créance de l'Europe en tant qu'acteur indépendant dans un monde de plus en plus multipolaire. La distance croissante de l'Europe par rapport aux États-Unis affaiblira également la capacité des États-Unis à manipuler et à dicter unilatéralement les questions politiques et économiques mondiales, notamment le changement climatique, l'Iran, la Russie ("Etat-voyou") et la Chine "révisionniste". Dans l'état actuel des choses, l'Europe a déjà tracé la voie à suivre.

Salman Rafi Sheikh.

Salman Rafi Sheikh, chercheur et analyste des relations internationales et des affaires étrangères et intérieures du Pakistan, en exclusivité pour le magazine en ligne "New Eastern Outlook".

samedi, 23 janvier 2021

L'importance stratégique de l'accord entre Israël et le Maroc

231264-01-08-1607619611_854800.jpg

L'importance stratégique de l'accord entre Israël et le Maroc

Par Marco D'Attoma

Ex: http://osservatorioglobalizzazione.it

2020 sera l'année qui restera historiquement dans les mémoires pour la pandémie du Covid-19, mais pour les études de la diplomatie internationale, ce sera sans doute une année fondamentale pour les développements au Moyen-Orient, en particulier dans les relations établies entre l'État d'Israël et le monde arabe. Les accords d'Abraham, signés le 15 septembre dernier pour normaliser les relations entre les Émirats arabes unis (EAU), Bahreïn et Israël, marquent un tournant historique dans le contexte du Moyen-Orient, au même titre que les accords de Camp David ou les accords d'Oslo. Cette stratégie diplomatique de l'État d'Israël a trouvé un parrain pertinent dans l'administration Trump, qui s'est révélée être le principal interlocuteur pour la paix entre le monde arabe et Israël. La dernière étape de cette politique d'apaisement a été l'accord entre Israël et le Maroc, la plus ancienne monarchie arabe.

L'approche de la présidence américaine est définie comme transnationale, car pour les Etats qui promeuvent les relations diplomatiques avec Israël, il y a une sorte d'avantage, par exemple pour les Emirats Arabes il y avait l'avantage de pouvoir acheter des avions militaires aux Etats-Unis. Pour le Maroc, cependant, l'avantage consiste en la reconnaissance par les États-Unis de la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental, un territoire peu connu au niveau international, qui selon les parties, pourrait être défini comme un État ou comme une province marocaine.

Cette concession américaine pourrait cependant raviver un conflit historique entre le Maroc et le Sahara occidental, qui a commencé en 1975 lorsque, suite aux accords de Madrid, le gouvernement franquiste a décidé de se retirer du Sahara espagnol (aujourd'hui Sahara occidental) et d'accorder la souveraineté territoriale sur ce territoire à la Mauritanie et au Maroc. Cependant, le contrôle du territoire en question appartenait au Front Polisario (Frente Popular de Liberación de Saguía el Hamra y Río de Oro), une organisation politique qui s'est opposée à la partition du Sahara espagnol entre la Mauritanie et le Maroc, déclarant la guerre sur les deux fronts pour prendre le contrôle du territoire. La Mauritanie s'est presque immédiatement retirée du conflit, tandis qu'avec le Maroc un conflit a été amorcé qui sera gelé en 1991 grâce à une résolution des Nations unies qui établira un cessez-le-feu, mais sans résoudre définitivement la question. Le Front Polisario ne contrôle actuellement que 20 % du territoire du Sahara occidental, alors que le Maroc considère ce territoire comme une province du Royaume. Au niveau international, le Sahara occidental a un statut d'observateur aux Nations unies et est classé comme territoire non autonome, tandis qu'au sein de l'Union africaine, il est compté parmi les États membres.

sahara-occ-map.gif

La résolution du Conseil de sécurité de 1991, en plus d'établir un cessez-le-feu, a promis au Front Polisario de soutenir la tenue d’un référendum sur l'autodétermination, processus prévu par la Charte des Nations unies, et ce vote serait contrôlé par les Nations unies et l'Union africaine.

Depuis 1991, cependant, les choses n'ont pas changé, la situation s'est même à nouveau détériorée. Ces dernières années, le gouvernement marocain a essayé d'entraver de toutes les manières possibles un référendum, et a également essayé de repeupler sa partie du Sahara occidental en accordant des avantages économiques et des incitations fiscales à ceux qui s’y installaient, afin d'influencer un éventuel vote. Ces derniers mois, les affrontements ont officiellement repris en raison de l'entrée de l'armée marocaine dans la zone démilitarisée. L'armée marocaine était intervenue parce que des manifestants sahraouis bloquaient une route très importante pour le commerce vers l'Afrique subsaharienne, une région vers laquelle de nombreuses marchandises marocaines sont exportées. Le territoire sous contrôle du Maroc est le plus prospère au niveau économique car il est riche en ressources et en gisements, tandis que le territoire sous contrôle du Front Polisario est un territoire aride mais, en même temps, important car il représente pour le Maroc la porte d'entrée du commerce vers l'Afrique occidentale et subsaharienne, riche en phosphates et important pour l'abondance de poissons dans ses eaux.

42517186464_963dfe2dbb_o.jpg

51763557-39658001.jpg

Pour diviser les deux territoires, il existe une muraille fortifiée, mais pas n'importe laquelle car c'est la plus longue du monde (si l'on exclut la muraille de Chine), longue d'environ 2700 kilomètres, avec des fortifications, des bunkers et des mines au sol. Ce n'est pas pour rien qu'on l'appelle "Le Mur de la Honte".

La décision de Trump de reconnaître la souveraineté marocaine sur l'ensemble du Sahara occidental a certainement beaucoup contribué à raviver la volonté du gouvernement marocain de prendre le contrôle de l'ensemble du territoire.

Si les actions de Trump ont temporairement apporté un climat de paix au Moyen-Orient, il n'en va pas de même pour le Sahara occidental. Le mur, les droits de l'homme bafoués et les relations avec les États-Unis et Israël ne peuvent que faire penser à un lien entre le peuple sahraoui et le peuple palestinien.

1605384904782-e1605797391992.jpg

La géopolitique qui sous-tend l’accord d’investissement UE-Chine

Accord-UE-et-Chine.jpg

La géopolitique qui sous-tend l’accord d’investissement UE-Chine

Par Salman Rafi Sheikh

Source: New Eastern Outlook

L’accord d’investissement UE-Chine récemment annoncé est un moment décisif, marquant le premier accord d’investissement UE-Chine de ce type, qui ouvrirait les portes de la Chine à l’UE, pour y réaliser des investissements directs. La Chine aura de son côté la possibilité d’étendre son influence sur le marché européen. Si l’accord présente de nombreux avantages pour les parties concernées, il est également assorti de facteurs géopolitiques très visibles, qui concernent non seulement l’UE et la Chine, mais aussi les États-Unis. L’accord UE-Chine est considéré aux États-Unis par l’administration Trump (qui est déjà en « guerre commerciale » avec la Chine) et l’administration Biden comme contraire à leur politique déclarée de suivre une approche « dure » à l’égard de la Chine. L’expansion de la Chine en Europe permettra à la première d’échapper en grande partie à l’impact de la « guerre commerciale » en cours et donnera à son économie une marge de manœuvre importante. Pour les États-Unis, cet accord doit donc être revu à la lumière de leur propre politique de confrontation calculée avec la Chine. Les États-Unis entendent exercer leur influence pour que l’UE s’aligne sur la politique américaine.

Jake Sullivan, le choix du président élu Joe Biden comme conseiller pour la sécurité nationale, a demandé « des consultations rapides avec nos partenaires européens sur nos préoccupations communes concernant les pratiques économiques de la Chine ». Le tweet reflète une inquiétude croissante parmi les responsables de l’administration Biden, qui craignent que la formalisation de l’accord UE-Chine, sans les États-Unis, ne compromette sérieusement la capacité de ces derniers à non seulement modeler la dynamique générale des liens bilatéraux entre l’UE et la Chine, mais aussi à obtenir le soutien de l’UE pour former un front commun contre la Chine. L’administration Biden cherche donc à maintenir une position politique vis-à-vis de la Chine similaire à celle que l’administration Trump a largement suivie au cours des quatre dernières années. Il est donc peu probable que les relations entre les États-Unis et la Chine sous l’administration Biden reviennent à la normale. Elles devraient, dans l’état actuel des choses, s’exacerber en raison de la concurrence militaire croissante.

imageseuroyuan.jpg

Pour les États-Unis, la principale préoccupation n’est pas l’accord en soi, mais la manière dont cet accord ferait de l’UE un acteur indépendant dans ses relations avec la Chine. Après l’accord, l’UE sera en mesure de façonner et de déterminer ses politiques vis-à-vis de la Chine en tant qu’acteur égal et indépendant, ce qui donnera au bloc européen le poids politique qu’il a essayé d’établir pour équilibrer ses relations avec les États-Unis. Il y a des tensions au sein de l’OTAN, et les États-Unis, sous l’administration Trump, ont libéré des forces qui ont poussé l’UE de plus en plus vers une politique étrangère indépendante, et envisagent même un système de sécurité interne européen, indépendant de l’OTAN.

Le fait que la Chine ait récemment offert des concessions massives à l’UE indique également comment la Chine essaie de tirer pleinement parti des clivages existants entre les États-Unis et l’UE, en offrant des incitations que l’UE pourrait trouver trop attrayantes pour les rejeter. Les concessions chinoises ont déjà abouti à un accord de principe, obligeant la France et l’Allemagne à passer imperceptiblement de leur politique dite « indo-pacifique » de « gestion » de la montée en puissance de la Chine à une coexistence avec cette dernière qui donnerait à l’UE un accès très recherché au marché chinois.

En facilitant l’accès à son industrie manufacturière, la Chine a répondu à l’une des principales préoccupations de l’UE. Alors que presque tous les pays de l’UE ont leurs accords bilatéraux avec la Chine, cet accord est le premier « accord autonome sur les investissements couvrant à la fois l’accès au marché et la protection des investissements. Il remplacerait les 25 accords bilatéraux existants par un cadre juridique uniforme doté de normes de protection modernes et de mécanismes de règlement des différends ».

En conséquence, alors que l’UE et la Chine s’efforcent de plus en plus de surmonter leurs divergences mutuelles [l’UE modifiant ses mesures de sécurité et les Chinois assouplissant leurs règles], le fossé entre l’UE et les États-Unis s’élargit.

La loi européenne sur les services numériques (DSA) et la loi sur les marchés numériques (DMA) récemment introduites sont susceptibles d’approfondir encore la fracture transatlantique en matière de commerce numérique. Les divergences sur le marché des services numériques viendront s’ajouter aux tensions déjà existantes en ce qui concerne l’OTAN, le changement climatique et les relations économiques entre l’UE et les États-Unis.

1f94827_346680967-000-8px76f.jpg

Les lois européennes auront un impact négatif sur les États-Unis. En 2019, les États-Unis ont exporté vers l’UE pour 196 milliards de dollars de services liés aux technologies de l’information et des communications (TIC). Google a déjà déclaré que cet ensemble de lois vise à entraver les entreprises américaines. La Chambre de commerce américaine a déclaré que « l’Europe a l’intention de punir les entreprises prospères qui ont fait des investissements importants dans la croissance et la reprise économique de l’Europe ».

L’accord d’investissement UE-Chine est donc autant ancré dans la volonté d’expansion de la Chine que dans la recherche croissante par l’UE de sa propre place, indépendante des États-Unis, dans un monde de plus en plus multipolaire.

L’UE réagit à la manière dont les États-Unis sont passés au nationalisme économique sous l’administration Trump. Bien que Joe Biden ait qualifié la politique « America First » de Trump de mauvaise, le fait que cette politique soit restée en place pendant 4 ans signifie qu’elle a été capable d’infliger des changements substantiels à la façon dont l’alliance transatlantique s’engagerait et se réunirait face à des ennemis communs. L’UE, dans sa forme actuelle, ne se contente pas de s’associer aux États-Unis pour « gérer » la Chine ; elle définit plutôt une ligne de conduite qui correspond à ses intérêts et à ses besoins. Comme l’ont déclaré les diplomates européens, si les entreprises européennes peuvent obtenir un meilleur accès à la Chine et y trouver des conditions de concurrence raisonnablement équitables, il n’y a aucune raison qu’elles n’en profitent pas.

Salman Rafi Sheikh

Traduit par Wayan, relu par Hervé pour le Saker Francophone

vendredi, 22 janvier 2021

Le défi géostratégique de l'Arctique

7a7ffaa1-n_daily_concentration_hires.png

Le défi géostratégique de l'Arctique

par Daniele Perra

Ex : https://osservatorioglobalizzazione.it

Le grand juriste allemand Carl Schmitt a dit que l'histoire des peuples est toujours une histoire d'appropriation de la terre. La conquête/acquisition de nouveaux espaces a toujours une influence décisive sur la position géopolitique des États. En effet, une acquisition de terres implique toujours le risque de déstabiliser un statut hégémonique précis ou un ordre établi. Sur une surface terrestre presque entièrement occupée par l'homme, il existe encore deux zones de compétition entre les grandes puissances : la région arctique et l'espace extérieur entourant le globe. Dans cet article, nous aborderons la première.

La proposition du président américain Donald J. Trump d'acheter le Groenland, et l'annulation subséquente de la réunion de Copenhague avec les dirigeants politiques danois une fois l'offre refusée, ont fait sensation en 2019.

Cependant, ce qui semblait être une déclaration impromptue d'un "président peu orthodoxe" avait en fait des raisons géopolitiques très spécifiques. Et afin de mieux comprendre ces motivations, il sera utile d'examiner en détail les déclarations de Mark T. Esper (secrétaire d'État à la défense) au Royal United Services Institute de Londres et le rapport du ministère américain de la défense sur la stratégie arctique au Congrès de juin 2019.

Les déclarations d'Esper sont particulièrement éloquentes. En effet, le secrétaire à la défense a mentionné à plusieurs reprises la menace que l'agressivité russe et la puissance économique chinoise feraient peser sur la sécurité et l'ordre mondial actuels.

"La concurrence entre les grandes puissances" - a déclaré M. Esper au public londonien - "est la principale préoccupation pour la sécurité nationale des États-Unis". Les États-Unis, selon l'ancien étudiant de West Point, s'occupent déjà de cette question, mais il devient nécessaire que les "nations aimant la liberté" reconnaissent cette menace et jouent leur rôle pour assurer la sécurité du monde.

En outre, la Chine et la Russie feraient peser des menaces spécifiques sur la "prospérité américaine" : des menaces qui pourraient s'aggraver à l'avenir si elles ne sont pas traitées rapidement.

le-50-years-of-victory.jpg

En conclusion, M. Esper, en pleine conformité avec la ligne de conduite de Trump, a suggéré que les alliés des États-Unis, et en particulier les États membres de l'OTAN, augmentent leurs dépenses militaires.

Les déclarations du secrétaire à la Défense font parfaitement écho à la substance du rapport susmentionné, remis au Congrès et consacré à la stratégie arctique, rapport qui mentionne explicitement le comportement "malveillant et coercitif" de la Russie et de la Chine, une "approche holistique" de la protection des intérêts nationaux américains dans la région arctique et la croissance de l'influence de Washington dans la région. Ce rapport, à son tour, fait écho à la stratégie de sécurité nationale de 2017 dans laquelle un accent particulier est mis sur "la protection du mode de vie américain" et, une fois de plus, sur "la promotion de la prospérité américaine, à préserver même par la force".

En outre, le rapport présenté au Congrès en juin fait écho presque intégralement au document de stratégie pour l'Arctique de 2013, publié sous l'administration Obama, prouvant, s'il en était besoin, qu'indépendamment des aspects extérieurs, des spectacles politiques de M. Trump, il existe une ligne de continuité substantielle entre les deux présidences.

À cet égard, il est également indéniable que les États-Unis avaient déjà commencé à ignorer l'accord nucléaire iranien bien avant l'élection de Trump.

MjAyMDA5YzAxMmY4Y2IxZTllMmJkZjAzMDA2M2I1NjMxNzViY2M.jpg

J'ai souvent soutenu que le trumpisme n'est rien d'autre qu'une tentative (plus ou moins) désespérée de sauver la "mondialisation américaine", et que la devise électorale "Make America Great Again" a simplement entraîné une nouvelle course aux armements et la militarisation plus ou moins forcée des régions soumises à la concurrence stratégique entre les grandes puissances.

Le regain d'intérêt pour l'Arctique s'inscrit dans ce contexte. Limiter ou empêcher l'expansion sino-russe dans la région signifie avant tout éviter l'une de ces "acquisitions de nouveaux espaces" qui pourraient mettre en crise l'hégémonie mondiale nord-américaine.

La valeur de l'Arctique

Situé à l'intersection de 3 plateaux continentaux, avec 14 millions de kilomètres carrés, 13% des réserves mondiales de pétrole et 30% des réserves de gaz encore à exploiter, l'Arctique est une zone d'une énorme valeur géostratégique. L'exploitation d'une telle richesse, également en termes de routes commerciales et militaires, aurait pour conséquence soit la conservation inchangée de l'hégémonie nord-américaine, soit son dépassement définitif si Washington devait perdre le défi lancé à ses concurrents.

Il n'est donc pas surprenant que le rapport susmentionné au Congrès sur la stratégie arctique mentionne clairement l'objectif de "limiter la capacité de la Chine et de la Russie à exploiter la région comme un corridor de concurrence stratégique, visant à limiter la projection mondiale de la puissance américaine".

De5XRx1W0AAZJ1z.jpg

En fait, l'ouverture de la route arctique, en évitant le canal de Suez, réduirait de dix jours la durée du voyage de l'Asie vers l'Europe et compromettrait sérieusement le contrôle américain sur les flux énergétiques. En outre, en ce qui concerne les objectifs géostratégiques sino-russes, la route arctique serait plus sûre et plus stable que les couloirs terrestres de l'initiative "Belt and Road", qui sont susceptibles de passer par des zones de turbulences, à forte présence de groupes terroristes largement alimentés et exploités par les services de renseignement des forces hostiles à l'évolution de l'ordre mondial dans un sens multipolaire.

En effet, la route arctique joue un rôle majeur dans le projet Belt and Road. La Chine, qui est un observateur permanent au Conseil de l'Arctique, a déjà investi pas mal de ressources dans la région. Et l'intérêt de l'Amérique du Nord à acheter le Groenland fait partie du plan visant à contrer l'expansion économique chinoise dans la région. Cette expansion suit les lignes tracées par la vision chinoise de la coopération maritime dans le cadre de l'initiative "Belt and Road", où l'esprit du projet d'infrastructure chinois est interprété en termes de "coopération, ouverture, inclusion, apprentissage et bénéfice mutuel". Dans cette déclaration de 2017, la relation entre l'homme et les océans est interprétée comme une exploitation des routes maritimes visant à réaliser un développement commun.

La valeur stratégique du Groenland

Le Groenland est au cœur du défi pour l'Arctique car on estime que son sous-sol abrite la sixième plus grande réserve de terres rares au monde : un élément clé dans la construction d'équipements technologiques et militaires. En outre, il existe d'autres ressources clés (or, uranium, diamants, pétrole). À cet égard, un projet visant à extraire ces ressources est déjà cogéré par une société chinoise : la Shenghe Resources Holding LTD.

11.jpg

Les terres rares sont le principal facteur d'attractivité pour les États-Unis. Grâce à elles, la Chine (qui contrôle entre 85% et 95% de leur production mondiale) est en train de gagner la guerre commerciale contre les Etats-Unis. Ce n'est pas un hasard si elles sont l'un des rares produits chinois que les États-Unis ont exclus des droits de douane et des restrictions.

Prendre possession du Groenland et commencer l'exploitation définitive de cette immense ressource dans son sous-sol permettrait sans aucun doute aux États-Unis de réduire leur dépendance vis-à-vis des terres rares de la Chine et d'obtenir un contrôle total sur les deux extrémités arctiques du continent nord-américain : l'Alaska à l'ouest et l'île dite "verte" à l'est.

WEyXlGqEKvhLAiObSnEXn0Dl5pI.png

Il va sans dire que dès 1860, avant même l'achat de l'Alaska à la Russie, William H. Seward (futur secrétaire d'État d'Abraham Lincoln) avait prédit que l'Arctique deviendrait l'avant-poste septentrional des États-Unis.

Comme mentionné au début de cet article, la proposition des trumpistes, comme celle avancée par l'administration Truman à la fin de la Seconde Guerre mondiale, a rencontré une réponse négative. Cependant, la sujétion presque totale de la classe politique de l'île envers Washington est bien connue. Et on ne peut exclure la possibilité que Washington profite de cette influence pour empêcher une expansion chinoise excessive dans le protectorat danois.

Le défi dans le Grand Nord entre la Chine et les États-Unis

Mais le Groenland n'est pas le seul souci des États-Unis. Outre la mise en service de sept brise-glaces, la Chine a également montré un intérêt considérable pour la construction du tunnel sous-marin Helsinki-Tallin, qui permettrait à la Chine de compléter un réseau d'infrastructures couvrant l'ensemble du continent eurasiatique.

Paradoxalement, dans cette course à l'Arctique, les États-Unis se sont retrouvés avec un lourd retard technologique par rapport à leurs principaux concurrents. La Russie, en effet, outre la création d'un Strategic Interforce Command pour l'Arctique dès 2014, dispose de la plus grande flotte pour la navigation en eaux froides (39 brise-glaces dont 6 à propulsion nucléaire) et vient d'achever la construction de la première centrale atomique flottante. Cette centrale, après un voyage de 5000 km le long de l'Arctique russe, a été rapidement placée à Pevek, à l'extrême nord-est, où elle fournira de l'énergie aux usines industrielles et minières de la région.

En outre, si les "prévisions géologiques" devaient être confirmées par les faits, l'exploitation du plateau arctique occidental de la Russie donnerait à Moscou une projection de puissance énergétique encore plus élevée que celle des États-Unis. Il n'est donc pas surprenant que la Russie ait également installé des batteries de missiles S-400 sur les péninsules de Kola et du Kamtchatka pour assurer la défense de la région.

Il est clair que les États-Unis vont une fois de plus répondre à ce double défi géostratégique et technologique en militarisant la région arctique et en faisant porter les coûts sur les épaules de leurs alliés. Et il est tout aussi clair que la course à l'Arctique peut être interprétée comme un nouveau chapitre de la lutte entre les puissances terrestres et maritimes qui a caractérisé l'histoire des peuples depuis l'antiquité. Cependant, au moins à cette occasion, la puissance thalassocratique nord-américaine semble être réellement obligée de se défendre.